Atlantis Insurrection
"Personne ne demande à devenir un Héros, sauf que parfois ça finit comme ça..."

Et si ce Héros, c'était toi ? Tu es l'un des meilleurs dans ton domaine (Biologiste, Chirurgien, Infirmier, Diplomate, Démineur, Maître chien...) et on te propose de participer à l'expédition la plus fabuleuse mais aussi la plus dangereuse : l'expédition Atlantis.
Auras tu le cran de rejoindre Atlantis pour découvrir ses mystères et affronter les dangers de cette galaxie ?

Tu peux aussi incarner les personnages importants de la série (Weir, Sheppard, McKay, Lorne, Teyla....) Bon niveau RP demandé.
On recherche de nombreux personnages inventés.
http://www.atlantisinsurrection.com/t387-personnages-vacants


Si tu te sens capable de franchir ce pas, tu es des nôtres ! Clique sur l'image ;-)


RPG sur Stargate Atlantis
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez| .

Marius, l'optométriste. [John Sheppard]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
avatarInfos
Invité
MessageSujet: Marius, l'optométriste. [John Sheppard] Lun 6 Juin - 19:30
Depuis quelque jours il travaillait comme un forcené. Du matin jusqu’au soir il était dans les labos, la porte menant à son cubicule fermée à clé. Il s’acharnait sur un projet qu’il avait trimbalé, l’idée en tête, de la planète bleue jusqu'à Atlantis. Lorsqu’il était encore au sein du GSG-9, il avait tenté de remuer ciel et terre pour faire tester son concept sur des agents en fonctions. Évidemment, chanceux comme il était, on lui avait refusé à chaque fois prétextant qu’il était dangereux de se servir des agents pour tester des inventions. Sur programme, tester par des machines, rien ne pouvait aller contre sa volonté, elles étaient fait pour fonctionner mais Marius voulait aller plus loin que cela. Il avait vu l’occasion poindre à l’horizon lorsqu’il avait sauté sur le dédale qui allait le mener sur Atlantis.


Tout était nouveau pour la plupart des gens ici. Les technologies des Anciens, le gène ATA... Bref le technicien avait vue une porte s’entrouvrir. Ici il aurait probablement la chance de faire tester des nanotechnologies qui pourraient faciliter la tâche des braves militaires. Tout ce qu’il voulait, c’était de travailler main dans la main avec les forces armées d’Atlantis. Dès les premières minutes sur la cité, il avait commencé à dessiner des concepts et des plans de développement à cet effet.


Il travaillait donc depuis quelque temps sur des lentilles cornéennes multifonction. Cet à dire, des lentilles qui s’adapteraient au terrain sur lequel évoluerait le militaire les portants. Il avait donc bidulé l’ingénierie derrière son plan sur une échelle raisonnable, il avait donc conçu des lunettes de visés permettant de s’adapter à la lumière, au contraste, à la saturation et aux couleurs qui pouvaient se présenter sur le terrain. Il avait noté le tout dans un carnet, rédigeant un document de plus de 800 pages des moindres détails qu’il avait noté de ses propres expériences avec l’engin.


Le plus difficile pour lui allait être de transposer l’engin de taille raisonnable à infiniment plus petit. Il s’était donc procuré plusieurs lentilles de couleurs, celles utilisées par simple rituel de beauté. Il en avait retiré méticuleusement la couche de couleur qui se trouvait dessus pour recréer cette même couche mais invisible. Derrière cette couche, il allait poser son circuit électronique, celui qui allait gérer automatiquement les ajustements sur terrain. Après une semaine de dure labeur il avait fini par terminer son premier prototype. Le seul hic : il avait horreur de se mettre des objets dans les yeux et de plus il devait avoir l’avis d’un militaire qui se trouverait en situation d’action, simulée ou non.


