Atlantis Insurrection
"Personne ne demande à devenir un Héros, sauf que parfois ça finit comme ça..."

Et si ce Héros, c'était toi ? Tu es l'un des meilleurs dans ton domaine (Biologiste, Chirurgien, Infirmier, Diplomate, Démineur, Maître chien...) et on te propose de participer à l'expédition la plus fabuleuse mais aussi la plus dangereuse : l'expédition Atlantis.
Auras tu le cran de rejoindre Atlantis pour découvrir ses mystères et affronter les dangers de cette galaxie ?

Tu peux aussi incarner les personnages importants de la série (Weir, Sheppard, McKay, Lorne, Teyla....) Bon niveau RP demandé.
On recherche de nombreux personnages inventés.
http://www.atlantisinsurrection.com/t387-personnages-vacants


Si tu te sens capable de franchir ce pas, tu es des nôtres ! Clique sur l'image ;-)


RPG sur Stargate Atlantis
 

De la spéléo, sergent maître ? (Matt)

 :: Cité d'Atlantis :: Continent de Lantia :: Grottes Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Lun 30 Avr - 2:05
avatar
√ Arrivée le : 23/04/2018
√ Messages : 22
√ Localisation : Atlantis, sur la base, dans l'océan ou à la piscine pour de l'entraînement


Dossier Top Secret
√ Age:
√ Nationalité: Norvège
√ Gêne: Non
Voir le profil de l'utilisateur
1/05/2018

Le sergent maître Eversman m'a sollicité pour une excursion de spéléo plongée dans des grottes sur le continent Lantia. Au-delà du grand respect du grade que j'ai pour ne jamais avoir l'audace de refuser une opération à un supérieur, cette sortie m'enthousiasme énormément. Malgré tout, je reste de faciès impassible, tout comme lors de mon arrivée sur Atlantis, un endroit pourtant rêvé pour moi avec son océan à perte de vue. De sang-froid, je suis peu avare en émotions. Et, là maintenant, je suis surtout focalisé sur les préparatifs de la sortie avec le sergent maître. Je suppose que c'est ma façon à moi d'exprimer ma réjouissance : j'ai tout particulièrement pris soin à préparer cette sortie.

Le matériel est prêt. Je prends toutefois le temps de le vérifier à nouveau avant l’arrivée du sergent maître et avant l’heure de rendez-vous programmé. J’ai déjà à mon poignet ma montre de plongée. A vrai dire, elle ne me quitte que pour dormir. Je vérifie d’un coup d’œil l’heure et mon avance de quelques minutes bien suffisantes pour un micro-récapitulatif aussi méticuleux que bref. Avec le temps, j’ai totalement oublié que ce poignet a connu des mois difficiles de rééducation par le passé...

La spéléo plongée : tout un délire qui avait ses petites notes de spécificités par rapport à la plongée classique. Je vérifie qu’on avait bien quatre bouteilles de plongée bien gonflées - deux bouteilles de plongée pour chacun : il faillait un peu plus de réserves d’oxygène qu’en mer. Je liste qu’on a bien trois lampes que j’allume puis éteins pour vérifier leur bonne fonctionnalité ainsi que deux casques en bon état et tout aussi opérationnels. Je prendrai la lampe en trop : une supplémentaire de secours. Je vérifie qu’on a bien un dévidoir pour déplier du fil d’Ariane. Les couteux de plongée sont bien là, par précaution, car je ne connais pas la faune et la flore sous-marines en dehors de la Terre. Le reste, du grand classique : combis, stabs, palmes, masques… Je finis mon tour d’horizon au milieu du matériel que j’ai regroupé là et rangé de manière à optimiser son embarquement sur un véhicule.

Quel type de véhicule ? Je ne me pose pas tant que ça la question. Je verrai bien. Je n’ai aucune idée de comment s’organise la logistique en termes de transports sur Altantis. Ça n’a pas l’air comme ça, car mon visage ne laisse transparaitre aucun signe de stress, mais c’est la première fois que je sors d’Atlantis et que je vais sur le continent...

