Atlantis Insurrection
"Personne ne demande à devenir un Héros, sauf que parfois ça finit comme ça..."

Et si ce Héros, c'était toi ? Tu es l'un des meilleurs dans ton domaine (Biologiste, Chirurgien, Infirmier, Diplomate, Démineur, Maître chien...) et on te propose de participer à l'expédition la plus fabuleuse mais aussi la plus dangereuse : l'expédition Atlantis.
Auras tu le cran de rejoindre Atlantis pour découvrir ses mystères et affronter les dangers de cette galaxie ?

Tu peux aussi incarner les personnages importants de la série (Ronon, Zalenka, Lorne, Teyla....) Bon niveau RP demandé.
On recherche de nombreux personnages inventés.
http://www.atlantisinsurrection.com/t387-personnages-vacants


Si tu te sens capable de franchir ce pas, tu es des nôtres ! Clique sur l'image ;-)


RPG sur Stargate Atlantis
 

[Event double face] Moment fort 2 : soupçons morbides

 :: Cité d'Atlantis :: Les autres ailes de la Cité Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Lun 21 Mai - 17:49
avatar
√ Arrivée le : 01/08/2015
√ Messages : 444
Voir le profil de l'utilisateur


Moment fort 2 : soupçons morbides
Tout le monde

« Merci de bien lire les informations en bas du document »




Celui qui dit que l’amitié militaire/civil n’existe pas n’est qu’un con !
Si si, moi je te le dis. C’est un abruti, un frustré pour je ne sais pas quoi...il est pas apte physiquement pour attirer de la gonzesse par exemple ?
Bastch et moi, on se la joue un peu frérot pour être franc. Même centres d’intérêts ou presque, faut voir les trouvailles que l’on se faisait pour nos anniversaires. Tu baves sur une nana inaccessible depuis le début de l’expédition qui survit à presque tout (moi aussi d’ailleurs), et ce putain de Bastch me trouve le moyen d’avoir rencard dans le meilleur resto de la cité avec elle. J’ai passé un moment merveilleux, même si j’ai pas réussi à la séduire.
Si ça, c’est pas un putain de frère sérieux ?

Quand il m’a dit à la radio qu’il allait se faire vacciner avant son départ pour un entraînement, j’avoue que je n’ai pas tiqué sur le coup. Le nombre de fois où mon pote est parti dehors pour explorer ou se bagarrer, c’est pas si déconnant qu’on lui fasse une piqûre la veille pour le lendemain.
Par contre, que j’entende plus parler de lui et que ce soit le silence radio juste après...bordel, je me suis fait un de ces sang d’encre ! J’ai poireauté comme un con dans mes quartiers toute la nuit, la radio toujours à l’oreille.

C’est pas impossible qu’il se fasse engager en secret et qu’il doive se sauver en vitesse. C’est un militaire. Mais merde quoi, on parle de Bastch, il a toujours su m’envoyer un message ou quoi que ce soit. Et là...rien. Que dale, nada. Dès qu’il a commencé à faire jour, je suis aller chez les militaires pour gratter à sa porte, mais il ne m’a pas ouvert. Et quand j’ai vu la majorité de ses potes se barrer en entraînement sans lui...là, j’ai tout de suite compris qu’il s’était passé un truc. Et je me suis méfié. Putain, ouais, je me suis vachement méfié !

Je sais pas trop pourquoi je suis aller me recoucher et que je me suis enfoncé comme une masse. La vieillerie sûrement. Mais toujours est-il que j’ai loupé l’appel à la vaccination sur le coup. La baraque aurait pu sauter, les Wraiths tout bombarder, j’aurai rien entendu de toute façon. Quand je dors, je dors. Sauf qu’en sortant de mes quartiers, la gueule ravagée par l’anxiété, j’ai eu la visite d’un de mes collègues qui m’a tout raconté.
Des gardes armés, une vaccination contre un soit-disant virus pour éviter une épidémie ? D’un coup, comme ça ? Et un e-mail pour tout le monde la veille.
MAIS ILS NOUS PRENNENT VRAIMENT POUR DES CONS !!!

J’étais déjà sacrément angoissé. Mais en chemin, quand Walter (un pote qu’on a en commun) est venu à ma rencontre pour me dire qu’on racontait partout que Bastch était en fuite, putain mais là, là, j’ai balisé. Surtout lorsqu’on connaît bien l’oiseau. On parle d’un soldat qui aurait été prêt à se bouffer la couille droite pour sauver Atlantis.
« Un militaire mec ! Un militaire qui fuit des militaires ?!? Mais qu’est-ce qu’il se passe ici ?!? »
Je voulais pas aller à cette putain d’infirmerie mais il me fallait des réponses, il me fallait des infos. J’étais complètement paumé, je me faisais des tas de films, des théories sur les raisons qui auraient poussé Bastch a se barrer comme ça. Putain et sans moi quoi ! Sans moi ! C’était vraiment craignos d’un coup ! On allait rapidement passer à l’étape supérieure juste en regardant cette masse qui attendait le vaccin. Avec des gardes armés ! Des militaires armés dans les couloirs !

J’ai voulu jouer le jeu au début. C’était vraiment à contrecoeur mais je me suis foutu dans la file avec Walter. Je commençais à avoir un début de réponse quand j’ai entendu cette jeune femme essayer de rassurer du monde. Attends mais...c’est une kiné celle-là, je suis venu la voir quelque fois pour mon mal de dos.
Qu’est-ce qu’une kiné fout à parler de manière officielle comme ça ? Où est Carson ? Taylor Laurence ? Dale ? Ou même un épidémiologiste ? Pourquoi c’est une masseuse qui parle de risque d’épidémie ?

« ET MON CUL C’EST DU PIGEON ?!? » Éclatais-je brusquement. « J’suis biologiste moi ok ? Et s’il y avait une vraie épidémie, la cité nous aurait foutu en quarantaine auto bien avant que tu viennes rouler des miches devant ce tas de fayots et de moutons !!!! »

L’approche des gardes me fit soudainement peur. Y’a pas à dire, leurs pétards ça en jette toujours autant. Même ceux qui avaient les incapacitants avec leurs gueule de vendus. D’ailleurs, ça ne tarda pas à sortir.

« Et personne se pose de questions, non ?!? Un vaccin, comme ça, d’un coup ? Vous les sortez d’où, vous les avez chiés ?!? »

L’un des militaires avait essayé de me chopper. Je levais les mains tout en reculant.

« Ca va ! Ca va !!! J’ai compris ! Mais arrêtez de prendre les gens pour des abrutis. On est des scientifiques bordel. Des scientifiques ! Pas des péquenots de pétaouchnok ! »

Je reculais et sortais de la zone d’infirmerie.
Il fallait bien courber l’échine maintenant. Avec mes conneries, ces connards qui me pensaient tout de suite criminel d’agir comme ça. Je soupirais et finissais par donner ma parole d’aller me faire vacciner dès que ça se désengorgerai. Walter faisait le mouton, il avait pas bougé de la file et ne me regardait même plus. C’est ça...s’ils pensaient que j’allais me faire piquer sans connaître le but de ce vaccin. J’étais biologiste et je savais très bien que personne dans le département n’avait été mis sur cette préparation. Et un vaccin, ça ne fait pas comme ça.

Dès que j’ai pu semer les cerbères qui me vigilaient, je me suis démerdé pour aller au stock et sortir quelques réserves. Ca aide d’avoir une bonne connaissance parmi les manutentionnaires. Et vous savez quoi ? Lui aussi était bien méfiant.
Si Bastch s’est barré sans moi, c’est qu’il y a une bonne raison. Alors je vais me barrer également et faire le mort pendant quelques jours jusqu’à ce que ça se tasse.
Quoi, ça veut rien dire ?!? Ben c’est toujours mieux que de se faire injecter de l’inconnu. Toujours moins con que cette putain de roulette russe.

La vie s’était arrêté pour moi.
Les bonnes vieilles habitudes, l’âge d’or de l’amitié avec Bastch, l’aventure. Tout ça brisé par cette campagne beaucoup trop soudaine. Je me suis rappelé d’une cachette que mon pote m’avait montré, un panneau d’accès qui se dissimulait très bien dans le décor, un endroit que monsieur n’importe qui ne trouverait pas comme ça.
Le sac sur le dos, j’ai fais au mieux pour ne pas attirer les soupçons et éviter ces maudites patrouilles. J’étais presque sûr que Bastch m’attendrait dans cette fameuse cachette. On se faisait confiance, on se connaissait. S’il y avait bien un endroit pour se retrouver, c’était bien là.
Et franchement, s’il y avait bien quelqu’un en qui je pouvais avoir confiance, c’était surtout lui.

Je sais pas trop comment ça s’est passé.
Il y a eu un coup de tonnerre. Un truc énorme qui a tout fait trembler autour de moi avant que je m’envole au beau milieu du couloir avec le panneau décroché et pendouillant. L’idée que ça avait pu être piégé à l’explosif ne me vint même pas en tête. Tout ce que je voyais, c’était ce plafond immuable qui survivrait à tout et tout le monde. Même à cette histoire de virus. Je ne me sentais même pas patauger dans la flaque de sang qui se formait tout autour de moi.

Je ne pouvais plus bouger et il faisait froid...si froid…
Et ce noir qui m’entoure, qui progresse.
C’était ça la mort ?

Il était 17h45 ....

Vous avez jusqu’au 28 au soir pour réagir et vous organiser
(c) DΛNDELION

Revenir en haut Aller en bas
Mer 23 Mai - 12:50
avatar
√ Arrivée le : 29/06/2017
√ Messages : 287

Dossier Top Secret
√ Age: 35 ans
√ Nationalité: France France
√ Gêne: ATA
Voir le profil de l'utilisateur
La matinée passa, lentement. Natasha alternait l’aller-retour entre l’infirmerie et la file d’attente, distribuant des verres d’eau à ceux qui en voulait et quelques paroles rassurantes à ceux qui en avaient besoin. Oui un nouveau virus avait fait son apparition sur la cité, non il n’y aurait pas de danger grâce à la vaccination qui permettrait de contenir la maladie et d’éviter ainsi une épidémie.

En fin de matinée la rouquine se composa une trousse de premier secours avec du matériel prit à l’infirmerie avant de rejoindre le réfectoire avec une escorte militaire pour récupérer des sandwichs, barres chocolatées et autres bricoles qu’elle pourrait distribuer aux gens pour les faire patienter. Contre toute attente, elle ne croisa guère de monstres sur la route et n’eut pas l’usage de son équipement, tant mieux, elle ne s’en séparerait pas jusqu’à ce que les morpheas aient tous été arrêtés. Vers midi elle distribua boissons et nourriture, ce qui eut au moins le mérite de distraire les gens. Un peu.

Puis vint 14h et un type commença à s’agiter… à lui crier dessus. Natasha se figea, choquée par l’agression verbale dont elle venait d’être la victime. Wow, mais il avait fumé quoi pour être dans cet état lui ? Bon… ok, les circonstances étaient particulières et ses arguments tenaient la route mais elle n’appréciait pas pour autant le ton sur lequel il lui parlait. Les militaires ne tardèrent pas à débarquer, les choses risquaient de s’envenimer et c’était la dernière chose qu’elle voulait. Devant tous ces gens…

Morphea ou humain ? Coupable ou victime angoissée ? Qu’était cette personne ?

L’homme décida de se retirer et les militaires lui emboitèrent le pas. Bien, elle n’avait pas à s’occuper de ça si les gros bras géraient la situation. Elle s’évertua donc à apaiser les tensions… bien que cela soit devenu sérieusement compliqué avec la scène que venait de faire ce type. Elle comprit toutefois qu’il y avait un problème lorsqu’elle vit les militaires revenir… seuls.

- Où est l’agitateur ? Chuchota-t-elle après les avoir prit en aparté.



----Coté PNJ

Ils me coursent ?
Mais putain, ils me coursent !!!!
Mais j’ai rien fait ! J’ai juste ouvert ma gueule et ils me coursent !
Qu’est-ce que je peux faire contre ces espèces de videurs de boite de nuit à la gâchette facile ?!?

Là, c’est sûr, il y a un gros problème. J’avais tellement envie de courir mais, dans le même temps, c’est surement ce qu’ils espéraient pour me coller la gueule par terre et les mains dans le dos. S’ils m’attrapent : je suis MORT ! Je ne peux pas les laisser me choper et je sais comment faire. Un soldat, c’est con ! Ca ne pense qu’avec sa queue. Enfin...pas Bastch, lui il est différent.
Encore heureux que je suis pas une nana parce que j’aurai très bien pu crier au viol. Quoique, avec certains, on se demande. Il y a cette rumeur concernant un grand blond allemand qui veut Hoffman dans son lit.

Mais bon dieu, pourquoi je pense à tout ça moi ?!?
Ok, ok, je suis affolé. Je sais même pas où fuir pour l’instant mais ça ne va pas tarder. Un peu plus loin, je peux trouver l’accès pour rejoindre le pôle scientifique. C’est ma cabane là-bas, mon terrain !
Si je peux perdre ce ramassis de cons, c’est bien là.

« EH la gazelle stoppe toi !! » fit l’un des soldats et sortant son stunner paralysant Wraith pour essayer de viser le pauvre bougre…

Les pétards ! Ils sortent les pétards ces cons !
Mais depuis quand on est plus dans le même camp ?!? Ce vaccin de merde ouais !
Il faut que je file, il osera pas tirer, pas tout de suite. Là, il y a le dépôt avec la porte ouverte. Il doit pas savoir qu’il y a trois accès différents cet abruti. Et surtout ! Surtout ! Que je compte pas les emprunter et me cacher derrière l’armoire réfrigérée.
C’est une bonne cachette. Walter s’y planquait parfois pour s’en jeter un godet.

Ni une ni deux, je tourne en faisant mon petit coup de rein à la Ronaldo.
Surprise tocard ! Je suis pas définitivement croulant pour mon âge. J’appuie sur le capteur au passage pour lui fermer la porte au nez et, au lieu de foncer comme un dératé, j’emprunte la planque de Walter. J’ai plus de bide que lui mais ça passe. J’ai plus qu’à arrêter de respirer et croiser les doigts.
Croiser les doigts.

Bon sang, Bastch, pourquoi t’es jamais là quand j’ai VRAIMENT besoin de toi !!!

-------------

Les soldats revinrent donc bredouilles de leur traque et allèrent voir la kiné qui leur demandait discrètement où était l’autre dingo...le caporal White était agacé, et homme anglais aux cheveux blond et court avait d'habitude l’air agréable… mais là, il semblait en avoir ras le cul. Mais il ne porta pas ombrage sur la belle rouquine, le major l’avait choisi en homme de confiance donc il assumait et prit quelques minutes, pour réavoir son flegme naturel. Il était hors de question de s’énerver sur quelqu’un d’autre que lui-même de cet échec.
« Il nous a semé … je n’ai jamais vu un scientifique courir aussi vite qu’un militaire... » dit-il simplement.

“Parce qu’il n’est peut-être pas humain”, songea Natasha.

- Vous connaissez son nom ?
« Je crois que c’est Barry non ? » demanda le caporal à son second qui hocha la tête.
« Ouai c’est Connor. Un biologiste. C’est le pote au sergent Bastch, il a fait plusieurs soirée ciné avec nous. » confirma le 1er classe Tanaka.
- Ok, il faut qu’on le retrouve, je peux vous aider à le chercher. Vous avez prévenu les patrouilles dans la cité ?
« Le major Frei ou le lieutenant Ford doivent avoir prévu ça. Faut leur demander, nous on exécute juste miss. »

Natasha sortit sa radio et fit quelques pas pour s’éloigner encore un peu plus des potentielles oreilles indiscrètes avant de contacter Karola.

//Major, un certain Barry Connor, biologiste, a fait une esclandre devant l'infirmerie en criant au complot et a échappé aux soldats. J'aimerai partir à sa recherche.//

Ford ne tarda pas à répondre :

// Reçu Miss ! Fuller si vous êtes disponible accompagnez-là ! Merci Miss bonne réaction !//

Le major Frei ajouta :
//Bien reçu Natasha, le soldat Fuller et le caporal White vont vous accompagner. Tenez nous informés de votre poursuite dès que vous aurez du nouveau et ne prenez pas de risques.//
//C’est noté !//

Natasha rejoint donc le soldat manquant puis ils partirent à la recherche du suspect.


[HRP : Cody, si tu ne souhaites pas rejoindre mon groupe fais moi signe et je modifierai le nom pour te faire disparaitre du rp, sinon je te laisse réagir :)1 ]
Revenir en haut Aller en bas
Sam 26 Mai - 19:22
avatar
√ Arrivée le : 01/07/2014
√ Messages : 450
√ Localisation : Canada


Dossier Top Secret
√ Age: 25
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Non
Voir le profil de l'utilisateur
Moment Fort 2 : Soupçons morbides
Cody Fuller, Natasha Avalon & Zelda
Au moins je sais ce qu'il se passe sur cette cité. Les Wraith ont mis au point une arme pour nous infiltrer. Il doit y en avoir déjà présent dans nos murs. Je suis toujours sous le choc d'apprendre que nous avons été infiltré par les Wraith. C'est compréhensible que nous n'avons pas pu mettre au point une défense, car ces créatures se transforment en tout ce que vous voulez sauf les animaux. C'est quand même flippant ! Et si une journée je ne discutais pas avec un collège, mais avec un des morphéas ? D'ailleurs, y a moyens de les reconnaître ?

Puis y a eu ce vaccin mis au point pour nous immuniser. Les morphéas ne peuvent plus nous copier et prendre notre apparence. J'ai pas envie que l'un d'eux me ressemble. Je ne connais pas beaucoup de choses sur ces créatures, mais une chose est sûre, ceux que la reine a modifié nous veulent du mal ! Ford m'a informé de la situation et ce soir il y aura une rencontre avec la Major pour nous informer plus en détail. Nous devons les arrêter. Je vais tout faire pour protéger la cité.

Je me tiens tout près de l'infirmerie, pour m'assurer que les vaccinations se passent bien. Vers 13h30, je me rends compte que je n'ai pas encore mangé. D'habitude, j'y vais vers 12h, mais cette surveillance m'a tenu occupé avec les gens qui deviennent impatient et ceux qui ne comprennent pas ce qui se passe. J'ai fait de mon mieux pour les rassurer sans pour autant trop les informer de la situation pour ne pas qu'ils paniquent, même si je déteste laisser les autres dans l'ombre.

Je me rends au mess. Faut bien prendre le temps de refaire le plein. Je sens que je vais m'écrouler sinon. Après avoir pris un plateau avec un breuvage, le repas du jour, des fruits et un dessert, je me suis installé à une table pour manger. Je fais de mon mieux pour décompresser, ne pas trop penser à ce qui se passe, mais c'est bien difficile. Je viens d'apprendre que nous sommes infiltré. Il faut que je prenne ça comme une autre mission ordinaire à gérer. Qu'est-ce que j'aurais fait sur Terre ? J'aurais enquêté pour trouver l'espion et le ramener pour qu'il paie de ses actes. Aujourd'hui, c'est la même chose. Il faut enquêter pour le ou les trouver et venir en aide aux civils. Alors que je mange tranquillement, je reçois un appel radio, plutôt destiné au Major, mais je reçois le message quand même.

