Atlantis Insurrection
"Personne ne demande à devenir un Héros, sauf que parfois ça finit comme ça..."

Et si ce Héros, c'était toi ? Tu es l'un des meilleurs dans ton domaine (Biologiste, Chirurgien, Infirmier, Diplomate, Démineur, Maître chien...) et on te propose de participer à l'expédition la plus fabuleuse mais aussi la plus dangereuse : l'expédition Atlantis.
Auras tu le cran de rejoindre Atlantis pour découvrir ses mystères et affronter les dangers de cette galaxie ?

Tu peux aussi incarner les personnages importants de la série (Weir, Sheppard, McKay, Lorne, Teyla....) Bon niveau RP demandé.
On recherche de nombreux personnages inventés.
http://www.atlantisinsurrection.com/t387-personnages-vacants


Si tu te sens capable de franchir ce pas, tu es des nôtres ! Clique sur l'image ;-)


RPG sur Stargate Atlantis
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez| .

Rencontre fortuite et nocturne de la team rocket

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatarInfos√ Arrivée le : 09/11/2014
√ Age : 33
√ Messages : 973
√ Localisation : Atlantis

Pedge Allen
Dossier Top Secret
√ Age: 33 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Non
MessageSujet: Rencontre fortuite et nocturne de la team rocket Dim 10 Sep - 19:10
Chronologie : Nuit du 12 au 13 mai 2017 – 2h09.


Il faisait froid cette nuit-là. Le ciel était clair, et les étoiles brillaient haut dans le firmament de la planète lantienne. La température s’en faisait ressentir. Certes, il ne faisait pas frais au point de souffler de la buée en respirant, mais suffisamment pour vous coller une chair de poule du tonnerre en se promenant en t-shirt. Mais tout cela était subjectif, comme bien souvent avec l’humain. Les digues étaient éclairées par endroit, mais par soucis d’économie d’énergie, certaines zones étaient plongées dans les ténèbres. C’était l’endroit idéal pour les rencontres discrètes, pour les amoureux des étoiles (et ils étaient nombreux dans cette expédition !), mais aussi pour les gens qui avaient besoin de se retrouver un peu seul avec eux-même.

Pedge était là pour des raisons bien différentes. Certes, elle aimait les étoiles, comme énormément de personne, mais cette nuit-là, elle réglait des comptes avec elle-même. Cela faisait maintenant quatre heures qu’elle était allongée dans son lit, à fixer le plafond. Elle avait bien tenté de se mettre sur le flanc, de passer le traversin le long de son corps, de changer de côté, de passer sur le ventre, rien n’y avait fait, le sommeil la fuyait. Plus elle le désirait, plus il s’en allait. Et dans la nuit noire de sa chambre, elle ressassait en boucle les évènements qui s’étaient déroulés quelques jours auparavant dans la grotte de la Magna, chez les Natus. Notamment son entrevue avec la reine, et les souffrances qui en avait découlé. Elle repensa à Matt, et aux tortures qu’il avait subi à cause d’elle, et, par lacheté surement, elle n’était pas encore allée le voir. Par lacheté, ou par crainte. Ce dernier, transformé en Wraith, l’avait complètement démontée dans un combat au corps à corps, allant jusqu’à la torturer physiquement pour le plaisir de satisfaire sa nouvelle Reine.

Elle ne lui en voulait pas.
C’est ce qu’elle se disait.
Mais peut-être qu’au fond d’elle-même, elle lui en voulait de ne pas avoir su revenir cette fois-là également.

Ou était-ce autre chose ?

Quand il était devenu un Wraith, il avait eu une réaction de rejet de sa condition. Il devait la torturer, pour prouver à la reine qu’il était bien devenu l’un des siens, et pourtant, il avait perdu son objectif de vue, en redevenant Matt, l’humain, dans un corps de vampire. Et il l’avait embrassé ! Il l’avait reconnu et il l’avait embrassé. Pedge n’arrêtait pas d’y repenser, et elle ne savait pas quelle conclusion en tirer.

Il y avait cet épisode qui la gênait, mais aussi le fait qu’elle n’ait pas réussi, par devers elle, à le protéger suffisamment pour qu’il ne devienne cette chose horrible. Elle n’avait rien pu faire. Elle aurait dû gagner le combat pour prendre sa place. Elle aurait dû réussir à les faire s’évader du vaisseau. Et au lieu de ça, elle avait subi. Le seul moment de ce triste passage de sa vie dont elle était plus ou moins satisfaite tenait dans le fait qu’elle avait tenté de lui épargner des souffrance inutiles en le tuant. Et même ça, Méda’lyda le lui avait refusé. Mais n’éprouvait-elle pas un peu de honte d’avoir fait ça ? Pouvait-elle regarder un homme en face alors qu’elle avait attenté à sa vie ? Est-ce qu’il lui en voudrait ? Etait-ce pour ça qu’il l’avait si sauvagement massacré dans le second duel ?

Assez, c’en était trop !

Pedge s’était levée d’un bond, elle avait enfilé un pantalon de type legging, un haut à manches longues moulant dans la même veine que son pantalon, et une paire de baskets. L’ensemble parfait du joggeur. Si elle n’arrivait pas à dormir, alors elle irait faire un peu de course à pied histoire de s’aérer l’esprit et de ne plus penser à rien. Il fallait qu’elle fasse le vide. Immédiatement. Dormir passerait après. Elle aurait pu se concentrer sur des choses plus agréables, comme sa famille, le fait qu’elle soit promue, Isia, mais rien n’arrivait à supplanter l’impression d’avoir lâchement abandonné son frère d’arme. Elle ne savait pas pourquoi elle ressassait à ce point cette nuit-là. Peut-être parce qu’elle l’avait trop occulté, sous prétexte qu’elle ne pouvait pas le voir parce qu’il était en quarantaine ou elle ne savait quoi.

