Atlantis Insurrection
"Personne ne demande à devenir un Héros, sauf que parfois ça finit comme ça..."

Et si ce Héros, c'était toi ? Tu es l'un des meilleurs dans ton domaine (Biologiste, Chirurgien, Infirmier, Diplomate, Démineur, Maître chien...) et on te propose de participer à l'expédition la plus fabuleuse mais aussi la plus dangereuse : l'expédition Atlantis.
Auras tu le cran de rejoindre Atlantis pour découvrir ses mystères et affronter les dangers de cette galaxie ?

Tu peux aussi incarner les personnages importants de la série (Weir, Sheppard, McKay, Lorne, Teyla....) Bon niveau RP demandé.
On recherche de nombreux personnages inventés.
http://www.atlantisinsurrection.com/t387-personnages-vacants


Si tu te sens capable de franchir ce pas, tu es des nôtres ! Clique sur l'image ;-)


RPG sur Stargate Atlantis
 

Dim 30 Oct - 21:08
avatar
√ Arrivée le : 08/12/2012
√ Messages : 9826

Dossier Top Secret
√ Age: 32
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Wraith
Voir le profil de l'utilisateur

Envie de devenir un X-Men ?



Ce n’était pas de gaité de cœur qu’Eversman prenait la direction des laboratoires scientifiques. Déjà ce lieu était loin d’être quelque chose de bien connu. Il y mettait rarement les pieds ne faisant pas partie de la secte bleue qui possédait un langage incompréhensible aux non-adeptes. Lorsqu’il s’y aventurait, c’était rarement de son plein grès. Assister à un briefing sur les nouvelles découvertes signifiait de très longues minutes d’un ennui profond. Il n’était pas un intellectuel et ne voyait clairement pas l’intérêt de sa présence dans ces lieux. On lui demandait d’assurer la sécurité d’un groupe, pas de faire fonctionner une porte des étoiles. Bref il appuya sur le bouton 7 du téléporteur à grand regret.

Les portes s’ouvrirent rapidement. Trop vite à son goût. Les premiers pas à ce niveau démontrèrent son mal-être. Il ne se sentait vraiment pas à sa place et avait l’impression d’avoir subitement oublié quelque chose. Mentalement il se fit un petit récapitulatif. La douche ? OK. Les quelques cheveux sur son crâne comportaient encore quelques traces d’humidité, témoin de son récent passage sous le jet d’eau. Les dents ? Une main plaçait devant la bouche suivi d’un soufflement permit de le rassurer. Parfum et déodorant étaient aussi de mises. Pas de tâche présente sur ses vêtements. Il s’en assura d’un rapide coup d’œil. Il avait aussi respecté la consigne : vêtements de sport et parcourait ainsi le couloir avec une veste noire et le pantalon gris de l’expédition.

Le check-up étant terminé, il n’avait pas de raison de faire demi-tour et cela ne le rassura pas davantage. L’homme était nerveux. Servir de cobaye humain : très peu pour lui. Il était plutôt du genre à laisser la gloire aux autres. Plutôt suiveur que leader. Depuis qu’il avait donné son accord ou plutôt qu’il avait accepté la partie du chantage, Eversman avait eu de très mauvaises idées qui lui étaient venues en tête. La coloration de peau revenait souvent comme les pustules ou même l’agrandissement de certaines parties de son corps. Visionner un film X-Men n’aida pas à réduire son imagination. Non, non, il n’avait aucune envie de finir avec la peau bleue…

La vision de la porte du laboratoire 3 ne le rassura pas. Il y était arrivé beaucoup trop vite à son goût. Avaler la salive fut plus laborieux soudainement. Impossible d’identifier quoique ce soit depuis l’extérieur. Super. Comme ça, Taylor Laurence pourra se séparer de son cadavre discrètement si les expériences tournent mal. Avoir de telles pensées ne l’aidait pas à dissimuler sa nervosité. Il avait déjà plusieurs minutes de retard et ne pouvait pas en gagner davantage. Après une grande inspiration et quelques mouvements de tête, la main finit par activer la poignée et par conséquent l’ouverture de la porte. Le Ranger balaya aussitôt la pièce du regard : un vélo et un tapis de course, quelques tables et chaises, pas mal de fioles et des écrans un peu partout et il s’arrêta sur la vision de la jaune. Dommage elle n’avait pas oublié ce fichu rendez-vous.

« Bonjour. »


C’était malhabile mais rien de plus original lui était venu en tête. Il parcourut quelques pas pour se dégager de la porte d’entrée même s’il espérait bien repasser par là et très vite. Ses mains vinrent se blottir dans les poches ventrales de sa veste. S’il avait pu, il aurait bien mis sa capuche mais bon il garderait ça pour le retour et dissimulait sa couleur bleutée. Au moins ainsi il éviterait de se triturer sans cesse les mains ou peut-être d’achever la cicatrisation de sa plaie sur le crâne.


@ pyphi(lia)

_________________


merci !                               couleur : darkcyan
Revenir en haut Aller en bas
Ven 4 Nov - 16:24
avatar
√ Arrivée le : 26/01/2016
√ Messages : 911

Dossier Top Secret
√ Age: 37 ans
√ Nationalité: France France
√ Gêne: Inoculation
Voir le profil de l'utilisateur
Une envie d'être enfin un vrai super héros ?
J'étais dans mon bureau assez tôt ce matin, me souvenait sans peine, que je devais préparer le laboratoire pour quelques expériences avec un certain casse-cou. En repensant, au militaire, je me demandai si j'avais bien fait de profiter de sa demande. Même si j'avais mangé le matelas et qui avait été parfaitement incorrect, il était tout autant profiteur de se servir de lui. Cela me posait des problèmes de conscience ? Haha, mais je crains que cette petite coquine, n'a jamais été très présente chez moi. Pour le plus grand malheur de certaines personnes. Enfin bon, je ne comptais pas déformée ce jeune homme et ex-amant de ma copine actuelle. J'avais besoin, de plus de volontaire et notamment des militaires. Ça m'évita de demander à Sheppard qu'il me file une liste de
« courageux » soldats. D'ailleurs, il avait été bien surpris, quand je lui avais appris que le sergent était volontaire… le Lt Colonel, avait été bien suspicieux, mais avait fini par se dire que Matt, était en train de grandir dans sa tête et que cela n'était pas plus mal. S'il savait la vérité, il en serait fou de rage ! enfin bref là, au moins, j'en avais un sous la patte et au vu de son caractère il aurait au moins ‘avantage d'être « franc » et directe. Certes trop et pas dans le bon sens du terme, mais cela était plutôt une petite qualité pour ce genre d'expérimentation. Enfin, bon il faut bien lui trouver quelques qualités à ce brave jeune homme, autre que son physique.

Ce fut sur ses bonnes paroles, que je me rendis au laboratoire, mettre en place les derniers éléments, portant avec moi, une lourde caisse, contenant les 5 produits qui allaient être testé sur l'homme. Il pouvait être chanceux, ils étaient au dernier stade et il ne restait qu'à vérifier si cela était toujours le cas sur le corps humain. Il ne risquait donc pas grand-chose de bien néfaste. Enfin en théorie.

L’heure du rdv approchait… et je dois dire que l’autre tête de mule, n’était pas vraiment du genre ponctuelle… j’avais eu le temps d’installer mes outils et de vérifier deux fois, l’état de marche des machines de sports. Je soupirai, commençant à m’asseoir sur une chaise roulante et la faire tourner. Un de mes passe-temps favoris, virevolter sur une chaise, la tête levée vers le plafond. J’avais ma longue blouse blanche, ouverte, sur ma tenue de civile habituelle : un pantalon moulant bleu marine et une chemise rentré dedans de couleur crème avec une ceinture marronne, avec des bottines de la même couleur.

Finalement, il se décida à montrer son petit nez. Il devait sortir de la douche, au vu de quelques gouttelettes d’eau qui roulaient nonchalamment sur le peu de cheveux qu’il avait sur son crâne. Je me fis le constat, qu’une coupe un peu plus longue serait bien mieux, au lieu de la boule à zéro si peut saillante du corps militaire. Il était en tenue de sport avec la veste réglementaire, rien de métallique sur lui, bien il avait écouté. Je lui fis un sourire accueillant.

« Bonjour Sergent, la ponctualité n'est pas non plus votre fort » dis-je sur un ton amusé avant de me lever et de sortir de ma grande boite un tube en verre avec un bouchon en liège. Je marchai vers lui, direct dans le bain. J'avais pris le soin de vérifier dans son dossier médical s'il n'avait aucune allergie aux composés des différends produits. Je lui tendis le tube qui contenait un liquide verdâtre et translucide.

« Cul sec superman » je croisai les bras « On va commencer par le plus fatiguant. Une fois bue, vous irez courir sur le tapis de course. Ce produit est censé vous donner une endurance plus grande que la normal ainsi qu'une force. Normalement vous pouvez courir à vitesse élever environ 20 minutes, avec ça, vous doubler votre vitesse et votre endurance sans être fatigué » Je marchai vers le tapis, de course, lui indiquant la vitesse qu'il devait attendre au minima, une vitesse de course rapide et fatiguant en temps normal.

« Bien entendu, si vous ressentez des gênes ou une fatigue naissante, vous le dites. Il est primordial que vous m'informer tout ce qui se passe dans votre corps, même si c'est gênant. » dis d'un ton naturel, je suis médecin, donc je me fiche de pas mal d'inconfort, j'en ai vu d'autre. « Vous courez 40 minutes, si tout va bien, avant de soulever les poids là-bas 15 fois »

Les poids étaient tout aussi gros, 40 kg à chaque bras. Il pourrait les soulever une dizaine de fois, avant que le produit commence à se dissiper. Je lui avais donné une dose faible, pour vérifier les tests faits juste avant.
« Niveau effet secondaire, vous pouvez ressentir une vive excitation similaire à l'état que procure l'alcool après 3 verres. J'espère que vous avez l'alcool joyeux » Dis-je avec un petit clin d'œil pour faire un brin d'humour. Il était tendu n'empêche
« Ou une grande fatigue qui vous donnera envie de dormir. Mais vu la dose, que je vous ais donner, vous n'aurez que des effets rapides voir aucun selon votre composition physique » Je le regardai de la tête au pied avant de reprendre :
« Et vous me semblez bien résistant ».

© 2981 12289 0


_________________
I'm a nightmare
DRESSED LIKE A DAYDREAM
DC : Sheppard-Hoffman-Naalem // écriture : palevioletred

Revenir en haut Aller en bas
Sam 5 Nov - 11:49
avatar
√ Arrivée le : 08/12/2012
√ Messages : 9826

Dossier Top Secret
√ Age: 32
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Wraith
Voir le profil de l'utilisateur

Envie de devenir un X-Men ?



Vu l’accueil reçu, Eversman avait bien fait de ne pas être ponctuel. La prochaine fois, il tâcherait de se rappeler d’arriver bien en retard histoire de lui apprendre l’amabilité. Non, il n’était pas particulièrement pressé de jouer les cobayes. Il était très bien dans sa peau mais visiblement elle avait d’autres ambitions pour lui. Il se retint néanmoins de lui renvoyer une remarque cinglante de peur qu’elle ne se venge dans le dosage des produits. Un tube à essai se retrouva dans sa main. Il ne put s’empêcher de jeter un coup d’œil au produit. Verdâtre et avec une odeur qui n’annonçait rien de bien gustatif. Il fallait vraiment qu’il avale ce truc ? C’était pas une blague ?! Ne touchant pas au produit, il l’écouta attentivement annoncer la suite du programme. Ce produit allait vraiment décupler ses forces ?! Coooooool. Là c’était tout autre chose. Un sourire s’afficha sur son visage l’espace de quelques instants laissant deviner de joyeuses pensées. Il s’imaginait déjà en train de faire manger le tapis à Ronon ou Britt.

