Atlantis Insurrection
"Personne ne demande à devenir un Héros, sauf que parfois ça finit comme ça..."

Et si ce Héros, c'était toi ? Tu es l'un des meilleurs dans ton domaine (Biologiste, Chirurgien, Infirmier, Diplomate, Démineur, Maître chien...) et on te propose de participer à l'expédition la plus fabuleuse mais aussi la plus dangereuse : l'expédition Atlantis.
Auras tu le cran de rejoindre Atlantis pour découvrir ses mystères et affronter les dangers de cette galaxie ?

Tu peux aussi incarner les personnages importants de la série (Ronon, Zalenka, Lorne, Teyla....) Bon niveau RP demandé.
On recherche de nombreux personnages inventés.
http://www.atlantisinsurrection.com/t387-personnages-vacants


Si tu te sens capable de franchir ce pas, tu es des nôtres ! Clique sur l'image ;-)
Leçon de tir [PV Keith Latimer] - Page 2 824245bouton512


RPG sur Stargate Atlantis
 

Leçon de tir [PV Keith Latimer]

 :: Cité d'Atlantis :: Niveau 5 - Zone Militaire Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Ven 9 Jan - 14:09
Invité
Invité
Anonymous
Le jeune homme avait perçu un changement sur le visage de l’israélienne alors qu’il parlait, mais il ne s’était pas interrompu. Lorsqu’elle lui répondit, ce fut avec un regard qui aurait pu tout aussi bien le pétrifier sur place. Il avait pris au pied de la lettre sa remarque à propos des militaires, non pas qu’ils les prennent pour des idiots, mais il était vrai qu’il n’avait pas une image peu glorieuse d’eux. Et il les avait tous mis dans le même panier en s’adressant à elle.

Mais elle rétorqua avec un tel élan qu’il n’eut le courage de la couper. Elle l’avait pris personnellement alors qu’il voulait juste plaisanter. Et la machine était lancée, impossible à arrêter. Comme elle s’était sentie visée par sa propre remarque, elle l’attaqua à son tour, rappelant que ces compétences n’arrêtaient pas les balles, et ne protégeaient personne. Keith plissa des yeux alors qu’elle continuait. Et elle visait juste, il n’avait pas vraiment vu les choses sous cet angle et, comme eux ne savaient rien de sa façon de contribuer à l’expédition, lui aussi s’était borné au rôle de porte-flingue.

Elle semblait blessée, et lui-même l’était également. Il avait tenté de faire un peu d’esprit, et elle avait répondu avec toutes ses armes. Keith n’en menait franchement pas large et lorsqu’elle se leva et lui indiqua qu’ils se verraient que pour la leçon de tir, il comprit qu’elle ne lui adresserait plus la parole. Il se sentit incroyablement peiné tout à coup et il la suivit du regard lorsqu’elle quitta la pièce. Lui, il demeura assis un long moment, KO, avant de machinalement se lever puis de déposer son plateau et de regagner ses quartiers, comme un zombie.

--------------

Les jours étaient passés et sa main avait récupéré, suffisamment pour que la date de son cours ne soit pas décalé. Il n’avait été que l’ombre de lui-même depuis que Tal s’en était allée lors de la discussion dans le mess. Il n’avait pas eu la moindre occasion de la croiser car il était resté presque en permanence dans ses quartiers. Son projet n’avait pas du tout avancé, et il avait erré dans sa chambre, l’esprit incapable de penser à autre chose.

L’heure était donc venue de sa première leçon, mais il doutait clairement que l’israélienne ne viendrait le lui dispenser. Il était donc sorti de ses quartiers et avait trainé les pieds jusqu’à la zone prévue pour ce genre d’entraînement. Le chemin lui sembla à la fois durer une éternité et être trop court à son goût. Son cœur battait à un rythme fou lorsqu’il s’introduisit dans la pièce. Il n’y avait personne d’autre que l’armurier, dans sa cage de fer avec pour seule compagnie une quantité non négligeable d’armes et de munitions. A part lui, la pièce était déserte et aucun bruit de tirs ne venaient jusqu’à ses oreilles. Il fallait dire que le cours avait été prévu bien tôt, et que, d’habitude, les militaires ne commençaient les hostilités qu’une heure plus tard.

Son regard se posa sur la seule autre personne présente.

« Votre instructeur n’est pas encore arrivée. Il faut dire que vous êtes en avance.. »

Keith vérifia sur sa tablette –qu’il se trimbalait partout- et vérifia, c’était bien la bonne heure et il montra l’écran à son interlocuteur. Ce dernier eut un simple haussement des épaules qui en disait long sur ce que cela lui importait.

Le jeune homme patienta quelques minutes –un bon quart d’heure- et estima que Tal ne viendrait pas. Il était prêt à partir quand elle se montra finalement.
Revenir en haut Aller en bas
Ven 9 Jan - 17:12
Invité
Invité
Anonymous
Les trois dernières semaines ont été fort chargée pour la jeune femme. En effet deux jours à peine après la petite discussion du mess, le sergent avait été envoyé pour une série de missions sur des planètes su système de Pégase. Au programme exploration, sécurisation, secours à des populations d'autres mondes, et surtout une rencontre fortuite avec les genaii. De cette sympathique mais brève discussion elle en a retiré un petit souvenir, une blessure légère au bras gauche, causée par une balle alors que son unité se repliait vers la porte des étoiles.

Se dirigeant vers la salle d'exercice de tir, Tal grommelle dans sa langue natale. Son rendez-vous à l'infirmerie a duré plus longtemps que prévu, et elle est en retard. Elle parcourt les couloirs de la cité d'un pas rapide, saluant de la tête les quelques personnes qu'elle croise. C'est donc une jeune femme un brin énervée qui entre dans la pièce, son regard faisant rapidement le tour des silhouettes présentes.

Elle est habillée comme de coutume, son traditionnel pantalon militaire et t-shirt sombre un peu moulant qui l'accompagne, le bandage qui entoure son coude gauche est bien visible, ainsi que les quelques éraflures sur son visage. Pour couronner le tout on lit une certaine fatigue sur son visage, elle n'a assurément pas passée ces derniers jours dans un camp de vacances. S'approchant du box de l'armurier, elle salue le geek poliment, sans vraiment faire preuve de plus de familiarité. Son regard traîne cependant quelques secondes sur lui tandis qu'elle termine son chemin.

- Bonjour Keith, excuse-moi pour mon retard, j'ai été retenue. Comment va ta main ?