Elle venait de faire une bonne partie des digues en courant, à un rythme fou, juste pour se vider la tête. Elle n’avait pas couru normalement, à son rythme, non, elle avait fait la dingue, et maintenant, elle peinait à reprendre sa respiration. Sa queue de cheval était à moitié défaite, et elle avait les joues rosies par l’effort et la fraicheur. Pliée en deux, elle n’entendit pas, avec le ressac des vagues se brisant sur les bras de la cité, que la porte automatique qui venait de l’intérieur s’ouvrit. Elle ne nota pas non plus de changement dans la luminosité ambiante, puisqu’elle se trouvait sous un passage éclairé des digues. Et de toute façon, à cette heure-là, elle se pensait seule.

_________________
#a1931c
DC :Erin Steele & Teshara Lays


Dernière édition par Pedge Allen le Mer 13 Sep - 17:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 08/12/2012
√ Age : 27
√ Messages : 8819
Matt Eversman
Dossier Top Secret
√ Age: 31
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Non
MessageSujet: Re: Rencontre fortuite et nocturne de la team rocket Dim 10 Sep - 22:14

Light will guide you home



21h. Tel Dobby, Matt était désormais libre. Bon il n’avait pas reçu une vieille chaussette puante mais bien l’autorisation de Taylor Laurence pour passer la soirée en dehors de l’infirmerie. Cela tenait du miracle d’obtenir un tel accord d’autant qu’il n’était responsable de rien. C’était bien les potes du militaire qui avait effectué les démarches pour amadouer le personnel du pôle médical à coups de gâteaux, de jolis sourires et quelques bouquets de fleurs. Lui ne s’était tellement rendu compte des jours passés à l’infirmerie. Déjà dix jours qu’ils étaient revenus de cet enfer.
Il voyait le temps passé à l’évolution de sa blessure au poignet. Il avait retrouvé beaucoup plus de mobilité mais devait garder l’attelle encore quelque temps. Sheppard avait bien visé, pile dans l’articulation. Résultat, il fallait immobiliser pour que les os se consolident correctement. Quant à l’abdomen, il avait fini par jeter un coup d’œil. C’était pas terrible et ça faisait toujours un mal de chien. Il fallait voir l’évolution, il était capable de se tenir debout et de marcher un peu. La position assise, impossible de la maintenir plus de cinq minutes et encore.

L’infirmière de garde était en train de lui lire la liste des recommandations qui ressemblaient à une longue liste de courses : pas d’alcool, pas de nourriture trop grasse, trop épicé, pas de sport….et en prime deux militaires pour surveiller qu’il ne profiterait de ce petit moment de liberté pour désobéir ou même s’ouvrir les veines dans un recoin. Ils étaient aussi là pour le ramener par la peau de ses jolies fesses pour 8h le lendemain matin. Avant la mission sur Magna, le Ranger aurait certainement pesté de se retrouver si entravé mais pas maintenant. Il ne pensa même pas à râler, se contentant d’approuver la décision et de saluer les deux d’un signe de la main. Les pauvres, ils n’allaient pas s’éclater. Il retrouva un peu de fierté en refusant le fauteuil roulant qu’on lui présenta.

« ça on oublie. »

C’est donc en homme libre que Matt quitta l’infirmerie. L’uniforme était resté sur Magna. Pour ce soir, un bas de survêtement, un t-shirt noir et une veste à capuche suffiraient. Il lui fallait du confortable et surtout du large. Pas question d’un jean qui le serrerait au niveau de la taille. Quoique avec la mise au repos forcé et les blessures, le militaire avait perdu du muscle et peut être un peu de l’excès de fête. Marcher était une galère sans nom. On aurait dit un vieux papy. Il avançait très lentement, se tenant très droit et devait régulièrement faire des pauses pour retrouver un souffle. Le manque de condition physique était bien là. Ce n’était pas étendu sur un lit qu’il risquait de retrouver son corps d’athlète.

C’est dans la salle de pause qu’il retrouva quelques potes qui avait organisé une petite soirée. Rien de mieux qu’un bon DVD et quelques amis pour retrouver un peu le moral. Cela lui fit du bien de revoir certaines têtes, de pouvoir entendre des nouvelles de la Cité et surtout de se saouler au Coca. Le gazeux n’était pas sur la liste de Taylor Laurence. Bien vite, il fut pourtant bien incapable de se concentrer sur le film perdant le fil au fur et à mesure. D’autres images lui revenaient en tête. Il ne pouvait s’empêcher d’associer les détonations du film à d’autres bien réelles qui avaient eu lieu à proximité de sa position. Il y eut de nombreuses sollicitations, ses amis ne pouvant s’empêcher de lui amener des bonbons, des petits cadeaux ou des pop corns. Il ne manquait de rien.

La soirée passa bien vite. Cela faisait longtemps qu’il ne s’était pas senti aussi bien. Il se sentait épuisé mais n’avait pourtant pas envie de regagner de suite son quartier. Une chose lui avait manqué depuis les quatre murs d’atlantis. Il comptait bien profiter de sa liberté pour y pallier. C’est ainsi qu’il ne prit pas la direction des quartiers d’habitation et rejoignit le téléporteur le plus proche, toujours escorté par les deux gorilles. Il appuya bien plus fort qu’il ne fallait sur l’un des points. Les portes s’ouvrirent laissant aussitôt l’air marin fouetter son visage, s’engouffrer à l’intérieur de lui. Sentir l’air marin faisait un bien fou. Il ne faisait pas bien chaud mais peu importe. Matt fit quelques pas avant de finalement lever les yeux vers le ciel étoilé. Cette vision mêlée à celle des tours d’Atlantis valait tout l’or du monde. Un peu plus loin, il y avait un spot magnifique sur l’une des baies. Il y avait un peu de distance mais peu importe il avait jusque 8h du matin et comptait bien en profiter un maximum. Il finit par y arriver non sans mal. La fatigue était bien là, il s’appuya contre les rembardes mais ne put maintenir la position. Avec l’aide d’un des militaires, un dénommé Kyle, il put s’assoir ou plutôt s’affaler. Appuyés sur ses avants-bras en arrière, le ventre n’était ainsi pu sollicité et lui permettait de savourer le moment. Seul. Les gardes étaient un peu plus loin, à fumer une cigarette à la lumière.

