Atlantis Insurrection
"Personne ne demande à devenir un Héros, sauf que parfois ça finit comme ça..."

Et si ce Héros, c'était toi ? Tu es l'un des meilleurs dans ton domaine (Biologiste, Chirurgien, Infirmier, Diplomate, Démineur, Maître chien...) et on te propose de participer à l'expédition la plus fabuleuse mais aussi la plus dangereuse : l'expédition Atlantis.
Auras tu le cran de rejoindre Atlantis pour découvrir ses mystères et affronter les dangers de cette galaxie ?

Tu peux aussi incarner les personnages importants de la série (Ronon, Zalenka, Lorne, Teyla....) Bon niveau RP demandé.
On recherche de nombreux personnages inventés.
http://www.atlantisinsurrection.com/t387-personnages-vacants


Si tu te sens capable de franchir ce pas, tu es des nôtres ! Clique sur l'image ;-)


RPG sur Stargate Atlantis
 

Normandie 1.a (Sheppard, Mikkel, Matt)

 :: Galaxie de Pégase :: Planètes explorées :: Le Boc Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Sam 26 Mai - 11:36
avatar
√ Arrivée le : 24/01/2017
√ Messages : 614
√ Localisation : Sur le Dédale


Dossier Top Secret
√ Age: 64
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Non
Voir le profil de l'utilisateur
Opération
&
NORMANDIE
MJ28 : Opération Normandie
Chronologie : MERCREDI 16 MAI



Flanc droit, équipe d’assaut crête.


Le temps que les différentes équipes s’organisent, deux F-302 apparurent et firent feu sur la tour de DCA. Les missiles air-sol percutèrent la base à l’endroit exact où le pointage laser faisait la désignation. Un énorme coup de tonnerre fît vibrer toute la ZA en faisant monter un panache de sable, de poussière et d’éclats organique. La tour, aussi haute que le complexe, entama une longue et inéluctable chute dans un horrible grincement. Elle s’effondra en travers de la crête en formant un obstacle désagréable tant pour Sheppard que les Wraiths qui approchaient.
Alors que le colonel montait avec Paresok et les tirailleurs, ainsi que ses propres soldats Atlantes, dans le jumper six, la voix d’une pilote, Blue, raisonna dans les oreilles de tous. Avec son binôme, elle effectuait des cercles autour de la ZA alors que ses collègues la rejoignaient peu à peu.

//Alerte engagement ! Une flottille ennemie se dirige droit sur la ZA. La zone de navigation est non sécurisée ! Je répète, prudence aux transports, zone non sécurisée !//

La guerre avait fait rage du côté des pilotes d’Apollo et le contrôle du ciel restait mitigé. L’escadrille se reforma en tournant autour de la ZA et se positionna naturellement pour garantir la circulation du jumper qui devait déposer Sheppard sur la crête. Mais l’ennemi était déjà là et en surnombre. L’escadrille d’Apollo comptait encore 6 F-302 en condition de combat. Il y avait le double d’ennemis en face ! Une grande plateforme volante était également en train d’approcher, une série d’équipements et d’armes pointant sur leur position de manière menaçante.
Parmi les nombreuses émissions radio, une nouvelle dramatique tomba rapidement sur la fréquence générale :

////A tous les indicatifs radio, de CEG F-302, un chasseur s’est écrasé. Signalons l'exécution manifeste du copilote Sam Dewitt par les Wraiths. Ainsi que la disparition du pilote Bruce Pierson, alias Malboro.////

Tandis que le jumper couvrait la distance, les différentes forces de combat se rencontrèrent dans une intensité d’une rare violence. Les tirs fusèrent de toutes parts à l’image même du Dédale qui se battait férocement là-haut pour empêcher l’approche de croiseurs.
Le soudain mélange d’engins volant eu lieu à une altitude supérieur au jumper qui comptait raser le sol pour profiter au maximum du couvert qu’offrait le relief. Le pilote en avait profité pour lâcher quelques drones qui ne parvinrent pas toutes jusqu’à leurs cibles par manque de concentration. De leur position, ils pouvaient voir l’horrible bataille du ciel, une nouvelle, se dérouler sous leur yeux et déborder de plus en plus sur la ZA. L’ennemi forçait pour tenter d’y accéder et quelques darts parvinrent à passer la défense acharnée des alliés. Le pilote du jumper les vit arriver.


« ILS VIENNENT SUR NOUS ! PUTAIN ACCROCHEZ VOUS !!! »

Le jumper fît une violente embardée en esquivant in extremis les premiers blasts d’un chasseur venu de face. Mais ce faisant, le pilote se retrouva nez à nez avec un nouveau chasseur qui attaqua aussitôt. Poussant une plainte de surprise, l’homme réagit au quart de tour et éleva brutalement son altitude. Le dart était lancé à une telle allure, qu’en plus de tirer, il passa en percutant une partie de la carlingue. Quelques centimètres de plus et c’était la collision frontale avec un Wraith kamikaze. Hors du couvert, le jumper fût aussitôt ciblé par l’étrange plateforme qui angla un canon dans sa direction. Un subtil laser lumineux en plasma se matérialisa jusqu’à l’engin qui, pourtant, conservait un mouvement très mobile et aléatoire.
Une alerte visuelle clignota soudainement sur l’hologramme, l’ordinateur ayant calculé le désastre à venir et tentant d’en avertir immédiatement le copilote. Ils étaient en train d’être “verrouillé” par une nouvelle arme de longue portée. Trop tard. Une pointe enrobée de plasma fût projeté à une vitesse extrême, pénétrant le blindage en passant au-dessus de l’épaule de Mikkel et perforant littéralement le corps du Natus d’en face. Cette pointe se ficha dans le métal dans un éclat de sang et de chair, le Natus s’affaissant. Le corps de l’ogive s’ouvrit alors immédiatement en émettant une onde très brutale. Comme un clapoti dans l’eau. Elle raisonna dans les corps de tout le monde sans véritablement faire de mal. Mais pour le jumper, ce fût catastrophique ! Les deux boîtiers contenant les cristaux surchauffèrent à vue d’oeil avant d’exploser avec une terrible brutalité, arrosant Sheppard, Matt, Mikkel et les Natus d’un tas de cristaux grillés et bouillant. Des jets d’étincelles fusèrent de part et d’autre.
Cette nouvelle arme avait surpris tout le monde, y compris les F-302 qui ne pouvaient pas savoir que la plateforme pourrait tirer d’aussi loin.

Une alarme sonore très inquiétante sonna et le pilote tenta de passer par dessus le vacarme en hurlant.
« SAUTEZ !!! SAUTEZ VITE !!! »  
Le copilote, malgré la panique, enclencha l’ouverture d’urgence du sas qui s’ouvrit. Le jumper répondait de moins en moins, allant tantôt à droite, tantôt à gauche comme un diable fou. Il s’élevait, se baissait, se retournait. C’était à croire qu’un gamin s’était placée aux commandes et s’amusait à taper sur toutes les commandes à la fois.

Le pilote conserva néanmoins un contrôle précaire de sa machine et tenta d’amener le groupe au bon endroit en gérant sa perte d’altitude. Malgré les embardées et les virages chaotiques du jumper, il ne restait plus que quelques mètres à sauter dans le sable : encore fallait-il en avoir le courage.
Mais comme si cela ne suffisait pas, les banquettes se mirent à gonfler et à siffler sous la chaleur puis les cristaux cachés derrière sautèrent à leurs tours. Le cube se pencha soudainement en arrière, éjectant ceux qui n’avait pas encore sauté à ce moment là. Puis le jumper 6 céda pour de bon en recevant un nouveau tir “d’anti-cristaux”. Tout s’éteignit et le cube se renversa sur le dos avant d’aller s’écrouler au fond de la crète dans un horrible fracas. L’engin se planta dans le sable en ayant plié toute la cabine et montrant son sas ouvert au ciel.

L’équipe de Sheppard se retrouva au sol du bon côté de la crète. Il fallait continuer l'ascension d’environ vingt mètres avant de pouvoir dominer le versant opposé. Tout autour d’eux, la guerre gagnait en intensité. Ca se battait dans tous les coins de la ZA. Les vaisseaux des deux camps voltigeaient au-dessus de leurs têtes à un rythme fou tandis que la plate-forme continuait sa lente progression inexorable dans leur direction. C’était évident, elle voulait la ZA, elle voulait la pilonner, la détruire, couper Sheppard de son pont aérien en occupant l’espace de ses étranges canons.

« Sheppard !!!! » Appela soudainement Paresok.

Il avait atteint la crête avec ses hommes. Ils venaient de s’allonger le long du sable et tiraient sans sommation. En bas, une troupe de Wraiths et de clones fonçaient à l’assaut de l’objectif stratégique. Les clones de Matt et de Pedge hurlèrent en coeur. Un hurlement de hargne, d’une haine à peine humaine entièrement dirigée vers les Atlantes.
Les Natus avaient pris position et s’était étalé régulièrement avec les Atlantes pour former un cordon. Les premières balles de P90 ennemis volèrent dans leurs directions et la masse monta dans l’intention de les submerger soudainement par le nombre.

« Que nul ne passe ! Par les Trois, montrons ce qu’il en coûte de se froisser à Natus !!!! »

Les hommes de Paresok hurlèrent en coeur tout en faisant un tir progressif, les uns après les autres, visant en priorité les adversaires les plus proche. Mais le véhicule qui se trouvait un peu plus bas, d’une étonnante ressemblance avec un char terrien, était en train d’évoluer jusqu’au bord de la crète où il s’arrêta. Monté sur une série de pieds organique, l’engin se planta dans le sable pour prendre appui et son canon se dirigea sur le sommet.

Avant que les Atlantes ne puissent comprendre de ce dont il s’agissait, un jet bleuté et presque liquide fût expulsé sur le sommet de la crête. Le pauvre Natus qui se trouvait là prit feu instantanément en se secouant dans tous les sens, le plasma le dévorant si vite qu’il s’éteignit en quelques secondes seulement.
Le canon pivota alors en direction de la position de Matt, se rechargeant probablement avant le nouveau tir.

--------------------------------------

Vous atteignez en premier la position de la crète.
Une bataille aérienne fait rage au-dessus de vos têtes pour garantir le contrôle du ciel. Elle est particulièrement violente et des tirs de blasts perdus fusent par moment.
Attention, vous risquez d’être pris pour cible par des Darts opportunistes !!!
La plateforme ne semble pas capable de tirer à terre pour l’instant.

Voici les éléments importants :


  • Vous faites face à une trentaine d’ennemis composés de Wraith et de clones.
  • Les Wraiths progressent en première ligne pour encaisser le gros de vos tirs.
  • Un véhicule Wraith de modèle inconnu s’est positionné en bas de la crète. Son canon va se diriger sur vous et lâcher….un jet de plasma surchauffé !
  • Vous êtes libre de vos actions/réactions pour tuer l’ennemi. A chaque fois que vous en abattez un, le “lance-plasma” tentera d’incendier votre position. Ne restez pas statique !!!
  • Le jumper s’est écrasé au pied de la crête, de votre côté du versant. Du matériel militaire est peut-être encore récupérable dans sa carcasse (armes et munitions provenant de la caisse emportée)
  • L’équipe de sécurité de la ZA s’est aperçu de la situation. Ils déploient le mortier du Godzilla pour effectuer un tir de soutien. Pour réussir, il faut des coordonnés exacte transmise par radio (un tir d’essai puis tir continue). Organisez vous en conséquence !
  • N’oubliez pas les moyens de soutien mis à votre disposition.


La Deadline est prévue le Samedi 02 Juin à minuit.
Attention ! Sheppard vous donnera surement des ordres pour contrer l’offensive.

N'hésitez pas si vous avez des questions.
Bon RP !


CODAGE PAR AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 31 Mai - 15:08
avatar
√ Arrivée le : 04/09/2015
√ Messages : 2923

Dossier Top Secret
√ Age: 42 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: ATA
Voir le profil de l'utilisateur
Opération
&
NORMANDIE
MJ28 : Opération Normandie
Chronologie : MERCREDI 16 MAI




John Sheppard


John ne put cacher un rictus satisfait en voyant la DCA se faire dégommer comme une tour de dominos par les F-302. Le soutien aérien était parfait.
// Beau tir Ross // Dit-il dans son oreillette, ne sachant pas si ce fut Adam ou l’un de ces coéquipiers, mais qu’importe la transmission était transmise et le compliment présent. Par contre, la DCA était aussi pénible que ces créateurs, elle décida de s’écrouler sur la crête dans une position qui allait emmerder toute son équipe à lui. Enfin bon, on ne peut pas toujours tout prévoir et surtout dans ce contexte, la moindre petite actions positives trouvait dans son âme sœur une action négative !

Enfin qu’importe, sur le coup, ils étaient tous en train de monter dans le jumper 6. Ce fut à ce moment-là, qu’une pilote de F-302 contacta tout le monde annonçant la mauvaise nouvelle d’une contre attaque aérienne Wraith. Le ciel allait être témoins de nombreux mort et les tirs allaient devenir assez invivable pour les personnes au sol.

// Reçu // fit le colonel, ils n’étaient donc pas rendus pour le vol en jumper jusqu’à la crête, mais malgré le danger, il fallait qu’ils s’y rendent ainsi. Sinon l’ennemi aurait l’avantage bien avant eux ! John ne voyait pas vraiment le flux restant de F-302 mais, en s’installant derrière le siège du pilote, il pouvait voir beaucoup plus de Dart que de vaisseau terrien. Il claqua de la langue de mécontentement. Ross avait encore du travail à faire.