Je ne m’interroge pas vraiment sur à quoi ce continent pourrait bien ressembler. J’attends toujours d’arriver à un endroit et ne cherche jamais à l’imaginer avant de m’y rendre. Certains diront que je manque cruellement d’imagination. Ils n’auront pas vraiment tort. C’est vrai que je ne suis pas doué pour raconter des histoires. Lorsque j’essayais d’en raconter à ma petite sœur, je me contentais d’un : « Il était une fois un type qui rentra dans un bar, qui rencontra la femme de sa vie, ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants ». Je n’étais guère capable de mieux. Et lorsqu’elle me demandait à quoi ressemblait la femme, je lui répondais que je n’en savais rien, blonde ou brune, c’était comme elle voulait, mais que c’était une femme quoi. Elle avait été un peu déçue par cette histoire. Par le passé, à chaque fois que je me lançais sur une randonnée en montagne, je ne regardais jamais les photos du site en amont. Les cartes, les plans, ça oui, je regardais. Je planifiais. Je tenais trop à découvrir pleinement le décor qu'une fois sur place. Je sais anticiper, comme pour organiser une plongée, mais en fin de compte, je m'entête à vivre au présent.

Je regarde de nouveau ma montre. L’heure arrive bientôt. Je n'ai pas à garder la tête froide : j'ai la tête froide. Comme toujours. Et, comme toujours, j'affiche un air aussi serein que déterminé. J’ai ma tenue au propre de militaire et les cheveux attachés en tresse. J’attends avec calme le sergent maître, et, avec discipline, à son arrivée, je le salue comme le code militaire l’exige. Factuel, je ne me permets qu'une brève précision de l'état d'avancement des choses.

« Sergent-Maître. Le matériel est prêt mon Sergent-Maître. »


Revenir en haut Aller en bas
Sam 5 Mai - 17:43
avatar
√ Arrivée le : 08/12/2012
√ Messages : 9832

Dossier Top Secret
√ Age: 32
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Wraith
Voir le profil de l'utilisateur

Farfouiller les entrailles du continent




Explorer les cavités à l’intérieur des grottes du continent. Le programme de la journée était plutôt alléchant et excitant. Mikkel s’était chargé de la partie technique en rassemblant le matériel nécessaire. Après tout, c’était lui l’expert du domaine. Il valait mieux qu’il s’occupe de cette partie et prenne le nécessaire.

Eversman s’était chargé de la partie administrative et du transport jusqu’à la zone donnée. Trouver un jumper pour rejoindre le continent fut aisé. Il suffisait de prendre le jumper qui assurait la liaison quotidienne entre Atlantis et le campement athosien. Il fut bien plus compliqué de trouver la suite du programme. Difficile d’emprunter un des Humvee présents sur la petite base en place pour satisfaire une envie personnelle. Ces derniers étaient destinés aux expéditions scientifiques ainsi qu’aux urgences. Il apprit par le biai de son rôle de superviseur qu’une mission se préparait sur le continent. Certains scientifiques avaient demandé la permission de passer quelques temps à l’intérieur des terres pour capturer divers échantillons de faune et de flore. L’emplacement de leur camp avancé n’étant pas très loin des grottes, il s’arrangea pour en apprendre davantage sur le projet afin d’aborder les bonnes responsables.

Le jour J, il se présenta en baie de jumper à l’heure prévu y retrouvant son camarade qui était en train d’acheminer le matériel à l’intérieur du vaisseau. Il y en avait pas mal. Le Norvégien à la carrure imposante fut repéré, il s’approcha de lui pour le saluer tout en lui serrant la main.

« Salut Mikkel. »

Pas de Sergent-Maître pour aujourd’hui. Les grades n’avaient pas lei d’être dans une telle situation. Ils étaient sur leur temps libre et puis c’était une exploration libre, pas un exercice militaire. C’était une manière aussi de détendre l’atmosphère. Fini les grades, ils n’étaient plus que deux potes bien décidés à passer un petit moment ensemble. Eversman l’aida à transporter les dernières bricoles avant de prendre place à l’arrière du vaisseau. C’était parti pour une bonne demi-heure de transport jusque-là, l’occasion pour eux d’échanger quelques banalités mais aussi profiter de quelques minutes de repos. La porte arrière finit par s’ouvrir. Matt fut satisfait de voir que le humvee était bien là. Maria et Clarke aussi. Deux belles demoiselles, biologistes. L’une blonde, l’autre brune et plutôt mignonnes. Il se tourna vers son collègue avec un sourire.