La quiétude des lieux fut troublée par des bruits de pas mais surtout une respiration chaotique et bruyante. Il chercha des yeux cette personne qui était en train d’agonisé pendant son running nocturne. Cette dernière apparut dans son champ de vision. Il n’eut pas besoin que son visage apparaisse dans la lumière pour la reconnaître. Il connaissait cette silhouette et désormais reconnaissait cette respiration sifflante. Il l’avait déjà entendu lorsque Pedge était à la recherche d’air, la tranchée transpercée par la ponction wraith. La vision lui revint de suite. Il dut se faire violence et pinçait l’avant-bras pour y mettre fin. Pedge. Il ne put la quitter des yeux. Une multitude de sentiments en lui firent grimper en flèche son rythme cardiaque. Beaucoup de peur mais aussi un certain plaisir de la voir en chair et en os, en vie tout simplement.

« Salut Pedge… » lança-t-il lorsque son regard se posa sur sa personne. Il eut du mal à déglutir avant d’essayer de se reprendre. « Je pensais plutôt que j’allais voir débouler une personne âgée vu la respiration… » La pique manquait de conviction, lâcha d’un ton morne. Il avait cherché à reprendre la petite joute verbale habituelle mais il n’en avait pas envie. Son regard continuait de parcourir les lignes de son visage essayant de scruter attentivement ses traits.


@ pyphi(lia)

_________________

merci Sheppy !                               couleur : darkcyan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 09/11/2014
√ Age : 33
√ Messages : 973
√ Localisation : Atlantis

Pedge Allen
Dossier Top Secret
√ Age: 33 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Non
MessageSujet: Re: Rencontre fortuite et nocturne de la team rocket Mer 13 Sep - 18:06
Il y avait quelqu’un, quelqu’un qui fut illuminé brièvement pour la raie de lumière supplémentaire qui avait filtré lorsque la porte s’était ouverte. Une silhouette assise par terre, dans la pénombre, et quand elle chercha à distinguer qui cela pouvait être, il la salua par son prénom. Les joues rouges qu’elle avait du fait de sa course ne lui permirent pas de blêmir, mais tel était bien le cas. Elle resta sur place, figée par cette rencontre improbable.

« Matt ? », fit-elle sans s’encombrer de la pique. Elle n’en croyait pas trop ses yeux, ni même ses oreilles, mais quel autre crétin s’amuserait à lui balancer ce genre de pique sérieusement ? Est-ce qu’elle rêvait ? Non parce qu’elle avait passé quelques heures à essayer de chercher le sommeil, en vain. Et cette insomnie était consécutive à un ressassement de pensées qui lui tournaient en boucle dans le crâne, des pensées qui concernaient essentiellement le type avachi par terre. Donc, il était tout à fait possible qu’elle se soit endormie pour de bon et que son cerveau revenait sur lui encore une fois.

Non, elle était certaine d’être réveillée. Elle avait trop mal aux poumons pour qu’elle soit en plein rêve. Elle avait déjà fait des formes de somnambulisme, se réveillant la nuit en ayant conscience de choses qui n’étaient pas, comme penser qu’elle était en train de se faire attaquer par des guêpes, et de se cacher sous la couette pour les feinter et ne pas se faire piquer. Elle savait que ce n’était pas vraiment le cas, qu’elle était dans son lit, qu’il n’y avait pas d’insectes volant, mais elle était obligée de se faire violence pour réussir à se convaincre que ce n’était pas réel. Elle détestait ça pour tout dire.

Mais là c’était différent. Elle sentait l’air de la nuit, la fraicheur qui faisait son œuvre sur la transpiration glacée qui parcourait son échine jusqu’à ses reins, reflet de sa course acharnée contre son manque de sommeil et son cerveau malade, brisé. Elle avait les seins durcis par le froid et l’effort, et sa respiration sifflante qui arrachait des notes douloureuses à ses bronches n’était pas non plus le fruit de son imagination. Bref, elle était bien là, face à Matt qui était tout aussi là qu’elle. Elle n’hallucinait pas.

Elle fit un petit geste de la main comme pour dire que ce n'était rien, sans doute pour chasser le fait qu'elle avait bugué en le voyant. Elle se redressa pleinement, comme-ci elle ne pouvait pas se laisser aller devant lui, maintenant que son souffle se faisait moins sifflant. Elle n'avait plus besoin de conserver une posture semi-pliée.

« Je ne pensais pas te voir ici… », fit-elle en restant sur place, les bras le long du corps désormais. Elle était perplexe. Elle ne savait pas si elle était contente ou pas de le voir. Elle s’était trouvée lâche, ces derniers jours, à éviter soigneusement le quartier de quarantaine dans lequel il était confiné. Elle n’avait eu que très peu d’information à son sujet, tout simplement parce qu’elle n’en avait que très peu demandé. « Ça va ? ». La question conne, mais qui permettrait d’aller de l’avant. Et puis, ce n’était pas normal d’être assis là, non ? Il avait peut-être un problème, ou alors il s’était sauvé de l’infirmerie et il se planquait.

Pour le moment, elle n’avait pas associé les deux lourdauds un peu plus loin, qui fumaient tranquillement leur clope, comme garde d’Eversman. Sa poitrine se soulevait un peu moins et son rythme cardiaque revenait vers des abords plus respectables. Elle se calmait de sa course, même si elle sentait une pointe de stress lui tirailler les entrailles. Ils ne s’étaient pas revus depuis qu’il l’avait plus ou moins massacré sous sa forme de Wraith. D’ailleurs, elle ne pu s’empêcher de le détailler, du moins, autant que faire se peut, pour voir s’il gardait des stigmates de sa condition de vampire. Mais il semblait être redevenu comme avant, comme le ranger qu’il était quand il était parti en mission dans la Magna.

