Atlantis Insurrection
"Personne ne demande à devenir un Héros, sauf que parfois ça finit comme ça..."

Et si ce Héros, c'était toi ? Tu es l'un des meilleurs dans ton domaine (Biologiste, Chirurgien, Infirmier, Diplomate, Démineur, Maître chien...) et on te propose de participer à l'expédition la plus fabuleuse mais aussi la plus dangereuse : l'expédition Atlantis.
Auras tu le cran de rejoindre Atlantis pour découvrir ses mystères et affronter les dangers de cette galaxie ?

Tu peux aussi incarner les personnages importants de la série (Weir, Sheppard, McKay, Lorne, Teyla....) Bon niveau RP demandé.
On recherche de nombreux personnages inventés.
http://www.atlantisinsurrection.com/t387-personnages-vacants


Si tu te sens capable de franchir ce pas, tu es des nôtres ! Clique sur l'image ;-)


RPG sur Stargate Atlantis
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez| .

Try Harder - Mike & Mia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatarInfos√ Arrivée le : 24/09/2017
√ Age : 24
√ Messages : 38
Artemia Orendell
Dossier Top Secret
√ Age: 28 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: ATA
MessageSujet: Try Harder - Mike & Mia Jeu 28 Sep 2017 - 17:22

❝ try harder ❞

Mike & Artemia

“En compétition, on séduit par l’efficacité, pas par le charme.”




La nuit fut courte, tirée du lit par de mauvais rêves et levées aux aurores, j’avais pris le temps pour moi ce matin. Profitant du calme encore apparent qui régnait entre ces murs, je parcourais les longs couloirs à la recherche d'une pièce déserte pour être un peu seule et pouvoir méditer sans être dérangée par les rires ou les discussions intempestives des jeunes initiés se rendant à leurs premiers cours matinaux. Ce n'est pas que j'étais asociale mais j'aimais avoir ma petite tranquillité et pouvoir m'enfermer dans ma bulle pour me recentrer sur ce qui était vraiment important.


Depuis que je m’étais envolée pour Atlantis, je n’avais jamais remis les pieds sur Terre, ma planète natale. Il m’arrivait d’être nostalgique, ma vie d’avant me manquait mais j’avais appris à me faire à cette absence et cette douleur que l’on ressent lorsque l’on est loin de ceux qu’on aime. Les relations que j’entretenais avec mes parents n’étaient pas toujours au beau fixe et il nous arrivait régulièrement de nous heurter plus ou moins violemment. Celles qui me manquaient le plus étaient Oriana et Ileana. Deux collègues et amies proches avec qui je prenais mes cours de Krav Maga et de Kick Boxing par la suite. Nous étions toutes trois de féroces adversaires mais extrêmement proches toute fois. Toujours à se disputer le haut du tableau, notre compétitivité saine nous permettait de nous améliorer chaque jour un peu plus. J’en venais à rêver d’elles régulièrement, surtout ces derniers temps. Je n’ai pas pu leur dire au revoir, je n’ai pas voulu. Elles ne comprenaient pas, ne voulaient pas me voir partir. Elles étaient ma famille, ma seule famille. Aujourd’hui je n’ai plus d’elles que des souvenirs.


Je poussais une cinquième porte lors que mes yeux se posèrent sur le gymnase, les sacs pendant au plafond, encore endormis, allaient bientôt vibrer au rythme des coups que je leur porterai. Je pose mon sac sur le banc à l’entrée de la pièce avant de relever mes cheveux en queue de cheval haute. Bandant mes mains j ;’attrapai une corde à sauter accrochée au mur, m’étirant quelques minutes je commençais doucement par quelques séries de sauts. Concentrée sur mon souffle, le bruit de la corde qui frôle de près le sol froid du gymnase, fendant l’air à rythme régulier, je tâchai de ne penser à rien d’autre. Le seul moyen efficace ici pour se changer les idées, d’oublier quelques instants la folie du quotidien.

Je fini par remettre la corde à sa place, m’accordant deux minutes pour m’assoir et me réhydrater avant de m’attaquer au sac de frappe. Ferme les yeux, souffle, respire, concentre toi…Je décontracte mes épaules, sautillant sur place en secouant les bras avant de commencer à frapper. Le défouloir parfait. Je ne sais pas depuis combien de temps je tape, le temps ne semble plus avoir d’emprise sur ce qui se déroule, ailleurs, je suis ailleurs, jusqu’à ce que le bruit lourd d’un sac s’affalant sur le banc de l’entrée ne me fasse sursauter. Je me retourne vivement faisant face à l’origine de la perturbation.

