Atlantis Insurrection
"Personne ne demande à devenir un Héros, sauf que parfois ça finit comme ça..."

Et si ce Héros, c'était toi ? Tu es l'un des meilleurs dans ton domaine (Biologiste, Chirurgien, Infirmier, Diplomate, Démineur, Maître chien...) et on te propose de participer à l'expédition la plus fabuleuse mais aussi la plus dangereuse : l'expédition Atlantis.
Auras tu le cran de rejoindre Atlantis pour découvrir ses mystères et affronter les dangers de cette galaxie ?

Tu peux aussi incarner les personnages importants de la série (Weir, Sheppard, McKay, Lorne, Teyla....) Bon niveau RP demandé.
On recherche de nombreux personnages inventés.
http://www.atlantisinsurrection.com/t387-personnages-vacants


Si tu te sens capable de franchir ce pas, tu es des nôtres ! Clique sur l'image ;-)


RPG sur Stargate Atlantis
 

Mar 20 Fév - 16:37
avatar
√ Arrivée le : 03/04/2017
√ Messages : 102

Dossier Top Secret
√ Age: 32 ans
√ Nationalité: Alien Alien
√ Gêne: Non
Voir le profil de l'utilisateur

Le chaos et l'ordre


Chronologie : 01 mars 2018

Il y a un mois (février)

Cela faisait déjà quelques temps que les jumeaux réfléchissaient à ce genre d’opportunité : partir de Renégat 25. Ils n’y seraient pas restés longtemps, à peine un an à dire vrai et ils ne pensaient pas manquer. Quoique, leur savoir si ! L’intérêt toujours grandissant de Naalem pour la technologie et le besoin de liberté de Teshara était de plus en plus fort ! Au point, qu’un beau matin, sans prévenir et surtout sans mettre d’avis de démission, ils décidèrent que ce furent le grand jour pour quitter le navire.

Ils profitèrent d’une mission toute simple pour faire le grand au revoir. Mais cette fois, ils ne partaient pas seul, il avait pris dans leurs bagages Karaz, leur pilote d’origine loupias. Cet homme d’exception, puisque étant ami avec le duo infernal, souhaitait briser ses chaines et retrouver sa civilisation, qui lui manquait de trop. Même s’il avait tout perdu, il désirait continuer la marche de son peuple contre la lutte Wraith.

Ainsi, la mission du jour était d'infiltrer une énième base Geniis et de leur voler de l’équipement. Cela se fit avec l’escouade du chaos et cette mission ne se termina pas très bien. Une explosion violente mit en branle la base qui s’effondra… la zone était couverte par les deux Lays et on ne retrouva de leur corps, que deux silhouettes, que ce brave Teb‘ ne manquerait pas de dire : deux crevettes, cramées et nauséabondes, sans pouvoir les identifier. Teshara avait induit d’huile deux pauvres Geniis qui pouvaient correspondre à eux et le reste fut du théâtre à la sauce Naalem. Quand tout péta, les jumeaux et Karaz étaient déjà bien loin à bord d’une navette prenant avec eux leur équipement et leurs affaires. Cela ne choquerait personne que de constater que le laboratoire de Naalem, était en fouilli avec des affaires en moins, même l’infirmerie de Teshara, les jumeaux étant réputés pour déménager régulièrement leurs biens dans des caches ici et là.

Ivre de joie, la mise en place théâtrale fut fêtée sur une planète de repli des jumeaux, avec des denrées volées ! Pendant un mois les loustics firent profil bas, pour pas que leur couverture ne soit découverte. Le gang des soleils rouges était bien moins actif et tombait doucement à sa propre perte, entre les Wraiths, les Geniis et d’autres éléments internes… le laboratoire de Naalem était également piégé, quant à l’infirmerie de Teshara, si la personne qui la fouillait ne faisait pas attention, elle risquerait de faire tomber un flacon malencontreusement posé à champ de bureau, certainement à dessein par la blonde machiavélique, flacon contenant des spores susceptibles de vous faire pousser des champignons dans les bronches si on les inhalaient. Une petite saloperie.

Ils n’étaient cependant pas partis les mains vide, car avant d’organiser leur retraite, prévue depuis plusieurs temps maintenant, Teshara avait gardé pour elle les trois coordonnées où se trouveraient un croiseur Wraith, étrange et presque vide. Karaz était partie sur Loupias, sous l’insistance des jumeaux après une soirée mémorable dans une taverne d’un village joyeux et bon. Bref, les affaires continuaient pour les Lays, habitués qu’ils étaient à changer de vie comme de culottes.

Actuellement 01 mars 2018 : 08h00


Ainsi, Naalem et Teshara visitèrent deux planètes sans trouver ce fameux croiseur, qui commençait à devenir un mythe légendaire. La dernière planète était assez boisée, avec de grandes plaines entourées de conifères. La température était stable et de nombreux lacs et rivières coulaient sur le terrain herbeux, déformant le paysage de grandes étendues d’eau, quand ce n’étaient pas de petits sillons luisant au soleil qui traversaient les plaines d’un pas, tantôt rapide, tantôt lent, où florissait une vie aquatique et terrestre riche et variée : grenouilles, perches, papillons et autres libellules, et bien entendu, les invariables moustiques qui pullulaient dans les endroits où l’eau stagnait parfois.

La lumière était encore sombre, l’aube se levait à peine. Naalem, était équipé de ses vêtements habituels, avec sa ceinture multifonction et un sac à dos. L’armure des soleils rouges était restée sur les corps cramés pour plus de réalisme. Cela avait été une déchéance pour l’homme de ne pas prendre ce bijou de technologie. Mais tant pis, il en refera une plus tard.
« J’espère que c’est la bonne ! J’en ai plein le cul de la chasse aux Wraiths ! » dit-il rageusement. Ils avaient passé trop de temps à explorer des planètes inutiles !

Teshara n’était pas en reste elle non plus. Elle répliqua, d’un ton tranchant, signe qu’elle en avait marre elle aussi de courir la campagne et de croiser des gueux, pour un mythe à la con : « J’espère aussi… D’un côté, faut souligner l’ironie de la chose. Pour une fois, c’est le Wraith qui se fait chasser et pas l’inverse. Dans ce sens-là, ça me va bien. »
Elle se gratta le bras. Un moustique avait dû la prendre pour cible sans qu’elle ne s’en rende compte et malgré sa combinaison noire en toile souple. Pour sa part, elle ne regrettait pas l’armure. Elle était certes maniable, mais le confort était à chier, sans parler que si elle voulait uriner, elle était obligée de tout défaire, et combien de fois était-elle passée proche de la catastrophe alors que les pièces peinaient à se défaire et qu’elle sautait d’un pied sur l’autre pour ne pas se faire dessus. Non, ce tas de ferraille puant (sauf la sienne et celle de son frère parce qu’ils ne puaient pas naturellement - a-t-on déjà vue une chips qui pue de toute façon ?) ne lui manquerait pas. Quant à Renégat 25… Quelle délivrance. Finit l’air recyclé à l’odeur de merde, finit les trous du cul de l’escouade. Finit les boulots de merde à la solde d’un truand aux ambitions modestes. Ils étaient de nouveau libres, et ce n’était pas pour lui déplaire. Sa botte s’enfonça dans une fondrière d’eau crasseuse d’où s’échappa une salamandre colorée. Elle pesta un peu, mais qu’importe, et cela eu le mérite de la détourner de ses pensées actuelles.

« Idem, je me suis déjà fait attaquer par des Wraiths avec une Atlante l’autre fois, je ne tiens pas à courir une seconde fois. Déjà que se fut de la pure chance. » Naalem faisait référence à la planète Ondias, où il avait (encore) rencontré une Atlante, une fille aux cheveux roux nommée Natasha Avalon. Elle s’était retrouvée avec lui dans un beau pétrin à cause d’une coureuse, qui avait sans doute rejoint les rangs d’Atlantis, tout cela à cause d’un putain d’émetteur dans la nuque. Enfin bon s’il faut être les cassos de l’espace pour rentrer chez les Atlantes, Naalem serait presque tenté d’en avoir un. Oui cela était une pensée un peu extrême et un peu rageuse, par sa mauvaise humeur. Il se donna une claque sur le bras, un moustique l’avait trouvé à son goût.
« Je suis certain que c’est la bonne planète ! Ils ont leur copain qui nous bectent ! »

Teshara était toujours un peu boudeuse quand il racontait des aventures qu’il avait vécu sans elle, surtout quand il y avait une greluche dans l’histoire. Aussi se contenta-t-elle d’hausser des épaules sans rien ajouter à ses propos ; Et comme elle marchait quelques pas en arrière de lui, il ne le remarquerait surement pas. Et en effet, il ne vit rien. De toute façon, là où ils allaient, ils allaient forcément croiser des Wraiths… Et ces derniers tenteraient de les bouffer, comme essayait de le faire la myriade de moustiques qui s’attaquait à eux. Si, bien entendu, c’était la bonne planète… Ce qui n’était pas certain. Un croiseur, quand même, ça doit être visible non ? Quoiqu’il en soit, elle ne pouvait qu’être d’accord avec son frère.
« J’ai dû oublier une chose dans mon labo, c’est mon truc qui pue contre les moustiques. Franchement, c’était LE truc à ne pas oublier ! », râla-t-elle. Même qu’avec un peu de chance, ça aurait fonctionné contre les Wraiths. Mais, ce qui était aberrant, c’était qu’elle ne l’aurait pas mis sur elle, puisqu’elle ne souhaitait pas puer. Aussi râlait-elle pour rien du coup, mais c’était le principe.

Naalem ne vit pas la petite moue de sa sœur. De toute façon, pas besoin de la voir pour qu’il sache qu’elle n’aimait toujours pas, quand il faisait une référence à une vie qu’elle n’avait pas vécue. Sa jalousie, assez exacerbé par son côté féminin, la rendait rageuse quand en plus, dans le lot il avait une nana. Et Naalem ne s’était pas gêné pour lui dire qu’elle était jolie cette Natasha. Enfin bon, il avait même croisé la copine de Teshara, Isia, ce qui avait fini d’achever sa mauvaise humeur sur cette histoire quand il lui avait narré.

Reparler de ce genre de chose n’était pas de la méchanceté, Naalem n’allait pas se priver de faire des références pour complaire à sa sœur. Il avait eu plus souvent l’occasion de sortir qu’elle et dans un sens, pour cet homme, lui raconter ses aventures était aussi un apport à leur mémoire de jumeaux. Avec le temps, ils ne seront plus qui a réellement vécu cette histoire, sauf peut-être quand il y a du cul, puisqu’elle n’avait pas couché avec la princesse Kara elle.
« Vu comme il puait ce n’est pas plus mal ! » Dit-il en observant la plaine boisée autour d’eux. Il serait étonnant que le croiseur se soit posé loin de la porte des étoiles.

« Normal, il y avait de la sueur de Teb’ la dedans. », fit elle en ricannant. Ce n’était pas vrai, mais ça allait bien avec “truc qui put”. Puéril, bête, méchant, mais tordant. Naalem pouffa. « Pour ça que ce fut immonde ! ». Teshara se pinça le nez en tirant la langue, en faisant un “pouah” avec sa bouche en balayant l’air de sa main ouverte.

La steppe d’herbe verte s’étendait à l’horizon comme une vaste mer qui ne devait jamais s’arrêter. L’eau, dans le soleil montant de ce début de journée, brillait par endroit mais ne laissait pas apercevoir le moindre relief. Pas une seule montagne, rien, et pas une trace d’un croiseur Wraith alors qu’ils ne devraient voir que ça. Des oiseaux passèrent au dessus de leur tête, formant un V presque symétrique, et piaffant à tue tête. Pour un peu et la paranoïa de la blonde lui laissait penser que ces oiseaux se foutaient de la gueule des deux humains en train de crapahuter dans l’herbe grasse. D’ailleurs, en parlant d’humain, les jumeaux n’avaient vu aucune installation laissant à penser que des hommes ou des femmes vivaient ici, ou encore un peuple intelligent quelconque comme on pouvait en rencontrer ici et là dans la galaxie. C’était un signe de plus. Le gibier fuyait souvent sa proie. Ou était détruit par le prédateur.

« C’est quoi ce truc sur le lac là-bas ? », demanda-t-elle alors que son intérêt était soudainement capté par une masse informe qui semblait se détacher sur le ciel, plantée au milieu d’une vaste étendue d’eau. Le soleil qui était en face d’eux n’aidait pas à se faire une idée précise du fait de son éblouissement. Elle montra du doigt l’endroit à son frère.

L’aube de ce soleil était éblouissante, l’homme du mettre sa main sur son front pour mieux voir cette immense forme irisée… Il plissa des yeux, se baissant un peu, pour sortir des jumelles de facture Loupias bien plus stylé que les Geniis.
« NOM d’un Lays ! Tesh ! C’est notre copain ! Et… non mais sérieusement, il est étrange ! »

En effet, le croiseur n’avait pas le même type de blindage et surtout pas la même couleur que les vaisseaux habituels Wraiths. Au lieu d’être bleu et noir, il était d’un vert irisé presque métallique brillant. Expliquant que les reflets jouaient avec les rayons du zénith. L’homme montra une série de petit arbre épais qui entouraient la partie gauche du lac scintillant.
« On va se planquer là-dedans ! »
Les Wraiths ce n’est pas des rigollots et encore moins des amateurs, autant bien observer et attaquer le bon endroit. Même si à deux, pour un croiseur, ils sont un peu fous de se lancer dans cette aventure. Mais bon, c’est leur commun tout les jours !

Teshara extirpa elle aussi ses jumelles, lesquelles étaient de facture similaire à celle de Naalem et elle se mit à observer le croiseur qui stationnait dans l’eau, tout à fait paisiblement. Qui pourrait penser qu’il renfermait des créatures impitoyables, sadiques, sanguinaires, et bouffeuses d’humains ? Vue comme ça, ça semblait être une super structure qui ne demandait qu’à être visité. Mais la plupart des gens dans la galaxie savait à quoi s’en tenir avec les Wraiths, et les jumeaux n’y faisaient pas exception, à la différence qu’ils n’avaient pas peur, eux. Une part d’inconscience surement, doublée d’une petite maladie mentale qui les empêchait tout bonnement d’éprouver cette peur. Cela ne voulait pas dire qu’intellectuellement, ils ne comprenaient pas ce qu’étaient les Wraith. Non, ils le savaient très bien, et ils feraient d’autant plus gaffe. Ce serait vraiment une mort de merde que de finir fossilisé par un vampire.

La structure était différente de d’habitude. Pas les mêmes reflets, ce qui semblait vouloir indiquer qu’il s’agissait d’un revêtement spécial. Les Wraiths œuvraient par faction et peut-être que c’était là les couleurs de l’une ou l’autre de celles-ci. Teshara suivit les indications de Naalem pour observer un bosquet d’arbres qui ferait parfaitement l’affaire pour se planquer et pour mater un peu ce qu’il se tramait là. C’était rare que de voir un si gros vaisseau posé de la sorte sur une planète… D’habitude, les affreux lancent leurs Darts chargés de guerriers et récoltent par leurs rayons peinards. Et quand ils s’emmerdaient, ils foutaient une puce sur une victime et ils partaient courir après dans toute la galaxie en utilisant les Portes des Etoiles laissaient gracieusement par leurs anciens ennemis qui avaient préféré se débiner plutôt que de rester là à les combattre.

« On en verra plus de près ouaip. », fit Teshara qui était intriguée pour le coup.

En se dissimulant dans les « bébés arbres » bien touffue à souhait, ils avaient une belle vue, sur l’entrée du croiseur, faiblement gardé par deux soldats masqués. L’activité du vaisseau était vaine… même après quatre d’heure d’observation, qui mit à rude épreuve la patience de Teshara… Rien ne bougeait dans ce fichu rafiot. Ni même un bruit, comme s’il était abandonné.
« C’est étrange… on dirait qu’il est abandonné… » Fit Naalem,
qui n’était pas convaincu, pourquoi, les Wraiths laisseraient un croiseur ici ?
Mise à part pour créer un piège à une autre faction ou bien même un peuple… à moins, que celui-ci avait reçu des dommages ? Hum oui en effet, il semblait abimé par endroit.


Teshara se faisait clairement chier. Au début, c’était excitant. Approcher du croiseur sans se faire repérer, ramper jusqu’au bosquet en prenant l’herbe grasse comme planque. Trouver une position adéquate pour regarder depuis les arbres, sans s’exposer bêtement par un éclat d’une boucle vestimentaire, ou d’une arme, voir des lunettes. Et puis, il y avait l’excitation d’apprendre des trucs, de surveiller l’ennemi, d’élaborer une stratégie, de noter les relèves de gardes, bref, faire quelque chose de motivant, et intellectuellement passionnant, mais là… Rien du tout. Pas un bruit, pas un pet de mouche, quedal !
« On dirait oui... », maugréa-t-elle en reposant pour la centième fois ses jumelles. Elle pesta un peu. « Quand je pense qu’on a multiplié les précautions pour approcher discrètement, j’aurai pu courir les tétons à l’air dans la prairie que ça n’aurait rien changé. ».
« Peut-être que tu aurais vidé le croiseur avec cette tactique outrageuse ! ça se trouve ils se servent des belles nanas pour faire des reines ! » Dit-il avec un rictus sardonique. Il ne savait rien de la reproduction des Wraiths et ne voulait surtout pas savoir.
« Voilà une idée qui est alléchante ! », fit-elle avec un sourire. En réalité, ça ne la bottait pas tant que ça. Etonnant direz-vous, pour quelqu’un qui aime foutre le bordel, à qui faire du mal ne dérange pas plus que ça, non ? Un petit wraith à l’état pur la Tesh’. Mais non, son statut d’humaine lui convenait que trop bien, avec tout ce qu’il comprenait : sexe, nourriture variée (franchement bouffer un gars comme Teb’ qui sent le mort, ce n’est pas cool, c’est comme manger un brusnice (Choux de Bruxelle) au final), plaisirs multiples, loisir, etc. Par contre oui, elle n’avait pas la vie éternelle. Mais bon, sans la perspective de la mort, la vie perdait de sa saveur.
« Dommage que je n’ai pas prit une visionneuse (caméra) » dit-il amusé.

Ça devait faire quatre bonnes heures qu’ils planquaient, pour des prunes. Les Wraiths avaient peut-être l’éternité devant eux, pas les jumeaux. Il fallait que ça bouge, merde !

Et l’action arriva, puisque des bruits se firent entendre, coupant la conversation des deux larrons, qui, dans les fourrés et planqués comme ils étaient, les jumeaux étaient invisibles. Naalem fit un geste à sa sœur de faire la morte, de ne surtout pas bouger… Et finalement, à la plus grande surprise de tous, quelqu’un tomba sur Teshara (qui jouait le jeu en plus !), s'étalant sur ses grandes cuisses dans une position cocasse. C’était un homme.



(c) chaotic evil


_________________




DC : John SHEPPARD // Isia TAYLOR LAURENCE // Alexander HOFFMAN // écriture : LawnGreen

Revenir en haut Aller en bas
Mar 20 Fév - 17:49
avatar
√ Arrivée le : 24/01/2017
√ Messages : 529
√ Localisation : Sur le Dédale


Dossier Top Secret
√ Age: 64
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Non
Voir le profil de l'utilisateur

Le chaos et l'ordre



SIX HEURES PLUS TÔT SUR ATLANTIS :


Six heures plus tôt, la porte des étoiles s’était activée sur la cité d’Atlantis. Le bouclier se leva comme à chaque fois qu’une activité non programmée se déclenchait. Les messagers Natus venaient de repartir après avoir déposé des rapports au CODIR, le site Alpha était calme et les équipes d’exploration ne devait pas revenir avant un certain temps.
La destination d’appel indiqua qu’il s’agissait d’une porte en orbite spatiale. Et le temps que le technicien recherche une quelconque source de transmission, il reçu le code d’identification du Dédale pour une visioconférence, requérant de la part du CODIR le plus proche un entretien urgent.

« Mademoiselle Steele, Monsieur Hoffman, Monsieur Woosley. » Salua le colonel de son air martial dans l’écran. Il était filmé depuis la passerelle de commande du Dédale. Les effectifs dans son dos s’agitaient plus qu’à l’accoutumé, signe que le croiseur était en situation d’engagement. Il ne semblait pas y avoir d’urgence ou de dégât dans l’immédiat.

Réactif, le CODIR prit le colonel, dans le bureau aquarium de Woolsey.
« Colonel » fit Alexander d’un air empli de respect.
« Colonel Caldwell », ajouta Erin de son air neutre.
« Bonjour Colonel, que se passe-t’il ? » Richard entra dans le vif du sujet directement.

« Suite à l’une de nos patrouilles habituelles aux frontières de notre système solaire, nous avons intercepté et détruit un transporteur Wraith qui tentait vraisemblablement d’échapper à notre vigilance. Nous sommes parvenu à récupérer son ordinateur de vol et nous l’avons examiné. »

Le colonel fît un signe de main à l’un de ses subordonnés et une carte stellaire se dessina sur l’écran. Dans le même temps, le technicien de la Porte des Etoiles signala qu’il recevait les données capturées.

« Cet engin ravitailleur présente toutes les caractéristiques d’appartenance à la faction des ingénieurs. J’ai diligenté une enquête sur son plan de vol opérationnel et remonté la piste jusqu’à une planète verdoyante classique. L’observatoire a repéré un croiseur endommagé sur un plan d’eau. »

La carte stellaire se mua pour définir plusieurs clichés pris depuis les télescopes. Le croiseur donnait l’air d’un navire échoué et abandonné. Une bonne part de son blindage supérieur avait disparu.

« Nous pensons qu’il est tombé sous l’embuscade d’une faction adverse et qu’il s’est replié ici. L’engin semble désemparé mais toujours en activité. Nos capteurs indiquent qu’un vaisseau ruche patrouille activement dans le secteur, très probablement à sa recherche, tout porte à croire que ce ravitailleur tentait de le rejoindre pour signaler sa position. »

Nouveau signe de la main. Cette fois, il s’agissait de clichés pris à partir d’un appareil photo. Du matériel militaire Atlante était disposé sous scellé sur une table. L’insigne biologique s’y trouvait tamponné en rouge.

« La mémoire tampon de ce transporteur contenait du matériel. Mes hommes ont été surpris de découvrir nos propres armes et équipements en forte quantité. Vous voyez là quelques exemplaires mais il y avait de quoi réarmer le contingent d’Atlantis. J’ai demandé une analyse urgente pour définir s’ils provenaient de nos stocks ou des engagements passés sur la Magna Caverneum. Le résultat a été quelque peu...surprenant... » Il fit une pause avant de déclarer avec certitude.

« Ces exemplaires sont issus d’un alliage commun à la galaxie de Pégase, ce sont des répliques parfaites de notre armement. Et ils portent tous des traces de génétique caractéristique des Wraiths. Et plus précisément de celles que nous avions prélevé sur la carcasse du croiseur détruit de Méda’Iyda en Magna. »

Alexander était stupéfait, même si comme souvent il ne le montrait pas… la reine duplique leurs armes ? Mais dans quel but ? Envisageait t’elle de faire croire aux autres factions que les Atlantes les attaque ? Histoire de justifier quelques pièges de manipulation ? Ou, était-en en train de faire une armée avec les Natus qu’elle aurait pu cloner ? mais les armes Atlantes sont bien moins puissante que celle qu’elle peut créer… Tant de question…

Le colonel hocha la tête, validant la pensée que le CODIR devait se faire.
« La faction des ingénieurs duplique nos équipements. J’ai pris le risque de faire interroger le pilote Wraith capturé. Le vide spatial l’ayant fortement diminué, nous n’avons pas pu en retirer grand chose avant de le perdre. Mais il nous a affirmé que ce croiseur de recherche étudiait nos clés de cryptage à partir de GDO volés. Et que cet armement était destiné au vaisseau ruche. »

Steven reçu une tablette et laissa échapper un tic de nervosité. Il regarda la caméra, comme pour fixer les directeurs, avant de déclarer :
« Le vaisseau ruche approche. Mes hommes et moi pourront le retenir suffisamment longtemps pour vous permettre d’agir. Messieurs, madame, je vous recommande l’envoi d’une équipe d’intervention dans les plus brefs délais. Cette occasion d’étudier notre ennemi et d’enquêter sur ses activités ne se représentera peut-être jamais. »
« Bien merci colonel, pour ces constatations inquiétantes. Combien de temps pouvez vous le retenir ? »
« Nous sommes encore mal renseignés sur les capacités de leur vaisseau ruche. Il me semble plus judicieux de nous attaquer à sa propulsion et son hyper-navigateur plutôt que de viser sa destruction complète. Nous le retiendrons jusqu’à ce que vous nous donniez le signal de repli. »
« Aucune estimation alors ? Pouvez vous l’attirer plus loin ? »
« Nous ferons le nécessaire. Je veillerai à ce que ce vaisseau soit immobilisé jusqu’au départ de votre équipe. »
Alexander n’était pas satisfait de ne pas avoir un date de temps, mais cela semblait impossible apparemment. Il hocha la tête.
« Bien merci colonel… Dès que la mission est terminée et si vous en avez la possibilité, je vous demanderai de détruire le croiseur. Histoire de s’en débarrasser. »
« Une frappe nucléaire réduirait cet engin en poussière, l’autorisez-vous ? »
« Ne pouvons-nous pas le récupérer à notre compte si jamais vous parvenez à neutraliser le vaisseau ruche en approche ? », demanda Erin qui pensait qu’avoir un croiseur Wraith sous la main ne serait pas un luxe pour l’étudier de fond en combles.

Alexander était plus partant pour le détruire après avoir récolté la base de données qui contiendrait toute les informations et plan d’étude nécessaire.
« Et où mettrons nous ce croiseur ? L’avoir sur une planète de repli serait nous exposer, au cas où il reste des détecteurs longues portées oublié ou non reconnu par notre avancement technologique. » Après tout, ils avaient affaire à une fraction Wraiths maline et qui dépassait leur niveau de technologie, l’anglais était frileux à faire une erreur qui serait fatal. Même si avoir un croiseur serait intéressant, mais bon les plans remplaceront le physique.

« On le laisse sur place. Après tout, ils sont déjà en train de le chercher. Si le colonel Caldwell parvient à prendre l’avantage sur le vaisseau ruche, on gagne du temps pour récupérer les données, et l’étudier physiquement. La solution de le détruire peut toujours venir ensuite. », répondit-elle simplement. Mais cela tenait sur le fait que le Dédale devait remporter son affrontement.
« Rappelez-vous que l’histoire du Programme est chargé d’incidents liés à une trop grande curiosité. » Conseilla le colonel. « Cette mine d’or pourrait très bien être empoisonnée, surtout en ce qui concerne cette faction particulière. Je doute fort que les Wraiths de Méda’Iyda laisserait un croiseur à portée sans quelques “garanties”... »
« Certes, et pourtant on prend le risque d’envoyer une équipe sur place. Dans ce cas, voyons comment ça se passe avec nos hommes, et prenons la décision ensuite. »
« Pour ma part, je rejoins l’avis du Colonel. Je préferai prendre une décision maitenant et aviser après d’un changement que de rester passif dans l'attente des résultats de l’équipe. De plus, prendre la base de données est déjà une bonne source d’information. La destruction du croiseur donne une garantie supplémentaire que Méda’lyda ne répara pas ce vaisseau et ne l'utilisera pas contre nous. » Richard quant à lui était en train de méditer sur les propos de chacun, trouvant autant d'intérêt pour les deux parties et il savait qu’il faudrait trancher, si la discussion ne se rejoignait pas.

« Dans ce cas, on peut retenir la décision de détruire le croiseur, et si un avantage est pris, nous pouvons toujours dépêcher des scientifiques et techniciens sur place, et les téléporter avant de détruire le vaisseau si on voit que les Wraiths veulent le récupérer. Rien ne garantit non plus que la base de donnée ne soit pas infectée par un virus quelconque… Comme ça, on joue sur tous les tableaux. », dit-elle en essayant de combiner les choses.
Alexander hocha la tête. De toute façon, il comptait utiliser un serveur clos pour analyser la base de données pour ne pas faire une erreur et contaminer toute la cité. Hors de question de se faire avoir comme des débutants en informatique cela serait bête.
« On fait ainsi alors. Nous avons des serveurs clos, pour le traitement des données aliens. » conclut Richard.
«Bien. Colonel, vous avez autre chose que du nucléaire comme missile ? » Afin d’éviter de stériliser la zone de cette planète. Un peu d’écologie que diable ! Erin opina du chef suite à cette question d’Alexander. L’évocation du nucléaire lui avait défrisé les poils.

L’officier commençait à s’impatienter mais il n’en montrait rien. Les débats lui étaient toujours aussi repoussants et lourds. Il ne se voyait définitivement pas au poste de l’un des membres du CODIR.
« Des charges de démolition standard. Des parties structurelles du croiseur persisteront. »
« Vous pensez que ce sera problématique, ces parties structurelles qui persisteraient ? » Erin ne voyait pas en quoi, mais elle préférait avoir l’avis du colonel pour avoir une idée pleine et entière du problème.
« Tout dépend de la curiosité des Wraiths de Méda’Iyda. Si vous préférez qu’ils détectent une forte radioactivité ou les restes de leur croiseur. Les charges standard ne garantissent pas une destruction complète des équipements de bord, un bâtiment de cette envergure et de cette technologie est conçu pour résister. »
« Je dirais les charges standard pour qu’elle sache que son croiseur a été détruit et qu’on est loin d’être faible. Qu’elle se soit jouée une fois du Dédale mais pas deux fois. »

C’est une histoire de guerre après tout, si on croit encore que l’adversaire est faible, on ne le prendra jamais au sérieux lors de l’affrontement. Et donc on l'évitera car cela ne vaudra pas la peine de se fatiguer. Il est temps qu’elle voit qu’elle n’est pas si invulnérable. Erin était une nouvelle fois d’accord avec l’anglais. Elle pensait justement à la même chose : passer un message indirectement à cette reine Wraith. Richard hocha la tête, il était pas le meilleur stratège mais il trouvait ça mieux de montrer que les Atlantes pouvait affaiblir cette reine.
« Bien, Colonel, faite le necessaire avec ces charges. On vous contactera pour mettre en oeuvre votre action. »


Alexander se tourna la tête vers ces deux compatriotes, saluant le colonel, avant de partir. « Je vais m'occuper de convoquer une équipe d'urgence. Colonel. » Les deux autres personnes se chargeront de l’administratif et surtout de traiter les informations que le colonel allaient leur envoyer.

« Entendu. Souhaitons leur bonne chance. » Argua le colonel avant de faire un signe de tête à l’un de ses subordonnées. L’écran se coupa, reflétant la fin de la transmission, puis la Porte des Etoiles s’éteignit après avoir transmis l’ensemble des données d’enquête.

Richard et Erin chargèrent les données sur leur ordinateurs et se mirent aussitôt à les traiter et à en discuter, laissant la gestion opérationnelle à Alexander. Encore une nouvelle aventure qui se profilait pour les membres de la cité. Et cette fois, les atlantes comptaient bien doubler cette grognasse intergalactique devenue ennemie numéro 1.



(c) chaotic evil


Revenir en haut Aller en bas
Jeu 22 Fév - 12:54
avatar
√ Arrivée le : 04/09/2015
√ Messages : 2765

Dossier Top Secret
√ Age: 41 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: ATA
Voir le profil de l'utilisateur

Le chaos et l'ordre


Chronologie : 01 mars 2018

Toujours sur Atlantis

Suite à l’entretien inopiné, Alexander alla voir l’effectif restant et disponible pour partir en mission de manière rapide et surtout avec efficacité. John était disponible, surement en train de faire de la paperasse et Alexander était certain qu’il serait ravi de l’arracher à cette mission qu’il aimait tant. Après avoir choisi les soldats qui allaient assister John, ils n’en restaient plus beaucoup de libre, Alexander fit un appel sur le canal de la cité.

// Le colonel Sheppard, le lieutenant Jacobs, le sous-lieutenant Allen, le caporal Candom et le soldat Bricks sont priés de rejoindre immédiatement la salle de réunion 2.3 //

Alexander les y attendait patiemment. Dès qu’ils furent arrivés et installés, l’anglais commença le briefing, étant comme à son habitude concis et synthétique des éléments qu’avaient donné le colonel Caldwell. Tous pouvaient saisir l’urgence de la situation et les objectifs étant de récupérer le matériel et la base de données si possible et de finir par détruire ce croiseur définitivement. Il ne serait pas étonnant qu’il ait encore quelques effectifs des chasseurs d’humain… quelques soldats à l’abandon avec un originel peut-être ?

« Bonne chance. Avez-vous des questions ? » Il resta le temps de voir s’il avait d’autre question.

John était en train de pester sur la paperasse suite aux divers recadrages effectués ces derniers mois. Cela le gonflait prodigieusement et il arrivait à la fin fort heureusement. Il avait décidé de s’y prendre super tard puisqu’il ne trouvait pas le sommeil. Ainsi à 23h30 il avait gagné son bureau pour clôturer tout ça, la conscience le taraudait de trop ! Le SGC voulait une copie dans la semaine. Au moment où il avait fini de se relire, le son salvateur de l’appel de la mission fit son apparition ! Il bénie la voie de la technicienne qui mentionnait son nom, ainsi qu’une équipe qui marchait bien, pour l’avoir testée en septembre : main froide.

Il espérait juste que Bricks serait plus réceptive à ne pas laisser tomber de tablette et à faire le coup de la sorcière. Mais bon, la jeune femme avait su rattraper son comportement malgré des déboires avec le lieutenant Ford en octobre. Enfin bon, John ne s’inquiétait pas trop. Même si là, avec le dernier recadrage effectué sur Stones, il commençait en avoir ras le bol des fortes têtes.

Il déboula dans la salle, étant le premier militaire présent. Il en profita pour saluer son ami anglais et discuter avec lui.

Nelly était en train de nourrir son poisson rouge dans ses quartiers. Un endroit qu’elle avait aménagé de manière très singulière puisque la pièce était littéralement divisée en deux, comme si une ligne de démarcation faisait office de frontière invisible entre le sérieux et l’enfant. La partie puérile se trouvait là où il y avait le lit qui vomissait du rose, de l’arc en ciel et de la girly attitude. Entre toutes les peluches qu’elle avait fini par accumuler et les différents effets personnels tous plus bizarroïdes les uns que les autres, on se retrouvait vraiment dans une caricature de la petite fille.

Lorsque l’appel résonna dans ses quartiers, la petite espagnole leva le nez tout laissant retomber le reste de nourriture à poisson dans l’eau. Celui-là, elle l’avait pêché sur le continent avec Alex Stones et elle avait refusé de le manger, préférant l’adopter. D’ailleurs, elle l’avait appelé…”Alex Stones”. Enfin bref, la composition de l’équipe lui rappela un très mauvais souvenir qu’elle avait réussi à passer avec l’aide de Sidney. Et également le fait que ses collègues concernés n’avaient pas fait courir le bruit dans toute la cité que la gamine avait failli se faire passer dessus par un porc décérébré.

Le sourire revint sur son visage jusqu’à atteindre un paroxysme alors qu’elle bondissait pour franchir la ligne de démarcation, là où l’agencement et l’organisation de cette partie rivaliserait bien avec la rigueur de Pedge. Ses uniformes étaient bien rangés dans l’armoire, avec en bonus une blouse de médecin, l’ordinateur sur la table, un endroit pro, rangé et soigné, à l’exact inverse de l’opposé de la chambre. Un vrai paradoxe. La seule chose que l’on pouvait trouver de particulier, c’était les nombreux cadres photos qui entouraient son bureau. L’escadrille tribord, Isia et Pedge, et quelques autres souvenirs de missions. Nelly enfila ses affaires en vitesse avec une forme d’excitation. Elle fonça sur son frigo pour prendre une barquette en plastique et se rendit jusqu’à la salle de réunion. Elle avait hâte de retrouver son équipe de sauveurs, elle ne les avait pas revus depuis main froide.

Lorsqu’elle entra, son regard se posa sur Alexander et elle se figea avant de faire un simili de révérence, plutôt surprise de voir que c’est lui qui ferait le briefing.
« M’sieur le chevalier... » Fit elle doucement.
« Soldat colibri » Répondit-il de son ton impavide, esquissant un rictus au coin des lèvres quand elle se figea.
« C’est Isia qui m’appelle comme ça... » se fit-elle remarquer en comprenant qu’ils avaient dû discuter de son cas.
« En effet. » répondit l’anglais qui savait très bien que ça venait d’Isia. Au début il était partie sur un surnom plutôt espagnol et cela avait fait débat avec Isia, mais au final, le colibri de celle-ci allait bien à cette jeune femme volubile et extravagante. Donc, dans les échanges de mails, ils utilisaient tous deux ce surnom. Nelly n’était pas la seule amie “proche” de la belle blonde.

Elle s’approcha des tables où se trouvaient les chaises et elle déposa devant chacun des dossiers une fleur. Sous les regards des deux hommes... On l’avait sectionné de sa tige et elle se posait simplement, blanche et très belle, face à chaque personne. Nelly ne savait pas quand l’occasion se présenterait mais elle avait passé son temps à en prendre sur le continent, encore et encore, les conservant dans son frigo, pour ce jour. La dernière, elle ne la déposa pas, se dirigeant droit vers le colonel pour la lui tendre presque timidement, sans air de gamine, tout en lui disant sérieusement :
« C’est juste pour dire merci à tout le monde.»

John qui l’avait regardé faire son petit manège, prit la fleur, elle pouvait voir son regard tout l’étonnement, ne sachant que faire des pétales de cette délicate attention. Son regard clair alla dans l’acier d’Alexander qui ne dit rien, mais n’en pensait pas moins. S’ils avaient été seul, John aurait mis sa main à couper que l’anglais l’aurait charrié. Le colonel, toisa sa fleur blanche, avant de la mettre sur la poche droite sur sa poitrine de son uniforme.

Ce n’est pas grand-chose au final, mais la jeune femme montrait à sa manière, même plusieurs mois après, sa reconnaissance. Du Nelly dans la façon très fifille mais la symbolique était là et John le pris ainsi. Il était un peu touché et à la fois ne savait pas trop comment réagir. C’est la première fois qu’on lui offre une fleur…
« Hum… Merci Nelly... » Dit-il doucement, alors qu’il se levait pour s'asseoir a sa place.

Jacobs arriva avec Candom, le duo inséparable qui étaient justement en train de jouer à un jeux vidéo, profitant d’une journée de congé qui n’arriverait pas. Candom, salua tout le monde satisfait de retrouver une équipe qu’il commençait à bien pratiquer. Mais l’homme beuga en voyant que ce fut l’un des « big boss » qui faisait le briefing. Toute son assurance et surtout la blague qui allait lancer à la Cantonade mourra dans sa gorge.
« Euh… hurf ..Bonjour »
« Vous voulez dire quelque chose caporal ? » demanda Alexander, qui savait pertinemment comment était cet homme blagueur a la réputation faite depuis longtemps. Jacobs ricana doucement, saluant l’anglais, elle lui donna un coup dans les hanches.

« Gros malin va ! va faire de l’humour avec le patron ! » dit-elle en lui murmurant avant de partir vers sa chaise. Candom lui lança un regard noir.
« Oh euh rien rien…Sir... » Il ne savait plus où se mettre, avant de regagner sa place et voir qu’il y avait une fleur… Son regard alla sur John, qui avait un rictus narquois sur les lèvres se marrant doucement de l’impression qu’avait fait l’anglais sur le caporal.

« Euh… c’est la fête des fleurs aujourd’hui monsieur ? »
« Vous n’aimez pas les fleurs caporal ? »
Et c’est parti, John passa sa main devant sa bouche pour ne pas se foutre de sa gueule.
« Si si… mais… je préfère quand c’est une femme qui me les offre... Sans vouloir vous offenser… hin pas que vous êtes vilain non mais … »
Alexander le toisa étrangement, il était maître de lui mais trouvait cette situation très marrante. Candom se ramassait encore plus sur lui. Cela était très marrant pour les spectateurs extérieurs.
« Ça tombe bien, c’est une femme qui vous l’offre » fit-il en regardant Nelly.
« Ah ? Ah bon ? ? » Il se sentait trop con, d’avoir dit à son boss qu’il était beau ! Il va penser quoi ? il est homo et qu’il veut lui péter la rondelle comme Hanz ? Rholalalala la honte suprême…
« Euh, j’espère que vous ne croyiez pas que… enfin que je vous drague hin ! Que je ne fasse pas comme euh … bref vous m’avez compris ? »
John avait du mal à se retenir de rire tout comme Jacobs. Nelly plaquait une main contre sa bouche, les traits du visage tirés.

