Atlantis Insurrection
"Personne ne demande à devenir un Héros, sauf que parfois ça finit comme ça..."

Et si ce Héros, c'était toi ? Tu es l'un des meilleurs dans ton domaine (Biologiste, Chirurgien, Infirmier, Diplomate, Démineur, Maître chien...) et on te propose de participer à l'expédition la plus fabuleuse mais aussi la plus dangereuse : l'expédition Atlantis.
Auras tu le cran de rejoindre Atlantis pour découvrir ses mystères et affronter les dangers de cette galaxie ?

Tu peux aussi incarner les personnages importants de la série (Weir, Sheppard, McKay, Lorne, Teyla....) Bon niveau RP demandé.
On recherche de nombreux personnages inventés.
http://www.atlantisinsurrection.com/t387-personnages-vacants


Si tu te sens capable de franchir ce pas, tu es des nôtres ! Clique sur l'image ;-)


RPG sur Stargate Atlantis
 

[MJ 26] ETERNAL : Exploration

 :: Galaxie de Pégase :: Planètes explorées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Sam 13 Jan - 20:19
avatar
√ Arrivée le : 01/08/2015
√ Messages : 365
Voir le profil de l'utilisateur
MJ26 : Les Grands Explorateurs # EQUIPE 3
Pedge Allen- Matt Eversman-
Nelly Bricks- Kara Aiolos
Chronologie : 07 janvier 2018

Après avoir répondu aux questions des membres de l’équipe, Nagina sonna la fin du briefing. Tous avaient à présent une heure devant eux pour s’équiper en conséquence et rejoindre la baie des jumpers afin d’embarquer à bord d’un vaisseau qui les conduirait sur Eternal.



L’arrivée sur la planète s’effectue sans encombre particulière et comme cela a été indiqué en briefing, le 1er campement se trouve à 6 kilomètres de la Porte des Etoiles. A vous de voir ce que vous faites avec le jumper.



Quoiqu’il en soit, une fois dehors, vous vous retrouvez dans un environnement aux conditions climatiques tout à fait favorables, comme prévu. La température extérieure est de 23°, il fait jour et le soleil brille. L’air est plutôt sec mais quelques bourrasques de vent viennent apporter un peu d’air frais de temps à autre. (gaffe aux casquettes) Elles ne sont pas violentes pour le moment. Quant au sol que vous foulez, il est ça et là recouvert de neige, parfois en couches de 10cm d’épaisseur, les zones sans neiges, sont recouverte d’un lichen épais et orange ou d’herbe courte. Des forêts de conifères ponctuent le paysage et devant vous s’élève une chaîne de montagnes.

Vous rejoignez le campement au rythme de votre choix et au fur et à mesure de votre approche vous distinguez de plus en plus des clameurs, des mélodies, éclats de voix.
Le campement est très actif, des gens vont et viennent, les bras chargés de nourritures type végétale, de fleurs, de fagots de bois. Un doux fumet s’échappe des feux de camp ou bien des marmites posées au-dessus. De loin, vous pouvez apercevoir certains groupes de personnes échanger en riant, d’autres danser en rythme. La majorité pour ne pas dire la totalité sont des femmes d’âge différents et des petites filles. L’un d’entre vous aperçoit une poignée d’homme grands et forts (4 au total donc deux enfants). Il y a beaucoup de monde, beaucoup d’activité.

Que décidez-vous de faire ?
Approcherez-vous le camp pour parler ou les espionnerez-vous?

Concertez-vous afin de prendre votre décision quant à votre action vis-à-vis de ce que vous voyez et de vos objectifs.

AJOUT SUITE AUX DÉCISIONS PRISES EN CONCERTATION :

Suite à vos décisions, le jumper est posé à 2 kilomètres du campement dans une zone avec des buissons et un monticule de neige. Des sortes de grands hamsters couleur fauve et blanc observent votre vaisseau et fuient dès que vous vous approchez d’eux. Sans aucun doute, ils doivent servir de nourriture aux habitants.

En vous approchant du village vous pouvez mieux observer ses habitants à la peau sombre et aux vêtements en peaux assez sophistiqués traduisant un intérêt pour leurs apparences. Vous êtes observés un peu mais les festivités reprennent aussitôt. Une femme mûre avec une coiffe de plumes s’approche de vous joyeusement.

« Bonjours nobles voyageurs ! Nous sommes en plein préparatifs de notre fête lunaire : la Cérémonie de la protection et de l’offrande de la vie ! » Elle était joyeuse « Que voulez-vous ? Nous n’avons pas grand-chose à vendre en se moment a cause de cette cérémonie. »


DU CÔTÉ DE MATT :

Quant à Matt, tout se passait bien jusqu'au moment où il reçut la visite d’un petit groupe d'une dizaine d'enfants dont certains avaient la têtes ornée d'une couronne de fleurs. Il s'agissait majoritairement de garçons. Une femme qui les surveillait durant leurs jeux et qui récoltait des fleurs près de sa position s'approcha du militaire et se mit à observer cet étrange visiteur.


------------------------------------


Vous avez jusqu'au 21 janvier à minuit !
Revenir en haut Aller en bas
Lun 15 Jan - 18:36
avatar
√ Arrivée le : 08/12/2012
√ Messages : 9746

Dossier Top Secret
√ Age: 32
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Wraith
Voir le profil de l'utilisateur
MJ26 : Les Grands Explorateurs # EQUIPE 3
Pedge Allen- Matt Eversman-
Nelly Bricks- Kara Aiolos


Atlantis

Il était assez rare de se parer de l’équipement neige. Ce blanc était accompagné de quelques traces noires et grises pour se fondre avec un environnement montagnard. Ce n’était pas terrible et piquait assez les yeux. Dommage qu’Atlantis ne dispose pas de costumes d’Olaf, le résultat aurait été le même. C’est donc paré de ses belles couleurs que le militaire prit la direction de l’armurerie. Se préparer mentalement à la future mission permettait d’oublier les tensions du briefing. Il devait se focaliser sur les éléments à ne pas oublier, les armes à prendre et non pas à Nelly et aux autres, encore moins aux wraiths. McCarthy, fidèle au poste, avait déjà préparé quatre tas avec l’équipement habituel de chacun. Il n’eut qu’à se servir. Par précaution, le Ranger vérifia l’intégralité de son paquetage passant en revue les poches de son gilet tactique en changeant le contenu. On ne pouvait lui reprocher un manque de professionnalisme lorsqu’il s’occupait de son équipement. Les armes furent méticuleusement vérifiées. C’était à elles qu’il devait une partie de sa survie, pas question de rigoler avec ça. Tout semblait en ordre jusqu’à un détail qui lui revint en tête : le côté discrétos de la mission.

« Hey McCarthy. J’aurais besoin de silencieux pour les armes, tu aurais ça ? »

Ce dernier confirma avant d’aller chercher les embouts demandés. L’armurier les mit en place, le temps que le propriétaire ne soit occupé avec son dernier fusil. Ils étaient peu de militaires sur cette base à pouvoir se servir d’une telle arme. Avec ça, il était capable de frapper très fort et à longue distance. Un avantage tactique indéniable. Le fusil fut rendu à l’armurier, le sourire aux lèvres traduisant sa satisfaction.

« Tu pourras le faire acheminer au jumper avec 2AT4 s’il te plait ? On ne sait jamais !»

Ils disposaient d’un vaisseau, autant en profiter pour embarquer du matériel quitte à en prendre de trop. Un bazooka, ça pouvait toujours être utile pour dégommer du lourd. L’armurier confirma avant d’appeler deux autres militaires pour leur faire passer les ordres. D’un coup d’œil vers sa montre, Eversman remarqua qu’il disposait d’un peu de temps qu’il comptait bien profiter pour grignoter quelques cochonneries. Autant partir le ventre bien plein.

Sur le chemin, il fit la rencontre d’une connaissance. Pedge Allen marchait en sens inverse. Il lui bloqua la route en l’interpellant avant de poser une main sur son bras pour l’intercepter. Il y a quelques mois, Eversman l’aurait fait pour emmerder sa coéquipière et trouver un prétexte pour se moquer d’elle. Il n’y avait pas le moindre sourire sur son visage, sérieux pour une fois.

« Je te préviens : je me laisserais pas capturer par les wraiths. » Impossible de retourner entre les mains ennemies. Pas avec ce qu’il avait pu subir la dernière fois.
« Une fois, pas deux. On ne leur laissera pas cette chance. » , répliqua la jeune femme en le toisant.
« Non… Je préfère me coller une balle que de retourner à bord de ce vaisseau. »
« Rien ne nous dit que c’est la même faction. ». Elle lui attrapa un peu plus fermement le bras pour le forcer à la regarder dans les yeux. « J’ai besoin que tu restes lucide là-bas. Je peux compter sur toi ? »
La pression exercée focalisa davantage son attention le forçant à l’écouter attentivement. Il répliqua aussitôt, oubliant volontaire de lui répondre. « Et moi j’ai besoin de savoir que tu feras tout pour que je n’y retourne pas. »
Elle se contenta de le toiser sans répondre. Son regard suffirait à lui faire comprendre qu’elle ferait tout ce qu’elle pouvait pour qu’AUCUN d’entre eux ne se retrouvent entre les mains de Wraiths. Elle répéta simplement au bout de quelques secondes : « est-ce que je peux compter sur toi ? »
Ça lui faisait chier de ne pas avoir sa parole. Il aurait aimé l’avoir. Pedge était réglo, il avait toute confiance en elle ainsi que dans son commandement. Elle ferait ce qu’il fallait, Matt en était certain. Après un soupir, il acquiesça de la tête avant de lui répondre. « Oui, tu peux. » Quelques instants plus tard, il réenchérit. « Moi aussi je compte sur toi… »
« Bien. » Elle inclina la tête, ne préférant pas répondre. Elle ne pouvait pas être sa nounou continuellement, mais elle comprenait ce qu'il voulait d'elle. Normal après la Magna. Elle même devait prendre sur elle pour ne pas ressentir d'appréhension quant à recroiser de nouveau des Wraits, et sa capacité à accepter venait surtout du fait qu'elle avait bien défoncé la reine sur la fin de la mission, comme si elle avait repris le dessus sur elle. « Leur présence n’est qu’hypothétique. On enquêtera vite fait de loin. S’il faut prendre des mesures, on les prendra. »

Si seulement, elle pouvait avoir raison et qu’aucun wraith ne vienne les déranger… Matt l’espérait de tout cœur. Il ne savait pas comment il réagirait si une peau verte faisait son apparition. Le Sergent avait juré à Pedge qu’il resterait lucide mais il n’était pas certain d’en être capable. Il en doutait même fortement. Rien de mieux pour oublier ses problèmes que de se remplir le ventre. Le Ranger fit honneur à sa réputation de ventre sur pattes avant de faire le chemin jusqu’en baie des jumpers, un cookie à la main.

Le matériel demandé était bien là, sagement rangé et harnaché à l’arrière. Soit béni McCarthy ! Il y avait aussi quelques babioles de style vase, bougie ou poteries. C’était quoi ce bazar ? C’est donc intrigué qu’il rejoignit l’avant du vaisseau, les trois étaient déjà là et il prit donc la dernière place, juste derrière la pilote.
« C’est quoi les vases et tout ? »
« Des cadeaux !!! »
Le siège se retourna, dévoilant une Nelly un peu plus sérieuse mais dont le regard était véritablement à la recherche d’une connerie. « Je voulais te les offrir et envahir tes quartiers avec mais, finalement, ça sera plus utile pour nous faire bien voir de la population... »
L’hispanique lui fit un clin d’oeil, le genre à vouloir lui dire qu’elle était sérieuse, mais qu’il paierait encore plus cher le retour de la gamine une fois dans la cité. Le jumper était complètement allumé et un écran s’affichait sous les actions de Nelly.
« Regarde, sergent. » Elle pointa l’écran holographique de son doigt. « Lorsque nous serons en vol, le jumper pourra cartographier les environs. Tu pourras y trouver le poste de tir qui te conviendra le plus. Et si le lieutenant est ok, je pourrais t’y déposer en restant en occultation. T’es partant ? »
« Oui, c’est ce qui était prévu, Nelly. » Dit-il en jetant un coup d’oeil à cet écran. Il était toujours admiratif de voir cette technologie lantienne et d’une certaine manière, jaloux de ne pas pouvoir faire de même. C’était comme dire à un enfant que non il ne pouvait pas avoir une super console de jeu car il n’avait pas l’âge. Il n’y pouvait rien. « J’ai à peu près 800m de portée avec mon fusil. Trouve moi une position en hauteur dans le coin. Je surveillerais vos fesses pendant que vous discutez poteries et babioles moches. »
La jeune femme appuya sur l’une des tuiles de commande et du texte en lantien apparut juste en dessous.
« Donc huit cents mètres de diamètre sur le rayon de recherche avec élévation. Dés qu’on sera là-bas, l’ordi commencera à te mettre des zones en surbrillance. Tu restes assis là ? Comme ça je te l’affiche en continue et je me concentre pour piloter... »
Elle leva un doigt comme pour pointer le moment unique et important.
« C’est mon premier vol de jumper EN MISSION ! Donc, pour fêter ça... »
Elle sortit une figurine de vahiné qui ondulait des hanches sous le moindre mouvement, le genre d’ornement que l’on pose sur le tableau de bord d’une voiture. Nelly sortit un chewing gum qu’elle avait dans la bouche et colla la figurine sur une partie libre du tableau de bord. La tête d’Isia Taylor Laurence, découpée à partir d’une photo, avait été scotchée par-dessus la tête de la vahiné.
« Voilà, Matt ! Elle part avec nous, elle va nous porter chance ! »
Un long soupir se fit entendre. « Oh non... » Fit-il d’un ton morne en baissant la tête pour soupir de nouveau. Dépité par le comportement de Bricks. Qu’Allen ou Aiolos le sauve de ça.
« Oh que si ! »

Sur Eternal

L’arrivée au point d’insertion était prévue dans deux minutes. Eversman gagna l’arrière du vaisseau pour s’équiper avant de se préparer mentalement à la suite de la mission. Un peu de calme avant la tempête. Quelques mouvements de nuque pour se détendre un peu, les mains crispées autour de son fusil d’assaut. Agir en solitaire, c’était de l’inédit pour lui. Il était plus habitué à évoluer en équipe qu’au loup solitaire. La baie arrière du vaisseau s’ouvrit, il s’empressa de débarquer faisant quelques mètres avant de poser un genou au sol pour permettre au véhicule de redémarrer. A couvert d’un gros rocher, Matt passa au crible son environnement proche à la recherche d’éléments hostiles. Rien de repérable pour le moment. Il se mit donc en mouvement jusqu’à trouver le petit coin tranquille qu’il espérait. Genou au sol, l’homme vérifia à l’aide des jumelles que la distance était correcte et qu’elle lui permettait d’avoir un bon angle sur le village. 603m de distance. Tout était bon.

L’installation du Ranger ne fut pas longue. Pas le temps de poser une petite bâche pour se prémunir de la neige. Il l’écarta un peu de sa position pour ne pas être trempé avant de s’allonger au sol. Ce n’était pas très agréable avec le gilet tactique bien chargé. Difficile de bien s’appuyer sur le sol. Le fusil d’assaut fut posé à proximité directe, l’arme de précision fut sortie de son logement. Le bipied déployé lui permettait d’avoir une position plus stable. La casquette basculée en arrière pour ne pas être gêné. Tout semblait bon de son côté, il s’empressa de le signaler au reste de l’équipe. Il s’exprimait à voix basse pour ne pas se faire remarquer.

// Ici Eversman. En position. //

Être seul avait un côté flippant. Personne n’était là pour vérifier qu’une personne n’était pas en train de s’approcher de lui. Matt réagissait à chaque craquement ou bruit étrange autour de lui, jetant de suite un coup d’œil autour de lui. L’équipement neige c’était bien pour passer inaperçu mais il commençait déjà à avoir bien chaud avec ce revêtement thermique. Il fallait donc choisir entre être trempé avec cette neige ou bien mourir de chaud. Dur dilemme. Pas question de passer sa journée l’œil vissé dans la lunette, Matt alternait entre les jumelles et l’arme. Le temps passait lentement. Il n’avait personne avec qui parlait. Juste l’environnement à scruter.

// Comité d’accueil en approche. Femmes et enfants. //

Cette coiffe était magnifique. Si Allen en était rêvetue, il fallait absolument que quelqu’un immortalise la scène. Lui-même se promettait de retenir l’image dans son esprit tant ce serait ridicule. Il ne put malheureusement pas y assister. Des petits cris, des rires étaient proches. La panique monta en lui tandis qu’il quittait sa lunette de vision attrapant son arme de service avant de basculer sur le dos. Des gosses coururent vers sa position avant de finalement s’immobiliser en le remarquant. Oh non. Ça ce n’était pas bon. C’était des gosses. Matt fut obligé de baisser le canon de son arme. C’etait des gamins.

« Salut » tenta-t-il d’une voix peu assurée tout en leur faisant signe de sa main gauche. Quand la chance n’était pas là, le sort s’acharnait. Pour son plus grand malheur, une femme fit son apparition. Certainement la nounou du groupe. Il réitéra sa salutation, nerveux tout en cherchant à se redresser avec des gestes lents.
Les dix gamins étaient autour de Matt assez rapidement, celui qu’il l’avait trouvé, un jeune garçon d’une huitaine d’année avec une coiffe de fleur sur la tête s’approcha prudemment. L’innocence des enfants…Il pencha la tête sur le côté.
« Salut… tu es qui toi ? » Il voulu s’approcher plus, quand la femme le rattrapa par l’épaule. Toisant Matt étrangement.
« Tu es un commerçant ? » Elle semblait se méfier un peu. « Tu ne devrais pas rester ici, seul. »
Bon point ils parlaient anglais. Pas trop sauvage non plus. Debout, arme pendant le long de la sangle avec le doigt toujours sur la gâchette.
“Oui C’est ca je suis un commerçant. Je recherche quelques herbes…”
« Nous avons plus beaucoup d’herbe à cause de la Cérémonie. A voir avec notre cheffe s’il reste des choses intéressante pour toi. Tu viens ? Resté seul ici, c’est s'exposer aux monstres qui rôdent ... » Fit-elle en regardant autour d’elle d’un air inquiet. Les enfants, avaient des fleurs dans les bras, fleur ramassées un peu plus haut sur un plateaux.
“Quel genre de monstres traînent par ici ?” Autant essayer de récolter des infos.
Elle soupira, appelant les enfants « Tu veux te faire manger ? Si c’est non tu viens avec nous, si c’est oui tu restes. » Elle ne savait pas comment lui décrire. Il ne comprendrait surement pas l’horreur. Surtout qu’elle allait être en retard.
“Je vais chercher encore un peu et je vous rejoins. OK ?”
Elle haussa les épaules, pour rejoindre le campement, elle le regarda « J'espère que tu cours vite commerçant … » Puis elle disparut avec les enfants, les bras chargées.

Matt soupira, soulagé devant la tournure de la situation. La pression retomba un peu. La situation aurait pu être toute autre. Heureusement que les gamins n’avaient pas été effrayés par son équipement. Ça aurait pu très mal tourné. Il vérifia bien qu’ils étaient loin pour reprendre sa place cherchant ses coéquipiers, l’oeil vissé dans la lunette. La radio fut activé tout en guettant la réaction de ces derniers.

//Ici Eversman. Un groupe de gamins m’est tombé dessus. Ils sont partis maintenant. Visiblement les alentours du villages sont infestés de monstres. //



_________________


merci !                               couleur : darkcyan
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 18 Jan - 23:33
avatar
√ Arrivée le : 16/04/2017
√ Messages : 252

Dossier Top Secret
√ Age: 31
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Inoculation
Voir le profil de l'utilisateur
Bon, ok, il valait mieux se faire petite là. Matt qui s’énerve quand elle veut blaguer avec lui et Pedgy qui veut virer tout le monde. Elle était sérieuse d’ailleurs ? Parce que deux personnes en moins et les virer de l’équipe, ce serait vachement rude quand même.

Sur le coup, Nelly avait envie d’envoyer une bise de loin à Matt, histoire de l’énerver un peu plus. Qu’est-ce qu’il était tendu, franchement...et dire qu’il était décrit comme un plaisantin à l’époque…
La jeune femme resta discrète jusqu’à la fin du briefing puis s’éclipsa à la suite de Matt. Son regard malicieux vérifia l’absence de Pedge dans les parages...enfin...une Pedge officier pas marrante, pour ensuite s’écrier dans le dos du militaire bougon :

« MATT-MATT-MATT-MATT-MATT-MATT-MATT A MI !!!! » Elle s’approcha rapidement, les mains toujours liées sous sa veste. « Tu peux m’aider ??? J’ai les mains prises ! Tu me déshabilles siteuplait ???? »

Elle ricana en voyant sa tête.

«Oh, allez !!! Un hombre, ça dit jamais non à ça hein ! Tu m’enlèves ma veste et le vêtement en-dessous d’accord ??? Sinon je peux pas utiliser mes bras et j’en ai besoin, moi, de mes bras. » Un sourire goguenard bariola son visage. « Si, si ! Par contre t’enlève pas le reste hein ! C’est pas provocation ! C’est juste pour avoir les mains libre ! Tu m’aides ??? »
”J’ai bien envie de te laisser avec ton truc…” maugréa-t-il en lui faisant face, les bras croisés.
« Pas possible ! » Répondit Nelly du tac au tac en sautillant à pied joint. « Toi t’abandonne pas tes amis. Puis t’es forcé de me considérer comme ça maintenant, héhé, donc tu peux pas m’abandonner à mon sort. Tu m’aides ??? »
”Tu as bien réussi à enfiler ton truc. Tu dois pouvoir l'enlever sans moi...”

Nelly soupira.

« T’étais pas aussi méchant quand on faisait du VTT ! Y’a ton petit coeur qui saigne encore ? »
”Quoi ?” répondit Matt ne comprenant pas où elle voulait en venir. ”C’est mes oreilles qui saignent là à t’écouter. Tu n’as qu’à aller voir Pedge.”
Le regard de Nelly s’illumina.
« AH OUI ! PEDGYYYYY ! » Elle fit demi-tour et s’éloigna au trot. « Bonne idée ! Elle est plus gentille que toi ! »

L’hispanique espérait la retrouver non loin de la salle de briefing ou devant l’armurerie. Aussi elle se pressa gaiement en abandonnant Matt, secrètement ennuyée de le voir se comporter comme ça, et elle se promit de se venger un peu plus tard. Heureusement, l’officier n’avait pas eu le temps de s’éloigner de trop. Elle vint jusqu’à elle avec un mi sourire, le côté enfantin se disputant à celui qui savait qu’elle jouait avec le feu. Aussi Nelly ne fût pas aussi enjouée qu’en faisant sa demande à Matt, même si les propos restèrent à l’identique.
« Mi Pedgy !!! Pardon...mi official Pedgy a mi ! Tu veux bien me déshabiller ??? » un léger sourire. « Si, si ! Me suis bloqué les mains accidentellement. Tu me libères et je vais préparer le jumper ! Ah, et j’ai tout un tas de babioles pour faire gentil-gentil avec le peuple. Tu m’aides et j’y vais. Et je te salue aussi pour que tu boudes pas, d’accord ??? »

Pedge se retourna en entendant Nelly (qui d’autre), l’appeler dans le couloir. Elle la considéra un instant alors que l’hispanique commença à parler, lui expliquant manifestement un problème assez curieux… Elle haussa les sourcils en la toisant de pied en cape, et c’est vrai que maintenant qu’elle la regardait, elle se disait qu’elle avait une drôle d’allure.

« Je ne comprends pas ce que vous me voulez Nelly... », dit-elle d’un air neutre.
La jeune femme demeura un instant silencieuse avant de prononcer calmement, mais de son air enfantin :
« Faut m’enlever ma veste...et m’enlever ce qu’il y a dessous. Après je te fais un calin pour dire merci...et je file préparer le jumper pour le départ ! »
Pedge écarta la veste de Nelly du plat de la main, observant la camisole d’un drôle d’air.
« Qu’est-ce que vous foutez avec ça ? », demanda-t-elle en inspirant calmement par le nez.
« Je fais des efforts bien sûr !!! » Déclara-t-elle avec une pointe de fierté dans la voix et un air évident. « Avec ça : pas de gratouilles sur tes côtes, pas de papouilles, pas de bisous. Donc tu te mettras pas en colère. Et tu me mets pas en prison ! Et tout va bien pour ta première fois. C’est cool non ? »
« C’est cool... » Pedge poussa un soupir exaspéré. « Ce qui est cool, c’est que vous avez une heure pour vous en débarasser, vous équiper, et nous retrouver. Si vous n’êtes pas là, la mission sera compromise à cause de vous car vous êtes notre pilote, et tout le monde restera sur place. Prenez vos responsabilités comme une adulte. » Pedge fit demi-tour, et s’éloigna vers l’armurerie.

Cette fois-ci, Nelly fût sur les fesses. Elle regarda le lieutenant la quitter en la laissant dans sa camisole sans oublier de lui mettre la pression au passage. Nelly s’écria d’un air très surpris :

« Mais...Pedgy !!!! »
« La mission a déjà commencé Nelly, y a que vous qui n’avez pas compris. », fit la concernée en continuant de s’éloigner et en lui faisant un petit geste de la main d’au revoir.
Sciée la Nelly. Elle ouvrit la bouche pour rétorquer quelque chose mais elle voyait bien que la lieutenant serait impossible à convaincre. Un léger rire lui vint en se disant qu’elle n’avait pas du tout vu venir ce coup-là, que Pedge irait jusqu’à laisser le doute de la suite de la mission, en la laissant dans cette camisole. Mais du coup, elle se sentit nulle, stupide. Bon, oui, la préparation, c’était intégré dans la mission pour l’officier. Il fallait bien s’adapter dans les deux sens...
« Je serais à l’heure, mi lieutenant ! »

Et Nelly se sauva, à la recherche d’une âme plus charitable pour se faire enlever cette camisole. N’empêche...sacré échec…


Nelly était habitée par une grande émotion intérieure qu’elle cachait volontairement.
La réussite de la génothérapie fournie par Isia était un aboutissement !

Lorsque le premier essai avait échoué, la jeune femme s’était retrouvée sur la sellette. Elle était très douée en tant que copilote mais elle ne pouvait rien faire sans la présence du pilote avec le gène. Donc il devait être là avant la mission pour lui permettre de préparer le plan de vol, il fallait qu’il reste pour les vérifications d’avant-lancement, qu’il ne meure pas en opération et pleins d’autres choses que le Codir ne comptait pas ignorer. Sans ce gène, le jumper était fatalement inerte aux compétences de Nelly.

Pourtant, elle avait eu ses qualifications haut la main avant de demander son transfert. Et le fait de ne plus servir sur cette partie du métier lui avait fait peur. Le colonel Sheppard lui avait permis d’entrer dans les équipes d’exploration mais c’était si nouveau, si loin de ses propres atouts professionnels, qu’elle n’avait pas spécifiquement brillé lors de sa première mission.

