Atlantis Insurrection
"Personne ne demande à devenir un Héros, sauf que parfois ça finit comme ça..."

Et si ce Héros, c'était toi ? Tu es l'un des meilleurs dans ton domaine (Biologiste, Chirurgien, Infirmier, Diplomate, Démineur, Maître chien...) et on te propose de participer à l'expédition la plus fabuleuse mais aussi la plus dangereuse : l'expédition Atlantis.
Auras tu le cran de rejoindre Atlantis pour découvrir ses mystères et affronter les dangers de cette galaxie ?

Tu peux aussi incarner les personnages importants de la série (Ronon, Zalenka, Lorne, Teyla....) Bon niveau RP demandé.
On recherche de nombreux personnages inventés.
http://www.atlantisinsurrection.com/t387-personnages-vacants


Si tu te sens capable de franchir ce pas, tu es des nôtres ! Clique sur l'image ;-)


RPG sur Stargate Atlantis
 

There are things that we can have, but can't keep... feat. Alek

 :: Cité d'Atlantis :: Niveau 7 - Zone Scientifique et Technique :: Bureaux :: Bureau de Norah Ayoun Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Lun 27 Nov - 10:48
Invité
Invité
avatar
There are things that we can have, but can't keep...
Norah ft. Alek

Assise dans mon bureau, au milieu de tout mon bazar organisé, je lâche un soupir alors que j'étend ma jambe devant moi. Je grimace lorsque je sens une légère douleur au niveau de la cuisse. Les blessures que cette liane m'a fait sont superficielles mais c'est comme si elle m'avait injecté du venin comme le font les épines des roses et autres plantes qu'on a sur terre. Je dois désinfecter les plaies tout les jours jusqu'à ce qu'elles se referment et les garder panser le plus souvent possible. C'est assez handicapant et même si je ne suis pas militaire ou grande sportive, j'ai quand même une certaine gène. Je voulais une mission, j'en ai eu une et elle n'a pas été de tout repos. Je passe machinalement le bout de mes doigts sur mon bleu au front. Bleu dû à ma chute lorsque Karola m'a évité de sauter en même temps que l'explosif. Heureusement, plus de peur que de mal et on s'en est tous sorti à peu près indemnes. Je lâche un nouveau soupir alors que mes yeux parcourent le bureau. J'ai encore pas mal de choses à faire et l'heure affichée sur la pendule m'indique que je n'ai plus beaucoup de temps pour le faire. Pourquoi ? Parce que j'ai demandé à Alek de me rejoindre ici sans lui préciser le pourquoi de cette rencontre. J'ai une petite surprise pour lui et quelque chose me dit qu'elle va lui plaire.

Faut dire que depuis notre longue discussion de la dernière fois, celle où nous avons parlé de nos rêves, je n'ai pas arrêté d'essayer de trouver un moyen de rendre tout ça possible.

Les minutes, les heures passent et le sol de mon bureau est enfin vierge de tout papiers qui traînent. Je souffle pour écarter la mèche de cheveux qui vient me gêner et je passe le dos de ma main sur mon front. Il faut que je me dépêche si je veux avoir le temps de prendre une douche... Les mains posées sur les hanches, je fixe le bureau que j'essaye de déplacer depuis de longues minutes maintenant et c'est avec une certaine consternation que je constate qu'il n'a bougé que de quelques millimètres seulement. Je grimace avant d'ouvrir la porte qui donne sur le couloir. Malheureusement pour lui, un militaire décide de passer à ce moment là et c'est sans attendre que je lui demande de venir me donner un coup de main. Enfin demander est un bien grand mot puisque je ne lui laisse pas d'autre choix que de m'aider en le poussant presque à l'intérieur du bureau. Grâce à lui, le bureau est poussé contre un mur pour faire un maximum de place et c'est rapidement que je le met dehors après l'avoir remercié. Je souris lorsque je vois la pièce "rangée" prête à accueillir ma petite surprise....