Il poussa un long soupire, remonta les lunettes sur son nez et, laissant les lentilles sur leur socle, quitta les laboratoires pour aller à l’extérieur. Il avait besoin d’air, de penser à autre chose. Une fois sur le balcon il s’alluma une clope, le regard vers l’océan. Il s’accouda sur la rambarde et d’une main, massait ses tempes. Son crâne allait exploser, mais il avait une envie folle de terminer le prototype, d’arriver avec un produit présentable et efficace au Colonel Sheppard. Il fini sa clope en vitesse et retourna vaquer à ses occupations.

La journée s’éternisait et il en avait marre de pinailler sur les mêmes défauts depuis le début de la journée. Il retournait voir ses calculs à tout les cinq minutes, s’assurant chaque fois qu’il n’avait pas fait une erreur quelque part. À son soixantième aller vers la bible des lentilles il cru remarquer une erreur fatale. Il laissa sortir un rire grinçant, cogna sur le bureau, ce qui eu pour unique effet de faire tomber ses crayons. Il n’avait pas changer le paramètre de dimensions du circuit électronique de la grandeur A à la grandeur B. Il changea immédiatement le calcul et retourna à son bébé avant d’en modifier les paramètres.


Deux heures, cinq clopes, il pensa à Isia entre chacune d’entre elles, se maudissant par le fait même, et huit cafés plus tard le circuit était complètement revampé. Il mit les lentilles sur un socle face à des yeux robotiques et projeta différentes images sur un écran. Le regard rivé sur l’ordinateur il vit finalement quelque chose pour lui faire plaisir. Les courbes des coefficients et les courbes de réactions fonctionnaient. La bleue, qui présentait 0 depuis le début des travaux, était maintenant croisée par une rouge qui s’activait et qui bougeait au rythme des images qui défilait devant les yeux. Il avait envie de pleurer de joie. Il quitta le laboratoire à la course vers la zone militaire.


Le changement de personnel lui arriva au visage comme une claque. Il était habitué de voir des hommes et des femmes frêles, lunettes au visage. Se nouveau cadre le déstabilisait. Des hommes et des femmes, développés comme des culturistes prenait place devant lui. Il en était presque estomaqué et en tâtant timidement ses muscles, se promit de faire un tour une fois de temps à autres à la salle de musculation. Il arrêta le moins menaçant du groupe. «Excusez-moi, vous savez où est-ce que je pourrais trouver le Colonel Sheppard?» Le regard de l’homme en disait long. Il analysait les mots qui étaient probablement arrivés trop vite à ses oreilles. Un éclair apparût finalement dans ses yeux, suivit d’un large sourire sur ses lèvres. «Vous z’êtes trompé m’sieur. Le Colonel s’trouve dans son bureau au d’zième....» Marius tourna sur lui-même, sans laisser le type finir. Il l’entendait toujours parler derrière lui.

Il avait envie de retourner à ses quartiers et d’abandonner sa quête. Il courait comme un cinglé depuis le début de la journée, depuis plusieurs jours même, et de se tromper était la cerise sur le gâteau. Il n’avait plus l’humeur à rire et son visage était dur, laissant apparaître ses traits carrés. Ses yeux verts scrutaient alors les zones. Il voulait seulement s’assurer que le soldat ne lui avait pas donné la mauvaise information. Le délai qu’il lui avait mit avant de répondre à une simple question avait fait douté le technicien quant à la véracité de ses dires. Il s’engouffra dans le télé-porteurs et cliqua immédiatement sur la lumière vers la zone désirée.


