Atlantis Insurrection
"Personne ne demande à devenir un Héros, sauf que parfois ça finit comme ça..."

Et si ce Héros, c'était toi ? Tu es l'un des meilleurs dans ton domaine (Biologiste, Chirurgien, Infirmier, Diplomate, Démineur, Maître chien...) et on te propose de participer à l'expédition la plus fabuleuse mais aussi la plus dangereuse : l'expédition Atlantis.
Auras tu le cran de rejoindre Atlantis pour découvrir ses mystères et affronter les dangers de cette galaxie ?

Tu peux aussi incarner les personnages importants de la série (Weir, Sheppard, McKay, Lorne, Teyla....) Bon niveau RP demandé.
On recherche de nombreux personnages inventés.
http://www.atlantisinsurrection.com/t387-personnages-vacants


Si tu te sens capable de franchir ce pas, tu es des nôtres ! Clique sur l'image ;-)


RPG sur Stargate Atlantis
 

Ven 23 Fév - 16:23
avatar
√ Arrivée le : 04/09/2015
√ Messages : 2765

Dossier Top Secret
√ Age: 41 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: ATA
Voir le profil de l'utilisateur





Une bonne claque
— Chronologie 08 janvier 2018 - LENDEMAIN DE LA MJ26 : LES GRANDS EXPLORATEURS SUR IRNANDO // 10H00



Retour de la mission

« Stones dans mon bureau demain à 10h sans faute ! » Avait dit John alors que tout le monde quittait le jumper pour rejoindre l'infirmerie. La navette spatiale, était laissé entre les mains de technicien, très ravie de nettoyer la nouvelle décoration sanguinolente de celui-ci. La voix du colonel, était un ouragan de froideur et son regard était clairement dur. En somme sa phrase ne demandait aucune rébellion ou « pourquoi » immature. Et quand bien même Stones l'aurait fait, il l'aurait ignoré royalement en lui rappelant de ce même regard expressif qu'elle avait plutôt intérêt à se pointer à l'heure.

Faiblement blessé, le soldat avait guère traîné dans le hall de l'infirmière et s'était directement enfermé après une bonne douche dans ces quartiers pour rédiger un début de rapport et surtout choper le CODIR pour établir une sanction concernant le soldat Stones. Cela ne devait pas traîner et John ne voulait pas reporter la patate chaude. Il fallait battre le fer, quand il était encore chaud. Et il avait bien que lui, qui convoquait ces subordonnés en face à face pour leur donner en main propre leur sanction et leur expliquer pourquoi. C'est bien plus efficace que d'envoyer un simple mail. Du moins, John étant proche de ces hommes préférait cette manière de communication, même si cela le faisait grandement chier de se taper ENCORE un blâme. Il avait enchaîné entre Ford, Bricks et maintenant Stones. Il commençait en avoir marre et espérait que ça se calmerait, sinon il finirait par perdre foie dans les recrutements et surtout patience.

Surtout que cette mission à son sens n’était pas une réussite. Surtout sur le bilan mental des civils, Natasha était en état de choc, Rodney … comme souvent choqué mais il avait de quoi… Les nains étaient étranges et ils avaient essuyer un massacre. Heureusement, qu’une part de diplomatie avait été faite pour permettre l’exploitation de la forge et John était bien ravie de ne pas être un diplomate. Ils allaient galérer avec les nains !

Lendemain 10h00

John était présent dans son bureau, un office très tropical, comme en témoignait le nombre de plante et d’arbre présent dans celui-ci. Une part de nature indispensable pour l’homme qui ne pouvait pas rester enfermer entre quatre murs sans péter un boulon. Et puis bon, Marie la botaniste adorait lui apporter de nouvelles plantes. Ainsi, le bureau de Sheppard était sa seconde serre. Après la jolie rousse espérait attirer l’attention autrement que via une simple amitié mais elle n’arrivait pas à soulever l’intérêt de John qui continuait à la voire comme une bonne amie. La nuit, avait portée conseil et il avait retrouvé une humeur plutôt stable. Même s’il le savait très bien… les murs allaient trembler avec Stones. Surtout que ces sanctions étaient loin d’être sympas, mais à la hauteur de ces actes.

L’homme était sur sa chaise de bureau, pas de discussion sur le sofa cette fois. Non, là en face à face mais avec un bureau et Stones sur une chaise. Un recadrage qui s’annonçait directement plus dur. Fat dire, qu’elle l’avait déçu. Il allait être 10h, il attendait les mains croisées sur le dossier de sanction disciplinaire portant le nom : Alex Stones.


MAY




_________________
JohnSheppard

Double comptes : Isia Taylor-Laurence & Alexander Hoffman & Naalem Lays //écriture : MediumTurquoise
Revenir en haut Aller en bas
Lun 26 Fév - 13:27
avatar
√ Arrivée le : 29/11/2017
√ Messages : 174
√ Localisation : Surement dans le Gymnase


Dossier Top Secret
√ Age: 26 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: ATA
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atlantisinsurrection.com/t2521-dossier-d-alex-stones
Une bonne claque
/ recadrage /

John Sheppard & Alex Stones"Mon père ne ment jamais
C'est la vérité qui se trompe !"
Alex n'avait rien dit quand le Colonel Sheppard lui avait donné l'ordre de venir à son bureau le lendemain à 10 heure, de toute façon elle n'avait rien durant le trajet qui l'avait ramener jusqu'à Atlantis. De base, l'ambiance était pesante dans le Jumper, tout le monde semblait avoir le moral dans les chaussettes, tout le monde sauf Alex. La jeune militaire était restée assise dans un coin du Jumper, les yeux rivés sur l'anneau que lui avait offert Gurdyl, admirant l'objet sous tous les angles, le touchant seulement du bout des doigts de peur de le casser. Au moins en restant ainsi tranquillement dans son coin, elle ne montrait pas à quel point elle proche de l'ivresse après avoir bu un bon nombre de bières, mais peut être que certain l'avait tout de même remarquer en la voyant regarder l'anneau tels Gollum dans le film "Le Seigneur des Anneaux". Où peut être pas, il faut dire qu'ils semblaient tous déprimer par le massacre qui avait eut lieu sous leurs yeux et le fait que les nains récupérer certains morceaux et corps... Enfin bref, Alex était resté neutre face à la demande de son supérieur, serrant le fameux anneau dans la paume de sa main droite.

