Atlantis Insurrection
"Personne ne demande à devenir un Héros, sauf que parfois ça finit comme ça..."

Et si ce Héros, c'était toi ? Tu es l'un des meilleurs dans ton domaine (Biologiste, Chirurgien, Infirmier, Diplomate, Démineur, Maître chien...) et on te propose de participer à l'expédition la plus fabuleuse mais aussi la plus dangereuse : l'expédition Atlantis.
Auras tu le cran de rejoindre Atlantis pour découvrir ses mystères et affronter les dangers de cette galaxie ?

Tu peux aussi incarner les personnages importants de la série (Weir, Sheppard, McKay, Lorne, Teyla....) Bon niveau RP demandé.
On recherche de nombreux personnages inventés.
http://www.atlantisinsurrection.com/t387-personnages-vacants


Si tu te sens capable de franchir ce pas, tu es des nôtres ! Clique sur l'image ;-)


RPG sur Stargate Atlantis
 

[MJ26] Irnando - Equipe n°1

 :: Galaxie de Pégase :: Planètes explorées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Sam 10 Fév - 22:17
avatar
√ Arrivée le : 28/11/2015
√ Messages : 176

Dossier Top Secret
√ Age: 39 ans
√ Nationalité: Canada Canada
√ Gêne: Non
Voir le profil de l'utilisateur
Les Grands Explorateurs

Feat John Sheppard, Mike McPherson, Alex Stones et Natasha Avalon


Au moment où la porte s'ouvrait, et où j'en informais mon groupe, je me dépêchai de reprendre mon ordinateur, avant de passer la porte. Tandis que les autres faisaient de même, je cherchai déjà le panneau de contrôle de l'autre côté du sas, essayant de le fermer pour barrer la route à ces maudits nains. Cependant, des cris me stoppèrent dans ma démarche. Non pas des cris de colère ou de peur, mais ... quoi ... des cris de joie ? Impossible, je devais rêver ? A voir la tête des autres Atlantes, tous étaient aussi perdus que moi. Cette situation était incompréhensible. Et voilà que Gurdil, qui avait lutté et fuit avec nous, était acclamé par ses congénères. Je restai bouche bé devant lui, sans comprendre ce qui venait de se passer. Ces ennemis nous avaient traqué à travers le dédale de couloir, nous avaient fait courir, nous avaient tiré dessus, s'étaient montré dangereux envers nous. Et voilà que maintenant, c'était comme s'ils étaient heureux que la porte leur soit ouverte ? Sérieux ?

Tandis que certains nains, devenus très dociles maintenant, plaçaient de grandes poutres en bois pour empêcher la porte de se refermer, d'autres entraient dans le complexe avec du matériel. Certains étaient accompagnés de créatures métalliques beaucoup plus imposantes que le cerf de toute à l'heure, probablement parce que celles ci étaient destinées à du transport de lourdes charges. Je m'écartai aussitôt de leur chemin, ne voulant pas me faire piétiner. Mais mon regard ne cessait de passer de droite à gauche, d'un nain à l'autre, observant tout ce qu'ils faisaient, ayant toujours du mal à croire ce que je voyais. Décidément, je n'aimais vraiment pas cette race. Et voilà que maintenant, leur chef avait fait installé une table, et nous proposait de venir boire un verre avec lui. Alors là, c'était le pompon de l'incompréhension. Natasha me demanda alors discrètement si les poutres allaient tenir le coup si quelqu'un refermait la porte. Idée très tentante grâce à cette envie de meurtre qui me venait en cet instant, mais, hélas, irréalisable.


"J'avoue que l'idée me plait bien, elle me fait grandement envie. Mais, vu l'épaisseur de ces poutres, je doute qu'elles ne cèdent si la porte se referme. C'est bien pour ça qu'ils les ont installées. Maudits soient ces nains".

La douleur dans mon poignet sollicité dans l'urgence de toute à l'heure se réveilla peu à peu, et je commençai à avoir mal. Sans parler de ma fesse endolorie, même si cette dernière avait bientôt disparue. Je demandai une nouvelle dose d'antidouleurs à Natasha qui me l'administra après une brève hésitation. Elle craignait le surdosage, et m'expliqua clairement que je n'aurais pas de nouvelle dose jusqu'à nouvel ordre. Au moins, la douleur se calma, et m'approchai de John, après que la kiné lui ait parlé. Sur la table de Gurdil se trouvaient plusieurs choppes remplies, mais également de la nourriture sous forme de grillades et de brochettes. Mon estomac se mit automatiquement à grogner de faim en sentant cette bonne odeur alléchante, et malgré ma colère et mes craintes au sujet des nains, j'eus bien envie de m'asseoir quelques minutes pour manger un peu. Toujours à bonne distance de la table, je murmurai quelques paroles pour Sheppard, en accord avec Natasha.

"Ces nains sont complètement cinglés, ils n'ont fait que jouer avec nous. On ne peut pas leur faire confiance. En tout cas, moi, je ne leur fais pas confiance. Qui sait ce qu'ils feront la prochaine fois ? Le complexe est ouvert, la technologie des anciens nous attend là bas. Je propose de les laisser ici, et de nous en aller pour visiter ce complexe, sans eux".

A ce moment là, mon estomac rétorqua une nouvelle fois qu'il avait faim. Je grimaçai, constatant que mon corps avait une idée bien opposée à celle de ma pensée. Je soupirai en regardant à nouveau les grillades qui continuaient de cuire. Sans détacher mes yeux de la nourriture comme si j'étais hypnotisé, je continuai de parler.

"D'un autre côté, partir à l'aventure avec le ventre vide, c'est mauvais. Il faut reprendre des forces pour faire face à tout ce que nous trouverons dans le complexe. La visite nous prendra peut être des heures".

"Je suis d’accord on ne peut pas faire confiance a des gens qui ne semble pas avoir la même logique que nous. Je vais voir leur chef et aviser d’une sortie, je n’ai pas envie de flâner plus longtemps dans ces couloirs".

Alex était visiblement la seule personne à être contente de se retrouver avec les nains. Normal, elle était bourrée, ou presque. Elle est belle, l'armée d'Atlantis, avec un soldat désespérant comme ça. Je plaignis John de l'avoir sous ses ordres, et j'espérais qu'il la recadre comme il se fallait. L'idée de la laisser sur cette planète me traversa l'esprit, une idée réjouissante d'ailleurs. Je ne savais pas pourquoi, mais je n'aimais pas cette femme. Sûrement parce qu'elle avait éclaté de rire lorsque Gurdyl m'avait appelé par un surnom complètement stupide ? Ou alors est ce que c'était parce qu'elle refusait les ordres, qu'elle n'en faisait qu'à sa tête, et qu'elle faisait même honte à ses coéquipiers d'agir ainsi ? A moins que ça soit un ensemble de tout ça ? Oui voilà, je ne l'aimais pas pour toutes ces raisons.

Par la suite, John nous laissa manger un peu, ce qui plut à mon estomac. Je m'installai en même temps que les autres, et sans attendre, je me jetai sur la nourriture. Bien que j'avais beaucoup de mal à manger avec une seule main valide, j'engloutis la viande à grande vitesse. C'était délicieux. Je sortis un MOUCHOIR et m'essuya la bouche avant de continuer, gardant une oreille attentive à la conversation entre Sheppard et Gurdyl. Jusqu'à ce que la situation se gâte à cause d'invités surprises qui me firent grimacer en entendant leurs noms : les Geniis. Oh non, pas eux. Je finis de manger en vitesse, au moment où John donna des ordres. Rester à l'abri dans la montagne ? Oh oui, j'étais pour ce plan bien sûr. Je ne supportais pas les Geniis, ces derniers seraient trop heureux de me mettre la main dessus, et je ne savais pas bien me battre contre eux. Autant rester ici. Sans même parler, j'acquiesçai d'un hochement de tête à mon ami, avant de me lever. Pendant que les deux militaires se préparaient à partir, je m'éloignai de la table de quelques pas.


"Je devrais en profiter pour visiter un peu ce complexe. Il doit cacher plein de secrets sur la technologie lantienne. Et certaines choses doivent être très intéressantes à étudier".

©️ Starseed

_________________

DC : Gabriel Grayson - Skyler McAlister
Couleur d'écriture : #9999CC


Award:
 
Revenir en haut Aller en bas
Dim 11 Fév - 13:40
avatar
√ Arrivée le : 01/08/2015
√ Messages : 407
Voir le profil de l'utilisateur
MJ26 : Les Grands Explorateurs # EQUIPE 1
John Sheppard - Rodney Mckay-Mike McPherson- Natasha Avalon- Alex Stones-



Gurdyl guida le colonel Sheppard et McPherson au travers de nouveaux couloirs. C’était celui que l’avant garde des nains avait utilisé pour leur tomber dessus. Il était clair que c’était un véritable labyrinthe qui aurait très bien pu perdre les Atlantes sans indications.
Le temps qu’ils remontent l’un d’entre eux en sentant d’importants courants d’air, plusieurs équipes de nains les avaient rejoint au voyage. Par paquet de trois ou de quatre, ils débarquaient avec des armes autrement plus imposante. Elles ressemblaient à des sortes de gros fusils à pompe au calibre trois fois plus gros que la norme.

Fidèle à lui-même, Gurdyl gueulait des ordres à grands renforts d’injures à l’intention de ses guerriers alors qu’ils rejoignaient la sortie. Celle-ci se traduisit immédiatement par l’air viciée par les troupeaux environnants. Et bien que la culture naine se passait très bien de toute notion de discrétion, la stratégie persistait malgré tout. C’est pour cela que tous les nains firent silence en sortant de la montagne, se recouvrant de leur cape et les rendant bien moins visible depuis le sol. Dans le plus grand silence, ils se déployèrent en avançant sur les flancs. Personne n’attaqua.

Le jumper était bien visible en-dessous. Une douzaine de Geniis composait un petit dispositif de défense tout autour de l’engin pendant que deux autres, visiblement des scientifiques, montaient une espèce de petite tour grossière sur laquelle était branchée un vieil émetteur à jumper. Ils n’avaient pourtant pas le gène des anciens mais ce dispositif semblait être déployé pour, au moins, ouvrir l’accès du vaisseau.

Les douze Geniis qui formaient la ligne étaient lourdement armés. Des fusils, des petites mitraillettes et des lanceurs à explosifs. On voyait bien qu’ils ne s’étaient pas déplacé sans avoir de quoi assurer la défense du site, bien conscient que les nains étaient très bien protégés contre les balles. Les grenades, en revanche, avaient fait le travail sur ceux qu’ils avaient rencontré en chemin.

L’un des deux militaires Atlantes, s’il se trouvait équipé de ses jumelles, découvrirait soudainement du mouvement à mi-chemin de la Porte des Étoiles, pas si loin du jumper. Le terrain particulièrement plat permettait d’y voir suffisament, comme si le fait d’être sur la montagne avait le même effet qu’une tour de guet, et ils découvriraient qu’une trentaine de soldats ennemis supplémentaire approchaient.
Ils avaient appelé du renfort...ils avançaient plutôt vite pour du personnel à pied et ils seraient là dans une dizaine de minutes.

Du côté de Rodney, il trouva sans aucun mal la salle de contrôle de la forge. Elle était plutôt bien entretenue malgré son âge et il découvrit qu’elle était alimenté. Avec la bonne manoeuvre, il parviendrait à accéder à la majorité du système et, qui sait, aider Sheppard pour reprendre le jumper ?

Alex Stones entendit quelques nains se préparer à soutenir l’attaque par “l’artillerie à sacs”. Visiblement, une petite équipe de nains comptaient également appuyer Gurdyl et les siens dans cet assaut.

Et pour Natasha, elle ne fût pas en reste puisqu’elle découvrit que les trois nains, ceux qui avaient été apporté sur civière, recevaient des soins à grands renforts de bières. Oui, ce n’est pas une blague, un nain était en train de vider une chope de bière sur le visage brûlé d’un des siens en lui disant de la boire au passage mais de ne pas l’inspirer.



---------------------------------
Consignes :

- Vous allez recevoir des Mps pour vos défis.
- Vous êtes libre de les accepter ou de vous orienter sur d'autres choix.
- Pensez à répondre avec la mention "du coté de..." puisque vous êtes séparé.
- Je peux vous faire les réactions d'environnement selon vos actes.
- Deadline : Dimanche 18 février
- Si questions contactez Papy.


Revenir en haut Aller en bas
Dim 18 Fév - 19:04
avatar
√ Arrivée le : 04/09/2015
√ Messages : 2765

Dossier Top Secret
√ Age: 41 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: ATA
Voir le profil de l'utilisateur

Chronologie 07 janvier 2018



(voir post d'alex au début)
John était intérieurement agacé, son échange avec Stones était du grand n’importe quoi. Il comprenait sa frustration de ne pas venir se battre… Et par contre le reste de son comportement était incroyable… Impossible de la gérer en réalité, elle était trop sur la défensive et dans l’agression, pensant que le monde entier allait essayer de la discriminer. En tout cas, vu son caractère tout flamme et son grammage d’alcool, il était hors de question de l’avoir avec lui pour bastonner du Geniis. Pour le peu, qu’elle n’écoute pas ou que sur un coup de folie elle fasse la mariolle… Non.
À son retour, il aura une longue discussion avec elle. Le constant édifiant était là… Elle n’était pas apte à faire d’autre mission sur le coup. Ça première mission officielle et elle ne répondait pas aux critères. C’est bien, pour cela, qui prend avec lui des nouveaux soldats, afin de les évaluer dans plusieurs cas. Que ça soit McPherson ou Stones, les deux étaient vigiler par le colonel qui n’avait pas travailler avec eux. Même si le premier avait de très bon retour de sa major. Enfin, concernant Avalon, ce soldat n’était pas prêt au terrain : elle tenait tête à son officier dans un moment critique et en plus ne respectait aucunes règles établies en mission (l’alcool). Il avait hâte que tout cela se finissent, rien n’allait et tout s’empirait et la rébellion immature de Stones n’était pas judicieuse dans un pareil moment. Il l’enverra chez Sidney, une étape obligatoire au vu de ces propos. Il avait quelque chose qui puait le traumatisme et cela semblait influer sur le reste.

Il soupira doucement comptant partir prestement, cependant, il croisa le regard de Natasha qui avait dû entendre la scène… super… comme beaucoup.
L’homme s’approcha d’elle, afin de la rassurer et surtout de la convaincre de ne pas venir, elle aussi. Il aurait mis sa main au feu, qu’elle désirait faire l’infirmière tout terrain.

« Surveille le, avant qu’il ne pique toute la technologie » fit-il avec un peu d’ironie en parlant bas, montrant d’un signe de tête le scientifique. Une bien maigre boutade, mais une façon de dire ne “t'inquiète pas tout va bien se passer.” Généralement ils passaient beaucoup par l’humour.
« -Je ne pourrai pas vous aider si je ne vous suis pas… »
« On se débrouillera. Les geniis ne sont pas tendre, il est plus préférable que tu restes ici et si on est blessée : on se repliera avec les nains. » dit-il rassurant.

« -Très bien. » dit-elle en posant sa main sur son bras et en murmurant : « mais reviens moi entier. »
Il lui sourit « Entier avec quelques éraflures oui... » Fit’il avec un clin d’oeil. Natasha lui adressa un dernier sourire forcé alors que John partis rejoindre McPherson et Gurdyl.

Le colonel et le sergent furent guidé dans le dédale de cette montagne. Il avait aucune indication sur les murs et il aurait été très bête de s’aventurer seul là-dedans sans savoir où était la sortie. John essaya de se souvenir du chemin. Ayant une bonne mémoire et surtout une très bonne vue dans l’espace, il savait généralement se retrouver. Sheppard, n’avait pas foncièrement confiance dans les nains, mais il n’allait pas cracher sur une quelconque aide pour déloger ces “rats” de Geniis de SON jumper !

Au fur et mesure qu’ils évoluaient dans les couloirs, des nains en grappes de quelques individus les rejoignirent équipés avec des armes, qui semblaient bien plus grosse qu’eux. À dire vrai, certains fusils devaient au moins faire la moitié de leur taille si ce n’est plus. Allez savoir comment ils arrivaient à les porter. Cela renforçait le côté ubuesque de ce peuple. À tous les coups, il ne devait pas avoir des balles en caoutchouc là-dedans, mais de la bonne balle perforante de boyaux. Enfin bon, sauf s’ils préfères tuer leurs ennemis en les noyant dans leur musée aux horreurs ? Brrr quelle drôlesse d’idée de conserver les corps, n’empêche.

En toute franchise, John avait un fort doute sur la capacité de discrétion des nains… Gurdyl qui gueulait et les pas lourds de leur armures… Il jeta un regard au sergent avec une moue dubitative. Pas besoin d’ouvrir la bouche, pour constater sur le visage de John tout son scepticisme, autant sur la discrétion que sur l’établissement d’une stratégie logique. Pourtant, le groupe de petites personnes barbus surprit John en fermant royalement leur bouche et en se camouflant. Bon, il s’était trompé et il préférait dans ce sens que dans un autre. Comme un filet, chacun semblait se déployer sur la montagne, alors que les Atlantes avancèrent à pas de loups dans la direction du jumper.

Guidée par les nains, qui connaissaient bien mieux leur montagne que les Atlantes, Gurdyl, leur montra une plateforme rocheuse assez protégée pour observer la position du jumper. Sans plus attendre John se coucha sur celle-ci, sortant ces jumelles et observa le groupe de douze Geniis, dont deux scientifiques manifestement. Il fut surpris de les voir utiliser un émetteur qui semblait “remplacer” le gène ATA. Cette découverte était très mauvaise et il fallait la détruire, en espérant que les Geniis n’aient pas fabriqués de nombreux prototypes. Enfin bon, pour cela, il aurait fallu plusieurs jumper et à sa connaissance seul, un seul avait été volé par ces enflures.

Prévoyant et parfois intelligent, les soldats n’avaient pas voulu refaire l’erreur de sous-estimer les nains et étaient que trop lourdement armé. Ils savaient où ils étaient et en était encore plus dangereux. En scrutant les environs, John découvrir avec effroi qu’il avait une trentaine d’autre homme qui cheminaient vers le jumper. Ils semblaient marcher bien vite … trop vite et il fallait intervenir rapidement… Un autre point était alarmant… ils avaient des masques à gaz et un matériel pour “gazer” à grande échelle. En somme un kit du petit nazi en herbe ! Ils comptaient enfumer les nains par les trous de la montagne ! Et accessoirement les Atlantes.
Il se tourna vers McPherson.

On a une trentaine de soldats qui approche, ils vont être rapidement là et ils sont du matériel pour nous gazer. Il vous reste combien de grenades et fumigènes ? »

Ce fut à ce moment-là, juste après la réponse de McPherson que McKay contact John via la radio. Un canal privé où ils étaient que tous les deux à entendre leurs paroles.