Et là, elle avait les commandes de la machine en main, toute allumée, prête à lui obéir. Nelly avait fait son plan de vol à l’aide des données fournies par Nagina et elle attendit l’ordre de Pedge pour commencer. Une fois fait, Nelly pilota le jumper pour le descendre jusqu’en position devant la Porte des Etoiles. Elle lança la propulsion et passa sous occultation dès que l’engin émergea dans le monde. Doucement, et avec souplesse, le jumper monta dans le ciel à une altitude suffisante pour avoir une vue d’ensemble.

Nelly décrivit des cercles lents et importants pour trouver un bon poste de tir pour Matt. Elle ne redescendit que lorsque ce fût le cas et la porte arrière fût ouverte alors qu’elle était encore en vol.
C’est ça qui est génial avec cette invention des anciens : la précision !!!
Le jumper réagissait autant aux commandes qu’à la pensée. Du coup, aidée par l’ordinateur de bord, Nelly positionna le jumper pour que la porte arrière se pose délicatement sur le rebord de ce promontoire. Une fois Matt descendu, elle repartit doucement, laissant la porte se refermer, pour se rendre sur le site d’atterissage que Pedge avait choisi.

C’était simple, rapide et efficace. Ils étaient arrivés.
Nelly se retourna sur son siège, avec la tête de quelqu’un fier de son premier vol, puis récupéra son sac et son arme pour se préparer à sortir. Elle donna l’un des émetteurs permettant de désocculter et ouvrir le jumper à Pedge puis garda l’autre dans sa poche.
Un léger clin d’œil ponctua son passage auprès de Kara et elle lança d’un ton qui n’avait plus rien de l’enfant :

« Tu nous fais passer pour qui ? Explorateurs ou marchands ? »

Nelly suivit ensuite la troupe silencieusement.
Elle resta sur le côté gauche de Kara, à l'opposé de Pedge, et demeura souriante en considérant toutes les préparations qui avaient lieu ici...jusqu’à ce que ça parle d’offrande de la vie. Généralement, ce qui venait en premier en tête, c’était le sacrifice humain. Nelly salua poliment mais resta silencieuse, c’est la diplomate qui allait s’occuper des présentations à coups sûr. La jeune femme dévia alors son regard sur Kara puis Pedge, juste histoire de voir si elle allait lui donner silencieusement des consignes.

_________________


Double compte : S. Caldwell, P. Sidney
Revenir en haut Aller en bas
Ven 19 Jan - 13:35
avatar
√ Arrivée le : 02/12/2016
√ Messages : 387

Dossier Top Secret
√ Age: 32
√ Nationalité: Alien Alien
√ Gêne: Non
Voir le profil de l'utilisateur
La Pégasienne ne savait pas trop quoi prendre pour une mission de ce style, donc elle allait procéder avec de la logique. Sur place, elle devait avoir à boire au cas où, à manger, de quoi noter. Il y avait de la neige donc des lunettes de soleil pour éviter de se brûler ses yeux verts. Pas besoin de vêtements chauds car elle jugeait la température suffisante et puis sa puce la maintenant tout le temps à bonne température. Elle prit quand même une arme même s’il ne valait mieux pas qu’elle s’en serve au risque de se blesser elle même. Et puis après tout avec trois militaires elle était bien entourée.

Une fois son sac fait, elle allait le fermer quand elle réalisait avoir oublié de prendre de quoi noter. Elle alla récupérer un ordinateur, le sien. Puis aussi un cahier un stylo. Ce monde n’avait pas l’air d’être très évolué donc le cahier serait un outil simple pour communiquer. Quand tout fut enfin rangé elle rejoignit les autres dans le jumper. Elle vit que les militaires s’étaient vraiment bien équipés, la brune espérait sincèrement qu’ils n’aient pas besoin d’un tel attirail. Elle remarqua aussi les vases et tout le bordel…

“ C’est quoi tout ça dans le jumper? On part découvrir une planète pas faire le marché arthosien…”
« Ahaaha. Tu vois, je te l’avais dit : ça sert à rien ! » Répliqua aussitôt le Ranger en se tournant vers la civile, ravi de découvrir une alliée.
“ Si c’est pour offrir on a pas besoin de tout ça et puis il vaut mieux offrir un truc dont ils auraient éventuellement besoin donc là ya trop. “
Nelly fit une moue déçue avant de lui répondre :
« C’est toi la diplomate ! »

Et pour se venger un peu de la fierté de Matt, qui soit-dit en passant ne l’avait pas du tout aidé, vive la solidarité militaire, la jeune femme trouva une bonne âme au moment où elle débarrassa son carton et lui demanda, avec tout le sérieux du monde, de le faire déposer dans les quartiers de Matt. Nelly reprit ensuite sa place en toute innocence.

Kara ne savait pas que le ranger et l’autre militaire étaient dans une guéguérre, mais elle intercepta la personne chargée de la mauvaise blague pour lui dire de laisser quand même quelques trucs dans le jumper, le reste pouvait aller n’importe où ce n’était pas son problème.

La jeune femme était en mode boulot et donc elle devenait très cassante. Elle entendit la militaire maternelle et le seul homme de l’expédition parler de l’endroit où le déposer. Kara ne dit rien, ce n’était pas sa partie. Elle alla s’installer dans un des sièges du jumper pour décoller; En attendant que tout le monde soit ok , elle sortir son ordi pour noter quelques trucs afin de l’aider à faire son rapport par la suite. Le voyage en jumper fut assez calme et c’était bien car Kara n’aimait pas voler. Il se posèrent donc à quelques kilomètres du village pour les besoins de la stratégie militaire, ca ne dérangeait pas du tout la diplomate, marcher lui ferait du bien après être restée dans cette boite de conserve. La question de Nelly n’était pas bête et elle n’y répondit pas de suite, elle se laissait quelques secondes de réflexions.

“Autant leur dire la vérité, car avec vos armes il sera difficile de passer pour de simples marchands donc nous sommes des explorateurs.”

Les trois femmes sortirent du jumper et Kara marchait lentement attendent elle aussi d’éventuelles consignes de la chef de groupe. Pedge en savait largement plus qu’elle pour assurer leur sécurité et Kara savait qu’il valait mieux les écouter au risque de passer des mauvais moments après. En s’approchant du village une habitante vint à leur rencontre. Elle était tout sourire, leur fête semblait vraiment être quelque chose de très important pour eux. Tout le village était en effervescence car ils prêtèrent à peine attention à eux. Donc Kara se dit mentalement de ne faire aucuns commentaires de jugement.

” Bonjour et merci pour cet accueil , nous ne sommes pas des marchands, mais des explorateurs. Nous avons atterri ici par hasard. Nous ne voulons pas vous déranger dans vos préparatif...ca à l’air d’être une grosse fête.“

Kara tilta aussi “ offrande de la vie “ mais ça pouvait aussi bien dire sacrifice humain, qu’animal et alors célébrer les naissances.

_________________
DC: Alek Hamilton AKA Panda
Revenir en haut Aller en bas
Sam 20 Jan - 18:50
avatar
√ Arrivée le : 09/11/2014
√ Messages : 1275
√ Localisation : Atlantis


Dossier Top Secret
√ Age: 33 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Non
Voir le profil de l'utilisateur
MJ26 : Les Grands Explorateurs # EQUIPE 3
Pedge Allen- Matt Eversman-
Nelly Bricks- Kara Aiolos
Chronologie : 07 janvier 2018

Maintenant qu’ils avaient pas mal d’éléments en leur possession, ils pouvaient se faire une idée globale de la stratégie. Pedge était plutôt d’avis de jouer la sécurité. Un homme en couverture, en camouflage discret et qui assurerait leur arrière, un pari quand on savait que des Wraiths étaient dans les parages, et le reste de l’équipe qui pourrait aller au-devant des autochtones pour voir ce dont il retournait. Elle serait folle de laisser leurs arrières à découvert, surtout avec des vampires dans les parages. C’était un risque qu’il fallait prendre, et de toute façon, elle avait déjà sa petite idée sur qui elle allait mettre en embuscade. Matt avait des compétences de tireur de précision. De toute façon, il serait dans une zone comprise entre neuf cent et six cents mètres du village, la portée tactique d’un sniper. Autant dire qu’en cas de problème, les deux équipes pouvaient se rejoindre facilement et rapidement, même s’il y aurait un peu de dénivelé.

« Je propose que Matt tu nous couvres depuis un point haut, suffisamment proche pour nous rejoindre rapidement. On planquera le Jumper dans une distance comprise entre un et deux kilomètres du village. On fera le reste à pied. Mademoiselle Aiolos s’occupera du volet diplomatie avec les villageois. »

Elle utilisait ainsi les compétences de tout le monde dans des domaines où elles seraient optimales. Pour le moment, il n’y avait rien de compliqué. Elle prenait une précaution élémentaire en affectant un homme à leur couverture à distance. La balance risque/bénéfice penchait plus du côté du bénef d’une tactique pareille, malgré la présence de vermine aspirateur de vie. Mieux valait avoir des yeux un peu partout qu’une huitaine braquée au même endroit.

Elle s’attendait à des questions, ou à régler des détails opérationnels.
”Ça me va.” Répondit le Ranger tout en acquiesçant d’un signe de tête, ravi d’échapper au commerce des babioles ridicules. ”J’équiperai mes armes de silencieux, au cas où faut une approche discrète. ”
« Excellente idée. », ajouta Pedge en réponse.
”Je sais. Mais crois pas que je suis là pour sauver tes fesses.” répliqua-t-il en affichant un sourire moqueur.
« Y a bien longtemps que je me suis faite à l’idée que je devais compter que sur moi-même. », répondit-elle avec son petit air hautain, histoire de le casser un peu.
”Une balle perdue est si vite arrivée...”
« En effet », fit-elle pour couper court. Si elle se laissait aller, elle allait enchérir et ça allait devenir puéril, et elle ne pouvait pas se permettre.

En quittant la salle de briefing, elle entendit Nelly l’appeler dans son dos. Comme de juste, dans les couloirs de la cité, elle était exubérante, malgré la petite remise en place dont elle avait fait l’objet peu avant le briefing, par l’accueil froid et protocolaire de la texane. Elle comprit rapidement pourquoi elle avait l’air d’un pantin désarticulé pendant le briefing, et elle fit le lien avec le petit regard de Matt qui lui signifiait qu’il avait vu l’équipement pour le moins original de l’hispanique. C’était vraiment du grand n’importe quoi, et l’idée de la virer de l’équipe derechef lui traversa l’esprit. Néanmoins, d’un point de vue tactique, Nelly était un atout, puisqu’elle pouvait piloter le Jumper. Elle ne pouvait pas la planter là et embarquer Matt et Kara dans une marche à découvert alors que des hostiles Wraiths patrouillaient dans les environs, pour des raisons qui restaient à déterminer.

Le « c’est cool non » de la petite brune faillit faire péter un câble à la sous-lieutenant, qui expira bruyamment par le nez avant de reprendre sa formulation. Mais qu’est-ce qu’elle avait dans la tête sérieusement ? Et si le départ était précipité pour une raison ou pour une autre ? Elle partait comme une conne avec les bras entravés ? Pourquoi est-ce qu’elle faisait preuve d’une puérilité sans fin ? C’était aberrant. Qu’est-ce qu’elle détestait ça ! Elle en avait marre d’être conciliante, ou tolérante. Nelly était une militaire, dans une expédition civile certes, mais elle restait membre de l’USAF comme tous ici. Alors maintenant, il faudrait qu’elle se comporte comme telle. Manifestement, cette jeune femme manquait d’un cadre, et elle se demandait bien ce qu’avait foutu ses officiers par le passé.

Il était temps de lui montrer qu’elle avait des responsabilités, que ce soit sur la base, dans la cité, ou en mission. Du coup Pedge l’envoya bouler en lui faisant comprendre que si elle n’était pas à l’heure pour le départ, la mission serait annulée, puisqu’elle était le pilote de l’expédition. Une forme de pression qu’on aimait bien mettre dans l’armée, et la jeune femme allait se servir de ce genre de levier pour faire comprendre à l’hispanique qu’il était temps de grandir.

Bref, elle fit un détour par ses quartiers, plutôt satisfaite d’avoir mis la pression à Nelly en essayant de lui inculquer quelque chose (car ce n’était pas gratuit), pour récupérer la dague qu’Isia lui avait offerte pour Noël. Une arme qui était redoutable. Elle était bien équilibrée, finement ouvragé, la lame ciselée était tranchante comme un rasoir, et elle semblait robuste. Avec le couteau de combat en plus, elle serait parée. Ce n’était pas la meilleure du monde avec des armes blanches, mais quand il s’agissait de l’enfoncer dans une poitrine de manière simple, efficace et brutale, elle n’était pas la dernière. Depuis qu’elle était dans cette galaxie, elle avait poignardé mortellement plusieurs humains, dont un qui ne s’attendait pas à se faire tuer. Encore un con qui pavanait et qui palabrait, en pensant que sa victime allait l’attendre patiemment.
C’était sur la planète style far ouest, où un type avait essayé de l’enlever. Il n’avait pas eu le temps de dire ouf que le couteau de la texane s’était planté dans son torse. La surprise qu’elle avait lu dans ses yeux n’était pas feinte, de même que l’étincelle de vie qui s’était échappée la seconde suivante, rendant son regard vide. Elle y repensait la nuit, par moment, car ce n’était pas anodin de poignarder mortellement quelqu’un, surtout en le toisant. Mais elle savait que ce jour-là, elle avait fait le bon choix. Même si, à cause de Matt et son inefficacité, elle s’était faite prendre en otage, elle avait diminué le nombre d’ennemi par son geste sans pitié. Depuis, il y avait eu des indiens, sur la planète Ovidae, qui avaient tâté de sa lame. En tout elle devait en avoir tué six ou sept au couteau depuis qu’elle était dans cette galaxie. Un score dont elle n’était pas spécialement fière, elle qui préférait largement épargner quelqu’un que de le tuer. Mais elle était une soldate, et parfois, cela s’imposait.

La lame dans son fourreau, elle se dirigea vers l’armurerie pour parfaire son équipement de mission, et ce fut dans le couloir qui y menait qu’elle croisa Matt. Le soldat était à cran, surtout à cause de la présence de Wraith. Néanmoins, Pedge était satisfaite de voir qu’il avait su mettre de l’eau dans son vin pendant le briefing, alors que la tension montait entre l’indienne qui n’était pas très aimable, Nelly, et lui. La texane était certaine qu’il y aurait d’autre clash, mais elle se sentait capable d’y faire face et de diriger la mission correctement. Il le fallait de toute façon. Elle ne comptait pas rester à ce grade actuel, puisque son ambition était de grimper les échelons encore et encore. Jusqu’au sommet. Il n’y avait d’ailleurs pas de femme hautement gradée dans la sphère de la cité, du moins qui jouaient à égalité avec le Colonel Sheppard. Le Major Frei serait certainement la première à se faire promouvoir à ce rang, vu ses états de services et son exemplarité, mais Pedge comptait bien un jour accéder à ce rang, et plus encore. Bref, elle avait de l’ambition, sans parler des dents qui rayaient le parquet, et ce n’était pas nouveau.

Pour en revenir à Matt, ce dernier était dans une peur d’anticipation, celle de se faire reprendre par les vampires. Elle comprenait parfaitement son raisonnement, et cela faisait vibrer d’anciennes peurs vivaces dans les tréfonds de son être. Elle ne voulait pas revivre ce cauchemar elle non plus, mais si elle était restée en poste sur la cité, ce n’était pas pour se cacher à la première occasion de recroiser des Wraiths. Rien ne leur disait que c’étaient des ingénieurs (et par extensions, des membres de la faction de Méda’lyda), et rien ne leur disait qu’ils étaient vraiment là. Elle tenta de rassurer Matt par son aplomb et son non verbal, tout en s’assurant qu’il serait lucide pour la mission et qu’il ne perdrait pas tous ses moyens.

Entre Nelly et lui, Pedge se disait qu’elle avait pas mal de motif de reporter cette exploration, mais le temps jouait contre elle. Cependant, elle se disait que rien n’était facile, le commandement encore moins, surtout qu’il faisait entrer en ligne de compte des personnalités multiples qu’il ne fallait pas gérer de la même manière, même si l’armée lissait pas mal les choses par le fait qu’il fallait respecter la hiérarchie et fermer sa gueule. Seulement, Eversman n’était pas connu pour ça, et Bricks était assez imprévisible. Elle se rassura en se disant que l’un et l’autre lui manifestait un respect sans borne, et pour une première mission, elle aurait pu tomber sur des trous du cul arrogants et qui lui mettraient des bâtons dans les roues à la moindre occasion. Non, elle avait une bonne équipe, et elle connaissait suffisamment les deux soldats pour compenser et anticiper leurs réactions. Le seul facteur qu’elle ne maitrisait pas, c’était la diplomate. Elle ne la connaissait pas, c’était une civile, une pégasienne, et elle ne savait pas quel était son mode de fonctionnement et son comportement sur le terrain. Mais qu’importe, ce n’était pas un problème.

Pedge avait hâte de partir maintenant. Elle laissa Matt pour aller terminer de se préparer. L’heure tournait, et elle détesterait arriver en retard après avoir mis la pression à Nelly. Elle savait que l’hispanique serait là, à l’heure, pimpante et fraîche, prête à partir. Pour ça, il n’y avait pas de problème.

La texane étudia son équipement, que McArthy avait déjà préparé. Le treillis neige était une bonne idée, mais quand ses doigts passèrent sur la moumoute intégrée, elle fit la grimace. Même s’il semblait y avoir de la neige, les températures étaient agréables, et elle allait crever de chaud là-dedans. D’ailleurs, elle ne s’expliquait pas pourquoi la neige tenait alors qu’il faisait 20 degré Celsius… Elle avait bien retenu la température car elle l’avait faite répéter à Nagima et Pedge détestait manquer une information. D’ailleurs, elle se braquait souvent quand on lui faisait répéter quelque chose qu’elle avait déjà dit… Au moins, elle voyait qu’elle aussi pouvait défaillir.

Bon, elle délaissa le treillis neige, préférant jouer la carte de la sécurité. Elle opta donc pour celui urbain, qui s’en rapprochait le plus et qui n’était pas doublé en polaire. Elle enfila un débardeur à la même teinte, comme ça elle pourrait toujours faire tomber la veste s’il faisait bon. Elle compléta son équipement des choses habituelles, et elle se dirigea ensuite vers l’infirmerie récupérer un sac médical qu’elle mettrait dans le Jumper. Ils n’avaient pas spécialement de compétences dans le domaine, mais c’était toujours un plus que d’avoir du matériel pour les petits bobos.

Une fois tout le monde dans le Jumper, l’équipe prit le départ. La texane avait remarqué que Nelly avait ramené des babioles pour offrir, et elle la laissa gérer ça avec leur diplomate attitrée qui saurait quoi en faire. D’ailleurs, elle avait considérablement réduit le stock. Pedge s’installa à l’arrière, silencieuse alors que Nelly et Matt occupait le poste de pilotage. Au moins, ce dernier pourrait indiquer à la première un poste d’observation adéquat.
Néanmoins, elle ne pouvait pas vraiment faire la conversation avec Kara. Elle devait garder un œil sur ce que faisait les deux loulous devant, même si elle leur laissait une parfaite autonomie. Elle avisa la trogne d’Isia sur une Vahiné… Nelly avait un sérieux grain quand même mais c’était marrant. Elle regardait le paysage au travers de la grande verrière qui servait de parebrise au vaisseau. Elle avait du mal à se dire que l’engin était invisible, vu qu’elle voyait l’intérieur normalement. Matt repéra un point qui lui convenait, et il convenait également à la jeune femme qui voyait dans la distance entre le village et cet endroit un compromis raisonnable. Il pourrait revenir rapidement vers eux si besoin. Et vice versa.

L’homme débarqua, et Nelly reprit de l’altitude pour trouver un spot où poser l’engin. Pedge confirma que ça lui allait et l’ensemble de la troupe fit au sol, le vaisseau occulté, avec le reste du matériel à l’intérieur. Bien sûr, elle comptait sur Nelly pour porter les présents qu’elle avait ramené. Elle glissa l’émetteur dans son gilet tactique, appréciant l’initiative de la première classe, qui, en passant, les avait conduits en douceur tout le temps du trajet. Elle était vraiment à l’aise avec le Jumper, ce qui était assez étonnant quand on connaissait son comportement assez bourrin et puéril habituellement.

La marche fit du bien, l’air était tempéré, et elle ne regrettait pas d’avoir troqué son treillis neige par celui urbain. La question de Nelly n’était pas conne. C’était bien de définir une ligne de conduite sur comment ils se présenteraient en arrivant. Ils approchaient du village donc, sous couvert d’exploration, et Pedge observait son environnement. Les gens avaient la peau sombre, des tenues en peaux assez sophistiquées. Le matériau utilisé pour leur vêtement traduisait de l’état primitif dans lequel ils étaient, mais la sophistication des coutures et des plis donnait un aspect plus élaboré, qui laissait penser qu’ils étaient en train d’évoluer. Vers quoi et dans quel sens, Pedge n’en savait rien. Mais l’Homme passait par des stades différents d’évolutions, chacun à son rythme sur les différentes planètes. Fallait dire que la présence des Wraiths dans la galaxie n’aidait pas à la prospérité.

Les locaux les observèrent un peu avant de se détourner d’eux pour reprendre leurs activités. Ainsi donc, voir des voyageurs ne semblaient pas les troubler plus que ça, signe qu’ils avaient déjà eu des visites. Ce manque d’agressivité et cette passivité toute relative rassura un peu Pedge. La diplomate prit les choses en main quand une femme plus âgée se présenta à eux, coiffée de plume. Elle semblait guillerette. Tant mieux.

Par contre, la communication radio de Matt laissa Pedge perplexe, tout autant que la mention aux sacrifices, précédée il est vrai par celle de protection. Elle recula d’un pas, laissant Kara gérer la conversation.

// Quel genre de monstres ? //
// Du genre à aimer la chair humaine d'après leurs dires… après c'étaient des gamins ils exagèrent peut être. Ah ! et ils étaient pas très étonnés de tomber sur un étranger. //
// Ok… Réduit le périmètre si tu peux, que tu puisses revenir vers nous au moindre danger. //
Pedge reporta son attention sur Kara et l’autochtone. Avec les radios, Nelly et la pégasienne avaient entendu la réponse de Matt. Le tout était de savoir ce qu’était véritablement ces monstres. “Simple” prédateur animal ou bien Wraith ?


_________________
#a1931c
DC :Erin Steele & Teshara Lays
Revenir en haut Aller en bas
Dim 21 Jan - 14:41
avatar
√ Arrivée le : 01/08/2015
√ Messages : 365
Voir le profil de l'utilisateur
MJ26 : Les Grands Explorateurs # EQUIPE 3
Pedge Allen- Matt Eversman-
Nelly Bricks- Kara Aiolos
Chronologie : 07 janvier 2018

La jeune femme regarda Kara avec un regardait pétillant de joie « Des explorateurs ! Je me prénomme Oléda du peuple Zoe. Ne vous en faites pas, vous êtes les bienvenus sur notre territoire ! Je ne vous ai jamais vus ici, c’est donc la première fois que vous venez ? Et oui c’est une fête très importante pour mon peuple ! » Un sourire bienveillant se dessina sur ses lèvres puis elle ouvrit les bras pour désigner l’environnement autour d’elle. « Que diriez-vous d’une visite de notre village ? N’est-ce pas le rôle d’explorateurs après tout ? »
Oléda vous laissera peu de marge pour faire votre choix, si jamais vous osez décliner, elle serait contrainte d'insister. Après tout, c’était un jour de bonheur et de fête, tout le monde se devait d’y participer et ces inconnus étaient un heureux hasard ! Vous méritez donc de faire la fête avec eux ! Une fois la visite sommaire du village de nomades faite, elle décida de vous laisser profiter de l’ambiance festive et retourna à ses activités près du feu de joie de droite. Toutefois, elle ne vous quittera pas du regard. Le village est très simple et peu étendu.

Images:
 
La première couronne est constituée des habitations des villageois, elles sont rondes et construites d’agglutinements de branchages, de terres et les toits sont en peaux. Il y en a une vingtaine, réparties équitablement de part et d’autre. Des gens en vont et viennent, les bras chargés ou bien remplis. La deuxième couronne est composée de quelques étales marchandes qui permettent aux visiteurs du village de venir échanger ou bien acheter des provisions, des objets, des vêtements. Vous pouvez distinguer une étale qui semble vendre des bijoux faits en bois, en pierre, ou bien avec des os d’animaux.

Une autre propose des objets décoratifs faits avec les mêmes matériaux et parfois même à base d’herbe. Il y a un peu de tout, et certaines vendeuses n’hésitent pas à vous héler pour attirer votre attention. Tout le village est décoré de fleurs et de guirlandes colorées et odorantes ! Même le sol est parsemé de fleurs.

Viennent ensuite les feux de joie, ceux-là même autour desquels beaucoup se sont regroupés autour, dansent, chantent, jette des herbes odorantes dedans. D’épaisses volutes de fumées s’en échappent. Enfin, au centre du village, a été construit n’y plus ni moins qu’un simple puits qui récolte la neige fondue et abreuve la population.

Vous pouvez effectuer cette visite à votre rythme et y faire ce que vous voulez, dans la limite du respect des règles d’exploration bien évidemment. Globalement, les villageois vous observent de temps à autre, sans aucun signe de méfiance, vous sourient, vous souhaite la bienvenue mais vous laisse vagabonder à votre convenance. Vous remarquerez qu’il n’y a essentiellement que des femmes, seuls trois hommes sont présents. Il en va de même pour les enfants qui sont majoritairement de sexe féminin. Certains portent des couronnes de fleurs, tout comme certaines femmes. D'autres ont des couronnes de plumes, qui font figure d’apparats de bijoux.

Vous pouvez également vous rendre au nord du village, pour voir ce qui s’y passe derrière. Deux choses : à droite une immense hutte peinte en rouge. Elle est fermée et gardée par deux gardes de sexe masculin, très forts, au torse nu peinturlurés de jaune et affublés de plumes. Ils tiennent des lances et portent un pantalon en peau décoré de plumes sur l’entre jambe. Vous ne pouvez pas entrer à l’intérieur, les gardes ne vous diront rien d’ailleurs, ils resteront stoïques.

En revanche, ce qui se passe à gauche est beaucoup plus intéressant. Un grand cercle délimité par des haies en bois renferment 3 autres zones circulaires. Oléda revient vers vous à ce moment là.
« Je vois que le champ des Héros attire votre attention ! C’est là que se déroulent les épreuves qui récompensent les plus valeureux d’entre nous ! Nous feriez-vous l’honneur de participer aux épreuves du champ des Héros et ainsi nous montrer vos talents, nobles visiteurs ? »

De nouveau si vous déclinez elle insistera, d’ailleurs, des enfants viendront avec des couronnes de fleurs et d’autre non vous encourager pour vous inciter à participer. Oléda vous explique donc la marche à suivre.

