Atlantis Insurrection
"Personne ne demande à devenir un Héros, sauf que parfois ça finit comme ça..."

Et si ce Héros, c'était toi ? Tu es l'un des meilleurs dans ton domaine (Biologiste, Chirurgien, Infirmier, Diplomate, Démineur, Maître chien...) et on te propose de participer à l'expédition la plus fabuleuse mais aussi la plus dangereuse : l'expédition Atlantis.
Auras tu le cran de rejoindre Atlantis pour découvrir ses mystères et affronter les dangers de cette galaxie ?

Tu peux aussi incarner les personnages importants de la série (Ronon, Zalenka, Lorne, Teyla....) Bon niveau RP demandé.
On recherche de nombreux personnages inventés.
http://www.atlantisinsurrection.com/t387-personnages-vacants


Si tu te sens capable de franchir ce pas, tu es des nôtres ! Clique sur l'image ;-)


RPG sur Stargate Atlantis
 

Le premier instrument du génie d'un peuple, c'est sa langue. [Héloïse]

 :: Cité d'Atlantis :: Niveau 10 - Zone de Commandement Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mar 24 Jan - 3:07
Invité
Invité
avatar
Mon regard vagabonde encore un instant sur l'écume qui englobe la partie immergée de la Cité. Je me demande quel genre de bestioles peuvent bien se cacher sous cette surface tantôt chatoyante, tantôt blanchâtre. Mon naturel pessimiste me pousse évidemment à envisager le pire. Des requins mutants? Qui sait quelle saloperie peut se tenir en ce moment-même à l'affût d'une erreur de ma part. Elle bondirait hors de l'eau et boum, elle me goberait comme un moucheron! Ma glorieuse existence trouverait ainsi son épilogue entre les mâchoires puissante d'une créature affamée. Tout du moins s'il n'y avait pas cette espèce de vitre pour me protéger. Mais ici, dans ce bureau, je ne risque rien. Si ce n'est qu'une bande de vampires de l'espace viennent me sucer mon énergie vitale. Et dire que je pensais avoir laissé les problèmes de voisinage derrière-moi, sur Terre... Mais force est de constater que ces Wraiths sont plus pénibles encore que les Johnson. C'est dire...

Fort heureusement je peux encore me raccrocher à certaines choses. Beethoven et ses sublimes oeuvres musicales, notamment. C'est d'ailleurs l'une de ses symphonies qui caresse mes sens auditifs en cet instant. Emporter un grammaphone était indéniablement une bonne idée. La musique n'est réellement parfaite que lorsqu'elle est remplie de petite imperfections. Tout comme les langues par ailleurs. Chose que la jeunesse d'aujourd'hui n'est malheureusement plus capable de comprendre, elle qui recherche l'ultime perfection. Sans la trouver, évidemment. Et en considérant que je suis entouré de pré-pubères j'ai peu d'espoir de me lier d'amitié avec un vrai mélomane. Et dire qu'ils osent appeler ce qu'ils écoutent de la musique...
"Ne t'en fais pas Beetho!" Oui, je parle au plafond... Mais que voulez-vous, difficile de regarder un mort droit dans les yeux. "Pégase découvrira puis s'extasiera sur tes œuvres musicales! Tous ces sauvages seront éduqués au son des doux accords de tes symphonies!"
Il s'agit là d'une promesse que je lui fais. Entre génies, on se respecte! Et on se comprend! Même à travers le temps! Toujours est-il que j'ai rendez-vous avec une sauvage, justement. Ou plutôt une autochtone de l'une des planètes de cette galaxie. Certains ne verront là qu'un pléonasme et je partage leur avis. Mais il s'agit de ne pas brusquer la faune locale, de ménager sa susceptibilité. Toute l'astuce réside dans le fait de faire croire à votre cobaye qu'il est important. Une sorte d'égal si vous préférez. Cette technique a plutôt bien fonctionné avec les tribus amazoniennes alors je suppose qu'elle viendra à bout d'une gamine sergli-machin. Et au pire je lui offrirai un stylo ou une connerie du genre! Pour elle la moindre babiole vaudra sûrement autant qu'un trésor, non?

Voilà justement qu'un bruit qui se veut mélodieux m'annonce l'arrivée d'une personne devant le pas de la porte de mon bureau. Je gueule machinalement pour lui indiquer de rentrer avant de me souvenir qu'il faut que j'aille déverrouiller l'accès. Ce que j'arrive à faire au bout de quelques secondes. Le sifflement qui accompagne la disparition de la "porte" dévoile une jeune femme blonde. Comme celles qu'on trouve en Suède, tiens. Mais je suppose que la comparaison s'arrête là...
"Je t'imaginais... différente!" Pas de queue de singe? Aucune corne? Pas la moindre petite écaille pour venir trahir sa différence avec moi? Allez il doit bien y avoir un truc louche... "M'enfin puisqu'il semblerait que tu ne sois pas porteuse d'une... bactérie tueuse ou autre charmant virus du crû tu peux entrer!"
ll est vrai que c'est moi qui ai approché la post-adolescente et que je suis en quelque sorte son obligé. Que je sache, rien ne la forçait à accepter de m'apporter ses connaissances sur sa langue ou même de répondre favorablement à mon invitation épistolaire. D'un autre côté elle ne se rend peut-être pas compte de l'honneur que je fais en daignant m'intéresser à son patois que j'imagine déjà haut en couleur. Ce n'est pas tous les jours qu'un spécialiste mondialement - et bientôt galactiquement? - reconnu traverse la galaxie pour vous faire cet honneur. Même si bon, d'accord, ce n'était pas vraiment mon objectif premier. Mais ça elle ne le sait pas, si?

Je pose le regard sur la bouteille de désinfectant et les mouchoirs soigneusement empilés au bout de mon bureau. Dès que la sauvage dégage, il faudra que j'agisse vite pour éliminer les microbes qu'elle aura laissés dans mon bureau. À commencer par ceux qui se seront installés sur le fauteuil spartiate - c'est pas ma faute c'est les anciens! - sur lequel je l'invite à déposer son fessier. Mon français est un peu rouillé mais je vais tenter d'utiliser des termes simples pour me faire comprendre.
"Tu comprends ce que je dis? Ouais? J'ai combien de doigts?" je lui en présente trois avant de poursuivre, peu intéressé par sa réponse à vrai dire. "Si tu le veux bien j'irai droit au but: ton peuple s'est fait massacrer et pour ce que j'en sais tu en es l'une des dernières - si ce n'est la dernière! - représentantes. Mes condoléances au passage! J'ai moi aussi perdu un être cher: Spike! Un labrador fauché dans la fleur de l'âge. Paix à son âme! Je sais ce que tu ressens, crois-moi..."
Oui enfin certains diront que comparer l'extinction d'un peuple à la mort d'un chien est une preuve flagrante de manque d'empathie. À ceux-là je ne répondrai qu'une seule chose: s'ils avaient connu Spike ils n'oseraient jamais proférer de telles accusations! Délateurs!
"Mais tu sais ça peut toujours être pire! Toi par exemple, tu pourrais très bien mourir demain! Bim, une chute dans les escaliers ou du sommet de la tour. Ou encore un vilain Wraith qui te tombe dessus, paf! T'imagines? Qu'est-ce qu'il se passerait alors, hein? Bon d'accord tu mourrais..." C'est tellement évident que je me demande pourquoi je le précise.... "Mais ta langue aussi, tu vois? Si plus personne ne la parle alors elle serait lentement oubliée. Et les écrits et autre enregistrement de ton peuple disparaîtraient avec le temps. On a déjà de la peine à sauvegarder cette cité alors les... oeuvres des tiens? Donc si tu le veux bien j'aimerais profiter du fait que tu sois encore vivante pour en apprendre plus sur votre schéma lexicologique! Tiens, tu veux un stylo?"
Je lui adresse un sourire un brin exagéré tout en déposant l'objet en question en face d'elle, bien aligné. De la corruption? Ha mais pas du tout, pas du tout... Business is business! Toujours est-il que je n'ai pas réellement laissé l'occasion à la jeune femme de s'exprimer. C'est pourquoi je m'adosse un brin plus confortablement contre le dossier de mon fauteuil sans me départir de mon sourire forcé. Paraît que ça incite les gens à se montrer sympathique...[/justify]

