Atlantis Insurrection
"Personne ne demande à devenir un Héros, sauf que parfois ça finit comme ça..."

Et si ce Héros, c'était toi ? Tu es l'un des meilleurs dans ton domaine (Biologiste, Chirurgien, Infirmier, Diplomate, Démineur, Maître chien...) et on te propose de participer à l'expédition la plus fabuleuse mais aussi la plus dangereuse : l'expédition Atlantis.
Auras tu le cran de rejoindre Atlantis pour découvrir ses mystères et affronter les dangers de cette galaxie ?

Tu peux aussi incarner les personnages importants de la série (Weir, Sheppard, McKay, Lorne, Teyla....) Bon niveau RP demandé.
On recherche de nombreux personnages inventés.
http://www.atlantisinsurrection.com/t387-personnages-vacants


Si tu te sens capable de franchir ce pas, tu es des nôtres ! Clique sur l'image ;-)


RPG sur Stargate Atlantis
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Je ne te le dirais pas deux fois. [Pv: Alexandra Carpenter]

 :: Cité d'Atlantis :: Niveau 3 - Zone de Restauration et de Loisirs :: Mess Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mer 6 Fév - 16:39
Invité
Invité
avatar
    La galaxie de Pégase abrite de nombreux dangers... les Wraith en particulier. Nous autres, les humains, faisons pâle figure à côté de ces êtres qui nous ont infliger une bonne correction sur Atlantis et nous devons notre survie à un plan qui aurait pu mal tourner. Je dois bien avouer que je ne tiens pas les scientifiques en très haute estime, mais sans le docteur Mc Kay, nous ne serions plus aujourd'hui. A mon avis, il a gagné le respect de chaque membre présent sur cette base tout comme Sheppard, si ce n'était pas déjà fait. Ici, nous apprenons à vivre les un avec les autres, avec des points de vues différents et nous ne pouvons nous permettre de disperser nos membres sur des désaccords. Hélas, cette base compte énormément de blessés et de morts depuis le passage des Wraith et nous sommes contraint de nous serrer les coudes pour nous reconstruire, ce qui n'est pas plus mal. Pour des militaires, cette tâche n'est pas un véritable problème, pour des personnes digne de porté l'uniforme, mais la cohésion avec des civils a toujours été difficile en particulier en temps de guerre comme c'est le cas. Fort heureusement nous disposons de temps pour procéder à la reconstruction en ce lieu grâce au plan astucieux consistant à faire croire à la destruction de la cité, mais il ne faut pas nous reposer sur nos lauriers. Nous avons une mission et elle ne consiste pas à se planquer, soyons franc. Pour ma part, je ne suis pas venu ici pour beurrer les sandwiches, mais pour défendre les intérêts de l'humaniter. J'ai une petite idée sur ce qui faisait que je n'étais pas réellement dans l'estime des civils, pour moi comme pour de nombreux militaire d'ailleurs : Quand nous avons un ordre nous l'appliquons et sans poser de questions. On m'a ordonner de venir sur Atlantis et suivre les instructions du Docteur Weir ainsi que du Colonel Sheppard et peu importe les conséquences, je ne ferais pas exception à la règle. Je suivrais les ordres peu importe les promesses faites, malgré les liens qui ont été créés ou ce que je m'étais moi-même jurer.

