Atlantis Insurrection
"Personne ne demande à devenir un Héros, sauf que parfois ça finit comme ça..."

Et si ce Héros, c'était toi ? Tu es l'un des meilleurs dans ton domaine (Biologiste, Chirurgien, Infirmier, Diplomate, Démineur, Maître chien...) et on te propose de participer à l'expédition la plus fabuleuse mais aussi la plus dangereuse : l'expédition Atlantis.
Auras tu le cran de rejoindre Atlantis pour découvrir ses mystères et affronter les dangers de cette galaxie ?

Tu peux aussi incarner les personnages importants de la série (Weir, Sheppard, McKay, Lorne, Teyla....) Bon niveau RP demandé.
On recherche de nombreux personnages inventés.
http://www.atlantisinsurrection.com/t387-personnages-vacants


Si tu te sens capable de franchir ce pas, tu es des nôtres ! Clique sur l'image ;-)


RPG sur Stargate Atlantis
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez| .

Une surprise normalement pas ratée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatarInfos√ Arrivée le : 04/09/2015
√ Age : 24
√ Messages : 2080
John Sheppard
Dossier Top Secret
√ Age: 40 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Oui
MessageSujet: Une surprise normalement pas ratée Sam 22 Avr - 19:02
Nathalie dumond
&
John Sheppard
UNE SURPRISE NORMALEMENT PAS RATÉE

CHRONOLOGIE : Samedi 22 avril



J'avais passé la veille au soir avec Alexander, pour fêter son anniversaire, certes avec un jour de retard, mais je ne pouvais pas lui faire cette surprise le jour même. Erin, avait prévue déjà quelques choses et elle fut déjà suffisamment bien gentille de me donner une idée de présent pour son homme, pour qu'en plus je squatte SA surprise. J'ignorai en quoi, elle consistait, ni même qu'Erin l'avait tirée du lit à une heure indécente, mais en tout cas, j'étais rentrée dans mes quartiers avec mon ami, complètement trempé. Quand on pense qu'au début cela aurait dû être une soirée « entre pote » boisson (nous n'avons pas vraiment abusé, 4 bières pour moi et lui 3 whiskys) et jeu au bar et que cela s'est fini sur les digues à prendre un bain dans la mer gelée… ne me demandait pas comment on en est arrivé là… Car ça serait trop long à expliquer. En tout cas, je fus ravi que la montre en bois made Athos lui ait autant plus. Ce n'est pas une montre d'une grande marque, comme il portait actuellement… et pour ce fait j'avais grandement hésité à lui offrir, me disant que monsieur le baron ne pourrait pas porter quelques choses de non luxueux. Et au final, il me surprenait le petit ! Il avait direct viré sa montre (la marque je ne la connaissais pas et je l'ai zappé) pour mettre mon présent.

Enfin bon, aux alentours de 02h00 du matin, je me couchai seul après une bonne douche chaude et avoir mis mon uniforme à sécher. Ne mettant guère longtemps à dormir, depuis que j'allais mieux, grâce au travail d'Evelyn et surtout sur moi, je n'avais plus besoin de médicament. Cela se voyait sur mon humeur à nouveau joyeuse et espiègle au plus grand bonheur de ma compagne qui rayonnait à nouveau après cette mauvaise passe. Le temps, me manquait comme toujours, faut dire que le nouveau fonctionnement de la cité, me donnait un boulot administratif en plus et j'étais régulièrement convoqué au COPIL directionnelle, pour les grandes décisions. C'est assez agréable de se sentir réellement acteurs de son environnement et mon égo en avait pris un coup. Surtout, que j'étais au courant de différents éléments qui m'étaient alors inconnu, en sommes une meilleure communication.

Bref, je dormi comme une souche, me réveillant à 08h00 sous la sonnerie joyeuse de ma tablette. Bon, je n'avais pas mal à la tête, quoique je toussai un peu à cause du coup de froid. Mais, cela passerait. Valait mieux. Rapidement prêt en trente minutes chrono, je décidai d'enfiler une tenue décontractée sans pour autant être celle du dimanche en mode papy veut pas s'habiller. Un pantalon de treillis noir, un haut court blanc avec un joli pull écrus que m'avait acheté Teyla sur le marché pour ma fête. Et bien entendu, je mis mon bracelet en cuire avec deux ailes d'anges, qui ne me quittait jamais, présent d'anniversaire pour mes 40 ans de Nathalie. D'ailleurs, tous les cadeaux qu'on m'avait offerts étaient ici, souvent de la décoration ou quand ce fut de l'utilitaire sur moi. Le manteau en fourrure de Britt était le moins utilisé, faut dire que je n'avais pas trop d'occasion de jouer au prince Arthur… tiens, il serait peut-être sympa, donc je le fourrai dans l'un des sacs qui servirait de besace à mettre sur les chevaux. Puisque oui, la surprise de Nathalie, c'est de faire une randonnée à cheval. Heureusement, j'avais prévu les affaires en avance et il me restait plus qu'à faire un tour au mess récupérer le pique-nique du déjeuner et les brioches pour le petit déj et tout était prêt. Puisque le soir, nous étions invités à déguster la célèbre soupe et met de torture de Teyla. Bon j'espère qu'elle s'est améliorée car depuis la dernière fois ce ne fut pas fameux. Hors, elle m'avait promis qu'elle avait demandé de l'aide à sa tante qui ELLE savait cuisiner correctement. Enfin voilà.

Une fois, tour récupérer et mis sur les deux besaces et mon sac à dos, je m'équipai de mon holster et des couteaux de combat fabriqué par Britt. Direction les quartiers de ma tendre compagne.
La navette pour le continent était dans 30 minutes à peine, le temps qu'elle se change et qu'elle prenne une ou deux affaires et nous partirons en jumper avec d'autres passagers, pour retrouver Teyla et son cousin (Tayan) au campement. Ils nous mèneront jusqu'à la ferme de celui-ci. Éleveur de mouton il avait la chance de posséder 5 beaux chevaux, issus de l'élevage du meilleur éleveur de chevaux de son peuple un certain Torin (qui était un copain d'Alexander il me semble, je crois bien, enfin je ne sais plus, il avait trop de « T »). En tout cas, Tayan était bien gentil de nous prêter ses montures pour une petite virée en amoureux, surtout qu'on le retrouvera le soir pour le repas de la tortue. C'est une fête, pour célébrer la naissance de son dernier enfant. Et étant proche de Teyla, je l'avais rencontré et lié une amitié avec cet homme simple et agréable. De toute manière en ayant Teyla comme meilleure amie, je ne peux que faire partie de sa famille.

Ce fut sur ce genre de pensée pleine d'animation et d'envie, que je frappai énergiquement à la porte de Nathalie. J'aurais pu rentrer mais bon, je trouve que cela fait un peu « sans gêne ». Dès, qu'elle passa le pas de son entrée, je li lança joyeusement avec mes lunettes sur le nez et un keffieh pour ma gorge.

« En avant Calamity James ! Je t'emmène voir Joly jumper ! » Un grand sourire sur le visage.


CODAGE PAR AMIANTE


_________________
    Lieutenant Colonel John Sheppard
    Double comptes : Isia Taylor-Laurence & Alexander Hoffman & Naalem Lays //écriture : MediumTurquoise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 23/05/2015
√ Age : 36
√ Messages : 890
Nathalie Dumond
Dossier Top Secret
√ Age: 35
√ Nationalité: France France
√ Gêne: Oui
MessageSujet: Re: Une surprise normalement pas ratée Sam 22 Avr - 20:23
Si les portes d'Atlantis avant étaient à battant, elle aurait ouvert selon l'expression « à la volée. ». Le malotru qui venait de frapper à sa porte à cette heure indécente un jour de repos allait entendre parler du pays. Il n'y avait pas si longtemps que ça qu'elle avait retrouvé une qualité de sommeil correcte, et elle avait encore de la fatigue à combler.

De plus, pour une fois elle n'avait pas dormis avec son lève tôt de compagnon. De ce qu'elle avait comprit, il avait prévu de faire une surprise à Alexander pour son anniversaire. Une bonne soirée entre mec, alcool et testostérone. Elle l'avait taquiné en lui demandant s'il avait prévenu l'anglais de prendre un masque et un tuba, au cas où ils s'égareraient et en avait profité pour se faire une soirée cocooning. Un bon bain, un masque pour les cheveux, pour la peau, une petite séance d'épilation, avant de s'enrouler dans son pyjama « tue-l'amour » qu'elle ne portait jamais en présence de John. Il faut dire que la chose en peluche rose avec de petites étoiles était extrêmement confortable, mais rien moins que sexy.

Elle avait un peu hésité sur les activités de la soirée, avant de choisir de laisser son cerveau au repos total en regardant quelques vidéos rigolotes mise en lignes sur le réseau intranet de la citée. Elle s'était endormie relativement tôt, sans avoir besoin d'avoir recours à l'arsenal médicamenteux qu'on lui avait imposé pendant les quelques semaines précédentes. Bref, elle avait passé une soirée relaxante, une nuit reposante, et il fallait qu'un abrutit vienne tout gâcher en la réveillant aux aurores alors qu'elle avait prévu une grasse matinée !

Toute sa fureur s'évanouit en voyant celui qui se tenait à sa porte, remplacée par une inquiétude passagère, vite démentie par l'attitude du jeune homme. Elle le regarda d'un air tout à la fois interloqué et dubitatif. Elle ne s'était pas attendu à le voir ce matin là, elle pensait qu'il ne passerait la chercher qu'en fin d'après midi pour rejoindre le continent et Teyla qui les avait invités à une cérémonie familiale.


Il était habillé décontracté, portait quelques sacs sur les épaules et ses éternelles lunettes de soleil et un immense sourire moqueur éclaira son visage quand il l'appela Calamity Jane lui annonçant qu'il l'emmenait voir Jolly. Là, elle du bien reconnaître qu'elle s'inquiéta un peu pour sa santé mentale. Elle ne comprenait absolument rien de ce qu'il racontait et sa stupeur et son réveil en fanfare n'aidait pas. La première chose intelligente qu'elle dit fut

- « Gné ? »

_________________

Nathalie Dumond

Double compte : E. Fischer, C. Deltour
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 04/09/2015
√ Age : 24
√ Messages : 2080
John Sheppard
Dossier Top Secret
√ Age: 40 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Oui
MessageSujet: Re: Une surprise normalement pas ratée Mer 26 Avr - 18:24
Nathalie dumond
&
John Sheppard
UNE SURPRISE NORMALEMENT PAS RATÉE

CHRONOLOGIE : Samedi 22 avril



Il y a de forte chance, qu'elle ne m'attendait pas si tôt. Je l'avais informé de l'invitation de mon amie, lui demandant si cela la tentait. Personnellement, j'avais trouvé cela absolument génial. Vivre sur Atlantis, nous fait oublier quelques petits trucs, comme rendre visite à des amis ou bien se faire une petite « bouffe ». Bien entendu, les groupes s'organisaient des soirées et autre repas conviviaux, comme l'était par exemple la soirée DVD. Hors, là c'est autre chose, nous ne vivons plus du tout comme des terriens « normaux » et certaines petites choses pouvaient manquer. Commander une pizza, flâné dans les magasins, lire une BD dans une librairie. Ce genre d'élément, impossible ici, tout était en libre-service et nous vivons sur notre lieu de travail. Pas vraiment « intime » et la vie en couple, pouvait être dénaturé par certain aspect.

Ainsi, l'invitation de me rendre avec ma compagne sur le continent était la bienvenue. Je crois, que c'est la première fois, que nous faisions une sortie « en couple » officiel aux yeux de tous. Les fois, où nous menions une activité plus ludique, ce fut à deux et caché. Depuis, janvier, notre relation était connue de tous. Alors, plus besoin de regarder derrière soi pour savoir, si mon geste tendre fut perçu par un œil indiscret. On peut se tenir la main et s'embrasser entre deux portes sans attirer les ragots. Même si, pour ma part, j'avais encore un peu de gêne à exposer mon amour au grand jour.

Enfin bon, sortir faire un repas avec des amies et la femme que j'aime, me plaisait grandement. Voilà, quelques temps que je désirais lui faire partager ma vie « amicale », qu'elle avait déjà côtoyé par intermittence quand elle bossait pour Alexander. Et encore, elle n'était jamais venue le soir quand nous nous organisons des sorties, comme hier … ouch… en y repensant, j'espère que je ne vais pas trop être claqué ce soir. Je sens, qu'un jour nous allons nous faire une sortie en couple et cela risque d'être bien amusant. Un peu de légèreté dans ce monde de brute. Après tout, nous ne savons pas si nous allons vivre longtemps. Je pars tellement en mission, risquant ma vie pour l'humanité, alors je pouvais bien me permettre d'être « humain » en vivant normalement au moins le Week-end.

Ce fut donc une Nathalie dans un pyjama tout doux et franchement peu sexy qui m'ouvrit avec un drôle d'air. Enfin, ce n’est pas jolie ni très existant, hors c’est tout doux et cela semble confortable. Je ne vais pas lui demander d’être en tenue dentelle constamment, au cas où je débarque à l’imprévu. Je ne comprends pas d’ailleurs, les hommes, qui exigent cela de la part de leur copine, comme si elles devaient toujours être prêtes pour une partie de jambes en l’air. Certes, ce n’est pas génial, mais bon, elles ont le droit de vivre …Et la question, sommes-nous aussi toujours au top ? Personnellement non, avec mes bas de pyjamas assez usé mais super confortable. Enfin bon, faut savoir ce qu’on veut aussi, si c’est une nana pour satisfaire des envies sexuelles ou pour elle. Personnellement, je ne vais pas lui faire une scène si elle a des poils aux gambettes ce matin. Elle avait peut-être prévu de s’épiler ce matin et je la prenais de court avec le risque « pileux » qui va avec. Enfin bon je ne sais même pas pourquoi je pense à ça… c’est l’effet « pilou pilou ».

Nathalie avait la tête de la voisine du 4ème qui s'éveillait à 3 heures du matin à cause d'une fête un peu bruyante entre petit jeune. Elle ne comprit absolument ce que je lui chantais avec mon Joly Jumper et l'allusion sur la plus célèbre des gâchettes féminines de l'histoire du Far West. Je ricanai amusé m'avançant pour pénétrer dans sa chambre.

« Va donc t’habiller mademoiselle Pilou Pilou » Je l’embrassai sur le front d’un baisser assez « claquant » puisque dynamique et lui tapota les fesses pour qu’elle s’active.
« On prend la navette pour le continent dans 30 minutes. Prend des affaires confortables, nous allons faire une balade et si tu le désires une tenue moins « nature » pour ce soir »

Je fis quelques pas dans sa chambre, regardant autour de moi, avec l’œil luisant et pétillant. J’étais d’excellente humeur et j’avais hâte de voir sa tête quand, verrait que nous nous baladons à cheval. Cela faisait longtemps, que je n’avais pas chevauché…enfin non pas tant que ça, depuis mars, quand je m’étais crasher en jumper avec Günter. Bon, je n’avais pas trop perdu.




CODAGE PAR AMIANTE


_________________
    Lieutenant Colonel John Sheppard
    Double comptes : Isia Taylor-Laurence & Alexander Hoffman & Naalem Lays //écriture : MediumTurquoise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 23/05/2015
√ Age : 36
√ Messages : 890
Nathalie Dumond
Dossier Top Secret
√ Age: 35
√ Nationalité: France France
√ Gêne: Oui
MessageSujet: Re: Une surprise normalement pas ratée Lun 8 Mai - 16:08
John ricana en s'avançant pour pénétrer dans les quartiers de la jeune femme, elle s'effaça pour le laisser passer Passant près d'elle, il en profita pour déposer un baiser appuyé et bruyant sur son fort en lui donnant une tape sur les fesses pour l'inciter à se dépêcher d'aller se préparer. Nathalie sourit. Comme on dit, à quelque chose malheur est bon. Avant les évènements de janvier, John aurait hésité à faire ce genre de geste dans un couloir où quelqu'un pouvait les surprendre à tout moment.

Elle aimait leur nouvelle situation. Même s'ils ne s'affichaient pas forcément au grand jour, elle même n'était pas du genre à se donner en spectacle, elle appréciait qu'ils ne soient plus obligés de regarder par dessus leurs épaules pour vérifier qu'il n'y avait personne dans les parages avant de s'autoriser un geste tendre l'un envers l'autre. Leur relation avait gagné en spontanéité depuis que leur couple n'était plus un secret.

A son tour elle laissa échapper un petit rire devant le surnom qu'il utilisa. Bon, c'est vrai qu'il était adapté à la situation et à sa tenue actuelle.

« Je préfère quand tu m'appelles Coquelicot. » rétorqua-t-elle avec une petite moue faussement vexée.

Il avait dit que la navette pour le continent partait dans une demi-heure, il lui fallait donc se dépêcher un peu. Mais, pas au point de se priver d'un nouveau baiser, et de le taquiner un peu. Elle enroula ses bras autour de son cou et l'embrassa.

- « Une surprise hein ? Dis moi, dois-je prévoir le masque et le tuba également ? » le taquina-t-elle en faisant référence à la surprise qu'il lui avait prévu à l'automne et qui ne s'était pas vraiment passée comme prévue.

Elle le laissa s’installer sur le sofa pendant qu'elle passait par la salle de bain pour une douche rapide. Pour une balade en forêt, elle décida que le maquillage ne serait pas nécessaire, elle prit juste sa petite pochette pour pouvoir se faire une beauté avant le festivités prévues le soir dans la famille de Teyla.

Nathalie ressortit de la salle de bain en petite tenue, toute en tressant sa chevelure, avant de fouiller dans son armoire. Pour la soirée, elle choisit de prendre un pantalon fluide et qui pourrait supporter le transport au fond de son sac sans en ressortir froissé, ainsi qu'un cache cœur rouge en lainage. Elle savait que les nuits pouvaient être fraiches sur le continent.

Une fois décidé ce qu'elle porterait pour la soirée, elle commença à réfléchir à la façon dont elle s'habillerait pour la balade. Elle décida de calquer sa tenue sur celle de John. Une pantalon de treillis, une débardeur gris et ses rangers.

Une fois habillé et coiffée, elle mit ses affaires pour la soirée dans un petit sac à dos. Elle pourrait sans doute le laisser quelque part dans le village arthosien au lieu de le trimbaler avec elle pendant toute leur randonnée. Elle glissa dans une des poches de son pantalon sa tablette qui lui tenait lieu d'appareil photo, ainsi qu'une petit carnet et un crayon à papier. Il y avait longtemps qu'elle n'avait plus dessiné, mais qui sait, peut être qu'elle tomberait sur un paysage qui lui en redonnerait l'envie.

Une fois prête, elle s'approcha de son compagnon, posant ses mains sur ses genoux avant de se pencher au dessus de lui pour lui réclamer un nouveau baiser.

- « ça ira comme tenue pour ce que tu as prévu ? »
demanda-t-elle en pirouettant sur elle-même.

_________________

Nathalie Dumond

Double compte : E. Fischer, C. Deltour
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 04/09/2015
√ Age : 24
√ Messages : 2080
John Sheppard
Dossier Top Secret
√ Age: 40 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Oui
MessageSujet: Re: Une surprise normalement pas ratée Mer 17 Mai - 18:13
Nathalie dumond
&
John Sheppard
UNE SURPRISE NORMALEMENT PAS RATÉE

CHRONOLOGIE : Samedi 22 avril



PNJ :
1er classe Hanz Hirsh // Capitaine Farawella // Tayan

------------

Il était d’humeur à gravir des montagnes et surtout assez surexcité de faire cette surprise à Nathalie. Dans l’espoir secret qu’elle ne foire pas comme celle qui lui avait fait il y a d nombreux mois. En toute franchise, voilà longtemps, qu’il ne lui avait rien préparé et comme le moral était à nouveau au beau fixe, il ne pouvait que recommencer à être l’homme qu’elle avait toujours connu. Et surtout cet homme attentionné, aimant concocter des moments à deux. John, avait ce besoin impérial, de la retrouver, loin de la cité, rien qu’eux et des amis pour le soir. De partager quelques heures en tête à tête, comme des jeunes amoureux au cœur palpitants d’émois. Chose qu’ils sont, cela fait plus d’un an, c’est long et terriblement court qu’ils partagent un bout de chemin ! Parfois, il avait l’impression, que cela faisait plus et il en était effrayé… effrayé de voir les minutes passés aussi vite dans une existence aussi riche que la leurs.

