Atlantis Insurrection
"Personne ne demande à devenir un Héros, sauf que parfois ça finit comme ça..."

Et si ce Héros, c'était toi ? Tu es l'un des meilleurs dans ton domaine (Biologiste, Chirurgien, Infirmier, Diplomate, Démineur, Maître chien...) et on te propose de participer à l'expédition la plus fabuleuse mais aussi la plus dangereuse : l'expédition Atlantis.
Auras tu le cran de rejoindre Atlantis pour découvrir ses mystères et affronter les dangers de cette galaxie ?

Tu peux aussi incarner les personnages importants de la série (Weir, Sheppard, McKay, Lorne, Teyla....) Bon niveau RP demandé.
On recherche de nombreux personnages inventés.
http://www.atlantisinsurrection.com/t387-personnages-vacants


Si tu te sens capable de franchir ce pas, tu es des nôtres ! Clique sur l'image ;-)


RPG sur Stargate Atlantis
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez| .

Le Péril Alpha [Intrigue]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatarInfos√ Arrivée le : 01/08/2015
√ Messages : 255
Atlantis
MessageSujet: Le Péril Alpha [Intrigue] Mer 30 Déc - 9:34


Nombreux avaient été les volontaires à faire un pas en avant. Tous les corps d’Atlantis étaient représentés. Les militaires étaient bien sûr en nombre, certains semblaient même excités de participer à un événement d’envergure alors que d’autres plutôt jeunes semblaient agités de petits tremblements. Ce serait pour eux leur baptême du feu mais ils avaient répondu présents. Même quelques membres originaires de la galaxie de Pégase étaient parmi eux, témoignant de leur affection envers le peuple terrien. Nul ne doute que leur geste ne sera pas oublié.

Les volontaires étaient invités à aller s’équiper puis à rejoindre l’USS Athéna stationné sur l’aile ouest, la Porte des étoiles ne pouvant être utilisée. Lentement la salle d’embarquement se vida, certains enlacèrent quelques amis leur délivrant quelques mots pour leur donner un peu de courage ou tout simplement les remercier pour leur geste. Cette solidarité était belle à voir. Il n’y avait plus de conflit militaire/civil, entre les nationalités de la base. Là il s’agissait juste d’apporter de l’aide à des membres en danger.

Les grands dirigeants étaient en pleine discussion. Ils s’exprimèrent à voix basse tout en observant la file de volontaires. Après quelques minutes d’échanges, le Docteur Weir interpella le Capitaine Karola Frei, restée en retrait pour ne pas les gêner et lui demanda de s’approcher. Après un regard de Sheppard qui lui confirma la décision, elle lui dit quelques mots.

« Capitaine Frei, vous ne pouvez pas être volontaires…Nous ne pouvons l’accepter. »

La surprise et l’incompréhension se mêlaient sur le visage de l’officier qui s’apprétait à répliquer mais la Commandante de l’expédition fut la plus rapide.

« En l’absence du Colonel Sheppard ainsi que de son second, le Major Lorne, nous avons besoin d’un officier supérieur ici. Il nous faut capable de gérer le contingent militaire ainsi que la sécurité de la base au cas où… »


Weir n’eut pas besoin de préciser ses pensées, elle n’en avait pas envie en présence de Sheppard mais elle se devait de penser au pire, c’est-à-dire s’il s’agissait d’une expédition suicide. La décision avait été prise avec le responsable militaire à qui elle laissa dire quelques mots avant de détourner les talons après avoir déposé une main rassurante sur l épaule de l’officier. Elle ne pouvait se permettre une perte de telle valeur. Quelques autres membres volontaires furent invités à demeurer sur la Cité. Le médecin en second dût à regret rester sur la base, de même quelques scientifiques spécialistes en technologie lantienne et plusieurs militaires dont Eversman. Celui-ci reçut la visite de Frei alors qu’il s’équipait, on lui signifia que son test psychologique n’ayant pas été effectué, il ne pouvait être apte pour le moment….

---------------------------------

A bord de l’USS Athéna, le personnel lantien avait été rassemblé dans la baie des X-302, vidée de la plupart de ses appareils. La solidarité étant de mise, le partage des connaissances et compétences de chacun s’organisait. Des membres du personnel médical dont Coralie Delcour ainsi que Marc Langford expliquaient à quelques autres comment mettre en place un bandage ou exercer efficacement des points de compression voir un massage cardiaque. Tous étaient assez concentrés, ils savaient qu’ils en auraient peut-être besoin là-bas pour venir en aide à un autre. De l’autre côté de la baie, des canettes de soda servaient de cibles pour une dizaine de membres. Allongés face à leur cible, ceux-ci recevait les instructions et les conseils de plusieurs militaires qui n’hésitaient pas à leur faire rectifier leur position ou bien l’arme afin de choisir la mieux adaptée. Grayson s'en sortait plutôt pas trop mal. Pas mal d’équipement était présent, de nombreuses malles ouvertes laissaient à disposition assez d’armes pour ouvrir un très bon commerce. Britt Hata ne semblait pas apprécier la présence d’un gilet tactique sur elle génant visiblement ses mouvements. Une personne eut le malheur de lui faire une remarque, sa joue en garda une trace rosée.

Un peu à l’écart des autres, un technicien et un scientifique semblaient s’être lancés dans la création d’un petit dispositif. Nul ne savait ce qu’ils mijotaient mais les deux semblaient très concentrés et des éclats de voix s’élevaient parfois réveillant ceux qui avaient pu trouver le sommeil en s’allongeant sur les quelques lits de camp ou en prenant appui sur les parois du vaisseau.

Sur une table était placé de nombreux litres de cafés, de jus de fruits et de nombreux aliments du petit-déjeuner afin de nourrir les troupes. Le personnel de l’USS Athéna avait mis le paquet pour offrir une belle présentation malgré les moyens du bord. Des estomacs bien pleins, des corps en pleine forme et des esprits reposés étaient nécessaires pour accomplir à bien les missions.

// Tous les volontaires doivent se rendre en salle de réunion. Je répète… //

Après une heure et demie de voyage, les hauts parleurs diffusèrent un message destinés au personnel d’Atlantis. Celui-ci était convoqué en salle de réunion, située quelques étages plus haut. Ils y trouvèrent là une grande salle disposant de fauteuils plutôt confortables et nombreux pour les recevoir. Elle servait habituellement aux réunions des équipes de l’USS Athéna, aux débriefings des équipes d’interventions voir à la préparation des pilotes. Faute de places, certains durent restés debout au fond de la salle, se plaquant contre les parois.

A l’autre bout de la pièce, le Colonel Sheppard était accompagné du Major Lorne ainsi que du Commandant du vaisseau. Il semblait particulièrement préoccupé et prit la parole après avoir activé le projecteur de la salle. Plusieurs images furent diffusées et commentées : le plan d’Alpha, les quelques données qu’ils avaient en leur possession. Il restait maintenant à définir le plan d’action. Là, les membres purent proposés leurs idées d’actions et elles donnèrent lieu à des échanges, chacun remettant en doute ou proposant une autre option. Les Hauts responsables écoutaient attentivement.

« Messieurs, Mesdames… Nous arriverons en orbite d’Alpha d’ici une heure et demie, c'est à dire à 16h, heure d'Alpha. Il est temps de prendre une décision.»

La voix grave du Commandant du vaisseau ramena un peu de calme dans la pièce et permit à Sheppard d’exposer le plan auquel ils avaient réfléchi tout en prenant en compte les éléments apportés par les membres. Le contingent de volontaires sera scindé en deux groupes. Les noms et visages des volontaires s’affichaient sur le tableau numérique.