« Tenez ça. »

Il lui rendit le tube à essai quelques instants le temps de se séparer de sa veste mais aussi de ses plaques militaires qu’il avait omis de retirer avant de déposer le tout sur l’une des chaises de la salle. Il récupéra le récipient faisant tourner quelque peu le liquide à l’intérieur.

« Si ma peau devient verte. Vous ne passerez pas cette porte en vie, Taylor-Laurence... »

La menace était claire. Il n’y avait pas la moindre trace d’humour sur les traits du Sergent. Nul doute qu’il saurait la mettre à exécution s’il devait finir le reste de sa vie avec des pustules sur le visage. L’installation des différents capteurs lui donna deux minutes supplémentaires avant l’ingestion du produit. Le voilà ressemblant à robocop avec les nouveaux instruments sur sa personne. C’était parti ! Le goût était à travailler en tout cas vu la grimace qu’il fit lorsque ce dernier coula dans sa gorge. Le tapis de course fut activé l’obligeant à se mettre à courir pour suivre la cadence. L’enfoirée avait imposé une allure rapide de course dès le début. Non mais elle ne connaissait pas l’échauffement et l’entrée en matière histoire de réveiller le corps et les muscles en douceur. La vitesse de course augmenta après quelques minutes, le sprint n’était pas très loin. Ce n’était pas très aisé au début, ayant peu l’habitude d’aller si rapidement sur ses tapis de course mais ses mouvements se firent plus aisés, amples au fur et à mesure du temps. Il se sentait de mieux en mieux.

« C’est tout ce qu’est capable votre machine, Taylor ?! »

La réponse ne se fit pas attendre, l’appareil augmenta la cadence mais il n’eut pas de difficultés à suivre le mouvement. Uhain Bolt n’avait plus qu’à aller se rhabiller, Matt Eversman était en train de pulvériser les records en galaxie de Pégase. Enthoutiaste et quelque peu euphorique par ses performances, il ne pouvait s’empêcher de fanfaronner malgré l’effort produit. Un bipper finit par signaler la fin des quarante minutes de torture. Il descendit de la machine avec un grand sourire aux lèvres.

« Vous pouvez prendre une photo de mes perfs et me l’envoyer par mail ?! Les potes vont baver ! »

Lui-même avait dû mal à croire à de telles performances. La Jaune dut le refocaliser sur sa prochaine tâche, lui ne pouvait s’empêcher de jouer avec les muscles de son corps sentant qu’il n’était pas loin de Superman sur ce coup-là. Un peu trop euphorique, il souleva la jeune femme avant de lui faire un petit câlin histoire de la recouvrir de sueur et s’essuya bien le visage sur le sien. Malheur pour elle, l’ivresse le rendait taquin voir très chiant. Il s’approcha des haltères en sautillant, faisant quelques crochets du droit comme s’il allait affronter un adversaire conséquent. Les haltères avaient de quoi impressionner un humain normal mais certainement pas lui. La première fut décollée assez facilement du sol, il fit de la même avec la deuxième fanfaronnant aussitôt en cherchant à les lever le plus haut possible. Il réitéra l’exploit à deux reprises.

« ça fait quoi de rencontrer Superman ? »

La quatrième reprise fut plus laborieuse. Les tremblements de ses bras témoignaient de la perte de force, de contrôle mais il parvint à soulever les poids. C’est fou ce que c’était lourd ces trucs-là. Il devait redoubler d’efforts pour y parvenir une fois de plus. La sixième fois manqua de tourner à l’accident. lorsqu’il lâcha l’haltère droit à quelques centimètres de son pied. Une vive douleur venait d’être ressentie, précisément à l’endroit où une flèche lui avait transpercé le bras, il avait alors lâché l’haltère quelques centimètres de son pied. La zone endolorie fut massée par ses doigts. Rien de grave, juste une gène musculaire. L’effort ayant été trop violent. Le corps accusait le coup maintenant que le produit ne faisait plus effet. Le souffle court, Eversman jeta un coup d’œil en direction de la Jaune avant de faire quelques mouvements pour détendre la nuque, les bras puis les membres inférieurs.

« Alors ça donne quoi ? Je suis embauché pour le prochain Superman ? »


@ pyphi(lia)

_________________


merci !                               couleur : darkcyan
Revenir en haut Aller en bas
Dim 6 Nov - 15:29
avatar
√ Arrivée le : 26/01/2016
√ Messages : 911

Dossier Top Secret
√ Age: 37 ans
√ Nationalité: France France
√ Gêne: Inoculation
Voir le profil de l'utilisateur
Une envie d'être enfin un vrai super héros ?

Olalala il a l'humour d'un homard qui allait se faire frire les miches ! Je devrais prendre une pancarte avec écrit dessus « Attention blague » pour qu'il daigne comprendre que je rigole. Alala, mais c'est vraiment un cas ce garçon. Bon, remarque, j'essaie (et c'est dur hin, donc remarquer l'effort) de me mettre à la place de sa petite personne : être le cobaye d'expérience n'est jamais bien agréable et il ne sait pas à quoi s'attendre surtout. Il aurait pu se rassurer en se disant, que nous étions à la dernière phase pour ses produits et normalement rien ne pouvait lui arriver. Mais bon, je ne vais pas lui en vouloir, de ne pas faire marcher ses neurones. Après tout, c'est pour ses compétences physiques qu'il est ici. Parfois, je me désespère à penser d'une manière aussi obtuse sur les militaires, mais faut dire qu'ils me donnent que trop souvent raison. Enfin bon…
Il saisit le produit, ne voulant pas y mettre les lèvres tout de suite, oui ta raison, il y a du cyanure dedans…Alala… au moins il fut attentif et un petit sourire montra le bout de son nez quand j'évoquai les conséquences de celui-ci. Tu m'étonnes que ce programme soit plus intéressant que de se transformer en monstre bleu.

Je pris sans broncher le produit, pendant qu'il retirait ses petites plaques d’identification. Ça m'a toujours fait rire ce genre de collier. Certes, très utile pour savoir qui est l'homme brûlé et mort sous nos pieds… mais dans ce cas, autant leur mettre des puces dans le bras et c'est réglé. Hors, encore une fois, ce procédé efficace, heurté la conscience collective. Comme quoi ce n'est pas humain de pucer un autre humain. Ah, car leur foutre des colliers d'identification et les envoyer se faire massacrer c'est humain peut-être ? On met bien sa conscience là où ça nous arrange quand même. Personnellement, j'étais pour les puces, qui pouvait receler les informations médicales, cela serait un gain de temps énorme. Et ça éviterai des mauvais traitement ou ingurgitation de médicaments allergènes pour la personne. Ou même pour le transfert sanguin… savoir direct le bon groupe sanguin et injecté le bon sang sans perdre du temps dans l'analyse. Enfin bon.

Il me fit une petite menace. Je soupirai exagérant celui-ci, levant les yeux au ciel. Non mais, j'aurais presque tout vu avec lui. C'est fou, il avait vraiment des problèmes avec la violence ce petit gars. Comment Blanche a pu sortir avec ? Sérieusement. Encore heureux qu'il ne l'ait pas frappé. Remarque, je suis certaine que c'est juste un gentil garçon, qui se donne des gras air et qu'il a du mal à contrôler son immense impulsivité.
« Comme si vous escomptez me faire peur avec ce genre de menace stupide. ». Je reposai les yeux sur lui croisant les bras. « Arrêtez de faire votre gros bras sergent »

Après l'installation des capteurs, il se rendit sur le tapis de course. Échauffement ? Mais non pas besoin avec ce produit. Il échauffait et existait les cellules des muscles de base et il fallait bien tester ce petit cas particulier. Je m'approchai de coureur de fond, tout en prenant des notes sur ma tablette. Il fit le mariole et comme pour le calmer le programme de la machine augmenta le rythme.
« Elle en a plus que vous » dis-je d'un ton provocateur pour le charrier à mon tour.

Faut avouer que les performances qui s'affichaient sur la tablette de la machine reliée à la mienne, était plus que prometteuse. Il était certes en train de battre le commun des mortels de la galaxie de pégase, mais aussi de la terre. Il avait atteint sans qu'il s'en rende compte un bon 45Km/heure en sprint sans souffrir d'une grande fatigue. Cela était encourageant. Donner cette « potion » a certaine équipe, qui risquait de se faire attaquer par des Wraiths est intéressant, ainsi, elles pourraient fuir ou même se battre à mains nues, sans risquer de finir en casse-croûte. Bien entendu, il faudrait limiter les effets et que cela soit en dernier recours et non sans abus. Élément plus difficile à obtenir que la formule magique pour devenir superman.

Une fois finit, il descendit du tapis, pour une nouvelle fois fanfaronner, je lui fis un petit rictus amusé, prenant une copie d'écran, pour lui envoyer par mail. Il ira se faire mousser auprès des copains. Cela m'amusa grandement et ne me dérangeais pas qu'il ait cette copie d'écran pour se la péter un peu auprès des autres militaires. Cela convaincra d'autant plus les gris, quand ils devront utiliser ce produit.

Il ne peut s'empêcher de faire un peu de culturisme, en jouant avec ses muscles, les roulants sous sa peau avec des positions équivoque. Alala, je soupirai levant les yeux aux ciels.
« Bon quand vous aurez finis de vous masturber on pourrait continuer ? Ou vous voulez que je vous aide ? » Mon ton était faussement agacé, mais en réalité cela n'était pas du tout le cas. Je lui rentrais volontairement dedans, car cela m'amusait.
Qu'est-ce que je n'avais pas dit là… sous le coup de l'euphorie de ces performances surhumaines et des conséquences du produit, il me saisissait et me fit un câlin emplis de sueur. J'eue un petit cri de dégoût, le repoussant du mieux que je pue, même si me ricana légèrement.
« Arg… merci de ne pas partager votre euphorie sergent » Il me déposa pour soulever les premiers haltères, alors que je m'essuyai le visage et les bras avec des lingettes humides. « C'est collant comme rencontre » répondis-je à sa question sur l'immense chance que j'avais de côtoyer superman.

Au bout d'un moment, il eut un peu plus de mal à soulever les poids. Manquant l'accident, en lâchant l'un d'entre eux près de son petit peton. Un peu surprise, je sursautai, avant de m'approcher du jeune homme, enlevant sa main, pour vérifier l'état de son muscle qu'il massait. Ma main était froide et massa aussi la zone, pour dénouer le nœud de douleur et surtout voir les dommages du muscle. Il semblait avoir une vieille blessure, celle qui était dans son dossier. Je soupirai, celle-ci avait dû être mal soigné car il y avait quelques dommages sur les tissus musculaires. « Bon, on ne va pas trop forcer pour le reste »

Je repartie vers ma caisse, sortant un sac de soins, revenant vers lui, pour lui appliquer un baume chauffant, pour détendre son ancienne blessure et surtout éviter que cela ne s'aggrave à long terme. J'eue un sourire taquin quand il me questionna.

« Oui, le costume est en route Clark » dis-je avec un petit clin d'œil.
Je repartie vers ma caisse, sortant un petit récipient en verre contenant une sorte de baume. Je m'approchai du sergent, regardant ma montre.
« Vous vous sentez comment ? »
« Comme Usain Bolt après son record du monde »
Il ne m’aida pas des masses avec sa remarque.
« Bon dans ce cas, vous pouvez recommencer » dis-je d’un ton ironique.
« Je préfère que ça reste une performance unique... »
Je le toisai hochant la tête, m’abstenant de faire une remarque, mais mon sourire ironique en disait long. Il était encore euphorique, mais pas trop fatiguer tant mieux. Je laissai passer 10 minutes, le temps, qu'il s'essuie de toute cette sueur, boive ou mange.

