Atlantis Insurrection
"Personne ne demande à devenir un Héros, sauf que parfois ça finit comme ça..."

Et si ce Héros, c'était toi ? Tu es l'un des meilleurs dans ton domaine (Biologiste, Chirurgien, Infirmier, Diplomate, Démineur, Maître chien...) et on te propose de participer à l'expédition la plus fabuleuse mais aussi la plus dangereuse : l'expédition Atlantis.
Auras tu le cran de rejoindre Atlantis pour découvrir ses mystères et affronter les dangers de cette galaxie ?

Tu peux aussi incarner les personnages importants de la série (Weir, Sheppard, McKay, Lorne, Teyla....) Bon niveau RP demandé.
On recherche de nombreux personnages inventés.
http://www.atlantisinsurrection.com/t387-personnages-vacants


Si tu te sens capable de franchir ce pas, tu es des nôtres ! Clique sur l'image ;-)


RPG sur Stargate Atlantis
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez| .

MJ 23 Part. 5c : Bataille pour la Magna Caverneum

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatarInfos√ Arrivée le : 24/01/2017
√ Age : 65
√ Messages : 242
√ Localisation : Sur le Dédale

Steven Caldwell
Dossier Top Secret
√ Age: 64
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Non
MessageSujet: MJ 23 Part. 5c : Bataille pour la Magna Caverneum Dim 9 Juil - 16:14
On amena directement Rodney dans un secteur reculé de la Magna.
Il fût déposé devant ce qui semblait être une imposante forge dont l’activité semblait à son paroxysme. Ici et là, des Natus chargeaient des chariots de lourdes sphères en métal. Ces transports étaient nombreux, alignés le long de la route, formant un convoi qui allait se rendre jusqu’au Grand Hangar des Conceptions.

« Vous là ! »

Un vieillard s’approcha du scientifique en le saluant.

« C’est un honneur de rencontrer un savant Atlante ! Je suis Verlin, concepteur des porteurs aériens ! »

L’homme l’invita à approcher des chariots. Il fit signe à l’un des manoeuvres qui ouvrit une sphère métallique en deux. Il y avait une bonne centaine de lame surchauffée au minerai de feu à l’intérieur.

« Dès que nous avons su que les oeufs du dévoreur étaient sensible à des armes si courantes, nous avons forgés ces contenants qui s’ouvriront une fois largués. Ces sphères s’ouvriront dans le ciel et feront pleuvoir ces lames sur le champ d’oeufs ! »

Il hocha la tête. Un petit transporteur vint jusqu’à eux pour les emmener. Verlin invita Rodney à s’y installer puis grimpa à son tour.

« Vous avez déjà observé nos machines volantes n’est-ce-pas ? J’ai oeuvré pour concevoir un porteur bien plus grand et gros pour transporter nos civils en Magna. Il n’a pas été des plus faciles de les convertir en engin de guerre depuis l’arrivée du dévoreur mais... »

Le transporteur démarra et prit la tête du grand convoi. Il s’enfonça un peu plus dans les quartiers vide de toute population. Il y avait une pente avec un entrepôt immense, très impressionnant. On voyait au travers une piste montée avec du bois à travers une corniche pour former un pont plus long de décollage.

« Nos moteurs brûlent la pierre à feu. Les hélices aspirent l’air à l’avant et la réaction se fait à l’arrière. Ce système fonctionne très bien pour nos machines volantes. Mais pour les porteurs, il a fallu agrandir considérablement les pièces. »

Le transporteur atteignit l’intérieur du hangar. Rodney fut alors témoin de la créativité des Natus, leur toute dernière innovation en matière d’aéroplane.




« Ma création fonctionne ! Je le sais, Atlante. Mais des machineries de propulsion de cette taille n’ont jamais été utilisée jusqu’alors. J’ai grande peine à déterminer la vitesse en approvisionnement de minerai de feu dans les percuteurs. Et l’échec de mes calculs provoquent soit le sous-régime de la vitesse du porteur...soit une surcharge d’énergie catastrophique. »

Le chariot s'arrêta devant l’un des trois porteurs. Les transports qui avaient suivi de prés et les manoeuvres commencèrent tout de suite à charger les sphères dans la soute. Il y avait également quarante-cinq Natus en attente, des parachutes de fortune sur le dos, qui attendaient apparemment que l’avion soit réparé pour être parachuté.

« Le porteur sera lourd. Très lourd. Je n’ai même jamais calculé pour un tel poids. J’aurai réussi avec du temps... » Admit Verlin. « Mais nous sommes pressé et vous avez réputation d’une grande connaissance. Je vous détaillerai tout le fonctionnement de ma création pour que vous puissiez trouver la solution... »


--------------------------------------

Deadline : Jeudi 16 juillet au soir.

Veuillez lire vos Mps.
N'hésitez pas pour les questions.