Sans attendre la réponse elle s'adresse ensuite à l'homme caché derrière sa cage, et lui demande une arme similaire à la sienne, mais en précisant un calibre de neuf millimètres. Il lui fournit également deux jeux de bouchons d'oreilles, reliés par un petit cordon, ainsi que deux boîtes de cartouches qui seront bien nécessaires pour s'entraîner. Pendant qu'il lui délivre sa réponse, elle retire son arme de son étuis et la dépose sur une table, à coté de celle confiée par l'armurier, pour enfin se tourner vers le jeune homme.

- Prêt pour ta première leçon ?
Revenir en haut Aller en bas
Ven 9 Jan - 23:40
Invité
Invité
Anonymous
Le jeune informaticien s’apprêtait donc à quitter la pièce quand il vit l’israélienne entrer, le visage couvert de marques, un bandage au bras. Elle semblait en avoir sacrément bavé récemment comme l’attestaient les éraflures. Keith s’inquiétait, modérément tout de même, de ce qu’il lui était arrivé. Elle aurait voulu démontrer le discours qu’elle avait tenu lors de leur dernier échange qu’elle n’aurait pu mieux s’y prendre. Il se serait bien enquit de son état, mais il craignait qu’elle ne lui fasse une remarque acerbe. Une certaine lassitude le gagna.

D’ailleurs, elle le salua en le considérant à peine, par formalisme. Il répondit d’un timide hochement de tête, n’ayant pas vraiment l’envie de beaucoup parler. Quand elle était entrée, son cœur s’était arrêté un bref instant. Il aurait certainement préféré que ce cours n’ait pas lieu. Elle prit alors les armes nécessaires à la démonstration. Le geek vit alors les armes, les balles, et les protections auditives. Rien qui ne le réjouissait vraiment.

« Oui » lâcha-t-il timidement. Non disait sa voix.

Il prit le jeu de bouchon qu’elle lui tendit et la suivit ensuite au pas de tir. Keith jeta un œil à tous les éléments, attentif. Il était d’ordinaire peu doué pour ces choses-là, mais il préférait se montrer efficace pour que cela en finisse vite, tant à cause de la nature de l’exercice qu’à cause de Tal. Son regard ne croisait jamais le sien, il était rivé sur les armes, puis les balles, puis la cible qu’elle accrochait.

De toute façon, il n’avait pas besoin de voir ses yeux, tout était dans la tenue de l’arme, la position et la cible. Du moins, c’était ce qu’il pensait. Keith se sentait légèrement nerveux à l’idée de tenir une arme pour la première fois, et anxieux. Ne pas faire de bêtise, pensa-t-il si fermement qu’il en priait presque.
Revenir en haut Aller en bas
Sam 10 Jan - 10:35
Invité
Invité
Anonymous
Tal regarde le jeune homme s'emparer des bouchons et avancer vers l'alcôve de tir. Elle ne peut s'empêcher de l'observer à nouveau, longuement, le moment dure de longues secondes. Tout comme elle, Keith a l'air vraiment peiné de la situation, il ne semble pas très à l'aise. L'israélienne soupire doucement, et se décide à tenter d'enterrer la hache de guerre, elle prend la parole avec douceur.

- Je vais t'expliquer les différentes étapes de notre matinée. Tout d'abord nous allons voir ce que c'est une arme, de quoi elle se compose, comment elle fonctionne. Il est plus facile de comprendre les choses à faire et ne pas faire quand on connaît ces paramètres. Ensuite une série de consignes de sécurité qui iront de pair avec la préparation de ton arme, car en mission tu sera responsable de son bon fonctionnement. Enfin nous dépenserons l'argent du contribuable en vidant plein de chargeurs sur les cibles.

Elle lui sourit, attendant son approbation. Commence alors la partie technique, où Tal lui explique en détail les différents composants d'une arme à feu : canon, chambre, détente, percuteur, gâchette ainsi que la sécurité. Chaque partie a droit à une brève explication de son utilité, elle s'aide de l'arme mise à la disposition par l'armurier pour monter à l'américain ce qu'elle lui raconte.

Elle enchaîne ensuite sur les cartouches et le chargeur, deux calibres sont à leur disposition. Le premier de neuf millimètre est le standard de la cité, compatible avec bon nombre d'armes, et fait déjà de jolis trous. Le deuxième du calibre quarante-cinq est plus rare quant à lui, il a une puissance d'arrêt supérieure mais limite le chargeur.

Le sergent passe ensuite à la théorie de fonctionnement d'une arme, pourquoi une balle décide d'aller se loger dans votre cible. Ici pas d'exemple, pas encore, mais elle tente de lui faire comprendre les tentants et aboutissants de la pression sur la détente de l'arme. Quelques petites erreurs de débutants sont aussi relevées en même temps, comme par exemple d'aller mettre ses mains où il ne faut pas et risquer de se faire blesser par le mouvement du châssis de l'arme. Elle rajoute que tout ça sera plus simple à comprendre en pratique.

La première partie du cours se termine, à et comme à son commencement Tal s'exprime toujours en douceur, souriant fréquemment. Il est clairement visiblement visible qu'elle fait des efforts pour rendre la situation bien plus détendue qu'au départ.

- Alors, est-ce que tout est clair jusque là ?
Revenir en haut Aller en bas
Sam 10 Jan - 13:53
Invité
Invité
Anonymous
Le jeune homme écouta attentivement le programme du cours, et à l’entendre, c’était partie pour de nombreuses heures. Il n’était pas des plus motivés à cette idée mais se satisfaisait de savoir que Tal comptait faire les choses biens malgré le fossé qu’il y avait désormais entre eux. Elle souriait dans ses explications, avenante, mais un quelque chose qu’il ne parvenait pas à s’expliquer l’empêchait d’y répondre. Il sentait une certaine retenue venant de lui-même, une certaine crainte.

Keith analysait les composants de l’arme à mesure qu’elle les énumérait. Il savait déjà vaguement certains composants –geek attitude oblige- mais certains lui étaient obscurs et il s’attardait bien davantage sur ceux-là. De même qu’il resta un long moment sur la sécurité de l’arme ; rouge pour danger, noir pour sécurité.

La partie suivante concerna les munitions, leurs différences, leurs compositions. Celles de l’arme de Tal étaient donc d’une puissance supérieure à celle à sa propre disposition, mais il bénéficiait d’un magasin plus important. Il aurait plus de chance pour atteindre son opposant… ou son allié. Keith manipula alors l’arme, plaçant ses mains à des endroits qui risqueraient de le blesser et se faire rappeler à l’ordre. Comme s’il avait besoin de ça pour se blesser. Déjà que l’avoir en main ne le rendait pas très fier, si en plus il fallait faire attention, non seulement vers où on tirait mais comment on devait tenir le machin..

