Atlantis Insurrection
"Personne ne demande à devenir un Héros, sauf que parfois ça finit comme ça..."

Et si ce Héros, c'était toi ? Tu es l'un des meilleurs dans ton domaine (Biologiste, Chirurgien, Infirmier, Diplomate, Démineur, Maître chien...) et on te propose de participer à l'expédition la plus fabuleuse mais aussi la plus dangereuse : l'expédition Atlantis.
Auras tu le cran de rejoindre Atlantis pour découvrir ses mystères et affronter les dangers de cette galaxie ?

Tu peux aussi incarner les personnages importants de la série (Weir, Sheppard, McKay, Lorne, Teyla....) Bon niveau RP demandé.
On recherche de nombreux personnages inventés.
http://www.atlantisinsurrection.com/t387-personnages-vacants


Si tu te sens capable de franchir ce pas, tu es des nôtres ! Clique sur l'image ;-)


RPG sur Stargate Atlantis
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Dim 8 Jan - 18:13
Invité
Invité
avatar


Better Place
Matt & Evelyn

J'ai cru que la soirée allait bien finir par se terminer en bain de sang. Alors que je précède le sergent Eversman avec une petite trousse de secours pour m'occuper de sa blessure de guerre, je repense à la scène qui s'est jouée devant mes yeux il y a quelques instants à peine. J'aurais du me douter qu'elle allait se venger mas en fait, je crois que je ne m'attendais pas à ce qu'elle le fasse là de suite. Tout se passait pourtant bien, à mon grand étonnement, je passais un bon moment avec le sergent et voilà que la doctoresse est arrivée et avant même que je comprenne comment et pourquoi, Matt s'est retrouvé la lèvre en sang et d'après le regard qu'il avait, je crois qu'il ne s'attendait pas non plus à ce genre de réaction. Nos pas résonnent dans les couloirs de la cité alors que je suis à la recherche d'un endroit plutôt calme. C'est par hasard, au détour d'un couloir que je tombe sur la fameuse salle des écumes, celle dont j'ai entendu parler tellement de fois. Alors que j'arrive au bord de la terrasse, je me dis que finalement ce n'est pas vraiment le meilleur endroit... C'est plus romantique qu'autre chose et être ici avec le Sergent me met mal à l'aise. Je me racle la gorge et je me tourne vers lui, un peu gênée.

- Si vous voulez on peut aller soigner ça ailleurs...


Machinalement, de ma main libre, je vais tirer sur le bas de ma robe. Pourquoi ? réflexe complètement stupide je dois bien l'avouer. L'ambiance est pesante et je crois même qu'elle est pire que celle qu'il y avait dans mon bureau lors de ce fameux entretien... Je reste sans rien dire, j'attend qu'il dise quelque chose, pitié faites qu'il dise quelque chose.... Je retiens mon souffle et je pense que si il reste lui aussi sans rien dire, je vais mourir asphyxiée d'ici quelques secondes je pense. Je jette un coup d'oeil autour de moi, cette salle a vraiment quelque chose de spécial et j'ai du mal à me dire que c'est seulement la première fois que je la trouve alors que je suis ici depuis maintenant presque 2 ans. Bon vu que personne n'a l'air décidé, je finis par aller m'installer sur un fauteuil. Au moins comme ça, si il décide de partir, à défaut de le soigner, je contemplerais la vue qui s'offre à moi. D'un geste de la tête je lui désigne le fauteuil en face de moi.

- Ne vous en faites pas, je ne vais pas vous mordre...

Petite allusion à sa mésaventure d'il y a quelques minutes. Je souris histoire de détendre un peu l'atmosphère. Maintenant, la balle est dans son camp, c'est à lui de voir ce qu'il veut faire.

© Pando
Revenir en haut Aller en bas
Dim 8 Jan - 18:52
avatar
√ Arrivée le : 08/12/2012
√ Age : 27
√ Messages : 9192

Dossier Top Secret
√ Age: 32
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Wraith
Voir le profil de l'utilisateur

Better Place



La soirée se déroulait très bien. Il y avait de l’ambiance, de la bonne musique et beaucoup de gens qui s’amusent. La peau de vache d’Isia avait fait voler cette petite bulle de bonheur en l’agrippant par le col avant de lui mordre méchamment la lèvre. La surprise et l’incompréhension passées, Eversman n’avait qu’une envie : la tabasser. Certains avaient bien pris conscience du danger imminent qu’il représentait et s’étaient interposés entre eux. L’ambiance était retombée de quelques degrés malgré la musique. De mauvaise humeur, le Ranger n’avait plus envie de danser et s’amuser. Il ne sut vraiment pourquoi il quitta la soirée et se retrouva à suivre la psychologue, tête baissée. Son cadeau était resté là-bas, il n’y pensait même plus et ne voyait plus que l’image mentale d’Isia. Leur prochaine rencontre risquait d’être explosive. Il ne laisserait pas ça passer.

La psychologue l’emmena dans un endroit calme, loin du tumulte. Le son de sa voix attira son attention, le délogeant de ses pensées malsaines. N’ayant pas écouté ses propos, il est incapable de lui apporter une réponse correcte et se contente d’un espèce de grognement avant de rebaisser la tête. Il finit par s’installer dans l’un des fauteuils, l’air toujours aussi renfrogné. Cette fois, la remarque ne passa dans l’oreille d’un sourds.

« Très drôle… »

D’un revers de paume, il essuya le liquide rouge qui s’écoulait de sa lèvre avant de repositionner sa main dans la poche de son pantalon.

« Complètement folle cette fille… »

Ce murmure n’était pas destinée à son interlocutrice. Il ne l’observait même pas, son regard étant dirigé vers l’océan.




@ pyphi(lia)

_________________

merci Sheppy !                               couleur : darkcyan
Revenir en haut Aller en bas
Mar 10 Jan - 10:02
Invité
Invité
avatar


Better Place
Matt & Evelyn

Je me mordille les lèvres, ma petite blague n'a pas vraiment eu l'effet escompté et au lieu d'avoir détendu l'atmosphère, j'ai même l'impression que c'est l'inverse. Sans rien dire, les yeux baissés, je me contente de sortir ce qu'il faut pour soigner les lèvres du militaire. Je lève les yeux lorsqu'il sort que Isia est complètement folle et je ne peux pas m'empêcher de sourire et de laisser échapper un petit rire.

- Oh non, elle n'est pas folle, croyez moi...


Doucement, je m'approche de lui, la compresse avec le désinfectant dans la main pour qu'il ne se mette pas sur la défensive et pour qu'il me laisse l'approcher sans broncher.

- Elle est juste extrême dans ses façons de faire...

J'ai bien envie de lui dire que dans ce genre de monde, là où les hommes sont omniprésents, les femmes n'ont pas forcément le choix que de faire preuve d'imagination pour éviter de passer pour une petite chose fragile aux yeux de tout ces mâles au trop plein de testostérone. Délicatement, j'applique la compresse sur la morsure.

- Je m'excuse si ça pique...