_________________

Réalisé par A. HOFFMAN
DC : Nelly Bricks
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 28/11/2015
√ Messages : 126
Rodney McKay
Dossier Top Secret
√ Age: 39 ans
√ Nationalité: Canada Canada
√ Gêne: Non
MessageSujet: Re: MJ 23 Part. 5c : Bataille pour la Magna Caverneum Mar 11 Juil - 21:44
Bataille pour la Magna Caverneum

Feat Adam Ross


L
e repas se passa sans encombre, et je mangeai tout ce que je voyais. Tout ceux qui me connaissaient savaient que c'était un comportement normal chez moi. J'avais très faim, et c'était peut être mon dernier repas, alors je ne me privais pas. Cependant, même si je m'alimentais, la fatigue et les courbatures arrivèrent à vitesse grand V. J'aurais tout donné pour retourner dans un lit bien douillet et continuer ma nuit de sommeil pendant des heures et des heures. Comment combattre dans cet état ? Une fois le repas terminé, Sheppard et Frei revinrent nous exposer les faits, et nous donner la marche à suivre. Et à les entendre, le combat qui s'annonçait allait être rude pour nous. Je regardai la carte étalée sur la table, et j'écoutai les directives données par Karola et John. Mon rôle allait être d'aider les natus à faire voler des bombardiers qui devaient détruire une zone remplie d'oeufs installés par les wraiths. Rien que d'y penser, j'en avais froid dans le dos. Cela me rappelait cette grotte d'ectoparasites où nous avions dû nous aventurer pour aider John, mais cette fois ci, les oeufs étaient plus gros, et les bestioles à l'intérieur plus féroces. Au moins, je serais à bord des bombardiers, et non dans ce champs de la mort.

A
près avoir pris mon équipement, et avalé une fiole du liquide rose qui me redonna un regain d'énergie, n'ayant aucune question, je suivis le natus qui devait m'accompagner jusqu'à destination. Un dernier regard vers les autres, puis je disparus de leur champs de vision. Après de longues minutes de marche, mon guide et moi arrivâmes dans une sorte de forge active, où de nombreux natus s'activaient à charger des transports pour la guerre. Dès mon arrivée, je fus accosté par un homme assez vieux, se présentant comme étant Verlin, un concepteur d'appareils volants natus, ceux sur lesquels j'allais visiblement travailler. Ce dernier me montra ce que contenait les sphères, en m'expliquant leur utilité. J'acquiesçai d'un hochement de tête, ce plan pouvait effectivement fonctionner. Par la suite, je m'installai dans un transporteur, et écoutai Verlin m'expliquer ce qu'il avait créé pour enrayer la menace des monstres. Je l'écoutai attentivement, et je compris que j'étais ici pour achever son projet car il n'y parvenait pas. Nous arrivâmes enfin dans un immense hangar, dans lequel se trouvait trois bombardiers. Je descendis du transporteur, et suivis Verlin jusqu'à l'appareil qui se trouvait non loin. La solution à trouver au problème n'était pas simple du tout. Je posai mon P-90 dans un coin pour qu'il ne m'encombre pas, avant d'attraper ma tablette. Bien entendu, aucune interface ne se trouvait sur le bombardier, et ma technologie n'était pas compatible avec celle des natus. Ce qui allait ralentir les choses.

"Donc, si je comprends bien, vous avez un problème de calcul au moment de la combustion de votre carburant, la pierre à feu ?"

V
erlin acquiesça à ma question, et je fis le tour de l'appareil pour voir à quoi il ressemblait. J'avais l'impression de voir un vieil avion datant de la Seconde Guerre Mondiale. Le principe d'alimentation des moteurs devait sans doute être le même que les appareils des natus. J'avais déjà vu à quoi ressemblaient les petites unités volantes, mais pas un tel monstre. L'apport en combustible devait être énorme. Pas étonnant que le natus ait des soucis de calcul. Pour l'aider, il me fallait davantage d'informations.

"Pour chauffer des moteurs de cette taille, il faut prendre en compte la hausse considérable de température par rapport à un appareil plus petit. Vous avez pensé à un système de refroidissement fiable et suffisamment puissant ?"

« Non... » Répondit simplement Verlin. « Nos petits propulseurs n’ont jamais eu besoin d’un refroidissement interne et il m’était évident que la taille plus importante du moteur suffirait, à sa surface exposée à l’air, à se stabiliser. »

U
n dernier regard vers le bombardier, puis je m'installai non loin de là, afin de pouvoir pianoter sur ma tablette tranquillement sans rester debout. Je décidai de créer un algorithme rapidement afin d'y installer une base de calculs et un programme de simulation concernant la technologie natus.

"Il me faudrait davantage d'information sur votre machine. Par exemple, quel est son poids total à vide ? Et une fois que l'appareil est chargé ? Pouvez-vous me montrer les calculs que vous avez déjà effectué ? Savez-vous quelle quantité d'air est aspirée par les hélices ? Connaissez-vous la vitesse maximale que peut atteindre le bombardier ?"

V
erlin ouvrit sa sacoche et me détailla toutes les informations en me présentant les schémas et les croquis, fait à la main, qui lui avait servi à concevoir l’appareil. L’homme était un véritable passionné et, même s’il restait dans le sujet le plus important pour moi, il échangea de bon coeur avec moi. Il trouva même un vif intérêt à comprendre mon raisonnement pour déduire de quelle manière lui-même avait failli.

P
endant que Verlin me répondait en me montrant tous les schémas et croquis qu’il avait en sa possession, j'entrai toutes ces informations dans la base de données que je venais de finir de créer. Puis, je me mis à travailler.

