Atlantis Insurrection
"Personne ne demande à devenir un Héros, sauf que parfois ça finit comme ça..."

Et si ce Héros, c'était toi ? Tu es l'un des meilleurs dans ton domaine (Biologiste, Chirurgien, Infirmier, Diplomate, Démineur, Maître chien...) et on te propose de participer à l'expédition la plus fabuleuse mais aussi la plus dangereuse : l'expédition Atlantis.
Auras tu le cran de rejoindre Atlantis pour découvrir ses mystères et affronter les dangers de cette galaxie ?

Tu peux aussi incarner les personnages importants de la série (Weir, Sheppard, McKay, Lorne, Teyla....) Bon niveau RP demandé.
On recherche de nombreux personnages inventés.
http://www.atlantisinsurrection.com/t387-personnages-vacants


Si tu te sens capable de franchir ce pas, tu es des nôtres ! Clique sur l'image ;-)


RPG sur Stargate Atlantis
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez| .

La technologie est parfois notre seule mémoire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatarInfos√ Arrivée le : 08/07/2016
√ Age : 25
√ Messages : 914
Alexander Hoffman
Dossier Top Secret
√ Age: 37 ans
√ Nationalité: Royaume-Uni Royaume-Uni
√ Gêne: Inoculation
MessageSujet: La technologie est parfois notre seule mémoire Dim 9 Oct - 15:39
La technologie est parfois notre seule mémoire


CHRONOLOGIE : MAI 2016 – LENDEMAIN DU RP : « LE VAINQUEUR N’EST PAS TOUJOURS CELUI QU’ON CROIT »


La veille, il avait fait une rencontre assez percutante. Outre, le fait d'avoir (enfin) fait manger le sol à un idiot de militaire, qui le provoquait depuis des semaines… une pégasien, à la réputation qui n'était plus à faire avait fini le travail tout en lui offrant un échange assez intéressant. La perception, qu'elle avait de la technologie et de la vie en général des Atlantes, laissait un goût amer dans la bouche. Non pas à cause de son jugement intraitable, mais sur les questions subjacentes qu'elle soulevait.

Il serait bête, de ne pas s'interroger sur la condition humaine en général et les conséquences de l'avancement technologique sur le « vie ». Beaucoup de terrien, cherchai le bonheur, enviant les temps plus modeste d'un passé. Oubliant, aussi les avantages de la technologie et notamment en matière de médecine. En tout cas, il semblerait qu'être plus primitif serait, être plus heureux. Il avait médité sur ça, comme à chaque fois, que des questions se soulevaient dans sa tête. Et avait fini par conclure, qu'on ne pouvait pas comparer deux manières de vivre : celle des peuples de pégase, moins avancé et ceux des Atlantes. Il y avait du bon et du mauvais dans chacun deux, mais aucun des deux peuples, ne voulaient vivre la vie de l'autre.

En tout cas, il avait eu du mal à trouver le sommeil, car ses débats intellectuels l’animaient de trop et faut dire que tout seul, la pertinence était tout aussi inutile qu’ennuyante. Alors, c’est en revenant du mess (vers 21h30) qu’il toqua à la porte de sa comparse de débat nocturne : Erin Steele. Celle-ci avait déjà soupé et semblait ne pas trouver le sommeil à son tour. Naturellement, il lui proposa de débattre sur un nouveau sujet, omettant volontairement, de lui parler de sa petite bagarre avec le soldat Fernandez. Il avait pris soin, avant de sortir de ses quartiers de masquer son œil au beurre noir, avec « du fond de teins », qu’il avait dégondé dans ses affaires de body painting. Se ravissant, d’avoir emporté avec lui, certains pinceaux et autres techniques, pour satisfaire ses hobbies créatifs. Il ne se serait jamais douté, que ses talents de dessinateur, allaient lui servir à masquer des traces de combats. Il ne désirait nullement, s’épancher sur ce côté-là avec son amie. En tout cas, ils débâtirent jusqu’à à l’heure fatidique de 3h30 du matin. Avant de rejoindre son lit, pour se réveiller à 6h00 du matin.

Le réveil, fut un peu douloureux, surtout sur la joue droite. Mais qu’importe, il avait l’habitude de ne plus, beaucoup dormir, entre le fait qu’il travaillait tard et ses discussions avec Erin… après une douche et autre soin sur sa blessure pour la masquer aux yeux de tous. Il se rendit de bonne heure à son bureau.
Son chat, était sur ses épaules encore assoupit, par l’activité intellectuelle et nocturne de son maître. Le petit minet, avait joué avec l’une de ses balles durant toute la soirée, la projetant contre les murs de la chambre de la consultante. Puis épuiser et tel un chaton, il s’était écroué de tout son long.
En tout cas, le jeune homme, ne s’attendait pas à voir une silhouette devant son bureau. Il n’y avait pas beaucoup de monde à 7h00 du matin dans les couloirs de la cité. En s’approchant, il reconnut, la guerrière pégasienne : Britt Hata. Elle n’avait pas perdu de temps. Il lui sourit.

« Bonjour Britt, vous êtes matinal ».

La veille, après les joutes au gymnase puis dans ses quartiers pour être présentable, il était parti voir Weir. Celle-ci, avait longuement hésité à lui laisser la main sur la salle des hologrammes. Faut dire, qu'elle ne semblait pas très emballer et il dut faire preuve d'arguments imparables et un brin de manipulation, pour obtenir se qu'il désirait. Trouvant, ça bien pénible de devoir à son niveau, demander l'autorisation à « l'impératrice ». Enfin bon, il avait eu ce qu'il désirait, voilà ce qu'il comptait. Il ouvrit son bureau, son chat se glissant le long de ses épaules et bras, pour sauter dans l'office. Il referma celui-ci, laissant son matou, dans la salle, le petit félin avait tout ce qu'il fallait pour jouer, boire, manger et faire d'autres activités durant son absence. Et il était plus préférable qu'il ne soit pas là. La dernière fois, Harry, avait fait que bondir sur les hologrammes, les troublants.

« Suivez-moi ».

Il l'entraîna, dans les couloirs, pour se rendre à la salle des hologrammes qui se trouvaient dans la zone des scientifiques. Pour une fois, cette zone était plus agitée que les autres, faut dire que les « chemises bleue » embauchaient tôt (ou de dormait pas). Il n'avait pas le gène (il avait fait une demande pour une inoculation) mais cela ne semblait n'avoir aucune importance, car la guerrière blonde, le possédait et la salle s'ouvrit comme par magie.

« Mettez-vous sur le socle, un hologramme va apparaître et vous aurez qu’à poser des questions ».

Il resta à côté, pour voir, espérant, que la base de données l’antienne pourrait les indiquer. Enfin, bon faut-il que la jolie blonde, pause les bonnes questions. Par chance, le système, ancien détectait toute présence de vie et il pourrait la seconder pour affiner.