« Ne perdons pas de temps soldat » dit-il au pilote qui ne se fit pas prier pour faire décoller l’appareil.

L’annonce de la disparition d’un vaisseau était peu réjouissant. Les joies de la guerre où personne ne sait qui va rester en vie. Le colonel, avait beaucoup à faire et même si cela le peinait, Ross allait gérer de son côté (sinon il ne serait pas responsable de cette partie-là et c’est un bon officier) cette nouvelle perte, lui il avait à gérer une équipe au sol pour empêcher l’ennemi de canarder la ZA et de faire des ravages, au bout d’un moment chacun son job.

La concentration du pilote était véritablement un point fâcheux. Le pauvre homme était sur tous les fronts et quelques drones ratèrent leur cible. Le pilotage mental c’est bien, mais bonjour les migraines après quand il faut prendre en considération plusieurs éléments aussi pointilleux, qu’un vol bas, éviter les tirs perdus, les tirs destinés à soit même et ne pas se prendre une dune dans la gueule ! Et arriva ce qu’il arriva à force de pousser comme des bourrins, une flotte de darts arriva droit sur le jumper. Les chocs étaient réguliers tellement le pilote devait jouer à saute-mouton avec les Wraiths. Un instant John, se dit qu’a force de prendre les jumpers ils allaient finir dans les dunes comme des couillons. Le fait que le camouflage soit inactif était un véritable malus !

Soudainement le jumper vacilla… une nouvelle arme Wraith digne d’un javelot électromagnétique, venait de percer le blindage du vaisseau finissant dans le corps d’un pauvre Natus… Un tirailleur de moins plus que 7 !… pour la première fois depuis qu’il est sur Atlantis, quelque chose venait de transpercer la coque d’un Jumper. Un frisson d’effroi prit le colonel, qui se dit que cette grognasse de Reine n’avait pas chômée et qu’elle avait intérêt a mourir ! Il fallait vraiment qu’elle crève comme une charogne ! Il ne faut pas que les autres Wraiths aient accès à ces technologies et ils pouvaient remercier le destin ou dieu, de faire en sorte que cette race soit super clanique entre elle !

Pas le temps de rassurer ou même de dire quelque chose qu’il fallait sauter. Se déplacer dans le jumper était difficile et le choix horrible de sauter était face à eux.

« On se bouge ! sautez ! » fit John en poussant quelques personnes un peu récalcitrantes. Il serra son arme contre lui et sauta dans le vite, roulant dans le sable bouillant. Pas chance, ils furent du bon côté, chose que constata John en se relevant, s’ébrouant de sable. Il avait une tenue noire mais par-dessus le camouflage sable. Il était temps d’agir au plus vite. Tout le monde semblait en bon état sauf … le jumper qui continua sa course dans l’arrière dune derrière eux. les deux pilotes n’avaient pas sauté… et malgré quelques appels radio, Shepard n’eut aucune nouvelle des deux.

Paresok le héla, John était déjà allongé contre la dune, pour déplier son arme et tenir en joue les ennemies qui arrivaient sur eux… bordel des Pedge et des Matt en vie. cela lui fit étrange de voir ces têtes connues emplis de haine brandissant leurs armes dans le but de leur faire la peau ! Les tirs commençaient pour mettre à mal cette vague de clone et de sbires… par contre, le tank apparut et cela était encore pire que les tanks habituel Wraiths… voilà que la reine avait décidée de faire un barbecue !

« Paresok, met une sentinelle pour surveiller les tirs de blasts ! » demanda Sheppard, qui voyait bien que les Darts étaient en train de faire une fête au-dessus d'eux et que ça serait con qu’ils soient frappés. Après les Atlantes étaient camouflé avec leur uniformes.

Le Meneur acquiesça, cherchant d’abords quelle consigne il était en train de lui donner, puis il déduisit rapidement en voyant tout ce mélange de bataille aérienne au-dessus de leurs têtes. Si un ennemi décidait de piquer sur eux pour les bombarder, autant qu’un homme garde un oeil dessus pour surveiller et prévenir au besoin. Paresok longea la ligne et trouva l’homme qui avait la meilleure vue, lui ordonnant de se mettre à l’abri et de surveiller le ciel.
Il repartit aussitôt pour donner des consignes aux autres soldats sous son commandement.

L’urgence était là, déjà le tank était en train de se recharger. John alluma son pointeur laser pour fixer le tank. Lui il n’allait pas faire long feu.
// Ross demande de destruction d’un Tank, objectif pointé ! //
//Bien reçu, impossibilité de frapper pour le moment ! Restez en Standby !//
En sous-effectif, les pilotes avaient besoin de couvrir celui qui allait plonger pour attaquer. Cela demandait un certain délai.
Dès qu’il reçut la confirmation, John hurla pour que chacun se protège et se baisse
« Baissez-vous ! »

Avec tout ce mélange au-dessus de leur tête, ils ne virent même pas le chasseur à l’origine de l’attaque. La voix signala simplement dans la radio que la frappe avait été effectué. L’instant d’après, l’engin se faisait pulvériser par un missile venu du ciel. Il lui transperça le toit, le plia littéralement en deux avant qu’il ne détonne avec brutalité. Du plasma surchauffé fut éjecté en arrosant quelques clones et plusieurs Wraiths, les brûlant gravement. Cette explosion en avait projeté également plusieurs un peu partout, désorganisant la ligne.

Le tank fut détruit.. une galère en moins déjà… mais à quel prix ? Celui de deux vies qui venaient de finir pulvérisé par un missile venu du ciel ! Entre temps, une stratégie avait été faite, il était temps de tenir avec les maigres ressources ce début de crête. Deux Natus furent envoyé chercher les caisses de munitions. N’ayant pas véritablement de connaissance en la matière, surtout avec les différentes caisses et valises, Paresok fît un signe à Sheppard pour lui indiquer qu’il y allait avec un de ses gars. Ils dévalèrent la pente à grande enjambée. John hocha la tête, tirant sur les ennemis.
// Colonel, nous déployons le Godzilla pour vous faire un soutien //

Cette nouvelle profita à la stratégie commune, de fixer l’ennemi et de laisser le Godzilla faire le ménage. John avait une grille de terrain et commença à chercher les bonne cordonnées pour le Godzilla.
// Godzilla, coordonnée A9 ; B7 sur votre grille pour tir d'essai // dit-il dans la radio… cela ne tomba pas suffisamment dans le tas.
//Corrigez de cinq degrés en avant, tir de soutien ! //

Environnement


Cette fois, le mortier qui tirait au coup par coup faisait un excellent ménage. Mais l’afflux de nouveaux renforts procéda autrement. Il manquait plus que ça ! Les Wraiths des vrais fourmis ! Quelques troupes continuaient de monter sur leurs lignes, certains profitant du blindé comme d’une couverture. Mais tandis que le mortier finissait les premières troupes, quelques grenades lancé depuis des tubes montés s’envolèrent jusqu’à leurs position. Ils auraient pu craindre qu’ils n’explosent en les pulvérisant au passage. Mais non...un gaz commença à s’en échapper, comme un léger brouillard d’abords. Puis la partie droite de la ligne où se trouvait quelques Natus et Mikkel se trouva peu à peu noyé dans les vapeurs lacrymogènes. Un Wraith opportuniste, qui n’était que très peu affecté grâce à son masque, sauta sur le plongeur avec la ferme intention de le tuer. Le plaquant dans le sable, il chercha de sa main à le ponctionner.

Du côté de Matt, alors qu’il était en train de faire feu sur les cibles en contrebas qui échappaient au mortier, il sentit soudainement une main lui enserrer la cheville. Un clone de lui-même semblait avoir échappé à la vigilance et fait le tour. D’une main ferme et puissante, il le tira en arrière et lui sauta dessus. Le clone n’avait pas d’arme et il n’avait pas l’air très touché par la génétique Wraith. Son regard était normal et, en s’appuyant de tout son poids sur le ranger, il chercha à atteindre son visage de ses mains.

C’était étrange, très étrange. La chose tentait d’écarter la défense du vrai Matt pour lui plaquer l’une de ses mains sur la joue. Dans le même temps, le ranger était en train de ressentir une oppression, comme une volonté sensiblement similaire à la sienne s’insinuer pour lui envahir l’esprit. Elle était comme désespérée, cherchant frénétiquement à ne remplir que cet objectif : le toucher.



CODAGE PAR AMIANTE

_________________
JohnSheppard

Double comptes : Isia Taylor-Laurence & Alexander Hoffman & Naalem Lays & Elana Ravix//écriture : MediumTurquoise
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 31 Mai - 20:44
avatar
√ Arrivée le : 08/12/2012
√ Messages : 10414

Dossier Top Secret
√ Age: 32
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Wraith
Voir le profil de l'utilisateur

[MJ28] Opération Normandie



Matt Eversman


// Reçu. Eversman, terminé. // Confirma-t-il à son supérieur lorsque l’ordre tomba de se mettre en mouvement. L’oreillette pressée pour mettre fin à la communication, le Ranger accorda une tape sur l’épaule de sa binôme pour lui signaler son mouvement mais aussi attirer son attention.

« Reste en vie ! »

La remarque aussitôt glissée, le Sergent Maître s’empressa de rejoindre la position demandée à grandes enjambées. Pas question de faire attendre le groupe, encore moins de contester les ordres ou le plan de bataille. Eversman était dans l’optique de ne pas chercher à en savoir plus, il appliquait les ordres, tâchait de rester en vie et surtout de ne plus être fait prisonnier. Pedge Allen passa dans son champ de vision. Même s’ils étaient en froid, cela n’empêchait pas de la considérer toujours comme une sœur d’arme. C’était aussi une Atlante. Il ne put s’empêcher de lui adresser un petit signe portant deux doigts à ses yeux avant de les diriger dans sa direction. « Je surveille ton comportement ». C’était bien là l’intention du militaire qui le lui signalait de nouveau. A voir sa réaction, elle n’appréciait pas du tout l’attention. C’était presque l’effet recherché. La foutre en rogne pour qu’elle cherche à lui tenir tête et lui montrer qu’elle s’était reprise.

Vite rejoindre le jumper 6. Sur le chemin, le militaire fit sauter le bouchon de la fiole rose avant de l’avaler d’une traite. Ce n’était pas vraiment son kiff d’utiliser cette sorte de drogue mais ça semblait nécessaire pour tenir sur la longueur. Avec la chaleur et le combat intense qui s’annonçait, un petit boost ça ne pouvait pas faire de mal. Les deux autres Atlantes étaient déjà là, le Ranger toucha l’épaule de Sheppard signalant ainsi sa présence avant de s’asseoir à l’arrière du vaisseau à côté de Mikkel.

« Pas mal pour ta première mission, Mikkel. »

Il profita du voyage pour changer le chargeur en place pour le remplacer par un nouveau qu’il mit aussitôt en place. Une caisse de munitions étant présente, il s’empressa de renouveler son stock. Le voyage ressembla étrangement à une montagne russe, le vaisseau faisant des embardées violentes. Les sangles du harnai le maintenaient en place mais il n’était pas rassuré. Là, le destin n’était plus entre ses mains. Plus qu’à prier de nouveau pour que tout se passe bien. Il crut sa dernière heure arrivée lorsqu’un projectile passa au travers de la carlingue explosant un combattant au passage. Il n’y avait plus rien à faire pour lui. Purée à quelques centimètres près, c’était lui.

« FAIT NOUS DESCENDRE » gueula le militaire préférant le combat du sol que des airs se sentant complétement inutile. Son cri ne passa pas au-dessus des diverses alarmes du vaisseau qui ruait en tout sens. Non, ils n’allaient pas crever là-dedans. Non, non, non. Ce n’était pas possible. L’ordre d’évacuer et de sauter tomba. Ne pas réfléchir et s’exécuter. Le cerveau du Ranger se mit sur off se rappelant ses classes lors de son brevet de parachutiste. Obéir aux pilotes dans ce genre de moments et se sauver. Matt ne se posa pas de question s’accrochant à ce qu’il pouvait pour progresser jusqu’à la porte arrière. C’était haut mais jouable. Il n’avait pas trop le choix et sauta dans le vide. L’atterrissage fut un peu moins rude qu’attendu roulant de quelques mètres sur le sable avant de s’immobiliser. C’était moins une, le jumper s’écrasa peu après. Un juron s’échappa de ses lèvres. Encore des copains qui tombaient. Cela ne fit qu’attiser davantage sa haine contre l’ennemi, lui donnant un peu plus d’envie et il se mit aussitôt à grimper la faible distance le séparant du haut de crête.

Parvenu au sommet, le Ranger s’allongea au sol constatant de lui-même les mouvements ennemis. L’ennemi tentait de les déborder, il fallait y remédier. Le militaire se mit de suite en position de tir basculant son fusil d’assaut en mode balle par balle. L’œil vissé dans sa lunette de lunette, il s’empressa de déchainer sa haine et sa colère pressant la gâchette chaque fois qu’une tête passait devant lui. L’objectif était clair : une balle, un mort. Pas de demi-mesure. Pas de considération pour les clônes, l’esprit était mis sur OFF et il enchainait mécaniquement. La conscience, ce serait pour un autre moment. L’arrivée du blindé modifia le plan de bataille. C’était pas possible. Ça venait d’où ce truc ?