Le groupe Bravo lui aurait comme objectif de reconnaître les lieux, d’identifier les principales menaces et de reprendre le contrôle de la porte des étoiles. Il fallait empêcher l’ennemi d’envoyer de nouveaux renforts ou de communiquer avec l’extérieur. Ce groupe composé du Caporal Marty Kowalczyk, di 1er soldat de 1ere classe John Storm, du soldat de 1ere classe Masha Santana et son chien ainsi que de Ronon Dex, de Marc Langford, du psychologue Dider Falcon et du soldat de 2nde Biever. Le Major Lorne mènerait le groupe et piloterait le jumper jusqu’au lieu d’atterrissage. Les militaires composant ce groupe avaient comme spécialisée la reconnaissance ce qui serait un atout. Les qualités de soigneur de Langford et Falcon risquaient d'être utiles.

Le groupe Charlie était composé de Gabriel Grayson, de Coralie Delcour, de Evelyn Stanford, de Britt Hata, du 1er Soldat de 1ere classe Jilian Stevens, du soldat de 1ere classe Megane Shambe et du soldat de 2nde classe Wayne Daniel ainsi que de nombreux volontaires. L’effectif de ce contingent était beaucoup plus important et serait placé sous les ordres du Lt-Colonel Sheppard. Ses objectifs étaient de reprendre la base Alpha, d’éliminer toute menace et de porter assistance au personnel blessé. Il fallait en premier lieu trouver un moyen de pénétrer à l’intérieur de la base et si possible le plus discrètement possible. Il était possible que l’autodestruction ait été enclenchée, ils ne le sauraient qu’une fois à l’intérieur. L’affrontement risquait d’y être très intense et les membres devaient s’équiper en conséquence.

Dès que le vaisseau sera en orbite, il sera détecté sur les instruments de la salle de contrôle d'Alpha d'où la nécessité d'attaquer de suite. Les membres des deux groupes seront déposés par jumper simultanément afin que l’assaut ait le maximum d’impacts et surprenne l’ennemi.

"Mesdames, Messieurs. Soyez assurés que vous êtes un exemple de bravoure et de solidarité pour mon équipage."

Le briefing se termina par quelques encouragements prononcés par quelques membres et Sheppard obtint le mot de la fin avant de renvoyer les membres. Ils avaient un peu de temps pour achever leur équipement et se détendre un peu avant le grand assaut. Nul doute qu’ils seraient difficiles pour eux de trouver le sommeil, maintenant ils savaient à quoi s’attendre. Nombreux étaient les personnes tendues, leurs mains agitaient de quelques tremblements et qui tentaient de rechercher un peu de réconfort auprès d’autres. Quelques uns étaient restés en salle de briefing à consulter les cartes d'Alpha, d'essayer de faire des suppositions sur les positions ennemies mais personne ne savait vraiment à quoi ils auraient à faire... Un autre était en train d'enregistrer à l'aide d'une caméra un message pour ses proches, bientôt imité par quelques autres.

Certainement l’heure et demie la plus longue de leur vie…



-------------------------

Et voilà pour ce troisième post. L’action arrive au prochain, vérifiez votre équipement, que vous n'avez rien oublié et que vos lacets sont bien liés ;-)

N’hésitez pas à développer vos actions pendant le temps libre et à interagir entre vos personnages, à prendre la parole. Ça ne rendra que le RP plus interactif et riche !
Si questions, n’hésitez pas à nous contacter sur le sujet ou par MP.

Jusqu'au 9/01 pour répondre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatarInfos
Invité
MessageSujet: Re: Le Péril Alpha [Intrigue] Jeu 31 Déc - 13:32
Après avoir embarqué dans le vaisseau, on les avait regroupés dans une immense salle, qui devait sans doute servir habituellement de hangar pour les jumpers, mais qui avait été vidée pour l’occasion.

Rapidement de petits groupes s’organisèrent. Le docteur Langford et elle furent rapidement sollicités par certains membres qui désiraient apprendre les gestes de premier secours. Coralie, qui avait déjà travaillé sur des sites de combats savait qu’ils ne faudrait pas se contenter de leur apprendre la PLS et comment appeler les secours.

Avec Langford, ils commencèrent donc un petit cours improvisé de soins d’urgence. Elle savait que les personnes en face d’eux qui les regardaient avec des yeux avides, désireux d’en apprendre le plus possible le plus rapidement possible risquait de se retrouver très démunis s’ils devaient appliquer ses techniques sur des personnes qu’ils connaissaient. Et cela arriverait probablement.

Coralie était bien placé pour savoir que la charge émotionnelle était déjà énorme face à un blessé grave inconnu, mais qu’elle pouvait devenir parfaitement insupportable face à quelqu’un qu’on connaissait.

Elle jeta un coup d’œil vers les deux psychologues qui s’était portés volontaire eux aussi. Ils ne seraient probablement pas de trop pour soutenir les civils.

Après, un petit coup d’œil au Dr Langford, elle prit la parole :

-« La première chose que vous devez savoir, c’est que ce que nous allons probablement trouvé là-bas sera traumatisant. Ce trouver face à un blessé, quelqu’un qui souffre est déjà très difficile, mais si en plus c’est quelqu’un avec qui vous avez des relations d’amitiés, cela peut être insupportable. En temps normal, on vous aurait conseillé de demander à quelqu’un d’autre de s’occuper de ses personnes… toutefois, il est possible que vous soyez leur seul espoir. »

Elle les regarda, les regards s’étaient fait plus sérieux et inquiets.

-« Je ne vous mentirait pas, il n’y a pas de méthode miracle pour supporter ce genre de chose. La seule chose que vous pouvez tenter de faire, est de mettre de côté vos émotions et de faire ce qui doit être fait, mais c’est très difficile. »

Après, cette introduction, pour le moins rafraîchissante, elle continua en expliquant comment faire un point de compression ou poser un garrot pour contrôler une hémorragie. Lorsqu’elle dit le plus sérieusement du monde :

-« Je pense qu’il est inutile de vous expliquer pour quelles raisons on ne pose jamais un garrot pour une blessure à la tête »


Elle entendit quelques ricanements. Elle tourna son regard vers les rieurs avant de reprendre :

-« Oui, ça parait très logique, mais n’oubliait pas que la panique peut vous amener à faire des choses totalement idiotes. Et dans ce cas précis, je l’ai déjà vu. »

Au fur et à mesure de ses explications et démonstrations, elle avait vu certaines visages devenir livides.

Elle leur expliqua ensuite comment poser des bandages et les différentes sortes de pansements avant de passer la parole au Dr Langford qu’elle jugeait plus compétent qu’elle pour expliquer les techniques de réanimation, le bouche à bouche, le massage cardiaque et la réduction d’une fracture.

Pendant que le Langford prenait le relais, elle jeta un coup d’œil autour d’elle, elle vit un peu plus loin que des soldats avait organisé une session de formation accélérée au tir. A coté d’eux se trouvaient des caisses d’armes et de munitions amplement fournie.

Même si elle n’était pas une tireuse émérite, elle savait se servir d’une arme, ses longues années d’infirmière sur des lieux de conflit lui avaient donné l’occasion de rencontrer des situations qui avaient exigées qu’elle soit armée.