Après un très rapide passage à l'infirmerie, car après tout la jeune femme n'avait aucune blessure, elle avait juste beaucoup trop bu pour une simple mission, Alex marcha ou plutôt divagua jusqu'à ses quartiers personnels ou elle se laissa tomber machinalement sur son lit sans se changer, sans prendre de douche, serrant toujours le même anneau dans sa main droite. La jeune femme s'endormit rapidement, paisiblement, contrairement au lendemain matin qui avait été très difficile pour la jeune femme. Alex se réveilla avec un horrible mal de tête, puant l'alcool à des kilomètres à la ronde. Ce fut avec énormément de difficulté et de courage que la militaire se dirigea vers sa salle de bain pour prendre une bonne douche froide pour bien se réveiller et pour décuver le restant d'alcool qui coulait dans ses veines encore. Une fois doucher, Alex prit deux trois efferalgans qu'elle laissa dissoudre dans un verre d'eau avant d'avaler ce dernier cul-sec. Elle devait faire vite partir ce mal de tête avant de faire face à son supérieur et aux très nombreux reproches qu'il allait lui faire. Un soupire s'échappa entre ces deux lèvres, elle avait besoin de s'aérer la tête, elle enfila un jogging rapidement et alla courir sur les digues, elle avait encore un peu de temps avant son rendez-vous avec le Colonel Sheppard.

L'heure était arrivée, Alex aurait préféré courir encore et encore plutôt que d'aller voir son supérieur pour se disputer, mais elle n'avait pas le choix. La jeune militaire arriva cinq minutes avant l'heure du rendez-vous, elle resta cependant deux minutes devant la porte sans bouger, la tête basse repensant à tout ce qu'il s'était passé la veille. Elle finit par frapper une fois de façon ferme, rapidement son supérieur lui ordonna de rentrer dans son bureau. Alex ne prêta pas attention aux décors qui avait dans la pièce, elle posa uniquement son regard sur son supérieur, elle savait ce qu'il allait se passer, elle avait l'impression d'entendre déjà les reproches dans sa tête résonner encore et encore. Elle n’espérait qu'une chose, que tout cela se termine rapidement...


« Colonel Sheppard ! » Dit-elle simplement en lui faisant le salut militaire.

Elle ne savait pas quoi dire de plus, que dire de toute façon, elle savait déjà que toute l'équipe devait la haïr à cause du simple fait qu'elle avait un peu bu.. Bon peut être un peu trop, mais... Un désolé ne suffirait pas, elle le savait pertinemment.
© 2981 12289 0

_________________


DC : Hope Håkansson / Code Couleur d'Alex : CORNFLOWERBLUE
Revenir en haut Aller en bas
Lun 12 Mar - 19:02
avatar
√ Arrivée le : 04/09/2015
√ Messages : 2765

Dossier Top Secret
√ Age: 41 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: ATA
Voir le profil de l'utilisateur
Une bonne claque
/ recadrage /

John Sheppard & Alex Stones"La patience est une vertus qui s'apprend avec l'âge"
John Sheppard


L’homme dit un simple entré sans aucune chaleur, levant son regard clair sur la silhouette masculine de Stones. Au moins, elle n’avait pas oublié le salut militaire, une bonne chose, les bases n’étaient pas toute fichues en l’air ! Il lui montra d’un geste de main sa chaise.

« Soldat, asseyez-vous » Lui qui d’habitude était si chaleureux et si avenant avait le visage fermé et le timbre d’une neutralité inquiétante. Autant, on pourra dire ce qu’on veut sur son commandement plus laxiste ou autre connerie de ce genre, lui reprochant son humanité, mais quand il était en mode officier et celui qui va botter des culs, ça ne rigole pas !

Ces prunelles suivirent les mouvements de son vis-à-vis, selon son choix, debout ou assis, il attendit quelques longues minutes..., avant d’ouvrir son dossier contenant une feuille de sanction bien remplis.
« Vous m’avez déçu Stones. » Lâcha t’il, il aurait pu dire pleins d’autre élément, comme : vous connaissez la chanson, vous savez que vous allez être puni et que vous en auriez rien à foutre ! Mais non, on parle de Sheppard. « Au vu de notre mission improvisée pendant votre première évaluation, j’attendais autre chose de vous : qu’une désobéissance, une mise en danger et surtout de consommer de l’alcool en mission. ». Il soupira, croisant les mains, il fallait entrer dans le vif du sujet et donc commencer par le début :
« Que c’est t’il passé ? » ça question était direct et il ne la lâchait pas du regard.

Alex Stones


Alex savait déjà que la discussion allait mal se passer quand le Colonel Sheppard, habituellement souriant, lui avait demander de s'asseoir et l'appela Soldat... Bref, Alex préféra ne rien dire et s'asseoir comme son supérieur lui avait demander. La jeune militaire s'assit toute droite sur la chaise, le dos touchant à peine le dossier de la chaise, elle avait le visage fermé, le regard neutre. D'ailleurs, elle regardait son supérieur, elle ne comptait pas baisser le regard, ni rien, elle était prête à affronter son jugement, à écouter les reproches et à entendre sa sanction. Mais étrangement, les minutes passaient et rien, juste le silence, mais Alex ne se laissa pas aller pour autant, elle resta toujours droite comme un I. Et au bout d'un certain temps, Sheppard commença enfin à parler et il dit des mots qui irrita affreusement Alex qui resta cependant neutre, ne voulant pas montrer que ses mots la toucher.

« Ce qu'il s'est passé ? » Alex rigola nerveusement avant de continuer. « Vous voulez dire avant ou après que Gurdyl m’ai envoyé valser dans les airs, me faisant croire pendant un instant que j’ai failli mourir écrasé !... D’ailleurs, c’est peut-être cela qui vous a déçu vraiment, que je ne meurs pas écraser après tout si j’étais morte vous n’auriez pas à vous occuper de moi à cet instant précis ! »

Sans s'en rendre compte, la jambe droite de la jeune femme s'était mise à trembler nerveusement. Sa voix était remplie d'une certaine colère qu'elle essayait de cacher difficilement derrière de l'ironie. Alex n'en voulait à aucun moment à Gurdyl de l'envoyer se promener dans les cieux, oh que non, frôler la mort vous permet de voir certaine chose sur votre vie de façon différente, et Alex avait réalisé beaucoup de chose sur sa vie actuel…

