Atlantis Insurrection
"Personne ne demande à devenir un Héros, sauf que parfois ça finit comme ça..."

Et si ce Héros, c'était toi ? Tu es l'un des meilleurs dans ton domaine (Biologiste, Chirurgien, Infirmier, Diplomate, Démineur, Maître chien...) et on te propose de participer à l'expédition la plus fabuleuse mais aussi la plus dangereuse : l'expédition Atlantis.
Auras tu le cran de rejoindre Atlantis pour découvrir ses mystères et affronter les dangers de cette galaxie ?

Tu peux aussi incarner les personnages importants de la série (Weir, Sheppard, McKay, Lorne, Teyla....) Bon niveau RP demandé.
On recherche de nombreux personnages inventés.
http://www.atlantisinsurrection.com/t387-personnages-vacants


Si tu te sens capable de franchir ce pas, tu es des nôtres ! Clique sur l'image ;-)


RPG sur Stargate Atlantis
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez| .

Camping sauvage [John Sheppard]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

avatarInfos√ Arrivée le : 29/06/2017
√ Messages : 128
Natasha Avalon
Dossier Top Secret
√ Age: 34 ans
√ Nationalité: France France
√ Gêne: ATA
MessageSujet: Camping sauvage [John Sheppard] Mer 20 Sep - 19:50
Le 17/07/17


« Au top ! Disons le 24 ou le 25 ? A moins que tu ne veuilles faire du camping avec moi, auquel cas réserve tes deux jours… »


Natasha hésita quelques minutes avant d’envoyer le mail. C’était une chose de lui proposer de passer un après-midi en tête à tête, mais une nuit ? Elle le connaissait à peine. Il lui avait paru sympathique et c’était un homme très respecté dans la cité, en théorie il était irréprochable mais bon... elle songea à la soirée beuverie qu’elle avait passé au bar athosien avec Nathalie quelques jours plus tôt et à leur conversation. Après quelques verres, le sujet avait dérivé inéluctablement sur les hommes et elles avaient commencé à citer à tour de rôle le nom de quelques personnes qu’elles trouvaient physiquement à leur gout dans la cité. Et puis le nom de John avait été mentionné et Natasha avait appris le lien, ou plutôt l’ancien lien, qui unissait sa nouvelle amie au soldat. Nathalie lui avait donné carte blanche pour draguer son ex, insistant sur le fait qu’elle était passé à autre chose mais la mettant tout de même en garde quant au fait de ne pas lui faire confiance sur le plan sentimental.

La kiné sourit en repensant à cette discussion complètement tordue… le pouvoir de l’alcool sur les gens était parfois terrifiant. Elle ne nourrissait aucune arrière-pensée concernant John et elle ne doutait pas que l’inverse était réciproque. En revanche, elle avait trouvé le personnage très sympathique et, s’il était vraiment tel qu’on le décrivait, il ferait preuve de civilité à son égard comme le gentleman qu’il était. Un gentleman qui avait trompé sa moitié après un an et demi de relation…

« Mais qui es-tu pour le juger ? » Se réprimanda-t-elle. Comment pourrait-elle jamais se mettre à la place d’un homme qui avait connu l’enfer ? Qui sait ce qui lui était passé par la tête lorsqu’il avait affronté les wraiths sur Magna ? Avait-il cru sa dernière heure venue ?

« Envoyé ». Allez, au moins c’était fait. John était un type bien et dans le cas contraire elle lui foutrait son poing dans la gueule, voilà. Elle se prenait peut-être la tête pour rien de toute façon, il n’était absolument pas dit qu’il accepterait de camper. Dans le cas contraire elle passerait la nuit seule et pourrait observer les étoiles autant qu’elle voudrait. Elle préférait la compagnie des gens mais la solitude pouvait aussi avoir son charme.
 

Le 24/07/17


Natasha boucla son sac, sourire aux lèvres. Trois jours de repos, quel luxe ! Elle avait profité de son dimanche pour faire du sport, se détendre et réunir les affaires pour les deux prochains jours qui s’annonçaient dépaysants. Depuis le temps qu’elle voulait aller sur Lantia ! Mais il y avait toujours quelque chose pour repousser l’évènement. Cette fois, elle s’était dit « stop ! Quoi qu’il arrive, seule ou en groupe, j’y vais » et elle avait posé ses jours de congé.
La jeune femme avait rendez-vous avec John à la baie des jumpers à 9h30 et elle débarqua quelques minutes en avance. C’était une sacré chance d’avoir réussi à trouver un moment pour aller là-bas. Ils avaient bien tenté quelques fois de programmer une journée mais à chaque fois quelque chose les avait obligé à annuler, à tour de rôle.

Un sac bien rempli sur le dos et un second en bandoulière sur l’épaule – le premier contenait des affaires de rechange, de plage et un peu de matériel de camping, le second des vivres pour deux jours, elle parcourut les lieux du regard pour voir si le soldat était déjà arrivé. Elle ignorait si ce dernier avait proposé à des amis de venir, si c’était le cas il ne lui en avait rien dit, mais pourquoi pas ? De son côté, personne n’avait pu se libérer à part John. Elle avait emprunté un couteau à l’armurerie, songeant qu’un objet bien tranchant pourrait être utile. Dans le pire des scénarios elle s’en servirait pour se défendre contre un animal sauvage et dans le meilleur bah… c’était toujours utile d’avoir un couteau pour couper le saucisson non ? Elle ne maitrisait tout simplement pas assez les armes à feu pour oser en emporter une. Même avec une leçon par semaine depuis début juillet, il y avait du boulot.

Reconnaissant la silhouette de son compagnon de route, elle le salua de loin et alla à sa rencontre.

-Bonjour ! Bien dormi ?


Dernière édition par Natasha Avalon le Sam 7 Oct - 14:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 04/09/2015
√ Age : 25
√ Messages : 2237
John Sheppard
Dossier Top Secret
√ Age: 40 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Oui
MessageSujet: Re: Camping sauvage [John Sheppard] Jeu 21 Sep - 14:28



Camping sauvage et château de sable


Entre fin mai et fin juillet, John n'avait pas vu le temps passé. À dire vrais, il était toujours très occupé et sa reprise des missions, accaparait beaucoup de son temps… et le temps libre devenait rare. Surtout, qu'il rendait visite aussi aux Natus, pour les aider à reconstruire que pour rendre visite à ses deux amis sur place Paresok Et Idène. Il serait malheureux de dire, qu'il n'y allait pas aussi pour se changer les idées. Il se sentait coupable de n'avoir pas pu sauver réellement tous les civils Natus. Certaines, mauvaises langues, diront qu'il s'y rendait pour se « vider les couilles », puisqu'il avait un lien avec la belle et incendiaire jeune femme blonde. Mais, cela n'était pas le cas. Même si, il s'égarait avec elle, il n'y allait pas pour cette raison et sur son nombre de visite, il comptait sur sa main, le nombre de fois, où ils avaient fait l'amour. John avait du mal, avec cette conception de lien. Cela revient tout bonnement à une relation libre. Mais, il n'était pas amoureux. Et ne voulait pas de ce genre de relation pour le moment. Il avait de l'affection pour la jeune femme, mais rien de plus et elle le savait très bien. De toute manière les Natus, ont une manière de voir les choses assez différentes que les Atlantes. Et cette manière allait bien à John, qui ne se réengagerait dans rien. De toute manière, cela n’était pas dans ses projets. Ce fut l’une des raisons de sa rupture et il s’y tenait.

Ainsi, il était souvent à droite et à gauche. Évitant au maximum la zone « interdite » qui était le bureau de sa major, puisque son assistante s’y trouvait. John, ne voulait pas lui faire l’affront de s’y rendre régulièrement. Préférant faire le strict minimum afin d’épargner son ex-compagne de sa présence. Cela, pouvait être con, mais comme chacun, il avait besoin de tirer un trait et elle aussi. De plus la froideur glaciale qui l’accueillait à chaque fois, avait le don de le foutre en rogne. Donc autant limiter les interactions à du pro et avec rareté. Enfin bon, John avait misé sur une occupation sur le terrain, au point qu’il n’avait pas pu participer à l’événement du Paint ball, qui avait l’air pourtant sympas.

Il fut ravi de recevoir un mail de la charmante kiné. Les jours passant, il avait fini par se dire, qu'il ne recevrait pas de mail avant longtemps. Elle devait être occupée ou tout bonnement, elle avait trouvé quelqu'un d'autre pour se balader. Il s'était dit qu'il la relancerait s'il la recroiserait dans les couloirs. Mais, il n'eut pas ce plaisir, puisqu'elle avait pris les devants, quelques semaines après leur rencontre… mais le destin ne voulait pas leur accorder cette chance ! Toujours un problème, toujours une mission ou un patient à soulager au dernier moment ! Bref un beau bordel ! Et ce fut pour la fin juillet qu'ils réussirent enfin à organiser ce périple sur Lantia.

Il fut surpris de la proposition sur le camping et haussa les épaules, se disant que de toute manière deux jours de repos ne seront pas du luxe. Et il verrait bien, s'ils s'entendent suffisamment pour passer la journée du lendemain ensemble. Au final, ce genre de choses ne lui posait pas de problème particulier. Et puis la jeune femme, lui avait fait bonne impression. Et il n'avait pas d'idée cachée derrière la tête pour s'interroger sur cette proposition. Il la prit comme tel, sans chercher plus loin où y voir une autre signification. Il était tout bonnement satisfait de partir en congé pour une randonnée et accompagné d’une personne qui lui semblait gentille et de bonne compagnie.

Ce fut donc le grand jour et après avoir préparé son sac à dos spécial randonnée, avec des affaires de rechange, un maillot, une serviette, un sac de couchage et une tente dépliable rapidement, un matériel de camping, un holster avec son pistolet sur la cuisse et ses couteaux de combats en ivoires de dents d'un méga prédateur, fabriqué par Britt Hata. Le poids ne le dérangeait pas, habitué à celui-ci. Il avait pris aussi de la nourriture. Histoire de compléter celui de Natasha. Il faisait une chaleur étouffante dehors. La météo annonçait un soleil radieux. Équipé de ses rangers, d'un pantalon noir treillis et d'un haut blanc avec un motif dessus comptant se rendre à la baie des jumpers… mais il avait oublié ses lunettes de soleil au bureau. Il alla donc jusqu'à celui-ci où il tomba sur le RDA Hoffman.

Les deux hommes étant ami, ils se saluèrent chaleureusement, avant que l'anglais, ne l'entraine dans l'office, pour lui faire lire une lettre de démission. John, fut assez décontenancé de voir de qui il s'agissait : de son ex-compagne. Elle ne supportait plus la vie sur Atlantis. Et même si cela n'était pas mentionné dedans, pour John, il en était aussi le responsable. Cela l'attrista, elle était compétente et méritait de rester dans cette aventure hors norme. Une pointe de colère s'était fait sentir, trouvant ce choix bien bête, s'il était dû qu'à une rupture. La vie avançait ! La vie était devant soi. Mais bon, il ne pouvait rien dire. Cela était le choix de Nathalie. Il hocha, la tête discutant un peu avec l'anglais de tout cela… de toute façon Hoffman avait accepté la lettre et le reste du CODIR dirigeant aussi. Ils ne se reverraient plus. Dans un sens, cela allait faciliter les choses et à la fois, il trouvait une certaine peine de cette disparition. Il espérait qu'elle serait heureuse sur terre dans un bon travail, puisque l'expédition n'allait pas la laisser seule. Il garderait d’elle que les bons souvenirs.

Et sur quelques échanges, il partit à la baie des jumpers et cette fois avec ses lunettes. Il arriva avec deux minutes d’avances. Il devait avouer qu’il n’était pas foncièrement de grande humeur, mais cela passera avec la randonnée. Son regard parcourut la salle à la recherche d’une chevelure rousse foncé. Le jumper était en train d’être chargé de diverses caisses pour les Athosiens et le vol allait être dans une dizaine de minutes. Il fut salué de manière militaire par les deux pilotes avant d’apercevoir Natasha, il lui rendit son salut ravi de la voir et s’approcha aussi de sa position.


« Bonjour Natasha. Ça peut aller et toi ? Prêtre pour la plage ? » Il lui fit un sourire chaleureux.

Natasha Avalon & John Sheppard


© Halloween




_________________
Double comptes : Isia Taylor-Laurence & Alexander Hoffman & Naalem Lays //écriture : MediumTurquoise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 29/06/2017
√ Messages : 128
Natasha Avalon
Dossier Top Secret
√ Age: 34 ans
√ Nationalité: France France
√ Gêne: ATA
MessageSujet: Re: Camping sauvage [John Sheppard] Jeu 21 Sep - 17:40
-Bonjour Natasha. Ça peut aller et toi ? Prêtre pour la plage ?

-Ouiiiii ! S’exclama t-elle avec un grand sourire enfantin avant de se reprendre pour afficher un air plus sérieux. Hum, oui ! … air sérieux qui fut rapidement éclipsé par un nouveau sourire alors qu’elle regardait en direction du jumper.

Ce jour-là, elle avait adopté le style pantacourt bleu sombre et débardeur noir sous lequel elle avait enfilé un maillot de bain. Le couteau était discrètement accroché à sa taille, l’air de rien. Elle n’était pas très à l’aise à l’idée de s’afficher avec une arme mais elle savait que les mœurs étaient différentes à Atlantis. Et puis… niveau sécurité, elle ne rivalisait pas avec Sheppard qui se promenait avec un arsenal. Les armes à feu l’intimidaient un peu moins depuis qu’elle avait pris ses premières leçons de tir, elle commençait à s’y habituer. Au moins, elle pourrait compter sur John pour rester en vie si les choses dérapaient. La survie, ce n’était pas vraiment son truc. Elle, elle savait remettre une épaule déboitée en place ou rafistoler une articulation abimée, autant dire que ça ne servait pas à grand-chose en pleine terre sauvage. Peut-être qu’elle pourrait apprendre un truc ou deux de son partenaire de voyage ? La rouquine était toujours très curieuse et ouvrait bien volontiers ses oreilles quand il s’agissait d’améliorer sa culture générale.

-Depuis que j’ai rendu visite aux azuriens je rêve d’aller bronzer sur la plage ! Tu es déjà allé sur leur planète ? La couleur de l’eau… on se croirait aux caraïbes ! Elle prit un air songeur. Et puis, ça fait une éternité que j’ai pas fais de château de sable.

Voyant les hommes porter les caisses à l’intérieur du vaisseau, Natasha alla à leur rencontre pour leur proposer spontanément son aide. Une dizaine de minutes plus tard, ils décollaient. Le voyage se passa dans la bonne humeur et elle fut presque surprise lorsqu’ils entamèrent la descente. Elle n’avait pas vu le temps passé. Le vaisseau se posa à proximité du village athosien pour y décharger les affaires et Natasha eut donc le plaisir de découvrir un lieu dont elle avait entendu parler à de nombreuses reprises.

-Vous avez besoin d’aide pour décharger ? Demanda-t-elle aux atlantes.

Lorsque l’affaire fut réglée, elle se tourna vers John.

-Tu me fais visiter avant de partir en randonnée ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 04/09/2015
√ Age : 25
√ Messages : 2237
John Sheppard
Dossier Top Secret
√ Age: 40 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Oui
MessageSujet: Re: Camping sauvage [John Sheppard] Ven 29 Sep - 16:09



Camping sauvage et château de sable


L'air gamin de la rouquine le fit sourire et il ne put s'empêcher de pouffer un peu. Il n'était donc pas le seul, à ne pas avoir son âge physique mentalement. Il lui rendit son rictus empreint d'espièglerie propre à l'homme. Il avait hésité à lui parler des châteaux de sable, mais bon, sur le coup ce fut la plage qui était venue en premier.

Elle lui mentionna un peuple : les Azuriens. Il plissa légèrement les yeux, cherchant dans sa mémoire ce nom qui ne lui était pas inconnu et fit rapidement le lien. Lors d'une des nombreuses réunions Hoffman, les avaient mentionnés et quand l'anglais lui avait parlé en off de cette planète, John devait avouer qu'il aurait bien aimé faire un tour. Le seul truc dérangeant était le racisme envers le sexe masculin. Cela allait être pénible et malgré sa gentillesse, John n'avait pas la patience d'un Alexander ou la manière détourner pour ne pas déclencher un écart diplomatique, à cause d'une phrase mal dite. Il était loin d'être bourrin, mais quand on l'agaçait un peu trop, il n'était pas des plus diplomate. Et il se voyait bien, pester contre une Azurienne et lui dire clairement qu'il ne doit pas être considéré comme inférieure à cause du contenu de son entre-jambe. Enfin, il pense ça, mais il aurait fait comme tout le monde. Il aurait essayé de lisser les angles, avant de s'énerver. En tout cas la planète était somptueuse aux vus des photos faites et cela donnait tellement envie…

« Malheureusement non. Hoffman m’en a beaucoup parlé... Leur terre donne envie…Mais je dois dire, que leur mentalité ne m’attire pas et me fait un peu peur niveau relationnel. Il faudrait attendre qu’ils soient moins hombriste pour que d’autres hommes se rendent là-bas sans que ça tourne mal. Rien que pour ça, je suis bien content de ne pas faire de la diplomatie et d’être un soldat. ». Tentat’il de dire par humour. Même si lors des explorations, il en faisait preuve de cette capacité. Il ricana à la mention des châteaux de sables, qui finalement étaient revenu sur le devant.
« Ah bon ? Rhooo voyons à ton âge c’est tous les week-ends normalement » Dit-il ironiquement, se marrant doucement.

Il accompagna la kiné, alors qu'elle prêtait mains fortes pour les caisses. Les soldats refusèrent en premier lieu, puis ne dirent rien sur le nombre de caisses que porta la jeune femme. Cela leur faisait moins de travail et puis bon, ils semblaient apprécier cette aide gratuite. Le colonel, mit aussi la main à la pâte et les derniers voyageurs arrivèrent. Ils ne furent pas beaucoup à prendre cette navette. Certain semblaient préférer la grasse matinée que de vadrouiller de bon matin sur le continent ou dans les allées du marché.

John s'installa sur l'une des banquettes arrière, jetant de temps à autre un regard aux pilotes. Ce fut plus fort que lui, que de vérifier le vol. En bon pilote, il préféra largement conduire que se faire conduire. Mais bon, il trouva une source de distraction dans certaine parole de personne qu'il connaissait de vu.

Une vingtaine de minutes de vol et ils furent arrivé à bon port. Le déchargement fut fait avec la même aide volontaire de la rousse. Décidément, elle semblait bien altruiste cette jeune femme. Elle fut remerciée chaleureusement par les militaires qui blaguèrent un peu avec elle. C'est assez agréable de voir quelqu'un qui aide sans chercher quoique ce soit en retour. Une aide naturelle et saine. Il était logique pour lui, de soutenir ses camardes, autant par son rôle de militaire que par son comportement, mais une civile qui n'avait pas besoin de ça… Bref, il fut content de cette initiative toute conne, mais valorisante. C'est comme, ça qu'on se fait apprécier après tout.

« Si tu veux » .

Il lui fit signe de le suivre vers le village. Un style très moyens âge comme pouvait se le représenter des terriens contemporains. Des maisons en chaume et en bois avec un toi de tuiles ou de paille. Et très vite un immense marché, avec des tentes colorées qui formaient des petits magasins ou de grandes étales de fruits, de denrées, de vêtements, d’outils, de bijoux… un endroit assez bruyant et qui semblait immense. John expliqua à Natasha qu’il avait plusieurs secteurs : textile, nourriture, arme etc… et même un coin ésotérique. Bref on trouvait de tout dans cet endroit et surtout cela venait de toute la galaxie, de tous les peuples avec qui commerçaient les Athosiens. Il y avait même sur le chemin des auberges, qui servaient un plat unique composé de cochon à la broche avec des légumes divers et varié. Et leur fameuse bière aux fruits.

Vu la grandeur de l’endroit, il ne pouvait pas lui faire faire un tour, sans y passer la journée entière.

« S’il te manque quelque chose c’est maintenant ou jamais » dit-il avant de partir acheter des sorte de viennoiserie près d’une étale. Il en prit une pour sa compagne de voyage. « Ce sont des sortes de beignets aux fruits, c’est super bon »

Et surtout très sucré. Personnellement, il adorait ce genre de gâteau et pouvait s’en taper des tonnes… avant de finir sur le canapé et vomir. Bref, il n’était jamais arrivé jusqu’à là heureusement. La viennoiserie était aussi grande qu’une mascotte avec sa forme mais contenant un mélange de fruit rappelant la fraise et la pomme à la fois.