Revenir en haut Aller en bas
Mar 24 Jan - 23:01
Invité
Invité
avatar
Ce jour-là, Héloïse devait faire la rencontre d'un certain Jack Malone. Cette personne travaillait visiblement dans les langues, c'était donc une personne très importante et elle était très intéressée par l'écriture serglienne, tout du moins, elle y semblait... C'est alors que l'inconnu fit rentrer Héloïse et lui dit qu'il l'imaginait différente. Différente en quoi ? Il s'attendait sûrement à une queue de poisson, ou des antennes vertes ? Enfin bref, la jeune femme ne prêta pas plus que ça attention à cette phrase trouvant sa remarque légèrement offensante pour une première phrase et rencontre mais bon... Mais ce n'était pas tout ! Comme si cela ne suffisait pas, il fallait en plus qu'il parle de bactéries et de virus... C'est bon ! Héloïse n'était pas une clocharde non plus... Cela commençait à faire pas mal à digérer pour l'alien... Mettez-vous à sa place ! Bon, par chance, les sergliens étaient extrêmement pacifiques, donc même si ce genre de remarques pouvaient parfois les froisser, ils ne voulaient pour rien au monde rentrer en conflit.

*C'est bon... Ce n'est rien... Il ne fait juste pas attention à ce qu'il dit. Ce genre de choses il faut le penser mais pas le dire !*

Visiblement, c'était dans son caractère... Il n'avait pas fait suffisament de remarques, étant donné qu'il l'a pris quelques secondes après pour une imbécile, ou plus exactement, une gamine qui ne sait ni comprendre, ni compter.... Il avait l'air bien gentil, mais il pouvait quand même faire attention à ce qu'il disait... Sur le coup, Héloïse fit un haussement de sourcils qui signifiait "Oui, ça va... Je comprends, je ne suis pas débile non plus, va au but !". Elle le laissa parler, parler, et parler car elle ne voulait pas l'arrêter. Il était tellement motivé et entraîné... Une fois terminé, il lui proposa de prendre un stylo, elle lui répondit alors :

"Bonjour monsieur Malone. Je suis tout à fait capable de parler votre langue et je sais aussi compter. En revanche, mon écriture n'est pas comme la vôtre, je ne sais donc pas lire et écrire comme vous... Et, j'ignore ce qu'est cet objet que vous appelez 'stylo', je n'ai encore jamais utilisé cet objet jusqu'à maintenant. Nous écrivons soit par le biais des machines, soit en utilisant un 'sticola'. J'aimerais savoir si, certaines personnes, vous ont déjà de mon peuple ? Sinon, en ce qui concerne le partage de ma connaissance, je suis ouverte, à part bien entendu le secret du sérum que je garde, au moins pour l'instant, secret."

Elle laissa Jack répondre. Elle ignorait totalement s'il était au courant pour le sérum, par les avantages qu'il conférait, et son histoire... Elle ne savait pas non plus pourquoi il s'intéressait au domaine lexicale de son peuple, après tout, il était mort et enterré....

*Je suis sûr qu'au fond de lui, il se moque totalement de la langue serglienne...*
Revenir en haut Aller en bas
Mer 25 Jan - 6:09
Invité
Invité
avatar
Pendant que la sauvage s'exprime je hausse mon sourcil favori. Une façon involontaire d'exposer mon scepticisme quant aux dires de la demoiselle. Il est vrai qu'elle s'exprime étonnement bien. Je ne peux le nier et je n'en ai de toute façon pas envie. Après tout nous avons une langue en commun et je devrais m'en réjouir puisque la communication sera aisée. Mais d'un autre côté je m'attendais à ce qu'elle s'exprime dans un langage proche de l'ancien français. Pas du nouveau! Comment se fait-il que les langues aient évoluées dans une direction semblable? Voilà qui est plutôt intéressant... S'il semble évident que certains termes diffèrent - un sticola? - Héloïse pourrait aisément se faire passer pour l'une de ses ados françaises caractérisées par leur vulgarité.

