Atlantis Insurrection
"Personne ne demande à devenir un Héros, sauf que parfois ça finit comme ça..."

Et si ce Héros, c'était toi ? Tu es l'un des meilleurs dans ton domaine (Biologiste, Chirurgien, Infirmier, Diplomate, Démineur, Maître chien...) et on te propose de participer à l'expédition la plus fabuleuse mais aussi la plus dangereuse : l'expédition Atlantis.
Auras tu le cran de rejoindre Atlantis pour découvrir ses mystères et affronter les dangers de cette galaxie ?

Tu peux aussi incarner les personnages importants de la série (Weir, Sheppard, McKay, Lorne, Teyla....) Bon niveau RP demandé.
On recherche de nombreux personnages inventés.
http://www.atlantisinsurrection.com/t387-personnages-vacants


Si tu te sens capable de franchir ce pas, tu es des nôtres ! Clique sur l'image ;-)


RPG sur Stargate Atlantis
 

Perdition Martiale

 :: Galaxie de Pégase :: Espace :: Dédale Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Jeu 22 Mar - 18:34
avatar
√ Arrivée le : 09/11/2014
√ Messages : 1283
√ Localisation : Atlantis


Dossier Top Secret
√ Age: 33 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Non
Voir le profil de l'utilisateur
Pedge n’insista pas. Il ne voulait plus en parler, soit. Cela le regardait, même si de fait, cela la regardait maintenant elle aussi. Elle ne voulait pas s’imposer, mais la récente tentative de suicide de Matt la faisait psychoter, et elle ne voulait pas vivre ça à nouveau, même si elle n’appréciait pas Marta, elle ne souhaitait pas ça pour elle. La jeune femme lui emboita le pas, continuant son bonhomme de chemin vers les cuisines du Dédale.

« C’est bien noté. », fit Pedge en prenant la juste mesure des propos de Franck concernant le fameux Goose. Elle avait hate de voir ce qu’il entendait par “il n’avait pas sa langue dans sa poche” et “il ne faut pas être susceptible”. Elle l’était un peu, mais c’était pas son pire défaut, ni même celui qui s’exprimait le plus facilement, surtout si elle prenait les dires de ce type avec humour sans se démonter. De toute façon, elle préférait ne pas tirer des plans sur la comète et elle attendait de voir le bonhomme.

Ils étaient maintenant arrivés aux cuisines du croiseur. C’était assez intemporel comme ambiance. Les cuistots, commis de cuisine, et autres personnels affectés à la popote, s’activaient d’une seule force pour préparer le manger de tout l’équipage. Néanmoins, c’était calme et rodé, et l’agitation ne venait que d’eux. Ce n’était pas le bordel comme pendant le coup de feu, du moins c’est ce que s’imagina Pedge. Cette dernière suivait tranquillement Franck, saluant les mêmes personnes que lui, ne se formalisant pas d’entrer dans les cuisines. Ils étaient, de toute façon, là pour ça.

Le technicien héla Goose, et une voix tonitruante rugit de derrière une porte qui s’ouvrit soudainement à une vitesse folle, comme si le type en question avait frappé dedans avec son pied. Le malheureux n’eut pas le temps de s’écarter qu’il réceptionna l'huisserie en pleine face, le propulsant sur une Pedge qui n’eut pas le temps de réagir non plus. Franck tomba sur le sol dans les jambes de la texane, qui resta sur ses deux pieds cependant, en essayant tant bien que mal d’amortir la chute de son collègue. Mais ce dernier était sur le dos, et il frappait par terre, certainement de douleur. Les yeux bleus de la militaire se braquèrent sur Goose et son allure de gros ours mal léché, manifestement pas désolé le moins du monde d’avoir emplâtré un gars dans sa cuisine.

Heureusement, ce n’était pas elle qui s’était mangée la porte, sinon elle aurait pu croire que tout le monde en voulait à son minois. Après les coups de Franck, ça aurait été le pompon. Un coup à ressembler à Hoffman sans avoir à faire un match de boxe. Elle le suivit du regard alors qu’il repartait vers son plan de travail, les mains pleines.