©Pando


_________________
    Alexander Hoffman
    Double comptes : Isia Taylor-Laurence & John Sheppard & Naalem Lays //écriture : firebrick
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 05/09/2015
√ Messages : 242
Britt Hata
Dossier Top Secret
√ Age: 32 ans
√ Nationalité: Alien Alien
√ Gêne: Oui
MessageSujet: Re: La technologie est parfois notre seule mémoire Sam 15 Oct - 17:19
La sauvageonne avait eu bien du mal à trouver le sommeil. L'excitation, même tempérée par le fait que tout dépendait de la technologie, de retrouver sa planète natale avait emporté sa fatigue dans un tourbillon d'idées et de pensées. De plus, la douleur persistante de son flanc la tiraillait à chaque mouvement malgré les premiers soins effectués à la salle de sport ainsi que les soins supplémentaires prodigués une fois dans ses appartements. La nuit fut agitée par de multiples idées sur les retrouvailles, sur ce qu'elle comptait faire par la suite si elle pouvait enfin trouver le chemin retour de son foyer. Si bien qu'elle passa la plus grande partie de sa nuit à cogiter. Finalement, elle constata l'aurore poindre au bout d'une courte nuit blanche. D'un bond, elle se mit sur ses pieds et fila à la douche. Ce matin, elle se passerait de ses habituels exercices physiques à cause de son flanc douloureux et de son idée fixe de retrouver le rouge pour voir si Gaïa aller être enfin à porter de main. Après ce revigorant toilettage, Britt passa encore un peu de son onguent sur son flanc meurtri par son affrontement avec un tas de muscles sans cervelle à la suite de quoi elle enfila son habituelle tenue de guerrière.

En quittant sa chambre, elle prit la direction du self afin de prendre de quoi manger un morceaux. Elle ne ferait pas un arrêt, juste un passage histoire de prendre un peu de pain et quelques céréales dans un bol qu'elle emporterait. Même s'il était rare de voir la belle blonde venir dans ce coin de la cité, les plus matinaux des atlantes savaient qu'ils pouvaient parfois la croiser au self. Après avoir fait le plein, la sauvageonne se mit en quête du bureau de l'homme au félin miniature. Dans un premier temps, elle tenta de se débrouiller par ses propres moyens, mais cela ne fut pas très concluant et elle dût se résoudre à demander à un petit gris des informations. Lui-même fut collé par la demande de la guerrière blonde et ce fut finalement un technicien qui passait par là qui sorti tout le monde de l'embarras. Après avoir prit congé des deux hommes, elle se mit en marche en direction de l'office du rouge d'un pas décidé. En chemin, elle croisa très peu de gens. Il fallait dire qu'à cette heure ci, la plupart des gens dormaient encore profondément ou commençaient tout juste à émerger. Cela importait peu la belle blonde pour qui la seule considération qui tenait la route était de pouvoir accéder à ce lieu qui pouvait peut-être lui permettre de retrouver sa planète maternelle. Finalement, elle arriva devant la porte contre laquelle Britt tambourina sans ménagement pour savoir si le maître des lieux était présent ou s'il fallait attendre qu'il arrête de jouer les fainéants.

BAM BAM BAM BAM BAM ! ! !

Pas de réponse. Il allait falloir attendre l'arrivée de l'homme au félin miniature. La patience n'était pas le point fort de la guerrière blonde, mais elle allait devoir en faire preuve. Elle commença par faire les cents pas avant de tenter de concentrer son attention sur l'horizon. Puis très rapidement elle se remit à faire les cents pas. Il n'y avait rien sur quoi la sauvageonne pouvait concentrer son attention pour que le temps passe plus vite. Bien heureusement, le rouge semblait plus matinal que les atlantes en général, car Britt eut la surprise de le voir arrivée. Tant mieux, cela lui éviterait de perdre trop de temps à attendre. Après une rapide salutation, le britannique fit entrer son chat dans son bureau avant de refermer la porte et inviter la belle blonde à le suivre. Il la guida dans une sorte de labyrinthe de couloirs jusqu'à une zone que la jeune femme ne connaissait pas. Contrairement au reste de la cité, celle-ci semblait plus vivante. Le constat était flagrant et il y avait aussi une chose étrange qui frappa la guerrière blonde ... la population locale semblait être faite principalement de bleus et de verts. Malgré cette surprise, la belle pégasienne se montra d'un flegme intraitable et continua de suivre le rouge dans les couloirs jusqu'à son Graal: la salle des hologrammes. En entrant, elle remarqua que le centre de la pièce était dégagé et que dans un coin, il y avait un pupitre. D'ailleurs, ce fut près de celui-ci que l'homme l'amena en lui demande de se placer là pour lancer la recherche.

Malgré une incertitude dans son esprit, son corps avait agit sans trahir les émotions de la belle blonde. Au moment même où ses mains se posèrent sur le pupitre, le centre de la pièce se brouilla pour finalement laisser apparaître l'image une personne immatérielle, d'un esprit. La guerrière blonde eut pour réflexe de se mettre en position défensive et porta ses mains à la garde de ses lames qu'elle dégaina rapidement et de manière assez fluide. Une réaction hostile d'une primitive découvrant pour la première fois ce que c'était qu'un hologramme, mais il était hors de question pour elle de fuir devant cette menace. Britt ne reculerait pas et se battrait s'il le fallait, mais elle fut quelque peu surprise quand l'image de la femme qui lui faisait face se mit à s'adresser à elle.

- Hologramme: Que désirez-vous ?

Bien que pas très rassurée, la belle blonde observa un peu ce qu'elle prenait pour esprit avec attention. Puis, elle se décida à lui répondre sous les encouragements de l'homme au félin miniature.

- Britt Hata: Moi chercher où être Gaïa dans réseau de portes des étoiles.

Les premiers pas pour retrouver sa planète étaient fait maintenant. Il ne restait plus qu'à espérer que cette fameuse technologie serait aussi efficace que semblait le croire les atlantes.

_________________

DC Alevtina Kieslanova.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 08/07/2016
√ Age : 25
√ Messages : 914
Alexander Hoffman
Dossier Top Secret
√ Age: 37 ans
√ Nationalité: Royaume-Uni Royaume-Uni
√ Gêne: Inoculation
MessageSujet: Re: La technologie est parfois notre seule mémoire Mar 18 Oct - 20:28
La technologie est parfois notre seule mémoire


CHRONOLOGIE : MAI 2016 – LENDEMAIN DU RP : « LE VAINQUEUR N’EST PAS TOUJOURS CELUI QU’ON CROIT »


La jeune femme blonde n'était pas loquasse, dans un sens que pouvaient-ils se raconter ? Vous avez bien dormi ? Oui non ? Cela n'avait pas vraiment d'intérêt pour l'un ou l'autre, mise à part meubler le silence. Hors, ni l'un ni l'autre ne semblait gêné par celui-ci. La guerrière blonde, était partisane pour des échanges efficaces et non superflu, il était persuadé qu'elle ne connaissait pas l'étrange coutume qu'on les terriens, de toujours vouloir meubler les silences. Et même si cela avait été le cas, elle ne devait pas percevoir la subtilité ni l'intérêt. En tout cas, cela avait un côté relaxant, de ne pas devoir s'enquérir de quelconques politesses ennuyantes sur des sujets rébarbatifs.

