Atlantis Insurrection
"Personne ne demande à devenir un Héros, sauf que parfois ça finit comme ça..."

Et si ce Héros, c'était toi ? Tu es l'un des meilleurs dans ton domaine (Biologiste, Chirurgien, Infirmier, Diplomate, Démineur, Maître chien...) et on te propose de participer à l'expédition la plus fabuleuse mais aussi la plus dangereuse : l'expédition Atlantis.
Auras tu le cran de rejoindre Atlantis pour découvrir ses mystères et affronter les dangers de cette galaxie ?

Tu peux aussi incarner les personnages importants de la série (Weir, Sheppard, McKay, Lorne, Teyla....) Bon niveau RP demandé.
On recherche de nombreux personnages inventés.
http://www.atlantisinsurrection.com/t387-personnages-vacants


Si tu te sens capable de franchir ce pas, tu es des nôtres ! Clique sur l'image ;-)


RPG sur Stargate Atlantis
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez| .

Y a-t-il un pilote dans le Jumper ? [PV John Sheppard]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatarInfos√ Arrivée le : 29/07/2015
√ Messages : 297
Gabriel Grayson
Dossier Top Secret
√ Age: 35 ans
√ Nationalité: Australie Australie
√ Gêne: Inoculation
MessageSujet: Y a-t-il un pilote dans le Jumper ? [PV John Sheppard] Ven 11 Mar - 21:07
Y a-t-il un pilote dans le Jumper ?
Avec John Sheppard

Plus d'un mois s'était écoulé depuis la mission de sauvetage sur le site Alpha. J'avais enfin quitté l'infirmerie, j'étais entièrement remis de mes blessures. Ou presque. Mes hématomes, mes plaies et mes côtes fêlées étaient de l'histoire ancienne. Quant à ma main gauche, la blessure était cicatrisée et plus vraiment douloureuse. J'allais seulement garder deux petites cicatrices à peine visible. Néanmoins, je dus garder le bandage encore quelques jours. Rien de bien méchant, et le principal, c'était ma liberté. Enfin. J'avais savouré une nuit dans mon propre lit, et ça m'avait fait beaucoup de bien. J'avais eu l'autorisation de reprendre le travail le lendemain, et en attendant, j'avais gagné une journée de repos. Et pour cette journée, j'avais eu une idée pendant ma convalescence.

Lors de mon séjour à l'infirmerie, dès que mon état l'avait permis, j'avais demandé à me faire inoculer le gène des Anciens, en espérant que cette tentative soit un succès. Et par chance, cela avait été une réussite. Me voilà doté du gène des Anciens qui me permettrait d'utiliser leur technologie, ce qui me faciliterait dans mon travail. En attendant, quelque chose m'était venu à l'esprit. Ca n'avait rien à voir avec le boulot, mais après tout, je ne demandais qu'à élargir mes domaines de compétences. Certes, j'étais un scientifique, mais je pouvais très bien faire autre chose, même si je n'étais pas un pro. Et en regardant Sheppard allongé sur l'un des lits de l'infirmerie, une idée avait germé dans ma tête : pourquoi ne pas apprendre à piloter des jumpers ? Regardez McKay, c'était un scientifique comme moi, et il savait piloter. Ou du moins, voler sans se crasher. Cela pouvait être un atout s'il y avait un manque de pilote, non ? Et puis, j'en avais envie. Après avoir fait part de mon nouveau hobby au Colonel, ce dernier accepta de me donner des cours dès que son état le lui permettrait. Et qui de mieux qu'un expert en pilotage pour vous apprendre à piloter ces petits vaisseaux ? Je devais l'avouer, j'étais impatient d'avoir ma première leçon. Et ce jour arriva enfin.

Me voilà en route pour la baie des jumpers. On avait fixé un rendez vous à 15h30, et j'eus quelques minutes d'avance à mon arrivée dans le hangar. Sheppard n'était pas encore arrivé, je dus patienter. Me dirigeant vers le premier vaisseau, j'entrai dedans et allai m'asseoir sur le siège du pilote. A mon contact, la tableau de bord s'illumina, et j'eus un sourire. Le jumper reconnaissait le gène, c'était une bonne chose. En attendant le Colonel, j'observai tout sur le tableau de bord, j'étudiai la console, et je me surpris même à prendre les commandes dans mes mains. Ce n'était pas du tout la première fois que je montais bord d'un jumper, mais aujourd'hui, j'eus l'impression de le voir pour la première fois. Mon esprit scientifique était en ébullition, mon excitation était à son plus haut niveau. J'avais hâte que ma première leçon commence enfin. Vu de l'extérieur, je devais donner l'impression d'être un enfant qui ouvrait ses cadeaux le jour de Noël. Des bruits de pas se firent entendre, ce qui me sortit de mes pensées. En me tournant, je vis John entrer à son tour dans le vaisseau, et je me levai pour le saluer.


