Atlantis Insurrection
"Personne ne demande à devenir un Héros, sauf que parfois ça finit comme ça..."

Et si ce Héros, c'était toi ? Tu es l'un des meilleurs dans ton domaine (Biologiste, Chirurgien, Infirmier, Diplomate, Démineur, Maître chien...) et on te propose de participer à l'expédition la plus fabuleuse mais aussi la plus dangereuse : l'expédition Atlantis.
Auras tu le cran de rejoindre Atlantis pour découvrir ses mystères et affronter les dangers de cette galaxie ?

Tu peux aussi incarner les personnages importants de la série (Weir, Sheppard, McKay, Lorne, Teyla....) Bon niveau RP demandé.
On recherche de nombreux personnages inventés.
http://www.atlantisinsurrection.com/t387-personnages-vacants


Si tu te sens capable de franchir ce pas, tu es des nôtres ! Clique sur l'image ;-)


RPG sur Stargate Atlantis
 

[MJ18] A la recherche d'Alpha - PX-587

 :: Galaxie de Pégase :: Site Alpha :: Site Opérationnel [PX-587] Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Ven 1 Juil - 19:34
avatar
√ Arrivée le : 14/05/2015
√ Messages : 2280
√ Localisation : Atlantis


Dossier Top Secret
√ Age: 34 ans
√ Nationalité: Allemagne Allemagne
√ Gêne: ATA
Voir le profil de l'utilisateur
La chevauchée se déroulait tout à fait bien et autour d’eux le soleil commençait à s’élever dans le ciel rendant bientôt l’utilisation des lunettes de vision nocturne superflue. Karola les releva sur le haut de son crâne et balaya les alentours avec son regard. Soudain, elle se sentie éjectée en l’air et eu tout juste le temps de se protéger le visage avec ses bras pour amortir le choc d’une chute au sol. Avant qu’elle n’ait le temps de relever la tête, elle sentie un nouveau choc, celui-là plus sourd, quelqu’un venait de la percuter ou plutôt de lui tomber dessus.

-Bon sang !

Laissa échapper la capitaine qui aperçut devant ses yeux une masse de cheveux blonds ne laissant aucun doute sur la personne qui s’était servie d’elle comme coussin amortisseur. La jeune femme semblait avoir eu plus de mal qu’elle, elle s’excusa en français ou plutôt râla contre le félin qui lui avait causé ce vilain désagrément.

-Vous pouvez-vous relever ?


Karola reçut un grognement en signe de réponse et s’occupa de se redresser sur ses jambes. Heureusement elle n’avait rien de casser, aussi elle put regagner son moyen de locomotion. Le félin qu’elle montait courba l’échine afin qu’elle puisse remonter sur son dos sans trop de difficulté. Jusqu’à la fin du voyage, les tigres prirent soin de marcher à quelques mètres d’écart l’un de l’autre afin qu’un autre incident de ce genre ne se reproduise.  Enfin, après un bon moment à voyager à dos de tigre à dents de sabres, ils parvinrent à leur campement. Très rudimentaire, il était cependant organisé de manière assez stupéfiante pour des animaux. La manière dont les choses étaient agencées prouvait bien le degré d’intelligence qui animait ces bêtes.

Prudemment, Karola descendit de la femelle et fut soulagée de pouvoir marcher sur le sol à nouveau. Voyager sur le dos de ces créatures avait été un sacré avantage en ce sens que cela leur avait permis de gagner du temps mais on ne pouvait pas dire que c’était la chose la plus agréable qui soit. Ses camarades ayant fait de même, ils se rassemblèrent tous les cinq. Ce moment d’accalmie était plus que bienvenue.

-Je crois que nous avons tous mérité une pause. Profitez-en pour reprendre des forces, qui sait ce qui nous attend plus tard.


Elle attrapa sa gourde et but quelques gorgées d’eau. Son regard se posa alors sur Isia qui saignait, cela devait être très probablement dut à la chute de tout à l’heure. Heureusement, elle avait les compétences idéales pour se soigner et n’attendit pas pour le faire. Les humains n’étaient pas les seuls à reprendre des forces et à se nourrir. En effet, si on se fiait aux effluves qui se propageaient petit à petit dans l’air, les félins aussi se préparaient à manger.