Une fois devant le socle de l'hologramme, elle resta stoïque. Elle ne devait pas vraiment s'attendre à voir apparaître une forme holographique, puisqu'elle se mit en position de défense, prêt en découdre avec cette « chose ». L'anglais, resta calme, observant le drôle de manège qui lui faisait face. Devait-il la rassurer et lui dire que ce n'est qu'une « image » ? Faut dire que l'ancienne, semblait tellement réelle, l'effet « holographique » était très peu visible. Il ne serait pas étonnant de croire qu'ils ne sont pas que deux « vivants » dans cette pièce. Les anciens, avaient drôlement bien travaillé les détails de leur « secrétaire » des étoiles Hum… il ne fit rien de cela, encourageant juste Britt a posée des questions, à la jeune femme l'antienne. C'est une guerrière après tout, elle est courageuse et la rassurée serait tout bonnement ridicule.

Dès que la question fut enregistrée par la machine, un ciel étoilé s'afficha, avec l'apparition d'une multitude de planètes. Les anciens, avaient dû enregistrer des astres aux noms que devaient leurs données leurs peuples ou même eux… en tout cas beaucoup d'entre-elles portaient le nom de « Gaïa ». L'hologramme traversa une des planètes pour se mettre devant le socle et attendre le prochain ordre.

« Voici les planètes portant le nom de « Gaïa »

L'anglais, s'approcha de la pégasienne, pour mieux observer la liste proposée… il avait déjà vu (à de trop rares occasions) cette salle fonctionné… et il fait bien avouer que c'est juste magnifique, pouvoir mirer tous ses cieux et ses planètes si bien faites… en en avait de toutes les tailles, de biome différents … et surtout une soixantaine. Il jeta un regard calme à Britt.

« Essayer de dire le nom de votre planète dans votre langue ou de décrire le climat de celle-ci pour réduire la liste » Il ne voulait pas le faire à sa place, jugeant que cette recherche appartenait à Britt et que si elle trouve toute seule, elle verrait que parfois la technologie à son importance. Sinon elle n'existerait pas et n'obséderait pas autant les hommes.

Il reporta son attention sur le grand espace devant eux et la multitude de planètes. Il eut une idée, qui pourrait se faire qu'au moment où, elle aurait restreint la liste des prétendantes « Vous connaissez bien la disposition des étoiles de votre planète ? » l'anglais était persuadé que la réponse était oui, mais au cas où… lui-même était incapable de reconnaître le ciel de la terre, mais bon c'est un exemple un peu foireux, au vu du comportement de l'ex-runneuse. Enfin bon, il savait que certain athosiens, ne se rappelait même pas de la configuration du ciel d’Athos… alors bon on ne sait jamais.

Curieux, il s'avança vers la salle, pour toucher l'un des astres, celui-ci se trouvait, selon la disposition des mains. Il remarqua qu'il pouvait « zoomer » sur certain endroit, comme sur Google maps… mais en bien mieux. Il prit un grand plaisir à observer le contenue de la surface d'une planète très boisées et enneigé par endroit. On aurait dit la terre, avec à la place des océans des sapins. Un petit sourire amusé se dessina sur ses lèvres blanches, trouvant cette possibilité absolument géniale, même si rien ne transparaissait sur son visage autre que son rictus.




©Pando


_________________
    Alexander Hoffman
    Double comptes : Isia Taylor-Laurence & John Sheppard & Naalem Lays //écriture : firebrick
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 05/09/2015
√ Messages : 242
Britt Hata
Dossier Top Secret
√ Age: 32 ans
√ Nationalité: Alien Alien
√ Gêne: Oui
MessageSujet: Re: La technologie est parfois notre seule mémoire Mar 29 Nov - 17:58
Dans un premier temps, le rouge resta stoïque devant le spectacle qu'offrait Britt. Puis, il s'efforça de discuter avec pour la guider dans sa recherche. En temps normal, la belle blonde aurait probablement envoyé bouler l'homme, mais la situation était exceptionnelle à ses yeux. C'était un atlante et il avait l'habitude de la technologie. Elle n'était qu'un sauvage qui détestait la technologie. Les conseil de l'homme au chat miniature devait être de qualité et si ce n'était pas le cas, c'était toujours mieux que ce qu'elle aurait fait par elle-même. Alors, quand il proposa de dire le nom de la planète dans sa langue natale, la guerrière blonde le regarda un peu surprise.

- Britt Hata: Elle comprendre si moi parler dans ma langue ?

Quelque peu étonnée, la sauvageonne se mit à reformuler sa demande dans sa langue. Malgré l'aspect guttural des mots, il y avait une certaine mélodie dans le phrasé. Aussi tôt dit, l'hologramme lança une nouvelle recherche. Pendant ce temps, il proposa d'autre piste afin d’affiner la recherche si le nombre de planètes restait trop conséquent. Puis, il s'avança vers l'hologramme pour s'arrêter au niveau d'une planète. Il s'amusa avec de façon à voir de plus près ce que ce monde avait à offrir. Il passa son temps à zoomer pour voir plus en détail les forêts, les plaines, les océans et tout ce qui pouvait composer ce monde. Soudain, toute les recherche disparu et l'hologramme lantien s'avança vers le socle afin de demander un complément d'information un peu comme si ce monde n'était pas répertorié ou bien pas correctement répertorié. Britt fut un peu surprise de voir le « fantôme » lui parler dans sa langue. C'était déjà l'indice que ceux qui avaient créé cette technologie avait rencontré son peuple il y a fort longtemps … ou bien c'était une véritable miracle qu'ils parlent la même langue sans s'être réellement croisé. Pour répondre à cette nouvelle demande, la jeune femme issue de Gaïa dû faire un effort de mémoire.

- Britt Hata: Moi décrire toi monde à moi et étoiles dans le ciel.

Pour commencer, la sauvageonne blonde commença par décrire son village et ses alentours en donnant les noms de lieux dans sa langue maternelle. Elle parla de son village qui se trouvait dans un Fjord et qui était entouré d'un vaste forêt de conifères. Elle parla aussi de la vaste lande de bruyère qui s'étendait à perte de vue vers l'ouest courant le long du sentier côtier. Pour mieux se remémorer les lieux, elle ferma les yeux. Elle pouvait même sentir les odeurs de son enfance. Instinctivement, elle leva le visage vers le plafond, comme pour mieux voir le ciel qu'elle se représentait dans son esprit. Avec une grand précision, elle parla de chaque étoile, de chaque constellation, de chaque élément du ciel spécifique à son monde. Finalement, elle ouvrit les yeux s'attendant presque à voir tout ce qu'elle avait décrit. Malgré un peu de nostalgie, elle ne laissa rien paraître et attendait tranquillement que la recherche finisse. Finalement, l'hologramme revint vers la guerrière blonde.