Se trouvant toujours con, les joues encore chaudes de honte et de colère il arriva au niveau dix. La zone était plus que silencieuse, se qui intimidait presque l’allemand. Il pouvait entendre chaque pas qu’il faisait. Il lu les noms sur les portes et déboucha finalement sur celle qu’il voulait. Lieutenant-Colonel John Sheppard. Il cogna fermement sur la porte attendant une réponse, qu’il espérait, positive. Une idée lui traversa alors l’esprit et dans un mouvement de panique tâta son habit trois pièces à la recherche de sa tablette. Cette tablette qui contenait tout les explications, simplifiés pour l’occasion, et les dessins de son concept. Un frisson de soulagement traversa son corps alors qu’il touchait la tablette du bout des doigts, à l’intérieur de sa veste enfoncé dans les confins de sa poche et au même moment un visage apparût dans le cadrage de la porte. «Bonjour, je viens à la rencontre du Colonel Sheppard, je suis Marius Brunsemeier, technicien en nanotechnologie.» Il présenta sa main à la personne qui répondit avec un sourire et une ferme poignée de main.
Revenir en haut Aller en bas

avatarInfos√ Arrivée le : 04/09/2015
√ Age : 25
√ Messages : 2237
John Sheppard
Dossier Top Secret
√ Age: 40 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Oui
MessageSujet: Re: Marius, l'optométriste. [John Sheppard] Mar 14 Juin - 17:56

Marius, l'optométriste
feat. Marius Brunsemeir

De bonne heure, jetais partis en mission sur P4Jk1, une planète au climat tempéré. Une civilisation y habitait, une petite peuplade grandement décimée par les Wraiths, mais un assortiment de personne braves et surtout qui cultivent des céréales intéressantes. Puisque celles-ci poussent rapidement. En à peine deux mois, ils avaient une récolte. Cela était très attirant pour Atlantis, afin de nourrir le nombre grandissant de recrût dans la cité. Ainsi, on est moins dépendant des ravitaillements du Dédale.

Bon outre, l'intérêt général, cette mission ne fut pas des plus palpitants. Comme convenu on revenu sur la belle cité avec un membre de ce peuple pour négocier avec Weir et ce fut fini pour Sga1. Avec la fine équipe, on partit manger au Messe discutant de la mission ou de la nouvelle « grande » découverte de Mckay, qui chaque jour en trouvai une, avant de disputer avec Zelanka sur une broutille, réduisant sa « grande » découverte à insignifiant.

Je rejoignis mon bureau après un rude entraînement avec Ronon et une bonne douche qui me fit le plus grand bien sûr les contusions dus au combat. Faudrait qu'un jour j'arrive à le battre… dans mon état normal, car oui bien sûr une fois j'ai réussi à le coiffé au poteau, mais j'étais à demi-insecte. J'ai quand même beaucoup d'espoir comme homme… je ne renonce jamais même quand c'est illusoire de s'acharner.

En pénétrant dans mon bureau, je constatai que Marie m’avait encore mit une nouvelle plante … je restai bouche-bée devant le mini arbre au large feuille jaune et rouge qui trônai fièrement dans un coin et prenait une sacré place. Non mais, là elle abuse ! Mon bureau ressemblait plus à une sphère de botaniste que le bureau d’un militaire ! Depuis, que je l’avais autorisée à le décorer je me retrouvais avec une foule de nouvel être vivants a feuille ! Je soupirai, rejoignant mon bureau, me disant qu’u jour je n’arriverais plus à y allé à force d’être un lieu d’accueils pour toutes les PSSF (Plantes sans serres fixe). Je me demandais encore comment Marie à put le porter sans se rompre une vertèbre. J’irais lui ramener plus tard.

À peine, fus-je installé dans ce fauteuil moelleux, que quelqu'un frappait à ma porte. Tiens, j'ai de la visite ? J'avais rien aucune réunion ou entretiens de prévus. Curieux, je donnai une approbation, croisant les bras, sur le bureau pour observer le visiteur. Je devais avoir l'air d'un elfe des bois au milieu de toutes mes plantes. Déjà que j'ai des oreilles assez pointues, il ne me manque plus que la tunique et c'est bon.

