Atlantis Insurrection
"Personne ne demande à devenir un Héros, sauf que parfois ça finit comme ça..."

Et si ce Héros, c'était toi ? Tu es l'un des meilleurs dans ton domaine (Biologiste, Chirurgien, Infirmier, Diplomate, Démineur, Maître chien...) et on te propose de participer à l'expédition la plus fabuleuse mais aussi la plus dangereuse : l'expédition Atlantis.
Auras tu le cran de rejoindre Atlantis pour découvrir ses mystères et affronter les dangers de cette galaxie ?

Tu peux aussi incarner les personnages importants de la série (Weir, Sheppard, McKay, Lorne, Teyla....) Bon niveau RP demandé.
On recherche de nombreux personnages inventés.
http://www.atlantisinsurrection.com/t387-personnages-vacants


Si tu te sens capable de franchir ce pas, tu es des nôtres ! Clique sur l'image ;-)


RPG sur Stargate Atlantis
 

Sam 6 Aoû - 16:30
Invité
Invité
avatar
Après avoir remercié Franck et lui avoir fait comprendre qu'elle comptait bien sur le verre qu'il lui devait pour se faire pardonné de l'avoir fait tombées, elle suivit l'infirmier qui l'avait examiné sommairement dans une salle d'examen.

Il la fit asseoir sur la table d'examen avant de lui demander son nom et de lui poser quelques questions pour compléter son dossier médical. Elle surprit son regard vaguement consterné quand il lui demanda son poids. Elle savait bien qu'elle était bien trop mince, et encore... Il ne l'avait pas connu quelques années plus tôt.

Après quelques minutes, il lui demanda de patienter quelques instants, le temps qu'un médecin vienne s'occuper d'elle. Elle profita de ces quelques minutes de tranquillité pour contacter par radio un de ses collègues pour lui expliquer la situation et lui demander de bien vouloir aller récupérer son chariot de service là où elle avait été contraintes de l'abandonner.

Elle venait de terminer sa conversation lorsque la porte s'ouvrit impérieusement, livrant le passage à une élégante femme blonde. Elia lu le nom inscrit sur le badge qu'elle portait épinglé sur sa blouse d'une blancheur éclatante : Dr Taylor-Laurence. La jeune femme avait entendu parler de cette médecin aux manière parfois un peu brusques.

Elle la salua timidement, craignant de se faire rabrouer pour avoir déranger une médecin pour une blessure aussi bénigne qu'une contusion au poignet. Il devait y avoir des blessures bien plus importante à soigner. Et puis, Elia était intimidée par la prestance de la femme qui s'était emparé du questionnaire que l'infirmier avait remplit après s'être présenté d'un ton assuré.

A cet instant là, Elia aurait vraiment voulu être une petite souris discrète. Elle sentit qu'elle se recroquevillait légèrement, serrant son poignet douloureux contre sa poitrine.
Revenir en haut Aller en bas
Dim 7 Aoû - 16:35
avatar
√ Arrivée le : 26/01/2016
√ Messages : 875

Dossier Top Secret
√ Age: 37 ans
√ Nationalité: France France
√ Gêne: Inoculation
Voir le profil de l'utilisateur
Il faut manger !
Elia Fischer & Isia Taylor-Laurence


Chronologie : Juste avant le Rp Elia Alexander mai
--------------------------------------------------------------------------------------

Pour une fois, l'infirmerie était plutôt calme. La dernière cuvée de petits nouveaux étaient arrivés donc mise à part quelques tests médicaux de routine à faire, je n'avais pas grand-chose comme activités. Pas d'opérations de prévus, sauf quelque rendez-vous tout au plus. En tout cas, ‘étais assez libre et avoue-le, avoir une journée aussi peu chargé était agréable.

Mon indémodable café-vanille en main, je parcourais la salle principale, vérifiant quelques données de patients alitée avant de les envoyer en chambre.

Je surpris Carson, s'approcher de moi, les joues teintées d'un peu de rouge. Il semblait un peu perturbé. Sans détour, il m'avoue ce qui le perturbait autant, Laura Cadman, était là et il ne savait pas trop quoi lui répondre à propos d'une invitation au bar Athosien ce soir. Je pouffai un peu face à sa maladresse. J'ignorais si l'homme était encore attiré par cette militaire ou non. Ils avaient fleureté un temps, mais sans rien de bien concret. Carson est timide et pense avant tout à son travail qu'à batifoler avec une nana. Enfin, bon j'eu le droit un petit coup dans les côtes. Pour l'encourager, je lui dis d'accepter, ça clamerait les avances de la jolie blonde. Il semblait hésiter et il haussa les épaules, repartant voir la jeune femme. Qui d'ailleurs, me foudroyait du regard. Tu m'étonnes, elle ne doit pas trop aimer, me voir autour de son médecin favori.