Ça, c'est tout moi. Toujours en train de m'excuser pour des choses que je ne contrôle pas forcément. Je suis même capable de m'excuser quand il pleut alors que je n'en suis pas responsable. Un orage ? Je m'excuse. Une bagarre dans la pièce où je me trouve ? Je m'excuse encore. Pas étonnant que j'agace certaines personnes. Je secoue doucement ma tête et je continue les soins. Heureusement, Isia n'a pas été le mordre jusqu'au bout et grand dieu merci, elle ne lui a pas arraché de morceau. La petite plaie est superficielle mais il risque d'avoir un beau bleu à l'endroit où elle a incrusté ses dents. J'ai encore envie de faire une blague pour tenter de le détendre un peu, mais connaissant le caractère du Sergent, je me retiens et je la garde pour moi. D'ailleurs, rien qu'en y pensant, elle me fait sourire. Une fois la plaie nettoyée et désinfectée, je me redresse.

- C'est superficiel par contre vous risquez d'avoir un hématome et un bleu...

Je regarde autour de moi et je pousse un soupir. Des glaçons auraient été très utiles mais nous sommes partis rapidement de la salle. Je me racle la gorge et je range ce que j'ai sorti. A mon tour, je me tourne vers l'océan, ne sachant pas trop quoi dire ni même quoi faire. D'ailleurs, je ne sais même pas pourquoi je reste ici ni même pourquoi le soldat est toujours là lui aussi.

- Je... je vais aller ranger tout ça...

Je me lève un peu trop rapidement et ma maladresse légendaire décide de frapper une nouvelle fois. La bouteille de produit, que j'ai mal fermée, bascule et va se vider sur le Sergent. Alors que la bouteille vide tombe au sol, je le regarde, les lèvres pincées, ne sachant pas si je dois rire ou m'échapper.

- Bon... Au moins nous sommes quittes. Désolée.

Je fais bien entendu référence au contenu de son verre qu'il m'a vidé dans le dos. Cette fois, mes excuses sont justifiées puisque je suis responsable de tout ça. Debout, immobile, je m'attend à ce qu'il lance les hostilités.

© Pando
Revenir en haut Aller en bas
Mer 11 Jan - 15:55
avatar
√ Arrivée le : 08/12/2012
√ Age : 27
√ Messages : 9192

Dossier Top Secret
√ Age: 32
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Wraith
Voir le profil de l'utilisateur

Better Place



C’est vrai qu’une nana qui mord la lèvre d’un autre en guise de vengeance n’est pas une personne complètement folle. Cela paraissait insensé aux yeux du Ranger. Bien sûr il s’était attendu à ce que cela ne reste pas impuni mais certainement pas de cette façon-là. C’était loin d’être une demi-mesure mais bon après Standford était bien mieux placé que lui pour juger de la santé mentale des autres. Continuant de ronger son frein en silence, le Sergent laissa la jeune femme s’occuper de sa lèvre. Sortir une trousse de soins pour ça, c’était peut-être exagéré. Elle devait être en bonne santé cette chirurgienne. Quoique elle était peut être porteuse de la rage. Manquait plus que la bave aux coins des lèvres.

Maintenant il aurait d’expliquer la raison de ce bleu sur son visage les prochains jours même si peu de membres du personnel avait dû rater l’acte de la jeune femme. Les rumeurs circulaient rapidement sur Atlantis. Au mieux, on le considérerait en couple avec elle ou au pire on penserait qu’il s’est fait largué plutôt méchamment par elle. Quelle horreur… Ces idées sombres lui provoquèrent un frisson qui lui parcourut l’échine. La réalité le rattrapa quelques secondes plus tard.

« Oh put*** »

Quelque chose fut renversé de froid sur le haut de sa chemise. Cela le fit de suite réagir, se relevant de son fauteuil pour tenter d’esquiver la source mais c’était déjà trop tard. Le vêtement était désormais humide et surtout bien collant. Il ne peut que constater les dégâts, tirant un peu sur la chemise rouge avant qu’elle ne reprenne sa place contre son torse. Super la fin de soirée. Le regard d’Eversman remonte lentement en direction de la psychologue, qui lui présente vaguement ses excuses avant de lui dire qu’ils sont désormais quittes. Il eut quelques secondes d’hésitation avant de se remémorer qu’il lui a fait subir le même traitement plusieurs minutes auparavant.

« C’est pas grave. »

Ces mots furent accompagnés d’un haussement d’épaules, un petit sourire fit même son apparition quelques instants sur ses lèvres avant de disparaître. Bon de toute façon, il ne comptait pas la remettre cette chemise. L’odeur du désinfectant était assez forte, on aurait dit qu’il venait de se lever avec le produit plutôt qu’en utilisant de l’eau.

« Je vous avais proposé une danse en guise de dédommagement moi…. Vous proposez quoi, Stanford ? »

La danse, ils pouvaient oublier vu qu'il n'y avait pas de musique dans cette pièce.




@ pyphi(lia)

_________________

merci Sheppy !                               couleur : darkcyan
Revenir en haut Aller en bas
Ven 13 Jan - 9:55
Invité
Invité
avatar


Better Place
Matt & Evelyn

Je grimace lorsque j'entend l'injure qui s'échappe de la bouche du Sergent. Je dois m'attendre à quoi maintenant ? A une vengeance ? Je le vois lever lentement les yeux vers moi et je ne peux m'empêcher d'afficher un sourire désolé. Heureusement, il n'a pas l'air de me tenir rigueur de cet incident puisqu'il me fait savoir que ce n'est pas grave. Je me détend presque instantanément et mes muscles cessent immédiatement d'être crispés. Pfiou je l'ai échappé belle et si il n'avait pas fait cette même erreur durant la soirée, je n'ose même pas imaginer qu'elles auraient été ses représailles. Il affiche même un léger sourire ce qui finit de me détendre pour de bon. Je crois que depuis que je le "connais", c'est la première fois que je le vois sourire. Bon d'accord, il ne sourit pas longtemps mais il sourit quant même !

Je m'apprête à le laisser pour aller ranger ce que j'ai emprunté à l'infirmerie, mais sa phrase me surprend. Je me tourne vers lui et machinalement, je fais un pas en arrière. Je le fixe un peu étonnée par ce qu'il vient de me dire et il me faut quelques secondes avant de comprendre que c'est à moi de parler. Je me pince les lèvres, embarrassée.

[i]- Euh... c'est une très bonne question...


Sans vraiment m'en rendre compte, je fais un nouveau pas en arrière, prête à bondir si l'occasion devait se présenter.

- Vous avez quelque chose à proposer ?

Je déglutis, mal à l'aise. Depuis John, c'est la première fois que je me retrouve seule dans une même pièce avec un homme. Bon là pour le coup, le fait que j'ai en face de moi Eversman ne m'aide pas vraiment à me rassurer. Certes, nos relations se sont améliorées depuis notre travail sur les équipes, mais je dois bien avouer qu'il y a quelque chose chez lui qui m'impressionne. Et puis comme je sais qu'il n'est pas non plus du genre à se laisser marcher dessus, ça me fiche encore plus le stress. Je me racle la gorge et je pose le matériel de soin sur un fauteuil avant de faire une nouvelle bêtise qui je pourrais regretter. Je croise les bras sur ma poitrine, je fronce les sourcils quelques secondes avant de lui dire quelque chose.

- Arrêtez de me fixer comme ça, c'est assez... perturbant...

J'ai envie d'ajouter que ça me donne l'impression qu'il va me sauter dessus à tout instant mais je ne dis rien. Cette phrase risque de porter à confusion si elle m'échappe. Je sais qu'il faut que je trouve quelque chose à lui proposer et vite.

- Je vous aurais bien proposé un dîner, il paraît qu'on mange bien au restaurant.... Un dîner ça vous dit ? parce que je n'ai rien d'autre en tête à cet instant précis donc que ça vous plaise ou non, ça sera un dîner pour me faire pardonner.

