Atlantis Insurrection
"Personne ne demande à devenir un Héros, sauf que parfois ça finit comme ça..."

Et si ce Héros, c'était toi ? Tu es l'un des meilleurs dans ton domaine (Biologiste, Chirurgien, Infirmier, Diplomate, Démineur, Maître chien...) et on te propose de participer à l'expédition la plus fabuleuse mais aussi la plus dangereuse : l'expédition Atlantis.
Auras tu le cran de rejoindre Atlantis pour découvrir ses mystères et affronter les dangers de cette galaxie ?

Tu peux aussi incarner les personnages importants de la série (Ronon, Zalenka, Lorne, Teyla....) Bon niveau RP demandé.
On recherche de nombreux personnages inventés.
http://www.atlantisinsurrection.com/t387-personnages-vacants


Si tu te sens capable de franchir ce pas, tu es des nôtres ! Clique sur l'image ;-)


RPG sur Stargate Atlantis
 

[Event double face] Moment fort 7 : UNE AIDE CRISTALLINE

 :: Cité d'Atlantis :: Niveau 7 - Zone Scientifique et Technique :: Jardin botanique Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mer 6 Juin - 12:59
avatar
√ Arrivée le : 01/08/2015
√ Messages : 475
Voir le profil de l'utilisateur


Moment fort 7 : UNE AIDE CRISTALLINE
Fuller-Avalon

« Plusieurs consignes en fin de document»



Emeryan s’était mis à errer.
Il n’avait pas l’habitude. En dehors du jardin botanique, c’était le désert de gris, là où les humains vivaient. Depuis un certain temps, il faisait le tour, fébrile à l’idée de se perdre et ne jamais retrouver la verdure, son foyer. Décrire l’antre des hommes comme un désert froid ne s’était pas fait gratuitement. Il y avait de longues voies plates sans fin appelées “couloirs” et de moins en moins d’hommes.

De toute façon, il n’y en avait qu’une digne de sa confiance. Les autres semblaient ailleurs, perturbés. Emeryan sentait ce stress, au même titre que l’animal qui pressentait l’approche du danger et du prédateur. Dans le désert de gris, il y avait quelque chose, il y avait une menace… et ce n’était pas lui, malgré les cri de stupeur qu’avait certain humain en voyant une liane de 8 mètres se déplacer avec sa tête triangulaire de serpent.

Emeryan savait que ce qu’il avait trouvé était lié. Seule la chantante pourrait lui dire ce qu’il fallait faire, ce qu’elle en pensait ? La créature comprenait qu’elle scellerait son sort en déambulant au hasard de ces couloirs, au risque de ne plus retrouver son chemin. Mais elle comprenait intelligemment le fait que, sur le coup d’une menace, la chantante passerait quelque part dans une zone importante.

Emeryan était donc sur le chemin, se dissimulant au plafond comme à son habitude lorsque ce n’était pas elle, pour continuer ces cercles autour du secteur des générateurs. Il espérait la voir venir un jour, à un moment donné, s’inquiéter de lui ou s’inquiéter de l’énergie, de la chaleur pour que le désert continue de vivre. Il faisait des allers et retours près du jardin botanique pour ne pas mourir dans cet endroit étrange. Et finalement, il reconnut les beaux cheveux roux depuis son point de vue.

Une vague de plaisir et de contentement le parcourut alors qu’il sautait, dans un bruit joyeux et cristallin, tout en s’enroulant autour de ses hanches. Emeryan siffla en réponse des aboiements de Zelda et ressera son étreinte dans une forme de douceur amicale, lui témoignant son émotion d’être rassuré après le danger qu’il avait perçu.

« Je t’ai trouvééééé... » Fit-il dans une belle amplitude cristalline.

Emeryan tourna sa tête vers le chien de combat et Cody.

« Ennemi ? »


--------

Consignes :

  • Vous avez jusqu’au 12 juin 20h
  • Vous êtes à mi-chemin entre les générateurs et le jardin botanique.
  • Vous aviez déjà reçu une alerte indiquant qu’une étrange créature faisait des tours dans le secteur technique sans être hostile.
  • Herra ne peut pas vous rejoindre, il est bloqué.
  • Emeryan semble stressé dans son attitude et est prêt à défendre Natasha d’une quelconque menace, il s’interroge sur Cody et Zelda.
  • Réponse sur Gdoc conseillé pour les interactions.