_________________
#a1931c
DC :Erin Steele & Teshara Lays
Revenir en haut Aller en bas
Mer 28 Mar - 20:16
avatar
√ Arrivée le : 24/01/2017
√ Messages : 464
√ Localisation : Sur le Dédale


Dossier Top Secret
√ Age: 64
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Non
Voir le profil de l'utilisateur
Equipe soir:
 


Le cuisto du mess déposa sa grille puis se servit de ses avants bras pour essuyer l’excès de sueur qui lui coulait sur les coins du front en formant des rigoles humides. Il reprit un tablier roulé en boule pour le placer autour de son ventre, il était bien crade mais témoignait des repas qui venaient d’être préparés pour ce soir : c’était du récent.
« C’est qui cette poule ? Elle aurait plus la dégaine à poser sur du charme que de ta Versine aux murs. Vous les recrutez dans les fitness club maintenant ? » Il sortit des lunettes de sa poche et les enfila. De vieilles binocles qui dataient des années quatre-vingt et qui avaient tellement vieillie que la monture en métal était pliée de tous les côtés. L’engin avait été clairement malmené et il tenait toujours : de l’incassable. Le cuisto ne se gêna pas pour reluquer Pedge.
« Regarde-moi ça, les cuissots comme des allumettes, pas un pet de graisse, que du muscle et de l’os. J’te parie qu’elle s’est même dessinée les abdos comme un mec. Pour un peu elle irait foutre la honte aux culturistes qui se pavanent devant les objectifs. » Il secoua la tête d’un air navré. Il la considéra ensuite avec une inquiétude qui n’avait pas l’air d’être feinte, comme s’il s’était persuadé qu’elle était malade ou en danger. « Voyons voyons jeunette...faut manger un peu de gras...ça te rendrait tes formes de femmes...et ça t’éviterait les malaises... »

Franck s’était redressé, il se massait le front d’où une belle bosse venait d’émerger avec une pointe de sang.

« Pedge...voici Goose. Il est pas aussi con et pervers qu’il en donne l’air... » L’homme vacilla sur ses pieds tout en se retenant à un meuble, il maintenait sa main contre la bosse. « Merde, quoi...tu m’as pas loupé... »
« Faut pas s’approcher des portes, c’est tout. Tu viens pour la graille ? »
« Pedge s’en occupe, je te laisse lui expliquer. »

Le technicien hocha la tête et s’éloigna en direction de la table la plus proche, ou plutôt de la chaise la plus proche, alors qu’il se tenait à tous les meubles et plan de travail en chemin. Le bruit avait été vraiment impressionnant, c’était un coup à assommer un buffle cette porte dans la figure. Autant dire que Franck ne rêvait que de s’assoir dans l’espoir que le sol cesse de tourner.
Le cuisinier un peu rustre le regarda s’éloigner tout en essayant la sueur qui coulait de nouveau de son visage. Il reporta ensuite son attention sur Pedge puis lui fit signe de le suivre en direction de la chambre froide. Elle remarquerait au passage que la paroi en inox était cabossée de partout. Franck n’était donc pas le premier. C’était limité mais ça se voyait très bien dans le faux jour. Goose pointa les deux appareils de distribution contre le mur, juste à côté de l’entrée.

« Là tu prends les gants, et là c’est la charlotte : pour tes cheveux. Si tu rentres dans ma chambre froide sans ça, je te botte ton cul tout maigre ! »

Goose retira sa propre charlotte et ses gants pour les remplacer par des neufs puis il attendit que Pedge fasse de même avant de l’inviter à entrer dans la chambre froide. Elle ressemblait en tout point à une cellule réfrigérée de restauration sauf qu’un deuxième sas menait à un congélateur géant. Il y avait de tout, des fruits aux légumes en passant par les viandes. Tout était étiqueté, organisé, classé avec une minutie qui frisait largement la manie.

