Atlantis Insurrection
"Personne ne demande à devenir un Héros, sauf que parfois ça finit comme ça..."

Et si ce Héros, c'était toi ? Tu es l'un des meilleurs dans ton domaine (Biologiste, Chirurgien, Infirmier, Diplomate, Démineur, Maître chien...) et on te propose de participer à l'expédition la plus fabuleuse mais aussi la plus dangereuse : l'expédition Atlantis.
Auras tu le cran de rejoindre Atlantis pour découvrir ses mystères et affronter les dangers de cette galaxie ?

Tu peux aussi incarner les personnages importants de la série (Weir, Sheppard, McKay, Lorne, Teyla....) Bon niveau RP demandé.
On recherche de nombreux personnages inventés.
http://www.atlantisinsurrection.com/t387-personnages-vacants


Si tu te sens capable de franchir ce pas, tu es des nôtres ! Clique sur l'image ;-)


RPG sur Stargate Atlantis
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez| .

[INTRIGUE] La vengeance est un plat qui se mange Frei. Acte II

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatarInfos√ Arrivée le : 14/05/2015
√ Age : 26
√ Messages : 2133
√ Localisation : Alpha

Karola Frei
Dossier Top Secret
√ Age: 34 ans
√ Nationalité: Allemagne Allemagne
√ Gêne: ATA
MessageSujet: [INTRIGUE] La vengeance est un plat qui se mange Frei. Acte II Mar 31 Jan - 20:33
Il était presque 10h30 lorsque Karola sortit de manière furibonde du bureau d’Alexander. Ce qu’elle avait entendu dans la salle d’embarquement puis dans la bouche de l’anglais avait fini de la mettre hors d’elle. Elle qui avait toujours était plutôt douée pour se contrôler. La colère qu’elle refoulait depuis deux jours couplée au dopage médicamenteux auquel elle était soumise n’aidait guère les choses. Elle avait été agressée par deux hommes et..et voilà qu’à présent elle subissait une seconde humiliation devant tout le monde à cause d’une docteure Weir complètement dépassée par les événements. Steele et Hoffman avaient mal mené leur enquête, les agressions continuaient, certains agresseurs courraient toujours dans les couloirs de la cité. Elle était persuadée qu’eux et leurs chefs devaient très certainement bien se rire d’eux à présent. Plus ça allait et plus ses idées concernant les aptitudes de Weir à pouvoir continuer à mener cette expédition allaient en sa défaveur. Elle n’avait jamais portée la cheffe de la cité dans son cœur mais là, elle avait clairement dépassé les bornes. Les poings, les mâchoires serrés, les yeux fixant le sol, Karola déambulait dans les couloirs de la cité suivie par Lawson. Un peu plus et on aurait pu voir de la fumée s’échapper de sa boîte crânienne. Les idées se succédait dans sa tête, se mêlaient, s’emmêlaient et bientôt elle ne s’entendit plus penser. Que fallait-il qu’elle fasse ?

Il était clair qu’il fallait qu’elle agisse sinon les choses ne bougeraient jamais. L’anglais et son flegme n’avait pas l’air très pressé d’en finir. Mais par quoi commencer ? Elle avait tellement d’éléments en main. Elle avait lu tous les rapports et elle n’arrivait pas à faire de liens assez cohérents pour trouver qui étaient les commanditaires. Elle était intimement convaincue que Weir avait d’une manière ou d’une autre trempé dedans mais elle ignorait de quelle manière. En tout cas son comportement avait été trop louche en salle d’embarquement. Elle n’avait même pas réagi à l’évanouissement du colonel. Et surtout, comment avait-elle osé révéler à tout le monde ce que Karola avait subi. C'était le genre d'erreur que seul un débutant aurait pu faire. Elle était furieuse après la diplomate, elle ne risquait pas de le lui pardonner un jour. Et Steele et Hoffman qui prenaient tout leur temps... Il n'y avait aucun doute, confier l’enquête à des personnes qui travaillaient et vivaient sur Atlantis avait était la plus grosse erreur commise. Cela rendait fatalement les comptes-rendus subjectifs.