//Sheppard, ici McKay, tu me reçois ? Sheppard ?//
// Oui je te reçois // John espérait qu’il ait une information intéressante à lui dire. Autant se débarrasser des « douze » n’était pas si compliqué que ça, mais l’autre garnisons, lui paraissait plus ardue. Enfin bon, dès qu’ils seront dans le jumper, les drones ferrons leurs affaires.
//J'ai réussi à pirater le système de communication de la station, nos radios peuvent à nouveau fonctionner. Et ... qu'est-ce que c'est ?// Il eut un blanc… Alala McKay et le don du teasing ! Il serait presque un bon producteur lui ! Par chance le blanc ne dura pas, puisque qu’il reprit avant que John lui demande des précisions.
//Sheppard, je reçois d'autres communication radio. Je pense que l'antenne de la station capte aussi les conversations des Geniis//
// Intéressant, tu sais ce qu’ils se raconte ? //
//D'après ce qu'ils disent, ils ont ordre de te capturer. Mais, le dispositif est un objectif secondaire. Ils attendent des renforts qui ont pour mission de se déployer pour nous encercler. Mais, il y a quelque chose que je ne comprends pas. À les entendre parler, ça donne l'impression qu'ils ont trouvé un moyen de neutraliser les nains//
// Essaie de trouver le moyen qu’ils ont pour neutraliser les nains //
Manquait plus que ça… Les Geniis avaient un véritable problème avec lui, à ce point c’est une véritable obsession… Et comment savaient t’ils, qu’il était là lui ? Et pas une énième équipe d’Atlantis ? Avait-il des espions ? Cela ne sentait pas bon. Et à tous les coups le gaz était soporifique…

//Désolé, ils n'en parlent pas. Je n'ai aucune idée de ce dont il s'agit//
// Dommage …. //
//Sheppard, ça se passe comment, dehors ? Qu'est-ce que tu vois ?//
// Là, nous avons douze Geniis auprès du Jumper et une trentaine va arriver lourdement armé pour les deux groupes. //
//Il y a une salle pleine de drones dans ce complexe, une cinquantaine d'après ce que je vois. Je peux peut-être les utiliser pour vous aider//
// Ah super nouvelle ! Nous en avons bien besoin … //
//Il y a un problème. La salle où se trouve le fauteuil est inaccessible. Je ne pourrais pas les contrôler à distance. Et en plus, je suis aveugle, j'ignore ce qui se passe à l'extérieur de la montagne. Activer les détecteurs de vie dehors utiliserait trop d'énergie. Le volcan n'est pas en éruption, il ne fournira pas d'énergie peut être avant longtemps. Je ne peux pas visualiser la position des cibles// Il y a toujours des problèmes dans les missions… ça ne peut jamais se faire tout seul… John soupira levant les yeux aux ciel.
// Hum… en gros tu ne peux rien faire de plus ? //
//Je n'ai pas dit ça. Aurez tu oublié que tu t'adresses à un véritable génie ?//
// Ah oui c’est vrai. Alors cherche genius //

Il n’eut pas de réponse immédiate, John ajusta sa position avant que son oreillette ne s’active à nouveau sur son canal. De toute façon, McKay trouvait toujours une solution. Enfin, John espérait que cette constante soit vraie.

//J'ai trouvé une solution. Il n'y a que vingt drones de disponible, mais je peux les paramétrer depuis la salle où je me trouve pour les faire fonctionner sans le fauteuil. Comme la dernière fois, le jour où tu t'es envoyé en l'air avec une blonde appartenant à une famille de tarés au soi-disant sang pur, pendant que moi je me suis retrouvé pris au piège dans des galeries souterraines//
Mais quelle anecdote géniale… John roula des yeux, le détail avec la blonde était superflu et puait la jalousie. Alalal Rodney...
// Ne soit pas jaloux. // Dit-il ironiquement avant de reprendre sérieusement : D'accord au boulot alors, la garnison Geniis avance un peu trop vite à mon goût. On se charger des curieux avec McPherson et les nains, fait vite ! //
// Je vais concentrer les drones sur le groupe de renforts, parce que je ne peux pas les envoyer sur ceux qui sont situés près du jumper. Sinon, les drones vont détruire le vaisseau vu que son bouclier n'est pas activé. Par contre, il reste toujours ce problème de lancer des drones à l'aveuglette. Je vais réfléchir et trouver une solution. Je te tiens au courant//
// Oui, je te demande de neutraliser les renforts, les autres on s‘en charge. Terminé //

Le colonel se tourna vers McPherson afin d’établir une stratégie et d’utiliser les nains. Cela fut efficace et sans chichi. Quelques grenades dans le tas. La puissance n’endommagerait pas le blindage du Jumper, puis le sergent ferrait le ménage au snipper et les nains ramasserons les miettes à la sauce barbare sur les deux flancs. Le plan, définit, il fut partagé avec les nains, qui semblaient impatient de dégommer du "rat". John laissant chacun se mettre en place pour le feu d’artifice. Il allait s’avancer à son tour, tout en rampant sur la roche, quand McKay reparla !

//Sheppard, ici McKay. J'ai une solution pour guider les drones jusqu'aux renforts Geniis. Je vais utiliser l'une des créatures métalliques pour ça, mais j'ai besoin de ton aide. Il me faut une diversion, capter l'attention des Geniis autre part que sur la bestiole, le temps qu'elle s'approche suffisamment près. S'ils la voient arriver au loin, ils vont la détruire avant qu'elle ne soit sur eux//
// Je vois avec le nain //

John se tourna vers Gurdyl qui depuis le début était aux côtés des deux Atlantes, et semblait suivre John pour canarder aussi de sa position. Le barbu n’avait rien loupé de leur échange et pour une fois n’avait pas commenté.
« Il nous faut une diversion pour attaquer les trente Geniis qui arrive. Tu peux t’en charger avec un ou deux de tes soldats ? »
« UNE DIVERSION ? AHA ! » S’écria fortement Gurdyl d’un air enjoué avant de se rendre compte qu’ils jouaient de discrétion. Sa voix s’étrangla rapidement, craignant de les avoir faits découvert. Mais par chance ce n’était pas le cas et il soupira de soulagement. Il reprit d’un air peu gêné : « Ouais, bon. La discrétion, moi j’aime pas finalement...une bonne tite vocalise de la montagne, ça t’dit ??? »
John ouvrit de grand yeux… Tout était à prendre et le temps manquait. « Qu’importe, tant que ça occupe le garnison qui arrive, pendant qu’on se fait les douze en bas ! »
« T’inquiète, fillette ! La vocalise, c’est mon domaine !!! Héhéhé ! »
« D’accord minette fait chanter ta douce voix » Sortit John du tact au tact restant sur le même ton militaire.
« Minette !!!! Quelle pauvre répartie ! Si pauvre ! Mais c’est un début, c’est d’jà ça ! Aha ! On r’prendra quand on les aura tous foutu dans l’musée à bière !! »
John ne répondit pas… on ne répond pas à un fou… Il leva les yeux au ciel.

// Mckay les nains s’occupe de faire chanter la montagne comme diversion. Gurdyl donnera le signal //Ce problème géré, il était temps d’éliminer ces douze petits Geniis une bonne fois pour toute.

John se rapprocha à une distance plutôt relative, en somme un endroit qui pouvait le couvrir et lui permettre de faire un lancer correct. Dès qu’il fut en place, il se redressa sur les genoux, pour balancer la première grenade dans un mouvement de cloche, qui roula sur la petite pente pour exploser non loin de l’engin précaire des scientifiques. Ce fut le signal, pour la guerre !

Il serait vain, de se dire que les Geniis, n’essayeraient pas de remonter vers la position du colonel, qui un genou à terre faisait un tir de barrage. Ils seront des pries facile pour le snipper et la vingtaine de nains, qui déjà… déboulait comme des mini barbares ! Cela allait être un massacre.

Ça pétaradait de partout… Dès que les ennemis seraient tous mort, John se tenait prêt à s’élance pour activer le jumper et embarquer avec lui le sergent et peut-être quelques nains, afin de faire une surprise a la garnison.

Mais… qu’est-ce donc encore ? Un Geniis était en train d’être projeté en l’air (et cela n’était pas dû à la grenade), volant comme Alex auparavant… les nains, avaient mit en place une autre de leur idées fafelus ? La voix de la montagne tonna à ce moment-là ! Le fameux signal !


©️junne.


_________________
JohnSheppard

Double comptes : Isia Taylor-Laurence & Alexander Hoffman & Naalem Lays //écriture : MediumTurquoise
Revenir en haut Aller en bas
Dim 18 Fév - 19:36
avatar
√ Arrivée le : 29/11/2017
√ Messages : 174
√ Localisation : Surement dans le Gymnase


Dossier Top Secret
√ Age: 26 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: ATA
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atlantisinsurrection.com/t2521-dossier-d-alex-stones
MJ26 : LES GRANDS EXPLORATEURSAlex semblait être la seule personne de l’équipe à vouloir rester avec les nains pour boire un coup et discuter un peu avec eux, le reste de l’équipe souhaitait partir le plus vite possible sans demander leur reste. La jeune femme pouvait comprendre leur désire de partir, tout le monde n’a pas le même humour après tout. Et puis il était vrai qu’Alex souhaitait se délecter une nouvelle fois de cette délicieusement bière que les nains faisaient. De plus, ces derniers n’étaient pas si méchants que cela, après tout, ils leur avaient tiré dessus avec des jouets et non avec de vraies armes. Bon, certes, leurs façons de communiquer était différente, voir très différente de celle des Terriens, mais ils devaient avoir une bonne raison d’agir ainsi, non ?

En tout cas, pour le plus grand désarroi d’Alex, son supérieur était d’accord avec le reste de l’équipe et souhaitait partir également. Ce dernier fit comprendre à la jeune femme qu’ils n’avaient aucune raison de rester, car cela n’était pas leurs rôles de discuter et surtout de parlementer ainsi avec les nains. Cependant, il leur accorda de se restaurer, mais de cependant ne pas toucher à l’alcool si il ne voulait pas être sévèrement puni à leur retour et bien sûr, il dit cela en plongeant son regard dans celui d’Alex. Cette dernière fronça les sourcils, serrant également les dents face à son supérieur qu’il la toisait du regard. Si leur mission était bien achever comme il le disait, alors pourquoi n’avait il pas le droit de boire ? Habituellement, durant ces missions sur Terre, ces anciens collègues se faisaient une joie de boire comme des trous après chaque fin de mission jusqu’à en vomir, mais là… Bref, elle se contenta de soupirer de mécontentement et de détourner les yeux tout simplement. Elle s’approcha tout de même de la table, mais ne toucha à aucune grillade présente sur la table, boudant comme une enfant de cinq ans. Cependant, elle écouta d’une oreille la conversation qu’eurent John et Gurdyl.

La conversation était plus qu'intéressante, des ennemis se trouvaient ici et la raison pour laquelle les nains avaient réagis ainsi était simplement dû à cause des Geniis qui les avaient empoisonnés un beau matin. Soudain un nain arriva tout rouge vers Gurdyl venant lui murmurer quelque chose à l’oreille. Très vite, Alex comprit que des Geniis tournaient autour du Jumper, sûrement pour s’en emparer. Gurdyl était bien décidé à se fritter contre ces hommes avec leurs casquettes grises et Alex souhaitait faire de même, mais le Colonel Sheppard n’était pas du même avis qu’elle, encore une fois. John demanda, ou plutôt, ordonna à Alex de rester sur place, mais pas question pour la jeune femme de rester les bras ballants, alors qu’il y avait un combat à l’extérieur.


« Colonel, je souhaite me battre avec vous ! »

John Sheppard


John tourna la tête vers Alex, comprenant son désire évident de se battre. Mais, il ne serait pas acceptable de la laisser venir avec eux. Qu’importe les grammes dans son sang et son état (conscient ou pas) il ne pouvait pas prendre le risque de perdre un soldat a cause d’une bière de trop. Cela serait vécu comme injuste, mais il en prenait la responsabilité. Il avait trop perdu de soldat à cause d’initiative malencontreuse ou de malchance pour forcer la faucheuse à faire son œuvre avec une pareille opportunité.

« Non Stones. Vous resterez ici avec Mckay, que cela vous plaise ou non. » Il était le premier à déplorer une main en moins, mais bon, le règlement est pourtant simple : pas d’alcool en mission. Et cela allait entrer dans la tête de la jeune femme, qui avait après parfaitement le droit de se pinté le nez jusqu’à vomissement après la mission, sur Atlantis.

Alex Stones


Que cela lui plaise ou non ? La jeune femme commença à bouillir intérieurement de rage, les poings serrer. Déjà, qu'il lui avait retiré son arme et voilà maintenant qui l'empêchait de se battre... Et elle qui pensait qu'il n'était pas comme ces anciens supérieurs, elle qui pensait qu'il était différent... C'était elle tromper ? Ou bien, sa vision si restreinte sur le monde à cause de son père, la faisait voir l'homme comme un machiste qui cherchait à l'exclure de tout combat à cause de son sexe.

« Quoi ?! Et pourquoi ? Car j’ai bu une bière ou deux ou parce que je suis… Parce que je suis... » Elle n’arrivait pas à finir sa phrase, sa voix tremblant légèrement de colère, elle ne se sentait pas capable de prononcer ce mot interdit qui la décrivait.

John Sheppard


John la toisa, elle fulminait de rage, cela était prévisible. Il avait l’impression de gérer une adolescente butée et imprévisible. Était-ce peut être le cas non ? Ne dit-on pas que la fin de celle-ci se termine vers 25 ans ? Dû moins, selon certain expert. John avait du mal à se dire que ce fut le cas mais bon… cela n’avait pas d’importance comme considération à cet instant.

Elle ne finit pas sa phrase… John savait ce qu’elle allait lui sortir, pour avoir vu un échantillon a son évaluation et heureusement qu’elle n’eut pas la force de la terminer, car il en aurait été encore plus agacé. A force d’humiliation pour son sexe elle avait ce fichue réflexe de s’imaginer que le monde entier était machiste, pourtant, elle avait bien vu que ce ne fut pas le cas pour lui.


« Parceque vous êtes une femme ? Non Stone, je vous rappelle que mon bras droit est une femme, la majorité des officiers sont des femmes ici ! Je ne veux pas que vous veniez car vous avez bue et je ne désire pas perdre un soldat bêtement ! » Avec les têtes brulées, il faut toujours expliquer, ça sert à rien de leur dire : taisez vous et rompez. Surtout que son choix de l’écarter lui coûtait une ressource militaire et ce n’est pas anodin de privilégier la sécurité de ces hommes.

Alex Stones


« Un soldat ?... » Alex eut un doux rire nerveux, presque agaçant aux oreilles. « Comme si ma vie avait une quelconque importance à vos yeux ! » Son regard était froid et toujours remplie de haine malgré les explications que lui avait donné le Colonel Sheppard. Mais la jeune femme était si têtue qu’on dirait qu’elle avait à peine écouter un traite mot de ce que lui avait raconter son supérieur. « De plus je sais parfaitement bien me battre après avoir bu un verre ou deux. “Un homme doit savoir se battre en toute circonstance, qu’importe son taux d’alcool dans le sang” » Et oui, encore une nouvelle propagande que son père lui avait fait apprendre par coeur…

John Sheppard


John était dubitatif devant ce déferlant agressif… Il se questionna vraiment, se qu’elle avait vécue avant pour la rendre aussi revêche et encline à tenir tête à sa hiérarchie. Elle ricana sur le soldat… lui la voyait comme telle, apparemment elle non… Elle avait un sérieux problème et là, il ne pouvait rien pour elle, sauf l’envoyer voir Sidney.

« Si vous êtes incapable d’outrepasser vos aprioris du passé et que vous voulez vous complaire dans des faux avis, faite le. Vous serez la seule perdante....»

Il se détourna, n’ayant que ça a faire, la conversation était clause. Elle venait de lui prouver qu’elle ne pouvait pas se battre

« Restez ici Stones, si vous n’aviez pas bue vous serez déjà en route avec nous ! » Il était calme et froid à la fois. Ce qui était peu habituelle chez le colonel. En tout ca,s en rentrant sur Atlantis, cela allait être une longue discussion avec sa soldate. Une très longue.

Alex Stones


Alex était tout simplement folle de rage, comment son supérieur pouvait-il oser la laisser sur le banc de touche à cause du fait qu’elle n’avait bu que quelques verres d’alcool. La jeune femme était tellement en colère, que son corps tremblait légèrement sous l’émotion et qu’elle c’était même mordu la lèvre inférieure jusqu’au sang. Les poings serrés, elle se retenait pour ne pas insulter son supérieur qui s’éloignait d’elle. Il pensait vraiment qu’elle allait rester là tranquillement alors que des Geniis essayaient de s’emparer du Jumper ? Bien sûr que non ! Si Alex était rentré dans l’armée, ce n’était sûrement pas pour faire le gentil petit toutou en restant sagement à la niche, bien au contraire. La jeune femme souhaitait se battre et qu’importe la punition qu’elle recevrait pour avoir désobéis une nouvelle fois aux ordres de son supérieur !

Soudain, elle entendit des nains, non loin d’elle, discutait entre eux. Quelques nains semblaient se préparer à soutenir l’attaque par “l’artillerie à sacs”, elle ignorait ce que cela voulait dire, mais une chose était sûre, c’est qu’elle voulait les aider, si cela pouvait lui permettre de combattre les Geniis. Elle posa son regard sur le groupe de nain qui discutait et particulièrement sur un dont elle connaissait déjà le nom : Tarin. Elle s’approcha immédiatement d’eux.

« Vous avez besoin d’aide ? »

La jeune femme demandait cela par politesse, car au final, qu’ils aient besoin d’aide ou non, elle comptait les aider point.

« Par les poils de mon nez !!! » S’écria joyeusement Tarin. « Tu parles qu’on a b’soin d’aide ! Que dalle ouais ! »

Il bomba la poitrine d’un air très fier tandis que les trois autres observaient Alex sous toutes les coutures, murmurant des commentaires sur sa taille et sa finesse. Le barman, quant à lui, agrippa un pan de son uniforme pour l’attirer à sa suite.

« Mais t’es une des nôtres maintenant, y’a pas d’raison que tu t’amuses pas aussi. Par ici, Thanarès, tes trop longues jambes d’vraient pas avoir d’mal à nous suivre ! »

*Des nôtres ?...*
La jeune femme se sentit toute drôle face à ces quelques mots qui fit battre étrangement son coeur.

Ils prirent tous la direction d’un couloir, le remontant longuement en direction du quartier des habitations des nains. Ils parlaient tous gaiement, avec une certaine excitation joueuse mêlée de colère envers les casquettes grises. Ils avaient visiblement hâte d’atteindre leur position d’artillerie pour aider l’assaut sur ceux qui entouraient le jumper et échangeaient sur la trogne qu’aurait celui qui prendrait son envol. Pendant ce temps, Tarin discutait avenir avec Alex.


« Mon amie... » Commença-t-il en levant le bras d’un geste officiel. « J’n’ai jamais vu d’nana s’amuser autant dans mon auberge depuis la naissance de Bardela Coin-félé. Bon...bon...c’tait quand même de la triche de gagner l’défi vu que tu as un ventre plus grand qu’nous. Mais j’suis sûr que tu ferais un malheur pour la grande fête ! »

Il leva le nez pour la considérer, pestant un instant quand à l’idée de se faire un torticolis juste pour la regarder dans les yeux.