J'ai parlé à toute vitesse, sans même prendre le temps de respirer. Je prend une profonde inspiration et c'est presque en apnée que j'attend la réponse du Sergent.

© Pando
Revenir en haut Aller en bas
Sam 14 Jan - 14:12
avatar
√ Arrivée le : 08/12/2012
√ Age : 27
√ Messages : 9192

Dossier Top Secret
√ Age: 32
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Wraith
Voir le profil de l'utilisateur

Better Place



Le fait de passer davantage de temps en sa compagnie ou du moins de lui devoir quelque chose semblait l’embarrasser. Standford multiplia les pas en arrière avant de s’immobiliser. Elle semblait prise d’une soudaine gastro tant ses traits semblaient tirés. Il avait bien effectivement quelques idées à lui proposer, rien de bien engageant et contraignant mais le Ranger avait envie que cela vienne d’elle. Après tout, rien ne l’engageait à continuer de lui parler. Elle pouvait très bien partir. Sa nouvelle petite réplique sur son regard fit réapparaître un sourire sur ses lèvres. IL avait bien le droit de fixer son interlocutrice, cela s’appelait même de la politesse.

« Ok Chef. »

Il répliqua tout en détournant quelque peu la tête avant de fatalement revenir quelques instants plus tard sur sa personne. C’est trop fort pour lui. Le sourire avait un peu perdu en intensité mais demeurait sur ses lèvres. Evelyn finit par se coucher en proposant d’aller diner au restaurant. Enfin non, elle s’épancha quelques secondes avant de conclure et de donner enfin sa proposition. Il avait eu l’habitude de la connaître sèche et avec des propos allant droit au but. C’est dingue comme le fait de ne plus la voir derrière un bureau et surtout en situation de force changer la donne. Là, elle semblait bien fébrile alors qu’il ne représentait en rien un danger ou qu’il ne l’obligeait en rien à rester.

« J’aime l’idée du diner mais… »

Personne ne pouvait resister à l’appel du ventre et certainement pas lui.

« C’est Noël aujourd’hui. Les cuistos sont en train de danser à la fête… On risque de trouver porte close. »

Ce n’était pas un risque mais plutôt une affirmation. Le personnel disposait de deux jours de fêtes pour ce réveillon même si bien sûr le mess serait bien sûr ouvert aux horaires habituels le lendemain pour combler les gourmands. Il fallait bien que la Cité continue de vivre durant ces deux jours mais avec le strict minimum de personnel pour que chacun puisse en disposer au maximum. Bon il espérait ne pas passer pour le rabat joie de service et laissa quelques instants à la psychologue pour trouver une autre idée. Il s’attarda sur sa chemise dont il ne supportait vraiment pas l’odeur mentholée.

« Je vous propose un truc. Il faut que je change de haut. Vous avez le trajet jusqu’à mon quartier pour trouver une idée de dédommagement. OK ? »





@ pyphi(lia)

_________________

merci Sheppy !                               couleur : darkcyan
Revenir en haut Aller en bas
Dim 15 Jan - 22:42
Invité
Invité
avatar


Better Place
Matt & Evelyn

Bon je savais très bien qu'en lui disant d'arrêter de me fixer ça allait avoir tout l'effet inverse mais comme on dit, qui ne tente rien n'a rien. Je me racle la gorge et je ramène une énième fois cette mèche rebelle qui fait encore des siennes. Il opine mais revient à la charge quelques secondes après. Et ce sourire... Mais pourquoi sourit-il comme ça ?! ça aussi ça me met mal à l'aise. Heureusement ma proposition pour me faire pardonner arrive à point nommé pour changer de sujet. Sauf que malheureusement pour moi, cette proposition n'est pas valable et le Sergent ne manque pas de me le faire savoir. Je fronce le nez et je me pince les lèvres. Bon je ne parlais pas d'un dîner ce soir, mais à l'évidence, il veut à tout prix que je lui propose quelque chose à faire immédiatement. Je fais mine de ne pas avoir compris et je lui demande, sur un ton surpris.

- Ah vous voulez que je me fasse pardonner ce soir ?

A mon tour, j'affiche un sourire durant quelques secondes et je reprend mon sérieux avant d'ajouter.

- Effectivement, c'est un problème...

Je croise les bras sous ma poitrine et j'essaye de trouver une solution de replis. Je suis en pleine réflexion quand le Sergent prend une nouvelle fois la parole. Une proposition ? Je l'écoute alors qu'il me fait part de son idée. Le trajet jusqu'à ses quartiers ?! Je le fixe, un peu perplexe. Je sais que j'ai l'air de quelqu'un de coincé, de frigide même il paraît, mais ça à la limite, je m'en fiche. Voyant qu'il a l'air bien décidé à avoir son dédommagement ce soir, je lui fais un signe de la tête pour lui indiquer que le marché est conclu. J'attrape le matériel emprunté à l'infirmerie, je le rangerai au passage. D'un signe de la tête, je lui montre la porte.

- Après vous Sergent...

Je le laisse passer et je le suis tout en prenant soin, intentionnellement ou pas je n'en sais rien, de laisser un certaine distance entre nous. Le silence se fait sur le trajet vers les quartiers, au passage j'en profite pour rapidement déposer ce que j'ai emprunté à l'infirmerie et je suis les pas du Sergent. A croire que tout le monde est à la fête puisque nous croisons personne dans les couloirs.

Lorsqu'on arrive à ses quartiers, je patiente dans le couloir et je continue de chercher quelque chose même si je trouve que cette histoire en devient presque ridicule. Dés qu'il est sorti, je me tourne vers lui.

- Un passage par les cuisines ça vous tente ? On trouve quelques trucs à manger et on va s'installer euh... dans un endroit sympa ?

Je viens de lui sortir ça sans grande conviction mais d'après ce que j'ai compris, Eversman a un immense appétit. Et comme me l'indique mon ventre qui gargouille, il est peut être temps de passer par la case ravitaillement.


© Pando
Revenir en haut Aller en bas
Mer 18 Jan - 16:11
avatar
√ Arrivée le : 08/12/2012
√ Age : 27
√ Messages : 9192

Dossier Top Secret
√ Age: 32
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Wraith
Voir le profil de l'utilisateur

Better Place



Le marché conclu, Eversman se remit sur pieds et s’approcha du dispositif d’ouverture des portes. Un passage de la main devant le commutateur et ils purent quitter ce charmant endroit pour retrouver les couloirs de la Cité. Même d’ici on parvenait à entendre la sono qui donnait plusieurs étages plus haut. Au moins la fête n’avait pas été gâchée pour tout le monde. C’était bien que le personnel s’amuse. Les jours de fête étaient rares, il fallait en profiter au maximum. Le trajet se fait sans un mot. Repérant la psychologue un peu en retrait derrière lui, Eversman pensa qu’elle n’avait peut être tout simplement envie de passer un moment avec lui mais finalement elle la suivit jusqu’à son quartier.

Le col de la chemise fut agrippé, il dût tirer fermement pour ôter cette désormais seconde peau odorante avant de finalement s’en débarrasser sur la chaise de son bureau. Un rapide passage vers l’armoire pour récupérer un t-shirt mais aussi une veste. Ce n’était pas celle de l’équipement officiel mais plutôt une rouge ornée de trois bandes blanches. Maintenant qu’ils n’étaient plus à la fête en train de danser, la température semblait avoir nettement diminué. Il fit au plus vite mais s’attendait presque à ce qu’elle ne soit plus là à son retour. Finalement Stanford était bien là et lui proposa de suite une rasia dans les cuisines de la base.

