Atlantis Insurrection
"Personne ne demande à devenir un Héros, sauf que parfois ça finit comme ça..."

Et si ce Héros, c'était toi ? Tu es l'un des meilleurs dans ton domaine (Biologiste, Chirurgien, Infirmier, Diplomate, Démineur, Maître chien...) et on te propose de participer à l'expédition la plus fabuleuse mais aussi la plus dangereuse : l'expédition Atlantis.
Auras tu le cran de rejoindre Atlantis pour découvrir ses mystères et affronter les dangers de cette galaxie ?

Tu peux aussi incarner les personnages importants de la série (Weir, Sheppard, McKay, Lorne, Teyla....) Bon niveau RP demandé.
On recherche de nombreux personnages inventés.
http://www.atlantisinsurrection.com/t387-personnages-vacants


Si tu te sens capable de franchir ce pas, tu es des nôtres ! Clique sur l'image ;-)


RPG sur Stargate Atlantis
 

Dim 15 Mai 2016 - 14:51
Invité
Invité
avatar
Coralie traversait la salle de contrôle après avoir été déposer un rapport dans le bureau du Dr Weir quand la porte s'activa pour laisser passer un nouveau venu. Comme c'était souvent le cas lors d'un premier voyage par ce bien, l'homme se courba en deux et rendit son quatre heure. Il faut dire que le voyage était quelque peu éprouvant pour le corps la première fois, et encore plus pour l'esprit.

Elle s'approcha de lui :

- « ça fait souvent ça la première fois. »
dit-elle avec un sourire en lui tendant un mouchoir en papier.

Il regardait autour de lui, l'air perdu, contourna l'anneau de pierre, murmurant son incompréhension. Un des scientifique présent voulu le rassurer en lui expliquant le fonctionnement de la porte, mais ce fut peine perdu, et tout ce qu'il y gagna fut de perturber un peu plus l'homme.

Homme qui d'ailleurs laissait Coralie perplexe. Elle avait une impression de déjà vu, mais n'arrivait pas vraiment à mettre le doigt sur ses souvenirs. La jeune infirmière rit à nouveau en posant la main sur le bras du scientifique pour lui faire comprendre qu'elle prenait le relais.

-En fait pour faire simple pour voyager entre deux planètes, chaque planète doit posséder une porte des étoiles en bon état, c'est comme le téléphone elles communiquent entre elles. Mais mise à par cela, bienvenue sur Atlantis.

Tout en parlant, elle observait l'homme, cherchant un détail qui lui permettrait de se rappeler où elle l'avait déjà croisé. Elle était presque sure que c'était lors d'une de ses missions humanitaire. Son regard accrocha le drapeau sur le bras de son uniforme. Le Congo.

Son souffle lui échappa quand les souvenirs lui revinrent en mémoire. Un dispensaire minable dans une plaine cramée par le soleil. Les hommes de l'armé régulière du Congo, appuyé d'un groupe de soldat français. Une attaque, l'obligation pour les civils étrangers de quitter l'endroit en catastrophe et Coralie qui s'y refusait, ne voulant pas abandonner ses patients. Elle revoyait maintenant le soldat congolais qui s'était chargée de la "convaincre" de monter dans le camion. Elle n'avait pas pu faire grand chose quand l'homme immense l'avait jetée sur son épaule comme un sac à patate avant de la poser sans plus de douceur à l'arrière d'un camion bâché.

Franck. Elle se rappelait de lui. Avant cette évacuation en catastrophe, ils s'étaient croisés quelques fois, avait échangé quelques mots. Elle l'avait même soigné, comme beaucoup d'autres. Elle se rappelait de lui, parce qu'il l'impressionnait. Il lui avait toujours laissé une impression de froideur et de dangerosité, même s'il s'était toujours montré d'une parfaite courtoisie vaguement distante vis à vis d'elle. Elle comprit pourquoi elle ne l'avait pas reconnu immédiatement. Elle gardait le souvenir d'une homme qui semblait inébranlable, capable d'exécuter n'importe quel ordre sans sourciller. Même pendant l'attaque, il ne s'était jamais départi de son calme, même quand elle l'avait insulté, lui donnant des coups de pieds et des coups de poing dans le dos quand il l'avait évacué de force. Elle n'aurait jamais imaginé le revoir un jour, et encore moins ici, sur Atlantis, avec cet air hébété et perdu.

Coralie se demanda si le grand black capable de porter un bazooka sur l'épaule comme s'il ne pesait pas plus de quelques grammes se rappelait de la petite infirmière française qui avait travaillé quelques semaines dans se dispensaire du bout du monde.

Elle sortit un petit flacon d'alcool de menthe de sa poche, un des sucres emballé qu'elle avait toujours dans ses poches, et le lui tendit après l'avoir imbibé d'alcool de menthe.