« Il y a trois épreuves en tout. La première consiste à tirer à l’arc sur trois cibles de plus en plus petites, vous avez trois essais pour chaque cible. La seconde vous demandera de la créativité et de la dextérité, vous devrez reproduire un modèle de vase en paille tressée typique de notre village. Et enfin, la troisième et dernière épreuve consiste en une lutte entre les concurrents. Il suffit de faire sortir son adversaire du petit cercle de pierres dressé au sol. Préparez-vous explorateurs et lancez-vous ! » Votre hôtesse ne cache pas sa joie de vous voir participer et applaudit pour attirer l’attention et inviter qui le veut à venir vous voir.

Image:
 

Vous voilà donc concurrents pour devenir les éventuels héros du village Zoe ! Voyez entre vous l’organisation du passage des épreuves et respectez vos compétences et vos personnages pour déterminer la réussite ou non aux épreuves. En tout cas, vous serez encouragés durant toute la durée des épreuves et observés par de nombreuses paires d’yeux. Vous serez en concurrence avec des femmes qui vous attendent avec impatience.

Avant de commencer, une jeune femme avec de nombreux enfants autour d’elle, de sexe différent avec ou sans couronne de fleurs et de plumes. Ils ont tous les bras chargés de plantes et de fleurs de la montagne. Ils viennent voir votre hôtesse.

« Il y a un commerçant non loin. Il est étrangement vêtu et reste seul alors que les monstres rôdent… » Elle se tourna alors vers vous. « C’est votre ami ? Si c’est le cas il ne faut pas qu’il reste seul… »

C’est à ce moment là que des hurlements désagréables parvinrent jusqu’à eux.

--------------------------------------------------------------------------
Du côté de Matt :

L’homme était donc toujours en position, dommage qu’il ne puisse pas utiliser le détecteur de vie, puisque cela lui aurait été utile. Le vent se leva un peu, chassant de la neige devant l’homme, mais toujours étrange, celle-ci n’était pas froide, à peine tiède. Des nuages assombrirent le ciel, signe qu’il allait neiger. Mais des percées du soleil se faisaient à de nombreux endroits donnant un beau spectacle de rayons sur la neige qui ne fondait pas. Quelques flocons tombèrent du ciel.
Alors que les autres aventuriers pénétraient dans le village et découvraient celui-ci, Matt peut entendre des pierres qui roulent vers lui… Mais finalement, il n’apperçoit rien. C’est quelques minutes après qu’un bruit lugubre apparut. Cela ressemblait au cri d’un loup mais version électrisée. Un bruit horrible à vous briser les tympans.

Si Matt se retourne, il pourra voir auprès des roches des silhouettes l’observant… Blanches mais assombries par les nuages. Des crocs sortis. Les créatures se déplacent sur deux pattes, le dos courbé et semblent avoir des poils. Et elles ont décidé de manger. Il y en a cinq. Elles hument l’air, sentant surement son odeur sans encore le voir à cause de sa combinaison. Ils ne vont pas tarder à le trouver.

Il n’est pas encore trop tard pour courir...

Bon courage à tous !

---------------------------------------
Vous avez jusqu’au 28 janvier pour répondre. Nous sommes là pour les différentes interactions.
Pour les épreuves faites marcher la cohérences de vos compétences.
Si vous décidez d’aider Matt, des guerrières viendront vous aider aussi, elles se trouvent de l’autre côté de la hutte rouge.
Dans tout les cas, vous serez fortement invités à faire les épreuves ensuite, vos hôtes sont très festifs.
Revenir en haut Aller en bas
Sam 27 Jan - 20:50
avatar
√ Arrivée le : 16/04/2017
√ Messages : 252

Dossier Top Secret
√ Age: 31
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Inoculation
Voir le profil de l'utilisateur
Le village était vachement sympa.
La préparation festive, c’est un environnement excitant et palpitant. Nelly était en mission et pourtant elle sentait la gamine en elle qui voulait sortir. Elle se voyait bien lancer un gros et enjoué « OH OUAIS !!!! » avant de s’enfoncer dans cette foule étrangère. En plus, il y avait plein de trucs qui l'attirait dans ces commerces. Pas la nourriture, même si elle était certaine qu’un soldat sniper suicidaire aurait apprécié se remplir le ventre avec ce qu’elle voyait là ; mais il y avait aussi des vêtements sympa. Si, si, franchement, ils donnaient pas l’air de tailleurs styliste mais l’une des marchandes était en train de présenter une sorte de petite chemise mignonne comme tout. Ca aurait fait un pyjama super sympa pour la jeune femme.

Nelly se mordit la lèvre inférieure en se retenant de s’y rendre. D’ailleurs, plus leur guide parlait et plus elle se laissait tenter. Le duel, elle allait le perdre, c’était sûr, mais ce serait super amusant. L’arc, elle en avait jamais fait de sa vie...donc une flèche atterirait forcément dans le derrière de quelqu’un. Et la reproduction...et bien elle ferait un truc sordide et immonde qu’elle offrirait, avec tout son amour, à cette Kara qui avait l’air un peu trop princesse sur les bords.
Ca y est, c’est décidé, elle allait tout faire même si elle perdrait le concours. Le but n’est pas forcément de gagner, surtout pour Nelly, mais de s’amuser à fond. Seulement, ça ne dépendait pas d’elle. Il y avait un lieutenant qui dirigeait et qui donnait l’autorisation ou non quelque part.

D’ailleurs, même des enfants se mélaient à l’entourage pour essayer de les convaincre.
« Allez, faut participer, faut participer !!! » fit une fillette en sautillant.
Nelly eut un sourire tendre en s’agenouillant pour être à sa hauteur. Elle lui passa la main sur la tête, s’attardant sur les tresses super mignonne qu’elle avait, et répondit d’un air bien malicieux :
« Seulement si ma môman me donne la permission !»

Son regard était venu intentionnellement se poser sur Pedge, une façon un peu différente de lui demander s’ils participeraient à ces épreuves ou non. Mais c’est là que quelque chose d’autre attira son attention...une grande hutte rouge gardée par des hommes un peu costaud...vachement costaud en fait. L’espagnole avait déjà remarqué le manque flagrant de parité dans le village pas là, ça la rendait encore plus curieuse. Elle s’éloigna un petit peu pour aller à la rencontre de ses gardes, se fixant devant l’un d’eux pour le gratifier d’un joyeux : « Hola !!!! »
Et avec le sourire bien séduisant, s’il vous plait, histoire de voir si elle allait capter un tant soit peu leur attention. Devant ce silence un peu vexant, elle insista d’un signe de tête avant d’ajouter :
« Tu parles pas, amigo ? » Elle soupira. « Allez quoi...ils te regardent pas tes chefs, tu peux bien dire un ti bonjour ? »
Elle regarda la porte derrière eux.
« Il y a quoi dans la hutte ? »
Et non, toujours le silence. Ils étaient toujours droit et stoïque, comme des statues, et ils ne la regardaient même pas. Pour un peu, Nelly y aurait fait jouer ses ongles pour les faire réagir. Personne ne résiste aux chatouilles !!! Même pas les aliens !

Du coup, elle s’approcha encore un peu plus du garde, sa poitrine musclée et peinturlurée pile à bonne hauteur pour y laisser courir son regard. Oui, elle en profitait quand même un peu au passage. Ils étaient quand même bien entretenu ceux-là...
« Des gardes du Buckingham palace à poil rien qu’à moi. C’est cool, ça me change de ma cachette du vestiaire des hommes... » Fit-elle avec humour.
« Bizarre, quand même, qu’il y ai pas beaucoup de hombres dans ce village...ils sont où tous les autres ? Allez, dis ? »
Aucune réponse. Elle posa son doigt sur l’un des pectoraux gonflés, traçant un trait sur la peinture avant de regarder son index.
« Bizarre comme peinture... »
L’homme semblait agacé et chassa la main de la jeune femme. Il lui montra du doigt la direction le plus loin possible de lui. L’autre homme était tout aussi sérieux.
« Ah !!!! Ben tu vois que tu es vivant ! Je reviendrai plus tard pour te dire au revoir ! »
L’homme soupira et leva les yeux au ciel.
« C’est qu’il a tout pleins de jolis biscottos en plus... » termina-t-elle pour elle-même alors qu’elle reculait.

Nelly ne comptait pas le faire bien sûr. Elle se détourna pour revenir auprès de Pedge, frottant ses deux doigts pour faire partir la peinture qui était resté dessus. Elle était revenue bredouille, dommage, elle aurait préféré ramener des infos à môman. C’est à ce moment là que Matt indiqua la présence de prédateurs...des loups !!! Son regard monta vers son officier, se demandant comment elle allait réagir et quels seraient ses ordres.

_________________


Double compte : S. Caldwell, P. Sidney
Revenir en haut Aller en bas
Sam 27 Jan - 21:21
avatar
√ Arrivée le : 09/11/2014
√ Messages : 1275
√ Localisation : Atlantis


Dossier Top Secret
√ Age: 33 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Non
Voir le profil de l'utilisateur
MJ26 : Les Grands Explorateurs # EQUIPE 3
Pedge Allen- Matt Eversman-
Nelly Bricks- Kara Aiolos
Chronologie : 07 janvier 2018

En effet, ils étaient là pour visiter. Alors pourquoi refuser, puisque le but était de s’imprégner de la culture de ces gens et de découvrir ce qu’ils foutaient avec le générateur lantien. Et à première vue, l’autochtone ne semblait pas vraiment leur laisser le choix. Ils progressèrent dans le village après que Kara eut confirmé qu’ils suivraient. Pedge espérait que Matt avait bien réduit le périmètre et c’était rapproché, n’aimait pas trop l’idée que des “monstres” rodent dans les environs. L’espace d’un instant, elle fut tentée d’envoyer Nelly faire un survol de la zone, soit avec le Jumper, soit avec le drone, mais elle préférait garder l’équipe dans un périmètre resserré, plutôt que de la séparer une nouvelle fois. La texane restait sur ses gardes, même si cela n’empêchait pas son regard de papillonner ici et là sur les différentes habitations de ce village, qui semblait construit autour de son puit. Rien d’étonnant d’ailleurs, les points d’eau, comme les cours d’eaux, étaient souvent le lieu d’établissement des cultures et des peuples. La logique était évidente.

Les huttes étaient primitives, sans être laides toutefois. Elles étaient faites d’amas de branches, de peaux, et de terre, le tout formant des agglomérats oblongues où ils faisaient certainement bon vivre, à l’abri des frimas de l’hiver ou des intempéries. C’était tout le confort qu’elles devaient offrir, Pedge en était certaine. Pas d’eau courante, pas de sanitaire, sûrement pas de salle de bain ni même de pièce privative, comme une chambre par exemple. Elle ne pouvait faire que des suppositions car elle ne comptait pas aller voir à l’intérieur. Deux feux de camps, voir des feux de joies même, trônaient de part en part du puit, regroupant la majorité des habitants de cette petite bourgade : le peuple Zoé, si Pedge se souvenait bien des termes employés par leur hôte. Devant les huttes, des marchands essayaient de les racoler pour qu’ils viennent voir leurs étals. L’atlante ne connaissait même pas la monnaie locale, et maintenant dépourvu de guide, même si un regard dans la direction de la femme qui les avait accueillis lui fit remarquer que cette dernière ne les quittait pas vraiment des yeux, elle ne pouvait pas le savoir. De toute façon, elle ne comptait pas acheter quelque chose.

L’ambiance festive était propice à se détendre, tout ce que ne faisait pas la militaire qui restait en alerte malgré tout. Par moment, sa parano pouvait lui laisser penser que tous ces gens avaient planté le décor pour mieux les surprendre ensuite en endormant leur vigilance. C’était certainement stupide de penser cela, surtout qu’ils ne pouvaient pas savoir qu’ils allaient avoir de la visite aujourd’hui. Quelque part, ils faisaient preuves d’une certaine forme de confiance en leur laissant déambuler librement sur leur territoire sans chercher à en savoir plus. De confiance, de folie, ou d’assurance crasse. Elle n’en savait rien et elle n’arrivait pas à se décider. La multitude de femme lui sauta rapidement aux yeux. Partout où elle regardait, il n’y avait pas d’homme. C’était quand même sacrément curieux. Si elle faisait le compte, et ce n’était pas simple dans tout ce capharnaüm, elle en dénombrait trois, peut-être quatre, mais elle n’était pas certaine du sexe de ce dernier individu, femme ou homme. Qu’importe, le fait est que les personnes de sexe masculin était sous représentées. Volonté d’une société matriarcale ? Cérémonie qui implique la présence des hommes ? Fêtes spéciales pour les femmes ? Pedge élaborait plusieurs hypothèses dans sa petite tête, espérant que la diplomate se montrerait curieuse, histoire de satisfaire sa propre appétence. D’ailleurs, cette dernière fit la remarque au groupe, faisant écho aux pensées de la militaire.

Après, elle se gardait aussi le droit de poser des questions, pour un peu qu’elle ne trouvasse un interlocuteur. Ils dénotaient franchement dans cette ambiance festive, colorée et fleurie. D’ailleurs, ça sentait étonnamment bon, et c’était plutôt plaisant. Pedge se pensait dans une espèce de marché au fin fond de l’Afrique, ou du Moyen Orient, lui rappelant des souvenirs vivaces et pas toujours sympathiques, mais elle se laissait gagner tranquillement par l’ambiance bucolique, largement augmentée par les enfants courant partout avec leur couronne de fleurs. La visite n’était donc pas désagréable, et ils firent rapidement le tour, se retrouvant, à leur droite, devant une hutte gardée par les deux représentants de la gente masculine, et à leur gauche, un grand cercle délimité par des haies en bois, sorte de champ, de place, cadrée pour des activités de plein air. Pedge laissa ses yeux trainer sur l’accoutrement des gardes, ainsi que sur leur apparente musculature. Ils gardaient la hutte. Etait-ce celle du chef du village ? Serait-ce une femme ? Ou bien était-ce un endroit plus… ésotérique ? Voir utile, comme un grenier de grain, ou encore une prison. Quoiqu’il en soit, c’était quelque chose de suffisamment important pour qu’on y laisse deux gardiens, alors que le reste du village était baigné d’une insouciance affirmée et renforcée par les festivités qui se préparaient gaiement. Nelly alla faire chier les gardes, mais Pedge laissa faire. Peut-être que cela lui donnerait des indications sur ce qu’il y avait là dedans. Sans succès, au regard de la tête frustrée de l’hispanique quand elle revint vers le groupe en se frottant les doigts peinturlurés.

Ce fut le moment que choisit la femme à la couronne de plume pour venir à nouveau vers eux, et leur indiquer l’utilité du cercle délimité. Pedge était tentée de rétorquer que le champ des héros, comme elle l’appelait, n’était pas le sujet premier de son attention, mais elle n’allait pas se montrer impolie, et peut-être que la femme leur dirait aussi ce dont il retournait vis-à-vis de cette hutte rouge, et gardée. En écoutant les propos de leur interlocutrice, la texane fixa son regard sur le cercle, et constata qu’en effet, il était délimité à nouveau à l’intérieur, par trois autres ronds plus petits. Ainsi donc, il s’agissait d’épreuves. Manifestement, elle voulait que les atlantes participent à ces « ateliers ».

Pedge arqua un sourcil et demanda :

« Quel est le but de ces épreuves ? », dans le sens évident de savoir pourquoi est-ce qu’il fallait y participer, et si c’était un principe de la fête.
« Les épreuves ont pour but de tous nous rassembler et de célébrer la vie et le courage qui animent chacun d'entre nous » Fit la femme.
« C’est sympa de nous faire participer. », répliqua Pedge, avant de demander tout simplement : « Et quelle est la particularité de cette hutte, différente des autres ? », demanda-t-elle en montrant la fameuse maisonette gardée.
« C’est un jour de fête, nous sommes heureuses de vous faire partager ça » Fit l’indienne avec un large sourire. « Des frères et sœurs qui se repose ou prie nos dieux pour la cérémonie, il ne faut pas les déranger » Fit-elle doucement.
« D’accord merci », répondit Pedge tranquillement, préférant ne pas insister même si ça lui semblait louche.

Ils n’avaient pas trop le choix non plus pour les épreuves. Il fallait participer. Alors que chacun considérait dans quelle discipline il allait faire ses preuves, voir même dans les trois, une jeune femme avec de nombreux enfants approcha du groupe et leur fit part du fait qu’un commerçant était non loin de là et qu’il ne fallait pas qu’il reste seul. L’officier allait répliquer quelque chose quand soudainement, la radio se manifesta avec la douce voix du ranger qui, laconiquement, leur faisait part de la présence de loups. Magnifique. Elle opina du chef à l’attention de la surveillante du centre aéré local.

« On dirait qu’ils n’ont pas attendu que vous nous préveniez. », observa-t-elle mornement sans attendre de réponse. Non, au lieu de ça, elle tenta d’aller à la pêche aux informations du côté de Matt, notamment sur le fait de savoir s’ils pouvaient revenir au village. Il ne répondait pas vraiment, mais il affirmait ne pas pouvoir rester là. Elle lui confirma qu’elles venaient vers lui.

Laisser Kara ou pas ? Elle ne semblait pas tailler pour une confrontation, fut-ce avec des bêtes sauvages, ce qui serait normalement du tir au canard, à moins que les loups en question soient bien plus véloces et plus nombreux que prévu. Cela faisait chier Pedge de laisser la diplomate, mais la réaction des villageois lui laissèrent penser qu’ils allaient l’aider à récupérer Matt. Certaines femme, devant la remarque de Pedge à l’adresse de la femme qui gardait les gamins, s’étaient armées de lances et d’étranges tambours. Il n’y avait pas de temps à perdre.

« On revient », fit-elle à l’attention de Kara, qui de toute façon, ne manifestait pas son envie de venir avec eux. Elle orienta son regard vers Nelly.
« Allez Bricks, on va se taper un petit sprint histoire de se mettre en jambe pour les épreuves ! », dit-elle avant de partir rapidement vers la position de Matt. Il suffisait d’aller vers la colline en somme. Déjà, des coups de feu résonnaient dans l’air…


_________________
#a1931c
DC :Erin Steele & Teshara Lays
Revenir en haut Aller en bas
Sam 27 Jan - 22:13
avatar
√ Arrivée le : 02/12/2016
√ Messages : 387

Dossier Top Secret
√ Age: 32
√ Nationalité: Alien Alien
√ Gêne: Non
Voir le profil de l'utilisateur
Kara était soulagée de voir que l'accueil n’était pas glacial ou menaçant. Bien sûr elle savait que tout pouvait déraper très vite mais déjà ne pas être menacés ou pire dès l’arrivée était appréciable. Elle sourit à leur hôte.

”Enchantée Oléda, moi c’est Kara. En effet c’est la première fois que nous venons.”

La diplomate aurait pu rajouter une phrase pompeuse du style “ et j'espère que ça ne sera pas la dernière mais le début d’une longue et belle amitié entres nos peuples” mais elle détestait ça, elle jouait sur le naturel plus que l’officiel. Nouveau sourire de la part de la brune.

” Avec plaisir.”

Visiter serait surement une perte de temps aux yeux des militaires mais au moins c’était respectueux et Kara était curieuse de voir comment ils vivaient car à première vu c’était à l’opposé de chez elle ou de la cité. Si peu de confort, tout rudimentaire, elle se dit que jamais elle ne pourrait vivre dans un endroit pareil. Avec la fête, le village était assez bruyant , et bien agité par contre en y regardant de plus près quelque chose troubla la jeune femme. Il n’y avait que des femmes ou des enfants.

Les hommes étaient passés où? Elle se rapprocha des filles pour leur faire part de son observation.

“ Il n’y a pas d’hommes….à part ceux devant la hutte là bas...que des femmes et des enfants.”
« J’en ai remarqué un autre là bas, mais à part ces trois là, je n’en vois pas d’autres. C’est curieux. », répondit Pedge qui réfléchissait justement à la même chose.

Kara regarda une nouvelle fois autour d’elle et oui pas d’hommes, mais des maisons rudimentaires, des étals de marchés. Elle reconnaissait certains produits pour les avoir déjà vu ou même mangé. Elle s’approcha d’un étal alors qu’elle avait reconnu un fruit d’une autre planète. Elle entendit à peine la radio du ranger disant qu’il avait des problèmes et la réponse de la chef de groupe d’aller l’aider. Ca ne concernait pas Kara car elle serait totalement inutile, par contre le fruit qu’elle avait devant, elle le connaissait, elle était allée sur la planète qui le produisait, il était bon en plus. Mais du coup elle en déduisit qu’il y avait beaucoup de vendeurs qui venaient ici.

_________________
DC: Alek Hamilton AKA Panda
Revenir en haut Aller en bas
Sam 27 Jan - 22:34
avatar
√ Arrivée le : 08/12/2012
√ Messages : 9746

Dossier Top Secret
√ Age: 32
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Wraith
Voir le profil de l'utilisateur
MJ26 : Les Grands Explorateurs # EQUIPE 3
Pedge Allen- Matt Eversman-
Nelly Bricks- Kara Aiolos



Matt - Partie 1

Du bruit se fit entendre derrière lui. Matt cessa l’observation des aventurières, son doigt quittant la gâchette du fusil de précision pour celle du HK-417 avant de rouler sur le dos. Il remarqua quelques roulements de pierres et en rechercha la cause. Pas de gamins en haut de l’éperon rocheux le plus proche. Pas non plus de bêtes. Bizarre. Il observa encore un peu son environnement proche essayant de repérer un gamin mal intentionné mais rien. Il mit ça sur le compte du vent qui se levait peu à peu. Le temps passait très lentement là-haut. L’attention d’Eversman était mise à rude épreuve. Il passait le temps comme il pouvait. La neige avec cette température agréable fut passée au crible. C’était vraiment de la neige. Ça en avait la texture et même le goût. C’était vraiment bizarre car avec cette température, il ne devrait pas y en avoir. Sûr que ça allait intéresser les scientifiques de la base ! Avec un peu de chance, ils parviendront à en créer aussi sur Atlantis et ils pourront ouvrir une station de ski. Le militaire s’imaginait déjà sur son snow, bravant les pistes à toute vitesse. Ça plairait à Sheppard ça. Pas sûr que le CODIR apprécie par contre….

Retour aux jumelles pour continuer l’épisode des aventurières qui découvrent le village. Ça discutait toujours autant. Il ne percevait rien mais remarquait les mouvements non verbaux notamment de la diplomate qui avait dû prendre les choses en main. Nelly semblait en retrait taquinant les gardes de la tente rouge. Elle allait se faire envoyer paître en beauté. Il avait bien envie de lui faire passer quelques messages radios du genre « et toi là bas pas les doigts dans le nez » ; « arrête de mater »… pour l’embêter mais aussi pour avoir quelqu’un avec qui discuter vu qu’il s’ennuyait comme un rat mort. Il n’eut pas le temps de mettre son plan diabolique en place.

Un hurlement très étrange le fit sursauter, lui fichait les chocottes. Il réagit immédiatement se tournant pour faire au danger, le fusil d’assaut en main. Le danger ne lui sauta pas de suite aux yeux, il lui fallu scruter attentivement pour remarquer des silhouettes blanches à proximité des rochers. Difficile de les remarquer tant elles se fondées dans l’environnement. Les crocs étaient eux bien visibles. Une sorte de loup mais sur deux pattes. Oh putain. Ça n’annonçait rien de bon, vraiment rien. Il eut du mal à déglutir ne les lâchant pas du regard. C’est avec des gestes très lents de sa main gauche qu’il activa son oreillette radio.

// Loups à proximité. // chuchota-il pour alerter l’équipe sur sa situation. Les hostiles ne semblaient pas encore l’avoir repéré. Ils reniflaient essayant de repérer sa trace. Ça puait la viande fraiche, rester plus qu’à la trouver. Matt les guettait attentivement ayant repéré cinq individus. Il osa un rapide regard en arrière pour vérifier que d’autres ne venaient pas dans d’autres directions. Bon deux bons points : pas de méchants loups visibles et le point d’extraction était toujours sûr pour le moment.

// J’en ai repéré 5 // continua-t-il toujours à voix basse avant d’essayer de se redresser légèrement. Cela les fit réagir de suite, relançant les grognements le faisant cesser de suite.

// Est-ce que tu peux revenir vers le village ? //
// Je peux pas rester là. // Il vérifia de nouveau que son point d’échappement était libre. Les bêtes continuaient de se rapprocher, doucement mais sûrement.
// Ok, on vient vers toi. //

Les copains étaient en route. C’était une bonne chose mais il y avait toujours 600m entre eux et sa position actuelle. Ne pouvant s’éterniser sur place, le militaire attrapa son fusil de précision avant de se remettre sur pieds avec des gestes très lents. Cette fois, il se détachait de l’environnement. Les espèces de chiens-loups le repèrent de suite et se ruèrent dans sa direction. Mais d’une bien étrange façon… ils bondissement pattes arrière en avants, laissant entrapercevoir des pattes griffues similaire à des serres d’oiseaux mais en version poilue et surtout griffes imposantes. Des hurlements horribles se firent entendre signe que la chasse était ouverte ! Les cinq créatures étaient autour bondissant pour essayer de plaquer à terre un bout d’homme.

Matt recula jusqu’à atteindre le bout de sa position. Cette fois, plus le choix. La gâchette fut actionnée à trois reprises. Le bruit produit fut très fort. Au début cela effraya les créatures, qui reculèrent en bondissant étrangement une nouvelle fois. Matt pouvait voir qu’elles avaient des pattes avant, similaire à des hommes. Sorte de loup garou mais version très moche avec des yeux jaunes et un museau épais avec peu de poil laissant voir des crocs immondes. Mais, en réponse au “panpan” ils firent d’autres hurlements de plus en plus désagréables, comme pour sonner la proie. Pas le temps de regarder s’il en avait touché un, il profita de l’effet de surprise généré pour sauter en contrebas avant de filer à toute vitesse. Usain Bolt n’avait qu’à bien se tenir. Quoique… Difficile de rivaliser avec l’éclair avec tout le barda qu’il avait sur lui et cette fichue neige qui l’empêchait de repérer les aspérités du terrain, le déséquilibrant à plusieurs reprises.. La pression se fit à deux reprises sur son fusil avant de finalement enfiler la sangle, le bloquant de sa main droite pour éviter toute gène.

// QUAND TU VEUX // gueula-t-il dans la radio.

Les créatures le suivirent à grande vitesse et ralentissant immédiatement en gueulant quand il tirait en l’air. Mais, bon, elles semblaient avoir faim ! Et la faim brave la peur, même si Matt avait une chance de s’en sortir a cause du boucan de son arme.



