Atlantis Insurrection
"Personne ne demande à devenir un Héros, sauf que parfois ça finit comme ça..."

Et si ce Héros, c'était toi ? Tu es l'un des meilleurs dans ton domaine (Biologiste, Chirurgien, Infirmier, Diplomate, Démineur, Maître chien...) et on te propose de participer à l'expédition la plus fabuleuse mais aussi la plus dangereuse : l'expédition Atlantis.
Auras tu le cran de rejoindre Atlantis pour découvrir ses mystères et affronter les dangers de cette galaxie ?

Tu peux aussi incarner les personnages importants de la série (Weir, Sheppard, McKay, Lorne, Teyla....) Bon niveau RP demandé.
On recherche de nombreux personnages inventés.
http://www.atlantisinsurrection.com/t387-personnages-vacants


Si tu te sens capable de franchir ce pas, tu es des nôtres ! Clique sur l'image ;-)


RPG sur Stargate Atlantis
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez| .

Le feu du Dragon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatarInfos√ Arrivée le : 04/09/2015
√ Age : 25
√ Messages : 2237
John Sheppard
Dossier Top Secret
√ Age: 40 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Oui
MessageSujet: Le feu du Dragon Ven 8 Jan - 12:02






Une petite pièce pour le Dragon ?
PV Evelyn Stanford







Nous étions, le lendemain de mon entretien avec Evelyne Stanford et de mon soldat tête de mule 1er : Eversman. Je n’étais pas très fier, hier soir, d’envoyer un mail, plutôt court au Docteur Stanford, pour lui dire que : enfin Matt était décider à faire son entretien… mais pas avec elle. J’aurais aimé la revoir… mais Weir, m’avait appelée pour une urgence.

Ce manque de fierté, face à cet exploit, était dû à mon manque de communication… surtout face à un ordinateur…je ne savais pas quoi lui dire de plus. Je n’avais aucun talent d’écrivain, pour lui narrer l’entretien et les raisons pour lequel j’avais accepté de changer de psys. Alors, ce fut avec une phrase d’ouverture lui disant « que je restais à sa disposition pour qu’on se voie » que j’espérais bien lui expirer de vive voix.

Dans un sens, je m’en foutais de savoir avec qui Eversman allait faire son entretien d’aptitude. Tant qu’il le passe. Mais je me mettais à la place de la doctoresse, qui pouvait penser, que je lui avais fait à l’envers. Dans un sens oui et dans l’autre non. Au vus des griefs qui avait entre les deux, j’avais trouvé ça plus logique de mettre un membre « neutre » au milieu. Car connaissant mon soldat, je ne pense pas qu’il aurait été au top de sa forme face à la si charmante psychologue. Pour une raison qui m’échappe il l’avait pris en travers et j’étais persuadé qu’avec sa fierté stupide, il aurait foiré son entretien juste pour se venger ou pour une autre raison obscure.

Et comme cela, reflétait un comportement gamin (je peux parler tiens …), et surtout en dessous des capacités de mon soldat je préférais préserver celui-ci. Enfin éviter qu’il soit renvoyé sur un coup de tête stupide. Et surtout avoue le, je voulais aussi préserver Stanford, d’un dérapage du fort caractère de mon sergent-maître.

J’étai d’ailleurs étonné que Frei, ne me soit pas tombée, dessus. Décidément je vais me faire engeuler que par des femmes…

Nous étions au début de l’après-midi et aucune réponse de la psychologue. Hum… pas bon ça. J’étais pas mal occupée, car j’allais partir en mission en début de soirée et je m’affairais à faire des briefings avec l’équipe SGA précédente. Ayant quelques minutes devant moi, je décidai de les consacrer à Stanford… même si je me doute que notre entretien serait houleux et loin d’être rapide. C’est en m’engouffrant dans le dernier couloir, après un petit virage que j’avais pris un peu serré, menant à son bureau que je tombai nez à nez avec elle ! Un peu gênant comme situation, je manquai de la percuter.

• Ah ! Docteur Stanford…j’ignore si le hasard est bon ou non … vous tombez bien, car j’allais venir me jeter dans votre antre !

