Atlantis Insurrection
"Personne ne demande à devenir un Héros, sauf que parfois ça finit comme ça..."

Et si ce Héros, c'était toi ? Tu es l'un des meilleurs dans ton domaine (Biologiste, Chirurgien, Infirmier, Diplomate, Démineur, Maître chien...) et on te propose de participer à l'expédition la plus fabuleuse mais aussi la plus dangereuse : l'expédition Atlantis.
Auras tu le cran de rejoindre Atlantis pour découvrir ses mystères et affronter les dangers de cette galaxie ?

Tu peux aussi incarner les personnages importants de la série (Weir, Sheppard, McKay, Lorne, Teyla....) Bon niveau RP demandé.
On recherche de nombreux personnages inventés.
http://www.atlantisinsurrection.com/t387-personnages-vacants


Si tu te sens capable de franchir ce pas, tu es des nôtres ! Clique sur l'image ;-)


RPG sur Stargate Atlantis
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez| .

MJ 23 Part. 3a : Bataille pour la Magna Caverneum

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatarInfos√ Arrivée le : 24/01/2017
√ Age : 65
√ Messages : 277
√ Localisation : Sur le Dédale

Steven Caldwell
Dossier Top Secret
√ Age: 64
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Non
MessageSujet: MJ 23 Part. 3a : Bataille pour la Magna Caverneum Sam 27 Mai - 22:16
Comme il avait été convenu avec la batailleuse Vida, chaque groupe de combat avait un guide pour l’emmener jusqu’au théâtre d’opération. La jeune femme avait veillé à ce qu’un petit groupe de combattant escorte les Atlantes en sécurité jusqu’au lieu concerné. Pour Adam et son groupe, les choses seraient sensiblement plus différentes. Ils emportaient avec eux des parachutes avec un brelage de soutien pour faire le grand saut depuis l’un des points les plus élevés de la Magna. Ce qui signifiait qu’ils ne pouvaient pas emmener un équipement très conséquent...que ceux qui avaient déjà un sac sur le dos devait le passer en position ventrale.

On leur montra rapidement le chemin.
En passant par un couloir assez étroit, ils atteignirent une imposante avenue bordée de maisons, et d’immeubles, sur chaque côté, directement taillée dans la roche. C’était une architecture très impressionnante et étrange. Quelque part, la façon dont avait été travaillé la pierre demandait une patience et une volonté infinie. On pouvait faire une comparaison assez simple : retirer trente centimètre de sable sur toute la surface d’une plage juste pour faire les contours de centaines de petits châteaux de sable.
Les Natus avaient visiblement eu beaucoup de temps pour cela.

De part et d’autres, des groupes en colonnes dirigés vers le couloir de la Porte attendaient sagement. Ils étaient alignés avec une rigueur quasi-militaire, un meneur pour chaque groupe rappelant des instructions précise, alors que chacun d’eux attendaient l’autorisation de se rendre vers la Porte. Chacun portaient des sac à dos ressemblant plus à des sacs de jutes en bretelles. On trouvait le couchage enroulé autour d’une gamelle en ferraille, trois flasques d’eau conçue dans la peau d’un animal inconnu, et surement quelques vivres non périssable. Chaque groupe avait son soigneur de fortune avec quelques civières. Puis les plus conservés des vieillards poussaient à l’arrière de la colonne une lourde charrette qui contenait sûrement de quoi faire un campement. Et permettre à ce contingent de survivre quelques temps hors de la Magna. C’était un schéma qui se répétait sur chaque carrés de civils qui s’étalaient tout au long de cette route.
Ces gens s’étaient préparés depuis longtemps à devoir quitter leur foyer. Mais c’était néanmoins avec beaucoup de peine : il y avait des pleurs et des gémissements qui s’élevaient régulièrement parmi eux.

Le chemin partit en pente raide. Le groupe commençait son ascension jusqu’au niveau le plus élevé en passant sur le flanc de la caverne. A présent, il y avait tant de gens que la route était noire de monde. Mais comme si les Atlantes étaient investi d’un aura divin, tous se pressèrent sur les côtés pour leur laisser le champ libre. Les civils Natus fixaient en silence les Atlantes, comme s’il s’agissait d’une curiosité ou d’une légende qui prenait vie. Une grand-mère profita de la proximité d’Adam pour lui toucher l’épaule, juste pour voir s’il était réel, tandis qu’un enfant d’à peine sept ans faisait un coucou joyeux à Alek.
Il n’avait même pas conscience de ce qu’il se passait vraiment.

Cette progression jusqu’à un monte-charge leur demanda au moins une demi-heure. Ils atteignirent alors une plate-forme chargée d’obus que des militaires Natus déchargeaient en cadence. Ils avaient fait une file et se les passaient de mains en mains. C’était étonnant de voir que l’aspect général de l’ogive ressemblait à celles sur Terre. Mais en l’occurence, la tête explosive était entièrement faite de pierre à feu. La couleur qui dansait sur ces centaines de munitions entassait autour d’eux produisait un festival de lucioles colorées.

Très vite, la plate-forme fût dégagée et le groupe s’y plaça.
Elle monta doucement jusqu’au dernier niveau et une très violente odeur de brûlé vint les assaillir. Ils émergèrent sur ce qui avait été une position d’artillerie Natus. Les canons étaient éventrés pour certains, en miettes ou fondus pour les autres. A droit et à gauche se trouvaient les corps encore chaud des canonniers qui avaient péri sur les quelques tirs trés ajusté du croiseur.
Ils étaient sur une immense corniche qui dominait l’ensemble du champ de bataille par le flanc gauche.

« Allez, planquez-moi tout ça mes frères ! »

Oui, ils étaient bien planqués derrière d’imposants remblais. Des canonniers survivants avaient reculés les derniers canons et faisaient de très grandes piles de roche et de pierre dans l’espoir de se dissimuler à l’ennemi. On comprenait également qu’ils avaient fait descendre l’ensemble de leur munitions pour éviter qu’un tir supplémentaire ne fasse détonner tout ça. Pour des hommes qui venaient de subir un bombardement important, pas un ne semblait faillir. Plusieurs blessés étaient d’ailleurs adossés contre des bâtiments, des bandages sommaires leur donnant l’air de gueules cassées, alors qu’ils attendaient simplement d’être évacués sans se plaindre.

Cette partie-là, il fallut la faire en rampant, tant l’ennemi semblait surveiller la position. En progressant un peu plus sur les flancs, la place de la corniche se réduisit sur des bâtiments de plus en plus petits. C’est là qu’ils atteignirent une sorte de hangar troglodyte où avait été dissimulé une demi-douzaine de machines volantes à l’aspect très primitives. Les Natus qui se trouvaient là portaient des combinaisons d’un cuir sombre et se préparaient à une sortie.
Le guide héla ensuite Adam pour qu’il l’accompagne jusqu’à un endroit un peu plus exposé. Il ouvrit un panneau de fer qui donnait sur l’extérieur, tentant de ne pas faire de mouvement trop brusque pour ne pas alerter l’ennemi, puis il pointa le sol un peu plus bas.

Le niveau intermédiaire de la cave Natus. Là se trouvait une nouvelle corniche encore plus spacieuse avec un immense lac en son centre. Sa source devait probablement venir de l’intérieur puisqu’il n’y avait aucune cascade en vue. D’ici, on ne pouvait constater qu’avec effroi l’avancée irréductible de l’ennemi sur les lignes Natus. Avec ce lac, les alliés avaient tenté de tenir le côté gauche et droit en ayant disposé des sacs de pierre et des pieux en bois en guise de défense. Malgré la hauteur, qui rendait les protagonistes aussi petits que des fourmis, ont relevait ces détails...l’imagination faisait le reste.
Le guide montra alors un énorme carré de végétation et de verdure qui s’enfonçait ensuite dans la paroi rocheuse. C’est là qu’il fallait atterrir. Et bien entendu, avec la ligne Natus brisée quelques centaines de mètres plus loin, ils seraient en plein territoire ennemi.
La différence de couleur entre les habits Natus et Wraiths ne laissaient pas de place au doute. Comme l’indiquait le croquis de Sheppard, ils avaient brisé la défense et les alliés s’étaient repliés sur une ligne plus étroite, temporairement, en attendant de nouveaux ordres. Le seul avantage, c’est que l’ennemi semblait porter tellement d’importance à briser ce front que peu de sbires s’engageaient dans le hall décoratif.

C’est en arrivant sur ce constant qu’on entendit un horrible et puissant : « À couvert !!!»
Trop tard ! Une puissance explosion éventra un côté du hangar en propulsant des éclats de roche un peu partout à l’intérieur. Plusieurs machines furent touchées et quelques pilotes s’écroulèrent. Un bruit caractéristique recouvrit les plaintes de douleur et les cris de surprise.

DES DARTS !!!

Le croiseur venait de lâcher plusieurs darts qui fondaient sur eux. Il y eu cinq tirs de plasma supplémentaire et deux d’entre eux traversèrent la paroi rocheuse apparemment trop fine.

« Ils nous ont localisé ! Décollage d’urgence, décollage d’urgence ! »

Nouvelle explosion, nouveaux cris, la propulsion à la pierre de feu d’une machine volante s’emballa et elle partit soudainement, comme lorsqu’on lâchait un ballon d’air fou dans un salle. L’engin ricocha plusieurs fois et s’écrasa avec brutalité sur une machine qui tentait sa sortie. Les deux pilotes hurlèrent en cœur lorsque l’halo de la propulsion leur passa dessus. Ils se transformèrent en torche vivante et tombèrent dans le vide en planant...ou plutôt...en piquant le nez…

Si le groupe ne sautait pas tout de suite, ils allaient forcément y rester.


-------------------------------------------------------
Deadline : Mardi 6 Juin au soir

_________________

Réalisé par A. HOFFMAN
DC : Nelly Bricks


Dernière édition par Steven Caldwell le Lun 24 Juil - 19:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 21/08/2016
√ Messages : 643
√ Localisation : Le plus souvent à l'infirmerie

Alek Hamilton
Dossier Top Secret
√ Age:
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: ATA
MessageSujet: Re: MJ 23 Part. 3a : Bataille pour la Magna Caverneum Mer 31 Mai - 19:52
Cette pause dans les combats était la bienvenue. Je me concentrais pour reprendre un rythme cardiaque normal et pour ça nettoyer la mitrailleuse était l’activité parfaite. Tous les membres de cette mission pansaient leurs bobos, moi à part une douleur vers les côtes je n’avais rien. C’était une première pour moi de réchapper d’une bataille sans blessures, ok on venait de faire que le premier round mais c’était déjà bien. Je donnais un peu d’eau à Kalash et il s’allongea à côté de moi pour se reposer lui aussi. Nous avions l’habitude des missions qui étaient longues donc que ce soit lui ou moi on avait appris à gérer nos périodes de repos le plus efficacement possible. La potion magique que Sheppard nous avait donné avant de patir faisait encore effet.

Je n’étais pas bête, j’avais bien compris que nous allions devoir repartir au combat. J’entendais les bruits d’explosions lointaines. Ces Wraiths étaient vraiment des saloperies à tuer et clairement nous n’avions pas un armement suffisant. On gaspillait trop de munitions pour réussir à les tuer. La technique Natu de les planter puis de faire exploser à l’intérieur était pas mal mais il fallait trop s’approcher d’eux pour ça. Sur Terre j’avais entendu parler de balles perforantes et explosives, il me semble qu’elles avaient été interdite mais on devrait avoir ce genre de munitions.

Je gardais ces idées dans un coin de ma tête car pour le moment je devais rentrer vivant avec le matériel que j’avais à disposition. Par contre vu les difficultés qu’on avait eu juste en arrivant j’osais pas imaginer ce qui nous attendait quand on allait entrer plus loin dans les grottes Natus et qu’on devrait sécuriser l’évacuation de ce peuple. Chaque emmerde en son temps. C’est quand Sheppard revint avec Frei que je me dis que la phase 2 de la mission foupoudav allait donc commencer. Vu leurs têtes on allait encore en baver. Je m’approchais pour entendre ce qu’ils avaient à nous dire et dans quelle merde on allait encore se fourrer.

Heureusement que les Natus se battaient avec courage car sinon on serait dans une mission suicide. Là on avait encore l’espoir de botter le cul d’E.T en bonne et dûe forme pour aider ce peuple très valeureux. J’écoutais avec attention les différents ordres que les gradés nous donnaient et y’a certaines mission j’étais bien content de pas y être. Mais quand j’entendis le détail du troisième groupe je déchantais rapidement. Sauter en parachute? avec Kalash? hummm ça allait être sport tout ça. Bien sur que je savais sauter en parachute mais avec Kalash nous n’avions pas fait ça souvent. Peut être une dizaine de fois pas plus.

Donc pour résumer on allait être parachutés en plein merdier pour sauver des Natus pris au piège. Eh ben finalement le surnom de mission foupoudav n’allait pas être assez fort. On allait donc sauter de plusieurs niveaux, tout ça au dessus d’une vague d’attaque Wraiths et pour attérir dans une poche de résistance...nice...vraiment top comme mission. Mais c’était le genre de mission que j’aimais car elle avait peu de chances de réussir.

Il me semblait bien que nous n’avions pas prévu des parachutes dans nos équipements. J’entendis Sheppard demander du matériel supplémentaire à la cité. Pas bête ça. Je fis un rapide état des lieux de ce qui me restait pour faire ma liste au père Noel. J’avais déjà passé un chargeur de P90 donc il m’en fallait un autre et je demandais aussi des grenades flash car les frag faisaient trop de dégats. L’armement Natus n’y survivait pas et le but n’était pas de tout casser -pourtant se serait tellement fun- donc je choisissais des flashbangs histoire d’en mettre plein la vue aux Wraiths. Je m’approchais de Sheppard histoire de commander un autre truc.

-Si tu peux faire venir un pack de bière j’ai besoin de carburant là.

Après quelques minutes d’attente notre liste de course arriva par la porte. Je m’équipais du parachute et équipais aussi Kalash, qui me regardait d’un air pas franchement ravi. Je lui caressais la tête en signe de “ je compatis mon vieux”. Nous voila fin prêt à aller sauter au dessus des Wraiths. J’accrocherais Kalash à moi au dernier moment, je ne voulais pas plus le stresser qu’il ne l’était déjà. Et puis se porter un berger allemand sur une distance inconnue non merci. C’est pas que mais ça pèse son poids ces bestioles.

Une fois que nous avions récupéré notre matériel, les Natus allaient nous escorter vers le lieu du saut. Ce qui était bien ce que du coup on découvrait un peu l’habitat Natus. Leurs maisons étaient très impressionnantes et assez bizarres. J’avais l’impression d’être dans les mines de la Moria mais avec une architecture beaucoup plus évoluée, comme si Minas Tirith avait été construite sous terre. Cette accalmie me permettait d'apprécier le lieu où j’étais et je trouvais vraiment dommage que ces gens doivent quitter leur monde, mais c’était comme ça...saleté de Wraiths.

Les civils Natus étaient présents eux aussi, on aurait dit des colonnes de soldat qui étaient alignées avant d’aller au combat. Je les regardais en passant en me disant que beaucoup d’entres eux n’allaient pas revoir leur famille. D’ailleurs rien ne me garantissait que j’allais revoir la mienne aussi. Les voir si prêt à partir était triste pour eux. Je ne connaissais pas les Wraiths avant cette mission et maintenant je les haïssais. Ce serait un véritable plaisir pour moi de participer à en tuer le plus possible, cette race devait être exterminée.

Le chemin devint plus difficile car il était en montée et avec notre équipement ce n’était pas la joie. Les Natus étaient de plus en plus nombreux sur les bords de la route et ils semblaient tous être heureux de nous voir ici. Un enfant me fit coucou et je lui répondis en souriant. Certains regardaient Kalash avec un air bizarre mais les enfants s’approchaient de lui pour le caresser. Heureusement qu’il était habitué à ça et qu’il s’avait que c’était des enfants. Il ne grognait pas et se laissait caresser. Adam menait la marche et Mckay faisait une gueule de six pans de long comme souvent d’après ce qu’on m’avait dit.

On montait dans un monte charge et c’était parti pour monter vers le sommet et se rapprocher de notre position de saut. Je ne faisais pas plus attention que ça aux obus que les militaires natus se faisaient passer pour alimenter leurs pièces d’artillerie. Pour moi c’était une scène normale pendant une bataille. La plate forme s’arrêta et on vit que la position d’artillerie sur laquelle on arrivait avait été détruite par le vaisseau et l’endroit n’était pas très amical. Je pus voir le vaisseau et what the fuck...comment ils avaient fait pour faire rentrer l’Exécutor ici? Ca me rappellais un livre que j’avais sur Star Wars et qu’un vaisseau passait à travers un bouclier.

Les soldats Natus présents se protégeaient comme ils pouvaient pour continuer le combat sans se faire dégommer comme dans un jeu vidéo. Je me baissais automatiquement pour pas laisser ma tête de con faire une trop belle cible pour les Wraiths. Et maintenant fallait ramper...hihaaaa génial. Bon vu que c’était ça ou se faire raccourcir, je rampais sans râler; On arriva à un hangar et l’aviation attendait là. Mouais à voir ces machines, je crois que je préférais encore sauter en parachute. Je regardais en bas et vis la percée des Wraiths et la défense désespérée des Natus. Bon dieu que j’aimerais avoir du feu grégeois sur moi et leur balancer dessus. Lannister mode ON. Se serait purement jouissif.

Je n’eu pas trop le temps de penser que les Wraiths nous avez repéré et commençaient à nous tirer dessus. Bon là c’était soit sauter soit la mort...et je préférais mourir le plus tard possible. Ou alors dans pas longtemps mais en apportant quelques Wraiths avec moi. Adam nous incita à sauter la suite fut très rapide. J’accrochais Kalash contre moi et zou je sautais vers l’infini et au delààààà. Je grimaçais pendant le saut, le poids de Kalash me faisait mal aux côtés. Bon vu la douleur elle n’était pas cassée mais peut être juste fêlée. Ceci dit la descente était longue et je me dis que l'atterrissage allait être difficile avec cette douleur. Je sentais aussi que la potion magique ne faisait plus effet. Merde là j’avais tout contre moi.

Le sol se rapprochait de plus en plus et au moins pour le moment le saut se passait comme prévu. Mais je remarquais que trois Wraiths avaient levé la tête en entendant les explosions. Je fus vite repéré et ils levèrent leurs armes vers moi. Ils vont vite me gaver les castor juniors, je le sentais bien. J’essayais d’attrapper une grenade flash pour leur lancer dessus mais un des trois tirait déjà. Heureusement il m’avait loupé mais il venait de sauvagement tuer mon parachute. Trop tard pour leur balancer des cadeaux de bienvenu car mon parachute commençait à faire n’importe quoi et donc ne m’envoyait pas du tout au bon endroit. Je tentais de contrôler au mieux mon lieu d’atterrissage tout en sachant que je serais loin du point prévu. Mais je devais absolument éviter de tomber en plein milieu des Wraiths.

Le parachute dériva vers une espèce de plaine. Enfin une plaine dans une grotte c’était louche mais ça y ressemblait. Des petits arbres, m’enfin ça donnait pas envie d’aller se faire un foot. J’atterrissais en serrant les dents de douleur à cause de ma côte. Une fois au sol je détachais rapidement Kalash. Je regardais rapidement mon environnement pour évaluer dans quel merdier je venais de me mettre. Mes chers amis les castors juniors avaient suivis des yeux ma descente et venaient vers moi pour achever leur travail. Je décrochais mon parachute, une fois au sol.

Je me planquais du mieux que je pouvais derrière un arbuste et en me demandant qui j’allais tuer en premier, entre Riri , Fifi et Loulou. Des centaines de Wraiths étaient pas loin mais heureusement pour moi ils ne me prêtaient aucunes attention. J’hésitais entre engager le combat contre mes trois copains du jour et ou m’enfuir vers un des tunnels que je voyais au loin. Je ne voulais pas engager le combat , je me mis à courir pour sortir du champ et passer dans des rues. Les Wraiths me prirent en chasse. Mais ils voulaient pas me foutre la paix ces cons? et en plus ca avance vite ces bestioles. Je me planquais au coin d’une rue et lançais une grenade flash. Je comptais sur ces quelques secondes de désorientation pour me faire la malle. La grenade explosa et les Wraiths s’arrêtèrent quelques secondes. Parfait, assez pour que je me faufile entre les rues.

Par contre maintenant j’étais complètement perdu et ne savais plus trop à quel niveau je me situais ni par où je devais aller pour rejoindre ce hall et mes compagnons. Je me reposais deux secondes pour reprendre mon souffle car j’entendis un bruit d’un truc qui tombe et roule par terre….Une grenade. J’eu juste le temps de m’allonger au sol avec Kalash et j’entendis un gros boum. Quand je re ouvris les yeux, il y avait de la poussière de partout et mon champ de vision était bouché. J’étais vraiment isolé. La déflagration de la grenade avait fait s'effondrer des bâtiments La classe ils avaient vraiment du bon matos y’a pas à dire. Je me relevais et fis le tour du coin, donc comme je l'avais pensé plusieurs bâtiments s'étaient effondrés, bloquant la rue par laquelle j'étais arrivé. Je me retournais et me rendis compte qu'en fait du coup j'étais dans un cul de sac. Des maisons ou bâtiments, je n'en savais trop rien étaient quand même encore debout donc je pourrais peut être partir pas là mais je savais vraiment pas ou j'allais ressortir en supposant que ces bâtiments aient plusieurs accès.

Il n'y avait plus de bruits, mon fan club avait apparemment arrêté de me courir après pensant surement que j'étais mort dans l'explosion puis dans les effondrements. A leur place j'aurais conclus la même chose. En attendant j'avais besoin de me poser un peu pour mieux réfléchir à ce que j'allais faire ensuite, je fis boire Kalash, je bus moi aussi Je ne voulais pas mourir dans ce trou à rats. Je comptais sur Kalash pour flairer un passage. Adam et Rodney n’était plus que deux dans l’équipe, et moi tout seul. Je décidais quand même de rester sans bouger pendant un moment sait on jamais que les 3 E.T aient l'idée de revenir ils n’entendraient rien. Je devais me faire oublier et me faire passer pour le mort parfait.

_________________
I will never forget, I will never regret

« Double compte : Kara Aiolos •• »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 28/11/2015
√ Messages : 138
Rodney McKay
Dossier Top Secret
√ Age: 39 ans
√ Nationalité: Canada Canada
√ Gêne: Non
MessageSujet: Re: MJ 23 Part. 3a : Bataille pour la Magna Caverneum Lun 5 Juin - 0:34
Bataille pour la Magna Caverneum

Feat les membres d'Atlantis


L
e calme avant la tempête se termina précisément au moment où Sheppard et Frei revinrent de leur petite escapade auprès des natus pour connaitre la marche à suivre. Alors que je m'étais réinstallé sur le morceau de gravas pour me reposer, je sus à leur tête qu'il fallait retourner rapidement au combat. Et que nous allions passer un très mauvais moment. Le Colonel demanda à tout le monde de venir le rejoindre, et ce fut sans joie que je me levai pour aller vers le groupe. Décidément, on ne pouvait jamais rester longtemps tranquille. John et Karola nous expliquèrent alors ce qui allait se passer pour chaque groupe, trois au total, sur trois fronts différents. Je soupirai discrètement en entendant ce qui allait arriver à tout le monde. Ce n'était pas du tout enthousiasmant d'apprendre quel merdier attendait chacun d'entre nous. Je n'étais pas du tout rassuré, j'avais envie de rester là, près de la Porte des Etoiles, vu qu'ici la situation semblait s'être calmée pour le moment. Mais je savais que c'était impossible. On avait besoin de moi ailleurs. Comme finit par le souligner Sheppard en annonçant à Alek, Adam et moi même quelle serait notre mission. Et en entendant le déroulé de cette opération, je me figeai sur place, mon visage blêmit instantanément. Avais-je bien entendu ? Un saut en parachute ? Le militaire était-il vraiment sérieux ? Aussitôt, je ne pus m'empêcher de prendre la parole.

"Quoi ? Faire un saut en parachute ? Mais ... heu ... je ne sais pas utiliser ces trucs là ! Je n'ai pas eu de formation, et je ne veux pas sauter dans le vide ! Et si le parachute ne s'ouvre pas ? Si je m'écrase au sol ?"

B
ien sûr, Sheppard tenta de me rassurer tout en se montrant ferme. Et en flattant également mon égo en me répétant qu'il n'y avait que moi pour effectuer cette mission, à savoir vérifier le hangar lantien. Cette remarque me résigna à suive les ordres, mais j'étais terrifié à l'idée d'effectuer un saut en parachute. Cela devait se voir dans mon attitude. A la fin du briefing, du nouveau matériel arriva depuis Atlantis, et je m'équipai en conséquence, à savoir un nouveau chargeur de P-90 pour remplacer celui qui était vide, deux flashbangs même si je ne m'en étais jamais servi, et le fameux parachute. Le voir ne fit qu'augmenter mon inquiétude, déjà que je n'étais pas du tout rassuré à l'idée d'être ici, sur cette planète, probablement à deux doigts de mourir. Avec cette chose infernale en tissu, la mort se rapprochait à grand pas, je pouvais le sentir. Retirant ma tablette que je glissais dans mon gilet tactique pour la protéger, je mis le sac à dos contenant le parachute. Bien entendu, les autres m'aidèrent à m'équiper, et on m'expliqua comment m'en servir. A les écouter, cela n'avait pas l'air très compliqué. Je devais sauter dans le vide, tirer sur une sangle, attraper les poignées de direction et m'orienter jusqu'au sol. Plus facile à dire qu'à faire. Cela ne me rassurait pas du tout.

U
ne fois que Ross et Hamilton furent prêts, je les suivis à travers l'immense caverne, en suivant notre guide natu, jusqu'à notre lieu de destination. Etrangement, et peut être bien pour la première fois, je restai silencieux tout au long du trajet. La peur était trop importante, elle me coupait l'envie de parler. Je préférais tenter de penser à autre chose de bien plus agréable pour ne pas imaginer la suite de cette mission, mais je n'y parvenais pas. Ce saut en parachute m'obsédait beaucoup. Pendant le trajet, alors que nous traversions ce qui ressemblait à un quartier d'habitation, dont l'architecture était très impressionnante, je regardai les nombreux natus qui attendaient d'évacuer leur planète. Il y en avait tellement. Ces derniers étaient très curieux de nous voir, mais ils nous laissèrent passer, comme s'ils savaient que notre présence ici était cruciale pour leur survie, alors que nous ne nous connaissions même pas. La terreur et la tristesse régnaient ici, malgré le calme qui ne déclenchait pas du tout de mouvement de panique, ce qui aurait pu arriver vu la situation. Malgré la présence des wraiths qui venaient tout détruire, tout le monde semblait garder la tête froide et procéder à l'évacuation tranquillement, même si chacun de ces natus ne voulait pas abandonner leur foyer. Ce qui était admirable en quelque sorte.

A
près avoir traversé le quartier d'habitations, mon groupe se dirigea vers un chemin étroit qui partait en pente assez raide, ce qui fit me fit soupirer d'avance. Rien que voir l'ascension me donnait le tournis. Pendant que la population descendait, nous montâmes le long de la paroi escarpée. Je fus rapidement essoufflé, mais je continuai d'avancer pour suivre Alek et Adam, tant bien que mal. Mes jambes me faisaient souffrir, ma respiration était rapide et saccadée, j'avais mal dans la poitrine, et j'avais très chaud. Nous finîmes par arriver à un monte charge qui nous amena en haut, à notre destination. Le moment fatidique approchait, et je me crispais rien qu'en pensait à ce moment là. Je n'étais pas du tout pressé d'y arriver, même si je savais que le temps jouait contre nous, et qu'il ne fallait hélas pas trainer. Après tout, les autres Atlantes risquaient aussi leur vie ailleurs, sans parler des natus qui avaient besoin de notre aide.

A
rrivés en haut de la plate forme, je me mis à tousser un peu en sentant cette odeur de brûlé. C'était horrible, mais moins que celle dans la salle où se trouvait la Porte des Etoiles, à notre arrivée. Ici, il y avait de nombreux canons, dont certains n'étaient plus opérationnels, ainsi que de nombreux blessés. Et un peu plus loin, il y avait un hangar contentant les engins volants natus. Comme les autres, je dus ramper au sol pour ne pas attirer l'attention de l'ennemi. C'était très difficile pour moi d'avancer comme ça, j'étais gêné par le P-90, tout l'attirail que j'avais, et le poids que je devais porter à cause du parachute. Mais comment les militaires faisaient pour ramper avec tout leur matériel ? J'avançais péniblement, mais je finis par arriver près des mes coéquipiers, tandis que notre guide nous dévoilait par une petite lucarne notre destination après le saut. De là où je me trouvais, cette zone de végétation semblait petite. Comment vouliez vous que j'arrive jusque là bas, alors que je ne savais pas utiliser un parachute ? Sans compter que les wraiths étaient tout près, il y en avait partout, et les natus avaient bien du mal à les contenir. Par endroit, les lignes de défenses avaient même cédé, surtout près de notre zone d'atterrissage. Une erreur, et c'était fichu.