***

Les heures sont passées à vitesse grand V, j'ai bien cru que je n'y arriverai pas mais contre toute attente, j'ai même réussi à me prendre une douche et à me changer. C'est donc pleine d'impatience que j'attend devant la porte de mon bureau, les bras croisés, un sourire ravi sur le visage. A chaque bruit de pas qui résonne dans le couloir, je sursaute. C'est un peu stupide, mais j'ai la boule au ventre, j'espère vraiment que ce que je lui ai préparer va lui plaire. Les minutes défilent, il a un peu de retard mais je ne m'inquiète pas. Je sais qu'il va venir puisqu'il me l'a dit. Cependant, lorsque je l'aperçois je ne peux pas m'empêcher de pousser un soupir de soulagement. Alors qu'il approche, je lui adresse un sourire. J'ai l'air d'une gamine qui trépigne d'ouvrir ses paquets le matin de Noël. Je lui tend la main pour lui faire signe de se dépêcher.

"Ferme les yeux et retire tes chaussures." Je réfléchis quelques secondes avant de me reprendre. "Non, c'est plutôt enlève tes chaussures et ferme les yeux. Je n'ai pas envie d'être responsable d'une chute."

Nouveau sourire. J'attend qu'il fasse ce que je lui ai demandé et une fois chose faite, je lui prend la main délicatement pour le guider. J'ouvre la porte de mon bureau, la lumière est éteinte et en avançant, Alek peut sentir sous ses pieds que le sol a changé. Doucement je le guide et je le fais s'asseoir dans un siège plutôt bas.

"Surtout tu n'ouvres pas les yeux compris ?"

Après m'être assurée qu'il est bien installé, je le laisse pour finir de tout mettre en place. C'est juste le temps de quelques petites minutes et une fois chose faite, je lui dis d'ouvrir les yeux. Il me verra en face de lui un cocktail dans chaque main. Derrière moi, un océan turquoise est projeté sur le mur et le bruit des vagues sort de mes petites enceintes d'ordinateur. A nos pieds, un peu de sable blanc que j'ai ramassé sur le continent et Alek peut voir qu'il est installé dans une sorte de petit transat.

"Bienvenue à Santa Monica."

Je souris et je m'approche de lui pour lui tendre son verre. Je m'installe dans le fauteuil près du sien et je lève mon verre vers lui pour trinquer.

"Bon par contre, il faudra que tu m'aides pour ranger tout ça après."

J'éclate de rire avant de porter mon verre à mes lèvres. Du coin de l'oeil j'observe les réactions du militaire.
made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
Lun 27 Nov - 19:30
Invité
Invité
avatar
Bon, en voilà une journée calme. Ca va paraitre très con mais c’était la première fois depuis que j’étais sur Atlantis que je n’étais pas l’infirmerie en rentrant d’une mission. Du coup ben j’étais perdu. Mine de rien ça occupe d’être là bas avec tout ce personnel féminin à draguer, mais là rien. Cette mission ça avait été le club med pour moi, tout calme. Je sais que j’avais dis en vouloir une calme mais là elle l’avait trop été. Je n’avais rien eu à tuer, vous imaginez l’angoisse? Bon pour certains ça avait été moins calme mais vu qui avait morflé j’en avais rien à cirer.

Du coup je tournais un peu en rond. Dans cette mission nous avons eu à faire à des animaux très spéciaux. En tant que passionné par les animaux j’aurais bien aimé pu m’y intéresser un peu mais on m’avait recalé en prétextant que je n’étais pas un scientifique. Ouais ça ok mais j’étais l’un de seuls à avoir étudié le comportement animal d’une manière très poussée..on ne devenait pas maître chien sans études. Donc je l’avais un peu mal pris et ça avait renforcé mon ennui profond.

En fait je me rendais compte que hors les moments de mission qu’est ce qu’on se faisait chier sur cette cité ma parole. Tout le monde était trop sérieux. Pour ça aussi la Terre me manquait. D’accord nous avions les MP’s pour nous casser les noix quand on faisait les cons mais parfois-voir même souvent-nous arrivions à les éviter.Mais ici rien calme plat que de bons petits soldats. Donc je faisais du sport, je m’entrainais, j’entrainais Kalash..