"Cela va me prendre un peu de temps pour trouver les bons calculs. Mais, je finirais par y arriver, faites-moi confiance".

O
ccultant tout ce qui m'entourait, je me plongeai dans mes calculs. Les minutes passèrent, par dizaine. Et je n'obtins toujours aucun résultat. Chaque tentative fut un échec, la simulation échouait quelque soit la quantité de pierre de feu que j'entrais dans les données. Au bout du quinzième échec, je soupirai, furieux contre moi même. Pourquoi n'y arrivais-je pas ? La solution était là, sous mon nez, je pouvais le sentir. Qu'est-ce qui m'échappait ? Verlin attendait patiemment que je trouve la réponse à son problème, et pourtant, je ne trouvais rien. Je finis par me lever en posant ma tablette, pour faire les cent pas. Mon cerveau était en ébullition, et je passai toutes les informations données par le natus dans ma tête, afin de les analyser une nouvelle fois. Pendant que je réfléchissais, je parlai à voix haute plus pour moi même que pour Verlin.

"Ca ne devrait pourtant pas être compliqué à trouver, ces vaisseaux ressemblent beaucoup à des appareils présents dans l'histoire de ma planète. Les nôtres aussi ont besoin de combustible pour voler, tout comme vous bombardiers. Nos moteurs fonctionnent sur le même principe, alimentés par du kérosène et refroidis par l'air. Qu'est ce qui m'échappent pour que vos bombardiers puissent voler ?"

J
e continuai de faire les cent pas, avant de m'arrêter, le regard perdu dans le vague, réfléchissant à toute vitesse. Puis, une idée me vint à l'esprit. Un détail me frappa. Mais oui bien sûr, quel idiot. La réponse était là, pourquoi n'y avais-je pas pensé ? Je me tournai aussitôt pour faire face à Verlin, en claquant plusieurs fois des doigts.

"Le kérosène, bien sûr. C'est un carburant comme votre pierre à feu, mais liquide. Beaucoup plus stable qu'une matière solide. Votre pierre à feu est peut être un très bon carburant, mais sa solidité est sa faiblesse. Pour des petits appareils, il n'y a pas de soucis. Mais pour un bombardier très lourd de cette taille, cela pose de gros soucis. Au moment où la pierre solide est percutée, la chaleur produite modifie ses propriétés. D'où cette instabilité et donc les effets néfastes qu'elle peut faire sur le moteur".

J
e fis une pause pour laisser le temps à Verlin d'intégrer cette nouvelle information, avant de poursuivre.

"Il faut que votre pierre à feu soit liquide, et non solide. Vous connaissez ses propriétés ?"

V
erlin mit un certain temps à répondre. Il partageait la même illumination que moi et se serait bien flagellé pour n’en avoir jamais eu l’idée.

« Par les Trois, c’est astucieux. Oui, bien entendu que nous pouvons altérer l’intégrité minerai. Mais de toute l’histoire des Natus, nul n’a jamais trouvé intérêt à changer la propriété de notre minerai. Nous avons toujours oeuvré en conservant son aspect basique…il me semble qu’en la broyant...peut-être... »

L
’homme maugréa.

« Vous auriez encore beaucoup à m’apprendre, jeune homme. Y compris sur ma propre bêtise ! »

S
ouriant aux paroles de Verlin qui flattaient mon égo, je réfléchis quelques instants, cherchant mes cours de chimie quelque part dans ma mémoire.

"Effectivement, il faut broyer la pierre à feu. Et en la diluant dans de l'eau à température ambiante, je pense que cela sera suffisant pour créer votre combustible".

A
vec cette nouvelle donnée, je retournai à ma tablette pour effectuer de nouveaux calculs. Cette fois ci, la simulation dura plus longtemps, mais je fis face à un nouvel échec. J'étais sur la bonne voie, mais un autre détail venait perturber les calculs. Le refroidissement de la pierre à feu à l'état liquide.

"L'air aspiré par les hélices doit être en quantité suffisante pour refroidir correctement la pierre à feu. Mais, avec votre bombardier actuel, il n'y a pas assez d'air aspiré. Il faut trouver un moyen pour empêcher cette quantité d'air de s'échapper avant qu'elle ne soit dirigé vers les moteurs".

E
n regardant les hélices de l'appareil, une image me vint en tête. Celles des moteurs d'avions récents, les hélices étant entourées d'une sphère de métal, afin que l'air aspiré ne puisse plus s'échapper par les côtés. Il fallait que ce bombardier ait cette caractéristique.

"Il faudrait créer une sorte d'entonnoir pour empêcher l'air aspiré de s'échapper autour de l'hélice. Un tube de métal entourant les hélices et relié au reste du moteur. L'air passe par les hélices, et est entièrement dirigé vers l'arrière du moteur pour refroidir correctement et suffisamment la pierre à feu".

V
erlin fût très réactif, il me présenta son meilleur forgeron, le responsable de la production des pièces les plus complexes. Avec mon aide, il prépara un schéma avec des mesures précise pour la conception et l’adaptation des pièces supplémentaires.