_________________


merci !                               couleur : darkcyan
Revenir en haut Aller en bas
Sam 27 Jan - 22:35
avatar
√ Arrivée le : 09/11/2014
√ Messages : 1275
√ Localisation : Atlantis


Dossier Top Secret
√ Age: 33 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Non
Voir le profil de l'utilisateur
MJ26 : Les Grands Explorateurs # EQUIPE 3
Pedge Allen- Matt Eversman-
Nelly Bricks- Kara Aiolos


Matt avait hurlé dans sa radio. Oui, c’était quand elle voulait, seulement, il ne semblait pas avoir réduit le périmètre tant que ça parce qu’il était sacrément loin ce con ! Courir avec les armes, dans de la neige fondue, se révélait plus compliqué qu’il n’y paraissait. Pourquoi est-ce qu’il tirait en l’air ?? Il ne se dessinait pas vraiment sur le flanc de la colline, la faute à son treillis neige qui le fondait dans le décor, mais les loups autour de lui se distinguaient parfaitement du fait de leur mouvements rapides et véloces. De véritable prédateur, taillé pour tuer. Et sur deux pattes…

// On est pas loin ! // , fit une Pedge à bout de souffle dans sa radio, histoire de lui confirmer leur arrivée, qu’il ne les prenne pas pour de nouveaux ennemis arrivant dans son dos. A portée de tir, la texane ne fit pas de chichi, visant directement le loup le plus proche d’elle, celui bien sur la gauche de Matt. Les balles fusèrent de son canon, se propageant dans l’air tiède de l’après-midi à une vélocité importante, bien trop importante pour que les loups les perçoivent. Et celui qu’elle visa fut secoué d’une rafale de trois balles, renouvelées par sécurité. Comme sur un humain, les armes de guerre ne faisaient pas de jolis trous, surtout en sortie, explosant bien souvent la chair, et l’animal tomba la tête la première dans la neige, rougissante déjà du sang du prédateur. De quoi donner le ton.

Ce fut à peine s’il entendit le message radio d’Allen tant il s’efforçait de focaliser toute sa concentration sur la distance qui le séparait du village. Ce n’était plus un 600m là, ça paraissait très loin. A plusieurs reprises, une aspérité du terrain ou un simple rocher dissimulé par la neige le fit chuter. Pas le choix, il fallait se relever et avancer. Les hurlements étranges de ces bêtes suffiraient à sa volonté pour le faire relever de nouveau pour avancer, pour ne pas finir déchiqueter sous les griffes de l’un d’eux. Le souffle était très court. L’équipement commençait à peser de plus en plus lourd. Cette sangle l’irritait au niveau du cou. Te focalise pas là-dessus, Matt. Surtout pas ! Il fit tout ce qu’il put pour penser uniquement à ces silhouettes qui devenaient de plus en plus grandes au fur et à mesure de ses pas. Les coups de feu fusaient dans sa direction. Les hurlements s’intensifièrent l’obligeant à lâcher son fusil pour se protéger les oreilles. Il allait au-devant de ce déluge de feu priant les quelques dieux qu’il pouvait connaître pour ne pas se manger une balle perdue voir être embroché au bout d’une lance qu’il vit voler.

Les derniers mètres devaient se terminer dans une belle glissade, ce fut plutôt un plongeon assez peu glorieux et peu agréable. Matt chercha aussitôt à se mettre en position de tir attrapant son fusil avant de se mettre en position de tir. Il n’y avait plus rien en face. Les bêtes avaient décampé ou gisaient au sol. Il s’en fichait. Tout ce qui comptait c’était qu’il n’avait plus à courir pour sa vie. Dans un dernier effort, il retira la sangle qui lui maltraitait le cou depuis plusieurs minutes avant de s’agenouiller. L’équipement renforçait l’impression de mouvements très rapides de sa poitrine. Bouche ouverte, il rechercha un nouveau souffle pendant les deux premières minutes. Une chaleur étouffante s’empara de lui l’obligeant à ouvrir de haut en bas son gilet tactique et surtout cet équipement neige. S’il n’avait pas tout ce barda sur lui, il aurait tout envoyé voler. Un peu de neige sur son crâne et dans sa nuque lui fit le plus grand bien tout comme cette gorgée d’eau fraîche.

Les femmes dite “guerrieres” suivirent les deux atlantes au pas de courses. Dès qu’elles virent les immondes créatures pourchassées Matt, elles lancèrent leurs lances dans les airs et firent de grands bruits de tam tam, donnant un son désagréable similaire au bruit d’arme automatiques. Cela semblait effrayer les créatures qui essayaient de continuer la chasse mais en vain. Elles finirent par rebrousser chemin quand l’une d’entre elle fut abattue. Les villageoises, repartir aussitôt au village, puisque plus aucun risque et elles avaient à faire.

”Merci” finit-il par articuler prenant conscience de la présence d’Allen, de Bricks vers qui il tendit la main pour l’aider à se remettre sur pieds mais aussi des nanas qu’il avait pu observer un peu plus tôt. Son regard se focalisa notamment sur les lances ouvragées aux pointes acérées. Il n’eut pas l’aide escompté de Nelly qui le laissa se redresser tout seul. Elle lui rendit la mémoire en le rappelant à sa notion de la solidarité.

« J’étais bloquée dans cette camisole...merci pour ton aide sergent.” Le Ranger fut surpris par la réaction de Nelly. Ainsi donc elle se revélait rancunière. Ok elle venait d’équilibrer le score. 1-1 désormais. Le Ranger n’en tint pas compte et se remit sur pieds comme un grand.

Pedge inclina légèrement la tête comme pour dire “de rien” avant de déclarer tout de go : « On repart au village, je n’aime pas savoir Kara seule. », laissant les enfants régler leur compte.

La Chef sonnait déjà le retour. N’avait-elle pas de coeur ? Cela lui valu un regard noir avant que Matt ne recherche cette fameuse diplomate du regard. Absente. Sympa de venir à l’aide des copains ! Il saurait le retenir, tiens ! D’un revers de manche, il essuya son visage avant de remettre en place correctement son équipement. Le chargeur de son fusil de précision fut changé, abandonnant l’ancien sur place avant qu’il ne retourne sagement sur son dos, bien maintenu. Le HK-417 désormais en main, Matt suivit le mouvement essayant de retrouver un peu de concentration après cet intense événement. C’était mal barré.

« Maintenant que tu es échauffé, tu vas pouvoir participer aux épreuves que les villageois nous demandent de faire. », fit Pedge en se calant sur le rythme de marche de Matt.
”Et en plus faut qu’on participe à ça ?” répondit-il en tournant la tête vers elle. OK, il avait pu apercevoir les trois zones et quelques villageoises en découdre avec mais le son lui manquait.
« Ils insistent pour qu’on participe. Y a un concours de tressage de vase, tu vas briller. Je n’en doute pas. », fit-elle pour le taquiner avec son air de ne pas le faire.
”J’en doute pas aussi… Mais je vais plutôt vous laisser bosser un peu. Regarde. C’est les nanas qui bossent ici, ça va te changer !”
« Dès qu’on saura où sont passés les hommes, on t’enverra faire ce qu’ils font. J’espère que ce sera bien dégueulasse. », répliqua-t-elle du tac au tac. Elle ne prenait pas spécialement la mouche, elle avait l’habitude avec lui.
”Faire la sieste devant cette tente rouge ? ou le piquet devant ? T’inquiète je vais me trouver un coin tout seul pour pas louper ton tressage de vases. Avec un peu de chance, Nelly va filmer ça.”
« Hum. J’hésite à te donner l’ordre de participer tiens. Ça me démange fortement même. », répliqua-t-elle. Ce serait moche de faire ça, et elle ne le ferait pas, chacun faisait bien ce qu’il voulait, mais c’était juste pour faire planer le spectre de la hiérarchie sur sa tête, histoire de l’emmerder. Elle savait qu’il adorait ça.
”Rêve” Répliqua-t-il immédiatement ralentissant le pas pour lui laisser un peu d’avance et pouvoir délivrer une tape discrète sur l’une de ses fesses.

De son côté, Nelly avait pris de l’avance pour rejoindre Kara, laissant le duo dans son sillage. Elle n’avait rien vu.
Pedge poussa un soupir et s’arrêta, en se tournant vers le jeune homme. « Première, et dernière fois que tu te permets ça en mission Matt. », dit-elle, toute forme d’humour s’étant envolée. C’était déplacé, et pas très gratifiant pour elle et son grade, surtout que mine de rien, elle restait l’officier en charge de la mission, et se prendre une tape sur le cul, ça passait pas bien.

Forcément ça ne plu pas, Allen prenant de suite la mouche. Il s’y était attendu mais le but n’était pas de la vexer. Quoique un peu. Ça permettait de mettre fin à ce sujet de conversation. ”Reçu, Lieutenant” Répondit-il en reposant sa main sur la gâchette de son arme en détournant la tête, un petit sourire aux lèvres.

Pour sa part, elle le toisait sans rigoler, même si ça ne changeait pas de d’habitude en fait.
« Bien sergent. », fit-elle avant de reprendre sa marche, en silence cette fois pour continuer à marquer son désaccord. Elle trouverait bien une corvée à lui faire faire prochainement.




_________________
#a1931c
DC :Erin Steele & Teshara Lays
Revenir en haut Aller en bas
Sam 27 Jan - 22:36
avatar
√ Arrivée le : 08/12/2012
√ Messages : 9746

Dossier Top Secret
√ Age: 32
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Wraith
Voir le profil de l'utilisateur
MJ26 : Les Grands Explorateurs # EQUIPE 3
Pedge Allen- Matt Eversman-
Nelly Bricks- Kara Aiolos



Matt - Partie 2

Allen continua de le bouder jusqu’à atteindre les habitations suite à leur petite discussion. Ça lui changeait pas d’habitude. Il payerait certainement son geste à un moment ou à un autre, ne doutant pas de l’imagination débordante des gradés dans le domaine. Elle avait été à la bonne école avec Caldwell ou bien Frei. Ça faisait bizarre de parcourir ce village. Il y avait une certaine impression de déjà vu dû à son observation et pourtant le voilà désormais marcher au milieu de ces cahutes précaires et de ces villageoises. Très peu de mecs à l’exception des musclors gardant cette fameuse tente rouge. Trois types pour contenter autant de nanas ? Et bah ils ne devaient pas s’ennuyer… Les pauvres. Le Sergent Maître ne les enviait pas particulièrement. Quoique leur musculature était franchement pas mal. Ça sentait la gonflette à plein nez et certainement pas mal d’heures de torture en salle de musculation. Mince, y en avait pas dans le coin donc il ne pouvait pas rivaliser.

”Je t’ai manqué ?” Adressa-t-il à Kara en la retrouvant autour du cercle des héros.
Kara était dans ses réflexions pour savoir à quelle épreuve participer et le tir à l’arc lui semblait la meilleure idée même si ça faisait quelques mois qu’elle n’en avait plus fait. Elle entendit Eversman lui parler.
”Mais bien sûr Ranger, je ne me sentais pas en sécurité sans vous.” Non mais il croyait quoi ? Elle avait dit ça avec un grand sourire et sans l’ombre d’ironie à lui de voir si elle était sérieuse ou pas.
”Je m’en doutais” Répliqua-t-il sourire aux lèvres

Pas question pour lui de participer aux épreuves. La sienne avait déjà eu lieu, il comptait bien mettre à profit un peu de son répit pour profiter des joies de ce village. Une odeur particulièrement alléchante lui parvint. De la viande grillée. C’était reconnaissable de suite pour un ogre sur pattes. Il renifla plusieurs fois pour repérer la direction de ce trésor la repérant rapidement. Hors de question qu’il reparte de là sans y avoir goûté. Ce fut donc avec son plus beau sourire qu’il s’approcha des cuisinières pour en obtenir un morceau et c’est en dégustant une pièce qu’il revint vers ses collègues féminines trois minutes plus tard.

”Quoi ?” demanda-t-il en voyant leurs têtes déconfites. Oui, il était particulièrement fier de sa réussite. Elles devaient certainement être vertes de jalousie. Personne ne lui restait insensible. Nelly avait observé la scène en trouvant Matt égal à lui-même. C’est dommage quand même car cette façon de refuser de participer et de se barrer pour se remplir le ventre faisait de lui un rustre égoïste. Pourtant, ça n’avait pas l’air d’en être le type, du moins le pensait-elle pour avoir appris à le connaître durant leur balade en VTT. Mais parfois, il donnait l’air du parfait goujat et fier de l’être. Priorité ma gueule quand je le décide et c’est drôle.
Nelly ressentait une amertume pour l’histoire de la camisole. Elle avait eu besoin de lui, pensant qu’il aurait une certaine reconnaissance pour l’avoir aidé. Mais ce n’était pas le cas. Bon, cela ne l’empêchait pas d’avoir envie de déconner et le voir s’attaquer à ce morceau de viande lui donna une bonne idée. Elle posa une main sur son épaule et se pencha pour lui susurrer à l'oreille, comme en signe de confidence :

« Tu as vu beaucoup de bétail dans le coin ? J’espère que tu vas aimer la fesse gauche de ce malheureux hombre. »
La réaction d’expulsion fut immédiate jetant le morceau et crachant le peu de viande qu’il avait en bouche avant de reculer d’un pas. La surprise passée, il afficha de la méfiance et son regard oscilla entre elle et le morceau. C’était de l’homme ce truc ? Il commençait à en douter et en même temps la gente masculine était très peu représenté. D’un revers de manche, il s’assura d’avoir bien ôter les derniers restes. Nelly afficha un sourire pleinement satisfait alors qu’elle le quittait.

Le militaire finit par se trouver un coin tranquille lui permettant de s’adosser à un support solide qui lui éviterait de se faire transpercer par l’arrière. Il en profita pour ranger sa veste et la fourra dans l’un des sacs ne sachant pas que c’était celui de Kara et de toute manière il s’en fichait. Impossible de rester avec ce truc-là. Une vraie cocotte-minute. Le t-shirt noir c’était nettement mieux même si bordel pourquoi ne pas avoir choisi une autre couleur. Noir ça attire le soleil quoi ! Cela lui permit aussi de se rendre compte des quelques griffures sur ses avants-bras avant que sur sa cuisse. Avec l’adrénaline, il n’avait strictement rien senti et de toute manière c’était bénin. Il avait déjà connu nettement pire. De sa position, il ne pouvait rater le spectacle offert par les membres de la mission. La lutte accaparait pas mal de son attention. C’était sympa de les voir se démener, se contorsionner en tout sens. Il appréciait le spectacle, sucette aux lèvres et lunettes de soleil sur le nez. Quand les collègues participaient, il les encourageait donnant de la voix. Diplomatie ou pas, fallait gagner ! La défaite n’était pas envisageable même en tressage de vases !

Bien rapidement matt remarqua que les épreuves n’étaient pas la seule source d’attention. Il semblait être celui d’une petite fille qui ne cessait de lui jeter des coups d’oeil rapides. En même temps les beaux gosses semblaient rares par ici, les pères tout court aussi. Ayant un bon contact avec les enfants, il lui fit signe de s’approcher dévoilant une nouvelle sucette de son gilet tactique. Elle ne vint pas de suite mais finit doucement par se rapprocher et lui tendit la friandise.
”Cadeau”
“C’est quoi ?” Elle prit néanmoins l’objet le regardant étrangement.
”Un bonbon. Ça se mange. Regarde !” Dit-il en sortant la sienne de sa bouche dévoilant un bonbon déjà bien dévoré.
La petite fit de grand yeux, ignorant ce que fut des “bonbons”. Elle s’empressa de déballer sa sucette et la regarda sous toutes les coutures émerveillée. Elle réajusta sa couronne de fleurs sur la tête, avant de goûter. Le goût du sucre lui plus énormément, ces yeux pétillaient. “ Ch’est chrop chon” fit-elle avec sa sucette
Personne ne résistait aux sucettes, même à des millions de kilomètres de la Terre. Matt lui sourit la laissant déguster son premier bonbon pendant une bonne minute avant de la questionner. ”Comment tu t’appelles ?”
Elle retira la sucette pour parler correctement, même si cela l’avait fait rire.
“ Avia et toi ?”
”Matt” Répondit-il en déviant un peu le regard pour s’assurer que ses collègues étaient toujours en train de s’amuser et que surtout que des guerrières n’étaient pas à proximité. ”Il est où ton père ?”
La petite lui sourit enfournant sa sucette prenant place à côté de lui. Elle tourna la tête vers lui, d’un air étonnée. “ C’est quoi un “père ?” ” Elle réajusta sa couronne de fleur qui était décidément trop grande pour elle.
Matt décala son fusil pour lui laisser davantage de place et surtout éviter qu’elle ne le prenne pour un jouet tout en lui parlant sur le ton de la conversation. ”Y a pas de monsieur ici ? ”
“ Bah si, il y a des hommes comme toi. Regarde près de la hutte il en a deux et dans le village ” Elle tourna la tête pour en chercher un dans la foule. Elle lui montra du doigt trois hommes, ceux que l’équipe avaient vu avant. Un homme mature, un jeune adulte et un adolescent, qui parlaient.
Comme par hasard, trois mecs venaient de débarquer de nulle part. Il ne les avait pas encore remarqué ceux là. Enfin trois hommes de plus pour tout ce village, c’était quand même pas beaucoup. ”Et y en a pas d’autres ?”
“Non, pas d’autres hommes comme toi. Mais il y a des garçons” La petite ne comprenait pas où il voulait en venir. ”C’est quoi un père ? ”
Bon au moins ça avait le mérite d’être clair. IL pourrait au moins renseigner l’équipe là dessus, les mecs étaient semble-t-il des perles rares dans ce village. ”Euhh” lui répondit-il un peu géné. Il préféra esquiver la question en dégotant une nouvelle sucette bien rouge, celle là. ”Dernière question et je te la donne. Y a quoi dans la tente rouge ?”
La petite regarda la sucette avec intérêt. “Des gens qui prient !” dit-elle d’un air comme si ce fut une évidence. “J’ai prié tout à l’heure aussi ! Tu veux prier ? ”
”Qui prie là dedans ? Le chef ?” Répondit-il en gardant précieusement son trophée de guerre.
“Bah ceux qui veulent. J’ai toujours vue des gens priés avant la cérémonie. ” La petite haussa les épaules, elle avait d’autre distraction surtout à huit ans. “Tu joues pas avec les autres ? ”
”Je jouerai après. Tiens cadeau.”. La sucette fut tendue et aussitôt attrapée. ”C’est quoi cette cérémonie ? ça sert à quoi ?”
La petite prit la sucette et eu un grand sourire. “Tu n’es pas drôle avec tes questions…” Elle se leva, pour montré la sucette a une autre petite fille et se vanter. Bientôt Matt aurait tout les enfants du village sur le dos.




_________________


merci !                               couleur : darkcyan
Revenir en haut Aller en bas
Dim 28 Jan - 16:53
avatar
√ Arrivée le : 02/12/2016
√ Messages : 387

Dossier Top Secret
√ Age: 32
√ Nationalité: Alien Alien
√ Gêne: Non
Voir le profil de l'utilisateur
Les militaires étaient partis secourir Matt et Kara était restée seule dans le village. Ca ne la dérangeait pas car au moins elle pouvait se balader librement entres les étals des marchands. Sentir les fruits et légumes divers, elle parlait avec certains pour demander d’où venait les produits, elle s’approcha des maisons pour observer leur construction. En fait dans la phase d’observation elle préférait vraiment être seule. Elle rendait aux villageoises leurs sourires ainsi qu’aux enfants.

Les soldats revinrent assez vite finalement ou alors elle n’avait vraiment pas vu passer le temps en étant perdue dans son observation. Ils rentraient à trois donc le militaire était sain et sauf et ne manqua pas d’envoyer une pique à Kara. Pique à laquelle elle répondit du tac au tac. L’indienne revint pour leur parler des épreuves, puisqu’il fallait choisir..hors de question pour la brune de faire de la lutte, elle n’avais pas envie qu’on lui fasse mal. Faire un vase? Et puis quoi encore? Si elle voulait un , elle allait l’acheter.

”Je vais choisir le tir à l’arc mais se sera la seule épreuve que je vais faire.”
“Vous ne voulez pas faire les trois ?” demanda la cheffe avec son air bienveillant sur le visage.
”Je ne suis pas une combattante ni une manuelle malheureusement.”
“D’accord… Allons au tir à l’arc. Vous aurez trois flèches et quatre cibles à atteindre. Le but est de mettre votre flèche dans les deux derniers cercle. ” La femme l'emmena vers l’endroit où était disposées des cibles bleues et blanches a plusieurs distances. Elle lui donna un arc en bois, de facture assez primaire et un sac de flèche dans un bel carquoi en peau et orné de motif.

Elle faisait déjà un gros effort. La dernière fois qu’elle en avait fait c’était y’a quelques mois mais elle le pratiquait depuis toute jeune, c’était un sport royal sur son monde. La brune s’approcha des cibles , bon comme dans tout sport de visé c’était mieux de viser au centre qu’importe la couleur des cibles. La jeune femme prit donc un arc typique de cette planète, en bois, droit, rudimentaire. Ouh là fallait viser à l’oeil et pas au viseur...c’était repartir à ses premières leçons quand elle avait cinq ou six ans.

Elle encocha la flèche sur la corde, posa la flèche sur sa main et contre l’arc. Elle détestait les arcs sans repose flèches, ça faisait mal aux mains selon le type de plumes. Elle inclina un peu son bras d’arc et donc l’arc pour que la flèche tienne mieux. Elle était face à une cible à trois mètres de distance , autant dire rien du tout pour un arc normal mais là ce n’était plus trop la même chose. Elle tira la corde pour emmener l’encoche de la flèche devant son oeil, calma sa respiration et décocha pile au centre. A 3 m il n’y avait pas de quoi être fière, elle décida donc de corser le truc en se mettant devant la cible à 8m et même cérémonial, lever le bras d’arc, tirer la corde pour emmener l’encoche devant son oeil, calmer sa respiration et décocher. La flèche prit encore la direction du centre...là elle sourit contente d’elle et voulait que ce soit encore plus loin. Kara adorait les défis

Kara regarda dans son carquois, il lui restait encore une flèche. Bon ben la cible de 12m était pour elle. Elle s’était pris au jeu et tira sa flèche qui se planta juste à côté du centre mais moins bonne que les deux autres. Elle fit la moue d’avoir loupé, Kara n’aimait pas perdre, mais alors pas du tout.

”Je peux avoir une autre flèche? “
La jeune femme, regarda la prestation de l'étrangère et eu un rictus en hochant la tête.
“ Tenez ” Elle voulait voir si elle réussirait.
Kara prit la flèche avec un air sûr d’elle sur le visage. La brune loupait rarement deux fois sa cible, bon là elle n’avait pas vraiment loupé mais elle n’avait pas excellé, et elle s’en voulait. Cette fois elle prit son temps pour bien installer sa flèche, la positionner sur la main, légèrement incliner l’arc. Ce n’était pas si facile de tirer sans un matériel de pointe comme elle avait, là c’était du tir primaire. Ce qu’on appelait tir instinctif et elle devait balayer ses reflexe de technologie pour se remettre à ça. Elle tira la corde et resta bien en position tendu pendant 30 secondes, puis lâcha et la flèche alla dans le centre.

”Yeahhhhh je suis trop forte “
La cheffe applaudit ” Beau tir ! Vous ferez une bonne chasseuse. J’ai hâte de voir vos ami a l’oeuvre s’ils sont aussi doué que vous “
”Je n’ai jamais chassé à l’arc mais c’est une idée. Ils sont tous très doués vous verrez.”
La femme hocha la tête radieuse ! Elle lui montra des rondins autour du cercle pour assister aux épreuves des autres. Il avait de la foule pour encourager tout le monde. Kara avait reçu beaucoup d'applaudissement. Elle l’invita à prendre place.

Les trois autres étaient militaires donc même si Eversman refusait de participer, Allen et Bricks étaient suffisaments formées pour gagner une lutte...par contre en vase là Kara n’en savait rien mais elle alla s’assoir sur un rondin sauf qu’au dernier moment elle alla demander à boire puis retourna s'asseoir. Ce petit jeu l’avait amusé et donné envie de reprendre son arc à elle en rentrant au bercail.

Pedge vint poser ses fesses sur un rondin aux côtés de Kara, qui venait de réaliser une prestation hors du commun avec cet arc primitif. La texane ne savait pas du tout se servir d’un arc, mais c’était une discipline dans laquelle elle aurait aimé avoir quelques notions. La vie avait fait qu’elle avait pratiqué d’autres sports que celui-là, mais il n’y avait pas d’âge pour apprendre.
« Jolie démonstration », observa la militaire. « Vous tentez autre chose ou vous vous en tenez-là ? », demanda-t-elle simplement. Pour sa part, elle se concentrerait sur la lutte, et dans cette perspective, elle était entrain de refaire distraitement son chignon pour le serrer à maximum, quitte à lui donner un air austère, afin de ne pas faciliter les prises de sa future adversaire.

C’est vrai que le chignon de la militaire lui donnait un visage très dur mais Kara comprenait ce choix de coiffure car se faire tirer les cheveux n’avait rien d’agréable. ”Je vais m’en tenir là, je ne sais pas me battre en lutte et encore moins faire des vases.”Kara fit une pause pour regarder d’autres concurrentes au tir à l’arc et elle était contente de voir qu’elle avait vraiment bien tiré. ”Pendant que vous étiez allées aider le Ranger j’ai fais le tour du marché et j’ai reconnu beaucoup de produits venant de planètes que j’ai déjà visité. Ils sont donc en contact régulier avec pas mal de planètes de la galaxie ce qui donc m’étonne sur le non avancement technologique.”

Pedge acquiesça. Elle comprenait parfaitement la position de la diplomate, préférant s’en tenir là pour le reste des épreuves. Ils n’étaient pas là, tous autant qu’ils étaient, pour faire les douze travaux d’Hercule non plus. Le reste de l’information laissa Pedge méditative alors qu’elle finissait de resserrer ses cheveux et de laisser ses mains retomber tranquillement sur ses cuisses. « Ils n’ont peut-être rien à échanger contre des technologies plus avancées. », fit-elle comme hypothèse. Mais bon, s’ils commerçaient, c’était bien avec quelque chose. Quoiqu’il en soit, cela voulait dire qu’ils passaient la Porte, ou qu’il acceptait que les gens viennent les voir, un peu comme pour eux aujourd’hui. Ca expliquerait pourquoi ils ne sont pas plus méfiants et assez accueillant. « Ou alors, on ne voit pas tout. ».

_________________
DC: Alek Hamilton AKA Panda
Revenir en haut Aller en bas
Dim 28 Jan - 18:57
avatar
√ Arrivée le : 16/04/2017
√ Messages : 252

Dossier Top Secret
√ Age: 31
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Inoculation
Voir le profil de l'utilisateur
En revenant devant les gardes de faction devant la hutte, Nelly lança exactement la même expression, comme lors de sa précédente approche, pour donner l’air du parfait boulet insistant. Elle s’en gargarisait intérieurement. Et ses yeux pétillaient de la petite connerie qu’elle rêvait de faire.

« Hola !!!! »

Plantée devant le garde sur lequel elle avait laissé une trace de doigts, les mains croisées dans le dos, se dandinant d’un pied à l’autre, Nelly le sonda d’un air très farceur. C’est qu’il était facile à reconnaitre maintenant ! Elle parla assez lentement et faiblement, comme si elle laissait couler ses propos, qu’elle glissait une information inattendue censé malmener le mutisme du gardien.