Il se dirigea loin du marché, pour s’éloigner du village et lui montrer au loin, les différents endroits qui le composait. Cela leur prit une quarantaine de minutes et John prit un chemin non loin du campement. Celui-ci était dans des herbes hautes, au loin on voyait la plage.

« Tu veux qu’on passe vers la forêt et finir par la plage ? Ou l’inverser ? Après, on peut établir un campement, laisser nos affaires et partir de manière plus léger se balader.» Il l’avait déjà fait plusieurs fois. Suffisait de se trouver un coin tranquille et personne ne venait à vous voler.


Natasha Avalon & John Sheppard


©️ Halloween




_________________
Double comptes : Isia Taylor-Laurence & Alexander Hoffman & Naalem Lays //écriture : MediumTurquoise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 29/06/2017
√ Messages : 128
Natasha Avalon
Dossier Top Secret
√ Age: 34 ans
√ Nationalité: France France
√ Gêne: ATA
MessageSujet: Re: Camping sauvage [John Sheppard] Sam 30 Sep - 0:31
Natasha acquiesça en écoutant le discours de John sur les azuriens. Elle ne pouvait pas lui donnait tort, il est vrai que les femmes de ce peuple pouvaient se montrer franchement désagréable avec la gente masculine.

-Ah bon ? Rhooo voyons à ton âge c’est tous les week-ends normalement.

Natasha fit la moue.

-Si seulement !

Si elle était née à quelques kilomètres de la Méditerranée, elle avait été longuement privée de la mer lorsqu’elle avait déménagé aux Etats-Unis. A charge de revanche, elle comptait bien se rattraper maintenant. Le voyage se passa sans accroche et elle fut chaudement remerciée pour l’aide qu’elle apporta aux soldats. Si elle apprécia les compliments, elle s’en étonna un peu. Il était naturel d’aider quand elle pouvait le faire, non ? Pour une fois que la tâche était à sa portée ! Et puis c’était sympathique, ça lui permettait de faire connaissance avec une partie du personnel militaire.

Le village ressemblait étonnamment à ces reconstitutions que l’on pouvait trouver pendant les festivals médiévaux et Natasha tomba immédiatement sous le charme des lieux. Les odeurs de nourriture, les étals remplis de marchandise, difficile de savoir où donner de la tête. Elle eut envie de faire le tour du marché, puis songea à John. Sans généraliser, Natasha savait par expérience que beaucoup d’hommes n’appréciaient pas le lèche vitrine et elle n’était pas encore à l’aise avec John pour lui imposer ça.

« Tant pis », songea-t-elle, elle reviendrait une autre fois pour visiter ce grand village et regarder de plus près tout ça.

Elle nota la présence d’auberges et en fut étonnée.

-Qui sont les clients ? Demanda-t-elle à John. La porte des étoiles est plutôt bien gardée, il ne doit pas y avoir souvent d’étrangers dans le coin, si ?

L’endroit grouillait de monde et Natasha chercha un instant le soldat du regard avant de le retrouver un peu plus loin. Il lui conseilla alors de jeter un coup d’œil rapide pour acheter ce dont elle pouvait avoir besoin et parti lui-même vers un stand. Pas besoin de le lui dire deux fois, la rouquine en profita pour se rapprocher d’un étal qui avait attiré son attention. Un certain nombre de bijoux étaient exposés et son regard s’attarda sur un pendentif particulier : un cristal transparent avec des reflets bleus enchevêtré dans un métal fin et travaillé. Un bijou fantaisie qui lui plut d’autant plus que ses possessions étaient limitées sur Atlantis. En quittant la Terre, elle n’avait évidemment pas pu emporter sa garde-robe ou ses bijoux avec elle et ce qu’elle avait récupéré à Atlantis était on ne peut plus classique. La demoiselle songea avec bonne humeur qu’elle pourrait peut-être s’acheter quelques vêtements ici et diversifier le contenu de son placard. Quelques instants plus tard, le collier était autour de son cou et l’argent dans la main du vendeur.

La voix de John lui fit tourner la tête, elle n’avait pas remarqué qu’il était revenu près d’elle. La demoiselle lui adressa un sourire ravi en découvrant la pâtisserie qu’il lui tendait et le remercia avant de croquer dans le gâteau. Elle fit mine de réfléchir.

-Pomme… hm, non, c’est quoi cet arrière-gout ? De la fraise ? ché shuper bon, lança t-elle en mordant à nouveau dans la friandise. Si j’avais su qu’il y avait toutes ces bonnes choses à manger ici je n’aurai pas ramené de nourriture d’Atlantis.

La jeune femme se laissa volontiers guidé par son voisin et ils s’éloignèrent de l’agitation pour prendre un peu de hauteur et observer le village de loin ; ils purent ainsi en faire un rapide tour sans pour autant s’y attarder. Intérieurement, elle nota que John ne semblait pas désireux de passer trop de temps parmi les athosiens. D’un autre côté, elle lui avait vendu une randonnée et un camping sauvage, pas une promenade dans la civilisation, aussi ne dit-elle rien et suivi sagement son compagnon. A ses yeux, la découverte du paysage était aussi divertissante que celle du village. 

-Tu veux qu’on passe vers la forêt et finir par la plage ? Ou l’inverse ? Après, on peut établir un campement, laisser nos affaires et partir de manière plus léger se balader.

 Natasha regarda en direction de la mer et parut hésiter.

-Hmm… va pour la forêt. Autant aller à la plage quand il fera très chaud… et ce soir aussi, j’aimerai voir l’océan briller !

Pas question de venir ici et de louper un truc pareil ! On lui avait montré des vidéos, ça a avait l’air féérique.

-Tu connais un endroit sympa où monter le campement ?

Ce serait bien de trouver quelques arbres pour avoir de l’ombre, le matin notamment. Un endroit plat et confortable, ça ne devait pas manquer dans le coin. Se laissant une nouvelle fois guidée par John, Natasha profita du paysage et inspira à fond l’air pur, savourant le plaisir de piétiner la terre et de se trouver dans la campagne. Pour rien au monde elle n’aurait échangé sa place avec quelqu’un d’autre. Lorsqu’ils arrivèrent, elle posa ses sacs, s’étira et valida le choix de John. Une jolie petite clairière fleurie avec de grands et magnifiques arbres et un ruisseau non loin, c’était charmant. Il n’y avait donc plus qu’à monter les tentes, dans l’hypothèse où elle choisirait de ne pas dormir à la belle étoile, ce qu’elle entreprit de faire. Habituée au camping, elle aucune difficulté à s’occuper de sa tente. Elle l’avait volontairement choisi spacieuse pour pouvoir y faire entrer ses affaires en plus de son matelas (pour rien au monde elle n’aurait avoué qu’elle avait aussi pensé à faire une place à John dans l’hypothétique possibilité où il y aurait des bruits bizarres…  si des prédateurs rodaient par exemple. Plutôt mourir que de montrer son inquiétude à ce sujet, elle avait sa fierté !). L’espace d’un instant, elle songea à sa phobie du noir total et aux cauchemars éveillés qu’elle faisait régulièrement ; elle allait devoir la jouer fine pour dissimuler ça à son compagnon et éviter les questions gênantes, mais chaque chose en son temps la nuit était encore loin.

 -J’ai terminé, dit-elle en enfonçant le dernier piquet dans la terre. Tu as déjà une idée de l’endroit où tu vas nous amener où on tente une direction au hasard ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 04/09/2015
√ Age : 25
√ Messages : 2237
John Sheppard
Dossier Top Secret
√ Age: 40 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Oui
MessageSujet: Re: Camping sauvage [John Sheppard] Lun 2 Oct - 19:35



Camping sauvage et château de sable


Oui ! si seulement, les personnes adultes pouvaient s'adonner à quelques gamineries pour oublier leurs soucis de travail ou d'un quotidien morose… il y aurait peut-être moins de dépression. Enfin bon, John de par sa nature avait de nombreux côtés assez gamins et qui pourrait aisément entrer dans la catégorie du stéréotype masculin : du grand enfant. Mais il assumait pleinement et cela ne l'empêchait pas d'être un officier et un responsable militaire hors pair.

Il n'avait pas pris de pelle ou de sceau, puisqu'il en avait pas vraiment trouvé dans l'équipement de la cité. Et cela aurait été fort étonnant. Enfin, il y avait bien le matériel des archéologues, mais cela aurait été incongrue qu'il vienne à leur quémander ça. Surtout de leur expliquer. Mais outre cet oubli, s'ils arrivent vers la plage, il serait bien capable de lui trouver une manière de faire son château. Les humains ont des mains, c'est bien pour s'en servir non de non !

La vue des auberges intrigua fortement sa compagne de voyage. John s'arrêta devant l'une d'elle, qui avait en terrasse plusieurs tables et une grande piste de danse à son centre tout à l'extérieur. La piste était creusée en contre bas, pour permettre de mettre des tables en bois ou en rondin autour et que chacun puisse observer les musiciens ou les danseurs. Mais, elle était vide, c'est plus le soir qu'elle s'anime.


« Nous. Ou les autres Athosiens » Il lui sourit, l’extérieur de l’auberge était bondé de personne.
« Non, il leur ait interdit de ramener des personnes extérieures. C’est une histoire de sécurité comme la porte est sur Atlantis. Mais, cela ne les empêche pas de commercer ».

Le marché était quand même dense et pour lui faire visiter les allées, ils étaient bien contraints de pénétrer dans cet amas humain. John, lui donna le loisir de faire un tour, se doutant qu'elle devait avoir une folle envie de le faire. Pour sa part, il était plus attiré par la nourriture que par les objets. Il n'avait rien besoin et si cela venait à être le cas le campement n'était pas si loin, pour venir faire quelques autres emplettes. Il retrouva Natasha vers un stand de bijoux. Cela n'était pas surprenant et faut dire que les ouvrages Athosiens étaient très beaux.

Il mangea avec elle la pâtisserie, savourant le sucre carburant préféré ou drogue au choix de l'homme.
« Oui c'est une tuerie ces beignets !! » Fit-il pour confirmer à la fois que ce fût à se tanner la joue et qu'il y avait de la pomme et de la fraise dedans. Il pouffa un peu.
« Ce soir, on prendra à manger ici si tu veux ».Dit-il, cela était une bonne idée, un repas chaud et fait maison. Et puis, il n'était pas contre de partager un moment convivial et de faire découvrir à Natasha l'hospitalité des Athosien ainsi eu la culture.
« Tout est bon, sauf la soupe de tortue c'est infect ! »


Il en avait horreur ! Et pourtant il n'est pas bien difficile ! C'est en la toisant d'un air dégoûté, suite à la remarque sur la tortue, qu'il remarqua le cristal transparent avec des petits reflets lagon. Elle avait donc craqué sur un bijou, il était sympa.

Ils finirent par s'éloigner. John aimait beaucoup la culture Athosienne et cela tenait du fait qu'il avait un rapport d'amitié privilégié avec leur leader : Teyla. Celle-ci, lui avait présentée sa famille et pas mal de personnes de son entourage, comme le ferait des amis proches. Il avait été intégré et son nom était connu de ce peuple. D'ailleurs, il se tenait un peu à l'écart pour éviter de saluer et de se faire bisouiller par des connaissances. Non pas, qu'ils ne les aimaient pas, mais sinon ils allaient perdre un temps fou, le temps que John fasse la papote avec chaque personne. Et il était persuadé qu'il rencontrerait rapidement des têtes connues.

L'homme était du genre à partager autour de lui et non imposer. C'est pour cela qu'il laissa le choix à la demoiselle, après tout, c'est sa première fois dans le continent. Lui, il avait déjà baroudé pas mal et camper de nombreuses fois. Il s'adaptait à l'envie de Natasha tout en la guidant si besoin. Et puis, c'est plus sympa, la démocratie ce n'est pas pour les castors !

« Ah on est dans la bonne saison ? Cool. J'ai bien fait de prendre mon appareil photo ! »

Lança gaiement le jeune homme. Elle lui aurait annoncé le tirage gagnant du loto qu’il aurait eu l’air tout aussi joyeux. Depuis le temps qu'on lui en parle ! Sheppard adorait la photographie et avait un petit appareil hybride qu'il affectionnait. Il avait toujours voulu prendre un compact avec différents objectifs, mais, il en avait jamais eu l'occasion et en randonnée c'est chiant de se balader avec les objectifs, sans parler que l'appareil est lourd inutilement. Et puis bon, il ne se vantait pas d'être un pro.

« Oui, vers une clairière, on ne sera pas loin de la plage à une dizaine de minutes » Autant concilier les deux, si ce soir, ils vont voir l'endroit.

Ils partirent en direction de la forêt, composée de conifère et de nombreux chants d'oiseaux. Le lieu était cale, seul quelques bruits d'animaux, brisaient le silence de cette antre végétal. Ils purent entrapercevoir au loin une sorte de cerf à larges parures comme les élans mais ramifiés de plusieurs branches. L'animal avait des taches blanches sur les flancs et un ventre de la même couleur. Il était accompagné de son groupe de femelle. Les animaux, loin d'être farouche, broutaient paisiblement, observant les humains qui se trouvaient à 900 mètres d'eux. John, en profita pour s'arrêter et montrer les animaux à la rouquine. Et surtout, immortaliser les cervidés dans sa boite. Il en avait déjà pris en photo, mais bien plus haut dans la montagne. Ceux-là paraissaient plus petit et moins coloré que leurs homologues du Nord.

Ils durent continuer leur chemin, laissant le troupeau se repaître d'herbe et de feuilles fraîches. Ils furent rapidement à la clairière, un endroit assez calme, beau et confortable. Elle était baignée de lumière filtrée par les larges feuilles des arbres. Le ruisseau émettait un peu de bruit et il ne serait pas étonnant d'entendre le chant de quelques grenouilles ce soir. Il y avait pleins de fleurs odorantes de quoi rendre le lieu encore plus majestueux. John commença à monter sa tente, regardant si Natasha avait besoin d‘aide. Elle était suffisamment débrouillarde pour se dépêtrer comme une grande, parfait.

Il déplia la sienne en la jetant en l’air. Oui, il avait une tente trois secondes. Mais pas de la célèbre marque française quechua mais une américaine. Ainsi, son toit fut très vite monté et stabiliser avec des sardines., il en profita aussi, pour installer ses affaires, le matelas gonflable et trier son sac à dos. Histoire de prendre que le nécessaire pour la suite de la journée et ne pas s'encombrer inutilement. John avait positionné sa tente en face de celle de Natasha, s’ils faisaient un feu, ce qui était prévu, fallait bien manger les marshmallows, bénéficient tous deux de la chaleur des flammes. Enfin, dans le cas où aucun animal vient à détruire l’une des tentes. Cela ne serait pas surprenant puisque étant dans la nature sauvage la plus totale, mais dans un sens un tantinet emmerdant.

Il venait de sortir de la tente, après avoir fait son petit rangement de sac quand la demoiselle, lui annonçant qu’elle avait aussi terminé. Parfois, ils sont synchros.
« Je sais quel chemin on va prendre. Après, on peut laisser le hasard sur la route. J’ai une carte »

Une carte, qu’il avait fait avec un technicien. Il se leva et lui indiqua un sentier vers la gauche, où il fallait enjamber le ruisseau. Il le sauta aisément, se tournant vers Natasha lui tendant une main, si elle la désirait. Ils marcheraient en direction du Nord, à travers la grande forêt qui montait doucement sur les flancs des collines.

Natasha Avalon & John Sheppard


©️ Halloween




_________________
Double comptes : Isia Taylor-Laurence & Alexander Hoffman & Naalem Lays //écriture : MediumTurquoise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 29/06/2017
√ Messages : 128
Natasha Avalon
Dossier Top Secret
√ Age: 34 ans
√ Nationalité: France France
√ Gêne: ATA
MessageSujet: Re: Camping sauvage [John Sheppard] Lun 2 Oct - 21:06
John paraissait savoir où aller et ce n’était pas plus mal, il connaissait certainement les points de vue à ne pas louper. La demoiselle attrapa son sac qu’elle avait largement vidé et qui pesait trois fois moins lourd, s’assura que son couteau était toujours accroché à sa taille et que la boussole était bien dans sa poche. Parfait ! Elle avait aussi emporté de la nourriture, et notamment quelques sucreries, consciente qu’il ne fallait jamais faire de randonnée sans avoir d’eau et de sucre à portée de main. Elle n’était pas diabétique, mais une hypoglycémie pouvait arriver à n’importe qui.

-Je te suis, dit-elle en refermant sa tente après y avoir placé les affaires qu’elle n’emportait pas.

John enjamba un ruisseau et Natasha accepta la main qu’il lui tendait galamment, plus par politesse que par réel besoin ; elle appréciait toutefois le geste qui indiquait que son voisin se souciait d’elle. Et ce fut le début de la marche à travers les bois. Peu à peu, ils s’enfoncèrent dans la forêt et rencontrèrent des arbres de plus en plus grands qui étonnèrent autant qu’ils ravirent Natasha. Elle aurait été bien incapable de donner un âge aux plus grands mais elle était certaine qu’ils étaient bien plus vieux que John et elle réunit. Quelques siècles peut-être ? Il n’y avait pas eu d’humain pour déforester et cela se ressentait tant dans la qualité de l’air que dans la présence abondantes d’animaux ou la taille de la flore. 

-Ca fait du bien de retrouver la nature… Atlantis manque un peu de vert à mon goût.

La cité était magnifique mais elle n’était qu’une succession de bâtiments qui flottaient au milieu de l’océan… tout était un peu trop gris.

-Tu faisais partie des premiers colons pas vrais ? Ca a dû être terrible de quitter la Terre en croyant ne jamais revenir. Comment ça s’est passé ?

Elle se posait parfois cette question. Atlantis en était là aujourd’hui grâce à ces hommes et femmes qui avaient tout abandonné pour vivre l’aventure de leur vie dix ans plus tôt. Où avaient-ils puisés leur courage ?

-Et ta première rencontre avec les Wraiths, tu… ?

Elle s’interrompit soudain et se mordit la lèvre.

-… n’as peut-être pas envie de parler de ça pendant tes congés. Désolé, je suis trop curieuse.

La pente douce commençait peu à peu à se durcir et Natasha se félicita d’avoir repris le sport le mois dernier et d’être en bonne condition physique. Il lui semblait que son voisin ne souffrait pas de la marche mais elle se faisait peut-être des idées. Quelques minutes plus tard, elle s’arrêta pour admirer une plante… ou plutôt une sorte de gros champignon. Sa taille était impressionnante, sur Terre on surnommait ça un « tabouret » pour sa comparaison avec la forme et la taille du petit meuble. Le champignon avait de jolies couleurs blanches et violettes et était partiellement recouvert de feuilles. Natasha se pencha légèrement pour l’observer de plus près, lorsque soudain deux grands yeux adorables s’ouvrirent sous le chapeau et se braquèrent sur elle. La rouquine sursauta et fit un pas en arrière avec un « wow » de surprise. C’était quoi ça ? Un animal déguisé en champignon ? Il était mignon ! Du moins c’est ce qu’elle se dit avant que le champignon se mette à éternuer et qu’un nuage de spores blanchâtres s’éparpille dans les airs tout autour de lui. Profitant de la panique générale, le champignon sorti ses deux petits pieds de la terre et parti en courant devant le regard ahuri de la jeune femme qui avait largement reculé pour tenter de fuir les spores.

-J’espère que ce n’est pas toxique, dit-elle en lançant un regard effaré à John. T’as déjà vu un truc pareil ?

A vrai dire, elle ne savait pas si elle devait trouver ça mignon ou effrayant. Elle se mit à rire. Adorable, oui, cette petite chose était vraiment adorable. Elle lança un sourire éclatant à John.

-C’est quand je vois ce genre de choses que je ne regrette pas d’avoir quitté la Terre.