Un homme se présenta comme un technicien en nanotechnologie, il était dans un costume trois pièces qui lui allaient m'a foie plutôt bien…. Tiens Taylor-Laurence n'était donc pas la seule à envoyer balader l'uniforme ? Faudrait les présenter tous les deux ! Cela était quand même étrange de voir quelqu'un sans les « costume » atlantes, il avait bien plus de classe que ses compatriote civile, je me demande si a déjà eu des remarques. Pour ma part, en tant que militaire je suis naturellement soumit à l'uniforme, je n'avais pas bien compris pourquoi on demandait aux civils de faire de même. Mais bon soit, la question de l'uniforme m'indifférait, surtout que tout le monde semblait s'y accoutumer sauf deux personnes.

J'accueillis l'homme avec beaucoup de sympathie, me levant pour aller lui serrer la main chaleureusement.

• Bonjour monsieur Brunsemeir, oui c’est bien moi

Décidément il n'avait pas un nom facile à prononcer celui-là. Pour ne par l'accrocher je le ponçai en articulant bien, avec mon accent américain, cela devait déformer certaines syllabes de son patronyme… quelle honte. Il devait être allemand, heureusement que Frei est plus facile à prononcer que Brunsemeir… comme quoi on a toujours du mal avec les noms à consonance étrangères nous les Américains !

Je lui fis signe de s'asseoir vers le mini salon. Le bureau faisait très officiel et imposant. Et puis, j'avais envie d'être confortablement assit et le petit salon était très bien pour recevoir des civils, hors du cadre strict et formel de mon « bureau »… même si le nombre croissant de plantes avait tendance à le lui retirer son côté austère. Mon bureau c'est la version miniature de la forêt tropicale ! Surtout que nous étions couverts par l'ombre du nouvel arrivant aux couleurs chatoyantes.

• Que puis-je pour vous ?

FICHE ET CODES PAR ILMARË

_________________
Double comptes : Isia Taylor-Laurence & Alexander Hoffman & Naalem Lays //écriture : MediumTurquoise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatarInfos
Invité
MessageSujet: Re: Marius, l'optométriste. [John Sheppard] Mar 21 Juin - 6:34
La réponse à cette poignée de mains ne se fit tarder. À peine entré dans le bureau du Lieutenant Sheppard que celui-ci avait bondit de son bureau pour venir accueillir Marius chaleureusement. Il semblait surpris de voir un invité et Marius était d’autant plus surpris de se retrouver au milieu de la forêt. «Bonjour monsieur Brunsemeier, oui c’est bien moi». Il n’aurait pas eu à répondre à cette question que Marius aurait deviné qu’il faisait bel et bien face au Lieutenant. Il dégageait une prestance naturelle ainsi qu’une bouille charismatique, autoritaire qui imposait le respect. De plus il arborait plusieurs bananes sur sa tunique grise. Marius se regarda. Il était bien heureux de ne pas porter l'affreux uniforme vert des techniciens, les militaires n'avaient pas cette même chance. Mais Malgré tout le respect que le technicien avait envers son interlocuteur, lorsque Sheppard prononça son nom il sentit son sang ne faire qu’un tour. Il devait rester de glace, il était ici pour une unique raison. Il chassa rapidement ce moment de son esprit puis il l’invita à s’asseoir dans un fauteuil que Marius trouvait confortable. «Que puis-je pour vous ?»


Un sourire se dessina sur le visage de Marius. Pas le temps de plaisanter, surtout pas avec les militaires. Cela à eu pour effet de plaire au technicien. Il avait travaillé avec une unité anti-terroriste en Allemagne, il se souvenait que les agents n’avaient jamais de temps à perdre. Chaque fois qu’ils venaient voir les techniciens c’étaient pour que ceux-ci bidule leur équipement.«Avant toute chose j’aimerais dire que votre bureau est parfait. J’adore.» Il ria subtilement puis continua. «Dans la mesure du possible, j’aimerais avoir un cobaye militaire pour tester une toute nouvelle invention.» C’est alors qu’il déposa une enveloppe sur la table entre les deux hommes et il en extirpa un dossier complet, en deux versions dont une qu’il remit entre les mains du Lieutenant.