« Tu sauras jamais ! Ma môman m’a autorisé a participé aux épreuves !!! Je l’adore, on a tous besoin d’une maman comme elle ! Je parie que toi aussi, tu as une super maman ! Donc ça nous fait un point commun, héhé, moi je vais commencer par la lutte !! Tu viens ?!? »

Le sourire gagna tout son visage en le voyant toujours enterré dans le silence. C’était comme si elle s’y attendait et qu’elle avait maintenant une bonne raison pour le braver.

« Ohhhh allez !!! Tu vas quand même pas passer à côté d’une occasion de me faire taire, si ? Et puis ton copain à coté, il bouge même pas lui. Au moins, toi tu fais des gestes, c’est un premier pas pour communiquer ! »

Elle alla sur son flanc, là où il n’y avait pas la lance, puis Nelly sautilla pour accéder à son oreille, là où elle susurra par intermittence à chacun de ses sauts.

« Si tu gagnes...je t’offre...cadeau...ce que tu veux...mais pas... mon derrière...pas touche ça !!! Et si je gagne...tu me fais...entendre...ta belle...voix !!! »

Le dernier mot avait été prononcé avec un certain soulagement joyeux. Contente d’avoir à cesser de sauter pour lui glisser le pari, elle revint face à lui pour le fixer d’un regard empli de défi et d’espièglerie. Elle traça un deuxième trait sur sa peinture de manière bien provocante pour le faire réagir.

« Et vu que j’sais pas comment tu t’appelles, je vais t’appeler Brutus ! Oui !!! Mi Brutus !....tu viens alors ?!? »

L’homme resta silencieux et la repoussa d’un mouvement qui ne fut pas particulièrement brusque au contraire. Il secoua la tête. L’autre garde avait un rictus légèrement amusé par cette situation.
Nelly ricana.

« T’a peur d’être battu par une fille ? Mon pauvre brutus a mi, t’en fait pas, je serais toute douce ! » Son regard bifurqua sur son collègue amusé. « Après, je peux toujours demander à Caesar de te remplacer, il commence à me plaire lui : il sourit. Tu vas t’en mordre les doigts hein !!! »
Et hop ! Un troisième trait !

Le surnommé “Caesar” eut un autre rictus difficile à contrôler. Mais il secoua la tête, alors que l’autre soupirait grandement.
« Non. Allez faire les épreuves avec les autres. » Fit le “Caesar”
« Il parle ! Enfin !!!! » fit Nelly, les yeux ahuris. Elle recroisa les mains dans le dos et quitta Brutus pour s’approcher et lui faire face, comme si elle était une menace pour leur peinture. Elle posa un regard malicieux sur Caesar et s’approcha d’un pas avant d’ajouter : « Mais les autres, ce sont pas des gardes, eux !!! Il y a que vous deux, et rien que vous deux... Moi, j’veux un adversaire à ma “taille”. »
Elle avait parlé d’une voix pleinement présomptueuse juste exprès. Elle arma son doigt et l’approcha lentement de sa peinture de torse en rigolant de façon légèrement sadique.
« Ils vont quand même pas t’en vouloir si Brutus garde la porte tout seul... »
« Non. Je dois rester là. Les guerrières sont plus fortes que nous, va les voir » Fit l’homme en pointant du doigt des femmes avec des lances.
Nelly trouva l’information plutôt intéressante. Les guerrières plus fortes que les deux armoires à glace reléguées à la surveillance d’une hutte où l’on ne perçoit pas d’activité. Ah oui ? La jeune femme eut un sourire en coin en mettant sa menace à exécution, ravie qu’il résiste de la sorte. Son index passa dans la peinture sans une once d’hésitation et coura sur son torse, décrivant lentement un cercle. Elle n’irait pas dire qu’elle n’en profitait pas au passage mais elle préférait largement mirer que toucher. Petite différence qui ne faisait pas d’elle une perverse à son avis. Peut-être qu’elle en donnait l’image d’un point de vue extérieur, c’était possible, mais l’espagnole poursuivait un but un peu plus subtil. Elle répondit en continuant de dessiner doucement :
« Ben pourtant, la niña Oléda, elle veut im-pé-ra-ti-vement qu’on fasse les épreuves. A croire, que sa vie, elle est en jeu...alors moi, je ferais le duel contre ti...et seulement contre toi, vu que Brutus me boude. »
Le doigt de Nelly cessa de courir sur le torse de Caesar, finalisant un énorme smiley souriant qui sauterait aux yeux des Atlantes. La jeune femme recula d’un pas et observa son dessin, particulièrement fière d’elle, avant de remonter son regard pour soutenir celui de Caesar.
« Tu as peur que Brutus assure pas tout seul ? Je vais demander à Oléda qu’une guerrière te remplace alors...après tout, elle veut VRAIMENT qu’on fasse ces épreuves... »

L’homme ne broncha pas, de toute façon, il connaissait bien pire des enfants du village. Il regarda le dessin qui était à son goût digne d’un enfant. D'ailleurs tout le comportement de la femme était celui d’une gamine turbulente enfin provocatrice. Il ne savait pas si elle était sérieuse ou non. Il jeta un regard à son collègue qui leva les yeux au ciel. Il était nettement moins enclin à parler que lui. Le laissant dans sa merde.
« Tu les feras avec d’autres volontaires. Moi je ne peux pas pas quitter mon poste. »
« Ah oui ? Et c’est qui ton chef déjà, Oléda ? »
« Oui. »
Nelly eut un sourire presque cruel. Elle se retourna et hurla à tue-tête un heureux et joyeux :
« OLEDAAAAAAAAAA ! » et agita la main pour lui faire comprendre qu’elle voulait parlementer. Le genre de geste qui invite gentiment sans ordonner en somme. Le sourire de Nelly lui arrivait presque aux oreilles. L’homme soupira presque de soulagement de s’en être débarrassé.

La cheffe qui les avaient accueillie tourna la tête vers la jeune femme et s’approcha d’elle d’un air bienveillant. « Oui ? »
Nelly lui fit un sourire ravissant.
« La fête, c’est bien pour célébrer la vie et le courage, c’est ça ??? »
« Oui, exploratrice. »
Nelly ricana, elle posa son index plein de peinture sur le torse de Caesar, ce qui eut pour effet immédiat de rajouter un nez sur son smiley, et elle annonça sérieusement :
« Alors je veux lui pour le duel !!! » Elle haussa les sourcils pour ponctuer la suite de sa phrase. « Il fait trois fois ma taille et cinq fois mon poids. Rien de mieux pour célébrer le courage, si ??? »
L’homme soupira et leva le nez au ciel… Il avait cru échapper à cette femme. Oléda, regarda étrangement la jeune femme…
« Pourquoi tu veux un gardien ? Il y a pleins d’autres volontaires, qui seront plus forte et plus grande que lui. »
« Ouais ! Plus fortE et plus grandE. Des femmes...moi j’trouve intéressant de me battre contre un hombre. Dans ma culture a mi, c’est courageux quand c’est plus grand, plus gros et de l’autre genre. Je veux vous offrir ce courage pour votre fête !!! » Son regard pétillant revint sur Oléda et elle tapota de son doigt sur le torse, agrandissant le nez du smiley. « Donc je veux LUI ! »
La femme secoua la tête « Quémal ne peut pas participer, il a un plus grand devoir. »
« Un plus grand devoir que votre propre fête ? Intéressant...pourquoi ? »
« C’est pour notre fête. Je vais vous trouver une adversaire à votre mesure. »
Le sourire de Nelly s’effaça peu à peu. Elle fit face à Oléda pour reprendre d’un ton très sérieux. Elle avait relevé la fin de la phrase de la chef et lui montra que ça la rendait encore plus curieuse.
« J’aime apprendre des autres cultures. C’est très intéressant cette volonté de ne laisser que des femmes participer à cette épreuve. Déjà que la gente masculine s’est un peu dépeuplée, quelque chose vous empêche d’accepter un homme dans vos épreuves madame ? » Elle fit une pause avant d’ajouter. « Vous faites trop de mystères, je veux apprendre. »
« Nous n’avons pas beaucoup d’hommes, puisque beaucoup partent à la chasse aux “Bjorks” que votre ami a rencontré… Les attaques sont de plus en plus fréquentes. » Elle baissa la tête d’un air triste. « Seuls les plus forts offrent leurs vitalité pour la survie de notre clan »
Voilà, enfin quelques réponses. Nelly aurait préféré les arracher au garde mais elle comprenait un petit peu mieux. L’homme n’allait certainement pas risquer de se blesser ou de servir de divertissement à une exploratrice s’il était vu comme un atout. Devant cet air de tristesse, Nelly s’approcha en pinçant des lèvres et appuya délicatement sur son épaule. La vitalité...la vie oui. Est-ce que cela avait quelque chose à voir avec leur mission ? Cette curieuse source énergétique ? Le fait qu’ils ne soient pas éradiqués par les Wraiths aussi ? Les questions s’accumulaient rapidement mais Nelly ne voulait pas paraitre pour une intruse. Il ne valait mieux pas qu’il y ai d’incident diplomatique et il y avait Kara pour le dialogue. Nelly, néanmoins, joua sur la corde de la compassion. D’ailleurs elle l’était, compatissante, parce que vu cette tristesse, Odéla semblait subir une pression qu’elle dissimulait depuis longtemps. Ca ne cédait que maintenant ?
« C’est l’issue de cette fête ? L’un de ces hommes va se sacrifier pour que tous les autres puissent vivre ? »
Oléda ouvrit de grand yeux étonnée « Non ! Je… je parlais de la vitalité...hum … pour avoir des enfants... Les plus forts aident le clan ainsi. » elle rougissait un peu de devoir préciser ces mots devant une inconnue.
Un long silence pesant s’installa et Nelly eut un nouveau sourire. Elle tourna la tête pour considérer le garde avec le smiley sur le torse et éclata de rire.
« Et bien il ne doit pas s’ennuyer dans son travail !! »
L’homme eu un petit rictus amusé avec un clin d’oeil pour lui rendre sa malice.
Donc oui, il ne devait pas s’ennuyer celui-là. A passer son temps à fonder des familles dans tous les sens. Bref, c’était un élément de réponse mais la petite espagnole continuait de penser qu’il y avait un hic quelque part. Il lui semblait avoir vu trois autres hommes, dont deux adolescents, dans le coin. Avec les gardes, ça faisait cinq. Et seules les femmes étaient venues repousser les créatures quand Matt les avaient aux fesses.
Nelly regarda de nouveau Odéla.
« Dites-moi, cheffe, cela fait partie de votre culture d’envoyer les hommes faibles à la chasse ? Ou les créatures ont fini par tous les tuer et vous n’avez plus que vos guerrières pour défendre votre village ? »
Odéla commençait à trouver les questions pénibles, elle avait un regard triste.
« Nous avons perdu beaucoup trop d’hommes ces derniers temps. »
« Vous n’êtes pas obligée de subir ça toute seule, Odéla. Kara, la diplomate de notre groupe, pourrait bien vous trouver des solutions, vous aider. Nous explorons, apprenons. Mais nous commerçons et aidons aussi ceux qui sont en danger. Ou dans le besoin. Pourquoi continuer à subir seule, vous et votre peuple ? Quand Quémal ne sera plus là, ou ce bon vieux Brutus qui n’a toujours pas dit un mot, que se passera-t-il ? »
Nelly se tut. Elle s’était un peu emportée dans un monologue.
Elle lui fit un rictus bienveillant en se touchant les mains puis les bracelets comme si elle éprouvait une forme de gêne.
« Merci de votre sollicitude jeune exploratrice. Et si je vous trouvais une adversaire ? » Elle se mit à marcher regardant le camp et les guerriers à disposition.
« Pensez-y... » Laissa couler Nelly en suivant la cheffe du village. « Ce n’est pas la première fois que ma diplomate et ma cheffe aide des peuples dans votre situation. C’est déjà arrivé... »
La jeune femme se positionna à ses côtés pour avoir la même vue. Il y avait l’embarras du choix côté femmes guerrière, ils devaient vraiment être pris à la gorge.

Oléda héla une jeune femme assez grande et surtout très musclée. Elle avait une coiffe de plume impressionnante et une tenue plus courte que les autres, la peau blanche et le regard sombre. Une grande tresse levé en queue de cheval et un regard farouche.
« Voici Kadni, c’est la plus vaillante. Elle sera à votre hauteur, vu que vous voulez vous battre contre Quémal » Fit-elle avec un rictus et l’invita à rejoindre le cercle des héros.

« Chouette ! » S’exclama Nelly dans un parfait mensonge.
Attirer Quémal, c’était la bonne façon de lui tirer les vers du nez et de lui envoyer un coup de pied bien placé dans les rouleaux s’il voulait vraiment la victoire. Maintenant, elle se retrouvait avec une Karola indienne qui n’avait pas eu son bol de sang au petit déjeuner. Comme pour le garde, elle faisait deux fois sa taille et horriblement plus en poids. Nelly se savait foutue...mais bon...ce n’est pas un match à mort si ?
« Je vous rejoins, je vais déposer mes affaires. »
Nelly n’en menait vraiment pas large. Elle était même très anxieuse et n’avait plus du tout envie de mettre les pieds dans ce ring. En enlevant la bretelle de son sac, la petite espagnole atteignit rapidement la position de Pedge et s’exprima sans même vérifier si elle était déjà en train de converser.
« Ce qu’il faut pas faire pour te ramener des infos, ma môman chérie ! » Elle déposa ses affaires et fit son petit rapport d’une voix assez sérieuse. « Ils sont à l’agonie, les musclors sont ceux qui assurent les naissances. Tous les autres ont été tué par les loups dans des chasses punitives. Mais ça n’empêche pas les bestioles d’être de plus en plus entreprenantes. C’est pour ça qu’on ne voit plus que des femmes maintenant. Ils ont subi de grandes pertes récemment : ils n’ont plus que cinq hommes pour assurer l’avenir. »
Nelly se débarrassa de son gilet tactique qu’elle posa au sol, à côté de son sac, mais elle garda son holster de cuisse avec le pistolet incapacitant. Si ça devenait un combat à mort, sait-on jamais, elle en aurait forcément besoin.
« Odéla est la cheffe de ce village. Elle a l’air d’être dans le besoin, clairement, mais elle n’ose pas demander de l’aide. Et bien sûr elle cache forcément tout un tas d’autres choses. Elle est génée quand j’en parle, comme si elle hésitait, peut-être que Kara saurait y faire. »
Son regard dériva vers Matt.
« Mais bon, au moins on peut se dire que notre ranger ne risque pas de grande surprise. Lui, au mieux, il est prit pour un terminator et il passe le reste de ses jours à copuler. Ou alors il se fera jeter dans la gueule des loups et les filles compteront les points. »
Elle poussa un grand soupir, se retournant pour voir Kidna qui l’attendait dans le cercle. C’était une montagne celle-là.
« Bon, j’ai gagné le droit de me faire vitrifier par Xéna. J’espère qu’elle est pas comme dans la série, sinon elle va en profiter pour me tripoter... » Nelly commençait à trembler de peur. Elle se retira en direction du cercle à reculons, gardant son regard dans celui de Pedge tout en ajoutant d’un air douloureux : « Ne parie pas sur moi, môman...là ce serait du gachis. »

La tornade Nelly fit son rapport à Pedge, qui la considéra un moment, agréablement surprise des informations qu’elle avait glané, à sa manière sûrement. C’était le but de la mission après-tout.
« Bon travail Nelly, ce sera surement des informations utiles pour la suite. Je pense qu’après notre participation aux épreuves, on sera un peu plus “accepté” dans le coin. », observa Pedge, tout en laissant traîner son regard sur la guerrière que Nelly allait devoir affronter. Elle eut un rictus mi figue mi raisin. « Pensez à David contre Goliath. », lui dit-elle en forme d’encouragement déguisé. C’était son tour ensuite, pour la lutte. Kara avait brillé au tir à l’arc, et Pedge espérait que Nelly brillerait aussi.
« Ouais ouais...david et goliath... » fît Nelly sans y trouver d’encouragement. Elle éleva la voix pour une dernière boutade à sa sauce : « Je te préviens, c’est toi qui me mettra la pommade quand je serais couverte de bleue ! »
« Eversman adore faire ça. », balança-t-elle en l’encourageant du regard.
La petite espagnole venait d’entrer dans le cercle pour faire face à Kidna qui levait un sourcil interrogatif.
« Ben quoi ? Tu as jamais vu une madre s’occuper de ses enfants ? »

La camionneuse tourna son regard pour considérer le lieutenant avant de la regarder de nouveau, penchant la tête sur le coté, ne comprenant visiblement pas le faible écart d’âge. Son regard était noir, hostile, ça Nelly le voyait bien. Il fallait pratiquement qu’elle lève la tête pour pouvoir la considérer et trouver qu’elle avait quelque chose de dangereux dans ce silence pesant. Comme si elle préparait un sale coup ou qu’elle avait quelque chose de mauvais en elle. La pression que ressenti Nelly s’accentua.

« Oui, je sais, elle est très active... » Conclu Nelly en haussant les épaules.

Une sorte d’arbitre donna le signal et les deux combattantes se tournèrent autour. Nelly n’en menait vraiment pas large, à part sa formation de base, elle ne connaissait strictement rien à la lutte ou au combat à main nue. Elle détestait ça et elle détestait se retrouver dans ce type de situation. Tournant tantôt à droite, tantôt à gauche, elle s’évertuait à ne pas se laisser approcher lorsqu’elle se fit piéger. Kidna se rua sur elle et la mit à terre avec aisance. Nelly tenta d’arracher ces mains qui tentaient de verrouiller une prise, elle le sentait bien, lorsque sa résistance fut punie d’une gifle violente et très bien ciblée dans son oreille.
La petite espagnole poussa un plainte en y posant la main, entendant de ce coté comme si elle avait plongé sous l’eau, et elle répliqua en lui tirant les cheveux pile au niveau de la tempe, là où c’était bien sensible.

Kidna relâcha sa prise et s’écarta en se tenant cette partie du crâne, elle regarda ses doigts puis ceux de Nelly où restaient une bonne poignée de ses cheveux. La petite espagnole, quand à elle, se touchait l’oreille sans vraiment comprendre pourquoi elle lui avait fait ce coup bas.

« Je croyais que c’était de la lutte... »
« Tu as emportunée nos gardiens ! Assume tes choix d’avoir voulu l’équivalent ! »

Nelly écarquilla les yeux.
« Et ?...AH !!! Tu fais une crise de jalousie là ? Il se fait toutes les femmes du village ton sac à muscles, tu sais ?!? »
« Tsss… Tu as bafouée ces tatouages de protections ! »
« Oui. Et il s’est laissé faire aussi ! Tu as pas aimé donc tu veux te venger ! » Termina Nelly en soupirant. Elle marqua une pause avant d’ajouter, un léger sourire en coin.
« Il se protège contre quoi ? Tes charmes ? »
« Les tiens ! » Fit-elle mauvaise.
Nelly blémit. Elle aurait bien éclaté de rire en disant qu’elle était flattée d’être plus séduisante et attirante qu’une Kidna assoiffée de sang mais elle commençait vraiment à craindre sa colère. Elle chercha Kara du regard puis attira son attention en pointant Kidna : « Hé ! J’ai un incident diplomatique ici, tu veux pas m’aider ??? »

Kara regarda le combat et avait du mal à comprendre les coups vicieux de l’indienne. En écoutant un peu les deux femmes elle comprit. Nelly avait touché le mauvais mec, décidément n’importe quelle culture certains principes restaient les mêmes. ” Gagne le combat tu auras réglé l’incident.” Kara ne pouvait pas trop dire de plus car à la base l’erreur venait de Nelly mais elle n’allait jamais dire ça à haute voix et puis la brune détestait les jalouses donc là Nelly allait lui montrer comment ça se passait.
« Gagner contre elle ? Tu as vu le morceau ??? J’appelle Pedgy a la rescousse ? »
Mais pas le temps d’avoir la réponse, Kidna profita qu’elle ait détourné son attention pour lui foncer dessus. Nelly ne sut même pas comment elle avait réussi à l’éviter. Elle avait poussé un cri de surprise en allant brusquement sur le coté et la suite du combat se transforma en un véritable jeu du chat et de la souris.

Kidna menait largement, elle agrippait la petite espagnole et l’envoyait au tapis, lui faisait des clés de bras, des strangulations, tout y passa. On aurait cru que l’Atlante servait de mannequin test, révélant aux yeux de tous l’énorme différence de niveaux martial entre les deux combattantes. Et à chaque fois qu’elle s’arrêtait, c’était pour lui envoyer un coup bas, dans les reins, entre les yeux, une belle histoire d’amour et de jalousie. Kidna aurait pu gagner depuis longtemps. Mais elle faisait durer le plaisir pour que Nelly abandonne d’épuisement. La jeune femme s’y refusait, surtout par fierté personnelle, elle n’acceptait pas d’être complètement ridiculisée.

« MAIS J’EN VEUX PAS DE TON QUEMAL ! » Avait rugi Nelly, excédée, ne parvenant plus à trouver une solution pour s’en sortir.

Elle était rouge pivoine, les cheveux ébouriffés, les épaules voûtées. Transpirante et essoufflée, elle la considérait en se disant qu’elle avait pas une chance. Kidna se sentait forte et elle avait l’air d’aimer la faire tourner en ridicule. Alors elle s’avança avec ses deux grandes mains bien tendue, certaine de mener la partie et bien décidée à user Nelly jusqu’au bout, lorsqu’elle eut une réaction mauvaise.
Nelly n’aimait pas réagir de la sorte. Mais poussée à bout, comme ça, pour une histoire de “touche ou pas touche Quémal”, elle arma son pied et envoya sa ranger en plein milieu de son entrejambe. Un coup balancé de toutes ses forces, la pointe percutant le bon endroit, avec suffisamment d’élan pour l’envoyer dans l’espace. Ce qui marche pour les hommes, ça marche aussi pour les femmes. Enfin...il paraîtrait…
S’en était plus horrible et efficace que l’indienne avait écarté les jambes pour préparer son bond. Un coup de chance si on puis dire car Nelly n’avait réagi que dans un élan de colère et de désespoir, il n’y avait rien de bien maîtrisé dans ce geste.

Kidna poussa un cri étouffé et tomba à genou en se tenant le bas ventre.
« Désolé... » Fît Nelly avec une certaine compassion alors qu’elle fixait l’arbitre, se demandant si elle allait être éliminée...mais pas de réaction.
« Va voir les Bjorks ! » Fit la guerriere plaintive.
« Je sais, je me suis déjà pris un coup comme ça... » Répondit la petite espagnole d’un air compréhensif. Nelly agrippa son ennemie et la poussa en direction de la sortie. Elle semblait avoir si mal qu’elle n’opposa même pas de résistance, marchant comme un canard jusqu’à l’extérieur du ring. La petite espagnole se sentait vraiment gênée, elle avait regardé un instant Kara en cherchant dans son expression ce qu’elle risquait d’avoir agi ainsi. Mais elle se moquait bien du combat au final. Qui gagne ou qui perd, quel intérêt ? C’était surtout de faire cesser cette vengeance sordide et ne plus se faire ridiculiser.
« Peut-être que ça passera avec de...de l’eau froide non ? Vraiment navrée... » Fît doucement Nelly en franchissant la bordure du cercle en même temps que Kidna.

Heureusement, l’incident rapidement noyé dans les prochains duels, Nelly pu se faire plus discrète et participer aux autres épreuves. Le concours de tir à l’arc fût une véritable catastrophe vu qu’elle ne savait pas du tout s’en servir. Et elle parvint à faire la reproduction la plus laide de tous les concurrents concernant le vase. La petite espagnole était revenue vers le groupe avec un léger sourire tout en s’écriant :
« A qui je vais offrir ma si belle preuve d’amour, hein ??? A qui que je vais l’offrir ce truc immonde ?? »
Pedge fit profil bas et ne se manifesta pas le moins du monde.
Nelly la fixait malicieusement avec un large sourire avant d’ajouter, pour la boutade :
« T’as de la chance, mon sac est assez grand. Il sera pour toi !! »
Peut-être qu’en faisant style de ne pas avoir entendu, elle oublierait son cadeau ? Mais c’était visiblement peine perdue puisque Nelly, visiblement fière de son ouvrage, et surtout fière d’avoir griller Pedge dans sa discrétion, faisait de la place dans son sac pour l’y ranger. L’objet allait forcément refaire surface après la mission.


_________________


Double compte : S. Caldwell, P. Sidney
Revenir en haut Aller en bas
Dim 28 Jan - 19:01
avatar
√ Arrivée le : 09/11/2014
√ Messages : 1275
√ Localisation : Atlantis


Dossier Top Secret
√ Age: 33 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Non
Voir le profil de l'utilisateur
MJ26 : Les Grands Explorateurs # EQUIPE 3
Pedge Allen- Matt Eversman-
Nelly Bricks- Kara Aiolos

Le reste du retour vers le camp se fit dans le silence le plus total entre elle et Matt. Peut-être qu’il considérait qu’elle faisait la gueule, et c’était bien probable. Elle était en colère contre lui, de s’être permis ce geste déplacé en pleine mission. Elle savait, venant de lui, que ce n’était pas une façon grossière ou machiste, voir sexiste, de se comporter. Il avait fait ça à un pote, comme si elle était sa camarade de colonie, ou une connerie comme ça. Il ne pensait pas à mal, mais c’était bien le problème avec le ranger, c’était qu’il ne pensait pas souvent à mal c’était un gamin. Mais en mission il ne fallait pas pousser le bouchon trop loin dans ce genre de familiarité. Elle devait conserver une forme de distance avec ses hommes, tout en restant proche, mais avec une forme de respect et déférence qui lui incombaient du fait de son grade. Bref, il avait laissé libre court à son entrain puéril et enfantin, et elle en avait fait les frais. Elle avait bien fait de le recadrer. Elle en était certaine.

Maintenant qu’ils étaient de retour au village, les locaux voulurent qu’ils participent réellement aux épreuves. Pedge espérait qu’ils auraient oublié, mais ce ne fut manifestement pas le cas. Dommage, elle aurait aimé débriefer avec Kara voir si elle avait appris des trucs intéressants ou croustillants lors de leur absence, car elle espérait que la diplomate avait profité de cet intermède de chasse pour se renseigner un peu. Mais ce fut peine perdue, qu’elle fut racolée par une femme pour la lutte, tandis que Matt revenait déjà avec une pièce de viande. C’était vraiment un bide sur patte. Ce dernier ne comptait manifestement pas participer. Quelque part, Pedge aurait pu lui ordonner de le faire, parce qu’elle commandait, mais cela aurait été mesquin. Il faisait bien ce qu’il voulait, et s’il ne tenait pas à participer, il pouvait ne pas le faire. Certes, elle aurait pu, sous des prétextes fallacieux de diplomatie, l’obliger à le faire, mais ça aurait été plus pour le faire chier que pour la mission. Mine de rien, ce n’était pas plus mal qu’un des atlantes reste sur le qui-vive pendant qu’ils faisaient leur business dans les épreuves. Cela avait un côté rassurant, et sous ses airs de grand benêt, Matt assurerait la vigilance à coup sûr, tout en en profitant pour se moquer de ses collègues, à n’en point douter.