//Major, un certain Barry Connor, biologiste, a fait une esclandre devant l'infirmerie en criant au complot et a échappé aux soldats. J'aimerais partir à sa recherche.//

Putain... on peut pas bouffer tranquille ? Un biologiste a crié au complot. D'un côté, je peux comprendre qu'il ai réagit de cette façon. Il a échappé à des soldats ? Des personnes entraînées pour ce genre de situation ? Ça m'étonne un peu. Et s'il n'est pas humain ? Et s'il est un des Morphéas ? Ford répond au message et me demande d'aller les rejoindre si je suis disponible. Après lui, la Major ajoute qu'un autre militaire va venir nous rejoindre. Au moins nous ne seront pas seuls. Natasha n'a rien à craindre de moi, je suis clean. J'ai été vacciné ce matin, mais mieux vaut être avec d'autres gens que seuls. Et puis, si on est plusieurs, nous avons plus de chance de repérer du mouvement.

//Laissez-moi finir mon lunch et je viens vous rejoindre. Quelques minutes à peine.

Quand faut y aller, faut y aller ! Je m'active à terminer rapidement mon lunch. Me reste quelques bouchées de mon repas et le petit dessert. Je ne m'attarde pas trop à le déguster. Pas le temps de toute façon, mais je m'assure tout de même de bien mâcher pour ne pas m'étouffer. Ce serait bête si j'ai un empêchement alors qu'ils ont besoin de moi ! Lorsque je termine de manger, je vais rapporter mon plateau et me rends vers le premier téléporteur disponible. Je lui demande de me rendre à l'infirmerie pour aller rejoindre la kiné et le militaire qui est supposé nous accompagner.

Une fois sur l'étage, je marche rapidement vers l'infirmerie et entre dans la pièce. Je reconnais tout de suite la kiné et le militaire dû à ses habits. Je m'arrête devant eux et offre un salut militaire au militaire et un hochement de tête en direction de la kiné.

« Soldat de 1ère classe Fuller »

Les présentations faites, nous nous mettons en marche pour faire les recherches. Je sors mon arme et la garde en main, le canon vers le sol, prêt à tirer au cas où. Je regarde les deux personnes présentes.

« Mesure de précaution » dis-je alors que nous marchons. « Il s'est passé quoi exactement ? »
© Laueee


[HRP: Voilà ma rep. J'ai mis la couleur des paroles de Nat en darkcyan à la place de cyan parce que le contraste avec le fond de ma fiche piquait les yeux.]

_________________

J'écris en #4B86B4


Revenir en haut Aller en bas
Mar 29 Mai - 22:33
avatar
√ Arrivée le : 29/06/2017
√ Messages : 287

Dossier Top Secret
√ Age: 35 ans
√ Nationalité: France France
√ Gêne: ATA
Voir le profil de l'utilisateur
Natasha Avalon


Natasha regarda l’arme de Cody avec un air un peu sceptique avant de reporter son attention sur le soldat.

Bonjour Cody, dit-elle en reconnaissant le jeune homme qu’elle avait rencontré une fois dans le bar de la cité. Heureusement qu’elle avait une excellente mémoire des visages. Tu devrais éviter de trop agiter ton arme, tout le monde est assez stressé comme ça. Vers 14h, un biologiste répondant au nom de Barry Connor a refusé de se faire vacciner et s’est enfui. Nous devons le retrouver et nous assurer qu’il est bien celui qu’il prétend être, ajouta t-elle en chuchotant, s’assurant que personne n’écoutait leur conversation dans le couloir. Tu as été brieffé ?

Cody Fuller


Alors que nous marchons, Natasha m’explique un peu la situation. Je peux essayer de comprendre la réaction du biologiste. Il y a vraiment quelque chose qui se trame dans la cité. Refuser de se faire vacciner ? C’est louche là. Bon, ok, les gens ne sont peut-être pas tous prêts à se faire vacciner, mais avec une bonne discussion avec les responsables des opérations, la plupart du temps les gens changent d’idée et reçoivent le vaccin.

Natasha me demande si j’ai été briefé. Je suis au courant pour l’histoire des Morphéas. Ils nous ont infiltré et cet homme qui est en fuite peut être l’un d’eux. Je lui offre un hochement de tête en signe de réponse puis ajoute :

« Ford m’a expliqué ce qu’il se passe sur la cité. On va tout faire pour le retrouver et s’assurer qu’il est bien celui qu’il prétend être »



Natasha Avalon


Le groupe ainsi formé de Natasha, Cody Fuller et le caporal White se dirigea vers la dernière position connue de Barry. Le pôle scientifique était un endroit très étendue, une succession de laboratoire, de dépôts et de chambre d’analyse rendaient la recherche assez difficile. Comme le militaire l’avait noté précédemment, “l’agitateur” avait semé ses poursuivants dans un terrain connu.

Finalement, un appel radio vint sur la fréquence des trois personnes pour leur indiquer que Barry, leur cible, aurait été aperçu non loin d’un stock de vivre de petite taille et qu’il n’était pas supposé y avoir l’accès. Le manoeuvre de service pour la préparation du réfectoire en soirée était Robert Gardner, un technicien qui ne s’était pas présenté à la vaccination.

Ils le trouvèrent sans mal en train de passer le balais dans le réfectoire pour préparer la prochaine distribution. Dès qu’il vit la kiné et les deux militaires, il fronça les sourcils d’un air très méfiant et prononça d’une voix assurée :

« Bonjour. Je peux faire quelque chose pour vous ? »
Bonjour monsieur, lança Natasha en s’efforçant de paraître avenante, tout en conservant une distance de plusieurs mètres entre l’homme et elle. Cela pouvait donner l’impression qu’elle n’était que de passage et qu’elle ne cherchait pas à entamer une longue conversation mais elle jouait surtout la carte de la prudence : cet homme n’avait pas été vacciné et son air méfiant ne la rassurait pas. Il serait bon de lui rappeler qu’il avait intérêt à se diriger vers l’infirmerie, mais d’abord elle avait besoin de renseignements. Nous cherchons un homme, dit-elle en entreprenant de faire une description physique de l’individu et en donnant son nom. Vous l’auriez vu dans le coin ?

Robert s’était appuyé sur son balais de ses deux mains et regarda longuement la jeune femme, très peu intéressé par ces propos. Il répondit par une autre question, la voix chargée de la même méfiance qu’au moment de leur arrivée.
« Je peux savoir pourquoi une masseuse accompagnée de deux brutus vient faire la flic ? Aux dernières nouvelles, Connor a buté personne. Ca fait très film d’invasion alien ton truc là...il se passe quoi si je parle pas ? »
« Il se passe que nous sommes pressé et cet homme est en danger, donc magnez vous un peu. » répondit le Caporal White, qui voyait en cet homme une nouvelle personne qui allait leur faire perdre du temps ! Qui sait si Connor n’est pas un morphéa et qu’il est pas en train de faire une connerie qui mettra en péril la cité ? Franchement, ce manque de coopération des civils le gonflait. C’est toujours avec eux qu’on a le plus de problème.

Natasha soupira, ce type tenait le même genre de discours que Connor. La bonne nouvelle au moins c’est qu’il l’avait probablement rencontré, la mauvaise c’est qu’il avait l’air bien décidé à leur faire perdre du temps.
L’équipe médicale est débordée, je suis là en renfort comme ça arrive fréquemment dans ce genre de circonstances. Connor a montré plusieurs symptômes liés à la maladie que nous essayons d’endiguer : sueurs, rythme cardiaque élevé, panique, paranoïa… s’il est malade il faut absolument le mettre en quarantaine pour qu’il soit examiné et pris en charge par un médecin avant qu’il ne contamine toute la cité, vous comprenez ça ?
Il éclata d’un rire mauvais.
« Ah il a bon dos le malade. Moi aussi j’ai le rythme cardiaque élevé, de la sueur et de la paranoïa. Et je vais même te dire, y’en a un de plus que tu as zappé : les aigreurs d’estomac ! »
Il les balaya de sa main libre en signe de “oust”. Il termina ses propos sur un ton moqueur.
« Va donc fanfaronner ailleurs avec tes deux pitbull. Moi aussi je suis armé, j’ai un balais, et je sais m’en servir !!! »

Cody Fuller


Nous recevons un appel radio, nous indiquant l’endroit où Barry a été aperçu la dernière fois et apparement, il n’a pas eu le droit d’y être. Ensemble, nous nous rendons à l’endroit. C’est alors que nous arrivons devant un homme qui passe le balai. Je ne l’ai pas vu à l’infirmerie. Je jette un rapide coup d’oeil aux deux personnes présentes avec moi et regarde à nouveau l’homme. Il faut être méfiant, il n’a pas été vacciné. Lui aussi se montre méfiant. J’ignore pour quelle raison et ça ne m’aide pas du tout.

Natasha ajoute que l’homme présente des signes de la maladie qu’ils essaient de guérir. Je lui jette un coup d’oeil et comprends tout de suite que cette histoire de maladie c’est uniquement une raison bidon pour devoir retrouver l’homme. Il n’y a aucune maladie. Les Morphéas sont la maladie ! Je tourne la tête vers le caporal White et écarquille les yeux en signe d’exaspération. Un autre civil qui va nous faire perdre notre temps ! Je prends une inspiration et me tourne vers le technicien. Je range l’arme et m’approche de lui, me tenant bien droit devant lui, faisant de mon mieux pour rester calme.

« Plus vite vous nous dites si vous l’avez vu, plus vite vous pourrez retourner à vos obligations »

J’ai envie de l’insulter et de lui dire de prendre le balais et de se le mettre là où je le pense ! Sauf que je me retiens de le faire. Si nous en venons aux insultes, les gens sont moins enclin à coopérer.

« Cet homme peut mettre tout le personnel de la cité, y compris vous, en danger si vous ne nous dites pas où nous pouvons le trouver. La seule chose que nous voulons c’est vous aider et s’assurer que la cité est en sécurité. Vous comprenez ça ? » Je prends une pause et le fixe longuement, me demandant s’il voudra bien nous dire ce qu’il sait, sauf que je n’espère rien de sa part. « Si vous souhaitez la même chose que nous, il est préférable de nous dire où vous l’avez vu la dernière fois. Si vous pouvez nous dire ses dernières paroles, ça peut nous aider énormément. »

« Quoi, tu veux jouer au dur avec ton pétard ? Tu veux me crever ? » Siffla l’homme qui n’était aucunement réceptif aux arguments. Il avait pris l’approche et la façon de se tenir de Cody comme une provocation. Il avait même l’air de l’avoir attendu un certain temps.
« Je le connais bien Barry. Il a eut le temps de me raconter qu’il s’est fait courser pour avoir ouvert sa gueule. Le soi-disant “malade” pour la sécurité, c’est du pipeau. »
Il afficha un air profondément hargneux tout en s’approchant à son tour. Il avait de très fort préjugés sur les militaires depuis l’an dernier. L’homme gonfla sa poitrine, ignorant la menace évidente et l’environnement de plus en plus tendu pour apporter son lot d’intimidation.
« Alors vas-y, j’attends. Envoie moi ton cleps ou ton autre malabar. Je te dirai que dale, tu sauras pas où mon pote a filé ! »

Le caporal White toisa longuement Cody, avant de se faire craquer les doigts. Ils n’avaient pas le temps de négocier.
« Bien, dans ce cas, vous irez répondre de votre non coopération auprès du CODIR et vu le contexte ils vont pas être agréable. Donc si j’étais vous, j'arrêterai mon petit numéro de cirque avant de finir derrière des barreaux ! » S’il continue il allait le plaquer au mur.
« Et ben au moins, derrière les barreaux, je continuerai de jouer au jeu du silence connard. C’est de la foutaise vos histoires, il y a pas de maladie ! »

Natasha Avalon


Ah ça, pour se connaitre ils se connaissaient oui, le même franc-parlé, la même tendance à hurler au complot… La jeune femme sentait la fatigue d’une nuit blanche peser de tout son poids sur elle, elle avait besoin de prendre une pause et de boire un café, de grignoter un truc un peu consistant pour oublier qu’elle avait sauté le repas de midi mais elle ne pouvait rien faire de tout ça, non, parce qu’un petit con avait décidé de l’empêcher de faire son job. L’image d’un chihuahua se superposa à celle de l’individu qui lui faisait face et elle se dit que les petits chiens étaient décidément ceux qui criaient le plus fort ; puis elle songea que la fatigue la rendait un peu trop irritable et qu’elle devait se reconcentrer.

Ok, c’est la journée du tutoiement abusif et des insultes, soupira t-elle. C’est bon, je confesse ! Je suis effectivement une extra-terrestre venue de la planète Zorg et infiltrée parmi-vous pour prendre le contrôle de cette planète et de ses ressources ! Vous noterez d’ailleurs que je me suis précipitée pour sortir mon arme et vous tirer dessus, vous comprendrez que je dois éliminer toute menace qui pourrait entraver ma mission, déclara t-elle sur un ton blasé et ironique. Le zat’ était toujours accroché à sa jambe, elle n’y avait pas touché depuis des heures.

« C’EST CA ! FOUT TOI D’MA GUEULE !!!! » S’égosilla-t-il. « Dégagez, il y plus rien à voir du spectacle ! Allez, oust, vaï ! Vous pouvez vous brosser, je dirai rien du tout ! »

J’imagine que vous n’allez pas non plus vous présenter à l’infirmerie... lança t-elle sur le même ton.

« NAN ! Tant qu’on me racontera des conneries, on m’injectera rien. Ca se passait pas comme ça avant les campagnes de vaccin. J’suis pas un mouton ok ?!? »
« Et avec des os en moins ? » fit le militaire a bout de patience.

Natasha lança un regard las en direction du caporal White. Elle n’avait pas la carrure pour maîtriser cet homme et elle n’était pas sûre de la démarche à suivre pour le contraindre à recevoir son vaccin. Le zater ? La perspective d’infliger une telle douleur à un citoyen atlante ne lui plaisait pas mais d’un autre côté, cet homme était-il vraiment humain ?
Le manoeuvre leva son balais comme s’il déclarait “en garde !!”.
« Bah vas-y ! Approche ! Et après je porterai plainte pour coup et blessure ! Vas-y !!! »

Un chihuahua… vraiment, ce mec avait plus de coffre que les petits chiens hargneux de la Terre. Roh le con, il lui donnait mal au crâne ! Il se croyait vraiment menaçant avec son balai face à trois personnes armées dont deux militaires ? Elle aurait presque pu en rire si elle n’avait pas été de si mauvaise humeur. Natasha regretta de ne pas s’être équipée de pistolet à fléchettes tranquillisantes, elle s’était préparée à combattre des monstres, pas ses propres compatriotes…

White avait le regard mauvais sur le mec au balais, bien décidé à lui faire manger !
Revenir en haut Aller en bas
Mar 29 Mai - 22:52
avatar
√ Arrivée le : 01/07/2014
√ Messages : 450
√ Localisation : Canada


Dossier Top Secret
√ Age: 25
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Non
Voir le profil de l'utilisateur
Cody Fuller


Je ne dis rien, fixant le mec devant nous. Il a l’air décidé à ne pas se faire vacciner et à ne pas répondre à nos questions. Et s’il est un Morphéa ? Je pince les lèvres, essayant de penser à la meilleure chose à faire. Je lève les yeux vers les deux autres personnes avec moi. Peut-être que l’on devrait le piquer nous-même pour s’assurer qu’il n’est pas une de ces créatures ? Et si elles sont craintives à l’idée de se faire démasquer avec un vaccin ? Je leur fais signe de me suivre alors que je me recule.

Je jette un dernier coup d’oeil vers le mec pour m’assurer qu’il ne nous suit pas et me tourne vers le militaire et la kiné.

« Et s’il est l’un d’eux ? On a des stocks de vaccin ici. Peut-être qu’on peut le maîtriser et le piquer nous-même ? Je lui fait pas confiance du tout » dis-je, assez bas pour pas qu’il m’entende.

Mais à peine le temps pour Cody d’avoir l’attention tournée ailleurs que la grande gueule lâcha son balais pour filer à toute vitesse en direction de la réserve.

« Fuck ! » Fit White qui courut immédiatement après celui-ci.

« AU SECOUUUUUUUUUUUUUUUURS ! »

Oh le con ! S’exclama Natasha qui se mit aussi à courir.

« L’enfoiré ! » dis-je sur le coup de la surprise en voyant notre petite équipe courir après le mec. Sans perdre une seconde, je les suis. La chienne à mes côtés suit son maître.

Alors que nous courrons, je demande à Zelda d’attaquer. En bon chien qu’elle est, elle n’hésite pas une seconde à suivre notre cible et à sauter sur son dos.

Bien évidement, Robert Gardner en bon fainéant qu’il était, n’avait jamais pris l’habitude de courir. Même lorsqu’il était en retard, l’homme n’avait jamais forcé l’allure. Autant dire qu’il ne parvint pas à distancer ses poursuivants et encore moins Zelda qui l’atteignit.

« NAAAAAAAAAAAAAAN ! »

Robert, en tout cas, avait du coffre pour gueuler. En voulant atteindre la réserve, surement un endroit qui lui semblait sécurisé ou, surtout, “sécurisant”, il s’écroula dans le couloir de diverses salles de manutention. Différents collègues qui le connaissaient bien l’entendirent hurler à la mort et débarquèrent, très inquiets, muni de clé à molette ou différents outils pouvant servir d’armes.

« A MOI ! ON M’ATTAQUE ! A MOIIIIIIII ! »

L’incompréhension régnait alors que le fuyard se rapetissait sur lui, quasiment en position foetale, pour essayer d’échapper au chien. Mais alors que cette douzaine de personnes entouraient l’équipe et le manoeuvre sans véritablement se montrer hostile, les outils n’ayant été pris que sur le moment de l’inquiétude et de l’incompréhension, la voix de Robert se tut. Puis il trembla, de plus en plus fort, s’agitant et se secouant dans tous les sens.

Natasha Avalon


Manquait plus que ça, une tripotée de gars qui brandissaient des outils ! Ils n’avaient toutefois pas l’air menaçants, il allait juste falloir les convaincre qu’ils devaient leur faire confiance et ça c’était pas gagné vu la crise d’hystérie que l’autre se tapait. Cela dit, ils avaient l’air plus égarés que réellement hostiles, un bon point. Ce qu’elle n’avait pas prévu en revanche c’est que le type s’effondrerait par terre et convulserait. La kiné tenta de se remémorer le rapport sur les morphéas : y avait-il un paragraphe sur ce genre de comportement ? Ca ne lui disait rien. Si leur fuyard était humain en revanche, son état ressemblait fortement à une crise d’épilepsie ; elle pouvait gérer ça.

Cody rappelle ton chien ! Intima-t-elle en entreprenant de retirer sa veste tout en se tournant vers les autres personnes. Vous connaissez cet homme ? Est-il sujet aux crises d’épilepsies ?

