Atlantis Insurrection
"Personne ne demande à devenir un Héros, sauf que parfois ça finit comme ça..."

Et si ce Héros, c'était toi ? Tu es l'un des meilleurs dans ton domaine (Biologiste, Chirurgien, Infirmier, Diplomate, Démineur, Maître chien...) et on te propose de participer à l'expédition la plus fabuleuse mais aussi la plus dangereuse : l'expédition Atlantis.
Auras tu le cran de rejoindre Atlantis pour découvrir ses mystères et affronter les dangers de cette galaxie ?

Tu peux aussi incarner les personnages importants de la série (Weir, Sheppard, McKay, Lorne, Teyla....) Bon niveau RP demandé.
On recherche de nombreux personnages inventés.
http://www.atlantisinsurrection.com/t387-personnages-vacants


Si tu te sens capable de franchir ce pas, tu es des nôtres ! Clique sur l'image ;-)


RPG sur Stargate Atlantis
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez| .

l'heure de rendre la copie - Pv Alex

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
avatarInfos
Invité
MessageSujet: l'heure de rendre la copie - Pv Alex Sam 6 Aoû - 16:02
Elia était en train de passer un concours. Elle entendait les ricanements de ses camarades de classes, mais ne comprenait pas pourquoi. Ni pourquoi Mme Enamora portait un serre-tête avec des oreilles de chats sur son chignon strict. Ce n'était pas très en accord avec son tailleur vieillot et ses lunettes à triple foyer. D'ailleurs, depuis quand les institutrices de primaire surveillaient-elles les épreuves de collège ?

Les rires et gloussements de ses camarades de classe redoublaient, elle tourna la tête vers Willy, son ami et voisin, qui la regardait avec des yeux ronds. Elle baissa les yeux et vit qu'elle était nue, à part ses vieilles mules en forme de chat. Curieusement, elle ne se sentit pas plus gênée que ça. Surtout quand, en levant les yeux, elle réalisa qu'elle n'était pas seule à être ainsi dévêtue et que ceux qui ne l'étaient pas portaient des vêtements plutôt étranges. Depuis quand Kelly, la fashion addict portait-elle un treillis et un casque de chantier ? Il n'y en avait qu'un qui était habillé normalement, même si son écharpe en chat vivant était plutôt étrange.

D'ailleurs, c'était qui lui ? Elle ne l'avait jamais vu. Peut être un nouvel élève... même si son attitude, et son costume trois pièce des plus élégant faisait plus penser à un nouveau professeur.

Elle haussa les épaules et se replongea dans son interrogation, ce n'était pas tout ça, mais il ne faudrait quand même pas qu'elle prenne le risque d'avoir une bonne note à cause d'un moment de distraction. C'est que ce n'était pas facile de garder une moyenne moyenne.

Elle fut à nouveau distraite par des coups de marteau. Décidément, ce collège n'avait aucun respect pour les efforts de ses élèves, prévoir des travaux pendant les épreuves de fin d'année, franchement, ils pouvaient pas attendre deux jours de plus que ce soit les vacances ?

« Elia ! Elia ! Qu'est-ce que tu fous ?! T'es à la bourre! »


Je suis en train de passer un examen ! Pouvez pas me foutre la paix ?! Pensa-t-elle un instant avant de se réveiller en sursaut, complètement déroutée, ne sachant plus où elle se trouvait. Il lui fallu quelques instants pour réaliser que quelqu'un tambourinait à la porte de sa chambre, elle reconnu la voix de Sacha.

Se battant avec une feuille de papier collée sur sa joue, elle se précipita vers la porte en se frottant les yeux et se demandant pourquoi elle n'était pas dans son lit, quel était ce papier si attachant. A peine la porte ouverte, Sacha lui sauta littéralement sur le poil :

- « 'tain, Elia, qu'est-ce que tu fous ? On attend que toi pour le changement d'équipe ! »

Après lui avoir jeté un coup d’œil, elle prit un air inquiet :

- « Tu es malade ? On dirais que tu as dormis par terre. Et puis, c'est quoi ce papier que tu tiens ? »

Elia ressentit un violent et brutal mal de crâne. Elle leva la main pour faire taire sa collègue.

- « Désolée Sacha, j'ai un peu de migraine. Tu n'as qu'a faire le briefing, tu sais ce qui et prévu pour aujourd'hui. Je vous rejoint dés que je peux. »


Sacha pris un air désolé avant d'ajouter :

- « Je peux te remplacer si tu veux. Après tout, je te dois bien ça vu le nombre de fois où tu m'as dépannée. »

Sacha était très compétente et sérieuse dans son boulot, mais parfois un peu fêtarde. Il était arrivé plusieurs fois à Elia de la remplacer au pied levé ou de la couvrir pour ses retards.

« Non, c'est gentil, mais ça va maintenant. Ne change rien, je ferais mon secteur habituel. »

Dés que Sacha fut reparti, Elia couru se préparer, pris un médicament contre la migraine, et choppa une pomme qui traînait sur sa table. Elle cavala dans le couloir, au moment où la porte du téléporter se refermait derrière elle, elle réalisa qu'elle avait oublié de prendre le dossier pour Mr Hoffman. Elle cavala dans les couloir, dans l'autre sens pour aller le chercher, avant de se dire que en retard pour en retard, rien ne servait de courir.

Heureusement, le reste de la journée ne lui réserva pas de nouvelles surprises, et elle réussit même à rattraper son retard et à être presque à l'heure pour le rendez-vous fixé par le Chef de projet. Il était 21h45 quand elle arriva devant sa porte, son document à la main.

Elle y jeta un coup d’œil dubitatif. Elle espérait avoir réussit à répondre à toutes les questions, et ne pas avoir fait trop de boulettes. Elle n'avait même pas eut le temps de le revoir une dernière fois. En fait, elle réalisa qu'elle ne se rappelait même plus vraiment des questions tant le dossier qu'elle avait dans les mains se confondait avec celui de son rêve. (Elle doutait que la questions concernant le nombre de petits pouvant être engendrée par une femelle E2PZ fasse vraiment parti de celles qu'elle avait réellement lu.)