P
endant que les natus se mirent à l'ouvrage, je me replongeai dans mes calculs sur la tablette, incorporant de nouvelles données pour connaître avec exactitude la quantité de carburant à injecter au moteur, ainsi que la bonne quantité d'air aspiré en fonction de la vitesse de l'appareil. Après un long moment, je parvins enfin à des simulations réussies. J'avais trouvé la solution. Je montrai ma tablette à Verlin.

"Voilà les bons calculs. Ici, vous avez la quantité exacte de pierre à feu liquide à injecter dans chaque moteur, et là vous avez la vitesse que le bombardier doit avoir pour refroidir suffisamment le carburant".

V
erlin prit la tablette, plus intéressé par cette magnifique technologie d’affichage qui surclassait ses propres dessins, puis se secoua rapidement pour éviter de faire perdre du temps. L’homme considéra les résultats, ayant un mal fou à faire les comparaisons des relevés et la langue Atlante, mais il parvint à en comprendre l’essentiel. Je l'aidais d'ailleurs en lui expliquant ce qu'il ne comprenait pas.

« C’est...impressionnant, savant. Il va me falloir du temps pour apporter ces modifications mais avec votre aide, nous serons des plus rapides ! »

U
ne demi-heure plus tard, les premières pièces arrivèrent. Le forgeron aida à les installer sur les moteurs et mit en pratique tous mes conseils. A la fin, les moteurs donnaient davantage un air de machines rafistolées à la hâte mais les premiers tests eurent lieu et le résultat fut surprenant.
L’un des pilotes poussa même les gaz pour tester le refroidissement. Là encore, j'avais vu juste, l’aspiration de l’air se faisant par les hélices partait directement dans l’entonnoir. Le système de refroidissement, bien sûr, semblait des plus basiques. Mais le problème était clairement résolu.


J
e surveillai le travail des natus, tout en donnant quelques directives, mais surtout en vérifiant à nouveau les calculs. Je fus satisfait de voir que tout se passait bien. Les bombardiers finirent par être prêts à décoller, il ne restait plus que le chargement à mettre en place, ce que firent aussitôt les natus. Mon travail étant terminé pour l’instant, j’appuyai sur mon oreillette pour prévenir Adam.

//Lieutenant Ross ? Ici McKay. Les bombardiers sont prêts, je vous attends au hangar//

© Starseed

_________________
DC : Gabriel Grayson
Award:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 24/11/2016
√ Messages : 78
Adam Ross
Dossier Top Secret
√ Age:
√ Nationalité:
√ Gêne: ATA
MessageSujet: Re: MJ 23 Part. 5c : Bataille pour la Magna Caverneum Dim 16 Juil - 19:22
Après l’installation des défenses du carrefour, Adam revint au pas de course jusqu’à la place principale, où il fut rapidement redirigé vers le hangar à chasseurs par l’un des officiers Natus.

//Bien reçu docteur McKay, je suis en route vers votre position.//


Fort heureusement, aidé par ses entrainements réguliers, il atteignit finalement le lieu indiqué sans trop d’épuisement, bien qu’il lui fallût quelques minutes, le temps de retrouver une respiration normale. Le produit dopant de Sheppard aidait également cela dit. Il pénétra dans un des « transporteurs » Natus, qui le conduisit finalement jusqu’au gigantesque hangar des Conceptions. Là, les trois bombardiers attendaient patiemment son arrivée, ainsi que toute une floppée de chasseurs Natus. Adam les salua d’un signe de la tête, descendant de son engin pour suivre l’un des ingénieurs Natus, qui avait pris la décision de lui faire visiter l’un des bombardiers.

La carlingue est tapissée d'un dallage d'écaille en roche pour composer le blindage. Des mitrailleuses à tubes ont été montée sur le nez, le dos et la queue de l'appareil. Il y a deux énormes moteurs à hélice pour la propulsion, mais celle-ci servent surtout à fournir l'oxygène. C'est une réaction qui se fait à l'arrière.


Adam opina doucement aux dires du jeune homme, pénétrant dans l’appareil par le même endroit où les Natus s’affairaient à terminer de charger les explosifs. L’intérieur devait être spacieux, mais les bombes encombraient toute la place, l’obligeant presque à se baisser pour avancer.

L'avion a deux "ponts'. Une baie de bombes à lâcher en tapis. Toutes les sphères sont maintenues par des chaines et des crochets. Une fois relâchées, elles s'ouvriront et répandront leur contenu sur la zone à bombarder.


Il l’amena jusqu’à une petite échelle, qu’ils empruntèrent pour arriver jusqu’au second pont de l’appareil.

Le deuxième pont, un peu plus haut, est constitué du stick de parachutage qui se fait sur les portes arrière.


Finalement, le technicien le guida jusqu’à la partie la plus intéressante de l’engin : le cockpit. Ce dernier était composé de deux places, l’une pour le pilote, et la seconde pour accueillir le copilote. Un peu partout, on voyait des pédales, ou des leviers, qu’Adam identifia rapidement en tant que leurs homologues humaines. Fort heureusement, les Natus plaçaient les commandes aux mêmes endroits que les bombardiers terrestres. Cela jouerait au moins en sa faveur.