« OK. » Un sourire illumina son visage, il avait vraiment faim maintenant qu’il y pensait. Les petits fours et autres gâteaux apéritifs, ça n’aide pas à remplir l’estomac. Remarquant la tenue légère de la jeune femme, il lui fit une proposition avant de quitter son quartier.

« Vous voulez une veste pour ne pas prendre froid ? »

La question réglée, les deux se lancèrent à l’assaut des cuisines ou plutôt dans leur direction. La jeune femme demeurait toujours en retrait par rapport à lui ce qui commençait à le gêner. Mains dans les poches ventrales de la veste, il les mena jusqu’aux portes closes des cuisines. Avant de franchir la caverne d’Ali Baba, le Ranger préféra être clair avec elle.

« Faut pas vous sentir obligé de faire tout ça pour mes beaux yeux, Stanford… »

Il n’avait pu s’empêcher de la charrier avant de porter une main sur l’une des portes battantes. Impossible de la pousser, elles étaient verrouillées mais un simple passage de sa carte dans le lecteur lui ouvrit l’accès. A peine venaient-ils de poser les pieds à l’intérieur que les lumières s’activèrent leur permettant d’apprécier la grandeur de telles installations. Des batteries de casserole, d’assiettes mais aussi d’immenses espaces pour préparer les plats. C’était bien la première fois qu’il découvrait cet endroit sous cet angle, vide et sans aucune agitation.

« On fait comme on a dit : vous me préparez un bon petit plat et moi je mets la table. Ok ? »






@ pyphi(lia)

_________________

merci Sheppy !                               couleur : darkcyan
Revenir en haut Aller en bas
Mer 18 Jan - 18:56
Invité
Invité
avatar


Better Place
Matt & Evelyn

Je pousse un soupir de soulagement lorsque le sergent me fait savoir que cette fois, ma proposition lui convient. Après tout, vu l'heure je pense que tout comme moi, il a un petit creux et rien de mieux que les cuisines pour trouver de quoi calmer les ardeurs de nos estomacs. Et puis comme c'est soir de fête, peut être qu'on trouvera quelques trucs sympas qui traînent. Je m'apprête à me mettre en route vers les cuisines lorsque la voix du soldat me stoppe net. Avant qu'il ne me pose la question, je ne m'étais pas rendue compte qu'effectivement il faisait beaucoup plus froid que toute à l'heure et étant donné que nous ne sommes plus dans la foule, la chaleur commence à manquer. Je me pince les lèvres et je frissonne. Avec un petit sourire, je lui répond.

- Si ça ne vous dérange pas, je veux bien merci...

C'est donc vêtue d'une veste du Sergent que je prend le chemin de la cuisine en compagnie du militaire. je suis légèrement en retrait par rapport au soldat et ça me va très bien. Il va sûrement trouver ça étrange mais tant pis. Ce n'est pas spécialement contre lui, mais j'ai toujours été comme ça, à prendre mes distances avec les gens. C'est seulement lorsque nous arrivons devant les portes de la cuisine que le sergent décide de m'adresser la parole. Sa réflexion me surprend un peu mais je ne peux pas m'empêcher de sourire.

- Si seulement vous aviez de beaux yeux Sergent...

Mon sourire s'élargit et chose assez rare, je lui fais un clin d'oeil. Je me racle la gorge me rendant compte de mon audace et je retombe dans le silence alors que le soldat s'occupe de nous ouvrir les portes de la caverne aux merveilles. A peine rentrée, je ne peux pas m'empêcher de m'extasier devant toutes les installations derniers cris. Bon certes, ce n'est qu'une cuisine professionnelle rien de bien transcendant mais tout de même. Il y a de quoi faire et je suis convaincue qu'on va trouver notre bonheur pour la soirée.

- Si avec ça on arrive pas à se faire quelque chose à manger...

Je parle plus pour moi que pour le militaire mais il peut parfaitement entendre ce que je viens de dire. D'ailleurs, j'entend très bien ce qu'il me dit aussi. Je tourne le visage vers lui, faussement choquée.

- D'où est ce que ça sort que je dois faire à manger ? Ce n'était pas compris dans le contrat ça.

Je croise les bras sur la poitrine amusée. Sans trop vraiment m'en rendre compte, je passe une soirée agréable et contre toute attente, elle l'est en partie grâce à la compagnie du sergent.

- Et puis ça se trouve, je suis mauvaise cuisinière.

Bon d'accord la cuisine n'a jamais été mon fort et ça, mon ex savait très bien me le faire comprendre. Sans un mot de plus, je me dirige vers les placards pour tenter de trouver quelque chose de comestible et surtout de pas trop long à cuisiner. Je retire la veste que je pose soigneusement sur le bord du plan de travail et je retire mes chaussures à talon qui commencent à me faire affreusement mal aux pieds. Sans m'en rendre compte je me met à fredonner une chanson connue alors que je m'occupe de couper des tomates et de la mozzarella.


© Pando
Revenir en haut Aller en bas
Ven 20 Jan - 20:40
avatar
√ Arrivée le : 08/12/2012
√ Age : 27
√ Messages : 9192

Dossier Top Secret
√ Age: 32
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Wraith
Voir le profil de l'utilisateur

Better Place



Devant l’air faussement couroussé de la psychologue, Eversman n’eut qu’une envie, la taquiner davantage. Ce côté gamin ne le quittait jamais, il adorait le jeu et le risque cherchant toujours à en repousser les limites, à contourner les règles.

« Ah bon, il y a un contrat entre nous deux ? »

Nous deux. C’était très étrange d’employer ses deux termes tant les deux personnes avaient été en contrariété dernièrement. Si on lui avait dit qu’il partageait un moment avec Evelyn Stanford dans les cuisines, le Ranger aurait certainement cru qu’il y était présent pour se débarrasser du corps, pas pour un éventuel repas. La vague tentative de se dédouaner en invoquant de piètres talents culinaires n’était pas recevable à ses yeux et il le fit aussitôt savoir.

« Je prends le risque. »

Un haussement des épaules acheva son attitude désinvolte avant qu’il ne se lance à la recherche de couverts et assiettes. Oh c’était là une bien grande tâche pour une personne si peu organisée. Là, il avait l’impression de débarquer chez Ikéa où chaque chose à sa place. Tout est bien aligné. Il ne peut s’empêcher d’être émerveillé devant certains ustensiles de cuisine qui lui sont totalement inconnus et bien entendu, il chercha aussitôt à les utiliser ou du moins à les manipuler. On aurait dit un gamin lâché dans un magasin de jouets. Cela ne l’empêcha pas d’apprécier la petite mélodie qui lui venait aux oreilles avnat qu’il ne la reconnaissance.