« Dans deux semaines, tous les nains s’affronteront ! » Il énuméra sur ses doigts : « Le meilleur buveur de tonneaux ! Le meilleur mangeur de grillades ! Le meilleur lanceur de nains ! Le premier à la course en sac ! Le plus solide au concours de claques ! Le meilleur au rodéo d’la vache ! Bref, y’a plein d’titres à gagner ! J’suis sûr que Gurdyl s’rait bien content de t’y voir. »

Alex sentie son coeur faire un nouveau bond dans sa poitrine de façon étrange, c’était doux, joyeux et bizarre à la fois. Les mots que prononçait Tarin, la touche en plein dans le coeur comme une balle, mais de façon douce et tendre. Elle était heureuse de voir qu’on l’invitait à revenir sur la planète et plus vite qu’elle ne pourrait l’imaginer. De plus cette petite fête avait l’air fantastique, de la joie, des rires et de la bière aux menus. La militaire ferait son maximum pour venir, en espérant qu’elle ne soit pas punis de voyage sur cette planète durant les deux prochaines semaines.

« Ouah, je te promet que je viendrais ! Je ne compte pas rater cette fête. » Dit-elle joyeusement.

Ils atteignirent le coeur de la cité des nains à partir de la passerelle sur laquelle Alex avait été récupéré. Ils s’étaient enfoncés dans une série de bâtiments conçus dans les roches, mêlant l’architecture classique à celle troglodyte, et la militaire apperçu alors des dizaines et des dizaines de petites têtes dépasser des fenêtres.

Des naines...des femmes avec une barbe aussi longue que leurs homologues masculins, mais dont la texture semblait plus douce. C’était comme avoir des cheveux au menton, aussi soyeux et esthétique. Un concept très particulier. Et encore plus quand des gamins encore plus petit vinrent à la rencontre de la jeune femme en sautillant gaiement dans tous les sens. Ils avaient des petites chopes qui sentaient la bière et des sucettes...en grillades…

La jeune femme était quelque peu bouche bée devant les naines, se retenant pour ne pas les regarder de façon trop bizarre. Elle préfèra d’ailleurs poser son regard sur les enfants qui était vraiment minuscule à ses yeux, elle les trouvait vraiment adorable et cela se lisait sur son visage, même si elle ne savait pas trop quoi penser des minis chopes sentant fort la bière. Elle porta son regard sur Tarin voulant presque s’arrêter pour jouer avec les enfants, du moins c’est ce qu’elle ferait si les Geniis ne tournaient pas ainsi autour du Jumper.


« Tarin, on va jusqu'où comme ça ? »

« On va à l’artillerie... »


Il pointa du doigt un immeuble qui montait haut dans le flanc de la montagne. Les quelques nains ouvrirent les double porte pour lui permettre d’entrer et elle se trouva devant un énorme dispositif très étrange. Cela ressemblait à une sorte de canon d’artillerie monté sur un monte-charge. Il y avait plusieurs places avec des sièges, d’une certaine organisation, comme c’était le cas dans les entrailles d’un char. Tarin s’installa sur le siège du haut, faisant face à tout un appareillage de visée grossière : des longues-vues avec des lentilles pour zoomer. Il servait donc de cibleur.

Un autre nain s’installa rapidement à coté d’une armoire à ogive. Il ouvrit l’un des tubes pour en retirer une sorte d’obus avec une lumière bleue. Alex n’allait pas tarder à remarquer que son contenu ressemblait fort au piège qui s’était accroché dans son dos avant de lui faire le vol de l’ange. Ce pourvoyeur ouvrit le canon pour insérer l’ogive puis il l’arma dans un rire guttural très mesquin.

Les deux autres s’emparèrent des chaînes et des différents organes de mobilité servant à orienter ce canon particulier. Ils levèrent un certains nombre de leviers, activant des contrepoids qui firent alors monter tranquillement la plateforme en ascenceur. Un cliquetis continu témoignait de cette progression alors qu’une voûte en pierre, faisant office de plafond, s’écartait lentement en offrant le soleil du ciel.


« THANARES ! » S’écria Tarin soudainement, visiblement surexcité. « Câle ton double derrière sur c’te fauteuil, là !!! »

Alex sursauta en entendant la voix de Tarin, la jeune femme avait été perdu dans ses pensés en admirant l’immense machine face à elle.

« Oui ! J’arrive ! »

La jeune femme ne se fit pas prier et alla immédiatement s’installer là ou Tarin lui indiquait sur l’immense machine, commençant à être aussi surexcité que tous les nains se trouvant autour d’elle.

Le monte charge continuait tranquillement son ascension. L’un des nains qui s’occupait d’orienter le canon approcha d’un baril qui contenait visiblement des réserves, à croire qu’ils ne pouvaient pas se passer de bière plus de cinq minutes, et il fît la distribution entre chacun d’entre eux, y compris Alex a qui on tendit une chope plus grande encore. Tarin régla ses organes de visées avant de se retourner vers son invitée, tendant sa boisson pour trinquer avec elle. Il en avait englouti la moitié, rôtant allégrement, avant d’acquiescer d’un air très satisfait. Chaque poste avait un support à portée de main pour poser la bière sans la laisser à terre ou la faire tomber.

Il lui montra ensuite la console qui faisait face à la jeune femme. Il s’y trouvait une grande poignée à gâchette qui devait déclencher le tir de l’arme. Elle se prenait à deux mains, ressemblant au manche rustique des tous premiers avions à hélice. Les trois écrans d’origine lantien qui affichait la vue de l’intérieur du canon, comme si la pointe de l’obus était équipé d’une caméra, semblait être la seule technologie de pointe de cet ensemble très particulier. Un système de vol basique, inscrit façon nain, s’afficha sur les écrans. A savoir : “l’virage”, “l’tonneau”, “vite”, “pas vite”.


« Bon. T’vois ça, c’te manette et tout ? Ben c’est pour manipuler le sac ! » Il pointa fièrement le canon. « J’vais viser un de ces traitres de rats. Quand on va tirer, le sac va l’emprisonner, comme le tour que Gurdyl t’a joué, et il va s’envoler, c’te débile... »

Tous les nains rigolèrent sadiquement. Ils s’étaient déjà servi de cette arme et ils en connaissaient le résultat. Ils se regardaient donc en se frottant les mains, impatient du petit spectacle qu’ils allaient s’offrir. Tarin se pencha pour la regarder de près, ne décrochant pas son regard du sien. Son siège surélevé lui permettait de la dominer un peu. Il ajouta, presque sur le ton de la confidence :

« Toi on t’a laissé le meilleur rôle. Tu vas piloter c’te pignouf et y’a pas d’mal à ce que ton “avion” s’écrase...au contraire... » Il leva les sourcils, veillant à ce qu’elle comprenne le principe tordu de cette arme. « Ouais Thanarès ! T’as bien compris ! Fait le bien s’meuler la face sur notre montagne. On va l’transformer en une bonne grosse flaque bien visqueuse !!! MUUAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA… »

Tarin s’interrompit brusquement avant de l’avertir.

« Heu...bon, par contre...on va éviter d’chopper tes deux potes... même si y’a quand même un p’tit taux d’erreur, faut avouer...ahem ! »

Un taux d’erreur ? Alex resta un moment sans bouger, sans rien dire, regardant simplement Tarin dans les yeux essayant d’assimiler chaque mot qu’il venait de dire, tenant dans une main sa chope de bière. Ok, l’idée d’envoyer valdinguer un Geniis ou deux lui plaisait beaucoup, mais il y avait un risque ? Vraiment ?... Mais bon d’un coté, c’est elle qui aller piloter l'engin donc… Donc c’était encore pire qu’elle n’avait jamais piloter aucun vaisseau ou autre, mais bon, il faut une première à tout non ?

« Un taux d’erreur d’à peut près combien de pourcent ? »

Tarin ne répondit que d’un haussement d’épaule. Alex baissa les yeux sur les trois écran lantien face à elle, regardant chacun d’entre eux avec attention, buvant une gorgée de bière cherchant du courage au fond de sa chope. De toute façon, la jeune femme savait pertinemment que si elle refusait de piloter cet engin, un nain le ferait à sa place, un nain ayant sûrement plus bu qu’elle, alors autant prendre les choses en mains et prier pour ne pas envoyer voler un de ses coéquipiers. Alex posa sa chope dans le support prévu à cet effet, venant ensuite arracher son collier autour de son cou venant l’enrouler autour de sa main, serrant dans la paume de sa main gauche sa croix Catholique. Elle prit une grande inspiration, avant de poser de nouveau son regard dans celui de Tarin.

« Bon, bah je crois que je suis prête à piloter… Il a un nom votre engin ? »

« L’artillerie à sac...mais bon, Gurdyl préfère l’appeler le “Traîne-Cons” ! »
Il ricana avant d’ajouter : « Tu peux toujours proposer un nom toi aussi !!! »

« Hum.... Pourquoi pas… Le Redoutable Smaug ? »
Dit-elle après avoir réfléchit quelques secondes, le sourire aux lèvres. « En tout cas… Merci… De me laisser participer et surtout de me laisser piloter ça... » Alex avait du mal à regarder Tarin dans les yeux en disant cela.

« Qu’est c’est qu’ce nom ? Ton copain ?!? J’espère qu’il est plus p’tit qu’toi, AHA ! » Répliqua gaiement Tarin. « Me r’mercie pas Thanarès. T’as quand même le droit de t’éclater avec nous ! »

« J’ai pas de copain ! »
Répliqua-t-elle presque instantanément, sentant ses joues rougir très légèrement.

La plateforme termina son ascension à ce moment là.

A la lumière du jour, Alex pu remarquer que tout le dispositif avait été peint dans un camouflage rocheux de la même disposition et consistance que le flanc de la montagne. D’ici, ils dominaient clairement la position du jumper où les Geniis s’activaient comme des fourmis. On remarquait également Sheppard et McPherson faire mouvement avec les nains. Les canonniers étaient visiblement très excité de démarrer le grand jeu et ils trépignaient d’impatience tandis que Tarin réglait ses étranges optiques de visée.

De sa voix rauque et abrupte, le tavernier donna des indications d’orientation. Les nains s’activèrent rapidement et le canon d’artillerie débuta une lente rotation dans la bonne direction, son tube s’orientant en direction du jumper.


« A nous ! Tu veux l’quel Thanarès ? Y’a un blond là !! Peuh ! Un blond !!! Quelle idée de se laisser c’te couleur de cheveux !!! »

« Y a pas de blond chez les nains ?... »
Demanda-t’elle doucement, avant de rajouter : « Va pour le blond ! GO ! » Dit-elle le sourire aux lèvres prêt à voir cette engin enfin en action, priant intérieurement pour que Sheppard et McPherson ne soit pas touchés par l’arme.

Alex attrapa les manettes de l'engin, retenant presque son souffle, elle avait tellement peur d'attraper par mégarde un nain ou pire : Sheppard ou McPherson. Intérieurement, elle se mit à réciter une prière, dont on pouvait entendre quelques mots s'échapper de temps en temps de ses deux lèvres dans un murmure presque inaudible. Alex appuya enfin sur la gâchette une fois le canon bien en place, ce dernier se mit en marche soudainement. Alex sentit d'horrible frisson parcourir son corps, elle se mit à ouvrir grand les yeux, priant de plus en plus fort dans sa tête. La jeune femme eut l'impression de sentir son cœur s'arrêter de battre une fraction de seconde au moment où l'engin se mit à trembler, voyant l'étrange obus à la lumière bleue passer sous ses yeux. L'obus parti à une vitesse folle et toucha le Geniis blond, pour le plus grand bonheur de la militaire. Enfin toucher est un bien grand mot, disons que ce dernier se retrouva prisonnier tout comme elle quelques heures plutôt, avant de décoller dans le ciel assez rapidement.

Alex avait maintenant un énorme sourire aux lèvres, prenant peu à peu confiance en cet enfin tout simplement formidable, car voilà que la partie allait enfin de devenir amusante. La jeune femme allait pouvoir contrôler la trajectoire de l'homme et donc le faire tourner en bourrique avant de le faire s'écraser ici ou là-bas qu'importe. C'est alors confiante, qu'elle se mit à faire tourner le jeune homme en rond de plus en plus vite, s'arrêtant brusquement, le mettant la tête à l'envers et recommença à nouveau. Elle s'amusait même à l'envoyer haut dans les airs avant de le faire redescendre rapidement puis le faire remonter de nouveau. On pouvait entendre l'homme crier de terreur, peut être s'était il pisser dessus qui sait. Alex en tout cas rigolait, s'amusant comme une petite folle à une sorte de nouveau jeu vidéo. Bien sûr à force de le faire tourner en rond, le faisant faire de fabuleuse acrobatique dans les airs presque beaux à regarder, l'homme commença à avoir envie de vomir et c'est ce moment précis qu'Alex décida de choisir pour envoyer l'homme sur un flanc de la montagne pour qu'il y aille s'écraser et surtout pour qu'il y aille finir sa vie de façon... Écrasante. Alex laissa encore plus éclater sa joie, pour sûr, elle adorait cet enfin et voulait encore jouer avec.

« J’adore trop trop trop cet engin !!! Je veux le même chez moi ! Encore ! Encore ! ENCORE ! »

Tarin rigola avec elle, il avait suivi toute la scène avec les optiques de visée. La guerre avait commencé là, en bas.

« On t’en f’ra envoyer un chez toi alors ! » Il se retourna pour rugir : « Z’’avez entendu vous autres ?!? UN AUTRE ! POUR THANARES !!! »

Les nains ricannèrent en coeur alors qu’ils sortaient une nouvelle munition et l’installait dans le canon. La partie ne faisait que commencer.
© Crimson Day

_________________


DC : Hope Håkansson / Code Couleur d'Alex : CORNFLOWERBLUE
Revenir en haut Aller en bas
Mar 20 Fév - 1:23
avatar
√ Arrivée le : 28/11/2015
√ Messages : 176

Dossier Top Secret
√ Age: 39 ans
√ Nationalité: Canada Canada
√ Gêne: Non
Voir le profil de l'utilisateur
Les Grands Explorateurs

Feat John Sheppard, Mike McPherson, Alex Stones et Natasha Avalon


Du côté de Rodney


John chercha d'abord ce que qu'on devait faire, rester ou bien partir. Pour ma part, je ne voulais pas quitter cette planète sans avoir effectué un tour dans le complexe qui était maintenant ouvert. Et d'autre part, l'odeur alléchante de la nourriture eut quelques instants le dessus sur les sentiments que je ressentais à l'égard de ces tarés de nains. Par chance, John fut apparemment de mon avis, car il nous permit d'aller nous restaurer, sans boire bien sûr. Inutile de me le préciser, je n'étais pas quelqu'un de vraiment porté sur l'alcool, mais par contre la nourriture, c'était tout autre chose. Pendant que mon ami se dirigeait vers Gurdyl pour s'installer à côté de lui et discuter, je me déplaçai vers l'autre bout de la table sans un regard pour les autres membres de l'équipe, avant de poser mon sac à dos par terre, et de m'asseoir à mon tour. Aussitôt, un nain me servit une assiette remplie de grillades et de viandes fumées, de quoi réveiller davantage mon estomac affamé. Sans demander mon reste, je me jetai presque sur la nourriture, engloutissant chaque bouchée en émettant un petit gémissement de satisfaction. Cette viande était délicieuse, il fallait le reconnaître. Et bien que je galérais avec une main en moins, je parvins à terminer mon assiette, avant de redemander une nouvelle portion. Ces nains étaient peut être cinglés, mais question repas, il n'y avait rien à dire, ils savaient comment s'y prendre.

Alors que j'étais sur le point de terminer mon deuxième repas, le ventre bien rempli, quelque chose sembla préoccuper Sheppard et Gurdyl. D'ailleurs, le nain, visiblement en colère, se leva et quitta la table pour disparaître dans un tunnel. Quant au militaire, il revint vers nous, et nous expliqua la situation. Quoi ? Des Geniis ici ? Oh non, pas eux. De les savoir sur cette planète me coupa presque l'appétit. Et je dis bien "presque" parce qu'un nouveau regard sur mon assiette me fit oublier ces crétins l'espace d'une micro seconde. Et ce fut avec un air presque suppliant, comme si ma vie en dépendait, que je regardais mon ami.


"Mais ... je n'ai pas encore fini de manger ! Ca ne peut pas attendre quelques minutes ?"

C'était beau de rêver. A part des visages courroucés ou désespérés, c'était tout ce que je reçus des autres. John nous annonça un début de plan, comme quoi il allait sortir avec Mike et quelques nains pour récupérer le jumper. Quant à Natasha, Alex et moi, nous devions rester ici, à l'abri dans le complexe. Cela m'arrangeait, car tout le monde savait que je n'aimais pas le danger. Et un coup d'oeil silencieux à Sheppard me fit savoir qu'il pensait à la même chose que moi : inutile que les Geniis me mettent la main dessus, sinon cela allait être une catastrophe. Je finis par soupirer, regardant désespérément mon assiette à moitié vide. Je n'avais hélas pas le temps de terminer mon repas, il y avait plus urgent à faire.

Tandis que les deux militaires disparaissaient à leur tour dans les tunnels, je me levai pour quitter la table. Alex s'était déjà éloignée vers un groupe de nains, et quant à Natasha, elle était probablement partie s'occuper des blessés. Enfin, de là où je me trouvais, je supposais qu'elle était allée les aider, même si j'ignorais complètement ce qui se tramait entre eux. Pour ma part, je décidai de m'aventurer dans le complexe, maintenant que la route était dégagée, et qu'aucun nain ne m'empêchait de passer. J'arpentai de longs couloirs, mais mes pas me conduisirent rapidement vers une très grande pièce que je devinais sans mal être la salle de contrôle du complexe, et donc de la forge lantienne que les nains utilisaient. Je fus tout émoustillé par cette découverte, c'était comme si j'avais découvert le Saint Graal. Car je sus en regardant autour de moi que, bien que l'équipement était vieux, celui ci était très bien entretenu, et surtout alimenté. Qui disait alimentation dans un complexe lantien disait E2PZ. Et c'était ça, le Saint Graal. Sans oublier que la configuration de cette salle ressemblait comme deux gouttes d'eau à celle de la salle de gestion énergétique sur Atlantis, celle où se trouvaient les trois E2PZ, mais en plus grand. Un immense sourire se dessina sur mes lèvres, et sans attendre, je me délestai de mon sac à dos, et posai l'ordinateur portable sur l'une des consoles, avant de la brancher à la console principale grâce au cristal relié au câble de mon ordinateur. Je parvins sans mal à entrer dans l'ordinateur de contrôle, détournant certains paramètres de sécurité, et je pus en apprendre un peu plus sur cet endroit. Et à ce moment là, mon sourire victorieux s'effaça, et je soupirai de désespoir.

