Atlantis Insurrection
"Personne ne demande à devenir un Héros, sauf que parfois ça finit comme ça..."

Et si ce Héros, c'était toi ? Tu es l'un des meilleurs dans ton domaine (Biologiste, Chirurgien, Infirmier, Diplomate, Démineur, Maître chien...) et on te propose de participer à l'expédition la plus fabuleuse mais aussi la plus dangereuse : l'expédition Atlantis.
Auras tu le cran de rejoindre Atlantis pour découvrir ses mystères et affronter les dangers de cette galaxie ?

Tu peux aussi incarner les personnages importants de la série (Weir, Sheppard, McKay, Lorne, Teyla....) Bon niveau RP demandé.
On recherche de nombreux personnages inventés.
http://www.atlantisinsurrection.com/t387-personnages-vacants


Si tu te sens capable de franchir ce pas, tu es des nôtres ! Clique sur l'image ;-)


RPG sur Stargate Atlantis
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez| .

[Moment fort 11] : Une anguille sous la roche ou bien un mirage ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatarInfos√ Arrivée le : 01/08/2015
√ Messages : 269
Atlantis
MessageSujet: [Moment fort 11] : Une anguille sous la roche ou bien un mirage ? Lun 30 Jan - 17:54
Intrigue Grande Lessive


Une anguille sous la roche ou bien un mirage ?




Point de vu : neutre
Personnes impliqués : Les enquêteurs
Interventions autres ? :Les enquêteurs
chronologie : : 5ème jour : 10h00

--------------------------

Suite à la déclaration de Weir, les deux enquêteurs principaux, se retirèrent dans le bureau du chef de projet, suivi des autres enquêteurs. Ce fut silencieux, durant le temps de voyage. L’anglais était pareil à lui-même calme et froid. Mais sa gestuelle avait intimé l’ordre aux autres de ne pas discuter. Pour une raison simple : il y avait une grosse anguille sous les rochers.

Une fois à l’abri dans l’antre du chef de projet, il alla s’adosser à son bureau, jambes tendue, Erin à ses côtés. Il fit signe aux autres de prendre place sur les canapés ou de prendre des chaises si besoin.
« Bon, qu’en pensez-vous ? » Il voulait savoir d’abord leur avis, avant de se lancer dans ses suppositions.


---------------------------
ACTIONS :

Libre, c’est un échange

° CODAGE PAR DITA | EPICODE °
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 14/05/2015
√ Age : 26
√ Messages : 2125
√ Localisation : Alpha

Karola Frei
Dossier Top Secret
√ Age: 34 ans
√ Nationalité: Allemagne Allemagne
√ Gêne: ATA
MessageSujet: Re: [Moment fort 11] : Une anguille sous la roche ou bien un mirage ? Lun 30 Jan - 19:24
Puisqu’elle ne pouvait pas voir Weir et qu’en plus elle était démise de ses fonctions injustement, Karola embarqua Lawson pour se rendre dans le bureau d’Alexander. Du beau monde était déjà présent là-haut. Elle débarqua, fulminante, les poings serrés. Elle chercha des yeux sa proie et la trouva en la personne de l’anglais, chargé de mener cette enquête farfelue qui n’avait toujours pas aboutie depuis tout ce temps. Se frayant un passage entre tout le monde, elle s’adressa à lui d’une voix forte et claquante, attirant l’attention de tous.

- Est-ce qu’on peut m’expliquer à quoi rime toute cette histoire ? Depuis quand Weir prend t-elle les décisions concernant le contingent militaire ?!


L’anglais toisa la major, qui était en rogne et cela se comprenait parfaitement.

- Nous sommes tous aussi surpris que vous Major. Techniquement, en tant que responsable de la cité, elle peut le faire sans entretien avec les responsables militaires. Mais c’est bien la première fois qu'elle prend une décision seule concernant ce genre d’élément.

Karola alla se planter devant le jeune homme. Elle n’en démordrait pas, quelque chose de louche gênait la progression de l’enquête et selon elle, les rouges la menaient mal, en tout cas pas aussi efficacement qu’il le fallait.

- Laissez les militaires régler cette histoire, l’enquête n’a que trop duré. Vous ne maîtrisez rien, même Weir ne se maîtrise plus. Il est évident qu’elle cache quelque chose, jamais elle n’aurait évincé si facilement le colonel Sheppard.

L’anglais, fit un geste d’apaisement envers le major qui fulminait.

- Non, vous n’êtes pas la seule major.Il était calme. Et vous ? Vous vous maîtrisez major ? Vous êtes en colère élément compréhensible, mais ce n’est pas en redirigeant vers tels ou tel entité l’enquête que cela avancera plus. En donnant un coup dans la fourmilière, il est logique que tout éclate de partout. Les militaires et les civils coopèrent déjà dans cette enquête, que voulez-vous de plus ?

Bon sang, les rouges et leurs discours grandiloquents ! Karola tenta de reprendre le dessus sur sa colère. Elle serra les mâchoires avant de lâcher :

- J’ai lu la majeure partie des rapports d’enquêtes. Quelqu'un de haut placé protège ces pourritures. Pourquoi Weir serait-elle au-dessus-de tout soupçons alors que le Colonel a dû répondre à des accusations fallacieuses non fondées ? Trouvez cette personne ou bien je m’en chargerai moi-même !!

Elle se trouvait face à l'anglais, protégé par la présence d'une table entre eux. Ses yeux plongés dans les siens lui lançaient des éclairs assassins. Lui resta de marbre, de toute manière, il voyait bien qu’elle n’était pas dans son état normal. Il était difficile de la calmer dans cet état.