Une image s’imposa à son esprit. Celle d’un coup qu’elle avait reçu dans l’abdomen. Elle grimaça se rappelant qu’elle-même avait été victime. Nelson. Armstrong. Ces deux noms flottèrent devant ses yeux, comme lorsqu’elle avait lu les rapports concernant son agression. On s’en était pris à elle et ça lui était insupportable. Elle ferma les yeux comme pour essayer de reléguer ses pensées loin dans son inconscient. Heureusement, elle était une pro du refoulement, après tout elle avait bien réussi à oublier ça… Cependant, oublier était bien plus difficile que ce qu’elle pensait et en plus, Karola ne s'en rendait pas compte mais plus elle ruminait et plus elle se montait la tête toute seule au point de se laisser submerger par sa colère. D’ailleurs, n’avait-elle pas prévu de se venger ? C’était la seule façon pour elle de soulager sa conscience et de faire justice. Justice qu’Alexander et Erin mettait du temps à mettre en place, si tant est qu’ils soient décidés à en mettre une en place. Et puis ce serait une bonne manière de commencer son action pour venir à bout de cette enquête non ?

- Major, ça fait un quart d’heure que nous tournons en rond. Nous devrions rejoindre votre bureau.

La voix de Lawson glissa jusqu’à ses oreilles, la ramenant à la réalité. Elle jeta un regard au soldat qui la suivait en silence depuis tout à l’heure. Si elle voulait mener ses projets à bien, il allait falloir qu’elle se débarrasse de sa présence gênante. Heureusement, elle avait eu amplement le temps d’y réfléchir pendant qu’elle était immobilisée à l’infirmerie. Elle hocha la tête pour marquer son accord avec ses propos et ils firent demi-tour pour prendre la route de son bureau. A présent, elle essayait de rester suffisamment calme pour pouvoir se remémorer en tête les étapes de son fameux plan. Celui que l’annonce de Weir avait interrompu. Ils marchaient tranquillement, Karola légèrement en retrait. Encore quelques secondes et elle passerait à l’action. Avec tout ce monologue mental, elle était déterminée à agir.

- Sergent, votre lacet est défait.

Comme elle s’y attendait, le soldat marqua un temps d’arrêt et se pencha en avant pour vérifier. Sans réfléchir, Karola leva la jambe et le poussa suffisamment fort pour le faire tomber en avant. Elle n’avait pas le temps de constater la réussite de son coup, aussitôt elle se mit à faire marche arrière et courut rejoindre le téléporteur qui se trouvait à 2 mètres d’eux. Connaissant le plan de la cité par cœur, elle n’eut aucun mal à appuyer sur sa destination : l’armurerie. A présent, le temps lui était compté. Elle se doutait que le sergent allait avertir ses supérieurs que Karola lui avait échappé. Quand elle réapparu à l’armurerie, elle tenta d’agir tout à fait normalement, salua le soldat présent et alla emprunter un des pistolets que Ronon leur avait ramenés. Le jeune soldat préposé à l’armurerie dut sans doute être un peu impressionné et intimidé par cette Karola au regard indescriptiblement froid et au visage plus fermé que d’habitude car il ne lui fit aucune remarque et la laissa retourner au téléporteur sans rien dire.

La jeune femme ne laissait en effet rien transparaître de ses intentions sur son visage et même sa conscience pourtant très agitée quelques minutes plus tôt s’était tue. Comme si elle avait laissé place au pilote automatique qui savait exactement quels gestes il devait faire effectuer à Karola. Son doigt désigna sa prochaine destination sur l’écran du téléporteur et en quelques microsecondes elle se trouva aux cellules d’emprisonnement. Là-bas se trouvait le caporal Armstrong, sa première proie. A cet instant précis, au moment où elle fut en vue de la porte qui la séparait de sa cible, le major Frei ne ressentait plus rien. Un immense vide l’avait envahie, comme si son corps anticipait la sensation de paix intérieure et de justice qu’elle ressentirait après s’être débarrassée de cet homme.

Sans même adresser un seul regard au soldat chargé de surveiller la cellule, Karola se planta devant la porte et ordonne d’une voix détimbrée d’émotion

- Ouvrez la porte.

- Major, je…

- Obéissez. Tout de suite.

Contraint à obéir, le soldat enclencha la procédure d’ouverture de porte pas très rassuré par la présence glaciale de sa supérieure.

- Maintenant, laissez-nous.

