Atlantis Insurrection
"Personne ne demande à devenir un Héros, sauf que parfois ça finit comme ça..."

Et si ce Héros, c'était toi ? Tu es l'un des meilleurs dans ton domaine (Biologiste, Chirurgien, Infirmier, Diplomate, Démineur, Maître chien...) et on te propose de participer à l'expédition la plus fabuleuse mais aussi la plus dangereuse : l'expédition Atlantis.
Auras tu le cran de rejoindre Atlantis pour découvrir ses mystères et affronter les dangers de cette galaxie ?

Tu peux aussi incarner les personnages importants de la série (Ronon, Zalenka, Lorne, Teyla....) Bon niveau RP demandé.
On recherche de nombreux personnages inventés.
http://www.atlantisinsurrection.com/t387-personnages-vacants


Si tu te sens capable de franchir ce pas, tu es des nôtres ! Clique sur l'image ;-)


RPG sur Stargate Atlantis
 

[MJ 26] ETERNAL : Exploration

 :: Galaxie de Pégase :: Planètes explorées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Sam 10 Fév 2018 - 21:22
avatar
√ Arrivée le : 09/11/2014
√ Messages : 1494
√ Localisation : Atlantis


Dossier Top Secret
√ Age: 33 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Non
Voir le profil de l'utilisateur
MJ26 : Les Grands Explorateurs # EQUIPE 3
Pedge Allen- Matt Eversman-
Nelly Bricks- Kara Aiolos



Pedge Partie 1

Ce peuple semblait en avoir vu d’autre. Ce fut la première réflexion qui traversa l’esprit de Pedge quand elle arriva à la grotte en compagnie de la combattante qui l’avait aidée dans la neige écarlate. Sans elle, elle ne serait plus de ce monde, et elle remarquait avec quelle ironie le destin mettait sur son chemin des femmes aux tempéraments exceptionnels, susceptibles de lui sauver la mise à diverses occasions. Tisser du lien social et des « amitiés » martiales étaient aussi une facette agréable de ce métier d’exploration. Toujours est-il que les survivants restaient, manifestement optimiste, résolument fêtards, malgré les pertes subies pendant l’attaque. Comme ci rien, rien ne devait gâcher ce moment d’allégresse, pas même ces démons poilus qui se repaissaient de chair humaine encore chaude. Pour sa part, la texane restait fermée comme une huître, le regard dur. Elle ne laissait rien transparaître, mais une vive inquiétude étreignait son être ; avaient-ils récupéré Kara ? Était-elle blessée ? Agonisante ? Morte ? Est-ce que Matt et Nelly étaient sains et saufs ?

Tant de questions et pas de réponses.

Elle parvint à dénicher Matt, lequel l’accueillit avec une boutade de son cru. Il était donc en forme, même si cela ne l’empêcha pas de l’inspecter visuellement. S’il était arrivé quelque chose à la diplomate, ou même à l’hispanique, il n’aurait pas l’air si détendu. Cela la rassura donc. Elle l’envoya promener en deux phrases, histoire de lui montrer qu’elle allait tout aussi bien que lui, sorte de rituel communicatif entre ces deux là, et elle se mit en tête de chercher Nelly et tomba sur Oléda.

« Je vous en prie. », répondit-elle simplement, bien heureuse d’apprendre qu’elle pourrait se nettoyer un peu une fois arrivée au temple. Ce n’était pas qu’elle sentait la rose, mais quand même.

Elle positionna Nelly assez rapidement, laquelle était en train de prendre soin de Kara, en lui lavant le visage. Elle semblait dans le vague ou quelque chose comme ça, et Pedge en vint à se dire qu’il serait quand même judicieux d’apprendre quelques notions de soins… Ce n’était pas le tout de fricoter avec une chirurgienne hein. Elle prit donc rapidement des nouvelles. Kara ne semblait pas atteinte et c’était là l’essentiel. Nelly allait bien aussi.

La marche devait reprendre.

[/quote]

_________________
#a1931c
DC : Erin Steele & Teshara Lays & Chenoa Penikett
Revenir en haut Aller en bas
Sam 10 Fév 2018 - 21:46
avatar
√ Arrivée le : 08/12/2012
√ Messages : 10413

Dossier Top Secret
√ Age: 32
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Wraith
Voir le profil de l'utilisateur
MJ26 : Les Grands Explorateurs # EQUIPE 3
Pedge Allen- Matt Eversman-
Nelly Bricks- Kara Aiolos



Commun

Les Aliens ayant enfin décidés de les laisser tranquilles, Eversman délaissa la surveillance de l’accès pour rejoindre l’équipe. Chacun s’intéressant à la santé des autres. Elles avaient de l’allure d’ailleurs. Toutes recouvertes de sang, quelques morceaux dont il ne voulait connaître la provenance dans les cheveux avec une forte odeur de charogne.

« Heureusement que je suis là pour l’atout charme de l’équipe car là vu l’odeur et l’allure… » dit-il sourire aux lèvres.
«Tu parles, les loups ne bouffent pas leur congénère. Médite là dessus tête de plâtre. », balança Pedge, ne pouvant s’empêcher de répondre aux provocations de Matt, même si elle savait qu’il faisait ça pour emmerder le monde.
« Ils ont surtout vu qui était le chef. »
Kara entendit l’échange d’amabilités entre Matt et Pedge et se mit à sourire. L’un comme l’autre n’avaient pas tort, et elle hésitait un instant à répondre car elle ne voulait pas que ça reparte en ping pong avec le Ranger. Mais cette petite intervention permis de détendre l’atmosphère. ”Y’a que ceux qui ne font rien qui ne se salissent pas Ranger...et tenez votre veste, elle m’a sauvé la vie, désolé pour vous.” Kara sortit la veste du reste du sac, et c’était un reste de veste.
« Si j’avais pas bougé le petit doigt pour toi, tu serais plus là je te signale. » repliqua-t-il avant de prendre ce qui restait de sa veste, une charpie. « Super... » dit-il sur un ton blasé condamné à rester en t-shirt.

Alvia suivait Matt sans rien dire, comme dit a la nounou juste avant, elle restait avec lui, fière avec sa casquette. Pedge ne relança pas le ranger qui n’attendait que ça. Ce serait lui faire plaisir.


Matt partie 2

Le stress retomba peu à peu permettant de réaliser ce à quoi il venait d’échapper. C’était déjà la deuxième fois aujourd’hui que ces créatures tentaient de le dévorer. Espérons que le fameux adage ne s’appliquerait pas. Une sensation désagréable de moiteur se fit ressentir en haut du dos. Matt lâcha la main de la jeune fillette et la porta entre ses omoplates découvrant l’humidité de son t-shirt. Il palpa sous le tissu à la recherche d’une éventuelle plaie. Rien. Cela pouvait très bien être la neige ou bien le port de la diplomate sanguinolente un peu plus tôt. D’ailleurs en repensant à cette dernière, il se remémora sa précieuse veste qu’il avait bourré dans son sac un peu plus tôt. Vu l’état général, il avait préféré la donner à un groupe de survivants qui cherchait à panser ses plaies sanglantes.

En retrait de l’équipe, Alvia toujours à ses côtés, le Sergent Maître se laissa guider jusqu’à l’intérieur de ce temple. Un waouh s’échappa de ses lèvres en découvrant le lieu, majestueux. La pièce principale était immense. Il ne s’attendait vraiment pas à trouver un endroit pareil et comprenait maintenant l’engouement de ce peuple primaire. Ce mélange nature et architecture ancienne était particulièrement réussi. Ça avait de la gueule et un petit côté magique. Surprise supplémentaire qui le ravit, un dispositif ancien visiblement actif. Dommage que McKay ne soit pas présent. Il serait déjà en train de câliner l’appareil, de le toucher de partout pour espérer lui faire cracher ses secrets. Le Ranger le délaissa pour s’intéresser au trou dans la roche. Il y jeta un coup d’œil découvrant le vide en dessous avant de s’en écarter pour éviter qu’un mouvement ne se termine en drame. La présence de ce dernier était très bizarre voir malsaine. A quoi pouvait-il servir ? Il fit immédiatement le rapprochement avec un trou servant à se débarrasser de ses ennemis dans une série TV. Il fallait mieux que les Zoé évitent de leur faire subir ça, aussi bien pour eux que les Atlantes.

« La porte de la Lune » Fit-il sourire aux lèvres en indiquant le trou à ses coéquipières espérant qu’elle ferait le rapprochement. Pas sûr ! « Le château du Val dans Game of thrones !! » Ajouta-t-il.

Alvia releva la tête vers lui. « Le trou des offrandes ! » dit-elle naïvement.

Un petit moment de répit eut lieu. Il fut mis à bon escient pour changer de chargeur, avant de se poser le dos contre la paroi pour se restaurer un peu. La montagne, ça creuse. Il dégotta des poches de son gilet, deux gels énergétiques et en proposa un à son mignon pot de colle. Bien entendu, elle n’avait jamais goûté d’aliments ayant une texture semblable et aussi fort en sucre. Son rictus le fit rire. Ne manquait plus qu’un feu pour se réchauffer un peu ! Enfin ça c’était visiblement trop demandé à ses indiens qui avaient mieux à faire en se soignant et se rafistolant comme ils pouvaient. La pause terminée, ce fut le début d’une nouvelle cérémonie. Par imitation des autres, plus que par respect pour les coutumes, l’homme se remit sur pieds pour y assister. Chacun eut le droit à un petit point de couleur, eux sur le gilet et Alvia sur le front. Quel intérêt de les marquer ainsi ? ça faisait un peu bête à abattre. Il remarqua que sa petite protégée essuya quelques larmes, visiblement affecté par cette marque.

« Hé regarde ! J’ai la même que toi. » dit-il pour essayer de la rassurer un peu tout en lui caressant le dos. La petite essuyant les larmes et lui fit un rictus en lui prenant la main.
Il ne manqua pas non plus la scène entre un des gardes et Nelly, chacun se murmurait des petites paroles au coin du feu. Ce smiley dessiné ça lui allait déjà nettement mieux. N’empêche que ce rapprochement des deux, il n’allait pas le rater. Que Pedge joue l’allumeuse, il en avait l’habitude mais ça, il ne l’avait pas vu venir !

« Toi, tu as une touche ! » dit-il n’attendant pas que Musclor soit reparti. Quémal toisa avec un sacré mépris Matt avant de vaquer à ses occupations .

Le problème, c’est que Matt ne s’était certainement pas apperçu que l’homme était au bord des larmes en lui confiant une phrase que Nelly peinait à comprendre. Le voir de la sorte, alors qu’il se tenait si droit et sûr de lui devant la tente, l’avait quand même affectée, même si elle ne le connaissait pas. Nelly n’avait pas vu Brutus ou Kidna parmis les survivants et elle était presque certaine que le garde pleurait au moins l’un des deux.

Au moment où il avait tourné le dos, Nelly avait fait une moue un peu peinée, compatissante quant à sa situation. Par comparaison, elle se voyait dans l’état en perdant l’un des membres de l’équipe. Parmis les Atlantes, on trouvait régulièrement des personnalités fortes et désintéressées, ce qui était plutôt normal vu la profession, mais Nelly avait tendance à s’attacher. Même au ranger quand il déboula, fier de sa connerie, qui lui donnait un air de gros lourdaud.
Sur le moment, Nelly ne lui répondit pas, lançant un petit « Quémal...attends... » dans l’air sans qu’il n’y réagisse. Le garde était reparti et la petite espagnole soupira avant de détourner son regard sur le ranger.
« Sí ! J’ai une touche, et ? » Demanda-t-elle avec une moitié de malice et de tristesse partagée pour le garde.
« Et ???!! » Répéta-t-il avant de soupirer portant une main à son front, désespéré par l’attitude amoureuse de sa coéquipière. « Tu nous le présentes quand ton mari ? »
Nelly écarquilla des yeux, jouant la comédie pour s’approcher du ranger en lui répondant.
« Hannnnn ! Tu serais pas celoso toi ?!? » Elle ricana, lui pinçant la joue comme si c’était un enfant.
Il n’allait pas se laisser pincer sans rien faire, attrapant aussitôt son oreille entre l’index et le pouce. « Celoso ? »
« Jaloux !!! »
La pression se renforça sur son oreille pour la faire lâcher prise. « Nan mais normal que je m’intéresse à tes prétendants non ? Oups ! » Ajouta-t-il en se remémorant la présence d’Alvia à ses côté, qui le toisait avec un rictus pouffant d’amusement.
Nelly finit par lâcher prise et reculer en se frottant l’oreille endolorie, le considérant d’un air étonné. « Non ! Pas du tout ! C’est même inquiétant ! »
Son regard dévia sur la petite fille et, avec un sourire goguenard, lui lança sur un ton de confidence : « Demande-lui ce que c’est un prétendant, si ? Tu verras, il explique très bien. Pareil si tu veux savoir comment on fait des enfants ! »
Nelly recula de quelques pas avec un grand sourire. « Bon courage, indiscreto ranger ! »
« C’est ça, file rejoindre machin. Moi je file prévenir ta Moman de ce que tu trâmes. » Matt lui sourit avant de sentir Alvia lui prendre la main, les yeux pétillant de malice et surtout de questions.
« Il s’appelle Quémal, Celosoooooooooo ! » Fît Nelly par-dessus son dos d’un ton chantant.





_________________


merci !                               couleur : darkcyan
Revenir en haut Aller en bas
Sam 10 Fév 2018 - 21:55
avatar
√ Arrivée le : 09/11/2014
√ Messages : 1494
√ Localisation : Atlantis


Dossier Top Secret
√ Age: 33 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Non
Voir le profil de l'utilisateur
MJ26 : Les Grands Explorateurs # EQUIPE 3
Pedge Allen- Matt Eversman-
Nelly Bricks- Kara Aiolos


Pedge Partie 2 - Artefact

Ils arrivèrent dans une salle ouverte sur le ciel étoilée de la planète, au milieu de laquelle trônait l’édifice lantien qui intéressait l’équipe atlante. Le décorum était sympathique, de même que la température de l’air accueillante et chaleureuse. Des ruines bouffées par du lierre s’étiraient ici et là, encadrant l’artefact qui était disposé au centre. L’endroit était joli, orné de ce lierre à fleur rouge et blanche, qui semblait dégager une odeur agréable de vanille. Pedge ferma les yeux quelques secondes et en inspira une longue bouffée… Elle adorait la vanille, comme beaucoup de monde d’ailleurs. Ses yeux sautaient d’un endroit à l’autre, pour revenir invariablement vers l’objet qui l’intéressait. Les locaux se précipitaient déjà vers des bassins d’eaux, pour se nettoyer et aussi, pour en tirer des plantes apparemment médicinales.

Naturellement, Pedge délaissa les bassins non sans faire signe à son équipe de garder les yeux ouverts, et elle approcha du générateur lantien. Elle n’avait aucune espèce de compétences dans l’analyse de ce genre d’engin, et elle regretta aussitôt l’absence d’un technicien ou d’un scientifique dans l’équipe. Elle ne savait pas du tout si quelqu’un parmi ses hommes étaient susceptibles de faire quelque chose. Cependant, elle avisa sur le côté un éclat brillant, vert, signe que l’E2PZ n’était pas commun. Une bonne découverte.

« Si quelqu’un peut analyser ça… Sinon tant pis. », leur demanda-t-elle.
« J’ai mon appareil...je peux prendre des photos et quelques vidéos pour les ramener aux scientifiques ? »
« Faites ça Nelly, plus on a d’informations à ramener, mieux ce sera. Je vais essayer de connaître la signification du générateur pour ces gens. », répondit Pedge en cherchant déjà du regard la femme à plumes.

La petite espagnole acquiesça avant de sortir son téléphone portable, vestige de son ancienne vie sur Terre. Il y avait un peu de tout dedans : photos, vidéos, musique...image d’une coloscopie gracieusement offert par Isia…
L’objet ne servait plus à appeler depuis bien longtemps mais c’était un peu comme partir avec son petit jardin privé. Ca l’importait, elle se voyait bien faire une petite photo de groupe s’ils parvenaient à s’en sortir et qu’ils ne jouaient pas les grands princes désintéressés. Bref, Nelly s’approcha doucement du générateur en se donnant simplement l’air d’une curieuse, ce qu’elle était effectivement, mais essayant pour le moins de ne pas trop attirer l’attention. Elle prit des photographies du générateur sous toutes les coutures, que ce soit en plan large que sur des coupes très étroites. De l’ensemble comme du générateur vert à l’intérieur. Et elle termina le tout en filmant l’édifice et tous les environs, reculant en faisant une vue un peu générale. Qui sait si cela allait servir, il allait falloir rentrer en vie pour l’envoyer aux scientifiques.

Pedge s’en était allée vers Oléda pour la questionner :

« Quel est le symbole de cet appareil ? », lui demanda-t-elle posément, alors que la cheftaine indienne semblait préparer une sorte de mixture ocre.
« C’est un présent des anciens dieux, pour nous rappeler qu’ils sont là pour nous protéger et combien nous leur devons la vie. »
« Hum, je vois. », fit-elle en prenant le temps de réfléchir. Elle porta son regard sur le générateur avant de poser une autre question : « Est-ce que vous en connaissez l’utilité ? »
«L’utilité ? Il nous protège, voilà tout. » répondit-elle simplement sans pouvoir en dire davantage.

Pedge accepta l’explication sans rien demander de plus. D’un geste de tête et d’un rictus poli, elle remercia la cheftaine et s’éloigna. Elle devait accepter l’ignorance de cette femme à propos de l’artefact ancien. L’évolution de ces gens ne leur permettaient pas d’en saisir les subtilités, subtilités qui, se rappela-t-elle, lui échappaient également alors qu’elle venait d’une civilisation technologiquement supérieure.

« Alors ferme là. », se dit Pedge à elle-même, faisant taire ses idées préconçues de supériorité alors qu’elle serait bien en peine d’expliquer à quoi sert cet appareil. Au final, elle en était au même stade qu’Oléda. La différence tenait que des gens de son peuple, autrement appelés techniciens ou scientifiques, s’intéressaient à ce genre d’objet et qu’ils arrivaient à en connaître l’utilité. Cela ne semblait pas être le cas des Zoé. Qu’importe.

Le temps fila. Une vingtaine de minute où les locaux se soignèrent, se nettoyèrent, avant de finalement se retrouver pour les derniers préparatifs de la fête. Pedge se retrouva avec une marque sur son gilet MOLLE, comme les autres “héros” qui étaient sortis de la tente rouge plus tôt dans la journée. Elle ne comprenait pas tout ce qui était en train de se passer. Manifestement, d’avoir participé aux épreuves permettait aux Atlantes de continuer le chemin spirituel du peuple Zoé. Même la petite qui collait aux basques de Matt reçu le signe, de quoi endormir la méfiance de la lieutenant qui ne sentait pas du tout le coup foireux se profiler à l’horizon.

Quand enfin ils prirent le dernier chemin, et que la roche fut déplacée dans leur dos tandis qu’ils observaient ce nouveau lieu vraiment splendide, son sang se glaça. Ce n’était jamais une bonne chose de se retrouver enfermé, surtout quand une partie du groupe restait de l’autre côté, et que cette partie en question était à l’origine de l’enfermement des autres. Mais tout le monde semblait s’en foutre… C’était une sorte de nouveau rituel… Elle n’en savait rien.


_________________
#a1931c
DC : Erin Steele & Teshara Lays & Chenoa Penikett
Revenir en haut Aller en bas
Dim 11 Fév 2018 - 12:29
Invité
Invité
avatar
On est dans la merde ensemble
Les Héros désormais marqués furent guidés. Le Ranger demeurait en retrait du groupe. Quelque chose n’allait pas. Il sentait le problème venir mais ne parvenait pas à en trouver la source. Il était plutôt tendu ne cessant de jeter des coups d’œil autour d’eux ralentissant parfois pour observer en arrière. Rien. Toujours. Alvia semblait elle aussi affectée. Certes, elle ne cessait de lui sourire, de s’accrocher à sa veste mais quelque chose dans son attitude avait aussi changé. Il tenta de la rassurer en lui caressant régulièrement le dos, lui disant que ça allait aller même s’il n’était pas bien convaincu. Le groupe se retrouva sur une espèce de balcon qui se révélait être une charmante impasse. La vue y était sensationnelle mais impasse quand même. Visiblement cela ne choquait que les Atlantes, les autres rayonnaient dansant et chantant pour leurs dieux. Cela couvrit le mouvement d’une grosse roche qui boucha l’arrivée. Trop tard.

Le fusil d’assaut fut relâché pour lui permettre de pousser la roche de toutes ses forces. Ce fut peine perdue. Les voilà pris au piège. Cela fit rager le militaire qui lâcha plusieurs jurons avant de retenter sa chance avant de s’avouer vaincu. Aux grands maux, les grands remèdes.
« J’ai du C4. » Dit-il en portant une main à son gilet tactique.

Pedge s’écartait de la roche elle aussi. Elle avait poussé de toutes ses forces pour la faire bouger, mais en vain. Même leur effort combiné ne changea rien. Elle n’aimait pas du tout ça. Le ranger proposa une solution radicale. La texane fit non de la tête avant d’accompagner son non verbal par quelques mots :
«Négatif sergent. On est trop confiné pour que ce soit une bonne idée, et je suis certaine qu’il y a une explication à “ça”. », dit-elle en pointant du menton le rocher. «Je vais me renseigner. » Elle allait demander à quelqu’un, voilà tout. Ce n’était peut-être qu’un rituel de plus, même si son instinct lui disait qu’il y avait une couille dans le potage et qu’elle était bien poilue. Elle n’avait pas autant d’année de service à son actif pour ne pas développer une sorte de pressentiment, qui ne se vérifiait pas tout le temps, mais qui selon les situations, se faisait plus présent en son for intérieur.

Négatif quant à l’emploi d’explosif. Allen n’avait pas tort mais il fallait bien le bouger ce rocher. Pas question de rester à attendre sagement. Le regard du Ranger balayait la surface du rocher à la recherche du moindre interstice intéressant quand Alvia se manifesta en lui attrapant la main attirant aussitôt son regard vers elle. Les larmes ruisselaient sur son visage. Elle tremblait tout en lâchant des paroles très étranges.
« Alvia, que va-t-il se passer ? » Demanda-t-il en lui serrant la main pour qu’elle le sente sa présence. Pas question de l’abandonner maintenant, même s’ils étaient coincés tout autant qu’elle.
La petite tremblait, elle le regardait balbutiant quelques faibles mots accrochant encore plus sa main sur le Ranger, comme s’il était le seul rempart pour la protéger.

«Un dart… Un putain de Dart ! », fit Pedge à l’attention de l’équipe alors qu’elle prenait conscience du nez pointu et caractéristique de l’engin Wraith. Qu’est-ce que c’était que ce bordel. Deux originels sortirent sur les paroles de la militaire de derrière un rideau de lianes. Les enculés !