"Bonjour Colonel. Content de voir que vous avez pu venir. Vous allez bien ?"

by Epilucial




_________________
DC : Rodney McKay - Skyler McAlister
Award:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 04/09/2015
√ Age : 24
√ Messages : 2045
John Sheppard
Dossier Top Secret
√ Age: 40 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Oui
MessageSujet: Re: Y a-t-il un pilote dans le Jumper ? [PV John Sheppard] Dim 13 Mar - 16:05
LES JOIES DE VOLER

GABRIEL GRAYSON

Chronologie : 1 mois après alpha
--------------------------------------------------
C'est fou le nombre de choses qui se sont passées depuis la mission d'alpha. Le bal, qui avait ravis pas mal de personnes, que cela soit dû à l’événement en lui-même, ou dû à certaines rencontres… qui d'ailleurs, m'avait bien plus, puisque j'avais pu voir ma compagne dans une belle robe de soirée… et finir avec sa charmante compagnie le soir…

J'avoue, que mes 3 jours de vacances m'avaient fait du bien. Surtout que Nathalie était partie avec moi. Elle avait pu poser quelques jours pour partager un peu d'intimité et consolider notre toute jeune relation. Ma peau, facilement sensible aux rayons du soleil, avait une belle teinte couleur bronze, signe que mes jours de repos avaient été faits sous le soleil d'une belle plage de sable
Mais, bon, on ne peut avoir que du bonheur dans cette cité…celle-ci avait pu vibrée, malgré l'arrêt des missions, des catastrophes de certaines personnes.

Depuis alpha, les missions sur des planètes inconnues avaient été stoppé, seuls les échanges commerciaux encore pratiquer. Par chance, elles reprenaient petit à petits dans quelques jours. Histoires que les blessées et que le deuil se face. Bref, je parlais de catastrophe. Et oui… les beaux vitraux de la salle d'embarquement avaient volés en éclat à cause d'un jumper qui eut l'idée farfelus de venir se poser à côté de la porte des étoiles.

Cet exploit, avait été fait par Marc Langford et … ma compagne Nathalie Dumont. Je ne vous explique pas ma colère, quand j'ai vu un jumper décrire des vols incertains, pensant que j'allais perdre Nathalie dans l'océan ! Rien que d'y penser j'ai quelques aigreurs d'estomac. Car, bon ce ne fut guère facile à gérer, entre mes colères, l'envie de me jeter sur Nathalie, pour la rassurer, sa crise, sa demande de démission et tout le reste. Bref un véritable désordre !

Mais bon, de ce constat, on avait imposé avec Karola, un cours de pilotage aux civils. Afin d'éviter toutes tentatives malheureuses, si un jour cet accident se reproduisait. Et le hasard fait bien les choses, puisqu'aujourd'hui, je donnais mon premier cours à l'un d'entre eux. Mais, c'est un cas à part. Gabriel, m'avait demandé cela, alors que nous étions tous les deux sur le lit de l'infirmerie.

Ce scientifique avait un courage exemplaire. Il était dans mon groupe pour la mission alpha et franchement il avait combattu aussi bien qu'un soldat entrainé ! Une certaine sympathie était née de cette mission. C'est un brave gars qui est loin d'être bête et surtout qui envoie du lourd en mission. Au contraire de beaucoup de ses collègues, juste utile pour la réflexion, où pour nous casser les pieds. Quand McKay, me gonflais, en toute franchise, j'ai envisagé de prendre Gabriel à la place de Rondey, histoire de me soulager les nerfs de temps à autre. Car, avoue-le Gabriel est adorable au contraire de Rodney.

Pauvre Rodney, il manquerait la crise d'angoisse, si je venais à le remplacer. Je l'aime bien, mais parfois, qu'est-ce que j'aimerais qu'il ferme sa bouche. Enfin bon.