J'allai, me réjouir d'une potentielle dispute avec cette jalouse chronique, quand l'un des infirmiers, m'appela pour venir voir une patiente. M'annonçant qu'elle avait qu'un poignet foulé. Mais que ce n'est pas pour une blessure aussi futile qu'il me demandait. Les constantes de son IMC étaient une catastrophe. Je pris le dossier, arquant un sourcil. 1m57 c'est un mini gabarit… pour … euh 40 kg ? Mais elle est anorexique ou en dénutrition la petite ! Je hochai, la tête remercia mon infirmier, avant de pénétrer dans la salle, de mon allure habituelle, sur de moi et avec une prestance naturelle. Je découvrir mademoiselle Fischer, sur le lit. J'avais l'impression que tout objet autour d'elle était trop grand. Et sa petite sature maigrichonne amplifia cette impression. C'est la technicienne de surface en cheffe selon son dossier. Je la voyais, bien faire les bureaux aussi discrète qu'une ombre ; personne ne la remarquant à cause de sa petite taille et de ses allures squelettiques. Elle pourrait passer dans les fissures des murs s'il en avait.

Bonjour Mademoiselle Fischer, je suis le docteur Taylor-Laurence.

Je déposai son dossier, sur la tablette, pour rapprocher la déserte et examiner son poignet atrocement fin. Je le saisie d’une poigne ferme mais douce à la fois. Regardant les équimoses avant de passer une crème dessus, tout aussi froide que mes mains et de le bander.

• Comment vous, vous êtes fait cela ? Mon regard couleur azure se leva sur son visage rond. Elle avait de grands yeux de biche qui me rappelait le dessin animé de Bambi.

Bien sûre j’ignorais qu’un grand black, aussi épais qu’une armoire à glace l’avait amené ici, ordonnant qu’on s’occupe d’elle. Ce détail, l’infirmier me l’avait bien omis. Sachant pertinemment, que j’aurais touché deux mots à ce militaire un brin autoritaire.

Une fois, le bandage fait, je m’écarte, pour rapprocher la balance électronique.

• Vous voulez bien, lui dit-je en lui montrant la balance. Ma voix, était agréable et douce.

Quand, je vis le poids s’afficher, jeu un petit soupir avant de lever les yeux vers la jeune femme.

• Je suppose que vous le savez déjà. Mais il faudrait que vous preniez 13 kilos pour atteindre un poids « correct ».

Mon regard se figea dans ses prunelles. Je n’avais pas le choix de lui faire le discours pas très agréable « vous êtes malade et blablas ».

• Comment vous vous percevez mademoiselle, votre rapport à la nourriture ?

Je désirais savoir, si c’est inconscient ou volontaire. Après il y avait une riche palette entre les deux. Mais avant de lui dire qu’elle était malade, il fallait savoir les raisons qui poussent une jeune femme à réduire son alimentation.

© Starseed


_________________
I'm a nightmare
DRESSED LIKE A DAYDREAM
DC : Sheppard-Hoffman-Naalem // écriture : palevioletred

Revenir en haut Aller en bas
Dim 7 Aoû - 23:56
Invité
Invité
avatar
Après s'être présentée, la doctoresse reposa le dossier sur une tablette et rapprocha une déserte sur laquelle elle prit un tube de crème qu'elle commença à étaler délicatement sur le poignet bleuissant d'Elia tout en lui demandant comment elle s'était fait ça.

- « Disons que j'ai fais une rencontre... percutante. »

Elia soutint le regard de ciel de la belle blonde, avec un petit sourire en coin avant d'ajouter :

- « Un soldat, gaulé comme un char d'assaut, qui faisait un jogging tardif dans les couloir. Il n'a pas vu le panonceau signalant que le sol était mouillé. Il a glissé, m'a percutée et envoyée valser contre le mûr. C'est lui qui m'a apporté jusqu'ici, »

Bien sûr Elia savait que ce n'était pas à cause de son poignet que l'infirmier avaient estimé nécessaire de faire venir un médecin auprès d'elle. Les infirmiers était parfaitement capable de soigner ce genre de petit bobos.

En fait, elle avait même une idée assez précise de ce qui allait suivre. Elle l'avait déjà vécu bien des fois depuis le début de sa carrière. Elle ne fut donc pas surprise que la blonde lui demande de monter sur la balance, ni du soupir de cette dernière lorsqu'elle le vit le poids que l'appareil affichait.

Elia pinça les lèvres quand le Docteur Taylor-Laurence leva les yeux vers elle, lui disant qu'elle se doutait que ce n'était pas la première fois qu'on lui en faisait la remarque, mais qu'elle était en sous-poids de plus d'une dizaine de kilos.