Pas vraiment volontaire pour se prendre un ouragan de glace en pleine figure, le soldat déglutit difficilement et s’éclipsa discrètement. Le champ enfin libre, Karola s’assura que son arme était bien en mode tir perforant et comme un automate, entra enfin dans la pièce.

_________________

DC : Victoria Wilde


Dernière édition par Karola Frei le Dim 5 Fév - 15:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 14/05/2015
√ Age : 26
√ Messages : 2133
√ Localisation : Alpha

Karola Frei
Dossier Top Secret
√ Age: 34 ans
√ Nationalité: Allemagne Allemagne
√ Gêne: ATA
MessageSujet: Re: [INTRIGUE] La vengeance est un plat qui se mange Frei. Acte II Mar 31 Jan - 20:55
Son plan avait fonctionné, elle se trouvait enfin devant l’un des connards qui s’en était pris à elle et à d’autres femmes dans la cité. Surpris d’avoir de la visite, il se redressa et trouva en face de lui une Karola dépourvue d’émotion, les yeux fixés sur lui et l’arme fermement tenue dans sa main. Elle ne lui dit rien, elle attendait qu’il fasse le premier pas lui-même ou plutôt elle attendait la bonne occasion pour lui coller une balle entre les yeux et pour ça, elle devait garder sa tranquillité d’esprit.

Il renifla. La voir lui fit l'effet d'une douche froide. Il la toisa, et voyant qu'elle ne parlait pas, il lança une provocation, n'en ayant rien à foutre de son arme. « Alors Major, elle vous manque ? Vous voulez qu'on remette ça ? » Il fit un petit signe vers sa braguette.

Faisant preuve d’un sang-froid dont elle seul avait le secret, elle serra les dents en entendant la voix du soldat résonner dans la pièce, ses paroles la dégouttaient profondément. La voilà l’erreur qu’elle attendait, il semblait n’avoir aucun remords alors pourquoi attendre ? Toujours le regard posé sur lui, le visage blême lui conférant une présence un peu fantomatique, Karola remua ses lèvres pour lui dire d’une voix blanche :

- Il y a une chose qui ne risque pas de vous manquer… Son bras droit se leva automatiquement, pointant l’arme sur le caporal. Au cas où vous vous poseriez la question, elle n’est pas en mode tir paralysant…

C’était le moment, le moment où elle allait enfin pouvoir prendre sa vengeance. Oubliant tous les préceptes militaires, toutes ses valeurs, elle s’apprêtait à commettre un meurtre de sang-froid à bout portant. Elle se contrefichait des conséquences, elle avait occulté tout le reste, Atlantis, John, l'enquête. Tout ce qui comptait c’était que cette pourriture ne soit plus de ce monde. Et puis...

...Adam débarqua en trombe dans les cellules, qui étaient vide. Il repéra immédiatement le Major, et s'élança vers elle, s'arrêtant à bonne distance, une main tendue vers elle, l'autre main posée sur son zat, au niveau de sa ceinture.

- Major ! Ne faites pas ça !

Ne s’attendant pas à être interrompue, Karola sursauta lorsqu’Adam fit son apparition. Son arrivée lui fit un choc, elle se retourna vivement et aussitôt son cerveau se remit en marche. Comme si elle reprenait conscience soudainement après de longues minutes d'absence elle commença à se sentir fébrile. Face à Adam, elle pointa son arme sur lui en espérant que cela le ferait reculer.

- N'essayez pas de m'en empêcher lieutenant, vous le regretteriez.

Adam serra les dents en voyant l'arme pointée vers lui, mais ne sortit cependant pas son zat, gardant son sang-froid. Il prit une voix calme et rassurante.

- Major, posez cette arme, on va discuter calmement, comme des êtres humains civilisés, d'accord ? Je ne vais pas vous faire de mal, alors ça ne sert à rien de pointer votre arme sur moi.

Pour prouver sa bonne foi, il retira sa seconde main de son zat, la mettant en avant avec sa première main. Comme Adam ne reculait pas, ce fut Karola qui fit un pas en arrière comme pour se soustraire à son champ de vision. Tout d'un coup, alors qu'elle semblait si insensible quelques minutes plus tôt, la voilà qui avait la respiration lourde et la main qui tremblait. Pour s'assurer un peu de soutien, elle porta sa seconde main sur la crosse de son arme qu'elle continuait de pointer sur Adam.