« J’espère que vous n’êtes pas douillet sergent » repris-je quand le temps fut écoulé, celui où le produit était totalement absorbée par le corps et disparue de celui-ci. Je pris l’avant-bras, du jeune, homme, appliquant la sorte de baume sur l’ensemble de la zone, qui avait une odeur assez neutre mais une texture onctueuse, qui s’imprégnait bien dans la peau.

« Bon, on laisse agir pendant 5 minutes. Et je vous ouvrirais le bras » je toisai sa réaction, histoire de m’amuser de son visage si expressif et colérique. Je ne fus pas déçue, il s’empressa de retirer son bras, le plaquant contre son torse me toisant comme si j’étais une grande malade.
« Même pas en rêve ! ».
« Pourquoi ? Un grand gaillard comme vous qui a peur d’avoir mal … ou du sang ? » Oui, je suis un brin sadique sur le coup. J’avais terriblement envie de l’emmerder, car il était facile de le braver pour qu’il râle. Cela était peut-être risqué, mais bon, je me ris du danger. Je ne suis pas trop le genre de personne, à connaître la peur et c’est bien ça le problème.
« Je vous rappelle qu'on parle d'ouvrir mon bras...Faites vos petites expériences sur le vôtre mais le mien j'y tiens ! »
« Et vous croyez que superman saigne quand on lui ouvre le bras ? » Il va finir par comprendre. Il fronça les sourcils, une lumière venait de s’éclairer dans son esprit.
« Wolverine saigne... même s'il se régénère. Et j'ai aucune envie que vous m'ouvririez le bras ! »
« En effet, mais on ne parle pas de lui. Pour saigner il faut réussir à percer »
« Si vous n'aviez pas encore remarqué, je n'ai pas mis mon slip au-dessus de mon pantalon…Vous n'allez pas me percer le bras. » Il me jette un regard, comme s’il prenait conscience d’avoir affaire à une malade mentale. Je retenu de rire face à sa petite tête qui commençait à paniquer. Je suis vache de lui faire peur ainsi, mais c’est juste trop bon.
« Voyons Sergent ! Vous n’avez toujours pas compris ? »
« Bien sûr que si mais si votre pommade a foiré. Qui se retrouve sans bras droit ?! »
« Eh bien on vous mettra une prothèse » dis-je en haussant les épaules comme si cela n’était pas grave. « Bon allez donner votre bras, je vous fais juste une petite entaille »
« Non certainement pas... » Il finit par plaquer définitivement son bras contre son torse et semble prêt à réagir si je tente de faire quelque chose… et de manière violente.
« Vous êtes qu’une chochotte pour ne pas insinuer autre chose » dis-je d’un ton faussement vexé.
« Une chochotte avec ses deux bras. »
« Vous, lez aurez quand même vos deux bras, je ne vais pas vous l’amputer. C’est une entaille… » Il me fait rire le bougre, à faire son gamin et il devient difficile de retenir mes rires, mais je tiens bon et reste impassible. Et puis moi qui ne fait rien pour le rassurer et continuer dans ce petit jeu malsain.
« Allez-vous faire voir » Il détourne les talons pour se diriger vers ses affaires. Je soupir, non mais vraiment… je me poste devant lui, l’empêchant de faire un pas. Lui montrant la chaise.
« Bon allez, asseyez-vous » dis-je sérieusement.
« Je voulais vous laissez la surprise de découvrir à quoi ça servait. Mais, comme vous êtes d’une confiance impressionnante envers moi… » Je levai les yeux vers lui, il n’est pas bien grand a peine 3 centimètres d’écart avec moi. « Cela est censé renforcer votre « amure naturelle », votre peau, est censé être résistante à tout impact et coupure. Mais que pour les armes blanches … donc ? » Je mis une main sur son épaule pour le tapoter gentiment et le faire reculer.
Il ne comptais pas se laisser impressionner ni dicter sa conduite.
« J'avais très bien compris l'utilité de votre truc... mais comme vous le dites-vous même, c'est censé être... On est sûr de rien donc entaillez-vous, vous-même et laissez-moi tranquille. »
Il m’exaspéra, je roulai des yeux au ciel. « Sergent … autant vos menaces me passe par-dessus la tête, mais dois-je vous rappelez pourquoi vous êtes là ? Et ce que vous risquez ? »
« Oui, je risque mon bras. Ciao » La contourne pour atteindre ses affaires
« Sergent, si vous partez, vous retournez sur terre ! » Bon, il fallait donc le menacer … mais quel courage quand même ! Il a intérêt à être moins douillet en mission … ! Je ne comptais pas lui retirer son bras, juste une petite entaille et encore il n’aurait rien ! Même Mckay serait plus courageux quand même ! Je lui barrai une nouvelle fois la route croisant les bras.
Il s'immobilise face à ma menace énoncée et détourne la tête dans ma direction, me jetant un regard noir. Allez va y montre-moi que tu n’es pas content, j’en ai strictement rien à faire petit soldat. Son poing est serré et il semble hésiter sur la suite à donner, se demandant si j’étais capable aller jusque-là ….

Je le toisai avec un regard effronté, je n’avais aucune gêne à aller jusqu’au bureau de Sheppard pour le faire renvoyer. Je vis, son poing se serrez, sentant que j’allais me prendre un coup dans la mâchoire. Étrangement, cela ne m’attisa aucune crainte, j’ai vraiment un problème quand même… je devrais avoir peur là… oui c’est logique et pourtant, je continue à le toiser durement.
« Asseyez-vous. Si je n’étais pas sûre à 99% que cela marcha réellement Sergent, je ne vous aurais pas proposer de vous faire passez pour un super héros ! » Je croisai les bras, les serrant plus contre ma poitrine « Nous sommes obligé de faire un test sur un humain, avant de lancer, le protocole de distribution. Mon but, n’est pas de vous causer des dommages ! Sinon j’aurais pris une personne, où sa perte n’aurait pas été bien grave pour Atlantis… comme Ford ! »

Il finit par lâcher un long soupir avant de finalement s'asseoir sur cette maudite chaise et demeure silencieux. Il détourne les yeux pour ne pas croiser mon regard, toujours aussi énervé envers moi et surtout pour l'usage de la menace. C'est petit...

Un véritable gamin ! J'aurais dû prendre option « gestion de sale môme débile » … le pire, c'est qu'il n'est pas censé être con, pour être sergent, alors pourquoi il ne frictionne pas ses deux neurones ? m'enfin bon, s'il a décidé de bouder, c'est bien par sa faute, s'il ne se fut pas montré aussi borné, je ne l'aurai pas menacé. Genre, lui il a le droit ? et pas moi ? Bref. Je tirai une chaise à côté de lui, prenant son bras pour sortir mon scalpel et commencer à l'entailler… hors cela me fut purement et simplement impossible. La peau était impénétrable. J'eue un petit rictus, en pensant aux applications possibles de ce genre de paume. Machinalement je regardai ma montre. Bien, les effets étaient optimum. Je testai plusieurs façons de « percer » mais rien ne marchait.
« Vous avez mal ? » Normalement non, mais sait-on jamais. Ce qui était fascinant, était que la peau était d'aspect normal, voir un peu plus élastique qu'à l'accoutume. Je remis son bras sur ses genoux, me levant.

« Bah voilà monsieur chochotte, vous êtes maintenant immunisez contre les armes blanches. Cela va durer encore une dizaine de minutes sur votre bras gauche » je pris ma tablette, pour noter mes impressions et autres remarques sur l'efficacité du produit. Je sortis un pitch au chocolat de ma caisse et lui envoya dessus, avec un petit sourire avant de continuer. Fallait-bien récompenser le gamin. De toute façon, il fallait attendre que le produit ne soit plus efficace pour faire autre chose.


© 2981 12289 0


_________________
I'm a nightmare
DRESSED LIKE A DAYDREAM
DC : Sheppard-Hoffman-Naalem // écriture : palevioletred

Revenir en haut Aller en bas
Dim 6 Nov - 19:01
avatar
√ Arrivée le : 08/12/2012
√ Messages : 9826

Dossier Top Secret
√ Age: 32
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Wraith
Voir le profil de l'utilisateur

Envie de devenir un X-Men ?



La petite pause lui permit de s’hydrater mais aussi de récupérer un peu de son effort surhumain. S’il avait eu un téléphone, le Ranger ne serait pas privé d’un bon selfie avec son petit 45km/h en vitesse de pointe. Malheureusement point de réseau en galaxie de Pégase. Ce dispositif si indispensable sur Terre était ici obsolète. La suite du programme s’annonça nettement moins réjouissante. Chochotte, il ne l’était pas vraiment mais il n’était pas particulièrement fan de tout ce qui était prises de sang et autres injections. Autrefois la simple vue du liquide rouge s’écoulant de son corps aurait pu provoquer un début de syncope chez lui. Cela allait mieux désormais mais il ne fallait pas attendre de lui d’observer une dissection ou une opération chirurgicale.

Apprendre qu’elle comptait lui ouvrir le bras d’ici les cinq prochaines minutes provoqua une peur panique en lui. Autant avaler une espèce de potion ne l’avait pas réjoui mais il l’avait fait mais ça il ne comptait pas la laisser faire. Le Ranger s’y opposa fermement donnant lieu à un échange houleux entre eux. Il n’était pas prêt à sacrifier son bras gauche sur l’autel de la science. L’autre folle semblait incapable de le comprendre, de se mettre à sa place croyant dur comme fer en son baume. C’était un test. Peut-être cela allait il fonctionner mais peut-être pas. Merde. Acculé dans ses retranchements, Eversman ne pouvait la laisser faire et choisit la fuite. Il s’apprêtait à quitter la pièce après avoir récupérer ses affaires lorsque les propos de la Jaune l’interrompirent dans ses pas. Elle utilisa son seul moyen de pression en sa possession : le renvoyer sur terre. C’était petit d’user de ça. Lentement, Eversman détourna la tête dans sa direction essayant de sonder si elle serait capable de la mettre à exécution. Si elle entrait dans le bureau de Frei ou même de Sheppard, il était mort mais serait-elle capable d’aller jusque-là ? Pouvait-il vraiment prendre le risque ? L’échange de regards sembla durer des heures, la colère montait en lui. Il ne faisait aucun effort pour la dissimuler.

« Et les 1% restant, vous vous en moquez ?! »

L’argumentaire de la Jaune rebondit sur lui, il n’était pas en état de se lancer dans un argumentaire verbal. Le Ranger souhaitait vraiment quitter cette pièce, cesser les expérimentations et ainsi l’envoyer chier en beauté. Il aurait mieux fait de lui briser le nez la dernière fois histoire de partir sur une véritable raison. Merde, ne pouvait-elle pas comprendre qu’il souhaitait juste garder son bras indemne. Après un très long soupir destiné à évacuer toute cette pression et prendre enfin une décision, il finit par détourner les talons et aller sagement s’asseoir sur cette maudite chaise. Taylor Laurence n’eut pas le droit à un regard. C’est un bras avec le poing serré qu’il posa sur sur la table d’observations. Eversman n’en menait pas large préférant fermer les yeux lorsqu’il sentit le froid du métal contre sa peau. La fureur était toujours là. S’il lui arrivait la moindre entaille, il lui referait les dents à sa façon. Il se le promettait. Par chance, sa peau était devenue aussi dur qu’un roc et empêchait toute pénétration d’objets. C’était comme si elle effectuait des caresses sur sa peau.