- C’est ce qu’on essaye de faire voyez-vous. Il ne cilla pas face à son regard. « Il est plus préférable Major, que vous alliez faire un tour pour vous calmer et revenir quand vous ne serez plus dans un état second, la colère nuis à votre jugement. Il ne bougea pas. Pour votre gouverne, une enquête est en court sur terre, sur les administratifs haut placés, les résultats sont censés arriver avec le Dédale demain.

Les mots d’Alexander ne lui firent ni chaud ni froid. Jetée comme une malpropre et parce qu’elle ne voulait pas rester une minute de plus pensant que cela n’aurait rien de productif et parce qu’Alexander pensait aussi que cela valait mieux pour tout le monde, elle lança un regard glacé à l’ensemble de l’assistance avant de leur tourner le dos et de quitter la pièce.

- Lawson ! Nous sortons !


En passant la porte, elle ne vit pas que quelqu’un arrivait dans sa direction. Manquant de la percuter, Karola s’arrêta tout juste devant cette personne qui s’avéra être l’infirmière Coralie Deltour. Karola baissa les yeux sur elle, lui adressant le même regard qu’à Alexander il y a quelques secondes et la toisant de la tête aux pieds. Excédée, elle ne daigna même pas s’excuser et s’apprêtait à la contourner pour continuer sa route.

Coralie venait de quitter l'infirmerie et se rendait dans le bureau d'Alexander pour lui faire part de ses soupçons concernant le malaise de John lorsqu'elle faillit se faire percuter par une Karola furibarde. Elle la toisa de haut en bas d'un air dédaigneux avant de commencer à la contourner pour continuer sa route. Sans savoir pourquoi, l'infirmière fut contrarié de constater que la major ne s'inquiétait même pas du sors de son supérieur et ami. "Il est stabilisé. Merci pour lui "déclara-t-elle d'un ton dur en lui lançant un regard peu amène.

Karola pinca les lèvres, avec tout cela, elle avait complètement oublié la mésaventure de John. Elle avait aperçu Adam le prendre en charge et cela l'avait rassurée. La colère lui avait fait un peu perdre les pédales.
"Merci." Finit-elle par lâcher comme si on lui arrachait les mots de la bouche avant de la dépasser et de continuer son chemin.

_________________

DC : Victoria Wilde
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 22/01/2016
√ Age : 45
√ Messages : 823
√ Localisation : dans la galaxie Pégase

Aiden Ford
Dossier Top Secret
√ Age: 27 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Inoculation
MessageSujet: Re: [Moment fort 11] : Une anguille sous la roche ou bien un mirage ? Lun 30 Jan - 22:17
J'ai du fendre la foule à défaut de têtes pour parvenir à atteindre l'escalier menant au bureau d'Hoffman. La pièce semblait bien exigüe pour toutes les personnes présentes. On aurait dit un conseil de guerre ou une conspiration. Les deux me convenaient : quand j'allais leur apprendre ce que j'avais découvert, ça va chier dans le ventilo comme pourrait dire ce si charmant Goreck "The Hammer" ! Mais avant de pouvoir dire un mot, un cyclone furieux déboule dans la pièce : une tempête glacée, de colère, de rage et de fureur brûlantes ! J'en était gêné pour elle, le soldat que j'avais cru connaitre en vérité semblait bien loin d'ici, sur un pont branlant d'une planète ou je suis roi et champion pour deux camps ennemis.

Son petit accès de rage contre Weir et les rouges corroborait les accusations de Weir quant à son état psychique et psychologique. Moi, je reconnaissait bien ce que j'avais vu bien des fois chez des soldats moins exposés à tant de pression : le fameux SSPT ! Son échange avec Hoffman se termina mal, très mal au vu du regard qu'elle nous lança. Et de sa sortie, le dénommé Lawson sur les talons, pauvre gars ! Protéger Frei dans cet état tenait de la punition infernale pour grand pêcheurs devant l'Eternel. Et je crois pas que Lawson soit aussi perverti par le pêché.

Je m'avançais tout content (oui, je sais c'est pas le moment de faire mon intéressant, mais attendez de savoir ce que j'ai à raconter !), je demandais le silence de la main : " Le Major n'a pas tort ! Cette enquête est viciée depuis le début ! On ne sait pas qui fait que, ni pourquoi, soudain la vie de la cité devient digne d'un film d'horreur ou d'un thriller effrayant ! On a pointé du doigt les gris ! A dessein à mon avis ! Pourquoi eux et pas les rouges ? Parce que les gris sont des gens qui marchent avec de fortes notions du sens de l'honneur, donc pour se débarrasser d'eux, il faut d'abord les salir !", je vais pas dire que je me sentais pas comme un héros de série policière. En fait, oui un peu, je suis un des enquêteurs , non ? Et surtout j'ai trouvé une vraie preuve, une piste pour chopper ses salopards ! Mais le coup d'éclat de Frei m'a refroidit, je comptes dire un truc mais le gros morceau je le garde pour les oreilles des patrons. Je crois qu'on nous espionne et ma pièce maitresse doit le rester le plus longtemps possible.