Hum… faudrait vraiment que j’arrive un jour, à être sérieux dans ma vie. Surtout face à une femme en colère qui rêve de vous crever les yeux ! Enfin là c’est moi qui transpose…

Spoiler:
 



© Jawilsia sur Never Utopia



_________________
Double comptes : Isia Taylor-Laurence & Alexander Hoffman & Naalem Lays //écriture : MediumTurquoise


Dernière édition par John Sheppard le Ven 5 Fév - 19:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatarInfos
Invité
MessageSujet: Re: Le feu du Dragon Lun 11 Jan - 10:57


❝Le feu du dragon❞
John & Evelyn

Aujourd'hui, je ne suis pas vraiment de bonne humeur, mais je prend sur moi pour ne pas que ça se voit. Après tout, je dois faire mon travail et les autres ne sont pas sensés savoir que je suis d'une humeur de chien. La veille au soir, j'ai reçu un mail de Sheppard me disant qu'il avait eu son entretien avec Eversman et qu'ils avaient convenu tout les deux que le soldait verrait mon collègue au lieu de me voir moi. Je n'ai rien contre Falcon, il fait du très bon travail mais le connaissant, je ne pense pas que Eversman ait choisi la meilleur option mais bon, ce n'est plus mon problème à présent. La seule chose, c'est que je suis déçue. Déçue qu'on me l'ait faite à l'envers, déçue qu'encore une fois on ne me fasse pas confiance. C'est donc le dossier du militaire sous le bras, que je quitte mon bureau pour rejoindre Falcon et le lui transmettre. Une fois le dossier donné à mon collègue je n'aurais plus à me préoccuper de cette histoire et encore moins du bien être de Eversman.

Je déambule dans le couloir qui mène à mon bureau sans trop vraiment regarder où je met les pieds, comme d'habitude. Je salue les quelques personnes que je croise d'un franc sourire et j'essaye de ne pas trop maudire Sheppard et le fait qu'il ne soit pas capable de tenir sa promesse. Le dossier bien serré tout contre moi, je ne vois pas que quelqu'un arrive face à moi et j'ai tout juste le temps de redresser la tête pour éviter de justesse la collision avec Sheppard. J'hausse un sourcil quand il me fait savoir qu'il avait l'intention de venir me voir. Je plisse les yeux quelques secondes avant de lui répondre.

- Bonjour Colonel. Je suis désolée, je n'ai pas eu le temps de répondre à votre mail, trop de travail.

Ouh la menteuse ! Mais je ne vais pas décemment lui dire que je n'avais pas envie d'y répondre. D'un geste de la main, je balaye une mèche de cheveux.

- Que puis-je faire pour vous Sheppard ?

Bon j'ai déjà une idée sur sa présence ici mais je n'ai pas envie de le dire à vive voix. Après tout, je n'ai rien à me reprocher, j'ai la conscience tranquille.


© Pando


Dernière édition par Evelyn Stanford le Jeu 14 Jan - 15:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatarInfos√ Arrivée le : 04/09/2015
√ Age : 25
√ Messages : 2237
John Sheppard
Dossier Top Secret
√ Age: 40 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Oui
MessageSujet: Re: Le feu du Dragon Mar 12 Jan - 19:27






Une petite pièce pour le Dragon ?
PV Evelyn Stanford







La psychologue plissa les yeux quelques secondes avant de me répondre, qu'elle n'avait pas eu le temps. J'esquissai une petite moue peu convaincue. À sa place, je n'aurais pas eu l'envie de me répondre. Donc naturellement, je le pensais. Car bon « trop de travail », non pas qu'elle ne fait rien, mais on a toujours le temps de faire un accusé réception. Et puis franchement, vu mon mail, court et peu développé de surcroît, j'attendais, juste une date pour se voir et non une tirade. Bref, j'étais quand même suffisamment expressif du visage pour qu'elle comprenne aisément, que je pensais une toute autre chose que son excuse.

• Qu’importe, vous avez du temps pour qu’on parle de ce sujet ? Je suis plus à l’aise à l’oral que via un mail.

Cela avait dû se voir. M’enfin, je lui répondis avec cette phrase à sa question par la même occasion. Mais je ne sais, pas j’eu le besoin de développer tout ça. J’avais besoin de mettre les choses aux clairs, pour ne pas avoir des effets négatifs entre nous. Et aussi pour qu’elle comprenne mes choix. Dans un sens, Matt allait avoir son entretien. N’est-ce pas le principal ? Et il ne fallait pas qu’elle pense que je doute de ses compétences. Au contraire … à comparer de Falcon qui est quand même assez dur, Matt avait surement grandement perdue en demandant un autre psychologue. Et cela allait lui servir de leçon, ou le renforcer dans sa bêtise de penser que les psychologues sont tous des « cons ». Mais j’espérais qu’il se dise « ah tiens finalement Stanford était plus cool que lui … ».

