Atlantis Insurrection
"Personne ne demande à devenir un Héros, sauf que parfois ça finit comme ça..."

Et si ce Héros, c'était toi ? Tu es l'un des meilleurs dans ton domaine (Biologiste, Chirurgien, Infirmier, Diplomate, Démineur, Maître chien...) et on te propose de participer à l'expédition la plus fabuleuse mais aussi la plus dangereuse : l'expédition Atlantis.
Auras tu le cran de rejoindre Atlantis pour découvrir ses mystères et affronter les dangers de cette galaxie ?

Tu peux aussi incarner les personnages importants de la série (Ronon, Zalenka, Lorne, Teyla....) Bon niveau RP demandé.
On recherche de nombreux personnages inventés.
http://www.atlantisinsurrection.com/t387-personnages-vacants


Si tu te sens capable de franchir ce pas, tu es des nôtres ! Clique sur l'image ;-)


RPG sur Stargate Atlantis
 

Ven 23 Mar - 23:10
avatar
√ Arrivée le : 09/11/2014
√ Messages : 1437
√ Localisation : Atlantis


Dossier Top Secret
√ Age: 33 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Non
Voir le profil de l'utilisateur

Le chaos et l'ordre


Le regard de John se posait sur le câble… celui-ci se prolongeait dans un amas et surement plus loin… Il n’eut pas le temps de dire un beau « merde » qu’il eut des secousses inquiétantes. Cela fut rapidement un gros bordel sans nom ! Ils se retrouvèrent en lévitation et le réflexe de John fut de regarder où était l’originel, qui accessoirement venait de s'éveiller en rigolant comme un gros taré ! John avait envie de lui donner un autre coup de zat, mais pas le temps non plus. Il lui jeta un regard mauvais, qu’avait-il fait cette enflure ? Il était dégouté de n’avoir pas réussi à empêcher l’explosion !

Ils volaient tous un peu trop haut au goût de John, qui fut l’un des premiers à toucher le sol et tomba à la renverse sur le dos. Cela lui coupa le souffle et il n’eut pas le temps de le récupérer que quelqu’un lui tomba dessus ! Teshara ! La blonde, lui atterri dessus, d’abord son arme sur son ventre, puis le visage de la blonde sur celui de John qui eut le droit à un baiser involontaire. Cette dernière grogna un peu en tentant bien de se redresser sans se formaliser de tout ça. Cependant elle n’eut pas le temps et fut une nouvelle fois écrasée contre John qui grogna, en écho à la jumelle qui aurait apprécié ce genre d’étreinte dans d’autres circonstances.

Jacobs et Candom tombèrent aussi sur la Jumelle et John se prit la charge manquant d’air avant d’inspirer furieusement ! Ecrasée, Tesh’ essayait bien de se dépêtrer des deux boulets, mais ils étaient vraiment lourds ! Une véritable pyramide humaine et en toute franchise, il aurait pu presque apprécier d’être écrasé avec autant d’amour, surtout avec une femme aussi belle sur lui….Mais non la flotte était en train d’arriver ! Dû moins un immense vacarme et ce fut la dégringolade !
L’eau inonda la pièce dans un tourbillon, mélange d’eau croupie et surtout d’eau un peu plus saine… quoique sauf pour les poissons ! Donc cela ne devait pas être non plus la réjouissance ! Ils furent emportés, Jacobs poussa un cri se sentant emportée s’agrippant aux vides ! Candom disparut dans un hurlement. Quant à John, il eut le réflexe de garder Teshara contre lui, tendant une main vaine vers celle de Jacobs qui disparut sous l’horreur de ses yeux ! La pulpe des doigts s’était touchée mais pas suffisamment… Il croit qu'à cet instant, il avait perdu son P90, ne sentant plus rien de métallique entre lui et le corps de la blonde.
« Colonel !!!!! » Hurla t’elle avant de disparaître à son tour !
« Jacobs ! » … Il ouvrit de grand yeux, se sentant entraîner… Il chopa une poutre pour se maintenir dans le flot mouvementé avec Teshara… Son regard cherchait les autres.

D’habitude, c’était toujours son frère qui prenait soin d’elle. Pour le coup, ce dernier était du côté de la bergère au moment de l’explosion et de l’envolée sauvage rapide et incontrôlée. Elle sentait encore le choc sur le colonel lui vriller les tripes mais elle avait d’autre chats à fouetter, comme par exemple, garder la tête hors de l’eau malgré le maintien de l’atlante. Elle avait vu en direct live la coincée se faire happer par elle ne savait trop quel trou, de multiples voies d’eaux se créant de toute part alors que le croiseur chaviré sur le côté. Elle s’accrocha au support que le colonel avait trouvé, lui permettant de conserver sa tête hors de l’eau, surtout que de son autre main, elle conservait son arme près d’elle. Hors de question de la lâcher, ce serait bête de la perdre. Dans le maelstrom de sensations qui avait suivi l’explosion, elle s’était rattachée à son fusil comme si ce dernier allait la préserver de la chute dans un premier temps, puis de la noyade dans un second temps. C’était complètement con, mais parfaitement humain.

Elle ne semblait pas paniquer le moins du monde, elle se mit en quête de chercher les autres du regard elle aussi histoire de repérer son frère, au moins. La coincée, la lavette, et les autres atlantes, elle s’en foutait un peu pour le moment, même si elle était encline à aider au besoin s’il le fallait, mais c’était plutôt l’inverse qui se produisait puisque le colonel avait tout fait pour la garder près d’elle.

Du côté de Naalem et Pedge ce fut la même chose ! Naalem percuta bien vite en sentant les secousses arriver qu’il avait le doux son d’une explosion ! Mais une nouvelle fois et aussi intelligent qu’il soit, il n'eût pu ouvrir la bouche tellement ce fut rapide. Il amorça un mouvement vers la bergère dans le but de lui agripper le gilet MOLLE quand ils se retrouva propulsé dans les airs… Il trouva ça génial ! Les Wraiths sont pas finit mais bordel ! Ils avaient réussi à être des charges tellement puissantes pour faire sauter un croiseur ! Il eut un rictus hallucinant complet quand il fit un tour inverse dans cette position d’astronaute ! Mais déchanta aussitôt quand il retomba lourdement sur le côté. Étouffant un « outch » sa tête tapa contre le sol gluant d’un corps de sbire.

Mais pas le temps de se relever que l’eau inonda la pièce, dans un violent mouvement circulaire ! Il se fit emporter mais projeté contre une enclave de débris, où il s’écorcha le bras. il grogna de plus belle, voyant un corps connu devant lui. Il choppa Pedge par le gilet essayant de la tracter vers lui ou vers l'îlot de débris. Il ne réfléchissait pas encore, il était en mode action, pour survivre !

Occupée à vouloir répondre à John tout en considérant l’offre de Naalem de grimper pour rejoindre Nelly, Pedge fut surprise par le choc brutal qui se propagea au travers de la carcasse du croiseur. L’espace de quelques secondes, elle fut en lévitation, mais le laps de temps était trop court pour qu’elle puisse apprécier le côté cool de la chose. Le retour à la gravité terrestre fut rude. Elle retomba lourdement sur les genoux, s’affaissant sur elle même en se rentrant les coudes dans le ventre. Heureusement, sa tête n’heurta pas le sol, mais le double effet kiss cool vint de la vague qui s’invita dans la fête. Pour sa part, la texane n’avait strictement rien compris à ce qu’il venait de se passer. Il y a quelque seconde, elle venait de se faire deux sbires et elle avait les deux pieds sur le plancher des vaches, et maintenant, après avoir fait l’oisillon maladroit qui saute du nid et se ramasse lamentablement la gueule sur le sol, elle se retrouvait embarqué par une vague. Son Zat se fit la malle dans l’onde, mais son Colt resta accroché à elle par la sangle de son gilet MOLLE, ce qui n’était pas vraiment une aubaine dans la flotte.

Elle se sentit tracter vers l’arrière, sans grand résultat vu le courant qui s’échinait à l'entraîner. En galérant plus qu’en nageant, elle se raccrocha au même ilôt de débris que Naalem par elle ne savait quel miracle, et leur force combinée lui permit de revenir vers lui en recrachant de l’eau qu’elle venait d’avaler bien malencontreusement suite à un violent remou.

« Les autres ??!! », baragouina-t-elle en toussant à moitié. L’avantage du tas de débris flottant étant qu’il les protégeait des autres débris qui avaient pris de la vitesse, tout en les maintenant en surface. Mais pour combien de temps ?


Ce fut à cet instant que Naalem revenu en monde « humain » et non plus survie. Son regard se leva sur les ondes tumultueuses qui semblaient prendre de l’ampleur. Il lâcha Pedge une forme de panique le prit intérieurement… mais il la sentait encore donc elle n’était pas loin… Pas loin dans l’eau ou en train de se noyer !! Et le prénom sortit tout seul, comme un cri de désespoir, pour une fois que cela venait de lui la boulette.
« TESHARA !!! » Son regard cherchait frénétiquement l’eau, à la recherche de sa sœur, une tête blonde, quelque chose comme ça… Il était prêt à plonger pour la chercher ! Même au fond de ce tas de ferraille …enfin tas de débris organiques et dégueulasses ! Il ne ressentait pas la peur, mais la perte de sa sœur déclenchait un stress important chez l’homme.


John se tourna ventre contre le support, pour s’accrocher des deux mains, maintenant qu’elle était moins contre lui. Il regarda autour de lui allant pour appuyer sur son oreillette qui s’était fait la malle ! Merde ! Journée de merde ! Il hurla donc.
« PEDGE !! NELLY !! » Il bue un peu la tasse, ne pouvant pas dire la suite… Il toussa, regardant Teshara… Il espérait que ces deux autres soldats n’avaient pas sombré ! Son cœur palpitait d’une forme de peur qu’il contrariait bien. Qu’allait-‘il arriver à Jacobs et Candom ? Mort noyé ? Quelle horreur… John angoissait à la perte de soldat en mission, il n’y pouvait rien c’est sa peur la plus secrète. Même s’il en a déjà vu beaucoup mourir. En toisant la blonde, il constatait qu’elle n’avait nullement peur… Aucune respiration plus rapide, ou pupille dilaté, elle était normale… Cela était étrange.

Elle était d’un calme olympien, et pourtant, elle se faisait du soucis pour son frère, puisqu’elle ne le voyait pas dans les environs, à l’instar de tous les autres atlantes sauf le colonel. Ce dernier poussa un cri pour appeler la bergère et la naine. En écho, ou en réponse, elle entendit son prénom flotter dans l'atmosphère saturée d’autres bruits plus importants, tel que celui de l’onde qui s’écoule par exemple. Et ce n’était pas la chanson d’un petit ruisseau tranquille non, mais bien le barouf d’un grand fleuve pas content.

Bon, rationnellement, le seul qui connaissait son prénom ici, c’était son frère. Donc s’il l’appelait, c’était qu’il n’était pas mort noyé, et qu’il n’était pas loin. Elle remonta son bras armé sur la poutre qui leur servait de support, et s’aggripant des deux mains, elle essaya bien de se hisser sur l’objet flottant, mais le courant l’empêchait de réellement y arriver. Pourtant, elle était certaine que si elle arrivait à se hisser, elle pourrait voir les environs et peut-être apercevoir son frère ou quelqu’un d’autre. Cela lui semblait vital sur le coup. Certainement une forme de pression intérieure qu’elle ressentait et qui la poussait à s’assurer de la sauvegarde de sa moitié.

Mais voilà, alors qu’elle réussissait tant bien que mal à passer un pied sur la poutre pour se hisser, cette dernière heurta un autre débris plus important qui lui imprima un mouvement rotatif soudain et qui renvoya la jumelle dans la flotte alors que l’amas organique vibrait sous l’impact. Le danger venait aussi bien de l’eau tumultueuse que de ce qu’elle charriait, et il ne fallait pas non plus avoir un pied qui se coince quelque part en dessous de la surface de peur de rester sous l’eau bêtement. Elle n’avait pas envie de crier bêtement et de se taper l’affiche devant le colonel Atlante, mais elle était fortement tentée d’appeler son frangin quand même.

Pedge n’était pas au fait du prénom de la soeur du contrebandier, et ce n’était plus le cas maintenant qu’il venait de l’appeler par un hurlement. Il se faisait naturellement du soucis pour cette dernière, montrant un peu plus encore la forme de lien qui les unissait. Malgré qu’elle peinait à reprendre une respiration normale suite à son ingestion involontaire d’eau douce, Pedge restait lucide, bien que le courant les entrainait vers elle ne savait où. Dans l’ilôt de débris, ils étaient protégés des autres morceaux du décors que l’eau charriait avec elle et qui pouvaient constituer des projectiles fatals pour les nageurs. Elle crut entendre un cri venant de Sheppard, et elle gueula à son tour :
« ON EST LA !! ». Elle ne savait pas si le colonel entendrait ou pas, mais qu’importe. C’était difficile de se localiser dans ce foutoir aqueux. Le bruit de l’eau se mêlait à celui du grincement de l’appareil qui devait sombrer dans le lac. Elle ne connaissait pas la profondeur du lagon, mais Pedge espérait franchement qu’il ne soit pas très profond, à l’image d’un lac terrien par exemple. Mais rien n’était moins sûr, et pour le moment, l’eau continuait de les entraîner dans sa course pour investir les endroits encore libres.

« Faut qu’on se démerde pour rester en surface le temps que ça s’arrête ou que ça se calme. », dit-elle, la voix plus claire maintenant qu’elle ne toussait plus. Elle avait peur de mourir noyé dans ce croiseur maudit, mais elle essayait de rester calme et de conserver un semblant de lucidité et de sang-froid, une qualité qu’elle savait posséder. Le contrebandier semblait vouloir récupérer sa soeur à tout prix, sauf que dans ce courant, ce n’était pas vraiment envisageable. Même des pompiers spécialisés dans le secourisme dans les torrents n’y parviendraient pas. Ils étaient plaqués et entrainés là où l’onde voulait bien qu’ils aillent, et ils n’y pouvaient malheureusement pas grand chose.

L’homme avait le regard fixé sur les ondes tumultueuses…la mâchoire serrée, il sentait la puissance du courant le pousser davantage sur cet îlot de débris. Heureusement que ce fut en majorité de l’organique avec peu de chance de se couper. Il tourna brièvement la tête vers Pedge.
« Faut qu’on se barre surtout… l’eau ne fait que monter, la pièce va être inondée. Faut qu’on réussisse à récupérer les autres ! » Il était assez calme.

John accrocha un bras, pour se tourner dos à Cyanure. Il avait entendu un prénom étouffé dans le brouhaha mais n’était pas sûre d’avoir entendu “teha”, Tahara”, “Tamara” ? Bref, il n’était pas certain et cela ne l’importait pas.
« Dans mon sac, j’ai une corde, prenez-là et attachez vous, je ferais de même, on va les rejoindre. »
« Pas une bonne idée ça, si tu coules, je coule aussi. Et vice versa, et on aura pas la force de se tracter de toute façon. Va falloir être patient John Sheppard. », fit la jumelle avec un air mystérieux, tout en le considérant de mauvaise grâce. Elle ne souhaitait pas être entravée par quelqu’un, même si elle reconnaissait que si elle coulait, il pourrait la tirer, et inversement. Mais, pouvaient-ils vraiment lutter contre le courant ? Rien n’était moins certain, et elle était plutôt partisane de rester accrocher à sa poutre comme une moule à son rocher. Au moins, le débris était important, et il ouvrait la route parmi les autres obstacles moins conséquents. John soupira en roulant des yeux… Il ne lui avait pas spécialement demandé son avis, mais bon, si elle ne voulait pas, il n’avait pas de temps à lui expliquer le pourquoi du comment, donc il fit d’autres actions. Il fallait rejoindre les autres. D'ailleurs il entendit un “onlà” dans le brouhaha. John essayait de se dresser sur sa poutre pour voir les autres avant que … quelques mètres plus loin, la courbe s’inversa. Le croiseur devait se mettre à l’horizontal, ou bien était-il pleinement vertical, toujours est-il que la vague perdit en intensité, même si l’eau continuait de déferler de partout. La poutre frappa mollement un mur, sans grande brutalité. L’eau faisait des vagues comme le ressac d’une mer agité, mais les deux aventuriers purent sentir le sol sous leur pied. Le niveau était important, mais ça montait du côté d’une porte dans le mur. Ils auraient les pieds presque au sec en attendant que l’eau monte, il fallait donc faire vite.

« ICI !! », cria la jumelle de façon stridente en voyant Naalem et Pedge au milieu d’une multitude de débris. John secoua une main pour marquer leur position. L'îlot de fortune dans lequel ils étaient vint s’échouer lui aussi. Néanmoins, l’eau continuait de monter, et le niveau était déjà plus important que toute à l’heure au niveau de la porte. Il fallait donc fuir sur ses deux jambes, pour essayer de trouver un endroit qui serait préservé !

Pedge avisa la blonde, et le colonel, et maintenant que le courant était plus faible, elle se propulsa dans l’eau, avant de sentir que ses pieds tapaient le fond, et que le sol remontait. Elle se redressa, laissant passer un missile blond. Teshara venait de rejoindre son frère pour l’aider à sortir de l’eau en riant connement, tout simplement contente de le revoir en vie. Naalem, prit sa sœur dans ses bras et lui frotta les bras. C’est bête mais un instant il avait cru perdre quelque chose d’indispensable à sa vie. Mais, là tout allait pour le mieux. Une sensation agréable l’inonda et il lui sourit avec tendresse.

Quant à Pedge, elle approcha de Sheppard, qui lui tendit un bras pour se tracter sur une plateforme plus stable, la sienne partait en miette. John regarda autour de lui, voyant qu’il manquait Nelly… avait-elle été emportée ?
« Où sont les autr… »

Elle ne finit pas sa phrase. Un craquement se fit entendre, et l’eau imprima un nouveau courant au niveau de leur chevilles. Il fallait fuir ! Fuir et fuir !

« Nelly a été emportée aussi ? » Demanda t’il en regardant autour de lui…
« Emportée par une liane avant le combat contre les Wraiths. Disparue par le plafond avant que je ne puisse bouger le petit doigt. », répondit-elle sombrement… Elle déduisit du “aussi” dans la phrase de John que Candom et Jacbos avaient été emportés eux aussi. John eut une grimace, se prenant une seconde pique dans la poitrine… Il hocha la tête sombrement. Nelly disparut par une liane… cela était un brin flippant. Naalem tourna la tête puis toisa soeur en lui chuchotant.

« J’espère qu’au bout de la liane qu’il y a pas des dents... »
« Je n’ai pas eu envie que tu ailles voir par toi-même. », chuchota-t-elle à son tour. Naalem hocha la tête… Il imaginait une sorte de fleur carnivore géante… Brrrr pauvre Fabula...

John chercha du regard une sortie, avant de finir noyé connement. Il finit par la trouver et hurla un « LA », avant de prendre la main de Pedge et plonger, suivi des jumeaux, qui durent aussi se tenir aux Atlantes pour ne pas se faire emporter. Il fallait au moins se tenir, pour ne pas se faire emporter. Les deux hommes, maintenant la formation et les deux femmes, poussaient. Ce fut un combat assez uni pour atteindre un couloir partiellement engloutie.



(c) chaotic evil


_________________
#a1931c
DC : Erin Steele & Teshara Lays & Chenoa Penikett
Revenir en haut Aller en bas
Ven 23 Mar - 23:11
avatar
√ Arrivée le : 16/04/2017
√ Messages : 284

Dossier Top Secret
√ Age: 31
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Inoculation
Voir le profil de l'utilisateur

Le chaos et l'ordre


Environnement

Le croiseur s’enfonçait inexorablement dans l’eau. Ca se sentait, pas besoin de voir à travers un foutu hublot, l’engin continuait une descente infernale. Quel était la profondeur de l’étendue d’eau ? La pression allait-elle faire imploser le croiseur comme une vulgaire coquille d’oeuf ?!?

Il devenait de plus en plus difficile de se repérer, de discerner le haut du bas, l’endroit de l’envers. Le seul élément immuable restait la gravité et cette eau qui ne cessait de les pourchasser ! Dès qu’une porte se fermait automatiquement, l’eau émergeait d’un autre endroit, d’une autre faille, d’une autre crevasse. L’équipe devait fuir sans arrêt, trouver un secteur moins endommagé pour espérer sceller une pièce et empêcher que tout le vaisseau ne finisse inondé. C’était la mort par noyade qui les attendaient s’ils ne s’activaient pas.

Mais enfin, enfin, une salle semblait plus apte à résister à l’invasion aqueuse. Ses parois avaient subi des dégâts mais il n’y avait pas de dépérissement, pas de décomposition, pas de trous. Oui, elle était entretenue, alimentée, et pour cause : c’était un générateur auxiliaire qui se trouvait là-dedans. Vu le bruit que ça faisait et l’aspect général, il n’y avait pas beaucoup d’hypothèse sur la nature de l’appareil.

Les portes se fermèrent soudainement sous leur nez, surement dans l’action d’un système de sécurité, mais le hasard voulut qu’un débris d’un bon gabarit se tienne entre les deux panneaux. La porte grinça, gémit, mais cessa sa fermeture, laissant la possibilité aux jumeaux, Sheppard et Pedge de s’y glisser. Retirer le débris pour permettre la fermeture, en revanche, fût un véritable calvaire. L’eau les avait envahit jusqu’au torse lorsqu’ils parvinrent enfin, en joignant toutes leurs forces, à extirper le débris. La cohésion avait été leur salut !

L’eau cessa soudainement d’affluer et l’on entendit de l’autre côté un gargouillement. Le couloir avait fini par être intégralement inondé et seule la remontée des bulles faisaient encore office d’environnement sonore. L’équipe était à bout de souffle, se trouvant piégé, au moment où un très violent impact les jeta tous au sol. Ils avaient enfin atteint le fond, enfin, et le croiseur n’avait pas explosé sous l’effet de la pression. Ils pouvaient enfin respirer, souffler, voir s’il n’y avait pas blessé. Pendant dix bonnes minutes, ils furent en paix, l’occasion de s’organiser, d’échanger les informations. Malgré le fait que personne d’autres ne leur répondait à la radio, ils pouvaient s’estimer chanceux d’être toujours en vie...


(c) chaotic evil


_________________


Double compte : S. Caldwell, P. Sidney
Revenir en haut Aller en bas
Ven 23 Mar - 23:16
avatar
√ Arrivée le : 04/09/2015
√ Messages : 2856

Dossier Top Secret
√ Age: 42 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: ATA
Voir le profil de l'utilisateur

Le chaos et l'ordre



Une véritable course contre l’eau s’était engagée, sans savoir si elle serait salutaire ou pas au bout du compte. Les survivants courraient dans les coursives défoncées du croiseur en perdition sous-marine. Les quatre aventuriers ne sentait absolument pas les effets de la pression, mais une chose était certaine, l’eau continuait de s’engouffrer par tous les trous possibles et Dieu savait combien il y en avait dans cette fichue coque. Il fallait seulement espérer qu’ils réussiraient à trouver une salle libre, dotée en oxygène, où ils finiraient tous noyés.

Impossible de savoir où ils en étaient. Ils ne croisèrent pas de Wraiths dans leur course effrénée vers la sauvegarde de leur enveloppe charnelle. Mais là, enfin, après quelques minutes de course, ils purent voir une salle devant eux, qui semblait alimentée et saine. La présence d’un générateur auxiliaire y était certainement pour quelque chose, mais alors que les yeux de Pedge s’arrondissaient d’espoir, la porte se referma brutalement. Seulement voilà, dans leur malchance, des débris empêchaient cette dernière d’être complètement fermée. Un instant John crut qu’ils allaient être coincé à quelques centimètres de la seule pièce qui daignait s’ouvrir à eux ! Mais, le passage était suffisamment étroit pour qu’il passe… Du moins les filles, étant plus sveltes.

En rentrant le bide, les deux filles réussirent à passer de l’autre côté, bientôt rejointes par les deux hommes. Cela ne fut guère aisé pour John, qui se contorsionna de plus belle… mais alors ce fut une galère complète pour Naalem qui pesta.
« C’est beau les muscles mais fichtre !!!! J’ai l’impression d’être un gras du bide !! » John le prit par le bras, pour forcer un peu le passage et le Geniis, passa en s’éraflant un peu les fringues. Il soupira, avant de pouffer un peu et tapota sur l’épaule de Sheppard pour le remercier. Le colonel, lui rendit un rictus avant de se tourner vers les deux filles.

Un rapide coup d’œil de Teshara lui fit dire :
« Il n’y a pas d’eau dans la pièce à part celle qui coule par la porte par laquelle on vient de rentrer ! »
« Faut condamner l’accès en retirant ce qui coince. », fit Pedge en faisant volteface vers la porte.

Ensemble, dans un effort commun dans lequel on vit Pedge prendre une barre de fer pour faire levier afin d’aider au mieux à extirper ce foutu morceau de ferraille qui, dans un premier temps, leur avait permis de passer dans la pièce hermétique, menaçait maintenant de les noyer dans la même pièce en ne permettant pas la fermeture intégrale de la porte. Dans un gémissement commun, il finit par sauter, et la porte se souda brutalement, empêchant toute forme d’humidité de rentrer dans la salle.
« Une bonne chose de faite !! » Fit Naalem mains sur les hanches, sentant que certaines zones de son corps le picotaient.

Les mains sur les hanches, Pedge reprenait son souffle, Teshara elle avait jeté sa tête en arrière et respirait à gorge déployée, en prenant appui contre le mur, quand un violent impact les envoya au sol toutes deux. Les deux hommes étaient restés droit, en s’équilibrant… Le croiseur avait touché le fond. Et eux aussi.

« Fais chier. », grommela Teshara en se redressant péniblement. Elle était trempée, mais pas encore frigorifiée, trop dans l’action pour ressentir les effets de l’eau froide sur son corps. « Au moins, il n’y a pas de Wraith avec nous, et on peut espérer que tout ce beau monde soit en train de se noyer. », dit-elle en voyant le bon côté des choses. Mais leur situation était délicate.

« Il faut qu’on trouve un moyen de se barrer à tête reposée. », fit Pedge à l’attention de Sheppard. Elle n’écoutait pas le verbiage de la jumelle. Elle savait que leur temps dans cette pièce était désormais compté, et chaque inspiration, expiration décomptaient de précieux galons d’oxygène. Elle était tout aussi dans un piteux état que les trois autres, trempée jusqu’aux os, mais cela ne semblait pas l’affecter outre mesure. Elle reprenait son souffle posément, quand la jumelle déclara :

« Pour les bobos, faut venir voir Cyanure. ». Elle s’était assise dans un coin de la pièce, près du générateur qui dispensait un peu de chaleur en fait.

Naalem, regardait autour d’eux… et sa première question fut : de combien de mètres on a coulé ? Impossible de savoir, les systèmes atmosphériques du croiseur devaient faire leur boulot… En tout cas, s’ils voulaient fuir ce n’est pas en ouvrant un hublot comme le dernier des idiots ! Sinon, ils risquaient d’un : pas avoir assez d’oxygène et de deux la pression allait leur rappeler à leur bon souvenir.
« Il faudrait trouver un Dart ou une capsule pour s’enfuir sans avoir de dommages… » Dit-il, sans chercher à avoir un aval, puisqu’il s’en fichait bien.

John avait tourné la tête vers Naalem, le regardant il n’avait pas tort… Mais bon chaque chose dans son temps. Même s’il est angoissant de pas savoir le nombre de litre au-dessus d’eux. Il tourna la tête vers Pedge et soupira pour calmer l’adrénaline et son cœur qui avait galopé depuis le début.
« On se soigne, on se repose et on commence à réfléchir… » Il baissa les yeux, regardant ses rangers trempée avant de relever la tête vers son lieutenant le regard plus sombre. « Faut qu’on trouve les trois autres… si cela n’est pas possible, on devra quitter le navire sans eux. » Cela lui tournait dans la tête depuis longtemps, depuis qu’ils courraient. Où étaient les autres et surtout… étaient t’il perdu. La phrase de Teshara lui avait filé un coup. Mais il ne le montrait pas. Le colonel, sortit son sac, pour vérifier ce qu’il lui restait niveau armes, il n’avait que son zat et son pistolet … bon seulement le zat allait marcher… Il avait encore ses couteaux de combats… et des explosifs. Niveau blessures, des égratignures sur les bras et… oula il avait une belle estafilade sur la cuisse. Comme un signe : au même endroit que le Matt Wraith lui avait griffé celle-ci. Cela était d’une ironie bien sombre, comme cet originel qui était dans le bâtiment de clonage. Allait-il croiser des clones ? Il ne l’espérait pas. Son regard alla sur Pedge un instant, puis il se résigna.

Naalem, quant à lui, alla vers sa sœur, pour lui montrer sa joue qui était bien propre mais qui commençait à saigner, son bras et sa jambe. Histoire qu’elle le répare. Mise à part la joue, le reste était pas très important. Il écouta les deux Atlantes sans y participer. Il ne fallait franchement pas espérer que les autres soit vivants. Cette dernière s’occupa tranquillement de lui, vérifiant que ce n’était pas trop grave.Elle se moqua même un peu de lui, en lui disant ces quelques mots :
« Ça aurait pu te faire un sacré sourire si ça avait été encore plus profond ! »
« J’en serais que plus charmant ! » Ajouta-t-il avec un rictus agréable.
« Kalaz aurait été content que tu aies plus de place pour lui dans ta petite bouche. », répliqua Teshara en ricanant grassement. La classe incarnée. Naalem lui ficha un coup sur l’épaule en réponse. « T’aimerais bien hein ! Perverse ! »
« Bah écoute, de voir sa petite gueule couturée se déformer en venant, ouais ! », fit-elle en surenchérissant dans la provocation. Naalem secoua la tête en rigolant, sous les regards étranges des deux Atlantes qui savaient pas trop pourquoi ils ricanaient. « Tu iras l'apaiser avec ta main quand on sortira de ce trou ! »
« Berk ! », fit-elle faussement outrée, avant d’ajouter :
« [color=steelblue]En plus je suis sûr qu’il l’a de travers tout comme sa gueule !/color] ».
« Tu verras ! » Dit-il avec un clin d’œil. Teshara secoua la tête comme pour dire qu’elle ne verrait rien du tout.

Pedge quant à elle s’était approchée de John. Elle était du même avis que lui et elle espérait vraiment retrouver les trois autres avant de partir, vivant si possible. Mais bien entendu, ils devaient se préparer à l’éventualité qu’ils ne les retrouvent pas. Une fois hors du croiseur, et dans le Dédale, qu’elle n’arrivait pas à avoir cela dit puisqu’aucune liaison radio se faisait, ni même avec les autres (elle venait d’essayer rapidement dans son coin), ils pourraient toujours téléporter les trois absents, en espérant ne pas ramener des cadavres noyés. John quant à lui n’avait plus sa radio. Il fouilla dans son sac, pour trouver sa seconde, il partait toujours avec deux éléments au cas où que le premier soit perdu.

« Si on trouve un moyen de sortir de cette pièce autrement qu’à la nage, on effectuera une reconnaissance pour les retrouver... » Mais bon, s’ils étaient dans les secteurs immergés, ça allait être coton.
« Oui, dans les zones qui sont accessibles… Aucun contact radio. Et de votre côté ? »
« Aucun non plus. », soupira Pedge. John soupira avec elle… Il la toisa elle était blessée aussi.

Naalem leva les yeux au plafond, étudiant la pièce pendant que sa sœur finissait de le soigner. « Ne vous faites pas trop d’espoir non plus. » Dit-il pragmatique, ne désirant pas que leur prochaine action soit des prises de risques stupide pour retrouver des cadavres. John le regard et hocha la tête sans rien dire. Le pégasien n’avait pas la même notion qu’eux.
« Nous n’abandonnons jamais les nôtres. »
« Ouai, c’est votre devise. Mais il vaut mieux ne pas trop espérer, il y a des Wraiths dans le coin, qui eux son résistant… S’ils sont vivants et qu’on les trouve tant mieux, sinon il faudra prendre sur vous, pour sauver vos peaux. » Dit-il. Oui il n’avait pas tort, mais c’est toujours déplaisant de d’entendre ce genre de chose.
« J’en conclus que vous ne voulez pas les chercher ? »
« Je n’ai pas dit ça. J’ai dit qu’il vaut mieux ne pas trop espérer. On ira avec vous, de toute façon on est censé former une pseudo équipe avec un but commun. » Ajouta Naalem, plus diplomate qu’il ne l’aurait cru. Lui, il se fichait bien du sort des autres. Mais bon, il fallait bien préserver l’équipe et vaut mieux trouver des corps vivants qui peuvent se battre que des morts. John hocha la tête se sentant un peu con, d’être monté sur ses grands chevaux, mais bon, il comptait bien retrouver les autres. Mais il ne s’arracherait pas, ils étaient aussi dans une situation très critique.

Teshara était restée silencieuse, préférant garder les vacheries pour elle. C’était typiquement le genre de conversation où elle pouvait lâcher une énormité qui aurait vraiment du mal à passer. Déjà qu’elle avait parlé de noyade pour tout ce beau monde à l’extérieur de cette pièce sans penser aux atlantes disparus il est vrai, mais formulé comme elle l’avait fait, cela semblait être le cas. Mais elle n’avait pas pensé à mal sur le coup, même plutôt à bien car elle n’avait souhaité le malheur que des Wraiths et des créatures abjectes qui chassaient à la liane. Aussi préférait-elle donc se concentrer sur les soins rapides de son frère, constatant d’ailleurs que les deux autres ne se manifestaient pas pour se faire soigner. Une chose était certaine, elle n’irait pas les chercher. Et en parlant de ça John s’approcha d’elle, il semblait attendre que Naalem ait finit de se faire rafistoler. Le colonel, avait une méchante blessure sur la jambe droite et il désirait soigner ça avant que ça n'empire… leur calvaire n’était pas fini.

« Je veux bien que vous jetiez un oeil à ma jambe s’il vous plaît. » Il savait bien ce qu’il avait mais bon, c’est la politesse, elle était pas médecin Atlante donc ce n’est pas naturelle même si elle l'avait proposée avant.
« Faut enlever le pantalon pour que je regarde. », fit-elle avec tout l’aplomb du monde en le toisant dans les yeux. John la regarda … il eut un ange qui passa. Il pouvait retrousser son pantalon, les autres médecins faisaient ainsi… Il n’allait pas se défroquer comme ça, surtout pour une balafre à la jambe…
« Hum ? Le retrousser suffira ... »
« Je présume oui. C’était dans le cas où je devais amputer. », elle lui fit un sourire, contente de sa blague, tout en attendant qu’il retrousse son pantalon. À la suite de quoi, elle pinça la plaie avec les doigts pour rapprocher les lèvres de l’entaille et y appliquer des strips, reproduction fidèle de ce que Isia lui avait montré. Elle n’avait pas perdu de temps pour en confectionner à sa sauce. John reconnue et se fit la remarque qu’elle avait été suffisamment maline pour imiter la technologie Atlantes et ce ne fut pas plus mal, un côté rassurant de voir qu’il pouvait être soigner par quelque chose de “connu”
« Bien sûr et je suis un chocapic aussi. » ajouta le Colonel suite à la remarque de Cyanure tout en se laissant faire.
« Un chocapic ? », demanda-t-elle en gardant les yeux rivés sur son travail d’artiste. Elle prenait soin de bien coller la plaie pour qu’il n’y ait pas de vilaine cicatrice. C’était offert par la maison.
« Une céréale pour enfant au chocolat. » Fit John qui oubliait souvent de ne pas utiliser des mots propre à sa culture avec des pégasiens… mais bon tant pis.
« Ah, ça doit être bon ! J’adore le chocolat. », fit-elle en levant les yeux vers lui et d’écarter les mains. C’était tout bon. Elle avait du sang plein les doigts, mais elle ne semblait pas s’en formaliser le moins du monde.
« Oui ça l’est ! » Confirma John avec un petit rictus, avant de la remercier et de s’éloigner vers Pedge, pour qu’elle aille se faire vérifier aussi.

Naalem se leva et sortit quelques éléments de sa sacoche pour les secouer et verser l’eau en surplus.

Son regard bleuté se posa sur la porte qui commençait à…. Enfler.
« Je ne veux pas jouer les sygfrans (corbeaux) de mauvaises augures, mais j’espère que vous savez retenir votre respiration. »

Ce qui arrêta Pedge, qui de toute façon, n’escomptait pas se faire soigner par la jumelle. Quelque part, tant mieux. Les deux hommes tournèrent la tête vers la porte qui se gonflaient… manquait plus que ça.





(c) chaotic evil


_________________
JohnSheppard

Double comptes : Isia Taylor-Laurence & Alexander Hoffman & Naalem Lays & Elana Ravix//écriture : MediumTurquoise
Revenir en haut Aller en bas
Sam 24 Mar - 18:39
avatar
√ Arrivée le : 16/04/2017
√ Messages : 284

Dossier Top Secret
√ Age: 31
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Inoculation
Voir le profil de l'utilisateur

Le chaos et l'ordre

Environnement




Enfin…


Pourquoi la paroi se mettait à se bomber comme ça ?!?
Pourquoi la porte recommençait à grincer affreusement comme si elle cédait à une trop longue agonie ?

Un claquement soudain ouvrit une brèche d’où fila de l’eau. Puis il y en eut une autre, et encore une autre, et encore une !!! La porte sembla s’entrouvir, comme si l’élément meurtrier avait eu des mains pour l’écarter et produire une fine interstice. Et là, cette fameuse eau recommençait à envahir la salle.
Il fallait trouver un moyen de fuir, encore, mais ils étaient rendu dans un cul de sac cette fois ! Il n’y avait qu’une issue. Celle qu’ils avaient repéré durant leur dix minutes de tranquillité. Il y avait comme un renfoncement, une petite plateforme : un téléporteur Wraith !
Il suffisait de l’activer pour s’enfuir. Encore fallait-il qu’ils ne débouchent pas dans une zone déjà inondée mais quelle autre solution avaient-ils ?

Cette fuite, puisqu’on ne pouvait la nommer autrement, se trouvait être sous l’influence de la bonne étoile. Les jumeaux et les Atlantes restant se retrouvèrent en plein centre du croiseur dans un endroit visiblement sain. Il n’y avait pas une goutte d’eau, pas de décomposition, l’endroit semblait des plus solides. Pourtant, un autre problème les y attendait, une nouvelle surprise : Pedge ne pouvait plus bouger.

Ses pieds semblaient avoir été pris dans une sorte d’amas de racines organique à même le sol, rien à voir avec ce qui avait attaqué Naalem et Nelly. C’était quelque chose d’autre, comme un système étrange et inconnu, qui figeait la texane sur place. Deux lumières rouges s’étaient soudainement allumées alors qu’il ne restait plus qu’elle dans la zone du téléporteur et une étrange araignée organique, montée sur un bras mobile depuis le plafond, descendit tout en fixant Pedge.

Cette chose, Sheppard la reconnaissait, il en aurait des sueurs froides. C’était le mécanisme qui injectait des souvenirs erronées aux clones...et il devait très certainement prendre Pedge pour l’un d’entre eux...un clone ! Et ils répondaient à une commande mystérieuse à son égard. La chose vivante voulait l’emprisonner, elle n’avait d’attention que pour elle !

Les deux organismes ne semblaient pas être lié. De par les informations que détenait Sheppard, il comprenait que l’araignée prenait Pedge pour un clone. Un clone qui n’avait rien à faire dans ce secteur du croiseur et qui méritait de retourner “dans sa boite”. Un autre système, fait de ces racines, était donc en train de l’emprisonner progressivement tandis que l’araignée, programmée pour ce type de “gestion” se montrait agressive envers tout ceux qui s’approchaient du clone !


(c) chaotic evil


_________________


Double compte : S. Caldwell, P. Sidney
Revenir en haut Aller en bas
Dim 25 Mar - 17:15
avatar
√ Arrivée le : 04/09/2015
√ Messages : 2856

Dossier Top Secret
√ Age: 42 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: ATA
Voir le profil de l'utilisateur

Le chaos et l'ordre



L’eau commençait à avoir raison de la porte qui les maintenait au sec. Seulement, si l’onde parvenait à briser cette dernière résistance, ils étaient clairement foutus, car ils étaient dans un cul de sac et qu’il n’y avait pas d’issue. Bref, ils allaient mourir noyé au fond d’un lac inconnu sur une planète inconnue, et personne ne viendrait les chercher. Un début de panique gagna la texane qui ne se voyait mourir aussi salement. S'étouffer avec de l’eau devait être une sensation horrible à vivre, quoiqu’après c’était la mort définitive de toute façon. Donc peu importait le chemin finalement… Il n’y aurait pas de Wraith sadique pour la faire renaître à loisir. Cette fois, la quiétude serait totale. Ce n’était pas la fin qu’elle espérait, même si elle avait toujours voulu souffrir avant de mourir, histoire de savoir que c’était bel et bien la fin. Bon, son expérience avec Méda’Iyda l’avait quelque peu vaccinée contre la douleur, la souffrance avant de passer l’arme à gauche, tout ça, mais elle y tenait quand même. Si elle souffrait en mourant, c’était qu’elle se défendait, qu’elle luttait pour vivre, or là, à part se débattre comme un poisson rouge sorti de son bocal, elle ne ferait rien d’autre.

Voyant l’eau s’engouffrer dans la salle, John ainsi que les autres, commencèrent à regarder la salle comme s’ils pouvaient trouver la solution ultime à ce problème… Le cœur de l’homme s’emballait et la situation devenait à chaque fois plus critique à chaque pause. Limite, il faudrait arrêter d’en faire. Il soupira, avant que son regard ne se pose sur une machine assez spécifique Wraiths… le problème avec eux, c’est qu’ils ont une technologie organique qui se camoufle bien avec le reste du vaisseau. Donc, pour savoir que ça… ce truc tout moche et tout dégueulasse est un téléporteur Wraiths il faut se coucher tôt !

« Là ! Un téléporteur Wraiths ! » Fit l’homme en courant vers l’appareil, pour faire signe à tout le monde de s’y mettre. En voyant l’eau, il prit conscience une seconde fois de l’aspect collant et passablement irritant de ses vêtements et affaires mouillées. Cela était un malus niveau ergonomie et même poids… Il avait horreur d’être trempé.