Il n’eut pas le temps d’entendre sa réponse, quelqu’un venait de gueuler un mot qui lui glaça le sang. « Oh non… » murmura-t-il. Pas ça… Pas maintenant, pas ici ! Le cœur du Ranger loupa quelques battements tandis qu’il se redressait pour pouvoir le voir décoller de ses propres yeux. Non, non, non. Jamais plus, il ne vivrait un tel cauchemar. Hors de question de se faire capturer de nouveau. De nouveaux hurlements trahirent l’apparition de ces fameux dieux. Deux originels. La panique n’était pas loin du côté du militaire, livide. Ce bruit strident du dart n’arrangeait rien. Il était incapable de prendre une décision exécutant juste quelques pas en arrière. Alvia ne comptait plus. L’équipe non plus. Il n’y avait que cette envie absolue de ne plus être fait prisonnier. Plus jamais. Pour ça, il fallait échapper aux Wraiths ou tous les tuer. La solution 2 s’imposa dans son esprit comme un déclic. Il épaula son arme se mettant en position de tir avant d’ouvrir le feu en direction des originels. Alvia, paniqua et s’écarta un peu de lui, essayant de lui parler en vain ! Elle mit ses mains sur ses oreilles et se mit à genoux.

De son côté, Nelly se trouvait légèrement en retrait.
L’apparition des Wraiths lui avait fait froid dans le dos et elle assura son MP5 dans leur direction, le doigt hors de la détente. De sa main valide, elle avait empoigné ce qu’elle pouvait de Kara, ne sachant pas vraiment si c’était son vêtement, sa cuisse ou quoique ce soit d’autre, pour la mettre dans son dos. Ce n’était certainement pas pour jouer l’héroïne ou la sacrifiée au grand coeur. La petite espagnole ne rêvait que d’entendre Pedge leur ordonner de fuir mais ça n’avait pas l’air d’être le cas. Kara était une diplomate et elle avait donné le ton à la dernière attaque des loups : se concentrer sur elle.

« Reste derrière moi... » Souffla-t-elle d’une voix très tendue.

Kara n’aimait pas du tout se retrouver enfermée dans cette pièce et toutes ses alertes étaient au rouge. La seule issue était fermée ou alors il fallait sauter dans le vide et l’eau sans savoir où sortir. Ils s’étaient fait avoir mais quel était le but réel de tout ça ? La diplomate entendrait certains Zoé prononcer le mot Dieu...donc ils allaient avoir les dieux...génial, tout ce que détestait Kara. Elle méprisait au plus haut point les peuples croyants, pour elle ce n’était que des gens sans intelligence et puis bien souvent, rencontrer les Dieux signifiait mourir.

D’ailleurs en parlant des Dieux, la brune entendit le bourdonnement caractéristique d’un Dard et donc la présence de Wraiths. Ils en avaient été avertis au briefing mais jamais Kara n’aurait pensé que c’était les dieux de ce trou à rat de planète. Par réflexe totalement inutile il fallait bien l’admettre, Kara sortit son arme, mais elle allait faire quoi face à deux originels avec un simple pistolet ? Elle fit ce que Nelly lui ordonna et se mit derrière en position de protection. C’est à ce moment là qu’elle entendit le bruit de détonations d’arme à feu et elle vit le Ranger tirer vers les Wraiths. Réaction parfaitement normale face à ces vampires, mais des Zoé vinrent vers lui pour tenter de l’arrêter
Un Zoé se tourna vers le duo que formait Nelly et Kara, pour venir tenter de prendre l’arme de la militaire. Kara ne réfléchit pas et tira dans la tête du Zoé.

”Tiens cadeau, va rejoindre tes dieux…”

Et c’est là que l’éclat soudain de l’arme de Kara raisonna violemment dans les oreilles de Nelly, la faisant sursauter. Elle tourna vers elle un regard écarquillé avant de se concentrer de nouveau sur sa visée, activant cette fois son laser, et se préparant à tirer sur celui qui leur sauterait dessus. Mais avec tout ces gens autour...c’était de la folie. Tout basculait beaucoup trop vite à son goût et elle jeta des coups d’oeil anxieux en direction de Pedge, se demandant ce qu’elle devait faire.

Pedge était restée comme… pétrifiée quelques secondes, et ce fut la rafale d’arme automatique de Matt qui la tira de ses pensées. Elle ne s’attendait pas vraiment à se retrouver confrontée à des Wraiths. Tout prenait sens. Les Dieux de ces gens étaient des vampires, et donc… ils étaient en présence d’adorateurs Wraith. Les atlantes étaient donc en territoire ennemi. Que faire ? Elle devait prendre une décision rapidement. Fuir ? Ne pas fuir ? Il n’y avait « que » deux originels, mais la présence du Dart qui déjà commençait son ascension avec son grand bruit de moustique n’augurait rien de bon. D’ailleurs, il téléchargea une partie des locaux. Et merde.

La confrontation semblait inévitable. Ils pourraient fuir. Un rapide coup d’œil à son environnement lui montrait qu’ils étaient sur un balcon, sous lequel courait une cascade qui s’engouffrait dans un plan d’eau. Ils pouvaient sauter dans ce tourbillon, mais pour aller où ? Ne seraient-ils pas vulnérables dans l’eau à barboter comme des cons, gênés par leur équipement ? Sans parler du fait qu’ils ne savaient pas s’il y avait du fond ou pas. Finir broyé dans un remugles d’eaux tumultueuses n’était pas une fin acceptable. Deux originels étaient un sacré challenge, mais ce n’était pas impossible. Ils étaient lourdement armés. Pedge n’avait même pas utilisé un chargeur complet dans l’affrontement contre les loups, et il lui en restait deux. Sans parler de son arme automatique et de ses armes blanches. Qui plus est, elle possédait encore ses deux flashbang, un fumigène, et son lance grenade monté sur rail sous le canon de son fusil.

Bref un attirail digne de ce nom. Les autres membres de l’escouade atlante devaient disposer d’une puissance de feu similaire. Mais la question était : qu’allait faire la foule s’ils agressaient leur « Dieux » ?

Elle allait avoir la réponse dans peu de temps vu que Matt venait d’ouvrir le feu, dans un vacarme assourdissant à cause de l’écho de la grotte. La situation souterraine, les Wraiths, tout cela rappelait la Magna à Pedge qui était crispée sur la crosse de son fusil. Elle était blême, le palpitant au-delà du raisonnable, mais cela lui insufflait suffisamment d’oxygène dans le cerveau pour qu’elle garde son sang froid. Elle croisa le regard de Nelly. Il était temps d’agir !

« On bouge vers le bord du balcon ! », gueula-t-elle pour couvrir le bruit des rafales de Matt.

Autant assurer le coup sur les deux tableaux. Arroser ces connards, se prémunir de la foule, et se ménager une porte de sortie si jamais ça devenait trop chaud.

Nelly maintenait son arme braquée en avant. Sa main valide recherchait encore la position de Kara dans son dos et elle se mit à reculer pour respecter l’ordre. Le bruit de la cascade lui laissait sous-entendre qu’il devait y avoir pas mal d’eau sous le balcon, en contrebas, et elle se rappela soudainement de la phrase que Quémal lui avait glissé. Elle écarquilla les yeux sous le coup de la surprise.

*Il ne faut pas avoir peur du vide et de l'eau pour échapper à son destin...donc il savait ???*

Il était en larme, Nelly n’avait pas eu l’occasion de le rattraper pour savoir ce qui le blessait à ce point. Ce qui est sûr, c’est qu’il lui avait donné la solution. Il fallait sauter pour fuir les Wraiths mais Pedge semblait avoir pris une décision différente et il n’y avait que deux Wraiths…”QUE”...c’était des saletés d’originels, Nelly les voyait pour la première fois et ça la terrorisait. Cette façon de sourire, cette façon de montrer par le regard combien il voulait se nourrir d’eux. Et ces “héros” qui n’aspiraient qu’à se faire sacrifier en les considérant visiblement comme des Dieux.

La petite espagnole n’avait pas la force de réagir de la même manière. Elle avait voulu, elle aussi, faire feu en direction de l’ennemi. Mais les autres étaient si proche, ils étaient si exposés. Et même si c’était des adorateurs des Wraiths, ils en devenaient encore plus victimes que coupable.
Mais voilà, Nelly ne comptait pas non plus rester inactive pendant que Matt et Pedge se défendaient contre leurs démons. Elle tourna la tête d’un quart, regardant au-dessus de son épaule pour voir Kara et elle lui cria d’une voix brisée :
« Aide-moi ! »

Et comme pour lui en montrer l’exemple, elle prit son arme incapacitante Wraith, faisant un pas en avant, et tira sur le premier civils qui aurait eu une mauvaise intention vis à vis de Matt ou de Pedge. Le but était simple : couvrir les deux tireurs en restant, comme l’ordonnait Pedge, au bord du balcon. Il fallait, qu’au moins, elles apportent leur aide en dégageant la ligne de tir. Kara n’avait peut-être pas d’arme incapacitante mais elle était maligne, elle saurait comment agir. Nelly avait le coeur qui battait à cent à l’heure mais elle demeura bien campé sur ses pieds, ajustant son tir et assommant les civils qui se dressaient entre les balles et les Wraiths.

Kara ne comprenait pas du tout pourquoi les Atlantes ne tiraient pas pour tuer les Zoé, mourir d’une balle était moins horrible que mourir sous la main de Wraiths. C’était presque un acte de pitié que de les abattre car ils ne méritaient pas ça après ce qu’ils avaient fait à cette équipe Atlante. Mais comme ils ne tiraient que pour éloigner les Zoés et viser les Wraiths Kara n’eut pas d’autres choix que de faire pareil. Sauf que soucis, elle n’avait pas d’arme non létale. Et si elle avait bien compris ce que Nelly lui avait demandé il fallait couvrir le Ranger qui était en train d’arroser copieusement les suceurs de service.

Elle prit donc son arme et visait le sol proche des Zoés pour qu’ils n’approchent pas du ranger et si par erreur une balle allait se loger dans une jambe ou un pied ce n’était pas grave. Ses tirs eurent un petit effet car certains Zoés reculaient et d’autres s'effondraient...oops..pas grave. Après tout la jeune femme n’était pas une soldat, la précision de ses tirs laissaient à désirer. Les Wraiths avaient déjà commencé leur travail de récolte, elle serait bonne car tous ceux ici étaient des êtres forts ou jeunes. C’était dégoutant mais les Atlantes ne pouvaient rien y faire à part sauver leur peau. D’ailleurs en parlant de sauver leur peau, Kara vit la chef d’équipe aller récupérer le Ranger le tirer par le gilet.

Même si la diplomate ne le portait pas dans son coeur, elle trouvait normal qu’on ne le laisse pas là. C’était un emmerdeur mais un emmerdeur Atlante donc ils récupéraient les leurs. Kara jeta un rapide coup d’oeil par dessus le balcon pour voir que si jamais ils choisissaient de sauter là aussi ils seraient encore en danger. Une pensée lui traversa l’esprit rapidement, toutes les missions pour Atlantis devaient se dérouler en risquant sa vie?

Ces enfoirés d'aliens se fichaient entre lui et les vampires interceptant ses tirs en faisant barrage de leur corps. Matt décolla son œil de son viseur quelques instants pour les considérer avant de reprendre ses tirs. Tout était bon pour ne pas se faire attraper de nouveau même quelques morts sur la conscience. Le bruit de l’arme et son écho l’empêchèrent d’accéder aux propos des autres. Quelques “héros” locaux tombèrent sous ses balles et sous les tirs alliés. Alvia pleurait, restant derrière Matt, elle avait terriblement peur et ne comprenait rien de ce qui se passait. « Arrete… Arrete »

Pedge pesta en voyant que le ranger était trop occupé à tirer et à se concentrer sur ce qu’il faisait pour entendre ses ordres. Il allait dans la mauvaise direction. Elle poussa de l’épaule un type qui tentait de lui faire baisser son arme. De la crosse, elle lui écrasa le nez pour qu’il ne l’importune plus.
« Nelly, couvre-moi, j’attrape Matt ! », fit-elle en se retournant vers l’hispanique. Elle ajouta avec précipitation : « Vois si on peut sauter dans la flotte ! ». Elle lui fit un signe de tête avant de s’engouffrer dans la masse désorientée des indiens, bousculant comme un tank tout ce qui passait. Elle empoigna la poignée derrière le gilet MOLLE d’Eversman pour le tracter.
« Ramène tes fesses ! »
Elle le tira vers elle, et elle recula vers le groupe, continuant de le tenir pour qu’il recule. C’était aussi une façon de lui montrer qu’elle était dans son dos, pour le soutenir et le couvrir. Un bon travail d’équipe.
« Hey ! » gueula-t-il en se sentant déstabilisé puis forcé de bouger en arrière. Surpris, il manqua de se casser la figure et il cessa ses tirs. « Qu’est ce que tu fous ? »
« On reste groupé ! »
« OK !» Le Ranger lui facilita la tâche en reculant de lui même sentant quand même cette pression le forçant en arrière. Il repéra Bricks, Kara ainsi qu’Alvia (qui avait suivit Matt comme son ombre, en rejoignant le groupe Atlante) à proximité mais aussi toujours les immondes en approche. Ces derniers se soignaient en attrapant des malheureux au passage, leur pompant leur énergie vitale jusqu’à la moëlle. Il ne savait que trop bien ce qu’ils étaient en train de vivre. Pas question de le subir de nouveau. Il ouvrit le feu de nouveau, quitte à tuer les Zoés. Au moins il leur épargnerait cette mort atroce. Au diable la précision, il ne fallait pas qu’ils approchent.

Les tirs avaient fait mouche sur les originels, mais ces enculés se servaient des Zoé à portée de main pour se régénérer en allant. Bref, la partie était loin d’être gagné. Ok, ils n’étaient que deux, mais Pedge n’avait pas pris en compte ce paramètre élémentaire : ils pouvaient se soigner au fur et à mesure. Et la réserve d’énergie vitale était importante, même si quelques autochtones étaient morts sous les balles du ranger.

De son côté, Nelly avait respecté les consignes et s’était évertuée à assommer ceux qui voulaient prendre Pedge et Matt de flanc. Sur le moment, elle avait été très surprise par la réaction de Kara qui avait littéralement usé d’un tir létal sans hésiter. C’est ce qui lui rappela qu’elle ne la connaissait pas du tout et qu’elle se fichait visiblement de ce qu’était les Zoés. La petite espagnole préférait les assommer, leur laisser au moins une chance de survivre, plutôt que de les tuer lâchement comme ça.
Elle préféra ranger ce ressentiment de côté alors qu’elle profitait de quelques secondes d’accalmie pour se pencher au-dessus du balcon. Elle revint ensuite en position tout en hurlant pour couvrir le vacarme des tirs.

« PEDGE ! PLAN D’EAU ACCESSIBLE ! » Et elle reprit son tir.

Alvia revint vers Matt, pour lui tenir une main et les yeux larmoyant...« Les dieux sont méchant … On va mourir Matt ? » Elle tremblait tellement fort, voyant ces monstres venir vers eux et son peuple qui semblait mourir aussi… Des enfants , des ados et des jeunes adultes…
Une main vint chercher la sienne, empêchant d’appuyer sur la gâchette. Il la fit lâcher prise pour reprendre son feu « Arrête »
La petite obeissant transit de peur.

Pedge avait réussi à ramener Matt (et sa petite protégée accessoirement), vers le bord du balcon. Elle avait bien noté dans un coin de son esprit que le plan d’eau était un échappatoire. Malheureusement, elle en vint à se dire que ce serait là la meilleure conclusion possible de cette aventure, car, alors qu’elle changeait de chargeur pour la première fois, les tirs des atlantes ne semblaient pas faire le moindre mal aux originels qui se repaissaient de Zoé pour tenir le choc. Ils approchaient de plus en plus de leur position et ils seraient bourrés d’énergie vitale. Des cibles trop fortes pour eux, malheureusement.

Il ne fallait pas s’acharner. Si elle persistait à maintenir l’équipe ici, ils y passeraient tous et ce n’était pas la conclusion qu’elle souhaitait à son commandement. Elle était clairement révoltée contre le fait de fuir, parce qu’elle avait une vengeance à accomplir à l’encontre de ces créatures, même si elles n’étaient probablement pas de l'engeance des ingénieurs, mais il ne fallait pas qu’elle soit butée et qu’elle s’aveugle dans sa colère et dans sa haine. Elle savait se canaliser, camoufler ses émotions, les réguler, quand elle ne le les régulait pas tout simplement, et elle devait faire de même avec celles plutôt négatives qui l’envahissaient alors.

Alors elle s’entendit crier un :

« On saute !! »

Elle savait que Matt ne sauterait pas seul. Il était aussi investi qu’elle, voir plus, exprimant sa peur tout autant que sa haine dans les rafales d’armes automatiques qu’il envoyait en direction des Wraiths. Elle vérifia que Nelly et Kara sautaient, puis elle attrapa la poignée du gilet du ranger et elle le tira vers le rebord, en répétant qu’il fallait sauter. Elle prit même le partie de prendre la main de la petite qui ne lâchait pas Matt. De la haut, le lac faisait la taille d’une cuillère à café, mais nul doute qu’il y avait de la profondeur pour les réceptionner. Ce serait un grand plongeon, et elle espérait que la cascade les masquerait vis-à-vis du Dart.

Kara ne se fit pas prier pour sauter, car elle n’avait pas du tout envie de terminer en repas pour Wraiths. Quoi que elle avait vaguement entendu un truc au sujet de sa puce et de ces créatures. Enfin qu’importe s’ils mettaient la main sur elle ils la tueraient de toute façon. Donc elle monta sur la rambarde et sauta sans se poser la moindre question. Elle se refusait à penser au courant de l’eau, à la cascade, aux éventuels rochers présents sous l’eau.De toute façon tout était mieux pour mourir que de la main de Wraith. Le choc avec l’eau fut rude et sa respiration fut coupée quelques instants. Elle entendit vaguement d’autres ploufs mais ne savaient pas si c’était son équipe ou des Zoés ayant eu enfin une lueur d’intelligence.

Nelly avait sauté dans le même temps. La température de l’eau l’avait surprise un premier temps et elle battit des bras pour essayer de remonter au plus vite. Mais avec son sac contenant le drone, la poche à grenade et son MP5, elle se sentit soudainement attirée vers le fond comme une vulgaire ancre. La petite espagnole ouvrit les yeux en poussant une plainte et chercha à décrocher ses affaires pour pouvoir remonter à la surface. Elle ne sentait pas le fond, elle savait juste qu’elle s’enfonçait davantage.
Le MP5 tomba, la poche à grenade tomba, son sac à dos tomba...prit entre deux sangles et refusant de la quitter. Nelly continua de sombrer et elle fût prise de panique en comprenant qu’elle n’arrivait pas à se décrocher de cette véritable enclume.
Revenir en haut Aller en bas
Dim 11 Fév 2018 - 21:09
avatar
√ Arrivée le : 01/08/2015
√ Messages : 475
Voir le profil de l'utilisateur
MJ26 : Les Grands Explorateurs # EQUIPE 3
Pedge Allen- Matt Eversman-
Nelly Bricks- Kara Aiolos


Une fois le grand saut effectué, vous tombez en contrebas, l’eau de la cascade atténuant largement la chute. Vous atterrissez dans un petit lac assez profond pour éviter que vous vous écrasiez contre d’éventuels rochers. En revanche, le courant y est fort car le lac se rétrécit en rivière qui se jette ensuite dans la montagne qu’elle a creusé au fil des ans. Autour de vous, il n’y a pas vraiment d’échappatoire. Autour de vous, le sol est recouvert de neige encore et encore. La température de l’eau est agréable 20 degrés à peine. Les Zoé vous regardent d’en bas, poussent toujours des cris mais les originels ne se montrent pas. La seule ouverture est cette cavité creusée dans la pierre par l’eau. Il n’y a pas vraiment moyen de poser pied à terre au départ mais plus la rivière s’enfonce au cœur de la montagne et plus l’environnement ressemble à une grotte et des accotements permettent de retourner sur la terre ferme. En suivant le cours d’eau, un chemin permet de traverser l’intérieur de la montagne. Le lieu est humide, calme, plongé dans le noir. Les parois sont lisses et glissantes, attention aux chutes ! Il n’y a absolument aucun signe de vie mais sur les murs de pierre apparaissent parfois des signes dessinés certainement par les Zoe déjà passés par là précédemment.

La traversée dure une bonne demi-heure si elle est prudente et si personne ne chute dans l’eau. Elle sera beaucoup plus rapide si on se laisse porter par les rapides mais là aussi, quelques dangers sont à prévoir. Notamment parce que ça et là, on risque de percuter des pierres ou de s’enliser dans les algues qui tapissent le fond de la rivière. Alors que tout à l’heure vous avez gravi un chemin pour atteindre la pièce de l’E2PZ et le balcon, ici le dénivelé sera négatif mais suffisamment praticable pour éviter de tomber à pic.

Plus la sortie de la montagne approchera et plus la luminosité s’améliorera grâce au rayonnement de la lune, d’ailleurs quelques chauves-souris auront élu domicile au niveau de l’entrée de la grotte. Et finalement, la rivière débouchera sur une étendue d’eau beaucoup plus importante et le courant ralentira considérablement. Autour, l’environnement est calme mis à part le chant des oiseaux et le bruit de l’eau qui ruisselle paisiblement. La végétation est bien fournie, arbres, buissons, fleurs en tout genre. Cette zone est sur le versant est de la montagne et donc à l’est du village Zoé. Il faut deux bonnes heures de marche pour pouvoir l’avoir en vue car il faut contourner le pied de la montagne pour cela.

Mais avant cela, quelqu’un remarque qu’il y a une ombre, un homme imposant s’approche et, éclairé par la lune, vous tend un bâton pour vous aider à revenir vers la rive. C’était Quémal, le visage fatigué.
« Tenez. Je vais vous montrer un autre chemin, pour éviter les Bjorks » Sa voix semblait ailleur. L’homme avisa Alvia et eu un rictus tendre envers la petite qui peinait à nager.
« Je suis soulagé que vous ayez compris mon message. »» Adressa t-il à Nelly soulagé de les voir en vie.


Après quelque échanges avec ce Zoé, il vous montre un chemin, où plutôt une toundra de neige. Pourtant, le silence de la nuit est interrompu par le bruit strident d’un dart qui revient du village et passe non loin de vous. Sur cette étendue sans obstacle pour vous cacher il vous aperçoit et tente de vous happer en vain, avant de déposer un originel qui essaiera de vous attaquer. Le dart semble filer vers la porte avec un autre objectif.

----------------------------------------------
Consignes :

  • Vous avez jusqu’au 18 février pour répondre
  • A vous de choisir la manière de traverser la montagne en fonction des options qui se présentent à vous
  • De même, une fois sortis vous avez un peu de temps pour discuter avec Quémal avant que le dart ne fasse son apparition (une dizaine de minutes environ)
  • Si vous engagez le combat avec l’originel, vous avez toute la liberté de le mener comme bon vous semble. Quemal peut se battre avec vous.



Revenir en haut Aller en bas
Dim 18 Fév 2018 - 14:53
avatar
√ Arrivée le : 09/11/2014
√ Messages : 1494
√ Localisation : Atlantis


Dossier Top Secret
√ Age: 33 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Non
Voir le profil de l'utilisateur
MJ26 : Les Grands Explorateurs # EQUIPE 3
Pedge Allen- Matt Eversman-
Nelly Bricks- Kara Aiolos


La chute ne dura pas longtemps, mais cela sembla être une éternité pour Pedge. Néanmoins, le choc avec l’onde fut rude, et quelque part dans un coin de son cerveau, elle espéra ne pas être tombée sur un de ses coéquipiers. Elle avait prit soin de tenir son fusil d’assaut à la verticale pour qu’il ne lui revienne pas dans le ventre, ou dans les jambes, au moment de l’impact. Non, c’était certainement le mur aquatique qui avait fait trembler tous ses os quand elle l’avait traversée. De cette hauteur, c’était plus que probable. Heureusement qu’elle avait sauté en allumette, les pieds devant. Un plat aurait pu lui péter quelque chose.