« Non. »

Aucune sensation de douleur. La voix fut sèche. Il ne fallait désormais plus compter sur lui pour obtenir davantage que le strict nécessaire. A l’énoncé de son surnom, il lui envoya un regard noir avant de détourner les yeux. Un petit geste des doigts le démangeait mais il gardait bien en tête cette menace de retour sur terre. L’agression par un pitch n’améliora pas son humeur. Ce dernier fut aussitôt ramassé et renvoyé en direction de sa destinataire avec un grand élan de gentilesse.

« Gardez le et étouffez-vous avec… »

La jeune femme attrapa au vol le pitch, puis toisa le soldat d’un air neutre, un petit soupir s’échappa de ses lèvres rouges. « J’aime quand vous me dite des mots d’amour pareil » répliquât-elle du tac o tac, sans se soucier de l’attaque du jeune homme « Vous boudez maintenant ? »
En guise de réponse, il lui accorda un beau geste du majeur bien décidé à ne pas lui donner satisfaction. Elle lui fit un geste de la main avec un baiser envolé comme réponse à son beau doigt d’honneur. L'insolence dont fait preuve la médecin lui sort vraiment par les trous de nez. Organe qu'il aurait dû briser pour être tranquille. "Allez vous faire voir."
Cela amusait la doctoresse de provoquer ce soldat, décidément bien ronchon et mal baiser. Car pour être aussi taciturne faut vraiment avoir un problème à ce niveau-là.
« Bien entendu » Oui rien à faire, il pourrait l’insulté qu’elle réagirait pareil. « Vous comptez bouder encore longtemps, où on passe aux insultes ? »
[color=darkcyan"Je bouderais autant de temps que je le voudrais... Pourquoi, vous comptez encore utiliser la menace du renvoi sur Terre sur moi ?"[/color] Tout en croisant les bras sur sa poitrine.
« Si vous faites encore l’idiot et si c’est la seule solution de vous faire obtempérer, je le crains oui. Puisque vous ne semblez pas comprendre les mots»
"C'est vrai que vous, vous choisissez super bien vos mots...Vous ouvrez souvent les bras de vos patients ?!!"
« Oui régulièrement, je suis chirurgienne mon cher »
"Cessez de jouer sur les mots. Je parle de bras sain..."
« Et vous cessez d’être buter » répliqua-t-elle
"Vous ne pouvez pas comprendre que j'ai vraiment eu les jetons que ça marche pas... Je ferai comment pour tenir mon fusil d'assaut avec un seul bras ? C'est vraiment trop difficile pour vous ?!!"
« Et vous croyez vraiment que j’allais vous couper le bras ? Il y a une différence entre faire une petite entaille et vous rendre handicapé sergent »
"Vos mots étaient ceux-là : Je vais vous ouvrir le bras." Fait exprès de prendre une petite voix aïgu pour imiter la jeune femme avant de reprendre sa voix naturelle. "Mais ok vous avez raison... Façon si je dis le contraire je retourne le contraire."
Elle se mit à rire quand il l’imite. « Et j’ai dit quoi après ? » Elle piffa à nouveau « Oui de toute façon vous avez tort »

La jeune femme eut le droit à un nouveau geste du majeur de la part du Ranger avant qu'il ne se renferme de nouveau. Impossible d'avoir la moindre conversation avec elle donc autant qu'il demeure dans son mutisme et cesse de gaspiller son énergie avec elle. Isia se mit à rire une nouvelle fois ce qui bien entendu l’agaça. « Bon allez manger votre Pitch sergent » dit-elle d’un air calme.


@ pyphi(lia)

_________________


merci !                               couleur : darkcyan
Revenir en haut Aller en bas
Mer 9 Nov - 8:59
avatar
√ Arrivée le : 26/01/2016
√ Messages : 911

Dossier Top Secret
√ Age: 37 ans
√ Nationalité: France France
√ Gêne: Inoculation
Voir le profil de l'utilisateur
Une envie d'être enfin un vrai super héros ?

Je n'aurais peut-être pas dû le provoquer en lui disant en toute innocence que je l'allais lui ouvrir le bras. Il n'avait aucun humour et comprenait tout au 1er degré, cela devait être folklo avec les autres militaires…en tout cas il fut réticent à me donner son bras et des échanges assez violent du moins verbalement se fie. Lui, sans trace d'humour, alors que je m'amusais à le balloter dans tous les sens. Il aurait pu rire ou bien même se calmer, mais non, cela dégénéra et je due le menacer pour la rappeler à la raison. Il n'avait aucune confiance et il avait peur. Bon, je note ça dans un coin de ma tête… pff mais franchement, je me demande bien ce que Blanche à put lui trouver sérieusement. Certes, il est mignon, mais bon dieu qu'il est con et buté. Il ne fait définitivement pas rêver niveau caractère.

Finalement, le sobriquet « Chochotte » lui allait bien, non pas parce qu'il était douillet, mais parce qu'il était aussi courageux qu'une souris face à un chat. Je finis par de ne pas répondre, mais de lever les yeux aux ciels quand il me parla des 1% restant. Qu'il est pessimiste et borné décidément ! Je n'étais pas au bout de mes peines avec ce brave garçon. J'aurais dû le noyer, cela aurait été peut-être un gain de temps plus simple.

Bon en tout cas, après notre échange, il boudait littéralement. Il était tendu et puait la rage a pleins nez. Bon cela m'indifféra, au final, car je fis mon boulot, fasciner par le résultat qui était ben plus intéressant que le sergent en lui-même. Celui-ci me rebondit brièvement et sèchement. Génial… il va me bouder toute la séance, mais qu'elle gros idiot quand même. Même l'appât du pitch ne servit à rien. Il me le renvoya avec une petite œillade bien sombre. Bon, franchement, je me demande si au bout d‘un moment il ne va pas me frapper. Surtout qu'un nouvel échange se fit entre nous. Je jouais clairement avec ses nerfs, pour m'amuser et surtout lui montrer qu'il était ridicule. Mais, j'aurais pu faire n'importe quoi, qu'il aurait été d'une humeur massacrante et cela empira. Il avait véritablement le coup du retour sur terre en travers de la gorge. Vraiment buté et très centré sur une seule et unique chose. Enfin bon, la communication se termina sur un doigt de sa part et un soupir de la mienne. Je pris le pitch et l'ouvris pour le manger, puisqu'il ne le voulait toujours pas.

Il eut un peu de silence et cela fit du bien. Je réfléchissais à quel produit lui faire tester sans que cela soit la croix et la bannière pour qu'il se laisse faire. J'avais l'impression de retrouver le petit caniche insupportable de ma tante. Il lui était impossible de lui donner des médicaments, sans qu'il se batte comme si sa vie en dépendait. Eh bien, le sergent devait avoir du sang de « Pilou » car en toute franchise, il était aussi buté et vindicatif que ce maudit clébard blanc à poil frisé.

Après avoir mangé, je déposai le papier dans la poubelle, pour appliquer du gel désinfectant sur mes mains. Bon, il ne fallait pas se laisser abattre, il était très bon ce petit goûté. Je pris une autre fiole avec un liquide violet. La fameuse plante issue de chez les Püntas, qui avait des effets pratique, notamment sur la résistance contre la fatigue. Je m’adossai à la table, regardant le sergent.

« Allez-courir sur le tapis, pendant 30 minutes, dans le but de vous fatiguer » oui, il ne l'était pas encore suffisamment, pour que le test soit concluant.

Je regardai ma montre, attendant qu'il s'exécute. Il s'y mettait aucune bonne volonté. Je soupirai. « Sergent, arrêter de bouder ! Vous êtes pire qu'une nana ! » dis-je désespéré, sachant que cela n'allait pas améliorer son humeur massacrante. Et entre vous et moi, je m'en moque qu'il soit agacé, s'il n'est pas capable de mettre de côté sa vexation, il ne sera qu'un simple soldat sans grand avenir et qu'un gamin.

Une fois qu'il ait fait son petit sport et que son souffle devenait saccadé à cause de la fatigue, je lui tendis la fiole. Elle avait une odeur d'anis et le même goût.
« Antifatigue by Frozen. Le problème des plantes des Püntas c'est que brut dans notre organisme, donne un effet euphorique ou aphrodisiaque chez certaines personnes. Et on a essayé de supprimer cet effet secondaire. À voir si c’est vraiment le cas » J'étais à nouveau très neutre dans mes paroles et j’espérais que s’il ressentait des effets secondaires que cela ne soit pas l’excitation, car cela allait faire un sacré mélange avec sa colère.
« Outre, le fait que j'ai besoin de savoir si cela est efficace sur votre fatigue, si vous ressentez ce genre d'effet secondaire merci de me le dire avant de m'imbiber de sueur ». Dis-je avec une pointe d'humour sur mes dernières paroles, n'ayant nullement envie de me retrouver une nouvelle fois pleine de sa sueur.


© 2981 12289 0


_________________
I'm a nightmare
DRESSED LIKE A DAYDREAM
DC : Sheppard-Hoffman-Naalem // écriture : palevioletred

Revenir en haut Aller en bas
Sam 12 Nov - 17:29
avatar
√ Arrivée le : 08/12/2012
√ Messages : 9826

Dossier Top Secret
√ Age: 32
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Wraith
Voir le profil de l'utilisateur

Envie de devenir un X-Men ?



Coudes posés sur les genoux, Eversman ne démordait pas et semblait bien décidé à bouder jusqu’à ce qu’elle le libère. Peut-être finirait-elle par se lasser de son attitude ? En tout cas lui ne comptait pas la changer pour lui faire plaisir. Il serait bien tenté de faire l’inverse des attitudes demandées histoire de ne pas lui faciliter la tâche mais en même temps il n’avait aucune envie de prolonger son temps de présence en ces lieux. Non, il ferait au plus vite et devait se montrer docile mais rien de plus.

La Jaune lui ordonna d’aller courir sur le tapis de course, il se contenta d’un signe de tête avant de se lever et rejoindre l’appareil de torture. Le Ranger ne releva pas la remarque de la jeune femme la laissant gaspiller sa salive. Dommage qu’elle ne se soit vraiment pas étouffé avec son gâteau. Espérons qu’elle prendra du gras au niveau des fesses ou des poignées d’amour. Na ! Cette fois, ce n’était plus de la course supersonique simplement son rythme de course habituel. Courir le détendait, lui permettait d’oublier un peu ses soucis pour se focaliser sur son souffle, ses foulées. Bon cette fois il ne pouvait pas observer le paysage alentour mais pas grave, il se l’inventait. La course passa relativement rapidement. Il regretta presque de devoir s’arrêter, c’était nettement plus agréable que lui tenir la conversation.

Une fiole avec un liquide violet lui fut tendu. Sans broncher, il l’avala d’une traite écoutant peu les explications du médecin. Il se fichait des réactions que cela pouvait avoir. Après tout, on lui avait dit de sacrifier un bras précédemment donc maintenant il s’attendait à tout et n’importe quoi. Façon, elle se fichait de son état.

« Cool. »

Elle aurait très bien pu lui annoncer un antiride qu’il aurait manifesté la même nonchalance. Il n’en avait rien à faire et se contenta de retourner à proximité de sa fameuse chaise pour s’hydrater un peu. Une serviette permit d’éponger un peu son front avant qu’il ne fasse quelques gestes pour se détendre un peu. Mine de rien, les exercices physiques commençaient à s’enchainer. Peu à peu, cette fatigue semblait s’atténuer mais ce n’était pas cela qui monopolisait l’attention du Ranger. Il sentait qu’une substance était en train d’agir à l’intérieur mais il était pour le moment incapable d’en saisir les conséquences.