Le chant des oiseaux était tellement beau, et ces rayons de soleil qui venaient caresser avec tendresses le feuillage des arbres… wow ! Voilà bien longtemps que Natasha ne s’était pas sentie aussi légère et euphorique. Tout ce qui l’entourait venait soudainement de gagner en beauté et en intérêt, comme si elle redécouvrait le monde sous un regard tout neuf. Un papillon vint se poser sur une fleur et Natasha pouffa. Etais-ce bien un papillon ? Bah, qu’est-ce que ça pouvait faire après tout ! Quelque chose lui pesait dans le dos, de quoi s’agissait-il ? Peut-importe c’était gênant et elle s’en débarrassa, envoyant valser son sac par terre sans lui porter le moindre intérêt. Peut-être que si elle enlevait suffisamment d’affaires elle serait assez légère pour voler avec ce petit oiseau là-bas ! Natasha tourna sur elle-même en écartant les bras pour voltiger le regard braqué sur le ciel, puis elle heurta soudain quelque chose. Non, quelqu’un. Le plus bel homme qu’elle n’avait jamais vu ! Elle lui sauta dans les bras et l’entraina dans une valse improvisée.

- Joooooohn ! Danse avec moi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 04/09/2015
√ Age : 25
√ Messages : 2237
John Sheppard
Dossier Top Secret
√ Age: 40 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Oui
MessageSujet: Re: Camping sauvage [John Sheppard] Ven 6 Oct - 22:22

Camping sauvage et château de sable


La randonnée commença au moment où ils traversèrent le ruisseau. Les immenses arbres et leurs ombres fraîches furent avec eux. John adorait la forêt, c'est toujours un endroit calme et ressourçant pour lui. Il avait l'impression de redécouvrir les choses simples, comme marcher ou respirer de l'air sans aucune molécule de pollution. Ils avaient de la cache, que les Athosiens, ne soit pas à l'âge industriel et qui commence à tout détruire autour d'eux. C'est bien en partant loin de la terre, qu'on se rend compte de l'importance de la nature.

« Je suis d'accord. Quoique tu n'as pas vu mon bureau ! » Dit-il en pouffa un peu. « Marie, une botaniste me le décore régulièrement des plantes en surplus de la serre, j'ai ainsi un bureau type tropical »

Au début ce fut pour dépanner avant que la serre s'agrandisse et puis bon au fil du temps la botaniste avait continué, certain disait que ce fut pour qu'il s'intéresse à elle. Il y avait des rumeurs sur le fait que la jeune femme éprouve de l'intérêt pour le colonel, cela était peut-être vrai et John n'était pas allé vérifier. Ils étaient collègues et « potes » l'homme ne cherchait rien de plus et puis bon, il n'était pas toujours très doué pour repérer les femmes qui bavaient sur lui, sauf quand elle lui faisait du rentre dedans direct en l'embrassant ou en retirant leurs vêtements. Oui John est un grand benêt parfois.

L'homme avait sorti ces lunettes de soleil, Sheppard sans lunette de soleil c'est comme un gâteau au chocolat sans chocolat ce n'est pas possible. Dès qu'il mettait le nez dehors, ils les avaient. Même quand il prenait maintenant les lentilles de visions, par fétichisme il les gardait avec lui. Tel un gris-gris symbolique. Le chant des oiseaux étaient assez mélodieux et n'avaient rien à voir avec ceux de la terre, puisque étant d'autres espèces. Un peu aigue ou très grave pour certains. Cela donnait une palette musicale assez atypique mais pas pour autant désagréable. Natasha venu à le questionner et c'est d'une manière agréable que l'homme lui répondit. Il n'était pas contre de parler.

« Oui, j'ai fait partis des tout premier. Et on a eu de la chance que la cité est tenue tout ce temps »

Puisque dans la même année, ils avaient retrouvé une Weir toute vieille et fripée, issus du passer, qui leur avait annoncée qu'Atlantis avait sombrée dans l'eau dès qu'ils avaient passé la porte et qu'elle avait réussi à revenir dans le temps avec un jumper spécial bref… c'est grâce à une première fois catastrophique qu'aujourd'hui ils étaient là en vie et heureux sur cette cité légendaire. D'ailleurs, il l'évoqua à Natasha.

« Je t'avoue que j'étais stressé… on ne savait pas quoi trouver ni même si on n'allait pas mourir directement. Mais par chance, tout s'est bien passé et on a pu commencer à habiliter la cité. Il est certain que ne pas retrouver la Terre file un petit coup… un gros même, car on se sent abandonner et on devait survivre sans rien. Mais je ne regrette pas. On a eu de la chance d'être les seconds »

Il lui sourit, réajustant les lanières de son sac, puis sortit son appareil photo. Le jeu de lumière des arbres lui plaisait bien. La belle rouquine, continua sur sa lancée en parlant des Wraiths puis s'excusa. John sourit d'une manière taquine.

« Tu n'as pas à t'excuser, ça ne me dérange pas. »
Il prit une photo en s'éloignant un peu, puis revenu vers elle. Depuis le début il marchait d'un pas tranquille calquer sur celui de sa compagne de voyage
« Alors, les Wraiths… franchement, la première fois que j'en ai vu, j'ai cru que j'étais dans un cauchemar. J'avais je n'aurais pas pensé voir des créatures aussi laides et cruelles, malgré les rapports du SGC… et puis bon, le pire a été de voir mon supérieur se faire vider. Certes, ce ne fut pas un homme que j'appréciais le plus au monde, puisqu'il m'avait dans le pif… mais bon j'ai dû lui tirer dessus, pour abréger ses souffrances et tuer un compatriote aussi irritant soit-il, n'est jamais plaisant. »

Sans parler des problèmes que cela lui avait couté. Entre les suspicions de meurtre pour prendre sa place et autres conneries dans ce genre… Cela l'avait révolté qu'on ose le croire aussi fourbe et malsain ! Alors que non, il avait hésité et le regard de son supérieur qui lui demandait cette faveur avait fini par le convaincre d'appuyer sur la gâchette. Dans un sens, toute personne qui se fait ponctionner espère avoir cette chance, de se prendre une balle dans la tête, pour ne plus souffrir.
Ils commencèrent à monter de plus en plus et John avait le même rythme tout en surveillant celui de la civile, afin de ne pas lui imposer le siens. Étant entraîné il ne souffrait pas encore du déniveler au contraire. Et plusieurs fois, il ralentissait pour faire quelques photos. Il rejoignit la jeune femme, qui était penchée vers une plante. Intrigué et surtout curieux, il partait donc la voir, quand soudainement elle fit un pas en arrière et John s'élançai en quelques foulées, pour la protéger de « ce danger » … mais trop tard la « chose » puisqu'il ne vit point encore ce que ce fut, lança un nuage blanchâtre que les deux humains respirèrent. John un peu moins que sa compagne de randonnée, mais ce ne fut pas non plus significatif.

Il vit le champion aux belles couleurs s'enfuir… sur le coup, il secoua la tête incrédule, depuis quand les champions ont des petits petons et cours dans les herbes hautes ? En toute franchise, il se demanda s'il n'avait pas eu une hallucination et il tourna la tête complètement incrédule vers celle de Natasha.

« J’espère aussi… on va rentrer, pour se faire ausculter on ne sait jamais… »

Il secoua la tête… cela l’emmerdait de devoir rentrer à cause d’un champion … au pire, ils iront voir au campement proche, pour se renseigner, si c’est toxique, ils seront ramenés de force… enfin s’il y arrive. Il avait du mal à se concentrer soudainement, toutes ses pensées volaient et partaient sans vraiment aboutir et cela ne le choqua même pas

« Non c’est la première fois… on a dû rêver… »

Dit-il, alors qu’il avait de moins en moins de souvenir concernant ce champignon. Il allait marcher dans le sens inverse, quand le rire de Natasah était mine de rien contagieux.

« Il est certain que cela nous parait moins banal… un champion avec des petits pieds… cela est presque adorable »

Il pouffa, se passant la main sur le visage, pour retirer ses lunettes et les ranger. Il avait l’impression qu’il faisait nuit avec elles. Sans c’est mieux, il peut voir ce beau feuillage vert et ces ombres chatoyantes sur le sol… là-bas ! On aurait dit un dragon ! Et là ! un moustachu pas très aimable !

Il s'amusa des ombres, elles bougeaient ! elles étaient vivantes elles aussi ? Bientôt des petits pieds sortiraient des silhouettes pour s'enfuirent ? Elle ne voulait pas restées ? Pourquoi donc ? Enfin qu'importe pour le moment, elles étaient là ! Toutes là, à danser autour de lui à chanter joyeusement et ricaner… non ça c'est autre chose… et BIM, quelqu'un venait de le heurter, ce fut. Il beuga un peu, Natasha, avec ses cheveux mi-long qui prenait feu, cela était beau et elle lui sauta dessus. Bien en entendu, l'homme la réceptionna pour éviter de se faire emporter dans l'élan de la jeune femme ! Il valsa avec-elle en riant de plus belle. Ils se tenaient les mains, pour tourner de plus en plus vite. Soudainement, il eut un vertige et cela devait peut-être aussi le cas de la demoiselle, puisqu'ils se lâchèrent et se retrouvèrent sur le cul, dans les herbes à côté du sentier. John riait de bon cœur et balança de la mousse sur Natasha.


« Tu m’as lâchée vilaine ! Regarde tu as de l’herbe de partout maintenant ! »

Oh la bonne idée de faire une bataille… puisque rapidement cela allait dégénérer et John, lui lança plus d’herbe. Elle répliqua aussi et John se leva pour aller la chatouiller !

Natasha Avalon & John Sheppard
©️ Halloween



_________________
Double comptes : Isia Taylor-Laurence & Alexander Hoffman & Naalem Lays //écriture : MediumTurquoise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 29/06/2017
√ Messages : 128
Natasha Avalon
Dossier Top Secret
√ Age: 34 ans
√ Nationalité: France France
√ Gêne: ATA
MessageSujet: Re: Camping sauvage [John Sheppard] Sam 7 Oct - 16:09
Alors que Natasha se plaignait du manque de verdure, John rétorqua que son bureau était rempli de plantes grâce à la générosité d’une botaniste. C’était sympa d’avoir de telles personnes dans son cercle d’amis !

-Quelle chance ! Plaisanta Natasha. Si tu en as trop pense à moi.

Elle n’avait jamais eu la main verte. Quoi que, à vrai dire elle n’avait jamais manifesté beaucoup d’intérêt pour la botanique, mais elle appréciait la présence des plantes à ses côtés pour des raisons esthétiques et thérapeutiques.
La rouquine écouta son témoignage, imaginant le calvaire que ces colons avaient dû traverser. D’un autre côté, ils étaient tous volontaires, personne ne les avait forcés à faire le voyage. L’appel de l’aventure avait été probablement le plus fort. C’était courageux mais un peu suicidaire dans le fond.

John la rassura : parler de son passé ne le dérangeait pas. Tant mieux, la curiosité de Natasha allait pouvoir être satisfaite, d’autant qu’elle aimait bien aller au fond des choses. Après tout, on ne pouvait réellement devenir ami avec une personne sans la connaitre un tant soit peu. Elle le regarda prendre une photo avec un sourire ; alors comme ça il aimait capturer les paysages ? Ca se comprenait vu la diversité des lieux qu’ils rencontraient d’une planète à l’autre. Mais elle perdit rapidement son sourire lorsqu’il lui parla de qu’avait subi son ancien supérieur et de la manière dont il lui avait ôté la vie. D’un seul coup, elle se revoyait quelques mois plus tôt lorsque les soldats étaient revenus de la planète Natus. Combien d’atrocités de ce genre son compagnon de route avait subi ? Et il se tenait là, serein –du moins en apparence- avec son appareil photo. Quelle vie ça devait être ! Natasha grimaça intérieurement. On ne pouvait sortir de ça sans être traumatisé, les soldats étaient peut-être juste plus doués  que les autres pour cacher leurs sentiments.

-Je n’imagine pas ce que tu as du ressentir, répondit-elle simplement.

Et c’était vrai.

Ils continuèrent à marcher un moment, la jeune femme plongée dans ses pensées, jusqu’à ce que la fameuse rencontre se fasse, que le champignon s’enfuit en laissant ses deux victimes derrières lui. John suggéra de rentrer et, même si c’était la solution la plus mature, Natasha ressentit une pointe de déception à l’idée de foutre en l’air leur séjour à cause d’une chose aussi stupide. Mais ce sentiment négatif fut rapidement éclipsé par une sensation de bien-être et d’euphorie et elle perdit toute notion de temps. Ils valsèrent un moment et ils rirent de bon cœur ensemble. Voir son voisin si heureux était communicatif, elle nageait dans le bonheur et gouttait au plaisir de chaque seconde comme si rien d’autre n’existait. Mais la valse leur firent tourner la tête et ils finirent par se lâcher pour tomber par terre. Il fallut quelques secondes à la demoiselle pour retrouver une vision normale et elle secoua la tête, comme si ce geste pouvait l’aider à retrouver ses repères. Tout à coup quelques chose de froid, vert et légèrement terreux la heurta.

-Tu m’as lâchée vilaine ! Regarde tu as de l’herbe de partout maintenant !

Elle se dépêcha de secouer ses cheveux pour enlever le plus gros de la mousse et prit un air faussement outré.

-C’est ta faute !

Arrachant de l’herbe en grosse touffe, elle les balança vers John puis, estimant que les projectiles n’étaient pas assez lourds pour atteindre leur cible efficacement, elle s’empara d’une nouvelle poignée et se jeta vaillamment à l’assaut de l’ennemi… en tentant de glisser l’herbe directement sous le t-shirt de l’homme en tirant sur le col. Ce à quoi John répliqua… par des chatouilles. Ça c’était de la guerre !

Natasha cria et se débattit pour tenter d’échapper à son tortionnaire et décida de contrattaquer en visant les jambes qu’elle savait particulièrement sensible chez son compagnon. Mouahahaha, elle était démoniaque ! Le jeu dura un moment, puis tout à coup, Natasha toucha John en criant « c’est toi le loup !! » et partie en courant dans une direction au hasard sans se soucier de son sac qu’elle avait laissé derrière elle ou de prendre des points de repères. Pourquoi faire ? A cet instant elle ne pensait qu’à courir le plus vite possible pour que John ne la rattrape pas. Et à nouveau ils recommencèrent à chahuter jusqu’à ce que Natasha finissent par s’arrêter, pliée en deux et à bout de souffle. Ils étaient arrivés sur une falaise couverte de végétation. La vue était à tomber par terre. En contre-bas se trouvait l’océan avec une eau transparente et, un peu plus loin, une crique magnifique avec quelques arbres et ce qui ressemblait à l’entrée d’une grotte. Un nuage traversa le ciel et cacha le soleil quelques secondes. Natasha leva les yeux en l’air et contempla le spectacle d’un air ravi, les joues rougies par l’effort qu’elle venait d’accomplir. Alors que les rayons de soleil revenaient éclairer le sol, quelques oiseaux passèrent et l’idée de voler revint la hanter. Comment faire pour les rejoindre là-haut ? Elle se rapprocha du bord de la falaise et étudia très sérieusement ses chances de réussite. Peut-être que si elle prenait suffisamment d’élan… Elle se tourna vers John.

-Je veux aller là ! Dit-elle en pointant le ciel du doigt avec le plus grand sérieux. Tu crois que si on court assez vite et qu’on saute on y arrivera ?

La jeune femme lui tendit alors la main.

-Tu viens avec moi ?

Toute notion de vertige lui était inconnue et la vingtaine de mètres qui la séparait de l’océan ainsi que les quelques rochers susceptibles de se trouver en bas ne la troublaient pas le moins du monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 04/09/2015
√ Age : 25
√ Messages : 2237
John Sheppard
Dossier Top Secret
√ Age: 40 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Oui
MessageSujet: Re: Camping sauvage [John Sheppard] Dim 8 Oct - 20:17

Camping sauvage et château de sable





« Tu viendras faire ton marché dans mon bureau » Lança John.

Il avait de quoi faire pour remplir un autre cabinet. De toute manière, les plantes manquantes seront que trop vite remplacées. Parfois, Marie lui changeait certaines plantes et il n'y voyait que du feu. Donc bon une de moins ou une de plus, tant qu'il a sa petite forêt c'est un homme heureux.

La conversation avait dérivé sur des sujets bien moins légers. Le soldat avait répondu en toute franchise, sans vraiment chercher à voiler la vérité. Il racontait clairement ce qu'il avait vécu avec son ressentie. En y repensant, il en avait vécu des choses traumatisantes et il était là, toujours droit avec un esprit stable. Bon, une baisse de moral en janvier, mais il s'estimait plutôt chanceux de n'avoir pas sombrer encore plus bas. Cela était dû à sa force de caractère ? à une vision autre ? Il ne sait pas. Il s'était engagé dans l'armée, sa carrière était l'armée et il n'était pas stupide au point de penser que cela serait une vie facile et qu'il n'aurait jamais à tuer d'autre humain et même des membres de son groupe. Il fallait prendre les choses ainsi, la conscience vous rappelle les nuits vos actes et vous devez faire avec. La consolation venait d'un seul élément : les vies épargnées, sauvé ou sereines grâces à tout cela. Ce n'est pas un super héros ou bien un sur homme, l'armée aide les hommes et les femmes à avoir cette mentalité sinon, on ferait du soldat « mouchoir » utilisé et jeter comme du vulgaire papier et non des soldats de carrière. Enfin qu'importe, il ne savait point tous les rouages de l'esprit pour arriver à en tirer une conclusion. Il était plutôt content de ne pas être dingue et vivre cette prodigieuse aventure.


« Il ne vaut mieux pas imaginer. C’est la vie de soldat » Dit-il tout aussi simplement, ne voulant pas qu'elle ait de l'empathie ou de la pitié face à son histoire. Il lui fit un rictus amical, pour ne pas qu'elle s'imagine l'avoir froissé ou bien même pire agacé.

Enfin, le destin avait décidé de pimenter une journée, qui était pour une fois bien planifiée. Comme quoi, cela ne sert à rien de tout organiser comme il faut, il y a toujours des merdes qui tombes sur le coin du nez. Et cette « merde » était sous forme d'un étrange champignon, qui a cet instant avait un fort doute sur son existence réel de la part de l'homme, qui dansait joyeusement avec sa partenaire aux cheveux enflammés. Il serait bête, de ne pas avouer qu'il n'aimait pas le roux, il aimait cette couleur capillaire pour son originalité et surtout pour les multiples reflets carmin. Natasha avait une chevelure moins irradiante que celle de Nathalie, mais cela ne la rendait pas pour autant moins belle. Et de toute façon à cet instant elle brillait et il allait la tacher d'herbe. Ça lui apprendra à lâcher sans prévenir !

« Ma faute ? Elle est bien bonne celle-là ! » renchérit John avec un air enfantin et boudeur.

De toute manière il n'eut pas le temps de répondre plus qu'il se prit de l'herbe…il se ficha de sa figure sur la « faiblesses » de ses projectiles… et il n'aurait pas dû, puisqu'elle répliqua en lui balançant de la terre via une belle touffe. Cela était donc une déclaration de guerre et il se leva, pour lui sauter dessus et la chatouiller sans aucune pitié.

La demoiselle se débattait comme une lionne, mais en vain, il était plus fort et surtout la bloquait pour éviter qu'elle ne lui échappe… et elle tapa sur son talon d'Achille, les jambes ! L'horreur ! Il ricana, roulant sur le sol, pour lui échapper ! Mais en vain aussi, de toute manière, ils durent faire quelques galipettes/chatouilles sur un ou deux bons mètres avant de passer à autres choses. Le souffle court, ébouriffé mais cela ne changeait pas d'habitude pour l'homme qui avait une coupe de cheveux en brosse. Ils se relevèrent pour faire un « loup » ! Oui vous avez bien entendu ! Cela est le comportement, normal et saint d'une jeune femme de 35 ans et d'un homme de 41 ans. Tout est parfaitement normal dans le meilleur des mondes. Et quel monde mes amis ! Celui de l'enfance où tout est possible ! Tout est fou ! Et rien ne semblait le gêner, même pas son sac à dos ! Il l'avait d'ailleurs oublié …sinon il aurait peut-être volé comme celui de Natasha.