« Tu vois, je ne t’avais pas menti. »

Le matériel fut débarqué avant d’être de nouveau chargé dans le véhicule. Matt n’étant pas le roi du tétris, il faillit un peu d’aide pour parvenir à tout faire rentrer à l’intérieur. Ce ne fut pas chose aisée. Mikkel l’avait initié aux joies de la plongée lui apprenant les bases. Grâce à lui, il pouvait désormais évoluer librement à faible profondeur à peu près correctement. Il avait mis tout cela en pratique lors d’une mission d’exploration avec McKay. Rien de bien compliqué mais là il voyait passer une grosse charge de matériel dont certains éléments lui étaient inconnus.

« On a vraiment besoin d’autant de trucs ? »

Le humvee rempli à ras bord, les garçons prirent place à l’arrière, les filles s’étant placé à l’avant.

« Hey ! Habituellement, c’est les nanas à l’arrière ! » Plaisanta-t-il.
« Habituellement » Répondit Clarke d’un sourire malicieux.
« On connait ta manière de conduire, Matt » Réenchérit Maria.
« C’est Hamilton qui conduisait sur Alpha, pas moi ! »
« ça n’empêche ! Maintenant sois bien sage et accroche ta ceinture, Moman prend le volant. »
« Dans tes rêves. »

Le voyage se fit dans la bonne humeur jusqu’aux fameuses grottes. Les filles les déposèrent le plus près possible mais ils leur fallaient encore un peu de marche avant d’atteindre ses fameuses cavités. Tout ça avec pas mal de matos sur le dos.



@ pyphi(lia)

_________________


merci !                               couleur : darkcyan
Revenir en haut Aller en bas
Ven 11 Mai - 0:57
avatar
√ Arrivée le : 23/04/2018
√ Messages : 22
√ Localisation : Atlantis, sur la base, dans l'océan ou à la piscine pour de l'entraînement


Dossier Top Secret
√ Age:
√ Nationalité: Norvège
√ Gêne: Non
Voir le profil de l'utilisateur
« Salut Matt. »

Je le salue plus détendu. Ça me faisait encore un peu bizarre de ne plus penser à nos grades respectifs et de ne pas me dire qu’on ne partait pas pour un exercice militaire mais pour une exploration libre. Ce qui était débile : on était devenu potes depuis qu'on plongeait ensemble avec Eversman et ça sentait la sortie entre potes. Il me salue et par là même me signale bien qu’il s’agit d’une virée pépère. Ça fait du bien. J’ai rarement plongé en dehors du cadre militaire, sauf lorsque je suis allé en Amérique Latine et j’y avais plongé seul. Ça fait du bien de plonger pour la détente et surtout avec un pote.

On rejoint un truc étrange. On aurait dit une... un... je ne sais pas comment décrire cette chose qui mériterait de finir à la casse... une boîte de converse qu’on aurait passé sous un rouleau à pâtisserie pour préparer une pizza mais qu’on n’aurait pas prévu qu’elle résisterait et garderait l’épaisseur d’une boîte tupperware. Vu la carcasse de l'engin, moins classieuse qu'un vaisseau marin, il s’agissait sans nul doute d'un vaisseau aérien... Génial... On allait donc voler...

« Ça a un nom cette horreur ? »

Je demande à Matt, en désignant le vaisseau volant.
Je transporte avec lui le matériel de plongée pour le mener jusqu’à l’arrière de cette horreur. Une fois à la porte arrière avec Eversman, je constate que cette dernière s’ouvre sur un Humvee et deux... charmantes jeunes demoiselles !