S’excusant auprès du Docteur, elle se dirigea vers le groupe de tireur, et examina le contenu des caisses. Il y avait là beaucoup d’armes lourdes, mais ce n’était pas ce qu’elle recherchait. Elle ne pouvait pas s’encombrer d’une arme trop volumineuse en plus de sa mallette de premiers soins. Et puis, elle ne connaissait pas le fonctionnement de ses armes. Elle cherchait quelque chose de plus léger, un Glock et quelques chargeurs seraient parfaits. Mais elle n’en voyait pas et n’osait pas fouiller dans les caisses.

Un des militaires s’approcha d’elle, pour lui demander s’il pouvait l’aider. Elle lui expliqua ce qu’elle cherchait. Il parut un peu dubitatif, pas vraiment sûr de pouvoir confier une arme à une infirmière dont il ignorait les compétences. Mais d’un autre côté, vu où ils allaient, il était probablement plus prudent qu’elle soit armée.

Il lui présenta ce quelle cherchait. Elle prit l’arme en main… parfait, c’était un modèle qu’elle connaissait, c’est avec cette arme que les soldats d’une de ses affectation lui avait appris les rudiment du tir.

Elle le prit en main, il était plus lourd que dans son souvenir, elle dégagea le chargeur, pour le vérifier avant de le réenclencher, puis, elle fit jouer la culasse pour engager une balle dans le canon, avant de se tourner vers une des cibles, un canette de soda, elle essaya de se rappeler ce qu’on lui avait appris, la position, la façon de viser, quand elle se sentit prête elle tira.

Elle ne fit qu’effleurer sa cible, mais la canette tomba quand même, elle s’en contenterai, un Genii devait être plus grand qu’une canette, elle arriverait certainement à lui coller une balle, pas forcément mortelle, mais au moins pour le ralentir ou lui donner envie d’aller jouer plus loin.

Le soldat qui lui avait l’arme la regarda avec un grand sourire. Il était rassuré. Elle connaissait visiblement au moins les bases. Il se baissa à nouveau et lui tendit un gilet tactique qu’elle enfila avant de glisser le pistolet ainsi que quelques chargeurs dans les poches prévues à cet effet.

Elle remercia le soldat et s’apprêtait à rejoindre le groupe d’apprentis aide soignant quand une annonce retentie, leur ordonnant de se regrouper en salle de réunion.

La salle était immense, mais il n’y avait pas assez de siège pour tous les volontaires. Elle choisit de rester près de la porte, appuyée contre la cloison. Elle écouta attentivement les directives du Colonel Sheppard.

Elle ne fut pas vraiment surprise de constater que le docteur Langston et elle n’était pas dans le même groupe. C’était logique de disperser les compétences, quoi qu’il en soit elle en ressentit une certaine inquiétude. Elle n’était pas médecin, elle espérait qu’elle pourrait faire fasse aux situations médicale qu’elle rencontrerait.

Mais ça, ça ne serait valable que s’ils ne se faisaient pas tuer à peine un pied posé sur le site. Coralie avait déjà vécu des situations difficiles, fait face à des attaques de camps, mais c’était une chose d’être mis au pied du mur et de devoir se défendre. S’en était une autre d’aller soit même se mettre dans une situation de ce genre.

En principe, elle n’intervenait sur les champs de bataille qu’après, une fois que la situation était sous contrôle, ici ce ne serait pas le cas. De plus, même si la salle était bondée, elle trouvait qu’ils étaient bien peu nombreux.

Après avoir donné ses instructions, Sheppard leur annonça qu’il leur restait un peu plus d’une heure avant leur arrivée sur le site, et qu’ils avaient quartier libre.

Coralie jeta un coup d’œil autour d’elle. Certains s’embrassaient, comme s’ils se voyaient pour la dernière fois, un autre dans un coin enregistrait un message pour ses proches, un testament.

La peur lui serra la poitrine. Elle n’avait pas besoin de ça. Elle décida de quitter la pièce et de redescendre dans le hangar, histoire de vérifier une dernière fois le matériel de premier secours dont ils étaient pourvus, et peut être faire quelques cartons sur les boites de métal, histoire d’être sure d’avoir le Glock bien en main quand elle en aurait besoin en situation réelle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatarInfos
Invité
MessageSujet: Re: Le Péril Alpha [Intrigue] Sam 2 Jan - 15:06
Le Péril Alpha











Les choses se sont enchaînées sans que j'ai vraiment eu le temps de comprendre ce qu'il se passe. Je sais que des gens ont besoin d'aide, qu'il doit certainement y avoir des blessés voir pire, je sais que je me suis portée volontaire pour apporter mon aide, mais maintenant que je suis sur le vaisseau qui nous amène tout droit sur le site alpha, j'ai du mal à comprendre pourquoi je me suis portée volontaire. Je ne suis pas comme tout ces militaires qui ont soif d'adrénaline ou qui ont des envie d'héroïsme, je ne suis pas non plus comme toutes ces personnes qui ont des compétences dans le domaine médical... Moi je ne suis qu'une simple psy et à part apporter mon aide pour les personnes en état de stress ou de peur intense et à part faire des bandages et des points de compression, je ne sais pas trop à quoi je vais servir. J'espère vraiment que je ne vais pas retarder ceux qui font leur travail... Adossée au mur de la salle qui sert de salle de briefing, j'écoute avec soin les paroles du commandant. L'impatience se lit sur certains visages mais il y a aussi la peur. Dans une heure et demie, les choses sérieuses allaient commencer et je sens le stress qui me gagne peu à peu. C'est ensuite au tour de Sheppard de prendre la parole. Les volontaires sont séparés en deux groupes et je suis dans le second. Je sursaute presque en entendant le nom de John être prononcé et immédiatement, mon regard se met à sa recherche dans la grande pièce. Depuis ce qu'il s'est passé dans la salle d'entraînement, nous ne nous sommes pas revus. Peut être qu'il a essayé de son côté mais moi, je dois avouer que j'ai cherché à l'éviter. Ce qu'il s'est passé m'a troublé, j'y repense souvent mais je me force de ne pas y attacher trop d'importance et puis de toute façon, pour lui, je suis sûrement une nana de plus à afficher sur son tableau de chasse. Je frissonne lorsque je le repère un peu plus loin et je détourne immédiatement le visage tout en espérant qu'il ne me voit pas ou qu'il ne me cherche pas comme je l'ai fais en entendant son nom.

Le briefing se termine et je suis dans les premiers à quitter la salle. Il reste une heure et demie à tuer et j'ai l'intention de mettre un maximum de ce temps à profit. Autour de moi, tout le monde s'entraide. Certains militaires apprennent aux civils qui le souhaitent à se servir d'une arme. Les médecin apprennent quelques gestes de premiers secours. Rapidement, certaines personnes viennent me voir spontanément pour discuter, pour leur permettre de se calmer. Je comprend tout à fait et c'est normal que je vienne en aide aux personnes qui ressentent cette peur. Je fais de mon mieux pour leur cacher la trouille que j'ai mais assez vite, je comprend qu'on est tous dans le même sac. On a tous peur que les choses tournent mal et que certains d'entre nous ne reviennent pas.