« Tu as le droit de prendre ce que tu veux. Même ce qu’on a préparé sur les grilles mais faut prévenir. Quand tu as choisis... » Il se décala sur le côté de la porte où se trouvait un dossier contenant des feuilles chargées d’écritures. « Tu écris ce que tu as pris ici, tu mets ton nom et tu signes. »

Il se rapprocha ensuite, la dépassa, et rangea les poulets par ordre de taille. Son collègue n’avait pas fait les choses comme lui, ça lui déplaisait largement alors il y remédiait. Avec la basse température, l’homme ne suait plus et il semblait beaucoup plus à l’aise, comme s’il avait véritablement l’habitude des lieux réfrigérés.
« Si t’as pas ce qui faut chez les techos pour cuire ce que tu prends, tu nous demandes et on te le fait. Moi je peux même te faire les sauces. T’es prioritaire vu que tes potes doivent bouffer avant tout le monde. » Les poulets étaient enfin rangés par ordre de taille croissante. « Mais si tu mets le merdier dans mes affaires, je te rebotte ton cul tout maigre ! »

Il claqua alors ses mains, dans l’image même du type ayant hâte de faire des affaires ou de s’amuser.

« Alors l’anorexique ! De quoi tu as besoin ? »
Revenir en haut Aller en bas
Lun 2 Avr - 10:23
avatar
√ Arrivée le : 09/11/2014
√ Messages : 1283
√ Localisation : Atlantis


Dossier Top Secret
√ Age: 33 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Non
Voir le profil de l'utilisateur
Non mais pour qui il se prenait celui-là, pensa Pedge directement alors qu’il l'affabulait du surnom de “poule”. Du charme ? Rien que ça ? S’il l’avait vu avec son pinceau de Versine hier, il reviendrait sur ses propos. Bon, heureusement que Franck lui avait dit qu’il ne fallait pas se vexer, parce qu’elle aurait pu lui rentrer dedans juste pour ces quelques mots. Elle comptait bien lui mettre dans la tronche qu’il ressemblait plus à un bucheron qu’à un cuistot, mais elle attendrait un peu avant. Il fallait qu’elle découvre la bête. Elle le laissa prendre ses vieilles lunettes, les poser sur son nez, attendant son jugement suivant maintenant qu’il y verrait mieux. Elle restait droite, fière, et obtuse. Elle ne baissa pas les yeux alors qu’il la reluquait. Au final, il était plutôt élogieux dans ses propos, si on n’y regardait pas de trop près et qu’on faisait fit de son ton un peu critique. Elle en eut la confirmation quand il secoua la tête d’un air navré. Elle le toisait de son air endormi habituel, et elle devait faire un peu niaise pour le coup. En guise de provocation gratuite, elle souffla sur sa mèche de cheveux rebelle, histoire de lui dire, implicitement et de manière non verbale, s’il avait autre chose à ajouter ? Manifestement, non.

Elle afficha un petit rictus suffisant quand il lui parla de malaise. Elle était capable de le faire mourir avant elle si elle l’embarquait dans un stage commando, rien que pour la déconnade. Elle allait lui répondre quelque chose quand Franck fit les présentations, avec un air un peu nasillard, sans parler qu’il vacillait sur ses deux cannes. Elle hocha de la tête à l’attention de ce dernier, avant de se tourner pleinement vers Goose tandis que Franck repartait difficilement vers une chaise.

« J’encaisse bien mieux que lui, malgré le fait que je ne mange pas de gras.» Ce qui était archi faux en vérité, Pedge mangeait tout ce qu’on lui donnait, sans excès, et elle compensait les rares folies culinaires qu’elle s’autorisait de temps en temps par des exercices physiques intenses. Comme tout bon militaire, elle prenait soin d’elle, tout simplement. Et franchement, sur les trois personnes actuellement présentes dans cet espace, c’était quand même elle qui semblait la plus fraiche, surtout en voyant le cuistot dégouliner comme pas possible. C’était limite crade et pas très hygiénique du tout, et pour un peu, cela allait la dégouter de manger quelque chose qui sortait de cette cuisine. Elle suivit Goose, et elle avisa les multiples impacts sur la porte en inox. Elle ne savait pas si elle devait plaindre les types qui se l’étaient mangés, ou la porte elle-même. Certainement un peu des deux. Toujours est-il qu’elle nota mentalement qu’il fallait se méfier des battants quand elle viendrait dans les cuisines, sous peine de finir avec un œuf, non pas en papillote, mais de pâques, sur le front.