Naalem, eut un temps d’arrêt en voyant le fameux téléporteur… un téléporteur quoi… normal ! La première fois de sa vie qu’il voyait un truc aussi génial et gain de temps pour se déplacer ! Les yeux pétillants, il regrettait que ce rafiot sombre et qu’il fallait sortir au plus vite, sinon il aurait été aux anges d’étudier ça… et aussi sûrement en enfer pour ne rien comprendre et se tirer les neurones par quatre épingles !

« Et comment ça fonctionne ce truc ?? », demanda la jumelle en approchant rapidement de l’engin en question. Elle ne connaissait pas du tout le mécanisme, et si la situation n’était pas aussi urgente, elle aurait certainement fait chier pour savoir comment ça fonctionnait avant d’oser risquer son petit cul là-dedans, de peur de se retrouver avec un morceau de corps ici et là. Elle était bien curieuse au niveau des technologies, mais elle avait certaine limite que l’on pourrait qualifier de “principe de précaution”, même si sa notion du danger était toute relative. John ne lui répondit pas et appuya sur le mécanisme et ZOU, tout le monde disparut comme des tourterelles de magiciens… Enfin dans l’espoir que ça ne les écrase pas.

Ils étaient à l’air libre. L’eau ne semblait pas avoir investi cette partie-là du croiseur, et c’était une véritable chance. Seulement, alors que tout le monde venait de sortir du téléporteur, Pedge ne réussit pas à déplacer ses pieds, et pour un peu, elle se cassait la gueule, à la différence que même cela, elle ne pouvait pas le faire, pour la bonne et simple raison que déjà, ses chevilles étaient tenues. Qu’est-ce que c’était que ça encore ? Une liane ? Le même monstre qui s’en était pris à Nelly ? Non, c’était quelque chose d’autre. Pas de doute. Cet amas organique qui grouillait autour de ses pieds était radicalement différent.

« Hey, je n’arrive pas à me défaire de ça… », fit-elle sur un ton calme, ne voyant pas de raison de paniquer. C’était simplement un entrelac, et elle s’était pris les pieds dedans. Rien de plus.

John s’était tourné vers Pedge un peu étonné que quelque chose la maintienne… L’homme ouvrit de grand yeux complètement stupéfait… Il sentit une lame de glace lui rentrer dans la colonne et des frissons à se faire dresser un mort ! Non… non non non…

Rien de plus ? Sauf que, alors qu’elle se saisissait de son couteau pour essayer de couper ces racines, une sorte d’araignée descendit tranquillement du plafond en la fixant. Là, c’était nettement moins sympathique à contempler, surtout que la bestiole semblait avoir des proportions pas tout à fait terriennes au sens strict du terme, même si certaines espèces avaient la taille d’une assiette. Quoiqu’il en soit, elle ne pouvait pas rester sans rien faire. Mais alors qu’elle essayait de prendre son arme, ou même son couteau, les entrelacs organiques qui s’étaient enroulés autour de ses chevilles étaient déjà arrivés à une de ses mains. Qu’à cela ne tienne, elle utiliserait l’autre. Alors qu’elle armait son geste, la bestiole lui sauta à la figure, et malgré tout le sang-froid dont elle était capable, elle poussa un hurlement de terreur alors que les pattes se refermaient autour de son crâne. Sa main libre essaya bien d’accrocher n’importe quelle partie du corps de la bestiole, sans réel succès.

Le colonel, en voyant l’horreur de la caméra se matérialiser en vrai, sentit son sang se glacer pour la première fois aussi soudainement… Le protocole de clonage et des souvenirs contrefait. La machine la prenait pour l’un des clones… En avait-il encore ici ? Où avait-il bel et bien déchargé sa maudite cargaison ? Mon dieu… Le colonel, prit son arme, dans le but de dégommer cette fichue araignée, du moins son câble qui la reliait au plafond. Mais ce fut trop lent, Naalem, venait de tirer par deux fois sur la câble le loupant une première fois. Le pégasien, ne savait pas ce que fut cette chose. Surement une nouvelle arme de défense Wraith et il prit son grand couteau, pour essayer de la planter sur la bestiole sans toucher le visage de la bergère… Et la créature répliqua immédiatement en le balançant avec violence contre la paroi la plus proche. Teshara, pour une fois, ne savait pas quoi faire. Déjà, elle détestait les bestioles, les insectes plus particulièrement, et la vision de cet arachnide géant lui avait filé des sueurs froides. Heureusement, elle conservait un minimum de sang froid pour ne pas utiliser son arme sur l’animal, car Pedge derrière n’aurait eu aucune chance. Alors elle visait avec son pompe la créature, mais elle ne tirait pas, surtout que les deux mecs essayaient de l’empêcher de s’en prendre à la Bergère.

John, essaya de tirer sur le cordon, mais une des pattes alla le shooter à son tour. Les deux hommes se remirent sur pieds pour essayer de dégager Pedge de cette infernale situation quand soudainement… Un pschht puissant se dégagea de la base de l’abdomen de la créature, et la militaire fut contrainte d’en inhaler une partie.

Tout cela était allé très vite. L’espace de quelques secondes après la téléportation, après qu’elle ne fasse la remarque à ses coéquipiers qu’elle était coincée. Et maintenant, elle sentait sa volonté la quitter, ses résistances s’amenuiser, et ce fut le black-out…
John et Naalem tombèrent aussi, le gaz les rendaient un peu groggy et dans cet état second de la fatigue … Cela ne dura que quelques secondes… le temps pour que le corps de Pedge disparaisse...

Une sorte de sarcophage semblable à celui qui permettait de stocker les clones prêts à l’emploi, lors de la mission de Nelly, s’était assemblé autour de la texane avant qu’elle ne soit éjectée dans un réseau de tubes organiques. C’était à croire qu’elle se faisait “ranger”.

John resta interdit et passablement impuissant ! Ils ne pouvaient pas empêcher Pedge de partir !!!! Cela le rendait fou ! Il se releva le regard complètement paniqué vers cette caisse qui emportait son dernier soldat. « NON ! » cria-t-il… Sa gorge était affreusement serrée et il sentait la peur inonder son corps… Mais il reste debout. La peur puis la colère … Les souvenirs des vidéos de Nelly lui apparaissaient clairement, il fallait trouver la salle de stockage au plus vite… Il ne se rendit pas compte, mais sa main tremblait sur son couteau qui tomba à terre. Ce fut le bruit strident de l’araignée qui le fit revenir à la réalité. Il ramassa son outil avant de tourner la tête…

Naalem, se redressa juste après John, n’ayant pas l’habitude des drogues au contraire de sa sœur. Il secoua sa tête, en étendant le colonel hurler… Il leva les yeux voyant que la bergère était en train de disparaître. « Nom d’un Lays ! mais c’est quoi ce foutoir ! » Il arma son arme, mais ne savait pas s’il allait pas blesser mortellement la militaire en tirant là-dedans… Et puis la caisse disparut rapidement… Autant, il allait la suivre, mais là, un bruit horrible retenti.

L’araignée se tournait déjà pour écarter ses pattes griffues en un cri strident dérangeant. Ce qui l’accrochait au plafond était aussi gros qu’un tronc d’arbre et une forme de liasse de racines lui permettait de se déplacer d’un point à l’autre de la salle. Le monstre, donc, était assez rapide pour se jeter sur Teshara qui allait s’approcher des deux hommes pour voir si ça allait mais qui avait vu son geste stoppé par le cri de la bestiole. L’araignée l’avait brutalement impacté pour lui faire perdre l’équilibre puis elle se resserra autour de sa tête et de sa nuque, en une morsure d’épouvante, pour la lever au-dessus du sol et l’agiter au gré des attaques. Le monstre se secouait dans tous les sens pour la balloter, la prise ayant été effectuée de dos et faisant pendre le reste de son corps lourdement, elle comptait tout simplement lui briser les vertèbres par ces violentes embardées.

Naalem n’eut pas le temps de secouer John qui avait un regard complètement défait comme s’il savait ce qui allait arriver à la bergère… que des cris et surtout une image d’horreur le percuta… C’est sa sœur qu’a chopé cette saloperie là ? NOM d’un Lays !! Mais elle allait regretter son acte et faire savoir à ses créateurs la souffrance qu’elle allait subir ! L'homme poussa un grognement mélangé d’un cri de colère digne d’une bête sauvage et sauta sur l’araignée pour lui défoncer sa gueule à coup de couteau. Prenant gaffe à ne pas enfoncer la lame vers la zone où devait être le visage. Il l’épluchait, s’accrocha à son corps comme une tique. Il sentait d’autre sentiments en lui, sûrement l'impression de sa soeur et cela le foutait en rogne encore plus !

« Toi je vais te refaire le portrait ! On ne touche pas à ma sœur espèce de mocheté congénitale ! » Il s’accrochait comme un beau diable. Alors, que John (qui s’était reprit quelques minutes pour aider les jumeaux) essayait de stabiliser le corps de Teshara qui couinait et criait sous les mouvements chaotiques de l’araignée, pour lui éviter le coup du lapin mais version mortel.

Mais cette chose avait véritablement de la force. Ses cris stridents, comme les araignées immenses des films d’horreur, le même cliché, montraient pourtant bien que les coups de couteaux de Naalem n’étaient pas sans effet. Au plus grand bonheur du Gennis, qui avait un rictus fou sur les lèvres. Avec l’action de John, Teshara ne sentirait pas sa nuque partir en morceaux. Mais la chose n’avait pas dit son dernier mot, semble-t-il, puisqu’elle s’immobilisa un instant, comme pour reprendre préparer un mouvement important. De quoi choquer les équipiers, car c’était presque une réaction humaine, comme un haltérophile qui se prépare à lever une charge importante. Mais Naalem n’en avait rien à faire, qu’elle soit en mouvement ou non, il la frappait sans aucune pitié ! Il fallait qu’elle lâche sa soeur coûte que coûte !

L’araignée prit bien sa position sur le plafond en renforçant son entrelacement de racines puis mobilisa toute sa puissance. Elle leva les trois équipiers à la fois, prenant de la vitesse pour effectuer un tourbillon violent dont l’élan arracha John et Teshara de la prise. Ils furent balancés comme des sacs au fond de la pièce, retombant lourdement l’un sur l’autre en perdant arme et sens de l’orientation. Il ne restait que Naalem, celui dont la chose voulait se venger. Car au lieu d’essayer de le décrocher au plus vite, vu ce qu’il avait été capable de lui faire subir à coup de couteau, l’une de ses pattes pendant mollement au bout d’un tout dernier morceau de chair ; elle entama un grand mouvement du balancier et l’écrasa contre le mur organique. Un bon coup qui lui donnerait l’air d’avoir reçu un train de marchandise dans les dents. L’homme encaissa difficilement à cause du choc. Il étouffa et cracha un peu de sang. Il s’était mordu la langue cet idiot !
« Connasse... » Etouffa t’il, levant son couteau pour la planter dans la chair et se maintenir au mieux avec.

Le vol plané des deux autres s’étaient conclu par un atterrissage des plus rude. Encore une fois, le colonel Atlante et la Jumelle loupienne se retrouvaient dans une position incongrue, à croire que leur première rencontre prédestinait les suivantes. La blonde se retrouvait avec la tête entre les jambes du colonel, sur lui, tandis que ce dernier était tête la première entre les siennes. Dans d’autres circonstances moins fâcheuses, cela aurait pu conclure sur des attentions délicates, mais pas ici et maintenant, avec une bestiole dotée de plusieurs pattes et qui voulait casser de l’humain. Un peu groggy, Teshara chercha à se dépatouiller de l’atlante. Ce n’était pas comme si elle venait de voir son frère se faire écraser en direct live ! Elle avait envie de vomir en plus, après s’être fait secouer comme un prunier par la bestiole. Décidément, rien n’était fait pour qu’elle se réconcilie avec ce genre d’insecte !

John grommela, ayant un peu de mal à faire le focus sur son esprit cela s’embrouillait… Il avait encore joué au matelas… Et pour la jumelle encore… Il essaya de se relever, se disant que ça commençait à être une sale habitude ! Il se releva, mais décida de le faire plus doucement… l’estomac sans dessus/dessous. Il avait la nausée. Lui qui adore les manèges à sensation, il a un peu de mal à digérer l’araignée et la Cyanure sur le bide en même temps ! Le bruit impressionnant d’un corps, le fit relever la tête, voyant que l’autre blond était moins chanceux qu’eux. Il se releva prestement, mais ne pouvant rien faire sur le coup… Il voyait double. La jumelle le devança de toute façon avec un beau « Naalemmmmm !! », d’accompagnement. Chacun son tour. John percuta en entendant son prénom… c’est quand même mieux que Blaze...

Un cri, quasiment joyeux, ponctuait l’attaque de la chose qui se préparait à lui refaire subir ce choc une nouvelle fois ! Mais elle est contente en plus ? Naalem grimaça et poussa un autre grognement de colère, il va lui apprendre un ou deux trucs comme la politesse de ne pas toucher sa soeur tiens ! Qui gueulait son prénom… borf allé fallait bien que ça arrive ! Niveau discret ils sont pas futé aujourd’hui ! Mais blague à part, elle était semie intelligente ça voulait dire ! L’homme plongea sa main dans sa sacoche pour prendre une bille et la mettre dans l’une des plaies de l'araignée et se laissa tomber avant de finir écraser. Il se foutait de tomber sur le sol n’importe comment, il avait la satisfaction qu’il aurait un gros… “SPLACH” au-dessus de lui. Il sentit quelqu'un le tirer sur la droite. Malgré ses sens sans dessus dessous, Tesh’ avait réussi à le tirer sur le côté avant que sa bille de merde n’explose. Il avait le souffle coupé et la tête en vracs sur le coup.

Le SPLACH eut lieu...mais pas comme il l’aurait aimé.
La bille avait bien explosé en formant un joli trou bien gros et bien net dans le “corps” de l’araignée. La patte pendante s’était volatilisée et une bonne part de l’articulation était maintenant à nue, laissant paraître des détails internes de l’anatomie du monstre. Naalem ne put découvrir ce beau spectacle, car il reprenait ses esprits aux côtés de sa sœur chérie. Il lui fit un rictus comme pour lui dire “je l’ai eu l’autre connasse”. John avait fini par les rejoindre, du moins, il était en train… Un mugissement mêlant la douleur à la surprise monta, l’araignée se recroquevillant un instant en perdant du fluide, mais elle se retourna soudainement contre Naalem en donnant un air ragaillardi par la haine. Naalem soupira … non il ne l’avait pas eu et là il galérait à se relever… La chose se referma sur elle comme pour prendre l’apparence d’une masse et tourna, veillant à embarquer ceux qui se trouvaient sur le chemin, histoire de les occuper quelque secondes, John ne put l'esquiver et roula au sol. Il en avait sa claque d’être dans un bateau qui tangue !!! Et elle revint aussi sec sur le jumeau, et la personne qui le tirait, pour lui pulvériser la figure. En refermant ses pattes d’une certaine manière, ses griffes étaient orientées comme de minuscules pieux dans sa direction. Elle le voulait mort !

Naalem ouvrit de grands yeux, cherchant son arme… ces deux armes avaient volé par terre ! Merde ! Il n’allait quand même pas lui envoyer une bille ? C’est un coup à se faire exploser avec ! Il a le don pour créer des obsessions chez les femmes ! Il était certain que ce fut une femelle ce truc à la con là ! Enfin, ce truc à la con… un truc quand même surpergénialisme niveau technologique ! Il en adopterait bien une pour garder son futur laboratoire ! Mais, il n’est pas certain d’en avoir une conciliante ici.

Teshara s’était faite bouler par l’araignée alors qu’elle tirait un peu son frère sur le côté. Le pauvre colonel avait repris un coup dans les dents. C’était surtout l’énergie du désespoir qui fit relever la jumelle aussi promptement qu’elle le fit. Elle n’était plus certaine de ses appuis, un filet de sang coulait du coin de sa bouche là où la commissure de ses lèvres avait explosé sous le choc, peut-être même à la réception du vol plané, mais elle ne comptait pas laisser cette saloperie tuer son frère ! C’était inconcevable pour elle qu’une chose pareille puisse se produire. Aussi, son couteau désormais dans la main, elle se positionna sur le côté et elle frappa une des pattes de l’araignée qui se dirigeaient vers la figure de son homologue masculin. Elle frappa avec le tranchant une fois, deux fois, trois fois, cherchant à prolonger l’entaille qu’elle faisait dans la patte de la bestiole pour arriver à la sectionner une bonne fois pour toute !

Nouveau cri de douleur, mais toujours pas de mort. Non, elle était tenace l’araignée, elle était faite pour durer ! Elle bouscula Teshara pour l’écarter, s’ouvrant pour gueuler sur le jumeau, puis elle se rétracta étrangement pour prendre de la hauteur. Elle s’était lovée contre elle-même, comme si elle se repliait, qu’elle se désactivait, alors que son tronc se mettait à faire d’étranges vaguelettes. L’éclairage s’intensifia légèrement et les équipiers constatèrent, effarés, qu’elle tentait tout bonnement de se régénérer en utilisant l’énergie encore présente dans la salle. Elle ne perdait déjà plus de fluides et les lèvres de ses énormes plaies commençaient délicatement à se refermer sous le nez des combattants.

Naalem jura en roulant sur le côté, pour essayer de se lever et attraper ses armes en titubant comme une feuille morte en automne ! Il allait lui exploser la tronche à cette saloperie ! Mais on entendit un bruit électrique… John avait pris son zat, Il tremblait moins mais son tir n'était pas précis… bon la masse était grande par chance… Ces deux armes étaient tombées à terre… le pistolet gisait plus loin encore. Ainsi, le serpent se déchargea sur le corps en reconstruction de l’araignée. Une fois… puis deux … puis trois.

L’araignée s’agita brutalement, couverte par les éclairs jaillissant de l’arme, avant qu’elle ne s’effondre tout en se dispersant comme de la poussière qui se divisait encore, encore et encore, jusqu’à ce qu’elle ne soit plus visible à l’oeil nu. Le tronc s’était scindé alors que sa régénération se poursuivait. L’absence soudaine de l’araignée semblait produire un paradoxe qu’elle ne pouvait gérer, si bien que la chose amputée s’emballa brutalement et gonfla comme un ballon de baudruche...avant d'offrir le SPLACH final que Naalem avait attendu précédemment…
Le silence revint, laissant place à un léger sentiment de victoire. Mais en était-ce véritablement une ?

Teshara poussa un soupir bruyant. Ses jambes tremblaient de peur mais aussi d’effort. Elle se laissa tomber sur les fesses, sur le sol. Elle ne comprenait pas comment l’araignée s’était volatilisée, mais son corps relachait la pression. Elle était partie, c’était tout ce qui comptait, et l’arme à énergie de l’atlante devait être à l’origine de cette disparition momentanée. Elle respirait fortement, le manche de son couteau toujours bien tenu fermement par sa main aux phalanges blanchies.

Naalem écarquilla les yeux… Oui décidément, il lui fallait une arme comme celle-ci ! Il l’avait vu l’efficacité avec « boule de feu » alias Natasha… Mais là, il en voulait une !!! Il était à fond ! Il trouvait ça juste génialissime et il désirait l’étudier. Faudrait qu’il le pique aux Atlantes avant qu’ils se séparent… Sauf s’ils vont sur Atlantis avec eux ? ça serait quand même le pied ! ça serait même orgasmique ! et en parlant de ça, qui dit Atlantis dit Kara non ? Il pourrait finir quelque chose qu’il avait commencé avec elle tiens ! Pourquoi il pense à ça ? Car il est taré voilà pourquoi. Bref, ce n’est pas le moment de rêvasser… Il alla chercher ses armes, se rendant compte, qu’il avait envie de vomir… l’horreur. Il remit ses deux bébés dans ses holsters et se laissa tomber contre sa sœur.
« On se repose deux minutes et on va défoncer la boite de la bergère ! » Il en avait de l’action ! Un peu trop pour son estomac ! mais au moins sa sœur était vivante c’est ce qu’il compte.

« Putain… la légende elle fait même disparaître des bestioles de cette taille... », fit-elle quelque peu admirative. Il n’avait pas volé son succès celui-là. Elle s’en foutait complètement de la Bergère pour le moment. Elle voulait juste se calmer un peu, profiter du moment d’être en vie après ce combat d'anthologie et la proximité de son frère était bénéfique. Naalem ricana « La classe quand même ! »

John, s’était assis à cause des chocs et de sa tête qui tournait… Il eut un faible sourire face à l’enthousiasme de Naalem, puisque c’est son prénom, pour retrouver Pedge. Et la phrase de Cyanure… La légende … on aurait tout entendu. Cela le gênait quand même d’être vu ainsi. « Et le prénom de Cyanure c’est quoi ? Comme Blaze c’est Naalem…» Il se leva pour rejoindre les jumeaux, et s’adosser au mur. Oui, cela l’intriguait… pourquoi se faisaient-ils apeller par des surnoms ridicules franchement ? Naalem releva la tête vers le colonel et soupira… Pourquoi il avait des neurones celui-là ? Hin ?

Bah, au point où ils en étaient, autant crever entourer de personne qui connaissaient leur véritables noms non ? « C’est Henriette. » Elle aimait bien ce prénom de bouseux. Elle avait d’ailleurs appelé une reine Drakos comme ça. Henriette ? John la regarda étrangement, c’est bien moins alien que celui de son frère. Naalem, avait d’ailleurs un rictus sur les lèvres voyant que sa sœur adorait ce prénom démodé et moche.
La jeune femme s’allongea sur le sol pour considérer le plafond, à l’endroit même où se trouvait l’araignée quelques minutes auparavant. Elle prenait peu à peu conscience que ses vêtements étaient encore trempés, qu’elle avait froid, et qu’elle souffrait à divers endroits. Mais s’allonger-là n’avait pas de prix. Cela lui détendait son dos meurtri par les cavalcades de la créature, qui mine de rien, l’avait bien secouée. « Mais les intimes m’appellent Teshara, et je pense qu’on l’est maintenant. », dit-elle en parlant au plafond. Naalem s’allonge aussi sur le sol, il avait froid et il sentait sa soeur trembler, donc il la prit contre lui pour lui chauffer un peu le corps en la frottant.

John hocha la tête, oui cela est mieux que l’autre prénom…un prénom qui était terrien, enfin qui existait chez les terriens. Pour les mamies françaises. Ayant la tête encore en vrac et surtout son corps chahuté dans tous les sens, il retira son sac pour se laisser glisser contre la paroi et poser sa tête contre celle-ci. « Vu le nombre de fois que je vous ait sur moi… je crois oui. » dit-il malicieusement en voyant les deux se frotter… Cela était étrange pour lui qui n’avait pas de bonne relation avec son frère... Mais les deux son jumeau et surtout très proche… Cela était d’ailleurs assez impressionnant de les voir agir ensemble… John soupira, il aurait aimé être en action là… mais, leur corps leur disait merde. Il avait froid… Il en avait marre de ces fringues trempée… Ils n’ont pas de chaudière dans ce maudit rafiot ?



(c) chaotic evil


_________________
JohnSheppard

Double comptes : Isia Taylor-Laurence & Alexander Hoffman & Naalem Lays & Elana Ravix//écriture : MediumTurquoise
Revenir en haut Aller en bas
Lun 26 Mar - 19:00
avatar
√ Arrivée le : 16/04/2017
√ Messages : 284

Dossier Top Secret
√ Age: 31
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Inoculation
Voir le profil de l'utilisateur

Le chaos et l'ordre


Environnement

La paix était-elle un élément consommable ? Commestible ?
Avoir vaincu l’araignée leur offrait-elle une forme de récompense monnayable sous forme d’armistice temporaire ?

Les jumeaux et John avaient pu se reposer quelques instants...juste le temps de reprendre leurs souffle, de reprendre quelques forces, mais l’épuisement ne viendrait pas les clouer durablement dans cette position. Il y avait du bruit, des bruits de pas précipités qui allaient sur eux. Les équipiers auraient le temps de se préparer à l’arrivée, d’autant plus que la porte n’étant qu’entre-ouverte et demanderait surement de la main d’oeuvre pour terminer le travail.

Des mains passèrent l’interstice, des mains de Wraiths, des mains d’originel. Le souffle rauque et paniqué de celui-ci témoignait de son état de détresse et il était venu ici uniquement parce qu’il avait entendu les tirs. Oui, c’est bien ça, cet ennemi était venu jusqu’à eux, mais pourquoi ?
En tirant les deux panneaux, il devoilà son visage et les tatouages caractéristique d’un originel. Mais ce n’était pas celui qui avait déclenché les charges et fait couler le croiseur. S’en était un autre, le visage griffé et lacéré. Il lui manquait un oeil et une partie de ses cheveux faisaient peser son cuir chevelu ouvert sur le côté, là où filait du sang verdâtre par petite nappe. Son regard s’écarquilla à la vue de l’équipe, comme s’il reprenait espoir, et il tendit une main suppliante vers eux au moment même où deux impacts très fort le percutèrent. Il râla de douleur, une complainte de détresse qui témoignait aussi de la tristesse de son échec, de la frustration d’avoir échoué si près du but. Deux pointes sanguinolentes venaient de traverser son torse et des embouts s’étaient gonflés pour emprisonner la proie.

L’originel disparût aussitôt. Dans un très violent mouvement qui le décolla carrément du sol en lui arrachant les ongles plantés dans la porte organique. On l’entendit se faire trainer alors qu’il gémissait d’une agonie réelle, comme s’il espérait vainement se défendre alors qu’il était foutu, puis un choc final, comme un horrible déchirement de chair et de tissu, ponctua son dernier cri avant un abominable bruit de succion.

C’était comme une ponction Wraith, mais différente, par accoup, comme un va et vient, comme si la chose inconnue sirotait son Wraith avec une paille. Il suffirait aux équipiers de faire quelque pas pour que la chose ne s’échappe, les empêchant de la voir, de savoir même, ce que ça pouvait être. La créature inconnue, si s’en était bien une, si c’est celle qui avait emprisonné Naalem avec une liane, aurait filé avant qu’il ne la voit. Et elle laisserait derrière elle un originel ouvert en deux, le torse brisé, avec deux traces de ponction nette.
Un originel...qui respirait encore...mais plus pour longtemps…


(c) chaotic evil


_________________


Double compte : S. Caldwell, P. Sidney
Revenir en haut Aller en bas
Mar 27 Mar - 11:43
avatar
√ Arrivée le : 06/04/2017
√ Messages : 72
√ Localisation : Atlantis


Dossier Top Secret
√ Age: 32 ans
√ Nationalité: Alien Alien
√ Gêne: Non
Voir le profil de l'utilisateur

Le chaos et l'ordre



Alors que chacun prenait un peu de temps pour se remettre de ce combat digne d’un match de rodéo avec le taureau le plus furieux de tous les temps… un évènement inattendu arriva.

Des bruits de pas, une course effrénée qui firent relever John, qui d’un bon, se redressa et alla vers son pistolet qu’il avait laissé à terre quelques mètres plus loin. Il braqua l’arme vers la porte dans l’attente de découvrir l’ennemi. Un fol espoir l’avait pris… peut-être était-ce l’un des membres de son équipe ?

Il sentit les jumeaux près de lui, tout aussi opérationnel du moins en apparence et dans l’attente de découvrir cette personne qui se dirigeait vers eux. Naalem, avait encore le corps douloureux après avoir joué à la crêpe avec l’araignée… mais ça passerait, de toute façon ça passe toujours. Il s’estimait heureux de n’avoir rien de brisé. La douleur, n’est qu’une information, chaque minute qui passe la met au passé… Alors oui elle ne sera qu’une mauvaise blague d’ici quelques minutes… Cela l’aidait à mettre au plan arrière ce genre de chose. Chaque élément désagréable de sa vie était régulé de cette manière. Le temps passe et les conséquences aussi… On ne vit pas au présent mais dans un futur constant. Mais outre cette bonne idée pour gérer sa propre propre douleur...Il était cassé et se sentait moins véloce. Il pouvait s'estimer heureux que ses billes n'aient pas exploser sous le choc. Se relever avait été une épreuve à laquelle sa fierté n'avait rien montré sauf des grimaces. Seul le goût métallique du sang dans sa bouche lui était réellement pénible… Il avait l’impression de s’auto boire. Quelle idée de se couper la langue franchement…. Ainsi, il braquait un de ses pistolets sur la porte entrouverte… les pas ralentissaient comme pour confirmer que la personne désirait atteindre cet endroit.

Teshara avait mal de partout elle aussi, mais surtout dans son dos et sa nuque. Être allongée sur le sol de tout son long soulageait grandement ses lombaires, et elle savait qu’elle en aurait pour quelques jours à avoir mal. Cela la contrariait car elle n’avait jamais eu mal au dos avant, contrairement à beaucoup d’autre. Mais l’araignée ne lui avait rien demandé avant de la chopper. Quand elle repensait à ses pattes d’insectes se refermer sur elle… Elle en frissonnait tout autant qu’à cause du froid. Mais voilà, finie la sieste, il y avait du mouvement. Quelqu’un arrivait vers la salle où ils se trouvaient. Elle ramena son fusil à pompe dans ses mains, prête à s’en servir au besoin.

Puis des mains de Wraith ! La mauvaise surprise du jour ! Et pas la bonne ! L’espoir de John toucha le fond. Il y avait encore un affreux en vie ! Était-ce l’originel de la salle ? En voyant sa bouille déformée par… la terreur ? Un Originel (qui n’était pas l’autre copain d‘avant) était en train de se chier dessus !! Ce n’est pas courant et loin mais alors très loin d’être rassurant. John s’était rapproché de la porte en voyant cette main suppliante… Il aurait pu jubiler de voir un ennemi tant redouté en si mauvaise posture mais non… Cela n’était pas jubilatoire au contraire cela était carrément angoissant ! Quelque chose foutait les pétoches à des originels eux les prédateurs de la galaxie ! Et si même les Wraiths ont peur alors !! Alors eux… ils finiront pareil… Il eut un… SPLACH…. Alors que John allait faire une action, pour voir se que redoutait le Wraith, celui-ci fut empalé tout simplement.

Naalem restait interdit, et toisa sa sœur qui avait ses yeux clairement arrondis de surprise, avant de se précipiter vers la porte et essayer de voir se qui venait de toucher un Wraith… Celui-ci d’ailleurs était en train de disparaître de leurs champs de vision laissant place à d’horrible bruit de succion… Cela le fit grimacer, c’est dégueulasse ! Les Wraiths ont des inventions dégueu et une technologie peu ragoutante ! Peur ou non, tous eurent des frissons glacials dans le dos… Et tous retenaient leur respiration pour éviter que la chose ne vienne les trouver. Finalement le bruit s’arrêta et tout revenu à la normal.

Naalem était en train de réfléchir, était-ce une liane ? Mais dans ce cas… pourquoi laissait-elle un corps ? L’homme se sentait de plus en plus dans un fichu piège. Cet endroit était trop différent des rares installations wraiths qu'il avait pu voir… Il essaya d'apercevoir dans la coursive le corps du prédateur… Il l’entrapercut devinant une certaine respiration en entendant des sons d'expiration douloureuse…. Même après ça ils sont encore en vie. C'est juste effarant.
« Il respire encore le con. Faut le récupérer et qu’il nous dise quelque chose ! Le truc qui l’a tué s’est barré ! »
John n’était pas certain que ce soit une bonne idée d’ouvrir la porte.
« Et si elle nous guette ? L’originel voulait venir ici. »
« Elle nous aurait attaqué. Allez, viens, fait pas ta fiotte ! Et puis, elle n’a plus faim là. » Naalem forçait sur la porte pour passer… grimaçant une nouvelle fois sentant son corps douloureux à cause de la folle araignée. John leva les yeux ciel, il l’aida voyant qu'il en chiait clairement. Faut dire qu'il avait morflé avec la bestiole. Il avait peur, comme toutes personnes logique… Mais autant savoir pour le Wraith et commencer à bouger… même si l’extérieur semblait soudainement encore plus dangereux que la magna face à un mastodonte ! Qu’avaient-ils créé ? Pour que ça leur échappe à ce point ?

Teshara suivit sans mot dire. Elle comptait bien assurer les arrières de son frangin et du colonel pendant qu’ils jeteraient un oeil au Wraith. Au moins, celui-là ne les avait pas fait chier trop longtemps.

L’originel était couché sur le dos. Sa poitrine s’élevait par accoup sur de dernières tentatives pour reprendre une respiration. Il était en si mauvais état qu’il était tout bonnement incapable de bouger. On voyait au travers de son torse dévasté, de son estomac ouvert d’où s’échappait un peu plus les viscères atrophiées à chaque mouvement : ces petits muscles traumatisés entamer des tensions sans réussir à produire le moindre mouvement. Le Wraith était parcouru de spasmes et il regardait fixement le plafond en attendant la mort. Un sursaut de lucidité lui vint en prenant conscience de l’approche, comme s’il craignait le retour du monstre, mais il s’agissait des jumeaux et de Sheppard. La pression soudaine quitta aussi rapidement la victime qui les regardait, essayant de murmurer des paroles. Peine perdue. Sans aide pour rallonger de quelques minutes son agonie, l’originel allait tout simplement leur glisser entre les doigts…
Après un effort important, il parvint seulement à articuler le mot :

« Espion... »

John s’était penché vers l’originel, après avoir regarder autour de lui… Cela fait presque de la peine de le voir ainsi… Et celui-ci semblait vouloir leur dire dans un dernier souffle qu’il avait un espion. S’en était trop peu mais à la fois, tous pouvaient voir qu’il n’avait plus suffisamment de force pour continuer. Encore étrange qu’il les « aide ».
« Franchement, la créature aurait pu avoir la décence de l’achever… Faut s’attendre à mourir de la même façon, à moitié consommé… » maugréa Naalem, qui observait les alentours. Il fallait trouver cette chose avant qu'elle ne les trouve...finir comme ça était effrayant et il se sentait bien moins confiant dans cet environnement de plus en plus cauchemardesque.
Espion, un espion Wraith ? Un espion autre ? un espion camouflé ?... Il avait trop de possibilité. C’était dommage, pensa Teshara, qu’ils n’avaient plus avec eux la coincée ou la lavette. Ils auraient pu servir à régénérer un petit peu ce wraith pour qu’il s’explique un peu plus. Parce que bon, murmurer le simple mot “espion”, ça ne voulait rien dire. Est-ce qu’il parlait d’eux ? Est-ce qu’il y avait des espions dans le croiseur ? A part eux, qui cela pouvait être ?

John hocha la tête, le Wraith était trop en piteux état pour en dire plus… Ils devraient se contenter de ça. Il mit son arme sur la tête du Wraith. C’est bête de donner la mort en remerciement, mais au moins, il n’agoniserait pas.
« ça ne sera pas long » Puis il tira, la balle fit son œuvre pour libérer le Wraith. John se dit que même avec des ennemies, il pouvait avoir de l’empathie. Après, ce fut un donnant donnant. Il se releva soupirant, tandis que Tesh secouait la tête dans son coin. Pour sa part elle l’aurait laissé crever à petit feu.
« Un espion… faut s’attendre à voir un Wraith ou quelque chose qui est là pour faire le ménage…»
« Espion, ça veut tout et rien dire… Un autre Wraith, un pégasien mutant… Il a été sucé comme un Wraith, mais ils avaient des piques…. Ils ont dû jouer les apprentis créateurs. Un espion d’une autre faction à peut-être corrompue cette création ? » Naalem, énumérait des solutions… Il entrait dans le débat en somme. Il fouilla le corps de l’originel pour trouver une arme ou même un objet, un indice….
Il y trouva un bloc de données Wraiths, le type de petit boitier qui se connecte sur un terminal pour pouvoir en lire le contenu...encore fallait-il connaître la langue… ce qui n'était pas le cas. Il le prit quand même au cas où. Mais il n'avait pas les compétences nécessaire pour faire quoique ce soit avec ce truc… Cela était frustrant… être limitée par sa propre condition.

La théorie de Naalem se tenait. Mais c’était curieux quand même. Quoiqu’il en soit, pourquoi saboter le rafiot ? Pourquoi le faire couler ? Pour que les données qu’il abrite ne tombent pas entre de mauvaises mains ? Teshara n’arrivait pas à faire un lien entre tout ce qu’il se passait, le mot murmuré par le wraith, le sabotage, etc. Tout ça n’était pas logique. Ce n’était pas pour contenir la créature, les Wraiths ne se souciaient pas vraiment de la sécurité des peuples alentours. Alors quoi ? Ils ne voulaient pas que les atlantes découvrent ce qu’ils manigançaient ici ? Après tout, Sheppard avait raconté à Naalem quelques trucs et les raisons de leur présence ici. Si une guerre se préparait, c’était logique. Ils voulaient priver leur ennemi d’information susceptible de les renseigner...

Une petit voix monta soudainement dans le couloir, interrompant les réflexions de la jumelle. Elle était infime, à peine perceptible…
« A l’aide... »
Un petit toussotement avant que l’appel ne soit un peu plus fort.
« A l’aide !!! »

« On dirait la coincée. », fit remarquer Teshara qui sondait le couloir du regard, son arme en avant. Elle craignait vraiment que la créature ne revienne vers eux. Elle semblait rapide, trop rapide pour un originel, et les piques étaient rentrés comme dans du beurre dans le corps du Wraith. Alors le leur… Elle préférait ne pas y penser, et aviser en fonction de ce qui allait se passer, tout simplement.

John se redressa, son regard se fixant dans la direction du bruit… Oui ce fut bel et bien le lieutenant Jacobs… et non la coincée. Mais bon, il ne chercha pas à batailler pour les surnoms cela était une perte de temps et les deux semblaient adorer les sobriquets. Il fronça les sourcils… cela ne ressemblait pas vraiment à dû Jacobs de dire « à l’aide »… Elle aurait plutôt gueulé autre chose comme « Y a quelqu’un ! » ou autre. Était-ce la présence d’un super prédateur qui venait à le rendre encore plus méfiant… peut-être bien. Peut-être que la créature tenait un Jacobs à moitié morte comme appât ?
« Oui c’est elle… » Il regarda la légende qui semblait bien silencieux soudainement. « Bon on va voir où on la laisse dans sa merde ? »
« Et si c’est un piège ? »
« On s’en sortira comme toujours ! » John ne savait pas s’il devait être effrayé ou complètement dépassé par cette confiance… De toute façon, il ne pouvait pas faire demi-tour, avec l’idée d’avoir abandonné son équipe. Alors, il se mit en marche, arme tendue en avant se déplaçant dans le couloir suivis de Naalem et de Teshara.

Le lieutenant Jacobs se trouvait prise dans une gaine d’aération organique. Le tube arraché de son logement pendait sur une pente qui allait du plafond en direction du sol, à peu près suspendu à un mètre cinquante. Prise par cet orifice de sortie, elle n’avait pu que sortir l’un de ses bras, une épaule et sa tête. Le reste ne passait plus, comme si la soldate avait tenté de faire de la spéléologie et s’était retrouvée coincée en se croyant plus fine que le passage le laissait suggérer. Tremblante comme une feuille, complètement trempée, elle tendait sa main vers le sol dans un état second tout en se répétant d’un air embrumé.

« Au secours...il y a quelqu’un ? »

Un mouvement pour retenter, pour s’extirper, mais impossible. Elle était prise stupidement et elle ne pouvait pas sortir. La jeune femme semblait être en état de choc, ses lèvres tremblaient alors qu’elle montait un regard paniqué vers l’activité qu’elle détectait dans le couloir. Ses pupilles étaient sombres, noires, comme si on y avait injecté de l’encre. Ca lui donnait un air démoniaque…

En voyant ce triste spectacle, John se précipita vers elle…
« Lieutenant ! ça va aller. Vous êtes blessée ? » lui demanda t’il pour qu’elle revienne à eux. Elle semblait à bout de force et surtout complètement choquée. Son regard était vraiment flippant. Il sortit l’un de ces couteaux, pour essayer de la dégager au mieux.

Naalem avait suivi l’homme et lança un petit regard à la lieutenant…
« Eh bah… comment tu as fait ton compte toi… Il est où ton pote ? » Il décida de faire le guet dans ce couloir sombre… il hésita à sortir sa lampe de poche...juste avant il ne l'avait pas prise pour pas alerter les Wraiths… mais là le couloir était bien trop sombre. Donc autant prévoir un peu de sécurité.

« Il...il... » Marmona-t-elle en demeurant dans son état de choc.
La référence à Condom semblait l’avoir fait réagir. Au contact de John, elle avait semblé un peu rassuré, comme si l’officier était un gage de sécurité pour elle. John avait pu sentir combien elle tremblait et ce n’était pas à cause du froid. Jacobs semblait traumatisée… En réponse John, essaya de lui frotter un peu le bras, elle était glacée. Il galérait à découper la gaine organique. « Prenez votre temps… » dit-il rassurant.

Décidément, la coincée se retrouvait toujours dans des situations délicates à chaque fois qu’elle allait se promener en dehors de sa cité. Au moins, il n’y avait pas de bonhommes pour la violenter, quoiqu’une pensée assez sale s’imposa dans la tête de la blonde, composée de tentacules… Non, c’était quand même dégueu de penser à ça maintenant. Elle bascula son sac à dos sur son ventre en défaisant une sangle et elle en extirpa sa scie de chirurgie. Dans un soupir alors que déjà elle trouvait milles excuses pour la ranger, elle approcha du colonel et de Jacobs.
« Tailler dans les organes, ça me connait... », fit-elle en commençant à scier quelques ramures pour décoincer la soldate de concert avec le colonel. Franchement, qu’est-ce qu’il ne fallait pas faire. Au lieu de la sortir de là, ils auraient pu attendre que la créature vienne la bouffer pour se faire une idée de quel genre de monstre il s’agissait…
Naalem ne disait rien, se contenant de vigiler. De toute façon, il n’avait rien à dire, il fallait encore sauver l’autre coincée, qui ne savait pas se démerder toute seule. Il espérait qu’elle pouvait marcher, car il n’allait pas la porter une seconde fois. Sauf pour la balancer sur la créature qui avait bouffé « Jeff ». Oui, le nom du sale moche.