Il tira sa tablette de son veston puis s’approcha alors du Lieutenant pour prendre place juste à côté de lui. «Voilà donc mon projet.» Il montra les premières images de son concept. Puis il se lança dans des explications, digne d’une présentation donnée par Bill Gates. «Pour faire simple, ceci Lieutenant, se trouve à être des lentilles cornéennes qui s’adaptent aux conditions du terrain, directement sur les yeux du soldat. Problème avec un soleil trop persistant? La lentille règle la luminosité, sans pour autant affecter la visibilité du soldat, puisque les contrastes et couleurs seront ajustés également.» Il parlait de long en large des lentilles. «La confection n’a pas été de tout repos, cependant je crois fermement en mon projet, vous pouvez voir les résultats des tests à la page 234 du document.» Le Lieutenant opéra. Marius fît la même chose puis continua ses explications. «Donc si vous regardez l’échelle de corrélation, on peut voir que les courbes des coefficients, donc des images projetés sur un écran, sont pratiquement égales à celles des réactions. À la page 235 vous pouvez alors observer la vitesse d’exécution des lentilles, qui se retrouve à être plus ou moins égale à la vitesse de réaction de l’oeil humain.» Il s’arrêta quelques secondes, laissant le temps au Lieutenant d’assimiler les informations. Marius avait tendance à parler vite et s’emballer lorsqu’il parlait de ses projets. «N’hésitez surtout pas si vous avez des questions, ou encore, si vous voulez mettre fin à la discussion.» Il se racla timidement la gorge. «Je peux vous demander un verre d’eau s’il-vous-plaît?»

Revenir en haut Aller en bas

avatarInfos√ Arrivée le : 04/09/2015
√ Age : 25
√ Messages : 2237
John Sheppard
Dossier Top Secret
√ Age: 40 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Oui
MessageSujet: Re: Marius, l'optométriste. [John Sheppard] Lun 25 Juil - 18:03

Marius, l'optométriste
feat. Marius Brunsemeir

Une fois assit bien confortablement dans les siège, l’homme me complimenta sur la décoration du bureau. J’eu un grand rire assez franc. Oui, c’’est peu commun d’avoir un bureau aussi « végétal ».

• Je vous présenterai la décoratrice si vous le voulez ! Lui dis-je d’un ton amical

Pauvre Marius, je crains que si Marie, trouve un nouveau bureau à décorer, il soit aussi embêter que moi avec les nouvelles espèces florale des planètes avoisinantes. Enfin, peut-être que sa limitera l’encombrement de mon bureau aussi. Même si je n’y croyais plus trop.

Le technicien, commença dans le vif du sujet, me demandant un cobaye, mon regard s’agrandit soudainement. Euh ça c’est de l’entré en matière. Un peu surprit je le toisai quelques instant.

• Si vous me le rendez vivants ça peut se négocier, lui dit-je avec humour

Pas besoin de lui demander pour quoi faire, car l'homme déposa une épaisse enveloppe avec un dossier qu'il me tendit avant de fouiller dans son veston, pour chercher sa tablette. Mon regard dévia, sur le nouvel arbre aux feuilles jaunes étaient près de moi et surtout à l'une de ses branches qui me touchaient la tête… une étiquette pendait sur l'une des petites branches fines… je l'attrapai lisant le nom ultra compliquer de l'arbre … je soupirai, déposant celle-ci sur ma table basse. Ainsi, je suis l'heureux propriétaire d'un « Citronusculium ». M'en voilà ravi, je vais lui trouver un petit nom, plus sympathique tiens ! Oui je vais le nommer Mckay comme le nom de l'arbre ressemblait à celui du citron, le « Mckaychiantus » ça sonne bien non ?

Je reportai toute mon intention sur le dossier qui avait l'air conséquent. Déjà le titre-me plus grandement. Et il faut avouer que cet allemand avait le sens de la présentation et je buvais littéralement ses paroles. Trouvant agréable qu'il réussit à me parler de son projet avec certes, passion, mais compréhension. J'ouvris la page 234 pour voir les résultats, un brin alléché par ce projet prometteur.