« Je confirme. Tu ne m’avais pas menti. »

Mignonnes oui. Charmantes. J’acquiesce et échange un sourire avec Matt et secoue la tête face à son large sourire qui me file encore plus le sourire : ah, ça ne m’étonne pas ça tient, qu’on fasse le transport en si bonne compagnie. Je me disais bien que Matt était du genre tombeur ou disons un bon appréciateur de jolies filles. Les deux biologistes étaient bel et bien très agréables à regarder.

J’avoue avoir eu des relations un peu compliquées avec les femmes. Comme beaucoup, j’ai une ex. La mienne est hôtesse de l’air. Oui. De l’air. On ne peut pas être parfait et je n’aime pas la perfection. Je l’ai rencontré dans un avion entre L’Amérique Latine et la Norvège. On avait opté pour une relation libre. Comme on dit dans la marine et probablement chez les stewards aussi : « une dans chaque port ». Le deal négocié : on ne parle pas de nos autres conquêtes. On n'a jamais su en vrai si l’un est l’autre avait été fidèle ou pas.

Matt avait géré la logistique de A à Z. J’étais assez épaté de voir toute cette programmation. Je me disais bien, à voir les deux biologistes, qu’il avait dû demander à droite à gauche, ce genre de chose que, eh bien, qui me paraissait difficile à accomplir. Il fallait être, je ne sais pas, très sociable je suppose pour faire ça, et, et sauter sur des occasions, s’arranger, négocier. Bref ce genre de choses.

Une fois arrivé à destination avec l’horreur volante, on embarque de nouveau le matériel avec Matt mais cette fois-ci sur le Humvee. Moins spacieux, ça avait pris plus de temps pour bien caler tout le matériel. Matt interroge si on avait vraiment besoin d’autant de trucs. C’est vrai que lors de nos plongées jusqu’ici, on n’avait pas eu besoin d’autant de matériel, et ça pouvait titiller un peu, mais la spéléo réclamait davantage de matériel que la plongée standard.

« Oui. » Je lui réponds succinct au début.
« On a vraiment besoin de tout ça. Tu verras sur place. »

J’ajoute. Je montre une légère impatience d’y être déjà avec Matt. On pourrait dire alors que je réponds même dans la complicité amicale. En tout cas, je me veux rassurant avec un brin d’enthousiasme. Y’a encore le temps de lui expliquer à quoi servait tout ça au moment venu. Je causais un peu plus qu’à l’habitude avec Matt. Pas à en devenir un moulin à paroles non plus, il ne fallait pas déconner j'allais pas changer, mais j'étais un peu plus causant quoi. Je restais quand même un peu abrupte. Comme toujours.

Dans la voiture, attentif et curieux de la conversation, je constate que la conduite de Matt est critiquée à l’unanime par les deux filles qui nous accompagnaient et de manière catégorique. Je ne sais pas pourquoi, mais sa conduite je la voyais... casse-coup, nerveuse, du genre dérapages contrôlés, accélérations sans prévenir, rouler en dehors des sentiers battus, ce genre de choses. Mais je n’ai jamais été conduit par Matt alors peut-être que je me trompe littéralement et que j'ai tout faux. Je ne suis pas persuadé que celle qui prenait là le volant conduise mieux. Si ça se trouve, on va se prendre le premier arbre du bas côté.

Matt semble objecter à mettre sa ceinture. Dans le doute, moi je préfère mettre la mienne. Je suis prêt à rendre à quiconque me regardera pour cette mise de ceinture un regard de justification. La justification étant argumentée en deux points : 1) Je ne connais pas sa conduite. 2) Je ne connais pas sa conduite. Je ne fais plus confiance aux pilotes, même en voiture, depuis que j’ai pris pour la première fois le Dédale. Pas que je n'aime pas quand ça bouge, bien au contraire, j’aime les sensations fortes, mais je suis du genre sécurité à fond. En route, j’en profitais pour guetter un peu les paysages d’un continent que je ne connaissais pas. Et, ça m'avait l'air très sympa comme coin, vraiment sympa !

A destination près des grottes, les deux biologistes nous déposent comme il était prévu. Le pied à terre, je me prépare alors à porter du matériel. Je prends en prime le dévidoir pour le fil d’Ariane. Je ne vais pas faire porter ça à Matt. Je le vois déjà bien chargé. Les demoiselles repartent et nous voilà prêts à nous mettre en route.
Je suis la marche de Matt.