Je me perds dans mon cheminement intellectuel et en oublie presque la demoiselle en face de moi. Si ce n'est qu'elle est en plein dans mon champ de vision... Je lâche un vague soupire avant de saisir ma jambe handicapée en tenaille grâce à mes mains puis la déposer avec un manque évident de grâce sur mon bureau. Je ponctue le geste d'un râle agacé avant de m'allumer une clope. Oui et bien c'est peut-être interdit mais que je sache c'est mon bureau! Certains s'envoient en l'air dedans, d'autres se contentent d'en griller une tranquille. Chacun son vice après tout. Par contre vu que je ne sais pas vraiment si le ravitaillement en cigarettes suivra il est évident que j'évite d'en proposer une à mon interlocutrice. D'ailleurs il faudrait peut-être que je lui réponde...
"Le sérum?" C'est quoi encore cette connerie? "Heu... Non non, rien à foutre!"
À quoi ça me servirait son truc? À moins que... Et si l'équipe médicale ne l'avait pas bien analysée et qu'elle était porteuse d'une sorte de germe tueur? Elle serait la seule à connaître le remède et tiendrait toute la population d'Atlantis en son pouvoir. C'est hyper-machiavélique ça! Mais qui sait ce qui peut réellement se cacher dans la tête d'une jeune femme issue d'une autre galaxie? Je saisis mon spray désinfectant et en asperge l'espace qui me sépare d'elle tout en lui jetant un regard suspicieux. Et voilà ça pue maintenant! Je me demande si c'est une bonne idée de l'avoir invitée ici finalement...
"Et non, personne ne m'a parlé de ton peuple!" Pour quoi faire? "Mais je suis absolument convaincu que c'était des gens très bien! Bon même si évidemment il devait y avoir des cons! D'un autre côté quelle société n'en a pas, hein? C'est une évidence avec laquelle chacune d'entre elles doit composer..."
Hum... Oui enfin je suppose qu'il n'est pas nécessaire de s'engager sur cette voie-là. Il faut toujours dire du bien des morts il paraît. Je suppose qu'il en est de même avec les peuples exterminés... D'ailleurs puisqu'il s'agit de faire des compliments - ou plutôt corriger un malentendu! - il convient dès lors de lui préciser quelques.
"D'ailleurs j'ai vu que tu étais un truc du genre... heu... médecin chez toi? Donc ça doit forcément faire de toi quelqu'un d'intelligent! Enfin... Du moins selon les standards de ton peuple!"
Non mais d'accord on dirait pas que c'est un compliment mais le fait est que c'est un geste de bonne volonté. Une sorte de main tendue vers la sau... demoiselle. D'autant plus qu'elle a fait également un pas vers moi: n'est-elle pas disposée à partager son savoir avec moi? Il s'agit maintenant d'en capter le plus utile et à faire en sorte qu'elle ne s'étale pas trop en niaiseries. Je ne veux rien apprendre sur sa culture. Ce qui m'intéresse c'est sa langue, son alphabet. Le reste captivera sûrement les militaires en mal de récits fantaisistes...
"Bon alors je n'ai pas de... sticola ici même si je suis certain que c'est... heu... révolutionnaire. Nous par contre, dans le futur, on a inventé un truc cool qui s'appelle l'ordinateur! Tu vois?" dis-je en décalant quelque peu mon portable sur l'écran duquel une merveilleuse femme nue prend ses aises. J'aurais peut-être du changer le fond d'écran? Ça existe le porno sur Sergle? "Tu peux écrire des trucs dessus, régler des alarmes, jouer, installer plein de programmes qui font des trucs utiles ou non... Et puis sur Terre il y a ce qu'on appelle Internet. C'est une sorte de... concentré de savoir et de conneries qui relie tous les êtres humains. Et puis le must du must: tu peux lui taper dessus quand il refuse de t'obéir. C'est pas vraiment utile mais c'est super bon pour les nerfs! Bref, que de la joie! Que de la joie..."
Je m'égare un peu là n'est-ce pas? Mais je ne vais pas y aller trop fort avec elle tout de suite! Si elle bug je vais être obligée d'appeler le service médical. Et ces gens-là sont recouverts de bactéries et autres choses dégoûtantes. Les trucs que leurs patients leurs refilent ou qu'ils étudient, quoi. Et il est évidemment hors de question qu'ils viennent déposer leurs élevages de saloperie en plein dans mon bureau. Je veux bien être conciliant mais il y a des limites!
"Bon revenons-en à nos Serglions si tu veux bien!" Ouais c'est pas tout, ça! "En fait j'aimerais d'abord me faire une idée de l'alphabet de ta langue. Est-il composé de signes? D'idéogrammes? De symboles semblables à ceux des chevrons de la porte des étoiles par exemple? Tu sais l'espèce de truc rond, là! J'ai besoin de comprendre la structure de ton dialecte avant toute chose. Et là d'ailleurs c'est le moment ou je croise les doigts pour qu'il ne comporte pas huit-cent-milliards de signes différents. J'ai déjà donné avec les langues asiatiques, merci bien!"
Non car vous pensez bien que si je m'intéresse effectivement à la langue de la jeune femme il n'en reste pas moins que je ne compte pas m'y consacrer pendant les dernières années de mon existence. Je suis certain que cette galaxie regorge de formes de communications bien plus utiles. Et plus simples aussi. J'ai voué mon existence aux langues terrestres. Vu mon âge je devrai de toute façon faire des sélections quant à celles de Pégase.
"Tiens, voilà du papier!" oui parce que je ne compte pas la laisser mettre ses mains pleines de doigts sur les touches de mon Mac, ho! "Et si tu appuies sur l'espèce de bâton magique que je t'ai donné tu verras qu'il en sortira une petite pique recouverte d'un liquide bleu. Alors je me recommande: ça ne se suce pas et ce n'est pas bon pour la peau! Et on ne met pas non plus dans l'oreille d'accord? Faut juste utiliser ça sur des trucs... ben... genre des feuilles, justement! Il n'y a qu'à appuyer! Mais ne t'inquiètes pas ça ne risque pas de t'exploser entre les mains. Aux dernières nouvelles tout du moins..."
Considérant les bizarreries de cette galaxie, je ne serais pas étonné si les stylos venaient à se transformer en mines ou prenaient vie. Vous croyez que je suis fou? Je l'aurais sans doute cru à une époque mais maintenant que j'ai vu la tronche que pouvait avoir un Wraith... S'il existe un Dieu dans cette galaxie, qu'il ait la gentillesse d'éviter d'en faire débarquer un dans mon bureau!
"Et si jamais ce qu'on entend comme "bruit" depuis tout à l'heure c'est de la musique! Beethoven pour être exact!" J'appuie ce dernier mot d'un regard lourd de sens, comme si je venais d'évoquer un sujet de la plus haute importance. Ce qui, remarquez, est le cas... "Un grand homme! Ho que oui!"
Que voulez-vous qu'elle réponde à ça? C'est une évidence que j'expose... Mais je m'égare à nouveau! Il s'agit maintenant d'entrer dans le vif du sujet: la langue de la demoiselle, donc![/justify]

Revenir en haut Aller en bas
Mer 25 Jan - 8:34
Invité
Invité
avatar
Visiblement, Jack n'était intéressé que par la langue serglienne. Limite, c'était un peu comme un enfant qui ne voulait que des bonbons et rien d'autres à manger... Et alors, microbes, microbes et microbes, ça y allait en tout cas ! Et aussi, j'oubliais ! Encore une fois, Héloïse eut du mal à répondre car Jack ne la laissait limite pas répondre.... Alors la jeune extraterrestre le laissa finir avant de répondre. Il lui expliqua comment le stylo fonctionnait et pendant ce temps, la jeune femme le prit dans ses mains et le faisait tourner pour le regarder partout et comprendre comment il fonctionnait et tenta de le plier très légèrement pour évaluer sa résistance mais c'était solide... Par la suite, Jack parlait des ordinateurs, et, en vue de la tronche du pc, Héloïse comprit directement que c'était des machines. Elle n'avait pour le moment pas besoin de plus, pas besoin de savoir qu'on pouvait jouer au Mahjong ou au solitaire dessus pour le moment... Surtout que, vu la débilité de ces jeux, elle n'allait clairement pas aimer... Puis, Jack lui donne une feuille qu'elle déplaça légèrement vers elle... Hum... Léger, fin, et tout blanc... Elle releva un peu la feuille et toucha la matière, puis la plia légèrement pour évaluer si elle était souple ou facilement cassable.

*Vachement intéressant comme matière... Dommage qu'on n'avait pas ça sur Sergle.... Ce qui est étrange c'est que votre 'stylo' là, il est trop dur et votre feuille est trop souple.... C'est drôle comme truc !*


La serglienne appuya sur le bâton magique, soit disant, donc le stylo mais rien ne se passa. Jack était vachement précis dans ses paroles dis-donc ! Savait-il qu'elle venait d'arriver et ne comprenait rien à leurs technologies étranges et primitives ? C'est alors qu'elle tenta d'appuyer un peu partout et se mit à trouver son "bâton magique". N'aurait-il pas pu lui montrer avant ? Elle appuya dessus et effectivement, un pique sortit. Et bah c'était compliqué son affaire ! Elle tenta alors de poser le pique sur la feuille et de bouger, et effectivement ça écrivait. Elle lui dessina alors son alphabet de 26 lettres ou plutôt, devrait-on dire, symboles ! L'alphabet serglien était composé de symboles et aucun symbole ne ressemblait à un symbole de l'alphabet des anciens. Voilà qui allait donner du piment à Jack.

*Au moins il aura l'alphabet, ça devrait l'occuper pendant ces vingts prochains années !*l

Au bout de deux minutes, Héloïse avait terminé d'écrire l'alphabet, elle s'appliquait vraiment pour faire les lettres histoire qu'il ne lui reproche rien. Et au final, pour ce qui est de lui répondre, que pouvait-elle lui dire ? À part l'alphabet, monsieur se fichait de tout ! Il ne lui avait posé aucune question... Compliqué de parler à quelqu'un qui ne fait que parler sans s'arrêter et qui ne pose aucune question !
Revenir en haut Aller en bas
Mer 25 Jan - 10:32
Invité
Invité
avatar
Bon et bien je ne sais pas quel genre d'éducation les enfants de Sergle recevaient mais force est de constater que la blonde est du genre docile. Le calme avant la tempête? Est-ce Beethoven qui l'apaise? Dans tous les cas elle a l'avantage d'être silencieuse. Et pour changer je suis celui qui se retrouve dans le rôle du moulin à parole. Bon évidemment si cette jeune femme avait été normale je me serais contenté de lui donner de quoi écrire en lui indiquant simplement ce que je recherche. Avec une représentante d'une espèce moins évoluée je suis forcé de préciser certaines choses qui sont évidentes pour le commun des mortels. Même si, dans le fond, elle ne m'a rien demandé...