- « Tenez, Franck, ça soulagera un peu votre estomac secoué par le voyage. »
Revenir en haut Aller en bas
Dim 15 Mai 2016 - 19:27
Invité
Invité
avatar
Le saut vers l'inconnu, une chose que connaissait Franck. Lui avait toujours été envoyé dans de nombreuses missions lorsqu'il était affecté au force spéciale et d'élite de son pays. Il n'avait jamais cherché à comprendre le pourquoi et où on l'envoyait, mais cette fois-ci se dit qu'il fallait qu'il le fasse et même-ci on l'aurait dit sur quoi exactement on l'embarquait il n'aurait jamais cru. Atlantis, il avait entendu parler de cette cité perdue en plein milieu de l'océan atlantique dans la mythologie grecque, mais là il ne savait plus ce qu'il fallait croire. Déjà l'annonce de l'existence d'extraterrestre encore ça il fallait le vivre pour y croire.

A son arrivée sur la cité perdue, il fût accueilli par un premier de la classe qui ne l'avait pas vraiment agacé avec ses explications scientifiques, juste que Franck lorsqu'il s'agissait des explications un peu trop compliqué à la Docteur house il se perdait au bout du chemin. Mais par chance pour lui une infirmière qui semblait le regarder comme s'il c'était déjà vu quelque part avait pu éclairer sa lanterne. Elle lui souhaita la bienvenu sur Atlantis. Émerveiller par tout ceci, Franck leva la tête pour mieux admirer la salle dans laquelle il se trouvait c'était vraiment magnifique pensa t-il. On pouvait voir grand escalier devant lui. Il avait aussi remarqué que la porte qui les avait accueillis était un peu différente de celui de la terre. En effet on pouvait voir que déjà les symboles étaient différents et les lumières qui les illuminaient étaient bleus.

La jeune infirmière vint lui donner une sorte de flacon d'alcool à la menthe, il le sait puisque son gosier et ses papilles distingua un arrière goût de menthe. Il lui rendit le sourire.

-Je vous remercie madame.

Certes Franck donne l'air d'être une grosse brute sans cervelle, mais il connaît c'est quoi la politesse. Dans son regard, le soldat pouvait voir qu'elle le regardait comme si elle l'avait l'impression de le connaître mais Franck lui il ne se rappelait pas. Son regard semblait un peu lui gêner alors pour briser la glace.

-Franck Hounsoun Madame.

Il lui tendit la main avec un sourire pour ne pas trop l'effrayer.
Revenir en haut Aller en bas
Dim 15 Mai 2016 - 22:40
Invité
Invité
avatar
Franck prit le sucre en la remerciant, avec un sourire un peu forcé, dévoilant ses magnifiques quenottes. Coralie se mordit les lèvres pour ne pas rire. Elle savait qu'il n'était pas vraiment porté sur les risette, elle ne se rappelait pas de l'avoir jamais vu sourire pendant les quelques semaine où ils s'étaient côtoyé. Elle apprécia l'effort.

Il ne semblait pas avoir relevé qu'elle l'avait appelé par son prénom avant même qu'il se présente. Elle se demanda un instant s'il n'avait pas entendu, avant de remarquer que son regard semblait mettre l'homme mal à l'aise.

Il se présenta en l'appelant Madame. Coralie sourit. Elle ne savait pas trop s'il ne se rappelait vraiment plus d'elle ou s'il préférait laisser penser que c'était le cas. Mais bon, après tout, s'il était là, s'était probablement pour commencer une nouvelle vie. Peut être n'avait-il pas envie que les fantômes de son passé ne le poursuive jusque sur cette base à l'autre bout de l'univers.

Elle décida d'imiter son attitude, et se présenta à son tour en lui tendant la main.

- « Coralie Deltour. En cas de bobo, il y a des chances que ce soit moi qui vous donne les premiers soins. Je suis l'infirmière en chef de cette citée. Mais vu que je ne suis ni votre supérieure, ni même militaire, juste une collègue, appelez-moi Coralie » lui dit-elle en souriant.

La jeune femme lui lança un petit regard espiègle avec un sourire en coin.

- « Vous vous sentez mieux ? Si vous le désirez, je vais vous guider jusqu'à vos quartiers pour que vous puissiez vous reposer un moment. »
Revenir en haut Aller en bas
Lun 16 Mai 2016 - 21:16
Invité
Invité
avatar
Franck comprenait qu'à un certain moment il faut arrêter d'être maladroit. Il venait de se rendre compte qu'elle lui avait appelé par son prénom et comment sa pu l'échapper. C'était le stress du voyage, les vertiges causés par le vortex, le changement de climat, l'atmosphère d'Atlantis ou bien encore le charme de cette gente dame ? Non Franck ne pense que c'est dû à tout cela. Mais s'il l'avait appelé par son prénom ce qui suppose qu'elle le connaissait, et même si c'était pendant une de ses missions l'avait-il donné son nom.*j'en doute*.Pensait-il. Ce n'était pas courant qu'un agent des forces spéciales divulgue son nom facilement à un civil à visage découvert, mais une chose est sûr ce n'était pas le fruit du hasard du fait qu'elle connaissait son prénom.