John Sheppard


John ne lâchait pas son regard non plus, constant bien qu’elle tremblait, du moins sa jambe à cause de la colère. Il avait été témoin à deux reprises de ce tic nerveux et elle contrôlait ce sentiment plus ou moins, mais les stigmates se voyait sur son corps. Et sans surprise elle fit de l’humour cyniquement. John leva les yeux au ciel.
« Non votre mort aurait été encore pire niveau paperasse… Limite il aurait été mieux qu’on vous perdre. » Le colonel, lui fis un rictus sardonique, oui, lui aussi pouvait faire de l’humour peut agréable s’il le voulait.
« Moi aussi, je sais faire de l’humour cynique Stones, n’aggraver pas votre cas en vous abaissant à ce genre de chose. » Dit-il une nouvelle fois neutre. Par-là, il lui montrait que ça ne menait à rien de faire la maline au contraire.
« Quand je vous demande ce qui s’est passé, j’attends une justification logique de votre désobéissance à un ordre direct et d’avoir éteint votre radio, vous mettant en danger ainsi que l’équipe ! »

Alex Stones


C'était plus fort qu'elle, Alex se sentait obliger de répondre de la sorte, de cracher son venin tels une vipère qui se sentait attaquer. Peut-être était-ce l'habitude qui faisait que la jeune militaire répondait aussi violemment et avec un peu d'ironie, ou bien était-ce l'éducation que son père lui avait donner. Dans tous les cas, Alex sentait une certaine colère monter en elle, mais cette colère était-elle destinée à Sheppard ou bien à elle-même ?

«J'avais vu quelque chose ! La preuve, c'était Gurdyl, mais si ça avait été un Wraith ou bien un Geniis ? Personne ne voulait croire que j'avais vu quelque chose même pas vous ! Imaginez si ça avait été un Wraith qui serait aller prévenir toute sa petite flotte que quelques petits humains en apéritif sont à portée de main, hein ?! » Sans s’en rendre compte Alex s'était levée durant son petit discours, montant de plus en plus son ton. « Je me serais sentie responsable si cela avait été le cas… Alors oui, je suis partie comme ça à la poursuite d’une simple silhouette que j’avais vu de loin ! Et oui, j’ai éteint ma radio, car tout le monde refusait de me croire, donc si c’est pour entendre “Oh, mais non ce n’est rien blabla blabla, revenez Stones”... »

Alex se rendit enfin compte qu’elle était debout, ce qui la perturba quelque peu. Elle resta un moment silencieuse, se rasseyant sur la chaise avant de continuer.

« Je ne vois pas en quoi j’ai mis l’équipe en danger… Je voulais simplement la protéger… »

John Sheppard


John resta de marbre, elle gueulait encore et encore et la voilà levée maintenant. Il se doutait que cela allait être très chaud comme discours et il n’était pas déçu sur ce point-là.
« Asseyez-vous et arrêter de hurler ! Vous êtes ridicule ! » Il attendit le temps nécessaire, mais dès qu’elle posa son fessier sur la chaise, il reprenait immédiatement, et cette fois la voix de John était tout sauf aimable, ferme et directif. Il n’allait pas s’emporter à la colère, même si intérieurement il n’était pas aussi calme que son visage le traduisait. On va dire, qu’il avait eu le temps de s’agacer la veille pour prendre sur lui aujourd'hui. Sachant qu’elle allait être aussi brûlante qu’un feu de paille !

Voilà qu’elle faisait preuve de mauvaise foie… Elle avait véritablement aucunes bases militaires sur ce point là, répondre ainsi à son supérieur c’est finir au gnouf sans aucune politesse.

« Que savez-vous des Wraiths ou même des Geniis ? » Pause, il était plutôt calme là, il n’haussait pas encore la voix « Nous sommes une équipe, vous vous êtes comportée de manière solo sans réfléchir un instant à vos actes ni à leur conséquences. » Il la toisa lourdement.

Alex Stones


* Nan, qu'elle conne que je suis ! Nan, mais franchement ! Comment ai-je puis penser qu'il était différent des autres ?... Ils sont vraiment tous pareils, ils ne veulent rien entendre, ils sont raisons, j'ai tord et c'est tout, voilà ! Rien ne changera donc jamais dans ce monde de merde ?! Je les déteste... JE LES HAIS TOUS ! Ils ne me comprendront jamais, alors pourquoi je ferais des efforts pour eux ? Hein ?! Je les déteste, presque autant que je déteste ce que je suis... *

Alex avait envie de se lever et de tout envoyer valser, de jeter chaque meuble, chaque bibelot, pour que ces derniers viennent rencontrer un mur et, avec un peu de chance, se fissurer, s'écraser, voir même se briser sous ses yeux remplie de rancœurs envers Sheppard et tous les supérieurs qu'elle avait eut.

« Une équipe ?... » Un petit rire sarcastique s'échappa d'entre ses deux lèvres. « Aucun d'eux ne me connaît, aucun d'eux ne le souhaite d'ailleurs, alors ma vie ou ma mort leur importe tellement peu, je le sais très bien ! Je ne suis qu'un poids pour eux, et encore plus pour vous… Mais moi, contrairement à eux, je suis allé poursuivre une putain de silhouette pour savoir si il y avait un quelconque danger, dont te devait se protéger ! Je ne suis pas une personne qui réfléchit, ce n'est pas mon rôle ! "Agis et vis ou bien réfléchis et meurt !" C'est la vie, c'est ainsi qu'on me l'a apprise à vivre Colonel. Moi, j'agis pour ne pas crever bêtement, car j'ai passé beaucoup trop de temps à réfléchir aux pourquoi du comment. »

Pourquoi réfléchir ? Son père ne l'avait pas élevé pour qu'elle se serve un seul instant de son cerveau, mais uniquement de ses jambes et de ses poings. Mais qui pourrait la comprendre ? Qui pourrait écouter un seul instant ses paroles tout en comprenant les sous-entendus qu'il y avait derrière ? Personne... Alors, oui, Alex était une forte tête et avait du mal avec l'autorité, car pour elle c'était simple : ces personnes qui lui donnaient des ordres, la regardait de hauts, ne chercherait jamais à la comprendre et sa vie... Eh bien, c'était simple pour elle, si un pion tombait au combat, un autre petit pion viendrait le remplacer tout simplement, pourquoi s'embêter plus que cela ? Alex voyait le monde sous un angle bien différent de certaines personnes.

