Atlantis Insurrection
"Personne ne demande à devenir un Héros, sauf que parfois ça finit comme ça..."

Et si ce Héros, c'était toi ? Tu es l'un des meilleurs dans ton domaine (Biologiste, Chirurgien, Infirmier, Diplomate, Démineur, Maître chien...) et on te propose de participer à l'expédition la plus fabuleuse mais aussi la plus dangereuse : l'expédition Atlantis.
Auras tu le cran de rejoindre Atlantis pour découvrir ses mystères et affronter les dangers de cette galaxie ?

Tu peux aussi incarner les personnages importants de la série (Ronon, Zalenka, Lorne, Teyla....) Bon niveau RP demandé.
On recherche de nombreux personnages inventés.
http://www.atlantisinsurrection.com/t387-personnages-vacants


Si tu te sens capable de franchir ce pas, tu es des nôtres ! Clique sur l'image ;-)


RPG sur Stargate Atlantis
 

Sam 19 Nov - 18:21
avatar
√ Arrivée le : 26/01/2016
√ Messages : 928

Dossier Top Secret
√ Age: 37 ans
√ Nationalité: France France
√ Gêne: Inoculation
Voir le profil de l'utilisateur
Le pouvoir des plantes
Ils doivent quand même bien s'amuser nos copains Püntas
Mike Femens ✧ Isia Taylor Laurence

CHRONOLOGIE : DÉBUT NOVEMBRE
--------


Après Frozen, j'avais été embarquée dans toute sorte d’événements et projets. Quelques jours après mon retour sur la cité, j'étais entraînée dans une mission moyen-âge qui m'avait pris pas mal de temps. Surtout que le projet des nanites avec Marius, prenait de l'ampleur et ce lançait avec le financement assez conséquent de cette recherche, qui allait révolutionner, je l'espère nos soins pour les maladies type cancers ou contamination d'agent extraterrestre. Sans parler du fait, qu'entre-temps, j'avais eu l'immense « joie » de tester quelques nouveaux produits issus de plantes sur la tête de mule nationale : Eversman, sergent de grade mais gamin de son état ! Cela m'avait causé quelques petits soucis, mais bon, au moins j'avais des résultats probants pour les recherches de Mike.

Le pauvre, je n'avais pas pu, lui rendre visite aussi régulièrement que voulue et nous échangions majoritairement par mail, pour nous tenir au courant des avancés sur les plantes des Püntas. De ces recherches avec la pharmacologue de la cité, j'en avais extrait quelques baumes (que j'avais renommé pour le fun) :

• Le baume euphorie (qui faudrait renommer) : Qui était au final des effets euphoriques et jouai sur les hormones de l’attirance. Une sorte de viagra de la libido qui déclenche une forte attirance des autres sur le porteur. Confirmant, ainsi, le doute que j’avais eu avec une autre collègue, qui pensait que ce fut juste de l’euphorie. Tu parles ! Les Püntas sont pourtant réputé pour être très accès sur les câlins !
• Une boisson qui était un renfort musculaire et de l’endurance issus des plantes blanches
• Un qui donne une résistance de la peau, entraînant sur un temps limité l’impossibilité à toute arme contondante de percer ou déchirer la peau.
Enfin voilà, de belles avancées, qui méritait cependant d'être continué, car il y avait des effets secondaires sur certaines personnes assez gênantes, comme nausées, vomissement et euphorie poussée. Enfin bon, c'est sur mes derniers résultats que j'envoyais un mail à Mike.



> Émetteur : Isia Taylor Laurence

> Destinataire : Mike Femens

> Date & Heure : 02 novembre 2016 à 10h00

> Objet : Recherche sur les plantes de FRozen


Bonjour Mike !
Je reviens vers vous pour vous tenir au courant des dernières expérimentations faites sur nos trois produits issus des plantes Püntas :
• « Le baume euphorie »
• « La boisson énergisante »
• « La peau de pierre »

J'ai plutôt bien avancés dessus, mais il reste cependant quelques effets indésirables. J'ai enfin un peu de temps, pouvons-nous s'organiser une journée de travail ?
Je vous joins mon planning en PJ, je vous laisse le choix du jour.
Merci
À bientôt





Cela étant fait, je vaguai à mes occupations. Le biologiste me répondit assez vite et nous convenu donc que le lendemain serait parfait. Enfin, je lui donnai ma réponse positive, mais je n'eus pas de réponse de sa part. Cela n'avait pas lieu dans un sens.

Ainsi donc, le lendemain je me rendis au laboratoire du botaniste, vêtue de mon éternelle longue blouse blanche avec des vêtements civils au-dessous : Une chemise bleu roi moutarde avec un pantalon ébène chaussé d'escarpin de même couleur. (comme sur l'image) Je n'étais en uniforme que pour les missions et exclusivement pour cette tâche, le reste du temps, je me baladais en tenue « normal » avec une blouse pour me protéger et qu'on m'identifie comme un médecin. Je portais avec moi, un sac avec les échantillons et autres dossiers pour bosser avec Mike, dit mâchoire carrée.

Je n'étais venue que très rarement, dans cette partie, faut dire que les laboratoires des botanises et autres pharmacologues, m'était un peu inconnu. Je manquai de me perdre dans le labyrinthe des salles. Finissant, par chance par dénicher le nom « Femens » sur l'une d'entre elle. Je frappai à la porte avant d'entrée quand j'entendis l'accord.

En pénétrant dans le laboratoire, je lui fis un grand sourire joyeux.
« Bonjour Mâchoire carrée, comment allez-vous ? » dis-je pour le taquiner un peu. Mon regard se perdit sur la décoration végétale de celui-ci, avant de trouver le visage stupéfait de Mike.


© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
Sam 26 Nov - 14:10
Invité
Invité
avatar
A son retour de l'expédition sur Frozen, Mike fut tout d'abord déplacé à l'infirmerie pour que l'on s'occupe de son bras. La blessure, mais si elle ne fut pas si profonde que cela, s'étirait cependant sur tout son avant-bras, donnant un aspect assez peu ragoutant à ce dernier. Après quelques heures passées là-bas, notamment pour subir une batterie de tests assez poussée pour vérifier qu'il n'y avait bien aucun venin dans son organisme, il put enfin être libéré et retourner à son travail.