« Robert ? Ben ouais on le connaît... » fît l’un des techniciens, le regard encore un peu rond. « [color=gold Il fait de l’épilepsie, oui. Et il a un truc pour le coeur aussi. [/color]»

Cody Fuller


Autour de nous, il y a des gens avec des outils. Ils n’ont pas l’air bien menaçants. Ils ont plutôt l’air de ne pas vraiment nous faire confiance. Ce ne sera pas gagné, mais avec un peu d’effort et de calme on réussira peut-être à les aider à nous faire confiance.

J’arrive à la suite de Natasha et m’arrête à ses côtés, surpris de voir le mec au sol. C’était pas prévu ça ! Bien vite, elle me demande de ramener Zelda qui essaie de l’atteindre avec ses pattes.

« Reviens ! » dis-je sur un ton calme et ferme à l’intention du chien. Rapidement, elle laisse tout ce qu’elle fait et se dirige vers moi. Je lui demande de s’asseoir à mes côtés, laissant Natasha gérer la situation avec le technicien au sol.

Je lève les yeux vers les autres membres du personnel autour et décide de tenter de les mettre en confiance.

« Nous ne vous voulons aucun mal. Pas à lui et ni à vous. Quant à elle » dis-je calmement et un peu plus lentement. Je fais une pause, faisant un signe de main au chien à mes côtés. « Elle n'exécute aucun ordre si je ne le lui demande pas »

« Ouais enfin c’est bien beau. Mais y a un collègue qui gueule, deux militaires et une dame, là. Mais il se passe quoi les gars ?»

L’assemblée répondit à l’affirmative, demandant visiblement plus de détail. Au moins, l’atmosphère était bien moins virulent que la rencontre avec Robert. Ceux-là avaient plus à coeur de comprendre la situation que de chercher le conflit.

Un des membres du personnel répond à ma tentative de les calmer. C’est compréhensible qu’ils se posent des questions et se demandent ce qu’il se passe. Je ne peux pas leur en vouloir. Je prends une inspiration avant de répondre pour m’assurer de ne rien dire de travers.

« Il se trouve que nous sommes à la recherche d’un homme qui a fait une scène à l’infirmerie et a refusé de se faire vacciner. Nous avons reçu un message nous indiquant le dernier endroit où il a été vu. Nous sommes tombé sur lui » dis-je, faisant un signe de main vers l’homme au sol. « Il ne voulait pas répondre à nos questions au sujet de l’homme que nous recherchons. Nous étions méfiants à l’idée qu’il ne s’était pas fait vacciner. C’est pour cette raison que nous l’avons suivi jusqu’ici »

« Robert ????? Il risque pas de se faire vacciner !»

Le technicien regarda ses collègues, un mi-sourire sur le visage, voyant bien qu’il ne le connaissait pas.

« Il a la phobie des toubibs. Plus il est loin, mieux ça le botte.»

« Non, celui que nous recherchons s’appelle Barry. Barry Connor, je crois ? Il est biologiste. Je le connais pas. Je suis venu en renfort avec le caporal White et Natasha Avalon »

Là, les différents techniciens se regardèrent. Certains voulaient donner l’info, d’autres non mais il y avait une gêne bien palpable.

Je les observe silencieusement, sentant bien évidement qu’il y a une gêne. La tension a monté en flèche à la seconde où j’ai mentionné le nom du biologiste. Ils savent des informations. Ça peut nous servir à comprendre ce qu’il se passe avec l’homme que nous recherchons. Avec l’autre au sol, je doute que nous ayons l’information dont nous avons besoin.

« Si vous savez quelque chose… n’importe quoi à son sujet, je vous demande de nous en faire part. Nous ne vous jugeons pas. Comme vous, nous essayons de comprendre ce qu’il s’est passé avec lui. C’est pour la protection du personnel de la cité que je le demande »

« La protection du personnel ? » Fit le technicien, plutôt dubitatif. Il regarda ses collègues avant d’ajouter. « Écoute mon gars. On a un type qui débarque en disant qu’on veut sa mort. Y’a Robert qui s’en occupe et moins d’une heure après on le trouve au tas avec deux militaires, un chien...et la dame là. Ca fait bizarre c’t’histoire quand même. Surtout pour de la protection. »

La situation commence vraiment à m’énerver. Ce sont des civils. J’ai pas envie de leur dire qu’on est infiltré et ce vaccin sert à les protéger pour pas qu’ils se fassent copier par une créature modifiée par la Reine Wraith. Il faut que je trouve un moyen de leur expliquer la situation sans les inquiéter encore plus. Je vois bien qu’ils sont très inquiets, ça se comprends parfaitement.

Je prends une profonde inspiration et observe chacun d’eux avant de répondre :

« Ce vaccin gère les crises de paranoïa. Nous soupçonnons Robert et Barry d’être malade. Nous ne voulons pas que vous soyez contaminés. Je vous demanderais de ne pas trop vous approcher de Robert. »

Une vague de ricanements monta en arrière. Natasha tiqua en entendant les explications de Cody et releva la tête. Mais qu’est-ce qu’il racontait lui ?

Le vaccin ne gère pas les crises de paranoïa, Cody, il prévient la maladie en poussant le corps à créer des anticorps qui détruisent le virus. Bref, il empêche les gens de tomber malade et ça nous arrangerait de pas avoir à soigner toute la cité parce que ce virus est une sacré saloperie. Les gens qui le contractent ont des comportements agressifs, voir paranoïaques, oui, lança t-elle avant de retourner à ses occupations avec son patient.

« Je préfère quand c’est ton pote qui explique ! » Fît le technicien, les mains dans les poches. Il avait un sourire hilare sur le visage. Une nuée de boutade bonenfant accompagna la remarque sur les connaissances du soldat en terme de biologie. Ce petit moment leur fît presque oublier l’état dans lequel se trouvait leur collègue.

Le type soupira avant de lâcher le morceau :

« Barry était en train de se chier dessus quand il est venu nous trouver. Il a pris de la bouffe et de l’eau pour quoi...une semaine ? » Il se tourna vers ses collègues qui confirmaient. « Il a dit qu’il allait se planquer “là où seul son pote Bastch le trouverait”. »

Il haussa les épaules.

« Il est parti vers le bas de la tour, on sait rien d’autre... »

Un léger sourire se dessine sur mes lèvres. Ouais, la médecine, la biologie et tout le tralala, c’est pas mon truc.

« Je fais avec ce que j’ai compris » dis-je, riant doucement.

La bêtise passée, le membre du personnel ajoute quelques informations au sujet de Barry. C’est ce que nous cherchons ! Cependant, lorsqu’il ajoute ne savoir rien d’autre, je peux sentir une autre gêne monter. Je lève un sourcil. Il y a autre chose. Il doit sans aucun y avoir autre chose qu’ils savent.

« Rien d’autre ? Pas de comportement bizarre mis à part les provisions pour une semaine ? »

« Ah nan. Mais Barry a flippé grave quand il a su que Bastch était recherché. »

L’endroit où Bastch le trouverait ? Mais c’est quoi ça ? Un endroit sur la cité que personne oserait aller chercher ? Possible. C’est important pour nous aider.

« Bastch ? L’endroit où il le trouverait ? Si Barry se cache, nous devons connaître l’endroit si vous savez où ça se trouve. »

« Nan mais... »

Le technicien ricana, se disant que c’était un drôle d’énergumène que ce maître chien.

« Si je te dis “seul Bastch le trouverait là”, c’est que ces deux gugus sont seuls à savoir. J’y connais rien aux cachettes de la cité moi, je prends même pas le téléporteur. J’évite...pour les jambes. »

Je secoue doucement la tête. Des fois d’autres gens connaissent les endroits secrets. Cet homme semble ne rien savoir d’autre à leur sujet et je veux bien le croire. Je pince les lèvres et les observe un à un.

_________________

J'écris en #4B86B4


Revenir en haut Aller en bas
Mar 29 Mai - 22:57
avatar
√ Arrivée le : 29/06/2017
√ Messages : 287

Dossier Top Secret
√ Age: 35 ans
√ Nationalité: France France
√ Gêne: ATA
Voir le profil de l'utilisateur
Un morphea pouvait-il reproduire le comportement d’un humain au point de pousser le vice à simuler ce genre de crise ? Et pourquoi pas après tout ? Qui se méfierait d’un homme à ce point affaibli ? La situation était intenable mais sa conscience professionnelle lui imposait de prioriser l’idée que cette personne était humaine et de l’aider.

- Il est cardiaque ? Est-ce qu’il prend des médicaments ? Demanda t-elle au technicien qui lui avait répondu en roulant en boule sa propre veste pour la mettre sous la tête du fuyard.
« Heu...c’est sur son collier. Il s’en sépare jamais. Je connais pas le nom de ses médocs. »
Elle se dépossédait des couteaux que John avait habilement caché dans le vêtement mais tant pis, la veste empêcherait le pauvre malade de se cogner la tête par terre à cause d’une convulsion. Elle entreprit ensuite dégager le balais et tout autre objet contre lequel il pouvait taper, de desserrer ses vêtements et de lui retirer son collier qui pouvait l’empêcher de respirer correctement.

Le collier n’était pas n’importe lequel. Il avait une vocation médicale pour informer d’une faiblesse du coeur et de la sensibilité du patient aux sédatifs. Certaines injections pouvaient le tuer et, dans le dos de la médaille, se trouvait les différents composants susceptible de lui causer la violente réaction. Une petite languette plastifiée avait été ajouté manuellement et comportait la mention “Tégretol”, un traitement contre les crises d’épilepsie.
Il était néanmoins en plein dedans et se mettait même à baver. Une odeur d’urine monta alors.
Natasha prit quelques instants pour lire les indications sur le collier mais ne fit rien de plus, donner un traitement à un patient en pleine crise d'épilepsie était contre-indiqué. Elle ne pouvait plus rien faire pour Robert dans l’immédiat, aussi entreprit t-elle d’activer son oreille en se réglant sur la fréquence de l’infirmerie tant que l’homme n’était pas en état d’écouter.

pendant ce temps le caporal était en train de ruminer sec dans sa tête, mais se tenait prêt à réagir si besoin.

//- Docteur Taylor Laurence ? J’ai quelques soucis avec un monsieur qui a la phobie des médecins au point qu’il ait pris la fuite et que cette angoisse lui a déclenché une crise d’épilepsie… Ce serait moins éprouvant pour lui si je m’occupais de le vacciner ici pour qu’il puisse ensuite se reposer dans ses appartements. Pensez-vous que le vaccin survivrait à un trajet jusqu’au couloir entre le réfectoire et la réserve ? //
Quelques minutes après Isia répondit // C’est bien le moment tiens ! Il est stable ? Vous avez calmé la crise ? // répondit Isia sans grand enthousiasme.
//-Je gère la crise oui, pas de problèmes pour l’instant. //
// D’accord. Pour le vaccin, ont est surbooké ici, si vous voulez le piquer vous devez venir chercher une fiole, mais elle ne supportera pas de voyager plus de trente minutes. //
//-Parfait, on va venir récupérer ça rapidement. //
// Vous me dites, je vous met une fiole de côté. //
//-Merci ! //

Natasha leva les yeux vers le groupe de techniciens.

-Est-ce que certains d’entre-vous n’ont pas été encore vaccinés ? Quitte à récupérer un vaccin pour Robert je peux en prendre plus et vous éviter des heures de queue à l’infirmerie.
Les hommes se regardèrent les uns les autres, plusieurs mains se levèrent, timidement d’abords. Puis de manière plus sérieuse. Pour la plupart, ils avaient fait demi-tour en voyant la file infernale qui se trouvait devant les différents endroits. Ils préféraient travailler comme divers civils qui s’étaient fait cette idée : ce n’était pas si urgent que ça.
Mais maintenant qu’on leur proposait, il y avait une bonne moitié du groupe qui n’était pas vacciné : six personnes au total. Natasha fit un rapide calcule dans sa tête avant de se tourner vers le caporal white qui avait une silhouette athlétique et qui semblait s’ennuyer ferme.

-Caporal, vous seriez capable de faire le trajet en combien de temps si vous courriez ?
« En 20 minutes aller et retour voir moins si les toubibs sont réactifs. »

Natasha réfléchit : ça lui laissait une vingtaine de minutes pour vacciner sept personnes… Ca allait être sportif mais elle pouvait le gérer si tout le monde se montrait coopératif. Ca ne serait pas un problème pour les six, mais pour le septième… bon, elle verrait bien. Elle activa son oreillette.

//-Docteur, si vous pouvez me mettre sept flacons de côté avec les seringues, je vais en profiter pour vacciner tout un groupe. Le caporal White sera là dans une dizaine de minutes. //
// Sept ? Mais pourquoi ces buses (en français) ne sont pas venu ici ? Alalala heureusement que vous êtes dans les couloirs ! Je vous en mets sept, mais pas un de plus, si vous croisez des robinsons vous leur bottez le cul ! ça sert a quoi les annonces franchement ! // elle semblait irritée.

La réaction de la chirurgienne fit sourire Natasha et elle se félicita que les autres ne puissent entendre.

//-Voyez le bon côté des choses, ça vous fera moins de boulot,// répondit-elle en français.
// On peut dire ça. Je vais vous envoyer en mission vaccination mobile ! //

Elle leva les yeux vers le caporal.

-Vous pouvez vous mettre en route, on vous attend ici.

Le caporal hocha la tête est partis au pas de course, au moins, il pouvait dépenser son énergie au lieu d’avoir des envies violente sur l’autre balayeur et ça bande de joyeux copains naïfs. Faudrait quand même leur dire aux civils qu’ils sont pas là en club med ! L’homme revint comme promis moins de vingt minutes avec un sac “isotherme” avec pleins de papier bulles pour stabiliser les vaccins.

Pendant ce temps, Natasha avait demandé à chacun de relever sa manche pour dégager son bras, ça lui ferait gagner du temps. Elle demanda à Cody de relever le nom de chaque personne qui était sur le point de se faire vacciner et de s’assurer que les autres l’étaient réellement pendant qu’elle examinait l’état de Robert. Ce dernier avait cessé de trembler mais avait sombré dans l’inconscience, aussi fut elle obligée de le mettre en position latérale de sécurité pour éviter qu’il ne s'étouffe avec ses propres fluides corporels. C’était étrange de voir une personne inconsciente après une simple crise d’épilepsie mais son pouls était stable et il ne semblait pas en danger vital, aussi décida t-elle d’attendre patiemment que le caporal revienne avec les vaccins et s’occupa de piquer une personne après l’autre. Au moins Robert ne lui posa pas de soucis et ne lui fit pas perdre de temps en se débattant, c’était bien le seul point positif qu’elle voyait à sa situation. Pas de morpheas… poussa un soupir de soulagement.

-Le major Frei organise une réunion à 17h15. Allez y si vous en avez la possibilité, on vous expliquera plus en détail les raisons de ce vaccin et vous pourrez donner un coup de main sur place.
« Ah je veux, ouais ! Si ça permets d’en savoir plus sur ce bazar et de clean la cité, je suis pour... »

-C’est bien… il se passe des choses graves. Les murs ont des oreilles et je ne peux pas vous en dire plus ici mais le major vous brieffera. Restez groupés si possible, évitez de rester seul et si vous ne voulez pas aller à la réunion enfermez vous dans vos quartiers, vous y serez en sécurité. En attendant je compte sur votre discrétion. dit-elle en baissant la voix.
« Mouais... » répondit le technicien lui aussi à voix basse d’un air sceptique. Il haussa les épaules et ajouta : « Je vais aller à cette réunion... »

Quelques techniciens étaient encore un peu méfiant, ou flemmard, mais le groupe suivit pour diverses raisons. Que ce soit par patriotisme ou curiosité, ils accueillèrent tous l’invitation de Natasha de manière positive. L’un d’eux, d’ailleurs, demanda si Robert allait s’en tirer, plutôt inquiet quant au fait qu’il ne se réveille pas. Natasha se baissa et prit une fois de plus le pouls de Robert qui battait toujours, sa respiration était régulière… elle ne comprenait pas pourquoi il ne se réveillait pas.

-Je pense qu’il va bien mais je vais le faire rapatrier à l’infirmerie par mesure de sécurité, ils le garderont en observation jusqu’à son réveil.

L’équipe technique qui se trouvait dans ce couloir finit par se dissoudre. Sur la douze, trois commençaient déjà à prendre le chemin pour la réunion tandis que les autres discutaient par petits groupes, essayant de prendre des décisions par ordre d’affinité. Les derniers quittèrent le couloir lorsque Robert fût effectivement transporté par une équipe pour revenir à l’infirmerie. Etrangement, celui-ci s’éveilla quand il comprit qu’il était en train de rejoindre le lieu qu’il craignait le plus. Mais étant maintenant très intimidé par Zelda, il se laissa conduire non sans faire toute une série de marchandage en tout genre.
Au final, l’énergumène n’en savait pas plus que ses collègues. Barry avait filé dans les niveaux les plus bas de la tour, dans les couloirs d’alimentation. Mais il ne connaissait pas du tout l’emplacement de la cachette. C’était néanmoins une information suffisante pour procéder à des recherches sur un secteur un peu plus réduit.
Le petit groupe composé des deux soldats et de la kiné partirent donc en direction des couloirs d’alimentation et Natasha profita de l’accalmie pour grignoter un gâteau qu’elle avait emporté dans son sac. Le sucre lui donna un petit regain d’énergie et lui fit du bien et elle se mit à réfléchir aux informations qu’elle avait récolté un peu plus tôt et qu’elle s’était abstenue de commenter devant les autres. L’ami de leur cible avait été morphea et ledit morphea était maintenant mort. Si rien ne laissait entendre que Connor était aussi l’une de ces créatures, elle ne pouvait s'empêcher de ressentir une certaine inquiétude à l’idée de cette chasse et elle fit part de sa réflexion à ses collègues sur le chemin.

Revenir en haut Aller en bas
Mer 30 Mai - 22:56
avatar
√ Arrivée le : 01/08/2015
√ Messages : 444
Voir le profil de l'utilisateur


Moment fort 2 : Une surprise défaillante
Frei-Fuller-Avalon-Ash-Kalinda

« Plusieurs consignes en fin de document»


L’explosion avait alerté tout le monde. Natasha, Cody et le caporal Whyte, actifs dans leurs recherches, remontèrent plusieurs couloirs en essayant de déterminer l’emplacement précis. Avec une source de bruit unique qui s’était répercuté un peu partout, il était plutôt difficile de déduire une route fiable sans se perdre et finir à côté. Zelda avait été très utile, l’équipe arriva en premier sur les lieux et furent témoins d’une scène macabre : leur cible allongée sur le sol, baignant dans son sang, et à l’agonie.

Dix minutes plus tard, l’équipe militaire menée par Frei arrivait sur les lieux.
Un souffle… un souffle rauque et très faible. Le corps d’un homme était là, la face déchirée par l’explosion… la gorge ouverte. L’une de ses mains était complètement défaite, les phalanges retournées et pulvérisées. Il était brûlé à plusieurs endroits, sa peau noircie et rouge de cloques se distinguant au travers des déchirures de son vêtement. Seul sa veste Atlante, dernier vestige, semblait l’identifier au nom de Connor. Une mallette ouverte avec quelques vaccins se trouvait à côté de lui, plusieurs douilles traînant au sol. Son sac éventré laissait paraître des vivres pour une semaine et des bouteilles d’eau. L’une d’elle s’était percée et son contenu répandu sur le sol.