Encore souffrant de mes séquelles à l'épaule, je ne pouvais pas encore reprendre les missions à pleins temps. Je me cantonnai à l'activité administratifs de la cité et à voir certains soirs Nathalie. Je me languissais de ne pas pouvoir fouler le sol d'une planète. Enfin bon, cela était qu'une question de jours. J'en jubilais déjà ! Je ressemblais plus à un lion en cage, foudroyant les barreaux qui le privent de liberté, qu'à un homme heureux ! j'ai besoin de ma dose d'adrénaline et d'action. Et la seule actions palpitante et certes enivrante était avec ma compagne.
On ne pourrait plus m'enfermer dans un bureau encore longtemps. Déjà que de le fuit assez souvent, pour me rendre sur le continent avec Teyla.

Ma réunion avait fini affreusement tard …15H et je n'avais pas eu le temps de manger. Mon estomac hurlait de faim ! Mais quelle idée de faire une réunion aussi longue ? Non mais franchement ! Surtout que bon, parler des débats commerciaux n'étaient pas vraiment mon centre d'intérêt majeur. Même si bon, le sujet des Geniis était survenu en début. Après tout c'est bien pour cela qu'on m'avait convoqué… J'eu l'envie de partir quand le débat dévia sur le commerce. Mais cela ne se faisait guère. La réunion avait été houleuse entre les différents protagoniste et Weir… mais pas son habileté elle avait réussi à mettre tout le monde d'accord. J'admirais, cette diplomatie, j'en étais tout bonnement incapable. Surtout quand ça commence à dire des conneries … après tout je suis un militaire, j'aime les choses cadrer et direct. Minauder et faire de petites moues hypocrites, très peu pour moi.

Bref. C'est affamé que je me dirigeai au mess… plus rien. Par chance l'un des jeunes cuisiniers, devraient-je dire cuisinières eue pitié de moi et me confectionna un sandwich au poulet… je n'eus même pas besoin de lui spécifier le goût. Oui, décidément je mange TROP de poulet. Tout le monde m'en sert. Elle minauda un peu, ce qui me fit perdre un peu de temps. Il était 15h20 et j'allais être en retard si je ne me bougeais pas !

J'entamai mon repas, en marchant vers la baie des jumpers. Quand, j'arrivai enfin, mon élève était dans le jumper, en complète admiration sur les commandes. Cela m'arracha un sourire amusé. Comme je le comprend. Cela me rappela la première fois que j'avais eu entre les mains, pareille merveille ! C'est comme découvrir un cadeau avec pleins de nouvelles fonctionnalités, avant Noël ! c'est jubilant, excitant et inouïe !

Il m'entendu venir. Je lui offris un grand sourir ravit de le voir lui serrant à mon tour la main.

• Bonjour Docteur ! Je vais bien et vous vos blessures ?

Je le laissai re-rentrer dans le vaisseau, pour m’installer derrière lui.

• Je suis navré, je n'ai pas eu le temps de manger. Si ça ne vous dérange pas, je mangerais durant votre vol. Votre mission sera de ne pas me faire vomir.


J'émis un rire, avant de poser mon repas sur le siège d'à côté. Je pris le temps, de lui expliquer, pas à pas, chaque fonction du jumper. Lui demandant de s'asseoir et de se concentrer pour que les éléments s'affichent. Les explications étaient nécessaires pour ne pas s'emballer. Cela dura 45 minutes, histoires de bien le briefer.

• Le jumper régira à vos ordres mentaux. Il est important d'avoir au début une certaine concentration et de proscrire les mots comme « plonger, espace, crash » sinon bah le jumper il est bien gentil il vous obéit …

Je complétai ma phrase, par d'autres informations, prenant le temps de répondre à toutes ses questions.

• Je pense qu'il sera plus simple, qu'on s'appelle par nos prénoms durant le cours. Si cela ne vous dérange pas.


Je ne suis pas vraiment homme à convention. Je l'exige pour mes soldats car, c'est la règle militaire, mais avec les civils… oula, je n'en ai tellement rien à faire ! Limite il peut me tutoyer que j'en serais que plus ravie. Je lui fis une tape sur l'épaule, avant de m'installer sur le siège du co-pilote.

• Alors, prêt pour votre premier vol ?


° CODAGE PAR DITA | EPICODE °

_________________
    Lieutenant Colonel John Sheppard
    Double comptes : Isia Taylor-Laurence & Alexander Hoffman & Naalem Lays //écriture : MediumTurquoise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 29/07/2015
√ Messages : 297
Gabriel Grayson
Dossier Top Secret
√ Age: 35 ans
√ Nationalité: Australie Australie
√ Gêne: Inoculation
MessageSujet: Re: Y a-t-il un pilote dans le Jumper ? [PV John Sheppard] Sam 26 Mar - 1:29
Y a-t-il un pilote dans le Jumper ?
Avec John Sheppard

Sheppard arriva enfin, quelques minutes après moi. En me saluant, il me demanda comment mes blessures allaient, avant de m'expliquer la raison de son retard, ainsi que l'objectif de ma première leçon de pilotage. Sa remarque me fit rire, et alors qu'il se tint debout entre moi et le siège du co-pilote, je me réinstallai devant les commandes, avant de lui répondre.