« Dommage … » lança Alexander neutrement, mais ce fut plus de la provocation. Il aimait bien traumatiser ses subordonnés par moment. Et cela marcha d’autant plus, que le caporal ouvrit de grands yeux et tomba sur sa chaise à côté… le cul par terre, il se releva toisant son patron rouge pivoine. Alexander était charitable et décida d’arrêter d’embêter ce pauvre soldat. Sous les rires des autres membres de l’équipe. Nelly n’en pouvait plus.

« C’est une blague caporal. Détendez-vous et prenez place. » Un fin sourire sur les lèvre, le renard avait encore frappé.

John était rouge à force de se contenir et tira la chaise près de lui, pour qu’Alexis Candom prenne place. Candom s’installa et ricana de sa bêtise aussi, tout en se frottant la nuque. Il tourna la tête remarquant que toute l’équipe avait des fleurs, il décida d’imiter le colonel et de déposer son présent sur la poche gauche.

« J’en ai une aussi, gros benêt ! » fis Jacobs, toute contente qui avait mit celle-ci sur son oreille, lançant un regard agréable envers Nelly, devinant que ce fut elle, la seule femme susceptible de faire ça, était-elle.
« C’est toi Nelly ? Pourquoi des fleurs ? Tu te maries ? » dit-il doucement en se penchant sur la table, de peur de se faire gronder par le patron. Il redoutait les membres du CODIR ! Mais c’est plus parce qu’il était impressionné que craintif. Il aurait perdu ces moyens aussi devant Erin, mais pour une autre raison… celle de sa beauté.

C’était trop, Nelly ne put s’empêcher de retourner dans son extravagance habituelle. Elle répondit avec un grand sourire :
« Si...j’vais me marier avec mon poisson rouge. Il est fort, vigoureux et beau !!! Ce n’est pas parce que vous êtes tous venus me chercher et me sauver quand les méchants voulaient casser mon cul-cul ! Rien à voir ! »
Jacobs ricana de plus belle, se décalant sur le côté. Candom ouvrit de grand yeux … décidément il faisait cartons pleins !
« Ah d’accord… J’ai pas l’air idiot quand même... »
« Non juste à peine caporal. Mais ça arrive a tout le monde un égarement devant une jolie fleur ! » Dit Sheppard, en pouffant.
« C’est pour dire merci ! Toi tu pourras toujours dire à Pedge que c’est de ta part. Je suis sûr qu’elle adorerait !!! » Ajouta l’espagnole, malicieuse.
« Je suis certain qu’elle adorerait oui ! » Fit Candom qui ne se débinait pas. En tout cas, il avait une très bonne ambiance. Il était très tôt ce matin, deux heures du matin, mais qu’importe et tout le monde semblait frais. Même s’il manquait encore Pedge Allen.




(c) chaotic evil


_________________
JohnSheppard

Double comptes : Isia Taylor-Laurence & Alexander Hoffman & Naalem Lays //écriture : MediumTurquoise
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 22 Fév - 18:53
avatar
√ Arrivée le : 09/11/2014
√ Messages : 1398
√ Localisation : Atlantis


Dossier Top Secret
√ Age: 33 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Non
Voir le profil de l'utilisateur

Le chaos et l'ordre


Chronologie : 01 mars 2018

Toujours sur Atlantis

Jour de congé aujourd’hui, même si on l’était rarement sur Atlantis au final, puisque toujours sur son lieu de travail. Néanmoins, c’était une constante pour tous les militaires en opération extérieure, qui restaient souvent sur leur base ou à proximité. Mais Pedge ne se plaignait pas, car aujourd’hui, ce jour tombait en même temps que celui de la jolie Isia, avec qui elle partageait une aventure, pour ne pas dire plus, si elle était honnête avec elle-même. Ce jour de congé touchait à sa fin, parce qu’elle reprenait le matin même. Aussi, à deux heures du matin quand la radio la tira de son réveil sans rêve, lovée dans les bras de sa chérie, Pedge eut extrêmement du mal à émerger, contrairement à d’habitude où elle était fraiche et dispo tout de suite. En même temps, elles avaient fait l’amour plusieurs fois la veille, et ce n’était pas pour la maintenir dans un état de veille ensuite. Non, elle écrasait surtout dans le lit en dormant comme un bébé, en sécurité avec la blonde, les draps chauds et le corps transit, relaxé.

« Merde… », marmonna-t-elle en se frottant les yeux et en se détachant d’Isia. Elle émergeait, prenant conscience qu’elle était convoquée. L’annonce, diffusait sur le canal général de la cité, avait dû réveiller tout le monde. C’était surement quelque chose d’important, et cela s’imposait petit à petit à l’esprit de la jeune femme, qui soudainement se redressa en embarquant toute la couverture avec elle. Ne sâchant pas si la doctoresse était réveillée ou pas, elle s’extirpa du lit, non sans remonter les draps sur la française, et elle chercha dans la pénombre ses vêtements dispatchés aux quatre coins de la pièce. Elle paniquait presque. D’habitude, tout était là, près au départ sur un ceintre. Son pantalon était même déjà mis dans ses rangers et elle n’avait plus qu’à glisser dedans. Mais là, c’était le bordel. Il y en avait de partout. Elle devait repasser par ses quartiers ensuite pour compléter sa tenue et se rendre présentable. Elle avait l’impression que sur son front était écrit en gras je viens de baiser excusez moi, et elle n’aimait pas du tout ça.

Elle allait être en retard et cette évidence qui s’imposait à elle n’arrangeait pas les choses. Le message disait bien immédiatement, et ce n'était pas pour rien !

Isia dormait paisiblement avec la militaire contre elle. Elles avaient passé la journée ensemble et finit en beauté dans cette passion sauvage dévorante. Finalement, depuis Noël, elles continuaient toutes les deux leurs petits jeux, avec l’exploration d’un nouveau terrain. Si cela aurait put faire retomber la pression entre elles et les détacher, cela avait eu l’effet inverse. Au plus grand plaisir inavoué d’Isia qui n’était pas contre de continuer leur danse sans y mettre de fin. La belle chirurgienne avait décidée de ne pas se prendre la tête, de toujours faire comme elle l’avait fait. Surtout qu’il n’avait pas eu de demande d’explication ou de mise en couple comme avec Blanche ou une autre. Isia était libre et elle n’était pas femme d’une seule personne. Même si pour le moment Pedge en avait l’exclusivité, puisque la blonde n’avait pas de désir particulier à l’extérieur, sauf peut-être pour Dale, mais elle aimait trop cette relation ambigüe sans aller dans le sexe. Sachant que trop bien, que l’homme voudrait être en couple avec elle, tout comme Cody et elle n’était pas cruelle au point de leur infliger un refus. Mais les gardait avec elle, car les appréciait et c’est dans sa nature de séduire et d’avoir plusieurs électrons autour d’elle. Et puis bon, elle était plus que satisfaite (sur plusieurs plans plus ou moins avouable) avec la texane, donc ça limite la libido.

Ainsi, la française entendit vaguement l’alarme se déclencher appelant des noms en boucle. Son corps s’électrisa et elle ouvrit les yeux soudainement, sentant le mouvement de Pedge. On appelait qui ? Elle ou bien la militaire ? Son oreille mit quelques secondes à comprendre les syllabes et fut rassurée que ce ne fut point elle qu’on nommait. Elle était fatiguée et se serait bien rendormit… Elle allait sombrer quand elle prit conscience que Pedge était debout en train de pester. Faut dire que ses affaires étaient en bazar puisqu’elles s’étaient sautées dessus comme des lionnes.

Isia se leva, chassant la couverture, se frottant les yeux. Les cheveux en bataille elle fit glisser ses petons dans ses chaussons et marcha vers Pedge, pour lui ramasser son pantalon, elle qui était apparemment nommée avec urgence par la voix féminine.

« Tenez… » Elles continuaient à se vouvoyer, cela était étrange mais apportait un coté très excitant à leur relation. Isia était dans une nuisette très sexy et à la fois élégante, en dentelle et semi transparente, sans pour autant laisser voir. Un joli jeu de lumière couleur ivoire avec un boxer en dentelle confortable dessous. Elle marcha vers la table basse où il avait encore une bouteille de jus de fruit pressée qu’elle avait prit au mess. Elle adorait le goût de l’orange fraîche mais détestait les jus industriels. Isia servit un verre à la texane, tout en lui apportant.

« Il y a de forte chance que ça soit une mission inopinée… Buvez, ça va déjà faire passer un peu la tête enfarinée » Un simple geste, une affection non calculée.

La lumière allumée, c’était forcément plus simple pour trouver ses affaires. Elle aurait détesté se pointer au briefing avec la veste d’uniforme d’Isia (surtout qu’Isia ne mettait jamais son uniforme), ou encore son soutif ou un truc comme ça.
« Merci. », répondit-elle laconiquement en prenant le pantalon et en l’enfilant. Elle était juste en culotte pour dormir, n’ayant rien prévu pour le coup, et n’étant pas dans ses quartiers. Elle enfila sa veste, cachant sa menue poitrine, et ses yeux coururent sur le corps de sa partenaire qui se dirigeait vers la table basse.

« Je pense aussi. » Elle fit un sourire à Isia, contente de cette petite attention. Néanmoins, elle restait pressée. Elle s’enfila le verre d’une traite. L’acidité de l’orange lui fila un coup de fouet et elle frissonna de la tête au pied en reposant le verre et en rassemblant tout le reste de ses affaires. Elle était certainement à la bourre et le détour par ses quartiers n’allait pas arranger les choses.

« Soyez sage. », dit-elle à Isia en s’approchant d’elle pour l’embrasser. D’habitude, elle ne le faisait pas, ne mettant pas de geste “commun” montrant de l’affection, mais c’était parti tout seul. Oui, elle continuait à la vouvoyer, par habitude, mais aussi parce que Pedge adorait vouvoyer les gens, et avec Isia, cela donnait un petit côté croquant, croustillant, chaste mais pas trop, mais aussi, cela mettait une sorte de limite verbale assez originale. Elle s’était peut-être surprise à la tutoyer une fois ou deux, dans le feu de leur corps à corps endiablés, mais là s’arrêtait l’excentricité en “tu”.

Isia lui rendit son baiser qui claqua dans un “smack” audible. Cela avait été tellement naturel qu’il n'avait pas de question à se poser. La blonde ricanant doucement et lui donne une claque sur les fesses.
« Et vous, revenez entière ... » Dit-elle avec un rictus provocant, avant de constater que trop tard, que la nuque de Pedge était griffée sur la droite. Aie aie, elle allait avoir une remarque … Isia plissa des yeux et retourna se coucher. Tant pis, “maman texas ranger” à le droit de se faire du bien, les autres ne sont que des jaloux !

« Toujours, maintenant que je sais que je n’ai plus besoin d’être dans un sale état pour passer dans vos bras. », fit Pedge de son humour pince sans rire en passant la porte, la sensation de la main au cul d’Isia encore présente.

Elle pressa le pas, en direction de ses quartiers. Une minute plus tard, elle dans sa chambre. Elle se déshabilla rapidement, sauta dans la douche. C’était hors de question qu’elle arrive en sentant le sexe au briefing ! Elle se rinça rapidement, et elle glissa dans son uniforme déjà préparé. C’était mieux, elle se sentait plus fraîche, plus disposée à affronter ce qui allait suivre. Elle se demandait qu’elle était la nature de l’urgence. Elle avait déjà une quinzaine de minutes de retard sur l’annonce, et elle tapa un sprint dans les couloirs pour débouler en salle de briefing en haletant et en baragouinant un :

« Désolée ! ». Elle reprit son souffle et ajouta en guise d’excuse :
« Je n’était pas dans mes quartiers et le temps d’y retourner... » Elle ne se mouillait en rien en disant cela. Elle approcha de sa place pour constater qu’il y avait une fleur qui l’attendait. Elle jeta un regard suspicieux aux autres, en profitant pour voir qui était là au passage : Jacobs, Candom, Bricks, Sheppard, et Hoffman. La fine équipe et ils avaient tous une fleur.

Hoffman saluant la derniere arrivé qui avait du entendre les quelques rires suites au déboires de Candom. Il devait être un des rare à se douter de où elle pouvait être, merci d’être le chéri de la meillieur amie de TA chérie, mais cela ne le regardait pas du tout. Et il s’en fichait bien. Par contre, il faudrait dire à Isia d'arrêter de griffer ces proies.
« Vous êtes excusée Allen, prenez place, je vais commencer le briefing. »

Cette dernière opina du chef et prit effectivement place dans la précipitation. Elle détestait être la dernière.

John salua d’un signe de tête son sous-lieutenant, puis le briefing commença, après la surprise de Nelly. Comme d’habitude l’anglais était efficace et il appartenait à chacun de l’être tout autant. Pour sa part, il n’avait pas de question particulière. Surtout qu’Alexander, leur précisa, qu’ils auraient avec eux, une clé « usb » spécifique pour pirater le panneau de commande et prendre la base de données de celui-ci. Sorte de disque dur, qui s’atteint que par quelques modification ou destruction du tableau de contrôle.

Il avait une petite appréhension de retrouver les Wraiths de la magna, mais au final, il était plus dévoré par l’envie d’en découdre que le reste. Surtout que le contexte était différent, en somme John redoutait une seule chose : qu'on lui vole une seconde fois des soldats pour subir les pires horreurs… Déjà que Pedge avait mangé, puis Nelly sur main froide avec des humains… Jacobs violé, bref tous avaient eu un traumatisme et ils étaient tous là, dignes et droits ! Il avait de quoi être fier de cette équipe de survivants sans failles ! Il lança un bref regard à Pedge, Alexander lui avait dit qu’il s'entretenait avec elle. Donc, il n’aurait pas à gérer ce point, même si l’état de son soldat l’importait. Après elle avait réussi les tests psycho et elle était forte, bien plus forte que la majorité de son compte agent de soldat.

Nelly prit ensuite sagement sa place et veilla (on ne la changera jamais) à se trouver à coté de Pedge. Pas de pitreries au cours du briefing, même si elle se mordait souvent la lèvre inférieure et serrait le poing pour ne pas aller gratouiller les côtes de la texane. Lorsqu’on demanda s’il y avait des questions, elle secoua négativement la tête.

Pedge était soulagée de voir que le briefing n’avait pas commencé, et elle écouta le résumé didactique du RDA. Il amenait bien les choses, et c’était limpide. Autre chose agréablement surprenante, c’était que Nelly, qui était bien entendue à ses côtés, ne cherchait pas à lui planter ses doigts dans les côtes. C’était appréciable qu’elle se tienne à carreaux pour une fois. La texane n’avait pas spécialement de question, et elle répondit par une négation de la tête à la demande d’Alexander. Tout était clair. Encore une fois, elle allait se retrouver dans un environnement Wraith, et surtout… parmi les sbires de Méda’Lyda. Un frisson la parcouru. Elle n’avait pas recroisé cette faction depuis qu’elle avait repris du service. Des Wraiths, oui, mais des ingénieurs. Il y avait peu de chance que la Reine Mère soit sur le croiseur, et c’était bien dommage, mais il n’empêche qu’elle appréhendait un peu de se retrouver avec cet ennemi connu à affronter.

Personne ne semblait avoir de question. Tant mieux, cela voulait dire qu’il avait été suffisamment clair. Il lâcha la troupe de militaire, mais s’avança vers Allen avant qu’elle ne file, avec les autres :
« Allen, quelques minutes s’il vous plait »
« Autant qu’il vous plaira de m’en donner. », répondit-elle. Après tout, c’était lui qui l’envoyait en mission, donc c’était lui qui gérait le temps. Elle se campa devant lui, croisant les mains automatiquement sous sa poitrine. Déjà sur la défensive la texane.

« Bien » Fit l’anglais en voyant sans mal la position très défensive de son interlocutrice. Il lui sourit pour la détendre. « Détendez-vous lieutenant, je ne vais pas vous recadrer. » Dit-il en lui montrant le siège pour qu’elle prenne place.
« Étant donné que vous partez à la chasse au croiseur d’ingénieur. Je tiens à savoir en toute franchise votre état. Même si les derniers bilans psychologiques de janvier suite à votre mission sur Eternal sont bons. Ce n’est pas la même chose que ce que vous allez affronter. Vous avez le droit de ne pas avoir l’envie de vous imposer une nouvelle rencontre. » Il la toisa, l’observant, même si le vissage d’Allen est aussi difficile que le siens ça déchiffrer.

Elle s’attendait à cette demande. Ce n’était pour autant qu’elle se détendit. En fait, elle était paniquée à l’intérieur, et ce n’était pas habituel. Du coup, elle prenait sur elle pour s’imposer le calme, et rester le plus impassive possible. Elle ne voulait pas rester sur la touche parce qu’elle ne se contrôlait pas. Elle savait que tôt ou tard, elle devrait se confronter de nouveau aux ingénieurs Wraiths. Elle avait travaillé dur dans cette perspective, multiplié les entraînements, réussi ses tests psychologiques, et elle avait même assuré contre un originel en janvier. Alors quoi ? Parce que c’étaient des sbires de Méda’lyda, elle devait avoir la trouille ? Elle posa ses fesses néanmoins sur le siège indiqué par Sir Hoffman.
« Je ne suis pas tranquille, mais qui le serait après ce que j’ai subi à cause d’eux ? », répondit-elle laconiquement. Elle se mordit l’intérieur de la joue en dévisageant Alexander. Allait-il lui interdire de poursuivre ?

Alexander prit aussi place en face d’elle croisant ces longues jambes dans un mouvement élégant. Son coude alla s’adosser sur la table pour soutenir sa tête et observer la militaire.
« Personne ne le serait. Vous vous sentez réellement prête ? » Il la regarda dans les yeux « Réfléchissez bien et donnez-moi votre réponse, en omettant la fierté et la peur que je vous retienne sur Atlantis.» Il était clair et il valait mieux qu’elle soit honnête avec lui et surtout avec elle-même.

La jeune femme continua de le toiser un instant, avant de détourner son regard pour réfléchir. Elle savait qu’elle ne devait pas être un boulet pour l’équipe. Néanmoins, elle avait sa fierté pour elle, quoiqu’on en dise, et son arrogance coutumière l’incitait à ne pas tourner les talons. « Oui, j’suis prête. C’est un mauvais souvenir que je garderai à jamais en moi, mais si je ne passe pas au dessus, autant que je rentre sur Terre. », finit-elle par déclarer.

Alexander la toisait, elle semblait déterminée. Il fallut bien remettre le pied à l’étrier quand on chute de cheval. Et il était grand temps, de voir si les « traumatisés » de magna, pouvaient toujours continuer l’aventure dans une galaxie de Wraiths. Une nouvelle épreuve pour Pedge qui rencontrait la faction de ses cauchemars. Et le CODIR ne pouvait pas surprotéger ses soldats, ils ne sont pas des enfants. « Je ne souhaite pas signer ce retour. Surtout d’un jeune officier prometteur. Alors bon courage Allen..» La phrase était assez forte de sens. Il se leva avec une grâce féline qui lui était propre et lui tendit une main avec un rictus encourageant.

Elle se leva à son tour, plus raide, plus bourrue. Un tank à ses heures perdues quand elle le voulait. « Vous n’aurez pas à le faire Monsieur. Merci Monsieur. », ajouta-t-elle avant de se diriger vers l’armurerie. Alexander hocha la tête et il l'espérait bien. L'anglais repartie dans son bureau.





(c) chaotic evil

[/quote]

_________________
#a1931c
DC :Erin Steele & Teshara Lays
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 1 Mar - 20:59
avatar
√ Arrivée le : 16/04/2017
√ Messages : 277

Dossier Top Secret
√ Age: 31
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Inoculation
Voir le profil de l'utilisateur

Le chaos et l'ordre



Il était temps.
Nelly commençait à sentir une violente pression lui dévorer les entrailles. Ils partaient dans l’un des vaisseaux de la reine Wraiths et elle savait que ça pouvait être risqué. Pedge était revenue blessée de la Magna et elle avait bien failli en être durablement choquée. Qu’est-ce qu’ils allaient trouver là-bas ? C’était tout aussi palpitant qu’intimidant.

Rapidement, la petite espagnole constitua son équipement en prenant garde à ne pas trop s’alourdir. Elle détestait devoir faire des efforts simplement pour suivre le rythme des “plus grands”. Pendant la préparation, son regard allait souvent en direction de Pedge qui était arrivée un peu plus tard. Elle voulait faire une connerie, elle voulait lui jouer un tour. C’est qu’elle s’était bien tenue au briefing alors il fallait bien qu’elle compense non ? Et puis franchement, Nelly qui ne déconne pas avant la mission, ce n’est pas Nelly.

Par contre, en terme d’inspiration, c’était une hécatombe. Piéger sa gourde ? Non. La photo surprise ? Déjà fait. Le câlin forcé ? Elle pourrait mal réagir.
Nelly voulait se déstresser un bon coup. Et pourquoi pas la texane au passage ?

Pedge se tourna à un moment donné, dévoilant au niveau de son cou une griffure récente et encore rougie. Cela surprit Nelly qui écarquilla des yeux avec un air hilare tandis qu’elle remettait les pièces du puzzle. “Désolé, j’étais pas dans mes quartiers” + cheveux mouillés + griffure = galipettes entre papa et maman !!!!!
Ah si, si, si, ça collait super bien ça ! Pedge n’était jamais en retard, jamais ! Sauf si elle avait mieux à faire à minuit !!!
Nelly s’esclaffa intérieurement. Elle enrageait de ne pas avoir sa trousse à pharmacie de gamine avec ses pansements hello kitty mais elle ferait avec. Elle déballa consciencieusement son kit médical juste pour en retirer un pansement puis elle approcha doucement de Pedge avec la tête de l’espagnole prête à faire sa connerie. Et quelle chance d’ailleurs, il n’y avait pas d’oreilles indiscrètes à une heure pareille.

« C’est drôle quand même. Maman a bobo et elle le sent même pas... »

Nelly approcha ses doigts du cou de Pedge pour y placer le pansement. Elle se gargarisait.

« C’est que môman devait être très très “contente” à ce moment là ! Ah oui ! Très contente pour pas sentir une belle grosse griffure bien placée. Moi je pensais que Papa mettrait plutôt les dents mais bon...je te mets un pansement, comme ça on voit pas...et tu pourras toujours dire que tu t’es cognée contre une porte ! »

Fière de son hypothèse, ne voyant pas comment une militaire si ordonnée ne verrait pas une griffure qui criait “JOUISSANCE” sur son cou, Nelly la gratifia d’un grand sourire du genre : “Héhéhé : grillée !!!!” puis elle fondit dans les bras de Pedge avant de se détacher d’elle et de partir, avec son sac et son armement, en disant joyeusement :

« Les n’enfants adorent voir que papa/maman s’aiment toujours ! C’est stabilité ça ! »

Au moment où elle s’éloignait, elle entonna un grand et enfantin :

« Mi coronel !!!!!! Vous savez pas la dernière ????? »

Elle se marrait à l’idée de faire marcher Pedge, de simuler la traitre qui vendrait le secret. Nelly arriva rapidement sur le colonel qui discutait avec Condom et Jacobs.

« Mi coronel !!!!!! Vous savez pas ???? J’ai une super idée ! » Elle croisa ses mains en un signe de supplique. « Je peux torturer Rodney pour avoir un ordi qui ouvre les portes ??? Dites, je peux ??? Ca sera utile pour la mission ça ! Il nous fait un truc automatique, on appuie sur un bouton et PAF ! La porte s’ouvre ! Je peux ??? »

Elle se tourna tout en détonnant d’énergie, lançant du coin un petit regard à Pedge pour voir si elle lui avait filé le doute ne serait-ce qu’une petite seconde !

Après sa petite conversation avec le RDA, Pedge se rendit à l’armurerie pour s’équiper. Comme d’habitude, elle embarqua son arme fétiche, son Colt M4 et quelques chargeurs. Elle s’équipa de son gilet MOLLE, croisa le regard de Sheppard, lui fit un petit signe de tête pour l’assurer que tout allait bien, avant de passer la tête dans le fameux gilet. Elle tourna le dos au reste de l’équipe pour ajuster les sangles, et commencer à remplir les poches diverses et variées qui garnissaient l’avant du gilet, ainsi que les flancs, quand elle sentit quelqu’un approcher dans son dos et s’attaquer à la petite zone chaude de son cou, une zone qui la tirait un peu par un élancement régulier. Certainement pas grand chose, mais elle n’avait pas eu le temps de voir ce que c’était après sa douche tant elle s’était dépêchée. La phrase de Nelly suivit le mouvement, et avant qu’elle ne se retourne, le pansement était mis.

Pedge ouvrit la bouche pour protester, mais Nelly se lança dans un petit monologue lui indiquant clairement qu’elle avait compris d’où elle venait, et pourquoi. Merde, elle était griffée dans le cou ? Un sentiment de gêne s’empara d’elle. Non pas qu’elle n’assumait pas, loin de là, mais de là à s’afficher par un trophée corporel, c’était autre chose. L’esprit mal placé de la plupart des gens y verraient là les marques d’un ébat bien violent, et Nelly n’y faisait pas exception. Elle sentait ses oreilles chauffer, mais elle ne répliqua rien surtout que la petite hispanique lui infligeait un calin une nouvelle fois avant de s’éloigner en balançant une nouvelle bombe sur le bonheur des enfants par le biais de l’amour de leur parent. Elle poussa un soupir, en se retournant vers son armement qu’elle voulait terminer de préparer, le sang lui battant les tempes. Elle avait bien fait de ne rien dire non ? De toute façon, Nelly savait. Quel mal y avait-il ?

Ses yeux s’agrandirent en grand quand elle entendit Nelly gueulait après le Colonel en lui demandant s’il ne savait pas la dernière. Elle se retourna brutalement. Elle n’allait pas l’afficher devant tout le monde si ? Ses histoires de fesses ne la regardait qu’elle ! Si elle faisait ça, elle allait entendre parler du pays et se foutre Pedge à dos, et ce ne serait pas amical du tout ! Non, elle aborda un autre sujet avec Sheppard, lequel lui lança un regard chargé d’un drôle d’air, mais elle savait très bien que l’espagnole avait fait exprès de commencer sa phrase comme ça, comme en témoignait le petit regard qu’elle lui lança pour voir si elle avait marché. Oui elle avait marché, et elle en était presque vexée de s’être laissée avoir. Elle avait presque envie de lui faire un doigt histoire de lui dire d’aller se faire foutre avec ses blagues et tout le reste. Cette fille avait un capital énervement du tonnerre. A chaque fois, elle réussissait à la mettre en rogne avant un départ en mission. C’était dingue quand même.

Elle se tourna à nouveau, arracha le pansement d’un geste rapide, par pure vengeance puérile, mais qu’importe. Elle s’en foutait clairement que tout le monde voit qu’elle était griffée. Et alors ? Si on l’asticotait à ce sujet, ce qui ne serait pas étonnant venant de Candom, elle le renverrait dans les filets à sa manière, avec une punchline à la Allen.

John avait suivi le reste de son équipe, laissant Pedge entre les mains d'Hoffman. Il hésitait à la voir une seconde fois, mais cela serait de trop. En tant que binôme de guerre, puisqu'ils en avaient vu des belles ensembles, John saurait l'aider si elle se sent mal et il doutait fortement que la texane panique. En tout cas, un simple regard appuyé suffisait pour qu'elle comprenne son soutien et ce fut la seule chose qu'il fit quand elle les rejoignit à l'armurerie. Pas besoin de long discours, John n'est pas un adepte de ce genre de sentimentalisme et il en aurait été balourd.

Comme souvent, il prit son équipement standard, constitué du gilet MOLLE qui serait plus que nécessaire si des Wraiths sont bel et bien dans ce rafiot, les lentilles, élément indispensable auquel il ne pouvait plus se passer, son P90, un magnum en holster cuisse droite et des explosifs divers et varié, dont des flashs bang, particulièrement efficace contre les vampires. Son sac à dos, fut optimisé pour prendre le nécessaire et surtout de l'offensif pour attaquer ce croiseur. Il demanda à Candom de prendre une arme lourde, un bon fusil qui allait trouer la bidoche à pleins de monde. D'ailleurs, les deux hommes étaient en train de parler d'arme avec McArthy et comme à son habitude, Candom, fit une blague en racontant une petite anecdote amusante.

John avait toujours le contact facile avec ses hommes et sauf exceptions rare, il était énormément respecté grâce à son humanité. Les soldats avaient l’impression d’être considéré en tant que tel et non plus en tant que simple pion. Une forme de reconnaissance qui se payaient dans son commandement et l’obéissance des têtes brûlées, comme Matt ou Hamilton. Après, le problème avec Matt était sa relation en tant qu’ami et le ranger pouvait, sous la colère, oublier que Sheppard était son hiérarchique le plus élevé comme sur magna.
Il ne porta pas attention aux mouvements des deux jeunes femmes, au contraire de Jacobs, qui lança un regard suspicieux à Nelly puis toisa Pedge d’un drôle d’air avant d’hausser les épaules et se rapprocher d’elle, quand l’espagnol interpella le colonel.

« Elle est ainsi même en mission ? »
« Si ! Mi camarada de pistoleta ! Toujours comme ça ! J’adore courir partout et distribuer des tulipes, même en mission ! » Mentit-t-elle. Jacobs leva les yeux au ciel, de toute façon, si elle fait n’importe quoi Jacobs la recadrerait … Il y avait quand même trois officiers ce n’est pas rien.

Nelly se retourna vers John qui relevait un sourcil suite à sa précédente question…
« Hum… que si vous ne le faites pas tomber. Et que si ça tient dans une poche de gilet ! » Dit-il avec un petit rictus, la référence à main froide était là. On ne lui faisait pas le coup deux fois, involontairement ou non. Il n’était pas certain que Mckay ait ce genre de chose en plus.
Le sourire de Nelly se cassa et elle eut un air particulièrement génée.
« Oui, mi coronel...Je...J’y vais !!! »
Et Nelly s’éclipsa au pas de course, redevenant soudainement enjouée, levant des bras comme si elle avait gagné au loto ou qu’on lui autorisait finalement la “sortie interdite”. Elle disparut pour aller tambouriner à la porte de McKay.
John secoua la tête… Elle était incroyable… il se demandait a quoi elle carburait quand même.

Tout le monde était enfin prêt et Nelly était chargée d’un bateau gonflable. Allez chercher pourquoi ce fut elle qui avait prit cet encombrant bagage mais John ne cherche pas de logique spécifique. C’est un soldat et elle savait bien ce qu’elle se mettait sur le dos.
Candom, s’approcha de Nelly et lui murmura :

« Alors petit escargot, on part battre la campagne ? Gaffe au vent ! »
Nelly rigola en le voyant faire. Il était attendrissant à lui tendre des perches pareilles. Un escargot, vraiment ? Un escargot tout lent. Ok, Candom, à ton tour !
« Et toi, grand dadet, t’as combien de visites sur ton profil maintenant ??? » Fit mystérieusement Nelly.
« Hin ? De quoi tu parles ? »
« Je parle d’Alexis “Couillatator” Condom !!!!! Sur LantiaMeetic, y’a ta photo de ti en train de te raser. Mais t’as triché, c’est un montage parce qu’au lieu de ton rasoir, c’est une belle rose pâle toute jolie ! En plus, t’as laissé tombé à moitié le drap autour de ta taille. C’est super sexy... »
« … Tu te fous de ma gueule encore petit escargot ! »
Nelly fit non de la tête.
« Et non, pas cette fois !!! J’le sais, c’est moi qui ai fait ton compte ! Et j’ai demandé à Nora de faire le montage ! Tu montres les beaux muscles de ton dos et on voit ta tête dans le miroir avec la rose. »
Nelly eut un large sourire.
« Du coup tu dois avoir plein de visites et de charmes, de bisous, de filles qui veulent te voir ! »
Alexis, fit de grands yeux … c’est pour ça que certaines personnes le regardait bizarrement… Mais elle est barrée cette nana !
« T’es pas bien ! Pour ça qu’on se fout de ma gueule et que j’ai eu une rose dans mon casier avec “pour tes couilles !” » Il lui fila un coup sur l’épaule. « Petite garce va ! » Il le prenait bien, bon maintenant il fallait trouver comment se connecter à son compte et virer ce truc ! Alalaa il n’améliore pas sa réputation et en plus, il a eu aucune nana ! Bref que dalle ! C’est pas maintenant, qu’il va perdre son pucelage ! Si seulement le truc de Nelly avait put marcher mais bon avec ce surnom faut pas déconner non plus.
« Hé !! Je t’aide moi, alors m’insulte pas !!! J’suis sûre que quand tu te connecteras, il y aura plein de filles de la cité qui voudront de te parler. Alors t’a pas intérêt à tout enlever sinon je mets la photo de toi quand tu sors nu de la douche. Il y avait eu la coupure d’eau chaude... » Elle se tut un instant avant de faire une tête dubitative et d’ajouter : « C’était pas beau à voir. Couillatator transformé en minitator... »

« Et tu crois qu’avec comme surnom Couillatator, je vais pécho des nanas ? HIN !!!!!! QUOI !!!??????? » Candom avait parlé fort, attirant l’attention de tous.

Pedge avait terminé d’empaqueter son équipement. Colt M4, Colt M9, chargeurs, lance grenade, désignateur laser, deux grenades pour lanceur sur rail, deux flashbang, couteau de combat et dague offerte par Isia, prenaient la place de l’équipement offensif. Elle mit les lentilles de vision, pris une casquette, lunettes de soleil, cyalunes, boussoles, les classiques barres de céréales et poches énergétique, gourde, serflex, et le kit de soin de tout bon baroudeur. A ce propos, elle n’avait toujours pas pris les cours de secourisme qu’elle prévoyait de prendre, et elle commençait à se saouler toute seule à ne pas prendre le temps de les faire. Elle avait détesté cette sensation de se sentir impuissante en étant auprès de la diplomate Aiolos, à ne pas savoir que faire de ses mains. Heureusement, Matt avait assuré, même si c’était hasardeux. Qu’importe… Maintenant, elle partait une nouvelle fois, et il fallait faire avec.

Dans un silence total, elle écouta Candom et Nelly discuter de choses complètements fantasques. Elle n’avait jamais entendu parler de ce site internet, et de toute façon, elle n’était pas du genre à fréquenter ce genre de plateforme. Elle avait une boule dans le ventre, et la gorge serrée. Une partie d’elle voulait aller là-bas, une autre non. Mais elle n’était pas femme à faire marche arrière ou à céder à des sentiments de pleutrerie. Elle irait, un point c’est tout, et c’était le meilleur remède pour vaincre son stress, selon elle. Elle pensait qu’en affrontant ses démons, elle irait mieux. Elle avait toujours fait comme ça, sauf pour sa phobie des vomissements, mais c’était autre chose, et elle n’en était pas morte. Bref, elle resta de marbre derrière les deux jeunes gens, préférant maugréer dans son coin.

John se tourna vers les deux pipelettes :
« C’est fini oui ? Taisez-vous on y va ! » Bien sur qu’il avait plus ou moins entendu leur échanges, il n’avait rien dit, puisque attendait le signal des techniciens de la porte et puis bon, ça ne le regardait pas cette histoire compte meetic love love...Et donc n’avait pas vraiment suivi. Le colonel soupira et ordonna à Candom de passer le premier.

« En avant Caporal “Couillatator” ! » Candom lança un regard à Nelly, lui faisant un signe qu’ils en reparlerons, mais il avait un rictus, elle était dingue mais il l’aimait bien. Il lui ferait payer son imagination avec une autre blague ! Oui, elle ne payait rien pour attendre la petite !

« Oui, mi coronel ! » Elle passa après Candom, lui ajoutant avant que tout le reste de l’équipe n’arrive, sur un ton sérieux : « Ca viendra, faut pas désespérer. » En réponse, il lui fit un fuck, mais avec le mauvais doigt, volontairement. Cela était de la boutade rien de plus. Le geste déplaisait quand même à l’hispanique. C’était d’un vulgaire qu’elle pensait avoir affaire à un rustre. Alors elle haussa des épaules en contrôlant sa partie du terrain en concluant :
« Tant pis pour toi. Minitator deviendra public... » Candom avait traversé sur ces paroles. Il allait lui répondre plus tard.



(c) chaotic evil


_________________


Double compte : S. Caldwell, P. Sidney
Revenir en haut Aller en bas
Ven 9 Mar - 21:56
avatar
√ Arrivée le : 09/11/2014
√ Messages : 1398
√ Localisation : Atlantis


Dossier Top Secret
√ Age: 33 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Non
Voir le profil de l'utilisateur

Le chaos et l'ordre


Chronologie : 01 mars 2018

John donna l'ordre de traverser la porte et de faire une reconnaissance de l'autre côté. Celle-ci ne donna rien de bien glorieux, quelques animaux divers et surtout un calme olympien dans cet endroit. Certes, il avait des moustiques, qui ne pouvaient guère piquer les Atlantes à causes de leurs vêtements… Mais John remarqua surtout que le sol était quand même bien humide à cause des nombreux courants d'eau. Cela devait regorger d'amphibien.

Le silence était de mise, tout simplement pour ne pas se faire repérer et aussi pour écouter la nature. John avait fait un signe du poing, pour l'imposer. Ils étaient sur un terrain ennemi et hors de question de se faire avoir ou même surprendre comme de la bleusaille. Le CODIR, ne savait pas exactement le nombre de Wraith présent, donc il valait mieux être prudent.

John profitait de ce calme, pour organiser sa formation de valeureux militaire, même si le silence lui était pesant. Il aimait bien cette bonne humeur installée dans le briefing, là, tout semble en pause. Involontairement, son cœur palpitait doucement, en pensant à Paresok qui aurait adoré venir… Mais trop tard et surtout pas le temps. John attendait depuis trop longtemps d’en découdre avec cette faction. Au fond de lui, il avait une angoisse, comme à chaque fois, qu'il va dans une mission avec le risque de mourir. Le risque, qui était plus une certitude quand on parle d'affronter des Geniis ou des Wraiths. Mais, il était en accord avec lui-même. Il n'avait pas cette peur incroyable qui lui couperait les jambes. Non, il était prêt mentalement et n'avait rien à redouter. Il espérait que Pedge soit dans ce même genre d'état d'esprit.


« Un compte suffit hin ! Commence pas à vouloir faire du chantage, sinon j’ouvre celui du petit escargot aussi » Dit-il avant de se la fermer car Sheppard passait après eux.
« J’aurai quand même plus de conquêtes que toi, na !... » Puis elle se tût sur l’ordre du colonel.

Nelly opta pour un comportement beaucoup plus sérieux qu’à l’accoutumé. Quand elle était en exploration, le plus généralement, elle conservait toujours un petit trait d’humour, un quelque chose, pour le partager avec ses collègues. Mais il faut dire que la nature de cette mission laissait une pression palpable tant chez le colonel Sheppard que Pedge. Les événements de la Magna n’y était pas étrangers. Il ne faut pas se leurrer : cette guerre leur avait laissé des marques qui ne s’effaceront jamais. C’était facile de remarquer, malgré leurs efforts pour le dissimuler, qu’ils ne voulaient pas y retourner, ni même approcher d’un ennemi qui leur avait causé autant de souffrances. Ce n’était pas de la lacheté mais Nelly saisissait parfaitement l’angoisse qu’ils devaient vivre.

On racontait partout dans la cité que l’équipe Cougar-Natus avait vécu l’enfer d’une véritable guerre, dans toute son horreur et son atrocité, pendant deux longues journées. Là où le contingent militaire de l’expédition était adaptée pour des actions rapides de commando, il leur avait fallu s’investir dans des batailles rangées. Et l’ennemi avait été largement plus dangereux que les Wraiths habituels.

Il y a toujours de la surenchère quand on reçoit ce retour par des ragots en tout genre. C’est toujours romancé et altéré vis à vis de la réalité. Mais Nelly savait qu’Adam n’avait jamais vraiment parlé de ce qu’il avait vu pendant la guerre. Et elle se souvenait très bien de l’état de Pedge une fois qu’elle était rentrée. Son comportement s’était terni, elle était plus fermé et plus aigre. Même lorsqu’elle lui avait parlé sérieusement pour lui faire part de sa compassion, elle avait à peine réagi.