« Sergent. Excusez-moi je ne vous ai pas entendu arriver. »

code by lizzou — gif by PLOUF — 525 MOTS.



Dernière édition par Artemia Orendell le Sam 14 Oct 2017 - 22:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 07/08/2017
√ Messages : 71
Mike McPherson
Dossier Top Secret
√ Age:
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: ATA
MessageSujet: Re: Try Harder - Mike & Mia Ven 29 Sep 2017 - 8:12
Ce matin-là s’annonçait comme les précédents. La routine s’était installée peu à peu dans la vie du Sergent, chassant l’excitation de découvrir ce nouvel environnement qu’était la Cité d’Atlantis et cet univers qui n’attendait qu’à être exploré -même si une certaine partie l’avait déjà été. Mike n’avait pas mis beaucoup de temps pour s’accoutumer à ce changement dans sa vie. Certes, il se trouvait à des années-lumière de sa chère patrie, mais, à part la couleur des murs et quelques singularités, la vie était la même que sur Terre. À vrai dire, elle était la même qu’en Opex. Un petit monde donnait l’impression de vivre en autarcie et se suffisait à lui-même pour vivre -parfois survivre- en territoire hostile. Les gens se serraient les coudes, parfois avec entrain, parfois par contrainte, mais on vivait. On vivait même bien.

Atlantis ne différait donc pas tant que cela de son quotidien habituel. Les noms des opérations et des indigènes changeaient, mais la surprise passée, il n’y avait rien d’inhabituel. Le fond des opérations était similaire : reconnaissance, récupération. Rien ne changeait. C’était probablement pour ça que l’Américain s’était aussi rapidement habitué à sa nouvelle situation. En réalité, elle lui rappelait tant « la maison » que ce fut les nombreuses années à servir sur le Dédale qui lui parurent les plus dépaysantes. Vivre au sein de sa carlingue, confiné avec le personnel de bord, lui avait demandé bien plus d’efforts d’adaptation que ce qu’en avait nécessité son arrivée dans la Cité. Lui qui était habitué aux opérations et à la vie en extérieur, s’être retrouvé enfermé dans cette boîte de conserve ambulante avait été une véritable révolution. Aujourd’hui, il s’agissait presque d’un retour à la normale.

Aussi, McPherson entama sa journée comme les précédentes. Tenue, petit-déjeuner, entraînement. D’ailleurs, aujourd’hui, il s’était mis dans l’idée de se trouver un partenaire d’entraînement pour parfaire ses capacités en combat au corps-à-corps. Sa formation lui avait apporté de solides bases, mais c’était au tir qu’il avait toujours excellé et il s’en était contenté. Mais la mission « diplomatique » chez les Cimmériens avait pris un tournant qui l’avait contraint à délaisser son arme pour neutraliser ses collègues, et il avait eu sacrément du mal. Surtout en comparaison du Major Frei qui avait fait montre d’une redoutable efficacité. Guilleret et motivé, Mike se rendit au gymnase, qu’il connaissait déjà par cœur avec ses instruments de souffrance et son odeur de sueur. C’était un endroit qu’il appréciait bien et qui était l’occasion de découvrir chaque jour de nouvelles têtes.

Il était encore tôt ce matin-là, et en entrant dans la pièce, le soldat n’aperçoit qu’une seule femme occupée à faire un sort à un sac de frappes. À sa façon d’encaisser les coups, il prenait cher et l’envie d’être à sa place n’effleura pas un seul instant l’esprit du Sergent. Les gestes précis et vifs de la jeune femme ne laissaient aucun doute sur ses capacités au combat. Peut-être avait-il là un partenaire capable de lui donner un coup de main ?

Mike posa son sac, un peu trop bruyamment à son goût et aussitôt le bruit des poings frappant le cuir s’interrompit. Il se tourna vers la femme aux cheveux bruns, l’air contrit.

- C’est moi. Je ne voulais pas vous surprendre.