-Affirmatif madame.

Elle venait de se présenter et lui demander de l'appeler Coralie, mais encore une fois son éducation de militaire le rattrapa et se rendit compte après qu'il avait encore appelé madame.

-oui je vais beaucoup mieux ma…. Coralie.

Il venait de se rattraper cette fois-ci. Elle lui proposa de le raccompagner vers ses quartiers.

-Bien entendu je vous suis.

On marchant, il essaye qu'à même de lui poser la question qui le chiffonnait dans sa tête

- Excusez-moi, serions-nous déjà rencontrer par hasard. Vous m'avez appelé par mon prénom et à ce que je sache, je le donne qu'à mes amis.
Revenir en haut Aller en bas
Lun 16 Mai 2016 - 23:20
Invité
Invité
avatar
Coralie rit quand il lui répondit d'un ton très militaire, et en l'appelant « Madame », qu'il se sentait mieux. Mais, c'était un rire espiègle, il n'y avait pas de vrai moquerie dans son hilarité. Elle savait que le conditionnement des soldats n'était pas évident à surpasser. Quand il développa un peu, retenant sa première intention pour utiliser son prénom. Il apprenait vite. Il avait réussit à se rattraper et accepta sa proposition de le guider jusqu'à ses quartiers.

L'infirmière ne savait pas encore où était logé le soldat, mais elle savait qu'elle n'aurait pas de problème pour obtenir l'information. Elle tapota son oreillette pour l'activer et demanda à Nathalie Dumond de lui donner l'information. Elle savait que l'assistante de la Capitaine Frei avait accès à ce genre d'information. Après avoir échangé quelques salutations, et une rapide recherche de la rouquine, Nathalie lui donna l'information qu'elle attendait.

L'infirmière tourna les talons, faisant un signe de la main à Franck pour qu'il la suive, le guidant dans le dédale de couloirs.

- « Ne vous inquiétez pas, d'ici quelques jours à peine, vous saurez vous repérer dans la cité. C'est juste une question d'habitude. »


Finalement, il sembla réaliser qu'elle avait utilisé son prénom, et lui demanda s'ils se connaissait. Il semblait perturbé que la jeune femme connaisse son nom alors qu'il ne le donnait qu'à ses amis. Elle tourna les yeux vers lui en riant.

- « C'était il y a très longtemps, et j'ai une bonne mémoire. C'était dans un dispensaire au Congo. Un dispensaire dans une zone qui faisait l'objet de conflit. Vous collaboriez avec l'armé française pour assuré la sécurité du personnel soignant de l'association humanitaire dont je dépendais. Vous nous avez évacué en catastrophe suite à une attaque. »

Elle rit ouvertement. Les événements de l'époque n'avaient pas été drôle, mais avec le recul, sa réaction face à cet homme qui faisait pas loin de 40 cm de plus quelle, et probablement plus de trente kilos l'amusait.

- « Je crois que le dernier souvenir que vous devez avoir de moi est celui d'une furie. Je vous ai supplié de me laisser continuer à m'occuper des patients. Je ne voulais pas les abandonner. Quand vous avez insisté pour que j'évacue avec les autres, m'accusant de mettre leur vie en danger en les retardant, je vous ai insulté. »

Elle secoua la tête en haussant les épaules :

- « Je n'ai jamais accepté de gaîté de cœur d'abandonner les gens que je soignais... et là, je savais qu'ils allaient mourir. » Sa gaîté s'évanouit a ce souvenir. « En fait, vous m'avez sauvé la vie. Je ne doute pas que j'aurais été exécuté par nos attaquants, probablement comme les gens que j'avais soigné pendant des jours. Je ne me pardonne toujours pas de les avoir abandonné à un mort certaine. »

Son regard se fit plus lointain et plus triste. Elle avait vécu bien des situations compliqué au cours de sa longue carrière en tant qu'infirmière pour divers ONG. Elle fronça le nez et s'efforça de continuer.

- « Je pense que le dernier souvenir que vous devez avoir de moi, c'est celui de mes pieds vous martelant la poitrine pendant que vous me portiez comme un sac à patate. Au bout d'un moment, et voyant que vous n'arriveriez pas à me raisonner, vous m'avez simplement chargé sur votre épaule pour me jeter dans le camion qui devait nous évacuer. »

A nouveau elle sourit un peu et le regarda.