La forge lantienne n'était pas alimentée par des E2PZ comme je l'avais espéré. La salle où je me trouvais était le centre de contrôle qui coordonnait à la fois la structure d'exploitation du volcan, la raffinerie et la forge automatisée. Et pour être alimentée en énergie, il y avait vingt condensateurs disséminés un peu partout dans la station située à l'intérieur même du volcan. L'énergie était tirée de la chambre magmatique lorsque la montagne était en éruption, avant d'être stockée dans ces condensateurs. Et lorsque le volcan était calme, la forge puisait son énergie directement des condensateurs qui servaient de réserve pour l'alimenter. De cette manière, il n'y avait aucun accident à déplorer. Il n'y avait donc pas d'E2PZ à récupérer, et ces condensateurs ne nous serviraient à rien sur Atlantis. D'ailleurs, en y regardant de plus près, huit d'entre eux étaient en panne, mais les autres permettaient au complexe de fonctionner normalement. Même en cette période, avec le volcan calme, il y avait suffisamment d'énergie stockée jusqu'à la prochaine éruption.

Bien que cette nouvelle ne soit pas bonne pour nous, je continuai de parcourir les données de l'ordinateur principal. Je découvris qu'il y avait plusieurs postes de contrôle dans le complexe, tous reliés à cette salle, et dont les nains utilisaient pour faire tourner la forge en toute sécurité. Ils n'étaient peut être pas si crétins que ça, finalement. Certains d'entre eux se trouvaient même dans la même pièce que moi, à travailler sur des consoles, à effectuer des relevés et des analyses de données. Je fus alors certains qu'il s'agissait de scientifiques, ou quelque chose comme ça. Pour ma part, je ne me préoccupai pas davantage d'eux, et je retournai à mon travail. Je poursuivis l'étude de ce complexe, et je parvins même à afficher un plan du bâtiment souterrain à l'écran. La station lantienne était vraiment gigantesque, bien plus que je ne l'avais imaginé. Quelques minutes plus tard, j'entrai à nouveau dans les paramètres de la console principale, et grâce à un tour de passe passe des sécurités depuis mon ordinateur, je réussis à mettre en marche les communications du complexe. Quelques réglages supplémentaires grâce à ma radio personnelle branchée sur mon ordinateur, et une communication fut établie avec les autres membres de mon équipe. Malgré le brouilleur émis par les nains pour nous empêcher de communiquer, j'utilisai le système de communication du complexe pour faire office d'antenne relais. Sans attendre, je tentai de joindre John.


//Sheppard, ici McKay, tu me reçois ? Sheppard ?//

//Oui je te reçois//

//J'ai réussi à pirater le système de communication de la station, nos radios peuvent à nouveau fonctionner. Et ... qu'est ce que c'est ?//

D'autres voix se firent entendre, des voix que je ne connaissais pas. Des hommes parlaient entre eux, certains à propos du jumper. Un frisson parcourut mon échine quand je compris qui parlait.

//Sheppard, je reçois d'autres communication radio. Je pense que l'antenne de la station capte aussi les conversation des Geniis//

//Intéressant, tu sais ce qu’ils se raconte ?//

Je gardai le silence quelques secondes, écoutant la conversation des Geniis qui se trouvaient sur la planète. Et ce qu'ils disaient ne laissait rien présager de bon.

//D'après ce qu'ils disent, ils ont ordre de te capturer. Mais, le dispositif est un objectif secondaire. Ils attendent des renforts qui ont pour mission de se déployer pour nous encercler. Mais, il y a quelque chose que je ne comprends pas. A les entendre parler, ça donne l'impression qu'ils ont trouvé un moyen de neutraliser les nains//

//Essaie de trouver le moyen qu’ils ont pour neutraliser les nains//

J'avais beau écouter les conversations des Geniis, impossible de savoir ce qu'ils avaient préparé ou trouver pour contrer les nains.

//Désolé, ils n'en parlent pas. Je n'ai aucune idée de ce dont il s'agit//

Tout en continuant d'écouter les conversations radio, je poursuivis mes investigations concernant le complexe. Certains éléments étaient très fascinants, notamment la forge en elle même. Depuis la base de données, j'avais accès à tout ce que la forge pouvait construire. Et cela allait d'une simple armure à une pièce beaucoup plus imposante comme des plaques de blindage, ou encore des supports pour des portes ou des parois. Et ça, c'était très intéressant pour la cité. Ou pourquoi pas, pour réparer un vaisseau spatial si on tombait encore sur un vaisseau lantien de classe Aurore ? Il y avait beaucoup de choses ici qui pouvaient nous servir. Il suffisait pour cela d'entrer le schéma de l'objet souhaité. Une tige d'exploitation descendait alors dans la chambre magmatique pour capter les alliages en fusion qui s'y trouvaient, et les amener jusqu'à la raffinerie. Puis, la forge automatisée construisaient ce qui se trouvait sur le schéma. Certes, il n'y avait pas d'E2PZ à ramener sur la cité, mais ce qui se trouvait ici était sans doute aussi précieux. Et pour cela, il fallait avoir d'excellents rapports avec les nains. Un sourire se dessina à nouveau sur mon visage, voyant le potentiel de cette station.

"Finalement, ces nains ne sont peut être pas aussi inutiles et crétins que ça. On aura sûrement besoin d'eux si on arrive à bien s'entendre" murmurai-je pour moi même.

Alors que j'explorais à nouveau la console principale et la base de données, mon attention fut attirée par quelque chose d'intéressant. Quelque chose qui aiderait peut être John et Mike de là où je me trouvais. Sans attendre, je pris des nouvelles de mon ami concernant la situation à l'extérieur.

//Sheppard, ça se passe comment, dehors ? Qu'est ce que tu vois ?//

//Là, nous avons douze Geniis auprès du Jumper et une trentaine va arriver lourdement armés pour les deux groupes//

En entendant John parler de trente Geniis lourdement armés, je compris qu'il s'agissait des renforts tant attendus pour nous encercler. Ce groupe était donc le plus dangereux, celui qu'il fallait neutraliser rapidement. Heureusement, ma découverte arrivait à point nommé.

//Il y a une salle pleine de drones dans ce complexe, une cinquantaine d'après ce que je vois. Je peux peut être les utiliser pour vous aider//

//Ah super nouvelle ! Nous en avons bien besoin//

Cependant, c'était plus facile à dire qu'à faire. En y regardant de plus près, je vis qu'il y avait bien sûr un problème. Enfin non, deux problèmes. Et de taille. Je soupirai devant cette nouvelle, en informant aussitôt le militaire.

//Il y a un problème. La salle où se trouve le fauteuil est inaccessible. Je ne pourrais pas les contrôler à distance. Et en plus, je suis aveugle, j'ignore ce qui se passe à l'extérieur de la montagne. Activer les détecteurs de vie dehors utiliserait trop d'énergie. Le volcan n'est pas en éruption, il ne fournira peut être pas d'énergie avant longtemps. Je ne peux pas visualiser la position des cibles//

// Hum … en gros tu ne peux rien faire de plus ?//

//Je n'ai pas dit ça. Aurez tu oublié que tu t'adresses à un véritable génie ?//

//Ah oui c’est vrai. Alors cherche genius//

Pas la peine de me le dire deux fois. Je réfléchis longuement pour trouver une solution, ces drones étaient sans doute notre seule chance d'éliminer tous ces Geniis. Puis, une lueur de génie traversa mon brillant cerveau. Et comme à chaque fois qu'une excellente idée pointait le bout de son nez, je me mis à claquer plusieurs fois des doigts frénétiquement, au point que les quelques nains autour de moi me regardaient sans comprendre, comme si j'étais un illuminé. Mais peu m'importait. Je me souvenais qu'un jour, lors d'une mission, j'étais parvenu à paramétrer manuellement un drone avec mon ordinateur pour le mettre en route et le lancer sans fauteuil de contrôle. Peut être que depuis cette salle, cela fonctionnerait ? Je vérifiai mes dires, et par chance, les drones étaient bien reliés à la console principale. Je n'aurais pas besoin de les paramétrer chacun individuellement. Cependant, il n'y avait que vingt drones qui étaient connectés à leur pas de tir, et donc programmables.

//J'ai trouvé une solution. Il n'y a que vingt drones de disponible, mais je peux les paramétrer depuis la salle où je me trouve pour les faire fonctionner sans le fauteuil. Comme la dernière fois, le jour où tu t'es envoyé en l'air avec une blonde appartenant à une famille de tarés au soit disant sang pur, pendant que moi je me suis retrouvé pris au piège dans des galeries souterraines//

//Ne soit pas jaloux. D'accord au boulot alors, la garnison Geniis avance un peu trop vite à mon goût. On se charge des curieux avec McPherson et les nains, fais vite !//

//Je vais concentrer les drones sur le groupe de renforts, parce que je ne peux pas les envoyer sur ceux qui sont situés près du jumper. Sinon, les drones vont détruire le vaisseau vu que son bouclier n'est pas activé. Par contre, il reste toujours ce problème de lancer des drones à l'aveuglette. Je vais réfléchir et trouver une solution. Je te tiens au courant//

//Oui, je te demande de neutraliser les renforts, les autres on s‘en charge. Terminé//

Lorsque la communication radio se termina, je me mis à réfléchir à toute vitesse pour avoir une idée sur comment diriger les drones vers la cible choisie. Et comme si ça ne suffisait pas, la douleur dans mon poignet blessé commença lentement à se réveiller. Vu ce que Natasha m'avait dit, je n'étais pas près de recevoir une nouvelle dose d'antidouleur. Super, j'allais devoir travailler en ayant mal. Secouant la tête, je consultai la base de données de l'ordinateur principal du complexe, essayant d'y trouver une idée. Mais rien. Je finis par soupirer, avant de faire les cent pas dans la salle, réfléchissant à voix haute.

"Bon, comment faire. Si je veux lancer ces drones vers le groupe de renforts Genii, je dois réussir à les y orienter. Mais, comment faire ? Le mieux serait qu'ils soient attirés par une source d'énergie".

Les nains me regardèrent marcher et parler tout seul, et je ne fis même pas attention à eux. Je ne les remarquai pas lorsqu'ils se mirent à chuchoter entre eux, sûrement à mon sujet.

"Et si quelqu'un lançait une cellule d'énergie dans le groupe ? Non, c'est idiot, il se ferait probablement tuer avant de les approcher. Il faudrait que ça soit autre chose tout aussi efficace, mais moins dangereux pour l'un d'entre nous. Ou même ces nains".

Il me fallut plusieurs minutes de réflexion, sans avoir d'idée. Je séchais, et ce n'était pas normal. Cela dit, pour ma défense, mon poignet me faisait mal, c'était donc pour ça que je ne parvenais pas à trouver de solution rapidement. Je me dirigeai vers la sortie de la salle, toujours perdu dans mes réflexion, lorsque mon regard se posa sur l'un des créatures métalliques qui transportait du matériel pour les nains. A ce moment là, une idée me vint enfin à l'esprit. Ces bestioles étaient pourvues d'une cellule énergétique, sinon elles ne pourrait pas fonctionner. Elles dégageaient suffisamment d'énergie pour marquer une cible et attirer des drones sur elles, servant ainsi de repère. C'était parfait comme plan. Il ne restait plus qu'à en trouver une, et là était le problème. Me tournant vers les nains présents dans la pièce, je me rapprochai d'eux.

"Excusez moi, vous auriez quelques minutes à m'accorder ? Voilà, j'ai une idée pour éliminer les Geniis qui nous menacent dehors, mais pour ça, j'aurais besoin d'une de vos bestioles mécaniques".

Alors que j'allais attendre leur réponse, je ne pus m'empêcher de rajouter un détail, histoire d'éviter l'incident diplomatique si les nains l'apprenaient plus tard, et que les conséquences de ce plan ne leur plaisent pas.

"Une bestiole dont vous ne regretteriez pas la disparition parce qu'elle sera détruite avec mon plan".

Si j'avais pu retaper moi même le cerf que Gurdyl avait détrui, je l'aurais fait. Mais avec une main en moins, et surtout du temps que je n'avais pas, je ne pouvais rien faire à ce sujet. J'espérai juste que les nains accèdent à ma demande, quitte à me fournir une bestiole en piteux état. Du moment qu'il pouvait rejoindre rapidement le groupe de Geniis, cela me suffisait. Des éclats de rire ponctuèrent la fin de ma demande.

"Il demande si on a quelques minutes à lui accorder !!!!" répéta hilare une voix féminine sur un nain barbu ... qui se révélait donc être ... une naine à barbe.

"T’as ouvert la porte, grand dodu intello, bien sûr qu’on t’écoute. T’veux quoi comme bête ? Une grosse, une rapide ??"

Je fus surpris quelques secondes sur le fait d'avoir une femme devant moi. Ainsi donc, il y avait des naines chez ce peuple. A barbe bien sûr, ce qui était plutôt dérangeant. Je secouai légèrement la tête pour sortir de mes pensées, revenant au sujet principale : la créature en ferraille.

"Une bestiole assez discrète, donc pas trop grosse. Mais suffisamment véloce pour fondre rapidement sur les Geniis".

"Ah ! J’t’amène le pisteur alors !!!" fit l’étrange naine en repartant.

Lorsqu’elle revint, c’était avec une assiette de brochettes. Une sorte d’étrange chien mécanique la suivait, sondant de son oeil bleu de cyclope le moindre recoin de la salle de contrôle tandis que la naine me tendait les brochettes. La bonne odeur de viande cuite atteignait déjà mes narines, et même si j'avais bien mangé avant, je n'étais pas contre un petit en-cas supplémentaire. Cette naine savait me prendre par les sentiments.

"Tiens là ! Faudrait pas qu’tu défailles au travail !"

Elle pointa le chien mécanique du doigt.

"Y t’va celui-là ??"

Regardant l'assiette de brochettes se poser sur l'une des consoles de la salle, salivant presque d'avance, je finis par émerger et regarder la naine, un sourire dessiné sur mon visage.

"Oh merci, c'est gentil pour la nourriture. Ca tombe bien, j'avais encore un petit creux".

Tout en prenant une brochette, je regardai la créature désignée par la naine à barbe. Elle ressemblait à s'y méprendre à un chien, pas trop gros ni trop petit. Et vu que mon interlocutrice avait mentionné le nom de "pisteur", je supposai qu'il était loin d'être lent. Une bestiole rapide et suffisamment petite pour se dissimuler quelque part, en attendant de bondir.

"Un chien ? Oui, ça peut le faire. Il pourra se faufiler rapidement vers nos ennemis".

"Si t'veux d'la bière avec ça, on t'en donne ! La bière, c'est la vie !!"

J'eus alors un moment d'hésitation. Sur le coup, ce n'était pas une mauvaise idée de se rincer le gosier. Surtout après avoir mangé. Et puis, avec mon poignet douloureux, cela pourrait me le faire oublier. Pourtant, je finis par secouer la tête pour décliner l'offre, ce n'était sans doute pas très judicieux de boire de la bière en un moment pareil. Regardez Alex, par exemple. Et elle devait avoir plus l'habitude de boire que moi.

"Heu ... non, ça ira, merci. Je ne tiens pas trop l'alcool, et j'ai besoin d'être concentré pour faire ce que j'ai à faire".

"Teuh ! Encore un buveur d'eau !!! D'mande si tu veux des trucs, grand dodu, t'as ouvert la porte alors on t'rendra service !"

"Merci, je pense que ça ira pour l'instant. J'ai beaucoup à faire avec la bestiole. Si j'ai d'autres questions, je sais que je peux compter sur vous".

Tout en mangeant, je sortis ma gourde avec un peu de difficulté, et je bus quelques gorgées d'eau. Puis, je commençai à examiner la créature, cherchant ses circuits internes. Je finis par accéder au panneau de contrôle de la bestiole, et coupai le système pour mettre cette dernière en veille. Puis, branchant mon ordinateur dessus, j'entrai dans les paramètres de contrôle après quelques minutes, le temps de forcer les sécurités. Prendre le contrôle manuellement de la bestiole n'était pas quelque chose de difficile, mais il me fallut un peu de temps pour la reprogrammer comme je le voulais. Et avec une seule main, c'était encore plus long. Le but était de contrôler l'animal de métal à distance pour l'emmener là où je le voulais, comme avec une voiture télécommandée. Et pendant que je créais de nouveaux algorithmes et programmes, je me rendis compte d'une chose : avec les drones à programmer et à lancer, je n'allais pas pouvoir m'occuper de la bestiole en même temps. Que faire ? Il me fallait de l'aide, mais qui ? Alex ? Oh non, plus elle était loin de moi, mieux je me portais. Et puis, elle était bourrée, elle serait capable de rater cette opération. Il me restait la kiné. J'ignorais ce qu'elle faisait, mais j'avais besoin de son aide. Aussitôt, j'appuyai sur mon oreillette.

//Natasha ? Vous pouvez venir dans la salle de contrôle principal ? J'ai besoin de vous//

//Qu'est-ce qui se passe ?//

//J'ai un plan pour aider Sheppard et McPherson, mais une paire de mains supplémentaires ne serait pas de trop. J'ai besoin de votre aide//

//Ok, j'arrive//

En attendant l'arrivée de la jeune femme, je terminai de programmer la créature. Celle ci était même équipée d'une caméra, que j'affichais aussitôt sur l'écran de l'ordinateur par réseau via la console principale du complexe. De cette manière, on pouvait voir où elle allait, et la guider là où on voulait. Alors que Natasha entrait dans la salle, mon regard se tourna rapidement vers elle, comme pour m'assurer qu'il s'agissait bien de la kiné. Je vis alors qu'elle n'avait pas l'air bien, et que ses vêtements étaient tâchés de sang. Que lui était-il arrivé ? Est ce que c'était le fait de soigner les nains blessés qui l'avait mise dans cet état ? S'était-il passé autre chose ? Une personne normale aurait sûrement pris quelques minutes pour en parler avec la jeune femme, savoir ce qui n'allait pas. Mais déjà, du temps, nous n'en avions pas. Et puis, je restais fidèle à moi même, Rodney McKay. Et j'étais très occupé en cet instant à essayer de sauver les fesses de tout le monde. Le papotage, ça pouvait attendre. Je détournai rapidement la tête, et je débranchai l'ordinateur de la bestiole, avant de la remettre en route et de faire quelques tests. Rien de bien difficile, j'avais programmé certaines touches pour diriger l'animal. Quatre touches pour la direction, et même une touche pour courir, et une autre pour se coucher. J'avais l'impression d'être sur un jeu vidéo. Je fis bouger la créature qui répondit parfaitement aux ordres donnés. Parfait. Puis, je m'intéressai enfin à la kiné, lui tendant mon ordinateur portable.

"Voilà le plan : éliminer les renforts Geniis avant qu'ils tombent sur Sheppard et McPherson, ainsi que sur nous. Je vais devoir programmer et lancer les drones que ce complexe contient pour éliminer le groupe de renforts. Vous, vous allez devoir contrôler ce truc" dis-je en désignant la créature immobile, dénuée d'intelligence artificielle et d'autonomie.