« Et pour finir, je sais que les Wraiths sont putains de vampire qu'il faut buter et les Geniis sont aussi des ennemis qu'il faut tuer avant qu'il nous tue point ! Il n'y a rien de plus à savoir. Ennemis égale tuer ! »

John Sheppard


John avait l’impression d’être dans un autre monde… Que faisait-elle dans l’armée ? Comme ça se fait qu’elle n’a pas eu certaine base ou même certaine conformité au célèbre moule de ce corps de métier ? Il avait l’impression de gérer une adolescente qui ne jurait que par un seul enseignement… Elle citait une nouvelle phrase, encore une phrase de son soi-disant enseignement… Son père ? Il ne voyait que ça, un enrôlement plus certain pour une conviction auquel elle tenait mordicus.

Jamais, dans sa carrière il n’avait eu à gérer ce genre de personnalité, des têtes brûlées oui tout le temps, le compte agent d’Atlantis en était remplis, mais des personnes comme Stones… Jamais. Il la regarda toujours droit et stoïque avec son air dur d’officier. Devait-il gueuler plus fort ? Non, depuis le début elle est dans ce registre à hurler et à dire tout haut des justifications… Elle se justifie elle exprime pourquoi elle agit dans son droit, n’ayant que faire au final du reste. Ça colère était en réalité quoi ? De la peur ? C’est sa manière de réagir un véritable animal sauvage qui n’a connu que els coup de bâton.

Il devait trouver une solution, pour la prendre et réussir à la gérer… lui faire entendre raison, puisque sinon pourquoi l’avait-il convoqué ? ce n’est pas seulement pour lui coller une sanction mais aussi pour que cela ne se reproduise plus.

Il soupira longuement, se frottant le front et se passant une main dans ses cheveux hirsutes… Il fallait vraiment essayer un autre angle… le management à l’armée c’est pas ce qui a de mieux, c’est plutôt simple même… Mais alors là … Il comprenait pourquoi les civils se prenaient autant la tête ! Il releva la tête vers elle, posant sa main sur le bureau. Prenant les réserves en sang froid qu’il avait pour pas lui passer une brasse, car elle commençait à le gonfler. Surtout que son discours, il le trouvait révoltant et contradictoire… ne pas réfléchir ? Ok c’est une première classe et pourtant, elle avait bien réfléchi pour agir de la sorte et elle avait pris une décision.

« Pourquoi, vous vous entichez à croire que le monde entier s’en fou de vous ? » Sa voix était calme, il se surprenait lui-même. « Et aussi répondez à cette question : Je vous ai mise dans mon équipe et je vous ai dit que vous m’aviez déçu… Pourquoi je me serai encombré d’un poids mort dans mon équipe au lieu de le refiler à un autre et surtout pourquoi aurais-je été déçu par celui-ci ? D'habitude on se contrefout bien du sort des boulets. » Il attendit, ça allait peut-être faire tilt dans la tête de Stones, en tout cas, il recommandait que vivement le psychologue là !

© 2981 12289 0

_________________
JohnSheppard

Double comptes : Isia Taylor-Laurence & Alexander Hoffman & Naalem Lays //écriture : MediumTurquoise
Revenir en haut Aller en bas
Mer 14 Mar - 22:35
avatar
√ Arrivée le : 29/11/2017
√ Messages : 174
√ Localisation : Surement dans le Gymnase


Dossier Top Secret
√ Age: 26 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: ATA
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atlantisinsurrection.com/t2521-dossier-d-alex-stones
Une bonne claque
/ recadrage /

John Sheppard & Alex Stones"Mon père ne ment jamais
C'est la vérité qui se trompe !"

Alex Stones


Le regard froid et dur à la fois, la jeune femme semblait bien camper sur ses positions, ressemblant à un loup prêt à mordre à tout instant, aux moindres faux pas que le Colonel ferait. Pourtant, elle savait très bien qu'elle était en mauvaise position, que ses paroles pourrait sûrement augmenter la punition qu'il lui était prévu, mais qu'importe, elle ne pouvait pas s'empêcher d'être ainsi, de vouloir gueuler et d'envoyer valser le monde qui l'entourait. Mais étrangement, son comportement se mit à changer, presque soudainement, ce qui avait de quoi étonner. Certains disent que les paroles ont plus d'impact que les coups de poing, ce qui était bien vrai dans ce cas-là, car les paroles de Sheppard avaient eut l'effet d'une immense baffe dans la gueule d'Alex. Il l'avait choisi elle ?... Dans son équipe ?... Elle pensait que c'était un genre de tirage au sort ou autre, mais qu'en aucun cas que son supérieur l'ai choisi spécialement elle pour partir en mission. Personne n'avait fait cela, alors pourquoi lui ?...

Alex baissa le regard, ressemblant à un enfant se sentant fautif, coupable d'une petite bêtise qu'il aurait fait devant ses parents. Sa main gauche s'ouvrant doucement, cette dernière tenait fermement depuis le début de leur conversation houleuse l'anneau que Gurdyl lui avait offert. Elle se mit à faire rouler l'objet dans sa main à l'aide de sa main droite. Son regard fixa inconsciemment l'anneau, ne sachant pas quoi répondre. Après tout que répondre ? Alex était quelqu'un de franc qui disait toujours ce qu'elle pensait, mais là... Ce qu'elle pensait... Elle préférait le taire au fond d'elle... Pourtant si pour une fois elle parlait, peut être que quelqu'un tendrait l'oreille pour l'écouter. Sheppard semblait vouloir parler, mais surtout comprendre, après tout sa voix était plutôt calme depuis le début et il ne lui avait pour l'instant parlé d'aucun blâme ou autre. Alors Alex parle, exprime toi, laisse cette petite voix au fond de toi dire enfin quelque chose. Et si il se fout de toi, fait ce que tu as toujours fait, gueule et frappe quelqu'un, quelque chose.

La militaire ne releva pas la tête, elle n'avait pas la force de croiser le regard de son supérieur, pas après ce qu'elle allait lui dire ou plutôt des révéler. Des paroles enfouis au fond de son âme, dont personne ne connaissait l’existence à part elle et son père...

« Quand j'ai eut 14 ans, mon père m'a dit que... "Qui pourrait se soucier de ta vie ? Tu es une erreur de la nature... Tout le monde se contrefout des erreurs comme toi ! Qu'elles meurent ou qu'elles vivent, cela n'a aucune importance pour eux !" » La voix d'Alex tremblait tristement. « "Alors si tu veux vivre, enfin... Plutôt survivre, tu vas devoir te débrouiller seul et ne compter sur personne d'autre, car personne ne se souciera de ta vie, bien au contraire..." »

Alex avait du mal à parler, mais elle se forçait, il fallait que sa sorte, enfin...