Attentif, il guettait le moindre signe extérieur de changement : couleur, toucher de la peau mais rien ne venait de ce côté-là. Les minutes défilèrent dans un silence quasi absolument avant que la jeune femme ne vienne à la charge. Cette fois-ci, il prit la peine de lui parler oubliant d’être désagréable avec elle.

« C’est bizarre… »

L’attention de la médecin venait d’être attirée sur sa personne. Lui-même ne savait vraiment d’où cela provenait. Il continuait de guetter d’éventuels signes extérieurs avec l’étrange impression de connaître ça, d’avoir déjà ressenti ce genre d’émotions. Est-ce de la fièvre ? Un début de mal de crâne ? Ou même quelque chose que son corps ne digérait pas ? Il ne parvenait pas à mettre des mots sur son état. L’autre continuait de le fixer tel un poisson dans son bocal et cela commençait à en devenir génant.

« Non mais ça va…C’est juste bizarre comme sensations… ça va passer. »

Au moment où il prononça le dernier mot un espèce de frisson lui parcourut l’échine, lui hérissant les poils. Isia le toisai avec une certaine attention, guettant les moindres changements d’état. Cela n’était pas vraiment quelque chose de pervers, non loin de là, mais de l’observation scientifique. « Bizarre comment ? Essayez de développer Sergent » dit-elle d’un ton naturel et sans animosité.
"Si je le savais, je le dirais non ?" Répliqua immédiatement continuant d'observer ses mains comme si elles s'apprêtaient à changer de couleur.

Cela fit lever les yeux au ciel de la Jaune.Non mais vraiment, il la prenait pour une buse, dans un sens, elle lui avait demandé de spécifier pensant qu’il voulait faire le strict minimum. Elle le voyait regarder ces mains. « Vous n’allez pas changer de couleurs… donc pas besoin de vous ausculter les mains » elle se leva pour ranger quelques fioles dans sa caisse et prendre des notes. Quand il en serait plus, il le dirait.

Malgré la remarque désagréable, il continua de scruter cette partie de son corps sentant que c'est de là dont provenait cette sensation. Il finit par déceler un mince mouvement de tremblements qu'il pense tout d'abord de son imagination avant que celui ne gagne en intensité. "On dirait bien finalement que je vais obtenir mes griffes d'acier..."

La doctoresse releva les yeux vers le jeune homme. Elle eut un petit rictus amusé par ça remarque. « Ce n’est pas prévu au programme, mais si ça arrive ça serait franchement cool. Vous pourrez tenir tête à notre demi-mutant wraith ». Elle avait toujours adoré Wolvernine comme super héros.

"Pas besoin de ça pour lui tenir tête..." Menteur. Bouger les doigts ne parvenait pas à éliminer cette désagréable sensation. Le picotement semblait se disperser en lui répandant une vague de froid à son passage. "Vous êtes sure de votre truc ?" Il lui mit en évidence les mouvements de ses mains.

Elle lui fit un petit rictus taquin « Ah oui ? J’aimerais bien voir l’invincible sergent Eversman face à l’ex-Lieutenant Ford. » elle toisa la main du jeune, home, avant de s’approcher de lui et de lui prendre celle-ci, pour mieux observer. « Pour avoir déjà manger les herbes brutes, je sais que cela marche » Elle réfléchissait quelques instants, lâchant sa main « ça ressembles à des tremblements d’excitation, vous n’avez pas d’envie de courir partout par hasard ? »

Etonné le Ranger se contenta d'un signe négatif de la tête. Non cela ne lui venait pas à l'idée de courir. Les mouvements de ses doigts s'accentuaient peu à peu, les frissons qui le traversaient devenaient eux aussi plus réguliers. "Je suis pas fatigué mais je sais pas y a un truc qui cloche....j'ai des fourmillements dans le bout des doigts."

La jeune femme regardait toujours la main tremblotante de son patient. Cela était vraiment étrange… Soudainement, elle releva brusquement la tête vers lui, quand il essaya de lui décrire un peu plus. Merde ! Il était en train de faire une hypoglycémie. D’un pas rapide, elle attrapa son sac, essayant de trouver de la nourriture avec un fort contenant en sucre. Elle y trouva une barre de nougat aux amandes. Elle la tendit au militaire. Heureusement, qu’elle passait son temps à bouffer tout et n’importe quoi…« Mangez ça, vous êtes en train de nous faire une hypoglycémie » Ce fut un ordre, elle ne rigolait pas du tout et il ne pensa pas à désobéir attrapant la barre tendue. La tentative de retrait d'emballage avec les mains s'avéra trop laborieuse. Avec les dents, bien plus rapide et bientôt il arracha un bon morceau de nougat. C'était pas son truc favori. ça colle aux dents, le goût est pas fameux. Cela devait faire un bout de temps qu'elle trainait dans le sac, celle là mais bon il alla jusqu'au bout. Le simple test glycémique confirma les suppositions de la Jaune. Heureusement qu'elle avait su détecté les signes avant qu'il ne soit trop tard et rapidement Eversman reprenait du poil de la bête.

"Dommage, vous ne rencontrerez pas Wolwerine ce matin."

Preuve en est, l'humour revenait.





@ pyphi(lia)

_________________


merci !                               couleur : darkcyan
Revenir en haut Aller en bas
Sam 12 Nov - 19:00
avatar
√ Arrivée le : 26/01/2016
√ Messages : 911

Dossier Top Secret
√ Age: 37 ans
√ Nationalité: France France
√ Gêne: Inoculation
Voir le profil de l'utilisateur
Une envie d'être enfin un vrai super héros ?

Le soldat marquait définitivement son envie de bouder. Chouette, j'adore avoir quelqu'un d'aussi peu volontaire. Mais bon, si ça l'amuse il a cas bouder. J'ai une certaine patience et il se lassera bien avant moi. De toute manière, je ne me sentais pas en « faute » et même si cela avait été le cas, soyons franc j'en aurais eue rien à battre. J'avais essayé de faire un peu d'humour avec cet homme, mais il semblait aussi buté qu'un âne ! Et encore l'âne, lui avance quand il a une carotte devant le museau.

En tout cas, il ne fut pas rétif et obtempéra bien sagement. Je pense que j'aurais pu lui demander de mettre la patte dans ma main, qu'il l'aurait fait dans le seul espoir que ça passe plus vite. J'avais l'impression de le torturer. Tout cela, pour une petite blague sur un bras… je suis certaine qu'il ira raconter à ses collègues, que j'ai voulue l'amputer ! Manquerait plus qu'il aille s'en plaindre à Stanford et il ira rejoindre les pleurnicheuses… puisque Mckay avait emmerder Stanford avec le fait que je l'ai traumatisé… dans un sens le si courageux génie, en avait parlé presque à tout le monde…

Finalement, il réagit un peu plus quand il remarqua un effet étrange. Au début, je pensais à de simple tremblement d'excitation, puisque à la base les plantes des Püntas, donnait un regain d'énergie faramineux. Mais, plus le temps passait et plus le sergent, au lieu d'avoir envie de courir partout et faire le fou, tremblait de plus en plus. On eut un court échange sur un super héros Marvel et un combat avec Ford… mais les soubresauts qui animaient ça mains était juste les signes précurseurs d'une hypoglycémie. Cela fut réglé avec une barre de nougat, qui n'avait pas l'air d'être l'aliment favoris du jeune homme, mais qu'importe il fallait être efficace.

Tout revenu à la normal chez mon patient, qui fit un brin d'humour, signe que tout va mieux. Je ricanai un peu.
« Oui, dommage, mais je ne perds pas espoir » dis-je d'un ton taquin. J'avoue, que si un homme débarque avec des griffes à la Wolwerine, je lui tombe dans les bras. Comme quoi, chacun ses fanatismes après tout. Personnellement, j'ai un faible pour Hugh Jackman et c'est ainsi.

Je regardai les deux produits qui me restait dans ma mallette. Enfin, le seul qui restait, puisque l'autre ce ne fut qu'une « compensation » pour le peu de bravoure dont il avait fait preuve. Car bon, je ne suis pas si cruelle. Mais, je sens que cela va encore bien améliorer nos relations quand il aura testé la crème. Je soupirai, de toute manière, je devais savoir à quoi elle servait. Nous étions en grand débat avec une collègue (cette grosse pute de Louisiana je devrais dire) sur les réels impacts de cette crème. Faut dire que les souris, n'ont pas un comportement aussi riche qu'un humain. Bref, je sortie donc la crème, pour l'appliquer sur la nuque du soldat, sans lui demander son avis. Nous verrons donc si j'ai raison ou non… mais si c'est le cas, je regretterai qu'une chose… de ne pas l'avoir fait tester par Mckay. Rien qu'en y pensant, j'eue un petit sourire dans le vide, me contenant pour ne pas rire. Il serait capable de s'imaginer des choses encore ce militaire.

La crème n'avait aucune odeur (au contraire du soldat, qui commençait à sentir un peu fort). Je mis cependant un masque sur le nez. Rien de bien rassurant pour le soldat. C’est dans le seul but de ne pas en être victime.
« Cette crème à deux effets présumés, on va vite le découvrir » dis-je simplement sans préciser plus. « Vous allez venir avec moi, faire un tour dans le labo. ».

J’ouvris la porte, pour le guider dans d’autre pièce, où plusieurs autres personnes travaillaient. On pénétra dans l’une entre-elles où il y avait 6 scientifiques (4 femmes et 2 hommes). Je les saluai poliment et ils firent de même, la plupart ignorèrent la présence du soldat. « Continuiez, je fais juste le tour du propriétaire » dis-je avec un beau mensonge. Ils haussèrent les épaules, habitués à mon excentricité.

Je plaçai le sergent au milieu de la pièce et j'attendis environ 5 minutes, car le paume n‘avait pas encore fini d'agir. Je commençais à m'impatienter de ne toujours rien voir venir quand soudainement, une jeune femme rousse, releva la tête, regardant ces collègues… son visage s'empourprait de rouge quand elle croisa le visage du soldat. Ahhh je souris amusée et par chance avec mon masque personne ne pouvait le voir. Petit à petit, les personnes relevèrent la tête, le regard étrange, mais surtout gênée… et à chaque fois, leurs prunelles se teintèrent de doute et de pudeur. La petite rouquine était la plus expressive, lançant des œillades au militaire, qu'elle avait juste avant ignoré comme s'il était qu'un insecte sans importance…

Parfait … nous voilà donc avec un bel aimant très attirant.
J'approchai d'elle, lui tapotant sur l'épaule, avant de faire un signe au sergent de me suivre. On sortit du laboratoire et je le guidai en silence vers notre salle. Sur le chemin, j'appelai Katty, mon infirmière, histoire de faire une double confirmation.

//Katty, vous pouvez venir s’il vous plait, je suis au labo 3.1 //
//ça tombe bien, je ne suis pas loin, j’arrive Docteur//

Quand, elle pénétra, elle me fit un grand rictus, saluant poliment le sergent, son regard se perdit sur la pièce et machinalement, elle y fit un tour, puis elle nous rejoignit attendant que je lui parle.