La technicienne fit la moue. Évidement qu'elle le savait, même si elle n'avait pas pensé qu'il lui manquait tant de poids. Le Docteur Taylor-Laurence se lança dans le discours habituel, Un discours qu'Elia connaissait par cœur, expliquant que ce déficit d'alimentation était une maladie, finissant par prononcer le mot d'anorexie, et concluant sa tirade en lui demandant comment elle percevait son rapport à la nourriture.

- « Encore 13 kg ? Tant que ça ? » demanda Elia avec un certaine surprise.

Elle avait l'impression d'avoir fait de gros progrès ces dernières années, même si en ce moment c'était un peu plus compliqué. Depuis son arrivée sur la citée, et bien qu'elle s'y sente maintenant plutôt à son aise, elle devait se faire violence pour manger suffisamment pour ne pas perdre de poids. Elle ne voyait vraiment pas comment elle allait pouvoir faire pour prendre des rations plus importante sans que son estomac ne se rebiffe. Elle eut un soupir avant de lever les yeux vers la belle médecin.

Elle aurait tant aimé pouvoir ressembler à ce genre de femme, belle, sûre d'elle avec des formes avantageuses. Mais elle était consciente que même en mangeant normalement, elle n'aurait jamais la prestance du docteur.

- « Je ne suis pas anorexique » répondit la jeune femme d'un ton ferme. « Ou plus exactement, je ne le suis plus. Mais ce n'est pas le genre de trouble de l'alimentation qu'on peut régler du jour au lendemain. Ça remonte à mon adolescence. Vous trouvez que je suis trop maigre, sachez quand même qu'il y a encore 18 mois je pesais 34 kg, et que déjà à cette époque j'avais fait d'énormes progrès. »

Pour elle les 9 kg qu'elle avait réussit à prendre au cours des mois précédents étaient une sacré victoire, et elle n'avait pas l'intention de se laisser faire la morale comme si tout son combat précédent n'avait aucune importance.

- « C'est un combat de tout les instants. Il y a des périodes où je mange presque normalement sans vraiment avoir à y penser, d'autres, comme en ce moment où c'est plus compliqué. Rien que la texture des aliments dans ma bouche me donnent des hauts le cœur, et si je me force ça me rend malade. Ça fait quelques mois que je vis une de ses phases. Mais je fais des efforts, et au moins, cette fois, j'ai réussis à ne pas maigrir. Je n'ai pas perdu de poids depuis mon arrivée sur la citée. » répliqua-t-elle avec une pointe de fierté.

Elia pinça les lèvres un peu contrariée d'avoir à justifier de ses efforts auprès de la médecin, on lui avait fait passé un examen avant son départ de la terre, un autre à son arrivée sur Atlantis, le Dr Taylor-Laurence, même si elle ne s'était pas occupée personnellement de son cas devait bien avoir accès à son dossier médical. En plus, la jeune fille était presque sûre que tout son passé médical était parfaitement connu des autorités compétentes. Alors pourquoi l'obliger à se justifier encore, et encore. Pourquoi personne ne semblait tenir compte des progrès qu'elle avait fait depuis quelle avait pris conscience de sa maladie ?

Sans vraiment s'en rendre compte, elle se referma. Elle était retourné s'asseoir sur la table d'examen après l'épreuve de la pesée, à présent elle s'y recroquevillait, remontant ses cuisses de sauterelle contre son torse creux et entourant ses jambes de ses bras, baissant un front buté et contrarié vers ses genoux.
Revenir en haut Aller en bas
Sam 20 Aoû - 19:51
avatar
√ Arrivée le : 26/01/2016
√ Messages : 875

Dossier Top Secret
√ Age: 37 ans
√ Nationalité: France France
√ Gêne: Inoculation
Voir le profil de l'utilisateur
Il faut manger !
Elia Fischer & Isia Taylor-Laurence


Chronologie : Juste avant le Rp Elia Alexander mai
--------------------------------------------------------------------------------------

Parfois, je me dis qu'Atlantis possèdent l'un des meilleurs crus d'échantillonnage de la terre. On y trouve de tout enfin hormis les tars malsains, mais niveau physionomie nous avons la chance ou non, d'avoir à traiter toute sorte d'handicape ou de maladie. Je dois l'avouer que l'anorexie ne fait pas partie de mes favorites, car 1 de base j'étais une chirurgienne (avec option ostéopathie) et j'en avais rien à faire de faire e travail d'un généraliste ou d'un spécialiste. Mais ici, je suis devenue polyvalente et les aspects de la médecine qui ne m'étais plus indispensable, dans mes formations, étaient devenues vital au SGC ou ici. Donc oui, je l'avoue, cela ne m'intéressait pas de traiter cette patiente, mais je me pliais à cette règle. Surtout que bon, il est bien de changer un peu de domaine. Et puis cette pauvre fille, en venait ici avait une nouvelle vie à reconstruire et l'aider à parer une fois pour tous ces troubles alimentaires était en challenge palpitant.