"Quand je vous donnerais l'ordre, vous ferez avancer le plus rapidement possible cette créature jusqu'au groupe de Geniis que vous verrez apparaitre à l'écran. Le principe est de la mettre au centre de leur position pour servir de repère aux drones".

"Comment je fais pour le faire évoluer dans son environnement ? Il y a une caméra ?"

"J'ai relié la caméra intégrée sur la bestiole directement à l'ordinateur, comme les contrôles. Sur l'écran, vous pouvez voir ce qu'elle voit. Pour tourner sa tête, et donc la caméra, il suffit de toucher le touchpad. Comme c'est tactile, il suffit de laisser glisser le doigt dans la direction souhaitée. Pour contrôler les mouvements de la créature, j'ai programmé certaines touches comme pour un jeu vidéo. Ces touches là vous permettent de diriger la bestiole. Celle ci lui permet de courir. Et celle là lui permet de se coucher. Je n'ai programmé que du basique pour les contrôles".

Tout en lui expliquant, je montrai les différentes touches à Natasha.

"Ca a l'air amusant. Je peux m'entraîner ?"

"Allez y, je vous laisse quelques minutes avant de demander à nos hôtes de l'emmener".

Je la laissais quelques instants se familiariser avec, puis j'allai voir les nains. Je leur demandai s'ils pouvaient emmener la créature jusqu'à la sortie la plus proche du groupe de renforts Geniis, où la jeune femme attendrait mon signal pour la lancer vers ses cibles. Les nains coopérèrent, et emportèrent l'animal hors de la salle. J'en profitai pour faire un topo à John, car une idée me vint en tête. La bestiole ne réussirait pas à s'approcher suffisamment près des Geniis seule, sans se faire tuer. Il fallait attirer leur attention ailleurs.

//Sheppard, ici McKay. J'ai une solution pour guider les drones jusqu'aux renforts Geniis. Je vais utiliser l'une des créatures métalliques pour ça, mais j'ai besoin de ton aide. Il me faut une diversion, capter l'attention des Geniis autre part que sur la bestiole, le temps qu'elle s'approche suffisamment près. S'ils la voient arriver au loin, ils vont la détruire avant qu'elle ne soit sur eux//

//Mckay, les nains s’occupent de faire chanter la montagne comme diversion. Gurdyl donnera le signal//

//D'accord, j'attends son signal pour lâcher la bestiole, Natasha va la guider à distance//

Laissant Natasha avec mon ordinateur portable, je retournai sur la console principale. Privé de mon ordinateur, j'allais devoir me contenter de ça. Je grimaçai à cause de mon poignet, mais je devais passer outre. Ce qui n'était pas facile du tout quand on me connaissait. Tout le monde savait que je n'avais aucune résistance à la douleur. Je m'occupai de paramétrer les drones restant, tout en attendant le signal de John. Une fois les drones près à être lancés, je vérifiai le chemin qu'ils devaient parcourir pour sortir de la salle de stockage où ils étaient situés. Et ce que je vis ne me plus pas du tout. L'ouverture pour libérer les drones se trouvait dans une salle située en haut du complexe, juste sous le lac qui se trouvait dans le cratère du volcan. J'ignorai alors que c'était par ici qu'Alex avait fait son atterrissage à grande vitesse. Ce lac allait poser problème, car si les drones le perçaient, l'eau froide se déverserait à l'intérieur du complexe, et donc de la forge brûlante. La combinaison des deux éléments serait catastrophique. Il fallait trouver un moyen d'éviter ça. Il devait sans doute y avoir une commande qui permettait d'ouvrir le toit de cette salle. Et donc par conséquent le lac. Mais où ? Ici ? Ou directement dans la salle située sous le lac ? Je me tournai vers la naine qui m'avait parlé toute à l'heure, elle devait bien avoir la réponse.

"Vous savez s'il y a un dispositif qui permet d'ouvrir le lac ?"

"J'te montre, regarde !!!"

La naine m'attira sur un autre poste de travail du centre de contrôle. L'ouverture du lac correspondait, à l'époque, à l'aire d'atterrissage des transporteurs. Cela confirmait ce que j'avais vu sur le plan, il s'agissait bien d'un point d'entrée dans la base pour des vaisseaux. Il me suffisait donc d'accéder aux commandes de contrôle de cette pièce, maintenant que je savais ce dont il s'agissait.

"Super, merci. Je vais avoir besoin d'un court instant pour accéder à l'ouverture de ce mécanisme"

Alors que je m'éloignai de la naine, Natasha m'interpella et me montra l'écran de l'ordinateur.

"Je vois un troupeau ... je suggère d'y dissimuler le chien pour le faire approcher plus discrètement".

Je regardais à mon tour le troupeau vu par la caméra, et j'évaluai la proposition de la jeune femme. Effectivement, les ruminants n'étaient pas très loin de nos ennemis, la créature serait plus proche des Geniis. De quoi surprendre davantage ces derniers.

"Bonne idée. Mais faites attention en l'approchant. Les Geniis ne doivent pas le repérer".

"Ok".

Par la suite, je retournai sur l'ordinateur principal, et après quelques manipulations, j'entrai dans le répertoire concernant la zone d'atterrissage. Il ne me fallut pas longtemps pour trouver les commandes du toit, que j'actionnai sans attendre. Une fois le lac ouvert en deux, je vérifiai que tout était prêt. Les drones étaient en attente de lancement. La créature se trouvait dissimuler dans un troupeau de ruminants, attendant d'être animée grâce à Natasha. Il suffisait juste d'attendre. Puis, une voix se fit entendre, résonnant dans toute la montagne sur un ton menaçant. Je reconnus la voix de Gurdyl, comme lors de notre approche sur le chemin du complexe. C'était le signal. Je lançai alors un regard vers la jeune femme.

"Allez y, envoyez la bestiole tout de suite sur les Geniis !"

Sans attendre, laissant Natasha gérer sa tâche, je pianotai rapidement sur l'écran de l'ordinateur de contrôle aussi vite que ma main valide ne le permettait, et quelques secondes plus tard, plusieurs drones quittèrent leur salle de stockage, et filèrent à travers un conduit menant à l'ancienne zone d'atterrissage des transporteurs. Puis, ils montèrent à la verticale, passant par l'ouverture formée au centre du lac et grimpèrent de plusieurs centaines de mètres dans les airs, surgissant ainsi du cratère du volcan. Soudain, ils firent volte face, et commencèrent leur descente à toute vitesse, filant droit vers leur cible : la cellule d'énergie de l'animal de métal.

©️ Starseed

_________________

DC : Gabriel Grayson - Skyler McAlister
Couleur d'écriture : #9999CC


Award:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mar 20 Fév - 17:26
avatar
√ Arrivée le : 07/08/2017
√ Messages : 219

Dossier Top Secret
√ Age:
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: ATA
Voir le profil de l'utilisateur
Le petit manège qui avait suivi l'ouverture de la porte par le scientifique l'avait laissé pantois. Les nains s'étaient joués d'eux avec une facilité déconcertante en les menant là où ils le voulaient sans que l'équipe ne se sente manipuler un seul instant. Au final, les Atlantes avaient œuvré à leur place et, à entendre les autochtones, ils pouvaient désormais être les meilleurs amis du monde. Ce n'était pas l'avis des membres de l'expédition qui, pour leur grande majorité, éprouvaient la furieuse envie de leur en coller une en pleine face. Sheppard entama les pourparlers avec Gurdyl pour désamorcer la situation, le Sergent préférant rester à bonne distance et écouter les plans farfelues de ses équipiers pour leur faire payer.
Tout changea lorsqu'il fut découvert que des Geniis rôdaient autour du Jumper. Aussitôt prévenus, un petit groupe composé des nains, du colonel et de Mike fut organisé.

A son corps défendant, Stones se révolta contre l'avis de son supérieur qui n'avait pas un seul instant l'envie de l'avoir à ses côtés. S'il appuyait le fait qu'elle était revenue éméchée, le Sergent lui aurait rappelé à son bon souvenir qu'elle était partie bille en tête à peine avaient-ils posé le pied sur la terre ferme. Face à un tel ennemi, ses réactions irréfléchies risquaient de les mettre dans une grave situation. Mais par-dessus tout, cette pseudo-négociation n'avait même pas lieu d'être. Elle avait reçu un ordre, elle n'avait qu'à la fermer. C'était une nouvelle démonstration du respect qu’inspirait Sheppard auprès de ses hommes. Il obtint finalement gain de cause ce qui lui évita une petite pique de la part de Mike. A part lui, il était sidéré que de tels comportements ne soient tolérés au sein du contingent militaire et qu'ils aient pu passer au travers du processus de recrutement.

Finalement, le petit cortège de nain se mit en branle, une image de la communauté de l'anneau fuyant à travers les mines de la Moria s'imposant à son esprit alors qu'ils suivaient les nains dans un dédale de couloirs qui faisaient passer Atlantis pour un petit jardin de pacotille. L'équipe aurait mis des jours à en sortir sans l'assistance des nains qui semblaient connaître le labyrinthe comme leur poche. Aux intersections, Mike tentait de discerner un signe, une inscription sur les parois, le sol ou le plafond, sans jamais découvrir ce qui guidait les nains avec une telle assurance. Pour le coup, il était certain qu'ils auraient pu le parcourir les yeux fermés et que si leur rencontre n'avait pas tourné de cette manière, ils auraient eut tôt fait de les repousser dans ces interminables couloirs pour les y laisser mourir d'une lente agonie.
Au bout d'un temps qui lui parut interminable, ils débouchèrent à l'air libre, surplombant à bonne distance la douzaine de Geniis qui inspectaient leur Jumper. Au loin, un autre groupe se dirigeait vers eux. Les nains avaient beau être nombreux, le terrain était à découvert et leurs ennemis les dégommeraient sans trop d'efforts. Si leur position les avantageaient pour jauger la situation, le groupe nain/humain avait de maigres chances de réussites dans un affrontement direct. Mike disposait encore d'une grenade fumigène et d'une flash, mais en plein air, leur utilité était toute relative. Il s'apprêtait à répondre à son supérieur lorsque la radio grésilla. McKay et Sheppard échangèrent alors pour élaborer un plan.

Pendant que le Colonel se faufilait vers les Geniis pour balancer des grenades, McKay devait éliminer les renforts qui se précipitaient vers eux à l'aide des drones de l'édifice Ancien. Restait à faire le ménage près du Jumper sans trop l'abîmer. Mike indiqua une position d'où il pourrait se dissimuler et tenter un carton. En diversifiant leurs positions et leurs approches, ils feraient des cibles plus compliquées et surtout plus difficiles à localiser. En réalité, le Sergent serait le plus difficile à identifier car son fusil d'assaut était équipé d'un silencieux. Il allait faire un véritable carton. Tous se mirent alors en position, Mike était allongé à flan de volcan et visualisait les Geniis au travers de la lunette de visée. Dès que Sheppard lança sa grenade et qu'elle explosa, les échanges de tirs débutèrent. Le soldat visa la tête d'un premier individu et fit mouche dès son premier coup. Le Colonel, qui était un peu trop près de ses assaillants à son goût, s'évertuait davantage à les tenir en respect qu'à les éliminer. Il était la principale cible des tirs ennemis même si les nains qui déboulaient en une vague déferlante et hurlante n'étaient pas en reste. Eux, au moins, pouvaient se targuer d'être protégés par une étonnante cuirasse dont Sheppard ne pouvait en jouir. Aussi, les tirs suivants du Sergent étaient destinés à éliminer ceux qui représentaient une trop importante menace envers son supérieur. Lui était assez tranquille pour pouvoir ajuster ses tirs à sa convenance même si des amas de terre virevoltaient et que de la fumée se mêlait à leur petite sauterie. La récente alliance prit rapidement le dessus alors que tous -mis à part les nains- restèrent interloqués par le Genii qui s'éleva soudainement dans les airs. Cela permit aux deux militaires de faire quelques victimes supplémentaires alors que la voix du volcan se fit entendre par toutes les factions qui s'affrontaient.

Au loin, des faisceaux lumineux apparaissaient et se précipitaient vers la position des renforts Geniis. McKay était parvenu à mettre son plan à exécution. Qui aurait pu en douter ?
Revenir en haut Aller en bas
Mer 21 Fév - 14:49
avatar
√ Arrivée le : 29/06/2017
√ Messages : 259

Dossier Top Secret
√ Age: 35 ans
√ Nationalité: France France
√ Gêne: ATA
Voir le profil de l'utilisateur
John décida d’aller à la rencontre de Gurdyl et s’installa à sa table. Si Mckay en fit de même, visiblement très intéressé par la nourriture, Stones resta en retrait pour écouter l’échange d’un air boudeur… encore une fois, Natasha se demanda pourquoi cette personne s’était engagée dans l’armée étant donné son problème évident avec la hiérarchie. Des éléments difficiles, elle avait eu l’occasion d’en gérer autrefois, lorsqu’elle était responsable de service en clinique, il y avait toujours des fortes têtes pour essayer de braver l’autorité. Dans ces cas-là il n’y avait pas trente-six solutions : soit un consensus était trouvé entre les deux partis soit  l’élément perturbateur était gentiment remercié s’il ne partait pas de lui-même. Bref, ce n’était pas son rôle de gérer le problème, mais elle plaignait John. Tirant sur ce qui lui restait de pull pour le remonter et éviter de dévoiler sa poitrine, elle prit le parti de s’approcher de la table mais, à l’instar de Stones, resta en retrait. Elle n’avait pas envie d’engager le dialogue avec ces abrutis mais elle tenait à entendre ce qui allait se dire, elle s’adossa donc au mur, les bras croisés, et laissa le colonel mener l’échange. A sa manière, le nain justifia le comportement péril de son peuple : pas d’excuses, juste un retour vers le passé… Encore une fois, Natasha trouva la justification déroutante : si les atlantes étaient venus pour empoisonner les nains, qu’est-ce qui les empêchaient de le faire maintenant que le peuple avait décrété qu’ils étaient leurs « invités » ? La kiné cessa de rechercher de la logique dans les dires du chef nain et nota les deux informations importantes qui se dégageaient de son discours : les geniis étaient passés par ici et avaient fait les cons, comme d’habitude, et les nains acceptaient de les reconduire à la sortie. Natasha senti une pointe de soulagement en entendant la réponse du barbu, mais une ombre se présenta au tableau lorsqu’elle vit un nain accourir brusquement et chuchoter quelque chose à Gurdyl avant que ce dernier ne s’exclame que les geniis étaient ici et avaient mis la main sur le jumper. La rouquine eut envie de hurler de frustration alors que le destin semblait s’acharner contre eux à vouloir les maintenir piégés dans cette montagne. Elle n’en pouvait plus de ces horribles murs et de tous ces nains, elle voulait de l’air frais et du soleil !! Alors que John commençait déjà à distribuer des ordres pour organiser la contre-attaque, Natasha prit une grande inspiration, les yeux fermés, et tenta de faire abstraction de sa claustrophobie, de son corps douloureux, des autochtones qui lui tapaient sur le système, de sa migraine naissante à cause du décalage de luminosité entre son œil dépourvu de lentille de vision et l’autre… Etant donné la situation, son équipe allait avoir besoin d’une adulte prompt à réagir et à aider, pas d’une petite fille au bord de la crise de nerf. John voulait qu’elle reste ici, il allait falloir qu’elle échange avec lui à ce propos : il fallait qu’elle remonte pour pouvoir les soigner s’ils étaient blessés pendant l’assaut… il fallait que…

Elle rouvrit les yeux et prit une dernière grande inspiration. Voulait elle à ce point retourner à l’air libre pour aider son équipe ou pas pur égoïsme, parce qu’elle n’en pouvait plus d’être piégée au cœur de la montagne ? Allait-elle vraiment leur rendre service en les suivant ou les gêner ? Elle n’était pas suffisamment formée sur le plan militaire pour leur être utile, elle serait peut-être un poids pour eux.

D’une oreille, elle entendit Stones et John se disputer. Le colonel demandait à la soldate de rester ici sous prétexte qu’elle avait bu et cette dernière invoquait les arguments les plus invraisemblables possibles, allant jusqu’à invoquer le sexisme, pour le convaincre de la laisser venir. C’était du grand n’importe quoi.
Lorsqu’enfin, Sheppard vint la voir, elle sut qu’elle n’avait pas le droit de faire subir un nouveau caprice à John, il avait autre chose à penser en ce moment. Elle fit donc en sorte de sauver les apparences et de dissimuler son trouble au chef de mission, réalisant par là même qu’elle abandonnait d’office l’idée de pouvoir le suivre à là-haut et qu’elle risquait de ne jamais le revoir. S’il était tué au combat… cette idée lui était insupportable. Quant à Mike, était-il vraiment en état d’aller se battre avec la blessure à la tête que les nains lui avaient indirectement infligés ?

-Je ne pourrai pas vous aider si je ne vous suis pas… répondit-elle au pilote pour lui faire comprendre qu’elle était prête à risquer sa vie s’il le voulait, mais la réponse de John coupa court. Elle n’insista pas. Très bien… mais reviens moi entier, murmura-t-elle en posant sa main sur le bras de John. Il y avait trop de témoins pour des adieux déchirants, elle se contenta donc d’un dernier sourire forcé avant de se détourner de lui et de se diriger vers un groupe de nains blessés qu’elle venait d’apercevoir un peu plus loin. A défaut d’apprécier ce peuple, les aider à se soigner pouvait la distraire suffisamment longtemps pour lui éviter de s’enfermer dans la morosité. Elle eut comme un léger « bug » en réalisant que le « guérisseur » était en train de soigner ses concitoyens en les aspergeant avec de la bière.

-Mais qu’est-ce que vous foutez ?! De la bière, sans déconner ?!

Le nain s'esclaffa tandis que son patient, largement brulé au visage, trouvait quand même le temps d'ouvrir la bouche pour capter quelques gorgées.

« Bah ouais ! La bière, c'est la vie !!!!! T'crois quand même pas qu'on va guérir ça à la flotte ! Héhéhé ! ».

-Vous êtes médecin ? Demanda Natasha, sceptique.

- Moi ? Jsuis l'répandeur de bière ! On asperge, on prie, on picole, et ça passe !..........ou pas.... ».

-Comment vous soignez vos gens ? Vous n'avez pas de médecin ?

« Bah nan, y'a pas d'intello exhibitionniste comme toi ! Mais si tu donnes des cours, on veut bien. Et on t'paiera avec de bonnes chopines !!! » Le nain se percha sur la pointe des pieds, amenant une main devant sa bouche, comme s'il allait lui confier le secret du siècle. « Y'a d'la gniole de Bravuck. Un bon ptit cru que j'te mets de côté. On l'met dans une queue d'vache, ça gonfle et ça fait des bulles tout seul. T'verra comme c'est bon ! ».

Natasha le regarda, déconcertée. Même les peuples les plus primitifs possédaient leur guérisseur et ces gars-là, avec toute leur technologie hyper sophistiquée n’avaient pas de médecin ? Elle nota toutefois l’intérêt que cet individu portait à leur science et se promit d’en référer à Atlantis dans le cas où la cité déciderait de négocier pour obtenir des technologies de ce peuple.