« Rester quelques minutes avez nous »
« Bien, pourquoi vous avez un masque ? »
Même pas besoin de lancer une phrase pour obtenir une perche. J’adore mon infirmière en cheffe pour ce genre de chose, comme si elle lisait dans mes pensées tiens.
« Car le sergent sens fort, après le sport » chose pas véritablement vrais, mais pas fausse non plus.
« Ah bon ? Je trouve qu’il sent bon »
« Vous avez de drôle de goût ma chère »
« Bah pourquoi ? Il est très séduisant ce jeune homme » Elle se tourna vers lui, l’œil pétillant.
« Séduisant ? Sur qu’elle échelle ? »
« Au moins 9 ! »
« Plus que Sheppard et Ronon dans votre top liste ? »
« Ah bah largement ! »
« C’est le soldat Eversman Katty, vous l’avez mis où déjà ? »
« Hum, je ne sais plus, mais il est passé dans le top »
Je me mis à rire. Oui Katty, classait les hommes par beauté (ces critères) de la cité sur une liste et les deux première était Ronon et Sheppard.
« Qu’elle avancé de passer de 54 à 1 »
« Mais non, il était 6eme ! » ah finalement elle s’en souvenait bien. 6ème ? Eh bien franchement, parfois, je me demande comment son ces critère. Déjà Ronon, bof en 1er mais bon ne nous avons pas vraiment les mêmes goûts.
« Au temps pour moi » je pouffai amusée « Merci Katty, vous pourrez dire à Louisiana qu’elle a encore eu tort »
« Ah ? euh bon, mais avec ou sans le sergent ? »
« Non il reste ici. »
« Ah dommage »

Et l’infirmière repartie presque déçue. Je me tournai vers le sergent, qui allait sûrement me tuer. « Bon, faute d’avoir un Wolwerine, nous avons don juan ». Je sortie une bière de mon sac et lui tendit, une bière belge de bonne qualité.
« Histoire que vous ne soyez pas perdant de cette journée. On va attendre encore 10 minutes, que les phéromones ne soient plus efficace et vous pourrez partir sergent. Merci » Il ne pouvait pas voir min rictus, mais il était resplendissant.


© 2981 12289 0


_________________
I'm a nightmare
DRESSED LIKE A DAYDREAM
DC : Sheppard-Hoffman-Naalem // écriture : palevioletred

Revenir en haut Aller en bas
Sam 12 Nov - 20:57
avatar
√ Arrivée le : 08/12/2012
√ Messages : 9826

Dossier Top Secret
√ Age: 32
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Wraith
Voir le profil de l'utilisateur

Envie de devenir un X-Men ?



Taylor Laurence ne perdait pas de temps. A peine repris, le Ranger se voyait appliqué un baume au niveau de la nuque. Etrange endroit pour appliquer un produit. Aussitôt de nombreuses idées lui vinrent en tête. Il s’empressa de les balayer, cela ne servait à rien et il aurait tôt ou tard les réponses à ses questions. La voir se revêtir d’un masque respiratoire n’annonçait rien de bon. Le produit se diffusait dans l’air. Maline, elle ne voulait pas en subir les conséquences par contre elle se moquait visiblement des dégâts sur sa propre personne ou sur l’entourage alentour vu qu’elle l’emmena faire un petit tour des installations. Le Ranger avait la désagréable impression de servir d’objet de foire à montrer. Quoique les scientifiques n’avaient pas l’air d’être très réceptif et c’était tant mieux, il ne comptait pas s’intéresser à eux.

Mains dans les poches, Eversman s’ennuyait à mourir. Il s’apprêtait à faire comprendre à la jeune femme que son expérience avait foiré jusqu’au moment où il croisa le regard de l’une des demoiselles. Celle-ci détourna aussitôt la tête, visiblement mal à l’aise. Par reflexe, il vérifia que la braguette de son pantalon était bien fermée. C’était le cas. Le malaise se répandit dans la pièce vu que visiblement les hommes étaient aussi mal à l’aise en croisant son regard. Oula. Lui-même ne savait plus trop quoi faire, quoi dire. C’était assez étrange et plutôt désagréable d’être ainsi le point d’attention de tous. D’habitude il aimait ça mais c’était quand il amusait la galerie. Là, il n’avait fait qu’être là avec sa nuque baumée.

Visiblement satisfaite du résultat provoqué par son baume d’amour, il était temps pour eux de rentrer. Ah non, Taylor avait besoin d’une victime supplémentaire et il semblait qu’elle soit bien proche d’elle. Le charme continuait d’opérer. Cela aurait pu être bien plaisant car la nana était loin d’être désagréable. Plutôt jolie même mais bon séduire à l’aide d’une crème appliquée sur la nuque. Mouais. Eversman se rapprocha de sa fameuse chaise pour revêtir sa veste. Une main ne put s’empêcher de passer sur sa nuque à la recherche de cette fameuse crème qu’il huma. Pas d’odeur précise. Un aspect normal. Rien de suspect.

« Je préfère quand même Wolverine aussi… »

Entre Don Juan et l’homme aux griffes d’acier, aucun doute ne subsistait. Même pour un mec. Histoire de se faire pardonner pour tous les malheurs infligés ce matin, la Jaune tenta de l’acheter avec une bière de qualité. Il passa quelques secondes à inspecter l’étiquette avant de lever les yeux vers son interlocutrice.
« Pas mal. Vous avez dû en acheter des mecs avec des bières pareilles. »
A son tour de l’embêter et de venger doucement. Il avait aussi une autre idée pour obtenir sa vengeance et il comptait bien profiter de la petite dizaine de minutes qui suivait pour y parvenir. Petit sourire aux lèvres, il attendait le moment opportun pour y parvenir. Le moment où leurs bouteilles se percutèrent doucement fut le top départ. De sa main libre, il agrippa le masque de la demoiselle lui retirant aussitôt avant de le dissimuler dans sa poche. Il fit de son mieux pour s’approcher d’elle et ainsi de laisser agir le principe actif qui les rendait toutes folles de lui. Isia ne se laissa pas faire. Oh malheur, un peu de bière se répandit au sol alors qu’il dut faire preuve d’un peu de force pour l’empêcher de s’enfuir.

« Hors de question que je ne profite pas de cette petite dizaine de minutes. A votre tour de devenir cobaye ma chère. »

Eversman jubilait de cet inversion des rôles. Certes c’était temporaire mais cela lui laissait un peu moins de dix minutes pour en profiter un maximum. Tant qu’elle se débattait, le principe actif n’agissait pas assez et il dégusta sa bière jusqu’au moment où son petit regard espiègle tomba sur celui de la demoiselle. Le rose sembla lui monter au nez dans la seconde. Eversman avait l’impression d’être Sacha du Bourg Palette qui venait de capturer un légendaire avec une pokéball. Une de plus à son pokédex. Bien entendu, il fit son possible pour la mettre mal à l’aise en l’observant, un grand sourire aux lèvres.

« C’est quoi déjà ton prénom ? »

Information qu’il obtenu beaucoup trop facilement. Le Ranger jubilait. Il était temps de profiter au maximum de la situation.

« Alors comme ça je te plais, Isia ? Et avant cette petite bière, je te plaisais ? »

Eversman allait tout savoir sur cette demoiselle. La vengeance serait certainement ignoble mais autant s’amuser un peu de son tortionnaire. Bière aux lèvres, il tentait d’imaginer tout ce qu’il désirait savoir sur la jeune femme.

« Et ton mec sait que je te plais ? Tu a un mec non ?»

Autant avoir des informations compromettantes pour qu’elle n’use pas de son pouvoir par la suite pour le virer.

« Tu serais prêt à quoi pour me séduire ma chère Isia ?! »



@ pyphi(lia)

_________________


merci !                               couleur : darkcyan
Revenir en haut Aller en bas
Sam 12 Nov - 23:24
avatar
√ Arrivée le : 26/01/2016
√ Messages : 911

Dossier Top Secret
√ Age: 37 ans
√ Nationalité: France France
√ Gêne: Inoculation
Voir le profil de l'utilisateur
Une envie d'être enfin un vrai super héros ?

Bon il accepta la bière… c'est déjà ça, car me l'envoyer à la gueule aurait été du gâchis. J'ouvris la mienne, sachant que je la buvais que dans une dizaine de minutes.
« Je n'ai pas besoin de les acheter pour les avoir » répondit-je. Manquerait plus que je paye pour me faire du bien tiens ! Il suffisait d'un petit regard langoureux et quelques phrases bien placée et n'importe qui me mange dans la main. Même lui, je pourrais le faire plier s'il m'intéressait. Hors, cela n'est pas vraiment le cas. Trop buté, grognons et sans aucun humour. Ce qui est dommage, car il est mignon physiquement. Après, ce n'est pas parce que c'est l'ex de ma copine qu'il ne me plait pas, je n'ai pas ce genre de considération. Faut dire de base je ne suis pas femme d'une seule personne. Donc bon c'est dommage qu'il ait aussi mauvais caractère.

On trinqua et franchement j'aurais dû me méfier de son petit sourire si soudain. J'aurais dû prendre un tazer dans ma poche. Tout alla très vite, trop vite même pour que je réagisse. Il me retira mon masque, immédiatement je retenue ma respiration. Mais l'imbécile se rapprocha, pour me faire humer au plus près sa nuque. Je décidais clairement de fuir, ne voulant pas gaspiller mon oxygène dans une bagarre. Il m'en empêcha et je fulminai. Il voulait en profiter le saligaud ! L'air me manquait alors que je me débâtais comme une tigresse. Mon oreillette vola plus loin, impossible d'appeler les secours ! Je frappais vigoureusement son corps, pour le faire fuir, mais en vain. Finalement, je lui collai une baffe monumentale. Il me plaqua contre le mur, sans aucune solution que prendre une goulée d'air. Il me tenait fermement, trop même, me maintenant avec une clé de bras contre le mur. Je regrettais que Samari n'est pas eu le temps de m'apprendre à me battre !

« *en français dans le texte* Espèce de petit connard emplumé ! » Oui je l'insultais clairement, sachant pertinemment, que d'ici quelques minutes, je le désirais sexuellement parlant. Puisque la crème était constituée de phéromones d'œstrogène et de dopamine qui existe les sens et le désir humain. Je sentie, mon cœur s'emballer soudainement, cela faisait bien longtemps, qu'un brin de peur venait me chatouiller l'esprit. Mais, cela n'était pas vraiment dû à sa présence… plus à un flash-back de mon enfance, le visage du sergent se tordit dans celui d'un ancien tortionnaire, me remémorant les pans d'un passer sombre et douloureux. Je secouai la tête, pour faire disparaître ce souvenir. Non, il n'avait pas intérêt à trop en profiter ! Sinon il le regrettera !

« Si vous essayer d’abuser de mon corps Sergent avec ou sans mon consentement, je vous arracherais les couilles avant de vous les faire manger ! » et j’étais parfaitement sérieuse et enragée ! J’abuserai de mon pouvoir, pour qu’il vienne à l’infirmerie et lui pratique une opération des plus indélicate pour sa virilité !
« Cessez de vous débattre, Taylor Laurence. Ça n'en sera que plus douloureux »
« Je vous emmerde ! »
Je ne pouvais plus faire grand-chose, que de sentir sa putain de nuque. Il était trop tard et je sentais déjà que la promiscuité du militaire me faisait de l'effet. Je me calmai, pour qu'il me lâche… me voilà bien maline, prit à ma propre expérience. Je déglutie, sachant que je devrais essayer de me contenir, pour ne pas le séduire et surtout allé plus loin que prévu. Mais quel petit enculé ! Finalement, il me libéra, sentant que je n'avais plus d'envie guerrière… enfaite si, mais cela ne servait à rien, il allait me recoller contre le mur. Je soupirai, me tournant vers lui, essayant de me défiler le plus loin possible. Baissant la tête, mais il était trop tard, il surprit mon regard enjoliveur. Va-y profite beau merle ! Mais si je craque tu as intérêt à suivre la cadence ! Car par certain que ce que tu as entre les jambes soit suffisant !