- Hologramme: Nous n'avons pas trouvé de monde répertorié correspondant à ce que vous avez demandé.

Grosse déception. Il était clair que la technologie n'était pas la solution. Quelle folie de placer tant d'espoir dans cette chimère. De toute façon elle le savait avant même de commencer que c'était une mauvais idée, que c'était une erreur de croire en cette possibilité. Pourtant, une par d'elle était franchement déçue d'avoir eu raison d'être septique. Elle ne jeta aucun regard en direction du rouge. Britt se contente de fixer l'hologramme avec ses yeux aciers particulièrement durs avant de se décider à bouger. Cependant, elle fut coupée dans son élan par son étrange interlocutrice.

- Hologramme: Cependant, certaine des étoiles et constellations décrite son familière à notre base de données. En faisant quelques extrapolation complexe, nous pourrions élaborer des hypothèses de travail pour trouver la planète que vous recherchez.

La sauvageonne n'avait pas bien compris ce que venait de dire l'hologramme et regarda l'homme au chat miniature avec une expression dubitative sur le visage et une profonde interrogation dans le regard.

- Britt Hata: Toi avoir compris ce que esprit dire ?

_________________

DC Alevtina Kieslanova.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 08/07/2016
√ Age : 25
√ Messages : 914
Alexander Hoffman
Dossier Top Secret
√ Age: 37 ans
√ Nationalité: Royaume-Uni Royaume-Uni
√ Gêne: Inoculation
MessageSujet: Re: La technologie est parfois notre seule mémoire Ven 2 Déc - 18:37
La technologie est parfois notre seule mémoire


CHRONOLOGIE : MAI 2016 – LENDEMAIN DU RP : « LE VAINQUEUR N’EST PAS TOUJOURS CELUI QU’ON CROIT »


Il se demandait bien si la quête de trouver LA Gaïa de la jeune femme, n'allait pas être plus long que prévue. Une soixantaine de planètes portaient ce sobriquet. Comme quoi, qu'importe les civilisations et leur ciel, il devait exister un trait commun, une essence assez similaire dans certaines pratiques. Après, l'influence l'antienne sur terre, était aussi présente dans Pégase. Il ne serait pas surprenant, de tomber sur une planète, qui a connu un certain « Merlin » (qu'ils avaient dû nommer autrement), grand magicien et sage de son état, tout comme sur la terre où cela à inspirer de nombreuses légendes et comptes. De toute manière, avec la découverte de la porte des étoiles, le panthéon divins de certaines civilisations éteintes, prenaient un tout autre sens, quand on apprend qu'elles ont existé et surtout existe encore.

L'anglais, conseilla naturellement la jeune femme, pour réduire son champ de recherche. Il hocha simplement la tête, quand elle lui demanda assez étonnée si l'hologramme allait comprendre. Avec un peu de chance, le langage de la jeune femme blonde, était connu et parlée. Cependant, pour le peu que son peuple ait voyagé et rependu sa langue, cela n'allait pas beaucoup réduire les possibilités.
Elle parla donc en « Gaïenien », le son était très guttural aux premiers abords, rappelant un dialecte nordique que devait parler les vikings dans un temps ancien. Enfin, ce fut l'image qui lui venu immédiatement en tête. Cependant, malgré les aspects assez primaires des sons qui s'échappaient de la guerrière, il y avait une certaine forme chantante, qui a l'oreille rendait cette langue assez agréable.

Une nouvelle fois, il proposa d'autre piste, pendant que la machine moulinait dans son immense base de données. Le jeune homme, trouva une occupation, qui lui plus grandement, celui d'explorer les mondes en zoomant dessus, découvrant des paysages et autres reliefs. Cela était grisant et fascinant. Alors, qu'il semblait découvrir un élément intéressant sur l'un des astres, ils disparurent tous. L'anglais, leva la tête vers l'hologramme, qui ne parlait plus vraiment l'anglais ou bien même l'ancien... mais dans le dialecte de la belle blonde. En conséquence, il n'y comprit strictement rien. Mais au vu des compléments qu'apporta la pégasienne, la recherche n'avait rien donnée ou demandait plus d'information.

Britt, commençai à peindre son monde, avec des détails sidérant, voir même un peu trop pour une machine, qui devait commencer à se friser face à autant d'informations. Il la vit fermer les yeux, pour se remémorer chaque détails et brin d'herbe d'un monde, joliment décris. Naturellement, il imaginait celui-ci avec la description qu'elle dessinait du bout de ses mots encore incertains en anglais. Le plus sidérant, fut quand elle parla des constellations ... il y avait un côté impressionnant à cette mémoire et surtout à la qualité des données. Lui, même était incapable de décrie le ciel, vu de Londres, faut dire, qu'il ne l'avait jamais vraiment observé longuement. Par contre, il pouvait parler de chaque ruelle avec une certaine précision, car teinté par différents souvenirs gravés dans sa mémoire à long terme, mais jamais d'une manière aussi détaillé que la sauvageonne. Celle-ci, marquait une nouvelle fois, qu'elle n'était pas, la plus débile de son peuple, mais peut-être bien dans la moyenne haute (si ce n'est plus, il faut un comparatif). Au vu de soin comportement et de ses capacités de guerrière, elle était naturellement rangée dans la catégorie des débiles gros bourrins... hors, pour posséder une telle mémoire il fallait avoir un minium des neurones qui s'entrechoquent. Tout comme son savoir sur les plantes. Pas sûre que l'autre Fernandez, puisse retenir autant d'information, dans sa tête de consanguin hispanique.

Finalement, la magie se termina, avec une phrase décevante de l'hologramme. Dans un sens, l'anglais, n'était pas très étonnée, le surplus d'information trop précise avaient dû perturbé la recherche, sans parler qu'entre les ans, la planète avait dû évoluer. Elle toisa le britannique de son regard expressif, mais devinant la déception de la jeune femme. Il lui avait donné de l'espoir en vain. Cela se remarqua dans l'expression dure qu'elle afficha à la silhouette de l'ancienne.
Hors, au moment, où elle s'apprêtait à quitter son socle et partir en maudissant la technologie, l'hologramme reprit la parole. Le jeune homme eu un rictus satisfait. Ah donc, il y avait moyen de la trouver finalement. Cela risquait d'être long mais bon.

« Oui » il s'approcha du socle, pour être reconnu comme un « demandeur » par la machine. « Le ciel semble être connu, donc la zone où se trouve la planète, il faut faire encore quelques recherches avec des précisons simples, pour réduire le nombre de possibilités ». Il la toisa pour voir si elle avait compris. « Je vais vous aider ».