(c) chaotic evil

_________________
DC : Erin Steele & Pedge Allen
Revenir en haut Aller en bas
Mar 27 Mar - 20:22
avatar
√ Arrivée le : 16/04/2017
√ Messages : 284

Dossier Top Secret
√ Age: 31
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Inoculation
Voir le profil de l'utilisateur

Le chaos et l'ordre


Environnement


Elle sentait les petits coeurs battre.
Pam-pam, pam-pam, dans les poitrines. Elle les sentait très bien, elle les écoutait, elle s’en nourrissait. Dans l’instinct prédateur, le coeur qui battait le plus lentement était une cible de choix, le plus délicieux, le plus goûtu. Doucement, elle s’approcha, profitant que sa proie la moins intéressante occupe les autres. En prenant Condom et en se nourrissant de son esprit, elle avait gagné de ses songes, ses souvenirs, ses envies...et ses colères. La haine ponctue le plat avec encore plus de douceur lorsqu’elle se mêle à la chasse.
Alors la chose attendait son heure.

Lui...il ne pouvait pas vigiler partout.
Il se montrait expérimenté, il ne se relâchait pas. Bien, très bien...mais tourne le dos, petit coeur, tourne toi vers ton prochain couloir à surveiller. La discrétion, le silence, évitant la lumière pour se faire de l’ombre une cape de furtivité. Et enfin, lorsqu’il se retourne pour surveiller son prochain angle...moi...la créature réassemblé, devant lui.

Jacobs pointe un doigt tremblant en criant de panique, le visage déformé par la terreur, mais il est déjà trop tard. Je suis la silhouette de Condom, je SUIS Condom. Un Condom meilleur, plus rapide, plus puissant, plus fort. Un Condom qui fait soudainement face à un Genii d’élite qui découvre que la manipulation génétique Wraith recèle des menaces encore plus terrible. Il est à moi maintenant. Cette seconde d’hésitation en me reconnaissant comme Condom lui sera fatale. Je sens mon visage fondre, je m’ouvre brutalement à lui en ignorant les cris, les réactions, car il n’y a plus que LUI qui compte. De mon corps s’éjecte deux tentacules qui lui percutent le torse avec une terrible brutalité, l’accroche, pour l’attirer à moi. Mon corps désassemblé retombe sur sa posture naturelle, une tête de Condom pendante et l’autre au visage informe, tandis que je l’attire encore plus vite.

Ma forme naturelle me rend plus fort, plus à l’aise, je l’ai pris et j’aime le sentir se débattre, alors que je l’entraine avec moi dans les coursives dans la cohue général pour le faire disparaître du petit groupe.

LUI...il est à moi...il m’appartient maintenant, comme Condom...et bientôt...JE SERAIS LUI !



(c) chaotic evil


_________________


Double compte : S. Caldwell, P. Sidney
Revenir en haut Aller en bas
Mer 28 Mar - 19:41
avatar
√ Arrivée le : 04/09/2015
√ Messages : 2856

Dossier Top Secret
√ Age: 42 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: ATA
Voir le profil de l'utilisateur

Le chaos et l'ordre


Il n’y avait rien pour le moment et pourtant il ne fallait pas se leurrer, il aurait bien quelque chose un jour où l’autre. Naalem, vigilait les couloirs, regrettant de ne pas avoir une vision nocturne, puisque cela lui serait que trop utile. Bidouiller un truc comme les atlantes. Mais mise à part réduire les lunettes de visions geniis… il ne savait pas comment recréer une membrane à mettre sur l'œil. Sa sœur et la légende était en train de faire de la découpe… Jacobs, ne semblait pas pouvoir répondre… Tss mais quel boulet quand même cette nana. Lui et Candom ils devraient se faire becter les premiers mine de rien !

Au moment où il se tourna la coincée gueula… Naalem, tourna brièvement la tête vers ce doigt tremblant, avant de braquer son arme sur… sur la silhouette… C’est quoi ça ? Candom ? Sérieux et il a plus de fringue ? Oula… ça sent mauvais très mauvais... Il faut secouer la coincée pour qu’il débarque lui ! L’homme haussa un sourcil, c’est une blague pourquoi elle gueule l’autre ? Elle l’a jamais vu nu et voir sa petite bite la met dans tous ses états ? Ce supplément de confiance allait lui être fatal.

« Hey la lavette tu as perdu tes fringues… ou tu as voulu violer encore une nana ? » OH ! Mais il fait quoi là ? Non non tu gardes tes trucs mecs ! L’homme allait tirer sur cette étrange chose qui se fendait en deux (apparence de Candom où non rien à foutre), mais deux tentacules le percutèrent avec tellement de violence qu’il tomba en arrière. Cela lui arracha un cri de douleur… Il avait le corps en miettes et on le jette au sol… Cela commence à devenir pénible. Lui qui aime rester dans son labo. Cette aventure devenait critique. Sortir c'est bien, défoncer et vaincre aussi… mais faut pas abuser son passe-temps favoris c'est bricoler pas se faire traîner. Une épaule et une hanche en prise avec cette chose… Bon… faisons le point-là. Il se fait une nouvelle fois tirer dans un couloir, sans savoir si au bout il y a des dents ou le bruit de sucions… Faut dire entre se faire croquer ou sucer il n’y a pas photo ! Le choix est limpide ! Ce truc a les mêmes petits bras que la créature qui a bouffer Jeff… Donc ce truc qui prend l’apparence des autres est donc le fameux espion ? Ok il en a marre de la sale gueule de Condom ? Il veut du beau gosse ? Tsss c’est une femelle encore ce truc ! Toutes des obsessionnelles ! Pff s’il avait la vision nocturne il l’aurait vu cette saloperie. Bon, la prochaine fois c’est la légende qui surveille et lui qui découpe avec la soeur ! Oui Naalem était calme … pourquoi paniquer ? Son égocentrisme l'empêchait de comprendre qu’il était en réel danger. Et de toute façon son trouble sociopathique ne lui indiquait pas non plus les élément insécuritaire… Alors par cette fichue fierté il gueulait des phrases, comme si l’autre pouvait lui répondre.

« Bordel Candom, déjà que tu étais moche avant … Mais là ! Tu bats des records ! » Du grand Naalem en somme...Il se fait tracter comme un vulgaire sac à patate et là ça commençait à le gonfler, cet endroit était tout sauf maîtrisable. Il ne voyait pas grand chose et il était toujours tracté par une connerie… Cela commençait à sentir mauvais...
« ça commence à bien faire ! » Il râla pour lui-même essayant de sortir une arme blanche pour lui découper les tentacules à l’autre pervers là ! Mais en vain… la lame était trop loin et il était dans une mauvaise position.

Cela était trop calme… la lieutenante allait être libérée quand elle poussa un cri de terreur qui rendit sourd John qui avait et le malheur d’être trop près de sa bouche. Il suivit de son regard la main tremblante et tout alla trop vite. Naalem, fut une nouvelle fois chopé par des tentacules ! Décidément, il les attire… mais le plus flippant, qui glace le sang du colonel pour la seconde fois, fut de voir Candom se déformer pour ressembler à un truc immonde et tracter un homme plus grand et plus lourd que lui… Et surtout il était à poil !! C’est quoi ce bordel encore ? Et le pégasien qui parle de viol… Le colonel, ne comprenait pas cette référence et sur le coup... Cela passa au-dessus de sa tête.

La connexion se fût rapidement dans la tête du colonel. Il avait en face d’eux la chose et cette chose avait contaminé Candom. Il ne sut si ce fut de l’effroi ou de la colère mélangée à de la tristesse de voir son soldat finir ainsi ! Comme une enveloppe charnelle d’un alien dingue… un remake des Men in Black !
Il remit son couteau à son emplacement, pour essayer de choper Naalem par les épaules et le retenir… L’équipe était déjà bien petite alors on va éviter de perdre tout le monde comme les cailloux du petit poucet !

La scie tranchait comme du beurre les liens organiques qui entravaient Jacobs, quand cette dernière gueula comme une furie. Teshara était bien tentée de lui dire un beau “ta gueule” mais comme elle pointait son doigt, elle lorgna quand même dans la direction indiquée. La lavette fit son apparition au niveau de Naalem, mais quelque chose chez lui ne convenait pas à Teshara qui l’avait déjà vu à poil. Quoi ? Elle ne saurait le dire, et de toute façon, ça alla trop vite. La tronche de Candom se fendit en deux alors que son frère faisait un commentaire, et sans crier gare, deux tentacules percutèrent l’homme. La scie tomba sur le sol alors que Teshara se jetait sur son frère pour essayer de le retenir, mais la créature l'entraîna trop rapidement pour elle.

« Naaaleeeemmm ! », hurla-t-elle dans le couloir, avant de se redresser un peu et d’entreprendre de piquer un sprint à sa suite. Sheppard avait été plus rapide qu’elle. Rien à foutre de Jacobs. Fini de jouer là. Au final, la créature avait fait comme elle aurait fait. Elle avait placé un appât, attiré d’autres mouches, et voilà le travail !

John avait attrapé les épaules de Naalem pour retenir l’effet de traction de la créature. Il soutenait l’homme, qui put mettre les deux pieds sur le sol et commencer à tirer dans le sens inverse avec le Colonel. Enfin surtout John puisque Naalem avait pris sa lame pour découper un tentacule… essayant de tirer mais la créature l'avait chopé sur deux zones super douloureuses… c'est avec l'énergie de la survie qu'il grognait des accoups et de cette douleur lancinante. Il fallait se dégager au plus vite sinon il finirait embrocher… Il en chiait grave avec le colonel qui le tenait par la taille pour assurer une prise et y mettre plus de force. Mine de rien, le Candom modifié était assez puissant.

La chose avait bien l’intention d’emmener le jumeau avec elle. Mais l’officier avait été très réactif et, alors qu’elle repartait vers les coursives ténébreuses, une tension plus importante encore s’exerça sur ses tentacules. Le temps que la tête divisée de Condom se retourne, elle perçu Naalem et Sheppard. L’un des tentacules finit par lâcher sous les assauts du Genii. Le monstre siffla sa douleur et cracha un rugissement de colère en voyant arriver la jumelle en renfort. Elle se retourna brutalement et s’échappa rapidement, laissant la troupe dans le silence.

La lavette l’avait lâchée… Il fut soulagé et soupira d'aise… mine de rien son coeur avait palpité de stress…. Et comme pour reprendre la face il gueula :
« Hey ! Mais reviens saloperie ! » lança Naalem un brin frustré de ne pas avoir réussi à la buter… Et dans un sens, valait-t’il mieux non ? Elle avait l’air bien plus puissante que n’importe quel autre adversaire jamais rencontré. Enfin bon, petit détail qu’il avait oublié, en se barrant la créature avait fait tomber les deux hommes l’un sur l’autre. Le Geniis, se tourna et se dégagea de la légende qui devait en avoir marre de se prendre du jumeau sur le coin de nez et lui ça lui rappelait quelques souvenir de blessures faites par l’araignée...
« Désolé mec, ça va ? »
John grommela oui, il en avait marre de se retrouver avec quelqu’un sur lui. Autant la fille est légère mais l’homme…« Je préfère ta sœur !» Il resta allongé un peu reprenant de l’air, sous le rire de Naalem. « Tu m’étonnes ! » Naalem, resta allongé en ricanant comme un con…Il avait failli y passer deux fois en quelques minutes… la troisième ça sera la bonne ?

Teshara arriva alors que la créature venait de s’évaporer dans les coursives. Elle était tentée de lui donner la chasse pour la défoncer avec son fusil à pompe, mais elle avait plus urgent à faire. Elle s’arrêta au niveau de son frère, et ses mains commencèrent à le palper de partout comme pour vérifier qu’il n’y avait pas de trous dans sa cage thoracique, à l’instar de Jeff quelques minutes plus tôt. Elle palpait partout, elle n’y voyait rien, mais s’il y avait un trou comme ça, elle devrait sentir du sang ! Et un trou comme ça, elle n’était pas sûr d’arriver à faire quoique ce soit pour stopper l'hémorragie ou le sauver !

« Dis-moi que tu n’as rien, dis-moi que tu n’as rien... », répétait-elle en patassant.

Il prit les mains de sa sœur avec un rictus. « Je n’ai rien ! Sauf mal au cul … mais bon je crois que je peux oublier de ne pas avoir mal quelque part ! »
John se releva, avant de tourner la tête vers Jacobs qui les appelait d’un cri terrifié. Enfin l'appelait lui, car les deux autres n’étaient pas sur la liste
« Allez les jumeaux, on se fait un bisou et on repart ! Il reste à décoincer Jacobs. » Le colonel avait une brève sensation de contentement, au moins un de sauvé… Il fallait retrouver les autres … En tout cas Candom était mort, cela lui fila un coup...
« C’est un jeu de mot ? » lançait Naalem qui avait un large sourire toisant sa sœur. John se tourna vers lui avec un drôle de regard… de quoi il parlait ?

Et puisque le colonel le demandait, Tesh qui était trop contente de retrouver son frère indemne, l’embrassa tendrement avant de se tourner vers le colonel, comme si tout cela était naturel. Ça l’était pour elle. Elle lui tapota l’épaule deux fois de façon amicale, voyant qu’il ne comprenait pas la question de son frère sur le jeu de mot (et peut-être que maintenant il était choqué par ce qu’il venait de voir) et elle déclara en le dépassant pour retourner du côté de Jacobs : « Ouais, coincée la décoincée quoi. »

John ouvrit de grands yeux un peu étonnés de voir la jumelle embrasser… sur la bouche son frère… Il secoua la tête se disant qu’il avait mal vu que c’est franchement déplacé ! Mais bon… la maman qui embrasse sur la bouche son gamin c’est choquant aussi non ? Et pourtant, il en avait pleins. Ouai, à moins qu’elle le provoquait quand il avait dit “on fait un bisou”... BREF ! Faut pas qu’il cherche plus loin, autre mœurs autres cultures. Surtout qu’on venait à lui expliquer le jeu de mot… il soupira. « C’est sûr que comparé à vous, elle doit l’être. Elle n’a jamais dû rouler une pelle à son frère ! » le balança-t’il.
Naalem ricana en se levant, pour redresser sa sœur. « Il a de l’humour la légende mine de rien ! » Oui, il le charriait réellement.
« Ouais, j’l’aime bien, il est marrant. », ajouta Teshara en ricanant.
« On va le garder, il est bien brave ! » Ajouta Naalem, tout en suivant le colonel, pour rejoindre la coincée.
« Ouai… bien gentil ce colonel. Par contre, il mange des crêpes avec beaucoup de Nutella ! Sinon il dépérit ! » Bah cela fait baisser les tensions…Ils sont dans un vaisseau Wraith et ils parlent de nourriture… tout va bien, tout vas très bien !
« Tu sais ce que c’est le Nutella toi ? », demanda Teshara qui continuait de faire la conversation. Oui cela détendait pas mal après cet incident flippant.
« Non... » Répondit le frère « Faudra qu’on lui apprenne à parler commun aussi ! »
« Le Nutella c’est du chocolat a tartiner ! C’est la meilleure chose que l’humanité n’a jamais créé ! Faut tout vous apprendre ! »
« Il est gentil, il est marrant, mais il n’arrête pas de parler de chocolat, sauf qu’il ne nous en donne pas ! », fit-elle avec un air de reproche dans la voix. C’était de l’humour bien entendu, sur la digne lancé de leur début de conversation. John sortit une barre de céréale aux chocolats et lui lança dessus.
« Je suis bon prince voilà mademoiselle ! » La pression lâchait doucement et il était affreusement facile de la lâcher avec les deux clowns qui semblait complètement hors temps ou hors environnement. Ils arrivèrent vers Jacobs, qui soupirait de soulagement en les voyant sain et sauf.
Naalem regarda étonner la barre de céréales et lança un regard de conspirateur à sa soeur… fallait goûter ça au plus vite !

En voyant John reprendre son couteau, il le rattrapa et abaissa son bras.
« Tatata, toi tu fais le guide, tu as la vision nocturne … On ne va pas se faire choper une seconde fois par la lavette ! »




(c) chaotic evil

_________________
JohnSheppard

Double comptes : Isia Taylor-Laurence & Alexander Hoffman & Naalem Lays & Elana Ravix//écriture : MediumTurquoise
Revenir en haut Aller en bas
Mer 4 Avr - 20:24
avatar
√ Arrivée le : 16/04/2017
√ Messages : 284

Dossier Top Secret
√ Age: 31
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Inoculation
Voir le profil de l'utilisateur

Le chaos et l'ordre


Environnement



Une réaction des plus normales et reconnues pour dissiper le stress et l’angoisse tiré de cette menace. John et les jumeaux avaient échangé quelques mots, repoussant quelque peu la liberté de Jacobs, et c’est ce qui lui fût fatal. Oscillant entre la réalité et la désorientation, son état de choc était visiblement permanent, il y eut un soudain accoup qui l’enfonça dans la gaine. Le travail était pratiquement fini. Mais voilà, la jeune femme poussa un cri de surprise en se retenant par le rebords de sa main libre.

« SHEPPARD ! AHHH... »

Le deuxième accoup, encore plus violent, lui fît perdre sa prise. La militaire hurla de terreur en étant entrainée à l’intérieur du tube. Ceux qui s’y pencherait découvrirait Jacobs, ses yeux noirs, tirant une main vers eux dans l’espoir fou de récupérer la distance. Mais non, c’était impossible, elle était déjà à plusieurs mètres dans la gaine et la créature se trouvait dans son dos, l’entrainant dans son sillage. L’une des deux têtes s’étaient retournées pour fixer, au-dessus du corps agité de Jacobs, le colonel avant de pousser un rugissement et de repartir d’autant plus vite.

« IL M’ENTRAINE !!! A L’AIDE... »

Puis la force de son cri diminua progressivement avec la distance avant d’être imperceptible. La chose n’avait pas eu Naalem en utilisant la jeune femme comme appât. Alors au lieu de se planquer, elle avait fait le grand tour pour venir la récupérer à l’intérieur de la gaine. Celui qui y voyait le mieux découvrirait qu’elle avait ses deux tentacules…

Dont une toute neuve…



(c) chaotic evil


_________________


Double compte : S. Caldwell, P. Sidney
Revenir en haut Aller en bas
Mer 4 Avr - 20:52
avatar
√ Arrivée le : 04/09/2015
√ Messages : 2856

Dossier Top Secret
√ Age: 42 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: ATA
Voir le profil de l'utilisateur

Le chaos et l'ordre



Teshara était un peu surprise de se retrouver avec une barre chocolatée dans les mains. Elle jeta un coup d’oeil suspicieux vers le colonel, et toisa son frère qui semblait intéressé par le présent. Mais ce dernier préféra aller alpaguer le colonel qui reprenait son couteau. D’ailleurs, sa scie devait être dans le coin. Alors qu’elle glissait la barre dans une de ses poches, se promettant d’y goûter une fois que la coincée serait décoincée, cette dernière poussa un hurlement. Merde, qu’est-ce qu’il se passait encore ? Jamais tranquille cinq minutes dans ce foutu rafiot !

Teshara vit qu’elle était secouée, et soudainement, son corps s’enfonça dans la gaine, disparaissant de l’entrée. Elle ne l’aimait pas tant que ça, mais il fallait reconnaître que ce n’était pas une façon saine de mourir. Aussi, la jumelle se précipita vers l’entrée de la gaine, se penchant dedans pour essayer de voir où elle se trouvait. Elle croisa son regard aux prunelles noires. La main tendue était clairement un appel à l’aide, mais il était impossible sans rentrer à son tour dans la gaine, de l’attraper, et franchement, Teshara n’y tenait pas tant que ça. Elle assista impuissante au déclin perceptible du cri de la jeune femme, mais aussi à son éloignement. Ils ne pouvaient rien faire…

« La lavette et maintenant la coincée... », fit Teshara mornement dans un soupir blasé. Ils allaient se faire avoir un par un.
Naalem soupira… ces pensées rejoignirent celle de sa sœur.
« Bon… va falloir être groupé. Au moins on sait que la créature habite les corps des deux. »

Tout cela alla bien vite… Le colonel essaya d’attraper Jacobs mais leurs mains glissèrent ! L’homme fut une nouvelle fois impuissant face à ce nouveau drame… Il beuga littéralement le visage sur la gaine où le corps de son lieutenant venait de disparaître. L’homme serra les poings puis la mâchoire avec force… ainsi que son cœur, à cet instant impossible de savoir ce qu’il pensait… Sûrement de bien vilaine chose et se sentant coupable… Ainsi la créature avait quand même eu quelqu’un. Il ne réagit même pas aux propos de Teshara. Donnant un coup de pied violent contre le mur en gueulant “Fait chier” monumental.

Teshara comprenait la frustration du colonel. En fait… pas vraiment. La coincée n’était pas vraiment un élément de valeur. Bon, elle arrivait à comprendre son sentiment si elle se disait qu’à la place de Jacobs, il s’était s’agit de Naalem. Ouais, ça la ferait chier au moins autant que lui. Forte de cette émotion plus réfléchie que vécu, elle approcha de lui :

« La gaine fait un coude vers la droite au bout et la créature a filé par là. Quand elle a essayé de te chopper... » elle regarda Naalem, avant de reporter son attention sur la légende : « Elle t’entrainait vers là-bas. On sait qu’elle a fait le tour en fuyant quand elle a vu qu’elle était en infériorité. Ça part dans la même direction. On peut aller voir, sait-on jamais. » L’idée était qu’ils pouvaient aussi faire le tour, et que ça partait également vers la droite. Donc avec un peu de chance, ils combleraient le retard, et pourrait tomber sur la créature. Elle doutait fortement que Jacobs soit encore vivante, surtout après avoir vu la gueule de Jeff qui s’était fait trucider en quelques secondes. Après, elle proposait cela parce qu’il n’y avait pas d’autres alternatives. Ils étaient coincés dans ce croiseur immergé, et il fallait bien qu’ils tentent d’en sortir. Ce n’était pas en restant planté dans ce couloir à se lamenter qu’ils progresseraient.

John resta silencieux… puis hocha la tête en jetant un regard mauvais sur la gaine. Il leur fit signe de venir. Naalem, n’avait rien dit, mais n’en pensait pas moins. Il n’essaya pas forcément de se mettre à la place du colonel, non… Mais comprenait que voir toute son équipe se faire prendre avec l’idée qu’elle était morte devait mal passer. En tout cas, lui, ça le gonflerait aussi. Surtout que bon, autant les autres bah voilà on s’en fou mais ils n’avaient plus de bergère non plus. Il se demandait bien, où elle avait disparue dans sa caisse !
Ainsi, les trois, s’engouffrèrent dans ce couloir… sans espoirs pour d’autre et avec un faible pour l’un…


Faire le tour n’était pas si compliqué. La majorité des coursives restaient accessibles et la plupart des portes étaient ouvertes. John et les jumeaux eurent besoin de dix bonnes minutes d’exploration avant de comprendre qu’une des portes scellées ne suaitaient pas d’eau et qu’il semblait y avoir du bruit derrière. Un peu de sens d’orientation suffisait à estimer que la créature avait dû se terrer à l’intérieur et s’enfermer avec Jacobs. On ne l’entendait pas…


« Bon je la fais péter… Il va falloir se tenir prêt à se battre avec la lavette ! »
« Attends, il y a peut-être plus discret » Il avait aucun bruit… L’homme toucha la porte, essayant de trouver un mécanisme pour l’ouvrir. Pendant, ce temps, le jumeau était en train de bidouiller un truc dans sa sacoche tandis que Tesh assurait la garde rapprochée des deux hommes. Elle ne voulait pas se faire surprendre.

Il n’y avait pas de mécanisme. La commande d’ouverture se trouvait sur le côté droit pour l’actionner en manuel. Mais l’essai était infructueux, elle ne bronchait absolument pas. Le problème était également de savoir si l’explosif de Naalem était assez puissant pour percer une porte d’un engin spatial et si l’onde de choc n’allait pas poser problème avec ce qu’il y avait à l’intérieur de la pièce… Ce qui n'était pas forcément le cas. Naalem, observait et tâtait aussi la porte pour évaluer la dose et si cela n’allait pas causer plus de dommage. Il était certain d'une chose… Il faudrait bidouiller un explosif… ces billes ne seront pas suffisantes.

Finalement, Sheppard tendait l’oreille, finissant par entendre enfin un bruit. Un cliquetis de pattes de l’autre côté de la porte, le long de la paroi, ainsi qu’un bruit très caractéristique qu’il ne serait pas près d’oublier. Il les avait croisés en Magna...lors de la reprise des canons... Des ectoparasites ! John se recula de la porte le cœur battant… il n’avait pas grand-chose de contondant et s’il y a des ectos, il doit avoir des œufs de … Brr rien que d’y penser il eut des frissons.
« Il y a des ectoparasites de l’autre côté. » Dit-il d’un air tranchant. Naalem, arrêta ces recalages et le regarda étrangement.
« Des quoi ? » Il ne savait pas du tout ce que fut ces parasites… John leur expliqua brièvement et l’homme ouvrit de grands yeux en sifflant. « Et bah… Ils sont imaginatifs ces Wraiths là… un peu trop même... »
John avait bien envie d’y mettre le feu, mais cela était une idée stupide. Il essaya encore d’ouvrir la porte mais rien n’y fait cela était bloqué. Et peut-être que ce ne fut pas plus mal… Jacobs était là-dedans… elle allait servir de nourriture ? Cela lui donnait des nausées d’imaginer ça. Sur le coup, il était partagé entre plusieurs idées… Faire exploser la porte, rien faire, trouver une autre sortie… BREF… perdu.

Et il n'était pas le seul. Naalem leur fit savoir qu'il n'était pas certain de pouvoir faire exploser la porte. Et comme il n'était ni dans un lieu et une compétence qu'il maîtrisait il préféra se la fermer. Tout aussi impuissant que le colonel face à ce dilemme.

Tesh n’avait pas spécialement envie d’aller voir là-dedans à quoi ressemblaient ces ectoparasites décrit par le colonel. Ces bestioles avaient l’air sacrément dangereuse… Peut-être qu’elle pourrait en attraper une ? C’était risqué quand même, pour un bénéfice qu’elle n’était même pas certaine de retirer en plus, vue qu’elle allait peut-être mourir dans ce croiseur. « Qu’est-ce qu’on fait ? On continue ? », proposa-t-elle. Jacobs n’était peut-être même pas là-dedans.

John soupira pesant les dangers… ils sont que trois et c’est assez critique, ils n’avaient pas de sang de mastodontes sur eux pour les protéger… le risque était bien trop grand.
« Soit on l’ouvre… j’ai un fumigène… Mais on risque quand même de se faire attaquer et ponctionner… soit on trouve une autre entrée. » Dit-il… aucune idée ne lui venait.
« Comment tu as fait pour t’en sortir la première fois ? », fit Teshara qui se creusait les méninges. S’il connaissait ces bestioles, c’était qu’il y avait été confronté comme il leur avait expliqué. Et pourtant, il était toujours là.
« Je m'étais tartiné la figure de viscères et de sang d’une autre créature qu’elles couvent. Bien plus dangereuse qu’eux. Ils m’ont prit pour l’un des leurs et je les ai tué. Après elles ont peur de l’eau... » Dit-il en réfléchissant… et s’ils les noyait ? mais pour cela fallait trouver un moyen de mettre de l’eau dans cette pièce.
Naalem le toisa d’un air amusé… ça avait presque l’air marrant sur le coup.

« On a pas d’autres créatures sous le coude… Quoiqu’on a Jeff qui peut servir. Il avait déjà les tripes à l’air. Quant à l’eau… Je crois qu’on cherche surtout à l’éviter. », fit Teshara qui réfléchissait à haute voix pour donner des idées si besoin. Une forme de brainstorming. « Rien ne nous dit qu’elle est là-dedans en plus. ». Elle s’appuya sur le mur en considérant la porte. John hocha la tête observant aux alentours s’il n’avait pas d’autres éléments.

Les objets qu’elle avait dans son sac lui rentrèrent dans les reins et une petite lumière se fit dans son esprit. Cela ne résoudrait peut-être pas les problèmes d’ectoparasites, mais pourquoi pas celui de la porte, sans tout faire sauter.
« Sinon, on essaie de la faire fondre à l’acide. C’est organique. », proposa-t-elle. Elle devrait pouvoir combiner quelques fioles entre elle pour composer une solution acide qui suffirait peut-être à réaliser une ouverture.
Le colonel regarda Teshara d’un air surpris, elle avait de l’acide sur elle ?
« Vous avez ça ? Sur vous ? » Il était plutôt étonné de ne pas entendre parler le blond, mais le jumeau n’avait rien à dire, tout comme les autres il réfléchissait à des solutions.

« Possible. », fit la jumelle en défaisant son sac à dos. Elle se mit à genoux pour récupérer sa boite en bois dans laquelle il y avait ses fioles. Elle extirpa quelques fioles, qu’elle rangeait aussitôt quand elle n’était pas satisfaite. Elle en sélectionna trois remplie, et une vide, un peu plus large que les autres et à fond plat. Elle posa le récipient sur le sol, et sans précipitation, elle fit son mélange, prenant garde de ne pas faire de projection. Ce n’était pas un acide vraiment puissant, mais il suffirait à creuser une phalange jusqu’à l’os quand même. Autant faire gaffe. Sa préparation faite, Teshara reboucha tour à tour les fioles et les replaça dans leur boite, avant de ranger ladite boîte dans son sac à dos. Elle ferma le récipient avec un bouchon hermétique, et elle poussa un petit soupir, libérant la tension qu’elle avait mise à l’ouvrage, prouvant sa concentration extrême.

« Bon… On essaie ? ». La Teshara habituelle aurait déjà balancé son truc sur la porte, mais elle préférait attendre la permission. Surtout qu’il faudrait peut-être définir une stratégie.

Sheppard avait dit que ces créatures sautaient sur les gens pour les sucer donc on va éviter de montrer trop de peau. Alors il remonta sa veste et son haut le plus possible sur son cou. Une fois fait, il sortit une bille de couleur bleue.
« C’est un fumigène soporifique… On laisse agir et on va leur dire bonne nuit » Il se disait qu’il ne lui en restait plus beaucoup… Il en avait pris 5 dont 3 explosives, une soporifique et une toxique… Il allait falloir économiser. John hocha la tête, remontant sa veste avec le bout de tissus.

« Honneur aux dames. On reste sur le côté, nous verrons ce qu’il sort de la pièce. »
« Je vous conseille de vous écarter quand même. Je vais lancer le récipient sur la porte, il va éclater. ». Son frère était dans la combine donc elle faisait attention, sinon elle n’aurait pas fait de chichi et les dommages collatéraux auraient été un bon sujet d’étude pour son cerveau de malade mentale. Elle attendit que les deux hommes s’écartent bien, et elle balança le récipient sur la porte. Le verre éclata et le liquide se répandit sur le panneau organique en dégageant de la fumée. Dès qu’il eut un trou suffisant, Naalem lança avec précision la bille qui éclata et mit sa fumée. Il fit signe aux autres de s’éloigner contre le mur de la porte afin d’éviter le nuage blanc qui pourrait éventuellement sortir.





(c) chaotic evil

_________________
JohnSheppard

Double comptes : Isia Taylor-Laurence & Alexander Hoffman & Naalem Lays & Elana Ravix//écriture : MediumTurquoise
Revenir en haut Aller en bas
Mer 4 Avr - 21:55
avatar
√ Arrivée le : 16/04/2017
√ Messages : 284

Dossier Top Secret
√ Age: 31
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Inoculation
Voir le profil de l'utilisateur

Le chaos et l'ordre


Environnement



Mais rien ne sorti…
La salle était en train d’être entièrement envahie de cette fumée soporifique et les grésillements caractéristiques des ectoparasites n’avaient pas changé pour autant. Si le gaz était efficace, il ne l’était visiblement pas sur ces créatures. En revanche, en attendant, les équipiers finirent par entendre un gros VLAM !. La chose qui les avait attaqué s’était perché au plafond, probablement à l’affût en les ayant senti venir, et le gaz l’avait suffisamment étourdi pour la faire tomber de toute la hauteur de la pièce. Celui qui y regarderait trouverait le Candom fragmenté en train de rugir, ne comprenant pas l’effet anesthésiant, le rendant de plus en plus amorphe. La créature comprit qu’elle ne pouvait pas rester là et reprit immédiatement la fuite en passant par une gaine percée, ses pattes rippant par la désorientation.

Les ectoparasites étaient toujours là. Mais ce n’était pas leurs nids, il n’y en avait que trois qui se baladaient sur le sol, probablement à la recherche de victime. Il s’agissait d’un lieu de stockage, avec une zone qui servait visiblement à la contention. En effet, au fond de la salle, un peu à côté de cette gaine arrachée, il y avait un énorme tube translucide. Ce n’était pas du verre mais quelque chose d’approchant à de la carapace de crustacé. Solide mais capable de contenir du liquide, de la matière, et de résister à la pression. Pas de doute, c’est là que la chose avait été stockée. Les différents détails rappelant la dévastation de l’endroit tendait à supposer que l’embuscade qu’avait subi le croiseur, et son crash, avait favorisé la fuite de cette chose. Une partie du tube avait été éventré et écarté, par endroit déchirés, depuis l’intérieur vers l’extérieur.
Les ectoparasites semblaient provenir d’un autre endroit pour se balader ici en nombre si réduit. Ils cherchaient de la nourriture et, au bruit que ça faisait, il y en avait au moins un qui se nourrissait. Mais sans entrer dans la salle, il n’y aurait pas moyen d’en savoir davantage.
Qu’allaient-ils faire à présent ?




(c) chaotic evil


_________________


Double compte : S. Caldwell, P. Sidney
Revenir en haut Aller en bas
Mer 4 Avr - 21:58
avatar
√ Arrivée le : 04/09/2015
√ Messages : 2856

Dossier Top Secret
√ Age: 42 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: ATA
Voir le profil de l'utilisateur

Le chaos et l'ordre



Bon le bruit affreux des bestioles était toujours présent… moins bien, par contre le bruit sur le sol était plus intéressant. John se décala, pour voir ce qu’il se passait dans la salle. Il avait la meilleur vision grâce à ses super lentilles… un … deux… trois… C’est tout ? Parfait. Bon, il en avait un qui se nourrissait vu le bruit et le corps, qu’il n’arrivait pas encore à bien voir sur le coup a cause de la fumée.
« Trois ectoparasites ! Ont les abats… Il en a sur un corps surement vu le bruit, donc potentiellement quatre » Fit John en murmurant, tout en sortant son Zat.
« Rah la lavette s’est barrée ! » L’homme était derrière lui et avait râlé doucement… Il aurait bien aimé la voir au sol et l’achever histoire de régler la menace au plus vite. Là, elle allait courire encore quelque part et leur sauter dessus… Rien de bien rassurant. Il avait vu la masse tomber au sol puis sauter autre part dans un air presque paniqué… Normalement...elle allait s’endormir comme une merde quelque part celle-ci… Il l'espérait, car sinon ils allaient encore être dans la merde. Déjà qu’ils sont bien avancés niveau merde dans ce croiseur… À se demander si cette fois, la légende Lays allait pas mourir ici comme des loosers... Il fait le malin depuis le début, mais cet environnement n’a rien de celui qu’il maîtrise en tant qu’ancien soldat Geniis… Il pouvait s’estimer de ne pas avoir été conçu comme tout le monde, sinon il aurait surement peur. Et au lieu d’avoir les chocottes, ils avaient ce fichu doute et cette incertitude, qui l’amenait à se demander si c’est normal… normal de rester ici mine de rien ? Ne devraient-ils pas fuir ? Du moins des humains normaux fuient non ? Il jeta un regard à Sheppard, il ne fuyait pas lui. Faut dire qu’il veut récupérer les cadavres de son équipe… Bon, il fallait essayer de montrer un peu de normalité, mais c’est quoi la normalité ? L'homme décida de se caler sur la légende pour voir avant de faire une connerie.

Teshara serra son fusil à pompe dans ses mains. Elle était prête, du moins, autant que faire ce peut. « Faut traverser rapidement la porte. Ne prenez pas une goutte sur vous. », préféra-t-elle avertir. Ce n’était pas le quart d’heure de se faire corrompre à l’acide. Elle ne savait pas si c’était véloce comme bestiole, mais si ça chassait comme une tique, alors ça devait pouvoir bondir à la tronche assez rapidement. La jumelle fit signe à son frère. Elle lui indiquait qu’elle couvrait la droite en entrant. John leur fit un signe de d'abord tirer à l’abri avant de rentrer. Surtout que le gaz n’avait pas fini de se dissiper. C’était l’habitude de porter l’armure de l’escouade du chaos qui était revenue en force. En effet, pas besoin d’attendre la dissipation d’un quelconque gaz avec une armure filtrante. Mais il fallait bien reconnaître que si elle était entrée maintenant, elle serait tombée comme une masse.

Le colonel, vit un premier ectoparasite, que Naalem loupa avec son flingue, tellement il avait esquivé d’une manière prompte, par contre il n’échappa pas au coup de zat, couinant sur le coup, se tortillant comme un beau diable, avant de s’écrouler définitivement.

Les deux autres ectoparasites cillèrent soudainement et s’enfuirent sur des couverts pour ne plus être ciblés. En prédateurs qu’ils étaient, ils se tapirent et attendirent que les Atlantes s’approchent pour leur sauter dessus. Ce n’était vraiment pas pour plaire à la jumelle. Elle commençait à trouver que le taux d’insectes dans les environs était un peu trop élevé à son goût. Elle avait vu une des deux bestioles courir se foutre à l’abri, et ça lui foutait des sueurs froides. Seule sa fierté à deux balles lui disait de rester là et de ne pas reculer. Pourtant, elle n’en menait pas large. Des gouttes de sueur perlaient sur son front, et ce n’était pas que le froid persistant de ses vêtements mouillés qui était à l’origine de ses petits frissons et tremblements. Elle détestait vraiment les insectes. C’était phobique en fait. L’araignée avait cassé quelque chose chez elle, et elle craignait de revivre un épisode similaire, si bien qu’elle restait pour le moment en retrait, sans trop vraiment s’en rendre compte. Non, elle ne voulait pas entrer dans cette pièce tant que ces saloperies étaient vivantes.

Kolya l’aurait envoyé là-dedans rien que pour le plaisir de la garder sous son contrôle malgré ses peurs. Là, elle irait, parce qu’elle était formée pour être une militaire, pour aller au feu, mais elle irait avant tout parce qu’elle le déciderait et pas parce qu’un général, encore plus timbré qu’elle, l’obligerait. Elle prit une inspiration. Dans quelques secondes, toute trace de gaz soporifique aurait disparu, et il allait falloir rentrer. Naalem était silencieux, il ne maitrisait pas cet aspect-là. Le fait d’avoir des bestioles inconnues qui une fois décrite semblaient assez dangereuses. Il en avait loupé une, bien trop véloce… Cela allait être du sport de les buter toutes…

« Dites les gars... », fit-elle. Elle avait le teint livide, et le stress de la rencontre proche de ces prédateurs lui mettait le cerveau en ébullition, l’alimentant d’adrénaline et de cortisol. Ainsi, il libérait du sucre en quantité pour lui laisser les idées claires et mobiliser ses muscles pour fuir. Seul un raisonnement cognitif contre la peur réussissait à la mobiliser à cet endroit. « Vous m’avez bien dit que ça craignait l’eau ces merdes hein ? » Ben elle était bien tentée de produire un peu de vapeur d’eau pour les faire bouger.

John était concentré, il n’aimait pas ces créatures et encore moins en savoir planquées. C’est vraiment des saloperies sans nom et il espérait que sa chance légendaire lui permettrait d’éviter d’avoir un suçon. Car là, pour leur dire qu’il fallait faire un arrêt cardiaque… bonjour la difficulté et surtout pour la réanimation. Il tourna la tête vers la jumelle qui était blanche comme un coton.
« En effet. »
« Le temps que ça se dissipe, je vais tenter un truc si ça vous dit. » Elle avait la voix hachurée. Ça ne lui ressemblait pas vraiment, surtout pour qui connaissait son côté fière cul, mais la vision de ces ectoparasites qui trottinent sur leurs petites pattes lui avait foutu les pétoches bien comme il fallait. Naalem toisa sa soeur, confiant, il ne l’était pas intérieurement mais il faisait comme toujours fi du danger pour qu’elle puisse se soutenir sur lui. Par ce regard il lui envoyait aussi un état d’âme celui de rester calme et que rien ne leur arriverait car ils étaient ensemble. Teshara lui fit un pâle sourire, puisant tout ce qu’elle avait à puiser dans la confiance de son frère et dans son regard.

« Vous voulez faire quoi ? » Demanda John intéressé par toutes idées qui pouvait être plus efficace que le tir au lapin ! Moins, ils seraient exposés aux ectoplasmes mieux ça sera… Par contre, il commençait à s'inquiéter pour la personne qui servait de repas.

Teshara se pencha une nouvelle fois, pour poser un genou à terre et extraire de son sac sa boîte à fiole. Médecin, empoisonneuse, et avec ça chimiste, voir alchimiste, à force de tester des produits, de les mélanger, Tesh avait une idée.

« La jolie Cyanure va vous concocter quelque chose mes petits. », disait-elle à l’adresse des parasites, se parlant pour elle-même pour s’encourager en faisant appel à son égo, sans prendre le temps de répondre à John que par un regard confiant et un clin d’oeil. Quand elle percutait sur une idée comme ça, elle semblait toujours un peu exhaltée et le danger passait en second plan. Elle extirpa sa gourde de son sac, ouvrit le bouchon, la posa sur le côté, et ses doigts fouillèrent ses fioles. Dans l’une d’entre elle se trouvait de la paille métallique qu’elle avait récupéré sur Renégat chez un marchand (un peu avare mais avec une blonde aussi persuasive qu’un mignon petit chat, elle avait obtenu un beau rabais sans avoir à le tuer). Sans rien expliquer aux deux autres parce qu’elle n’avait pas le temps avec ce composé, la jeune femme ouvrit la fiole, fit glisser un morceau de métal dans sa main. Elle referma ensuite la fiole, vérifiant bien qu’elle était parfaitement bouchonnée, hermétique à souhait et elle remballa le tout. Elle approcha de la porte avec sa gourde dans une main, et son bout de métal dans l’autre. Elle allait vite et n’avait pas le temps de s’expliquer, si elle le faisait, elle risquait de perdre sa main avec l’humidité ambiante et la presque moiteur de ses doigts liée au stress des insectes. Elle avait d’ailleurs consciencieusement essuyé ses mains avant d’ouvrir la fiole. Sous les regards des deux hommes. Naalem, se mit à surveiller la porte, ayant toute confiance en sa soeur. Par contre, John était plus curieux et ne comprenait rien à ce qu’elle faisait.