"Je vais bien, merci. Je garde juste ce bandage encore quelques jours, mais mes autres blessures sont guéries. Je m'en suis quand même bien sorti. Et vous, comment allez-vous ? Je vois que pour vous, ce n'est pas encore terminé".

S'ensuivit une leçon concernant tout ce qui touchait au jumper et à son utilisation, ainsi que la correspondance de toutes les commandes du vaisseau. Cela dura environ trois quart d'heure, mais j'étais concentré sur tout ce que le Colonel me disait. Je n'étais pas du tout un pilote, je me devais donc de tout savoir avant d'effectuer mon premier vol. De ce que j'avais entendu, les jumpers restaient beaucoup plus faciles à utiliser qu'un avion de chasse ou un hélicoptère, mais il fallait quand même des connaissances dans le domaine. Aussi, je fus un élève très attentif. Dès que Sheppard mentionna une fonction, comme la carte par exemple, ou le plan de vol, je me concentrai mentalement pour les faire apparaître sur le tableau de bord. J'appris la fonction de chaque commande, de chaque élément pour ne pas commettre d'erreur. Quand John me donna des termes à proscrire une fois en vol, je ne pus m'empêcher de sourire, étant d'une humeur taquine. J'avais bien besoin de cette bonne humeur après ce qui s'était passé quelques jours auparavant, avec Karola et la perte de notre amitié. Je devais éviter de penser à ça car cette situation était plus embêtante, voir plus douloureuse, que ce que j'aurais pensé. Aussi, cette leçon de pilotage tombait très bien pour me changer les idées.

"C'est malin de me dire ça. Maintenant, je ne vais penser qu'à ces mots là" dis-je en plaisantant bien sûr.

Curieux, je posai à John quelques questions concernant le décollage et l'atterrissage, comment fonctionnait le pilotage manuel, comment actionner le pilotage automatique, et autres petites choses qui pourraient me servir une fois en vol. En bon professeur, le Colonel répondit à toutes mes questions, avant de me demander de nous appeler par nos prénoms. Cette requête me fit froncer les sourcils, je n'avais pas du tout l'habitude d'appeler quelqu'un par son prénom sur cette cité, excepté mes collègues au laboratoire. Et Karola. Enfin avant. Cependant, je me souvins que Sheppard et McKay s'appelaient quelques fois par leur prénom, cela démontrait que le Colonel n'était visiblement pas à cheval que ce genre de détail. J'acquiesçai d'un hochement de tête.

"D'accord, pourquoi pas Colo ... John. Excusez-moi, c'est l'habitude".

Alors que Sheppard s'installait sur le siège du co-pilote, il me demanda si j'étais prêt pour ma première leçon de vol. Maintenant qu'il disait ces mots, je ne pus m'empêcher de ressentir de l'appréhension et du stress. Jusqu'à maintenant, j'étais détendu, mais maintenant, je ressentais de l'anxiété. Mais également de l'excitation. J'étais impatient de commencer. Avec un sourire, je regardais John.

"Oui, prêt. Enfin, je crois. Je stresse un peu, je dois l'avouer. Mais je suis impatient".

Respirant profondément, je commençai à me faire une check liste mentale pour être sûre de ne rien oublier sur ce que le Colonel venait de m'enseigner. Je vérifiai que tout était en ordre. Puis, je fermai la rampe d'accès à la soute, et j'ouvris le toit du hangar. Saisissant les commandes, je donnai mentalement des directives au jumper qui décolla doucement. Peut être un peu trop doucement, en réalité. Voulant aller un peu plus vite, hésitant, je fis malheureusement tanguer un peu le vaisseau qui continuait sa route vers le sommet du hangar. Les parois se rétrécirent autour de nous, je dus me concentrer pour garder une trajectoire la plus droite possible, mais c'était difficile. J'allais peut être un peu trop vite pour une première leçon. Et ce qui devait arriver pour un novice arriva. En montant, un bruit de raclement se fit entendre, ainsi qu'une secousse. J'avais frôlé un peu trop la paroi, et le jumper toucha cette dernière. Heureusement, pas assez pour causer des dégâts. Peut être un peu de peinture à refaire, et encore. Une grosse frayeur pour moi qui dus me concentrer pour retrouver une trajectoire droite et stable. Avec un air navré, je regardai Sheppard.