Coralie entra, fatiguée et un peu sur les nerfs, croiser Karola Frei en rognes ne doit pas être agréable. Je lui fait un sourire rassurant et amical, histoire de lui faire naître un sourire sur le visage. Puis je reprend : " Cette annonce de Weir, c'est n'importe quoi ! on est lié a la Terre et les conventions internationales ont toujours cours, c'est au SGC, d'entériner une décision du quorum dirigeant la cité ! Mais ce quorum est réduit des deux tiers, et le membre restant m'a paru à moi bien étrange ! J'ai remarqué ses pupilles plutôt dilatées et son ton mécanique, on aurait dit qu'elle récitait un texte d'un autre ! Et c'est quoi ce papier dans ses mains ? Et en réfléchissant vous avez été mis aussi sur la touche. On jouerait aux échecs, je dirais que la dame vient d'être jouée par les noirs, elles nous a pris notre dame en mettant notre roi en échec ! Vous êtes les tours ! certains d'entre nous sont les pions, les fous, et les cavaliers sont pour la plupart hors du terrain, certains pions ont été promus, moi c'est cavalier ! Mais le joueur noir est fort et il a au moins trois tours d'avance !", trop bien la métaphore sur les échecs ! Bon ben c'est officiel ! J'aimes bien faire le petit malin !

Une longue pause histoire de laisser aux autres la possibilité de s'exprimer, puis je reprend : "Eh bien moi j'ai un truc à vous dire ! Sheppard n'est pas victime d'un cœur fragile ! J'ai entendu un chuintement étrange, une seconde avant la chute de Sheppard ! On a voulu l'assassiner ! Les médecins feraient bien de chercher un poison quelconque et une trace de piqûre voire un projectile !", mon info lancée, j'observais dans mon coin les débats de mes collègues. Puis quand nos deux seigneurs du châteaux eurent donnés leurs instruction aux enquêteurs, je trainais les pieds en laissant tout le monde sortir avant moi. Quand tout le monde fut sortis, je fermais la porte et me tournais vers les deux responsables : " Agent Steele !? Mister Hoffman !? J'ai pas tout dit et pour cause ! Regardez ce que j'ai trouvé en fouillant la scène de crime !" et délicatement je sortis ce que j'avais découvert !

_________________
Aiden Ford Theme:
 





Médailles:
 


DC : Herakles Coeur de Thaïr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatarInfos
Invité
MessageSujet: Re: [Moment fort 11] : Une anguille sous la roche ou bien un mirage ? Lun 30 Jan - 23:07
Dés qu'elle eut pris les dispositions nécessaires pour faire surveiller la chambre de John, et par la même occasion Nathalie, qu'elle n'avait pas réussit à convaincre d'aller prendre un peu de repos, Coralie rejoignit le bureau d'Alexander.

Elle se posait des tas de questions concernant les évènements de la matinée, et pas mal de soupçons, même s'ils lui paraissait totalement farfelu et que vu son niveau de fatigue elle pensait qu'ils pouvaient être juste issus de sa paranoïa galopante et de son esprit embrumée. Et pourtant... il y avait quelque chose qui ne tournait pas rond. Elle n'arrivait pas vraiment à mettre la main dessus, mais elle le sentait.

Déjà, elle savait que John avait été empoisonné. Beckett lui avait confirmé qu'il avait découvert une trace de piqure dans le cou du jeune homme, ainsi qu'un éclat de bois ressemblant à la pointe brisée d'une flechette, dans la plaie. L'objet, ainsi qu'une fiole du sang de John avait été envoyé au labo en vu d'analyses pour définir quel poison avait été utilisé.

Elle venait d'arriver à proximité de la porte du bureau d'Alexander quand elle croisa une Karola furibarde qui manqua la bousculer avant de la regarder d'un air profondément dédaigneux. C'était idiot, mais Coralie ne put pas s'empêcher de lui rappeler que son supérieur et ami était à l’hôpital entre la vie et la mort.

Karola sembla accuser un peu le coup, avant de se reprendre et de la remercier du bout des lèvres, presque à regret. Coralie regarda la jeune femme s'éloigner dans le couloir en se disant qu'elle risquait de récupérer quelques victimes innocentes... Karola ne ferait pas dans le détail. Le premier qui se mettrait entre elle et sa proie, quelle qu'elle soit, risquait fort d'y laisser quelques plumes.

Elle frappa à la porte et entra avant même d'y avoir été invitée, visiblement agité et perturbée par les derniers évènements et ce qu'elle avait appris concernant le malaise de John.

Visiblement, elle n'était pas la seule à être arrivé à cette conclusion. Aiden était en train d'expliquer qu'il avait entendu un léger bruit juste avant que John ne s'effondre.

- « Je confirme » commença-t-elle sans préambule. « Le malaise de John n'en était pas un. Il a été empoisonné. Les analyses sont en cours pour savoir de quel poison il s'agit."

L’anglais regarda Coralie… il s’humidifia les lèvres. « Il va s’en sortir ? » Puis son regard trouva celui d’Erin, avant de se reporter sur Coralie « Oui, quelqu’un cherche à faire tomber tous les responsables, comme pour préparer le terrain…je sens venir l’accueil du comité du CIS va nous donner le ton. »

Coralie fit une grimace en regardant ses interlocuteurs. "Son cœur tiendra, son pronostic vital n'est plus engagé pour l'instant... mais il a toujours beaucoup de fière, et il n'est vraiment pas passé loin... Mais... y'a pas que ça... y'a que moi qui ai trouvé le comportement de Weir particulièrement bizarre ?"

« C'est plutôt rassurant »,
constata Erin en parlant de Sheppard. « Quant au docteur Weir... Elle a pris sa décision sans nous consulter. Ça ne lui ressemble pas. »

"Oui mais c'est pas de ça que je parle."