Pendant, que je soignais la jeune femme, je divaguais à mes analyses sur la maigreur affligeante de son poignet, j'avais vu bien pire. Elle répondit à ma question, soutenant mon regard, je l'avoue que cela me surprit intérieurement, il est rare qu'on me réponde à mon regard avec autant d'air farouche.

Machinalement, mes prunelles restèrent sur les siennes, tout en déviant de temps à autre pour vérifier mes gestes. C'est une des rares fois qu'on ose me soutenir autant. J'eu un petit rictus a sa phrase. J'avoue que je voyais la scène d'une manière comique, imaginant sans peine Elia volée comme une plume dans les airs, après avoir été percutée par un rino de militaire. Au moins, l'homme avait eu la sympathie de l'emmener ici, au lieu de la laisser. Il était rare dans cette cité que les autres n'aident pas les membres de l'expédition. Il y avait une forme d'altruiste assez agréable dans cet endroit qu'on ne retrouve, malheureusement pas toujours sur terre. Comme quoi l'homme peut devenir bon. Peut-être dû au fait qu'on avait tous été sélectionnés et qu'on dépendait des uns et des autres pour survivre dans cette galaxie éloignée de la terre ?

Comme réponse je lui fis un petit sourire amusé. Avant que j'enchaîne sur ce qui m'indifférait le plus, faire le discours moralisateur. Je le fis assez vite d'ailleurs, car cela m'emmerdait pour parler vulgairement. Elle devait parfaitement le voir qu'elle ressemblait plus à squelette qu'à une jeune femme en chair. Mais bon, il est de mon devoir de médecin de faire ce genre de commentaire. De toute manière mieux vaut que ça soit moi qu'il lui face qu'un autre jaune, qui serait dans l'empathie ou la colère, qui prendrait cela trop à cœur. Au moins, j'étais le genre de personne factuelle et qui ne s'apitoierai jamais sur son sort. La pitié est quand même une chose bien sale, je trouve.

D'ailleurs la moue de la technicienne confirma qu'elle savait très bien son état et qu'elle devait sûrement en avoir marre d'entendre ce genre de discours. Enfin à sa place j'en aurais ral le bol ! Mais bon ma belle, tant que tu serais un monstre d'halloween, tu auras le droit à ce genre de remarque que cela te plaise ou non. Après, je conçois qu'il est difficile de s'en sortir, c'est tout d'ordre psychologique et je n'avais pas les compétences pour lui servir de psy.

Elle fut surprise de l'écart énorme qu'il lui fallait pour être « normal ». J'hochai la tête pour confirmer. Mon regard resta figé sur elle, attendant un mouvement de sa petite bouche pâle. D'un ton ferme, elle m'affirma qu'elle n'était pas anorexique. Génial, je sens que ça va être un vrai plaisir de débattre avec tiens ! Je levai les yeux au ciel. Avant de reporter mon regard sur son visage arrondit pour écouter la suite. Je fis le calcule rapidement 9kg en 18 mois, cela n'était pas si mal pour une personne dénutrie, faut au moins souligner ce fait. Mais bon, il fallait continuer encore et encore. Je n'aimais pas vraiment son ton, mais je comprenais qu'elle se défende et ne lui en portait nullement rigueur. Après tout je venais clairement de lui rentrer dedans avec ce discours stupide de médecin à la noix.

Elle semblait fière d'avoir réussi à ne pas perdre un seul gramme. Mine de rien, j'avais parlé trop vite, elle voulait se battre et j'aime les gens qui ne se laissent pas allé à la facilité. Au moins elle avait du courage. Et même si j'avais accès à son dossier médical, pour ma part je ne le connaissais pas. Il devait y avoir sûrement des lignes bien noires sur son « passé » anorexique avec une recommandation de la prendre quand même malgré son poids désastreux. Après tout Katty, mon infirmière connaît le même problème. J'allais donc vigiler deux petits phasmes. J'espère juste qu'elle ne soit pas atteinte de nymphomanie ou d'addiction à des drogues comme Katty, car bon je rends ma blouse si c'est le cas !

J’observai Elia, se refermer pour se recroqueviller sur la table, niveau communication, il devenait difficile de parler avec elle. Je me doutai qu’elle devait en avoir marre de se justifier. Je m’approchai de ma patiente d’un mouvement gracieux.