Bref, il n’était pas tellement le temps de réfléchir à des lois métaphysiques d’un corps pénétrant l’eau depuis une hauteur donnée, mais plutôt à remonter ! Son treillis s’était gonflée d’eau, tandis que ses rangers avaient décidé de faire des réserves elles aussi. La texane pédala frénétiquement des pieds pour remonter à la surface, quand un mouvement du coin de l’oeil lui fit apparaître une Nelly en grande difficulté. L’hispanique coulait comme une pierre, empêtrée dans son équipement qui la tractait comme une pierre vers le fond.

Nelly était un petit gabarit. L’eau avait imbibé ses vêtements, inondé ses bottes, alourdi son sac. Le tout, avec son gilet tactique, s’était transformé en une véritable enclume qui l’attirait vers le fond malgré le courant. Comme en chute libre dans cette étendue sombre et froide, la jeune femme fût prise de panique en comprenant qu’elle ne retrouvait pas plus d’air. Elle retenait sa respiration tout en tâtonnant son torse pour décrocher son MP5 et sa grande poche à grenade. Mais ce n’était pas suffisant. La jeune femme n’avait pas l’habitude d’ouvrir les yeux dans l’eau, elle n’aimait pas cette sensation détestable. Mais là, elle fût bien contrainte de faire une exception et elle écarta les bretelles de son sac à dos avec des gestes paniqués et fébriles.
Seulement, au moment où elle pensait avoir enfin quitté ce boulet, elle continua de sombrer jusqu’au fond, son sac se posant lourdement comme une ancre au milieu des pièces qu’elle avait déjà laissé tombé. La petite espagnole fît une impulsion pour remonter mais son mouvement s’annula par une force mystérieuse la retenant sur ce fond. Nelly se retourna brutalement, relâchant des bulles d’air dans un cri de surprise étouffé par l’eau, alors que ses mains rencontraient les sangles du sac prises dans son gilet MOLLE, pile dans son dos.
Une nouvelle plainte s’échappa d’entre ses lèvres. Nelly suffoquait déjà, elle tira encore et encore sans que l’attache ne veuille rompre.
Dès qu’elle vit une silhouette auprès d’elle, la petite espagnole s'agrippa dans une communication de gestuelle lui demandant de l’aide. Elle reconnaissait Pedge et écarquillait de grands yeux en lui montrant la sangle qui la retenait.

Ce n’était pas évident de descendre vers Nelly alors que son corps remontait naturellement vers le haut, mais Pedge, lestée par son arme automatique, parvenait quand même à rejoindre la jeune femme qui commençait à paniquer. Il fallait faire vite, car la respiration allait aussi lui manquer. Usant du corps de l’hispanique qui s’était agrippée à elle, Pedge passa dans son dos et avec son couteau, elle sectionna la sangle incriminée pour libérer de son ancre le croiseur Bricks. Ainsi, normalement délestée, elle pouvait remonter. La texane décrocha la boucle de son Colt M4 pour le laisser tomber, et, préférant ne pas prendre d’impulsion sur le sol de peur qu’elle s’enlise, elle pédala vers le haut pour tenter de rejoindre la surface avant le réflexe humain d’inspirer un grand coup, ce qui, n’étant pas un poisson, ne serait pas bon du tout pour sa survie à court terme. La sensation de manque d’air était terrible et elle mettait toute sa volonté pour ne pas lâcher l’affaire. La surface n’était pas loin, et les deux jeunes femmes, ensemble, parvenaient à remonter petit à petit malgré les godasses et les vêtements alourdis par l’eau.

Enfin, enfin la tête de la texane creva le plafond de l’eau pour émerger à l’air libre, prenant dérechef une grande goulée d’air, puis une autre et encore une autre, tout en s’assurant que Nelly allait bien. Matt était là lui aussi avec la petite Alvia, tandis que Kara se trouvait un peu plus loin. Parfait, tout le monde était là.

« Ça va Nelly ? », demanda-t-elle essoufflée.
« Oui...oui... » Répondit-elle difficilement entre plusieurs longues inspirations. « Merci... »

Nelly eut du mal à reprendre son souffle. Elle avait vraiment cru qu’elle y resterait. Au voyage, elle s’accrocha au lieutenant pour se guider mais en évitant de devenir un poids supplémentaire. Elle suivit sagement le lieutenant tout en se reprenant petit à petit. Elle fini par ajouter dans un souffle :

« C’était quand même plus marrant à la piscine ! »

Une référence que Pedge serait seule à comprendre.

« Tout dépend pour qui, j’étais en dessous je vous rappelle. », répondit-elle laconiquement.
« C’était pas de ma faute ! » rétorqua honteusement Nelly.

Elle lui offrit un sourire malicieux au passage avant de la remercier une nouvelle fois du regard. Ca allait mieux.

Pedge secoua la tête. Oui, le fameux fantôme de la piscine. Elle préféra ne pas balancer cette réflexion à haute voix pour ne pas relancer le sujet. Autant se laisser glisser dans l’onde pour mettre de la distance avec le balcon des autres tarés, et le tout, dans un silence confortable.




_________________
#a1931c
DC : Erin Steele & Teshara Lays & Chenoa Penikett
Revenir en haut Aller en bas
Dim 18 Fév 2018 - 17:17
avatar
√ Arrivée le : 08/12/2012
√ Messages : 10413

Dossier Top Secret
√ Age: 32
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Wraith
Voir le profil de l'utilisateur
MJ26 : Les Grands Explorateurs # EQUIPE 3
Pedge Allen- Matt Eversman-
Nelly Bricks- Kara Aiolos



Tiré en arrière, le sol se déborda sous ses pieds avant qu’Eversman ne bascule dans le vide tombant tête la première dans l’eau. La réception fut assez brutale lui donnant l’impression de se taper la tête contre un mur plutôt solide. Cela le laissa quelques secondes sans réaction avant qu’il ne prenne conscience du danger de sa situation. L’uniforme se gava d’eau, les chaussures n’arrangeaient rien et ce fusil de précision toujours sur son dos était de trop. Il n’eut aucun état d’âme à s’en séparer au plus vite, retirant les sangles le laissant tomber vers les profondeurs avant de battre des pieds pour remonter à la surface prenant une grande bouffée d’air. Les chaussures, le gilet et ce fusil d’assaut, tout le gênait peu habitué à se baigner autant habillé. Pedge venait de refaire surface avec Nelly, visiblement éprouvée.

« Dommage on a oublié sa bouée licorne. » Dit-il tout en la gratifiant d’un petit sourire bien content de les savoir en vie. En jetant un coup d’œil autour de lui, il repéra Kara.. Les coiffures des filles n’étaient plus aussi nettes, leurs cheveux collant sur leurs visages. Ça aurait pu être comique mais il n’avait pas trop la tête à rire là.

« Matt » Le petit cri aigu l’alerta, lui faisant tourner dans la direction d’origine. Il repéra la jeune Alvia dans une certaine détresse, visiblement peu à l’aise en milieu aquatique. Il ne lui fallu que quelques mouvements de bras pour la rejoindre et la stabiliser.
« Je suis là, Alvia. Accroche-toi à moi. » De nouveaux cris attirèrent son attention provenant d’en haut. Il s’attendait presque de voir d’autres personnes les imiter, voir même les wraiths pour tenter d’achever le boulot. D’ailleurs ça sait nager un originel ? C’était une bonne question ça ! Il n’avait pas non plus envie de connaître la réponse maintenant. Rester ici ne servant à rien, le militaire se laissa entrainer avec les autres par le courant.

Au bout d’un certain moment, le Ranger profita d’une accalmie du courant pour s’approcher de la berge prenant soin de demander à Kara de surveiller Alvia. En deux trois mouvements, digne d’une bonne pratique de la natation, il prit appui sur la berge afin de poser son postérieur galbé sur la terre ferme. La différence de température le fit pousser une espèce de soupir voir de gémissement. Qu’il faisait froid ! Ruisselant de partout, les vêtements gorgés d’eau, le militaire fit quelques pas avant de glisser et de se retrouver le nez dans la neige. Heureusement qu’il avait eu le reflexe de mettre ses mains, ça limitait les égratignures. Bon impossible de continuer par là, le milieu aquatique était bien plus sûr pour avancer. Il le rejoignit le plus vite possible d’un beau plongeon. Ahaha, elle était quand même super bonne cette eau. Dommage qu’il y ait ses fichus wraiths sur cette planète. Faut toujours qu’il vienne tout gâcher !





_________________


merci !                               couleur : darkcyan
Revenir en haut Aller en bas
Dim 18 Fév 2018 - 19:52
avatar
√ Arrivée le : 16/04/2017
√ Messages : 292

Dossier Top Secret
√ Age: 31
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Inoculation
Voir le profil de l'utilisateur
MJ26 : Les Grands Explorateurs # EQUIPE 3
Pedge Allen- Matt Eversman-
Nelly Bricks- Kara Aiolos



Auteur : Kara Aiolos

Kara n’était pas une bonne nageuse, mais elle n’allait pas se poser de questions, donc sauter fut simple...l’arrivée le fut beaucoup moins. Le choc violent avec l’eau l’étourdi quelques secondes. Secondes assez longue car elle se mit à couler. Mais voilà être sous l’eau ça elle savait gérer, donc elle ne paniqua pas et remonta à la surface. Les militaires eux par contre semblaient avoir quelques soucis, leur matériel les faisait devenir des poids morts. Elle vit de loin, Pedge aller aider Nelly, quant à Matt il se débrouilla tout seul.

Par contre la douleur à la tête de la brune venait de se réveiller après le choc avec l’eau et elle vit un peu de sang dans l’eau. Pas grave. C’est là qu’elle entendit un cri strident..mais pourquoi cet enfant était avec eux ? Tant que Matt s’en chargeait, Kara s’en foutait royalement. Et puis questions poids morts pour l’équipe, elle ne faisait pas mieux que cet enfant. Le courant était très fort et elle se fit entraîner rapidement. Elle avait appris quelques trucs c’est qu’en général, il ne fallait pas se battre contre le courant, ça faisait perdre de l’énergie pour rien, donc elle se laissa porter et pour encore moins galérer elle se mit sur le dos. Elle était secouée dans l’eau et par moment sa tête se mit à tourner, elle reprenait assez vite le contrôle d’elle même. Mais ce n’était quand même pas super normal.

Au bout d’un certain temps le courant s’était calmé et maintenant ils flottaient bien paisiblement. Sur le coup Kara n’avait même pas pensé monter sur la berge, mais quand elle vit le Ranger s’y diriger en nageant elle se dit que pour une fois il n’avait pas une mauvaise idée. Mais par contre pourquoi lui demandait-il de surveiller cette gamine dont Kara n’avait toujours pas imprimé le prénom. Elle nagea comme elle put vers la jeune fille. Elle allait juste surveiller qu’elle ne se noie pas, et en fait elles rirent doucement toutes les deux en voyant le militaire tomber dans la neige. Le spectacle était assez comique.




_________________


Double compte : S. Caldwell, P. Sidney
Revenir en haut Aller en bas
Dim 18 Fév 2018 - 20:10
avatar
√ Arrivée le : 08/12/2012
√ Messages : 10413

Dossier Top Secret
√ Age: 32
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Wraith
Voir le profil de l'utilisateur
MJ26 : Les Grands Explorateurs # EQUIPE 3
Pedge Allen- Matt Eversman-
Nelly Bricks- Kara Aiolos



Le groupe se laissa dériver dans le courant. Ils étaient dans une grotte, ou une cavité, enfin quelque chose qui entourait l’eau, laquelle devait creuser son chemin depuis des années et des années dans la roche. Pedge espérait simplement que l’eau ne finirait pas par s’engouffrer sous la roche, comme c’était le cas dans certaine cascade sur Terre. Ils seraient littéralement broyés dans des concasseurs naturels, et probablement qu’ils n’auraient pas le temps de se noyer. Mais voilà, il était plus simple de se laisser glisser dans l’onde assez paisible, même si le courant était par moment un peu plus rapide. Quoiqu’il en soit, c’était une bonne façon de mettre de la distance entre ce balcon et eux, et donc, entre les Wraiths et eux. Le Dart ne les avait pas pris en chasse, et la texane se demandait si ce n’était pas à cause du plafond trop bas. Qu’importe, c’était une bonne nouvelle pour eux. Ils allaient pouvoir se barrer fissa de cette planète d’adorateurs.

Bientôt, l’onde se calma et le ciel s’ouvrit et la lune fit son apparition. Ils quittaient la montagne et la roche. Le courant fut moins rapide, plus paisible, et des berges moins rocailleuses entourèrent le groupe. Combien de temps encore devaient-ils passer dans l’eau, se demanda Pedge. Tôt ou tard, il allait falloir sortir de là, et retrouver le Jumper pour rentrer. Ce fut une silhouette dans la nuit qui répondit pour elle. Le gardien au smiley se tenait là, les attendant manifestement. La militaire ne savait pas trop si on pouvait lui faire confiance… Le type leur tendit un bâton pour les ramener vers la rive. Pedge préféra revenir toute seule. Elle le gardait à l’oeil tandis que le froid s’emparait d’elle maintenant que son corps n’était plus immergé.

La sortie de l’eau fut un moment délicat. Les frissons le traversèrent lui hérissant les quelques poils qu’il pouvait avoir. Qu’il détestait ce moment où on sortait de la douche bien chaude pour une pièce froide. Pas de serviettes ou de vêtements secs à enfiler. Les dents claquaient l’une sur l’autre tandis qu’il essaya vaguement de se réchauffer en frottant vigoureusement ses bras nus. Que n’aurait-il pas donné à ce moment précis pour une veste bien chaude ou même un simple feu pour se sécher un peu ? Il multiplia les soupirs d’inconfort.
“On s’allumerait pas un petit feu ?” Bon il connaissait la réponse mais autant la tenter. Sait-on jamais sur un malentendu, ça peut passer.
« Non, pas de feu, c’est inutile. On souffle cinq minutes, on fait l’état des lieux, et on se tire tout droit vers le Jumper. Ça ne sert plus à rien de s’attarder ici. On a vu ce qu’il nous fallait voir. », fit Pedge, pressée de quitter cette planète. Devait-elle rappeler que les pouilleux verdâtres avaient un Dart à disposition. Moins ils étaient visibles, mieux ce serait, et plus vite ils auraient quitté cette planète d’adorateurs Wraiths, mieux ce serait également.

Kara fut ravie de sortir de l’eau mais elle avait encore ces satanés vertiges qui étaient de plus en plus rapprochés. Finalement sa tête avait tapé plus fort qu’elle ne l’aurait pensé au début. Et elle mit rapidement un genou à terre pour se relever plus doucement. Elle passa sa main sur sa blessure pour y avoir du sang..merde..pas bon ça si sa puce ne faisait pas son office. Elle s’essuya avec son vêtement hop ni vu ni connu. Le froid ne l’affectait pas, au moins sur ce point là son fichu machin dans le cou fonctionnait encore. Elle était d’accord avec la chef, il fallait partir de cette planète et au plus vite.

Alvia vint au secours du militaire en enserrant une de ses cuisses. Comment ne pas craquer devant tant de gentillesse ? Lui fondait sur place et s'accroupit pour lui répondre en la prenant dans ses bras.
« Tu sais que si tu l’adoptes, tu signes pour une bonne dizaine d’années mini ? » Fît Nelly en rigolant. « Ca t’ira tellement bien de gérer son adolescence ! »
“Tu dis ça parce que tu es jalouse. Toi aussi tu veux un calin c’est ça ?!”
« Nan, ne m’approche pas ! » Il n’en fallut pas plus pour que le militaire chuchote à Alvia d’aller faire un calin humide à la jeune femme avant de la rejoindre pour la serrer bien plus que nécessaire avant de la lâcher ruisselante de partout. “Bien envie de te renvoyer dans l’eau.” C’était même des plus tentants. Après tout on était si bien dans l’eau, bien mieux qu’à l’extérieur. Ça serait presque lui rendre service. Il résista à la tentation en repensant à leur situation et notamment à ses fichus vampires qui trainaient dans le coin. Ça, ça avait au moins le mérite de le ramener à la dure réalité. De son côté, Nelly s’était laissé faire, se crispant sous le contact gelée. Elle se frottait les mains de peur de s’engourdir.
« Essaye un peu. Tu oublies un peu trop vite l’attaque Maquerelle ! »
Nouvelle référence que seul Matt pourrait comprendre cette fois. Maintenant qu’il était temps de faire l’inventaire, Nelly farfouilla dans les poches de son gilet Molle. Son collègue s’apprêtait à faire de même visiblement.
“Il vous reste quoi comme armes fonctionnelles ?” Tout en parlant, le Ranger se mit à faire les poches de son gilet tactique pour en dévoiler son maigre contenu sur le sol : une barre énergétique, un kit de soin détrempé, deux grenades à fragmentations, une fumigène. Il y ajouta son couteau de combat. Pas la peine de mettre ses armes à feu, elles devaient être hors service.
Nelly secoua sa veste trempée d’un air contrit. Elle la tordit dans tous les sens pour en faire ruisseler l’eau avant de la remettre sur ses épaules, grimaçant au contact déplaisant.
« Qu’est-ce que tu appelles une arme “fonctionnelle” ? Un peigne à cheveux, ça marche ? »
Non mais elle était sérieuse là ? Le militaire détourna la tête vers elle essayant de voir si c’était une blague. Visiblement pas. “Non.”

« Une arme dans le sens militaire premier Bricks. Pour ma part... » Pedge se redressa, ne goûtant pas à l’humour. Elle avait étalé devant elle ce qui restait de son gilet tactique. « Deux flashbangs, un fumi, deux grenades à fragmentation, mais elles se tirent par mon lance grenade, qui est au fond du lac. Dague et couteau de combat, et mon pistolet trempé. » C’était maigre. Par contre, elle ne savait pas si ses armes à feu fonctionnaient encore. Elle aurait pu demander à ce qu’on les essaye, mais si les coups partaient, le boucan serait terrible. Autant faire un feu tout de suite pour signaler leur position. Il ne lui restait plus que son pistolet, son fusil d’assaut gisant par le fond des centaines de mètres plus haut en amont.
L’idée du feu la fit frissonner. Ce ne serait pas un luxe. Même si la température restait agréable, être trempée de la tête au pied ne laissait qu’une sensation de froid désagréable, amplifiée par les vêtements collant à la peau. Elle avait les cheveux éparses, mais elle ne s’en souciait guère. D’ailleurs, elle les rassembla en une queue de cheval, qu’elle essora rudement, et avec un serflex, elle les attacha. Distraitement en tâtonnant, elle découpa le bout de plastique en trop. Improvisation totale.

« J’ai tout perdu dans le lac...sauf mon couteau. » Fit Nelly en sortant son appareil photo et souffrant d’en voir l’écran résolument noir. Il était mort...son jardin secret venait de fondre au contact de l’eau. La jeune femme eut un regard vraiment peiné en considérant cette perte. Il fallait espérer que les ingénieurs de la cité pourraient sauver le patient...« Si un ennemi débarque, je pourrai toujours lui jeter ça à la figure.... »

Kara regarda si elle avait toujours son arme..et non, elle avait dû la lâcher pendant le saut. Elle se maudissait un peu de sa maladresse c’est pas comme si on lui avait répété de ne jamais lâcher son arme quand elle en avait une. Mais voilà quand on est pas habitué à quelque chose, pas facile d’y faire attention. ”Je l’ai perdu ...donc pour moi zéro arme, à part mon mauvais caractère ou si par chance on peut me trouver un arc.” Elle avait fait ses preuves en tir à l’arc mais elle doutait fortement qu’ils puissent trouver ça si facilement. Donc...clairement et sans équivoque ils étaient dans la merde. Et donc elle avait la confirmation que toutes les missions d’Atlantis partaient toutes en vrille.

Tout en écoutant les autres, le Ranger appuya sur le dispositif retenant son fusil d’assaut sanglé. Son précieux était toujours là mais il doutait fortement de son état. Laissant les autres échanger, il se chargea de procéder aux premières inspections. Ce n’était pas bon. Le mieux aurait été de l’utiliser, même à blanc mais ce n’était pas le moment ni l’endroit. Il préféra le raccrocher avant de le laisser retomber le long de la sangle. Il se massa les doigts frigorifiés tout en relevant les yeux vers les autres.
“C’est mort pour mon fusil...” Pas la peine de vérifier son M9, ça devait pas être mieux. Après une crosse de pistolet sur le crâne pouvait se révéler une belle arme, Pedge l’avait appris à ses dépens. Après les grenades étaient normalement encore en état de fonctionner, elles n’avaient pas l’air cabossées. Le militaire procéda au rangement avant de se masser les bras. Il faisait vraiment froid.

Pedge réfléchissait alors que tout le monde avait procédé à l’inventaire. Elle gardait toujours du coin de l’oeil Quémal, et elle ne fit rien pour dissuader Nelly d’aller lui parler. Ils avaient tissé un espèce de lien, et c’était peut-être pour ça qu’il voulait les aider. La situation, dans son ensemble, n’était pas bonne. Elle ne savait pas si les Wraiths s’étaient lancés à leur poursuite ou non. Après tout, ils avaient vu, et subi des tirs par ailleurs, des atlantes. Et les atlantes dans la galaxie constituaient un met de qualité pour qui aime bien l’ADN humain. On pouvait, dès lors, être certain qu’ils allaient essayer de s’en procurer un bout. Ils n’étaient donc pas en sécurité, tant qu’ils ne seraient pas revenus sur Atlantis. Il allait falloir rejoindre le Jumper au plus vite. Sans arme, sans équipement adéquate, ils étaient des cibles faciles, tant pour les loups que pour les vampires. Ils faisaient un remake d’Underworld avec leur bite et leur couteau… Elle soupira.
« Ok ok.», commenta Pedge un peu dépitée, ne rebondissant même pas sur la boutade de Kara sur son caractère. Il allait falloir faire avec le peu de ressource qu’ils avaient de toute façon. Elle ne tenait pas spécialement à rencontrer des Wraiths à nouveau. Elle ne savait pas combien ils étaient, et elle ne tenait pas à retomber dans leur griffe. C’était comme une peur primaire, une peur qui supplentait toutes ses capacités émotives autres (qui n’étaient déjà pas super bien développer il fallait le reconnaître). Néanmoins, elle conservait la tête froide, même si elle avait durci ses traits et sa façon d’être. Pas le temps d’être faible en milieu hostile.





_________________


merci !                               couleur : darkcyan
Revenir en haut Aller en bas
Dim 18 Fév 2018 - 20:13
avatar
√ Arrivée le : 16/04/2017
√ Messages : 292

Dossier Top Secret
√ Age: 31
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Inoculation
Voir le profil de l'utilisateur
MJ26 : Les Grands Explorateurs # EQUIPE 3
Pedge Allen- Matt Eversman-
Nelly Bricks- Kara Aiolos



Auteur : tout le monde !