La jeune femme s'accorda quelques secondes pour réfléchir. Encore une fois, le hasard semblait avoir voulu jouer avec elle. Elle se doutait que Mr Hoffman avait une idée derrière la tête en lui soumettant ce questionnaire, mais même après l'avoir remplit, elle ne comprenait toujours pas où il voulait en venir.

Elia eut un nouvelle hésitation en leva la main pour frapper à la porte du bureau. Elle avait l'impression d'être à une croisée des chemins. Mais après tout, elle n'avait pas passé sa nuit à passer cette épreuve pour renoncer à rendre sa copie maintenant.

Elle frappa à la porte et attendit une réponse avant d'entrer.
Revenir en haut Aller en bas

avatarInfos√ Arrivée le : 08/07/2016
√ Age : 25
√ Messages : 914
Alexander Hoffman
Dossier Top Secret
√ Age: 37 ans
√ Nationalité: Royaume-Uni Royaume-Uni
√ Gêne: Inoculation
MessageSujet: Re: l'heure de rendre la copie - Pv Alex Dim 7 Aoû - 20:41
Le chant de La pirolle verte
Feat Elias Fischer & Alexander Hoffman
Quand il pénétra dans ses quartiers à l'heure fatidique de 4h du matin, il se sentait engourdie et lourd. Harry eu la délicatesse de quitter ses épaules, pour se pelotonner dans son panier bien gentiment. L'anglais, ne mit guère longtemps à s'écrouler sur son lit, après avoir quitté ses vêtements et sombrer dans un lourd sommeil.

Le réveil sonna à 7h…il soupira avant d'éteindre la douce mélodie de son radio réveil. Bon, ce matin il fallait avoir la pêche et surtout avoir une mine présentable. Ne pas montrer que les gribouillages de Zelanka, lui ont pris la moitié de la nuit. Et que de toute manière il n'avait cumulé que 4h de sommeil avant cette fameuse nuit. Il sentie son corps un brin retissent à se lever. Et pourtant il fallait bien.

Allongé sur le dos, il soupira se frottant les yeux de ses grands doigts. Comme pour lui rappeler qu'il devait se lever Harry, lui sauta sur le ventre, commençant à ronronner. Il est impressionnant d'entendre la puissance du ronron du petit chat tigré... pire qu'une vieille locomotive. La douce mélodie, fit sourire l'homme, qui enfouie ses mains, du pelage long et soyeux de l'animal.

Quelques caresses plus tard, il se leva, pour prendre une douche tonifiante. En regardant sa tête dans le miroir, il se dit que ça va, il avait connu pire. Quelques germes d'eau froide venue rafraîchir ses joues blanches, pour lui donner un aspect plus « reposer ». Il enfila son costume gris, une chemise blanche et une cravate d’une couleur un peu plus originale : cyan délavé. En se regardant dans le miroir, la couleur sûrement fade, semblait lui donner une meilleure mine. Faut dire que lui, il la voyait bien cyan et non la couleur un peu usée. Enfin bon, cela revenait au même, l'effet était là. Il avala deux tasses de thé, bien chaude. Si avec ça, il n'a pas envie d'aller aux toilettes, c'est un surhomme ! Mais sans surprise, il ira se rendre dans un lieu de « repos » juste avant la réunion, histoire de ne pas se tortiller comme une demoiselle ayant pris conscience d'être fané.

Il se rendit à son bureau, pour y déposer son chat et prendre son ordinateur ainsi, que les maquettes, s’engouffrant quelques minutes plus tard dans la salle de réunion juste à côté de son bureau. Quand, il en ressortit accompagné des responsables et délégués pour ce projet. Il était assez content de lui. Faut dire que malgré le peu d’heure de sommeil, il avait réussi le pari un peu suicidaire d’un oral nickel et intéressant. Certains financeurs, adorait le voir, car ils avaient l’impression d’assister à un petit one man show privé. Et c’est sans hésiter qu’ils avaient signé pour le budget, omettant complètement le prix indécent de la facture.

Sur cette note positive de cette journée, l’homme retourna à son bureau, le fermant à clés, pour défaire sa veste ainsi que sa chemise qui trouvèrent leur place sur sa chaise et s’octroyer une sieste, qui n’était autre que la continuité de sa nuit. Allongé sur l’immense canapé, il alluma un fond de musique au hasard et sombra dans les bras de Morphée.

Il fut réveillé à 13h par le docteur Weir qui frappait joyeusement à sa porte. Il remit sa chemise et sa cravate avant de lui ouvrir. Celle-ci souhaitait déjeuner. Machinalement il regarda sa montre et ne put qu’être du même avis.

« Je commençais à m’inquiéter de ne pas vous voir. La réunion c’est si mal passé ? »
« Tellement mal qu’ils ont signé » répondit l’homme de son flegme légendaire, entraînant une réaction de surprise du docteur Weir qui n’avait toujours pas compris comme il fonctionnait. Par pitié pour elle, il lui répondit sans aucune gêne « Je ne suis pas venu plus tôt, je dormais. Je n’ai que 7h de sommeil accumulé depuis le début de la semaine ».

La jeune femme brune, hocha la tête avant de lui lancer une petite boutade et continuer sur le contenu de la réunion. Il prit sa veste et parti avec elle au mess pour se restaurer d'un véritable repas chaud, fait par le nouveau cuistot qui était une nouvelle d'ailleurs. Leur discussion fut pro, même si Weir, essayant de gratter un peu le vernis trop brillant de l'anglais. Mais, elle s'y prenait très mal et l'homme trouva amusant de jouer sur les mots, pour la faire tourner en rond. Au final, elle avait bien plus raconté sa vie qu'elle ne l'aurait voulue, alors qu'elle n'en savait toujours pas plus sur le bel âtre devant elle. Il l'avoue, ce n'est pas très sympas, d'avoir joué au chat et à la souris avec sa responsable, mais que voulez-vous, il est de nature joueur et Élisabeth était une bonne proie (ou poire) pour satisfaire son envie du moment. Et puis, il aimait bien, observer les petites rides de contrariété de la jeune femme, cela lui donnait un air de gamine qui contrastait avec son image de « femme forte ». Ne vous imaginez pas qu'il ne l'aime pas. Loin de cette idée. Il est neutre avec elle et apprécie travailler avec elle quand elle est bien lunée.