Dés que j'ai un peu de temps, je m'approche d'un militaire qui donne quelques leçons de tir. Si je dois me servir d'une arme une fois là-bas, il faut que je sache l'utiliser. Je n'ai jamais été fan de ce genre de choses, j'ai toujours eu une trouille bleue des armes à feu et pourtant me voilà à vouloir apprendre à m'en servir. Le miltiaire me tend un 9mm et affiche un sourire moqueur quand il me voit me dépatouiller avec pour trouver comment le tenir correctement. Il me faut plusieurs minutes avant de me familiariser avec l'arme. Le poids me surprend un peu mais je le trouve très maniable ce qui le rend un peu moins effrayant. On me montre comment viser et tirer, comment changer un chargeur et surtout la sécurité. Ça serait vraiment dommage que je me tire une balle dans le pied. Je finis par laisser ma place aux autres civils qui veulent apprendre et je vais m'isoler dans un coin. Assise sur une caisse, je joue nerveusement avec mon médaillon de baptême. Autour de moi, il y a des gens qui ont peur. Certains écrivent des lettres, d'autres demandent à être filmer pour laisser un message à leur famille. Le coeur serré, je les regarde faire, apportant mon aide dés qu'on me la demande. Je n'ai personne à qui dire adieu donc autant aider ceux qui ont de la famille.

San trop m'en rendre compte, mes yeux se baladent dans la salle à la recherche de John. J'aimerais bien savoir ce qu'il fait à cet instant précis. Est ce qu'il laisse un mot pour sa famille lui aussi ?
© Gasmask




Dernière édition par Evelyn Stanford le Lun 11 Jan - 11:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatarInfos
Invité
MessageSujet: Re: Le Péril Alpha [Intrigue] Dim 3 Jan - 22:31
Avant d'embarquer à bord de l'USS Athéna, une jeune femme, les bras chargés de barres de céréales, vint vers moi pour m'en tendre deux. La femme, une scientifique, m'informa qu'elles pourraient m'être utiles si la mission durait plus longtemps que prévu. Je là remerciai avant de les ranger dans une poche de mon gilet et de continuer mon chemin. Chacun voulait aider et chacun le faisait à sa façon ! La jeune femme se dirigeait vers un autre volontaire au moment où je récupérais mon sac et un chariot chargé, de caisses empilées, j'étais prête à embarquer !

***

Une fois à bord de l'USS Athéna, je suivi le groupe de volontaires jusqu'à une grande salle mise à notre disposition. Les murs et le sol indiquaient que des jumpers devaient habituellement séjourner ici. Je refusai le café proposé par un militaire du vaisseau. Si je me mettais à boire, j'aurais envie de passer aux toilettes plus tôt que voulu. Néanmoins, j'acceptai une petite bouteille d'eau qui rejoignit rapidement le contenu de mon sac.

Le lieutenant colonel Sheppard, nous aillant informer que le voyage prendrait un certain temps, il fallait que je m'occupe. A l'inverse de Centor qui gérait l'impatience en dormant, moi, j'avais besoin de canaliser ma montée d'adrénaline par l'action. Mon chien avait pris place dans un coin, couché, la tête posée sur ses pattes avant croisées, les yeux mis clos mais, les oreilles mobiles ! Ouvrant une des caisses que j'avais emmenées, jusqu'ici, j'y trouvais plusieurs 9mm accompagnée de chargeurs, chargés. J'en saisis un pour le charger dans mon 9mm. Je trouvais plusieurs canettes de soda et de bière dans une poubelle. Elles me servirent de défouloir. Chaque balle rencontra sa cible en son centre, dans une mélodie que seuls les militaires pouvaient apprécier. Rapidement d'autre me rejoignirent à moi, suivi de civils. Certain cherchait à vérifier qu'il était encore capable de se servir d'une arme, tandis que d'autre voulait apprendre les bases pour pouvoir se défendre. Je me fis une joie de pouvoir aider chacun d'entre eux. Même si le tir n'était pas ma spécialité, j'avais reçu une formation de base équivalente.

// Tous les volontaires doivent se rendre en salle de réunion. Je répète… //

A peine l'appel fini que Centor avait déjà rejoint sa place à mes côtés. Je vérifiai que chaque civil venant de tirer avait bien rangé son arme dans les règles, avant de suivre une nouvelle fois le mouvement. La salle où nous nous trouvions n'était pas très grande et en y rentrant, les places étaient presque toutes occupées. Mais je récits à en trouver une au deuxième rang. Centor, lui, était assis entre mes jambes.

Les trois chefs nous expliquèrent la situation plus clairement en nous montrant les plans du site alpha. Alors que chacun exposait différentes propositions d'action, j'eus un moment d'hésitation avant d'apporter mon point de vue. En Espagne, les moins gradés n'avaient pas leurs mots à dire. Les officiers donnaient les ordres et nous, nous exécutions leurs ordres !

- Je suis maitre-chien. Donc mon chien peut prendre la tête du groupe. Cela nous permettra de repérer plus facilement l’ennemi avant que lui nous voit.

Je pus leur expliquer le fonctionnement de Centor et ainsi faire ressortir les avantages de sa présence ici. Ce trouvant à plus ou moins cinquante mètres devant nous, en plus d'être munis d'un odorat et d'un ouï bien plus développer que l'homme, il pouvait détecter la présence d'armes qu'elles soient armes cachées, armes perdues, mais aussi de bombes, ou encore d'atlantes venant du site Alpha en fuite ou de géniis. Mais pour les pièges type, pièges à collet, il lui était impossible de les repérer à l'avance. Plus d'une fois il avait évité la mort de membre de mon équipe, alors je savais que nous pouvions nous fier à lui.

« Messieurs, Mesdames… Nous arriverons en orbite d’Alpha d’ici une heure et demie, c'est à dire à 16h, heure d'Atlantis. Il est temps de prendre une décision.»

Lorsque nous arriverons sur la planète, cela fera plus de huit heures que nous aurions reçu l'ordre de nous rassemblait dans la salle d'embarcation. Donc plus de huit heures que le site alpha aura été attaqué. Y avait-il encore une chance qu'il y ait des survivants ?! Les militaires qui avaient dû défendre le site au moment de l'attaque, s'ils avaient survécu aux balles qu'ils avaient pris, y avait t-il une chance qu'il n'ait pas succombé à leurs blessures… Si nous arrivions à 16 heures, vu que nous étions en hiver, le soleil se couchait aux alentours 17h, ce qui nous laisserait plus ou moins un heure pour progresser avec la lumière du jour, mais après …

- Vue l’heure où nous allons arriver, prévoyez des lampes !

Sheppard finit par former les équipes. J'appartenais au groupe Bravo et nous avions pour mission de reconnaître la position de l'ennemi puis de récupérer la porte des étoiles. Chaque membre de mon groupe m'était inconnu, mais je ne doutais pas de leurs compétences.

Alors que le briefing prenait fin et de la salle se vidait, je m'approchai des plans de la planète et du site Alpha pour mieux me repérer une fois sur place. Avec les militaires de mon groupe présent, nous cherchions à établir un plan de progression tout en analysant les cartes. Chacun apporter des idées et ses connaissances. Chaque argument était riche et permettait d'enrichir notre plan d'action.

- Si on regarde ce chemin, il semble être secondaire ! donc il y a moins de risques qu'il soit occupé. Lui… et lui, c'est pareil ! Le plus judicieux, selon moi, serait de progresser par là ! Vu le paysage, là, là et là, nous aurons de quoi nous cacher si besoin. Centor pourra passer par là et par là… Pour le reste on peut choisir de progresser en dehors des chemins existants. Centor pourra nous ouvrir la voie !

Pour chaque commentaire, je montrais les emplacements du doigt recevant des réponses à la fois positifs et négatifs. Toutes idées de hiérarchie semblaient avoir disparues. Nous étions tous là pour sauver des gens et toutes les idées semblaient bonnes à entendre.