"Désolé, je suis allé trop vite, je n'ai pas réussi à éviter le choc".

Le jumper sortit finalement du hangar sans autre problème, et nous voilà dans le ciel, au dessus de la cité. Aussitôt, je déployai les nacelles des moteurs, et je fis avancer le jumper, survolant le vaste océan qui entourait Atlantis. Nous voilà partis pour une petite balade.

by Epilucial




_________________
DC : Rodney McKay - Skyler McAlister
Award:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 04/09/2015
√ Age : 24
√ Messages : 2045
John Sheppard
Dossier Top Secret
√ Age: 40 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Oui
MessageSujet: Re: Y a-t-il un pilote dans le Jumper ? [PV John Sheppard] Mar 29 Mar - 18:49
LES JOIES DE VOLER

GABRIEL GRAYSON

Mon élève du jour semblait de bonne humeur, ce que traduisait son rire. Il m'informa qu'il allait mieux et que ses blessures suite à cette tragique mission étaient rétablies. Petit chanceux va ! Tant mieux, il avait été l'un des civils les plus touchés, hors mis les morts. Dans un sens Gabriel, avait eu le droit à une petite démonstration des talents de ce cher Koyla, donc oui dans un sens il aurait pu avoir pire, même si déjà il avait bien morflé. Trop aux yeux de ma capitaine qui fulminait en voyant le nombre de civils qui avaient été blessés par cette mission suicide.

Machinalement, je touchai mon épaule dans un long soupir. J'avais hâte qu'elle soit complètement guérie, pour ne plus végéter et dormir bien les nuits. Parfois elle me lançant sans raison et plus particulièrement dans mon sommeil, malgré les massages de Nathalie.


• Oui en effet, j’ai encore un beau troue dans l’épaule. Mais ça va, ce n’est pas la première fois que je me fais trouer la peau.
Dis-je dans un petit rire

Enfin, c'est la première fois que la balle traverse et me laisse un pareil gouffre. Au moins les terriens ont la délicatesse d'avoir des balles fines et non des galets comme les Geniis. Enfin bon, nous on recherche l'efficacité pas la barbarie.

La leçon commença et Gabriel était très attentif, se concentrant pour retenir mes informations. Cela faisait plaisir d'avoir quelqu'un qui semblait s'investir dans cette manœuvre, rendait l'apprentissage plus aisé. Il fit quelque chose de très pratique, à chacune des commandes que je lui indiquais, il essayait de les utiliser en affichant par exemple la carte. Cela me permettait de le réorienter si besoin ou de lui donner des conseils pour arriver à ses fins. Au lieu d'une leçon ce fut un échange et une démonstration en commun. Dans un sens, c'est plus agréable qu'un cours magistral. Je ponctuai mes réponses par des petites blagues comme toujours. Cela détendait l'atmosphère la rendant assez « enfantin », deux gamins qui rigole de bon cœur face à la vie.

J'hémi un rire à sa remarque, ah bah oui, c'est quand on dit les mots interdits qu'on est obnubilé par eux. C'est typiquement dans le stresse que certains pilotes se disent qu'il ne faut surtout pas faire ça … et le réalise sans s'en rendre compte. J'aurais pu ne pas lui dire, mais bon, au cas où il fallait bien qu'il en ait conscience.
Face à la curiosité et les questions pertinentes du scientifique, je lui expliquais les derniers apports. Avec démonstration à l'appui.

• On a une fonction assez amusante, on peut avoir une sorte de GPS et on peut choisir la voix.

Je le mis en marche et le jumper nous salua avec une voix féminine très agréable à attendre.

• Je ne sais pas pourquoi, mais c’est la favorite des soldats masculin…

Je ria. Bien sûr que je savais pourquoi, car la voix était très sensuelle.
Personnellement, je ne l’utilisais pas, car j’avais l’impression qu’elle me soufflait que des cochoncetés ! Bon j’ai trop d’imagination malheureusement … et puis, je préfère les cartes aux indications vocales. Pour ça j’ai Rodney et son éternelle voix de crécelles.

Pour revenir sur le timbre de voix du jumper, pas mal d’hommes avaient fantasmé sur cette sonorité, s’imaginant une belle demoiselle brune ou blonde selon les goûts. Elle avait un petit nom « Marie ». Je racontai l’origine du prénom à Gabriel, pour continuer dans la bonne humeur.