« C’est une bonne chose que vous n’ailliez rien perdue. Voir même très bien. Peu de personne dénutrie peuvent se gargariser d’avoir une certaine stabilité de poids, aussi inférieur soit-il. » Dis-je d’une voie enjouer et surtout sincère, je croyais à mes propos et je ne cherchais pas à la manipuler. Fallait bien reconnaître au moins cette action et lui dire que c’est bien, pour qu’elle continue. « Cependant, il vous faut ces 13 kg, car vu la vie qu’on mène ici. Et même si actuellement vous êtes technicienne de surface, vous pourrez partir en mission un jour ou vivre des événements qui demanderons à votre corps une sacrée épreuve. » Oui, de toute manière c’est pas parce qu’elle récure nos toilettes et nos bureaux qu’elle ne pourra pas vivre quelques choses de plus palpitant que la poussière dans le bureau du Dr Weir. « Et si celui-ci vous lâche, je crains qu’il soit trop tard pour vous et je n’ai nullement envie de vous hospitaliser en vous gavant comme une oie » Je soupirai, je ne voulais point de cette situation surtout pour elle.

Je m’approchai d’une des grandes armoires, trouvant un paquet blanc et informe de poudre et je lui tendis. C’est une bien maigre solution, mais comme elle n’aime pas la texture de la nourriture, j’avais que ça a lui proposer comme solution.

« Ça n’a pas un super goûts, mais au moins, ça vous aidera à prendre du poids. » Mon regard détailla la jeune femme, ma voix était calme et plutôt agréable. Je ne voulais pas l’enfoncer mais l’aider. Après tout c’est mon rôle. « C’est un complément alimentaire très calorifique. Mélanger le avec un verre d’eau, la texture est proche d’un sirop un peu épais. Buvez-en 2 à 3 fois par jour, aux horaires que vous souhaitez mais de préférences pendant un repas. Cela ne vous donnera pas de sensation de satiété, donc vous pourrez manger à côté pour combler ce besoin ». Je pris un verre d’eau, mettant un peu de poudre dedans, lui indiquant de mettre le nombre de grammage selon sa corpulence. Une fois le breuvage fait, je lui tendis pour qu’elle goûte et commence dès maintenant. « Penser à faire un peu de sport, comme de la marche ou de la natation pour éviter de prendre du gras. Vous ferrez ce traitement sur les 2 prochains mois. Si vous prenez plus de 6 kg en une semaine, réduisez les doses et venez me voir. »

Je lui fis un petit rictus attendant sa réaction.


© Starseed


_________________
I'm a nightmare
DRESSED LIKE A DAYDREAM
DC : Sheppard-Hoffman-Naalem // écriture : palevioletred

Revenir en haut Aller en bas
Lun 29 Aoû - 11:18
Invité
Invité
avatar
Elia avait vu rouge lorsque le Docteur Taylor-Laurence avait prononcé le mot « anorexie » et avait commencé à lui expliquer que c'était une maladie. Comme si la jeune femme n'en était pas consciente ! Il y avait longtemps qu'elle se débattait avec ce problème et elle était parfaitement consciente du problème. Elle ne se considérerait plu comme une « anorexique », justement parce qu'elle était consciente qu'elle l'avait été et qu'elle combattait le problème pied à pied au quotidien.

Elle avait rembarré la médecin certainement un peu vivement, affirmant qu'elle n'était pas malade et vit la jolie blonde lever les yeux aux ciel. Évidemment, elle avait du ce méprendre sur cette affirmation, toute les anorexiques nient leur problème. Elia, elle en était consciente. Mais elle comprenait aussi que sa réaction était typique d'une personne niant sa pathologie. Aussi expliqua-t-elle avec un peu plus de calme pourquoi elle ne se considérait plus comme une anorexique mais comme une convalescente.

Le docteur Taylor-Laurence ramena ses yeux d'azur sur elle, la fixant d'un air dubitatif et plutôt pincé. Elia se sentit coupable d'avoir prit ce ton pour parler a cette doctoresse qui devait certainement avoir bien autre chose à faire que de s'occuper d'une entorse du poignet. Elle se referma comme une huitre, tout à la fois gênée par sa réaction trop vive et contrarié d'avoir encore eut droit à ce discours qu'elle connaissait par cœur. Les médecins ne pensaient jamais à poser des questions avant de se lancer dans leur discours moralisateurs et baissa les yeux vers son poignet.

Elle eut un sursaut de surprise. Le Docteur Taylor était une très belle femme, avec des mains fines et élégantes, mais même dans ses mains délicates, le poignet d'Elia ressemblait à une brindille. Elle soupira. Oui, elle avait encore bien du chemin à faire.

La doctoresse se rapprocha calmement d'elle, avant de la complimenter sur ses progrès avant de lui rappeler que même si avoir stabilisé son poids était une petite victoire, il fallait impérativement qu'elle arrive à prendre les kilos qui lui manquait. C'était d'autant plus indispensable ici. Elle ne pouvait pas savoir de quoi demain serait fait et dans l'état actuel des choses, son corps serait incapable de faire face à une situation de stress. Elle conclut en lui disant qu'elle n'avait aucune envie de la faire hospitaliser pour la gaver comme une oie.