Le geek écoutait avec attention les très claires explications de l’israélienne et se surprit à attendre avec davantage d’impatience. Maintenant qu’il savait comment ça fonctionnait, il voulait tester. Grâce à l’enseignement de la jeune militaire, il imaginait clairement dans son esprit la façon dont l’arme cracherait son message de mort lorsqu’il appuierait sur la détente. Chaque étape était bien décomposée dans son esprit très analytique.

« Oui, tout est clair. »

Keith croisa enfin son regard un bref instant, ses yeux la fuyant à nouveau. Il reporta son attention sur les balles et les armes déposées devant eux.

« Quelle est la suite ? »
Revenir en haut Aller en bas
Sam 10 Jan - 14:23
Invité
Invité
Anonymous
Après sa première réponse elle enchaîne.

- Comme tu l'as vu le cran de sûreté est très important, il doit toujours être engagé, même en opérations. Et même quand tu tiens ton arme en main, tu ne dois le désengager que lorsque tu va faire usage de ton arme, pas avant. Avec l'expérience on sait manier l'arme en l'ayant en position libre, mais en tant qu'utilisateur occasionnel tu dois prendre le bon réflexe.

Gardant toujours un air détendu, Tal annonce la suite du programme, gardant son sourire aux lèvres.

- Et bien nous allons maintenant passer à la préparation de ton arme, et cela sera ton premier exercice pratique. Regarde comment je fais. Bon on va commencer par la fin puisque je dois d'abord décharger mon pistolet.

Joignant le geste à la parole elle prend sa propre arme, appuie sur le petit bouton près de la crosse et fait glisser le chargeur. Elle actionne ensuite la culasse pour éjecter la balle présente dans la chambre, comme l'autre jour dans la chambre de Keith, mais cette fois plus lentement, pour bien lui montrer les mouvements. La culasse reste bloquée en arrière, position habituelle qui signale l'absence de balle dans l'arme.

- N'oublie jamais qu'une balle est toujours prête dans la chambre de ton arme, retirer le chargeur ne suffit pas à écarter tout danger. De même, je sais que c'est évident mais ne pointe pas ton pistolet vers quelqu'un quand tu le manipule.

Tal fait ensuite la manipulation inverse, pour ensuite engager le chargeur jusqu'au petit clic sonore, puis elle bouge la culasse pour engager la première balle. Elle lâche le tout et voilà le pistolet chargé. Elle répète la manœuvre en entier une deuxième fois, toujours aussi lentement, avant de la refaire une dernière fois, un peu plus vite.

- A toi d'essayer, fais-le plusieurs fois pour bien saisir la manipulation.
Revenir en haut Aller en bas
Sam 10 Jan - 15:22
Invité
Invité
Anonymous
Keith nota la première consigne de sécurité : la sécurité et son utilisation. Puis l’israélienne enchaîna sur la manière de charger et décharger l’arme. Elle effectua la manipulation à plusieurs reprises, à une vitesse modérée dans le but qu’il puisse mémoriser les étapes. Elle ajouta une nouvelle consigne de sécurité à propos de la balle emprisonnée dans le canon avant de lui indiquer de refaire lui-même les différents gestes.

Le jeune homme se saisit à lors du neuf millimètres avec sa main droite, en vérifiant que le cran de sûreté était toujours en gagné, puis le chargeur de l’autre. Il glissa alors le magasin dans la crosse de l’arme et tira la culasse pour engager une première balle dans le canon. Les différents bruits métalliques des pièces qui s’entrechoquaient à chaque étape faisaient grandir la tension chez le geek. Une fois l’arme chargée, il interrogea Tal du regard, puis entreprit de décharger l’arme. En tirant la culasse, la balle fut éjectée bien plus violemment qu’il s’y attendait et il essaya de la récupérer avant qu’elle ne roule par terre. Il se rendit alors compte qu’il s’était trompé. Il appuya sur le bouton de la crosse pour libérer le chargeur et reprit la manipulation pour libérer la balle de la culasse, cette fois-ci en l’empêchant de s’échapper loin de ses doigts.

Il réitéra l’opération une seconde fois, sans commettre la même erreur, mais toujours en prenant son temps. Puis une troisième, et une quatrième, en accélérant, sans pour autant donner l’impression de se précipiter. Il savait pertinemment de quel danger était capable l’arme qu’il tenait dans les mains, ce métal si froid qui vous rappelait que votre corps pouvait atteindre la même température si vous vous trompiez en la manipulant.

Il avait bien compris et reposa l’arme et son chargeur sur la table.

« C’est pas très compliqué cette partie-là. Il faut juste faire attention à la sécurité. »

Il marqua une pause.

« C’est maintenant que ça se complique hein ? »
Revenir en haut Aller en bas
Sam 10 Jan - 15:43
Invité
Invité
Anonymous
Tal le regarde faire, hochant la tête quand il exécute correctement les manipulations. Elle ne brusque pas son élève du jour, elle sait très bien que ce n'est pas un jouet qu'il manipule, et qu'il faut du temps pour l'apprivoiser et l'appréhender. Après quelques tentatives il semble avoir compris le principe et les consignes importantes, l'habitude viendra avec le temps.

- D'un côté oui, c'est le moment où je vais t'apprendre à t'en servir.

Elle prend son arme et se positionne vers la cible de tir, restant simplement debout.

- Tu as certainement pu voir pas mal de films où les acteurs manipulent leur arme comme si ils tenaient une glace en main. Sans tenir compte du poids propre de l'objet on dirait qu'ils tirent des billes tellement ça à l'air doux. C'est faux.

L'israélienne prend une position "badass", elle tient son arme d'une main d'un air détaché, une vraie "badgirl" des quartiers.

- Nous avons vu qu'une arme pour fonctionner actionne l'amorce de la cartouche, faisant exploser le réactif. La force provoquée expulse la balle de l'arme vers la cible. Mais une force est toujours contrebalancée par une force en sens opposé. Donc le tireur encaisse la même force dans son bras et son corps, si il n'utilise pas bien son arme, voilà ce que ça donne.

D'une main elle met ses bouchons d'oreille, et attend que Keith en fasse de même. Puis gardant sa position elle lève le pistolet et vide le chargeur vers sa cible. A chaque fois son bras se lève, la cadence de tir n'est pas vraiment élevée car elle doit se repositionner, et tout son corps est déséquilibré. De plus, quand elle rappelle la cible près d'eux, on remarque que les impacts ne sont pas très concentrés, mais plutôt dispersés en cercle. Elle retire ses bouchons.