- « J'étais jeune. Vous étiez à peine plus vieux que moi. C'était il y a longtemps. »
Revenir en haut Aller en bas
Mar 17 Mai 2016 - 23:01
Invité
Invité
avatar
Franck suivit la gente demoiselle pour regagner ses quartiers fatigué après ce long voyage. Surtout que la veille ont leurs avaient demandé des rapports sur certaine mission effectuée par des agents que Franck qualifierait d'agent non terrestre. Il y avait un sigle qui représentait le nom de ces équipes d'agent un certain SG suivit d'un chiffre. Franc n'avait pas essayé de lire ces rapports d'abord il n'aimait pas rédiger les rapports pour lui c'était un boulot pénible. Mais ce n'était pas la raison qui l'avait empêché de dormir vu qu'il n'avait pas un seul rapport, mais plutôt l'enthousiasme de se lancer vers l'inconnu qu'à même voyager sur une autre planète ce n'est pas donné à tout le monde.

Coralie demanda à son oreillette où pouvait bien être affecté Franck dans cette immense cité. Il eut la réponse au bout de quelque minute, une voix féminine qui lui donna la position de ses quartiers. La jeune infirmière lui répondait où il avait bien pu se rencontrer. Franck était stupéfait qu'il se sont rencontrés au Congo lors d'une de ses missions d'escorte sûrement bien avant qu'il intègre les forces spéciales. Ce dernier avait tellement effectué de mission de ce genre qu'il ne se rappelait plus, mais Coralie semblait insister sur les détails allant du coup de pied à la poitrine au insulte incessante qu'elle balançait.

Effectivement Franck s'en rappelait, comment oublier une femme avec un tel caractère. Un sentiment qu'il appréciait beaucoup chez les femmes.

-Effectivement mademoiselle Coralie je m'en souviens.

Il disait en marchant, gardant sa position stoïque de militaire avec une voix neutre. Elle lui rappela au passage qu'elle lui avait sauvé la vie.

-Je n'ai fait que mon devoir.

Toujours sans sourciller, malgré la fatigue et son sac à dos qui pesait une tonne. Mais il sentait dans la voix de cette jeune infirmière qu'elle était triste d'avoir laissé à leur sort ces malades. Un sentiment que Franck comprenait, mais ne pouvais l'exprimer. Ses supérieurs lui ont toujours dit d'effectuer des tâches, allons à l'encontre même de l'éthique, sans lui demander son pressentiment et son avis.

-ça sait passer il y a fort longtemps, mais comme je vous l'ai dit je m'en rappel.

Franck était surprit qu'elle se rappelait des moindres détails de leur rencontre.

-J'espère que mise à part cet incident, vous avez pu profiter des spécialités locales de notre pays ?

Revenir en haut Aller en bas
Mer 18 Mai 2016 - 10:02
Invité
Invité
avatar
Franck fini par se rappeler d'elle à ce qu'elle cru comprendre, mais il ne semblait pas avoir envie de se rappeler de cette période, et elle ne le comprenait que trop bien. Il éluda ses remerciements tacite de lui avoir sauver la vie en lui disant qu'il n'avait fait que son boulot. Elle en était consciente, mais à ses yeux, ça n'enlever rien à son intervention. Elle était parti, il était resté, ainsi que les malades dont elle avait la charge.

Elle était heureuse de voir qu'il s'en était sorti, mais cette rencontre inopiné lui avait rappelé les personnes blessées qu'elle avait abandonné de force ce jour-là. Elle se sentait coupable vis-à -vis d'elles. Elle avait envie de savoir ce qu'elles étaient devenue, même si elle redoutait d'apprendre le sort qui leur avait été réservé.

Coralie brûlait d'envie de lui demander ce que les patients du dispensaire étaient devenu, toute en redoutant sa réponse. Elle fut prise de cours quand il lui demanda si mise à part cet « incident » elle avait pu profiter de certaines spécialités locales.

Oui, elle avait eut l'occasion. La mère d'un des enfants qu'elle avait soigné lui avait fait parvenir quelques tapisseries dont elle n'avait jamais oublié le goût, certains de ses patientes une fois rentrée chez elle lui avait fait goûter des plats locaux à base d'une viande qu'elle ne connaissait pas, et n'avait pas envie de connaître, qu'elle avait trouvé savoureuse par rapport aux rations de survit fournis par son ONG.

Elle sourit. Elle lui était reconnaissante d'avoir sauvé, mais elle était curieuse de savoir si ses patients avaient pu survivre à l'attaque qui avait précipité leur départ. Mais Franck ne semblait pas vouloir se rappeler cette période. Elle hésitait à l'interroger. Mais la curiosité fut la plus forte. Faisant mine de répondre à sa question elle ne put se retenir de l’interroger sur le devenir de ces gens.