L’anglais hocha la tête, il croisa les bras. « Oui, nous n’étions pas au courant de ce changement, surtout qu’elle sait que je soupçonne encore Harris, malgré qu’il est soit disant blanc ». Il regarda Coralie, il trouvait Weir aussi étrange « Oui, elle semble être qu’un patin… je me demande si lui faire une petite prise de sang ne serait pas intéressant »

Erin opina du chef pour signifier qu'elle était d'accord.

Coralie sourit, en secouant la tête. "Je ne vois pas sous quel prétexte on pourrait l'obliger à se soumettre à un tel examen"

« Il faudrait un prétexte médical. Vous devez bien avoir quelque chose sous le coude. Non ? » Il n'y avait pas quarante six solutions. Si Isia était sur pied le problème serait réglé en moins de temps qu'il fallait pour le dire.

"Pour le prétexte, c'est pas ce qui manque... la suspicion d'un virus potentiellement mortel, l'empoisonnement de John qui pourrait être suivit du sien... Je peux même m'arranger pour lui faire faire un léger malaise qui nécessitera une prise de sang pour rechercher une éventuelle carence."

« Une recherche de drogue serait à faire sur cette analyse. Au vu de ses pupilles sacrément dilatées »
précisa Alexander.

Coralie le regarda d'un air dubitatif, visiblement elle n'était pas la seule à être épuisée. Il fallait que l'anglais soit particulièrement perturbé pour énoncer une telle évidence.

« "Évidement qu'on va rechercher des drogues, pour l'instant je ne m'inquiète pas de son taux de cholestérol." lui répondit-elle en réprimant un fou rire, reprenant son sérieux, elle ajouta « Bon, j'ai du pain sur la planche moi. Je vais voir ce que je peux faire pour cette prise de sang. »

Sur un dernier signe de tête, elle quitta la pièce pour retourner à l'infirmerie.
Revenir en haut Aller en bas

avatarInfos√ Arrivée le : 08/07/2016
√ Age : 25
√ Messages : 892
Alexander Hoffman
Dossier Top Secret
√ Age: 37 ans
√ Nationalité: Royaume-Uni Royaume-Uni
√ Gêne: Inoculation
MessageSujet: Re: [Moment fort 11] : Une anguille sous la roche ou bien un mirage ? Mer 1 Fév - 11:54

ft. Alexander Hoffman

Une anguille sous la roche ou bien un mirage ?







Le discours de Weir avait été édifiant, pour ne pas dire incompréhensible. Depuis, quand elle ne venait pas consulter les autres cadres et responsables pour ce genre de décision ? Surtout depuis cette enquête assez sensible. Alexander, avait regardé tout le long du discours de Weir, la jeune femme, qui était au début assurée et tremblante de peur quand Sheppard s'était écroulé… comme si, l'éviction du colonel était une menace. Vu le comportement de la jeune femme, il y a de forte de chance, qu'il avait vu juste. Elle se braqua, envoyant chié tout le monde, pour fuir dans son bureau avec les deux nouveaux responsables… une major Woosley en colère et un capitaine Harris, tranquille et froid.

Le chef de projet, avait reporté son attention, sur les secours donnés à Sheppard, il semblait en pleine crise cardiaque… cela était ubuesque et inconcevable pour un homme de son âge et de son état physique. Le problème d’Atlantis, c’est que c’est une cité bien loin de la terre, il ne suffit pas de grand-chose pour l’isolée du reste de la galaxie. Et là, en toute franchise, il faut bien avouer, que cette histoire commençait à prendre de l’ampleur. La stratégie des « coupables, » étaient clair : dézinguer le plus vite possible, avant d’être chopé. Technique d’invasion classique pour prendre le pouvoir. Jouant, sur de la manipulation pour mettre leur « oies blanches » où il faut. Les interrogatoires n’avaient pas pour but de dire qui était blanc ou non, mais ne faire craquer les plus faibles, pour commencer à éliminer, de stresser les coupables et de leurs faire faires commettre des erreurs. De nombreuses, erreurs, avaient été vues et le puzzle s’assemblait doucement mais sûrement. Mais , pas certain que tous les enquêteurs aient perçu les éléments.

Le chef de projet, avait essayé de choper avec son amie Erin, la cheffe, avant qu'elle ne s'enferme dans sa tour dorée… elle avait les pupilles dilatées… comme si elle était droguée ou bien sujette à une crise. Cela était passablement inquiétant. Immédiatement, il ne put s'empêcher de penser, qu'ils avaient eues Weir. Cela était une trop grande coïncidence… la veille tôt au matin, ils avaient communiqué avec la terre sur les dernières informations et notamment sur les résultats d'enquêtes. Ceux-ci avait été transmis au Dédale qui était en route déjà et qui recevait les informations en temps réel, tant qu'ils étaient à portée. Leurs échanges avaient été confidentielle, mais laissait sous-entendre que les dossiers de plusieurs militaires avaient été facilité et « enjoliver » pour entrer sur Atlantis… sans parler d'autres preuves, qui commençait à être sacrément louche. Des enquêtes avait été faite sur les administratifs d'Atlantis et sur le CIS apparemment et Alexander en était certain, le dossier « pourri » devait être son grand copain… Il se savait blanc et espérait que personne n'avait falsifié son propre dossier ou bien, celui de Weir et d'Erin sinon ils seraient dans la merde.

Il était grand temps, de prendre à part les « dieux » pour organiser une riposte, maintenant que la « reine mère » était contaminée. Sérieusement, s’attaquer à Weir, faut en avoir du culot et surtout comment, ils avaient réussi à la retourner ? L’anglais fit un signe aux enquêteurs de venir le rejoindre dans son bureau.

