Atlantis Insurrection
"Personne ne demande à devenir un Héros, sauf que parfois ça finit comme ça..."

Et si ce Héros, c'était toi ? Tu es l'un des meilleurs dans ton domaine (Biologiste, Chirurgien, Infirmier, Diplomate, Démineur, Maître chien...) et on te propose de participer à l'expédition la plus fabuleuse mais aussi la plus dangereuse : l'expédition Atlantis.
Auras tu le cran de rejoindre Atlantis pour découvrir ses mystères et affronter les dangers de cette galaxie ?

Tu peux aussi incarner les personnages importants de la série (Weir, Sheppard, McKay, Lorne, Teyla....) Bon niveau RP demandé.
On recherche de nombreux personnages inventés.
http://www.atlantisinsurrection.com/t387-personnages-vacants


Si tu te sens capable de franchir ce pas, tu es des nôtres ! Clique sur l'image ;-)


RPG sur Stargate Atlantis
 

Jeu 19 Mar 2015 - 22:00
Invité
Invité
avatar
Parler de religion est rarement un sujet simple, car il est bien souvent sujet à interprétation. Néanmoins, Alekseï n'a pas hésité une seconde en l'abordant avec la jeune femme. Celle-ci lui a déjà montré à quel point elle est ouverte d'esprit ce qui la mit suffisamment à l'aise pour poser sa question. Tal paraît d'abord un peu surprise par la tournure du dialogue, son visage en est un bon indice et cela ne peut échapper à un regard averti comme celui du russe. Mais rapidement, elle reprend sa bonne humeur et surtout son merveilleux sourire. L'homme n'a pas la chance d'apprendre l'origine des croyances qu'elle suit, cela n'a pas une importance cruciale cependant, il aimerait bien savoir sur quel terrain il s'aventure.

Ne se voulant pas insistant, le caporal reste muet. Cela ne fait aucun doute pour lui : un jour viendra où sa curiosité sera satisfaite. La demoiselle explique tout de même qu'elle n'est pas complètement enfermée dans sa religion. Il n'est pas spécialement surpris par cette déclaration. Après tout, elle n'a pas l'air d'une fanatique et ne prêche pas à tout bout de champ son dieu, chose qu'a déjà expérimentée le soldat par le passé. Ce n'était pas une bonne expérience pour lui, au contraire, il lui avait été difficile d'écouter l'individu à l'époque et s'était refermé comme une huître en se sentant harceler. Avec elle, c'est différent, il sait qu'un sujet aussi délicat ne peut être qu'enrichissant. À cette pensée, le russe sourit radieusement.


« Pieuse et ouverte d'esprit. Intéressant. » S'exclame-t-il avant de répondre à Tal. « Pour ma part, je suis athée cependant, je ne représente qu'une minorité de la Russie. Je m'y suis pourtant intéressé par le passé, en particulier de l'Église catholique, mais cela ne me convenait pas. Peut-être était-ce à cause de mon pragmatisme. »

Politesse retournée, Alekseï peut enfin attendre la réponse de sa partenaire au sujet de prolonger la soirée en tête-à-tête. Voir la réaction de Tal n'a pas de prix. Il faut dire que sa proposition est loin d'être anodine, surtout après un premier contact. Venant de lui, on peut s'attendre à beaucoup de choses, mais les initiatives de la sorte se font plutôt rare. Même lui demeure encore surpris de ses propres mots, alors l'abasourdissement de l'Israélienne reste compréhensible. Son rire se veut légèrement nerveux, il nage en eau trouble et cela le met mal à l'aise. Son regard se veut fuyant. Il cherche la sortie de la pièce comme si c'était une échappatoire. Mais une échappatoire à quoi ? Tout est dit, il ne lui reste plus qu'à attendre qu'elle lui réponde.

Le bafouillage de la brunette l'extirpe de cette sensation désagréable. Pas besoin de grandes études pour prendre conscience de son trouble. Est-ce la proposition en elle-même ou l'existence d'alcool passé en douce ? Difficile à dire pour le militaire. Après un rire qu'ils partagent de concert, elle exprime sa surprise cette fois verbalement. Alekseï comprend qu'elle n'y est pas habituée. Pourtant, il ne fait aucun doute pour lui qu'elle doit faire chavirer bien des cœurs. Elle finit par accepter sous condition de ne pas finir bourrer. Chose qui n'a même pas effleuré l'esprit de l'homme.