- « Ben, ça manquait un peu de restaurant dans le coin, mais certains des mes patients reconnaissant m'ont fait goûter des spécialités locales. Dans mon souvenir, c'était très bon... Dites moi Franck... que sont devenu les patients du dispensaire après l'attaque ? »
Revenir en haut Aller en bas
Mer 18 Mai 2016 - 21:14
Invité
Invité
avatar
Le soldat sourit lorsque l'infirmière lui fit comprendre l'absence de restaurant dans le coin. En même temps ce qui n'était pas surprenant c'est qu'à ce moment là il était à l'intérieur du pays et non en plein cœur de la capitale, donc normal qu'elle ne puisse pas trouver de restaurant. Mais néanmoins il était satisfait qu'elle ai pu apprécier certaines spécialités locales. Dans ce coin du pays elle ne pouvait pas tout découvrir, mais elle avait certainement dû manger de la viande de brousse qui est très courant et courtisé dans cette région du pays et qui fait office de plat très apprécié auprès même des autorités résidents au palais présidentiel.

Le sourit de Franck s'effaça lorsqu'elle venait de surenchérir sa question, en lui demandant ce qui était réellement arrivée à ses malades. Dans la précipitation les forces congolaises et françaises devaient secourir les médecins sans frontières et l'ONU présent sur place d'un danger imminent causé par les rebelles qui résidaient dans le secteur. Franck partageait sa douleur et comprenait le fait qu'elle voulait absolument savoir ce qui c'était réellement passé lorsqu'il avait évacué le camp où il se trouvait. Lui-même n'ont savait rien, ont leurs avaient confié une mission d'extraction. Le soldat est du genre à ne pas trop poser de question, lorsque ses supérieurs leurs demande d'effectuer une mission d'extraction il le fait et un point c'est tout. La seule version qu'il connaît sur cette affaire est juste le communiqué officiel qui stipulait que les malades avaient succombé à leur maux. Sûrement encore une affaire des politiciens et du président sortant ne voulant pas tâcher son mandat actuel. Même cette affaire de rebelle, était du mensonge, Franck savait qu'il n' y avait plus de rebelle dans cette zone il avait tous été emprisonné mais bon il ne cherchait pas en savoir plus sur l'ordre de mission à l'époque.

-Je n'en sais pas plus que vous, mademoiselle Coralie.

Il lui répondu de manière calme, comme lui avait appris à garder son sang froid. Même-ci il ne l'avait pas dit ce qu'il soupçonnait, mais il ne lui avait pas menti pour autant.

-Quelles sont les aventures que vous avez vécues dans cette merveilleuse cité ?

Il avait changé de sujet, il ne voulait pas trop s'attarder sur une affaire classée secret défense.
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 19 Mai 2016 - 16:52
Invité
Invité
avatar
Coralie hocha tristement la tête quand Franck lui répondit ne pas en savoir plus qu'elle sur le devenir des patients du dispensaire. Elle ne savait pas s'il ignorait vraiment ce qui s'était passé, s'il ne connaissait qu'une version officielle, ou s'il ne voulait pas lui répondre. Pour ce qu'elle en savait, il était fort probable qu'un simple soldat n'avait pas été plus informé qu'elle. Mais, elle n'était pas assez naïve pour se leurrer. Il avait dû en être pour ces patients-là comme pour d'autres, dans d'autres pays instable du monde.

Franck changea de sujet, lui demandant quelle aventures elle avait vécues depuis son arrivée. Pour le coup c'est elle qui se rembrunit. Elle n'était pas beaucoup sortie de la cité, et la mission qui lui revenait en tête à chaque fois qu'elle pensait à l'extérieur de la cité, c'était la mission de sauvetage des membres de la base Alpha après l'attaque des Genii. Elle baissa les yeux en se mordant les joues, sa main venant par réflexe l'oreille qui avait été blessé à cette occasion. Elle revoyait encore les corps, la fumée, les cris de douleurs. Elle se rappelait de la peur, elle se rappelait de Kolya, abattant le Colonel Sheppard à bout portant, dans le dos, avant de les lancer, elle et Evelyn, en pâture à ses hommes. Elle se rappelait le bruit du crâne qui éclate sous le coup de bûche qu'elle avait réussit à donner à l'homme, et le traitement que Britt avait infligé aux cadavres.