Son regard bleu acier, se posa sur l'hologramme qui attendait bien sagement. Cela leur prendrait peut-être la matinée, mais ils la trouveraient cette Gaïa.

Il demanda qu'on affiche les planètes au ciel similaire. Il en avait 30. Hum, une sacrée zone d'exploration en effet. Vu les descriptions de Britt, il commença à demander certain biome spécifique. Tout en questionnant Britt sur les saisons et l'endroit où se trouvait certaines terres gelées toute l'année. Cela réduit le nombre à 20 planètes, possiblement habitable. La liste se réduit, quand il demanda à la base de données, les planètes qui furent colonisées par des humains. Il demanda d'enlever les peuples avec de la technologie, cela ne bougea pas. Donc peuple primitif. Il parla de la faune qui étaient apparemment assez grandes, décrivant des tailles possibles, en s'aidant des indications que lui fournissait la pégasienne, sur la taille de leur animaux et autres proie/prédateurs. Il la sollicitait régulièrement, pour avoir des informations précises, afin qu'elle soit réellement l'actrice de la trouvaille de Gaïa.

Il se prit au jeu la recherche, qu'il trouva plaisant et il n'était pas du genre à lâcher si facilement. Et malgré, quelques échecs il resta confiant et tête comme il est, il comptait bien lui dénicher sa planète ! Qu'importe le temps que cela allait prendre, ce n'est pas aujourd'hui qu'il va baisser aussi facilement les bras.
Au fil des minutes, qui devenu des heures (environ 2 heures de recherches), la liste se réduit à deux planètes, assez similaires par leur composition, mais différentes sur le nombre de continent.

« Afficher les cieux »

Hop, les deux ciels furent côte à côte, avec des différences notoires, mais il restait à Britt de reconnaître le siens. L’anglais, se tourna vers la sauvageonne, pour l’observer et voir si elle reconnait l’une d’entre elle.




©Pando


_________________
    Alexander Hoffman
    Double comptes : Isia Taylor-Laurence & John Sheppard & Naalem Lays //écriture : firebrick
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 05/09/2015
√ Messages : 242
Britt Hata
Dossier Top Secret
√ Age: 32 ans
√ Nationalité: Alien Alien
√ Gêne: Oui
MessageSujet: Re: La technologie est parfois notre seule mémoire Lun 5 Déc - 17:30
La déception était une sentiment que Britt ne connaissait pas vraiment et c'était tant mieux, car cela faisait mal, presque plus mal d'un bon coup de poing. Cependant, la machine proposa une solution complexe à la pégasienne qui semblait totalement perdue. La britannique vint à sa rescousse pour l'aider un peu dans sa quête de Gaïa. Il se plaça près d'elle en faisant en sorte qu'elle reste sur le socle. Après tout elle avait le gène pour faire fonctionner la machine au contraire de lui. Même si elle ne savait pas le fonctionnement de la technologie des anciens, elle avait bien compris qu'elle pouvait le faire tandis que certain atlantes en étaient incapables. Elle ne se l'expliquait pas surtout qu'elle avait une certaine révulsion pour tout ce qui était technologique. L'homme au chat miniature prit la parole pour garder l'hologramme en activité et relancer la recherche. Il débuta par l'affichage de toutes les planètes pouvant avoir le ciel décrit par la sauvageonne, mais le nombre impressionnant de solution montra au deux chercheurs que l'univers était bien vaste. Alors, il décida de procéder par élimination avec l'aide de la guerrière blonde. Tout y passa comme la géographie, bien que les connaissance en ce domaine soit plutôt limiter sur Gaïa, la faune et la flore afin de voir si cela pouvait encore réduire le champ des possibles. Résultat après résultat, le nombre de solution diminuait doucement mais sûrement. Cependant, il en restait beaucoup trop pour estimer avoir réussit à retrouver la planète natal de la belle blonde et visiter toutes ses endroits étaient totalement impossible. Finalement, au bout de longues de recherches et de descriptions, le duo finit par se retrouver avec deux solutions. Deux planètes quasiment identiques et pour savoir si l'une d'elle était la Gaïa de Britt, il allait falloir jouer au jeu des 7 erreurs.

Afin de facilité ce travail, le rouge demanda à l'hologramme d'afficher les cieux des deux planètes côte-à-côte afin de que la jeune femme puisse faire les comparaisons. Ceci dit, la similitude était assez accrus et il fallut qu'elle ferme de nouveau les yeux afin de mieux se représenter le ciel de son monde. Pour mieux s'y retrouver, elle quitta le socle afin de se retrouver au cœur de la projection afin de pouvoir changer d'angle de vue à loisir et ainsi mieux se voir les similitudes et les différences. Car tout sauvage qu'elle était, elle savait parfaitement qu'un même ciel pouvait grandement changer suivant si on le regardait d'un endroit ou d'un autre. Bien qu'elle ait quitté le socle, l'hologramme resta actif et continua d'afficher le résultat de la recherche. Affichage avec lequel Britt joua comme de la même façon que le britannique. Elle l'avait bien observé et se sentait parfaitement capable de faire la même chose. A l'aide de ses mains, elle bougeait le premier ciel dans tous les sens avant de s'arrêter puis de passer au suivant. Cette manipulation dura une bonne demie heure. Une fois satisfaite de ce qu'elle avait fait, elle prit un peu de recul et rejoignit le socle afin d'observer les « nouveaux » cieux obtenus. Malgré quelques retouches, elle finit par demander à l'hologramme avec un ton assuré et autoritaire d'afficher la seconde planète. Encore une fois, elle quitta le socle pour s'approcher de l'image de la planète afin de jouer avec. Après quelques tâtonnements, elle finit par trouver ce qu'elle cherchait.

- Britt Hata : Moi trouver. Être Gaïa. Pas voir village, mais être Gaïa. Moi certaine.

Depuis le temps qu'elle était enregistrée dans la base de donnée des anciens, la planète avait bien évoluée, mais pas la géographie des lieux. La sauvageonne était quasiment certaine d'avoir enfin trouvée sa planète. Le découpage des côtés, le fjord, la vaste forêt et la grande lande de bruyère, tout était là. Il ne manquait que son village qui ne devait pas exister à ce moment là et qui devait être plus que ruine actuellement. Elle avait bien observé le rouge dans sa façon de faire avec la machine et elle l'imita un peu.

- Britt Hata : Toi marquer emplacement. Puis toi afficher porte des étoiles. Maintenant toi montrer carte de région.

Après quelques rapides calculs, l'hologramme lantien finit par présenter une carte en trois dimension des lieux. Elle reconnaissait assez facilement certain lieux de son enfance. Elle pouvait même voir l'endroit où le clan Ravik avait établit sa capital. Elle jeta un coup d’œil au britannique avant de demander à l'hologramme une dernière chose.