• Autant parler de l'entretien, de la décision de transmettre le dossier au docteur Falcon, Eversman en lui-même face à vous. Histoire que vous soyez au courant et de mettre les choses aux clairs pour ne pas voir des interprétations fausses entre nous.

Après tout, ne lui avait-je pas dit que je lui en parlerai de cet entretien ? Je prônais quand même la paix sociale et donc la communication. Même si cela n'était pas facile pour moi ou pour les autres.




© Jawilsia sur Never Utopia



_________________
Double comptes : Isia Taylor-Laurence & Alexander Hoffman & Naalem Lays //écriture : MediumTurquoise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatarInfos
Invité
MessageSujet: Re: Le feu du Dragon Jeu 14 Jan - 16:18


❝Le feu du dragon❞
John & Evelyn

Mon excuse, je le sais, ne va pas donner satisfaction à Sheppard et d'ailleurs, je le vois rien qu'à son expression du visage. Je déglutis. En temps normal, je n'ai pas pour habitude de dire des mensonges mais toute cette histoire est en train de jouer avec mes nerfs et je sens que je vais perdre toute crédibilité si je ne suis pas capable de gérer un militaire caractériel. Je n'ai pas pour but de le descendre, j'ai juste envie d'aider. Certes je m'y prend sûrement mal, très mal même, mais je sais très bien qu'une carrière est importante pour un soldat et je n'ai pas envie de ruiner une vie. Je sers un peu plus le dossier de Eversman sur la poitrine quand le colonel me demande si j'ai le temps de parler de tout ça avec lui. Je réfléchis quelques secondes tout en me demandant en quoi cette discussion va faire avancer les choses et je finis par accepter.

- Retournons dans mon bureau si vous voulez bien.

Discuter de mes dossiers dans un couloir est quelque chose que je n'aime pas faire. Je m'efface pour laisser passer John et je le suis dans le couloir qui mène jusqu'à mon bureau. Sur le chemin, le gradé me fait part du sujet sur lequel il veut qu'on s'entretienne et je ne suis pas vraiment surprise. De toute façon, dés que je l'ai vu arrivé, je me suis douté qu'il voulait parler du cas Eversman. En tout cas, j'ai bien l'intention de ne pas me mettre dans une rage noire. Une fois à l'intérieur du bureau, je laisse le militaire s'installer sur un des fauteuils. Je m’assoies en face de lui et je prend deux minutes pour envoyer un mail à Falcon depuis ma tablette pour le prévenir de mon retard. Une fois chose faite, je pose le tout sur la petite table placée entre les deux fauteuils et je lève les yeux vers John.

- Je vous écoute. Qu'avez vous à me dire ?

Je lui adresse un timide sourire, dans l'attente d'entendre ce qu'il a à me dire. J'ai bien l'intention de dire ce que je pense. Si même le chef commence à ne pas tenir ses engagements, je commence à me demander si j'ai bien fais de venir ici sur Atlantis. Travailler avec des militaires n'a rien de facile, mai là, je vais finir par croire que tout les militaires qui sont ici sont ceux qui aiment discuter les ordres sur Terre. Cette histoire est en train de prendre une tournure que je n'ai jamais vu même en travaillant avec l'armée sur Terre et ça me surprend de la part de ces hommes qui sont quand mêmes sensés représenter une nation. Ce n'est pas parce que je suis qu'une civile et une psy qu'on me doit peu de respect.


© Pando


Dernière édition par Evelyn Stanford le Lun 18 Jan - 10:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatarInfos√ Arrivée le : 04/09/2015
√ Age : 25
√ Messages : 2237
John Sheppard
Dossier Top Secret
√ Age: 40 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Oui
MessageSujet: Re: Le feu du Dragon Sam 16 Jan - 19:23






Une petite pièce pour le Dragon ?
PV Evelyn Stanford







Je la suivis bien docilement. Assez ravie qu'elle accepte ma présence. Je dois transposer… mais dans ma tête je m'attends vraiment à une engueulade avec la psychologue. C'est bête, mais je ne la vois pas, clame et sereine, tout en m'écoutant lui expliquer comment j'ai préféré mettre une autre personne sur le dossier. Même si, je l'avoue, si elle fait ça, j'en serais plus que content.
En arrivant, dans son bureau, je pris place sur ce siège, avec l'impression de « déjà-vu » assez fort. On est quand même mieux ici, que dans le couloir. Cela évite les regards curieux et puis bon, parler d'un dossier publiquement, c'est comme prendre un mégaphone et raconter un secret d'état.