L'appareil est très peu maniable, il n'y a pas beaucoup de vitesse. Il peut subir quelques tirs de darts mais sans plus. La structure interne est extrêmement fragile. Les ailes sont assez épaisses, il y a un conduit dedans qui permet à un ingénieur de s'y glisser pour atteindre le moteur. Tout est mécanique et les différents systèmes s'activent ou se désactivent à l'aide de poignées, leviers et boutons en tout genre. Mais la façon de piloter reste classique avec le manche et les pédaliers pour l'orientation de la queue. Il y a aussi un mégaphone, juste ici, vous permettant de communiquer avec le reste de l’escadron.


Ensuite, le technicien lui présenta les différentes commandes, qu’Adam assimila non sans peine. Tout était si rudimentaire, cela faisait penser aux tous premiers bombardiers, utilisés au court de l’entre-deux-guerres. Lorsque le technicien eut enfin fini de tout lui expliquer, il prit rapidement congé, retournant terminer de contrôler si tout était en ordre sur tous les appareils. Adam quelques minutes de plus dans le cockpit, pensif, réfléchissant à une stratégie à adopter. À la vue des types d’appareils utilisés, il allait devoir la jouer fine au niveau des formations. Un plan de vol se dessiner déjà dans son esprit. Oui… cela pourrait marcher. Dans tous les cas, ce serait leur meilleure chance de réussite. Il sortit rapidement du bombardier, et alla récupérer un papier et un crayon, commençant à gribouiller une esquisse de plan, prenant en compte tous les éléments auxquels il allait devoir faire face. Les Darts étaient supérieurs en termes de technologie. Il n’allait donc pas devoir diviser ses chasseurs d’escortes en trop grand nombre de formations. Il en avait une trentaine à disposition, ce qui représentait en réalité une grande partie de la flotte aérienne Natus survivante. Il n’y avait plus qu’à espérer que cela suffise… Une fois son plan enfin terminé, il revint au hangar, où les pilotes attendaient d’ores et déjà sa venue. Il leur fit un rapide sourire, s’approchant d’une grande table, où vinrent rapidement s’amasser tous les autres pilotes. Il déposa son plan sur la table, avant de se tourner vers eux.

Bonjour à toutes et à tous. Je me présente, Adam Ross, je serai votre chef d’escadron tout au long de cette mission.


Il se râcla légèrement la gorge. Cela faisait peut-être un peu trop officiel. Il déploya une carte sur la table, représentant le champs de bataille.

Comme certains d’entre vous doivent le savoir, notre mission est un élément clé de la victoire de votre peuple sur les Wraiths. Notre but sera de survoler le territoire conquis par les Wraiths, afin de pouvoir atteindre cette zone.


Il posa son doigt sur la zone indiquée par Frei et Sheppard un peu plus tôt.

Cette zone est infestée d’œufs de créatures mutantes. Si ils éclosent, l’armée Natus sera perdue. Nous ne pouvons donc pas nous permettre d’échouer.


Il se tourna vers ses hommes, les regardant un à un droit dans les yeux.

J’ai eu l’occasion de vous voir combattre. Je n’ai aucun doute sur votre courage, ou vos aptitudes au combat. Mais cette mission n’est pas comme les autres. Ce sera peut-être le combat le plus rude de toute votre vie. Mais nous ne faiblirons pas. Nous n’offrirons pas la victoire à ces salopards de Wraiths. Nous allons leur montrer que l’aviation Natus est encore grande et forte, et est capable de mettre en déroute n’importe quel ennemi, peu importe le nombre, peu importe sa force. Ce bombardement est un moment clé de l’histoire des Natus. On se souviendra de vous comme les héros qui auront permis la victoire de tout un peuple contre leurs envahisseurs. Un grand homme de ma planète a dit un jour, en parlant de son armée de l’air : « Jamais dans l'histoire des conflits tant de gens n'ont dû autant à si peu ». Aujourd’hui, cette citation va vous revenir de droit, car grâce à votre courage, nous mettrons l’armée Wraith en déroute.


Il prit une grande inspiration, avant de faire un grand sourire à ses hommes. Il se tourna finalement vers son plan.


Voilà comment l’assaut va se dérouler. Nous serons divisés en trois groupes : formation Red, Blue, et Protector.


Il passa sa langue sur ses lèvres rapidement, continuant.

Commençons par la formation Red. Celle-ci sera composée de trois escadrilles de quatre chasseurs, qui voleront dans une formation que je vous expliquerai par la suite. Votre but sera de balayer les Darts adverses qui arriveront de front, mais aussi de servir d’éclaireurs au reste du groupe. Vous serez donc placés bien en avant des bombardiers. Votre rôle sera capital, car vous serrez le seul barrage entre nous et les Wraiths.


Il déplaça son doigt jusqu’au cercle se trouvant le plus en hauteur.

Passons maintenant à la formation Blue. Comme Red, elle est composée de trois escadrilles de quatre chasseurs. Votre principal objectif sera de couvrir le groupe de bombardiers d’une attaque arrivant d’au-dessus. Vous conserverez cependant une grande liberté de manœuvre, et vous pourrez être appelés à vous déplacer au cours de la bataille suivant son évolution. Vous serez donc notre force de frappe la plus maniable, ce qui fait de vous un élément clé de notre plan de vol.