"Vous voulez vraiment qu'on atterrisse là bas ? C'est du suicide !?"

J
e ne pus continuer car au même moment, un natu cria "à couvert", juste avant qu'une forte déflagration n'emporte une partie du hangar. Toujours allongé au sol, je me recroquevillai comme je le pus, recevant quelques débris provenant de l'explosion. Mes oreilles sifflèrent quelques secondes, et en levant la tête, je vis des engins volants natus tenter de décoller. L'un d'entre eux n'eut pas de chance, il tomba de la falaise après avoir été touché par un dart. La situation devenait cauchemardesque, nous étions en grand danger. Il fallait faire quelque chose, et vite. Adam nous ordonna alors de sauter. Je me levai en même temps que les autres, mais mon regard se posa dans le vide. Le sol était si loin. Non, je n'allais pas y arriver, la terreur me paralysait. Je ne parvenais pas à faire le moindre mouvement, alors que je me trouvais au bord de la falaise. Les darts revinrent à la charge, pourtant je ne fis aucun geste. C'était trop difficile.

"Non, je ... c'est trop haut ! Je ne peux pas sauter ! Je n'y arriverais pas ! Partez sans moi, je préfère rester là ! Je vous attendrais ! Je ne ..."

M
a phrase se perdit dans ma gorge quand je sentis quelqu'un me pousser violemment en avant. Je ne remarquai même pas que Hamilton venait d'effectuer ce geste avant de lui même sauter dans le vide à ma suite. En parlant de vide, je tombais en chute libre, et je me mis à crier de terreur, quelques mots sortant de ma bouche à plein poumons :

"JE VAIS MOURIIIR !!! JE VAIS MOURIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIR !!!"

H
eureusement, mon cerveau finit par réagir et je pus ouvrir le parachute dans les temps, tout en continuant de hurler à la mort. C'est fou ce que l'instinct de survie pouvait vous faire faire dans des moments de stress intense. Le parachute se déploya, et me stoppa rapidement dans ma chute, me faisant planer au dessus du vide. Avec précipitation, je m'emparai des poignées de direction, en me souvenant de ce qu'on m'avait dit, puis je tentai tant bien que mal de trouver la zone d'atterrissage. Je ne me rendis même pas compte qu'à ce moment là, j'avais cessé de crier. Finalement, ce n'était pas si difficile que ça. Enfin, presque pas. Mais je n'étais pas du tout fan. J'essayai de me diriger comme je pouvais, tout en priant pour qu'aucun dart ne me voit, ni aucun wraith au sol, maintenant que ce dernier se rapprochait lentement mais sûrement. J'ignorais où se trouvait Alek et Adam, je les avais perdu de vue. En cet instant, je m'en fichais un peu. Tout ce que je voulais, c'était atterrir. Par chance, je m'approchai de la zone ciblée, mais alors que je me préparais à atterrir, je vis une forme étrange se rapprocher, sans que je puisse l'éviter.

E
t oui, je me dirigeai droit vers une sorte d'arbre dont les branches étaient dépourvus de feuilles. Cependant, et ce détail je ne le remarquai pas, étant trop loin, chaque branche se terminait par des épines de rosiers. Et il y en avait partout. Je ne parvins pas à éviter cet obstacle, étant trop près, et je me recroquevillai au maximum sur moi même pour me protéger au mieux, tandis que je heurtai les branchages. Je pus sentir les épines et le bois accrocher ma tenue au mesure que j'avançai au centre de l'arbre. Finalement, je fus stoppé dans ma course, mais impossible de me dégager. J'étais coincé. Je tentai désespérément de me débattre, mais tout ce que je réussi à faire fut de me retrouver la tête en bas, les pieds solidement entravés dans les branches, tandis que le parachute se retrouvait également coincé dans l'arbre. Je ne parvins même pas à me débarrasser de lui. Je fus bel et bien bloqué dans cet amas de branches, à l'envers, à quelques mètres du sol. Aussitôt, la panique me reprit, et je parvins à lever mon P-90 au cas où un ennemi s'approche. Bien qu'avoir la tête en bas déformait ma vision des choses. La seule certitude que j'avais était qu'aucun bruit ne retentissait, aucune forme ne se trouvait dans les parages. J'étais seul, en tout cas pour l'instant. Cette situation était très angoissante. La respiration saccadée, gémissant à cause de ma position très inconfortable, j'appuyai sur mon oreillette pour contacter les autres.

//Lieutenant Ross ? 1ère classe Hamilton ? J'ai besoin d'aide ! Je suis coincé dans un arbre. Je crois que je suis près de la zone d'atterrissage. Vous m'entendez ?//

© Starseed

_________________
DC : Gabriel Grayson - Skyler McAlister
Award:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 24/11/2016
√ Messages : 88
Adam Ross
Dossier Top Secret
√ Age:
√ Nationalité:
√ Gêne: ATA
MessageSujet: Re: MJ 23 Part. 3a : Bataille pour la Magna Caverneum Lun 5 Juin - 15:27
Après une courte pause bien méritée, Frei et Sheppard finirent par revenir vers le groupe, la mine assez sombre. Tous se rassemblèrent autour d’eux, et rapidement, Sheppard dressa un plan d’action, répartissant l’équipe en trois escadrons différents, chacune ayant un objectif bien précis à accomplir. Adam se retrouva donc avec le première classe Hamilton, ainsi qu’avec McKay. Le premier avait posé quelques soucis ces derniers temps, notamment lors des affaires de viol sur Atlantis. Cela dit, c’était un bon soldat d’après les rapports, bien qu’un peu tête brûlée. Il faudrait le tenir à l’œil. Quant à McKay… Ross avait déjà eu l’occasion de le voir en action, et il était bien content de le compter parmi son équipe. Son expérience scientifique viendrait parfaitement compéter l’expérience militaire d’Alek et de lui-même.

Bon, la mission était assez simple. Ils se feraient parachuter au-dessus d’une place forte Natus encerclée par les Wraiths. Le but serait de tenir l’endroit jusqu’à l’extraction, qui se ferait par un petit passage effondré, qui allait être rouvert par une seconde équipe. Cela dit, rien n’était simple avec les Wraiths, et le lieutenant craignait que tout cela tourne au vinaigre. D’après les plans, il y avait une sacrée concentration de troupes ennemis sur les lieux. Ils n’avaient plus qu’à compter sur l’expérience des troupes Natus pour les sortir de là une fois qu’ils seraient dans la gueule du loup. Comme d’habitude, Rodney fit mine de protester, ce qui indiqua que le scientifique était bien encore en vie et en état de penser. C’était une bonne chose, dans un sens. Il fut rassuré par Sheppard rapidement, puis par Adam qui vient lui déposer une main amicale et rassurante sur l’épaule.

Ne vous inquiétez pas docteur McKay. Tout va bien se passer tant que vous suivez les instructions à la lettre.


Adam lui lâcha un petit sourire, avant de se diriger vers la Porte pour s’équiper de la livraison tout fraichement arrivée d’Atlantis. Il rechargea ses armes, avant de rajouter deux grenades à son équipement, ainsi que quelques radios pour les Natus, cela pourrait toujours servir. Il s’équipa ensuite du parachute estampillé du sigle de l’armée de l’air américaine. Contrairement au reste de sa troupe, il avait été entrainé à se servir de parachute, tout comme chaque pilote de l’USAF. Il savait au moins à quoi s’en tenir. Il le fixa convenablement, vérifia les deux poches – la principale et celle d’urgence- avant de revenir vers Alek et Rodney, qui était déjà sur le pied de guerre.

Un Natus prit la tête du groupe pour les guider à travers les dédales de roche. Rapidement, ils atteignirent une grande zone habitable Natus. C’était quelque chose de grandiose. Le degré de détail des finissions, des décorations. Tout s’arranger dans une harmonie parfaite, exquise, qui ferait pâlir d’envie n’importe quel architecte terrien. Tout en marchant, Adam laissait son regard se balader sur les façades, enregistrant mentalement ce magnifique paysage sculpté… Paysage qui allait surement être détruit dans les prochaines heures.

Des colonnes de réfugiés avaient commencé à s’entasser sur la route menant à la porte. Il y avait de tout. Des jeunes, des femmes, des vieillards, des enfants. Tous semblaient s’organiser à peu près convenablement, démontrant le fait qu’ils avaient été surement préparés à tout cela. On entendait au loin des sanglots, dans lamentations. Il y avait dans l’atmosphère quelque chose de pesant, d’indescriptible. Ce sentiment qui vous prenait aux tripes, remuait votre estomac, vous donnait envie de vomir toute votre haine au visage de ces envahisseurs voleurs de vie. La vision de tous ces gens, poussés loin de chez eux, ne fit que renforcer la détermination d’Adam à combattre tous ces Wraiths sans âme ni pitié qui prenaient du plaisir à charcuter les habitants de cette pauvre planète. Le militaire resserra légèrement la pression sur son arme, grinçant des dents pour tenter de calmer son esprit bouillonnant. Sur leur passage, les Natus les regardaient avec de grands yeux, murmurant légèrement, comme s’ils prenaient les Atlantes pour des sortes de Dieux venant les libérer du mal. C’était quelque chose d’extrêmement gênant. Adam n’était pas sûr qu’ils pourraient vraiment faire plus que leurs troupes pour repousser les Wraiths. Enfin, dans tous les cas, ils feraient du mieux qu’ils le pourraient pour leur venir en aide. Une grand-mère vint lui effleurer l’épaule, comme pour tenter de vérifier qu’il était bien réel. Adam s’arrêta, souriant légèrement, lui repoussant gentiment le bras.

Tout va bien, nous allons vous sortir de là.


C’était des paroles peut-être un peu trop incertaines pour être tenues en tant que promesse. Que pouvaient-ils faire face à toutes ces troupes Wraiths ?... Au moins tenter de les retenir le plus longtemps possible pour permettre aux civils d’évacuer. Rosse inclina doucement la tête, avant de reprendre rapidement sa route, continuant vers son objectif avec ses deux hommes, comme trois poissons dissidents remontant la rivière à contrecourant.

Ils arrivèrent finalement jusqu’à un monte-charge, qu’ils empruntèrent rapidement, après que ce dernier fut dégagé des munitions qu’il transportait. Adam regarda les murs de roche défiler devant lui, silencieux. Le calme était revenu, et une détermination sans faille avait remplacé sa colère. A mesure que l’ascenseur montait, une odeur désagréable de chaire brûlée se faisait sentir, écœurante et entêtante. Adam plissa légèrement le nez, craignant le pire.

On aurait dit une scène datant de la première guerre mondiale. Partout autour d’eux, des canons éventrés, détruits, des cadavres carbonisés. Les Wraiths faisaient des ravages depuis leur vaisseau-mère. Les derniers survivants tentaient de se cacher derrière des piles de rochers. Cela expliquait donc pourquoi les munitions avaient été descendues. Un seul tir bien placé, et boom. Toute la corniche aurait été réduite en cendres. Adam observa un moment les survivants, leur faisant un signe de la tête, compatissant silencieusement aux blessures qu’ils avaient subis lors des explosions. C’était eux les héros, pas les Atlantes. Rapidement, le groupe se mit à ramper à l’abris des roches, afin de se mettre hors de la vision du vaisseau Wraith. Ils arrivèrent finalement au hangar, où quelques pilotes s’activaient déjà en prévision d’une sortie sûrement imminente. Le guide le guida jusqu’à une petite fenêtre en métal, qu’il ouvrit pour lui donner une vision sur la situation en contrebas.

La situation semblait bien mal partie. Les Wraiths avaient effectivement enfoncé les premières défenses Natus, et désormais les troupes se battaient presque au corps-à-corps, les couleurs des deux camps se mélangeant dans une sorte de tableau sanguinaire. On lui indiqua ensuite la zone d’atterrissage… En plein milieu du territoire conquis. Bon, au moins, la zone était assez large pour permettre un atterrissage convenable. C’était déjà cela de gagné.

Adam voulut alors poser une question au sujet de la couverture aérienne fournie, mais il n’eut pas le temps de dire un seul mot. Un Natus hurla de se mettre à couvert, juste avant qu’une puissante explosion fasse vibrer le hangar, détruisant instantanément plusieurs appareils, abattant au passage quelques pilotes Natus. Adam eut immédiatement le réflexe de se baisser et de se couvrir le visage, afin d’éviter de recevoir un éclat de roche en pleine poire. Rapidement, il se releva, le bruit significatif des Darts se mettant à résonner dans le hangar. Rien ne se passait jamais comme prévu. D’autres explosions et tirs eurent lieu, tandis que les Natus procédaient à un décollage d’urgence. Adam accourut vers son équipe, faisant de grands gestes.

Sautez, sautez !


Autour d’eux, c’était l’apocalypse. Les cris, les explosions, les engins qui volaient dans tous les sens. Ross accourut jusqu’à la zone de saut, s’assurant que McKay et Hamilton sautent bien avant lui, avant de plonger dans le vide à son tour. Tandis qu’Adam amorçait la descente, la voix de Sheppard retentit dans son oreillette.

//Ross, des darts viennent sur vous ! //


//On a remarqué ! Le hangar Natus est détruit !//


Adam amorça la dernière phase de sa descente, ayant ouvert son parachute, s’apprêtant à bientôt toucher le sol. Un engin Natus venait tout juste de se crasher juste à côté de sa zone d’atterrissage. Quant à Alek et McKay… Le chaos les avait séparés durant la descente.

// Vous avez sauté ?//


Le lieutenant mit finalement pied à terre, s’empressant de détacher son harnais. A côté de lui, l’appareil Natus avait commencé à prendre feu. C’était trop tard pour les pilotes.

//Oui nous... Ah merde !//


Les lances de pierre de l’appareil commençaient à faire un bruit significatif, comme une sorte de feu d’artifice. Adam écarquilla les yeux, avant de faire dos au brasier, courant le plus rapidement qu’il le put vers un petit tas de gravats, un peu plus loin. Au moment où il se jeta derrière celui-ci, une énorme détonation se fit entendre. Il sentit le souffle chaud passer au-dessus de sa tête au moment où il toucha le sol, tandis que ses oreilles se mirent à siffler sous l’énorme choc sonore. Il avait échappé à la mort de justesse. Peu à peu, les sons revinrent, commençant par les graves, puis les aigus, en quelques secondes. Une voix lointaine raisonna dans son oreille.

//Ross ! Que se passe-t-il ? //


Adam grimaça se frottant un peu l’oreille, regardant autour de lui. Au loin, trois Wraiths étaient en train de progresser vers l’endroit où Alek avait atterri. Oh non, il ne manquait plus que ça…

//Un des engins Natus a explosé ! Hamilton a des ennuis, j'y vais !//


// Bien tenez moi au courant...Bon nous avons aussi un problème, on reste en contact quand de notre côté c’est stabilisé. Bon courage. //


Ross se releva d’un bon, se mettant à courir dans la direction du première classe.

//Alek, pas par-là, revenez !//


Il vit un projectile fendre l’air, et se couvrir instantanément les yeux, reconnaissant la grenade flash. La détonation se propagea dans les airs, rapidement suivit par une seconde, qui elle-même fut suivit de bruits d’effondrement. Adam écarquilla les yeux, se mettant hors de vue des Wraiths, ouvrant sa radio, Alek ayant disparu derrière les gravats.

//Hamilton, répondez, est-ce que vous me recevez ?//


Aucune réponse. Adam laissa échapper un juron, avant de faire volte-face et de se diriger vers la zone d’atterrissage de Rodney. Mais quelle tête brûlée ! Il espérait du fond du cœur que le soldat était encore en vie. Cela dit… Adam ouvrit le canal général de sa radio.

//Contact perdu avec Hamilton, je répète, contact perdu !//


Ces mots raisonnaient amèrement dans sa bouche. La mission avait à peine débutée qu’il avait déjà perdu l’un de ses hommes. La voix de McKay raisonna dans son oreille, appelant à l’aide. Ross repéra rapidement l’arbre en question, courant le plus rapidement possible dans sa direction, s’assurant auparavant que les Wraiths ne le suivaient pas. Il s’approcha de McKay, un doigt sur les lèvres pour lui intimer le silence. Il sortit son couteau de combat, découpant méthodiquement les cordes du parachute, jusqu’à libérer le pauvre scientifique. Il vint l’aider à se relever, avant d’indiquer une direction.

La Hall décoratif devrait se trouver par là-bas. Nous devons nous dépêcher !


L’idée de laisser là Hamilton, si ce dernier était encore en vie, ne lui plaisait guère. Cela dit, la mission devait passer avant tout.

_________________
All great things are simple, and many can be expressed in single words : Freedom, Justice, Honor, Duty, Mercy, Hope.

Winston Churchill


DC : Mike Femens
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 24/01/2017
√ Age : 65
√ Messages : 277
√ Localisation : Sur le Dédale

Steven Caldwell
Dossier Top Secret
√ Age: 64
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Non
MessageSujet: Re: MJ 23 Part. 3a : Bataille pour la Magna Caverneum Mer 7 Juin - 2:26
McKay n'eut pas le temps de remercier son sauveur.
D’ailleurs, l’aurait-il fait ?

Les darts qui avaient assailli l’aérodrome Natus virèrent pour se diriger droit sur eux. Il y en avait deux qui fonçaient à pleine vitesse et tiraient sur leur position. Les blasts peu précis atterrirent autour des deux hommes en faisant trembler le sol. Parfois, de l’eau s’ejectait d’un puit naturel ou des arbres pulvérisés leur pleuvait dessus.
Sur le dernier impact au sol, un souffle brutal projeta rodney sur le côté, l’envoyant bouler jusqu’à un mécanisme en métal où il s’arrêta in extrémis. Un peu plus et il aurait plongé tête la première dans ce qui semblait être un piège à loup Natus. Cette découverte horrible lui évita de se rendre compte que des dizaines d’éclats de bois assez petits s’étaient fichés dans son ordinateur, fêlant son écran à cristaux liquide.

Les deux darts entamaient déjà un long virage avant de revenir sur leur position. Il fallait rejoindre l’entrée du hall décoratif au plus vite. D’ailleurs, on en voyait l’entrée là-bas ! C’était une grotte dans une caverne...Complétement dingue.

BADAM !!!

Nouvelle explosion qui faillit les réduire en miette.
Les chasseurs visaient de mieux en mieux. Adam étant pilote, il remarqua soudainement que ses ennemis usaient d’une tactique commune au tir au sol : le quadrillage !
Le tir raté de l’un servait à diriger l’autre !
Bon sang, le lieutenant savait qu’ils allaient être abattu sous peu. Cette technique avait fait ses preuves, c’était le b-a-ba du pilotage ! Le son déplaisant qu’émettaient les darts sonnaient comme l’inéluctabilité de leur mort. Mais brusquement ! Comme ça, d’un coup ! La verrière du premier dart vola en éclat et l’engin s’emporta dans une vrille incontrôlable avant de s’écraser si proche de leur position que la chaleur de l’explosion les toucha.

Trois machines volantes Natus émergèrent soudainement d’un nuage opaque dû à un incendie. Ils avaient la propulsion à fond et pourrait presque rivaliser de vitesse avec le dernier dart dans cette caverne. Hélas, la maniabilité n’était pas au rendez-vous et l’un des alliés perdit une aile très vite. Cette intervention leur donna néanmoins l’occasion de rejoindre le hall décoratif très rapidement.

Ils trouvèrent alors plusieurs cadavres de Wraiths sur le chemin, complètement troués de part en part par des projectiles qu’ils ne pourraient définir. Puis plusieurs corps de vieux Natus. Des vieillards pour l’ensemble qui ne donnaient pas l’air d’avoir été vidé par les Wraiths. Adam constata que l’intérieur de ce hall s’agrandissait sur un impressionnant biome forestier. C’était comme faire face à une partie de forêt amazonienne à l’intérieur d’une cave : tout aussi impressionnant qu’incompréhensible. Mais celle-ci fût entachée par une terrible vision d’horreur. Devant lui, sur des dizaines de mètres carrés s’étendaient des cadavres de civils mêlés aux Wraiths. Il y en avait facilement une centaine. Certains vidés, d’autres tout simplement tués par des armes à plasma. C’était une véritable hécatombe, un immense charnier qui donnait le ton à un génocide orchestré par la dernière vague d’assaillants.
D’ailleurs, plusieurs corps fumaient encore : signe que c’était assez récent !
Ils avaient donc échoué ? Ils étaient arrivés trop tard !

« Halte ! » Hurla brutalement une voix de femme.

Une flèche jaillit de nulle part et frôla le visage d’adam de si près qu’il sentit l’air lui gifler la joue. Il n'eut pas le temps de réagir, juste comprendre d’où provenaient les trous qui parsemaient les cadavres Wraiths. Car dans la plus grande surprise, un groupe d’une douzaine de femmes jaillirent de derrière les bois. Sous de grandes fougères. Ou encore se montrèrent depuis de hautes branches. Elles brandirent des flèches avec maîtrise dans leur direction. Un seul ordre et les deux hommes dormiraient pour de bon aux côtés des Wraiths.





Une femme se détacha du lot. Presque écrasée contre le sol, munie d’un arc décoré par une étrange fourrure, elle s’approcha avec beaucoup de souplesse et de prudence en les considérant d’un regard carnassier, quasiment haineux.

« Croyez-vous nous berner ainsi, traîtres ?!? Tuez-les, tirez ! »

Deux flèches faillirent les transpercer.
Adam avait tout intérêt à mettre son collègue à l’abri et au plus vite. Seulement, encerclé comme il était, la fin ne faisait pas de doute. Il avait juste survécu au bombardement des Wraiths pour tomber dans un piège de femmes en colère. Cela se voyait à tous ces regards luisants. Elles étaient véritablement pleine de haine.

« Visez les têtes ! Par les Trois, mes sœurs, faisons d’eux des exemples ! »
« Eyniore, attends ! »

Une petite fille émergea du fond de la jungle pour la rejoindre au pas de course. La leader fût complètement surprise par son intervention et oscilla entre elle et ses cibles.

« Liud ! Va-t'en tout de suite ! Retourne te mettre à l'abri ! »
« Non, écoute-moi maman ! Écoute ! Ils sont pas méchants, eux ! »

La petite avait à peine douze ans et elle ne semblait pas avoir peur. Un étrange parchemin dans sa main, elle l’ouvrit et le tendit à sa mère pour qu’elle le voit.

« Ils sont comme dans la gravure ! Des Atlantes, ils ont fait la guerre contre les méchants déjà ! »

Les archères commencèrent à se regarder, indécises.
La leader, Eyniore, quitta sa posture et arracha le parchemin des mains de sa fille pour le comparer aux deux hommes. Sa colère diminua en intensité et elle écarquilla les yeux en reconnaissant la similitude des uniformes.

« Par les Trois...Qu’est-ce que vous faites là ! Comment êtes-vous arrivé jusqu’à nous ? »

Instinctivement, sans qu’elle ne l’ordonne, les autres guerrières détendirent leurs cordes mais gardèrent les flèches rivées sur eux. Adam avait intérêt à désarmer la situation, car de toute évidence, il semblerait que ces femmes composaient la toute dernière ligne de défense des survivants. Douze femmes archères...elles donnaient l’air d’avoir longuement souffert des combats...et elles semblaient dangereusement déterminées.


---------------------------------

Veuillez lire vos MPs
N’HÉSITEZ PAS SI VOUS AVEZ DES QUESTIONS.

Deadline : Mercredi 14 juin au soir

_________________

Réalisé par A. HOFFMAN
DC : Nelly Bricks
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 24/11/2016
√ Messages : 88
Adam Ross
Dossier Top Secret
√ Age:
√ Nationalité:
√ Gêne: ATA
MessageSujet: Re: MJ 23 Part. 3a : Bataille pour la Magna Caverneum Dim 11 Juin - 17:55
Adam aida le scientifique à se relever, soulager de voir qu’il n’avait rien pour sa part. Au moins une bonne nouvelle. Le pilote voulut dire quelque chose, mais il s’interrompit en entendant des bruits suspects se rapprocher rapidement d’eux. Ross écarquilla les yeux, faisant volte-face, juste à temps pour voir deux Darts lâcher plusieurs tirs sur leur position. Le lieutenant eut l’instinct de courir pour se mettre hors du champ de tir, mais le scientifique fut moins réactif : il fut projeté sur le sol, un peu plus loin. Non, hors de question de se laisser avoir maintenant ! Le militaire s’élança en avant, esquivant une nouvelle salve de tirs, tandis qu’une horrible constatation se fraya un chemin dans son esprit. Les Darts étaient en train de procéder à des tirs de quadrillage ! S’ils ne trouvaient pas rapidement un abri, ils allaient être réduits en pièces ! Arrivant au niveau de son collègue, Il l’attrapa par le bras, le tirant avec lui.

On doit se mettre à l'abri, tout de suite ! Courez vers le hall sans vous arrêter !


Tous deux s’élancèrent en cœur vers la caverne, dont on distinguait l’entrée un peu plus loin. Derrière eux, Adam entendait clairement les Darts se rapprocher. Non pas maintenant… Soudainement, un bruit d’explosion de verre raisonna dans l’air suivit de plusieurs autres tirs. Le lieutenant, ayant pris de l’avance, s’arrêta pour constater la situation. Les engins Natus étaient venus à leur secours ! Désormais, un terrible combat aérien s’était lancé, dont l’issu allait surement être fatals aux pauvres indigènes… Ils s’étaient sacrifiés pour eux. Dans un pincement de cœur, Adam ne put que se dire que les Natus étaient la peuplade la plus courageuse qu’il avait jamais rencontré.

C'est notre chance, continuez à courir !


Ross se mît à courir juste derrière McKay jusqu'à la grotte. Ils pénétrèrent dans cette dernière à pleine vitesse, ne ralentissant qu’une fois certains de pouvoir être hors de danger. Une odeur écœurante emplissait peu à peu l’air. L’odeur significative de la chair carbonisée. Cela devenait une sinistre habitude sur cette planète. S’avançant à travers la végétation qui devenait de plus en plus dense à mesure qu’ils avançaient – d’où le nom de biome, très certainement -, Adam repéra rapidement l’origine de cette odeur. Des dizaines de cadavres de Natus et de Wraiths entremêlés dans un charnier abominable. Le militaire en eut presque un haut-le-cœur.

Qu'est ce qui s'est passé ici ? Oh non, on est arrivé trop tard


Le pilote avança un peu, passant à côté des cadavres, les observant. La lutte avait dû être terrible. Avaient-ils vraiment parcouru tout ce chemin pour finalement arriver trop tard ?...

Les Natus se sont fait massacrés... Espérons qu'il y ait...


Il ne termina pas sa phrase, une flèche passant juste à côté de lui. Il releva son arme, jusqu'à reconnaître un groupe de chasseuses Natus s'approchant d'eux. Il murmura au scientifique, tout en levant les mains en l'air en signe de reddition.

Ne faites surtout pas de mouvements brusques...


Il attendit que les chasseresses se décident, puis, lorsqu'elles leur tirèrent dessus, Adam eut le réflexe de faire un bon de côté, entrainant McKay avec lui dans son impulsion. Alliés ou pas, hors de question de se laisser tuer sans rien faire ! Adam releva son arme, s'apprêtant à tirer sur ce qui semblait être leur chef... Jusqu'à ce qu'une petite fille intervienne. Adam garda son arme pointée sur elles, attendant de voir la suite des événements. La fillette semblait être la fille de la cheffe, une certaine Eyniore. Elle tentait de convaincre sa mère que les deux hommes étaient Atlantes. Adam préférait garder le silence, immobile, son arme toujours pointée sur elles. Puis, finalement, lorsque Eyniore posa sa question, la tension dans l’air sembla diminuer légèrement. C’était à lui de parler maintenant. Adam baissa doucement le canon de son arme vers le sol, levant une main en signe de calme.

Ecoutez, on va tout vous expliquer, mais on pourrait peut-être commencer par ranger nos armes, non ?


Enyore considéra l'Atlante non sans conserver une certaine méfiance puis fît un signe de tête. Toutes les archères reculèrent lentement pour réoccuper leurs cachettes et reprendre une position d'embuscade. La jeune femme regarda Adam un long moment en relevant les détails de sa tenue et de ses armes. Il ressemblait effectivement à la gravure mais ne préférait pas baisser sa garde.