_________________
#a1931c
DC :Erin Steele & Teshara Lays
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 08/12/2012
√ Age : 27
√ Messages : 8819
Matt Eversman
Dossier Top Secret
√ Age: 31
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Non
MessageSujet: Re: Rencontre fortuite et nocturne de la team rocket Jeu 14 Sep - 19:29

Light will guide you home



La dénommé Pedge sembla atteinte d’un vilain bug, se figeant brusquement. Dans d’autres circonstances, cela aurait pu être très drôle et l’objet de pas mal de moqueries. Ce n’était plus le cas désormais. Il n’y avait pas de sourire sur le visage du Ranger, plutôt de l’inquiétude. La déglutition fut difficile. Il attendait un signe, un geste de sa part. Cette réaction finit par venir. Le temps que l’information monte jusqu’à son cerveau ou plutôt qu’elle le trouve dans un recoin de son crâne, il fallait un moment d’où la latence chez Allen. Visiblement tous deux ne pensaient pas tomber l’un sur l’autre. Combien y avait-il de chances pour qu’il se croise sur la base ? Peu et encore moins à une heure pareille et surtout dans un endroit si reculé. C’était même improbable cette rencontre. Vint l’éternelle question sur sa condition, à moins que ce ne soit un réflexe humain. Matt se contenta d’un léger haussement d’épaules, las d’y répondre plusieurs fois par jour. De toute manière, on se fichait un peu de connaître la réponse. Il s’agissait juste d’être poli pour de débuter une conversation.

« Je suis content de voir que tu t’en es bien sortie. » finit-il par lancer après pris le temps de l’observer, ne remarquant pas de bandage visible. Il essaya bien de fouiller dans sa mémoire les derniers éléments sur Pedge, son état mais tout se mélangeait dans son esprit. Il n’y parvint pas. Cela ne voulait pas dire qu’il ne se souvenait pas d’elle, bien au contraire. Chaque soir, il revivait les différents moments vécus durant cette mission. La torture infligée par la reine mais aussi celle qu’il avait pu faire subir à d’autres : Sheppard, elle…. Son esprit sadique avait même inventé quelques autres châtiments, si bien qu’il avait le plus grand à distinguer le vrai du faux. Cela allait mieux avec les somnifères mais les séances chez le psy ne faisaient que raviver les plaies à vif. Il finit par détourner la tête d’elle, baissant les yeux.

« Toi aussi, tu fais tout pour ne pas dormir ? »
« J'essaie de dormir, mais je n'y arrive pas. Je pense trop. »
« Pareil… » dit-il en croisant son regard. D’une certaine manière, cela faisait plaisir de pouvoir échanger avec une personne qui avait exactement le même problème que lui et pour cause ils avaient vécu la plupart de ses épreuves ensemble. Difficile pour autant d’aborder le sujet tant il était délicat. « Taylor Laurence m’a filé des somnifères. Elle en avait marre de ma tronche de zombie. »

« Comme je la comprends, tu ferais peur à un wra... » Elle s'arrêta, plissant les lèvres. « Tu as une tête de déterré, tu devrais les prendre ces cachets. »

Wraith. Entendre ce mot suffisait à lui provoquer des frissons et cette fois la température n’y était pour rien. La tête fut détournée, les lèvres pincées et la mâchoire serrée. C’était beaucoup trop récent pour qu’il n’y réagisse pas. Il n’avait pas le recul nécessaire, le mental encore moins. Il finit par dégluttir, fermant les yeux l’espace de quelques instants encaissant le mini choc.

« J’aurais le temps de dormir après, bien sagement enfermé entre quatre murs… » La perspective de retourner à l’infirmerie ne l’enchantait guère. Ce n’était pas plaisant d’être enfermé là bas à ne rien pouvoir faire ou voir. C’est sûr qu’être là à observer les étoiles, sentir l’air marin sur son visage. Rien n’était comparable. « Je suis en perm’ jusque 8h. Après mes gardes du corps ont ordre de me ramener à l’infirmerie par la peau des fesses. » Tout en parlant, il lui indiqua d’un signe de la main la position des deux militaires désignés pour lui servir de baby-sitter. Une chance, ils n’étaient pas pénibles le laissant faire ce qui lui plaisant et se tenant suffisamment loin de lui pour ne pas le gêner ou l’embêter. Ils avaient beau être plutôt sympas, Matt ne doutait pas qu'ils le rameneraient de force là bas. Il n'avait pas l'intention d'être odieux avec eux. Taylor Laurence lui avait fait confiance, il reviendrait sagement à l'heure sans faire de vagues.



@ pyphi(lia)

_________________

merci Sheppy !                               couleur : darkcyan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 09/11/2014
√ Age : 33
√ Messages : 973
√ Localisation : Atlantis

Pedge Allen
Dossier Top Secret
√ Age: 33 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Non
MessageSujet: Re: Rencontre fortuite et nocturne de la team rocket Dim 17 Sep - 18:40
Il ne répondit pas à sa question. Certes, ce n’était pas l’interrogation de l’année, car elle savait qu’il ne devait pas aller bien, mais c’était une façon aussi pour elle de commencer la conversation. Il n’empêche qu’elle aurait aimé qu’il lui dise s’il allait bien ou pas. S’il avait digéré tout ça, ou pas. S’il avait de la culpabilité, ou pas. Bref, des tas de sous-entendu dans ce simple « ça va. » Au lieu de ça, il fit part de son contentement. Elle haussa des épaules. En fait, en elle se disputait plusieurs choses et elle ne savait pas laquelle elle devait privilégier, et c’était sans doute pour cela qu’elle restait mutique, ou peu loquace, tout comme elle restait plantée à quelques mètres de lui, à le détailler.

Elle lui en voulait, et en même temps, elle était soulagée de le voir, et en même temps, elle se demandait pourquoi est-ce qu’il l’avait embrassée. Un Wraith ne faisait pas ça, et surtout, il était redevenu Matt dans ce corps qui n’était plus vraiment le sien. Alors quoi ? Ce questionnement interne commençait à l’agacer, et du coup, elle se mettait maintenant en colère contre elle-même, même si elle ne le montrait toujours pas. Devant son mutisme, il la questionna sur son sommeil. Elle choisit de s’ouvrir un peu, et d’être franche. Après tout, il avait partagé les mêmes épreuves qu’elle, et elle ne devait pas avoir honte. Pas avec lui. Il savait ce que c’était. Pedge avait failli parler des Wraiths. Le sujet était délicat et elle se pinça les lèvres en se ravisant. Mais trop tard. Il avait tourné les yeux, et il s’était braquée. Elle était désolée, mais elle ne lui fit pas savoir. Peut-être qu’elle aurait dû, elle ne savait pas.