Il lui fit un signe de tête pour lui laisser l’occasion de reprendre son entraînement. Lui partit s’échauffer en courant sur l’un des tapis de course. Faire quelques foulées en extérieur était probablement ce qui lui manquait le plus, mais le temps avait peu à peu instauré cette habitude de courir sur cette machine dans son quotidien. Le mur face à lui restait désespérément gris et son esprit se laissait lentement transporter ailleurs lorsqu’il n’écoutait pas de musique ou qu’il n’y avait personne pour mettre de l’ambiance.

Après de longues minutes bercées par le rythme régulier de sa foulée et celui des coups dans le sac de frappe, il mit fin à son échauffement et s’étira légèrement. Ce n’était pas un grand fan des étirements, pas même pour chasser les courbatures. Sa souplesse avait toujours laissé à désirer et cela faisait un bon moment qu’il avait accepté d’être aussi rigide qu’un bout de bois. Il se désaltéra avant de s’approcher de l’Américaine lorsqu’elle fit une pause elle aussi.
Son visage ne lui disait pas grand-chose. Il avait peut-être dû la croiser une fois, et encore. Compte tenu du personnel limité qui arpentait les couloirs de la Cité, elle n’était probablement arrivée que récemment.

- Bienvenue sur Atlantis. Je ne crois pas vous avoir déjà vue. Je m’appelle Mike McPherson, dit-il en tendant la main. Je n’aurais pas aimé être celui qui était en face de vous, je crois !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 24/09/2017
√ Age : 24
√ Messages : 38
Artemia Orendell
Dossier Top Secret
√ Age: 28 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: ATA
MessageSujet: Re: Try Harder - Mike & Mia Sam 14 Oct 2017 - 22:32

❝ try harder ❞

Mike & Artemia

“En compétition, on séduit par l’efficacité, pas par le charme.”




On ne peut pas dire que je sois la personne la plus sociable sur cette base, je me contentais régulièrement d’un simple sourire ou hochement de tête en croisant les autres membres de la mission. S’attacher était, pour moi, source de tourments et le travail devait rester à l’écart de la vie privée. J’ai toujours plus ou moins appliqué cette règle et ici plus qu’ailleurs. Il n’était donc pas étonnant de me retrouver dans cette salle, seule, concentrée et semblant avoir perdu toute notion du temps et du monde qui m’entoure.

La seule chose qui me fit revenir à la réalité assez soudainement, fut le bruit du sac du sergent lorsqu’il le posa sur le banc dans la salle de sport. Je ne connaissais rien de cet homme, je l’avais peut-être déjà croisé quelques fois dans les couloirs sans jamais lui adresser la parole. Je me souvenais juste de son uniforme et de la signification de ses décorations. Il était sergent, c’est tout ce dont j’avais besoin de savoir.


« Oh ce n’est rien j’étais juste… ailleurs. »

Il me fit un signe de tête pour me faire comprendre que je pouvais reprendre là où je m’étais arrêtée, je m’exécutais sans prononcer un mot de plus. J’enfonçais de nouveau les oreillettes de mon baladeur dans mon pavillon me concentrant dorénavant d’avantage sur la musique que sur mon environnement. Je replongeais assez rapidement dans ma bulle, focalisée sur mes objectifs. Les minutes passes, mon esprit vagabonde au rythme des coups portés sur le sac de frappe. Une dernière musique, la dernière ligne droite avant de faire une courte pause. Suivant le tempo je tente de me donner une cadence, ne pas lâcher, redoubler d’effort, surtout.

La musique s’arrête, seul continuent les balancements du sac noir alors que je termine par quelques étirements afin d’éviter les futures courbatures. J’inspire profondément en fermant les yeux, sortant peu à peu de la bulle dans laquelle je m’étais enfermée. Je m’assoie sur le banc, récupérant la bouteille d’eau entamée tout à l’heure au fond de mon sac de sport. Remettant ma bouteille, après l’avoir quasiment engloutie, dans une des poches de mon sac j’en sors ma serviette pour m’éponger quelque peu. Soudainement une main se tendit devant moi, j’en avais presque oublié la présence du sergent, je me relevais, la lui prenant.



« Merci Sergent, en effet cela fait à peine plus de trois mois que je suis arrivée sur Atlantis. Artemia Orendell. » Je lui souris récupérant ma main.
« Oh vous savez, ce n’est que le résultat de quelques années de pratique. Mais si vous êtes là depuis longtemps je suis sure que vous êtes apte à encaisser bien pire. »

Je passe ma serviette autours de mes épaules avant de regarder l’heure. Il me reste encore du temps avant de retourner à quelques autres obligations au sein de la cité. Je me retournais vers le militaire avant de me relever.