Et là, elle mit le composé de sodium dans la gourde et dans la foulée elle la balança au milieu de la pièce. Deux secondes après, la gourde implosait sous l’effet de la combustion du sodium dans l’eau, dégageant un épais nuage de fumée blanche, mélange d’eau et de dioxygène produit par la réaction chimique. Le dioxygène était aussi explosif mais elle n’avait pas mis assez de sodium dans la flotte pour en produire de trop, et il s’enflammait juste un peu, persistant à transformer l’eau en vapeur. Si avec ça les petits chéris ne tentaient pas de fuir…






(c) chaotic evil

_________________
JohnSheppard

Double comptes : Isia Taylor-Laurence & Alexander Hoffman & Naalem Lays & Elana Ravix//écriture : MediumTurquoise
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 5 Avr - 17:26
avatar
√ Arrivée le : 06/04/2017
√ Messages : 72
√ Localisation : Atlantis


Dossier Top Secret
√ Age: 32 ans
√ Nationalité: Alien Alien
√ Gêne: Non
Voir le profil de l'utilisateur

Le chaos et l'ordre



Il fallut un peu de temps pour que la vapeur se déploie dans la salle. Les ectoparasites avaient émis un bruit de mécontentement mais ils ne bougeaient toujours pas. La vapeur, en somme, ne faisait que les déranger. Ce n’était pas la même chose que d’être exposé directement à l’eau. Mais avec l’absence de ventilation, en attendant un petit peu plus longtemps, la condensation qu’offrait ce niveau plus important d’humidité finit par les atteindre. Des gouttelettes finirent par se former un peu partout, dégoulinant sur les surfaces les plus réceptives, et notamment les carapaces d’ectoparasites. Les créatures poussèrent soudainement de grands bruits, s’agitant en courant rapidement n’importe où, de manière anarchique, comme à la recherche d’un abri, d’une issue. Le trou formé par l’acide au travers de la porte fût pour elles la seule solution et elles s’y jetèrent en ignorant totalement les équipiers. Deux ectoparasites qui s’en allaient dans le couloir en étant pleinement exposée aux tirs s’ils souhaitaient les tuer, ce qu’ils ne se génèrent pas de faire cela dit en passant.

En revanche, Sheppard fut le premier à entendre un cri qu’il avait lui même poussé au tout début de son aventure… Ce cri, il s’en souviendrait toujours… Un souvenir horrible et déplaisant se fit sur son visage. Un tel cri de douleur qu’il pouvait en faire la comparaison et se retrouver propulser dans son passé, cette fois où il avait eu l’une de ces sales bestioles agrippées à son cou. L’eau l’avait fait réagir et elle s’était gonflée en exerçant une pression horrible sur la carotide.

Le cri venait de Candom. Il était collé dans un coin à même le sol dans une espèce de glue organique étrange. La chose n’avait pas pu atteindre son cou puisque prise par cette matière alors elle s’était enroulée autour de l’épaule pour planter son dard sous l’aisselle. Le militaire se secouait de douleur, si perturbé qu’il ne voyait personne, espérant simplement que tout ça s’arrête.

Puis doucement, l’ectoparasite perdit en volume. La pression se réduisit et la douleur aussi. Pris dans une rémanence ou des contrecoups de celles-ci, Candom avait la tête tremblante de spasmes alors qu’elle pendait mollement. Il respirait fort, il transpirait mais il était vivant et conscient. Finalement, lorsque son attention fut attirée par du mouvement, il posa un regard d’encre sur le trio. Il ne pouvait pas lever sa main, mais on sentait qu’il bougeait ses doigts. Il voulait les tendre vers le groupe, et seul son regard témoignait d’une supplique silencieuse qui se transforma en râle d’agonie.

« Co… colonel... », baragouina-t-il.

John ne put retenir une moue dégoûtée et frissonna de plus belle en voyant Candom dans cet état. Au fond de lui quelque chose se retourne, son propre vécue et le manque de moyens à disposition. Il s’approcha de son soldat, lui touchant la main, pour lui donner l’appui et sa présence rassurante. Elle était froide et il ne pouvait que compatir face à sa douleur.
« Courage Caporal… ce n’est qu’un mauvais moment à passer. »

Teshara n’était pas tranquille. Elle était certaine que d’autres de ces bestioles se promenaient dans le coin… Mais elle parvenait à se rassurer en se disant que si c’était le cas, il n’y avait aucune raison logique pour qu’elles ne se soient pas sauvées avec les autres. La lavette était là, sur le mur, collée dans une glue organique assez répugnante, ce que ne se cacha pas de faire comprendre la jumelle en poussant un :

« Pouah dégueu... », qu’elle exacerba quand elle vit le parasite collé sous l'aisselle du jeune homme. Naalem qui regardait la pièce avec méfiance, leva la tête vers Candom grimaçant autant que sa soeur. Ce dernier avait un regard d’encre. Il semblait souffrir le martyr… Cela ne la touchait pas spécialement, elle qui avait eu l’habitude, sur Renégat et ailleurs, d’opérer sans anesthésie, car elle détestait ça. La souffrance, les hurlements, tout cela n’était qu’une douce mélopée à ses oreilles. Au final, c’était plus l’aspect gluant et gélatineux de tout ça qui la répugnait, que l’apparente souffrance de la lavette.

« Elle risque pas de nous sauter dessus ? », demanda-t-elle en approchant que tout doucement du jeune homme.

John inspectait la position étrange qu’avait prit l’éco parasite pour “sucer” Candom. Vraiment, cette nouvelle génération se contentait de peu de chose. Heureusement qu’ils avaient tué les trois autres.
« Aucun risque elle est occupée… » Il soupira, le temps pressait…
« Je ne vois pas de coincée… » Fit Naalem, qui avait reprit l’inspection de la salle découvrant, le sorte de vase/œuf qui devait contenir la créature bizarroïde. Il soupira, franchement, si elle résiste même à du gaz soporifique… Elle devient difficile à battre cette saloperie. Au moins, il avait une conclusion à se faire… Candom n’était pas habité par un joyeux bébé, mais il avait été copié. Cette conclusion John se la fit aussi, après avoir examiné l’ectoparasite sans le toucher. Il était rassuré de savoir que son soldat n’était pas un hôte mais « copié ». La créature était donc un caméléon qui se baladait nu comme un ver de terre.
« Elle ne doit pas être si loin… en tout cas la créature ne tue pas les personnes qu’elle « copie »... »
« Une bonne chose… Enfin peut-être qu’elle a tranchée la gorge de la coincée, maintenant qu’elle ne lui sert à rien. »
John haussa les épaules, il ne voulait rien savoir de ça. Il préférait se dire que la créature l’avait cachée quelque part. mais il se questionna sur les ectoparasites, que foutaient-il ici ? Et surtout avait-il un lien avec le réceptacle du caméléon le couvait-il ? Comme pour les mastodontes ? Il se tourna vers Teshara.
« Vous avez de quoi faire un arrêt cardiaque et réanimer la personne ? »

Naalem observait encore la salle… en pleine méditation sur cette créature qui change de forme, cela lui rappelait un truc, mais il ne se souvenait plus du nom… il l'avait sur le bout de la langue. Silencieusement, il essayait de fouiller avec prudence l’endroit pour ne pas avoir d’autre surprise. Esquivant la gaine avec précaution... Il se demandait si la créature était écroulée comme une merde dans sa canalisation.

Teshara en était arrivée au même conclusion que les deux autres sur la capacité de copiage de la créature. Elle trouvait cela fascinant, et quand même sacrément dégueulasse. Elle préférait ne pas imaginer… En fait si, elle imagina très clairement une façon assez dégueulasse de copier le pauvre Candom. Faudrait qu’elle examine son cul pour voir si cela s’était fait de cette façon, fort plausible avec une tentacule, aspect de la créature qui comprenait une partie du mot qui convenait à la prise de température du jeune homme. Cela la fit sourire alors qu’elle voyait parfaitement la scène dans sa tête et qu’elle jouait avec les mots silencieusement. La question de John la ramena à la réalité, et elle se rendit compte qu’elle était plus proche de Candom. Trop proche surement. Elle ne pouvait s’empêcher d’observer le parasite qui pompait amoureusement sa source de vie. La créature changeante, sorte de Doppelganger des légendes de Loupias, semblait attraper des proies, les copier, et les refiler à ses petits copains… Peut-être que ces petits copains en questions finiraient par muter en copine de cette créature. Ce n’était pas impossible, on aurait dit qu’elle donnait à manger à ses petits pour qu’ils puissent grandir et évoluer comme elle. L’instinct primaire d’une espèce en fin de compte.
Tesh haussa des épaules :

« Je peux lui coller une balle dans le coeur, mais ça ne répond qu’à une partie de votre question… », minauda-t-elle. Elle se donnait du temps pour réfléchir en fait et se servait d’un humour fortement décalé pour faire patienter son interlocuteur. John soupira roulant des yeux, non cela ne répond pas du tout à sa contraire.

« Hum... », fit-elle en n’écoutant pas l’éventuelle réponse du colonel. Elle se plaça face à Candom, le regardant dans les yeux.
« Je… je veux pas… elle me touche pas… cette… cette connasse... », baragouina-t-il une nouvelle fois en cherchant des yeux le colonel. Il réprima un cri de souffrance. Mais Cyanure ne l’écoutait pas plus. John lui tapota le bras comme pour lui dire qu’il n’avait guère le choix de toute façon.

« Si je prends cette poudre, sa température devrait descendre jusqu’à ce qu’il claque… Ensuite, faudra relancer le coeur en le réchauffant… Non, le risque qu’il ne se réveille pas est de… Hum. Je crois que j’en avais ranimé qu’un sur dix après avoir essayé de congeler les autres trous du culs là... » Elle réfléchissait, un doigt sous sa lèvre inférieure, alors qu’elle commentait dans un murmure son cheminement de pensée. Le colonel ouvrit de grand yeux… 1/10 ? C’est une blague ? Et elle parle de congeler qui d’autre ? C’est qui les autres ? Il lança un regard à Candom… tout deux devait se demander : “c’est quoi ce médecin ?”. Eh oui, cela leur change de leur docteur toutes gentilles (quoique sauf une) qui soigne de manière humaine. Il ne faut pas oublier qu’il y a des siècles il fallait bien faire des expériences… Mais bon, sur le coup John était pas du tout confiant. Ils auraient du prendre un médecin… quoique un civil dans ce beau bordel aurait été une bien mauvaise idée !
« Donc si je le refroidie, je n’arriverai pas vraiment à le réchauffer et à le faire repartir...Alors quoi ? J’ai bien cette solution que je peux lui faire boire, ça va le tuer, mais ça va faire mal. Bon, après le résultat sera là, et elle est suffisamment volatile pour que le corps la filtre rapidement quand on le fera repartir. »

Elle claqua des doigts et se tourna vers Sheppard en posant son index sur sa poitrine.

« Étrangle le. Je lui injecte un produit avant, et on procède à un massage cardiaque en règle quand son coeur se sera arrêté. Il devrait se relancer. » C’était le plus simple, et le plus sain, quoiqu’elle ne garantissait pas les lésions au cerveau, mais bon, une lavette qui devient un légume, l’évolution est positive non ?

Étrangler Candom… John secoua la tête. « Hum, je me demande si je zat la créature si elle lâche celui-ci. » Se dit-il, lui aussi avait quand même réfléchi à comment créer un faux arrêt cardiaque… Et il regrettait la non présence d’un kit de massage électrique. Et qu’est-ce qui fait de l'électricité ? hum ? Eh bah bibi serpent !
« Y a qu’une façon de le savoir. C’est quand même moins marrant que mes méthodes… mais bon, c’est toi qui voit. », fit la jumelle d’un air neutre.

John préférait ça, au moins il souffrirait moins. Son soldat était pas chaud du tout … son regard en témoignait mais John ne pouvait pas considérer de l’étrangler alors qu’il était conscient cela est déjà suffisamment traumatisant d’avoir une bestiole au cou… Et avec un peu de chance elle tomberait aussi cette saloperie.
« Soyez fort soldat. » et il tira avec le zat. La créature était toujours raccrochée, pompant un peu plus, pour pas sombrer mais au moins l’homme était parti pour un petit dodo… et John espérait qu’il soit avec un retour… En tout cas, il était déçu que son hypothèse ne marche pas… Il allait falloir passer à la phase étranglement… cela le rebutait déjà horriblement et il préférait que ça soit lui qu’il le fasse. Pourquoi ? Pour avoir un contrôle et parce qu'il n’avait pas vraiment confiance à 100% dans cette femme et son miroir.
« Naalem, tenez-vous prêt à tirer sur l’ectoparasite dès qu’il se décrochera. » L’homme arriva dégainant son arme, se tenant prêt. Hors John remarqua que trop vite… qu’il était tout bonnement incapable d’étrangler l’un des siens… Les mains tremblantes quelque chose le bloquait, il ne pouvait pas le faire… Tirer oui, mais donner une « mort » par ses propres mains à quelqu’un qu’il estime et qui fait partie de son équipe… Ce fut un blocage total auquel il ne pouvait pas lutter. Le regard dans le vide, sentant son corps lui dire « non » ainsi que son esprit qui fuyait le plus loin possible… Il se souvenu de ce sentiment, celui quand il avait affronté Matt, le fait qu’il soit Wraith et qui veulent le tuer avait aidé à outrepasser ce sentiment… mais là… non… il ne pouvait pas.

Bon, la bestiole ne semblait pas vouloir se décrocher. L’hypothèse n’avait pas été confirmée par l’expérimentation. Au moins, ils étaient fixés. Maintenant que Candom dormait, il n’y avait plus qu’à l’étrangler, et ce serait nettement moins sale de le faire maintenant que s’il était encore conscient. Seulement voilà, le colonel ne semblait pas capable de le faire. Mais qu’est-ce qu’il foutait ? Cela mit les glandes à Teshara qui le poussa. John laissa échapper un “Hé” de mécontentement. Elle avait, entretemps, préparé une seringue avec un produit bien spécifique. Elle la planta dans la carotide de la lavette et injecta le produit. C’était de l’adrénaline tout simplement. Cela permettait de saturer son sang de cette hormone et donc d’affoler son cœur. Ainsi, quand ils tenteraient de le réanimer, le coup de fouet de l’hormone aiderait. Seulement voilà, quand elle fit cela, le coup de fouet fut immédiat. Et déjà, l’effet du Zat se dissipait plus vite que prévu.

« Il faut l’étrangler maintenant !! », fit Teshara. S’il ne voulait pas le faire, alors soit ! Elle jeta sa seringue, et sans crier gare, elle enserra le cou de la lavette dans ses mains et elle commença à exercer une pression importante sur sa trachée et ladite carotide. Rien de plus simple que de savoir où appuyer. Seulement le jeune homme commença à ruer dans sa gangue organique, et ses yeux exorbités donnaient le change à ses plaintes étouffées, privé d’air.

John était dépité… Tout partait en cacahuètes et il se sentait impuissant. Il avait du mal à reprendre le contrôle de son corps. Il accusait difficilement le coup. Parfois aussi fort qu’on puisse être, nous sommes dotés de sentiments et ces sentiments nous qualifient d’humain ou non. La magna avait entaché pas mal de chose chez l’homme, sans parler de ces autres épreuves avant. L’année 2017 avait été tout sauf une belle joie… Et là, la perte de son équipe, de ne pas savoir s’ils sont morts, copié, dévoré, charcuté, cloné… les clones aussi à prendre en compte, la stratégie machiavélique de cette reine, se retrouver ici être sur le fil du rasoir et voir son soldat se faire pomper et maintenant ruer comme un mustang… le cerveau du colonel vrillait véritablement. La pression du temps revenait comme une fichue épée de Damoclès au-dessus de lui… En voyant Teshara sauter sur l’homme, alors qu’elle lui avait injecté un truc… fut un échec de trop pour le colonel, qui sentit son sang faire qu’un tour. Il hésita entre l’envoyer valser dans les airs de manière purement colérique et passer ses nerfs ou… l’aider comme bonne personne pratique.
Une tape sur l’épaule le réveilla et Naalem, était auprès de sa sœur, tout aussi surpris de voir l’homme réagir aussi promptement. Il plaque l’épaule saine de bestiole dégueulasse au sol, essayant de donner des jambes, pour caler le reste, mais il n’était plus aussi souple avec une séance massage crêpe !

Le corps de Candom fini par se stabiliser, mais pas du propre fait du soldat, mais parce que John, se mit à cheval sur le haut des cuisses pour plaquer le cheval sauvage. Son regard était sombre et il se promettait une chose : boire… boire beaucoup en rentrant ! Envoyant en l’air un principe qu’il avait prit il y a maintenant 5 ans : ne plus se torcher la gueule jusqu’au trou noir ! Non il n'a jamais été alcoolique mais les soirées arrosées peuvent être signe d’abus et il n’a jamais aimé ne plus souvenir de ces gestes ! Mais qu’importe… sur le coup, quelque chose avait pété et il décide de passer son raisonnement au second plan. Ne pas penser à ce qu’il était en train de faire… cela viendra le hanter suffisamment dans les jours à venir.
« T’a intérêt à ce que ça marche Teshara ! » feula le colonel, qui avait envoyé chié le vouvoiement ! Il était seul… seul Atlante qui n’a pas d’autre choix que d’aider le meurtre d’un des siens pour le sauver. Un paradoxe à rendre dingue ! Il espérait juste que l’autre médecin allait faire son boulot correctement et non tuer Candom pour le simple plaisir de mettre un point final à l’histoire de la “lavette” comme ils disent si bien...

Naalem, quand à lui, se fit une autre remarque… Candom avait un véritable don, pour se retrouver à la frontière de la mort en mission ! Sur Ovidae il était au plus mal ! Et là… bref au moins il se faisait sucer le puceau. Sans plus attendre et voyant que la légende était en train de chevaucher l’impétueuse lavette, il se releva s’aidant du mur, pour mettre en joue la suceuse de mauvais goût et lui faire sa fête dès qu’elle aura lâcher sa prise.

La jumelle ne se formalisa pas le moins du monde du passage au tutoiement, ce qu’elle faisait depuis le début de toute façon. Bien sûr que ça allait marcher ! Il la prenait pour qui ce trou du cul, pensa-t-elle avec un début de colère. Elle n’avait intérêt à rien du tout, elle ne devait rien à cette lavette et encore moins à ce colonel de légende. Ça allait marcher, parce qu’il était facile de tuer quelqu’un. Extrêmement facile, et pour cela, elle était la reine. Ce n’était pas la première fois qu’elle étranglait un type, ce n’était pas la première fois qu’elle tuait un être humain, alors pour qui la prenait-il ?? C’était elle là qui faisait la sale boulot parce qu’il n’en était pas capable ! Elle ne répondit rien, se servant de cette soudaine colère pour augmenter la pression et maintenir le cou du jeune homme.



(c) chaotic evil

_________________
DC : Erin Steele & Pedge Allen
Revenir en haut Aller en bas
Lun 9 Avr - 22:27
avatar
√ Arrivée le : 16/04/2017
√ Messages : 284

Dossier Top Secret
√ Age: 31
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Inoculation
Voir le profil de l'utilisateur

Le chaos et l'ordre


Ainsi, ce qui qualifiait le plus Sheppard à cet instant, était l’injuste sentiment d’impuissance. L’impuissance quant au fait de ne pas être celui qui sauverait Condom. L’impuissance du spectateur de cette scène d’horreur, de laisser filer la vie de son soldat, entre les mains d’une femme qui n’avait jamais caché son hostilité à son égard, comme permissif par passivité. A croire que l’esprit du diable habitait ce croiseur et qu’il savait que rien ne pouvait faire davantage souffrir l’officier que de perdre ses hommes. A peine le récupérait-il, à peine reprenait-il espoir, qu’une nouvelle réalité lui faisait dérober le sol sous les pieds.

Tous occupé qu’ils étaient ainsi, personne ne pouvait surveiller la porte d’accès. Quelque chose s’y déplaça dans le plus grand silence, profitant de la détresse de la situation pour approcher doucement et prendre une position de tir. Le monstre ?
Non...c’était Nelly. Elle avait la bouche ouverte, le regard écarquillé, complètement choqué par la scène qui se déroulait sous ses yeux. Les jumeaux s’en prenaient à Alexis et Sheppard cautionnait. Leur officier, leur Sheppard, il cautionnait une mise à mort ???????

La petite espagnole était complètement déboussolée, presque paniquée, elle monta le canon de son MP5 et elle tira si près de la tête de Teshara qu’elle avait senti la balle filer devant son visage. Elle menaça ensuite Naalem, le laser de son arme dessinant un petit point sur sa poitrine au niveau du coeur, avant qu’il ne puisse reprendre l’avantage du tir.

« Lâchez-le ! Lâchez-le tout de suite !!! » Crachait-elle d’un air véritablement menaçant.

Pour ceux qui connaissait Nelly, c’était bien la première fois qu’elle se montrait aussi haineuse et l’expression meurtrier de son regard avait même quelque chose d’inquiétant. Dans sa tête, elle ne cherchait pas à comprendre. Ces trois là tentaient de tuer Alexis alors elle les en empêcherait. Le coup de semonce était donné, sa première balle avait frolé la jumelle, la seconde tuerait le jumeau. La petite militaire était tellement tendue qu’on aurait cru que le moindre mouvement allait déclencher la détonation. Et, quelque part, s’était à se demander si elle avait une once d’hésitation à l’idée de cribler de balles les jumeaux, voir même son officier. Elle savait, elle sentait surtout, que Naalem pourrait l’abattre de son arme si elle montrait le moindre signe de faiblesse. Et maintenant elle le détestait ce type, elle le haïssait de tout son être. Le mépris et maintenant l’assassinat. Elle n’attendait qu’une bonne occasion pour lui percer le coeur d’un bon pruneau.

« Ton arme...jette-la où je te tue. Je te jure que je te tue ! »

Naalem était concentré sur la bestiole… une belle erreur se dit ‘il plus tard. Mais il ne pouvait pas se permettre d’avoir l’attention autre part que sur cette saloperie vienne choper quelqu’un d’autre, que ça soit sa sœur, lui ou même la légende. Cette situation était vraiment impensable. Autant bon, la mort de Candom ne lui faisait rien, il n’avait même pas réagi quand il l’avait vu dans ce piteux état. Il aurait été seul avec sa sœur, qu’il aurait proposé à l’homme de lui tirer une balle dans la tête pour le soulager tout au mieux. Et en ça, son empathie était présente. On ne fait pas souffrir sans raison. Bien entendu on a le droit mais faut un but… là cette créature son but était de se nourrir certaine, mais elle n’est ni intelligente ni même naturelle pour avoir le mérite d’avoir ce doute. Bien entendu, Naalem ignorait qu’elle existait sous sa forme la plus sauvage sur une planète. Mais cela il l’ignore et il considérait cette abomination comme une invention ingénieuse et terrifiante des Wraiths. Qui aimaient vraiment le glauque !

En tout cas, il tourna la tête que trop tard envers Fabula… La première chose qu’il regarda ne fut pas forcément l’arme, qu’il avait clairement intégré mais… si elle était à poil ou non. Le tir qu’elle fit, frôlant sa sœur, irrita au plus au point l’homme qui braqua à son tour son arme sur elle… Les deux étaient en joue et il voyait bien qu’elle n’hésitera pas à tirer. Pourquoi donc ? Pensait-elle… a bah oui, elle arrivait au pire moment ! Elle devait se demander si le monde son monde n’était pas dingue. Un rictus amusé se fit sur son visage quand elle menace de le tuer… bah tiens … comme si elle en aurait le temps. Il allait lui répondre quand ce fut John qui s’était tourné brusquement et qui se mit à gueuler.

Tesh serait proprement la trachée et la jugulaire. Elle bloquait le sang qui montait au cerveau pour l’empêcher d’oxygéner. Ainsi, il allait tomber dans les pommes et le travail serait d’autant plus simple. Une détonation l’a fit sursauter, et elle sentit clairement le souffle de l’air du projectile frôler son visage.
Forcément, elle releva son minois alors que la naine faisait son apparition et qu’elle venait de lui tirer dessus. « Tu es morte, tu es morte putain... », feula-t-elle entre ses dents, une expression de haine soudée dans ses yeux bleu. Le visage de la jumelle était complètement fermé. Elle sentait la haine envahir son sang, et elle voyait presque rouge. Il lui fallut toute sa concentration pour ne pas disjoncter.

« Bricks ! Baissez-moi immédiatement cette fichue arme ! Et venez nous aider à sauver Candom au lieu de faire n’importe quoi ! Il a un ectoparasite sur l’épaule et vous savez la procédure à suivre ! » La voix de l’officier était tout sauf agréable, il n’avait plus rien d’empathique, il était en pleine action, une action qui le tourmentait affreusement et maintenant on venait encore les emmerder ! Il n’eut même pas le temps de se réjouir de voir Nelly en vie, qu’il lui avait gueulé dessus ! Ce n’est ni le moment pour qu’un autre bordel arrive ! Et cette diversion pourrait contaminer une autre personne ! Pour cela qu’il était affreusement ferme et en colère ! Il n’en pouvait plus de cette tension. Il avait envie d’hurler et d’arracher cet ectoparasite de son soldat, de lui épargner cette souffrance et ce traitement… Les nerfs n’étaient pas loin de lâcher à cause de toute sa rancœur accumulée. Mais il tenait bon… et il ne savait pas par quoi d’ailleurs ! Il regarda Naalem.

« Toi aussi ! Concentre-toi sur l’ectoparasite ! »

Naalem, le regarda un peu surpris, avant de réajuster sa position, pour que son arme soit sur la bestiole, mais qu’il garde à l’œil Nelly, il avait son autre main sur son arme et il se tenait prêt pour le peu que Fabula ne croit pas son officier… et bon dieu ce regard qu’elle lui lançait… pourquoi tant de haine soudainement ? Ce n’est pas lui qui étrangle ou maintient son grand copain.

Le colonel en engueulant sa subordonnée calma quelque peu la jumelle qui commençait à dérailler mentalement. Cette poufiasse venait de lui tirer dessus, et elle menaçait maintenant son frère alors qu’ils étaient en train d’aider un type qu’ils n’aimaient pas ! Putain, ils mettaient du leur dans cette initiative et voilà comment on venait les remercier ! Pour un peu, et elle lachait le cou du malheureux pour se lever, et se jeter sur cette petite pimbêche ! Un coup de pompe dans la gueule de la lavette, un coup de pompe dans le colonel, et un coup de pompe dans celle que son frère nommé Fabula, et l’affaire était réglée ! Elle se rendit compte qu’elle ne serait plus la gorge de Candom. La balle avait fait diversion, comme Nelly. Ses doigts étaient serrés autour, mais n’excerçaient plus une pression suffisante. Il fallait une sacrée poigne pour étrangler un mec, c’était plus simple à dire qu’à faire.


Mais Nelly continuait de le fixer obstinément avec cette colère presque bestiale dans les yeux. Une étincelle de celui ou celle qui ne connaissait pas la retenue à cause du choc ou de l’environnement et qui serait prêt à toutes les folies. Le coup de gueule de Sheppard lui avait marqué un temps d’arrêt mais elle avait maintenu son arme braquée sur le jumeau. Elle avait mal encaissé son petit sourire suffisant face à la menace et elle aurait voulu voir sa tête quand il aurait senti la balle lui traverser le corps. Expérimentée comme elle était en matière de tir, c’est à dire la base correcte de tout soldat, elle pouvait tout à fait manquer le coeur et lui crever un poumon, lui offrant une longue agonie. Ca lui ramènerait un peu un peu plus de modestie non ? Ou c’était un cas intraitable ?

Quelque chose en elle la mettait dans une colère qu’elle ne s’était jamais connu. Elle détestait le jumeau, elle voulait la peau de la jumelle, et en son coeur elle désavouait littéralement son officier. Tout simplement parce qu’elle considérait qu’un officier digne de ce nom ne ferait jamais un chose pareille. Elle oubliait simplement, dans la fébrilité de cette situation et de la désorientation, qu’elle avait fait exactement la même chose à une chasseresse qui vivait l’enfer. Elle avait été contrainte de la tuer de sang froid et elle ne s’en était jamais remise, pas plus que l’autre personne qui lui tenait encore plus à coeur et dont elle n’avait pu inhumer qu’une poignée de cheveux.
La mâchoire serrée, Nelly se décala doucement en pas chassé en essayant de garder le jumeau bien en joue. Elle se positionna de sorte à pouvoir voir et vérifier la présence de cet ectoparasite, baissant les yeux et offrant l’opportunité au jumeau de la frapper. Mais face à cette constatation, Nelly ne pouvait que se rendre à l’évidence du malentendu. Cela ne l’empêchait pas pour autant de nourrir une rancoeur particulière à leur égard. Permettre aux jumeaux d’agir ainsi après tout le manque de respect qu’ils s’étaient permis à son encontre au tout début de la mission, c’était comme leur laisser le plaisir de la torture.

La jeune femme baissa son arme, résolue et contrainte, puis s’agenouilla pour prendre la main collée de Condom. Elle la serra d’une manière compatissante alors qu’elle lui disait, même s’il ne pouvait l’entendre, partant pour de bon après cette longue asphyxie :

« Je suis là Alexis. Tiens le coup... »


(c) chaotic evil


_________________


Double compte : S. Caldwell, P. Sidney
Revenir en haut Aller en bas
Mar 10 Avr - 12:29
avatar
√ Arrivée le : 04/09/2015
√ Messages : 2856

Dossier Top Secret
√ Age: 42 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: ATA
Voir le profil de l'utilisateur

Le chaos et l'ordre


Naalem dans son comportement normal, avait fini par se désintéresser de Nelly. Pour la bonne et simple raison, qu’ils avaient un plus gros problème à gérer… Si elle voulait faire l’enfant et continuer à le braquer pour lui faire peur. Qu’elle le fasse mais qu’elles les laissent finir cet étrange sauvetage. Un instant, il se mit à la place de Candom… le soldat devait avoir peur, littéralement peur, comme en témoignait l’odeur après de l’urine autour d’eux… Il devait aussi se sentir comme trahit qu’on essaie une manière radicale de lui retirer cette bestiole. Mais quelle autre solution ? L’esprit de l’homme, se demanda s’il ne serait pas possible de couper le dart ou la langue qui devait pomper, comme une sorte de petit crochet qui retirait les tiques mais pour une grosse tique. Enfin s’il y a quelque chose de planté sous l’aisselle de la lavette… Lui c’est le roi à emmerde. Et la coincée ? Elle a fini où… Il se refusa de quitter le regard, mais il commençait à se demander si Jacobs n’allait pas finir aussi avec une de ces étranges créatures. Peut-être que le transfo machin cette sorte de morphéa était créer sur la même base ? En mode pompage !

Il la sentit se déplacer, il lui serait facile de l’attaquer et de la maitriser… quoiqu’il eût le corps en miette. Elle aussi non ? Mais dans tous les cas, il ne fit aucun mouvement particulier vers elle. Il n’avait pas à le faire et c’est lui montrer qu’elle était la seule dans cette galère à pas comprendre.

Teshara ne quittait pas du regard l’hispanique. Elle se fichait bien de ne plus serrer la gorge de l’autre trou du cul de violeur et d’éjaculateur précoce. Une chose comptait réellement. Elle menaçait son frère, donc elle la menaçait elle. Et c’était intolérable. Les yeux de la jumelle suivirent le mouvement de Nelly qui se décalait. Si elle avait eut des mitraillettes à la place des yeux, la naine ne serait plus qu’un morceau de chair sanguinolent, troué de toute part. Teshara était dans une colère noire. Une de celle où elle pourrait tout casser par caprice, une de celle ou elle pourrait faire une grosse connerie pour régler la situation rapidement. Et voilà qu’elle se rendit compte de son impair et qu’elle vint prendre la main de Candom. Cyanure était tentée, terriblement tentée de lâcher la gorge de la lavette pour se jeter sur celle de la jeune femme. Elle n’avait qu’à bander les muscles de ses cuisses et se détendre brusquement pour lui sauter dessus. Elle n’aurait pas le temps de réagir, elle n’aurait pas le temps de tirer, et pour cette pétasse, elle ne se contenterait pas de lui serrer la gorge non, elle lui cognerait la tête sur le sol jusqu’à ce que sa cervelle de petite conne sorte de son crâne défoncé ! Elle prit une inspiration.
….
Elle allait le faire ! Elle allait le faire !
….
« Putain ! », cracha-t-elle en se tournant de nouveau vers Candom. Non, elle ne le ferait pas. Elle allait étouffer ce type avant. Elle resserra ses doigts. Forcément, la lavette avait repris des couleurs vu qu’elle avait desserré sa pince.

Naalem sentit le trouble de sa sœur… lui-même se trouvait un peu trop calme pour donner suite à la balle qui avait failli toucher sa sœur. Peut-être parce qu’il avait plus urgent à faire ? parce qu’il ne considérait pas la petite Fabula comme un réel danger ? Parcequ’il en avait rien à foutre tant que sa soeur est en vie ? Peut-être bien tout cela. Mais surtout parce qu’il se devait de rester calme et de concentrer ses forces sur ce parasite qui représentait un plus grand danger pour sa sœur la plus proche de cette chose ignoble. Il toisa sa sœur, secouant légèrement la tête comme pour lui dire « non ça ne vaut pas la peine ». Et c’est le cas… oui le simple cas. Rien ne valait la peine de s’énerver alors qu’un gros insecte dégeu suce un autre humain et qui allait bientôt choisir une nouvelle cible. Resté concentré là-dessus, lui permettait de ne pas se foutre en rogne. Tout le monde était en colère autant être le seul à avoir un peu de jugeote. La légende n’avait pas eu le cran de buter son pote, alors fallait bien quelqu’un s’y colle. Teshara n’avait aucun lien et buter des gens ça elle sait bien faire, comme beaucoup de chose… Cette aventure partait en couille et il serait dommage de s’entretuer connement ! A cause de folies Wraiths !

John ne pouvait pas croiser le regard de Nelly, il restait concentré pour maintenir le corps de Candom. En faite là, rien d’autre ne filtrait, il était sur cette horrible sensation d’aider à tuer quelqu’un. Cela lui prenait la tête et plus rien d’autre percutait sauf la colère intérieure qui l’agitait. Il voulait que ça se finisse vite, qu’on le réanime et qu’on en parle plus jamais ! Il aurait pu épiloguer sur ce que pense Nelly de tout ça, elle qui débarque comme une fleur… Mais non, pas pour le moment !

Le temps s’écoula, doucement mais longuement, véritablement longuement… Un peu trop au goût de tous… Naalem soupira… Il en mettait du temps à suffoquer le bougre.
« Tu es certain qu’une fois que le coeur s'arrête qu’elle lâche ? Et qu’elle ne continue pas à le pomper ? »
« Certain ! » Fit John qui trouvait aussi le temps particulièrement long… en tout cas, le corps d’Alexis était moins agité.
« Hum… Avec le tir et l'étranglement, je trouve ça long… » Il aurait aimé toucher le pouls de l’homme, mais il était mal placé pour vérifier s’il était encore en vie…. « Tesh’, tu sens encore son pouls ? ça serait con qu’il soit parti et qu’on aggrave la chose là ! » Surtout que la bestiole était tranquille...

John releva la tête vers le jumeau… Ils devaient trouver tout ça long car ils ne sont pas dans l’action. Le coeur battant, il ne voyait que l'arrière de Teshara… Il ne savait pas où s’en ait cette affaire. Et cela l’emmerdait prodigieusement.

« Il n’y en a quasiment plus... », dit-elle simplement. Oui c’était long d’étouffer un mec, surtout un mec dopé à l’adrénaline. En plus, elle avait perdu du temps à cause de la petite conne de merde. Si l’autre connard avait des lésions au cerveau, ce serait uniquement de la faute de Fabula ! Elle ne fit même pas d’humour sur le fait qu’ils n’avaient qu’à voir s’il était mort étouffé en regardant sa bite. Non, elle était trop en rogne pour ça. Naalem grogna… la fin arrivait. Et sans aucune satisfaction en plus.

La créature continuait de siffler et de se nourrir avec une terrible indifférence, laissant penser de plus en plus avec le temps qu’elle ne se décrocherait pas du corps devenu cadavre. Mais finalement, après avoir essayé de pomper du sang sans y parvenir, l’ectoparasite scilla d’une manière déplaisante et se laissa décrocher. Ses pattes et la queue de capture se lovèrent en tentant d'agripper les poignets de Teshara, trouvant en elle une délicieuse oasis, jusqu’à ce qu’elle la balance au loin dans un mouvement réflexe d’horreur incrédule avec le cri qui va bien. La créature se réceptionna comme un chat avant de se retourner et de foncer à toute vitesse en direction de la jumelle.

Naalem s’était redressé immédiatement voyant que la bestiole relâchait son emprise. Elle était véloce la connasse ! Il chopa sa sœur, la tirant en avant, sur le corps de Candom, pour éviter qu’elle se fasse prendre par la bestiole et il tira sur celle-ci. Pendant ce temps John allait sortir son zat, à son tour… L’ectoparasite fini par se prendre un tir sur la queue, ce qui la fit geindre de douleur et les tirs en rafale du jumeau et de John finit par toucher son corps et mettre fin à cette vie ! Il faut vraiment, qu’il s'entraîne sur cible mouvante !

John s’était levé sans s’en rendre compte et tirait non-stop sur la créature, jusqu'à la toucher trois fois et qu’elle disparaisse définitivement comme si plus jamais elle n’avait existé ! Cela lui fit un bien fou de détruire en molécule ce parasite ! Cet insecte de l’enfer ! Heureusement qu’il avait son zat, car s’il avait un pistolet normal, il lui aurait vidé toutes ses cartouches dessus ! Après l’avoir shooté avec violence.

Tesh s’extirpa de son frangin. Rien à foutre de cette bestiole pour le moment ! En plus, le colonel était déjà en train de la dégommer. Non, elle avait un patient à sauver ! En temps normal, elle l’aurait laissé là, inerte, mais elle devait jouer sa place sur la cité, et surtout, elle était blessée dans son orgueil ! Qu’on lui tire dessus pouvait passer encore, elle était après tout en train d’étrangler un mec, mais la remarque du colonel sur son “intérêt” à ce que ça fonctionne, elle ne l’oubliait pas.
Déjà, elle était à genoux près de Candom.
« Rend toi utile la gâchette facile, quand je te le dis tu souffles dans la bouche de l’autre gâchette facile ! », dit-elle directive. Son humeur ne transigeait aucune digression ou aucune négation. Cela ne l’empêcha de se montrer médisante sur le terme gâchette, qui n’avait pas le même sens pour l’un comme pour l’autre. Elle appuyait de ses deux mains sur le sternum du malheureux, pas exactement dessus mais sur un point précis. Avec ses deux paumes, elle simulait les battements du cœur pour le relancer. Il devait repartir ce petit con ! Il ne devait pas être précoce dans la mort non plus.

Naalem, regarda d’un air pantois le colonel qui avait encore fait disparaître la créature… Il lâcha sa sœur qui avait mieux à faire que d’être dans ces bras. Mais une nouvelle fois, il secoua la tête, pour se mettre vers le colonel… Il ne sait pas ce qu’il se passe dans sa tête mais, il y a quelque chose qui est en train de péter. Le regard que lui lança John fit sourire Naalem, « bienvenue dans mon monde mec » se dit-il intérieurement. Il se tourna vers les deux nanas, la réanimation ce n’est pas son domaine, donc Teshara allait réussir… Enfin bon, elle avait quand même un sacré malus : la lavette. Quoiqu’avec toutes les merdes qu’il a depuis le début qu’ils se connaissent et celles qu’il a dû avoir… la mauvaise herbe est toujours plus résistante ! Enfin bon, le seul problème s’il vient à crever, c’est que ça va foutre les Atlantes en rogne… et ça va gueuler et ça va encore être pas du tout constructif et ça va encore faire perdre du temps…

Ainsi le geniis, se déplaça dans la pièce pour s’adosser au mur et surveiller la porte d’entrée. Au cas où qu’un autre timbré décide de les braquer. Un instant il avait hésité à mener à son tour Fabula pour pas qu’elle fasse d’histoire, mais il avait décidé de l’ignorer jusqu’à ce qu’elle daigne réfléchir avec sa cervelle. Si elle en a une. En tout cas, se caler là, il pouvait voir l’entrée et la gaine… tout en préservant son corps fortement secoué.



(c) chaotic evil

_________________
JohnSheppard

Double comptes : Isia Taylor-Laurence & Alexander Hoffman & Naalem Lays & Elana Ravix//écriture : MediumTurquoise
Revenir en haut Aller en bas
Dim 15 Avr - 17:27
avatar
√ Arrivée le : 16/04/2017
√ Messages : 284

Dossier Top Secret
√ Age: 31
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Inoculation
Voir le profil de l'utilisateur

Le chaos et l'ordre


La jeune femme s’était fait violence pour supporter la réaction éruptive de la blonde. Cette façon de répondre à son coup de semonce par son envie de lui sauter dessus, ça donnait véritablement l’ouverture pour lui balancer quelques balles dans sa jolie petite gueule de conne. Mais qu’est ce que Sheppard foutait avec ces deux-là ? C’est comme ça qu’il cherchait son équipe ? C’est avec ces deux fondus, bourrés de mépris et de dédain, qu’il comptait retrouver Jacobs, Pedge, elle ?

Le sang bouillonait atrocement dans le corps de Nelly et elle en était presque surprise. Elle se demandait véritablement ce qui pouvait lui tenir autant à coeur. Mais ce n’était pas une situation facile. Elle était horrible pour le colonel, elle l’était tout autant pour elle qui avait sympathisé avec Condom. La petite hispanique avait senti sa peine, sa douleur quant à une précédente expérience avec les jumeaux qu’il avait tut. Elle savait que les insultes répétées de ces deux-là, l’atteignait quand même un peu, l’ébréchait, même s’il n’avait pas voulu le reconnaître au bord de la rive. Et maintenant, ce colonel qui laissait ces deux ordures le mettre à mort. Qu’est ce qui l’attendait s’il revenait parmi eux ?
La reconnaissance ? Ou bien l’humiliation, la honte ?