Mon regard balaya son bureau, le temps qu'elle écrive un mail. Je suppose à son collègue ou à une autre personne. Il n'y a eu pas tant, de décoration que ça finalement. Dans un sens, l'architecture de la cité, était tellement exceptionnelle, qu'elle se suffisait souvent à elle-même niveau « déco ».

J'étais assez instable, niveau émotions. Je ne savais pas vraiment sur quel pied danser ni encore comment aborder les choses de manières délicates et bien formulés. Les limites, d'être un militaire, me donnèrent une bonne claque. Je n'étais pas très bon en assertivité… ou du moins, je laissais mes émotions, prendre le dessus. Je me sentais, coupable et à la fois, je ne regrettai pas. Car j'avais fait un bon choix à mes yeux. Chose que je me devais de lui dire, sans la froisser.

Je regardai mes mains, réfléchissant quelques instants, de comment aborder le problème. Puis releva la tête vers le beau et si charmant visage de la psychologue.

• Je vais être direct. En premier lieu, si j'ai demandé le changement du dossier de mon soldat. Ce n'est pas contre vous. Je veux dire, que ce n'est pas un problème de compétence ou de confiance. Vous faites un excellent travail. Vous êtes l'une des rares psychologues, où le corps militaire en général, ce sens bien, grâce à votre patience et votre humanité.


Je fis une pause de quelques minutes. La regardant dans les yeux. Je pensais ce que je lui disais. Étonnamment, j'avais une voix claire et plutôt nette. Je me surprends. J'ai trop l'habitude de mes dévaloriser, faudrait que je prenne un peu plus d'assurance.

• Si, le dossier vous a été « retiré », c'est pour d'autres raisons. Durant l'entretien, avec Eversman, j'ai pu constater qu'il avait une certaine tension envers vous. Sans me donner de vrais raisons cependant. Le but, étant, qu'il passe son entretien d'habitude. Et que celui-ci se passe dans de bonnes conditions. Cela, prend en compte l'examinateur.

Mon regard ne se détourna pas. Bien fixe sur elle, alourdissant mon sous-entendus. Oui, je ne tenais pas ce qu'Everserman repasse un entretien avec elle, car j'en était certain, il serait douloureux et pénible pour la psychologue de le faire. Et j'ignore, si la bêtise de mon contremaître, le mènera à faire des actes qu'il regrettera par la suite.

• J’ignore ce qui s’est vraiment passé entre vous et pourquoi il y a cette animosité envers vous. Dans tout les cas, il ne pourra que regretter d’avoir fait sa tête de mule avec vous.

Autre sous-entendus. Falcon, était réputer pour ses compétences, mais surtout pour cette franchise cynique qui le rendait assez exécrable et peu apprécier des militaires en générale…, enfin surtout ceux qui avaient du caractère. En lui accordant, ce qu’il désirait, je venais plus ou moins de lui mettre une baffe de punition. Bref, peut être que je faisais une erreur en laissant une seconde chance à mon soldat, que j’allais sûrement le regretter… mais que voulez-vous, je suis pour la paix sociale. Je suis peut-être trop bon, ou même trop con. Je crois peut-être trop en la bonté humaine et à la bonne foi. Le futur me montrera si je dois affronter un dragon plus redoutable ou non.
Je me tus enfin, attendant les réponses de mon interlocutrice.






© Jawilsia sur Never Utopia



_________________
Double comptes : Isia Taylor-Laurence & Alexander Hoffman & Naalem Lays //écriture : MediumTurquoise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatarInfos
Invité
MessageSujet: Re: Le feu du Dragon Lun 18 Jan - 11:36


❝Le feu du dragon❞
John & Evelyn

Je croise mes jambes et je ne quitte pas Sheppard des yeux. J'espère qu'il a une bonne excuse pour avoir accepté de laisser Eversman voir l'autre psy. On avait convenu que le rendez-vous se ferait avec moi mais apparemment, le boss en a décidé autrement. Je ne sais pas si Frei va voir tout ça d'un très bon oeil elle aussi. J'observe Sheppard qui pour le moment se contente d'observer ses mains. Il semble nerveux, pourtant je n'ai pas l'intention de criser ou de devenir hystérique. J'hausse un sourcil, un peu surprise de le voir aussi nerveux. Quand finalement, il lève ses yeux vers moi, je lui adresse un petit sourire pour lui faire comprendre qu'il n'a pas à avoir peur d'une quelconque crise de ma part. Oui il s'est foutu de moi, mais j'ai d'autres manières de faire comprendre que je supporte pas qu'on me fasse ce coup là. Je l'écoute alors qu'il m'explique pourquoi il a décidé de confier le cas de son homme à mon collègue. En gros ce n'est pas moi le soucis mais Eversman. Apparemment, Sheppard a peur que le soldat ne soit violent avec moi. Je croise les bras sur ma poitrine et je le laisse terminer son explication. Dés qu'il a finit, je prend la parole à mon tour.