Finalement, il déposa son doigt sur le dernier cercle.

Enfin, ici se trouve la formation Protector, composée des trois bombardiers, escortés chacun par deux chasseurs. Les bombardiers voleront en formation triangle, et rapprochés, afin de pouvoir se couvrir l’un l’autre au cas où les Darts arriveraient jusqu’à nous. Quant aux six chasseurs d’escortes, vous avez pour ordre d’interrompre les attaques ennemies, et non de les engager directement, car ce sera déjà l’objectif des deux autres formations. Votre mobilité sera réduite de par la lenteur des bombardiers, donc arrangez-vous pour toujours nous coller au train. Vous serez notre dernier rempart contre les Darts. Faites toujours attention de ne pas vous trouver dans la ligne de tir des mitrailleuses cela dit.


Il releva les yeux vers son groupe de pilotes, s’assurant que chacun est compris son rôle. Puis, il retourna sa feuille, révélant un nouveau croquis aux yeux de tous.


Voilà donc votre formation, Blue et Red. Sur Terre, nous appelons cela le « Finger Four ». Chaque escadrille est composée de quatre chasseurs, divisés en deux groupes d’assaut. En tête du groupe se trouve le chef d’escadrille. A sa gauche, son ailier, et à sa droite, son chef de file, qui aura lui-même à sa droite son propre ailier. Vous devrez voler en parfaite synchronisation. Le chef d’escadrille s’occupe donc de mener le bal, et diriger tout le monde. Les chefs d’escadrilles et de file auront un objectif offensif, et devront directement agresser les ennemis à vue. Quant aux ailiers, vous devrez vous assurer de couvrir votre partenaire, et d’accompagner toujours ses mouvements. L’avantage de cette formation est que les deux groupes peuvent se séparer à tout moment en cas de problème, et se reformer par la suite. Face à la technologie que nous avons en face, essayez toujours d’attaquer un seul appareil en groupe, ce sera ce qu’il y a de plus efficace. Blue et Red seront donc divisés en trois escadrilles : Alpha, Bravo et Charlie. Le chef d’escadrille d’Alpha sera donc le chef de formation du groupe, qui lui-même recevra ses ordres de ma part. Le commandement revient ensuite au chef de Bravo, puis de Charlie. Le manque de communication sera un défaut, mais j’ai cru comprendre que vous pouvez communiquer par signes, alors servez-vous en au maximum. Vous devez impérativement coordonner vos attaques sur la même cible pour être efficaces.


Adam reprit une grande respiration, puis se tourna finalement vers ses hommes, le regard résigné et empli de ferveur.

Vous êtes l’élite de la nation Natus. Désormais, vous avez toutes les cartes en main pour conduire cette mission à son terme. Travaillez tous ensemble, et faites payer cher aux Wraiths chaque vie qu’ils ont volé. TAIRUS !


Il leva son poing en l’air en signe de victoire, et fut rapidement rejoins par tout le reste des pilotes. Adam se sentait empli de fierté de voir autant d’hommes et de femmes aussi courageux face à l’adversité. Rapidement, il rejoignit les pilotes des bombardiers pour donner ses dernières instructions, et leur fournit à chacun une radio portative, qui serait somme toute bien plus efficace que l’antique système de communication Natus. Puis, il rejoignit les parachutistes, qui attendaient les ordres.

Nous tenterons de vous larguer au plus près du sol, pour vous éviter les tirs Wraiths. Cela dit, essayez bien d’ouvrir vos parachutes au dernier moment, pour ne pas que vous deveniez une cible facile. Au sol, regroupez-vous le plus rapidement possible, et lancez l’opération.


Finalement, chacun rejoignit son appareil, et Adam en profita pour donner une grande tape amicale dans le dos de Rodney. Puis, il alla jusqu’au commande de son nouveau joujou, qu’il contrôla avec attention, avant de se saisir de sa radio.

Ici Protector Leader, prêt pour le décollage.


Ici Protector One, prêt pour le décollage.


Ici Protector Two, prêt pour le décollage.


Adam déclencha les lourds moteurs du bombardier, qui se mirent en marche dans un bruit assourdissant. Il fit lentement mais surement avancer le bimoteur sur la piste d’atterrissage, avant de le faire décoller tout en douceur. L’appareil, sans grande surprise, était lourd et difficile à manœuvrer. Il allait devoir compter sur les chasseurs pour esquiver les tirs ennemis. Rapidement, aigles de métal s’élevant dans le ciel de la caverne, tous les appareils se mirent en formation, comme prévu dans le plan. Chaque Natus avait visiblement bien compris son rôle, et tous étaient désormais prêts à en découdre. La fête allait pouvoir commencer.

_________________
All great things are simple, and many can be expressed in single words : Freedom, Justice, Honor, Duty, Mercy, Hope.