-... Quelle est l'espérance de vie des nains ? Demanda-t-elle, sans répondre à l’énième proposition de picole qu’on lui faisait aujourd’hui.

S’ils se soignaient à la bière ils ne devaient pas vivre bien vieux.

« Euh....euh...cent vingt environ. C'est Dubuff qu'a pété l'record. S'est noyé trois fois dans la piscine à bière mais l'est mort à cent cinquante. Par contre, pour ces trois-là...ça sera moins, FORCEMENT ! ».

-Vous vivez plus d'un siècle SANS médecin ? Mais comment vous faites ça ?!

Natasha regarde en direction de la bière en commençant à se demander si elle n'aurait, effectivement, pas des effets curatifs miraculeux. Plus sérieusement, c’était une sacré sélection naturelle qui s’opérait ici : les forts restaient en vie (et quelle vie !), les autres crevaient lamentablement et ils avaient l’air de s’en foutre royalement. Le taux de natalité devait atteindre des sommets pour compenser celui de mortalité.

« Ben on bosse, qu'est-ce tu crois nenette ?!?! »

Le nain tira les épaulettes de son armure pour exhiber fièrement ses muscles.

« R'garde ça !!! Tout taillé à la force de pioche sur la roche ! Pis on mange de la viande aussi. La viande c'est bon !!!! Et d'la bière ! Tout le temps d'la bière ! Et d'la bière !!!! ».

Il se racla la gorge d'un air gêné.

« Ouais, bon, par contre : on compte pas ceux qui s'prennent les rochers sur la face et qui font platch ! Ni ceux qui s'loupe à la course au sac. Et...euh...ni ceux qui s'font sauter par les casquettes grises comme ces trois nigauds. Sinon...ouéééééé ! Pas b'soin d'intello exhibitionniste qui préfère l'eau pour guérir... ».

Zen Natasha, zen…

Elle inspira profondément. A l’évidence, elle ne pouvait compter que sur elle-même pour aider ces trois-là, il lui incombait donc de prendre une décision : soit elle les abandonnait à leur sort et ils finiraient probablement par crever d’une infection soit elle tentait quelque chose. Les blessures étaient graves, ils avaient été profondément brulés et des morceaux de métaux criblaient leur corps… l’un d’entre eux en avait un planté dans l’œil. La kiné évitait soigneusement de regarder cette partie-là ou elle se sentait bien capable de rendre son petit déjeuner. Elle était kiné bordel, elle n’avait pas été formée pour ça !

-Bon... j'ai pas de matos et je suis pas formée pour ça... mais ce que je vais faire sera toujours MOINS pire que ce que tu ferais donc je prends les choses en mains. L'intello parle : va me faire bouillir de l'eau potable et ramène moi en. Beaucoup. Il faut nettoyer les blessures. Et des tissus propres aussi, qu'on peut découper pour panser les plaies. Je vais essayer de sauver tes potes.

« Hé oh toi là ! T'va me d'mander ça comme une naine quand même non ?!? Là, on dirait ma grand-mère qui mâchouille ses biscuits à la bière et qui postillonne avec ! En plus, parait qu'tu parles bien mieux qu'ça à Gurdyl alors moi j'fais que si tu m'fais la même !!!!!! ».

La rouquine poussa un soupir. Zen Natasha, zen… cet espèce d’abruti masochiste lui quémandait des insultes pendant que ses potes agonisaient, normal. Etonnamment, elle n’eut pas beaucoup à se forcer pour lui gueuler dessus.

-TU VAS ALLER ME CHERCHER CE QUE JE TE DEMANDE OU JE TE FAIS BOUFFER TA CHOPPE, C'EST CLAIR ?!

« AH ! Une gueuleuse ça ? Un oisillon qui piaffe ouais !!!! T'as dis mieux à Gurdyl, s'pèce de perche montre-bidou !!! ».

Natasha le toisa l’espace d’un instant en s’imaginant mettre en application sa menace. Qu’il lui était bon d’imaginer ce bouffon en train d’avaler son verre ! Cela dit, elle savait qu’elle ne pouvait pas rivaliser en force avec lui pour lui arracher sa choppe des mains, donc elle prit le parti de tirer son zat’nik’tel de son holster et de tirer sur le nain tout en sachant que ce dernier ne craignait rien. Tant pis, le geste défoulait.

-Hum, dommage, dit-elle avec un petit sourire. Ces abrutis étaient en train de la rendre sadique !

« QUOOOOAAAAAAA ? C'est tout ???? »

Il battit des bras d'un air colérique.

« Pffff ! Juste un coup d'ton pistolet à eau bizarre, même pas d'mots sympa ??? Gurdyl c'est l'préféré c'est ça ? »

Le nain lui faisait quasiment une crise de jalousie. Visiblement, la répartie de Natasha était très recherchée. Le nain abdiqua tout en posant sa choppe de bière.

« Ok, j'vais t'chercher ce que tu veux. Mais t'as intérêt de t'faire plaisir après. »Il s'éloigna. « ET TOUCHE PAS A MA BIERE !!! ».

Savourant le silence qui suivit, Natasha en profita pour examiner plus attentivement les blessures des trois blessés. Ce n’était pas beau à voir. Le nain revint un moment plus tard avec tout ce qu’elle lui avait demandé et se montra étonnamment docile. Etait-il en train de bouder parce qu’elle ne l’avait pas suffisamment insulté ? Décidément, elle ne comprendrait jamais ce peuple. Le nain obéit à chacune de ses demandes, à croire qu’il attendait une récompense de sa part. C’était bizarre et elle ne comprenait pas tellement la raison du pourquoi, mais il semblait qu’elle exerçait un certain contrôle sur cette tête de mule ce qui, en les circonstances, était assez plaisant. Elle fit de son mieux avec les blessés compte tenu de ses maigres connaissances et du peu de matériel dont elle disposait, opérant pratiquement à vif sur des blessures au troisième degré faute d’analgésiques suffisamment forts, mais elle songeait que ce serait toujours mieux que de laisser ces pauvres gars à la « médecine » naine. Elle ne toucha toutefois pas à l’œil percé du nain… essayer de soigner ça, c’était trop lui demander. Vu l’état de l’œil, il faudrait probablement énucléer, mais pas question qu’elle s’en occupe !

Alors qu’elle retirait ses gants couverts de sang en luttant contre la nausée qui l’assaillait, Mckay la contacta pour lui demander de l’aide. De toute façon, elle ne pouvait plus faire grand-chose pour les nains… alors autant fuir le carnage et tenter d’oublier la boucherie à laquelle elle venait de s’adonner. A cet instant, elle éprouvait le plus grand respect pour le docteur Carson et Taylor Laurence qui menaient régulièrement ce genre de chirurgie ; en ce qui la concernait elle n’avait pas l’estomac assez bien accroché pour pratiquer ce métier. Elle venait de torturer ces pauvres êtres (aussi débiles soient-ils) et elle n’était même pas sûre que ça servirait à grand-chose… pas assez de matériel, pas assez de connaissances en chirurgie… d’autant qu’elle ne savait rien de l’anatomie des nains… elle espérait ne pas avoir causé plus de problèmes qu’elle n’en avait résolue. Enfin bon, c’était comme ça. Elle lâcha une insulte ou deux à son assistant, pour la forme et pour lui faire plaisir mais sans grande conviction, avant de rejoindre Mckay. Ses vêtements n’étaient plus seulement déchirés mais maculé du sang de nain et elle n’avait rien pour se changer, ce qui ne l’aidait pas vraiment à se sentir mieux. Elle se félicita de n’avoir rien mangé depuis son départ d’Atlantis.

Mckay semblait très afféré entre ordinateurs, branchements et relevés. Bien sûr, elle ne comprenait rien à ce qu’il fichait mais il lui expliqua rapidement le plan sans fioriture : contribuer à l’extermination des renforts geniis. Le premier réflexe mental de Natasha fut de rejeter ce plan, il fallait que Mckay trouve quelqu’un d’autre parce qu’elle ne pouvait pas tuer des gens ou se rendre complice d’une tuerie de masse, c’était totalement impossible ; elle avait consacré sa vie à protéger les gens et à améliorer leur bienêtre, elle n’était pas une tueuse. Si elle était prise dans une fusillade elle se savait capable de contre-attaquer, mais là c’était différent, c’était prémédité. Alors elle parcourut du regard la salle dans l’espoir de trouver quelqu’un d’autre à qui confier cette tâche puis elle réalisa qu’il n’y avait personne : Stones avait disparu et les nains étaient trop imprévisibles et alcoolisés pour qu’on leur confie un tel travail…

Soit, elle le ferait. Elle savait d’avance qu’elle allait s’en mordre les doigts pendant très longtemps mais il valait mieux ça que de laisser les geniis leur faire du mal. L’affrontement se solderait par la victoire de l’un des deux camps et elle savait qu’elle n’avait pas intérêt à ce que ce soit celui de leurs ennemis.

-Comment je fais pour le faire évoluer dans son environnement ? Il y a une caméra ? Demanda-t-elle à Mckay en observant le robot-chien avec une certaine curiosité. Ce dernier lui expliqua qu’il suffirait de manipuler les touches du clavier de l’ordinateur pour piloter l’animal et la geekette en elle ne put s’empêcher d’éprouver une pointe d’amusement en imaginant que ses longues heures de pratique de jeu vidéo et la dextérité que cela lui avait apporté sur un clavier allaient lui servir à quelque chose.

-Ca a l'air amusant, dit-elle en se concentrant sur le robot. Du moins ça aurait pu l’être s’il n’y avait pas eu les drones et la tuerie programmée. Je peux m'entraîner ?

Et elle s’efforça de bien prendre en main le pilotage pendant les minutes suivantes, jusqu’à ce qu’elle se sente suffisamment à l’aise avec le clavier pour confier le chien aux nains. Elle put suivre le voyage de l’animal grâce à la caméra intégrée jusqu’à ce qu’il remonte à la surface, après quoi elle reprit le contrôle. C’était une chose de contrôler la bête en bas en terrain plat, s’en était une autre de gérer la vision en montagne. Pendant un instant, Natasha ressentit de la peur à l’idée de perdre le contrôle du robot mais ce dernier se montra tout à fait capable de se glisser habilement entre deux rochers escarpés. Il y avait des bêtes de ci et là, si cela réduisait son champ de vision, elle se dit que cela pourrait être l’occasion de cacher la créature.

Et au passage elle pourrait ajouter la vie de quelques animaux innocents à son tableau de chasse.

Elle balaya cette pensée. Seule la vie de John et Mike, là-haut, sur le champ de bataille comptait. Pour l’instant.

-Je vois un troupeau ... je suggère d'y dissimuler le chien pour le faire approcher plus discrètement.

Natasha fit de son mieux pour zigzaguer entre les ruminants tout en manœuvrant pour se rapprocher des geniis et patienta jusqu’à ce que la voix des nains raisonne dans la montagne. Alors Mckay lui donna le signal et le robot courut jusqu’aux geniis. La caméra se brouilla, l’explosion avait bien eut lieu. Elle ne savait pas de combien de meurtres elle venait de se rendre complice mais elle avait vu de nombreux humains sur l’écran de l’ordinateur. Beaucoup trop.

La kiné fixa l’écran de l’ordinateur pendant quelques instants, pensive. Maintenant elle comprenait ce que le terme « être en guerre » signifiait.

Elle venait de l’expérimenter.

La respiration douloureuse, elle posa délicatement l’ordinateur sur le sol avant de se relever. Etre cernée par ces tonnes de rochers lui semblait tout à coup bien plus difficile à supporter, l’air manquait, il faisait trop chaud. Voilà quelques années qu’elle n’avait pas renoué avec cette vieille connaissance qu’était l’hyperventilation. Sentant la crise venir, elle parcourut rapidement les lieux du regard et se chercha un coin tranquille et peu fréquenté où elle pourrait s’isoler pour être en paix le temps de se calmer et de subir la sensation d’étouffement liée à l’hyper oxygénation. Elle se posa contre un mur et fouilla dans son sac à dos avec des gestes saccadés dans l’espoir d’y dénicher un sac en papier ou en plastique afin de réduire son taux de dioxyde de carbone dans le sang et apaiser plus rapidement ses souffrances. Avec un peu de chance les nains lui foutraient la paix pendant les vingt ou trente prochaines minutes et ne l’aspergeraient pas de bière pour essayer de la « soigner ». Si Mckay voulait envoyer une autre bombe à la surface il lui faudrait compter sur quelqu’un d’autre cette fois. Quel dommage.
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 22 Fév - 0:18
avatar
√ Arrivée le : 01/08/2015
√ Messages : 407
Voir le profil de l'utilisateur

Chronologie 07 janvier 2018



Clôture, partie 1/2.




Franchement, qu’est-ce que c’est que cette putain de vie ?
A cause des suceurs, nous sommes terrés comme des rats sous des dizaines de mètres de terre dans des structures qui ne sont pas adaptées pour être utilisée si longtemps. Quand on est venu me chercher, j’étais en train de récurer la grille d’évacuation générale avec une vingtaine d’autres gars. Je suais à grosses gouttes. A coup sûr, si j’essorais mes fringues, j’aurai pu remplir ma gourde ! Parce qu’on fait ça en uniforme en plus, le truc bien lourd et bien chaud. Oui, monsieur, parfaitement ! Parce que les Geniis, ils sont fiers d’eux, ils sont fiers de leur survie. Alors ils salissent leurs belles vestes pour mieux les nettoyer après. Il en a jamais assez de trimer sérieux…

Les deux pieds dans la merde et on continue de chanter “gloire à Kolya”.
Les Atlantes, eux au moins, ils sont sur un océan. A ce qu’on raconte tout du moins. A l’aise dans des grands immeubles, face au soleil sous un magnifique ciel bleu, et dans le confort. Ils se sont même pas fait vitrifiés par les Wraiths. Et moi dans tout ça ? Dans un foutu gourbi immonde, une fange insupportable qui pue la pisse, l’excrément et l’ordure. C’est ça ma vie ?!?

Ouais : Barh, il vient de ce monde là.
Et Barh, il en a assez !

Quand je suis pas aux entrainements obligatoire, c’est pour entretenir la base souterraine. Tout dans la débrouille et la bidouille. Ca déconne à plein tube, dans tous les sens, et il faut sans arrêt aller réparer tel truc, nettoyer telle merde, arrêter tel type parce qu’il a pas suffisamment baisé les pieds du commissaire de Kolya. La bouffe, c’est de la pâte nutritive ignoble. L’eau est mal filtrée depuis la fosse sceptique. Et pour ma famille ? C’est le clou du spectacle : une belle brochette d’opportunistes et de traîtres prêt à se vendre l’un l’autre. Mon gamin, je l’ai perdu pour que ma nièce puisse bouffer une pomme. Oui, UNE PUTAIN DE POMME ! Contre la vie de mon fils qui avait le malheur de piquer une couverture parce qu’il pelait !

Alors quand on est venu me chercher pour me dire que j’étais mobilisé en extérieur - vu la gueule réjouissante de la chose informe que je dois appeler “ma femme” en allant me préparer chez moi - ben le Genii que je suis était bien content de prendre son fusil pour se barrer. Maintenant, je suis avec trente copains en train de transporter du gaz en direction de la montagne. Juste avant, on nous avait distribué une image d’un certain Sheppard, qu’il fallait à tout prix capturer.
“L’échec signera votre perte” qu’avait dit la rampouille de commissaire qui ne nous avait pas suivi sur le terrain.

Ouais, ben le Sheppard chéri à Kolya, je m’en carre le fondement avec ma crosse pleine d’échardes ! Lui il coule des putains de jours au soleil et il se balade sans arrêt à l’air libre, armé jusqu’aux dents. Qu’est-ce que je l’envie ! Pourquoi j’irai le chopper pour la “gloire” ?
Si je le rencontre sur cette planète qui pue la merde, promis, je lui demande l’adresse d’un peuple pas trop craignos pour changer de vie.

Mais je ne me fais pas d’illusions. Les types qui se sont barrés pour vivre ailleurs, ce sont des légendes, des mythes. On raconte que Kolya les a tous traqués et flingués. Tous ceux qui s’y sont essayés sont pendus et exhibés dans les bases souterraines. Mis à part le servir, non, il y a pas de vie. Tout simplement pas d’espoir. Mais franchement, si je pouvais passer une journée hors de cette exploitation d’hommes et de ruine humaine, avant de perdre la vie, je crois que je le ferai.

Soudain, il y a un immense tonnerre.
Dacko et Vexel, devant moi, lâchent la citerne de gaz tout en prenant leurs armes de poing. Qu’est-ce qu’ils sont cons ! Il y a de quoi tous nous faire dormir là-dedans et on a pas les masques, le stock était à court ! (Encore une joyeuseté Genii). Ça hurle, la montagne parle et dit un truc marrant. Une voix rauque et brutale qui chante :

« VOUS OSEZ TOUCHER MA MONTAGNE ? VOUS ???? BAH ALORS VENEEEEEEEEEEZ !!!! »

Franchement ? J’en souris.

Les gars sont pas rassurés. Celui qui se prétend chef pour avoir écraser les autres donne l’ordre de ne surtout pas s’arrêter. Mais ça se bastonne sévère du côté du jumper, là où des scientifiques sont allés avant nous. Je crois que ça tire, comme nos armes, mais je n’en suis pas sûr. Sérieux, Sheppard est vraiment là ??? Ce serait dingue !
Dacko et Vexel reprennent la citerne. Mais ils sont tellement cons qu’ils la relâchent aussitôt pour pointer du doigt un type qui vole. Il a un truc accroché dans le dos et il se ballade dans le ciel de la même façon qu’un ballon d’uprack (baudruche) crevé. Il passe même au-dessus de nous en poussant un hurlement à fendre l’âme, on sent qu’il ne croit même pas à son expérience, il doit se dire qu’il rêve. Moi ? J’en ris encore. Ça me fait tellement plaisir de voir les cons que nous sommes menés par le bout du nez.

**T’en pense quoi mon Kolya, de tes Geniis, depuis ta forteresse bien riche et opulente ? T’en est bien fier hein ?!? Regarde-le ton exemple de combativité se balader dans l’air !**

Le pote volant finit par nous gerber dessus avant de repartir et d’aller s’écraser dans la montagne. Je déduis que les mecs au jumper prennent la pile. D’ici, je vois qu’ils ne savent même pas où tourner de la tête. Ils se font défoncer par des types qui ne font que la moitié de ma taille. Mais j’ouvre grands les yeux quand j’en vois un grand qui se détache du lot et qui ressemble à la photo.
Foi de Genii. Il était vraiment là Sheppard ! Merde, c’est vraiment lui !!!

Ça gueule brutalement autour de moi et ça s’agite. Les potes se tirent dans les pieds en visant un truc bizarre fait de métal et d’un œil bleu. Je ne sais même pas d’où ça vient mais ça suit le paquet le plus gros. Je m’arrête de marcher pour regarder autour de moi et je pense enfin à lever le nez pour voir ce qui nous tombe sur le caillou. DES DRONES ! DES PUTAINS DE DRONES LANTIENS QUI NOUS FONCENT SUR LA GUEULE !