La jeune femme considéra en silence son officier. Elle n’avait pas du tout été réceptive à son humour, tout comme Matt, et il était évident que cette rencontre avec les Wraiths en était la cause. Pas en ce qui concerne les Zoés, c’est ce qui peinait le plus Nelly, et elle reconnaissait que les originels filaient vraiment la frousse. Ils représentaient vraiment des prédateurs au-dessus de l’homme sur la chaîne alimentaire. Mais là où Nelly s’inquiétait pour l’égarement de ce peuple, de ce qu’ils avaient subi par sacrifice, de s’être retrouvé entre les tirs croisés, ses deux autres amis semblaient plus touchés par la présence de Wraiths. Comme...déstabilisé…
Et c’était sans parler de Kara qui n’avait aucun état d’âme à loger une balle dans la tête du premier venu. Sa phrase résonnait encore dans sa tête… “Tiens, va rejoindre tes dieux”...c’était cruel...

Nelly considéra un instant Matt qui trouvait une forme de refuge auprès de la petite. Puis Pedge qui se refermait les cheveux avec un serflex, un geste très symbolique, selon elle, de sa “mise en route” en mode miss Rambo.
C’était forcément à cause de Magna.

Elle avisa Quémal. Nelly l’avait laissé tranquille lorsqu’il les avait repêché, s’étant simplement contentée de le remercier. Mais maintenant que tout le monde était en train de faire l’inventaire et de s’organiser, elle en profita pour s’approcher du gardien et saisir ce moment plus discret. Il y avait une question qui la taraudait depuis un petit moment. La jeune hispanique le gratifia d’un léger sourire reconnaissant en s’approchant.

« Je suis soulagé que vous ayez compris mon message. »
« Ma chef a été la plus rapide. » Admit-elle. Il lui sourit simplement.

Elle se retourna un instant pour considérer le reste de l’équipe. Ils allaient bientôt finir leur réorganisation. C’était très probablement la fin de la mission, ils retourneraient au jumper pour quitter la planète. Adieu les Zoés, adieu le gardien sympa. Nelly se reporta sur le smiley souriant en peinture avant de lui demander :

« Quémal...pourquoi tu nous as aidé ? Tu t’es déjà retrouvé sur ce balcon ? »
« Non. Vous n’avez pas à être sacrifié pour rien. Nos dieux nous protègent pas . » dit-il tristement.
« Ce ne sont pas des dieux...mais des monstres ! »
« Pour nous ça l’a toujours été.. »

Nelly ne sut quoi ajouter. Il n’y avait rien à dire, rien qui pouvait le rassurer. Elle allait lui conseiller quoi, de se révolter ? Les Wraiths étaient les plus forts, ils faisaient ce qu’ils faisaient des Zoés et elle n’y pouvait rien. C’est par compassion qu’elle lui pressa le bras avant de le remercier.

Il allait être temps de reprendre la marche, ne serait-ce que pour se réchauffer. Quemal connaissait leur position manifestement, et ce n’était pas plus mal. En plus, il disait connaître un chemin délaissé des Bjorks. Bonne nouvelle. Sans arme à feu, le combat serait plus âpre… C’était la grande loterie de savoir si quelqu’un avait une arme en état de marche ou pas. Qu’importe, s’ils étaient discrets et qu’ils repartaient tranquillement vers le Jumper, ils n’auraient pas à s’en servir, du moins l’espérait-elle. Bref, une fois que tout le monde aurait fait l’état de lieux de son équipement, la lieutenant lancerait la marche vers leur vaisseau. En attendant, elle virait les algues prises dans ses chaussures et qui ne la ragoutait pas du tout.

« Dernière ligne droite vers le Jumper.», balança-t-elle pour encourager l’équipe quelque peu. « Matt tu fermes la marche, Bricks vous restez avec Kara. On reste discret.» Quant à elle, elle ouvrirait la marche avec Quémal qui leur indiquerait le chemin. La texane avait perçu la faiblesse de la diplomate quand les compagnons de la baignade étaient revenus sur la rive. Elle avait l’air de tenir le choc, mais elle espérait que ce n’était pas un traumatisme crânien et qu’elle tiendrait le coup jusqu’au vaisseau. Après, elle ne semblait pas perdre connaissance ou vomir, ce qui était bon signe… Non ? Elle se rassurait comme elle le pouvait en prenant tous les éléments objectifs pour un diagnostic qu’elle ne maitrisait pas du tout. Qu’importe.

Nelly s’exécuta en silence, restant au centre de la disposition auprès de Kara. Un sourire malicieux lui vint lorsqu’elle se fit une constatation qu’elle partagea avec sa soeur d’infortune. Mais ordre de discrétion oblige, elle le murmura d’un air enjoué :
« Dis Kara. Dans la diplomatie, ça veut dire quoi quand quelqu’un que tu apprécies ne t’a jamais tutoyé ? Parce que je suis aussi chiante que Matt, et LUI, elle le tutoies, LUI ! » Elle lui fit un clin d’oeil. « Une fois rentrée, je vais lui faire une crise de jalousie parfaitement puérile, tu verras, ça sera génial ! »
Kara avait entendu l’échange et pourtant elle avait du mal à comprendre la réaction de Nelly. Y’avait encore quelque subtilités Atlantes qu’elle avait du mal à assimiler. ” En diplomatie tout dépend le contexte, si c’est officiel le vouvoiement est normal. Mais dans le cadre militaire sur ma planète le tutoiement c’est vraiment méprisant..c’est le considérer comme un enfant pas comme un égal.”
« Chouette ! Je vais rester la préférée alors !! »

“Reçu, Lieutenant. dit-il en hochant la tête avant de se tourner vers la petite fille. Il se baissa pour être à sa hauteur avant de lui parler à voix basse. Alvia, tu restes derrière Nelly et tu la suis.” Il ne lui laissa pas le choix, l’intercalant entre les deux jeunes femmes avant de prendre son fusil en main, posant son doigt à proximité directe de la gâchette. Cela ne servait à rien étant donné l’état de l’arme mais c’était un geste d’habitude, rassurant pour lui. Penser à ça lui évitait de penser à l’état de ses chaussettes, à chaque pouit-pouit produit à chaque pas et surtout au froid qui imprégnait son corps. L’allure rapide ainsi que la distance ne permirent pas de le réchauffer. Certes les vêtements étaient moins humides mais certainement pas secs.

L’ordre de marche avait été donné et la brune obéit dans le silence le plus complet. Elle n’avait pas du tout l’intention de chanter sur le trajet donc le silence lui convenait parfaitement. Quémal prétendait que le chemin qu’ils allaient emprunter n’était pas utilisé par ces saloperies de d’animaux aux dents acérées. Kara l’espérait fortement car elle ne voulait pas se retrouver dans la même situation qu’avant. Cette fois il n’y aurait pas de sac à dos pour la sauver. La gosse était encore avec elle , ordre de Matt de rester proche de Nelly en guise de protection. Elle ne dérangeait pas Kara du moment qu’elle se mettait pas à piailler ou à poser des questions. Le neige craquait sous leurs pas et la diplomate suivait la procession. Parfois elle ralentissait un peu car sa tête lui tournait mais ça avait l’air d’être une peu moins violent. Elle remarquait que tous ses compagnons d’infortune étaient transis de froid mais pas elle. Pour le peu que ça lui servait...Elle ne comprenait pas non plus pourquoi ce lieu n’était pas fréquenté par les loups sous stéroïdes...un paysage dégagé, la neige pour traquer sans se fatiguer. Elle n’eut pas trop le temps de se poser des questions sur les habitudes des animaux du coin car elle entendit le bruit caractéristique d’un Dart...non mais c’est pas vrai, ils ne veulent pas les laisser tranquilles ? Avec tous les Zoés qu’ils venaient de pomper, fallait pas dire à la brune qu’ils avaient encore “faim”. Non là ils chassaient pour le sport.

La marche commença dans la toundra enneigée. Seul le bruit de leur pas faisant grincer la neige venait perturber un silence total de la nature et du groupe. Elle avait le sentiment détestable d’être exposée, dans cette neige blanche et dans cette étendue à moitié désertique, mais il fallait faire avec. Déjà transi par une chair de poule importante, ses poils se dressèrent sur ses bras quand le son strident du Dart se fit entendre. Son coeur bondit dans des tours atroces et ses yeux s’écarquillèrent alors qu’elle cherchait dans l’air l’origine du son. Elle se souvenait très bien du moment où elle avait été récolté par l’appareil Wraith dans la Magna. C’était le point de départ de son calvaire avec Eversman. Cela ne pouvait pas recommencer, pas encore, pas maintenant, pas alors que sa vie allait mieux !



_________________


Double compte : S. Caldwell, P. Sidney
Revenir en haut Aller en bas
Dim 18 Fév 2018 - 20:15
avatar
√ Arrivée le : 08/12/2012
√ Messages : 10413

Dossier Top Secret
√ Age: 32
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Wraith
Voir le profil de l'utilisateur
MJ26 : Les Grands Explorateurs # EQUIPE 3
Pedge Allen- Matt Eversman-
Nelly Bricks- Kara Aiolos



Il allait essayer de les télécharger, c’était une évidence. N’importe quel Wraith essaierait. Pedge se retourna vers le groupe tandis que l’engin opérait un virage serré vers leur position. Ils étaient repérés.
« DISPERSION !!», gueula-t-elle pour que le groupe ne reste pas en paquet, ce qui serait plus simple pour se faire chopper comme des glands. Aucun d’eux ne devait passer dans le rayon blanc qui déjà illuminer l’étendue devant eux et approchait à grande vitesse. Aucun.

Le bruit strident du wraith avait manqué d’achever Matt. Pas ça, bordel ! Surtout pas ! Ce qu’il n’aurait pas donné à ce moment précis pour disposer d’un des précieux AT4 présents dans le jumper. L’ordre fut gueulé pourtant le Ranger fut bien incapable de prendre les jambes à son cou. Il semblait comme pétrifié, comme s’il connaissait déjà la suite de l’histoire avec sa capture. Le rayon de capture approchait inexorablement. Il en fut écarté au dernier moment.
Kara voyait le Dart arriver, il était prêt à récolter comme des blés mûrs. La brune avait entendu l’ordre d’Allen, de se disperser, pas de soucis sur le papier et Kara avait déjà commencé à se décaler pour sortir de leur petit groupe sauf qu’elle repéra Matt qui ne bougeait pas d’un pouce, mais qu’est ce qu’il foutait à rester planté là ? Il s’était passé la même chose dans la grotte. Kara regarda autour d’elle et elle se retrouvait pas si loin pour le faire bouger de là avant qu’il ne se fasse aspirer. La jeune femme se mit à courir vers le Ranger alors que le rayon du Dart était vraiment dangereusement proche d’eux. Arrivée vers lui elle tenta de la pousser pour qu’il bouge.
”Allez Ranger on décampe d’ici et vite”
C’est à peine s’il sentit la pression exercée sur son corps ou même qu’on lui parlait, son regard était rivé sur ce rayon qui se rapprochait bien trop vite. Il était mort de trouille, incapable de bouger, de réfléchir, de faire quoi que ce soit.
Kara se plaça devant lui, dos au rayon, l'avantage d’être grande c’est qu’il ne pourrait pas ne pas la voir. Et elle le poussait pour reculer. ” Non mais tu vas bouger oui...si tu continues on va se faire attrapper tous les deux..”
“Hein ?” Lui dit-il en posant son regard sur sa personne comme s’il réalisait seulement maintenant qu’elle lui faisait face.
Mais bon dieu qu’est ce qu’il avait ? Il restait planté là comme un ahuri et je ne donnais pas cher de sa peau si un Wraith arrivait devant lui. Elle posa les mains sur son torse et le poussait en arrière.
” J’ai pas envie de mourir car tu joues à la statue...donc casse toi de là bon sang. Allez Matt…” Première fois qu’elle disait son prénom signe que c’était vraiment la merde.
Kara le poussa, il recula d’un pas ne comprenant pas. Il n’arrivait pas à assimiler qu’elle le poussait pour lui sauver la peau. Une pression fut forte et le relief du terrain juste derrière son pied d’appui le fit basculer en arrière. Une main reflexe vint attraper le gilet tactique de la jeune femme l’entrainant avec lui hors du rayon. Un gémissement reflexe s’échappa de ses lèvres sous le choc avec le sol avant de réitérer lorsqu’elle lui tomba dessus.
La diplomate vit le soldat reculer, puis basculer et sans qu’elle comprenne elle se fit elle aussi entrainer et lui tomba dessus. Punaise qu’il n’était pas confortable...elle se releva aussi sec, le fusilla du regard mais lui tendit quand même la main pour qu’il la prenne et se relève, maintenant que la menace du rayon était passée, ils devaient être prêts pour la menace de l’originel. ”Surtout me remercie pas…”

Nelly s’était déjà écarté depuis un petit moment. Dès que le lieutenant avait ordonné la dispersion, elle avait agrippé la petite fille et s’était éloignée en la portant dans ses bras. Beaucoup d’émotions l’amenait à s’accrocher à elle comme si l’espagnole était devenue une bouée marine. Agenouillé à une bonne douzaine de mètres de la tentative du dart, elle écarquilla les yeux en découvrant que Matt et Kara y étaient restés. Les voir toujours là après le passage déclencha en elle un fort élan de soulagement et elle souffla en secouant négativement la tête.
« Reste avec moi petite. On va retrouver Matt après... » Lui avait-elle dit d’une voix qui se voulait rassurante.
Mais voilà, les Wraiths avaient pas dit leurs derniers mots.

La présence d’un wraith fut signalé. Purée, ils pourraient pas les laisser tranquille trois secondes ? Il y avait plein de peuples dans cette galaxie mais non, ils venaient toujours les voir pour essayer de les bouffer. Ni une, ni deux, le Ranger se redressa péniblement en position à genoux avant d’attraper une de ses grenades frag. Elle fut dégoupillée avant d’être aussi balancée en direction de la cible. Il renouvela son geste une deuxième fois. “FRAG gueula-t-il aux autres avant de se mettre à l’abri, se protégeant le crâne. Mange ça dans les dents, sale bête.

Une grenade à fragmentation…?
Non, DEUX ??? MAIS IL EST COMPLETEMENT DINGUE ?!?
Nelly eut une réaction qui tenait plus de l’instinct de survie que du réflexe. Voir ces deux grenades rouler au pied de l’ennemi alors qu’eux même se trouvaient à proximité lui avait fiché la frousse, même si elle était la plus éloignée. Les explosifs ne se passaient pas de toucher les alliés, au contraire. En sautant au sol, écrasant au passage la petite Alvia dans la neige tout en faisant bouclier de son corps, Nelly songea que Matt avait un vrai problème pour réagir comme ça. Elle n’était pas du tout experte dans le domaine mais deux foutues grenades dans un endroit où il y a si peu de couverture, c’était irréfléchi. Elle lui en voulait presque pour songer à sa poire plutôt qu’aux autres qui auraient pas le temps de se planquer.

Pedge avait entraîné Quémal sur le côté du chemin pour éviter le rayon. Elle ne savait pas quelles étaient les compétences de l’indigène, et s’il connaissait la façon de fonctionner des Wraiths. Toujours est-il qu’elle n’avait pas fait attention à la stupeur qui avait frappé Matt située à l’arrière du convoi. Voyant qu’il n’arrivait à rien, le pilote ennemi lâcha un originel sur eux. Autant, avec son arme automatique, Pedge se serait sentie confiante, autant là, elle commençait à craindre pour la survie de l’équipe. Le ranger, qui avait repris ses esprits, balança deux grenades à fragmentations sur la bestiole. Une nouvelle fois, la texane plaqua l’homme au smiley sur le sol alors qu’une pluie d’éclats meurtriers s’étiraient aux quatre coins de l’explosion des engins explosifs d’Eversman. Un humain normal serait déchiqueté par ce genre de produit militaire, mais pas un Wraith, pas un originel bourré de bonne énergie donnait gratuitement et de façon consentante. Quoique la façon dont ils obtenaient la came n’avait aucune incidence sur les valeurs nutritives...

De multiples éclats étaient fichés dans la peau verdâtre de la bestiole qui était pourtant restée droite, ce petit sourire bien fiché sur les lèvres. Néanmoins, il devait déjà utiliser de l’énergie pour se refaire une santé, et ce n’était pas négligeable dans le combat au corps à corps qui se préparait subrepticement.

Nelly se redressa, passant rapidement ses mains sur son corps en comprenant qu’elle n’avait pas reçu d’éclats. Son regard étonné témoignait du fait qu’elle s’était attendu à l’inverse. Elle aurait sûrement fait une belle remarque au rangers si l’ennemi ne tenait toujours pas debout. Il...il avait pris deux explosifs de plein fouet et il était toujours frais ?!? Une vague de terreur déferla en Nelly alors que son coeur se mettait à battre sourdement dans sa poitrine. D’un geste mal assuré, elle tira son couteau de combat qu’elle prit en pic à glace et, de sa main valide, alla chercher Alvia pour qu’elle reste collée contre elle. Comment est-ce qu’ils allaient se débarrasser d’un originel gavé d’énergie vitale ?
L’espace d’un instant, la petite espagnole songea que l’équipe ne rentrerait pas entière sur Atlantis. Quand à la gosse, c’était à se demander s’il lui restait un avenir particulier. Si elle retournait chez les Zoés, elle servirait de sacrifice. S’ils revenaient avec elle sur Atlantis, il se passerait quoi ? Une adoption chez les Athosiens dans le meilleur des cas ?

Nelly déglutit et leva le couteau en signe de défense lorsque le regard de l’originel tomba sur elle. Ou est-ce Alvia qu’il fixait de la sorte ? De manière aussi gourmande ? D’une manière tremblante et malhabile, Nelly tira la petite fille pour la placer dans son dos, derrière elle. C’était la première fois qu’elle faisait face à un originel Wraith et il lui foutait une trouille d’enfer. Qui allait-il attaquer ?





_________________


merci !                               couleur : darkcyan
Revenir en haut Aller en bas
Dim 18 Fév 2018 - 20:19
avatar
√ Arrivée le : 16/04/2017
√ Messages : 292

Dossier Top Secret
√ Age: 31
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Inoculation
Voir le profil de l'utilisateur
MJ26 : Les Grands Explorateurs # EQUIPE 3
Pedge Allen- Matt Eversman-
Nelly Bricks- Kara Aiolos



Auteur : Nelly et Kara

Les militaires avaient engagé le combat face à l’originel, et de suite avec de l’armement lourd; Kara savait parfaitement qu’il y avait très peu de chance pour que ça fonctionne, mais ils se devaient de tout tenter pour ne pas mourir en lâches. Par contre Kara ne pouvait pas les aider car elle n’avait plus d’armes, elle se contenta de se mettre à couvert sur l’ordre des militaires une fois qu’ils ont lancé leurs grenades. Les explosions furent terribles et la jeune femme n’allait jamais s’habituer à ce genre de sons. Pendant quelques secondes il y eu un calme parfait, plus rien ne bougeait. Puis chacun se releva pour voir que l’originel était là...sans même une égratignure...enfin si quand même quelques unes, mais il n’était pas blessé. La brune les détestait au plus haut point mais d’un autre côté elle aurait bien voulu en ramener un sur son monde pour l’étudier.

Avoir une telle puissance leur serait bien utile, enfin là pour le moment il fallait trouver un moyen de l'atteindre pour arriver à fuir. Seulement voila bien que Kara avait pensé se mettre à l’abri assez vite, elle s’était loupée. Elle ressentit une violente douleur au ventre, A la fois comme de la chaleur mais aussi une déchirure. Elle baissa les yeux et vit qu’un éclat était venu se mettre dans son ventre, pour le moment ça ne saignait pas trop car il obstruait la plaie.

” On a un problème…”

Enfin un autre problème car le Wraith en était un et pas un petit. Kara n’en revenait pas à quel point une mission dites facile pouvait se terminer comme ça, elle risquait de mourir car un abruti de première avait balancé une grenade frag en avertissant après. Mais elle ne pouvait même pas lui en vouloir car contre un Wraith prendre le temps de penser avant d’agir était souvent signe de mort. Jamais elle n’avait été autant inutile et là c’était la cerise sur le gâteau; N'empêche elle remarquait aussi la différence d’efficacité entre des soldats atlantes et un soldat Genii...elle s’en était mieux sortie alors qu’elle avait été en encore plus mauvaise posture.

Nelly finit par s’apercevoir que la diplomate n’avait pas l’air bien. Elle était debout mais immobile, dans une posture d’un air plutôt inhabituel. En tenant toujours Alvia dans son dos et l’arme en main, sachant pertinemment qu’elle se ferait tuer un bon millier de fois avant de porter un coup, la petite espagnole déglutit en se demandant ce qu’elle devait faire. Elle était complétement perdue dans son cheminement de pensée et elle bataillait pour ne pas tout simplement prendre la fille et ses jambes à son cou. Mais Nelly n’était pas une lâche et il ne fallait pas se laisser aller. Contre cet originel, il y avait Pedge et Matt. Ils en avaient déjà combattu. Et Quémal était là, il les aiderait, sa vie était également en jeu.

Dans une plainte trahissant la pression qui lui étreignait le ventre, la frustration de ne rien pouvoir apporter aux défenseurs si ce n’est son soutien, la jeune femme se résolut à ranger son couteau et prit Alvia par la main.
« Tout va bien. Ven conmigo, on va aider Kara... » Fit-elle doucement.
Nelly s’écarta volontairement en décrivant un arc de cercle, veillant bien à ne pas trop s’approcher du combat qui aurait forcément lieu entre les Atlantes et l’originel. Son pas était pressant, sa respiration caractéristique de toute cette peur qui la harcelait. Mais la petite espagnole se contrôla et revint, suite à son déplacement, sur la position de Kara. Elle était tombée ! En relachant la petite fille, lui demandant de surtout rester avec elle, elle posa timidement une main sur la diplomate.
« C’est Nelly... »
Son regard s’écarquilla. En la retournant, elle découvrit une plaie pile au beau milieu de son gilet tactique. Il était troué à l’endroit de la fermeture éclair et une brêche très sombre se devinait à travers les vêtements sur son ventre.

Kara tentait de garder les idées claires le plus longtemps possible, Elle s’était relevée un bref instant pour voir les Atlantes aux prises avec l’originel mais la douleur fut fulgurante comme si on lui enfonçait quelque chose dans le ventre. Elle eut un petit rire dépitée sachant que c’était la stricte vérité. En baissant les yeux, elle avait vu l’endroit où était venu s’incruster l’éclat...la fermeture éclair, le seul endroit fragile des gilets. La brune n’eut pas le temps de plus examiner car elle s'effondra dans la neige. Elle revint à elle quelques instants plus tard , Nelly était là avec la gamine.

La militaire n’affichait pas une mine des plus rassurantes. Elle semblait perdue face à la situation. C’était normal, elle devait protéger deux civils dont une grièvement blessée. Le sang de la pégasienne lui tapait aux temps et en relevant les mains qu’elle avait posé sur sa blessure, elle les vit rougies de son sang...mince. Elle savait quoi faire mais elle n’avait pas le matériel pour le faire. Et oui elle avait reçu quelques cours de secourisme au cas où. Elle se mit assise comme la militaire le lui demandait.