Si vous me tendez un piège, je vous emporterai avec moi dans la mort. J'en fais le serment envers les Trois !


Adam grimaça, avant de plaquer son arme contre son torse, canon toujours pointé vers le sol. Il opina légèrement, avant de lever les deux bras en l'air, dans un signe de totale reddition.

Le commandement Natus nous envoie pour soutenir votre position. Nous avons été parachutés depuis le hangar se trouvant un peu plus en hauteur dans la caverne... Qui vient d'être détruit par des Darts, par la même occasion.


Il laissa quelques secondes de silence pour laisser à la femme le temps de digérer l'information, puis reprit.

Les soldats situés sur le front, au sud, vont tenter une percée pour venir vous sortir de là. Il compte faire une excavation au niveau du passage effondré. Cependant, il faudra tenir le siège en attendant.


Il se tut, attendant de voir la réaction de la chasseresse. Cette dernière écarquilla les yeux en l'entendant parler. Elle ne croyait pas vraiment ce qu'il disait, s'étant sentie abandonnée depuis un certain temps maintenant. Mais les propos d’Adam, au lieu de la rassurer, la firent douter davantage. D'une main, elle plaçait instinctivement son enfant dans son dos et demanda d'une voix presque sévère :

Combien de temps ?


Adam secoua doucement la tête.

Le plus rapidement possible. C'est pour cela que l'on nous a envoyé ici. Je suis censé coordonner le... Reste de vos troupes, et faire en sorte que l'évacuation se passe bien. D'après nos informations, il y a aussi une sorte de hangar abandonné par ici. Le Docteur McKay, ici présent, va essayer d'y trouver quelque chose d'utile pour faciliter notre fuite. Il devait y avoir une troisième personne avec nous mais... Nous avons été séparés lors de la descente.


Adam n'oubliait pas Alek, loin de là. Il préférait utiliser le terme "séparé" plutôt que "mort", car il gardait toujours espoir que le soldat ait pu survivre. Enyore resta silencieuse. Deux Atlantes en guise de renfort ? Seulement deux ?
Et ce n'était pas une blague.

Venez avec moi. Lâcha-t-elle finalement dans une grande simplicité.

Elle fît un signe de tête pour les inviter à progresser en direction du fond de cette petite jungle troglodyte. La végétation très inhabituelle était assez dense de ce coté là. Mais un sillon démontrait que de nombreuses personnes avaient piétiné jusqu'au fond. Enyore emmena le petit groupe jusqu'à une paroi rocheuse largement fissurée que des sortes de lianes-lierres envahissaient. Une ouverture se trouvait là, comme une faille à travers laquelle on pouvait passer et où l'on devinait de vieilles structures d'origine Lantienne. Sur le côté gauche, une sorte de petit chemin de terre allait plus loin sur ce qui ressemblait à un champ de plantation Natus.

La chasseresse passa en première, jouant les contorsionnistes pour passer. Elle s'interrompit en gueulant un "Tairius" à l'intérieur et attendit qu'on lui réponde du même cri pour pouvoir poursuivre. Adam et Rodney suivirent, passant à travers ce qui semblait être un poutre porteuse Lantienne. Il s'agissait bien d'une structure ayant appartenu aux anciens. La sortie de cette faille était occupée par cinq Natus armés de leurs mousquets et de quatre duellistes qui formaient un mur de lance à leur arrivée. C'était une disposition standard de retranchement. Mais le sous-lieutenant comprit rapidement pourquoi ils n'étaient pas dehors avec les autres chasseresses.

...

Ils étaient tous blessés.
Aux membres, au torse ou au visage. L'une des duellistes avait même perdu toute une partie droite de son visage, un énorme bandage ensanglanté lui donnant l'air d'une horrible poupée de cauchemar, et elle était constamment au bord du malaise en tenant sa lance bien droite. C'était une plate-forme en hauteur. Lorsque l'on dépassait la défense pour atteindre la rambarde, là-devant, on plongeait ensuite son regard sur une vaste salle où étaient assis une bonne centaine de personnes.

Ils levèrent la tête vers la petite troupe.
Même d'ici, Adam voyait la terreur sur les visages de ces vieillards et de ces enfants. Ils s'acharnaient à prodiguer des soins à une trentaine de blessés : des Natus qui avait vaillamment combattus avant d'être trop gravement blessé pour retenir encore l'ennemi. Ils étaient tous là, prostrés en bas, mêlant à la pénombre une cacophonie de plaintes, de sanglots, de cris de douleurs et de prières.

Nous ne sommes que des chasseresses, Atlante. Nous vivions dans ces bois pour offrir à plusieurs quartiers des ressources en viande, en cuir et plantes. Nous n'avions pas pensé que nos frères et sœurs se réfugieraient ici.


Le constat fût édifiant. Adam n'avait presque rien pour retenir l'ennemi.

Tous ces innocents en bas comptent maintenant sur vous pour survivre. Nous avons une douzaine d'archères bien entrainées, des munitions et des armes en nombre suffisant, mais pas d'hommes ou de femmes en âge de les porter. Elle hésita avant d'ajouter. Nous avons longuement bataillé, sans répit ni renforts...nos pertes sont colossales.

Adam contemplait la scène avec un œil horrifié. Ça avait dû être un véritable massacre. Ces gens souffraient autant physiquement que mentalement. Le lieutenant osait à peine imaginer comment il réagirait si les Wraiths parvenaient à envahir la Terre. Non, il ne préférait même pas y penser. Il se contenta d'incliner doucement la tête vers la chasseresse, comprenant sa douleur.

Vous avez vaillamment commandé vos troupes, chasseresse. Ne vous inquiétez pas, nous ferons en sorte que tous puissent sortir d'ici.


Il se tourna vers l'entrée gardée, réfléchissant. Avec un nombre de troupes pareil, il serait impossible de contenir bien longtemps une énorme vague de Wraiths bien longtemps. Sauf si... Le passage était obstrué. Adam avait du C4.

En empruntant le tunnel entre la grotte et ici, j'ai vu une sorte d'énorme poutre métallique... Si nous la faisions tomber, pensez-vous que cela suffirait pour obstruer le passage ? Cela pourrait décourager les Wraiths, ou au moins, les ralentir. Cela dit, il ne faudrait pas que cela fasse s'effondrer la caverne sur notre tête.


Enyore hocha lentement la tête.

Ils nous veulent, Atlante. Des petits contingents nous attaquent toutes les demi-heures. Cela les ralentira surement. Mais le chemin pour atteindre le tunnel qui s'est effondré se trouve à l'extérieur...non loin de ces bois. Donc si nous comblons notre seul accès...


Adam opina donc.

Donc dans tous les cas, lorsque nous commencerons à évacuer, il faudra donc faire sortir tout le monde d'ici, pour traverser la jungle. Cependant, il faut compter sur le fait que les Wraiths risquent de renforcer leurs attaques d'ici là. Lorsque la brèche dans le tunnel sera ouverte, il faudra la rejoindre, coûte que coûte, Wraiths ou non. Les troupes d'excavation pourront nous donner un peu de temps, mais nous devrons tout de même nous dépêcher. D'ici là, nous pouvons nous retrancher ici. Il faudra cependant tout de même surveiller le tunnel effondré, pour être prêt au départ dès qu'il sera ouvert


Cette personne sera isolée de nous, Atlante...


Pas forcément, j'ai mon idée sur la question.


Il sortit de son gilet une radio, dont il ouvrit le canal. Il en tendit une seconde à la chasseresse.

On se sert de ça pour communiquer. Il suffirait d'en laisser une camouflée proche du tunnel effondré, avec son canal ouvert. Il nous suffira ensuite de rester attentif au bruit pour savoir quand l'équipe de secours débarquera.


Enyore ne comprenait pas trop. A voir sa tête, l'idée même que les sons pouvaient être transmis d'une boite à l'autre lui était étrange. Mais elle décida de lui faire confiance. Elle hocha la tête en prenant la radio.

On pourrait l'attacher à un arbre, juste en face des éboulements...


Adam sourit légèrement, opinant du chef. Au moins un plan qui pourrait marcher.

Bonne idée. Cela dit, il faut s'assurer que la radio fonctionnera bien, entre ici et là-bas.


Il s'approcha un peu, lui expliquant en détail le fonctionnement de la radio.

Restez ici le temps que nous allions mettre en place la radio. Je vous contacterai ensuite pour être sûr que cela fonctionne correctement. Le plan vous va ?


Je vais le faire. Fît Enyore en prenant l'appareil. L'énorme salle des Anciens, nous ne l'avons jamais explorée en entier. L'idée qu'il existe un autre chemin que le dévoreur pourrait utiliser m'angoisse. Les civils seront plus en sécurité avec vous.

Le docteur McKay s'occupera d'explorer la salle, pour essayer de découvrir quelque chose d'utile. S'il y a une autre entrée, nous la découvrirons vite. Je reste ici donc. Faites attention à vous.


Il lui sourit légèrement, avant de doucement incliner la tête en signe de respect pour la meneuse. Enyore répondit à son signe de tête puis le quitta par la faille.

Prenez soin d'eux ! Fit-elle en partant.

Adam se contenta de doucement hocher la tête, avant d'avancer un peu dans la salle, cherchant un coin où il pourrait avoir une vue d'ensemble sur tout le monde. Puis, il s'assit, son arme contre lui, attendant le contact radio, observant McKay faire son travail de loin.

_________________
All great things are simple, and many can be expressed in single words : Freedom, Justice, Honor, Duty, Mercy, Hope.

Winston Churchill


DC : Mike Femens
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 28/11/2015
√ Messages : 138
Rodney McKay
Dossier Top Secret
√ Age: 39 ans
√ Nationalité: Canada Canada
√ Gêne: Non
MessageSujet: Re: MJ 23 Part. 3a : Bataille pour la Magna Caverneum Mer 14 Juin - 13:26
Bataille pour la Magna Caverneum

Feat les membres d'Atlantis


Q
ui allait me tomber dessus en premier ? Ross ? Ou alors des wraiths ? Pas Hamilton, car Adam venait de dire que le contact était perdu. Je n'en savais rien du tout, j'ignorais s'il était simplement porté disparu, ou alors mort. Mais je priais intérieurement pour que ça soit l'Atlante qui arrive pour me sauver de cet arbre maudit qui m'empêchait de fuir. Surveillant les alentours, je balayai le paysage avec mon arme, près à tirer si quelque chose de mauvais arrivait. Et avoir la tête à l'envers ne m'aidait pas du tout sur les perspectives de mon environnement. Puis, quelqu'un arriva enfin. Mais, ami ou ennemi ? Dans mon angoisse, je faillis tirer sur le visiteur, juste avant de me rendre compte heureusement qu'il s'agissait d'Adam. Tout de suite, mon enthousiasme revint au grand galop. Pour une fois, j'étais ravi de le revoir.

"Lieutenant, enfin vous voilà. Vous ..."

U
n geste de Ross m'indiqua que je devais me taire. Ben oui Rodney, il y a des ennemis partout, et toi tu t'amuses à parler pour qu'on t'entende. Bravo. Silencieux, je laissai le militaire me décrocher, avant de tomber lourdement par terre. Une petite partie de moi pensa alors que le Lieutenant l'avait fait exprès. Quoique, celui ci était entrain de m'aider à me relever, tout en m'indiquant la route à suivre dans un murmure. Après m'être débarrassé du sac qui contenait le parachute quelques instants plus tôt, je replaçai mon ordinateur à sa place, avant de reprendre mon arme dans mes mains. Je n'eus pas le temps de remercier le militaire de m'avoir décroché de l'arbre, ni de savoir où se trouvait Alek, qu'un bruit très désagréable et reconnaissable entre mille parvint à nos oreilles. Les ennuis nous poursuivaient. Deux darts fonçaient dans notre direction. Stupéfait, j'eus à peine le temps de faire quelques pas, qu'un tir heurta le sol tout près de moi, faisant exploser les arbres autour de moi. La violence de l'impact du tir produisit une onde de choc qui me heurta de plein fouet, et m'envoya valser quelques mètres plus loin. Je retombai sur le sol en roulant un peu sur moi même, avant de m'immobiliser tout près de ce qui ressemblait à un piège pour animaux. Ma tête était si près du mécanisme. A quelques centimètres près, l'énorme mâchoire de métal se serait refermée sur moi. Quelle horreur, je reculai rapidement en me relevant, avec l'aide d'Adam qui était revenu à ma rescousse, une fois de plus.

L
es darts revinrent à la charge, et le Lieutenant m'ordonna de courir. Je le suivis en courant aussi vite que je le pus, mon cœur battait la chamade en entendant le son des darts qui se rapprochent rapidement. Nos ennemis semblaient mieux viser, leurs tirs se rapprochaient peu à peu de nous. Bientôt, ils allaient nous atteindre. Cependant, un bruit d'explosion retentit. En levant la tête, j'aperçus un combat aérien s'engager entre les darts et les natus, ces derniers rencontrant quelques problèmes en nous couvrant. Adam affirma que c'était notre chance, et que nous devions continuer de courir. Je m'élançai alors vers la caverne, sans regarder derrière moi, courant aussi vite que possible. Serrant fermement mon arme dans les mains, je finis par arriver avec le Lieutenant dans la grotte, en sécurité. Essoufflé, je m'arrêtai pour reprendre mes esprits, et je me penchai en avant pour me reposer un peu. Nous étions provisoirement à l'abri. A ce moment là, une horrible odeur familière envahissait l'air. Je toussai un peu, puis je finis par avancer derrière Adam. Il fallait continuer de marcher pour arriver jusqu'à notre destination.

N
ous finîmes par tomber sur des cadavres de wraiths, récemment tués par je ne savais quelle arme. Les corps étaient troués à plusieurs endroits, mais par quoi ? Un peu plus loin, il y avait des natus, également morts. Certains étaient encore fumants, d'autres avaient été vidés de leur force vitale. Cette vision me glaça le sang. Une horrible pensée traversa alors mon esprit, que je fis par à Adam. Nous étions arrivés trop tard ? Les wraiths avaient-ils déjà envahi le hall décoratif et éliminé tout le monde ? Cette pensée me fit frissonner. Nous avions échoué. Je continuai d'avancer dans une vaste forêt souterraine, ce qui était très étrange d'ailleurs. Il y avait des corps partout. C'était horrible à regarder. Cependant, je n'eus pas le temps de m'apitoyer davantage sur le sort de ces pauvres natus, qu'une voix féminine sortit de nulle part pour nous demander de nous arrêter. Et mêlant le geste à la parole, une flèche passa tout près du militaire. Sans attendre devant le danger, je levai mon arme, comme Adam, visant notre assaillante. Ou plutôt, nos assaillantes, plusieurs femmes tenant un arc, des chasseresses, nous visant chacune d'une flèche. J'avais l'impression de voir des amazones. Oh non, pas des flèches, pitié. Je n'avais pas envie de me retrouver encore une fois avec un de ces trucs dans les fesses. Bien que nos armes soient supérieures question technologie et efficacité, ces guerrières étaient plus nombreuses que nous. La seule chose que nous allions faire était de nous entretuer. Ross m'ordonna de ne pas faire de mouvement brusque, mais cela semblait être peine perdue avec ces sauvageonnes qui décochèrent alors quelques flèches. Adam eut le réflexe de me pousser avant que l'une d'elles ne m'atteignent, puis nous reprîmes nos postures menaçantes. La situation était figée, mais pour combien de temps ?

U
ne adolescente apparut alors, s'adressant à celle qui était la chef, et sans doute sa mère. Après un échange verbal avec elle, la dénommée Eyniore semblait hésiter. Adam en profita pour s'adresser à elle, afin de calmer la situation, ce qui fut une réussite après quelques minutes. Heureusement d'ailleurs, car j'en avais assez de garder mon arme pointer vers les sauvages, tout en me demandant si je devais ouvrir le feu ou non. La chef nous ordonna de la suivre, ce que nous fîmes sans répliquer. Après avoir marché dans la forêt, nous arrivâmes à une paroi rocheuse, dont une fissure nous permirent de passer à l'intérieur. Aussitôt entré, je reconnus les parois d'une structure lantienne, très ancienne d'après ce que je constatais. Après quelques études rapides, je constatai que cette structure n'avait pas été recouverte par la terre après des siècles. Non, elle avait été installée directement sous terre. Mais, pourquoi ? Notre chemin croisa celui d'autres natus, visiblement blessés, et presque incapables de se battre. Et un peu plus loin, dans une vaste salle, se trouvait de nombreux civils coincés ici, pour la plupart des vieillards et des enfants. Il devait y avoir une centaine de natus qui attendaient de l'aide. Je soupirai en voyant tout ça, puis Eyniore reprit la parole pour expliquer la situation critique dans laquelle les natus se trouvaient. Et nous, nous n'étions que deux à pouvoir assurer leur protection en attendant l'arrivée des renforts.

P
endant que Adam s'entretenait avec la chef, mon regard balaya la salle. Celle ci était immense, je ne pouvais pas voir le reste de la structure. Il devait sans doute y avoir d'autres pièces. Mes yeux se posèrent alors sur une console, située un peu plus loin. Sans attendre, je m'y dirigeai. Après tout, n'étais je pas là pour étudier ce hangar ? Arrivé près de le console, la première chose à faire était de poser la main dessus. Une lumière s'alluma, signe que l'appareil était toujours alimenté, et qu'il fonctionnait. Quelle chance. Aussitôt, je commençais à l'étudier, mais un problème apparut dès le début. La console ne s'initialisait pas. Impossible d'accéder à ses fichiers ou à ses fonctions. En l'état, elle m'était totalement inutile. Je devais remédier à ce problème. Un véritable jeu d'enfant quand on savait qui j'étais. Allant derrière la console, je m'accroupis et ouvrit le panneau de contrôle, dévoilant tout un tas de câbles et de cristaux. Puis, je pris mon ordinateur, avant de parler à haute voix pour moi même, sur un ton de stupeur, en regardant l'écran qui était endommagé.

"Quoi ? Mais, qu'est ce ... qu'est ce qui s'est passé ? C'est pas vrai ! Pourquoi ça n'arrive qu'à moi ?"

C
'était une catastrophe. Enfin, peut être pas, même pas du tout, juste handicapant. Mais bon, c'était MON ordinateur portable. Plusieurs débris, du bois visiblement, avaient percé l'écran à cristaux liquides, créant des fêlures par ci par là. Je soupirai, puis je tentai de retirer la plupart des copeaux de bois. Tout en effectuant cette tâche, je ne pus m'empêcher de marmonner dans ma barbe sur un ton gémissant, comme si je parlai à l'ordinateur. Quand est ce que cela avait bien pu arriver ? Probablement au moment où les darts nous avaient pourchassé. Des arbres avaient été réduits à l'état d'allumettes par leurs tirs, ils avaient du endommager l'écran à ce moment là. Quelle poisse. Tant pis, ce n'était pas ce problème qui allait m'empêcher de faire mon travail. Je branchai le câble à la console, puis je commençai à pianoter sur le clavier. Les impacts de bois entravaient quand même mon boulot, c'était un peu difficile de travailler correctement, et j'avançai lentement. J'effectuai quelques dérivations, bougeaient quelques cristaux. Et je mis un peu de temps pour tout réactiver correctement sans faire d'erreur dans mes calculs. Plusieurs fois, je dus recommencer car les impacts m'empêchaient de savoir si j'avais bon ou pas. Au final, je parvins quand même à accéder aux fonctionnalités de la console, et à lancer l'initialisation manuellement.

A
près m'être levé, je me plaçai face à la console pour accéder aux nombreux fichiers, que je me mis à étudier. Fascinant, cet endroit n'était pas du tout ce à quoi je m'étais attendu. Et d'après les relevés énergétiques qui apparaissaient à l'écran, il y avait un E2PZ quelque part sous mes pieds, et qui était presque déchargé. Je fis un signe à Adam pour qu'il s'approche.

"Lieutenant, vous pouvez venir voir ?"

J
'attendis qu'il arrive à ma hauteur, avant de me lancer dans des explications concernant le hangar.

"Je viens d'accéder à la console de ce bâtiment, j'ai eu beaucoup de mal car l'écran de mon ordinateur est cassé. Et du coup, ça m'a pris plus de temps que prévu, alors qu'en temps normal, j'aurais réussi en quelques minutes. Je ne sais pas à quel moment l'écran a reçu des dégâts. Selon moi, c'est quand on courrai jusqu'à la grotte que ..."

D
evant le regard insistant d'Adam, je changeai de sujet pour en venir à l'essentiel.

"Enfin bref, voilà ce que j'ai découvert. Cet endroit n'a rien à voir avec ce que l'on connait déjà des anciens. Il y a environ 10 000 ans, ils ont installé ce bâtiment sous la terre pour éviter sa destruction, vu qu'ils n'avaient pas encore les occulteurs. Et cet endroit est très important. J'ai remarqué qu'il y avait des capteurs à longue portée à plusieurs endroits sur la planète, et cette base servait d'immense salle d'espionnage. La portée de ces capteurs permettaient aux anciens de surveiller une grande partie de la galaxie, ce qui était unique à l'époque, et même encore aujourd'hui. On n'avait encore jamais vu une telle échelle. Dans cette base, les anciens pouvaient surveiller les déplacements de nombreux vaisseaux wraiths, ainsi que leurs propres flottes. Cet endroit est une vraie mine d'or".

J
e m'interrompis quelques instants, avant de reprendre, tout en consultant les données.

"Cette base est vieille et inopérante, elle s'est en partie effondrée. Donc inutilisable. Et de toute façon, même si elle était en état de marche, nous n'aurions pas pu accéder à ce système de surveillance, je pense qu'il se situe ailleurs sur la planète. Mais, les natus l'ont sans doute trouvé et utilisé. Voilà pourquoi ils savent que les wraiths se rassemblent et se prépare à attaquer. Ils ont vu le mouvement de leurs flottes, ils se doutent de qu'ils vont faire".

J
'affichai une carte de la base, mais celle ci était incomplète car beaucoup de sections étaient devenues inaccessibles.

"Actuellement, nous sommes ici, dans cette salle. Cependant, le plan montre que cette salle est beaucoup plus vaste qu'on ne l'imagine. Et elle s'enfonce dans le sol. Qui sait combien de pièces se trouvent sous nos pieds. J'ai capté une signature énergétique, celle d'un E2PZ très mal en point, quelque part dans la salle située en dessous de celle où nous sommes. Par contre, d'ici, je ne peux pas savoir s'il y a quelque chose d'utile pour nous sur cette base, comme des armes par exemple. Je doute de trouver des jumpers ou un fauteuil, car vu que nous sommes sous terre, ça n'aurait aucun sens".

J
e regardai le plan quelques instants, avant de le télécharger sur mon ordinateur.

"Il faut qu'on aille voir ce qu'il y a dans cette salle, où se trouve l'E2PZ".

"C'est d'accord. Vous vous sentez d'y aller tout seul, ou vous auriez besoin d'une escorte ? Il me faudrait le maximum de troupes possible pour défendre le passage."

Q
uand Adam me demanda si je pouvais effectuer seul l'exploration, mon visage blêmit. Je déglutis avec difficulté, tout en regardant la console. Le militaire avait raison, il devait garder le maximum de troupes avec lui, et rester sur place au cas où les wraiths tentent une attaque à l'entrée. Je devais y aller seul, même si j'avais peur. Après tout, je n'étais pas connu pour mon courage légendaire, mais à ce moment là, je n'avais pas trop le choix, je devais le reconnaitre. Je finis par acquiescer d'un hochement de tête, pas du tout rassuré.

"Heu ... je ... je vais essayer d'y aller tout seul. Si les wraiths nous attaquent, il vaut mieux que vous ayez le maximum de renfort. Enfin, j'espère juste que ... il n'y a pas de danger en bas. Pourquoi y en aurait-il d'ailleurs, hein ?"

"Leur cheffe m'a indiqué la possibilité qu'il y ait une seconde entrée cachée et inconnue quelque part. Alors restez sur vos gardes. Au moindre signe suspect, repliez vous et contactez moi par radio, d'accord ?"

L
es ordres étaient simples, s'il y avait du danger, je devais fuir. J'étais doué pour ça, non ? Adam se voulait rassurant, même si c'était difficile. Je serrai mon P-90 entre les mains, rassemblant mon courage.

"D'accord, je vous ferais part de mon avancée et de ce que je découvre".

"Bien. Courage McKay, je sais de quoi vous êtes capable, vous vous en sortirez à la perfection".

J
e lançai un timide "merci" à Adam, avant de le regarder retourner à la position qu'il occupait quelques instants plus tôt. Pour ma part, je pris une profonde inspiration, puis je parcourus le vaste salle, cherchant une porte qui me mènerait à l'étage inférieur. Je finis par trouver ce que je cherchais, j'étais maintenant hors de portée visuelle du Lieutenant. Passant ma main devant le boitier, ce dernier réagit, et la porte s'ouvrit. Un long couloir se dressait devant moi, en pente, éclairé par une lumière vacillante. Je ne voyais d'ailleurs pas très bien, et j'allumai la lampe intégrée au P-90 pour mieux voir.

//Lieutenant ? J'ai trouvé une porte au fond de la salle qui mène à un couloir. Il semble descendre à l'étage inférieur. Pour l'instant, il n'y a rien à signaler//

L
entement, j'avançai dans le couloir. L'endroit était oppressant, je n'étais pas rassuré du tout. Il fallait le reconnaître, j'avais même un peu peur. Ce silence était très pesant et angoissant. Seul ma respiration saccadée et le bruit de mes pas résonnaient entre ces murs. J'avais l'impression d'être dans un film d'horreur. Après quelques minutes à descendre, j'arrivai à une autre porte. Peut être l'entrée d'une nouvelle salle. Je m'arrêtai devant cette dernière, tout en maintenant mon arme contre moi, prêt à l'utiliser au moindre danger. A moins que mon premier réflexe soit de faire demi tour et de courir. C'était fort probable. Ma respiration s'accéléra, alors que je me trouvai toujours devant cette porte fermée. Je sortis rapidement mon détecteur de signe de vie, mais rien n'apparut à l'écran, du moins dans les environs. J'étais seul. Je décidai d'en informer Adam, tout en rangeant le détecteur dans mon gilet tactique. Il valait mieux qu'il connaisse le moindre détail de ma progression.

//Je suis arrivé devant autre porte au bout du couloir. Il n'y a visiblement aucun signe de vie. Je l'ouvre//

D
'un geste tremblant, je passai ma main devant le boitier. Et tout en pointant mon arme devant moi, la porte s'ouvrit.

© Starseed

_________________
DC : Gabriel Grayson - Skyler McAlister
Award:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 24/01/2017
√ Age : 65
√ Messages : 277
√ Localisation : Sur le Dédale

Steven Caldwell
Dossier Top Secret
√ Age: 64
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Non
MessageSujet: Re: MJ 23 Part. 3a : Bataille pour la Magna Caverneum Jeu 15 Juin - 0:15
Du côté d’Adam


Après le départ d’Enyore, un porte-parole du groupe de réfugiés vint à la rencontre d’Adam pour le saluer. Il lui apprit qu’ils manquaient d’eau, de vivres et de soins depuis des heures. Et que les blessés n’avaient cessé de s’accumuler au fil des assauts Wraiths, rendant ainsi les déplacements très compliqué entre les personnes âgées et ceux-ci.

Le sous-lieutenant n’avait que très peu de cartes en main.
Il ne pouvait même pas tenir la jungle et très difficilement cette position. Le Wraith n’étant pas bête, et ingénieur qui plus est, il valait mieux espérer que les renforts arrivent très rapidement.

Le temps s’écoula lentement dans la semi-obscurité. Heureusement, le soldat y voyait très bien grâce à ses lentilles et il pouvait ainsi mesurer l’importance des plaies sur les derniers soldats. Certains d’entre eux continuaient même de saigner et fixaient la faille dans une indifférence étonnante.

Soudain, quelque chose bougea en face. Serait-ce les chasseresses ? Enyore qui revenait, déjà ?

SHHHHRRRRRRSHHHH

Une énorme patte griffue passa brutalement à travers l’ouverture. La tête peinait à se frayer un passage et tout le corps était resté derrière. Un mastodonte tirait de toutes ses forces pour pouvoir franchir la faille et il tenait entre ses dents des morceaux de cuirs vestimentaire...comme celui des chasseresses embusquées.
Seigneur...les avait-ils toutes dévorées ?