Alors oui, il était sacrément dynamique et la fête de la veille, ne semblait pas encore trop l’affecter. Sauf, peut-être cette irritation dans la gorge. Un court instant, il se demandait bien, où avait mené le couple d’administratif, la surprise d’Erin. Enfin, ils en parlaient sûrement demain à leur retour ou après. Il ne savait pas trop si Nathalie appréciait les deux hauts cadres, en tout cas John se dit qu’il faudrait qu’ils fassent une soirée à quatre pour partager un peu plus que des délires en deux tarés comme John et Alex. Ils seraient peut-être plus raisonnables avec leurs compagnes souvent « maîtresses » de la ligne de conduite. Même s’il avait un doute avec Erin… et puis quand Nathalie s’y mettait elle était la reine des bêtises. Enfin, elle était tout bonnement joyeuse et encline à rire. Comme elle le faisait maintenant en pouffant face au surnom ridicule qu’il lui infligeait.

« Moi aussi… » Il lui toucha son pyjama amusé par la texture « Mais tu es toute douce !!!! Comme les bébés Püntas ! » Il lui fit une risette taquine, pour chasser sa moue faussement vexée. Il se laissa câliner, mettant ses mains sur son popotin, en lui rendant son baiser. Rien d’obscène à son geste, juste une bonne zone rebondit, et agréable qu’il aimait bien. En fait, il aimait simplement la toucher et les callipyges harmonieusement rebondit de Nathalie était attirante pour ses mains. Il ne put retenir un rire à sa taquinerie.
« Si tu veux prendre un bain de minuit, n’oublie pas tes palmes… ». Il lui tapota une nouvelle fois l’arrière train, pour qu’elle se dépêche et aussi parcequ’il trouvait amusant de l’embêter.

Il rejoignit le canapé, se laissant tomber dedans, tout en suivant sa compagne des yeux. Surtout quand elle ressortie en petite tenue. Il se leva, pour se caler dans son dos, l’enlaçant tendrement, déposant un bisou dans son cou. Oui, il l’empêchait un peu de choisir ses vêtements mais qu’importe. Il se fit violence, pour ne pas être plus entreprenant et profiter un peu plus de son corps et de l’odeur enivrante de sa peau. Ils avaient un rendez-vous à respecter. Il alla donc à contre cœur, vers le sofa. Il était excité dans tous les sens du terme, pas au point de lui faire des avances impromptues, mais heureux simplement. Et puis, il aimait bien, venir la câliner alors qu’elle n’avait rien d‘autre sur le corps que ses petits sous-vêtements en dentelles. Cela lui procurait des frissons et des petites tensions dans le bas ventre, même non enclin de faire l’amour, il adorait faire ça.

Quand elle eue finit de se vêtir et de mettre ses affaires, elle le questionna sur sa tenue.
« Très bien coquelicot » Il lui sourit, la prenant par la main, pour sortir de sa chambre.
Le militaire, n’était pas habitué encore à garder la main, cela lui faisait toujours drôle d’avoir un geste significatif d’appartenance à la vue de tout le monde. Et même si cela, semblait encore l’étonner, il ne la lâcha pas, se dirigeant vers la baie des jumper, où attendait d’autres personnes. Dont certains couples.

Il lâcha Nathalie un court instant, pour saluer le pilote : le Capitaine Farawella.
« Mon Colonel »
« Capitaine, comment allez-vous ? »
Ils parlèrent brièvement. Un homme charismatique à la peau mate, venant droit des îles de la réunion. Il parlait régulièrement créole et c’est typiquement le genre d’homme agréable et joyeux. Après lui avoir serré la main, il remit la sienne dans celle de sa chérie. Le capitaine, salua avec grand respect Nathalie.
« Mademoiselle Dumont »

« Qui est votre co pilote ? »
« Le 1er classe Hanz Hirsh, il a souhaité apprendre quelques bases de pilotage pour être polyvalent lors des missions où quand il accompagne des civils. Enfin quand il accompagne certains civils, si vous voyez ce que je veux dire mon colonel »
John, plissa des yeux, avant de ricaner suivit du capitaine. Certes, tout le monde savait qu’Hanz était gays, cela se voyait sur lui, comme le nez au milieu de la figure. Ils avaient sûrement pensée à la même personne, mais bon, John étant proche de cette « dite personne », il ne voulait pas faire d’erreur.

« Vous pensez à qui exactement ? »
« Oh… puis je me permettre un peu familiarité ? » Il toisa quelques secondes Nathalie l’œil brillant d’amusement.
« Faites donc, nous sommes samedi après tout … » dit’il en haussant les épaules
« Je dirais notre leader à la menthe qui aide à la gouvernance de cette belle cité »
John ne put s’empêcher d’avoir un rictus… alala
« Je vois…quand il ne les fracasse pas, il attires les militaires »
« Oui… un aimant. Qu’elle dommage qu’il ne soit pas libre… » Dit l’homme en soupirant
« Vous n’allez pas vous y mettre aussi capitaine ! » Renchérit John, avant de se taire et de voir arriver l’immense armoire à glace de Hirsh. Il avait la lèvre inférieure ouverte. John, ne put s’empêcher de lancer un rictus amusé à sa compagne, se penchant pour lui murmurer.
« Je te présente le plus grand fan d’Alex… un sacré numéro »

« Mon colonel, mon capitaine » Il s’arrêta sur Nathalie ne se souvenant comme d’habitude pas de son prénom … « Mademoiselle renarde de feu » dit-il simplement. John ne dit rien, laissant le soin à Nathalie de corriger ou non.

« Bonjour Soldat Hirsh, alors vous avez décidé d’être polyvalent, une bonne initiative. Mais, je vous préviens pour piloter il faut se concentrer … »
« Oh ne vous inquiétez pas colonel, on me dit souvent que je suis con, alors pour être centré ça va le faire ! » Il avait dit avec un sérieux déconcertant. Farawella, se mordit la joue pour ne pas rigoler… quand à Sheppard, il le regarda avec de grands yeux. Hanz hocha la tête
« C’est une blague ! » Sheppard ricana, on ne sait jamais avec Hanz, c’est bien ça le problème, comme il n’est pas futé.

« Votre garde c’est mal passé Hirsh ? » demanda Farawella en toisa la belle entaille sur la lèvre inférieure.
« Très bien, d’un ennui mortel, heureusement qu’il avait miss chauffe plat ! »
« Chauffe plat ? »
« Vous savez la technicienne qui allume tout le monde…danette … »
« Annette » corrigea Sheppard « Un peu de respect soldat ce n’est pas parce qu’elle est avenante qu’elle « chauffe » tout le monde »

« Tout mon respect mon colonel, elle chauffe tous les mâles, mais ce n’est pas méchant, je l’aime bien, elle est drôle. Et puis elle a raison, elle est jolie, autant qu’elle en profite avant d’être vieille et fripée ! » Hirsh avait cette franchise presque innocente, personne ne pouvait lui en vouloir de s’exprimer aussi crûment.
« Oui et donc vous vous êtes frotté à Annette pour votre blessure ? »
« Non pas du tout. Je ne me frotte pas aux moules moi… »
« Hirsh ! »
« Bah quoi ? »
« Votre langage ! »
« Désolé mademoiselle » Il s’était tourné pour saluer poliment Nathalie
« Non mais en générale. Si je dois vous reprendre toutes les 10 minutes je n’ai pas fini »
« Je tâcherai de les dires en allemand alors »
« Vous tacherez de parler correctement Hirsh »
« Oui mon colonel »
Les deux « pilotes », saluèrent le couple et pénétrèrent dans le jumper, pour faire leurs vérifications et tout le reste. John soupira, déposant un bisou sur la tête de sa compagne.
« Eh bien il n’est pas rendu Farawella … »

Enfin au bout de 6 minutes, chacun pu entrer dans le jumper et le vaisseau décolla direction le continent. Le voyage fut rapide, John bien trop curieuse et surtout déformation professionnelle, alla vers les deux pilotes, pour vérifier comment se débrouillait l’allemand. Finalement, ce fut assez probant et il reprit sa place auprès de sa chérie, 10 minutes avant l’atterrissage. Au moment où la boîte de conserve toucha le sol et que la porte s’ouvrit, John, emmena Nathalie, vers les habitations proches de la plage, où habitait le cousin de Teyla. L’homme aux longs cheveux auburn, les accueillis, les bras ouverts, embrassant chaleureusement Natalie puis John.

« Heureux de vous voir. Je te les aie préparés »
« C’est trop gentil »
« Oh ce n’est rien ! Voyons ! »
Il guida le couple vers l’arrière de sa bâtisse, où deux cheveux les attendaient. L’hongre léopard que John avait monté en mars, ainsi que l’une de jument pie noire. John toisa sa compagne.
« Voilà surprise… ».
« Voici Huan pour le mâle et la jument se nomme Jaja » Il leur frotta le dos affectueusement puis les salua « Bonne balade, à ce soir ! »

Hongre "Huan":
 

Jument 1 Jaja :
 



CODAGE PAR AMIANTE


_________________
    Lieutenant Colonel John Sheppard
    Double comptes : Isia Taylor-Laurence & Alexander Hoffman & Naalem Lays //écriture : MediumTurquoise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 23/05/2015
√ Age : 36
√ Messages : 890
Nathalie Dumond
Dossier Top Secret
√ Age: 35
√ Nationalité: France France
√ Gêne: Oui
MessageSujet: Re: Une surprise normalement pas ratée Ven 26 Mai - 14:42
Elle rit quand il a compara à un bébé Puntas. Mais, c'est vrai que c'était assez juste, même si elle n'avait jamais fait le rapprochement, elle devait bien reconnaître que la peluche de son pyjama avaient la douceur du pelage des petits Puntas. Elle se rappelait encore du moment merveilleux où elle avait tenu dans ses bras la petite boule blanche et cotonneuse qui était devenue sa filleule. Un pelage encore plus doux que du velours, et agréablement tiède, des grands yeux mauves, curieux et intelligents. Rien que d'y repenser elle en était encore toute émue.

- « Il faudra que tu m'y ramène un de ses jours. J'aimerais bien les revoir, et voir comment Garance a grandi. » soupira-t-elle.

Ressortant de la salle de bain quelques instant plus tard, elle frissonna lorsqu'elle senti John se plaquer contre elle alors qu'elle examinait son armoire après être sortie de la salle de bain en petite tenue. Elle sentait la chaleur de son torse dans son dos à travers sa chemise, ses baisers dans son cou, ses mains qui s'égaraient sur ses formes. Elle ferma un instant les yeux en souriant. Elle retrouvait l'homme dont elle était tombée amoureuse l'année précédente.

Ces derniers temps, leurs moment de tendresse et d'intimité n'avait pas été très nombreux. Curieusement, le fait de savoir qu'ils n'avaient plus à se cacher semblait avoir refroidit John. Avant, il ne perdait pas une occasion pour lui voler un baiser dans un encadrement de porte ou un angle de couloir, mais maintenant qu'il n'avait plus à se cacher, il ne lui prenait la main qu'à contre-coeur. De plus, il fallait bien reconnaître que le traumatisme psychologique qu'ils avaient subies, chacun à leur façon, et leur façon te tenter de le surmonter ne les avait pas vraiment porté vers des élans de tendresses. Et de toute façon, même quand ils dormaient ensemble, leurs traitements respectifs les assommaient tant qu'ils s'endormaient comme des enclumes dés qu'ils avaient la tête posée sur l'oreiller. Elle avait vraiment cru qu'elle ne lui plaisait plus, qu'il ne la désirait plus et qu'il cherchait une façon de la quitter. Ça avait été une période très éprouvante.

Elle appuya sa tête contre l'épaule du jeune homme, frottant sa joue contre celle de son compagnon en soupirant de plaisir. Elle fut un peu déçue qu'il s'éloigne pour la laisser se préparer, mais ils n'avaient pas vraiment le temps pour la bagatelle. Elle lui jeta un regard quand il retourna s'installer sur le sofa.

- « Tu veux pas me dire ce que tu as prévu pour la journée ? La soirée en l'honneur du cousin de Teyla ce n'est que ce soir, il n'y a pas urgence à y aller ce matin. » plaida-t-elle.

Mais elle ne le connaissait que trop bien. Il était trop heureux de son petit effet. Il ne lui dirait rien.

Ils quittèrent les quartiers de la jeune femme dans les temps, tout ce qu'elle avait réussit à savoir c'est que la tenue qu'elle s'était choisie convenait au genre d'activité qu'il avait prévu. Elle pensa à une rando sur le contient. Ils aimaient tout les deux marcher dans la nature, au moins sur ce plan là ils étaient bien assortis, mais ce ne serait pas vraiment une surprise ni une nouveauté, ils le faisaient assez régulièrement. A moins qu'il n'ait prévu de lui faire découvrir un endroit particulier ?

Encore une fois, elle sentit son cœur se gonfler de plaisir lorsqu'ils marchèrent dans le couloir main dans la main. C'était pas grand chose, mais après s'être cachés pendant un an, le simple fait de pouvoir lui tenir la main dans un couloir sans avoir à la lâcher à chaque fois qu'ils rencontraient quelqu'un était un pur bonheur pour la jeune femme.

Arrivés à la baie des Jumpers, John s'approcha de celui qui serait leur pilote qui les saluas cordialement. Les deux hommes pour échangèrent quelques mots, John étant curieux de savoir qui serait le co-pilote. Le connaissant bien, Nathalie remarqua l’étincelle dans les yeux de son compagnon lorsque le pilote évoqua un certain Hirsh et son désir d'apprendre le pilotage pour accompagner des civils.

La jeune femme ne compris pas trop de quoi ils parlaient avant que John ne lui désigne un homme, immense, blond et avec une magnifique lèvre fendue, en lui expliquant qu'il était le plus grand fan d'Alexander. Nathalie pouffa. Oui, elle se rappelait avoir entendu Alex évoquer son fan club un peu envahissant, mais elle n'avait jamais eu le plaisir de rencontrer le fameux Hirsh.

Visiblement, outre son langage fleurit, Hirsh était doué pour trouver des surnoms aux gens. Nathalie sourit quand il l'appela « renarde de feu ». On lui avait donné bien des surnoms en rapports avec la couleur de sa chevelure écarlate, mais c'était la première fois qu'on la comparait à ce petit carnivore gracieux et futé. Elle était tenté de le prendre pour un compliment.

« Je vous remercie, Hanz. »

Nathalie du fait un effort pour ne pas laisser sa mâchoire pendre lorsque le jeune homme répondit à son supérieur concernant sa blessure à la lèvre. Elle avait entendue parler de son franc parler, mais ne s'attendait quand même pas à quelque chose d'aussi fleurit. D'un autre coté, on ne pouvait pas lui reprocher de manquer de vocabulaire et d'imagination pour les surnoms. Elle fut heureuse d'avoir hérité de celui de « renarde de feu ». Maintenant qu'elle l'entendait parler, elle réalisa que ça aurait pu être bien pire.

Elle dut se mordre les lèvres pour ne pas lui rentrer dans le lard quand il traita sa collègue féminine de « moule », heureusement, John s'en chargea. D'un autre coté, il expliqua que ce n'était pas dans le but d'être blessant et qu'il appréciait même la compagnie de la jeune femme, et curieusement, malgré ses paroles très crues, Nathalie fut persuadé qu'il le pensait. Cet homme était juste totalement dénué de filtre social. Il disait tout ce qui lui passait par la tête, comme ça lui venait.

Les deux pilotes s'éloignèrent et John lui offrit un baiser sur la joue qui la fit sourire avant de lui faire part de sa pitié pour leur pilote en titre.

- « Un de ses quatre, c'est toi qui sera à sa place. » lui rappela-t-elle en riant. « C'est vrai qu'il a un langage assez particulier ce jeune homme. » ajouta-t-elle d'un ton pensif.

Entrer dans le Jumper et voir John s'installer à coté d'elle avec les autres passagers était assez étrange. D'habitude, il était dans le cockpit, aux commande de l'engin, d'ailleurs, il ne resta pas à sa place très longtemps. Des que le Jumper fut en vol, il la quitta pour aller surveiller la progression professionnelle de Hans en tant que co-pilote. Il ne revint s'asseoir près d'elle qu'une dizaine de minute avant leur arrivée.

A peine la porte ouverte, il l'entraina vers les maisons jouxtant la plage. Elle ne tarda pas à découvrir qu'ils y étaient attendu par un homme aux cheveux auburn qui les embrassa chaleureusement avant d'indiquer à John qui « les » lui avait préparé. Elle le regarda intriguée. Qu'est-ce qu'il avait préparé ?

Ils le suivirent vers l'arrière de la maison et Nathalie laissa échapper un halètement de surprise et de bonheur. Deux magnifiques chevaux les y attendait patiemment. Ils étaient absolument superbe. Des bêtes comme elle n'avait jamais eut l'occasion d'en voir ailleurs que sur des photos. Des crinières longues, fournies et soyeuses, des robes colorés et brillante sous laquelle on devinait le mouvement de leurs muscles.

Tayan leur présenta les animaux par leur nom. Instinctivement, Nathalie s'approcha de la belle jument pie qu'il avait nommée Jaja. L'immense animal tourna sa belle tête au regard tout à la fois curieux et doux. Elle lui flatta le chanfrein quelques instant, s'attardant un peu sur le bout de son nez soyeux, riant du réflexe qu'elle provoquait, la jument essayant doucement de lui attraper les doigts avec ses lèvres. Elle semblait douce et patiente.

Nathalie fit demi-tour pour se jeter dans les bras de son compagnon en riant comme une gamine.

- « ça pour une surprise, c'est une bonne surprise. » Elle l'embrassa avant de murmurer à son oreille « Merci, mon chéri. »

Elle se retourna à nouveau vers la grande jument, soudain prise d'un léger doute. Il y avait très longtemps qu'elle n'était pas monter à cheval. Une dizaine d'année au minimum. Elle espérait qu'elle n'avait pas trop perdu.

« J'espère que c'est comme le vélo, et que ça ne s'oublie pas, parce que ça fait très longtemps que je n'ai pas monté. »


Tayran leur souhaita une bonne balade avant de retourner à ses occupations, laissant les deux amoureux faire connaissance avec leurs montures avant de partir pour leur randonnée.

_________________

Nathalie Dumond

Double compte : E. Fischer, C. Deltour
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 04/09/2015
√ Age : 24
√ Messages : 2080
John Sheppard
Dossier Top Secret
√ Age: 40 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Oui
MessageSujet: Re: Une surprise normalement pas ratée Lun 29 Mai - 19:40
Nathalie dumond
&
John Sheppard
UNE SURPRISE NORMALEMENT PAS RATÉE

CHRONOLOGIE : Samedi 22 avril



PNJ :
1er classe Hanz Hirsh // Capitaine Farawella // Tayan

------------

Maintenant qu'elle l'évoquait, il était tenté de se rendre sur Frozen, malgré le fichu climat peu accueillant, pour voir comment avait poussé les boules de poils blanches. Il se garda l'idée de côté pour s'y rendre plus tard. Faut dire, que l'année avait été mouvementée et beaucoup de choses était passé à la trappe.

« Je pense qu'on peut faire une demande, nous avons un lien avec ce peuple, en trouvant une raison diplomatique. » Il esquissa un rictus. « Oh tu as qu'à faire un bisou à Alexander, pour qu'il t'accorde un ordre de visite chez les Püntas » Il la taquinait sans aucune vergogne, lui rappelant un petit baiser assez sidérant qu'elle eût osée faire. S'il remettait ça sur le tapis, ce n'est pas méchanceté ou jalousie, mais pour l'embête réellement. Il était d'une humeur joyeuse et cela se voyait dans ses prunelles excitées.

Il avait même une envie qui pointait son nez, quand il la sera contre lui, alors qu'elle n'était qu'en petite tenue. S'il n'avait pas la navette avec une heure fixe, il se serait embrassé de continuer ses baisers et son câlin pour la tenter dans un autre registre. Surtout que le frisson de la jeune femme, ne l'aida pas à chasser ce désire montant. Maintenant, qu'un niveau psychologique était stable et plus sous un quelconque traitement et autre mauvaise passe, le rythme reprenant son court et la tendresse revenait doucement mais sûrement. Il avait conscience qu'il se raidissait en public trouvant encore étrange de pouvoir tenir la main de sa compagne ou d'être associé à elle en tant que couple. 1 an à se cacher ne s'envole pas comme ça. Après il s'était promis de faire des efforts et d'arrêter de trouver cela bizarre et de faire fit du reste. Ils étaient ensemble et que cela plaise ou non, il s'en fichait et si quelqu'un avait à dire quelque chose il valait mieux qu'il se taise. Après, il s'attendait toujours à recevoir un blâme ou un avertissement de l'état-major. Sachant très bien, que d'être en couple sur l'expédition n'est pas très bien vu par les autorités militaires. Enfin, personne ne les fait chier eux, quand il retourne voir leur petite femme le soir non ?