L’ambiance était beaucoup plus détendue que tout à l’heure lors de leur rencontre. Maintenant que les deux peuples avaient fait connaissance et s’étaient assurés que l’un ne représentait pas de menace pour l’autre, la cohabitation était beaucoup moins anxiogène. Karola en profita pour se mettre assise et curieuse, un félin s’approcha prudemment d’elle. En train de manger une barre de céréales, il sembla que ce qu’elle tenait dans sa main intriguait le tigre qui reniflait prudemment de loin. Sans faire de geste brusque Karola tendit le bras qui tenait l’aliment vers le félin afin qu’elle puisse mieux sentir. Curieuse, la bête approcha son museau tant en restant sur ses gardes au cas où, puis s’apercevant que ni Karola ni ce qu’elle lui tendait n’était menaçant, elle ouvrit la gueule et avala tout rond la nourriture. Visiblement satisfaite, le trigre se mis assis sur son séant auprès de Karola qui décida d’en profiter pour engager la conversation avec lui histoire de tirer quelques informations qui pourraient s’avérer précieuses. Après tout, ils étaient en mission.

-Quelle est cette chose que vous craigniez ?

-Je ne sais pas ce que c’est. Ce n’est pas un animal en tout cas.

- Pourquoi la craignez-vous ?

- Il tue toutes les créatures vivantes, sûrement pour les manger. On n’arrive pas à le tuer sans que les miens meurent.

-Depuis quand est-il sur cette planète ?

-De nombreuses générations, mais il y a quelques années il se contentait des créatures qui s'aventuraient sur son territoire. Là il sort de plus en plus loin.


-Vous a-t ‘il dit pourquoi ? Vous a-t-il déjà parlé ?

-Il parle mais on ne comprend pas bien ce qu'il veut. Il n'arrête pas de répéter "avez-vous de l'énergie. C'est la seule chose qu'on a pu savoir, car après il tue.


-Ne vous en faites pas si cette créature se montre, nous vous protégerons.

-Merci, je crains que nous devions nous protéger mutuellement. Je me demande bien cependant, où se trouvent vos griffes et vos crocs.


Karola sourit à sa réflexion et lui montra alors prudemment son arme ainsi que son couteau de combat pour lui montrer qu’il s’agissait de ses griffes et de ses crocs à elle. Encore une fois, elle laissa le félin s’approcher pour renifler et faire connaissance de ces objets.

Une heure plus tard, dans une ambiance très détendue et après que tout le monde ait repris des forces, les Atlantes faisaient le tour du camp des tigres aux dents de sabre. Karola et Isia faisait leur possible pour traduire aux deux groupes les paroles et questions. Le Soleil était à présent suffisamment haut dans le ciel pour réchauffer l’atmosphère. La capitaine avait dû sortir ses lunettes de soleil pour ne pas être gênée par les rayons. Karola regarda sa montre et remarqua qu’il s’était levé bien avant ce qui avait été prévu par les scientifiques, elle allait le faire remarquer à ses collègues quand quelques félins se mirent à se grogner dessus. En grande discussion, ils ne semblaient pas d’accord l’un avec l’autre et faisait surtout preuve d’une grande nervosité.

A côté d’elle le docteur Grayson observait attentivement les alentours via le détecteur de signes de vie et s’étonna de relever des signaux d’énergie assez élevés non loin d’ici. Karola demanda alors au félin dominant si elle pouvait leur en dire plus et elle leur révéla que cela provenait d’une ancienne cité abandonnée mais qu’ils n’en approchaient jamais car l’endroit était dangereux. Les Atlantes convinrent ensemble qu’il serait intéressant de s’y rendre et les félins insistèrent pour les accompagner et les protéger au cas où.

De nouveau chacun grimpa sur le dos d’un animal et ils se laissèrent emmener. Cette fois-ci, grâce à la luminosité ambiante ils eurent tout le loisir d’admirer le paysage. La plaine était verte comme Karola s’était douté mais à présent elle était parsemée de taches blanches formées par des fleurs blanches. Elle en était certaine, ce n’était pas là quand ils étaient arrivés, bien évidemment l’obscurité les avaient empêchés de voir convenablement, mais de ça, elle en était sûre.