- Tu vois, c'est peut-être classe mais c'est inefficace. La force exercée par l'arme n'est pas bien répartie par mon corps, je tire n'importe où. Il faut apprendre à bien se positionner, approche un peu.

Le temps que l'américain s'approche elle recharge son arme, pour ensuite prendre l'arme à deux mains, ses pouces se croisant sur la crosse.

- Tu dois tenir fermement ton pistolet, et tendre tes bras. Elle s'exécute. Ensuite une jambe en avant, l'autre en arrière, si possible dans l'axe vers lequel tu comptes tirer. Tal se place comme elle explique, son corps est bien placé, offrant une répartition excellente maintenant. Remets tes bouchons.

Elle en fait de même, puis reprend sa position. L'arme crache ensuite le feu, le chargeur se vide en quelques secondes, le sergent est concentré et dans son élément. La feuille de la cible revient à nouveau, les impacts sont tous dans la zone voulue. Elle recule et repose son arme.

- Bien. D'abord tu vas prendre la position sans arme, et je vais la corriger pour qu'elle soit parfaite, ensuite tu le referas avec l'arme, sans tirer encore.
Revenir en haut Aller en bas
Sam 10 Jan - 22:29
Invité
Invité
Anonymous
Les choses sérieuses allaient pouvoir débuter. Tal lui montra alors la position de tirs, d’abord celle qu’il ne fallait pas faire, ou en tout cas, pas en étant un novice, puis celle qu’il devrait imiter pour tirer. Il l’observa de profils, une jambe en avant, l’arme fermement tenue devant elle. La démonstration était assez parlante même si Keith doutait que, même en si prenant excellemment bien, il toucherait une seule fois la feuille en papier qui faisait office de cible.

Il s’était essayé à mémoriser la position mais son regard s’était perdu un bref instant. C’était à son tour de se placer. Après une telle efficacité, il était peunaud. Keith se mit en place, dos à elle, puis tendit les bras devant, les mains jointes. En réalité, il n’y avait pas que ses mains qui étaient tendues, lui-même était raide comme un piquet. Elle le corrigea tout de suite, ses jambes étaient mal placées et elle lui indiqua en tapotant une cuisse. Et comme ses bras étaient trop rigides, elle se colla à lui pour qu’il les plie légèrement, afin d’encaisser le recul du tir. Il sentit ses formes contre lui et il se sentit hésitant tout à coup. Sa proximité physique lui rappela qu’elle était une femme, attirante. Il s’éclaircit la voix.

Tal semblait satisfaite et lui proposa de se saisir de l’arme pour reprendre la position. La prendre dans ses mains fit monter d’un cran son stress. Surtout que l’israélienne ne se décolla pas de lui. Il déglutit, mal à l’aise. L’ensemble de ses muscles était tendu, son instructeur pouvait facilement en attester même visuellement, cela se voyait. Il reprit une position peu adaptée, et elle corrigea encore. Si proche.
Revenir en haut Aller en bas
Sam 10 Jan - 22:49
Invité
Invité
Anonymous
La jeune femme observe son élève tenter de se mettre en position, assez maladroitement malheureusement. Ce n'est pas une surprise pour le sergent, on est tous un peu gauches quand on assimile la bonne pratique du tir. Il se place face à la cible en tendant ses bras, bien trop raide, et mal placé.

- Détends-toi un peu, il faut être ferme mais pas rigide.

Pour mieux lui faire comprendre sa pensée elle s'approche et bouge ses jambes pour les placer au mieux. S'aidant de son corps l'israélienne fait comme une sorte de moule d'exemple, obligeant le jeune homme à se coller à elle pour prendre la position voulue. Elle passe ses mains par-dessus celle du geek, le reste de son corps est collé à son dos, se rapprochant au mieux pour le guider efficacement. Au bout de quelques secondes il a enfin la bonne position, même si elle sent qu'il reste tendu comme pas possible.

- Bien comme ça, maintenant rel-ache un peu la pression de tes muscles, ça accompagnera le recul de l'arme.

Une fois de plus elle joint l'exemple à la parole, le faisant un peu basculer en arrière pour le forcer à devenir plus mobile. Quelques mouvements suffisent pour lui faire comprendre la technique, elle lui laisse donc saisir son arme afin de se mettre enfin en position de tir. A nouveau une hésitation, à nouveau le sergent le replace correctement, toujours bien dans son dos. Hochant la tête pour elle même, elle se décide à l'aider un peu plus pour sa première tentative elle place sa tête juste à coté de la sienne, parlant plus bas, son souffle tiède sur la joue de l'américain.

- Maintenant tu alignes l'encoche au-dessus de la culasse et le viseur au bout du canon. Ensuite quand je te le dirai tu prendras une grande inspiration, puis tu feras feu sans souffler, juste une seule fois. Seulement à mon signal.

Tandis qu'il se concentre sur sa tâche elle place les bouchons dans les oreilles du jeune homme, faisant de même pour elle. Reprenant sa position elle revient soutenir la position de son élève, l'entourant de son mieux malgré sa plus petite taille. Son regard croise le sien un bref instant, elle hoche légèrement la tête pour lui donner le signal.
Revenir en haut Aller en bas
Dim 11 Jan - 0:13
Invité
Invité
Anonymous
La proximité physique avait quelque chose de troublant. Non pas qu’il n’appréciait le contact de son corps contre le sien, mais il ressentait encore une certaine tension à son encontre. Elle n’était certainement persistante que de son propre côté, mais il l’imaginait toujours. Cela se ressentait dans la tension de son corps. Et il faisait un effort surhumain pour se détendre, car lorsqu’elle le touchait, cela le crispait de plus belle. C’était certain qu’il n’aurait pas préféré un homme à sa place, mais Tal le troublait plus qu’il ne s’y était attendu.

Et en plus d’être bien proche, elle murmurait à son oreille, le chant de sa voix accélérait son pouls. Peu importait qui, une femme proche de cette manière ne vous laissait pas indifférent. Il déglutit alors qu’elle lui prodiguait les derniers conseils. Elle plaça pour lui les bouchons de protection, puis ils échangèrent un bref regard, plein d’intensité.

Il prit une longue inspiration alors que ses mains étaient posées sur les siennes, qu’elle restait collée à lui. Il visualisa la cible au loin, alignée avec le viseur du canon et l’encoche de la culasse. Du pouce, il ôta la sécurité, prêt à tirer. L’attente lui sembla durer une éternité avant qu’il n’appuie. Il sentait l’arme entre ses mains, tenues selon les indications de l’israélienne. Il la tenait, légèrement crispée, l’index d’abord posé sur la détente, puis la pressant légèrement. Il sentit le ressort résister à son doigt, il appuya plus fermement, et tout s’ébranla.