La demande de Nathalie ne le fit rien, elle pouvait se brosser pour qu'il lui donne des informations et elle le savait pertinemment. « Pas d'urgence ? Qu'en sais-tu ? Allez habille toi, tu m'émoustilles et on va être en retard » Dit-il en lui tapotant l'arrière train.

Une fois hors des quartiers de La belle, il rencontra le pilote du vaisseau, un homme qu'appréciaient bien John. Une conversation un peu amusante se déclencha et le colonel avait encore du mal à se dire que mister Hirsh voulait prendre des cours de pilotage. Enfin bon, c'est un super soldat d'élite, un légionnaire de choc et le fait qu'il désire savoir piloter donnait une certaine fierté à John, qu’importe ses raisons... Étant formateur, il aimait partager sons avoir et que chacun puisse connaître l'expérience fantastique que de diriger un jumper. Il aimait d'autant, plus quand ce fut volontaire et non imposé par une tierce personne.


Enfin bon, le grand blond arriva et John fut ravi d'annoncer à Nathalie la venue d'une personne très chère au cœur du patron. Il s'interrogea sur la lèvre fendue du militaire, il avait l'air d'avoir eu une sacrée attaque buccale et malgré que Farawella est tenté de lui tirer les verres du nez, à la fin de la conversation ils n'apprirent rien du tout. Au moins, et malgré son langage cru, il avait trouvé un autre surnom à Natalie. Assez mignon et attendrissant. De toute manière Hanz disait toujours ce qu'il pensait, il lui était impossible de mentir ou du moins il mentait tellement mal que cela se voyait.

John claqua un baiser sur le front de sa compagne, qui lui rappelait à juste titre qu'il allait se retrouver à la place de Farawella. Il pouffa.

« Oh je ne me fais pas de soucis, il écoute plutôt bien. Tant que je ne prends pas un accent anglais, je n’ai pas de soucis à me faire…olalala Nathalie faudrait un jour que je te film les trésors d’invention qu’il trouve pour séduire Alexander, c’est comique. Pour Noël il lui a offert un sexe toy quand même ! Et une boite de chocolat » Dit-il en ricanant une nouvelle fois. Il se souvenait très bien de cette découverte, quand l’anglais lui avait dit de prendre dans le tiroir de son bureau, un dossier et que le militaire avait ouvert le mauvais, découvrant une boite bleue. Pour le délire, Alexander lui avait laissé ouvrir et en découvrant le contenu John avait beaucoup rit n’en revenant pas de cette audace qu’avait eu l’Allemand. Après, John ignorait qu’il avait eu une fiole d’huile un peu particulière en plus. « Oui, beaucoup en image et il parle mal… très mal » fit-il en soupirant « Mais c’est un brave gars ! ».

Enfin bon, une fois dans le vaisseau, le colonel ne put s’empêcher de vigiler la progression du poulain allemand. Il était sacrément concentré et essayait de s’appliquer au mieux. Et malgré les tentatives du capitaine pour savoir pourquoi il avait la lèvre fendue, Hanz ne répondit pas.

« Mon capitaine, je vous trouve bien insistant sur l’origine de ma blessure quand même. »
« Oh mais pas du tout, je m’inquiète de l’état de santé de mes hommes »
« Je pète la forme de partout !» dit’il d’un air joyeux
« Malgré votre blessure… »
« Oui »
« Ça du vous faire mal ! »
« Pensez-vous, il a des plaisirs qui font bien plus de bien qu’on oublie une futile blessure. Vous voulez que je vous fasse un dessin ? » dit’il d’un air un peu provocant
« Non s’ils sont aussi grossiers que vos paroles »
« Oh ! Là je ne suis pas grossier pour une fois »
« Oui continuez ! »

Farrawella se tourna vers son colonel, en haussant les épaules, John lui dit de laisser tomber. John ne voulait pas savoir comment Hanz avait pris son pied, cela ne le regardait pas et ça ne regardait personne. Enfin bon, le capitaine semblait curieux et trouvait amusant de taquiner le grand blond là-dessus.

Le jumper atterrit et John avait grand hâte de montrer la surprise à Nathalie. Son pas fut plus pressé et heureux comme tout, il la guida vers les fameux chevaux. Le petit cri de sa compagne, lui arracha une immense satisfaction. Bon, ça valait le coup de se presser. Son regard se posa sur sa compagne qui flattait la jument alors que le propriétaire les laissait en les saluant avec un « A ce soir les amoureux » touchant.

John réceptionna sa compagne, en la faisant tourner quand elle se jeta contre lui ivre de joie. On aurait dit une petite fille. Il frissonna quelque peu, heureux qu'elle le soit aussi.

« Content que cela te plaise ! » Il lui vola un autre baiser plus appuyé.

Alors, qu'elle allait vers la jument et que John était en train de répartir dans les sacoches le conteneur de son sac à dos, elle émit un doute. C'est vrai, quant à plus monté depuis quelque temps, on peut avoir des doutes… il en avait eu en mars et finalement cela était revenu facilement.

« Ne t'inquiète pas, je n'avais pas monté à cheval depuis longtemps en mars et les réflexes sont venus rapidement »

Une fois que son partage fut transvasé sur les chevaux, il détacha le bel hongre léopard, pour le chevaucher et commencer la balade. Il sortit une carte Athosien, montrant le parcours qu'ils allaient faire. Longée la plage puis passer par la forêt en revenir vers la plaine. Déjeunant vers un petit poids d'eau se trouvant dans les conifères.

« C'est dommage que nous ne sommes pas dans les bons mois, mais apparemment la nuit, la plage est illuminée de bleu dû à du plancton, mais cela se passe de juillet à janvier » Alex, lui avait parlé de ce phénomène assez beau et propice au romantisme. Dommage ils n'en profiteront pas. Mais bon, ils avaient déjà de quoi faire.

La balade commença et ils se retrouvèrent vers la plage, le sable était chaud et d'une belle couleur d'or, comme au loin, un groupe d'équidé. Une grande ferme, avec des chevaux aux couleurs tout aussi originales que les leurs. Dont un superbe étalon ressemblant à un frison mais avec une robe champagne. Il était au milieu d'un troupeau de jument crème ou capé de différente couleurs et de tâches. Le regard de l'homme s'attardait vers la troupe d'équidé qui galopait en liberté autour de la ferme. De toute manière en longeant la plage, il pouvait voir qu'il avait plusieurs troupeaux de chevaux, appartenant sûrement à la ferme qui devait être un élevage. Il lui semblait que le cousin de Teyla, avait acheté ses cheveux chez Torin. Torin devait être l'homme qui habitait cette belle ferme assez cousue et aux aspects western.



CODAGE PAR AMIANTE


_________________
    Lieutenant Colonel John Sheppard
    Double comptes : Isia Taylor-Laurence & Alexander Hoffman & Naalem Lays //écriture : MediumTurquoise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 23/05/2015
√ Age : 36
√ Messages : 890
Nathalie Dumond
Dossier Top Secret
√ Age: 35
√ Nationalité: France France
√ Gêne: Oui
MessageSujet: Re: Une surprise normalement pas ratée Mer 31 Mai - 10:43
Nathalie frissonna encore plus de plaisir en entendant John évoquer la possibilité de demander une autorisation pour rendre visite aux Puntas. Elle n'y était pas retournée depuis leur mission d'exploration, mais elle avait suivi les rapports avec intérêt. Elle savait que c'était avec la mousse mauve qu'avaient été mis au point « le filtre d'amour » si mal utilisé par certains, mais, malgré tout, elle gardait un souvenir émerveillé de la caverne sous marine, de ses murs de glace transparente où on pouvait voir évoluer des créatures marines fantastiques et de l'aspect accueillant et doux de leurs caverne. Cette fois là, elle avait presque espéré que la tempête durerait plus longtemps et qu'elle aurait l'occasion de partager une hutte avec l'homme qu'elle aimait. L'ambiance feutrée, l'odeur douce et fruitée de la mousse lui avait mis les sens en émoi. Elle n'osait pas le lui dire mais elle aurait adoré qu'ils puissent y retourner et partager avec lui une nuit de tendresse exacerbée par l'odeur de ses plantes au propriétés aphrodisiaques. En fait, avec le recul, elle se disait qu'ils auraient du aller y passer quelques jours au moment où ils allaient mal. Elle était sure que l'ambiance, les molécules olfactives, combinée à l'accueil de ce peuple les auraient aidé à reprendre leurs esprits et à retrouver leur amour mis à mal par les évènements.

Elle pouffa quand il évoqua la possibilité qu'elle doivent embrasser Alexander pour le convaincre de leur en donner l'autorisation.

- « Je doute qu'il apprécie que je retente l'expérience... et Erin encore moins que lui. Je ne tiens pas à me retrouver au fond de la baie avec de belles chaussures en ciment... » répondit-elle en riant « Et je suis sure qu'il n'y aurait pas besoin de ça pour que cette expédition nous soit autorisé. Après tout, nous avons nos filleules là-bas, il est normal que nous gardions le contact. »

Elle soupira de frustration quand il lui intima d'aller se préparer, d'autant qu'il lui indiqua que lui aussi était en train de perdre un peu pied. Quoi ? Ils pourraient passer la journée ici, dans ses quartiers et être à l'heure pour la fête sur le continent. D'un coup, elle regretta qu'il n'ait pas réservé sa journée pour qu'ils restent tout les deux sous la couette.

Elle sursauta et rit quand il la bouscula en lui donnant une tape sur les fesses. Peu importe, maintenant qu'ils n'avaient plus à ce cacher, il leur était plus facile de trouver des moments d'intimités, et puis, elle devait bien avouer qu'elle était curieuse de savoir ce qu'il lui avait prévu cette fois. Elle espérait que ce serait aussi beau que leurs vacances sur le continent l'année précédente, et moins raté que sa « surprise » d'octobre qui s'était soldée par une exploration inattendu des couloirs inconnus de la cité.

Avant d'entrer dans le jumper, John lui fit un baiser sur le front et Nathalie se sentit fondre de bonheur, pas tellement à cause du geste en lui même, mais parce qu'il l'avait fait alors qu'ils étaient dans un endroit public et qu'il avait été spontané. Visiblement John commençait à se faire à l'idée que leur relation ne soit plus un secret jalousement gardé.

Elle pouffa quand il lui parla de Hirsh et de sa passion dévorante pour l'anglais, mais elle ne pouvait s'empêcher de ressentir une certaine compassion pour le pauvre jeune dieu grec gay soupirant d'un amour impossible. John lui confirma ce qu'elle avait pensé au premier abord. Malgré ses manières déplorables et son langage plus que choquant, il avait un bon fond.

- « Le pauvre... » lui répondit-elle « C'est tellement douloureux de ressentir un amour qu'on sait impossible... » lui répondit-elle en laissant son regard se perdre dans le vide. Elle aussi elle avait ressentit se genre de sentiments quand elle était adolescente. Ça avait faillit la détruire. Elle ramena son attention sur son compagnon et posa ses mains fines sur ses joues avant de l'embrasser.

« Ce n'est pas donné à tout le monde de vivre ce que nous vivons. » lui dit-elle simplement.

Le voyage en jumper fut tranquille et la surprise au delà de tout ce qu'elle avait espéré.

John fut heureux de la voir aussi enthousiaste. Lorsqu'elle se jeta dans ses bras pour lui exprimer son sa joie, il lui rendit son étreinte et son baiser avec une joie non dissimulée. A peine l'eut-elle relâché qu'elle retourna près de sa monture pour la câliner, la papouiller et faire connaissance pendant que son compagnon disséminait leurs bagages dans les sacoches, équilibrant aux mieux les poids.

Peu après, il détachait son magnifique cheval avant de venir lui montrer sur une carte le circuit qu'il leur avait prévu.

Nathalie remarqua qu'il avait prévu un terrain facile pour le début de la balade. Il avait anticipé le manque de pratique de la jeune femme et avait prévu un circuit facile pour qu'elle puisse reprendre ses marques au début.

Il sauta en selle, Nathalie eut un peu plus de mal, et fut reconnaissante à la placidité de l'immense jument qui attendit patiemment qu'elle ait réussit à ce hisser sur son dos et donné l'ordre du départ pour se mettre en marche à la suite de bel hongre léopard.

Ils prirent la direction de la plage. De ce que Nathalie avait vu, ils allaient la suivre pendant quelques temps avant de couper par la forêt. C'était rassurant pour elle. C'était un terrain uniforme qui lui permettrait de reprendre ses marques. Finalement, il ne lui fallut pas si longtemps qu'elle le pensait. Même si au début, elle souffrit un peu du dos, étant extrêmement crispée, le dos verrouillé et incapable de suivre les mouvements de sa montures, rapidement, elle reprit suffisamment confiance pour arriver à se détendre, elle poussa même un petit trop placide pour rattraper son compagnon et cheminer à ses cotés sur la plage.

Elle lui sourit en arrivant à sa hauteur.

« Oui, j'ai l'impression que c'est comme le vélo, ça ne s'oublie pas. » déclara-t-elle avant de lui lancer un regard espiègle et provocateur. « On fait la course ?! » demanda-t-elle avant de talonner la jument pour la lancer au galop sans attendre la réponse du jeune homme.

Instinctivement, elle retrouva la position d'un cavalier au galop, ses mains se firent plus légères sur les rênes, laissant la jument exprimer toute sa puissance. Le vent qui faisait voler ses cheveux et fouettait son visage faisait pleurer ses yeux. Elle ressentait une sensation de liberté comme elle n'en avait plus ressentit depuis ce qui lui semblait des siècles.

Elle talonna un peu plus la jument, l'incitant à prendre le grand galops alors qu'elle se penchait sur son encolure, ramenant les rênes au niveau de ses oreilles pour lui laisser toutes latitude pour étirer tout son corps. Elle s'entendit pousser des cris de puissance et de plaisir au fur et à mesure que la jument prenait de la vitesse. Elle avait oublié le sentiment de liberté qu'on pouvait ressentir sur le dos d'un cheval. Surtout sur le dos d'un cheval lancé au galop, avec le vent dans les cheveux, les éclaboussures des vagues... C'était merveilleux.

_________________

Nathalie Dumond

Double compte : E. Fischer, C. Deltour
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 04/09/2015
√ Age : 24
√ Messages : 2080
John Sheppard
Dossier Top Secret
√ Age: 40 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Oui
MessageSujet: Re: Une surprise normalement pas ratée Ven 2 Juin - 18:13
Nathalie dumond
&
John Sheppard
UNE SURPRISE NORMALEMENT PAS RATÉE

CHRONOLOGIE : Samedi 22 avril



John ricana à la conséquence que pourrait avoir Nathalie en embrassant Alexander. À dire vrai, il ne voyait pas Erin faire ce genre de chose, ni être jalouse. Enfin bon, cela était assez utopiste, puisque même lui, loin d’être possessif, n'appréciait nullement qu’un homme vienne éprouver les lèvres de SA compagne. Déjà, quand elle avait décidé de mettre d’accord l’anglais et l’américain il avait eu une boule au ventre désagréable… Mais bon, voir son compagnon se faire embrasser une nouvelle fois, pouvait commencer sérieusement à être irritant pour la RDA.

« Oui, je pense aussi.» De toute façon, il y avait toujours moyen de trouver une raison pour organiser une expédition chez des alliées. Rien que pour accompagner des biologistes déjà. Et les Püntas, sont très demandeur de visite humaine, appréciant énormément les Atlantes.
Il venait de la frustrer en lui demandant de se bouger un peu. Ils se rattraperont plus tard. Les souvenirs de leurs vacances et de quelques ébats émoustillants dans l’eau le galvanisèrent un peu.

Une fois à la baie, l’intervention du grand blond, marqua les esprits et pour cause, son langage était quand même particulier. Nathalie, l’avait pris en pitié, pour cette histoire d’amour impossible. À dire vrai, John en avait strictement rien à faire, il trouva ça bien bête de continuer à s’accrocher à quelqu’un qu’on ne peut atteindre. Il ne comprenait pas pourquoi Hanz mettait autant d’énergie pour l’anglais. Et puis, il n’était pas neutre, quand Alex, lui racontait certaine chose, il en avait honte, l’allemand était sacrément cabotin et lourd à se demander pourquoi justement (pour reprendre les propos de Nathalie), Erin ne lui avait pas enfilé des palmes en bétons.

« Oui, enfin il est bête de s'accrocher autant mine de rien. Il la choisit sa souffrance » dit le colonel, doucement et de manière pragmatique. Elle lui fit une petite remarque qui le fit sourire, il ne savait pas trop comment la prendre, donc il la prit telle qu'elle
« Oui, tout le monde ne vit pas de jolie histoire d'amour ». Puisqu'il était parfaitement en accord sur ce fait, cela était beau ce qu'ils créaient ensemble et malgré les déboires de janvier, leur relation était touchante.

Enfin bon, le sort amoureux de Hanz n'était clairement pas dans les soucis du colonel. Mais plutôt comment Nathalie allait percevoir sa surprise. Et cela fut à la hauteur de ce qu'il s'était attendu. Une exposition de joie, des yeux pétillants et des bisous tout doux. Après, il n'avait pas pris de trop grand risque, il savait qu'elle aimait l'équitation, malgré de nombreuses années de non pratique. Et combiner cela avec de la randonnée alors qu'ils aimaient tous deux les grands espaces de mère Gaïa… une valeur sûre.

John monta sur Huan, il aimait bien ce cheval, un cheval demi trait vu sa corpulence, mais au moins, il avait des allures souples et confortables. Il avait monté durant son enfance et adolescence, le pur-sang de son père, même s'il n'avait pas le droit. Ce cheval était magnifique avec sa robe couleur nuit sans aucune tâche. Mais tellement dynamique et survolté que les balades tranquilles se résumait surtout à du galop sur place et des cabrades, car monsieur avait eu peur de son ombre. Là, avec Huan, c'est la force tranquille. D'ailleurs, les deux chevaux n'avaient même pas de mors en bouche, mais juste un filet sur le museau. Il était certain que s'il lâchait les rênes le cheval avancerait placidement, l'entrave était juste là pour l'empêcher de brouter toutes les herbes folles.

Alors que le regard de John, se perdait sur les troupeaux sur la plaine qui bordait la plage, Nathalie l'informa qu'elle arrivait à pédalé sans rien avoir oublié. Il tourna la tête vers elle, l'air joyeux.
« Tu vois. Faut dire qu'on est sur des fauteuils ! ».

Huan était en train de chauffer en voyant la jument pie tobiano se mettre à galoper avec une provocation de course à remporter. John ricana, lâcha la bride à son cheval, pour qu'il fasse un départ au galop. Le somptueux pépère, se lança donc à grandes foulées, crins ondulés au vent. La stimulation de voir un autre cheval devant lui, indiquait à John, qu'il n'aimait pas être derrière et en conséquence accélérait. Mais aussi, énergique qu'il soit, il avait pris du retard a comparé de la belle jument filant dans le vent et il peinait à la rattraper. La plage était immense et Nathalie n'avait pas dit de point d'arrivée, celui-ci serait donc vers l'embouchure de la forêt. Huan se mit à demi hauteur de sa compagne de prairie. John en profita pour se pencher un peu plus sur l'encolure et pincer les fesses de sa compagne avec un rire de gamin. Oui très fesse ce matin… alala intenable.

La cavalcade effrénée se termina par une victoire incontestable de Nathalie et de Jaja. Huan, soufflait fort, le poitrail humide il donna un coup de museau à la jument qui hennit. Cela fit rire John. « Bon les amazones ont gagné, allé ne fait pas ta mauvaise tête Huan » il flatta l'encolure de l'animal, qui ronfla en réponse.


Il ouvrit le chemin, pour prendre le sentier qui menait vers la forêt de conifères. Immédiatement, il faisait plus frais. Les chants des oiseaux étaient présents. John, commença à papoter de sujet complètement divers avec Nathalie, lui racontant sa dernière exploration sur une planète tempérée et le fait qu'il avait manqué de se retrouver coincé dans un trou en voulant échapper à une charge d'un gros mammifère. Puis enchaîna sur le crash qu'il avait eu en marc avec Günter et qui finalement s'était bien fini puisqu'ils étaient rentrés au campement Athosiens à cheval. En sommes, il parlait de tout et de rien, simplement heureux d'être avec elle. Une véritable pipelette à dire vrai. Au fur et à mesure de leurs discussions, il revenu aux vacances, partager quelques choses avec elle comme là maintenant. Il la toisa amoureusement puis soupira de bien-être.