« Euh Stanford. Je vous savais pas amatrice de la Reine des Neiges… »

Un rire s’échappa. Là il détenait un sacré moyen de pression, dommage qu’il ne possède pas de moyen pour enregistrer cette performance artistique. Une psychologue chantant « Let it go », il y avait de quoi obtenir une promotion immédiatement et surtout de très bons rapports psy. Une aubaine pour lui. Raaa elle venait de le lui mettre en tête maintenant. Fichue musique. C’est donc avec cette jolie musique qu’il tenta de ne pas fredonner qu’il partit chercher le nécessaire pour la table et le disposa sur une table de la cuisine. Bon c’était pas très glamour avec les plateaux du mess… Les recherches n’étaient pas terminées pour autant, l’homme avait une idée en tête et était bien décidé à retourner les placards et différentes étagères pour décôter ce graal. Ce ne fut pas bien difficile en fait. Rapidement il tomba sur les différents ingrédients nécessaires et sa lança aussitôt dans la préparation de deux mojitos maison. Bon il avait peut-être eu la main légère sur le rhum, après tout c’était Noël.

« L’apéro est servi ! »

Il n'y a pas d'heure pour l'apéro.



@ pyphi(lia)

_________________

merci Sheppy !                               couleur : darkcyan
Revenir en haut Aller en bas
Lun 23 Jan - 11:38
Invité
Invité
avatar


Better Place
Matt & Evelyn

Un contrat entre nous deux ? Je me tourne vers lui, la bouche ouverte façon poisson rouge et je reste muette quelques secondes avant d'afficher un petit sourire.

- Allez savoir...

Sans rien ajouter de plus, je reprend la préparation de ma petite salade qui va servir d'entrée à notre petit dîner. Je souris une nouvelle fois quand il me répond qu'il prend le risque de goûter à ce que je prépare. Les pieds nus sur le carrelage, je fredonne et je met en place les tomates et la mozzarella dans deux assiettes alors que pendant ce temps, le soldat s'affaire à mettre la table. Si on m'avait dit il y a quelques jours que j'allais prendre un repas en tête à tête avec Eversman, je ne l'aurais sans doute pas cru. Seulement voilà, nous sommes dans cette cuisine, tout les deux, à se préparer un repas. Depuis qu'on a fait ce travail sur les équipes, il faut bien avouer que la tension entre nous s'est peu à peu effacée mais j'étais tout de même loin de m'imaginer que les choses prendraient une tournure aussi surprenante entre nous. Cette danse... ce repas. On verra bien où tout ça va nous mener... C'est la voix du militaire qui me ramène sur Terre et je rougis lorsque je me rend compte que je suis effectivement en train de fredonner un air de la Reine des Neiges. Je me racle la gorge et j'essaye de noyer le poisson histoire de...

- C'est surtout que c'est le genre d'air qui vous reste en tête beaucoup trop longtemps.

Je me tourne vers lui, une assiette dans chaque main. Je souris quand je me rend compte qu'il nous a mis la table. Je pose les assiettes et je m'installe. Je me pince les lèvres et je souris lorsque je le vois revenir vers moi avec deux mojitos bien frais. J'attrape délicatement le verre qu'il me tend, frôlant sa main au passage. Je fais comme si de rien était et je pris pour que ma couleur de peau ne change pas et ne vire pas au rouge tomate. Je tend mon verre vers le sien.

- Joyeux Noel...

Je porte le verre à mes lèvres et j'avale une longue gorgée. Le rhum me brûle légèrement la gorge mais la fraîcheur de la menthe, du citron et de la glace pilée la soulage aussitôt.

- Un délice...

D'un geste de la tête, je lui fais signe d'aller s'installer. Je le suis et je m'installe en face de lui. Bon d'accord ce n'est qu'une simple assiette de tomates et de fromage mais c'est frais et j'avoue qu'avec toutes ces émotions ça ne fait pas de mal. Je m'empresse tout de même de rassurer le militaire.

- Ne vous en faites pas, il y a une casserole de pâtes qui chauffe. Je ne vous met pas au régime.

Nouveau sourire, je lui pose une question.

- Ça vous ennuie si on s'appelle par nos prénoms ? Après tout nous avons dansé ensemble et nous nous apprêtons à partager un repas...


© Pando
Revenir en haut Aller en bas
Mar 24 Jan - 22:00
avatar
√ Arrivée le : 08/12/2012
√ Age : 27
√ Messages : 9192

Dossier Top Secret
√ Age: 32
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Wraith
Voir le profil de l'utilisateur

Better Place



La première gorgée de mojito fut un délice avant qu’une fine goutte d’alcool ne coule sur sa lèvre inférieure et ne le fasse grimacer. On aurait pu croire qu’il ne supportait pas la dose conséquente d’alcool mais ce serait mal connaître le Ranger. On ne pouvait pas être DJ d’une soirée et ne carburait qu’au coca zéro. Il répondit positivement au signe de la tête de la jeune femme allant s’installer sur cette table pleine de romantisme. Il n’y avait d’ailleurs aucune raison d’être romantique, ils n’étaient là que pour passer un moment ensemble et surtout partager un diner. Elle dut remarquer la moue du Sergent lorsqu’il vit arriver l’assiette. Des tomates, de la mozarella. Il n’était franchement pas un fan de cette cuisine diététique. Stanford sembla deviner ses pensées le rassurant sur le fait qu’il y aurait des pâtes ensuite.

« Vous savez comment parler aux hommes, Stanford. »

Il attaqua son assiette d’un bon coup de fourchette. C’était frais et bon. Cela faisait du bien de se remplir l’estomac après toutes ses émotions. La psychologue fit alors une suggestion plutôt étonnante : s’appeler par leur prénom. Il était plutôt courant de s’appeler par les noms de famille par ici, après tout il n’était que collègues mais vu les conditions actuelles, c’était plutôt une bonne chose.

« Ok… Eve… Evy ? »

Le Ranger se rendit compte qu’en fait il n’avait pas vraiment connaissance de son prénom. Il l’avait entendu et vu quelques fois noté sur des papiers administratifs mais n’y avait pas prêté attention. La honte lui monta aux joues, il s’empressa de la cacher sous plusieurs gorgées d’alcool histoire de justifier ce rouge. Le mojito terminé, il reposa le verre un peu plus fort qu’il ‘aurait dû s’excusant d’un haussement d’épaules.

« Je crois que va me falloir une nouvelle boisson… Vous voulez, euh tu veux autre chose ? »

C’était difficile de passer au tutoiement avec elle, il ne parvenait pas à s’y faire, obligé de s’y reprendre à deux fois. C’était étrange et peu naturel de l’appeler par son prénom. Il avait toujours utiliser son nom de famille et c’était rarement associé à des moments très agréables. Pourtant là, cette petite after-soirée se déroulait plutôt bien. Une fois la réposne obtenue, il utilisa ses talents de barman pour réaliser son fantasme avant de revenir avec elle avec sa boisson mais aussi une bière pour lui.





@ pyphi(lia)

_________________

merci Sheppy !                               couleur : darkcyan
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 26 Jan - 17:36
Invité
Invité
avatar


Better Place
Matt & Evelyn

[i]Je manque de m'étouffer avec mon mojito en entendant la remarque du Sergent. Heureusement, le fait que je lui ai demandé de m'appeler par mon prénom semble le mettre lui aussi mal à l'aise et je dois avouer que je ne m'attendais pas à ce genre de réaction. Je souris et je ramène une mèche de cheveux derrière l'oreille.

- Evy, ça suffira.

Je ne rajoute rien d'autre, je me contente de manger mes tomates. En fait, je me rend compte que même si il n'en donnait pas vraiment l'impression, mon estomac avait un sérieux creux et même si c'est quelque chose de léger que je lui propose, cela fait du bien. En face de moi, le militaire ne tarde pas à finir son verre et il me propose de me servir autre chose.