Elia sourit malgré cette conversation qu'elle trouvait un peu désagréable. Évidemment le docteur Taylor-Laurence avait raison, elle en était consciente. Et elle non plus n'avait pas envie de finir sur un lit d’hôpital avec une sonde gastrique qui la nourrirait de force. Elle avait déjà vécu cette expérience qu'elle avait trouvé aussi désagréable que parfaitement inutile (a peine ressorti de l'hopital, lorsqu'elle avait repris sa vie, le bénéfice des kilos gagnés de cette façon avait littéralement fondu)

La belle blonde se dirigea vers une des armoires qui se trouvaient dans la salle d'examen et en sortit un sachet qui semblait contenir de la farine avant de le lui tendre. Elia observa l'emballage un peu dubitative. Elle avait tenté de prendre des sachets de poudre hyper protéinées pour compléter ses repas, mais le résultat n'avait pas été très probant.

La doctoresse reprit la parole, lui expliquant que le goût n'était peut être pas terrible, mais que ça devrait l'aider à reprendre du poids. Sa voix était calme et agréable, elle la regardait comme si elle évaluer l'étendu des dégâts et combien de temps il faudrait pour lui faire remonter la pente.

Elle lui expliqua qu'il s'agissait d'un complément très riche en calorie, qui se prenait dans un verre d'eau et qu'elle devrait prendre deux à trois fois par jours de préférence pendant un repas. Elia leva un sourcil intéressé. Voilà qui était plus qu’intéressant ! Elle se demanda pourquoi le médecin nutritionniste qui l'avait suivie et aidée à remonter la pente ne lui avait jamais parlé de ce traitement. Peut être était-ce quelque chose de très récent qu'il ne connaissait pas encore ?

La jeune femme regarda la doctoresse préparer un verre du breuvage en écoutant attentivement ses explications.

Elle lui tendit le verre en lui conseillant de faire un peu de sport pour éviter de ne prendre que de la masse graisseuse, et de suivre ce traitement pendant deux moi. Quand elle conclut en lui disant que si elle prenait plus de 6kg la première semaine elle devrait réduire les doses et revenir la voir. Elia la regarda avec stupeur. Prendre 6 kg en une semaine ? Elle ne savait même pas que ça pouvait être possible ! Quand elle arrivait à prendre 1kg par mois elle était déjà satisfaite. Elle rit :

« 6 kg en une semaine ? Si j'avais su qu'il existait un traitement qui le permettait je l'aurais fait depuis longtemps ! »

Elle rit encore plus. La plupart des femmes qu'elle connaissait était plutôt obsédée par leur poids dans l'autre sens. Elle n'en connaissait aucune qui voulait prendre du poids.

Elle goûta le breuvage avec circonspection. C'était un peu étrange. Niveau goût, elle ne pouvait pas dire que c'était agréable.. ni désagréable d'ailleurs, la consistance ressemblait effectivement à celle d'un sirop, mais n'était pas désagréable. Elle avait l'impression de boire de l'eau épaisse. D'ailleurs, le breuvage ne laissait pas plus de sensation en bouche que quand on avale un verre d'eau,

« Pour ce qui est de faire du sport, je ne suis pas sûre d'en avoir le temps avec mes horaires décalés, mais on ne peut pas dire que je sois sédentaire... mais l'entretien des kilomètres de couloir de cette cité me permet de faire pas mal d'exercice physique et de marche. » Elle regarda son poignet bandé « Encore que, pendant les quelques jours à venir, je pense qu'il me sera difficile d'assumer mes taches » précisa-t-elle.

Elle prit une nouvelle gorgée de la boisson, elle commençait à se faire à la texture particulière.

« Je suis désolée de m'être montrée agressive avec vous. C'est juste que, c'est parfois difficile de réaliser que malgré les efforts que je fais depuis des années, je ne suis toujours pas parvenue à reprendre un poids qui n'effraient pas les médecins que je rencontre.  Quoi qu'il en soit, je vous remercie pour ça !» elle leva son verre en souriant « Si j'arrive enfin à prendre quelques kilos de plus et à ne plus ressembler à un cintre vivant, je serai une femme comblée » ajouta-t-elle en riant.
Revenir en haut Aller en bas
Dim 4 Sep - 20:12
avatar
√ Arrivée le : 26/01/2016
√ Messages : 875

Dossier Top Secret
√ Age: 37 ans
√ Nationalité: France France
√ Gêne: Inoculation
Voir le profil de l'utilisateur
Il faut manger !
Elia Fischer & Isia Taylor-Laurence



Parfois mon ton calme pouvait paraître un peu dérangeante, comme si les émois des patients, n’avaient aucuns effets sur ma petite personne. À vrais dire, il ne servait à rien de s’énerver, je n’avais nullement de raison de taper du poing sur la table avec Elia. Pourtant, autrui retient de ma personnalité une femme enflammée et vindicatif. Alors, on s’imagine que dès qu’on me croise qu’on va passer un sale quart d’heure, mais ce n’est pas toujours le cas. Tant qu’il n’y a pas de raison, pour que je vous morde je suis quelqu’un de très calme.