” Je suis lucide Nelly, j’ai juste très mal, mais je ne sais pas si ma lucidité va continuer longtemps.” Elle s’interrompit en grimaçant car parler lui faisait mal. ”Je crois que ça saigne trop , ne touche pas l’éclat sauf si je me vide complètement de mon sang..” Elle n’avait jamais été blessé de la sorte et ça mettait à mal ses capacités de résistance. Mais pour le moment elle tenait le coup, elle était surement juste devenue encore plus blanche que d’habitude.
Sur le bord de la rupture, Nelly tourna son regard vers Pedge et Matt, voulant les appeler à l’aide. Mais ils avaient leur propre problème et elle fixa encore cette plaie avant de regarder Kara.
Ses mains tremblantes fouillèrent le gilet de Kara à la recherche de son kit médical mais elle ne le trouvait pas. Par chance, elle se rappela qu’elle portait toujours le sien sur elle, même détrempé, et elle s’en empara fébrilement avant de le poser sur le sol, à ses côtés.
« Je vais regarder... »
Regarder... Nelly n’avait pas la moindre compétence médicale, elle ne savait même pas si la blessure était dangereuse ou pas, si Kara était en état de choc ou pas. Non, soyons clair, Nelly n’en savait strictement rien et elle avait l’horrible impression de jouer l’apprentie sorcière sur les viscères d’une camarade. Une part d’elle se reprochait de passer son temps à faire des tours à une chirurgienne et ne jamais lui avoir demandé des formations. Il le faudrait, ça devenait vital. A quoi ça sert d’avoir un kit médical sur soi et ne savoir que se panser le doigt quand on a une coupure ?!?

Délicatement, Nelly descendit la fermeture éclair du gilet, peinant sur la partie abimée. Là, elle posa ses doigts sur l’orifice de son vêtement et l’écarta, le déchira, pour éclaircir la vue. En les relevant, elle les vit couvert du sang de la diplomate et elle secoua la tête, essayant de se montrer rassurante. Son kit médical ouvert, elle en sortit une compresse et un bandage, jurant en espagnol lorsqu’elle se rendit compte que les deux étaient gorgés d’eau. Mais pas le choix. Nelly appliqua une première fois la gaze mais sentit le corps étranger, comme une élévation métallique, qui faisait une boursouflure sur cette sale plaie qui commençait à saigner de plus en plus. Au contact, elle sentit tout de suite Kara se raidir et elle s’en excusa fébrilement. Il fallait y aller logiquement. A défaut de compétence médicale, c’est bien la seule chose qui pouvait l’aider dans ce chaos. Nelly entendit un avertissement, un jet de grenade flash !!! Ni une ni deux, elle agrippa Alvia et se recroquevilla par dessus Kara, fermant les yeux...en vain. L’explosif sonore et visuel la désorienta malgré tout, l’amenant à se recouvrir les oreilles de ses mains dans une vive expression douloureuse. Vite, il fallait se reprendre. Elle cligna des yeux, cherchant au travers du flou et des tâches lumineuses, avant de commencer à entendre une Alvia en pleurs. La vue revint peu à peu, Kara n’avait pas l’air bien. Il fallait qu’elle lui pose ce fichu pansement, ça l’aiderait non ?

« Alvia, ça va aller, ne pleure pas ! C’est pour punir le méchant, c’est tout. Nous ne sommes pas touchés nous... » Elle l’aggripa pour la maintenir auprès d’elle dans une brève étreinte compatissante. « Allons, ça va aller. Matt va revenir mais il faut que tu sois une courageuse petite fille. Il voudrait pas que tu aies aussi peur, tu comprends ? »

Sur deux fronts à la fois.
Et jouer d’une fibre maternelle lorsqu’on se plaisait à faire la gamine du même âge sur la cité, c’était rude. Vraiment très rude. Nelly s’évertuait à chercher une solution pour cette plaie, se faisant une fixette sur le fait que Kara devait au moins avoir un pansement, de quoi limiter la perte de sang. Finalement, elle se décida d’entourer simplement la plaie avec les quelques compresses, laissant la boursouflure métallique visible, puis elle entoura ces pansements d’un bandage qu’elle chercha à lui accrocher.
Kara avait du mal à rester consciente car finalement la perte de sang avait été beaucoup plus importante qu’elle ne l’avait pensé. Mais quand les bandages furent mis en place et serrés, que le sang ne coulait plus elle se senti un peu mieux. Kara était très loin de se préoccuper du combat , c’est la raison pour laquelle elle réagit à peine avec l’explosion de la grande flash. Kara aurait presque pu rire de voir Nelly plus inquiète qu’elle. Du coup elle essaya de la rassurer. ” Eh ben faut pas s’inquiéter autant, je vais pas mourir dans l’heure et d’ici là l’originel sera mort et nous on sera en sécurité.” Pour montrer à quel point elle était courageuse ou inconsciente, elle tenta de se lever en posant une main à l’endroit de la plaie pour appuyer dessus. Et elle n’y arriva pas, elle réussit juste à grimacer de douleur et à se faire saigner un peu plus ...Finalement pas mourir dans l’heure elle n’en était pas certaine ” Toutes les missions dites calmes se passent comme ça avec vous les Atlantes? “
« Ce n’est pas du tout une mission calme... » balbutia Nelly.
Il y avait de la morphine dans le kit médical. Nelly avait sorti la minuscule seringue à usage unique puis la planta dans la cuisse de la diplomate sans vraiment savoir si c’était bien fait, ni même si elle avait piqué au bon endroit. Une fois de retour, elle se chargerait de régler ce problème de compétence.
« On va s’écarter. C’est dangereux de rester ici... »
Tout en s’assurant qu’Alvia restait avec elle, Nelly prit sa collègue par la poignée de son gilet tactique et essaya d'entraîner la jeune femme avec elle pour prendre de la distance. Il n’y en aurait jamais assez à son goût...



_________________


Double compte : S. Caldwell, P. Sidney
Revenir en haut Aller en bas
Dim 18 Fév 2018 - 20:26
avatar
√ Arrivée le : 08/12/2012
√ Messages : 10413

Dossier Top Secret
√ Age: 32
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Wraith
Voir le profil de l'utilisateur
MJ26 : Les Grands Explorateurs # EQUIPE 3
Pedge Allen- Matt Eversman-
Nelly Bricks- Kara Aiolos


« Flashbang ! », fit Pedge en prévenant le groupe. Inutile de s’aveugler soi-même, ce serait complètement con. Le wraith par contre, aller être quitte pour quelques étoiles dans les yeux, les dernières qu’il verrait avant que les soldats ne le trucident. Il fallait capitaliser sur le jet des grenades à fragmentation de Matt, même s’il était bien foireux pour le coup. Qu’importe, c’était fait pour le moment, et le vampire n’attendrait pas qu’ils discutent le manuel du lancé de grenade entre eux.

C’était très risqué ce lancer de grenades. Les débris volèrent en tous sens, prêt à perforer la moindre dureté sur leur passage. En son for intérieur, Matt voulait espérer que le wraith serait éclaté en morceaux lorsqu’il relèverait la tête. La terre trembla sous les explosions pourtant lorsqu’il se redressa sur ses genoux, le vampire était toujours là. Un seul morceau. Quelques débris ici et là mais il était là, debout et s’avançant toujours vers eux. Matt l’observa, bouche bée. C’était à peine si les grenades l’avaient gêné. Il s’y était attendu. Ce n’était pas le premier originel qu’il combattait. Son cerveau aurait dû lui rappeler ses nombreuses défaites face à ses monstres de guerre. Bien plus vif, fort et espiègle qu’un humain. Impossible de lui faire face seul, encore moins de le battre.

Une voix féminine annonça un autre jet de grenade, flash cette fois. Retour au sol, les yeux fermés pour à tout prix se protégeait de cette fichue lumière aveuglante, les mains sur les oreilles. Le bruit caractéristique eut lieu. Ni une, ni deux, il fallait profiter de ce moment. Ce serait peut-être leur unique chance. Certainement une nouvelle idée complétement bête de sa part. L’homme se remit sur pieds avant de courir vers son adversaire gueulant pour se donner un peu de courage supplémentaire.

Crèveeee

Ce salaud allait payer pour que ses congères lui avaient fait. La main droite suivit les formes de son flanc pour se refermer sur le manche de son couteau de combat. Ce n’était pas son arme de prédilection mais c’était l’une des seules qui lui restait. La lame fut sortie de son logement, aussitôt levée en direction du monstre, prête à être plantée le plus profondément possible dans la chair verdâtre.

En se redressant après la grenade flash, Pedge vit Matt bondir de sa position en hurlant pour se porter au devant de la bestiole désorientée. Ni une ni deux, et sans crier, parce que ce n’était pas tellement son genre, la texane se joignit à lui. C’était visible. L’originel était clairement désorientée. Il frappait l’air autour de lui, sachant pertinemment que les humains allaient venir en découdre. Quémal était aussi de la partie. Manifestement, il n’avait pas de scrupule à s’en prendre à son “dieu”, et c’était une bonne chose pour le sergent et le lieutenant atlante.

Pedge n’était pas une experte en arme blanche et pourtant c’était là l’unique arme en état de fonctionner dont elle disposait réellement. Ça, et son corps entrainé. Matt planta sa lame dans la chair molle de l’originel, lui arrachant un cri. L’effet de la grenade ne serait plus long, et il fallait capitaliser un maximum. Son couteau de combat en main, Pedge arriva dans le dos de l’animal pour frapper elle aussi dans ses reins. L’originel brassa de l’air et l’arrière de sa main vint percuter la tronche de la jeune femme qui roula dans la neige, quelque peu désorientée alors que l’ennemi faisait un tour sur lui-même pour essayer de toucher les moustiques qui le perforaient de leur lame. Le guerrier Zoé profita de ce fait pour planter sa lance lui aussi. Mais voilà, l’affreux commençait à voir de nouveau, et il puisait dans ses réserves pour refermer les plaies mortelles infligées par les atlantes et monsieur smiley. Le combat n’allait pas être simple, se dit Pedge en se redressant et en essuyant un filet de sang à la commissure de ses lèvres.

Elle fonça vers l’originel, ne voulant pas lui laisser le moindre répit. Quémal en profita lui aussi pour essayer de replanter sa lance dans la bestiole, mais cette dernière dévia le manche en bois, prit appui souplement sur la tête de l’indien, et frappa la texane qui arrivait dans son dos pour le prendre à revers. Elle prit le pied du Wraith sans s’y attendre, en plein dans le plastron, la coupant nette dans son élan, et la renvoyant au sol misérablement, le souffle coupé. L’originel n’était même pas retombé qu’il se repliait sur lui même pour balancer un coup de genou dévastateur dans le torse de Quémal qui bascula lui aussi en lâchant sa lance. Il était vraiment rapide, dextre et véloce, et ça n’allait pas être simple de le vaincre. Vraiment pas simple du tout, surtout qu’il souriait toujours, apparemment content de la résistance fébrile qui s’installait face à lui.

Pourquoi Frei n’était jamais là quand on avait besoin d’elle ? Bordel c’était elle la spécialiste en corps à corps, pas lui ni même Allen. La lame avait beau s'enfoncer dans les parties molles du wraith, cela ne semblait pas plus l’atteindre que quelques éraflures. C’était dingue, déroutant et très énervant pour les adversaires. Matt ne faisait pas mieux que ses coéquipiers, se faisant une fois de plus repoussé après avoir tenté de blesser l’Originel. Cette situation lui en rappelait une autre bien plus désespérée sur la Magna. Il y avait fait face à un même être verdâtre qui s’était amusé au chat et à la souris, lui jouant bien sûr la proie. Il avait beau se relever et repartir au combat, il atterrissait toujours un peu plus brutalement sur le sol. Le bras levé, prêt à entailler du wraith fut stoppé avant d’atteindre sa cible. Un gémissement plaintif s’échappa de ses lèvres quand une forte pression sur son poignet fut exercée. De suite, Matt chercha à s’en libérer portant plusieurs coups de poing au visage de l’alien ce qui ne fit qu’accentuer son sourire et sa pression. Le manche finit par lui échapper avant qu’il ne soit repoussé d’un violent plat du pied dans l’estomac. La réception au sol passa au second plan. Le souffle était coupé. La douleur bien présente. Le gilet l’avait protégé mais il aurait certainement l’impression de son équipement sur le corps après ça.

Le combat continua. Il voyait ses compagnons de galère prendre le relai lui laissant quelques secondes pour s’en remettre. Lentement, il bascula sur le côté avant de se relever péniblement tout en serrant les dents. Désarmé, il ne risquait plus de servir à grand chose. Déjà qu’avec un couteau c’était laborieux alors sans… Le HK417 était inutile et le gênait plus qu’autre chose. Il le libéra de la sangle avant d’y retourner. Il chercha à déstabiliser le wraith, à lui faucher une jambe, un genou. Il y parvint l’espace de quelques instants avant de se prendre un revers de main dans le visage et de retourner au sol. Pas possible ! ça n’allait pas encore recommencer. Eversman rageait. La situation ne pourrait durer infiniment. Son souffle était déjà court. Une idée lui traversa l’esprit. Il lui restait une arme, une seule et qui pouvait se révéler dévastatrice aussi bien pour lui qu’eux. Si ça ne le tuait pas, rien ne le pourrait. Mais pour y parvenir, il avait besoin des autres.

“OCCUPEZ LE ! JE PRÉPARE LE C4” gueula-t-il aux autres pour qu’ils gagnent un peu de temps..

La poche du gilet fut ouverte, des doigts il extirpa le morceau d’explosif de sa protection avant de fouiller à la recherche d’un détonateur qu’il planta à l’intérieur sans douceur. Ne restait plus qu’à l’activer. Cette fois, le militaire eut du mal à retrouver où il avait pu mettre le dispositif. Il dut parcourir plusieurs poches avant de finalement trouver le précieux d’une main tremblante. Le tout fut activé, une petite diode verte était apparue, prêt à exploser dès qu’il en recevrait le signal. Eversman se remit sur pieds. Rester encore à le poser. Ça c’était la plus partie délicate .D’autant plus qu’il ne pouvait garder avec lui la télécommande d’allumage, il suffirait d’une pression involontaire pour envoyer le signal et le réduire en confettis sanguinolents.

C’était un ballet entre les atlantes. Matt avait pris le relais de Pedge au sol, et ce dernier venait de se faire démonter par le Wraith. Mais il ne fallait pas faiblir. En le harcelant, ils pourraient le vaincre, ensemble. Il fallait qu’elle gagne du temps pour qu’il prépare du C4. Franchement, la jeune femme n’était pas certaine que ce soit une bonne idée vu le potentiel de destruction de cet explosif maléable, mais que faire de plus ou de moins ? Pour la forme, elle tenta bien de tirer sur le Wraith avec son pistolet. Miracle, un coup fit mouche, le second aussi, mais à la troisième pression sur la détente, l’arme s’enraya pour de bon. Elle lui avait quand même mis deux balles dans le buffet et ce n’était pas négligeable. Elle frappa avec son couteau. L’alien para brutalement, lui faisant lâcher son arme blanche. Alors, elle se servit de ses poings et de ses pieds, refusant de prendre la dague qu’elle avait en plus. Elle se sentait bien mieux au corps à corps sans arme qu’avec une lame qui risquait de l’entailler aussi sûrement qu’elle entaillerait le Wraith.
Elle bloqua un crochet avec ses bras, rentrant la tête dans les épaules comme une véritable boxeuse, et elle décrocha une droite dans la bouche de l’animal. Il encaissa sans trop moufter même s’il recula d’un pas. Elle enchaina, gauche, droite, gauche, uppercut, avec la détestable impression que le vampire faisait exprès d’encaisser les coups. Pourtant, elle percutait fort, quitte à s’en faire mal aux poignets à chaque coup violent qu’elle assénait. En fait, il ne se laissait pas tellement faire, un peu surpris par la combativité et la technique de la terrienne. Mais c’était aussi une façon de voir ce qu’elle faisait et de commencer à préparer une riposte. Soudainement, le coup de poing qu’elle envoyait directement dans le plexus solaire de l’originel fut bloqué du tranchant de la main, la déviant de sa trajectoire. Elle n’avait pas fait preuve de grande prudence : tellement elle voulait taper fort, elle avait mis tout son poids sur sa jambe avant pour claquer ses phalanges sur le corps du vampire, si bien que quand sa trajectoire fut déviée, et non stoppée par le buste de l’affreux, elle fut déséquilibrée en avant. Alors, lestement, il l’attrapa par l’arrière du cou et vint la frapper de son genou en plein dans le ventre. La douleur fut fulgurante, dévastant ses entrailles et lui faisant voir des étoiles l’espace de quelques secondes, si bien que les coups suivants du Wraiths furent à peine ressenti sur l’instant. Il la repoussa comme un chiffon, et avant que ses genoux ne lâchent sous la pression douloureuse de son ventre, il frappa comme elle auparavant : droite, gauche, droite, toujours en pleine poitrine.

Pedge venait d’effectuer un nouveau vol plané avant d'atterrir lourdement à proximité de la position de Matt. Ne restait que Quémal au contact, qui profitait du champ libre laissé par la militaire atlante pour tenter sa chance. C’était le moment où jamais.

“Prends ça”

Matt lui jeta la télécommande sur son gilet tactique avant de partir à l’assaut, le C4 en main. Il lui fallait parvenir à poser l’explosif sur son plastron pour garantir un effet maximal. Encore fallait-il l’atteindre !

Pedge était groggy. L’objet la percuta comme un petit cailloux, et elle se demandait ce que c’était quand les mots de Matt firent sens dans son esprit. C’était le détonateur ! Merde, il allait essayer de le placer. Ni une ni deux, la jeune femme le chercha. Heureusement, il n’avait pas glissé loin et il était retenu par une anfractuosité de son vêtement. Elle le prit dans sa main, faisant attention à ne pas le presser prématurément. A quatre pattes, quoique presque en rampant, elle se traîna vers un dénivelé, genre de fossé naturel qui bordait le chemin que Quémal leur avait montré et sur lequel ils se battaient. Elle avisa Nelly, qui était avec Kara et la petite, assez loin du combat qui avait éloigné les adversaires au rythme des échanges de mandales. Une bonne chose. Elle souffrait le martyre. C’était surtout le coup de genou dans le ventre, juste entre son pubis et son nombril qui lui faisait un mal de chien. Elle avait l’impression qu’on lui chauffait au fer blanc cette zone. Le pubis était un point vital, connu des combattants d’arts martiaux, et cet enculé devait certainement connaître les endroits qui faisaient mal sur ses proies. Un peu comme le chasseur qui savait où tirer pour tuer, ou pour blesser.

Elle se retourna, le souffle court, espérant que Matt arriverait à placer le C4. L’idéal serait qui lui foutre dans le dos, ne serait-ce que pour avoir le temps de s’éloigner un maximum alors que ce trou du cul essaierait de l’enlever. Elle était prête à appuyer sur la télécommande. Et si Matt n’arrivait pas à le placer ? Est-ce qu’elle devait appuyer pour le sacrifier et sauver le reste de l’équipe ? Pourquoi est-ce qu’elle pensait à ça ? Non, elle ne pouvait pas faire ça. Pourtant, ce serait un mort pour cinq survivants… Non, c’était impossible. Il allait le placer, il le devait !

Debout face au wraith, le morceau de C4 en main, il ne lui restait maintenant plus qu’à le coller. C’était loin d’être le plus simple. Eversman resta là quelques instants, observant le combat à forte intensité opposant le wraith au garde. Les coups pleuvaient en tous sens, chacun enchainant des contres, des esquives avant de frapper de nouveau. Rester là fit naître quelques hésitations dans son esprit. Personne n’avait envie de se lancer contre une telle furie.

Pedge regardait Matt hésiter. Qu’est-ce qu’il attendait pour profiter de la diversion de l’indien pour aller placer cette charge bordel ?! Elle grogna dans ses dents, alors que la douleur était toujours aussi importante dans son ventre : « Bouge ton cul Matt. ». Elle n’allait pas devoir le faire elle-même si ?

C’était toujours sympa d’être encouragé. Allen savait y faire dans le domaine. Bon au moins elle avait eu le mérite de le faire réagir un peu lui faisant tourner la tête dans sa direction pour lui adresser un regard noir. Si elle était si pressée, la Lieutenant pouvait prendre sa place. Les officiers n’étaient pas censés montrer l’exemple plutôt que de glander au sol ? Il eut bien envie de répliquer quelque chose de cinglant mais le rire guttural du wraith le ramena à la triste réalité. La lance de Quémal était entre les mains du vampire. Il la brisa en deux morceaux d’un simple geste, comme si ce n’était qu’une brindille. Cela n’affecta pas l’humeur de l’indien qui repartit à la charge. La fenêtre de tir venait de réduire un peu plus. Pas le choix, il fallait y aller maintenant.

Après une grande inspiration, le militaire se rua à son tour dans la mêlée avec dans l’optique de se rapprocher suffisamment. L’indien et le Ranger attaquait chacun de leur côté pour gêner le vampire. Eversman s’efforçait d’esquiver ce qu’il pouvait, voire de se protéger avec ses avants-bras de ses chocs. Ils n’avaient pas la même allonge de bras. Difficile pour lui d’atteindre la cible sans prendre de coups. Le Ranger fit une tentative d’approche, avançant d’un pas. Une griffe incisa sa pommette gauche. Quelques centimètres plus haut et elle lui aurait crever l’œil s’il n’avait pas eu le reflexe de détourner la tête et de reculer. Rhaa bordel. C’était pas possible. Le militaire ne se découragea pas y retournant. Il opta pour une autre technique : l’attaque. Il essaya de frapper de son poing pour éventuellement dégager une faille. Les coups portés n’étaient pas puissants mais rapides pour harceler le vampire. Quémal fit de même. Les doigts du Ranger finirent par aggriper la manche de l’ennemi le tirant vers l’avant de toutes ses forces pour l’éloigner de son corps. Il prit tous les risques en avançant collant l’explosif dans le dos de l’ennemi. Ce dernier ne resta pas sans réaction l’aggripant par le gilet tactique enfonçant ses griffes dans sa peau pour le maintenir en place avant de le ruer de coups. Laissé groggy, Matt servit d’arme pour frapper son comparse mais aussi de bouclier humain quelques instants avant d’être finalement projeté contre Quémal.

C’était le moment. Matt était projeté sur Quémal, et sans le savoir, le Wraith venait de faire d’une pierre deux coups. Pedge pressa sans aucun état d’âme le détonateur. Le souffle de l’explosion fut important. La jeune femme s’était penchée dans le fossé pour ne pas le subir mais elle sentit l’air chaud se propager au dessus d’elle l’espace d’un bref instant, tandis qu’une pluie de morceaux wraith tombait alentours. Ils lui avaient fait sa fête à ce connard de buveur de vie !





_________________


merci !                               couleur : darkcyan
Revenir en haut Aller en bas
Lun 19 Fév 2018 - 11:48
avatar
√ Arrivée le : 01/08/2015
√ Messages : 475
Voir le profil de l'utilisateur
MJ26 : Les Grands Explorateurs # EQUIPE 3
Pedge Allen- Matt Eversman-
Nelly Bricks- Kara Aiolos

Le Wraith est définitivement mort. Vous n’avez pas vu le dart, mais celui-ci est repartit par la porte. Dans les faits chercher des renforts pour finir le travail.
Tout le monde est blessé, dont une Kara qui a besoin de soin et qui ne peut plus trop bouger sans empirer sa blessure.
Quémal est dans un sale état aussi, le visage tuméfié et le corps griffé et parsemé d’équimoses.