Ces choses là ne se simulent pas. Ca sent le vécu et l’expérience authentique qui change un soldat. Nelly évoluait en formation avec le reste de l’équipe militaire, les mains posées sur le MP5. Elle jetait régulièrement un regard affecté par le silence un peu trop prononcé du lieutenant. Bon d’accord, elle n’était pas du genre bavarde avec son air rude et endormi. Mais là, ça se sentait qu’elle n’était pas sereine, Nelly en était sûre. Mais elle repensait alors à sa petite blague un peu plus tôt et elle se demandait si cela ne l’avait pas dérangé plus que d’habitude. Le lieutenant, c’est pas quelqu’un qui va rester sur ce genre de ressentiment. Mais si on met le tout dans la balance, peut-être que ça faisait beaucoup et la petite espagnole eut finalement un sentiment de culpabilité.
Alors en marchant, profitant du fait que les autres ne regardaient pas dans leur direction, elle lui fit une tape sur l’épaule, un geste qui se voulait compatissant et complice :

« Je voulais pas te vexer tu sais ? » Fit-elle d’une voix douce et sérieuse. « C’était une blague. »


Elle passa la Porte des Etoiles et se retrouva sur une planète assez colorée de… vert. Un grand soleil planait dans le ciel, et elle chaussa ses lunettes de soleil, plus par habitude que par nécessité car les lentilles faisaient varier les couleurs. Qu’importe, elles s’adapteraient à la présence du filtre obscure des solaires. Et puis, Pedge n’était pas certaine que ces lentilles captent les UV réellement. Comme demandé, elle fit une rapide reconnaissance sur un rayon de quelques mètres, mais il n’y avait rien de probant. Quand elle revint vers le groupe, Sheppard demanda le silence, et la colonne commença à avancer vers son objectif. Il y avait beaucoup d’eau ici et là, et cela expliquait une végétation aussi luxuriante, même si elle n’était pas très haute. Le gibier devait être abondant, et les récoltes foisonnantes, mais aucune trace de civilisation humaines dans les environs proches, ni même dans les environs éloignés quand on forçait sa vue dans le lointain de la plaine. Elle ferma d’elle-même la marche, préférant rester seule pour le moment. De toute façon, il ne fallait pas parler.

Son regard balayait la steppe verdâtre sillonnait de cours d’eaux. Les Wraiths n’étaient pas réputés pour faire des embuscades bien élaborées, encore qu’ils affrontaient une faction plus mature et intelligente que la moyenne. Bref, à moins qu’ils ne soient couchés dans l’herbe à attendre, telle une tic, qu’un humain passe, les Atlantes les verraient arriver de loin. Ruminant dans son coin, elle vit Nelly approcher, laquelle lui avait lancé quelques œillades pendant la marche. Elle s’approcha et lui tapa amicalement sur l’épaule, avant de lui poser une question.

Tranchante, Pedge répondit par un :
« Silence Première classe, respectez les ordres. ».

Elle allongea le pas pour la distancer. Sujet clos comme dirait certain connard étroit d’esprit. Elle l’était en ce moment, revenant aux fondamentaux de sa personnalité étriquée et coincée. Non elle n’était pas vexée contre Nelly. Ou quoique.. Peut-être un peu. Mais c’était un tout. Elle n’était pas bien dans ses bottes, et elle essayait de ne pas le montrer. Une appréhension de merde se développait sournoisement dans son cœur, et elle la contenait par un mental d’acier. Cet effort cognitif l’empêchait de goûter aux plaisirs de la discussion, qui, de toute façon, n’étaient pas permis pour le moment. C’était vache pour Nelly, qui allait le prendre pour elle, et à raison face à une telle réponse cinglante. Mais Pedge n’afficha rien de plus que son air neutre, comme si l’affaire était entendue et que c’était comme ça parce que l’officier l’avait décidé ainsi. Prendre l’air lui faisait du bien, marcher aussi, et son cerveau s’apaisait. Elle pensa à Isia, et à son petit geste tendre et affectueux de lui servir un jus d’orange. Elles formaient un couple, que Pedge le veuille ou non. Du coup, la perspective de ne pas rentrer la taraudait quelque peu. Sans parler de la notion de couple et d’amour. Elle avait peur de tout ça, de ses sentiments, de ses émotions, du fait que ça devenait sérieux.

Elle gronda d’une voix basse, plus pour elle-même que pour être entendue de quiconque :
« Elle t’a juste servi un jus d’orange, abrutie. ». Elle toussota légèrement pour faire passer l’irritation qu’elle avait en elle.

Le croiseur était en vue, et le groupe s’orienta vers une zone plus dense au niveau végétal, située sur un côté du lac. Un bon choix pour observer l’appareil ennemi. Leur objectif.



Nelly redoutait une réaction négative de son amie. Mais pour être franche, elle ne s’attendait pas à un tel coup. La remarque lui cingla en pleine figure aussi fort que si elle lui avait dit en face qu’elle n’était qu’une pauvre merde, qu’elle lui était supérieure en tout et qu’elle se trompait littéralement sur le moindre espoir d’amitié.
Le visage de la petite espagnole se décomposa d’incompréhension et de vexation. Elle n’avait pourtant pas joué la gamine ni fait de blague, elle avait été sérieuse pour ne pas lui manquer de respect et c’est comme ça qu’elle la considérait ?
Le fait qu’elle augmente l’allure pour lui tourner le dos fût un signe suffisamment fort pour l’achever. Nelly se terra dans le silence, ne parvenant pas à ignorer que son “première classe” dit sur ce ton lui renvoyait en pleine figure la différence torchon/serviette. Malgré le fait qu’elle ne l’aurait pas vu comme ça.

Faut avouer, en même pas vingt secondes, Nelly eut mal à la gorge. Elle avait clairement les boules et eut un puissant sentiment de colère à son encontre. Un officier qui te renvoie chier de la sorte, c’est génial !

Elle assura les bretelles de son énorme sac qui lui donnait un air disproportionné. Une chance que c’était léger par contre. Elle avait accroché sur les attaches amovibles de son sac le canot pneumatique autogonflable. Le bloc était juste encombrant mais il était fait pour peser le poids d’une plume, de quoi le transporter et le déployer plus facilement.

L’espagnole essaya de passer sur ce coup dur mais elle avait beaucoup de mal. Pourtant elle était en mission mais tout ce qu’elle voyait, c’était quelqu’un qu’elle appréciait et qui lui tournait le dos. Pedge était capable de faire la gueule à quelqu’un, de le détester…
C’est le problème quand on s’attache à quelqu’un, ça brise le coeur ce genre de réaction.

Régulièrement, Nelly allumait le détecteur de signes de vies qu’elle avait emporté pour faire une reconnaissance des environs et vérifier qu’il n’y avait pas de Wraiths embusqué. Seulement, il y avait quand même pas mal de vie animale sur cette planète et les spots sur l’écran étaient très nombreux. Le détecteur ne serait surement utilisable qu’une fois arrivé dans la carcasse. Le temps aida à lui faire oublier le problème qui la préoccupait. La mission était importante, surtout après ce qu’elle avait ramené de sa reconnaissance avec Adam. Il était vital qu’ils obtiennent plus d’informations.

Tout comme Nelly, Sheppard (en tête) avait son détecteur de vie, il avait de quoi faire mais bon, les plus grosses « proies » avait un cercle plus gros. Plus pour la conscience, il le gardait avec lui… Mais cela ne servait strictement à rien, à cause des troupeaux d'herbivores broutant tout autour d'eux. Majoritairement des cerfs.

Le lac se profilait à l'horizon… un immense point d'eau avec le croiseur posé dessus, de quoi donner un spectacle un peu irréel. John sortit ses jumelles pour mieux, observer, la plateforme d'entrée il y avait un strictement personne, comme s'il était complètement vide. Et en effet sur les flancs, il avait de larges traces de combats. Dans un sens, cela arracha un rictus satisfait à l'homme. Les ingénieurs n'étaient pas tant appréciés que ça par les autres factions et la guerre entre elles continuaient bel et bien.

Sur la berge droite du lac, il avait des sortes de buissons, des mini arbres, pour ne pas dire des bonzaïs (non façonné par l'homme) offrirait une couverture plus qu'acceptable pour observer le croiseur et définir s'il avait un tour de garde et peut-être voir du mouvement. Après tout, les Wraiths avaient peut-être aussi leur moment de pause déjeuner ? Brrrr Non non, il ne faut pas penser à ce genre de chose avec eux.

Le colonel, fit encore des mouvements de mains, pour montrer les buisson/arbres, ils parleraient une fois dedans. Même si les formations militaires de chacun, les faisait déduire ce qu'il avait en tête.

La formation s'y approcha et John fut le premier à pénétrer dans cette petite forêt et … alors que le sol composé de grandes herbes hautes avait l'air plutôt stable, il trébucha et s'allongea à terre sur un matelas inattendue !






(c) chaotic evil

[/quote][/quote]

_________________
#a1931c
DC :Erin Steele & Teshara Lays
Revenir en haut Aller en bas
Ven 9 Mar - 22:07
avatar
√ Arrivée le : 03/04/2017
√ Messages : 102

Dossier Top Secret
√ Age: 32 ans
√ Nationalité: Alien Alien
√ Gêne: Non
Voir le profil de l'utilisateur

Le chaos et l'ordre


Chronologie : 01 mars 2018

EQUIPEMENT JUMEAUX

Spoiler:
 



Elle entendait que ça farfouillait dans les buissons. Etaient-ce des Wraiths ? Des humains venus observer le croiseur ? Une bestiole locale, de préférence herbivore ? Elle n’en savait fichtrement rien mais elle n’aimait pas rester passive. Elle lança un coup d’œil à son frère, lui signifiant par là qu’elle ne resterait pas plantée là comme une conne encore longtemps à attendre de se faire découvrir. Et alors qu’elle allait se redresser pour essayer de voir qui était là, quelqu’un lui tomba dessus. Elle poussa un glapissement, non pas de peur mais de surprise, mais aussi de douleur car l’homme lui était tombé dessus de tout son poids, se retrouvant la tête dans sa poitrine et bien étendue sur ses jambes.

La surprise passée, et alors que le mec cherchait à se relever en prenant appuis là où il pouvait pour ne pas risquer ses mains sur les avants cœurs de la belle blonde, cette dernière lança, sans rien faire pour l’aider :

« J’ai quand même connu mieux comme préliminaires. », fit-elle, soulagée de voir qu’il s’agissait d’un humain et pas d’un Wraith. Elle était en train de se dire que cet uniforme ne lui était pas inconnu, quand une voix familière se fit entendre :

« La sœur du contrebandier ? ».

Les yeux de Teshara s’arrêtèrent sur le visage de la Bergère. Ben ça alors ! Des Atlantes ! Quand même mieux que des Géniis !

Alors qu’elle veillait sur l’un des flancs de l’équipe suite à l’ordre qu’on lui avait donné, elle cherchait dans sa tête quelle farce elle réserverait à Condom puisqu’il avait été épargné jusque-là. Impossible de bavarder, on lui ferait rapidement la remontrance alors elle s’occupait l’esprit de cette façon.

Au bout d’un moment, le colonel semblait leur dire quelque chose lorsqu’il disparut dans les buissons. Il avait trébuché sur quelque chose et Nelly ouvrit de grands yeux lorsqu’elle entendit une voix qui venait de cet endroit.

Ni une ni deux, elle évolua sur le flanc en troquant son MP5 pour son pistolet incapacitant. Elle découvrit Naalem et le pointa de son arme d’un air intrigué tandis que, d’un rapide coup d’oeil, elle avait trouvé le colonel sur une femme blonde dans une position très suggestive. Une volée de remarques lubriques passa dans sa tête avant qu’elle ne se rende compte que le type qui se trouvait sous son arme n’était pas non plus en reste. Il était pas mal du tout tiens, il fallait voir ce que ça donnait à la sortie d’une douche non ?
La remarque personnelle la fit sourire alors qu’elle le gardait en joue, écoutant attentivement les ordres qu’on pourrait lui donner.

« Salut toi...tu vas me poser des problèmes ? »

Alors qu’ils étaient en planque et que Teshara arrivait au bout de sa patience, il eut des bruits dans les arbrelets et a peine eut-il le temps de se retourner avec son arbre braqué sur le son, qu’une ombre tomba sur sa sœur… Naalem, surprit tourna la tête, voyant que ce fut un uniforme… ENCORE ? Mais bordel il avait le parfum qui attirait les Atlantes ou quoi ? ENCORE un putain d’Atlante ! Et cette fois c’est un homme… Naalem espérait qu’il avait des femmes quand même, car sinon cela allait lui foirer ses stats. Par contre, l’autre pignouf là ! Il aurait pu tomber autrement que dans les nichons de sa sœur ! Il y en a qui cherche les ennuis !

Un autre bruit et une voix connue ! Lui n’était pas encore à découvert ! Par contre la bergère était là ! Il eut un rictus amusé avant qu’une arme se braque sur lui. Il tourna sa main la pointant aussi de la sienne, se releva en position assise, avant de la baisser. Naalem tourna la tête vers la petite inconnue plutôt sympa à mirer qui lui posait une question.
« Salut ! ça dépend ? Tu baisses ton arme ou pas ? » En se redressant, ils découvrit en effet la bergère et …. Il avait l’autre « mort aux canard » et … la lavette !

Nelly ne se génait pas de reluquer l’inconnu, se rassurant néanmoins de constater qu’il n’était pas si mystérieux pour le reste de l’équipe, alors elle agita son arme pour l’interdire de se relever davantage. Une idée lui trottait déjà dans la tête et elle se voyait mal ne pas la mettre en application. Elle en aurait surement des problèmes mais tant pis.

« Non, pas tout de suite. Je vais me servir avant... » Fît elle en sortant son portable de sa main libre.

Elle positionna la caméra à hauteur de vue pour ne pas détourner les yeux et maintenir le beau mâle en joue. Puis elle focalisa l’image pour qu’elle soit nette et “clic” ! “clic-clic-clic-clic”.

« Voilà...gracias ! Le type badass à genoux dans les buissons avec le soleil sur le visage ! Je connais un tas de copines qui vont les payer cher, ces photos... » Fit-elle d’un air malicieux.

Elle évitait de dire qu’au passage, elle aurait la tête du type qu’ils avaient rencontré pour le filer au CODIR en cas de problème. Mais il ne fallait pas se leurrer, c’était surtout parce que le type était vachement canon. Il avait tout de la dégaine du baroudeur pas trop vulgaire. Par contre, la maladie oblige, ça devait être un sacré coureur de jupons. Ça n’empêchait pas Nelly de se dire qu’il serait pas mal qu’il tombe à la flotte de ce lac, histoire qu’elle puisse le comparer aux Atlantes déjà bien entretenu du contingent militaire.

[
Naalem toisa étrangement la petite espagnole qui sortait un appareil étrange qu’il ne connaissait pas. Il tendit ses muscles prêts à lui sauter dessus sans aucune gêne et la neutraliser…avant de constater que ce fut juste qu’un simple capteur d’images sans plus. Il lui fit un rictus charmant, ça allait donner matière à moudre à ces copines tout ça.
« Ravie de te faire plaisir pour tes prochains fantasmes ! » Dit-il de but en blanc, avec un clin d’oeil, car fallait pas se leurrer le coup des copines, tout le monde l’a déjà utilisé ! Il se redressa un peu plus avant d’aviser les autres « canards ».
« Hé, CHUT !!!!! Tu vas me faire griller !!! » Fit-elle en descendant son arme en même temps que les autres. « C’est quoi ton ptit nom ? »
L’homme ricana doucement « D’accord ça restera entre nous ! » Un nouveau rictus avant d’ajouter son “patronyme” « Blaze ». Il ne se doutait pas un instant, qu’un jour il devrait dire le sien. Seul Kara savait sa véritable origine et surtout patronyme. Pourtant, Naalem c’est bien plus beau que Blaze mais bon, ça se mérite la beauté !
Nelly fit la moue.
« Blaze...nan... » Elle secoua la tête avant que son esprit ne s’éclaire : « Si ! Je sais : Apollon ! Enchantée !! »
« Si ça te fait plaisir ! Et toi “Fabula” (fantasme en loupias) ? » Cela ne le dérangeait pas d’être surnommé, ça lui en fera un autre de plus. Surtout que l’homme n’avait pas la moindre idée de la référence terrienne. Le surnom de “Fabula” était du loupias, quelques mots échangés avec Karaz depuis le temps et cela lui allait bien, comme elle semblait fantasmer en prenant des “captures”.
« Nelly ! Mais va pour Fabula si ça t’amuse !!! » Fit-elle d’un air enjoué avant de se rappeler qu’elle était en mission et elle se racla la gorge pour reprendre son sérieux. Elle reluqua quand même une dernière fois l'apollon d’un œil, à la volée, avant de s’écarter avec un petit sourire. Elle ne flashait pas tous les quatre matins, mais celui-là, il avait un sacré charme. Elle avait été bien réceptive à son petit clin d’œil et à son sourire charmeur. En plus, il déconnait aussi. Aie aie aie. Vite, la douche...

Naalem, lui fit un autre rictus avant de constater que derrière elle, Jacobs arquait un sourcil de surprise découvrant les deux jumeaux, quant à Candom il s’assombrit immédiatement ! Bah tiens l’autre Lavette se sentait menacée !

Naalem, jeta un regard à Pedge et lui fit un petit rictus. Bon au moins, il avait une valeur sûre là-dedans, et la petite Nelly avait l’air cool, cependant l’autre pervers qui tombe sur les seins de sa sœur … Il avait intérêt à être plus intéressant que lavette Candom.
« La petite famille est de sortie ou quoi ? Vous foutez quoi ici les Atlantes ? Non pas que je ne suis pas content de voir la bergère mais … vous êtes encore dans nos pattes et il va falloir vous sauver...encore ! » Les : “vous sauver” était destiné clairement à Jacobs et Candom. Comme le montrait son regard.
« Et vous deux ? Vous fichez quoi ? » Fit Candom, qui avait son arme encore braqué sur son rival.
« Du camping la lavette ! ça ne se voit pas ? C’est un bon spot… Baisse
ton arme, tu vas te faire mal sérieux !
» Naalem n’était pas du tout agressif, bien au contraire, il ne ressentait aucune peur au plus grand dam de Candom, qui finit par baisser celle-ci.
« Baisse toi Candom ! »
« Laisse tomber, ça fait trois heures qu’on est là, il n’y a pas de mouvements pour le moment !! »

C’étaient bien les dernières personnes qu’elle s’attendait à rencontrer ici. Pedge était sur le cul, métaphoriquement parlant, et cela avait chassé pour un temps ses doutes et appréhensions quant à la mission. Quand elle avait vu Teshara sous Sheppard qui s’était cassé la gueule dans les fourrés, elle avait été si surprise qu’elle en avait lâché cette expression. Nelly mettait la main sur Naalem aussitôt. De toute façon, il était rare, du moins de son point de vue, que l’un aille sans l’autre. Elle s’attendait donc à le voir débarquer avec son air goguenard de type sûr de lui. Et cela ne rata pas. Pedge gardait son arme pointée vers le bas, mais elle était tendue. Le problème de ces gens-là était simple : il résidait dans la personnalité anarchique de la fille du duo, et son supérieur venait d’aller lui tâter la poitrine avec son nez, et Dieu sait comment elle allait réagir.

Elle était capable de le buter pour moins que ça, pensa-t-elle, tendu comme un string pour enfant dans le cul d’un sumo japonais. Mais la blonde prit tout cela à la rigolade, et ne voilà pas qu’elle essayait d’aguicher plus ou moins le colonel ? Pedge resta à l’écart, veillant silencieusement, écoutant la conversation avec Blaze. Nelly faisait déjà bien connaissance. La texane avait raté l’épisode de l’appareil photo mais qu’importe de toute façon. La jeune femme soutint le regard du contrebandier quand il la toisa, hochant imperceptiblement la tête. En gros : je suis contente aussi de te voir. De là, à savoir s’il décrypterait ?

Mais l’homme semblait prendre ce signe de tête comme un sentiment commun. Après allez savoir si Naalem le prenait parce qu’il préférait se dire que ce fut réciproque ou parce qu’il avait compris ?

Candom était moins enclin à faire du copinage et Pedge comprenait aisément pourquoi. La menace pour lui résidait tant dans la jumelle que dans son pendant masculin. Les deux l’avaient en grippe, à raison ou à tort, qu’importe. Il fallait penser à préserver le groupe. N’empêche, qu’est-ce qu’ils foutaient là ? Manifestement, ils observaient le croiseur depuis trois heures. Ok et quoi ? Ils n’allaient quand même pas aller dedans à deux si ? D’un côté, ils faisaient toutes les conneries de ce genre à deux, donc ce ne serait guère surprenant. Elle était certaine que la situation sur Ovidae aurait été encore pire si les Atlantes n’étaient pas là ce jour là. Il n’y aurait probablement plus d’Ovidae avec deux tarés comme ça. Enfin… surtout la sœur. Le contrebandier était intéressant, compétent, plutôt agréable à vivre, mais l’autre peste là... Non franchement, ça ne lui faisait pas plaisir de la voir elle.

Une pensée traversa l’esprit de Pedge. Comment ça allait se passer s’ils venaient à les accompagner ? La jumelle tenterait de prendre l’ascendant sur tout le monde, comme elle l’avait fait la dernière fois. Elle manipulait, foutait le bordel de façon incalculée, sans considérer l’équipe (elle se souvenait d’un lancer de boule explosive foireux). Les Wraiths n’étaient pas des indiens complètement dégénérés et consanguins. Il ne fallait pas faire les guignols…




(c) chaotic evil


_________________




DC : John SHEPPARD // Isia TAYLOR LAURENCE // Alexander HOFFMAN // écriture : LawnGreen

Revenir en haut Aller en bas
Ven 9 Mar - 22:12
avatar
√ Arrivée le : 04/09/2015
√ Messages : 2765

Dossier Top Secret
√ Age: 41 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: ATA
Voir le profil de l'utilisateur

Le chaos et l'ordre


Franchement… si un jour on lui avait dit que le sol avait des seins, il serait tombé plus souvent ! Il avait l’air malin, la tête entre une poitrine généreuse et surtout parfaitement inconnue. Une pensée saugrenue lui traversa l’esprit : déjà, il espérait qu’elle était vivante (bon il n’avait pas trop de doute en sentant la chaleur du corps et le fin tissu de la demoiselle) et qu’elle soit jolie ! Oui surtout ça en fait !

Mais bon, aussi sympa soit la surprise pour un homme, ce n’est quand même pas des manières ! John essaya de se relever, un peu surpris de constater que la femme ne semblait pas l’aider et surtout limite l’encourager ! C’est quoi cette phrase ? ça ne le perturbe pas qu’un inconnu vienne lui dire bonjours aux jumeaux ?

Enfin bref, John, (avant de finir étouffer de la plus belle des manières), se releva, les deux mains plaquées sur le sol pour se redresser avec ces bras, dans une position de petit pont sur la jeune femme. Son regard se leva sur son visage …

«Humf, moi aussi … Je suis navré » Dit-il doucement, avant de constater qu’elle était pas jolie non… mais canon ! Bon ça va il n’était pas tombé sur la moche du village. Même si allez savoir ce qu’elle fichait dans les herbes ! La voix de Pedge l’interpella alors, qu’il essayait de se redresser en faisant une pompe, dans le but de se mettre sur le côté de la belle blonde. Comment ça la sœur du contrebandier ? Elle lui avait déjà parlé de ces deux jumeaux… alors c’est eux ?

« Il ne faut pas l’être. », répliqua la blonde en ne bougeant pas d’un iota. Elle ignora la Bergère. Elle en avait après son frère, et l’inverse était vrai aussi, alors elle s’en moquait de cette pimbêche pour le moment. Par contre le beau brun était quand même plus attrayant. Mais bon, qui disait Atlante disait peut-être “Princesse”. Est-ce qu’elle était là elle aussi ?

Ah bon ? Elle avait aimé, chacun ces goûts… Bon il va pas dire qu’une part de lui avait aussi apprécié de constater qu’il n’était pas si mal tombé mais bon... même s’il sentait quelque bouffé de chaleur sur le coup. «Humfr.. Et vous êtes ? »
John se releva retira complètement de la position cocasse contre la blonde. Il se mit sur ses genoux à côté écoutant ce que se disait les autres.

« Et je suis… Une femme, blonde, allongée sur le sol. » Sur ces quelques mots, elle se redressa sur les coudes puis elle bascula sur le côté pour se remettre à genoux. Elle fit un sourire à l’homme et ajouta : « Et maintenant agenouillée, et on m’appelle Cyanure. Et toi ? »

John tourna la tête vers le frère qui semblait attirer le reste de l’attention des Atlantes et qui leur sortait que ça faisait trois heures qui campaient ici… Eh bah… Puis son regard alla sur Pedge quand la belle blonde lui donna son « nom » ou surnom. La sous-lieutenante lui avait parlé de cette Cyanure et de son jumeau… Bon les voici donc enfin, et l’autre blond devait être le type qu’avait rencontré Natasha, Skyler et Kara…Ils étaient donc de potentiel allié.
En tout cas, la blonde était suggestive et assez troublante.
« Enchanté, John Sheppard ! » Il se releva et fit signe aux autres militaires de se calmer. « Bon voici donc nos deux loupias… Vous êtes là pour le croiseur ? »

Naalem s’était figé en étendant le patronyme du mec. Il avait ignoré une phrase de Candom et il s’était levé d’un coup, toujours couvert par les fourrés. Son regard alla sur l’homme, certes bien plus petit que lui… Sheppard ? NONNNNNNN Sérieux ! Mais sérieusement ? RHO la chérie de Koyla ! La légende !! Non mais ! Il se mit à rire nerveusement, c’est le MEC que tous les Geniis cherchent constamment et qui fout la pile à Koyla régulièrement ! Il ne le voyait pas ainsi… Enfin si puisqu’il connaissait les photos, mais plus petit, moins baraqué bref plus lavette quoi ! Alala si un jour, il pensait le voir en vrai ! Il se sentit pousser des ailes ! Koyla les avaient tellement bassinés avec lui ! Limite si Naalem ne croyait pas qu’il n'existait pas ce Sheppard !

Il toisa sa sœur avec un grand sourire, prenant conscience qu’on devait le regarder étrangement et d’ailleurs Sheppard le faisait ! Il fallait vite trouver un truc, donc il prit un air enjoué !
« Eh bah… Eh bah… C’est qu’on rencontre la légende! J’espère que tu es aussi doué que ce que disent les rumeurs… » Dit-il en se grattant la nuque. Ahahaha ! Mais c’est génial ça !!!! Il avait intérêt à être aussi mythique que ce qu’on dit sur lui, sinon Naalem allait être très déçu ! Il était très excité et cela se voyait dans ses prunelles bleu ciel, mais il ne dit rien de plus.

Teshara poussa un sifflement tandis que son frère ricanait nerveusement. John Sheppard en personne. Pour un peu et elle en avait la poitrine dure. Cette pensée l’amusa, surtout qu’elle venait de faire la rencontre du cauchemar vivant de Kolya, cauchemar mêlé de fantasme inavoué. Elle était sûre que ce gros dégueulasse se paluchait avec une photo de son ennemi ici présent, s’amusant à le souiller de sa semence en jouissant, en pensant à toutes les manières de l'enculer profondément. Cette pensée lui arracha un sourire, tandis qu’elle regardait l’homme en détail. Ouais, pas de doute, c’était bien lui. Elle se souvenait des photographies qu’ils avaient eu à l’époque. Tout comme son frère, elle le voyait plus petit, moins costaud, moins affuté, plus mou… Mais bon, pour tenir tête à Kolya, il fallait quand même assurer un max, si bien que les jumeaux avaient presque considéré qu’il s’agissait d’une légende ou un truc dans le genre, susceptible de servir les desseins du général.

« En tout cas, en termes de préliminaires, je trouve qu’il y a du progrès à faire ! », lança la jumelle à la suite de Naalem. « Mais on ne peut pas être bon partout. », dit-elle taquine.
Naalem eut un petit rictus « Si tu n’es pas trop chiante, peut-être qu’il te montrera va ! » Oui ce fut pour la bâcher elle. Il savait à cet instant que Sheppard sera dans la ligne de mire de Teshara. Pauvre gars ! Il lança un regard désolé à celui-ci. De plus ce fut un message codé pour lui dire qu’ils avaient une belle opportunité là. Elle fit un sourire à son frère sans rien laisser paraître mais elle comprenait parfaitement le message, surtout qu’elle se faisait déjà une idée dans sa tête de l’occasion qui se présentait à eux.

Elle jubilait de rencontrer enfin LE Sheppard. Il faudrait trop qu’elle se prenne avec une boite à image, à ses côtés, en faisant une grimace, et qu’elle l’envoie à Kolya par un moyen ou un autre. Ce serait tellement jubilant que d’imaginer sa tête de gros con découvrir qu’elle n’était pas morte et qu’elle était avec son meilleur ennemi ! Mais non, elle ne ferait pas ça, parce que même si elle était impulsive, elle n’était pas conne. Elle avait la paix depuis qu’il la pensait morte, et sa vie était autrement plus intéressante maintenant qu’elle n’existait plus pour les Géniis.

« Et tu te rends comptes Blaze, il a déjà entendu parlé de nous. Je suis certaine que la lavette a fait de grands récits de nos exploits. », rajouta-t-elle en se plaçant à côté de Naalem et en faisant un clin d’oeil à Candom. Et voilà, la guerre venait de commencer par une pique adroitement balancée. Pour le moment, elle snobait Jacobs, Allen, et Bricks. Des femmes tout simplement. Mais la coincée pouvait être certaine qu’elle allait prendre un missile tôt ou tard. On ne pouvait pas chasser le naturel non plus.
« Va te fair...» commença Candom, mais Jacobs lui colla un coup de coude dans les côtes et il la ferma en décidant qu’il serait mieux pour lui de faire le tour du bosquet pour observer les lieux. Il fusilla Teshara du regard et s’éloigna de quelques pas pour aller observer le croiseur avec ses jumelles.

Naalem le regarda et leva les yeux au ciel...« Rectification…de ce que j’ai dit tout la dernière fois : Non il n’a pas progressé. » Il haussa les épaules
« Bon pas grave, s’il se fait tuer ça ne sera pas une grosse perte ! » Il se tourna vers le croiseur. « Bon comme vous êtes là, on va faire avec vous, ça tombe bien avec des bras en plus, ça va être un peu plus facile que prévu… Puisque je suppose que vous venez pour la même chose que nous donc autant unir nos forces et on partagera après. » Naalem ? Oui pragmatique jusqu’au bout comme d’habitude. Il n’avait pas une confiance absolue, mais savait les compétences martiales de la majorité des protagonistes : Allen une bonne guerrière avec qui ça roule bien, Jacobs était tarée mais elle avait dégommé pleins d’indiens et puis bon il l’avait sauvé, Sheppard la légende donc ça passe sinon ça allait chier pour lui. Il restait que Candom qui servait à rien et il ne savait pas pour “Fabula”. Et puis bon, la vie leur place des Atlantes sur le chemin avec une opportunité en or, autant l’exploiter.

John ouvrit de grands yeux sur les deux jumeaux… Ils le connaissaient ? Et ça avait l’air d’être quelque chose. Il oubliait que trop régulièrement que les geniis en avait après lui et donc qu’ils devaient faire des recherches poussées. Il ne savait pas trop s’il devait en rire ou non. Il esquissa un simple rictus aux avances à peine voilée de la jeune femme.
Il allait répliquer quelque chose, puisque bon, comme deux supposé loupias peuvent être au courant de ça ? Et quelle rumeur ? Celle des Geniis ? Mais bon le mec, Blaze, le coupa et le sidéra une nouvelle fois. Comme si ce fut un simple acquis qu’ils allaient s’unir et poutrer du Wraiths…

« Ohoh on se calme… On ne vous connait pas, du moins moi. Donc on reprendre les bases. Un : comment vous me connaissez et deux : vous lui voulez quoi à ce croiseur ? »
Non mais sérieusement… John n’allait pas se jeter tête baissée là-dedans sans rien savoir des deux autres personnes. Bon mise à part quelques informations et notamment retour d’Allen et de Natasha. Le grand blond avait sauvé bon nombre de personne en solitaire donc il pouvait être intéressant, mais lui semblait que la femme était dangereuse.

Naalem se tourna de trois quarts le toisant avec un rictus avenant, il était en pleine forme.
« Les Geniis ont collé des affiches de partout dans la galaxie te cherchant. Bon, je ne sais pas trop pourquoi, mais à un moment elles ont toutes disparues, il avait de belles récompenses pourtant. Après bon, on parle de Geniis, collaborer avec eux, c’est souvent signe de se faire avoir en beauté. Mais ça tu dois bien le savoir... » Petite référence aux soleils rouges qui avaient tenu leurs engagements. Et il jouait bien le mec qui savait pas grand-chose. Et surtout il employait un ton méprisant en nommant son peuple de naissance. Un ton, qui semblait faire écho chez Sheppard qui n’avait jamais entendu autant d’aigreur dans une phrase si simple. Cet homme devait avoir eu affaire aux Geniis et cela avait du mal finir.
« Vous avez eu des problèmes avec des Geniis non ? »
« Comme tout peuple qui ont une technologie. » Fit Naalem en haussant les épaules.
« Pourquoi vous n’êtes pas venue avec d’autres Loupias ? »
Naalem le trouvait bien plus curieux que les autres mais soit, il allait répondre pour le calmer et ainsi être tranquille pour la suite. « On est indépendant. Le goût de l'aventure et de vivre par nous-même. Comme la majorité des Loupias. Ceux qui vive à l’année sur leur planète sont des marchands, cultivateurs etc… Ceux avec qui vous commercez. Les autres parcourent la planète. Surtout depuis les attaques Wraiths. »
Cela se tenait bien, se fit John, puisque les Loupais, avait connu il y a deux ans, une sélection très importante et la majorité de ce peuple, parcourait la galaxie en itinérance et d’autre restait sur leur origine pour commercer avec d’autres peuples et construire des ressources. Ce Blaze affirmait tout cela avait un tel aplomb que John ne pouvait pas savoir s’il mentait ou non.
« Et pour le croiseur ? » Naalem toisa sa sœur, ça c’est elle qui répond. Comme ça elle pourra encore plus draguer son brun légendaire.

Teshara était certaine que Sheppard allait tiquer sur le fait qu’ils le connaissaient. Heureusement, ils ne s’étaient pas exclamés comme deux cons : Ohhh c’est Sheppard !! sinon là ils étaient grillés. Quoique l’excuse que lui servit Naalem était bonne et elle aurait pu passer également auprès de l’homme qui posait beaucoup de questions. Quoi de plus normal après-tout. Naalem lui avait raconté que la Bergère avait posé des questions aussi quand il vadrouillait avec elle. Les Atlantes étaient curieux, et quand on connaissait tous les déboires qu’ils avaient eu, surtout avec les Géniis, nul doute qu’ils ne se laissaient pas apprivoiser aussi facilement.

Elle savait que dans l’histoire, elle serait perçue comme celle qui était la menace de leur duo. Naalem ne fanfaronnait pas comme elle, il était plus posé, moins menaçant, moins direct et impulsif. Cela ne l’empêchait pas d’être quelqu’un de dangereux, à sa façon, et quand il s’y mettait. Teshara l’affichait plus facilement, et Candom s’en souvenait très bien, lui qui avait failli prendre sa lame dans l’œil droit. En avait-il parlé à ses supérieurs ? Peut-être. Peut-être pas. Quoiqu’il en soit, elle allait devoir prendre sur elle. Peut-être que ce ne serait pas pour aujourd’hui, mais le but des jumeaux étaient clairs depuis qu’ils avaient quitté le service obligeant de Monsieur Druan. Ils voulaient se faire une place sur Atlantis et jouir des technologies et du confort présent.

« Mon frère et moi, on recherche des technologies à revendre dans la galaxie, et surtout, c’est un super “technifique”. Il passe son temps à modifier des trucs, inventer des choses, alors quand on a appris qu’un croiseur Wraith était à l’abandon sur cette planète, on s’est mis en tête de récupérer de quoi vivre, tout simplement. » Elle marqua une pause, s’exprimant clairement et sans les “froufrous” habituels de grandiloquence. Elle n’enrobait pas, pour ainsi dire. Pour le coup, elle ne mentait pas, et c’était aussi une bonne chose que de raconter des choses vraies pour faire passer une explication. C’était plus crédible. De toute façon, cette raison était crédible, et c’était celle qui les motivaient à être là. Alors à quoi bon raconter un bobard ?

« Et moi, j’aime les substances en tout genre, j’suis médecin, et peut-être que je peux trouver des trucs intéressants ici aussi. Après tout, les Wraiths sont quand même la race la plus évoluée de ce coin de l’espace. », ajouta-t-elle pragmatique.

Elle approcha de Sheppard, sous l’oeil attentif de la Bergère.

« Donc, nous, ce que l’on veut, c’est entrer la dedans. C’est manifestement votre cas aussi, car on ne voit jamais un Atlante quelque part qui n’a pas un but précis, et dans le coin, je ne vois pas de but plus précis que ce tas de ferraille là. », dit-elle en pointant par-dessus son épaule l’emplacement du croiseur avec son pouce.
« On se couvre mutuellement, vous prenez ce que vous voulez, on prend ce qu’on veut, et s’il y a du grabuges, vous avez deux personnes en plus susceptible de vous couvrir, et nous on en gagne cinq. »

Teshara s’arrêta dans sa petite tirade. Elle savait être pragmatique elle aussi, présenter les choses sous un angle adéquat. Elle venait de donner des informations sur les qualités et fonctions qu’ils avaient, se dévoilant un peu à eux, ce qui constituait un premier pas vers la confiance. Elle espérait que ce geste d’approche pacifique ferait mouche. De toute façon, si Sheppard et son équipe voulait aller dans ce croiseur Wraith, ils devraient compter sur la présence des jumeaux, que ça lui plaise ou non. Autant qu’il les rallie à lui, pensa-t-elle à juste titre.


Pedge ne savait pas trop comment prendre tout ça. Elle avait posé des questions au contrebandier et il était resté vague, bien qu’il répondît toujours logiquement, et pour le coup, cela continuait dans le sens de ses précédentes déclarations. Néanmoins, est-ce qu’on pouvait faire confiance à des gens comme eux ? Sans ces derniers, elle ne serait peut-être pas revenue entière d’Ovidae, ou peut-être sans quelques membres de l’équipe. Jacobs la première. Seule, elle n’aurait jamais réussi à la reprendre à tous ces indiens sans se faire tuer en passant. Seule, Isia serait toujours là-bas, son sang s’étant mêlé à celui des dragons et des sacrifiés depuis bien longtemps, sang qu’elle aurait versé après un calvaire sans nom.

Cyanure ne lui plaisait pas, c’était une évidence, mais son frère, son pendant masculin, était plus raisonné, et il avait une action bénéfique sur la blonde. D’ailleurs, elle semblait avoir laissé de côté ses envies de jeux et de provocations, et elle exprimait clairement le but qu’ils entretenaient en venant ici. En plus, elle savait que les deux larrons ne renonceraient pas. Il fallait voir comment Cyanure avait tout fait pour obtenir des œufs, et elle se demandait même si le début des emmerdes sur Ovidae n’était pas venu de là. Elle ne se souvenait plus bien des circonstances exactes au moment où tout était parti en vrille dans la mission. Du coup, il valait mieux les avoir à l’œil, et donc de les prendre avec eux, plutôt que de les laisser faire leur vie tranquillement, car ils ne resteraient pas au dehors du croiseur. S’ils étaient venus pour lui, ils iraient à lui, Atlante ou pas.

Pedge restait silencieuse, observant l’échange avec le Colonel. Elle admirait sa méfiance, et elle-même conservait son arme en main, canon vers le bas, dans une apparence toute fausse de détente. Elle était prête à défendre son officier si bien reconnu par ces deux-là. Au moindre geste suspect, elle n’hésiterait pas à montrer les dents. Jacobs semblait tendue elle aussi, quant à Candom, après s’être fait de nouveau mouché par la ténébreuse blonde, il était allé faire un peu de reconnaissance, prétexte affiché pour ne pas dire qu’il boudait dans son coin. Quand Cyanure s’était approché de Sheppard, son doigt avait approché la détente et ses muscles jambiers s’étaient durcis, prêt à bondir en avant. Elle attendait le dénouement avec impatience, bien que ce dénouement impliquerait d’aller se jeter dans la gueule du loup laissé là par Méda’lyda. Un terrible pressentiment lui tiraillait les entrailles. La reine les avait toujours doublé : une guerre qui ne servait à rien, sauf à faire évacuer des civils qu’elle pouvait pister pour en rafler un maximum. En ça, elle s’était montrée ingénieuse, à l’image de sa faction. Alors quoi ? Elle laissait maintenant un vaisseau en rade dans un lac sous les yeux de tout le monde ?