La chose tenta plusieurs fois de les atteindre de sa patte sans y parvenir. Elle était irrémédiablement bloquée. Les mousquets firent soudainement feu, la munition percutant le dessus de la tête et le bras avant de rebondir brutalement. Comme la lance qu’une duelliste lança d’ailleurs. La chose n’en prit même pas compte et continuait de s’agiter dans tous les sens, avançant alors de quelques centimètres.
Complètement perdus, certains guerriers envisageaient déjà de le détruire par un sacrifice. Mais avant qu’il ne puisse s’exécuter, la chose recula à grand renfort de coup de patte et dégagea la faille aussi rapidement qu’elle y était apparue. La radio d’Adam grésilla et une voix bestiale, désagréablement familière filtra jusqu’à lui.

« Je m’adresse à l’Atlante qui se sert de cette technologie. Est-ce le dénommé Sheppard ?!? »

Il ne lui laissa pas le temps de répondre.

« Nous commencions à trouver le temps long, Atlante. » Un soupir sadique ponctua ses propos. « Vous êtes encerclés et votre pathétique plan est déjà déjoué. Je vous recommande de venir nous retrouver et de vous rendre si vous ne voulez pas que cette petite chose souffre de mon appétit. »

Des plaintes s’entendaient en arrière-plan. C’était la voix d’Enyore et elle hurlait non pas de peur mais d’agonie. Ils étaient en train de la vider. Le cri était à fendre l’âme, il appelait à ce qu’on la tue pour son bien, qu’elle ne souffre plus ainsi de voir sa vie nourrir le Wraith qui se déléctait de cette nourriture impuissante.

« Ross… » Lâcha-t-elle paniquée dans un terrible appel à sa pitié.

Adam ne s’était jamais présenté durant sa brève entrevue avec la chasseresse. Mais il semblerait qu’elle avait su lire sa bande patronymique et s’en servait dans un instant de terreur. Elle supplia soudainement qu’on la tue.

« Tuez-moi ! Tuez-moi ! » Hurlait-t-elle dans une détresse des plus destabilisantes.

« Ah, Ross ! Entendez-vous ce doux son ? Il est si agréable n’est-ce pas ? Venez à nous avons qu’il ne soit trop tard… »

La radio fût apparemment approchée davantage d’Enyore pour qu’on puisse l’entendre davantage. Ses poumons crépitaient d’un râle à peine perceptible, elle devait être terriblement vieille et sur le point de mourir.

« Sa vie s’achève Atlante. Peut-être devriez-vous vous presser. J’ai grand faim et cette fille en bas-âge me semble des plus appétissante…comment t'appelles-tu ? »
« Liud. » Fît une petite voix très intimidée.
« Liud...veux-tu vivre ? »

La petite fille éclata en sanglots.

« S’il vous plaît ! Arrêtez de faire mal à ma maman… »
« Il faut le demander poliment petit met...poliment. Adresse-toi à Ross. »
« Ross… » Fît la petite voix entre les sanglots.

Puis il y eut un nouveau cri terrifiant. Celui du petite vie innocente volée par un Wraith.

« Non...non… » Sanglotait la fille entre plusieurs cris de douleurs.
« Ah, Ross. Vous tardez ! Voyons si cette petite ressemble à sa mère vieillie... »


--------------------------------
Du côté de Rodney
--------------------------------


Les lentilles de Rodney faisaient de l’excellent travail.
Après avoir passé la porte, un grand hangar apparut devant lui mais avec un éclairage très vacillant et terne. Les nombreux diffuseurs clignotaient et s’éteignaient parfois pour de bon, plongeant l’endroit dans un spectacle de désolation trés désagréable. C’était abandonné depuis si longtemps que l’oxygène lui même en était difficilement consommable, comme s’il avait trop vieilli.

Le scientifique poursuivit doucement sa progression en contrôlant ses instruments de mesure. Il était bien au bon endroit. Il y avait un peu partout autour de lui des matériaux de constructions avec ce qui semblait être des grues à déplacement anti-gravité. De nombreuses plaques de support se trouvaient encore là, ainsi qu’un tas de poutres apparemment très lourdes.

En allant vers le centre de la salle, Rodney fût d’abords déçu de faire visiblement chou blanc. Il y avait bien des rampes étranges qui menait à ce qu’on aurait pu prendre pour une salle d’attente à ciel ouvert. Mais qu’est ce que ça faisait bien là ?
D’ailleurs, il avait suffisamment étudié la base de données des anciens pour savoir qu’ils n’avaient jamais inventé ce principe. Un ancien inactif est une perte de productivité…

Non. Ca devait forcément être autre chose.
Il leva le nez et découvrit avec stupéfaction que tout un côté de cet énorme hangar était construit pour s’ouvrir sur l’extérieur. Et ses instruments de mesure lui indiquaient qu’il était bien sur l’emplacement du vieux E2PZ. Mais quelques mètres en-dessous.
Une fois à l’intérieur de cette “salle d’attente”, il trouva une trappe qu’il pu ouvrir facilement. Il y découvrit une échelle qui descendait une dizaine de mètres en contrebas. Là encore, sous l’influence du gène, l’éclairage prit vie et lui dévoilà une énorme salle des machines qu’il reconnut immédiatement.

La propulsion des Jumpers n’avaient pas toujours été si avancée. Dans des temps plus reculés, les E2PZ servaient pour les gros porteurs et alimentaient d’imposants réacteurs mobiles. Cette grande salle des machines absorbaient et transformaient l’énergie de la pile en un carburant consommable dirigés vers lesdits moteurs.




Effectivement, l’ancêtre de la propulsion lantienne se servait d’une source d’énergie pour créer un carburant fossile. Surement une technologie de transition sur d'aussi vieux modèles qui n’utilisaient pas encore les réseaux à énergie, bien plus fiable, dont la cité et la technologie plus moderne utilisait.

En tout cas, les différentes pièces avaient salement vieilli et prit la poussière. Mais Rodney fût frappé par une terrible constatation en observant ce vieux tas de ferraille. C’était un engin de chantier pour transporter les matériaux hyper-lourd composant la structure. Une pièce maîtresse de l'ingénierie Atlante du temps où ils assemblaient tout manuellement.

Et ce qui destabilisa notre homme, c’est qu’il savait que cette salle d’attente était en réalité le pont de transport passager. Que l’engin était non seulement capable de voler s’il le réparait. Mais qu’il pouvait également transporter tous ces pauvres gens à l’extérieur, loin d’ici.

Il n’y avait qu’un problème et de taille !
Ce type d’engin était conçu pour aller d’un point A à un point B en restant à ras du sol.
Si le scientifique optait pour cette solution, il faudrait non seulement un excellent pilote, mais également qu’un technicien confirmé maintiennent les systèmes manuellement en salle des machines. Car plusieurs d’entres eux nécessitaient, de par leur obsolescence, une intervention humaine.

Serait-ce finalement la chance que rodney espérait tant ?



------------------------------------------------
Deadline : Mercredi 21 juin au soir.

_________________

Réalisé par A. HOFFMAN
DC : Nelly Bricks
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 24/11/2016
√ Messages : 88
Adam Ross
Dossier Top Secret
√ Age:
√ Nationalité:
√ Gêne: ATA
MessageSujet: Re: MJ 23 Part. 3a : Bataille pour la Magna Caverneum Jeu 22 Juin - 18:28
McKay vint rapidement au rapport, avant de partir pour explorer un peu plus la caverne. S’il trouvait quelque chose d’utile, ce serait toujours cela de gagner contre les Wraiths. Pendant ce temps, Adam revint calmement jusqu’à l’entrée, attendant le retour d’Enyore. Elle mettait beaucoup de temps. Peut-être n’avait-elle pas compris comment se servir de la radio ? C’était fort probable. Les gardes à l’entrée étaient dans un état déplorable. On aurait dit qu’ils fonctionnaient en mode automatique. Les neuf soldats fixaient l’entrée en silence, un silence pesant et effrayant.

Soudainement, un bruit se fit entendre dans la faille. Un mouvement furtif. Puis, une sorte de sifflement. Ce n’était pas bon ça… Une gigantesque patte animale passa la faille, cherchant à agripper quelque chose pour faire passer certainement le reste du corps. La tête passait déjà, recouverte de restes d’habits ressemblant à ceux des chasseresses. Adam ne sentit son sang ne faire qu’un seul tour, prit instantanément d’effroi face à cette vision épouvantable. Il se saisit de son P90, mettant la chose en joue, prêt à faire feu. Cependant, les balles des mousquets vinrent ricocher contre le bête, ce qui découragea l’atlante de tenter de tirer dessus. Allaient-ils donc finir dévorés par cet horreur ? Non, non, visiblement pas. La bête s’était bloquée, trop grosse pour passer la faille. Adam glissa ses mains tremblantes dans son gilet, cherchant sa grenade à fragmentation à tâtons. Mais, avant qu’il n’ait l’occasion de s’en servir, la bête se retira, disparaissant dans les ombres, laissant les soldats seuls dans un silence effrayé. Adam ne bougeait plus. Il ne pensait plus. Il continuait de fixer l’entrée, attendant la suite, son arme à la main. Celle-ci ne se fit pas attendre.

Sa radio grésilla. Les Wraiths. Les Wraiths avaient capturé Enyore et sa fille. Adam écoutait en silence, son visage se décomposant aux cris de douleurs des deux Natus. Autour de lui, les autres survivants lui lançaient des regards remplis d’effroi. Le lieutenant ne disait rien. Il écoutait, impuissant. Leur ennemi exigeait sa reddition en échange de la vie des deux femmes. Lorsque la radio se coupa enfin, Adam resta quelques secondes, immobile, tremblant. La colère commençait peu à peu à gagner du terrain dans son esprit. Non, rester calme. Trouver un plan. Les sortir de là.

Une idée lui vint peu à peu à l’esprit. Les Wraiths le voulaient, et en vie visiblement. C’était leur chance. Il fit signe aux Natus de garder leur position, avant de s’avancer vers la faille. Il s’arrêta quelques secondes, attentif. Aucune trace de la bête. Mais, soudainement, sa radio se mit à grésiller de nouveau, lui arrachant un sursaut. C’était la voix de McKay.

//Lieutenant ? J'ai découvert un vaisseau. Une sorte de gros porteur ancien, dépassé technologiquement parlant, mais suffisamment grand pour évacuer tout le monde. Les réacteurs sont alimentés par un E2PZ presque à plat, mais si je parviens à réparer ce tas de ferraille, il y aura suffisamment d'énergie pour nous permettre de sortir d'ici et de rejoindre les autres. Vous savez piloter des vaisseaux très lourds et difficiles à manœuvrer ?//


Adam glissa sa main jusqu’à sa radio, s’en saisissant rapidement.

//Je devrais pouvoir me débrouiller. Ça commence à bouger par ici, je vais avoir besoin d'un peu de temps, occupez-vous des réparations en attendant//


//Bien reçu Lieutenant, je vais voir ce que je peux faire. Il y a beaucoup de travail. J'ai parcouru rapidement l'état général du vaisseau, j'ai remarqué qu'il est armé de trois drones. Si je parviens à rétablir l'armement, ça pourrait servir//


Désormais, sa mission avait un double but. Sauver les Natus, et faire gagner du temps à Rodney. Il ne devait pas se foirer. Revenant rapidement sur ses pas, il distribua ses ordres aux Natus. Ils devaient faire évacuer les civils jusqu’au vaisseau, le plus rapidement possible. Il ordonna également qu’un groupe de cinq civils encore en bon état reste sur place, dans la continuité de son plan.

//Ross ?! On va avoir un problème. Je détecte plusieurs signes de vie, une vingtaine à peu près, à l'opposé de votre position. Je ne sais pas si ce sont des wraiths ou non, mais ils arrivent par une section de la base sensée être effondrée. Ils seront bientôt là//


Bordel, il ne manquait plus que ça. Cela dit, il faudrait du temps à se groupe pour se frayer un chemin dans les décombres. Ce qui lui laissait le temps dont il avait besoin.

//Reçu, nous serons partis avant leur arrivée//


Finalement, le pilote s’engouffra dans la faille, avançant rapidement, attentif aux bruits autour de lui. Il attrapa sa radio. Il était temps de discuter avec leur nouvel ami.

//Ici Ross, je vous entends. J'accepte de me rendre, mais je veux être certain du bon état de la gamine, et que les Natus ici pourront sortir sans encombre//


//Ah...Ross. Un atlante bien présomptueux ! Vous n'êtes pas en position d'exiger la liberté de nos proies. Venez à nous et je rendrais leurs jeunes années à ces femmes !//


Le Wraith voulait jouer au gros dur. Typique des Wraiths. Cependant, Adam voyait clair dans son petit jeu. S’il lui demandait de se rendre, et n’attaquait pas directement la caverne, c’est qu’il désirait récupérer le soldat en un seul morceau, sûrement pour l’interroger. Il fallait donc jouer sur cet avantage. Arrivé enfin à sa destination, la grosse poutre soutenant la faille, l’Atlante installa rapidement un pain de C4 sur celle-ci, en parti caché, le reliant au détonateur. Première phase du plan : check. Plus qu’à faire flipper cet enfoiré. Au passage, Adam remarqua qu’un peu de fumée était en train d’envahir le couloir. Action typique des chasseurs. Ils avaient dû mettre le feu à la forêt pour les obliger à sortir. C’était malin. Revenant rapidement sur ses pas, il reprit sa radio.

//Je pense être parfaitement en position de le faire. Je détiens toutes les informations qu'il vous faut pour mettre à sac cette planète, et bien plus. Alors si vous souhaitez négocier, il va vous falloir être coopératif. Sinon...//


Revenu dans la salle, il approcha son pistolet de sa radio, avant de désactiver la sécurité, de façon à bien faire entendre le déclic. Allez enfoiré, mords à l’hameçon…

//Est-ce que vous prendriez vraiment le risque de perdre une mine d'information juste à cause de deux prisonniers et d'une fierté un peu trop élevée ?//


//Vous pensez être notre clé de la victoire ? Ah, bien, jouons !//


La radio retransmit de nouveau les cris de la fillette. Sa voix s'était muée en quelque chose de beaucoup plus mature. Adam serra la mâchoire, tandis que les Natus autour de lui lançait des regards implorants dans sa direction. Le pilote leur fit signe de rester calme. Son sang bouillonnait en lui. Il n’avait qu’une envie, c’était de sortir pour exécuter tous ces enfoirés. Cependant, s’il faisait cela, c’était tomber dans leur piège. Hors de question. C’était lui qui menait la danse. Il serra son pistolet autour de sa main, avant de le lever vers le haut. Il ouvrit son canal radio.

//Je ne crois pas que vous ayez compris. Je n'ai absolument plus rien à perdre.//


Il tira un coup dans les airs, avant de laisser échapper un faux cri de douleur, qui se transforma en râle peu à peu. Heureusement qu'il était bon acteur. Les Natus, eux, semblaient être en premier abord surpris par cet acte, un d’entre eux l’ayant même mis en joue. Cependant, rapidement, ils comprirent à quoi il était en train de jouer. Prenant une voix faussement douloureuse et haletante, Adam recontacta le Wraith.

//Je viens... De me tirer dans la jambe... La prochaine sera... Dans la tête... Alors décidez-vous, et vite... Car dans tous les cas, je ne peux plus bouger... D'ici//


Il y eut un long silence. Adam restait immobile, le cœur battant à deux cents à l’heure, priant pour que son plan fonctionne. Sinon, il n’en avait pas de meilleur.

La radio grésilla puis le Wraith reprit.

//Je ne vous savais pas si idiot, Atlante. Que voulez-vous !//


La proie avait mordu. Plus qu’à la tirer jusqu’à la barque. Les traits de Ross se détendirent doucement, mais il prit soin de garder sa voix agonisante. Il ne fallait pas que son ennemi se doute de quelque chose.

//Les Natus... Préférerons la vie de leurs chasseresses à la mienne... Alors... Amenez les prisonniers... Et ils me livreront à vous...//


Il laissa un léger silence, puis reprit.

//Dans tous les cas... Je crèverai ici... Alors autant faire... Un bon échange...//


//Qu'ils vous livrent devant la faille. Nous vous attendrons !//


La radio coupa. Adam lâcha un juron tout haut. Enfoiré de Wraith ! Il voulait jouer au plus fort ? Eh bien, ils allaient jouer à deux. Il avait un avantage par rapport à eux : lui, il savait comment fonctionnait sa radio. Faisant mine de parler sur le canal général, Adam approcha la radio de ses lèvres.

//Colonel... Les Wraiths n'acceptant visiblement pas de rendre les civils en échange de ma vie... Je procède à la procédure habituelle.//


Il approcha son arme du micro. Nouveau déclic. C’était le tout pour le tout maintenant. Adam était plus tendu qu’un fil à linge désormais.

//Si vous avez quelque chose à me dire avant que je ne le fasse, c'est maintenant.//


//Attendez !//


C’était le Wraith. Adam sourit légèrement, baissant son arme, un air vicieux sur le visage. Il avait vu juste. Le Wraith le voulait en vie. Il fit signe à un Natus de s’approcher, lui murmurant quelques mots. Il allait tenter de les pousser à bout.

//Nous vous envoyons la femme ! Sortez et la fillette sera ensuite rendue !//


Le Natus récupéra la radio, et parla, suivant les ordres de Ross.

//C'est moi qui reprend les commandes. Emmenez les deux, ou nous l'exécutons. Vous en ferez ce que vous voulez ensuite, ce ne sera plus notre problème.//


C’était peut-être la demande de trop. Le Wraith hurla dans la radio.

//Ca suffit ! Je vous en enverrai qu'un seul. Et l'autre suivra après avoir livré l'Atlante ! Nous quitterons alors l'endroit et vous laisserons en paix. Si vous refusez, je me gorgerai de leurs dernières forces en faisant profiter du spectacle...et je viendrai vous chercher, tous, les uns après les autres !!! Choisissez pour la dernière fois !//


Il y eut un court silence, durant lequel le Natus regarda Adam, attendant les ordres. Le militaire se mordait la lèvre. Pas le choix. Il se contenta d’opiner.

//Bien. Nous attendons avec le prisonnier.//


Aussitôt que la radio fut coupée, Adam distribua ses ordres, un nouveau plan fleurissant dans son esprit.

Je veux que deux tireurs se tiennent prêts pour m’accompagner. Les autres resteront là pour garder l’entrée. Trouvez-moi également trois civils en bon état, pour récupérer le second prisonnier. Il va également me falloir de la ficelle, un bandage souillé de sang, et un tissu assez épais pour couper tout son. Allez, on s’active !


Aussitôt, quelques Natus décampèrent, obéissant aux ordres. C’était un plan fait à l’arrache, qu’on aurait volontiers qualifié de fou et de bâclé. Mais, très honnêtement, dans une telle situation, Adam n’avait pas vraiment mieux. Il tourna sa tête vers la faille, attendant que quelqu’un la passe.

La première personne qui passa fût Enyore, en pleurs, qui peinait à conserver son équilibre. Sa poitrine était ensanglantée et elle présentait les traces d'une ponction très violente. On lui avait rendu de la vie...mais à l'aspect de son visage, plusieurs années manquaient à l'addition... Dès qu'elle passa la faille, elle s'effondra dans les bras des Natus venu la récupérer. Adam la regardait avec un air désolé. C’était sa faute si elle se retrouvait dans cet état.

//Amenez l'Atlante !//


Il fallait s’activer. Adam laissa la femme aux bons soins de deux Natus civils. Il récupéra sa liste de commission. Parfait, tout était là.

Vous… Vous allez vraiment vous rendre à eux ?


C’était l’un des tireurs qui demandait cela. Adam sourit légèrement en coin, son visage affichant une expression de pur sadisme.

Les Wraiths tiennent tant que cela à me récupérer ? Très bien, dans ce cas, nous allons leur donner ce qu’ils veulent.


Ce n’était pas vraiment une réponse, mais au visage d’Adam, le Natus sembla comprendre rapidement qu’il n’allait pas se rendre sans se battre. Ross passa le bandage autour de sa jambe, avant de reprendre sa radio pour contacter McKay, qui avait dû suivre toute la conversation.

//McKay, si vous perdez le contact radio avec moi, décollez immédiatement, compris ?//


//Impossible, Lieutenant. Il doit y avoir un pilote et un technicien pour que ce vaisseau décolle. Vous avez intérêt à ramener rapidement vos fesses ici, sinon on est tous morts//


Adam se pinça les lèvres. Le scientifique avait toujours le mot pour encourager les autres, c’était impressionnant.

//Je vais faire ce que je peux. Silence radio.//


Le Lieutenant récupéra le bout de tissu, avant de retirer son casque, et l’enrouler autour de sa tête. Il remit son casque en position, tapant des mains quelques fois. Il n’entendait quasiment plus rien. Parfait. Faisant signe aux trois civils et aux deux tireurs, il s’enfonça dans la faille, suivit par son escorte. Il passa la poutre, puis s’arrêta une vingtaine de mètres avant la sortie de la faille coté Wraiths. Là, il récupéra l’une de ses grenades à fragmentation, qu’il relia à la ficelle. Il la plaça contre le mur, et tira la ficelle tout le long du passage. C’était une technique que Pied-de-Biche lui avait enseigné. Diablement efficace. Il désigna l’un des civils.

Toi, tu restes là, et tu t’assures que tous tes camarades passent correctement au-dessus de la ficelle, et ne la touche SURTOUT pas. Pour les deux tireurs… Préparez-vous à faire feu à mon signal. Je vais faire diversion avec une grenade. Vous devrez en profiter pour abattre les Wraiths proche de moi. Compris ?


Tous hochèrent doucement la tête, un peu penauds. Adam sourit légèrement, comme pour les rassurer, avant de doucement venir lui poser la main sur l’épaule de l’un d’entre eux. Il avait besoin que quelqu’un croit en lui, car il n’était pas sûr de croire en lui-même actuellement. Il s’avança un peu plus dans la grotte, jusqu’à la sortie de la faille. Restant en grande partie dans le tunnel, il fit un signe de tête à l’un des tireurs, qui s’empressa de prendre la parole. Adam, de son coté, mit les mains dans le dos, prenant dans ces dernières une grenade flash.

Il est là. Emmenez l'enfant maintenant !


Un sbire approcha l'enfant à l'entrée de la faille, à quelques mètres d'Adam. La chose le fixait sans le voir avec son étrange masque, penchant la tête sur le côté. La voix du chef Wraith retentit.

Faites l'échange ! Maintenant !


Adam avança lentement jusqu'à la fillette. Il clopinait pour rendre l’illusion de la fausse blessure parfaite. Il sentait son corps battre à se rompre, des sueurs froides dans le dos. Face à lui, des dizaines de Wraiths, prêts à lui sauter dessus. Il triturait nerveusement sa grenade, la gardant hors de vue des monstres. Il observa la fillette quelques secondes, puis le Wraith. Il n’avait jamais vu de Wraith en vie d’aussi près. Il fallait rester calme. Calme. Il lui sourit, avant de prendre la parole.

Avant tout chose, voilà ce dont vous aurez besoin pour percer les défenses Natus.


Il envoya la grenade rouler un peu plus loin, l’ayant dégoupillée, fermant les yeux. Le temps sembla se suspendre, tout comme les battements de son cœur. Une seconde. Deux.

BOOM

La grenade flash explosa. Adam, les yeux encore clos et les oreilles ayant été protégées par son gros tissu autour des oreilles, chopa la gamine et la tira vers le faille. Les Natus tirèrent immédiatement sur le Wraith tout proche d’Adam. Les Wraiths ripostèrent, aveugles, des tirs de plasma partant dans tous les sens, ne touchant fort heureusement pas le Lieutenant. Cependant, une grenade vint éclater dans son dos, tout proche. Adam sauta dans la faille, le souffle de l'explosion venant roussir ses poils de nuque. Immédiatement, les deux tireurs récupérèrent la fillette, l’emmenant avec eux pour fuir loin des dévoreurs. Comme demandé, un peu plus loin, un Natus faisait passer tout le monde au-dessus de la ficelle tendue dans le passage. Adam fut le dernier à la traverser, continuant tout droit sans s'arrêter, les Wraiths sûrement derrière lui. Il avait l’impression que son cœur allait sortir par sa gorge. Il avait réussi. Il avait fait face. Cependant, il n’était pas sorti d’affaire. Quelques secondes plus tard, au moment où le premier Wraith arriva, le piège s'activa, dégoupillant la grenade à fragmentation qui protégeait le chemin, faisant gagner un peu de temps. Puis, une fois tout le monde sorti, Adam, à bout de souffle, fit s'éloigner tout le monde de la faille, et activa le détonateur. Le C4 explosa sous de gigantesques bruits de roche, une gerbe de flamme s'échappant d'un seul coup de l'entrée de la faille, illuminant le visage de tous les Natus encore présents, la plupart étant tous déjà descendus vers le vaisseau. Adam reprenait sa respiration, tremblant.

//Bien joué, Ross ! Mais vous ne m'échapperez pas. Je viendrais me nourrir de vous personnellement...j'arrive !//


//Je vous attends Wraith. Prévoyez des pioches pour venir récupérer les cadavres de vos soldats.//


Il coupa la radio, retirant rapidement son faux bandage et le tissu autour de ses oreilles. Les derniers Natus étaient en train de s’enfoncer dans le fond de la grotte. Allez, McKay attendait maintenant. Adam s’assura que toutes ses affaires étaient en place, avant de s’élancer derrière les Natus.

//C'est bon, Lieutenant, le vaisseau est prêt à partir ... enfin je crois. J'ai fait ce que j'ai pu//


Enfin une bonne nouvelle. Ross attrapa sa radio, venant aider l’un des Natus à soutenir Enyore, qui semblait avoir du mal à se mouvoir.

//Bien compris, on arrive avec les derniers Natus. Tout le monde est installé ?//


//Tout ceux que vous m'avez envoyé sont là, il y a assez de place pour tout le monde//


Tout semblait marcher comme sur des roulettes. Adam fut le dernier à pénétrer dans le hangar. Ses troupes étaient les dernières en dehors du gigantesque transporteur, attendant les ordres. Le pilote s’approcha d’eux rapidement, inspectant au passage l’antiquité volante qu’il était sur le point de piloter.

Occupez-vous de garder le sas de l’intérieur, au cas où. On n’est jamais trop prudent.


Le sous-lieutenant n’oubliait les signes de vie détectés un peu plus tôt. Il fallait qu’ils restent sur leur garde. S’avançant jusqu’à la rampe d’accès, Ross pénétra dans la carlingue, repérant assez vite le poste de pilotage. A son arrivée, les commandes, trop longtemps restées endormies, semblèrent réagir au gêne lantien. Adam consulta rapidement l’état du vaisseau. McKay avait réparé les composants principaux, c’était l’essentiel. Il semblait y avoir une voie tracée pour le transporteur, qui devait, Adam l’espérait, conduire à l’extérieur. Déplaçant rapidement ses mains sur les commandes, le pilote activa les lourds réacteurs, faisant doucement décoller la carlingue du sol. Et c’est parti…

_________________
All great things are simple, and many can be expressed in single words : Freedom, Justice, Honor, Duty, Mercy, Hope.

Winston Churchill


DC : Mike Femens
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 21/08/2016
√ Messages : 643
√ Localisation : Le plus souvent à l'infirmerie

Alek Hamilton
Dossier Top Secret
√ Age:
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: ATA
MessageSujet: Re: MJ 23 Part. 3a : Bataille pour la Magna Caverneum Jeu 22 Juin - 18:57
Du côté d'Alek :

Ma pause boisson et récupération après tout ce merdier était terminée, il était temps pour moi de trouver un moyen de sortir de ce piège et de rejoindre mon équipe. En admettant qu’ils étaient encore vivant. Avec la perte de ma radio j’étais coupé des autres atlantes et livré à moi même dans un monde en guerre, j’aurais pu limite croire à un niveau corsé à Battlefield. Kalash avait commencé à sentir partout pour se familiariser avec son environnement. Je me levais de l’amas de pierres sur lequel j’étais assis pour aller voir à mon tour dans quoi exactement je m’étais fait piéger.

Je fus soulagé de voir que j’étais entouré de maisons car qui disait maisons disait portes et ou fenêtres à casser pour trouver une sortie. Le hic allait être de savoir où exactement j’allais ressortir. Car si c’était pour retomber sur mon si charmant comité de pompom girls ça ne servait à rien. Je ne savais pas exactement combien de Wraiths il restait dans cette zone, au pire un ou deux je pourrais m’en sortir mais plus ? Non.

Je m’approchais des portes et collais mon oreille pour essayer d’entendre des bruits, première porte rien, deuxième porte idem. Kalash me suivait et je faisais confiance à son instinct pour avoir un comportement qui me donnerait des indications d’une potentielle menace. Toutes les maisons étaient désertes ce qui était logique car tous les Natus se faisaient la malle. Mais quelques E.T auraient pu avoir l’idée de se positionner à couvert pour des tirs de sniper...si jamais ils avaient des snipers dans leur armée bien sur.