Après 15 minutes de trajet, ils arrivèrent en vue de la fameuse bâtisse ancienne. Ancienne elle l’était sans aucun doute, c’était une ruine plus qu’autre chose, ne restait debout que quelques vestiges des fondations et la nature avait pleinement repris ses droits. La verdure avait recouvert les murs qui tenaient encore debout ainsi que les morceaux de pierre qui jonchaient le sol.  

Karola descendit de son véhicule quadrupède et s’arma de son fusil, le mettant en joue au cas où une menace surviendrait. Marchant prudemment parmi les décombres elle aperçut çà et là des statues entières ou non, debout ou couchées sur le sol. Certains piliers qui étaient toujours debout portaient des inscriptions. Tout cela était le signe qu’une civilisation avait vécu et très certainement disparu. En petit groupe, mené par Karola pour ouvrir la marche, ils s’avancèrent au cœur de ce temple, progressant doucement, les félins sur leurs pas. Plus ils avancent et plus le détecteur indique que la source d’énergie se rapproche. Karola qui pensait justement à un E2PZ ne fut pas déçue de sa découverte car c’est bel et bien sur l’un d’entre eux qu’ils tombèrent, à la différence que celui-ci était vert. Isia s’exclama alors, tout comme Erin, qu’ils ne pouvaient décemment pas passer à côté d’une telle occasion et s’en emparer pour le ramener sur Atlantis. Cependant Karola était beaucoup plus nuancée.

-Cet E2PZ n’est pas là pour rien, on ne peut pas s’en emparer comme ça sans demander notre reste.


Qui sait, peut-être que l’engin permettait aux félins d’être protégés d’agressions extérieures, des Wraiths par exemple. Ils ne pouvaient pas se l’approprier comme ça.

Soudain, derrière eux se firent entendre d’étranges bruits métalliques et de ferraille rouillée. Alertée, Karola se retourna vivement mais ne voyait pas vraiment vers où pointer son arme. La chose qui venait de débarquer n’était pas visible, en revanche sa voix elle, était parfaitement audible. Elle leur demanda alors s’ils avaient de l’énergie, Karola pointa instinctivement son arme en direction de la voix, gardant un œil sur ses camarades. C’est Erin qui se chargea de lui répondre avec l’aide de Blanche. Les deux jeunes femmes posaient des questions à cette mystérieuse voix afin d’en savoir un peu plus mais les réponses n’étaient pas satisfaisantes, en tout cas pas Karola dont les sourcils se fronçaient de plus en plus au fur et à mesure de la conversation. Les filles cherchaient à savoir à quoi ils pouvaient avoir à faire. N’obtenant pas de réponses Karola appuya leur demande.

-Répondez à la question, qui êtes-vous ? 


Son ton sans appel et inquisiteur et enfin elle leur révéla ce qu’elle était. Un alteran selon elle, d’après ce que Karola savait, cela faisait référence aux anciens. Avaient-ils un Ancien devant eux ? Elle en doutait fortement. Les félins n’étaient pas vraiment rassurés, leur queue s’agitait dans tous les sens et ils feulaient sans s’arrêter et il l’instinct de la capitaine lui disait qu’elle faisait mieux de se fier aux animaux qu’à la chose qui se terrait dans l’ombre.

Puis la voix tonna de nouveau dans l’air décrétant que les humains étaient de l’énergie, suite à cette phrase des bruits métalliques retentirent et devant eux enfin se révéla ce qui leur parlait. Karola distingua une tête et un torse sortis de l’ombre, ressemblant plus à un serpent de métal, il avait tout l’air menaçant. La jeune femme leva son arme pour la viser et sans crier gare il se jeta sur eux. Grâce à ses réflexes de militaire envoya la sauce sur lui tandis que les félins les supplier de se replier. Karola donna cet ordre à ses camarades en assurant leurs arrières, cependant il semblait que les balles ne faisaient que rebondir sur la carapace métallique de la chose. Ne voulant pas épuiser ses munitions pour rien elle stoppa les tirs et se retourna pour rejoindre les autres. Mais malheureusement elle remarqua qu’ils n’étaient pas allés bien loin et qu’ils ne le pourraient guère. En effet, les voilà qui se retrouvèrent encerclés par un énorme anneau métallique qui leur barrait la route et les contraignait à se retrouver face au serpent.