- Les jumpers sont-ils équipés de détecteur infrarouge ? comme ça, si nous survolons la zone de la porte, cela nous permettra de savoir à combien d’individu nous aurions à faire !

Je ne vis pas l'heure et demie passer ! J'étais tellement occupée à essayer de trouver une stratégie avec les membres du groupe Bravo !

Dans un coin de la salle, j'aperçu un civil enregistrer un message, surement pour sa famille, à l'aide d'une caméra. Je n'avais jamais enregistré de message pour ma famille pour la simple et bonne raison que je comptais rentrer. Cela n'était pas optionnel !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatarInfos
Invité
MessageSujet: Re: Le Péril Alpha [Intrigue] Mer 6 Jan - 19:00
Cela faisait que quelques jours que Marc était arrivé sur la cité et il pensait passer la porte des étoiles avant de retourner dans ce magnifique vaisseau qu'est l'USS Athéna, mais ce fut malheureusement pas le cas. Il salua certains membres du personnel avec qui il avait sympathisé au cours de son premier voyage. Rassemblés dans le hangar à Jumper, l'équipe de sauvetage discutait de leurs compétences respectives, certains s'essayait aux tirs, d'autres bidouillaient un petit dispositif sûrement pour s'occuper et certains plus solitaire restés dans un coin pour se reposer ou était en pleine réflexion autour d'un café bien chaud. Très vite, le Docteur Langford, ainsi qu'une femme arborant un uniforme médical, furent sollicités pour rafraîchir la mémoire de certains sur les gestes de premiers secours. Langford les avait appris à l'université, il avait été même bénévole dans une association de premiers secours et avait donc été formé à une multitude de situations urgentes. Cela s'était révélé très utile lors de chantiers de fouilles à l'étrangers pour soigner des ouvriers bléssés en attendant les secours. En 2005, fraîchement inscrit à la Protection Civile, il avait même rejoint la Nouvelle-Orléans pour venir en renfort des secours surplace suite au passage de l'ouragan Katrina, ce fut une semaine très éprouvante mais il était rentré avec le sentiment du devoir accompli.


L'infirmière eut un regard soutenu envers le Docteur Langford et, plus compétente que lui dans ce domaine, il rejoint le petit groupe qui s'était formé devant elle. Il l'écouta attentivement et sourit à sa remarque sur le garrot à la tête. Il ne s'attendait pas à ce qu'elle lui passe le relais pour prendre la parole en signalant que Langford était plus compétent pour les techniques de premiers secours.

"Vous savez que je suis Docteur en Archéologie? Je suis plus habitué aux morts qu'aux vivants..."

Coralie s'excusa auprès de Langford avant de s'éclipser sans prêter attention à sa remarque. Au vue des visages inquiets, Marc expliqua à ces derniers qu'il avait été bénévole à la fac que c'était juste une plaisanterie. Il désigna une personne du groupe pour faire la victime au sol pour montrer des exemples de situations qu'ils pourraient rencontrer, le hasard tomba sur une femme bien entendu. Après une heure de formation express à qui voulait bien, Marc se dirigea vers le banquet servit en l'honneur des héros. Il prit un peu de jus d'orange, grignota et remplit ses poches de barres céréales en regardant autour de lui en sifflotant.

**... Les bléssés seront sûrement affamés...** 

Soudain, une voix dans les hauts-parleurs retentit pour convoquer tous les membres en salle de réunion et le Docteur Langford s'éxécuta. Après s'être confortablement installé, il assista au briefing du Colonel Sheppard et essaya de retenir les plans de la base Alpha ainsi que toutes informations utiles. Il fut affecté à l'équipe Bravo, dirigée par le Major Lorne, avec pour objectif de reconnaître les lieux et sécuriser la porte des étoiles. L'adrénaline gonflé, Marc vérifia son gilet tactique donné par un militaire de la cité et son équipement. En sortant de la salle de réunion, il rejoignit tout naturellement le Major Lorne, seul visage connu pour le moment, pour se familiariser avec le chef d'équipe et les autres membres du groupe en attendant leur arrivée sur le site Alpha.

**Dirigé par un militaire, j'en connais un qui serait fier...**
Revenir en haut Aller en bas

avatarInfos√ Arrivée le : 04/09/2015
√ Age : 25
√ Messages : 2192
John Sheppard
Dossier Top Secret
√ Age: 40 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Oui
MessageSujet: Re: Le Péril Alpha [Intrigue] Jeu 7 Jan - 14:53






L'aube d'une surprise !
EVENT Péril Alpha






Il était temps… Lorne était à mes côtés, aussi inquiet qu'impatient d'en découdre. Plusieurs fois, nous parlions des Geniis et de leurs étranges facilités à nous mettre des bâtons dans les roues. Je lui exposai, mes avis, qu'il fallait à tout prix en choper un et le cuisinier de manière peu conventionnelle. Car cela commençait à bien faire qu'on se face trahir dans tous les coins de la galaxie.
Après avoir exposé les groupes, Lorne parti rejoindre son groupe.

Je l'accompagnais, sur sa demande pour définir une stratégie avec eux. Oui, certain dirons, que je mets mon nez partout, mais c'est mon rôle d'être là. Je fus assez surpris de voir avec quelle vivacité le maitre-chien Santana s'impliqua dans la stratégie. Ses idées étaient excellentes. Plusieurs fois mon regard déviant sur son chien, Centor. Je regrettais qu'on n'ait pas de gilet par balle, adapté aux chiens…

Je lui répondis à sa question sur les Jumper

• .Les Jumpers ont une option vision nocturne. Ils font tout, sauf distributeur de sandwichs.

Quelques rires parcourue le hangar. Puis chacun des membres du groupe reprirent des idées. Je laissais Lorne, canaliser tout ça. Après tout c’est à lui de gérer son groupe. Quand la stratégie fut établie dans les grandes lignes, je hochai la tête et laissa Lorne s’occuper du reste. Après tout il suivait les directives qu’on avait établis ensembles. Je leur dis quelques paroles, histoire de bien mettre au clairs les choses. Et d’avoir le consentement de tout le monde après tous ses échanges il était nécessaire de recadrer tout ça.

• Lorne pilotera le Jumper et vous vous débarquer à une distance limite.

• Mon groupe survolerais en camouflage, la base pour voir l'étendue des dégâts et voir s'ils ne se cachent pas dans la forêt quelques petites surprise ou en train de mijoter des sales choses dans un coin.


• On reste en contact régulièrement !

J’insistai sur le régulièrement, il était primordial d’avoir des nouvelles et des renseignements en continue.

• Santana, vos capacités et celles de Centor sont un véritable atout , vous serez donc devant, enfin Centor.

Je regardai le Malinois, une très belle bête. J’adorais les chiens, cela me rappelait mon propre animal, celui que j’avais eu pour mon anniversaire… un berger australien.

• En rentrant, faudra demander aux scientifiques de nous pondre un gilet part balle spéciale chien !


J'avais plus parlé pour moi que pour les autres. Hurf… mon regard était resté sur Centor. Génial à force de parler sans réfléchir, tout le monde sait que j'apprécie les chiens et ça m'embête qu'on ne puisse pas autant protéger l'animal que les hommes. M'enfin, bref, comme si rien n'y était je tournai la tête vers Lorne, qui me regardait d'un air amusé. Lui savait et se demandait surement quand j'allais sortir une connoteriez sur le chien. D'un hochement de tête, il donna les autres emplacements des personnes, mettant en dernier l'archéologue. D'ailleurs Lorne, lui indiqua les armes, pour qu'il en prenne aussi une. Je fis un détour vers la cache d'arme, en prenant une, celle que j'avais d'habitude.