Winston Churchill


DC : Mike Femens
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 24/01/2017
√ Age : 65
√ Messages : 242
√ Localisation : Sur le Dédale

Steven Caldwell
Dossier Top Secret
√ Age: 64
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Non
MessageSujet: Re: MJ 23 Part. 5c : Bataille pour la Magna Caverneum Lun 17 Juil - 2:08
L’ensemble de tous les pilotes survivants…
Tous réunis sur une dernière formation ultime en respectant les consignes d’Adam.
C’était un spectacle tout aussi impressionnant que magnifique. Tous les Natus qui se battaient encore ici bas eurent le coeur gonflés d’espoir en voyant cette formation les survoler : une dernière chance de contrôler entièrement leur ciel. Les trois bombardiers rejoignirent lentement la trentaine de machine volante sur un axe de jonction. Puisqu’ils avaient été les plus rapide et avaient décollé en premier, les engins tournaient au-dessus du hangar inlassablement en attendant l’arrivée des gros porteurs. Une fois fait, ils gagnèrent leur position avec efficacité et rapidité. Si le sous-lieutenant souhaitait contrôler la formation du regard, il s’étonnerait de voir qu’il n’y avait eu aucune incompréhension. Ils respectaient tous ses ordres à la lettre.

Deux machines volantes pour chaque bombardiers les encadraient, bien loin de toutes images de chasseurs, donnait un air d’affrontement ultime à venir. A travers la verrière, Adam trouva l’image de ce qu’était clairement un chasseur Natus. Un pilote allongé sous sa voile, comme quelqu’un qui ferait du deltaplane, sauf que celui-ci était muni des réacteurs dorsaux. Au dessus de cette voile, son binôme était solidement arnaché par une série de sangle en cuir par-dessus un siège rudimentaire. Ce perchiste était actuellement en train d’assurer ses gants puis il prépara ses lances explosives qui se trouvaient des deux côtés de ses jambes, dans des carquois de grande taille. Durant un instant, la machine volante prit un peu d’altitude, ou c’est Adam qui en perdit un peu...cela plaça le pilote de cet étrange deltaplane à bonne hauteur pour que leur regard se croise. Malgré ses lunettes sombres, on devinait qu’il observait Adam un court instant avant d’hocher la tête dans sa direction, en signe de respect. Il reprit ensuite sa bonne position avec beaucoup de concentration, appuyant sur quelques leviers pour adapter sa vitesse à celui du bombardier. A ce moment-là, le perchiste, de nouveau en vue, s’était armé d’une lance et patientait, le bois posé sur ses jambes à califourchon sur le dos du pilote et de la voile.
C’était complètement dingue.
Cette machine ne valait pas grand chose contre des darts. Et le seul moyen qu’ils avaient trouvé pour les abattre restait un tir de lance explosive sur un endroit précis de leur verrière. Ils avaient perdu tant des leurs à cause de cette faiblesse technologique, de ce manque cruel de moyen et de résistance. Mais ils avaient toujours du cœur et ne craignaient pas de tomber lors de cet ultime affrontement.

Bref. La tension était à son comble mais personne ne flanchait.
Adam pilotait sa formation d’une main de maître tandis que son copilote tirait quelques leviers pour égaliser la vitesse des deux moteurs qui laissait un bruit assourdissant dans le cokpit. Les vibrations étaient si puissantes qu’on se demandait si elles n’allaient pas finir par briser la carlingue. Rodney, d’ailleurs, dans le dos d’Adam, se demandait sûrement ce qu’il faisait là puisqu’il avait mis ces moteurs en marche. On aurait plus besoin de lui non ?

Pendant une quinzaine de minutes, l’escadron suivit l’axe de progression en respectant les consignes. Puisque le sous-lieutenant était à la tête de sa formation de bombardier en triangle, il se sentait être la pointe de l’épée, et surtout le premier témoin de l’horreur qui l’attendait. La formation red avait de l’avance sur le reste de l’escadron, on les voyait plusieurs centaines de mètres plus loin, trois escadrilles de quatre chasseurs qui se dispersèrent soudainement lorsque des darts apparurent depuis des colones d’incendies, les prenant par surprise.
Ils respectèrent néanmoins la formation par quatre, les trois groupes s’éparpillant brutalement pour les contourner. Tandis que trois de ces darts s’en prenait à la formation du centre, les deux autres groupes passèrent sur les hauteur, dans leur dos, puis redescendirent à toute vitesse pour permettre aux perchistes d’y envoyer des lances explosives. Malgré la distance, Adam voyait très bien le combat se dérouler devant lui. Il n’était malheureusement que témoin et ne pouvait pas donner d’ordres précis. C’était aux pilotes de se débrouiller et d’écarter la menace.

Mais malheureusement, l’ennemi avait lui aussi ses propres tactiques.
Les Wraiths n’avaient envoyés que trois darts pour appâter la formation rouge et les occuper, les empêcher de retourner immédiatement sur les bombardiers. Car sur le flanc droit, une formation ennemis de douze darts approcha à grande vitesse. C’est le bombardier de droite, Protector deux, qui signala l’arrivée imminente dans une voix qui dissimulait difficilement la panique.

