Atlantis Insurrection
"Personne ne demande à devenir un Héros, sauf que parfois ça finit comme ça..."

Et si ce Héros, c'était toi ? Tu es l'un des meilleurs dans ton domaine (Biologiste, Chirurgien, Infirmier, Diplomate, Démineur, Maître chien...) et on te propose de participer à l'expédition la plus fabuleuse mais aussi la plus dangereuse : l'expédition Atlantis.
Auras tu le cran de rejoindre Atlantis pour découvrir ses mystères et affronter les dangers de cette galaxie ?

Tu peux aussi incarner les personnages importants de la série (Weir, Sheppard, McKay, Lorne, Teyla....) Bon niveau RP demandé.
On recherche de nombreux personnages inventés.
http://www.atlantisinsurrection.com/t387-personnages-vacants


Si tu te sens capable de franchir ce pas, tu es des nôtres ! Clique sur l'image ;-)


RPG sur Stargate Atlantis
 

Lun 17 Aoû - 23:35
Invité
Invité
avatar
Bon sang j'avais oublié à quel point cela faisait mal. Je venais de me prendre un sacré court jus dans une main. Cela m'étais déjà arrivé, il y as un moment quand je bossais encore pour l'armée. Je ne sais plus comment j'avais fait mon affaire mais je m'étais retrouvé à l’hôpital. J'y avais gagné des difficultés cardiaques mineures. Apparemment, j'étais passé pas loin de la mort. Enfin ça c'était ce qu'avait dit le médic. Claire m'avait suppliée de me calmer et de tempérer mon caractère au boulot pour m'éviter une crise cardiaque. Mais je ne l'avais pas écouté et j'étais encore vivant. Et depuis mon arrivé sur la cité, la situation ne s'était pas arrangée. Les techniciens étaient débordés de boulot et je passais le plus clair de mon temps a réparer le matériel et toutes les petites choses ici et là. Et c'était justement d'une de ses petites choses que je m'étais mangée une décharge.

En arrivant a l'infirmerie, je me tenais la main gauche dans un bandage épais. La main était rouge. Je crois que le courant n'avait fait que passer par elle et était repartit dans le système. Mais bon, comme j'avais eu un espèce de malaise, les autres m'avait envoyés direct a l'infirmerie. Une fois là bas, je me retrouvais, sans trop savoir comment, assis sur un brancard avec une médic en face de moi. Elle débanda doucement ma main et me demanda comment je m'étais fait un truc pareil. Haussant les épaules, je lui répondis doucement :

-Bah j'avais la main au mauvais endroit au mauvais moment. C'est pas la première fois et ce sera pas la dernière. Surtout avec ma manie de tout bidouiller. Zachary Hawkins, Technicien. Enchanté.

Je lui fis un sourire a défaut de tendre la main. Elle avait les siennes posées sur ma main gauche. Je lui expliquais rapidement le sujet de mon travail actuel. Un des MALP était en panne et, les autres ne sachant pas vraiment comment s'y prendre, je m'étais dévoué a cette tâche. Mais bon comme c'était mon boulot, c'était logique que je m'en charge. Je regardais la médic. Elle était charmante. Et douce. Comme ses mains. Je la regardais faire son boulot avec un certain intérêt.
Revenir en haut Aller en bas
Mar 18 Aoû - 2:56
Invité
Invité
avatar
C'était la fin d'après-midi et Mila classait une pile de dossiers qui n'avait cessé de s'entasser ces derniers jours. L'infirmerie était étrangement calme pour une journée normale sur la cité et elle en avait profité pour faire un peu de rangement. Après qu'elle eut déposé la dernière pochette cartonnée dans le meuble prévu à cet effet, elle fit un tour sur elle-même pour évaluer la situation. Rien ne trainait. Tout était à sa place et la jeune russe souffla un instant, s'asseyant à moitié sur un petit tabouret réservé habituellement aux patients. Le silence environnant était relaxant et elle ferma les yeux un petit moment avant de les rouvrir brusquement. Si elle restait ainsi, elle s'endormirait à coup sûr. Elle se releva donc, prête à retourner ranger ce qui l'était déjà pour s'occuper, lorsqu'un pas plutôt lourd se fit entendre derrière elle.