Puis je partie vers mon groupe. Je pu constater, avec joie, que notre infirmière savait se servir d'une arme. D'un signe de tête amicale et d'un pouce en l'air, je lui fis signe de mon approbation. Je vis « la dragonne de psychologue » dans un coin, en train d'enregistrer un message. Je m'approchai d'elle, attendant qu'elle finisse. Elle était inquiète et je la comprenais. Une psychologue qui fait une mission de sauvetage, ont pouvais bien se demander ce qu'elle foutait là. Mais qu'importe, elle avait des capacités et chaque personne nous ait utile. D'ailleurs nous avions deux supers psys. J'avais été étonné de voir ce corps de métier se porter volontaires, mais qu'importe c'est une bonne chose. Le Docteur Falcon, était non loin de son groupe en train de manipuler une arme. Il avait l'air d'un enfant avec un gros jouet.

• Docteur Stanford, tout va bien se passer. Venez

Je lui fis un petit sourire. Lui tendant ma main pour qu’elle se relève. J'étais que très mauvais pour rassurer les gens. Mais qu'importe, je comptais bien rentrer avec tout le monde vivant. Mon groupe se réunissait vers moi.

• Nous allons survoler en mode camouflage, la zone pour repérer de manière aérienne ce que le sol ne pourra voir. Puis nous irons dans une clairière dégagée, attendant le groupe Bravo.

Mais je tiens à vous préciser que s'ils se font attaquer, nous partirons immédiatement pour les secourir. J'établirai un plan plus sophistiqué avec les éléments fournis par le groupe Bravo.

Les civils seront en arrière, pour éviter de se prendre des dégâts et surtout pour être couvert et aller soigner les membres de la base.

Enfin, s'il y a des survivants. J'ignore si les Geniis n'ont pas eu la charmante idée d'exécuter tout le monde.


Je me rapprochai de mes militaires, pour leur dire cette phrase toute simple.

• Soldats ne fait pas d'état d'âme, tirer. Je tiens juste à avoir l'un des chefs, pour le cuisinier par la suite.

Oui, mes ordres étaient clairs, je ne voulais pas forcement qu'il ait des blessés ennemis, je voulais reprendre la base et si pour cela fallait tuer des Geniis et bien tant pis. Ça nous en ferait moins dans les pattes. Je n'aimais pas cette logique de penser, mais voilà que cela me gonflait d'avoir encore et encore ces idiots dans les pattes. Et puis bon, la guerre n'est pas propre et eux même voudront nous descendre alors soyons direct. Je me tournai vers Britt.

• Britt, casser du Genii ne vous généra point, je suppose ? Ce ne sont pas des Wraiths, mais ils valent un bon combat. Par contre méfier vous, ils sont des armes à feux.

Je lui tendis l’arme prise un peu plus tôt.

• Au cas où.

Je lui montrai son fonctionnement et lui rendit. Elle pouvait très bien la prendre ou la porter en bandoulière, qu’importe tant qu’elle avait aussi une arme à longue distance pour défoncer du Genii.

• Prenez, chacun, des lampes, des lunettes infrarouges. Des gilets part balle, vos autres équipements de soins et vos armes.

Le reste de l’heure je le passai, avec les membres de mon groupe à répondre aux questions, ou à les aider à s’équiper (pour les civils) et à donner des conseils. Quand nous arrivons près de la planète, je fis un signe et chacun partir vers les jumper.

• Bon courage à tous ! Et encore merci pour votre courage !

Et chacun des groupes s’engouffrait dans les vaisseaux.







© Jawilsia sur Never Utopia



_________________
Double comptes : Isia Taylor-Laurence & Alexander Hoffman & Naalem Lays //écriture : MediumTurquoise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 29/07/2015
√ Messages : 323
Gabriel Grayson
Dossier Top Secret
√ Age: 35 ans
√ Nationalité: Australie Australie
√ Gêne: Inoculation
MessageSujet: Re: Le Péril Alpha [Intrigue] Sam 9 Jan - 1:15
Le Péril Alpha
Avec les membres de la cité d'Atlantis

Une fois prêt à partir, je suivis le groupe de volontaires vers la baie d'amarrage pour aller à bord de l'USS Athéna. Comme tous les autres, je saluais certaines personnes, principalement des membres de mon équipe au laboratoire. J'ignorais si j'allais les revoir un jour. Puis, avec mon paquetage, j'embarquai à bord du vaisseau qui devait nous emmener vers notre destination. Le voyage allait durer plusieurs heures. Des heures de stress, d'impatience et d'appréhension. Qu'allions-nous trouver sur cette planète ? Quel danger nous attendait exactement ? Y avait-il des survivants ? Tant de questions pour l'instant sans réponse, et l'attente était insupportable. Pour passer le temps, on nous proposa quelques activités pour nous entraîner, dans la baie des X-302. Un stand de tir improvisé à un bout de la pièce, un coin "premiers soins" à l'autre bout. Chacun allait et venait pour apprendre les bases ou se perfectionner. Tout le monde s'y mettait, les débutants comme les chevronnés, car une fois sur la planète abritant le site alpha attaqué, nous serions livrés à nous même. Autant essayer de savoir faire le plus de choses pour notre survie.

En ce qui me concernait, j'étais plus apte à tenir une arme à feu plutôt qu'un bandage. Aussi, je me dirigeai vers le stand de tir pour m'exercer un peu. Je connaissais bien les bases, mais je voulais améliorer la précision de mes tirs. C'était la bonne occasion qui pourrait peut être me sauver la vie, ou celle de quelqu'un d'autre. Arrivé sur place, je vis une table longue sur laquelle se trouvaient quelques armes et chargeurs utilisés par les autres membres de l'expédition de secours. Au loin, des canettes faisaient office de cibles. Certains tiraient à côté, d'autres atteignaient leur cible du premier coup, quelque soit l'arme utilisée. Des professionnels donnaient des conseils à ceux qui en avaient besoin. A mon tour, je fis feu, prenant quelques fois mon temps pour tirer, ou agissant comme si j'étais sous le coup du stress, par réflexe. J'étais peut être un scientifique, mais je me débrouillais pas trop mal avec un simple pistolet. Je touchais quasiment toutes les canettes, ce qui me fit sourire. Je n'étais peut être pas aussi doué qu'un militaire, mais je savais me débrouiller. Après ma séance, je fis le plein de chargeurs et d'équipement tactique, avant de me diriger vers le coin médical. Je revis les bases des premiers soins, notamment comment faire un bandage correctement ou effectuer un bon massage cardiaque. Il n'y avait pas à dire, j'étais plus à l'aise avec une arme à feu, même si mon microscope et mon ordinateur me manquaient terriblement. De temps en temps, j'allais manger un peu, et boire pas mal de cafés. J'étais déjà stressé, mais peu importait. Autour de moi, la tension montait encore plus. Le temps passa lentement, et les gens ne savaient pas quoi faire. Certains continuaient à s'entraîner. D'autres s'installait dans un coin pour discuter ou lire un livre. J'en vis même quelques uns qui faisaient une petite sieste. Quelle chance ils avaient. Moi, je ne pouvais pas dormir.