Immédiatement, sans qu’Adam n’ait à donner d’ordre, les escortes des bombardiers virèrent sur la droite pour former une ligne de défense. La formation bleu, quant à elle, se trouvait trés haut en altitude et attendait le moment opportun pour frapper. Les escortes des bombardiers se sacrifièrent littéralement mais le coup de poker paya. La formation bleu fondit avec une grande violence sur les darts et grâce à leur surnombre, ils en abattirent quatre dés le premier tour.
La mêlée s'enchaina ensuite très vite, dans une extrême brutalité ! Aucun cadeau, aucune pitié ! Un véritable balais de mort qui dansait tout autour d'Adam tandis que les bombardiers filaient vers leur objectif.

BADAM ! VLANG ! BOUM !

Ça explosait dans tous les sens. Et malheureusement pas que du coté Wraiths. Soudain, l'une des machines explosa littéralement en miette sous le tir précis d'un dart et les lances explosives détonnèrent comme des feux d'artifices rebondissant brutalement sur le nez de l'appareil d'Adam. La tuilerie en roche vola en éclat et laissa de petite partie en armature métallique à nue. Ross comptait encore six chasseurs ennemis et ils rivalisaient très bien grâce à leurs performances technologique. Les darts allaient plus vite, avec plus de maniabilité et d’expérience, autour de cette ligne de défense qui s’acharnait à les retenir. COÛTE QUE COÛTE !

Les Natus se montrèrent déterminés, vaillant et plein de fureur. Quand ils ne parvenaient pas à les retenir, leurs perchistes sautaient littéralement dans le vide, avec une lance dans chaque main, pour intercepter le chasseur ennemi dans une explosion très brutale. Un véritable suicide qui se montrait parfois efficace. Mais ils n'avaient même pas de parachutes...si le perchiste manquait son coup, c'était le plongeon interminable...impensable...
Mais malgré tous ces efforts. Malgré ces sacrifices honorables, très vite, les premières attaques atteignirent Adam et ses collègues.

Le militaire entendit le canon à tube tonner au dessus de sa tête, celui à la queue de l’appareil débuter également ses tirs, tandis que les blasts ennemis dansaient tout autour d’eux. Les autres bombardiers répliquaient aussi, emplissant le ciel des traits jaunes caractéristique des canons à tubes, au milieu du bleu de l'ennemi. Adam reconnu soudainement son escorteur de gauche, celui avec qui il avait échangé un regard plus tôt, qui vint intercepter de justesse un chasseur ennemi qui visait directement son cockpit. L’explosion soudaine du dart endommagea sa voile, tua son perchiste dans une pluie d'éclats surchauffés qui réduisit le corps instantanément en bouillie et mit le feu à l'un des réacteurs dorsaux, l’envoyant chuter vers le sol dans une vrille incontrôlable. Le pilote disparu dans un énorme sillon de fumée avant qu'un impact bien visible, là tout en bas, ne forme une boule d'incendie lumineuse, pile sur la zone du crash.
C'était fini...

Les machines Natus étaient résolument trop faible. Malgré toute leur bonne volonté, deux darts franchirent la ligne défensive et débutèrent le harcèlement des trois bombardiers. Heureusement, ils se protégeaient l’un et l’autre sur des tirs très nourris, rendant très difficile une quelconque approche pour les abattre. Mais à chaque fois, des blasts les frôlaient et manquaient de les toucher de peu.
Ce qui devait arriver fatalement arriva...

BADANG !

Cette fois, il y eu un coup au but.
L'appareil fût secoué sauvagement. Il dévia subitement sur la droite en manquant de s'écraser sur le bombardier proche. Puis le pilote parvint à redresser son appareil.
Adam remarqua que les moteurs allaient bien, il n’avait pas été touché à cet endroit-là, mais il sentait que ses commandes répondaient mal. L’explosion avait du se faire au niveau de la queue de l’appareil. D’ailleurs, les parachutistes hurlèrent en cœur comme pour faire passer le message :

“Feu à la mitrailleuse de queue, Feu à la mitrailleuse de queue”

Mais Adam avait d’autres chats à fouetter.
Devant lui, l’un des trois darts qui avait assailli la formation red (les deux autres détruit grâce à leurs efforts combinés), pointa directement dans sa direction. Il était en feu et peinait visiblement à conserver sa trajectoire. Sa verrière était démolie et il ne faisait aucun doute qu’il avait reçu un tir Natus. Mais maintenant que le pilote se trouvait être à l'agonie, il avait franchi la formation Natus à pleine vitesse pour aller directement sur lui dans une manœuvre kamikaze. Ce wraith tenta cette action suicide en ayant la ferme intention de s’écraser contre la cabine de pilotage d’Adam. Dans une trentaine de seconde, il le réduirait en pièce s'il ne tentait rien.


-------------------------------------

Deadline : Dimanche 23 au soir

Consigne :

* Veuillez lire vos Mps
* Réponse commune sur Gdoc conseillée

_________________

Réalisé par A. HOFFMAN
DC : Nelly Bricks
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MJ 23 Part. 5c : Bataille pour la Magna Caverneum

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Quels survivants après la bataille pour le Gouffre de Helm ?
» Départ de Sybille pour Limoges {Nathan
» La bataille pour l'artefact
» Fanfiction: Une sombre menace, pour le monde de Shippucraft ? Chapitre 4
» Chronologie du Quatrième Âge !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Atlantis Insurrection :: Galaxie de Pégase :: Planètes explorées :: Magna Caverneum-