Coralie en faisait encore des cauchemars presque toutes les nuits, et même pendant la journée, il n'était pas rare qu'un événement anodin en apparence lui rappelle tout cela avec un réalité qui lui provoquait des crises d'angoisses. Dans ses moments-là, elle était obligée de se faire violence pour reprendre un peu d'emprise sur elle. C'était le cas à cet instant. Elle prit un grande inspiration et secoua la tête pour chasser ses souvenirs. La jeune femme se força à regarder Franck avec un sourire un peu forcé et se racla la gorge avant de répondre, d'un ton qu'elle voulait enjoué :

- « Et bien, je n'ai pas souvent l'occasion de sortir de la cité. Parfois quelques interventions sur le continent où sont installés nos amis Arthosiens. Mais, vous verrez, dans les premiers temps, même vous déplacer dans la cité vous paraîtra une aventure ! »
Revenir en haut Aller en bas
Sam 21 Mai 2016 - 21:08
Invité
Invité
avatar
Franck n'était pas dupe, il savait que sa question venait de troubler Coralie. Longtemps allez sur le front, il eu à faire à de nombreux menteurs. Le jeune soldat connaît le regard et le comportement d'une personne qui a vécu des situations atroces. Il se rappel même le regard de l'enfant après avoir assisté au massacre de ses parents et de son village pendant la guerre civile.

Il se souvient de guerre, c'était une tentative de coup d'état réussi par l'actuel président. Ce fût une aventure très difficile pour Franck il n'avait que vingt ans et venait à peine de rejoindre l'armée. Il put voir les horreurs que pouvait faire une guerre on aurait dû dire qu'il marchait sur les cadavres tellement qu'ils jonchaient le sol. Il vit des femmes violés, des enfants devenant orphelin du jour au lendemain. Des familles déportées, obligés de quitter leur foyers et se retrouvant même dans des maisons où ils ne connaissaient personne. C'était une tentative de coup d'état certes, mais derrière tout ceci il y avait une guerre ethnique. En voyant le regard de la jeune française, il comprenait, non seulement elle n'était pas habitué au horreur de la guerre mais également elle n'avait pas suivi un entraînement spécial pour ça.

Franck ne voulait pas lui rappeler de vieux souvenir et décida de changer de sujet, tant qu'à faire s'il voulait connaître les aventures de l'équipe d'Atlantis il devra aller éplucher les rapports de mission chose qu'il déteste le plus au monde. Etant un homme d'action pour rédiger et lire les rapports c'était un perd temps pour lui. Il était vraiment surpris de tout ce beau monde qui peuplait la cité, il pouvait voir cette diversité culturelle ce qu'il appréciait beaucoup.

-Dites-moi, il y a toutes les nationalités du quatre coins globe de la planète dans cette cité? Enfin je veux bien parler de la terre.

Il venait même d'apercevoir une gabonaise.

-Au faite vous avez parlé des arthosiens tout Alleur qu'est-ce que c'est ?
Revenir en haut Aller en bas
Dim 22 Mai 2016 - 18:14
Invité
Invité
avatar
Franck changea à nouveau de sujet, il avait du deviner que le sujet rappelait de mauvais souvenirs à la jeune femme. Il dirigea la conversation vers les nationalités représentés dans la cité, remarquant qu'il y avait des gens des quatre coin de la planète. Elle ne put se retenir de rire.

- « Oui, je pense que toutes les nationalités terriennes sont représentées... et plus encore. » Elle le regarda avec un petit sourire « Il y a également parmi nous des Pégasiens. Des gens originaire de cette galaxie et qui nous ont rejoint au grès des missions d'exploration. Comme Britt Hata, Ronon Dex ou Teyla Emmagan, qui fut la première. Mais vous aurez l'occasion de faire leur connaissance. Je suis sûre que vous vous entendrez bien avec Ronon. »

Elle regarda son regard s'égarer sur une jolie jeune femme à la peau d'ébène arborant le drapeau gabonais sur son épaule. Coralie suivit son regard. Elle connaissait la jeune femme de vue, c'était une scientifique, de ce qu'il semblait à l'infirmière, elle était botaniste. Franck reprit la parole pour lui demander ce qu'étais les Arthosiens. Encore une fois elle rit :

- « Pas quoi. Qui. Les arthosiens sont le premier peuple de pégase avec qui la première équipe d'exploration soit entrée en contact après l'arrivée sur Atlantis. Malheureusement, ils ont été attaqué par les wraiths, et leur peuple a été décimé. Le colonel Sheppard, a ramené les survivants ici avec lui. Ils se sont installés sur le continent, mais leur leader, Teyla, est restée sur Atlantis. Elle fait parti de l'équipe d'exploration du colonel Sheppard. »

Elle entra dans un téléporteur, accompagné de Franck, et toucha la partie du plan assigné au logement des militaires. Quelques secondes plus tard, les portes s'ouvrirent sur un nouveau couloir. Coralie sourit à Franck.