À peine la discussion allait commencer que la furie Frei, pointa son nez avec son blizzard glaçant. Le pire, c’est qu’elle était en train de confirmer les dire de Weir, de se montrer ingérable et complètement instable. Il comprenait sa colère, mais ne voulait pas lui répondre, elle n’était pas en état de comprendre quoique ce soit. Elle avait sa vérité et en avait rien à faire, juste le besoin de s’exprimer et de râler. D’avoir des « coupable » de dire qu’elle serait plus efficace seule qu’avec les incapables de rouges. Cela commençait à être pesant, d’entendre les militaires s’imaginer que tous les administratifs étaient aussi peu efficaces que Weir. Et que seul « eux » grand Sagem du corps de la fusillade, étaient apte à donner des résultats. Qu’en savaient t’ils de ce genre de partie d’échec ? Encore peu de chose. Pourtant Frei, était la référente en stratégie et bien loin d’être en état mental pour réfléchir avec eux là-dessus. Enfin bon, l’anglais ne voulut nullement porter de jugement sur les accusations un brin agaçante de la jeune femme. Elle n’était pas dans son état normal. Alors, il l’envoya gentiment bouler, pour qu’elle aille vomir sa haine autre part et reprenne ses esprits faute de rependre son professionnalisme.

Bien entendu, il comprenait humainement parlant, la colère de la jeune femme, qui soi-disant au passage avait été humiliée par Weir. Mais bon, malheureusement son comportement donnait raison aux faits mentionné par la cheffe de la cité pour l’évincer et cela allait servir les ennemis.

Enfin bon, elle partit après avoir toiser l’anglais froidement comme une lionne prête à déchiqueté le zèbre en face d’elle. La question, qui se posait était : s’il n’avait pas eu de table entre-deux, qu’aurait-elle fait ?

Le regard de l’anglais alla sur Ford, puis sur la communauté. Il se doutait qu’elle allait faire une connerie.
// Veuillez renforcer la sécurité vers les cellules et les chambres des coupables // fit-il dans son oreillette.

Ford s’avança à son tour, il semblait être content… bon au moins un qui se réjouie de la situation. Son premier discours fit lever au ciel l’anglais. Qui commençait à se sentir agacé. Non, mais ils véritablement un problème avec leur appartenance militaire. Il le laissa cependant continuer tranquillement. Bon la suite fut plus intéressante et il rejoignait l’avis de l’anglais. Bon, au moins For avait fait travailler ses méninges. Enfin un, qui réfléchit un peu plus. Coralie venu confirmer la thèse que Sheppard ne soit pas suffisamment fragile pour crever de cette sorte. Bon, sans surprise oui, il a dû être empoissonné comme Weir drogué.

L’échange se fit avec Coralie, l’anglais était partiellement absent, écoutant et triant les informations, pendant qu’il réfléchissait à la suite. Il repensait aux discours de Ford et de Frei, lançant une évidence qui fit rire la jeune femme. Dans un sens, il n’avait pas vraiment parler pour elle, mais plus pour lui, pour la construction de son plan. Comme certain, il n’avait pas beaucoup dormi en plus de faire le paon avec ses blessures, où il n’était jamais resté à l’infirmerie et au repos, comme on lui avait prescrit. Préférant être là, intouchable, comme s’il n’avait rien reçu, alors qu’il avait pris chère. Prenant sur lui, ses différentes souffrances et dormant tard pour l’enquête. Cela le mortifia d’avoir eu un moment d’égarement pareil. Même si cela était justifiable.

Coralie disparue ensuite pour mettre en œuvre son plan de prise de sang. L’anglais, l’interpella.
« Bien, tenez au courant et dite nous si vous avez besoin d’aide. Mais rester encore Coralie s’il vous plait »

Il avait demandé un échange, mais ce fut plus un « chacun qui parle et se barre sans écouter » qu’autre chose. Il avait l’impression de servir à rien. Et surtout qu’il avait des non-dits qu’il fallait remettre en place. Il fit signe à Ford qu’il avait bien compris qu’il avait des choses à leur dire en intimité, mais avant de se concentrer sur le jeune homme, il fallait d’abord faire sur l’ensemble. Il regarda Erin, ils échangèrent dans leur langage silencieux, avant qu’il se lance en premier.

« Il me semble qu’il y a quand même quelques petites incompréhensions. Je vous rappelle que cela fait 5 jours que l’enquête à commencer face à une organisation qui perdure depuis au moins une année. Une enquête de ce type met au moins plusieurs mois avant d‘avoir des résultats. Pour cela qu’il a fallu frapper fort dès le début, pour contraindre l’organisation à faire des erreurs. Nous venons de mettre un grand coup de pieds dans une fourmilière et en conséquence celle-ci réplique avec une stratégie de défense agressive. Le but étant de nous mettre à terre avant elle. D’où le nombre élevé d’agressions et de tentatives. Cela était prévisibles et logique. Les agressions, ont montré que les corps militaires étaient en majorité en cause. Ce genre d’évènements détestable, oblige chacun à se battre et a montré qui est blanc ou non. Les entretiens, n’ayant nullement le but de blanchir vous vous en douter tous. Mais de faire craquer les plus faibles pour avoir des éléments et voir les réactions de chacun. Dans le lot des entendus, nous avons des coupables, des pervers narcissiques manipulateur et très bon. Vous avez déjà dû en sentir quelqu’un déjà. » Il regarda Ford, qui était le premier à crier haut et fort sur certaine personne. « Aucun civil, n’a encore fait partie des agresseurs. Et s’il y a civile, ce n’est pas sur Atlantis qu’ils sont, mais sur terre, pour étouffer les affaires. » Il se tut laissant Erin compléter. Ils avaient l’habitude d’affirmer leur discours ensemble.



ft. Erin Steele

Une anguille sous la roche ou bien un mirage ?