« Si ça ne vous dérange pas et que vous êtes d’accord, je vous proposerai bien d’échanger un peu sur ce ring. Disons que les sacs de cuire c’est bien, mais question réalisme ça laisse quelque peu à désirer… Bien évidemment j’irai quand même en douceur, je ne suis pas une sauvage. »

Je jette ma serviette sur le banc avant de me diriger vers le petit ring sur la droite un sourire aux lèvres. Jamais les challenges et si je pouvais par la même occasion, montré à l’un de mes supérieurs que je suis capable de bien plus qu’ils ne peuvent le croire, cela m’arrange d’une certaine manière. J’espère juste une chose, ne pas me faire mettre trop rapidement au tapis, même si je suis consciente que mes acquis peuvent largement jouer en ma faveur.

« Quelques recommandations à me faire avant de commencer Sergent ? »




code by lizzou — gif by PLOUF — 636 MOTS.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 07/08/2017
√ Messages : 71
Mike McPherson
Dossier Top Secret
√ Age:
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: ATA
MessageSujet: Re: Try Harder - Mike & Mia Dim 15 Oct 2017 - 11:55
En réalité, Artémia -comme elle se prénommait- était sur Atlantis depuis plus longtemps que lui. Il était étonné de ne la croiser que pour la première fois, car, malgré l’immensité de la Cité, le contingent militaire n’était pas bien important. Peut-être appartenait-elle à un quart différent et ses horaires décalés les avaient empêchés de se rencontrer jusqu’alors. Le soldat hocha la tête à sa remarque. Oui, il avait déjà encaissé bien pire, mais pas volontairement…

Mike s’apprêtait à reprendre son entraînement, décidé à soulever un peu de fonte lorsque la jeune femme lui proposa de l’affronter sur le ring de la salle d’entraînement. S’il était commun entre deux gaillards bourrés de testostérone de vouloir faire les gros bras et montrer aux autres qui était le plus fort, la requête émanant d’une femme avait de quoi surprendre. Il titilla malgré tout son égo lorsqu’elle lui fit la promesse de ne pas y aller trop fort. McPherson laissa un sourire en coin se peindre sur son visage.

- Ok, faisons ça, Orendell.

D’un air désinvolte et sure d’elle, elle balance sa serviette sur un banc et monte le théâtre de leur affrontement. Mike hocha la tête et s’empara de deux casques de protection et de deux paires de mitaines de boxe. Cela protégerait leurs articulations, mais leur permettrait des prises différentes. L’Américain écarta les cordes pour grimper sur le ring et lui donna son équipement. Alors qu’il attachait son casque et ses gants, Artémia demanda s’il avait des conseils. Il fit non de la tête, mais ajouta :

- Le perdant paie un coup à boire à l’autre.

Il sourit. La jeune femme lui avait lancé un défi, autant y mettre un enjeu. C’était gentillet et surtout pour la plaisanterie, car au vu de sa manière de frapper dans le sac un peu plus tôt, le Sergent s’attendait à ce qu’elle lui donne du fil à retordre.

Il frappa dans ses gants et la joute débuta. D’abord en se tournant autour tranquillement, chacun donna quelques droites que l’autre esquiva facilement ou para sans problèmes. Tout à tour, ils firent quelques enchainements de directs et de crochets, mais il s’agissait plus de caresses qu’autre chose. Ils se jaugeaient l’un l’autre. Le coup le plus appuyé vint d’une sacrée droite d’Artémia qui força le Sergent à se protéger le visage. S’ensuivit un bon coup dans les côtes avant qu’elle ne recule, une expression provocatrice sur le visage. Les politesses étaient terminées.

Bien sûr ses appuis, la garde haute, Mike avança vers la jeune femme et enchaîna quelques passes en la forçant à se déplacer jusqu’à un coin du ring. Il avait une allonge plus longue, mais des gestes plus lents que la jeune femme. Elle compensait son léger déficit en force par une meilleure technique et des mouvements plus vifs. Il ne fallut pas longtemps au Sergent pour voir qu’elle lui était meilleure dans le domaine. D’ailleurs, elle se laissait plutôt faire jusqu’à ce qu’elle décide de retourner la situation. Le volte-face vint d’un bon coup de pied dans ses abdos qui le repoussa de quelques pas. Elle frappa de coups plus vifs et plus précis qui l’obligèrent à se protéger la tête et les flancs. Ses poings l’atteignirent à la tête et aux côtes à plusieurs reprises et dès qu’il essayait de répliquer, elle utilisait son jeu de jambes pour le maintenir à bonne portée.