    Non loin de l'infirmerie, on entendait encore les hurlements de certains membres de l'expédition blessés lors de l'attaque survenu il y a peu, ayant des blessures profondes. A la fin de cette dernière, à plusieurs reprises je fus obliger de procéder à des amputions, chose toujours impressionnante malgré que cela faisait partie de mon travail et ce depuis des années. J'en avais vu des choses, des choses horribles, mais ici, tout était différent. On était loin de notre bonne vieille terre. Certes nous n'avons qu'une porte à traverser pour y retourner, mais encore faut-il pouvoir l'alimenter. De ce que j'en savais, pour venir dans cette galaxie il fallait énormément d'énergie et de plus, on ne la trouve pas n'importe où. J'avais abandonné ma famille il y a de cela plus de huit ans, mais était-ce la bonne décision ? Aujourd'hui elle me manquait et personne ne le savait. Je me forçais à montrer aux autres que je suis quelqu'un de fort, de courageux et ayant des principes, mais de nombreuses personnes serait étonné de ce qui se cache derrière cette carapace. En ce moment, j'avais mal, je voyais chaque blessé comme un membre de mon entourage proche comme la famille, des amis. J'en faisais des cauchemars la nuit et pourtant, je cachais bien mon jeu. Ma façon d'être faisait que j'étais quelqu'un de franc, de respectueux, un homme de parole et qui poussait les autres à croire en eux, mais j'avais du mal à appliquer ces principes à moi-même. Je m'imposais plus ou moins comme protecteur aux yeux de certains malgré mon arrivée récente ici, mais si on se rendait à l'évidence, j'en avais bien besoin également. Mon grade, mes responsabilités et mon expérience m'y empêchait déjà par principe, par respect de l'uniforme, mais aussi, car je refusais d'être aidé. Ce qui n'était pas compris de tous.

    Refermons la parenthèse sur ma façon de voir les choses et revenons au présent, comme les choses se déroulent dans les murs d'Atlantis. Je faisais abstraction du bruit l'espace d'un instant et me dirigeait vers le mess. Les gargouillis étant bel et bien présent, il sonnait comme une obligation de casser la croute un moment. Le sang maculait encore le sol par endroit, tout n'était pas encore nettoyé. Fort heureusement, j'étais habitué à la vue de ce liquide et même à la vue des os, ce qui est bien pire. Malgré tout cela, mon appétit ne partait pas et bien heureusement. A mon arrivée au mess, il restait encore quelques déserts pour ma plus grande satisfaction. M'approchant des divers présentoirs, je tendis mes deux mains afin de prendre deux coupes blanches dans laquelle se trouvait, dans chacune, un cookie et de la crème anglaise par-dessus. Je m'en léchais déjà les babines intérieurement rien qu'en les regardants, mais comme être civilisé que je suis, je pris une cuillère et me dirigeait vers la première table du mess devant moi sans même faire attention s'il y avait quelqu'un à cette table. Il faut dire qu'à cette heure-ci, il n'y a pas full. Il est à peu près 3h30 et je n'ai qu'une envie, entamer ce désert. M'asseyant enfin à table, je me prépare à utiliser mon arme du jour, fin prêt à déguster ce qui se trouve devant mes yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Mer 6 Fév - 18:10
Invité
Invité
avatar
Voilà quasiment un an qu’Alexandra et les membres de la première expédition avaient mis à terre dans cette Cité. Leur début avait été plus que chaotique car ils avaient dû faire face à une bâtisse sur le point de s’écrouler, ou plutôt d’imploser sous l’eau et la surprise avait été totale quand cette dernière avait jailli des eaux. Après la surprise passée, il avait fallu se rendre à la réalité que le bâtiment avait réellement souffert et qu’il serait dur de le réhabilité rapidement. Plusieurs sections étaient encore inondées et ils leur fallaient faire preuve de la plus grande prudence. Alexandra avait de la chance, car au vu de sa spécialisation, elle ne faisait pas parti des équipes d’exploration de la Cité. Enfin, cela aurait pu être une chance si elle n’avait pas dû se coltiner les surveillances… Elle était là pour se battre et non pour devoir jouer les baby-sitters pour les autres. Mais à présent, elle se disait que ce temps où la paix régnait était largement préférable à celui de maintenant. Depuis que les Wraiths avaient débarqués, ils n’étaient plus en sécurité… La bataille avait largement touché la Cité et le nombre de blessés et de morts étaient largement supérieurs aux vivants. Et cette tension finissait par ruiner les nerfs de n’importe quelle personne présente dans cette base. La jeune femme l’avait remarqué… même Eiden, son médecin souffrait de cette situation et elle n’échappait cependant pas à la règle malgré son entrainement.