Finalement, Pedge trouva plus raisonnable de combattre dans une épreuve de lutte, que de faire les trois épreuves comme elle pensait le faire au départ. Déjà, en tir à l’arc, elle était une quiche monumentale, et en tressage de vase, elle ne voyait pas du tout comment s’en sortir… Et puis, elle ne voulait pas non plus passer trop de temps l’esprit ailleurs. Confiante, elle pariait sur ses chances de finir le combat rapidement.
« Est-ce qu’il y a des règles pour la lutte ? », demanda-t-elle, soucieuse de ne pas faire d’impair. Ils étaient quand même en mission diplomatique, il ne fallait pas l’oublier.
« Niveau règle, il ne faut pas blesser l’autre et faire couler le sang. ».
« Et comment gagne-t-on ? »
« Il suffit de faire sortir l’adversaire du cercle, ou de l’immobiliser totalement, ou encore qu’il abandonne. ».

Pedge opina du chef. Qu’il abandonne résonnait dans ses oreilles comme : une prise de soumission et il tape par terre pour dire qu’il se rend. Elle allait axer sa stratégie là-dessus car il était hors de question qu’elle se contente d’expulser son adversaire hors du cercle. L'immobiliser ne serait pas simple, par contre, faire une clé de bras ou de jambe, sur une articulation, était tout à fait dans ses cordes. Nelly s’était retrouvée avec une femme assez imposante, ce qui ne fut pas le cas de Pedge. Mais contrairement à l'hispanique qui craignait les grands et les forts, Pedge les préférait. Ils étaient souvent plus lents, plus gauches, même si la puissance comblait ces faiblesses. Là, elle se retrouvait contre un brin de femme, dans les 172 centimètres, et elle sentait que c’était une boule de nerf, affutée, véloce et rapide. Bref, elle allait être pénible à gérer.

Qu’importe, c’est en combattant ses faiblesses qu’on progresse et la jeune femme était toujours en soif de progrès. Les deux combattantes se mirent face à face dans l’arène composée d’un cercle délimité sur le sol du champ des Héros. La militaire s’était refait son chignon de façon stricte et professionnel, le serrant un maximum dans un ensemble harmonieux qui ne faciliterait pas la tâche de son adversaire si elle voulait lui tirer les cheveux, une éventualité toujours à prendre en compte dans un combat. Bref, il ne fallait pas blesser ou faire saigner, donc Pedge en vint à la conclusion que les frappes devaient être mises de côté. Quand le combat démarra, qu’elle ne fut pas sa surprise de prendre un shoot dans le bide de la part de son adversaire, qui lui balança un coup de poing dans le ventre en pliant le genou pour frapper avec ses hanches comme une force de la nature. Ça, c’était surprenant, pensa-t-elle en se pliant en deux même si elle avait serré les abdos. L’autre se recula tandis que Pedge expirait bruyamment et soudainement, elle lui fonça dessus, bien résolu à la faire sortir du cercle !

Non mais pour qui elle se prenait celle-là ? C’était grossier, prévisible, et nul à chier. L’arrogance de Pedge explosa, de même que son instinct de prédation qui ne voulait pas d’un combat comme ça. Elle aurait pu se décaler et profiter de l’élan de la guerrière locale pour la faire poursuivre sa route avec perte et fracas dans le décor, et ainsi la faire sortir du cercle, mais au lieu de ça, elle resta sur place et au moment où elle allait la percuter, elle mit un genou à terre alors que les mains de l’autre se refermaient dans le vide, et elle lui planta son coude dans l’estomac, la pliant en deux elle aussi. Elle s’était empalée littéralement sur l’avant-bras de la texane qui chercha du coup à lui attraper les jambes pour l’emmener au sol, chose qu’elle parvint à faire en lui virant ses appuis tout simplement.

« Un partout. », grogna Pedge qui lui aurait bien balancé son poing dans la tronche histoire de finir ça vite et bien, mais viser la tête était une façon rapide de se faire disqualifier pour avoir verser du sang. Alors, un véritable combat de chiffonnière s’engagea. Au sol, ce n’était jamais gracieux, et ceux qui s’attendaient à voir de la volupté et de l’agilité dans le combat des deux femmes en avaient pas pour leur argent. Les deux combattantes avaient donné le ton d’entrée de jeu en y allant comme des bourrines. Les mains essayaient d’agripper les vêtements, les bras, le cou, écraser le visage pour écarter l’adversaire, tout cela dans un pèle mêle poussiéreux où les jeunes femmes essayaient, tour à tour, de prendre le dessus l’une sur l’autre pour contraindre à l’abandon, ou à l’immobilisation. Ni l’une, ni l’autre, ne voulait faire sortir du cercle son adversaire. C’était devenu personnel, une question de fierté à prendre le dessus sur cette furie qui lui faisait face.

Et ça ahanait, ça gémissait, ça poussait de petits cris d’effort, de contrariété. Les deux jeunes femmes étaient rouges d’effort, la chevelure impeccable de la texane n’était plus qu’un souvenir, et la tresse de la combattante brune également. A l’issu de quelques minutes de cette foire d’empoigne totale et décousue, Pedge parvint à consolider sa position sur la guerrière, et petit à petit, elle emmena le bras de cette dernière vers son cou, l’étendant sur le côté. Avec ses cuisses, elle serrait tellement fortement le bassin de sa vis-à-vis, qu’elle lui bloquait une grande partie de ses tentatives d’évasions faite à grand renfort de coup de hanche. Mais les deux jeunes femmes avaient jeté toutes leur force dans les premiers moments du combat, et elles étaient exténuées. Tout se faisait au mental là, et la béret vert se pensait toujours au-dessus du lot. Alors, le biceps de la guerrière vint appuyer sur son propre cou, sur sa trachée, et en continuant d’appuyer sur ce bras qu’elle tenait, Pedge commença à lui couper la respiration par cette clé classique des combattants de MMA. Elle essayait bien de rentrer le menton, de se soustraire à la strangulation qu’elle se voyait imposée par son propre bras, mais rien à faire, la texane était bien assise, et elle contrôlait le mouvement.

L’autre se rendit dans un murmure, et l’arbitre poussa Pedge pour laisser respirer la jeune femme vaincue. La militaire se redressa sur ses deux cannes, satisfaite d’elle-même, même si elle devait reconnaître qu’elle n’en pouvait plus. Elle était dans un état terrible, mais qu’importe, elle avait gagné.

« Beau combat », dit-elle à l’attention de la perdante, avant de s’éloigner vers un rondin pour s’y installer, sans s’affaler, en parfaite maitrise d’elle-même. Elle adorait les bagarres de la sorte, où tout le corps était sollicité, où il fallait contraindre l’ordre à abandonner. C’était un jeu qu’elle faisait plus jeune avec des garçons à l’école. Ils appelaient ça le “respect”. Le but était de faire dire respect à l’autre, sans taper. A chaque fois, elle rentrait couverte de poussière et de boue, et elle n’avait jamais perdu. Plusieurs fois, on aurait pu lui casser le bras, mais aucun garçon n’avait eu le courage d’aller jusque-là. Elle se souvenant encore qu’ils lui disaient : « Dit respect putain ! Tu vas avoir mal si je tords plus ! » ; « Dit le !! Pedge ! » et elle restait toujours mutique, empreinte d’une colère froide de s’être faite coincer, mais qu’importe, elle ne dirait rien. C’était une chienne enragée, elle ne laissait personne lui faire dire respect, et elle était impressionnante de pugnacité et d’entêtement. Mais elle adorait ça, sentir le contact de sa joue contre celle de son adversaire alors qu’elle forçait sur son bras, son front qui force sur le ventre alors qu’elle poussait avec toute sa rage… Et puis, elle avait grandi, et ensuite, on ne faisait plus ça. C’était paradoxal. Elle qui détestait être touchée, se plaisait dans ce genre de “sport” de contact extrême.

Mais bon, Pedge était un paradoxe à elle toute seule. En tout cas, cette discipline lui avait rappelé de bons souvenirs, même s’ils étaient douloureux des fois.

Kara avait regardé le combat et pour elle c’était trop violent mais surtout pas très beau à voir car certains coups étaient fait en douce et ça la diplomate n’aimait pas. L’atlante en sortit gagnante et Kara l’applaudit. Et hop deux victoires pour les Atlantes. Kara nota aussi dans sa tête de ne jamais en venir aux mains avec la militaire car elle la démolirait en deux secondes. ” Belle victoire même si tout n’était pas réglementaire, si Bricks gagne aussi se sera très bien.”
« Je comptais être plus sportive que ça, mais le premier coup de poing m’a fait un peu dérailler, je le concède », fit Pedge en poussant un soupir visant à réguler sa respiration encore trop rapide. Elle espérait qu’elle n’avait pas fait une faute de diplomatie en étalant la guerrière, mais laisser gagner son adversaire pour “faire plaisir” aurait été inconcevable pour une femme comme elle.

Kara était persuadée que de battre cet adversaire n’avait pas entaché leurs relations diplomatiques naissantes. Après tout Pedge avait respecté les règles et joué le jeu de leur culture et au vu des applaudissements en fin de combat elle avait impressionné tout le monde.

L’arrivée de pas mal de gamins fut vécu comme un espèce de tsunami sans fin par le Ranger. Impossible pour lui de rester là sans devoir y aller ses sucettes. Il n’en avait plus que deux et comptait bien s’en garder au moins une pour le retour. Il balança une des friandises un peu plus loin les attirant comme des abeilles sur du sucre avant de quitter sa position et rejoindre les autres, sucette au bec. Kara et Allen étant déjà en pleine discussion.
”Pendant que vous faisiez mumuse” Il insista bien sur le dernier mot avec un petit sourire avant de continuer à voix basse ”J’ai appris que cette tente rouge est une espèce de lieu de prière.”

Les deux femmes discutaient tranquillement quand arriva enfin le Ranger. La brune ne l’avait pas trop calculé depuis sa soit disant pique. Selon Kara, Eversman étant le cliché du militaire qui se croyait irrésistible. Dans ces cas là valait mieux aller dans leur sens pour avoir la paix. Elle écouta le soldat sans relevé la pique, décidément il avait un niveau enfin de 6 ou 7ans. ”Merci pour cette information soldat, vous aurez une image pour vous récompenser en rentrant à la cité.” Kara jeta un oeil vers la tente.”Donc cette fête serait en honneur d’un ou plusieurs dieux? Se serait bien qu’on le sache pour ne pas faire de gaffes.”

Pedge rajouta une couche : « La dame qui m’a fait visiter me l’a dit toute à l’heure Matt. Tu es à la bourre. », fit-elle avec un regard en croix histoire de se moquer tranquillement.

Kara tenta de le vexer. Raté ! En revanche, il nota dans un coin de sa tête qu’elle ne perdait rien pour attendre celle-là. Il saurait se venger au moment voulu. Et voilà qu’en fait l’info n’était que du réchauffé. En même temps, lui n’avait eu les informations de la visite donc forcément il pensait avoir un peu d’inédit. Déception. ”Mouais. Tu as surtout pas fait tourner les infos. Et concernant les dieux, c’est toi la diplo donc c’est toi qui ait sensé ramener les infos. Allez au boulot ! ”

La brune le regarda d’un air pas très aimable, il lui tapait sur le système celui là. “Et toi à part manger les plats locaux tu nous sers à quoi depuis qu’on est arrivés?”

”Je ramène des infos moi mais toi tu sers à quoi ?! Tu es la seule qui fout rien depuis tout à l’heure.” Répliqua-t-il aussitôt.

”Corrige, tu n’as ramené qu’une seule info, et je n’ai pas à me justifier devant un soldat, à part Allen.
”Ah oué ?! Et les loups à deux pattes autour du village ? Apprends à compter avant de la ramener...” Finit-il avant de soupirer. Désespérante cette fille.

Pedge se pinça l’arrête nasale une nouvelle fois alors que les deux « adultes » se remettaient sur la gueule à propos de qui faisait quoi.
« Chacun joue son rôle, personne ne juge, ce n’est pas le moment de nous donner en spectacle en se prenant la tête sur qui fait quoi. » Elle les toisa tour à tour. « Bref, personne ne fait mumuse, on reste disponible, ouvert, on écoute et on se renseigne, chacun à sa façon. Pas besoin de juger qui fait quoi. Pour le moment l’intégration est un succès. C’est ok ? », essaya-t-elle de trancher sans prendre parti.

Voilà qu’Allen décide de jouer à la maîtresse d’école essayant de régler le conflit à l’amiable en leur disant chacun joue de son côté et c’est bon. Le problème était réglé pour Eversman qui se contenta d’hausser les épaules avec un vague signe de tête. Aiolos était pour l’instant considérée comme une glandeuse, la seule qui joue pas son rôle dans l’équipe. Il saurait lui rappeler au bon moment et loin des oreilles de la maitresse.

Kara ne réagit pas, car pour elle l’incident était normal dans une mission, le jour où certains militaires auront de la suite dans les idées, les poules auront des dents. Et puis elle préférait encore quelqu’un qui disait les trucs en face comme ce Ranger plutôt qu’un baveur par derrière.


_________________
#a1931c
DC :Erin Steele & Teshara Lays
Revenir en haut Aller en bas
Dim 28 Jan - 20:23
avatar
√ Arrivée le : 01/08/2015
√ Messages : 365
Voir le profil de l'utilisateur
MJ26 : Les Grands Explorateurs # EQUIPE 3
Pedge Allen- Matt Eversman-
Nelly Bricks- Kara Aiolos
Chronologie : 07 janvier 2018

Quel spectacle ! Les Atlantes avaient fait carton plein dans le coeur des Zoé ! Les humaines qui n’étaient pas occupées à préparer des offrandes de fleurs tissées ou de nourriture pour la Cérémonie, étaient venues les encourager ! Ainsi que beaucoup d’enfants. Des Zoé aussi participaient aux épreuves. Les Atlantes avaient fait un beau score : Pedge avait remporté la lutte, Kara le tir à l’arc et Nelly la seule courageuse a avoir tout tenté avait réussi la lutte, une victoire inespérée contre la grande guerrière Kidna ! Mais avait échoué au reste. En conséquence, ils avaient le droit à la récompense des “vainqueurs” : une couronne de fleur aux belles couleurs chatoyantes et de nombreux applaudissements.

Oléda revient vers les visiteurs et un grand sourire aux lèvres proclama :

Bravo à tous, vous êtes maintenant dignes d’être vous aussi appelés Héros ! Il est temps à présent de célébrer !

Elle leva les bras au ciel et derrière elle la foule redoubla de cris et d’applaudissements. Les enfants étaient moins nombreux, il n’en restait plus beaucoup à acclamer les visiteurs. Il y eut des cris, des danses et divers lancés de pétales dans le vent frais. La nuit commençait à tomber doucement.

Au loin, des roulements de tambour commencèrent à prendre le relais. Ils étaient pour l’instant étouffés mais ils suffirent à faire taire tout le monde. Les battements étaient très solennels, lents mais au fur et à mesure ils s'accélèrent comme pour imiter un rythme cardiaque qui s’emballe et qui finit par ne plus parvenir à s’arrêter. Sauf qu’au bout d’une minute, le calme retomba brutalement. L’ensemble des villageois semblaient aussi totalement figé, les yeux tournés vers cette étrange hutte rouge quand soudain un vacarme musical assourdissant rompit le silence. Les portes de la hutte s’ouvrirent à la volée et il commença à en sortir une soixantaine de personnes encouragées par la foule qui avait aussi repris vie. Toutes avaient une couronne de fleur sur la tête et des vêtements ornés de ces mêmes fleurs à l’odeur enivrante. Tous les âges, hommes comme femmes, s'y trouvaient représentés. Cependant, on pouvait observer une majorité de jeunes hommes qui gonflaient leur poitrine avec fierté tandis qu'ils sortaient à l'extérieur. Ils avaient des tatouages. Un oeil observateur pourrait constater qu’ils devaient appartenir à d’autres tribus plus petites que celle d’Oléda. Toute la communauté Zoé avait rassemblé de nombreux participants pour cette nuit particulière de leur calendrier.

Les villageois poussaient des cris, tapaient des mains, chantaient et toute l’assistance s’était séparée en deux afin de créer un couloir au long duquel commençait à défiler les personnes qui se trouvaient à l'intérieur du bâtiment. Quand tous furent dehors, les villageois se massèrent derrière eux et commencèrent à les suivre. Oléda s’apprêtait à faire de même mais avant cela, elle se tourna vers les atlantes.

L’heure de la procession a sonné ! En temps que héros mais aussi en tant qu’invités, vous vous devez d’y participer !

Sans attendre de réponse de leur part elle se fondit dans la masse et suivit le cortège. Avia à qui Matt avait offert une sucette passa devant lui et lui attrapa la main afin de l’inciter à le suivre et aussi de se lever.

“Allez viens, c’est le meilleur moment de la fête, tu peux pas rater ça !” La petite lui mit sa couronne sur la tête avec un regard malicieux. “Tu es mon héro ! Tu vas bien venir hin ??? Et être mon “père” ? C’est le mot pour dire “ami” dans votre langue hin ?” la petite était adorable et sautillait autour de lui.

Bon gré malgré gré, les Atlantes furent emportés par la foule. Les personnes portant des couronnes avaient des paniers remplies d’offrandes dans leurs bras. Tous étaient emplis d'une grande fierté et répétaient des chants en murmurant comme pour ne pas les oublier. Les rares n’ayant pas de couronne étaient un petit groupe de femmes. Il s'agissait d'Oléda et de guerrières qui escortaient la colonne d’humains. Même les deux gardes, Quémal et “Brustus”, comme l’avait surnommé Nelly, de la hutte étaient présents. Les trois hommes que l’équipe avait vu restaient avec quelques enfants trop jeunes pour se joindre au défilé et les femmes enceintes au village.

Oléda prit la tête du cortège “ Soyez vigilants ! Les Bjorks rôdent au dehors !
Une guerrière proche des atlantes marmonna quelques chose qui ressemblait à : “Ils nous ont prit trop de vies déjà… que les dieux nous pardonnent nos maigres dons” et elle pria.

Le chemin jusqu’à la montagne semblait plutôt calme. Rythmé par les susurrements des chants de certains Zoé. La nuit était maintenant bien installée, des torches furent allumées pour permettre une bonne visibilité. Le ciel était étoilé et la lune pleine éclairait les ténèbres.

La neige était toujours présente mais de plus en plus épaisse pour atteindre une bonne vingtaine de centimètres mais qui rapidement était tassée par le flux d’humains. Elle était toujours aussi peu froide.
La colonne commença à escalader la montagne par le biais d'un chemin escarpé. Il fallut attendre une bonne vingtaine de minutes avant d’atteindre un plateau sur lequel une grotte se dressait sous la neige immaculée.

Soudainement, le vent souffla quelques torches devant les Atlantes et il eut des bruits de course dans la neige et… des hurlements. A deux mètres des explorateurs, qui eux avaient des lentilles de vision, se trouvaient les fameux monstres qui avaient attaqué Matt. Ils se jetèrent comme des aigles royaux sur leur proie. Une patte arrière couvertes d’immense griffes s’enfonça dans la chair d’une femme qui fut lacérée en moins de deux. Ce fut rapidement la panique et les guerrières tentèrent de combattre la meute de Bjorks qui leur sautaient dessus, il était une dizaine ! Affamés et poussant de gémissements terrifiants !

Ce fut la débandade ! Du sang, des cris, des morceaux de membre découpés… Bref ce fut l’horreur !
La colonne d’humains se mit à courir au plus vite, le temple se trouvait dans cette immense grotte et ils s'y dirigèrent pour se réfugier, les Bjorks ne pénètrent pas dans cet endroit.
D'ailleurs, Quémal poussa avec violence Nelly à terre pour lui éviter de finir déchiquetée par les griffes d’une créature. Kara n’eut pas cette chance et fut agrippée en arrière par l’un des loups qui avait mordu dans son sac… Son énorme sac qui contenait la veste de Matt !

En parlant de lui, la petite fille qui lui tenait les mains, se refugia contre ces jambes pleurant silencieusement, elle était terrifiée. Et Pedge se prit un coup dans les jambes d’un membre propulsé hors de son corps par le loup qui dévorait la femme devant elle.



Consignes :

  • Vous pouvez abattre jusqu'à 7 Bjorks
  • Vous avez appris qu’ils ont peur des bruits trop forts, comme les détonations d’armes ou ceux des tambours sourds. Ils fuiront si cela fait trop de bruit mais avec leur butin… Attention, ils sont très agressifs.
  • Actuellement sept personnes sont mortes dans ce capharnaüm dont trois guerrières Zoe.
  • Vous arrêtez votre post quand vous pénétrez dans la grotte.
  • Le tour s'achèvera le 4 février

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 1 Fév - 6:09
avatar
√ Arrivée le : 09/11/2014
√ Messages : 1275
√ Localisation : Atlantis


Dossier Top Secret
√ Age: 33 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Non
Voir le profil de l'utilisateur
MJ26 : Les Grands Explorateurs # EQUIPE 3
Pedge Allen- Matt Eversman-
Nelly Bricks- Kara Aiolos
Chronologie : 07 janvier 2018

Pedge n’était pas peu fière d’avoir réussit à battre son adversaire, plutôt coriace il fallait le reconnaître. Mais voilà, elle avait réussi à force de faire la teigne, à la soumettre, comme son idée première le voulait. Nelly avait réussi à étaler la grande guerrière, elle avait foiré les vases et le tir à l’arc, à la différence de Kara qui, sur cette dernière discipline, s’était illustrée. Bref, les atlantes ne s’en étaient pas trop mal sortie, et Matt avait raté une occasion de tripoter une nana en se battant avec. Tant pis pour lui.

La cheftaine du village exulta et les remercia, les considérant maintenant comme des héros, puisqu’ils avaient triomphé des épreuves. Ils reçurent des couronnes de fleurs. L’ambiance était toujours aussi joyeuse. Ici et là, les gens dansaient, tapaient dans leur main, discutaient gaiement, et applaudissaient envoyant des pétales de fleurs dans les airs. La nuit arrivée doucement, et soudainement, des bruits émergèrent de la hutte rouge, et le silence s’imposa de facto parmi les villageois, également observé par les atlantes. Le rythme cardiaque pulsait lentement dans l’air, les tambours frappant de plus en plus vite alors que la course du temps s’accélérait, et puis soudainement, tout s’arrêta. Les gens étaient tournés vers la hutte, aussi Pedge l’observait-elle avec une certaine intensité. Elle allait enfin savoir ce qui se cachait là-dedans. Etait-ce vraiment des priants ?

Et ce fut de nouveau le barouf. La porte de la hutte s’ouvrit tandis que la musique repartait de plus belle, et les gens à l’extérieur acclamèrent, saluèrent les gens qui étaient à l’intérieur, environ une cinquantaine, voir une soixantaine à la louche comme ça. Il y avait des jeunes hommes, mais aussi des plus vieux, mais l’œil de la texane fut attiré par les peaux les moins fripées, car ces jeunes là bombaient fièrement le torse, comme s’ils paradaient. Tout cela devait avoir une signification, mais malheureusement, elle ne pouvait l’obtenir pour le moment.

Tel Moïse fendant les eaux, la procession fendit en deux la foule des badauds qui se répartissaient autour, les laissant passer. Quand le dernier eut terminé de traverser, les gens s’alignèrent à leur suite et suivirent. La procession était lancée, et Oléda les invita à poursuivre avec eux. Enfin les invita. Son terme était « devoir ». Manifestement, ils n’avaient pas le choix pour rien : participer aux épreuves, visiter, suivre la procession, et bientôt, ce serait quoi ? Pedge avisa du coin de l’œil que Matt s’était fait une nouvelle amie. Le ranger, d’aussi loin qu’elle se souvienne, avait toujours eu un don avec les mômes.

La nuit s’installa sur le chemin, tandis qu’Oléda avait pris la tête de la procession. Le bruissement des pas dans la neige ainsi que les chants susurrés par les locaux rythmaient la marche, installant une certaine torpeur parmi les gens. Rien ne se passa pendant les vingt premières minutes du trajet, qui les conduisirent sur un plateau plus plat.

Pour être vigilante, Pedge l’était. Elle doutait que des bestioles s’en prennent à une procession d’humain aussi grande, car n’importe quel animal aurait tourné les talons face à une si grande « meute ». Et pourtant, ce fut le chaos en un clin d’œil. L’endroit était idéal pour une embuscade, et cela dérangea la militaire de se dire que les « loups » avaient choisi leur moment, faisant preuve d’une certaine forme d’intelligence, limitée certes, au contraire de leur bestialité qui s’exprima sans commune mesure. Matt l’avait échappé belle, se dit Pedge, surtout quand elle vit un bras encore chaud dans la neige, son propriétaire bel et bien absent. C’était moche, sale et sanguinolent. Elle n’eut même pas le temps de gueuler des ordres que ce fut la débandade. Les femmes, et les enfants se mirent en branle, courant vers la grotte, seul endroit dans les environs qui offrait un abri certain. Les bêtes étaient dans leur élément ici, et il fallait jouer sur un autre terrain. Alors qu’elle s’apprêtait à dire de suivre le mouvement de foule vers l’antre ténébreuse, un des gardiens sauta sur Nelly, Kara se fit happer par son sac, et la femme juste devant elle réceptionna, bien malgré elle, une créature bipède qui la déchiqueta bien salement, arrosant Pedge de projection. Mais elle ne s’arrêta pas là, car avec ses griffes puissantes, elle décolla un bras du tronc et ce dernier parti en direction direct des jambes de la texane qui sentit le coude taper avec rudesse son tibia.

Quel bordel…

« On se concentre sur Kara !! », cria Pedge dans la tumulte, avant de faire feu sur le loup qui finissait de broyer la femme devant elle. Il ne fallait pas laisser Kara se faire emmener, sinon elle finirait en tas de chair fraîche comme cette pauvre femme là. « On se concentre sur Kara !! », répéta-t-elle en cherchant des yeux les autres militaires. « Kara ! Là ! », indiqua-t-elle pour qu’ils la localisent.

Déjà, Pedge bifurquait pour aligner la bestiole dans sa ligne de mire, mais il ne fallait pas toucher la diplomate.