- Britt Hata : Toi dire moi où être porte des étoiles.

Encore une fois, la machine moulina un peu avant de présenter un grand nombre de fleuves qui se rejoignaient en un point pour former un immense lac qui se jetait en de multiples cascades dans un grand océan. Le lieu était loin des connaissances géographique de la belle blonde, mais elle était fascinée par ce qu'elle pouvait voir. Le spectacle était grandiose. L'hologramme finit par dire qu'elle ne pouvait pas localiser précisément la porte, mais qu'elle se situait dans cette région et très probablement dans une caverne ou une grotte vue la difficulté à la localiser. Naïvement, la sauvageonne posa une question tant à l'hologramme qu'au britannique.

- Britt Hata : Porte pouvoir être dans eau ?

_________________

DC Alevtina Kieslanova.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 08/07/2016
√ Age : 25
√ Messages : 914
Alexander Hoffman
Dossier Top Secret
√ Age: 37 ans
√ Nationalité: Royaume-Uni Royaume-Uni
√ Gêne: Inoculation
MessageSujet: Re: La technologie est parfois notre seule mémoire Lun 12 Déc - 21:02
La technologie est parfois notre seule mémoire


CHRONOLOGIE : MAI 2016 – LENDEMAIN DU RP : « LE VAINQUEUR N’EST PAS TOUJOURS CELUI QU’ON CROIT »


Les cieux des deux planètes s'affichèrent... L'expression « chercher une aiguille dans une botte de foin » prenait tout son sens, en voyant la ressemblance entre la position des étoiles. En toute franchise, c'est comme cherché les différences entre deux véritables jumelles... le jeune homme se demanda vraiment si au final, il ne faudrait pas visiter les deux astres pour en avoir le cœur net. De toute manière, il y aura bien un jour où une équipe d'Atlantis qui mettraient les pieds sur l'une d'elles. Alors autant, la découvrir dans la foulée. Il fallait, juste convaincre miss Weir, pour mettre les cordonnées de ses deux globes en haut de la liste : à explorer. Encore une fois, l'anglais, ne pouvait pas faire plus, pour aider la sauvageonne. Déjà, qu'il était assez subjugué par sa mémoire visuelle... et elle allait continuer à le surprendre, pour reconnaître son univers astral. Franchement, qui des terriens, pouvait se gargariser d'en faire autant pour la Terre ? C'est con, mais au final, ils ne connaissent pas tant que ça, leurs propres origines.

Elle quitta le socle, pour jouer avec l'affichage des étoiles. Le jeune homme, quant à lui, restait sur celui-ci, observant la pégasienne, qui reprenait ces gestes faits plus tôt. Même si elle n'appréciait pas la technologie, elle savait quand même l'utiliser après quelques observations sommaires. L'apprentissage par l'observation était une vieille technique, mais avec le temps, on oubliait celle-ci, préférant les longues théories couchées sur papier qui ne sont pas toujours aussi efficace que la pratique.

Le silence se fit pendant que Britt tortillonait l'affichage dans tous les sens. Il aurait pu bailler aux corneilles durant la demi-heure d'exploration céleste, mais non, il observait la jeune femme. C'est l'un de ses passe-temps favoris d'étudier autrui, pour mieux les comprendre et puis, de toute manière il savait toujours s'occuper l'esprit pour ne pas ressentir d'ennuie. De plus, cette recherche de Gaïa, l'intéressait. Il n'en tirera rien de bien glorifiant et là n'était pas le but. Les mystères et autres énigmes, l'attirait tout simplement et étant curieux de nature (et comme Britt avait attisée celle-ci) cette quête devenait logiquement intrigante pour l'anglais. Il laissa donc faire la jeune femme son petit micmac avec les cieux. Au bout d'un moment cela semblait lui convenir et d'une voix affirmée elle s'exprima que ce fut Gaïa.

Il arqua un sourcil, regardant ladite planète en question, qui s'affichait devant eux. Elle devait avoir bien changé depuis le nombre d'année, du moins au point de vue géographie. Des petits changements naturels, mais qui ne devaient pas entraver sa reconnaissance par la guerrière blonde. Il eut un sourire amusé quand elle l'imitait sommairement dans ses gestes et dans ses affirmations envers l'hologramme. De toute manière, il fallait être clair et affirmatif avec ce genre de technologie, puisque sinon, elle interprétait un peu. C'est le problème d'un algorithme aussi complexe.

Une carte en trois dimensions s'afficha... il n'y a pas à dire Google maps avait encore de sacré progrès pour arriver à la cheville de cette merveille... il est impressionnant de voir une telle immersion, il ne manquait plus que le vent et on sentirait la fraîcheur de l'air des montagnes ou le souffles des plaines ! L'anglais, était assez fasciné par le visuel obtenu, s'imaginant bien quelques aventures dignes des comptes vikings dans ces contrées sauvages. Il en fut presque déçu de ne pas voir apparaître un ou deux villages en pierre pittoresques qui auraient témoigné d'une culture intelligente. Il ne pouvait pas s'empêcher d'imaginer à quoi devait ressembler le village de Britt... enfin s'il en restait quelque chose, puisque étant runneuse, il avait de grande chance que toute trace de civilisation sur sa planète fut détruite par les Wraiths. Hors, il ignorait si cela fut juste ou non, n'alliant pas eu le background de la belle blonde, il ne pouvait que supposer.

La recherche de la porte des étoiles fut une bonne idée, mais la machine ne la trouva pas. Offrant à la place un paysage grandiloquent ! Il fronça les sourcils intrigués par le peu de précision de l'appareil lantian. Son regard croisa le même acier de la sauvageonne. Oui, c'est une solution comme une autre...

« Cela peut-être le cas, mais cela voudrait dire qu’elle est tombée … où qu’elle ait été enterrée » … il serait étonnant que les anciens aient positionnés leur porte à un endroit susceptibles d'être inondés... même avec quelques miliaires dans les pattes. Son regard se releva vers la silhouette fantomatique.

« La dernière émission de naquadah fut où ? »
Cela prit quelques minutes, la carte s'ajustai, zoomant par endroit... une petite zone en surbrillance apparue près d'une montagne bordée par de nombreux lacs et rivières. Le récif était imposant et au vu de la belle cascade qui s'écoulait de son cœur, la porte devait se trouver à l'intérieur. Cela était tout de même étrange. L'hologramme, précisa que la source d'énergie était à cet endroit. Il se tourna vers la jeune femme.

« Votre peuple, aurait pu déplacé l’anneau dans cette caverne, pour éviter que les Wraiths ne reviennent avec leurs darts ? » Cela est une manière de se protéger, tout comme l’enterrer en somme. « A moins, qu’il ait une quelconque croyance autour de celui-ci ? Empêchant les rescapés de la toucher ?» Il ne doutait pas de l’existence de survivants de Gaïa, pour la simple et bonne raison, que les Wraiths, ne prenaient jamais, toutes une population. Il fallait bien en laisser suffisamment pour qu’ils se reproduisent et donne de nouvelles ressources alimentaires.