Je choisissais une porte et tournais la poignée doucement pour voir si elle s’ouvrait, j’espérais sincèrement ne pas avoir à la défoncer à cause du bruit que ça allait causer. Par chance les habitants étaient partis précipitamment et n’avaient pas verrouillés. J’ouvrais donc doucement la porte laissant Kalash passer en premier, je pris mon P90 et entrais à mon tour en mode furtif. Kalash flairait tout ce qu’il pouvait et pour le moment rien dans ses attitudes ne pouvait faire penser à des ennemis dans le coin, ni des amis d’ailleurs.

Le berger Allemand passait la maison à la truffe fine, je le suivais prêt à tirer à la moindre menace. Mon idée était de traverser la maison et de voir s’il n’y a avait pas une porte donnant sur l’autre côté de la rue. Mon voeu fut exaucé et j’arrivais à une porte donnant sur une rue plus étroite. Je regardais par les fenêtres et tout semblait calme. Je tentais d’ouvrir la porte mais celle là était fermée, logique. Je donnais plusieurs coups d’épaule avant de sentir la douleur de ma côte se réveiller...et merde...ce n’était pas le moment. Tant pis je devais y aller plus bourrin et donnais deux bons coups de pied à la serrure qui cassa. La porte s’ouvrit violemment et claqua contre le mur, mais je ne sortis pas de suite. J’attendais de voir si tout ce bruit avait alerté des Wraiths. Et si jamais c’était le cas je serais mieux dans une maison pour me défendre.

Calme plat..bon super, je sortis prudemment, Kalash sur mes talons. Ouf nous n’étions plus pris au piège mais je n’avais pas la moindre putain d’idée de là où nous étions. J’entendais des bruits de tir, d’explosion, ça avait l’air de pas mal chauffer dans plusieurs endroits. Mais lequel était celui que je devais rejoindre ? On peut pas dire que je pouvais sortir mon smartphone et chercher sur google maps...En plus dans une caverne aussi grande, se repérer avec les étoiles était impossible.
J’étais en train de réfléchir à trouver un moyen de me repérer dans tout ce foutoir quand soudain, Kalash se mit à grogner en regardant un endroit en particulier. Il fixait un petit objet noir fixé au sol sur la rue. Si Kalash grognait, c’est qu’il avait trouvé quelque chose de soit dangereux soit qu’il ne connaissait pas, et bien souvent c’était dangereux. On aurait cru que la pierre concevant cette route avait été abîmée en plusieurs endroits. Et seules des petites pointes noires en ressortaient...comme...des mines ?!? Ahhhhhh génial manquait plus que ça….je détestais ces petites bestioles qui nous transformait en meuble ikea en kit quand on posait le pied dessus.

Je ne bougeais plus et j’ordonnais à Kalash de ne plus bouger non plus. Je regardais autour de moi pour voir si j’en repérais d’autres. J’en vis une dizaine ce qui voulait dire qu’il y en avait au moins le double minimum et je ne sais pas du tout sur combien de mètres….Merde, merde et remerde. Seul j’aurais pu passer mais avec Kalash ça devenait vraiment compliqué, pas vraiment d’autre choix que de le porter pour éviter qu’il mette une de ses quatres pattes sur une mine. Dans ce cas là précis être maître chien n’était pas très pratique. Je me baissais pour être accroupi afin de mieux voir le sol entre lui et moi. Bon quand même une bonne nouvelle, je pouvais l’atteindre sans risques.

Je marchais donc vers lui et l’attrappais pour le porter. Dès que je me relevais je sentis ma côte qui me tirait encore plus. Je commençais vraiment à me poser des question si elle était juste fêlée..peut être qu’elle l’était au début mais avec le soleil que j’avais pris à cause des grenades Wraiths ça avait dû agrandir la fêlure.

- “Mon gros, prie tous tes dieux canins si tu en as pour qu’on s’en sorte sans morceaux en moins.”

Je marchais en prenant un soin tout particulier à bien regarder à quoi ressemblait le sol que mes rangers allaient fouler. Le moindre doute, le moindre grain de sable suspect ou bosse et je changeais d’endroit pour poser mon pied. J’avais l’impression d’être en équilibre sur des oeufs tout en portant quarante kilos...Kalash était très calme, il ne bougeait pas. De toute façon il savait que si je le portais il devait rester le plus immobile possible. Après un temps qui me parut infini je sortis dans la ruelle avec mon colis sans dommages….pour lui, moi je serrais les dents avec la douleur.

Quand je jugeais le sol “safe” je reposais Kalash au sol. De lui même il flaira autour de lui pour se rassurer et éventuellement trouver d’autres surprises. Bon tout ça ne me disait pas où aller...je fouillais dans mes affaires histoire de voir si je n’avais pas quelque chose qui pourrait m'être utile. Je retrouvais le détecteur de mouvements...mais quel con j’étais, ce truc aurait pu me servir à examiner plus vite les maisons. Bon il allait me servir maintenant, enfin si je comprenais comment il fonctionne. En le trifouillant j’arrivais à l’allumer et je vis plein de points autour de moi...génial...mais amis ou ennemis? ça je pouvais me gratter pour avoir la réponse.

Quand j’entendis Kalash se mettre à grogner je me rendis compte que j’avais un meilleur détecteur avec mon chien qu’avec ce machin. S’il grognait c’est qu’une autre tuile allait nous tomber sur la tête. Vu l’attitude d’attaque que prenait Kalash, je devinais que c’était des Wraiths. Bon pas le moment de trainer ici, j’allais me cacher dans un recoin à l’ombre entre deux bâtiments, Kalash me rejoignit. C’était une très mauvaise cachette mais je n’avais pas eu le temps de trouver mieux. Le groupe de Wraith passa devant moi, ils semblaient pressés et surtout ils étaient un groupe assez conséquent pour un seul homme et un chien. J’attendais quelques secondes que tout redevienne calme et je m’apprêtais à sortir de ma planque quand Kalash grogna à nouveau et je restais là où j’étais. Un autre groupe passa, ils étaient comme le premier groupe : pressés...je n’aimais pas ça du tout. Dix Wraiths qui passent devant vous en ayant l’air déterminés ça n’annonce rien de bon. En situation normale j’aurais informé via ma radio que dix hostiles se dirigeait vers telle direction mais là ben pas de radio...dans le cul lulu les renseignements.

Je me demandais intérieurement ce que je devais faire, entre tenter de retrouver mes compagnons de galère ou de suivre ces Wraiths pour savoir pourquoi ils étaient si motivés. Bon j’allais encore me faire engueuler et prendre un blâme si je survivais mais je décidais de chasser les Wraiths. Je vérifiais une nouvelle fois tout mon équipement mais surtout le nombre de grenades quand Kalash décida de grogner.

“- Encore mais tu le fais exprès ou pas ?”

Je la fermais car il m’avait semblé entendre des bruits de combat. Je tendis l’oreille et oui en effet il y avait des bruits de lutte, j’entendais des bruits comme si on cognait contre du métal. C’était peut être des Atlantes, ou des Natus qui étaient dans la merde et se défendaient comme ils le pouvaient. Et à la base on était là pour sauver les Natus donc je décidais d’aller voir. Je décidais donc de suivre les bruits du combat pour aller voir, seulement je n’avais pas envie de tomber au milieu du combat s’il y avait trop de E.T.

_________________
I will never forget, I will never regret

« Double compte : Kara Aiolos •• »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 21/08/2016
√ Messages : 643
√ Localisation : Le plus souvent à l'infirmerie

Alek Hamilton
Dossier Top Secret
√ Age:
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: ATA
MessageSujet: Re: MJ 23 Part. 3a : Bataille pour la Magna Caverneum Jeu 22 Juin - 19:09
Du côté d'Alek again:

Je vis un escalier accolé à une maison et le toit avait l’air plat parfait pour tout observer voir même lâcher une ou deux grenades sans qu’on me repère. Artillerie façon Hamilton..je montais les escaliers, Kalash me suivant et je m’allongeais sur le ventre pour qu’il n’y ai que ma tête qui dépasse, Kalash se coucha aussi. En dessous de moi un combat violent faisait rage avec une femme en armure qui tenait tête à des Wraiths. Elle faisait même mieux que leur tenir tête, elle arrivait à en tuer.

J’assistais à un truc de fou, une gamine, du moins de loin j’aurais dis ça, était en train de botter le cul des Wraiths. Elle portait une armure...merde j’étais dans final fantasy maintenant ? Son armure était maculé de sang. C’est pas que et d’habitude ce n’était pas mon vocabulaire, mais bordel elle était bandante.

“- Raaah ta gueule Alek c’est pas le moment de mater…”

Par contre quelqu’un pouvait m’expliquer pourquoi elle avait un drapeau dans le dos? Si un Wraith l’attrappait par là elle sera mal barrée. Il me semble que Sheppard nous avait parlé de femmes combattantes mais je l’avais à moitié écouté ...ouais non, en fait, je ne l’avais pas du tout écouté. Le combat était toujours intense alors que son épée était cassée...eh ben j’aurais pas aimé être son copain et qu’elle pique une crise contre moi vu comme elle maniait cette épée poignard je pense que j’aurais passé un sale quart d’heure.

Les Wraiths lui tiraient dessus avec leurs lances à plasma mais rien n’y faisait elle leur échappait à chaque fois. On pouvait voir que les méchants étaient en train de s’énerver et commençaient à être un peu moins coordonnés. Par contre je ne sais pas depuis combien de temps durait ce combat mais cette guerrière ne semblait pas faiblir. Elle arriva à tuer un Wraith en lui coupant la gorge.

“-That’s my girl”

Très belle façon de tuer, proche de sa victime et gore...j’aurais presque eu une larme d’émotion tellement c’était beau. Je vis un Wraith tirer et la toucher de plein fouet, l’armure vira au rouge incandescent et je n’aurais pas aimé être dans cette armure à cet instant. Mais là je n’en croyais pas mes yeux car ça ne l’arrêta même pas et elle repartit au combat. Par contre un Wraith était en train de la prendre à revers et elle n’avait pas l’air de l’avoir vu.

Je me levais pour mettre un genou à terre afin d’être stable, prenais mon P90 pour viser et tirais sur le Wraith, encore une fois il fallut la moitié d’un chargeur pour le mettre au sol et qu’il y reste. Ca créa un mouvement d’étonnement chez les méchants mauvais pas beaux qui puent assez long pour que Xena ou Sélène ou Wonderwoman leur lança une attaque sanglante qui les tua.

Je descendis de mon perchoir et m’approchais d’elle en levant mon arme en signe de “non moi pas ennemi”. Kalash me suivait et restait sur le qui vive. Quand on arrivait à l’endroit de la bataille, un Wraith qui était à terre bougea et je n’eus pas le temps de l’achever que Kalash le mordit à la gorge en l’arrachant. J’étais un papa très fier.

Sœur Vertueuse Pugiliste Vadrielle



Elle se tenait droite au beau milieu des cadavres ennemis.
Son drapeau flottait non pas sous des courants d’air mais ses quelques mouvements pour remettre son arme à sa place. Si elle avait été surprise par l’intervention d’Alek, elle le cacha très bien. Elle semblait surtout impatiente d’aller se battre contre d’autre ennemis et ne se pencha même pas sur sa blessure. A travers le métal déformé par la chaleur et le cuir fondu, on remarquait une plaie de la taille d’une balle de tennis au niveau de l’impact. Un petit filet de sang s’y écoulait et elle ne montrait pas la moindre douleur sur son visage. Mais cette femme-là n’avait rien de bien normal. Il ne s’agissait pas d’un soldat ou d’une duelliste qu’Alek avait pu apercevoir sur le terrain. Non, elle portait un extrême fanatisme sur son visage et démontrait une ferveur religieuse sans limite.
Si Alek avait été un peu plus concentré, il se serait rendu compte qu’il avait affaire à l’une des dix Vertueuses Pugiliste : l’élite suprême des Natus. Des femmes qui ont vouées leur vie entière à l'entraînement le plus stricte et le plus pointu.
Elle le laissa approcher mais en conservant une posture de flanc, la main sur la garde de son épée brisée, prête à se battre au besoin. Elle considéra un instant Kalash sans sourciller puis le regarda de nouveau.

« Vous ! Votre accoutrement m’est familier. Les gravures vous désignent comme un Atlante. Que faites-vous ici et qui êtes vous ? »

Alek Hamilton



Je remarquais sa blessure, mais elle ne semblait pas y faire attention. Respect parce que là même si je résistais à la douleur j’aurais morflé ma race avec une brûlure et blessure pareille. Elle restait sur ses gardes et ça ne m’étonnait pas.

“- Je suis le soldat de première classe Hamilton, j’ai été séparé des autres Atlantes à la suite d’une attaque Wraith et j’essaie de les rejoindre.”


Sœur Vertueuse Pugiliste Vadrielle

Elle le considéra un moment en silence avant de lui répondre.

« Je suis Vadrielle. Septième des Soeurs Vertueuses Pugiliste. Je pourchasse des dévoreurs qui semblent s’intéresser un peu trop à ce secteur déserté du quartier Brivalis. Je veux savoir pourquoi... »

Alek Hamilton



Soeurs Vertueuses ? Noooon, c’était une nonne guerrière ? Ah ben mince alors celle-là je ne m’y étais pas attendu.

“- Je les ai repéré aussi, j’en ai vu passer dix il y a quelques minutes qui se dirigeaient d’un pas décidé vers là-bas. Deux groupes de cinq.”

Il montrait la direction avec le bras.

“- Si ce sont les mêmes que vous suivez aussi on peut faire équipe.”


Sœur Vertueuse Pugiliste Vadrielle


La guerrière avait bien failli le quitter dès qu’il montra la direction. Une petite partie d’elle était assez curieuse de connaître la culture de l’Atlante et de voir ce qu’il valait au combat. Depuis la rencontre entre les deux peuples, il y avait eu une très grande effervescence de leurs côtés. Mais Vadrielle était malgré tout plus intéressée par le nombre de Wraiths qu’elle tuerait qu’une probable interaction avec cet homme. Elle avait fait quelques pas décidé pour rencontrer l’ennemi et s’immobilisa en entendant ses derniers propos.

« Faire équipe ? Qu’est-ce cela... »

Elle fixa son arme puis Kalash. Elle comprit alors.

« Ainsi vous voulez porter le combat chez l’ennemi à mes côtés ? Pourquoi cela ? N'êtes vous pas en quête de vos amis ? »

Alek Hamilton



Ouh là, sa façon de parler de me donnait mal à la tête et donc il allait falloir que je choisisse mieux mes mots. Mais mince, j’avais pas pris moyen-âge moi en deuxième langue au bahut.

“- Tout à fait, je vous propose qu’on porte le combat ensemble vers les ennemis. Je ne sais pas où sont mes amis exactement et tout ennemis que je tuerais sera une aide indirecte pour eux.”

J’enlevais le chargeur de mon P90 pour savoir où j’en étais et le remis en place. Il m’en restait encore la moitié.

“- Mes amis avaient pour mission d’aider un certain nombre des vôtres à évacuer alors que les Wraith se refermaient sur eux.”


Sœur Vertueuse Pugiliste Vadrielle


La soeur leva le nez en apprenant cette information. Elle parut l’air surprise l’espace d’un instant puis laissa un fin sourire apparaître sur son visage. Cela l’en rendait soudainement moins froide. Alek ignorait qu’elle était originaire de ce quartier et qu’elle connaissait la moindre personne y vivant. Elle faisait leur fierté d’être le vaisseau des plus grandes valeurs Tairius et il ne faisait aucun doute qu’ils s’inquiétaient tous de sa disparition. C’était réciproque.

« Alors il reste des survivants de mon quartier ? C’est une agréable nouvelle. Terrible mais salvatrice... »

Elle se rappocha à proximité immédiate d’Alek pour le fixer dans les yeux. Elle descendit son examen le long de ses épaules, puis son torse muni du brelage et des munitions avant de revenir sur son visage.

« Nulle malveillance ne vous anime. Je peux le sentir. »

Sa main se posa sur le sommet de son front dans un geste religieux. Elle murmura quelques phrases, des psaumes apparemment, puis se recula.

« Vous êtes porteur de la bénédiction des Trois, Atlante. Nous pouvons y aller. Guidez-moi jusqu’à ces ordures, il me tarde de les balayer de mon quartier ! »

Elle en était clairement impatiente. L’information concernant les survivants non loin de là et le regroupement des Wraiths semblait bien avoir multiplié sa motivation, ce qui était déjà un exploit en soi tant cette jeune femme semblait investie dans sa croisade. Même seule, elle était clairement persuadée des dégâts qu’elle était capable de faire chez les Wraiths. De ce qu’il avait pu voir, ce n’était pas qu’une simple prétention mais une réalité.

Vadrielle tira son arme puis suivit Alek en silence, le regard alerte. Elle se tenait sur ses gardes et semblait prête à répondre à la moindre agression.

Alek Hamilton



En effet il restait des survivants au départ de notre mission mais je ne savais pas si c’était encore le cas. Vu l’espoir qui l’animait tout à coup je n’allais pas la décevoir en lui disant qu’il se peut qu’on arrive après la bataille et qu’on ne trouve qu’un charnier. Après tout c’était une guerrière plus redoutable que moi, elle devait déjà avoir pris cette éventualité en compte.

Je la vis s’approcher de moi et je restais quand même sur mes gardes, j’étais peut être souvent fou mais parfois je faisais gaffe. Je passais un examen complet, si j’avais fait pareil je parie que j’aurais pris un mauvais coup. Je ne pus m’empêcher de rire à sa phrase.

“- Vous concernant, non aucunes, concernant les Wraiths par contre...certains risques de regretter d’être nés. “

Je la laissais faire ce qu’elle avait à faire mais franchement je la trouvais vraiment perchée. Je n’étais pas religieux et en fait je trouvais ça complètement ridicule, allez savoir peut être que je le regretterais quand je serais sur le point de mourir mais pour le moment avec toutes les horreurs que j’avais vu ça m’était impossible de croire à un dieu humain quelconque. Ca avait l’air important pour elle donc je ne bronchais pas.

Madame la guerrière bonne soeur étant prête à partir je me mis en route. Kalash comme à son habitude me suivait au pied. Je pris la direction que les Wraiths avait prise quelques minutes plus tôt. On marchait rapidement et en silence et j’appréciais. Je réfléchissais mentalement à comment attaquer dix Wraiths de manière assez rapide pour qu’ils n’aient pas trop le temps de réagir.

Après une dizaine de minutes de marche, Kalash s’arrêta et se mit à grogner. Bingo nous venions de trouver nos ennemis. Je m’arrêtais de marcher faisant signe sans parler que les Wraiths étaient devant nous à quelques mètres. Je m’approchais le plus doucement possible, j’étais passé maître dans l’art de me déplacer sans faire le moindre bruit. Les ennemis semblaient occupés face à quelque chose que de là je n’arrivais pas à identifier. Je parlais à voix basse.

“- Vous avez une manière préférée d’engager le combat? Furtif ou on fonce dans le tas ?”


Sœur Vertueuse Pugiliste Vadrielle


Un sourire carnassier se dessina sur ses lèvres.

« Nous, soeurs pugilistes, ne faisons pas dans la couardise ! »

Elle fixa son arme puis hocha la tête.

« Vous faites votre attaque à distance pour l’effet de surprise. Et je m’élance à leur encontre ! »

Alek Hamilton



J’allais répliquer que furtif ne voulait pas dire couard mais puterie mode mais je me calmais. Dans ma tête j’avais deux option, je balance des grenades , j’arrose et je lui facilite un peu la tâche ou je fais que tirer et elle se démerde Diana Prince…

Ma galanterie me perdra un jour je vous le dis….je décidais de lui faciliter le boulot. Je lançais une grenade à Frag et quand elle explosa je tirais pour vider mon chargeur.

“- Ils sont tout à vous, faites-vous plaisir ma chère.”


Sœur Vertueuse Pugiliste Vadrielle



Un grand sourire illumina son visage. On aurait cru qu’il venait de lui offrir son cadeau d’anniversaire et son expression en aurait été ravissante si elle n’avait pas encore ce sang sur le visage et cette épée dans la main.

Bien trop d’honneur Atlante !

Et elle quitta la cachette en courant avec une extrême rapidité. Son armure ne semblait même pas la gêner ni la ralentir, à croire qu’elle avait toujours vécu avec. C’était même exactement le cas. Sans attendre, elle fonça tête la première sur un Wraith qui se relevait et l’empala dans un geste violent et très sec. Une véritable tempête se déclencha au milieu de ce paquet d’ennemis estropiés. Mais malgré l’aide d’Alek, quatre sbires furent encore en état de se battre et il lui fallu participer au combat avec Kalash.

Au final, après cinq longues minutes d’un affrontement acharné, le paquet de Wraith fût éliminé. Vadrielle commençait enfin à s'essouffler...une vraie machine de guerre. Elle considéra pendant un instant la paroi rocheuse devant laquelle ils s’étaient affairés avant l’attaque et elle repéra qu’une crevasse avait été taillée là à l’explosif. Il fallait jouer de contorsion pour passer mais il apparaissait clairement à travers ce passage qu’une nouvelle série de salles se profilait. Et ce n’était visiblement pas une architecture Natus.

Les autres ont dû s’enfuir par là ! Qu’est-ce donc que ce chemin ? Pourquoi l’empruntent-ils ?

Elle se détourna pour lui faire face.

Dans le fond, un dévoreur n’oeuvre que dans un but unique : consommer le vivant ! Peut-être est-ce là le chemin que nous cherchons ?

Alek Hamilton

:

Je voyais bien que la guerrière ne les aurait pas tous à elle toute seule. J’en avais loupé dans mon attaque du haut. Merde...je la rejoignis et me battis aussi, évitant soigneusement qu’ils m’aggripent. Je tirais vite et Kalash leur sautait dessus les mordant à la gorge...merci bien le chien, je me prenais du sang ...blanc dans la figure et partout sur l’uniforme. Faudrait vraiment que je lui apprenne à arracher les gorges sans en foutre partout.

Pas le temps de me reposer que miss combat trouvait un passage étroit, je m’approchais et regardais de plus prêt tout en faisant marcher mes méninges.

-” Dans mon monde on fait un passage de ce type pour prendre nos cibles à revers...Si on veut aider mes amis et votre peuple on doit suivre ce passage et prendre à revers à notre tour les Wraiths. L’arroseur va se retrouver arrosé.”

Kalash s’engagea en premier, je la laissais passer et passais en dernier. Je me retournais et attendais de voir si on avait été suivi mais rien. Je rejoignis donc Kalash et cette combattante.

Sœur Vertueuse Pugiliste Vadrielle


Vadrielle progressa sans crainte ni hésitation.
Avoir passé sa vie dans l’étude du LiberTairius à suivre les préceptes et à apprendre l’art de combat Tairius. Une telle dévotion et ferveur religieuse lui permettait d’ignorer tout sentiment contraignant. C’est comme si elle était convaincue de sa juste cause et de sa réussite, dégageant un aura de puissance galvanisant autour d’elle. Son étendard flottait à mesure de ses pas alors qu’elle observait l’éclairage grésillant du vieux couloir Lantien.

Les anciens... Constata-t-elle dans un murmure.

La piste était loin d’être difficile à suivre. Les Wraiths qui avaient progressé sur ce sol poussiéreux donnaient la trace d’un véritable troupeau. Certaines portes étaient ouvertes de force avec des signes d’éraflures récents. La jeune femme s’approcha d’un angle de couloir en entendant du bruit, s’attendant à y trouver les ennemis qu’elle chassait avec Alek. Elle avisa un regard de son côté puis passa la tête pour y jeter un oeil.
Mais on les attendait visiblement !

Un sbire se tenait juste là et s’élança contre Vadrielle en tirant de son arme. L’experte esquiva au tout dernier moment puis enchaîna une brutale série de coups en plein visage, lui laissant tout juste le temps d’y répondre par un direct qu’elle encaissa sans broncher. Elle tira son épée et poursuivit son échange dans un hurlement de guerre vibrant.
Kalash grogna et partit à l’assaut à son tour mais s’engagea un peu prés des autres sbires qui fonçaient sur la jeune femme. Elle se retrouva rapidement à trois contre un. Le quatrième dépassant la ligne pour faire face à Alek et tendre son arme directement sur lui. Il lui visait le visage !
Et brutalement, un couinement caractéristique prit le soldat aux tripes. Kalash avait gémit de douleur, il était un peu plus loin. Quelqu’un lui avait fait du mal. Mais pouvait-il faire quelque chose dans l’immédiat ?

Vadrielle s’échappait tant qu’elle pouvait en lacérant ses ennemis au passage. Mais même une vertueuse pugiliste de sa trempe ne pouvait esquiver éternellement sur un couloir aussi étroit. Elle avait veillé à les supprimer de leurs armes en visant poignet et articulation des bras. Mais elle reçut plusieurs coups de face avant qu’une lame ne vienne soudainement se planter dans son épaule droite. Un bruit sec et puissant, fait d’une pleine fourberie dans ses arriéres, qui traversa le cuir et se planta durement dans les chairs.

Cette fois-ci, Vadrielle s’affaissa sous le choc mais explosa d’un mouvement particulièrement énergique en signe de contre-attaque. Elle bouscula celui qui lui faisait face pour aller planter sa lame dans le cou du malotru, l’arme s’orientant et s’enfonçant jusqu’à l’intérieur même de son corps, et elle passa derrière lui pour s’en servir de bouclier humain.

Au nom des Trois, subissez ma juste colère !!! Hurla-t-elle.

L’un des sbires avait récupéré sa lance. Vadrielle poussa sur ses jambes dans un soupir bruyant témoignant des efforts qu’elle faisait. Mais elle balança son ennemi sur celui qui tira sans ménagement, tuant son frère sans aucun remords. Vadrielle poursuivit sa lutte, le couteau toujours enfoncée dans l’épaule, sans qu’elle n’aie l’air de s’en soucier.

Je vous purgerai jusqu’au dernier, ignobles horreurs !

Elle fendit la tête d’une nouvelle cible sur tout son long. Elle était essoufflée et peinait à porter ses coup. Elle avait changé son arme de main, ce qui devait surement l’handicaper...mais sans l’arrêter ! Qu’est-ce qui pourrait l’arrêter si ce n’est la volonté des Trois ?

Alek Hamilton


Sur le coup j’étais très étonné que la piste soit si facile à suivre. Je sais pas j’aurais cru que les Wraiths soient un peu plus discrets là j’avais l’impression de suivre un troupeau d’éléphant….bon ok de méchants éléphants. Pour le moment, on progressait sans rencontrer de résistance mais bien sûr j’aurais parié ma solde que ça n’allait pas durer. Je ne saurais trop dire pourquoi mais le drapeau de Vadrielle me mettait mal à l’aise, c’était comme si elle se baladait avec un truc pour qu’on la repère.

Elle s’arrêta et du coup Kalash et moi aussi. J’entendais aussi les bruits, génial le comité d'accueil nous attendait pour nous donner nos colliers de fleurs. Je la vis foncer dans la bagarre, Kalash la suivant. Euh mais ils avaient tous les deux fondus leurs plombs ? Je remis un chargeur de P90 et m’élançais à mon tour. Le combat était déjà engagé entre quatre Wraiths , Vadrielle et Kalash, je voulais bien tirer mais tout le monde bougeait si vite que je risquais de toucher mon chien ou ma partenaire de vengeance. Raaah, les grenades ce n’était pas le peine d’y penser non plus.

Tout à coup je me sentais très inutile mais surtout très vulnérable et je détestais ça. Finalement une fenêtre de tri s’ouvrit devant moi au même moment où j’entendais Kalash couiner de douleur suivit quelques instants après par Vadrielle et le temps que je reprenne mes esprits un Wraith me visait en pleine tête. Je visais le Wraith et tirais plus vite qu’il tira lui, je m’accroupis quasiment de suite pour qu’il tire au dessus de moi. Mon arme se mit à cliquer dans le vide...plus de munitions. Alors là j’étais vraiment dans la merde, je cherchais des yeux Kalash et je ne le trouvais pas. Mon Wraith était à terre et je passais devant lui pour chercher mon chien et donc aussi récupérer un chargeur.

Sauf que je devrais le savoir avec ces bestioles : à terre ne voulait pas dire mort. Il m’agrippa la cheville et je manquais de me casser la figure. Je pris mon Walter et lui tirait dans la tête quasiment à bout portant. Quand il fut enfin refroidi, je me rendis compte que Kalash avait disparu mais je devais aussi aider Vadrielle qui faiblissait au combat.