Le souhait de l’indigène est de retourner au village, voir si quelques survivants s’y trouve… Mais au loin, la porte s’activa et plusieurs dart fondirent en direction du village et à d’autre endroit de la planète… Au loin, vous pouvez voir le village, se faire faucher définitivement. Était-ce une manière de se venger de ce qui s’est passé sur le balcon sûrement ? Les Wraiths n’avaient aps eu le bon nombre d’humain pour la cérémonie et eux… ne rigole jamais. Seul le cri de désespoir de Quémal brisa le silence et les larmes sur son visage. Alvia, comprenant l’horreur, pleura doucement, avant de se jeter contre Matt.

« Ils ont tout pris… » Pourtant il semble avoir de l’espoir ! Certains villages sont très bien cachés ! Il se redresse et toise les Atlantes. Il souhaite faire en sorte que tout cela ne se reproduise plus, les offrandes, la présence des Wraiths. Quémal veut faire changer les choses et pour cela il compte faire le tour des villages voisins pour témoigner de ce qui s’est passé aujourd’hui. Mais aurait-il encore des personnes pour l’écouter ?
Plusieurs choix s’imposent pour vous. Quémal vous guidera jusqu’au jumper qui n’est pas loin. Quémal voudra rester sur sa planète natale, mais n’imposera pas de choix pour Alvia, qui du haut de ces huit ans n’a pas vraiment la capacité de choisir. Et quel choix ? Vivre avec Quémal avec le risque de mourir ? Ou bien autre chose ?
Dans tous les cas, jusqu’à votre Dart Quémal vous aidera du mieux qu’il peut en dette envers vous.
----------------------------------------------
Consignes :

  • Vous avez jusqu’au 25 février pour répondre
  • Le jumper est à une dizaine de minutes en contrebas en courant.
  • Voyez entre vous comment la fin se déroule sachant que, la missions étant terminée, vous êtes à présent autorisés à rentrer sur Atlantis.


Revenir en haut Aller en bas
Ven 23 Fév 2018 - 14:53
avatar
√ Arrivée le : 09/11/2014
√ Messages : 1494
√ Localisation : Atlantis


Dossier Top Secret
√ Age: 33 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Non
Voir le profil de l'utilisateur
MJ26 : Les Grands Explorateurs # EQUIPE 3
Pedge Allen- Matt Eversman-
Nelly Bricks- Kara Aiolos

Le Wraith était parti en fumée. Bon courage pour le puzzle à celui qui voudrait s’y coller. Pedge se redressa douloureusement dans le fossé qui l’avait protégée du souffle de l’explosion. Elle espérait que Matt n’était pas blessé, et que l’indien s’en était sortie également. Voyant qu’ils bougeaient tous les deux, elle se redressa, et approcha d’Eversman.

« Putain… On l’a bien bousillé celui-là ! ». Elle était plutôt contente, contente d’avoir détruit un originel. C’était une forme de revanche sur la vie, en quelque sorte. Une façon de dire à la reine Méda’lyda qu’elle l’emmerdait profondément.

Elle n’était pas spécialement satisfaite du ranger, et de ses actions « réflexes » qui étaient à la limite de la dangerosité pour le groupe. Elle le sentait encore fébrile face à la menace Wraith et, comme elle le craignait, il n’était pas gérable. Plusieurs fois il était resté planté là dans une stupeur palpable, quand il ne défouraillait pas comme un connard. Que ce soit sur le balcon où, contre toute attente, il s’était mis à arroser les originels d’un feu nourri, comme s’il essayait de déverser dans ses tirs toute la peur primale qui l’animait, ou que ce soit là, sur le chemin, où il balança deux grenades à fragmentation sur un Wraith, alors que l’équipe était autour, c’était du délire. Il avait un sérieux grain.

Mais elle ne le balancerait pas. Il avait besoin d’aide, et elle lui en fournirait. Mais il fallait qu’ils en discutent. Bon, elle n’avait pas encore pris conscience de l’état de Kara, qu’elle pensait en sécurité avec Nelly et la petite Zoé. Quelque part, ce n’était pas plus mal que ces trois là ne se soient pas mêlées du combat. Elles auraient été une gêne pour les trois autres, bien plus apte à gérer ce genre de menace, même s’il fallait reconnaître que ce fut laborieux. Bien laborieux même.


[/quote]

_________________
#a1931c
DC : Erin Steele & Teshara Lays & Chenoa Penikett
Revenir en haut Aller en bas
Ven 23 Fév 2018 - 18:16
avatar
√ Arrivée le : 08/12/2012
√ Messages : 10413

Dossier Top Secret
√ Age: 32
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Wraith
Voir le profil de l'utilisateur
MJ26 : Les Grands Explorateurs # EQUIPE 3
Pedge Allen- Matt Eversman-
Nelly Bricks- Kara Aiolos


MATT

L’explosion du wraith souffla Matt et l’envoya se projeter violemment contre l’Indien. Lorsqu’il reprit ses esprits après quelques secondes d’inconscience, une douleur brutale lui donna l’impression d’une barre au niveau de la tête. Le contact avait été brutal, les deux s’étant percuté de plein fouet. Les yeux fermés, il massa la zone endolorie avant de descendre sur sa joue, elle aussi, douloureuse. Cette fois, il sentit un liquide chaud sous ses doigts. Super… Il devait avoir l’air d’un boxeur sortant d’un vif échange de coups. C’était pas très glorieux. Il continua de masser tout en cherchant à modifier sa position pour passer à genoux. Ce fut laborieux et ponctué de nombreux soupirs. En fait, tout son corps semblait avoir été malmené par ce fichu wraith. Il fallait voir le positif, de là où il était il n’y avait plus de vampire. Quémal se remettrait tout aussi difficilement que lui.

« Allez mec. On l’a eu » dit-il tout en tapotant l’épaule de l’indigène. Lorsque ce dernier tourna la tête dans sa direction, le Ranger eut un rictus en remarquant son visage boursoufflé. Oh purée, il n’avait pas été raté. Le regard du militaire partit à la recherche d’une plaie importante. Bon son potentiel risquerait de décliner maintenant. Quoiqu’il pourrait se vanter d’avoir fait exploser un wraith. C’était loin d’être anodin. Pedge l’interrompit dans son inspection visuelle, lui faisant détourner le regard dans sa direction. Il fut rassuré de la voir en un seul morceau.

« Oui ! Et tout ça grâce à qui ?» Demanda-t-il tout en dévoilant une belle rangée de dents espérant qu’elle saurait bien y répondre.

C’est en cherchant à se remettre sur pieds en poussant avec ses bras qu’il sentit un pic de douleur provenir de l’un d’entre eux. La source était toute identifiée, un éclat figeait dans son biceps droit. Un nouveau juron s’échappa de ses lèvres. Il se demanda l’espace de quelques instants comment cet intrus avait pu se retrouver là avec le C4 avant de se rappeler son jet de grenades. Bref à l’origine de sa connerie. Le Ranger fit un mini état des lieux des dégâts bougeant ses doigts l’un après l’autre avant de faire de même avec son membre le pliant et dépliant doucement. Bon ça ne devait pas être grand-chose. Il remarqua néanmoins les trainées rouges au niveau de son bras. Un bandage fut extrait d’une poche de son gilet. Ce dernier était encore bien humide de leur bain. Tanpis, il n’avait pas trop le choix et chercha à le mettre en place autour de la plaie. Celui-ci fut posé s’aidant de ses dents pour le serrer et ainsi le maintenir en place. Ça, c’est fait. Le militaire effectua une inspection rapide à la recherche d’éventuelles plaies. Les côtes et le crâne le lançait mais rien d’apparent. Ça attendrait. Le jeune homme tendit une main en direction de la jeune femme pour qu’elle l’aide à se remettre sur pieds.

« Merci. » marmonna-t-il tout en gardant une main sur la jeune femme pour stabiliser sa position et en massant le lobe frontal d’une main distraite. Le mal de crâne ne faisait certainement que commencer. Bon l’équilibre était précaire mais il était là, suffisant pour se détacher.


_________________


merci !                               couleur : darkcyan
Revenir en haut Aller en bas
Ven 23 Fév 2018 - 18:17
avatar
√ Arrivée le : 09/11/2014
√ Messages : 1494
√ Localisation : Atlantis


Dossier Top Secret
√ Age: 33 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Non
Voir le profil de l'utilisateur
MJ26 : Les Grands Explorateurs # EQUIPE 3
Pedge Allen- Matt Eversman-
Nelly Bricks- Kara Aiolos


« A un bon travail d’équipe ? », fit Pedge, soucieuse de remettre un peu d’humilité chez le ranger même si elle partageait son allégresse. Ce qu’elle ne montra pas, puisque son visage restait neutre, comme d’habitude. Elle n’avait pas envie de sourire, pas pour le moment. Pour le coup, elle ne se forçait même pas à ne pas le faire pour cacher cette émotion, elle n’en éprouvait tout simplement pas le besoin.

Il semblait blessé, mais rien de grave. Surtout secoué en fait. Quant à elle, ce n’était pas mieux. Son ventre lui faisait un mal de chien. Ce n’était pas pire que le jour où elle s’était félée des côtes en se faisant éjecter de la Jeep que conduisait Hamilton sur le site Alpha. La douleur était moins vive, moins transperçante. Non, ici, elle était lancinante, battante, régulière et continue. Elle espérait ne pas faire d’hémoragie interne ou une connerie dans ce genre là. Il n’empêche que le coup de genou de cette saloperie avait bien failli lui passer au travers, et elle n’avait pas eu le temps de serrer les abdos pour l’encaisser tant elle avait été surprise par la rapidité et la technique de l’original. Manquerait plus qu’il lui ait fait une descente d’organe tiens… Glamour à souhait. Elle le laissa se faire sa petite beauté avec sa bande, avant de l’aider à se relever.

Ce fut quand elle tira vers elle pour le redresser qu’elle sentit une pointe transpercer son épaule douloureusement, lui arrachant un gémissement involontaire de surprise mêlée de douleur.

Aussitôt, elle lâcha la main du ranger une fois qu’il se fut stabilisé sur ses deux cannes, et elle porta son regard à son épaule en ramenant son bras devant elle. Le treillis urbain semblait poisseux de sang, et l’on voyait sa peau dans laquelle un vilain morceau de métal saillait. Merde, elle avait récolté elle aussi un éclat… Pourtant elle s’était couchée rapidement. C’était vraiment des saloperies ces grenades de merde, tant pour les alliés que pour les ennemis. Il était bien enfoncé, et elle s’étonnait de ne pas l’avoir sentit plus tôt. Mais plus tôt, elle avait d’autres chats à fouetter, comme pouvait en témoigner les petits morceaux éparses qui jonchaient le sol ici et là, vestige d’un originel dans toute sa splendeur passée. L’adrénaline avait certainement maintenu les signaux de douleurs loin de son cerveau, encore que les coups qu’elle avait reçu avait d’eut supplanter celui de son épaule par leur violence et leur brutalité. Bref, elle ne pourrait pas le retirer ici, c’était risqué. Elle laissa tel quel, ne cherchant pas à bander la plaie, ce qui n’était pas bien réalisable sur une épaule.

Décidément, cette épaule ramassait souvent tout ce qui passait quand même. Ce n’était pas la première fois qu’elle était touchée à cet endroit.


_________________
#a1931c
DC : Erin Steele & Teshara Lays & Chenoa Penikett
Revenir en haut Aller en bas
Ven 23 Fév 2018 - 18:19
avatar
√ Arrivée le : 08/12/2012
√ Messages : 10413

Dossier Top Secret
√ Age: 32
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Wraith
Voir le profil de l'utilisateur
MJ26 : Les Grands Explorateurs # EQUIPE 3
Pedge Allen- Matt Eversman-
Nelly Bricks- Kara Aiolos


MATT & PEDGE

C’est en entendant le gémissement de Pedge et en suivant ses gestes du regard qu’il comprit qu’elle avait été blessée aussi. Pas par l’explosion mais plutôt par un éclat qui était venu lui perforer l’épaule. Les lèvres furent aussitôt pincées, le regard dévié même s’il vérifiait du coin de l’œil qu’elle n’avait pas besoin de son aide. Ça semblait mineur mais bon ça ne n’empêchait pas Matt de se sentir mal. Normal il était responsable de ce lancer foireux de grenades. Résultat : le wraith avait survécu aux deux explosions et il était parvenu à blesser un coéquipier. Super… Dommage qu’il n’ait pas son arme à tripoter pour s’occuper l’esprit. Le militaire continua de masser maladroitement son crâne.

« Ecoute...Je suis désolé. » finit-il par lâcher en croisant son regard. Pas la peine d’en rajouter, on lisait parfaitement sur son visage qu’il n’était pas fier de lui. La bonne humeur qu’il avait pu éprouver en découvrant que le wraith n’était plus, venait d’être sacrément entamée. Heureusement que Quémal n’avait pas eu le droit aussi à son petit éclat.

« Laisse tomber pour le moment, mais on en parlera sur la cité. », fit-elle sombrement en détachant son regard de la plaie qui n’était pas bien belle à voir. La chair était déchirée de façon irrégulière. Elle extirpa un sachet de poudre désinfectante et en versa dessus tranquillement. Quémal avait morflé lui aussi. Le militaire se contenta d’approuver d’un geste de la tête. Il avait merdé, il lui faudrait assumer ses conneries à son retour. C’était loin d’être agréable mais il n’avait pas le choix. C’était de sa faute si elle avait récolté un éclat.

« Bon allez, on récupère les autres et on se barre de cette fichue planète. », rajouta-t-elle en se tournant vers le groupe de Kara, Nelly, et Alvia.


_________________


merci !                               couleur : darkcyan
Revenir en haut Aller en bas
Ven 23 Fév 2018 - 18:19
Invité
Invité
avatar
La jeune femme n’était pas au meilleur de sa forme c’était le moins qu’on puisse dire. Au palmarés des blessures qu’elle avait eu, celle là dépassait tout et de loin. Elle tentait de rester consciente mais la perte de sang ne l’aidait pas. Sa tête tournait et elle envie une furieuse envie de fermer les yeux et de dormir. Ah oui faire ça lui semblait terriblement tentant. Elle avait entendu un grand boum mais avec Nelly et Avia elles étaient trop loin pour savoir qui avait survécu ou non. Et puis en fait à cet instant ce n’était pas important pour elle. Le sort de ses compagnons de mission était important bien sûr, mais elle commençait à ne plus penser très bien.

Elle voulait juste fermer les yeux et dormir. Elle voulait que la douleur s’arrête qu’importe la méthode. Nelly lui avait planté une aiguille avec un produit qui avait un peu fait tomber la douleur mais de onze sur dix c’était passé à dix sur dix. La brune ne comprenait pas pourquoi sa maudite puce ne faisait rien contre ça...cette foutue pièce n’était pas là pour les aider à ne pas mourir si bêtement ? Dormir, fermer les yeux voilà ce à quoi elle voulait penser. D’ailleurs pourquoi tenter de rester éveiller ? Non dormir semblait beaucoup mieux et c’est ce qu’elle fit en fermant les yeux.

Le noir, mais toujours la douleur. Présente dans tout son corps, le produit contenu dans la seringue de Nelly ne faisait plus effet. Kara se demanda rapidement si ça ressemblait à ça de mourir ? Elle n’était jamais arrivée aussi proche. Les souvenirs de sa chute lui revinrent en mémoire mais même ce soir là elle n’avait pas été aussi salement amochée ou alors elle n’en avait pas eu conscience. Là tout était différent, elle était consciente de sentir que son corps ne luttait pas et ça elle ne pouvait pas le tolérer.
Revenir en haut Aller en bas
Ven 23 Fév 2018 - 18:21
avatar
√ Arrivée le : 16/04/2017
√ Messages : 292

Dossier Top Secret
√ Age: 31
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Inoculation
Voir le profil de l'utilisateur
MJ26 : Les Grands Explorateurs # EQUIPE 3
Pedge Allen- Matt Eversman-
Nelly Bricks- Kara Aiolos


Nelly se sentait complètement impuissante. Elle s’était rendue compte que Kara réagissait de moins en moins. Peu importe si elle lui parlait, qu’elle lui demandait de s’accrocher et de ne pas s’endormir, il n’y avait rien à faire. Après avoir écarté la diplomate et Avia des environs du combat, elle avait trouvé un très léger dévers de neige. Pas de quoi en faire une bonne couverture mais c’était toujours mieux que rien.

« Kara ! Tiens bon ! » S’écria-t-elle une énième fois.
Elle lui mit des petites claques sur la joue mais c’est à peine si elle réagissait. La panique gagnait de plus en plus la petite espagnole qui se détourna pour chercher Pedge et Matt du regard, ayant cette fois-ci l’intention de les appeler à l’aide. Mais une violente explosion, très brutale, la surprit au point qu’elle se coucha au sol en se protégeant de ses mains. Quand elle se redressa, elle ouvrit grand la bouche de stupeur, atterrée, en ne voyant plus rien si ce n’est ce cratère et ces morceaux de neige qui retombaient. Ils s’étaient fait sauter ? Ils étaient morts ???

Nelly aurait surement couru jusque là pour voir si quelqu’un avait survécu mais Avia s’était collée à sa jambe, terrorisée par la brutale secousse qu’elle avait ressenti, et elle ne pouvait pas lâcher Kara. La petite espagnole espérait, se suppliait, que ce ne soit pas le cas. Elle se voyait déjà en échec, essayer de récupérer le jumper, pour ramener leur corps. C’était impossible, elle ne le supporterait pas. Mais soudain, nouvelle surprise, du mouvement témoignait de la survie de ses camarades. Nelly poussa un soupir de soulagement en reconnaissant Matt, Quémal, puis enfin Pedge.
Ils échangeaient surement de leur réussite mais elle fit tout de suite de grand signe de bras pour les alerter.

« Kara est blessée ! » S’écria-t-elle.


_________________


Double compte : S. Caldwell, P. Sidney
Revenir en haut Aller en bas
Ven 23 Fév 2018 - 18:39
Invité
Invité
avatar
Quelle ne fut pas la stupéfaction de Pedge en voyant l’état de Kara quand elle approcha du groupe des trois filles. Plus elle avançait vers leur position et plus elle sentait qu’il se passait quelque chose. Nelly et Alvia étaient penchées sur la diplomate, allongée, et cela n’était vraiment pas bon signe. Déjà blême, les lèvres légèrement bleutées de son hémorragie interne, le teint blafard par la perte de sang, le fantôme de Pedge se mit à courir pour avaler les derniers mètres qui le séparait de l’autre groupe.

Oh non…. C’est avec effroi que le militaire aperçut la présence d’un autre éclat, logé dans le corps ensanglanté de la diplomate. C’était pas possible ! C’était un vrai cauchemar ! Ses propres maux furent aussitôt oublié tandis qu’il prenait sa tête entre ses deux mains. Dépité. Furieux contre lui même. Impossible de mettre des mots sur son ressenti interne.

« Merde merde ! », fit-elle en s’agenouillant elle aussi pour constater les dégâts bien visible avec tout ce sang. Sa poitrine se levait, mais elle était dans un piteux état.
« Je...je sais pas quoi faire ! J’ai mis un bandage mais...je ne sais pas faire ! »
Pedge jeta un coup d’oeil désespéré à Nelly. Elle devait garder les idées claires, agir et vite. Il fallait faire quelque chose pour l’aider, et elle savait que l’hispanique avait déjà fait tout ce qui était en son pouvoir. D’une voix qu’elle voulut assurée, même si elle trembla légèrement, Pedge distribua les ordres.

« Nelly, Matt, courrez au Jumper. On ne peut pas la déplacer. Revenez ici et on fout le camp. »
« OK. » Premier mot qu’il parvenait à articuler. Peu importe la distance à parcourir, il ne se ménagerait pas. Il pouvait au moins faire ça pour la diplomate.
« Quoi ? Mais... »

Nelly l’avait murmuré dans une forme d’incompréhension. Pedge avait une sale allure, ça ne lui avait pas échappé même avec cette situation. La petite espagnole secoua négativement la tête, un début de phrase s’étranglant dans sa gorge. Elle ne voulait pas désobéir, surtout pas envers quelqu’un qu’elle appréciait tant, mais si elle l’envoyait avec Matt, Quémal forcément en guide, qui resterait pour protéger ?
« Tu seras seule avec Kara...si les loups reviennent... »
La menace Wraith n’occupait plus sa pensée. Mais les Bjorgs pourraient avoir été attiré par les différentes explosions et le sang, n’y pensait-elle pas ? Si les créatures sautaient sur les deux femmes pendant que les autres couraient au jumper, ce serait un véritable massacre. Nelly déglutit après avoir regardé brièvement Matt, comme à la recherche de son soutien, puis elle reprit en craignant clairement la colère de son lieutenant. Ce n’était pas du tout le moment pour discuter les ordres. Mais elle avait peur que ça achève pour de bon l’une ou l’autre :
« Pedge...je cours plus vite que vous et je ne suis pas blessée...je peux y aller avec Quémal. Je peux y arriver... »

Pas besoin de préciser que Kara avait besoin de soin rapidement. Pour le moment, le Dart ne semblait plus dans les parages, et il fallait profiter de cette fenêtre de tir rapidement. Alors qu’elle pensait à ça, la Porte s’activa dans le lointain. Le Vortex qui vomissait de l’anneau attira l’oeil de Pedge. Ils avaient une vue sur la vallée assez bon, et des Darts en sortirent, prenant la direction de ce que Pedge estimait être le village. Quémal, impuissant, regardait les rayons s’activer. Nul doute sur ce qu’ils étaient en train de faire. Ils sélectionnaient le reste des habitants. La texane n’avait pas le temps de s'appesantir là dessus. Il fallait vraiment se barrer.

« Ne reste pas seule... » Ajouta Nelly d’une voix intimidée. Les paroles de Nelly glissèrent sur le Ranger qui n’écouta que d’une oreille distraite. Il n’entrerait pas dans le débat mais c’était tout de même rapprocher de l’Espagnole, prête à l’attraper par la peau du cou pour la tirer en avant. Lui ne considérait que leur civile qu’ils étaient en train de perdre.
« Allez faut qu’on bouge. »

L’indigène se proposait pour montrer le chemin. Pedge considéra les remarques de Nelly et poussa un soupir. Elle allait envoyer chier la jeune femme en lui indiquant que c’était un ordre et qu’elle ne discute pas, mais quelque part, l’hispanique n’avait pas tort. Ce serait stupide que de rester seule avec la gamine et Kara, qui était grièvement blessée. Certes, Quémal leur avait dit que ce chemin n’était pas emprunté par les loups, mais qui sait ? D’ailleurs, elle toisa ce dernier. Elle pouvait lui faire un minimum confiance, il avait prouvé sa valeur sur le champ de bataille en combattant l’originel, son Dieu, avec eux, et il avait payé un certain tribu physique de cette prestation au long court.

« Ok, accordée. », lâcha Pedge. « Matt, reste ici, et Nelly file avec Quémal au Jumper. » La texane estimait que la probabilité de survie était plus importante s’ils récupéraient le Jumper. Peut-être que d’envoyer Matt avec Nelly assurait qu’elle revienne belle et bien avec l’appareil. Mais elle exposait Kara. L’officier n’avait pas les idées claires, et la douleur y était pour quelque chose, de même l’empressement qu’elle essayait de contenir vis-à-vis d’une diplomate qui ne réagissait pas grandement. Elle avait envie de demander à Nelly si elle avait pris les constantes de la jeune femme ou si elle avait des informations sur son état, mais elle devait à tout prix filer récupérer ce foutu Jumper.