- Je ne veux pas discuter, je veux juste faire payer à ce connard tout le mal qu'il a fait.

Elle marqua une pose pour avaler sa salive, sentant son cœur battre à tout rompre dans sa poitrine.

- Très bien Major. Alors tuez-moi. Et tuez-le-lui aussi. Et toute la cité tant que vous y êtes. Ça vous avancera à quoi ? Un autre mort sur la conscience, ça n'arrange jamais rien, et vous le savez très bien.


Il ne bougeait pas, n'avançant pas encore pour le moment, continuant de la fixer.

- Ne m'obligez pas à tirer.

Adam gardait un calme impressionnant malgré la situation. Sa respiration était calme, Et il regardait Karola droit dans les yeux.

Le lieutenant retint sa respiration en la voyant prendre un air bien trop déterminé. Il ferma les yeux quelques secondes, tentant de garder son calme, avant de les rouvrir et de faire un pas en avant vers le Major, affichant toujours un air rassurant et aidant.

- Major, je vous en prie, posez votre arme, avant que ça ne finisse mal. Vous voyez bien que vous n'êtes pas dans votre état normal...


*Il a tort* prononça une petite voix dans la tête de Karola. La jeune femme se retrouvait coincée entre Adam et la cellule derrière elle. Elle ne pouvait pas vraiment reculer plus. Le lieutenant ne lâchait pas l’affaire et elle non plus n’avait nullement l’intention de céder. Personne ne se mettait entre elle et ses idées aussi dangereuses soient-elles. Elle n’avait pas l’intention de tirer sur Adam mais il fallait dire qu’il l’y contraignait. Nerveuse, elle ne comprenait pas trop pourquoi son corps réagissait comme ça alors qu’elle savait pourtant si bien se maîtriser. Elle ne répondit pas au soldat, en proie à une intense hésitation quant à l’action qu’elle devait entreprendre. Stoppée dans son élan, voilà qu'elle se mettait à douter. Cela eu pour effet de la faire baisser un peu son arme, ses yeux se perdirent dans le néant. Elle devait se reprendre sinon tout son plan tomberait à l’eau. Alors, elle redressa la tête, l'air déterminé, ses yeux rivés aux siens et de nouveau braqua son arme sur Adam, s’apprêtant à tirer non pas sur lui mais à côté.

Il fit encore un pas, sans la quitter des yeux, guettant une décharge d'énergie.
Petit à petit, Karola parvenait à reprendre le dessus. De nouveau son esprit se vida, son regard se fit plus dur, elle appréciait le lieutenant mais il commençait à être un peu plus gênant. Elle ne voulait cependant pas lui tirer dessus alors peut-être qu'elle pourrait l'immobiliser à la place. Elle désactiva le mode tir perforant et activa celui paralysant.

- Décidément, vous ne me laissez pas le choix.

Et puis froidement, elle tira en sa direction. Adam, s'étant préparé à un éventuel tir, se plaqua sur le côté pour esquiver la décharge de justesse. Puis, il se rua en avant pour plaquer le Major au sol, et ainsi lui retirer son arme.

En moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, Karola se retrouva soudainement à terre, projetée au sol par Adam qui était parvenu à esquiver son tir et à en profiter pour la plaquer au sol. Sous le coup de la chute elle lâcha son arme qui valsa sur le sol, hors de sa portée. A présent immobilisée au sol par le soldat, elle commença à se débattre pour lui échapper.

- Laissez-moi, lieutenant. Vous n'avez pas le droit de m'en empêcher, il faut qu'il paye !

Ross lui tenait fermement les bras pour l'empêcher de trop se débattre, une jambe se chaque côté de son corps, la mâchoire serrée. Ainsi, il aurait pu passer pour un violeur, et il détestait cela. Il gardait une voix calme et posée.

- Karola, calmez-vous, calmez-vous...

Prise au piège, la jeune femme commença à paniquer, craignant qu'Adam profite de cette situation. Elle secouait la tête pour éviter d'avoir à le regarder et faisait tout son possible pour se défaire de son emprise. Elle ne se sentait plus en sécurité. Et si le lieutenant était l'officier qui avait couvert les agresseurs ? Elle ne voulait pas être violée à nouveau, elle ne le permettrait pas. Ses bras étant immobilisés, elle tenta de remonter son genou pour donner un coup dans l'entrejambe du lieutenant mais le trop de tension, le choc de la chute avait ravivé ses douleurs.