Il souffla, car leur petite danse commençait à durer désormais. Lorsque Artémia donna un coup de pied circulaire ravageur, il y sacrifia son bras -qui serait marqué d’un magnifique hématome le lendemain- pour attraper sa jambe et balayer celle qui lui servait d’appui pour la mettre au sol. Aussitôt, il se mit à cheval sur elle pour lui asséner des coups de poing au niveau du visage. Elle se protégeait parfaitement la tête et ce léger avantage qu’il venait de prendre n’allait pas durer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 24/09/2017
√ Age : 24
√ Messages : 38
Artemia Orendell
Dossier Top Secret
√ Age: 28 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: ATA
MessageSujet: Re: Try Harder - Mike & Mia Mar 17 Oct 2017 - 6:18

❝ try harder ❞

Mike & Artemia

“En compétition, on séduit par l’efficacité, pas par le charme.”




Les challenges avaient rythmé ma vie depuis toute petite, je me devais d’être la meilleure, en tout. J’avais beau viser le haut du tableau, les yeux de ma mère n’allaient jamais jusque-là. Combien de fois ais-je cherché son regard ne serait-ce que pour le croiser l’espace d’un instant furtif ? Je visais toujours plus loin, je me démenais pour offrir toujours d’avantage mais sa tête restait impassiblement rivée vers le sol. J’en avais fini par la détester, par me détester, par baisser les bras et décider que plus jamais je ne ferai quoi que ce soit pour attirer en vain son attention, un sourire, même imperceptible. Et puis j’ai grandis, j’ai appris à faire la part des choses et à finalement accepter le fait que ce que je faisais c’était avant tout pour moi et pour personne d’autre. Si j’arrivai en tête de classement ce n’était que grâce à moi-même et uniquement pour ma fierté personnelle dorénavant. Au final, peut-être devrais-je remercier cette mère absolument désintéressée de m’avoir poussée à ne jamais être satisfaite de mes compétences. Il se peut que, quelque part, ma présence ici soit directement liée à l’éducation pesante qu’elle m’a donnée. Peut-être oui…

Aujourd’hui tout était différent, ce challenge que je m’apprête à relever peut, je l’espère, me faire marquer des points dans un classement qui n’existe que dans mon esprit. Celui de mes petites joies, mes petits bonheurs. Aurais-je été quelque peu présomptueuse de lancer ce genre de défi à l’un de mes supérieurs à peine rencontré ? Sans doute, mais je ne m’attendais pas à ce que ce dernier accepte sans sourciller. C’est ce qu’il fit, pourtant, un sourire accroché au coin des lèvres. Sûrement à se demander qui est cette jeune effrontée qui à peine arrivée souhaite placer ses marques. Le militaire attrapa l’équipement nécessaire avant de me rejoindre sur le ring avant d’ajouter une motivation supplémentaire à cet entrainement improvisé.

« Soit, mais je vous préviens, ce sera champagne pour ma part. J’espère que vous avez de quoi régler la note ! »

Je lui rendais son sourire, prête, déterminée, même s’il s’agissait là d’un défi totalement bon enfant. Cette fois il y avait un enjeu et en face de moi se tenait non plus un Sergent mais juste une sorte de punchingball humanoïde qu’il me tardait de mettre au tapis. Cordialement, évidemment.
Les premiers temps rien de bien excitant se déroulait sur le ring, nous nous jaugions, analysions les points forts et les potentiels points faibles de l’adversaire, laissant nos regards s’attarder mais n’en n’oubliant pas qu’inconsciemment, la cloche avait déjà sonné. A tâtons nous commencions les échanges, d’abord hésitants, quelque peu à l’aveugle puis, au fil des minutes les coups se faisaient plus secs, plus précis, plus incisifs. Le jeu venait réellement de débuter lorsque je lui asseignit un direct du droit qui le contraint à se protéger le visage. En quelques instants je lu dans son regard en premier lieu la surprise, puis la détermination, cette petite lueur qui signifiait "Ah oui ? Tu veux jouer ? Et bien jouons ma grande !". Un sourire satisfait et narquois se dessina sur mon visage lorsqu’il m’envoya un coup dans les côtes, me forçant à reculer de quelques pas. Il avait du répondant, je n’en demandais pas moins et le contraire m’aurait fortement déçu. Je n’aime pas gagner trop vite.