Jusqu’au moment où j’avais reçu un message de Norah me disant de la rejoindre dans son bureau mais sans rien dire de plus. En général je n’étais pas un grand fan des surprises, mais peut être avait elle retrouvé un autre artefact Goa’ulds que je pouvais venir voir. Ou alors c’était pour l’aider à faire un truc chiant et pour éviter que je trouve une excuse bidon pour me défiler, elle avait préféré ne rien dire. Voila pourquoi je n’aimais pas les surprises car ça faisait marcher mon neuron et je n’y étais pas habitué.

Mais j’avais attendu patiemment en me matant un film sauf que ben j’avais rien trouvé de mieux que de mettre le Retour du Roi version longue et que du coup je n’allais pas être à l’heure. J’aurais pu aussi arrêter le film mais on arrête pas le seigneur des anneaux ou Sauron vient vous hanter la nuit. Enfin une fois le film terminé, je me dépêchais pour être à l’heure, ouais non en fait pour ne pas être trop en retard plutôt.

J’arrivais devant le bureau de Norah et elle était là à attendre. Arf merde...j’allais peut être me faire copieusement remettre à ma place pour mon retard. Je la trouvais très gentille, mais quelque chose me disait que je n’avais pas envie de voir quand elle était énervée. Les femmes les plus calmes faisaient les plus gros volcans quand elles explosaient et les brunes avaient la palme de la destruction massive. C’est très con et cliché mais calmer une blonde c’était facile...calmer un brune c’était comme vouloir calmer Kalash en mode attaque, c’était possible moyennant la perte de membres.

Je m’approchais en me préparant mentalement à me prendre un soufflon de compétition, mais il n’en fut rien. Elle était souriante, j’aurais dis un peu excitée mais pas dans le sens pervers du terme plutôt comme quelqu’un qui a hâte de quelque chose. Gné? enlever mes chaussures et fermer les yeux? euh..mais c’était quoi ce délire là? Bon allez j’avais décidé d’être un Alek gentil alors je fis ce qu’elle me demanda. J’enlevais mes rangers, et je fermais les yeux. Elle me prit la main et je n’avais pas d’autres choix que de me laisser guider. Pas très facile d’accepter ça en tant que militaire mais en marchant je percutais que ce n’était plus le sol habituel de la cité. C’était mou et malléable, on aurait dit du sable mais ce n’était pas possible on était dans un bureau. Je me laissais guider et là je savais que j’étais assis, assez bas d’ailleurs. Merde ce petit entraînement Natus m’avait fait un peu changer, même sans la vue j’analysais tout.

” Promis je ne regarde rien tant que tu ne me donnes pas le feu vert.”

Bon fallait pas non plus que le feu vert arrive dans trois plombes. Je pense que quelques minutes s’étaient écoulées avant qu’elle me dise que je pouvais ouvrir les yeux. Et là que dire? vision de rêve? surprise? un peu perdu? J’avais devant moi Norah avec deux cocktails et l’océan derrière elle avec le sable au sol. Je ne savais pas quoi dire...ouais vraiment. Tout ça pour moi? mais j’avais fais quoi pour mériter un truc aussi gentil? Je pris le verre qu’elle me tendait.

”C’est la maison...enfin presque. C’est très gentil...je ne sais vraiment pas quoi dire à part merci. Et oui je t’aiderais mais on est pas pressés”

Il me semble que c’était la deuxième fois qu’elle arrivait à me réduire au silence, la première fois en me donnant cette pierre Goa’Ulds. Je trinquais avec elle en souriant presque comme un gamin le matin de Noel. Ah si un truc était différent du vrai Santa Monica.

”Tu sais ce qui aurait vraiment été comme chez moi? Que tu sois en maillot de bain. La vision de rêve aurait être parfaite”

Je dis ça en rigolant pour bien montrer que c’était juste de la petite provocation. Je ne voulais pas la vexer pour une connerie pareille. Et le cocktail était super bon en plus, je me penchais pour enlever les chaussettes, et je fermais les yeux pour n’entendre que le bruit des vagues et sentir le sable sous mes pieds. Je n’étais pas doué pour exprimer ce que je ressentais mais là elle venait de me faire peut être le plus beau cadeau spontané qu’on m’ai fait.
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 30 Nov - 22:39
Invité
Invité
avatar
There are things that we can have, but can't keep...
Norah ft. Alek