Leurs courses poursuites, les emmenèrent bien plus loin qu'ils n'auraient pu le penser et surtout… pas dans la bonne direction. John s'arrêta lui aussi au bord de la falaise toisant l'environnement qui leur faisait face… ce fut très beau. Il reprit son souffle, les joues un peu rouges, mais avec sa peau légèrement allé par le soleil, cela se voyait bien moins que la jeune femme. Le regard clair de l'homme, était toujours en admiration de ce paysage fantastique quand sa compagne de bêtise, lui fit part de son envie…Un court instant il se demanda si la hauteur ne leur serait pas fatale… un court instant de lucidité avant qu'elle ne vole en éclat. Il prit sa main, mais ne sauta point avec elle, il la tracta contre lui et la prit dans les bras, pour sauter avec elle !

Vingt mètres de chute ! Lui qui adorait les manèges a sensation, n'éprouvait aucune peur et s'amusa grandement, surtout qu'il avait déjà sauté le long d'une cascade… bon k, pour survivre sinon il allait se faire embrocher les fesses par des indiens. Mais qu'importe. L'impact de l'eau, fut amortis par ses pieds et ils tombèrent tout d'eux dans les un peu fraîche. John perdit son sac et quand il remonta à la surface il se sentit plus léger… il avait perdu son doudou !! Il plongea pour retrouver l'objet qui coulait et par chance le rattrapa. Son regard chercha Natasha qui était non loin de lui.

« Madame est arrivée à bon port ! » » Il lui lança de l’eau sur la figure.

Il regarda autour de lui… il y avait une plage, avec la fameuse grotte. Il lui fit signe de nager là-bas. Il était un peu sonné, il fallait l'avouer, mais il tenait le coup. En remontant la mer salée, il fut bien content de pouvoir lancer son sac à dos sur le sable et s'allonger sur celui-ci. Il était trempé de la tête aux pieds. Son pistolet était toujours à sa place, maintenu par la lanière de son holster. L'homme ouvrit ses bras et ses jambes, pour faire un ange de sable en ricanant bêtement. Il se sentait encore tout foufou et l'eau n'avait rien changée. Il était bien, avec les rayons du soleil qui lui tapaient dessus.

Natasha Avalon & John Sheppard
©️ Halloween



_________________
Double comptes : Isia Taylor-Laurence & Alexander Hoffman & Naalem Lays //écriture : MediumTurquoise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 29/06/2017
√ Messages : 128
Natasha Avalon
Dossier Top Secret
√ Age: 34 ans
√ Nationalité: France France
√ Gêne: ATA
MessageSujet: Re: Camping sauvage [John Sheppard] Dim 8 Oct - 21:32
Alors que Natasha réfléchissait à l’angle d’attaque et à la meilleure manière de sauter pour s’envoler, elle sentit deux bras puissants s’enrouler autour sa taille et la soulever. Quelques instants plus tard, les deux tourtereaux tombèrent comme des pierres le long de la falaise et Natasha ne put retenir un cri suivit d’un rire excité avant qu’un violent choc ne l’assomme partiellement. Son calcule avait été mauvais, ils ne s’étaient pas envolés comme prévu… c’était surement la faute de John qui s’était collé à elle, ils étaient devenus trop lourds ! En tout cas la sensation de chute avait été grisante et elle avait adoré ; en revanche, elle appréciait nettement moins la douleur au moment de l’impact avec l’eau.  Ouch ! Il fallut quelques secondes à Natasha pour reprendre ses esprits et remonter à la surface ; elle avait la sensation d’avoir été giflée et ça ne lui plaisait pas beaucoup. Heureusement, son état lui fit rapidement oublié cette récente expérience et elle se préoccupa de chercher son compagnon qui émergea non loin d’elle… avant de replonger, pour revenir avec son sac.

-Madame est arrivée à bon port !

Il lui envoya une gerbe d’eau dans la tête et Natasha se frotta les yeux avec la main pour retrouver une vision normale.

-Mais euh ! Elle leva les yeux vers le ciel avant de les reposer sur John. Pas tout à fait, on devait aller dans l’autre sens ! Mais tant pis, j’aime bien nager aussi.

Et pour lui montrer qu’elle ne lui en voulait pas de l’avoir faite descendre plutôt que monter, elle lui adressa son plus beau sourire.

Il lui fit signe d’aller en direction de la plage et elle accepta de nager dans cette direction. Une petite voix au fond d’elle lui soufflait que c’était la bonne décision à prendre après le choc qu’elle venait de recevoir. Quelques instants plus tard, elle sentit le sol sous ses pieds et sortit de l’eau. Ses chaussures l’avaient atrocement gênées pour nager et elle décida de s’en débarrasser ainsi que de ses chaussettes en les envoyant valser sur le sable. Son t-shirt trempé suivi  la même direction, dévoilant un haut de maillot de bain bleu marine. Tout de suite, elle se sentit libérée d’un poids. Peut-être qu’elle devait aussi se débarrasser de ce pantacourt gênant, collant et trempé ? Comme ça elle pourrait retourner nager en toute tranquillité. Alors qu’elle se posait très sérieusement ces questions, son regard dévia vers John qui s’était étalé de tout son long sur le sol et rigolait. Une petite alarme s’alluma dans sa tête : il avait pris un sérieux coup sur la tête en tombant, allait-il bien ? Mais la lueur de lucidité fut rapidement éclipsée et elle se pencha vers lui, l’esprit léger et avec l’envie de s’amuser.

-Cha va ?

Profitant de la position de son voisin, elle vint se lover à califourchon sur lui avec la folle envie de rire. Tout à l’heure, il avait profité de sa force pour la chatouiller, maintenant c’était à elle de s’amuser ! La soignante en elle luttait pour reprendre le dessus mais c’était un peu comme essayer d’allumer un briquet sous l’eau, ça ne risquait pas de fonctionner. Autant dire que chacun des gestes de premiers secours qu’elle maitrisait d’ordinaire à la perfection parvenaient à son cerveau de manière totalement amplifiée et déformée.

-Je sais ! Tu as besoin de bouche-à-bouche ! S’exclama-t-elle d’un air taquin.

Pourquoi resterait-il allongé par terre autrement ? Elle se pencha donc vers lui et déposa un baiser sur ses lèvres qui n’avait rien de médical… puis elle sentit son souffle et recula la tête.

-Oh mais non ! Tu respires !

Elle pouffa. Ca n’avait pas été désagréable, ce baiser, peut-être qu’elle recommencerait bientôt.

Ou bien qu’elle se cacherait de honte à chaque fois qu’elle croiserait John dans les jours à venir. Mais ça, son cerveau ne l’avait pas encore assimilé.

Ses yeux parcoururent la crique et elle s’imprégna de la beauté des lieux et du formidable potentiel de jeu qu’ils renfermaient. La grotte là-bas l’attirait beaucoup par exemple. Elle eut soudain l’impression d’être une aventurière dans un paysage fantastique ! A l’instar d’Indiana Johns elle allait braver le danger pour conquérir les lieux sur son fidèle destrier ! Mouahahaha ! Bon, ce n’était pas un cheval qu’elle chevauchait actuellement mais un homme… Natasha calcula alors les différences. Hm, John avait bien été capable de la porter après tout, peut-être qu’il pouvait faire l’affaire. En plus il avait des mains, il pourrait donc l’aider à construire une cabane, là-bas, et à trouver de la nourriture ! Oh la belle vie que ce serait ! Toute heureuse de ses nouveaux projets, elle adressa un grand sourire à John.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 04/09/2015
√ Age : 25
√ Messages : 2237
John Sheppard
Dossier Top Secret
√ Age: 40 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Oui
MessageSujet: Re: Camping sauvage [John Sheppard] Lun 9 Oct - 16:28

Camping sauvage et château de sable


Combien avait-il de mètres sous leur pied ? Sûrement tout autant que la distance entre la falaise et la mer… Avait-il des poissons dangereux ? Cette considération n’amena rien de bien logique chez John, qui se fit la remarque qu’un barbecue de poisson, il en avait pas mangé depuis des années. Généralement, il préférait la viande rouge… Il avait un don, pour tout ramener à la bouffe !

La remarque de Natasha, lui arracha un petit regard étrange… pourquoi en haut ? Elle voulait voler ? Il se mit à rire doucement. Voler ! mais, il fallait en avoir des drôles d’idées pour penser cela non ? Voler et pourquoi pas se téléporter ? C’est fou ! Et lui qui pensait qu’elle désirait simplement rejoindre l’eau pour se rafraîchir, il n’avait rien comprit, c’est bien un mec tiens !

« Oh mais voyons, tu as oublié tes ailes ! On essaiera avec des feuilles de palmier ! »

Alors, là, ce fut tellement con ! Un court instant il beuga se disant qu'il venait de battre le regard de la débilité humaine en une fois. Mais, cela lui passa une nouvelle fois au-dessus. Une forme d'allégresse le prenait et il n'aspirait à rien de logique ni de bien mâture.

La plage était un endroit bien plus intéressant, puisqu'il en devenait chiant de nager avec les chaussures et ces vêtements qui collent. Et sans plus attendre, il se retrouva sur le dos, s'avouant le soleil. Devait-il retirer ses vêtements ? Oui, après, pour qu'ils sèchent un peu mieux et que cela le gêne moins. Mais pour le moment faire la baleine échouée sur le sable était le truc le plus génial du moment ! L'homme était partagé encore retourner à l'eau et rester là… la flemme reporta le round et il adorait les caresses chaleureuses du zénith sur sa peau. Et comme sa tête tournait un peu, il était bien. Il ne fit pas vraiment, gaffe à ce que faisait Natasha, les yeux fermés il l'entendait se mouvoir, mais n'y porta aucune attention. Elle est grande et elle doit chasser des coquillages ou commencer un château de sable ! Ils avaient parlé d'en faire un !

Il pouffa un peu en attendant la question de la jeune femme, qui venait s'installer sur lui. Il ouvrit un œil, la voyant avec un haut de maillot de bain bleu marin. Ah tiens ? Elle est déjà prête à y retourner ? Il est à la bourre lui ! Il n'eut pas le temps de lui répondre qu'elle lui sortit qu'il avait besoin d'un bouche à bouche ? Mais non, il allait bien !


« Mais no…… » Trop tard…Et puis bon, ce n’est pas plus mal !

Dans ces souvenir brumeux, il ne se souvenait pas que l’infirmière qui l’avait réanimé en mission, avait été aussi douce… enfin que le bouche à bouche en lui-même était bien sympas. S’il avait su, il aurait simulé un malaise plus souvent en présence d’une jolie jeune femme. Faudrait qu’il se le note tien ! Et outre l’esprit un peu moins chaste du moment puisqu’il lui rendait, celui du déluré arriva au triple galop et il lui souffla dans la bouche, pour la taquiner. Cela mit fin, malheureusement au contact. John se releva sur les coudes la regardant.

« Bah oui, mais je n’ai pas eu le temps de te le dire Banane !»

Il ricana immédiatement à la suite de la rouquine Il n'était pas du tout dérangé de l'avoir sur lui. À dire vrai, cela était presque normal et le contact était agréable. Les enfants se posent t‘ils des questions sur le pourquoi du comment ? Eh bah là non plus !

Il ne savait rien du projet de cavalcade de la jeune femme, mais il avait envie de l'embêter et un court instant, il tourna la tête vers l'endroit qu'elle semblait regarder et lui rendit son sourire. Faut dire que le siens était si éclatant qu'il ne pouvait que faire de même. Il lui tapota sur le bidou, avant de se redresser un peu plus vivement et de l'enlacer dans ses bras, pour la faire rouler sur le sol. Leurs corps humides, fut immédiatement recouvert de sable. Il se retrouva sur elle en rigolant de plus belle. Il lui mordit le nez et se releva brusquement, pour la redresser avec lui et la foutre à l'eau.

« Ça va ? ou tu as besoin d‘un bouche à bouche ? » lui cria-il

Il ne l'avait pas vu tout de suite remonté… et cela l'avait inquiété. Bon… il avait envie de se baigner… mais ces vêtements étaient fort pénibles. Une entrave pour barbotter. Et ni une ni deux, il retira tout ce bordel vestimentaire et ne laissa que son caleçon noir. Puisque contrairement à Natasha qui elle avait été prévoyante, lui, avait laissé son maillot dans son sac et sur le coup, il ne lui était pas venu à l'idée de se changer.

Il plongea dans les vagues, remonta à la surface, l'eau était plus si froide finalement, il fallait se jeter à l'eau ! Il rejoignit la jeune femme, pour la faire couler. Bref, une nouvelle déclaration de guerre. Jamais, il n'avait autant ri ! elle était hilarante cette kiné !


Natasha Avalon & John Sheppard
©️ Halloween



_________________
Double comptes : Isia Taylor-Laurence & Alexander Hoffman & Naalem Lays //écriture : MediumTurquoise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 29/06/2017
√ Messages : 128
Natasha Avalon
Dossier Top Secret
√ Age: 34 ans
√ Nationalité: France France
√ Gêne: ATA
MessageSujet: Re: Camping sauvage [John Sheppard] Lun 9 Oct - 18:09
-Bah oui, mais je n’ai pas eu le temps de te le dire Banane.

Ce joli sourire qu’il lui renvoyait était craquant. Elle était en compagnie du plus bel homme du monde sur la plus belle plage de la planète et même l’océan semblait se mettre au diapason avec ses nuances de bleu quand elle y nageait. Natasha se sentait merveilleusement bien, elle se voyait bien passer sa vie ici et vivre d’amour et d’eau fraiche, construire une cabane, explorer la grotte et se fabriquer des ailes avec des feuilles de palmier comme l’avait suggéré John.
Le brun lui tapota sur le ventre et Natasha se dandina un moment pour tenter d’échapper aux chatouilles.


-Ok ok ! S’écria-t-elle comme si ses pensées secrètes étaient à l’origine de cette réaction, j’arrête de te comparer à un cheval !

Mais John, qui avait surement du lire dans ses pensées car il semblait vouloir se venger, se releva brusquement en forçant sur ses abdos, l’enlaça et la poussa sur le côté pour prendre sa place sur le dessus. « Miam » souffla une petite voix dans sa tête qui, au fond, semblait apprécier ce retournement de situation. Un homme qui prenait des initiatives, c’était plaisant. Mais elle n’allait quand même pas lui montrer qu’elle aimait ça ! Alors elle lui tira la langue pendant qu’il s’esclaffait… et il lui mordit le nez.

-Aieuh !

Pas le temps de râler, elle fut brusquement tirée vers le haut puis projetée dans l’eau. Mais qu’est-ce qui lui prenait de chahuter avec un soldat d’élite, sérieusement ? Au moins, le sable qui s’était collé à sa peau disparu rapidement, par contre, elle avala la tasse et toussa en remontant à la surface.

-Ça va ? Ou tu as besoin d‘un bouche à bouche ?

Elle lui retourna un regard boudeur en continuant de tousser.

-O… oui je crois… répondit-elle très sérieusement en ayant l’impression d’étouffer à cause de l’eau salée. Ce n’était pas bon du tout et sa gorge la piquait !

Fort heureusement, la toux se calma et la rouquine put reprendre une respiration normale. Ouf ! Ses yeux se braquèrent alors vers John avec la ferme intention de se venger… puis elle avisa le corps musclé du jeune homme et du bien reconnaitre qu’elle appréciait beaucoup le spectacle.

Il la rejoignit alors qu’elle se dirigeait vers le sable. Ce petit malin l’avait jeté à l’eau alors qu’elle n’avait pas encore retiré son pantacourt ! Rholalala ! Mais elle fut interceptée par un gamin désireux de la couler à nouveau. Ah oui c’était comme ça ? S’il voulait la guerre il l’aurait ! Sans hésiter, elle se cramponna à lui, les bras autour de son cou et les jambes enroulée autour de sa taille.


-Si tu veux me noyer tu couleras avec moi ! S’écria-t-elle sur un air de défi.

Et ils jouèrent ainsi, comme de vrais gamins, jusqu’à ce que Natasha finisse en avoir marre de finir la tête sous l’eau beaucoup plus souvent que son voisin. C’était vraiment pas juste !

-Je perds tout le temps c’est pas juste ! Moi aussi je veux être un super-soldat ! Il faut que tu m’enseigne toutes tes techniques secrètes ! Décréta-t-elle soudainement, avec le plus grand sérieux.


Elle aussi elle voulait apprendre à lire dans les pensées et à projeter les gens avec ses bras !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 04/09/2015
√ Age : 25
√ Messages : 2237
John Sheppard
Dossier Top Secret
√ Age: 40 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Oui
MessageSujet: Re: Camping sauvage [John Sheppard] Lun 9 Oct - 23:10

Camping sauvage et château de sable


Comparé à un cheval ? John secoua la tête un peu incrédule tout en rigolant de bon cœur, cette femme, le tuais ! Elle n’arrêtait pas de sortir des énormités qui le pliait réellement en deux ! Il avait mentionné une banane juste avant, le cheval était pas sur le tapis de la conversation ! À moins, qu’il ait omis quelques paroles ? Pourtant il était assez attentif à ce qu’elle racontait. Et puis, comment louper une seule de ses phrases ? Alors qu’elle était sur lui à califourchon… ah bah oui tiens… il faisait donc office de cheval ? Mais quel destrier fougueux avons-nous là !

« Un cheval ? Non mais on aura tout entendu ! Tu veux que je te porte pour faire une chevauchée ? » Il ricana en imitant un équidé de sa propre connerie, visualisant parfaitement la scène.

Il se voyait bien la porter et foncer… foncer il ne sait trop où. Elle ne devait pas être bien lourde. De toute façon, elle ne lui arrachait aucune gêne en étant assise sur lui et en conséquence, elle ne lui en ferait pas plus en courant. Il avait de l’énergie à revendre et pourrait soulever une montagne ! Oula, c’est un tantinet prétentieux ça ! Mais l’idée étant là ! Bref, le cheval, il va lui montrer de quel sabot il se chauffe ! Et zou, il inversa les rôles. Madame était en train de se foutre de sa figure en lui tirant la langue…que nenni elle se retrouva avec un petit croque de museau en règle avant de finir à la flotte.

Une fois qu’elle avait remontée à la surface, il lui balança sa petite pique, auquel elle répondit sérieusement. Bien, dans ce cas…Il allait donc la sauver d’une noyade certaine ! Quand il la rejoignit elle avait repris ses esprits et surtout son souffle, donc plus besoin d’une action buccale, ce qui fut presque dommage… Mais que cela ne tienne… elle allait en avoir très vite besoin ! Puisqu’il la coula sans aucune pitié. La jeune femme ne fut point en reste et s’enroula autour de lui, se retrouvant avec un nouveau sac à dos, mais sur le torse. Il passa un bras sous elle pour éviter qu’elle ne glisse de trop et l’autre autour de son dos. Un instant, la position de Natasha lui donna une toute autre idée et il se ravisa, l’enfant était plus fort que l’adulte. Faut dire, qu’il commençait à apprécier de l’avoir sur lui. Et au final ? Ce n’est pas une habitude si désagréable non ? Plutôt sympa et tentante.


« Tu sais retenir ta respiration pendant combien de temps ? » Fit-il taquin comme jamais

John eut la galanterie de la laisser prendre une grande respiration puis plongea en avant et en conséquence en arrière pour la demoiselle. Ayant une bonne apnée, longuement travaillée durant les entraînements de sa jeunesse de soldat, il tenait relativement bien sous l’eau. Et malgré la folie qui l’habitait, le rendant complètement instable et dingue, il n’eut pas le vice ou la bêtise de lui imposer son rythme. Il ne l’a maintenue sous l’eau, que peu de temps, avant de rouler dans celle-ci, pour la faire passer au-dessus de son corps tout en lui permettant de se libérer, étant donné qu’il retira l’entrave de ses bras. Il remonta à l’air libre a sa suite, constant qu’elle toussait assez rudement une nouvelle fois. Il ne réfléchit nullement aux gestes qui était en train de faire, puisqu’à cet instant, il la prit par le visage, l’attirant contre lui pour ...l’embrasser, lui répétant clairement le fameux “bouche à bouche à la sauce Natasha”. Il y mit sa petite touche personnelle « à la Sheppard » en lui soufflant de l’air puisque de base, il croit bien que ce fut cela le bouche à bouche … mettre de l’air dans les poumons de l’autre. Il se détacha de ses lèvres salées, presque tout fier.

« Cha va mieux ? Oui ? … Bon tu peux y retourner alors ! » Il avait dit cela avec un regard particulier, celui de la connerie sous-jacente ! Et il la recoula. Oui, il est sadique là ! Et il se marrait comme une baleine. Mais, cela fut de courte durée, puisqu’il finit à l’eau à son tour !