Bon le fait qu’il lui demande de porter des gants et une charlotte montrait qu’il mettait un point d’honneur à respecter des règles d’hygiènes de bases, et cela rassura un brin la texane qui s’empressa d’enfiler les ustensiles qui lui permettraient d’éviter à son cul tout maigre de recevoir le feu divin du cuistot par le biais de ses chaussures.

« Ok », fit-elle de façon laconique en suivant le protocole que lui expliquait le cuisinier. Le Dédale était un bâtiment militaire, et il y avait des normes, des règles, des procédures, rien de bien différent d’une caserne lambda. Il fallait juste prendre le temps de les assimiler. Goose semblait dans son élément dans le congélo. Pour le moment, Pedge n’avait pas froid, mais il ne faudrait pas rester trop longtemps. Avec les confidences de Franck en cours de route, elle n’avait pas du tout réfléchi au menu qu’elle comptait préparer… Le claquement de main de Goose la tira de sa réflexion.

« J’veux pas mettre le merdier, mais celui-là me semble plus petit que celui-là. »

Elle montra un poulet et son voisin, comme pour signifier au cuistot qu’il avait mal rangé ses affaires. Niveau maniaquerie, elle était la reine, ou presque, et cela ne la dérangeait pas de rivaliser avec un autre toqué du ciboulot. L’homme tomba dans le panneau et mesura attentivement les deux poulets à l’oeil avant de les comparer en changeant de place. Finalement, il les disposa comme la remarque de Pedge le sous-entendait et hocha la tête d’un air satisfait.

Enfin, elle claqua dans ses mains pour imiter grossièrement le cuistot, et elle ajouta :

« Le chef me propose quoi pour rembourrer mon petit cul tout maigre ? J’vois qu’il y a de la brioche la dessous, c’est ce qu’il me faut !»

Pas de raison qu’il soit le seul à être direct, et quand elle avait parlé de brioche, elle avait foutu une petite tape légère sur le tablier du bonhomme afin de bien lui faire comprendre qu’elle parlait de son ventre.

_________________
#a1931c
DC :Erin Steele & Teshara Lays
Revenir en haut Aller en bas
Mar 17 Avr - 18:50
avatar
√ Arrivée le : 24/01/2017
√ Messages : 464
√ Localisation : Sur le Dédale


Dossier Top Secret
√ Age: 64
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Non
Voir le profil de l'utilisateur
Equipe soir:
 


« OUAIS ! BEN VAUT MIEUX AVOIR DE LA BRIOCHE QU’UNE GUEULE DE DEPRESSIVE HEIN ! »

Goose éclata d’un rire tonitruant avant de gratifier la jeune femme d’une tape amicale et bienveillante.

« Aha, la répartie quoi. J’t’aime bien toi, t’as du répondant ! Tu participes à la déconne ! » Fit l’homme en tournant la tête vers la direction supposée de Franck. « Pas comme ces autres mous du genoux qui savent que prendre les portes dans la trombine et râler ! Allez... »

Goose lui fit signe de le suivre un peu plus profondément dans la chambre froide. Il leva quelques sachets avant de prendre une barquette qu’il lui présenta.

« Sauté de porc sous vide. Tu en mets six ou sept barquettes dans une cocotte minute avec du fond de roti. » Il accompagna ses explications en lui présentant d’autres articles. « De l’eau, pas besoin d'assaisonnement. Tu fais cuire vingt minutes. Après tu y mets du riz et des champignons. Encore dix minutes avec de l’eau et c’est fini ! Vu ? »

Goose acquiesça.

« Ca te fait un plat unique qui colmate bien, prêt en une demi-heure, et ils penseront tous que t’es l’nouveau cordon bleu du rafiot. Le dessert, tu peux faire simple : tu prends des pommes. Tu les pèles, tu retires le trognon sans la découper en deux, et tu y mets de la confiture dedans. Petite cuisson au four pendant le repas et plus qu’à déguster. »

Il l’interrogea du regard.