« Alors désolé, Colonel Sheppard, si j'ai du mal à croire que ma vie est la moindre importance à vos yeux. » En disant cela la jeune femme avait relevé les yeux, pour croiser celui de son supérieur, ses yeux brillants légèrement.

John Sheppard


À la suite de ces paroles le comportement de Stones changea radicalement. Cela conforta le colonel, à ne pas opter pour une méthode purement militaire avec elle. De la prodigieuse louve prête à déchiqueter le monde entier elle ne fut qu’un agneau n’osant même pas regarder le berger en face. Il avait visé juste et surtout en pleins centre. L’avait-il scotché comme en déjoignait sa main gauche qui s’ouvrait sur l’anneau des nains ?
Pourquoi avait-elle autant d’attache avec ce simple objet ? La réponse était peut-être tout simple, parce qu’on lui avait témoigné de l’intérêt. John attention patientant, même si le revirement de situation l’intriguait et il sentait une tension dans son bureau. Celle des grandes révélations et de la tristesse…

Toujours tête baissée, le volcan ne grondait plus. Il ne crachait plus sa lave à la figure mais faisait place à la fragilité de son édifice. Quel père digne de ce nom peut dire ça à sa fille ? John mit sa main devant sa bouche en entendant ça. Si depuis tout son temps on lui reste qu’elle n’est qu’une erreur alors pourquoi ne pas y croire ? John n’avait pas eu un père très aimant et digne de ce nom aussi, mais jamais il n’avait osé dire cela.
Avec de tel enseignement, pourquoi rejoindre l’armé qui valorisait l’esprit d’équipe ? Chose qu’elle n’avait pas et qu’elle considérait comme une vaste blague. En tout cas, ça expliquait les propos dit avant et cette colère continuelle chez elle.

Dire que cela ne l’impactait pas était faux, il ne se sentait pas à l’aise et l’homme empathique qu’il est, était en train de se révolter contre l’injustice de cette vie. Maintenant, qu’il comprenait un peu els contour de son soldat, il était plus que nécessaire qu’elle aille voir Sidney, pour qu’il lui apprenne à avoir confiance en elle et surtout dans les autres.

Il avala sa salive, ne sachant quoi dire lui aussi. Pourtant, il reste calme et stoïque. Ces principes sont toxiques, très même ! Était-il fier de lui ce père maintenant ? Mais quel idiot se fit John.


« Une erreur de la nature ?... En quoi vous êtes une erreur ? » Il était important de définir ça… une erreur de la nature avec des principes cruels… Elle n’avait plus aucune confiance et il allait falloir que ça change…

Alex Stones


Une partie d'Alex avait envie de partir, de fuir le Colonel Sheppard de crier un bon coup, de pleurer et de ... Non, elle devait arrêter ça ! Arrêter avant que quelqu'un le remarque, avant que les cicatrices deviennent trop nombreuses se répandent sur tout son bras gauche, puis sur le reste du corps... Mais une autre partie d'Alex avait envie de rester, de vider enfin ce sac ou plutôt ce boulet qu'elle traînait depuis des années à son pied l'empêchant d'avancer réellement dans la vie. Elle avait envie que quelqu'un la comprenne, que quelqu'un l'écoute, que quelqu'un la considère comme elle était vraiment. Mais les deux parties qui vivaient en Alex était en train de se battre, chacune d'elle voulant dominer l'autre, gagnant ainsi la "partie".

« Je... »

* Vas y Alex parle ! *

« Et bien... »

* Non ! Ne dis rien, lève toi et pars tout de suite ! *

« En fait non... »

* Alex, c'est le moment de parler ! De dire enfin ce qui te pèse sur le cœur ! *

« Il se trouve que... »

* Parle et il se moquera de toi à tous les coups ! Parle et tu seras envoyé dans un hôpital psychiatrique ! *

« C'est stupide... »

* Alex il veut juste te comprendre et non te juger ! *

« Vous... »

* Alex ! Alex ! Alex ! Alex ! *

Alex avait la tête baissé, elle avait du mal à parler et elle avait refermé le poing sur l'anneau brutalement durant l'une de ses débuts de phrases. Elle avait un horrible mal de crâne, elle regrettait d'avoir commencé à parler d'un côté et d'un coté non. Pourtant, elle ne pouvait dire qu'elle était une erreur en étant une femme, non, c'était trop pour elle, pourtant elle ne pouvait s'arrêter de parler soudainement, comme ça...

« Par exemple vous... Vous... Vous... N'êtes pas... Une erreur... De la nature... » Alex leva timidement le regard vers son supérieur, les larmes étant à deux doigts de couler sur ses joues.

Ses paroles étaient floues, mais c'est tout ce qu'elle avait réussit à dire, en espérant maintenant qu'il comprenne tout ce qu'elle venait de dire ou en tout cas d'essayer.

John Sheppard


John la regardait sans sourcilier… attendant qu’elle lui dise en quoi elle était une erreur. Il se fit la remarque que c’est le boulot d’un psy sur le coup… Mais bon, ne devait-il pas essayer de savoir ce qui se passait chez ce soldat ? Elle semblait perdue et hésitante. Ou était passé le volcan ? cela était du flan, une manière de faire de se défendre face à l’adversité… Comme un roquet qui aboie mais qui ne sait pas vraiment mordre.

Sa phrase tomba comme une pierre dans une mare, le regard enfin relevé vers John, elle semblait au bord des larmes… Le colonel, ne savait pas gérer les émois du a ce genre de chose. Les larmes étaient une chose qu’il n’avait jamais pu faire réellement face du moins, il n’avait jamais été bon. Et ces ex, pouvaient en être témoin. Cependant, l’homme humain et peut-être un peu trop humain était touché par ce qu’il assimilait comme de la détresse…

« A mes yeux non, pas plus que vous Stones. » Dit-il d’un air affirmatif. Elle ne pouvait pas dire en quoi elle était une erreur, alors il chercha sur elle… Son aspect masculin ? Ces propos très orientés en mission ? Cela avait un lien ? Il ne voulait pas se risquer dans cette hypothèse, il n’a jamais été un bon observateur … Et cela touchait l‘apparence quelque auquel il n’émettait pas de jugement, chacun était comme il se devait d’être. Par conviction ou envie. Il avait été surpris de voir cette femme/homme au début, mais il ne s’en formalisait pas… Surtout qu’il avait des femmes militaires plutôt masculines. Même si Stones tendait vers une forme d’androgyne. À moins que sous ces bandages, qu’il avait vu la première fois, cache de terribles cicatrices, acte barbares ou une déformations ? Quelque chose qui ne la rendrait pas/plus humaine aux yeux de certain ?