Ainsi donc, il était bel et bien enfermé en quarantaine à l’infirmerie, sous étroite surveillance donc. Alors, qu’est-ce qu’il foutait ici tout seul ? Elle n’allait pas le contredire, préférant approcher un peu. Parler avec lui eu tendance à l’arrêter dans ses craintes et dans ses doutes, cessant le ressassement interne qu’elle entretenait. Elle tourna son visage vers les deux hommes qui attendaient un peu plus loin. Non, il n’était donc pas sans garde. C’était logique. Elle poussa un soupir.

« D’accord. Laisse moi une minute. »

Elle le planta là pour se diriger vers les deux hommes. Ils n’étaient pas envahissant, loin de là, mais elle venait de prendre la décision qu’ils étaient de trop dans les futures discussions qu’ils allaient entretenir tous les deux, et puis, elle pouvait très bien veiller sur son frère d’arme. Quelque part, c’était aussi une façon de conjurer le mauvais sort. En faisant cela, elle s’estimait capable de résister à Matt, dans le sens que s’il fallait s’imposer physiquement, elle y arriverait. Ainsi, elle pourrait passer par-dessus la crainte qu’il ne la blesse ou autre. Et surtout, elle refermerait une plaie de son égo meurtrie par sa défaite dans leur petit duel d’humain à humain. Car celui où il était un Wraith se passait de commentaire.

« Messieurs, Sous Lieutenant Allen. Je prends la relève sur la garde d’Eversman. Vous pouvez disposer. », fit-elle sans préambule. Elle n’était pas en uniforme, ni même en service, mais qu’importe. Voilà comment elle commençait sa carrière d’officier. Par un excès d’autorité. En était-ce bien un ? Isia lui en voudrait-elle ? Certainement pas, ce serait la première à envoyer chier les larbins pour faire le boulot elle-même. De ce côté-là, Pedge avait la conscience tranquille, et si la belle blonde n’était pas contente, elle irait mettre son cul au vent. Ce n’était pas parce qu’elles se rapprochaient qu’il fallait tout passer non plus.

« C’est-à-dire que… »
« Oui ? »
« Nous avons des ordres et euh, nous sommes deux. »
« Et bien vous avez de nouveaux ordres. Merci pour votre travaille, je prends la relève. Rompez. »
« Bien Sous Lieutenant », fit le second en tapant sur la poitrine du premier pour l’inciter à ne pas répliquer. Le ton de la jeune femme était sans appel, et il ne voulait pas discuter et se faire déglinguer ensuite, parce que c’est bien connu, les officiers ont toujours raison. Elle les laissa partir avant de se retourner et de revenir vers Matt. Ni une ni deux, elle prit place près de lui, calant son dos contre le paroi tandis qu’un frisson la prenait. Il faisait vraiment frais, et vue qu’elle avait transpiré, elle allait chopper froid. Tant pis, elle serait quitte pour une bonne crève. De toute façon, elle n’était pas en service, elle pouvait être malade. Elle ramena ses jambes contre son torse et elle les entoura de ses bras, pour conserver le peu de chaleur qu’elle dégageait. Elle tourna son visage fatigué vers Matt, maintenant qu’ils étaient à la même hauteur.

« Je suis désolée de ne pas être venue te voir à l’infirmerie. Je n’étais pas certaine que tu veuilles me croiser, et… »

Qu’est-ce qu’elle n’était pas à l’aise quand il fallait parler des sentiments qu’elle éprouvait. Elle inspira, pour continuer.

« … et, je n’étais pas certaine d’avoir envie de te croiser non plus. »

Mais maintenant qu’ils s’étaient rencontrés fortuitement, elle faisait face à la situation, et c’était moins terrible qu’elle n’y pensait même si elle était tout sauf à l’aise.

_________________
#a1931c
DC :Erin Steele & Teshara Lays
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 08/12/2012
√ Age : 27
√ Messages : 8819
Matt Eversman
Dossier Top Secret
√ Age: 31
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Non
MessageSujet: Re: Rencontre fortuite et nocturne de la team rocket Mer 20 Sep - 14:47

Light will guide you home



Aussi rapidement qu’elle était arrivée dans son champ de vision, Pedge le quitta. Il entendit pourtant bien les bruits de pas, les quelques bruits de voix un peu plus loin mais le doute était déjà là dans son esprit. Venait-il d’avoir une hallucination ? Etait-il en train de dormir et donc de rêver de cette rencontre avec Pedge Allen ? Le simple fait de se tourner et d’observer la scène qui se situait un peu plus loin dans son dos aurait pu lui apporter la réponse. Il était pourtant incapable d’effectuer une telle torsion pour le moment. Pas question de subir une quelquonque torsion ventrale. Matt quitta les étoiles pour baisser la tête essayant de savoir si tout cela était bien réel. Il essaya bien de trouver quelques détails dans son environnement qui semblait bien réel : se pincer lui faisait mal, il parvenait à se rappeler des éléments des dernières heures avec ce film, ces potes…

Une main passa, repassa à plusieurs reprises sur son visage, se perdant parfois dans les quelques millimètres de cheveux qu’il pouvait posséder sur le dessus de son crâne avant de masser cette barbe de 2-3 jours qui poussait ici et là. C’était ridicule. Il y avait des trous, des endroits dépourvus de poils et encore pouvait-on parler de barbe quand cela ne dépassait pas plusieurs millimètres. Matt était vraiment imberbe, ce n’était pas un mythe. Pedge Allen n’en était pas un non plus. Finalement la jeune femme revint dans son champ de vision s’adossant à la rembarde juste face à lui. Il la toisa essayant de se convaincre qu’elle était bien là, face à lui. Il risqua un regard en arrière à la recherche de ses gardes qu’il ne repéra pas. Ne restait-elle donc plus qu’elle pour veiller sur lui et surtout le ramener le lendemain ? Matt aurait dû se questionner sur ce qui venait de se passer. Ce n’était pas pourtant pas le cas. Il passait à autre chose, ne s’en formalisant pas. Ne pas se prendre la tête semblait être son crédo ces derniers jours. De toute manière, l’esprit lui prenait suffisamment d’énergie pour le vider.