En y regardant de plus près, cela avait l’air d’une pièce venue d’un vaisseau spatial. Cela suscita de nombreuses questions dans l’esprit de Karola. Ses yeux parcouraient l’environnement et s’arrêtèrent sur Blanche qui tendit le bras afin de le sortir à l’extérieur, avant qu’elle n’ait le temps de l’en empêcher car cela était tout sauf une bonne idée, l’épidémiologiste se prit un impressionnant coup de jus. De son côté, la bête se montrait toujours aussi hostile. Elle se pencha de nouveau vers eux pour attaquer, captant la menace, une tigresse se jeta devant les humains et prit le coup pour eux. Elle fut projetée au sol et le serpent mécontent de cette contre-attaque, abattit sur elle une épaisse aiguille qui la transperça de part en part. L’animal périt sur le coup, dans une plainte déchirante. Au même moment, une lumière étincelante non loin d’eux attira le regard de Karola. Elle ne tourna pas vraiment la tête car elle ne voulait pas quitter le serpent des yeux mais elle reconnut le vert de l’E2PZ. Lorsque le monstre avait planté son épine dans le tigre, l’appareil avait soudainement brillé davantage. Cela ne pouvait vouloir dire qu’une chose, d’une façon ou d’une autre, l’E2PZ et le serpent étaient reliés. Visiblement, la militaire n’était pas la seule à avoir remarqué.

-Isia, allez débrancher cet E2PZ !

Elle donna cet ordre en élevant suffisamment fort la voix pour que la doctoresse l’entende par-dessus les feulements des félins et les bruits métalliques. La jeune femme s’exécuta sur le champ ce qui n’échappa pas à l’œil du monstre qui aussitôt commença à les attaquer en leur donnant des coups. Très lourde et lente elle n’atteignait pas souvent ses cibles. Sentant qu’Isia était plus menaçante que les autres, elle se tourna vers elle et alors qu’elle débranchait l’appareil, la chopa dans ce qui ressemblait à une patte. Aussitôt, Karola répliqua en lui tirant une nouvelle salve de munitions pour inciter la chose à lâcher Isia. Cette dernière était vraiment malmenée et fort heureusement, l’une des balles de la militaire toucha une zone bien spécifique de la carapace. En effet, un bruit de bris se fit entendre, cela stoppa net le serpent, ce fut aussi le cas de Karola qui arrêta de tirer préférant voir ce qu’il se passait. Elle aperçut du liquide verdâtre s’écouler de la poitrine de la chose. Visiblement atteint à une zone sensible, il relâcha sans ménagement Isia qui, comme le fauve précédemment, se heurta violemment au sol. Karola inquiète s’apprêtait à se diriger vers elle quand des mots s’échappèrent de sa bouche, faiblement. Elle leur demandait de débrancher le câble de l’E2PZ, la militaire croisa à cet instant le regard d’Erin et d’un geste de la tête lui demanda d’aller débrancher l’appareil.

Quant à elle, elle fit de nouveau face au monstre, prête à attaquer au cas où. Cependant, au lieu de répliquer, il tomba au sol et dans une plainte aigue et crissant, elle s’exclama que l’énérgie lui échappait. Blessée, elle tente dans une dernière tentative déséspérée de faire du mal aux humains. Son pic pointu qui avait tué tout à l’heure l’un des tigres se planta directement dans le bras de la pauvre Isia puis elle s’effondra au sol. La terre trembla sous leurs pieds et un épais nuage de fumée s’éleva dans les airs. Karola ramena son bras contre ses voies respiratoires pour se protéger et ferma les yeux. Quelques secondes plus tard, c’était terminé. Les longs geignements des félins pleurant la perte de l’un des leurs la ramenèrent à la réalité. Réouvrant les yeux, elle contempla la carcasse inerte du monstre de métal. Puis, se souvenant qu’Isia avait été blessée, elle se tourna vivement vers ses camarades. Blanche et Erin étaient déjà à ses côtés pour l’aider. Karola s’approcha d’elles, inquiète.

-Comment va-t-elle ?