- Je vous remercie de vouloir me protéger comme ça. C'est très aimable de votre part...

A mon tour, je marque un temps de pause avant de poursuivre ce que j'ai à dire.

- Pourquoi vous ne m'avez pas dit tout ça lors de notre premier entretien ? Je l'aurais parfaitement compris vous savez... Par contre là, avec le plan que vous m'avez fait et même si c'est pour mon bien comme vous dites, j'ai un peu de mal à encaisser le fait que vous me l'ayez faite à l'envers.

Je suis calme, je ne parle pas méchamment et ma voix a toujours le même ton. Par contre, ce que Sheppard ne sait pas c'est que je suis rancunière et je ne suis pas du genre à pardonner comme ça, juste parce qu'on me fait les yeux doux. Le colonel aimerait ensuite savoir pourquoi il y a ce tel climat entre Eversman et moi et je ne peux pas m'empêcher de soupirer. Je plisse le nez et je me mord la lèvre avant de lui répondre, un peu perplexe je l'avoue.

- Je dois bien avouer que moi non plus je ne sais même pas pourquoi on se retrouve dans cette situation... Je ne pense pas être méchante ou quoi, je fais juste mon travail et si il a un soucis avec les psychologues, il n'avait qu'à m'en parler quand il en a eu l'occasion. J'aurais très bien compris et j'aurais cherché un autre moyen de l'approcher au lieu de le suivre dans presque toute la cité...

Je suis déçue. Déçue de ne pas avoir réussi à m'occuper d'Eversman. J'en ai fais un challenge personnel et de voir que c'est Flacon qui va prendre la suite, ça me mine le moral. Moi qui n'aime pas baisser les bras, je me sens bonne à rien là pour le coup. Je fixe Sheppard et cette fois, mon ton s'est durci. Lui aussi il m'a déçue.

- Ne me refaites jamais ce coup là Sheppard, est ce que c'est clair ? ça ne se passera pas aussi bien qu'aujourd'hui...


© Pando


Dernière édition par Evelyn Stanford le Mer 27 Jan - 16:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatarInfos√ Arrivée le : 04/09/2015
√ Age : 25
√ Messages : 2237
John Sheppard
Dossier Top Secret
√ Age: 40 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Oui
MessageSujet: Re: Le feu du Dragon Dim 24 Jan - 19:36






Une petite pièce pour le Dragon ?
PV Evelyn Stanford







En relevant la tête, elle me fit un petit sourire qui en disait long. Je me senti ridicule, de craindre une hystérie qui n'arrivera pas. Mais que voulez-vous, quand on fait ce genre de choses, je n'ai certes pas la conscience tranquille, mais de bonne raison. Alors, oui, je m'attendais à une colère, c'est souvent ce que j'ai vu avec plusieurs femmes. Mais le docteur Stanford, resta calme et stoïque. Finalement, je me détendis, me disant que définitivement, je n'étais qu'un gros gamin qui ne savait que mal si prendre avec les relations humaines.
Après ses deux premières phrases, elle me fut sous-entendre qu'elle serait rancunière et a juste titre. Je comprenais parfaitement qu'elle ne nait point apprécier, même pour de bonne raison. Je n'attendais pas qu'elle me saute au cou et que tout soit effacé

• C’est durant l’entretien avec mon soldat que je l’ai senti Stanford. Sinon, je ne vous l’aurais communiqué durant nos premiers échanges. Je comprends parfaitement votre état d’esprit.

J'étais calme, les mains posées sur mes cuises, la regardant. J'avais reprit de la contenance. Bref un adulte raisonné.

Ainsi, elle ignorait aussi où était le problème… et bah dans ce cas, j'ai envie de me dire que mon soldat se créer des difficultés tous seul. Je soupirai longuement… Et si c'est une incompatibilité de métier, il va être sacrément servie avec Falcon. Si seulement, ça pouvait lui faire prendre conscience que Stanford est plutôt bien. M'enfin, faut que j'arrête de croire en la bonté des autres.
Je vais encore me faire incendier par Frei qui ne se gênera pas pour me dire que nous ne vivions pas dans un monde de bisousnours. Une nouvelle fois sa trop grande loyauté envers les règles et ma nature chaotique envers ces mêmes lois allait nous entraîner dans un conflit. À croire que nous aimions nous foutre sur la gueule joyeusement. Un conflit où elle aura raison évidemment. Mais au final, cela ne nuisait nullement à notre confiance mutuelle et au respect énorme que nous avions l'un pour l'autre. Frei, c'est un peu ma lanterne, celle qui me guide et recadre. Car avouons-le, ce n'est pas Weir qui arrive à me mettre une bride

• Hum… je sens que cette histoire sera plus longue que prévus.