C’est en majorité pour ça que la petite espagnole se connaissait une telle colère qu’elle occultait intégralement ses autres sentiments. Peut-être aurait-elle tremblée, ressenti de la peine, qu’elle aurait une nouvelle fois retenu ses pleurs en essayant de les aider mollement. Mais la donne Lay’s changeait tout. La façon qu’ils avaient de réagir vis à vis de la situation ne lui plaisait pas. Elle ne les connaissait pas du tout, ne savait rien de leur passé, et quelque part elle s’en fichait. Mais Nelly s’était persuadé, rien qu’à cette scène, qu’ils n’avaient pas le moindre respect pour la vie humaine. Ca tenait presque de l’instinct puisque basé sur aucun fait commun. Mais deux points d’importance lui dictait cette aversion venue de nulle part : Naalem voulait se taper Pedge. Teshara voulait se taper Sheppard. Ou alors c’était simplement une bande de névrosés nymphomanes.

La jeune femme secoua la tête en clignant des yeux. Elle perdait pied en ayant été plongé dans cet situation surréaliste. Pourtant l’idée de base était de sauver Alexis. Mais Sheppard n’aurait jamais dû les laisser approcher. Quelque chose en elle hurlait et lui reprochait le fait qu’il avait “livré” l’un de ses hommes à cette pétasse sadique qui trouvait en plus le moyen de la renommée. Gâchette facile ? L’hypothèse du mépris et du dédain se précisait. Ces deux-là auraient été les premiers à vitrifier des types qu’ils auraient découvert en pleine tentative d’étranglement.

Se positionnant docilement pour faire le bouche à bouche, Nelly envoya un regard assassin à son chef qui ne réagissait toujours pas. Elle cala la tête d’Alexis et se prépara à insuffler de l’air sous l’ordre de la blonde. Ca lui crevait le coeur mais il fallait bien mettre la fierté de côté. Ce fut long, atrocement long, presque interminable. Mais le militaire fût prit d’une grande crispation généralisée et il toussa de tout son saoul, reprenant soudainement vie en même temps qu’une grande avidité d’air. Nelly poussa une plainte et s’arma de son couteau pour désincarcérer son collègue, occultant le reste de l’équipe. Elle lui pressa l’épaule alors qu’il était tendu par la douleur de ses deux traumatismes conjugués.

« Ca va aller ! T’es revenu !!!... » Soufla-t-elle en ouvrant son kit médical et en le vidant d’un geste presque enragé. Elle récupéra la douille de morphine et lui injecta le fluide dans l’épaule, non loin de l’endroit où le monstre l’avait parasité.
« Ca va aller maintenant... »

Ce boulot revenait à Teshara. Et pourtant Nelly l’avait effacé de son environnement maintenant que Condom avait repris vie. Il fallait maintenant qu’elle retrouve Jacobs et Pedge. Visiblement, ce n’était pas ces deux-là qui avaient vraiment l’air de s’en soucier. Mais avec le répit que semblait reprendre son collègue et le fait qu’il ne souffrait plus, qu’il était apaisé, Nelly regarda le colonel d’un air gêné et finit par acquiescer. La haine et la colère avait quitté son esprit et elle voyait un peu plus clair.

« Désolé, coronel... » Fit-elle en aveu. Mais seulement pour le colonel…

John se rendit compte qu’il était dans un état second. Il du se foutre un coup de pied monumental pour ne pas se laisser là… dans cette facilité presque salvatrice d’avoir réduit en néant un ectoparasite. Il se sentait soudainement fatigué. Se rendant compte qu’il intériorisait l’angoisse de sa perte de chaque membre de son équipe (dont deux fois pour Jacobs) et que là, la tension avait lâché. Il se sentait affreusement stressé et l’impuissance auquel il avait du palier le rendait dingue. Cette crainte d’être attrapé par les tentacules et de voir quelqu’un d’autre disparaître, d’être avec deux personnes qu’ils ignoraient complètement. Deux personnes qui étaient dangereuse et qui pour le moment semblaient être calme pour ne pas envoyer tout le monde rejoindre les Wraiths. Deux personnes, dont une qui avait dû prendre sa place pour étrangler un de ses hommes… Il n’en revenait pas d’avoir tremblé et d’avoir été impuissant. Dans un sens, cela ne prouve t’il pas qu’il est humain ? Oui surement… avec sa faiblesse qui va avec. Il était peut-être plus aisé pour les deux autres de tuer une personne qui l’indiffère et qui ne semble pas apprécier. Il se tourna observant le corps inanimé de Candom. Cela lui donna un coup de marteau.

Il dû soupirer pour remettre en marche son système de respiration qui s‘était bloqué en voyant ça. Il devait se reprendre et agir en militaire… Ils étaient encore menacés. Ces doigts étaient devenus blanc autour de son arme alien et il se mit de l’autre côté du jumeau, qui avait déjà repris son rôle de gardien sans rien dire de plus. Un instant, John avait craint pour Nelly, après tout elle avait tirée sur la sœur de celui-ci et vu leur attachement elle pouvait se prendre le revers de la médaille. Mais non, l’homme semblait l’ignorer, ignorant la scène en générale pour se focaliser sur la surveillance.

L’officier, il n’y vit non pas un taré, mais une personne affreusement bien trop entraînée au situation critique. Comme l’était Hamilton pour la guerre. Formée à ça et donc insensible au final. Et pourquoi aurait-il une quelconque sensibilité pour des gens qu’ils ne connaissaient pas vraiment ? Mise à part Pedge qui semblait avoir une quelconque faveur auprès de l’homme Jacobs ou Candom étaient en disgrâce et pourtant les deux avaient essayé de les aider ? Teshara aurait peut-être pu refuser de secourir Candom ? Pourquoi le faisaient-ils quand même ? Allen avait mentionné le sauvetage de Jacobs sur Ovidae… pourquoi ? Ils en étaient pas contraints au final. John s’était calé à son tour ne pouvant s’empêcher de vigiler l’avancement du massage cardiaque. Il observait tout le monde et maintenant que son esprit était revenu à la normal, enfin humain, il réfléchissait…

Et Nelly ? Où était-elle avant ? Qu’avait-elle vécu ? Que pensait-elle à cet instant ? Il n’aurait peut-être pas du l’emmener après sa mission avec Adam, mais bon, il n’avait personne d’autre de libre. Il la voyait comme sensible, un comble pour une co pilote quand même ! Trop humaine un peu comme lui, mais peut-être pas aussi maître de ces ressentis. Son regard s’attarda sur elle avec une aigreur à l’estomac… il se mettait à sa place en voyant cette scène étrange. Il n’aurait pas agi de la même manière mais elle semblait tout aussi choquée que lui pouvait l’être sauf qu’il s’échinait à ne rien montrer. Une douce sensation était quand même en lui. Celle de voir son équipe se recomposer… Mais il avait l’impression que dès qu’il avait quelqu’un à nouveau un autre disparaissait… Candom allait-il mourir ?

Le regard de John était empli d’un espoir nouveau… Alors, dès qu’il entendit l’espagnol parler, il quitta son poste, pour se rendre près de Candom qui toussait et grognait. Le colonel, ne bouscula pas Teshara, non, il se mit à coté d’elle, puisqu’elle était le plus prêt et il souleva la nuque de son soldat.

« Une formalité soldat ! » lança John qui faisait toujours passé la gêne que par l’humour. Candom, ouvrait les yeux en souriant un peu niaisement sous l’effet de la morphine. Il grommela. John releva la tête vers Nelly qui s’excusait… Il la regarda quelque instant, allant lui répondre quand :
« Pas… pas si Lavette que… ça ! Hin ! » Fit le caporal en pouffant et en toussant. John eut un rictus soulevant un peu l’homme pour qu’il se cale contre le mur en position assise. John lui tapota sur l’épaule. Oui, il était presque ivre de joie, de retrouver deux membres complets de son équipe ! Il n’en restait que deux. Un poids en moins sur ses épaules et il donna une petite tape amicale à son soldat qui essaya de faire bonne figure.

Sous la joie, il ne put s’empêcher de faire un geste très con… oui mais alors très con car ce n’est pas dans ces habitudes. Il serra dans ses bras Teshara pour la remercier puis prit Nelly. Quand il se rendit compte qu’il avait perdu le contrôle de son mode officier, il se racla la gorge et se releva.

Teshara le cachait sous une façade neutre, voir légèrement irritée, mais elle était contente de voir que la lavette reprenait vie. Il cracha ses poumons en toussant, mais il était de nouveau là. Ce connard arracha même un ricanement à la blonde en affirmant qu’il n’était pas tant une lavette que ça. Non, il était plutôt résistant en fait. Avec tout ce qu’il ramassait dans la gueule depuis qu’elle le connaissait, il avait plutôt une constitution solide. Et puis, bien qu’elle ne se plaisait pas à se le rappeler, il lui avait quand même mis une sacrée rouste au corps à corps dans la caverne, alors qu’elle l’avait bien pris en traître pour ne lui laisser aucune chance.
« Et ouais il est revenu ce connard pas si lavette. », fit-elle en se retrouvant sans trop savoir comment dans les bras du colonel assez fugacement. Si ça lui faisait plaisir... Quant aux non excuses de Nelly, elle s’en tapait royalement.

Naalem était quant à lui concentré sur le surveillance… il se fichait bien si la légende venait faire le second gardien ou non. Lui seul suffisait pour le moment, même s’il n’avait pas la vision totale. Les paroles de Fabula le faire tourner la tête un court instant. Candom était revenu d’entre les morts. Une bonne chose se dit-il. Il fit un clin d’œil à sa sœur, en signe de bien jouée. De toute façon c’est la meilleure. Il ne désirait pas d’excuse, alors le fait qu’elle le dise seulement pour son chef, il en avait rien à carrer. Dans son monde, un monde bien triste au final, les excuses ne sont qu’un mythe ou un conte. Jamais il en avait reçu et il ne savait même pas en formuler. Un handicap social, mais comme beaucoup de choses. On n’apprend pas à des gosses battue et née pour servir la grande cause geniis à faire ce genre de chose. On leur apprend à survivre pour vivre au détriment des vies autours. Voilà.
Cependant, il se rapprocha du petit groupe, pour voir l’état de la lavette… bon il avait survécu ce qui était pas mal vu la merde dans laquelle il était. Il croisa d’ailleurs le regard du caporal… celui-ci lui jeta une œillade méfiante et sur la défensive surtout après avoir mentionné qu’il n’était pas une simple lavette. En réponse Naalem lui fit un clin d’œil et un rictus, comme pour lui dire que oui. Là il en était pas une. Et ce qui était le cas enfin il se comportait en mec solide. Ce n’est pas trop tôt ! Faut le buter pour qu’il prenne conscience de sa paire de boule !

Il allait dire un truc quand le colonel fit la séance câlin… il secoua la tête, bon bah voilà ça va être la séance bisou après ! Il soupira se disant que c’est un moment calme et ils ne durent pas longtemps.
« Je vais être défaitiste… Mais le dernier moment calme qu’on a eu on a vu un Wraith se faire buter. On prend quelque minutes pour se remettre de nos émotions et on va chercher les deux qui manque pour se barrer d’ici avant de finir comme Jeff. » Dit-il, car bon, il en avait une en boite et une… et une dans les canalisation d’aération normalement… « Va falloir porter Candom ? » demanda t’il à la seule médecin de la fine équipe… il se doutait que la réponse était oui. Et il rêvait de miniaturiser un brancard pour le déplier et hop ! Taille réelle ! ça serait bien pratique ! Et vous remarquez qu’il ne dit pas lavette, comme pour souligner l’exploit de ce demi homme d’avoir été pour une fois un vrai soldat. De toute façon, il devait une dette à sa soeur que ça lui plaise ou non !



(c) chaotic evil

_________________


Double compte : S. Caldwell, P. Sidney
Revenir en haut Aller en bas
Dim 15 Avr - 17:30
avatar
√ Arrivée le : 06/04/2017
√ Messages : 72
√ Localisation : Atlantis


Dossier Top Secret
√ Age: 32 ans
√ Nationalité: Alien Alien
√ Gêne: Non
Voir le profil de l'utilisateur

Le chaos et l'ordre


Naalem avait raison. Il ne fallait pas s’éterniser. En restant sur place, ils constituaient des cibles faciles pour les créatures du bord, sans parler qu’il fallait trouver une sortie au plus vite. L’air ne devait pas être une denrée inépuisable en étant sous l’eau. Certes, c’était comme s’ils étaient dans l’espace, sans air à portée de main, mais peut-être que l’unité de production d’oxygène était touchée, ou engloutit, et qu’ils respiraient sur l’air emprisonné seulement.
« Je ne sais pas, ça va dépendre de s’il se sent de marcher ou pas. », fit-elle en se relevant. Elle avança vers son frère en foutant un coup de cuisse à Nelly accroupie près de Candom. Juste histoire de la virer de son chemin quoi… et de la pousser à la faute qui légitimerait une représaille.

Nelly s’était brutalement raidie sous l’accolade du colonel.
Elle avait été surprise et elle lui en voulait encore un peu. Pourtant elle savait que sa colère et sa haine contre lui avaient été pleinement injustifiée, illogique, que c’était uniquement tiré d’un désir de reproches sans fondements. Mais malgré tout, ça l’avait quand même déboussolé tout ça. Elle récupérait à peine un discernement convenable que l’homme se jetait dans les bras de la garce et dans les siens.
C’était ça que Pedge ressentait alors à chaque fois que Nelly lui sautait dessus ? Elle était sacrément patiente.

Un étonnant mélange de gratitude et de rejet mêlé l’avait complètement bloqué, la jeune femme se contentant de rester auprès d’Alexis tout en écoutant les deux autres. Personne n’avait songé à lui demander comment elle était parvenue à s’en tirer, ni si elle avait trouver du monde au voyage.
Elle échangea un regard noir et profondément haineux avec Teshara, lui laissant le bénéfice de sa petite provocation du “dégage” pour la remettre à un autre temps.

« Vamos a resolver esto, neurótico » Avait-elle dit avant de se déplacer vers le colonel.
« Ouais c’est ça. Triple bouses toi-même. », fit-elle sans se retourner. Nelly n’ajouta rien.

L’intervention de Naalem était logique, John hocha la tête, il valait mieux ne pas traîner en effet. Il comptait demander à Nelly ce qu’elle avait vécu et faire un retour, mais ils auront le temps sur le chemin. L’homme toisa Candom, il n’était pas en état de faire quoique ce soit tout de suite. Il fallait rester un peu, quelques minutes de plus le temps que l’homme se relève.
Il suivit l’échange entre Nelly et Teshara, il ne comprenait pas l’espagnol mais les mots qu’employait Teshara oui. Il roula des yeux.
« Bon… » Dit-il en regardant les deux jeunes femmes… histoire de marquer « end » sur leur échanges d’amabilités. « On va rester quelques minutes puis on file. »

Naalem, regarda sa sœur avec un rictus sur les lèvres. Il avait entendu l’autre Fabula chanter encore… elle a une langue vraiment étrange celle-ci. Il se mit à en parler en langage des signes avec son miroir, pour lui dire qu’elle avait géré et qu’il ne fallait pas répondre à la provocation des chants. Elle haussa des épaules, manifestement contrariée. Mais elle se cala sans rien dire près de lui.
« Pas longtemps… » Il toisa Candom « Il faut te lever sinon je vais devoir te porter une seconde fois mec ! »
« T’es trop un mauvais cheval pour ça, mec. », fit le jeune homme en grimaçant, tout en essayant au moins de se mettre sur son séant. Naalem pouffa, allant dire que sa mère avait dit le contraire mais bon… il faut être raisonnable.
« Ouai, mal dressé et tout. »
« C’est ça... » Il avait pas la force de faire de l’humour plus que ça. Néanmoins, la morphine faisait effet, et il commençait à ne plus ressentir les différentes zones douloureuses de son anatomie. Bientôt, Alexis allait pouvoir se déplacer. Ce n’était pas anodin au vu de son état. Un homme qui venait de faire un arrêt cardiaque et une ponction d’ectoparasite en aurait été totalement incapable. Mais cela avait eu pour effet d’envahir son organisme d’un certain niveau d’enzyme Wraith en plus de la substance de Teshara. Un sacré cocktail dopant.

L’amertume illogique restait présente au fond d’elle. Après tout ce qu’elle avait vécu pour revenir jusqu’ici, elle trouvait son officier dans un état latent. Mais ne l’avait-elle pas été sur la planète ? Sans Adam pour la remuer, n’aurait-elle pas été dans ce même état ?
Elle pinça des lèvres, reconnaissant qu’elle déraillait encore sur des accusations bien faciles contre un homme aussi humain qu’elle.

« J’ai vu Jane... »
John tourna la tête vers Nelly…« Il y a combien de temps ? »
« Je venais vous avertir...je vous ai cherché longtemps... » Elle ouvrit la bouche tout en secouant négativement la tête. « Elle était...pendue par les pieds. Je me suis méfié alors j’ai tiré sur ce qui la retenait. Une liane, ou une tentacule. Jane m’a appelé à l’aide mais une chose l’a rattrapé et emporté dans une gaine. J’ai pris un téléporteur...et je vous ai entendu et... »
Nelly ferma la bouche, encore déstabilisée par toute cette histoire.
« Il y a...un monstre qui a pris Jane. On dirait...on dirait el chupacabra, mi coronel... »
John la regarda d’un air un peu sombre, il avait vu la même chose. « On est tombée aussi sur elle, elle pendait d’une gaine, elle servait d’appât au caméléon, qui était déguisé en Candom. Elle a essayé de choper Naalem et le temps qu’on le dépêtrer de la gaine, elle s’est enfuie pour prendre Jacobs, on la poursuivait jusqu’à cette salle fermée… On l’a ouvert et plus rien d’autre que le caporal. » Il soupira… le monstre avait encore prit Jacobs comme son doudou… Il toisa Candom qui essayait de se lever, et il se pencha vers Nelly « Allen a été pris pour un clone par la machine araignée. On a dû se battre contre cette affreuse création et on a failli y rester… Allen est dans une boite, il va falloir trouver la zone de stockage. » Il parlait tout bas… Il échange un regard lourd de sens… avant de faire demi-tour vers Candom pour l’aider à se mettre sur ses pieds… Il s’en sortait bien le bougre avec cette aventure. L’ecto avait du le fortifier un tantinet car il était plutôt “vivace”. Il n’était pas certain de se remettre sur ces deux pieds après tout ça.
« Nelly il vous est arrivé quoi dans la salle d’eau ?»

Nelly tremblait comme une feuille maintenant. Elle tenait beaucoup à Pedge et la nouvelle était littéralement affreuse. Oui, il fallait la retrouver, retrouver la zone de stockage. Elle était en train de chercher ce qui pourrait être utile à l’équipe lorsqu’elle entendit la question de Sheppard.
« J’ai cru que c’était juste des câbles qui étaient tombés sur moi. Ca m’a serré si fort, si vite, j’ai pas compris. Je me battais dans un tuyau mais j’avais mal et...je sais pas ce que c’était. Je serais morte s’il n’y avait pas eu cette explosion. Et l’eau. »
Nelly ponctuait son témoignage avec des gestes.
« J’ai cru que j’allais me noyer mais un système de sas s’est activé. Je comprends pas bien. J’ai été séparé de l’eau et je suis tombé quelque part dans le vaisseau...je n’ai pas arrété de vous chercher mi coronel. Ma radio...elle ne fonctionne pas. Et je pensais...je pensais que vous... »
Le reste de sa phrase ne sortit pas de sa bouche. Son regard s’était détourné vers les jumeaux et elle ne voulait pas versé dans le sentimentalisme devant un public de cet acabit. Elle était rassurée, quelque part, de voir que Condom s’en remettait. Elle ponctua avec une douleur dans la gorge.
« J’ai cru qu’il ne restait que moi... »

John écouta le récit et il n’était pas le seul. Naalem, observait Fabula raconter ce qui lui était arrivée. Il eut une petite moue, se disant que ces systèmes de tuyauteries sont hyper dangereux en plus d’être un système de navigation pour l’autre créature. Il croisa les bras, observant Candom qui était sur ses pieds maintenant. Bon ok, là il était impressionné. Il demanda à sa sœur si elle l’avait droguée pour qu’il puisse marcher ? Cela était profitable pour l’équipe. Et en effet, Teshara venait de lui administrer une nouvelle piqûre d’une fiole fortifiante qu’on qualifierait sur Terre d’amphétamine. Ça allait lui filer un coup de speed et il ne ferait pas encore le boulet pour son équipe. C’était une habitude qu’il devait perdre. L’histoire de l’hispanique ne l’intéressait guère de toute façon, même si elle l’écoutait quand même.

John donna une tape sur l’épaule de son caporal encore un peu chancelant pour l’encourager. Puis toisa Nelly qui était chamboulée et il avait de quoi. Il lui posa une main sur le bras.
« Restons groupé. On rentra tous vivants sur Atlantis. » Il n’incluait pas forcément les jumeaux dans le Atlantis, mais le vivant oui. Par la même occasion l’espagnole pouvait connaitre le véritable prénom du blond puisqu’il l’avait cité plus haut.
« Colonel... »
Elle hésita avant de donner son dernier élément d’intérêt.
« J’ai vu une sorte de salle de contrôle, un terminal...là-bas. »
John trouva cette information très pertinente et ce fut Naalem qui réagissait au quart de tour… dès que ça parle de technologie lui il est au taquet !
« Ah ! Bon allons y ! Il doit bien avoir un plan ! » Il était enthousiaste soudainement… puis il se ravisa… « Quelqu’un sait utiliser la technologie Wraith au moins ?... autre que la machine qui nous déplace ? » Pitié que l’un d’entre eux dise oui… sinon bonjour la frustration. Après la légende semblait connaître quelques éléments... On aurait dit un enfant qui “suppliait” ses parents d’avoir des piles dans le tiroir pour son nouveau super jouet de la mort qui tue… Le changement était flagrant et le colonel, le regard un peu surpris... Il haussa les sourcil, toisant Nelly, lui avait vu Mckay faire des bidouillages, mais pas forcément au point d’être un expert… Ils verront en tripotant le tableau de bord, s’il est encore alimenté.

Nelly s’était un peu plus raidit en voyant le jumeau aussi enthousiaste. L’amertume lui restait, même si elle était issue d’une émotion injustifiée, elle supportait mal de le voir réagir comme ça avant le colonel. Comme s’il se faisait la voie d’évidence avant son supérieur légitime en somme. Elle le montra bien en ignorant parfaitement le jumeau.
« L’ordinateur de McKay...il ne fait pas tout. Mais j’ai pu vérifier le téléporteur avant de venir. Ca marche pour les choses simples...on peut essayer. » Avait-elle dit, presque fébrile, en tapotant l’ordinateur portable présent dans son sac.
Elle espérait vraiment que le type n’allait pas essayer de mettre la main dessus où elle lui ferait bouffer le canon de son MP5. Elle espérait vraiment pouvoir retrouver Pedge et Jane avec ça. Sheppard serait bien plus lucide et clairvoyant qu’elle pour lire un plan et déduire vers quel endroit la créature s’était enfuie.

John hocha la tête, ils verront ce que ça donne avec l'ordinateur.
« Il marche ? Il n'a pas prit l'eau ? » demanda-t’il par acquis de conscience.
« Il est hermétique. »
Cette réponse satisfait grandement l’officier qui aurait trouvé con que leur seule chance d’avoir accès au terminal Wraith s’évapore à cause de leur baignade forcée. Il hocha la tête en direction de Nelly avant de constater que la jumelle semblait s’impatienter que Candom avait enfin mit les deux pieds sur le sol.

« Allons-y alors. On verra sur place. De toute façon, on n’a pas le choix, il faut avancer. Avec un peu de chance, on trouvera Jacobs et Allen. », fit la jumelle méthodique. Même s’ils ne pouvaient rien tirer de la salle, au moins ils pourraient continuer d’explorer le complexe désormais sous-marin, et espérer trouver une sortie, en plus de retrouver les disparus.
Naalem avait obtenu sa réponse il en était ravi. Sur le coup il avait semblé réfléchir… Mckay c'est le mec que veux aussi les Geniis le petit génial qui fabrique des bombes de dingue… Le mec avec qu’il y rêvera parler (enfin rêver c’est un grand mot, il ne faut pas dénoncer) mais il avait de quoi être intéressant. Il avait hâte d'être dans la salle de commandement pour voir comment marchait leur fameux ordinateur. Car pour qu'il rentre dans ce sac il devait être une merveille… Quand il pense que la technologie auquel est habitué doit dater de l’an de feu comparé aux Atlantes… cela le dépite. Si un jour, ils deviennent alliés au point de vivre sur la cité, allait t’il avoir les compétences pour comprendre leur immense savoir ? Ce doute très fugace prit le jumeau, qui finit par le chasser très vite. Oui, il comprendrait, il est génial donc pas de soucis. Pas de fausse inquiétude ça rend la viande stressée, comme dise les indiens d’Ovidae.

Candom marcha vers le groupe en se grattant la tête frénétiquement. Tout le monde pouvait voir qu’il avait une gaule d’enfer. Il laissa sa tête pour remuer les bras, ne voyant pas qu’il avait le chapiteau dressé. C’était un effet secondaire de la prise d’amphétamine, et comme c’était sa première fois (et il allait en redemander, Tesh le savait), les sensations étaient exacerbées, surtout que la dope de la jumelle était pure, d’où la mini dose qu’elle lui avait injecté pour ne pas le faire crever d’une overdose, ce qui serait vraiment con. Il avait les pupilles dilatés, et voilà qu’il commençait à parler un peu trop, son énergie revenue, du moins, en sentiment.

« Je t’en dois une la timbrée. Sans toi je me serai fait sucer jusqu’à la moelle par cette saloperie. » Il fit un sourire à celle qu’il choperait bien mine de rien. La frustration de ne pas l’avoir eu était encore bien vivace, démultipliée par l’augmentation de sa libido du fait de la substance. Le verbiage excessif était un autre effet, de même que les gestes répétitifs tels que les grattements. La “doc” de l’équipe observait tout ça d’un oeil tranquille, en parfaite habituée qu’elle était. Elle ne répondit d’ailleurs pas.
« Et entre nous, y a des façons plus sympa de se faire sucer. », dit-il en ricanant bêtement.
« Ce n’est pas moi qui vais te blâmer de parler comme ça devant ton supérieur. », répondit-elle tranquillement. Non, ce serait se foutre de la gueule du monde que de réprimander un type qui se montrait grossier devant son chef. Elle était la première à le faire quand elle était dans l’armée ou chez les Soleils Rouges.
Mais cela fit un petit choc à Candom qui recommença à se gratter le cuir chevelu. Il tourna et son javelot, et son regard vers Sheppard, avec l’air désolé.
« Pardon mon colonel. Je crois que c’est le contrecoup. L’émotion tout ça. Je me sens en forme, mais je n’ai pas l’impression d’avoir les idées claires. En plus, je me sens à l’étroit, je suis oppressé, et j’ai encore la sensation que cette bestiole m’aspire ma vie… Je suis désolé pour mes propos. » Il se gratta le bras cette fois-ci, ce qui fit une pause…

Naalem roula des yeux, se disant que oui, il avait de quoi se sentir à l’étroit lui… Il soupira, se mordant la langue pour ne pas l’enfoncer avec son histoire de perche trop tendu devant tout le monde, la situation était déjà suffisamment stupide comme ça... Il se rendit vers sa sœur en secouant la tête d’un air dédaigneux.
« Ah bah ça… pour être à l’étroit » dit-il en marmonnant.
Ce soldat a franchement un problème…. S’il bande dès qu’il en mission, bonjour le cas ! Voilà ce que se dit le jumeau… Candom la saucisse sur patte. Même si bon, ce fut quand même marrant.

John avait suivi vaguement cet échange… Il avait toisé son soldat d'un air un peu dubitatif surtout en constatant qu'il pourrait devenir sourcier avec une baguette pareille. L’enthousiasme de Candom était hallucinant il avait tout l'aspect d’un drogué au vu de ces prunelles… Bon cela était discutable, il ne savait plus ce qu’elle lui avait injecté... enfaite elle ne lui avait pas dit, mais cela devait être un contre coup et l’homme marchait sans avoir a être portée. Voilà la seule chose qui comptait. John espérait juste que cela ne lui joue pas de mauvais coup via un Bad trip ou même un problème cardiaque. En tout cas, il n’avait pas de problème d’irrigation lui. Quand aux propos douteux… on va dire qu’il a déjà entendu bien pire.
« On va mettre ça sur votre état Caporal. Tant que vous ne trouvez pas une nouvelle manière d’expérimenter l’aspiration… » Fit John. Il avait de l’humour mais son ton était un avertissement autant sur le comportement de Candom qui pouvait dégénérer que sur tout ce qui pourrait se passer à côté. Ce n’est franchement pas le moment de se secouer le cerveau du bas, dans ce genre de situation.

Nelly s’était quelque peu reculer, comme pour mettre de la distance entre elle et l’ordinateur, à croire que les jumeaux songeaient le lui voler. Ce n’était évidemment pas le cas mais la méfiance de l’hispanique de descendait pas et elle préférait rester un peu plus près de Sheppard que des autres. Pourtant, quand Condom commença à se gratter, elle parut assez anxieuse tout en prononçant un : « Alexis ? » du genre étonné.
La jeune femme considéra son collègue avant de tourner un regard mauvais vers la jumelle qui en jouait. C’est elle qui avait fait ça et elle le tournait encore en ridicule !
Son regard fût néanmoins attiré, comme les autres, elle n’en décrocha pas...

« Vous croyez qu’on va retrouver Jane ? Il faut qu’on la retrouve, hein mon Colonel ? On n’abandonne pas. » Il tapa dans ses mains : « La vie nous met des épreuves, mais on va les relever ! Ensemble ! On se motive ! On suit l’idée de Nelly, on va voir ce truc ! » Il tapa deux fois dans ses mains en se retournant dans la direction indiquée. Il était chaud, il était prêt.

John regardait son soldat … il était assez déroutant mais soit. Il lui fit un petit rictus en lui tapant sur l’épaule.
« Oui et on va la retrouver… Et même Allen. » Puis il fit signe aux autres de venir et sortir de cette salle. Naalem n’avait pas spécialement fait gaffe à la réticence de Nelly, à dire vrai, il observait Candom qui tapait comme le dernier des débiles entre ces mains. Il trouvait ça limite drôle de le voir faire la poupée mécanique ! Mais, il ne laissa rien, paraître sortant son arme, pour passer à côté de Sheppard et vérifier le côté droit du couloir. Il était grand temps d’avancer un peu…

Le colonel donna ses ordres et chacun se mit en place, même Candom qui avait une multitude de toc, pour couvrir les arrières de tout le monde. Le colonel en tête avec Nelly, puisque lui avait remarquer les mouvements de la petite espagnole. Naalem en tête avec Candom et Teshara. Il fallait maintenant être assez prudent, puisque tous savait qu’il avait une créature bizarroïde et foutrement dangereuse dans le coin.




(c) chaotic evil

_________________
DC : Erin Steele & Pedge Allen
Revenir en haut Aller en bas
Dim 15 Avr - 17:32
avatar
√ Arrivée le : 16/04/2017
√ Messages : 284

Dossier Top Secret
√ Age: 31
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Inoculation
Voir le profil de l'utilisateur

Le chaos et l'ordre

La jeune femme n’avait pas pu s’empêcher de tourner un regard chargé d’espoir dans la direction de son officier. Même si elle aurait voulu être discrète, c’était trop instinctif pour pouvoir le cacher. Sheppard l’avait remarqué un tantinet, mais n’avait pas réagi pour autant. Ce n’était pas évident et elle ne voulait surtout pas reconnaître, par ce geste perceptible par un fin observateur, son attachement beaucoup plus important envers la texane. En tout cas, les faits étaient là. Candom venait d’être récupéré, elle les avait rejoint et il ne restait plus que deux membres à retrouver. De quoi rendre optimiste.

Sous sa direction, elle s’improvisa guide et tenta de reprendre le chemin en sens inverse. Ce n’était pas aussi facile puisqu’elle ne s’était guidée qu’aux bruits que faisaient le reste de l’équipe, ne se souciant pas de baliser son chemin. Au bout d’un petit moment, elle trouva le téléporteur Wraith et le pointa du doigt au colonel. Elle s’y rendit un peu trop hâtivement, regardant s’il était encore alimenté. Au vu de ses connaissances, c’était simplement observer la présence d’éclairage. Mais oui, oui, ce système semblait encore en fonction.

Une fois passé dans la zone où l’hispanique avait erré aussi longtemps, la jeune femme se retrouva avec de l’eau jusqu’aux chevilles et blêmit. Elle remua la tête avant de fixer son officier.

« Il n’y avait pas d’eau dans ce couloir... »

John avait un peu d’espoir en voyant l’alimentation du téléporter, ils arriérèrent plus vite dans la zone. En tout cas, il stoppa Net voyant qu’il avait aussi les pieds dans l’eau. Louant l’étanchéité de ces rangers… Et cela ne semblait pas être le cas des chaussures des deux jumeaux aux vus des grognements.
« Il doit avoir une fuite quelque part… Dépêchons nous avant que la zone soit inondée et impraticable. » Il était calme et rassurant.
« Par ici ! » Répondit Nelly du tac au tac.

La jeune femme guida la petite troupe jusqu’à une salle dévastée. Elle était alimentée mais le manque d’énergie se devinait par des variations continues de l’éclairage et le grésillement persistant du dernier des six écrans de contrôles Wraiths qui parsemaient la pièce. Cela avait dû être, avant le crash et le naufrage, une salle de commande auxiliaire. Bon nombre de déchets baignaient dans le même niveau d’eau. Un niveau qui n’y était pas avant et qui ne faisait qu’avaliser la théorie de John : l’eau s’infiltrait dans cette zone.

La petite espagnole dépassa le colonel et alla jusqu’à la console en sortant l’ordinateur de McKay. Elle se mit à murmurer et à parler en espagnol, vu le ton employé, comme si elle tentait de se rappeler une leçon ou une recette. La petite malette ouverte, l’écran quitta immédiatement la veille et Nelly le posa sur un rebords à côté de la console gluante et repoussante du contrôle. Au bout du câble se trouvait un boitier organique Wraith qui faisait l’interface physique. Dès que l’hispanique le posa sur la console, il y eut un bruit de connection, un bruit d’insecte ou de bestiole. Mais un bruit plutôt positif.

L’écran survivant qui se trouvait contre le mur s’anima et les symboles en Wraiths cessèrent de défiler.
« Entonces ... He hecho eso ... y así. »
En répétant la manoeuvre que lui avait appris un Rodney en pyjama et en colère, rouge comme une tomate, l’écran s’anima et un plan complet du croiseur se dessina. On découvrait rapidement que la grande majorité de ses ponts et de ses salles étaient sous l’eau. Certaines se remplissaient même à vue d’oeil sous l’effet de la pression et du manque d’énergie pour maintenir la structure organique en vie. Ces niveaux d’eau progressifs et envahissant se dirigeaient vers eux, là où un spot signalait leur présence dans cette salle de contrôle.

« Rodney me dijo que pidiera órdenes ... con este botón ... »
Nelly était si nerveuse qu’elle ne se rendait pas compte que les autres ne la comprenaient pas. Mais elle se parlait à elle-même, se répétant les consignes du savant, des icônes sur lesquelles elle devait cliquer. L’ordinateur disposait d’un outil de piratage automatique qui permettait l’accès et la commande de système très basique. Très utile pour les unités qui ne disposaient pas de scientifique capable de pirater l’unité centrale Wraiths.

Néanmoins, le système ne remplacerait jamais un professionnel et n’accédait qu’aux fonctions les plus basique. Plusieurs alertes se mirent à clignoter sur l’écran et l’ordinateur les traduisit dans un langage très approximatif.

Naalem s’était approché curieux de voir le fonctionnement de ce si petit ordinateur. Il était resté silencieux et discret, observant sans rien dire les manœuvres de Nelly. L’homme n’avait pas le regard de celui qui espionne, mais plus de la personne intéressé et curieuse qui découvre un nouvel univers passionnant. Sans aucun doute, il se tritouillait les ménages pour comprendre et imaginer les fonctionnalités de cette machine, comment réduire à cette taille les lourds composants des ordinateurs qu’il connaissaient… bref, il était en pleine pensée constructives.

« Colonel, l’ordinateur affiche des alarmes. Il y a de plus en plus de brèches et l’oxygène n’est plus recyclé. Il n’y a plus de système de vie actif... »

« Une bien mauvaise nouvelle…» fit John qui sentait son petit espoir repartir à vitesse quand V. Ils étaient condamnés ici… a consommé le peu d’air qui devait rester. Et il n’était même pas certain de pouvoir sortir du vaisseau avec les litres d’eau sur leur tête.

Nelly navigua sur les commandes que l’ordinateur mettait à disponibilité. Ce n’était pas compliqué, une simple colonne de possibilité sur lesquelles on pouvait cliquer et activer ou non. La petite espagnole plissa des yeux en tentant de trouver un meilleur parti et fut capable d’afficher ce qui restait en énergie dans le vaisseau.

« Apparemment...l’ordinateur nous laisse un choix mi coronel. On peut dériver le reste de l’énergie dans les systèmes de vie. Soit dans le système de détection interne...on pourra peut-être trouver nos amis ou savoir où est le chupacabra... »

La jeune femme fixa son officier. Elle savait que les jumeaux allaient y aller de leurs avis mais elle les ignorait. C’était à Sheppard de choisir : favoriser l’atmosphère sachant que les lieux se remplissaient d’eau et qu’on ne savait pas combien d’autonomie il restait en oxygène. Ou bien tenter de localiser le reste de l’équipe et l’ennemi…
« Vos ordres ? »

John était en train de peser le pour et le contre des deux solutions de la jeune femme quand soudainement Alexis se mit à dépiter un long monologue.
« Franchement, c’est quand même plus logique de se donner plus de temps. Si on sait où ils sont mais qu’on a pas le temps de les rejoindre, et de trouver une sortie, c’est pas la peine ! »

Le jeune homme essayait de se contenir depuis le début mais là, c’était trop pour lui. Il avait besoin de parler. Il avait d’autres besoins qui commençait à s’imposer à son esprit, et pour qui était observateur, le jeune homme semblait avoir pris conscience de sa gaule, si bien qu’il avait aligné son sexe avec son ventre pour que cela ne se voit plus. Toujours est-il qu’il semblait lancé.

« On peut aussi essayer de sortir directement et de revenir avec des renforts pour retrouver les nôtres. Moins nous sommes nombreux dans ce rafiot, moins nous consommons de l’air. Si Jane et Pedge se cachent, elles survivront aux monstres. Ce sont des battantes. Je suis sûr qu’elles sont là quelque part en train d’en découdre et qu’elles essaie de nous rejoindre. » Nouvelle pause. Teshara s’approchait déjà de lui. « Ce serait de la lacheté remarquez, si on fuit sans elles… Elles vont sûrement nous en vouloir. Non, je ne peux pas faire ça à ma coéquipière de toujours. Il faut qu’on... »
« Sinon on le noie, ça évitera qu’il ne consomme trop d’air en parlant inutilement. », fit Teshara en posant une main sur l’épaule de Candom, alors qu’elle était dans son dos. Le concerné sursauta bêtement.
« On ne l’a pas réanimer pour le noyer après. » affirma John qui n’était pas d’humeur à cet instant à rire sur cet élément là. Il trouvait ça plutôt pénible sur le coup.

C’est vrai qu’il en débitait le bougre… Naalem, avait tourné la tête vers la lavette qui n’avait pas tort dans sa réflexion mais bouillonnait comme une jeune vierge face à l’énormité d’un pénis… comme celui qui était encore bien tendu dans le caleçon du soldat.
« Instinctivement je dirais les systèmes de vie. » ajouta Naalem dans le but de communiquer.

John avait écouté chacun et savait que Nelly n’obéirait qu'à son seul et unique ordre. Il jeta un regard à Candom qui s’emportait et envisageait même de quitter le rafiot sans les autres. Mais ils n’en n’étaient pas encore là.
« On peut savoir le temps qu’il reste en autonomie d’air ? » Dit-il avant de prendre son détecteur de mouvement pour constater ou non s’il marchait. Avec ça, ils n’auraient pas besoin de savoir où est Pedge et Jacobs sur la console. Ni même le Chupacabra comme le dit si bien la petite espagnole.

« Ce n’est pas affiché...je ne sais pas comment faire... » Avoua Nelly. Elle ne voulait pas entendre parler les jumeaux et elle crevait d’envie de balancer un magnifique “Ta gueule” à la face de Candom. Pas question d’abandonner Jane ou Pedge. Plutôt mourir par asphyxie !

« Voilà qui n’arrange pas nos affaires. », fit le jeune homme, sans en dire plus. En fait, il oscillait entre le fait de faire la gueule et le fait de parler. Il était un peu vexé d’avoir eu peur quand la jumelle lui avait mis la main sur l’épaule, et surtout, qu’elle parle de le noyer. D’ailleurs, celui donna une idée, qui était loin d’être la plus logique du moment, mais qui s’expliquait par l’état d’esprit qu’il avait à cause de la jumelle. Il se pencha vers elle pour lui murmurer pendant que les autres discutaient :
« En fait, tu voulais me noyer pour pouvoir profiter de mon érection, hein ? »
Teshara arqua les sourcils tandis qu’un sourire montait sur ses joues. Elle lui répondit dans un murmure elle aussi, manifestement peu concernée par le choix qui devait se prendre. Comme d’habitude, elle ne planifiait pas vraiment les choses et elle se laissait porter par le destin et sa chance. « Vu le chapiteau que tu dresses depuis tout à l’heure, je ne suis pas certaine d’avoir besoin de te noyer pour profiter de tes formes mec. »
« Avoue que tu es frustrée de la dernière fois surtout. »
« Depuis le temps que tu as essayé de me la mettre, j’ai eu le temps de me défrustrer, moi »
« J’avais bien compris que tu ne faisais pas la difficile. »
« Comme d’hab’. »
« Quoi comme d’hab’ ? »
« Comme d’hab’ tu comprends de travers. »
« Parce que je n’ai pas raison peut-être ? »
« Ce n’est pas parce que toi tu sais pas faire en sorte de tirer ton coup que tu dois penser que ceux qui y arrivent sont faciles. »

Teshara gardait le visage droit en direction du colonel, de Nelly et de Naalem, faisant l’air de rien alors qu’elle parlait dans ses dents, tout en attendant qu’ils prennent une décision pour elle. Candom lui, s’était tourné vers la jumelle et la regardait fixement.