©Pando


_________________
    Alexander Hoffman
    Double comptes : Isia Taylor-Laurence & John Sheppard & Naalem Lays //écriture : firebrick
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 05/09/2015
√ Messages : 242
Britt Hata
Dossier Top Secret
√ Age: 32 ans
√ Nationalité: Alien Alien
√ Gêne: Oui
MessageSujet: Re: La technologie est parfois notre seule mémoire Mar 13 Déc - 19:44
Elle regarda le britannique quelque peu perturbée par l'idée que la porte des étoiles se trouve sous l'eau. Elle savait que la porte pouvait parfois se trouver dans l'espace ou même dans un bâtiment, mais elle n'avait jamais imaginé qu'elle en découvrirait une sous l'eau ou sous terre. D'ailleurs, elle pouvait lire dans le regard de l'homme au félin miniature la même incrédulité face à cette situation. Cependant, il semblait peu enclin à croire que cela soit un hasard et demanda une recherche approfondie à la machine afin d'affiner la zone géographique de la localisation de la porte. Tout en lançant la recherche, il demanda à la belle blonde si son peuple pouvait avoir « enterré » la porte pour se protéger des wraiths. Elle fouilla dans sa mémoire, mais très peu de chose dans les traditions orales pouvait faire office d'une référence aux wraiths ou à la porte des étoiles. Ce fut donc avec un air pensif et un ton légèrement ailleurs qu'elle lui répondit.

- Britt Hata : Non, nous pas connaître Wraiths. Moi jamais avoir entendu parler d'eux avant de voir eux attaquer clan Ravik. Prenant un air plus pensif encore. Juste avoir très vieille légend parler de démon venu du ciel. Mais être légende pour faire peur enfant, car dans histoire de peuple à moi pas avoir de récit de démon venant du ciel, pas de récit sur Wraith. Moi pas comprendre.

La possibilité que le peuple de la jeune guerrière ait vécu des centaines d'années sans avoir connu la sélection commença à germer dans l'esprit de la sauvageonne. Elle pense même que les wraith n'était pas venu par la porte des étoiles pour attaquer le clan Ravik, mais avec un de leur vaisseau ruche. Cela impliquait que toute les planète avait dû être l'objet d'une attaque massive. A l'idée de supposer que son peuple serait exterminé par cette diabolique engeance tira une grimace à la belle blonde. Il lui était impensable de se faire à cette idée. Maintenant que l'on savait où était sa planète, elle ferait ce qu'il faut pour aller vérifier par elle-même.

- Britt Hata : Peuple à moi pas être exterminé. Nous être guerrier et nous combattre contre wraiths. Moi certaine que peuple à moi encore vivre là-bas. Nous devoir aller là-bas pour voir. Wraith pas assez fort pour vivre sur Gaïa. Wraith comme altante, trop dépendant de technologie.

Elle se tourna vers l'hologramme afin que cette dernière lui donne les coordonnées de la porte. Elle irait elle-même les porter à Sheppard pour obtenir le droit d'y aller et si un rouge (le faux docteur ou la sorcière rousse) s'y opposait, elle lui mettrait la tête au carré. Elle nota mentalement les coordonnées affichées par la machine lantienne à côté de la planète. Puis elle demanda une carte plus détaillée de la région où la porte était supposée se trouver. La montagne était bordée par un grand lac qui se jetait en cascade dans un autre lac en contrebas et d'une taille largement supérieur. De part et d'autre de la montagne coulait paresseusement deux grands fleuves dans lesquels se jetaient de petits cours d'eau s'échappant des flancs de cette grande montagne couverte de verdure. En soit, le spectacle de ce paysage était grandiose, mais ce n'était pas ce qui préoccupait le plus la jeune femme qui mémorisa tout ce qu'elle voyait. Puis, elle demanda de dézoomer la carte tout en gardant afficher l'emplacement de la porte jusqu'à avoir sur la même carte l'emplacement et le lieu de son village. Cela faisait une grande distance, une très grande distance à parcourir. Alors, elle posa une question à la machine pour en avoir le cœur net.

- Britt Hata : Toi dire moi quelle distance avoir entre deux endroits ?

- L'hologramme : La distance estimée est d'environ 800 km. Répondit-elle d'un ton neutre.

C'était une distance énorme à parcourir à pied et elle le savait parfaitement. Il faudrait y aller avec une de ses boite volante que les atlantes utilisait parfois. Cependant, avant de s'y risquer, il faudrait certainement faire un inspection pour voir si l'appareil pourrait passer et manœuvre ensuite pour quitter les lieux … Enfin, si ça aussi c'était possible. Il y avait pas mal de travail d'exploration à faire avant d'imaginer une expédition sur les lieux de son enfance.

- Britt Hata : Moi aller là-bas. Elle regarda le britannique avec une détermination rare. Moi trouver enfin Gaïa. Moi aller voir là-bas. Peuple à moi être guerriers. Si eux savoir pour wraiths, eux partir chasser eux partout où démon être.

C'était dit, Britt et son peuple avait beau être primitif, c'étaient de grands guerriers qui n'avaient pas peur d'affronter les wraiths et qui iraient probablement les traquer partout où ces démons iraient se cacher. En quelque sorte, Britt annonçait la couleur, son peuple pourrait être un allier dans la guerre contre les wraiths et peut-être même contre d'autre ennemis. La sauvageonne pensait certainement aussi que le fait de trouver un ennemis plus puissant pousserait les clans à s'unir et à faire front commun au lieu de s'entre-tuer.

_________________

DC Alevtina Kieslanova.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 08/07/2016
√ Age : 25
√ Messages : 914
Alexander Hoffman
Dossier Top Secret
√ Age: 37 ans
√ Nationalité: Royaume-Uni Royaume-Uni
√ Gêne: Inoculation
MessageSujet: Re: La technologie est parfois notre seule mémoire Mer 21 Déc - 18:04
La technologie est parfois notre seule mémoire


CHRONOLOGIE : MAI 2016 – LENDEMAIN DU RP : « LE VAINQUEUR N’EST PAS TOUJOURS CELUI QU’ON CROIT »


Tiens donc ? Son peuple n'avait jamais connu de sélection avant ? C'est étrange... A moins que oui, la porte soit dans un endroit trop étroit pour que des darts puissent en sortir. Il supposait que la stargate était dans une grotte suffisamment large pour la contenir tout en était trop étriqué pour se « protéger » des attaques de vaisseaux. À savoir si un Jumper, plus petit qu'un enfin Wraith pouvait y être et surtout sortir de l'endroit. Même si cela ne pouvait guère contrer des attaques venant d'un vaisseau ruche qui passait par là. Il avait du mal à comprendre comment des vieilles légendes mentionnant des démons du ciel était présent tout en n'étant pas des légendes. Il se dit qu'il avait dû loupé un article dans le parler particulier de la jeune femme.
« L’endroit où se trouve la porte doit être trop étroit pour des darts. Expliquant votre quiétude avant ce jour sombre, un vaisseau riche a du passé près de Gaïa et en a profité » Par contre, ce qui l'intéressait c'est de savoir pourquoi, la porte était à cet endroit, dans cette montagne vallonnée de torrent ? Il est vrai que c'est loin d'être bête de cacher cet objet ici. On devrait envisager de faire pareil pour certaines planètes.