_________________
#a1931c
DC :Erin Steele & Teshara Lays
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 1 Fév - 18:35
avatar
√ Arrivée le : 08/12/2012
√ Messages : 9746

Dossier Top Secret
√ Age: 32
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Wraith
Voir le profil de l'utilisateur
MJ26 : Les Grands Explorateurs # EQUIPE 3
Pedge Allen- Matt Eversman-
Nelly Bricks- Kara Aiolos



Matt - Partie 1
Trop cool, ils étaient désormais considérés comme des Héros. C’était toujours agréable qu’être considérés comme des criminels comme il avait pu en être sur une autre mission. Cette fois pas de visites de geoles puantes. Tous les indigènes souriaient louant leurs exploits, les applaudissaient. Les Atlantes étaient devenus des stars locales. C’était sympa de se glisser dans la peau de Super-Héros voir de rockstars l’espace de quelques instants

« Tu crois qu’ils vont faire des statues à notre gloire ? » glissa-t-il à sa voisine, amusé.
« Toi, le cul vissé sur le sol, un morceau de viande entre les babines…? » Proposa Nelly du tac au tac.
« C’est toujours mieux qu’une représentation de ton vieux vase pourri. »
« Mon vase pourri plaira, lui ! »
« Mon oeil ! »

L’heure était à la fête. Parfait. C’était dans les cordes du militaire ça. Où était la plateforme de DJ ? Le mojito ? Le ponch ou même la musique ? Il eut bien quelques tambours mais ce n’était pas vraiment ce qu’on pouvait appeler de la musique d’ambiance. Ça lui rappelait étrangement ces sales loups. Il n’avait pas envie de les rencontrer de nouveau. Quoique ces percussions les avaient fait fuir combiné aux bruits d’armes à feu. Visiblement les créatures n’aimaient pas le bruit fort. Ça, il l’avait bien retenu. Dommage qu’il n’ait pas un dispositif d’enregistrement sonore pour pouvoir leur repasser de nouveau si les créatures passaient à l’attaque.

Les groupies se turent focalisant leur attention vers cette grosse tente rouge. Enfin ils allaient savoir. Matt avait hâte d’en connaître l’intérieur et en même temps il avait une mauvaise appréhension. Et s’il y avait quelque chose de dangereux à l’intérieur ? Pas de chance d’y réchapper vu leur proximité et la foule aux alentours qui les empêcherait de fuir. Matt ne cacha pas sa surprise en découvrant cette foule sortir de cet endroit. Il y avait d’ailleurs pas mal de jeunes mecs. C’était donc là qu’ils se planquaient. Vu le sourire sur leur visage, ça devait être sacrément plaisant d’être là bas. Ils n’étaient pas retenus en otage ça c’était sur. Quelques idées plutôt salaces lui vinrent en tête quand à leurs activités à l’intérieur. Un sourire sur ses lèvres le trahit. Vite vite il essaya de reprendre le contrôle du fil de ses pensées pour revenir à la réalité. Ce fut de nouveau un vacarme sans nom, le peuple célébrant les nouveaux. La Chef les invita à les suivre jusqu’au lieu des festivités.

Matt jeta un coup d’œil envers la Chef de mission attendant un signe de sa part quand à la suite. En même temps ils n’avaient pas beaucoup le choix mais l’un d’eux pouvait trainer en arrière et se faire oublier. Il n’eut pas le temps d’observer sa réaction, une main chaude venait de se poser sur la sienne attirant toute son attention. Avia lui souriait.

“Allez viens, c’est le meilleur moment de la fête, tu peux pas rater ça !”

Comment résistait à une petite fille si mignonne ? Matt fondait sur place se baissant pour qu’elle puisse poser sur sa tête cette couronne de fleurs. Ça devait être d’un ridicule. Au premier mouvement de tête, ce dernier ne resta pas en place n’étant pas fait pour sa morphologie. Le Ranger le ramassa avant de le rendre à sa propriétaire.

« ça te va bien mieux qu’à moi. »

Les petits doigts cherchèrent à crocheter les siens, les décollant de son fusil d’assaut. Ill la laissa faire complétement sous son charme.

“Tu es mon héros ! Tu vas bien venir hin ??? Et être mon “père” ? C’est le mot pour dire “ami” dans votre langue hin ?”
« Appelle moi Matt. » Matt ne se voyait pas la contrarier et lui expliquer à cette jolie demoiselle ce qu’était réellement un papa. Par contre, il était certain que si ça tombait dans l’oreille d’un des atlantes, il était sûr d’avoir droit aux regards suspicieux. Genre tu es venu sur cette mission il y a quelques années ? C’était parti pour une marche vers l’inconnu à l’arrière de la colonne. Au grand regret d’Avia, il dût lui lâcher la main pour pouvoir garder son doigt à proximité directe de la gâchette de son arme. Cela ne l’empêchait pas de passer de temps en temps sa main gauche dans son dos, la caressant un peu pour l’encourager à continuer et lui montrer qu’il était là.

« Où va-t-on ? » Demanda-t-il à la gamine. L’enfant haussa les épaules et lui répondit comme s’il s’agissait d’une évidence.
« Ben, à la grotte sacrée pour rendre hommage aux anciens dieux. »
« C’est qui tous ceux qui étaient dans la tente ? Tu les connais ? »
« Des gens qui prient pour que les dieux soient contents. C’est des héros. »
La nuit arriva. Grâce aux lentilles de vision, il n’y eut presque aucun changement pour le militaire. Un vent plus frais lui rappela qu’il n’était qu’en t-shirt. Sa veste lui manquait. Il profiterait de la prochaine pose pour la récupérer dans le sac de la princesse. Pas question de louper sa tête lorsqu’il lui demanderait. Sûr qu’elle risquait de ne pas apprécier. Elle n’avait qu’à pas laisser ses affaires trainer après tout. Il y eut des hurlements qu’il reconnut aussitôt. Oh non ! ça recommençait ! Matt chercha de suite la source sonore. Ce fut la panique complète ! Les gens hurlaient, couraient en tous sens pour éviter de finir déchiqueter. Il tira à deux reprises en l’air espérant que ça effrayerait les monstres. Raté ! En revanche ça fonctionnait contre Avia qui s’était blottie contre lui, lui attrapant la jambe. Elle ne pouvait rester là, il se devait de la mettre en sécurité. Un guerrier passa à proximité, le Ranger lui agrippa l’épaule avant de lui refourguer la gamine, la poussant dans le dos sans lui demander son avis.

« Mets la à l’abri ! »




_________________


merci !                               couleur : darkcyan
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 1 Fév - 19:18
avatar
√ Arrivée le : 02/12/2016
√ Messages : 387

Dossier Top Secret
√ Age: 32
√ Nationalité: Alien Alien
√ Gêne: Non
Voir le profil de l'utilisateur
La brune était très contente d’elle d’avoir réussi l’épreuve de tir à l’arc. Elle n’avait pas pris beaucoup de risques vu qu’elle savait faire mais qu’importe une victoire reste une victoire. Elle avait aussi assisté aux combats d’Allen et de Bricks, dans les deux cas, les militaires avaient dues s’employer pour gagner et elles avaient réussis. A aucuns moments Kara avait pensé que gagner pouvait être perçu comme un affront car ces épreuves étaient faites dans le cadre d’une fête englobant toute la population. Elle n’aurait pas pensé la même chose si ça avait été pour une compétition, dans ce cas là elle aurait demandé aux Atlantes de perdre.

Une fois que toutes les épreuves étaient terminées, Odéla revint vers eux. Des héros ? Pour si peu ? Kara tiqua un peu ou alors le mot n’avait pas la même signification ici que sur Atlantis ou chez elle. ” Je peux vous demander quel sens a le mot héros pour votre peuple? “ Des fois elle s’arrêtait sur des détails mais un jour elle était allée sur une planète où les “héros” faisaient de bons sujets de sacrifice. Donc maintenant quand elle entendait ce mot elle préférait demander.
” Les Héros sont ceux qui ont prouvé qu’ils étaient simplement les plus méritants et dignes d’honorer les anciens dieux. C’est un titre honorifique. “

Autour d’eux il n’y avait que liesse et joie jusqu’au moment où le bruit de tambours se fit entendre. Un rythme assez solennel d’ailleurs. Les gens ne faisaient plus un bruit, la nuit commençait à tomber, le tout donnait une ambiance assez spéciale à ce moment. Même elle qui était habituée aux effets de ce style pour son oncle ou sa famille, elle attendait avec impatience de voir ce qui allait se passer. Encore plus quand le rythme des tambours s'accélèra. C’est comme si une apothéose de quelques chose allait arriver.

Tous les regards étaient à présent tournés vers cette fameuse tente rouge. Les tambours avaient stoppé leur rythme infernal. La hutte s’ouvrit et beaucoup de gens en sortaient. Dix, vingt, trente et il en sortait encore. Kara se demandait quelle taille réelle faisait la tente pour arriver à contenir autant de personnes. Ah voila donc où étaient cachés les hommes au final...et la jeune femme reconnaissait facilement que certains étaient agréables à regarder. Elle avait aussi remarqué les tatouages, certains symboles se retrouvaient sur plusieurs personne. Elle en déduisit qu’il y avait plusieurs tribus. Elle se rapprocha de Pedge et Nelly.

”Regardez leurs tatouages, le même symbole se retrouve sur des femmes ou des hommes. J’opterais pour plusieurs clans...mais pourquoi envoyer des gens ici ?.”
Nelly comptait faire une blague, lui disant que le seul tatouage qu’elle voyait était celui de son smiley si bien dessiné. Mais la présence de Pedge à coté lui rappelait qu’elle devait rester sérieuse. Chose dont la petite espagnole avait l’habitude mais l’ambiance festive générale ne l’aidait pas beaucoup.
« Je ne sais pas. J’ai cuisiné Odéla et elle m’a dit que beaucoup d’hommes avaient été tué dernièrement. Peut-être a-t-elle demandé la présence de ceux des autres clans pour cet événement... »
« Peut-être que cette fête rassemble les différents clans des environs aussi... », fit Pedge perplexe, qui n’avait pas fait attention de prime abord à cette spécificité des différentes personnes.

La foule fit comme une haie d’honneur à ces personnes, avec des acclamations. Kara n’aimait pas ça du tout. Puis la procession les suivit et Odéla vint leur ordonner de suivre. Oui alors là Kara n’aimait pas du tout qu’on lui donne des ordres. Son regard vert prit un éclat plus dur mais elle souriait toujours, une vraie hyprocrite en action. ”Nous sommes honorés de cette invitation.”. En réel elle pensait plutôt ça :” donne moi encore un ordre et je vais te montrer ce que c’est qu’être du sang bleu.”.

Le cortège se mit en route et Odéla leur donna quelques conseils de sécurité. Si seulement elle avait su qu’elle venait de “prédire” ce qui allait se passer...

Kara était très curieuse de savoir vers où ils allaient, plus précisément ce que contenait cette grotte. Les gens semblaient joyeux mais elle percevait un certain malaise. La menace planante d’une attaque de ces bêtes sauvages empêchait tout le monde de se réjouir comme ils auraient dus. La jeune femme marchait en suivant la troupe. Finalement c’était assez perturbant de marcher dans de la neige sans que ça soit froid, par contre le point positif c’est qu’elle entendit la neige craquer dans la forêt et elle s’arrêta quelques secondes avant que l’attaque n’ai lieu.

Elle n’avait jamais vu les créatures car lors du sauvetage de Ranger mal élevé elle n’y était pas. Elle fut donc tétanisée devant ces animaux sauvages et violents. Autour d’elle c’était devenu le chaos en seulement quelques secondes. Il pleuvait des membres humains mais au sens littéral du terme car elle voyait des bras et des jambes voler dans tous les sens. La neige passa du blanc au rouge en très peu de temps. Bizarrement elle n’entendait pas les cris des gens déchiquetés. Tout ce sang, ce rouge l’avait trop affecté. Et d’un coup elle fut projeté au sol et atterrit violemment sur le dos.

La jeune femme entendait clairement des grognements derrière elle, Elle était tractée en arrière via le sac à dos et sur le coup elle trouva le ranger super cool d’avoir mis sa veste dans son sac car pour le moment ça lui sauvait la vie. Kara n’était pas trop du genre à se faire dévorer bien gentilment donc elle tenta d’attrapper son arme à sa cuisse mais l’animal se mit à secouer la tête violemment de gauche à droit pour se débarrasser du sac. La diplomate fut donc projeté en même temps que le mouvement et les chocs sur le sol furent durs.

Il lui était impossible de prendre son arme pour tirer et lors d’une autre séance de shakeur sa tête rencontra le sol un peu trop fort et elle voyait trente six chandelles. Pour le moment elle tenait le choc et elle tentait toujours de récupérer son arme malgré les secousses. Le loup voulait la mettre à l’écart pour la manger et Kara n’avait pas du tout envie de terminer comme ça. Seulement le sac le gênait et il continuait à secouer pour s’en débarrasser. Et là ce fut les mouvements de trop, Kara avait encore mal du dernier choc et elle en reprit un sur la tempe et tomba dans les pommes.


_________________
DC: Alek Hamilton AKA Panda
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 1 Fév - 19:26
avatar
√ Arrivée le : 16/04/2017
√ Messages : 252

Dossier Top Secret
√ Age: 31
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Inoculation
Voir le profil de l'utilisateur
Héros, héros, c’était vite dit.
Matt allait prendre le melon, le héros mangeur de fesse gauche.
Kara allait s’en moquer, ce n’était visiblement pas le genre à s’attarder dessus.
Pedgy était vraiment une héroïne.
Et la concernant, elle, c’était pas si héroïque d’être déclarée gagnante après un pareil coup bas…

Du coup, lorsque le groupe de gens se forma, Nelly qui avait récupéré toutes ses affaires se rapprocha de Pedge et du reste de l’équipe. Elle ne tenait pas à être noyée dans la foule, même si ça l’amusait et que le coup de la couronne en récompense, il fallait l’avouer, lui avait vachement plu.

Seulement, elle ne s’était pas du tout méfiée des loups en chemin. A vrai dire, elle les avait oublié jusqu’à ce que les premiers cris ne s’élève. Là, elle avait monté son MP5 sans véritablement le pointer dans une direction et il lui fallu un peu de temps pour trouver une première cible. Laser activé, un genou à terre, elle était positionnée légèrement plus en avant pour trouver un angle de tir sur la créature qui s’acharnait sur un pauvre jeune hurlant à pleins poumons. Mais la chose était véloce, elle bougeait frénétiquement en le massacrant dans un bouillon de sang et de chair déchirée.
La petite espagnole avait fait l’erreur de se focaliser sur sa visée, trouvant le moment où la chose serait bien à découvert, pour tirer quelques balles.

C’est à ce moment là qu’un semi-remorque invisible la renversa et lui fit sentir le matelas souple de la neige dans son dos. Le temps qu’elle réalise que quelqu’un l’avait sauvé d’un loup opportuniste, son regard s’était posé sur un smiley souriant en peinture qui semblait lui faire coucou. Signature du torse de Quémal, fatalement. Nelly eu un sentiment de reconnaissance mais elle n’eut pas le temps de le formuler. Déjà parce que le gardien était reparti. Et aussi parce qu’elle entendait Pedge hurler quelque chose pour la seconde fois.
Allongée sur la neige, Nelly serra les dents en tournant son regard en direction de l’officier et la vit pointer une direction. Elle acquiesça en récupérant son arme et en se remettant tant bien que mal sur pieds. Il faut dire que le gardien l’avait vraiment bousculé comme un semi-remorque, la jeune femme en avait ressenti l’onde de choc jusqu’à l’intérieur même de son corps.

« Trouver Kara...ramener Kara...trouver Kara...ramener... »

Cela lui évitait de paniquer à dire vrai. Tous ces cris, ces hurlements, les bruits infects des corps déchirés et crevés par les monstres lui donnaient envie de céder, de jeter son arme et de courir se cacher dans cette grotte...ET dans les bras de Pedge…
Il y eut du mouvement sur la gauche, Nelly épaula tout de suite son arme et lâcha deux brèves rafales. Elle ne savait pas vraiment si elle avait fait mouche mais ce n’était pas le plus urgent. Son coeur, déjà rapide, manqua un battement lorsqu’elle vit la diplomate au sol.

Le regard de Nelly s’écarquilla.
Kara était à terre et un loup s’acharnait sur un sac réduit en charpie qui la retenait toujours par les bretelles. Nelly venait de vider son chargeur, elle s’empressa donc de recharger tout en approchant, ses gestes tremblant lui faisant perdre quelques secondes. Elle ignorait que Pedge lui avait sauvé la mise d’une créature qui avait voulu lui bondir dessus.

Le petit tressautement caractéristique de l’insertion de son nouveau chargeur se fit sentir entre ses doigts et elle tira la culasse pour réarmer. Immédiatement, elle se porta sur le loup tout en s’aidant de son laser pour lui lancer une bonne rafale qui le perça de part en part. Mais loin de s’écrouler sous ces premiers tirs, le monstre s’ébroua violemment et garda le sac dans sa gueule avec la ferme intention de repartir avec.

« Lâche-là !!! » Cria Nelly en envoyant une deuxième rafale.

Le monstre hurla de sa manière étrange avant de s’écrouler lourdement sur le sol. Partout autour, il y avait le chaos, les cris, les pleurs. Nelly avait du mal à s’y retrouver dans tout ce bazar et sa respiration lui martyrisait la poitrine, une petite voix ne cessait de lui répéter qu’elle devait partir au plus vite. Elle ne savait même pas où se trouvait Matt à ce moment-là, surement en train de la couvrir ?
Nelly s’agenouilla rapidement aux cotés de Kara et la retourna sur le dos.

« Kara ? Kara réveille-toi !!! » Fit-elle d’une voix très tendue en lui mettant des petites tapes sur la joue.

Sa main remonta le long de ses cheveux où elle devinait une masse un peu plus sombre et elle releva les doigts, y trouvant un liquide chaud et poisseux. Il n’y en avait pas beaucoup mais c’était là...du sang...au niveau de la tempe. Nelly regarda brièvement autour d’elle puis activa sa radio.

//C’est Nelly...Kara est dans les vappes, je vais essayer de...//

La fin de sa phrase s’éteignit dans sa bouche.
Quelque chose grogna sous son nez, un cri affaibli mais bien présent, une paire de serres qui claquent avant que le cadavre du loup qu’elle avait tué...qu’elle pensait avoir tué...ne se relève. Il sauta brutalement, la gueule en direction de Kara et Nelly l’attira à elle dans un cri de terreur. Dans la panique, elle ne songea pas à prendre son arme pour lui tirer dessus, elle ne se rappelait plus s’il y avait encore des balles dans son chargeur. Elle prit la poignée du gilet tactique de Kara, au niveau de la nuque, puis tira de toutes ses forces. La première impression de Nelly fût de se demander comment on pouvait être si fine et lourde à la fois. Elle poussa un cri en tirant encore de toutes ses forces, trainant Kara en arrière, alors que le loup montait sur ce qu’il lui restait de pattes pour se jeter sur le vide que Nelly créait à chaque fois. C’était une course poursuite de limace, ni plus ni moins.

« KARA !!!!!! »

Paniquée, elle chercha autour d’elle et trouva enfin la silhouette de Matt.

« MATT !!!! MATT !!!!!! » Hurla-t-elle affolée.

Kara était dans les choux complets. Les chocs de sa tête contre le sol avaient été trop fort et encore heureusement qu’il y avait de la neige pour un peu amortir sinon le bilan serait plus grave pour la brune. Au bout de plusieurs minutes, Kara commençait à reprendre conscience, ce n’était pas les baffes de Nelly mais le fait qu’elle soit déplacée qui l’avait réveillée.

Elle ouvrit le yeux pile au moment où une gueule géante pleine de dents comme des rasoirs état ouverte face à elle. Elle poussa un cri de terreur. Normalement elle était maître de ses nerfs mais là ouvrir les yeux et voir ça avait de quoi faire craquer n’importe qui. La gueule du loup la loupa et elle réalisa que quelqu’un était en train de la tirer loin du loup. Une autre attaque du loup et par réflexe Kara lui envoya un coup de pied dans la tête. Le loup couina un peu mais l’effet fut pire car maintenant il était vraiment énervé.

Il se préparait à attaquer, il avait terminé de jouer, il voulait tuer et là il allait avoir deux proies pour le prix d’une. Nelly continuait à éloigner Kara mais pas assez vite pour que les deux femmes puissent s’en sortir.

_________________


Double compte : S. Caldwell, P. Sidney
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 1 Fév - 19:32
avatar
√ Arrivée le : 08/12/2012
√ Messages : 9746

Dossier Top Secret
√ Age: 32
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Wraith
Voir le profil de l'utilisateur
Avia placée entre les mains des guerriers était maintenant en sécurité, Matt pouvait se focaliser pleinement sur les différents hostiles. Ces créatures ignobles avaient fait un carnage. Il y avait du sang de partout, des membres sectionnés au sol et des corps gisant ici et là laissant échapper des hurlements plaintifs. C’était surréaliste et pourtant bien réel. C’était dans ce genre de moments qu’Eversman se révélait. L’adrénaline l’enivrait, dopant ses capacités lui permettant de se montrer concentré, vigilant et efficace. La menace était là. Elle devait être éliminée le plus vite possible. Les premiers tirs résonnèrent. Cette fois, les créatures ne fuyaient pas. Le fusil d’assaut fut épaulé, la gâchette aussitôt activé pour délivrer deux rafales. Les balles perforantes firent de gros dégâts envoyant de suite le monstre au tapis avec de grosses perforations. Celui-là ne se relèvera pas de sitôt.

Allen gueula quelque chose. Il perçut sa voix mais dut ouvrir le feu de nouveau et avec tout ce bazar impossible de la comprendre. Le geste de la main fut repéré, il observa dans la direction et remarqua une princesse mal élevée en fort mauvaise position. Même s’il ne l’appréciait pas, ce n’était pas le moment de se la jouer individualiste. Elle était atlante avant toute chose. Et puis ça l’embêterait tellement de lui devoir quelque chose. Par contre, elle n’était pas toute proche. Se frayer un chemin jusqu’à elle relevait du parcours du combattant entre les différents corps, les créatures qui ne cherchaient qu’à l’étriper et les indigènes qui couraient dans tous les sens. Impossible de rester sur place pour décocher des tirs tant il y avait de mouvements. Pas le choix, il fallait avancer et vite.

La radio s’activa. Nelly l’avait rejointe. Difficile dans ce genre de moment d’y prêter attention. Matt ne put écouter tout son message, le gamin devant lui venait de se faire littéralement déchirer en deux. Ce fut immonde. Il en resta bouche bée quelques instants observant la créature continuer son œuvre macabre déchiqueant le petit corps avant de finalement se reprendre. Un bon coup de pied dans la gueule de l’alien tout en jurant avant de lui coller une rafale dans le bide. Pas le temps de constater les dégâts, la voix criarde de Nelly venait de l’invectiver. Il chercha de suite à la localiser la repérant penchée tirant un corps. Ni une, ni deux, le Sergent se précipita vers elle faisant au plus vite. Ce n’était d’ailleurs pas le seul à se rapprocher. Un loup se rua vers les deux femmes, les prenant sur le flanc.

« NELLY ! HOSTILE !! » gueula-t-il pour attirer l’attention de la soldate, espérant l’alerter, tout en se plaçant en position de tir. Immobile. Bien sur ses appuis. La cible alignée dans sa mire. Le temps sembla s’arrêter l’espace de quelques instants avant qu’il ne presse la gâchette. Ce qui était autrefois une patte avant n’était plus explosant en morceaux sous l’impact de la balle perforante. Il y eut aussitôt des couinements qu’il réduit à néant en actionnant une fois de plus la gachette. La cible anéantie, Matt les rejoignit. Le fusil retomba le long de la sangle lui permettant d’avoir les mains libres. Il y avait du sang de partout aussi bien sur la tronche de Nelly que sur Kara lui laissant présager le pire.

« Surtout ne me remerciez pas. » grogna-t-il essayant de localiser les plaies les plus importantes. « Vous pouvez vous lever ? »
« T’es qu’un boeuf !!!!!! » Maugréa Nelly en s’essuyant le visage d’un revers de manche. « Aide-moi au lieu de raconter tes anneries !!!!!! »
Kara avait bien du mal à comprendre ce qu’il venait de se passer. Y’avait un loup et puis poufff y’avait plus eu de loup. Enfin plutôt boum que pouf. La brune se tenait la tête avec un mal de crâne des plus puissants. Elle essaya de se lever et trouva du partout sur elle sans compter le sol qui tanguait.
« Toujours un plaisir de t’aider toi. » maugréa-t-il en attrapant le gilet tactique de la civile cherchant à la remettre sur pieds. Cette dernière tangua, il renforça son emprise pour la stabiliser.
”Merci Ranger et merci Bricks.”
Ce fût beaucoup plus facile avec l’aide de Matt. Nelly ne répondit pas à sa remarque, trop inquiété par la situation loin d’être résolue. Elle passa sous l’un des bras de Kara pour aider à supporter son poids.
« Tu nous remercieras si on s’en sort en vie... » le reste de sa phrase s’adressa au ranger. « Il faut qu’on rejoigne Pedge ! »
En terme d’évidence, on faisait pas mieux…
Bingo Nelly. Mettre en sécurité la civile dans un endroit où elle pourrait recevoir les soins. Il n’y avait pas dix mille choix. La radio fut activée de sa main libre pour délivrer un message. // Allen. On a Kara. On l’amène à la grotte. // » . La pression cessa lui permettant de lâcher une petite pique, le chef n’étant pas là. « Hey la Princesse. Va falloir faire régime en rentrant ! »
// Reçu. On se rejoint là bas. //
Kara le regarda sans trop comprendre de suite car elle avait encore les idées un peu embrumées. Mais quand ça fit tilt aie aie ”Chacun sa lourdeur Ranger…”
« Oué bah la tienne je la sens bien... et c’est du lourd !!!» répliqua-t-il un peu essouflé.
La brune le regarda avec un sourire en coin et plein de sang sur le visage. ”Faudrait peut être songer à vous muscler un peu alors ! A défaut de cerveau au moins vous aurez les muscles.”
« Hé ! Je vous compterai les points quand on sera à l’abri ! Là, ça serait mieux de se concentrer !!! » S’écria Nelly.

_________________


merci !                               couleur : darkcyan
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 1 Fév - 19:43
avatar
√ Arrivée le : 09/11/2014
√ Messages : 1275
√ Localisation : Atlantis


Dossier Top Secret
√ Age: 33 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Non
Voir le profil de l'utilisateur
MJ26 : Les Grands Explorateurs # EQUIPE 3
Pedge Allen- Matt Eversman-
Nelly Bricks- Kara Aiolos


L’appel radio de Matt soulagea Pedge. Ils avaient récupéré Kara tandis qu’elle-même s’était retrouvée éloignée du groupe par le mouvement de foule. Elle avait ragé, mais elle n’avait rien pu faire, et les loups avaient été au centre de son attention. Alors qu’elle armait son fusil d’assaut pour tirer sur celui qui s’en prenait à Kara, un local l’avait percuté avec rudesse, déviant le canon de son arme, et ils avaient roulé tous les deux dans la neige tiède et sanguinolente. Désorientée, dans ce tourbillon de cri et de sang, elle s’était relevée péniblement, cherchant la menace des yeux. Déjà, un animal venait sur eux, et elle avait dû l’abattre rapidement avant de perdre un membre comme beaucoup de malheureux Zoé. Ces gens n’étaient pas assez préparés pour ces conneries, et cela se vérifiait dans la douleur. Pour la texane, un seul objectif demeurait. Récupérer la diplomate. Et si pour cela il fallait dégager de la bestiole puante et enragée, alors pas de problème !