La réponse fournie lui fit serre la mâchoire, la capitaine était mécontente qu’une civile ait été blessée pendant la mission. Etant donné la situation, il était hors de question de continuer la mission, Isia était bien trop amochée et il n’y avait rien ni personne qui puisse l’aider la soigner sur cette planète. De plus, Karola refusait de prendre davantage de risque. Elle ne voyait qu’une seule solution possible.


-Très bien, on rentre sur Atlantis, immédiatement, inutile de prendre plus de risques.


Ses camarades acquiescèrent et Blanche et Erin se chargèrent d’Isia, pendant que Gabriel récupérait l’E2PZ. Les félins se proposèrent de les ramener à la porte des étoiles, étant donné que cela leur ferait gagner un temps précieux, les humains acceptèrent. Tous montèrent sur leur dos à l’exception de Karola qui les encouragea à partir devant pendant qu’elle s’occupait d’une dernière chose. Un félin resta avec elle pour lui servir de transport quand elle aurait terminé. Elle sortit de sa poche du C4 et s’approcha prudemment de la carcasse, son arme toujours en main au cas où. Elle plaça l’explosif dessus puis une fois cela fait, monta sur le tigre. Rapidement, il rejoint l’autre groupe. Une fois qu’elle fut assurée qu’ils se trouvent assez loin, Karola attrapa une petite télécommande et appuya sur le détonateur. L’explosion, bien qu’elle soit loin, fut suffisamment audible et la terre trembla légèrement. Même si le monstre avait l’air mort, elle voulait s’assurer que c’était bien le cas et qu’il ne ferait plus de tort aux félins et autres créatures de la planète. Le soleil tapait fort à présent et voyageant sur la plaine, ils prirent un bain de Soleil pendant près d’une demie-heure, le temps de rejoindre la porte.


Les félins les déposèrent et la capitaine alla composer l’adresse d’Atlantis avant d’envoyer son code d’identification. Une fois le contact établit elle demanda à ce qu’une équipe de secours se tiennent prête à les accueillir. Ils dirent au revoir à leur amis les bêtes qui les remercièrent de les avoir débarrasser de la menace et c’est mitigée et en colère que Karola traversa le vortex en dernier, derrières ses collègues d’infortune.

_________________



DC : Victoria Wilde
Rédaction en #LightPink
Revenir en haut Aller en bas
Ven 1 Juil - 23:28
avatar
√ Arrivée le : 27/03/2016
√ Messages : 912
√ Localisation : Atlantis


Dossier Top Secret
√ Age: 36
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Oui
Voir le profil de l'utilisateur
Toute cette histoire était bizarre. Pourquoi est-ce que les félins redoutaient cet amas métallique uniquement quand le jour se lève ? La machine avait clairement exprimé qu’elle recherchait de l’énergie, même la nuit. Enfin qu’importe, le groupe d’explorateurs avait plus important à gérer pour le moment. Et Blanche de mettre les pieds dans le plat, ou plutôt, les mains dans le cambouis. Mal lui en a pris parce qu’elle fut projetée en arrière par un choc électrique. Ci-tôt après, le serpent de recyclage se mit à onduler autour des humains et des tigres. Tous pouvaient voir désormais le courant électrique qui le parcourait, s’accompagnant de grésillements désagréables pour l’oreille. La dernière chose qu’avait envie de faire Erin à ce moment-là, c’était bien d’aller mettre ses menottes là-dedans. Qu’est-ce qui avait bien pu passer dans la tête du docteur Phillips ? La consultante avait les poils de ses bras et de ses cheveux qui se dressaient légèrement, en réponse à l’énergie électrique qui se dégageait du robot. Pas étonnant que cette machine souhaitait par-dessus tout collecter de l’énergie au regard des fuites de courant qui se dégageait de son corps tout entier. C’était certain qu’elle n’obtiendrait pas une qualification écologique celle-là !

Ni une ni deux, la carcasse se remit à onduler et l’aspect entier de la chose mécanique se manifesta à leurs yeux. Il s’agissait d’un serpent fait de bric et de broc, avec une trogne hideuse de laquelle sortait une aiguille à faire pâlir un junkie. Soudainement, un son strident déchira l’air, déroutant le groupe et les tigres (lesquels devaient avoir une ouïe plus fine d’ailleurs). Erin aurait bien mis ses mains sur ses oreilles pour les protéger, mais le bordel s’élança sans prévenir vers eux, entamant un assaut qui allait leur demander une dose de courage important pour être repoussé. Un des fauves se jeta à la rencontre de l’aiguille qui prenait la direction d’un des humains. Avec force, elle sauta sur la tête du robot mécanique pour détourner l’alène. Ni une ni deux, le groupe, dont Erin, ouvrit le feu sur la bestiole. C’était un combat entre la vie et la mort, entre le biologique et le mécanique.