Cette fois je lâche mon fusil et je me mets à courir de toutes mes forces. Les explosions sont violentes, ahurissantes, ça pète dans tous les sens et j’entends les potes hurler, gueuler. Les trois qui sont devant moi disparaissent dans une déflagration lumineuse soudaine et je lève instinctivement les bras pour me défendre. Le souffle m’emporte, je me retrouve sur le dos, complètement sonné, avec une couche de chair informe carbonisée qui me recouvre. J’en crache même un peu en me redressant. Là-bas, c’est plus qu’un cratère. Et quand je me redresse, je vois la moitié de la gueule de Vexel avec un œil en bouillie qui me regarde.
Lui, il est libre. Ça me fait sourire. Je suis content.

La course reprend. Je veux pas finir comme ça, je préfère aller voir Sheppard de près, voir à quoi ressemble le type qui goûte à la liberté. Déjà, rien que de la façon dont il tire, il a de la gueule. De la prestance. On sent que c’est pas l’arriviste qui agite la queue et le flingue pour en imposer devant une population terrorisée qu’on accuse de trahison au pif. Ça transpire le mec gentil mais pas con et, franchement, je suis jaloux !

C’est pas évident d’avancer, ça continue d’exploser dans tous les sens. Y’a un des gars qui atterrit près de moi avec violence, l’un des drones a pété, ça lui a sectionné les deux jambes. Il tend son bras sans main vers moi avec un regard suppliant et j’ai pas de mal à l’abandonner. Lui, il m’avait fait régresser d’un niveau de ravitaillement en disant que je vendais sous le manteau. J’arrivais même pas à faire bouffer mon gamin…

J’arrive finalement à quitter le secteur du festival des drones. J’entends plus grand chose et j’ai plein de merde sur la gueule. Il y a un autre pote qui s’envole en machine et me passe juste au-dessus en gueulant pareil que son prédécesseur. C’est marrant mais on dirait que c’est volontairement téléguidé. Il y a vraiment quelqu’un qui l’agite comme ça dans les airs ? Rien que le cri, je me serais pissé dessus à rire si j’étais pas aussi visé. J’ignore le spectacle, de toute façon, j’ai pas le temps de me rincer l’œil, je veux arriver à mon but. Je finis par atteindre le jumper et je le contourne par derrière. J’arrive dans le dos des types minuscules et de ce que je pense être Sheppard. Ils finissent les potes et c’est un vrai massacre, il y en a pas un qui tient debout.

Dire que Kolya est fier de son armée. Une quarantaine de mecs se font déboiter en même pas dix minutes face aux Atlantes et il croit encore à son utopie de s’installer sur Atlantis à leur place ???
J’ai un gros sourire quand j’approche dans son dos. Je tends la main pour lui tapoter l’épaule quand quelque chose me frappe comme un marteau et m’envoie bazarder contre ce rocher là-bas. Dans les tâches noires de la vision, j’essaie de récupérer un peu de lucidité pour regarder autour de moi.
Mais...je peux plus bouger. J’ai le corps qui tremble et mes jambes sont aussi lourdes que ces pierres. Je sais pas comment je me démerde mais je pose la main là où ça fait bizarre. Et bien sûr, quand je la lève, je vois du sang en quantité très inquiétante. C’est le foie ce truc non ?

Je peux plus bouger la tête non plus. On m’a forcément tiré dessus et ça a pulvérisé la colonne vertébrale avant de me faire bouffer mon propre foie. Je suis pas toubib mais je le sens, je le sais, je vais bientôt être libre. J’ai la vue qui se trouble de plus en plus, ma respiration s’accélère et je sens maintenant mon cœur qui pompe le sang hors de mon corps, là où je plaque ma main. Dans les soupirs que je laisse passer, je continue de sourire comme un con. Mon monstre de femme, je le reverrai pas. Ce trou à rat non plus. Là je ne vois que le ciel bleu et une partie de cette montagne. Je sens même le vent caresser mon visage. Je me dis que c’est beau et c’est une chance de pouvoir apprécier la vue.

Et puis le silence. Quelque gens font la fête, ils sont heureux d’avoir gagné, mais les tirs ont cessé, les explosions aussi. Je commence à avoir du mal à respirer, je souffle fort, y’a des trucs qui me sortent de la gorge et ça gargouille. Ça me fait sacrément paniquer. Je comprends que la mort, c’est l’extinction complète, le néant. J’ai même pas le droit à une notion de paradis ou d’enfer. C’est juste la fin et cette étape, je vais la passer tout seul. J’y arriverai pas. Il me faut de quoi m’encourager. Je mets instinctivement ma main ensanglanté sur la poche extérieure de ma veste. Il y a une petite photo là, le seul larcin de ma vie, celle que j’ai volé pour fantasmer dessus pendant un paquet d’années.

C’était la plus belle blonde que je n’avais jamais vu de ma vie. On était allé au palais de Kolya pour le ravitailler et elle est passée en gueulant avec un type costaud. Je me souviens plus trop quand ça s’est goupillé mais elle se barrait dans le couloir et je la fixais. Elle a du sentir mon regard, je sais pas comment, mais elle l’a senti. Et elle a croisé le mien avant de disparaître. Je voulais pas oublier ce visage. Je voulais pas oublier cette déesse Genii.

Je crois que j’ai jamais vu de si belle femme. Et je savais qu’elle était maline en plus pour être au palais. J’ai écris son nom sur la photo que j’ai volé mais je suis pas sur, j’oublie. Tebara ? Tegera ? Teshera ? J’oublie…
Elle m’a aidé à supporter les privations. Elle occupait mes pensées pour me distraire quand je marnais comme une sous-merde. Elle était tout le temps là...

Quelque chose se dessine finalement dans ma vue trouble. C’est juste une silhouette maintenant mais je sais que c’est un Atlante vu la nuance de couleur. Sheppard surement, qui d’autre ? Il n’y avait que lui au niveau du jumper.
Même si j’y vois que dalle, je me mets à sourire à pleine dents. J’arrête pas de tousser maintenant. J’avale des trucs dés que j’essaie d’inspirer, ça doit surement être mon sang. Je me noie dedans quoi. C’est pas de la merde au moins. Mais c’est douloureux et ça contribue à ma panique. Je serre la photo d’autant plus fort, je me rends pas compte que je l’ai sorti de ma poche.
Les ténèbres finissent de m’envahir. C’est étonnant comme expérience la mort. Et ça fait bizarre de s’en aller serein. Je sais pas si Sheppard est toujours là ou si c’est mon œil qui déconne et garde l’impression de la silhouette. L’espace d’un instant, je me demande si c’est pas lui qui m’a tiré dessus en se retournant. Ou si c’est pas un de ses gars qui avait eu l’intelligence de se planquer pour m’abattre comme un chien dans le dos.

Mais je souris avec ma main maculant la photo de la belle d’une épaisse couche de sang.
Dans ce qu’il me reste de souffle, je lui sort un seul mot. Un mot sincère et vraiment chargé de gratitude. Un mot qui vient carrément de mon âme et qui me plait de lui formuler alors qu’il me regarde.

« Merci... »


©️junne.
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 22 Fév - 1:00
avatar
√ Arrivée le : 01/08/2015
√ Messages : 407
Voir le profil de l'utilisateur

Chronologie 07 janvier 2018




Clôture, partie 2/2.



BAMMMMMM !


Un fusil à pompe nain lui fit sauter la voûte crânienne et transforma son visage en steak haché. Le responsable n’avait même pas hésité, bousculant l’Atlante qui l’avait observé pour déclencher sa cartouche d’un calibre inconcevable dans sa face à bout portant. La pierre était maculée d’une bouillie de cerveau étalée en étoile au-dessus d’un corps devenu immobile.

« On laisse pas souffrir les bestioles qui agonisent quoi !!!! » Fit le nain bourru d’un air fier de lui.

Le calme revint autour du jumper. Les nains qui avaient assaillit l’endroit s’étaient divisés en deux groupes. Le premier était en train d’entasser les corps, constituant minutieusement deux tas : celui des membres déchiquetés et celui des corps à peu près entiers.

Le deuxième groupe se rendait tranquillement sur le lieu du pilonnage de drones pour achever les Geniis à l’agonie. Il en restait très peu, la plupart des effectifs étant dispersé aux quatre vents avec le nuage de gaz dissipé.

« Mahahahahaha ! Ça c’est de la castagne ! Z’êtes pas les derniers à sauter dans l’tas ! » S’écria Gurdyl, les poings sur les hanches, visiblement surexcité par ce jeu de boucherie.
« Hé ! Heu...Gurdyl ! On peut en faire un entier avec deux morceaux d’casquettes grises. On l’met dans quel tas ? »
« Bwouah ! Dans l’tas qu’on emmène au musée à bière. On d’mandra à Pervelle de le r’coudre avec le fil de pêche ! »

Le nain regarda Sheppard.

« Ton cube qui vole est pas trop abimé. Faudra juste nettoyer l’sang et enlever les morceaux d'chair mais ça va ! Y’a la fête des nains dans deux semaines. Z’êtes les invités, mais pour entrer... »

Le chef nain dégrafa le gantelet de sa main droite pour le tendre à l’officier. Il insista de ses gestes pour lui faire comprendre que c’était une offrande.

« Vous passerez avec ça ! Preuve que vous êtes des marrants et qu’vous pouvez venir nous voir ! »

Il y eut du mouvement au-dessus. Les nains avaient guidés Rodney et Natasha dans les couloirs pour qu’ils puissent rejoindre Sheppard. Alex Stones était un peu plus loin, descendant tranquillement depuis une autre piste en compagnie de Tarin. Tout le monde allait bientôt être réuni...

L’équipe de Sheppard avait récupéré son jumper et les Geniis avaient été littéralement anéanti. Problème, ce combat avait été si sale que le vaisseau était crépi jusqu'au toit. Les nains n'étaient pas des enfants de coeurs quand ils s'y mettaient et c'était une chance, quelque part, qu'ils n'aient chassé les Atlantes qu'avec des jouets.
Maintenant enjoués et galvanisés par leur victoire. Ils ramenaient tous les morceaux de cadavres pour compléter les piles qu’ils s’en faisaient, nettoyant ainsi le site du bombardement de drone. Gurdyl déciderait apparemment de ceux qui iraient dans le musée à bière pour conservation.

Au départ du Jumper, la majorité des nains leur feraient des aux revoirs. Dont les moins malins, avec les pieds et les mains des cadavres, comme il eût s’agit de drapeaux. Une chose est certaine, avec les copies de données que McKay ramenait, le CODIR ne pourrait pas passer à côté d’une forge active capable de fournir la cité en pièce détachée.
Des négociations diplomatiques semblaient être la prochaine étape.



MISSION ACCOMPLIE.


---------------------------------------------------------------
La MJ est désormais terminée.
Merci à tous pour votre participation et votre patience. J'espère que cette expérience vous a tout de même diverti et vous souhaite un bon RP.
Les dernières consignes sont les suivantes :

  • Vous pouvez écrire si vous souhaitez faire vos posts de conclusion.
  • McKay peut récupérer toutes les informations qu'il souhaite sur l'installation Lantienne.
  • Sheppard obtient le gantelet blindé de Gurdyl, représentant tant un objet de recherche qu'un insigne diplomatique.
  • Alex Stones est déclarée amie de Gurdyl et possède un accès privilégiée sans gantelet.
  • Mike McPherson se voit offrir sans raison précise un cerf mécanique du même modèle que celui qu'il a détruit. Il est conservé dans la montagne.
  • Natasha reçoit de la gnôle de queue de vache par le répandeur de bière.

  • La conversation Skype sera maintenue jusqu'à la fin du mois.

  • Veuillez prendre en compte vos blessures. Vous serez tous examiné et soigné à l'infirmerie avant votre débriefing.


Vous recevrez les récompenses de compétences sous peu.


©️junne.
Revenir en haut Aller en bas
Ven 23 Fév - 15:37
avatar
√ Arrivée le : 01/08/2015
√ Messages : 407
Voir le profil de l'utilisateur

Chronologie 07 janvier 2018




Récompense de caractéristique



SHEPPARD :

Influence/leadership : 5 -> Tu passes à 6 !

La responsabilité d’un chef d’équipe s’étend sur plusieurs devoirs. Celui de remplir sa mission d’une part en manageant son équipe. Et celle de protéger ses hommes d’une autre au vu des circonstances mouvante de la mission. C’est un bon exemple que j’ai rencontré en multiples occasions dans le RP. En ne pourchassant pas un élément échappant à ton contrôle (Alex) pour maintenir l’union du reste de l’équipe et ne pas l’exposer à un danger supplémentaire. En organisant la fuite de l’équipe. En acceptant la diplomatie des nains malgré une situation d’agression qui ne s’y prêtait pas. Tu gagnes en influence et leadership pour toutes ces bonnes décisions.

Sang froid : 2 -> Tu passes à 3

Pour être parvenu à supporter les nains et la situation à risque. Il n’y a rien de plus à dire, beau travail.


NATASHA

Esprit d’équipe : 2 -> Tu passes à 3.

Tu t’es occupé de tes collègues au mieux de tes capacités. Agissant autant en ta qualité de médecin que pour prendre contact avec la première forme de vie Alien au nom de ton équipe. A cela s’ajoute la décision particulière de soigner les nains blessés malgré tes ressentiments, même si cela découle de ton devoir de soignante. Tu franchis un palier en terme d’esprit d’équipe, bravo.

Résistance mentale : 2 -> Tu passes à 3.

J’ai d’abords songé à t’octroyer le point sur le sang-froid. Mais tu as été la première à céder à une colère parfaitement légitime. C’est aussi l’aspect que tu aies été malmenée au cours de l’assaut des nains ainsi que ta patience face à un comportement illogique qui te rebute qui m’a surtout marqué dans tes textes. En prenant le parti de t’adapter et d’opter pour des réactions utiles au groupe, utile à la mission, en-dehors de tes propres considérations liés à tes convictions, tu as fais preuve de résistance face à l’inconfort de ta situation. Tu as fais des choix professionnels raisonnés là où la situation pouvait t’amener à l’inverse. Un bonus pour la gestion de la phobie bien respectée et prise en compte sur les environnements de caverne.


MIKE


Résistance à la douleur : 1 -> Tu passes à 2.

Suite à ta blessure, tu gagnes en résistance à la douleur.

Rapidité d’esprit : 0 -> Tu passes à 1.

Ton personnage a été réactif au cours des éléments d’action et de danger. Au vu des capacités du personnage, le zéro n’est plus cohérent, tu gagnes donc dans cette compétence.


RODNEY


Résistance à la douleur : -> Tu passes à 1.

Pour avoir continué malgré la blessure. Tu as bénéficié de la médecine de Natasha mais l’équipe n’a pas été ralenti par un Rodney à l’agonie. Tu gagnes en résistance à la douleur.

Sciences ou langue : 1 point bonus.

Tu as travaillé après l’absence de ton ordinateur sur la console des anciens et tu as proposé un plan brillant pour supprimer les renforts avec les éléments que je t’avais donné. Pour cette excellente idée, tu obtiens un point bonus que tu peux distribuer au choix dans l’une de tes compétences de science ou dans celle de compréhension de langue. Attention, restons cohérent sur l’aptitude choisie ^^


ALEX STONES


Technologies : 0 -> Tu passes à 1.

Ton utilisation de la technologie des nains, proche de celle Atlante par recyclage, t’a servi d’introduction à cette compétence. Tu gagnes un point.

Influence/leadership : 0 -> Tu passes à 1.

Il n’y a pas de compétence spécifique à l’ingestion de quantité de bière et de brochettes mais ta participation à l’état d’esprit des nains, cette forme de diplomatie qui t’a valu ton adhésion complète, tient plus d’influence que tu as auprès d’eux (hors notion de leadership). Tu gagnes un point.

Médaille de la mj


Code:
[img]http://image.noelshack.com/fichiers/2018/08/1/1519068773-2018-mj26-les-grands-explorateurs.png[/img]


©️junne.
Revenir en haut Aller en bas
Sam 24 Fév - 14:41
avatar
√ Arrivée le : 04/09/2015
√ Messages : 2765

Dossier Top Secret
√ Age: 41 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: ATA
Voir le profil de l'utilisateur

Chronologie 07 janvier 2018




Une boucherie… alors on connaissait les nains illogique et fou et bien maintenant ils sont tous digne d’ouvrir une boucherie ! Non mais sérieusement c’est quoi ce travail de gros dégueulasse ? John en avait presque la nausée en voyant le carnage. Autant Mike avait fait son sniper proprement et lui avait flinguer d’une manière plutôt propre (dans la mesure du possible) mais là les nains… Bon aussi la grenade ça n’aide pas vraiment. Bon, ok c’est peut-être lui le boucher avec l’explosif, mais bon… Les nains étaient en train de faire quoi là ?

John n’eut pas le temps de prendre conscience que les petits être ivres de joies faisaient deux tas : morceaux et pas morceaux pour la cuve à bière (ils la boivent cette bière ?) … Qu’un coup de feu résonna derrière lui. Un genii était tout près et n’avait aucune arme de sortie. Il était en train d’agoniser avec quelque chose dans les mains…
John se baissa pour l’observer alors qu’il semblait dire quelque chose… L’homme le remerciait ? Mais pourquoi ? C’est une bien étrange phrase !

Sheppard, se sentit étrange, outre le fait qu’il n’avait pas vu cet homme venir, celui-ci lui disait merci, dans un souffle un peu plus faible…
« Hey gars… » Mais le colonel, fut poussé par un nain… et celui-ci acheva la bête. Le sang gicla sur le visage du colonel qui pestait de plus belle !
John se redressa furieux, il s’essaya le visage avec son uniforme avant d’engueuler le nain.

« Je t’ai demandé ton intervention à toi ? Va jouer avec tes copains au puzzle au lieu d’achever sans permission ! » Non mais vraiment !
« AH ! S’pèce de femmelette ! » Répondit le nain en partant.
John soupira… Il allait finir par en insulter un ou deux pour évacuer. Il t’en foutrait de la femmelette ! Mais non, on ne répond pas aux dingues ! On ne répond pas. Il haussa les épaules il avait mieux à faire. Mais ce peuple commençait sérieusement à lui taper sur le système.

Le Genii était mort et il allait dire surement autre chose. Bon tant pis, ce n’est pas important. Ils avaient gagné la guerre, comme en témoignait la nouvelle couleur d’halloween du jumper et le nuage de gaz au loin.
Non mais oui en plus les nains étaient en train de faire des tas dans le but de les recoudre, ils ne sont pas bien sérieux… John soupira, dévalant la pente pour activer le jumper… Le CODIR allait être content d’avoir cette gamme de teint pour les jumper ! Un tour dans la mer et zou.

// Rodney, c’est fini, on les a eus… je rallume le jumper… Par contre c’est un charnier affreux. //
Autant prévenir, puisque pour des personnes non habituées cela pouvait être choquant. Après, John, comptait les chercher sur une autre face du montage, pas ici, c’est juste affreux.