L’ensemble de son corps avait vibré au moment où la balle avait quitté le canon. Il l’avait ressenti dans des zones de son corps qu’il ne soupçonnait même pas. Ses avant-bras s’en souvenaient encore alors qu’il avait légèrement reculé, bousculant la soldate qui s’était maintenue collée contre lui. Il avait serré les dents à lui en rendre la mâchoire douloureuse.

Il ne chercha même pas à regarder s’il avait atteint la cible. L’expérience avait été effrayante. Keith remit la sécurité et déposa l’arme sur la table devant lui. Il se dégagea de son instructeur puis déglutit, il réalisait peu à peu.

Il avait la tête baissée un instant puis la redressa pour échanger un long regard avec son amie. Il avait l’impression d’avoir partagée avec elle cette première expérience, à la manière d’un échange intime.

Le cours n’était pas terminé, mais il lui fallait reprendre un peu ses esprits avant de continuer.
Revenir en haut Aller en bas
Dim 11 Jan - 10:17
Invité
Invité
Anonymous
L'israélienne s'attendait à ce que la première expérience de tir soit un peu perturbante pour son élève, ça l'est pour tout le monde en fait, mais depuis le début elle ne le sent pas à l'aise, plutôt crispé même. En le tenant de la sorte il ne risquait pas de faire un truc idiot, comme lâcher son arme par exemple, ou trébucher et s'étaler sur le sol. Et une fois de plus la méthode a été efficace, malgré la surprise et le recul le tir s'était plutôt bien passé. Par contre le petit coup de coude sur son bras gauche l'était moins, et tandis qu'il dépose l'arme sur la table pour reprendre ses esprits, la jeune femme serre sa main sur son bandage en serrant les dents. Espérons que les sutures soient toujours en place ...

Grognant un peu elle laisse le temps nécessaire à Keith pour retrouver ses esprits, revenant vers lui le bras toujours plié.

- Et bien c'était un beau petit tir ça. Bon je pense que tu as du toucher la feuille à l'autre bout de la pièce, mais tu as fait le plus dur maintenant. Tu te rend comptes de l'effet d'un tir, du recul provoqué, nous allons passer à la prochaine étape.

S'approchant de la table elle se met à remplir plusieurs chargeurs de balles de neuf millimètres, les déposant à chaque fois près de la position de tir. La manœuvre est un peu lente, mais la boîte est bientôt vide, et le jeune homme a à sa disposition de quoi faire un véritable carnage parmi les cibles de la salle. Tal se tourne vers l'américain, lui souriant malgré les traits un peu tirés de son visage, son bras la fait visiblement souffrir.

- Rien ne sert de perfectionner ta visée tant que tu ne maîtrises pas les réactions de ton arme, tu vas donc t'entraîner sur ta position et ta respiration sans te préoccuper de l'endroit où atterrissent tes balles. Si besoin est je te corrigerai entre chaque chargeur, tu attendras donc mon signal pour recharger et continuer. D'accord ?

Sur ce elle remet ses bouchons et se recule pour s'appuyer sur le mur.
Revenir en haut Aller en bas
Dim 11 Jan - 12:01
Invité
Invité
Anonymous

Le jeune homme voyait bien que son amie avait pris un mauvais coup, mais elle ne lui laissait pas vraiment le temps de s’en inquiéter. Elle le félicita et se précipita vers les balles pour lui préparer plusieurs magasins afin qu’il tire, sans viser, juste pour s’habituer. Keith la vit reculer du coin de l’œil et lui indiquer de débuter.
Il glissa alors le premier chargeur dans l’arme, engagea une première balle puis lança un regard vers l’israélienne. Elle continuait de tenir son coude contre elle, le visage fermé. Keith déposa l’arme, la sécurité toujours enclenchée et s’approcha d’elle. Il posa sa main sur son épaule avec tendresse, l’expression inquiète.
Il ôta ses bouchons.

« Tu es sûre que ça va ? Tu fais une sale tête… »

L’américain l’orienta vers un banc à l’écart, en lui empêchant de discuter, et s’assit avec elle. Ils pouvaient bien faire une petite pause pour qu’elle récupère. Les deux amis restèrent un instant silencieux, Keith lui lançant de petits regards furtifs, préoccupé et sans savoir qu’il en était responsable. Finalement, il s’enquit de ses blessures à son beau visage et de l’état de son bras, signe qu’une barrière venait de tomber.

« Comment tu t’es fait tout ça ? Ca te donne un certain style bad-ass, mais je te préfère sans les marques. Tu as beau pouvoir botter les fesses de l’univers tout entier, tu restes une femme et une femme doit rester belle. »

« Dis-moi tout, que je puisse te venger ! » fit-il avec un air conquérant sur le visage et le point serré qui contrastait avec son attitude calme et pacifique habituelle.
Revenir en haut Aller en bas
Dim 11 Jan - 12:20
Invité
Invité
Anonymous
Tal semble surprise par ce revirement de situation, elle se laisse mener vers le banc sous l’œil interrogatif du prépose à l'armurerie. L'attention soudaine dont fait preuve Keith à son égard la fait sourire, même si elle tient toujours son coude avec précaution.

- Ce n'est pas grand chose, juste une mauvaise rencontre lors de ma dernière mission. Nous sommes tombés sur une patrouille genaii et les balles ont fusé de partout. Il y a eu aussi du corps à corps, et j'ai été blessée au bras par une balle perdue. Heureusement je suis la plus gravement blessée, tout le monde a pu se replier.

Observant longuement le jeune homme, le silence s'installe à nouveau, comme l'autre fois dans la chambre. Le silence est pesant subitement, plus un bruit ne résonne. Au bout d'un moment elle poursuit tout de même.

- Et tu sais on ne me demande pas d'être jolie, on me demande d'être efficace dans ma tâche. C'est le principal après tout, qu'importent les coups et les blessures, je m'efforce de ramener tout le monde vivant. Et puis ce ne sont que des égratignures, elles vont vite disparaître.

Se laissant un peu aller en arrière elle s'appuie sur le mur, soupirant longuement. Puis elle souffle sur une mèche de cheveux qui s'est décidée à venir se promener devant son champ de vision.

- De toute façon je n'ai pas à me plaindre, c'est moi qui ai insisté pour garder la date de ton entraînement inchangé. Le docteur Beckett voulait me donner quelques jours de plus, mais il était hors de question de te faire faux bond. Ca va passer dans quelques minutes, au pire ce ne sont que quelques points à refaire, et une leçon de morale à subir.