(c) DΛNDELION


Personnages inclus dans cette partie :
Natasha Avalon et 1ere classe Cody Fuller avec Zelda

PNJ à disposition :
Emeryan
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Mer 6 Juin - 21:39
avatar
√ Arrivée le : 29/06/2017
√ Messages : 300

Dossier Top Secret
√ Age: 35 ans
√ Nationalité: France France
√ Gêne: ATA
Voir le profil de l'utilisateur
Natasha Avalon


L’odeur atroce, les débris, la poussière, l’agitation… Natasha avait l’impression de planer au-dessus de tout ça, comme si plus rien ne l’atteignait. La mort, la guerre, l’horreur, encore… Elle s’entendit donner des instructions à l’équipe d’entretien comme si quelqu’un d’autre parlait à sa place, quelques secondes passèrent ainsi puis elle reprit brusquement conscience, comme si sa bulle venait d’éclater. L’odeur et le sang partout, y compris sur ses pauvres vêtements qui avaient été en contact un bref instant avec l’homme qu’elle avait essayé de sauver, lui donnèrent subitement la nausée. Il fallait qu’elle parte d’ici, qu’elle s’éloigne. De toute façon elle ne pouvait plus rien faire pour la victime, sa présence n’était donc plus requise. Activant sa radio, elle demanda à Ford et à son groupe s’ils avaient besoin d’aide mais ils semblaient suffisamment nombreux alors elle annonça qu’elle allait jeter un coup d’œil du côté des générateurs. Si elle ne connaissait rien aux appareils, elle serait au moins capable de repérer d’éventuels rodeurs et de signaler leur présence. La rouquine proposa à Cody de l’accompagner, le flair de Zelda leur serait utile pour détecter d’éventuels problème et ils se mirent en route après avoir prévenu le major Frei.

L’agitation avait gagné la cité, les atlantes qu’elle croisait paraissait soucieux, voir paniqués. Comment aurait-elle pu leur en vouloir alors que la moitié d’entre eux ignorait tout des raisons de la vaccination, de l’explosion et de la mort de Connor et que l’autre moitié combattait des ennemis dissimulés sous les traits de leurs proches ?
Lorsque sa radio l’avertit qu’une créature étrange déambulait dans la cité, Natasha se demanda si un morphea s’était fait apercevoir. Mais non, cela ne pouvait être ça car le message parlait d’une chose non agressive. Peut-être un animal extra-terrestre échappé des laboratoires scientifiques… de toute façon, c’était le dernier de ses soucis si la créature n’était pas violente, elle avait plus important à faire.
Du moins le croyait-elle jusqu’à ce que l’animal en question lui tombe littéralement dessus. Natasha poussa un cri de surprise et paniqua un court instant, croyant sa dernière heure venue, avant de reconnaître son ami serliane.

- Mon dieu, Emeryan ! S’exclama-t-elle en portant une main à son cœur. Tu m’as fait peur !
« Désolé  » ajouta Emeryan d’un air navré qui s’entendait plus dans sa voix cristalline que sur son faciès reptilien.

Prenant une grande inspiration pour calmer les battements de son cœur affolé, elle prit l’animal dans ses bras pour lui témoigner son affection. Une fois le moment de stress passé, la belle commença à ressentir un réel soulagement à l’idée de retrouver son ami. Il lui avait sauvé deux fois la vie par le passé au cours de l’exploration dans le laboratoire secret d’Elijah et le savoir à ses côtés était une bouffée d’air. Emeryan était plus efficace que n’importe quel arme de poing tant son venin était foudroyant. Si les morpheas avaient un peu de jugeote, ils hésiteraient à deux fois avant d’attaquer. Mais elle se demandait ce qu’il faisait ici : d’ordinaire il ne quittait jamais le jardin botanique. Y avait-il eu un incident là-bas ?

-Non ce sont des amis, répondit-elle au serpent. Que fais-tu ici Emeryan ? Il s’est passé quelque chose au jardin ?

L’animal regarda une nouvelle fois Zelda, d’un œil curieux, c’est bien la première fois qu’il voyait une créature aussi étrange. « Rien au jardin… mais dans ma forêt il y a des choses étranges…  » Il regarda Cody étrangement avant de s’approcher des oreilles de Natasha pour lui souffler doucement « Tu lui fais confiance ? Car tout le désert semble… inquiet. »

Habituée aux métaphores d’Emeryan, Natasha savait que le désert était la manière dont la serliane se représentait la cité.