Me bloquant dans un coin du ring le jeune homme enchainait ses coups, il avait l’avantage… Pendant quelques instants seulement. Je pouvais désormais me rendre compte qu’il compensait la lenteur de ses coups par une certaine force et une grande précision. Qu’à cela ne tienne, la rapidité et l’expérience m’octroyant un petit avantage technique m’aideraient à reprendre le dessus sur lui. Me redressant je lui envoyais un coup de pied sec dans la ceinture abdominale avant d’enchainer par quelques coups à la tête et aux flancs, le forçant à changer régulièrement de posture défensive, voulant l’obliger à commettre une erreur, me laisser une faille dans laquelle je pourrai m’engouffrer. Je voulais lui faire perdre ses repères, le déstabiliser, eviter ses coups, alternant les postures, les coups, bloquant les siens à l’aide de mes jambes. Le jeu devenait plus sérieux au fur et à mesure que la lutte s’intensifiait.

Profitant d’un instant de faiblesse de Mike, un coup de pied circulaire vint s’écraser sur son bras en claquant royalement avant que je ne me rende compte que celui-ci me maintenant fermement la jambe. En moins de temps qu’il n’en faut pour dire pamplemousse, je me retrouvais au sol, lui au-dessus de moi, j’eu à peine le temps de me protéger le visage que son point vint heurter mes avant-bras. Nous avions le souffle court et les cœurs qui battaient à tout rompre. L’effort demandé à nos corps se faisait grandissant et plus le temps passait, plus les erreurs allaient s’accumuler permettant à l’un ou l’autre de remporter cette manche la tête haute.
Serrant la mâchoire je me raidis pour lui assigner un coup de genou au-dessus des reins, le forçant à relâcher l’étreinte de ses jambes autours de ma taille, me permettant d’inverser la tendance alors que je lui envoyait un direct du droit sur le tempe. Le plaquant violemment le visage face au sol et coinçant mon genou entre ses omoplates, j’attrapai son bras meurtri plus tôt pour le lui immobiliser dans le dos.

« Si vous tapez trois fois au sol je considérerai ça comme un abandon et nous pourrions allez boire un verre pour fêter votre défaite, Sergent. »

Je savais cette prise douloureuse et inconfortable, mais je ne pouvais clairement pas laisser passer l’occasion de mettre au tapis un militaire, un supérieur et encore plus, un homme… Il y avait un enjeu énorme, c’est pas tous les jours qu’on te propose de mettre une raclée à quelqu’un pour un verre. Je trouve le marché honnête. Je me penche alors au-dessus de son oreille, resserrant quelque peu ma prise, avant de lui murmurer suavement.

« Je préfère le Champagne avec des bulles… Merci. »


code by lizzou — gif by PLOUF — 1 007 MOTS.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInfos√ Arrivée le : 07/08/2017
√ Messages : 71
Mike McPherson
Dossier Top Secret
√ Age:
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: ATA
MessageSujet: Re: Try Harder - Mike & Mia Jeu 19 Oct 2017 - 19:15
S’il avait pris le dessus, c’était plus parce chance que par supériorité dans le domaine. C’était ça aussi, le combat, saisir les opportunités pour mettre à terre son adversaire. Il avait respecté la leçon à la lettre et pu l’immobiliser au sol. Enfin, immobiliser, c’était un bien grand mot. Il était à califourchon dessus et frappait à la tête. Artémia se protéger parfaitement le visage et profita de sa souplesse pour lui mettre un bon coup de genou dans les côtes. D’un mouvement du bassin et d’un enchaînement qu’il ne connaissait pas, le Sergent se retrouva face contre le sol du ring. Lorsqu’il essaya de se redresser, une pointe bien placée lui appuya entre les épaules alors que son bras était maintenu bloqué dans son dos.