Je me mord l'intérieur des joues tellement je suis impatiente qu'il ouvre les yeux. Assise dans mon petit transat, à côté de lui, je ne le quitte pas des yeux alors que je lui donne la permission d'ouvrir les yeux. Ma petite surprise semble faire son effet puisque ça lui coupe la parole le temps de quelques secondes. Son verre à la main, il regarde autour de lui et lorsqu'il me dit qu'il est comme à la maison, ou presque, je ne peux pas m'empêcher de sourire un peu plus. Je sais que ce n'est pas quelqu'un qui affectionne les surprises et je le remercie intérieurement d'avoir joué le jeu. Assise bien confortablement dans mon petit transat, je laisse mes yeux se balader quelques secondes sur la mer et les vagues qui s'animent sur l'écran en face de nous. Moi aussi j'ai retiré mes chaussures et je suis pieds nus dans le sable. J'ai toujours aimé cette sensation, ça me rappelle les fouilles en Egypte... Bon ouais, quand il y avait des tempêtes de sable, je dois bien avouer que je l'aimais moins à ce moment là surtout que ça a la sale habitude de s’immiscer partout. Je ferme les yeux, je prend une profonde inspiration. Le sable sous les pieds, le bruit des vagues qui jaillissent des enceintes, ça fait très réel. Je n'ai jamais été à la plage de ma vie et je dois bien avouer que ça a quelque chose de reposant... il ne manque plus que le soleil qui chauffe la peau et une petite brise dans les cheveux et tout serait parfait... Bon malheureusement, j'ai quelques limites et je n'ai pas pu tout faire. Je reviens à la réalité lorsque Alek me dit que me voir en en maillot de bain aurait certainement rendu tout ça plus réaliste. Il rit, moi aussi. Je bois une gorgée de mon cocktail maison et sans alcool et je claque la langue sur mon palais.

"Oh je l'ai là dessous mais j'ai laissé tomber l'idée quand je me suis rendue compte qu'il ne faisait pas assez chaud..."

Je souris à mon tour et je lui fais un clin d'oeil. Il y a aussi ma pompe à insuline et même si depuis quelques temps maintenant j'y suis habituée et n'ai aucun mal à la porter, j'ai toujours un peu de mal à l'afficher aux yeux des autres. C'est stupide, je sais, mais c'est comme ça.

Je laisse quelques secondes s'écouler et je me tourne vers Alek, le regard sérieux. Je le fixe quelques secondes, histoire d'installer un certain suspens avant de lui dire.

"Bon alors par contre, ne t'attend pas à ce genre de surprise à chaque fois qu'on se verra hein... On m'a pris pour une folle quand je suis revenue avec tout ce sable... Il a fallu que je sorte une histoire de litière pour un gros chat mais je crois qu'on ne m'a pas cru... va savoir pourquoi."

Nouveau sourire.

"J'espère bien que tu vas me filer un coup de main. Mais tu as raison, on est pas pressé..."

Je me lève d'un bond de mon transat et je pose ma boisson au sol avant d'aller chercher quelque chose dans un coin de mon bureau. Quelques secondes plus tard, je reviens vers le militaire, une planche en bois toute basique sous le bras.

"Tu m'excuseras mais je n'ai pas trouvé de planche de surf..."

Je me mordille les lèvres avant de rajouter, amusée.

"J'ai piqué ça dans l'entrepôt... je dirais que c'est toi si on me tombe dessus."

Je la fais tomber sur le sable. Les mains posées sur les hanches, je la désigne d'un signe de tête.

"Tu me montres ?"
made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
Dim 3 Déc - 16:08
Invité
Invité
avatar
C’était vraiment une attention très gentille de la part de Norah et en plus je dois dire que revoir la mer comme ça, le bruit des vagues, le sable, les cocktails. Tout ça me manquait car pour moi la plage était un lieu de repos mental. Je n’allais pas surfer à chaque fois mais j’allais à la plage au moins une fois par jour quand je vivais à Los Angeles. J’avais la chance de grandir dans une famille aisée et nous avions une maison à à peine 15 minutes de route donc c’était génial pour moi. Et quand je rentrais en perm j’allais crécher chez un ami qui avait réussi dans le mannequinat belle barraque sur les hauteurs de Santa Monica encore mieux pour moi.