Alex Stones


Alex avait horriblement mal au ventre, elle mourait d'envie de vomir, de se faire saigner jusqu'à ce que son cœur décide d'arrêter de battre. Tout cela était vraiment insupportable pour elle et pourtant, parler était un doux soulagement qui lui était tout juste inconnu jusqu'à ce jour. Mais si cela ne suffisait pas ? Parler est une chose, être compris en était une autre. Et si le Colonel ne comprenait pas ses simples paroles ? Elle ne sentait pas la force de dire plus, elle n'en avait aucune envie... Et si c'était pire qu'elle ne l'imaginait ? Et si il avait bien compris ses paroles et qu'il les approuvait ? Alex avala difficilement sa salive à cette simple pensé, essayant d'avaler les larmes qui mourrait d'envie de décorer ses joues. Si il l'approuvait... Peut-être alors qu'elle devrait... Arrêter... Cela faisait bien trop longtemps qu'elle jouait les hommes, essayant de cacher son côté féminin par tous les moyens possible et quand cela n'était pas possible, sa lame était là pour la réconforter.

Une voix... Une toute petite voix, presque invisible, au fond d'elle-même, essayait de lui crier la seule solution qui lui semblait encore possible, qui lui permettrait de rester en vie. Pouvait-elle allait vivre sur Irnando ? Alex secoua brièvement la tête à cette pensée, tout bonnement stupide à ses yeux, elle n'était pas de leur monde, elle ne pouvait s'imposer parmi eux. Alors il ne restait que deux solutions, continuer à survivre comme elle faisait depuis ces dernières années ou bien en finir une bonne fois pour toi, en mourant de façon lâche en s’ôtant la vie ! Il n'y avait vraiment que ses deux options ? Alex, ne pouvait-elle donc ne pas vivre en étant heureuse ? En acceptant d'être une femme ? En étant entouré d'amis et peut être d'un petit ami ou d'une petite amie ? Est ce que tout cela était possible pour elle ? Personne ne pouvait le savoir, à part peut être l'avenir elle-même.

La jeune militaire baissa les yeux, ne voulant pas entendre les mots de son supérieur et pourtant... Ses derniers lui transpercèrent littéralement le cœur, ses poings se resserrait sur son jean, venant presque transpercer sa peau à travers son jean avec ses bouts d'ongles. Une larme s'échappa enfin d'un de ses œils, elle baissa encore plus la tête ne voulant pas que le Colonel Sheppard voie ses larmes couler. Pourtant, c'est peut-être grâce à ses paroles qu'elle trouva la force de parler enfin, de dire enfin tout ce qui lui pesait sur le cœur depuis tant d'années maintenant.


« Vous vous souvenez Colonel lors de la mission d’évaluation, après notre petite douche dans la rivière ? Nous avons chacun ôter notre haut et vous avez vu mes bandages. Je porte ses derniers depuis mes 14 ans... » Alex leva les yeux vers le plafond, prenant une profonde inspiration. « Mon père voulait un fils et il m'a eue moi... J'ai tout fait pour lui, pour qu'il soit fier de moi, pour qu'il m'aime tout simplement. C'est normal, non ?... » Une nouvelle larme coula, longeant sa joue avant de s’écraser sur l'un de ses poings fermé. Elle prit une grande inspiration avant de recroiser le regard de son supérieur. « Vous m'avez demandé pourquoi je portais ses bandages et bien, je vais vous répondre ! Je les porte pour avoir l'impression d'être comme vous ! Pour oublier le monstre que je suis ! Pour oublier que je suis né du mauvais sexe ! Pour avoir l’illusion d'être le fils que mon père a toujours voulu avoir ! VOILÀ POURQUOI JE LES PORTE ! » Sa voix était un horrible mélange de tristesse et de colère.

Elle se leva de sa chaise, envoyant valser l'un des bibelots se trouvant sur le bureau du colonel Sheppard contre un mur sur lequel il s'écrasa. La jeune femme avait le souffle court, son cœur battant à cent à l'heure venant cogner contre ses bandages. Elle avait envie de tout envoyer valser, de frapper quelqu'un ou quelque chose. Alors avant de casser quelque chose, les poings tremblant sur le bureau, les yeux baissés par la honte, elle demanda d'une voix tremblant de haine et désespoir :

« Je... Je suis désolée... Est ce que... Est ce que vous allez me renvoyer ?... »

© 2981 12289 0

_________________


DC : Hope Håkansson / Code Couleur d'Alex : CORNFLOWERBLUE
Revenir en haut Aller en bas
Mar 20 Mar - 17:36
avatar
√ Arrivée le : 04/09/2015
√ Messages : 2765

Dossier Top Secret
√ Age: 41 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: ATA
Voir le profil de l'utilisateur
Une bonne claque
/ recadrage /

John Sheppard & Alex Stones"La patience est une vertus qui s'apprend avec l'âge"
John Sheppard



Elle lui faisait de la peine, la voir si accablé à cause d’un passé qui semblait la faire souffrir sans cesse… Il n’était pas là pour résoudre le malheur des autres et pourtant son humanité le poussait à savoir plus. Elle avait du bien fourvoyez les psys du SGC en tout cas. Après de longues minutes qui semblait être de plus en plus lourdes sur les épaules musclées de la soldate elle se remit à parler, lui évoquant sa mission d’évaluation. John se souvenant bien de cette découverte, un torse bander comme si elle avait été blessée. Il l’avait d’ailleurs cru. Mais, elle l’avait reconduit et ils étaient même partie sur un sujet cocasse et un tantinet gênant sur le sexe.

Elle les portait depuis ces 14 ans ? John était peut-être beaucoup de chose, mais il restait surtout et même à quarante et un ans assez naïf sur certaines choses. Il ne fit pas le lien immédiatement entre la puberté et la naissance des formes féminines et ces bandages disgracieux. Faut dire, que lui sa puberté était loin et surtout… et surtout ces seuls souvenirs étaient autour de l’émois de découvrir qu’il avait un nouvel outil entre les jambes qui allait guider ces pulsions et ces envies. Un outil, qui serait source de plaisir, d’insulte et de fierté mal placée.