• Ce prénom avait été donné par l’un des soldats assez croyant qui sous le coup de l’émotion, avait dit que cette voix était divine. Depuis, cela était resté.
• Comme la voix masculine elle se nommait « Stalone » ou « Chuck »


Car on dirait vraiment un le gros baraquer de Terminator ou pour rester dans le « divin » on met Chuck Norris, comme quoi il est connu même dans la galaxie de pégase. Les anciens avaient des goûts assez étranges quand même.

Je repris mon sérieux, pour finir de répondre aux questions de mon élève. Gabriel était très réactif et j'avais l'impression de voir un gamin attentif aux moindres consignes avant de jouer avec le super jouet qu'on venait de lui offrir. Cette constations me fit sourire. On parle souvent de la curiosité scientifique, mais au final, je trouvais dommage que les « têtes pensantes » de la cité ne s'intéressent qu'à leur domaine et non à ceux des autres. C'est peut-être pour ça aussi, que j'étais assez ravi de partager se savoir avec quelqu'un comme Gabriel.

Ma demande, semblait le surprendre et il eut un peu de mal à prononcer mon prénom. Je lui fis un petit sourire amusé avant de m'installer et d'entamer la suite de mon repas. Je déviai mon regard vers la tête du scientifique, il semblait hésitant. Oui, maintenant que la théorie est finie il faut se jeter dans les airs mon gars !

• Une fois en l’air vous aurez oublié votre appréhension

Oui c’est toujours le cas, la première fois qu’on vole. On stresse un peu, c’est humain. S’il avait été trop confiant, je crois que j’aurais été méfiant. Le jumper décolla à la vitesse d’un escargot. Je ne fis aucune remarque, laissant Gabriel se concentrer et gérer, il ne fallait pas lui briser celle-ci afin d’éviter que le vaisseau tombe… certes de pas bien haut pour le moment. Il dut le remarquer et désirer grimper plus vite. Le jumper accéléra un peu trop vivement. Mon regard dévia vers mon élève et je lui dis voix calme :

• Gabriel ralentissez

Ma voix fut accompagnée d’un choc contre la paroi. Je regardai autour de moi, posant ma main libre sur le panneau de commande qui était devant moi, un des écrans s’alluma de mon côté sous mon ordre mental. Rien de cassé, juste la carrosserie qui racle la paroi.

• Ah bah voilà ! Un jumper tout neuf et déjà abimer ! J’espère que vous avez une bonne assurance

J’étais bien sûre ironique. Cet impact assez insignifiant, choqua le scientifique qui essaya de se reconcentrer. Je l’aidai en stabilisant le jumper le temps qu’il reprenne les commandes mentales, sinon on serait au sol. Une fois, que je vis qu’il était reparti dans le pilotage, je lui redonnai les pleins pouvoirs. Le jumper tangua un peu mais continua sa monté.

• Ce n’est rien, cela arrive presque à chaque nouveau pilote

Bon sauf moi, pour une raison qui m’échappait, le jumper était comme une seconde partie de mon corps. J’arrivais avec une facilité déconcertante à en faire ce que je veux. Lorne était aussi dans ce cas. Peut-être pour la simple raison qu’on avait le gène des anciens et que le miens était le pourcentage le plus élevé ? Mystère et boule de gomme.

Le jumper sortis du hangar et s’envola sur l’océan. Nous avons de la chance il faisait beau. Aucun nuage ou brume océanique. J’avais presque finit mon sandwich. Je laissai Gabriel s’habituer aux commandes et à sa trajectoire droite, pour finir mon repas. Une fois, fait je pris les secondes commandes, enfin je pianotai sur le panneau de contrôle. Une carte avec une trajectoire s’afficha du côté du pilote, une boule lumineuse représentant le jumper était dessus.

• Pour commencer, vous allez suivre la trajectoire que je vous aie affiché. Après, vous aurez à faire une seconde, mais en ajustant votre hauteur. Pour le moment garder celle-ci.

Nous étions assez haut, sûrement 50 mètres au-dessus de la mer, ce qui était plutôt bien, cela nous éviterait de dire bonjour aux vagues trop rapidement si le scientifique perd le contrôle. De toute façon, j’avais fait en sorte d’avoir les commandes prioritaires au cas où. Un jumper modifié par les soins de McKay pour l’apprentissage des pilotes. On peut dire que c’est un vaisseau école, manquait plus que le petit panneau lumineux au-dessus ou les stickers.