L'homme s'empressa à parler, j'avais parfois du mal à le suivre, mais je comprenais le sens générale. Et en toute franchise, je ne pus cacher mon regard un brin trop expressif. J'étais très intéressé par cette technologie. Cela pouvait être pratique, notamment pour notre nouveau site alpha, où la nuit était l'état le plus courant.

J'allais lui répondre quand il me donna une possibilité de le congédier. Oula non mon petit père je vais te garder ! Je me levai, pour lui servir un grand verre d'eau.

• Eh bien … je dois avouer que votre projet est très intéressant. Surtout, qu’avec l’habilitation de notre nouveau site sur Alpha : la terre sans jour, ce genre de technologie sera très efficace. Si vous parvenez à le faire perfectionner et à le produire ça serait un outil précieux pour les missions.

Je me tue quelque instant, un peu rêveur, mesurant le pour et le contre. De temps à autre mon regard dévia sur le dossier, pour chercher des questions pertinentes et trier celle que j’avais déjà en tête.

• Pour la vision nocturne, cela donnera le même effet que nos jumelles nocturne ? Ce vert immonde ? Ou ils verront comme en pleins jour ?

Je ne lui laissai pas le temps de répondre, car quelque chose venait de m’effleurer l’esprit. Élisabeth m’avait parlé que maintenant on avait quelqu’un sur le cité pour les projets et autres fonction… ça nous évitait de contacter le SGC à chaque fois. Faut que je lui en parle, avant qu’il continue.

• Je parle à long terme, mais me semble qu’il vous faudra un financement et on a un nouveau admiratifs qui s’occupe des projets… mince … excuser moi.

Et dans un sens, il m'en avait suffisamment dit pour que je lui donne mon feu vert avec l'un de mes hommes. Je me levai, pour regagner mon bureau et chercher le nom du petit nouveau sur la liste du personnel.

• Ah oui, Mr Hoffman ! Il faudra que vous ailliez le voir.

Je me rassis à ses côtés, retenant la suite de mes questions, car faut bien qu’il parle. Mais, je vous l’avoue, j’étais très très enthousiasme et ravi d’échanger avec une personne qui a une idée si lumineuse !


FICHE ET CODES PAR ILMARË

_________________
Double comptes : Isia Taylor-Laurence & Alexander Hoffman & Naalem Lays //écriture : MediumTurquoise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatarInfos
Invité
MessageSujet: Re: Marius, l'optométriste. [John Sheppard] Mer 24 Aoû - 0:06
Habituellement Marius tombait toujours sur les pires spécimens de la race humaine. La chance de celui-ci n’avait pas changé une fois sur Atlantis mais décidément le vent tendait à changer de côté. Isia et maintenant le Lieutenant Sheppard. Il répondit amicalement à la remarque du technicien, continuant même en blaguant suite à la demande toute spéciale du technicien : des cobayes pour son projet.


C’est avec un malin plaisir que Marius aperçut Sheppard s’abreuver des paroles de celui-ci. Il semblait avoir du mal à suivre mais aucune questions, ni interrogations ne sortaient de l’homme en face du technicien, qui s’apercevait bien qu’il parlait légèrement trop vite, coupable de sa passion. «Eh bien … je dois avouer que votre projet est très intéressant. Surtout, qu’avec l’habilitation de notre nouveau site sur Alpha : la terre sans jour, ce genre de technologie sera très efficace. Si vous parvenez à le faire perfectionner et à le produire ça serait un outil précieux pour les missions.» C’était donc un bon début, et à cette remarque un large sourire se dessina sur le visage carré de l’allemand. «Bien sûr, le projet n’en ai qu’au stade primaire. C’est pour cette raison que j’ai besoin de cobayes. Histoire de voir l’efficacité sur des sujets humains.» L’allemand se tut. Il attendait la réponse du Lieutenant qui avait un air songeur, puis il continua. «Pour la vision nocturne, cela donnera le même effet que nos jumelles nocturne ? Ce vert immonde ? Ou ils verront comme en pleins jour ?» Une grimace se dessina sur le visage de Marius, il leva alors le doigt pour répondre mais Sheppard dégaina plus vite. «Je parle à long terme, mais me semble qu’il vous faudra un financement et on a un nouveau admiratifs qui s’occupe des projets… mince … excuser moi.»