Les semaines qui suivirent, Mike les consacra principalement à tenter de maintenir les plantes récupérées sur Frozen en vie. En effet, étant donné que leur environnement avait drastiquement changé, il eut du mal à trouver les conditions idéales pour ces dernières. Aussi souvent qu'il le pouvait, il envoyait également des échantillons de ses bichons au service de pharmacologie, pour qu'ils puissent s'en servir pour extraire ce dont ils avaient besoin. Quant à lui, il s'occupa donc principalement de trouver la composition de ces plantes, avant de les répertorier dans la base de donnée de la Cité, afin de faciliter le travail des chercheurs.

Après quelques semaines d'échange avec le docteur Laurence, il fut convenu qu'ils se retrouvent pour essayer de travailler en binôme sur les plantes. Mike répondit au mail sans vraiment trop réfléchir, assez tard le soir, mais confirmant le rendez vous.

Le lendemain, malheureusement, tout cela lui était complètement sorti de la tête. Comme chaque jour, il enfila son éternel nouvel uniforme réglementaire (Car oui, l'ancien était parti directement rejoindre les déchets de la cité, car imbibé de sang de serpent spatial), et se remit au travail dans son laboratoire. Ce dernier était un capharnaüm sans nom : sur à peu près chaque espace surélevé disponible était entreposé une plante plus ou moins grande, du matériel d'analyse et d'observation, ou alors un gros tas de paperasse qui attendait déjà depuis des semaines qu'on s'en occupe. Une équipe venait de ramener un spécimen assez intéressant du continent : une sorte de fleur blanche, semblable aux plantes carnivores. A l'intérieur, il observait une sorte de série de nerfs, permettant surement à sa "gueule" de se refermer dès qu'on titiller un peu trop ses pistils. Cependant, d'après les Atosiens, ces derniers avaient des vertus bénéfiques pour l'organisme, notamment pour calmer la fièvre en cas d'indigestion.

Le tout était maintenant de faire un prélèvement sans se faire bouffer. Il se saisit d'une longue paire de pinces très fines, essayant de prélever un échantillon. C'était une opération délicate, et il avait besoin de...

Il sursauta lorsque quelqu'un toqua à la porte. Il poussa un petit couinement lorsque la plante referma sa gueule sur ses pinces, les gobant littéralement, pour commencer à doucement les digérer. Il recula de quelques pas, sentant son coeur battre à toute vitesse, encore surpris.

Heu... Entrez ?


La porte s'ouvrit sur le visage jovial du docteur Laurence.

Bonjour Mâchoire carrée, comment allez-vous ?


Mike cligna des yeux plusieurs fois, encore un peu surpris de part la plante d'un coté, et de son invitée de l'autre. Soudain, il comprit : la journée de travail. Il avait complètement oublié ! Mais quel idiot... Leur regard se croisa quelques secondes, puis Mike regarda une nouvelle fois sa plante. Elle laissa échapper une sorte de petit bruit, laissant surement sous entendre que son matériel avait un goût tout à fait délicieux.

Hum... Bonjour ! Bien et vous, Reine-Soleil ? Pardonnez le bazar, je suis surchargé de travail en ce moment...


Il posa de nouveau ses yeux sur la blonde avant de s'avancer vers elle pour lui serrer la main, souriant à son tour. Puis, il regarda un peu son labo, essayant de se remémorer où est-ce qu'il avait bien pu mettre les plantes qu'ils avaient ramené de Frozen... Il les avait analysé il y a peu, donc elles devaient encore être dans le coin. Il finit par les repérer, au fond du laboratoire, proche de la fenêtre qui donnait une vue sur la piste de décollage du Dédale. Bon, fallait dire que la moitié des plantes se trouvaient proche de la fenêtre, mais bon...

Venez, les plantes qu'on a ramené de Frozen sont là-bas.


Il lui fit signe de le suivre, avant de s'avancer entre les allées de feuilles et de branches, qu'il dépassait sans trop de difficulté. L'habitude sans doute ? Il s'avança jusqu'à la fenêtre, avant de se tourner vers Isia en souriant, attendant proches des quelques plantes en pot qui entendaient patiemment qu'on les manipule.
Revenir en haut Aller en bas
Dim 27 Nov - 16:12
avatar
√ Arrivée le : 26/01/2016
√ Messages : 928

Dossier Top Secret
√ Age: 37 ans
√ Nationalité: France France
√ Gêne: Inoculation
Voir le profil de l'utilisateur
Le pouvoir des plantes
Ils doivent quand même bien s'amuser nos copains Püntas
Mike Femens ✧ Isia Taylor Laurence

CHRONOLOGIE : DÉBUT NOVEMBRE
--------


Mike était véritablement surpris de me voir… je ne m’étais pas trompée de jour pourtant. Je le vis mouliner dans sa petite tête bien faite, avant d’avoir l’illumination du siècle sur ma présence dans son antre… hum un antre qui était sacrément dense, que cela soit niveau plante que niveau paperasse. Ont appel plus communément tout cela « bordel ambiant ». Cela ne m’étonna pas vraiment, je le voyais bien bordélique et un peu perdu dans la lune (en l’occurrence les plantes). Je crois que tous les botanistes ont ce problème, la petite Marie qui s’est mis en tête de mettre des plantes dans les bureaux, pour décorer et surtout soulager son laboratoire a aussi un office qui ressemble à la jungle tropicale.

Le bruit d’un rôt me fit revenir vers le visage éberlué de Mike, il était avec une sorte de grande plante blanche, qui devait être carnivore… il venait de la nourrir ? Eh bien, elle est contente la plantouile ! Je souris amusée et curieuse.
« Groot à bien mangé apparemment » répliquait-je d’un ton jovial. Tout en espérant qu’il avait saisi ma référence filmographique car sinon, ça allait faire un sacré bide.

Il s'avança vers moi, je fis de même me rapprochant de son bureau, pour observer « Groot ». Il n'y a pas à dire, les plantes carnivores (je suppose que s'en est une) ont toujours ce petit côté fascinant. En plus, elle était immaculée au lieu d'avoir des couleurs pour attirer les insectes comme ses homologues terriennes, c'est étrange. Il s'excusa du bordel, je lui fis un autre petit sourire au coin, surtout quand il reprit le surnom de Frozen.