Erin écoutait Alexander. Il exposait la situation aux autres enquêteurs. D’un côté, elle comprenait la frustration de chacun. Ce n’était pas évident, surtout pour les personnels militaires, d’être montré du doigt et salit, et en même temps, de voir que Weir déraillait. Elle ne semblait pas être aux commandes et cela n’inspirait pas la confiance parmi les troupes déjà éprouvées. La consultante savait qu’à un moment ou à un autre, les suspicions viendraient leur lécher les bottes. En tant que cadre civils et administratifs, elle se sentait visé elle aussi. Ce n’était qu’une question de temps pour qu’on implique la commission internationale de surveillance dans tout ça, et comme elle en était membre… On ne tarderait pas à la trainer dans la boue elle aussi. Logique, et imparable. Il était temps qu’elle prenne elle aussi la parole, histoire d’essayer d’aplanir tout ça et de remobiliser tout le monde.

« Je ne pense pas que ce soit le moment de nous tirer dans les pattes. C’est ce que cherche probablement les personnes qui sont derrière tout ça. Plus on sera solidaire, meilleures seront nos chances de trouver et dénoncer les coupables pour les traduire devant une cour de justice adéquate. »

Ford essayait de faire des références aux jeux d’échecs, mais il était confus. Néanmoins, Erin voyait ce qu’il voulait dire. Effectivement, Alexander et elle s’étaient fait éjecter par Weir, et par la peau du cul, en ne les informant pas de sa décision. Cela les plaçait pour le moment en dehors de tous soupçons. Tant mieux quelque part, car ils n’avaient rien à se reprocher.

« Je comprends que l’éviction du Major Frei et du Lieutenant-Colonel Sheppard est un coup dur. Maintenant, il va falloir faire avec pour le moment. Ça ne veut pas dire qu’ils sont sur la touche, bien au contraire. Avec le concours de certains d’entre vous, nous sommes en train de contourner tous les systèmes pour avoir accès à l’ensemble des données, concernant l’enquête et pas que. Le contrôle de la cité n’est qu’un mirage, sans le personnel qui va avec. »

Elle marqua une petite pause avant de se lancer dans une énumération de faits et de projets à court terme.

« Monsieur Hoffman enquête sur des liens terrestres supposés. Des résultats vont arriver prochainement avec le Dédale. On va se débrouiller pour voir si Weir est clean. Plusieurs personnes ont été neutralisé et arrêté. Des suspects se révèlent petit à petit. C’est normal pour vous de ne voir que des parties du complot, mais quand on a toutes les données et qu’on les compile ensemble, un schéma se dessine et quand il sera complété, les têtes de l’hydre tomberont. Cela fait cinq jours seulement que nous avons titillé l’essaim, pour le moment il pique, mais en piquant, il laisse des traces. Et ces traces sont exploitées, sous tous les angles. Grâce à votre vigilance, nous avançons. Petit à petit. Je comprends la frustration de voir ceux que vous aimez souffrir, tout le monde aimerait que ça aille plus vite. Moi la première. »

L’amérindien utilisait régulièrement des images dans ses monologues, il n’y avait aucunes raisons qu’Erin n’en fasse pas autant. Elle n’était pas dans le recadrage direct et froid. Elle essayait de montrer les tenants et les aboutissants tout en leur signifiant qu’ils avaient toujours des cartes dans leur main, et qu’ils n’étaient pas out. Il ne fallait pas trop en dire non plus pour ne pas éveiller les soupçons des concernés, qui pouvaient avoir des alliés dans cette pièce. Résumer la situation avait du bon aussi, afin de permettre à tout le monde de décontextualiser les choses qui avaient été faites, ou qui allaient être faites.

« Nous sommes tous sous le choc de cette annonce improbable du Docteur Weir et c’est normal d’être dans la réaction. Il faut rester lucide ! Pragmatique. C’est la seule façon d’avancer sans être dans l’émotion primaire qui découle de toute cette horreur. Pour en revenir à Elizabeth, elle est en fonction parce que la commission internationale de surveillance l’a voulu. Cette décision n’est pas irrévocable et je compte bien demander à ce qu’elle soit suspendue partiellement, j’en discuterai avec les membres de la CIS qui arrivent. Ne serait-ce que le temps de savoir ce qui lui arrive. »


ft. Alexander Hoffman

Une anguille sous la roche ou bien un mirage ?





L’anglais regarda chacun, ils se complètent bien tout les deux. Pour cela que leurs paroles avaient plus de forces.

« Les enquêtes ont été lancées pour certaine bien avant l’agression de mademoiselle Fischer. Une demande de confirmation des dossiers du corps militaire et civil d’Atlantis ont été fait. Des quelques retombées reçut, il semblerait que certains dossiers ont été falsifiés, enjoliver et certaine partie embellie pour être intégrer au sein de la cité. »
Cela donnait le ton. Il regarda chacune des personnes de son calme et de son flegme habituel.
« Avez-vous des questions ? » Il fallait que tous se soudent les coudes et évite de se mortifier dans des échanges dingues : comme ça avancerait plus vite si les gris se charge blablabla. Rien, ne peut avancer plus vite que depuis 5 jours. Il suffit de se poser et réfléchir un tant soit peu et voir que les deux cadres avaient déjà tout en main et savaient ce qu’ils faisaient depuis longtemps. La cité représente plus de 350 personnes, il y a eu moins de 5 agressions, la cité s’enflamme doucement mais sûrement, et les agresseurs s’en prennent à des têtes connues et surtout importantes. Signe de panique et de besoin de prendre le pouvoir avant d’être décapité. Le coup de Weir était la preuve d’un coup d’état futur.