Le mot long terme raisonna dans la tête déjà bouillonnante de l’allemand. Il en avait presque les jambes sciées de bonheur. S’il n’était pas dans un cadre professionnel (et si il n’était pas aussi conservateur) il enlancerait Sheppard pour lui prouver toute sa gratitude. À la place il se contenta de sourire. Sheppard se leva alors puis il se dirigea vers son bureau. Il semblait chercher quelque chose, Marius s’approcha alors. «Ah oui, Mr Hoffman ! Il faudra que vous ailliez le voir.» Il stoppa net, saisit de surprise. Il bafouilla quelque chose d’inaudible puis se racla la gorge. «Bien, je vais prendre toute l’aide qui passe bien évidement et je vous en suis très reconnaissant.» Il s’arrêta avant de reprendre le siège que Sheppard lui avait assigné, lui-même faisant pareil. «Pour répondre à votre première question, la vision nocturne.» Il s’arrêta puis ouvrit sa tablette en cherchant la page qui était entièrement dédiée à cette aspect des lentilles.


«Si vous allez à la page 340 vous pouvez voir les première images que j’ai pu capté grâce à la machine ayant testé virtuellement les lentilles.» Il s’arrêta un instant pour lui laisser le temps de trouver la page. Sur la dite page, on pouvait y voir six photographies numériques, sans ressembler à des fonds d’écrans celles-ci étaient assez claires pour pouvoir différencier les deux types de visions nocturnes. «Donc sur les trois premières images nous avons les lunettes de visions nocturnes que nous connaissons tous. À partir des données que le robot a récolté sur la qualité de l’image, incluant la saturation, la clarté et les contrastes, j’ai pu trouvé un moyen de réduire le vert hideux des lunettes de visions nocturnes.» Sur les trois autres photos on pouvait bien distingué la différence entre les lentilles de Marius et les lunettes de visions nocturnes. Certes, sans être parfaite on voyait bien que l’image était nettement plus claire, plus lumineuse et mieux défini. «Voilà donc les résultats. La lentille doit s’adapter à son environnement, c’est donc avec les micro particules de lumières que celle-ci commence son travail. En captant toute la lumière visible et non visible, elle permet au sujet de pratiquement voir comme durant une pleine lune, ou encore sur un boulevard bien éclairé la nuit.» L’allemand prit une pause puis se demandait si son exemple représentait bien son explication. Il ne trouvait rien de mieux de toute manière pour vulgarisé son projet. «Bien évidemment, les tests ont été effectués sur une photo, les résultats peuvent variés sur le terrain, et avec de vrais yeux!» Il croisa les jambes et sourit en attendant la suite, trouvant bien sympathique cette rencontre avec le plus haut gradé d’Atlantis.

Revenir en haut Aller en bas

avatarInfos√ Arrivée le : 04/09/2015
√ Age : 25
√ Messages : 2237
John Sheppard
Dossier Top Secret
√ Age: 40 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Oui
MessageSujet: Re: Marius, l'optométriste. [John Sheppard] Jeu 1 Sep - 18:32

Marius, l'optométriste
feat. Marius Brunsemeir



Il me confirma que ce n’est qu’au stade primaire, j’en avais bien conscience. Je me demandai en combien de temps cela pouvait être réalisé. Il fallait que j’évalue ce précieux temps, pour savoir qui dégager des roulements. J’avais tellement de question en tête …

Je pu voir la grimace que me fit l’allemand, quand je mentionnai le vert immonde. Mais dans mon empressement je ne lui laissai point le temps de me formuler une quelconque remarque. Parfois, faut que je sorte les éléments sous peine de les oublier. Et le nom de cet administratifs était, comment dire ? Sortie de la tête. En fouillant dans mes affaires, je retrouvai bien vite le nom de l’homme que je donnai à Marius. Celui-ci semblait surprit. J’ignorai s’il connaissait le dénommé Hoffman, où s’il s’attendait à autre chose. Enfin qu’importe.