Le Wraith lui tenait tête et se positionnait de manière à ce qu’elle doive continuer à se servir de sa main la moins sûre. Je me fis oublier, ce qui n’était pas difficile vu leur duel et tirait dans les genoux du Wraith pour le faire s’effondrer. Bien sur il me fallut finir mon chargeur pour ça et même celui que j’avais de secours. Vadrielle pouvait donc l’achever de la manière qui lui plaisait. Je m’approchais d’elle en portant un couteau à la main, car mes armes à feu m’étaient inutiles.

“- Je propose qu’on lui tranche la tête, on la garde avec nous et quand on reverra des Wraiths on la leur lancera ? “

Sœur Vertueuse Pugiliste Vadrielle



Vadrielle s’était adossée au mur pour récupérer. Elle bougea un peu son épaule d’où le poignard Wraith dépassait encore et lui répondit :

Si c’est en cela la culture Atlante, je vous laisse ce plaisir !

Alek Hamilton


Ce n’était pas vraiment dans la culture Atlante mais dans la mienne oui. Sauf que je n’allais pas lui faire croire une fausse information sur notre peuple car sinon j’allais encore prendre une réprimande et Papi Caldwell allait me faire un caca nerveux sur la morale et autres conneries du genre.

“- Ce n’est pas dans notre culture mais on va dire que je suis un spécimen à part…”

Je la vis ne pas être très bien et je décidais que la torture attendrait un prochain Wraith, je me baissais et plantais mon couteau dans le cou du Wraith qui mourru. Je revins vers Vadrielle pour regarder sa blessure, ce n’était pas beau à voir ni sa brûlure d’ailleurs. Je pensais à lui retirer le couteau mais s’il était dans un veine ou artère je risquais de la tuer plus vite que si elle gardait le couteau. Je n’étais pas très doué en corps humain, enfin si, mais pas trop dans ce cas de figure mais ça ne semblait pas avoir touché de trucs mortels.

“- Je vais vous enlever ce couteau à 3...1…” et je retirais le couteau.

_________________
I will never forget, I will never regret

« Double compte : Kara Aiolos •• »



Dernière édition par Alek Hamilton le Mar 25 Juil - 18:57, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 21/08/2016
√ Messages : 643
√ Localisation : Le plus souvent à l'infirmerie

Alek Hamilton
Dossier Top Secret
√ Age:
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: ATA
MessageSujet: Re: MJ 23 Part. 3a : Bataille pour la Magna Caverneum Jeu 22 Juin - 19:11
Du côté d'Alek part3:

Sœur Vertueuse Pugiliste Vadrielle


C’était comme si elle relevait un défi.
Son regard clair se posa sur Alek et elle attendit qu’il extirpe la lame sans que son visage ne trahisse la moindre douleur. Se laisser aller ainsi est un errement, une faiblesse indigne d’une Vertueuse Pugiliste. Et elle réussit cette nouvelle épreuve sans même sourciller tandis qu’une impressionnante brûlure la ravageait intérieurement. Vadrielle l’enferma et la scella en son for intérieur. Elle marmonna quelques psaumes dont les quelques mots audibles traitaient du courage et de la passion du combat. Puis elle déclara :

Les dévoreurs s’affaiblissent. Il ne doit plus en rester grand nombre. Hâtons nous à leur poursuite !

Elle ne se demanda même pas si Alek comptait faire quelque chose de plus qu’elle ressortit son arme du fourreau pour suivre la piste. Elle passa une porte et suivit la trace des Wraiths qui semblaient s’être davantage pressé. Mais il était étonnant que Kalash ai disparu suite au combat. Vadrielle lui expliqua avoir vu un sbire le frapper pour l'assommer avant de l’emmener dans cette direction.
Qu’est-ce que des Wraiths pouvaient bien faire d’un chien de combat ?

Ils eurent la réponse très vite.
En atteignant une salle qui semblait être un dortoir complètement passé, le mobilier lantien effondré ou fossilisé, Kalash se trouvait là, prostré au sol en couinant doucement. Il se trouvait proche d’une porte semi-ouverte avec les mêmes éraflures, comme si les Wraiths l’avaient abandonné derrière eux. Le brave chien releva la tête en reconnaissant son maître. Mais au lieu d’accourir en joie, il se cambra sur ses pattes et prit sa posture d’attaque tout en grognant et montrant les dents.

Il jappait de douleur en même temps qu’il se montrait aussi agressif.
Et il avait la queue entre les jambes…

Vadrielle avait barré la route à Alek d’un bras en découvrant la scène. Elle regarda Kalash avec un air étrange avant de lui dire, consciente de son attachement pour l’animal :

Prudence, le dévoreur a posé sa marque sur ce “quatre pattes”. Je peux le sentir d’ici !

Alek Hamilton


Vadrielle reprit de suite sa marche en avant pour continuer à faire baisser la population Wraith. J’étais bluffé, c’était le moins qu’on puisse dire. On avait des femmes fortes sur la cité et je les respectais mais là elle était encore d’un autre niveau. Elle me faisait vraiment penser à WonderWoman et c’était fascinant. Certains mecs se sentiraient en infériorité mais ils seraient cons.

“- Juste une chose Vadrielle, j’ai perdu mes armes. Il ne me reste que mon couteau et je suis loin d’avoir vos capacités au combat rapproché.”

Et là d’un coup c’est comme si j’entendais la voix du major Frei pour me dire que je n’étais pas un vrai soldat et que j’aurais dû être plus assidu aux cours de combat. Elle avait raison mais même sous la torture je ne lui dirais pas.

Après quelques minutes on arriva dans une salle délabrée, un genre de dortoir qui faisait froid dans le dos. Kalash était là, au milieu de la pièce, dans le prolongement d’une porte entrouverte. Ce n’était pas mon chien...enfin si en apparence mais quelque chose clochait, il était prostré, on aurait dit qu’il avait mal. Je m’approchais de lui mais il se mit en mode attaque.

Il n’avait jamais été comme ça envers moi, même quand il avait eu la patte cassée ou qu’une balle avait fait plus que l’effleurer. Il devait vraiment souffrir plus que l’entendement pour me montrer les crocs. J’allais encore m’approcher quand Vadrielle m’arrêta. A ce moment, je remarquais la queue entre les jambes, signe de grande peur ou de soumission. Je jure que s’ils avaient fait du mal à mon chien, ça allait très mal finir et même si je n’avais qu’un couteau.

”- Il s’appelle Kalash, c’est un chien. Et que veut dire “poser sa marque ?”

Pour la première fois depuis des années j’avais peur, mais j’étais aussi très en colère, enfin le mot n’était pas assez fort. Je ressentais une colère froide, déshumanisée, archi-violente. J’étais aussi triste mais je ne devais pas montrer ça car des choses plus graves se déroulaient ailleurs.


Sœur Vertueuse Pugiliste Vadrielle



L'aveu d’Alek sur ses compétences au combat l’avait fait sourire.

Je veillerai sur vous Atlante. Vous survivrez ! Avait-elle dit avec assurance. Si les Trois nous le permette, je vous aiderai à vous améliorer en ce sens !

Une fois arrivé et confronté à Kalash, Vadrielle conserva une position défiante, comme si l’agressivité du chien ne lui faisait même pas peur et n’entallait nullement sa motivation à passer cette porte. Elle lui serait même passé dessus sans s’occuper de sa réaction si Alek ne s’était pas ainsi inquiété de son chien.
Une certaine curiosité l’avait gagné en voyant les expressions de son visage et de son non-verbal à la vue de ce compagnon à quatre pattes. Elle comprit l’attachement qu’il pouvait y avoir entre eux deux. Elle qui avait eu l’envie de passer cet obstacle d’un bon coup d’épée dans le cou se ravisa alors. Son sentiment ne la trahissait pas, il en aurait souffert ! Mais cela ne changea pas sa détermination à lui interdire toute envie de porter secours à son chien ! Le dévoreur comptait sur ça !
Vadrielle l'agrippa par l’épaule dès qu’il eut cet élan pour s’approcher. Elle lui refusa l’accès d’une pression étonnamment douce pour quelqu’un d’aussi versé dans un combat violent et veilla à ce qu’il n’approche pas.

Son cou...voyez ! Elle fixa l’endroit où se trouvait le collier de Kalash. Un étrange petit boitier noir s’y trouvait.

Cette parure nauséabonde porte la signature du Wraith...


Alek Hamilton


J’aurais pu dire plein de choses sous entendu à sa proposition de m’améliorer. Mais là soyons honnête je ne la connaissais pas et je restais persuadée qu’elle serait capable de me tuer sans même que je bouge le petit doigt. Et j’avais vraiment envie de vivre encore quelques années.

Et puis après, le problème avec Kalash me refroidit complètement de dire des conneries. Je regardais ce que Vadrielle me disait concernant la marque des Wraiths. C’était quoi cette merde ? Ca contrôlait son cerveau ? Il obéissait à un programme ?

“- Et je suppose qu’on ne peut pas enlever ce boitier facilement c’est ça ? “

Cette chose m’est inconnue Atlante. Je sais seulement qu’elle porte l’odeur du dévoreur ! Elle fixa l’animal avant de s’en retourner vers Alek. Je sens également le lien qui vous lie à cette créature. Il y a une attache sentimentale dans votre coeur. Et si celle-ci est partagée...pourquoi vous interdit-il toute approche de ses grognements ?

Elle desserra son emprise. Son épée quitta son logement et elle la retourna pour s’armer surtout du pommeau. Vadrielle allait se charger de Kalash...

Restez en arrière Atlante. Nous ne pourrons rien pour lui sans l’avoir neutralisé...

[color=DarkTurquoise]”- Je m’appelle Alek et qu’est ce que vous comptez faire ? “ |/color]

Sœur Vertueuse Pugiliste Vadrielle



Elle s'immobilisa pour lui faire face. Kalash ne lui faisait définitivement pas peur. Et Alek encore moins.

Assommé, il ne pourra plus vous blesser. Et nous pourrons nous enquérir de le libérer.

Puis elle repartit vers lui sans attendre de réponse. Alek ne riposta pas !
Kalash fît exactement son travail. Il sauta directement sur Vardielle avec un grondement sourd tout en visant sa gorge mais elle ne se laissa pas faire. En plaçant son bras entre les crocs, elle le retint tout en s’écriant d’une nouvelle réplique religieuse.

Et des Trois aucun ne tombèrent face à la difficulté. Des peuples asservis, nuls ne demeura incliné, reprit de vaillance et courage. La liberté a un prix qui fût payé dans le sang et la violence. Elle abattit le manche de son arme sur la tête du pauvre chien qui couina mais ne lâcha pas.
Et de liberté, tous furent récompensé du nouveau souffle ! De nouvelle vie ! Nouveau coup, Kalash s’affaissa.

Vadrielle supporta le poids de l’animal pour qu’il ne tombe pas vulgairement au sol. Elle accompagna la chute pour qu’il finisse allongé sur le flanc. Le pauvre chien respirait fort en se plaignant à intervalle régulier, complètement sonné.

Car jamais les odieuses marques du dévoreur ne subsistent à nos valeurs... Elle posa une main sur le chien qui semblait soudainement se détendre. Créature que tu es, en sera libéré par ton lien.

Vadrielle fît un signe à Alek. Il pouvait enfin approcher sans risque.
La jeune femme se redressa et rangea son arme en constatant ce boitier sur son collier. Il émettait un bip avec une petite lumière rouge qui se mouvait sur la longueur...de plus en plus vite.

Alek Hamilton


Je préférais ne pas voir ce que Vadrielle allait faire, je tournais la tête et grimaçais en entendant les bruits et les couinements de Kalash. Je pense que j’allais tuer les Wraiths de mes propres mains. Quand je n’entendis plus aucun bruit, je regardais et vis Kalash allongé par terre. Vadrielle lui parlait ou faisait des prières et il semblait se détendre.

Je m’approchais et me mis à genoux pour caresser Kalash, il semblait vraiment juste dormir, mon attention se posa aussi sur le collier. Et en général quand un truc clignotait de plus en plus vite c’est qu’il allait exploser. C’est con mais ça me permis de me reconcentrer sur la mission. J’inspectais cette bombe à retardement pour voir un moyen de l’ouvrir. Je remarquais une attache et la bougeait le plus délicatement possible.

Une fois l’attache retirée, j’essayais d’enlever le plus doucement possible le collier mais je sentis une résistance. Je regardais à nouveau, trouvant des fils quasiment invisibles, je les suivais du regard pour arriver sur des hameçons enfoncés dans la peau de mon chien. Les fils de pute...enfin ingénieux et tordus comme j’aime, mais fils de pute quand même ! Je décrochais chaque hameçon le plus délicatement possible, un par un. Mes gestes étaient assurés, je respirais lentement.

Me voilà devenu démineur...Une fois que l’opération fut réussie, ça se mit à clignoter encore plus vite, cette fois ça allait vraiment nous péter à la tronche. Et là je décidais de poser le cerveau. Je me levais d’un bond, pris la bombe avec moi et me mis à courir comme une flèche vers la porte entrouverte, je la passais, j’étais dans un couloir et je continuais à courir. J'espérais arriver à temps car sinon j’allais exploser comme un con. Je ne savais même pas si Vadrielle me suivait. A la fin de ce couloir, je débouchais sur une pièce pleine de Wraith. Les six derniers ! Je m’arrêtais sur le seuil.

“- Hey bande de connards, tenez un cadeau avec les compliments des Atlantes et des Natus”

Ils s’étaient retournés et pointaient leur lances, prêt à tirer. Le premier du groupe pencha la tête sur le côté en remarquant l’engin que je leur apportais.
Je leur lançais la bombe et plongeais à terre. Je touchais le sol au moment même où celle-ci explosa, tuant tous les Wraiths, et je me retrouvais couvert d’entrailles. Avec la désorientation, le sifflement et tous ces liquides, j’allais m’adosser contre le mur juste à côté.

“- Mais merde pas encore….

Sœur Vertueuse Pugiliste Vadrielle


Vadrielle arriva juste après l’explosion. Elle portait Kalash et le déposa lentement sur le sol, avec précaution, avant de s’approcher de lui. Elle lui posa une main sur la poitrine, vérifiant visuellement qu’il était bien vivant.

Vous me semblez particulièrement fou Alek...mais d’un courage digne des Natus.

Un sourire bariola son visage. Elle lui tendit la main.

Nul repos en cette heure. Vous pouvez marcher ?

Alek Hamilton


Je lui souris à la fois amusé et reconnaissant qu’elle ai pensé à Kalash.

“- Je prends ça pour un compliment Vadrielle.”

Je me levais en prenant sa main et je récupérais mon chien dans mes bras. Ma côte me faisait vraiment mal maintenant. Le vol plané que j’avais fait pour me protéger de l'explosion n’avait rien arrangé. Porter Kalash n’était plus du tout une tâche facile, mais je ne montrais rien. J’aurais eu l’air de quoi face à une femme qui avait été brûlée et poignardée? Si elle pouvait ignorer sa douleur , je le pouvais aussi.

“- Oui, allons-y, votre peuple ne doit pas être loin.”





_________________
I will never forget, I will never regret

« Double compte : Kara Aiolos •• »



Dernière édition par Alek Hamilton le Dim 9 Juil - 18:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 28/11/2015
√ Messages : 138
Rodney McKay
Dossier Top Secret
√ Age: 39 ans
√ Nationalité: Canada Canada
√ Gêne: Non
MessageSujet: Re: MJ 23 Part. 3a : Bataille pour la Magna Caverneum Jeu 22 Juin - 23:05
Bataille pour la Magna Caverneum

Feat les membres d'Atlantis



M
on coeur battait la chamade pendant que la porte s'ouvrait. Le détecteur n'avait montré aucun signe de vie, mais les wraiths étaient connus pour hiberner, et donc passer inaperçu sans donner le moindre signe de vie. Qui sait ce qu'il pouvait y avoir dans cette salle. Mon arme serrée dans mes mains, je retins mon souffle au moment où la porte s'ouvrit complètement. Je n'osai pas bouger pour ne pas faire de bruit. Le silence était pesant, il n'y avait rien qui pouvait trahir la présence de quelqu'un. Une vaste salle s'offrait à moi, et apparemment vide. Je n'aimais pas ça. J'avançai un peu, tandis que les lumières s'allumèrent progressivement. Certaines s'éteignirent complètement, d'autres vacillèrent, ce qui rendit l'endroit encore plus glauque. Regardant autour de moi, je toussai un peu à plusieurs reprises car l'air était nauséabond, cela sentait le renfermer, l'oxygène lui même avait vieilli. Pour l'instant, aucun signe de vie, rien de suspect. D'ailleurs, il n'y avait rien du tout dans cette vaste pièce. A quoi pouvait-elle bien servir ? Visiblement, ce n'était pas ici que j'allais trouver l'E2PZ. Pourtant, les données inscrites sur mon ordinateur portable trouvèrent quelque chose ici. Curieux. Je m'avançai encore un peu, et remarquai quelque chose d'étrange. En regardant le mur et le toit d'un peu plus près, je constatai la présence d'interstices, comme si ces blocs de métal pouvaient s'ouvrir ou pivoter. Mais s'ouvrir pour quoi ? Je poursuivis mes recherches jusqu'à apercevoir quatre murs en verrière dressés en plein milieu de l'immense salle, sans plafond. On pouvait accéder à l'intérieur par une rampe d'accès. C'était vraiment étrange. Je pénétrai à l'intérieur, cela ressemblait un peu à une sorte de salle d'attente, avec plein de rangées de sièges. Pour quelle raison les Anciens auraient créé cette salle ? Ils n'étaient pas connus pour rester passifs, ils s'occupaient toujours. Cette salle n'avait aucun sens.

L
es données m'indiquèrent que l'E2PZ était là où je m'étais arrêté. Pourtant, je ne vis rien du tout. A moins que ... oui, cela ne pouvait être que ça. Sous mes pieds, à l'étage en dessous. J'aperçus une trappe et je m'y dirigeai. Toujours aucun signe de vie sur le détecteur. J'ouvris prudemment la trappe et je descendis l'échelle pour me retrouver à l'étage du dessous, dans un espace clos. Les lumières s'allumèrent aussitôt, et ce que je vis me stupéfia. Je me trouvais dans une salle des machines lantienne, mais un peu différente de celles que j'avais pu voir jusque ici. Un peu plus vieille et dépassée que leur technologie habituelle. Une salle des machines antérieure à la technologie d'Atlantis. Je n'en revenais toujours pas, je me trouvais à l'intérieur d'un vaisseau. Pour quelle raison les Anciens avaient-ils placé un vaisseau ici, et sous terre, je l'ignorais encore, mais j'allais le découvrir. Je fis quelques recherches, vérifiai les données en branchant mon ordinateur sur la console principale afin de vérifier l'état général de l'appareil. Il s'agissait d'un vaisseau de transport d'objets très lourds, dont la maniabilité était difficile vu son poids. Il avait été conçu pour circuler d'un point à l'autre dans les tunnels de roches, en s'élevant plusieurs mètres du sol seulement. La salle d'attente située au dessus n'était que le haut du vaisseau de transport, un pont à ciel ouvert. L'appareil était vieux et obsolète, il y avait une partie mécanique au niveau de la salle des moteurs, mais peut être qu'en effectuant quelques réparations, j'allais pouvoir le faire décoller pour partir d'ici, avec tous les natus. Aussitôt, j'informai Adam de ma découverte. Le militaire me demanda de m'occuper des réparations rapidement, car des visiteurs indésirés s'invitaient jusqu'à notre position.

J
e décrochai mon P-90 car il me gênait plus qu'autre chose, et le posai dans un coin, avant de sortir le détecteur de signe de vie. Oh non, plusieurs points lumineux venaient d'apparaitre sur l'écran, mais impossible de dire s'il s'agissait d'ennemis ou d'alliés. Je transmis l'information à Ross, avant de me mettre au travail. Grâce à l'ordinateur relié à la console principale, je pus faire un inventaire de tout ce qui n'allait pas sur le vaisseau. J'eus un peu de mal à lire à cause de l'état de l'écran, mais je finis par y parvenir quand même. Le vaisseau était vraiment obsolète, et l'E2PZ était bel et bien ici, quasiment presque déchargé, et d'après ce que je comprenais en étudiant les données, il servait à faire fonctionner l'appareil en alimentant les gros propulseurs pour soulever l'énorme et lourde boite de conserve. La mécanique était également dépassée, mais mes quelques connaissances dans le domaine m'aidèrent à comprendre comment cet appareil fonctionnait. En temps normal, c'était simple. L'énergie de l'E2PZ était transformé en carburant fossile qui alimentait les propulseurs. Cependant, avec le temps, plusieurs parties et pièces de tout ce mécanisme étaient endommagées et ne fonctionnaient plus. Il allait falloir y remédier. En continuant l'exploration des systèmes, je remarquai également la présence d'un armement très basique sur le vaisseau. Il y avait trois drones, plus gros et lents que ceux d'Atlantis ou des vaisseaux de classe Auror, mais si j'arrivai à réactiver l'armement, cela nous permettrait au moins de nous défendre. Même s'il n'y avait que trois tirs. Après avoir informé Adam qui tentait de protéger l'accès au hangar lantien de son côté, je me mis à l'ouvrage pour réparer ce tas de ferraille. Le temps me manquait cruellement, mais il fallait que j'aille le plus vite possible. Et d'après ce que je pouvais voir, si je réussissais mon coup, il faudrait que je reste dans la salle des machines pour faire fonctionner le vaisseau pendant que Ross s'occuperait du pilotage. Vraiment pas simple. En cherchant dans la salle, j'aperçus une grosse caisse à outils. A l'intérieur, j'y trouvais différents outils poussiéreux, mais certains étaient en état de fonctionnement. Il y avait aussi des gants de travail. Parfait, j'allais pouvoir utiliser ce matériel pour réparer les mécanismes endommagés.

J
e me mis aussitôt au travail. Mon principal problème était l'alimentation en énergie entre l'E2PZ et les réservoirs de carburant fossile. Quelque chose empêchait l'acheminement de cette énergie pour alimenter les propulseurs. Probablement une pièce défectueuse à changer, mais où ? Après quelques recherches, je finis par trouver le problème. Muni des gants, d'un casque de soudeur vieillot et de ce qui ressemblait à un chalumeau lantien encore en état de marche, je m'appliquai à retirer toutes les parties inutiles. Il y avait vraiment beaucoup de composants que je jugeais futiles dans l'immédiat, comme des pièces trop endommagées ou inutiles. Autant tout retirer ou les remplacer par d'autres composants en meilleur état que je trouvais par ci par là, dans le reste de la salle des machines, et qui à première vue servaient pour des systèmes qui n'étaient pas utiles en ce moment. Je trouvais quelques tuyaux de métal que je soudai au compartiment abritant l'E2PZ, tout en effectuant une dérivation rapide jusqu'au réservoir de carburant fossile comme un certain McGyver le ferait avec un tube de colle et quelques allumettes. Il me fallut beaucoup plus de composants qu'un simple tube de colle et des allumettes, mais je finis par parvenir à mes fins. Un dispositif un peu bancal, mais qui fonctionnerait, du moins je l'espérai. Les réparations étaient très longues, j'avais chaud et mal aux mains. J'ignorai combien de temps passait, mais je n'eus aucune nouvelle d'Adam. Et les signaux lumineux affichés sur mon détecteur de signe de vie se rapprochaient dangereusement. Il fallait que je me dépêche.

J
'ouvris ensuite le panneau de contrôle, et y repérai les cristaux grillés. Je dus faire plusieurs dérivations et calculs pour réussir à compenser ces cristaux. Au moins, la chambre de l'E2PZ était fonctionnelle, tout comme le réservoir de carburant fossile et les propulseurs. Il ne restait plus qu'à diriger l'énergie à travers les mécanismes que j'avais refait manuellement. Je fis un rapide tour de tout ce qui alimentait le vaisseau en énergie. Il y avait encore plusieurs systèmes en état de marche, mais la plupart étaient inutiles pour le moment. Comme les boucliers par exemple, créés pour palier aux éventuels chocs de l'appareil contre les parois rocheuses. Je coupais les fonctions secondaires, et redirigeai l'énergie vers les propulseurs. Les mécanismes se mirent alors en marche, l'énergie de l'E2PZ était entrain d'être acheminé vers la chambre de combustion pour être transformé en gaz fossile. Je souris face à cette victoire, mais je déchantai rapidement. Un bip d'alerte retentit et tout s'arrêta. Je vérifiai les données sur mon ordinateur et sur la console principale, et après de nouveaux calculs et quelques insultes à l'encontre du vaisseau, je refis une tentative. Cette fois ci, l'opération fonctionna, les propulseurs reçurent du carburant. Je parvins même à orienter un peu d'énergie vers l'armement, mais pas trop quand même. De toute façon, il n'y avait que trois drones. J'informai aussitôt Adam de la réussite de l'opération. J'espérais seulement que les réparations tiennent le coup suffisamment longtemps pour nous permettre de sortir de ce mauvais pas. Avec un peu de chance, j'allais réussir à faire tenir ce rafiot assez longtemps pour rejoindre les autres atlantes.

A
près quelques minutes, les natus arrivèrent dans le hangar, et je quittai le vaisseau pour les orienter sur le pont. Puis, une grosse explosion retentit quelque part au dessus de ma tête. Probablement Ross qui s'occupait de couvrir notre fuite. Le voyant arriver, je retournai rapidement à l'intérieur, prenant place dans la salle des machines. J'examinai systématiquement mon ordinateur afin de m'assurer que rien ne lâche dans l'immédiat, et que les propulseurs soient toujours alimentés. Après que le militaire se soit installé dans le cockpit, je fis un nouveau check up rapide, mais tout me semblait bon et opérationnel. La salle des machines était bruyante, mais pour l'instant, toutes mes réparations express semblaient tenir.

//Lieutenant ?! Tout est OK de mon côté, même si on a le droit qu'à un seul voyage, l'E2PZ sera bientôt à plat. Sortez nous d'ici. Vous devriez avoir une commande près de vous qui active l'ouverture du toit et de la paroi latérale afin d'accéder au tunnel//

A
u bout de quelques secondes, un bruit métallique retentit dans le hangar, juste avant que le vaisseau ne décolle lourdement du sol, et ne s'engage de façon un peu chaotique dans le tunnel.

© Starseed

_________________
DC : Gabriel Grayson - Skyler McAlister
Award:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 21/08/2016
√ Messages : 643
√ Localisation : Le plus souvent à l'infirmerie

Alek Hamilton
Dossier Top Secret
√ Age:
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: ATA
MessageSujet: Re: MJ 23 Part. 3a : Bataille pour la Magna Caverneum Sam 24 Juin - 10:14
Je ne savais pas pourquoi j’avais déjà pris Kalash dans les bras alors que Vadrielle était en train de faire le ménage des macchabées Wraiths. Je regardais autour de moi et j’avais créé de sacrés dégâts, les aliens étaient en mode Ikea. Le bras d’un côté, les jambes de l’autre, en marchant je tapais dans un truc qui sonnait creux. Je baissais les yeux et vis une tête, je donnais un grand coup de pied dedans, elle s’envola et alla taper un mur et rebondit dessus. Le bruit que fit la tête quand elle rebondit m’arracha un rire franc et très con.

J’avoue que je laissais Vadrielle faire le sale boulot mais c’était difficile pour moi de l’aider en ayant un berger allemand de quarante kilos dans les bras. La guerrière dégagea très vite la porte et j’entrais dans la salle d’embarquement. Et là mauvaise nouvelle c’est que le transport était en train de décoller. Putain mais même pas ils m’ont cherché et même pas ils m’attendent alors qu’on venait de leur sauver le cul...Ok ils ne le savaient pas mais quand même. Je vous jure le “semper fi” ne devait pas avoir cours sur la cité...c’était bien dommage.

Je criais pour les avertir qu’on était là mais c’était comme pisser dans un violon ça servait strictement à rien à cause du bruit assourdissant que faisaient les réacteurs. Il ne me restait plus qu’une seule solution c’était de courir...et courir vite, style Usain Bolt aux J.O, même plus vite que quand j'avais dû rendre leur bombe aux Wraiths. Je courais vers le vaisseau mais avoir Kalash dans les bras me ralentissais, ainsi que ma côte qui se réveillait à chaque mouvement de ma cage thoracique. C’était un peu comme si je prenais une décharge électrique à chaque fois, pas très grosse la décharge mais ce n’était quand même pas agréable. Et je vous parle même pas du poids de l’équipement….oui je faisais mon Caliméro mais j’assumais.