Il me questionna sur mon prénom… il essaye de m'humilier le con ? Je sens que ça va être les dix minutes les plus longues de toutes ma vie.
« C’est quoi déjà ton prénom ? »
« Groot, chochotte, je « I’m Groot » ! » dis-je en imitant l’un des gardiens de la galaxie.
« Allons Docteur. Soyez sérieuse. Votre prénom ? »
« Comment si vous ne le savez pas ! » répondit-je de mauvaise grâce. « Vous et l’humour ça fait 5 ! » Je détournai le regard pour ne pas le mirer. Il se rapprocha de moi en posant sa main sur ça tête, qui me donna quelques frissons, pour me détourner de quelques centimètres et ainsi me forcer à croiser son regard.
« Je veux votre prénom. »
« Et moi vous en coller une » dis-je d’une petite voix cynique. Préférant fermer les yeux. Ça va être une catastrophe … « Isia ! Voilà tu es content ? ça t’a fait du bien ? Maintenant laisse-moi ! »
Ayant obtenu sa réponse, le militaire me laissa retrouver ma liberté de mouvements. Il semblait vraiment apprécier de pouvoir obtenir si facilement des infos.
« Ce n'est que le début »
« Chouette ! » Dis-je en m’éloignant de lui, pour me mettre derrière une table.
« Alors comme ça je te plais, Isia ? Et avant cette petite bière, je te plaisais ? »
« Oui, avec un sac sur la tête » mais mon regard disait clairement qu’il me plaisait un peu trop. J’étais attiré par lui, mais rien n’empêche d’être odieuse.
« Le rose sur tes joues te trahit pourtant. » Eversman s'amuse comme un petit fou, à mon plus grand regret. Si seulement, il n’y avait que le rose de mes joues… je grogna, ma main pionnait nerveusement sur la table. Je détournai le regard, l’insultant de pleins de noms d’oiseaux dans ma tête.
« Et ton mec sait que je te plais ? Tu as un mec non ?» mon regard se releva sur lui et j’eu un petit sourire rêveur…
« Non, il vaut mieux qu’elle ne le sache pas. Elle vous a en horreur. Mais vous irez lui demander »

La dernière réponse attire toute l'attention du Ranger. Ainsi cette demoiselle n'est pas célibataire et en plus elle est avec une autre fille. Quel gâchis car elle est sacrément mignonne quand elle ne fait pas la tête. Elle aurait pu faire des dégâts du côté de la gente masculine. Il hésite à pousser le vice de lui demander le nom de la prétendante.

Je le regardai avec un petit rictus triomphant. Le toisant d’un regard farouche. Cela devait l’avoir bien refroidi d’apprendre que je suis avec une nana. Même si bon, soyons réaliste, j’aime les deux sexes mais bon s’il pense que je suis lesbienne, il me laissera tranquille.
« Je la connais cette demoiselle ? »
« Oh oui ! Tu veux un indice ? » j’avais trouvé de quoi retourner la situation.
« Non pas vraiment... »
« Dommage. Pourtant tu y gagneras à savoir qui viendrait te casser ton adorable petite gueule » dis-je d’un ton provocant.
« Je prends le risque. » Difficile de résister à la tigresse qui lui faisait face. Ce n'est qu'un jeu, Eversman. Ce n'est qu'un jeu.
« Karola… » dis-je avec un rictus séducteur. Cela était complétement faux, mais bon si elle venait me demander des comptes je lui expliquerais. Et puis bon, valait mieux que je lui donne l’image de sa supérieure que de son ex. et puis Karola me plaisait bien.

Là, c'est une petite bombe nucléaire qui vient d'éclater. Tellement gros que cela le laisse quelques instants sans voix et quelques images de femmes entrelacées sont diffusées malgré lui dans son esprit.

Je me tournai légèrement, minaudant. « Alors l’imagination travail sergent ? »
« Elle travaille même un peu trop là...Il ne se passe rien côté réalité donc je pense que je vais aller rejoindre ta collègue. » Le Ranger commence à se lever de sa chaise.
Je le toisai soupirant, me faisant violence en fermant les yeux pour ne pas le retenir. Non Isia non non non « Vas-y elle sera plus facile à convaincre » il ne me croyait pas pour Karola, mais bon, je pense qu’il n’aurait pas cru non plus, si j’avais dit Blanche. Mais s’il voulait rejoindre Katty, qu’il y aille. De toute façon avec ou sans paume, elle est nymphomane donc bon.
Il réajuste le col de sa veste prenant tout son temps.
« Et elle est nettement plus jolie. »
Je n’ouvris pas mes yeux pour autant, pouffant légèrement : « Mais oui bien sûre… après tout si tu aimes le bas de gamme c’est ton problème » mais qu’il se casse ! ça sera d’autant mieux ! J’en ai marre de l’avoir là, ça présence est insoutenable, bordel ! Pourquoi ce paume existe ? Ah oui concoction de Püntas !
« Parce que toi tu te considères comme au top ? Tu ne fais que parler... » Il fait exprès de prendre son temps remettant en place ses plaques militaires avant d'ajuster un peu sa tenue.
« Je réponds à tes questions » dis-je dans un soupir. Et bien sûr que je suis largement supérieur que Katty (et surtout Katty) où la majorité des autres femmes. Moi égocentrique ? Je suis chirurgiens mes petits ! Avoir de l’égo c’est dans notre enseignement.
« C'est ce que je dis... Que des paroles, jamais d'actes. Elle doit s'ennuyer à mourir la Karola. Ça ne m’étonne pas qu'elle soit tout le temps de mauvaise humeur en étant avec toi. »
Mon regard bleu se riva sur le soldat, je ne pouvais pas me contrôler, mais j’avais des braises dans les yeux. Le fameux regard profondément charmant qui déstabilise la plupart des personnes. « Tu as qu’à venir vérifier » dis-je d’un ton séducteur. Il fallait que je perde du temps… le temps que le paume ne fasse plus effet.

Croiser son regard le mit à son tour mal à l'aise et il détourna la tête pour ne pas se prendre au jeu. Elle était sous l'effet d'un produit, pas lui. Il ne fallait pas qu'il s'enflamme.

J’eu un rictus tout aussi attirant, pianotant de mes ongles la table en verre.
« Nous sommes donc deux grandes gueules. » Je m’adossai à la table tout en le fixant du même regard. « Ce qui est dommage, avec ce test, c’est que j’aurais été curieuse de voir si le baume marchera sur une vraie lesbienne » Oui, je lui faisais clairement le sous-entendu qu’elle aimait aussi les hommes…
« Il n'y a qu'une grande gueule ici... » Le jeune homme lui adresse un sourire plein de malice.
« En effet, un jeune homme pas très courageux »
« Je te croyais en couple ?! » A croire qu'elle n'attendait qu'un signe de sa part pour agir. Le Ranger essaie de ne pas se focaliser sur sa personne car elle est plutôt craquante quand elle l’observe de cette façon.

« Tu savais très bien à quoi t’en tenir en me retirant mon masque » dis-je sans baisser l’intensité de mon regard.
« Bien sûr mais je ne pouvais te deviner avec le Major. » Finalement, il n'aura pas perdu sa matinée avec cette information.
« Dommage. »
Je me mis à rire et cela m’échappa tout seul, car bonne excitation avec mensonges il en a un des deux qui lâche. « Tu es naïf, j’aurais pu te dire que j’étais avec Sheppard que tu m’aurais crus »

Ah finalement l'information s'avère foireuse. Dommage, il commençait à s'y faire. Cela renforce le sourire du jeune homme qui finit par hausser les épaules. « Dommage quand même. »
Cela ne me plaisait pas qu’il me résiste, mais dans un sens, je ne voulais pas vraiment céder mon non plus. Le plus dur était de rester visé sur cette maudite chaise. Je soupirai longuement. J’avais chaud surtout. Machinalement, je retirai ma longue blouse.

« Tu serais prêt à quoi pour me séduire ma chère Isia ?! »
J’eu un mouvement un peu surprise. Mon regard était de la même intensité, je le maudissais encore plus intérieurement. Car, là j’étais tenté de me lever et de l’embrasser, mais il serait capable de me rejeter et cela n’aiderai pas. Refusant de répondre à sa question, je me tournai complètement. Comme ça pas de tentation.

© 2981 12289 0


_________________
I'm a nightmare
DRESSED LIKE A DAYDREAM
DC : Sheppard-Hoffman-Naalem // écriture : palevioletred

Revenir en haut Aller en bas
Dim 13 Nov - 21:18
avatar
√ Arrivée le : 08/12/2012
√ Messages : 9826

Dossier Top Secret
√ Age: 32
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Wraith
Voir le profil de l'utilisateur

Envie de devenir un X-Men ?



La température monta de quelques degrés dans cette pièce froide et austère. L’échange entre les deux jeunes gens y était pour beaucoup. Les choses auraient certainement été bien différentes s’il ne lui avait pas retiré son masque. Peut-être serait-il encore dans cette pièce à patienter que le délai imparti se termine. Peut-être serait-il à l’extérieur en train d’user de ses charmes sur la gente féminine. Nul ne le saurait car on ne pouvait changer le destin. Certes ce n’était pas très malin d’user d’un filtre de charme pour obtenir les faveurs de quelqu’un mais après tout lui n’avait pas demander à ce qu’on le badigeonne de quoi que ce soit. Maintenant la Jaune devait en assumer les conséquences plutôt agréables. Eversman ne la lâcha pas des yeux lorsqu’elle ôta sa blouse, s’attendant presque à une manœuvre de diversion de sa part pour lui mettre un coup dans le dos. Il devait lui avouer une forte résistance au produit et une belle détermination à ne pas céder. Finalement, elle semblait aussi têtue et bornée que lui quand elle le désirait. Joueur, il n’allait pas en rester là et compter bien mettre à mal sa motivation.

« C’est tout ce dont tu es capable ? »

Il fit mine d’être déçu, l’observant toujours avec cette lueur de malice dans le regard. Finalement être dans ses lieux s’avérait plaisant. Autant profiter des futures minutes pour s’amuser encore un peu, voir peut être davantage.

« Se séparer de sa blouse avec autant d’élégance, c’est digne de McKay ça. Je te croyais beaucoup plus téméraire… » Continuant son jeu de dupe, il rajouta une couche. « Beaucoup plus féminine que ce scientifique… »

Un mouvement d’épaules acheva sa petite prestation orale alors qu’il ne la lâchait pas des yeux bien décidé à ne lui laisser de répit tant que le produit agissait en elle. Eversman réfléchissait rapidement à un moyen de la faire craquer, de la pousser toujours un peu plus loin dans ses retranchements. Il devait agir habillement même si le temps ne jouait pas en sa faveur. Lorsqu’elle retrouverait ses capacités, il risquait de payer très cher mais autant prendre le risque et jouer le jeu.

« Alors c’est tout ce que tu sais faire ? Cesse de faire ta mijaurée, Isia…Je suis sûr que tu es capable de bien mieux. C’est ta dernière chance.»

Ça passe ou ça casse. Soit le produit faisait suffisamment effet pour l’amener à repousser ses barrières, soit elle possédait une force mentale suffisante pour l’envoyer balader. Croisant les bras devant la poitrine, le Ranger guettait toute réaction de la jeune femme.



@ pyphi(lia)

_________________


merci !                               couleur : darkcyan
Revenir en haut Aller en bas
Ven 18 Nov - 18:05
avatar
√ Arrivée le : 26/01/2016
√ Messages : 911

Dossier Top Secret
√ Age: 37 ans
√ Nationalité: France France
√ Gêne: Inoculation
Voir le profil de l'utilisateur
Une envie d'être enfin un vrai super héros ?