« C’est lui qui se charge de donner les sous, je pense que vous en aurez besoin pour la suite de votre projet. Il serait dommage que la production des lentilles soit annulée faute de moyen »

Manquerai plus que ce projet soit suspendu faute de money ! ça me ferait chier tiens ! Pour une fois, que les détails administratifs me viennent en tête. Weir, m'avait tellement cassé les pieds, pour que je fasse gaffe à ne pas dire « oui » sans connaitre la possibilité financière. Et blabla. Donc maintenant c'est le mot magique : projet trop bien = va voir le rouge pour les sous. Évitant de s'emballer. Même si bon, faut quand même le dire, l'idée de Marius changerait la vie de plusieurs personnes.

Une fois fait je regagnai ma place bien confortablement installé dans le fauteuil. Il n'y a pas dire, ça du bon d'avoir son bureau pour sois, avec du mobilier agréable. Petit privilège de pouvoir avoir un choix large dans les catalogues que le SGC nous octroyait pour la cité. Un petit privilège que n'avaient surement pas certain militaire du même grade. Et puis, bon entre nous, ses petites merveilles, je les aient soigneusement choisis. On peut-être le casse-cou de service et aimer avoir du confort chez soi.

Il répondit à mes questions, docilement, je cherchai la bonne page, pour avoir la suite des explications. La page contenait des photos plutôt intéressantes. Je reconnu sans peine, l'affreux vert fluo de nos lunettes actuelles. J'eu un large sourire, quand il me spécifiait qu'il avait trouvé le moyen de réduire ce maudit vert. Je pu visualiser sans peine, grâce à son exemple la finalité du produit. Cela était amplement suffisant pour les militaires. Après tout, je pensais surtout à notre vie sur le site alpha, en habitant une planète sans jour, cela deviens vite usant de sortir toujours avec les lunettes !

« Vous pensez que ça vous prendra combien de temps ? » Je me levai prenant la liste des militaires présents sur la base. « Vous avez besoin ou une préférence d’un certain type de soldat, personnalité, caractéristiques physiques ? » Après tout je n’en savais rien. Il pouvait avoir besoin d’un myope pour les adapté aux problèmes de visions ou une personne avec une acuité visuelle de 10/10… je levai un regard vers lui. « Et ne me répondez pas blonde à grosse poitrine » dit-je amusé en riant un peu.


FICHE ET CODES PAR ILMARË

_________________
Double comptes : Isia Taylor-Laurence & Alexander Hoffman & Naalem Lays //écriture : MediumTurquoise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 26/01/2016
√ Age : 25
√ Messages : 687
Isia Taylor Laurence
Dossier Top Secret
√ Age: 37 ans
√ Nationalité: France France
√ Gêne: Inoculation
MessageSujet: Re: Marius, l'optométriste. [John Sheppard] Jeu 12 Jan - 20:30
END 12/01/2017

_________________
Double comptes : John Sheppard & Alexander Hoffman & Naalem Lays //écriture : palevioletred
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Infos
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Marius, l'optométriste. [John Sheppard]
Revenir en haut Aller en bas

Marius, l'optométriste. [John Sheppard]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» John Sheppard
» Quartier de John Sheppard
» John Sheppard > Matt Eversman : Evénements du 13 février
» P3X932 (Mission d'exploration Basique.)
» Demande de partenariat (ouvert aux invités)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Atlantis Insurrection :: Cité d'Atlantis :: Niveau 10 - Zone de Commandement :: Bureaux :: Bureau du Lt-Colonel Sheppard-