Je l'observe donc gribouiller son alphabet sur le papier en prenant bien soin de noter dans un coin de ma mémoire les endroits où la jeune femme touche mon bureau. Le tout en caressant nerveusement mon genou et en résistant à la tentation d'asperger ces zones de désinfectant. Le prochain rendez-vous aura lieu dans un endroit neutre, c'est décidé. Peut-être le bar, tiens? Des fois que la demoiselle veuille me remercier pour le temps que je lui consacre en m'offrant une boisson fraîche. Comment ça j'échange les rôles?

J'ai le temps de me griller une autre cigarette puis la blonde me tend l'alphabet des siens. Je les parcours une première fois des yeux, pour les compter. Vingt-six? Les copieurs! En revanche c'est la première fois que je vois des symboles du genre. Ce qui éveille évidemment ma curiosité. L'avantage c'est que leur nombre est modeste. L'inconvénient, quant à lui, réside dans le fait que je n'ai pas le moindre idée de ce qu'ils veulent dire. Ce qui en soit est tout à fait normal à ce stade-là de l'étude de cette langue. En réalité j'adore ça! Percer les mystères d'écrits inconnus vaut bien tous les orgasmes du monde! Et je pèse mes mots! J'observe encore un instant les traits et arrondis qui forment l'alphabet serglien puis fait craquer les articulations de mes mains en arborant un air conquérant:
"Je me sens comme Champollion devant sa putain de pierre de Rosette!" Même si je suis meilleur que lui. "Sauf qu'il pouvait s'aider du grec, lui. D'un autre côté c'était un petit joueur alors bon..."
Et dire que les connaissances linguistiques acquises ici restent confinées à un cercle de personnes triées sur le volet... Quel gâchis! J'aimerais tellement voir la tronche de mes anciens collègues s'ils savaient que j'ai la chance de travailler sur des langues d'une autre galaxie. Ho ça clouerait le bec à plus d'un. Mais bien sûr je vais devoir me contenter d'espérer que mon génie soit reconnu par les personnes présentes sur Atlantis. Ce qui n'est pas gagné vu que la moitié du personnel doit être militaire... Je ne m'attends pas à ce que gens aient un goût quelconque pour ce qui ne concerne par les gros flingues et les explosions. Cliché? Vous croyez?
"Bon et bien on va passer à la partie amusante maintenant!" dis-je en sortant de mon tiroir un objet que je dépose précautionneusement devant elle. "Ça s'appelle un micro! En règle général ça permet à de gros abrutis de chanter sur scène mais les personnes consciencieuses savent heureusement en faire bon usage! En gros ça va me permettre d'enregistrer ta voix! Alors il y a certaines règles à respecter avec ce genre d'engins! Par exemple si une... heu... femme venait à le toucher par accident elle serait automatiquement brûlée vive. Et au cas où tu te poserais la question: oui, tu fais bien parti de cette frange ô combien perverse de la population! Ce qui en soit n'est pas ta faute, bien sûr!"
N'empêche que c'est quand même aux hommes de les endurer... Voilà qui devrait néanmoins m'assurer qu'elle ne contamine pas non plus mon outil de travail. Si on ne peut plus abuser de la crédulité des gens aussi... Bref! J'active l'enregistrement et vérifie que tout est en ordre sur l'écran de mon ordinateur en claquant quelques fois des doigts. Bon et bien tout semble en ordre. Ne reste plus que la caméra! Caméra que j'active d'une pression sur un bouton de la télécommande. La lumière rouge me confirme à nouveau que ça fonctionne.
"Je vais te désigner chacun des symboles, dans l'ordre. J'aimerais que tu les prononces aussi distinctement que possible et en articulant. Le but c'est de me faire une idée de l'intonation de ta langue. Fais ça et je t'offrirai un autre bâton magique! Tu pourras même le ramener chez toi et le montrer à tes pa..." Ha merde! J'suis con elle est orpheline. "... rasites. À tes parasites, voilà! Je suis sûr qu'ils seront super contents!"
Rattrapage de l'extrême! Bon ceci dit il va falloir que je me calme avec les promesses de stylos. Parce qu'à ce rythme je vais devoir aller les faucher à mes collègue, moi! Si j'avais su j'en aurais pris plus...
"Bon, tu es prête?"
En même temps je ne lui demande pas non plus de gravir l'Everest... J'espère simplement que sa langue ne se chante pas! Je n'ai jamais eu un bel organe! Bah quoi? On peut être un génie et chanter comme un pied! Et comme disait ma grand-mère: mieux vaut être intelligent que baryton! Allez, c'est le moment de vérité: je désigne le premier symbole à ma vis-à-vis blonde en espérant qu'elle a compris ce que j'attends d'elle. La pédagogie, c'est pas trop trop mon truc!
Revenir en haut Aller en bas
Mer 25 Jan - 13:44
Invité
Invité
avatar
Décidément, Jack parlait sans cesse et c'était visiblement plus fort que lui. Y avait-il un bouton "off" quelque part ? Est-ce que Héloïse pouvait en place une sans se faire interrompre ? D’innombrables informations étaient sans importances dans les paroles de monsieur Malone. Typiquement, Champollion et Rosette par exemples, n'étaient pas du tout des informations pertinentes. Ou encore l'histoire du stylo et des parents d'Héloïse.... Qui d'ailleurs, à part blesser la serglienne, cela ne servait à rien et ce n'est pas comme ça qu'il allait lui remonter le moral... Elle laissa alors Jack parler jusqu'à ce qu'il "se mette en veille" pour pouvoir lui répondre...

*Franchement... À part parler pour ne rien dire, c'est tout ce qu'il sait faire....*

Ensuite, quelque chose interpella la serglienne, "un micro brûleur de femmes" ? La jeune femme commençait à trouver tout ça étrange... La prenait-elle pour une débile ? Pour une sauvage ? Car sans cesse, il lui expliquait les choses comme à une enfant, ou encore comme à une débile... Et en plus, visiblement et sans certitude de la part de la jeune femme, il lui disait tout et n'importe quoi, en espérant qu'elle gobe tout. Sur le coup, l'alien ne dit rien et le laissa finir. Une fois fini, elle ne se gêna pas pour lui faire comprendre :

"Je suis effectivement prête. Cependant, j'ai l'impression que si vous aviez été serglien, vous auriez été au moins deux fois moins bavard à cause du fait que le mensonge vous aurez été impossible. Je n'ai aucune certitude que vous mentez, mais je ne suis pas sure de croire totalement tout ce que vous me dites. Alors si vous pensez que les sergliens sont naïfs, vous vous trompez. Si vous pensez que nous sommes primitifs... Vous vous trompez... Votre micro brûleur par exemple, j'y crois moyen, voire pas du tout... Autant sur le reste, je veux bien vous croire..."

*Et voilà !!! Ça c'est dit ! Je suis désolé, j'étais obligée ! Je tiens à mettre les points sur les 'i'. Donc s'il me prend pour une primitive, une ignorante, ou une débile, je vais tout faire pour lui faire comprendre qu'il se trompe.