° CODAGE PAR DITA | EPICODE °

_________________
    Lieutenant Colonel John Sheppard
    Double comptes : Isia Taylor-Laurence & Alexander Hoffman & Naalem Lays //écriture : MediumTurquoise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 29/07/2015
√ Messages : 297
Gabriel Grayson
Dossier Top Secret
√ Age: 35 ans
√ Nationalité: Australie Australie
√ Gêne: Inoculation
MessageSujet: Re: Y a-t-il un pilote dans le Jumper ? [PV John Sheppard] Mer 30 Mar - 16:25
Y a-t-il un pilote dans le Jumper ?
Avec John Sheppard

Je fus très surpris d'apprendre qu'il y avait un GPS intégré au jumper. Etait-il là avant, au temps des Anciens ? Où est ce que les Terriens l'avaient installé pour nous faciliter le pilotage sur de grandes distances ? Aucune idée, et lorsque Sheppard le mit en marche, je souris malgré moi en entendant la voix féminine appelée Marie par les Atlantes. Je compris pour quelle raison le Colonel affirmait que c'était la voix préférée des militaires masculins, car je dus avouer que la voix était assez sensuelle. Je finis par secouer la tête, attendant que John éteigne cette fonction.

"Je n'aime pas trop les GSP, je préfère les cartes. J'aime les complications".

Puis, après avoir répondu à toutes mes questions, et à la fin du cours théorique, nous passâmes à la pratique. Le décollage ne se fit pas s'en encombre. Un peu de secousse, puis en montant vers le sommet de la tour, je parvins à érafler la paroi avec le vaisseau. Sheppard regarda sur l'écran les dommages, mais heureusement, il n'y avait pas grand chose, d'où sa plaisanterie concernant l'assurance qui me fit sourire, rassuré de savoir que je n'avais pas trop endommagé le jumper.

"J'ai souscrit chez Atlantis Pacifica, mais j'ignore si cette assurance couvrira la peinture".

Moi aussi, je pouvais faire preuve d'humour. J'en avais bien besoin ces derniers temps. John me rassura sur le fait que les accrochages de ce genre arrivaient souvent, puis il m'aida à sortir le jumper du hangar, avant de me laisser à nouveau les commandes. Je fis avancer le vaisseau au dessus de l'océan, le temps était clair. Un bon moment pour une séance de pilotage. Heureusement qu'il n'y avait pas d'orage ou de vent, cela aurait compliqué les manoeuvres. A un moment, Sheppard pianota sur le tableau de bord, puis il fit apparaître une carte, avant de continuer son repas. Il y avait mis une trajectoire à suivre, ce que je fis sans attendre. Je me dirigeai vers l'objectif, en suivant le plus possible la trajectoire affichée, volant juste au dessus de l'océan bleu. Ma trajectoire ne fut pas vraiment droite, mais avec un peu de correction, je me débrouillai pas mal. C'était très plaisant de voler, j'aimais bien cette sensation de liberté. Avec un sourire, je regardais autour de moi, les yeux fixés sur l'horizon, l'océan et le ciel sans nuage.

"C'est agréable, le pilotage. J'ai l'impression de voler. Et ce n'est pas si difficile que ça, en fait".

Au bout de longues minutes, où je bataillais quand même pour garder une trajectoire droite et une altitude égale à celle du point de départ, le jumper survola le continent. J'attendis les impressions de John, et savoir s'il allait me donner un nouvel objectif. Ou bien si je devais encore travailler celui là.


Spoiler:
 
by Epilucial




_________________
DC : Rodney McKay - Skyler McAlister
Award:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 04/09/2015
√ Age : 24
√ Messages : 2045
John Sheppard
Dossier Top Secret
√ Age: 40 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Oui
MessageSujet: Re: Y a-t-il un pilote dans le Jumper ? [PV John Sheppard] Jeu 31 Mar - 18:28
LES JOIES DE VOLER

GABRIEL GRAYSON

Le scientifique fut surpris d'entendre le GPS, m'affirmant qu'il préférait les cartes. Ah décidément je crois qu'on va bien s'entende tous les deux ! Je lui fis un sourire ravis.

• Nous sommes deux.

Je n'aime pas la facilitée, surtout en pilotage, les GPS c'est bien pour les voitures, mais pour les engins volants c'est juste perturbant. Surtout dans un jumper, qui marche par contrôle mental. Manquerai plus que la voix si charmante de Marie, déconcentre nos pilotes…enfin si ce n'est pas déjà le cas.