Des Loupiens connaissaient son existence, et pas elle ? Ça puait le piège à plein nez. C’était comme le fromage sur la tapette à souris. Il était trop tentant pour y résister et c’était la dernière chose que la petite bête voyait avant de prendre un coup derrière la nuque. Mais bon, ils étaient là maintenant.

John écoutait les paroles des deux jumeaux… que ça soit l’homme ou bien la femme leur réponses étaient cohérentes et il ne savait pas comment réussir à départager les deux. Pourquoi devait-il se méfier ? Pour une raison simple : la blonde était dangereuse et ils étaient familiers. Même si les aventures du blond avaient quand même bien doré leur image à tout les deux. Au final, à chaque fois qu’ils croisaient des Atlantes, ils les aident et participaient à l’aventure souvent merdique et bourré d’adrénaline qu’on les Atlantes.

John n’aimait pas trop le jugement que portait Blaze sur Candom, mais décida de le garder pour lui. Il ne savait pas tous les dénouements de la mission sur Ovidae et pour porter pareille phrase il y a dû se passer quelque chose. John eut une petite moue dubitative.

Candom et bricks avaient disparu dans une reconnaissance sur la droite.
Il fit un signe à Pedge et Jacobs de venir avec lui.
« Hum je vois. On fait une dernière reconnaissance et on avise d’un plan alors. » Dit-il aux deux blonds. Il voulait surtout l’avis des personnes qui connaissaient le mieux leurs interlocuteurs. Il s’éloigna avec les deux femmes, sous le regard de Naalem qui s’était contenté d’un simple hochement de tête. Une fois à l’abri des oreilles indiscrètes John questionna ses deux lieutenants.
« Vous pensez quoi d’eux ? Et surtout pourquoi l’homme considère Candom comme une lavette ? Ils ont eu des différents ? »
Jacobs ne savait pas si elle devait dire pour la tentative de viol ou non…alors elle tourna autrement.
« Candom a été soumis aux effets des œufs. Il n’était pas lui-même colonel, il a fait des avances aux femmes présentes dont la sœur et n’a pas été très bon en corps à corps face à Blaze. Je crois que celui-ci ne l’aime pas trop, parce qu’il ne remplissait pas le rôle qu’on attendait de lui dans la grotte : protection et sang-froid. Et parce qu’il a failli se faire sa sœur. Un simple conflit d’intérêt masculin je dirai. »

« Je suis d’accord. C’est un truc d’homme, largement entretenu par sa soeur qui en joue. Elle est pas nette cette fille, mais lui, ça va. Il est réglo selon moi, mais faut pas écraser les pieds de sa frangine. ». Pedge haussa des épaules. Dur de justifier son impression, mais elle ne pouvait pas tout dire vu qu’ils avaient passé certains éléments de cette sordide affaire sous silence. « Les connaissant, et Jacobs dira ce qu’elle en pense également, ils ne lâcheront pas l’affaire. Qu’on les prenne avec nous ou pas, ils iront dans ce croiseur, et je pense que c’est plus sage de les avoir à l’oeil que de les laisser en électron libre. ».

« Je rejoins l’avis d’Allen. Ils sont têtus comme des mules ! Enfin surtout la sœur, le frère je ne sais pas trop. J’étais généralement dans un état second durant cette mission. Je sais juste que lui, il a bougé son cul avec Allen pour me sauver et qu’il m’a porté tout du long. Il aurait pu nous laisser nous démerder. »
John hocha la tête réfléchissant aux divers propos. Il comprenait que le frère protège la sœur c’est courant même chez les terriens.
« Lequel des deux prend les décisions ? L’homme est un technifique, je ne sais pas ce que c’est, mais il a l’air affuté, il a des compétences martiales ? Et elle ? »

Pedge était satisfaite de ce debriefing sur ces deux-là. John posait les bonnes questions pour les connaître, obligeant les deux femmes à faire aller leur mémoire pour lui donner un maximum d’information. En tout cas, elle était d’accord là aussi avec Jacobs.
« Il a tendance à guider le binôme. Cela n’empêche pas la jumelle de prendre des décisions, mais souvent, il les tempère. Ils fonctionnent vraiment comme les deux doigts d’une main. Cependant, je pense qu’il a plus l’ascendant sur elle que l’inverse, et cela tient au fait qu’il la protège et qu’elle s’en remet à lui. Cela dit, elle est débrouillarde et je ne serai pas étonnée qu’elle sache se demmerder seule pour se tirer d’une mauvaise situation. Apparemment, c’est elle qui le soigne quand il est blessé, elle est effectivement médecin, même si je dirai qu’elle s’intéresse surtout aux substances bizarres. ». Elle pensait notamment au fait qu’elle avait agressé Candom sans autre forme de procès apparemment, d’après les dire de ce dernier. « Il est affuté, c’est un soldat ou quelque chose s’en approchant. Elle aussi. Mais j’ai cotoyé plutôt le frère que la soeur. Il se déplace discrètement, sait utiliser ses armes, et il sait se battre au corps à corps. Il est plus dangereux que son air tranquille le laisse paraître. Il a des inventions assez destructrices, un peu comme nos grenades. », compléta-t-elle en laissant traîner son regard dans la végétation comme si elle pouvait le voir au travers. Elle pensait avoir dépeint un bon tableau de ces deux-là.

John eut un petit air étonné…Bon ils n’avaient pas forcément affaire à deux pégasiens amateurs qui se promènent en quête de copains. Outre quelques notions martiales, ils avaient aussi de la technologie. Cela rassurait John sans vraiment le rassurer. Ils pouvaient apporter beaucoup et en retirer aussi… Bref dangereux sous leurs beaux airs de charmantes personnes.
« D’accord. On a deux individus dangereux, avec des armes puissantes et inventifs. Donc ce n’est pas le pégasiens lambda. On les prend avec nous et on garde quand même un œil, surtout que la femme est plutôt imprévisible. » Résuma John, qui de toute façon, préférait avoir ce genre d’élément avec lui, qu’en électrons libres qui pourraient faire capoter leur plan. Jacobs était aussi d’avis de les garder.
« Dernière question : la femme est du genre provocante ou pas ? » Question très con, mais n’oubliant pas que John voit que très rarement quand on le drague et là il avait un doute.

Jacobs pouffa involontairement face à la question de son colonel. Cet homme est dragué par la moitié de la cité et ne voyait toujours rien ! incroyable ! « Du genre à vous trouver à son goût colonel ? Ou à chauffer tous les hommes qu’elle croise ? »
John se sentit très bête et secoua la tête. « Dragueuse invétérée ou femme dominatrice qui cherche à s'approprier tous les hommes en ignorant les femmes. » Car elle risquait de ne pas écouter les deux officiers devant lui si c’est le cas. Et pour savoir, s’ils doivent être séparer où il la met pour faciliter son obéissance.

Pedge secoua la tête, dubitative face à la niaiserie du Colonel. Mais c’était aussi une facette qui faisait son charme. « Elle a déballé deux fois le termes de préliminaires, elle vous bouffe des yeux, et elle n’a rien fait pour que vous ne tatiez plus ses seins, alors je pense qu’elle vous provoque oui. Je la mettrai plus dans la dominatrice que dans la dragueuse invétérée. Elle sait ce qu’elle veut et avec qui elle veut mon Colonel. », répondit Pedge qui n’en revenait pas vraiment de dire ça à un de ses supérieurs masculins. C’était un peu ubuesque mais bon, ça collait bien avec la situation d’un côté.


John se sentait doublement idiot, Candom étant considéré comme une lavette il n’allait pas se faire rentrer dedans donc ça serait tout pour sa gueule. Il soupira roulant des yeux. Il est du genre dragueur aussi, jolie cœur comme dise certaine, mais bon il est en mission sur le coup et une mission pas du tout pénarde. Pas le genre d’endroit pour faire le coup de la chambre à une jolie blonde.
« J’ai le chic avec le combo Wraith blonde... » dit-il dans sa barbe, ne voulant pas spécialement être entendu, cela était sorti tout seul. Jacobs avait entendu et eu un rictus en toisant Pedge. Le colonel la faisait rire, un homme de cette trempe qui demande s’il n’a pas eu les yeux qui louche ! Alala c’est presque mignon !
« Bien. On va retourner les voir, faut qu’on entre dans le vif du sujet ! »

« Bien mon colonel. », fit Pedge sans répondre au rictus de Jacobs. Elle était toujours aussi froide, rien n’avait réellement changé, mais aujourd’hui, c’était particulier. Elle s’était contentée d’hausser des épaules quand Sheppard avait parlé de son combo. Elle espérait vraiment qu’il ne mettrait pas Cyanure dans son plumard.

John ne comptait pas mettre qui que ce soit dans son lit pour le moment. Il se faisait juste la remarque qu’il avait un don pour attirer les blondes quand du Wraith rode. // Bricks, Candom, revenez vers les pégasiens //





(c) chaotic evil


_________________
JohnSheppard

Double comptes : Isia Taylor-Laurence & Alexander Hoffman & Naalem Lays //écriture : MediumTurquoise
Revenir en haut Aller en bas
Ven 9 Mar - 22:16
avatar
√ Arrivée le : 16/04/2017
√ Messages : 277

Dossier Top Secret
√ Age: 31
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Inoculation
Voir le profil de l'utilisateur

Le chaos et l'ordre



« Hé ! » Avait appelé Nelly en voyant Condom s’en aller faire la tête.

Elle recula de quelques pas, se disant qu’avec Jacobs, et surtout Pedge, le colonel ne risquerait pas grand chose. Elle ne connaissait pas du tout cette blonde top modèle de la mort qui tue. Mais franchement, si elle devait juger au pif, Nelly était prête à parier en voyant les réactions que c’était une emmerdeuse professionnelle, et qui devait prendre son pied à le faire en plus. Elle avait fait la moue en voyant l’apollon insulter Condom avec autant de facilité. Il avait déjà perdu de l’atout charme le tombeur, c’était pas super glamour les types qui rabaissaient les collègues à la volée. Du moins c’est ce qu’elle pensait malgré le fait qu’ils se connaissaient visiblement d’une expérience précédente.

La petite espagnole alla à la rencontre d’Alexis, lui tapotant l’épaule d’un doigt alors qu’il s’était mis à l’observation depuis ses jumelles.
« Tu sais que dans les films, c’est toujours celui qui s’écarte comme ça qui meurt d’une façon ignoble et bien sanglante devant tous les camarades ? »
« Ouais enfin, dans les films, c’est toujours la pimbêche qui crêve salement en premier. Et quand tu vois l’autre blondasse là, je m’inquiète pas trop.», dit-il en restant allongé, les yeux dans ses jumelles.
Nelly s’installa à coté lui.
« Bah ça dépend ! Des fois, celle qui a les plus gros lolos et qu’est la plus blonde survit pour le fantasme du public. » Elle lui donna un coup de coude. « Tu sais que tu lui donnes exactement ce qu’il veut, à mon apollon sucré, en te sauvant faire la tête ? Pourquoi tu le renvoies pas balader s’il t’ennuie ? »
« Si tu le dis. Hé arrête de me faire bouger, j’ai failli me foutre la lunette dans l’oeil.», dit-il en détachant ses yeux des jumelles. Il était bougon.
« Je ne fais pas la tête, je contribue au bon déroulement de la mission. Récolte d’information. Tu devrais en faire autant petit escargot. », dit-il en lui faisant un sourire et de reporter son attention sur le croiseur, sans mettre les jumelles devant son nez cette fois.
« Si ! J’en récolte des infos ! J’veux savoir pourquoi tu fais bouboude quand quelqu’un dit que t’es une lavette. Je sais pas, tu pourrais lui dire…”T’as vu ta gueule toi ?”, ou…”gnagnagna”...ou…”JE SUIS COUILLATATOR, TU PEUX PAS TEST !” »
Candom secoua la tête en pouffant un peu. Cette nana était tarée. « Je préfère éviter de sortir ce genre de chose devant eux, je préfère garder mon surnom entre les murs de la cité.» Il lui fit un autre sourire. Il avait pas spécialement envie de discuter de ça. « Ecoute, ce n’est rien, je ne m’abaisse pas à leur niveau, voilà.»
Nelly lui envoya un autre coup de coude.
« Mentiroso va. T’es vexé. »
Son regard se tourna vers cet énorme croiseur. « Mais ça fait rien. Là-bas, je préfère avoir la sécurité de la “lavette” que celle de “fessier dodu” si ? »
« Si mucho.», fit-il en faisant claquer un baiser sur son index et son majeur à la manière d’un italien/espagnol, il en savait rien du stéréotype. Il se marra deux secondes en considérant le profil de Nelly et reporta son attention une nouvelle fois sur le croiseur. « Alors, ça te fait quoi d’aller la dedans ?», demanda-t-il. Les enfants discutaient pendant que les grands prenaient des décisions. En tout cas, rien ne bougeait aux alentours du croiseur.
« Ben j’ai peur... » Avoua-t-elle. « C’est à Méda’Iyda ça. Le top niveau du danger. A côté d’elle, les autres Wraiths, c’est du tourisme alors... »
Elle pinça des lèvres et haussa les épaules. Elle se tut avant d’ajouter :
« Dans les films, la petite nana mimi et sympa, elle survit tout le temps. »
« Ouais, mais on est pas dans un film et je pense pas que les Wraiths puissent te trouver autrement que appétissante… Je t’avoue que j’ai un peu peur aussi et la présence de l’autre blonde ne me rassure pas ! » dit-il en boudant de nouveau. Faut croire que l’évocation de Teshara le mettait sur les nerfs.
« Ver a alguien ! On l’aura bien à l’oeil, ma lavette adorée ! Et si l’autre a le dos tourné, je lui couperai les tifs à ta blonde tripote-coronel ! Si, si ! Faut pas sous-estimer le pouvoir des ciseaux. Arme de destruction massive et j’en ai plein le sac.» Elle hocha la tête avec gravité, comme si elle le jurait, avant d’ajouter doucement : « Rassuré maintenant ? »
« Ouais pour sûr, tu es tellement crédible quand tu causes l’escargot, que je suis totalement rassuré là. » Il la poussa gentiment du coude pour l’embêter, appréciant les efforts qu’elle faisait pour lui remonter le moral. Il pouvait bien la taquiner un peu. Nelly ricana un peu, ça la soulageait un peu de la pression qu’elle ressentait. Depuis la mission de reconnaissance qu’elle avait mené avec Adam, elle ne se sentait pas bien à approcher de cette faction. Elle repéra des silhouettes et elle lui tapota le bras en disant :
« Ils reviennent. Fini de bouder, caporal... »
« Bien chef. », répliqua-t-il avec un sourire en mimant un salut du plat de la main.
« Si ! Femme au pouvoir ! » Il se contenta de ricanner.
L’appel radio de Pedge intervient au même moment. C’est ce que Nelly disait : femmes au pouvoir. Les hommes étaient largement en minorité !



(c) chaotic evil



_________________


Double compte : S. Caldwell, P. Sidney
Revenir en haut Aller en bas
Ven 9 Mar - 23:28
avatar
√ Arrivée le : 06/04/2017
√ Messages : 71
√ Localisation : Atlantis


Dossier Top Secret
√ Age: 32 ans
√ Nationalité: Alien Alien
√ Gêne: Non
Voir le profil de l'utilisateur

Le chaos et l'ordre


Naleem toisa Sheppard qui partait faire une soi-disant reconnaissance complémentaire, ce n’est pas à lui qu’on va apprendre à être le plus malin. Il haussa les épaules, si ça l’aide à prendre une décision de toute façon, ils iront avec ou sans eux dans ce croiseur, il fallait juste savoir s’ils y allaient en mode : bourrin ou non. Après et il devait le reconnaître, il préférait avoir les Atlantes avec lui. Mettre Candom en leurre Wraith était juste parfait, il avait la tête de l’emploi. Peut-être qu’il n’aurait pas dû lui tirer les puces avec son surnom, mais bon, c’est physique, il ne peut pas sentir ce faiblard. Incapable de se contrôler et surtout de mauvais poil a cause du fait qu’il n’a jamais utilisé son sexe autrement qu’avec sa main droite !

Le grand blond, se tourna vers le croiseur imaginant certain scénario pour y pénétrer.
« Tu sais quoi ma Tesh ? Ton nouveau chéri, il n’est pas con, il a l’intelligence de se méfier un tantinet. Par contre, il va falloir qui revoit sa manière de dire : « on va parler avant car je vous connais pas alors que les deux autres si » »

Tout comme son frère, Tesh’ regardait le colonel s’éloignait avec la coincée et la bergère. Il était bien entouré le cochon, quoique les deux là n’étaient pas les plus charmantes des Atlantes qu’elle avait déjà vu. La doc’ par contre, elle était a tomber. Mais elle ne semblait pas être là. Dommage. Elle haussa des épaules alors qu’ils s’éloignaient. Elle n’était pas dupe non plus. Il faisait un point avec les deux femmes pour savoir si oui ou non, ils venaient avec eux.
« Le contraire aurait été étonnant, mais c’est vrai que son jeu d’acteur est mauvais. Je lui donnerai des cours privés. », fit-elle en se tournant finalement vers son frère pour mettre ses deux mains sur ses épaules et s’appuyer sur lui en regardant le croiseur par le côté de son bras droit, étant trop petite pour voir par dessus son épaule.
« Mais nous sommes trop réputés pour qu’il refuse. Je te pari ce que tu veux qu’on les accompagne ! Et promis... » elle baissa la voix pour chuchoter : « ... je me tiendrai bien. »

Naalem sourit à la petite remarque de sa sœur, il n’avait aucun doute qu’elle allait viser le privé avec lui !
« Si tu veux lui faire une démo, éblouie le ma belle ! Dommage qu’on ne puisse pas envoyer une capture à ce con de Koyla… Il aurait eu les nerfs ! »
Naalem ressentait une certaine excitation à évoluer avec le chouchou de son ex bourreau. Voir, ce qui a fait la légende et surtout l’homme qui a fait pleurer Koyla tous les jours ! Et dans un sens, il était assez satisfait de tomber sur des Atlantes connu, pas besoin de refaire copain copain ou autre, chacun se connaissait suffisamment. Même si Candom et Jacobs n’était pas trop appréciés. Cela n’avait pas d’importance au final. Naalem, était suffisamment bon pour leur montrer pourquoi il méprisait Candom et si ça permet à l’autre lavette de se surpasser juste par égo et bien tant mieux ! Ils en seraient tous gagnant. Quant à Teshara, Naalem savait qu’elle était déjà éblouissante, surtout si elle se montre sage.
« De toute façon, ils n’ont pas le choix ! On va l’avoir notre billet pour la grande cité ! » Fit-l’homme en se baissant un peu pour que sa sœur puisse voir.

Teshara gloussait doucement. Elle avait eu la même pensée (comme souvent), que son frère quant au fait d’envoyer une capture à ce con de Kolya. D’un côté, cela lui faisait bizarre d’être en présence de l’ennemi numéro un des Géniis. Et s’ils le capturaient pour le ramener ? Ils pourraient retrouver une place dans l’organisation. Certes, c’était une possibilité. Mais Kolya aurait vite fait de les faire tuer ensuite. Trop dangereux, trop efficace, trop déserteur. Nan et puis franchement, elle se voyait retourner sous la férule de ce dingue ? Pour qu’elle traite quelqu’un de dingue, alors qu’elle se considérait comme la reine des fêlés, il fallait quand même en tenir une couche. Elle était bien, là, libre de faire ce qu’elle voulait sans subir les humiliations et les brimades. Elle chassa cette idée opportuniste de sa tête.
« Tellement, il aurait tout cassé autour de lui, je le vois d’avance. », dit-elle en ricannant.
« Et hurler nos noms comme il le faisait si bien ! » Fit Naalem avec une pointe de nostalgie moqueuse.
« Je ne pouvais plus l’entendre, et pourtant, tu sais que j’aime qu’on hurle mon nom ! », répliqua-t-elle tout aussi moqueuse. Naalem ricana de plus belle.

Elle était certaine de trouver un confort de vie plus important et plus adapté à sa délicate personne en arrivant à se retrouver sur Atlantis. Elle n’avait pas peur de la nouveauté, bien au contraire, et elle était excitée à l’idée de faire ses preuves aujourd’hui pour manipuler tout le monde et se retrouver dans la cité. En plus, elle allait y découvrir de tas de choses, et si on ne pouvait pas enlever quelque chose aux jumeaux, c’était leur soif de connaissance.
« J’ai hâte, presque tout autant que d’aller dans ce fichu tas de ferraille. Ils foutent quoi sérieux ? » Teshara et son impatience légendaire.

Naalem se tourna voyant les trois silhouettes revenir vers eux.
« Ta légende arrive ma chère, avec ses deux escortes »
« Je jubile d’avance. », déclara Teshara en gardant une mine affable des fois qu’on les observait en même temps.





(c) chaotic evil


_________________
DC : Erin Steele & Pedge Allen
Revenir en haut Aller en bas
Sam 10 Mar - 0:47
avatar
√ Arrivée le : 04/09/2015
√ Messages : 2765

Dossier Top Secret
√ Age: 41 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: ATA
Voir le profil de l'utilisateur

Le chaos et l'ordre


Ainsi les Atlantes se réunissaient avec les jumeaux. John trouvait ça vraiment étrange qu’il n’ait pas de mouvement dans ce croiseur. Ça ne sentait pas très bon et après avoir partagé des informations avec les deux jumeaux, il apparaissait que soit le vaisseau était vide ou endormi. Dans tous les cas, il faudra se montrer discret et prudent. Le colonel, n’aimait pas spécialement entrer par la grande porte et il n’avait bien que ce passage-là.

L’homme fouilla dans son sac à dos, il prenait toujours une oreillette radio en plus au cas où. Il la tendit à Naalem, lui montrant son fonctionnement. L’autre homme fut très réceptif acceptant le présent en posant une ou deux questions très techniques qui affirmait clairement son esprit de scientifique. John était bien en peine de lui réponde et lui servit sa culture pas aussi poussée sur le sujet des transmission radio et du métal conducteur ou non.
Jacobs qui avait pris une autre oreille, puisque la dernière fois elle avait perdu la sienne, donna à contre cœur celle-ci à la jumelle. Imitant son supérieur mais tout en restant neutre envers Teshara. Cette dernière récupéra l’objet et l’inséra dans son oreille. Ce n’était pas inconfortable, mais un peu gênant quand même. Néanmoins, elle ne fit aucun commentaire.

« En route, restez prudent et on ne se sépare jamais sauf si je donne l’ordre. »

Nelly prit la position dans l’équipe pour couvrir le côté du terrain pendant la progression. Lorsque le colonel le lui ordonna, elle quitta son sac à dos et détacha l’énorme partie qui lui donnait l’air disproportionnée pour l’amener au bord du lac. Elle tira le déclencheur d’un coup sec et le canot pneumatique se gonfla de lui-même, se déployant à la surface du bassin. Nelly monta dedans avec beaucoup de facilité, vu son poids, puis sépara les pagaies pour ceux qui allaient ramer.

Naalem hocha la tête… il ne savait pas trop s’il allait obéir à cet homme, mais dans une cohésion de groupe, il fallait bien un leader. Il verrait bien selon les évènements ce que ça donne, il n’avait pas peur de prendre le lead sur la légende. Mais, qu’il ne compte pas sur son obéissance totale non plus. Lui, il fonctionne autrement, quoiqu’avec la formation militaire il savait suivre un ordre, à la condition que celui-ci lui aille. Avec Pedge, ils avaient trouvé un équilibre au final. Après les Atlantes étaient portés sur la hiérarchie tout comme les Geniis et il fallait bien évoluer avec.

Il prit naturellement une rame, ce n’est pas avec les petits muscles de Fabula et de la lavette qu’ils allaient aller bien loin. Sans vraiment demander il s’installa le dernier et au fond du canot, pour vigiler l’arrière.

Candom pesta, voyant que Naalem avait pris Sa rame.
« Hey ! Tu as pris ma rame ! »
Naalem, avait pas fait gaffe qu’on lui parlait, c’est un coup de coude de quelqu’un, en l'occurrence de sa soeur, qui le fit tourner la tête vers la lavette. Il le toisa de haut en bas, avant d’hausser les épaules.
« Il n’est pas marqué ton nom dessus. Si tu ne rame pas, va à l’avant ouvrir l’œil, tu seras plus efficace. » dit le jumeau pragmatique, il était en mode “chasse” donc niveau humour il repassera l’autre frustré.
« C’est notre canot, donc tu ne rames pas ! »

John se tourna vers Candom qui avait du mal avec le blond. Le colonel, décida de ne pas intervenir, c’est un bon moment pour voir la réaction du pégasiens en somme. Mais, il espérait que ça se calme car bon, ils avaient un objectif sérieux quand même !

Et Naalem, en toute franchise avait bien envie de le foutre à l’eau et lui apprendre à ramer avec un bras en moins ! Mais bon, il devait prendre sur lui… Oui, il devait être sage… Il va finir par le buter ce Candom s’il ne fait pas d’effort lui aussi. Il lui lança un regard mauvais, se levant de toute sa hauteur, dominant facilement le petit homme devant lui et lui fourra la rame sur le torse sans aucune douceur.
« Tiens, démerde toi ! Si tu veux faire le malin …Montre nous ! » Fit-il avant de se déplacer et de prendre l’avant du canot et sortir son arme, pour faire une couverture.

John suivit l’échange et eu un rictus barré sur le visage, il fit un signe à Candom de se calmer mais Alexis ruminait sévèrement encore. Et il ne répondit pas à cause du geste de son supérieur, le prenant pour un “ta gueule”.


Teshara observa d’un oeil amusé les deux hommes se prendre la tête sur la possession de la rame. Pour sa part, elle s’installa au centre du radeau, contente de ne pas avoir à se mouiller les pieds pour aller dans ce fichu croiseur. Conformément à ce qu’elle avait dit à son frère adoré, elle essayait de ne pas faire de vague, aussi se garda-t-elle d’intervenir auprès de Naalem pour lui assurer la possession de la rame. Mais elle était bien tentée de balancer une grossièreté à la lavette. Néanmoins, la blonde ne perdait pas une miette de l’échange, tout comme de la communication non verbale de Sheppard avec son subordonné, lequel finit par récupérer sa rame en boudant.

La jumelle poussa un soupir, replia ses jambes à la perpendiculaire de son corps en gardant ses genoux près d’elle, tout en glissant son sac à dos entre, afin que tout ce petit monde puisse monter dans l’embarcation qui n’avait pas des dimensions extraordinaires. Jacobs prit place à côté d’elle non sans lui jeter un regard suspicieux. Toujours aussi chiante celle là, pensa la pégasienne.

Pedge se gardait d’intervenir dans la “dispute” entre le contrebandier et la capote. Elle trouvait cela puéril, et elle se demandait si le comportement quelque peu directif du pégasien ne viendrait pas en conflit avec celui de Sheppard. En effet, ce dernier était censé coordonner tout le monde, les jumeaux compris désormais, mais cela n’allait pas être simple, surtout avec ces deux-là. Elle fut étonnée que l’autre timbrée ne vienne pas jeter de l’huile sur le feu comme elle avait l’habitude de le faire. Elle était trop sage, et c’était suspect. Qu’importe, Pedge fit comme Jacobs, et elle prit la droite de Cyanure. Ainsi, elle était bien encadrée entre les deux soldates. La rame en main, elle attendait que tout le monde soit installé pour prendre le rythme de la croisière.

Nelly avait sagement fait pareil, prenant peu de place sur l’un des flancs du canot pour participer à la rame. Elle semblait ignorer volontairement la dispute, son regard allant néanmoins vers le Naalem armé qui surveillait l’avant.






(c) chaotic evil


_________________
JohnSheppard

Double comptes : Isia Taylor-Laurence & Alexander Hoffman & Naalem Lays //écriture : MediumTurquoise
Revenir en haut Aller en bas
Dim 11 Mar - 19:08
avatar
√ Arrivée le : 09/11/2014
√ Messages : 1398
√ Localisation : Atlantis


Dossier Top Secret
√ Age: 33 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Non
Voir le profil de l'utilisateur

Le chaos et l'ordre


Environnement


Il n’y avait pas âme qui vive. Le croiseur tanguait tout seul sous la force d’une puissance invisible, comme une péniche reposant tranquillement à quai, tandis qu’il exhibait des crevasses entières dûes à un violent combat. Le blindage organique s’enfonçait profondément par endroit, suintant un liquide transparent étrange comme s’il saignait. L’extérieur à la couleur particulière, signature des ingénieurs, était très fortement noirci par une rentrée atmosphérique plutôt violente. A voir les arbres arrachés au loin, sur la berge à l’opposée, l’engin s’était posé sur l’eau en catastrophe et pas mal de débris flottaient, l’entourant comme un panache de déchets réguliers. Ces éléments avaient même dû contaminer cette grande étendue puisque des poissons étranges à deux têtes flottaient macabrement à la surface.

Arriver au bord du vaisseau permettait de prendre conscience de son immensité. C’était pourtant un croiseur et non un vaisseau ruche. Mais il s’élevait si haut qu’il dissimulait maintenant le soleil et projetait une ombre inquiétante sur leur canot. Ils atteignirent rapidement des zones littéralement éventrées où la structure intérieure se laissait apparente. Comme un être à l’agonie et cruellement mutilé, les organes internes ressortaient par grappes et pendouillaient le long de ce qu’il restait de blindage. Le même liquide sanguin continuait de s’écouler depuis des sortes de lianes, comme un petit robinet qu’on aurait oublié d’arrêter, et qui se répandait à l’extérieur de la coque pour tomber dans l’eau. Cela créait une étrange surcouche de marée “blanche” dans laquelle l’équipe fût obligée de progresser.

Naalem regarda les différents poissons, étant en avant il pouvait aisément voir ce genre de chose affreuses… Il aurait bien touché du bout d’un bâton ces corps, mais il n’avait rien sous la mains… Peut-être balancer Candom, pour voir s’il meurt, cela serait une avancée scientifique ? Non…
« Hum… j’ignorai que les croiseurs Wraith avait autant de poison dans leur structure… »

De près, il était encore plus impressionnant que de loin. La structure était immense, et les humains semblaient bien petit à côté de tout ça. Teshara aurait aimé être allongée dans l’herbe, dans le bosquet où ils étaient toute à l’heure, pour matter l'atterrissage de ce croiseur. Ça avait dû être sacrément excitant de voir cette énorme carcasse heurter le sol et glisser pour finir sa course dans l’eau dans des gerbes d’écumes impressionnantes. Elle ne pouvait que l’imaginer. La jeune femme n’était nullement inquiétée par l’ombre grandissante du vaisseau, bien au contraire. Plus ils approchaient et plus elle mourrait d’envie d’aller voir dedans. Qui plus est, observer tous ces poissons flottant à la surface de cette eau qui prenait peu à peu la teinte du lait commençait à lui filer des idées. Elle était certaine que la pollution qui tuait la faune aquatique du lac provenait des liquides qui s’échappaient des plaies béantes du croiseur Wraith. Forcément, elle s’imaginait déjà avec un échantillon de ce produit. Bien coincée entre la bergère et la coincée, elle ne risquait pas de pouvoir se pencher pour prélever de l’eau, car à défaut du sang du vaisseau, elle aurait pu se consoler avec ça.

« A mon avis tous les fluides qui s’en échappent ne sont pas bons pour l’environnement. », dit-elle pour continuer la conversation que son frère ne voulait pas lancer en faisant cette simple constatation. C’était un peu comme si Karaz avait garé sa foutue navette au dessus d’une rivière et qu’il vidangeait dedans les fluides qui faisaient fonctionner son appareil. N'empêche, elle trouvait fascinant de voir cette carcasse de vaisseau composée d’une structure métallique mais aussi organique. C’était un formidable être vivant, qui était en train d’agoniser devant ses yeux.

« Ouai… Faudrait prendre un échantillon, ça peut être utile. » ajouta l’homme.
« C’est bien mon intention. », répondit-elle simplement tout en suivant du regard un filet de sang suintant d’une liane qui pendouillait mollement non loin d’eux. Naalem hocha la tête concentré sur le bâtiment flottant devant eux.


John ne dit rien, il trouvait le spectacle macabre et un brin flippant. Il se fichait bien de savoir si la belle blonde, prenne où non des échantillons, n’importe quel scientifique l’aurait fait au final. Juste pour la curiosité de la science. Intérieurement, il avait une petite tension, qu’il tempérait plutôt bien, mais qui se manifestait un peu plus à chaque rame qui les rapprochait de ce croiseur. Une peur, puisque ce fut le mot, de revivre magna mais dans un cas unique et différent de la caverne Natus. Il espérait qu’il ne trouverait pas encore des mastodontes où autre connerie imaginaire des Wraiths. Les rois de la création de chimère. Son appréhension était surtout là… dans son imagination de croiser une autre abomination de ces ingénieurs un peu trop créatif.
Plus elle ramait vers son destin, plus elle sentait son coeur bondir dans sa poitrine. Si ce n’était la discussion sur la pollution des deux jumeaux, personne ne parlait dans le radeau. Et Pedge n’était pas celle qui ferait la conversation. En effet, une peur animale était en train de s’emparer de ses tripes, et il n’y avait que le mouvement répété et automatisé de ses bras pour pagayer qui lui permettait de ne pas céder à ses angoisses. De toute façon, elle allait faire face, comme toujours. Mais qu’allait-elle trouver là dedans ? Elle ne le sentait pas du tout. C’était trop simple. C’était trop calme. Ce n’était pas digne d’elle. Méda’lyda avait toujours un coup d’avance. Sa Némésis ne pouvait pas laisser un de ses croiseurs à l’abandon comme ça. Ok, le Colonel Caldwell avait intercepté l’appareil qui était chargé de le chercher, mais après ? N’était-ce pas aussi un stratagème de cette reine ? Un coup d’échec magistral ? Elle sacrifiait un pion pour attirer le roi dans un piège et la reine venait lui couper toute retraite. Echec et mat.

Néanmoins, ils devaient enquêter, ils devaient glaner des informations pour la combattre, et peut-être que ce croiseur était un coup du sort, ce fameux coup du sort qui allait faire pencher la balance dans le sens des Atlantes, afin de reprendre l’avantage dans cette guerre qui s’était déclarée sur la Magna. D’ailleurs, le départ précipité expliquait pourquoi il n’y avait pas de représentant Natus pour les accompagner dans cette escapade bucolique. Quoiqu’il en soit, Pedge espérait vraiment qu’ils trouveraient quelque chose qui vaille la peine. Elle prenait trop sur elle pour se dire simplement qu’elle venait pour rien. Pas une seconde fois. Pas un nouvel échec. Elle espérait que ce n’était pas un point d’intérêt placé sciemment là pour les occuper tandis que les choses sérieuses se passaient ailleurs. Peut-être qu’elle sur-estimait trop cette Reine Wraith, mais l’ingéniosité dont elle avait fait preuve faisait honneur à sa faction. Il ne fallait pas la prendre à la légère. Le regard de la texane resta fixé sur le devant de l’embarcation. Ils y seraient bientôt.

Le blond, attrapa la « berge » pour orienter le canot et permettre l’accostage sur le sol du croiseur… Son regard observait la structure ébranlée par un combat rude. Cela le fit sourire doucement, de se dire qu’ils s’étaient pris une raclée. Il fut le premier un mettre un pied à “terre” arme braquée dans le gouffre noir de l’entrée sur ces gardes. Naturellement, il fit une sorte de reconnaissance, pour vérifier la zone dans les ombres, rien de suspect pour le moment, sauf un étrange bruit venant de l’intérieur comme un coup de vent qui claque. Il se tourna vers les Atlantes qui finissait de ranger leur bateau, il allait dire quelque chose quand il croisa le regard de John.
« Rien pour le moment. »

Il n’en dit pas plus, il allait donner un ordre, mais il se retenu se mordant la joue. Faut pas qu’il montre trop son savoir militaire, ça va être suspect. Alors, il attendit, le dos vers un mur organique à moitié ébranlé par un tir de plasma attendant l’ordre du colonel. Cela lui en coûtait un tantinet, sentant une forme de chaîne autour de son cou. Difficile, de se soumettre, il a toujours eu du mal… cela lui a toujours attiré des problèmes et son corps lui rappelait chaque jour, les traumatismes de sa jeunesse et de sa capacité limitée à suivre.

A peine débarqué que le Pégasien était déjà en train de sécuriser la zone. Il ne perdait pas son temps lui… John le regarda faire, descendant à son tour du rafiot, pour faire un signe à Nelly et Candom de ranger l’objet, alors qu’il envoyait Pedge et Jacobs… mais trop tard Naalem avait déjà fait le tour. John toisa les deux jeunes femmes un peu étonné. Arme en avant, il fixait le grand blond, il en était certain, il allait ouvrir sa bouche pour dire un truc mais se ravisa. En bon officier, il sentait le conflit entre deux leaders arrivés et il reconnaissait que l’autre en face de lui, lui laissait quoiqu’il lui en coûte la place. John, ne savait pas trop quoi en penser. C’est facile chez les Atlantes, même à poste égal, il y a toujours un compromis, là, il était en territoire inconnu. Il décida de mettre les choses au clair.
« Blaze, vous avez l’habitude de commander apparemment. Dans cette situation, c’est moi, j’accepte les remarques intelligentes. » Enfin pas tout et n’importe quoi, mais il était suffisamment ferme pour que l’autre comprenne qu’il n’ait pas la science infuse. Jacobs et Pedge avait le même droit de consultation en tant qu’officier.


L’homme fut un peu surpris et hocha la tête. « Je ne suis pas légitime. Mais soit, je n’hésiterai pas si je suis pas d’accord. » dit-il d’un air tout aussi pragmatique en haussant les épaules. Il savait qu’il n’avait aucun droit de donner des ordres aux Atlantes et pourtant cela venait naturellement et la bergère l’avait bien vu. Il se fit la remarque qu’il devait trouver une forme de connexion comme avec elle, pour que ça roule tout seul et qu’ils soient efficaces.

John hocha la tête, envoyant Jacobs et Candom à l’avant avec lui, mettant la jumelle au milieu, seule civil, puis Pedge Nelly et Naalem derrière. Celui-ci, se mit en place a coté de la bergère sans rien dire, alors que Candom le toisait d’un air mauvais mais complètement ignoré par le blond qui se fichait bien de cette haine. Il est habitué à ce genre de jalousie.

Nelly n’en menait pas large. Plus ils approchaient et plus elle se demandait si c’était une si bonne idée d’entrer là-dedans. Avoir été dans cette position latente avec Condom à observer le croiseur lui avait donné une forme de “suspension” sur la pression qui habitait son estomac. Mais maintenant qu’elle avait posé le pied à l'intérieur, cette décoration complètement cataclysmique était loin de la rassurer.

La jeune femme demeura silencieuse tout en serrant ses mains autour de son MP5, le doigt hors de la gâchette. Elle comptait rappeler au colonel que le docteur McKay lui avait laissé une tablette pour ouvrir les portes mais ce n’était pas forcément le moment : il parlait avec le beau garçon.
Finalement, l’organisation du colonel lui alla bien. Pas parce que le beau gosse était encore plus près mais surtout parce qu’elle resterait aux côtés de Pedge. Outre le fait de l’aduler, elle s’était déjà battue contre les Wraiths. Nelly préférait largement plus se défendre à ses cotés, elle se sentait comme rassurée.