L'après-midi passa très vite, car il en profita pour se rendre au laboratoire des collègues de Zelanka, amenant le dossier barioler de celui-ci. Quand il pénétra dans l'immense laboratoire lança un « Bonjour » froid, les quatre hommes présents (donc Zelanka), relèvent immédiatement la tête. Le pauvre Radeck, blêmissait un peu, quand il lui tend son « torchon fluo ». Le regard bleu acier de l'homme venait de trouver le regard incertain du docteur, qui avait qu'une envie c'est de s'enfuir dans un trou du parquet.

« La reproduction des E2PZ a beaucoup convaincus les financeurs » introduisant l’anglais. Quelques rire se firent attendre. Rapidement tuer par le regard assassin du chef de projet. Le scientifique déglutissait lentement, il se dandinai sur sa chaise regardant ses pieds.
« Euh écoutez Mr Hoffman, je suis… » L’homme lui coupa la parole
« Je sais Dr Zelanka, j’ai lu votre lettre, je ne vous en veux pas. Sauf peut-être pour votre consommation de fluo sur les rapport ». Le ton semblait plus chaleureux, mais cela ne rassura pas du tout le pauvre scientifique qui avait peur de se prendre une chasse digne de ce nom. Il avait tellement honte des mots saugrenue qui composait ses phrases. Mais au lieu de la houspiller sur cela, Hoffman, enchaina naturellement.

« Votre budget est alloué. Vous pouvez commander les pièces. »
Il lui tendit une autre feuille, contenant l’ajustement de celui-ci
« Mais il y a 10 000 dollars en plus ? »
« Oui, c’est le réajustement, vous n’allez pas vous contenter de pièce de moyenne qualité quand même »
Un grand sourire illumina le visage de Zelanka, qui ne put retenir un « merci » affreusement touchant. L’anglais, lui rendit son sourire, avant de tourner la tête vers les trois autres hommes.

« Messieurs, autant ponctuer un rapport de quelques mots cocasses peut-être amusant. Mais quand c’est fait dans le but de nuire à quelqu’un cela perd son sens ironique. » Il les toisa durement avant de reprendre sur un ton glacial. « Si d’aventure, je retrouve, encore qu’une seule fois des allusions sexuelles dans les rapports de Zelanka, marquant le fait que l’un de vous trois l’a forcer à faire cette blague douteuse. Vous irez retrouver notre charmante planète bleue, définitivement. Suis-je assez clair ? » Deux des scientifiques hochèrent la tête, la baissèrent tellement qu’ils allaient toucher leur paillasse. Espérant, ainsi échapper au regard du chef de projet.

« Mais vous n’avez pas le droit de nous renvoyer ! Pour cela il faut qu’on soit jugé incompétents ou inaptes » Décida finalement de parler le troisième un brin sûr de lui.

Un rictus carnassier s’afficha sur le beau visage de l’anglais, qui attendait avec une certaine jubilations cette revendication de basse catégorie, digne d’un enfant pourri et gâter ! ce qui sont au final les petits génies, déconnecter des réalités ! « Bien sûr que si. Et croyez-moi il me sera facile de trouver des preuves d’incompétences ou de non-respect des règles. »
Son regard parcourra le laboratoire, marchant vers les trois hommes tels un félin en chasse.
« Par exemple, non-respect des tenues de sécurité, vous êtes en charentaise Dr Falaouizki. Sans parler que vos blouses sont en options. La protection de la machine n’est pas mise, vos liquides ne sont pas sous la hôte… je continue ? »
« Non » … répondit l’un des trois lurons dépités.
« Bien. Dr Pelanka. J’attends le rapport du Dr Zelanka avant 18h en format numérique, vous lui devez bien ça »
« Mais il est 16h45 ! »
« Eh bien justement, vous devez vous y mettre maintenant. Et sans vos coquilles. Enfin si vous les comprenez tous, vu le vocabulaire élaborer de votre estimable collègue ».

Le scientifique, fautif de la mauvaise blague, n’eut pas vraiment le choix. Le regard perçant de l’anglais, se détourna qu’au moment où lui-même décida de prendre le dossier pour le taper sur l’ordinateur. Alexander surprit un petit sourire narquois et ravie de Zelanka. Justice avait été faite. En espérant que ce pauvre homme timide, ne soit plus le bouc- émissaire de certain.

Le reste de l’après-midi passa, il resta dans son bureau à régler quelques problèmes latents sur des dossiers et à faire des conférences via vidéos, avec le dénommé Marc Herra, chef de chantier du site alpha.

À 21h45 quelqu’un frappa à sa porte. Pas besoin de don de voyance, pour savoir que c’était Elia Fischer, certes un peu en retard mais présente comme prévus. L’homme était debout adossé à son bureau, jambes tendues, en train de lire un feuillet, celui de l’E2PZ taper proprement à l’ordinateur. Il leva les yeux vers l’origine du bruit.

« Entrer Elia »

La jeune femme pénétra dans le bureau. L’anglais, releva la tête et lui fis un petit sourire polie. La saluant d’un « Bonjour » très élégant. Mais une lueur amusée était au fond de ses prunelles ambiances métal, qui ne laissait aucun doute sur la suite de ses propos…

« Eh bien, la Pirolle verte n’a fait que chanter et n’a point vu l’heure ? » Lui lança l’homme de sa manière habituelle.

(c) par elfyqchan pour Never-Utopia


_________________
    Alexander Hoffman
    Double comptes : Isia Taylor-Laurence & John Sheppard & Naalem Lays //écriture : firebrick
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatarInfos
Invité
MessageSujet: Re: l'heure de rendre la copie - Pv Alex Lun 8 Aoû - 13:38
Après avoir frappé à la porte du bureau, et en attendant qu'il réponde, elle se rappela que les bandes vertes de son uniformes semblaient avoir agressé la vue d'Alexander la veille. Elle prit donc le soin de retirer la veste de son uniforme et de la plier à l'envers avant de la poser sur son bras. Elle ne pensais pas que le t-shirt vert pale qu'elle portait en dessous le déragerait autant. Il ne semblait avoir de problème qu'avec les couleurs vives.