« Tu ne veux pas m’apprendre ? »
« A quoi ? »
« A faire en sorte d’arriver à tirer mon coup, quoi d’autre. Je n’ai rien à apprendre de toi à part ça sérieux. »
« Je ne me lance pas dans les causes perdues. », répliqua-t-elle alors que son sourire s’agrandissait.
« C’est pour ça que tu n’es pas là... » Il regarda autour de lui avant de refixer son attention sur elle et de lui mettre un index accusateur dans la zone molle entre la poitrine et l’épaule : « Ah mais si ! Tu es là ! Cause perdue !! », dit-il triomphalement sans faire preuve de la moindre discrétion cette fois-ci.
« Trou du cul. », fit Cyanure en levant les yeux au ciel.

John n’avait pas spécialement porté attention à l’échange entre Teshara et Candom, pour la simple raison, qu’il s’était rapproché de Nelly, de la console de commande et de Naalem. Tout trois en réflexion, du moins, il en avait au moins deux puisque la petite espagnole attendait les ordres de son officier. Autant, le Colonel en avait rien à cirer des paroles des deux autres, autant Naalem, avait jeté un regard intrigué avers sa sœur se demandant ce qu’ils tramaient tous les deux. N’étant pas multitâche et avec une préoccupation bien plus grande il se désintéressai rapidement pour observer le drôle de boitier que tenait John en main.

Le détecteur de mouvement marchait bel et bien. Et malgré le fait que Nelly ne pouvait guère évaluer la quantité d’air restante, il pouvait compenser à son échelle le détecteur de vie. De toute façon, il fallait optimiser leur chance de survie. Et cette chance était dans l’air qui leur garantissait peut-être une ou deux heures de plus. Des minutes qui seraient misent à contribution pour retrouver les deux jeunes femmes et s’échapper de ce rafiot.

« Bricks, on prend l’option survie. » Il se tourna vers Candom qui venait de se faire insulter, John soupira. « Soldats, prenez vos détecteurs de vie… Et quand à vous deux » Il toisa Teshara et Candom
« Arrêtez de vous chercher des poux, cela commence à être fatiguant. »


Nelly porta les mains dans ses poches et rechercha son détecteur en vain. Elle fixa le colonel et secoua négativement la tête, l’air angoissée. Elle avait dû le perdre quelque part. John eu une petite moue insatisfaite sur cette nouvelle… Candom lui avait son détecteur et il le brandit fièrement.
« Pour une fois, on ne faisait que discuter mon colonel. », fit Teshara en mimant un salut militaire terrien.
« Tout à fait mon colonel. », ajouta Candom à la suite de la blonde. John roula des yeux « Soit, j’aurais du prendre un livre pour vous apprendre à communiquer sans mot d’insulte »

Naalem curieux comme tout, rejoignit John pour lui demander de plus ample explication sur son boitier. Le soldat ni connaissait rien dans le fonctionnement même, lui donna quelques informations à sa juste mesure. Voyant bien que l’homme blond avait des questions plus pertinente été trop techniques pour lui.

« Je ne sais pas comment il fonctionne, mais il fonctionne ça nous suffit. » Naalem, hocha la tête trouvant ce boitier magique absolument génial. Il était émerveillé par cette technologie. Du point de vue de John ce fut un peu l’étonnement et une forme de mal être… mal être car il ne pouvait pas s’empêcher de se dire qu’il avait un côté dangereux au fait que Naalem, soit si curieux et semble « instruit » envers la technologie et qui tienne une arme en main. Il serait stupide de ne pas remarquer cette appétence.

Nelly appuya sur la commande correspondante et l’éclairage vacilla davantage avant de se stabiliser. Un ronronnement monta alors, comme naissant, avant de devenir une constante sonore dans les environs.
« Voilà...c’est activé mais on a utilisé toute l’énergie. »
L’écran retourna sur le plan général du vaisseau. Il y avait trois endroits de plus qui étaient accessibles par téléportation. Ils étaient plutôt loin et le detecteur de vie ne pourrait pas donner d’informations dans l’immédiat. Il fallait se téléporter.

L’un des points était peu à peu envahi. Le second semblait être à un niveau inférieur, proche de l’endroit où ils avaient été attaqué par l’araigné.
Puis le dernier semblait comme “raisonner” sur l’image, comme s’il y avait un signal qui se traduisait sur le plan par des ondes visuelles. Trois signaux courts, trois long, puis encore trois courts. John décida de prendre ce troisième choix intriguant, se disant qu’ils auraient peut-être plus de chance de trouver la zone où avait été amené Allen. Il posa son doigt vers l’écran sans le toucher pour autant. « On va là.»

Nelly, qui s’était complètement déconnectée du reste de l’équipe, acquiesça tout en cherchant sur l’ordinateur. Elle navigua sur la colonne des choix possibles jusqu’à tomber sur celle qui désignait la programmation du téléporteur en direction de cette salle. Encore une fois, elle reconnaissait que sans ce système automatique véritablement simple, il aurait été clairement impossible de se charger de ce piratage en l’absence d’un scientifique. Elle rangea le tout et referma consciencieusement l’ordinateur, se tournant de trois quart parce que le regard et le silence de Naalem dénotait un intérêt qui la mettait véritablement mal à l’aise, puis remis tout ça dans son sac en restant proche de l’officier.

« C’est fait...il faut reprendre le téléporteur... »


Le pégasien remarqua qu’elle le toisa étrangement et il s’amusa de cette constatation il l’aurait bien taclé un peu et il le fera surement, mais son attention fut totalement focalisé sur le détecteur que John lui fourgua dans les mains, ce fut celui de Candom apparemment. Tout content le Genii allait pouvoir l’utiliser mais l’écran s’éteignit aussitôt. Entraînant la plus grande frustration du moment. Il ne le savait pas, mais John avait fait ça pour voir s’il avait le gène ATA. Ce qui n’était pas le cas.
« … L’écran refuse de s’allumer, il fait faire une manipulation spécifique ? »
« Non, vous ne pouvez pas l’utiliser. Vous n’avez pas le gène nécessaire. Dommage » Il tendit sa main pour récupérer l’objet qui lui revenu un peu lourdement. Naalem, ne cachait pas sa frustration et bougonna dans une langue inconnue et surtout peu audible. En tout cas, le genii était sacrément frustré et c’est bien la première fois qu’on lui sort qu’il n’a pas le bon gène. Cela le fouta en boule et il croisa les bras attendant la suite pour ravaler tout ça. John lui jeta un regard et prit les devants en redonnant le détecteur à Candom qui allait virgilier l'arrière avec sa grande copine.

Ainsi, Sheppard ayant fait la formation, Nelly pris les devants avec lui. Pas question d’être en tête toute seule et elle écarquilla les yeux en découvrant que le niveau de l’eau avait encore grimpé. John pesta dans un grognement, le temps pressait.
« On aurait du prendre des bouteilles d’air sérieusement … » Grogna Naalem en se disant qu’il n’allait jamais pouvoir être sec et qu’ils allaient tous choper la mycose du siècle !

Environnement


Le téléporteur Wraith les amena dans la nouvelle zone sans encombre. Pour le reste de l’équipe, il n’y eut pas de mauvaises surprises concernant des attaques d’araignées ou des lianes d’entraves. Et heureusement ils étaient déjà suffisamment en mauvais état. Non, ils débouchèrent dans une sorte de hangar assez grand où se trouvaient pas mal de darts, eux aussi en décomposition. C’est comme si les multiples longes qui les alimentaient avaient transmis un virus ou une bactérie qui rendaient ces vaisseaux malades et à l’agonie. Le fait d’évoluer au milieu des darts donnait une impression de labyrinthe où la menace pouvait sortir de n’importe où. Sans parler que ce fut tout bonnement impressionnant, Naalem mourait d’envie d’en démanteler un… Celui sur Ondias n’avait pas put être démonté totalement puisqu’il devait partir vite. Dommage qu’ils soient pressé par le temps. Il devait être bien le seul à trouver tout cela magnifique avec des sources d'opportunité toutes aussi grandes.

Et comme pour renforcer l’ambiance glauque, l’éclairage était clairement insuffisant et que le crash avait envoyé bouler certains vaisseaux n’importe comment, l’équipe se retrouvait dans un véritable environnement à la Doom. Un environnement clairement intimidant et qui rendait Nelly de plus en plus nerveuse. Instinctivement, elle avait serrée ses mains sur son MP5 et s’était rapprochée du colonel, comme pour chercher sa sécurité. L’homme l’avait laissé faire en prenant un pas de plus devant elle, afin qu’il soit réellement en première ligne. Une manière de la rassurer. Lui-même était tendu et son regard oscillait entre son détecteur de mouvement et le hangar apocalyptique.

Soudain, il y eut un bruit. Un bip plus sonore qui s’accompagnait d’un éclat lumineux au fond du hangar. Le son était ténu mais il ricochait sur les parois pour parvenir jusqu’à eux. Il fallait se rapprocher davantage pour comprendre que ce bip et cet éclat de lumière parfaitement synchronisée, représentait du morse. Trois bips longs, trois courts, et encore trois longs. Le signe du morse le plus connu comme étant le SOS de la marine terrestre, militaire ou civile.

Tout militaires qu’ils soient terriens ou pégasiens pouvaient faire le lien avec leurs propres signaux d’aide. A croire que les fréquences étaient universelles même si elles différaient un tantinet être deux races… Mais le son était bien trop familier pour être anodin… Cela intrigua John qui se dit qu’il était bien stupide de penser à une généralité des races sur le SOS.

Là-bas, il y avait à l’origine de ces bips et de cette lumière une grande boîte triangulaire métallique. Elle était d’une taille assez importante, comme un meuble ou un commode, donc assez grande. Suite à sa réflexion qu’il jugeait soient profondément conne ou naïve Sheppard fit le lien avec l’un des rapports qu’il avait reçu de la part de Caldwell concernant la mise à jour des équipements. Il s’agissait des largages de soutien logistiques par téléportation ou torpillage. Des modules supposés être déployés sur le terrain pour servir de dépôt d’équipement et de munitions aux effectifs en mission qui pouvaient manquer de matériel.

Le fait de les téléporter ne suffisait pas, il fallait que ce matériel soit sécurisé et entièrement réservé aux forces engagées sans que cela ne tombe entre les mains de l’ennemi. Suite à la guerre de la Magna, le Dédale et l’Athéna avaient reçu ces modules à la demande du CODIR. Cela signifiait donc trois choses : l’un des vaisseaux était en orbite planétaire, ils savaient où se trouvait l’équipe et il leur était impossible de les téléporter…

Ces modules étaient piégés par un système d’auto-destruction au phosphore. Celui qui l’ouvrait sans le bon code obtiendrait un énorme tas de cendres à la place du contenu. Donc, sur ce module triangulaire qui devait contenir un véritable trésor, il fallait entrer sur le pavé numérique le code d'identification d’un officier. En l'occurrence, seul Sheppard était à même de pouvoir ouvrir la réserve.

John fut heureux de voir cette boite signe que le Dédale, puisque ce fut lui qui devait être dans le coin normalement. Suite aux informations donnée lors de la mission par le RDA… Mais de l’autre ils n’avaient pas la possibilité d’être sauvé par la technologie Asgard et donc pas de joker. Il soupira un peu, mettant de côté cette triste réalité, se disant que son homologue plus âgé avait eu le bon sens de leur envoyer un dernier cadeau. Un instant, John se demanda aussi si ce ne fut pas une copie… mais pour ce faire il aurait fallu avoir des informations réellement top secret auquel peut de personne ont accès. Voilà qu’il commençait à être parano… mais après avoir vu le chupacabra il commençait à se demander si sa cité n’avait pas été victime de quelques horreurs dans ce genre… expliquant l’armements des clones et surtout les adresses des trois planètes.

Or, il y avait un problème, et un gros ! Une personne se trouvait déjà là à essayer d’ouvrir le contenu. Il s’agissait de Jacobs, elle avait déjà entré dix numéros sur douze d’une main particulièrement tremblante. Sa réaction montrait qu’elle était complètement traumatisée et elle pleurait à chaude larmes. Elle était entièrement nue, sans le moindre habit, et agitait un pic de fortune qu’elle avait dû arracher d’un pilier organique abimé. Dès qu’elle entendait le moindre bruit, elle pointait son arme dérisoire dans cette direction avant de se pencher de nouveau sur le clavier.

Etait-ce vraiment Jane Jacobs? Ou était-ce un Morphéa qui jouait la comédie ?
Ce qui était certain, c’est que si les chiffres qu’elle entrait étaient mauvais, Sheppard allait perdre tout son contenu. Si le Dédale était en orbite, il n’avait pas téléporté ce module sans une raison très importante. Il fallait prendre une décision et, déjà, Nelly semblait quitter sa cachette pour aller vers elle, abasourdie par son état, et dans un mouvement littéralement naïf.


(c) chaotic evil

_________________


Double compte : S. Caldwell, P. Sidney
Revenir en haut Aller en bas
Dim 15 Avr - 17:44
avatar
√ Arrivée le : 04/09/2015
√ Messages : 2856

Dossier Top Secret
√ Age: 42 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: ATA
Voir le profil de l'utilisateur

Le chaos et l'ordre



Teshara lui attrapa l’épaule pour l’empêcher d’avancer plus, tout en sifflant dans ses dents : « Oh ? Qu’est-ce que tu fous la naine ? Tu veux te faire chopper bêtement ou quoi ? » Jane était à poil, et la dernière fois qu’ils avaient vu un membre de l’équipe exposant justement son membre, il s’était s’agit d’un Doppelganger à la sauce Wraith. Il ne fallait pas tomber dans le panneau deux fois non plus… Tesh’ aimait bien tendre l’autre joue pour prouver qu’elle avait raison, mais elle ne le faisait jamais sans avoir son flingue de posé sur les couilles de celui qui lui en collait une. Tout ça pour dire qu’ils ne pouvaient pas foncer à l’aveuglette comme ça.

Nelly était en colère. Voir Jane dans cet état lui filait un véritable coup et elle trouvait que c’était une injustice. Une injustice sans nom qu’elle soit dans cet état et que tout le reste de l’équipe soit là à la regarder sans même lui porter secours. Elle savait qu’il y avait une créature qui se changeait. Mais est ce qu’elle était capable de palir de la même façon ? Était-elle capable de trembler comme ça dans un état évident de traumatisme ? Ou est-ce que c’était véritablement humain de se comporter de cette façon.

Quand elle sentit la main de la jumelle se poser sur son épaule et, qu’en plus, elle trouva le moyen de l’insulter, Nelly eut une réaction de rejet très vive. Elle aurait voulu lui enfoncer la crosse de son arme dans le bide, la faire tordre de douleur pour lui apprendre à ne pas se mêler d’affaire qui ne la regardait pas. Après, n’avait-elle pas du mépris pour Jane également ?

Pour Nelly, la réaction de cette Tesh n’était rien d’autre qu’une opportunité de se faire bien voir auprès du colonel et elle la détestait. Oui, elle la détestait parce qu’elle était convaincue que cette bonne femme n’avait tout simplement pas d’intégrité. Alors, puisqu’elle n’était pas douée au corps à corps, son geste n’avait été qu’une bousculade du plat de ses deux mains cherchant à la faire reculer. Nelly avait le visage rouge, le regard haineux, et elle pointa un doigt accusateur sous le nez de Tesh’ comme pour la prévenir qu’elle la démolirait si elle recommençait son cirque. C’était suffisamment clair pour se passer de parole.

Une petite hispanique contre elle ? Oui, pour Nelly, c’était carrément possible vu la situation. Elle détourna le regard lorsque quelqu’un d’autre parla.

Teshara soutint clairement le regard de l’hispanique, n’en ayant trop rien à foutre de ses états d’âme. Ce n’était pas le genre de la maison. La colère était montée à ses joues plus roses que d’ordinaire alors qu’elle venait de se faire pousser, et pour un peu, elle lui écrasait son arme dans les dents pour la calmer une bonne fois pour toute. Pour qui elle se prenait cette salope sérieusement ? Mais tout comme pour Nelly, Candom fit diversion en parlant à Jacobs, ce qui détourna l’envie de meurtre. Après tout, si elle voulait foncer tête baissée dans un piège, qu’elle le fasse, et la galaxie serait vite débarrassée d’une personne non adaptée. C’était décidée, Teshara ne pouvait plus la piffrer. Déjà la balle, maintenant ça, elle en avait tué pour bien que moins ça !

« Allez vient Jane ! En plus tu es à poil ! » Fit Candom qui ne pouvait s'empêcher de mater son amie et supérieure hiérarchique… sa gaule était revenue en force… Mais son état presque hilare l'empêchait d’avoir honte sur le coup. Il se rapprocha de Nelly, pour la récupérer ne voulant pas que la jumelle touche quelqu’un d’autre… que lui sur le coup. Il lui jeta un regard. « Touche ceux qui le veulent toi ! » souffla t’il entre les dents.

Nelly se rapprocha de lui pour trouver sa protection. Elle préférait être avec un Alexis un peu trop “frétillant” qu’avec cette garde et elle se sépara lentement de son gilet Molle, en chemin, pour retirer sa veste. La manoeuvre ne fut vraiment pas évidente mais elle comptait lui donner ce vêtement. Candom l’aida d'ailleurs, sans se rendre compte que ce fut un peu trop naturel, il n’avait pas de mauvaise intention là-dedans malgré le chapiteau dressé.


John, était tout aussi méfiant et il fit un pas levant son zat vers la silhouette nue… Il y a quand même un coté super dérangeant à cette situation… Il commençait à se dire qu’il allait finir par voir ces soldats les plus réguliers à poil !

« Jacobs éloignez-vous ! C’est un ordre ! » dit-il de son air autoritaire. Si elle était véritablement Jane Jacobs elle aurait la bonne conscience de revenir vers le groupe ou même de ne pas continuer son exploration… déjà qu’il trouvait étrange qu’elle cherche encore. Il espérait juste qu’elle n’avait pas consommé plus de trois essais… Comme tout officier elle savait très bien ce que contenait la boite et qu’elle avait les codes... Et que si elle se foirait elle faisait tout péter. Elle avec, un Wraith ne survivrait pas, alors une copie ou une Jane réelle…Alors pourquoi elle semble hésiter à ce point ? L’état de choc ? John n’aimait pas ça et la voir sans vêtement lui faisait dire qu’elle était la chupacabra de Nelly.

Quand à Naalem, il avait déjà commencé à faire des pas sur le côté tout en discrétion, pour prendre de cours la petite jeune femme…

Jane avait son regard d’encre et elle était visiblement en état de choc. L’arrivée de Candom avec un parasol coincé sous la braguette déclencha d’horribles souvenirs venant de sa mission d’Ovidae et, même si elle le reconnaissait, comme la voix de Sheppard et Nelly que son frère d’arme trainait dans son sillage, elle restait complètement paniquée. Mettez en plus de ça le fait qu’elle était pointée d’un zat et qu’elle ne savait pas où se trouvait le jumeau dans l’immédiat, le péril était si présent que sa réflexion n’était limitée qu’à sa propre survie.

Elle passa dans un mouvement mal assuré et tremblant derrière le module pour y cacher sa nudité et s’en servir de couverture, rendant le tir d’une quelconque arme plutôt dangereuse pour le précieux contenu, et elle pointa sa lame de fortune en avant d’un geste tremblant.
« APPROCHEZ PAS !!!!! RECULEZ TOUT DE SUITE !!! »
Nelly s’était approchée, prenant les devants. Elle s’interrompit, regardant Condom, avant de lui montrer la veste, il comptait la suivre aussi pour aider Jane.
« Jane ! C’est nous... » Elle fit deux pas en tendant sa veste à bout de bras. « C’est nous ! Tiens...je te la lance...t’énerve pas... »
Elle donna son vêtement à Alexis pour qu’il l’envoie jusqu’à elle, l’homme la prit et ne savait pas s’il devait avancer plus ou non. Le poing levé de John l'empêcha de faire un quelconque mouvement. L’hispanique l’avait remercié d’un signe de tête silencieux. Elle garda ensuite les mains bien visibles, du moins autant que faire se peut, pour lui prouver qu’elle ne tenait pas ses armes.
« LA FERME ! PARTEZ !!!! PARTEZ !!! » Hurla-t-elle en réponse d’une voix cassée. Jane semblait véritablement mal en point.

Nelly se retourna, comprenant que le colonel avait interdit à Alexis d’avancer davantage. Elle pinça des lèvres avant d’insister.
« Colonel...au moins un vêtement... » Fit-elle sur un ton de requête à son attention. Morphéa ou pas, ils ne perdraient qu’une veste et en verraient moins de l’anatomie intime de l’officier.

John fronça les sourcils… cela lui semblait bien réaliste tout ça… belle imitation du choc, la créature pouvait être comédienne ? Il abaissa son zat, voyant bien que le jumeau s’était déjà faufilé dans les ombres pour prendre à revers Jane. Lui, il allait vers les emmerdes encore mais mieux vaut avoir quelqu’un prêt à immobiliser Jane ou la chose que rester planter là. Il comptait calmer Jane le temps nécessaire pour permettre l’embuscade supposé ou récupérer son soldat. Il fit non de la tête à Nelly. Avant de faire un pas vers la caisse.
« Jane… calmez-vous. Tout va bien. Où sont vos vêtement ? Nelly a une veste pour vous, vous la voulez ? » Il employa une voix plus douce pour l’apaiser.
« DES MENTEURS, TOUS DES MENTEURS ! IL EST PARTOUT, PARTOUT !!!! IL EST FORCEMENT LA !!! » S’égosilla Jane en pointant les militaires à tour de rôles. C’est là qu’elle comprit qu’il en manquait un et elle poussa un cri mêlant la surprise à la terreur en regardant tout autour d’elle.
« JE SAIS QUE TU ES LA, JE LE SAIS !! TU...TU NE M’AURAS PAS !! TU NE M’AURAS PLUS !!! »
Et Jacob détourna son arme pour la poser sur sa gorge. Elle levait le nez vers le plafond pour que sa peau soit bien tendue. Son coeur battait à tout rompre, sa respiration était affolée, mais elle parvenait à garder le contrôle de son bras, juste de son bras. Elle inspira une dernière fois puis serra les dents en tentant d’appuyer sur sa lame de fortune. Ce n’était rien d’autre qu’un pic organique, un éclat, mais il était suffisamment tranchant et elle avait bien l’intention de s’en servir pour ne plus être l’appât. Que cela se termine !
« JANE, NON !!! »
« Jane arrete ! Arrete ! »

Teshara ne se sentait pas concernée par la situation. Si la coincée voulait mettre fin à ses jours, qu’elle le fasse, mais qu’elle le fasse tout de suite. Cette petite égocentrique avait conscience qu’ils étaient tous en sursis ? Que l’air allait se raréfier ? Non mais sérieusement, au lieu de penser à elle, qu’elle pense aux autres, et on en parlait plus. Elle se suicide, une source de respiration en moins, les réserves augmentent. Elle gueule, elle braille, elle s’époumone, elle consomme l’air de façon inutile à la survie. C’était du pragmatisme à l’état pur, et Tesh était tentée de la descendre pour résoudre un problème que Jacobs n’avait, en définitive, pas envie de résoudre d’elle-même. Puis tant qu’elle y était, elle pouvait descendre la naine, puis la lavette, et la légende. Comme ça, il ne restait plus qu’elle et son frère, et ils avaient plus de volume d’air, et donc plus de temps, pour trouver une solution. La main de la jumelle se posa sur sa crosse. Elle était en pleine réflexion, plongée dans un schisme intellectuel qui trouvait sa solution de plus en plus dans la mort des compagnons de route Atlante. C’était bien beau de vouloir rejoindre la cité, mais s’ils crevaient ici, ils ne rejoindraient rien du tout. Donc, quitte à ne rien rejoindre, autant ne rien rejoindre vivant en se donnant les moyens de vivre. Non ? Son frère allait lui en vouloir, certainement, mais il la pardonnerait, comme toujours, surtout quand elle lui expliquerait son raisonnement. Ils étaient tous les deux des survivalistes, et ils n’étaient pas arrivés ici par hasard. Ils avaient fait des choix et ils avaient tué des gens pour leur profit.

La situation empirait…John serra la mâchoire voyant son officier péter littéralement un câble… il se demandait si cette fois elle allait être aussi forte et pas devenir définitivement folle surtout après Ovidae. Il faut vraiment, qu’il prenne un cours de psychologie ou un machin dans le genre. Ce n’est pas son truc la diplomatie ou ce genre de connerie ! Sur le coup, il regretta de ne pas avoir de fichu civil ! Bordel lui c’est un soldat pas un psy ! Il se trouvait incroyablement calme, alors qu’il avait tous les poils droits comme la bite à Candom en voyant le geste de Jane. Il ne pourrait pas courir assez vite avant qu’elle ne s’entaille plus… Ce n’est pas superman qui court et vol aussi vite que le son ! Cela le foutait en rogne…. Il ne savait pas où il puisait son calme mais à l’intérieur il avait l’impression d’être une tornade !
« Jane… Nous sommes tous normaux…. Lui il est seul, lâchez ça…» Dit-il toujours calme en ne bougeant plus. Son cœur battait fort face à l’impuissance, il redoutait qu’elle mette fin à ses jours… et avant qu’elle ne réponde… il y eut un tir sur la jeune femme en non létal. Naalem avait tiré sans la moindre hésitation, mettant en paralysant son arme. Il sortit de l’ombre en courant vers elle, sachant qu’il l’avait touché sur le côté et donc à moitié paralysé, puisqu’elle s’était mise à regarder et à gesticuler pour le trouver. Il la plaqua au sol, pour essayer de lui prendre son arme sans se soucier si elle n’allait pas essayer de le viser… enfin si elle avait encore l’énergie pour. En fait, comme d'habitude sa propre sécurité était un détail.

Mais il n’eut pas besoin d’y mettre beaucoup de force, il découvrit bien vite que Jane gisait dans ses bras avec une balafre béante sous la gorge. Le temps qu’il coure pour lui sauter dessus, elle avait visiblement eu le temps de reprendre son arme, de sa main valide, pour débuter le massacre. Le fait d’avoir pris le coup paralysant, doublé à son entraînement en tant que militaire, lui avait permis d’agir en le voyant arriver. C’est ce qui avait fini de la motiver pour passer à l’acte : l’idée que ce jumeau ne soit pas véritablement lui et que ce coup incapacitant lui permette de faire ce qu’il voulait d’elle, qu’un Morphéa ne se dévoile pour la reprendre. Mais Jane ne voulait pas se faire avoir une nouvelle fois. Seulement, avec une arme aussi basique, la peur, la folie du moment et la moitié du corps paralysé, elle avait tranché d’un coup sec en se loupant lamentablement. Cette faille béante ne prenait de profondeur qu’en descendant dans la partie la plus épaisse qui faisait la jonction avec sa poitrine. Elle perdait du sang mais pas en effusion, elle s’étouffait simplement par l’appel d’air de l’entaille la plus fine qui démarrait sur la gorge en elle-même.

Naalem jura d’un beau giron, mettant sa main sur la gorge de Jane pour enrailler le sang qui coulait de la gorge de la pauvre idiote ! Enfin enrailler, il ne pouvait pas compresser sans l’étouffer, donc il avait mis sa main dans l’espoir que ça aide un peu à maintenir sa gorge et éviter que le sang se barre. Il ne pouvait pas faire mieux, il n’avait pas les compétences pour. Elle agonisait simplement dans ses bras en étouffant, ne parvenant plus à absorber de l’air.
« Nom d’un Lays ! Qu’est-ce qui te prend ! ! Je t’ai pas sauvé des enfoirés d’indiens pour que tu suicides idiote ! D’où tu as peur d’un putain de change morphe !! Tu as survécu à une tribu indienne ! » Feula t’il en grommelant.

Il avait horreur des viols et des suicides aussi. Il trouvait ça d’une faiblesse et d’une idiote incroyable. Et tout le monde sait que Naalem est allergie à la connerie ! Et le suicide avait un coté horrible qu’il le foutait en rogne, car même s’il la traitait de coincée il devait quand même reconnaître qu’elle était encore là après avoir eu le gang des consanguins qui lui était passé dessus. Une personne normale aurait dû être folle… a moins qu’elle ne soit pas normale. Il n’en sait rien mais elle n’est pas comme lui et sa sœur ! Donc potentiellement plus faible... Enfin bref, il était fou de rage de voir qu’elle avait la bêtise de se suicider et il n’allait pas la laisser crever comme ça ! Si elle veut mourir qu’elle parte en donnant sa vie pour un vrai combat ! Pas en étant une énième sous merde ! C’est quoi ces conneries de suicide là ? Ce vaisseau les rend complètement dingue quand même ! Pire que lui et Teshara ! C’est dire !

Il releva la tête. « Teshara ! » Mais peut-être que sa soeur pourrait faire quelque chose non ? Oui elle le verrait, elle l’avait soigné tant de fois et à l’orée de la mort ! C’est la meilleure !



(c) chaotic evil

_________________
JohnSheppard

Double comptes : Isia Taylor-Laurence & Alexander Hoffman & Naalem Lays & Elana Ravix//écriture : MediumTurquoise
Revenir en haut Aller en bas
Dim 15 Avr - 17:57
avatar
√ Arrivée le : 06/04/2017
√ Messages : 72
√ Localisation : Atlantis


Dossier Top Secret
√ Age: 32 ans
√ Nationalité: Alien Alien
√ Gêne: Non
Voir le profil de l'utilisateur

Le chaos et l'ordre



Déjà, Nelly était en train de débouler avec sa veste pour lui couvrir le torse. Puisque Naalem était à califourchon sur elle à tenter elle ne savait quoi, elle décida de ne pas le gêner, vu l’urgence de la situation et passa la veste au mieux pour dissimuler sa nudité.
« Jane, accroche-toi !!! » Elle leva le nez d’un air paniqué et cria, de manière bien inutile, un puissant : « CORONEL !!! »
Une chose était certaine...vu l’expérience des équipiers sur leurs premiers combat avec le Morphéa, Jane n’en était visiblement pas une.

John arriva aussi très vite… Surtout en entendant Nelly crier. Il ne savait pas quoi faire, mais il prit l’arme tranchante pour éviter un autre mouvement au cas où. Candom voulu se précipiter vers Jane mais le colonel, le retenu se retrouvant avec l’homme dans les bras. L’adrénaline et la drogue injectée l’avait rendu fou en voyant sa sœur d’arme à terre en train d’agoniser sous le jumeau. Il poussa un cri accusant Naalem de l’avoir buté avant que John lui demande se calmer aussitôt en l’éloignant un peu. Il dû se montrer ferme avec Candom qui était littéralement autre. Pauvre colonel, sur tous les fronts et aucun à la fois !

Teshara avait eu un instant d’hésitation quand Naalem avait tiré sur la coincée. Est-ce qu’il partageait ses idées, et est-ce qu’il attendait qu’elle flingue les trois autres dans le dos ? Ses doigts s’étaient refermés sur sa crosse, et elle était en train de sortir du holster de cuisse son arme de poing, quand elle entendit son frère engueuler Jacobs pour ses conneries. Dans un souffle, elle laissa l’arme glisser dans le fourreau de cuir, et elle expira amplement en fermant deux secondes les yeux. Et puis, il l’appela. Est-ce qu’il était blessé ? La coincée avait réussi à le toucher ?

Seulement voilà, la blonde était dans une optique de meurtre, pas de soin, et elle eu du mal à bouger son cul pour rejoindre le groupe qui s’était agglutiné. Et c’était bien la perspective que Naalem se soit fait blessé qui la força à presser le pas. Quand elle arriva derrière la caisse où s'était déroulé le drame, elle constata que c’était la jeune femme qui était blessée, et pas son frère. Devait-elle tout tenter pour la soigner ? Ou faire économiser maintes respirations à leur réserve limitée ? Ne voulait-elle pas se suicider ? Autant lui faire l’économie d’un échec non ?

« Quelle perte de temps... », fit-elle dans ses dents en se penchant sur Jacobs. Tesh était bougonne, irritée, frustrée de s’être faite bousculer, de s’être faite tirer dessus. Heureusement, le colonel et Candom s’étaient éloignés, et il ne restait que Nelly et Naalem autour de Jane. Au moins, elle avait un peu d’air.

« Enlève ta main. », fit-elle à son frère, pour évaluer les dégâts. Ce que fit Naalem sans plus attendre en lui laissant la place, il secoua sa main pleine de sang mais se détacha rapidement de son dégoût pour rester là en soutien pour les soins de sa sœur. Il se doutait que la coincée allait encore faire des siennes.

La plaie n’étaient pas nette, ni belle. Mais elle n’était pas bien grave. Elle s’était bel et bien loupée, et finalement, elle avait du mal à respirer convenablement du fait de la prise d’air de la coupure. Rapidement, la pégasienne fit basculer son sac médical de fortune sur le côté, et elle fouilla dans son bordel pour en sortir du fil et une aiguille.

Nelly avait fait de la place dès que la jumelle était apparue à la suite de l’appel de son frère. La situation ne laissait pas de place à l’animosité que les deux femmes se partageaient et la petite espagnole ne reprocherait même pas, intérieurement, la réplique bien égoïste de cette blonde. Son coeur battait à tout rompre et le visage déformé de Jane, à la recherche d’air, ne faisait que la malmener davantage émotionnellement. Il fallait que cette jumelle, aussi détestable soit-elle, lui ramène Jacobs. Elle ne méritait pas ça, pas comme ça.

« Je referme, tenez lui les jambes et les bras qu’elle bouge le moins possible. » De toute façon, avec la douleur de la plaie, elle était certaine qu’elle ne sentirait pas les piqûres de l’aiguille dans la chair ainsi que le fil qui coulissait et serrait les lèvres de la plaie. Elle devait rendre tout ça hermétique. Sur le haut de la plaie, c’était assez simple, mais le bas étaient plus profond, si bien qu’elle devait travailler sur deux niveaux de profondeurs et remonter progressivement vers le haut. Mais c’était du muscle, si bien que de toute façon, il se ressoudrait de lui-même sans qu’elle n’ait vraiment besoin d’y faire quelque chose.

Pendant ce temps, Nelly s’était positionné un peu au-dessus de Teshara. Elle plaquait les épaules de la victime de ses deux mains et appuyait de son poids pour l’empêcher de se redresser dans ses mouvements de rébellion. Le plus souvent, elle l’encourageait par des “ca va aller” ou des “tiens le coup, ne pars pas”.

Naalem avait pris la place des jambes et plaquait d’une main le bassin de Jacobs, même si la pauvre femme semblait être passive comme si elle attendait le coup de grâce. Qu’elle soit à ce moment-là complètement nue, indifférait Naalem qui n’y portait aucune attention, celle-ci étant sur sa sœur prêt à réagir à ces ordres en cas de besoin. Jacobs aurait une marque de main en sang sur le bassin, celle du pégasien.

Les encouragements de Fabula devait servir à rien… Il les trouvait parfaitement inutile au vu de la non réaction de la coincée. Mais en observant un peu cette petite femme à l’accent chantant, elle semblait bien trop « humaine » pour porter un uniforme. Du moins si elle était Geniis, elle aurait fini dans un trou ou au mieux à laver les uniformes pour son manque de pragmatisme et son empathie trop prononcée. Naalem venait à se demander si les Atlantes avaient tous cette faiblesse de toujours voir le côté humain ? Peut-être bien … avec leurs principes de ne jamais laisser quelqu’un derrière eux. Cela était bien et à la fois non. Comme perdre du temps pour des électrons libres ou faire du sentimentalisme.

N’empêche, ça serait parfait pour une embuscade ! Tout le monde affairés sur la coincée, sauf les deux autres mecs qui semblaient s’intéresser à la boite… Franchement, s’il était la créature il attaquerait à ce moment-là. Cette situation le tendait et il regardait beaucoup autour de lui, comme pour prévenir d’une attaque.

Ça saignait, mais sans plus pour une plaie de cette conformation. Elle n’avait pas touché de gros vaisseaux sanguins, ou pire d’artère. Les doigts néanmoins plein de sang, elle agissait avec méthode pour refermer cette plaie rapidement et bientôt, elle épongeait le tour des lèvres déchirées pour ensuite poser un pansement assez conséquent. Elle avait choisi de la sauver, et avec l’aide des deux autres, elle la redressa pour l’adosser à la caisse qu’elle trafiquait quand ils étaient arrivés. Sans rien dire, Teshara aida Nelly à lui enfiler la veste pour masquer ses formes, et la jumelle extirpa même son pantalon de rechange pour l’enfiler à Jacobs, qui allait un peu nager dedans puisqu’elle était plus petite. Mais au moins, elle ne serait pas nue, ce qui était insupportable pour la jumelle qui connaissait déjà le passif de la coincée.

Naalem ne les aida pas, elles étaient bien suffisantes à elle deux. Il se releva sans rien dire de plus, pour chercher dans son sac, un mouchoir en tissu, pour s’essuyer les mains du sang de la coincée. Même si la boîte l'intriguait il était trop parano pour ne pas se mettre en défense et sortir son arme en observant autour de lui la pièce chaotique. À la recherche d’une ombre ou d’un mouvement.

Il n’y avait pas besoin de discuter davantage, ça se passait de mots. Une forme de solidarité féminine, Jane ne méritait pas de rester à poil comme ça à cause d’une créature qui avait voulu quoi ? Laisser libre court à du sadisme ? Brouiller des pistes ? Cet officier avait déjà été malmené, utilisé comme un vulgaire appât, elle l’avait bien vu. C’était déjà horrible d’être baladé comme ça par une chose sans pouvoir y échapper. Et que dire de ce sentiment de ne pouvoir faire confiance à personne ?

Cette jeune femme allait être traumatisée à vie avec tous les coups qu’elle ne cessait de recevoir. Alors, quand Nelly tenta de lui faire passer la veste et qu’elle remarqua que Tesh l’y aidait sans même essayer de la balayer et de la rejeter, la petite espagnole s’accorda avec ses gestes pour que ce soit plus rapide. Elles avaient visiblement le même élan altruiste et, même si ça la débectait, il fallait reconnaître que la jumelle n’était pas si garce qu’elle ne l’imaginait. Donc, exactement de la même manière, elles firent passer le pantalon de rechange pour rompre une bonne fois pour toute cette exposition de nudité sordide au reste du groupe.

Jane n’était pas inconsciente mais elle n’était pas des plus alerte. Lorsqu’elle remarqua que le pantalon ne serait pas de la bonne taille, Nelly se redressa sur ses pieds et retira rapidement sa ceinture. Elle savait qu’elle pourrait se déplacer sans se retrouver le pantalon sur les chevilles. Donc Jane en hérita sous les gestes des deux femmes. Nelly veilla à ce que ce soit suffisamment bien serré puis elle posa une main compatissante sur son épaule, essayant de trouver son regard fuyant pour savoir si ça allait. Ses prunelles étaient grises, comme si le noir d’encre avait commencé à se diluer et des petits points de couleurs commençaient à percer le voile. Sa collègue détourna le visage. Elle s’était probablement terré dans le mutisme en craignant encore que le monstre soit parmi l’un d’eux, ça se comprenait, Nelly ferait pareil. Ayant raté sa tentative et la moitié du corps paralysé, elle s’était littéralement abandonnée entre leurs mains. Mais il n’y avait pas de monstre, Jane. Il n’y en avait plus. Ses traits tirés et les plaintes étouffées trahissaient la douleur importante qui devait l’assaillir. Quelque part, c’est comme si elle venait d’être opérée à vif. Ca venait de plus en plus souvent malgré des efforts pour se garder de la contenance.

La petite espagnole pinça des lèvres avant de tourner son regard vers la jumelle. Elle acquiesça silencieusement, comme un merci poli et implicite pour avoir joué le jeu et ne pas avoir abandonné Jane à une longue agonie. Nelly aurait préféré qu’elles en restent là. Mais elle avait posé ses mains sur l’avant bras de la militaire en guise de soutien et elle sentait les tressaillements tirés de la douleur. Sans oublier qu’elle commençait à suer de plus en plus. Elle ne pouvait pas rester comme ça. Sans le nécessaire médicamenteux, elle n’irait pas bien loin.

« Tu as quelque chose contre la douleur ? » Elle regarda brièvement Alexis avant d’ajouter, comme s’il était vital d’être plus clair :
« Autre que ton aphrodisiaque ? »

Ce n’était pas évident de le demander sur ce ton, presque aimable, vu l’aigreur qui restait au fond de ses tripes. Mais pour Jane, il fallait bien faire des concessions non ?

« Je dois avoir ça en stock. », fit-elle d’un air blasé, et de l’air de celle qui n’avait pas envie de cramer ce genre de réserve pour quelqu’un comme Jacobs. Néanmoins, elle fouilla dans son sac, et extirpa une fiole d’un liquide coloré. Quand le bouchon sauta sur la substance ambrée, une forte odeur se dégagea qui pourrait rapidement prendre la tête si on y était exposé trop longtemps. Avec habitude, elle imbiba deux morceaux de coton qu’elle fourra sans ménagement dans les narines de Jacobs. Avec ça, elle serait rapidement stone, et la douleur s'atténuerait avec le temps.
Il n’y avait pas tant d’effets secondaires que ça. La blonde regarda Nelly :
« Voilà, contente ? »

La petite hispanique était restée silencieuse durant l’opération mais la jumelle lui avait filé la frousse. En enfonçant ces morceaux de coton, c’était à se demander si elle ne l’avait pas sauvé juste pour la torturer davantage. De ce fait, elle avait écarquillé les yeux sous la surprise en se demandant ce qu’elle faisait avec ce liquide bizarre, c’était vraiment loin du concept de la morphine injectable. Nelly reçu le regard de Teshara avec le sentiment qu’elle avait vendu sa fierté pour permettre à sa collègue de moins souffrir, comme si la jumelle prenait une position encore plus supérieure maintenant que cette survie ne tenait que de ses actes.
« Oui, merci. » Répondit Nelly dans un sentiment qui mêlait une reconnaissance sincère à la contrariété de ne plus pouvoir la détester sans limite.