Son ton se durcie, elle lassa planer à une menace, je hochai la tête. Je n'avais rien à contester, au contraire cela était parfaitement logique. Même si mes raisons étaient nobles, on ne peut pas satisfaire tout le monde.

• Ça l’ait. Je tiens quand même à m’excuser.

Car après tout, ce changement de dossier n’a pas été fait de si bon cœur que cela. Surtout que je suis assez satisfait et reconnaissait des compétences de Stanford. Et je lui envoyais en priorité mes soldats chez elle.

• J’espère que cela ne nuira pas à nos relations. J’apprécie votre travail et vos compétences et je ne tiens pas à ce que cela en pâtisse sur nos rapports.

J'étais sincère. J'avais plus de facilité avec elle. Et puis bon, je n'aimai pas forcément les conflits. Surtout de conflits avec des personnes que je respecte et que j'apprécie pour leurs qualités.






© Jawilsia sur Never Utopia



_________________
Double comptes : Isia Taylor-Laurence & Alexander Hoffman & Naalem Lays //écriture : MediumTurquoise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatarInfos
Invité
MessageSujet: Re: Le feu du Dragon Mer 27 Jan - 18:08


❝Le feu du dragon❞
John & Evelyn

Je m'enfonce dans mon siège et je ferme les yeux pour tenter de calmer le mal de tête qui vient de pointer le bout de son nez. La situation atteint un niveau que je n'avais encore jamais rencontré dans mon travail et pourtant, j'en ai eu des réfractaires. Celui là, j'ai l'impression qu'il va me pourrir encore pas mal de journée et me faire dépenser du temps que je n'ai pas. Je pousse un soupir en approbation à la phrase de Sheppard. Il a raison, Eversman va nous donner du fil à retordre et on a pas prêt d'arriver à lui faire passer son fichu entretien, qui pourtant, j'en suis sûre ne peut que valider le fait que c'est un bon soldat. Je me redresse en prenant appui sur les accoudoirs et je regarde Sheppard, un léger sourire aux lèvres.

- On a déjà travaillé ensemble avant et je vous apprécie beaucoup. Que ce soit en tant qu'homme que soldat, mais j'ai la curieuse impression que ce soldat fait ce qu'il veut avec vous, je me trompe ?

Je le fixe avec le sourire. J'ai souvenir de cet homme prêt à tout pour le bien être de ses hommes et c'est une qualité que je ne peux pas lui retirer, mais je me souviens aussi que c'est quelqu'un qui a du mal à serrer la vis.

- Si je me souviens bien, je vous ai déjà dis d'arrêter d'être un peu trop laxiste avec vos hommes. Il y en a certains qui abusent de votre gentillesse...

Je ne donne pas de nom, mais je pense que Sheppard a très bien compris où je veux en venir. Il s'excuse une nouvelle fois et je souris pour lui faire comprendre que je ne vais pas le traîner en cour martiale pour ça. Il a de la chance que je le connaisse un peu parce qu'en temps normal, je suis plutôt du genre rancunière et j'ai énormément de mal à laisser passer les choses.

- Avec un peu de chance, Eversman va comprendre qu'il a fait une erreur en préférant aller voir Falcon...

Je ne peux pas m'empêcher d'afficher un sourire, amusée par la situation. J'imagine très bien Eversman se mordre les doigts. Oh je sais qu'il ne viendra pas me voir pour me dire qu'il a fait une erreur, il est bien trop fier pour ça, mais rien que le fait de savoir que Falcon ne va pas y aller de main morte avec lui me fait le plus grand bien. Normalement je suis pour le bien être de mes patients, mais avec le militaire c'est différent. Je ne supporte pas non plus qu'on me prenne pour une idiote.