Pedge n’était pas étonnée de l’initiative du loupien. Pour l’avoir déjà pratiqué en terrain hostile, elle savait comment il fonctionnait, et elle savait qu’il allait faire le tour de cette salle avant tout le monde. Quelque part, c’était logique puisqu’il était positionné sur l’avant du radeau, et qu’il avait guidé l’embarcation vers ce trou dans la coque du croiseur. Elle opina donc positivement de la tête vers son supérieur qui lui jetait un regard. Ce dernier fit quelque chose d’intelligent d’ailleurs, puisqu’il se décida à mettre les choses au point d’entrée de jeu. Au moins, les règles étaient claires, et chacun pouvait s’y conformer en bonne intelligence, sans marcher sur les pieds de l’autre de façon inconsciente. Car le contrebandier ne voulait pas faire mal dans sa démarche, c’était juste sa façon d’être. Plus elle le voyait faire, et plus les souvenirs de leur première rencontre revenaient. Ce type était un militaire, quoiqu’il en dise. Il avait reçu une formation, et elle était solide. Sa soeur n’était pas en reste. D’ailleurs, où est-ce qu’elle était celle là ? Elle prenait position tranquillement au milieu, tandis que John, Jacobs et Candom prenaient la tête. Pour sa part, elle se positionna à l’arrière de la colonne qu’ils espéraient former. Elle se retrouvait avec Nelly et le contrebandier, ce qui n’était pas pour lui déplaire puisqu’elle connaissait bien l’un et l’autre. C’était pareil pour les trois de devants, finit-elle par se faire la remarque en son for intérieur.

Teshara ne savait pas trop où se mettre. Elle débarqua en même temps que les deux femmes qui l’encadraient, tandis que son frère finissait sa petite reconnaissance rapide et efficace. S’ils n’étaient qu’à deux, ce croiseur serait déjà investi depuis longtemps. Tout cela trainait, et plus encore alors que le colonel atlante faisait une mise au point avec son frangin. L’impatience lui tiraillait les entrailles, et elle voulait avancer. Néanmoins, elle ressentit un élan de compassion pour son frère qui se faisait remettre poliment à sa place. Tous deux n’aimaient pas trop ça, mais bizarrement, personne ne venait la faire chier avec tout ça. Peut-être parce qu’elle s’imposait moins ? Très probablement. Cela ne la plaçait quand même pas dans la position d’une suiveuse, loin s’en fallait. Elle ne suivait qu’elle-même. Il n’empêche qu’elle voulait faire bonne impression, et qu’elle mettait de l’eau dans son vin pour ne pas faire d’esclandre sur tout et n’importe quoi. Pourtant, ce n’était pas l’envie qui lui manquait et elle sentait qu’elle allait crever d’un ulcère si elle se brimait trop.

Bon, c’était bel et bien l’atlante en chef qui commandait. Teshara en avait mal aux tripes, mais elle prit sa place au milieu de la formation. Forcément, elle ne pouvait pas rester hermétique trop longtemps, et elle lança un joyeux mais non des moins ironique :
« Je vois qu’on prend soin du plus joli p’tit cul de la galaxie. Je suis flattée ! ». Néanmoins, elle se positionna au milieu, un peu vexée qu’on la protège de la sorte. Ce n’était pas une place habituelle pour elle, elle qui n’était pas avare en prise d’initiative, pas plus qu’en recherche de danger. Elle aimait trop ça pour rester sagement à la place qu’on lui avait attribué. Mais voilà, Naalem ne disait rien, et il obéissait aussi. Elle le toisa un instant alors qu’il lui fit un clin d’oeil, et elle sentait qu’il mourrait d’envie de ne pas écouter, d’en faire qu’à sa tête, mais il faisait l’effort. Il faisait l’effort pour leur avenir, pour intégrer l’équipe de ces gens, pour intégrer Atlantis. C’était un rêve qui était désormais réalisable, des promesses de savoirs et de technologies qui valaient bien le coup de se faire un ulcère de contrariété, non ? Alors Teshara fut docile, outre sa petite plaisanterie verbale, et elle ne chercha pas à partir à l’aventure de son côté.

Cependant, John tourna la tête alors que Jacobs se mordait la lèvre pour pas dire une connerie… Cette nana, elle crevait d’envie de lui montrer ce qu’elle lui ferait à son petit cul !
« Après si le petit cul veut prendre l’avant, il peut sortir son jouet et montrer son savoir faire. » Ajouta John d’un air simple. Il ne savait rien de ces compétences militaires, juste qu’elle avait une grosse arme et qu’elle devait savoir s’en servir autant que son derrière apparemment.

« Sans façon, j’ai tendance à rougir quand je sais qu’on me matte. », répondit-elle du tac au tac. Elle avait bien pire sous le coude, notamment avec cette référence au “jouet”, mais elle opta pour la réponse la plus soft. Elle fit un sourire au Colonel, tandis qu’elle prenait en main son arme qui pendait pour le moment sur son flanc.

« C’est ça et moi je suis la sainte vierge ! » marmonna Jacobs et Candom eu un rictus en ricanant. Techniquement, même s’il ne l’aimait pas, il serait surement le premier à la mâter. Elle avait hanté ses nuits et ses cauchemars… pourquoi pareille femme aussi belle était un poison… Cyanure cela lui allait comme un gant.

Nelly fit une moue en entendant ce bazar. Elle avait pas du tout envie de blaguer dans cette situation et ça n’aidait pas à la rassurer d’avantage. Au passage...elle commençait à ne vraiment pas l’aimer celle là. Elle se la jouait un peu trop à son goût...comme une Isia avec la classe en moins et une bonne dose de vulgarité...

John hocha la tête avec un rictus, il ne chercha pas plus loin. En mission, il ne va pas trop dans les idées sexuelles, même si bon, il présageait que cela allait arriver et le contexte Wraith était un bon garde-fou. Il se racla la gorge suite à la remarque de Jacobs, qui baissa la tête. Oui, face au colonel, ce n’est pas trop la mission commando casse qui était présent. Il est normal de s’écraser même s’il était plus aisé de blaguer avec John qu’avec Frei.

Naalem roula des yeux en murmurant et seul Pedge et Nelly pouvait entendre.
« Faut pas qu’il rebondisse sur toutes les allusions de ma sœur, sinon il va finir sans uniforme lui ! » Grogna-t’il comme un ours.
Nelly ne répondit pas, visiblement trop stressée pour s’y intéresser. Pedge était stressée elle aussi, mais elle prenait énormément sur elle. Il était hors de question qu’elle montre quoique ce soit, à Nelly d’une part, et au contrebandier d’autre part.
« Je ne donne pas cher de son uniforme alors. », grogna Pedge sur le même ton que Naalem. Tout le monde connaissait la naïveté légendaire de Sheppard, et forcément, il allait rebondir.
« Humrf… On va espérer que le morbide ne le fait pas bander... » Il était pas très chaud pour que sa sœur se tape Sheppard là… autant qu’elle teste les lits de la cité soyons clair… Parce que bon, elle allait tout faire pour l’avoir dans sa collection et il ne pourrait rien faire. Et il ne ferait rien, sa sœur avait largement le droit de se faire du bien et il l’encourageait dans cette quête du plaisir ! Puisque si elle est heureuse il l’est d’autant plus et ils sont heureux dans leur union jumellaire. Mais bon, il savait que sa sœur pourrait donner des envies à un cadavre donc bon. Cela lui rappelait Ovidae et il eut un simple rictus… ouais… on va espérer de ne pas tomber sur des substances étranges et aux effets secondaires.
« Je ne pen... », Pedge ne finit pas sa phrase, laquelle allait se finir par un “pense pas qu’il soit aussi taré que vous deux pour bander ici”. Elle fut coupée par la jumelle qui répondait à Jacobs.

Dans le même temps, Teshara ne laissa pas passer la remarque de Jacobs.
« Vierge des oreilles et encore, vue le nombre de bites qu’elle a prise... ». C’était un murmure, mais il était partiellement audible bien que peu articulé. Ça avait été plus fort qu’elle, mais la coincée lui sortait par les trous de nez depuis qu’elle la connaissait, alors elle ne pouvait pas ne pas répondre. Le fait qu’elle l’est murmurée déjà était un signe de self contrôle évident, pour qui la connaissait. Habituellement, elle lui aurait balancé cette remarque à la gueule sans se soucier de rien. Jacobs se tourna la foudroyant du regard et elle allait répondre soudainement quand :
« Lieutenant concentrez vous ! » John était directif, il ne voulait pas que ces hommes s’éparpillent ou soit déconcentré à cause de la provocation qu’ils ne savaient pas gérer. Même si cela était odieux de rappeler un viol. John soupira et montra le devant, pour focus Jacobs sur autre chose. Jacobs, plissa du regard vers Teshara et lui fit une moue claire “toi tu ne perds rien pour attendre connasse !”. Elle secoua ses épaules et suivit le colonel avec Alexis, tout en ronchonnant dans sa tête. Ça se voit qu’il ne la connait pas, sinon, il aurait envie de lui foutre la plus grosse Superglue dans sa petite gueule de princesse démoniaque ! Pour plus jamais qu’elle agite cette bouche !

Derrière Naalem, ferma les yeux dans un “aie aie” flagrant. Il s’approcha de sa sœur et lui donna une claque sur les fesses, avec les gros yeux. Elle avait pas tort, mais bon, faut être sympas avec les Atlantes surtout avec les deux cons devant qui sont aigris comme pas deux. Cette dernière haussa des épaules en regardant son frère, faisant un signe des mains pouvant très bien dire “quoi ?”. Elle secoua la tête et avança. Pedge soupira, et pris la suite également. Naalem secoua la tête et suivit le mouvement aussi.




(c) chaotic evil


_________________
#a1931c
DC :Erin Steele & Teshara Lays
Revenir en haut Aller en bas
Dim 11 Mar - 19:14
avatar
√ Arrivée le : 04/09/2015
√ Messages : 2765

Dossier Top Secret
√ Age: 41 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: ATA
Voir le profil de l'utilisateur

Le chaos et l'ordre


Environnement


Sur une autre pièce, des tables et présentoirs organiques étaient renversés, un bruit régulier et étrange ne cessant de s’enclencher par cycle. Ils se rendirent compte que c’était la porte de cette pièce, devenue folle par une évidente avarie, qui ne cessait de s’ouvrir et se fermer comme si une personne s’amusait à la franchir éternellement. Mais cet endroit n’était pas accessible, il fallait continuer.

La crevasse descendit alors jusqu’à la ligne de flottaison, là où ils auraient finalement l’occasion d’aborder au lieu de rechercher “la grande porte”. Quelqu’un avait visiblement veillé à concevoir une digue de secours empêchant l’eau de s'engouffrer dans cette plaie béante. Elle avait été faite avec une multitude de débris organique que l’on avait amoncelé avant de la recouvrir d’une couche de liquide qui s’était durci. Comme la carapace molle mais solide d’une crevette. C’était gluant et répugnant au toucher, salissant les uniformes d’une tâche de gras, alors qu’ils pénétraient à l’intérieur. La salle était pulvérisée, autant par l’incendie de la rentrée atmosphérique, que l’explosion plasma qui lui avait ouvert les entrailles. Les parois organiques étaient crevées d’un grand nombre de débris, laissant percevoir les cicatrices des impacts les plus violents, mais surtout les autres non traités. Au contraire, il y suintait une forme d’infection et une odeur de putréfaction commençait à se répandre dans l’air. L’eau n’arrangeait rien.

Il était clair que cette zone n’était plus alimentée pour sa régénération. Elle se décomposait lentement dans un honteux déclin. De l’eau s’était déjà déversée à l’intérieur, arrivant à la limite des rangers, et dissimulant nombre de débris. Elle était noire et vaseuse.
La porte d’accès ne semblait plus alimentée, il allait falloir empoigner les parois et les tirer Avec force si l’on voulait éviter de signaler sa présence à l’explosif. Quelques “creux” provenant de débris, larges comme le poing voir plus, permettait de jeter un oeil à l’extérieur avant d’agir. C’était le silence total, l’absence de vie. D’ailleurs, celui qui songerait à regarder vers le bas découvrirait un couloir tout autant envahi d’eau et un cadavre de sbire, le visage plongé dans l’eau, un énorme impact de blast lui ayant ouvert le dos.

L’équipe finirait par découvrir, en investissant le couloir, qu’il y avait plusieurs traces de brûlure sur les murs. Des traces caractéristiques de l’emploi de lance plasma, d’un combat qui avait eu lieu dans les entrailles même du croiseur.

Ainsi l’équipe en avant avançait, depuis la création des lentilles de vision, il n’utilisait presque plus la lampe fièrement dressée sur son fusil d’assaut. Un confort, qui pourrait lui jouer des tours, mais bon, soyons honnête cela à quand même un sacré avantage de ne plus dépendre de la luminosité extérieure.

Dans les fait, il avait une pénombre désagréable mais pas pour autant handicapante. Naalem avançait se callant sur les mouvements des Atlantes se doutant qu’eux, voyaient très bien comme de fichues Nyctalopes ! Ce semi éclairage donnait à l’habitacle du vaisseau des allures de cauchemars. L’esprit affuté de l’homme, remarquait bien, que la structure semblait singulièrement différente des autres croiseurs… Il aurait bien questionné la sous-lieutenant à côté de lui, mais le silence était d’or pour le moment.

Le bruit de ventilation étrange, qui avait intrigué tout le monde, était dû à une simple porte qui empêchait de passer à cause de son mouvement incessant, un beau beug. Jacobs, s’approcha doucement de celle-ci essayant de voir de l’autre côté, mais elle ne vit rien. Il avait un autre chemin, avant de trafiquer la porte défaillante. La suite était tout aussi répugnante et John grimaça a de nombreuse reprise voyant ce gras ébène sur son uniforme de la même couleur. Marcher sur ce sol étrange, le révulsait au plus haut point et il n’était pas la seule. Jacobs avait remonté son cache nez pour ne plus sentir l’odeur infect de l’endroit… Tout semblait mort et pourrit… Tout semblait en état de décomposition avancé ! Il n’y a pas à dire, la technologie organique Wraiths avait l’inconvénient de mourir aussi salement que les êtres vivants.

C’était limite plus angoissant de marcher dans le silence, du moins, dans le silence perturbé par ce bruit provoqué par la porte, que de papoter. Mais Teshara savait très bien qu’en phase d’infiltration, il fallait la fermer, aussi n’éprouvait-elle pas le besoin particulier de parler, surtout qu’elle était occupée à regarder ici et là le décorum de cette nouvelle aventure. Ils progressaient, suivant l’unique chemin qui s’ouvrait devant eux, et qui ne semblait pas aussi naturel qu’il en avait l’air, n’eut été les multiples débris rassemblés pour empêcher l’eau de s’engouffrer dans le croiseur immobilisé au milieu de ce lac qu’il était en train de soigneusement détruire. Elle se sentait bien dans cet environnement malsain. Au final, elle avait déjà l’habitude de cette odeur horrible. Plusieurs fois, elle avait laissé des cadavres se décomposer sciemment, pour noter sur un calepin les différents stades de la putréfaction. Bien entendu, elle sentait la charogne, et l’odeur ne lui plaisait pas. Mais elle ne la sentait plus aussi intensément qu’avant, même si elle ne s’y ferait sans doute jamais.

Et puis ce sol avait une consistance bizarre, et plusieurs fois, elle pesa plus sur un pied que sur un autre pour en éprouver la rigidité. Peu à peu, ses yeux s’habituaient à l’éclairage et sa vision s’accoutumait à la pénombre ambiante.

John s’éloignait avec Candom et Jacobs tout faisant un signe à Teshara de rester avec eux, et elle s’approcha du trio de tête. La pièce était par endroit inondée et hors de question d’y mettre un pied. Il avait toute sorte de “meuble” organique a moitié fondu et ébranlé par la destructions… Vraiment, cet endroit était sinistre à souhait. Son regard allait de haut en bas …
« Quelqu’un à prit une caméra ou une tablette ? » Non pas que la séance souvenir l'intéressait, mais il fallait montrer l’état de ce croiseur au CODIR (qui allaient être content d’avoir de nouvelle image pour leur beaux songes), mais surtout pour les diverses études.

Nelly déglutit et s’avança tout en sortant son appareil photo.
« J’ai le mien... » Fit-elle non sans laisser son regard trahir son anxiété. « Je vais prendre des photos. »

John le perçu et la toisa pour savoir si tout allait bien pour elle. Tous deux savaient d’horribles choses et surement tous deux craignaient la même chose : découvrir ici dans ce lieu sordide les horreurs… Cela devait être encore plus dur pour elle, qui était proche de Pedge et qui semblait lui vouer un véritable culte. Mais suite à la mission suicidaire avec le lieutenant Ross, John avait exprimé une sorte de fierté et une protection envers cette femme, qu’il avait recadré en septembre alors qu’elle avait manqué le viol (ou le viol il ne savait pas mais préférait se dire qu’elle n’avait pas eu de rapport non consentant avec les pouilleux de la galaxie). Lui était capable de gérer ce genre d’information, son rôle de haut gradé l’avait formé ainsi, Nelly, il n’en savait rien et elle semblait tendue comme tout le monde… mais elle, avait encore d’autres raisons de redouter l’endroit.
« Sinon donnez-le moi Bricks. »
Elle plaqua tout de suite l’appareil contre sa poitrine.
« Je le fais, mi coronel, merci... »

L’homme hocha la tête. Aussi forte soit-elle, il avait perçu une fragilité, celle des sentiments trop humains qui l’animaient… toutes ces actions puériles digne d’une enfant en quête d’amour et de cette peluche en forme d’oiseau… un colibri lui semble t’il avait mis la puce à l’oreille de John. Par ce regard, il lui offrait une bouée pour ne pas se noyer sa peur légitime et son déchirement suites aux informations récoltés… Informations qui étaient impactante pour Pedge surtout. Même si l’annonce effrayante de savoir la reine connaissant l’existence du site alpha était intriguant. Il espérait avoir des réponses ici ! Pour prendre de l’avance et contrer l’attaque de la grognasse intergalactique !

Naalem, étant très grand devait se baisser par moment et il était tout aussi dégoûté que bon nombre d’humain ici. Quoique moins puisqu’il avait l’habitude de l’horreur et de l’odeur de mort à cause des actes fait dans son passé et du laboratoire des horreurs de sa sœur. La salle qui découlait devant eux, était le vestiges d’un combat et d’un incendie. Alors que les atlantes se déployaient pour observer la salle, Naalem, baissa les yeux voyant dans les étages inférieurs des cadavres Wraiths …

« C’est un charnier ici… » Il releva, la tête pour se rapprocher son équipe d’infortune, composé de Fabula et de la bergère. Soudainement, dans l’eau croupie sombre, quelque chose se mouva… comme une onde qui sortait lentement de son nid pour suinter le long du sac étrange dans la direction de Pedge. Naalem, la chopa immédiatement par les sangles de son gilet MOLLE dans son dos, la tirant brusquement à lui en reculant de quelque pas. L’onde noirâtre continuait sa course inonda l’endroit légèrement bosselée par le poids de la militaire… Cela s’animait comme un serpent ou plutôt une sangsue transgénique, qui avait eu envie de bouffer du sang plus sain que celui des cadavres. La créature rampait vers Nelly qui n’avait rien vu, occupée à photographier tout ce qu’elle voyait. Elle avait le visage tiré par l’anxiété et elle gardait sa position, tournant un regard intrigué vers ses deux collègues. Il lâcha Pedge pour pas qu’elle ne soit privée de ses mouvements.

Mais que s’était-il passé ici ? C’était la question que se répétait Pedge en constatant les impacts de blast sur les murs. Pourquoi est-ce qu’un sbire flottait, manifestement tué par une arme de son peuple ? C’était quoi ce bordel encore ? Elle n’eut pas le loisir de pousser ses réflexions et ses observations plus loin qu’elle sentit qu’on la tirait en arrière par les sangles de son gilet tactique. Bien entendu, la texane allait protester, se demandant ce qu’il prenait au contrebandier de la tirer d’un coup comme ça, quand elle avisa le mouvement de l’onde noirâtre et dégueulasse. Heureusement que ses godasses étaient hermétiques d’ailleurs. Enfin, jusqu’à un certain point, c’était certain.

L’onde se déplaçait vers Nelly. Ce n’était pas qu’un simple mouvement de reflux de l’eau, non. Il y avait quelque chose de vivant là dessous qui se dirigeait sur elle. En deux enjambées, la texane agrippa la poignée du gilet MOLLE de Nelly située dans son dos, et elle la ramena à elle sans douceur, l’obligeant à reculer de quelques pas.
« Hé !!!!!! » S’écria-t-elle.
« Il y a quelque chose dans l’eau. », fit Pedge calmement. C’était tout bête, mais l’action l’empêchait de réfléchir et donc d’alimenter ses craintes.
« Hein ? » Fit-elle plus par surprise. Elle avait bien entendu et elle posait un regard rond sur l’eau, là où la forme était en train de bouger. « Ola ! No ¡Las serpientes marinas que me asustan! »
Sa voix gagnait en panique alors qu’elle battait des pieds tout en reculant. La chose s’approchait toujours non ?

Et oui l’étrange créature commençait à sortir un peu plus, bien décidé à toucher l’un des corps. Les paroles, alertèrent John qui se tourna, arme braquée pour chercher la masse sombre… Jacobs et Candom firent de même mais toisaient plutôt l’eau proche d’eux… Pour le moment calme.

Il eut un bruit de tir, assez étrange mais familier, l’arme que tenait le jumeau ressemblait beaucoup à celle de Ronon, mais avec un design plus élégant. Celui-ci venait de tirer sans aucune sommation, sur l’étrange bestiole qui se tortillait comme un beau diable sous la douleur, lâchant un petit couinement aigu. Il avait passé un bras sur le côté de Pedge, pour tirer avec précision. Il se décala vers Nelly, il n’avait rien comprit à ce qu’elle avait dit et cela était assez chantolant. Il lui avait jeté un regard un peu étonné.
« Tu chantes quand tu as peur… marrant. » Avait-il ajouté sans aucune moquerie puisqu’il trouvait ça assez agréable, avant de mettre son arme vers les eaux sombres… prêt à tirer avec le même détachement. Le serpent était mort et on pouvait clairement voir qu’il avait une jolie bouche semblable au sangsue primitives des marais.

« Oh putain mais ça bouge de partout !! » gueula Candom en voyant les eaux se secouer d’une multitude de serpent qui se regroupaient pour en former un seul et se jeter sur les humains de la pièce… rapidement ce fut la sonnerie d’alarme au coup de feu, pour défoncer de la vilaine bestioles pas très sages ! Profitant de ce bordel ! L’un d’entre eux, s’infiltrait dans le mur pour s’apprêter à sauter sur le dos de Teshara.

Mais celle-ci fut bousculée vers John, qui la bourra avant d’essayer de la rattraper par l’élan si cela était possible en tirant sur le serpent noir qui était bien parti pour continuer à venir vers eux... son corps se sépara en petite sangsues qui rampaient le long du mur vers les deux jeunes gens. Jacobs et Candom étaient occupé dans leur coin.

Isia ne dirait pas le contraire, mais les sangsues étaient les grandes copines de Teshara qui s’en servait à des fins thérapeutiques. Néanmoins, elle ne connaissait pas cette espèce qu’elle discernait brièvement dans tout ce capharnaüm. Les balles des Atlantes semblaient disperser l’animal qui essayait de se reconstituer, pour ne faire qu’un gros serpent. C’était assez spécial, et assez flippant, mais aussi terriblement cool. Sans trop savoir comment, elle se fit bousculer par quelqu’un et elle se ramassa dans la flotte dégueulasse. Elle n’avait pu se retenir à rien si ce n’était à son arme qu’elle tenait à deux mains, mais ce n’était pas un point fixe susceptible de l’empêcher de tomber. Par réflexe, elle ferma sa bouche pour ne pas en avaler et elle se releva prestement en sautant sur place. Elle était certaine d’avoir des bestioles sur elle ! C’était obligée !

John évita de se manger le sol en s’équilibrant et continua de tirer voyant que son arme était peu efficace éparpillant les parties des étranges créatures… L’odeur de cramé des tirs de blasts devaient pesante et il entendit le blond sortir : « Cyanure blasts plus efficace que les balles ! »… Il n’eut pas le temps de réfléchir plus, qu’il vit Teshara se manger complètement dans le liquide sombre… Brr elle était moins sexy sur le coup ! Elle se releva prestement en s’agitant. Jacobs, avait sorti son Zat et l’efficacité du rayon, ne manqua point au colonel qui fit de même. Le rayons se dispersa sur les différentes créatures devant lui, qui ne bougeaient plus… Il se tourna vers Teshara… Elle avait une créature sur le crâne qui se faufilait dans ses cheveux pour atteindre son cou.
« Ne bougez-plus ! » Lui ordonna t’il, en remettant son zat dans son holster pour sortir l’un de ces couteaux en ivoire de félin, enfin le dernière qui lui restait car il en avait offert un à son frère d’arme.

« Enlève moi-ça !! », fit-elle en prenant sur elle pour ne pas bouger, bien que l’envie la démangeait de se gratter frénétiquement la tête. Elle n’en avait rien à foutre du reste, elle ne voulait pas avoir ce genre de bestiole sur elle !

John comptait bien lui retirer sans lui demander son autorisation… Il attacha son P90 et souleva de sa main libre les longs cheveux de la demoiselle découvrant la bestiole qui semblait convoiter son cou. La lame du couteau alla sur la bestiole qui s’enroulait sur celle-ci tout en visant la peau chaude de Cyanure… Au final, John remarqua que cela ne devait pas être intelligent, puisqu’elle avec quelques mouvements de poignet pour enrouler l’étrange liquide noir mouvement, la lame empêcha qu’elle saute. Dès qu’elle fut entièrement dessus, il lâcha la crinière de la victime, pour donna un coup sec dans l’eau décrochant le filet ébène et tira un coup de zat dans la flaque qui ne se mouverait plus jamais.

Qu’est ce qu’il faisait dans son cou ? Il n’allait pas lui couper les cheveux, si ? Non, il devait chercher la bestiole qui devait se promener dans sa tignasse. Brrr, elle avait envie de foutre ses doigts là-dedans et de gratter son cuir chevelu dans tous les sens. Bien qu’elle trépignait légèrement, elle n’en fit rien, laissant le soldat mener à son terme son opération de sauvetage capillaire. Loin d’être calmée, Teshara se contorsionna sur place :
« Je suis sûre que j’en ai dans les vêtements ! Dans les bottes ! Dans mon sac à dos ! » Elle avait vu trop de bestioles avant de chuter pour penser le contraire, et elle se grattait frénétiquement avant de prendre conscience qu’elle était trempée de la tête aux pieds. Elle avait barboté quelques secondes dans cette fange immonde… Elle était dégoutée, mais l’idée que des bestioles ne rampent encore sur elle était plus forte.

Un instant John envisagea de lui donner un coup de zat pour dissoudre toutes les bestioles mais cela serait con, surtout en territoire ennemi. En tout cas le raffut qu’ils faisaient montrait que l’endroit être vide ou presque vide. Jacobs et Candom avaient fini de leur côté et naturellement, gardaient leurs armes relevées tout en sécurisant leur côté.
« Retirez votre veste on sera fixé… »
Autant, lui il pouvait voir comme en plein jour, il verrait rapidement si des bestioles étaient sur son corps, enfin pour le peu qu’elle ait un haut à manches courtes. A l’affut John, observait les environs, plaignant la jumelle d’avoir gouter l’état de ce liquide affreux… Il faudrait lui vider une gourde sur la tronche…

Du côté de Pedge, Nelly et Naalem, il en avait aussi de partout, mais elles semblaient sensibles au tir plasma qui les détruisaient au lieu de les couper comme le faisaient les balles.

Comment c’était possible ?
Ces choses faisaient-elles partie du vaisseau ? Est-ce que c’était une création de la reine ?
Nelly avait vu tant de choses déstabilisantes qu’elle ne savait même plus quoi penser. Elle arrivait même plus à garder un raisonnement clair en voyant ce gros serpent prendre forme. Et l’autre grand qui lui trouve un air chantant quand elle a peur. Mais BIEN SUR qu’elle a peur. Elle va se faire bouffer par des tas de serpents, qui n’aurait pas peur de ça ?
La jeune femme avait encore reculé en balbutiant quelques phrases en espagnol. Mais maintenant qu’il y avait enfin une petite distance de sécurité que l’arme énergétique semblait avoir matérialisé, la jeune femme pointa son MP5 en direction de l’eau, recherchant les plus gros remous pour y envoyer quelques courtes rafales. Trois balles par trois balles.
« On devrait pas rester ! » Fit-elle avec un self-contrôle plutôt bancal. Mais elle avait cessé de paniquer, c’était déjà ça.

Le contrebandier ne fit pas dans la dentelle et dégomma la bestiole proprement. Mais si Pedge pensait souffler, c’était raté. En effet, des masses informes, non indentifiables à cause de l’eau noirâtre qui baignait la salle, s’assemblèrent pour former un serpent unique. Ce fut ensuite qu’une question de survie, et tout le monde arrosa cette bestiole. Seulement voilà, les balles faisaient voler en éclat l’animal et de ces éclats naissaient d’autres animaux semblables, plus petits, mais plus nombreux. Bientôt, la pièce en serait envahie. Naalem semblait avoir plus de succès avec son arme à énergie. Les serpents sangsues cramaient littéralement, au lieu de se disperser, du coup, la Texane tenta le coup avec son Zat, qu’elle emportait désormais en mission. Cette arme n’était pas lourde, prenait la place d’une arme de poing classique, mais ses effets variés selon le nombre de pression de la gâchette étaient un atout incommensurable.

« Utilisez votre arme à énergie Bricks ! », cria-t-elle pour couvrir les bruits de tir dans la pièce. Il n’y avait que comme ça qu’ils pourraient s’en sortir. Pedge n’avait pas le temps de se poser de question sur l’origine et la nature de ces animaux. Pour le moment, il s’agissait de cible qu’il fallait abattre, et son bras faisait sauter d’un serpent à un autre la pointe de l’arme Goa’Uld qui crachait ses rayons avec son bruit si caractéristique.

Un chargeur, déjà.
Nelly ne savait pas où était passé ses trente balles. Elle sentait son coeur battre à tout rompre dans sa poitrine alors qu’elle se focalisait sur les cibles qu’elle se désignait elle-même. Il y avait des cris autour d’elle, pensant avoir reconnu la voix de Condom et aussi de la jumelle nympho, mais Nelly était beaucoup trop concentrée pour essayer de s’y intéresser. D’une main tremblante, elle avait pris un nouveau chargeur et commençait à l’engager sur son arme lorsqu’elle entendit Pedge lui donner un ordre. Elle ne capta que les derniers mots dans le vacarme. Les plus important.
Et elle écarquilla les yeux en se questionnant un moment. L’arme à énergie ? Son stunner Wraith ?

Nelly resta interdite quelques secondes, ayant la désagréable impression de revenir sur une mission où la même question s’était posée, avec le lieutenant Ford et le combat contre des crocodiles en forme de tronc. Le rayon Wraith se dissipait dans l’eau, du moins, cela faisait polémique depuis longtemps.
Nelly cligna des yeux en terminant de recharger son arme et s’écria en réponse, préférant ne pas chercher le cheminement de pensée de son amie, par un :

« Négatif, inefficace dans l’eau... »

Puis elle reprit quelques tirs, se demandant pourquoi, mais pourquoi, ils n’essayaient pas de se sauver de cette pièce au lieu de pacifier la moindre forme de vie en jouant les juges Dredd.

Naalem perdait patience, il ne pouvait pas tout dézinguer seul ou avec le rayon de Pedge… Il reconnut l’arme qu’avait utilisé Natasha et tout de suite il eut un rictus... Oui c'est décidément sa nouvelle obsession cette étrange chose en forme de serpent ! Mais bon, déjà régler le problème de Fabula : il prit sa seconde arme et la tendit à Nelly qui tirait avec son pistolet qui faisait rien pour aider leur action … au contraire.
« Tiens tire avec ça Fabula ! Sinon tu vas nous en mettre de partout !! » Ils ne pouvaient pas se barrer sans risquer de se faire sauter dessus par les serpents.

Aussitôt dit et voilà qu’une nouvelle arme apparût sous son nez.
Pas le temps de se demander pourquoi c’est lui qui décidait quoi faire, les autres étaient trop occupés, et la question cessa d’être pertinente à l’instant même où Nelly s’en servit. Outre le fait d’être surprise par la sensation de l’emploi du pistolet énergétique, comme son recul, le bruit, la vibration, voir l’absence de douilles éjectées...c’était surtout une boule de feu super efficace !!! La petite espagnole avait l’impression de refaire ce jeu de borne d’arcade où le petit avion décimait les envahisseurs entiers par onde de choc.

Nelly ne se fit pas prier pour l’utiliser complètement et consciemment. Elle balaya la menace en utilisant exactement la même tactique, devenant cette fois-ci bien plus efficace, et elle ne lésina pas sur les munitions.

Nelly avait déjà répondu ce genre de chose au lieutenant Ford, Pedge se souvenait maintenant. En effet, l’hispanique n’avait pas un Zat’nik’tel comme elle, mais un stunner Wraith. Néanmoins, il fallait qu’elle arrête de tirer avec ses balles car cela n’avait qu’un effet “reproducteur” sur ces créatures déjà en surnombre. Les tirs de plasma et les tirs électriques, conjointement ordonné du côté contrebandier et bergère, réduisait le nombre des prétendant à la vampirisation. Le loupien refila même une de ses armes à Bricks pour qu’elle participe au massacre, massacre qui était loin d’être aisé. Heureusement, avec les lentilles, les bestioles se voyaient bien dans l’onde malgré la luminosité déplorable de la salle dans laquelle ils se trouvaient. Etait-ce d’origine Wraith ? Ou bien était-ce des bestioles qu’on trouvait naturellement dans le lac ? Pedge penchait plutôt sur la première option, tandis qu’elle continuait d’abattre méthodiquement les créatures qui s’approchaient de trop près. Ils avaient tous vu les poissons à deux têtes flottées dans l’eau laiteuse, mort par contamination ou empoisonnement. Alors pourquoi est-ce que ces serpents sangsues seraient tellement différents ? La logique voulait que s’ils survivaient dans cet environnement, c’était qu’ils étaient arrivés avec cet environnement.

Le nombre réduisit rapidement, pour finir par laisser place au calme pesant de l’après-guerre. Enfin au calme. C’était sans compter sur la jumelle qui n’arrêtait pas de geindre et de se plaindre, voire de couiner ou hurler. Manifestement, elle était tombée dans la flotte, et elle craignait d’en avoir sur elle. Niveau discrétion, tout le monde repasserait au rattrapage…

Et en effet, du côté de Teshara, ce n’était pas la joie ni la bonne humeur. Dans le jargon psychologique terrien, la jumelle était ce que l’on pourrait qualifier comme une entomophobe. Un nom un peu barbare pour parler des personnes dont la peur phobique se trouvait à l’endroit des petits bêtes, souvent des insectes. Ici ce n’était pas le cas, mais c’était suffisamment petit pour se glisser partout et cela filait une peur bleue à la jeune femme. Les jumeaux ne connaissaient pas ce sentiment de peur en temps normal, mais ils avaient tous les deux leurs phobies. Ces phobies étaient capables de faire battre leur coeur un peu plus vite, de faire fonctionner leur cortexe amygdalien par la voie courte de la peur, la seule fonctionnelle dans leur cas. La voie courte était instinctive, réactive, et la phobie s’y trouvait très bien. En effet, la voie courte court circuitait le cortex cérébral, et il n’y avait pas de traitement de l’information qui faisait peur par le cerveau dit intelligent. Tout se limitait au cortex limbique et donc aux émotions pures. Leur circuit long ne fonctionnait pas, et c’était sans doute pour ça qu’ils n’éprouvaient pas de peur pour des situations qu’ils maîtrisaient en apparence, ou qu’ils pensaient maîtriser par abus de confiance.

Bref, Teshara en était là. Sa phobie primitive des petites bêtes la conduisait à ne pas être rationnelle pour deux sous. Et comme le suggérait Sheppard, elle défit son sac à dos et elle se tourna vers le mur pour défaire le haut de sa combinaison en toile noire qui était détrempé. Hors de question de montrer autre chose que son dos à tout le monde, surtout qu’elle ne portait pas de soutien-gorge, et au moins restait-elle lucide quant à cet aspect-là. Il n’y avait rien entre ses seins ou sur son ventre, et elle comptait bien sur Sheppard pour virer la moindre bestiole qui se serait tapée l’incruste dans son dos.

Bon, il n’avait pas pris le temps de bien regarder, mais elle portait une combinaison et non une veste ou un haut. Bref, John détourna le regard par pudeur pour elle, puisqu’il était bien éduqué quand même. Avant de constater dans son champ de vision, qu’elle tournait le dos au mur. Il en profita pour voir si elle n’avait rien. Ce fut le cas. Jacobs s’était rapprochée avec Candom et les deux avaient moins de scrupule à observer d’un air narquois la jeune femme qui s’était mangé la tasse du siècle. Jacobs avait même soufflé à Alexis, qu’elle espérait qu’elle chope une maladie grave autre que ces MST. Par chance, John ne les avait pas entendus.
« Vous n’avez rien. » Fit le colonel, qui fit un geste de repli à tout le monde.

Une fois cette inspection faite, elle jugea inutile de vérifier dans son pantalon. Ses bottes constituaient un rempart infranchissable pour ces serpents, et sa taille était trop serrée pour qu’ils se soient insinués par là. Elle retrouvait son calme en même temps que son haut qui reprit sa place. Il n’empêche qu’elle se grattait les avants bras un peu machinalement, un peu obsessionnellement.

Candom la regardait du coin de l’œil, tout comme Jacobs, et ils s’échangeaient entre eux des regards satisfaits, du genre “bien fait pour cette grosse connasse” et autre sous-entendu implicite qui découlaient naturellement de leur animosité envers elle.

center][/center]
Naalem se rapprocha des autres et alla vers sa sœur qui se raillait, elle dégoulinait encore d’eau souillée. Il lui parla en langage des signes, lui demandant si elle allait bien, avant de lui mettre sa veste en cuir sur les épaules pour pas qu’elle attrape froid. Même si ce fut une connerie ce principe en lui-même. On n’attrapa pas froid car on est peu vêtue ou transit de froid, mais parce que les virus pénètrent nos défenses, l’air sec favorise ce statut. Mais il était là pour la réconforter. Il lui fit une blague, lui disant : “même graisseuse, tu brilles, contrairement à la mal baisée !”

Teshara le rassura tant qu’elle put avec des signes, lui faisant même un clin d’oeil quand il commenta sa beauté en opposition à celle de Jacobs. La veste n’était pas de trop pour combattre la fraîcheur des lieux, sensation augmentée par ses vêtements mouillés.

Le grand homme, la poussa gentiment pour rejoindre le groupe d’Atlante, ignorant les deux connards qui chuchotaient encore. Eux, ils seront les premières à servir d’appât à un Wraith.

Naalem regarda Nelly tendant sa main pour récupérer son arme, il en aurait besoin plus tard et c’est un prêt pas un don.

La petite espagnole regarda sa main, feignant silencieusement de ne pas comprendre. Puis voyant bien que l’Apollon n’allait pas être si tendre et gentil qu’elle le pensait, elle lui rendait son arme avec la mort dans l’âme. C’est dommage, elle comptait la garder un peu plus longtemps, trouvant en elle une puissance de feu suffisante pour se rassurer.
Mais après tout, ce n’était pas aussi la même convoitise que vivait Ronon vis à vis de son arme ? Tout le monde en voulait une identique, ça courait la cité.
« Tu me la re-préteras au besoin ? »

Naalem la regarda et eut un rictus agréable, elle n’avait pas d’arme serpent sinon il aurait proposer un échange temporaire. « Oui, si tu en a besoin je vais pas te laisser dans le besoin Fabula. » Dit-il d’un ton à l’image de son regard. De toute façon, sauf si Candom le pégasien avait pour but de conserver l'équipe qui représentait son moyen de survie le plus efficace dans ce croiseur et pour la cité. De plus la petite jeune femme, ne le dérangeait pas, il la trouvait marrante.

Nelly eut un sentiment de soulagement en se disant que ce n’était pas chacun pour sa poire. Elle le remercia d’un signe de tête puis progressa jusqu’à John en sortant son ordinateur. C’était celui que McKay lui avait fait tout en gueulant durant une bonne vingtaine de minutes. En fait, il était plutôt impressionnant quand il s’y mettait, avec son visage rouge et sa grosse voix, en train de préparer l’ordinateur alors qu’un simple laquet scientifique pouvait le faire. Mais McKay, c’était McKay, le nec plus ultra de ce que l’on pouvait avoir. Si Nelly n’avait pas pesé Sheppard dans la balance en disant que c’était pour lui et que c’était LUI qui l’avait demandé. Nelly aurait pu s’assoir dessus.