« Je vais bien aussi. Ce n'est rien, ça doit être un trait commun à la majorité des scientifiques » oui je suis en forme, mais rien de méchant dans mes propos, juste de l'humour. Après qu'on aime ou non, cela m'indiffère. Pendant qu'il auscultait l'ensemble de son laboratoire, je déposai mon sac vers son bureau, pour observer, à une distance raisonnable le spécimen gloutons qui y trônait. J'aurais bien été tenté de prendre une pince et de voir l'intérieur pour regarder l'insecte se faire digérer… mais apparemment la dite pince qu'utilisait Mike avait disparue. Sans savoir, que ce fut « Groot » qui l'avait boulotté.

Il me héla, je levai le museau vers lui, pour le rejoindre de mon pas gracieux. Il se mouvant à travers les branches et autres grandes feuilles. Cela me fit rire un peu. Une image du film Tarzan, me venue en tête, avec toute cette végétation, il ne manquerait bien plus que les cris de certains oiseaux et un grognement de jaguar !

« On se croirait dans une minie jungle. La jungle Femens. J'espère qu'il n'y a pas de dangereuse créature ».
Je prenais soins, de réceptionner les plantes pour éviter de me les prendre dans la face, on voyait bien qu'il avait l'habitude de s'engouffrer dans cet antre végétal sans aucun souci. J'admirai la capacité qu'on les grands bordéliques à savoir où sont leurs affaires. Personnellement si ce n'est pas un minimum ordonné, je râle car je perds les éléments.

On sortit de son petit couloir boisé, pour arriver vers des pots de plantes sur un table, nos petites plantes de Frozen. Je lui rendis son sourire en m'avançant vers les demoiselles à pétales. Elles avaient bien survécu et semblaient bien se plaire au vu de leur croissance ou de leurs multiplications dans les pots.

« Elles ont été bichonnées ! » je le voyais bien leur parler et leurs données des petits noms amusants. *Dis donc rosie, tu n'as pas bien grandi aujourd'hui ! ce n'est rien je vais te donner un peu d'engrais…humm le bon engrais à papa il est bon hin ?*

Je les toisai quelques minutes, avant de relever le museau vers mon collègue.
« Parfait. Quant aux échantillons, que vous avez donné aux pharmacologues, on y a extrait des molécules intéressantes pour synthétiser quelques médicaments. Comme cité dans mon mail. Par contre, il reste des effets secondaires pour certain qui sont problématique, ou des effets trop puissants ».

Je pris le pot des petites fleurs blanches et si délicates, elles étaient simples et ne payait pas de mine, mais je les trouvais très belles. Par leur finesse et leur aspect si fragile.

« Notamment, pour le baume euphorique qui est en réalité un concentré d'hormone. Avec l'équipe on était en pleins débats sur sa véritable fonction… et après des tests sur un militaire… » Je regardai Mike et fit une sourire cynique « Non, ce ne fut pas Hamilton. »
Je fus pensive pendant quelques minutes, avant d'avoir un rictus fortement amusé « Quoique, ça aurait pu être une solution, il aurait été sûrement moins chiant que son collègue ».
Enfin je ne suis pas certaine de ce fait. Matt avait été boudeur pour une simple raison, car cet idiot m'avait fait bouffer le matelas (avec un coup de poing dans le nez tant qu'à faire) durant ses soins et pour éviter qu'il se fasse virer il m'avait supplié, me demandant qu'il ferait tout ce que je voudrais. J'aurais pu en profiter en lui trouvant un gage plus humiliant pour me venger, mais non… Et comme on allait manquer de cobaye pour certains tests (ça ne se bouscule jamais au portillon) … il fut naturel que je lui propose cela, sachant périment que les produits étaient fiables et surtout assez sympas. Pas de diarrhée verte ni de boutons, mais que des augmentations de compétences physiques et un baume étrange. Enfin, ce fut sur ce dernier point, qu'il avait été encore plus chiant et au final Alek aurait sûrement fait pareil que lui voir même pire. Donc bon…

« Enfin bon, nous étions sur un débat entre si cela était une sorte de filtre d'amour ou bien un déclencheur d'euphorie. La conclusion, fut la première, le porteur du baume, secrète un nombre impressionnant de phéromones, pour attirer ses congénères hommes ou femmes. Il en devient alors difficile aux « victimes » de lutter contre une envie sexuelle avec le porteur. Bien entendu, plus celui-ci reste longtemps avec sa victime, plus elle a du mal à se contenir » Bien entendu, je ne lui dis pas, que le soldat avait essayé de me tenter en arrachant mon masque… j'avais eu un mal fou à rester neutre, surtout qu'il ne m'avait pas aidé en essayant de me tenter. Je tournai le pot entre mes mains, avant de le reposer sur la table et braquer mes prunelles cyans dans les yeux de Mike.

« Le problème étant qu'il ne faut à peine 2 minutes pour que cela agisse sur les personnes, ne portant pas de masques à particules et si on ne lave pas la zone où le baume a été mis, cela déclenche une sorte d'eczéma sur le porteur ».
Je me tue, le laissant d'abord analyser tout cela, avant de parler des deux autres.


© Starseed

_________________
    I'm a nightmare dressed like a daydream
    Double comptes : Isia Taylor-Laurence & John Sheppard & Naalem Lays & Elana Ravix //écriture : palevioletred
Revenir en haut Aller en bas
Mar 29 Nov - 21:37
Invité
Invité
avatar
Mike ne put s'empêcher de sourire légèrement lorsque Isia trouva un nom à l'anarchie sans nom qui régnait sur son laboratoire. La jungle Femens. Ça sonnait étrangement bien. Elle s'approcha un peu plus pour examiner les plantes, remarquant le soin qu'avait porté Mike à leur égard. Effectivement, il faisait attention à chacune de ses plantes de son laboratoire (Si si, c'était possible ! Surement pour cela qu'il est surchargé de travail en fait).

Elle lui parla des échantillons que Mike avait collectés pour analyse, avant d'enchainer sur les effets secondaires des plantes, en particulier celle de la petite plante blanche, que la doctoresse prit dans ses mains. Des capacités sur les hormones hein ? A vrai dire, il n'était qu'à moitié étonné de trouver cela chez les Püntas.

Effectivement, vous auriez pu le prendre. Après tour, vous avez effectué vos premiers "tests" sur lui, directement sur la planète. Heureusement que ce n'était pas moi qui avais attiré vos foudres sur le moment...