Elle reprit parole, affirmant que son peuple était encore en vie. Il est bon de garder espoir, même si un fort doute était présent. Les Wraiths, n'aiment pas exterminer un peuple, car ils ont besoin qu'ils se reproduisent pour se sustenter... il est donc fort probable que les congénères de Britt soient encore là... après tous les Wraiths ne détruisent que les civilisations avancées.

Elle avait une foi inébranlable sur la force de son peuple. Il hocha la tête d'une manière neutre. Pas besoin de faire un débat, son avis était déjà tout fait. Elle sous estimait l'apport de la technologie pour contrôler son écosystème. Sans aucun doute que si des humains ou humanoïdes avec de la technologie voulait vivres sur Gaïa, qu'ils y arriveraient. Avec plus ou moins de douleur au début. Hors, cela entrait dans un autre débat et la belle blonde n'était pas réceptives à l'admettre. Cependant, il lui lança une petite pique pour jauger ses réactions.

« N’oubliez pas qu’à la base les Wraiths sont issus d’un parasite insecte. Et il est bien connu que les insectes et surtout les parasites sont très résistants et peuvent survivre à presque tout » Il lui fit un fin sourire, pour lui signifier que ce fut une forme d'humour. Étant peu expressif dans le milieu professionnel, il savait que trop bien que son flegme anglais, laissait les autres un peu pantois, ne sachant jamais s'il rigolait ou non.

Il mémorisa machinalement les symboles qui s'affichèrent devant eux. Pendant que Britt cherchait des zones spécifiques, sont esprit était partit dans d'autres réflexions. Celles d'un plan B ou C si la porte était accessible qu'à pied. Et au vu de la distance entre la zone du village et la source de naquadah ...800KM ça fait les pattes ! Il fallait à coup sûr y allez en Jumper. Même en jeep cela serait une catastrophe, car il faudrait amener du carburant. Déjà, qu'elles sont toutes sur le site alpha... et souvent en panne à cause des éclats de petit génie d'un mécanicien : Murdock, très volontaire mais qui causes des pannes sans cesse à chaque modification farfelue.

La voix de la pégasienne, mirent fin à ces schémas de pensée. Elle affirmait qu'elle irait là. Il l'imaginait bien, taper du poing sur le bureau de Weir. Connaissant la cheffe de la cité, sans véritable arguments et sans avoir le consentement des autres responsables, elle dirait non. Son regard acier, trouva celui de la jeune femme, quand elle proposa l'aide de son peuple, il eut un petit rictus.

« Et ils seront prêts à quitter Gaïa, pour cette quête ? » il était pragmatique c'est tout. Déjà que Brittt ne se sentait pas à sa place ici, alors tout son peuple. Ils iront chez les Athosiens, ou deviendrons des chasseurs de Wraiths traversant les portes des étoiles... se faisant massacrés au fil du temps. Alors, autant qu'ils aient un abri protégé comme le continent ou une Gaïa. Venant soutenir les Atlantes pour des expéditions anti-Wraiths. Même si vu le nombre de ses vampires, il faudrait plus que des guerriers-barbare viking pour les anéantir. En tout cas, leurs aides, ne serait pas à prendre à la légère, car s'ils sont tous aussi redoutable que la jeune femme, ils pourraient être d'un soutien non négligeable.

Il regarda l’hologramme avant de faire de nouvelle demande, concernant la planète la plus proche et la distance entre celle-ci et Gaïa en jumper. Le constat tomba, il fallait 6 heures. Et en voyage en dédale à peine 3 jours. Bon, les solutions annexes, étaient acceptable.
« Il faudrait envoyer un Malp avant, pour savoir où se trouve la porte et surtout dans quoi avec l’envergure de la zone. Sinon, on peut très bien prendre un autre chemin, pour la distance en vaisseau »

Faire venir le dédale était presque impossible, sauf s’il avait une raison plus justifiable. Le chef de projet avait déjà une idée derrière la tête s’il fallait faire venir le gros vaisseau terrien.
« Je vais en parler à Weir, pour qu’elle mette la planète sur notre liste d’exploration. » Autant que Britt profite d’avoir quelqu’un d’influent pour sa cause. C’est bête, mais dans un autre sens, il irait bien découvrir cette planète. C’est l’un des rares administratifs à savoir survivre et se battre.
« Cela ne sera pas avant 2017. Le plan d’exploration étant figée à l’instant et les ressources son consacré aux nouveau site alpha ».

Enfin, il comptait bien, allé voir Sheppard aussi avant, histoire d’avoir un double argument pour convaincre Weir. Car fait étrange, quand le colonel, était là en contre balance, la diplomate était soudainement et facilement manipulable, alors autant utiliser toutes les pièces du jeu pour obtenir ce que l’on désire. Même s’il n’avait aucun doute qu’elle acceptera, car il avait de quoi la persuader.



©Pando


_________________
    Alexander Hoffman
    Double comptes : Isia Taylor-Laurence & John Sheppard & Naalem Lays //écriture : firebrick
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 04/09/2015
√ Age : 25
√ Messages : 2237
John Sheppard
Dossier Top Secret
√ Age: 40 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Oui
MessageSujet: Re: La technologie est parfois notre seule mémoire Ven 17 Mar - 21:09
RP abandon 17/03/2017
si tu veux le reprendre envoie moi un Mp

_________________
Double comptes : Isia Taylor-Laurence & Alexander Hoffman & Naalem Lays //écriture : MediumTurquoise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Infos
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: La technologie est parfois notre seule mémoire
Revenir en haut Aller en bas

La technologie est parfois notre seule mémoire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» La technologie est parfois notre seule mémoire
» Nora ∞ Parfois, la seule façon de réussir, c'est de poursuivre même si le corps et l'esprit protestent.
» DON&JULIET Il suffit parfois d'une seule personne pour se sentir heureux
» Les lieux sont aussi des liens. Et ils sont notre mémoire. ~ Gabrielle de Vendôme
» Parfois il suffit d'une seul personne pour changer ta vie : Kaley A.Wilson (je pense avoir finit)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Atlantis Insurrection :: Cité d'Atlantis :: Niveau 7 - Zone Scientifique :: Chambre des Hologrammes-