Au bout d'un moment, une voix dans les hauts parleurs se fit entendre, nous demandant à tous d'aller en salle de réunion. S'ensuivit un briefing complet de ce qui allait se passer. Je découvris que l'on m'avait placé dans le groupe Charlie dont le rôle majeur était de reprendre le site alpha, pendant que le groupe Bravo s'occuperait de la reprise de la Porte des Etoiles. Les ordres étaient clairs, chacun savait ce qu'il devait faire. Pendant que la plupart des membres de l'expédition quittait la salle, je me rapprochai de la carte du site Alpha pour l'étudier. Je pris même quelques notes dans mon calepin, juste au cas où. Puis, je sorti et rejoignis mon groupe. L'heure d'arrivée se rapprochait. Je profitais de ce temps pour vérifier mon matériel, ma montre, ma radio, ma lampe torche et mon arme. Je regardai autour de moi pour voir ce que les autres faisaient. Certains avaient eu une bonne idée, ce que je fis à mon tour. Réquisitionnant une caméra à l'un de mes collègues, je m'éclipsai quelques minutes à l'abri des regards, et j'enregistrai un message pour mes parents et mon frère, des fois que je ne revienne plus jamais sur Terre. Les adieux étaient déchirants, et je faisais attention à ce que je disais, car ma famille n'avait pas le droit de savoir où j'étais parti ni quelle était ma mission. Je restais vague mais ces quelques minutes étaient une véritable torture. Puis, une fois la vidéo terminée, je stoppai la caméra et rejoignis les autres. Le Colonel Sheppard nous briefa sur la mission et nous expliqua le rôle de chacun. Les questions fusèrent pendant l'attente. Quant à moi, je préférais rester un peu à l'écart, en silence. J'étais solitaire, ce n'était pas de ma faute. Je n'aimais pas me mêler aux autres. Cependant, j'écoutais leur conversation d'une oreille, retenant ce qu'il y avait d'important. Une fois que l'USS Athéna arriva en orbite de la planète, je suivis mon groupe dans un jumper. Je m'installai sur un siège et j'attendis. Une nouvelle fois.


by Epilucial




_________________
DC : Rodney McKay - Skyler McAlister
Award:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 04/11/2014
√ Messages : 88
John Storm
Dossier Top Secret
√ Age: 29
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Non
MessageSujet: Re: Le Péril Alpha [Intrigue] Sam 9 Jan - 9:48
// Tous les volontaires doivent se rendre en salle de réunion. Je répète… //

Cela faisait maintenant une heure et demi que nous étions à bord du vaisseau.... La panique ressentie au sol était moins présente et les gens s''affairaient à leurs occupations. Les uns apportant du matériel et les autres expliquant tant bien que mal des techniques de premier secours. La Salle des X302 était méconnaissable.... Cela ressemblait plus à un hangar pour un vide grenier géant qu'à un hangar de vaisseaux...

John lui s'était entre temps déséquipé et avait tout posé dans un coin en attendant le moment fatidique. Il s'était dit que cela ne servait à rien de porter 20 kg de matériel pour tourner en rond... Il avait déjà tout prévu et n'avait pas besoin de matériel particulier en plus. Il disposait déjà de tout ce dont il avait besoin (JVN, Paraballe, munitions diverses, armes et grenades...)

Le message lancé aux haut parleurs du vaisseaux ne laissa que peu de temps au militaire pour réagir et aller s'y présenter. Arrivé sur place au pas de course, il restait que peu de places dans la salle qui était bondée et inadaptée à ce type de réunion. A l’autre bout de la pièce, le Colonel Sheppard était accompagné du Major Lorne ainsi que du Commandant du vaisseau. Il semblait particulièrement préoccupé et prit la parole après avoir activé le projecteur de la salle. Plusieurs images furent diffusées et commentées : le plan d’Alpha, les quelques données qu’ils avaient en leur possession.

« Messieurs, Mesdames… Nous arriverons en orbite d’Alpha d’ici une heure et demie, c'est à dire à 16h, heure d'Atlantis. Il est temps de prendre une décision.»


Les explications concernant le déroulement de la mission allaient être exposées. Il espérait être en première ligne, afin de faire ce pourquoi on l'avait formé : Le renseignement. A l'annonce de l'organisation de l'assaut, John esquissa un sourire. Il faisait parti du groupe Bravo, groupe de reconnaissance et de renseignement afin de récupérer la porte des étoiles. Le pilote du Jumper n'était autre que le major LORNE.
Le spécialiste n'avait pas encore eut l'occasion de travailler avec lui, ni avec aucun autre membre de l'équipe par ailleurs. Il supposait que tous avaient des spécialisations liées à leur capacité à reconnaître un terrain ennemi et à intervenir de façon discrète. Quoi qu'il en soit il verrait bien....

Le lieutenant colonel finissait de briefer les soldats des divers groupes d'intervention. Il savait y faire et un charisme important. Élément primordial pour être respecté et soutenu par ses hommes. Pas mal de questions lui étaient posées. Elles portaient toutes sur l'organisation de l'assaut.
Pour sa part, John restait silencieux, il savait ce qu'il avait à faire. les instructions vitales lui seraient données dans le Jumper juste avant le largage, son matériel était prêt et il n'attendait qu'une chose, entrer en action.

Dans la pièce se trouvait aussi la jeune docteur Stanford. Leurs derniers échanges remontaient à un entrainement au combat qui s'était soldé par une fuite précipité de cette dernière. Il ne savait pas vraiment quoi lui dire et préférait rester concentré sur sa mission. Quelques instants plus tard, le Lieutenant Colonel annonce qu'elle sera de la mission afin de porter assistance. Le jeune soldat tiqua.... il y avait des risques et il y tenait à sa jeune toubib.... Le briefing se terminait.
A la sortie, le soldat Storm se cala dans un coin et attendit Evelyn. Elle ne l'avait pas remarqué. Lorsqu'elle passa à sa proximité, il posa sa main sur son épaule et lui glissa en la fixant :

"Faites attention à vous et revenez entière"

Puis il ne lui laissa pas le temps de réagir et se dirigea vers la zone ou il avait posé tout son équipement. Il enfila son gilet de combat, clipsa les différentes armes puis vérifia une dernière fois qu'il n'avait rien oublié.

Il marmonna :


"Hmmmm C'est l'heure...."


Le vaisseau venait d'arriver en orbite, il était temps de prendre place dans le Jumper avec son équipe. Il passa la porte du vaisseau puis s'installa sur son strapontin en jetant un dernier regard sur la salle... Certains n'en reviendront peut être pas....

Il s'adressa furtivement aux passagers déjà en place :
"Bonjour Messieurs !"

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatarInfos
Invité
MessageSujet: Re: Le Péril Alpha [Intrigue] Dim 10 Jan - 17:17
La soldate ne comptait plus les minutes qu'elle avait passait sur l’USS Athéna. Elle jouait avec ses vêtements, derrière toute la troupe de toutes les personnes qui s'étaient portés volontaires pour cette mission. Mégane Shambe ne raffolait pas des rassemblements, elle n'en n'avait pas peur, mais elle préférée les évités. Elle soupira une énième fois, la voilà qui se perdait dans ses pensées, alors qu'elle devait écouter le débriefing. Elle sortit à temps de ses pensées pour entendre qu'elle était dans l'équipe Charlie.

L'équipe Charlie était composée de Gabriel Grayson, de Coralie Delcour, de Evelyn Stanford, de Britt Hata, du 1er Soldat de 1re classe Jilian Stevens et du soldat de 2nde classe Wayne Daniel ainsi que de nombreux volontaires. Elle n'en connaissait aucun, à part Evelyn Stanford. Le lieutenant-colonel Sheppard dirigé se groupe.