Son sourire s'étira un peu plus. Il faisait bien sûr référence à la petite blague qu'avait faite la doctoresse au soldat, lors de leur expédition. Il en gardait un souvenir mitigé, à mi-chemin entre la gêne et l'amusement. Bon, après tout, Alek l'avait bien cherché sur le coup, mais bon... Il y a des choses auxquelles on ne touche pas, et la libido en faisait partie. Il la laissa terminer son explication, tout en hochant légèrement la tête par moment.

Ces Püntas. Quel bande de petits coquins. En fait, Mike se demandait désormais si sous les caresses et les touchés que les Püntas leur avait fait, il n'y avait pas quelque chose d'un peu plus profond en eux. Il frissonna rien qu'à l'unique pensée de ce qu'ils devaient faire quand ils avaient le dos tourné.

Et puis, une reine pour autant de mâles ?...

Nan nan nan, ne pas y penser. Il se rendit compte qu'Isia s'était désormais tue et qu'elle l'observait en silence. Il cligna plusieurs fois des yeux pour revenir à la réalité, avant de finalement prendre la parole.

Je vois. Donc, un baume aphrodisiaque, et assez puissant en plus. A tenir hors de portée pour le moment, hein, sait-on jamais. On pourrait facilement s'en servir pour manipuler les autres, et ce serait assez dangereux pour le coup. Vous avez d'ailleurs bien dû vous amuser avec votre cobaye en tous cas. D'ailleurs, il y a des effets particuliers sur le porteur, à part l'eczéma ? Du genre, de l'excitation ressentie par ce dernier également ?


Il écouta attentivement la réponse, avant d'hocher la tête pour signifier qu'il avait compris. Il se saisit alors des plantes aux longues feuilles jaunâtres, et aux fleures minuscules et orangées. Elles faisaient parties des premières qu'il avait récolté sur la planète, et était celle qu'il avait le plus facilement gardé en vie. Elles faisaient d'ailleurs partie des échantillons qu'il avait envoyé au labo. Il montra le pot à la blonde, observant la plante sous différents angles.

D'après mes premières analyses personnelles, ce doit être celle dont vous vous êtes servi pour la "peau de pierre", je me trompe ? Vous avez découvert des effets secondaires ou indésirables ?


D'après ce qu'il avait pu observer au microscope et grâce aux appareils Atlantes, il semblerait que cette plante soit un très fort stimulant pour les tissus de la peau, ce qui pourrait expliquer cette histoire de "peau de pierre". Il avait hâte d'en savoir plus.
Revenir en haut Aller en bas
Ven 2 Déc - 17:26
avatar
√ Arrivée le : 26/01/2016
√ Messages : 928

Dossier Top Secret
√ Age: 37 ans
√ Nationalité: France France
√ Gêne: Inoculation
Voir le profil de l'utilisateur
Le pouvoir des plantes
Ils doivent quand même bien s'amuser nos copains Püntas
Mike Femens ✧ Isia Taylor Laurence

Il ne répliqua pas sur ma référence, pouffant juste à la mention de la forêt Femens. Ce n'est pas un grand bavard, sauf peut-être avec ses plantes ? Je ne sais pas. En tout cas, pour ma part, j'avais pleins d'élément à lui raconter. Il allait être saoulé regrettant sûrement on ermitage dans son laboratoire. Enfin, bon, il n'avait pas encore rencontré Héloïse qui... elle est une pipelette impressionnante. Je crois, que je n'ai jamais rencontré quelqu'un parlé autant en si peu de temps.

Il me rappela ma petite vengeance sur le bas ventre de notre collègues en commun, j'eue quelques rires. Décidément, cela avait sacrément marqué. Alala, dès qu'on touche leur intimité, ils se vexent les hommes. À dire, vrais c'est aussi très facile d'attaquer à ce niveau. Mais, n'empêche cette plante était un sacré viagras naturelle... ils devaient bien s'amuser si les Püntas utilisait cela. Enfin, de ce que j'avais compris, la reine n'a que le mâle reproducteur, les autres, ne se reproduisent jamais. Ils sont comme « stérile » leurs hormones, se déclenche durant les chaleurs de la reine.

« Oh voyons, il y a bien pire. J'aurais pu lui faire tester les plantes contre la constipation, ou celle qui déclenche des vomissements pour expulser un poison ... chose qui aurait été moins agréable qu'une dureté bien placée» Je pouffai un peu, en repensant à la tête du soldat, qui ne s'attendait pas à une vengeance aussi basse « Oui, enfin j'espère pour vous, que si un jour, l'idée vous prend de me faire un bouquet, que celui-ci ne sera pas irritantes» dis-je avec un petit clin d'œil taquin.

Je l'avais perdue durant mes longues explications. Il se reconnecta à la réalité en clignant des yeux. Je lui fis un petit rictus au coin de mes lèvres carmin. Il renchérit sur le porteur du baume, comme quoi je m'étais bien amusée. J'eue une petite moue dubitative voir même de dégoût.

« Amusé ... au début oui, car ce fut drôle de voir les regards des laborantins quand il passait... après non pas du tout. Ce con, à essayer d'en profiter en m'arrachant mon masque. » Ma phrase était un brin amère. De toute manière Matt l'avait regretté, car il avait été sacrément échaudé à son tour. Pas beaucoup de personnes, me résistait quand j'étais en mode séduction. Enfin bon, rien ne s'était passé, juste peut-être du mouvement dans son pantalon et une grande frustration. Pour ma part, j'avais essayé de résister agacée qu'on me prenne pour la victime.
« Enfin heureusement, que je l'avais dosée pour un effet court. Une vingtaines de minutes ». Je soupirai avant d’enchaîner
« Oui, à mettre loin de portée, car cela serait d'autant plus facile de violer, des personnes avec une faible détermination ». Je ne précisai pas « femme » plus souvent victime de viol que les hommes, car cela pouvait être tout aussi facile avec un mâle. Les deux sexes étaient concernés par ce baume et attirés sur le porteur. Un hétéro, pouvait se mettre à désirer le même sexe d'une manière hallucinante. Je tournai la tête de gauche à droite, pour lui dire qu'il n'y avait aucune autre conséquence, j'avais bien envie de lui dire : mise à part une érection, mais pas certaine que le botaniste en rigole.