© Pando


Dernière édition par Evelyn Stanford le Sam 30 Jan - 22:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatarInfos√ Arrivée le : 04/09/2015
√ Age : 25
√ Messages : 2237
John Sheppard
Dossier Top Secret
√ Age: 40 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Oui
MessageSujet: Re: Le feu du Dragon Jeu 28 Jan - 20:08






Une petite pièce pour le Dragon ?
PV Evelyn Stanford






Je la vis s'enfoncer dans son siège fermant les yeux. Apparemment, elle rejoignait mon pressentie sur cette histoire. Je sens, qu'en voulant aider l'un de mes hommes, je vais me retrouver dans de beaux draps, ou du moins je vais en être sacrément déçue.

Quand elle rouvrit ses jolis yeux, je ne m'attendais pas à une référence de notre passé commun. J'avais toujours du mal, avec les compliments et certaines vérités. J'esquissai une petite moue qui trahissait mon approbation. Karola, m'avait déjà fait le reproche d'être trop laxiste avec Eversman. Mais une nouvelle fois, je laissais toujours au moins trois chances à mes hommes. Car certaines actions contre la hiérarchie, sont parfois bénéfiques. M'enfin pour le moment, rien de bien significatif n'avait été fait de la part du soldat. Mise à part, créer un conflit futur.

Elle me sourit et je fis de même. Elle continua sur sa lancer, me rappelant son conseil. Une nouvelle moue barra mon visage et un petit rire. Oui, c'est vrai… mon regard gris, la toisa. C'est moi où elle est en train de me faire un mini-entretien ? Je ne me rebiffai point, la laissant faire.

• Je m’en souviens très bien. Et j’ai du mal à l’appliquer tant qu’on ne m’a pas pris clairement pour un con.

M’enfin faudrait que je me montre un peu plus ferme. Ça ne serait pas des plus mal. Remarque, quand je me décide à le faire, je suis assez intraitable mais, cela va avec mon côté « sympa », je le suis tant que j’ai un rapport de confiance, quand celle-ci est brisée … il est bien difficile de m’arracher une faveur. M’enfin bon. Homme qui marche ses sentiments, homme qui se fait avoir.

• Eh pour répondre à votre question, je ne dirais pas « ce qu’il veut de moi », juste, je lui donne une chance de plus. Que ça soit lui ou un autre bon élément, j’ai tendance à laisser le bénéfice du doute.

Evelyn, savait pourquoi, lors de nos premiers entretiens, elle avait clairement identifié, que je ne souhaitais pas ressembler aux autres hauts gradés qui traitaient souvent injustement et durement leurs hommes. Que je souhaite laisser un libre abrite pour que parfois certaines dérogations aux ordres, face de grandes choses. Moi-même étant assez insubordonné, j'avais grand mal à suivirent des ordres qui me paraissent stupides. C'est une forme de projection. Cela faisait-il de moi un mauvais chef ? Je ne le pense pas. Le fait d'être humain, n'ait pas un défaut. Et dans un sens, je comble mon manque avec ma capitaine. Enfin, bon. Je suis quand même d'accord, sur les paroles de ma psy préférée. J'étais trop gentil, avec une personne qui ne le méritait peut-être pas. Enfin l'avenir nous le dira.

J'hémi un rire, à sa phrase. J'espérais bien qu'il regrettera Stanford, c'est une manière subtile de le punir face à son refus. Et puis, franchement, je ne comprends toujours pas pourquoi, il s'est montrer aussi réfractaire face à elle... C'est la meilleure psychiatre que j'ai rencontré et elle n'a que des avis positifs… Peut-être pas aussi franc et direct que l'aurais voulu certaine personne, mais au final s'en ait une.

• J’espère bien, que Falcon soit dans un de ses grands jours !

Les grands jours Falcon, se traduisent souvent par un traumatisme des ses patients qui sont choqués d’entendre clairement certaines vérités sans aucune délicatesse. C’est une personne spéciale, mais qui avait de sacrés résultats.

• Enfin nous verrons bien. Je vais vous laisser.

Enfin, si elle le désirait, car elle pourrait très bien continuer son début d’entretien. Pour cela je me redressai sur ma chaise, attendant une réponse de sa part.








© Jawilsia sur Never Utopia



_________________
Double comptes : Isia Taylor-Laurence & Alexander Hoffman & Naalem Lays //écriture : MediumTurquoise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatarInfos
Invité
MessageSujet: Re: Le feu du Dragon Sam 30 Jan - 22:27


❝Le feu du dragon❞
John & Evelyn

Je souris lorsque j'entend Sheppard qui essaye de se défendre comme il peut. D'un côté, je comprend tout à fait son dévouement pour ses hommes mais de l'autre, j'ai du mal à comprendre le fait qu'il cède à certaines choses alors qu'il ne faudrait pas. Les jambes croisées, je l'observe alors qu'il m'avoue avoir du mal à appliquer le conseil que je lui ai donné quelques années auparavant tant que les limites n'ont pas été franchies. Je soupire, quelque peu amusée par cet aveu.