Héloïse ne disait pas ça de façon provocante, elle était très calme, voire trop pour ce genre de parole. Elle voulait juste lui faire comprendre qu'il ne fallait pas la prendre pour un débile et qu'elle était plus intelligente que ce qu'il croyait. Si Héloïse avait cru toutes ces salades ou n'avait rien dit, elle aurait eut une salle image. Une image d'un peuple primitif et complètement débile.

"Je ne vous dit pas ça méchamment, la preuve, je parle très calmement. Je souhaite juste vous faire comprendre que vous ne pouvez pas vous baser sur la majorité des pégasiens ou sur un alphabet pour juger un peuple qui n'existe plus."
Revenir en haut Aller en bas
Mer 25 Jan - 16:53
Invité
Invité
avatar
J'observe ses lèvres bouger mais je n'écoute déjà plus ce qu'elle dit. Impossible de mentir? Elle n'a pas dit "interdit" mais bien "impossible", je ne rêve pas? Ce qui sous-entend que cette soit-disant honnêteté lui serait imposée d'une quelconque manière et qu'il ne s'agit pas d'un choix religieux ou d'une autre stupidité du genre? Mais c'est magique, ça! J'imagine aisément l'océan de possibilités qui s'offrent à moi et imagine déjà les questions que je pourrais bien lui poser. Puis mon esprit quelque peu rationnel reprend le dessus après ces quelques secondes d'égarement.
"Tout le monde ment!" dis-je sur le ton de l'évidence la plus absolue. "Sinon ça ne serait pas drôle! Et puis le mensonge est une facette intégrante de l'humanité tout comme... bah, la perversité ou le besoin irrépressible de bouffer gras! "
Pourtant son regard semble trahir une sincérité des plus absolue. Sans être un expert dans le domaine je crois avoir déjà suffisamment roulé ma bosse pour faire la différence entre la vérité et un mensonge. Alors se pourrait-il que blondie soit en effet obligée de dire la vérité, rien que la vérité? J'en oublie carrément la caméra qui tourne et l'alphabet qu'elle était sensé prononcer à haute voix. Plus qu'une nouvelle langue, c'est une nouvelle distraction que je m'apprête à découvrir.

Je repose péniblement ma jambe à terre puis me redresse en m'aidant de ma canne. J'entame ensuite une sorte de ronde autours de la jeune femme comme si je la découvrais pour la première fois. Elle n'a peut-être pas les dents pointues ou les yeux rouges mais sa caractéristique est bien plus impressionnante encore. Bon alors, je commence par quoi moi?
"Alors par exemple si je te demandais de me raconter ton expérience la plus humiliante et en admettant que tu veuilles bien me répondre, tu n'aurais pas d'autre choix que de me dire la vérité?" Oui enfin c'est sûr que si je présente les choses ainsi ça ne va pas l'encourager à m'amuser! "Mais comment vous faisiez sur votre planète pour ne pas vous entre-tuer, sérieux?"
Trop de franchise, c'est pas bon! Mais alors pas bon du tout! La preuve? Quand j'ai avoué à ma femme mon aventure extra-conjugale je n'ai pas été récompensé, loin de là! Ce serait même plutôt l'inverse... Alors depuis j'évite évidemment de dire la vérité sur une foule de sujets. Ça m'évite les emmerdes! C'est quand même vachement bizarre son truc! Je n'ai évidemment pas accès à son dossier médical - et le cas échéant ne l'aurait de toute façon pas parcouru! - mais je me demande si les blouses blanches corroborent ses affirmations.

N'empêche c'est plutôt triste... Il ne faudra pas plus de quelques semaines à mes chers collègues pour lui prouver que le mensonge est une arme essentielle dans l'existence. Elle va en prendre plein la tronche! Le psy aura du boulot, c'est sûr! J'espère qu'il ou elle n'a rien contre les heures supplémentaires. Et de mon côté je ne peux que me féliciter de ne pas avoir pris psychologie à l'université...
"Et puis tu fais fausse route: je ne considère pas ton peuple - enfin plutôt ce qu'il en reste! - comme primitif ou naïf ou je ne sais quoi. Il est juste un peu... différent!" Si ça c'est pas du tact! Je mérite des bisous! "Par contre je ne mentais pas pour le micro! Vas-y, touche si tu l'oses! Mais ne viens pas dire que je ne t'avais pas prévenue!"
Osera, osera pas? Je l'observe, la défiant du regard. Si elle approche son doigt, je hurle histoire de lui foutre un peu les boules! C'est méchant? Mais non mais non! C'est juste une manière de créer un climat de confiance entre elle et moi...
"Alors Héloïse... Es-tu prête à prendre le risque de damner ton âme en misant sur le fait que je t'ai menti?" dis-je d'une voix grave avant de reprendre sur un ton plus léger mais non moins sérieux: "Et pendant que tu réfléchiras à la question je vais m'amuser un peu avec ta tare si tu le veux bien! Tu ne peux dire que la vérité, donc? Très bien! Alors dis-moi: tu ne trouves pas que je suis un peu enveloppé? Même pour mon âge?"
Bah quoi? Les miroirs ne savent pas parler alors je profite d'avoir une représentante honnête de la gente féminine sous la main! C'est pas tous les jours qu'on trouve un tel spécimen!


Revenir en haut Aller en bas
Mer 25 Jan - 19:00
Invité
Invité
avatar
Héloïse écouta alors attentivement les réponses du cher Jack. Tout d'abord, d'après lui, le monde entier mentait : c'était encore un mensonge de sa part et Héloïse en était la preuve vivante, mais, sur le coup, elle ne dit rien... Encore une nouvelle fois, Jack n'avait pas terminé de parler, la jeune femme le laissa alors terminer. Jack partait dans une sorte de délire basé sur le fait que les sergliens ne pouvaient pas mentir et cela semblait lui plaire, et, lui plaire un peu trop même. Avec des "imaginons" et des "par exemple", on referait bien l'univers si on l'écoutait... Par la suite, il dit à Héloïse qu'elle faisait fausse route, et qu'il ne considérait pas son peuple comme primitif, ni même inférieur... Bon, admettons ! Héloïse se contenta limite, de faire semblant de le croire et aller op, on passe à autre chose. Pas de prise de tête sur des détails comme ça. Mais c'est là, que vint quelque chose de plus intéressant, il lui proposa de toucher le micro mais la façon dont il demandait à Héloïse, c'est comme s'il voulait qu'elle le fasse... Cependant, si c'était vraiment dangereux, il n'aurait jamais réagi de cette manière, il aurait plutôt tout fait pour ne pas qu'elle touche, il ne l'aurait pas provoqué pour qu'elle touche. Elle répondit à Jack :

"Tout le monde ne ment pas, et j'en suis la preuve vivante. Les sergliens, il nous est réellement impossible de mentir sinon on bégaye et ensuite vient un blocage. C'était plutôt un avantage pour notre peuple, cela nous a évité pas mal de problèmes. D'autres personnes vous diront que c'est un effet secondaire : je ne partage pas cet avis. Et dans le pire, si on veut pas dire la vérité il nous suffit de ne rien dire, c'est aussi simple que ça, ou, d'essayer de parler d'autres choses, cela fonctionne aussi pour ne pas dire la vérité. Ce sérum nous apporte d'autres trucs que le fait de ne pas pouvoir mentir mais vous avez dit que notre culture ne vous intéressez pas. Et, cela m'étonne même que le fait de ne pas mentir vous intéresse, au départ, vous ne vouliez rien savoir, à part l'alphabet et la langue. Je me trompe ? Pour le micro, je ne suis pas idiote et je viens d'avoir la confirmation que vous mentez donc je n'ai pas peur. Et pour répondre à votre dernière question, est-ce vraiment nécessaire que je vous dise si vous êtes enveloppé ou pas ? Est-ce que cela changera quelque chose sur ce que vous êtes intérieurement ?"