Il me montra la plante aux longues feuilles jaunes, je reposai le pot des petites blanches, avant de toiser le végétal.
« Oui exactement. Non pas du tout. Sauf peut-être pour une utilisation plus récurrente. Nos souris, ont développé une armure naturelle. Elles sont maintenant une peau, résistante et très difficile, alors de la déchirer, alors qu’on ne leur plus mit la crème depuis 4 semaines. » Je fis une pause, réfléchissant. « L’effet est rapide aussi, une dizaine de minutes et c’est impressionnant, cela peut avoir certain avantage pour les militaires qui partent en mission dangereuse». Je commençais à lui expliquer mes propres analyses sur la stimulation des cellules et le renfort de la peau.


© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
Dim 18 Déc - 22:09
Invité
Invité
avatar
Décidément, encore une fois, Alek se retrouvait au milieu de toutes les moqueries et les piques ! Heureusement, le pauvre petit panda n'était pas là pour entendre cela, sinon il ne se serait surement pas laissé faire, et aurait rétorqué une bonne vieille vanne signée Hamilton ! Ce fut la dernière réplique d'Isia qui fit une énième fois rougir Mike, rougeur qu'il tenta de dissimuler du mieux qu'il put derrière sa tablette. La doctoresse devait surement bien s'amuser de sa timidité.

Il écouta la description de l'expérience, et eut un sourire amusé en imaginant le patient tenter de charmer la doctoresse avec ses phéromones. Elle, par contre, semblait nettement moins amusée, et bien plus amère. Remarque, si le cobaye avait effectivement réussi son coup, sinon il aurait sûrement eu de gros problèmes. D'après ce qu'il savait, les soldats violant les infirmières finissaient souvent assez mal leur vie dans l'armée. D'ailleurs, Isia fit référence au viol comme danger de cette plante, et Mike ne put qu'acquiescer quand elle confirma sa proposition. Il ne souhaitait clairement pas se retrouver face à un violeur fou et inarrétable dans la cité, tout cela à cause d'une plante qu'il avait lui même récolté. Comme quoi, on se moquait souvent des vertus des plantes, mais parfois, elles nous réservaient bien des surprises...

Il montra alors à la doctoresse la seconde plante, écoutant ses explications avec attention. Il fut tout excité en entendant les résultats des tests de la plante. Invulnérabilité, l'impossibilité de traverser la peau ! C'était une découverte incroyable ! Cela faisait des siècles et des siècles qu'on rêve de mettre au point un produit comme cela, et aujourd'hui, ils étaient peut-être tout proche d'en découvrir la solution ! Bon, effectivement, il faudrait peut-être diluer un peu le produit, afin de réduire la durée de l'effet. Mais le résultat était bien là ! Mike semblait comme piaffer d'excitation devant la description, regardant la plante sous toutes ses coutures avec de grands yeux.

C'est bien plus impressionnant que ce que j'avais pu escompter ! Vous imaginez ? Une peau impénétrable ! Si on arrivait à condenser le produit, on pourrait même arriver à se rendre invulnérable à l'appétit des Wraiths ! C'est...


Il s'était saisi de la main de la doctoresse, sans vraiment faire attention durant son excitation. Il baissa puis releva les yeux rapidement, avant de relâcher le membre de la femme et de toussoter légèrement, un peu gêné. Il reposa la plante sur le bureau, avant de reprendre la parole.

Enfin, cette plante pourrait grandement contribuer à notre avancée dans le domaine médical. Je pense qu'il faudrait faire des tests plus poussés, afin d'être certain qu'il n'y ait aucun effet secondaire.


Il sourit légèrement à la blonde, hochant la tête pour confirmer ses propres dires. Alors qu'il s'apprêtait à se saisir de la prochaine plante, il entendit des bruits étranges venir de derrière lui. Des sortes de bruits de bulles et de gargouillis. Il lança un regard à Isia, puis vers la source du bruit, qui était la plante carnivore. Elle semblait drôlement s'agiter.

Tiens... Elle n'avait jamais fait cela avant...


Il s'approcha un peu de son nouveau centre d'intérêt, délaissant un peu Isia pendant quelques temps. La plante semblait en effet s'agiter, et des sortes de petites bulles semblaient se former et éclater dans sa poche digestive, comme l'indiquait différents mouvements sur sa "peau", à l'extérieur. Mike s'approcha encore plus, pour observer ça de tout près.

Visiblement, elle ne semble pas trop avoir aimé le fait de manger mes pinces métalliques...


Il approcha un peu sa main pour toucher la plante, tandis que le bruit de bulles s'intensifiait de plus en plus, devenant de plus en plus inquiétant. Cependant, cela ne semblait pas vraiment inquiéter le botaniste, mais plus le fasciner, comme un gamin devant un nouveau jouet. Alors qu'il était tout proche de toucher la plante, et tandis que le bruit de bulles et de gargouillis atteignait un rythme effréné, il entendit Isia lui crier quelque chose et le plaquer violemment sur le sol. A ce moment là, un bruit d'explosion visqueuse et morbide résonna dans toute la pièce, tandis qu'environ un demi-litre d'un puissant acide digestif se répandait à grandes giclées un peu partout sur le plan de travail et sur le sol du laboratoire, heureusement hors de portée du scientifique et de la doctoresse, qui venait sûrement de le sauver d'une blessure extrêmement grave, et surement extrêmement douloureuse.

Mike, encore un peu sonné par ce qui venait d'arriver, et comprenant ce qu'il venait d'arriver quelques secondes après en voyant le sol fondre légèrement tout proche de lui, regarda avec de grands yeux la femme qui se tenait quasiment à califourchon au dessus de lui. Cela le fit d'ailleurs de nouveau un peu plus rougir, et il s'empressa de balbutier d'une manière encore assez peu rassurée.

Heu... Effectivement, elle n'avait encore jamais fait ça... Merci.
Revenir en haut Aller en bas
Dim 25 Déc - 20:06
avatar
√ Arrivée le : 26/01/2016
√ Messages : 928

Dossier Top Secret
√ Age: 37 ans
√ Nationalité: France France
√ Gêne: Inoculation
Voir le profil de l'utilisateur
Le pouvoir des plantes
Ils doivent quand même bien s'amuser nos copains Püntas
Mike Femens ✧ Isia Taylor Laurence

Décidément ce botaniste était une véritable petite tomate ! Il avait beau essayer de cacher ses rougissements derrières sa tablette, je les voyais quand même. Un grand gaillard comme ça, devenant cramoisie, cela donne un petit côté amusant. Je me pris à compter le nombre de fois qu'il se parerait de couleur d'automne. Je lui souris simplement.