Les pas de quatre personnes retentirent : Les majors Frei et Trudeau, Kalinda et le lieutenant Jackson.
Ils arrivèrent sur la victime au moment où celle-ci rendait l’âme pour de bon. Trudeau pesta en prenant les devant et s’agenouilla à ses cotés, ignorant l’eau et le sang qui entraient en contact avec ses genoux.

« Merde ! »

Sans grand espoir, le major posa ses doigts sur l’artère du pauvre bougre à la recherche d’un pouls, essayant d’en distinguer le plus faible des battements. Mais il était à l’image même de ces plaies profonde : résolument mort. L’officier soupira et fixa sa collègue, la toisant longuement avant de secouer négativement la tête. Inutile de s’épancher sur de longs discours.
Trudeau se redressa ensuite pour analyser le panneau d’accès qui se trouvait ouvert comme un chou fleur. Il posa la main sur le contour morcelé du métal et trouva les traces de brûlures.

« Du C4. Une de ces saloperies a du piéger la zone ! Tous ceux qui se baladent dans ces couloirs sont menacés. » annonça sombrement l’homme. Son air était grave, il n’appréciait nullement que des civils ou même tout simplement des humains meurent de manière aussi horrible. Ce type s’était vidé de son sang et s’était vu partir pendant ces longues minutes, seul et sans soutien.
« Major… il y a des vaccins dans cette valise…et une petite quantité de vivres. Il voulait se planquer. » Constata le lieutenant Jackson.
« Ramenez ces vaccins tout de suite à l’infirmerie et avertissez le docteur Taylor Laurence. Faites venir une équipe médicale pour l’autopsie. »
Jackson obéit immédiatement et prit les vaccins pour courir dans les coursives jusqu’au premier téléporteur et se rendre au plus vite à l’infirmerie. Le major secoua la tête, s'essuyant les mains sur son uniforme. Le sang de la victime le maculait. Son regard sombre alla sur Frei, il avait l’air dépité face à ce triste spectacle. « Major, nous devons nous attendre à ce que ces pertes se multiplient...nous n’avons pas le temps de faire fouiller toute la zone par les démineurs, je recommande de la boucler rapidement. ».

Une dizaine de minutes après cette macabre découverte… de nouveaux pas résonnèrent… ennemis ou amis ? Ainsi qu’un appel radio venant de Nora STRØM

// Ici Nora STRØM depuis une salle adjacente la salle des Commandes. Un piratage Waith de grande envergure est en cours, et nous sommes dans l’incapacité d’y mettre fin par voie informatique. Je demande l’autorisation de couper d’urgence le réseau intranet de la cité jusqu’à la fin de la crise. Les Wraith ont réussi à craquer les codes pour accéder aux dossiers secrets des dirigeants de la cité, ils débutent le téléchargement des données. Ils risquent d’avoir accès aux coordonnées de la terre. Décidez-vous rapidement ! //



--------

Consignes :

  • Comme tout évènements vous avez plusieurs post à écrire, ici, vous réagissez à cette découverte et faite ce que vous avez à faire… puis nous vous mettrons la suite.
  • Natasha & Cody arrivent sur les lieux en premier. L’homme est trop blessé pour être stabilisé. L’équipe du Major Frei arrivera 10 minutes plus tard. Vous serez témoin de toute la scène, et aussi le lieutenant Jackson qui cours avec une valisette contenant les vaccins, libre a vous de vous questionner à ce sujet (les vaccins).
  • Nous vous demandons de réagir assez vite afin qu’on vous donne la suite rapidement. Le deadline du tour est au 06 juin minuit. Mais pour cela, merci de répondre sous deux trois jours (voir quatre si besoin en incluant l’arrivée de Cody et Natasha) à cette introduction, pour qu’on vous fasse avancer. Le moment sera en deux temps : intro et suite.
  • Vous pouvez communiquer par radio avec les autres, à vous de gérer les interventions dans vos postes.

    Pour Frei :
  • Nora est seule dans sa salle (cf Moment fort 4 : Une petite farce pour Loki !) , mais il faudra bien quelqu’un pour venir l’aider. A vous de voir qui viendra et pas de PNJ !
  • Karola et Ford à vous de décider rapidement : vous avez 5 minutes après l’appel sinon l’urgence voudra que tout soit coupé.


(c) DΛNDELION


Personnages inclus dans cette partie :
Major Karola Frei- Kalinda - Natasha Avalon et 1ere classe Cody Fuller avec Zelda - Eicko Ash

PNJ à disposition :
Major Nathan Trudeau, Lieutenant Ash Jackson et Caporal Adrian White

Revenir en haut Aller en bas
Ven 1 Juin - 16:34
avatar
√ Arrivée le : 29/06/2017
√ Messages : 287

Dossier Top Secret
√ Age: 35 ans
√ Nationalité: France France
√ Gêne: ATA
Voir le profil de l'utilisateur
[postbg=http://image.noelshack.com/fichiers/2016/19/1463314096-2016-image-fond-1.jpg][postbg=http://image.noelshack.com/fichiers/2016/19/1463314096-2016-image-fond-1.jpg]
L’explosion fit sursauter Natasha. L’ennemi s’était enfin mit en action ? Dans le secteur où l’homme qu’ils poursuivaient avait trouvé refuge ? Drôle de hasard… Barry Connor serait donc bel et bien un morphea ? Grâce au flair de Zelda, son groupe parvint jusqu’aux lieux du crime et le spectacle qu’elle y trouva lui glaça le sang.

-Mon dieu… souffla-t-elle en découvrant le corps de Connor un peu plus loin et la fumée tout autour qui n’était pas encore complètement retombée.

Son premier réflexe fut de regarder autour d’elle à la recherche d’éventuelles bombes : le morphea avait peut-être piégé toute la zone et elle ne tenait pas à être la victime suivante mais elle n’aperçut aucun explosif. Cela ne signifiait toutefois pas qu’il n’y en avait pas. Ses cours de secourisme lui revinrent en mémoire : d’abord sécuriser la zone du sinistre, ensuite porter secours. Elle activa sa radio.

-// Major, Barry Connor vient d’être victime d’une explosion en bas de la tour, il se vide de son sang. L’ennemi a peut-être posé d’autres charges, je suggère d’envoyer une équipe de déminage au cas où. //

//Très bien, merci, nous sommes en route pour vous rejoindre.// Répondit Karola.

Une fois l’échange terminé, c’est le pôle médical qu’elle contacta.

-//Un homme vient d’être victime d’une explosion et se vide de son sang, j’ai besoin d’une équipe de secours pour intervenir en urgence au bas de la tour ! //
// Nous arrivons //

Natasha captait des messages radio des uns et des autres, les morpheas semblaient avoir attaqué sur tous les fronts et les atlantes étaient complètement dépassés par les évènements. Bien qu'elle ne se pas croyante, la rouquine se mit à prier le destin pour qu'il permette à ses collègues de sauver le CODIR et d'empêcher les wraiths de récupérer la totalité des données de la cité.

Zelda ne semblait pas flairer de danger immédiat aussi Natasha prit-elle la décision de rejoindre la victime dans l'espoir de limiter l’hémorragie. Le cas la dépassait totalement, il fallait que les médecins arrivent et vite ! Hélas, l'équipe de secours n'arriva pas assez vite et Natasha finit par se détacher du corps, le coeur lourd. C'était finit, Connor était mort.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Ven 1 Juin - 17:42
avatar
√ Arrivée le : 14/05/2015
√ Messages : 2406
√ Localisation : Atlantis


Dossier Top Secret
√ Age: 35 ans
√ Nationalité: Allemagne Allemagne
√ Gêne: ATA
Voir le profil de l'utilisateur


Le chemin jusqu’au lieu de l’explosion lui sembla interminable quand bien même la petite équipe était en train de s’y rendre en courant et que le lieu se trouve non loin de la salle de la réunion. Le message radio qu’elle reçut de la part de Natasha n’arrangea pas les choses et lui fit serrer les mâchoires, par contrariété après cette nouvelle. Talonnant le major Trudeau de très près, Karola demeura silencieuse n’osant pas penser à ce qu’elle allait découvrir car de toutes évidences elle se serait retrouvée loin de la réalité.

Le spectacle n’était pas très beau à voir, c’était d’abord l’odeur nauséabonde que l’on percevait quelque chose d’assez indescriptible et qui lui rappelait le champ de bataille sur la Magna. Cela n’était pas forcément quelque chose qu’on était donné à voir tous les jours, et heureusement ! Mais même pour un soldat habitué des horreurs de la guerre, ça n’était pas vraiment agréable à observer. Du sang, des restes humains, des organes un peu éparpillés partout. Le major Trudeau était déjà en train de vérifier l’état de la victime avant de se tourner vers Karola avec un air désolé. La jeune femme acquiesça, comprenant ce qu’il voulait lui transmettre comme message et se tourna pour observer plus attentivement son environnement. Son regard se posa sur ses accompagnateurs pour prendre connaissance de leur réaction.

Derrière elle, la conclusion tirée par le major Trudeau pour donner suite à son observation lui fit faire volte-face. Elle serra les poings afin de maintenir une façade de calme olympien même si une véritable tempête était en train de se former sous son crâne. Comment avait-elle pu croire que tout irait bien le temps qu’ils puissent s’organiser ? A présent ils avaient du sang sur les mains, le sang de l’un des leurs, du moins tant que l’autopsie ne leur aurait pas révélé le contraire.

Ses yeux se posèrent ensuite sur le lieutenant Jackson qui avait repéré une valise pleine de vaccins. Malheureusement pour eux, ils n’étaient certainement plus utilisables car placés hors du froid pendant trop longtemps et le choc dû à l’explosion n’avait pas aidé à les préserver. Jackson supposa qu’il avait voulu se cacher. Cela voulait-il dire qu’il était un morphea ? Le vol des seringues et cette volonté de se soustraire aux yeux de tous allaient en ce sens mais il pouvait tout aussi bien avoir retrouvé les vaccins Des questions auxquelles ils ne pouvaient avoir de réponse pour l’instant, il ne fallait donc pas céder trop rapidement à son jugement.

Trudeau donna l’ordre à Jackson d’aller ramener les vestiges de la cargaison à l’infirmerie et Karola partagea son avis en ce qui concernait la marche à suivre. Elle se tourna à nouveau vers les volontaires qui se trouvaient avec eux.

« Natasha, pouvez-vous prévenir les services d’entretien pour éviter que toute la cité n’assiste à ce triste spectacle ? Fuller, avec l’aide du caporal White vous allez sécuriser le périmètre. Profitez-en pour vérifier avec l’aide de Zelda qu’il n’y a pas d’autres charges de C4 posées dans la zone. Kalinda, Eiko, votre aide sera la bienvenue pour éviter que des curieux ne s’approchent trop près. »

La jeune femme profita que tout le monde ait quelque chose à faire afin d’interpeller son homologue et l’attira à l’écart afin qu’il soit le seul à entendre ce qu’elle avait à lui dire. Il était inutile à son sens que tout le monde n’apprenne qu’elle était la véritable raison de la mort de ce pauvre bougre.

« Major, ce C4 a été posé par le lieutenant Ford pour piéger d’éventuelles cachettes que les morpheas pourraient investir. Je lui ai demandé d’en retirer une partie mais il en reste toujours dans la cité, dans des coins qu’il prétend être le seul à atteindre… » Elle croisa les bras et jeta un bref regard à l’endroit où gisait la victime avant de soupirer, la voix pleine de regrets. « J’aurais dû lui demander de tout retirer. Maintenant, l’ennemi doit bien se moquer de nous… Je pense qu'il vaut mieux garder cette information secrète en attendant de plus amples informations. »

Le major ouvrit légèrement la bouche stupéfait… un de leur homme avait piéger la cité au C4 ? Un officier en plus ! Il était abasourdi et il commençait à sentir une pointe de colère en lui, mais restait maitre de lui.

« C’est une blague ? »

Karola fixa son regard dans le sien afin de lui faire comprendre que non, elle n'était pas en train de blaguer.

Nathan se passa une main sur le front… en secouant un peu la tête. « C’est hallucinant ! S’il n’était pas vacciné j’aurais des doutes sur sa nature ! Il est certain que nos ennemies doivent bien nous prendre pour des truffes ! C’est inadmissible ! » Il secoua la tête… un vaillant soldat Atlantes quoi ! « On n’a pas le temps de retirer tout le C4… il nous faut une équipe de démineur. Autant condamner les couloirs où il a posé ses charges avant qu’un autre civil paranoïaque vienne se faire sauter ! Un mort suffit… quant au lieutenant Ford vous comptez faire quoi ? » Lui avait quelques idées sympas notamment sur le site alpha…

Le major décroisa les bras et posa ses mains sur les hanches, pour le sort de Ford, il lui posait une colle pour le moment. Elle ne pouvait pas le punir comme ça, d'autant plus que sa participation à la traque était nécessaire.

« Pour le moment je vais me contenter de le surveiller de près. Je n'ai pas le temps pour gérer ça, la priorité reste d'éviter que ça se reproduise… Je vais lui demander de nous fournir la liste des lieux où le c4 est toujours posé. »

« Quand on aura dératisé la cité il répondra de ces actes et de cette mort tragique. D’ici là, je veux plus le voir avec un seul explosif dans les mains ! Sinon il finit derrière les barreaux. » Il soupira. Et en plus ils aidaient les morphéas à mettre le bordel… il allait macher pour rejoindre les autres quand il se retourna vers Frei la toisant étrangement. « Pourquoi un morphéa se planqueraient ? Leur but c’est de nous infiltrer… de nous ressembler pour ne pas attirer les soupçons… Vous êtes certaine de votre homme ? Vous avez vu la seringue dans son bras ? »

Karola fronça les sourcils l'espace d'un instant, le temps de bien comprendre où Nathan voulait en venir.

Avant qu’elle ne lui réponde, elle reçut un appel alarmant de la part d’une technicienne qui s’était certainement trouvée là à la réunion. Elle avait du mal à poser un visage sur son nom mais elle se souvenait avoir vu son nom sur la liste des personnes déclarées saines, aussi, elle savait qu’il ne s’agissait pas d’un faux appel. Il ne lui fallut qu’une demi-seconde pour lui répondre alors qu’elle échangeait un regard mi-inquiet, mi-méfiant avec le major Trudeau.

Une fois qu’elle ait eu donné l’autorisation à Nora de couper le réseau intranet, elle reporta son attention sur Nathan et se rapprocha un peu plus de lui et de lui répondre sur un ton ferme afin d'être la plus convaincante possible.

« C'est exactement ce qu'ils veulent de nous, major. Qu'on se mette à douter de tout et qu'on se tire ensuite dans les pattes. On est en train de leur faciliter le travail.» Elle fait une pause et poursuit. « Ford a fait une erreur regrettable, mais je suis persuadée que c'est plus par volonté de trop vouloir bien faire que parce qu'il est une copie maléfique de l'original. Ressaisissez-vous, ce n'est pas le moment de flancher.» Acheva t-elle en lui lançant un regarde entendu.

L’homme fronça les sourcils se demandant vraiment si elle n’allait pas protéger cet acte grave. « Si j’étais d’humeur à flancher je ne serais pas responsable d’un site, major. Je constate qu’un soldat à piéger la cité et que sa grave erreur a entrainé la mort d’un innocent. Et vu les conséquences de cet acte, il est légitime de penser qu’il y infiltration dans nos rangs de vaccinés. Les hautes sphères n’auront que faire de sa bonne volonté quand il y a un mort. Prenez-le en compte major. Votre homme s’il n’est pas morphéa va passer en cours martiale. » Il la toisa longuement lui rendant son regard. « Contacterez le, avant qu’on ait une autre surprise… » Il sortit sa tablette pour marquer les zones… Il fallait agir vite, l’explosion avait dû être entendue et les mouvements de panique pourrait enclancher d’autres effets indésirables. Du C4… le major n’en revenait pas. Il ne connaissait pas vraiment le Soldat Ford sauf dans les grandes lignes à cause de sa particularité, mais ce n’est pas par gaité de cœur qu’il le soupçonnait de n’être pas si saint que ça. Déjà qu’il avait un piratage en cours…

Les bras de nouveau croisés, Karola se fit violence pour rester de marbre devant son collègue d'alpha. Elle refusait de mettre de l'huile sur le feu et de rentrer dans le jeu de leurs ennemis qui pouvait s'exercer chez Trudeau.« Le nécessaire sera fait, vous pouvez me croire. » se contenta-t'elle de dire préférant mettre un terme à leurs petites messes basses avant que les choses s'enveniment et que les autres trouvent cela bizarre.

« Je n’en attends pas moins de vous major. » fit-l’homme qui se décala un peu regardant le couloir et l’équipe médicale qui venait d’arriver pour emballer le corps dans un sac prévu à cet effet. Il eut une petite moue désabusée… Il regarda Karola attendant qu’elle contacte son soldat afin qu’ils voient ensemble les zones à interdire.

Karola laissa passer les médecins et contacta immédiatement Ford, regrettant amèrement que l’atmosphère soit devenue si tendue entre elle et son collègue avec qui elle avait pourtant de très bons rapports.

//Lieutenant Ford, j'ai besoin de savoir rapidement où ont été placée les charges de C4.//

// Il y en a une dans le jardin botaniques dans le diffuseur d'eau au-dessus des fougères géantes ! Une autre dans la réserve de linge au-dessus de la porte dans la conduite de ventilation ! Une autre dans la salle de ciné au-dessus de l'écran dans le faux plafond ! Une dans la salles des générateurs sur la conduite d'air réfrigéré ! Et encore une autre sur les balcons au-dessus de la salle de commande dans un réduit d'outils d'entretien ! Les autres je les ai désamorcées !//

// Très bien, je vous remercie. Sachez que c'est l'une de vos charge qui a explosé et a provoqué la mort d'un scientifique. Nous en reparlerons. D'ici là, tenez-vous à carreaux. Frei, terminé. //

_________________



DC : Victoria Wilde
Rédaction en #LightPink
Revenir en haut Aller en bas
Dim 3 Juin - 21:43
avatar
√ Arrivée le : 01/07/2014
√ Messages : 450
√ Localisation : Canada


Dossier Top Secret
√ Age: 25
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Non
Voir le profil de l'utilisateur
Moment Fort 2 : Soupçons morbides
Karola Frei, Kalinda, Natasha Avalon, Cody Fuller, Eiko & Zelda
L’épileptique tout près de la réserve a été pris en charge. Les autres membres présents ont également été vaccinés. J'ai pris en note tous les noms des personnes qui se sont fait vacciner et ai donné la liste à Natasha. Les techniciens, biologistes et tout autre membre des corps technologique et scientifique ont eu un peu de difficulté à nous faire confiance. J'ai tenté d'expliquer la situation du mieux que j'ai pu sans révéler que nous sommes infiltrés par des Morphéas. J'ai essayé d'expliquer que le vaccin peut empêcher les gens d'être malades, sauf qu'étant super nul en médecine et en biologie, ben l'information a passé de travers. La bêtise passée, un des hommes a fini par me dire où celui que nous recherchons s'est dirigé. C'est peu, mais c'est une information intéressante.