« Tiens moi au courant du moindre problème sur le chemin. Allez en route. », fit Pedge, qui la tutoyait maintenant. Elle ne s’en rendait pas compte et de toute façon, elle s’en foutait bien. Elle se redressa en gémissant légèrement, son ventre lui faisant un mal de chien, sans parler de son épaule qui, maintenant qu’elle en avait conscience, la lançait également. Elle se pencha sur Kara. Dormait-elle ? Ce n’était pas bon du tout ça.

« Matt, prend lui son poul. », dit-elle.
« OK » répliqua-t-il d’une voix faible en se laissant tomber à genoux du corps de la civile. Il porta une main tremblante au niveau du poignet à la recherche d’un éventuel pouls. Rien. Il appuya davantage ressentant enfin quelque chose mais cela pouvait être tout autre chose. Matt eut besoin de confirmation en allant le prendre au niveau de son cou, enfonçant son pouce un peu plus que nécessaire avant de filer sentir le précieux signal. « Faible. » Bon au moins était-elle encore en vive. Il n’en était pas satisfait pour autant, continuant d’afficher un air grave.

Elle défaisait sa veste, et elle la plaça sur le corps de la diplomate. Il fallait maintenir sa température. Certes, son vêtement était trempé, mais ça aiderait quand même. « Quand c’est fait, trouve de quoi la réchauffer, et fouille les sacs pour trouver tout ce qu’il y a de médical qui peut être utile. » Elle n’était pas infirmière, et elle n’avait pas de formation aux premiers secours, une chose qu’elle regrettait et dont elle allait remédier rapidement. Mais elle avait déjà vu les infirmiers intervenir sur un collègue blessé sur le terrain, et elle essayait du coup de prendre un maximum d’informations tout en drivant Matt. D’ailleurs, peut-être avait-il quelques compétences ?.
« Je sais ce que j’ai à faire, Pedge. » Déclara-t-il d’une voix sèche. Ses nerfs étaient déjà mis à rudes épreuves, pas la peine de l’avoir sur le dos. Il ne mit pas en pratique ses ordres. C’est sans aucune douceur qu’il venait d’attraper un doigt entre les siens pressant très fortement l’ongle. Ça devait lui faire un mal de chien mais ce n’était pas une de ses préoccupations. Il pouvait même lui péter le doigt si ça permettait de la ramener.

Elle passa outre la réplique de Matt qui semblait énervé. Elle comprenait, mais fallait pas qu’il fasse trop chier non plus. Aussi vérifia-t-elle qu’elle respirait, et elle tenta de la conserver en état de conscience. Elle se pencha vers elle, et d’une voix dans laquelle perçait une pointe de désemparement, elle lui dit :

« Kara, Kara… Réveillez vous, faut rester avec nous. C’est pas le tout de faire la fière pour fermer les yeux à cause d’un bout de ferraille, non ?! »

Elle essayait de la titiller un peu pour la provoquer et la forcer à réouvrir ses beaux yeux, tout en lui touchant l’épaule plus ou moins fermement d’une main, et de serrer par pression sa main avec la sienne qui ne servait pas encore.

« Appuie fortement sur son ongle. Faut qu’on la ramène. » lui gueula-t-il tout en continuant de pincer très fortement l’extrémité du doigt. Si les deux pressions cumulées ne l’éveillait pas, ça voulait dire qu’elle avait basculé dans le coma et ça c’était très loin de ses compétences. Il fallait à tout prix l’éviter. Matt scrutait son visage à la recherche du moindre indice de réveil.

Pedge leva ses yeux fatigués sur le ranger. Elle poussa un soupir, lâchant et l’épaule et la main de Kara. « Pas besoin de gueuler sérieux. », balança-t-elle. Fallait qu’il apprenne à se canaliser un peu. La situation tapait sur le système de Pedge et elle préférait s’éloigner cinq minutes plutôt que de gueuler elle aussi. Ça ne servirait pas Kara. C’était pas le tout de la réveiller, si elle crevait de froid à cause de la perte de sang, de l’humidité, de la neige, et du reste, ils auraient l’air fin. « T’es sur le coup, je vais trouver de quoi la réchauffer. », dit-elle en se levant.
« Si elle se réveille pas, la seule chose qui comptera c’est que le jumper arrive vite donc appuie ! »
« Je ne vais pas lui péter un doigt ! », répliqua-t-elle en s’agenouillant à nouveau. Il était sérieux bordel ? Elle n’y connaissait rien de rien. « Fait chier putain de merde. », jura-t-elle en prenant entre ses doigt un ongle de la diplomate.
« Appuie de toutes tes forces ! ». Après quelques seondes de ce traitement digne d’une bonne torture moyenageuse, Kara finit par réagir par un mouvement de tête et quelques soupirs. Il la lâcha pour lui mettre quelques tapes sur le visage, toujours sans douceur. « Allez accroche toi. Le jumper est bientôt là... »
Kara n’avait pas entendu les paroles de Pedge pour la réveiller, elle était faible, et clairement elle avait beaucoup de mal à lutter pour ne pas se laisser aller et le rejoindre ailleurs. Alors qu’elle allait réellement céder, elle sentit une vive douleur, une nouvelle, rien à voir avec la blessure de son ventre. Non là c’était à rendre fou, comme des décharges électriques, ça eu le mérite de la réveiller, elle tenta d’ouvrir les yeux mais le blanc de la neige était trop agressif , elle bougea la tête, puis au bout de quelques secondes elle arriva à ouvrir les yeux. Elle vit Matt et Pedge à côté d’elle...mais où était Nelly ? Le jumper ? Kara ne comprenait pas tout et puis elle avait froid, elle était gelée. En étant réveillé le froid était saisissant et elle se mit à trembler. Totalement faux mais la diplomate n’avait pas besoin de le savoir. Il lui fallait un peu d’espoir, quelque chose à quoi s’accrocher. Lui même s’improvisait secouriste d’un jour avec les quelques bases qu’il pouvait avoir. Vive les cours obligatoires de secourisme « Tu appuies dès que tu la sens partir ok ?»
« Ok ok... », répondit Pedge, plutôt soulagée de la voir revenir à elle. C’était cool, il avait assuré sur ce coup-là alors qu’elle perdait presque ses moyens. Elle ne pouvait pas tout contrôler. Elle avait bien fait de céder et de lui faire confiance. Alors qu’elle gardait une certaine forme de vigilance sur Kara, elle posa une question à Matt :

« Tu comptes faire quoi de la gamine ? », dit-elle en montrant du coin de la tête Alvia qui s’était mise à chercher de quoi couvrir un peu plus Kara, voyant que les deux adultes se prenaient la tête sur ce sujet.
«La gamine ? » Tiens elle lui était presque sortie de la tête, cette fameuse Alvia. Il n’avait pas trop la tête à penser à un avenir pour elle, déjà que le sien ou même celui de Kara étaient déjà entaché de pas mal de problèmes. « On l’embarque non ? » Il chercha l'approbation du regard d’Allen. Il ne pouvait se permettre de réfléchir au sort de la jeune fille tout en constatant l’état déplorable des bandages détrempés ce qui lui fit lâcher un juron. « Elle perd trop de sang. »

Le regard de la texane s’arrêta sur les bandages sanguinolents de la diplomate suite à la remarque de Matt. Elle ne savait vraiment pas quoi faire à ce niveau là. Ce serait sur une plaie sur un membre, ils pourraient faire un garrot ou une connerie comme ça, mais là, en plein milieu du bide… C’était la poisse, vraiment la poisse. Elle espérait que Nelly allait faire vite. « J’ai pas d’idée pour l’arrêter... », fit Pedge qui laissait tomber momentanément le sujet de la gamine. Elle n’avait pas d’idée arrêtée sur le sujet, et elle ne savait pas si c’était à elle de prendre la décision ou pas. Certainement que oui… Bref, elle verrait.

Saignement important était égal à une compression pour le militaire. Problème il y avait un obstacle avec l’objet tranchant. Il ne fallait pas le toucher pour ne pas aggraver la blessure, ni même l’extraire. Le doute s’empara de lui, le laissant retomber sur ses fesses. Il parcourut la zone proche du regard à la recherche d’un éventuel indice qui l’aiderait à prendre une décision. Rien. Il finit par lever les yeux vers sa collègue de galère « Je vais compresser la plaie… je vois que ça. ». Pas de gants ni même de gel hydroalcoolique à proximité. Il allait certainement commettre une hérésie pour un médecin mais il n’avait pas d’autres idées en tête. Le Ranger ne pouvait pas rester là à la laisser se vider sans rien faire. Il se redressa un peu avant placer ses mains juste au dessus de la plaie, l’une au dessus de l’autre avant d’appliquer une forte pression. Ce n’était pas agréable pour elle, ni pour lui de solliciter ainsi son bras mais peu importe, il devait tenir la position. Impossible de s’arrêter maintenant qu’il avait débuté sa pression.

Pour le moment, la diplomate n’avait pas dit un seul mot, elle était trop faible pour ça. Même si elle était consciente, elle fermait les yeux régulièrement et à chaque fois cette douleur à la main revenait pour la réveiller. La jeune femme avait quand même beaucoup de mal à garder les yeux ouverts à cause de la luminosité, elle les gardait fermé. Elle ne vit pas Matt au dessus d’elle pour appuyer au dessus de la plaie, elle sentit à peine ses mains sur elle, mais par contre la douleur fut intense et elle poussa un cri et tenta de se débattre un peu pour virer ces mains qui lui faisaient mal. Mais c’est comme si un chaton voulait faire bouger un pit bull...ça ne servit à rien. Par contre maintenant elle était pleinement consciente de tout. Elle leva son regard vert fatigué vers Matt qui semblait très concentré par sa tâche.

”Vous êtes toujours aussi peu doux en touchant une femme Ranger? “ Faire de l’humour dans un moment pareil n’était pas pour détendre l’atmosphère mais surtout parce que la perte de sang la faisait délirer un peu.
« Non, je fais ça juste pour toi. Tu vois comme tu as de la chance. » dit-il un peu essoufflé par l’effort produit. Kara lui fit un sourire timide pour seule réponse.

Elle le laissait faire, de toute façon, elle n’avait aucune notion spécifique dans le domaine de la médecine. Et Kara venait de parler, c’était bon signe. Elle se contentait de s’assurer que Kara restait avec eux, par des pressions sur son doigt au besoin. « Si tu as besoin que je te remplace, n’hésite pas. », dit-elle. Puis, elle ajouta : « Sauf si elle veut rester avec Quémal, on l’embarquera. ». Elle avait tranché pour Alvia.

Le temps passa, les environs étaient calmes. La petite avait déniché de larges feuilles qu’elle avait mise sur les jambes de Kara, et elle s’était même allongée sur ces dernières pour lui tenir chaud corporellement parlant, sans trop peser sur ses membres. C’était maigre, mais ça devrait suffir. Il le fallait. Nelly n’allait pas tarder. Pedge l’espérait vraiment, car la situation était plus que critique. Elle en vint à se demander si elle n’aurait pas dû envoyer Nelly au Jumper, laisser Matt et ses compétences avec Kara, et elle-même courir vers la Porte des Etoiles pour prévenir Atlantis. Si elle se faisait prendre, Nelly pouvait assurer le coup du rapatriement, et si Nelly se faisait prendre, elle aurait pu assurer le coup du rapatriement. C’était un peu tard pour ce genre d’idée désormais, pensa-t-elle avec un goût amer dans la bouche. La tension lui permettait de ne pas sentir ses propres douleurs. Mais pour combien de temps. Elle rêvait de se laisser aller dans le siège du vaisseau, mais ce ne serait pas possible car il fallait rester près de Kara.

Le temps passa très lentement. Eversman mit un point d’honneur à exercer cette pression jusqu’au bout ne demandant pas à la jeune femme de le relayer. Il était celui qui était responsable de l’état de Kara, il devait tout faire pour elle. C’était bien là le minimum. Les dents serrées et immobile, il s’évertua à appliquer une pression constante mais se rendait parfois compte qu’il faiblissait et appuya de nouveau. Si Kara y restait… Non valait mieux ne pas y penser. La décision d’Allen concernant la gamine eut au moins le mérite de rompre le silence du lieu. C’était plus sage de la laisser ainsi décider. Bon ils risquaient de se faire taper sur les doigts de ramener une indigène sans précaution. Tanpis. Immobile depuis maintenant plusieurs minutes, les vêtements toujours humides, Eversman commençait à frissonner en plus d’avoir la goutte au nez qu’il essuya en frottant son visage sur son bras. L’adrénaline n’était plus à son top lui permettant de découvrir d’autres douleurs notamment au niveau des côtes. Allez serre les dents, Matt. Il soupira avant d’appuyer de plus belle.

« Purée… Qu’est-ce qu’elle fout... » dit-il plus pour lui même.
« Elle ne va pas tarder... », répondit-elle dans un murmure, plus pour se convaincre elle-même également. Combien de temps devait-elle laisser à Nelly avant de juger que la situation était foutue ? Elle était en plein doute, en plein tourment, et, maintenant qu’elle était immobile, pétrifiée près du corps de la diplomate, les crampes arrivaient en même temps que les douleurs qui se déployaient largement dans l’ensemble de son corps. Son ventre lui faisait souffrir le martyr mais elle ne disait rien, comme si se plaindre eut été un affront pour la pégasienne plus sévèrement touchée. Quand bien même, ce n’était pas le style de la maison. Pedge était dure, elle encaissait pas mal, serrant les dents pour ne rien lâcher. Si son corps était inerte, son esprit carburait lui, et elle s’interrogeait énormément sur de multiples paramètres, essayant d’envisager une solution si Nelly ne revenait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Ven 23 Fév 2018 - 18:42
avatar
√ Arrivée le : 16/04/2017
√ Messages : 292

Dossier Top Secret
√ Age: 31
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Inoculation
Voir le profil de l'utilisateur
MJ26 : Les Grands Explorateurs # EQUIPE 3
Pedge Allen- Matt Eversman-
Nelly Bricks- Kara Aiolos



Auteurs : Matt, Pedge, Kara, Nelly.


Pedge avait dit oui !!!
Nelly se demandait si elle n’avait pas tout simplement rêvé cette réponse. Elle s’était attendue à une remarque assassine qui l’aurait touché en plein coeur mais non. Le genre de coup bien ciblé et dévastateur dont la jeune femme avait le secret. Comme la réplique qu’elle avait balancé sur main froide et qu’elle n’avait pas oublié. Mais ce n’était pas le cas heureusement, pas aujourd’hui ! Le lieutenant l’avait laissé partir avec Quémal. Il ne lui en avait pas fallu plus pour tourner soudainement des talons, en dérapant presque sur la neige tant elle voulait aller vite, alors qu’elle s’écriait avec assurance :
« Je serais rapide !!! »
Le gardien était tout aussi réactif malgré son visage boursouflé. Il lui pointait déjà la direction et courait en agitant sa lance comme s’il avait passé sa vie à se déplacer comme ça. Nelly se donna à fond, passant sur le sentier que lui indiquait son guide, pour s’y rendre le plus vite possible. Seulement, alors qu’elle commençait à faiblir après seulement quelques minutes d’une cavalcade au rythme bien plus élevé que son habitude, Nelly comprit qu’il y en aurait pour un bout de temps. Il ne s’agissait pas simplement de battre des jambes comme une héroïne de film d’action et d'apparaître, juste après un fondu bien placé, devant le jumper comme une fleur. Là, elle devait contourner cette foutue montagne pour retourner en direction du village, là où se trouverait, encore plus loin, le site d'atterrissage de son engin.
Tandis que la petite espagnole se faisait violence pour ralentir et trouver un rythme plus souple, se disant qu’elle serait plus efficace en étalant sa force tout au long du trajet plutôt que d’être à bout de souffle arrivé à la moitié, elle passa sa main dans la poche de son gilet tactique et ne sentit pas l’émetteur qui permettait de faire quitter l’occulteur au vaisseau.
Elle eut un hoquet de surprise en appuyant à plusieurs reprises sur sa poche avant de sentir, effectivement, le bip bien profondément ancré à l’intérieur. Fausse alerte, ouf !!!

Quémal avançait en tête. Même blessé, il allait plus vite et réduisait parfois le rythme pour éviter de la semer. La cadence était pourtant bien élevée et Nelly se concentrait, esquivant les rochers un peu trop instables, recherchant les meilleurs endroits où atterrir. Elle n’était pas la meilleure des coureuses d’endurance. D’ailleurs un runner aurait surement été bien utile pour fait un record. Mais c’était à elle qu’incombait cette tâche et la petite espagnole avait la chance d’être quelqu’un de très énergique. Elle courait souvent, tout le temps même. Elle ne savait faire que ça, trouvant le monde trop lent lorsqu’elle ne faisait que marcher. Et ça arrangeait bien ses affaires d’ailleurs, quand elle voulait emmerder Pedge, Isia, Alex ou tout autres cibles qu’elle se fixait.

« Le jumper...c’est un engin qui vole...il y a de la place pour toi et...la petite... » Lança-t-elle au rythme de sa respiration malmenée mais cadencée. « On pourra...te soigner... »

Nelly aurait dû se douter que le silence pesant du gardien n’augurait rien de bon. Il était visiblement dévasté par la scène qui se profilait dans la vallée en contrebas, les darts ne cessant de tourner pour sélectionner ceux qui se cachaient et qui avaient évité les premiers rayons. Elle aurait bien voulu le rassurer par simple compassion, puisqu’elle se voyait à sa place si ses amis étaient pris sur une cité d’Atlantis attaquée et à l’agonie, mais elle se sentait impuissante et démunie, Kara demeurant son ultime priorité dans un élan peut-être égoïste. Mais elle casa tout ça dans un coin de son esprit.
Inspire, expire, Nelly.
Inspire, expire. En rythme pour la course. Lance tes jambes, garde-en sous le pied.
Forest, tu connais ? Tu es sa fille surdouée ! Envoie la sauce !

Le visage de Nelly dégoulinait de sueur, ses cheveux lui collaient de partout et ses vêtements épousaient entièrement sa peau dans une sensation très génante. Elle commençait à souffrir petit à petit d’un point de côté mais elle luttait pour le brider, le limiter. Lorsqu’elle songea avoir fait la moitié du chemin, elle colla sa main sur son oreille et déclara d’une voix plaintive par l’effort déployé :

//Mi-chemin !//

Est-ce que ses amis l’auraient entendu ?
Impossible à dire. Elle ne se rappelait plus si les radios étaient résistantes à l’eau, ni si son oreillette était encore en fonction. Pas besoin de s’y attarder, la priorité : Jumper et Kara.
La descente de la montagne fût beaucoup plus facile et Nelly s’intéressa davantage à la descendre en vitesse sans s’étaler plutôt que de calculer sa position vis à vis du village. Elle trouvait le temps horriblement long, sa course interminable, se disant à chaque fois qu’elle était trop lente et que ses collègues - et oui, ses amis, disons-le clairement puisque Nelly s’attache - comptaient tous sur elle. Dans sa tête, elle pensait trouver des indices de son approche finale à chaque recoin. La plaine après la descente de la montagne par exemple. Mais à chaque relief, il y en avait un autre à traverser, avec des montées et des descentes. Nelly passa dans une grotte, couru dans le lit même d’une minuscule rivière, escalada, dégringola mais enfin, ENFIN, cette foutu plaine fût accessible et la partie de la montagne dans son dos.

A bout de souffle, Nelly tirait la tête en arrière comme si ça l’aiderait à capter de plus grande bouffée d’air. Elle comptait dans son esprit la cadence de ses pas : un, deux, souffle, un, deux, souffle, un deux, SOUFFLE BORDEL !!! Ce point de coté continuait de brûler, d’incendier son flanc au point qu’elle y appuyait son bras comme si elle était blessée. Mais cela n’avait que pour but vain de calmer quelque peu cette douleur. Il était hors de question de s’arrêter, c’était la dernière ligne droite.
Mais il y avait aussi quelque chose d’étrange. Ses poumons sifflaient, un craquement qui n’avait rien à voir avec ses cordes vocales ponctuaient chacune de ses expirations. La jeune femme sentait qu’elle peinait à recevoir plus d’oxygène. Est-ce que c’était à cause de sa plongée douloureuse ?

Finalement, après quarante minutes d’une course effrénée, Nelly parvint sur le chemin qui l’aménerait jusqu’au Jumper. Elle voyait d’ici les indices visuels qui lui servaient à situer le vaisseau, l’endroit où elle l’avait posé, et les voir se rapprocher lui donnaient encore plus de courage, plus de volonté. Elle battait des pieds de manière désordonnée, martelant le sol enneigé plus que de raison, mais elle continuait d’avancer encore et encore. Là, c’était un carré sur la neige, quelque chose de lourd qui appuyait dessus. Ils y étaient ! Le gardien, lui , la suivait en étant un peu en avant. Il avait fait son travail et il restait avec elle pour être sur qu’elle atteigne son objectif.

« QUEMAL ! »

Trop tard.
Il avait tourné la tête mais ne s’était pas interrompu dans sa course. Il percuta de plein fouet le blindage invisible du Jumper et ricocha dans la neige comme une bille de flipper. Il avait foncé dedans comme un dératé sans le savoir. Nelly sortit son déclencheur et l’activa. Le vaisseau réagit immédiatement en se désoccultant et en ouvrant le sas. La petite espagnole s’appuya lourdement sur le métal, peinant à retrouver son souffle et approchant d’un Quémal sonné avec des jambes en coton.

« Ca..ça va ?... » Haleta-t-elle. « On doit y aller, dépêche-toi ! »

Ni une ni deux, Nelly entra dans la nacelle arrière et ouvrit l’un des grands filets chargés de matériel. Elle retira immédiatement la valise rouge, trousse médicale de base du jumper, et le plaça en évidence sur l’une des banquettes sans l’ouvrir. Elle aller se jeter sur les commandes lorsqu’elle se retourna, ne voyant toujours pas le gardien entrer.

« Quémal ! »

Elle jura en prenant un neuf millimètres dans une petite boite jaune et sortit. Il fallait partir maintenant ! Le reste de l’équipe l’attendait depuis bien trop longtemps déjà ! Le gardien s’était redressé mais il considérait les restes du village. Tout avait été rasé, les bâtiments incendiés au blast plasma tandis que les fuyards étaient pourchassés tout le long de la plaine à l’opposé. Il était immobile, la lance posée sur le sol, mais l’élévation irrégulièrement lente et profonde de sa poitrine trahissait de l’horreur qu’il devait vivre en cet instant.