N'aimant pas se faire surprendre et encore moins par un membre de la gente masculine, elle fit brusquement volte-face pour se retrouver face à un jeune homme d'une petite trentaine d'années dont l'uniforme aux teintes vertes désignait la fonction. Elle resta un instant figée, happée par une paire d'yeux gris envoutants avant de se reprendre rapidement, masquant le rouge qui teintait ses joues en laissant ses longs cheveux masquer son visage. D'un coup d'œil professionnel, elle remarqua vite le bandage qui enserrait la main gauche du visiteur. Sans perdre plus de temps en palabres, elle lui désigna rapidement un brancard puis s'attela à dérouler le linge entourant la paume de son patient. Se raclant la gorge, nouée d'être restée trop longtemps silencieuse, elle finit par s'adresser enfin à lui.

"C'est assez sérieux." lui dit-elle alors de son accent chantant, une petite grimace sur son doux visage. "Mais comment diable vous êtes-vous débrouillé ?"

Les mots qu'il lui offrit lui firent froncer les sourcils. Aussi intéressantes que ses explications furent, ce n'était pas une réponse, du moins pas celle qu'elle attendait et elle tenta d'en savoir un peu plus en lui posant une nouvelle question.

"Non, je voulais dire, qu'est-ce qui a causé cette brulure ?" lui demanda-t-elle cette fois, incertaine.

Peut-être s'était-elle mal exprimée. L'anglais n'était pas sa langue maternelle et son accent rendait souvent les conversations compliquées. Avec les appareils tels que les MALPs il y avait une grande chance pour que ce soit de l'électricité mais le feu pouvait aussi être une cause. Au vu de la brulure, elle penchait plutôt pour la première raison, mais la seconde n'était pas à écarter. Un dernier coup d'œil à la blessure fit plisser le nez de Mila et elle tourna les talons pour s'éloigner de quelques pas tout en l'écoutant afin d'aller chercher un tube de crème. Tout étant bien rangé, elle trouva donc rapidement ce qu'elle était partit récupérer et revint vite vers le jeune technicien tout en maintenant une distance raisonnable entre eux. Malgré son cours de Krav Maga avec le sergent Mesika, la présence d'un homme la rendait toujours nerveuse et celui qui lui faisait face, malgré ses yeux à se damner, ne faisait pas exception à la règle.
Revenir en haut Aller en bas
Mer 19 Aoû - 0:40
Invité
Invité
avatar
J'avais toujours le regard fixé sur ses mains. Elle observait ma brûlure d'un œil expert. Puis sa question me fit tourner mon regard vers elle. Comment... comment quoi ? Ah oui comment c'est arrivé. Je me mis a lui raconter la connerie que j'avais faite en plongeant la main dans le MALP, en ayant oublié de couper l'alimentation. Elle me quitta quelques instants avant de revenir vers moi avec un tube de crème. Elle avait plissé le nez. Je souris doucement, en notant se détail. Mon ex faisait la même chose. Amusant comme comparaison. Elle se mit à me soigner doucement la main.

-Vous avez dit que c'était sérieux ? Je vais pas en mourir quand même ? Je pose juste la question, après... l'accident il semblerait que je sois tombé dans les vapes.

Je la vis se tendre. Elle avait l'air stressée. Ou timide. Ou peut être les deux. Depuis qu'elle me soignait, j'essayais de savoir d'où elle venait. Russie peut être ? Oui sûrement la Russie. Curieux elle n'avait pas vraiment l'air d'une russe. Enfin en même temps, je n'avais croisé que rarement des gens de ce pays pour pouvoir les reconnaître facilement. Mais le drapeau sur son uniforme ne me laissait aucun doute sur ses origines. Souriant, je la regardait plein de malice :

- J'espère qu'il reste une goutte de vodka sur la cité.
Revenir en haut Aller en bas
Mer 19 Aoû - 3:06
Invité
Invité
avatar
Mila déboucha rapidement le tube de crème qu'elle était partit chercher quelques secondes auparavant et en déposa une noisette au creux de la paume du technicien. Avec des gestes lents et doux, elle entreprit de faire pénétrer la substance onctueuse dans l'épiderme de son patient, en silence. Bien que se tenant le plus loin possible de lui que sa tâche le lui permettait, elle se sentait gênée de cette proximité avec cet homme étranger. La sensation de leurs peaux glissant l'une sur l'autre s'apparentait à un contact plutôt intime et la jeune russe sentit le rouge lui monter une nouvelle fois aux joues. Il avait les mains calleuses de quelqu'un qui n'avait pas peur de se les salir et cela accentua un peu plus son malaise alors qu'elle se rendait compte que cela lui plaisait.