Héloïse toucha le micro sans avoir peur et délicatement. Elle savait très bien que s'il disait la vérité, il ne chercherait pas à la provoquer pour qu'elle touche.
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 26 Jan - 5:35
Invité
Invité
avatar
Tant d'informations condensées en si peu de phrases. S'il est vrai que je parle trop il n'en reste pas moins qu'elle reste avare en mots. À défaut ce qu'elle dit à le mérite d'être intéressant. Du moins pour une personne que des "cousins" galactiques sont incapables de faire preuve de duperie ou en tout cas de mentir. Mais plus les secondes s'égrainent et plus j'ai l'impression que tout ceci n'est rien de plus qu'une jolie histoire. Le soucis, avec les histoires, c'est que seuls les gamins sont assez stupides pour les considérer comme partie intégrante de la réalité. Comme qui disait: ce n'est pas à un vieux sage que l'on apprend à faire la grimace. Ho que non!
"Évitr pas mal de problèmes? Ton peuple?" je ne sais pas pourquoi je choisis de relever ceci en premier. Pur cynisme? "C'est drôle un instant j'ai pensé qu'il avait été exterminé et que tu en étais la dernière représentante..."
Je lui décoche un regard entendu puis affiche un air satisfait. Qu'elle soutienne que dire la vérité fut bénéfique aux siens, tiens! Les faits parlent en ma faveur. Non que je souhaite spécialement avoir raison sur le sujet mais qu'elle ne vienne pas me vendre du rêve avec ses bêtises alors que son peuple s'en est ramassé plein la gueule. À cause de son honnêteté? Je suppose qu'au fil des siècles ça a dû y contribuer. Je soupire et revient péniblement m'installer du bon côté du bureau.
"Donc si je comprends bien lorsque tu mens il s'ensuit des symptômes que n'importe quel abruti peut simuler? À la limite si tu explosais ou que ta peau se recouvrait de gros boutons rouges ta.. théorie serait aisément vérifiable mais là... Et puis tout le monde sait que les femmes sont des expertes en simulation, justement!" Bah quoi? C'est vrai non? "Mais dans le fond je ne te jette pas la pierre! Si j'avais été abandonné moi aussi j'inventerais n'importe quelle histoire pour que les premiers philanthropes venus me ramassent sur le bord de la route. On a qu'à dire que c'est notre petit secret d'accord?"
Et puis dans le fond je me fous pas mal qu'elle me mente ou pas. Si les médecins et les militaires ont estimé qu'elle était la bienvenue à bord, grand bien leur fasse. Le jour où elle fera une connerie ce ne sera pas moi qu'on pointera du doigt. Je vais appliquer à la lettre le merveilleux principe des trois singes. C'est nettement plus efficace que l'honnêteté, à n'en pas douter! Par contre j'ai bien noté qu'elle a refusé de répondre sur la taille de mon bidon! Ce qui en soit confirme mes craintes! J'ai grossi! Merde...

Bon et bien il faudra peut-être que j'aille faire un tour à la salle de sport un de ces quatre. Le soucis étant que la plupart des engins qui s'y trouvent doivent être recouverts de couches et de couches de transpiration... Peut-être même qu'il y a encore celle des anciens! C'est tout de même dégueulasse quand on y pense! Mais que faire sinon? Bouffer du tofu? Ça, jamais! Dilemme cornélien s'il en est...

Je m'allume machinalement une clope et en recrache la fumée vers la plafond. À nouveau j'en viens presque à oublier la présence de la blonde. Sa culture, sa culture... Elle n'a que ce mot-là à la bouche. Je peux comprendre que ce soit important pour elle puisqu'elle en est désormais dépositaire. D'un autre côté elle s'est trompée de bureau si elle souhaite parler de ce genre d'âneries. Les Ethnologues, c'est trois étages plus bas! Il me semble en tout cas... Je n'ai jamais vraiment eu le sens de l'orientation et toutes ces choses pratiques mais néanmoins inutiles depuis l'invention du gps. Mais ici, forcément...
"Non, vraiment, ta culture ne m'intéresse pas! D'ailleurs votre bug relève plus de la génétique je suppose, pas de votre société en elle-même. Mais avoue que c'est quand même amusant d'imaginer un peuple qui ne peut pas mentir parce que l'évolution a décidé de l'entuber..." Oui enfin je suppose que ça dépend de quel côté on se trouve... "Mais trêves de plaisanterie maintenant! On a bien rigolé mais la linguistique est un art qui requiert la plus grande discipline, jeune hippie! Tu as peut-être le temps de flâner à bord mais mon temps est précieux, lui!"
Me voici à lui reprocher le retard pris sur le programme... Bon remarquez c'est tout de même elle qui a commencé avec ses sottises de je ne peux pas mentir. J'étais sensé réagir comment, hein? J'écrase nerveusement ma clope et me renfrogne. Il est vrai que je n'ai pas été très professionnel sur ce coup-là! Comment ai-je pu laisser de telles inepties m'écarter de mon devoir sacré? Je pointe donc du doigt le premier symbole de l'alphabet serglien à la jeune femme tout en vérifiant d'un regard que l'enregistrement se poursuit.
"Allez hop, on se grouille!" plus vite, plus vite! "Mais on se grouille en articulant distinctement! Capito?"
Il est temps de se consacrer aux choses vraiment dignes d'intérêt. J'ai eu ma dose de mirages pour la journée...
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 26 Jan - 8:13
Invité
Invité
avatar
C'était le pompon ! Voilà que Jack reprochait à la jeune serglienne de lui faire perdre son temps maintenant... Bah oui ! C'était de sa faute, c'était elle qui était partie la première dans ce délire après tout. Comme les gamins "c'est toi qui a commencé !"... Non mais sans déconner ! Ce Jack n'était pas très sympa, si bien, que cela en devenait même énervant ! Hippie ? Était-il sérieux ? L'alien ne savait pas ce que c'était et heureusement pour lui d'ailleurs, sinon il se serait pris une autre remarque. La jeune bonde ne lui demanda pas ce que cela voulait dire, car, menteur comme il était, on ne pouvait même pas se fier à ce qu'il disait ! Et qu'on ose me dire que c'est bien de mentir ! On communique avec quelqu'un mais ça ne sert à rien puisqu'il ment sans arrêt : Ses réponses étaient donc inexploitables. Pour synthétiser, s'il ne parlait pas ça ne changerait rien.... Héloïse le laissa terminer, et.. Franchement, cela ne semblait pas la peine de répondre, ce 'Jack' était, ce qu'on appelle, borné ! C'est ça ! Et aussi... Étroit d'esprit ! C'est ça ! Sur le coup, l'extraterrestre se demanda si c'était nécessaire de faire ce qu'il demandait. La jeune femme se sentait un peu comme un cobaye , tout du moins, c'était le sentiment qu'elle ressentait... Il avait de la chance qu'elle était serglienne et donc, pacifique et super sympa mais, elle se dit que de toute façon, il ne remarquerait jamais quel genre de personne était la blonde. Il pouvait très probablement passer 10 ans de suite avec elle sans même jamais connaître quoi que soit d'elle. C'était bien gentil de la traiter de "hippie", lui dire qu'elle avait "bug" comme si c'était une machine etc. mais fallait-il qu'il se donne la peine d'essayer de la connaître. C'était en fait ce qu'Héloïse essayait en premier lieu : se faire connaître avant de partager ses connaissances. Mais visiblement, avec ce type de personne, c'était une perte de temps. Une question vint alors à l'esprit de la rescapé "Avait-il des amis celui-là ?". Dans tous les cas, il ne fallait même plus chercher à comprendre à ce stade, il fallait passer à autre chose, considérer qu'on était les meilleurs amis du monde, lui donner toutes les informations qu'il voulait savoir et terminé !