Pedge amorça une fois de plus la discussion, s’excusant de ne pas être venu le voir tout en lui donnant les raisons. Matt s’efforça de croiser son regard, tentant toujours de se convaincre qu’elle était bien là face à lui. Ce n’était pas encore suffisamment clair pour lui et son esprit. Pedge n’étiat pas n’importe qui. Jamais l’expression frère et sœur d’arme n’avait eu de meilleur nom pour exprimer leur relation. Ils avaient partagé l’horreur, la torture, la mort ensemble. Il avait une confiance sans nom en elle. Rien ne pourrait davantage les lier et pourtant...

« Tu avais tes propres blessures à panser… »

Taylor Laurence lui avait donné quelques nouvelles de l’équipe. Tout d’abord très vagues puis elle avait fini par aborder l’état physique de chacun et les blessures subies étaient rudes. Personne n’avait vraiment été épargné par cette mission. Le corps n’était pas le seul touché, l’esprit l’était bien davantage. Le sien était en souffrance, celui de Pedge ne semblait pas aller mieux si elle subissait les mêmes cauchemars que lui. Le silence avait repris ses droits depuis deux bonnes minutes avant qu’il ne se décide à reprendre la parole.

« C’est moi qui te doit des excuses de toute manière. Je suis désolé, Pedge… » Hop, un immense pavé dans la marre. C’était loin d’être facile pour lui de lâcher cette phrase, les lèvres étaient serrées comme s’il retenait encore d’autres paroles. A moins qu’il ne les serrent pour essayer de tenir le coup. Le mur de façade s’écroula.

« Je suis vraiment désolé… » Pouvait-on vraiment s’excuser de l’avoir massacré ? de lui avoir ôter des années de vie ? ça paraissait tellement impensable.

« Quand je ferme les yeux, je revois ces moments où je t’ai massacré… je ressens la satisfaction que j’ai eu à ce moment là, le plaisir que j’ai eu à voir ton sang giclé… tout ce qui comptait c’était obéir à cette reine... Et maintenant… maintenant je suis là face à toi.…. « dit-il d’une voix où la déception était bien palpable. Il fut bien incapable de soutenir son regard, il n’en avait pas envie et ne le méritait pas de toute manière. Matt se prit la tête entre deux mains, pas sûr que cette compression permette de ramener un peu de calme à l’intérieur. Pedge avait toutes les raisons pour vouloir lui exploser la tronche, pour lui faire payer ses atrocités d’une balle dans le crâne. Rien de ce qu’il pouvait dire ou faire ne pourrait le racheter tant ce qu’il avait commis était d’une violence sans nom. Eversman n’avait pas encore parlé de ça à personne, cela le concernait elle et lui. Il renifla balayant l’humidité soudaine de son visage dans la manche de sa veste tout en gardant les yeux bien baissés. Les cris d'Allen, ses gémissements lui revenaient en tête. Il ferma les yeux essayant de les chasser. S'il avait été apte d'esprit, il aurait peut être fait le rapprochement avec le fait qu'ils étaient seuls maintenant, Allen pouvait lui ôter la vie en tout discrétion.


@ pyphi(lia)

_________________

merci Sheppy !                               couleur : darkcyan


Dernière édition par Matt Eversman le Ven 22 Sep - 18:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 09/11/2014
√ Age : 33
√ Messages : 973
√ Localisation : Atlantis

Pedge Allen
Dossier Top Secret
√ Age: 33 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Non
MessageSujet: Re: Rencontre fortuite et nocturne de la team rocket Ven 22 Sep - 16:51
« On peut dire ça oui », fit-elle en guise d’écho à sa conclusion facile sur le fait qu’elle n’avait pas envie de le croiser. Cela n’avait rien à voir avec ses propres blessures, ou peut-être que si, mais elle ne se l’avouait pas. Les raisons étaient cependant plus complexes. En croisant Matt, elle se revoyait elle en tant que tortionnaire, puis en tant que torturée. Il était le seul qui pouvait lui renvoyer cette image parce qu’il était le seul à être présent à ce moment-là. Elle n’eut guère le temps de développer qu’il prit la parole… pour s’excuser. Au final, elle n’était que trop contente de le laisser parler, cela lui évitait de le faire. Elle n’était jamais très à l’aise avec les sentiments. Les exprimer n’était pas simple.

Machinalement, elle posa son regard assez froid sur son comparse. Lui ne la regardait pas. Il était fermé. Il semblait accuser le coup, et prendre sur lui pour se lancer. Elle ne dit rien, préférant le laisser continuer à son rythme. Ils avaient toute la nuit après-tout, vu que le sommeil se refusait à eux. Elle se demandait quelle serait la suite de ses propos : s’excuserait-il de l’avoir torturé ? De l’avoir embrassé ? De quoi donc ? D’avoir tardé à arrêter les tortures pour balancer des informations ? Elle faisait plusieurs hypothèses dans sa tête en attendant qu’il progresse dans ses propos. C’étaient les tortures qu’il lui avait infligé qui le turlupinait. Elle arrêta de le toiser, préférant poser ses yeux sur ses pieds engoncés dans ses baskets de course à pied. Il souffrait le martyre, il avait besoin que ça sorte. Elle pianotait avec ses doigts tout en l’écoutant.

Et elle le comprenait tellement.

« Et maintenant tu es face à moi et quoi ? », soupira Pedge en posant son menton sur le creux que formait ses deux genoux joints. Elle laissa le silence s’installer. Que répondre à tout ça ? Devait-elle répondre à son mal-être ? Ou rester factuelle et objective ? Elle ne savait pas trop quoi faire. Quelque part en elle, quelque chose lui disait que la meilleure attitude était de le prendre dans ses bras pour l’absoudre de tous ses remords. Être prévenante, attentive… Mais elle savait qu’elle ne ferait pas cela parce qu’elle n’était pas comme ça. « Tu aurais préféré que l’un de nous deux ne s’en sorte pas pour qu’on ne se recroise pas ? Je ne suis pas fière de tout ce qui s’est passée moi non plus, mais je suis contente d’être là, et je suis contente que tu sois là aussi. » Il l’agaçait à baisser les yeux.