Le loup qu’elle avait abattu bougé encore. Plutôt coriace, ces bêtes tentaient par tous les moyens de récupérer de la viande pour se sustenter, et elles voyaient les humains comme des mets de premières qualités. Décidément, dans cette putain de galaxie, les hommes et les femmes étaient considérés comme le gibier de pas mal de créature, Wraith en bout de chaine alimentaire. D’ailleurs, une pensée sordide s’insinua dans l’esprit de la jeune femme alors qu’elle terminait le boulot sur le loup agonisant, afin qu’il ne souffre pas plus longtemps, et pour lui éviter d’avoir une bête blessée et imprévisible dans les pattes : Et si ces loups étaient des créations des vampires ? La reine avait bien façonné des mutants, des abominations, et ces créatures avaient des caractéristiques physiques, tant sur le mode de déplacement, que sur le comportement, similaire aux mastodontes qu’ils avaient vu sur la Magna. Etaient-ce des vestiges d’expérimentations ? Ne faisait-elle pas un raccourci trop évident avec la présence d’affreux sur la planète ? Peut-être… Quoiqu’il en soit, elle s’était faite du mastodonte, et ce n’était pas des répliques bas de gamme de ces merdes qui allaient la chagriner longtemps !

Ses lentilles de visions lui donnaient un aperçu clair de la situation et du bourbier dans lequel elle était. Elle ne voyait plus ses camarades, et ça la faisait chier clairement. Elle devait les retrouver. Portant sa main à son oreille pour communiquer, elle fut contrainte de ramener ses doigts sur la crosse de son arme parce qu’un loup arrivait en courant vers elle, et son but était clair : dégrossir de la texane pour en faire un hamburger top qualité avec du muscle bien ferme pour une viande bien sanguinolente. Mais avait-on déjà entendu qu’une texane avait fini entre deux tranches de pains avec une salade dans le fion, une tomate entre les dents, et le fromage sur les seins ? JA-MAIS ! Ce n’était pas les rois de l’élevage de vache qui allaient se faire bouffer comme un vulgaire sandwich McDo bordel !

« Allez, viens voir maman... », susurra-t-elle entre ses dents en posant son genou à terre. La créature approchait. Le temps semblait suspendre son cours et les mouvements de la bête ralentirent progressivement alors que Pedge faisait preuve d’une concentration à toute épreuve. Elle déclencha le feu mortel de son arme, laquelle envoya ses projectiles en ligne droite vers le corps du loup qui tressauta sans s’arrêter. Il termina sa course en roulé boulé et le temps accéléra, trop vite pour Pedge qui fut percutée par la carcasse sanguinolente de l’animal. Elle était coincée dessous. Avec ses deux mains, elle tenta de soulever la bestiole pour se dégager, soufflant et se contractant pour mobiliser sa force afin de se dépêtrer de là.

Soudainement, une pression plus forte annéantissa tout ses efforts. L’animal retomba lourdement sur son torse, lui arrachant une expiration plus prononcée sous le poids. Et là, horreur, un autre loup avait posé sa patte sur son congénère mort, et il la toisait, sûr de becter sa proie désormais à sa merci. Les pupilles de la texane se firent plus ronde alors qu’elle prenait conscience qu’elle était coincée et que c’était probablement la fin, quand une lance affutée traversa le ventre du loup qui mugit tant de douleur que de férocité. Pedge vit nettement la pointe de la lance tourner sur elle même, arrachant le bout d’intestin qu’elle avait embarqué dans sa perforation. L’animal hurla, et il tenta de se débattre, faisant voler la propriétaire de l’arme un peu plus loin. Le bois de la lance décrivait des arcs de cercles violents tandis qu’il essayait de retirer ce fichu pieux de son corps, en vain. A bout de force, et dans une agonie qui dura bien trois minutes, il s’affaissa progressivement. Par le devait, il avait réussi, avec ses griffes, à retirer une partie de l’arme, mais une bonne moitié restait encore à faire passer, et il n’y parviendrait pas avant de trépasser. Il tomba sur le cadavre de son congénère, sa gueule grande ouverte à quelques centimètres du visage de Pedge qui sentait la respiration agonisante et lente de l’animal, relents méphitiques d’une puanteur inimaginable qui décolleraient n’importe quelle peinture d’un mur. Elle avait peur de bouger, peur que dans un dernier réflexe, l’animal ne lui décolle la tête du corps dans un coup de gueule ultime.

Alors elle fit la morte elle aussi, bougeant le moins possible, la respiration au plus bas, dans un contrôle de ses nerfs total. Elle sentait l’adrénaline circuler dans son sang, mais elle ne cédait pas à la peur ni à l’envie de vomir tant sa puait la charogne et la mort. Finalement, dans une dernière expiration sifflante, le loup passa l’arme à gauche. Il ne respirait plus, il ne bougeait plus. Et Pedge se rendit compte, les yeux grands ouverts, fixés sur les longs poignards affutés que constituaient les crocs de l’animal, qu’elle ne bougeait plus et qu’elle ne respirait plus non plus. Alentours, c’était calme, comme si l’attaque était finie.

// Allen. On a Kara. On l’amène à la grotte. // » .

Cette communication l’arracha à sa torpeur, et elle porta sa main à son oreille, assurant sa respiration qui était revenue, plus saccadée que jamais. Elle ne voulait rien laisser paraître dans sa communication.

// Reçu. On se rejoint là bas. //

Elle était soulagée d’apprendre qu’ils avaient récupéré Kara. Elle n’avait pas été d’un grand secours sur ce coup là, et elle s’en voulait un peu. Mais pour l’heure, avant de se lamenter, elle devait agir, et s’extirper de ce tas de charogne. Elle n’était pas morte, elle ! Elle se contorsionna après avoir essayé de soulever les deux corps. Impossible, ils étaient trop lourds. Du coup, elle essayait, tel un serpent, de se glisser en rampant de la dessous, mais la tâche n’était pas aisée.

« Besoin d’aide ? »
« Je veux bien. »

La femme qui venait de lui parler attrapa le manche de la lance fiché dans la créature, et en s’en servant comme levier, elle dégagea cette première bête. Puis elle aida la texane à soulever la deuxième suffisamment pour qu’elle se dégage. Pedge était trempée : de sueur, de sang, et de neige fondue. Elle n’en menait pas large, mais elle se redressa, faisant craquer ses membres quelque peu, soulagée de ne plus sentir cette pression.

« Merci. »

L’autre lui fit un signe de tête, et Pedge prit conscience qu’il s’agissait de la fille avec laquelle elle s’était battue dans le combat de lutte. Sa tresse était défaite, elle était maculée de sang, son bras pendait mollement sur son côté, tuméfié. C’était elle qui avait planté sa lance dans le corps de la bestiole et qui s’était faite éjecter avec violence. Elle était presque méconnaissable, mais elle était vivante. Le champ de bataille s’étendait sur plusieurs mètres. L’attaque s’était étirée sur la longueur de la colonne, mais le calme était revenu.

« La grotte ? », demanda-t-elle, maintenant soucieuse de retrouver le reste de l’équipe. La jeune femme lui montra la direction, et silencieuses, n’ayant la force de parler ni l’une, ni l’autre, elles remontèrent le champ de cadavre. Ici et là, dans la neige qui n’était plus blanche, des membres gisaient, des corps gisaient, des créatures mortes gisaient. On aurait dit qu’une bombe avait explosé ici. Néanmoins, l’endroit était surtout impressionnant car il était rougit par le sang, la neige l’ayant bu. Mais les dégâts humains ne semblaient pas aussi important que le décorum le laissait dire. Peut-être sept ou huit corps, difficile à déterminer en marchant, et en voyant des bouts ici et là.

Bref, elles arrivèrent à la grotte parmis les dernières personnes, et automatique, elle chercha à retrouver son équipe.



_________________
#a1931c
DC :Erin Steele & Teshara Lays
Revenir en haut Aller en bas
Dim 4 Fév - 15:18
avatar
√ Arrivée le : 01/08/2015
√ Messages : 365
Voir le profil de l'utilisateur
MJ26 : Les Grands Explorateurs # EQUIPE 3
Pedge Allen- Matt Eversman-
Nelly Bricks- Kara Aiolos
Chronologie : 07 janvier 2018

Les humains restants étaient tous dans la grotte, il y avait bon nombre de blessés, notamment chez les guerrières et les quelques gardes hommes qui avaient participé aux combats pour repousser les bêtes. Il était difficile de voir à quel nombre se chiffrait la perte, une dizaine de personnes mortes devait servir de repas aux loups survivants qui avaient emporté leur butin et tout autant blessés. Cela était moche à voir mais, étrangement la population de Zoé semblait garder sa fierté et sa bonne humeur. Comme pour dire aux loups qu’ils ne gâcherons pas la cérémonie.

Oléda faisait un tour rapide, le visage blême et les mains tremblantes. Elle murmurait des mots, comme une prière, et demanda à ses dieux d’être indulgents et d’éloigner les créatures pour le retour. En tant que leader, elle essayait de se montrer forte et festive, mais cette main tremblante ne laissait aucun observateur dupe. Par chance son peuple ne l’était pas. Elle se dirigea vers les Atlantes.
« Merci… vos armes qui font le bruit de l’orage ont fait fuir beaucoup de Bjorks… Nous n’avons rien pour vous soigner ici, dans le temple vous pourrez vous nettoyer » Elle les considéra quelques instants avec un sourire bienveillant puis fit signe de s’avancer près des autres hommes et femmes. Beaucoup avaient perdu leurs couronnes de fleurs au cours de la course et des attaques. Oléda prit les devants et commença à guider son peuple.

Alvia fendit la foule et sauta sur Matt, elle avait le visage recouvert d’une trainée de sang qui ne lui appartenait pas, celui de la guerrière qui avait donner sa vie pour la protéger des loups.
« J’ai eu peur de te perdre Matt-père ! » Dit-elle d’une voix assez forte. Elle câlina l’homme, refusant de s’éloigner quand une femme lui demanda de venir. La témérité de la petite de rester contre Matt décourage la nourrice qui la laissa à Matt avec un regard navré. Alvia, colla donc Matt tout du long.

La marche reprit dans une galerie illuminée de torches pour déboucher sur une grande salle ouverte sur le ciel étoilé. Il faisait bon et étrangement il n’y avait pas que de la roche, un édifice lantien s’y trouvait. Rongé par la nature, les murs et les piliers étaient recouverts de lierre à fleurs rouge et blanche. D'ailleurs, il y avait beaucoup d’herbes et de fleurs, un endroit très beau et qui sentait la vanille. La pièce faisait 18 mètres sur 10 mètres. Sur le coté de grands bassins d’eau claire avec des fleurs aquatiques flottaientt à la surface semblables à des colchiques villettes, des mini-cascades ruisselaient de partout.
Au centre, trônait une dalle blanche surélevée avec au milieu un générateur lantien actif. Signe qu’il avait encore un E2PZ. Sur la gauche un trou d’un mètre diamètre était également visible.

Les indiens, blessés se précipitèrent vers les sources d’eau pour nettoyer leurs plaies et cueillir des fleurs afin de les appliquer sur leurs blessures, elles devaient avoir un quelconque pouvoir de guérison.

Les Atlantes les plus curieux pourront venir voir le dispositif. Une analyse via une tablette montrera que ce générateur est un boulier, mais celui-ci ne couvre qu’une faible zone de 300 mètres. Unn œil curieux pourra remarquer que la lumière n’est pas jaune, signe d’un E2PZ normal, mais vert.

Les indiens restèrent une vingtaine de minutes silencieux avant de commencer les préparatifs de la cérémonie qui se devait d’être menée à son terme. Des chants furent entonnés et chaque individus qui s’était trouvé dans la hutte jetta les végétaux et autres objets de confection organique dans le trou en répétant « Pour la survie de notre peuple ».

Oléda avait de la peinture d’ocre dans un bol, qui devait rester ici, et marqua chaque humain de la tente d’un nouveau symbole « Force et courage de nos héros, grâce à vous la vie est précieuse ! ».
Elle s’approcha du groupe Atlantes et leur fit ce symbole sur leur gilet MOLLE et marqua Alvia sur le front aussi. Elle lui adressa un rictus et la gamine baissa les yeux.
« Ne soit pas triste, tu es forte et courageuse Alvia »
« Oui, comme mon père Matt »
« Ton père ? » Elle leva un regard étonné vers Matt
« Oui c’est ami dans leur langue »
« Ah oui… Tu as de la chance d’avoir un père valeureux alors ! »

Quémal qui avait sauvé la vie de Nelly s’approcha d’elle et profita de la peinture encore fraiche pour lui faire un smiley comme elle s’était amusée à le faire sur son torse. Il avait les yeux humides, pleurant surement une perte. Il lui murmura à l’oreille :

Il ne faut pas avoir peur du vide et de l'eau pour échapper à son destin » Il la regarda quelque instant dans les yeux avec insistance lui communiquant sans le vouloir sa tristesse par la même occasion puis, il se détourna.

Les humains marqués se dirigèrent ensuite dans un grand couloir derrière le générateurs et Oléda invita les Atlantes à les suivre pour continuer la cérémonie.

« La suite est reservée aux héros. » Elle leur fit un rictus bienveillant. Une dizaine d’indiens restait en arrière dans la salle comprenant les guerrières et le seul garde au smiley restant. L’autre avait été tué durant l’attaque.

Ils marchèrent 500 mètres, en pente, avant de voir la lumière de la lune illuminer le bout du chemin. Un grand balcon avec un cercle en forme de glyphe et décoré de fleurs était dessiné sur le sol. Au-dessous le vide et sur le côté d’autres passerelles en roche à flanc de montagne se dessinaient devant les yeux des visiteurs. La roche avait été taillée par des mains humaines et savamment aménagée pour accueillir du monde. Ils débouchèrent au bout du tunnel dans le silence. Seul le bruit reconnaissable d’un cours d’eau qui s’écoulait paisiblement en contrebas perturbait la solennité de ce moment. Cette espèce de rivière prenait sa source un peu plus haut dans la montagne et faisait son chemin jusqu’à un lac.Sous le balcon tombait une immense cascade qui rejoignait le cours d’eau et le fameux point d’eau 10 mètres plus bas. Quand tout ce petit monde fut rassemblé en une seule et unique masse, les humains se mirent à chanter et danser au rythme de quelques instruments de musique. La foule était en train de chanter sous l’immensité du ciel étoilé devant une neige scintillante sur les rayons de lune, et pendant ce temps, ceux qui étaient restés en retrait firent rouler une roche sur l’entrée pour la sceller empêchant quiconque de pouvoir faire demi-tour.

Le balcon était décoré de fleurs et de lianes fleuries, sauf que… un bout pointu dépassait du rideau de végétaux sur la gauche. L’un d’entre vous peut reconnaitre à ce moment-là le nez d’un dart ! Alvia serrait fortement la main de Matt, elle avait des larmes qui coulaient, elle le regarda terrifiée.
« Tu crois que les dieux sont bons ? »


Soudainement, il eut un bruit de “moustique”, le dart venait de se mettre en marche et prenait de la hauteur. Deux Wraith originels sortirent de derrière les lianes, observant les humains d'un air mécontent.



Consignes :

  • Le dart va décrire un cercle pour télécharger les humains
  • Vous pouvez fuir, il y a une solution
  • Alvia reste accroché à Matt elle a très peur et ne comprend pas ce qui se passe.
  • Les deux Wraiths sont armé et vous repérons rapidement et aurons un rictus satisfait en vous voyant. Ils voudront vous attaquer.
  • Vous avez une grande foule devant vous, difficile de tirer sans tuer quelqu’un.
  • Une foule qui va vous empêcher de le faire puisque ce sont leur dieux. Si toutefois vous décidez d’utiliser vos armes, n’oubliez pas de prendre en compte les munitions utilisées auparavant lors de l’attaque des bjorks.

  • Le tour s'achèvera le 11 février

Revenir en haut Aller en bas
Sam 10 Fév - 15:15
avatar
√ Arrivée le : 08/12/2012
√ Messages : 9746

Dossier Top Secret
√ Age: 32
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Wraith
Voir le profil de l'utilisateur
MJ26 : Les Grands Explorateurs # EQUIPE 3
Pedge Allen- Matt Eversman-
Nelly Bricks- Kara Aiolos



Matt Partie 1

L’ouverture de la grotte fut franchie. Aussitôt le Ranger délaissa le port de la diplomate à sa collègue pour reprendre possession de son fusil d’assaut pour ainsi sécuriser l’entrée. Etrangement les créatures ne semblaient pas capables de pénétrer à l’intérieur, leurs forces étaient dirigés vers les quelques corps étendus au sol. C’était immonde. Une vraie scène de carnage avec une grosse quantité de sang, des gémissements et bruits de chair arrachés. Difficile de rester insensible dans ce genre de moments. Pourtant l’esprit du militaire s’était mis en pause, il ne pensait plus qu’à une chose. Abattre la moindre créature qui s’approchait pour protéger les derniers survivants parmi eux, Pedge Allen.
Cette dernière finit par passer l’ouverture de la grotte, couverte de sang et d’autres petites décorations puantes. Eversman délaissa quelque peu son poste pour s’approcher d’elle, son regard oscillant entre elle et l’entrée. Il y avait maintenant très peu de chance pour d’autres survivants mais la menace était toujours là.

« Ces bêtes ont pas voulu de toi, Allen ? Tu empestes… Si si plus que d’habitude, c’est dire ! » dit-il sous en tentant de repérer d’un coup d’œil une éventuelle plaie sur le corps d’Allen.
«Tu as le nez trop près de la bouche Eversman. », répliqua la concernée qui n’était pas blessée.
La réplique le fit sourire. Bon au moins elle était toujours capable de l’envoyer chier, signe que tout allait bien. « C’est ça…»
Pedge lui fit un demi rictus avant de chercher du regard Kara. L’avaient-ils récupéré ? Ils ne seraient pas là sinon… Matt semblait indemne, mais les deux autres ? Elle avisa Nelly qui s’occupait de la diplomate et elle traça dans leur direction.

Alvia se rua sur lui. Il ne la vit pas arriver sentant l’impact sur son bas-ventre avant de découvrir une rangée de dents bien blanches, quelques fleurs ici et là. D’un geste de l’avant bras, il tenta d’essuyer cette trace de sang mais ne parvint qu’à l’étaler davantage. Il ne connaissait cette fille que depuis peu de temps mais il apprécia de la savoir saine et sauve. Personne ne méritait de finir déchiqueté par des bêtes, certainement pas une gamine comme elle. L’attachement de la jeune fille était certainement excessif mais faisait chaud au cœur. Matt lui dégota sa casquette d’une poche de son gilet tactique, la déplia avant de la poser sur la tête de demoiselle. L’accessoire était trop grand pour elle mais semblait réchauffer le coeur d’Alvia qui le gratifia d’un autre sourire.

« Et voilà maintenant tu es une vraie Atlante… »

Il lui caressa le dos d’une main douce essayant de la consoler comme il le pouvait tout en jetant un coup d’œil vers l’équipe féminine de nouveau au complet.




_________________


merci !                               couleur : darkcyan
Revenir en haut Aller en bas
Sam 10 Fév - 16:46
avatar
√ Arrivée le : 16/04/2017
√ Messages : 252

Dossier Top Secret
√ Age: 31
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Inoculation
Voir le profil de l'utilisateur
Nelly avait pressé le pas en remarquant l’entrée de la grotte. Elle était certaine, en voyant l’effervescence des survivants, qu’elles seraient enfin en sécurité et que l’équipe pourrait de nouveau s’organiser. Le poids doubla sur ses épaules au moment où elle passa l’accès, comprenant que Matt venait de les quitter. La jeune femme ne s’en formalisa pas et amena la diplomate un peu plus profondément dans la grotte, passant les différentes victimes pour trouver une place légèrement plus excentré et avoir la paix.
Heureusement qu’elle ne tenait sur ses jambes car Nelly ne se voyait pas la trainer une fois de plus. Arrivée sur un endroit qu’elle jugeait idéal, elle approcha la diplomate de la paroi et l’aida à s’y asseoir, s’y adosser, tout en la retenant.

Kara n’avait encore complètement tout réalisé de ce qui venait de se passer. Une procession dans la neige, puis des loups qu’elle avait entendu arriver quelques secondes avant les autres et puis l’attaque, le carnage. La jeune femme avait vu le sang se répandre sur le neige blanche, le bruits des os brisés, des membres arrachés. C’était triste pour ce peuple mais elle restait de marbre. Ce n’était pas sa première scène de massacre et surement pas sa dernière et puis elle ne connaissait pas ce peuple depuis assez longtemps pour que ça lui fasse quoi que ce soit.

Puis il y avait eu les grognements proches de sa tête, les crocs, être secouée. Heureusement pour elle, un animal parfois restait assez limité en intelligence et celui là avait attaqué son sac à dos et la veste de Matt l’avait sauvé en se sacrifiant sous les crocs de cet animal sauvage. L’arrivée de Nelly, et maintenant les voilà à l’abris. Kara semblait ailleurs mais son instinct l’alertait que quelque chose clochait. Pourquoi les loups ne venaient pas ici? Elle suivit les instructions de Nelly sans faire sa mauvaise tête, trop préoccupée par ce qu’elle observait.

« Je te pose là... »
”Nelly quelque chose cloche…”
« On est dans une autre culture. Il y a tout qui cloche Kara... » Répondit Nelly non sans découvrir le même sentiment de malaise. Elle avait raison, pour des gens qui s’étaient fait attaquer en chemin, la réaction n’était pas logique. Et c’était effectivement bizarre tout ça, peu rassurant.
Nelly avait raison pour le peuple mais ce n’était pas ça qui inquiétait la diplomate.
”Non pas ça, les loups...ils n’entrent pas...et le seul truc qui peut tenir à l’écart un prédateur...c’est un autre prédateur encore plus dangereux.” Elle se faisait peut être des films mais elle avait observé assez souvent cette situation pour la repérer quand elle se produisait et qu’on parla d’animaux ou d’humains, le comportement était le même.
« On va ouvrir l’oeil. Bonne déduction... »

Kara continuait à regarder ce peuple qui venait de subir un véritable massacre ne se montrait pas affecté par ça. Ou alors pas autant qu’ils auraient dus. Mais le plus inquiétant pour elle était de voir les loups rester bien sagement en dehors de la grotte. La brune n’avait pas encore réalisé que la chef de leur groupe n’était pas encore revenue, c’est en voyant l’inquiétude sur le visage de Nelly qu’elle compris qu’il y avait un problème.

Nelly regarda autour d’elle, sacrément inquiète. Elle voyait Matt à l’entrée de la grotte mais Pedge n’était nulle part. Est-ce qu’elle avait été blessé ? Et si elle attendait de l’aide, dehors, piégée par les loups ? L’incertitude lui laissait des sueurs et elle avait vraiment l’envie de faire un appel radio. Un appel qui ne serait peut-être pas professionnel vu les circonstances. Car Pedge avait bien répondu à Matt, lui disant qu’ils se retrouveraient tous dans cette grotte. Ce n’était pas une si bonne idée d’étaler son intérêt aux oreilles de tous.

Secouant négativement la tête, chassant ces mauvaises pensées pour se concentrer, la petite espagnole alla auprès d’un autochtone qui déchirait des tissus pour s’en faire un bandage. Elle récupéra un morceau d’étoffe qu’il lui offrait gracieusement puis revint auprès de Kara, sortant sa gourde dans la foulée.

« Ecoute. Je suis pas du tout docteur. D’ailleurs mi Isia me manque vachement à cette heure. Mais je vais jeter un oeil, tu me laisses faire ? »

Ce n’était pas vraiment une question. Nelly arrosa abondamment le tissu avant de l’appliquer à l’endroit où il semblait y avoir le plus de sang. Sans violence, elle retira les morceaux de chair qui lui garnissait une partie du visage, lui permettant d’anticiper sa propre allure, et elle eut une pensée assassine pour le Ranger. Il les avait sauvé et dans le feu de l’action, ne se génait pas à la remarque. Sérieux, il était vraiment satisfait de les avoir arrosé de boyaux ?
La jeune femme termina de nettoyer la partie entourant la tempe de Kara et considéra la blessure qui s’y trouvait. Ca saignait encore mais ça n’avait pas l’air si grave. Seulement l’air, parce que Nelly considérait cette plaie sans la moindre connaissance médicale. Elle versa de nouveau de l’eau sur l’étoffe pour la rincer puis le tendit à Kara pour qu’elle puisse se nettoyer le visage. Elle comptait faire la même chose plus tard.

« Tu as une plaie sur la tempe droite mais ça a pas l’air si méchant... »

Du mouvement attira son attention et l’espagnole se retourna pour observer une silhouette familière. Pedge de retour avec du sang sur le visage. Cela l’inquiéta sur le moment avant qu’elle ne comprenne que ce n’était pas le sien. Elle se redressa tout en la regardant, s’apprêtant à lui demander si elle allait bien et se ravisant au dernier moment. Celle qui lui faisait face, ce n’était pas Pedgy môman de la cité, c’était le lieutenant sanglant en mission. Du moins, c’est ce qu’elle se disait à cet instant et c’est la raison pour laquelle elle préféra se taire...mais c’était tellement prenant que son regard trahissait clairement la question.

Pedge approcha et posa un genou à terre près des deux femmes, pour évaluer du regard l’état de ces deux dernières. Kara était préoccupante, mais Nelly semblait aller bien, malgré son camouflage abattoir. D’un côté, elle ne devait pas être bien mieux. Elle voyait bien que l’hispanique procédait à un état des lieux de sa propre personne, et elle lâcha, en basculant son arme sur son flanc pour pas qu’elle ne la gêne :
«Je vais bien. » C’était plus pour rassurer Nelly qu’autre chose. «Rapport de la situation ? », demanda-t-elle à sa subordonnée.
« Kara a prit un coup sur la tête mais ça à l’air d’aller un peu mieux. » Répondit Nelly en posant son doigt non loin de la tempe abimée de la diplomate.
«Ok. Et vous ? » Elle semblait aller bien, mais ça ne ferait pas de mal de se le faire confirmer. Elle espérait que le coup qu’avait reçu Kara ne serait pas trop grave…
Kara laissa Nelly lui nettoyer le sang sur la tempe mais elle savait aussi que ce n’était pas une blessure grave, sa puce n’allait pas la soigner mais elle protégeait les organes vitaux donc son cerveau n’avait pas été touché . Il ne fallait juste pas lui demander comme ça fonctionnait c’était encore dans les mystères que Kara devait résoudre. Elle s’enleva quelques entrailles qu’elle avait sur elle et se nettoyait aussi un peu le visage. On aurait pu croire qu’une Princesse allait criser de se voir dans un tel était mais là elle avait plus important à penser que son état physique ou son odeur générale.

”Ne vous inquiétez pas pour moi le coup n’a pas été trop méchant. Ravie de vous revoir Allen”
«Moi de même. », répliqua la militaire en hochant la tête placidement.

_________________


Double compte : S. Caldwell, P. Sidney
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Atlantis Insurrection :: Galaxie de Pégase :: Planètes explorées-