Elia sourit en entendant Mr Hoffman utiliser son prénom pour l'inviter à entrer. Il était assis à son bureau et releva la tête, l'accueillant d'un sourire poli avec un petit bonjour prononcé de sa voix raffinée. Mais, elle devina également un petit éclat espiègle au fond de ses yeux clairs avant qu'il ne la taquine sur son retard, demandant si la Pirolle avait oublier l'heure à force de chanter.

Elle rit un peu, elle ne savait toujours pas ce qu'était une Pirolle. Elle avait pensé faire des recherches ce jour là, mais la réponse à son questionnaire qui lui avait prit le reste de la nuit, et son réveil en fanfare, très en retard, elle n'en avait pas eu l'occasion.

En même temps, commençant à comprendre l'humour de Mr Hoffman, et même avec ses connaissances limité sur la faune exotique, elle avait comprit qu'il devait s'agir d'un oiseau au plumage vert.

- « La Pirolle n'a pas eut beaucoup l'occasion de chanter aujourd'hui. » Répondit-elle du tac-o-tac. "Votre questionnaire m'a tenue en haleine une bonne partie du reste de la nuit, au point que j'ai oublié de me réveiller et que j'ai du sauter le déjeuner et le dîner pour être à l'heure à peu près à l'heure à votre rendez vous. »

Elle lui tendit le questionnaire en question.

- « M'expliquerez-vous enfin quel était le but de ce questionnaire qui ressemble curieusement à un test de recrutement ? » demanda-t-elle
Revenir en haut Aller en bas

avatarInfos√ Arrivée le : 08/07/2016
√ Age : 25
√ Messages : 914
Alexander Hoffman
Dossier Top Secret
√ Age: 37 ans
√ Nationalité: Royaume-Uni Royaume-Uni
√ Gêne: Inoculation
MessageSujet: Re: l'heure de rendre la copie - Pv Alex Dim 21 Aoû - 12:59
Le chant de La pirolle verte
Feat Elias Fischer & Alexander Hoffman

Quand elle pénétra dans le bureau, il put remarquer agréablement, que la jeune femme, avait ôté sa veste aux bandes vertes si désagréables, la pliant à l'envers sur son bras. Fait exprès ? Ou bien action involontaire ? Il parierait sur la première hypothèse et malgré le fait qu'elle n'ait point oublier sa particularité en une nuit, il trouvait cette intention assez bienfaisante. Enfin bon, il fallait bien digérer le fait que quelqu'un soit au courant sur cette cité, (hors médecin). Le haut vert, lui apparaît d'une couleur standard et cela ne le gênait pas vraiment.

Adossé à l'avant de son bureau, il déposa son feuillet de lecture à ses côtes, regardant la jeune femme pénétrée un peu plus dans son antre. Elle rit à sa remarque, répondant du tac o tac, pour le plus grand plaisir de l'homme d'humeur joueuse. Si le test est concluant, il risque de ne pas s'ennuyer avec elle. Faut dire, qu'il n'avait aucune raison d'être de mauvais poil, malgré les heures de sommeils en moins. Il faut aussi souligner, qu'une petite sieste lui avait fait le plus grand bien. Sans parler que la présentation avait eu un franc succès, de quoi lui enlever un poids sur les épaules.

Ainsi, Elia, avait passé le reste de sa nuit, déjà bien courte à la base, à faire son questionnaire. Sa remarque sur le fait qu’elle en avait même oubliée de s’éveiller le matin, le fit sourire légèrement. Lui aussi serait bien resté dans le fond de son lit, si attrayant. Par contre, le fait de sauter deux repas n’était pas une bonne idée. Il n’avait pas à lui faire la morale sur ce fait, malgré sa maigreur et les problèmes d’alimentation qu’elle lui avait évoquée la veille, en conséquence il s’abstenu poliment. Elle était majeure et vaccinée et il n’avait aucune raison de lui imposer des reproches ou de donner une fessée pour mauvais comportement, ce n’est point sa gamine. Et puis, elle serait trop âgée pour l’être de toute façon, malgré ses traits enfantins.

Il attrapa silencieusement le document, contournant son bureau pour s’y installer et lire les questions. Mais avant ça, il ouvrit un tiroir, sortant un sachet en papier marron. D’un geste élégant il l’ouvris, prenant une pomme rouge, qu’il lança à Elia.
« Vous aurez de quoi picorer en attendant » dit-il d’un air agréable.

Oui, il avait prévu les fruits pour Elia, c’est bête mais instinctivement, il c’était dit que la jeune femme risquait de n’avoir rien dans l’estomac pour le soir. Chacun ses intentions, elle la veste, lui les pommes.

« Installer vous, ça va me prendre au maximum 30 minutes » Dit-il en lui désignant le petit salon en cuir ébène qui leur avait servi de station de travail la veille.

Il s’assit sur son grand fauteuil en matière animal, sortant son stylo en bois exotique pour commencer à gribouiller quelques chiffres sur une feuille à côté.

Tableau notation:
 

Lire et traiter le document lui pris au moins une trentaine de minutes comme annoncé plus tôt. Des minutes durant laquelle, il n'avait pas répondu à la jeune technicienne sur sa question légitime. Celle-ci devait sûrement s'impatienter dans son coin. Parfois un sourire se dessinait sur les lèvres de l'anglais faces à certaines réponses. Une de ses mains, trouva sa place dans le creux de sa mâchoire, ses longs doigts contre sa tempe, amplifiant une posture élégante.
Une fois qu'il eut fini sa tâche, il releva la tête vers Elia, attrapant une pochette bleue nuit et rejoignit sa compagne de lecture pour se mettre en face de la jeune femme aux longs cheveux châtain. Pas besoin de lui donner le résultat, car il avait sa propre grille personnelle.

Un autre rictus se dessina sur ses lèvres fines et pâles, reprenant ses propos d'avant.