« Un instant, j'ai cru finir au trou pour cette audace. » Dit-il en faisant mine d'être inquiet. « Plus qu'une coutume, lorsque les vents polaires s'aventurent en Russie, c'est l'une des seules choses qui ne gèlent pas par grand froid. De plus, cela réchauffe le cœur et délit les langues afin de passer une excellente soirée. »

Dans un éclat de rire, le russe se lève en emportant avec lui leur deux tasses en plastique et les jette dans une poubelle installée au coin de la pièce. En se retournant, il voit la demoiselle prête pour le départ et réalise que chacun a sûrement besoin de se mettre plus à l'aise que dans leur tenue actuelle. Il s'approche du seuil de la porte sans toutefois l'atteindre et se tourne vers Tal pour s'exprimer à nouveau.

« Bien ! Je pense qu'il est temps que nous nous séparions un petit moment. » Dit-il en remontant sa manche pour lorgner l'heure à sa montre.

N'étant pas du genre intuitif, ce délai lui permet de réfléchir à la suite des événements. Alekseï est un peu paniqué même s'il s'efforce à rester stoïque devant elle. Peut-être est-ce visible, peut être pas, la question ne lui vient pas l'esprit, il est beaucoup trop préoccupé pour cela. Tout ce qui compte, c'est de trouver un lieu où ils pourraient avoir un peu plus d'intimité. La digue que vient de lui faire découvrir Tal lui revient forcément en tête. Mais est-ce vraiment une bonne idée ? Non, elle ne la lui a pas montrée dans ce but. En plus, le confort n'y est pas et bien que le temps soit clément cela se rafraîchira sous peu.

Puis, la révélation fut soudaine. Comment n'a-t-il pas pensé à cela plus tôt ? À cette heure-là personne n'ira les chercher dans ses appartements. Son compagnon de chambrée a d'ailleurs entamé son service il y a une demi-heure à peine. Ce n'est qu'une chambre modeste, l'espace n'est pas à envier, mais ils y seront à l'aise et sans la crainte de se faire surprendre en possession d'alcool. Pourquoi se compliquer la tête quand on peut faire simple ? Gamberger ne lui a pas toujours servi et cette fois n'en fait pas l'exception.


« Vu l'heure, mon coloc vient tout juste d'entamer son service, il ne sera pas là avant demain matin. Ce ne sera pas le luxe, mais au moins on sera tranquille, qu'en dis-tu ? »
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 26 Mar 2015 - 9:32
Invité
Invité
avatar
Tal hoche la tête tandis que le russe s'en va jeter leurs deux tasses.

- Oui bonne idée. Revenons à une tenue plus civile, histoire de mettre de côté nos habitudes non ? Si ça ne te dérange pas je vais ne profiter pour passer à la douche avant de venir, mais comme je suis plutôt rapide c'est l'histoire de quelques minutes de plus. A plus tard.

Faisant un petit geste de la main elle s'éloigne, prenant la direction de ses quartiers. L'idée lui semble tout de même hautement saugrenue, voire un peu stupide. Le genre de plan où on se fait repérer en fait. Qu'en dira le Major quand on les trouvera en train de picoler comme deux piliers de comptoir ? L'israélienne hausse finalement les épaules, depuis qu'elle est arrivée elle ne fait que bosser et rester sérieuse, il faut aussi penser un peu au moral ...

Arrivant dans sa chambre elle se défait de sa tenue militaire pour filer directement sous la douche, plaçant comme à son habitude le bouton sur la position "écrevisse". Un rapide nettoyage, bref mais efficace, et la voilà de retour dans la pièce principale. Tal reste un bref instant devant le miroir, se jaugeant du regard, trouvant que le reflet renvoyé n'est pas trop mal. C'est sûr qu'elle n'a plus vingt ans, mais les exercices quotidiens ont au moins l'avantage de lui confier une silhouette impeccable. L'espace d'un instant elle se demande ce qu'en penserais son compagnon de patrouille, puis secoue la tête en riant devant cette pensée idiote. Évitant de perdre plus de temps, elle passe à l'habillage. C'est rapide et sommaire : un short et un t-shirt, de fines chaussettes et des baskets. Tenue décontractée donc !