Depuis l’attaque… elle n’arrivait plus à dormir. Ce n’était pas parce qu’elle avait perdu quelqu’un de proche, heureusement… Non, en fait, elle ne savait pas pourquoi elle ne dormait plus, elle savait juste qu’il fallait y remédier le plus rapidement possible sinon son état nerveux allait en pâtir. Si ce n’était déjà fait… car elle recommençait les abus et la jeune femme savait très bien qu’elle le faisait uniquement quand elle était mal. Boire, voilà ce qu’elle faisait pour le moment… Boire à excès jusqu’à avoir une belle gueule de bois, histoire d’oublier. Mais elle n’oubliait jamais au réveil. En conséquence, elle avait un sacré mal de tête et était d’une humeur massacrante. L’alcool athosien ne valait pas réellement les alcools terriens mais bon après cinq ou six verres, on commençait à en ressentir les effets… Alexandra avait un peu abusé du litron, comme dirait sa grand-mère… Mais ce matin, au réveil, elle savait que sa journée de repos serait une vraie torture… Son mal de crâne n’avait fait qu’empirer après son entrevue avec Sinley et l’ambassadeur et à présent, elle ne rêvait que d’une chose… La seule chose à son sens qui pourrait lui calmer sa douleur… une bonne dose d’héroï… Non, un tube entier d’aspirine !!! Voilà aussi un effet de cette tension palpable, la plus grande peur de la jeune femme refaisait des siennes et il lui arrivait encore de penser à cette époque où l’espace de quelques heures, elle était tranquille, elle ne pensait pas à la menace que représentait les Goa’ulds. Mais maintenant c’était terminé, les Wraiths étaient là…

Elle avait quitté le bar athosien un peu plus tôt pour venir à la cafétéria pour manger. Elle avait largement attendu que tout le monde sorte pour se retrouver seule et au calme. Quand elle était entrée, il ne restait pas grand-chose… Il n’y avait plus de viande et il ne restait que quelques frites… Elle les finit en les mettant dans son assiette et se prit la dernière mousse au chocolat qu’il restait avant de s’assoir à une table. Elle était seule et au moins, il n’y avait plus de bruit dans le mess. Elle mangea son maigre repas et resta à table, la tête appuyé sur sa main. Sa casquette et ses lunettes étaient toujours rivés sur son visage… Dormait-elle ou réfléchissait-elle…Et puis ici au moins elle serait tranquille jusqu’à ce soir… Alors c’est tout naturellement qu’elle finit par s’assoupir…
Son rêve l’emporta chez elle, preuve que la Terre lui manquait tout autant que sa famille. Elle était dans leur maison et descendait l’escalier… En bas justement, son chat se trouvait sur le rebord de la rampe et semblait l’attendre. C’était un petit voyou, il se laissait caresser que quand il le voulait bien sinon il ne fallait pas l’approcher. La jeune femme continua de descendre mais au lieu d’atteindre son chat, elle se retrouva sur une planète… Elle la connaissait, c’était la planète où SG15 et elle avait était pris à parti par des aliens… et où elle avait perdu un ami… Elle revécut l’action mais avant de voir son ami se faire abattre, elle fut de nouveau transporter et cette fois-ci sur Atlantis. Le rêve continua comme cela pendant plus de deux heures jusqu’au moment où elle se fit réveiller brutalement par un grincement de chaise. Le bruit était horrible et semblait en plus résonner dans sa tête. Elle se redressa et porta aussitôt une main à son oreille avant de regarder le protagoniste et responsable de ce bruit. Justement, c’était un soldat qui venait de s’assoir juste devant elle, comme si le self était bondé et qu’il ne restait plus que cette place. Elle le regarda pendant une seconde avant de dire d’une voix énervé :