Mike écouta attentivement, mes remarques sur la plante aphrodisiaque, ne disant rien de plus. Il devait être d'accord, avec moi, sur les dangers qu'elle pouvait représenter entre de mauvaises mains. Sinon, il aurait dit quelque chose. Faut dire, qu'autant Matt, n'en avait pas profité jusqu'au bout et il n'y avait rien eu entre nous (et heureusement), ce qui n'aurait peut-être pas été le cas de tous. Enfin bon, dans tous les cas, avoir ce genre de médicament à porter de main reste dangereux à mes yeux. Je ne comptais, d'ailleurs, pas en faire partie aux autorités sur terre, pour éviter que cette trouvaille, finisse dans un laboratoire avec quelques personnes peu scrupuleuses, qui y trouverons à coup sûr une nouvelle drogue ou pire encore.

Mes explications sur la « peau de pierre » furent son petit effet sur le jeune homme, qui toisait la plante, comme si elle pouvait répondre aux questions et faire un débat avec nous. Face à son enthousiasme, je ne pouvais que sourire et partager son euphorie. J’allais lui répondre, quand soudainement, il me prit la main, la balançant de droite à gauche, tel un gamin surexcité. Un rictus fortement amusé se dessina sur mes lèvres. Eh bah, il était heureux ! Mais ce moment d’égarement, ne dura pas dans le temps, puisqu’il se rendit compte de son geste spontané et me rendit ma liberté de mouvement, pour se raclé la gorge. Signe incontestable de sa gêne. En toute franchise, cela me fit ricaner d’autant plus.

« Enfin faudrait éviter que cela soit définitif…. Être invulnérable aux Wraiths peut-être, mais cela nous poserait des problèmes pour opérer ou faire de la chirurgie » dit-je de manière plus pragmatique. « Il faudrait qu’on puisse induire les équipes avant leurs départs de cette crème, pour un temps limité. Ou en spray cela pourrait être génial ! »

D'étranges bruits firent leurs apparitions...Mike me toisa, je haussai les épaules, ne sachant point ce que cela pourrait être. En tout cas, ce n'est point mon bidou, j'avais déjà mangée. En prêtant attentions, aux sonorités, je reconnu des glouglous familier d'une digestion bien difficile, ou d'une baignoire bouchée... au choix. Et comme, il n'y a guère de baignoire (à moins que Mike en ait cachée une) ... Je suivis l'homme jusqu'à « Groot ». Je n'étais pas très rassurée d'entendre ce genre de modularité venant d'une plante, surtout en voyant le « ventre » de celle-ci grossir a vu d'oeil. Machinalement, je reculai, cherchant un moyen de me protéger cas d'accident. Je suis méfiante, faute de ressentir la peur, je dois bien m'adapter. Même si, je suis tout autant curieuse de savoir pourquoi Groot s'agite autant. Tout le contraire de Mike, fasciné et complètement obnubilé par Groot. Oulalala, mais elle va exploser si elle continue à grossir autant !

Cela fit title dans ma petite tête, surtout en voyant les prémisses d'une catastrophe arrivée. Je ne veux même pas savoir les blessures que pourraient causer des fluides gastriques de ce genre de végétal ! ... et Mike, qui me sortait qu'en réalité elle avait boulotté une pince métallique. Tu m'étonnes qu'elle ait dû mal la petite ! Il faudrait lui donner du bicarbonate... Oh merde...

« Mike ! éloignez-vous ! »

Mais il était déjà trop tard ! Et il allait la toucher en plus ! Mais il a combien en survie ce garçon ? Il a flopé ma parole ! Je me précipitais vers lui, le plaquant sans aucune douceur contre le sol, l'urgence n'est point aux câlins agréables, pour glisser sous la table métallique. J'étais sur lui, tête contre sa poitrine avec mes mains sur ma tête d'un geste machinal, pour me protéger du bruit de l'explosion. Celui-ci eu une sonorité affreusement visqueuse, me rappelant quelques films d'horreur avec des créatures bien sympathiques et avide de chair humaine. J'espère qu'elle n'a pas un bébé dans le bide... Un insecte qu'elle a mal digéré et qui a eu la charmante idée de fusionné avec où je ne sais quoi. J'ai parfois l'esprit assez terrifiant. J'eue un grognement dégoutée en entendant ce bruit.

En tournant la tête, je voyais du liquide qui coulait de la table, avec un petit « psssiiiccchttt » signe que le fluide était sacrément corrosif. J'ouvris de grands yeux, en voyant des gouttes, commencer à creuser un petit creux dans le sol...

« Mais c’est de la salive d’Alien votre truc… » cela fut un murmure, de ma part, stupéfaite du pouvoir agressif de ce fluide. Je commençai à me relever, prenant appui sur lui, sans me rendre vraiment compte que je me retrouvais à califourchon sur le botaniste. Si à ce moment, quelqu'un rentre dans le laboratoire, sans aucun doute que cette position ubuesque de nos deux corps, allait faire parler ! Pour le peu que cela soit l'une des laborantine, assistante du botaniste, elle irait dire à toutes ses copines que le timide Mike Femens, fait des galipettes avec le Dr Taylor Laurence au milieu de cette forêt.

Mon regard était encore accroché sur l'effet destructeur de l'intérieur de cette plante. Non, mais vraiment, ça pourrait être pas mal en arme contre les Wraiths ça aussi... autodigestion dans ta gueule bitch !

La voix de Mike, me fit sursautée... je tournai mon regard azure vers lui, il était rouge. Ah pourquoi donc ? Puis, je baissai les yeux, sur l'étrange position cocasse dans laquelle nous étions. Là, ce fut à mon tour d'avoir un brin de gêne...
« Faite un vœu alors » expression typiquement française, pour toute « première fois » … un trait d’humour, pour masqué le fait que je n’étais pas si à laisse que ça au final. Il le faut bien, sinon, cela démontrerait que je suis complètement sans gêne.