Ils continuaient à jouer dans l’eau, quelque fois elle réussit à le couler mais s’ils devaient compter les points, la pauvre était en train de perdre en beauté. Le pire, c’est que non “bourré par les spores d’un champignon a petit peton”, John adorait faire ce genre de chamailleries. Mais, il se montrait un peu plus doux habituellement, là un brin excité par la folie de ses spores, il y mit moins de galanterie, mais ne lui fit pas mal pour autant, il restait “doux”. Bon, Natasha voulait voler, et elle put en avoir un petit extrait quand il la lança avec force dans les vagues.

Il eut un moment de calme relatif… et cela fut ponctuer par un questionnement de John « Tu comptes le garder ton pantacourt ? » Lui demanda t’il d’une manière parfaitement sérieuse.

Il trouvait ça un peu bizarre qu’elle le garde en fait. Ne songeant nullement, qu’il ne lui avait pas laissé le temps de le retirer. Et au pire, il pouvait lui retirer si elle n’y arrivait pas… heureusement qu’il était dans un état second et sans aucun sous-entendu sexuelle… puisque sinon bonjour le pervers ! Et comme ce n’est pas un obsédé …il en aurait eu honte.

Le jeu, allait sur la fin avec les râleries légitimes de la rousse. John se mit sur le dos un instant pour reprendre son souffle. Il pouffa un peu, reprenant une position moins « loutre des mers avec son coquillage ». Il avait pied et s’avança vers la demoiselle, qui accessoirement devait toucher aussi le fond de la pointe des pieds. Elle est plutôt grande. Elle devait toiser aux environs de 1m75 aisément et quant à lui il faisait 1m88… bêtement, il allait dire qu’il n’y avait pas autant de différence que ça, mais en fait si. Donc, il ne savait pas si elle avait pied ou non. Mais cela n’avait pas vraiment d’importance au final.

L’homme s’approcha de sa compagne de bêtise et la prit par les épaules et lui fis une balayette, la maintenant avant qu’elle ne finisse à l’eau pour lui dire :

« Première leçon : avoir de bon appuis » Et PLOUF. Il secoua la tête, fallait qu’il se calme, sinon elle allait boire toute l’eau de la mer.


Natasha Avalon & John Sheppard
©️ Halloween



_________________
Double comptes : Isia Taylor-Laurence & Alexander Hoffman & Naalem Lays //écriture : MediumTurquoise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 29/06/2017
√ Messages : 128
Natasha Avalon
Dossier Top Secret
√ Age: 34 ans
√ Nationalité: France France
√ Gêne: ATA
MessageSujet: Re: Camping sauvage [John Sheppard] Mar 10 Oct - 7:09
-Tu sais retenir ta respiration pendant combien de temps ?

Les sourcils de Natasha se froncèrent d’un air suspicieux, sentant venir la connerie. Et effectivement, cela ne tarda pas, elle se retrouva la tête sous l’eau et en arrière dans la pire position possible. L’eau lui rentra par le nez et elle se débattit pour sortir de cette pénible situation. Fort heureusement, John eut la présence d’esprit de la lâcher rapidement et elle remonta à la surface en toussant – ce qui commençait à devenir une habitude. Décidément ! Mais alors qu’elle reprenait doucement sa respiration, des mains vinrent se poser sur son visage et l’attirèrent vers celui d’un beau brun un peu taré. Natasha demeura figée un instant, étonnée, jusqu’à ce qu’il lui souffle dans la bouche. Elle recula alors avec surprise, son cerveau commençant à établir une curieuse relation entre noyade et baiser. Bizarre, il fallait se couler pour avoir le droit de s’embrasser ? C’était un jeu un peu dangereux non ? Mais elle aimait bien ça ; et puis… si les règles actuelles ne lui plaisaient pas elle pourrait toujours en réécrire des nouvelles.

-Cha va mieux ?

Natasha acquiesça tandis que son cerveau était plongé en pleine réflexion.

-Bon tu peux y retourner alors !

-Hein ? Non ! Aaah !

Et plouf ! Le méchant ! Il n’avait pas perdu de temps pour recommencer ! Allait-il lui faire du bouche à bouche encore une fois ? Non ? Tiens elle s’était donc trompée sur les règles du jeu. Tant pis. Cela dit, elle n’avait pas l’intention de se laisser faire une fois de plus et elle se jeta sur le côté pour lui faire une prise de judo et ce fut à son tour de gouter à l’eau salée.

-Tiens, prends ça, homme ! S’exclama-t-elle triomphalement.

Le petit jeu évolua et elle finit par lui grimper dessus pour sauter à l’eau… bah quoi ? Elle n’avait plus cinq ans ? Pff !

 Alors que nos deux amis commençaient à se calmer, John demanda subitement à Natasha ce qu’elle fichait encore avec son pantacourt. La rouquine avait complètement oublié qu’elle le portait ; c’était donc ça qui entravait ses mouvements !

-Je voulais l’enlever tout à l’heure mais tu m’as jeté à l’eau.

Elle le regarda s’allonger sur l’eau avec un sourire attendri : elle l’aimait bien son super soldat même s’il lui faisait régulièrement boire la tasse. Elle profita de l’occasion pour se rapprocher du rivage et aller où elle avait pied afin de reprendre son souffle et John ne tarda pas à la rejoindre. La jeune femme se prépara au pire en le voyant arriver, commençant à s’habituer à sa manie de lui mettre la tête sous l’eau. Et bim, balayette.

-Première leçon : avoir de bons appuis.

Ah oui, vraiment ? Plutôt que de remonter à la surface, Natasha nagea jusqu’aux jambes de John et tira sèchement dessus pour le faire tomber. Elle remonta, triomphante.

-Leçon numéro deux : ne jamais sous-estimer une femme !

Elle lui fit un grand sourire avant de se diriger vers la plage pour sortir de l’eau. L’air de rien, ils avaient joué un bon moment et elle commençait à être fatiguée. Son pantalon était trempé, elle entreprit de le déboutonner pour le retirer. Il y avait un arbre là-bas qui ferait l’affaire pour mettre le linge à sécher. D’ailleurs, son t-shirt était plein de sable, elle s’en empara et le plongea dans l’eau pour le nettoyer. Sans pantacourt trempé et collant, la jeune femme se sentit tout de suite plus à l’aise ; rien de tel qu’un petit short de bain moulant et ajusté pour profiter de la plage ! Sans se préoccuper de ce que faisais John, la belle se dirigea vers l’arbre le plus proche à une trentaine de mètres pour y accrocher ses vêtements tant bien que mal puis avisa l’espace autour d’elle et se mit à arpenter les lieux à la recherche de l’endroit idéal pour construire la future cabane. « Ici !», se dit-elle, et elle traça les lignes de contours avec son pied. Voilà, comme ça elle n’oublierait pas l’emplacement.

-Hé John ! S’exclama-t-elle. Il faut ramasser du bois pour construire la cabane, comme ça on aura une vraie maison tous les deux et on sera heureux pour toujours et en sécurité ! Tu m’aides ?

Et sans se soucier de l’absurdité de ses actes, elle entreprit de ramasser des morceaux de bois par ci par là, de toutes les tailles, y compris des brindilles. Avec ça c’était sûr, les monstres qui la hantaient la nuit ne pourraient pas la retrouver ! Et puis, elle avait un garde du corps maintenant, un super-soldat !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 04/09/2015
√ Age : 25
√ Messages : 2237
John Sheppard
Dossier Top Secret
√ Age: 40 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Oui
MessageSujet: Re: Camping sauvage [John Sheppard] Mar 10 Oct - 15:21

Camping sauvage et château de sable


Il eut sa réponse pour le pantacourt…il se sentait un peu perdu par moment, notamment dans la notion du temps. Cela était perturbant et sentait son esprit logique revenir, mais sans pour autant avoir la force de s'imposer, comme si quelque chose le clouait au sol. Parfois des brides de sa personnalité d'adulte faisait surface, mais ce ne fut que des murmures avant que l'illogisme reprenne le dessus !

Voilà, qu'elle revenait vers une zone plus propice à reprendre le souffle qu'elle avait tant perdu. Naturellement, il la rejoignit avec une idée derrière la tête, surtout après sa demande. Finalement, il prenait un peu trop vite goût à lui faire boire l'eau. Et il en fut puni, par la jeune femme. Il tomba à la renverse buvant un peu d'eau à son tour. L'eau étant très salée, il la recracha en toussotant de plus belle. Il rigola entre deux éjections d'eau de ses poumons.


« Tu vois, tu apprends vite » dit ‘il en se frottant les yeux.

Pour sa part l'homme resta encore un peu dans l'eau. Il ressentait une forme de petite fatigue, mais désirais profiter des ondes. Adorant se baigner, il ressortait de celle-ci que quand sa peau était fripée généralement. Et cela n'allait pas échapper à la règle. Il replongea un peu, barbotant sur le dos ou nageant pour essayer de voir la faune marine, mais sans lunette c'est sacrément flou et donc frustrant.

Il finit par sortir, trouvant ses affaires sur le sol. Il eut la présence d'esprit de les secouer pour retirer le sable et de les accrocher au même endroit que Natasha. Il récupéra son holster et commença à démonter son arme pour faire sécher les éléments sur une feuille de palmier. Il déposa aussi son couteau d'ivoire sur la même feuille pour la maintenir. En revenant vers la plage, il trouva son sac, qu'il ouvrit pour voir ce qu'il y avait dedans. Il cherchait de quoi essuyer les pièces métalliques et y trouva une multitude d'objet dont une serviette verte pomme et un short de bain ! Ah bah ça sera mieux que le boxer ultra moulant avec l'eau !

Il se changea alors que Natasha avait disparue. Son short de bain, qui lui arrivait aux genoux marron et bleu était bien plus confortable que son boxer, qui finissait lui accrocher. Il essuyai de sa serviette les éléments métalliques de son arme puis la remonta. Ce fut en tailleur entrain de fignoler le montage, qu'il entendu sa copine de bêtise le héler. Il tourna la tête et souleva un sourcil. Une cabane ? Après un cheval, voilà qu'une cabane débarque !

L’idée lui plus ! Cela le ramenait de nombreuses années en arrière. Et puis après tout. Ils devaient bien construire un abri non ? Ils étaient isolés sur une île déserte ! Mais ne souvenait plus très bien pourquoi mais qu’importe cela n’est pas important.

Il eut un moment de calme relatif… et cela fut ponctuer par un questionnement de John « Ok, je finis ça et j’arrive » lui lança-il tout content.

Quelques minutes après, l’arme était posée sur sa feuille de palmier et John arriva vers la zone boisée, pour aider la rousse. Ils ne trouvèrent que des petites branches, rien de bien fameux. Plusieurs heures passèrent où, ils construisaient une « sorte » de tipis de branchages divers et variés. Cela n’était pas bien, grand et aucun des deux ne se demanda s’ils pouvaient rentrer dedans ! de temps à autre, il la bousculait ou l’embêter allant jusqu’à brandir une « épée » de bois, pour revivre la série star war et un combat de Jedis !

Finalement, John leva la tête vers cette grotte proche d’eux… « Ça te dit qu’on aille voir ce qu’il y a là-bas ? »


Natasha Avalon & John Sheppard
©️ Halloween



_________________
Double comptes : Isia Taylor-Laurence & Alexander Hoffman & Naalem Lays //écriture : MediumTurquoise


Dernière édition par John Sheppard le Jeu 12 Oct - 12:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 29/06/2017
√ Messages : 128
Natasha Avalon
Dossier Top Secret
√ Age: 34 ans
√ Nationalité: France France
√ Gêne: ATA
MessageSujet: Re: Camping sauvage [John Sheppard] Mar 10 Oct - 17:51
John répondit d’une voix enjouée à la proposition de Natasha (comme à chaque fois qu’elle proposait de faire une connerie) et débarqua quelque minutes plus tard. La rouquine jeta un coup d’oeil curieux à sa nouvelle tenue puis acquiesça d’un air approbateur.

-Ca te va bien.

Les heures suivantes furent consacrées à la construction de leur futur habitat, bien que Natasha aurait été totalement incapable de dire combien de temps s’était écoulé. De temps à autre, John la poussait et elle contre-attaquait : cette fois il n’y avait pas d’eau pour la couler et elle était plus libre de ses mouvements ! Puis il eut le malheur de brandir un bâton et d’en faire un sabre laser, le visage de Natasha s’illumina alors et elle s’empressa de s’emparer de sa propre arme, tirant malencontreusement sur la cabane qui s’écroula partiellement. Tant pis, le sabre laser était plus important ! Le combat fut épique et dévastateur et Natasha prit soin de faire les bruitages des sabres en mouvement !
Et comme toujours, ce petit jeu finit par se terminer.  C’était fatigant tout ça ! Au final la cabane ne ressemblait pas tout à fait à ce qu’elle avait imaginé, même si elle aimait bien le résultat. Et puis, elle s’était bien amusée à combattre le super-soldat et elle avait même gagné parfois !
Un moment plus tard, ils reprenaient leurs souffles, assit sur le sable. Ca devenait dur de jouer, Natasha se sentait de plus en plus lourde et bien sûr, elle n’envisageait pas le fait que ses muscles puissent protester de l’effort intense qu’elle avait exigé d’eux.
Tout à coup, John proposa d’aller explorer la grotte et la curiosité de Natasha prit le dessus sur la fatigue.

-Bonne idée ! Tu as de la lumière ?

Étonnamment, le bon sens commençait à lui revenir ; à croire que les effets du champignon commençait à refluer…  quoi que.
Elle laissa à John le soin de ramener sa lampe s’il le voulait, ressentant une légère angoisse à l’idée de pénétrer dans ce trou sombre et inquiétant. Etrange, tout à l’heure ça lui semblait être la meilleure idée au monde. Mais elle ne pouvait plus se défiler maintenant qu’elle avait dit oui. Ils pénétrèrent donc dans l’antre plutôt bien éclairée sur les premiers mètres étant donné que le soleil était encore haut dans le ciel, puis la lumière se tarit au fur et à mesure qu’ils avançaient dans ce qui semblait être un long couloir parfois droit, parfois virant à droite ou à gauche, mais laissant toujours assez de place pour se tenir debout. Si Natasha montra de l’entrain dans un premier temps, elle se rapprocha petit à petit de John jusqu’à glisser en douceur sa main dans la sienne pour se rassurer. Elle se rasséréna lorsqu’ils débouchèrent tout à coup sûr une immense cavité naturelle à ciel partiellement ouvert duquel filtrait les rayons du soleil. Ces derniers venaient éclairer un lac naturel et le spectacle était à tomber par terre.

-Wow lâcha Natasha, en admiration devant l’œuvre de mère-nature. Ses yeux se baissèrent alors vers le lac. Je me demande si c’est de l’eau douce.

Avec toutes les tasses qu’elle avait bues dans la mer, elle avait très soif et elle n’aurait pas été contre l’idée de soulager sa gorge.

-Je vais vérifier ! S’exclama-t-elle avant de se jeter dans l’eau sans prendre aucune précaution. Elle ressortit la tête de l’eau en s’écriant : C’est gelé !!

Et elle se précipita vers le rebord pour s’extirper du bassin non sans en avoir profité pour avaler quelques gorgées dans la foulée. Effectivement, c’était bien de l’eau douce. Elle tendit les bras à John pour qu’il l’aide à sortir et se mit à trembloter, les lèvres bleues.

-C’était pas une très bonne idée, admit-elle en se frictionnant les membres pour tenter de trouver un peu de chaleur. N’y vas pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 04/09/2015
√ Age : 25
√ Messages : 2237
John Sheppard
Dossier Top Secret
√ Age: 40 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Oui
MessageSujet: Re: Camping sauvage [John Sheppard] Jeu 12 Oct - 13:24

Camping sauvage et château de sable


L'homme se radina vers la rouquine, il n'avait pas construit de cabane depuis des lustres ! Quoique enfaite si, durant la mission Paradize, une mission qui aurait dû être : réjouissance fête et bonne ambiance, avait tournée à la catastrophe, poursuivis pas des indiens qui désiraient les trucider en toute sympathie. Enfin bref, ce fut à cet instant, et juste avant que les hostilités commencent, qu'il avait dû construire une cabane des plus désastreuses avec ses compagnons. Les indiens leur avaient données de quoi faire, mais que voulez-vous, les Atlantes avec un taux d'alcool dans le sang, n'avait pu offre comme édifice qu'une piètre cabane.

Mais celle-ci allait être grandiose ! Même Versailles se sentiraient bien laid comparé à leur œuvre prochaine ! Il en était persuadé, tout comme Natasha était persuadée de pouvoir voler du haut d'une falaise. Elle l'accueillie avec un compliment, un instant il se demanda de quoi elle parlait avant de souvenir qu'il avait déniché un maillot de bain plus fonctionnel que son caleçon moulant.

En réponse il lui fit un grand sourire charmant parfaitement naturel et non calculé. De toute manière, John n'était pas suffisamment bon, en matière de maitrise de son visage pour faire ce genre de manipulation. Il était naturel et il était aisé de deviner ses intentions rien qu'ne regardant ses prunelles toujours peinent d'émotion sincères.


« Merci. J’ai trouvé mon maillot, c’est plus adapté » Il baissa la tête remarquant qu’il avait un bleu similaire « Et on est assortis » fit ‘il en lui montra la bande sur le côté

La construction fut laborieuse, puisque les matériaux étaient bien loin de leur faciliter la tâche, mais aucun des deux humains ne s'en plaignaient, bien au contraire. Il semblait difficile à John de se concentrer sur une seule tâche, il se sentait presque obligé par son for intérieur de taquiner la jeune femme. Cela était plus fort que lui et très vite les bousculades évoluèrent en jeu. Heureusement, qu'elle était sur la même optique que lui, la folie enfantine de jeu de cours de récréation, sinon il y aurait eu un problème entre eux.

La provocation au sabre laser imaginaire semblait faire un écho particulier chez la belle rousse. Et les joutes des deux Jedis furent mine de rien plutôt équitable. Il alla aussi de ses bruitages et la série fut honorée convenablement par les deux terriens. Si la fatigue ne leur rappelait pas que leurs corps étaient malmenés depuis plusieurs heures, ils auraient encore continué encore et encore. John, râlait intérieurement ne de plus être aussi vigoureux que dans ses folles années, ne se doutant pas qu'ils se bagarraient depuis des heures et des heures avec Natasha. Et pas quelques minutes. Les jeux d'eau, la cabane et les sabre laser commençaient à être beaucoup, surtout qu'ils y allaient tous deux à fond !

Il toisa la cabane, une œuvre d'art qui n'allait peut-être pas rivaliser avec Versailles… mais c'est la faute aux matières premières ! Que voulez-vous faire avec de pauvres branches qui ne tiennent pas entre elles ? Franchement ! Et puis, ils manquaient de personnels !

Résultat du château:
 

« Mouai, on aura connu mieux comme château de sable n’empêche … » Fit-il d’un air taquin.

John avait vraiment du mal avec le temps et parfois se surprenait à se demander ce qu'il fichait ici. Il ne se souvenait plus très bien de la transition cabane/sabre/cabane et là assit sur le sable avec sa copine de bêtise. À dire vrai, il ne se souvenait plus de comment ils avaient atterri ici. Il sentait son corps protesté contre toute nouvelle activité physique… et en s'allongeant sur le sable chaud, il revit cette grotte… elle l'appelait, une nouvelle aventure ! Qu'il proposa immédiatement à Natasha, qui fut en accord et demanda de la lumière.

« J’ai vu une lampe de poche dans mon sac, je vais te la chercher ! » Dit-il en se leva, avec un basculement sur ses pieds, tel un acrobate.

Il marcha jusqu'à son sac, proche de son arme docilement couchée sur la feuille de palmier. Il prit sa lampe militaire et revenu vers la jeune femme, pour l'encourager à la suivre vers le tunnel rocheux. L'endroit était large et plus ils avançaient plus il faisait frais et John se fit la remarque qu'il aurait dû prendre des tongs. Au moment où, la lumière du zénith ne pouvait plus leur donner sa protection, prit le relai avec son objet, qui filtrait un cône de lumière blanche devant eux. C'est quelques mètres après, qu'il sentit Natasha se rapprocher de lui et glisser une main dans la sienne. Il lui sera celle-ci un peu plus fort, pour la réconforter tout en l'encourageant silencieusement à avancer. De toute manière, elle ne risquait rien avec lui. Qu'allaient-ils découvrir dans cette grotte ? Un dragon ? Ou bien même un trésor ?