« Cool. La prochaine fois que tu auras envie de me tirer dessus, penses-y. », fit la jumelle en se levant pour aller voir ce qu’il se passait du côté des hommes. Nelly attendit qu’elle lui tourne le dos pour lui tirer la langue d’une manière parfaitement puérile. Elle reporta ensuite son attention sur Jacobs et essaya de lui parler, tentant de la rassurer et de lui faire comprendre qu’elle ne risquait plus rien maintenant.



(c) chaotic evil

_________________
DC : Erin Steele & Pedge Allen
Revenir en haut Aller en bas
Dim 22 Avr - 14:46
avatar
√ Arrivée le : 03/04/2017
√ Messages : 122

Dossier Top Secret
√ Age: 32 ans
√ Nationalité: Alien Alien
√ Gêne: Non
Voir le profil de l'utilisateur

Le chaos et l'ordre


Pendant que Jacobs était en train d’être soigné, John avait éloigné Candom pour éviter qu’il ne fasse une connerie. L’homme se reprit facilement en s’excusant épongeant de sa manche des perles de sueur. Le caporal était dans tous ses états et la drogue n’aidait en rien. La mission était usante et chacun semblait risquer de mourir à chaque instant. Mourir et perdre les personnes qui composaient l’équipe. Le colonel trouvait ça tout aussi fatiguant et la pression de ne pas savoir combien d’air leur restait augmentait son stress. Il guida Candom de l’autre côté de la boite pour taper le code à quatre chiffres et trois lettres : 1-4 (pour le jour de sa naissance) et le 0-9 (pour celui de Karola) JCV (pour Johnny Cash et V pour le chiffre 5 qu’il appréciait). Des chiffres faciles à retenir pour des urgences angoissantes.

Environnement


Naalem vigilait.
La créature aurait pu attaquer pendant que tout le monde était occupé, comme elle l’avait fait en se servant de Jane comme d’un appât. Ce n’était pas la première fois et le jumeau n’allait pas se faire avoir de nouveau. Peut-être était-ce justement pour ça que l’attaque ne vint pas ? Quoi qu’il en soit, Jane Jacobs n’était pas un Morphéa. Du moins du fait de sa blessure et de son comportement, malgré son évident traumatisme, qui laissait à penser qu’il s’agissait de la bonne.

Le code que Sheppard entra fut accepté et le contenant s’ouvrit en même temps que l’extinction des balises de sons et de lumières, le silence qui revint prendre son droit soulagea tout le monde. A l’intérieur se trouvait huit ou neuf combinaisons de plongée. Le Dédale préférait en envoyer trop que pas assez, ils n’étaient pas au courant de la présence des jumeaux au sein de l’équipe. Ces équipements avancés étaient beaucoup moins volumineux et encombrants que des combinaisons terrienne avec la grosse bonbonne. Ces combinaisons-là mêlaient la technologie d’alimentation d’oxygène des tenues de pilotes avec des cartouches qui se vissaient à la ceinture, sur le flanc, et ne faisaient pas plus de quinze centimètres. Idéal pour bouger sans être gêné par le surpoids, idéal pour conserver son équipement par dessus la toile.

Sur le dessus de cette pile, une tablette alimentée avait été volontairement placée en évidence. L’image représentait le colonel Caldwell devant l’ordinateur central du pont de commandement, là où l’on faisait habituellement les rapports et les entrées au journal du bord du croiseur. Il suffisait d’appuyer sur la lecture pour que le message soit délivré. Mais là encore, il fallait un code d’identification. Caldwell était toujours très à cheval sur ce type de sécurité, quitte à rogner sur le temps que cela prendrait à des éléments qui n’en avaient peut-être plus.

John sourit en voyant les combinaisons de plongée. Cela était plus que nécessaire et elles le seront encore plus pour évacuer le croiseur. Il ne put s’empêcher de remercier silencieusement le colonel avant de prendre la tablette jetant un regard à Candom qui regardait autour d’eux aussi.
« Candom, équipez Jacobs et donnez les combinaisons à l’équipe. »
« Même aux jumeaux ? »
« C’est une vraie question caporal ? »

L’homme se sentit profondément con et préférera ne pas répondre surtout que John avait un regard assez dur, celui de l’officier qui est désagréablement agacé par une bêtise. Alors sans plus attendre Alexis, prit plusieurs combinaisons, sous son bras pour les donner aux trois autres et déposer une près de Jacobs qui respirait doucement et silencieusement. Elle était calme et encore en état de choc. Il posa une main sur son épaule, ce qui fit sursauter l’officier qui le rejeta immédiatement en lui grognant dessus comme un chat. Désemparé Alexis, regarda Nelly, dans l’espoir qu’elle puisse lui enfiler seule cette fichue combinaison. Il se releva et fourra dans les bras de Teshara le vêtement.

« Tu sais ce que c’est où je te l'enfile ? » Lui souffla t-il se disant que moulée là dedans elle en sera que plus appétissante…

Teshara considéra le vêtement… Non, elle ne savait pas vraiment ce que c’était, mais cela s'apparentait à des tenues en cuir assez moulante, et du coup, elle vit là de la malice dans la demande de la lavette gaulée. Elle ne se doutait pas spécialement que ce soit pour faire de la plongée, elle qui connaissait seulement le système de scaphandre pour se protéger des couches thermiques, ou alors, le masque et la bouteille sans véritablement rien d’autre. Bref, quand ils étaient Géniis, la technologie n’était qu’à ses balbutiements, et elle n’était pas prête d’évoluer surtout que l’effort de guerre était porté sur le nucléaire et la vie dans l’espace, pas sous l’eau. Il fallait faire des choix quand on était un peuple caché et qui n’était pas assez nombreux pour expérimenter de nombreuses choses. Et franchement, sur Renégat, station dépourvue de grandes étendues d’eau, Teshara ne s’était pas intéressée le moins du monde à ce genre de matériel. Aussi répondit-elle à Candom :

« Je suis assez grande pour m’habiller toute seule, surtout que je suis mieux servi par moi-même. Rappelle toi, la dernière fois que tu as essayé de m’enfiler, j’ai dû utiliser mes doigts ensuite pour faire passer ma frustration. Alors tu m’excuseras, mais je préfère encore me débrouiller. » Elle lui fit un grand sourire en prenant la combinaison. Elle ne pouvait pas le savoir mais c'était une combinaison étanche, sous laquelle on devait conserver ses vêtements, ceci afin de protéger de l’eau froide… « Par contre, si tu veux me dire pourquoi je dois me glisser là-dedans, je ne suis pas contre. », fit-elle d’un air aimable dans la foulée, l’empêchant de répondre à sa première provocation.

Candom se tortilla sur place, vexé comme un pou par le sous-entendu, tandis que bien malgré lui, certaines images coquines d’une Teshara se faisant du bien, s’imposèrent à son esprit. « J’ai bien envie de te laisser te démerder puisque c’est ça. », fit-il grognon. Son regard erra de l’autre côté, vers le colonel qui lui avait explicitement demandé de fournir les combinaisons aux jumeaux. Fournir oui, mais pas expliquer, non ? Raaa, il allait se faire engueuler s’il ne le faisait pas. Sous le regard insistant de Teshara, et sous la pression hiérarchique, il obtempéra quand même : « Ouais bon… C’est bien parce que c’est toi hein. », dit-il boudeur, en tendant ses mains pour manipuler le vêtement dans les mains de la jumelle. Il lui expliqua le principe de la combinaison, du clip pour la petite bouteille d’oxygène, le masque, et tout le bordel, et la blonde ne fit pas de commentaires, enregistrant l’ensemble des informations pour pouvoir être autonome.
« Voilà, tu sais tout. », conclut-il d’un air professoral en restant proche d’elle, la main sur la combinaison qu’il venait de décrire, laquelle laissait ses jambes pendre mollement entre eux.
« Hum, je vois. Merci monsieur. », fit-elle en plissant les lèvres et le nez tout en prenant une voix hautaine. Soudainement, elle se pencha vers lui et elle posa ses lèvres sur les siennes tandis que sa main franchissait le tissu qui pendait et qu’elle lui agrippait le paquet dans un petit mouvement rapide de va et vient. Aussi rapidement, elle se recula et parti vers Sheppard non sans faire un clin d’oeil à Candom qui restait comme un con en jetant des regards alentours pour observer qui avait vu ça. Et surtout, une pensée s’imposa à lui, déferlant dans son esprit en l’emplissant d’une satisfaction certaine : Il n’avait pas lâché la sauce quand elle elle lui avait touché le sexe au travers de son vêtement ! Il n’avait pas lâché la sauce putain !!

Gai comme un pinson, il s’en alla vers Naalem pour lui filer sa combinaison. Celui-ci avait assisté de loin à cette scène sans vraiment la mater réellement. Il avait les environs à surveiller et cela était plus important que de constater la manipulation de sa soeur. De toute manière elle était la meilleure là dessus, les hommes sont si faibles face à une belle femme. Alors quand Candom arrive avec sa tête du mec qui a découvert l'eau chaude il lui lança un regard dédaigneux en le toisant de haut en bas.

« Compte pas sur moi pour te toucher en remerciement », lui dit-il d'un air taquin avant de prendre la combinaison et demander des explications plus poussées.
« C’est sûrement ton fantasme mais non. », blagua l’autre d’humeur badine avant de passer aux explications sur le dispositif de plongée. Il était tenté de lui raconter de la merde pour qu’il se noie, mais finalement, Candom avait un bon fond.
« Oh bah oui, surtout depuis qu’on m’a dit que tu avais un... » Il ne savait pas comment dire “marou (marteau)” dans la langue des Atlantes… Alors il réfléchit un instant avant de trouver un autre mot : « Pieux entre les jambes ! » Répliqua Naalem qui avait ricaner doucement avant d’écouter comme un parfait petit élève les explications de Candom. Il enfila la combinaison tout en marmonnant quelques paroles de satisfaction sur la technologie incroyable des Atlantes ! Son regard expert ne laissait rien passer de la moindre particule de matière de la combinaison essayant de comprendre avec son savoir comment arriver à un résultat similaire ou proche.
« J’en ai tellement, je t’en passerai un morceau pour compenser ce qu’il te manque. », fit le jeune homme, non sans continuer ses explications, voyant dans Naalem un élève intéressé, ce qui le motivait d’autant plus. Il n’allait pas manquer une occasion de se gargariser un petit peu d’avoir plus de connaissances techniques sur un sujet que ce loupien quand même !
« Grave comme ça j’aurais plus de chance de choper de la belle Atlante. » Ajouta Naalem pour le principe et parce qu’il trouvait ça drôle, pour une fois que la lavette avait de l'intérêt pour lui. En plus, faire le gros lourd niveau vocabulaire, il aimait bien faire ça. Cela avait un côté spontané qui le faisait grandement rire intérieurement, de toute façon Naalem pouvait avoir tous les styles quand il était en infiltration avec sa sœur. Mais le style familier était plus facile à avoir.
« Mes fesses ouais. À part l’équipe là, tu n’en croiseras pas d’autre. », fit l’autre vexé. Pour un peu et il sortait : la bite à Candom ne choppe jamais de fille mec. Mais c’était se tirer une balle dans le pied, alors il préfèra botter en touche de la sorte.
Naalem ricana de plus belle, s’il savait qu’il avait déjà rencontrée pleins d’autre nana Atlantes dont la belle et simplement magnifique Kara.
« Oh ! pas comme si les Atlantes trainaient partout sur cette galaxie hin. » Il le provoquait un peu faut dire.
« Ouais peut-être. Tu en as croisé d’autres ? », tenta Candom.
« Tu feras un sondage sur ta planète pour voir. » répliqua du tac au tac Naalem.
« Pas que ça à faire. », dit-il en tapotant sur la combinaison.
« Enfile ça pour être top sexy l’artiste. », ajouta-t-il.
Naalem ricana doucement, levant un pouce en l’air et enfila sans dire plus la combinaison, la trouvant aussi serrée que l’esprit de Teb’. Mais bon tout passe avec un peu d’effort !

Jane ne rejetait pas Nelly, c’était déjà ça. La petite espagnole n’avait pas été très surprise de la voir réagir comme ça face à Alexis vu son état et elle tenta de la plaquer contre le contenant pour éviter qu’elle ne se fasse mal en agissant comme ça. La jeune femme récupéra la combinaison, ainsi que la sienne, tout en laissant trainer un regard sur son collègue comme pour lui dire que ce n’était rien, qu’elle allait s’en charger. Elle présenta doucement la combinaison à Jane en lui expliquant qu’il fallait la mettre, que le croiseur coulait avec la chose et qu’il ne l’atteindrait plus. Elle doublait ses propos de gestes de sympathie, rassurants, en lui expliquant par où elle commencerait à l’habiller. En somme, elle la mettait en confiance et veillait à ne surtout pas la brusquer. Ce ne fut pas très évident mais Jane ne se débattait pas et elle termina avec le masque sur la tête, sa respiration particulièrement lente, surement dû à la drogue, devenant un rythme sonore continu. Nelly défit ensuite son gilet Molle pour enfiler la combinaison et replacer son équipement par-dessus. Elle ne mit pas le masque tout de suite pour rester auprès de Jane et la rassurer.

(c) chaotic evil


_________________




DC : John SHEPPARD // Isia TAYLOR LAURENCE // Alexander HOFFMAN // Elana RAVIX écriture : LawnGreen

Revenir en haut Aller en bas
Dim 22 Avr - 14:48
avatar
√ Arrivée le : 06/04/2017
√ Messages : 72
√ Localisation : Atlantis


Dossier Top Secret
√ Age: 32 ans
√ Nationalité: Alien Alien
√ Gêne: Non
Voir le profil de l'utilisateur

Le chaos et l'ordre


De son côté John venait d’appuyer sur la vidéo pour regarder ce que lui disait son homologue. Il se décala un peu, pour voir si Jacobs allait bien puis tapa son code qui donnait accès à l’image animée.
Caldwell débuta immédiatement son discours. On voyait dans son dos l’effervescence d’un équipage en mobilisation. Les quelques câbles électriques suspendus ici et là témoignaient d’un combat qui avait été rude mais pas catastrophique.

« Colonel, votre situation et l’environnement qui vous entoure ne permettent pas une téléportation optimale. Je ne peux pas rapatrier vos hommes sans risquer leurs vies. Ces combinaisons vous permettront de remonter à la surface assez rapidement pour rejoindre la Porte. »

Une photographie prise par l’observatoire du Dédale montra le vaisseau mère en plein combat. Le Dédale lui avait visiblement détruit ses ponts d’envols et ses propulseurs de manoeuvres. Mais il y avait des sortes de missiles verts, qui partaient d’un endroit du vaisseau, et se dirigeait droit sur la proue du croiseur. Le bouclier semblait être mis à rude épreuve. Il aurait été étonnant que les Wraiths n'aient pas évolué aussi sur ce plan là. La grognasse était quand même très ingénieuse et méritait son titre de super Vilaine. Un véritable adversaire qui file des cauchemar et non un simple ennemi sans saveur. John préférai largement avoir un adversaire sans saveur que trop pimenté au vu des conséquences. Ils étaient véritablement menacé et sa pensée était sur Atlantis, puisque ici il le savait bien.

« Leur armement a évolué, nous avons été contraint de nous replier avant de subir des dégâts trop importants. Nous réparons au plus vite pour défendre votre position mais cela ne durera pas. Je vous recommande d’évacuer dans les plus brefs délais colonel, j’ai la ferme intention de détruire ce croiseur par le feu nucléaire en contradiction avec les ordres d’origine du CODIR. Je ne peux en toute conscience laisser cette épave à l’ennemi et je préférerai ne pas avoir à risquer l’intégrité de vos hommes sur une téléportation d’urgence hasardeuse. »

Un technicien lui apporta une tablette. Caldwell valida d’un signe de tête et l’homme repartit au triple galop. John roula des yeux… Il y tenait à son nucléaire et ça allait pas plaire aux ronds de cuir. Il en était certain. Autant avec Weir cela aurait été réglé rapidement mais avec le trio ce n'est pas aussi facile. Enfin qu'importe l'urgence était de se barrer d'ici. En tout cas ils pouvaient pas être téléporté.

« L’ennemi atteindra notre position dans deux heures et trente trois minutes. Sauvez-vous de ce traquenard au plus vite. Bonne chance Sheppard. »

La fin de la vidéo se réduisit en vignette. Le colonel pouvait la relire s’il le souhaitait. En fond d’écran défilait un compte à rebours lié à la précédente déclaration. L’équipe de Sheppard ne disposait pas de ce temps à partir de la réception du message, une heure avait déjà filé depuis son enregistrement. Le compteur n’affichait plus, à présent, que quatre-vingt dix minutes.
Bon ils n’avaient pas longtemps… la pression était à nouveau forte. John savait encaisser heureusement. Il pensait déjà à savoir où aller essayer de trouver l'endroit où le vaisseau emmène les clones et se barrer.

Teshara, satisfaite d’avoir filé un caramel à la lavette qu’elle avait maintenant dans sa poche, elle en était certaine, s’était glissée derrière le colonel, sa combinaison à la main. Elle ne l’avait pas encore enfilé, mais maintenant que Candom lui avait fait l’article de son utilité, elle comprenait que ce serait sa porte de sortie vers la surface. Ces atlantes étaient quand même sacrément ingénieux, et elle avait hâte qu’ils deviennent ses atlantes. Il y aurait tellement à apprendre. Toujours est-il qu’elle avait vu la tronche du mec qui parlait dans l’écran que Sheppard tenait, et elle le trouva amusant. Les types chauves ou bien dégarnis étaient toujours un sujet d’amusement pour la jolie blonde qui n’avait pas de soucis à se faire de ce côté là tant sa tignasse semblait épaisse. Son regard s’attarda sur le compteur :
« Ça nous laisse donc une heure trente pour se sauver. J’espère que la bergère nous cherche de son côté sinon... » Sinon, ils ne se trouveraient pas à temps et ils devraient partir sans elle. Surtout qu’il allait encore falloir trouver un trou dans la coque pour se barrer, et cela allait demander du temps. John sursauta en l'entendant parler. Il lui jette un regard.
« Si elle est libre de ses mouvements oui. »

« C’est ton chef ? C’est marrant ce crâne luisant, ça donne envie de dessiner dessus des yeux et une bouche pour faire des blagues. », fit la jumelle d’un air sérieux. Elle hésitait. Il fallait trouver Pedge, mais est-ce qu’il fallait déjà enfiler la combinaison ? N’auraient-ils pas trop chaud là dedans à courir l’aventure dans le croiseur pour retrouver une femme qui était probablement morte ?

Des smiley sur le crâne du colonel ? Cela le fit sourire ce fut plus fort que lui et il paierai sûrement pour voir ça sur ce visage austère.
« Non ce n'est pas mon chef. C'est le commandant de l'un de nos vaisseaux. » Manquerait plus que ça.. Qu'il soit son chef ! D'ailleurs il avait répondu rapidement et presque brusquement. Il rendait des comptes à des civils et c'est déjà bien suffisant. C'est mieux que des dinosaures avec une perspectives de l'armée trop étroite. Et de l'humain en générale.
« Ah ouais je vois. Il n’a pas l’air commode. », fit la jumelle en haussant des épaules.

Le colonel hocha la tête. Oui c'est parfaitement le cas mais malgré cet air peu avenant et leur différent John savait qu'il pouvait compter sur son homologue comme le prouvait cette crise. Sur le coup il donnerait bien un rein pour avoir une fenêtre de téléportation viable et être sur le Dédale même en pleine guerre spatiale. Mais bon.
« C'est le cas. », dit-il simplement avant de heller Nelly qui était de l'autre côté de la boîte : « Dans vos souvenirs Bricks, les clones étaient stockés où ?»

Nelly était toujours agenouillée aux cotés de Jane. Elle était parvenue à échanger quelques mots avec elle, assez brefs, mais elle avait confirmé qu’elle pourrait marcher et les suivre pour quitter cet endroit. La scène de la jumelle lui avait échappé, et heureusement d’ailleurs, étant plus concentrée par le message délivré par la plaquette. Trop loin pour recevoir le contenu sonore, elle avait cependant relevé qu’il s’agissait de la voix de Caldwell et que Sheppard avait soudainement roulé des yeux. Qu’est ce qui pouvait bien lui déclencher ce genre de désagrément ?

La jeune femme se renfrogna en voyant la blonde minauder autour du colonel et faire sa star. Ce n’était vraiment pas le moment de s’amuser et, plus encore, elle reprocha intérieurement au colonel le fait de ne pas la renvoyer à un peu plus de concentration. Pedge restait à retrouver et la catin du groupe plaisantait avec Sheppard de dessins sur un crâne chauve. Et en plus il révélait l’existence d’un croiseur et de l’identité de son commandant. Pourquoi les Wraiths avaient torturé Pedge sur la Magna pour avoir la même info ? Il aurait suffi d’un Sheppard et d’un clone d’une Tesh roule cul-cul et hop ! L’info était dans la poche.

Nelly serra les dents et jeta un regard presque haineux dans leur direction. Elle n’arrivait pas à concevoir simplement le fait que son supérieur commençait à avoir confiance en eux. Pour la petite hispanique, ils n’auraient jamais dû s’intégrer au groupe. Là, elle avait l’impression de voir du parasitage en règle. Mais on ne réfléchit jamais bien clairement quand tout est à base de colère n’est-ce pas ?

Du coup, lorsque le colonel se détourna pour l’appeler et lui poser la question, Nelly regarda ailleurs de manière peu discrète dans le but de dissimuler sa haine gratuite. Elle voulait lui répondre, puisque le plan était encore dans l’ordinateur, mais il semblerait qu’il fallait qu’elle se déplace jusqu’à lui. Donc laisser Jane derrière elle au risque de voir un Condom encore bien frétillant vouloir tenter le dialogue. Et surtout ! Surtout ! Apporter la réponse sous le nez de l’autre dinde qui faisait sa ravageuse.

Fuyez le naturel et il revient au galop.
Nelly posa un regard en colère dans leur direction mais ne fit pas de commentaires. Simplement qu’il pouvait courir s’il croyait qu’elle allait faire du transport d’info.
« Dans des entrepôts. Ils menaient à un centre de distribution pour qu’ils soient triés et stockés sur des façades très étendues... » Fit-elle en sortant l’ordinateur et en cherchant la copie du plan qui s’y trouvait. Celui-ci n’était pas à jour puisque non connecté à l’ordinateur central. Il ne fallait donc pas se fier au niveau d’eau mais l’agencement des lieux n’avaient pas changé.
« Il y a un endroit comme ça. Enfin, une salle beaucoup plus grande que les autres et elle n’est pas sous l’eau... » Son index dessina un parcours sur le réseau qui semblait relier plusieurs de ces pièces. « C’est presque le même système, mi Pedgy doit être quelque part sur ce niveau, mais on ne pourra pas savoir dans quelle pièce colonel. »
La petite espagnole tourna l’écran dans la direction de Sheppard pour lui pointer le niveau en question. Il y aurait une bonne dizaine de salles attenantes à fouiller mais ce n’était pas infaisable. La jeune femme n’avait pas bougé d’un centimètre, restant à proximité de Jane.

John observa l’écran devant se décaler pour essayer de se repérer dans ce dédale Wraith et être proche de Nelly qui n’avait pas bougé son popotin. En toute franchise, il ignorait quelles zones étaient récemment inondées mais avec les combinaisons ils auraient moins de difficulté. Il regardait sur le plan, le chemin à prendre le plus rapide pour atteindre l’endroit ou devait être Pedge. Ils n’avaient pas beaucoup de temps et donc il fallait optimiser. « Hum hum»

Le regard de Nelly alla un instant sur Teshara avant d’ajouter avec un air maussade :
« Et vous avez la confiance trop facile, mi coronel. C’est mon ressenti... »

John releva la tête vers Nelly alors qu’il dessinait mentalement deux chemins auquel il hésitait. Il souleva un sourcil un peu étonné de cette phrase qui selon lui était sortie d’un chapeau de magicien ! Il ne comprit pas et le ton de Nelly était pas agréable donc ce fut un reproche… Il secoua légèrement la tête.
« De quoi parlez-vous Bricks ?»
La jeune femme secoua la tête, d’un air dépité et interdit.
« Le blond et la taille des bonnets vous font parler trop facilement chef ! » Lâcha-t-elle en refermant l’ordinateur. « Quand vous verrez, il sera trop tard. »

Alors là… John était sur le cul et il venait de prendre réellement la mouche. D’où il parlait trop facilement ? Il n’avait rien dit de compromettant pourtant. Cela le vexa au plus haut point. Elle aurait pu l’insulter que cela aurait été moins grave pour l’officier. Son regard s’assombrit et arriva ce qu’il arriva, il lui répondit d’une manière claquante comme un fouet.
« Vous ouvrirez à nouveau la bouche quand il y aura du pragmatisme dans vos propos Bricks. D’ici là veuillez-vous la fermer, la jalousie vous va mal ! » Il prit l’écran de la tablette pour l’analyser et regarder comment allait Jacobs qui semblait sursauter aux mouvements de la gente masculine. Il lui adressa un rictus bienveillant avant de se plonger dans sa tablette après avoir enfiler sa combinaison.
« Bien chef. Si vous le prenez comme ça... » Maugréa Nelly en se redressant. La colère avait déformé ses traits et elle fixait Teshara en se demandant comment l’officier pouvait se laisser tourner autour de la sorte. Elle enfila sa combinaison tout en pestant en espagnol. Les hommes, franchement… John l’ignora complètement, il n’avait pas que ça a faire de s'intéresser aux propos sans intérêt d’un soldat qui avait décidé de faire sa mauvaise tête.

Teshara avait fini par opter par l’habillage de la combinaison, pendant que la naine balançait des reproches à la la légende sous le regard presque amusé de la blonde, qui, occupée à enfiler ce truc pas commode du tout, ne lança pas d’huile sur le feu. Elle se tint respectablement à distance, et on pouvait y voir là une façon non verbale de dire : “vous voyez, je ne m’impose pas et je sais rester discrète contrairement à l’autre truie qui fait une esclandre parce que je parle à son amoureux secret”.

Pendant ce temps, Candom avait fini avec Naalem et le jumeau était encore en train de vigiler et attrapant le col le soldat Atlante lui disant qu’ils devaient surveiller à deux. Candom rouspéta avant que le jumeau lui montre son érection puis Jacobs.
« Et tu penses qu’elle va le prendre comment ça ? »
« Elle va le prendre comme d’habitude, en l’ignorant. Ce n’est pas comme si c’était la première fois. On moins, elle saura que je suis le vrai Candom. », fit-il d’un air maussade en lançant un coup d’oeil inquiet à Jacobs.
Naalem regarda bizarrement Candom… ce mec était une “bite” sur patte constamment alors ? Une bite qui ne connaissait pas de fourreaux par contre.
« Je ne sais pas si c’est une bonne nouvelle qu’elle te reconnaisse à ta bite dressée… Mais au cas où tu restes là. Tu es peut être toi même, mais elle ce n’est pas le cas, elle est en état de choc. Donc va pas l’emmerder plus. »
« C’est ma pote et ma partenaire, alors je fais bien ce que je veux, et tu n’es pas mon chef. », répliqua-t-il du tac au tac, bien décidé à ne pas se laisser faire.
« Si c’est ta pote alors, tu la laisses tranquille par respect pour elle. Elle a peur des mecs et je te paries ton pucelage qu’elle est en train de se remémorer les sales choses qui se sont passées sur la planète des consanguins. Et on ne sait pas ce que lui a fait l’autre bestiole. Laisse Fabula gérer. » Il haussa les épaules, c’est dingue ça ce besoin de venir voir les autres alors qu’ils sont complètement à l’ouest et sensible.
« Je la laisse gérer, de toute façon, je n’allais pas l’embêter. Je suis grand quand même. On dirait que tu m’prends pour un gamin ! », fit l’autre de mauvais poil.

Le blond lui lança un regard qui voulait clairement dire “bah oui…” Et encore Candom ne savait pas que Naalem le jugeait profondément con avec sa mauvaise foi… pire qu’une nana sérieusement. Il roula des yeux, s’il ne l’avait pas empêcher d’avancer il aurait foutu son épieu devant l’autre traumatisée et cela aurait été le drame quand même.
« Ouai, ouvre les yeux, je ne suis pas nyctalope, ça fera un complément en surveillance. » dit-il en se tournant, constatant que la combinaison couinait un peu. Il reprit sa surveillance, alors que John était en train d’expliquer le chemin à suivre pour déplacer l’équipe le plus efficacement possible dans ce dédale.
Candom ne répliqua rien de spécial, se contentant de vigiler les alentours comme un bon soldat.


(c) chaotic evil

_________________
DC : Erin Steele & Pedge Allen
Revenir en haut Aller en bas
Dim 22 Avr - 15:52
avatar
√ Arrivée le : 16/04/2017
√ Messages : 284

Dossier Top Secret
√ Age: 31
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Inoculation
Voir le profil de l'utilisateur

Le chaos et l'ordre


Environnement



Il était l’heure d’y aller, le temps était compté et il s’égrenait plutôt vite.
Toute l’équipe était maintenant équipée de la combinaison de plongée du Dédale. Son enveloppe était particulièrement fine, malgré toute résistance, et les cartouches d’oxygène à la ceinture offrait une autonomie d’environ douze heures pour qui respirait normalement. La radio passait bien et Jane avait pu se remettre de sa mésaventure. Puisqu’on lui avait retirée son arme et qu’elle était entourée de la sorte, elle se contentait de suivre sagement sans jamais répondre aux moindres propos des uns et des autres.

Elle avait écarquillé les yeux à l’approche de Candom très vite stoppée suite à l’échange qu’il avait eu avec Naalem, un échange qui ne lui avait pas échappé. Mais comme Alexis s’en doutait, elle ignora copieusement son état d’excitation et accepta l’aide malgré des signes évidents de rejets. Elle aurait préféré se débrouiller seule, le mordant de la militaire n’était plus à refaire et elle l’avait déjà démontré sur Ovidae.

Nelly, de son côté, était toujours en colère contre son officier. Elle avait même l’impression qu’il se perdait un peu. En abusant de son amalgame, elle l’aurait même accusé secrètement de collusion avec l’ennemi.

L’ennemi ? Les jumeaux ?
Mais pourquoi pensait-elle ça déjà ?

La petite espagnole prit avec elle les combinaisons en trop, parvenant à les mettre dans un sac que l’équipage du Dédale avait prit soin d’ajouter dans la caisse, puis elle guida le groupe en direction du prochain téléporteur. Il fallait donc se rendre encore plus loin et elle laissa le colonel se charger de la disposition de son équipe pour la progression.

John avait fait le nécessaire pour montrer le chemin et l’équipe avançait dans une formation assez similaire : Candom et lui en avant, à l’arrière Naalem et Teshara et au centre Nelly et Jacobs. Il était hors de question de mettre quelqu’un d’autre avec l’officier qui semblait reprendre de la couleur. Cela rassurait John qui s’inquiétait naturellement pour elle. L’homme avait un affreux mélange de colère, d’angoisse et d’espoir de plus en plus tenu… un cocktail qui lui filait des tiraillements dans le ventre et dans les épaules. Son visage était un peu plus fermé et le compteur de temps était une source des plus stressante il devait le reconnaître. Mais en bon officier il ne laissa rien paraître, surtout que Candom le zieutait régulièrement en tournant la tête vers son amie. Le caporal essayait de calmer ses questions et ses doutes en toisant des visages familiers.

Fort heureusement, le système de téléportation était encore alimenté et Nelly n’eut qu’à brancher l’ordinateur sur l’interface pour choisir la destination. Elle regarda Sheppard en montrant l’emplacement, vérifiant qu’ils étaient bien sur la même longueur d’onde quant à l’endroit où il fallait se rendre, puis elle appuya sur la ligne de commande correspondante.

Environnement

L’équipe entière se matérialisa dans un secteur entièrement inondé. Le téléporteur ayant amené toute la bulle d’oxygène en plus des soldats, il y eut une vague très brutale avec la dispersion du gaz en une énorme bulle qui remonta vers le plafond avant de se disperser. Le plan n’indiquait pas que le secteur était sous l’eau, c’était particulièrement récent et si Sheppard n’avait pas équipé ses hommes des combinaisons : ils auraient fini noyés.

La température était très froide et l’éclairage était des plus défaillants. C’était comme se retrouver dans un aquarium sale et non entretenu, avec un paysage apocalyptique et des corps qui dérivaient ici et là, complétement inerte.
Nelly garda l’ordinateur bien plaqué contre son torse et avança lentement à la suite des autres. Peut-être auraient-ils été inquiété quand à ces corps, se disant qu’ils pourraient soudainement reprendre vie pour les attaquer, mais non. Aucun mouvement, aucun geste : ils étaient bel et bien morts.

// Colonel !!! Colonel ! // S’écria Alexis en écartant le plus rapidement possible Jacobs sur le côté.

Le milieu aquatique rendait les mouvements terriblement lent et, alors qu’il parvenait à trouver une bonne distance de sécurité, une liane organique fila là où s’était trouvée la jeune femme auparavant. Dans le grand couloir où ils se trouvaient, Sheppard remarqua que les lianes ramassées sur le sol semblaient reprendre vie. Elles n’en voulaient pas spécifiquement à leurs vies...elles en voulaient au cartouches d’oxygène fixées sur la ceinture.

Déjà, une d’elle fonçait déjà sur John, et une autre était en train de s’enrouler autour de la taille de Naalem en tentant de lui voler son précieux.

Qu’elle spectacle affreux… Naalem se rappela son petit aquarium enfin plutôt de son expérience avec des poissons dans une cage en verre qu’il avait construit petit avant que son père le balance à la poubelle… Il avait essayé de recréer un biome végétal pour ces poissons et pouvoir les étudier. Le seul problème étant que ces poissons très colorés et aux comportement sociaux fascinants mangeaient de la viande et ils avaient une très mauvaise image chez les Geniis. C’est comme héberger chez soi un chat noir au moyen âge quoi… Il aurait pu continuer longtemps avec ces nouveaux copains si cette connasse de belle mère n’avait pas fouillé leur chambre à la recherche surement d’une occasion de les battre encore plus. Cela avait fait un scandale et le père s’était ouvert la main avec le verre… Teshara avait put soigner pour la première fois son père et montrer ses talents indéniables ce qui valut une forme de fierté si rare chez le paternel alors que son fils était tombé en disgrâce et enfermé dans la pièce la plus sombre de la bâtisse souterraine, le visage coloré de bleu et une belle griffure sur la joue. Cela n’avait rien fait au jeune homme qui avait trouvé son compte dans la petite reconnaissance qu’avait eu son autre “lui” sa sœur et seul ça comptait au final. Enfin bon, cette pensée le fit imaginer une rencontre avec « Grazou , Kazou et Fizou » les trois poissons de mines qu’il avait péché (avec beaucoup de risque). Il aurait été plus pratique d’avoir ce genre de combinaison qui lui rappelait celle de l’escouade … Alors il ne fut pas surpris d’être inondée immédiatement, quoique bon il avait inspiré un peu plus vite histoire de ne pas se sentir oppressé… Pour le moment cela allait bien et il regrettait de n’y voir pas mieux qu'à la surface. Il avait rangé ses armes dans ses holsters solidement attachés pour essayer de se déplacer en groupe en nageant comme tout le monde…

Soudainement la lavette eut un mouvement vers une Jane qui pestait vu sa réaction physique et il sentit quelque chose lui faire un câlin. Son épiderme se souleva de frissons quand il vit une liane s’enrouler autour de lui… ce n’est pas vrai il devait sentir les phéromones pour les attirer ! Ne pouvant accéder à son couteau sans faire un mouvement lent et pas du tout pratique, il donna une tape sur la fibre végétale *pas touche ! vilaine fille ! *

Tesh fermait la marche jusqu’au téléporteur et cela lui convenait parfaitement. Quelque part, la légende leur faisait confiance à son frère et elle pour les laisser dans son dos. Néanmoins, quand elle fut téléportée dans l’eau directement, elle ne fit pas la fière, ne s’y attendant pas le moins du monde. Le changement de décorum et de gravité la laissèrent démuni quelques secondes, pendant lesquelles elle flotta entre deux eaux, comme l’ensemble du groupe, constatant avec une certaine allégresse qu’elle respirait tranquillement et facilement. L’eau était froide, elle sentait le pont thermique qui se faisait entre sa combinaison et l’onde qui cherchait un peu de chaleur pour s’évaporer, mais cette dernière ne faisait que refroidir ce qui était immergé finalement.
Une fois la surprise passée, elle regarda autour d’elle, constatant que de nombreux corps flottaient dans l’onde, probablement noyés. Il n’y avait rien de marrant à noyer quelqu’un. C’était plus satisfaisant, d’un point de vue scientifique, de tuer quelqu’un d’une autre façon. Au final, tout ce qu’elle pouvait noter, c’était que le temps avant la noyade et le décès effectif variait d’un individu à l’autre. Rien de bien folichon en fait.
Mais pas le temps de contempler l’environnement, que de l’agitation attira son attention sur la droite. Des lianes fusaient de façon assez lente vers eux, et déjà, deux d’entre elles essayaient de s’en prendre à Naalem et à John.

La priorité de Teshara était toujours la même. Son frère. Aussi, nagea-t-elle vers cette liane. Elle ne pouvait pas prendre le risque de la trancher sans risquer de faire un trou dans la combinaison de son jumeau, aussi alla-t-elle un peu plus loin pour sectionner la liane dans son milieu, loin de la combinaison. Avec son couteau qu’elle extirpa avec prudence de son fourreau de cuisse, qu’elle avait pris soin de repositionner après avoir enfilé sa combinaison, elle attrapa la liane vibrante dans sa main gauche, serra fortement, et avec sa main droite, elle commença à sectionner le morceau comme un bon steak.

// Tu vois sœurette, je suis véritablement irrésistible ! // ajouta Naalem en voyant sa sœur venir à son secours. Une forme d’humour qui pourrait passer pour une manière de dédramatiser la situation, histoire de calmer la peur… Mais dans le cas, de Naalem ce fut juste pour indiquer à sa jumelle que cela commençait à le gaver d’être la cible des végétaux. Il ne pouvait pas faire grand-chose, sauf peut-être continuer à essayer de desserrer la liane autour de lui, pour ne pas être étouffé... quoiqu’elle semblait attirée par ses gaines d’oxygène… la gourmande.

Son couteau coupait toujours aussi bien, et ni une ni deux, elle parvint à la moitié de la liane qui vibrait de plus en plus. Peut-être agonisait-elle ? Tesh n’en savait rien et elle s’en foutait pas mal.
// Pour tout ce qui est à tentacule oui. Je devrai me poser des questions sur l’orientation de ta sexualité en fait. //, répliqua la jumelle d’un ton goguenard avant d’achever la liane en la tranchant nette. Naalem ricana doucement. Elle s’attendait à une réaction violente de la part du bout encore vivant, mais ce dernier se laissa dériver en s’agitant faiblement, tandis que le bout séparé du corps ne s’agitait plus du tout. Naalem n’aurait aucun mal à s’en défaire. La blonde avisa Candom et Jacobs un peu plus haut. La lavette protégeait la coincée, mais ils ne semblaient pas vraiment en danger pour le moment. La légende se faisait entrainer, et la jumelle prit le parti d’aller vers lui.

Naalem débarrassé de la liane, regarda aussi si les autres était en état… Ouai en état de rien en fait ils étaient passifs. Cela l’agaçait un peu alors que le chef était en train de se faire entraîner… Tss tous des lavettes franchement ! Il suivit sa sœur.

Bon le petit coup de l’immersion en milieu aquatique était étonnant et le vieux avait bien fait d’envoyer les combinons derniers cris pour ce fichu croiseur qui commençait à devenir de plus en plus impraticable. Qu’on le veuille ou non, John avait l’estomac serré en voyant les corps, se disant qu’il n’était jamais bon d’avoir des morts dans de l’eau et qu’ils avaient au moins la chance d’être protéger des bactéries… Même si en rentrant il prendrait une bonne douche et se frottait la peau au moins trois fois.

La luminosité était douteuse et incertaine… machinalement, il donna l’ordre de nager assez serrer pour ne pas se perdre bêtement… Mais avant même que Candom ne hurle John avait le regard attiré sur des silhouettes mouvantes... Celle d’un amas de Wraith inquiétant. Il tourna la tête vers les appels de Candom quand soudainement il fut attrapé par une liane. Le temps de réaction sous l’eau est bien moins rapide et l’homme essaya de se débattre en chassant les anneaux qui déjà l’entrainant au loin de l’équipe.
*Ce n’est pas vrai ! Les wraiths invente vraiment que des créations chiantes !* ronchana-t’il dans sa tête… Il n’avait pas très envie de découvrir le coeur qui alimentait cette liane étrange qui avait en tête ou en cellule de l'entraîner dans un coin du bocal.

Nelly ne s’y était pas du tout attendu, elle avait poussé un cri en sentant soudainement cette force inconnue la malmener. Ce n’est qu’en voyant toute cette étendue d’eau qu’elle comprit et une petite partie d’elle paniqua à l’idée que la cartouche d’oxygène soit défaillante. Mais pilote comme elle l’était, elle faisait confiance à son matériel et se raccrocha à ce qu’elle pouvait pour évoluer.

// Le dépôt est plus loin...il doit y avoir un autre téléporteur ! // Déclara-t-elle dans sa radio.

Mais voilà que des lianes se mettaient maintenant à attaquer ceux qui étaient en tête. Nelly serra l’ordinateur contre sa poitrine et écarquilla les yeux en considérant la scène. Allaient-ils s’en sortir ou mourir lamentablement ici ?