Etrangement, le fait qu'il brise le silence, qui s'était installé entre eux, l'apaisa légèrement et elle tourna son regard pers vers celui, plus gris, de son interlocuteur, par reflexe avant de détourner ses yeux rapidement. Une nouvelle sensation de brulure au creux de ses joues faisait maintenant route vers ses oreilles et elle secoua la tête à sa seconde question, ses cheveux lâchés accompagnant son mouvement. On mourrait rarement d'une brulure par électrocution, du moins de cette puissance. Il n'avait pas mis les doigts dans une prise non plus, sans quoi il aurait eu plus de souci à se faire. Mais, lorsqu'il mentionna qu'il avait fait un malaise, le mouvement régulier de ses doigts massant la paume de son patient s'arrêta brusquement et elle plongea une nouvelle fois son regard clair dans celui du jeune homme.

"Vous auriez dut me parler de cela tout de suite." le rabroua-t-elle, les sourcils froncés, avant de lâcher sa main.

Attrapant le stéthoscope, qui se trouvait toujours autour de son cou lorsqu'elle ne portait pas sa blouse blanche, elle lui fit un signe du menton en direction de son torse, lui signifiant ainsi qu'il devait descendre entièrement la fermeture éclair de son uniforme, négligemment fermé à moitié sur un t-shirt. Plaçant les embouts dans ses oreilles, elle déchiffra son petit commentaire qui provoqua un léger sourire sur son doux visage.

"Rassurez-vous, je conserve un petit stock de bouteilles dans un placard au cas où nous manquerions de désinfectant." lui répondit-elle sur le ton de la plaisanterie avant de perdre son sourire, son visage se faisant plus sérieux.

Le petit cercle métallique de son stéthoscope dans la main droite, elle écouta, à travers le tissu du t-shirt, le battement du cœur du technicien qui se trouvait toujours face à elle. Par reflexe, elle avait posé sa main libre sur l'épaule droite de son patient et regardait dans le vide, les sourcils froncés, alors qu'elle se concentrait sur le son régulier qui parvenait à ses oreilles. Rien à signaler de ce côté-là, à part peut-être une légère arythmie sans grandes conséquences. Retirant rapidement son outil de travail, qu'elle replaça autour de son cou, elle plongea la main dans sa poche droite et en sortit une petite lampe torche.

"C'est la première fois que ça vous arrive ?" lui demanda-t-elle alors qu'elle éclairait la petite lumière et la braquait sur les yeux du technicien. "Des antécédents de problèmes cardiaques dans votre famille ?"

Observant le mouvement des pupilles elle ajouta une nouvelle série de questions par habitude.

"Vous n'êtes pas tombé quand vous avez fait votre malaise ? Vous ne vous êtes pas cogné la tête ?"

La gêne ressentit précédemment était maintenant reléguée au second plan. Mila n'était plus une jeune femme craintive face aux hommes, mais un médecin qui ne laissait rien au hasard et elle balaya le faisceau de sa lampe d'un œil à l'autre, à l'affut du moindre signe de commotion cérébrale.
Revenir en haut Aller en bas
Sam 22 Aoû - 20:59
Invité
Invité
avatar
La regardant interloqué, j'ouvris mon blouson pour qu'elle y pose son stéthoscope. Elle le posa doucement sur mon torse et je me tus. Elle avait l'air tellement plongée dans ses pensées que je n'osais l'interrompre. Ses yeux bleus-gris étaient fixé sur ma poitrine. Ses cheveux bruns tombaient sur ses épaules et tentaient de cacher son visage. Elle était inquiète mais en tant que médecin, cela devait être normal. Du moins je le pensais. Puis, après le cœur, elle plongea la lumière de sa lampe dans mes yeux. Surprenant et... lumineux.

-Je me suis électrocuté deux fois, dont une qui m'as valu un arrêt a l’hôpital. Et presque à la morgue d'ailleurs. Et oui je sais je devrais faire plus attention. Sinon, mon père et ma mère n'était pas bricoleur. Je n'est aucune idée de leur santé. Sinon pendant mon malaise, j'étais a genoux. La chute a pas dû être trop dur. Je crois que la tête a du s'en sortir sans dommage.

Poussant un soupir, je remis la veste et lui releva le menton du bout des doigts. Je regardais fixement ses yeux en essayant d'être rassurant.