" [dô] "

*Voilà. Allez-y, passez au suivant histoire qu'on en finisse, moi aussi j'aimerais terminer...*


L'intonation était assez particulière et pas du tout la même. L'alien voulait aussi en finir très rapidement.... Ne pouvaient, donc, ils pas se supporter tous les deux ?
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 26 Jan - 9:20
Invité
Invité
avatar
Le son prononcé par la demoiselle est semblable à l'une de nos notes de musiques. Il est évidemment trop tôt pour tirer ce genre de conclusions mais il se peut que sa langue soit basée sur la gamme musicale. Après tout ce ne sont pas les points communs qui manquent entre les terriens et les sergliens. En revanche je m'attendais à un peu plus de bonne volonté de la part de Miss Honnêteté! N'est-elle pas ravie de pouvoir sauvegarder une partie de patrimoine de son peuple grâce à mon aide? Je sais bien que je suis venu à sa rencontre mais tout de même... N'ai-je pas fait preuve d'une grande patience lors de notre échange? Le tout en tentant de ménager son complexe - tout à fait naturel - d'infériorité?

Malheureusement il semblerait que dans cette galaxie aussi la bonne volonté ne soit pas récompensée... Je suppose que c'est le moment où je dois me questionner sur la manière de la motiver un peu. Il est clair que je ne vais pas lui donner un troisième stylo et à part ça tout mon matériel m'est plus ou moins utile. Puis vient le moment où je me rappelle que je suis un connard et que j'enfreint l'un de mes principes en cherchant à faire un pas vers l'autre. Je m'installe donc plus confortablement contre le dossier de mon siège tout en jouant avec mes lèvres d'un mouvement régulier du doigt:

Qu'est-ce que je vais bien pouvoir faire d'elle? Je l'observe de longues secondes en me demandant si j'ai devant moi la preuve vivante qu'une éducation trop laxiste ne donne rien de bon. Tout le monde sait que quelques claques dans la tronche de temps en temps est bénéfique pour l'épanouissement d'un enfant, non? Dès lors, je dois le reconnaître, j'hésite un bref instant à lui en retourner une...

Mais Héloïse n'est plus une enfant et je ne crois pas qu'il soit nécessaire d'ajouter des violences physiques à la vague de supposés viols qui perturbent la vie de la Cité. Elle irait se plaindre, forcément. Et j'aurai beau expliquer que c'est de sa faute c'est vraisemblablement moi qui finirai en garde à vue ou dans le bureau de Weir où je ne sais quelle tête pensante. Et puis ce n'est pas ma fille de toute façon! Si elle n'arrive pas à s'intégrer elle deviendra comme moi et puis c'est tout, voilà! Ce qui ne serait peut-être pas une si mauvaise chose finalement...
"Bon! Je crois qu'une pause s'impose!" Comme c'est joliment dit! "Tu noteras au passage la magnifique rime involontaire..."
Bon alors qu'est-ce que je vais me manger, moi? Puisqu'il semblerait que je sois un brin enveloppé - Merci Héloïse, c'est sympa! - il faut que je fasse attention! Le soucis c'est que les légumes ne sont clairement pas les meilleurs trucs à se mettre sous la dent. Les secondes passant, je commence à assembler le plat parfait pour l'occasion. Je n'ai plus qu'à passer commande maintenant!
"J'aimerais bien un sandwich au jambon avec beaucoup de beurre et quelques cornichons et tomates pour la forme. Ho allez, soyons-fou: une feuille de salade aussi! Mais j'insiste bien sur le beurre hein? Et assures-toi qu'ils ne soient pas non plus radins sur le jambon! Ho et si tu pouvais aussi porter des gants lorsque tu transporteras mon repas je t'en serais infiniment reconnaissant! Et bien sûr évites de respirer ou de cracher dessus, tu seras mignonne!" dis-je en prenant un billet dans ma poche puis en le lui balançant. "S'il reste quelque chose tu peux te prendre une sucette ou un truc dont les jeunes de ton âge raffolent!"
En fait il ne restera pas grand chose, je le sais. Tout comme je sais que je n'aurai jamais tous les ingrédients que j'ai commandés, c'est la zone ici. Toujours est-il qu'Héloise aura à peine de quoi s'offrir une boisson. Et encore, à supposer qu'ils ne soient pas radins au bar. Mais avec un peu de chance elle fera pitié à qui de droit et elle obtiendra une réduction. Tant que l'essentiel est acquis - à savoir mon sandwich! - elle peut bien faire ce qui lui chante des quelques centimes restants. Néanmoins je dois encore jouer sur la corde sensible pour la convaincre. Car je suis peu convaincu qu'elle accepte de jouer la domestique considérant les dernières minutes qui viennent de s'écouler.
"Bah quoi? J'irais bien moi-même si je le pouvais mais..." dis-je en me massant le genou avec un air de souffrance parfaitement feint sur le visage. "Il se trouve que la vie n'a pas été douce avec moi. Je souffre ho-rri-ble-ment! Un vrai calvaire! Et je suppose que tes parents ont eu le temps de t'apprendre qu'il fallait être gentille avec les gens comme moi?"
Ho ça va hein? N'importe quel handicapé profite de sa condition pour obtenir des faveurs! Et puis bon si on ne peut même plus s'amuser...
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 26 Jan - 13:34
Invité
Invité
avatar
Héloïse n'en revenait pas. Jack commençait à sévèrement dépasser les bornes... Prenait-il Héloïse pour une esclave maintenant ? Après l'avoir prise pour une naïve, une débile, et enfin une sauvage, il fallait maintenant qu'il la prenne pour une esclave ? Bon, heureusement pour lui, Héloïse ne lui en voulait pas trop, elle était tellement serviable et aimable... Bon, j'avoue que pour le deuxième point, il était plus généraliste de parler des sergliens. Il était bon de savoir que, même si Jack n'était pas très cool avec elle, elle le trouvait quand même intéressant et sympa. Sur le coup, elle prit l'argent et lui dit calmement :

"Je n'ai rien contre vous amener tout ça, par contre, la prochaine fois, si vous pouviez me le demander poliment. Avec un 'pourrais-tu' et un 's'il te plaît'. Cela ne coûte rien, mais c'est utile. Et autre chose, avant d'aller vous chercher tout ce qu'il vous faut, je tenais à vous dire que je n'aime pas lorsqu'on me prend pour une enfant. Suis-je vraiment si jeune que ça ?"

Elle se leva et s'apprêta à partir pour aller tout lui apporter, mais avant d'aller tout lui chercher, elle tenait à rajouter quelque chose :

"Je compatis à votre douleur. Mais, comment voulez-vous qu'on vous aide ou qu'on vous apprécie ? Vous faites tout pour salir les relations que vous avez avec les autres. Je pense que si c'était quelqu'un d'autre, il n'aurait jamais été faire ce que vous avez demandé. Et, au fond de vous, je suis persuadée que vous le savez."