La brune s’appliquait à faire mouche, mais ses balles ne semblaient pas produire l’effet escompté. Elles s’abimaient dans le corps du serpent sans provoquer de dommages, alors que la machine venait de planter son dard dans le flanc de la malheureuse tigresse. Appliquée à viser proprement pour essayer de délivrer le félin, Erin ne vit pas le coup de griffe arriver vers elle. Elle l’encaissa sans trop savoir ce qui lui arrivait, se retrouvant sur le cul en moins de temps qu’il fallait pour le dire.

La lèvre en sang, elle se redressa pour continuer à apporter sa maigre contribution au combat. Des rafales d’armes automatiques se mêlaient au son strident du robot, aux feulements et autres grognements des félins, aux cris et autres ordres des humains. C’était la cacophonie. Dans tout ce bordel, Erin entendit le capitaine Frei ordonner au docteur Taylor Laurence, alors au chevet, en quelque sorte, du docteur Philips, de débrancher l’E2PZ. Il est vrai que ce dernier s’était mis à luire quand la machine avait ponctionné la tigresse qui s’était jetée sur sa tête, y laissant malheureusement la vie. Les autres tigres tentaient d’atteindre le buste du robot mais le corps de ce dernier constituait une barricade trop importante à franchir. Seuls les humains avec leurs armes de tir arrivaient à canarder la machine à cet endroit précis. Un second coup de griffe arriva dans le champ de vision de la consultante, qui n’était pas préparée pour ce genre de confrontation. Soudainement, un éclair beige fila entre elle et la machine et encaissa le coup à sa place.

Lanille roula sur deux trois mètres avant de se stabiliser sur ses pattes. Erin était totalement focalisée sur la tigresse qui venait de lui éviter un second coup. Cette dernière grogna tout en se relevant prestement, et sans demander son reste, elle sauta de nouveau sur l’amas de pièces détachée. D’ailleurs, il pleuvait des morceaux de métal cassé, issus certainement du bric à brac qui constituait le corps de l’automate ancien. Les coups de griffes, de dents, alliés aux balles des humains disloquaient des morceaux du corps du serpent qui ne semblait pas le moins du monde s’en soucier, continuant inexorablement son attaque vers les proies qui lui donneraient de l’énergie. Personne ne lui avait dit que ce n’était plus à la mode les énergies non renouvelables ?!

Isia était aussi sur le pied de guerre, défonçant les cristaux de contrôle de l’E2PZ qui alimentait la machine. Néanmoins, cette dernière, peu encline à se laisser faire, se détourna des fauves et des humains qui lui tiraient dessus pour s’en prendre à la doctoresse blonde afin del’attraper sans ménagement. Karola, la seule militaire de l’expédition finit par faire mouche au niveau d’une durite d’alimentation de la machine. Cette dernière saignait, dans le sens où un liquide vert s’échappait maintenant du bout de tuyau percé. L’alterranne s’exprima, affirmant que sa vie s’échappait. Pour sûr, Ils tenaient le bon bout ! Le serpent relâcha Isia qui chuta lourdement sur le sol. Elle demanda faiblement à ce qu’on débranche l’E2PZ. Il suffisait de tirer un câble. Le Capitaine Frei croisa le regard de la consultante, qui avait déjà amorcé un mouvement vers la française au sol. En quelques enjambées, l’américaine se retrouva au niveau de la console, et sans vraiment réfléchir, elle tira tous les câbles qui étaient apparent. Le serpent blessé tenta un baroud d’honneur en propulsant son aiguillon vers la jeune femme au sol. Le harpon tapa mollement Isia, rentrant comme dans du beurre dans sa chair.