John ne pouvait pas lutter contre la force et mise à par s’accrocher à des corps ou à des objets flottants, il ne parvenait pas à ralentir la liane qui avait décidée de le tirer quelque part. Il essayait de se contorsionner pour attraper son couteau qui attendait sagement dans sa gaine à l’arrière. Il finit par l’attraper et décida de commencer à scier cet affreux végétal avant qu’une silhouette immense se matérialise devant lui. Son cœur fit un bond en voyant un poisson de la taille d’un homme ! Il aurait préféré une sirène ! Était-il carnivore ? Du moins suffisamment agressif pour décider de la manger ? Ou était-il plutôt du genre charognard ? Le poisson était sombre avec quelques reflets de paillette comme un piranha, d’ailleurs sa gueule était aussi rabougrie qu’un pitbull. Franchement, il était laid et il devait être pas très appétissant !

Le poisson l’aperçut et à la plus grande surprise de John il était aussi craintif qu’une mésange ! Il disparut vers la coque s’engouffrant… NON dans un trou ? Une sortie pour eux ! Une vague de soulagement inonda le corps de l’homme qui se prit en même temps un corps de soldat Wraith dans la gueule… « bonjour monsieur ! » Cela manqua de lui faire lâcher le couteau alors que son pied s'emprisonner dans un amas organique bloquant sa progression. Il chassa le Wraith sentant la liane qui continuait à le tirer. Il s’activa pour la trancher son pied passera en second plan. Après quelques efforts, il entendait déjà des appels dans sa radio.

« // Je suis toujours là… Rejoignez moi // » dit-il avant de voir en face de lui la structure particulière d’un téléporter. Il comptait diviser l’équipe. Il ne pouvait plus bouger son pied droit, prit en tenaille dans une machine mais qu’importe pour le moment, il était stable. Par de petit mouvement délicat il essayait de se le dégager sans se briser la cheville ou de percer la combinaison. Franchement, il n’avait pas eu de chance sur le coup mais le destin était en train d’être plus lumineux.

// J’arrive. //, fit simplement la jumelle qui venait de libérer son frère. Elle nageait dans la direction de John, mais ce n’était pas super évident dans cette eau trouble. Candom et Jane revenaient eux aussi vers Sheppard, et Tesh supposait que Naalem suivait ce qui était le cas. La jumelle écarta un corps de Wraith de son passage, et elle eut le colonel en visuel. Il semblait indemne et il attendait patiemment que tout le monde se ramène. Nelly resta en arrière mais suivi le mouvement.

Naalem se positionna vers le colonel, avant de constater qu’il était immobile… avec le pied dans un amas de machin sombre. Candom le bouscula sans faire gaffe et le loupias grogna en repoussant le corps de la “bite lavette”. Jacobs s’était détachée de Candom qui était véritablement très collant voir trop avec elle, même si cela la touchait… Et plongea vers le pied de son supérieur, pour l’aider à se dégager sans rien dire. Elle supposait qu’elle était la seule à l’avoir vue et autant se rendre utile puisque là… Elle se trouvait digne d’un boulet ! Et cette pensée lui était insupportable.

John avait baissé la tête, voyant Jacobs être bien plus douée que lui, pour chasser ces entraves. Il la laissa faire tira un peu sur sa jambe quand le lieutenant lui tapotait la cheville.

// Il y a une sortie sur ma droite. Candom et Jacobs vous sortez à l’air libre. Bricks vous irez avec eux aussi mais vous me laisserez la tablette et l’ordinateur au cas où. Quant à vous deux vous avez le choix. Il y a un téléporteur derrière moi, je compte le prendre et chercher Allen //

Oui il comptait y aller seul s’il le fallait mais au moins son équipe serait sauf s’il échouait. Et Jacobs et Candom avait suffisamment été blessée et traumatisé comme ça. Ils seraient plus utiles à l’air libre pour récupérer les personnes et composer le code de la porte des étoiles.

Naalem regarda les deux points indiqués par le colonel, ne voyant que difficilement à cause de la lumière le téléporter. Rester sur place lui faisait sentir la fraîcheur de l’eau. Il haussa les épaules regardant Teshara. Il était partant pour se barrer mais une nouvelle fois, il visait l’espoir de négocier leur venu sur Atlantis et c’est en aidant encore cette équipe ! Et puis, il était pas contre de “sauver” la bergère. La seule à avoir un tantinet d’estime de la part de Naalem sur la fine équipe d’Ovidae. Il toisa sa sœur… il hocha la tête vers la sortie, voulant qu’elle se sauve aussi. Enfin bon, fallait surtout montré qu’ils étaient bourré de bonne intention, même s’il en avait fait déjà beaucoup. Et avec un peu de chance il trouvera un truc à piquer sur la techno Wraith pour l’étudier.
// J'attire les lianes donc je vais t’aider la légende ! //

Teshara était plus d’avis de se barrer, même si la présence de l’oxygène dans leur combinaison augmentait leur espérance de vie. Ils avaient l’occasion de s’en aller, et de quitter ce bourbier une bonne fois pour toute. Mais son frère apporta son aide au colonel, et forcément, elle n’avait plus trop le choix. Elle comprenait qu’il voulait se montrer altruiste envers les atlantes pour gagner sa place sur la cité. C’était compréhensible. Puis il aimait bien la bergère, cela se voyait. Elle le connaissait mieux que si elle l’avait fait, parce qu’au final, il était elle.

Mais d’un côté, elle ne pouvait pas laisser Candom, Jacobs, et la naine remonter. Qui pouvait certifier qu’ils n’allaient pas leur jouer un coup de merde une fois là haut ? Quand ils remontraient tous les deux avec la bergère et la légende, ils pourraient très bien s’en prendre à eux.

// Je remonte. //, dit-elle simplement. Elle devait assurer les arrières de son binôme, en gardant un oeil sur ces trois là, surtout la plus petite des trois qui avaient déjà manqué de lui tirer dessus et de la tuer. La rancoeur qu’elle avait envers son supérieur depuis l’incident autour des caisses étaient palpables, et en bonne ex-génii qui se mérite, Teshara savait très bien qu’un laquet pouvait flinguer son supérieur pour des idées divergentes. Il était hors de question de les laisser seuls tant que son frère ne serait pas revenu.

Nelly ne répondit pas sur le moment. Elle considéra le colonel en ayant clairement les boules qu’elle ne l’ai pas choisi pour aller sauver le sous-lieutenant. Elle était si attachée à elle qu’elle ne voulait pas partir sans l’avoir récupéré. L’hispanique voyait une nouvelle fois d’un mauvais oeil que le colonel conserve des éléments qu’il connaissait peu en rejetant son équipe, du moins le vivait-elle ainsi, mais elle décida de ne pas discuter ses ordres. C’était encore pire quand elle entendit la jumelle se prononcer pour remonter avec elle. Mais après tout, il devait forcément avoir une autre raison et elle n’était qu’un simple soldat.

Elle s’approcha de son officier et lui tendit le sac contenant les combinaisons supplémentaire avant d’ajouter l’ordinateur de McKay. Elle se mordit les lèvres avait de lui dire :
// Bonne chance mi coronel. On contacte la cité pour préparer le retour ? //

John n’attendait aucune aide, il avait fait son choix de sauver seul son second officier. Il devait avouer qu’il était étonné de voir que le jumeau décidait de l’aider… pourquoi donc ? Il n’avait aucun intérêt et pourtant il le faisait ? Pour le colonel et surement par naïveté il y vit un acte de bravoure. Et il l’accepta tout simplement. La jumelle remontait par contre.

// Oui. Si dans une heure je ne suis pas là, partez //
John posa sa main sur l’épaule de Nelly, il ne pouvait pas lui dire devant tout le monde, mais ce fut un geste qui pouvait en dire beaucoup. Il n’y avait que de la bienveillance là-dedans, et pleins de signification. Pour lui ce fut un merci et un geste de sauvegarde, celui de lui dire que sa vie était plus précieuse dehors qu’ici et qu’elle devait veiller sur les deux autres qui n’était pas réellement à 100% de leur capacité mentale et physique. Il redoutait une seconde tentative de suicide et que l’énergie et le désespoir de Candom entraîne leur perte en voulant en sauver un. Au moins, Nelly avait toute sa tête elle. La petite hispanique agrippa l’avant bras du colonel dans le partage de ce sentiment et elle eut immédiatement le regret d’avoir pensé des choses aussi horrible sur son compte. Elle hocha la tête avant d’ajouter :
// Revenez vivant... //
Il hocha la tête avec un rictus, le coeur un peu lourd dans un sens, mais il ne perdait pas espoir de retrouver Allen, sachant bien qu’elle tenait énormément à sa copine militaire. Et il allait revenir vivant avec Pedge ou son corps ! (et il espérait qu’il n’aurait pas à l’enterrer sur la colline des papillons !)

Jacobs avait fini et le pied du colonel retrouvait sa liberté, il la remercia d’un signe de tête. La jeune femme allait parler mais se ravisa se disant qu’on ne discute pas un ordre surtout d’un colonel. Elle ne l’avait jamais fait et n’allait pas le faire surtout qu’intérieurement elle se sentait lâche de partir mais cela était mieux pour elle, elle le savait. Elle souhaita une bonne chance au colonel, pour prendre par la main Nelly et l'entraîner avec elle vers la sortie. Candom suivit et fit signe à Teshara de venir.

// Finalement tu ne peux pas te passer de moi ! // dit-il. Encore une fois il venait à l’emmerder ce fut plus fort que lui. Il passa avec les autres le trou, saluant le colonel, qui restait seul avec l’autre pilier de salle de gym ! Il n’aimait pas ça… mais on ne discute pas les ordres de Sheppard ni de Frei point. En tout cas, il avait une bonne coalition entre les soldats Atlantes qui malgré leurs réticences à partir soutenait leur chef.
// Un aileron ça aide toujours à nager. //, fit la jumelle tout simplement en suivant le mouvement, non sans un dernier geste affectif pour Naalem. Elle espérait qu’il comprendrait sa décision stratégique.
(c) chaotic evil

_________________


Double compte : S. Caldwell, P. Sidney
Revenir en haut Aller en bas
Lun 23 Avr - 14:49
avatar
√ Arrivée le : 03/04/2017
√ Messages : 122

Dossier Top Secret
√ Age: 32 ans
√ Nationalité: Alien Alien
√ Gêne: Non
Voir le profil de l'utilisateur

Le chaos et l'ordre


A lire avant : Le chaos & L’ordre partie 2 : Ici

Environnement


Naalem n’était pas tranquille de se séparer de sa sœur, mais la savoir en sécurité l’importait bien plus que la sienne. Il lui lança un regard tendre avant de nager vers le téléporteur. John le suivit après avoir regardé son équipe disparaître dans les ondes du lac. Il activa le téléporteur… une certaine appréhension dans les tripes et il ferma les yeux quelques minutes.

Dès qu’ils furent de l’autre côté Sheppard et Naalem furent bousculés par l’eau qui s’évacuait brusquement. Le genii (ou le loupias selon la version), se rattrapa à John sous la surprise. Il s’attendait à être à nouveau immergé. L’endroit n’était pas inondé. Il s’agissait d’un immense dépôt avec des caisses Wraiths, des caisses qui donnaient l’air de sarcophages et que John reconnu tout de suite comme étant celles qui avaient été déposé sur le complexe de la reine. Ces caisses contenaient à l’origine les copies de Matt et Pedge mais, heureusement, elles étaient toutes vides et ouvertes. Ce n’était plus que des coquilles vides que le crash avait réparties en des monticules informes, des déchets sans le moindre intérêt.

John frissonna en voyant les caisses… par curiosité un peu morbide il s’approcha d’une caisse avant de secouer la tête emplit de dégoût. Il sortit son détecteur de vie pour surveiller l’endroit… Il se tourna et surprit Naalem qui était clairement en train d’observer en touchant l’une des caisses et l’intérieur.
« Allons y Naalem… »
« C’est dingue ces caisses… il y a du liquide dedans… tu penses qu’il avait quoi dedans ? On dirait qu’ils voulaient conserver quelque chose… leur nourriture ? »
John le regarda quelques minutes, que pouvait-il dire de plus ? Oui les Wraiths voulaient conserver quelque chose et ce n'était pas leur nourriture même s’ils mangeaient les rebuts des clones. Le blond, se releva et marcha vers John en penchant la tête sur le côté voyant que le colonel était perdu dans ces pensées.
« De toute façon, il n’y a plus rien. On ne saura pas. » conclut l’homme.
« Vaut mieux ne pas savoir. »
Naalem était pas de cet avis, mais avait bien remarqué que son collègue de galère était un peu plus sombre. Peut-être avait-il d’autre hypothèse ou savait-il ? Peut-être bien. Il ne chercha pas plus, ils étaient pas là pour faire de l’exportation scientifique mais pour un sauvetage s’il avait quelque chose à sauver.

Cela faisait un peu un labyrinthe mal éclairé, avec une dimension très malsaine et qui rappelait la perversité Wraith. Là encore, les multiples parois qui composaient l’agencement des lieux avaient fondu et s’étaient nécrosés. On y trouvait pas mal de salle à l’aspect négligé, abandonné, qui donnait tout l’air de servir à la recherche autrefois. Celui qui s’y intéresserait de plus près y découvrirait deux GDO décortiqués dont les composants internes semblaient encore à l’analyse.
Mais l’ordinateur était éteint.

Pareil, encore un peu plus loin, il y avait une impressionnante machinerie organique hors d’usage. Il ne fallait pas être devin pour se rendre compte qu’il s’agissait d’un synthétiseur et d’un assembleur de haute technologie, la machine qui répliquait l’armement des Atlantes en grande quantité.

John frissonna… Il devait avoir des caméléons sur Atlantis, cette conclusion était celle qu’il avait eue plus tôt et les armes n’étaient pas volées, sinon ils l’auraient remarqué sauf si Mcarthy était un changeforme… Enfin bon, là il avait une réponse concrète, la reine se donnait beaucoup de mal pour copier les Atlantes. Il ne comprenait pas pourquoi elle s’embêtait autant et sa pensée faisait écho à celle de Naalem qui se demandait pourquoi elle ne copiait pas ses propres armes au lieu de faire celle des Atlantes…

« C’est étrange que vos armes soient clonées… je suppose qu’il y a conflit très intime avec ces Wraiths là… » Il ne lui demanda pas plus, même si cela, il en crevait d’envie. Il ne fallait pas être un génie pour comprendre qu’il avait quelque chose entre les Atlantes et ces Wraiths aux technologies bien supérieures des autres. Et s’il y a conflit, il est normal qu’on leur ne raconte pas tous.

John allait répondre quand soudainement, au fond de cette immense hangar sans murs, l’équipe distingua deux formes qui approchaient doucement, très doucement. Naturellement les deux hommes mués d’un réflexe martiale levèrent leurs armes. Deux silhouettes que la pénombre ne permettait pas de distinguer efficacement...jusqu’à ce qu’enfin les contours du visage épuisé de Pedge apparaissent à la lumière d’un éclairage survivant.
Elle n’était pas seule…

Pedge ne pouvait pas comprendre ce qu’elle voyait autour d’elle. Pour elle, ce n’était qu’un dépôt de caisses. Elle était à mille lieux d’imaginer que ces caisses enfermaient des clones de Matt et d’elle-même. C’était tellement insensé que cela ne lui traversa pas l’esprit, surtout que rien ne pouvait lui faire deviner. Ce croiseur transportait des choses, et il y avait certainement un lien avec les armes, les uniformes, et les divers objets de conception atlante qu’elle avait découvert. Elle ne comprenait toujours pas l’utilité de tout ça, et elle préférait pour le moment occulter ses découvertes. Elle était centrée sur les points lumineux qui approchaient de leur position. À moins que ce ne soit l’inverse. Il n’y en avait plus que deux. Les quatre autres avaient disparu du détecteur… Avaient-ils trouvé une sortie ?

Sinon, l’ensemble du décorum était similaire au reste du croiseur. Les murs étaient nécrosés, les caisses sens dessus dessous. Découverte encore un peu surprenante, des GDO étaient ouverts et reliés à un ordinateur éteint. Qu’est-ce qu’ils faisaient avec ces appareils d’identifications ? Cela ne plaisait pas du tout à la jeune femme, qui bien malgré elle, turbinnait intérieurement pour essayer de créer des liens. Pedge n’avait jamais été qu’un simple soldat qui exécutait sans réfléchir. Elle avait besoin de comprendre, même si son mariage avec l’armée, et donc avec la notion de hiérarchie, parvenait à la rendre docile et à faire ce qu’on lui demandait. Elles passèrent devant une immense machine dont la vocation, bien qu’inscrite nulle part, ne faisait pas de doute. Meda’Iyda répliquait des armes atlantes, mais à quelle fin ?

Ces considérations prirent fin quand Pedge aperçu enfin l’équipe. Ce n’était pas des Wraiths ! C’étaient des pingouins en tenues de plongée, mais c’étaient des pingouins humains !
« Le F-302... » Murmura très faiblement Nelly, à deux doigts de s’effondrer. Pedge la retenait pratiquement seule maintenant.

Environnement


Voilà la scène qui se déroula sous les yeux de John et Naalem.
Pedge supportait Nelly comme elle le pouvait, la tenant par un bras par-dessus sa nuque. Cette hispanique-là portait un bandage qui s’était entièrement teinté de son sang concernant son autre épaule. Elle semblait avoir eu une grave blessure qui n’avait jamais cessé de saigner jusqu’à récemment. Sa jambe droite était perforée de deux gros débris organiques qui perçaient son mollet et sa cuisse. Son uniforme était déchiré en divers endroit et une auréole de pics, de perforation, dessinait l’aspect d’une mâchoire sur une part de son ventre et de sa poitrine.

Les tremblements de la jeune femme, son visage blanc comme un linge et la sueur indiquait qu’elle avait beaucoup de fièvre et elle délirait complètement, murmurant des choses incompréhensibles sur un F-302 et des mèches de cheveux que seul Sheppard parviendrait à comprendre. La Nelly que tenait Pedge laissa échapper son détecteur de signe vitaux qui rebondit sur le sol avant de s’éteindre.

La texane était en meilleur état mais elle semblait à bout, épuisée, par une longue lutte. Oui, elle s’était longuement battue pour avoir cette allure-là. Son cou portait une petite incision, le sang ayant coulé sur une rigole à l’intérieur de sa tenue, mais dont l’ensemble s’était coagulé depuis longtemps. Tout comme Nelly, elle n’avait plus d’arme et ne cherchait visiblement qu’à retrouver l’équipe.



Le colonel était heureux de voir son lieutenant, elle avait l’air profondément fatiguée et avait dû lutter comme une tigresse pour survivre ! Elle ne les attendait pas comme une princesse en détresse ! Ce n’est pas le genre de la maison ! Naalem, eut un rictus aussi avant de porter son regard sur la forme qu’elle soutenait. Ils avaient commencé à baisser leurs armes en voyant cette silhouette familière.

John ouvrit légèrement la bouche… Non non non… cela n’était pas possible il avait renvoyé Nelly avec les autres à la surface. Son regard s’agrandit comme une soucoupe en voyant la petite espagnole dans un état second qui marmonnait des mots qu’ils ne pouvaient pas encore entendre. Son sang se figea dans son corps et une sensation brûlante l’inonda jusqu’aux racines de ses cheveux hirsutes ! Il avait renvoyé en haut le caméléon ou celui-ci était en train de faire la plus belle comédie du monde !

« NOM D’UN LAYS !!! TESHARA ! » S’exprima Naalem de rage, qui constatait avec horreur la même chose. Son regard alla sur John, les deux hommes se toisèrent immédiatement et le réflexe con du colonel fut de faire marcher la radio… mais trop tard ils ne pouvaient pas s’entendre.

« Du calme… ça se trouve le caméléon est là… » dit-il alors qu’il avait remis en joue les deux silhouettes tout comme le grand blond.
« Ou en haut en train de contacter ta planète après avoir buté tes copains et ma sœur ! » grogna Naalem qui n’en voulait pas à John, non il avait fait le choix de venir pour débusquer la saloperie et trouver la bergère… Il était juste profondément agité car sa sœur qu’il pensait en sécurité l’était moins maintenant !

Il s’avança avec John, profondément méfiant… John entendait le délire avec les mèches de cheveux et tout le reste… le changeforme pouvait copier les souvenirs ? Il n’en savait rien… L’autre Nelly était assez similaire à ce qu’il avait connu… quoiqu’elle eût quand même sortie un truc sur la confiance … devait-il l’entendre d’une autre manière ? Pourquoi l’autre Nelly lui aurait donné le sac de combinaison volontairement si elle voulait leur perte ? Pour paraître plus sincère ? Il était perdu sur le coup… Il ne pouvait même pas se réjouir de retrouver son équipe complète qu’il avait un intru dedans ! Et il espérait que cette Nelly là, s’ouvre et se déforme pour éviter que l’abominable chupacabra soit en haut à la surface.

« Allen déposez Bricks à terre… et venez nous rejoindre… » lança t’il à la brune, dans l’espoir qu’elle comprenne son regard et sa méfiance.

Naalem quant à lui, ne pouvait que se dire qu’il avait un côté flippant et fascinant. Si l’autre Fabula était la créature elle était très bonne comédienne et devait en savoir beaucoup sur ces copies… À moins qu’elle ne puisse pas savoir autant de chose et qu’elle fasse la morte comme là, du moins la gravement blessée… Mais vu l’état de choc de la petite, cela semblait être le même que la coincée.

Pedge afficha une mine soulagée. Elle qui était si peu expressive en temps normal, affichait clairement son apaisement. Ils étaient là. Il y avait Sheppard, et le contrebandier dans son sillage. Enfin, de l’assistance ! Ils pourraient l’aider à sauver Nelly de ce merdier. Si les autres n’étaient plus avec eux, c’était qu’une sortie avait été trouvé et ces deux-là étaient venus exprès les récupérer. Quelle ne fut pas sa surprise quand elle vit les armes remonter vers Nelly et elle. Qu’est-ce qu’il se passait ? Pedge risqua un petit coup d’œil derrière elle, comme si elle s’attendait à voir débouler un nouveau monstre, mais rien. Il n’y avait personne. Elle avait juste besoin qu’on l’aide, elle avait juste besoin que quelqu’un vienne soutenir Nelly avec elle. La texane n’en pouvait plus. Elle était à bout de force, ces multiples lésions et ecchymoses lui faisaient un mal de chien, et elle sentait ses forces défaillir. Mais par fierté, elle tenait.

Pourquoi diable les mettaient-ils en joue ? L’ordre de Sheppard arriva jusqu’à elle, et elle s’arrêta de marcher pour de bon, soutenant Nelly par son bras autour de ses épaules, pliée en deux du fait de la différence de taille. Pedge avait une sale mine, maculée de sang, de sueur et de crasse.

« Colonel ? Je… je ne comprends pas. », dit-elle avec de l'étonnement dans la voix. « Bricks est sérieusement blessée Colonel, on a eu à faire à un mastodonte amélioré là bas... », souffla-t-elle en réajustant la prise sur Nelly. En gros, faut se bouger le cul avant qu’elle ne crève la bouche ouverte. Elle ne comptait pas la laisser tomber comme ça, sérieusement… « Que se passe-t-il ? », chercha-t-elle à comprendre, se demandant pourquoi ils avaient ce comportement vis-à-vis d’elles. Ce n’était pas normal, mais John devait avoir ses raisons, mais cela étonnait grandement la texane d’habitude si prompte à obéir.

Nelly se rendait compte de quelque chose.
Elle avait les yeux clos, ne les ouvrant que très brièvement par moment en poussant une plainte de douleur à peine audible. Mais comme si son instinct lui avait hurlé que le canon d’une arme se dirigeait sur elle, elle tenta de lever une main comme pour protéger son visage. Mais son épaule trouée était tellement raide que cela ne ressemblait qu’à une pâle tentative d’y échapper.
« Je t’avais dit...ils vont me tuer...m’abandonner. » Murmura Nelly, dans un souffle, certaine de son sujet. « Tu prendras mes cheveux ? »
La sueur s’accumulait sur son visage à grande gouttes. La jeune femme secoua faiblement la tête pour épargner ses yeux.
« J’ai peur... »

Pedge se contenta de lui serrer la main sans répondre, attendant plutôt une réponse de la part du colonel. Elle savait que Nelly délirait depuis un certain moment maintenant.


John était vraiment mal… Il devait lutter contre son envie de se précipiter avec elles et la méfiance obligatoire face à cette nouvelle Nelly… Et puis d’ordonner ça à Pedge… elle ne pouvait pas comprendre, surtout que le Geniis était clairement en train de se déplacer sur le côté, comme un puma. Il voyait les lèvres de Nelly s’agiter sans entendre ce qu’elle disait. Les révélations de Pedge était effrayante, il y avait un mastodonte amélioré ? Comme si cela pouvait être amélioré encore plus ! Il fallait vraiment détruire cette reine infernale ! Cela amplifia sa colère de s’être fait duper aussi facilement et d’avoir fait l’erreur d'envoyer ce monstre en haut… Et s’il composait les coordonnées d’Atlantis ? Elle n’avait plus de GDO non ? Quoiqu’elle aurait pu prendre celui de Nelly. En tout cas, niveau infiltration cette créature est parfaite et encore plus redoutable. Il était évident qu’il allait être difficile de les débusquer sur la cité.

« Il se passe que j’ai envoyé à la surface une Nelly aussi… » dit-il en soupirant.
« Que… Qu’est-ce que c’est que ces histoires... », fit la jeune femme dubitative. Elle comprenait maintenant… « Il y avait six points sur le détecteurs de signe de vie, six points… Je pensais que vous aviez trouvé un Natus ou quelque chose comme ça… » Pedge ne savait pas quoi faire. Au fond d’elle, elle était persuadée que c’était bel et bien Nelly qui était avec elle. Mais si ce n’était pas le cas ? Comment était-ce seulement possible ? Non, ça devait être elle, elle l’avait aidé dans sa lutte contre la bestiole !

Naalem ne savait pas ce que fut un mastotruc là… mais vu l’état des filles cette nouvelle création devait être une belle charogne. C’est décidé les Wraiths sont des inventeurs de guerre génialissime … et exploiter leur technologie serait à coup sûr un moyen de ne plus se faire emmerder par qui que ce soit ! En tout cas, il trouva ça louche que la créature se laisse mettre au bord de la mort… après tout elle voulait fuir non ? Elle semblait intelligente… la seule chose qui gênait Naalem était sa capacité à copier un peu plus que la forme physique et si là-haut elle en profitait pour copier sa sœur ? Que fera t’elle du vrai corps de Teshara ? Cette pensée lui était insupportable. Et machinalement, il respira profondément, essayant de sentir la boule chaude au fond de son crâne pour se rassurer. Elle était tenue, la distance surement… depuis tout petit ils sentaient leur présence via cette sensation bienveillante et chaleureuse… elle disparaissait à coup sûr quand ils étaient trop loin ou sur une planète différente. Naalem était persuadé que si un jour sa sœur meurt, il sentirait une affreuse douleur comme une tumeur et qu’il serait seul à jamais… seul et abandonné dans un monde qui aura perdu toutes ces saveurs et toutes ces couleurs. En tout cas, il comptait remonter le premier buter l’autre Fabula et basta… ça évitera la chambre des pleurs aux autres Atlantes de tuer un changeforme à l’image de leur petite copine chantante. Et puis pour le principe il avait un truc à régler avec cette chose.

Il jeta un regard à la légende, cela était trop gros pour que ça soit le changeforme… et l’homme devait avoir conclu la même chose puisqu’il venait d’abaisser son arme pour la ranger. Au pire… si elle se déplus l’autre saloperie, ils pourraient la mater à trois… ou deux et demi vu l’état de la bergère… tant qu’on ne venait pas lui bousculer les côtes. Alors il fit pareil, pour marcher vers les filles.

John avait comblé la distance assez rapidement, il prit Nelly le cœur serré, comme si elle n’en avait pas suffisamment bavé déjà avec la première mission sur Écho Natus…
« Non !!! Pedge... » S’écria Nelly dans une plainte vibrante de détresse, persuadée qu’on allait l’achever. Elle rechercha de son bras libre les épaules de la texane comme si elle venait d’être arrachée de la seule bouée qui la maintenait en vie. Elle l’appelait à l’aide d’un non verbal. Le colonel allait sentir combien elle était bouillante et dévorée par une fièvre délirante. Elle ne semblait pas l’avoir reconnu.
Un instant, Sheppard se tendit comme une corde de violon, s’attendant à voir la créature se déplier… mais cela n’arriva pas. Il fit plier les genoux de Nelly pour qu’elle soit à terre et qu’il défasse son sac à dos et sorte les combinaisons de plongée.
« C’est bon Nelly, c’est bon, on rentre à la maison. », fit-elle d’une voix douce en laissant filer la jeune femme avec Sheppard.

« Mettez ça lieutenant, il va falloir nager ! » Et il s’échina à essayer de faire enfiler Nelly la sienne.
« Non !!! NONNNNN ! » Se mit à crier Nelly, le regard chargé de terreur, repoussant la combinaison comme si on essayait de l’étouffer avec. « Je ne veux pas mourir ! »
John fut surprit… il essaya de calmer Nelly. « Bricks ! calmez-vous ! Vous n’allez pas mourir ! »
La respiration de la jeune femme était agitée, elle essayait d’ouvrir les yeux un peu plus grands, recherchant la texane en qui elle avait véritablement confiance. Mais elle finit par définir les contours de l’officier à travers sa combinaison, son masque, et elle se mit à trembler en cessant de se défendre, au plus grand soulagement de John qui s’était pris quelque coup dans la moue du ventre...
« Coronel...le F-302 n’est pas loin. Je veux rentrer à la maison... »
Elle lui agrippa brusquement la manche de sa main valide, clignant des yeux sous l’effet d’un délire qui ne se réduisait pas. C’était une continuité dont Pedge avait fait les frais tout au long de sa progression.
« Je veux rentrer chez moi ! »
John avait de la peine de la voir délirer ainsi, il lui tapota l’épaule pour l’apaiser.
« Oui et on ira sur la colline aux papillons… lui rendre une visite pour lui raconter comme quoi tu es toujours en vie. » Lui chuchota t’il pour pas que Pedge ou même Naalem entendre cette phrase culcul. Il dézippa la combinaison pour lui faire passer une jambe.
Nelly se laissa faire. Mais plongée dans sa confusion, elle agripa l’avant-bras de John pour pointer la texane du doigt.
« Je n’avais pas de zat...elle est restée moi. Elle est vivante ! »
John leva un regard vers Pedge et abaissa la main de Nelly pour lui mettre ce bras dans la combinaison. Il avait l’impression d’habiller une poupée. « Oui, Pedge est vivante. » dit-il apaisant… La texane allait vraiment se poser des questions.

La concernée était en train de s’habiller péniblement elle aussi, mais elle en chiait grave, et elle restait plutôt plantée là à observer John et Nelly. L'hispanique avait pris le tarif mine de rien. John semblait comprendre le délire fiévreux de Nelly, mais sans vraiment y accorder du crédit, et la texane mit cela sur le compte de la compassion qu’on pouvait apporter aux malades. De toute façon, cela n’avait ni queue, ni tête, et elle n’avait aucune base, aucun soupçon pour lui permettre de faire un lien quelconque avec elle. Elle ne comprenait tout simplement pas pourquoi certains éléments revenaient, comme le Zat et le fait qu’elle voulait la tuer, par devoir manifestement.

La petite hispanique poussa une longue plainte lorsque John dû lui faire passer son épaule abîmée dans la combinaison. Il avait pu constater l’état lamentable de sa jambe et, maintenant, il découvrait qu’il avait de son sang sur les mains. Nelly ne recommença à se débattre que lorsque le colonel voulu placer le détendeur sur son visage. Elle remua de droite et de gauche avant de répéter frénétiquement, presque paniquée :
« Elle doit vivre ! Elle...elle est venue me chercher...elle a tué le monstre et elle...m’a sauvé...elle doit vivre...promettez-moi coronel...promettez... »
John regardait ses mains pleines de sang, sentant son coeur se serrer, se doutant qu’elle était en piètre état… Il releva les yeux vers elle, se mordant la joue pour paraître calme et non atteint. « Oui. » fit-il d’une voix un peu enrouée.
Nelly acquiesça, rassurée par la promesse de son supérieur. Elle se laissa passer le détendeur et adopta une attitude très docile à partir de ce moment. La petite espagnole demeurait allongée sur le sol, prostrée, faisant sa fixation sur la texane en gardant sa main valide en suspension au-dessus du sol, comme si elle cherchait son contact un peu au jugé et de manière permanente. Mais avec le masque, elle cessa de parler et n’eut pour seul bruit que les plaintes de la douleur lancinante et de la folie qui la prenait. Mais son agitation avait cessé, c’était un bon point. John lui enfila le reste de la combinaison avant de la porter, se releva un peu difficilement avec le poids de l’équipement en plus. Comme tout le monde il était fatigué mais il n’avait pas à se plaindre de blessure importante !

Pendant ce temps, Naalem avait pris la combinaison que tendait John pour la filer à Pedge, il observait leurs blessures à toutes deux … Elles étaient en sale état et il allait falloir les soutenir voir les portés, heureusement qu’ils avaient de l’eau… cela allait être moins difficile.
« Le mastotruc est mort j’espère ? » Il la toisa de haut en bas.
« ça va aller ou je te l’enfile ? » Il n’avait aucun sous-entendu pervers au contraire de Candom qui devait encore être droit comme un “i” à la surface… L’homme se rassura en se disant que si l’autre Fabula tente quelque chose, sa soeur prendrait les devants, mais les deux idiots des montagnes allaient-ils être aussi logique ? Il y a peu de chance… Et cela commençait à le stresser… si ça soeur est au sol à cause de la bêtise des deux autres il va faire un massacre.
« Il est mort oui. », fit Pedge en reportant son attention sur Naalem. Celui hocha la tête content de savoir qu’ils n’allaient pas avoir un mastotruc sur le coin du nez. Elle avait déjà enlevé son gilet MOLLE pour pouvoir enfiler la combinaison. N’y connaissant rien sur ce genre de dispositif, elle pensait qu’il fallait se foutre en sous vêtements.
« Et je crois que je vais pouvoir me débrouiller. », fit-elle sans en être vraiment certaine.
Naalem la voyait en train de retirer ces vêtements… Il la toisa et eu un rictus amusé voyant qu’il n’était pas le seul à ne pas connaître ce dispositif. S’en était assez cocasse.
« Je pense que j’adorai voire à quoi ressemble une bergère sans laine… mais pas ici. Donc garde tes vêtements. Ça s’enfile habiller votre combinaison de plongée. » Dit-il avec humour. En fait la voir nue ou non, il en aurait surement pas grand-chose à faire. Il ne la considérait pas comme une femme de proie qu’il devait entraîner dans son lit et savourer les courbes que la nature lui avait donnée mais comme une compagne d’arme et cela changerait tout niveau perception.

Pedge lui fit un petit rictus. C’était aimable de préciser, surtout qu’elle était bien partie pour se foutre en sous vêtement. D’un côté, elle n’avait jamais utilisé de combinaison de plongée, ni même fait de la plongée, donc bon, elle apprenait sur le tas. « Dommage, je ne pourrai pas exhiber fièrement mes muscles. », fit-elle sur le ton de la plaisanterie en enfilant finalement le textile par dessus ses chausses. Naalem ricana
« Une autre fois tu feras ta gravure de... » Il se tut un instant, regardant autour de lui, puisque dans le même temps, Naalem put sentir au fond de lui que quelque chose n’allait pas, une sorte de pressentiment oppressant qui concernait une partie de lui-même. Mais quoi ? …
Teshara était en danger, cela devait être une évidence, il ne voyait que cela, tout était étrange soudainement et il se tourna brusquement comme s’il pouvait voir quelque chose et fronça les sourcils.
« Il va falloir qu’on remonte vite...Il y a quelque chose de bizarre ! » Lâcha t’il en grognant comme un ours.
Et comme si la prédiction de Naalem était en train de devenir une réalité, une communication radio parvint jusqu’à l’oreillette de Sheppard et de Pedge. Une friture informe et très désagréable à l’intérieur de laquelle on pouvait percevoir un cri bestial, le cliquetis étrange et peu naturel avant que ce Wraith ne soit tué. Le même bruit...et ce qui semblait être des hurlements de terreur. Mais il y avait tant de parasites sur la ligne qu’il était très difficile de le percevoir, au point que l’on pouvait croire qu’il s’agissait d’une distorsion qui rappelait cette terreur, ou un coup de l’imagination suite à leur appréhension.

Le colonel, allait demander en quoi il pouvait savoir qu’il avait quelque chose bizarre là-haut quand… soudainement il se figea aussitôt en entendant cela et ouvrit de grands yeux. L’émission était vraiment pourrie.
« La radio grésille trop, mais ça a l’air d’être le chaos en haut ! » Il ne pouvait pas répondre cela ne marchait pas beaucoup. Son cœur fit un bon, il se sentait terriblement coupable !
« On y va ! » lança le colonel, qui marchait rapidement avec une Nelly bouillante entre les bras.

Le sang de Naalem ne fit qu’un tour dans son immense corps. Il toisa Pedge. Et ne lui demanda point son avis, et il passa son bras sous elle pour la soutenir et se déplacer plus vite jusqu’au téléporter. Sa sœur était en danger et là ! Et là il était en mode militaire et ça allait chier grave ! Côtes foulées ou non, il allait se les brisées une par une s’il le faut mais il dégommerai ce putain de changeforme de merde !

Pedge grimaça elle aussi quand la réception arriva dans son oreille. Toutes douleurs s’étaient envolées de son côté, laissant place à un tumulte d’adrénaline qui battait ses veines à tout va. Ils devaient remonter et vite ! L’aide du contrebandier était la bienvenue, mais elle ne voulait pas faire le boulet. Aussi y mit-elle du sien pour accélérer le pas vers le téléporteur. Le changement d'atmosphère fut brutal et un instant, elle faillit paniquer en oubliant de respirer dans le détendeur mais elle se força à prendre une grande goulée d’air, et cela lui fit du bien. Au bout de deux ou trois expirations inspirations, cela fut plus naturel. Elle se laissa guider vers le trou dans la carlingue et l'ascension commença vers les hauteurs, vers la surface.

Il fut difficile à John de nager avec Nelly et dû la lâcher pour lui tenir la main et la tirer.il s’en voulait énormément mais qu’aurait-il pu faire d’autre ? Le caméléon aurait attaqué les deux personnes les plus faible et il aurait peut-être perdu Nelly et Pedge en même temps. Il devait arrêter de se culpabiliser cela était fait et il devait vivre avec, comme avec beaucoup de chose en somme. Il ne savait plus le temps qu’il lui restait, il n’avait pas jeté un coup d’œil à la tablette de Steven. Il espérait que celui-ci lance un appel radio pour vérifier que personne ne trainant dans le coin avant de lancer son ogive de la mort !
Une fois hors du croiseur, les eaux du lac trouble semblaient être immense… Il allait avoir un sacré choc à la surface avec la décompression. Déjà il sentait son oreille soumisse aux profondeurs… Il fallait se hâter mais aussi prendre son temps pour éviter les chocs.

// On remonte en sécurité, pour pas avoir un choc de décompression une fois en haut //

Naalem aurait voulu se presser mais le colonel avait raison, il fallait être opérationnel en haut et non vomir ses tripes et s’écrouler à cause du mal de tête du siècle ! Il fit glisser à son tour son bras sur la main de Pedge pour la tirer et l’aider. Elle n’avait pas été boulet au contraire en mettant du sien. Malgré l’adrénaline dans son corps, il sentait des douleurs dans ces os notamment les côtes et il avait l’impression d'étouffer par moment, ce qui lui lançait des piques de sueurs froides. Il avait hâte de remonter et de quitter ce casque, cela commençait à devenir oppressant soudainement. L’homme essayait de se contrôler en pensant à la seule chose qui le rend vraiment heureux : sa sœur. Se concentrer sur son image et éviter la panique qui lui rappelait les souvenirs macabres de certaines punitions de Koyla ou de son père. C’est à cause d’eux qu’il avait développé cette phobie d’étouffement a force de se retrouver enterrer vivant dans un cercueil ou dans une pièce sombre avec peu d‘oxygène. Sans se rendre compte, il serrait de temps à autre la main de la bergère.

Pedge opta pour écouter les conseils de John, n’y connaissant strictement rien en plongée. Bien entendu, elle n’était pas ignare au point de ne pas avoir entendu parler des chocs de décompression, aussi suivait-elle l’officier pour ne pas faire n’importe quoi. Elle sentait que le contrebandier était à cran, il lui serrait la main de temps en temps. Elle se mettait à sa place. D’après ce qu’elle avait compris, il y avait une créature qui se faisait passer pour Nelly et elle était avec sa soeur, Jane et Alexis. La communication radio qu’ils avaient reçu indiquait, à défaut de tout autre chose, qu’il se passait quelque chose de grave en surface. Or, si on rejoignait le fait qu’il y avait une créature Wraith et trois humains, le calcul était vite fait sur qui faisait quoi. Le sentiment d’urgence dévorait également les entrailles de la texane. Elle qui se pensait tirée d’affaire, saine et sauve, et qui pensait que tout le monde allait rentrer sagement à la maison, voilà que l’urgence se manifestait encore à elle par le biais de cette menace sournoise et latente. Qu’est-ce qu’ils allaient trouver en haut ? Des corps ? La créature vaincue par les trois humains ? Rien de spécial ? Ils le découvriront bien assez tôt. Elle n’avait pas le coeur d’observer les alentours, de contempler ces bancs de poissons qu’on pouvait voir s’écouler de façon onirique entre les eaux diaphanes qui s’éclaircissaient de plus en plus alors que les ondes lumineuses traversaient les strats au fur et à mesure qu’ils approchaient de la surface. Des débris flottaient paisiblement, et certaines choses issues du croiseur étaient elles aussi en train de remonter vers la surface au rythme de la poussée de l’eau chère à Archimède.


(c) chaotic evil

_________________




DC : John SHEPPARD // Isia TAYLOR LAURENCE // Alexander HOFFMAN // Elana RAVIX écriture : LawnGreen

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Atlantis Insurrection :: Galaxie de Pégase :: Planètes explorées-