Tal rit doucement, regardant à nouveau l'américain. Son bras la fait souffrir, mais elle donne le change et se compose un visage plus serein. Pas question de montrer de la faiblesse devant lui tout de même ...
Revenir en haut Aller en bas
Dim 11 Jan - 12:33
Invité
Invité
Anonymous
L’israélienne lui expliqua sa mésaventure en mission, et le geek se surprit à s’inquiéter qu’il puisse lui arriver quelque chose. Elle ne semblait pas davantage s’en formaliser mais Keith ne s’attendait pas à s’être autant attaché à elle. Il l’observait simplement, silencieusement.

Puis lorsqu’elle déclara que son rôle, ce n’était pas d’être jolie, il laissa échapper un profond soupire d’agacement. Bien sûr que ça ne l’était pas, il le savait. Mais encore une fois, les deux individus ne se comprenaient pas vraiment lorsqu’ils se parlaient. Il avait essayé de lui faire un compliment, elle l’avait pris différemment, arguant qu’elle était un soldat. Point. Le jeune homme détourna donc la tête pour dissimuler son agacement et pinça ses lèvres.

Elle se détendit et il reporta alors son attention sur elle. Tal lui avoua avoir refusé de reporter leur rendez-vous, ce qu’il reçut comme un soulagement. Puis ils échangèrent un regard alors que son amie reprenait une certaine contenance. Ses yeux fuirent les siens alors qu’il lâchait timidement :

« Je ne pensais pas que tu viendrais. Je n’avais pas envie que tu viennes. »

Il marqua une longue pause, son regard vers le sol, honteux. Elle le stressait en réalité bien plus que la leçon de tir. De par leurs cultures et leur différence d’âge, il leur était difficile de se comprendre, et il craignait que chaque mot qu’il pourrait dire soit mal interprété. C’était un challenge permanent pour lui, qui était simplement attaché à son amie et qu’il craignait de faire fuir.

« Mais, maintenant que tu es là, ça me fait plaisir. »
Revenir en haut Aller en bas
Dim 11 Jan - 13:06
Invité
Invité
Anonymous
La jeune femme comprenait aisément le sentiment de Keith, après tout lors de leur dernière rencontre elle avait été un peu brusque. Même si lui aussi non plus n'avait pas pris de gants avec son allusion un peu déplacée. Mais bon cela fait trois semaines maintenant, et si pour Tal c'est déjà du passé, pour son élève du jour visiblement non. Prenant sur elle, l'israélienne se décide à définitivement résoudre le problème.

- Je suis désolée pour la dernière fois, c'est un sujet un peu sensible tu sais. Je sais que la plupart sont complètement idiots hors du cadre de l'armée, mais ça n'en reste pas moins ma famille.

Elle le regarde intensément, attendant qu'il relève les yeux. Les regards se croisent à nouveau, et Tal continue de sa voix calme.

- Il y a de grosses différences entre nous, et c'est un défi de mélanger plusieurs sensibilités sur une même base. D'habitude militaires et civils sont séparés, ici nous vivons ensemble, nous partageons des choses ensemble. Bon toi et moi nous partageons pas mal de choses en tout cas.

La jeune femme rit doucement avant de reprendre.

- Mais je n'en reste pas moins un soldat, qui a été formé pour se concentrer sur les missions qui lui sont ordonnées. Le souci c'est qu'Atlantis c'est un peu comme une mission permanente, il n'y a jamais vraiment de repos. Du coup je m'efforce de garder le bon cap, de composer avec tout ce qui arrive jour après jour.

Un nouveau silence s'installe, puis soudain elle prend la main de Keith. Oui comme ça pouf. Tal en a assez de faire semblant en permanence, puisqu'il a décidé d'être sincère, elle va l'être aussi, et lui délivrer le fond de sa pensée.

- Tu es quelqu'un de bien Keith, tu as d'énormes qualités. Et puis tu es aussi mignon. Dans d'autres circonstances j'aurais bien voulu me laisser aller à des idées un peu folles, mais je suis un soldat, je suis juive, sans oublier mon âge. En plus tu t'inquiéterais tout le temps, je l'ai bien deviné dans certains de tes regards, c'est déjà le cas maintenant alors imagine avec ce qui nous attend dans cette galaxie ...

Ses doigts jouent en douceur avec ceux du jeune homme.

- Ce n'est pas facile tous les jours comme vie, mais elle me plait malgré tout. Je sais que je passe à coté de certaines choses. En contrepartie je me pense utile aux autres. J'espère que tu me comprends ...

Tal détourne le regard et regarde ailleurs, sa main toujours dans la sienne.
Revenir en haut Aller en bas
Dim 11 Jan - 13:25
Invité
Invité
Anonymous
L’israélienne s’excusa et Keith eut un goût amer dans la bouche. C’était lui qui avait franchi la limite et c’était elle qui prenait le blâme de leur dispute. En réalité, il se savait seul fautif et il s’en voulait de ne pas savoir comment le lui dire. Plusieurs semaines qu’il ruminait sans être capable de poser des mots sur ce qu’il souhaitait lui dire.

Il releva les yeux et lui demanda pardon avant qu’elle ne continue.

« Ce n’est pas toi, c’est moi. J’ai tendance à vous mettre tous sur un même pied d’égalité, et quand je m’en prends l’un d’entre vous, je devrai savoir que cela vous concerne tous. J’essayai juste de dire que je te trouvais mieux qu’eux. Mais je suis maladroit.. »

Il l’écouta expliquer qu’elle ne se reposait jamais vraiment, qu’elle était au travail en permanence et qu’elle préférait s’y consacrer pleinement. Keith comprenait cela, lui-même ne faisait que travailler sur son IA, seulement son investissement était un peu différent de celui de son amie.

Lorsqu’elle lui prit la main, il fut surpris, mais il lui laissa caresser ses doigts. Le contact était doux et tendre. Elle le complimenta et il rougit. Puis elle expliqua que malgré ce qu’elle pourrait s’imaginer, cela n’entrait en adéquation avec aucun de ses choix de vie. Et elle lui reprochait presque de s’inquiétait pour elle. Leurs mains jouaient toujours l’une avec l’autre, et Tal conclut que c’était simplement son choix et qu’elle s’en contentait amplement.

Lorsqu’elle détourna les yeux, Keith en fit de même et brisa le contact avec sa main.

« Je comprend. »

Il marqua une légère pause et reprit.