« Quémal ! Je ne peux pas attendre, vient ! » S’écria-t-elle en lui agrippant l’avant bras. Elle avait un mal fou à reprendre son souffle et la sueur lui dégoulinait dans les yeux. « Je dois partir maintenant tu comprends ? Mes amis attendent ce vaisseau, il faut... »
« Pars. »
Nelly se figea, faisant un “quoi ?” silencieux.
« Les miens ont besoin de moi aussi. Les autres villages doivent savoir... »
« Ne fait pas ça. Ils vont te...tu vas mourir ! Et la petite... »
Le gardien se retourna. Il était tout aussi épuisé mais il conservait une assurance presque intimidante malgré son regard meurtri.
« Pars maintenant. Prenez soin d’elle. »

Le souffle brisé, Nelly secoua négativement la tête. Elle était déjà en train de faire quelques pas en arrière, considérant le gardien qui l’avait aidé, et elle le vit soudainement filer au pas de course. Il ne partait pas dans la direction de son village natal mais peut-être d’une cachette pour son peuple dont il avait la connaissance.
Nelly eut un coup au coeur en songeant qu’elle n’avait même pas pu le remercier. Il méritait pourtant de survivre pour les avoir aider. Mais c’était comme ça. Et si Nelly ne s’activait pas, elle aurait surement la mort de ses collègues sur la conscience. Alors elle s’élança dans son jumper et cogna l’interrupteur qui remontrait le sas. La cabine de pilotage s’illumina dés son entrée et la petite espagnole prit les commandes, se passant des vérifications en tout genre pour démarrer l’engin et entamer l'ascension. L’occulteur reprit immédiatement du service et elle activa la radio du jumper, plus puissante, pour s’écrier, toujours essouflée :
« Pedge, Matt ! J’arrive ! » L’ordinateur de vol modélisa le plan de vol et calcula la route optimale selon les repères de sa pensée. Le résultat arriva très vite.
« Quatre minutes ! Vous m’entendez ?!? Je mets la gomme ! Quatre minutes !!! »

Ce n’était pas spécialement une bonne idée d’aller aussi vite, surtout en ignorant les conditions météorologiques et les darts qui se baladaient dans le coin. Mais Nelly prit le risque en augmentant la propulsion à son maximum. Lorsqu’elle arriva au-dessus du volcan, le jumper filait à une telle vitesse qu’il déclencha le tonnerre du mur du son et que sa traversée d’un nuage le rendit temporairement visible à l’oeil nu. Une fois à l’endroit supposé de son équipe, Nelly décrivit des arcs de cercles tout en commandant une détection à l’ordinateur de bord. Elle trouva très vite les signes de vies de ses équipiers, dont un beaucoup plus faible, puis elle s’y dirigea tout en décélérant violemment. Sur son approche immédiate, elle commanda l’ouverture du sas arrière puis fît une rotation de demi-tour pour se poser tout en présentant directement l’entrée prête à les accueillir.

Les précautions médicales auraient voulu qu’ils prennent le temps de brancarder la pégasienne afin qu’elle soit le plus immobile possible. Ça, c’était dans le monde des bizounours. Ici, tout cela n’était qu’une perte de temps. Le vaisseau n’était même pas posé sur le sol de la planète alors le brancard, Kara pouvait s’assoir dessus.
« Alvia, tu viens avec nous ! A trois, on soulève.. »
« Reçu. », fit Pedge qui allait proposer de toute façon. Il fallait faire vite et avec les moyens du bord. La petite obéit sans peine, ce qui n’était pas plus mal car ils n’avaient pas le temps de lui courir après si elle fuyait.

Le décompte se fit afin qu’ils la soulèvent en même temps pour être le plus immobile possible. Elle avait beau ne pas avoir un physique de rugbyman, après tous les efforts produits c’était loin d’être négligeable. Kara fut déposée dans le compartiment arrière, à même le sol.

Le jumper ne s’était même pas posé sur la neige lorsqu’ils entrèrent que Nelly reçu le signal pour partir. Elle reprit immédiatement une vitesse maximale et s’écria :
« J’ai besoin d’aide ici ! »
« Vas-y ! » Demanda-t-il en levant les yeux vers Pedge.
« Appelle si besoin », dit-elle alors qu’elle était déjà en train de partir vers le cockpit pour rejoindre l'hispanique.
Trop occupée sur ses commandes avec un retour à grande vitesse, elle ne regarda pas la silhouette qui s’était posée sur le siège du copilote.
« Il faudra composer le code de la porte. Je ne peux pas rester en position statique avec tous ces darts et ils sauront très vite que l’ouverture ne vient pas d’eux. »
Une simulation de vol se dessina sur l’écran à l’intention du copilote de fortune. On voyait la position du Jumper progressant sur la ligne et la route que Nelly comptait suivre. Un virage serré s’opérait au-dessus de la Porte puis l’engin ferait une boucle avant de repartir directement dans l’horizon des événements. Sheppard avait raison quand il disait que le vaisseau lisait les pensées, c’était vraiment une merveille de technologie.
Pedge observait tout ça, complètement larguée. Ce n’était pas sa tasse de thé, et elle n’avait jamais été copilote. Mais bon, il y avait un début à tout.
« Je t’explique. Quand on va faire le virage au-dessus de la Porte, tu commanderas son ouverture. Les darts vont tout de suite s’agiter même s’ils ne nous voit pas. Ils ont des tactiques pour tirer sur les fuyards au jugé, foi de pilote ! Donc on va revenir en conservant la vitesse, ça ne sera pas du tout un vol confortable. Tu auras assez de temps pour envoyer le signal et l’appel radio, mais quand on sera en approche finale, je ferai une déccélération brutale que le système d’inertie ne pourra pas gérer entièrement. »

Pedge était sur le cul. Elle reprenait son souffle en s’asseyant dans le siège passager aux côté de Nelly, mais elle se rendait compte qu’elle ne respirait plus vraiment en lorgnant la jeune femme. C’était vraiment SA Nelly là ? Mais pourquoi est-ce qu’elle n’était pas tout le temps formatée comme ça ?? Du coup, elle reprit une inspiration avant de se concentrer sur ce qu’elle disait, bredouillant un truc comme “euh oui”, filant son accord à la jeune femme.

Nelly se tourna d’un tiers en élevant la voix, ses yeux ne quittaient pas la plaine et le massacre qui s’opérait en bas.
« Ca sera pénible, je vous préviens. Accrochez bien Kara ! »

Non mais elle était marrante elle ! Si Kara avait été sanglé ou sur pieds, cela aurait été facile de la maintenir sur place mais là elle gisait à même le sol. Eversman savait comment il pouvait se stabiliser avec les différentes poignées mais comment faire en sorte qu’elle reste en place. Il n’eut pas le temps de réfléchir, le jumper commençant ses embardées. Il rejoignit la jeune femme au sol, en position assise cette fois et cala son dos contre l’une des banquettes. Ses bras passèrent sous les bras de la jeune femme, l’enlaçant d’une certaine manière pour qu’elle ne bouge pas. Alvia vint elle aussi se blottir. La pression s’accentua sur ses côtés. Serre les dents...Il n’y avait plus qu’à prier pour que la pilote soit bonne et essaie de les épargner un peu.
Kara avait mal mais ça encore elle commençait à s’y habituer, par contre la perte de sang était plus dangereuse. Elle se sentait faible et à raison mais c’était surtout dans sa tête que tout n’était pas clair. Elle n’aurait même pas su dire où elle était et vaguement avec qui. Tout se mit à bouger et ça fit sourire la pégasienne. ”Y’a tout qui bouge...c’est amusant”. Elle tenait des propos incohérents au vue de la situation. La brune se retrouvant contre le Ranger. ”En coussin ça va t’es bien soldat”
« Profites-en, ça n’arrivera plus ! » Répliqua-t-il, rassuré de la savoir toujours éveillé. Il fallait la tenir ainsi jusqu’à l’arrivée, il tenta donc de la faire parler quitte à la pincer de temps en temps. « Tout ça pour être dans mes bras. »
La tête de la diplomate tombait parfois et elle sentait cette fichue douleur revenir ce qui la réveillait. Elle entendit la remarque du soldat et lui tapota le visage avec sa main ensanglantée, lui laissant une belle marque de sang sur le visage. ”Prends pas tes rêves pour des réalités coussin.” La jeune femme luttait vraiment et parler avec le Ranger était bénéfique.

L’écran restait verrouillé sur le plan de vol, affichant la progression en temps réelle du jumper pour Pedge, qui suivait avec attention le paysage défiler ainsi que les indications. Elle appréhendait un peu, mais le professionnalisme de Nelly n’appelait à aucun doute quant à ses compétences. C’était vraiment agréable à voir, et si elle n’avait pas eut l’estomac en vrac et l’épaule en feu, sans parler des douleurs lancinantes dans le corps dû aux multiples contusions qu’elle avait, elle aurait apprécié le voyage en sa compagnie. Elle aurait même poussé le bouchon plus loin en lui demandant d’abattre un Dart pour voir si elle en était capable et histoire de foutre une déculotté aux Wraits. Mais avec Kara à l’arrière, mal en point, dans un état critique, il était hors de question de trainer. Plus vite l’équipe serait rentrée, meilleur ce serait.

« Deux minutes ! » Annonça Nelly.
Elle murmura à voix basse, comme si elle décomptait, au même rythme de ce compte à rebours qui soulignait le plan de vol demeurant à l’affiche. Un disque qui matérialisait une certaine zone clignota en vert au moment où le jumper mordilla son extrémité. La petite espagnole déclara en écho :

« On est à portée, compose l’adresse ! »

Nelly était pleinement concentrée, carrément plongée dans son monde du combat spatial, reflétant l’expérience qu’elle avait de sa vie parmi l’escadrille tribord du Dédale. Maintenant elle pilotait aussi les appareils même si, il fallait l’avouer, elle était largement plus attirée par le boulot de copilote. Entre la gestion de l’appareil, le contrôle des dégâts, la navigation et l’assistance armement/contremesure pour le pilote, elle adorait être dans l’action et gérer tous les fronts. Là, c’était son terrain. Elle savait comment l’ennemi allait réagir et elle savait comment les contrarier.

Pedge s’empressa de composer l’adresse à toute vitesse. A force, c’était acquis et facile de savoir sur quels symboles appuyer. Ce n’était pas sa première fois à l’extérieur, par contre, c’était bien la première fois qu’elle le faisait depuis un cockpit de Jumper.

Pendant la composition de l’adresse, Nelly exerça son virage serré aux abords de la Porte.
La vitesse du jumper était excellente dans l’espace, l’engin était très bien conçu pour ça. Mais en atmosphère, même s’il restait bien plus performant qu’un F-302, un cube de métal propulsé à cette vitesse rendait les manoeuvres assez compliquées. Elle pouvait tout aussi bien décrocher et aller s’écraser plus loin en ayant poussé le jumper un peu trop à bout. Et puisqu’elle entamait ce virage avec une vitesse bien au-delà de ce qui était conseillé dans une atmosphère à gravité, le système d’inertie encaissa mal le mouvement en laissant une forte impression de lourdeur. Nelly et Pedge furent enfoncés dans leurs sièges alors que Kara, elle, s’enfonçait sur Matt. Impossible pour lui de stabiliser leur position. Il fit du mieux qu’il put prenant appui sur ce qu’il pouvait mais il y avait trop de gestes brusques ent tout sens. C’était comme se retrouver dans une montagne russe sans ceinture ni siège et avec deux personnes dans les bras. Il les protégea au maximum en les enserrant, quitte à être envoyé parfois dans le décor.

Les quelques darts qui continuaient le travail de sélection s’agitèrent brusquement, reflétant dans les accoups de direction la surprise des pilotes Wraiths qui découvraient l’activation de la Porte, avant que leurs chasseurs ne pointent soudainement sur eux. Ils commençaient déjà à tirer au en visant un point précis devant l’horizon.

« Envoie le signal GDO ! Contact radio établi, trente secondes ! »
Nelly balançait ça comme si elle était dans le cockpit de son F-302, elle avait l’impression d’y être d’ailleurs.

Elle envoya le signal GDO et elle attendit que le contact radio s’établise pour passer un message. Elle était collée à son siège et elle avait l’impression qu’on lui enfonçait un couteau dans le ventre. A bout de souffle mais avec la voix claire, elle annonça à Atlantis :
// Sous-Lieutenant Allen à Atlantis. Demande équipe médicale d’urgence en salle d’embarquement. Aiolos touchée au ventre par éclat de grenade. Perte de sang importante, conscience défaillante, poul présent et respiration ok. Fermez la Porte après le passage, attention à l’arrivée ! //

La pression se relâcha sur la fin du virage tandis que la Porte se dessinait sur une plaine. Le champ de vue devenait étonnant bas. Ils étaient en rase-motte et l’anneau grossissait à vue d’oeil. De manière bien trop rapide d’ailleurs. Le boucan de plusieurs blasts tonnèrent dans leur dos, quelques débris percutant et rebondissant sur la carlingue, tandis que Nelly se laissait envahir d’une excitation qui lui avait longuement manqué. Elle avait passé sa vie à se battre en F-302, ce n’était pas ces zigotos qui allaient les avoir maintenant. Une moitié de sourire bariolait donc son visage sous le coup de cette autosatisfaction. Ils les avaient pris de vitesse, ils pilonnaient au mauvais endroit. La tactique habituelle en somme : s’ils étaient revenus en respectant l’allure pour le transfert, ils auraient été réduit en bouillie dans du métal en fusion.
Les Wraiths ne pensaient pas qu’ils seraient assez dingue pour foncer comme ça jusqu’à la Porte et Nelly en était presque fière de leur jouer ce tour. Pedge était livide. Elle se voyait déjà arriver dans la salle d’embarquement à cette vitesse et s’écraser dans le tas comme une loque.

« Cramponne toi mieux si tu ne veux pas passer par la verrière ! » Conseilla très sérieusement Nelly sur ses derniers moments. « Poussée inverse !!! »

La propulsion qui s’inverse à bloc, c’est comme emboutir une voiture en frontal. Le jumper déccéléra subitement en jouant la catapulte, faisant bondir leurs occupants de leurs sièges jusqu’au tableau de bord tandis que le voyage par l’horizon des événements prenait le relais. Pour Matt et Alvia, ça avait dû être vachement sportif !
Quand ils débarquèrent dans la salle de contrôle, l’un des gardes de faction avait eu chaud en sentant la bourrasque de l’engin invisible. Un peu plus et il se faisait écraser sur le nez de l’appareil comme un moustique sur un parebrise. Nelly souffla de soulagement et reprit sa place dans le siège, tout en levant l’occultation.

Sans attendre, elle déposa l’engin au pied de l’équipe médicale qui les attendait. L’ouverture de la porte arrière fut vécu comme une véritable délivrance. Autant Eversman pouvait adorer tout ce qui allait super vite, autant là il semblait presque au bout de sa vie. Livide avec l’estomac en coton. L’éclat s’était enfoncé davantage dans son bras relançant la perte sanguine mais aussi les différentes douleurs. C’est sans opposé de résistance que le militaire suivit le personnel médical après qu’il se soit occupé de la civile. Quelle putain de mission de folie encore...

Nelly poussa un profond soupir en se disant que c’était enfin terminé et elle mira un instant la vahinée avant de se dire à elle-même, une moitié d’humour dans la voix : « A refaire... »
Maintenant, il fallait espérer que Kara s’en sorte.

Pedge était à deux doigts de dégueuler, et la poussée inverse n’y était pas pour rien. Elle avait accroché sa ceinture pour rester dans le siège quand elle allait freiner. Sauf qu’avec son hémorragie interne, la pression sur son torse l’avait presque envoyé dans les songes d’un malaise. Elle avait l’oeil torve, le teint livide, et elle ne sentait plus ses jambes tellement elle avait freiné elle-même comme si elle avait été dans une voiture. Elle jeta un coup d’oeil en coin à Nelly qui disait que c’était à refaire. Elle reprenait sa respiration laborieusement et d’une main tremblante, elle détacha la boucle de la ceinture de sécurité. Elle était en sueur, et elle se leva, en posant une main peu assurée sur l’épaule de l’hispanique.

« Beau boulot Nelly... ». Déjà, l’équipe médicale investissait les lieux, et Pedge se laissa retomber dans le siège, observant Matt, Alvia et Kara. Ils étaient à la maison.

Nelly avait apprécié ce signe de gratitude de la part du lieutenant, c’était un peu comme une récompense ultime de fin de mission, la différence entre son dépit quand elle s’était présentée avec une camisole de force et le fait que, si, elle assurait en mission. En pivotant son siège, Nelly s’apprêtait à tout foutre en l’air de son humour de gamine, songeant qu’elle allait lui dire un : « Merci ! Je sais pas toi, mais je trouve qu’elle se la pète un peu la Nelly adulte... ».
Mais la jeune femme n’eût pas le temps de la prononcer. Depuis qu’elle avait atteint le jumper au pas de course, elle s’était donnée à fond et pleinement concentrée. Ce n’est que maintenant qu’elle découvrait que Pedge n’était peut-être pas si bien que ça. Une vive inquiétude l’étreignit alors qu’elle quittait son siège pour se poser devant elle.
« Hé... »
Elle se rendit compte qu’effectivement, il y avait un problème, surtout qu’elle n’était pas du genre à se laisser percer à jour en cas de faiblesse. Nelly lui releva un peu le menton d’une main histoire de la regarder dans les yeux. Là, c’était pas un regard classique. Elle était pâle, sacrément pâle !!!
« Je vais te trouver un brancard... »

D’une main faible, elle écarta la main de Nelly avant de répondre, non sans lui servir un pâle sourire à la hauteur de son regard vitreux. « Occupez-vous d’aider Kara, ça va aller pour moi, j’ai besoin de souffler deux minutes. C’est bon. ».
« Oh, pour ça, il faudrait être capable de me rattraper mi Pedgy...première insubordination para ti, navrée. »
Nelly poussa sur ses jambes tremblantes et alla voir un infirmier. Kara était évacuée en vitesse et elle ne savait pas trop où était Matt. Partie avec elle ?
Non sans une certaine gêne, elle informa le soignant qu’il y avait une autre personne de blessée dans le jumper.

Pedge poussa un soupir mais elle ne pouvait effectivement pas la rattraper sans se faire mal et elle en avait sa dose. Au moins était-elle la dernière à sortir du Jumper. Elle refusa la civière mais elle consenti à se faire aider jusqu’à l’infirmerie.
Nelly étant en quelque sorte la moins blessée, elle s’occupa d’Alvia et fit son rapport préliminaire en la désignant comme réfugiée de guerre. Elle se rendit ensuite à son tour à l’infirmerie après avoir ramené le jumper dans son hangar. Le sang qui maculait le bas de la banquette et le sol ne lui avait pas échappé et elle se jura de prendre des nouvelles de tout le monde quand tout se serait réglé.


_________________


Double compte : S. Caldwell, P. Sidney
Revenir en haut Aller en bas
Sam 24 Fév 2018 - 13:53
avatar
√ Arrivée le : 01/08/2015
√ Messages : 475
Voir le profil de l'utilisateur
MJ26 : Les Grands Explorateurs # EQUIPE 3
Pedge Allen- Matt Eversman-
Nelly Bricks- Kara Aiolos


Barvo ! la Dream team !



Bravo à tous pour cette mission rondement menée malgré les périls et dangers rencontrés. Une fois sortis de l’infirmerie vous êtes tous invités à fournir des rapports de mission détaillés à votre hiérarchie. Vous disposez ensuite de jours de congés pour vous remettre de cette aventure.

Quant à Alvia, elle est gardée quelques jours à l’infirmerie puis sur Atlantis. Le CODIR a effectué les démarches nécessaires pour que la fillette soit recueillie sur le continent et adoptée par une famille d’athosiens. Il sera toujours possible de lui rendre visite sur le continent.

Matt peut en faire sa pupille s’il le souhaite, avec condition de s’en occuper et de subvenir à ces besoins.


LES COMPÉTENCES / CONSÉQUENCES


Pedge Allen

  • Résistance à la douleur +1 (Tu passes de 5 à 6)
    Plusieurs combats assez violents où la leader de l’équipe a su encaisser sans broncher.

  • Esprit d’équipe +1 ( Tu passes de 5 à 6)
    Un fort impact sur la conservation de l’équipe qui passe avant tout.

  • 3 jours infirmerie / 1 semaine de repos (congés de la Mj)
  • Passage chez le psy pour contrôle de l’état mental face à une première rencontre Wraith après son traumatisme. => Évaluation si capable de retourner en mission avec Wraith

  • Ecchymoses importantes en bas de l’estomac et sur les hanches, bleu marqué sur la peau (coup pied Wraith et écrasement de loup)
  • Contusions multiples sur le torses, bleues hématomes
  • Une côte fêlée
  • Une petite hémorragie interne dans le ventre= une poche de sang état limité
  • Eclat de grenade dans l’épaule = intervention chirurgicale bénigne.


Matt Eversman

  • Explosif +1 (Tu passes de 3 à 4)
    [i] Maniement d’explosifs par deux fois avec succès malgré le danger et la difficulté de mettre un C4 sur un Wraith sans qu’il ne le retire


  • Sang-froid -1 (Tu passes de 5 à 4)
    Perte de sang-froid par deux fois face à un Wraith, avec l’erreur d’avoir mit en danger l’équipe avec une grenade a fragmentation (entraînant la blessure de Kara). Acte généralement égoïste et conservation de soit même. (Attention la prochaine fois c’est -1 en esprit d’équipe)

  • 2 jours infirmerie / 1 semaine de repos (congés de la Mj)
  • Et nouvelle évaluation chez le psy à cause de son traumatisme et de sa paralysie face aux Wraiths.
  • Conséquence à court terme : tant que l’évaluation psy ne sera pas positif sur son traumatisme (passer à autre chose et pouvoir faire face) = éviter les missions susceptibles de rencontrer des Wraiths tant que le traumatisme est non résolu
  • Pour avoir mis en danger et blessé involontairement ses collègues en MJ, le sergent sera soumis à une évaluation sur le terrain. Il bénéficie cependant du contexte atténuant de son traumatisme face au Wraith lui évitant une sanction et de continuer à être partir en mission soft (sans Wraith). Mais il sera à vigiler.

  • Entorse de niveau 1 (faible) au poignet droit
  • Commotion importante sur le visage et les côtes = rencontre
    Wraiths
  • Divers bleus et griffures
  • Eclat de grenade dans le bras droit = intervention chirurgicale bénigne
  • Incision pommette


Nelly Bricks

  • Rapidité d’esprit +1 (Tu passes de 1 à 2)
    [i] Nelly percute assez vite au sujet de son environnement et surtout pour la conservation des siens en sauvant notamment Kara deux fois.


  • Soins +1 (Tu passes de 0 à 1)
    Soins primaires sur Kara pour éviter l’hémorragie

  • 2 jours à l’infirmerie / 1 semaine de repos (congés de la Mj)

  • Divers bleus
  • Poumons fragiles (légère brûlure de l’eau) dû à la noyade pendant 18h
  • Eclat de grenade dans le haut du dos = nuque griffée mais le gilet à amortie


Kara Aiolos

  • Résistance à la douleur +1 (Tu passes de 4 à 5)
    Une endurance à la douleur impressionnante, malgré deux blessures importantes et de s’être fait trainer comme un sac a patate.

  • Résistance mentale +1 ( Tu passes de 4 à 5)
    Suite aux tensions et autre événements Kara n’a pas paniqué ou cédé à l’envie de dire merde et d’être un boulet pour l’équipe (étant civile elle n’est pas entrainée à ça) et à même tué sans sourcilier un indigène. Le mental étant une véritable force tout du long de cette MJ

  • 5 jours à l'infirmerie (intervention chirurgicale) et une semaine de repos (congés de la Mj)
  • Evaluation psy = première rencontre avec un Wraith

  • Commotion cérébrale de niveau 1 (faible merci la puce)
  • Perforation du ventre, estomac non touché, par éclat de grenade à fragmentation (état préoccupant)
  • Divers bleus et griffures



Médaille de la mj // a mettre dans vos dossiers


Code:
[img]http://image.noelshack.com/fichiers/2018/08/1/1519068773-2018-mj26-les-grands-explorateurs.png[/img]




Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Atlantis Insurrection :: Galaxie de Pégase :: Planètes explorées-