Impossible de rester à la même place sous peine de prendre feu. Matt avait suffisamment donné, roulant sur le côté avant d’attraper son arme pour modifier sa position de quelques mètres sur le côté.

// Sheppard. Faut abattre ce blindé ! //

Difficile de contenir l’attaque avec cette menace directe. Le soutien aérien se chargea d’éliminer la menace avec fracas et réussite. Qu’il était plaisant de constater que le tank n’était plus, juste une carcasse enflammé. Matt cria de joie avec les autres combattants avant de continuer le combat.

Environnement



Du côté de Matt, alors qu’il était en train de faire feu sur les cibles en contrebas qui échappaient au mortier, il sentit soudainement une main lui enserrer la cheville. Un clone de lui-même semblait avoir échappé à la vigilance et fait le tour. D’une main ferme et puissante, il le tira en arrière et lui sauta dessus. Le clone n’avait pas d’arme et il n’avait pas l’air très touché par la génétique Wraith. Son regard était normal et, en s’appuyant de tout son poids sur le ranger, il chercha à atteindre son visage de ses mains.


Matt Eversman


Allongé sur le ventre, le regard rivé dans la lunette de visée, Matt enchaînait les tirs. Une pression se fit au niveau de la cheville. Des doigts la lui enserraient le tirant en arrière. Une peur panique s’empara de lui, une violente poussée d’adrénaline qui pousse à la réaction. Eversman lâcha son calibre et chercha de suite à se libérer de l’emprise en basculant en position dorsale. Ce fut une réussite mais la vision de son agresseur le fit « bugué ». C’est lui. Un putain de clone de lui avec une ressemblance poussé au réalisme. Cette hésitation permit à l’agresseur de se ruer sur lui en se plaçant à califourchon avant de passer à l’attaque. Cela fit réagir le vrai Ranger qui chercha à se dégager de là en cognant. Coups de genoux dans le dos, agripper le bras de son adversaire pour le déstabiliser mais l’autre était coriace semblant avoir un coup d’avance sur lui. Normal c’était lui et ils réagissaient ainsi de la même façon.

Ce n’était pourtant pas un simple affrontement dans la salle de gym d’Atlantis. Matt devait s’en séparer le plus rapidement possible. La main droite vint longer son flanc suivant la courbure de sa cuisse pour atteindre le holster et commencer à retirer les protections pour libérer son arme de service. Ça devenait urgent. La main du clone frôla à plusieurs reprises son visage, cherchant certainement à pomper son fluide vital. Malgré ses efforts, les doigts finirent pourtant par se poser sur sa joue. Une sensation étrange s’empara de lui. Une sorte d’oppression comme s’il voulait pénétrer dans son esprit. C’était quoi ce délire ?

Environnement


Trop tard pour réagir maintenant, le contact venait de se produire et le vrai Matt sentit une horrible intrusion dans son crâne. Ses défenses cédèrent très rapidement sous un déluge de sentiments provenant de son adversaire, la détresse notamment, puis le ranger s’immobilisa en étant comme soudainement “aspiré” dans une hallucination visuelle. Comme si tout son corps s’était replié sur lui même, écrasé dans un siphon tournoyant de manière folle, avant d’entrer dans quelque chose de complètement inconnu.

Il se retrouva brutalement dans un tunnel embrumé, comme s’il voyait à la place de quelqu’un d’autre, évoluant tranquillement dans un couloir à l'architecture Wraith. C’était une série d’impression d’images qui lui venaient successivement, comme une diapositive en temps réel. Il se déplaçait mais, en même temps, ce n’était pas son corps. Il pouvait voir ses mains de Wraith ouvrir une porte organique pour entrer dans une salle immense et très éclairée. A l’intérieur...la haine et la colère, illimitée, profonde et sourde. Quatre originels tournaient en regardant une sphère luminescente qui occupait la majorité de la salle, tournant autour en veillant à ce qu’elle se constitue bien. Parfois, ils retournaient sur les ordinateurs Wraiths qui entouraient cet étrange objet pour faire des corrections.
Les sentiments étaient tous néfaste, tournés contre les Atlantes. Au regard de cette sphère, le sentiment de destruction totale, d'annihilation prédominait. Et de manière décalée, invisible, il y avait le clone aussi, celui qui avait envoyé Matt là-dedans, comme s’il se trouvait avec lui. Il y avait chez lui un sentiment au centre de ce désespoir et de cette détresse. Comme une sorte de “Tu vois ? Tu vois ???”.

Mais tout s’arrêta très brutalement. Trop même.
La coupure fut si vive, si anormale, qu’elle déclencha une horrible migraine au ranger qui cru, en voyant le clone être extirpé de lui par la force, avoir tout simplement rêvé. Les deux Natus qui lui avaient sauté dessus le plaquèrent dans le sable avant de plonger la baïonnette de leur fusil dans son corps encore, encore et encore, le pulvérisant, l'anéantissant d’une multitude de perforations...sans qu’il ne se défende.
Il avait tourné son visage vers le ranger en attendant la fin, au travers des expressions de douleur que lui causaient les perforations, alors que son regard lui disait simplement par le non verbal un “Tu vois ?”.

« Ola Atlante ! Ca va ??? Rien de cassé ? » fît l’un des tirailleurs qui revint sur lui, très inquiet.

Matt Eversman


Une douleur puissante, soudaine le prit à la tête. Un juron s’échappa de ses lèvres tout en portant une main sur le crâne dans une vague tentative de compression de sa tempe. La pression exercée par l’adversaire n’était plus, deux Natus l’avaient plaqué au sol et s’acharnaient à coups de baïonnettes. Matt resta sans réaction laissant les autres en finir avec lui, enfin plutôt avec son clone. Les images ne cessaient de lui revenir en tête ne faisant qu’accentuer sa migraine et naître l’envie de rendre son petit déjeuner. C’était quoi ça ? Un rêve ? Avait-il tourné de l’œil quelques instants ? Tout se mélangeait dans son esprit. Une chose était sûre, son agresseur gisait au sol. Mort ou presque. Un Natus se porta à son secours se plaçant pile entre eux. Matt lui fit comprendre de s’écarter de lui en le poussant de la main avant de se remettre précairement sur pieds pour parcourir la faible distance les séparant avant de s’accroupir à côté de lui. Le sang giclait des lacérations. Il y en avait de partout, le sable rougissait déjà. Tout se mélangeait dans l’esprit du Ranger. C’était un clone mais en même temps c’était lui qui se vidait de son sang. Matt serra la main du clone,plus fortement que de raison pour le faire réagir.

« C’était quoi ça ? » Dit-il un peu paniqué et d’une voix un peu plus aiguë qu’à l’habituel.

Hélas, le clone n’eut plus aucune réaction. Il serra la main de son “jumeau” dans sa douleur, comme pour rechercher du soutien auprès de lui face à la panique interne que lui déclenchait l’approche de la mort. Mais il s’éteignit aussitôt, l’expression de son visage prenant une étrange sérénité. Ses prunelles vide le fixait alors...mais l’éclat avait disparu.
« Il vous touchait. Et vous ne bougiez plus. Comme ailleurs, comme rêveur. Nous avons agi... » Fit le tirailleur.
Celui-ci vérifia une dernière fois que le clone était mort, ne comprenant pas vraiment la réaction du ranger ou la rapprochant à l’effet que ça pourrait faire de voir une copie de soi mourir, puis il repartit sur sa ligne pour la défendre. Il laissa Matt face à ce cadavre de lui-même qui ne lui transmettrait rien de plus.

Pas de réponse, uniquement le droit d’assister à son décès. Matt lui serra les doigts, bien plus fortement qu’il aurait dû cherchant à le faire réagir mais rien. Il n’y aurait plus rien. L’explication du tirailleur ne l’aida pas à comprendre, à expliquer ce qu’il avait en tête. Les images ne cessaient de repasser devant ses yeux, il ne les comprenait pas et n’avait de toute manière pas le temps pour se donner le temps de la réflexion. Une chose est sûre, il ne voulait pas les perdre. La main finit par être lâchée tout en lâchant de nouveaux jurons, un mélange de colère mêlé d’incompréhension le prenant. La réaction des Natus était compréhensible et nécessaire. Un des leurs était en danger, il avait agi en écartant la menace mais en même temps, il lui manquait des éléments. Or ce clone aurait pu les lui apporter ! Il en était certain !! Pas le temps d’avantage pour ce moment hors du temps, les tirs à proximité le ramenèrent à la brusque réalité. Le combat faisait toujours rage l’obligeant à abandonner ce « frère jumeau » pour rejoindre sa position de défense reprenant son arme en main, même s’il était toujours perturbé par les visions.

Devait-il en parler à Sheppard ? Pas le temps pour le moment, chacun étant focalisé sur la défense du lieu même si cela le perturbait pas mal notamment lorsqu’il avait dans son viseur, un autre « jumeau » le faisant hésiter à tirer de nouveau sur eux. Il esquivait volontairement les « Matt », passant à la cible suivante.



@ pyphi(lia)

_________________


merci !                               couleur : darkcyan
Revenir en haut Aller en bas
Ven 1 Juin - 18:24
avatar
√ Arrivée le : 23/04/2018
√ Messages : 92
√ Localisation : Atlantis, sur la base, dans l'océan ou à la piscine pour de l'entraînement


Dossier Top Secret
√ Age: 32 ans
√ Nationalité: Norvège
√ Gêne: Non
Voir le profil de l'utilisateur
Mikkel Hansen


Ça remuait pas mal dans le jumper et le mot était faible ! Le bruit du verrouillage de cible dans le jumper annonçant une attaque imminente se succéda d’une pointe de plasma qui fila dans le cockpit comme un harpon de chasse à la baleine. Mikkel sentit l’arme perforante effleurer son épaule sans la toucher mais passant suffisamment près pour qu’il sente soudain en lui le froid de la mort le saisir...

Toujours, il garda sang froid à ne pas bouger sur l’instant mais il ne put que ressentir de l’effroi et tourner un regard d’effroi sur le Natus qui prit la pointe ennemie en un coup mortel. Bordel ! Mikkel sentit en lui quelque chose qu’il n’avait jamais ressenti auparavant : une sorte d’onde de choc tandis que le Natus perdait de son sang et rejoignait les ténèbres. Mais à peine il eut le temps de ressentir l’onde et un brin de culpabilité que le vaisseau commença à partir en fumée et qu’il percuta, comme les autres passagers, des éclats de cristaux bouillants en pleine face. Il serra les dents aux brûlures à encaisser les douleurs. Mikkel se tenait tant bien que mal des turbulences spatiales et aériennes. Il résistait à ses nausées. Tout se passait vite. Très vite. Il ne restait bientôt plus qu’à quitter le navire et à sauter dans le sable. Mikkel ne s’y prit pas à deux fois pour partir de cet enfer et répondit réactif aux ordres du pilote et du colonel Sheppard à sauter. Mikkel sauta comme s’il rejoignit enfin la surface après une dure plongée et négocia un atterrissage sur le sable...

Sur la crête, Mikkel rejoignit le combat aux côtés de Natus. Il garda bien position à l’image d’un roc comme il se plaçait toujours. Désormais au corps à corps et en au plein cœur de la bataille, le nageur de combat exécutait ses tirs de supports sur l’ennemi en contrebas. Mais, soudain, ses yeux piquaient et brûlaient, grattaient : du gaz lacrymogène ! Irrité de ses voies respiratoires, il eut aussitôt une toux et des difficultés à respirer. Il eut tout juste le temps de relever son keffieh sur le nez pour tenter de limiter la casse comme il le pouvait n’ayant pas de masque à gaz sur lui.

Obstrué de ses sens et de son souffle, il ne savait comment jauger l’arrivée de nouveaux ennemis, et pour cause, un Wraith progressa et se rua sur le nageur. Il se jeta sur Mikkel qui, par réflexe, choisit de tenter de choper son fusil à pompe au détriment du couteau de combat. Le Wraith vint au contact, faisant chuter le fusil, et le prit par le cou et serra sa prise jusqu’à le plaquer avec force sur le sol et le sable.

Mikkel croisa le blanc filandreux des yeux du Wraith. Le soldat vit de très près sa peau de poulpe bleu-vert et ses deux narines aux allures de branchies. Il ressentit de cet assiégeant une froideur de prédateur. Par réflexe de survie, Mikkel tenta de se libérer de la prise en empoignant les poignets de son agresseur. En vain il força tandis que le Wraith sera pour étouffer d’air le plongeur. Il semblerait que le Wraith tentait là de l’asphyxier. Il pourrait faire traîner ainsi cette torture en profitant que son gibier habitué des fonds marins ne manquait pas de réserve de souffle et de combativité. Le Wraith ouvrait sa gueule au travers de son masque, ça se voyait. Sans ce cache, il aurait surement dévoilé ses dents qui n’avaient rien à envier à un barracuda. Mikkel devinait déjà son sort. Le soldat, averti que par la théorie des briefings, se demandait même pourquoi le Wraith ne commençait pas à se nourrir de son énergie vitale par sa main vampirisante en contact de la peau de sa gorge. Le Wraith avait envie de jouer un peu avant et de tester sa prise de guerre. Mikkel lui lança un regard noir plissé de hargne et bestial de survie. Que se passait-il dans l’esprit du plongeur ? Il voyait là de très près un Wraith et ne pouvait que voir sur son visage une faim irrévocable qui lui rappelait celle d’un requin qu’on aurait affamé et affolé par l’odeur du sang. A la différence que le Wraith ne paraissait pas si affamé mais guidé entre la froideur et le plaisir de se délecter là d’un gibier...