Je ne faisais pas attention à Vadrielle, car vu les capacités qu’elle avait démontré en combat , courir vite ne devait pas lui poser des problèmes. Sur le coup j’oubliais qu’elle portait une armure et qu’elle était blessée, j’étais focalisé sur le fait d’atteindre le vaisseau et de pouvoir y monter. Je tentais de courir le plus vite possible car je voyais bien que le décollage prenait du temps, seulement je pensais sincèrement ne pas pouvoir y arriver. A chaque foulée je ralentissais, je ne pouvais plus courir aussi vite qu’au début de mon sprint. Je ne voulais pas rester ici, car c’était la mort assurée. En fait je me rapprochais de la barge et je pus voir que les Natus étaient dedans. Cool. Enfin le réconfort serait de couter durée, si eux partaient et moi restais ici avec Kalash inconscient, Vadrielle blessée et je ne sais pas combien de Wraiths voulant nous tuer. Ca ne donnait pas envie duuu tout, ce club Med là je passais mon tour.

J'accelerais une dernière fois donnant les quelques forces qu’il me restait pour atteindre cette foutue barge à la con. J’arrivais à déposer Kalash et sautais de suite pour être du voyage Je restais assis sur le sol de la barge, me calmant un peu ou plutôt calmant mon rythme cardiaque..Kalash était toujours out, et moi je vous jure j’allais me couper moi même cette côte si elle continuait à me faire mal.

Je posais une main sur la fourrure de Kalash pour lui faire sentir que j’étais là avec lui et peut êre le rassurer ou le calmer, même si en réalité c’était moi que je calmais et rassurais. En regardant autour de moi je remarquais que Vadrielle n’était pas là. Je regardais de suite vers le quai et je la voyais courir. Elle semblait au bout de ses forces, j’avais été très con d’oublier les blessures qu’elle avait reçu. J’avais été trop occupé à sauver mes fesses de cet enfer.

Je remarquai qu’elle se tenait le flanc et il me semblait presque voir du sang couler sur l’armure. Je me levais d’un bond pour me rapprocher du bord de la barge, je lui tendis la main mais elle était encore trop loin et même si elle avait pu me rejoindre comme ça je n’aurais pas pu la hisser sur la barge avec ma côte. Je ne pouvais pas me permettre de dire de ralentir car il y avait des vies à sauver. Je voyais qu’une seule solution mais pour ça il me faudrait la participation de quelques Natus.

”- J’ai besoin d’aide. Plus cinq personnes pour m’aider à hisser une guerrière avec la religion, Vadrielle, à bord de la barge. Elle est gravement blessé donc si y’en a qui s’y connaissent en soins préparez vous.
”- Vadrielle ! Il a dit Vadrielle ! La Vertueuse nous a rejoint !

J’eu de suite beaucoup plus que cinq volontaires femmes et un papi qui me tendit sa canne. En me disant de tendre ça vers la vertueuse. Heyyy pas con pépé. Je leur expliquais rapidement que je voulais faire une chaîne humaine/Natus, je serais au bord de la barge et ils me tiendraient puis à mon signal me tracterait vers l’intérieur pour que je n’ai pas trop à forcer selon comment Vadrielle s’accrocherait.

Donc je prenais position debout sur le rebord de la barge, me penchant un max en tenant la canne de papi Natus à bout de bras. J'espérais que les Natus femmes avaient beaucoup de force.

”- Attrappe la canne et on te tractera dans la barge.

Vadrielle tendit la main. Elle avait le visage rougit par l’effort, les traits tirés dans une complainte silencieuse alors que son souffle se faisait bruyant. La pauvre donnait l’air d’être sur le point d’abandonner. Le bout de ses doigts touchèrent la canne. Des centimètres ! Il ne manquait que des foutus centimètres !

”- Je vais céder !” Cria-t-elle dans un hoquet.

Dans le dos d’Alek, les complaintes se multipliaient. Ils priaient, espéraient à grand renfort des Trois que la Vertueuse les rejoigne. Qu’ils ne fassent pas l’offense d’abandonner un être si bon derrière eux !

On allait pas foirer pour juste quelques centimètres après avoir trucidé vingt Wraiths ? Je me penchais le plus que je pouvais. Je demandais aux femmes de se pencher aussi pour me faciliter la tâche. Mon corps était presque entièrement dans le vide, retenu par des femmes Natus.

“- Tu y es presque Vadrielle, encore un dernier effort !

J’étais passé au tutoiement sans même m’en rendre compte.
Cette fois-ci, la main de Vadrielle toucha plusieurs fois la canne. Elle y était ! Elle pouvait le faire ! Dans un dernier effort, elle parvint à agripper le bois et s’y cramponna de toutes ses forces. Dans un mouvement uni, tant du coté d’Alek que des femmes Natus, tous la tirérent jusqu’à eux. Vadrielle fût littéralement traînée jusqu’au bord de la barge qui venait tout juste de quitter le quai. La Vertueuse avait les pieds dans le vide !
Il fallut des efforts démesurés pour ces femmes afin de pouvoir tirer Alek. Et plus encore, concernant le militaire, pour maintenir son emprise sans que sa cote ne le foudroie de douleur. La jeune femme laissa un cri s’échapper lorsqu’elle parvint enfin à agripper les mains de son frère d’arme et parvint à retrouver le bord grâce à leurs efforts conjugués.

Elle était enfin sur la barge. Couchée contre le rebord en peinant à retrouver son souffle, elle se plaça aux côtés d’Alek alors que l’une des femmes la recouvrait chaleureusement de son manteau.

”- Merci !” Balbutia-t-elle entre deux bouffées d’air.

La bonne nouvelle se répandit chez les réfugiés comme une traînée de poudre.
Le moral fût soudainement au beau fixe et chacun voulait rencontrer la Vertueuse de leur quartier. Ils se faisaient parfois timides mais ils étaient tous présents et heureux de la retrouver. Un sentiment partagé !

”- Alek...j’ai retrouvé les familles de mon quartier...” Fit-elle en les observant, une voix pleine de gratitude. ”- Je les reconnais ! Nombre d’entre eux !”

Je restais un moment allongé sur le sol de la barge, j’avais mal mais surtout du mal à respirer. Je prenais quelques secondes de repos à nouveau. Les Natus semblaient avoir retrouvé espoir en voyant Vadrielle, je ne savais pas trop pourquoi mais pas grave. Je me levais en grimaçant, j’étais soulagé qu’elle soit à bord. J'allais voir le papi Natus qui m'avait fait passer la canne pour la lui rendre. Je pris un moment pour regarder tous ces gens, ils étaient en train de quitter leur monde à cause d'une autre race et ils étaient tous dignes dans cette épreuve. Aucuns enfants ne pleuraient. Ces Natus étaient vraiment un peuple pour lequel j'avais beaucoup de respect, je doute que les terriens soient aussi dignes dans une épreuve pareille. Je souris à Vadrielle, mais un sourire un peu fatigué, enfin plus précisément lassé.


“- Mes amis ont réussi leur mission, je te laisse avec les gens de ton peuple, je vais voir Kalash et mes amis “
”- A plus tard...”

_________________
I will never forget, I will never regret

« Double compte : Kara Aiolos •• »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 24/11/2016
√ Messages : 88
Adam Ross
Dossier Top Secret
√ Age:
√ Nationalité:
√ Gêne: ATA
MessageSujet: Re: MJ 23 Part. 3a : Bataille pour la Magna Caverneum Dim 25 Juin - 13:00
Enfin, Adam pouvait s’échapper avec les réfugiés !
Depuis qu’Enyore avait été récupérée avec son enfant, l’homme qui se faisait porte-parole des réfugiés s’occupait d’elle. Le sous-lieutenant avait pu compter sur la cohésion des Natus qui s’étaient préparés à devoir quitter le hangar. Déplacer les nombreux blessés ne fût pas évident mais les personnes âgées et les jeunes enfants donnèrent tous d’eux-même pour permettre une évacuation performante et efficace. Il n’y eut aucun mouvement de panique malgré la crainte que leur imposait cette grande machine. Les civils se rassuraient difficilement en se disant qu’un vaisseau des anciens conduit par un Atlante ne pouvait que représenter leur salut !
 
Peu à peu, la gigantesque barge lantienne s’éleva dans les airs, progressant dans le tunnel. Tous les systèmes semblaient opérationnels, enfin, du moins, semblaient au maximum de leur capacité après tant de temps en sommeil. Derrière lui, dans la barge, les Natus se tenaient tranquille, bien tous à leur place. L’évacuation avait été réalisée efficacement, ce qui était déjà une excellente nouvelle. De plus, Enyore et sa fille avaient été prises en charge, ce qui faisait encore une préoccupation de moins pour Adam.
 
Peu à peu, le pilote fit accélérer l’engin, afin de lui donner une vitesse de croisière convenable. Cette barge était aussi maniable qu’un éléphant au milieu d’un magasin de porcelaine. Par moment, les réacteurs variaient d’intensité sans crier gare, et il fallait dès lors immédiatement corriger la trajectoire. Le moindre geste trop brusque, et crac, impossible de récupérer la trajectoire. Il fallait y aller par léger accoups, l’inertie faisant le reste. Adam avait l’impression d’être devenu soudainement pilote de cargo… Lui qui avait l’habitude des chasseurs légers, cela lui faisait tout drôle. Fort heureusement, son expérience en pilote lui permettait de maintenir une trajectoire correcte.
 
Enfin, si seulement tout cela était aussi simple…
 
Une énorme détonation parcourut la grotte, faisant vibrer fortement tous les murs autour d’eux. Adam releva les yeux vers le plafond, juste à temps pour voir d’énormes morceaux de roches commencer à se fissurer sous l’onde de choc. Bordel, il ne manquait plus que ça… Ross activa à fond les moteurs, qui se mirent peu à peu à accélérer, avec une lenteur tout à fait horripilante cependant. Saloperies d’anciens ! Quelle idée à la con de pas sécuriser un couloir de décollage ! Adam serrait les commandes entre ses mains, la barge n’accélérant pas assez rapidement. Et merde ! Le sous-lieutenant n’arrêtait pas de corriger sa trajectoire, malmenant les moteurs, afin de pouvoir esquiver les débris dégringolant du plafond. Cela lui rappelait la célèbre scène du film Star Wars, où le faucon millénium se retrouvait poursuivit par un gigantesque ver dans un astéroïde. La différence étant que, bien sûr, le faucon millénium avait au moins l’avantage d’être maniable. Ce qui n’était pas du tout le cas de cette boîte de conserve volante. La barge n’arrêtait pas de s’agiter violemment de droite à gauche, donnant le mal de mer à certains Natus assez peu résistants. Mais, au moins, Adam réussissait à échapper aux débris, qui tombaient de chaque côté de la barge sans jamais tomber à l’intérieur. Le pilote était concentré à son maximum, le peu de maniabilité de la barge exigeant une extrême précision dans ses mouvements, afin d’éviter de riper les murs.
 
Vous croyez qu’on ne peut pas faire pire situation ? Bien sûr que si, on peut toujours.
 
Adam laissa échapper un couinement en apercevant, plus loin dans le tunnel, de gigantesques stalactites entravant le passage, prêtes à transpercer la barge. Le seul moyen de passer était de voler proche du sol. Très proche du sol.
 
//Rodney, accrochez vous !//

 
Adam baissa soudainement l’intensité des réacteurs. Si leur vitesse ne diminua que très peu, de par leur inertie, leur altitude, par contre, chuta drastiquement. La barge tomba lentement mais sûrement jusqu’au sol, et Adam réactiva les réacteurs au dernier moment pour maintenir une trajectoire juste au dessus du sol. Cependant, il oubliait un détail. La barge était tout sauf maniable et réactive. Un long crissement de tôle se fit entendre pendant quelques secondes, la bas de la barge rippant fortement contre le sol, tandis que les mortelles stalactites passaient juste au dessus de la tête des passagers apeurés. Le pilote serrait les dents, faisant reprendre un peu d’altitude au vaisseau juste après avoir passé le piège mortel. Il avait réussi. Il avait réussi ! Adam poussa de nouveau les moteurs à fond, bien décidés à sortir de cet enfer le plus vite possible, avant de se retrouver complètement enseveli. Plus loin, des rayons lumineux commençaient à apparaître, signe que la sortie était toute proche. Allez, encore un petit effort ma belle, tu y es presque !

_________________
All great things are simple, and many can be expressed in single words : Freedom, Justice, Honor, Duty, Mercy, Hope.

Winston Churchill


DC : Mike Femens
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 21/08/2016
√ Messages : 643
√ Localisation : Le plus souvent à l'infirmerie

Alek Hamilton
Dossier Top Secret
√ Age:
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: ATA
MessageSujet: Re: MJ 23 Part. 3a : Bataille pour la Magna Caverneum Dim 25 Juin - 18:57
Je pensais qu’une fois que nous serions tous à bord de cette barge nous aurions droit à quelques minutes de repos avant que les Wraiths ne réagissent voir même sur un malentendu que les Wraiths nous foutent une paix royale. Mais avec ces parasites ce genre d’envies étaient vaines car ils nous tiraient dessus. La barge se balançait sous les impacts et bien évidemment elle n’était pas équipée d’armes donc nous ne pouvions pas répliquer. Je détestais être le pigeon dans la chasse au pigeon.

Tout à coup j’eu une illumination, vous voyez comme dans les dessins animés avec l’ampoule qui s’allume au dessus de la tête. J’allais vers Kalash et récupérais les chargeurs. Je chargeais donc mon P90 et le P99. C’est con mais d’un coup je me sentais habillé. Il était temps de leur rendre leur tirs. Malgré que le vaisseau bouge je posais le bout de l’arme sur la rambarde de la barge et me mis à tirer vers les canons. J’avais clairement aucunes chances de les tuer mais si jamais mes balles pouvaient endommager les canons se serait parfait. Honnêtement je pense qu’aucun de mes tirs n’atteignirent leur cible, sauf peut être un car le canon se tut un moment.

A un moment je vis qu’on se dirigeait vers des parois et on leur fit même un petit bisou et je vis des étincelles jaillir du contact. Mais la barge repris son vol à peu prêt normal. J’étais impressionné par le pilotage d’Adam qui malgré les tirs arrivaient quand même à éviter qu’on se crashe trop vite. Je ne savais pas où était Mckay. Je regardais autour de moi et je vis arriver un autre vaisseau...mais c’était quoi encore ce bordel? Et pourquoi Adam ne tentait pas de l’éviter alors que le machin nous fonçait droit dessus. Un halo de téléportation apparut et un Wraith se matérialisa dans la barge.

Aussitôt la panique s'empara des Natus et ils se mirent à courir dans tous les sens. Ils allèrent tous se réfugier derrière Vadrielle mais le soucis c’est qu’avec tous les mouvements des Natus j’avais perdu de vue le Wraith. Vadrielle était déjà en position de combat, ma parole c’était une machine cette femme. Je ne savais pas si des Natus lui avaient prodigués des soins ou non.

Lorsque je vis à nouveau le Wraith , je n’eu pas le temps de réagir que je me fis tirer dessus. A croire que cet enfoiré s’était déjà préparé à nous tirer dessus mais qu’il avait juste attendu le bon moment. A partir de là ce fut le black out pour moi , je me rappelais avoir encore fait un vol plané et heurté violemment quelque chose et puis après pouf plus rien. Coupure de son et d’image.

Alek !” S’écria Vadrielle en le croyant mort.

Elle fut soudainement prise d’une intense colère et fonça sur lui. Elle fît une esquive en évitant, comme d’habitude, l’endroit où l’arme avait été pointé. Mais le vicieux avait usé d’une feinte, il n’avait pas tiré. En corrigeant l’orientation de son pistolet, il fît cette fois feu sur la direction de fuite de Vadrielle et la toucha un peu au-dessus du ventre. L’impact sur son armure fît virer le métal en rouge incandescent et une vilaine plaie sanguinolente apparut à cette endroit. Mais comme la dernière fois, Vadrielle ne s’arrêta pas et prit l’originel par surprise. En l’atteignant malgré sa blessure et enragée par la perte de l’Atlante avec qui elle avait sympathisée, elle le bouscula violemment jusqu’à la rambarde de la barge et dégagea son arme plasma d’un puissant coup. Celle-ci tomba dans le lac en contrebas.

Elle lui prit la tête pour l’écraser sur le métal encore, encore et encore. Elle frappa ensuite de ses poings avec une terrible haine et son éternel aura de ferveur inébranlable. Mais l’originel souriait, comme s’il examinait seulement la force et la résistance de la Vertueuse avant de se décider qu’il avait assez joué comme ça.
Il grogna d’un plaisir macabre en plantant brutalement ses doigts dans la plaie qu’il avait fait plus tôt et les enfonça sans retenue pour en explorer l’intérieur. Vadrielle poussa un horrible cri de douleur en refusant de se retirer. Elle lutta de toutes ses forces contre cette attaque sordide mais sentit son corps faiblir. Elle avait si mal que même les plus puissantes prières ne l’aidèrent pas à surmonter. Sa force vacilla et elle fut projetée soudainement en arrière.

Vadrielle se redressa douloureusement, une main posée sur sa plaie. Le Wraith regardait ses doigts plein de sang et les passa entre ses lèvres en dégustant.

“Un met d’une grande qualité ! Tu es à moi !”
“Nul n’a faibli devant l’ennemi ! Tous se levèrent contre le dévoreur !” S’écria Vadrielle en se remettant debout.

Mais il était évident qu’elle ne pourrait plus gagner ce combat.
Sa grande ferveur et l’adrénaline la preservait de tomber dans les pommes et elle se battrait encore. Mais dans son état, la victoire n’était plus une question qui se posait. Non, la vertueuse savait qu’elle allait mourir. Il fallait juste trouver le moyen de l’emporter dans la mort !

La jeune femme tira son arme et partit au combat.
Un violent échange s’enchaina longuement. Mais cette fois-ci, Vadrielle s'essoufflait rapidement et s’affaiblissait devant chaque assaut ennemi.

Au bout d’un moment je repris connaissance, j’avais un sacré mal de crâne et ma côte me faisait mal. Mais au final je commençais à m’habituer à la douleur. Ce qui n’était pas une bonne chose. Je me remis debout en grimaçant, sérieux je détestais leurs armes mais je bénissais ce nouveau gilet. Quoi que normalement les gilets pouvaient encaisser qu’un nombre de tirs limité et là je crois que j’en étais déjà à deux.

Vadrielle faisait face au Wraith, non mais comment elle tenait encore debout et surtout avec autant d’énergie? Je voulais son secret, ça me serait très utile en mission d’être aussi coriace. J’étais encore à genoux quand je vis le Wraith reprendre le dessus et se servir d’une blessure de la guerrière pour -n’ayons pas peur des mots, la torturer- et ça c’était MON domaine. J’arrivais cette fois à me relever et à tenir à peu prêt bien sur mes deux jambes. Je le vis aussi lécher le sang ...rohhh le délire Lestat de Lioncourt fallait le faire qu’on avait de la classe mais pas dans son cas Je pris mon arme et tirais sur le Wraith tout en avancant vers lui.

“- Faudra me tuer avant de l’avoir à toi, connard !”

J’aurais mieux fait de la fermer car il prit mes mots aux pieds de la lettre et m’envoya un coup dans la côté et là je sentis clairement le “crac” de l’os. Ah ben voilà maintenant c’était fait. Mais apparement il voulait vraiment faire son travail jusqu’au bout car il m’envoya un autre coup et cette fois acheva mon nez. Je tombais au sol, je ne pouvais rien faire, je saignais, j’avais très mal et j’étais épuisé Je ne pouvais pas aider Vadrielle et ça me rendait fou, je la voyais presque mourir sous mes yeux.

Lorsque le Wraith domina suffisamment la Vertueuse, il lui asséna un direct très brutal qui l’envoya dos à la rambarde. Il rigola de manière très sadique puis enchaîna le même coup une fois...deux fois..trois fois...et encore. Il visa directement ses plaies et les endroits les plus sensibles, la malmenant ainsi jusqu’à ce qu’elle se retrouve un genou à terre. Une terrible insulte pour une Vertueuse. Cela ébranla sérieusement son moral...
Il agrippa ensuite sa gorge dans un geste de toute puissance et serra pour l’étrangler, comptant l’enfoncer dans l’inconscience avant de la déguster tranquillement. La jeune femme, dans une ultime tentative désespérée, planta sa lame dans le genou de l’adversaire mais il ne cilla même pas.

De son côté, le brave kalash s’était enfin réveillé et, partant immédiatement à la recherche de son maître, le trouva sur le sol. Il le lécha dans le lobe de l’oreille, sur le visage et les tempes en espérant le réveiller. Mais rien n’y fît. L’originel qui étranglait Vadrielle était trop près d’eux, alors il agrippa une partie du gilet d’Alek dans sa gueule et tira. Il tira par accoup vers l’arrière en grognant sous l’effort pour tenter de l'éloigner du danger. En vain...
Le chien rechercha d’autres prises et se remit à tirer comme s’il disputait un énorme jouet. Tout cela ramena Alek quelque peu à la réalité. Mais cela eut également pour effet d’attirer l’attention de l’originel. Ainsi acculé et incapable de déplacer le poids de son maître, le chien se plaça aussitôt entre le Wraith et lui. En position d’attaque, il se faisait un frêle petit rempart refusant de livrer le militaire à cette chose ignoble. Alors il grogna, le menaçant de toutes ses dents et hérissa les poils dans une interdiction formelle d’approcher Alek.

Mais un Wraith déteste ce qui ne se mange pas. Il frappa une dernière fois Vadrielle dont la tête chancela négligemment jusqu’au sol. Puis la chose approcha du chien en ouvrant les bras dans un signe de défi. Kalash ne se démonta pas mais il ne bougea pas. Il était entraîné pour ne pas réagir aux provocations. Le manque de réaction du chien énerva le Wraith qui n’aimait pas être ignoré par un être inférieur et inutile, il fit encore quelques pas pour se rapprocher du soldat au sol. Kalash jugea que cet ennemi était trop proche de son maître et il sauta, manquant son coup, esquiva une attaque de l’originel en passant sur le côté et atteignit finalement sa gorge. Le Wraith hurla de douleur alors que Vadrielle, elle, se redressait péniblement en s’appuyant contre la rambarde, parvenant à peine à retrouver ses esprits.

L’adversaire avait agrippé Kalash par sa fourrure et le souleva comme un fétu de paille. Il tira de toutes ses forces pour dégager cette mâchoire qui embarqua une bonne part de son cou au passage et la chose, dans un terrible râle de colère, envoya le canidé directement sur Vadrielle en le projetant de toutes ses forces.

Elle reçut l’animal de plein fouet et bascula avec lui par-dessus la rambarde, dans un cri de surprise, mêlé du couinement de Kalash, sous le regard médusé d’Alek. Lui qui peinait à se déplacer à cause de sa côte parvint jusqu’à la rambarde pour s’y pencher et découvrit la Vertueuse.
Elle avait eu le réflexe de se rattraper à une barre de support un peu plus bas. Elle l’aggripait d’une main et, de l’autre, soutenait Kalash qui n’osait plus bouger. La jeune femme hurlait de douleur sous l’impressionnante pression qui étirait ses muscles et ses blessures. Elle n’en pouvait plus. C’était trop, beaucoup trop ! Elle hurla encore une fois sous les distorsions et les vibrations de l’engin en déplacement au-dessus du lac. Sa voix forma les premières lettres du prénom d’Alek mais le reste s’étrangla dans sa gorge tant elle souffrait par cette torture physique.

Vadrielle était peut-être une élite suprême des Natus. Dans un film, on aurait pu s’attendre à la voir tenir ainsi d’une seule main jusqu’à ce qu’on l’aide ou qu’elle parvienne à remonter Kalash par la force de ses bras.
Mais ce n’était pas un film ! Vadrielle était une femme entraîné à l’extrême et qui avait supporté trois plaies profondes dont deux provenant d’arme plasma. C’était déjà beaucoup trop. Son corps avait atteint sa limite finale. Personne ne pouvait conserver cette prise d’une seule main, en supportant le poids du chien, tout en étant blessé. C’était impossible. Et elle l’avait bien compris. Peut-être gagnerait-elle du temps en se délestant du canidé. Quelques secondes peut-être ?

Non, Vadrielle refusa de lâcher le chien. Dans un cri paniqué, elle vît ses doigts commencer à glisser inexorablement autour de la barre. Le visage rouge et trempé de sueur, elle leva la tête pour croiser le regard d’Alek pendant une seconde avec une expression d’effroi. C’était la première fois qu’elle montrait sa peur au maître-chien. Vadrielle était vraiment terrorisée. C’était fini pour elle. Leur regard restèrent ainsi mêlé pendant la seconde ultime. Cette toute petite seconde durant laquelle sa main glissa de la barre. Puis elle chuta sur une bonne vingtaine de mètres de hauteur.
Elle ne cria pas un “TAIRIUS”.
Elle cria :

ALEKKK !

Tout s’était passé très vite, l’attaque de Kalash, la réaction du Wraith et le fait que je vis basculer Vadrielle et Kalash par dessus bord. Je me relevais d’un bond passant devant le Wraith sans même le calculer pour voir s’ils étaient tombés. En me penchant je vis que non, Vadrielle s'accrochait à un truc plus bas et elle tenait Kalash avec son autre bras. Pas besoin d’être Einstein pour comprendre que blessée comme elle l’était elle n’allait pas pouvoir tenir à bout de bras un animal de quarante kilos de muscle qui au vu de sa position était comme un poids mort. Je ne pouvais pas la hisser vers moi.

A nouveau je me sentais totalement impuissant. Je la voyais en train de lâcher prise. Je me retournais et voyais aussi le Wraith en train de se régénérer, mais là je pouvais le tuer sans trop de difficultés. Mais le temps que j’aille vers lui, que je le tue, que bien sur il m’en colle une ou deux au passage, Vadrielle et Kalash auront fait plouf et je ne pourrais pas les retrouver. Je me retournais à nouveau vers Vadrielle et là vit sous mes yeux lâcher prise et tomber à l’eau avec Kalash. Par réflexe, je me penchais encore plus pour tendre la main mais c’était un geste ridicule, symbole de ma perte de neurones à cet instant.

“- VADRIEELLLEEEEEE”

J’étais un Atlante. Je devais faire le boulot pour lequel j’étais là : à savoir tuer ce Wraith avant qu’il ne fasse un carnage chez les Natus de la barge puis après avec Adam et Rodney. Mais en même temps, Vadrielle m’avait sauvé la peau avec Kalash et je n’allais surement pas abandonner mon chien. Tant pis, je prendrais un blâme monstrueux voir même une exclusion de l’armée, mais là, à l’instant même, j’en avais rien à foutre.

Je faisais ce que ma conscience humaine et non militaire me disait de faire. Je sautais de la barge pour arriver dans l’eau dans un plouf assez rude. Ma côte me fit très mal et je criais dans l’eau, je bus la tasse. J’étais étourdis et mon gilet m’entrainais par la fond , je repris mes esprits et entrepris de le détacher. Je me dépêchais de remonter à la surface alors que des étoiles commençaient à danser devant mes yeux.

Je pris une grande bouffée d’air en sortant ma tête de l’eau. Je replongeais aussi sec pour nager vers le fond de l’eau. Kalash était le moins lourd donc il n’était pas trop loin sous la surface. Je nageais vers lui et je dus aussi lui enlever son gilet, puis je l’attrappais et remontais avec lui. Si on s’en sortait vivant nous n’aurions plus de gilet de protection, plus de munitions...Je prenais soin de ne pas écouter la douleur de ma côte et de mon nez. Les étoiles continuaient à danser et je sentais mes muscles s’engourdir aussi mais il était hors de question que j’abandonne. Je pense que je devais tenir grâce à l’adrénaline, mais je craignais le moment où elle allait me lâcher.

Une fois à la surface, Kalash fut rassuré et se mit à nager, heureusement pour moi il n’était pas inconscient.

“- Reste là Kalash

Je prenais à nouveau une grande inspiration et replongeais dans les profondeurs du lac. Je ne voyais pas Vadrielle, je nageais un moment mais je dus remonter à la surface pour prendre de l’air. Il était hors de question que j’abandonne les recherches. Il fallait que je fasse vite car avec son armure elle allait la couler à pic. Je plongeais à nouveau , cette fois encore plus profond, et je vis comme une lueur, un reflet. Je nageais plus vite, mes poumons me brûlaient. J’arrivais vers Vadrielle , mais comment j’allais faire pour la remonter avec son armure? Je devais l’enlever mais euh comment on enlevait une armure? Ils ne nous avait pas appris ça à l’armée.
Si je me souvenais des films que j’avais vu, les plaques de fer étaient liées entres elles par des lanière de cuir. Vadrielle était inconsciente , je voyais du sang se diluer dans l’eau, rahhh merde je devais vraiment faire vite. Je cherchais les liens et tentais de les défaire le plus rapidement possible, je dégageais un bras, puis l’autre et tentait déjà de la soulever sans ça. Peine perdue, elle était encore trop lourde. J’enlevais aussi les jambes et là j’arrivais à la soulever, on remontait à la surface, trop lentement à mon goût mais je ne pouvais pas faire plus vite.