« Je respecte ce choix, mais tu n’as pas le droit de décider pour moi. Si j’ai envie de m’inquiéter pour toi, ou quoi que ce soit, tu peux bien me sortir toutes les excuses que tu veux, c’est mon choix. »

Puis l’américain se leva, droit comme un i, et lui présentait son dos.

« Justement, avec tout ce qui nous attend, on devrait avoir le droit d’en profiter. C'est déjà assez rare comme ça de rencontrer quelqu'un avec qui on s'entend bien.»

Keith se dirigea ensuite vers le pas de tir et prit l’arme en main et recommença à tirer.
Revenir en haut Aller en bas
Dim 11 Jan - 14:48
Invité
Invité
Anonymous
Tal ne peut s'empêcher de rester un peu abasourdie par la réaction du jeune homme. Elle qui pensait bien faire ... Encore raté. Décidément elle n'est pas à sa place dans cette drôle de société, quand on est différente de la norme on s'expose à toutes sortes de problèmes en tous genres. L'incompréhension en premier lieu.

Elle regarde Keith reprendre l'arme et l'entrainement, l'américain vide chargeur sur chargeur sans se retourner, concentré sur l'exercice. Ce n'est pas pour déplaire à la jeune femme qui n'a pas vraiment envie de recroiser à nouveau son regard. De toute façon c'était à prévoir, qu'elle a été sotte d'imaginer une solution acceptable à cette situation.

Finalement elle se lève et le rejoint, profitant d'un changement de chargeur pour taper sur on épaule.

- Tes pieds doivent être plus écartés, et tu es un peu décentré par rapport à l'alignement de ta cible.

Son ton est redevenu professionnel, son sourire a disparu. Une main est revenue sur son bras tandis que l'élève corrige sa position et enchaîne une autre série de tirs. Cette fois c'est presque bon, il reste encore un peu tendu mais c'est une question d'habitude. Une fois son chargeur vide elle attire à nouveau son attention.

- Ta position est bonne, essaie juste d’être moins tendu et de mieux accompagner le recul, là tu vas te fatiguer les bras à force d'encaisser les chocs. Il est aussi temps que tu améliores ton sens de la visée, car savoir tirer c'est bien, mais au bon endroit c'est mieux.

Elle prend une feuille sur la table et la lui montre.

Je vais accrocher une cible neuve, tu vas viser le centre du cercle et tu va tirer une balle. Je rappelle la cible et on regarde l'endroit de l'impact. Ensuite une nouvelle cible et tu recommences, le but étant que tu assimiles à la fois la trajectoire de la balle mais aussi la façon de bien viser. A force ça va venir tout seul.

Terminant sa phrase elle accroche une nouvelle feuille qui part bientôt dans le fond de la salle, attendant son heure.
Revenir en haut Aller en bas
Dim 11 Jan - 15:12
Invité
Invité
Anonymous
Le jeune américain était en train de changer une nouvelle fois de chargeur quand l’israélienne se leva dans son dos. Elle corrigea sa position, sans plus aucune proximité, lui indiquant simplement de mieux placer ses pieds. Il tira à nouveau, et, encore, elle lui rappela d’être plus détendu. Keith ne faisait que hocher la tête et appliquer les directives.

Finalement, Tal se décida à évaluer sa précision et plaça une cible à une distance raisonnable. Il rechargea l’arme et ouvrit le feu une première fois, en se hâtant légèrement comme on pouvait s’en douter. Peu glorieux, mais dans la feuille au moins.

Elle lui demande d’essayer à nouveau. Et encore, il se dépêcha au lieu de prendre son temps pour obtenir le même résultat.

Puis il y eut un nouvel essai, et encore un autre, et un autre. Keith ne comptait plus le nombre de fois qu’il avait essayé d’atteindre le centre de la cible, et il n’y arrivait pas vraiment. La feuille arborait un trou qui le narguait de par sa position. Dans le blanc, loin du noir de la cible.

Lorsqu’il rechargea à nouveau, un signe d’agacement fut perceptible et ses gestes se firent plus brusquement qu’auparavant. Il n’arrivait à rien et s’attendait à être un poil plus doué que ça. Il se rassurait en se disant que, de toute façon, il ne serait pas amené sur le terrain et n’aurait probablement plus jamais à s’en servir. Et si tel était le cas, son talent aurait tôt fait de l’envoyer six pieds sous terre.

Sur ce nouvel essai, il loupa complètement la cible. Las, il posa l’arme et eut un profond soupire. Dieu qu’il se détestait, si vulnérable à ses émotions. Et il était incapable d’être insensible à ce dont il se sentait lié. Il avait plus de la vingtaine et il avait toujours l’impression d’être un gamin lorsqu’il se sentait proche d’autres. C’était en grande partie pour cela qu’il avait voulu créer Cortana son IA. Son réel but, c’était de devenir une amie indéfectible, quoi qu’ils puissent se dire. Il savait qu’elle reviendrait toujours vers lui, et lui vers elle. Avec les gens, il fallait trop de contrôle. Autant qu’eux devaient en avoir avec lui, mais Keith avait pris l’habitude de les accabler pour ses fautes. C’était bien plus facile. Et que ça soit avec Tal ou Marie, il se vautrait lamentablement, incapable d’agir normalement. Il était plus facile de comprendre pourquoi il préférait s’enfermer dans sa chambre.

Il soupira en regardant les cibles et son arme déchargée.

« Je suis désolé, je suis un bien mauvais élève. Espérons que je n’ai jamais besoin de m’en servir. Cela augurerait de biens mauvaises nouvelles. »
Revenir en haut Aller en bas
Dim 11 Jan - 17:54
Invité
Invité
Anonymous
Ça n'allait pas, alors que jusqu'ici tout allait vers le progrès voilà que maintenant Keith se met à faire un peu n'importe quoi. Calme, concentration, contrôle. Voilà les qualités nécessaires pour réussir un bon tir, et surement pas la précipitation. Forcément il enchaîne les échecs, ce qui semble l'énerver encore plus. Finalement il abandonne et dépose son arme, Tal ne peut s'empêcher de soupirer tandis qu'il bredouille une excuse.

- Non c'est simplement une question de précipitation, puis d'énervement. De toute façon il te faudra encore t’entraîner pas mal avant de maîtriser une arme, si c'était si facile il n'y aurait pas de militaires mais que des scientifiques.

Elle fait revenir la dernière feuille, et la détache pour la jeter. Elle lui tend ensuite une autre cible, avec un joli trou certes loin du centre, mais un trou tout de même.