Elle voulait la fierté de son père… mais avait-elle une mère dans ce lot ? Juste avant son paternelle la traitait d’erreur de la nature. Parce qu’elle n’était pas du bon sexe ? Quel père pouvait oser dire cela face à son enfant ? Erreur de sexe = châtiment. Il faut être sincèrement taré pour avoir ce genre de mentalité aux yeux de John. Non, il n’était pas normal, de faire tout pour grappiller de l’amour envers un homme qui en était dépourvu apparemment. Mais, ça, quand on est gosse on ne le sait pas. Et même adulte beaucoup s’y accroche. Il avait la chance de n’avoir pas fait ça avec son propre père, le considérant comme un simple connard et ne cherchant de la reconnaissance qu’envers la seule personne digne de cette famille : sa feu mère.

Comme lui ? Un humain n’ayant pas de seins… Cela pouvait être aberrant pour un homme de cacher une forme si attrayante et source de pouvoir ! Mais dans les propos incroyables de Stones, John comprenait tristement, qu’elle essayait de se grimer pour ne plus être une femme. Pour cela, qu’elle parlait au masculin (oui il l’avait remarqué) et qu’elle était si masculine. Alors quoi ? Pourquoi, n’avait-elle pas précoce à une opération chirurgicale ? Le prix au Etats-Unis était incroyablement cher et ce genre de transformation n’était pas aisé, peut-être même qu’elle ne le savait pas. Mais outre ce changement physique, se sentait-elle homme dans sa tête ? Homme hétérosexuelle ou bien cela n'était pas définit dans sa tête ? Après tout, ne lui avait-elle pas sous-entendu quelques avances ? On ne fait pas ça quand on aime pas le sexe en face.

John se dit que ce ne fut guère à lui de définir tout cela ou même de lui demander à clarifier dans sa tête se qu’elle voulait être. Réellement sans dicta de son père qui était un odieux con !

Il la regardait, essayant de rester neutre, mais ces prunelles, comme toujours devait trahir ce qui ressentait, de la compassion et de la tristesse pour cette jeune femme. Jeune femme qui ne connaissait pas la délicatesse décidément ! Elle prit la statuette en bois de facture Athosienne (qui le représentait) que lui avait offert son ex Nathalie et l’envoya contre le mur. Celle-ci se brisa en deux. John n’avait pas jeté tous les présents que lui avait fait son ex, pour la simple et bonne raison qu’il n’avait pas à oublié les bons ou les mauvais moments qu’ils avaient passé ensemble. Certes, il ne l’aimait plus, mais elle fait partie de son univers, certes au passé mais il n’a pas à tirer un trait et le gommer. M’enfin bref il y tenait quand même un minimum à cette relique de souvenir !

Il fit une grimace, agitant quelques doigts sur son bureau, exprimant par le nez, pour ne pas se mettre en colère. Il en avait du sang froid en ce moment ! Son regard alla sur les deux poings tremblaient sur son office, puis releva les yeux vers ce visage déconfit. Il soupira, regardant sa babiole en bois brisé sur le sol rigide. Il se leva et alla la récupérer, la regardant une dernière fois, voyant qu’elle était fendue en plusieurs endroit et irréparable sans en devenir laide. Il la jeta à contre cœur avant de se rasseoir.
« Non. » Il lui tendit la pochette l’ouvrant avec le
papier contenant son blâme. « C’est votre sanction, assez lourde. Je ne peux pas passer outre, après vos agissements en mission Stones. Par contre, j’ai demandé une aide via un des meilleures psychologues : Patrick Sidney. Ce n’est pas anodin, il vous aidera. » Il la toisa, elle pouvait comprendre que son supérieur avait dû détecter quelconque fragilité ou appel d’aide, puisque la demande était faite avant cet entretien.
« Surtout après ce que vous venez de me dire, je pense que vous avez besoin de faire le point avec vous-même, ce que vous voulez être si c’est une Alex Stones femme mais aux apparences masculines car elle est au fond d’elle un homme, ou bien même les deux. Ou un Alex Stones qui ne veut être que l’image du rêve de son père. »
Il soupira « Que vous soyez un homme ou une femme ce simple état de sexe, ne changera pas ce que vous êtes à l’intérieur ni vos compétences ni ce que pense les gens en vous donnant votre chance. » Il se tue quelques instants « Je ne veux plus jamais avoir à vous donner ce genre de sanction… Je vous donne une seconde chance Stone, car j’ai vu en vous de la valeur. » Voilà, il était en mode officier, mais il était humain dans sa manière de parler. Il se fichait de son sexe comme dit avant, il ne voyait que ce qu’elle était au point de vu personne et compétence. Et ces deux facteurs méritaient de continuer l’aventure.

Alex Stones


C'était vraiment plus fort qu'elle, elle n'avait pas pu s'empêcher de casser quelque chose, c'était comme retenir trop longtemps un lion dans sa cage si petite. Elle avait envie de pleurer, de crier, d'insulter le monde entier qu'elle voyait comme responsable de son malheur. Son corps tremblait de colère, mais aussi de tristesse, tellement de sentiment se mélangeait en elle, tristesse et colère essayant chacun de prendre le dessus. L'un, la colère, qui voulait mettre ce bureau en pièce, il voulait aussi insulter le Colonel Sheppard dont son calme olympien l’agaçait horrible, le frustrait presque. Et puis il y avait l'autre, la tristesse, qui avait envie de pleurer, de s'effondrer dans un coin avant de s'ouvrir tout bonnement les veines. Pourquoi avait-elle raconté tout cela ? Dans l'espoir qu'on l'écoute ? Que quelqu'un la prenne dans ses bras en lui disant... Qu'elle était belle... Qu'elle avait le droit de choisir qui elle était... Où peut être pas, peut être avait-elle juste besoin d'un câlin, de réconfort tout simplement. Mais qui voudrait se risquer à apprivoiser l'animal sauvage qu'elle était.

Alex regarda John se levait silencieusement, pour récupérer l'objet qu'elle avait jeter contre le mur, il était brisé. La jeune femme sentie son cœur se serrait de plus belle, et merde ce mec faisait son maximum pour elle et elle, elle se permettait de casser un truc comme ça par impulsion. Un pardon s'échappa de ses deux lèvres alors que John ramassait les bouts de la statuette, accompagné d'un doux murmure presque inaudible "Ne me détestez pas... S'il-vous-plait..." Mais elle avait dit cela tellement bas, qu'il était vraiment peu probable qu'il ai entendu quoi que ce soit. Une nouvelle larme coula sur la joue de la militaire, qu'elle essuya vivement d'une main vive.