Une fois à la surface, je réalisais qu’on était un peu éloigné de Kalash, il nous vit de suite et nagea vers nous. Je plaçais Vadrielle de telle manière que c’est Kalash qui supportait son poids. Je regardais autour de moi et vit comme une sorte d’îlot avec un pilier. Je nageais doucement pour maintenir Vadrielle contre Kalash et lui nageait aussi doucement pour ne pas la faire tomber. Le trajet fut long mais on y arriva et j’allongeais Vadrielle sur le sol. Elle saignait encore, et je n’avais rien sur moi pour arrêter le saignement. Mais le problème le plus urgent c’était qu’elle ne respirait plus, j’enlevais son plastron pour pouvoir faire un massage cardiaque, alterné avec du bouche à bouche. Cinq pressions, trois insufflations. et je répétais ça plusieurs fois. Kalash était présent et donnait des coups de tête légers à Vadrielle.

“- Allez réveille toi…
Au bout de plusieurs minutes qui m’ont paru des heures, Vadrielle, se mit à cracher de l’eau mais ne reprit pas conscience. Merde enfin juste demi merde car elle n’était pas morte, c’était une bonne nouvelle. Je regardais autour de moi, nous étions trop exposés, je repérais des canoës...bon c’était pas génial mais ça ferait l’affaire. Je pris Vadrielle dans mes bras et marchais vers les canoës suivis de Kalash. J’installais la guerrière , puis je montais à bord avec Kalash. Bon et maintenant j’allais ou ? je me souvenais de la direction prise par la barge donc je pagayais vers là. En levant la tête je vis large amérrir un peu en mode désespérée et c’était donc ma chance qu’on puisse à nouveau rejoindre la barge et donc mon équipe et les Natus.

_________________
I will never forget, I will never regret

« Double compte : Kara Aiolos •• »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 28/11/2015
√ Messages : 138
Rodney McKay
Dossier Top Secret
√ Age: 39 ans
√ Nationalité: Canada Canada
√ Gêne: Non
MessageSujet: Re: MJ 23 Part. 3a : Bataille pour la Magna Caverneum Dim 25 Juin - 21:58
Depuis le moment où le vaisseau quitta le sol et s'engouffra dans le tunnel, je vérifiai constamment les relevés et les données affichées sur la console principale et sur mon ordinateur portable. La technologie de cette salle des moteurs était vraiment dépassée, il fallait que je fasse sans cesse de nouveaux réglages pour permettre aux propulseurs de recevoir suffisamment de carburant afin d'éviter une coupure des gaz, et donc une chute libre de l'appareil. Tout semblait trembler dans cette salle, c'était bruyant, et de temps en temps, une fuite apparaissait, que je m'empressais de colmater au plus vite. Mais jusque là, tout semblait bien se passer. Les manoeuvres du militaire me faisaient tanguer de temps à autre, et au moment où il m'ordonna de m'accrocher, j'eus juste le temps d'attraper le bord d'une console et de la tenir fermement avant de sentir que le vaisseau piquait du nez en s'approchant dangereusement du sol. Les propulseurs étaient toujours en état de fonctionnement, ce n'était donc pas un soucis de ce côté là, mais une manoeuvre de pilotage pour éviter sans doute quelque chose. Le vaisseau se mit à frôler le sol, comme en témoignait le crissement de la tôle qui était abominable à entendre. Je serrai les dents, tout en espérant que cette vieille carcasse tienne le choc et ne s'ouvre pas en deux. Par chance, la barge reprit finalement un peu d'altitude, et je soupirai bruyamment de soulagement avant de reprendre mon travail. Aucun propulseur n'avait souffert, l'E2PZ produisait toujours de l'énergie, et le carburant était bien acheminé.

Le vaisseau quitta enfin le tunnel, et survola des milliers de wraiths avant de se diriger vers le lac. J'entendis de nombreux chocs contre la coque, signe que l'ennemi tentait de nous abattre. A ce rythme là, la barge n'allait pas tenir très longtemps, il fallait à tout prix s'éloigner des wraiths. Survoler le lac allait nous donner un peu de répit, mais en attendant, le vaisseau souffrait. Les impacts sur la verrière commençaient à fissurer cette dernière. Pourtant, ce n'était pas le pire qui pouvait nous arriver, car quelque chose de bien plus inquiétant arriva.

Alors que je contrôlais à nouveau les machines afin de m'assurer qu'elles fonctionnaient correctement, une violente explosion se produisit juste derrière moi. Un puissant tir de canon Natus venait de transpercer la coque de la salle des moteurs, et la déflagration me projeta au sol, face contre terre, tandis que de nombreux débris m'atteignirent. Je me protégeai comme je le pus, pendant que des alarmes retentirent dans la salle. Une odeur nauséabonde se dégageait, et alors que je me relevai difficilement, je vis le trou béant dans la coque, me laissant apercevoir le lac que nous étions entrain de survoler. Nous perdions de l'altitude, je pus le constater de là où je me trouvais. Je ramassai mon ordinateur, mais mon attention se porta sur l’un des transmetteurs de carburant fossile pour les réacteurs bâbord qui venait d'être détruit par le tir. Des fuites s'échappaient de plusieurs tuyaux tordus, et l'oxygène commençait à se raréfier. J'eus une violente quinte de toux, ma gorge commençait à me brûler, et mes yeux piquaient à cause des gaz qui s'échappaient des tuyaux. C'était la catastrophe. Du liquide coula sur les bobines des transmetteurs tribord, il fallait que je stoppe ça. Cependant, je n'eus pas le temps de faire quoi que ce soit qu'une petite explosion retentit. Un incendie se déclencha au niveau du réacteur bâbord, et commença à se répandre à travers la salle des moteurs, tout en se dirigeant vers le transmetteur de carburant tribord. Si celui ci était détruit, le vaisseau s'écraserait. Regardant autour de moi, j'aperçus un coffret, je m'empressai de l'atteindre et de l'ouvrir. Il devait bien y avoir quelque chose d'utile la dedans. La barge commença alors à tanguer sur la gauche, et je dus m'accrocher pour ne pas suivre le mouvement. Il ne manquait plus que ça. Pendant que je fouillai le coffret, je contactai aussitôt Adam pour l'informer de la situation, mais la toux ne m'aidait pas du tout à parler correctement.

//Lieutenant ... la salle des moteurs ... est touchée. Un incendie se ... propage. Dégâts importants sur ... la distribution ... des réacteurs bâbord. Les réacteurs tribords ... sont menacés. Je vais essayer ... de m'en occuper//

Je trouvai un dispositif anti-feu de mousse à absorption de carburant que je pris, avant de me diriger vers l'incendie. Le temps était compté, et progresser dans un vaisseau qui tombait sur un côté était difficile. M'accrochant à tout ce que je pouvais pour avancer, je parvins à atteindre tant bien que mal le feu, et l'éteignit avant que celui-ci n'atteigne sa cible. Je n'eus pas le temps de respirer qu'une nouvelle quinte de toux s'empara de moi. Je me sentais faible, il me fallait de l'oxygène rapidement. Je retournai vers la caisse pour continuer de chercher. Miracle, un masque à oxygène. J'étais sauvé. Quoique, il était fêlé. J'étais maudit. Décidément, j'allais mourir sur cette barge de malheur. Mes yeux rougis et douloureux se posèrent alors sur de la résine pour colmater les fuites sur les tuyaux. Cela devrait faire l'affaire, non ? Du moins, temporairement. Sans attendre, je mis de la résine sur le casque où il était fêlé, et cela fonctionna. Je me sentais de plus en plus faible, je devais me dépêcher. Je ne voulais pas mourir ici, après tout. Rapidement, je plaçai le masque sur mon visage, et quel ne fut pas mon bonheur en respirant une bonne bouffée d'oxygène. Je l'avais échappé belle. Je ne voyais pas grand chose à travers le masque à cause de la résine, mais au moins je pouvais respirer.

L'incendie et le manque d'oxygène étant réglés, je n'avais hélas pas le temps de me reposer. Il y avait encore plein de choses à faire. Le vaisseau continuait de descendre vers le sol, et sa trajectoire était très instable. Me levant après avoir pris quelques inspirations bienfaitrices, je me mis à l'ouvrage. Attrapant les gants et un vieux marteau, je me mis à frapper de toutes mes forces sur les tuyaux endommagés, afin de pouvoir récupérer ce qui était récupérable. Puis, je fis quelques soudures de façon chaotique à cause de la barge qui avait du mal à rester stable. La salle des machines partait peu à peu en miettes, et je dus faire preuve d'ingéniosité pour maintenir une dérivation d'énergie assez puissante vers les deux réacteurs pour alimenter les propulseurs bâbord et tribord le plus longtemps possible. De temps en temps, une nouvelle fuite apparut, un tuyau lâchait, mais je m'empressai de colmater les brèches, avant de me servir de la console principale et de mon ordinateur endommagé pour vérifier si les dérivations tenaient le coup et rediriger l'énergie de manière équitable. Hélas, malgré toutes mes tentatives, je constatai que la barge continuait sa descente. Et pour ne pas arranger les choses, mon ordinateur m'indiqua que l'E2PZ était sur le point de s'éteindre. Nous allions bientôt nous crasher.

//Ross ? Je ne parviens plus à maintenir la salle des machines opérationnelle, et l'E2PZ va lâcher. On va s'écraser !//

//McKay, essayez de boucher la brèche dans la coque ! Et priez pour que cette barge puisse flotter...//

//Quoi ? Comment ça "flotter" ?//

En regardant par le trou présent dans la salle des moteurs, je vis que nous étions encore au dessus du lac. La berge n'était pas très loin, et le vaisseau s'y dirigeait, mais nous n'étions pas encore sur la terre ferme. Et l'idée que l'eau puisse s'infiltrer à l'intérieur de cette salle fit remonter des souvenirs que j'aurais préféré oublier. A un détail près, bien sûr. Tandis que de nouvelles fuites apparurent, beaucoup trop pour que je puisse les réparer, je regardai autour de moi pour trouver une idée. J'aperçu une large plaque de tôle dans un coin. Rapidement, je m'en emparai et je la plaquai contre la brèche de la coque. Puis, j'entrepris de faire un peu de soudure même si je me doutais que le choc contre la surface du lac allait être violent, et que cette plaque de tôle n'allait pas tenir du tout. A la fin de la soudure qui prit quelques minutes, un bip retentit sur mon ordinateur, et les lumières commencèrent à faiblir. Le moment était arrivé. Effrayé, je m’adossai à la plaque, prenant appui avec mon pied contre une console, comme si mon corps pouvait aider un peu la plaque à tenir au moment de l'impact. Dans un geste désespéré, j'appuyai sur mon oreillette pour prévenir Adam.

//L'E2PZ vient de s'éteindre. Préparez vous à l'impact//

_________________
DC : Gabriel Grayson - Skyler McAlister
Award:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 24/11/2016
√ Messages : 88
Adam Ross
Dossier Top Secret
√ Age:
√ Nationalité:
√ Gêne: ATA
MessageSujet: Re: MJ 23 Part. 3a : Bataille pour la Magna Caverneum Dim 25 Juin - 22:53
La barge quitta finalement le tunnel d’évacuation et la soudaine lumière de l’éclairage ambiant de la Magna les arrosa. Les civils étaient heureux de s’en être sortis, on les entendaient d’ici. Mais ils n’étaient pourtant pas sorti d’affaire ! Adam s'aperçut rapidement à l’aide de ses vieux écrans que le sol devant lui fourmillait d’activité Wraiths. Déjà, des impacts de blasts provenant des lances de sbires résonnaient sur la coque et la perçait comme du gruyère. Cet engin étant nullement conçu pour la guerre, il n’y avait pas de blindage et rodney était dans l’incapacité d’activer le bouclier de sécurité.

Les lignes de Wraiths avaient visiblement mis les renforts d’excavation en échec. C’était une bonne idée de ne pas les avoir attendu pour évacuer. Parce que le couloir n’aurait jamais été dégagé par leurs alliés ! Mais tous ces sbires qui avaient enfoncés les lignes et pris les positions Natus se retournèrent sur eux, comme s’il s’agissait d’une cible facile. Ce qui était le cas !

Les choix d’Adam se retrouvaient donc extrêmement restreints. Pour échapper aux tirs ennemis, il n’y avait qu’une seule route : le lac. Cela ne lui plaisait pas plus que cela, mais les tirs à répétitions sur la coque du vaisseau ne mirent pas très longtemps à le décider. Il vira complètement de cap, se dirigeant droit vers le lac tout proche. Les tirs continuaient de ricochets, et derrière, il entendait les Natus s’affolaient face à toute cette cacophonie. Fort heureusement, la barge semblait tenir, et l’ordinateur de bord n’indiquait pour le moment aucune avarie, ce qui rassura en partie le pilote. Ils n’allaient pas se laisser avoir comme cela ! Et puis, au besoin, Adam avait toujours trois drones sous le coude. Mais, il préférait les garder pour faire face à d’éventuels Darts.

C’est alors qu’un originel, celui qui menait les forces d’attaque contre les sauveteurs Natus, récupéra un canon pour l’orienter en direction de la barge. Ils se trouvaient entre deux bâtiments à moitié effondré et, quand Adam l'aperçu, il était déjà trop tard ! Il était mal orienté et pleinement exposé ! Le sous-lieutenant, affolé, tenta d’enclencher une manœuvre de la dernière chance, consistant à virer de bord très soudainement. C’était cependant trop tard. Le boulet partit en cloche jusqu’à lui et perfora le métal dans une extrême brutalité. Le choc fit dévier la barge de sa trajectoire en même temps que les civils hurlaient de panique et de surprise. Ross serrait les commandes de toutes ses forces, le palpitant à cent à l’heure, tentant de stabiliser l’engin désormais incontrôlable. Le nouveau vecteur l’envoya directement en direction d’un des piliers porteurs du niveau supérieur. Son tableau de bord s’affolait, avant de complètement s’éteindre, l’ordinateur de bord venant de rendre l’âme, laissant un pilotage au visuel comme seule option.

Adam découvrit aussi avec effroi qu’il perdait de l’altitude, les deux moteurs bâbord faiblissaient et perdaient en régime petit à petit. Un gîte sur la gauche commençait à se faire sentir et ils allaient partir en vrille, se retrouver la tête en bas, et tous tomber de la barge avant de s’écraser contre ce pilier ! Au même moment, Rodney l’informa d’un début d’incendie dans la salle des moteurs. Trop concentré, Adam ne répondit même pas. Il n’avait pas de temps à perdre. Il abaissa tout de suite les réacteurs du côté droit de l’appareil, afin de pouvoir garder une assiette convenable, et éviter ainsi que la barge se retourne entièrement. Cependant, malgré cela, le transport continuait de tanguer dangereusement, ce qui obligeait l’Atlante à tout le temps corriger sa trajectoire. Derrière lui, chez les Natus, c’était la panique totale. Certains hurlaient, s’accrochant à leurs camarades qui tentaient de vainement les rassurer. Adam, lui, avait dressé un mur mental entre lui et ses passagers, afin de rester concentré au maximum. Deuxième problème désormais, c’était de récupérer sa trajectoire de vol. Tout doucement, il fit dévier les moteurs, de façon à changer peu à peu son axe d’approche et prendre la direction du lac. Désormais, il commençait à survoler l’eau, hors de portée des tirs des Wraiths, ce qui était, en soit, une excellente nouvelle. Cependant, il restait toujours un problème de taille : il continuait à perdre de l’altitude, et cela, il ne pouvait rien y faire. Juste prier pour qu’ils puissent atteindre la côte à temps.

Soudainement, Adam entendit un bruit désagréable. Un bruit trop bien connu. Celui d’un Wraith, suivit d’une téléportation. Quelques secondes plus tard, lorsque le pilote se retourna pour voir ce qu’il se passait, un combat sans merci s’était engagé entre une femme en armure et le Wraith, avec un peu plus loin… Alek ? Comment avait-il fait pour atteindre la barge ? Non, il devait rester concentré. Il lui poserait la question plus tard. Cela dit, le gros détail inquiétant, c’était le Wraith qui était apparu sur la passerelle. Était-ce celui qu’Adam avait provoqué ? Il lui ressemblait en tous cas. S’il était venu jusqu’ici, presque en kamikaz, c’était qu’il devait vraiment en vouloir au sous-lieutenant, ce qui n’était, en soit, pas très rassurant.

Dans tous les cas, pour le moment, Adam ne pouvait rien y faire. Reprenant les commandes, il tentait de stabiliser du mieux qu’il le pouvait le vaisseau, afin de ralentir au maximum sa vitesse de chute. Il pouvait y arriver. Il devait y arriver. Il…

La voix de McKay résonna dans son oreille, tandis que derrière lui, il entendit Alek pousser un grand cri. Adam se retourna vivement, juste à temps pour voir le soldat se jeter dans l’eau, laissant le Wraith seul à l’agonie. Il était coincé. Les moteurs allaient s’éteindre, et il n’y pouvait rien. Cela dit, il ne comptait pas partir tout seul. Se saisissant de son com’, il indiqua à McKay de se préparer au choc avec le lac. Il ne prit même pas la peine d’écouter la réponse du scientifique. Il équilibra les deux moteurs au minimum, de façon à réduire au moins la vitesse de chute. Désormais, il faisait preuve d’une détermination implacable, effrayante. Ce Wraith n’allait pas s’en sortir aussi facilement. Ross relâcha les commandes, attrapant d’un geste vif son P90, qu’il mit en joue. Autour de lui, les Natus s’affolaient, mais Adam, lui, ne voyait que sa cible en train de se régénérer. Hors de question qu’il s’en sorte en vie. Le vaisseau continuait de chuter et s’agiter dangereusement, faisant tout trembler autour d’eux, mais malgré cela, le militaire s’élança vivement, en avant, jusqu’à se retrouver à seulement deux mètres du Wraith.

Ça c'est pour Enyore, enflure !


Immédiatement, l’Atlante appuya sur la détente de son arme. En moins de deux secondes, la moitié du chargeur du P90 parti en pleine poitrine du monstre. L’arme, sous l’effet d’autant de tirs en si peu de temps, produisit un énorme recul qui obligea le militaire à effectuer une pause entre ses salves, l’épaule droite devenue très douloureuse par le choc avec la crosse du fusil.

A partir de là, un être normal serait décédé immédiatement sous le coup des impacts. Mais les Wraiths n’étaient pas normaux.

Cinq des impacts se refermèrent presque instantanément. Le Wraith, sous le coup de l’énergie du désespoir, repoussa le militaire en arrière, tout en produisant un long râle de douleur et de colère. Adam, surpris par cette riposte, n’eut pas le temps de réagir, et se contenta de se défendre comme il le pouvait avec son arme, acculé de plus en plus en arrière par son ennemi juré. Puis, l’original le plaqua violemment contre la paroi, avançant lentement sa main vers le soldat pour se nourrir de son essence. Oh non. Il ne s’était pas fait avoir tout à l’heure. Il n’allait pas se faire avoir maintenant. Il redressa soudainement le canon de son arme, le déposant littéralement sous le menton du Wraith.

Crève !


Il appuya sur la détente, retenant l’arme de toutes ses forces. La seconde moitié du chargeur se déversa dans la tête de l’original, faisant littéralement imploser sa boîte crânienne, envoyant du sang et divers autres fluides corporels en plein sur Adam, enragé. Son arme, propulsée par le recul, partie glisser un peu plus loin sur le sol métallique de la barge, chahutée dans tous les sens. Ross resta quelques secondes immobile, sous le choc, encore étourdi par une lutte aussi sanglante et violente. Le cadavre de l’original s’affaissa peu à peu sur le sol, tandis qu’Adam reprenait peu à peu conscience de ce qui se passait autour de lui. Les Natus hurlaient, tandis que le vaisseau prenait de plus en plus de vitesse en direction du lac. Non ! Ils allaient trop vite, beaucoup trop vite ! Adam s’élança vers les commandes, tirant de toutes ses forces sur celles-ci, poussant les réacteurs à fond, usant du peu d’énergie qu’il restait pour ralentir la chute, la mâchoire serrée sous l’effort.

Allez, saloperie de tas de ferraille de merde, me laisse pas tomber maintenant !

_________________
All great things are simple, and many can be expressed in single words : Freedom, Justice, Honor, Duty, Mercy, Hope.

Winston Churchill


DC : Mike Femens
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 24/01/2017
√ Age : 65
√ Messages : 277
√ Localisation : Sur le Dédale

Steven Caldwell
Dossier Top Secret
√ Age: 64
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Non
MessageSujet: Re: MJ 23 Part. 3a : Bataille pour la Magna Caverneum Dim 25 Juin - 23:59
La barge fonça directement sur la berge opposée. Son flanc laissait une énorme colonne de fumée sur son sillage alors que le nez de l’appareil pointait inexorablement vers le lac. Avec la perte de ses réacteurs et son tonnage pour le moins handicapant, les efforts d’Adam n’étaient que peu payants. Il sentait ses commandes lui répondre difficilement et les réserves en énergie s’épuiser pour de bon. Sans l’E2PZ pour transformer les fluides en carburant fossiles, les réacteurs hoquetèrent aléatoirement en menaçant progressivement la relative stabilité qu’il avait réussi à conserver jusque là.

La berge se rapprochait à une vitesse vertigineuse et l’homme était en droit de se demander s’il parviendrait à survivre à ce nouvel incident. L’assiette se destabilisa sur le côté droit, inversant le gîte qui l’avait tant ennuyé et empêché rodney sur l’efficacité de ses réparations. Les Natus s’accrochaient à tout ce qu’ils pouvaient en hurlant, complètement paniqués. Certains d’y laisser la vie, des petites couples de vieux qui alignaient bien quarante ou cinquante ans de mariage se serrèrent dans les bras, prêt à quitter ce monde ensemble.

Adam, dans sa lutte pour stabiliser cette barge à l’agonie, pouvait voir autour de lui durant ces quelques secondes des scènes touchantes, comme une mère rassurant son jeune fils en le serrant tendrement dans ses bras, tentant d’arrêter ses peurs. Il y avait aussi Enyore qui le fixait, le visage ridé, avec sa fille dans une main, qui lui souriait par dépit, comme pour le remercier de l’avoir sauvé. Car même si elle allait y laisser la vie, elle avait obtenu grâce à lui un peu plus de temps. Et elle lui témoigna sa gratitude d’un regard triste mais très éloquent.

La vitesse de la chute augmentait encore. Avec ce toit ouvrant, le pilote sentait le vent de plus en plus fort lui fouetter le visage. Il distinguait alors sur sa zone de chute une masse de Natus et de Wraiths entremêlés, il allait forcément en écraser sur le passage, il n’avait pas le choix. A moins...à moins qu’il pointait encore plus bas, quitte à prendre un risque supplémentaire. Après tout, il avait l’intention d’amérir, par de s’écraser sur la terre ferme.

Le choc initial sur la surface fût particulièrement violent. La barge rebondit au-dessus de l’eau comme si on l’avait lancé à la manière d’un galet. Le bruit assourdissant s’accompagna d’un impressionnant choc, comparable à une collision d’accident de voiture, qui envoya valser Adam trois mètres au-dessus de son siège. Il s'écrasa très lourdement sur le sol et fût soudainement attiré sur le coté dans une nouvelle chute. Deux femmes l’attrapèrent par le poignet avant qu’il ne soit éjecté de nouveau.

Rodney de son côté fut délogé de sa prise et balancé sur la paroi d’en face tandis que le moteur d’une pompe voyait ses bielles s'emmêler et exploser brutalement sous la pression. Plusieurs composants de la pompe ricochèrent ensemble autour du scientifique. Un nouvel incendie se déclara instantanément.

La barge repartit un moment en l’air puis s’écrasa de nouveau sur l’eau. Elle se pencha dangereusement sur la gauche, la faille dans la coque étant immédiatement exposée à l’eau, tout en étant emporté par son élan. Le colmatage de Rodney subissant une pression importante fît immédiatement céder la plaque. Des tonnes d’eau douce innondèrent brutalement la salle des machines en emportant le pauvre homme jusqu’au fond de celle-ci. L’incendie prenant sur du combustible, les flammes formèrent une nappe en surface en se répandant partout. L’eau était entrée si vite que l’habitacle était déjà pratiquement inondé et le reste d’oxygène disponible sous l’effet des flammes. Le scientifique était désormais bloqué sous l’eau !
Alors dans la panique, il chercha à s’enfuir. Il chercha le plus rapidement possible l’échelle mais ne la trouva pas. Il tomba alors sur l’énorme faille de la coque et tenta de s’échapper par là. Mais l’eau remplissant encore la salle des machines formait un contre-courant difficile à remonter.

Mais heureusement, l’élan progressif envoya l’engin s’échouer jusqu’à la berge proche. Le nez de l’appareil monta sur le bord rocheux et le tout se stabilisa sur un côté tandis que le vrombissement des réacteurs diminuait crescendo en une agonie ultime. Le contre-courant cessa et Rodney pu commencer à sortir de l’engin. Mais une fois à l’extérieur, la panique le reprit en constatant qu’il s’enfonçait plus profondément tant son équipement lui pesait. Il fût contraint d’abandonner son gilet pour espérer remonter à la surface.

Son émergence se fit dans une grande brutalité, sa bouche s’ouvrant en grand alors qu’il reprenait une énorme inspiration douloureuse. Il avait été à deux doigts d’y passer et il trouva la coque penchée à coté de lui, un amas de fumée continuant d’échapper de l’appareil. Il s’en était sorti ! Il n’était pas mort noyé dans cette salle des machines sordides !
Plusieurs Wraiths qui se trouvaient là tournèrent leur armes pour accueillir les survivants et les tuer dans une opportunité cruelle. Mais des Natus les chargèrent immédiatement et la ligne de leur allié progressa pour les mettre à l’abri. McKay ne pouvait l’entendre avec sa radio noyée, mais Adam, de son côté, accueillit une grande nouvelle qui le soulagea.

« Pour vous Atlante, je suis Vida ! Les observateurs signalent partout que le dévoreur fait retraite ! Nous pouvons débuter la réorganisation de nos forces. »

Un bref silence avant qu’elle ne rajoute :

« John Sheppard. Que vos hommes se réunissent au quartier Aldérade, sur la place du Seigneur Eyridéon. Je vous y retrouverai ! »

C’est vrai !
Les Wraiths étaient en train de reculer. Bon dieu, oui, ils tournaient le dos aux Natus et se retiraient petit à petit en abandonnant leurs frères d’armes aux alliés alors regonflés d’espoir. Les engagés alors en sous-nombre ne tinrent pas plus d’une dizaine de minutes alors que des bombardements ciblés tombaient sur leur vecteur de fuite. C’était la débandade chez les Wraiths, de quoi hurler de joie en les voyant beaucoup moins véhéments.

Tandis que les réfugiés étaient aidés par leurs armées, Adam retrouva Rodney sur le bord de la berge. Ils furent témoins du lent retour d’Alek dans leur direction, Kalash ayant aboyé deux fois, attirant leur regard vers le canoé. L’équipe s’en était sortie, Vida respirait encore et les survivants étaient tous rapatriés alors que la barge sombrait peu à peu sous la proie des flammes.
Plusieurs de ces gens eurent des saluts et signes de gratitude en rencontrant le regard d’Adam, de Rodney ou d’Alek. Des enfants leurs faisaient des au revoir joyeux en étant retirés vers les lignes extérieures. Des brancardiers s'apprêtaient à emporter la Vertueuse dès qu’Alek débarqua mais il refusa de leur laisser la jeune femme, ayant pris une autre décision.

Oui. L’équipe d’adam était parvenue à sauver tous ces gens.
Ils allaient pouvoir évacuer par la Porte des Étoiles et être à l’abri des Wraiths.
ils pouvaient être fier d’eux et signaler le succès de leur mission au colonel. Mais il fallait maintenant se mettre en route pour rejoindre le quartier Aldérade pour se réunir.

Les retrouvailles entre les soldats victorieux promettaient d’être particulièrement saisissante !




MISSION ACCOMPLIE !

_________________

Réalisé par A. HOFFMAN
DC : Nelly Bricks
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MJ 23 Part. 3a : Bataille pour la Magna Caverneum

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Quels survivants après la bataille pour le Gouffre de Helm ?
» Départ de Sybille pour Limoges {Nathan
» La bataille pour l'artefact
» Fanfiction: Une sombre menace, pour le monde de Shippucraft ? Chapitre 4
» Chronologie du Quatrième Âge !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Atlantis Insurrection :: Galaxie de Pégase :: Planètes explorées :: Magna Caverneum-