C’était là son ultime affront envers la race humaine, puisqu’il tomba de tout son poids sur le sol, faisant trembler les fondations de la vieille cité les entourant. Il s’en fallait de peu pour qu’un pan de mur ne lâche. Erin se protégea instinctivement la tête alors qu’un nuage de poussière s’élevait dans l’atmosphère proche du groupe. Dès que les particules retombèrent, elle se précipita vers Isia, dérapant sur les genoux sans vraiment se soucier de les égratigner. L’aiguillon retiré, la plaie saignait abondamment. Heureusement, la machine n’avait pas un pieux comme arme, mais une fine aiguille. Néanmoins, les dégâts étaient là, et il semblait certain que dans un ultime sursaut d’orgueil, le monstre de métal avait ponctionné un faible pourcentage d’énergie de la doctoresse.

- Elle est sérieusement touchée, répondit Erin à la militaire sans même la regarder. Elle était inquiète pour la française. Heureusement, sa compatriote qui était épidémiologiste était aussi médecin et la consultante était certaine que cette dernière pouvait arrêter l’hémorragie le temps de la rapatrier à Atlantis, comme Karola venait de l’exiger. Pendant ce temps, les tigres pleuraient l’une des leur. Cette pauvre bougresse méritait largement une médaille. Erin se promit qu’elle reviendrait honorer sa mémoire. Mais il n’y avait pas de temps à perdre pour leur. Vaillamment, les tigres proposèrent leur aide (ils n’allaient quand même pas laisser mourir l’une des deux seules personnes à pouvoir communiquer avec eux merde !).

Blanche et Erin mirent Isia sur un des félins. La consultante s’occuperait de la maintenir sur le dos de l’animal le temps du trajet. Ils repartaient vers la porte quand une déflagration se fit entendre, réchauffant l’air alentours tout en provoquant un coup de vent. Sans se retourner, Erin comprit que le capitaine Frei venait de régler définitivement le problème. Une bonne chose.

Il était temps de rentrer à la maison ! Tous ensembles. Ils reviendraient, c’était certain.

_________________
L'administration a des problèmes à toutes vos solutions.
D.C. Sous Lieutenant Pedge Allen - Teshara Lays ~ Ecriture : Springgreen
Revenir en haut Aller en bas
Sam 2 Juil - 19:39
avatar
√ Arrivée le : 01/08/2015
√ Messages : 327
Voir le profil de l'utilisateur
A la recherche d'Alpha - La Terre sans jour


Quelques explications :


Ce robot a été créée par les anciens. C’est une expérimentation, dans le but de créer une arme qui stockerait l’énergie dans un E2PZ. Quand on dit une arme, oui, car ce robot qui avait au début l’apparence d’un humain (un androïde) était envoyé à être capturer par les Wraiths pour pomper ensuite l’énergie du vaisseau. Et comme les vaisseau Wraiths sont composés d’une technologique bio cellulaire, donc vivant, le robot a été conçu pour ponctionner la biomasse.

Voici à quoi il ressemblait:
 

Cependant, outre son efficacité, les Wraiths ont acculés les anciens sur ce monde, où il y a eu une bataille pour détruite le laboratoire lantien… et le robot fut le seul survivant. Mais fortement endommagé. Ce qui lui a privé de ses « codes » ethnique que lui avait fait les anciens. Désœuvré et n’étant plus l’IA d’autre fois, celui-ci c’est « tunner » un autre corps, pour continuer sa mission de base : alimenter l’E2PZ. Avec le temps, il a emmagasiné pleins d’éléments sur son corps, se transformant ainsi en cette chose immonde.

Il s’éveille quand il y a du soleil, pour voir, car il n’a pas de vision nocturne et une très mauvaise ouïe. Autre fois équivalente à celle d’un humain, mais maintenant bien faible à cause des dommages reçut.

Vous l’avez donc détruit à jamais. Votre E2PZ est donc un outil très utile pour avoir de l’énergie en illimité sans être épuiser. Vous venez de donner Atlantis un sacré avantage.
-------------------------------------------------------------------------------------

Merci de votre participation et de vos supers RP !
Voici une récompense :


Code:
[img]http://image.noelshack.com/fichiers/2016/25/1466710230-2016-medaille-a-la-recherche-d-alpha.png[/img]

° CODAGE PAR DITA | EPICODE °
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Atlantis Insurrection :: Galaxie de Pégase :: Site Alpha :: Site Opérationnel [PX-587]-