Mais voilà, au moins maintenant, elle avait de quoi faire. La petite espagnole arriva jusqu’à son officier pour lui montrer l’écran.
« Le plan de base d’un croiseur...il a dit que celui où on est pouvait être différent. Il m’a mis en surbrillance les endroits importants... »
Comme si c’était un cours ou une découpe anatomique du vaisseau, des zones en surbrillance indiquaient tous les endroits vitaux de base des croiseurs, comme la passerelle, sa salle des machines, sa zone d’armement etc...
Étonnamment, ce ne fut pas très compliqué de savoir à quel endroit, à peu près, l’équipe venait d’aborder. L’officier pouvait prendre une décision avec ces nouvelles informations plutôt que de partir à l’aveuglette.

John avisa les données de Nelly pour prendre sa prochaine décision, autant continuer vers le couloir sur la droite qui était un des chemins les plus court vers le coeur du croiseur.
« On sort, on va continuer sur le couloir à droite. On reprend la même formation. » L’homme sortit son détecteur de vie, pour continuer, l’avancement. Mais l’écran fourmillait de spots lumineux, comme des parasites de télévision virevoltant dans tous les sens. L’écran était complétement illisible. Cela fut râler le colonel, qui n’avait qu’a sa disposition la tablette de Nelly… C’est la merde sans détecteur de vie et surtout flippant. Soit il y avait de la vie partout soit ce fut un brouilleur. John n’avait pas spécialement envie de s'attarder dans le coin. En tout cas, les sorte de sangsues étaient sûrement d’origine Wraiths ou bien une réaction de leur poison dans le lac. Il ne voulait pas trop savoir à dire vraie. La menace étant éliminé elle figurait dans son rapport au cas où la reine des grognasses décide d’utiliser ce genre d’arme sur un chant de bataille. Que leur seraient t’ils arrivé si l’une d’entre elle avait mordu ? Surement, quelque chose de grave et de douloureux. Ainsi, l’équipe prit le couloir, dans un piteux état et dans une pénombre un peu plus dense.





(c) chaotic evil


_________________
JohnSheppard

Double comptes : Isia Taylor-Laurence & Alexander Hoffman & Naalem Lays //écriture : MediumTurquoise
Revenir en haut Aller en bas
Dim 11 Mar - 19:16
avatar
√ Arrivée le : 06/04/2017
√ Messages : 71
√ Localisation : Atlantis


Dossier Top Secret
√ Age: 32 ans
√ Nationalité: Alien Alien
√ Gêne: Non
Voir le profil de l'utilisateur

Le chaos et l'ordre


Environnement


La petite équipe s’enfonça dans le couloir avec silence. Mais ils se rendirent soudainement compte qu’ils n’étaient pas seuls. Quelques sbires passèrent à l’intersection du fond sans les voir, progressant lentement les armes en avant, sur une zone où ils pensaient avoir entendu les coups de feu. Ils étaient une bonne douzaine à affluer de la sorte, sur des positions de combat qui ne laissait pas de doute quant à leurs intentions.
Une part de l’équipage était donc encore en vie.

Soudain, il y eut un bruit de craquement dans l’angle du fond, là où le couloir tournait pour s’enfoncer dans le ventre de la carcasse. Quelque chose bougeait en une infinie lenteur, le clapotis sonore indiquant qu’il faisait un pas après l’autre avec une sorte de concentration. Puis, finalement, un sbire apparut dans ce détour du couloir. Il bifurqua dans leur direction et avança lentement. Le masque n’était plus sur son visage...d’ailleurs...il n’avait plus de visage ! C’était le retardataire, il ne suivait pas le reste du groupe.
Toute la façade avait disparue pour laisser entrevoir l’anatomie intérieure avec des détails repoussants. Plus d’yeux, plus de nez. La mâchoire pendouillait sur la droite comme un ornement que le muscle de la joue retenait avec peine.
L’armure de torse, commun à tous les sbires, étaient littéralement en lambeaux, retombant sur ses jambes comme une robe qui ne dissimulait plus rien. Il n’y avait pas de plaies ni de cicatrices apparente à cet endroit. Mais on pouvait supposer qu’il avait déjà subi un traitement qui aurait tué n’importe quel homme.

Le sbire claudiquait à cause d’une jambe dont le muscle principal de la cuisse n’existait plus. Il s’aidait d’une main pour ramener sa jambe et tenir en appui dessus le temps d’avancer l’autre. Et puisqu’il était à ce point estropié, non seulement il était lent, mais en plus il ne voyait plus rien. La chose avançait donc à l’aveuglette, fatalement désorienté, et il progressait sur l’équipe tranquillement sans se rendre compte de leur présence.
Pas encore…
On entendait clairement l’escouade de douze sbires fouiller activement les environs mais on ne les voyait pas. Des portes s’ouvraient et se refermaient de force.


Il ne fallut pas si longtemps que ça, pour que l’agitation légitime du vaisseau se fasse. Avec le raffut des armes, chose débile d’avoir fait cela, mais bon sinon ils seraient surement parasités. John stoppa la formation en levant du poing. Les douze soldats Wraiths semblaient quand même assez dérouté, puisqu’ils fouillaient d’autres zones sanf la bonne. Cela était bien la première fois, que les sbires soient si peu précis. Cela stupéfia un peu John.

Le colonel, envisageai de piéger le couloir, pour les attirer et les faire exploser d’un coup et éviter un corps à corps gênant. Les survivants seraient achevés. Il allait parler, pour expliquer son plan, quand un bruit étrange et surtout une vision dégoutante avançait devant eux… Ce Wraith avait plus grand-chose et on pouvait admirer son anatomie dans sa vision la plus déplaisante. Jacobs grimaça et Alexis fit de même.

Autant qu’il soit révulsé par cela, le colonel, avait pas le temps d’admirer l’horreur que la nature pouvait créer dans toute sa violence. Il fit un autre signe de main, pour que les aventuriers se plaquent vers les murs, le plus silencieusement possible. Il fit un geste à Pedge et l’autre grand blond de trancher la gorge, alors que les autres devaient se tenir prêt à neutraliser le corps du sbire avant qu’ils ne fassent trop de bruit.

Naalem hocha la tête sortant son couteau de combat, il comptait le prendre par derrière quand celui-ci se serait traîné comme une erreur de la nature jusqu’à eux. Il était bien trop endommagé pour être aussi puissant que les autres, même s’il devait encore avoir des ressources pour continuer à vivre ainsi. Il était certain que les Wraith devaient donner des hormones à leurs sbires pour être aussi résistant et sans cervelle.

Même s’il n’avait pas grimacé en voyant ce triste spectacle, l’homme se demandait surtout qu’est ce qu’il avait foutu dans cet état ce sbire, est-ce le crash ? Et les incendies ? Cela semblait très violent et presque une attaque entre deux créatures vivantes… Après il était sûr de rien… L’homme toisa Pedge pour savoir si elle désirait faire le sale boulot, sinon il le ferait sans aucun état d’âme.

Nelly avait repris sa place à l’arrière. Elle se plaqua contre le mur et fut gagnée d’une expression d’horreur en voyant tous ces détails sordides sur le passage de la créature. Elle cessa de respirer et refoula de toutes ses forces les mauvais souvenirs que ça lui rappelait sur sa mission secrète. Nelly posa toutefois un regard étrange sur Pedge avant de le détourner vivement dès qu’elle le croisa, préférant demeurer complètement immobile avec son ordinateur tablette collé contre sa poitrine.

Teshara ne comptait plus se faire prendre au dépourvu comme une bleue. Elle se concentra sur l’avancée. L’environnement était hostile, et ce n’était pas parce qu’elle se battait les couilles de tout qu’elle devait progresser à la légère. Elle serait déjà morte si elle agissait comme ça à chaque fois. Aussi empoigna-t-elle son arme dans ses deux mains, non sans avoir au préalable réajusté les sangles de son sac à dos pour que ne la gêne pas. Le canon baissé légèrement vers le sol, elle suivait les atlantes de devant, la formation initiale dictée par Sheppard ayant été de nouveau décidé. Elle gardait son fusil assez haut sur sa poitrine, pour être prête à viser si le besoin s’en faisait sentir. Néanmoins, avec son arme à dispersion, elle risquait de toucher les trois de devant si elle décidait de shooter. Pour la lavette et la coincée, elle n’aurait pas trop de remord, mais pour Sheppard et son billet d’intégration sur la cité, ce serait plus emmerdant.

Le groupe s’arrêta sur ordre de John, et Tesh constata que des sbires passaient dans le fond du couloir, ne les calculant pas. Ils étaient nombreux. Douze, c’était bien trop pour eux. Ces saloperies étaient super résistantes. Ils disparurent, laissant les aventuriers tranquilles, mais un autre bruit se fit entendre. C’est alors qu’un sbire complètement défoncé fit son apparition. Il marchait droit devant lui, en se tirant une jambe lésée, pour ne pas dire mutilée. La jeune femme se plaqua contre le mur pour le laisser passer, à l’instar des trois autres devant. Elle se concentra sur son visage, ou plutôt, sur son absence de visage. Il ne restait rien du masque coutumier des sbires, absolument rien. Sa trogne était enfoncée, comme si un bout s’était fait arracher. Et pourtant, il continuait de marcher, aveugle, probablement sourd. Nul doute que son instinct lui disait de chercher une quelconque source de nourriture pour se régénérer. Ces animaux ne fonctionnaient que comme ça.

Les yeux bleus de la blonde détaillèrent l’anatomie interne de la tête du Wraith. C’était pas super beau à voir, mais c’était intéressant, du moins du point de vue fonctionnel. C’était assez rare de voir une tête de Wraith de l’intérieur. Rien de folichon en fait. Elle ressemblait de près ou de loin à une tête d’humain que Teshara avait étudié pour sa curiosité personnelle de médecin. Elle distinguait le cerveau, bien amoché, les circuits respiratoires du nez et de la bouche, mais pas de trachée à proprement parlé. De toute façon, vue qu’ils se nourrissaient par leur main, il y avait fort à parier que cet organe ait disparu au fil des évolutions puisqu’il ne servait à rien. Il y avait néanmoins ce qu’elle estima être un résidu de langue, et elle ne put en voir d’avantage qu’il passait devant elle en traînant la patte.

La marche reprit. Pedge n’était toujours pas tranquille dans sa tête. Mais pour le moment, elle n’avait pas vu de sbire membre de la faction des ingénieurs, si ce n’était un cadavre qui flottait. Mais cet état de fait devait vite se corriger quand une demi-douzaine de Wraiths (et pas d’huitre) passèrent en courant. Ils cherchaient quelque chose. Leurs armes au clair le disaient clairement, mais Pedge ne pouvait clairement les voir du fait de sa position reculée dans la formation humaine, puisqu’elle couvrait l’arrière en compagnie de Nelly et du contrebandier. Elle avait envie de lui demander son prénom tient, histoire de le connaître, mais le silence était de rigueur, aussi se l’imposait-elle. Elle avait clairement fait la remarque à Nelly, qui d’ailleurs semblait l’éviter autant que faire se peut. Elle comprenait parfaitement, n’ayant pas été spécialement cool avec l’hispanique en l’envoyant promener.

Soudainement, un bruit se fit entendre et un sbire fit son apparition théâtrale. C’était bien le mot car du sbire, il ne restait que des fragments de chairs et d’os qui tenaient ensemble par quelques miracles. Un homme lambda serait mort depuis longtemps, pourtant, ce vampire à la gueule arrachée continuait d’avancer sans sourciller, se traînant même la jambe pour pouvoir le faire. Sheppard leur ordonna de se plaquer contre le mur et de le laisser passer, tout en indiquant au groupe de fin de le neutraliser. Pedge capta le regard de Naalem, qui semblait convenir des rôles de chacun. Il avait une lame plus importante que la sienne alors elle hocha de la tête en direction de son couteau pour lui dire de le faire. Elle, elle se contenterait de rattraper le corps pour qu’il ne chute pas lourdement sur le sol afin de ne pas attirer les gardes qui venaient de passer.

Elle se tenait prête néanmoins à larder de coups de couteaux ce sbire au cas où le contrebandier foirait son coup.



(c) chaotic evil

_________________
DC : Erin Steele & Pedge Allen
Revenir en haut Aller en bas
Dim 11 Mar - 19:22
avatar
√ Arrivée le : 03/04/2017
√ Messages : 102

Dossier Top Secret
√ Age: 32 ans
√ Nationalité: Alien Alien
√ Gêne: Non
Voir le profil de l'utilisateur

Le chaos et l'ordre



Environnement


Aucune chance pour qu’il se plante, le contrebandier était visiblement un soldat expérimenté et vu l’état du sbire, il ne pourrait pas le sentir approcher. La vue n’était plus, l'ouïe trop défaillante, il ne restait donc que le toucher. Naalem s’apprêtait donc à frapper lorsqu’il sentit quelque chose dans l’eau. Le niveau était bien plus bas que celui de la salle qu’ils venaient de franchir, donc aucun risque en termes de sangsues à ce niveau-là, mais même si l’eau arrivait aux chevilles, elle dissimulait autre chose qui s’anima dès que la botte du jumeau pressa dessus.

SHPACK !

Un foutu bruit de tapette à souris, avec l’eau qui s’agite brutalement sous l’effet d’une liane organique qui emprisonne la cheville de Naalem, aussi véloce que ce mécanisme simple. A peine le contrebandier avait-il pu se rendre compte de ce qu’il lui était arrivé qu’une incroyable force tendit la liane en la faisant soudainement émerger de tout le couloir. Une liane qui partait jusqu’au fond opposé et tournait dans un renfoncement de mur organique. Le bruit du claquement marqua le moment où la jambe de Naalem fût arrachée du sol tandis qu’il était attiré par cette force vertigineuse, il passa donc sous le sbire qui fit carrément un soleil et atterrit dans les bras de Pedge, rien de moins, alors qu’il prenait vivement la route de ce renfoncement, la jambe tendue par cette liane qui l’emprisonnait.
Naalem était emmené très rapidement.

Du côté du sbire, il sentit le contact de la vie et il lâcha un ignoble gargouillis en se secouant dans tous les sens. Écrasant Pedge de son poids, il lardait l’eau de sa main valide, son orifice de ponction démesurément dilaté pour absorber l’énergie vitale dont il avait tant besoin. Son état le rendait complètement fou et il semblait animé subitement d’une vitalité du désespoir, du dernier souffle pour ponctionner la vie qu’il avait senti lors de sa chute.

Sheppard avait vu la scène. Peut-être était-il en train de donner des ordres, de répondre à ce nouvel imprévu lorsqu’une soudaine cavalcade remonta le long du couloir. Deux blasts les frôlèrent de si près, dont Sheppard au visage, qu’ils avaient senti le souffle de déplacement de ces boules d’énergie.
Les douze sbires entraient dans le couloir et tiraient au jugé, complètement désorienté, ne prenant même pas la peine de viser. Mais ça ne les rendait pas moins dangereux pour autant. Pour l’instant, seuls deux étaient en train de leur tirer dessus mais il y en aurait plus.

PAM !

Jaccobs s'effondra à la renverse, poussant une plainte de douleur alors qu’elle cherchait d’une main tremblante son mécanisme de dispersion de la chaleur. Elle avait reçu un coup en pleine poitrine qui avait dévasté l’avant de son gilet tactique.
La situation s’envenimait rapidement. Très rapidement. Il fallait réagir !

Cela allait être simple, comme manger un gâteau alors qu’on a la dalle de la fin de semaine ! En parlant de sucrerie, voilà longtemps, qu’il en avait pas mangé. Faut dire que la bouffe sur Renégat ce n’est pas le grand luxe et le peu de fois, où il a pu ramener des gâteaux ou bonbons, ce fut trop rapide… Sur Atlantis, ils n’ont ? Rien que l’idée de se faire un beignet au miel donnait faim à Naalem… Il secoua un peu sa tête se disant, qu’il avait de bien étrange pensée, alors qu’il avait un cadavre vivant de sbire avec la tête enfoncé devant lui. Franchement, il ne devrait pas avoir faim dans pareille condition. Il devait être câblé à l’envers … Ou dans l’ordre et les autres ne sont pas comme lui. Enfin qu’importe au final, la bergère hocha la tête et se tenait prête. La lame du couteau, plus semblable à un petit glaive, allait trancher cette gorge quand soudainement… SHAPCK !!

Comment ça Shapck ? Et ça fait mal bordel ! Naalem, eut à peine le temps de baisser les yeux, qu’il fut traîné dans de la « bordel » de flotte dégeu !!!! Il aurait dû tirer dans cette bouillabaisse de merde !

« Nom d’un Lays de mes boules lunaires ! » Jura t’il, alors que le choc sur le sol, amortit faiblement par de l’eau croupie se fit sentir… il tenait fermement son arme et envoya bouler le Wraith qui vola il ne vit pas trop où…. Et il s’en branlait bien à cet instant ! L’homme se concentra sur cette liane qui était autour de sa cheville mais qui remontait jusqu’à sa cuisse….

« Alors, je ne couche jamais le premier soir ! Dévergondé ! » ronchonna t’il. Il n’avait pas peur, comme d’habitude, faut dire qu’il n’avait pas ce genre de considération... La chose, il ne voyait pas tous les détails de cette liane organique, l’attirait vers la fin d’un couloir, il mit immédiatement sa lame dans sa bouche, pour choper les rebords du mur et se tracter. Très vite son corps, fut en lévitation et il sentait que la chose, le tirait par à-coup. Les muscles bandés, il ne tenait pas spécialement à connaître ce qu’il avait de l’autre côté, surement un truc avec des dents qui allait le bouffer ! Il força et tenait bon, remerciant son entraînement et ces muscles bien fait ! Il fallait retarder la lianne, surtout qu’il entendait quelqu’un courir vers lui.
* Elle s’accroche la pétasse… *

Quand elle vit son frère se faire chopper, la blonde ne chercha pas midi à quatorze heures. Les atlantes étaient sympas (enfin pas tous), mais elle n’en avait rien à carré de leur cul. Seul comptait, dans ces cas-là, son frère. Elle s’élança rapidement dans le couloir en contournant le Wraith et la bergère qui se faisaient un câlin torride, suivant la glisse de Naalem dans la fange liquide, tracté par ce qui semblait être une liane. Elle n’y voyait pas bien, mais elle tapa le sprint de sa vie pour tenter de ne pas se faire distancer. Lucide, le jumeau attrapa un rebord et parvint à stopper la course folle dont il était victime.

« J’arrive ! », cria-t-elle en attrapant son pistolet disposé sur son holster de cuisse. La liane s’était tendue dans le couloir, filant des à-coups au corps de son frère pour qu’il lâche. Elle posa la gueule du pistolet loupien sur le tentacule, et elle pressa la détente pour la sectionner.

Le projectile plasma coupa comme du beurre le tentacule, mais qu’elle ne fut pas la surprise de Teshara quand la liane qui venait de retomber dans l’eau en jaillit et s’enroula autour de son bras. Elle poussa un couinement de surprise avant de sentir un violent coup la tracter à son tour ! Et c’était reparti pour un vol plané la tête la première dans l’eau. Avec un bras emprisonné, elle n’était pas certaine d’arriver à ralentir sa glisse cette fois.

Dès qu’il fut libéré par sa sœur, l’homme retomba pour se relever immédiatement. Heureusement, qu’elle est là ! Il se sentait soulagé. Son couteau roula terre après lui avait coupé un bout de joue. Un autre bout de liane venait de s’accrocher sur le bras de sa sœur. Il attrapa sa sœur et sortit son arme et tira comme il put sur le bout de la “végétation” (il ne voyait pas que ce fut organique, trop peu de lumière) peu aimable un peu plus loin… Il dû tirer deux fois avant que finalement, elle ne lâche et qu’ils tombent tous deux, Naalem sur le cul et sa sœur sur lui. Il entendait des bruits de détonation vers les atlantes qui étaient pas mieux logé.
« Bouge, faut qu’on s’éloigne ! »


Cette fois, la liane se rétracta.
Elle semblait se tordre d’une douleur inconnue, secouant brutalement d’un sens et de l’autre avant de s’éteindre pour de bon. Il y eut alors une sorte de cri bestial, un cri qui ne ressemblait vraiment à rien de naturel. Du moins, pas ce que l’on pouvait trouver dans un croiseur. C’était une sorte de râle enragé, frustré, comme si la chose leur criait son mécontentement de ne pas avoir réussi à les avoir. Car oui, vu les accoups, il y avait bel et bien quelque chose au bout de cette liane. Il y eut ensuite un fracas, s’ensuivant d’un tremblement dans le sol, puis le silence revint si ce n’est de l’eau s’écoulant dans une chute nouvellement créée. Le niveau de l’eau, déjà faible, se réduisait à vue d’oeil comme attiré par cet endroit méconnu.

Tesh regarda l’angle. Elle se demandait bien quelle sorte de créature les attendait derrière ce pan de mur, mais elle était plutôt satisfaite de ne pas l’avoir rencontré. Néanmoins, elle était là quelque part, et son instinct lui disait qu’elle ne s’avouerait pas vaincu aussi facilement. Elle toisa son frère qui lui disait de s’éloigner, et elle ne se fit pas prier en se relevant, l’aidant à faire de même. Seulement, c’était le bordel dans l’autre sens. Les atlantes étaient aux prises avec les Wraiths. Naalem avait raison. Sans ces humains, ils ne parviendraient pas à tirer quoique ce soit de ce croiseur, et il fallait les aider.

« Allons-y. », dit-elle froidement avec son regard de tueur. Elle récupéra son flingue dans l’eau qui foutait le camp, et elle le replaça sur sa jambe, avant de prendre sa pompe et de se diriger vers les autres en restant quelque peu baissée pour limiter son profil aux tirs ennemis.

Le cri et la réaction donnait la certitude qu’il avait une bestiole là-dedans…Ce cri aussi inconnu qu’il soit semblait être …étrangement connu. Mais impossible de se souvenir en quoi il semblait familier. Il va falloir être plus que prudent à l’avenir. Naalem, aurait bien essayer de voir ce qu’il avait de l’autre côté, mais les tirs incessants dans leur couloir, donnait une raison de reporter cette découverte. Une fois Teshara retiré de ses cuisses, s’il se releva, attrapant son couteau qu’il range. Il s’essuya un peu la bouche, qui saignait et il partit en courant en direction des Atlantes. Quand ils arrivèrent, Pedge et Nelly avait fini de tuer le moche.




(c) chaotic evil


_________________




DC : John SHEPPARD // Isia TAYLOR LAURENCE // Alexander HOFFMAN // écriture : LawnGreen

Revenir en haut Aller en bas
Dim 11 Mar - 19:24
avatar
√ Arrivée le : 09/11/2014
√ Messages : 1398
√ Localisation : Atlantis


Dossier Top Secret
√ Age: 33 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Non
Voir le profil de l'utilisateur

Le chaos et l'ordre




Tout était allé très vite. Pedge ne s’attendait pas à ce que le contrebandier se fasse éjecter aussi rapidement de la partie. Elle n’avait pas vu ce qu’il se passait au niveau de ses pieds, simplement, elle le vit disparaître et faucher le sbire au niveau de ses jambes. Elle n’eut pas le temps de réagir concernant le Wraith, ou le contrebandier, qu’elle se retrouva avec le premier dans les bras, chutant lourdement sous son poids pour se retrouver sur le dos avec le sbire déchiqueté sur le corps. Elle n’avait pas son couteau dans la main, et son Colt M4 était coincé entre leur deux corps. Ce contact proche et prolongé, et cette main qui frappait l’eau de part en part de sa tête pour essayer de la chopper et de la ponctionner firent un sale effet sur l’état intérieur de la texane qui, loin de perdre ses moyens, sentait la peur l’inonder.

Elle était comme une furie, comme une bête prise au piège qu’on essayait de tuer, et qui ne le voulait pas. Aussi remua-t-elle avec violence sous ce corps trop lourd pour elle. Une de ses mains cherchait à aggriper l’arrière du crâne du sbire, tandis que l’autre, du côté de celle Wraith qui cherchait à plaquer son orifice sur une partie quelconque de son corps, tentait de la repousser.

« PEDGE ! » Avait soudainement hurlé Nelly sur le coup de la surprise et de la peur.

La petite espagnole avait tout de suite pointé son MP5 sur le corps du sbire. Mais même à bout portant, il bougeait trop vite. Si ses balles le transperçaient et atteignaient son amie ? Non, c’était trop risqué, vraiment trop ! Alors Nelly tira son couteau de combat et, manquant d’un réel entraînement en la matière, elle le planta à plusieurs reprises dans le dos exposé de la chose. Une fois, deux fois, puis la troisième, alors que la lame perforait son épaule, un violent retour de coup de coude la percuta au visage au moment où son élan la faisait descendre.

La petite espagnole lâcha tout, son ordinateur prenant l’eau, alors qu’elle joignait ses mains sur son visage en titubant. Puis un blast venu de nulle part la faucha sur le flanc, la faisant chuter très douloureusement dans l’eau. Elle avait lâché un cri de douleur avant de s’immobiliser.

L’intervention de Nelly avait eu le mérite de faire diversion sur le Wraith déjà bien amoché. Ce dernier n’avait pas autant de force qu’un sbire en pleine possession que ses moyens, et son coup de coude avait déporter son centre de gravité, si bien que la texane pu glisser sa main vers son couteau pour l’extirper à son tour. Alors que le sbire revenait à elle, elle planta la pointe du couteau dans la trogne inexistante du vampire, faisant ressortir la pointe de l’autre côté. Sa deuxième main vint appuyer sur la garde de son couteau et elle poussa de plus en plus, en faisant tourner la lame. Un cri de rage s’échappa de son gosier trop serré, et elle repoussa le sbire inerte sur le côté.

De son côté, Nelly sentait l’eau tout autour d’elle, contre sa tenue et dans ses cheveux. Elle était complètement sonnée et la chaleur persistante dans son gilet lui rappelait qu’elle devait activer l’évacuation de son gilet. Mais le choc avait été si violent qu’elle avait un mal fou à émerger, tout tournait dans sa tête et elle avait l’impression qu’un semi-remorque l’avait renversé. Le flanc était une partie un peu moins protégée du gilet et l’impact lui en avait fait voir de toutes les couleurs.
Tout en poussant une plainte, la petite espagnole posa ses mains sur le dos pour essayer de se redresser mais elle n’y arrivait pas.

Pedge se redressa péniblement en roulant dans l’eau sur le flanc. Elle récupéra son couteau, le planta une seconde fois dans la trogne du sbire, puis une troisième fois. Pas de réaction. Au moins elle était sûre qu’il était bien mort. Elle avisa Nelly qui essayait de se redresser, sans pourtant y parvenir. Sur les genoux, la jeune femme vint vers son amie et l’aida à se redresser. Elle chercha à accrocher son regard dans le sien pour voir si elle était encore lucide :
« Nelly. » Pedge la secoua un peu. « Ça va ? C’est pas le moment de rêvasser ! »
« La poignée... » Souffla Nelly en essayant de reprendre son souffle.
Elle réagissait à Pedge et essayait de reprendre ses esprits. Ca tanguait beaucoup autour d’elle et la brûlure disparu enfin lorsqu’elle l’aida à évacuer la chaleur dû au blast. La petite reprit son souffle tout en regardant son bras gauche. Quelque chose avait brûlé un peu au niveau du biceps et l’uniforme avait fondu dessus. Etrangement, elle ne sentait rien d’autre. Ca tirait un peu mais ça allait.
« Je vais bien. » Haleta-t-elle. « Ca va. »
« Ok, bien. »

Nelly se redressa en s’appuyant lourdement sur son lieutenant puis elle parvint à tenir en équilibre. Un beau cocard se dessinait déjà sur son oeil gauche. Elle ajusta ses mains comme à la recherche d’un équilibre puis tenta de récupérer l’ordinateur. Par chance, c’était l’une de ses machines hors de prix qui avait la particularité d’être étanche.
« On dirait que tu as fais ça toute ta vie ! » Plaisanta Nelly avant de poser une main douloureuse sur son oeil. Elle vit les jumeaux s’approcher, et Pedge n’eut pas le temps de répondre quoique ce soit.

L’homme regarda vite fait le corps et les voyant debout et pas blessée, il leur sortie de but en blanc :
« Pas le moment de rêvasser, en avant ! » Une nouvelle fois, cela sortit tout seul, du pur militaire : neutre et efficace Voir officier au vu du ton, qui n'était pas contre elles. Naalem, se fit la remarque après, qu’il aurait pas dû leur sortir ça, pour pas qu’elles soient persuadées de sa formation, mais tant pis, il ne pouvait pas toujours ce foutre une muselière. Il prit ces deux armes, le levant devant sa tête pour tirer dans le tas de Wraiths, déjà moins conséquent que tout à l’heure. Sheppard et les deux ratés avaient fait du bon boulot.

« Parce qu’on s’amuse peut-être. », marmona Pedge dans sa barbe en terminant de se relever pleinement. La jumelle lui passa sur le flanc sans un regard, et la texane lui emboîta le pas, non sans accorder à Nelly un dernier regard pour voir si tout allait bien. Elle commençait déjà à bleuir sur l’oeil. Pedge espérait pour elle que sa paupière ne gonfle pas pour qu’elle puisse continuer à voir avec ses deux yeux.
« Él es un alien jactancioso... » Murmura Nelly en suivant son amie.

Naalem les avaient entendu marmonner, mais il en avait rien à faire, surtout qu’il n’avait pas prit le temps de les écouter et il s’en branlait complet. Il avait un danger plus important devant eux et ce n’était pas le moment de faire du sentimentalisme ou autre chose. Tu es pas mort ? Tu te relèves comme tout bon soldat et tu vas au front, tu fais des bisous aux autres après, quand il y a plus de menaces. Oui, Naalem était en mode guerre et donc machine à débiter du jambon Wraith.



(c) chaotic evil


_________________
#a1931c
DC :Erin Steele & Teshara Lays
Revenir en haut Aller en bas
Dim 11 Mar - 19:25
avatar
√ Arrivée le : 04/09/2015
√ Messages : 2765

Dossier Top Secret
√ Age: 41 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: ATA
Voir le profil de l'utilisateur

Le chaos et l'ordre



John vigilait l’action, comme les deux autres soldats surveillaient le couloir… Tout se passa que trop vite et ce fut la débandade, le blond se retrouva trainé, un vieux souvenir de la caverne des nains se fit au bon souvenir de John… Sauf que là, il ne pourrait pas atteindre dans l’immédiat le blond (il allait se démerder), puisque des tirs et surtout une vive brûlure de blast se fit sur sa joue. L’arme à décharge venait de le frôler et il avait de forte chance, qu’il ait cette dite joue en sang. Les poils de John se dressèrent sur son bras et il fit face, voyant Jacobs à terre un peu sonnée mais qui déjà était en train d’évacuer la chaleur…
« Tir de barrage ! » Gueula t’il comme un lion Candom, tirait en rafale avec son arme, protégeant Jacobs qui était en train de se relever bien chanceuse avec son gilet MOLLE, elle était trempée aussi.

Le colonel dégoupilla en même temps un flash bang qu’il envoya, sachant que ces petites créatures y étaient sensibles. Il attrapa Jacobs, pour la remettre sur pied, plus rapidement. La grenade explosa et les Wraith étaient déboussoler, ce fut le bon moment ! Les trois soldats, s’avancèrent pour commencer à tirer dans le tas et dégommer les corps complètement désorientés. Les tirs de blasts étaient inactif pour le moment, car les sbires était perdu, mais cela allait durer quelques secondes… Il fallait en abattre le plus possible.

Jacobs s’était relevée et aidait à tenir la ligne. Mais elle vit un œuf métallique s’envoler pour atterrir au pied d’un Candom qui n’avait rien remarqué, trop concentré sur son tir. Une sorte de bip lumineux de plus en plus rapide se voyait dans l’eau. Immédiatement la jeune femme, se baissa pour le renvoyer dans le rang ennemi. L’eau étant à hauteur de cheville, elle ne pouvait pas le shooter aussi efficacement. Quelques blasts la frôlèrent en réponse mais la détonation soudaine envoya valdinguer quelques sbires. Ceux qui se faisaient arroser copieusement de projectiles ne se relevaient pas.

John continuait avec son équipe d’arroser les Wraiths, ils furent rejoints par les jumeaux, qui défouraillait avec leurs armes, mais par acquis se tenait moins exposé que les Atlantes. Naalem et surement Teshara avait bien remarqué qu’ils encaissaient bien les tirs de blast. Cela étonna le grand blond, qui voyait bien que leur adversaire ne tirait pas pour paralyser mais pour tuer. Une première pour lui, qui n’avait vu que des tirs incapacitants auparavant !

Ayant perdu des munitions, Nelly préféra rester en retrait et surveiller les arrières, pointant son MP5 dans le sens inverse et attendant que la situation soit réglée. Un mal de crâne commençait déjà à apparaître et elle avait l’oeil en feu.

Teshara mettait en pratique toutes ses connaissances militaires, tout ce qu’elle avait appris auprès de son vieux et dans l’armée Génii. Elle était entrainée, et son séjour dans l’escouade du Chaos l’avait maintenu en forme dans l’art de combattre. Sa pompe dans les mains, elle ne tirait que quand elle était certaine de ne toucher personne, et quand la distance entre elle et le Wraith était la plus faible possible. Les cartouches à plasma faisaient des ravages dans les corps déjà meurtris des ennemis. Peu importait pourquoi ils étaient abimés pour le moment, l’essentiel était que cela facilitait la tâche aux humains pour triompher de cette douzaine de trou du cul suceur de vie.

Pedge n’était pas en reste puisqu’elle appuya du mieux qu’elle pu Candom, Jacobs et John à grand renfort de tir au coup par coup de son arme automatique. Quelque part, voir ces saloperies tomber et crever finissait de la convaincre que sa présence ici était nécessaire, un peu comme le dernier coup de collier d’une thérapie qui arrivait sur sa fin. Elle consolidait sa résilience face aux actes de cruautés sadiques dont elle avait été l’objet, et cette guérison mentale passait par une revanche meurtrière sur les sbires de son bourreau. Elle n’était pas sereine encore totalement, ce qui était normal, mais de se battre, de prendre le dessus, de lutter pour sa vie lui rendait son intégrité quelque peu effritée depuis son retour de la Magna.

Finalement, les Wraiths furent maîtrisés…étrangement, lorsque la moitié du groupe fut abattu, ils commencèrent à se replier et s’enfuirent littéralement. Oui, les Wraiths s’enfuyaient ! John était abasourdi, depuis quand ces infâmes vampires fuyaient comme des lâches ?

Hors de question de les laisser tous s’enfuir, John ordonna qu’on les poursuive dans l’autre couloir abattant les dernier dans le dos. Il serait dommage qu’ils leur tombent une nouvelle fois sur le dos par surprise ! En toisant les cadavres, il avait une évidence, ils étaient tous affaibli et les monstres qu’ils sont n'étaient que des épouvantails médiocres qui tombaient sous des balles que jadis ils avaient contrées. Le don de génération était épuisé sans nourriture.




(c) chaotic evil


_________________
JohnSheppard

Double comptes : Isia Taylor-Laurence & Alexander Hoffman & Naalem Lays //écriture : MediumTurquoise
Revenir en haut Aller en bas
Lun 12 Mar - 19:39
avatar
√ Arrivée le : 03/04/2017
√ Messages : 102

Dossier Top Secret
√ Age: 32 ans
√ Nationalité: Alien Alien
√ Gêne: Non
Voir le profil de l'utilisateur

Le chaos et l'ordre


Environnement


La pression redescendait.
Les Wraiths ayant quitté le secteur, la zone était plus ou moins sécurisée. Il y avait eu plus de peur que de mal dans l’ensemble et les sbires tombés lors de l’assaut étaient définitivement morts. Leurs cadavres portaient des traces de combat qui n’était pas dû à la défense Atlante, ils s’étaient donc déjà battus auparavant et c’est surement ce qui expliquait ce manque d’organisation et de vitalité lors de l’assaut.

Quoi qu’il en soit, il fallait enquêter pour savoir ce qu’il avait pu se passer ici. Il était évident que le crash du croiseur à lui seul ne pouvait pas expliquer toutes ces bizarreries. Le meilleur endroit, pour commencer, consistait à s’enfoncer au coeur du croiseur et à prendre la route de la passerelle. Il devait bien y avoir un terminal, quelque chose, un endroit qui recèlerait de différentes informations qui nécessitait pas forcément l’intervention d’un génie à la sauce McKay.

Les derniers fuyaient abattu, John regardait autour de lui, il avait encore cette fichue eau de partout, elle était pas très clair à cause des saletés et autre élément qui croupissaient dans ce vaisseau qui n’avait de tranquille que son allure. Suite à cette échauffourée il fallait prendre le temps de se reposer et voir les blessures de chacun.
« On se regroupe, on se soigne, on boit et on repart. »

Jacobs, sortit sa gourde pour boire, elle avait une petite brûlure de vapeur issu de son gilet sur le poignet, elle avait mal fait sa manœuvre mais sinon, elle et Candom était opérationnels. Ayant suivi les cours de la très belle et inaccessible Taylor Laurence, elle était surement la plus doué dans l’équipe. Elle ne comptait pas Cyanure qui était plus un poison qu’autre chose. Elle avait suivi ces cours, après Ovidae pour se débrouiller seule et ne plus être aussi dépendante des autres.

« Qui est blessé ? Que je jette un oeil, j’ai une compétence valorisée après mes cours de soins » Elle avait mis un peu d’humour là-dedans. Pedge ne releva pas, n’étant pas blessée. Au lieu de ça, elle étudia les cadavres elle aussi.

Teshara examina plusieurs cadavres du bout de la botte pour vérifier qu’ils étaient bien morts. Une précaution qui pouvait paraître inutile mais qu’elle trouvait nécessaire. Elle était nettement moins loquace et provocante que d’habitude, signe qu’elle prenait la menace Wraith avec assez sérieux pour la forcer à fermer sa bouche. Une autre raison qui pouvait la contraindre à rester muette était la bouderie. Et il n’était pas impossible qu’à l’heure actuelle, elle soit effectivement en train de tirer son nez, pour la bonne et simple raison que par deux fois en l’espace de quelques minutes, elle était tombée dans l’eau peu chatoyante qui tapissait le fond de ce croiseur pourri. L’action l’empêchait d’avoir froid, mais la sensation désagréable de ses vêtements collés à sa peau était belle et bien présente. Sa poitrine affichait fièrement ses rondeurs dans le tissu noir de sa combinaison en toile, même si cette dernière était dotée d’un système de soutien.

D’un geste las, elle rendit la veste en cuir à son frère :
« Je n’aime pas le cuir mouillé, ça grince, ça couine, ça me fait mal aux dents. », dit-elle pour toute excuse. En réalité, elle ne voulait pas le priver du peu de chaleur que le vêtement procurait, et comme il était tout aussi mouillé que lui, il y avait bien le droit. C’était là le genre de petite attention camouflée que la princesse blonde était capable de faire à l’endroit de sa moitié gémellaire, sans que cette dernière ne s’en rende spécialement compte puisqu’elle avait toujours une bonne excuse, à l’image de ce qu’elle venait de prétendre pour lui rendre son cuir.

L’homme prit sa veste, le regardant pour voir si elle était certaine. Il lui aurait bien fait une blague … or son esprit était ailleurs. Il lui sourit, enfilant sa veste qui était mouillée que de l'extérieur, l’intérieur était encore chaud et confortable.
« Merci » Il avait un peu froid mais la sensation de l’eau peu ragoutante, ne le dérangeait pas, il avait déjà pris des bains dans pire que ça…

Naalem ne s’était pas fait prier, pour dégommer aussi du Wraith, surtout de dos. L’homme était un peu à l’écart en train d’observer les corps à terre, trouvant bien étrange de les voir si facile à tirer… Le constat était là, en retournant certains cadavres, les Wraiths étaient affaiblis, certes à cause du manque de nourriture mais surtout, ils avaient déjà combattu.
Il entendit la proposition de la mal baisée, il ne le prit pas pour lui. Il était persuadé qu’elle refuserait de le soigner de toute façon. Et mise à part un bleu monumental à la cheville et cette égratignure sur la joue, il n’avait surement rien de plus.
« Nos amis, se sont déjà battu… Soit contre d’autres Wraiths, soit contre autre chose… »

John intrigué se rapprocha de l’homme et fit le même constat… Il n’aimait pas vraiment cette hypothèse.
« Hum, il va falloir être d’autant plus sur nos gardes… Ce vaisseau regorge d’expérimentations. »
« Il est d’ailleurs étrange ce croiseur… »
« En effet. » John expliqua dans les grandes lignes où ils se trouvait au blond qui ouvrit de grand yeux mais d'excitation… cela était encore mieux ! Une mine au trésor il était sur une véritable mine au trésor ! Le colonel, le regard d’un air étrange.
« Normalement les gens ont peur quand on dit ça… »
« Normalement, le gens commun ne comprenne pas l’avancement technologique qu’on peut tirer des autres peuples ! » Répondit Naalem sur le même ton regardant un Sheppard qui ne pouvait qu’être d’accord, mais qui se mit dans un coin de sa tête que cet homme était un scientifique qui savait tirer… il était dangereux et donc pas à considérer comme un simple civil comme Mckay par exemple.
John alla vers son équipe : « Tout le monde va bien ? »
Pedge leva un pouce pour faire signe que tout allait bien, avant de terminer de contrôler les alentours et de garder un oeil sur la jumelle, quand elle avisa Naalem qui revenait lui aussi.