« C’est en effet un test de recrutement » dit-il mystérieusement, plongea ses prunelles acier dans les yeux noisette d’Elia. « Pour un poste d’assistante de chef de projet »

Il fut un blanc, observant le visage de la demoiselle, avant d’enchainer, coupant toute contestation ou question qui pourrait sortir de ses petites lèvres pâles.

« Ce test papier, était juste pour confirmer certaines de vos aptitudes. Je pourrais bien entendu faire une demande sur terre, pour trouver une assistante déjà qualifiée et compétentes. Hors, quand je vois une petite étincelle de potentiel, je préfère la saisir. Chose que vous avez. » Il était parfaitement sincère dans ses paroles, il ne cherchait nullement à ce foutre de sa figure. Mais bon, si cela avait été le cas, il sait suffisamment se maîtriser et jouer avec le ton de sa voix de ténor, pour faire gober n’importe quoi à n’importe qui. Mais bon, là n’étant point le sujet. Il ne voulait pas qu’elle croule sous trop d’informations, pourtant il était bien obligé de lui expliquer. Ainsi, il lui évoqua le fait que pour combler ses manques dû au fait qu’elle n’avait pas fait d’étude, elle serait formée sur terre durant 4 mois. Il était clair dans ses explications et d’un calme olympiens.

Son corps s’adossa à son siège et Harry sauta sur ses jambes croisées en équerre, activant la machine à ronron, quand l’une des mains de l’Anglais se mit à caresser le dos du petit félin.

La pochette bleue nuit, était posée sur la petite table basse entre eux d’eux. Il lui fit un signe.

« Ouvrez-la, elle est pour vous, il y a toutes les informations nécessaires. » En effet, formation, durée, lieu, qui n’était autre que chez Falcon son entreprise. En somme la pochette répondait à toutes questions qu’elle pouvait avoir, si elle décidait de méditer toute seule sur cette proposition.


(c) par elfyqchan pour Never-Utopia


_________________
    Alexander Hoffman
    Double comptes : Isia Taylor-Laurence & John Sheppard & Naalem Lays //écriture : firebrick
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatarInfos
Invité
MessageSujet: Re: l'heure de rendre la copie - Pv Alex Jeu 1 Sep - 14:32
Mr Hoffman était appuyé contre son bureau, occupée à lire un document qu'il déposa à ses coté pour la regarder s'approcher de lui. Elle remarqua que malgré sa nuit écourté il semblait relativement en forme et elle devina que sa réunion avait du se passer selon ses espérances. Il était détendu et plutôt souriant la taquinant sur son léger retard et riant de sa répartie. Elia se sentit sourire en voyant ses yeux bleu s'éclairer d'une lueur amusée.

Il prit le document qu'elle lui tendait et contourna son bureau pour s'y installer. Elle resta debout, embarrassée, se balançant légèrement d'un pied sur l'autre, comme quand elle se retrouvait convoquée dans le bureau du directeur de son collège. Elle sursauta lorsqu'il lui lança quelque chose qu'il venait de sortir du tiroir de son bureau, en lui disant qu'elle aurait pourrait picorer en attendant. Elle l'attrapa au vol et rit légèrement en découvrant un belle pomme rouge.

Elle fut aussi surprise que touchée par cette attention. Bien sur, il savait qu'elle devait venir lui ramener le questionnaire, et il devait bien se douter, connaissant ses problèmes de nutrition qu'elle n'aurait probablement pas mangé, mais de là à prendre la peine de prévoir un fruit pour elle... C'était une marque d'attention très touchante.

Alexander repris le questionnaire et lui désigna le canapé, l'invitant à s'installer, lui disant qu'il en aurait pour une trentaine de minutes. Elle hocha la tête et alla s'asseoir avant de croquer dans sa pomme en cherchant des yeux Harry.

Finalement, le matou se matérialisa à coté d'elle sur le canapé, sans qu'elle n'ait vu d'où il était venu avant de venir se frotter contre ses jambes en ronronnant avant de s'installer sur ses jambes. Elia rit légèrement, grattant le ventre soyeux de l'animal et le faisant jouer avec ses doigts pendant qu'elle croquait allégrement dans sa pomme. De temps à autre elle levait les yeux vers le bureau. Alexander était plongé dans l'étude du questionnaire. Notant parfois quelques mots avec des mouvements élégant.

Le bureau était calme, le silence uniquement troublé par les ronronnements du chats et le froufrou du stylo glissant sur le papier. Elle se sentait bien, l'ambiance était apaisante. Elle ne savait toujours pas ce qu'il attendait en lui faisant remplir se document, mais elle commençait à se prendre à espérer que si le questionnaire était concluant elle aurait d'autres occasions de bénéficier de l'atmosphère feutré de ce lieu.

Elia observait Alexander, cherchant à deviner par ses mimiques ou ses gestes ce qu'il pensait de ses réponses, mais c'était chose bien peu aisé avec un interlocuteur aussi inexpressif. Tout au plus surprit-elle quelques sourires et rictus, sans savoir ce qu'ils exprimait réellement. Peu à peu son attention se détourna du résultat du questionnaire. Elle se contentait de regarder le jeune homme, comme elle aurait regardé une œuvre d'art, uniquement pour le plaisir des yeux. La lumière jouaient dans sa chevelure, lui donnant des reflets blonds et cuivrés en fonction de la façon dont il bougeait la tête. Ses longs doigts fins tenait un élégant stylo en bois qu'elle devinait précieux.

Perdu dans ses pensés, elle se fit surprendre en flagrant délit de « matage » quand il leva les yeux vers elle une fois son étude achevée. Elle rosit et baissa les yeux. Il quitta son bureau pour venir la rejoindre, s’installant gracieusement sur un des fauteuils en face d'elle avant de lui confirmer qu'effectivement, il s'agissait d'un test de recrutement. Elia leva un sourcil interrogateur. Alexander laissa planer un instant de silence, plantant ses yeux d'orages dans les siens. Pourquoi lui faire passer un test de recrutement ? Cherchait-il une femme de ménage personnelle ? C'était ridicule. Quand il se décida à lui indiquer pour quel poste, Elia ne put s'empêcher de rire. Assistante ? Elle ? De Mr Hoffman ? Elle se demanda si finalement il n'était pas plus fatigué que ce qu'elle avait pensé.