Et, soudain, un coup de feu retentit, puis un second et un troisième, des coups de feu lourds que Mikkel associa à son fusil à pompe. Le Wraith, touché en plein corps, cracha comme un gros chat sa souffrance de l’attaque soudaine. Au même moment, le visage de Mikkel et son gilet militaire s’éclaboussèrent de sang de Wraith. Le nageur fut baptisé ainsi d’une véritable peinture de guerre à son insu. Proche de lui, un Natus venait de ramasser son fusil à pompe et de tuer le Wraith, visiblement très surpris par le recul et la puissance de l’arme. Le Natus rendit le fusil au soldat qui se releva quelque peu sonné par son entrevue sauvage avec le Wraith. Mikkel lui adressa un regard autant dans l’état de choc passager que dans la reconnaissance. Le Natus lui hocha la tête et initia la reprise du combat pour eux en dehors du gaz. Embarqué par la force des choses, Mikkel reprit son famas et les tirs de support sur l’ennemi avec de plus en plus d’assurance, revenant à lui.

Tandis qu’il reprenait la bataille, Mikkel finit par observer sur son flanc que des clones de Matt s'additionnaient remontant vers Matt comme si le sergent-maître en laissait passer là délibérément. En effet, les Wraiths tombaient sous les balles du sergent-maître mais aucun clone ne tombait quant à eux. Mikkel savait de Matt qu’il était un excellent tireur : autrement dit, ça ne pouvait qu’être voulu ! De ses lentilles dévoilant bien qu’il s’agissait de clones, Mikkel reconnut au-delà des apparences le réel Matt de ses pâles copies. Épaulant son ami sans trop réfléchir et ne souhaitant d’abord que lui prêter assistance, il s’approcha du flanc ne sachant tirer qu’à mi-distance et au corps à corps et visa un clone. Il eut un temps à l’observer avant de tirer sans plus que cela hésiter par la suite dans ses tirs, et ce, malgré les contacts visuels. Après le premier clone abattu, il eut un effroi en lui et hésita un peu sur le second mais n’hésita plus sur les suivants. Les gestes suivants du soldat pouvaient alors paraître froids. Trop dans le sang-froid. Mikkel eut bel et bien pourtant en l’espace d’un fort instant un fort trouble en lui que de pouvoir tirer sur un réel Matt tant le clone lui ressemblait en apparence. Mais, confiant du matériel militaire autant que son matériel de plongée et de ses bouteilles d’air, il se savait tirer sur des clones qui paraissaient en même temps tout autant de comportements comme non conformes au vrai Matt. Mikkel pensait par là protéger au mieux son ami : hors de question que ces pâles copies le remplacent de près ou de loin sur cette planète ou une autre. Mikkel remettait très probablement à plus tard les ressentis de ce trouble et les réflexions qui allaient de pair en tirant là sur la corde de son sang-froid...

Revenir en haut Aller en bas
Ven 1 Juin - 23:07
avatar
√ Arrivée le : 01/08/2015
√ Messages : 475
Voir le profil de l'utilisateur
Opération
&
NORMANDIE
MJ28 : Opération Normandie
Chronologie : MERCREDI 16 MAI



Environnement



Une nouvelle troupe était arrivée et occupait de plus en plus les lieux. Un petit groupe utilisait un lance grenade à barillet pour multiplier l’emploi de gaz lacrymogène. L’espace qu’offrait l’environnement extérieur rendait la tactique très aléatoire. Elle avait fonctionné sur Mikkel qui s’était retrouvé au corps à corps mais le gaz faisait simplement des petites colonnes avec le manque de courant aérien.

Soudain, un F-302 détona au-dessus de leur tête. Il explosa littéralement, son cockpit en feu, et alla s’écraser dans la façade du bâtiment avant de retomber lourdement à ses pieds. Ce n’était pas loin, il remarquerait d’ici que la carcasse était la proie des flammes. Pas de parachutes, pas de corps, ils étaient restés piégés dans le chasseur et ils étaient morts…

La guerre faisait rage, gagnant de plus en plus en intensité. Le vacarme de la bataille, des tirs de blasts, de canon électromagnétique, conjugués à la pétarade de l’équipe au sol rendait l’endroit assourdissant. Il était de plus en plus compliqué de s’entendre et la plate-forme volante était de plus en plus proche. Dans quelques minutes, elle dominerait la crête et l’on pouvait déjà discerner, en son centre, une lueur bleutée en chargement constant. Le bruit ne laissait pas de doute, il s’agissait d’une arme de pilonnage en cours de déploiement. La première cible serait effectivement la crête.

Même si Paresok revint avec deux caisses de munitions, dont une contenant des AT4, on remarquait depuis le sol que les missiles tirés depuis les chasseurs étaient interceptés par un étrange rayon de plasma rectiligne, comme un laser qui les désarmaient et les faisaient exploser en vol. Et comme si cela ne suffisait pas, lorsque les derniers darts furent abattus, quelques “drones” qui ressemblaient étrangement à la technologie Lantienne s’envolèrent. Quelques uns détonèrent non loin d’eux après avoir loupé les chasseurs, ouvrant un cratère dans le sol et projetant une épaisse couche de sable sur les défenseurs. Ils n’étaient pas de couleur dorés comme les drones habituels que l’on voyait sur la cité. Non, leur couleur avait quelque chose de similaire aux Wraiths : du bleu fantomatique.

Mais les hommes de la crète avait leurs propre problème. Sheppard aperçu une manoeuvre de contournement. Une petite équipe composée de clones tentait de le prendre à revers en profitant du relief et il allait leur tomber sur le flanc pour faire un massacre. Parmi leur équipement, une mitrailleuse de section et des pistolets mitrailleurs P90.

John Sheppard


Vu la position de Sheppard le fumigène ne l'avait pas atteint... cela commençait à devenir critique par moment. Le sable volait autour d'eux et si le keffieh n'était pas sur son nez, il serait en train d'éternuer comme un allergique à côté d'herbe grasse. Les coordonnées du pilonnage du Godzilla était enfin optimal et il devait parfois demander un angle de tir plus haut avec l'avancée des clones et des Wraiths. Cette hargne cette violence dans le regard... En toute franchise John évitait de toiser les visages quand il tirait. Il ne voulait pas croiser les yeux emplis de haine de Matt ou même de Pedge. Le colonel, s'était préparé mentalement à cette confrontation et à l'évidence qu'il devait tuer des pantins à l'effigie de son ami et de l'un de ses officiers qu'il appréciait.

Autant, dans la théorie cela lui semblait facile... mais en vrai, il avait l'estomac contrarié à chaque fois qu'un corps humain tombait sous ses balles. Surtout, qu'il avait de plus en plus de clones Eversman... Le colonel, commençait à se questionner sur l'efficacité du tireur d'élite à ses cotés. Enfin bon, il n'avait pas le temps de réfléchir sur le cas : Eversman shoot ou non ses clones ? De toute façon, les corps volaient régulièrement avec le Godzilla et les tirs Natus. John aurait bien aimé voir autour de lui ce qu'il en retournait quand soudainement de nouvelles troupes arrivaient... pire de que des fourmis !

« Merde… » ce fut à ce moment-là que le F-302 finit à terre laissant une trainé blanche dans le ciel et deux corps qui ne pourraient plus respirer… la flotte aérienne était en train de se prendre une sacrée fessée. Et sans soutien aérien, les Atlantes allaient se faire canarder comme du gibier !

Paresok revint et se cala vers son frère d'arme en apportant des munitions dont les fameux bazookas... Le colonel, leva les yeux au ciel... une plateforme géante... Il n'avait jamais vu ça. Il avait l'impression qu'il découvrait l'armement Wraith tellement cela était novateur pour cette race ! Est-ce des drones bleus qu'il voyait ? La reine avait décidé de copier une arme redoutablement efficace... après tout ? Elle a copié des humains, des uniformes et des armes alors pourquoi pas des drones... John se sentit frissonner.

Un At4 pourrait l'atteindre si le tireur se rapproche suffisamment... mais il était évident que cet étrange laser qui détruisait les missiles en approche et ces drones la protégeait de manière efficace... Pour une des rares fois John ne savait pas quoi faire et il avait aucune idée de comment faire sauter cet engin de malheur au loin... Perdre le ciel serait véritablement une cata. Alors quand on ne sait pas ... on appelle le faiseur de miracle !

« // Rodney une plateforme volante qui tire des drones approche… essaie de trouver une solution sinon on va tous y passer //

De toute façon John avait d’autres Wraith à fouetter … voilà qu’une fine équipe de génies tentait une prise à revers.

// Eversman et Mikkel, avec moi, on nous prend à revers. Paresok tient la ligne ! // Sheppard fixa le sol et les At4 non loin, il fit un signe aux deux militaires d’en prendre un en soutien. Puisque lui venait de s’en mettre un sur l’épaule.
// Il faut faire péter la mitrailleuse //



CODAGE PAR AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Ven 1 Juin - 23:10
avatar
√ Arrivée le : 08/12/2012
√ Messages : 10414

Dossier Top Secret
√ Age: 32
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Wraith
Voir le profil de l'utilisateur
Matt Eversman


Bordel. Une manoeuvre de contournement. Ils étaient malins ces clones. En même temps normal. C’était des répliques d’un tireur de précision et d’une Béret Vert. Heureusement que tous ne disposaient pas de leurs capacités à leur plus fort potentiel sinon ils seraient tous déjà morts. Matt s’empressa de se relever avant d’évoluer le dos courbé rejoignant la position des leaders. Sheppard désigna les AT4 à embarquer. Matt marqua une certaine hésitation avant de jeter un regard sur l’équipement de ses collègues. Il était déjà bien chargé avec ses deux fusils donc avec ça en prime ?! Pas le temps de réfléchir davantage, les deux prenaient déjà le large pour les prendre de flanc. Matt passa la sangle du bazooka autour de lui se sentant aussi encombré et lourd de quelques kilos supplémentaires. Il tâcha de le basculer en arrière reprenant son fusil d’assaut en main.


Mikkel Hansen


Mikkel suivit les ordres du colonel Sheppard : il le suivit lui et le sergent-maître Eversman pour faire face à l’ennemi qui les prenait à revers. Mikkel vit ce que Sheppard désigna pour eux comme armes dans l’objectif d’exécuter une attaque : des At4 avec l’ordre de péter la mitrailleuse. Toujours à suivre les ordres avec discipline, Mikkel suivit l’ordre sans réfléchir. Il prit un At4 en projetant donc de se rapprocher de la mitrailleuse et de la prendre pour cible.

Environnement


L’ennemi fût très réactif sur leurs approche.
C’était comme si le véritable Matt et la véritable Pedge étaient montés à l’assaut de la crête. Ils étaient conscient, méthodiques et intelligents. Celui qui portait la mitrailleuse M60 s’allongea immédiatement dans le sable et commença à les arroser par courtes rafales.

PA - PAPAPA - PAM PAM - PAM PAM PAM

Les couverts étaient peu présents donc le reste de l’équipe ennemie se déploya en position de combat, l’arme en avant, tirant également de courtes rafales de P90. Ou du coup par coup par moments, tout en avançant lentement. Ils cherchaient les têtes, les bras, tout ce qui dépassait des gilets. Le première classe Belings avait suivi instinctivement son officier, il s’était allongé sur le sable chaud en sentant les balles voler au-dessus d’eux. Il avait vu arriver la première rafale, simplement par réflexe, en voyant l’un des clones le viser. Et il avait prit le sable avant de se faire pulvériser.

Le militaire, la quarantaine, se mit à ramper en ne cessant de se rappeler que ce n’était pas ses vrais collègues. Que ce n’était pas le soldat fanfaron, lourdingue et bon-vivant, que ce n’était pas l’officier carriériste à l’air détaché et l’oeil morne. Rien de tout ça. C’était des soldats ennemis qui portaient leurs images, leurs visages.

La bagarre continuait de faire rage au-dessus de leurs tête. Les chasseurs poursuivaient les un très violent échange, les uns et les autres ne se faisant pas de cadeau. Les blasts étaient parfois évités. Et en d’autre circonstance, ils impactaient le blindage qui devenait rouge vif ou qui se faisait arracher du F-302. Et puis cette plate-forme qui continuait de progresser sur eux avec cet odieux bruit de chargement. On entendait d’ici les cris de Paresok qui organisait la ligne de défense en comblant les trous laissés par les Atlantes. Si le Godzilla ne pouvait pas les rejoindre suite à son déploiement en qualité de mortier, le Meneur fût heureux de voir deux de ses hommes lui revenir avec une mitrailleuse à tube. Il la fit immédiatement déployer en contre réponse sur la position de Sheppard afin de faire cesser sa fixation.

La mitrailleuse à tube, qui se déclenchait à la manivelle et se chargeait par une colonne entonnoir pouvait paraître archaïque. Et elle était loin d’être aussi performante qu’une M60 à longue portée. Mais habitué comme l’était son servant, la mitrailleuse cracha ses balles de pierres à feu en oblique, laissant la longue traînée jaune marquer les adversaires qui s’allongèrent également à leurs tours.

Bellings sentit la pression se réduire un peu, juste un peu. Il rampa aux côtés de Mikkel et prit le bord d’un relief de sable sur lequel plus balles claquèrent.
« Un débarquement. C’est un putain de débarquement. Un putain de débarquement ! » Ne cessait-il de se répéter en creusant un trou dans le sable pour améliorer sa position.