Nelly acquiesça silencieusement. Elle avait montré son bras à Jacobs en se demandant ce qu’elle pourrait bien y faire. Elle avait entendu la conversation et elle était loin d’être rassurée. Une part d’elle-même voulait demander au colonel la permission de partir, d’abandonner, de rentrer sur Atlantis. Mais elle n’osait pas. La précédente mission n’arrêtait pas de la tarauder et elle regarda encore une fois Pedge avant de se mordre les lèvres et de maudire le CODIR pour l’avoir obligée à garder le secret. Et s’il y avait dans ce croiseur des éléments qui correspondait à sa dernière mission ? Ce serait à Sheppard de lâcher le morceau non ? Et comment allait-elle réagir ???

Jacobs sortit son kit médical et commença à panser la blessure de Nelly, se souvenant des gestes qu’elle avait enseigné et puis répété seule sur elle-même. Elle n’accorda aucun regard à Cyanure qui s’était approchée avant de se détourner. Tss même pas foutue de faire son job celle-là ! Pensa la militaire qui regardait Nelly…
« Ne faites pas cette tête soldat… vous verrez bien pire dans votre vie. »
« C’est déjà fait... » Maugréa Nelly en testant son bras. Elle eut l’air génée en se disant qu’elle risquait d’attirer un peu trop la curiosité puis elle fit un signe de tête. « Merci pour ton aide, ça va déjà mieux... »
Jacobs leva un sourcil intrigué mais ne la questionna pas plus. Question de respect pour les aventures tragiques que chacun vivait.
« Tant mieux. Je ne suis pas médecin mais pas peu fière de savoir-faire un bandage sans me tromper de sens. » Fit la lieutenante assez contente d’elle-même mais avec de l’humour pour dédramatiser la situation. Elle fit une tape dans le dos du soldat, comme n’importe quel militaire et rangea ses affaires.
« Bientôt tu me donneras la leçon alors...j’en ai besoin aussi. »
« Si tu veux, ou va voir Taylor Laurence, elle est punie pour enseigner à tous les militaires les premiers soins. »
« J’peux pas, je l’aime. Elle m’a offert mon colibri en peluche... »
Jacobs la regarda bizarrement… « Hein ? Tu es avec Le docteur ? Moi qui croyait qu’elle était avec... » Elle secoua la tête ne voulant pas dire la suite, pauvre Allen alors...
C’était trop tentant. La situation un peu plus calme, Nelly ne pouvait pas s’en empêcher en voyant sa tête.
« Quoi ? Tu crois que j’suis trop petite pour faire craquer ma blonde d’amour ? Pourquoi, tu la voulais aussi ? »
« Mrf non. » fis Jacobs qui aurait sûrement bien aimé, mais aussi bien aimé avoir Pedge mais cela était contre le règlement et elle ne voulait pas se taper des collègues. Elle regarda Nelly « Tu te fous de ma figure... » Elle se mit à rire. Non Nely était trop innocente et solaire pour être avec une femme destructrice.
« Toi... » fit Nelly en agitant doucement son index sous le nez de l’officier, de manière malicieuse et confidente. « Tu caches des choses ! Mais t’as peut-être tes chances, il y avait pas une histoire de coeur en guimauve ? »
« Non. » Fit jacobs qui regarda Nelly et secoua la tête, remettant sans sac sur le dos, pour rejoindre Shepard, qui était en train d’observer tous les petits groupes en buvant de l’eau.

Nelly eut un sourire entendu. Ce n’était pas sympa pour elle mais en même temps, on aurait cru que ça la rendait super timide. Après, Nelly ne savait pas du tout ce qui lui était arrivé sur Ovidae et elle décida de ne pas rajouter d’huile sur le feu. Elle se jura simplement de découvrir pourquoi Jacobs avait été soudainement si intrigué par une relation entre Isia et quelqu’un qu’elle n’avait pas cité.

D'ailleurs Naalem, prit une arme, mais celle-ci refusait de marcher à sa plus grande surprise… Il l’examina en suivant Sheppard pour revenir vers le groupe…
« Leur arme ne marche plus… » Il essaya de la bidouiller sortant un tournevis, mais rien n’y fait, elle était inutilisable, sauf en gourdin…
« Laisse tomber, c’est surement génétique. », fit Pedge en s’approchant du contrebandier, le voyant farfouiller sur l’arme Wraith. Il n’aurait aucune chance de la faire marcher, elle en était certaine. D’ailleurs, leur propre scientifique devait certainement bosser sur ce fait atypique sur Atlantis, puisque des armes de ce genre avaient été ramené de la Magna.

Naalem releva la tête vers la bergère, puis regarda l’arme et tourna la tête définitivement vers elle. « S’ils commencent à faire des armes utilisables que par eux… Ce n’est définitivement pas bon signe. » Il soupira, lâchant le pistolet à contre coeur. Il n’avait pas le niveau suffisant et encore moins pas le temps pour étudier ce mystère.
« Il ne t’a pas blessé le demi veau ? » Lui demanda t’il.

« Il n’a pas eu le temps. », répondit-elle simplement. Elle l’examina de pied en cape. « Et toi ? Pas de bobo après t’être fait trainé sur le dos ? »

Naalem eu un rictus, sentant sur ces lèvres le goût du sang qui coulait depuis sa joue. Cela l’indifféra. « Tant mieux. » dit-il simplement, cela aurait été con, qu’un demi wraith fasse plus de dégât qu’une douzaine. Il pouffa légèrement à la remarque de Pedge… « Un bleu et une griffure. Pas plus, pas moins que si j’étais tombé sur une folle enragée. » dit-il avec humour, mais parlant pas fort, comme depuis le début.

« Oui, comme si tu étais tombé sur ta soeur quoi. », fit Pedge de son ton pince sans rire, parlant aussi bas que lui. Elle leva les sourcils en l’air pour faire style qu’elle blaguait, même si la blague avait un fond véridique quand même.

La réaction de Naalem ne se fit pas attendre, il ricana d’un rire assez grave, lui lança un regard pétillant. « Non, ça serait pire si j’étais tombé, je serais plus apte à être nommé monsieur en prime. » Il regarda les autres et sortit de son sac un petit sac contenant de la viande séchée, il le tendit à la bergère. « Promis ça ne vient pas d’Ovidae ».

Pedge le remercia d’un signe de tête. Elle l’aimait bien ce type, aussi curieux soit-il.
« Je suis doublement rassurée alors. » Elle leva le petit morceau de viande qu’il lui avait tendu et s’expliqua : « Que ça ne vienne pas d’Ovidae, et que Sheppard ait gardé ses attributs masculins alors. », puisque ce dernier était tombé sur Cyanure il y a peu de temps, lors de leur rencontre fortuite dans le bosquet. Un nouveau ricanement de Naalem, qui ne put s'empêcher de regarder où était le chef d’équipe. Celui-ci étant en train d'examiner la tablette d’un air songeur.
« Des hommes présent ici, sauf moi, c’est bien le seul qui a la chance de les garder puisqu’ils seront mis à contribution. » Il machona sans bruit son morceau de viande et toisa Nelly. « Elle est récente comme militaire Fabula ? ».

À contribution ? Pedge arqua un sourcil. Sa sœur avait des vues sur Sheppard pour de vrai ? Ce n’était pas que de la provocation gratuite comme elle en avait le secret ? D’un côté, ce ne serait pas la première fois qu’une blonde incendiaire (car il fallait avouer qu’elle était canon cette connasse) voulut du corps de ce brave colonel. Il fallait aller pas plus loin qu’un séjour chez les Natus pour s’en rendre compte. Pedge ne releva pas, mordant dans son morceau de viande elle aussi, et suivit le regard du contrebandier.
« Qu’est-ce qui te fait dire ça ? »
« Impression, elle semble effrayée de beaucoup de chose elle est tout le temps derrière ton ombre et elle fait jeune … si elle n'avait pas des formes de femme, je t'aurais demandé si elle était adulte. » Cela n’était pas méchant. Il était curieux et s'interrogeait.
« Hum... », fit Pedge perplexe. « Habituellement, elle pilote nos vaisseaux. Le terrain c’est pas trop son truc. », fit-elle pour rester vague. Que Nelly soit dans son ombre, elle ne s’en formalisait pas, c’était quasiment une constante. « Et oui, elle est adulte. Faudrait que je lui demande le secret de sa crème de nuit d’ailleurs. », fit Pedge avec humour, même si elle n’allait pas se faire comprendre par Naalem.
Il hocha la tête cela expliquait pourquoi elle était si verte alors. Par contre, il la regarda étrangement, la crème de nuit ? « Vous mangez une crème la nuit pour rajeunir ? » Oui pour lui la crème c'est de la glace ! Rien de plus rien de moins.
« Non, c’est un produit, comme un onguent, qu’on se met sur la peau pour faire plus jeune. Un truc de fille, laisse tomber. », fit Pedge en lui faisant un sourire. Il lui avait échappé celui-là, mais c’était tellement ubuesque comme conversation…
« D’accord. Bah les mecs aussi ils peuvent s‘en mettre. » fit-il ne voyant pas pourquoi seules les femmes peuvent s’en badigeonner le teint. Il la regarda et il eut un rictus malin.
« Hum… c’est vrai que je vois une ride là... » Il montra sur son visage le front. Il la charia et entendit l’appel de Sheppard.

Oui les hommes pouvaient également en mettre, d’ailleurs c’était de plus en plus courant. Mais elle n’eut pas le temps de répliquer quelque chose là-dessus qu’il la titilla sur son front. « C’est à cause de l’inquiétude que j’ai eu en te voyant te faire tirer par une liane. », répliqua-t-elle sur le ton de la taquinerie avant de se diriger vers Sheppard.

Naalem lui fit un beau sourire, il ne lui dit rien de plus, mais il retenait cette petite phrase, pour la remettre sur le tapis plus tard. Ils arrivèrent tout deux devant le chef d’équipe.

À part la petite femme au teint hâlé, personne ne semblait avoir morflé lors de la bagarre. Ce n’était pas par humanité ou parce qu’elle était sous le couvert d’un quelconque serment à l’instar des toubibs terriens, mais elle s’approcha d’elle pour lui proposer son regard de médecin quand la voix vraiment chiante de la coincée se fit entendre, laquelle voulait savoir qui était blessée. Teshara dépassa donc Nelly sans rien lui proposer, ne souhaitant pas s’abaisser finalement. Du coin de l’oeil et de l’oreille, elle écoutait Jacobs se vanter et cela lui filait des boutons. Elle préférait vraiment se mettre à l’écart sous peine de lui balancer une bombe verbale dont elle avait le secret. Maintenant qu’elle comprenait l’utilité des Atlantes dans leur mission, elle faisait au mieux pour s’intégrer et laisser les choses s’applanir avec Candom et Jacobs, qui étaient vraiment les seuls points noirs du groupe. C’était ça être un Lays. On s’adaptait pour survivre, quitte à mettre provisoirement sa fierté de côté.

Elle alla se mettre en marge du groupe, extirpant des fioles vides de son sac à dos, et elle se mit à faire quelques prélèvements organiques sur la structure, attendant que la colonie de vacance du grand Sheppard se remette en route. Naalem faisait la conversation avec ce dernier d’ailleurs, évoquant la mort des Wraiths. Elle écouta d’une oreille ce que le colonel lui expliqua sur cette faction, mais elle n’en retira aucune espèce de joie. Elle était blasée en fait.

« Ben alors, on fait la gueule ? Il faut un peu d’eau croupie pour te faire taire ? », balança la voix de Candom dans son dos, tandis qu’elle était occupée à remplir un flacon de sang Wraith. Elle ne se tourna même pas, mais elle s’arrêta dans ses gestes. Le poids de son couteau était en train de lui faire du gringue et une violente envie de l’utiliser se fit sentir. Mais elle serra les dents, afficha un sourire aimable, et elle se tourna vers lui.
« Non. Juste quelques spécimens plus intéressant que toi. », dit-elle en tapotant sur la tronche du Wraith pour lui indiquer de qui elle parlait.
« Si c’est pour finir dans tes fioles je suis content de ne pas être intéressant à la grande Cyanure ! » dit-il en mettant ses deux mains sur ses hanches.
« Pfff. J’suis même pas certaine que tes organes soient bons à la revente, alors hein. », fit-elle en le balayant d’un signe de la main, comme pour lui dire du balai.
« Ils sont plus sains que les tiens. Moi j’entretiens mon corps avec amour... » Dit-il, il ne savait pas pourquoi il continuait. Il avait envie de la faire chier et ne pas bouger marchait mieux.
« Ah ouais ? », dit-elle en affichant une moue interrogative. Sa main farfouilla dans son sac et elle extirpa un scalpel qu’elle brandit devant elle, sans menacer Candom puisqu’elle le tenait juste droit afin qu’il puisse le voir et que de toute façon, elle était toujours accroupie à côté de son cadavre. « Tu veux que je vérifie tout de suite ? »
Il mit ses mains devant les siennes « Non sans façon… Reste avec ton nouvel amoureux ! »
« Je rêve où la lavette fait sa jalouse ? », dit-elle en ricanant avant de prélever un morceau de chair Wraith et de le foutre dans la fiole déjà remplie de sang de ce dernier. Elle ferma consciencieusement le couvercle pour rendre tout ça hermétique, frotta le scalpel sur la manche du vampire, et elle se redressa en mettant la fiole dans son kit en mousse, tout en se plaçant directement devant Candom pour le toiser avec les sourcils relevés, et la figure de celle qui se pose la question. Qu’allait-il répondre ?
Il l’observa faire avec dégoût, pourquoi c’est toujours aussi sale sérieusement ?
« Ouai, le jaloux, car je te rappelle que je suis un mâle, la dingue ! »
« Un mâle ouais. Un mâle qui a failli foutre sa queue entre mes jambes de dingue, mais qui n’a jamais réussi. Je te comprends, moi aussi je suis jalouse de mon corps parfait. » Elle lui tapota sur l’épaule et le dépassa en le bousculant un peu. Elle avait fini de jouer avec lui. Il grogna n’aimant pas qu’on lui rappel son échec de puceau… et il en avait honte car la suite avait été horrible. Il se tourna vivement, pour la dépasser et la bousculer à son tour.
« Un jour, elle ira cette queue et tu feras moins ta maligne ! » Dit-il en grognant rejoignant Jacobs et Sheppard qui discutait de la suite. Il la détestait cette nana ! Juste bonne à être un garage à bite ! Teshara leva les yeux au ciel en secouant un peu la tête. Elle avait un milliard de répliques sur le bout de la langue, mais maintenant qu’elle revenait vers le colonel et toute la clique, elle décida de ne rien répondre. De toute façon, ce mec ne pouvait pas s’empêcher de venir la voir, et à chaque fois, il repartait énerver. Quelque part, ça amusait fortement Teshara en son for intérieur, même si l’envie de le découper était puissante.

John le regarda et roula des yeux, il avait bien vu tout ce qui se passait autour de lui, sans pour autant entendre les paroles.
« Bon on y va… Même position qu’avant. » lança John en appel au ralliement.
« Et la gentille fifille reprend la place du milieu. Chouette. », lança-t-elle guillerette en adressant un sourire à Sheppard. C’était presque ironique, mais au final, elle était redevenue de bonne humeur et elle ne boudait plus.

Nelly se positionna également sur les arrières, prête à avancer, accompagnée de Pedge qui prit place à ses côtés, reprenant sa position dans la formation.




(c) chaotic evil


_________________




DC : John SHEPPARD // Isia TAYLOR LAURENCE // Alexander HOFFMAN // écriture : LawnGreen

Revenir en haut Aller en bas
Mar 20 Mar - 19:39
avatar
√ Arrivée le : 04/09/2015
√ Messages : 2765

Dossier Top Secret
√ Age: 41 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: ATA
Voir le profil de l'utilisateur

Le chaos et l'ordre


Environnement


La progression fut assez longue et laborieuse. Il fallait se méfier de tout, notamment du sol, alors que l’équipe veillait à ne pas se faire surprendre. Ils passèrent finalement dans un sec-teur alimenté en énergie et les portes ne posaient aucun problème puisqu’elles n’existaient tout simplement plus. La majorité d’entre elles avaient été perforées, déchirées, éventrées vers l’intérieur. Il y avait aussi de grandes éclaboussures de sang Wraiths sur les murs et, plus ils avançaient, plus les marques de bataille étaient prononcées. Que des traces de brû-lures et d’explosions...

Ils finirent par tomber dans un couloir entièrement noirci, un incendie ayant ravagé cet en-droit, mais sans qu’il n’y a eu quoique ce soit à brûler. On aurait cru qu’il s’agissait d’une dé-fense de fortune qui avait été enclenchée pour interdire cette intrusion progressive. Mais ça n’avait pas dû suffire. La porte organique qui les séparait de la prochaine zone était arrachée et pendait mollement sur le côté.

L’avantage de la position de Teshara résidait dans le fait qu’elle n’ouvrait pas la marche. Du coup, si liane embusquée il y avait, elle avait statistiquement moins de chance de marcher dessus après que les trois autres soient passés devant elle. Néanmoins, elle n’oubliait pas que tout le groupe était passé alors que Naalem se faisait chopper, et elle avait tendance à nettement plus regarder où elle mettait les pieds pour ne pas se faire surprendre bêtement. Elle commençait à connaître un peu trop le sol de ce croiseur inondé. Le décorum ambiant était quand même sacrément bizarre. Il y avait du sang Wraith sur les parois, les portes étaient littéralement défoncées, éventrées, elles béaient complètement, n’offrant aucun obs-tacle aux humains qui progressaient avec prudence dans cette zone alimentée, mais qui avait terriblement souffert. La pégasiene, pour avoir déjà vu des navettes crachées dans sa petite vie qui était tout sauf tranquille, avait du mal à croire que tous ses dégâts avaient été occasionné par le crash sur cette planète. Non, il y avait eu une bataille rangée ici, et les Wraiths semblaient en avoir chié grave.

Et franchement, un wraith qui en chiait grave, ça faisait flipper quant à la menace sous-jacente à cette envie pressante…

Que dire du couloir suivant. Il était complètement noirci.

« Ils ont essayé d’empêcher que quelque chose ne rejoigne cette porte. », observa Cyanure pour la cantonade d’un ton neutre. Elle faisait cette re-marque parce qu’elle trouvait ça vraiment aberrant. La porte était défoncée, signe que la ten-tative avait foiré. Elle n’avait pas peur, parce que la peur ne faisait pas parti de son jargon sentimental, à part quand cela rejoignait la sphère de la phobie. Une certaine curiosité ani-mait la jeune femme qui cherchait des indices sans grand succès. Néanmoins, elle tenait fermement sa pompe, dans lequel elle avait rechargé des cartouches, prête à toute éventua-lité.

Son pied foula un tas de cendre qu’elle éparpilla sans vraiment le faire exprès. Il était assez long, de la taille d’un corps ou presque. De la pointe du pied, la blonde fouilla ces restes de cendres, jugeant que cela pouvait être un corps complètement cramé, sans pourtant en être certaine. Si c’était le cas, la chaleur avait dû être terrible à cet endroit, car elle n’avait jamais réussi à faire brûler un corps totalement, et ce n’était pas faute d’avoir essayé avec différents produits. Mais bon, elle n’avait jamais pu concentrer les flammes de façon appropriée, sans parler qu’elle manquait de combustible, mais elle était sûre qu’elle pouvait y arriver. L’idée de balancer un mec dans un turboréacteur lui avait bien traversé l’esprit, mais elle n’avait pas trouvé de solution alors pour le faire de façon sécurisée pour elle. Donc son expérimentation en était restée là, et plusieurs pauvres types n’avaient jamais su qu’ils étaient passés à deux doigts de la carbonisation.

Elle garda ses observations pour elle, de toute façon, elle n’était certaine de rien, et ça n’avancerait pas à grand-chose.

L’endroit était véritablement macabre et le petit groupe en avant faisait bien attention où ils mettaient les pieds. Il serait dommage de tomber sur une liane ou tout autre chose. Ce que craignait aussi John était ces sortes de sangsues noires et étranges… Le croiseur était ma-cabre à souhait. L’homme ne savait pas trop quoi penser de toutes ces marques d’incendie, la logique voudrait que suite à une attaque aérienne le vaisseau et subit des dommages im-portants, mais les traces de sang verdâtre sur les murs étaient signe qu’il avait eu une bas-ton après… Pourquoi après ? Les traces semblaient « fraîche » dans le sens qui ne date pas d’un crash. Et puis bon, les Wraiths qui se battent, c’est généralement via vaisseau il est rare qu’ils entrent en corps à corps quand ils se combattent entre vampires… Et puis bon, ce n’est pas leur genre de refaire la déco avec de l’hémoglobine Wraith…

En tout cas, plus ils avançaient et notamment jusqu’à cette porte qui pendait comme une dent de lait qu’on arrivait pas à avoir le courage d’arracher, plus le mystère s’épaississait et John redoutait le pire. Avait-il des mastodontes modifiés qui leur avaient échappé ? Cette idée le fit frissonner. Ou bien même les fameux clones qu’avait trouvé Adam et Nelly ? Dans ce cas, avoir emmené avec lui Allen était une mauvaise idée. Après tout, il n’avait pas eu plus de choix a ce moment précis… Son soldat est fort psychologiquement et elle avait ac-cepté ce genre de mission alors qu’elle pouvait reculer et avoir une zone de confort. Mais le sera-t-elle tout le temps ? John ne savait pas vraiment pour le coup. Il en venait à se ques-tionner et à réfléchir sur tout ça. Il dû secouer un peu la tête, puisque l’odeur devenait hor-rible et surtout pour se concentrer pleinement sur cet environnement glauque et effrayant.
« Et cela ne semble ne pas avoir marché. » compléta John à la suite de la jumelle.
Candom s’arreta et braqua son arme sur quelque chose dans un coin qui devait être sombre. Un membre de Wraith était présent…
« Heureusement que je n’ai pas trop déjeuné… » lâcha t’il entre les dents, avant de donner un coup de pied dans le bras qui flottait plus loin. Une fois devant la porte, l’équipe la traversera et les trois devants firent une reconnaissance rapide…

Naalem, tout comme sa sœur, gardait la majorité de ses constatations pour lui. Le silence était de rigueur pour pas qu’on leur tombe dessus. Il avait après tout une petite équipe de douze Wraith, il pouvait en avoir d’autre. Même si bon, vu les traces de suie et sang il a des chances que la garnison soit bien réduite. Tout ce vaisseau semblait hostile même pour ces créateurs… De quoi donner les chocottes. Mais l’homme était plus excité de découvrir la raison de tout ce massacre. Son esprit scientifique était en train de s’émerveiller de certaine structure ébranlée avec de la technologie ouverte. Tout était organique et stimulé par une réaction électrique, comme un immense corps humain, mais sans âme… Après peut-être que leur vaisseau en avait une après tout ? Cette idée était folle et il en avait la tête qui tour-nait d’hypothèses et d’applications plus concrètes dans l’armement. Cela serait plutôt cool d’avoir des armes biologiques qui s’adaptent et encaissent l’énergie tout en étant un minima intelligent.

La voix de sa sœur, le fit revenir à la réalité, il était d’accord et cette chose ou autre était une chance pour botter le cul des Wraiths. En tout cas, Naalem était peut-être un peu rêveur dans ces pensées, mais il restait très vigilant, hors de question de faire un bisou à la créature à l’autre bout du couloir.

Outre le croiseur de Méda’Iyda dans lequel elle avait été incarcérée pour être torturée, Pedge n’était jamais allée dans un de leur vaisseau en activité, ou même craché comme c’était le cas aujourd’hui. Elle n’avait donc pas d’élément de comparaison avec un vaisseau en pleine santé, mais il fallait reconnaître que c’était un sacré bazar là-dedans, et que tout indiquait que les propriétaires légitimes du vaisseau se soient fait attaquer par quelque chose. La texane appréhendait un peu, dans le sens où elle commençait à se faire des films des choses potentielles que ces tarés d’ingénieurs avaient pu concevoir : nouveaux masto-dontes ? Parasite encore plus robuste ? Nouvelle créature inconnue au bataillon ? Quoiqu’il en soit, cette chose provoquait de sérieux dégâts, et les affreux étaient bien en peine pour l’arrêter, du moins mettaient-ils tous les moyens, comme cramer ce couloir… À moins que ce ne soit la créature qui crache du feu. Il ne manquerait plus que ça tient.

Elle regrettait presque d’être venue et de ne pas laisser ces trous du cul s’entretuer, mais un croiseur de la faction numéro une échoué comme ça ne pouvait pas être ignoré. Rien ne disait également qu’ils n’avaient pas tué la créature, la chose, le monstre, le bidule qui les faisait chier dans leur froc d’alien suceur de vie. Rien ne disait non plus que ce soit leur œuvre. Peut-être qu’il y avait quelque chose dans ce lac, quelque chose de bien plus puis-sant que des Wraiths, une forme de Kraken géant, ou une connerie de ce genre, et qu’elle avait investi le bord pour s’en prendre aux êtres qui polluaient son lac.

« Oui et bientôt Greenpeace va venir faire une manif autour du croiseur avec leur beau bateau… », murmura Pedge pour elle-même, en se trouvant décidément trop conne de prêter des sentiments humains à une quelconque bestiole aquatique. Elle avait peut-être juste la dalle et elle trouvait le Wraith exotique en bouche. Quand elle allait décou-vrir l’humain, ce ne serait pas bon pour eux, et tant bien, la chose qui avait lancé sa liane sur le contrebandier était précisément ce que redoutaient les Wraiths.

Naalem tourna la tête vers les marronnages de la bergère, mais ne comprenait pas sa réfé-rence à ce “gredpice”. Il la regarda quelqu’un instant avant sans rien dire.

Qu’importe. Elle poussa un soupir en écoutant la petite remarque de la blonde. Oui, quelque chose foutait les Wraiths dans tous leurs états… et Pedge espérait que cette chose aurait le bon goût de trouver les humains sympa et qu’une grande amitié naitrait. Elle secoua la tête. Sa peur la rendait crédule et elle espérait ce genre de chose que pour se soustraire à l’emprise de ces vampires. Elle devait faire face elle-même et ne pas attendre qu’un quel-conque fantasme imaginaire conçu dans les méandres de son cerveau torturé au beau milieu d’un couloir noirci prenne forme pour la sauver.





(c) chaotic evil


_________________
JohnSheppard

Double comptes : Isia Taylor-Laurence & Alexander Hoffman & Naalem Lays //écriture : MediumTurquoise
Revenir en haut Aller en bas
Mer 21 Mar - 20:35
avatar
√ Arrivée le : 16/04/2017
√ Messages : 277

Dossier Top Secret
√ Age: 31
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Inoculation
Voir le profil de l'utilisateur

Le chaos et l'ordre


Environnement


La scène suivante fut alors un spectacle des plus impressionnants.
La salle n’était plus une salle.
De nombreuses parois avaient été crevées, ayant fondu sous l’effet d’un acide ou d’une décomposition avancée, les rabattant sur leur base comme du vulgaire plastique fondu. Il y avait donc des sortes d’armatures osseuses qui témoignaient du reste des fondations alors que différents liquide s’écoulaient en plusieurs petits filets de plafond perforés ou effondrés, comme d’étranges sources perpétuelles, alimentant cette immense étendue d’eau interne.

Le spectacle était tout à fait édifiant. Sans cette organisation d'architecture, ces différentes salles qui fusionnaient par l’absence de leur paroi transcendaient le tout en une scène des plus apocalyptique qui aurait fait la jouissance des férus de paintball. Entre les différents éclairages ténus, fébriles ou clignotant. Les lianes organiques qui pendaient mollement. Des très nombreuses brûlures de lance plasma s’étalaient dans tous les sens. Des monticules de détritus en tout genre avaient été regroupés pour faire des barricades, des remparts de fortune, orientés sur toutes les directions et notamment les portes qu’on avait voulu encombrer. A croire que les Wraiths avaient fait ici leur dernier bastion contre une menace invisible qui pouvait surgir de n’importe quel endroit.

Un lit de Wraiths flottait comme des poissons morts à la surface paisible de l’obscure lac. Il y avait près de cinquante cadavres aussi démembrés et abimés que celui qui s’était perdu sur l’équipe. Il semblait qu’ils s’étaient tirés les uns sur les autres à un moment donné.
Quelqu’un ou quelque chose avait visiblement dévasté l’endroit après le crash et les Wraiths n’avaient jamais pu reprendre le contrôle.

Le couloir noirci n’était qu’une formalité en réalité. La salle suivante était plutôt édifiante, dans le sens où elle était composée de plusieurs salles. En effet, les murs avaient fondu par endroit, laissant entrevoir l’architecture interne du croiseur. De nombreux tirs d’armes plasma étaient visibles sur les murs, tandis qu’ici et là des amoncellements de débris en tout genre servaient de barricades, du moins l’aurait-on pensé en voyant tout ce foutoir. Du coup, l’endroit avait des dimensions vertigineuses, du fait du rassemblement de plusieurs salles en une, le tout décoré de façon glauque par les multiples arrachements, les multiples pièces fondues, les éclats, etc. Il y avait eu une véritable bataille rangée ici, une véritable guerre. L’ambiance électrique sporadiquement découpée par les clignotements des lampes à moitié détachées de leur emplacement d’origine ajoutait une touche d’horreur et de funestes présages dans tout ça.

La disposition des tas est claire. Ils sont orientés vers les portes, comme si les Wraiths s’attendaient à voir débarquer leur ennemi de là, et c’était bien ce qu’il s’était passé, notamment quand on venait d’un couloir noirci qui avait certainement servi de rempart de ce côté-là pour la faction des ingénieurs. Teshara se souvenait des propos de Sheppard à l’attention de son frère, lui expliquant dans les grandes lignes dans quel type de croiseur il se trouvait et pourquoi il était différent des autres. La jumelle était persuadée que ces trous du cul avaient créé quelque chose, et que ce quelque chose était en train de les chasser.

« Franchement, on aura tout vu. Des Wraiths qui font des barricades et qui ne font pas les gros bourrins en avançant en ligne droite en défouraillant... C’est le monde à l’envers. », fit Teshara dans un murmure. Elle ne voulait pas attirer l’attention sur elle, mais elle ne pouvait pas s’empêcher de commenter ce qu’elle analysait et voyait. Son sens de la stratégie militaire restait affuté malgré les années.

Il n’y a pas à dire c’est bien le bordel dans ce rafiot… Étant à l’arrière Naalem couvrait l’arrière de l’équipe et découvrait après coup l’étendue des horreurs… Encore plus d’eau, comme si cela ne suffisait pas ! Il était certain que sous cette eau dégueulasse il devait avoir quelque chose ou même une tonne de bactérie qui leur filerait la grippe du siècle ! Surtout avec les corps bien sympas des sbires qui avaient fini dans un sale état… Naturellement il se rapprocha un peu de sa sœur, pour la protéger au cas où. Elle était au milieu mais bon s’il pouvait la ramener avec lui ça l’arrangeait. Surtout qu’elle venait de piailler. Il était d’accord quelque chose clochait et pas qu’un peu. Il lui toucha la dos et passa à côté d’elle, pour vérifier l’endroit.

Pedge n’avait pas tout vu avec son couloir noirci et son Wraith sans visage qui l’avait agressé. Non, la suite était encore plus dantesque. L’équipe pénétra dans une salle qui était en fait composée d’une multitude de salles, dont les murs qui devaient faire les séparations étaient éventrés, comme acidifiés par quelque chose d’autre que les lances à plasma Wraith. Et pour cause, des impacts de ces armes, il y en avait sur les murs, mais jamais ils n’étaient passés au travers comme c’était le cas pour une majorité d’entre eux. L’architecture était visible par endroit, des lianes dégueulaient un liquide visqueux semblable à ce qu’il y avait à l’extérieur. La constatation de Cyanure n’était pas conne. C’était drôlement bizarre tout ça. Ils auraient une explication, elle en était certaine, mais Pedge n’était pas sûre de la vouloir, parce qu’elle craignait ce qui s’annonçait, comme un pressentiment qui ne la lâchait plus.

Une marre aux canards s’étalaient sur un de leur flanc, laissant transparaître, non pas des canards, mais des wraiths morts, dans un état proche de celui qu’elle avait tué avec l’aide de Nelly. D’ailleurs, la sous lieutenant jeta un coup d’œil à l’hispanique, et profitant du calme elle lui demanda :

« Ça va ? », dit-elle en passant sa main devant son visage, comme pour lui indiquer de quelle zone elle voulait bien parler. Nelly avait pris un bon coup dans la face, et Pedge espérait que ça allait pour elle. Elle s’en voulait toujours un peu de l’avoir envoyé bouler un peu plus tôt dans la journée, et bien qu’elle ne s’excuserait pas d’avoir appliqué un ordre, elle préférait essayer d’arrondir un petit peu les angles en s’enquérant de son état. Bien entendu, elle parlait à voix basse et afin de ne pas faire trop de bruit, elle avait mimé son geste pour ne pas en dire plus.


Tout dans cet endroit lui rappelait la mission de reconnaissance qu’elle avait mené avec Apollo. Même dans cet état de dévastation, il y avait tant d'éléments familiers qu’elle se revoyait là-bas. Sa respiration était lente mais longue, profonde, signe d’un stress important qui la gagnait de plus en plus. Quelque chose dans son instinct lui disait, que cette fois-ci, c’était la mission qui mettrait fin à sa vie. Les ingénieurs étaient des meurtriers, ils représentaient à eux seul la définition du danger. Alors qu’est-ce qui pouvait bien surpasser et détruire le Danger ?
Elle l’avait vécu là-bas et il lui avait fallu un moment, ainsi que quelques crises de pleurs, pour s’en remettre. Voir Sheppard mener ce groupe avec aplomb lui donnait l’air d’être indifférent alors qu’il connaissait toute l’affaire. Mais il n’y était pas, il ne savait pas ce qu’Adam et elle y avait ressenti.
Stressée comme elle l’était et emportée dans des souvenirs qu’elle n’arrivait pas à oublier, l’intervention de Pedge vint au plus mauvais moment. Là où Nelly aurait été touché en d’autres circonstances et aurait apprécié le geste de son amie, elle vit en elle quelqu’un d’autre. Une autre personne qu’elle avait tué et qu’elle regrettait depuis lors. La petite espagnole eut mal à la gorge et un regard mauvais la gagna alors qu’elle rétorquait sur le même murmure :

« Tu t’inquiètes pour moi, maintenant ? »

Elle avait sifflé ça d’un coup, d’une manière presque haineuse. La dernière fois qu’elle avait agi ainsi, c’était lorsqu’elle avait été prise pour une conne par le Major. Pourtant elle savait que Pedge n’avait pas de mauvaise pensée. Connaissant un peu le soldat, c’était même un effort, une main tendue. Mais là, le souvenir était un peu trop présent et c’est ce Wraith à la mâchoire arrachée, qui l’avait assailli, qui en était responsable. La colère, c’était simplement la bonne excuse pour cacher autre chose. C’était la facilité.
Car pourtant, deux minutes plus tôt, elle lui faisait un trait d’humour.

Pedge fut quelque peu surprise par cette gifle verbale. Elle ne s’y attendait vraiment pas. Nelly était toujours facile d’accès, toujours enjouée, et là, elle prenait la mouche. Elle comprenait qu’elle l’avait sans doute vexée toute à l’heure, dans la plaine, en la rembarrant, usant de la même facilité que l'hispanique pour camoufler son stress en le reportant sur quelqu’un. Néanmoins, Pedge était plus calme désormais, même si elle continuait d’avoir les pétoches. Ils étaient une bonne équipe, les meilleurs sans doute, et les deux jumeaux, bien que spéciaux, étaient quand même de redoutables alliés, surtout le contrebandier. Pour la texane, sa soeur devait encore faire ses preuves, même si de la voir se mouvoir tout à l’heure, à l’effigie de son frère, lui faisait dire qu’ils étaient tous deux de confessions militaires. Ils avaient suivi un entraînement strict et rigoureux, et cela transparaissait dans leur posture, leur geste, leur placement et l’utilisation de leur arme.

Vu comme ils étaient spéciaux, ils leur fallaient au moins ça pour être encore en vie dans cette galaxie. Qu’importe les jumeaux, c’était Nelly qui l'intéressait là. Elle aurait pu être conne et l’envoyer paître, ou lui répondre une phrase méchante, mais au lieu de ça, elle haussa des épaules et répondit simplement un désarmant :
« Oui. »

Nelly ne répondait pas, surveillant les alentours sans véritablement le faire, une petite part d’elle voulait la détester, la haïr, juste pour se préserver. La petite hispanique avait juré au CODIR et au colonel que sa dernière mission n’influerait pas sur son comportement pour les prochains déploiements et elle avait eu le droit à la bienveillance de Sidney pour reprendre du service. Avec le secret, c’est comme si rien ne s’était passé. Juste un banal ordre de mission rempli avec Adam, sans conséquences. Mais c’était se mentir à soit même que de ne pas reconnaître l’horreur que ça avait été là-bas et l’étrange deuil qu’elle faisait depuis. Elle en avait longuement parlé avec Sidney, cherchant à comprendre pourquoi elle bloquait sur un élément si absurde. Le psychologue l’avait gentiment contredit, lui précisant qu’il n’y avait rien d’absurde, bien au contraire, que son état était tout à fait légitime. Nelly en avait été soulagé. Il lui avait expliqué le mécanisme qui était entré en jeu et la subtilité de son affliction. Mais malgré tout, elle avait un mal fou à tourner la page dans le silence et la discrétion.

Quelque part, c’est ce qui la poussait parfois à se demander pourquoi, après Frei, elle avait jeté son dévolu sur Pedge et Isia à ce point. Peut-être parce qu’elle voyait effectivement en la chirurgienne des traits de personnalité de son père dont elle n’a jamais obtenu la considération. Et que Pedge, elle, représentait un idéal de charisme, d’assurance, et d’expertise militaire qu’elle n’atteindrait jamais.
Contrairement à la norme, l’amitié ne s’était pas nouée naturellement, Nelly l’avait simplement imposé au cours de ses entrées théâtrales. Et elle finissait par se demander si ce n’était pas une erreur de s’y accrocher. Si ça n’aurait pas été plus simple de ne pas nouer de liens si particuliers avec elle.

Nelly soupira, se sentant soudainement très conne de réagir comme ça à un moment pareil. Pedge la pro, Pedge qui ne se laisse jamais aller en mission, celle-là même qui lui disait “oui” pour confirmer une inquiétude qu’elle n’aurait jamais reconnu auparavant... et l’hispanique ne trouvait rien de mieux que lui faire la gueule. L’envie était toujours là d’ailleurs.

La jeune femme fit une moue ennuyée. Elle regrettait déjà son comportement.
Sans regarder Pedge, le visage droit et fuyant les prunelles de la texane, la main de Nelly se détacha de la garde de son MP5 pour lui presser gentiment l’épaule d’un air navré. Le contact lui déclencha un sentiment de chaleur humaine et elle eut brutalement l’envie de tout lui avouer, de tout lui dire, mais elle avait promis au CODIR. Depuis des semaines, elle lui mentait par son silence et ça la travaillait de plus en plus. Comme si elle se rendait finalement compte n’être qu’une traître.

Sheppard aurait dû l’avertir avant le départ en mission. Si Pedge découvrait le pot aux roses ici, maintenant, elle était persuadée qu’elle lui en voudrait réellement et sincèrement. Sa réaction de rejet à l’approche du croiseur ne serait alors qu’une sucrerie face à ses nouveaux ressentiments.
La phrase “J’ai pas envie de te perdre, tu sais.” ou “tu m’as fais peur avec ce Wraith.” trottait dans son esprit et Nelly se mordit la lèvre pour ne pas la lâcher. Ce serait peut-être la porte ouverte à la curiosité du lieutenant et il fallait à tout prix l’éviter.