- Tiens garde celle-là, c'est la première que tu as touchée. C'est une sorte de tradition, un petit fétiche, un souvenir. Tu la regarderas en riant quand tu mettras toutes balles dans le cercle du milieu. Elle marque une pause. Je m'excuse mais le cours va s'arrêter là, je vais retourner voir le docteur Beckett, des points ont dû sauter.

En effet une petite partie de son bandage est devenu rose. Se tournant elle entreprend cependant de mettre un peu d'ordre, vidant pistolet et chargeurs, pour aller rendre l'ensemble au préposé de l'armurerie. Une fois la place nette elle remet sa propre arme dans son étui et embarque la boîte de quarante-cinq sous son bras valide.

- Quand tu as envie de te défouler n'hésite pas à venir ici, si c'est ouvert il y a toujours quelqu'un pour te donner de quoi tirer. Moi même je viens régulièrement le matin pour garder la main, il n'y a presque personne comme tu le vois, c'est tranquille.

Tal le regarde à nouveau, une petite lueur de déception dans ses yeux, pour finalement oser un baiser sur la joue du jeune homme.

- A bientôt Keith.
Revenir en haut Aller en bas
Dim 11 Jan - 20:14
Invité
Invité
Anonymous
Que ça soit par empressement ou par étourderie, le cœur n’y était plus. En plus de tout cela, ses bras commençaient à le faire souffrir, peu habitué qu’il était au recul. Mais c’était tout pour aujourd’hui et il s’en contenterait bien. Il savait que Rome ne s’était pas bâtie en un jour, et il savait qu’il lui faudrait plus d’un siècle pour tirer correctement. Mais ça n’était pas vraiment à cela qu’il aspirait et il ferait avec.

Tal lui tendit alors sa première cible. Son tir avait été peu précis mais dans la feuille, et c’était déjà ça comme elle l’encouragea. Il l’accrocherait au mur, simplement pour lui rappeler qu’il devrait s’améliorer s’il voulait survivre un peu plus. Ça ne le motivait guère mais il se rappela les directives de Weir. Qu’il le veuille ou non, il serait emmené en mission car ses compétences étaient trop intéressantes pour être laissées de côté.

Son regard glissa alors de son visage à la tâche rougeâtre sur son pansement. Il retint une grimace et avant qu’il ne dise quoi que ce soit, elle avait déjà commencé à tout ranger sans requérir son aide. Il se sentait un peu gamin tout à coup mais il la laissa s’exécuter. Elle savait mieux que lui, même si pour ranger, des compétences en tir n’étaient pas nécessaires. L’israélienne l’invita à revenir s’entraîner régulièrement, sous-entendant qu’il pourrait la retrouver le matin.

Ils échangèrent un regard, un voile de tristesse courant sur les yeux de la jeune femme. Elle déposa ensuite un baiser sur sa joue, qui le fit légèrement rougir. Il avait compris. Alors qu’elle lui tournait le dos, Keith lui prit sa main valide, laissant tomber les cartouches au sol, et l’approcha de lui. A son tour, il déposa un baiser juste au-dessus du coin de ses lèvres, pendant quelques secondes.
Revenir en haut Aller en bas
Dim 11 Jan - 21:13
Invité
Invité
Anonymous
La jeune femme est surprise, elle ne s'y attendait vraiment pas. Dans un capharnaüm de cartouches qui s'éparpillent autour d'eux, les deux jeunes gens se font face, un silence s'installe. Les deux regards se croisent, Tal ne sort visiblement pas indemne de l'expérience, elle semble complètement ailleurs, dans un autre univers. Dans sa tête un flot incessant de pensées se bousculent, elle lutte pour garder la raison, mais celle-ci vacille de plus en plus.

Ce bref contact a eu des effets étonnants sur le corps de Tal. Son cœur bat la chamade, ses lèvres tremblent, ses mains sont devenues moites. Oubliée la douleur, oubliée la fatigue de ces derniers jours, tout à l'air si loin maintenant. Et ne parlons pas de ces principes et devoirs, c'est bien devenu tout à coup le cadet de ces soucis.

Elle se décide enfin, passe sa main dans le cou de Keith pour approcher son visage, et posant ses lèvres sur les siennes y dépose un doux baiser. Oh ce n'est pas le plus beau du monde, depuis le temps elle est rouillée, mais le cœur y est en tout cas. L'échange dure de longues secondes, elle prend petit à petit un peu plus d'assurance, finissant par se laisser aller complètement.

Finalement elle se recule, restant à quelques centimètres du visage du jeune homme, sans prononcer un mot. Mais il n'y a rien à rajouter à ce moment précis ...
Revenir en haut Aller en bas
Mer 14 Jan - 20:03
Invité
Invité
Anonymous
Le chaste baiser qu’il avait déposé sur sa joue était une simple réponse au sien et aux mots qu’elle avait eus pour lui. C’était sa manière de dire « pardon », « je suis un idiot » et « je t’apprécie aussi » en un seul geste. Il n’était ni très loquace, ni très doué en démonstration affectueuse, mais il essayait parfois et semblait ne pas trop mal s’en sortir. Par contre, il n’avait pas du tout anticipé l’élan d’affection qui s’en suivit et fut pris de court quand la belle israélienne déposa ses lèvres contre les siens après l’avoir bien agrippé pour qu’il ne s’échappe pas. Bah, de toute façon, il ne l’aurait pas fait.

Lui aussi se délecta du baiser, quoique très nerveux et certainement très gauche dans sa façon de lui rendre la passion qu’elle transmettait. La surprise l’avait comme paralysé et il lui rendit simplement, avec un certain entrain, ce tendre échange. Les deux n’avaient pas l’air très à l’aise à se découvrir des sentiments communs, et devaient être amusant à regarder, comme deux écoliers qui embrassent pour la première fois. Lorsqu’elle retira ses lèvres, Keith y semblait encore pendu de longues secondes. Puis ils échangèrent un long regard, dans un silence presque parfait.

Le jeune homme le brisa le premier, un brin gêné à l’idée d’être l’objet de voyeurisme de la part de l’armurier, et parce que la soldate était toujours blessée au coude. Il recula d’un bon pas et lui dit, le sourire en écho à ses yeux brillants :

« Je ramasse, occupe-toi de ton bras. Nous aurons tout le temps d’en discuter plus tard, Tal. »

Sans lui laisser le temps de discuter, il s’exécuta et ramassa les balles éparpillées sur le sol et les rassembla pour les rendre à qui de droit, guettant du coin de l’œil la demoiselle s’échapper.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Atlantis Insurrection :: Cité d'Atlantis :: Niveau 5 - Zone Militaire-