« J'aimerai bien qu'un jour on parte soit sur le continent ou autre part un week-end pas seulement en amoureux mais avec des amis. Cela serait cool, ça nous changerait les idées, ça ferait un peu « normal » comme sur terre. Ça me manque je t'avoue » Il aurait bien dit avec Ronon ou Teyla mais les deux étaient occupés et puis bon, niveau fun il en avait moins. « Pourquoi pas avec Matt et Evelyn, ou Alexander et Erin » Dit-il pour toiser la réaction de sa compagne. Avec l'anglais, cela allait partir en week-end de folie, vu ça très bonne entente avec John et le don de chat noir qu'il avait « Ou même Coralie en plus, comme vous êtes proches ».



CODAGE PAR AMIANTE


_________________
    Lieutenant Colonel John Sheppard
    Double comptes : Isia Taylor-Laurence & Alexander Hoffman & Naalem Lays //écriture : MediumTurquoise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 23/05/2015
√ Age : 36
√ Messages : 890
Nathalie Dumond
Dossier Top Secret
√ Age: 35
√ Nationalité: France France
√ Gêne: Oui
MessageSujet: Re: Une surprise normalement pas ratée Sam 17 Juin - 17:55
John avait raison, la jument était placide, elle lui rappelait le cheval de trait de ses voisins quand elle était enfant. Ses allures étaient souples, même a cru, elle était sure qu'elle n'aurait eut aucun mal à suivre les mouvements. Elle eut toutefois l'occasion de réaliser que toute placide qu'elle soit, Jaja avait pas mal de peps. La jeune femme n'eut pas besoin d'insister beaucoup pour qu'elle prenne un ample galop, tout en restant tout aussi souple dans son allure.

Son brusque démarrage et la puissance de la belle jument prirent de court John et son hongre, lui laissant l'occasion de prendre pas mal d'avance, mais visiblement Huan n'aimait pas entre derrière, il mettait toute son énergie à rattraper la jument. Elle entendait le bruit étouffé de ses sabots foulant le sable de la plage, toutefois, elle ne s'attendait pas à ce que John profite de sa position, en équilibre pour lui pincer les fesses.

- « Hé ! » Cria-t-elle un instant déséquilibrée « Et bien monsieur, en voilà des manières ! » répondit-elle en riant.

Elle donna un petit coup de talon pour demander à la jument d'accélérer, elle n'allait pas laisser John gagner si facilement maintenant. Quand elle eut reprit un peu d'avance, elle modifia la trajectoire de la jument pour la faire galoper dans l'eau, elle était tellement claire que malgré le mouvement des vagues, elle n'avait aucun mal à voir les éventuels obstacles qui auraient pu s'y cacher. La jument ralentit légèrement et sauta par dessus la première vague avant de reprendre son galop, soulevant des gerbes d'écume autour d'elle. Elle perdit un peu de son avance, mais la sensation était telle qu'elle valait bien de prendre le risque de se faire reprendre.

Arrivé à l'embouchure d'un ruisseau qui se jetait dans la mer, elle s'arrêta, rapidement rattrapée par John et Huan, qui semblait bien contrarié. L'animal soufflait, il était couvert de sueur. Il se vengea en donnant un coup de nez à Jaja qui émit de hennissement qui lui fit penser à un rire moqueur.

Elle rit en entendant son compagnon consoler le bel hongre en le flattant. Monsieur Huan ne sembla pas trouver ces cajoleries suffisantes pour lui faire oublier sa défaite, son ronflement ressemblait à une bouderie.

Nathalie les laissa reprendre la tête dans le sentier qui menait vers une forêt de ce qui ressemblait à des sapins. La fraicheur du sous-bois la surpris après la chaleur de la plage, d'autant qu'après sa course dans les vagues, elle était presque aussi mouillée que sa monture. Elle frissonna légèrement, savourant cette fraicheur.

La balade se fit plus tranquille, ils papotaient tranquillement. La rouquine rit en entendant John lui raconter comment il s'était fait charger par une grosse bête et s'était jeté dans un trou. Ça lui rappelait des souvenirs. Sauf que son aventure à elle avait été plus douloureuse et qu'ils avaient vraiment fini coincés dans un trou.

Elle secoua doucement la tête. Son homme avait une façon de raconter ses pires aventures comme s'il s'agissait d’anecdotes de vacances et non de situations qui auraient pu lui couter la vie. Mais, là, tout de suite, elle préférait les entendre comme il les lui raconter et ne pas penser aux risques. Elle était bien. Le pas de sa jument la berçait doucement, il faisait bon dans l'ombre des sapins, l'air sentait la résine et la mousse. Pour un peu elle se serait cru en vacance.

Visiblement sur ce point ils furent synchrone puisqu'il lui proposa de partir pour un week-end avec « des amis ». Elle sourit et ne fut pas surprise de l'entendre lui proposer Alexander et Erin. Les deux hommes s'entendait comme larrons en foire, mais elle savait déjà que le week-end ne serait pas de tout repos pour Erin et elle. Elle craignait qu'elles ne se retrouve plus dans le rôle de « mamans d'enfants turbulents » que dans celui de compagne pour un week-end romantique.

Ceci étant dit, c'est vrai que ça serait agréable de retrouver l'impression de normalité comme John l'avait si bien décrite, et puis, ça lui permettrait de faire un peu plus connaissance avec la compagne d'Alexander. Elle ne la connaissait que très peu, mais elle lui avait fait l'impression d'une jeune femme douce et très agréable.

« Oui, pourquoi pas. Ça pourrait être une bonne idée, mais je crois que je demanderai à Erin d'éditer un contrat qu'on vous fera signer pour éviter que vous ne fassiez trop de bêtise ! » Le taquina-t-elle en lui rendant son regard amoureux.

Le chemin s'étant légèrement élargie, elle en profita pour venir se mettre à sa hauteur, et chercher sa main.

- « On en reparlera quand tu leur en aura touché un mot. Avant de tirer des plans sur la comète, il faudrait être sûrs qu'eux aussi sont partant pour ce genre de sortie. Pour Coralie, pourquoi pas, mais je crains que si nous lui proposons de venir qu'avec nous, elle va me proposer de prendre un stock de chandelle ! »


_________________

Nathalie Dumond

Double compte : E. Fischer, C. Deltour
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 04/09/2015
√ Age : 24
√ Messages : 2080
John Sheppard
Dossier Top Secret
√ Age: 40 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Oui
MessageSujet: Re: Une surprise normalement pas ratée Lun 19 Juin - 18:20
Nathalie dumond
&
John Sheppard
UNE SURPRISE NORMALEMENT PAS RATÉE

CHRONOLOGIE : Samedi 22 avril



Il avait ri comme un gosse ravi de sa bêtise, au moment où il avait pincée l'arrière train de sa compagne. Celle-ci ne se priva pas pour lui faire une petite remarque. En toute réponse, il lui tira la langue, un brin excité par cette folie. Cela était juste du jeu.

Malgré toute la fierté et le cœur à l'ouvrage d'Huan, pour rattraper et dépasser Jaja, l'hongre ne put se résoudre qu'à une défaite. Au plus grand malheur de celui-ci. John, s'amusa grandement, du ronchonage évident de l'animal, qui ne supportait pas être derrière. Et le besoin du cheval d'être devant se traduit rapidement, quand ils reprirent la route vers le chemin boisé. Huan, passa devant ne voulant nullement d'un Jaja trop en avance. Il la tolérait à côté, mais il devait avoir une foulée de plus qu'elle. Si cela ce n'est pas de la fierté masculine mal placé ! Enfin bon, John le laissa se mettre à son rythme, pour ne pas le brider.

En toisant Nathalie, elle avait galopé avec dynamisme dans l'eau, s'éclaboussant au passage par l'écume. Il n'avait pas tenté le coup, pour cette raison et aussi pour ne pas trop perdre de vitesse. Avec les fanons d'Huan, le séchage aurait été bien plus long. L'air frais du sous-bois, était agréable, après la chaleur montante de la plage, Nathalie devait faire gaffe à ne pas attraper froid, après bon, il faisait encore chaud et elles sécheraient très vite. Le colonel, se lança dans des bavardages, racontant des aventures à sa compagne, ce qui ne lui avait pas dit. Il aimait bien lui parler de ses missions, prenant toujours cela à la légère. Ses dires semblaient plus ceux d'un roman, que la réalité, pourtant il n'enjolivait rien, il prenait juste le ton humoristique pour minimiser le danger qui lui collait aux rangers ! Ils riaient de bon cœur et il l'écoutait aussi quand elle lui parlait de son travail ou de ces aventures passées. Voilà, longtemps qu'elle n'était pas partie en mission, au moins un an. Depuis la tristement célèbre : cérémonie de Paradize ». Il pouvait comprendre, qu'après ça, elle fut vaccinée, ou que simplement avec tous les nombreux changements de cette année, elle n'eut pas l'occasion de repartir. Lui-même trouvait que ses changements avaient retardé pas mal d'exploration. Mais bon, c'est pour le bien de tous.

Il était bien et naturellement, la conversation dériva sur une envie qu'il nourrissait depuis quelque temps déjà. Étant un homme très social il adore quand il y a du monde. Et il ne pouvait pas se permettre ce genre de propositions, puisqu'avant ils avaient une relation cachée. Le fait qu'elle soit dévoilée entraînait ce genre de choses : sortir avec des copains, faire des soirées … il ne se privait jamais, pour faire sa vie de son côté. Cependant, maintenant que tout savait qu'il avait une compagne, pourquoi la laisser de côté ? S'il sort avec une personne en couple, pourquoi ne pas inviter la pièce rapportée ? Sauf si c'est un truc entre « pote » et donc grosse débilité en vue. Comme la veille, où il a fait une surprise à son ami anglais. Il aurait été malvenu d'inclure Nathalie, surtout qu'il n'y avait pas Erin et vu ce qui s'était passée elle aurait hurlée. Et puis bon, elle n'était pas « proche » de l'anglais, il était en sommes sont supérieure et il était normal, que pour une soirée anniversaire /folie, qu'elle ne soit pas là. Une soirée entre deux amis un peu trop barges.

« Des bêtises ? Nous ? Jamais, voyons ! Et puis quel genre de bêtise ? » fit-il d'un air innocent. Un contrat carrément, il pouffa. Certes, ils pouvaient être intenable, mais cela allait surtout dans le vocale.

« J'en ai parlé hier soir, à Alex. Il n'est pas contre à la condition qu'il ait un canapé deux places, au cas où on se fait jeter par nos compagnes par ma faute » John ricana, l'anglais lui rejetait clairement la faute dessus, pour le taquiner. « Je pense qu'il en parlera avec Erin. De toute façon, dès qu'un truc arrive à l'autre, l'autre est au courant » Pour preuve le coup du baiser de Nathalie, John avait été surpris qu'Erin soit rapidement au courant. Il pouffa à la mention de Coralie.
« Oui, la pauvre… c’est peut-être mieux qu’elle ne soit pas là, entre des couples ça peut être gênant ».

Elle était maintenant à sa hauteur, cherchant sa main. Il bascula les reines dans sa main droite et donna sa gauche, serrant délicatement les doigts sur ceux de sa compagne. Ravi, qu'elle ne soit pas contre de faire un week-end à plusieurs et non à deux. C'est bien, les week-ends en amoureux, mais entre ami ça donne une autre saveur. Cela lui manquait et puis bon, comme il avait pris la résolution de l'intégrer à sa vie sociale pour ne pas qu'elle soit juste « la femme avec qui il est » mais réellement « sa femme tout court ». On cache sa maitresse à ses amis, ont montré à tout le monde celle qu'on aime. Et comme il n'y avait aucun doute sur son amour pour elle, il était temps de vivre « normalement ».

Enfin bon, ils continuèrent à marcher d'un pas tranquille. Jusqu'à une zone assez découverte pour faire un petit galop. Les deux chevaux restèrent côte à côte, leur pas lourd, donnait un son du tonnerre sur le sol. Puis tout revenu calme dans les bois frais. Les oiseaux étaient à fond, pleins de sérénades. John, aimait bien ce paysage, il s'y sentait bien. L'heure tourna et il commençait à faire faim. Il regarda sa carte, dirigeant son cheval vers un petit sentier, proche d'une rivière. John, descendit de sa monture, qui alla immédiatement boire dans les ondes. Pendant qu'Huan se désaltérait, John, lui retira les sacoches, pour commencer à installer le pique-nique, composé de sandwich, d'une salade de tomates mozzarella, de chips, d'eau et d'une grande salade de fruit. Il avait pris une petite couverture, pour faire véritablement l'effet d'un pique-nique. Il s'installa sur celle-ci, laissant le choix à Nathalie de son arme pour combattre les bruits de son estomac. Les chevaux étaient libres et broutait autour des humains. John soupira et se rapprocha de Nathalie dès qu’elle fut à son tour assise, pour se mettre tendrement derrière elle et la plaquer contre lui.



CODAGE PAR AMIANTE


_________________
    Lieutenant Colonel John Sheppard
    Double comptes : Isia Taylor-Laurence & Alexander Hoffman & Naalem Lays //écriture : MediumTurquoise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 23/05/2015
√ Age : 36
√ Messages : 890
Nathalie Dumond
Dossier Top Secret
√ Age: 35
√ Nationalité: France France
√ Gêne: Oui
MessageSujet: Re: Une surprise normalement pas ratée Mer 21 Juin - 11:28
Nathalie se sentait bien. Il y avait bien longtemps qu'elle ne s'était pas sentie aussi bien. Apaisée, calme et sereine. Le pas tranquille de leurs montures la berçait doucement. Tout en papotant avec son homme, elle observait le paysage magnifique qu'ils traversaient. Quelques oiseaux s’ébattaient dans les branches des hauts arbres. La lumière tamisée du soleil dessinait des taches sur le sentier couvert d'un tapis d'aiguilles de pain.

Dans le sous-bois, il faisait frais, l'air était pur, parfumé d'effluves de résine et de l'odeur des fleurs sauvages qui poussaient au pieds des majestueux résineux.

Elle ricana quand il lui dit que la possibilité d'un week-end à quatre avait déjà été évoqué avec Alexander et de la condition qu'il y mettait.

- « On réservera un bungalow et on vous installera sur la terrasse si vous n'êtes pas sages ! » répondit-elle en riant.

Elle saisit la main qu'il lui tendit quand elle fut à sa hauteur et le regarda tendrement. Dieu qu'elle aimait cet homme, avec son grain de folie, sa fantaisie, sa douceur. Elle était aussi heureuse qu'il lui ai proposé de sortir avec d'autres personnes. C'était un nouveau pas dans leur relation. Après avoir été la femme de l'ombre pendant presqu'un an, c'était bon de voir qu'à présent il assumait cette relation et qu'il l'affichait même. Elle lui avait souvent reproché de la traiter comme une maitresse et non comme une compagne officielle. A présent que c'était le cas, elle aurait mauvaise grâce à vouloir rester seule avec lui. Même si elle appréciait leurs moments rien qu'à eux.

Arrivé dans une petite clairière, ils s'offrirent un nouveau petite galop. Cette fois, Huan pris de l'avance, et Nathalie ne chercha pas à le rattraper, savourant juste la sensation de liberté qu'elle ressentait.

Ils prirent un nouveau sentier qui les conduisit vers une jolie rivière. John descendit de sa monture et laissa le bel hongre aller boire pendant qu'il lui ôtait les fontes. Nathalie l'imita, laissant la jument rejoindre l'hongre dans la rivière pour se rafraichir à son tour, et s'approcha de John qui avait commencé à installer un plaid et quelques denrées pour un pique-nique.

Ils s'installèrent sur la couverture, et Nathalie examina le contenue des boites. John avait prévu un repas léger et frais, Elle pris un sandwich accompagné d'un peu de salade de tomate. John s'approcha d'elle, s'installant dans son dos et la prenant dans ses bras pour la plaquer contre lui. Elle posa son assiette devant elle et se laissa aller contre le torse de son compagnon, glissant ses bras sur les siens. Elle posa l'arrière de sa tête contre son épaule et ferma les yeux. Elle sentait la chaleur du corps de John contre le sien, son odeur l’enveloppait doucement. Elle tourna la tête et posa un baiser sur son bras.

- « C'est merveilleux John. C'est vraiment une magnifique surprise. » dit-elle en levant la tête pour le regarder en lui souriant.

Elle se décala sur le coté pour pouvoir l'embrasser tendrement.

- « Je t'aime. » Lui souffla-t-elle à l'oreille

_________________

Nathalie Dumond

Double compte : E. Fischer, C. Deltour
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 04/09/2015
√ Age : 24
√ Messages : 2080
John Sheppard
Dossier Top Secret
√ Age: 40 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Oui
MessageSujet: Re: Une surprise normalement pas ratée Ven 23 Juin - 17:24
Nathalie dumond
&
John Sheppard
UNE SURPRISE NORMALEMENT PAS RATÉE

CHRONOLOGIE : Samedi 22 avril



« Oui c'est une bonne idée, comme il fait bon, nous ne mourrons pas de froid » Dit l'homme avec beaucoup d'enthousiasme. Voir peut-être même un peu trop. Il ricana de plus belle. Maintenant le problème serait de choisir une date, avec les emplois du temps chargé de chacun. Mais, il ne douta pas de cette démarche, quitte à ce que cela se fasse l'été, tout le monde en aurait pleins le dos du boulot, quelques jours de vacances seraient salvateurs pour la santé mentale de chacun. Il espérait que tout se passerait bien, autant il n'avait aucun souci de cohabitation entre les deux hommes, voir même avec Erin, puisqu'il s'entendait avec elle. Mais Nathalie était un peu « l'inconnue » de l'équation. Après John, se disait qu'il n'y aurait pas de soucis, sa compagne étant sociable et rigolote, il serait surprenant qu'il ait une mésentente. Peut-être que les deux jeunes femmes, seraient saoulées de la complicité assez envahissante des hommes… au pire, elles iront se baigner et vaguer à leur occupation.

Huna avait gagna cette fois cette course improvisée dans un lieu dégagé. L'hongre avait le comportement d'un étalon qui veut impressionner sa belle, ronflant et piaffant. À moins, qu'il ne soit tout bonnement fier comme un paon sous ses airs de nounours poilu. John pouffa un peu, voyant Huan rouler des mécaniques de la sorte.
« Eh bien, on t'a peut-être retiré des roubignols, mais c'est comme si tu les avais ! ». En seule réponse, le cheval hennis, avant de continuer sa marche de son pas élégant. Il n'y avait pas à dire, l'animal avait une certaine prestance avec sa taille haute, ses airs baroques et surtout sa longue crinière soyeuse et ondulée.

Après un certain de marche, ils arrivèrent au lieu, où il désirait manger. Le pique-nique installé et caler derrière sa compagne, John soupira croquant dans son repas. Il faisait bon, sans que la chaleur ne les étouffe comme en été. Une des mains du colonel, alla sur le bidou et plus particulièrement sous le haut de la rouquine, savourant cet endroit chaud qu'il adorait caressé.

Un large sourire joviale et satisfait se fit sur les lèvres de l'homme. Bien content qu'elle soit si ravie de cette petite balade à cheval. Il n'avait pas fait grand-chose, mise à part s'arranger avec le cousin de Teyla et préparer le repas du midi. Une petite attention, qui ne coutait pas grand-chose, simplement un peu de temps. Égoïstement, il avait fait ça pour elle car cela allait lui procurer du plaisir de la voir heureuse. Qu'il ne veuille ou non, il redoutait qu'elle retombe comme elle avait fait en janvier ou février il ne sait plus… le temps passe trop vite. La crise d'angoisse de Nathalie, cette violente crise qui l'avait rendu dans un état si abominable, lui avait filé un coup. Quelque chose s'était brisé, quelque chose s'était dévoilé à John… et il en avait gardé un souvenir assez vif et douloureux. Sa grande empathie et son amour pour cette femme était la raison de ce souvenir devenu crainte. Il n'avait pas supporté de la voir autant en détresse, en détresse à cause de lui, du moins dans l'un des facteurs. Et même s'il est loin d'être bête, il ne pouvait que se flageller d'en être l'initiateur, même s'il en avait pas l'entière responsabilité.

Il est difficile de vivre sur Atlantis, les missions, le risque de mort et les événements ne sont pas toujours un environnement saint, pour s'épanouir. Et pourtant, leur dépression respective, ce mal être grandissant aurait pu mettre fin à cette histoire… cela l'a manqué de peu à cause de stupidités…or il y avait bien une chose dont il était certain c'est qu'il était heureux actuellement avec elle et qu'il l'aimait sincèrement.