Très bref moment de silence puis :

"Bon, à tout de suite !"

Sur ce, elle partit chercher la commande de Jack. Héloïse n'était pas du tout fâchée, elle restait toujours très calme. C'est juste, que... Un petit 's'il te plaît' aurait été très apprécié de sa part.
Revenir en haut Aller en bas
Sam 28 Jan - 5:48
Invité
Invité
avatar
Mais! Quoiiiii? D'où j'ai envie qu'on m'apprécie, moi? Si je demande de l'aide c'est uniquement parce que ma condition me le permet. La plupart des gens ont tendance à avoir pitié des handicapés. Ce qui est stupide en soi mais qui fait mes affaires. La preuve? Je vais avoir un sandwich livré à domicile tout simplement parce que j'ai évoqué - vaguement - mon genou. Elle est pas merveilleuse la nuit? Haaa si les serveurs du bar pouvaient faire pareil... Ce n'est pas faute d'avoir tenté de les convaincre mais le petit personnel n'est visiblement pas très sympa. J'ai eu le même problème avec l'ingénierie lorsque je leur ai simplement demandé d'éteindre les lumières du couloir après tout...

Mon regard reste posé sur la jeune femme qui s'en va chercher ma commande tandis que j'oscille entre le désir de préciser certains détails et la simple envie de la voir quitter mon bureau. Bien sûr que personne d'autre n'accepterait d'agir avec autant de... gentillesse. Parce que c'est tout simplement inconcevable pour la plupart des gens. Si tous les résidents de cette galaxie sont aussi pacifistes je me demande si ces Wraiths sont si redoutables qu'on le dit. Ils ont une sale gueule, c'est indéniable. Mais quelles difficultés auraient des tarés un brin armés pour exterminer une bande de Gandis?
"Ouais ouais c'est ça! À tout de suite!"
J'accompagne ma remarque qui se perd plus ou moins dans le vent d'un bref signe de la main. Puis diverses idées m'assaillent. Dois-je verrouiller la porte de mon bureau et jouer les absents lorsqu'elle reviendra? Ou alors carrément aller me planquer dans un endroit où elle n'aura pas l'idée de me chercher? Opportunités qui sont plutôt séduisantes mais qui me priveront indéniablement de mon repas. Non que je sois près de mes sous mais l'idée qu'elle puisse dévorer mon sandwich par dépit me file de l'urticaire! Je n'aurai qu'à la virer à son retour!

En attendant je dois bien pouvoir trouver de quoi m'occuper sur mon ordinateur...

<==========<>==========>

J'en suis peut-être à ma troisième partie de solitaire lorsque la demoiselle revint. J'appuie alors sur le bouton du chronomètre de ma montre. Un peu plus de dix minutes. Pas mal mais peut mieux faire! Je salive déjà à l'idée de mordre dans le met que mes narines devines. On dit que les vieux perdent l'appétit avec l'âge. En ce qui me concerne ce serait plutôt l'inverse!
"J'imagine que c'est le moment où je dois te remercier?" Vous voyez que je connais les conventions sociales! "Alors voila, ça y est! Considères que c'est fait!"
Ce n'est pas vraiment un remerciement mais ce n'est tout de même pas si mal. J'ausculte le sandwich sous toutes ses coutures - allant jusqu'à faire chacune des tranches pour m'assurer que la jeune femme n'a pas craché dedans - tout en jetant des regardes suspicieux à la hippie. Et puisqu'il n'est pas très sain d'asperger de la nourriture de désinfectant je me risque finalement à planter mes crocs dans le casse-croûte. Ok, ça semble normal!
"Je déteste bouffer devant des pauvres! Et si je te demande de te retourner tu tournerais le dos au micro... Dilemme, dilemme!" dis-je adoptant un air ennuyé. "Bon et bien continue de lire ton alphabet pendant que j'augmente ma surcharge pondérale. Si son altesse vient bien s'en donner la peine, bien sûr!"
Non parce que mademoiselle ne veut pas que je la traite comme une enfant voyez-vous? Sauf qu'elle a l'âge de ma fille ce qui par association en fait... une gamine, oui! Si je devais me mettre à vouvoyer tous ceux qui ont moins de la trentaine sur cette base je n'ai pas fini. Non, décidément: c'est bien mieux lorsque le respect va dans un seul sens. Après tout c'est ainsi que les choses sont sensées fonctionner non?
"Après quoi tu auras quartiers-libres. Tu pourras de nouveau retourner gambader au pays de l'insouciance et des poneys! Merci qui?" Non, pas Jacky! "Nous poursuivrons notre merveilleuse aventure au pays de l'amour dans quelques jours. Ça te va?"
Dois-je préciser que je pose la question par pure politesse?
Revenir en haut Aller en bas
Sam 28 Jan - 9:49
Invité
Invité
avatar
Héloïse était partie chercher le repas de Jack. Elle mit tout en place pour ne pas salir ni cracher dans son repas, en bref, pour que son repas soit "clean". La phrase "Ouais, ouais, c'est ça" ne plut pas vraiment à la serglienne mais encore une fois elle ne dit rien. Cela valait-il la peine de répondre ? Point d'interrogation ! La "blonde" demanda, paya puis récupéra alors le repas de Jack, il y avait un peu de monde mais allait encore. Elle récupéra au passage, aussi la monnaie, et demanda ce qu'on pouvait avoir avec ça. Limite, elle était vue comme une extraterrestre à ne pas connaître la valeur de l'argent... Heu, je ne veux pas être méchant mais c'était le cas... Elle expliqua alors sa situation, et, compréhensif, on lui expliquait que le reste de monnaie, s'il n'était pas là, ça ne changerait pas grand chose... En bref, elle n'était pas là de faire une fortune avec ça ! Elle repartit en direction du bureau de, puis-je dire "l'autre affreux ?" Non ? Arf, dommage... donc ça sera encore "Jack" et là, surprise, un demi-merci même pas prononcé. Cela commençait à vraiment ne pas plaire à l'extraterreste, mais elle fit tout pour ne pas que Jack s'en aperçoive. La jeune alien voulait juste le minimum, il n'y avait que trois morceaux de phrase à connaître, "pourrais-tu...", "s'il te plaît" et "merci". C"était si dur que ça ? Bon, alors oui, je "bonjour" et "au revoir" semblent tellement évident ! Mais ce n'était pas tout, il fallait en plus que Héloïse se retourne car, je cite, c'est une "pauvre", et il fallait qu'elle continuer de réciter l'alphabet....

"J'ai une bien meilleure idée. Je récite l'alphabet dans l'ordre et je te laisse manger tranquille..."

*En fait c'est pire que ce que je croyais, c'est vraiment son caractère d'être comme ça.... Je ne suis pas trop bien avec lui !*


Elle récita alors l'alphabet calmement et en articulant correctement et avec de la 'motivation' histoire d'être irréprochable (en laissant le soin de laisser 1 seconde de blanc entre chaque lettre):

"gui,jo,râ,bu,ci,lu,da,mo,dô,ya,lé,na,pa,ju,kou,fa,dou,za,wo,xé,pon,ay,han,ure,hin,pog"

Le son était beau à entendre, on aurait dit qu'elle chantait... car, cela ressemblait plus à de la musique. C'est alors qu'elle lui dit désormais :

"Je pense que je vais te laisser manger tranquillement maintenant, au pire tu pourras tout simplement me retrouver si besoin..."



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Atlantis Insurrection :: Cité d'Atlantis :: Niveau 10 - Zone de Commandement-