Pour un peu elle aurait même imaginer qu'il s'agissait d'une mauvaise blague. Mais elle imaginait mal cet homme austère perdre autant de temps pour faire une plaisanterie. Elle ne savait pas quoi dire. Ça tombait bien, il ne lui en laissa pas l'opportunité. Après avoir observé pendant quelques secondes sa réaction, elle ne doutait pas que sa stupeur s'était étalée clairement sur son visage, il reprit la parole pour lui expliquer cette démarche pour le moins novatrice dans le milieu du recrutement.

Elia l'écouta incrédule. C'était bien la première fois que quelqu'un voyait plus en elle que ce qu'elle donnait à voir. Elle s'était toujours donné beaucoup de mal pour paraître moins futée que ce qu'elle était réellement, elle trouvait ça plus confortable. A l'école d'abord parce que ça lui évitait d'expliquer pourquoi elle ne pourraient pas faire d'études, et dans son travail parce que ça lui évitait d'avoir à expliquer pourquoi elle n'avait pas fait d'études. En fait, en y repensant, elle réalisa que Mr Hoffman était le premier à qui elle avait avouer cette petite fraude.

Alexander fit un geste en direction de la pochette bleu foncé qu'il avait posé sur la table basse, l'invitant à l'ouvrir.

Elia prit la pochette, l'observant avec une vague inquiétude. Elle hésitait à l'ouvrir, consciente que son contenu allait faire voler en éclat sa vie bien rangée et routinière. Elia regarde Alex avec des yeux de merlan frit, incrédule, le dossier entre les mains.

« Une formation ? pour devenir votre assistante ? mais, mais... où ça ?"

Alexander eut un bref sourire.

« Sur terre. Pour être plus précis, à la Falcon. Entreprise nationale anglaise de défense, dont je suis le fondateur. Nous avons une école interne pour la formations de nos collaborateurs. »

La jeune femme ouvrit la pochette découvrant un logo, un oiseau rouge stylisé dans un cercle gris, ainsi qu'une photo de la façade de la fameuse entreprise de Mr Hoffman. Avant d'aller plus loin dans sa découverte du contenu du dossier, elle releva les yeux vers le regards métallique du jeune homme.

« Vous êtes sûr ? Il y a bien longtemps que j'ai quitté l'école, je ne suis pas sûre d'arriver à suivre cet enseignement."

Il hocha la tête, lui indiquant ainsi, par ce simple geste qu'il comprenait son inquiétude.

« C’est une formation professionnelle, rien à voir avec les bacs de l’école »


La jeune technicienne de surface, continua de parcourir les différents documents. Le dossier était très complet, il y avait une description des activités de la Falcon, un organigramme, un programme des différents matières qu'elle allait devoir maîtriser, ainsi qu'une photographie d'une jeune femme au look plutôt original, avec un visage rond et avenant qui serait visiblement sa référente pendant cette formation. Il y avait également une description de l'endroit où elle serait logée.

Elia pencha la tête et haussa les sourcils un peu surprise.

«  Je vois. Décidément vous avez pensé à tout. »

- « Oui en effet. » répondit-il simplement.

Elia étudiait le dossier avec attention, de plus en plus incrédule. Elle était un peu gênée qu'Alexander est déjà tout prévus, comme s'il ne faisait aucun doute qu'elle allait accepter. Elle avait l'impression d'avoir été prise dans une tornade, de n'avoir plus aucune contrôle des événements.

En même temps, elle n'avait pas encore accepté. Même si elle savait déjà au fond de son cœur qu'elle ne laisserait probablement pas passer une telle proposition. Elle releva la tête.

- "Si j'accepte, je suis sensée partir quand ?"

L'anglais la regarda de son air impassible.

"Quand vous êtes prête."

Elia leva les yeux vers lui.

« Le temps d'étudier tout ça à tête reposée » dit elle en montrant le dossier.

Il ne bouga pas la regardant tranquillement

« Et ça va vous prendre combien de temps ? »


Elle marque un temps d'arrêt semblant prendre conscience de quelque chose

« Mais, et pour mon poste ici, je fais quoi ? »

Il haussa les épaules, comme si ce n'était qu'un détail sans importance.

« Vous aurez une rupture de contrat conventionnelle, quand vous serez formée et apte au changement de poste. A votre retour vous signerez donc cette rupture et le nouveau contrat »

Il se rapprocha légèrement d'elle avant d'ajouter d'un ton rassurant :

« Ne vous inquiétez pas, vous choisirez le membre de vote équipe qui vous remplacera ou si elles sont trop incompétentes on lancera une demande de poste. »

Décidément, il avait réellement pensé à tout. Elia ne savait pas trop si elle devait se sentir flattée de l'intérêt professionnel qu'il lui portait ou si elle devait s'en trouver inquiète. Après tout, il ne la connaissait pas plus que ça, il pourrait être déçu de sa prestation. Elle sentait déjà une certaine pression monter en elle. C'était bien la première fois qu'elle rencontrait quelqu'un qui semblait vraiment croire en elle, elle serait mortifié si elle le décevait.

Elle penche un peu la tête sur le coté en le regardant se rapprocher d'elle.

« C'est une merveilleuse opportunité que vous m'offrez, mais je... je sais pas si c'est une bonne idée. Si j'ai pas le niveau, si j'y arrive pas, vous aurez fait tout ça pour rien... Je ne voudrais pas que vous regrettiez votre choix plus tard. »

« La formation est là pour ça »

Il vint s'asseoir à son tour sur le grand canapé de cuir noir, s'installant nonchalamment avec des mouvements élégants et félins avant de croiser ses longues jambes.

«  A vous de faire en sorte que cela ne soit pas le cas » ajouta-t-il avec un sourire plein d'assurance.

Elle le regarde s'asseoir à coté d'elle et lui sourit timidement, se mordillant un peu les lèvres. Visiblement, elle doutait bien plus de ses capacités que lui.

«  ça demande réflexion, c'est une proposition d'évolution dont je n'aurais pas pu rêver. J'ai besoin d'y repenser à tête reposée. Je vous donnerai une réponse d'ici la fin de la semaine. ça vous convient ?"