Elle écouta attentivement ce qu'on attend d'elle. La jeune femme se dit qu'elle avait bien fait d'avancée lorsqu'elle en avait eu le choix, bien qu'elle risquait sa vie, elle allait en sauver d'autre. Mégane sourit, tout en reportant son attention sur toutes les personnes en face d'elle.

"Mesdames, Messieurs. Soyez assurés que vous êtes un exemple de bravoure et de solidarité pour mon équipage."


Oh, sa, Mégane en doutait. Elle avait eu un doute sur Atlantis, un doute pour sa vie, un doute pour celle des autres aussi. Sa dernière mission avait plutôt mal fini, le colonel Sheppard en était témoin. Elle s'était maudite intérieurement en voyant tous les autres faire un pas en avant, ne se souciant que de ces personnes, qui étaient en danger, sans se soucier d'eux.

Mégane s'aperçut quelque temps après, que le débriefing était fini. Alors elle se leva, et se dirigea vers le hublot le plus proche. L'espace avait toujours eu un drôle d'effet sur elle, mais ça ne l'avait jamais dérangée. Mégane sourit, et profita du temps qu'il lui était donné pour se remettre dans ses pensées.

Une heure et demi après, le vaisseau venait d'arriver. Mégane, avec appréhension, rejoignit son groupe.
Revenir en haut Aller en bas

avatarInfos√ Arrivée le : 05/09/2015
√ Messages : 242
Britt Hata
Dossier Top Secret
√ Age: 32 ans
√ Nationalité: Alien Alien
√ Gêne: Oui
MessageSujet: Re: Le Péril Alpha [Intrigue] Dim 10 Jan - 21:51
Le temps passa doucement et quand tout le monde fut prêt, l'équipe de sauvetage fut dirigée vers le point d'embarquement à bord d'un énorme vaisseau de guerre. Ce n'était pas la première fois que Britt voyait un de ces vaisseaux de guerre, ni même la première fois qu'elle allait monter dedans, mais c'était bien la première fois que cela ne serait pas à bord d'un vaisseau wraith. Moins imposant que celui des monstre qui hantaient Pégase, il n'en restait pas moins très grand avec beaucoup d'espace. Tous les volontaires furent dirigé vers une vaste pièce et à en croire les conversations des autres, c'était ce que l'on appelait un hangar. La guerrière blonde avait capté des mots comme chasseur ou bien encore X-302. Là n'était pas le plus important, elle allait devoir passer quelques heures ici avec les autres le temps que le bâtiment de guerre les amène sur la planète Alpha. Rapidement, les gens se mirent à s'occuper comme s'il était impossible pour cet étrange peuple de rester sans rien faire. Des petits groupes se formèrent pour "étudier" l'art du combat, des soins ou jouer les savants fous. D'ailleurs, un jeune militaire arriva avec du matos et se mit en tête de forcer la jeune femme à le mettre. Dans un premier temps, par curiosité, elle tenta de voir l'intérêt de cet équipement, mais rapidement elle se fit son avis tranché dessus: "ce n'était clairement pas fait pour elle". Ce fameux gilet tactique la gênait dans ses mouvements, donc elle retira le tout et quand le jeune militaire voulu l'en dissuader, elle décocha une magistrale droite qui laisse la pauvre militaire ko quelques minutes.

- Britt Hata : Ça pas être pour moi. Moi préférer MA façon de faire.

Après avoir craché cela à la cantonade, elle fila pour trouver le calme dans un coin où on ne l'embêterait pas avec de telles futilités. Elle regarda comment les militaires atlantes se battaient. Ils utilisaient leur arme pour tirer sur des sortes de boite en métal vide. Elle s'approcha intriguée et voulu elle aussi faire étalage de son talent. Elle dégaina son couteau de combat et le jeta en direction d'une des cibles. Sous l'impact, la canette fut emportée et le coteau alla se ficher dans la parois métallique du hangar. Tout le monde regarda Britt qui ne comprenait pas vraiment pourquoi un tel intérêt pour sa personne. D'une démarche nonchalante, la jeune femme se dirigea vers l'endroit où était fichée sa lame pour la récupérer. Alors qu'elle s'éloignait du champ d'exercice, une annonce invita tout le monde à se rendre en salle de réunion. Ne connaissant pas les lieux, Britt se laissa guider par le flot des volontaires vers une pièce plus petite qui avait bien du mal à contenir tout le monde. Là, Sheppard et d'autres militaires firent un discours pour exposer les plans du site Alpha, de ses alentours ainsi que la stratégie qui allait être employée. Maintenant que les rôles étaient définis, il ne restait plus qu'à attendre le débarquement. Tout le monde quitta la salle de réunion et se dirigea vers le hangar. La composition des groupes avait changé. Maintenant, il y avait le groupe de reconnaissance et le commando d'action, puis les civils. Chacun des groupes discutaient pour savoir comment s'organiser. Le colonel Sheppard arriva pour parler plus amplement de la stratégie du groupe. Les mots furent simples à comprendre: "Pas de pitié, pas de prisonnier". Enfin, il fallait en garder un en vie pour que le militaire atlante puisse avoir un petit tête-à-tête avec lui. Cela ne regardait pas la guerrière blonde, elle avait retenu simplement qu'elle pourrait se lâcher et y aller franchement. Pas la peine de se retenir. Pas la peine de faire attention. Juste tuer l'envahisseur. Des ordres simples à comprendre et encore plus simple à appliquer. Puis, sans vraiment comprendre, elle se retrouva avec une des armes atlantes dans les mains. Sheppard parla de manière sibylline aux yeux de la jeune femme. Elle posa l'arme et tapota ses lames avec fierté en disant sur un ton qui ne souffrait pas de contestation.

- Britt Hata : Moi avoir ce qu'il faut. Pas besoin plus. Ça être suffisant pour tuer ennemi.

Il ne restait plus qu'à prendre son mal en patience et attendre sereinement l'arrivée sur le lieu de bataille. Étrangement et contrairement à son habitude, Britt afficha un calme olympien. La lionne qui faisait les cent pas en attendant le moment du combat laissa place à une femme assise en tailleur dans un coin qui semblait être en pleine méditation. Contraste énorme quand on connaissait un peu le phénomène. Elle savait qu'elle allait au combat et même si ses entrailles étaient en ébullition à cette idée, elle chercha à trouver un peu de sérénité afin de conserver l'esprit le plus clair possible. Un message annonça que l'on était arrivé et qu'il était temps de se préparer. Quand elle ouvrit les yeux, on put y lire une rare détermination et son large sourire carnassier ne laissa aucun doute sur le fait qu'elle allait semer la mort chez les geniis. Elle se mit debout et rejoignit son groupe de combat. Elle était prête.

_________________

DC Alevtina Kieslanova.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 01/08/2015
√ Messages : 255
Atlantis
MessageSujet: Re: Le Péril Alpha [Intrigue] Dim 10 Jan - 22:00
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Le Péril Alpha [Intrigue]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Le Péril Alpha [Intrigue]
» A la recherche d'Alpha [Intrigue]
» Résumé de l'intrigue
» Alpha Condé élut président de Guinée
» Bosco, ou "pourquoi ne faut-il jamais énerver un futur mâle Alpha"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Atlantis Insurrection :: Galaxie de Pégase :: Espace :: l'USS Athena-