- Adrenalean 2016 pour Bazzart.



_________________
    Alexander Hoffman
    Double comptes : Isia Taylor-Laurence & John Sheppard & Naalem Lays //écriture : firebrick
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 22/01/2016
√ Age : 45
√ Messages : 823
√ Localisation : dans la galaxie Pégase

Aiden Ford
Dossier Top Secret
√ Age: 27 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Inoculation
MessageSujet: Re: [Moment fort 11] : Une anguille sous la roche ou bien un mirage ? Mer 1 Fév - 20:12
" Des questions ? Oui beaucoup trop pour que vous y répondiez sir ! Des dossiers falsifiés ! Alors vous saviez depuis un moment et vous avez laissez faire ? Je comprends pourquoi vous avez agit ainsi mais vous auriez dû former un groupe de surveillance et de protection ! Si j'avais pu imaginer ça ! Oui, je suis comme les autres militaires dignes de confiance, offusqué et en rage d'être sali de la sorte ! On humilie une femme admirable et le Colonel est victime d'un attentat, vous êtes sûrement sur écoutes et surveillés par des cameras ! Je m'étonnes encore de ne pas avoir été la cible de nos copains !"

Je restais dans mon coin écoutant ce que mes collègues auraient à dire, Ross n'était pas là ? et Fremens ? Si ça s'trouve il cuve encore sa cuite, enfin j'espères pour lui ! Vivement que tout ce petit monde se barre j'ai des trucs importants à dire, moi !



Ford seul dans le bureau avec Hoffman et Steele, après le départ des autres personnes

Me voici seul avec les deux chefs enquêteurs, je m'approche d'eux avec un air de conspirateur et dis tout bas : " Agent Steele !? Mister Hoffman !? J'ai pas tout dit et pour cause ! Regardez ce que j'ai trouvé en fouillant la scène de crime !", et prenant bien soin de me mettre dos aux camera et forçant les deux a venir au plus près de moi, je sors une boite de plastique transparente, depuis la découverte de Pete mort j'ai réalisé que la récolte d'indices ne s'improvisait pas. L'avantage de trainer dans les couloirs de l'infirmerie ou les labos, c'est qu'on ne manquait pas de récipients divers et variés et de petits outils bien pratiques.

En ce qui concernait ma découverte une boîte de Petri et une pince à épiler avaient suffit. Je pris ma lampe-torche et éclairait le contenant pour révéler un mince objet fin comme un cheveu. Puis je pris le bloc-notes sur le bureau et écrivit :

Aiden Ford a écrit:
Trouvé ceci sur les lieux de l'attentat. Ai sentit une odeur amer, possiblement déjà repérée chez l'herboriste athosien, sans en être certain ni catégorique. Mes précautions sont contre ceux qui nous observent et qui écoutent. Suggestion, garder ceci secret, faire recherches chimiques et ADN en toute discrétion. Cette preuve est capitale, si ennemi nous la reprend on serait perdant car c'est la seule preuve que Sheppard est victime d'un assassinat ! Vous feriez bien de vous assurer que les prélèvements faits sur Sheppard sont bien là où on les a envoyés. Dites n'importe quoi pour donner le change. On nous écoutes ! Moi je détruirais cette note si vous n'y voyez pas de contre-indication !

J'arrachais la feuille sur laquelle j'avais écrit et deux autres immaculées en-dessous, celui qui voudrait connaitre son contenue en serait pour ses frais ! Je ramassais ma trouvaille en poche avec mon mot et dit a haute et intelligible voix !

" Vous êtes en danger maintenant ! Weir vient de dire qu'elle ne faisait pas confiance à son personnel de plus haut niveau ! Personne ici n'est à l'abri, voilà ce qu'on voulut dire les meneurs du complot.", je faisait les cent pas dans la pièce : s'il y avait des cameras planquées et/ou des micros, et bien ils auraient de quoi s'amuser ! " Et ils ont raison ! Il y a une semaine, un tel acte aurait vu la cité sous contrôle martial avec alarme et fouille continue des couloirs de la cité jusqu'à découverte du coupable ! Et là ! Rien ! Weir n'a pas bronché, Frei est en train de virer pire que moi sous enzymes !", je frappais le bureau du plat de la main. " C'est le chaos ! Je ne crois pas au numéro de Woolsey et Harris, ils veulent nous tuer, vous tuer ! Donnez-moi la permission de tuer les coupables et de les traquer, ils vont tous parler si je m'attelle à les faire causer ! C'est une partie d'échec dont nous ignorons tout des pièces de l'adversaires et même qui est cet adversaire !", je tournais mon regard vers l'agent Steele, un air désolé sur le visage, et totalement sincère dans mon sentiment de l'inutilité d'agents extérieurs qui n'auraient pas les même critères que nous, le protocole d'enquête mis au point sur Terre serait une perte de temps ici. " Et la CSI, pardon, agent Steele, ne fera qu'apporter du chaos au chaos, si nos adversaires n'en font pas partie !" Je pris position dans un coin de la pièce face à l'entrée : " Si vous n'avez pas de directives à me donner, je resterais ici pour vous protéger, je vous suivrais où que vous alliez, personne ne vous approchera tant que je peux l'éviter !"