Sur la cité quand je voulais me vider l’esprit j’allais sur les digues au plus proche de l’eau et j’avais entendu parler d’un coin un peu plus agréable sur le continent mais je n’avais jamais eu l’occasion d’y aller. Certains y allaient entres amis ou en “couple” plus ou moins officiel. Un jour je ferais peut être la surprise à Norah elle qui n’avait jamais vu la mer...là ça s’en rapprocherait un peu. Mais se serait pour une prochaine fois dans quelques temps..si je n’oublie pas l’idée.

Je me mis à rire avec sa réplique décidément elle ne savait pas qu’en ma présence il fallait vraiment faire attention à ce qu’on disait. Et comme l’ambiance était détendue je n’allais pas me priver d’en rajouter mais avant je bus encore un peu de ce cocktail. Très bon d’ailleurs alcoolisé juste ce qu’il faut. Histoire d’être un peu bien mais sans devenir chiffon carpette. Je la regardais toujours le sourire aux lèvres.

”S’il n’y a que la chaleur qui t’embête, je peux y remédier.”

Dans certains cas je disais cette phrase le plus sérieusement du monde pour arriver à me fins, là je l’avais dis pour m’amuser mais bon si par un malentendu, elle avait un coup de chaleur soudain et se mettait en maillot je n’allais pas détourner le regard. Enfin bref je profitais du sable sous mes pieds, du bruit des vagues, en fait je me détendais. C’était la première fois que j’étais bien. Pas de soucis, juste le sable, les vagues, le cocktail et une femme super. J’ignorais qu’elle était diabétique et en fait je l’aurais su ça n’aurait pas changé mes petites piques.

Quand elle se mit à me regarder d’un air super sérieux, je me demandais ce qui allait me tomber sur le coin de la figure. Tout ce sérieux pour me dire ça? j’éclatais de rire et je l’imaginais trimballer son sable pour l’installer ici sous les yeux hallucinés du personnel de la cité.

”Ne t’inquiètes pas je vais pas m’attendre à ça à chaque fois et je pense qu’un Puntas pourrait avoir une litière de cette taille. Je ne sais pas si tu connais cette race, des gros tigres très sympas.”

Bon un peu obsédés les animaux mais sympas quand même. Et oui je l’aiderais, je n’étais désagréable que face à des gradés. Mais là je profitais de ce moment off et très agréable. D’ailleurs contrairement à Norah mon verre avait chaud vu comme il s’était évaporé..phénomène localisé. Mais en fait moi je profitais parce que zébulon à côté de moi ne restait pas en place plus de trente secondes. Ouhhh là fallait que je lui apprenne à se détendre et à prendre son temps, à vivre en Californienne quelques heures. Je la suivis des yeux et la vit revenir avec une planche en bois. Bon là je ne compris pas de suite où elle voulait en venir. Une planche de surf? ça sautait pas aux yeux tout de suite quand même. Mon regard parti de la planche au sol et remonta vers Norah. Vu la position qu’elle avait prise je sentais que je n’avais pas le choix que de jouer au prof.

Je pris mon temps pour me lever de mon confortable transat et posais mon verre vide. Allez c’était parti pour faire le prof de sport...je ne respectais pas trop le cliché du surfeur blond à la peau bronzée.

” Monter sur la planche c’est le plus simple, le premier cours qui est donné et qu’on doit tous passer par là est le plus galère. Il faut s’allonger sur le ventre sur la planche et arriver à se redresser.Car quand on va prendre une vague il faut qu’on se redresse le plus vite possible pour ne pas la louper” Je m’allongais donc dessus sur le ventre et en appuyant sur mes bras je me mis accroupis d’un coup. Une fois montré je descendis de la planche improvisée. ” Allez à toi miss.” En général ce premier cours dégoutait beaucoup de monde car ce n’était pas facile et après il fallait apprendre en étant dans l’eau donc là se serait pour une autre fois. J’étais tenté de retourner m'asseoir dans le transat et de la regarder galérer mais j’étais un prof sérieux et je restais proche d’elle pour l’aider si besoin.
Revenir en haut Aller en bas
Ven 15 Déc - 22:52
Invité
Invité
avatar
There are things that we can have, but can't keep...
Norah ft. Alek