« Moi aussi Nathalie. Je suis content que ça te plait aussi simple que cela soit » il ne la couvrait pas de cadeau, il ne lui avait jamais vraiment offert beaucoup de présent, sauf pour son anniversaire ou bien cette parure de bijou, qu'il avait acheté en pensant à elle. Et aussi, pour lui faire plaisir et renouer le contact après un épisode dramatique en juillet dernier. Après, ce n'était pas à cause d'une radinerie, mais simplement parce qu'il referait lui faire des petites attentions que des présents. Il lui arrivait de rentrer de mission en lui ayant ramené quelque chose car il avait pensé tout bonnement à elle. John, aimait les choses simples et qu'elle soit satisfaite de cette aventure équestre lui gonfla le cœur.

Il croqua dans son sandwich au poulet pardi, profitant du calme de la nature…enfin du calme du chant des oiseaux. Il décida de ce décalé, pour s'allonger près de sa compagne sur le dos. Continuant à manger un peu en roman qu'il n'était pas. Quand le sandwich fut fini, il mit en boule le papier pour le mettre dans un sac plastique et boire un peu. Et se rallongea croisant ses bras sous sa tête. Ses rétines claires scrutèrent les nuages doucement. Il sentait l'envie de faire une petite sieste, simplement parce qu'il était bien et que les rayons du soleil lui chatouillaient le nez.
« Tu voudrais faire quoi ? On en a pour quatre heures de balades avant de rejoindre Teyla. Tu veux rester encore un peu ici, discuter dormir ou câlin ? »



CODAGE PAR AMIANTE


_________________
    Lieutenant Colonel John Sheppard
    Double comptes : Isia Taylor-Laurence & Alexander Hoffman & Naalem Lays //écriture : MediumTurquoise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 23/05/2015
√ Age : 36
√ Messages : 890
Nathalie Dumond
Dossier Top Secret
√ Age: 35
√ Nationalité: France France
√ Gêne: Oui
MessageSujet: Re: Une surprise normalement pas ratée Mar 27 Juin - 8:36
Nathalie savourait ce moment de quiétude et douceur. Elle était parfaitement heureuse. Une fois leur repas fini, elle en rangea les reliefs dans les sacs et les repoussas dans l'herbe pour dégager le plaid et s'allonger contre John.

- « Par bien des cotés nous sommes différents, mais il y a au moins une chose que nous avons en commun » murmura-t-elle à son oreille « Nous aimons les choses simples, comme balades en forêt. » précisa-t-elle en riant. « Je n'ai pas besoin de choses très compliqués pour être heureuse tu sais. Etre avec toi est déjà pas mal vu la vie que nous menons. »

Même maintenant que leur relation était connue, ils n'avaient pas souvent l'occasion de se retrouver seuls. En fait, la seule chose que ça avait changé, c'est qu'ils n'avaient plus besoin de se cacher, mais l'intimité n'étaient pas facile sur la cité.

John était souvent en mission, parfois pour plusieurs jours. Nathalie avait appris à ne plus se ronger les sangs en permanence, même si elle s'inquiétait toujours un peu pour son trompe-la-mort de compagnon. Quand il rentrait, il y avait les débriefing, les rapports à préparer.

De son coté, elle ne chômait pas non plus, du coup, il arrivait de plus en plus souvent qu'ils se retrouvent dans leurs quartiers, ceux de John principalement, pour s'endormir comme des souches. Ils n'avaient pas souvent l'occasion de se faire une petite soirée romantique rien que tout les deux.

Elle sourit quand il lui demanda ce qu'elle voulait faire, lui précisant qu'ils avaient quelques heures avant de rejoindre la fête. Connaissant son homme, elle savait qu'il apprécierait une petite sieste. Elle se pelotonna contre lui.

Un câlin était tentant. Elle trouvait que ses derniers temps, ils n'en faisait plus assez. Pendant quelques temps, avec leurs état mental au raz des pâquerette et les traitement, ils n'avaient pas vraiment la tête à ça. Et curieusement, depuis que leur relation n'était plus un secret, leurs retrouvailles étaient moins sensuelles qu'avant. A croire que le secret avait un effet sur leur libido respective... Et puis surtout, ils ne savaient jamais quand ils pourraient se retrouver, donc, ils profitaient de chaque moment.

Ceci étant dit, elle n'était pas sûre que l'endroit soit très appropriée pour un câlin tel qu'elle l'avait dans la tête. L'endroit n'était pas très loin du village des Athosiens, et il était facile d'accès.

- « Faut-il vraiment choisir ? On a le temps de tout faire non ? Discuter si tu as quelque chose de particulier à me dire, puis un câlin avant de faire une petite sieste. »

Elle frotta son nez dans son cou, posant sa main sur la poitrine du jeune homme et cherchant sa main. Pour sa part, elle était parfaitement heureuse.

_________________

Nathalie Dumond

Double compte : E. Fischer, C. Deltour
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 04/09/2015
√ Age : 24
√ Messages : 2080
John Sheppard
Dossier Top Secret
√ Age: 40 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Oui
MessageSujet: -18 ans Sam 22 Juil - 19:36
Nathalie dumond
&
John Sheppard
UNE SURPRISE NORMALEMENT PAS RATÉE

CHRONOLOGIE : Samedi 22 avril





John sourit simplement à sa compagne, oui ils étaient foncièrement différents sur bon nombre de chose, mais bon comme tout couple qui dure plus de deux mois, ils avaient des points communs et de valeurs partagées. Il doit avouer que le temps lui manquait pour épanouir toujours plus loin cette relation. La vie sur la cité était dynamique et bien trop riche. Surtout avec le nouveau fonctionnement de celle-ci. Même Nathalie, avec son rôle d’assistante avait dû sentir sa charge de travail s’alourdir et devenir plus autonome dans des responsabilités à son poste et peut-être même intéressante. Il serait présomptueux, que seul les responsables, aient acquis de nouvelles fonctions et pas le reste de la cité, surtout quand on côtoie le CODIR générale d’aussi prêt. Il ne savait pas comment faisait Nathalie, pour rester à son bureau et faire tout son travail informatique et administratif. Lui, n’aimerait pas faire ça et c’est pour cette raison qu’il est dans l’armée. Il avait toujours une admiration assez saine envers le personnel du bureau, qui faisait à ses yeux, le métier le plus horrible du monde : la paperasse ! La torture suprême pour John.

Elle venue se coller à lui, dans un soupir heureux, il lui claqua un bisou sur la joue.il enroula son bras autour d’elle, pour jouer avec sa chevelure de feu. Il adorait cette couleur chaude et si passionnée. Ce roux flambant semblait ne jamais blondir, toujours resté aussi vif et lumineux.
Comme toujours, il lui laissait le choix de prendre une décision. Il aimait bien qu’elle choisisse quand lui-même hésitait entre moult idée. Après, il avait envie de faire tout cela à la fois. Il lui donna sa main, alors qu’elle la cherchait, finalement elle ne prit aucune décision. Associer plutôt le tout pour les réaliser. Il eut un rictus chafouin sur le visage. Il se tourna pour se mettre au-dessus de sa compagne, il lui mordit le nez pour la taquiner un peu. L’envie du matin était toujours présente et finalement, cela lui rappelait les vacances et il avait envie d’elle. Il s’accouda sur ses coudes, pour ne pas l’écraser et l’embrassa doucement dans le coup, puis remontant le long de son oreille, pour descendre vers sa bouche. Une de ses mains, venu se glisser sur sa joue, pour soutenir et amplifier le mouvement, comme il le faisait à chaque fois.

Nathalie Dumond


Nathalie rit quand il la prit dans ses bras et la fit basculer de sorte à se retrouver au-dessus d’elle, appuyé sur les coudes, avec un petit sourire mutin.
« Ton sandwich n’était-il pas suffisamment copieux pour que tu es encore faim ? » lui demanda-t-elle quand il lui mordilla le bout du nez.

Hmmm, à l’évidence, John n’avait pas envie de faire la conversation, et visiblement, pas vraiment envie de faire la sieste tout de suite non plus si elle en croyait la chaleur des baisers qu’il posa d’abord dans son cou, puis sur son oreille avant de venir réclamer ses lèvres passionnément en lui posant les mains sur les joues.

Le souffle lui manqua, et une bulle de chaleur éclata dans son ventre. Oui, au bout d’un an, il lui faisait toujours le même effet ! Au bout d’un an, elle ne le désirait pas moins qu’aux premiers jours. Ses caresses et ses baisers éveillaient toujours en elle les mêmes émotions, encore amplifiées par la connivence et l’amour qui s’était développé entre eux au cours de cette année, malgré, ou peut être grâce à toutes les épreuves qu’ils avaient surmontés ensembles.

Il arrivait même à lui faire oublier à cet instant qu’ils étaient en plein air, et non dans l’intimité de leur chambre. Bien sûr, lors de leurs vacances, il leur était arrivé de partager des moments très intimes, mais elle savait que les lieux étaient déserts. Ici, qui sait si un des Athosien ne pouvait pas les surprendre par accident ? La petite voix de la raison s'époumonait dans sa tête. Mais finalement, elle réalisa qu’elle s’en fichait ! Il y avait longtemps qu’ils n’avaient pas eu pu partager un moment de tendresse tous les deux. Elle avait été frustrée ce matin, quand il l’avait repoussée, bien à regret, parce qu’ils manquaient de temps. Maintenant, tu temps, ils en avaient.

Autour d’eux, tout ce qu’elle entendait était les déplacements des chevaux autour d’eux, leurs enrouements, le léger clapotis de la rivière, le champ des oiseaux à la cime des arbres. A son tour elle se releva un peu sur un coude, glissant sa main libre sur sa nuque pour lui rendre son baiser avec passion.

Elle s’abandonna un moment sous ses caresses et ses baisers, les lui rendant avec une égale fièvre, puis, profitant de son abandon, elle glissa une de ses mains sur son coude, pour le bloquer, relevant la jambe opposée. D’un brusque mouvement de bassin, elle le fit basculer sur le dos. Dans ses souvenirs, arrivés à ce stade-là, on était censé profiter de la liberté de mouvement retrouvée pour asséner quelques coups bien sentis et prendre ses jambes à son cou. Mais ce n’était pas ce qu’elle avait en tête.

Elle se laissa emporter par le mouvement avant de se stabiliser quand elle prit le dessus, un genou posé au sol de part et d’autre des hanches de John. Elle se redressa le dominant de toute sa hauteur, les mains posées sur les épaules de son compagnon.

« Et bien Colonel Sheppard ? On se laisse retourner par la première administrative de passage ? Peut-être vous êtes-vous laissé distraire ? » Le taquina-t-elle avant de se pencher pour lui rendre son mordillement au bout du nez.

John Sheppard

« Non je n’ai plus cette faim-là » dit-il d’un petit air coquin.

L’envie était présente depuis le matin, l’envie de la flatter et d’unir son corps au siens amoureusement. Il se fichait bien de la faire en pleine nature, ils étaient bien, proche de cette rivière avec le soleil qui chauffait doucement leurs peaux. Cela ne l’avait jamais dérangé d’avoir des ébats dans des lieux insolites, tant que celui est propice à aimer.

La voyant plus que réceptives à ses caresses, s’il continua à l’aguicher, frottant ses lèvres à sa peau d’ivoire, laissant ses mains traîner sur son visage ou sur les rondeurs de sa poitrine. Il y allait doucement, tendrement. John a toujours aimé prendre soins de sa partenaire. Et celle-ci eu une drôle d’envie, elle le renversa. Il ne fit aucune résistance, la laissant dominer l’échange, pour se mettre à cheval sur lui.

Il pouffa un peu niaisement à sa phrase ironique. «[color=mediumturquoise] Peut-être parce que j’aime bien être retourné par les civils rouge ! » fit-il malicieusement. Il se redressa sur les coudes, puis joua des abdominaux, pour se plaquer contre elle et continuer ses baisers, avant de lui retirer le haut, la laissant en soutiens gorge, naturellement ses lèvres descendit sur les monts généreux. Qu’importe s’il avait du monde, pour le moment personne n’avait envie de faire une balade en forêt et puis bon, ils étaient dans une zone suffisamment enfoncé pour avoir la paix quelques heures.

Nathalie Dumond


La rouquine se sentit rôsir de plaisir. Elle espérait bien que ce n’était pas une subite fringale qui avait poussé son compagnon à lui grignoter ainsi le bout du nez, mais l’entendre de lui confirmer avait quelque chose de terriblement affriolant.

Les caresses et les baisers de John éveillaient gentiment ses sens et son désir pour lui. Elle devait avouer qu’elle avait été déçue et un peu frustrée de devoir se contrôler quand il était venu la chercher. Elle aurait bien aimé qu’ils passent la journée dans ses quartiers. Elle avait envie de sa tendresse et de sa douceur, mais elle n’avait pas voulu aller à l’encontre de ce qu’il avait prévu pour eux. Elle était heureuse de réaliser qu’il en était de même pour lui, et elle se sentit même pousser des ailes, prenant quelques initiatives, ce qui était assez inhabituelles.

« Ça tombe bien, je connais une civile rouge qui adore te faire tourner en bourrique » murmura-t-elle à son oreille, d’une voix bien plus ronronnante que d’habitude, une fois qu’elle l’eut retourné.

Elle se redressa pour l’aider quand il se saisit de son haut pour le lui enlever. Miss raison avait fini par se taire… ou tout au moins, ses jérémiades étaient à présent totalement étouffées par les ondes de désir qui parcouraient le corps de la jeune femme, lui faisait peu à peu perdre sa réserve. Elle resta un instant au-dessus de lui, vêtu uniquement de son simple soutien-gorge. Ce qui, au début n’avait été qu’un jeu prenait soudain une dimension bien plus attrayante. Oui, elle aimait se tenir ainsi au-dessus de lui, peu vêtue. Non, c’était plus que ça. Elle adorait l’éclat de désir pour elle qu’elle voyait les prunelles vertes de John. Avec lui, elle se sentait fière de son corps, même de ce qui l’avait autrefois complexé. Sa poitrine lourde, ses hanches généreuses, son petit ventre qui n’avait plus la fermeté de sa jeunesse mais qui était confortable, sa peau de lait. Elle se voyait belle dans les yeux de son compagnon...

Elle se sentit sourire. C’était agréable de se sentir aussi désirable et désiré. Elle sentait qu’avec lui, elle n’avait pas de honte ni de complexe à avoir. Tout comme elle aimait le corps de son compagnon, elle sentait qu’il en était de même pour lui. C’était bon de pouvoir être aussi libre ainsi avec lui. Elle devina le désir qu’il ressentait en sentant une palpitation et une pression progressive de l’intimité de John contre la sienne. Avec les autres hommes qu’elle avait connus, ce genre de réaction, pourtant totalement normales et souvent incontrôlées, la mettait mal à l’aise, voir même, dans certains cas, provoquait sa fuite. Il n’en était rien avec John. Au contraire, elle adorait cette sensation, elle adorait sentir qu’il avait envie d’elle. Elle lui donnait l’impression d’être “entière”.

Leurs désaccords et leurs accrochages, n’avaient aucune importance dans le fond. Au contraire, ils marquaient leur individualité, leurs indépendances, mais les surmonter leur prouvait que leur attachement était plus fort que ces futilités. Même si parfois ils avaient du mal à se comprendre, elle avait la sensation qu’ils pouvaient être plus forts que tout ça. Que ce qu’ils ressentaient l’un pour l’autre était plus fort que sa fragilité, que ses doutes, que les dangers qu’il affrontait chaque fois qu’il traversait la porte. Si elle avait été du genre à croire à ce genre de chose, elle aurait dit de lui que malgré tout ce qu’ils avaient vécu, il était son “âme sœur”, “sa moitié d’orange”.

Les caresses et les lèvres de John dessinait des arabesques de feu sur sa peau. Même si pour l’instant elle s’efforçait encore de garder une certaine réserve, elle se sentait fondre sous ses assauts. Rien que de sentir ses caresses et ses baisers sur sa peau l’échauffait au-delà de la raison. Elle en profita encore quelques instants, savourant l’effleurement de ses mains sur sa peau nue, combinée à la douce chaleur du soleil sur sa peau. Elle se laissait aller, en toute confiance, même s’ils n’étaient pas dans ce qu’on pouvait appeler un “endroit intime”. Quand elle sentit qu’elle perdait pied, elle se pencha vers le visage aimé et l’embrassa avec une tendre douceur mêlée de famine.

Une de ses mains glissa sous le t-shirt de John, avec tendresse. Du bout des doigts, elle effleura ses abdominaux, laissa la pulpe de ses doigts suivre le dessin de ses côtes avant de glisser dans le creux de ses reins. Elle fit glisser son ongle, un peu fermement, sur la colonne vertébrale de John, dans le but de l’obliger à se plaquer encore plus contre elle, alors que son corps, sans qu’elle en soit vraiment consciente commençait à danser sensuellement et délicatement contre lui.

Sa main libre vint se crisper dans les cheveux de John, les prenant à pleine poignée, les tirant probablement un peu. Fallait-il qu’elle l’aime et qu’elle ait une totale confiance en lui pour se comporter ainsi. Miss Raison tenta de lui faire remarquer que ce n’était pas une attitude convenable, mais elle s’en ficha.

Peu importait que ce ne soit pas raisonnable. Peu importait l’endroit. Peu importait qu’ils risquent d’être surpris dans leurs tendres ébats. Elle aimait cet homme. Elle l’aimait plus que de raison, elle l’aimait plus qu’elle n’avait jamais aimé personne avant. Elle avait failli le perdre par ses doutes. Elle avait failli le perdre à cause de leurs traumatismes, elle risquait de le perdre à chaque fois qu’il traversait la porte. Alors, peu importait tout le reste ! Elle avait bien l’intention de l’aimer intensément et sans réserve à chaque occasion que leur difficile vie le leur permettrait.

Ses mains se crochetèrent sur l’ourlet de son t-shirt et elle le lui arracha un peu brusquement avait de laisser ses longs cheveux chatoyants lui chatouiller doucement le torse. Elle joua un instant ainsi, le caressant de sa chevelure flamboyante, tout en le regardant avec un sourire mutin avant de placer ses mains de part et d’autres de ses côtes et de poser ses lèvres sur son cou, y déposant quelques baisers suffisaments appuyés pour y laisser quelques marques, avant de commencer à descendre doucement, très lentement vers son torse et sa poitrine, pendant que ses mains s’égaraient plus bas, effleurant le renflement dans son pantalon, jouant un peu avec son désir avant de s’attaquer à cette putain de ceinture qui lui donnait toujours du fil à retordre.

John Sheppard


L’homme pouffa amuser qu’elle lui réponde, allant dans une petite surenchère ronronnante, qui lui plus. « Ne me la présente pas, car j’ai d’autre envie que d’être la bourrique » dit-il malicieusement, tout en continuant ses baisers tentateurs.

Le haut retiré fut quand même bien mieux. Une vision aguicheuse d’une poitrine généreuse qui faisait tomber en pamoison l’homme qui appréciait cet état de fait. Oui, il la trouvait belle, belle et désirable. Dans un sens, il n’avait jamais nié sa beauté, trouvant dans les imperfections qu’elle cachait une élégance. Il aimait sa couleur surnaturelle de cheveux, il aimait ses tâches de rousseurs qui lui rappelait le ciel étoilé, il aimait cette peau ivoire qui laisse facilement voir ses émotions. Il adorait la voir rougir car cela amplifiait l’éclat de ses yeux.

John était loin des considérations poussées qu’avait en ce moment Nathalie, il était plutôt simple dans ses pensées. Il avait envie d’aimer la femme qui faisait battre son cœur et qu’importe le lieu. La nature, retour aux sources lui allait bien et il n’y avait rien de malsain à s’épancher dans un ébat. Son pantalon laissait entrevoir une boursouflure de son désir et ses baisers furent plus ardents au fil et à mesure que sa compagne était réceptive. Sans le vouloir, il fit quelque suçon dans la peau clair du coup de Nathalie. Sans aucun doute que cela se verrait au repas du soir, mais qu’importe les Athosiens, n’ont pas la même délicatesse que les Atlantes. Ils trouveront cela normal, ou ricanerons doucement sans faire de commentaires outrageants.

Les mouvements de Nathalie, amplifiant son envie de la coucher sur le sol, pour lui retirer son bas. Mais, il contenu sa sauvagerie, profitant des caresses et même de la brusquerie sur sa peau. Elle lui retira son haut d’une manière, qui fut surpris et que cela lui procura une vive douleur en bas du coup. Machinalement, il la poussa un peu, pour se frotter.