- Putain, tu peux pas faire attention et soulever ta chaise, abruti ! Et vas voir ailleurs si j’y suis tiens !
Revenir en haut Aller en bas
Mer 6 Fév - 22:05
Invité
Invité
avatar
    Le dessert était là, juste devant moi, un peu de douceur dans un monde de brut comme on dit, à porter de cette cuillère. Chacun de nous dans cette galaxie a besoin d'un peu de réconfort, un peu de douceur, ne serait-ce que temporaire. Pour certains, il fallait une table de flipper, un jeu de carte, pour d'autre un livre ou encore une partie de jambe en l'air, mais certains se contente d'un simple dessert, qui aurait pour but d'égayer leur journée. Je suis de ces gens-là. Mais le destin ne me souriait pas aujourd'hui, du moins pas encore. Sur le coup, j'étais captiver uniquement sur ce fameux cookie, couper du monde qui m'entourait, ne prêtant aucune attention aux gens autour de moi, mais une voix voix féminine me rappelait la réalité des choses. Pouvait-on avoir, ne serait-ce qu'une heure normale sur cette putain de cité à la con ?! A croire que Non. Levant instantanément les yeux vers la personne qui venait de m'adresser la parole, j'avais déjà un air furieux, encore plus lorsque je reconnus l'uniforme de la personne assise devant moi, noir. La personne qui osait me parler sur ce ton était d'un grade inférieur qui plus est, ce qui était bien pire. Très vite, je fronçais les sourcils, plissais les yeux, serait petit à petit les phalanges tout comme ma mâchoire, avant d'articuler ce qui allait suivre.

    « Je vous demande pardon, Caporal ?! »

    Visiblement, j'avais affaire à un membre du corps militaire qui n'était pas vraiment dans son assiette, mais ce manque de respect vis-à-vis d'un supérieur ne devait pas rester impuni. J’étais tout aussi mal luné que cette femme semblait l'être et je ne laisserais pas passer cela, je ne pouvais pas. Je commençais alors à me relever tout en relâchant la cuillère qui était dans ma main droite, alors à quelques centimètres au-dessus de la coupelle d'un blanc marbré. En retombant elle fit ce bruit si particulier, si énervant quand elle retomba dans celle-ci. Je n’ignorais pas que cela énerverait encore un peu plus mon homologue, bien au contraire, étant donner qu’un simple grincement de chaise la fit sortir de ses gonds.

    « Au garde à vous et décliner votre identité immédiatement ! Et qu'est-ce que c'est que cette gueule ?! J'ose espérer pour vous que vous êtes de repos ! »

    C'était là, la première menace du Sergent. Très souvent, parler ainsi à un soldat en lui ordonnant de dévoiler son identité était mauvais signe. Il n'y avait pas de cours martial ici, bien que je n'avais pas l'intentionné de l'y emmener pour si peu, mais il fallait que cette femme sache à qui elle avait affaire bien que son grade montre qu'elle n'est pas une débutante, tout comme sa présence sur Atlantis. Elle avait beau être la meilleure dans sa spécialité, on respectait la hiérarchie quel que soit l'endroit où l'on se trouve, où la date d'arrivée de son supérieur. Oui je suis nouveau, certes mon visage n'est pas connus de tous, personne ne sait probablement la raison pour laquelle je suis là, mais ce Caporal venait non pas simplement de manquer de respect à un plus haut gradé, mais bien d'enfreindre le code du soldat, la base des bases. Très vite, je vis le visage de la jeune femme, elle semblait fatiguée... bien plus que cela. Comme une personne qui n'avait pas dormi, tout du moins qui avait l'air de ne jamais être réellement sorti de son sommeil et si elle était en service à ce moment-là, les choses changeraient radicalement pour elle...
Revenir en haut Aller en bas
Mer 6 Fév - 22:29
Invité
Invité
avatar
Ce n’était vraiment pas la journée d’Alexandra. Après une cuite galactique, une petite bagarre au bar athosien le matin même et maintenant là voilà à insulter un sergent. Elle avait tout gagné. S’il y avait eu un loto dans la Cité, elle aurait joué aujourd’hui, elle aurait certainement gagné le gros lot mais en guise de cadeau, elle devait se farcir un sergent qui apparemment n’avait pas l’air d’apprécier son attitude encore moins ses paroles pour le moins insultantes pour lui. Au fur et à mesure que ses paroles arrivaient au cerveau du supérieur, elle aperçut à travers ses lunettes de soleil sa réaction qui ne lui disait rien de bon. Son regard se durcit quand il se posa sur la jeune femme et elle sut de suite qu’il était en colère et certainement pas ravi du tout de se faire recevoir de la sorte. Il avait l'air constipé...