Ma petite surprise a l'effet souhaité et j'en suis fière. Je ferme les yeux quelques secondes alors que je suis bien installée dans mon fauteuil. Je viens de dire à Alek que mon maillot est sous mes vêtements mais que par faute de chaleur, j'ai préféré le laisser caché. Il ne manque pas de me dire que pour la chaleur, il a peut-être quelque chose pour y remédier. Je me tourne vers lui, à la fois amusée et décontenancée par ce que je viens d'entendre. En soit je ne devrais pas être interpellée par ce genre de remarque surtout quand elle vient de la part d'un homme mais je ne suis tellement pas habituée que je ne sais pas trop quoi y penser. Je préfère ne pas relever cette petite remarque et je me racle la gorge avant de me lever du fauteuil.

Il me faut quelques secondes pour m'emparer de la planche de bois que j'ai trouvé un peu plus tôt dans la journée et qui, à défaut de planche de surf, va nous servir à surfer sur les vagues ou plutôt faire tout comme. J'affiche un sourire lorsque le militaire me parle des Puntas.

"J'en ai entendu parlé de ces bestioles mais à dire vrai, je ne sais pas si j'ai envie de les croiser..."

Petit rire amusé, je pose la planche de bois au pieds du militaire et fière de moi, les mains posées sur les hanches, je lui demande de m'apprendre à surfer. Heureusement pour moi, il est d'accord pour la jouer professeur le temps de quelques minutes pour m'apprendre à me mettre debout sur la planche. Je sais, c'est un peu idiot comme situation mais il faut savoir que lorsque j'apprécie une personne j'aime qu'elle me montre ce qu'elle aime, qu'elle partage ses passions et passes temps avec moi. Et puis, la dernière fois il a fait l'effort de m'écouter parler archéologie et en plus de faire celui qui est intéressé alors je lui dois bien ça. Les personnes qui aiment m'écouter parler de mon travail sont assez rares et lorsque j'en croise une, je fais toujours en sorte de lui renvoyer l'ascenseur. Alek aime le surf et l'eau alors soit, je fais faire un effort même si pour le coup, en ce qui concerne l'eau, je ne me "mouille" pas trop pour le moment, sans mauvais jeu de mots.

Silencieuse et attentive, je l'observe alors qu'il m'explique et me montre les mouvements de base. Effectivement, monter sur une planche ne doit pas être la partie la plus compliquée. En revanche, rester debout dessus longtemps c'est une autre histoire, surtout pour quelqu'un qui, comme moi, a deux pieds gauches. Alek se jette à plat ventre sur la planche, menant le geste à la parole et je note chaque détail de sa position sur le bout de bois. Lorsqu'il a terminé de me montrer comment se coucher et se redresser rapidement, il finit par se relever et me montre la planche d'un signe de la main, me disant que c'est à moi de jouer. Sur le coup, je me demande vraiment ce que je m'apprête à faire... Des fois, j'ai du mal à me comprendre... Je fais rouler mes épaules et fais mine de faire craquer ma nuque à la manière d'un sportif de haut niveau qui s'apprête à faire son meilleur score.

"Okay.... à nous deux..."

Je me frotte les mains avant de me mettre en place, à plat ventre sur la planche de bois. Deux possibilités, soit j'y arrive sans problèmes, soit je me vautre et me tape une honte royale... Il ne me faut pas longtemps avant d'avoir la réponse. Oui je suis maladroite, oui j'ai toujours eu un soucis de coordination mais là, ça dépasse tout les niveaux... Alors que j'essaye de me relever rapidement comme il me l'a montré un peu plus tôt, ma main droite ripe sur le bois de la planche et en quelques secondes, je me retrouve la tête face au sol... Un côté sur la planche et l'autre dans le sable. Je reste dans cette position quelques secondes et je m'adresse au militaire, toujours face au sol.

"Laisse moi deux secondes, juste le temps de trouver un moyen de te faire croire que je l'ai fais exprès..."