Gabriel répliqua aussitôt face à boutade, je ne pouvais que rire. Cela me changeait de McKay qui avait peu ou pas d'humour. Même si parfois, il essaye de faire des efforts, mais ce n'est pas encore ça. On va dire que les blagues de Rodney ne sont pas très drôles, ou il emploi le mauvais ton, donc il reçoit que des regards étranges de la part et de Teyla… déconcertés par ce qu'il venait de dire… et avant qu'il nous dise « ah mais c'est une blague » avec son petit sourire… aucun des deux n'osent répondre.

Une fois au-dessus de l'océan, Gabriel commençait à être plus détendu sa trajectoire n'était pas droite, mais pour un néophyte, il se débrouillait plutôt bien. Je lui donnai quelques conseils, pour ajuster sa trajectoire. Il réagissait vite et bien, j'étais assez impressionné de voir un civil se débrouiller aussi bien.

Il fit une remarque sur le pilotage, je souris, il avait à la fois raison et tort. Piloter un matériel humain était plus difficile qu'un lantiens, à croire que les anciens avaient tout fait pour que n'importe qui puisse utiliser ce genre de vaisseaux. Dans un sens, ce fut peut-être leurs voitures ?

• Oui, les jumper sont assez « simple » au contraire des avions terriens.

Heureusement, car sinon les civils n'auraient pas la joie de pouvoir voler
Il aurait été dommage, de ce tapé des cours théoriques infiniment longs, juste pour avoir la chance de voyager dans un de ses vaisseaux. Et c'est bête, d'avoir une exclusivité, juste parce qu'on est soldat ou civil. Là au moins on peut partager cette joie. J'adorais voler, me sentir libre et sans limite. Cette sensation était pertinente que si je pouvais la faire partager aux autres pour qu'ils la comprennent et la vivent à leur tour.

Gabriel, avait plutôt bien réussit son 1er exercice avec la trajectoire, nous voilà en train de survoler la forêt du continent. L'écran en face de moi, m'affichait l'attitude où nous étions. J'envoyai une autre carte devant Gabriel, mais cette fois on pouvait voir le jumper de côté avec une représentation en vecteur de l'environnement qui nous entoure avec des échelles de hauteurs.

• Vous vous débrouilliez bien Gabriel. Maintenant c'est la hauteur qui faut bosser, à vous d'essayer de dosser tout cela. Si vous vous en sortez bien la difficulté augmentera

En effet, je gérais la commande de l'écran et donc de l'exercice. Ça commençait doucement, avec une montée puis quelques descentes en pente douce. Comme il maîtrisait, je commençai à le faire monter ou descendre plus rapidement. La difficulté finale était de frôler la cime des arbres sans finir dedans. De toute manière au cas où, le nez du jumper prendrait l'envie soudaine de s'amaroucher d'un arbre, je reprendrais les commandes pour éviter un impact. On va éviter de refaire le scénario de Lanford/Dumond.

Après une petite frayeur, mon élève réussit son parcours. Bon, il est studieux et concentrer donc il ne pouvait que valider. Je lui indiquai sur la carte une plage après l'étendus verte. Il fallait faire une pause, pour ne pas qu'il perdre sa concentration. C'est ultra fatiguant d'avoir un focus sur quelque chose.

• Vous allez vous poser sur la plage. Mais avance cela, essayez de détecter des signes de vie aux alentour, sur un rayon de 10KM.

Jusqu’à présent, je lui demandais qu’une chose, il devait maintenant apprendre à faire deux actions en même temps et se cordonner. Mon exercice était peut-être un peu difficile sur le coup, mais comme il m’avait montré qu’il s’en sortait bien, je lui en demandais un peu plus. Avec un peu de chance, on pourrait faire un tour dans l’espace si cela se passe aussi bien.


° CODAGE PAR DITA | EPICODE °

_________________
    Lieutenant Colonel John Sheppard
    Double comptes : Isia Taylor-Laurence & Alexander Hoffman & Naalem Lays //écriture : MediumTurquoise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Y a-t-il un pilote dans le Jumper ? [PV John Sheppard]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Y a t-il un pilote dans l'avion ? [PV Olivia]
» Quartier de John Sheppard
» Haïti: un camion plonge dans une rivière, des dizaines de victimes
» ET LA VERITE SORT DU PUIT/SOU MENSONGE DANS GNB CONTRE ATTILA
» haiti dans les annees 50

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Atlantis Insurrection :: Cité d'Atlantis :: Niveau 11 - Baie des Jumpers-