-Les médecins sur terre pense, enfin pensaient, que je n'en avait plus pour longtemps si je m'agitais comme je le fais. Mais si je ne fais rien, je meurt un peu. Ne t'inquiète pas pour moi, je survivrais le temps qu'il faudra.

Je gardais ma main sous son menton. Elle glissa le long de sa joue. Elle était si jolie dans sa blouse blanche, avec ses yeux bleus-gris, ses cheveux marrons et ses joues rouges. Je lui souriais doucement et lui posais délicatement un baiser sur la joue. Oui elle me plaisait.
Revenir en haut Aller en bas
Sam 22 Aoû - 22:03
Invité
Invité
avatar
Mila nota mentalement les explications de son interlocuteur, toujours silencieuse. Elle se contenta de hocher la tête, les sourcils froncés et les lèvres pincées, pour lui signifier qu'elle avait bien saisit. Le fait que ce n'était pas la première fois et qu'il se soit retrouvé à l'hôpital, lors d'un précédent accident, l'inquiétait. Le cœur était un organe résistant, certes. Il n'en demeurait pas moins que l'électricité était son pire ennemi et les chocs de cette nature, de façon répétée, ne faisait généralement pas bon ménage. Alors qu'il remontait la fermeture éclair de sa veste, elle s'apprêta à le rabrouer afin de lui expliquer qu'il devait faire plus attention à sa santé. Mais les mots moururent brusquement dans sa gorge avant même d'avoir atteint ses lèvres. Son propre cœur manqua un battement et le rouge lui monta violement aux joues en sentant la pulpe des doigts de son patient sur son menton. Qu'était-il en train de faire ? La question se réverbérait, telle une alarme, au creux de sa boîte crânienne.

Le regard du technicien se voulait rassurant mais celui de Mila s'agrandit sous l'effet de la panique. Elle était littéralement figée sur place ; son estomac tentait d'effectuer un triple looping et son cœur battait si fort dans sa poitrine qu'elle crut qu'il allait y exploser. Dans ses poches, ses mains tremblaient tant qu'elle dut les fermer pour tenter de reprendre un certain contrôle. Elle se sentait telle une gazelle rencontrant un tigre au détour d'un buisson. Elle était tétanisée et son cerveau ne savait absolument plus ce qu'elle devait faire. Devait-elle se dégager ? Fuir ? Mais le contact léger des doigts de son interlocuteur, diffusant une faible chaleur sur sa peau, était aussi très agréable et elle n'arrivait pas à se forcer à le briser.

Les mots qu'il lui offrit ensuite prirent l'allure d'une incantation. Mila ne comprenait pas ce qu'il lui arrivait. Elle était sous le charme, envoutée par ce jeune homme aux yeux gris. Elle frissonna lorsque la main de ce troublant inconnu glissa sur sa joue, délivrant une pléiade d'étincelles sous sa peau et lui faisant tourner la tête. Malgré son sourire doux, tout son être lui hurlait de s'écarter, de fuir, de se cacher et de ne plus jamais l'approcher. Toujours en proie à la panique, elle le regarda faire alors qu'il s'approchait et posait délicatement un baiser sur sa joue. Pourquoi ? Pour quelle raison faisait-il cela ? L'absence de réponse à ces questions accentuait la panique qui la rongeait de l'intérieur. Puis, partagée entre terreur et délice, elle finit par réussir à sortir de sa torpeur et se dégagea de sa prise, le flamboiement de ses joues la brulant plus qu'elle ne le cru possible.

"Je… T-très bien." finit-elle par lui répondre sans le quitter des yeux.

Elle ne savait quoi lui dire. Le fil de ses pensées s'emmêlait et elle était incapable de le dénouer, prisonnière qu'elle était de ce regard gris et de cet homme si envoutant.
Revenir en haut Aller en bas
Ven 28 Aoû - 22:41
Invité
Invité
avatar
Je vis la panique s'emparer de son corps. Elle se crispa et décrispa plusieurs fois puis réussi finalement a se dégager de mes doigts et se détourna. Elle semblait vraiment perturbée cette jeune femme. Peut être avait-elle des soucis personnels ? Ou des problèmes avec les hommes de la cité. Le fait qu'elle réagisse comme cela me troublais au plus haut point. Pourquoi autant de peur dans son regard ? Pourquoi autant de tremblement dans ses gestes. Et soudain, l'illumination arriva. Elle n'était pas à l'aise avec les hommes. Et cela entraîna d'autres questions, peut être d'ordre privées. C'était même plus que probable. Mais pourquoi.... pourquoi autant de question pour elle ? Elle n'était qu'une médic parmi d'autres. Mais c'est sur elle que mon regard s'est posé. Relâchant mes mains, j'essayais d'accrocher son regard fuyant. Elle esquivait bien.