- La même chose que toi ça ira.

Nouveau sourire. Et oui, ce n'est pas parce qu'on est psychologue qu'on ne boit pas. Pendant que Matt s'occupe de nous servir à boire, je vais finir de m'occuper des pâtes. Ces dernières sont cuites juste comme il faut et après les avoir égoutter, je les dispose dans deux assiettes avant de rajouter de la sauce bolognaise que j'ai trouvée dans le frigo. Une petite feuille de basilic sur le dessus pour colorer le tout et voilà le tour est joué. Je prend les deux assiettes, une dans chaque main et je me concentre pour ne pas m'étaler avec. Ça serait dommage de glisser et de se retrouver au sol avec une assiette sur la tête et une autre éparpillée au sol. Sans m'en rendre compte et sous le coup de la concentration, je tire légèrement la langue. Ce n'est seulement que lorsque j'ai posé les assiettes sur la table que je respire, soulagée de voir que pour une fois ma maladresse m'a laissée tranquille.

Ça sera donc une bière pour accompagner tout ça. Je souris et alors que j'enroule les pâtes autour de ma fourchette, je ne peux pas m'empêcher de dire tout haut ce que j'ai en tête.

- Un verre de vin accompagnerait ça tellement bien.

Je lève les yeux vers lui sans réaliser que je me suis mis de la bolognaise sur le bout du nez.

- Alors verdict ? Suis je une catastrophe en cuisine ou c'est passable ?

Ah j'ai l'air fine comme ça avec ma sauce tomate sur le nez et mes joues qui commencent à rougir, résultat du mojito et de la bière.

© Pando
Revenir en haut Aller en bas
Sam 28 Jan - 14:40
avatar
√ Arrivée le : 08/12/2012
√ Age : 27
√ Messages : 9192

Dossier Top Secret
√ Age: 32
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Wraith
Voir le profil de l'utilisateur

Better Place



Le fait de s’appeler par les prénoms n’est pas des plus faciles Le tutoiement pourquoi pas. Après tout l’heure était tardive ou plutôt matinale maintenant, ils avaient un bu et n’était pas en situation de confrontation. Utiliser le prénom de l’autre suggérait un certain lien. Souvent de l’amitié or il n’y avait rien de tel entre les deux. Certes il ne la détestait plus autant qu’avant mais de là à la considérer comme amie, il y avait bien plus qu’un pas, un pont. Et pourtant il était là à partager un repas avec elle. Cette dernière venait même de cuisiner pour lui. Il accompagna l’arrivée du plat d’un grand sourire. C’était certes pas un grand plat mais c’était exactement ce dont il avait envie.

« Humm ça sent bon. »

Et cela avait l’air appétissant. Il dût réfreindre ses instincts pour ne pas embrocher les pâtes du dessus et prendre son temps pour enrouler les pâtes autour de sa fourchette. La première bouchée fut un délice qui combla bientôt son ogre d’estomac. Evy lâcha un remarque qui l’interrompit dans sa seconde fourchette.

« Du vin ? Vous êtes une grenouille, Evy ? »

Le vouvoiement était revenu mais l’emploi du prénom montrait qu’il tentait de passer à un ton un peu plus personnel. Un petit mix entre les deux avant qu’il y parvienne vraiment et sans avoir à réfléchir. Le vin dans sin esprit était synonyme de la France. Il n’y avait qu’eux pour supporter cette boisson qu’il qualifiait lui de vieux. Il ne lui semblait pas que le drapeau francophone soit celui présent sur sa veste mais après tout ce n’était pas un signe bien important. Ici, ils étaient tous atlantes avant d’être américains, canadiens, français. Il remarqua à ce moment la présence de sauce rouge sur son visage mais décida de ne rien dire, se contentant de l’observer en souriant.

« Vous aurez, euh tu auras le droit de recommencer. Et si tu m’avais parlé de tes talents culinaires, je serais venu bien plus vite dans ton bureau…»

Il imaginait bien la jeune femme l’attirer dans son antre avec son plat de pâtes. On tenait les hommes par l’estomac, c’était bien connu. Quelques bonnes bouchées de pâtes furent suivi d’une petite pause destinée à laisser quelques secondes à son estomac avant qu’il ne s’occupe de sa bière. Ce goût ambré, on ne faisait rien de mieux à part peut être le coca.

"Oubliez le vin, Stanford. Buvez votre bière."





@ pyphi(lia)

_________________

merci Sheppy !                               couleur : darkcyan
Revenir en haut Aller en bas
Lun 30 Jan - 14:45
Invité
Invité
avatar


Better Place
Matt & Evelyn

Heureusement, mes pâtes ont l'air de satisfaire plutôt bien le Sergent.. enfin Matt et je dois dire que c'est un soulagement. Et puis comme disait ma mère, un homme ça se tient d'abord par l'estomac. C'est assez surprenant de partager un repas avec une personne qui, il n'y a pas encore si longtemps que ça, n'attendait qu'une seule chose, pouvoir nous en coller une en pleine figure... Mais bon, le destin en a décidé autrement et au lieu de subir les injures du Sergent, je lui ai cuisiné quelque chose à manger. Assis l'un en face de l'autre, c'est comme si nous avions toujours eu l'habitude de partager ce genre de moment ensemble. Alors que je suis en train de me préparer une nouvelle fourchette, ma remarque sur le vin semble avoir surpris Matt. Je lève les yeux vers lui et je hoche les épaules.

- Non, j'ai juste été habitué à ça par mes parents... Ils étaient assez friands de vin français...

Je me mordille les lèvres et je me contente d'avaler une nouvelle fourchette de pâtes. Les secondes passent et je sens le regard du militaire qui me fixe ce qui me met encore un peu plus à l'aise. Alors que je lève les yeux vers lui, je m'aperçois qu'il sourit et avant que je puisse lui demander ce qu'il a, pourquoi il me regarde comme ça, il ouvre la bouche une nouvelle fois pour prendre la parole. Je pose ma fourchette et je croise les bras sur ma poitrine avant de m'adosser bien au fond de ma chaise.

- C'est bon à savoir pour la prochaine fois alors. Ça m'évitera de te courir après dans toute la cité.

Je fais bien sûr référence à la fois où j'ai du lui courir après pendant un long moment avant qu'il ne daigne me laisser l'approcher. Je souris et je tourne la tête vers le plan de travail. J'observe quelques secondes mon reflet dans les portes en inox des placards et je me rend compte que j'ai de la sauce tomate sur le nez. Je me lève rapidement et je vais attraper de quoi me nettoyer le visage. Je relève mes cheveux et je les attache de façon à ce qu'il ne me dérange plus puis je me tourne vers Matt et je le fixe avec un regard suspect.

- Je suis sûre que tu avais vu ce que j'avais sur le nez.