Ce fut un trésor, mais pas de pièce d'or : une découverte très belle, puisque la fin du tunnel débouchait sur une cavité naturelle avec un gouffre d'eau et un puits de lumière. John était émerveillé de cet endroit si inattendue et ne percuta pas tout de suite que Natasha venait de le lâcher pour se jeter à l'eau. Il ne put que constater avec une petite moue l'erreur de sa copine. L'eau devait être froide… vu sa tête, elle le confirma très vite.

« Tu m’étonnes on est dans une grotte après tout ... Tu as l’air maline comme ça la tigresse… » Il ricana doucement.

Après bon, le soleil pouvait aider à la hausse de température de l’eau, peut-être que le soir, la pierre réchauffer toute la journée par le zénith donnait un peu plus de chaleur aux ondes ? Il ne sut point mais par contre, il avait soif. L’homme marcha vers le bord, pour tendre ses bras vers la grande plongeuse et la tracta vers lui, pour qu’elle sorte au plus vite. Il lui frotta ceux-ci avec énergie, il eut un petit rire la voyant toute grelottante et un peu penaude de sa connerie. L’avoir non loin de lui, qui n’était pas très vêtue, lui fila des frissons, oui l’eau devait être froide… glaciale au vu des petites perles d’eau qui s’écoulait de la jeune femme et qui touchaient méchamment la peau bouillante de l’homme.

« Je vais te chercher une serviette avant que tu ne finisses en glaçon » lui lançat’il en se détachant d’elle et lui laissant la lampe de poche dans la main, pour courir vers le couloir.

Il se fichait bien d'avoir les pieds écorchés par moment à cause de la pierre où de manquer de glisser à cause de la roche lissée par l'érosion. Il sortit de l'endroit en à peine une dizaine de minutes et se précipita vers ses affaires, pour y prendre une serviette. Un court instant, il se demanda même s'il ne devait pas prendre autre chose… il commençait à avoir faim. Bon, esprit embrumée ou non, il eut la précaution de ramener avec lui deux barres de céréales et un paquet de bonbons.

Quand, il revenu, il enveloppant la jeune femme dans la serviette verte pomme et alla s'asseoir vers les bords du lac, pour boire et s'installer dans la végétation moelleuse, pour observer l'endroit et manger.

« J’ai ramené le goûter ! Tu viens ? » Il tapota de sa main le sol à côté de lui, tout en la regardant amicalement.

À dire vrais, il avait vraiment le comportement d’un enfant jouant avec sa copine de bac à sable…et il était bien content d’avoir trouvé une copine aussi espiègle et fofolle que lui.

Natasha Avalon & John Sheppard
©️ Halloween



_________________
Double comptes : Isia Taylor-Laurence & Alexander Hoffman & Naalem Lays //écriture : MediumTurquoise


Dernière édition par John Sheppard le Jeu 12 Oct - 17:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 29/06/2017
√ Messages : 128
Natasha Avalon
Dossier Top Secret
√ Age: 34 ans
√ Nationalité: France France
√ Gêne: ATA
MessageSujet: Re: Camping sauvage [John Sheppard] Jeu 12 Oct - 16:28
-Mouai, on aura connu mieux comme château de sable n’empêche…

Natasha jaugea la cabane qu’ils avaient construite et fit la moue.

-Moi je la trouve très bien ! Elle est juste pas finie… et puis c’est pas un château ni du sable, t’es bête ! S’exclama-t-elle en le poussant gentiment.

Leurs aventures les menèrent vers un tout nouvel horizon. Il était vrai que la cabane n’était pas une franche réussite mais peut-être allaient-ils trouver un abri dans cette grotte ? Natasha n’apprécia guère le passage dans le noir et la douleur provoquée par le contact de ses pieds sur le sol rugueux de la grotte – bien que la douleur fut largement atténuée par cette folie passagère qui caractérisait chacune de ses décisions depuis plusieurs heures. Heureuse de retrouver la lumière du soleil et une source d’eau, elle plongea sans envisager le fait que le liquide n’était probablement pas à la même température que l’océan. Elle en ressortie les lèvres bleues et toute penaude.

-Tu m’étonnes on est dans une grotte après tout ... Tu as l’air maline comme ça la tigresse…

-Graou… répondit-elle pour refaire le tigre, mais l’enthousiasme n’y était pas, elle avait trop froid.

Il l’aida à se frictionner et le contact avec ses mains brulantes sur sa peau glacée lui fit un bien fou. Elle eut envie de se coller contre lui pour lui emprunter un peu de sa chaleur mais il l’a devança en lui proposant d’aller chercher une serviette.


-D’accord, répondit-elle en regrettant déjà le départ de son radiateur ambulant.


Mais l’idée était bonne. Et puis quand même, il était gentil son super-soldat de bien vouloir braver ce désagréable tunnel sombre pour elle, et en plus il lui laissait la lampe ! Un petit sourire se dessina sur les lèvres de la rouquine alors que John était déjà loin ; elle avait de la chance de l’avoir près d’elle… et rien que pour elle en plus.

Heureuse, elle se dirigea vers la partie ensoleillée de la grotte pour profiter de la chaleur du sol et du ciel sans s’arrêter de se frictionner. Le temps s’écoula et, lorsqu’elle commença à s’ennuyer (c’est-à-dire au bout de deux ou trois minutes), elle entreprit d’étudier la grotte puis, les eaux du lac. Elle réalisa alors que ce dernier était habité par une petite faune : il y avait des poissons là-dedans et qui savait quoi d’autres qu’elle n’arrivait pas à percevoir au fond de l’eau ! Il fallait croire que la présence des plantes et du soleil avait pu permettre à la vie de se développer. Lorsque John revint, Natasha était toujours en train d’observer les poissons dans l’eau. Il déposa une serviette sur ses épaules, ce qui eut pour effet de la réchauffer immédiatement. Elle lâche un soupir de soulagement et s’enroula dans le tissu.

-Merci !

-J’ai ramené le goûter ! Tu viens ?

 -Oui !

Elle quitta son poste d’observation pour aller s’installer à côté de lui dans l’herbe. Maintenant qu’il lui parlait de nourriture elle réalisa qu’elle était affamée. Ça devait être un truc de super-soldat de penser à tout ! Reconnaissante, elle lui fit un bisou sur la joue avant de prendre une barre chocolatée.

 -Est-ce que tu sais lire dans les pensées ? Demanda- Natasha en mangeant sa barre de céréale.

Elle avait la tête qui tournait un peu, peut-être à cause du froid ? C’est vrai qu’elle tremblait encore un peu.

-Dis, t’as pas froid toi ?

Elle ouvrit sa serviette pour lui laisser une petite place. Comme ça, ils pourraient partager leur chaleur corporelle et la serviette. Peut-être qu’elle était un peu plus gagnante dans l’histoire mais bon, ça partait d’une bonne intention. John lui fit remarquer que non, il n’avait pas froid, mais cela ne l’empêcha pas d’accepter la proposition par altruisme.

La belle commençait à se sentir vraiment fatiguée et cette impression de vertige ne la quittait plus et  tendait à se renforcer. La petite voix dans sa tête lui souffla qu’il valait mieux s’allonger par sécurité, pour éviter de tomber et de se blesser.

-Je suis fatiguée, ça te dirait de faire la sieste ? Demanda-t-elle à John.

Poussant la serviette, elle s’allongea sur l’herbe et vint se blottir contre son voisin pour profiter de sa chaleur. Hum… l’herbe ne faisait pas un très bon oreiller. Comme l’aurait fait un petit chaton, Natasha poussa le bras de John pour poser sa tête sur son torse et se lover contre lui. Voilà, c’était beaucoup mieux et la serviette allait leur servir de couverture. Bien au chaud et confortablement installée, la rouquine se laissa somnoler jusqu’à sombrer dans les ténèbres.

***

Il faisait un peu frais dans cet endroit, non ? Natasha se sentait lourde et fatiguée, comme si elle avait du mal à émerger d’un sommeil profond et elle eut envie de s’endormir à nouveau mais la fraicheur des lieux étaient un peu gênante. Heureusement qu’il y avait cette présence chaude et confortable près d’elle et elle se blottit un peu plus contre l’entité avant qu’un signal d’alarme ne s’active dans sa tête et qu’elle se dise que quelque chose clochait. Quand s’était-elle endormie ? Elle se souvenait avoir monté le campement mais après… plus rien. Un peu perdue, la jeune femme ouvrit un œil pour tenter de reconstituer les informations qui lui permettraient de faire le lien et nota deux choses : premièrement, elle ne reconnaissait absolument pas les lieux et deuxièmement… la chose confortable n’était pas un matelas mais une personne. Un homme. Torse-nue. John ?! Et elle, elle était en maillot de bain ? Ahurie, la jeune femme s’écarta pour reprendre ce qu’elle jugeait être une distance acceptable étant donné la relation, ou plutôt le peu de relation qu’elle avait avec John.

-Qu’est-ce que c’est que ce délire ?

Avait-elle été droguée ? Ça pourrait expliquer les symptômes qu’elle ressentait, ses muscles lourds, sa fatigue, la sensation de perte de repères…
Ou bien elle avait juste trop bu et elle avait fini dans les bras de John ? Que s’était-il passé entre eux ? Ils portaient tous les deux des vêtements mais leur tenue était plus que légère et… Oh merde ! Ils n’avaient pas couchés ensembles au moins ?! Et que foutaient-ils dans une grotte ?! Où étaient leurs affaires ? Elle se tourna vers le super-soldat et lui lança un regard interloqué.

-Dis-moi que tu sais comment on est arrivé ici, le supplia-t-elle.

Mais quelque chose lui disait dans le regard de son voisin qu’il était soumis aux mêmes interrogations qu’elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 04/09/2015
√ Age : 25
√ Messages : 2237
John Sheppard
Dossier Top Secret
√ Age: 40 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Oui
MessageSujet: Re: Camping sauvage [John Sheppard] Jeu 12 Oct - 20:01

Camping sauvage et château de sable


C’est quand même une belle trouvaille… cet endroit devait être inconnue de tous et eux ils tombent par hasard dessus, c’est une sacrée chance ! C’est ce que se disait John, alors qu’il goûtait tranquillement avec Natasha. Il avait bien fait d’écouter son ventre, il avait affreusement faim. Il faisait frais, mais les rayons de soleil qui inondait la pièce caverneuse, réchauffait suffisamment l’atmosphère pour pas qu’il ait froid. Dans un sens, John n’est pas du tout frileux, il a régulièrement trop chaud. Perdu un court instant dans ses pensées, cherchant surement une énième bêtise, que la rouquine lui demanda s’il lisait dans ses pensées.


« Euh… pour le goûter ? Non, J’avais faim, j’ai supposé que ma copine aussi » dit’il simplement d’un air un peu penaud. Il semblait méditer un peu « ça serait horrible de pouvoir faire ça… je ne suis pas certain que tout le monde ait de saines pensées »

Première fois qu’il avait un propos cohérent. Champagne ? Non… faut dire qu’il se sentait de plus en plus lasse et étrangement, un mal de tête commençait a pointé son bout de nez dans la synapse ! Les conneries, qu’il imaginait, lui paraissait de moins en moins cohérente et digne d’être faite. La folie commençait à redescendre. En tout cas, oui, savoir lire dans les pensées devaient être un don et une malédiction, il n’aimerait pas savoir ce qui se cache dans l’intimité des gens. Cela pourrait être terrifiant.

Son regard se tourna vers Natasha, elle avait froid ? Faut dire qu’elle tremblait encore et sa chute dans l’eau n’avait vraiment pas été une idée lumineuse. Après, bon, vu la couleur de l’onde, il comprenait qu’elle s’y soit jeter corps et âme. Il n’avait rien d’autre que lui pour l’aider à gagner plus de chaleur.


« Je n’ai pas froid, mais si tu veux tu peux venir, je ne vais pas te laisser mourir de froid, je jouerai avec qui après ? » dit-il pour la faire sourire un peu.

Il se reprocha d’elle suite à l’invitation de la serviette ouverte. Espérant qu’elle aille mieux. Il passa un bras autour d’elle, pour la frotter avec un peu d’énergie. Il était sacrément perdant, le corps de sa copine de jeu était parfaitement glacial et il serra les dents, quand il sentait un bout de peau froide sur sa sienne. Et en bon copain sympa comme il est, il ne dit rien.

La proposition de sieste tombait parfaitement bien, il ressentait cette fatigue lancinante et cette migraine douloureuse, s’allonger ne serait que profitable. Il hocha la tête se touchant le front.


« J’ai mal à la tête… je pense que ça ira mieux après la sieste » affirma t’il avant de se coucher sur l’herbe.

John se cala sur le dos, avec un bras derrière sa nuque. Commençant à sombrer dans l’inconscience et fut « piqué » par le contact de son amie, qui venait quémander de la chaleur, il la laissa se mettre en position, son confort avait moins de prix que celui des autres. Et cela était le cas, pour tout le monde. Sa bonté, lui avait joué des tours, mais il ne pouvait pas aller à l’encontre de sa nature et puis bon, il y trouva aussi son intérêt, puisque la peau de Natasha se réchauffait.

Et puis pouf plus rien, le blackout. La respiration calme le sommeil lourd… il finit par reprendre pied dans la réalité en sentant quelques frissons sur sa peau. Une fraîcheur nouvelle, lui mordait le torse. Le mal de tête était passée, mais il semblait être dans une sorte de brume… depuis quand il s’était endormi et surtout où ? Son dernier souvenir remontait au moment où il prenait des photos et que Natasha avait eu un mouvement de recul surmontée d’un « wow » … et En parlant de Natasha elle est où… Il voulut se redresser mais quelque chose de chaud l’en empêcha… Et c’est en tournant la tête qu’il croisa le regard de la jeune femme et eu un sursaut à son tour….


« Euh... » dit ‘il un peu décontenancée par cette situation fort gênante !

Mais qu’est-ce qu’elle fichait sur lui ? Ils dormaient de cette manière-là depuis combien de temps ? Et puis, ils sont où ? Ils ne sont pas dans une forêt ! Mais dans… dans une sorte de caverne, certes magnifique mais pas du tout connu par l’homme !! Il s’est passé quoi ?

John se redressa brusquement, afin de s’éloigner un peu de la jeune femme et de retrouver un espace intime autant pour lui que pour elle… son regard toisa le vide sous ses pieds et l’eau toute proche… il prit conscience de ses vêtements… un maillot, un simple maillot…Il était à moitié nu à dire vrai. Son regard se tourna vers la jeune femme, qui avait son pendant féminin… mais bon dieu ! Ils s’étaient changés quand ? Il savait très bien, que son maillot était dans son sac… Et surtout ils avaient fait quoi de leurs vêtements et autres affaires ?

John toisait d’une manière complètement interloqué sa compagne de randonnée… ne comprenant pas plus ce qu’il fichait ici et surtout ce qu’il avait pu faire… il ne se souvenait de rien et cela l’angoissai un tantinet.


« Non… je ne sais rien du tout…je ne me souviens de rien… absolument rien… et toi ? »Il fit une petite pause essayant de faire un peu d’humour « On ne sait pas où on est mais au moins…c’est joli »

Il se leva, regardant autour d’eux, il essayait de se souvenir de quelque chose… Natasha avait les cheveux humide… mais pas lui. Elle s’était donc baignée avant de s’endormir contre lui. Elle avait aussi sa serviette sur le dos…et sa lampe près d’elle. Avaient-ils eu un échange intime ? Il tourna sur lui, pour évaluer la forme de l’herbe… Elle était tassée à la forme de leurs deux corps l’un contre l’autre… aucun indice… Mais dans son for intérieur, il avait la conviction (sans savoir d’où elle venait) qu’ils n’avaient rien fait… ou pas eu le temps, ça il ne savait pas laquelle des notions était exacte. La seule chose qui lui revenait en tête était une impression, une sensation d’amusement constant et de fatigue.

« Je… Tu as ma serviette... mais garde là si tu as froid, tu es trempée encore… Tu vas bien ? Tu n’es pas blessée ? » Il était affreusement gêné. Son regard alla sur le tunnel… « Hum… viens on va voir s’il elles ne sont pas l’entrée de la grotte » Oui, ils auraient peut-être plus de réponse…

Pas besoin de paniquer, tout allait s’expliquer à un moment… L’homme resta calme reprenant les airs de responsable militaire sans le savoir. Il y avait un mystère là dessous et en conséquence une source de stresse… Pas de panique pour le moment, ils étaient deux et en vie...sans blessure apparemment. Il fit quelque enjambé, pour éviter de passer par-dessus Natasha et atteindre le relief et marcher vers le tunnel, pensant à récupérer sa lampe pour l’allumer dès qu’il fit sombre.


Natasha Avalon & John Sheppard
©️ Halloween



_________________
Double comptes : Isia Taylor-Laurence & Alexander Hoffman & Naalem Lays //écriture : MediumTurquoise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 29/06/2017
√ Messages : 128
Natasha Avalon
Dossier Top Secret
√ Age: 34 ans
√ Nationalité: France France
√ Gêne: ATA
MessageSujet: Re: Camping sauvage [John Sheppard] Jeu 12 Oct - 21:17
-Non… je ne sais rien du tout…je ne me souviens de rien… absolument rien… et toi ?

Natasha secoua la tête. Non, bien sûr que non elle n’en savait rien. Au moins c’était rassurant de savoir que John n’était pas responsable de cette étrange histoire, enfin du moins le prétendait-il mais elle le croyait bien volontiers ; ils se retrouvaient tous les deux dans la même galère avec un blackout sur le dos.

-Je crois qu’on avait monté le campement et qu’on était partis promener dans les bois…

- On ne sait pas où on est mais au moins…c’est joli.

-Oui… répondit-elle en balayant les lieux du regard.

Une grotte ! Pourquoi fallait-il que ce soit une grotte ?!  Non d’un chien, elle détestait les endroits sombres et fermés ! Aussi magnifique soit cet endroit, et elle ne paniquait pas encore grâce à la lumière du jour et à l’ouverture qui donnait sur le ciel, il était plus que probable que le chemin vers la sortie passe par des couloirs nettement plus serrés et obscurs. A l’évidence, il n’y avait pas de sortie possible en escalant les parois de la cavité… étaient-ils arrivés ici en sautant dans le lac depuis l’ouverture du haut ? Non, elle était mouillée mais pas John. D’ailleurs pourquoi était-elle mouillée ? Son maillot et ses cheveux étaient humides mais sa peau sèche donc elle avait dû faire trempette moins de trois heures plus tôt ; et la serviette qu’elle portait… elle n’était pas à elle. C’était celle de John ? Mais où étaient leurs sacs ? Son voisin avait l’air aussi mal à l’aise qu’elle. Etait-il arrivé aux mêmes interrogations sur la possibilité qu’ils aient pu faire des choses ensemble ?

« Pitié non… dites-moi que je n’ai pas couché avec John ! »

Non pas que le soldat la repoussait, loin de là, mais l’idée d’avoir des rapports intimes avec un homme et de ne pas s’en souvenir la rendait malade. Surtout cet homme-là, il n’était pas n’importe qui dans la cité et elle l’aimait bien, ce qui ne facilitait pas les choses.

-Je… Tu as ma serviette...
-Oh…

Elle la retira prestement de ses épaules avant que John ne reprenne la parole :

-Mais garde là si tu as froid, tu es trempée encore…

Natasha lui offrit un pâle sourire. Elle n’aimait pas du tout cette gêne qui s’était formée entre eux, mais comment aurait-il pu en être autrement étant donné les évènements ?

-D’accord, merci. N’hésite pas à me la réclamer si tu veux la récupérer.

-Tu vas bien ? Tu n’es pas blessée ?

-Non… Elle bougea ses articulations pour vérifier qu’il n’y avait aucun souci. Ses pieds lui faisaient un peu mal mais quoi d’étonnant si elle s’était promenée pied nue dans une grotte ? J’ai l’impression de me réveiller d’une très grosse soirée arrosée… mais c’est la première fois que j’expérimente le black-out et ça me fiche un peu la trouille. Et toi, tu te sens comment ?