Je me retirai de mon destrier couché, pour m’agenouiller à côté et observer le sol, afin de voir où mettre ma main, pour sortir de la table, sans être touché par ce liquide. Je fini par sortir de la table, indiquant à Mike, le chemin à suivre.
« Bon… vous avez un écoulement d’eau, qu’on jette des seaux d’eau ? Car je nous vois mal épongé de l’acide … »

© Starseed

_________________
    I'm a nightmare dressed like a daydream
    Double comptes : Isia Taylor-Laurence & John Sheppard & Naalem Lays & Elana Ravix //écriture : palevioletred
Revenir en haut Aller en bas
Mer 11 Jan - 21:55
Invité
Invité
avatar
La petite référence à Alien ne tomba pas dans l'oreille d'un sourd. D'ailleurs, Mike déglutit difficilement en imaginant la plante grandir, et l'enrober dans un cocon pour pondre dans son estomac. Finalement, le botaniste commençait à se dire que ce n'était pas plus mal que la plante ait directement explosé avant de trop grandir. Une légère fumée crise s'élever des trous qui commençaient à se former sur le sol de la cité. Olala, ils allaient se prendre un de ces savons... Revenant à la doctoresse, il put se rendre compte que cette dernière semblait également assez gênée par la position... Burlesque dans laquelle ils étaient. Elle s'empressa alors de se dégager pour se mettre sur le coté, lui conseillant de faire un voeu.

Le botaniste, toujours rouge cramoisi, s'empressa de réfléchir à toute vitesse en ramenant ses jambes en tailleur. Il ne mit pas longtemps à trouver son voeu. Il pria toutes les divinités de Pégase pour qu'Isia ne s'aperçoive pas du réflexe masculin qui s'était actuellement déclenché au niveau de son bas ventre. Il s'arrangea pour que cela soit le moins visible possible, restant en tailleur, les mains entre les jambes, posées sur le sol. Il observait la légère fumée s'élever des excavations corrosives, tentant de se changer les idées. Finalement, au bout d'un moment, Isia s'extirpa de sous la table, incitant le botaniste à la suivre.

Autant vous dire qu'il était quelque peu incommodé par cette proposition, même si la chose avait déjà bien désenflé. Il se releva en essayant d'être le plus discret possible, suivant le chemin qu'elle prenait pour esquiver l'acide.

Il y a un lavabo au fond du laboratoire. On devrait pouvoir...


Il fut interrompu par le déclenchement de l'alarme à incendie, et la pluie torrentielle artificielle qui se déclencha dans le laboratoire. La fumée avait dû déclencher les capteurs. Il regarda sa collègue avec un air légèrement hébété, avant de s'éclaircir un peu la gorge.

Bon... Au moins maintenant, on a plus besoin de seaux, hein ?


L'équipe de sécurité de la cité arriva rapidement au laboratoire de botanique. Les deux scientifiques furent rapidement questionnés, avant d'être conduit au poste de commandement pour s'exprimer directement devant la docteur Wraith. Cette femme intimidé profondément le botaniste, et il se fit le plus petit possible pendant l'interrogatoire qu'ils subissaient. Il laissa Isia répondre à la plupart des questions, ne s'exprimant que très rarement pour donner des informations plus techniques, ou pour tout simplement compléter les informations qu'Isia transmettait à leur supérieur. A la fin de la réunion forcée, ils furent tous les deux congédiés, Mike apprenant par la même occasion que son laboratoire serait indisponible pendant au minimum une semaine, le temps de s'assurer que tout danger soit écarté. Evidemment, le pauvre scientifique ne pouvait être que déçu de par cette nouvelle. Beaucoup de son travail se trouvait encore dans le laboratoire, et la flotte avait surement fichu en l'air une bonne partie. Quelle poisse.

Une fois enfin sorti de la salle de conférence, Mike lança un regard désolé vers Isia, avant de consulter sa montre. Le temps s'était écoulé rapidement avec toutes ces péripéties... Désormais, le cadrant de sa montre affichait 19h57. Son regard se posa de nouveau sur la délicieuse doctoresse, et il afficha un sourire un peu gêné.

Je suis vraiment désolé pour... Les ennuies que j'ai pu vous apporter aujourd'hui. On a pas vraiment eu le temps d'avancer dans les recherches, mais on reprendra ça le plus rapidement possible.


Il déglutit difficilement, la scène des "galipettes" lui revenant à l'esprit.

Je peux vous inviter à manger quelque chose au bar atosien pour me faire pardonner ? Ce serait la moindre des choses je pense après ce que je vous ai fait enduré...


Plus la discussion avançait, et plus il se demandait dans quoi il embarquait. Un dîner en tête à tête avec Isia ? Qu'est-ce qu'il était encore allé imaginer...
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 12 Jan - 21:22
avatar
√ Arrivée le : 26/01/2016
√ Messages : 928

Dossier Top Secret
√ Age: 37 ans
√ Nationalité: France France
√ Gêne: Inoculation
Voir le profil de l'utilisateur
Le pouvoir des plantes
Ils doivent quand même bien s'amuser nos copains Püntas
Mike Femens ✧ Isia Taylor Laurence


Sous la table et dans une position correcte cette fois-ci, c'est-à-dire plus à cheval sur le jeune homme cramoisi, qu'était Mike, j'observais la scène... ce chantier…de la fine fumée couleur suie. Ce n’est jamais bon, quand ça fait ce genre de chose. Une odeur aigre inonda la pièce. « Groot » est décidément sacrément corrosive…
« On devrait en faire une arme n’empêche… » Je tournai brièvement, la tête vers lui, quand il se mit en tailleur, les deux mains devant son entre-jambe. En toute franchise, je n'avais pas remarqué qu'il eut quelques émois dû à ce rapprochement involontaire. Et cela, ne m’aurait rien fait… quoique peut-être un petit regard espiègle pour le chamboulé encore plus, par simple goût du jeu. Je lui souris, avant de lui lancer.
« On dirait un chat » sa position m'évoquait l'animal, allez savoir pourquoi. Bon, voilà, je lui cherchai un petit sobriquet depuis Frozen, je viens d’en trouver un parfait.

En tout cas, le vœu silencieux du jeune homme, fut réalisé, je ne vis strictement rien de la boursouflure qui déformait son pantalon. Je me relevai, de dos au botaniste, tout en le guidant pour éviter de marcher sur les gouttes d'acides. Je sens déjà gueuler les mecs de la sécurité, les bidasses pas futés qui refuseront de comprendre que ce fut un mauvais concours de circonstance. Enfin, s'ils nous chauffent de trop, je vais te les refroidir rapidement.