Il fût enfin en mesure de tirer et visa directement les plus exposés. L’oeil dans la lunette, Bellings respirait fortement, voyant parfois ses balles impacter les gilets Atlante à l’identique du sien. Et des fois, il parvenait à les toucher. Pas suffisament gravement néanmoins. La Pedge qui avait récolté le pruneau dans le bras avait mal, ça se voyait à l’expression de son visage aux pupilles de Wraith. Mais elle s’était redressée pour reprendre la bagarre.
Se couvrant les uns des autres, comme de vrais militaires Atlante, jouant de tactique au même titre que si l’équipe de Sheppard elle-même s’était trouvée dans le camp des attaquants, cette unité continua sa progression malgré les pertes. Ils étaient moins nombreux mais la pression s’accentuait encore.
Les mitrailleuses s’arrosaient gaiement entre elles puis, alors que Bellings venait de faire une pleine tête sur une rafale de trois coups, il vit un objet rond rouler dans le sable jusqu’à lui.

« GRE... »

BAAAAAAAAAAAAAAAAAM

Un lancer parfait, comme l’aurait fait n’importe quel militaire Atlante entraîné. Une grenade envoyée en jaugeant la durée pour qu’il ne puisse pas renvoyer l’explosif. Quand le nuage de sable tiré de la détonation s’évapora, le cadavre de Bellings se trouvait allongé dans le sable, comme s’il dormait simplement et paisiblement sur son fusil. Sauf que sa tête avait disparue.

Sous l’effet du souffle, son casque s’était envolé en emportant la mélasse qu’était devenu sa face. Il était encore en train de rouler jusqu’en bas de la crête.

_________________


merci !                               couleur : darkcyan
Revenir en haut Aller en bas
Ven 1 Juin - 23:12
avatar
√ Arrivée le : 23/04/2018
√ Messages : 92
√ Localisation : Atlantis, sur la base, dans l'océan ou à la piscine pour de l'entraînement


Dossier Top Secret
√ Age: 32 ans
√ Nationalité: Norvège
√ Gêne: Non
Voir le profil de l'utilisateur
Mikkel Hansen


Mikkel rampa aux côtés du première classe Bellings sous une pluie de balles de mitrailleuse. Les soldats ne trouvèrent qu’en guise de maigre couverture un relief dans l’étendue sableuse. Bellings cria au débarquement et se mit à creuser un trou afin d’optimiser sa position et par là même sa couverture. Pour Mikkel, la progression se révélait plus pénible et plus lente que Bellings avec le transport du lance-roquette. Le nageur de combat cherchait à ne pas le ralentir au maximum même si ce n’était pas toujours évident pour lui. Le plongeur avait l’habitude de porter des charges lourdes pour la plongée en matière d’équipement et savait progresser avec patience avec mais là il devait faire au plus vite sans trop traîner.

Un débarquement ? Ainsi cette opération méritait bien son nom. « Normandie ». On raconta du jour historique du débarquement de Normandie que la mer passa rouge sang et chavira bien trop de cadavres - une véritable boucherie. Le sable alors parut soudain à Mikkel pas si différent de la mer. Il aurait pu en avoir un malaise. Mikkel se persuada qu’il était embarqué là dans une guerre sans la qualifier. Ca l’aidait. Il ne se sentait pas capable de prendre conscience de son envergure. Pas encore. Et peut-être même pas vraiment plus tard. C’était comme un tabou pour Mikkel. Il fallait débarquer alors se disait-il.

Bellings enchaîna les tirs sur les clones à travers sa lunette. Le norvégien avait toujours eu beaucoup de respect voire de l’admiration pour les tireurs de longue distance. Mikkel tenta de voir s’il pourrait toucher la mitrailleuse d’ici avec le lance-roquette en prenant appui solide sur le relief. Il lui fallait d’abord compter sur Bellings qui dégagerait la voie et assurerait un minimum de couverture et celui-ci faisait bien le taff jusqu’à… soudain…

« GRE... »

S’éloignant de la position et par là même de son objectif que représentait la mitrailleuse, Mikkel eut le temps rouler dans un creux de sable et de glisser davantage en contrebas entre l’instinct de survie et l’instinct militaire. Il échappa ainsi de justesse à…

BAAAAAAAAAAAAAAAAAM

Les répercussions de l’explosion de la grenade l’avaient bousculer vers ce trou de sable. Dès qu’il put, il se guetta vers l’explosion. Il chercha du regard le soldat Bellings. Le soldat avait-il survécu ? Mikkel chercha et guetta une vue mais… Il ne resta du tireur que son corps en paix armé de son fusil à lunettes… Le nageur de combat vit son casque meurtri rouler…

Mikkel ne supportait pas voir des confrères... tomber... Et, formé à l’infiltration dans son escouade passée, la règle d’or voulait même dans certaines missions qu’il avait exécuté, et d’autant lors de prises d’otages, que tout le monde reste en vie, y compris un preneur d’otages, qui derrière la lunette d’un tireur d’élite qui avait la solution, pouvait à tout moment être neutralisé que si on ne parvenait pas le raisonner. Là ça n’avait rien à voir. C’était la guerre. La boucherie. Le vocabulaire du déni de l’assassinat à parler de neutralisation n’était même plus d’actualité… car tout le monde tuait et s’entretuait… Pour quelle raison déjà... ?

À couvert, réfugié dans son trou, le plongeur se figea, le regard droit devant lui et perturbé. Il fixa le vide et le néant. Il ne baissa pas la tête. Il regarda à l’horizon. Il affichait une expression fermée. Les mâchoires contractées. Il respirait plus fort le puissant norvégien. Il se remémora son arrivée à Altantis. Il ne savait pourquoi il pensait à ça en particulier. Peut-être se demandait-il pendant un instant pourquoi avait-il décidé de rejoindre l’expédition ? Peut-être s’accrocha-t-il à sa motivation première ? Peut-être avait-il changé de motivation ? Il se souvint de quelques passages du briefing conduit par Sheppard. Il rejeta toujours l’envergure de cette guerre dans son esprit mais sentit son importance. Il retrouva une raison à se battre dans tout ça semblerait-il car il revint au présent et jeta de nouveau un œil sur la bataille de sa couverture comme bon soldat d'infiltration il avait été et était toujours. Après tout il l’était toujours et tout autant têtu à progresser. Persévérant. Il ne s’avoua pas vaincu et à couvert il progressa pour revenir sur la position de Bellings. Il reprit son trou. L’odeur de la mort n'effrayait pas toujours le norvégien. Pour l’heure en tous cas, il se disait que rester planté derrière son rocher n’allait de toute façon rien changer alors qu’il pouvait continuer à progresser…

Il se rappela la surface sur le relief qu’il avait repéré pour se poser avec le At4. Le relief lui parut assez bien pour tenter une roquette. Il vit de nouveau le corps de Bellings. Il regarda ailleurs. Il regarda la bataille en cours. Il resta fidèle à la vie et au peu de vie qui régnait encore ici. Il guetta les tirs de couverture et vit des Natus qui avaient pu progresser depuis...

De sang-froid, il attendit un tir de couverture des Natus pour tenter une roquette sur la mitrailleuse... au détriment la roquette dégagerait peut-être la crête de clones… clones que Mikkel savait ressembler à Matt et le lieutenant Allen… Cette horreur allait-elle se terminer un jour... ?

Environnement


Le tir de Mikkel alla droit sur la mitrailleuse. L’explosion fut si brutale qu’une épaisse nappe de sable se leva en recouvrant une bonne partie des clones encore présent. L’un d’eux, une Pedge, en profita pour essayer de contourner le vrai Matt qu’elle avait vu bouger.

Mais lorsque le calme revint, à la place de la mitrailleuse, il n’y avait plus qu’un gros trou. L’arme ne se distinguait même plus et le tireur avait été réduit en charpie. Des morceaux de vêtements encore garni d’organes et de chairs informes se trouvaient sur tout le pourtour de l’explosion. L’homme avait réussi mais il entendit alors un communication radio, dans son oreillette, entre un frère d’arme et un observateur au loin.
Revenir en haut Aller en bas
Ven 1 Juin - 23:13
avatar
√ Arrivée le : 08/12/2012
√ Messages : 10414

Dossier Top Secret
√ Age: 32
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Wraith
Voir le profil de l'utilisateur
Matt Eversman


C’était l’horreur. Les balles fusaient, les impacts et les balles sifflaient à quelques centimètres. Cette fois, ce n’était plus de bêtes clones en face. C’était la guerre la vraie. Fini l’entrainement, là il y avait des professionnels en face. Matt s’efforça de progresser de couvert en couvert, se plaquant contre celui-ci pour éviter de prendre une balle perdue. La peur, l’adrénaline, la colère tout se mêlait en lui. Pour progresser, seule solution se couvrir l’un l’autre. L’adversaire s’organisa les déstabilisant avec un jet de grenade. Matt n’était pas à proximité directe mais ne chercha pas à comprendre, se plaquant aussitôt au sol, les mains sur le crâne priant ses ancêtres pour y échapper ainsi qu’aux projectiles associés. Le souffle et la chaleur de l’explosion se firent ressentir. Mais il était toujours en vie. Bellings n’eut pas cette chance. Le corps vola avant de s’écraser au sol, inerte. Le casque accompagné de la tête roula devant lui avant de continuer son chemin. Matt resta sans réaction durant quelques instants suivant la trajectoire de la tête. Ce genre de vision mettait les jetons. Putain… Une sueur froide le parcourut. Matt balaya le sable de son front avant d’essayer de se reprendre. Ne pas rester là et bouger. C’était impératif pour se reprendre. Il fit une tentative se faisant aussitôt canarder. Pas le choix, il dut revenir à la position initiale et ne faire qu’un avec la roche pour espérer que l’orage passe. Raté. La nouvelle tentative fut un échec.

// Je suis coincé. // gueula-t-il à ses coéquipiers. Et ce bazooka qui génait et l’encombrait l’empêchant de bien s’appuyer contre son couvert. Matt finit par retirer la sangle avant de le balancer à ses pieds. Être coincé ainsi ne faisait qu’énerver davantage le militaire, le faisant rager de se retrouver dans une telle position. Aux grands maux, les grands moyens. Le fusil d’assaut fut lâché, retombant le long de sa sangle pendant qu’il délogeait son autre fusil, le prenant bien en main. Il voulait jouer, il allait jouer et avec un autre calibre.

// Putain les mecs. Laissez moi cinq secondes de répit et je l’abats. //
//C’est Reinho ! Fait pas l’con Eversman. Y ‘en a sur ta gauche. TA GAUCHE PUTAIN !//

Matt n’était pas sniper. Il n’avait pas besoin d’un observateur pour effectuer ses tirs de précision. Mais il connaissait Reinho, un soldat Atlante resté sur la ZA, pour le petit concours qu’ils s’étaient lancés de tirer le plus loin possible au fusil de précision. Ce type là ne se séparait jamais de ses énormes jumelles et devait surement suivre le combat depuis sa position.

La voix de Reinho eut le mérite de le rappeler à l’ordre. Gauche. Tellement focalisé sur cette mitrailleuse qui le maintenait en place, Matt n’avait pas remarqué le mouvement adverse ni même que la mitrailleuse venait de voler en éclats.

Environnement


Une Pedge aurait dû débarquer.
Mais avant qu’elle n’atteigne Matt directement, une flashbang tomba lourdement sur le sable, comme ça, de manière gratuite, et aveugla le rangers. Il était encore en train d’essayer de retrouver la vue alors qu’il se battait et tentait d’échapper à un poignard de combat. Il sentit le premier coup pénétrer son gilet de protection non loin du coeur, amorti par l’un des objets qu’il portait dans ses poches, et retint le deuxième dans un réflexe de conservation.

Matt Eversman


Cling. Un objet venant dont ne sait où tomba à ses pieds, percutant sa chaussure. Matt baissa les yeux juste au moment où la grenade explosa. Il y eut une forte lueur ainsi qu’une puissante détonation. Il n’eut pas le temps de s’y préparer et prit tout de plein fouet le déstabilisant totalement. Quelque chose entra en contact avec son épaule, il se tourna dans cette direction par réflexe même s’il n’y voyait plus. La joue tendue, le coup n’en fut que bien plus rude. Cette belle droite, il ne l’avait vraiment pas vu venir. La suite non plus. Déstabilisé et privé de ses sens, Matt se retrouva de suite au sol. Le fusil avait été lâché. Les coups pleuvaient. De nombreux jurons s'échappaient de ses lèvres tandis qu’il cherchait à se protéger le visage. Seconde après seconde, la vue lui revenait même si un halo lumineux continuait de le géner. Les oreilles continuaient de bourdonner fortement. C’est là qu’il repéra la lame étincelante qui se figea, stoppé par le gilet lourd. Le temps sembla se figer quelques instants, lui laissant ainsi apercevoir une Pedge Allen Clone (PC) dont les traits étaient déformés par la haine et la colère. Oh purée. La lame fut extraite après avoir été délogée d’un élément de son gilet et de nouveau brandie. Matt ne resta pas sans réaction saisissant le bras levé pour l’empêcher d’aller plus loin, l’autre main se cramponna à son visage essayant d’y griffrer, crever tout ce qu’il pouvait.