N'ayant plus rien à faire ici, Natasha, le caporal White et moi partons vers la zone d'alimentation, les couloirs les plus bas de la tour. Ce n'est pas très complet comme réponse, mais au moins cela aide à réduire le périmètre de recherche. Apparemment, l'ami de notre cible a été Morphéa et est mort. J'ignore si notre cible l'a su. Si cela est le cas, peut-être qu'il a fui pour ne pas mourir de la même façon. Ou bien il est Morphéa et a pris peur ? Je l'ignore complètement. Il faut le retrouver et s'assurer qu'il n'est pas l'une de ces créatures.

Natasha se prend un truc à bouffer et je ne dis rien. Alors que nous marchons, la kiné nous fait part de quelques inquiétudes. Je me permets de penser tout haut.

« Penses-tu que notre cible est Morphéa ? Il a crié au complot... Il devait se douter que quelque chose se tramait. Il est possible qu'il ait prit peur et a décidé de fuir »

« Peut-être… difficile à dire sans vaccin » répondit la rouquine.

C'est alors qu'une explosion se fait entendre et me fait sursauter. Je préfère que ce soit un problème avec la technologie que nous utilisons sur la cité. C'est grave perdre notre technologie, mais au moins ce n'est pas une bombe. Les scènes sont horribles à regarder après une explosion. J'en ai vu pleins, mais à chaque fois, j'ai toujours eu de la difficulté à regarder. Grâce à son ouïe sensible, Zelda se dresse et tourne la tête en direction de la source de l'explosion. Ensuite, nous nous y rendons rapidement, guidé par la chienne. Après quelques tournants de couloir, nous arrivons devant une scène qui me donne envie de gerber.

Je regarde ailleurs et me retiens pour ne pas dégobiller. Je prends une profonde inspiration et lève les yeux.

« Qui a pu faire ça ? » demandé-je, plutôt à moi-même qu'à mes collègues présents.

Du sang. Du sang à grandeur. Il y a des organes, des membres et les fioles du vaccin avec les seringues éparpillés au sol. Et un corps. C'est un homme, son corps est détruit par l'explosion et la seule chose visible est sa veste Atlante l'identifiant au nom de « Barry Connor ». Il est pâle et se vide de son sang. Alors que je m'apprête à contacter la major Frei, Natasha le fait en premier, lui expliquant la situation et demandant une équipe médicale d'urgence. Sachant qu'il faut sécuriser la zone, j'emmène Zelda faire un tour des lieux. Rien. Est-ce possible que cela soit un coup monté de notre ennemi ou bien... un des nôtres ? Je ne veux pas penser à l'idée qu'un Atlante puisse faire ce genre de chose. Qui ferait ça ? Pas besoin d'être spécialiste en explosifs pour savoir qu'une bombe est extrêmement dangereuse.

Dix minutes après notre arrivée à moi et à Natasha, la major Frei, deux autres soldats et une femme arrivent. L'homme rend son dernier souffle. Quelle mort horrible ! Seul, sans soutien et à l'agonie. Je veux bien le couvrir d'une couverture, quelque chose, n'importe quoi, mais je n'ai rien sous la main. Il n'y a rien à dire sur ce que nous venons de voir. Un des hommes avec Karola vérifie le pouls de la victime, mais il n'y a rien. Il ne faut pas espérer avec ces blessures.

Un des hommes de Karola confirme le type d'explosif. Je lève les yeux et m'approche de la zone. En effet, c'est du C4. Ma gorge s'assèche et j'essaie d'avaler ma salive. La major demande de sécuriser le périmètre avec le caporal White et je lève les yeux vers elle, lui offrant un hochement de tête avec un « Bien reçu, major ». Nous allons effectuer un tour du périmètre, prenant bien soin de vérifier chaque recoin, chaque endroit où un explosif peut se trouver. Comme tout à l'heure, Zelda ne détecte rien. Celui qui a touché Barry doit être le seul du périmètre. Il doit sûrement y en avoir dans d'autres zones. Je n'ai pas le temps d'aller tout vérifier et désamorcer. Peut-être qu'une équipe complète de démineurs peut le faire, mais je doute qu'elle ait le temps de tout faire avant que quelqu'un d'autre se blesse. Mieux vaut fermer la zone.

Je reviens donc vers la major Frei et attend qu'elle termine avec un autre soldat avant de lui parler.

« La zone est sécurisée, major »
© Laueee


_________________

J'écris en #4B86B4


Revenir en haut Aller en bas
Mar 5 Juin - 15:12
avatar
√ Arrivée le : 30/01/2018
√ Messages : 70
√ Localisation : Atlantis


Dossier Top Secret
√ Age: 26 ans
√ Nationalité:
√ Gêne: Non
Voir le profil de l'utilisateur
    Kalinda se rendit également sur le lieu de l'explosion avec les autres. En arrivant, le décor n'était pas bien beau à voir. Tout d'abord, l'odeur la prit à la gorge, puis, une vision d'horreur s'offrit à elle. Il y avait du sang, des organes humains éparpillés ça et là à quelques mètres d'elle. Kalinda garda son calme mais détourna les yeux quand le militaire près de la victime leur signifia qu'il était mort. Elle laissa échapper un petit soupir. C'était un des leurs, cela signifiait que les Morphéas étaient passés à l'action. C'était donc surement la première victime d'une très longue série. Peut être avaient-ils déjà placé des explosifs un peu partout dans la Cité prêts à exploser dès qu'un malheureux s'en approcherait d'un peu très près.
    Rapidement le Major lui demanda d'éloigner les curieux qui pouvaient s'approcher. Kalinda hocha la tête et lui répondit :

      "Ok pas de problème j'y vais. "

    La jeune femme prit place au bout du couloir, non loin des autres et guetta l'arrivée éventuelle de curieux attirés par le bruit de l'explosion. Elle n'était pas mécontente de s'éloigner un peu du lieu de l'explosion, elle n'était pas sensible mais il n'y avait rien d'agréable à regarder un homme mort après s'être vidé de son sang. Le pauvre, il n'y avait pas mort plus horrible.

    Pour l'instant, il n'y avait personne mais rapidement, 2-3 courageux attirés par les bruits pointèrent le bout de leur nez. Kalinda leur expliqua qu'il valait mieux ne pas s'approcher. Elle répondit à leurs questions en les rassurant et leur conseilla tout de même d'être vigilant. A vrai dire, l'odeur de chaire brûlée sembla être plus dissuasive que ses paroles puisque même elle n'en savait pas plus. Elle observa de loin le Major échanger avec son acolyte.
    Quelques autres personnes arrivèrent. Tous voulaient savoir et étaient paniqués. Kalinda essaya de les raisonner. Non, il ne fallait pas aller voir, oui c'était dangereux et non elle n'en savait pas plus. Il fallait juste se fier à ce que leur disaient les militaires. Ils seraient plus en sécurité dans leurs quartiers que là, où une explosion venait d'avoir eu lieu. Les personnes finirent par quitter les lieux non sans avoir insister pour se rapprocher. Heureusement, Kalinda était assez dissuasive pour les en empêcher.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Mer 6 Juin - 1:18
avatar
√ Arrivée le : 11/11/2017
√ Messages : 93
√ Localisation : Atlantis


Dossier Top Secret
√ Age: 38 ans
√ Nationalité: Alien Alien
√ Gêne: ATA
Voir le profil de l'utilisateur
Alors que la réunion fut écourtée par une explosion, je me rendis sur place avec les autres afin de savoir ce qu’il se passait. Et la découverte plus ou moins macabre. Je fus stupéfaite et je ne m’attendais pas à ce que quelque chose comme ça soit découvert, et puis l’odeur me dégoûtait vraiment beaucoup ! J’avais des frissons ! Décidément, une explosion, et maintenant ça ? Je me demandais vraiment ce n’était pas normal !

Enfin, je me taisais. On vint nous apprendre que le sceintifique en question était mort depuis longtemps… par de l’explosif. Cette scène me laissait perplexe, cela voulait-t-il dire que l’ennemi avait commencé à bouger ? que le Morphéa était entré en action ? Je réfléchissais sur la situation tranquillement dans ma tête, n’exposant mon avis que si on me le demandait. Je me contentais d’hocher la tête lorsque Karola me fit signe d’aller aider kalinda pour éviter que les curieux n’approchent.

Si au début, tout fut calme, la tempête arriva bien assez vite ! Si au début ce fut deux trois courageux, une horde de gens s’amassa bien vite dans ce couloir, nous étions débordés ! Paniquées en plus, elles étaient quoi de plus normal, je tentais avec diplomatie de leur faire comprendre qu’ils ne pouvaient pas approcher tandis que Kalinda tentait de les raisonner. Mais à deux pour contenir tous ce beau monde, ce n’était pas une chose aisée. Si cela pouvait éviter que l’équipe soit des ennuis en prime, ce serait bien ! Pour l’instant, je ne pouvais rien faire d’autre pour aider.
Revenir en haut Aller en bas
Mer 6 Juin - 12:02
avatar
√ Arrivée le : 14/05/2018
√ Messages : 5
Voir le profil de l'utilisateur


Moment fort 2 : Une trahison de choc
Frei-Kalinda

« Plusieurs consignes en fin de document»



Kalinda s'est montrée convaincante en empêchant le monde d’affluer dans le couloir. La foule, se dispersait doucement, surtout après que l’équipe médicale soit repartie avec Jackson qui les escortaient. Durant ce temps Natasha et Cody partirent de leur côté, inspecter les générateurs. Quand à Eicko, elle fut envoyée par le major Frei aider cette pauvre Nora qui était coincée en salle des commandes. Il ne restait plus que les deux majors et la guerrière pégasienne.

« La zone est sécurisée ? Bien. », fit Trudeau en toisant la belle blonde quelques minutes pensif. Il n’y avait donc pas d’autres pains de C4 dans la zone, ce qui était une bonne nouvelle non ? Enfin dommage cela aurait fait le ménage ! En attendant, sur place, il y avait trois civile, la tête pensante de la chasse aux Morpheas et des militaires de seconde zone. N’était-ce pas le moment rêvé pour décapiter l’hydre Atlante ? Le CODIR était dans les vappes, et Ford s’était grillé tout seul comme un grand auprès des membres de l’expédition. Il serait toujours temps de transmettre sur les écrans un peu partout les petites pérégrinations nocturnes du lieutenant qui s’amusait à piéger différents endroits, jusqu’à la mort de Connor. Il perdrait ainsi toute crédibilité, et il serait assez simple de le faire passer pour un ennemi.

Ce fut à ce moment précis que le major Frei reçut une communication de la part de ces deux enquêteurs favoris. Le voix de RedBaby (Jimmy McArthy pour les non intimes) fit un rapport.
// Major, Ici McArthy, nous avons fouillé un peu l’infirmerie… on a retrouvé le Dr Dale Roy en piteux état, il était enfermé dans un placard, il est blessé et complètement incohérent… //
// Que vous a t-il dit ? //
// Plus de bague… plus de bague ! //
//Vous avez pu interroger ses collègues pour en savoir plus ? De quel type de blessures souffre t-il ? //
// Non, on l’a mit en sécurité dans une chambre. Il s'est fait transpercer la hanche par une sorte de pieux … //
// Faites surveiller sa chambre et essayez de savoir si le Dr était marié et si oui, regardez s'il porte toujours sa bague. C'est peut-être à ça qu'il faisait référence..//
// Le Dr n’est pas marié... //
// Je sais pas si c’est intéressant...Mais le Doc avait du rouge à lèvre sur la bouche… il est en état de choc et on l’a retrouvé en larmes et il semblait redouter quelque chose. Il est sédaté là… // ajouta Lawson
// Donc son agresseur est potentiellement une femme. Vous avez pu mettre la main sur l'objet qui l'a blessé ? //
// Oui sûrement…. c’est rouge en tout cas je vois pas un homme avec ça. Non aucune trace... //
// Je vous charge de mener l'enquête. Procurez vous le trombinoscope du personnel médical et montrez au Dr Dale les photos des femmes qui travaillent dans le service. Si l'une d'entre elles est l'agresseuse, il réagira certainement.//
// Bien major, mais je pense que le rouge à lèvre est au ... // le major Frei eut tout juste le temps de pousser un juron qu’elle se retrouva privée de sa radio par une main rude qui la lui arracha sans aucune douceur…

Ce fut à ce moment là, que les lumières du couloirs s’éteignirent en même temps… laissant les ampoules de sécurité en veille… le couloir fut baigné dans une lumière angoissante … de couleur rouge.

Le Caporal White se tourna vers Trudeau un peu surpris.
« Mais que faites ...SHPIAAAAAAKKK ». Il n’eut pas le temps de finir sa phrase qu’une giclée de sang macula le visage de l’allemande alors qu’une tentacule sortait de la bouche grande ouverte du Caporal White, le visage figé sur une expression de surprise sans douleur. Son corps ne tenait debout que par la présence de l’objet planté dans la base de sa nuque et qui ressortait par sa bouche… comme un pieux organique. Ses bras s’étaient déjà affaissés pour pendre mollement le long de son corps. Dans un gargouilli atroce, la tentacule s’extirpa doucement de la tête de White et avant qu’il ne tombe au sol, le corps fut projeter sur Karola.
Il ne restait juste la guerrière qui allait être plus redoutable… et elle… elle allait être son petit cadeau du soir !

Le visage de Trudeau se fendit soudainement en trois parties distinctes, révélant des morceaux de l’anatomie entière sans qu’il n’y ait d’écoulement de sang. Les dents, le palais, les parties les plus profondes de sa gorge, mettant à nu une part de ses cervicales et de ses os défaits. Des craquements horribles avec un bruit de déchirure de chair humaine s’accompagnait de la discordance de cordes vocales en réponse à ce juron inaudible.

Le corps de Trudeau se défaisait ainsi en kit, relié par des organes et des membres tout à fait différents, intérieurs, qui agençaient le tout en cette parfaite réplique. Le tissu déchiré de sa combinaison, par cette pression d’un corps cassé et déformé, fit jaillir deux nouvelles tentacules. L’une alla s’enrouler autour de la hanche de Kalinda, et commençait à la soulever.


--------

Consignes :

  • Vous avez jusqu’au 12 juin 20h
  • Il faudra surement rédiger via un Gdoc, puisque le morphéa va interagir directement avec vous !
  • Votre objectif : Neutraliser cette menace ( tuer le morphéa, c’est à vos risques et périls)
  • Un morphéa ne se tue pas facilement, comme vous avez pu le lire vous allez donc en chier et il faudra vous coordonner pour réussir tout cela. Surtout que vous n’avez pas d’arme il me semble bien ^^



(c) DΛNDELION


Personnages inclus dans cette partie :
Major Karola Frei- Kalinda - Natasha Avalon et 1ere classe Cody Fuller avec Zelda - Eicko Ash

PNJ à disposition :
Major Nathan Trudeau, Lieutenant Ash Jackson et Caporal Adrian White


Revenir en haut Aller en bas
Ven 8 Juin - 17:35
avatar
√ Arrivée le : 14/05/2015
√ Messages : 2406
√ Localisation : Atlantis


Dossier Top Secret
√ Age: 35 ans
√ Nationalité: Allemagne Allemagne
√ Gêne: ATA
Voir le profil de l'utilisateur

Leur équipe avait été divisée par trois, Karola avait donné l’autorisation à Eiko de venir en aide à une technicienne bloquée et Cody et Natasha, quant à eux, étaient partis inspecter la zone des générateurs. Ne restait donc plus qu’avec Karola, Kalinda, le major Trudeau et le caporal White. Elle essayait de mettre un peu d’ordre dans ses idées afin de mettre en place un plan quand elle fut contactée par le caporal McArthy et le sergent Lawson.

Tous deux avaient été chargés de mener une enquête concernant le vol des vaccins notamment à l’infirmerie. Ils s’y trouvaient actuellement et n’avaient pas eu de bonne nouvelle à annoncer à leur supérieure. Ça avait été tout le contraire. L’état dans lequel le docteur Roy était préoccupant et d’autant plus qu’il avait été trouvé à l’infirmerie. L’épicentre même de leur plan d’action contre les morphéas puisque c’est là que la vaccination avait eu lieu. S’il avait été attaqué sans même que personne ne s’en aperçoive c’était que la situation avait atteint des degrés de gravité extrême. Cela voulait surtout dire qu’au sein même de l’équipe médicale, l’ennemi avait pu s’infiltrer.

Elle donna rapidement des ordres à ses deux subordonnés afin de pouvoir réagir en conséquence après leur conversation mais avant même qu’ils n’aient eu le temps de la terminer, elle sentit qu’on lui arrachait son oreillette vivement. Le temps de faire volte-face, la zone se retrouva plongée dans une semi obscurité soudaine. Réflexe de militaire, Karola dégaina son 9 mm alors que devant elle, le caporal White poussa une exclamation qui se termina en espèce de cri guttural étouffé. Une espèce de déchirement indescriptible accompagna la giclée de sang que le major venait de recevoir sur le visage. Le liquide, chaud dégoulina dans son cou et elle sentit le goût du fer caractéristique imprégna ses lèvres. Elle s'essuya les yeux d’un revers de la manche pour enfin voir de quoi il en retournait et ne put qu’apercevoir le corps de ce pauvre Caporal traversé de part en part par quelque chose que Karola identifia comme un tentacule. Face à ce spectacle, elle pointa son arme devant elle afin de pouvoir se préparer à tirer sur ce qui avait bien pu faire ça. Un morphéa elle n’en doutait pas mais de là où elle était, le corps de White lui gâchait la vue. Il lui fallait changer de position mais avant qu’elle ait pu le faire, le tentacule se retira du corps de sa victime qui fut projeté avec force sur elle.

Le major Frei se retrouva au sol, le corps de White sur elle. Les choses étaient allés rapidement et si Karola ne reprenait pas très vite le contrôle de la situation, d’autres morts seraient à déplorer. Elle repoussa le cadavre sur le côté afin de se relever et c’est là qu’elle l’aperçut enfin. Son sang se glaça. Devant ses yeux, se tenait le major Trudeau, ou du moins ce qui en avait pris les traits. L’une des créatures dont était infestée la cité avait pris l’apparence du dirigeant d’Alpha ! A présent, son sang commençait à bouillir. Elle assista abasourdie à la transformation du monstre et même l’obscurité ne parvenait à cacher la laideur de la chose qui à présent tentait de s’en prendre à Kalinda, qui était encore indemne, pour le moment. Karola fronça les sourcils et se ressaisit, ça n’était pas le moment de s’apitoyer sur le sort. Elle se releva et repéra où son 9 mm était tombé lorsqu’elle-même avait été projetée au sol. Elle se jeta dessus et fit volte face pour tirer 3 coups dans le dos du morphéa.


Morphéa Trudeau


Le jour de la révélation était là… Il ne voulait même pas imaginer ce que devait penser à cet instant le major Frei en découvrant l’un des officiers avec qui elle entretenait de bons rapports amicaux. Un choc, un choc qui ne la rendrait que plus vindicative et donc qu’il ne perdrait pas son temps. il avait eu du mal à remonter jusqu’à Trudeau ! Après la rencontre avec l’équipe de Sheppard un mois avant, il avait fallu être discret et intelligent pour atteindre ce haut dirigeant militaire et garder la couverture. Le plus dur avait été de transporter le corps de la copie originelle jusqu’à Atlantis.