« Alors ? »
Revenir en haut Aller en bas
Hier à 18:23
avatar
√ Arrivée le : 09/11/2014
√ Messages : 1283
√ Localisation : Atlantis


Dossier Top Secret
√ Age: 33 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Non
Voir le profil de l'utilisateur
Pedge fut surprise car elle ne pensait pas qu’il allait gueuler comme un âne. Pour un peu et elle se fendait d’un sourire devant cette réaction excessive mais humoristique. Elle haussa des épaules, comme pour dire que c’était une évidence qu’elle participait à la déconne. Certes, elle n’était pas très expressive, mais chambrer des copains de sections ou quoi sous des airs pinces sans rire, elle adorait. Elle ne s’offusqua donc pas de la tape amicale dont elle fit l’objet, surtout qu’elle venait de lui en claquer une sur le bide.

« Prendre une porte dans la trogne refroidirait n’importe qui en même…», fit Pedge, plus pour la remarque que pour faire la discussion.

Si c’était elle qui se trouvait à la place de Franck, elle l’aurait mal pris, et le repas, ils se le seraient tous carré dans le cul parce qu’elle serait partie vexée non sans avoir incendiée le chef. Mais fort heureusement, elle n’avait eu qu’à récolter le corps mollasson du technicien qui avait mangé l’huisserie à sa place. Et puis, elle avait pris deux bourres pifs hier, c’était déjà suffisant.

Elle lui emboita donc le pas dans la chambre froide, commençant à sentir les prémices du frimas glacé qui sévissait ici, contrairement à Goose qui semblait définitivement dans son élément. Quelque part, la texane était soulagée de voir qu’il ne transpirait plus en lui montrant ce qu’il pourrait lui donner à manger. Sinon elle n’aurait rien pris, trop nareuse pour ça. Elle réprima un frisson, se forçant à ne pas trembler pour ne pas avoir froid. Une technique qui avait ses limites mais qui marcherait le temps de son petit séjour dans l’antre des congelés. Et sincèrement, ce n’était pas son débardeur qui allait lui apporter un quelconque réconfort chaleureux.

« Vu.», répliqua-t-elle suite à ses explications, en étudiant les barquettes avec ses doigts engourdis. Ce n’était pas une mauvaise idée, son petit sauté de porc. Elle n’en avait pas mangé depuis des lustres, et ce type était en train de lui mettre l’eau à la bouche. Il lui expliqua le dessert. Elle était plus salée que sucrée, donc pour le coup, elle lui faisait entièrement confiance là-dessus. Elle ne connaissait pas cette astuce, mais ça avait l’air simple comme bonjour.

« Alors… Ben c’est toi le chef, vendu. Je prends tout ça. Tu crois que c’est possible d’avoir plusieurs types de confitures ? Comme ça j’adapte en fonction des goûts et couleurs de chacun et j’suis définitivement la championne de la popote.», demanda-t-elle, en se chargeant des barquettes de porc dans les bras. Le contact était glacé sur ses bras dénudés, et elle sentit ses chairs se raffermir. Franck aurait le loisir de voir la poitrine de Pedge s’il était un peu observateur, puisque la miss ne portait pas de soutien-gorge pour le coup. En même temps, c’était un accessoire qu’elle troquait régulièrement pour des brassières, plus confortable dans son activité. Bref, de toute façon, elle n’était pas là pour ça, mais bien pour la cuisine, et elle laissa Goose charger la mule pour lui donner tout ce dont elle avait besoin.

Elle espérait qu’elle ne serait pas élue reine de la cuisine, sinon elle allait être bonne pour s’y coller tous les jours et elle n’y tenait pas spécialement. Cuisiner n’était pas son dada, elle préférait largement manger des trucs tout fait, ou que quelqu’un d’autre faisait. Le formatage de manger toujours au mess.