Voilà ça c'est fait, il m'a vu m'étaler. Je finis par me redresser et me mettre debout, les joues rosies. Je m'active à frotter le sable qui a décidé de se taper l'incruste, tout particulièrement dans mes cheveux. je me pince les lèvres et je m'adresse à Alek, amusée.

"Je crois que tu viens d'assister à la scène la plus ridicule de ma vie."

Je tire la langue quelques secondes histoire d'en retirer les grains de sable avant d'éclater de rire en repensant à ce qu'il vient de se passer.

"Heureusement que ce sable n'a pas servi de litière aux Puntas."

D'un geste rapide, je porte ma main à ma pompe histoire de m'assurer que je ne l'ai pas cassée en m'écrasant au sol.
made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 28 Déc - 14:38
Invité
Invité
avatar
A sa tête je voyais bien que ma remarque sur la chaleur n’était pas très bien passée. Est ce que j’étais sérieux ou pas? même moi je n’aurais pas été foutu de donner la vraie réponses à cette question. Mais je notais mentalement de ne plus faire de vannes sur les sous entendus car Norah n’avait pas l’air de trop les apprécier. Si on passait plus de temps ensemble, elle verrait que j’étais un habitué de ce genre d’humour à double sens mais ça ne faisait pas de moi un pervers pour autant. Juste que bon j’aimais beaucoup perturber un peu les femmes en se demandant ce que je pensais vraiment.

Le sujet dériva sur une race de la galaxie de Pégase. La première race alien que j’avais rencontré en arrivant sur cette base lors de ma première mission. Alors je vous l’accorde au début on est pas super à l’aise avec eux et puis finalement ils sont très sympas. Eux aussi ont leurs modes de vie et je n’ai pas à juger. Par contre ils sont encore plus portés sur le sexe que moi. Sur Terre on dit baiser comme des lapins, je pense que sur Atlantis on peut dire baiser comme des Puntas.

”Lors de ma première mission j’ai escorté deux scientifiques pour aller sur leur planète. Ce sont des animaux très amicaux, mais avec des moeurs assez spéciaux.”

J’étais bien, peinard dans le fauteuil de plage à siroter mon cocktail. Mais ça ne dura pas. En effet, l’archéologue avait encore prévu une surprise. Non mais son cerveau ne s’arrêtait jamais de fonctionner? On était déjà très bien là, pourquoi devoir se lever pour ...se mettre sur une planche de bois? Du surf..j’avoue que ça ne m’étais pas venu vite à l’esprit. Bon jouer le prof ne me dérangeais pas, je lui montrais donc rapidement les mouvements de base. A savoir, apprendre à se relever sur sa planche pour tenir debout. Je la regardais se préparer mentalement à dompter la méchante planche de bois en se préparant comme une athlète professionnelle.

Bien sur ça ne m’étonna pas qu’elle s’étale lamentablement la tête dans le sable. C’était habituel lors des premières tentatives. Petit j’avais mangé beaucoup de sable avant d’arriver à me redresser facilement et puis après une fois dans l’eau ce fut pareil, je me loupais souvent et finissais à la flotte sans avoir pris une seule vague. Donc je n’allais pas la juger ni même me foutre de sa gueule.

” Si tu l’avais réussi du premier coup là j’aurais été super étonné car j’ai mis des jours à y arriver. C’est la partie la plus dure du truc. Surfer une vague est moins dur qu’arriver à se mettre droit sur ces planches.”

Comme elle l’avait demandé je la laissais se relever. Elle avait du sable de partout et c’était sûr ça qui était drôle. Après tout c’est elle qui avait eu l’idée de cette activité, moi j’aurais été très bien dans mon fauteuil.

”Je suis content d’avoir eu ce privilège alors.”

Là clairement je me foutais de sa gueule mais c’est elle qui avait commencé. Je m’approchais pour lui enlever du sable dans les cheveux. Elle était bonne pour prendre une bonne douche car avec une crinière pareille elle allait trouver des grains de sable pendant un moment. Maintenant qu’elle avait fait sa connerie, elle avait prévu quoi encore? j’espérais plus rien.