- « C'est comme un ascenseur, mais en plus rapide et pas uniquement verticalement. »

Ils reprirent leur marche vers les quartiers de Franck, juste avant d'arriver, Coralie reprit la parole :

- « Et vous, Franck, comment vous avez atterrit ici ? »
Revenir en haut Aller en bas
Sam 28 Mai 2016 - 20:46
Invité
Invité
avatar
Il venait de prendre un ascenseur pour le moins étrange, il était normal comme ceux de la terre, mais la seule différence on ne sentait pas de secousse en fait c'est comme-ci il n' y avait même pas de mécanisme de monter. Lorsque Coralie appuya sur le tableau de commande, il s'attendait à un bruit ou une sensation qui montre que l'ascenseur bouge. Lorsque la porte s'ouvrit, Franck était ébahit à peine que qu'il était dans un couloir qui déjà lui était encore inconnu, le voilà dans un autre couloir différent du dernier. Il ne comprenait pas. La jeune infirmière avait remarqué son étonnement et comme à son habitude elle eut un petit sourire et tout ce qu'elle lui a dit c'était que c'était une sorte d'ascenseur ,mais plus rapide. Puis elle lui posa des questions comment il avait atterrit ici.

-J'ai reçu un courir de la part de mes supérieurs me disant de me préparer pour les Etats-Unis et qu' on allait m'envoyer en mission secrète.

Franck n'avait jamais l'habitude quand on lui confiait une mission de dire pourquoi ou même connaître les détails de la mission il se contentait toujours de ce qu'on lui donnait. En général il remplissait ses missions avec brio. Une fois même on lui demanda de s'infiltrer dans un pays voisin sans que les autorités ne sachent, il devait récupérer un colis d'après le nom de code donné. C'était une journaliste une européenne d'après son accent qui fourrait son nez là où il ne fallait pas, sa mission était de la ramener auprès des autorités de son pays. Ce qui sait passer ensuite ne le regardait plus.

-Pour finir je suis arrivée dans une base au Colorado, appelé le SGC encore un nom de code secret puis me voilà avec tout ce qui suivait les explications de porte des étoiles. En faite pour être franc je n'ai pas tout saisi.

Franck n'aimait pas trop les explications trop compliquées, le baratin des scientifiques quoi lui c'était l'action un point c'est tout, où réfléchir sur les stratégies militaires.

-J'aimerais aussi connaitre également ce qui vous est arrivée, mais d'abord j'aimerais savoir vous avez parlé de wrats c'est ça ?

En faite c'était les Wraiths, Franck c'est dit que savait dû être mentionné dans le rapport ,mais comme à son habitude il ne lisait pas les rapports. Pour lui lire un rapport c'est comme-ci c'était une punition et le rédiger c'est encore plus chiant.

-Et tout Alleur vous m'avez parlé d'un certain Ronon pour avoir dit qu'on allait bien s'entendre ?


Revenir en haut Aller en bas
Dim 29 Mai 2016 - 13:38
Invité
Invité
avatar
Coralie rit en entendant la conclusion des explications de Franck. Nombreux était ceux qui n'avait pas tout compris au début. Elle la première. Et puis, il fallait bien reconnaître que la plupart du temps, les explications données par les scientifiques étaient complètement incompréhensible pour le commun des mortels, et celles données par les militaires, plus que succinctes.

Il lui retourna la question, disant qu'il aimerait bien connaître son histoire aussi, mais qu'avant il aimerait qu'elle lui parle des « Wrats » et de Ronon. Vaste programme. Les wraiths, elle n'en savait que ce qu'elle avait entendu parler, elle n'avait pas eu l'occasion d'en rencontrer, et elle ne s'en plaignait pas. Mais elle avait parfois eut l'occasion de voir les blessures qu'ils pouvaient infliger aux humains.

« Les Wraiths sont une race d'aliens vivant dans cette galaxie. Je crois que l'analogie qu'on peut trouver avec une légende terrienne, c'est qu'ils se comportent comme des vampires. Ils se nourrissent de la force vitale des humains. Ils lance régulièrement des attaques sur les mondes de cette galaxie pour enlever des humains. Ces raids sont appelés « moissons ». De ce que je sais, leurs victimes vieillissent en quelques secondes. Ils sont aussi particulièrement résistants, surtout s'ils vienne de se « nourrir », leurs blessures guérissent en quelques heures... quelques minutes s'ils peuvent mettre la main sur un humain à ce moment là. Mais je n'en sais pas beaucoup plus, ce que je sais, je l'ai lu dans les rapports. Et j'avoue ne pas être impatiente d'en voir un de près. » Expliqua-t-elle.

Elle ne savait pas si Franck avait compris quelque chose à son explication brouillonne, mais elle espérait qu'au moins il aurait retenu le principal : les wraiths étaient dangereux, difficile à tuer, et si on le pouvait, le mieux était de ne pas les rencontrer. Même si elle doutait qu'un militaire, surtout un casse-cou comme Franck aurait peu de chance d'en faire l'économie.