« Eh bien ! Tu as des envies de sauvageonne ? » fit-il sans lui en vouloir.

En réponse, il la bascula sur le dos. Laissa sa main effleurer le ventre moelleux et chaud de sa compagne, pour descendre vers les cuisses et son entre jambes. D’un geste rapide, il lui retira son pantalon pour la laisser en sous vêtement. Ses lèvres effleuraient son torse et une main, se glissa scandaleusement, sous la dentelle fine pour flatter les lips gorgées de plaisir. Il se sentait vriller, ayant envie d’elle prestement, mais d’abord, il ne voulait pas la laisser en route, lui faire partager un peu de plaisir mine de rien. L’impatience ne devait pas être le maître mot. Cela faisait longtemps et comme tout homme, il avait envie de consommer rapidement. Or, là, nous ne parlons pas de plaisir à sens unique, il ne voulait pas se satisfaire égoïstement d’un buffet merveilleusement alléchant. Cela n’était pas dans son optique et il se trouvait bien trop rapide sur le coup. Mais qu’importe tant qu’elle y trouve son compte et qu’elle jouisse d’un orgasme pour que les deux parties soit heureuses. Là était l’amour.

Nathalie Dumond


Elle sentait que son compagnon était réceptif à ses attentions, même s'il voir la repoussa légèrement pour se frotter le cou. Elle y avait été quand même un peu fort dans son désir de le dévêtir.

En guise de vengeance il la fit basculer sur le dos avec un commentaire sur ses envies qui semblaient particulières et un peu inhabituelle chez elle. Elle fit mine de vouloir se défendre un peu, plus par jeu qu'autre chose. Elle aimait bien quand il prenait ainsi les choses en mains.

Elle se redressa un peu sur les coudes pour embrasser la base de son cou en guise d'excuses, avant d'y laisser trainer ses dents, les serrant doucement.

«Je te déplais en sauvageonne ? » lui demanda-t-elle doucement, mi-sérieuse, mi-moqueuse, ponctuant sa question de simulacres morsures.

«Ça va. Tant qu'elle ne m'attache pas à un poteau» fit il espiègle

Elle rit à nouveau, attendrissant ses baisers dans le cou de son compagnon.
«Hmm, ne me tente pas… Ceci dit, ça manque de poteaux par ici » répliqua-t-elle d’un ton mutin.

«Il y a des troncs d’arbre, mais non merci… pas de liane » fit-il en lui mordant le cou.

« Rohh, tu n’es pas joueur » lui reprocha-t-elle d’un ton faussement faché.
«Faut dire que les attaches dans mon métier c’est pas souvent pour faire du bien » Ricana t’il

Elle l’embrassa à nouveau très tendrement.
« Arrête de penser au boulot ! » lui ordonna-t-elle « Hmm, tu as tes menottes avec toi ?» ajouta-t-elle d’un ton intéressé.

«Non, je n’avais pas prévu de t'abandonner dans la forêt …. » il lui claqua la cuisse « Tu as de drôle d’idée. Je sais pas si je dois m'inquieter ou pas là » fit’il d’un air faussement choqué.

Nathalie rit. « Tu as peur de découvrir ce que j’aurais pu en faire et surtout que tu aurais pu aimer ? » le taquina-t-elle

« C’est toi qui aurait finit menottée plutôt… On attache mon son supérieur voyons ! Mauvaise assistante ! » Il lui fit une petite moue. Autre tape, mais sur le haut des fesses, du peu qu’il pouvait avoir.

« Hmmm » roucoula-t-elle « Qui te dis que je n’aurais pas aimé ? » le provoca-t-elle « Et juste pour information, je te rappelle qu’il n’y a aucun lien hiérarchique entre nous » précisa-t-elle en ponctuant sa phrase d’un nouveau baiser. « Si tel était le cas, nous ne pourrions pas être ensemble... »

« Tu es l'assistante de ma subordonnée, donc par procuration si. » Il haussa les épaules « Tu n’es pas militaire demoiselle »

« Hmmm, tu n’as pas répondu à ma question… » lui fit-elle remarquer, soudain joueuse.
« Hum quelle question ? »
« Qui te dis que je n’aurais pas aimé ? » répondit-elle d’un ton aguicheur

John choisit de ne pas répondre. Elle sentait son impatience. Il est vrai que leurs ébats s'étaient quelque peu espacés ses derniers temps. Elle en avait elle même été frustrée, alors elle se doutait bien que pour lui c'était pire. Elle voulait que ce moment soit inoubliable, qu’il marque un renouveau dans leur complicité, qu’il retrouve en elle la jeune femme espiègle et joueuse qui l’avait séduit au début de leur relation. La jeune femme suffisamment espiègle et .frondeuse pour l’invite à se glisser avec elle dans les cuisines du mess après leur fermeture.

Les mains exploraient son corps, elle s'allongea sur la couverture, le souffle de plus en plus court à mesure que le désir augmentait en elle, rendant ses gestes encore plus maladroit sur le ceinturon de John. Elle n'allait quand même pas devoir lui demander de le faire lui même !

Finalement, elle sentit la ceinture céder, les boutons de son pantalon ne furent pas un problème après ça. Elle glissa ses doigts sous sa ceinture pour le faire tomber un peu sur ses hanches, caressant sa taille, le creux de ses reins.

Elle dut se mordre la lèvre pour retenir un cri de surprise lorsque la main de John se faisant plus aventureuse effleura son intimité. Une bulle de chaleur éclot dans son bas ventre et se propagea dans tout son corps. Elle rejeta la tête en arrière, fermant les yeux dans un halètement pendant que son corps se cambrait contre lui.

Il la connaissait bien. Il jouait d'elle comme un musicien de son instrument. Elle savait ce qu'il cherchait. Elle aussi voulait lui donner autant de plaisir que ce qu'il lui en offrait. Elle se redressa, enroulant un de ses bras autour de son cou, glissant sa main dans ses cheveux, avant de l'embrasser avec feu.

Son autre main s'immisça entre leurs corps, glissant le long de son bras, puis sous le tissus extensible de son boxer. Elle enroula une main tout à la fois douce et ferme autour de sa hampe avant de commencer une caresse qui, elle l'espérait, lui offrirait autant de sensations que ce qu'elle ressentait à cet instant. Elle aurait aimé lui offrir quelque chose de plus intime, mais la seule fois où elle s'y était risquée, elle avait comprit qu'il n'appréciait pas plus que ça l'expérience.

Elle resserra un peu son bras autour de ses épaules pour se plaquer plus contre lui, sentir sa peau chaude contre la sienne, se muscle frémir d’impatience sous ses caresses. Pour qu’il puisse sentir l’effet qu’il lui faisait, ses muscles qui tremblaient, son corps qui vibrait contre le siens.

Elle savait qu’il ne lui faudrait pas longtemps pour la faire basculer à ce rythme-là. Ses lèvres quittèrent sa bouche pour aller se perdre dans son cou, à la limite de sa nuque pour l’embrasser, la mordiller, y étouffer ses soupirs de plaisirs dans l’odeur de son désir.

Finalement, elle ne voulait pas se contenter de la légère caresse qu’elle lui octroyait. Elle avait envie d’autre chose ! Elle fit basculer tout le poids de son corps contre lui, avant de pousser sur ses genoux pour le faire basculer en arrière.

Bien sûr, ça signifiait déloger la main de John, mais elle s’en fichait. Elle ne sut pas trop si elle l’avait eu par surprise, ou s’il avait décidé de se laisser faire, mais il bascula sur le dos. Elle en profita pour venir s’allonger langoureusement sur lui, caressant ses flancs en l’embrassant avec une lente sensualité.

«Ferme les yeux» lui ordonna-t-elle dans un murmure.
Intrigué l’homme s’exécuta docilement. «Tu vas faire des crêpes ? » sourit t’il

« Malheureusement, je ne suis pas équipée ici, mais je te promet, si ça te fait plaisir, dès qu’on rentre je monopolise les cuisines pour t’en faire » répondit-elle
John leva les mains en pouffant comme un gamin « OUAI ! Enfin ça sera demain, mais OUAI ! »

Elle rit de sa réaction presque enfantine, tellement en opposition avec ce que ses mains d’homme lui faisaient ressentir et se jura intérieurement que dès que possible, elle leur organiserait une soirée crêpe. Mais pour l’instant, ce n’était pas ce qu’elle avait en tête. Elle embrassa chacune de ses paupières closes et sa main reprit ses lentes caresse.

Elle lui laissa le temps d’apprécier ce moment, ponctuant les secondes de quelques baisers, sur le visage de cet homme qu’elle aimait tant. Ses paupières, ses joues, ses lèvres.

De sa main libre, Nathalie attrapa son t-shirt et le posa sur le visage de son compagnon.
« Interdiction d’y toucher » lui ordonna-t-elle.

«Bon, oui maintenant j’ai peur ! Tu sais bien que j’aime pas le noir ! » Il ne pouvait pas s'empêcher d’être gamin sur le coup.

Nathalie pouffa. « Petite Nature ! Je ne vais pas te manger ! »
* *Enfin presque* ajouta-t-elle mentalement

« Oui je ne suis pas une crêpes »

« ça tombe bien, je n’aime pas les crèpes.» ronronna-t-elle
« Et en plus tu ments ! »

Elle se redressa un peu sur lui, laissant à nouveau sa longue chevelure lui caresser les flancs pendant qu’elle embrassait son torse, lentement, délicatement, ralentissant également le rythme de la caresse intime qu’elle lui prodiguait.

Sa bouche s’attarda sur la poitrine de John, embrassant ses mamelons, les mordillant délicatement pendant que sa langue espiègle les agaçait. C’était une erreur de croire que seule la poitrine des femmes est sensible à ce genre d’attention. La plupart des hommes aussi le sont, même si souvent ils l’ignorent eux même.

Après quelques instants, elle continua son exploration du corps de son compagnon. Embrassant son ventre ferme et musclé, sa hanche qui semblait avoir bien du mal à rester tranquille.

Elle se redressa à nouveau pour lui ôter son pantalon et son boxer avant de reprendre ses doux baiser sur son ventre, descendant sur sa cuisse, laissant à nouveau jouer sa longue chevelure sur l’entrejambe, à présent libéré de toute entrave de son homme.

Nathalie prenait un risque, elle le savait. La dernière fois qu’elle s’était essayé à ce genre de pratique, qu’elle appréciait, il n’avait pas été très réceptifs, mais les conditions étaient différentes, la position aussi.

Elle releva le visage pour l’observer, il avait gardé le t-shirt sur le visage, sans bouger, mais la crispation de sa mâchoire semblait indiquer qu’il ne détestait pas ce qu’elle lui avait fait jusqu'alors. Elle y trouva le courage d’aller au bout de son envie.

Ses lèvres se posèrent à l’intérieur de la cuisse de John et lentement dessinèrent un chemin de baiser vers son aine. Arrivé là, elle resserra un peu sa main autour de lui, initiant un lent et profond mouvement de va et vient. Un gémissement étouffé lui parvint de sous le t-shirt. Lentement, elle posa ses lèvres sur son sexe tendu, un simple baiser dans un premier temps. Elle ne voulait pas l’effaroucher en se montrant trop entreprenante.

John Sheppard


Docilement le militaire se laissait faire. Il n’était pas des plus à l’aise de se retrouver en pleine nature, les yeux cachés sous un haut et avec une Nathalie qui avait une idée en tête. bien entendu, il se demandait pourquoi tant de mystère. Réagissant, sans gêne aux baisser langoureux sur son torse et sur sa poitrine bien moins généreuse que Nathalie. Il n’était pas un grand fan d’être mordillé dans cette zone, mais y concédait volontiers que cette zone érogène qui lui filait des frissons. Il avait envie de la toucher et il sa main touchait les parties accessibles de sa compagne, qui était en mouvement, pouffant un peu quand ses cheveux le chatouillaient.

Et alors qu’il était en train de ses faires des films, pimentant sans le vouloir les actions de sa compagne, il sentit qu’elle lui retirait ses vêtements du bas. Bon, il se laissa faire avec la même docilité, elle devait voir que son entrejambe était bien dressé et prête à l’emploi si on peut dire cela ainsi. Il frissonna, à cause du vent frais. Allait-elle le chevaucher, et faire l’amour de manière aveugle ? Cette idée lui plus, cela était intéressant de se concentrer exclusivement sur ce qu’il ressent et non avoir la vue qui diminuait les autres sensations.

Elle venu poser ses lèvres sur les cuisses. Peu chatouilleux, sauf vers les cuisses et jambes, il eut un petit mouvement électrique qui le fit mettre en mouvement sa cuisse. Il émit un claquement de langue surpris et reposa son membre au sol. Fallait qu’elle fasse gaffe, il pourrait lui faire mal involontairement. Comme, il n’avait rien percuter mise à part des atomes composant l’air, il en conclut qu’elle avait sue esquiver ou bien que cela ne l’avait pas touchée tout bonnement.

Une des mains de la belle rousse, avait pris en « main » son membre érectile, il avait eu une contorsion de la mâchoire et un soupir contraint, surtout quand il la sentait remontée sur son aine. Un soupir et un cris étouffé entre ses lèvres, plus profond se fit emplie de désir quand elle déclencha les hostilités de quelque coup de poignet. Alors, qu’il s’attendait à des préliminaires du genre masturbations et autres baisers, l’idée de la fellation, ne lui effleura même pas l’idée. Il n’aimait pas vraiment cela, elle le savait, mais bon. Autant par la position et du fait qu’il n’avait jamais reçu de gâteries suffisamment convaincantes pour qu’il ait envie d’en recevoir davantage. Cela n’était pas bien grave, l’art de la « pipe » était aussi difficile à avoir que celui du cunit.

Nathalie avait déposé un chaste baisser sur son sexe, il ne fit pas la corrélation entre se baiser et un début de préliminaire osé. Et ne dit rien. Se dandinant légèrement pour toucher la tête de sa compagne et son visage, pour la faire remonter à lui.

Nathalie Dumond


Nathalie avait bien failli se prendre un coup quand la jambe de John avait brutalement réagi à son baiser chatouilleux, elle rit doucement, posant une main apaisante sur sa cuisse. Dans le feu de son action, elle avait oublié à quel point certaines parties du corps de son compagnon était sensibles.

Juste après avoir posé ses lèvres sur son membre gonflé, elle avait jeté un coup d’oeil à son visage, pour voir s’il avait une réaction particulière, s’il avait enlevé son bandeau. Elle devina une crispation de sa mâchoire et un léger son étouffé par l’étoffe. Elle hésita un instant, reprenant sa douce caresse sur la peau veloutée et délicate. Puis, elle déposa un nouveau baiser, un peu plus appuyé, entrouvrant les lèvres pour les faire légèrement glisser sur lui, toujours attentive à toute ses réactions.

Une petite voix au fond de sa tête lui fit remarquer que faire ce genre de chose, ici, au soleil de midi n’était peut-être pas l’idée du siècle. Que se passerait-il si quelqu'un venait à passer ?

Mais elle s’en fichait. Après tout, pour autant qu’elle le sache, c’était peut-être la dernière fois qu’elle aurait une telle intimité avec lui, la dernière fois qu’elle le voyait. Le risque qu’il ne revienne pas d’une de ses expéditions était toujours possible. Elle chassa cette pensée désagréable et ferma les yeux pour se concentrer sur ses sensations, les légères palpitations qu’elle sentait dans sa paume, la douceur de sa peau délicate, la fragilité de la tête qu’elle enserrait délicatement entre ses lèvres. Elle marqua une nouvelle pause, attentive aux réactions de John.

John Sheppard


Bon finalement Nathalie avait essayé de retenter l’aventure incrusteuse de la célèbre gâterie que tant d’homme glorifie sur un pied d'estale un peu injustifié ! Involontairement, John se tendit. La position était loin d’être connoté dans le mauvais sens, mais son inconscient se disait qu’il était moyennement ravi de cette initiative. Mais bon, sur le coup, il la laissa faire, cela ne pouvait pas être si mal. Elle en avait envie et si cela lui faisait plaisir alors, pourquoi pas. Et puis, il n’y a bien que les cons, qui ne changent pas d’avis !

Finalement, il allait avoir le droit à un moment un peu solitaire de plaisir et peut-être bien que ça lui plairait. Pour le moment-ci cela était sans plus. Puisque naturellement Nathalie jaugeait de ses réactions comme si elle attendait son feu vert. Il ne se voyait pas lui dire : “ok va y montre moins tes talents !” Ni même lui parler tout court, cela lui apparaissait gênant et il se retrouvait aussi timide qu’un petit garçon sur le coup.

Il laissa son bandeau sur les yeux, cela lui permettait de se concentrer sur les véritables sensations et pas son silence et le relâchement de ses muscles, il la laissait continuer. Curieusement, il ne pouvait s’empêcher de se dire si cela allait être concluant. Mais ne voulant pas venir avec elle de cette manière, donc il couperait court à un moment. Après tout, elle pouvait aimer cela, autant que lui appréciait la caresser du bout de ses lèvres. Cela était un acte partagé ! Il laissa un long soupir s’échapper de sa bouche.

Nathalie Dumond


Nathalie se figea en sentant John se crisper, hésitant entre insister un peu, et lui faire découvrir que ce genre de pratique n’était pas forcément désagréable que ce soit pour celui qui la reçoit que pour celle qui l’offre, ou passer à autre chose.

L’incertitude ne dura que quelques fractions de secondes. John se détendit et un soupir lui échappa. Nathalie y vit une invitation à continuer, ce qu’elle fit donc, mais toujours avec beaucoup de douceur et de tendresse. Dès qu’elle sentait que John était mal à l’aise elle s'interrompait brièvement pour reporter l’attention de ses lèvres sur son ventre, sa hanche ou sa cuisse, remplaçant ses lèvres par ses doigts.

Elle ne voulait pas qu’il se sente mal à l’aise. Elle voulait qu’il prenne conscience que cet acte qui pouvait paraître à certains une forme de “domination” d’un partenaire sur l’autre n’en était pas une. Ce n’était pas le genre d’attention qu’elle avait prodigué à tout le monde. En fait ils étaient peu nombreux à y avoir eu droit. Uniquement ceux avec qui elle s’était sentie vraiment bien, vraiment en confiance. Elle aimait pratiquer ce genre de caresse parce que pour elle, c’était la chose la plus intime qu’elle pouvait partager avec l’homme qu’elle aimait.

Doucement, avec délicatesse et tact, elle le prit un peu plus dans sa bouche. Elle aimait la sensation de la douceur de sa peau si douce et délicate entre ses lèvres, la palpitation de son désir sous sa langue. Une nouvelle onde de chaleur se diffusa dans tout son corps. Elle se déplaça légèrement pour pouvoir laisser sa main libre caresser les flancs de son amant, tout en restant attentive. Si elle aimait offrir ce genre de caresse, elle n’aimait pas la mener jusqu’au bout.

Peu à peu, elle se fit plus précise dans ses caresses, expérimentant ce qui pouvait plaire à John dans cette pratique, qui contrairement à ce qu’on pouvait croire, pouvait comportait des variations infinies. Elle sentait précisément ses réactions, modifiant immédiatement ses actions en fonction de la façon dont elle le sentait vibrer ou entre ses lèvres. C’était un cadeau qu’elle voulait lui offrir, quelque chose d’unique entre eux.

John Sheppard


Dès lors qu’il s’était tendu comme une corde violon, elle avait stoppé son mouvement, pour le baiser sur le ventre et autre attention qui était là pour le rassurer. Il se trouvait ridicule franchement, il avait quarante ans ! Et voilà qu’il se comportait comme une vierge effarouchée ! Il s’en agaçait intérieurement. Finalement elle y alla à tatillon, il en venait à vouloir à ce qu’il aille de manière plus franche. Et il dû attendre quelques minutes, que sa compagne remarque qu’il ne soit plus rétif pour donner un peu plus d’ampleur à ce genre de caresse. Finalement elle s’adaptait du mieux qu’elle pouvait, puisque John ne montrait pas grand-chose, mise à part des soupirs. Au fil du moment, les torsions de la langue de la rouquine, finirent pas lui plaire et il y prit enfin un véritable plaisir, sans y être grandiose, cela était surtout dans la tête que ça bloquait. Il faudrait sûrement quelques autres préliminaires dans ce genre, pour que l’homme en soit totalement convaincu.

Se sentant monter doucement mais surement dans une apothéose divine, il émit un petit grognement. «[color=mediumturquoise Faudrait d’arrêter je suis en train de monter [/color]» dit ‘il tendrement et avec une voix basse. Comme si, sa voix pouvait briser le moment, dans cette nature « vierge » d’homme et d’industrie.