Mais elle n’allait pas le houspiller non plus.

« Matt ? », elle chercha à accrocher son regard. S’il ne remontait pas ses yeux vers elle, ce n’était pas grave, elle ferait sans et puis voilà. « Ce n’était pas toi qui a fait ce que tu as fait, mais un Wraith. Si tu avais eu ton mot à dire, on aurait retenté de s’évader comme la première fois… » Première fois où il l’avait embrassé cela dit en passant. Est-ce que ça viendrait sur le tapis ?

Si elle était honnête avec elle-même, elle devait reconnaître qu’elle lui en voulait de l’avoir défoncée comme une vulgaire bête… C’était pire que pour une bête en fait. Mais si elle réfléchissait deux minutes, et qu’elle restait objective, sa réplique tenait parfaitement la route, et elle ne pouvait raisonnablement pas lui en tenir rigueur. Elle essaya d’enrober ça dans un peu d’humour.

« Je t’en veux simplement de m’avoir battue à la régulière », fit-elle avec tout le sérieux du monde d’où pointait un soupçon d’arrogance, même si c’était une forme de soupape de décompression. Elle blaguait en somme. Elle espérait qu’il ne le prendrait pas au pied de la lettre, et si tel était le cas, ce serait bien fait pour sa gueule, elle avait qu’à être plus expressive. Elle s’en voulait surtout de ne pas avoir gagné le duel qui lui aurait rendu la liberté et à elle… une condition de Wraith.

_________________
#a1931c
DC :Erin Steele & Teshara Lays
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 08/12/2012
√ Age : 27
√ Messages : 8819
Matt Eversman
Dossier Top Secret
√ Age: 31
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Non
MessageSujet: Re: Rencontre fortuite et nocturne de la team rocket Ven 22 Sep - 19:36

Light will guide you home



Les paroles d’Allen résonnaient en lui, y trouvant un écho particulier. Oh que oui, il aurait préféré que l’un des deux ne s’en sortent pas. Plutôt, il aurait préféré ne pas être revenu de cette mission. Pas avec une telle fin. Personne ne pourrait se satisfaire d’avoir été réincarner dans le camp adverse et avoir massacré, tué son propre camp pour l’ennemi. Si encore il était mort là bas… mais non, on l’avait ramené pour qu’il puisse désormais bien se rendre compte des méfaits et affronter la très dure réalité. Il n’en avait pas les épaules. Il n’était pas capable d’assumer ses actes, sa perte totale de contrôle. Cette culpabilité le rongeait de l’intérieur. Ajouter à cela, une bonne dose de torture et cela un cocktail des plus déprimants.

Lorsque Pedge l’interpella par son prénom, il se sentit comme obligé de relever les yeux vers elle croisant son regard l’espace de quelques instants. Il ne put maintenir son regard observant un point quelques centimètres plus bas avant finalement de dévier la tête vers l’océan. C’était trop lui demander maintenant. La vague tentative d’Allen n’eut pas l’effet escompté. De nombreuses infirmières avaient bien tenté de lui faire comprendre que ce n’était pas lui, qu’il n’était pas responsable de la blessure de Sheppard. Heureusement qu’elles ne connaissaient pas le restant des faits. C’était lui qui avait provoqué ses plaies, qui les avaient causé. Il parvenait très bien à s’en rappeler, à ressentir l’envie de démolir ses adversaires. Pedge en rajouta une couche rappelant aussi qu’il s’était battu avec elle, tout ça pour l’amusement d’une reine. Il en avait des frissons rien qu’en y repensant. Les lèvres étaient pincées fortement, les mains tellement serrées que les jointures en étaient devenus blanches.

« Crois moi, j’aurais su, je t’aurais laissé gagner » lâcha-t-il d’une voix pleine de rancœur. Ce n’était pas à elle qu’il en voulait mais plutôt à la terre entière, voir peut être aussi un peu à lui-même. C’était lui le responsable de ce bordel sans nom dans son crâne. Ce n’était pas lui. Ce n’était pas dans sa personnalité de souhaiter la souffrance des autres et au fond de lui-même il n’aurait jamais pu accepter que quiquonque se soit sacrifié pour lui. Il avait gagné le combat pour la sauver elle. Pour qu’elle puisse vivre.

« Vous auriez mieux fait de m’abattre d’une balle dans le crâne. Je méritais rien de plus après tout ça… » dit-il avant de renifler. La voix était fébrile. Nul doute que s’il avait pu se remettre sur pieds et prendre les jambes à son coup, il l’aurait fait. Là, il n’avait pas le choix. Matt ne parvenait pas à gérer le flux émotionnel qui s’était emparé de lui depuis plusieurs minutes. La fatigue, la colère, tout cela n’était pas à garder le contrôle de ses émotions.

« Je me suis fait capturé par l’ennemi. Je lui ai donné des informations classées top défense. J’ai été faible. J’ai tabassé ma coéquipière…J’ai basculé du côté ennemi. J’ai massacré et tué mes coéquipiers…. Je méritais pas de vivre après ça. Je le mérite toujours pas. Je peux pas te regarder en face, je peux pas regarder Sheppard ou même les autres sans penser à tout ça…. » lâcha-t-il d’une voix plus forte. Sous le coup de la colère, le militaire s’était redressé quittant sa posture décontractée pour s’exprimer. Il ne pourrait la maintenir longtemps.