Je souris et je retourne m'asseoir avant de boire une nouvelle gorgée de ma bière. A défaut de vin, je vais faire avec ça. Je pose la bouteille sur la table et cette fois c'est le drame. Je ne sais pas comment je me débrouille mais j'arrive à la renverser et forcément, elle va vider son contenu sur le sol et sur le militaire qui se lève d'un bond de sa chaise manquant de tomber en arrière. Je m'empresse d'attraper de quoi l'essuyer mais lorsque je m'approche de lui, je ne me souviens plus que je suis pieds nus et je glisse sur la petite flaque de bière répandue au sol. C'est la loose, j'essaye de me rattraper à la table mais forcément elle est trop loin. La seule chose que j'arrive à attraper c'est la chemise trempée du Sergent. Je crois qu'on reste quelques secondes comme ça. Lui n'a pas bougé, les bras tendus de peur de bouger et moi qui tient fermement sa chemise, à deux doigts d'en faire sauter les boutons. Une fois sûre que je ne risque pas de recommencer, je le lâche et je me redresse avant de me rendre compte qu'on est seulement à quelques petits centimètres l'un de l'autre. Il me fixe, je ne sais pas si c'est de la colère ou du désespoir que je lis dans ses yeux. Je me pince les lèvres avant d'aller embrasser les siennes. Ça dure quelques secondes et quand je me rend compte de ce que je viens de faire, je recule, je recule, espérant mettre un maximum de distance entre lui et moi mais je vais buter contre ce fichu plan de travail. Les joues roses, je me tiens au plan de travail pour ne pas tomber car je sens mes jambes qui tremblent. Je souffle et je me met à bafouiller tentant désespérément de trouver un excuse à ce que je viens de faire.

- Je... Je savais... c'est le mojito... et la bière... je suis fatiguée.... alcool plus fatigue.... forcément ça fonctionne pas hein...

Je souffle entre chaque mot enfin j'essaye plus précisément de ne pas rester en apnée.


© Pando
Revenir en haut Aller en bas
Lun 30 Jan - 22:24
avatar
√ Arrivée le : 08/12/2012
√ Age : 27
√ Messages : 9192

Dossier Top Secret
√ Age: 32
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Wraith
Voir le profil de l'utilisateur

Then I kissed her



« Bien entendu »

Impossible de louper les petites tâches rouges qu’elle s’était apposé sur le visage. Le Ranger aurait pu la prévenir ou le lui indiquer avec quelques petites gestes mais il ne l’avait pas fait. Après tout, ils n’étaient que tous les deux. La psychologue ne risquait pas de se ridiculiser en public, cela resterait un petit secret entre eux. Quoique maintenant cela ne l’était plus, les tâches de sauce avaient disparu. Pas sa maladresse, qui s’annonçait légendaire. La bouteille de bière fut renversée, le liquide coulant sur sa chemise avant qu’il n’ait le temps de réagir.

« Non mais c’est pas possible… »

Deux fois en si peu de temps, cela devenait une véritable malédiction. L’attention d’Eversman était focalisé sur son nouveau t-shirt mouillé, les doigts tirant le tissu pour miniminer le contact froid avec son corps. Sans trop comprendre le pourquoi du comment, Evy se retrouva en dessous de lui, aggripée à sa chemise. Il manqua de basculer en avant, se maintenant de justesse. Le temps sembla s’arrêter l’espace de quelques instants uniquement interrompu par quelques craquements de tissu. Une main vint en aide à Standford pour la maintenir en place et éviter qu’elle ne l’entraine dans son sillage. La situation maitrisée, cette dernière finit par se redresser. Il suivit le mouvement se rendant alors compte de la proximité certaine avec la jeune femme. Le regard croisa le sien. Etrangement, il n’avait pas envie de chercher à détourner les yeux. Cela dura quelques secondes avant que cette complicité soudaine ne se termine en apothéose : les lèvres de la psychologue rencontrèrent les siennes.

Ce baiser est rapide et pourtant si intense. C’est le premier contact entre eux et ce n’est pas n’importe quoi, pas un geste anodin. Lorsqu’il prit fin, Eversman demeura immobile, encore sous le coup de la surprise. Le regard resta fixé sur la psychologue qui semble vouloir s’échapper avant de bredouiller quelques mots. La moitié passa d’une oreille à une autre sans en saisir le sens. Ce simple contact semblait lui avoir griller quelques neurones, lui faisant oublier les derniers éléments pour ne laisser que la jeune femme dans son esprit. Il ne sut pas ce qui le poussa à aller de l’avant, peut être la peur qu’elle s’enfuie, de la perdre tout simplement ou l’attraction qu’elle exerçait sur lui. Les quelques mètres les séparant furent rapidement comblés. Il s’immobilisa à quelques centimètres d’elle, le regard toujours rivé dans le sien. Petit sourire aux lèvres, le Ranger observa les réactions de son visage ayant l’impression de l’observer véritablement pour la première fois. Il finit par lui rendre son baiser. Une main vint se poser délicatement sur son bras. Ce contact lui provoqua un frisson qui l’interrompit dans son baiser.






@ pyphi(lia)

_________________

merci Sheppy !                               couleur : darkcyan
Revenir en haut Aller en bas
Mar 31 Jan - 15:22
Invité
Invité
avatar


Better Place
Matt & Evelyn

J'ai tellement reculé pour mettre de la distance entre nous, que l'arrête du meuble me fait mal au creux des reins. Je ne sais pas trop quoi faire et encore moins quoi dire. La gorge nouée, je me confond en excuse mais ce sont uniquement des phrases incomplètes et qui ne veulent absolument rien dire qui sortent de ma bouche. Lui est immobile en face de moi. J'ai envie de lui dire de faire quelque chose ou même de dire quelque chose, mais là encore, je n'arrive pas à parler. Même moi, je suis là, immobile, à attendre que quelque chose se passe. Je ne sais même pas ce que j'attend en réalité de sa part. Est ce qu'il va s'en aller et me laisser là ? Ou va t'il se mettre à pester pour ce que je viens de faire ? En fait, je m'attend à tout sauf à le voir s'approcher de moi et réduire ainsi la distance de sécurité que j'avais mise entre nous. Je ne respire plus, je guette le moindre de ses gestes, de ses mouvements. Je frémis quand finalement, il vient se placer devant moi, à seulement quelques centimètres. J'ai encore du mal à réaliser ce que je viens de faire et surtout, pourquoi est ce que j'ai le coeur qui s'emballe comme ça. D'ailleurs, à chaque fois que je respire, j'ai l'impression qu'il va finir par bondir de ma poitrine.

Un sourire se dessine sur les lèvres de Matt, je rougis de plus belle tout en essayant de reculer toujours un peu plus, mais mon dos ne fait que buter contre le meuble qui me retient près du militaire. Il me fixe et bizarrement, je sens qu'il promène ses yeux sur moi comme si il me voyait pour la première fois. J'ai envie de lui dire que je suis désolée, que je n'aurai pas du faire ce que j'ai fais et que je suis désolée pour son tee shirt, mais je n'ai pas le temps de faire quoi que ce soit. A son tour, le militaire vient poser ses lèvres sur les miennes et chose assez surprenante, je me laisse aller. Je vais délicatement poser ma main sur son bras, je recule légèrement quand il interrompt son baiser. Je lève les yeux vers lui et plonge mon regard dans le sien. Ma main remonte doucement le long de son bras, il frissonne dés que mes doigts entrent en contact avec sa peau. Le souffle court, je remonte la main jusqu'à sa nuque. Mon autre main, elle, va lui caresser la joue et une nouvelle fois, je viens l'embrasser. Cette fois, le baiser se fait plus pressant, plus intense que le premier. Je vais me blottir tout contre lui alors que mes mains vont doucement se poser sur son torse. Je ne fais même pas attention au tee-shirt mouillé, ce n'est pas ce qui m'importe le plus à ce moment là.