« Je vous demande pardon, Caporal ?! »

Si Alexandra avait pu revenir quelques minutes en arrière, elle l’aurait fait très certainement car au son de sa voix, elle savait qu’elle passerait un mauvais quart d’heure… Il allait falloir qu’elle se contienne et elle savait aussi qu’elle n’y arriverait pas, elle aurait certainement un blâme à la suite de leur altercation. Elle le regarda se relever et le suivit du regard… Qu’allait-il faire ? La frapper ? Non, ce fut sa cuillère qui tomba dans la soucoupe. Le bruit la fit grimacer alors qu’elle posait une main sur l’un de ses tempes… L’enfoiré, s’il savait à quel point cela lui faisait mal !!! Une fois la douleur un peu assourdie, elle redressa la tête afin de l’observer. Elle ne le connaissait pas, cela devait être un nouvel arrivant et le voilà qui voulait faire son chef. Cela n’allait pas passer avec la jeune fille ! Et voilà qu’il lui ordonnait de se mettre au garde à vous et de se présenter… Alexandra aura tout vu… Il se prenait pour qui ? Le pape ?! Elle lâcha un soupir et lui fit un signe de la main comme s’il brassait de l’air pour rien. Elle n’en avait rien à foutre du protocole et si elle avait à le mettre en application, ce n’était certainement pas aujourd’hui.
Malgré tout, elle se doutait qu’il ne se rassoirait pas si facilement que cela. Apparemment, il était très porté sur les distinctions donc tout en restant assise à sa place, elle lui fit juste un mini salut avant de répondre :


- Carpenter pour vous servir…. Enfin pas aujourd’hui vu que je suis de repos !!!!
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 7 Fév - 0:07
Invité
Invité
avatar
    Aucun doute, j'avais affaire à une forte tête. La première depuis mon arrivée sur Atlantis, probablement pas la dernière, mais elle devait faire office d'exemple pour toutes les personnes présentes. Notre courte dispute ramenait déjà du monde. Dans un premier temps, ce fut deux serveurs du mess, très vite suivi du reste de leur équipe, puis certains civils formait une meute à l'entrer de la cantine. Ni moi, ni le Caporal, n'étions passés inaperçus. Cependant, je sentais un changement d'attitude chez cette femme, comme-ci elle venait de se rendre compte de son débordement. Elle ne s'attendait pas à voir un supérieur probablement, peut-être même que ma voix lui rappelait celle d'un scientifique ou autre, peu importe. J'aurais bien voulu effacer l'ardoise immédiatement, je voyais bien qu'elle n'était pas toute fraiche et que cette erreur était de l’inattention, mais je ne pouvais véritablement pas laisser passer ce genre de choses. Carpenter subissait une correction non seulement pour elle, mais aussi pour tous les autres. Je l'avoue, je suis intransigeant dans le règlement, mais si l'anarchie commence à s'installer, on n'en finit jamais avec cela. Je me devais par conséquent de rappeler les règles, quitte à ce que le Caporal s'en prenne plein la tronche pour faire figure d'exemple.