En tout cas, la jeune fille, semblait-elle aussi reprendre un peu de zénitude. Elle fut très intéressée par le sachet que je lui proposais, faut dire que ça serait une solution assez avantageuse pour ses problèmes alimentaires. Comment prendre du poids sans avoir l’affreuse consistante des aliments en bouche ? Il est quand même amusant de constater, que la majorité des femmes, lutte pour ne pas prendre un seul gramme et elle, c’est tout l’inverse.

Je pu admirer son regard emplis de stupeur, quand je lui annonçais les fameux 6kg en une semaine, je retenu un sourire rieur face à cette réaction.eh oui ma belle, c’est de l’efficacité concentrer. Merci la galaxie de pégase pour son lot de plante médicinales assez hallucinantes.

« Il a été élaboré sur pégase, donc vous ne l’aurez pas trouvé sur terre ». Je lui fis un clin d’œil riant avec elle. Mes prunelles azures suivirent son mouvement, quand elle goûta le breuvage, guettant une action de dégoût ou autre négation. Mais le visage d’Elia resta neutre. Bon, si elle le tolère tant mieux.

La jeune femme, m'informa qu'avec ses horaires décalé, une activité sportive risquait d'être assez compliqué. Mais, il était vrai, qu'au vu de son métier, certes peu reluisant, elle avait de quoi brûler des calories. Mine de rien le ménage ça en consomme ! Je fis une moue en accord avec ses propos.

« Oui en effet. Je vais vous mettre une attèle rigide, pour que vous puissiez faire votre travail sans vous faire mal ».

D'un mouvement rapide et fluide je me retournai, pour fouiller dans un tiroir pour y dénicher une attèle dans un plastique souple et résistant, qui allait maintenir son poignet durant l'effort. Je lui appliquai immédiatement, tout en écoutant ses excuses. Je comprenais aisément qu'elle éprouve de la colère quand on lui rabâche qu'elle est anorexique et tout le discours peu valorisant sur sa condition physique. Enfin, s'excuser n'avait aucune importance. Mais au moins elle avait l'intelligence de reconnaître son erreur de ton. Enfin bon, avec moi, les excuses c'est superflu, je ne vais pas en faire un drame si j'en ai pas.

Mon rire cristallin, se fit entendre pour accompagner la jeune femme. Elle avait un certain humour, c’est plaisant.

« C’est le bon mot en effet. » lui fit un clin d’œil
« Vous reviendrez me voir, pour me tenir au courant de cette avancé ».


© Starseed


_________________
I'm a nightmare
DRESSED LIKE A DAYDREAM
DC : Sheppard-Hoffman-Naalem // écriture : palevioletred

Revenir en haut Aller en bas
Lun 12 Sep - 22:01
Invité
Invité
avatar
Malgré sa flambée de colère, la jeune doctoresse resta de marbre, ne semblant pas se formaliser outre mesure du ton employé par la jeune femme de ménage. En même temps, elle devait en avoir vu d'autres, et des bien plus salées pendant sa carrière.

Quoi qu'il en soit, Elia ressentit le besoin de s'excuser. La blonde n'était pas voyante, elle ne pouvait pas connaître par cœur les dossiers de toutes les personnes travaillant sur Atlantis. Il n'était pas surprenant, au vu de son IMC déplorablement bas, elle n'ait pas été en mesure de deviner les efforts que la jeune femme faisait pour se sortir de cette situation.

Elia devait aussi reconnaître qu'elle était un peu chatouilleuse sur le sujet. Son poids et son apparence physique de crevette la complexait beaucoup, ce qui constituait un cercle vicieux... plus elle était stressée, plus elle avait du mal à prendre la moindre nourriture. Elle regarda donc le sachet que lui tendait la doctoresse comme une potion magique.

Elle lui expliqua qu'elle n'aurait jamais pu trouver ce produit sur terre, vu qu'il avait été développé sur Atlantis grâce à des plantes endémiques à certaines planètes. Elia s'était sentie sourire. Rien que pour ça, le voyage dans cette galaxie valait la peine ! La petite américaine surprit le regard intéressé du docteur Taylor-Laurence quand elle prit une gorgé du breuvage. Elle scrutait avec attention son visage de ses pupilles d'azur, cherchant à y déceler une réaction. Elle en fut pour ses frais. Le médicament n'était ni bon ni mauvais. Il n'avait, pour les papilles d'Elia, absolument aucun goût.