Ainsi, après avoir neutralisé l’autre sbirs et le major Frei, il était temps de s’occuper du petit casse-croûte magnifique ! La pauvre… comptait t’elle continuer à s'acharner avec sa petite machette pour le découper ? Cela le faisait rire d’un son plus du tout humain. Par contre, le coup répété, commençait à l’entailler légèrement et la douleur n’est pas quelque chose d’acceptable… alors il la resserra avec sa tentacule. Il n’avait pas copié un scientifique mais se demandait combien de temps un humain pour tenir avant d’exploser ?

Aïe ! La coupure fut un petit peu plus rude et il lui fit percuter le sol pour lui faire lâcher son arme. l’autre tentacule était en défense… le major s’était débarrassée de son petit copain… l’arme percuta le corps du morphéa qui se mit à pousser un horrible cris aigus similaire celui d’un insecte mi humain. Il balança le corps de Kalinda sur la source des tirs et il recula. La lumière faible pouvait laisser entrevoir les impacts… impacts qui se résorbaient déjà. La créature se mit à se déplacer dans les ombres, profitant de la faible lumière pour se cacher et disparaître dans le jeu de lumière… le cache cache allait commencer.

_________________



DC : Victoria Wilde
Rédaction en #LightPink
Revenir en haut Aller en bas
Ven 8 Juin - 17:41
avatar
√ Arrivée le : 14/05/2015
√ Messages : 2406
√ Localisation : Atlantis


Dossier Top Secret
√ Age: 35 ans
√ Nationalité: Allemagne Allemagne
√ Gêne: ATA
Voir le profil de l'utilisateur

Kalinda


Kalinda venait de repousser quelques curieux qui avaient voulu s'aventurer près de la scène de crime. Heureusement, elle avait été assez dissuasive pour qu'ils ne veuillent pas s'aventurer trop près et ils avaient vite rebroussé chemin. Elle les comprenaient. Tout ce qui se passait été effrayant, d'autant qu'ils ne savaient pas grand chose. L'inconnu faisait peur alors ils essayaient de se rassurer en venant chercher des explications. La jeune femme elle-même n'était pas bien rassurée. Qui pouvait savoir s'il n'y avait pas une autre charge explosive pas loin prête à leur exploser au visage ? Kalinda n'entendait plus de pas se dirigeant vers eux. L'explosion s'était produite il y a de longues minutes maintenant, et elle doutait que de nouveaux curieux fassent leur apparition. Elle décida donc de revenir sur ses pas et de voir ce qui se passait du côté des militaires. Peut être en savaient-ils plus sur l'origine de cette explosion. Plus elle se rapprochait et plus l'odeur de chaire brûlée était insupportable.

Alors qu'elle était à un mètre des militaires, les lumières s'éteignirent brusquement pour les plonger dans une lueur rougeâtre. Ok, là ça devenait franchement flippant... Kalinda ne s'arrêta pas de marcher pour autant mais prit garde à ne pas marcher sur un bout d'organe humain ou dans une flaque de sang. Elle demanda alors d’une voix impatiente :

    "Qu'est-ce qu'il se passe ici ?"


Le Major Frei était en train de parler dans sa radio quand le Major Trudeau la lui arracha des mains. Kalinda fronça les sourcils. Puis, tout s'enchaina très rapidement. La jeune femme recula sous l'effet de la surprise quand une tentacule sortit du corps de Trudeau pour transpercer la bouche de White. Elle regarda le corps de l'allemande prendre mollement avant d'être projetée sur le Major Frei. La Pégasienne sortit alors la machette qu'elle portait dans le dos et assista interdite à l'horrible transformation du lieutenant. Beurk c'était donc ça un Morphéa ?

Kalinda se mit à reculer tandis qu'une des tentacules sortit du corps du major et s'avança dans sa direction. Elle essaya de la couper avec sa machette mais autant brasser de l'air, chaque coup porté ne semblait avoir aucune conséquence. La tentacule était costaud et elle s'enroula autour de sa hanche pour la soulever de terre. Kalinda laissa échapper un petit grognement tandis que la tentacule resserrait son emprise. Alors elle allait finir comme ça, coupée en deux ?

Kalinda souleva sa machette à deux mains et l'enfonça dans la tentacule. Il ne se passa strictement rien hormis un bruit ressemblant à du caoutchouc. Elle recommença plusieurs fois, s'obstinant, ne voulant pas finir broyée. Elle sentait ses pieds s'engourdir au fur et à mesure que le Morphéa resserrer sa prise.

Karola Frei


Les coups de feu n’eurent qu’un effet minime, bien en deçà de ce qu’elle espérait mais après avoir lu le rapport sur les morphéas et tout en sachant qu’elle avait à faire à des créatures d’une reine intelligente, elle devait se douter que cela ne serait pas si facile. Pas blessée pour un sou, la créature réagit en envoyant valdinguer Kalinda comme un vulgaire ballon en direction de Karola. Cette fois-ci, la militaire ne se laissa pas prise de cours et sans chercher à fuir pour laisser la pégasienne s’écraser lourdement sur le sol, elle essaya de la réceptionner pour lui éviter une mauvaise chute. Elle l’aida à se redresser puis se rendit compte que le morphéa avait disparu de leur champ de vision.

Mécontente de cet état de fait, elle resserra sa prise sur son 9mm. Elle se sentait toujours en colère, d’une part qu’une personne d’aussi haut placée dans la hiérarchie soit des leurs même si ça n’avait au fond rien d’étonnant et surtout, qu’elle n’ait pas eu la puce à l’oreille avant. Même en sachant que ça n’était pas le dirigeant d’alpha qu’elle avait pu côtoyer ces dernières heures, elle ne pouvait s’empêcher de se sentir trahi. Cela prouvait à quel point les capacités d’adaptation et de copie des créatures étaient poussées. Le choix du major Trudeau était des plus astucieux et ne présageait rien de bon en ce qui concernait les autres victimes.

Toujours sans nouvelle de leur ennemi, Karola se rapprocha de Kalinda et lui chuchota :
Il faut que l’on reste groupées et que nous l’attaquions ensemble. On ne partira pas d’ici avant de l’avoir mis hors d’état de nuire soit en le tuant, soit en l’emprisonnant. Vous vous sentez prête ? »

Malgré la question, le major ne lui donnait pas vraiment le choix, elle n’avait jamais vraiment eu l’occasion de côtoyer la pégasienne mais n’ignorait pas qu’elle était une guerrière. Le morphéa en savait trop et en avait trop fait pour qu’on lui laisse une chance de s’échapper. Elle ignorait s’ils avaient adopté entre eux une espèce de hiérarchie et si le fait que Trudeau ait été copié fasse en quelque sorte de son usurpateur l’un des chefs. Mais si c’était le cas, s’en débarrasser serait leur porter un sérieux coup et avec un peu de chance elles découvriraient leur point faible. Consciente que c’était surtout la colère qui parlait et que cela pourrait la desservir, Karola inspira et expira un grand coup afin d’évacuer toutes ses ondes négatives et de se préparer au combat.

Hé bien ça y’est ? Tu n’as déjà plus envie de jouer avec nous ? Deux femmes te font-elles aussi peur ? » s’exclama Karola d’une voix suffisamment audible, par pure provocation afin d’inciter la chose à se montrer.


Il eut un ricanement dans les ombres, mais difficile de savoir où, la chose semblait se placer trop vite.
« Ce n’est pas parce que j’ai pris un mâle que j’ai peur des femelles. C’est marrant les mâles, ils sont plus fort et ils ont des choses en plus… d’autres sentiments et celui-ci… il est intéressant, si jovial si gentil, jamais il se plaint et il aime tout le monde… voir même un peu trop les choses ! Très facile à s’intégrer ce brave petit cœur ! ça va me fendre le miens quand tu n’auras plus ta belle tête ! » sur ces mots une liane fondit en directe de la tête de Karola, sortant des ombres !

La militaire espérait pouvoir repérer le morphéa à l’aide de sa voix mais les sources de son provenaient de différents endroits, signe qu’il se déplaçait. Elle regretta un instant de ne pas avoir son P90 et sa lampe torche avec elle. Sans lumière, il était difficile de la situer facilement. Elle ne prêta guère attention aux sens des paroles prononcées, ne préférant pas trop savoir ce qu’il sous entendait par là, et encore moins l’entendre salir la réputation du chef d’alpha. Elle tourna la tête à gauche et à droite pour essayer de percevoir le moindre signe de sa présence mais la chose semblait se mouvoir avec grande discrétion. Il fallait aussi dire que sa voix couvrait très certainement le bruit de ses mouvements. D’ailleurs, étant donné son allure et sa constitution, les morphéas lui faisait penser à des araignées anthropomorphes. Ils pouvaient très certainement se déplacer sur tous les plans, aussi bien sur terre que dans les airs. A ce propos, le major leva la tête pour observer le plafond, plongé dans l’obscurité, hormis les halos de lumière produits par les signaux d’évacuation.

Mais trop tard, quelque chose qui fendait les airs en sifflant arriva sur elle si vite qu’elle eut tout juste le temps de se jeter à terre pour l’éviter. Une fois au sol, elle pivota sur le dos rapidement pour tirer en direction de la source de l’attaque, les bras et son arme tendus devant elle.
Spoiler:
 

Elle entendit ce nouveau cri strident et si désagréable aux oreilles… la créature avait été touchée une nouvelle fois. Et cela semblait la faire rire, une fois qu’elle ait déverser sa douleur. « Pitoyable ! » conclut-elle alors qu’elle relançait une attaque plus frontale avec un tentacule qui filait droit sur la hanche de Frei, frôlant Kalinda au passage.


_________________



DC : Victoria Wilde
Rédaction en #LightPink
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 14 Juin - 21:34
avatar
√ Arrivée le : 14/05/2015
√ Messages : 2406
√ Localisation : Atlantis


Dossier Top Secret
√ Age: 35 ans
√ Nationalité: Allemagne Allemagne
√ Gêne: ATA
Voir le profil de l'utilisateur

Kalinda


Apparemment, la bête n'était pas insensible à la douleur puisqu'à un moment donné, la créature réagit à un énième coup de machette en lui faisant percuter le sol pour qu'elle lâche son arme. Il en fallait un peu plus pour que cela se produise, Kalinda tenait férocement sa machette et s'acharna d'autant plus sur la tentacule qui l'emprisonnait. Elle savait que c'était probablement sa seule chance de survie. Soudain, elle entendit des coups de feu et en redressant la tête, elle vit que le Major Frei s'était redressée et était en train de tirer sur la bête. Le Morphéa poussa un horrible cri et balança la jeune pégasienne sur Karola. La militaire l'aida à se redresser et elles virent que la bête avait disparu. Le major lui dit alors qu'elles devaient rester groupées et l'attaquer ensemble. Kalinda hocha la tête et se pencha pour ramasser l'arme du militaire tué. Elle ne lui serait plus d'aucune utilitée maintenant et même si Kalinda ne savait pas se servir d'une arme, elle pouvait toujours espérer tirer et par chance atteindre le corps du Morphéa ou au pire donner l'arme au major si elle manquait de balles.

    "Oui prête."


Inutile de faire de longs discours dans pareil situation. Kalinda était prête au combat. Par contre, quelque chose la tracassait et elle ne put s'empêcher de souffler sa question à Karola. Cette dernière était une militaire haut placé et devait donc en savoir un peu plus qu'elle.

    "Les militaires présents ici n'étaient pas censés être vaccinés ? Et si c'est le cas, on ne peut avoir confiance en personne désormais."


Kalinda avait dit cette dernière phrase d'un ton agacé. Elle était agacée de la tournure que prenait cette situation et encore plus agacée de savoir que les Wraiths étaient derrière tout ça.
Karola s'adressa alors au Morphéa. Elle utilisait la provocation pour forcer le Morphéa à dévoiler sa cachette. L'effet espéré fut à moitié réussi puisqu'en effet, il lui répondit mais pour autant, il leur fut impossible de le situer. Une tentacule fonça alors sur la tête du Major. Kalinda essaya de la toucher avec sa machette mais elle ne fut pas assez rapide. Une tentacule s'en prit encore au major qui se jeta à terre et lui tira 4 balles dessus provoquant un hurlement puis des rires de la part du Morphéa. Kalinda répondit à la créature qui venait de leur lancer un "Pitoyable" :

    "C'est toi qui est pitoyable. Nous attaquer de ta cachette est bien bas. Viens donc combattre en face à face !"


Quand une nouvelle tentacule fondit sur la militaire en frôlant Kalinda au passage, celle-ci réagit aussitôt et réussit à l'entailler sévèrement. Elle aida le major à se redresser en lui disant :

    "Ma machette ne lui fait quasiment rien et les balles ne semblent pas assez puissantes. Il faut qu'on trouve autre chose."


Kalinda observa ce que contenant le couloir autour d'elle. Il n'y avait rien hormis un extincteur, le corps sans vie de la militaire et d'autres trucs qui lui semblaient inutiles. Elle dit alors tout bas d'un ton haineux :

    "Il faudrait le faire brûler. Il est sensible à la douleur, un beau feu de joie, ça lui ferait le plus grand bien."


Le cerveau de Kalinda tournait à mille à l'heure pour trouver une solution. Elle restait prêt de la militaire. Ensemble, elles étaient plus fortes et séparées, elles constituaient des proies plus faciles à abattre.

Le morphéa hurla une nouvelle fois au coup de machette qui avait entaillée un peu plus profondément, il faudrait maintenir ce membre pour lui couper… de toute manière il se régénérait aussi vite qu’un Wraith, petit cadeau de maman Medy !
« C’est bien un propos de faible ça ! » ajouta la créature toujours aussi provocante qui décidait d’envoyer ses deux tentacules sur les deux jeunes femmes ! Elles semblaient venir du plafond.

Karola Frei


Remerciant d’un signe de la tête la pégasienne, la militaire se releva rapidement, à l’affût d’une nouvelle attaque. Karola était tout à fait d’accord avec Kalinda, si des balles ou des coups de machette ne suffisaient pas, il faudrait trouver quelque chose de plus grande envergure. L’idée du feu n’était pas mauvaise mais elles n’avaient absolument aucun moyen d’en produire. La cité n’était pas construite en bois et le major n’avait pas d’allumettes ou de briquet sur elle.

« Malheureusement nous n’avons rien pour ça… » souffla-t-elle à son interlocutrice.

Il fallait trouver une alternative et vite ! Le morphéa semblait s’amuser et surtout, leur faisait perdre du temps. Ainsi, il était évident qu’il en faisait gagner à ses petits camarades. Une idée inspirée de celle de Kalinda émergea dans son esprit mais pour l’instant elle était difficilement réalisable. Il leur faudrait auparavant s’assurer que la créature soit suffisamment ralentie pour la mettre en oeuvre.

Même si elle essayait de se raisonner et de se convaincre de rester calme, cela commençait à devenir compliqué pour Karola qui avait la désagréable impression que les choses commençaient à être hors de contrôle. Pour une personne qui était caractérisée par sa psychorigidité c’était certainement la pire des choses qu’il pouvait arriver.

En attendant, leur ennemi avait toujours le dessus sur elle, même s’il était clair qu’elles lui faisaient mal lorsque que les balles ou la lame de la machette venaient meurtrir son corps. Mais en tant que créature à moitié Wraith elle se régénérait très rapidement. Karola se demandait si toutefois cette capacité ne venait pas à faiblir à force de blessures tout comme les Wraiths originaux. D’ailleurs, elle trouvait ses tentacules bien pratiques pour éloigner toute menace d’une trop grande proximité avec le corps du morphéa. Elles étaient à la fois un moyen d’attaque mais aussi de défense. Elles l’empêchaient par conséquent de pouvoir porter des coups directement ou bien de tirer avec précision dans ses organes vitaux.

Le rapport qui avait été établi concernant l’anatomie et le fonctionnement de ces morphéas de guerre ne faisaient pas mention avec détails de leurs éventuelles faiblesses, car de fait, elles n’avaient pas été encore étudiées de près par les atlantes et surtout, les créatures de base étaient déjà quasiment invincibles. Cependant, Karola ne doutait pas qu’elles aient des points faibles, ces cris que la créature poussait lorsqu’on lui faisait mal constituaient une piste à exploiter. Et puis après tout, elle était déjà parvenue à éliminer des originels coriaces, avec beaucoup de mal certes, mais celui lui permettait de rester optimiste quant à leurs chances de succès.

Forte de l’avantage certain qu’il avait sur les deux humaines, le morphéa se lança dans une nouvelle provocation. Karola y resta insensible tant elle était concentrée sur une stratégie pour le stopper. Après toute cette réflexion au sujet des tentacules, elle en vint à la conclusion suivante : elles avaient besoin d’approcher la créature afin de pouvoir la blesser de manière plus efficace. Pour ça, rien de mieux que de se laisser tomber entre ses griffes. Il lui fallait à présent transmettre l’information à Kalinda.

A nouveau les deux appendices étaient lancés en leur direction. Karola fonça sur Kalinda et l’attrapa par le bras d’une part pour y échapper mais aussi pour en profiter pour piquer un sprint sur quelques mètres en direction d’un téléporteur afin de se réfugier à l’écart tout en songeant que pour le coup, elle ne l’avait pas volé cette médaille à l’épreuve de 1500 mètres dans sa jeunesse.

« Il faut la laisser nous attraper pour l’attaquer en même temps et l’empêcher de se régénérer rapidement. Continuez d’utiliser la machette sur son tentacule, je m’occupe de lui tirer dessus. » chuchota-t-elle à l’intention de la pégasienne alors qu’elle ralentissait. Son débit de paroles avait été rapide et elle espérait avoir été assez claire. Sur ce, elle fit volte face et se prépara pour la suite en tenant fermement son 9mm dans sa main.



_________________



DC : Victoria Wilde
Rédaction en #LightPink
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 14 Juin - 21:39
avatar
√ Arrivée le : 14/05/2015
√ Messages : 2406
√ Localisation : Atlantis


Dossier Top Secret
√ Age: 35 ans
√ Nationalité: Allemagne Allemagne
√ Gêne: ATA
Voir le profil de l'utilisateur

Kalinda


Quand le Morphea lança deux tentacules dans leur direction, Karola attrapa Kalinda par le bras et lui signifia qu'il était temps de courir. Elle la suivit sans hésiter. Dans ce genre de situation, mieux valait ne pas trop réfléchir et se faire confiance. Par chance elle était en très bonne condition physique et n'eut aucun mal à suivre le Major. Cette dernière lui dit alors d'une voix rapide qu'elles devaient se faire attraper en même temps pour l'attaquer simultanément. Kalinda secoua la tête et lui répondit :

    "Inutile de prendre le risque qu'il nous attrape toutes les deux.. Ses tentacules sont trop puissantes pour qu'on puisse se défendre utilement."