- Attention quand même à ne pas vous faire prendre pour un "con" trop souvent...

Je lui adresse un sourire pour qu'il comprenne que je suis de son côté. J'hausse un sourcil quand il me donne son point de vue sur ce qu'il vient de faire avec le soldat Eversman, j'essaye de ne pas rire car ça ne va pas faire très pro, mais je ne peux pas m'empêcher de faire claquer ma langue sur mon palais pour lui faire comprendre que je ne suis pas d'accord.

- Je n'ai qu'une seule chose à dire Colonel. Le chef c'est vous et vous avez tout les droits pour qu'un de vos soldat obéisse....

Il a bon dos le "bénéfice du doute"... Je suis prête à mettre ma main à couper qu'à l'heure actuelle, il y en a un, quelque part dans la cité qui doit savourer l'effet de ce fameux "bénéfice du doute". D'accord, il ne veut pas passer pour le méchant, mais je pense qu'il y a quand même certaines choses à ne pas faire pour ne pas, non plus, passer pour le "con".

Je le vois qu'il se redresse de sa chaise, un peu surprise, et me fait savoir qu'il compte y aller. Je me lève à mon tour et je lui souris.

- Sauf si vous n'avez rien de plus à ajouter, je ne vais pas vous retenir plus longtemps.

Si il veut rester pour continuer à discuter, ça sera avec grand plaisir mais si il préfère y aller, je ne vais pas le retenir. Contrairement à ce que peut penser Eversman, je ne suis pas une geôlière.

- Je vous convoquerais pour un entretien officiel de toute façon.


© Pando


Dernière édition par Evelyn Stanford le Dim 7 Fév - 14:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatarInfos√ Arrivée le : 04/09/2015
√ Age : 25
√ Messages : 2237
John Sheppard
Dossier Top Secret
√ Age: 40 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Oui
MessageSujet: Re: Le feu du Dragon Ven 5 Fév - 19:41






Une petite pièce pour le Dragon ?
PV Evelyn Stanford






Ne pas être prit pour un « con » trop souvent ? Oui cela était à vigiler. Je lui répondis par un petit rire. Oui, faudrait que je commence à sévir un peu plus. M’enfin, il était rare ce cas, là où j’étais pris pour un dindon.

Faudrait que je commence à me méfier avec les nouveaux caractères. Et cela m’éviterais de m’engeuler une énième fois avec ma capitaine favorite.

En tout cas, j’avais pu apprécier Evelyn dans le passé et ce sentiment se confirmait. Non, pas parce qu’elle n’avait pas montrer l’envie de partir dans de grand et haut mot. Mais, pour sa douceur et sa compensions. Il était rare d’avoir des personnes comme elle. Et cela, m’irritait un tant soit peu que Matt, ne voie pas la chance qu’il avait. Enfin, bon Falcon, lui fera passer l’envie de mettre des lapins aux belles dames.

Je regardai ma montre, oui j’avais pas mal de chose à faire encore… sinon, j’aurais bien continuer à parler avec Evelyne de tout et de rien.
Je soupirai, plus pour moi que pour elle. J’avais encore une réunion, à croire qu’en ce moment Weir, à la réunionite aiguë. Mon regard gris se porta sur le beau visage de mon interlocutrice et d’un geste amical je la salua.

• Oui, je serais bien resté, mais j’ai une réunion avec Weir dans 30 minutes. Merci, pour votre patience Stanford.


Elle me rappela que de toute façon, elle me convoquerait à un entretien. Ah dans ce cas, on aura de quoi parler plus longuement. Mon regard pétilliant d’amusement.

• Hum… je ne sais pas … je viens que si vous me courez après.

Je lui fis un clin d’œil face à la petite boutade, rien de bien méchant. Puis, je m’engouffrai dans le couloir, lu souhaitant une bonne journée.

RP END 05-02-2016



© Jawilsia sur Never Utopia



_________________
Double comptes : Isia Taylor-Laurence & Alexander Hoffman & Naalem Lays //écriture : MediumTurquoise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Infos
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Le feu du Dragon
Revenir en haut Aller en bas

Le feu du Dragon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» How train your dragon
» [Jeu Vidéo]Dragon Age Origin
» Avocats du Dragon
» Dragon vs Aigles
» Au Dragon Vert

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Atlantis Insurrection :: Cité d'Atlantis :: Niveau 8 - Zone Médicale-