« Ça va aller avec le matos ? Besoin d'aide ? »

Je le lui lance après un début de marche. Je vois un peu plus loin les grottes qui nous attendent et j'avoue que ça donne bien envie !

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 17 Mai - 21:58
avatar
√ Arrivée le : 08/12/2012
√ Messages : 9832

Dossier Top Secret
√ Age: 32
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Wraith
Voir le profil de l'utilisateur

Farfouiller les entrailles du continent



Le sac à dos faisait peur à voir. Plein à ras bord, il y avait encore pas mal d’équipement attaché ici et là de manière à pouvoir tout emporter. Eversman ne put s’empêcher de jeter un coup d’œil envers son collègue, aussi chargé que lui, pour être sûr qu’il fallait bien tout prendre. Non, ce n’était pas une blague. C’était pas trop le genre du Norvégien de toute manière, très sérieux et appliqué lorsqu’il s’agissait de plongée. C’est donc après une grande inspiration qu’il hissa le tout sur son dos. Ça pesait son poids. Mieux valait ne pas réfléchir au nombre de kilos qu’il avait sur le dos. Dernier regard envers son coéquipier qui était déjà prêt avant de se mettre en route.

Le terrain n’était pas des plus faciles. Etroit et avec quelques pentes positives puis négatives. Le genre de marche qu’aurait beaucoup apprécier les Sergents Instructeurs sadiques de l’armée pour mettre à mal la motivation des novices. Mine de rien, le Ranger ne faisait plus le mariole gardant son souffle pour avancer. Le Scandinave dût sentir une certaine baisse dans la cadence rompant le silence pour prendre des nouvelles.

« On a intérêt à se servir de tout ça, Mikkel. Que je l’ai pas porté pour rien. »

Ici et là, des marquages au sol réalisés à la bombe permettait de se repérer dans cette nature luxuriante. Encore un bonne demi-heure de marche fut nécessaire avant que les fameuses cavités ne soient visibles. Certaines avaient déjà été explosées, c’était le cas pour celle devant laquelle il s’arrêta.


« Voici la cavité 22B. ça a de la gueule hein ? » Dit-il tout en attrapant la gourde avant de prendre eux bonnes gorgées de liquide. Il essuya un peu son front d’un revers de bras tout en constatant que le Norvégien avait l’air d’aller bien. En même temps le gabarit n’était pas le même, il était plus imposant de carrure.

« D’après ce qu’on m’a dit, on peut avancer sur 220m avant que ça se rétrécisse et devienne plus compliqué. Après ça débouche sur un plan d’eau... Visiblement assez profond. »

Coup d’œil en direction de Mikkel pour vérifier qu’il était toujours partant. Rangement de la gourde et c’était parti pour l’exploration des entrailles de Lantia. Beau prince, le militaire fit signe à son pote de passer devant. On ne sait jamais qu’une araignée trainerait dans le coin, il n’avait pas particulièrement envie de se retrouver nez à nez avec cette horreur. Autant la laisser au plongeur. Les lampes torches s’avèrèrent rapidement indispensable. Matt craqua un premier cyalume qui diffusa aussitôt une lueur bleutée intense puis le glissa dans l’une des bretelles de son sac.

L’obscurité n’était pas bien rassurante tout comme les petits bruits de bêtes ici et là. Peu habitué à cet environnement clos, Eversman demeurait sur ses gardes, attentif. Les scientifiques n’avaient pas menti, le sentier à suivre fut de plus en plus complexe jusqu’à se réduire à des trous où il fallait se faufiler. Ça, ça craignait !

« Non mais on passera jamais là… Surtout toi quoi ! »

Accroupi à côté de l’alvéole un peu plus large que les épaules d’homme mais pas beaucoup plus, le Sergent-Maître doutait de leur capacité à passer par là et en plus il y avait aussi tout le matériel. Impossible pour lui.

@ pyphi(lia)


_________________


merci !                               couleur : darkcyan
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Atlantis Insurrection :: Cité d'Atlantis :: Continent de Lantia :: Grottes-