Je ne sais pas durant combien de temps nous restons là, à nous embrasser. J'ai juste l'impression que le temps s'est littéralement arrêté et que même si quelqu'un venait à entrer dans la cuisine, nous ne le verrions même pas. Mon coeur bat la chamade dans ma poitrine, j'en ai même les jambes qui tombent. Je finis par m'écarter de lui, un peu à contre coeur. Je me pince les lèvres et je baisse les yeux quelques secondes, juste le temps que mes joues reprennent une couleur normale. Je finis par lever le visage vers lui et je me racle la gorge.

- Si... si je m'attendais à ça...

Bien joué Evy ! C'est complètement stupide ce que tu viens de lui dire là. Continue comme ça et il va prendre la fuite ma pauvre fille. Ma main gauche glisse sur le plan de travail et je tourne milles et un mots dans ma tête pour tenter de trouver quelque chose d'utile et d'intelligent à dire. Je n'arrive pas à détacher mes yeux de ceux de Matt et son sourire me fait une nouvelle fois rougir. Il faut que je dise quelque chose sinon il va me prendre pour une cinglée.

- Désolée pour... pour tes affaires...

Je prend une inspiration et je me faufile pour changer de place. Je me met juste derrière lui et je croise les bras sur ma poitrine.

- Moi qui pensais que tu me détestais...

Alors qu'il se tourne vers moi, je souris. En tout cas, Matt n'était pas vraiment l'homme à qui j'aurais pensé pour ce genre de situation... Mais faut croire que les choses ont changé pour moi tout comme elles ont du changer pour lui aussi. Je le revois encore me dévorer des yeux un peu plus tôt et rien que d'y penser, j'en frissonne.


© Pando
Revenir en haut Aller en bas
Mar 31 Jan - 21:50
avatar
√ Arrivée le : 08/12/2012
√ Age : 27
√ Messages : 9192

Dossier Top Secret
√ Age: 32
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Wraith
Voir le profil de l'utilisateur

Then I kissed her



Nouveau baiser, nouvelles sensations. Celui-ci plus beaucoup plus emprunt de fougue, de passion. Fini les premiers baisers timides, celui-là frisait avec ceux de seconde partie de soirée. Le baiser ne semble pas avoir de fin, chacun des acteurs y prenant un maximum de plaisir avant qu’ils ne doivent reprendre leur souffle. Il n’est pas suivi d’un autre mais les deux n’en restent pas là, chacun ayant besoin d’avoir un contact sur l’autre. La main du Ranger était toujours posé sur le bras de la jeune femme, le serrant doucement comme s’il avait besoin d’être rassuré qu’elle était bien là.

Si... si je m'attendais à ça...
« Et moi donc… »

S’il y en avait bien sur la base qui était des plus hostiles à la psychologue, c’était bien lui. Il s’en était fallu de très peu pour qu’un trait tracé au marqueur indélébile ne fasse son apparition sur son cv et ne mette fin à sa carrière chez les gris. Un mot de la part de la jeune femme qu’il avait en place et il aurait dû faire ses valises pour un retour sur terre immédiat. La réalité était désormais tout autre. Evelyn modifia sa position, certainement peu confortable. Il ne la quitta pas des yeux, suivant chacun de ses mouvements avant de détourner les talons pour lui faire face. Sa petite remarque sur l’état de ses vêtements lui tire un nouveau sourire et surtout lui rappelle qu’en effet sa chemise est détrempée et dégage une forte odeur ambrée. Il ne put s’empêcher de tirer sur le tissu le décollant de sa peau.C’est dingue, il était parvenu à l’oublier. Certainement à cause d’une présence féminine.

« Je change vite d’avis… »

Il accompagna sa remarque d’un haussement d’épaules. Taquin, il ne comptait pas la laisser si facilement entrer dans son esprit ou lui tirer les vers du nez.

« Cesse de me regarder ainsi, madame la psy. »

Gamin, il ne put s’empêcher de lui tirer la langue avant de faire quelques pas dans sa direction et de s’arrêter une fois entré dans son espace vital. Avec des gestes lents, il lui prit les mains ne pouvant s’empêcher d’avoir une espèce d’appréhension. Soit elle accepte le contact, soit elle s’enfuit en courant après lui avoir mis une baffe. La gifle n’arriva pas, fort heureusement. C’était étrange de lui faire face ainsi, d’être proche d’elle et pourtant il n’avait pas envie de la quitter.

« On saute le dessert, Cendrillon ? On va vers un tour ?»

L'accord fut obtenu, il était temps pour eux de quitter cette grande pièce plutôt froide. Il entraina sa belle derrière lui aux pas de course pour filer au plus vite de ce lieu. Il n'avait pas vraiment d'idée en tête sur le prochain lieu, se contenta de choisir une direction à chaque croisement. Bizarrement son attention demeurait focaliser sur cette main qu'il tenait dans la sienne. De toute manière, à une heure aussi tardive, les couloirs étaient déserts. Certains dansaient encore mais beaucoup avaient déjà rejoints leur quartier.







@ pyphi(lia)

_________________

merci Sheppy !                               couleur : darkcyan
Revenir en haut Aller en bas
Mer 1 Fév - 14:31
Invité
Invité
avatar


Better Place
Matt & Evelyn

Je prend une mine innocente lorsque Matt me demande d'arrêter de le regarder façon psy et j'esquisse un sourire. Je finis par me détendre, chose assez rare venant de moi. Moi qui pensais m'ennuyer en allant à cette soirée, je dois bien avouer que finalement, elle dépasse de loin toutes mes attentes. Je laisse retomber mes bras le long de mon corps alors que le militaire s'approche de moi jusqu'à ce qu'il ne soit plus qu'à quelques centimètres, une nouvelle fois. Cette fois, je ne sais pas trop à quoi m'attendre et c'est un peu tendue que j'attend de voir ce qu'il prépare. Je ne le quitte pas des yeux alors que ses mains viennent prendre les miennes. Je tremble à leur contact, je frissonne, j'ai un petit mouvement de recul, mais je ne bouge pas. Je garde mes mains dans les siennes et mes yeux fixés aux siens.

Sa question me fait sourire, je lui répond que oui et avant même que j'ai pu dire qu'on devrait ranger la cuisine, il m'entraîne vers la sortie. On court comme des gamins dans les couloirs de la cité, je ne sais même pas où est ce qu'il nous conduit, je me contente seulement de le suivre. Je reste focalisée sur sa main qui tient fermement la mienne, comme si il avait peur que je ne le lâche. Les couloirs sont vides à cette heure là, la plupart des gens sont couchés. D'ailleurs quelle heure peut-il bien être ? Je n'en ai strictement aucune idée.

Après une direction choisit par le plus grand des hasards, on finit par se retrouver dehors, sur les digues. Le temps est froid, le ciel est clair. Je m'emmitoufle dans la veste de Matt, celle qu'il m'a prêtée un peu plus tôt. On se balade main dans la main, baignés dans la lumière de la lune. Nous sommes seuls, on échange quelques mots, quelques baisers et il finit par me raccompagner à mes quartiers. Nouveau baiser, je rentre dans mes quartiers, lui dans les siens, assez d'émotion pour ce soir. C'est un peu perplexe et surprise par tout ça que je me couche. Je vais trouver le sommeil que très tard dans la nuit ou très tôt le matin, ça dépend. Advienne que pourra comme on dit...


© Pando


TOPIC TERMINE
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Atlantis Insurrection :: Cité d'Atlantis :: Niveau 3 - Zone de Restauration et de Loisirs :: La salle des écumes-