J'étais bien contente de lui faire croire que j'étais en couple avec la major. J'en jubilai intérieurement. Dans un sens, cela n'était pas totalement faux, que je sois avec une femme. Mais bon, ma notion de couple étant bien loin de la conventionnelle, c'est un peu comme si j'étais célibataire. Une femme avec plusieurs partenair(ee)s. qu'importe, je me questionnai sur ce que dirait Blanche, si elle apprend que j'ai « couché » (et si cela arrive) avec son ex. Pas certaine que cela lui, plaise. Je dirais que cela là surprendrait, venant de moi.

Mais bon, il me faisait tourner la tête et le petit jeu fût, que je démentie à la fin, pour voir s'il avait les « couilles » de venir plus près de moi. Mon regard était tentateur et si j'avais été un félin, quelque ronron et roucoulement aurait ponctué, le jeu de charme de mes prunelles. D'ailleurs le jeune homme, ne semblait pas si à l'aise quand je le mirais ainsi. Par fierté, je me faisais violence pour rester à ma place et que ça soit lui qui craque et non l'inverse. En tout cas, il n'osait pas vraiment s'approcher de la tigresse, me questionnant encore, me provocant avec des phrases qui auraient puent me faire réagir. Même si, à cet instant, je sentais ma libido grimpée en flèche et l'envie de lui sauter au cou de plus en plus grandissante, ce n'est pas en essayant de me rendre jalouse que ça marcherai. Je ne suis pas si facile à mettre dans son lit, malgré mes appétits auprès des hommes/femmes. Ce n'est pas parce qu'on a plusieurs chaussures qu'on choisit la première paire venue. Et puis bon, je dois l'avouer que me refuser à céder, me donnait un sacré challenge. Lui résister était un véritable jeu, avec une sacrée difficulté à cause du baume.

En tout cas je pouvais constater que cela marchait fichtrement bien. J'imagine, que sur un esprit plus faible, on peut en plus la manipuler que plus facilement. Franchement, je devrais enduire Rodney de cette crème, pour lui jouer une mauvaise blague ! Je le vois bien recevoir des avances de son grand copain Radeck ! En y pensant, j'eue un petit sourire charmant.

Il ne pouvait pas me laisser tranquille vraiment ? J'étais tournée en ôtant ma blouse, à cause de la chaleur. Il me tacla sur le peu d'élégance que j'avais eue en la retirant, me comparant à Rodney. Arf, il tapait très bas. Je lui jetai un petit regard courroucé, tournant juste ma jolie tête de trois quart. J'ignore s'il avait eu vent des rumeurs sur notre mésentente avec le petit génie, mais en tout cas, il avait bien choisie sa cible. Il continua essayant de me provoquer de plus en plus. Il s'y prenait mal. Mais, il fallait reconnaître qu'il essayait et aimait bien le danger.

Je pivotai mon corps, dans un mouvement gracile, reposant mes coudes sur la table, remontant mes avant-bras sous ma gorge, en l'observant. Mon regard était charmeur et très tentateur et comme pour souligner ce regard enflammé, je lui fis un rictus séducteur. Passant légèrement ma langue sur mes lèvres sensuellement. Il voulait jouer ? Je venais de trouver une idée pour inverser les rôles, prenant moi-même un risque.

« Hum…C’est tout ce que tu as pour me convaincre petit soldat ? » pas besoin de faire un dessins sur le ton chaud et velouté de ma voix qui accompagnait ma gestuelle charnelle.

Je ne le laissai pas le temps de répondre, descendant de mon tabouret dans un geste élégant. Démarche langoureuse, je m’approchai du soldat, tournant tel un fauve lentement autour de lui de plus en plus près. Avant de m’arrêter, mon visage était suffisamment près de lui, pour nous séparer que des quelques maigres centimètres, je pouvais sentir son souffle. Nous étions d’une taille identique, avec mes petits talons, je grignotais les centimètres manquant entre nous. Tout mon corps était affolant comme jamais. Je minaudai arquant un sourcil.
« Et nivaux témérité, pour toi ça donne quoi ? » Dis-je dans un murmure langoureux.


© 2981 12289 0


_________________
I'm a nightmare
DRESSED LIKE A DAYDREAM
DC : Sheppard-Hoffman-Naalem // écriture : palevioletred

Revenir en haut Aller en bas
Mer 7 Déc - 20:53
avatar
√ Arrivée le : 08/12/2012
√ Messages : 9826

Dossier Top Secret
√ Age: 32
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Wraith
Voir le profil de l'utilisateur

Envie de devenir un X-Men ?




La température monta de quelques degrés, le rouge vint aux joues du Ranger qui assista à la scène de la demoiselle. Il n’aurait pu détourner les yeux tant elle dégageait une aura féline et très plaisante à un regard masculin. La comparaison avec Mckay était du passé. C’était désormais une femme fatale à très haut potentiel qu’il avait face à lui. Immobile, il ne manifesta pas de réaction restant quelque peu sur les fesses. Il eut l’impression de reprendre « vie » en remarquant leur très forte proximité. Quelques centimètres seulement. C’était très troublant. Il détourna le regard ne sachant pas quoi faire. Il était pris à son propre jeu. Là ses pulsions l’invitaient à céder à la tentation, à franchir la distance les séparant en rentrant en contact avec elle. Il imaginait déjà ses lèvres se posaient sur les siennes mais son cerveau semblait lui hurler de revenir à la raison, de quitter cette pièce immédiatement avant de faire une connerie.

Troublé, Eversman ne savait qui écouter. Son cerveau, ses envies ? Lequel des deux avait raison ? Le regard de braise de l’Isia ne l’aidait pas. Il devait prendre une décision et vite. Il finit par faire un pas en arrière s’éloignant de la sirène. Elle n’était pas dans son état normal. Il ne cessait de se répéter cette phrase. La médecin ne lui aurait jamais dévoilé une telle facette de sa personnalité, cette partie intime si elle n’avait pas été sous le charme. C’était uniquement à cause de ça. Il essayait de s’en convaincre pour ne pas céder, pour ne pas rechercher son contact. Le Ranger faisait tout pour ne pas croiser son regard par peur de ne pas être capable d’y résister. Un silence gênant s’installa. Il ne savait que dire, quels mots pourraient décrire ce qu’il ressentait à ce moment précis.

« Je vais… rentrer. »

C’était peu habile témoignant de la gène et l’inconfort du garçon. Un pas de plus en arrière et il ressentit une douleur dans le bas du dos, ce dernier entrant soudainement en contact avec une surface dure qui s’avérait être un élément de bureau. Il serait quitte pour un bleu dans les prochains jours. Maintenant qu’il avait pris sa décision, il valait mieux qu’il l’applique surtout qu’elle continuait de l’observer avec ses yeux de merlin fris. La fermeture éclair de la veste fut refermé jusqu’en haut, les plaques militaires récupérées avant qu’il ne prenne la direction de la sortie, le rouge toujours aux joues.




@ pyphi(lia)

_________________


merci !                               couleur : darkcyan
Revenir en haut Aller en bas
Mer 7 Déc - 22:03
avatar
√ Arrivée le : 26/01/2016
√ Messages : 911

Dossier Top Secret
√ Age: 37 ans
√ Nationalité: France France
√ Gêne: Inoculation
Voir le profil de l'utilisateur
Une envie d'être enfin un vrai super héros ?

Je prenais un risque énorme, je le savais et sous mes airs de jeune femme qui y résiste, l’envie de m’approcher de lui, m’animai depuis le début du baume. Je voulais, juste le tenter, jouer avec lui ne dévoilant pas un grand jeu de séduction… mais il était trop tard. J’étais maintenant un catwoman, en quête de décrocher un rencard avec Batman. Et je n’étais pas loin de parvenir à ce résultat. Le militaire, avait la peau rougis et son regard se détourna de gêne. Aguichant encore plus mon envie de le faire craquer. Je le sentais troubler et moi, je perdais pied dans ce jeu.

Mon corps, avait envie de mettre fin à cette distance insoutenable et mon cerveau me disait que si cela arrivait, j’étais dans de beaux draps. Non pas à cause de Blanche, mais bien avec ce jeune homme qui se retrouverai avec une doctoresse dans son palmarès de conquête, entraînant sûrement une gêne entre nous et un questionnement. Car étant « droguée », je ne ressentirai d’autant plus de honte et de colère envers lui. Et je n’imagine même pas son état de conscience. Il avait peut-être l’air d’un bad boy, mais il n’avait pas essayé de profiter de la situation en me faisant des avances pour une étreinte. Chose qu’il aurait pu et obtenu avec un peu d’insistance. Hors, mise à part me provoquer pour se venger, il n’avait pas escompté avoir plus et sûrement pas mon corps.

J'avais envie qui m'embrasse, qu'il cède enfin. Que nous mettions fin aux boules qui se nouaient dans nos bas ventres. Il fuyait mon regard, je cherchais le siens tel un chat voulant attraper l'odieux point rouge d'un laser. Tu voulais jouer soldat ? Te voilà bien contant de te retrouver là non ? Elles sont passées où toute ton arrogance et ton assurance ? Je vois qu'elles ont fuis. Je ne parlais pas, mon corps le faisait pour moi. Et celui-ci avait vraiment envie de plaquer contre le mur le jeune homme et de sentir ses mains sur le creux de mes reins.

Je me demandai sincèrement s'il serait assez fort, pour ne pas se noyer dans mon regard et franchir le pas d'écraser ses lèvres sur les miennes. Je trouvais la situation ubuesque, presque malsaine, car mon esprit et mon corps n'était pas du tout en osmose. Le désir inondait mes pensées et j'avais du mal à me contrer sur ce que cela pourrait donner sans verser dans le cochon. Qu'elle étrange sensation de contradiction... j'essayais de rassembler, ma concentration pour ne pas effleurer ses lèvres dans un objectif non dissimulable.

Finalement, il m'annonça qu'il allait rentrer, reculant avec force contre un bureau. Je sentie une frustration énorme inonder mon corps. L'envie de lui barrer la route, mais cela me fut impossible. Je me contentai de secouer la tête, avec un petit ricanement.

« Oui, avant que le chat croque la souris » dis-je d’un ton provocant.

Je marchai vers une chaise, à laquelle, je nouai ma main, pour me retenir. Je serai si fort le dossier de celle-ci entre mes mains, mais, que les jointures de mes doigts blanchirent. Mâchoire serrée aussi fortement je dégustai le goût amer de la frustration en le voyant disparaître. Quand il sortit enfin, je soupirai de soulagement, rejoignant mon bureau, pour m'asseoir et enfouir ma tête dans mes bras histoire de me calmer. Je sentais mon cœur battre à cent à l'heure et mes doigts fourmilier. L'effet mit de trop longues minutes à se dissiper et quand cela fut finit, j'eue honte. Et je fus en colère...en me redressant, j'y trouvai quand même un avantage, celui de pouvoir coucher sur papier les effets produit sur la « victime » (le mot ne me plaisait pas) avec précisions. Je sens que si je le croise dans un couloir, ça risque d'être gênant et à la fois hilarant.

END 07/12/2016


© 2981 12289 0


_________________
I'm a nightmare
DRESSED LIKE A DAYDREAM
DC : Sheppard-Hoffman-Naalem // écriture : palevioletred

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Atlantis Insurrection :: Cité d'Atlantis :: Niveau 7 - Zone Scientifique et Technique :: Laboratoires-