Et puis... s'il tenait ses promesses, peut importait. Il aurait pu avoir un goût d’œuf pourri que la jeune femme aurait fait l'effort de boire ses trois verres par jours pendant quelques semaines. Il y avait si longtemps qu'elle rêvait de ce genre de miracle. Elle était persuadée que lorsqu'elle aurait repris un poids normal, son aversion pour la nourriture serait plus facile à contrôler. Même si au fond d'elle même elle savait que ce ne serait pas aussi simple.

Le docteur Taylor-Laurence fit une petite moue quand Elia lui rappela le poste qu'elle occupait, et qu'elle était ici, à la base pour une contusion du poignet. Elle décida de lui poser une atèle rigide qui lui éviterait d’aggraver la blessure, même si la jeune femme la trouvait gênante. Ce ne serait l'affaire que de quelques jours. Le trait d'humour d'Elia lui valut un clin d’œil et l'honneur d'entendre le rire cristallin de la belle doctoresse, qui acquiesça, en lui demandant de la tenir informée de l'évolution de son état avec ce nouveau traitement.

Et comment qu'elle allait se faire suivre ! Pour une fois qu'un docteur lui proposait une solution pratique et ne se contentait pas de simplement lui faire la morale, elle n'avait pas l'intention de laisser passer cette opportunité.

- « Et comment que je vous tiendrez informée ! » Dit-elle en riant « Pour une fois que quelqu'un m'écoute et me propose une solution pratique... "
Revenir en haut Aller en bas
Mer 14 Sep - 18:33
avatar
√ Arrivée le : 26/01/2016
√ Messages : 875

Dossier Top Secret
√ Age: 37 ans
√ Nationalité: France France
√ Gêne: Inoculation
Voir le profil de l'utilisateur
Il faut manger !
Elia Fischer & Isia Taylor-Laurence



Mon regard balaya la silhouette maigrichonne de la jeune femme, elle avait l'air si jeune. Ça petite taille n'était absolument pas à lui fixer un âge. Il était certain, qu'en la croisant dans les couloirs, certain se questionne sur le fait qu'on embauche des mineurs sur Atlantis. Pourtant, sur son dossier elle avait 25 ans. En médecine, ont appel ça l'apothéose ou l'âge d'or de l'humain. Car c'est à partir de cet âge qu'on est au top, avant de commencer à vieillir avec les rides et les pertes de capacités physiques. Certaines femmes pro du maquillage et autres cosmétiques, recommandent même que c'est à cet âge qu'on doit mettre de la crème antirides. Pour ma part, je ne pouvais constater que les données physionomiques, mais de là à dire qu'il faut ce tartiner comme une grand-mère de 80 ans qui lutte contre ses rides, il y a un grand écart.

Enfin bon, pourquoi je pense à ça moi ? Ah oui, c'est dans mon observation sur Elia, je la trouve jeune et sa carrure renforce cet aspect-là. Je devais apparaître comme une géante avec mon 1m75.

Elia était plus détendue et joyeuse, après notre petite discussion. Et surtout face à cette solution, qui allait normalement lui donner des rondeurs nécessaires pour sa bonne santé. Je lui affichai un sourire radieux. Mon métier n'est pas facile tous les jours, mais il y a un sacré avantage, c'est de trouver des solutions pour des problèmes difficiles ou qui semble irréalisable. Enfin, bon prendre du poids tout en passant outre l'inconfort de la sensation de la nourriture en bouche est un petit challenge assez agréable à réussir. Surtout pour Elia.

Carson, dirait que c'est de voir la joie, sur les visages d'autrui, pour ma part, je ne me formalise pas de ce genre de ressentis. Est-ce un brin égoïste ? Non, je n'ai que peu d'empathie, je comprends les autres sans pour autant ressentir quelque chose en les écoutant. Finalement, j'ai une empathie assez limitée tout en étant présente. Mon but, n'est pas de rendre les gens heureux, sinon j'aurais été une bénévole dans une mission humanitaire, ce que j'aime c'est résoudre les problèmes et soigner. Cela m'apporte une grande satisfaction de « réparer ».

D'ailleurs, la jeune femme brune aux airs d'enfant, fut enjouée et m'affirma qu'elle allait se faire suivre. Très bien, une bonne relation avec le corps médical peut la réconcilier avec tous ms autres confrères qui ont dû la mettre dans une case avec une morale à deux balles.

« Parfait, on se dit alors dans deux semaines pour le 1er suivis ».
Un autre rictus teinta mes lèvres et je la raccompagnai jusqu’à la porte, mettant les sachets de nourriture en poudre dans un sachet en papier et son ordonnance.
« Bonne journée mademoiselle Fischer ».

END 14-09-2016

© Starseed


_________________
I'm a nightmare
DRESSED LIKE A DAYDREAM
DC : Sheppard-Hoffman-Naalem // écriture : palevioletred

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Atlantis Insurrection :: Cité d'Atlantis :: Niveau 8 - Zone Médicale :: Infirmerie-