Elle faillit ajouter « je peux t’examiner si tu veux » mais elle s’arrêta dans son élan en songeant au fait que John n’avait peut-être pas envie qu’elle le touche étant donné les circonstances. Et elle, le voulait-elle ?
Il regardait vers ce qui ressemblait à une entrée de tunnel et son cœur se serra. Et voilà, ce qu’elle redoutait arrivait : John voulait explorer pour trouver la sortie et des réponses. Elle fit de son mieux pour cacher son appréhension.

-Oui… on est surement pas arrivés par là-haut, répondit-elle en levant les yeux vers l’ouverture.

Elle reposa les yeux vers l’ouverture qui donnait sur l’obscurité et frissonna. Heureusement qu’ils avaient une lampe torche, mais même comme ça elle n’était pas sûre de rester calme bien longtemps. Mais John était là et elle ne pouvait pas se permettre de faire sa difficile alors elle lui emboita le pas, non sans avoir vérifié une dernière fois qu’il n’y avait vraiment aucune possibilité de remonter en escaladant la paroi. L’entrée du couloir était éclairée dans un premier temps, mais très vite l’obscurité s’installa et John alluma sa lampe. « Et si les piles lâchaient ? » songeait Natasha qui étaient en train d’échafauder les pires scénarios, comment feraient-ils ? Comment ferait-elle ? Elle prit une grande inspiration et parcourut une centaine de mètres dans le silence le plus total, son angoisse augmentant d’un cran à mesure qu’ils s’enfonçaient dans la montagne, jusqu’à ce qu’elle trébuche sur une pierre et se rattrape de justesse à la paroi. C’était l’émotion de trop et elle se figea en tremblant, elle n’arrivait plus à bouger.

-Je suis désolée, dit-elle d’une voix décomposée,  j’y arriverai pas… je suis vraiment désolée. L’obscurité me terrifie et c’est mille fois pire dans les endroits fermés comme les grottes.

Dehors c’était différent. Natasha n’avait pas peur de la nuit grâce aux étoiles et à la lune qui éclairaient un minimum les choses, et puis elle avait toujours de la lumière avec elle, mais c’était différent dans les grottes : les parois étaient trop épaisses, elle était littéralement enfermée dans la montagne et la sensation était horrible. D’autant que c’était John qui tenait la lampe, ce qui ne l’aidait pas à se rassurer puisque qu’elle ne contrôlait pas le faisceau. Elle se sentait honteuse et gênée de faire subir ça à son compagnon, d’habitude on pouvait compter sur elle mais là… c’était comme se retrouver au milieu de l’un de ses cauchemars, c’était trop dur. Si au moins elle était sûre de trouver la sortie cent mètres plus loin… mais ils n’en savaient rien. Peut-être qu’ils allaient tomber sur un réseau de galeries et se perdre : comment sauraient-ils quel chemin prendre ? S’ils étaient arrivés au lac dans un état de sobriété avancé rien ne garantissait qu’ils n’avaient pas tourné en rond un moment avant et sans prendre aucun repère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 04/09/2015
√ Age : 25
√ Messages : 2237
John Sheppard
Dossier Top Secret
√ Age: 40 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Oui
MessageSujet: Re: Camping sauvage [John Sheppard] Dim 15 Oct - 20:51

Camping sauvage et château de sable


John hocha la tête, il avait les mêmes souvenirs que la jeune femme… ils avaient monté un campement pour éviter de se trimballer avec les tentes durant la balade. Chose normal, ils n’allaient pas se crever à marcher avec du surplus…Il soupira, il avait déjà expérimenté un black-out étant jeune suite à une cuite un peu trop abusive et avait essayé dès lors de ne jamais plus retenter l'expérience. Et il aurait été fort surprenant, que nos deux aventuriers se sont bourré la gueule en pleine forêt. Et surtout avec quoi ?

« Il me semble, que tu as eu peur de quelque chose, je suis venu te voir et puis… et puis je ne me souviens plus » Lâcha-t-il dans un soupir… navrant… oui navrant de ne rien se souvenir.

Dans un sens il espérait réellement que ces souvenirs reviennent rapidement, cela est mine de rien inquiétant, angoissant ne de ne pas savoir comment ils sont arrivés ici et surtout ce qu'ils ont pu faire. Au moins, ce fut très jolie et ce fut peut-être la seule consolation qu'ils pourraient avoir tous les deux. Le regard de l'homme était perdu dans les suppositions d'un rapport plus intime qu'un simple câlin. Même, s'il était intimement convaincu du contraire, il n'était pas le plus doué pour être certain de ses convictions de ce type. Ils auraient pu très bien le faire avant et pas forcément ici. En tout cas, il espérait clairement, que ce ne fut pas le cas. Il n'était pas du genre à apprécier avoir une aventure sans s'en souvenir et puis bon, s'ils avaient été drogués ou alcoolisé… c'est assez peu glorieux pour les deux. Autant, d'avoir couché avec Natasha, autant que ça soit un acte volontaire et pleinement conscient. Elle était bien loin d'être vilaine, elle rentrait pleinement dans ses critères physiques et mentalement, il était en train de la découvrir, autrement que dans un cabinet. Et du peu qu'il avait abordé, il l'appréciait et il serait complètement con, de tout envoyer en l'air à cause (justement) d'une partie de jambes en l'air… Bonjour la gêne mine de rien. Déjà, qu'elle était présente et son regard quand il tourna l'œil vers elle… constant qu'elle portait sa propre serviette… il fut évident qu'ils étaient tous deux en train de se turlupiner le cerveau sur cette grande question du jour.

John ne désirait pas reprendre sa serviette, elle était mouillée encore et il en aurait rien fait de plus. Autant qu'elle la garde. Il n'aimait pas, cette sensation de ne pas savoir où se mettre ou quoi dire pour chasser la gêne. Il avait l'air complètement con et cela le rendait fou intérieurement. Et il s'enquérant de son état, pour le peu qu'elle soit blessée… il avait affreusement mal aux muscles signe qu'ils avaient fait une activité sportive avant. Avait-il couru comme des dératés ? Escaladé des montagnes ou bien …ou bien, il ne voulait pas lié autre chose. Mais si en faisant, ça, il avait des courbatures c'est qu'ils avaient revisités tout un ouvrage ! Et ils ne s'en souvenaient pas ! Non mais vraiment, faut qu'il arrête d'essayer de faire des suppositions, tout revient sur ce sujet et cette gêne entre eux ne fait que grandir. Elle lui demanda en retour comment il se sentait. Devait-il être réellement franc avec ? Autant briser cet écran entre eux…et puis bon, ce qui s'était passé ne pourrait être effacé autant assumer non ? Il ne savait pas trop quoi faire. Natasha pouvait voir qu'il hésitait dans ses belles prunelles claires.


« Oui, sauf que je ne sais pas où on à trouver la bière pour finir aussi mal » Dit-il pour faire un peu d’humour. « Je ne suis pas blessé… sauf peut-être à la plante de mes pieds… mais, en toute franchise, je me sens surtout bête et gêné… je ne sais pas ce qu’on a fait et j’ai des courbatures signe d’une activité physique intense. Et puis… » Il soupira, on aurait dit un petit garçon qui n’ose pas parler à la voisine au coin de la rue, pour lui proposer de jouer à la balançoire. Qu’est-ce qu’il n’aimait pas ça… il avait 41 ans pas 13 ans ! Un adulte responsable qui devait mine de rien assumer et essayer de déchirer ce maudit rideau opaque de la gêne entre deux humains se réveillant dans une étrange posture ! « Et puis bref, j’espère qu’on va se souvenir, puisque je n’aime pas cette gêne qui vient de s’installer entre nous…Alors qu’il y a aucune raison pour le moment » Lâcha-t-il un peu trop vite, comme si ces paroles étaient brûlantes.

Enfin bon… il était temps, de voir l’extérieur, de constater où ils avaient échoué surtout. Et accessoirement retrouver leurs affaires. Pour le peu qu’ils les aient perdus, ils seraient bien dans la merde.

Machinalement John, le va aussi les yeux vers l’ouverture… mise à part en rafting…Mais il n’y avait pas de corde. Et cela serait quand même étrange de faire cela. Après bon, s’ils avaient été drogués, les moindres idées farfelues devaient être une bonne idée. Il est déjà bien, qu’ils ne se soient pas tués bêtement.

Le jeune homme était déjà vers la sortie, ne voyant pas les frissons et autres réticences de sa compagne d’aventure. D’ailleurs, il ne pensait pas qu’il y aurait un quelconque problème. Et il se trompa lourdement. Le silence était pressant, il devait le reconnaître. Et plusieurs fois, il réajusta sa marche, pour rester près d’elle. Il ne savait pas vraiment si ce couloir, allait les faire sortir directement ou non. Les grottes, ont toujours ce côté mystérieux et un brin angoissant. Et même si sur terre, John n’aurait aucune crainte particulière, sur pégase il avait appris à se méfier de tout.
À peine une centaine de mètres dans le noirs, Natasha bloqua. S’excusant de son incapacité à mettre un pied devant l’autre. Elle était en train de faire une crise de panique à cause de l’endroit… John prit cela pour de la claustrophobie et se demanda bien comment elle avait réussi à traverser à l'aller… Encore un mystère. Il se rapprocha un peu d’elle, lui touchant le bras d’un air rassurant. Il avait déjà dû gérer des crises de peur et notamment celle d’Erin en mission qui redoutait le vide…La RDA n’avait pas voulue sauter de la cascade de Paradize et il avait été contraint de la prendre et de sauter avec elle, sinon ils se faisaient tuer. La seule solution était de la forcer à quitter l’endroit et hors de question de faire demi-tour…Que ferait-elle si la nuit tombe ? Dans cette grotte ? Une crise d’angoisse encore plus forte sans aucun doute.

« Ce n’est pas grave… Tu veux ma lampe ? » Il lui tendit l’objet, lui fourrant dans les mains. Peut-être que ce genre de chose, pouvait l’aider… l’aider à se garder dans la lumière. Il profita d’avoir l’autre main libre pour lui toucher l’épaule d’un geste apaisant et l’encourager à faire un pas en avant.
« Tu ne risques rien… Si tu as su passer à l’allée, c’est que le tunnel n’est pas si grand » Il parlait d’une voix rassurante. Il en savait rien, mais ce n’est que de la déduction.


Elle était tétanisée par la peur, ne pouvant pas la forcer à avancer… il ne pouvait rien faire d’autre. Pourtant, plus vite ils seront sortis de là, plus vite, elle serait mieux. Cela l’embêtait terriblement, pour elle de lui imposer ce genre d’épreuve. Les phobies, sont quelque chose de terrible, qui peut vous clouer le meilleur des soldats au sol en train de hurler à cause d’une souris. Il toisa la jeune femme.

« Si tu ne te sens pas… » Voilà qu’il allait lui proposer quelque chose de gênant. Cela l’aurait-été quand même s’il n’y avait pas eu cette fichue suspicion d’un rapport sexuelle entre eux ? Non, pour lui, cela aurait été naturelle de l’aider quitte à la porter. Puisqu’il n’y aurait pas eu de sous-entendu plus cocasse… là… oh et puis au diable la gêne !
« Je peux te porter si tu veux… enfin si ça t’aide à traverser le tunnel » Il ne voulait pas la forcer, mais, il serait peut-être contraint de le faire…
« Ou donne-moi la main, et on y va ... ensemble » Encore une solution. Il cherchait à l’aider… sans que la crise amplifie davantage.

Natasha Avalon & John Sheppard
©️ Halloween



_________________
Double comptes : Isia Taylor-Laurence & Alexander Hoffman & Naalem Lays //écriture : MediumTurquoise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 29/06/2017
√ Messages : 128
Natasha Avalon
Dossier Top Secret
√ Age: 34 ans
√ Nationalité: France France
√ Gêne: ATA
MessageSujet: Re: Camping sauvage [John Sheppard] Mar 17 Oct - 1:26
-Il me semble, que tu as eu peur de quelque chose, je suis venu te voir et puis… et puis je ne me souviens plus.

-Nous aurions été attaqués par quelque chose ?

Ou quelqu’un peut-être ? Ce n’était pas suffisant pour comprendre ce qui leur était arrivé mais ça pouvait être une piste à creuser. Etrangement, elle se sentie soulagée à l’idée qu’elle n’était peut—être pas responsable de cet état. Si quelqu’un les avait drogué elle n’était pas vraiment coupable de toutes les choses qu’elle aurait pu faire pendant le black-out… si ?

Décidément, elle ne comprenait pas ces gens qui buvaient au point d’en perdre la mémoire et qui remettaient ça la semaine suivante. C’était insupportable de ne pas se souvenir ! La seule consolation c’était que John était dans le même état, il ne pouvait donc pas la juger. Mais ne pas savoir comment elle s’était retrouvée à dormir dans ses bras et dans cette tenue était un calvaire. D’ordinaire, elle ne perdait jamais le contrôle avec les hommes, c’était même tout l’inverse, elle le gardait tellement qu’elle finissait par mettre un terme à ses relations parce qu’elle était incapable de s’engager sur la durée. Il fallait dire que son modèle du couple était largement pourri par la relation pitoyable que ses parents avaient entretenue jusqu’à ce que sa mère quitte définitivement le foyer. Elle avait treize ans, rien de tel qu’un abandon pour apprendre à une adolescente à comprendre la vie. C’était aussi l’âge où elle était devenue la mère ET le père de substitution de sa petite sœur de quatre ans dans la mesure où leur géniteur préférait s’enfermer dans le travail que de s’occuper de ses enfants. Il n’était pas question de laisser les services sociaux les séparer, elle avait donc fait un choix par la force des choses.
En soi, elle n’était pas contre les coups d’un soir si c’était assumé par les deux partis mais quelque chose la chagrinait à l’idée que ça ait pu arriver avec John indépendamment de leur volonté. Elle le connaissait peu mais elle l’appréciait et qui savait comment leur relation allait évoluer après ça ? Probablement pas de la bonne manière, il suffisait de voir la gêne qui s’était installée entre eux. Elle lui demanda comment il se sentait et il répondit par un trait d’humour qui lui arracha un sourire gêné.

-Oui, sauf que je ne sais pas où on à trouver la bière pour finir aussi mal.

-Moi non plus mais elle devait être bonne, répondit-elle.

Bon, ils arrivaient encore à plaisanter… tout n’était pas perdu.

-Je ne suis pas blessé… sauf peut-être à la plante de mes pieds… mais, en toute franchise, je me sens surtout bête et gêné… je ne sais pas ce qu’on a fait et j’ai des courbatures signe d’une activité physique intense. Et puis…

Les joues de Natasha se colorèrent et elle baissa les yeux, plus que mal à l’aise. Evidemment, John était passé par les mêmes réflexions qu’elle. Un observateur extérieur aurait pu trouver le comportement du colonel amusant voir mignon mais pas Natasha dans la mesure où elle était aussi gênée que lui.

-Et puis bref, j’espère qu’on va se souvenir, puisque je n’aime pas cette gêne qui vient de s’installer entre nous…Alors qu’il y a aucune raison pour le moment.

-Oui, lâcha-t-elle dans un soupir. Son cœur battait beaucoup trop vite ! C’est vrai. Et puis même s’il y avait une raison… nous ne serions pas vraiment responsables, hein ?

Elle lui lança un regard suppliant l’air de dire « s’il te plait, dis-moi que tu es d’accord et que ça ne pourrira pas notre relation ». En soi, ils n’étaient pas vraiment amis tous les deux et ils se connaissaient assez peu, mais le peu qu’elle savait de lui lui plaisait et elle n’avait pas envie de foutre en l’air une possible amitié pour de telles conneries.

Puis vint l’heure de quitter la lumière rassurante du soleil pour s’engager dans un tunnel obscur sans avoir la moindre idée d’où se trouvait la sortie et ce qui devait arriver arriva : elle paniqua totalement. Elle n’était déjà pas en très bonne condition mentale avant  de s’engager dans le noir, dans le cas contraire elle aurait peut-être mieux géré la situation, mais là ce fut la cerise sur le gâteau. Elle détestait montrer sa vulnérabilité aux gens, toute sa vie elle avait veillé à se construire une image de femme forte et inébranlable et les personnes au courant de son passé étaient bien peu nombreuses. Pourtant, à cet instant, elle était incapable de contrôler les tremblements de ses muscles ou ses membres qui refusaient de bouger et elle s’en voulait pour ça. Ils étaient déjà dans une situation impossible et il fallait qu’elle en rajoute une couche ! Elle n’avait pas envie d’agacer John ou pire, qu’il ait pitié d’elle ! Mais elle avait la trouille, une fichu trouille des lieux fermés et obscurs dont elle ne pouvait pas s’échapper, exactement comme dans ses cauchemars, et elle n’arrivait pas à gérer cette crise de panique. Il lui toucha le bras et elle se raidit, pourtant ce geste la rassura. Sentir une main chaude sur son bras glacé était agréable et lui faisait réaliser qu’elle n’était pas seule.

-Ce n’est pas grave… Tu veux ma lampe ?

Et avant qu’elle n’ait répondu il la lui fourra dans les mains. La jeune femme s’y agrippa de toutes ses forces, comme si on venait de lui donner un nouveau pouvoir magique indispensable à la poursuite de sa quête : le contrôle de la lumière. C’était un petit geste anodin mais John avait visé juste, la rouquine recommençait à respirer. Elle sentit vaguement sa main chaude sur son épaule mais elle était trop concentrée sur la lumière pour s’y attarder. Promenant son faisceau autour d’elle, elle cherchait des repères pour se rassurer.

-Tu ne risques rien… Si tu as su passer à l’allée, c’est que le tunnel n’est pas si grand.

-Ou bien que j’étais trop désinhibée par une quelconque substance pour ressentir de la peur.

Elle prit une grande inspiration pour essayer de se calmer.

-Je suis désolée de t’imposer ça, je déteste me montrer dans cet état.

Parler lui changeait les idées, au moins un tout petit peu. John lui proposa alors de la porter… il était sérieux ? Du haut de son 1m70 et de ses soixante-trois kilos elle allait lui casser le dos ! Bon, objectivement parlant, il avait dû en voir d’autre mais elle n’avait pas l’habitude d’être traitée en princesse et ça la gênait, aussi secoua la tête pour répondre par la négative.

-Ou donne-moi la main, et on y va ... ensemble.

Si Natasha détournait ostensiblement le regard depuis le début de sa crise de panique pour éviter de croiser celui de John de peur d’y lire quelque chose qui ne lui aurait pas plu, elle tourna finalement la tête vers lui pour regarder la main qu’il lui tendait. Il faisait preuve d’une grande patience à son égard et sa voix était calme, il n’avait pas l’air de la juger. Ce n’était peut-être qu’une apparence mais elle avait envie de le croire.

-Ok…

Elle glissa une main tremblante dans la sienne et la serra fort comme pour s’assurer qu’elle était bien là et qu’elle n’allait pas partir, et ferma les yeux pour prendre de grandes inspirations.


-Tu as raison, la sortie doit être tout près. Je vais y arriver, dit-elle, plus pour se convaincre elle-même que pour faire la conversation à son voisin. Elle leva les yeux vers John et lui adressa un sourire un peu forcé avant de détourner le regard pour faire face au couloir qui s’étendait devant eux. Allez on y va.

Avec une nouvelle détermination, la belle se remit en route en balayant régulièrement la zone avec sa lampe pour être sûre qu’aucune créature étrange ne rodait dans les parages ou qu’ils ne risquaient pas de se prendre une stalactite dans la tête ou de taper les pieds contre une stalagmite. Elle s’efforçait de mettre un pied devant l’autre sans penser au fait qu’elle se trouvait coincée dans le ventre d’une montagne et que rien ne pouvait lui permettre d’en sortir si elle n’arrivait pas à trouver la sortie. Fort heureusement, cette dernière ne tarda pas à se montrer puisque quelques rayons de lumière commencèrent à filtrer au loin. Natasha poussa un soupir de soulagement et pressa le pas, entrainant John avec elle. Lorsqu’elle elle arriva sur la plage, elle songea qu’elle n’avait jamais été aussi heureuse de trouver du sable. Elle était peut-être dans un lieu inconnu mais au moins ce n’était plus cette foutue grotte !! Elle fit quelque pas en avant pour étudier les environs avec curiosité avant de réaliser qu’elle tenait toujours la main de John. Ses joues rosirent  et elle le lâcha, franchement mal à l’aise. Elle se sentait mieux depuis qu’elle avait retrouvé la lumière du jour et elle était d’autant plus mal d’avoir paniqué dans la grotte ; si elle avait su que la sortie était aussi proche elle aurait certainement tenu le coup. Enfin, c’était fait, inutile de revenir dessus.