Malgré tous ses efforts, le métal tranchant progressait inexorablement. La position dominante d’Allen lui permettait d’y mettre davantage de force. Le bras retenant la lame était malmené pour lui faire lâcher prise. Après un vingtaine de secondes de résistance, le tranchant était bien trop prêt de son visage. N’y tenant plus, le Ranger eut un geste désespéré en l’aggripant par le gilet tactique, tirant fermement de manière à la déstabiliser. tout en donnant des coups de bassin cherchant à se retourner. La perte d’équilibre fut immédiatement l’entrainant dans la pente de la crête. Lui avec. Le roulé boulé qui en résultat fut désastreux et incontrôlable. L’oreillette radio fut pressé par inadvertance laissant ainsi l’équipe apprécier le fond sonore.

Environnement


A la fin du roulé boulé, le clone comme Matt se trouvaient encore emmélés, l’un de voulant toujours pas lâcher l’autre dans le but de prendre le dessus. Impossible de savoir à quel endroit ils venaient de finir la course, impossible de savoir s’ils s’étaient approchés de la ligne alliée ou ennemie. Il faisait une chaleur infernale et le sable n’arrangeait rien, s’insinuant de tous les cotés. Le mutisme de la Pedge faisait que ses efforts n’allaient jamais plus loin qu’un sifflement contraignant, une respiration haletante et chargée de sa colère.

Voyant bien que le Rangers ferait son possible pour reprendre l’avantage, alors qu’ils se trouvaient de flanc côte à côte, la clone avança sa tête et planta ses dents dans le visage de Matt.

Sans la moindre pitié, elle prit une bonne part de sa face et serra ses molaires de toutes ses forces dans l’espoir de lui déchirer la figure.

Matt Eversman


Tout s’immobilisa si vite ! Bordel ! Le sol ne semblait plus très stable après ce roulé-boulé des plus rapides. Tout semblait tourner autour du Ranger. Heureusement l’haleine fétide et les sifflements de sa voisine lui rappelèrent sa présence. A proximité directe d’ailleurs. Juste en face de son visage, il y avait cette Pedge au visage difforme avec des cheveux blancs et des traits qui n’avaient rien d’humain. Tout en poussant un juron, Matt tenta de s’extraire. Une main glissa le long de son flanc pour rechercher son arme de service. Il y parvint lorsqu’elle lui sauta à la gueule refermant ses dents sur sa joue tel un molosse. Matt hurla autant de surprise que de douleur. La main libre chercha à la repousser, son genou fut monté pour les séparer mais Pedge ne restait pas inactive cherchant véritablement à le bouffer. Ses doigts se crispèrent sur le manche de son couteau de combat, le délogeant de suite son logement avant qu’il n’enfonce la lame dans le flanc de PC. Maladroit, il n’avait pas pensé au gilet lourd et rencontra une résistance. En même temps difficile de penser lorsqu’on se faisait bouffer le visage. Il réitéra son geste, la lame perçant cette fois la cuisse d’Allen. Un coup de poignet pour tourner la lame dans la chair avant de le retirer d’un geste vif. Cette fois, elle lâcha prise.

Toujours au sol, Matt s’empressa de mettre de la distance entre eux en reculant. Pedge avait la gueule en sang. Son sang. Celui arrachait à son visage. La vision était terrifiante. La main libre se porta sur son propre visage, certainement en sale état. La douleur était là, cinglante mais c’était surtout le choc. Elle venait d’essayer de lui bouffer le visage quoi et semblait prête à recommencer. Il lui fallait de l’aide là. Seule solution, les copains avec la radio. Il pressa sur son oreillette..

// Ici Eversman…. // Pas le temps de continuer, elle s'apprêtait à ruer de nouveau sur lui avec sa patte folle. Il recula de nouveau tenant son poignard prêt à s’abattre de nouveau s’il le fallait. Le mieux serait de se relever mais encore fallait-il en avoir l’occasion. PC poussa une espèce de grognement, visiblement satisfaite. Avec horreur, Matt remarqua que la plaie aussi immonde soit-elle était en train de réduire lentement.

// Oh non… // Vite, vite le flingue !!

_________________


merci !                               couleur : darkcyan
Revenir en haut Aller en bas
Ven 1 Juin - 23:14
avatar
√ Arrivée le : 01/08/2015
√ Messages : 475
Voir le profil de l'utilisateur
Opération
&
NORMANDIE
MJ28 : Opération Normandie
Chronologie : MERCREDI 16 MAI



John Sheppard


Du coté du colonel, séparé du reste de l'unité.

Sans surprise, cela devenait très vite ingérable et la ténacité des clones était en train d’être une belle danse ! John avait perçut les appels de Matt et les réponse d’un autre Atlante. Il chercha où pouvait être Matt qui était bien loin derrière lui avec Mikkel. Un énorme flash aveuglant arriva sur la position du ranger… John ouvrit de grand yeux avant que Paresok ne l’appelle par le canal radio, pour l’informer qu’il avait des clones qui venaient vers lui.
//Maudite boite à voix dans ce sable, crénom. Ola, SHEPPARD ! Trois traîtres ! Trois traîtres sur toi, prudence !...message est-il transmit, que soit maudit tel créateur de ne pas en avoir fait simplicité !!!//
// Reçu Paresok. // fit-John avec un rictus amusé par la galère qu’avait son frère d’arme à utiliser une simple radio.

Et ce fut avec effroi qu’il constatait que trois clones lui fonçaient dessus avec la ferme intention de faire du grabuge. Ce fut une pedge et deux Matt. L’un des Eversman empoignait un lance grenade pour faire un strike sur la mitrailleuse de Paresok, alors que les deux autres courraient clairement sur le colonel dans le but d’être au corps à corps. A deux ils auraient toutes les chances de le tuer ! Et John était du même avis, surtout qu’il avait apprécié durant Magna son alliance avec Allen, pour son efficacité… Il allait en chier !

Parfois, réfléchir vous empêche de réagir convenablement, face à la double menace et ne pouvant pas gérer les deux à la fois, le colonel sortit une grenade à fragmentation et la lança dans la direction du Matt qui explosa avec son lance grenade… Plus de bras plus de grenade ! Celui-ci avait bien tenté de s’esquiver en prenant un couvert susceptible de lui éviter les éclats. Mais puisque le colonel avait dosé son temps de détonation, l’explosion s’était déclenché avant que sa cible ne puisse prendre suffisamment de distance. Un coup au but bien placé au même titre que celui qui avait emporté Bellings et ce fut un acte de vengeance qui lui était dédié !

Cependant, les deux autres tombaient sur le colonel dans un corps à corps endiablé ! Autant Eversman de base est bien moins bon que lui, donc il aurait put le pouiller mais Pedge avait un niveau égal au sien, ce qui n’était pas franchement la même donne. La compétence conjuguée de l’un et de l’autre n’était véritablement pas à sous-estimer. Avec ce mini tank sur patte ! Le colonel, leur tira dessus, blessant à l’épaule le MC (Matt clone) - le nommer ainsi, les rendaient plus humain et donc cela lui facilitait la tâche pour les tuer sans trop que ça le remue. Mais Pedge était plus véloce et elle sauta comme une tigresse sur le colonel, pour faire tomber leurs corps dans le sable, le martelant de ses poings comme une folle ! John ne pouvait pas tout esquiver et un coup de boule à la zidane permit à celui-ci de reprendre un peu l’avantage avant que MC lui tomba dessus aussi. C’est à ce moment là que John sentit la lame d’un couteau de combat lui entailler la joue dans une belle estafilade qui fait ravage dans un film d’horreur.

Il n’avait pas vraiment le choix… MC était sur son torse … donc la main partie et il lui broya les parties intimes sous la souffrance du clone qui avait aussi ce petit détail anatomique ! Il ne restait que PC (Pedge clone) qui comptait planter son arme dans la gorge de Sheppard, mais ce fut dans le dos de son partenaire… En effet John avait profité que l’autre pignouf se tordre en deux, pour l’attraper et s’en faire un bouclier humain. Ainsi, le colonel réussit à se dégager un peu et se relever alors que son arme était en train d'épouser son ventre. Ce cours moment de répit ne dura pas, le MC (Matt clone) y allait comme un gros bourrin, engageant une nouvelle fois (avec son couteau dans le dos comme un aileron de requin) le contact pour éviter que le colonel n'utilise son arme. Le P90 tomba au sol et PC, profitait des attaques du Matt pour se lancer dans la mêlée !

Cela commençait à devenir critique, John sortit l’un de ses couteaux pour parer et donner des coups, en taillant le visage clonique de MC… qui reculant en se tenant le nez… PC n’était pas de cet avis et elle essaya de retirer l’arme blanche du colonel, lui maintenant le bar. Cela était une position désagréable, il tourna avec elle… un joli tango, où il sentait que s’il résistait trop longtemps, son bras allait finir brisé ! Il eut le temps de prendre son autre couteau et frappa le dos de PC avec rage avant de lui planter dans la nuque… Elle s’écroula et il put récupérer son bras affreusement douloureux… MC Avait repris ces esprits et tenait en joue John avec le P90 et …. PAN !

… … … … Le seul corps qui s’écroula fut celui d’un clone, Paresok avait visé juste. John soufflant s’essuyant le visage… la prise de revers était fini… Il avait du mal à parler et toussait du sable était entré dans sa gorge… il avait les yeux rougis et sa joue pissait le sang ainsi que son épaule, qui avait encaissé les coups et surtout un coup de couteau. Cette guerre était pire que celle de magna … parce que les corps qui gisaient là… ce n’était pas des Wraiths. Après avoir rangé ses deux poignards, il acheva PC qui se noyait dans son sang avec son pistolet avec une balle standard et reprit son P90 pour rejoindre les autres.

« Folie étreint ton être mon garçon ! Tu fais provocation à la mort, si elle te prend nous sommes tous condamnés ! » Affirma le Meneur en attirant le colonel en arrière des lignes.

Il se rendit compte que son épaule blessée lui faisait de plus en plus mal.
A la base, habitué à subir ce genre de blessure, il savait comment ça se passait. La crispation progressive du muscle qui devenait aussi dur que du bois. Le mal terrible qui prenait comme un pincement de nerf dès que l’on tentait de forcer ou d’exercer une pression. Et là chaleur qui demeurait présente, déplaisante et lancinante. Mais il y avait quelque chose de plus cette fois. Quelque chose qui n’allait pas du tout.

Paresok se rendit compte que l’épaule de son ami le gênait de plus en plus. Lorsqu’ils parvinrent tous les deux derrière la ligne que les Natus et Atlantes tenaient toujours, le reste de leurs ennemis ayant été largement réduit et tenu en respect, l’homme écarta le tissu en le faisant craquer et se recula brutalement, comme s’il venait de découvrir quelque chose d’effrayant. Il ouvrit de grands yeux puis dégaina son poignard, hésitant quand à la réaction qu’il devait adopter.

« Fiston... » Fit-il après s’être repris. Il rangea sa lame et lui posa une main compatissante sur son épaule valide. Il voyait le même résultat sur la joue balafrée de son ami et ne voulait pas le décrire pour ne pas le faire paniquer. Surtout pas. « Je reflèterai ta volonté à défendre le terrain. Il te faut aller prestement auprès de ta médicastre...sans tarder ! »

A ce même moment, Sheppard reçu enfin la bonne nouvelle de la journée.

//L'armement est neutralisé, la plateforme ne peut plus attaquer, ni se défendre//

Cela lui déclencha un sourire en coin. Il répondit avec humour, ces quelques secondes lui faisant oublier l’inquiétude que lui avait déclenché la réaction de son frère d’arme.

//Bien joué Rodney ! Ca fonctionne, on ne va pas mourir tout de suite finalement ! //

//Evidemment que ça fonctionne. Dois-je te rappeler à qui tu t'adresses ? Au célèbre Docteur Rodney McKay, celui qui sauve les fesses de tout le monde, comme toujours//


C'est alors qu'il reçu une autre transmission. Il ne voyait plus Matt et Mikkel, ce qui l'arracha de sa mauvaise dispersion. Il fallait qu'il les retrouve tout de suite, c'était loin d'être terminé.
CODAGE PAR AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Ven 1 Juin - 23:16
avatar
√ Arrivée le : 23/04/2018
√ Messages : 92
√ Localisation : Atlantis, sur la base, dans l'océan ou à la piscine pour de l'entraînement


Dossier Top Secret
√ Age: 32 ans
√ Nationalité: Norvège
√ Gêne: Non
Voir le profil de l'utilisateur
Mikkel Hansen


L’explosion de la mitrailleuse se dissipant, Mikkel entendit des échanges radio entre Matt et Reinho. Il appuya sur son oreillette de deux doigts comme pour mieux entendre les voix. Reihno avertissait Matt de ne pas faire l’con et que sur sa gauche… Merde ! Ca puait le saumon pas frais ! Mikkel lâcha sa prise sur son oreillette et fonça sur la position du sergent-maître.

Entre-temps il entendit toujours de l'activité dans son oreille : des remues ménages difficiles à interpréter pour lui mais qui ne rassuraient pas plus bien au contraire. Mikkel ne pouvait se douter que Matt était en plein roulé-boulé chaotique avec une clone-wraith de Pedge Allen.