”Si tu veux vraiment apprendre à surfer, on pourra aller sur le continent je te montrerais. Les vagues ne sont pas énormes se sera bien pour apprendre.”

Bon le hic après cette belle proposition c’est que je venais de réaliser que je n’avais pas de planches de surf. Je me voyais mal me faire livrer ça à partir de la Terre. Il faudrait que je les fasse fabriquer ou le faire moi même mais ça faisait des années que je n’avais pas fait ça. Enfin j’aviserais si elle accepte. Je retournais m’installais les doigts de pieds en éventail prenant mon verre à la main.

” A la plage j’aime aussi ne rien faire, juste écouter le bruit des vagues, c’est très relaxant. Boire un bon cocktail. Le paradis pour moi, sans guerre, sans violence, sans rien, que la paix du lieu et du moment.”
Revenir en haut Aller en bas
Mer 3 Jan - 19:20
Invité
Invité
avatar
There are things that we can have, but can't keep...
Norah ft. Alek

Bon là clairement je suis ridicule. Manger du sable ça m'arrivait souvent quand j'étais en fouilles en Egypte mais là, le manger de cette façon là, c'est la première fois que ça m'arrive. Une fois sur pieds, debout, je m'active à retirer le plus gros des petits grains avant d'en retrouver dans des endroits improbables ce soir en allant à la douche. Alek se moque gentiment de moi, je me contente de sourire. De toute façon là, je n'ai pas du tout mais alors pas du tout le droit de l'ouvrir. Il a clairement raison de se payer ma tête et je serai à sa place, je ferais exactement la même chose.

Alors que je me débat tant bien que mal pour retirer ce sable de mes cheveux, il vient m'apporter son aide et je le remercie d'un sourire. Quand il me dit qu'il est content d'avoir eu le privilège de me voir me tourner en ridicule, je lui tire la langue avant de sourire un peu plus.

"Je ne peux pas être douée pour désamorcer les bombes goa'uld et faire du surf. Il faut faire des choix dans la vie."

Nouveau sourire alors que le militaire va rejoindre son fauteuil. Je met la planche de côté et moi aussi je vais m'installer dans le fauteuil. J'étire mes bras au dessus de ma tête avant de prendre une nouvelle gorgée de mon petit cocktail sans alcool. Alors que je suis en train de boire, il me dit qu'un jour il allait sûrement m'amener sur le continent pour m'apprendre à surfer comme i il se doit... Comment vous dire que je manque de m'étouffer et qu'il me faut quelques secondes avant de pouvoir respirer de nouveau convenablement. Forcément qu'il me le propose, c'est naturel pour lui... J'aurai peut-être dû lui dire que l'eau et moi on est pas très amies. Je me contente tout simplement de sourire pour tenter de noyer le poisson, ahahah.

"Pourquoi pas..."

Rêve pas, un jour ou l'autre va bien falloir que tu craches le morceau jeune fille. Et si possible crache le avant qu'il ait la bonne idée de te pousser volontairement dans les vagues. Heureusement, il décide de changer de sujet et je ne peux pas m'empêcher de pousser un discret soupir de soulagement. Je finis par me détendre complètement alors qu'il me parle de ce qu'il aime aussi faire quand il va à la plage. Lorsqu'il prononce le mot "guerre" mon esprit se met immédiatement à penser à mes parents... cela fait un petit moment que je n'ai pas eu de leurs nouvelles et j'espère sincèrement qu'ils vont bien. Je baisse les yeux quelques secondes avant de tourner mon visage vers lui.

"Tu as raison, ça doit vraiment être apaisant comme endroit..."

Les minutes passent et se transforment en heures alors que nous restons sur notre petite plage artificielle à discuter. Ce que j'aime chez le militaire c'est qu'avec lui on peut discuter de tout et de rien et surtout que je n'ai pas à cacher mon côté un peu fofolle.

Puis arrivera le moment où il faudra tout ranger. Comme convenu à son arrivée, il m'aidera à tout remettre en ordre et on finira par partir chacun de notre côté pour continuer notre petite vie sur la cité.
made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Atlantis Insurrection :: Cité d'Atlantis :: Niveau 7 - Zone Scientifique et Technique :: Bureaux :: Bureau de Norah Ayoun-