_________________
Aiden Ford Theme:
 





Médailles:
 


DC : Herakles Coeur de Thaïr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 08/07/2016
√ Age : 25
√ Messages : 892
Alexander Hoffman
Dossier Top Secret
√ Age: 37 ans
√ Nationalité: Royaume-Uni Royaume-Uni
√ Gêne: Inoculation
MessageSujet: Re: [Moment fort 11] : Une anguille sous la roche ou bien un mirage ? Jeu 2 Fév - 15:58

ft. Alexander Hoffman

Une anguille sous la roche ou bien un mirage ?







L'anglais regarda le soldat qui n'avait manifestement pas tout compris, concernant les enquêtes. Après tout, l'anglais avait pu mal s'exprimer à son tour donc il reformula.
« Non, cela ne fait pas depuis un moment. J'ai mentionné qu'une enquête déjà lancé bien avant sur une personne en particulier. Cette enquête dure plusieurs mois, soupçonnant des éléments lourds et dangereux. Cela à entrainer d'autres enquêtes sur le corps civil. Pour le moment nous attendions les résultats de celle-ci qui vont arriver avec le Dédale. Concernant les dossiers falsifiés du corps, militaire, il fut facile demander il y a 5 jours, une vérification complète sur terre des dossiers de Peter Barnes et des premiers agresseurs a été faite, pour voir si le SGC avait bien la même chose qu'Atlantis. Il s'est avéré que non. Ce genre d'élément, étant inacceptable, nous avons demandé la vérification complète des 350 membres d'Atlantis. Les résultats seront aussi connus demain. Ne pouvant pas être communiqué à tout le monde via mail ou via communication intergalactique. Nous attendons donc la fameuse black List. »
Il fit une pause, regardant Ford. « Cela est peut-être mieux ainsi ? »


Une fois que tout était bien clair et chacun prêt à repartir, Ford resta, il avait encore des choses à dire. Et pour cause, il avait trouvé « l’arme du crime ». Une fine épine organique qui allait bientôt enrichir la collection d’indices (dont il était à la majorité l’auteur, puisque Ford était pire qu’un chien truffier, il en trouvait de partout). L’anglais, prit la boite, bien satisfait, d’avoir mis sur le coup cet homme, certes un peu paranoïaque et passionné, mais assez efficace. La suite du discours était du grand Ford il avait vraiment, besoin de sang. L’anglais, toisa sa compagne, il la laissa commencée.
« Merci Ford, cela va rejoindre le laboratoire avec le reste ».




ft. Erin Steele

Une anguille sous la roche ou bien un mirage ?






Erin soupira. Ford nous faisait du grand Ford. Elle n’avait pas l’impression qu’il avait tant changé que ça. Ou peut-être qu’il était un peu moins dément. C’était censé ce qu’il racontait, à quelques choses prêt. Elle se lança, voyant qu’Alexander lui laissait la parole, reprenant point à point les dires du soldat :

« Donc, si nous suivons votre raisonnement, on fait des contrôles au faciès ? Non parce que vous ne croyez pas au numéro de Harris et de Woosley, je vous cite, mais sur quoi vous vous basez pour les incriminer ? Avez-vous des preuves de leurs implications ? Des preuves concrètes qui ne sont pas de simples intuitions de super héros ? Est-ce que nous devons les tuer avant qu’ils ne le fassent ? Et s’ils n’ont rien à voir avec tout ça ? Je comprends votre sentiment de frustration, sincèrement, et Dieu sait que j’ai du mal à vous comprendre Ford, mais on ne peut pas rentrer dans le tas en disant toi, toi et toi, au bûcher sans avoir des biscuits. Et ces biscuits, ils arrivent, petit à petit. Je n’ai pas confiance en Harris, quant à Woosley, j’en sais rien, j’ai l’impression qu’elle fait de son mieux. Je sais que vous pensez avoir la solution à tout ça, mais il vaut mieux utiliser des méthodes moins brusques. Nous ne sommes plus au moyen âge et ce n’est pas en nous vengeant que nous serons mieux que ces lâches.

Quant à l’arrivée des membres de la CIS… Je comprends que cela vous agace de voir débouler des civils régler des problèmes de militaires, mais aux dernières nouvelles, c’est quand même cette agence qui gère cette expédition et qui la finance en grande partie, et c’est normal qu’ils viennent voir ce qu’il se passe ici, surtout avec ce foutoir. Alors vous n’êtes pas ravi, certes, mais c’est comme ça. De toute façon, ils seront là demain et il faudra faire avec.

Vous pouvez suivre Alexander, sans problème, j’ai déjà un soldat qui assure ma protection.
»




- Adrenalean 2016 pour Bazzart.



_________________
    Alexander Hoffman
    Double comptes : Isia Taylor-Laurence & John Sheppard & Naalem Lays //écriture : firebrick
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

[Moment fort 11] : Une anguille sous la roche ou bien un mirage ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [Seigneurie de la Roche sur Yon] Beaulieu sous la Roche
» [PV + Pierre] Il y a anguille sous roche.
» Le NU et les sous-évolutions
» Anguille sous roche [Mission Rang C - Avec Altiel]
» [Moment fort 3] Dans la réserve, on entend de ces choses !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Atlantis Insurrection :: Cité d'Atlantis :: Niveau 10 - Zone de Commandement :: Bureaux :: Bureau Alexander Hoffman-