Ce geste sur son épaule, fort signe de complicité et forme d’excuse, serait donc le seul qui ferait office de réponse pour sa question. Parce qu’en réalité, Nelly n’allait pas bien du tout. Et ce n’était que le début de l’aventure.


Pedge prit ce geste pour une réponse positive quelque peu infantile. En effet, en faisant le raccourci légitime d’attribuer à Nelly une personnalité assez juvénile, on pouvait aisément faire ce genre d’analyse rapide et guère poussée. Du coup, la texane se disait qu’elle avait bel et bien vexée la petite hispanique, que cette dernière lui avait balancé une réponse piquante exprès, et que maintenant, elle s’en voulait et essayait de composer avec son aigreur et son envie de copinage avec l’américaine. C’était typiquement la réaction qu’un gamin pouvait avoir, et Pedge ne chercha pas plus loin. Elle haussa des épaules. Si ça allait, ce qu’elle croyait comprendre par ce geste rassurant, alors ça allait. En mission, il ne fallait pas aller plus loin, parce qu’il y avait d’autres paramètres à prendre en compte. Elles restaient toutes les deux des soldats en mission extérieure, et non des amies en train de siroter un cocktail arrangé sur la terrasse d’un café en bord de mer avec l’éternité de la paresse devant eux, dans un monde sécurisé et loin des affres de la guerres.


(c) chaotic evil


_________________


Double compte : S. Caldwell, P. Sidney
Revenir en haut Aller en bas
Mer 21 Mar - 20:52
avatar
√ Arrivée le : 04/09/2015
√ Messages : 2765

Dossier Top Secret
√ Age: 41 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: ATA
Voir le profil de l'utilisateur

Le chaos et l'ordre


Environnement


Du bruit attira leur attention plus loin.
Un originel était en train de tirer un câble organique. On le voyait difficilement au travers des différentes architecture éventrées mais il était bien là en train de faire quelque chose. Il donnait l’air fébrile, à fleur de peau, comme s’il avait été possible qu’un originel Wraith ne devienne non pas prédateur mais proie.
Il se tourna soudainement en regardant partout autour de lui, pointant son stunner Wraith d’un air paniqué, avant qu’il ne retourne à son travail. Il trafiquait un terminal et tentait difficilement de connecter plusieurs câbles à la base. Le Wraith essayait de faire au plus vite, comme si quelque chose allait lui tomber dessus.

La jumelle considéra les corps qui flottaient dans l’onde obscure. Au moins une quarantaine, si ce n’était pas une cinquantaine. C’était un peu comme son produit miracle pour les nids de wasps (guêpes). Elle en pulvérisait sur les alvéoles et elles tombaient comme des mouches, formant un amas de corps déformés par la douleur du neuro-insecticide. Là, les cadavres mutilés flottaient tranquillement de leur mort. Elle ne s’en émeut point, préférant largement les voir dans cet état là que sur leurs deux jambes, fringants et affamés.

Plus loin, un bruit attira l’attention du groupe. Il y avait un putain d’originel qui était en train de farfouiller. Tesh ne savait pas du tout ce qu’il faisait, mais il était étonnant qu’il n’ait pas entendu leur arrivée et qu’il ne se soit pas jeté sur eux. Il semblait ailleurs, concentré sur sa tâche… Mais que faisait-il et pourquoi se hâtait-il de le faire ? Sans parler de sa parano manifeste… Tout cela mis bout à bout ne plaisait pas des masses à Teshara qui sentait le coup merdique arriver plein gaz.

Un bruit capta l’attention de Pedge et de l’ensemble de l’équipe. Quelque chose bougeait dans les environs, sans trop qu’ils ne sachent quoi réellement. De l’arrière de la formation Pedge ne voyait pas trop, mais comme le groupe s’étira un peu, elle put voir qu’un originel était en train de toucher à une console et qu’il semblait… affolé. C’était peu courant ça, eux qui sont d’habitude si tranquilles, à en faire rougir un garde Royal Anglais. Mais celui-là semblait proche de la panique, comme s’il s’attendait à se faire attaquer d’un moment à un autre. Il était fort possible que les sbires aient transmis l’information comme quoi il y avait des humains à bord, des atlantes qui plus est, mais ils semblaient avoir d’autres chats à fouetter, traitant les menaces en allant. D’ailleurs, ils avaient pris la fuite, signe que tout ne tournait pas rond dans ce foutu rafiot écrasé. La vue de l’originel drapé comme un ingénieux glaça les sangs de la soldate, qui sera son arme dans ses mains à s’en faire blanchir les jointures. C’était une saloperie de pourriture qui se tenait là, et de le voir affolé comme une jeune fille procurait un certain sentiment de contentement chez la texane.

Elle attendit les ordres, étant en queue de formation, elle se devait de couvrir l’arrière tandis que le groupe se focalisait sur l’avant et ce Wraith affairé. Aussi prit-elle sur elle pour se détourner et couvrir l’entrée par laquelle ils étaient tous arrivés, tout en balayant légèrement son angle de visé pour surveiller les alentours.

Oui tout cela était étrange et profondément morbide… John évoluait prudemment avec Candom et Jacobs. Il désirait éviter de bassouiller dans ce petit lac avec les poissons bien moche dedans… Franchement, on aurait tout vu… une belle déculotté ! Bêtement, puisqu’il trouvait cela quand même très con d’éprouver une forme de satisfaction à voir ce vaisseau ébranlé de toute part. La grognasse devait l’avoir bien amer… Puis bon il trouva ça con, puisque la chose ou les choses ou les autres Wraiths, bref le truc qui avait fait tout cela, pouvait être encore ici. Et là, il est peut-être croyant… quoique la galaxie de pégase met bien à mal toute forme de religion… il ne fallait pas croire à la vierge sainte marie pour comprendre que ce qui avait causé tout cela allait leur tomber sur la gueule.

Et en toute franchise, John n’avait pas envie de dire bonjour au nouveau bébé Wraiths qui avait grandi trop vite et qui faisait sa crise d’adolescence !
Soudainement un bruit attira l’attention des trois personnes qui braquèrent leurs armes dans la direction… Il fut difficile à voir à cause des débris, mais un originel était là… John serra sa gâchette avant de baisser son arme légèrement. Celui-ci s’en battait les steaks de la viande fraiche, il semblait apeuré et se hâter dans un but mystérieux. Oui… la “chosebidultruc” était là et elle s'avérait être la seule créature sur cette galaxie qui ne connaît aucun prédateur ! Il était seul, chose rare, pourquoi se taper tout ce sale boulot si des sbires peuvent vous aider et optimiser le temps ? Ils avaient surement abattu les derniers sbires.

Son affairement était intriguant, mais l’occasion trop belle, pour ne pas le paralyser et l’interroger sur sa dernière création de savant fou. John leva un poing pour focus son équipe. Puis accrocha son P90 à son gilet, l’ajustant pour pas qu’il le gène sortant son ZAT. Il le montra tapota une fois dessus, pour que tous comprennent que ce fut paralysant. Jacobs fit de même avec le siens et Alexis prit son stunner Wraith. Le colonel, se tourna vers Teshara et… tiens le grand blond s’était approcher de quelques pas pour être à la hauteur de sa sœur… Celui croisa le regard du colonel et il lui murmura : « Paralysant ».

Naalem hocha la tête et comme pour l’arme que possède Ronon il avait une fonction similaire. Le faisceau devint vert et non bleu. Les loupias ont copié le procédé depuis longtemps avec leur propre technologie et surtout cartouche. Après Naalem l’avait amélioré. L’arme de Teshara avait le même principe, puisque une bonne chose se décline en bonne arme.

L’homme ne pouvait pas passer sur le côté, mais aperçut un chemin qui contournait la zone pour prendre à revers l'originel. Il le montra à Sheppard et celui-ci hocha la tête, demandant à Pedge et Nelly de suivre le jumeaux.

Pedge opina du chef. Mode neutralisation. Pas de problème pour elle. Le Colt M4 repassa dans son dos, sanglé à son gilet MOLLE. Ainsi, elle s’empara de son Zat. Un coup, et le Wraith serait dans les vapes. Deux coups, et il était mort. Trois coups, et même l’Histoire n’aurait jamais entendu parler de lui. C’était tentant de tuer cet ingénieur. C’était un sbire de Méda’Iyda après tout et ce ne serait que justice que de lui faire manger la poussière en l’atomisant comme un vulgaire bout de viande. Elle était tentée, véritablement tentée, comme si elle tenait au bout des doigts une vengeance délectable et que ça lui ferait du bien. Mais en bon petit soldat qu’elle était, elle ferait passer ses instincts primaires de destructions après la mission, et elle se contenterait de neutraliser cette vilenie sur deux jambes.

La jeune femme avait capté l’échange entre Sheppard et le contrebandier, et elle se dirigea doucement mais surement vers le chemin qui contournait. Ainsi, ils pourraient prendre en étau cette saloperie, et à sept, ils allaient quand même réussir à le chopper. Ou alors, ils faisaient une belle bande de bras cassés. Pedge espérait simplement que la jumelle ne ferait pas tout capoter, étant donné qu’elle avait un tempérament un peu particulier et qu’elle n’était pas trop la reine des suiveuses. Néanmoins, bon point pour elle, elle semblait être rentrée dans le moule, faisant preuve d’esprit d’équipe, ne serait-ce qu’à l’endroit de son frère, et surtout, elle faisait preuve d’efficacité malgré ses allers et retours multiples dans l’onde cramoisie qui tapissait le fond de ce croiseur.

Il y avait de multiples obstacles sur le chemin qui menait dans le dos de l’originel affairé. Il fallait faire attention, car ce n’était pas parce que ce dernier était affairé sur sa console à faire lui seul savait quoi, qu’il était distrait et susceptible de se faire avoir. Car en effet, son comportement indiquait bien qu’il fuyait, ou plutôt, qu’il craignait quelque chose, et la dernière chose qu’il voulait ici bas, c’était se faire attraper par le prédateur qui rodait. Donc, il serait probablement aux aguets. Une chose était certaine, il ne repartirait pas d’ici tranquillement comme il le pensait, et ce n’était pas la chose qui allait lui tomber dessus, mais un groupe de ses proies préférées.

Hors de question de laisser filer cet ennemi. Sinon, leur progression dans le vaisseau serait compromise et déjà qu’elle n’était pas simple, il ne fallait pas augmenter la difficulté par excès de zèle. Et pourtant, le zèle, c’était bien ce qui caractérisait Teshara quand elle en rajoutait des caisses. Mais pour le coup, elle était en mode commando, véritable arme de guerre de l’escouade du Chaos jusqu’alors, avant membre des troupes d’élites de Kolya, la jeune femme connaissait son rôle. Et son arme.

Elle passa le sélecteur en mode neutralisant et non en mode mortel. Elle regrettait presque son arme de précision. En effet, elle aurait pu se positionner ici et sniper ce trou du cul, mais ce n’était pas possible. Elle devait donc conserver son rôle d’ouvreuse, avec la qualité de son arme à dispersion, elle ne pouvait pas vraiment faire autre chose en milieu confiné. Si elle n’ouvrait pas, elle se retrouvait derrière, avec le risque de toucher un coéquipier en cas de rififi. Bon, en mode « stun », elle risquait surtout de provoquer une bonne migraine à ses victimes, mais quand même, ce serait dommageable. Néanmoins, dans ce mode là, et du fait de la dispersion, son arme était nettement moins efficace.

Et pour cause. La munition se dispersait en fragment, du coup l’effet était total si la cible prenait la sauce dans le buffet, mais l’effet était moindre si elle était touchée par quelques morceaux. Du coup, une arme de poing qui tire sa munition en totalité sur la cible. Bref, du coup, son rôle était vraiment d’être devant. Aussi, alors que Naalem prenait un chemin, emprunta-t-elle l’autre chemin. Ainsi, ils pourraient prendre en sandwich cette saloperie. La jumelle agrippa son arme fermement et elle passa devant Sheppard, Candom et Jacobs, leur lançant un petit regard du genre « qui m’aime me suive » et elle évolua dans le couvert des décombres, usant des palissades de fortunes pour se camoufler, ainsi que des différents éléments du décors, tel que les poteaux éventrées, l’architecture calcinée, les éléments mobiles qui jonchaient le sol, progressant méticuleusement dans tout ce fatras. Elle faisait tout pour ne pas se faire remarquer, restant le plus possible accroupie, ou basse sur les genoux, tout en risquant quelques coups d’œil vers l’originel pour s’assurer de sa direction. Elle ne cherchait pas à savoir si les Atlantes avaient suivi ou pas. De toute façon, ils pouvaient très bien prendre une tierce direction, que cela ne la chagrinerait pas le moins du monde. En effet, c’était assez courant que les jumeaux œuvrent en binôme, et il n’était pas rare qu’ils emploient cette tactique de prise en étau. Naalem faisait l’enclume, et elle faisait le marteau, quand ce n’était pas l’inverse.

Nelly avait eu un temps d’arrêt.
L’originel avait tourné la tête sur le côté et le tatouage très particulier de son visage lui sauta aux yeux. La jeune femme fut soudainement prise d’un haut le coeur et d’un sentiment de panique très brutal qui la pétrifia sur place. Cet originel-là n’était pas n’importe lequel, elle le reconnaissait, elle était sûre et certaine qu’il s’agissait bien de lui...celui qui avait failli trouver Apollo dans les caisses de clones...celui qui entraînait et testait un Matt.

C’était un Wraith de Méda’Iyda, il se trouvait dans le complexe de clonage a même pas quelques mètres d’elle. Nelly ne pouvait pas se tromper et elle écarquilla des yeux en comprenant que, si lui était là, alors ce croiseur n’était peut-être pas n’importe lequel non plus. Ce croiseur-là, c’était peut-être aussi celui qui avait déposé les caisses dans le complexe.

L’idée même qu’il puisse révéler des informations que Pedge n’était pas sensé connaître la stupéfia et la jeune femme se retrouva rapidement derrière tout le monde, tremblant comme une feuille, refusant d’être confrontée à cet originel qui savait bien trop de choses.

Mais il n’y avait pas que ça.
Pourquoi est-ce qu’il ne se retournait toujours pas ? Pour un Wraith qui donnait l’air pourchassé et perturbé, pourquoi est-ce qu’il ne regardait pas dans son dos ?
L’instinct de Nelly lui hérissa les poils d’une chair de poule sans précédent.


(c) chaotic evil


_________________
JohnSheppard

Double comptes : Isia Taylor-Laurence & Alexander Hoffman & Naalem Lays //écriture : MediumTurquoise
Revenir en haut Aller en bas
Mer 21 Mar - 20:56
avatar
√ Arrivée le : 16/04/2017
√ Messages : 277

Dossier Top Secret
√ Age: 31
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Inoculation
Voir le profil de l'utilisateur

Le chaos et l'ordre


Environnement


Teshara étant maintenant la plus proche, elle fut également la première à découvrir que le panneau sur lequel s’acharnait l’ennemi n’était tout simplement pas alimenté. La toile étant organique et les inscriptions d’une couleur claire, il fallait être plus près pour s’en rendre compte, que le Wraith ne couvre plus la vue de son corps. Mais c’était ça, le terminal n’était pas allumé, il n’y avait strictement rien dessus et l’originel terminait d’insérer un câble. Il semblait moins paniqué, comme s’il sentait la présence qui s’accumulait dans son dos.
Et le lien des jumeaux étant aussi intime que mystérieux, ils découvrirent ensemble, instantanément, que le cadavre de sbire proche d’eux avait ouvert les yeux pour les regarder...eux ! Les jumeaux furent les premiers à se rendre compte...

….
UNE EMBUSCADE !!!!
….

Les jambes de Jacobs furent brutalement balayée et elle tira accidentellement dans le dos de Condom. La zone de tir se dessina dans la plaque dorsale de son gilet tandis qu’il criait de douleur et plongeait lourdement dans l’eau. Un sbire chercha la gorge de la jeune femme en luttant contre elle physiquement, sans arme, au même titre que celui qui s’en était prit à Pedge quelques temps plus tôt.

Alors que Naalem et Teshara étaient, chacun de leur coté, soudainement assailli par un Wraith muni d’un couteau pour l’un, et d’un morceau de métal pour l’autre, Sheppard se trouva face à l’originel qui lui offrit un sourire pleinement sadique en lui montrant sa main droite. Il y tenait une grenade Wraith mais d’une manière particulière, comme si celle-ci servait de détonateur. Son pouce appuya dessus et une lumière commença doucement à clignoter. Le terminal juste à côté de lui s’anima et un signe étrange se mit également à clignoter en cadence...prenant subtilement de la vitesse...de plus en plus.

Quant à Pedge ? Elle reçu un stunner Wraith sur l’épaule. Pas le blast, non, l’arme ! Elle reçu l’arme comme s’il avait glissé d’un endroit miraculeux depuis le plafond pour lui tomber sur l’épaule. Quelques gouttes d’eau se mettait à lui pleuvoir sur la tête, si bien que si elle regardait en l’air, elle découvrirait des petites jambes Atlante battant d’un air paniqué depuis la crevasse d’un plafond. Une épaisse liane organique s’était enroulé autour de la tête, longeant la gorge puis prenant le corps dans un étau circulaire. Pas de bruit, pas de cri, pas de plainte étouffée. Les jambes de Nelly étaient les seules à témoigner de sa panique, de sa détresse, juste avant qu’une dernière traction ne la fasse disparaître de sa vue à l’étage du dessus. Elle venait d’être emportée !

Dans le dos de l’équipe, il y avait aussi deux ou trois sbires qui essayaient tant bien que mal de se redresser. Ils étaient véritablement blessé mais avaient fait le mort pour réussir cette embuscade. Peut-être seraient-ils parvenu à les prendre à revers si Pedge ne les avait pas remarqué. Mais sur les trois, celui du fond se fit soudainement emprisonné par une liane émergeant du plafond. Elle le choppa sauvagement par la tête, lui écrasant le cou pour l’empêcher de produire un quelconque son et progressait le long de son corps avant de le soulever. Comme pour elle, les Wraiths ne se rendaient compte de rien. Il y avait l’embuscade…et...une embuscade dans une embuscade !


(c) chaotic evil


_________________


Double compte : S. Caldwell, P. Sidney
Revenir en haut Aller en bas
Mer 21 Mar - 20:57
avatar
√ Arrivée le : 06/04/2017
√ Messages : 71
√ Localisation : Atlantis


Dossier Top Secret
√ Age: 32 ans
√ Nationalité: Alien Alien
√ Gêne: Non
Voir le profil de l'utilisateur

Le chaos et l'ordre


John avait suivi la jumelle, après avoir lancé un regard sombre à Jacobs qui allait l’ouvrir et faire remarquer à la blonde du dimanche qu’elle devait rester derrière les pros. Et aussi étonnant que ça puisse être Candom et Jacobs furent quand même étonné de voir la jumelle capable de discrétion et de pratique militaire. Quant au colonel, il n’avait pas d’avis sur elle, mais vu l’arme qu’elle se trimbalait elle devait savoir s’en servir et non donne pas ce genre de calibre à la demeurée de service. Donc même si elle était soi-disant médecin, il avait émis une réserve sur ses capacités martiales. Qui se confirmaient clairement. Il la laissa passer en avant, ordonnant par le geste à ses deux subordonnés de se mettre de part et d’autre d’elle, alors que lui allait légèrement sur le côté, pour être au plus proche de l’originel, quitte à attirer son attention sur lui, pendant que les autres tirs.

Cependant, cela ne se passa pas comme prévu ! Candom tomba paralysé dans la flotte et Jacobs fut en prise avec un Wraith, la jeune femme, eu du mal à atteindre son pistolet en holster, mais elle flanqua et martela le sbire de coups, s’agitant comme une diablesse. Elle se prit un coup de poing dans la figure alors que le Wraith avait sa gorge en main et avait décidé de la ponctionner de cette horrible façon… Mais, le sbire trembla et tomba raid mort, John avait retourné son zat contre ce monstre. Jacobs retomba lourdement, se touchant la gorge meurtrie de quelques marques qui lui avait coûté une demi année. Elle avait hurlé d’un rugissement digne d’une tigresse acharnée, puis se releva, prenant son P90 et alla se jeter dans l’eau pour dégommer du sbire et sortit Candom avant qu’il se noie comme un idiot.

Le colonel, donna ses ordres en gueulant, en somme : butez les tous ! Sauf un bien entendu. Mais, il entendait autour de lui, les cris et autres mouvements de lutte, cela allait être compliqué encore. Heureusement, qu’il avait une forte part de gradé ! John n’en revenait pas de cette embuscade ! Comment ils avaient pu savoir qu’ils étaient là ? Sans se dire que ce fut autre chose, comme leur prédateur ? Enfin bon, quand on tire sur des sangsues dans un couloir on se doute bien que ce n’est pas la vierge sainte marie qui vient guérir les blessées hin… Mais bien les bon vieux copain Atlantes !

John, s’était tourné et « coucou »… l’originel était devant lui, lui montra sa jolie mimine avec un détonateur dans la main… Un instant il beuga reconnaissant l’originel qu’avait filmé Nelly… Il avait donc eu une mutation assez sympa quand même. Et cela sentait encore plus mauvais. L’homme observa quelques seconde la commande qui brille aussi et il agissait aussi vite, content de percuter un minimum ! John qui avait son zat devant, lui rendit son petit rictus ironique et le zata sans pitié. Il savait qu’il se relèverait bientôt, dans cinq minutes, puisque c’est résistant ces petites bêtes ! John se précipita sur le petit capteur lumineux et le détruit en le broyant avec sa chaussure.

Puis, il alla vers le câble d’alimentation, dans le but de le débrancher… et bon dieu ce fut lourd. Il était en train de forcer dessus, pour retirer ce fichu câble. Il était persuadé que l’originel avait mit en place l’autodestruction ou une bombe quelconque. Les Wraiths adorent les explosifs ! En parlant de ça, il en entendit quelques une…
« Allez viens saloperie ! »
Le câble finit par s’arracher de la console de contrôle qui s’éteignit brutalement. Impossible de savoir si ça allait fonctionner et la bataille continuait de faire rage autour de lui.

Plus elle approchait, et plus elle ne le sentait pas. Teshara avait déjà manipulé des tas de gens par le passé, piégeant à souhait et pour le coup, l’arroseur allait se faire arroser. Elle aurait dû s’en douter. Aucune réaction du Wraith pourtant paniqué, il ne regardait plus autour de lui, il ne cherchait plus à identifier la menace latente, il attendait, et s’il attendait, c’était qu’il savait qu’ils venaient pour lui. Mais alors qu’elle en arrivait à cette conclusion, conclusion qui lui sauta à l’esprit au moment même où elle réalisait que le panneau n’était tout simplement pas alimenté, ses yeux furent attirés par le cadavre du sbire le plus proche, lequel avait ouvert lui aussi ses yeux.

C’était une putain d’embuscade !
DEUX LAYS DANS UNE EMBUSCADE !! Mais c’était quoi cette connerie sérieusement ?!

Ce fut le bordel en quelques secondes. Un tir surgit soudainement, et cette fois, toute approche discrète était à proscrire. De toute façon, dans le même temps, un sbire muni d’une barre en fer l’assailli sans autre forme de procès que celui de lui coller son ustensile de fortune en pleine figure. La jolie blonde garda son beau minois intact grâce à un réflexe plus qu’à ses compétences martiales, et elle se baissa promptement en sentant la masse métallique faire un arc de cercle au-dessus de sa tignasse.

Pas de préliminaire donc.

Qu’il en soit ainsi, pensa Teshara qui resserra sa prise sur son fusil à pompe. C’était trop instantané pour changer le sélecteur en coup létal, aussi fit-elle feu à très courte distance dans le ventre du Wraith. La décharge énergétique se dispersa dans un rayon inférieur à dix centimètres du fait de la proximité de la gueule du fusil et de sa cible, et le vampire fut propulsé en arrière. Un humain normal n’aurait même pas bougé. Son ventre se serait fait déchirer comme un vulgaire fétu de paille et un trou se serait formé dans ses entrailles, laissant voir l’autre côté. Mais là, le Wraith avait la peau dure, et le fait qu’il encaisse l’envoya promener. L’énergie devait bien se propager d’une façon ou d’une autre. D’ailleurs, en parlant d’énergie, la jeune femme avait tenu fermement l’arme pour ne pas subir le recul et prendre l’arme dans les dents, ce qui aurait fait moins mal qu’un coup de barre de fer donné par un Wraith, mais qui lui aurait pété les dents quand même.

Néanmoins, elle n’était pas en mode létal et cela expliquait aussi pourquoi elle ne lui avait pas ouvert le ventre en deux. Avant qu’il ne se relève, elle s’était redressée souplement, et bondissant souplement comme un chat, elle plaqua le sbire qui tentait de reprendre ses esprits en se redressant un peu. Les deux pieds sur les épaules, le contraignant à garder les omoplates sur le sol, elle plaqua le canon de son pompe sur le masque déchiré du sbire, son index bascula le sélecteur sur la tête de mort, et avec un bisou à son adresse mimé du bout des lèvres, elle pressa la détente. La tête explosa comme un œuf sur un parebrise, propulsant une myriade d’éclats alentours… Et d’un.

Cyanure se tourna vers les autres tout en glissant distraitement des cartouches dans son arme, de façon mécanique et parfaitement rodée. Sheppard venait de retirer un fil de la console, l’originel gisant à ses pieds.


Jacobs avait fait du bon travail en tuant deux sbires. Elle avait jeté Candom sur un endroit sec. Le pauvre Homme toussait à s’arracher les poumons. Mais, la faiblesse de son corps paralysé et de sa semi noyade le fit retomber dans l’eau Et Jacobs due une nouvelle fois, le repêcher et lui faire un massage cardiaque.
« Putain Candom ! Tu es boulet là ! » Maugréa t’elle alors que l’homme revenait à lui, crachant de l’eau sale et affreuse. L’homme en pouvait plus… Il resta quelque instant là, dans les bras de Jacobs afin de respirer et de sentir ses forces revenir. Il était enragé d’avoir été eut d’une aussi piètre façon !
John quant à lui, s’épongea le front après avoir forcé sur ce stupide câble et regarda le nouveau couple.
« Ça va aller Jacobs ? »
« Ouai, on va bien ! Candom rêvasse ! »
John eut un rictus avant de toiser la jumelle.
« Et vous ? »
« Tranquille. », répondit cette dernière en haussant des épaules.
John la regarda, oui en effet cela semblait tranquille.
// Allen ? Vous allez tous les trois bien ? // Mais John n’eut pas la réponse, son regard venait de se poser sur quelque chose d'inquiétant.



(c) chaotic evil


_________________
DC : Erin Steele & Pedge Allen
Revenir en haut Aller en bas
Mer 21 Mar - 20:58
avatar
√ Arrivée le : 03/04/2017
√ Messages : 102

Dossier Top Secret
√ Age: 32 ans
√ Nationalité: Alien Alien
√ Gêne: Non
Voir le profil de l'utilisateur

Le chaos et l'ordre


Sans savoir comment l’expliquer Naalem, fut alarmé par un pressentiment et son regard alla sur l’eau immonde avec les croûtons en forme de Wraith… Il braqua immédiatement son pistolet et tira en voyant un masque de sbires s’animer. Mais le véritable problème fut un Wraith qui s’était relevé avec une arme blanche en main, qui se jetait sur lui. Il eut le temps de gueuler avant de rouler sur le sol avec le sbire : « Embuscade ! »

Le sbire ne s’attendait pas à ce que sa proie tombe directement… et il dû être surpris comme le témoignait son geste de protection contre son visage avec son bras. Il était blessé à la jambe, mais cela semblait être une épine pour ce mastodonte qui tomba lourdement sur le sol. Naalem, avait usé d’une agilité pour se faufiler durant la chute. Et il lui sauta sur le dos, prenant son arme qu’il avait passé en mortel, pour lui tirer dessus. Mais bon, si une balle pouvait tuer un humain un sbire… ça ne fait que l’énerver ! Et étrangement, la balle avait touché son épaule et non la tête… Pourtant l’homme avait une belle fenêtre pour le one shot… erreur ! Celui-ci se retourna et envoya Naalem contre la paroi qui eut le souffle coupée quelques instants. L’homme ricana et lui fit un clin d’œil, avant que le corps du sbire explose en morceau. Bon cela tapissa un peu les alentours.

Oui, Nalem avait glissé une bille dans le gilet du sbire, pour qu’il explose et s’était laissé envoyer contre la paroi. Bah oui, on ne fait pas du rodéo sur un taureau sauvage sans avoir une corde hin ! Il se marrait doucement en se relevant, pour voir où en était Pedge et allé l’aider. Il remarqua qu’il manquait Fabula, elle était passée où la petite chanteuse ?

SHBBBAAAMMMM

Un morceau de poutre organique lui vola à la figure en un violent revers. Un sbire manchot venait d'apparaître sur sa gauche et l’avait frappé sans retenue. Son masque était maculé de quelques parties de son copain et cela semblait l’avoir énervé encore plus. Dans un gargouillis informe, il arma de nouveau son bras pour fondre sur Naalem.

Le fils de mauvaise vie ! Se dit immédiatement Naalem, qui tomba une nouvelle fois à terre avec le coup amer du sang en bouche. L’autre l’avait shooté avec une poutre ? Non sérieux ? Ce sbire et pas bien dans sa tête ! Naalem prit son arme pour lui tirer dessus alors que l’autre le chargeait avec sa poutrelle et surtout son masque maculé de morceau de son pote.
« Ah ? tu n’aimes pas la soupe avec morceaux ? » Enchérit l’homme, en se relevant, sans aucune peur et continuer à tirer. Il finit par toucher le masque du sbire, qui poussa un gémissement face à la balle qui fit fondre une partie de celui-ci… Naalem, évita de justesse un nouveau coup… quoique non il se le prit sur la jambe droite en plongeant, ratant son lancer de bille qui au lieu d’exploser au sol, explosa en vol et frappa le sbire dans le dos. Celui-ci avait lâcher sa poutre et Naalem, se releva pour lui tirer quelques balles de plasma et le sbire mourut dans des gargouillis horrible… Bon il avait le dos à moitié explosé, ce fut dégueulasse à souhait. Naalem, rechargea avec un rictus mauvais.
« A qui le tour ? Ce n’est ma tournée les moches ! » lança t’il en ouvrant les bras se rapprochant de la bergère et en regardant bien autour de lui cette fois. Sa joue était en sang, mais bon, il s’en fichait tellement ! Sa sœur allait réparer après, pour le moment l’adrénaline faisait son œuvre.

Ce fut soudainement le chaos. L’approche discrète se transforma en bérézina. C’était une véritable embuscade mise en scène par les Wraiths. Ces créatures étaient vraiment prêtes à tout pour becter de l’humain, même à faire les proies affolées ! Ils étaient vraiment vils et sournois, mais au moins, cela donnait un prétexte à Pedge pour tirer pour tuer, surtout les sbires. Mais avant qu’elle ne puisse réagir, elle sentit quelque chose lui percuter l’épaule avec une certaine inertie. Son regard bascula sur le stunner Wraith qui venait de la percuter… quand elle sentit quelques gouttes lui tomber sur le haut du crâne. Machinalement, elle leva les yeux.

Ce sont ses mêmes yeux qui s’arrondirent alors que les pieds de Nelly s’agitaient au plafond et que le reste de son corps avait disparu.

« Nelly !! »

Que faire ? Quoi faire ? Elle ne pouvait rien faire ! C’était l’horreur absolue. Si elle tirait, elle risquerait de toucher la jeune femme engluée dans la liane qui semblait la dévorer. Pedge était quelque paniquée. Elle n’avait pas senti quand la jeune femme s’était fait happer, et elle poussa un glapissement d’horreur quand elle vit disparaître la jeune femme par le plafond, emportée à l’étage supérieur.

Ça bougeait dans son dos ! Elle se retourna. Elle était effrayée à l’idée de se faire attraper par une liane elle aussi, et elle pointa son zat dans toutes les directions. Elle avisa trois sbires qui se relevaient. Ces saloperies ambulantes faisaient les morts pour mieux surprendre l’équipe. Le dernier ne put rien faire que des lianes lui tombèrent dessus, tout comme cela avait été le cas pour Nelly. Pas le temps d’imaginer le ressenti de la jeune femme, ou pire, d’imaginer son sort probable, qu’une explosion propulsa Pedge à genoux. Le contrebandier venait de faire péter un sbire.

Cette fois, la texane avait vraiment les boules. Elle avait même la rage de voir sa coéquipière et amie se faire embarquer de la sorte sans n’avoir rien remarqué, sans n’avoir rien pu faire… Elle aurait dû tirer au zat plutôt que de regarder… Et après ? Mais pas le temps de se plaindre ou de se morfondre. Sur les trois sbires, il en restait désormais deux. L’embuscade était à double sens. Des tirs de plasma la frôlèrent et elle se jeta contre une barricade de fortune tout en tirant des éclairs vers les Wraiths. Une guerre de tranchée s’installa et ces connards utilisèrent même une grenade de leur technologie, propulsant des gerbes d’eaux et une chaleur importante autour de la jeune femme qui était bien planquée. Elle se redressa, et alors que les gouttes d’eaux retombées ici et là autour d’elle, elle neutralisa un sbire avec son Zat mais elle ne pu l’achever que son copain effectuait un véritable tir de barrage dans sa direction. Prostrée, Pedge restait à couvert alors que ça détonnait de partout autour d’elle, dans un véritable déluge de feu plasmique.

Quand il y eu une pose, elle se redressa, son colt M4 en main cette fois. Elle tira une grenade à fragmentation vers la position ennemie, un peu sur l’arrière pour empêcher toute couverture sur le devant. L’arme était précise, et son système de visée lui permettait de jauger au mieux de l’angle oblongue qu’elle allait imposer à son engin explosif. La grenade était déjà en train de voler quand de nouveaux tirs accueillirent la mise à découvert fugace de l’ex béret vert. Les tirs de plasma moururent en même temps que la grenade à fragmentation détonait dans leur dos.

Elle approcha de la position ravagée des wraiths et avec son zat, elle acheva l’un des deux qui tendait pathétiquement sa main vers elle, dans l’espoir qu’elle s’offre pour qu’il la bouffe. D’un geste dégoûté, elle tira une deuxième fois, puis une troisième. Du bout de la ranger, elle vira l’arme de la main tremblante du dernier survivant Wraith, puis elle l’acheva également. Elle se tourna brutalement vers le contrebandier qui arrivait dans son dos, pointant son Zat directement sur son front.

Naalem leva les bras avec un air surpris mais il lui sourit rapidement avec sa joue en sang.
« Ola Bergère je ne suis pas un méchant loup ! » Il ne pouvait nier que le combat l’avait mis en pleine forme.

Elle poussa un soupir, expédiant sa mèche de cheveux deux secondes en orbites avant qu’elle ne revienne barrer son front. Un rictus forcé salua cette phrase tandis qu’elle baissait son arme et elle le contourna pour essayer de voir par où les lianes avaient emmené Nelly.
« Où est Fabula ? » Demanda t’il en shotta un cadavre pour voir, si elle n'était pas sous un débris de Wraiths… Il se frotta la tête, il ne l’avait pas explosé quand même ? Il retira d'ailleurs un bout de chair de sbire, il le jeta d’un air dégoûté. Berk un bout de moche !
« Une liane l’a emportée par ce trou. », dit-elle en montrant l’orifice dans le plafond par lequel l’hispanique avait disparu. Naalem leva la tête et eut une petite moue…
« Bon bah … Je te fais la courte echelle ... »

Il était grand mais Pedge n’était pas certaine qu’ils arrivent au plafond quand même. Elle en était à considérer son offre quand le message du Colonel arriva sur la radio : // Allen ? Vous allez tous les trois bien ? //
Alors qu’elle allait répondre, un choc brutal se fit sentir…




(c) chaotic evil


_________________




DC : John SHEPPARD // Isia TAYLOR LAURENCE // Alexander HOFFMAN // écriture : LawnGreen

Revenir en haut Aller en bas
Ven 23 Mar - 22:40
avatar
√ Arrivée le : 16/04/2017
√ Messages : 277

Dossier Top Secret
√ Age: 31
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Inoculation
Voir le profil de l'utilisateur

Le chaos et l'ordre


Environnement


Il ne restait plus beaucoup de Wraiths. Trop affaibli pour se régénérer et se relever, dépourvu d’une puissance de feu suffisante, l’équipe Atlante suppléé par les jumeaux neutralisèrent l’ennemi avec une extrême rapidité. Néanmoins, à la fin de la bataille, personne n’eut l’occasion de savourer la victoire. John avait remarqué que le câble se prolongeaient un peu plus loin avant d’atteindre une sorte de carrefour de câbles organiques. Ils partaient dans tous les sens et les étranges connecteurs organiques, eux, avaient continué de clignoter. Le signal lancé par l’originel avait suivi ces conduites pour aller dans tous les points du vaisseaux, là où il avait savamment déposé et connecté des charges de détonations Wraiths.

Au début, ce fût comme un choc brutal et aussi vif que le tonnerre. Une onde de choc qui impacta le croiseur avec une telle violence que toute l’équipe se retrouva soudainement en suspension au beau milieu de la salle, en lévitation au-dessus du sol. Comme si l’endroit avait été retiré des lois physique de la gravité, ils flottaient ainsi, les cadavres Wraiths voguant autour d’eux, la marre d’eau s’était élevée en une infinité de petites gouttelettes finement séparée. On voyait alors en-dessous tout un réseau de câblage qui, lui aussi, partait de la console.

L’espace de cette minuscule seconde, Naalem et Sheppard comprirent ce qu’il se passait, devenant impuissants. Il faut trois secondes au cerveau humain pour entamer la réaction, c’était donc deux secondes de trop. L’originel avait eu besoin du terminal pour envoyer un signal énergétique, il avait monté son embuscade autant pour les Atlantes que pour la chose qui leur avait fait tant de dégât. Quelque part, pour les Wraiths, la finalité était la même : retarder l’ennemi pour saborder le croiseur. Pour envoyer cette simple impulsion...un détonateur...voilà pourquoi l’originel souriait tant.

Les charges avaient explosé sur tous les éléments permettant au croiseur de flotter sur cette immense étendue d’eau. La puissance explosive accumulée en une détonation unique avait soulevé l’engin si rapidement que les occupants n’avaient pas suivi le bond, d’où cette lévitation éclaire. Maintenant, ils retombaient tous lourdement, douloureusement, n’ayant pas encore entendu l’explosion. En réalité, ce n’était qu’un fracas lointain, comme un bruissement, un écho à peine formé. Comme une porte d’entrée qui claquait dans un immeuble à l’opposé de la rue, quelque chose d’anodin.
Mais ce bruit prit de l’intensité, de la puissance, et se mua en un terrible vacarme qui signa l’arrivée d’un immense torrent d’eau douce. Comme ça, d’un coup !

Le couloir qu’ils venaient d’emprunter vomissait cette eau comme une bouche d’incendie dantesque impossible à refermer. La vague soudaine balaya Teshara, Pedge, Naalem et Sheppard. Jacobs, qui tenait encore Candom dans ses bras, disparut soudainement après avoir hurlé. Le peu d’éclairage vacilla, les plongeant soudainement dans les ténèbres, avant qu’une lumière de secours ne s’active.

Le niveau de l’eau se mit à monter de manière dramatique, déjà, un courant important tendant à scinder l’équipe en deux. Les différentes trous et crevasses dans la structure créaient des courants contradictoires, des tourbillons, des remous puissants. Et tandis que le sol commençait à s’incliner de plus en plus, indiquant que le croiseur coulait sur son flanc, une nouvelle voie d’eau émergea brutalement du plafond où avait disparu Nelly.

Il ne restait alors plus que Sheppard, Pedge et les jumeaux. Les autres avaient littéralement disparu de cet endroit, même l’originel qui avait été balayé par les eaux.

Il fallait agir vite, le sol prenait un angle qui rendait l’équilibre presque impossible. Le torrent faisait un tel vacarme qu’il fallait crier pour se faire comprendre. Les équipiers étaient déjà trempés.


(c) chaotic evil


_________________


Double compte : S. Caldwell, P. Sidney
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Atlantis Insurrection :: Galaxie de Pégase :: Planètes explorées-