« Tu veux ta revanche ? Tu veux te venger de moi ? Tu veux m’aider ? Colle moi une putain de balle dans le crâne, Pedge… »




@ pyphi(lia)

_________________

merci Sheppy !                               couleur : darkcyan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 09/11/2014
√ Age : 33
√ Messages : 973
√ Localisation : Atlantis

Pedge Allen
Dossier Top Secret
√ Age: 33 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Non
MessageSujet: Re: Rencontre fortuite et nocturne de la team rocket Hier à 11:47
Tentative d’humour : échec critique. Elle avait essayé de titiller son orgueil en relançant cette espèce de rivalité latente entre eux, une forme de communication qui les conduisait toujours à se bousculer verbalement et à se défoncer physiquement pour surpasser l’autre, mais cela ne prit pas. Au lieu de ça, il répliqua d’un ton amer qu’il aurait préféré la laisser gagner, s’il avait su. Mais voilà, il ne l’avait pas fait, tout comme elle ne s’était pas laissée faire non plus. Elle avait perdu en essayant de gagner de tout son être pour qu’il soit libre. Il avait fait de même, et cela en disait long sur le genre d’homme qu’il était. C’était sans doute pour cela qu’elle l’appréciait désormais, parce qu’elle savait ce qui se cachait sous la carapace du crétin grande gueule qui la ramène tout le temps. Il s’était sacrifié pour elle, et cela, elle ne l’oublierait jamais. Elle soupira néanmoins, contrariée qu’il ne prenne pas la mouche. L’humour n’avait pas sa place ce soir. Tant pis. Il voulait la jouer mélo dramatique, elle n’allait pas s’en priver…

Surtout quand elle entendit la suite de ses propos. Sa petite introduction sur le fait qu’ils auraient dû l’abattre le conduisit à s’énerver davantage. Mais qu’est-ce qu’il racontait ce con sérieusement ? Et cette conclusion… Elle regrettait d’avoir congédié les gardes. Elle ne se sentait pas capable d’affronter ça. Pourquoi est-ce qu’il lui rentrait dedans de la sorte pour lui dire ces avanies ? Est-ce qu’il pensait sérieusement qu’elle était là pour lui régler son compte et que c’était pour ça qu’elle avait congédié les plantons ?

Maintenant il l’agaçait bel et bien, et elle ne se cacha pas pour le lui faire comprendre. Elle se redressa elle aussi, délaissant la chaleur de sa position.

« Tu es vraiment qu’un con Matt », finit-elle par lâcher, ne sachant pas comment démarrer sa réplique. Elle n’avait pas envie de se prendre la tête, pas avec lui, pas ce soir. Mais manifestement, il avait besoin de faire sortir ce qu’il avait sur le cœur, et elle avait dit qu’elle le ramènerait à huit heure à l’infirmerie. Elle ne pourrait pas se soustraire à son devoir maintenant qu’elle se l’était octroyée. Elle hésitait entre le fait d’aller l’embrasser pour le calmer, comme il l’avait fait dans cette cellule miteuse du croiseur Wraith, ou à lui en coller une. Ni l’une, ni l’autre des deux solutions ne semblaient lui convenir. Et puis quoi ? C’était décent d’embrasser quelqu’un comme ça juste pour qu’il la ferme ? Ce n’était que de la pitié, et la pitié, ça se jette aux orties.

« Je te pardonne tout ce que tu as fait, si c’est ce que tu veux entendre. Je le pense vraiment. Je ne t’en veux pas objectivement. Bien sûr que je suis en colère contre toi, mais je le suis tout autant contre moi ! »

Elle se réadossa contre la rembarde, remettant ses cuisses verticales, ses deux pieds contre son postérieur, et ses genoux dressés vers le ciel. Ses avants bras étaient posés dessus, et elle jouait avec ses doigts. Elle continua d’une voix plus faible, plus intimiste, pour faire redescendre la colère qui l’animait, tout en espérant un effet similaire chez son interlocuteur.

« Tu crois que j’en suis fière ? Tu crois que je suis fière d’avoir donné des informations à l’ennemi ? Tu crois que je suis fière d’avoir laissé mon coéquipier se faire torturer sous mes yeux dans l’espoir de ne pas parler ? » Elle releva ses yeux vers lui. Ils étaient humides, mais elle se contenait. « Je t’ai tué là bas tu sais. Je t’ai brisée la nuque. Pour que tu ne souffres plus, et… et… et j'ai pris sur moi pour le faire ! Je ne me le pardonne pas ! » Elle faisait un effort surhumain pour se contenir tandis qu'elle se pointait du doigt en le posant sur sa poitrine, et son air neutre s’en trouvait fortement affecté. «Je ne veux plus avoir à refaire ça… alors... s’il te plait, ne me le demande pas. » Sa voix se brisa légèrement sur la fin de sa phrase. « Tu es plus fort que tu ne le crois espèce de con, alors arrête, relève le tête… Je ne pourrai pas supporter que cette salope m’ait enlevé mon frère d’arme en plus de tout ce qu’elle a pris déjà. »

Elle ne le regardait plus, préférant observer ses doigts qui « s’amusaient » entre eux. Elle ponctua enfin son propos après un petit moment de latence où ses yeux finirent par se reporter sur le faciès du ranger :

« Tu sais que tout le monde sait que tu n’avais pas le choix, alors arrête de torturer et prend l’amour que les gens te portent pour te redresser. Tu vaux mieux que ça. »

Elle pleurait silencieusement, mais sa voix était ferme, bien qu’un peu nasillarde forcément, tandis qu’elle le toisait durement. Elle préféra papillonner du regard vers l'architecture de la cité en essuyant les quelques larmes qui coulaient le long de ses joues d'un revers de main colérique. Elle ne voulait pas lui montrer cela. Elle n'aimait pas être faible. Mais elle était cassée, sur les nerfs, fatiguée, stressée, et il n'arrangeait rien. Il l'obligeait à être émotive, elle qui détestait cela, et elle n'avait qu'une envie, s'enfuir en courant se cacher tellement elle était mal.

_________________
#a1931c
DC :Erin Steele & Teshara Lays
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rencontre fortuite et nocturne de la team rocket

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Bug immeuble Team Rocket à Celadopole
» Bug bouton planque team rocket celadopole
» Mont Argent Team Rocket
» Trouver la cachette de la Team Rocket
» [Animé] Emolga rejoint la Team Rocket !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Atlantis Insurrection :: Cité d'Atlantis :: Les autres ailes de la Cité :: Digues-