Lorsque Mikkel arriva sur la position : aucune signe de Matt ! Le nageur de combat chercha du regard et ne parvint qu’à reconnaître son fusil de précision. Mikkel scruta les horizons sans succès à la recherche du sergent-maître. Ca ne lui plaisait pas du tout tout ça. Où était Matt ? Comment allait-il ? Mikkel avait regardé sur le flanc gauche se remémorant la mise en garde de Reihno mais rien ! Et, dans l’agitation des regards, en jetant un regard un peu plus vers le sol, il remarqua des traces dans le sable qu’il put plus ou moins associer à ce qu’il avait entendu. Rien n’était certain et pas le temps d’y réfléchir ! Il ne suivit alors que son instinct bien décidé à retrouver Matt et descendit en contrebas au pas de course.

// Ici Eversman…. //
Matt appelait à l’aide. Mikkel arriva sur sa position et la scène n’était pas du tout belle à voir. Le nageur de combat eut à peine le temps de la décrypter. Matt semblait montrer des signes de vie mais il paraissait comme sacrément dans un sale état. Mikkel eut à peine le temps de voir le sang sur son visage. C’était suffisant. C’était bien assez pour réagir.

HE GROGNASSE !

Qui l’avait fait saigner. Le norvégien qui passa viking interpella là la clone-wraith de son bon coffre avec l'éventuel avantage de la surprendre pour enchaîner sur un tir de pompe. Mikkel ne voyait qu’une cannibale. Il ne voyait pas leur premier lieutenant Allen. Il ne se serait pas permis de ce juron envers la vraie Allen. Ouvrant le conflit avec la clone-wraith en tentant là d’aider Matt, il pouvait désormais bien la voir de face et voir son visage digne des plus bons comme mauvais films de zombies. Mikkel ne prenait pas encore tout à fait conscience que la clone-wraith venait de bouffer le visage de Matt. Il n’avait pas vu la scène. Comment aurait-il pu imaginer de lui-même une telle chose aussi inhumaine ? Pourtant ça sentait quelque chose d’aussi horrible sans même définir quoi.

A peine il eut là son attention à la clone-wraith qu’il tira sur elle sans hésiter et même de manière sauvage un premier tir de fusil à pompe. Sauvage. Car Mikkel était bien décidé à protéger son ami contre tout et n’importe quoi et avait même de la rage en lui malgré qu’il gardait sang-froid en apparence. Il rechargea puis enchaîna un second coup sans merci tout en se rapprochant protecteur vers Matt et tout en cherchant à faire reculer la cannibale du sergent-maître.

Environnement


Le clone poussa un sifflement que l’on aurait pu attribuer aux Wraiths. Les bras en avant, l’air bestial, elle avança et se prit la première cartouche, volant sur au moins deux mètres dans le sable. Elle se releva presque immédiatement, un grand cercle sanguinolent se devinant au travers de son gilet. La seconde cartouche lui détacha son bras gauche dans un nouveau cri, sa tête se tournant pour constater qu’un fin morceau de muscle maintenait encore le membre sectionné. Beaucoup de sang s’écoulait. Il était rouge mais également blanc, comme les Wraiths.

Le clone de Pedge dégaina soudainement de sa main libre son neuf millimètres et tira en réponse de la nouvelle cartouche de Mikkel. Elle parvint à toucher le canon de son fusil qui partit sur le côté et il reçut une nouvelle balle dans l’épaule, le coup le faisant tomber à la renverse.
Elle fonça alors sur lui, lâchant son arme, sa main présentant un orifice de ponction qui ne demandait qu’à voler la vie du plongeur pour se restaurer. Dans son esprit, la présence de Matt avait été gommé. Elle s’en occuperait après avoir tué cet illustre sauveur.

Matt Eversman


Le M9 avait été délogé de son emplacement puis levé, prêt à délivrer son lot de balles. L’arrivée de Mikkel fit son petit effet notamment avec ce vol plané. Rarement Matt fut si soulagé de voir débarquer ce grand viking. Il en imposait avec son entrée ! Visiblement ça ne suffisait pas pour PC qui repartit au combat dans un sale état. Le Ranger profita de la diversion pour se remettre sur pieds. Tout tanguait toujours un peu autour de lui. L’équilibre demeurait précaire tout comme la vision. En voyant PC ouvrir le feu puis fonçait vers son sauveur, le militaire ouvrit le feu à son tour appuyant à de multiples reprises sur la gâchette de son pistolet tout en avançant vers sa cible.

Environnement


Pris dans ces tirs, la clone poussa un dernier râle avant de s’effondrer dans le sable. A l’agonie, elle empoigna la jambe de Mikkel en tirant sur son pantalon d’uniforme. Elle tentait de se hisser jusqu’à lui de sa seule main valide.

Mikkel Hansen


Mikkel reçut une balle dans l’épaule d’un tir de pistolet de la cannibale et tomba à la renverse avec son fusil qui tomba près de lui. Il serra les dents et siffla une souffrance exprimant sa douleur. La vampire délaissa son arme pour en dévoiler une autre : elle se rua vorace à chercher à lui ponctionner de la force vitale. Matt put fort heureusement tirer de nouveau sur la clone-wraith qui s’effondra et attrapa la jambe de Mikkel. Le plongeur chercha son fusil par tâtons et resta sur le sol. Il ouvrit un angle de tir sur la tête ou le corps peu importe il pouvait bien attendre de sang-froid à continuer à faire l'appât à la laisser se hisser pour l'accueillir tant que ça visait le clone à bout portant pour rejoindre les tirs de Matt.

Environnement


La cartouche de fusil à pompe, par son recul important, provoqua une intense douleur au nageur de combat et une aggravation de sa blessure. Mais l’expression soudaine de surprise du Wraith remplaça le décollement complet de la moitié de son visage et de sa boîte crânienne. Le clone s’affaissa sur le pantalon du militaire, dans une position qui aurait été assez suggestive et ironique dans un autre environnement, la matière cérébrale dévastée et les différents fluides se répandant sur son uniforme.

Ca aurait dû se finir comme ça. Ca aurait dû. Mais Matt, qui se trouvait à coté, entendit alors un bruit étrange. Un son caractéristique qu’il connaissait très bien pour l’avoir expérimenté de trop près avec Alek Hamilton l’an dernier. Et il savait ce que c’était…


Revenir en haut Aller en bas
Ven 1 Juin - 23:19
avatar
√ Arrivée le : 08/12/2012
√ Messages : 10414

Dossier Top Secret
√ Age: 32
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Wraith
Voir le profil de l'utilisateur
Matt Eversman


Bip, bip, bip...Non non non. Ce bruit ne pouvait être oublié tant il était imprimé dans l’esprit du militaire. L’autodestruction du wraith était proche, imminente même !

« COURS !» Gueula-t-il à Mikkel qui était coincé sous cet amas difforme et explosif. Matt s’empressa de le rejoindre pour l’aider à se dégager de là l’attrapant par la poignée de son gilet. Il n’y alla pas ensuite par quatre chemins en poussant son coéquipier dans la pente avant de se jeter à la suite. L’objectif étant de mettre la plus grande distance possible entre eux et cette bombe.

Mikkel cria sa souffrance sans se retenir de sa douleur à l’épaule. Encore très fraîche, elle se réveilla par son coup de fusil à pompe à bout portant sur la clone-wraith. Mais enfin la cannibale tomba. Enfin. Elle se répandit elle et ses viscères sur le plongeur avec l’odeur de cadavre qui allait avec. Il put voir sa tête se décomposer dans le sang et les organes. Et puis…Et puis… COURS ! Cria Matt qui le rejoignit pour l’aider. Mikkel chercha à faciliter du mieux qu’il pouvait compte tenu de son micro-choc et de sa blessure les élans de Matt à le bouger. Il se laissa pousser. Il avait totale confiance en Matt. Ils se jetèrent tous les deux de la pente pour échapper à un BIP que Mikkel avait à peine eu le temps de bien discerner et dont il n’avait pas reconnu l’explosif. Mikkel accompagna ainsi Matt dans un roulé boulé d’esquive. Matt venait de lui sauver la mise. L’explosion fut brutale. Les deux soldats furent aspergé de viscères et de poussières. Après ce roulé boulé et avoir dévalé la pente et repris un peu ses esprits, Mikkel était soucieux de savoir si son coéquipier “allait bien” si on pouvait dire ça comme ça… Le nageur de combat se tenait l’épaule et ne se redressa qu’un peu et très difficilement ne restant qu’assis et toujours au sol sur le sable en sang « Matt ?» Mikkel siffla-t-il dans la douleur. « Ca va ?»

BAAAAAAAAAAAAAAAAA

Une explosion particulière brutale eut lieu. Du sable, mais aussi des morceaux de roches et des débris en tout genre formèrent un parapluie dans le ciel. Le tout retomba bien vite en arrosant les deux soldats de sang et de sable. Quelques morceaux de chairs non vaporisés claquèrent ici et là, le calme revenant l’espace d’une seconde, avant qu’une main munie d’un orifice ne retombe sous leur nez.

Les doigts bougeaient encore imperceptiblement sous l’effet de nerfs encore alimenté. Le calme revint alors pour de bon.

La pluie de sang et de sable mêlé l’empêcha de répondre aux sollicitations de son coéquipier. Mains sur le crâne, le Ranger s’efforça de se protéger d’une éventuelle retombée violente mais rien de plus. Uniquement leur respiration rapide. Matt leva les yeux sur la pente, bien haute face à eux, y recherchant de suite une éventuelle menace. Rien. Juste du sable, des traces sombres mais aussi des morceaux de chair autour d’eux. C’était dégueulasse. Vite, il s’empressa d’éjecter cette main d’un mouvement rapide. Matt se prit quelques instants pour passer une main sur son front y épongeant la sueur, le sable mais aussi le sang. Sa joue le tiraillait fortement. Pas besoin de voir ça pour deviner que cela ne devait pas être beau à voir. Tout ça saupoudré de sable. Il se sentait vide, comme s’il venait d’être passé dans une machine à laver pendant l’essorage et en ressortait secoué.

il lui fallut quelques secondes supplémentaires pour s’apercevoir de la rougeur du sable autour de son coéquipier. Il jura avant de basculer à genoux.
« Tu es blessé ?» La réponse semblait évidente et ce ne fut pas bien difficile d’en connaître la cause. Plaie par balle au niveau de l’épaule.

« Oui…» Répondit Mikkel en regardant la plaie du visage de Matt. Il ne reconnaissait pas la blessure. Il ne pouvait l’identifier. Il ne savait si ça irait pour Matt...
« Tu as un kit de soin ? » Demanda-t-il en se mettant à fouiller les poches du gilet de son coéquipier.
« Non…» Répondit-il toujours en regardant la plaie sur le visage de son coéquipier. « Non. Je n’en ai pas, merde...» Reprit-il comme reprenant ses esprits et lâchant un juron comme pour s’excuser. Eversman cessa ses recherches en lui adressant une tape sur l’épaule saine. Sa formation de premiers secours ne lui était pas d’une grande aide. Il devait compresser la plaie mais sans matériel adéquat. Matt observa autour de lui avant de penser à son écharpe, désormais poisseuse et humide. C’était toujours mieux que rien. Elle fut ôtée avant de servir pour un bandage compressif exprès. C’était pas terrible et ça ne lui éviterait pas de se vider de son sang mais c’était toujours mieux que rien. Le soin précaire effectué, Matt activa sa radio s’exprimant d’un voix lasse, chaque mot tirant sur la plaie.

« // Eversman à Atlantes. Mikkel est blessé et nécessite des soins. On est en bas de la crête côté ZA. Terminé. //»
// Je vous vois, tenez le coup. //

_________________


merci !                               couleur : darkcyan
Revenir en haut Aller en bas
Ven 1 Juin - 23:24
avatar
√ Arrivée le : 01/08/2015
√ Messages : 475
Voir le profil de l'utilisateur
Opération
&
NORMANDIE
MJ28 : Opération Normandie
Chronologie : MERCREDI 16 MAI



John Sheppard


CO-AUTEURS : Matt Eversman et Mikkel Hansen

Sheppard se trouvait au sommet de la petite dune et descendit en courant, manquant à plusieurs reprises de s’étaler. Il glissa dans le sable sur le dernier mètre, pressant son épaule meurtrie et ensanglantée, puis se rendit jusqu’aux deux hommes. Il s'agenouilla à leur niveau.

« Mikkel, est-ce que vous pouvez marcher ? »
Oui colonel.” Répondit le nageur de combat dans une légère souffrance de son épaule mais confiant pour marcher. Pour son épaule, il tenterait de ne pas y penser. Les premiers soins de Matt pourraient un peu l’aider pour ça. Mikkel comptait là-dessus.

Le colonel écarquilla ensuite les yeux en voyant la plaie que Matt avait sur le visage. Ils étaient tous blessés nom d’un chien !