Kalinda avait cru être coupée en deux quand le Morphea l'avait attrapée dans ses tentacules et ses forces s'en étaient donc forcément retrouvées diminuées. Elle s'arrêta avant de continuer d'un ton tout aussi empressé :

    "Ma machette ne peut rien contre lui il se régénère trop rapidement mais si je parviens à le distraire en le laissant m'attraper, alors vous pourrez vous approcher suffisamment de lui pour vider votre arme et l'atteindre au coeur.. à supposer qu'il en ait un..."


Karola avait eu une très bonne idée. Il fallait détourner son attention pour mieux l'attaquer. La jeune pegasienne sortit alors l'arme de la militaire allemande qu'elle avait récupérée près de son corps et la tendit au major.

    "Ça vous sera utile..."


Kalinda espérait vraiment que le Morphea n'était pas suffisamment résistant pour résister à deux chargeurs de balles plus quelques coups de machette dans les tentacules.

    "Si vous restez ici, je peux courir vers la porte au fond du couloir pour lui faire croire que je veux fuire. En théorie il ne peut pas regarder deux endroits opposés à la fois et ça vous laissera le temps de vous approcher de dos...?"


Kalinda attendit sa réponse. Elle ne ferait rien sans l'avis du major, totalement conscience que cette dernière avait beaucoup plus d'expérience dans ce genre de situations et dans la connaissance de leur ennemi commun

Karola Frei


Karola accepta volontiers l’arme que Kalinda lui tendait alors qu'elle finissait de reprendre son souffle. Ca lui faisait des munitions en plus à utiliser contre le morphéa. Pour le reste, elle hésitait encore sur la démarche à suivre mais l’heure n’était plus à la réflexion. Elle avisa la guerrière pégasienne d’un regard assuré puis fouilla au niveau de sa ceinture pour sortir de son étui son couteau de combat et le lui tendre afin de faire échange avec l’arme à feu qu’elle lui avait donné.

« Très bien allez-y et prenez ça avec vous. »

Mieux valait être doublement équipé pour faire face à toutes les éventualités. Karola ne connaissait pas bien les compétences de Kalinda en ce qui concernait le combat mais elle lui faisait confiance. Elle accrocha l’arme de White à son gilet tactique et retira le cran de sûreté de son 9mm pour se tenir prête à tirer lorsque le moment serait venu. Il ne restait plus qu’à attendre que leur proie morde à l’hameçon et si ça n’était pas le cas, heureusement, leur plan pourrait toujours fonctionner. Elle laissa Kalinda se jeter dans la gueule du loup pendant qu’elle restait sagement en retrait.

Dans cette ambiance un peu angoissante, elle vit un signal lumineux attirer son regard au sol. Il provenait de son oreillette et signalait que quelqu’un était en train de prendre contact avec elle. Elle se baissa pour attraper le communicateur qui lui avait été arraché un peu plus tôt par le faux Trudeau. C’était Natasha qui lui annonçait des nouvelles de sa situation et de celles des victimes. Pressée par l’urgence de la situation Karola lui répondit du tac-o-tac afin de lui communiquer le nom de deux soldats sûrs qu’elle pouvait prendre avec elle.


// Ici Natasha Avalon. Emeryan vient de me révéler la position de plusieurs victimes kidnappées par les morphéas. Elles sont au nombre de quatre et toujours vivantes et les morpheas retournent les voir à intervalle régulier. Un homme et trois femmes. J’ai besoin d’une équipe militaire et de soignants pour aller au laboratoire d’Elijah et sauver les victimes. Avalon, terminé.//

Et quelques secondes après, c’est la voix de Ford qui résonna à son oreille.

// Ford à infirmerie ! On arrive ! Major Frei ! Galza et Wayatt sont partis chercher le Docteur Ayoun ! McCoy reste ici avec le CODIR, elle aura besoin de renfort ! Wayatt ! Galza ! Faites attention à vous ! J'veux pas d'morts dans mon équipe ! Ford terminé !//

Elle pinça les lèvres, ne comprenant pas bien ce qui était en train de se passer, avec le combat précédent contre le morphéa et le fait qu’elle n’ait pas son oreillette avec elle lui avait sans doute fait manquer de nombreuses informations essentielles sur ce qui se passait ailleurs sur la cité. Elle décida de ne pas répondre au Lieutenant, songeant qu’il était déjà bien occupé, tout comme elle qui était bien décidée à éliminer la menace du faux Trudeau avec Kalinda afin qu’elles puissent venir en aide à leurs camarades.

_________________



DC : Victoria Wilde
Rédaction en #LightPink
Revenir en haut Aller en bas
Sam 16 Juin - 14:31
avatar
√ Arrivée le : 14/05/2015
√ Messages : 2406
√ Localisation : Atlantis


Dossier Top Secret
√ Age: 35 ans
√ Nationalité: Allemagne Allemagne
√ Gêne: ATA
Voir le profil de l'utilisateur
Morphéa Trudeau


La créature était au plafond, et elle ramena ses tentacules à elle quand elle vit les deux femmes piquer un sprint vers le fond du couloir. Elles ne s’échapperaient pas… Ou peut-être que si. Après tout, le téléporteur devait fonctionner dans cette partie là de la cité. Comptaient-elles l’emprunter ? C’était possible, comme ça ne l’était pas. Dans le doute, le Morphea trottina au plafond, utilisant ses quatre membres pour se maintenir en l’air, les tentacules flottantes tranquillement autour de son corps, comme deux appendices de mante religieuse prête à frapper. Ça tenait conciliabule là-bas, et le temps pour la créature de réfléchir si elle devait les torturer pour le fun et faire peur aux autres Atlantes, ou si elle devait d’abord en éliminer une par une sans jeu, elle vit Kalinda repartir dans le sens opposé.

La jeune femme put sentir dans son dos le souffle des tentacules qui ne l’atteignirent pas. Elles frappèrent le sol de leur pointe, s’enfonçant de quelques centimètres à peine dans la dalle. L’espace d’une ou deux secondes plus tard, un nouveau fracas venait percuter le sol derrière elle. Manifestement, le Morphea essayait de l’embrocher depuis le plafond… Ou bien s’amusait-il à la faire courir de plus en plus vite… Cette fois les tentacules restèrent plantés dans le sol et par ce biais, le faux Trudeau redescendit du plafond d’une façon svelte en s’aidant de ses appendices. Il reprenait petit à petit forme humaine, si on laissait de côté ses membres meurtriers en plus.

« Diviser pour mieux régner. Intéressant. », argua-t-il plus provocant que jamais. Il n’empêche que c’était un problème. La tête pensante était Karola, pas l’autre pimbêche. Si celle-là voulait fuir, et bien soit. Les opérations étaient menées par l’allemande, et sans elle, la lutte contre les siens s’effondrait. Il se tourna donc dans la direction de l’officier.

Les deux tentacules se placèrent de part et d’autre de sa tête, les pointes effilées vers la militaire. Et il commença à avancer doucement.

« Major Frei. J’ai beaucoup d’estime pour vous. Il serait plus raisonnable de vous laisser faire. Moi… enfin, mon moi profond, apprécie votre professionnalisme, laissez-moi prendre possession de vous, ce serait du gâchis de vous tuer. »



Karola Frei


La crosse du 9mm fermement maintenue entre ses deux mains et prête à tirer, Karola attendit que la distraction créée par Kalinda fasse son petit effet. De là où elle était, elle distinguait mal ce qui se trouvait à plus de 10 mètres d’elle, elle dut alors avancer de quelques pas pour espérer voir et entendre.

Son regard balayait soigneusement son environnement, à gauche, à droite et surtout en haut. Se déplacer en hauteur conférait un certain avantage au morphéa dont elle savait qu’il ne se priverait pas d’user.

Avançant prudemment et au détour d’un angle, elle se stoppa net et braqua l’arme devant elle lorsqu’elle entendit que quelque chose heurtait le sol à quelques mètres devant elle. Le morphéa venait de passer à l’attaque et Karola s’abstint de réagir pour le moment préférant garder ses balles pour une situation bien plus propice. La voix qui s’éleva dans les airs lui permit de repérer la position de la créature qui avait deviné un peu trop facilement à son goût leur tactique.

Karola dirigea le canon de son 9mm vers elle et vit la forme se détacher du plafond pour atterrir assez facilement sur le sol. La silhouette se redressa et commença à reprendre forme humaine avant de se tourner vers le major qui, par reflexe, commença à reculer prudemment pour garder une distance de sécurité entre eux. Le morphéa Trudeau se mit à marcher en sa direction tout en s’adressant à elle. Les bras tendus devant elle, Karola l’écouta exprimer son soi-disant respect pour elle tout en lui enjoignant de se laisser faire. La jeune femme fronça les sourcils, perplexe face à cette demande à laquelle elle n’avait absolument pas l’intention de donner une suite favorable. S’il croyait la flatter en la brossant dans le sens du poil, c’était très loin d’être gagné.. D”ailleurs, il était bien naïf de croire qu’elle accepterait une telle chose sans rien faire.

« Si vous reconnaissez mon professionnalisme, alors vous savez que je ne ferais jamais une chose pareille. »

Continuant de reculer, elle se retrouva bientôt acculée contre un mur alors que la créature se rapprochait d’elle, ses appendices dirigées en sa direction. Aussitôt elle réajusta la position de ses bras et pointa l’arme devant elle et mettant en œuvre les conseils et enseignements que le sergent McPherson avait pu lui donner lors de leurs cours de tir. Elle visa du mieux qu’elle put en direction de la tête du morphéa et tira une fois, puis une deuxième en se convaincant qu’elle ne tirait pas sur le major Trudeau mais bien sur un usurpateur.

Morphéa Trudeau


Le coup de feu empêcha l’usurpateur de répondre quoique ce fut à la Major. La balle percuta son front, le perforant de part en part. La seconde balle vint le chercher un peu au dessus de la mâchoire, juste sous la narine droite, rentrant dans la chair comme dans du beurre pour ressortir par l’arrière du crâne en en emportant une grosse partie en prime. Les tentacules chancelèrent et le Morphea s’en servit pour ne pas chuter, tandis que déjà, son crâne commençait à se recomposer. Il ne garda qu’un appui sur l’une de ses tentacules, et il projeta la seconde vers Karola à une vitesse incroyable. L’allemande pu sentir le souffle de l’appendice qui lui emporta l’étoffe de son uniforme au niveau de son épaule gauche et vint se ficher dans le mur située derrière elle.

Une fine griffe se dessina au niveau du moelleux de la chair de la main, juste au dessus du pouce, dans l’alignement de son arme de poing. La coupure était nette et peu profonde, mais elle commença à saigner. Une sensation chaude au niveau de l’épaule lui indiqua que la tentacule n’avait pas qu’enlevé de l'étoffe, mais qu’elle l’avait coupée également. Pareillement, c’était plus que superficielle. L’avait-il manqué à dessein ? Ou commençait-il à accuser le coup des multiples blessures qu’il devait gérer. Quoiqu’il en soit, des tressautements de la tentacule indiquaient qu’il tentait de la retirer du mur et qu’elle était plus enfoncée que prévu.

La créature poussa un hurlement alors que son visage était en train de reprendre les traits parfaits de Trudeau, et déjà, elle armait son second appendice…

_________________



DC : Victoria Wilde
Rédaction en #LightPink
Revenir en haut Aller en bas
Sam 16 Juin - 22:20
avatar
√ Arrivée le : 14/05/2015
√ Messages : 2406
√ Localisation : Atlantis


Dossier Top Secret
√ Age: 35 ans
√ Nationalité: Allemagne Allemagne
√ Gêne: ATA
Voir le profil de l'utilisateur
Kalinda


Lorsque Kalinda eut le feu vert de Karola, elle prit le couteau qu'elle lui tendait et se mit à courir dans la direction opposée comme si elle cherchait à fuir en laissant la militaire derrière elle. La jeune pegasienne espérait que le Morphea la suivrait et qu'il tomberait dans leur piege. Elles n'avaient que peu d'option face à elles pour vaincre ce monstre.

Après quelques minutes de course, elle se retourna et attendit, haletante. Elle était aux aguets, attentive comme une proie qui se sait guettée. De longues secondes s'écoulèrent sans qu'aucun mouvement ne se fasse nul part, ni devant elle, ni au plafond. Son plan n'avait pas marché. Elle jura et se maudit. Le morphéa ne l'avait pas suivi et pire, elle avait laissé Karola seule avec la bête. Aussitôt, la jeune femme rebroussa chemin le plus rapidement possible, craignant de retrouver la militaire en mauvaise posture ou pire en pièces détachées. Kalinda ne tarda pas à revoir la militaire quelques mètres devant elle. Karola semblait intacte. Le morphéa avait repris forme humaine et ils semblaient échanger un dialogue. Prudente, Kalinda s'avança, la machette de coté, prête à frapper. Le morphéa ne semblait pas se méfier. Il était concentré sur Karola. Les tentacules du Morphéa s'agitaient autour de la tête de la militaire. La jeune pegasienne s'arreta tandis que la militaire tirait sur la créature.

Ce fut a ce moment la que la jeune femme passa a l'action elle aussi. Avec un hurlement, Kalinda enfonça de toutes ses forces sa machette dans le coeur du Morphéa ou du moins a l'emplacement que devrait etre celui de Trudeau. Elle ne retira pas la machette pour éviter que le Morphea ne puisse se régénérer.
Kalinda se recula alors pour que Karola puisse lui donner le coup de grâce à l'aide de son arme.

Morphéa Trudeau


Le Morphea ne l’avait pas entendu revenir. Il pensait vraiment qu’elle s’était sauvée pour aller chercher du renfort et il pensait en terminer avec le Major assez rapidement. Cela dit, les deux balles lui avaient fait plus de dégâts qu’il ne le pensait. Il commençait à peiner à se régénérer comme il le fallait, et en plus de ça, il avait raté l’allemande qu’il comptait embrocher pour la forme puisqu’il n’était plus question de jouer, sinon il allait perdre.

Il sentit la lame pénétrer ses chairs. Sous forme humaine, Kalinda n’eut pas trop de difficulté à viser l’endroit du coeur. La lame ripa sur le bas de l'omoplate et dévia légèrement, mais de gros dégâts furent fait. La créature poussa un nouveau hurlement, et la deuxième tentacule qu’il comptait envoyer sur le Major vint percuter de plein fouet le visage de la pégasienne. Heureusement pour elle, la partie qui la frappa n’était pas l’extrémité avec son appendice tranchant, mais le corps même de cette liane organique, et cela la fouetta plus qu’autre chose en lui écrasant le nez au passage.

Il profita de l’élan employé à virer la blonde dans son dos pour relancer cette arme vers Karola, comme un formidable coup de poing armé loin derrière la tête, et qu’on voyait arriver à des kilomètres. Avec sa science du combat au corps à corps, il y avait peu de chance que l’allemande ne se fasse embrocher. La lance organique fusa en sifflant dans l’air en direction du cou de Frei. Plus question de faire de chichi maintenant… La machette le gênait énormément et une partie de son visage ne s’était pas encore totalement recomposée, signe que les forces vitales de la créatures étaient en train de la lâcher. D’ailleurs, il recommençait à muter pour reprendre sa forme horrible. Il considérait avoir plus de chance de s’en sortir en repassant sur quatre pattes.

_________________



DC : Victoria Wilde
Rédaction en #LightPink
Revenir en haut Aller en bas
Sam 16 Juin - 22:21
avatar
√ Arrivée le : 14/05/2015
√ Messages : 2406
√ Localisation : Atlantis


Dossier Top Secret
√ Age: 35 ans
√ Nationalité: Allemagne Allemagne
√ Gêne: ATA
Voir le profil de l'utilisateur
Karola Frei


La réaction de la créature ne se fit pas attendre, d’abord concernant le choc des balles reçues dans sa chair. Le cri perçant qu’elle jeta ne laissait aucun doute sur la douleur provoquée de même que les dégâts provoqués par l’impact avaient salement amoché son crâne. Karola réprima une grimace de dégoût face à ce spectacle, d’autant plus que le morphéa répliqua en conséquence en lui envoyant l’un de ses tentacules. N’ayant pas vraiment d’échappatoires autre que de se dégager sur le côté, la militaire se retrouva à deux doigts de se retrouver embrochée contre le mur. L’appendice était arrivé si vite et avait été lancé si fort, que Karola tituba légèrement sur le côté avant de sentir une décharge de douleur brûlante lui parcourir le bras jusqu’à l’épaule. Un coup d’œil lui fit prendre conscience qu’elle avait été touchée par les griffes de la créature qui était à présent coincée dans la paroi murale.

Karola se redressa en grimaçant, malgré la douleur lancinante et le sang qui commençait à s’écouler, ça n’était pas le moment de se laisser aller. C’était une occasion en or pour porter le coup fatal au morphéa. Il se trouvait toujours face à elle et elle voyait le visage de Trudeau déformé par cette contrariété qui l’empêchait d’attaquer à sa guise. Alors qu’elle s’apprêtait à frapper à nouveau et que Karola de son côté réarmait son arme pour tirer ( 8 balles), le morphéa poussa un nouveau cri déchirant. Un spasme fit vibrer son corps et comme il pivota pour envoyer son tentacule dans une autre direction, elle découvrit que l’origine de cette réaction n’était autre Kalinda qui était revenue à la charge avec sa machette. Elle avait bien visé et donné un sacré coup à la créature. Grâce à cette attaque, Karola se retrouva épargnée pendant un temps. Celui de pointer à nouveau son arme devant elle et de tirer deux fois sans réfléchir car c’était le moment ou jamais d’attaquer. Les balles se logèrent dans son tronc. Alors qu’elle s’apprêtait à réitérer, ses sens s’affolèrent en voyant Kalinda se faire méchamment percuter. La jeune femme se retrouva au sol et elle n’eut pas le loisir de voir comment elle avait encaissé cela car le morphéa lui envoyait son bras pour la frapper à son tour. Par réflexe, la jeune femme attendit le dernier moment pour rouler sur le côté et éviter un impact qui l’aurait sûrement mis K.O si elle en croyant le sifflement qui lui tinta aux oreilles.

Elle se releva sans perdre de temps, elle ignorait si Kalinda allait se relever, elle l’espérait de tout cœur mais en attendant, il lui fallait envoyer tout ce qu’elle avait et tirer profit de la blessure que la pégasienne lui avait infligée. Debout sur ses jambes, elle ancra ses appuis sur le sol et visa le monstre. Son visage grimaçant et ses traits tirés par la contrariété ne laissait aucun doute concernant l’état de fureur dans lequel il se trouvait. D’ailleurs, elle était en train de muter à nouveau. Karola, elle, se trouvait étonnamment calme et ce, malgré les picotements désagréables qui longeaient son bras jusqu’à son épaule.