« C’est bon Franck, on a tout, on peut se rentrer au dortoir.». Elle se tourna vers Goose. Il faisait meilleur au dehors du congélateur et elle reprenait des couleurs, sa peau s’irriguant pour la réchauffer et lui filant des teintes plus roses. « Merci chef, quand vous voulez pour le footing.», balança-t-elle taquine.
« Ouais, je te suivrais à vélo plutôt ! »
Soudainement, elle s’arrêta dans son élan, et ajouta à l’attention du cuisinier en revenant vers lui :
« J’allais oublier… Est-ce que tu as de la réglisse et de la glace ? genre une poche de glace. ». Elle avait failli oublier la commande spéciale Tyrol.

_________________
#a1931c
DC :Erin Steele & Teshara Lays
Revenir en haut Aller en bas
Hier à 22:28
avatar
√ Arrivée le : 24/01/2017
√ Messages : 464
√ Localisation : Sur le Dédale


Dossier Top Secret
√ Age: 64
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Non
Voir le profil de l'utilisateur
Equipe soir:
 


Franck était venu à sa rencontre pour l’aider à tout porter. Goose avait placé dans un énorme fait-tout les différentes barquettes, les ingrédients, les pommes. Au passage, il avait permis à Pedge de choisir plusieurs confitures de son choix, qu’elle plaçait également dans l’ustensile. Franck n’était pas du genre à faire le toutou et tout porter juste par respect de la gente féminine - et encore moins pour Pedge qui recevait les coups de poings comme des caresses de réveil matin - mais elle avait certainement d’autres choses à voir et il s’organisa pour lui laisser les mains libre au possible.

Histoire d’homme oblige, super pouvoir du radar des yeux, il ne loupa pas une miette de l’anatomie rafraichie de la militaire qui se devinait sous son vêtement. Mais dés qu’il en avait eu le constat, il préféra détourner le regard d’un air lassé. Il se demandait parfois si ce n’était pas de la provocation gratuite et il préférait se taire sur le sujet. L’homme n’allait certainement pas lui en faire le reproche.

Mais d’un autre côté, un corps pareil et sans dessous, c’était carrément de l’appel au viol. Pour un peu, il se voyait bien la retourner sur cette table de cantine façon bestiale et lui apprendre le “respect”. Il boufferait sans peine de la cuisse de poule au menu ! Enfin bon...il valait mieux calmer son ardeur en vitesse et filer demander de la bromure au doc dans le pire des cas. D’autant plus qu’il était plus porté sur le look viking féminin en ce moment. Mais quand même, ça aurait été sacrément tentant de la monter après la discorde cette vilaine fille…les scénarios commençaient à s’accumuler un peu trop à son goût. Il trouvait assez excitant ce basculement rivalités/galipettes.
C’est ce constat, et surtout le fait qu’il ne voulait pas le reconnaître, qui lui faisait claquer des dents d’un air agacé alors qu’il chassait le tout bien loin de son attention.
Franck s’interrompit dans sa marche lorsque Pedge fît volte-face pour demander d’autres articles.
Goose fronça les sourcils avant de répondre d’une voix inquiète :
« Tyrol, encore ! Il a ses grosses migraines c’est ça ? »
Le cuisto secoua négativement la tête en se rendant dans sa chambre froide tout en reprenant une énième fois de nouveaux gants et charlottes.
« Un jour, je l’ai vu saigner du nez devant son café. Il va y laisser sa santé, celui-là ! »
« Il en a vu d’autre... » Souligna Franck, visiblement en désaccord.

Goose passa dans une autre remise puis il vint déposer un sachet de glace dans le fait-tout et un un sachet de bâtonnets de réglisse déjà entamé. Il portait la mention “Reservé Tyrol”. Il se planta ensuite devant Pedge et lui fourra dans les mains une plaquette de chocolat au lait et au nougat. Il tapota l’article tout en ajoutant :

« Un cadeau pour toi. Ça embellira ton visage de croque-mort, gamine ! » Il secoua négativement la tête et maugréa : « Des jeunettes qui se privent comme ça, juste pour le ventre plat des magazines, c’est pas sain du tout. »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Atlantis Insurrection :: Galaxie de Pégase :: Espace :: Dédale-