Nathalie Dumond


La rouquine sentit son compagnon se détendre et même commencer à apprécier vaguement le traitement qu’elle lui faisait subir si elle en croyait les soupirs qui s’échappaient de ses lèvres. Elle le sentait palpiter entre ses lèvres et sous sa langue. Elle le sentait vibrer et fut rassurée de voir qu’il ne cherchait plus à fuir. Même si elle sentait aussi qu’il n’était pas très à l’aise.

Finalement, dans un grognement il lui indiqua qu’il était proche de l’apothéose. Il était temps de le laisser souffler un peu. Après un dernier baiser, elle reprit son chemin à l’inverse, la cuisse, la hanche, le ventre, remontant vers son cou, s’allongeant sur lui.

Elle ne prit pas la peine de se maintenir sur les coudes comme lui le faisait pour ne pas l’écraser, John pouvait sans problème supporter le poids de son corps sur lui.

Nathalie enfouit son nez dans le cou de son compagnon, l’y frotta un instant, pendant que ses mains caressaient ses épaules. Sa peau était chaude sous ses doigts, et elle savait que le soleil n’était pas le seul responsable de cette chaleur.

Elle finit par venir poser légèrement ses lèvres sur celles de John. Comme pour lui demander l’autorisation, avant de repartir vers son oreille.

« N’enlève pas ton bandeau.» murmura-t-elle au creux de son oreille, avant de revenir lui réclamer un baiser.

John Sheppard


John accueillie sa compagne avec des caresses sur ses callipyges et sur le creux de ses reins. Il chercha ses lèvres pour les embrasser. Il émit un son désapprobateur, quand elle lui indiqua de ne pas retirer son bandeau, cela suffisait d’être sur lui et il voulait se concentrer sur elle. En conséquence, il la prit dans ses bras, pour la coucher sur le dos, naturellement le vêtement glissa de ses yeux et il alla enfouir ses lèvres dans son cou. Laissant une main descendre jusqu’à l’extrémité chaleureuse de sa compagne, sentant l’humidité de son désir qui le faisait monter dans les tours. Parfois, il ne fallait pas grand-chose pour échauder un homme, sentir l’excitation de sa compagne et plus particulièrement la toucher à travers un doigté entre des lèvres gorgées de plaisirs, suffisait.

Il commença à faire quelques effleurements sur le sexe de sa compagne, le sentant suffisamment ouverte et excité pour y glisser ses doigts et la donner une caresse loin d’être chastes, mais tout aussi appréciable pour son intimité. Voulant la faire monter dans son paroxysme, quitte à ce qu’elle y explose avant d’achever le tout par une unions. Il se sentait fortement excité, voir même un peu trop. L’acte d’avant de Nathalie n’y était pas pour rien. Ses lèvres continuèrent à flatter les courbes de son visage ou de ses homologues féminines.

Nathalie Dumond


Visiblement, la patience de John avait ses limites, et il n’était pas décidé à se soumettre aux instructions de sa compagne. Avec une son désapprobateur, il la prit dans ses bras et la fit basculer sur le dos. Cette fois ce fut elle qui exprima son désaccord… mais ses récriminations moururent sur ses lèvres pour se transformer en halètement quand son compagnon commença une caresse affolante.

Il avait repris le contrôle de la situation, elle se retrouvait à nouveau totalement à sa merci. Il ne lui fallut pas longtemps pour sentir le plaisir l’envahir au risque de la submerger. Elle aurait bien voulu pouvoir se contrôler un peu plus, mais John la connaissait trop bien !

« John !.» rala-t-elle « Tu as gâché ce que j’avais prévu.» lui reprocha-t-elle dans un halètement presque douloureux « Je vais venir !.» gémit-elle

John Sheppard


Il l’embrassa sur les lèvres pour la faire taire «[color=mediumturquoise] Chutt tait toi ! Et savoure au lieu de râler [//color]» fit-il amusé en lui mettant son doigt sur ses lèvres, continuant sans aucune pitié, pour la mener là où elle devait aboutir ! Il était assez satisfait, même s’il en revenait pas de l’avoir poussé à atteindre son paroxysme aussi vite. Comme quoi, il avait la bonne technique, pour la faire monter et lui procurer quelques sensations plus intenses. Ce n’était pas de la fierté, mais plus de la satisfaction de la voir grimper « aux rideaux » et qu’elle ne fasse pas partie de la catégorie des femmes qui ne connaissaient malheureusement pas un orgasme. Il avait cru entendre qu'à peine 40% l’expérimentait ! De quoi rendre la frustration féminine intolérable selon lui ! Franchement, ce n’est pas si compliqué pourtant ! Mais bon, il est certain que si les mecs, s’adonnent juste à des coups de kekettes, ce n’est pas ainsi que cela va déclencher les papillons dans le bas ventre ! Du moins, il faut y aller et bien plus que deux pauvres minutes !

John soupira, il prenait du plaisir à lui en faire et se sentait devenir intenable intérieurement. Une sensation chaude était en lui et cela était parfaitement agréable. Un grand sourire tendre se dessina sur ses lèvres quand elle poussa le dernier gémissement qui marquait le début de son orgasme ! Sans suis bien d’autre. Il continua un peu ses mouvements, la laissant aller et retomber doucement. Retirant sa main avec délicatesse pour lui laisser le temps de reprendre ses esprits (mais pas trop longtemps non plus) et la pénétrer avec cette même précaution, surfant sur son nuage de plaisir et enclencher d’autres sensations plus poussées. Il aimait bien quand ce fut elle au-dessus aussi, les mouvements de sa compagne alors que lui ne faisait que pimentée par quelques coups bien placés, mais là, il resta ainsi. Pour l’embrasser alors que ses coups de reins devenaient de plus en plus vigoureux. Il n’avait pas foncièrement envie de changer de position où d’explorer le kamasutra sur le coup, il avait envie d’elle, de s’unir à elle tout bonnement et de procurer autant de plaisir à l’un qu’à l’autre ! John, savait qu’il était déjà bien haut et qu’il ne tiendrait pas longtemps… Il n’avait aucune honte sur cette performance, sa honte serait si Nathalie n’y trouvait pas son compte dans cet ébat !

Nathalie Dumond


John était sans pitié. Il la caressait, l’embrassait, même quand elle lui indiqua être proche de basculer, il ne lui laissa aucun répit, il ne semblait pas décidé à lui laisser le temps de redescendre un peu, histoire de faire durer encore ce moment qu’elle aurait voulu éternel.

Ses mouvements sur elle et en elle se firent plus amples, plus précis. Mais elle n’était pas décidée aujourd’hui à se soumettre. Dans un dernier effort de volonté, et un gémissement d’intense plaisir quand elle souleva le bassin, rendant son intrusion plus profonde et plus intense, elle le retourna sur le dos, sans le déloger, pour le chevaucher.

Elle se redressa au-dessus de lui, ses genoux de part et d’autre des hanches de son compagnon. Elle rejeta la tête en arrière avec un gémissement et posa ses mains sur ses cuisses avant de reprendre quelques mouvements plus doux.

Son plaisir presque à son apogée la faisait se contracter autour de lui, ils ne faisaient qu’un à cet instant, incapable de savoir où finissait le corps de l’un, ou commençait celui de l’autre ; Plus que toute les positions acrobatiques ou les pratiques originale, ce qui faisait décoller Nathalie s’était d’être ainsi désirée et honorée par cet homme qu’elle aimait. Il lui suffisait de poser la main sur elle pour faire naître la boule de désir brûlant dans son ventre.

Ses mouvements se firent moins saccadées, remplaçant les vas et viens par des ondulations du bassins, des mouvements de rotation, doux mais profond. Elle se mordit les lèvres pour retenir ses gémissements de plaisir, même si elle savait qu’elle ne tiendrait plus très longtemps. Déjà sa peau la brûlait, la picotait et son coeur battait à tout rompre dans sa poitrine et elle avait l’impression de ne plus savoir respirer.

Son extase la crispa au-dessus de lui, le corps rejeté en arrière, les mains posées sur les cuisses de son homme avec un léger cri qu’elle ne put retenir. Elle resta quelques instants ainsi, tremblante, à bout de souffle, étroitement serrée autour du sexe de son compagnon en elle, le temps que John continue ses mouvements et ne vienne la rejoindre dans son ascension.

John Sheppard


John fut surpris quand il bascula sur le dos, se retrouvant chevauché par une Nathalie sauvage. Il apprécia l’initiative et accompagna les mouvements de sa belle, avec ses reins pour augmenter la pénétration et les fourmillements au bout de son membre. Il se sentait grimper à l’unissons des cris et des mouvements de balancier. Il émit des gémissement étouffé et venu en même temps qu’elle, mains tremblantes et corps frémissant. Une douce sensation se propageant dans son corps, allant jusqu’à la tête pour le rendre cotonneux et assez peu enclin à faire d’autre mouvement.

Ses mains, qui avaient quitter la terre, pour serrer les cuisses de sa chérie durant l’acte, caressait nonchalamment la peau douce et ivoire. Il était bien sentant le sommeil le gagner. Il soupira, attirant Nathalie, contre lui se dénouant d’elle. Il resta là quelques minutes sentant sa respiration se calmer comme les battements de son cœur qui se calaient avec ceux de la belle naïade. Il se contrefichait bien d’être nu. Dans quelques murmures simples il lui souffla des mots tendres, se tourna avec elle, sur le côté et sans vraiment le vouloir, John eu un voile noir et il s'endormit suite à la sensation agréable et fantasque de son orgasme. Comme quoi la légende que les hommes s'endorment après le sexe est assez vrai.


CODAGE PAR AMIANTE


_________________
    Lieutenant Colonel John Sheppard
    Double comptes : Isia Taylor-Laurence & Alexander Hoffman & Naalem Lays //écriture : MediumTurquoise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 23/05/2015
√ Age : 36
√ Messages : 890
Nathalie Dumond
Dossier Top Secret
√ Age: 35
√ Nationalité: France France
√ Gêne: Oui
MessageSujet: Re: Une surprise normalement pas ratée Mer 26 Juil - 10:21
Après leur apothéose commune, les mains de John se firent plus tendre sur la peau de la jeune femme. Il l'enlaça, l'attirant contre lui, la serrant doucement dans ses bras pendant que leurs cœurs et leurs souffles s'apaisaient lentement. Après cet ébat passionnée, ils éprouvaient l'un et l'autre le besoin de ressentir la tendresse de l'autre. John la tenait contre lui, lui murmurant des mots doux au creux de l'oreille, pendant qu'elle frottait son nez dans son cou et lui grattouillait les cheveux.

Il se tourna sur le coté, l'entrainant avec lui, la tenant toujours contre lui mais elle le sentait déjà presque « parti ». Elle rigola doucement et silencieusement en déposant un baiser sur ses paupières closes. John avait une capacité inouï à trouver le sommeil n'importe où quand il le pouvait. Et elle devait bien reconnaître qu'après leur câlin plutôt sportif et plus que satisfaisant, les endorphines devaient couler à flot dans ses veines. Elle aussi se sentait un peu lasse, elle avait les paupières lourdes, et être nue en pleine forêt ne lui semblait plus un problème, elle portait le plus beau vêtement qui puisse exister, les bras tendre et puissants de son amoureux autour d'elle.

Elle cala sa tête au creux de l'épaule de John, remontant sa jambe sur ses cuisses, s'enroulant autour de lui comme elle le faisait souvent après l'amour. Elle songea qu'elle aurait peut être du attraper quelque chose pour les couvrir, mais elle n'avait pas le courage de bouger. Après tout, il ne faisait pas froid, les rayons du soleil dansaient sur leurs peau, comme une couverture immatérielle. Elle se sentait bien. Il y avait longtemps qu'elle ne s'était pas sentie aussi bien, heureuse d'être là avec l'homme qu'elle aimait et qui l'aimait. Avec un soupir de bien être elle ferma les yeux et se laissa aller, naviguant entre deux eaux, ses pensées en roues libres qui savouraient chaque instant de ce moment qui n'appartenait qu'à eux.

Elle dut s'assoupir quelques instant parce que quand elle rouvrit les yeux, en frissonnant, le soleil n'était plus au zénith. Il avait continué sa course, laissant les deux amoureux dans l'ombre des grands arbres. John dormait toujours comme un bien heureux. Le visage serein, souffle profond s'échappant de ses lèvres.

Avec précautions, elle se dégagea de lui et commença à ranger les reliefs de leur pique-nique. Avant de revenir vers lui. Elle s'allongea un instant à coté de lui, le regardant encore un peu dormir avant de poser un léger baiser sur ses lèvres.

« Debout, marmotte » souffla-t-elle en riant à son oreille

Elle attendit qu'il soit sur le chemin du réveil, parcourant son visages de ses lèvres avant de le laisser émerger tranquillement pour aller faire un brin de toilette.

Avoir l'odeur de John sur elle après l'amour quand ils étaient dans leurs quartiers ne la dérangeait pas, elle n'était pas du genre à sauter sous la douche de suite après pour se débarrasser de l'odeur de leurs ébats, elle préférait se blottir contre lui et s'endormir. Mais là, ils n'étaient pas ans leurs quartiers, et ce soir ils étaient attendu pour un fête. Elle avait envie de se sentir fraiche.

L'eau de la rivière était un peu froide par contraste avec l'air ambiant, mais une fois qu'on y était entré, elle était agréable. Nathalie se frotta un peu les bras et les jambes avant de faire quelques brasses.

_________________

Nathalie Dumond

Double compte : E. Fischer, C. Deltour
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 04/09/2015
√ Age : 24
√ Messages : 2080
John Sheppard
Dossier Top Secret
√ Age: 40 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Oui
MessageSujet: Re: Une surprise normalement pas ratée Mer 26 Juil - 19:17
Nathalie dumond
&
John Sheppard
UNE SURPRISE NORMALEMENT PAS RATÉE

CHRONOLOGIE : Samedi 22 avril



Il s'était endormi comme une souche, rattrapant par la même occasion des heures en retards. Faut dire que le colonel, avait eues quelques retards on négligeable en partant en mission. Et puis, il ne va pas dire qu'il s'était couché à une heure raisonnable avec Alexander. Alors, le soleil suivis sa course dans l'horizon et bientôt sa peau frissonna par la fraîcheur de la fin d'après-midi. Il mit un peu de temps à immerger, sous le souffle un peu désagréable de sa compagne dans son oreille. Cela le chatouilla et il sursauta, ouvrant les yeux.

Il toisa Nathalie et lui tapa sur les fesses quand elle se leva, pour se faire des ablutions.
« Vilaine ! »

Il ne lui en porta pas ombrage et se releva sur les coudes pour mâter ses mouvements. Il aimait bien la toiser. Finalement, elle rejoignit l'eau et il ne put rien voir d'autre que sa tignasse rousse. Il sentait le chaud et en regardant son corps, il avait attrapé quelques beaux coups de soleil, sur les jambes et les bras. Cela allait piquer ce soir.

D'un mouvement encore un peu endormie, il se mit sur ses pieds et alla rejoindre sa compagne dans l'eau. Il eut l'idée un peu conne de sauter direct pour l'arroser. Juste pour l'embêter et faire une connerie. Et quelle idée ! L'eau était froide ! Il remonta en secouant un peu les dents, avant de s'habituer rapidement. Il était parfois gamin comme tout ! Et à cet instant, il était heureux pour cette pause salvatrice dans leur quotidien assez stressant.

Il se fit une toilette comme il put, pour ne pas arriver chez Teyla en puant les ébats amoureux. Il sortit de l'eau rapidement, il avait un peu mal au ventre. Espérant qu'il n'ait pas chopé une insolation, mais vu sa vigueur, cela allait passer rapidement. « Je sors ! »

Il prit une serviette pour s'essayer et en donna une à Nathalie dès qu'elle serait sortie. Il en avait prévu dans le package de balade, supposant qu'ils allaient se baigner par cette belle journée. Il remit ses vêtements, souriant simplement dans le vent. Commençant à ranger les affaires et leur repas qui dataient un peu. Les chevaux étaient restés non loin, broutant le vert pâturage.

« Bon princesse coquelicot, quand tu seras habillées, tu viendras chevaucher ta licorne pour qu'on se rendre chez nos amis » L'homme ricana tout seul, simplement joyeux d'être là ! Il leva la tête vers le ciel qui s'assombrissait.
« Je n'ai pas vu le temps passé. ». Il monta sur son hongre, s’étirant le dos.



CODAGE PAR AMIANTE


_________________
    Lieutenant Colonel John Sheppard
    Double comptes : Isia Taylor-Laurence & Alexander Hoffman & Naalem Lays //écriture : MediumTurquoise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 23/05/2015
√ Age : 36
√ Messages : 890
Nathalie Dumond
Dossier Top Secret
√ Age: 35
√ Nationalité: France France
√ Gêne: Oui
MessageSujet: Re: Une surprise normalement pas ratée Sam 29 Juil - 18:03
Nathalie rit. Décidément, John trouvait toujours une excuse pour lui donner une fessée.

- « Tatata ! » dit-elle « Je sais que tu adores quand je suis vilaine ! » lui répondit-elle en lui lançant un regard espiégle par dessus son épaule « ça te donne une bonne occasion pour me taper sur les fesses ! »

Elle soupira de plaisir en entrant dans l'eau. Sa peau pâle avait commencé à prendre un couleur rosée à cause de leur sieste au soleil. Elle espérait que la fraicheur de l'eau serait à même de couper le feu et de lui éviter que ça ne devienne douloureux.

Lorsque John se leva, elle put constater que lui aussi, malgré sa peau naturellement plus hâlée que celle de sa compagne avait prit quelques couleurs elle aussi, notamment les bras et les cuisses. Elle le regarda s'étirer, faire quelques pas. Elle ne se lassait pas d'admirer son corps souple et délié. Elle comprit un instant trop tard ce qu'il voulait faire quand elle le vit prendre son élan et hurla en riant quand il fit une magnifique bombe à coté d'elle pour l'éclabousser. Il émergea à coté d'elle en claquant un peu des dents. Elle se rapprocha pour nouer ses bras autour de son cou et l'embrasser tendrement sur la joue.

« Tu es un grand malade mon chéri ! Tu le sais au moins ? Te jeter à l'eau comme ça, après avoir cramé pendant quelques heures au soleil, j'aurais fais quoi moi si tu avais fait une hydrocution ! J'en connais qui aurait été capable de m'accuser d'avoir voulu me débarrasser de toi ! »
lui dit-elle en riant.

Après quelques éclaboussures, quelques jeu, ils firent une toilette sommaire avant que John ne sorte de la rivière. Elle profita encore quelques instants de la fraicheur de l'eau pour faire quelques mouvement de brasse avant de le rejoindre. Elle était en train de s'essuyer et de s'habiller quand il lui rappela qu'ils étaient attendus pour la soirée.

« Bientôt tu vas dire que c'est de ma faute si nous sommes en retard... »
répliqua la Princesse Coquelicot en lui tirant la langue. Regardant ses bras elle réalisa qu'elle méritait totalement son surnom. Elle avait commencé à virer au rouge vif. « En tout cas, heureusement que la séance de câlin a eut lieu avant la sieste, parce que là... je crois que ça aurait été un peu douloureux avec les coups de soleil. » constata-t-elle.

Elle récupéra sa monture qui paissait un peu plus loin et monta avant de rejoindre John qui s'étirait le dos en disant qu'il n'avait pas vu le temps passer. Elle se pencha sur l'encolure de sa monture pour lui faire un nouveau doux baiser sur la joue en faisant glisser sa main sur sa colonne vertébrale.

« Avoue que tu as trouvé cette activité dans le seul but d'avoir une excuse pour demander à Coralie de te masser le dos ! »
le taquina-t-elle. « Mais peu importe les raisons, j'adore ta surprise. » déclara-t-elle en glissant sa main dans la sienne.

Le soleil commençait à disparaître derrière la cime des arbres, il faisait plus frais quand ils reprirent le chemin du village, main dans la main, au pas tranquille des chevaux.

« Tu crois qu'il y aura de la soupe de tortue ? »
demanda-t-elle soudain.

C'était une préparation assez étrange que peux d'Atlantes appréciaient vraiment, John le premier, mais elle, elle trouvait ça plutôt bon.

_________________

Nathalie Dumond

Double compte : E. Fischer, C. Deltour
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 04/09/2015
√ Age : 24
√ Messages : 2080
John Sheppard
Dossier Top Secret
√ Age: 40 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Oui
MessageSujet: Re: Une surprise normalement pas ratée Mar 1 Aoû - 18:06
Nathalie dumond
&
John Sheppard
UNE SURPRISE NORMALEMENT PAS RATÉE

CHRONOLOGIE : Samedi 22 avril



John ricana un peu bêtement. C'est son nouveau hobby depuis plusieurs mois, de lui coller des fessées, même si avant, il s'y adonnait de temps à autre.