Elle décida de tirer à divers endroits afin de diviser ses capacités de régénération de son corps et de pouvoir ensuite viser dans les zones les plus sensibles. Une balle se logea dans sa tête, une autre dans son abdomen et elle essaya d’atteindre les quatre pattes à l’aide de deux balles. (reste : 4 balles)

A présent, le morphéa pouvait se mouvoir un peu plus rapidement que sur deux jambes mais cela ne découragea pas Karola qui ne s’éloignait pas de lui pour le blesser de manière plus efficace. Elle dut interrompre ses tirs pour éviter un tentacule mais se replaça presque aussitôt pour tirer une nouvelle balle dans le flanc. (3 balles) Occupée à viser au niveau du thorax, elle n’eut pas le temps d’anticiper le prochain coup. Le tentacule s’enroula autour de sa cheville et la tira violemment la privant de ses appuis. Karola chuta lourdement sur le sol malgré ses tentatives d’amortir la chute. Le choc lui fit expulser bruyamment l’air de ses poumons alors que son arme lui glissait des mains pour atterrir un peu plus loin. Dans l’action et en essayant de la garder dans sa main, elle appuya sur la détente et une balle fusa dans l’air sans qu’elle sache où elle atterrissait. (reste 1 balle) Tout en essayant de reprendre son souffle et de rouler sur le ventre pour se relever, Karola chercha en tâtonnant le sol son arme mais son ennemi ne lui laissa pas le temps de s’en ressaisir car elle l’attrapait à nouveau par la cheville pour l’attirer à elle.

Le major pivota sur le dos et se saisit du fusil de White toujours attaché à son gilet tactique. La force qui enserrait sa cheville lui laissait peu de chance de parvenir à s’en défaire pour l’instant. Alors elle profita de se faire trainer sur le sol par son opposant pour vider une bonne partie de son chargeur dans la poitrine du morphéa en serrant les mâchoires pour éviter de penser à la douleur dans son bras et dans sa jambe.



Kalinda


Lorsque Kalinda lui avait enfoncé la machette dans le corps, elle ne s'attendait pas à une réaction aussi vive du Morphéa. Elle se reçut la tentacule de plein fouet dans le visage et sentit son nez "prendre cher" comme disait les terriens ici. Kalinda fut envoyée balader dans les airs et percuta brutalement le sol. Elle ne perdit pas connaissance mais fut brièvement sonnée par le coup. Elle avait eu de la chance que le Morphea n'ait pas eu le temps de mieux viser et qu'il ne l'avait pas atteinte avec la partie tranchante de ses tentacules sans quoi il en était fini de son visage. Au mieux elle aurait été défigurée au pire elle aurait pu se retrouver avec le visage tranché en 2. Mais là il n'en était rien. Elle était sonnée et sentait son nez gonflé et du sang en couler. Au pire il était cassé, au mieux elle aurait un bel hématome. Sa chute n'avait également cause aucun mal si ce n'est des bleus et de bonnes courbatures mais elle ne s'était rien cassée.

Kalinda se redressa, essuya le sang avec son bras et analysa ce qui se passait sous ses yeux. En lui tirant dessus, Karola avait sérieusement endommagé le Morphea mais il était résistant. Il semblait faiblir et au fur et à mesure que ses blessures augmentaient, ses capacités de régénération semblait diminuer. Kalinda n'avait plus sa machette mais elle possédait toujours le couteau que lui avait donné Karola. À ce moment là, elle remarqua que le Major venait de perdre son arme. Kalinda se jeta pour l'attraper mais elle ne pouvait plus la lancer à la militaire qui se faisait traîner par le Morphea.

Kalinda courut pour rattraper le Morphea et le major. A quelques mètres d'eux, elle souleva alors l'arme et visa comme elle avait vu faire les militaires. Par chance comme Karola avait utilisé l'arme quelques secondes avant, il n'y avait plus la sécurité. Elle visa précisément le coeur à côté de la machette et tira. La détonation la surprit et elle recula d'un pas. Son tir avait clairement manqué de précision mais par chance, la balle atterrit dans l'oeil du Morphéa.. La jeune femme tenta de tirer de nouveau mais il n'y avait plus de balle. Elle jeta l'arme au sol et sortit son couteau. La jeune pegasienne savait qu'il ne pourrait pas porter de coup mortel au Morphéa et du coup elle se jeta au sol pour le planter dans le tentacule qui tirait Karola libérant ainsi la militaire.

Elle se recula alors et regarda le Morphea. Il semblait se recroqueviller sous le coup de la douleur et poussait des cris inhumains, mélange de rage et de douleur. Était ce assez pour lui porter le coup fatal ?

_________________



DC : Victoria Wilde
Rédaction en #LightPink
Revenir en haut Aller en bas
Dim 17 Juin - 18:06
avatar
√ Arrivée le : 01/08/2015
√ Messages : 444
Voir le profil de l'utilisateur


Moment fort 2 : Le calme avant la tempête
Frei-Kalinda

« Plusieurs consignes en fin de document»


Le Morphea était à bout. Trudeau n’était plus Trudeau. La créature avait repris sa forme démentielle, et tentait par tous les moyens de reprendre l’avantage. Sauf qu’il avait commis l’erreur d’avoir un ennemi dans le dos, et un ennemi de front, si bien qu’il n’arrivait plus à gérer les deux côtés à la fois. L’ensemble de ses ressources, il essayait de les partager entre ses capacités de régénérations, et le combat. Mais les coups de feu pleuvaient.
Quand Kalinda vint mettre un coup de couteau violent dans la tentacule qui trainait Karola non sans lui avoir logé une balle elle aussi, l’appendice se sectionna en s’agitant dans tous les sens et en aspergeant de fluide les deux jeunes femmes, un peu à la manière d’un tuyau d’arrosage qui devenait soudain hors de contrôle, agitait par une pression trop grande et virevoltant dans toutes les directions.

Il était foutu.
Il allait mourir ici.
Il ne servirait plus la cause de Meda’Iyda. Il ne pouvait pas se permettre d’être la déception du groupe.
Elles étaient vaccinées, c’était un fait, mais peut-être que… Peut-être que s’il essayait ne serait-ce qu’un peu, il pourrait reprendre suffisamment d’énergie pour triompher, même s’il était malade quelques jours ensuite.

Il ne pouvait pas perdre !

Avec un cri de rage, la créature libéra son appendice coincé dans le mur jusqu’alors. Il tituba et manqua de tomber au sol. Les balles peinaient à ressortir de sa chair qu’il tentait de régénérer sans succès maintenant. Il avait besoin d’énergie.
Ca devenait vital.
Il était au pied du mur.
Maintenant….

« TOUT DE SUITE !! »

L’appendice ainsi libéré, vint percuter la belle blonde au niveau de la poitrine. Elle sentit le choc la transpercer, mais quand ses yeux se posèrent sur la tentacule, l’orifice qui en décorait l’extrémité n’était pas une lame. C’était similaire à ce qu’on pouvait retrouver sur la main d’un Wraith. Un putain d’orifice de ponction !
La pégasienne put sentir un tressaillement dans son âme, et une douleur sourde lui tiraillait le coeur et les entrailles. Il était en train de lui voler sa vie ! Il allait la transformer en vieille femme édentée !

Mais cela prit fin au moment même où ça commençait. La sensation ressenti par Kalinda avait été très brève. La créature poussa un hurlement, et elle détacha sa tentacule du torse de la jeune femme en titubant en arrière et ses pattes s’écartèrent en diagonales. Elle s’écrasa sur le ventre. Son appendice était en train de se rigidifier, bien qu’il était parcouru de quelques spasmes. Le poison qu’il avait ingurgité était en train de détruire son organisme par l’intérieur et il se convulsionnait sur le sol un peu bêtement, un peu… tristement même. L’agonie était réelle, et elle dura bien cinq minutes avant que tout ne s’arrête.


--------

Consignes :

  • Le calme est revenu dans le couloir.
  • Vous souffrez de quelques blessures.
  • A vous de voir ce que vous décidez de faire pour ce tour-ci. Voir si vous pouvez pas aider l'équipe de Ford ou celle de Natasha et Cody. ect... selon votre choix on vous y meneras
  • Vous avez jusqu’au dimanche 24 juin 20h00 pour poster.
  • Pour toutes questions, n’hésitez pas à nous demander =)




(c) DΛNDELION


Personnages inclus dans cette partie :
Major Karola Frei- Kalinda

PNJ à disposition :
Aucun pour le moment


Revenir en haut Aller en bas
Mer 20 Juin - 19:49
avatar
√ Arrivée le : 14/05/2015
√ Messages : 2406
√ Localisation : Atlantis


Dossier Top Secret
√ Age: 35 ans
√ Nationalité: Allemagne Allemagne
√ Gêne: ATA
Voir le profil de l'utilisateur
Le morphéa montrait de plus en plus de signes de faiblesse, Karola pouvait le voir à sa fébrilité évidente et surtout elle sentait l’emprise de son tentacule sur sa cheville se défaire petit à petit. Cela la motiva à tenir le coup malgré les fourmis qui commençaient à lui parcourir la jambe. Elle tirait du mieux qu’elle le pouvait même si les mouvements erratiques de la créature ne lui facilitaient pas la tâche.

C’est à ce moment que retentit un coup de feu par-dessus ceux que Karola donnait et qui arracha encore une plainte douloureuse au morphéa. C’était Kalinda qui s’était relevée et s’était saisie de son 9 mm et avait achevé de vider le chargeur. Loin de s’en offusquer, elle se saisit par la suite d’un couteau et vint libérer Karola en poignardant l’appendice qui la maintenait.

Le temps que la circulation se rétablisse dans sa jambe, Karola fut contrainte de rester au sol pendant quelques minutes et en profita pour vider elle aussi son chargeur sur le monstre. Il n’y avait aucun doute que c’était la fin pour lui et cela se confirma lorsqu’il effectua une dernière tentative désespérée pour récupérer un peu d’énergie en tentant de ponctionner Kalinda.

Le major se redressa pour essayer d’intervenir et d’empêcher le mal mais cela ne fut pas nécessaire. Le morphéa lâcha sa proie finalement et fut la victime d’une longue agonie à laquelle les deux jeunes femmes assistèrent. Karola détourna les yeux, préférant profiter d’un peu de calme pour reprendre ses esprits mais fut tout de même témoin des dernières exhalations de la créature. Lorsque le silence complet se fit enfin, elle soupira et put entreprendre de se lever.

Sa petite pause avait bien assez duré et à présent, il fallait se remettre au travail. Elle avait reçu deux appels pendant leur combat et les avaient trouvés bien préoccupants, de même qu’elle n’avait pas eu le loisir de terminer celui qu’elle avait eu avec Lawson et McArthy et souhaitait absolument prendre contact avec eux.

Sans attendre elle contacta d’abord les deux soldats mais n’obtint aucune réponse. Elle décida alors de prendre contact avec Natasha et Cody mais là encore rien du tout si ce n’étaient que des sons d’interférences. Elle se rappela alors que la kinésithérapeute lui avait indiquer qu’avec son équipe, ils se dirigeaient vers le laboratoire d’Elijah et de là-bas, les messages radios ne passaient pas.
C’était passablement inquiétant car ils étaient censés y retrouver des victimes des morphéas et si c’était là-bas qu’elles avaient été emprisonnées, il y avait fort à parier que les créatures avaient pu y établir une sorte de QG. En y repensant bien, c’était le lieu idéal.

Très peu satisfaite de l’absence de réponse à ses deux précédents appels, c’est sans grande conviction qu’elle contacta ensuite Ford, qui après quelques secondes de silence s’adressa à elle.
//Ford, est-ce que vous me recevez ? Quelle est votre situation ?//

// Major ? Miss White et moi-même sommes devant la porte de l'infirmerie. Il y a eu sabotage et pour l'heure on ne peut rien faire tant la chaleur est telle que le métal est brûlant !...// (bruit d'explosion !)//...Je crois qu'on va devoir faire dans le brutal, ce sont des bonbonnes d'oxygène qu'on vient d'entendre ! Si on se dépêche pas, ça va pas être joli dans cet étage ! A vous Major ! Ford Terminé !//

Karola fronça les sourcils lorsqu’elle entendit le bruit d’explosion, elle ne comprenait pas bien ce qui arrivait à Ford, si ce n’est qu’il était dans une situation plus que préoccupante. Un incendie ? C’était l’hypothèse la plus probable, elle lui demanda donc confirmation.

// Le métal est brûlant ? Qu'est ce que vous insinuez ? Êtes-vous parvenus à entrer en contact avec quelqu'un de l'infirmerie ?//

//J'insinues que j'ai tenté d'ouvrir la porte avec les mains mais que je me suis brûler en essayant ! Et je suis en communication avec une femme mais j'ignores son poste ou son identité, ni même si elle n'est pas un morphéa pris au piège de la malveillance de ses complices !//

//Qu'a t-elle pu vous dire ?//

//Qu'elle avait peur et qu'elle avait terriblement chaud ! Et pour être honnête je suis plus inquiet de trouver comment sauver les pauvres prisonniers de l'incendie que de discuter avec des gens effrayés ! Vous comptez venir nous aider ou on devra faire sans ? J'aimes pas trop comment tout à mal tourné, on est divisés et en réaction à leurs attaques ! Il serait temps qu'on reprennes la main !//

Karola prit quelques secondes pour réfléchir. Elle devait prendre en compte plusieurs paramètres, d’un côté Natasha et Cody et leur équipe se trouvait sur un territoire hostile et ne donnaient pas de nouvelles et Ford quant à lui devait faire face à une catastrophe de grande ampleur. Le lieutenant était un militaire aguerrit qui avait vécu de survie lorsqu’il était hors d’Atlantis, de plus, il était boosté aux hormones, ça lui conférait un sacré avantage. Elle décréta donc qu’il pourrait se débrouiller seul avec les moyens du bord.

//Natasha et Fuller ne répondent pas à mes appels radios et ils étaient en passe d'être en mauvaise posture la dernière fois que je les ai eu. Je vais devoir aller de leur côté pour voir ce qu'il en est. Je suis désolée lieutenant, vous allez devoir faire avec ce que vous avez.//

//Vous en faites pas Major ! La SPA nous tomberait dessus si on laissait cette pauvre Zelda servir de repas aux alligatroncs ! Et je sais que dès que vous pourrez vous viendrez aider ! Ah et Norah Ayoun, nous a lâché dans le bureau d'Hoffman, elle erre je ne sais où, ! J'ai envoyé du monde la chercher : Galza et Wayatt mais j'ai pas de nouvelles donc si vous aviez le temps de passer voir ce qu'ils font vous gênez pas ! Bonne chance Major ! On va faire le maximum pour sauver les médecins leurs patients et les gris qui devaient les protéger ! A vous Major ! Ford terminé !//

//Merci et bonne chance à vous aussi, lieutenant//

La communication coupée, elle se tourna enfin vers Kalinda et, distinguant mal son visage étant donné l’obscurité régnant, se rapprocha d’elle. Elle constata que la jeune femme était quelque peu chamboulée, un coup d’œil à l’endroit où le morphéa l’avait atteinte lui fit miroiter les raisons pour lesquelles elle était dans cet état. Elle ouvrit alors une de ses poches de gilet tactique et en sortit une pochette à compresses et la lui tendit.

« Il faudra vous en contenter car l’infirmerie ne semble plus disposer à recevoir de patients. Est-ce que ça ira ? » Lâcha-t-elle pour établir le dialogue avec elle. « J’ai dit à Ford que je me dirigerai vers des laboratoires pour retrouver le soldat Fuller et mlle Avalon. Vous êtes libre de m’accompagner ou non. » Après tout, même si Kalinda était une guerrière, Karola ne pouvait pas lui imposer son commandement de la même manière qu’elle l’aurait fait avec ses subordonnés d’autant plus qu’elles venaient de subir un combat particulièrement éprouvant et que la pégasienne avait plus morflé qu’elle. Il aurait été normal et compréhensible qu’elle préfère se préserver.

_________________



DC : Victoria Wilde
Rédaction en #LightPink
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 21 Juin - 14:43
avatar
√ Arrivée le : 30/01/2018
√ Messages : 70
√ Localisation : Atlantis


Dossier Top Secret
√ Age: 26 ans
√ Nationalité:
√ Gêne: Non
Voir le profil de l'utilisateur
    Kalinda regarda le Morphéa reprendre sa forme originelle. Ils étaient vraiment vilains à regarder. La jeune femme continua à reculer, prudente, elle s'attendait toujours à ce que la créature lance une nouvelle attaque. Il paraissait vraiment très mal en point, proche de l'agonie.
    Le tentacule dans lequel elle avait planté son couteau s'était sectionné en deux, aspergeant les deux femmes d'un liquide qui devait être le sang du Morphéa. Beurk. La jeune pégasienne s'essuya le visage et jeta un coup d'oeil à la militaire qui se tenait assise au sol, probablement le temps de refaire circuler le sang dans sa jambe. Heureusement, elles étaient toutes deux en vie. Il s'en était fallu de peu mais elles avaient réussi à vaincre le Morphéa ou presque.

    Malgré sa prudence, Kalinda ne vit pas venir le tentacule qui la percuta de plein fouet. Il s'accrocha à elle et elle ressentit aussitôt une vive douleur, une douleur sourde qui traversa tout son être, la paralysant sur place. Ses souvenirs la ramenèrent quelques mois plus tôt quand elle était captive des Wraiths et qu'ils lui aspiraient de l'énergie quotidiennement. C'était la même chose, sauf que cette fois-ci, elle allait probablement mourir ici. Mais non, par miracle, le Morphéa la relâcha quelques secondes plus tard laissant la Pégasienne sous le choc mais indemne. Elle tomba à genoux au sol.
    La créature vécut alors ses derniers instants, se tortillant, hurlant de douleur. Kalinda la regarda sans bouger, à genoux, et n'éprouva rien hormis une profonde satisfaction. Elles avaient réussi à le vaincre. Pendant de longues minutes, elles assistèrent sans rien dire à l'agonie du Morphéa.

    Karola reprit vite ses esprits et contacta diverses personnes par radio. Kalinda eut plus de mal à se remettre émotionnellement. Elle était choquée par ce qu'elle avait subi. La jeune pégasienne pensait qu'elle était plutôt bien remise de ce qu'elle avait subi dans le vaisseau Wraiths quelques mois plus tôt mais apparemment, il y avait encore quelques dommages. Elle prit les compresses que lui tendaient la militaire et les appliqua sur son nez sanguinolent. Elle lui répondit alors :

      "ça va."

    Karola lui expliqua qu'elle comptait rejoindre deux personnes disparues et que Kalinda était libre de l'accompagner ou non. Aussitôt, la jeune femme se remit sur pied et lui dit d'un ton ferme :

      "Je vous accompagne."

    Kalinda n'avait pas fini d'en découdre avec les Wraiths. La jeune femme avait encore pas mal de ressources et ce n'était pas quelques coups qui allaient la ralentir. Elle prit une profonde inspiration. Apparemment, il y avait encore quelques Morphéas à combattre. Kalinda n'avait pas l'habitude de laisser tomber les siens. Maintenant que son peuple avait disparu, elle vivait sur Atlantis et ne comptait donc pas laisser tomber son nouveau peuple.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 21 Juin - 18:26
avatar
√ Arrivée le : 08/07/2016
√ Messages : 1150

Dossier Top Secret
√ Age: 37 ans
√ Nationalité: Royaume-Uni Royaume-Uni
√ Gêne: Inoculation
Voir le profil de l'utilisateur

_________________
    Alexander Hoffman
    Double comptes : Isia Taylor-Laurence & John Sheppard & Naalem Lays & Elana Ravix //écriture : firebrick
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Atlantis Insurrection :: Cité d'Atlantis :: Les autres ailes de la Cité-