    « Vous baissez d'un ton avec moi, Soldat ! Je vous rappelle que je suis votre supérieur ! Vous êtes peut-être de repos, mais vous ne donnez pas l'exemple en vous affichant de la sorte ! Vous risquez un blâme pour votre comportement ! »

    Au même moment, les militaires affectés à la sécurité de la zone pénétrait dans le mess en courant, armes au poing. Pendant un temps, j'étais aux côtés de ces hommes et ses femmes chargées de s'assurer du bon déroulement des choses, cela ne faisait pas si longtemps que j'étais véritablement dans ce que j'appelle le service actif, à savoir, l'autorisation traverser la porte des étoiles avec une équipe. Par conséquent, ils me connaissaient déjà un peu.

    « Caporal Carpenter, vous êtes à partir de maintenant consigner à vos quartiers jusqu'à nouvel ordre. Je vous demande de suivre ces hommes, qui vous y conduirons, sans faire d'histoire. Je déciderais de la sanction à prendre suite à votre conduite inqualifiable. »Je me tournais alors vers les deux hommes de la sécurité. « Messieurs, emmenez-là et ne la lâcher pas d'une semelle. Si elle doit dégueuler, vous l'accompagnez aux chiottes. Vous avez l'ordre de rester avec elle quoi qu'il arrive. »

    En ce moment même, tout devait être bousculé dans la tête de la jeune femme, elle devait déjà songer à ce qui se passerait suite à son acte et le regrettait déjà probablement. Mais, il était trop tard et elle n'était pas sans le savoir. De ce que je venais de lui montrer, j'étais à cheval sur le règlement et ferait payer tout acte de la sorte. On a tous le droit à des dérives de temps en temps, je le sais plutôt bien d'ailleurs, sauf que pour le moment, personne ne m'a vu le faire. Ma décision était plus symbolique qu'autre chose. J'étais déjà trop conciliant avec elle. Regardant tout le monde dans le mess, je criais l'ordre suivant.

    « Mesdames, messieurs, le spectacle est terminé ! Retournez à vos postes et ceux qui ne sont pas en service, reprenez ce que ce que vous faisiez. Merci d'avance ! » Je pouvais désormais m'asseoir et reprendre ma cuillère, je ne me fis pas prier pour le faire. « Et laissez-moi manger mes brownies tranquille, par pitié... »Dis-je à voix basse..
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 7 Fév - 19:45
Invité
Invité
avatar
Alexandra n’était vraiment pas d’humeur pour écouter ses jérémiades et encore moins ses reproches envers elle. Il voulait qu’elle baisse d’un ton et qu’elle se montre plus polie vu qu’il était son supérieur. A cela, elle lui fit un vague geste de la main comme pour lui dire qu’elle ne dirait rien suivi d’un haussement d’épaule à l’évocation de sa supériorité. La jeune femme s’en fichait éperdument de son grade, surtout aujourd’hui. Lorsqu’il lui rappela qu’elle risquait un blâme pour son comportement, elle ne put s’empêcher de tourner la tête vers lui et d’ajouter un « ta gueule » assez audible… Un blâme ! Bah voyons ! Et quoi encore !

Des personnes s’étaient déjà rassemblé devant eux et les regardait. Apparemment, ils étaient un amusement pour eux et cela fatiguait réellement la jeune femme mais finalement la sécurité arriva et ce fut avec un soupir de la jeune femme qu’ils entrèrent dans le self. Pourquoi avait-il fallu qu’ils se déplacent ! Et voilà… consigner dans ses quartiers jusqu’à nouvel ordre… Super, elle qui voulait de la tranquillité elle en aurait à présent. Elle lâcha un second soupir en balançant se tête en arrière pour bien lui montrer qu’elle n’en avait rien à faire. Mais finalement l’un d’eux s’approcha d’elle pour la relever alors elle gifla sa main avant de dire :


- Bas les pattes ! Je sais encore me lever toute seule !!!!

Elle se redressa en vitesse, faisant grincer la chaise malgré elle. Un juron passa la barrière de ses lèvres alors qu’elle sortait escorter par la sécurité.

La suite dans mes quartiers...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Atlantis Insurrection :: Cité d'Atlantis :: Niveau 3 - Zone de Restauration et de Loisirs :: Mess-