« Tu adores être punie surtout » dit-il du même air empli de malice. Bien entendu son regard suivit les mouvements de Nathalie sans aucune gêne. Il aimait bien la toiser complètement nue, elle était belle à ses yeux. Remarquant qu'elle avait des rougeurs dues à la morsure du soleil. Elle allait avoir un peu mal ce soir.

Même lui, avait des couleurs cramoisies, mais il se connaissait et cela virait au brun le lendemain sans lui faire plus mal que nécessaire. Et qu'importe, il s'en fichait comme de l'eau quarante. Il prit son élan pour faire une belle bombe et plonger arrosant sa compagne. Sans surprise, il eut quelque jeu d'eau. Un véritable enfant et s'étonnait qu'elle accepte encore. Après bon, ils restent un jeune couple et ce n'est pas avec à peine un an et demi de relation qu'on se lasse des gamineries de l'autre. Au début avec son ex-femme, elle adorait ça… le temps a fait disparaître cette complicité comme l'amour et le respect. Le temps et sa vie de militaire. Pendant, longtemps, il s'était demandé s'il n'avait pas embrassé cette carrière si elle avait demandé le divorce en allant dans le caleçon de son propre frère… il n’aurait pas de regret de vivre une vie qui lui allait bien mieux, que derrière un bureau. Il était fait pour le risque. Mais, la vie de couple dans ce genre de condition n'était pas le plus propice il le savait, mais se refusait d'y penser. Il vivait le jour présent avec Nathalie. Sachant que peut-être, il ne reviendrait pas de mission un jour. Il ne s'était pas assagi avec l'âge, peut-être même plus entreprenant face à la mort pour la provoquer.

« Non je ne suis pas malade. Juste que mes neurones ne sont pas connectés dans le bon sens » fit'il en lui envoyant une vague d'eau froide. « Bah oui, tout le monde sait que tu souhaites te débarrasser de moi ! Tu veux prendre ma place ! C'est un complot avec ton amante Karola ! » Il disait n'importe quoi, mais il s'en fichait il riait aux éclats fiers de sa connerie.

Il sortit de l'eau après avoir fini son petit manège. L'eau lui était désagréable par sa fraîcheur et surtout cela piquait sur ces morsures solaires. Tout aussi rapide, il ne tarda pas à mettre ses vêtements, pour enfoncer le clou et presser Nathalie. Ils avaient le temps, mais bon c'est histoire de faire chier son monde.

« C'est toujours de la faute des femmes ! » Fit-il avec une mauvaise foi qu'il avait piquée à Alexander. Avec qu'il déconnait régulièrement et la veille avait été quand même l'apothéose du grand n'importe quoi. D'ailiers, il se racla la gorge sentant quelques désagréments dedans. Il avait dû quand même attraper froid et plonger une seconde fois dans de l'eau froide n'était pas une bonne idée. Il toisa de pied en cape sa compagne avec un rictus amusé « J'avoue…Tu vas avoir des remarques ma belle… mademoiselle Dumond qui fait du nudisme ! ».

Une fois de ses étirements finis, il monta sur Huan, qui semblait ravi de recommencer à se balader. Il piaffa d'impatience et John lui ordonna de se mouvoir, dès que Nathalie et sa jument furent à leur hauteur. Le soleil commençait à décliner, finalement, ils seraient à l'heure avec peu d'avance. Il tourna la tête un peu surprit vers sa compagne. Il ne s'attendait pas à cette référence-là. « Maintenant, que tu le dis, j'irais bien piquer le bon, d'Hoffman, pour qu'elle le fasse sur moi tiens ! Quitte à prendre un accent pompeux et anglais ». Puisque monsieur pince sans rire, n'avait pas consommé. Pourtant, ce n'est pas pour la raison qu'Erin était jalouse, bien au contraire. Il ne savait pas et Alexander esquivait toujours la discussion d'une main de maître. Il sourit tendrement à Nathalie « Tant mieux alors ! ».

La balade avançait bien et John se sentait un peu lasse et avait hâte de retirer son popotin de la selle dure en cuir. « Je le crains… » Dit-il en soupirant, il n'aimait pas cette soupe, puisque Teyla s'échinait à essayer d'en faire une…et ce n’était jamais fameux !!

Au bout d'une trentaine de minutes, ils arrivèrent vers le campement Athosiens, John guida la marche jusqu'au cousin de son amie. Pour y déposer les chevaux et les aider à les desseller et brosser. Ils purent profiter de la ferme, pour se laver un peu, suite à cette balade et surtout se changer. John, avait pris un jean bleu sombre et un polo élégant jaune moutarde col en « V » avec un logo bien connu sur le sein gauche. La matière était luxueuse et le vêtement le taillait très bien laissant voir sa carrure sans faire le kéké de service. C'est la première fois qu'il le mettait et il devait avouer que la couleur l'avait laissé pantois quelques instants et finalement en se toisant dans le miroir cela lui allait que trop bien. Il avait des chaussures hybrides entre les baskets et les chaussures. Noires bien entendu et une ceinture marron. Mise à part les chaussures et la ceinture que connaissait Nathalie, le reste était entièrement nouveau. Il n'avait pas l'habitude d'être dans des vêtements aussi chers et il comprenait pourquoi, ils étaient aussi prisés par les « bobos ». Il était foncièrement bien dedans et tout était coupé parfaitement. Il ne savait pas combien, il avait sur lui et ne voulait pas le savoir, puisque l'ensemble avait été un cadeau en avance de son ami Baron pour ses 41 ans en Juin. Puisque John avait découvert le paquet par inadvertance en ouvrant le mauvais placard. John avait fait l'erreur (ou non) de dire qu'il avait toujours les mêmes fringues dans son placard et mise à part cinq pauvres chemises, il n'avait rien de bien élégant pour sortir autrement que tirer à quatre épingles. Que cela ne tienne, il avait reçu un paquet souple le jour de son changement d'année contenant cet ensemble.

Il se regarda quelque instant dans le miroir fait main de la petite salle de bain du cousin de Teyla… puis décida de sortir se trouvant foncièrement séduisant pour rejoindre sa compagne. Il ne vit pas d'ailleurs.

Teyla était là, venant chercher les amoureux pour leur montrer sa nouvelle demeure où elle avait établi son foyer avec son mari. Elle était ravissante avec sa peau halée et ses longs cheveux entre le brun et le roux. Elle portait une robe bleue claire avec des franges blanches qui dépassaient de ses bras en les enroulant au début. Une robe aérienne qui aurait pu être sur une fée. Il lui sourit.

« C'est nouveau ça et ça te va bien John ! Pour une fois que ce n'est pas terne comme vêtement ! Nathalie a bien fait d'agrandir sa garde-robe » Elle avait un joli sourire se les lèvres traduisant sa bonne humeur.
« Tu es ravissante aussi. Et non ce n'est pas Nathalie qui m'a offert cela, mais bon copain gay ! »
Teyla le toisa étrangement, elle ne comprit pas la référence, mais qui pouvait franchement ? Elle ne savait pas qu'il aimait bien faire croire cela avec le RDA. « Ton copain Gay ? … j'ai dû louper quelque chose… un épisode comme vous dites »



CODAGE PAR AMIANTE


_________________
    Lieutenant Colonel John Sheppard
    Double comptes : Isia Taylor-Laurence & Alexander Hoffman & Naalem Lays //écriture : MediumTurquoise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 23/05/2015
√ Age : 36
√ Messages : 890
Nathalie Dumond
Dossier Top Secret
√ Age: 35
√ Nationalité: France France
√ Gêne: Oui
MessageSujet: Re: Une surprise normalement pas ratée Mar 8 Aoû - 14:40
Nathalie ricana.

« Pour avoir des remarques sur mon nudisme, encore faudrait-il que quelqu'un d'autre que toi ait l'occasion de me voir nue. »

Même au pas tranquille de leur chevaux il ne leur fallut pas très longtemps pour rejoindre la ferme de Tayan. Finalement, ils avaient passé plus de temps en pique-nique, câlin, sieste et baignade que sur le dos de leurs montures. Mais c'était aussi bien ainsi. Nathalie n'avait pas monté depuis plusieurs décennies et elle redécouvrait des muscles à des endroit où elle ignorait en avoir. Entre le coup de soleil, les courbatures et la fête de ce soir, la journée du lendemain allait probablement être un peu éprouvante.

Quoi qu'il en soit elle était heureuse de cet interlude. Ces quelques heures passé loin de la cité, cette soirée prévue avec des amis, sans avoir à se cacher avait un petit air de normalité des plus agréables.

Arrivé à la ferme, ils s'occupèrent des chevaux avant d'aller faire un brin de toilette et de se changer. Évidement, John fut prêt avant elle, lorsqu'elle sorti le rejoindre dans la cours de la ferme, elle faillit ne pas le reconnaître. Elle ne lui avait jamais vu les vêtements qu'il portait, mais elle n'eut pas besoin d'en examiner la marque pour savoir d'où ils venaient. Rien que le style d'une élégance raffinée mais sans être ostentatoire portait la griffe de la personne qui avait élaboré cette tenu pour John. Et elle devait reconnaître qu'Alexander avait vraiment bon goût !

John discutait avec une Teyla particulièrement ravissante avec sa robe bleu clair qui mettait en valeur son teint hâlé et l'auburn de ses cheveux. Elle regretta presque d'avoir choisi une tenu aussi sobre avec son pantalon noir et fluide et son cache-coeur en fin lainage écarlate, elle n'avait pas compris que la fête serait aussi élégante. Mais au moins, sa tenue était rehaussé par la parure de bijoux que John lui avait offerts quelques mois plus tôt. Elle s'approcha d'eux et posa la main sur l'épaule de Teyla.

« Je confirme, je ne suis pour rien dans l'évolution de la garde robe de John, et il est clair que le goût de notre cher Baron est bien plus sûr que le miens. » dit-elle en rigolant « Quand à toi Teyla, tu es absolument magnifique. Cette robe te vas à ravir ! »

Elle glissa sa main sous le bras de John, mais contrairement à son habitude ne chercha pas à lui donner le petit coup d'épaule traditionnel quand elle faisait ça. Elle avait bien compris en se changeant que pendant quelques jours elle allait devoir éviter les contacts un peu trop ferme. Alors qu'ils suivaient Teyla pour rejoindre le reste de sa famille et se joindre à la fête, elle se pencha légèrement vers l'oreille de John.

« Tu es très élégant. Quand nous rentrerons, fait mois penser à remercier Alex, même si pour le coup, j'ai un peu l'impression de ne pas avoir vraiment suivit le "dress code" de la soirée. » murmura-t-elle en gloussant

_________________

Nathalie Dumond

Double compte : E. Fischer, C. Deltour
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 04/09/2015
√ Age : 24
√ Messages : 2080
John Sheppard
Dossier Top Secret
√ Age: 40 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Oui
MessageSujet: Re: Une surprise normalement pas ratée Mer 9 Aoû - 17:32
Nathalie dumond
&
John Sheppard
UNE SURPRISE NORMALEMENT PAS RATÉE

CHRONOLOGIE : Samedi 22 avril



Le regard de John alla sur sa compagne. Elle ne portait pas de robe, mais qu'importe elle était toujours aussi belle et son haut mettait bien en valeur sa chevelure de feu. De toute façon, les carnations aussi cramoisies était une valeur sûre chez elle. Pour une fois, ils étaient tous les deux colorés. Cela n'était pas dans son habitude, lui qui portait habituellement son uniforme ou des vêtements classiques et de couleurs sombres ou peu attirantes. Cela le changeait et il devait avouer qu'il était plutôt content de ce changement. Même s'il n'aurait jamais osé porter ce genre de fringue. Et même en sachant que cela lui aille, il aurait du mal à passer le pas. Limite, s'il ne devait pas faire les magasins avec son grand copain. Mais bon, il avait bien fait de découvrir en avance le paquet. La curiosité était plutôt bien placée dans ce contexte.

Le regard que lui adressa Nathalie, le gonfla d'orgueil sur le fait qu'il avait bien fait de prendre cette tenue. On aurait dit une jeune fille flattée d'être autant courtisée.

Teyla quant à elle, fit un grand sourire, voyant de qui parlait Nathalie. Elle donna un coup de coude à John.

« Tsss, tu te fais rhabiller comme un enfant ! Mais ton papa a de bon goût oui » John ricana, en lui rendant amicalement son geste. Elle tourna la tête vers Nathalie « Merci. Tu auras moins froid que moi, tu as été plus maline dans ta tenue. Tu es jolie aussi, comme d’habitude »

John écarta son bras sentant quelques piqures inconfortables lui parcourir le bras quand Nathalie se glissa doucement sous celui-ci. Les coups de soleils avaient été un peu violent, mais cela allait passer vite, il le savait très bien. Par contre, ceux de Nathalie allait la faire chanter sous la douche. Il prit note, d'essayer de faire gaffe à ses gestes pour ne pas la bousculée et lui faire mal. Bon, il y a de forte chance qu'il oublie un instant et que le petit cri aigu de douleur de sa compagne lui rappel à l'ordre.

Sur ce genre de bonnes paroles, Teyla prit l'avant, pour les guider jusqu'à sa maison où un feu chaleureux brûlait et avec plusieurs personnes discutant autour de grade table en bois. Cela sentait bon la nourriture, un cochon avait été passé à la broche et une douce odeur sucrée flottait dans l'air. Il y avait une dizaine de personnes.

L’homme sourit quand les paroles de sa compagne lui effleuraient l’oreille. « Tu n’as pas besoin de le remercier, c’est mon cadeau d’anniversaire. Mais en ouvrant le mauvais placard hier, je l’ai découvert donc il a été contraint de me le donner. Tu sais comme je peux être puéril avec les cadeaux. » Il lui sourit tendrement « Oh mais non, tu s très bien, regarde les autres ils sont habillés bien mais sans trop de chichis. Tu es parfaite » il se retenu de lui donner un coup de rein, donc à la place, ce fut une petite tape aux fesses en dégagement doucement son bras.

Teyla se retourna quelques instants après la « fessée » l’œil brillant.
« J’ai réussi ma soupe à la torture ! »
« Génial ! » fit John a moitié enchanté
« Tu te moques ? » Elle se rapprocha de l’homme se penchant un eu en avant.
« Non du tout… » Il y avait mis toute l’innocence du monde dedans.
« Menteur ! Tu n’aimes pas ça… »
« Oui, car tu la rate tout le temps… »

« Rho mais quel goujat » Elle le tapa sur le torse « C’est bien la peine d’être tout beau, si c’est pour être aussi malpolie ! » Elle n’était pas vexée au contraire elle ricana avec le militaire. Naturellement Teyla commença à prendre à partir Nathalie pour se lier contre John. Le jeune homme, ria de plus belle, allant vers un groupe d’homme, le compagnon à Teyla pour le saluer.
« Bon comme vous êtes à deux contre moi je vais me chercher des alliés »


CODAGE PAR AMIANTE


_________________
    Lieutenant Colonel John Sheppard
    Double comptes : Isia Taylor-Laurence & Alexander Hoffman & Naalem Lays //écriture : MediumTurquoise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 23/05/2015
√ Age : 36
√ Messages : 890
Nathalie Dumond
Dossier Top Secret
√ Age: 35
√ Nationalité: France France
√ Gêne: Oui
MessageSujet: Re: Une surprise normalement pas ratée Jeu 17 Aoû - 10:39
La jeune femme se sentit rosir de plaisir lorsque John posa les yeux sur elle. Elle le connaissait suffisamment pour deviner l'éclat admiratif dans ses prunelles grises. Elle savait qu'il aimait quand elle portait du rouge, même si elle devait avouer que la tenue était plus seyante quand sa peau n'était pas couleur crevette. Elle le vit se rengorger quand elle le complimenta sur sa tenue.

Teyla sourit en taquinant John, avant de complimenter à son tour Nathalie sur sa tenue, lui faisant remarquer que la soirée semblait vouloir se faire un peu fraiche et qu'elle au moins n'aurait pas froid. Nathalie se sentit rougir. Elle avait appris à apprécier les compliments de John, mais elle avait toujours du mal à les accepter de quelqu'un d'autre, et surtout de la part d'une femme aussi jolie que l'Athosienne.

« Merci Teyla. » répondit-elle simplement en attrapant le bras de John.

Lorsque John se déroba légèrement, elle se rappela que lui aussi avait quelques beaux coups de soleil. Elle allégea sa prise sur son bras alors qu'ils suivait la belle Athosienne vers le lieu des festivités. Une odeur de viande grillé flottait dans l'air et le brouhaha des rires et des conversation leur appris que les convives étaient déjà arrivés.

Tout en marchant il lui expliqua que sa tenu était un cadeau d'anniversaire de la part d'Alex, et qu'il l'avait trouvé « par hasard » la veille. La jeune femme ne put retenir un rire, en notant dans un coin de son esprit de trouver une cache hors des pattes de John pour celui qu'elle avait prévu de lui faire.

« En ouvrant le mauvais placard hein... » dit-elle en lui lançant un regard moqueur « C'est marrant, je faisais ça aussi quand j'étais petite et que je voulais voir mes cadeaux de Noël avant l'heure. » le taquina-t-elle en lui lançant un petit coup d'épaules qui lui arracha un sifflement de douleur. Elle avait oublié son coup de soleil à l'épaule.

Le tendre sourire que John lui adressa en la rassurant sur sa tenu la fit fondre. Même encore, après un an, ce genre de sourire de la part de son compagnon lui faisait toujours le même effet qu'au tout début de leur relation. Elle laissa échapper un « hé ! » réprobateur quand il ponctua sa déclaration d'une petite tape sur l'arrière train de sa compagne.

Heureusement, Teyla marchait quelques pas devant eux et n'avait pas surpris ce geste, même si Nathalie savait que ça l'aurait probablement plus amusée qu'autre chose. Elle se retourna quelques secondes plus tard, fière d'annoncer qu'elle avait réussit sa soupe de tortue. Le « Génial » de John était tout sauf enthousiaste. Nathalie pouffa, écoutant d'un air amusée le reste de leur conversation.

Arrivés dans la salle des festivité, John laissa les filles entre elle, faisant remarquer avec une mauvaise fois évidente que puisqu'elle se liguaient contre lui, il allait chercher des alliés. Nathalie eut un petit sourire forcé. Même si elle connaissait vaguement les Athosiennes, elle n'avait jamais été proche d'elles, à part de Teyla et elle n'avait jamais eut l'occasion de participer à ce genre de fête. Elle ne savait pas trop comment elle devait se comporter.

La jeune Athosienne lui pris le bras et la dirigea vers la table des femmes pour faire les présentations. Nathalie avait un peu l'impression de faire tache au milieu de ses femmes toutes vêtues comme Teyla de leurs plus belles robes, elle se sentait un peu gauche et intimidée. Elle chercha des yeux son compagnon qui rigolait et s'amusait de son coté avec les hommes.

Teyla s'approcha d'elle.

« Je suis contente de voir que les choses s'arrangent avec John. »

Nathalie lui sourit

« Oui, nous faisons des efforts tous les deux, et nous avons mêmes quelques projets pour retrouver un semblant de vie sociale. »
dit-elle en riant.

Il est vrai que les choses n'avaient pas été simple, Nathalie avait eu peur de le perdre définitivement à une certaine période. Elle était heureuse de voir que même s'ils s'aimaient parfois mal, comme ils le disaient tout les deux, l'amour qui les unissait était suffisamment fort pour leur permettre de surmonter les épreuves qui se dressaient sur leur route. Il avait même réussit à lui redonner assez de confiance en elle pour qu'elle ne s'inquiète plus de ses relations charmeuses avec les autres femmes.

Elle sourit en le voyant s'amuser avant de reporter son attention sur le groupe de femme et s'intégrer dans leur conversation. Même si, n'était pas vraiment concernée par le sujet tournant principalement autour des enfants.

_________________

Nathalie Dumond

Double compte : E. Fischer, C. Deltour
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Une surprise normalement pas ratée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Surprise en flagrant délit... [Natasha & Luna]
» Retour-surprise: Baby Doc a-t-il été manipulé?
» Il l'a surprise nue...
» Baptême surprise de Petite Plume.
» Surprise !!! (D'un homme commençant par Cu et finissant par Dy ?!?)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Atlantis Insurrection :: Cité d'Atlantis :: Continent de Lantia :: Campement Athosien-