Elle quitte ensuite ses quartiers pour se diriger vers sa destination. Il y a quelques semaines ce simple trajet aurait été une épreuve dans le labyrinthe d'Atlantis, mais c'est maintenant une jeune femme habituée qui déambule dans les couloirs. Il ne lui faut que quelques minutes pour trouver la bonne porte. Elle frappe doucement, comme si un mauvais plan se préparait et qu'il faut être discret.

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 16 Avr 2015 - 17:11
Invité
Invité
avatar
Bien que ce soit de lui que provienne cette proposition, Aleksei reste tendu à l'idée d'enfreindre divers protocoles militaires. Jusqu'ici, il a toujours fait preuve d'une assiduité quasi-parfaite, mais là, c'est carrément se jeter à pieds joints dans les emmerdes. En même temps, quel homme pourrait résister à la tentation avec un minois aussi joli que celui de Tal. Tout en la contemplant encore un peu, il l'écoute avec attention quand elle lui répond. La jeune femme est d'accord sur l'ensemble, mais préciser qu'elle pourrait prendre un peu plus de temps que prévu en envisageant de prendre une douche. Cela ne surprend pas vraiment le russe, lui-même compte s'y rendre.

« Bien entendu. Prends le temps qu'il te faudra, nous ne sommes pas pressés. À tout à l'heure. »

Sa phrase à peine finie, l'homme peut voir la silhouette de l'Israélienne disparaître au tournant du couloir. Il sourit une énième fois tout en secouant sa tête dans tous les sens. Le soldat est conscient que ceci n'est que pure folie. Cela ne l'empêche pas d'en savourer l'attente. À son tour, il prend le chemin de ses quartiers en pressant le pas afin d'être prêt au moment où la demoiselle ferait son apparition.

Après quelques minutes, le soviétique arrive finalement chez lui. Enfin chez lui est un bien grand mot, il s'agit juste d'une chambre double avec une salle de bain comme seul confort. La première bonne constatation est que son camarade n'est pas là. Yuri a bien commencé son service et cela le rassure. Lui expliquer la situation aurait pu compromettre la soirée et Alekseï n'aime pas spécialement mettre les gens dans la confidence. Avant de se rendre sous la douche, il ouvre le compartiment vestimentaire de son ami et vérifie la cargaison qui est dissimulée dans une glacière. Tout est bien là, la soirée s'annonce bonne.

Tout en sifflotant joyeusement, il dépose son appareil photo sur la petite table séparant les deux lits. Puis, il se dirige sous la douche. Plus que pour se laver, le russe apprécie ce moment, car il lui permet de libérer toute la tension de la journée. L'eau chaude a toujours eu cet effet sur lui, il y passerait des heures. Cependant, ce soir ce n'est pas possible. C'est donc après un lavage express qu'il sort de sa douche. Après s'être séché, il enfile une chemise blanche un peu élégante qu'il laisse débraillée, une ceinture de cuir sombre et un pantalon beige. Plus que pour se laver, le russe apprécie ce moment, car il lui permet de libérer toute la tension de la journée. Il s'ébouriffe les cheveux et retourne dans sa chambre.

L'heure est à la préparation. Alekseï nettoie la table hâtivement avant d'y déposer une bouteille et quelques apéritifs. Alors qu'il s'empare de deux verres qu'il destine pour Tal et lui, on frappe à la porte. L'inquiétude s'empare de lui, son corps se fige puis instinctivement, il regarde le cadran de sa montre. Il se reprend rapidement et va entrouvrir la porte pour s'assurer qu'il s'agit bien de la jeune femme. Elle n'est franchement pas difficile à reconnaître. Pourtant, il met un temps avant de prendre la parole. Il faut dire qu'il ne s'attendait pas à la voir si ravissante.

« Tal ! Rentres. J'avais presque terminé. » Déclare-t-il en s'écartant de l'entrée encore un peu troublé par l'apparence de cette dernière. D'un geste de la main, il l'incite à s'engager dans sa modeste chambre et s'apprête à vérifier qu'ils n'ont pas été vus avant de refermer la porte sur eux.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Atlantis Insurrection :: Cité d'Atlantis :: Les autres ailes de la Cité-