« Matt, est-ce que tu es encore d’attaque ? »
C’était pas fini ? Eversman ne savait que trop bien que ce n’était que le début même s’il sentait qu’il y avait déjà laissé des plumes. Fatigue et douleur, un bon cocktail explosif. Ne pas s’allonger sinon il risquait de ne plus se relever avant un petit moment. il était touché, il en avait conscience mais c’était supportable. Pour le moment.
« Oui.» Matt chercha à croiser le regard de son officier essayant de lui montrer que ça allait. Lui aussi n’était pas en très bon état. « Toi, faut que tu te soignes. »
Sheppard acquiesça tout en rejetant l’idée en arrière plan. Il capta le regard de ses deux subordonnés.
« Ecoutez-moi. Ce machin au-dessus de nos têtes va anéantir la ZA si nous ne faisons rien. McKay a fait le plus gros du boulot. Alors prenez moi les AT4 et faites-m’en des confettis, reçu ?»
Son regard dévia sur le nageur. Le colonel avait une balafre sur la joue et une épaule ciselée par un coup de poignard. Il ne perdait pas de sang mais du “mouvement” se devinait sous sa peau en bordure de blessure.
« Hanson, je vous aiderai à faire votre tir.»
Bien mon colonel.” Mikkel s'aperçut que le colonel Sheppard avait dû lui aussi en voir de toutes les couleurs. Il avait l’air blessé.
« J’ai plus l’AT4. Il est resté en haut. J’ai plus mon fusil de précision non plus...» Le fusil d’assaut se rappela à lui, toujours sanglé dans son haut. il l’attrapa pour en vérifier l’état d’un coup d’oeil. Bon le canon n’était pas tordu, c’était déjà ça.
« Laisse tomber, Matt. On a une caisse là-haut.»
« Faut remonter tout ça ?» Non mais elle était gigantesque cette pente.
« Non, on va laisser ce truc creuser un gros trou dans la crête.» Ironisa le colonel. « Allez rangers. En avant !»
Sheppard se redressa pour contourner Mikkel et l’aida à se redresser de son bras libre. Il fallait impérativement atteindre le sommet de la crête et dézinguer la plateforme avant que son système de défense ne se remette en place.
« Allez !»
La remontée fût rude et particulièrement difficile. Trois blessés qui devaient retourner sur le sommet de la crête rapidement, c’était beau sur un film d’action...et cauchemardesque en réalité. La plateforme était pratiquement au-dessus de leurs têtes, le colonel commençait à sentir la pression le gagner de plus en plus.
« La caisse est là. N’attendez pas mon ordre pour tirer !» Fit-il en ouvrant le contenant de sa main libre. Il appuya ensuite sur son oreillette.
//Paresok ! On va descendre la plateforme. Prépare toi à évacuer si elle nous tombes dessus !//

Les cuisses étaient en feu, le souffle des plus courts lorsque la figure de Paresok fut enfin visible. Matt ne réfléchissait plus se contenant de garder son souffle, sa salive. La chaleur, la fatigue, la douleur. Tout pesait sur les corps des atlantes. La démarche était plutôt vacillante côté Ranger. Il s’avança vers cette fameuse caisse. Le meneur Natus lui tendit le fameux bazooka, il le remercia d’un signe de tête avant de se mettre au sol pour pouvoir gagner en stabilité. Les protections furent otées d’un geste mécanique avant qu’il ne se mette en place activant le dispositif. Ne pas attendre l’ordre de tir. Les paroles de Sheppard lui revinrent en tête avant qu’il ne presse la gâchette.

« Dans ta face, pétasse.» murmura-t-il.

Avec l’aide de Sheppard, Mikkel prit un AT4 de la caisse et tenta avec lui le tir d'une roquette pour viser “le machin” au dessus d'eux. C’était quoi déjà ? Mikkel ne s’en souvenait plus dans l’agitation mais comme le principal c’était surtout de le mettre en pièces… autant ne pas chercher à le baptiser. Grâce au tir à deux, Mikkel ne souffrait pas trop de son épaule, du moins de manière anodine, et put assister du mieux qu’il pouvait le colonel dans le tir.

Les chasseurs étaient revenu. La plateforme se faisait attaquer de toutes parts tant par les missiles que les roquettes depuis le ciel. Les AT4 filaient depuis le sol pour s’enfoncer dans le blindage qui se crevait avant la détonation. Puis le cumul déclencha des incendies un peu partout. Petit à petit, l’engin volant perdit des morceaux, écrasant les derniers attaquants ennemis en contrebas que Paresok retenait avec virulence. La faiblesse de la plateforme se devinait au gré des tirs et cela regonfla d’espoir le colonel.
« Ca fonctionne ! Videz moi cette caisse, envoyez la sauce !» Fit-il en aidant Mikkel à supporter le second AT4 qu’il avait récupéré. Mikkel continua les tirs avec Sheppard.
Voir cette plateforme se prendre un premier tir puis un second, c’était un pied total. Contrarier les plans de cette pétasse. il n’y avait rien de mieux. Docile, le Ranger s’empressa d'exécuter l’ordre renouvelant ses gestes jusqu’à l’activation du bazooka espérant bien aggraver l’état de cette plateforme gigantesque. Il renouvela les mouvements jusqu’à ce qu’on l’interrompt.

Le matraquage en règle de l’objet volant révéla soudainement ce qui semblait être son générateur principal. Le tir conjugué de Matt et Mikkel venait de faire sombrer cette dernière partie du blindage et un F-302, comme un ange volant, fit un brutal virage pour piquer du nez dessus. Il ne restait alors qu’un dernier AT4 dans la caisse lorsque Sheppard ordonna le cessez le feu. Le chasseur envoyait tout ce qu’il avait, roquettes comme son dernier missile AMX. Et cette fois la détonation prit une mesure inégalée, l’engin se secouant de toute part dans des explosions secondaires avant que le tout ne s’éteigne entièrement. La plateforme pencha alors en arrière, comme déséquilibrée, puis elle tomba. D’abords lentement, puis de plus en plus rapidement jusqu’à rencontrer le sol dans un étonnant “CRAC” sonore.
Les Natus qui tenaient la crête se mirent à crier de joie en voyant l’ennemi s’enfuir, désorganisé, concluant la réussite totale de la tenue du secteur. Le colonel souffla, conscient qu’ils avaient failli échouer à quelques minutes près, puis envoya une tape sur l’épaule de Matt.
« Bravo messieurs. Nous avons gagné le droit de nous faire soigner...»
Il s’asseya sur le sable aux côtés de ses deux soldats, regardant la ZA en contrebas où le nouveau convoi de jumper était en train de déposer les forces. Il en appela un pour aller les récupérer.
//Ici Sheppard. On a réussi de notre côté. Que toutes les unités qui ne sont plus engagées se regroupent sur la ZA pour réorganisation. Paresok, j’aurai besoin que tu maintiennes ce secteur sous ta vigilance. Terminé.
Il soupira et regarda ses collègues.
« Pas mal pour un début...»
« Tu parles d’un début...» Répliqua le Sergent-Maître qui s’était allongé dans le sable. Plus question pour lui de faire le moindre mouvement avant l’arrivée du jumper. Enfin jusqu’à ce que son fusil ne se rappelle à ses souvenirs. Chacun étant dans un sale état, il ne pouvait se permettre de demander à l’un d’eux un effort supplémentaire. Même à un tirailleur Natus. Se remettre sur pieds fut des plus complexes, ça continuait de tourner un peu.
« Faut que je retrouve mon fusil.» ça l’enchantait pas vraiment mais il n’avait pas vraiment d’autres choix. On abandonnait pas son coéquipier, tout comme on ne se séparait pas de son arme. Normalement.
« On y va ensemble, j’ai aussi quelque chose à récupérer...»
Le colonel tira une grenade fumigène verte de son gilet et la donna à Mikkel.
« Tenez. Envoyez ça pour l'atterrissage du jumper sur son approche et faites le attendre. Reposez-vous au possible, Hansen.»
Mikkel prit la grenade fumigène verte “Bien colonel.” et acquiesça.
« Tu es pas en état, mec. »
« Toi non plus. On fait une belle paire...» Ironisa Sheppard en se redressant. Il fît un signe à son soldat, l’invitant à y aller. Ce premier combat l’avait vidé et, pourtant, il se sentait toujours comme “en forme” par l’utilisation de son sérum rose.
« Cette fois, je te laisse les infirmières. Je crois que j’ai assez donné la dernière fois.» Manière d’Eversman de dédramatiser son état. Il n’était pas vraiment le genre à s'apitoyer sur son état encaissant. Il regrettait bien vite de ne pas être rester allongé, marcher dans ce putain de sable se révéla vite pénible.

Délaissant temporairement Hansen non s’en s’être assuré que son état était “stable” malgré les circonstances, le colonel suivit Matt et secoua négativement la tête. Il mima un faux dépit quant à sa remarque et retourna avec lui sur les lieux du combat. Il s’arrêta au niveau de Bellings, recherchant sa plaque qui, par chance, ne s’était pas envolée. Puis il avança jusqu’au lieu de son duel. Le couteau qui l’avait blessé était toujours là, un couteau avec une lame qui n’était pas propre. Du moins le supposait-il. D’une main, il défit son foulard et entoura la lame avant de la récupérer. L’officier remonta ensuite vers Matt, constatant qu’il avait également récupéré son arme. Ils reprirent ensemble le chemin inverse pour retourner au jumper qui était déjà en train d’arriver. John constata les blessures de son subordonné et eu une vue plus directe des traces de dents sur son visage.
« Au moins tu changes de face selon l’année...»
« Tout ça parce que je suis le beau gosse de cette Cité. Alors on s’acharne sur moi.»
Sheppard ricana. Il y avait cette légère petite rivalité bon enfant depuis le début. Le beau gosse, c’était LUI, pas Eversman. Il lui tapota l’épaule avant de monter dans le jumper et de vérifier qu’Hanson allait bien. Il attendit que les Natus blessés viennent à leurs tours et fit signe au pilote. Il était temps de rejoindre la ZA et de prendre des nouvelles du reste de l’équipe.

CODAGE PAR AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Sam 2 Juin - 10:54
avatar
√ Arrivée le : 24/01/2017
√ Messages : 614
√ Localisation : Sur le Dédale


Dossier Top Secret
√ Age: 64
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Non
Voir le profil de l'utilisateur
Opération
&
NORMANDIE
MJ28 : Opération Normandie
Chronologie : MERCREDI 16 MAI


Secteur de la crête, fin du combat.

Le jumper s'était rapidement rempli. Il y avait eu de nombreux blessés du côté des Natus qui avaient tenu la ligne de la crête. La silhouette de Paresok se devina au travers de l'ouverture tandis que ses hommes se trouvaient tous une place. Il n'en restait plus qu'une petite poignée pour défendre le secteur mais l’ennemi avait fait marche arrière.

Les deux frères d’armes s’échangèrent un regard. Le Meneur allait tenir cet endroit le temps que Sheppard puisse réorganiser ses troupes et définir les nouveaux objectifs. Il ne s’était pas encore rendu compte que son épaule et sa joue lui faisaient de moins en moins mal. L’effet de la drogue de performance, la fiole rose, lui empêchait de véritablement connaître son état puisqu’il se savait blessé “mais en pleine forme”. Dans la donne, il ne restait que la douleur pour lui rappeler qu’il avait reçu un bon coup de couteau et, pourtant, il avait l’impression de n’avoir subi qu’une petite éraflure.

Tandis que le copilote distribuait de l’eau et de la gaze aux blessés le temps d’atteindre l’antenne de secours, l’engin décolla finalement pour donner un aperçu de la scène vu du ciel. Un spécialiste en effet spéciaux aurait difficilement pu le reproduire : des cratères partout, des débris fumants, une multitude de corps ennemis sur le versant opposé de la crête. Et plusieurs répartis le long de la ligne. C’est de cette position que l’on pouvait réellement se rendre compte du rude combat qui avait été mené ici. Si les hommes n’avaient pas pris le sommet de cette crête, leur ligne aurait été percée et la ZA anéantie.

Le tank ennemi mais surtout la carcasse de la plate-forme flambait, une large colonne de fumée noirâtre montant dans le ciel. Il faisait toujours aussi chaud et tout dans le scène rendait cela infernal. Il avaient survécu à ce premier combat d’une rare violence. Ils avaient retenu une prise de flanc et empêché la reprise du terrain par l’ennemi.

Le jumper revenait doucement en direction de la ZA où des incendies avaient également eu lieu. Les traces d’un violent combat s’y trouvaient également mais à bien moindre mesure que sur leur secteur. Deux F-302 passèrent soudainement devant eux, leurs blindage fissuré et morcelé. Mais leur évolution témoignait d’une certaine souveraineté, d’un symbole du contrôle du ciel. De l’altitude la plus haute, de nombreuses “étoiles filantes” se devinaient malgré le plein jour. Des débris entraient dans l’atmosphère et brûlaient en laissant une traînée de lumière dans leur sillage. Les apparitions étaient brèves.

Quand le jumper parvint jusqu’à la ZA, les blessés affluèrent tous en direction de l’antenne de secours où ils furent pris en charge. Mis à part le jumper de Ferguss qui revenait avec les blessés et les soldats du flanc gauche, les autres avaient déposé des troupes fraîches qui s’attelaient à sécuriser le secteur. Leur sous-officiers, Natus comme Atlantes, se présentèrent à Sheppard pour recevoir les ordres.

Sheppard fit le calcul, se concentrant de nouveau sur les différentes informations qui lui parvenaient. La ZA était maintenant pleinement sécurisée, le ciel contrôlé. L’ennemi n’affluait plus des flancs qui se trouvaient obstrués par les différents crashs et le ravage des mines. La situation était clairement en leur faveur et leur permettait le luxe de s’organiser. Si la ligne frontale continuait de se renforcer en l’attente de leur arrivée, il fût décidé néanmoins d’attendre le regroupement de tout le monde afin de se soigner, se ravitailler, et prévoir la nouvelle bataille.

La guerre ne faisait que commencer.



MISSION ACCOMPLIE.

Incidence positive


CODAGE PAR AMIANTE


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Atlantis Insurrection :: Galaxie de Pégase :: Planètes explorées :: Le Boc-