- « Il leur arrive parfois de garder certaines de leur proies en vie et de les relâcher après leur avoir mis un traceur sous la peaux. Juste pour le plaisir de les chasser. On appelle ses humains des « Runner ». Ronon a été l'un deux. Il a réussit à leur échapper pendant des années. Lors d'une mission, le Colonel Sheppard l'a rencontré et la ramené sur Atlantis. Il va vous plaire parce qu'il est un peu comme vous. Le genre un peu bourrin qui ne pose pas de questions. »
Conclut-elle en riant.

Elle réfléchit quelques instant à ce qu'elle pouvait dire d'elle.

- « En ce qui me concerne, après le Congo, j'ai continué ma carrière d'infirmière sans frontière. J'ai traîné mes guêtres a peut près dans tout les coins du monde où un conflit où une catastrophe avait jeté des gens sur la route et crée des camps de réfugiés. Mais je commençais à être fatiguée... fatiguée d'avoir de savoir que ça ne finirait jamais. Qu'il y aurait toujours un nouveau camps, de nouvelles victimes de la folie des hommes. J'envisageais de démissionner, de trouver un poste dans un hôpital classique en métropole, même si je savais que ça ne me satisfaisait pas vraiment. »

Elle haussa les épaules, levant le nez pour regarder le visage de son grand compagnon de route.

- « J'imagine que ça devait arriver à un moment où à un autre. C'est à ce moment-là que j'ai été approchée et qu'on m'a proposé de rejoindre Atlantis. Je ne savais pas trop ce que c'était, mais de ce que j'en avais compris les conditions de travail et de vie seraient moins spartiates... et puis, j'avais besoin de changer d'air... Alors, aller voir sur une autre galaxie si l'herbe était plus verte, c'était plus que tentant. Je n'ai pas hésiter très longtemps. Pour le moment, je regrette rien. »

Tout en parlant, ils étaient arrivés devant la porte des quartiers qui avaient été attribués au jeune homme.

« Vous voilà arrivé Franck... »


Son oreillette grésilla, elle était demandé à l'infirmerie. Elle répondit qu'elle serait de retour d'ici quelques minutes.

- « Je dois retourner travailler, je vous laisse vous installer. Nous aurons l'occasion de nous recroiser, la cité n'est pas si grande. Si vous avez du mal à vous y retrouver les premiers temps, n'hésitez pas à demander, tout le monde à un peu ramé au début. »


Elle lui expliqua que pour ouvrir la porte il lui suffisait de passer sa main devant les cristaux qui luisaient faiblement sur le chambranle et avec un dernier sourire et un geste de la main, elle s'éloigna.

HRP:
 

Revenir en haut Aller en bas
Sam 4 Juin 2016 - 20:19
Invité
Invité
avatar
Toutes les informations qu'il venait de recevoir était trop pour lui, mais il avait retenu l'essentiel. Les Wraiths , les runners, la moisson les vampires, tout cela était nouveau pour lui. Il regrettait un peu de ne plus avoir à faire un autre humain comme lui, mais ce voyage dans l'espace et de surcroît dans une nouvelle galaxie était un défis, un défis qui le plaisait beaucoup. Il franchisa la porte de ses quartiers après que l'infirmière fila après avoir reçu un appel. La pièce qui se tenait devant lui s'éclaira automatiquement à son entrée d'une lumière un peu bleuté. Il déposa son sac près du lit. La porte venait de se refermer derrière lui et se demanda si une autre personne pouvait venir entrer facilement dans son dortoir comme il venait de le faire. Il décida donc d'aller ce débarbouiller et enlever ses vêtements dans la salle de bain pour éviter une mauvaise surprise.

Sous la douche, il repensa à ce que Coralie lui avait dit sur ses Whraiths, qu'ils étaient comme des vampires. A la différence des vampires ils ne buvaient pas le sang mais vieillissait leur victime. Il n'avait pas compris pourquoi il le faisait et cela, il devait reposer la question à Coralie. Lorsqu'il sortit de la douche, il changea ses vêtements et n'étant pas de service il décidait d'aller faire un tour dans la cité tout essayant de repérer des points de repère pour ne pas se perdre. Il reprit l'ascenseur précédent et ne sachant toujours pas comment cela fonctionne, surtout qu'il était différent de ceux de la terre. Heureusement pour lui il y avait un homme qui passait par là qui l'aida à ce téléporter vers un autre lieu de la cité.

Son sens de l'orientation militaire ne l'abandonnait pas, il retenait chacun des endroits où il passait reconnu même le réfectoire. Il allait vers la terrasse de la cité pour prendre un peu d'air frais. Il constata qu'il faisait nuit et que l'océan se tenait à perte de vue. Franck comprit qu'Atlantis était une cité flottante. Après plusieurs heures en dehors de ses quartiers il décida d'aller rejoindre son lit qu'il l'attendait.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Atlantis Insurrection :: Cité d'Atlantis :: Niveau 10 - Zone de Commandement :: Salle d'Embarquement-