Mike, n'eut pas le temps de finir sa phrase, que le système d'incendie se mit en marche nous trempant de la tête au pied. Je poussai un petit gémissement, sentant l'eau froide sur ma tête. Heureusement, que j'aime l'eau...Rapidement, ma chemise bleue se colla à mon corps de manière scandaleuse. Heureusement, que mon pantalon était noir et pas blanc... Ma blouse, devenu lourde mouillant encore plus ma chemise, qui laissait deviner les formes de mon cache cœur. J’ôtai ma blouse, sinon, j'allais être imbibé encore plus d'eau avec le tissu épais de celle-ci. Ma chemise étant déjà mouillée... avec sans blouse, on devinait certain élément de ma garde-robe intime, enfin cet élément-là, je ne le su pas, puisque je n'avais pas fait gaffe. Dans un long soupir, ma tête se tourna vers mon homologue masculin pouffant nerveusement. Quelle chance nous avons …
« Oui en effet, la prochaine fois, je prends des vêtements de rechange »

Comme prévu, l'équipe de sécurité arriva, nous harcelant de question. J'y répondis avec Mike, de manière neutre, agacée par l'empressement des militaires. Et ils nous conduisirent voir ma grande copine Weir, que j’aimais tant … je ne savais pas si ce fut réciproque ou non avec elle, comme Weir est étrange. Une fois en face de l’impératrice « Sisi », lui accordant un salut polie et froid, la tension venait de montée d'un cran. Dès que nous sommes dans la même pièce, c'est physique, il y a un combat de charisme, involontaire et oppressant par moment. On ne le faisait pas exprès (enfin moi en tout cas), je ne suis pas quelqu'un qui obéie naturellement à la hiérarchie, elle a horreur qu'on ne lui lèche pas les pieds... ça ne peut que donner des éclairs.

Je zieutai Mike de temps à autre, il était complètement intimidé, cela ne m'étonnai pas avec son caractère de grand timide. Deux femmes autoritaires et lui qui désirait pénétrer dans un trou de souris. Je pris les devants, parlant la plupart du temps, pour éviter une séance gênante à mon collègue qui subissait clairement. Si j'éprouvais de l'empathie, je crois que j'aurais eu de la peine pour Mike. Enfin, je devais en ressentir un tant soit peu, puisque, je me mis en avant pour raconter et répondre aux questions (connes) de l'administratif. Elle ne voulait pas prendre sa retraite ? Je suis certaine que même si elle est jeune, cela serait bénéfique pour tout le monde. Enfin bon, ce fut long, chiant et agaçant à la longue. Mike, complétait les éléments techniques. Je me sentais agacée de plus en plus... pourquoi elle ne pouvait pas attendre qu'on se change ? Sérieusement, on est ruisselant et on a l'air fin tout mouillé ainsi. Je lui fis d'ailleurs la remarque, mais elle l'ignora. J'hésitai à me lever sans aucune gêne et la planté là, quand un des militaires nous tendit des serviettes. Ce fut bienvenu, pour m'essuyer visage et mes longs cheveux.

La nouvelle tomba, il fallait attendre que l'antre du scientifique soit à nouveau opérationnelle, pour travailler dedans... tu m'étonnes avec toute l'acide qu'il y avait... les plantes allaient que peu apprécier, ainsi que le matériel électronique maintenant imbibés. Heureusement, qu'on se transmettait nos recherches par mails... il pourrait au moins travailler dessus, en attendant que tout soit réparé. Hors, c’est horrible, pour n’importe quel chercheurs, de devoir attendre dans l’anxiété que ses données ne soient pas fichue en l’air… Franchement, Groot avait été une mauvaise idée, mais il ne pouvait pas prévoir que cette plante irait jouer le ballon dans une fête foraine.

On fut enfin libéré, je sortie de la salle, m'étirant les bras en l'air et le dos. J'avais horreur de perdre mon temps ainsi. Surtout que Weir est sacrément relou, comme femme, elle a besoin de TOUT savoir, limite si elle n'aurait pas voulue savoir quel sous-vêtement ont avait en ce moment. Remarque, elle avait pu deviner les miens en dentelle noire avec ma chemise moulante et humide. Enfin bref, j’ignorai l’heure qu’il était mais au vu de la lumière décroissante, il devait ne pas être loin des 20h. Mike s'excusa... mon regard alla trouver le siens fortement amusée, il est meugnon quand il fait ça tiens, avec sa petite bouille toute génée.

« Ne vous excusez pas, ce n’est pas de votre faute Mike. » J'allai lui sortit une connerie, pour le faire rire, mais cela aurait pu avoir une remarque coquine, alors je m'abstenue. Il serait capable, de reprendre de belles couleurs rouges si je lui dis : vous irez vous venter que vous m'aviez mouillé. Quoique, je suis bien tentée... juste pour le taquiner. Mouai, il va croire à des avances, déjà que je l'ai chevauché involontairement.

« Il y a des laboratoires près de l'infirmerie, qui pourraient vous accueillir le temps que le vôtre soient réparés ». À mon tour je regardai ma montre, oui, il serait bien temps de manger, j'ai une faim de loup ! Alors, que j'allai lui informer de cet état, il me précédant m'invitant au bar Athosien. Mais, qu'elle est bonne cette idée ! Je lui fis un grand sourire.
« Avec plaisir ! "Minou" » Bon, voilà, il venait d'être renommé comme prévu. Le sobriquet était dit en français, je n'étais pas certaine qu'il ait comprit sa signification. Ignorant s'il avait des notions dans la langue de Molière. Au pire, il irait regarder dans un dico. Décidément, il y tenait à s'excuser, donc il n'allait pas couper à une petite taquinerie de ma part.
« Je suis curieuse de savoir ce que vous ferrez pour vous faire pardonner, le jour où vous me ferez vraiment enduré quelque chose... » Oui, car bon, là il y avait pire et je n'en souffrais pas. Si j'avais été blessée d'accord mais bon. Je ne pus m'empêcher de nous imaginer en mission et que sa maladresse entraine une situation ubuesque, une chute etc.
« On se rejoint là-bas alors. J’ai envie d’une douche chaude et de me changer »


END 12/01/2017 >>> suite au Bar athosien


© Starseed

_________________
    I'm a nightmare dressed like a daydream
    Double comptes : Isia Taylor-Laurence & John Sheppard & Naalem Lays & Elana Ravix //écriture : palevioletred
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Atlantis Insurrection :: Cité d'Atlantis :: Niveau 7 - Zone Scientifique et Technique :: Laboratoires-