- Non, lâchez-moi. Je ne vous laisserais pas me faire du mal !


Le lieutenant relâcha un peu son emprise, avant de se relever doucement pour se mettre sur le côté, sans toutefois lâcher l'officier.

- Major, reprenez-vous, je ne vais pas vous faire de mal.

Il chercha son regard, tentant d'être le plus rassurant possible. En sentant la poigne d'Adam se relâcher, Karola arrêta de s'agiter, épuisée tout d'un coup, comme si un Wraith venait de lui extirper toute sa force vitale. Elle avait du mal à entendre ses paroles rassurantes cependant le fait qu'Adam ne se montre pas violent ou entreprenant avec elle, l'aidèrent à se calmer un peu. La respiration saccadée, le sang lui battant les tempes elle se sentit soudainement bien vulnérable et elle avait horreur de ça. D'une voix presque implorante, ses yeux larmoyants accrochant ceux du lieutenant, elle finit par lui dire d'une voix presque éteinte, implorante :

- Ne me faites pas de mal s'il vous plaît...

Il lui fit un petit sourire rassurant, avant de soulever doucement Karola dans ses bras, mettant l'arme de sa supérieure hors de portée des cellules.

- Ça va aller Major. Je vais vous ramener à vos quartiers et vous allez vous reposer. D'accord ?

Il profita de ce moment pour indiquer au sergent Lawson de se rendre aux quartiers du Major pour la surveiller une fois qu'il serait de retour. Vidée de toute énergie, rassurée qu'Adam ne l'agresse pas, elle hocha mollement la tête et le laissa la relever. Une fois debout, elle s'accrocha quelques secondes à lui de peur de perdre l'équilibre. Elle ne s'en rendait pas compte encore mais le lieutenant venait de lui éviter la cour martiale. Elle ne savait plus trop où elle se trouvait ni que faire, alors elle se laissa guider.

Le lieutenant la guida jusqu'à teleporteur, puis jusqu'à ses quartiers, ou Lawson les attendait déjà. Ross lui fit un petit signe de la tête, avant d'ouvrir la porte et de guider Karola jusqu'à son lit, où il la déposa doucement pour ne pas qu'elle se fasse mal.

- Vous allez rester tranquille maintenant, d'accord ? Vous êtes en sécurité.

Il lui fit un grand sourire rassurant, reculant de quelques pas pour lui laisser de l'air.
Au fur et à mesure qu'ils s'éloignaient des cellules et se rapprochaient de ses quartiers, Karola reprenait un peu ses esprits. Elle parvenait à mieux respirer et son rythme cardiaque s'était calmé. Elle évita soigneusement le regard du sergent Lawson a qui elle avait faussé compagnie plus tôt et avec l'aide d'Adam se dirigea vers son lit où il l'allongea.

-C'est promis...

Lui répondit-elle. Oui, elle se tiendrait tranquille à présent, elle n'avait aucune envie de revivre tout cela. La réponse parut satisfaire le jeune homme qui s'apprêtait à la laisser se reposer, lorsqu'elle le retint pour lui poser une question qui la taraudait depuis qu'elle avait eu accès aux rapports concernant son agression.

- Lieutenant, pourquoi m'avoir caché que c'est vous qui m'aviez secourue ?

Adam se tourna à moitié vers elle, cligna des yeux, avant d'hausser simplement les épaules.

- Ça n'aurait servi à rien Major, et je ne tenais pas à raviver de mauvais souvenirs. Reposez vous bien, on en reparlera à tête reposée.

Il fit un rapide salut avant de quitter la pièce. Karola, se retrouva enfin seule comme elle l'avait tant désirer ces derniers jours. A présent, elle ne voulait plus qu'une seule chose dormir. Heureusement, ce qu'elle venait de vivre l'avait mise suffisamment KO pour faire taire son esprit qui plongea dans un profond sommeil aussitôt qu'elle ferma les yeux.

_________________

DC : Victoria Wilde
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

[INTRIGUE] La vengeance est un plat qui se mange Frei. Acte II

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Atlantis Insurrection :: Cité d'Atlantis :: Niveau 5 - Zone Militaire :: Cellules-