Elle nota que les rayons du soleil étaient bas, comme si la journée était plus près de sa fin que du début. Combien de temps s’était-il écoulé depuis qu’ils avaient quitté le campement ? Des heures ? Des jours ? Atlantis avait-elle envoyé une équipe de recherche en ne les voyant pas rentrer ? Bon sang, foutue amnésie ! Tout ce qu’elle savait, c’est qu’elle avait faim et qu’elle était fatiguée. Elle repéra alors quelque chose plus loin, ça ressemblait à une sorte de… cabane ? Un abri pas terminé. En tout cas ce n’était pas naturel.

-John, regarde ! Dit-elle en tendant le doigt vers le château de Versailles new age, heureuse de trouver une distraction qui  lui permettait d’esquiver le sujet de la crise qu’elle venait de faire. Il doit y avoir des gens qui vivent dans le coin non ? Ce tas de bois ne s’est pas entassé tout seul. Bizarre, cette hutte lui était familière… et ça lui inspirait un sentiment positif. Elle fronça les sourcils.Ne me dis pas que c’est nous qui avons construit ce truc… ? Demanda-t-elle d’un air complètement hasardeux. Elle n’avait aucune idée d’où elle tirait cette impression mais il lui semblait qu’elle était liée à cette cabane. Etrange.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 04/09/2015
√ Age : 25
√ Messages : 2237
John Sheppard
Dossier Top Secret
√ Age: 40 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Oui
MessageSujet: Re: Camping sauvage [John Sheppard] Sam 21 Oct - 14:23

Camping sauvage et château de sable


Attaqué par quelque chose ? John eut un moment de réflexion et se reconsidéra lui-même, il n'avait aucun signe de lutte sur son corps, pas de bleu, autre que ceux qu'il aurait pu avoir lors de l'entraînement… aucune plaie fraîche. Son regard alla sur Natasha, la détaillant un peu, dans la mesure de ce qui n'était pas caché par la serviette. Elle n'avait rien, indemne de toute traces significatives.

« Aucunes traces de lutte sur nous, après on a pu être assommés » Il se passa une main sous ses épais cheveux, ne sentant aucune bosse
« Mais cela me semble peu probable. Peut-être avons-nous senti quelque chose ? » Il ne restait bien que cette piste..

L'homme eut un frisson, cela le fit penser à janvier avec toutes ses femmes « violées » et droguées à leur insu à cause d'un baume de phéromones. Impossible à détecter sans savoir exactement ce que l'on cherche, laissant une trace dans le sang… Il serait surprenant qu'ils aient été attaqués par des humains, il n'y avait pas âme qui vivent dans les environs et ce n'est pas le genre des Athosiens, John ne pouvait pas imaginer ce peuple se mettre à droguer qui que ce soit.

John était perplexe à cet état et ne comprenait pas comment ils en avaient pu arriver là. Cela était tout bonnement flippant et fortement inquiétant. L'humour un peu bancale de l'homme pour répondre à une question simple, ne détendit pas vraiment l'atmosphère. John se doutait qu'elle était en proie aux mêmes questions et aux mêmes doutes. Il est marrant de voir que les humains, penses directement à un rapport sexuel, comme si cela pouvait être logique en état secondaire. Et malheureusement, c'est souvent le cas, qui n'a pas un ami né (quand les parents l'assument et le dise) à cause d'un nouvel an un peu trop alcoolisé ? Ou des souvenirs de jeunesse, soirée typiquement américaine, avec les fameux gobelets rouge source de nectar de l'oublie… Bref.

John lui fit un petit sourire en hochant la tête, oui, cette bière devait être sacrément bonne oui. Et suite à cette petite blague il crut bon de jouer la carte de la franchise, histoire désamorcée la gêne entre eux et éviter de faire des conclusions trop hâtives. Il se sentit encore plus bête en voyant que sa révélation, gênait encore plus sa coéquipière de galère. Quel sentiment désagréable n'empêche, il aurait peut-être été moins gêné si cela avait été Erin ou Karola, deux amies proches… quoiqu'avec sa major cela aurait été pire que tout. Il aurait eu une autre forme de gêne que celle-ci, puisqu'il ne connaissait pas beaucoup Natasha et ne pouvait pas soupçonner une certaine manière de réagir. Enfaite qu'importe avec qui, cette situation était grotesque. Son regard clair se leva sur la jeune femme avec son regard suppliant … Il eut une petite moue mal à l'aise… Responsable ? Non, ils n'avaient pas toutes leurs fonctions mentales à ce moment-là. Il ne sut si le pire serait d'avoir constamment le doute ou de le savoir maintenant.


« Non. Nous ne pouvons être responsable de nos actions dans état involontaire … » Il lui fit un sourire franc, il n’avait pas plus envie qu’elle de foutre ce débit d’amitié en l’air à cause d’un acte inconscient.
« J’espère juste que s’il y a eu quelque chose de plus intime, tu ne viendras pas me réclamer une pension alimentaire dans 9 mois » Dit-il d’une manière un peu humoristique pour essayer une nouvelle fois de détendre leurs tensions respectives.

Il fut grand temps de trouver une sortie et de la grande peur de la rouquine. John resta calme pour rassurer la jeune femme. Même s'il n'avait pas de phobie, il essayait de se mettre à sa place et il ne pouvait que compatir avec elle. La proposition anodine de la lampe, comme un guide pour chasser l'obscurité fut une très bonne idée. John ne pensait pas que cela serait aussi bénéfique pour la jeune femme. C'est comme avoir un pistolet en mission alors qu'on ne sait pas bien tirer, c'est rassurant et on se sent protégé car avec un « objet » capable de nous rendre fort. Il la laissa faire son petit manège avec le faisceau de la lumière.

« Peut-être oui. » Dit-il simplement, s’il elle en avait si peur que ça, même dans un état non naturel, les peurs sont comme les moustiques, elles survivent toujours !

En réponse à son état qu'elle ne souhaitait pas montrée, chose normal, personne n'aime montrer ses faiblesses normalement. Sauf qu'on a une personnalité de victime. Il lui frotta l'épaule d'un geste rassurant, pour lui dire que cela n'avait aucune importance et qu'elle ne sera pas jugée. Il n'avait nullement le droit de le faire. Les peurs ne sont pas contrôlables, il venu à lui proposer de la portée si la peur lui coupait toute actions motrices. Cette proposition un peu gênante, fut refusé et il s'en trouva presque soulagé, se disant qu'il avait été bien bête de lui proposer cela. Surtout avec les subissions juste avant. Bref, il lui tendit une main qu'elle lui prit en tremblant.

« Oui » Dit-il en lui serra la main, pour lui marquer qu'il ne la lâchera pas. Il était clairement dans la gestuelle rassurante pour lui permettre de se raccrocher à lui et de combattre son état.

Durant la marche, il eut soudainement une sorte de flash, un flash un peu violent, qui le fit ralentir. Il secoua la tête agacée. Une bribe de souvenir lui était revenu en tête, se souvenant qu'à l'aller, justement, elle lui avait pris la main… sur le coup ses pensées semblaient être très floue. Il se surprit à entendre les siennes, se disant qu'elle ne devait pas être rassurée et que son contact ne le gênait nullement. Cela le dérouta un tantinet et il sentit que Natasha pressa le pas. Il y avait une faible lumière signe que la sortie était là, proche d'eux.

L’homme se laissa entraîner, encore un peu éberlué de ce flash. John s'attendait à être éblouie par le soleil, mais cela ne fut pas le cas. Ils étaient en fin d’après-midi… Ils avaient erré, depuis combien de temps ? Ils étaient partis le matin ! L’homme soupira d’une lassitude grandissante. Il ne reconnut nullement l’endroit et cela ne lui disait absolument rien. Cette baie, certes magnifique avec cette falaise et la forêt non loin. Il sentait Natasha, le tirer en direction de celle-ci puis tout comme lui, elle prit conscience, qu’elle était encore agrippée à sa main. Elle lui lâcha et machinalement l’homme, leva les yeux autre part, pour faire comme s’il cela ne l’avait pas effleuré. Qu’il ne s’était rendu compte de rien, alors qu’il se demandait où elle voulait aller juste avant.

Son regard balaya la plage, trouvant non loin, un amas qui ressemblait à un sac. Comptant bien y jeter un coup d'œil, il fut arrêté par l'appel de Natasha. Elle lui montrait une étrange cabane aussi mal faite que des gamins de six ans ! John eu petit sourire amusé face à cette œuvre d'art. Il s'y approcha. « Si des gens vivent ici, ils auraient mieux fait leur abri… » Il observa la construction hasardeuse, les branches n'étaient pas faites pour la construction et cela avait dû être une galère à accumuler de cette façon. En touchant l'édifice, il eut un autre flash, se voyant justement empiler la matière première et se dire que ce château n'était pas si beau que cela…

« Je crois que si… j'ai une sorte de flash … le château de Versailles ça te dit quelque chose ? » Il la toisa étrangement… ils n'avaient pas été très bon en construction de cabane. Puis, il se mit à rire.
« « On ne va pas aller loin avec cet abri tiens ! » Il fit quelques pas « Je vais voir là-bas, je crois que c'est nos affaires » Son doigt pointa l'endroit.

Il avait de l'espoir, se disant que tout n'était pas perdu. Il retrouva son arme, entièrement sèche et se douta qu'il l'avait démontée… mais pourquoi donc ? Son regard alla sur la mer, ils s'étaient baignés avec ? Cela expliquait ses vêtements accrochés et son caleçon… Il se sentit rougir jusqu'à la pointe des cheveux, constatant, qu'à côté il y avait aussi les affaires de la demoiselle. Par contre, aucun sous vêtement. Elle avait peut-être dû l’enfiler son maillot en dessous depuis le début ? Sûrement et cela ne le regardait pas. Il s'était changé devant elle ? Il avait mis son maillot pour se baigner ou parce que ce ne fut la seule affaire sèche à ce moment-là ?

Il secoua la tête… c’est franchement pénible de ne se souvenir de rien. Tout en ramassant ses affaires, il essaya de voir ce qui lui restait. La majorité était avec les tentes… Il trouva son appareil photo complètement trempé qui ne marcherait plus jamais. Cela lui fila un coup au cœur mine de rien. En l’ouvrant, la carte SD pouvait être encore utilisable, donc ne perdrait peut-être pas les photos faites le matin. Même si, elles n’étaient pas légions. Il se félicitait cependant, de faire une sauvegarde à chaque expédition, pour les garder sur son ordinateur et non sur la carte de l’appareil.


« Fait chier… » murmurat’il contre lui-même.

Il faudrait attendre le prochain allé retour du Dédale et faire une commande. Cela allait prendre plusieurs semaines. À tous les coups, il devra attendre le prochain voyage.
Il alluma sa radio, hors de portée… bon ils ne pouvaient communiquer avec personne. Il décida d’ouvrir sa carte, qui par chance était dans un papier étanche. Il s’accroupissait, pour essayer de les localiser avec les éléments autour d’eux.


Natasha Avalon & John Sheppard
©️ Halloween



_________________
Double comptes : Isia Taylor-Laurence & Alexander Hoffman & Naalem Lays //écriture : MediumTurquoise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 29/06/2017
√ Messages : 128
Natasha Avalon
Dossier Top Secret
√ Age: 34 ans
√ Nationalité: France France
√ Gêne: ATA
MessageSujet: Re: Camping sauvage [John Sheppard] Dim 22 Oct - 14:03
-J’espère juste que s’il y a eu quelque chose de plus intime, tu ne viendras pas me réclamer une pension alimentaire dans 9 mois.

A un autre moment, Natasha aurait pris la plaisanterie avec humour et aurait répondu en surenchérissant pour tester les limites de John, mais elle était tellement déconcertée par les évènements qu’elle se contenta de rougir un peu plus. S’ils avaient passé ce cap-là, la question de la grossesse était à prendre en considération c’est vrai, et puis les maladies… enfin, de son côté tout était clean mais après tout elle ne savait rien de son partenaire. Mais tous ça n’était que de l’ordre de l’hypothétique, ce n’était pas parce qu’ils s’étaient réveillés à moitié nus dans les bras l’un de l’autre qu’ils s’étaient forcément sautés dessus. C’est vrai quoi, pourquoi se seraient-ils rhabillés après l’acte ?

-En principe je suis protégée pour ce genre de situation, dit-elle pour le rassurer. Ce n’était pas parce que John abordait le sujet avec un peu d’humour qu’il ne s’inquiétait pas de la réponse.

Natasha s’imagina avec un gamin dans les bras à Atlantis et balaya l’image de son esprit. Non, très peu pour elle, elle avait suffisamment donné avec sa sœur et, même si les statistiques parlaient de reproduction sociale, elle ne se sentait pas franchement le courage d’élever seule un enfant sans compagnon sur qui s’appuyer.

Ils sortirent finalement de la grotte avec plus ou moins beaucoup de difficultés et se retrouvèrent sur une crique face à un paysage magnifique. Natasha fit alors une découverte : une cabane.

-Je crois que si… j'ai une sorte de flash … le château de Versailles ça te dit quelque chose ?

Natasha lui jeta un regard intrigué, puis un éclair de compréhension balaya son regard et elle lâcha un « Oh ! » avant de rire avec John.

-On ne va pas aller loin avec cet abri tiens !

-Dans ma mémoire c’était beaucoup plus joli ! En tout cas je note que nos souvenir commencent à revenir c’est rassurant.

La rouquine se pencha pour ramasser un bâton un peu plus épais, celui qui lui avait servi dans son combat contre le seigneur Sith… allias John Sheppard.

-Et ça, ça te dit quelque chose ? Demanda-t-elle en brandissant le bâton. Il me semble qu’un combat épique a eu lieu ici…

C’était à ça qu’ils avaient passé leur temps tous les deux ? Construire des cabanes, se taper avec des bâtons ? Si ça s’arrêtait là il n’y avait vraiment pas lieu de s’inquiéter. C’était typiquement le genre de conneries qu’elle aurait pu faire avec des amis, même à trente-quatre ans, mais ce black-out était tout de même inquiétant. Même en admettant le fait qu’elle se soit suffisamment liée d’amitié avec le colonel au cours de la journée pour abaisser ses défenses et montrer son « elle loufoque », qu’est-ce qui avait pu provoquer la perte de mémoire ?

-Je vais voir là-bas, je crois que c'est nos affaires.

Natasha suivi des yeux le doigt de John et se sentit soulagée en voyant leurs vêtements accrochés à un arbre. Elle le suivi et nota d’un air résigné que le caleçon de John était suspendu à côté de ses propres vêtements… il avait dû se changer pour enfiler son maillot après coup et laisser ses sous-vêtements à sécher… mais pourquoi ? Ils s’étaient baignés tout habillés ? Effectivement, ses vêtements étaient encore mouillés, pas moyen de les enfiler pour l’instant. C’était incompréhensible : qu’est-ce qui avait pu les inciter à sauter à l’eau avec leurs affaires ? Elle avait l’impression de lire un roman d’enquête et de remonter le fil de sa propre histoire au fil des pages, ce qui était très déroutant.

Natasha jeta un coup d’œil désolé vers John en découvrant l’état de l’appareil photo auquel il semblait être attaché. Mais que pouvait-elle y faire ? D’ailleurs son propre sac avait disparu et avec lui ses vivres et toutes les choses utiles qu’elle avait emporté pour la promenade. Comment en avait-elle été séparée ? Il lui semblait qu’elle n’y avait pas été contrainte : il la gênait, elle l’avait jeté, point barre. Mais combien de grammes d’alcool avait-elle eu dans le sang pour prendre une décision aussi stupide ? Du coin de l’œil, elle aperçut John sortir sa radio et tenter un appel, en vain… génial. Voilà qui était rassurant.

Elle fouilla les poches de son pantacourt et en extirpa une boussole toute aussi humide que l’appareil photo ainsi que le couteau qu’elle avait accroché à sa ceinture. Pour ce qui était de la boussole, difficile de savoir si elle marchait toujours maintenant mais au moins elle pouvait compter sur le tranchant de l’arme. C’était une maigre consolation mais c’était mieux que rien. Pendant que John dépliait une carte, Natasha fit quelques pas sur la plage pour étudier leur environnement. C’était beau, vraiment, mais comment étaient-ils arrivés ici ? Par la forêt ? Une intuition la poussa à se rapprocher de l’océan, il lui semblait que la réponse à ses questions se trouvait là-bas. Ses pieds s’enfoncèrent dans le sable humide alors que l’eau venait chatouiller ses pieds et elle leva les yeux vers la falaise d’un air pensif. Elle se revit pousser un cri de surprise avant de chuter, portée par les bras solides de son compagnon. L’impact avait été violent mais elle avait pu remonter sans peine à la surface.

Natasha sentit l’excitation poindre alors que des impressions, des flashs, traversaient ses pensées de manière totalement anarchique et non chronologique. Elle longea la plage, droit vers une direction qui semblait l’appeler et y découvrit des traces dans le sable, comme si quelqu’un avait tenté d’y dessiner un ange. Un sourire se dessina sur les lèvres de Natasha et ses yeux parcoururent l’océan avant de revenir vers le dessin sur le sable. Ils semblaient avoir été tellement insouciants pendant ces quelques heures ! C’est alors qu’elle se rappela brutalement de leur proximité physique, du « bouche à bouche », de leurs petits jeux dans l’eau où ils étaient collés l’un à l’autre… tout lui revient brusquement à la figure comme un retour de flamme et elle se figea. Merde alors, ils n’avaient pas été si sages que ça au final. Quoi que, elle ne se rappelait pas d’attouchements ou de plus, juste cette proximité physique entre eux omniprésente et cette complicité qui semblait les lier. Beaucoup de choses lui échappaient encore, mais ce qui commençait à lui revenir laissait présager une nouvelle gêne entre le soldat et elle. Elle risqua un regard dans sa direction… comment réagirait-il lorsqu’il se souviendrait ? Si ce n’était pas déjà fait. Elle soupira et reporta son attention sur la falaise. C’était elle qui avait convaincue John de sauter.

« Je suis une grande malade ! », pensa-t-elle.

Et le soldat ne s’était pas fait prier pour les envoyer dans le vide non plus.

Nouveau soupir.

Ils ne pourraient pas remonter là-haut en escaladant, donc ils allaient devoir chercher un autre chemin. Mais dans quelle direction devaient-ils aller pour retrouver le village athosien ? A moins que John n’ait emporté un garde-manger dans son sac, ils n’avaient presque rien pour se nourrir, rien pour faire un campement et la journée allait sur son déclin. Dépitée, la jeune femme rejoignit son compagnon.

-Tu as trouvé quelque chose avec la carte ? Demanda-t-elle en fuyant son regard.
Il fallait qu’elle lui dise, autant percer l’abcès d’entrée de jeu. Ils étaient deux adultes, ils étaient capables de gérer ça avec toute la maturité que requerrait ce genre de situation.

-Il y a des choses qui me sont revenues… La falaise là-bas, dit-elle en tendant le doigt pour lui indiquer la direction. C’est de là qu’on vient. On a sauté ensemble et on est arrivé sur la plage en nageant. Ensuite… je crois qu’on a joué, comme des gosses. Tu m’as faite boire la tasse plusieurs fois d’ailleurs, lança-t-elle en faisant la moue. Elle se mordit légèrement la lèvre en signe de stress. Et on s’est embrassé une fois ou deux ? Lâcha-t-elle tout à coup.

Bon allez, hop, c’était dit !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Infos
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Camping sauvage [John Sheppard]
Revenir en haut Aller en bas

Camping sauvage [John Sheppard]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» John Sheppard
» Quartier de John Sheppard
» John Sheppard > Matt Eversman : Evénements du 13 février
» Camping Sauvage: comment monter sa tente ?
» P3X932 (Mission d'exploration Basique.)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Atlantis Insurrection :: Cité d'Atlantis :: Continent de Lantia :: Plage-