-Tu va bien ? J'ai fait quelque chose de mal ?

Question idiote. Si elle réagit comme ça c'est forcément que quelque chose ne va pas. Lui faisant un sourire d'encouragement, il la regarda réfléchir et hésiter.
Revenir en haut Aller en bas
Mar 15 Sep - 16:35
Invité
Invité
avatar
Le regard du technicien sur elle la gênait tout autant que cela lui plaisait. Habituellement Mila détestait attirer l'attention des hommes sur sa personne mais ces yeux gris la captivaient tant qu'elle ne pouvait s'empêcher de souhaiter qu'il l'observe. Elle détourna le regard, le contenu de ses pensées la rendant mal à l'aise. Elle voulait sentir la paume de cet homme sur sa joue une nouvelle fois. Elle ressentait le besoin qu'il l'effleure de ses lèvres, qu'il la touche du bout des doigts et cela la fit paniquer un peu plus. Elle avait déjà ressenti cela dans sa vie, mais jamais avec une telle intensité.

Alors qu'elle faisait un nouveau pas en arrière pour mettre un peu plus d'espace entre eux, elle se crispa sous sa question. La jeune russe se contenta d'abord de secouer la tête, le regard tourné vers le sol. Non, il n'avait rien fait de mal. Ce n'était pas de sa faute. Mut par un réflexe ancré dans son esprit depuis son enfance, elle massa son poignet gauche alors que de douloureux souvenirs refaisaient surface.

"Ce n'est rien…" lâcha-t-elle alors dans un souffle, les sourcils froncés et les yeux tournés vers le sol. "Je n'ai pas l'habitude de ce genre d'attention."

Se mordant l'intérieur de la joue, Mila jeta un regard autour d'elle comme pour chercher une échappatoire. Ses yeux se posèrent alors sur le meuble de rangement qui contenait les dossiers du personnel et elle se dirigea vers le classeur métallique rapidement, comme pour fuir la situation dans laquelle elle se trouvait. De plus, elle devait répertorier le passage du technicien à l'infirmerie. Une décharge électrique et un malaise n'était pas une chose à prendre à la légère et il était nécessaire d'en conserver une trace au cas où quelque chose de plus grave lui arriverait. Fouillant rapidement parmi les pochettes de couleur vertes, elle trouva enfin celle qu'elle cherchait et la sortit du meuble. C'était une bonne chose qu'il lui ait donné son nom à son arrivée sans quoi elle aurait été obligée de le lui demander.

Le silence était tombé autour d'eux et pour la première fois de sa vie, cela ne la rassura pas. Habituellement Mila aimait le calme de l'officine, surtout dans de telles conditions, mais aujourd'hui c'était diffèrent. Sans vraiment comprendre pourquoi, elle voulait l'entendre lui parler; de tout, de rien, de son travail, de la raison pour laquelle il se trouvait sur la cité… Se reprenant, elle sortit un stylo de la poche de sa blouse et griffonna quelques mots sur un post-it qu'elle trouva sur le bureau, jouxtant le classeur métallique avant de le coller dans le dossier et de laisser le tout sur la table de travail.

Une fois cela fait, Mila se décida alors à revenir vers le jeune homme qui attendait patiemment. Son esprit à peu près calme, elle nota qu'elle devait lui indiquer la posologie de la pommade qu'elle allait lui prescrire. Elle était presque arrivée près du brancard lorsque son pied heurta le petit tabouret sur lequel elle s'était assise un peu plus tôt. Elle eut une grimace alors qu'elle tentait de reprendre son équilibre. Malheureusement c'était peine perdue et ce qui devait arriver arriva. Trébuchant, elle ne dut son salut qu'aux bras de son patient, qui la rattrapa de justesse. La main du technicien sur sa hanche lui fit monter une nouvelle fois le rouge aux joues et elle retint son souffle, son visage à quelques centimètres de son sauveur. Son cœur battait à tout rompre dans sa poitrine. Elle leva instinctivement son regard pers sur le jeune homme, les yeux de ce dernier captivant une nouvelle fois toute son attention.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Atlantis Insurrection :: Cité d'Atlantis :: Niveau 8 - Zone Médicale :: Infirmerie-