John ressortie de l’engin quand Gurdill l’interpella pour lui filer un gant. Dans deux semaines ? Ils iront se brosser, John n’avait pas envie d’y participer sauf si on lui ordonne de le faire.
« Merci » dit-il en prenant le gant. « Pourquoi vous conservez les corps dans de la bière ? »
« AH ! C’te question !!! » S’écria Gurdyl d’un air moqueur. « C’est qu’ça conserve bien la bière ! Pis toute façon on a rien d’autre ! »
Il le frappa d’une tape amicale avant d’ajouter en montrant sa montagne. « C’lui qui nous prends pour des pignoufs, on l’fout dans la bière et on s’en souvient. On met une pancarte : “LES TYPES COMME LUI ! FAUT LES FUMER !”. Pis si y a trop de stock, on les renvoie en baril chez les casquettes grises...c’est de la DIPLOMATIE !!!! »
Et sur ce dernier mot, tous les nains ricanèrent grassement, ne laissant pas le doute quant au fait qu’ils avaient déjà retourné des Geniis en kit sur des planètes qui leur appartenait. Gurdyl était si fier de sa boutade qu’il faillit s’étrangler. Il gueula pour commander à boire puisqu’il commençait à avoir soif et fixa l’officier d’un air interrogateur.
« Pourquoi ? T’voulait être aussi dans l’musée toi ? »

L’humanité avait fait sûrement bien pire… Mais cela n’est pas dans les choses que John pouvait oublier ou même dire : “bah c’est la guerre, c’est sale”. C’est vraiment dérangeant et oui dérangeant au plus haut point ! Il eut une petite moue, il n’avait pas le droit de juger et pourtant, il venait de le faire mais garda celui-ci pour lui. Chacun ces mœurs après tout et on ne calque pas une galaxie entière sur le traité de Genève !
« Sans façon, la bière je la préfère dans mon ventre que dans mes poumons. Je voulais surtout savoir, si vous la buvez après cette bière améliorée ! » Il lui fit un rictus narquois, pour voir si cela le faisait toujours rire.
« Bah tu d’manderas à Thanarès quel goût ça a ! »
John resta dubitative… Il se fichait de lui. « Sérieusement ? »
« Teuh ! Sérieusement ! T’as d’jà vu quelqu’un bouffer l’contenu d’un musée ?!? Pas fait pour conserver ça par hasard ?!? » Rugit-il d’un air comique.
« Y’a plus d’gaz de toute façon ! Pis ça dénature la bière les casquettes grises ! »
« Oh, j’ai vu tellement de chose bizarres... » Il haussa les épaules, il regarda Gurdyl. « Nos diplomates vous montrons ce que c’est que de la vraie bière le barbu pété du bocal. Tu nous en diras des nouvelles ! » Le colonel, lui fis un petit rictus, avant de commencer à chercher du regard son sergent.
Gurdyl était lancé. Le concours de celui qui pissait le plus loin, c’était l’activité favorite des nains, voir même leur meilleur mode de langage. Sheppard venait de mettre le doigt sur un point diplomatique important sans le savoir. Le chef nain était à fond et il battait des bras d’un air ravi.
« Voilà qu’tu parles enfin comme un nain, femmelette de chefaillon anorexique !!! Mais si t’envoies tes diplomates, oublie pas l’gant sinon on leur fait visiter l’musée et on t’enverra NOS barils ! »
« C’est ça, tu m’envoies un seul baril et je fais exploser ta montagne dans un beau feu d’artifice version Atlantes. » Dit-il, sans une once d’agressivité.
« Mahahahahaha ! Essaie un peu, s’pèce de pucelle gueularde, et j’te ferai un ptit vol au sac que tu n’oublieras pas ! Foi de Thanarès !!! »
John se marra doucement, il ne devait pas répondre, mais, le temps que tout le monde revienne et que les nains finissent par déblayer le chemin …
« Pas besoin de se déplacer sur la planète pour la faire exploser. c’est toute notre différence entre un petit puceau de nain et une pucelle Atlante, il en a un des deux qui à connu plus de femmes que l’autre. »
« AH ! Mais est-ce que t’es sûr qu’c’était des femmes, gueule de vache ?!? Thanarès, ça c’est d’la nana ! Elle pilote de la casquette grise comme personne. Si y’a des diplomates, tu m’l’envoies avec !!! »
« Aussi sûre que tu as une barbe qui traine par terre. » John le regard d’un air mécontent, mais ce ne fut pas pour lui...Elle avait désobéit ? Bon remarque elle était pas sur le terrain, mais quand même…
« Hum… On verra s’il elle pas occupée à astiquer les canalisations de la cité ! » Dit-il sombrement, elle allait s eprendre la pile du siècle mais alors bien comme il se doit.
« QUEEEEEEEUUOIIIIIIII ? » S’écria-t-il. « T’va punir la meilleure roteuse et la meilleure descente de bière de ma montagne et en plus tu m’le dis en face ??? C’va pas non ? Elle, elle est bien ! Pareil pour ta chouineuse exhibitionniste ! L’a une couleur de ch’veux bizarre mais au moins elle sait causer, ELLE ! »
John se marra et le regarda « Femmelette sentimentale va ! » Ah ! Oui il l’attendait de la placer celle-ci. Il lui faisait croire qu’il se fichait de sa gueule, même si bon Stones allait se faire punir comme il se doit.
« S’pèce de bouffeur de salade ! »
Les nains tournèrent soudain un regard choqué, ils s’immobilisèrent tous comme s’il avait sorti l’insulte suprême.
John comptait finir sur ça, quand il remarqua les autres nains se figer… Ola il fallait répondre là ? Son chiants !
« Tu as rien de mieux en magasin ? Tsss, manger des graines ça ne te réussit pas la sentimentale. »
« M’parle pas sur ce ton là, fayote ! Moi j’suis Gurdyl et tu m’auras pas avec tes petites babilles d’oreilles pointues ! Mais si t’viens sur ma montagne, tu s’ras bien reçu et pas dans l’musée. On verra si t’a toujours d’la langue ! Moi faut qu’j’m’occupe des tas !!! »
John eu un rictus au coin, bon bah la diplomatie chez les nains faut les insulter en effet. Ils vont être content les ronds de cuirs.
« On verra alors. »

Il trouva Mike qui était en train de redescendre de son spot de tir. Il lui fit signe, constant qu’il avait un cadeau encombrant avec lui… un cerf ? Il avait eu le droit à un animatronique… Eh bah ça c’est du cadeau pas mal ! En tout cas, il serait ramené plus tard, il n’avait plus la place dans le jumper à cet instant. Et quel cadeau, il ne savait pas trop à quoi pourrait servir ce truc, a part de mule pour les missions. En toute cas les scientifiques allaient vite lui piquer pour l’étudier.

Le reste de l’équipe était emmenés sur le les lieux, vu le carnage, ce n’est peut-être pas la meilleure idée, surtout pour les deux civils… John alla à leur rencontre, pour les stopper, mais ce fut trop tard.
« On va rentrer...» Son regard alla sur Natasha qui semblait bien trop blanche.

Nastasha Avalon

Natasha avait finalement eu le loisir de se calmer en bas, et de retrouver une respiration plus proche de la normale. Son souhait avait été exaucé et on lui avait foutu la paix pendant sa crise, ce qui était un exploit vu la personnalité de cet étrange peuple. Lorsqu’on vint la trouver pour la ramener à la surface, elle se sentit inquiète à l’idée de se confronter à la conséquence de ses actes mais elle éprouva une pointe de soulagement en comprenant qu’elle allait enfin respirer l’air libre, aussi vicié soit-il.

Rien de ce qu’elle avait pu imaginer n’égalait l’horreur de la scène à laquelle elle fit face une fois qu’elle eut rejoint la zone de combat. Blafarde, elle parcourut les lieux, s’attardant sur le sang omniprésent et les morceaux de cadavres de ci et de là qui étaient en train d’être déplacés, d’un air horrifié, avant de se détourner pour aller vomir un peu plus loin. Effectivement, rentrer semblait être la meilleure option possible, rentrer et mettre le plus de distance possible entre eux et ce charnier. L’enthousiasme des nains, leur joie, couplée à ce carnage rendait la chose vraiment très malsaine. Inutile d’être voyante pour savoir que cette scène la hanterait pour un très long moment. Une boucherie dont elle était en partie responsable.

John Sheppard


Qui ne vomirait pas face à tout cela ? Lui-même avait quelque haut de cœur et se demandait s’il n’avait pas perdu l’odorat entre l’air vicié de l’endroit et la bonne odeur de tripes chaudes. Par chance, il avait l’estomac bien accroché pour le moment et quelques épisodes de la magna, notamment des mastodontes qui leur gerbait dessus… était suffisamment répugnante pour qu’il trouve ça moins pire. L’horreur de quand même se dire : borf j’ai connu pire, donc là ça passe.

Il fit un signe à tous de rentrer dans le jumper, fermant la marche. Il passa une main dans le dos de Natasha qui venait de vider le contenu de son estomac.
« ça va aller ? »
Lui demanda t’il en murmurant alors que les autres regagnait comme il pouvait la plateforme du jumper… Super comme seconde mission.

Nastasha Avalon

Natasha nettoya sa bouche avec la manche de son pull. L'avantage quand on n’avait rien dans l'estomac c'est qu'on avait pas grand-chose à rejeter. Elle secoua doucement la tête, non ça n'allait pas mais il ne fallait pas être devin pour s'en rendre compte. De son autre main, elle essuya ses yeux pour balayer ses larmes naissantes

John Sheppard

John ne dit rien de plus la voyant dans un état second, il lui frotta juste le dos, la pressant légèrement pour qu’elle monte dans le jumper et qu’ils puissent tous se barrer de cette planète.

Une fois arrivée sur Atlantis, la troupe alla à l’infirmerie et malgré une demande pour savoir si Natasha désirait du soutien après, John remarqua clairement qu’elle n’était pas réceptive. Il laissa tomber, ils se verront plus tard quand elle aura digéré le traumatisme d’une guerre bien sale. Il en était navré qu’elle ait vu tout cela.

Une fois tout le monde dans le jumper, le colonel, le fit décoller et ils traversèrent prestement la porte des étoiles. Vu la tête des techniciens en voyant débarquer la version apocalyptique du jumper, ils n’étaient pas très ravis. S’ils savaient la mission ubuesque qu’ils avaient fait… cela pourrait devenir un film comique !

END pour John


©️junne.


_________________
JohnSheppard

Double comptes : Isia Taylor-Laurence & Alexander Hoffman & Naalem Lays //écriture : MediumTurquoise
Revenir en haut Aller en bas
Mer 28 Fév - 12:00
avatar
√ Arrivée le : 29/11/2017
√ Messages : 174
√ Localisation : Surement dans le Gymnase


Dossier Top Secret
√ Age: 26 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: ATA
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atlantisinsurrection.com/t2521-dossier-d-alex-stones
MJ26 : LES GRANDS EXPLORATEURSCa y est le combat était terminé, tous les Geniis étaient mort, certains étaient en bouilli grâce au magnifique travail d'Alex qui les avait envoyer s'écraser contre les flancs de la montagne lui donnant quelques taches de couleur sang. La jeune femme s'était énormément s'amuser en faisant là, elle s'était presque crue dans un jeu vidéo ou le but était d'envoyer le plus de Geniis mourir de façon atroce après l'avoir fait voler dans les airs pendant de très longues minutes, les faisant hurler de peur. D'ailleurs, la jeune militaire avait laissé sa joie exploser une fois son travail terminé, félicitant les différents nains qui l'avaient aidé à s'amuser de la sorte. Alex remercia vivement Tarin, venant trinquer sa chope pleine de bière contre celle de Tarin avant que tous les deux la vident cul-sec. Et oui, Alex buvait, elle allait à l'encontre des ordres de son supérieur, encore une fois... Et ce n'était pas la seule bière que la jeune femme avait bue, oh non... Elle devait être à sa troisième chope au moins depuis qu'elle s'était installée sur ce drôle d'engin, le pire, c'est qu'elle ne s'en était même pas rendu compte. Elle était assise là, à faire joujou comme un adolescent accro a ses jeux vidéo, buvant sans s'en rendre compte, elle ne se rendait même pas compte que quelqu'un remplissait sa chope lorsque cette dernière était vide. Alex était tellement à fond sur le fait de faire danser ces Geniis dans le ciel, que le reste était quasi inexistant dans son esprit. La militaire ne se rendit compte que de son taux d’alcoolémie dans le sang que lorsque qu'elle manqua de se casser la figure en descendant de son siège, ce qui d'ailleurs la fit énormément rire comme tous les nains qui l'avaient regardé d'ailleurs. La jeune femme marchait quelque peu de travers, elle n'était pas ivre pour autant... Mais si elle avait continuée à boire de la sorte, cela aurait fortement le cas.

Alex marcha en direction de son équipe et du Jumper, en compagnie de son nouvel ami Tarin avec qui elle rigolait énormément en imitant les cris ou les grimaces de peur qu'avaient faits les Geniis avant de mourir. À force, elle en avait mal aux côtes et deux, trois larmes avaient coulé le long de ses deux joues. Mais très rapidement son rire diminua, voir s'arrêta net au moment ou elle arriva sur les lieux du carnage, une vraie boucherie humaine. On peut dire que les nains ne faisaient pas dans la dentelle. Voir tous ces morceaux de cadavres, Alex se senti... Et bien... Dois-je vous rappeler son niveau d'alcool actuel ? Et bien, dans sa tête, c'était :"Ouah, c'est trop hardcore, on dirait un vrai film d'horreur". Et oui... La jeune femme voyait ces morts comme s'ils sortaient d'un film ou encore d'un jeu vidéo, elle était bien loin de les considérer comme de vraie personne tuées sauvagement à cause d'un ordre, un simple ordre de mission...

Alex se dirigea presque en sautillant vers Gurdyl en souriant, alors que ce dernier venait tout juste de quitter le Colonel Sheppard.


« Gurdyl, mon ami ! Putain quel carnage que vous avez fait… C’est juste énorme ! Hé tu m’a vu envoyé valser ces Geniis dans les airs ? » Disait-elle de façon joyeuse.

« AH ! Te revoilà l’amie !!! » S’écria le nain en lui donnant une tape sur la hanche. Il était visiblement bien content de la revoir. Devant lui, ses camarades constituaient les deux piles de cadavres entre ce qu’ils gardaient et ce qu’ils renvoyaient aux Geniis. « Pour sûr que j’t’ai vu ! T’as utilisé le “traine-cons” alors ??? T’as vachement l’air d’avoir ça dans l’sang ! »

« J’adore trop cet engin ! Je veux le même !!! » Dit-elle de façon surexcité, jetant un rapide coup d’oeil face aux deux piles de cadavres humains non loin d’elle. « D’ailleurs, j’ai proposé le “Redoutable Smaug” plutôt que le “traine-cons” à Tarin, mais il a rigolé… » Ajouta t-elle en faisant légèrement la moue.

Gurdyl ricana à son tour.


« Teuh, qu’est c’est qu’ce nom là ? Celui de ton copain ? »

Alex éclata littéralement de rire.

« Il a répondu pareil, c’est énorme !» La jeune femme posa machinalement une main au niveau de son ventre, tellement ses côtes lui faisait mal à force de rire. « En tout cas, je me suis vraiment amusé grâce à vous, merci de m’avoir fait piloter le “traine-cons”. J’espère que vous m'autoriserez à le piloter de nouveau. »

Gurdyl levait la tête pour la détailler. Il s’approcha de quelques pas tout en retirant l’un des anneaux qui sertissaient son imposante barbe. Et il la déposa dans la main de la jeune femme.

« Tiens, Thanarès...T’es l’amie des nains maintenant. »

Il lui referma la main autour de l’anneau et lui donna une bourrade bien virile.

« Et t’es l’amie personnelle de Gurdyl PoingVaillant. Tu r’viens avec ça et tu auras ta place à ma droite au festin. Viens t’éclater quand tu veux !!! »

Il lui donna une tape pour la rassurer.

« Et t’inquiète !!! On trouvera bien le moyen de t’rendre plus ptite et te faire pousser la barbe. »

Ne pas pleurer, ne surtout pas pleurer... La jeune femme serra fermement son poing, sentant l'anneau dans la paume de sa main. Cet anneau... Cet objet si simple qui était devenu soudainement si précieux à ses yeux, un simple objet qui à la base n'avait attiré son attention que deux secondes à peine lors de leur rencontre était maintenant devenu si beau... Si magique... Si... Il n'y avait pas de mot pour dire ce que présentait cet anneau aux yeux d'Alex à cet instant précis. La jeune femme avait les yeux rivés sur son poing fermé se retenant pour ne pas laisser des larmes s'échapper de ses yeux.

« Je… Je… »

Voilà que maintenant la jeune femme ne trouvait plus ses mots, tellement l’émotion était forte.

« Merci ! Merci beaucoup Gurdyl ! »
Dit elle finalement, regardant de nouveau Gurdyl dans les yeux. « Je prendrais soin de cet anneau, je te le promet ! »

« T’as intérêt ! Mahahaha ! Sinon t’aura jamais l’cul assez haut pour pas te faire botter par ma chausse en ferraille rouillée ! »

La jeune n'osait pas rouvrir sa main, de peur que ce dernier est disparu. Sentant les larmes lui monter aux yeux, la jeune femme leva les yeux en l'air, se mettant à regarder autour d'elle, voyant que le Colonel Sheppard faisait signe qu'il était temps de partir. Quelle chance pour elle, car il était hors de question qu'elle éclate en sanglots devant Gurdyl et les autres nains.

« Je crois qu’il est temps pour moi d’y aller... » Dit elle doucement, presque tristement. Puis au bout de quelques secondes elle donna une tape dans l’épaule de Gurdyl de façon plus joyeuse. « Allez à bientôt Gurdyl PoingVaillant ! » La jeune femme s’éloigna un peu, avant de se retourner vers Gurdyl et de lui lancer en rigolant : « Si jamais tu arrive à me rendre plus petite et à me faire pousser une barbe, j’espère que je serais plus que ton ami personnelle ! »

Gurdyl ouvrit des yeux ronds comme des billes avant de bafouiller et de rougir soudainement. En l’espace de quelques secondes, il était devenu une tomate barbue aux petites jambes.

« Hein, heu, ouais...fin...ouais...c’est...ouais...pourquoi pas... »

Il la regarda filer jusqu’au jumper et salua, même lorsque le sas arrière se referma, comme si elle le verrait au travers de la carlingue. Le nain demeura à observer ce départ jusqu’à ce que l’objet volant disparaisse dans l’horizon de la Porte des Étoiles, là bas, au loin.

« Bien la première fois qu’on m’dit ça moi... »
© Crimson Day

END pour Alex

_________________


DC : Hope Håkansson / Code Couleur d'Alex : CORNFLOWERBLUE
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Atlantis Insurrection :: Galaxie de Pégase :: Planètes explorées-