Le regard d'acier resta fixé sur son visage pendant qu'un fin rictus se formait sur les lèvres d'Alexander.

« Oui. La fin de semaine pour vous c'est vendredi ou dimanche ? »

La jeune femme rit. C'était une question légitime. Même si ici les week end n'était pas d'actualité, elle avait gardé la tournure d'esprit terrienne. Pour elle la semaine finissait le vendredi.

« Vendredi au plus tard. »

Il hocha la tête avec une expression amusée.

«  Bien, j'aurais détester vous ouvrir en peignoir. »


La frêle jeune femme rit et le regarda d'un air un brin taquin.

« Ne me tentez pas ! »
Dit-elle en riant. Reprenant son sérieux, elle ajouta : « Il en faut plus pour me choquer... vous savez, une femme de ménage, les gens on tendance à la considérer comme un meuble... il m'est parfois arriver de vivre des moment... bien plus gênant que de voir quelqu'un en peignoir »

Il lui jeta un petit regard de défis, et elle se demanda s'il ne la mettait pas au défit de tenter de le rencontrer en peignoir. Ce serait amusant se dit-elle. Après tout, les gens sont toujours moins impressionnant quand ils sont surpris en petite tenue... encore qu'elle n'était pas sûre que cette généralité s'applique à l'anglais. Une idée commença à se former dans l'esprit de la jeune femme. Ce n'était pas parce qu'elle était discrète qu'elle était timide.

Un rictus amusé flotta sur les lèvres du beau jeune homme durant quelques secondes.

« Ah si vous êtes rodée, c’est parfait. Vous ne serez pas choquée par Brigitte alors ! »
Il eut un petit rictus amusé « Vous n’aurez plus ce genre de problème. Le meuble est devenu pirole ». Il s’adossa au dossier. « Eh bien de quoi raconter sur plusieurs soirée des anecdotes »

Elle rit.

« Oui, rien que sur la photo, on devine que Brigitte est un sacré personnage. Quand aux anecdotes, je pourrais écrire un livre je pense ». Elle le regarda avec une lueur tendre et reconnaissante dans les yeux. « Merci de m'avoir rendu mes ailes."

Il rejoignit son rire. Et encore une fois, elle eut l'impression qu'elle n'était plus face à la même personne. Quand il riait son visage se faisait plus humain. Le rire faisait pétiller ses yeux, adoucissant leur reflet métallique et lui donnait l'air d'un petit garçon joyeux et facétieux.

«Oh oui. Elle est un peu spéciale aux premiers abords, mais c’est une femme extraordinaire » sa voix s'adoucit et se réchauffa légèrement quand il parla de Brigitte « Tâchez de ne pas voler trop près du soleil » ajouta-t-il en changeant de sujet pour répondre à sa référence sur les ailes d'Elia.

Elle lui sourit.

« je n'ai pas assez d'ambition pour tenter d'atteindre le soleil. Et puis, les passereaux ne volent pas aussi haut. » Elle pencha la tête pensivement, ramenant la conversation sur Brigitte «  C'était votre assistante à la Falcon ? »

Il sourit visiblement heureux qu'elle ait compris ses références au mythe d'Icare et à la Pirole avant de hocher la tête.

« En effet. »

« Pourquoi ne vous a-t-elle pas accompagné ? » demanda-t-elle avec curiosité

«Sa vie est sur terre, elle à un jeune enfant de 3 ans. Elle n’aura pas pu l’emmener sur Atlantis » Il regard Elia, puis Harry qui s'était installé non loin, sur son arbre à chat pendant leur conversation. « Pourtant elle aurait bien aimé venir »

Elia hocha la tête. Elle ne doutait pas un seul instant que la jeune femme n'avait pas du être ravie de voir son patron partir en sachant qu'elle ne le reverrait probablement pas avant longtemps. Malgré son air froid et hautain, Elia devinait qu'il avait un coté attachant.

« Oui, je comprend. Elle sera probablement contente d'avoir de vos nouvelles... peut être un peu moins de rencontrer sa successrice. »

Alexander confirma les craintes d'Elia, tout en la rassurant sur le caractère enjoué et dénué de rancune de sa future référente.

« Elle peut se montrer jalouse au début, mais cela ne durera pas, c’est une jeune femme trop joyeuse et positive pour se laisser aller dans ce genre de comporte non constructifs ». Il relève le regard vers elle «Si vous accepté, j’aurais des éléments à lui faire passer si cela ne vous dérange pas »
Elia rosit. Effectivement, elle n'avait pas encore accepté.

« Oui, je ferai le hibou avec plaisir. »

Il observa d'un air curieux.

« merci »

Elle lui sourit.

« Ce sera avec plaisir... si je décide de profiter de votre offre. » répondit-elle avec un petit sourire en coin, remarquant au passage qu'il avait compris la référence à Harry Potter

"Il s'était dommage de ne pas en profiter" fit-il remarquer avec un léger rictus

« J'ai appris il y a longtemps à me méfier des propositions qui semblent trop belles. »


Il hocha le tête légèrement, son regard se faisant plus perçant

"Et quel loup pensez vous qu'il y aurait de caché ?"

Elia le regarda d'un air espiègle.

« Hmm, je ne sais pas ? Peut être êtes vous du genres à aimer vous exhiber en peignoir ? »
dit elle en riant avant de secouer la tête et de reprendre d'un ton plus sérieux. « Aucun. Curieusement, même si je suis quelqu'un de méfiant, je ne vous imagine pas du genre à faire de mauvaises blagues. Mais, je suis comme ça. Je manque parfois de spontanéité... Surtout quand les choses me semblent trop belles. »

Il sourit amusé.

"Chacun ses hobbies » Il marqua une pause avant de reprendre « Je suis sérieux pour cette proposition " dit il d'un ton calme "Prenez le temps de peser le pour et le contre . Vous avez des questions ?"

Elia lui sourit doucement.

« Je sais que vous êtes sérieux. Ce n'est pas de vous que je doute, c'est de moi. C'est une proposition en or pour une fille comme moi et je vous en remercie. Mais oui, je vais quand même prendre le temps de peser le pour et le contre. » Elle secoua la tête. « Pour le moment, je n'ai pas d'autres questions. Elles viendront en leur temps."