Le Colonel Sheppard tendit une pochette à Alex, qui n'osait pas bouger, comme peur de ses propres réactions, peur de casser de nouveau quelque chose sous le coup de l'émotion. Mais ce ne fut pas la sanction qui vient transpercer le cœur de la jeune femme, mais le mot psychologue. Elle sentie des sueurs froides dans son dos, elle avait ouvert son cœur et on la poignarder sans hésiter, elle le voyait ainsi. Ainsi, donc son supérieur la voyait comme une folle ?... Alors pourquoi ne pas la renvoyer sur Terre ? Dans un asile par exemple ? Tellement sous le choc des paroles qu'elle lâcha l'anneau de sa main, on pouvait voir la marquer de ce dernier dans sa peau à croire qu'il avait essayait de ne faire qu'un avec sa chair. Plus il parlait, moins elle comprenait, tout devenait si flou dans sa tête, lui donnant un horrible mal de crâne. Ce qu'elle voulait être ? Un homme ou bien une femme ? Alex n'avait jamais pensé par elle-même à ce sujet, son père voulait un fils, alors elle faisait tout pour le satisfaire. Mais lui que faisait il pour elle ? À part des reproches et des critiques à la pelle. Pourtant, elle continuait à tout faire pour lui, à croire en lui.

« Je... »

Alex semblait soudainement perdu, ne sachant pas quoi répondre, pourtant, il restait tant à dire, tant de chose à répondre à tout cela, mais sa bouche resta close. Elle prit enfin la pochette d'une main tremblante, ayant les derniers mots de son supérieur qui résonner dans sa tête encore et encore : "Je vous donne une seconde chance Stone, car j’ai vu en vous de la valeur." Une seconde chance ? Elle ? Après tout cela ? Cet homme était tout simplement fou, c'est lui devrait aller voir le psychologue, pas elle au final.

« Vous êtes sur de vouloirs me donner une deuxième chance ? Vous ne préférez pas plutôt m'envoyer à l'asile après tout… “Ca” ? » La voix d'Alex était vide, elle le semblait elle-même, comme étant vider de toute émotion, tout simplement à bout de souffle.

Plus elle cherchait à comprendre, plus son esprit s'embrouiller, rien n'avait de sens, elle, son père, le Colonel Sheppard et... Pedge Allen. Cette femme aussi avait réussi à brouiller ses idées, à la faire douter sur ses croyances son père. Pourquoi tant de gens la faisait douter ? Non, ce n'était pas possible, son père l'avait élevé, il lui avait appris à se battre, à survivre dans la nature et il... Il... Et c'est tout... Jamais d'amour, jamais de je t'aime, jamais de calin, jamais la moindre affection à part un seul jour, le seul jour où il avait été fier d'elle... Et c'est tout... Alors qui avait raison ? Et qui avait tord ? Alex n'en pouvait plus, son cerveau allait exploser à force de réfléchir.

John Sheppard


Elle semblait réellement perdue… il l’avait quand même pas mouché avec si peu ? Elle prit sa pochette et donc son blâme avec la sanction si elle ne changeait pas de comportement. Après celui-ci John espérait que la saison des blâmes était finie, cela commençait à être réellement pénible et improductif. Enfin bon, si ceux -ci donne un changement de comportement c’est bénéfique… espérons que ça soit le cas pour cette demoiselle/monsieur devant lui.

« A l’asile ? » Il arqua un sourcil, voyant que trop bien, l’amalgame qu’elle s’était fait. Comme beaucoup, pour ne pas dire la majorité des gens, voir un psy était associé aux maladies mentales ou à la pure folie. On oubliait que trop vite qu’un psychologue était là pour vous aider en cas de problème et de traumatisme. Lui-même avait ce genre de pensé en janvier 2017 avant qu’on lui botte le cul dans le bureau de Stanford. Il ne lui laissa pas le temps de répondre,c e fut une question qui ne demandait pas de réponse.

« Écoutez Stones, allez voir un psy n’est pas signe d’être dingue. Vous avez des traumatismes à régler pour votre santé interne. Ce n’est pas une honte. Tout le monde ici, fini par en voir un. »

Alex Stones


Tout le monde ? Alex ne savait pas si cela était vraiment une bonne nouvelle. Sur le moment, elle continuait de voir cela comme une mauvaise chose, surtout après tout ce qu'elle venait de dire. Elle baissa les yeux sur la pochette, puis les baissa plus bas pour voir l'anneau qu'elle avait lâché. Elle se baissa pour le ramasser, le regardant quelques instants avant de lever les yeux vers le Colonel Sheppard.

« Je suis désolée pour... » Alex hésita un instant sur la fin de sa phrase avant de continuer. « Pour tout... »

Elle ne savait pas quoi ajouter de plus à tout cela, de toute façon elle se dit qu'elle avait assez parlé pour la journée, elle c'était surtout assez confier. Elle besoin maintenant d'être seule, de respirer, d'être loin de tout ses problèmes une heure ou deux, même si elle savait pertinemment qu'elle ne pourrait pas les fuir indéfiniment.

« Est ce que vous avez d'autres question à me poser ? Où puis-je m'en aller, Colonel ? »

John Sheppard


John porta enfin attention à l’objet qu’elle venait de ramasser… ce fut l’anneau de Gurdill, il lui semblait l’avoir remarqué juste avant… Enfin qu’importe la jeune femme semblait vraiment y tenir et elle allait rater la fête de la bière. Elle irait se faire pardonner chez les nains barjos plus tard.
John hocha la tête aux excuses de sa soldate. Bon, cela n’avait pas été facile mais soyons un peu optimiste. Elle avait quelques problèmes à régler et son comportement serait à améliorer et il ne doutait pas qu’elle prenne cette chance au sérieux. De toute façon, l’épée de Damoclès était sur sa tête : faux pas et elle retournait sur terre sans les honneurs.
L’homme se leva, soupirant légèrement pour évacuer la tension dans ces épaules. Son regard se posa sur sa poubelle et il accompagna Stones jusqu’à la porte.
« Vous pouvez y aller Stones. J’espère que la prochaine fois que vous reviendrez dans mon bureau c’est pour partir en mission.
» Sous-entendu, plus jamais de blâme ou de recadrage quoiqu’il soit. Les cartes étaient entre ses mains.

END 20/03/2018

© 2981 12289 0

_________________
JohnSheppard

Double comptes : Isia Taylor-Laurence & Alexander Hoffman & Naalem Lays //écriture : MediumTurquoise
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Atlantis Insurrection :: Cité d'Atlantis :: Niveau 10 - Zone de Commandement :: Bureaux :: Bureau du Colonel Sheppard-