Il tenta malgré tout de bouger, mais la pression exercée ne faisait qu’amplifier la douleur sur son épaule. S’il forçait, la jeune femme lui délogerait de son emplacement sans coup férir. A ça, il ajouterait quelques semaines d’immobilisation loin des missions et de l’action. C’était une lourde tribu juste pour ne pas froisser son propre égo et éviter de lui payer un coup à boire. Mais, après tout, c’était lui qui avait lancé le pari. Elle, elle n’y était pour rien et lui avait fait fermer son caquet. Et avec une redoutable efficacité. Elle avait été meilleure, voilà tout.

Pour se soigner l’amour propre, Mike préféra se dire que si l’affrontement avait duré, il aurait pu compter sur son endurance pour garder une chance de victoire. Mais une petite voix lui susurra de ne pas en faire état. Il avait bien fini au sol alors qu’il était littéralement au-dessus d’elle. Ça, elle ne manquerait pas de le lui signifier.
Faisant contre mauvaise fortune bon cœur, il tapa trois fois sur le sol et rendit les armes. Artémia avait gagné, avec la manière. Et une voix vibrante chantant à ses oreilles.

Aussitôt, elle lâcha sa prise et le libéra. Les deux adversaires se redressèrent pour s’affronter une nouvelle fois du regard. Une certaine satisfaction mêlée à de la suffisance perçait dans les yeux pétillants de la jeune femme. Elle ne l’avait pas volé, son champagne qu’elle réclamait, elle le savait. Mike était moins joyeux, le goût amer de la défaite dans la bouche. Il pinça les lèvres avant de tendre la main pour la féliciter.

- Bravo. Mais plutôt que de lui lâcher la main, il la garda dans la sienne et l'attira à lui pour susurrer à son oreille de la même manière qu'elle s'y était employée. Mais je n’offre pas du champagne avec des bulles à une femme habillée en treillis. Il y a une tenue pour le champagne, et si vous le voulez vraiment, il va falloir mettre du vôtre, Orandel ! Sinon, ça sera menthe à l’eau !

Et il ria en opinant du chef puis relâcha sa main, ses mots, bien moins séducteurs que son redoutable adversaire. Mike avait la défaite facile. Et puis, ç’aurait fait tâche d’être un mauvais perdant sous prétexte d’avoir été battu par une fille, même si le milieu se prêtait bien au machisme. Le Sergent n’était juste pas de ce genre-là et reconnaissait volontiers quand une femme le surpassait, peu importait le domaine. Ça, il s’en souviendrait de la raclée infligée sur le ring. Et Artémia, avec son petit air insolent, ne se gênerait pour le lui rappeler et peut-être même s’enorgueillir auprès de ses collègues. Il ôta son casque et ses gants avant de récupérer ceux de son adversaire.

Le Sergent descendit du ring et rangea les protections. Il s’empara de sa serviette pour s’éponger puis de sa bouteille pour se désaltérer. Le Caporal en fit de même, un léger silence s’instaurant dans la pièce. Peut-être la jeune femme savourait-elle sa victoire et se voyait-elle déjà championne du ring d’Atlantis. A vrai dire, son adversaire du jour n’était pas celui avec lequel il fallait rivaliser si l’on souhaitait se pavaner avec un tel titre -officieux, s’il en était-. Lui était plutôt la référence sur le pas de tir. Non, s’il fallait défier quelqu’un, il s’agirait d’une autre femme, aussi surprenant que cela pouvait paraître pour bien des hommes. Mais pour l’heure, il ne l’empêcherait pas de se satisfaire de sa performance.

D’un simple signe de la tête, il la salua et laisse sa légère frustration s’exprimer sur des altères et la fameuse « Salmon ladder » qu’il appréciait tant. Plus que pour épater la galerie, il s’agissait de faire un exercice que peu maîtrisaient et qui regonflerait un peu son égo légèrement émietté par sa cuisante défaite. Il fit quelques essais concluants avant de s’en éloigner.
Artémia s’affairait dans son coin et au bout de quelques minutes, le Sergent entama quelques étirements, signe que son entraînement prenait fin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Try Harder - Mike & Mia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Le futur d''Haiti selon l''homme d''affaire Mike Spinelli
» [Avant le SGC] Mike Shirow
» Mike Wallace sur 25 verges
» Présentation Mike Blake
» Mike Ribeiro

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Atlantis Insurrection :: Cité d'Atlantis :: Niveau 3 - Zone de Restauration et de Loisirs :: Gymnase-