Il hocha le tête d'un air satisfait avant de clore la discussion.

"un thé ?" proposa-t-il

« Avec plaisir. » répondit-elle en souriant.
Revenir en haut Aller en bas

avatarInfos√ Arrivée le : 08/07/2016
√ Age : 25
√ Messages : 914
Alexander Hoffman
Dossier Top Secret
√ Age: 37 ans
√ Nationalité: Royaume-Uni Royaume-Uni
√ Gêne: Inoculation
MessageSujet: Re: l'heure de rendre la copie - Pv Alex Sam 3 Sep - 19:39
Le chant de La pirolle verte
Feat Elias Fischer & Alexander Hoffman


La jeune femme réceptionna la pomme, un peu surprise qu'il ait fait ce genre d'attention. L'homme, ne releva pas, se plongeant dans la correction du document. Chose qui se fit comme prévu en 30 minutes. Il sentait de temps à autre le poids des regards de la jeune femme de ménage. Pas besoin de lever le museau, pour qu'il sache qu'elle le toisait, dans le fin espoir de dénicher quelques choses sur son visage imperméable. À moins, qu'elle le regardait tout simplement ? Il eut la confirmation en relavant la tête vers elle, quand il eut fini. Les joues pâles de la jeune femme rosir légèrement et son regard chuta sur le parquet. Un fin sourire sur les lèvres, l'Anglais la rejoignant gracieusement sur un fauteuil d'en face. Affirmant les questions d'Elia.

Il fut témoin de sa stupeur et de ses doutes. Comme si sa proposition était une belle farce pour se jouer d'elle. Mais, il était certain qu'elle comprenne que cet homme, n'avait pas de temps à perdre avec ce genre de futilité. Pour des vacheries de ce genre, il faut avoir du temps à perdre et de l'énergie à revendre. Le chef de projet, n'était pas vraiment adepte de ce genre de choses. Faire des blagues à des amis, oui, mais à une personne qui avait partagé votre bureau lors d'une soirée, non. Surtout pour ce genre d'espoir. On ne joue pas, avec les espérances et les rêves des autres. Cela serait pervers et parfaitement odieux.

Elle finissait par se saisir de la pochette complètement incrédule. Il avait l'impression qu'elle n'osait pas vraiment, comme si le papier allait la brûler et qu'elle allait regretter son geste. La discussion qui suit, fut des questions assez légitimes d'une jeune femme qui ne savait pas où elle mettait les pieds. L'anglais comprenait son inquiétude et ses doutes envers ses capacités. D'ailleurs, il trouva la jeune femme, trop peu sur de sa valeur. Elle apprendra sur terre, à être un peu plus sûre d'elle.

Elle aura sûrement des remarques étranges, de la part de collègue, comme quoi elle a pratiqué la promotion canapé, ou autre petite gâterie pour passer de petite technicienne sans diplôme à assistante du chef de projet. Qu'importe, les rumeurs sont inévitables et cela indifférait l'anglais qu'on lui prête ce genre d'actions. De toute manière, quand les personnes, commence à le rencontré, ils peuvent malheureusement voir que ce genre de commérages ne se prête pas du tout à l'attitude austère et froide d'Alexander. Après, il ne niera jamais, qu'il a une manière de recruter asse novatrice. Il se fiche des diplômes, seul le potentiel compte. Pour lui, les diplômes et n'est qu'un savoir qu'on peut acquérir quand la personne est ouverte d'esprit. Une formalité à passer.

Ils convenir d'une date, avec une petite remarque osée de la part de l'homme, qui n'espérait pas la voir débarquer un dimanche, alors qu'il serait en peignoir. Elia rebondissait sur ce trait d'humour. Quelques rires secouèrent les deux humains, face à la photo de la colorée Brigitte. L'anglais se demandait comment cela allait se passer entre les deux femmes. Sans aucun doute que son ancienne assistante, risquerait d'avoir quelques crocs de jalousie pour la petite jeune. Une jalousie légitime, car elle aurait aimée partir dans une autre galaxie, mais à cause d'un enfant non voulu, elle devait rester sur terre. Triste histoire que la naissance du petit Alexandre. Son prénom, n'avait pas été choie au hasard, sorte de culte qu'elle vouait à son patron. Un patron qu'elle aurait bien aimé voir dans le livret de famille de son petit. Mais le père était une tout autre personne, qui malgré ses efforts pour plaire à Brigitte, n'aura comme légitimité que d'être le père du petit.

L'échange entre les deux se clôtura par une proposition très anglaise, un thé. L'homme se releva. Décidément il avait eu la bougeotte. Et il prépara une boisson chaude prenant deux boules à thé, une en forme de chouette et l'autre en forme de sous-marin jaune. Une référence au célèbre groupe anglais. Puis apportant 4 boîtes à thé. Ils les avaient prises au hasard, ne voulant pas sortir les 34 contenants métalliques. Il laissa Elia, le soin de son arme gustative et ils dégustèrent la boisson, sous quelques échanges concernant la Falcon ou les modalités de la formation.

Comme la veille, ils se quittèrent de la même façon, l’homme lui tenant la porte, puis cheminant ensemble, jusqu’aux moments où les couloirs les séparèrent.

END 03-09-2016

(c) par elfyqchan pour Never-Utopia


_________________
    Alexander Hoffman
    Double comptes : Isia Taylor-Laurence & John Sheppard & Naalem Lays //écriture : firebrick
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Infos
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: l'heure de rendre la copie - Pv Alex
Revenir en haut Aller en bas

l'heure de rendre la copie - Pv Alex

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» fiche terminée ► c'est l'heure de rendre son parchemin !
» [Tutoriel]Faire un screen shot
» Danse ta vie vie, danse [Alex]
» Aprés Michaelle Jean à Ottawa voila Carl-Alex Ridoré à Friboug
» Alex Larsen, nouvo minis Lasante fè bèl figi devan OAS.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Atlantis Insurrection :: Cité d'Atlantis :: Niveau 10 - Zone de Commandement :: Bureaux :: Bureau Alexander Hoffman-