- Oui j’ai confiance. Cela suffisait à Emeryan qui avait entièrement confiance dans sa chanteuse. Il secoua sa tête vers Cody dans une sorte de ronronnement particulier.

Natasha jeta un œil autour d’elle pour s’assurer que le couloir était vide et qu’aucune oreille indiscrète ne traînait avant de chuchoter :

- Nous sommes attaqués. Nos ennemis ont réussi à faire entrer des créatures qui peuvent prendre notre apparence et nos souvenirs. Nos  scientifiques ont réussi à trouver un remède pour les débusquer mais seule la moitié d’entre nous ont pu être testés, les autres sont tous suspects.

« Ah pour ça qu’il y a des humains en double alors… » conclut la serliane, il serra un peu ces anneaux autour des hanches de Natasha vibrants un peu… un frissons ? Oui cela en était un version Emeryan.

- Tu as repéré des doubles ? Tu saurais me les décrire ? Demanda la jeune femme, vivement intéressée par l’information.
« Oui ils sont chez moi… dans un mauvais état. Les gardiens les aident à se nourrir et à boire un peu, mais s’ils sont entravés dans des sortes de feuilles qui les entourent… Je ne sais pas trop ce que c’est. Mais leur double vont les voirent de temps à  autres pour coller leurs organes de parole contre les leurs… après ils hurlent et leur yeux sont tout noir et ils souffrent...  Faudrait que vous veniez les aider. Je ne peux pas trop décrire… Il y a un mâle et trois femelles. Ils n’ont pas de belles couleurs comme toi. »

Natasha eut un temps d’arrêt devant les informations capitales qu’étaient en train de lui révéler la serliane et regarda Cody avec des yeux ronds en se demandant s’il avait entendu. Même le meilleur de leur espion n’avait pas réussi à savoir combien de morphea avaient infiltré la cité et lui… lui il arrivait et il lui balançait tout, comme ça. Cette animal était vraiment incroyable ! Il faudrait qu’elle lui fasse un cadeau si elle s’en tirait vivante parce qu’Atlantis lui devait une fière chandelle ! Elle préféra ne pas s’attarder sur la description affreuse que lui faisait Emeryan à propos des « baisers » morpheas et activa sa radio pour la régler sur le canal partagé par les vaccinés.

-  // Ici Natasha Avalon. Emeryan vient de me révéler la position de plusieurs victimes kidnappées par les morphéas. Elles sont au nombre de quatre et toujours vivantes et les morpheas retournent les voir à intervalle régulier. Un homme et trois femmes. J’ai besoin d’une équipe militaire et de soignants pour aller au laboratoire d’Elijah et sauver les victimes. Avalon, terminé.//

Et pour passer le temps en attendant les réponses des autres, Natasha lança un regard vers ses deux compagnons.

-  Au fait, je ne vous ai pas présenté ! Cody, voici Emeryan, Emeryan, Cody Fuller. Et la chienne s’appelle Zelda. Emeryan secoua la tête content.

Quelques instants plus tard, la voix du major Frei raisonna à la radio :

//Natasha, je mets à votre disposition le sergent Mancini et le 2nd classe Giroud, transmettez leur votre position afin qu'il puisse vous rejoindre. Soyez prudente là-bas et tenez moi informée de la situation.// [/color][/color][/color][/color]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Mer 6 Juin - 21:55
avatar
√ Arrivée le : 01/07/2014
√ Messages : 462
√ Localisation : Canada


Dossier Top Secret
√ Age: 25
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Non
Voir le profil de l'utilisateur
Cody Fuller


L’odeur de chair brûlée emplit le nez. Il y a du sang et des organes partout. Le corps de l’homme est pulvérisé par l’explosion. Je n’ai aucune idée qui a bien pu faire ça, même si je me doute que les militaires hauts placés en savent quelque chose. C’est leur choix s’ils veulent garder certaines informations pour eux. J’en ai vu des explosions, mais celle-ci est douloureuse, car c’est l’un des nôtres.

Sous ordre de Frei, je détache mon regard de la victime et vais faire un tour de la zone avec Zelda et le caporal White. La chienne renifle tout autour d’elle partout où elle va, mais ne détecte rien. Après avoir confirmé la sécurité de la zone, Natasha vient me rejoindre et nous partons vers les générateurs, après avoir dit à Frei où nous allons.

Alors que nous marchons, les autres atlantes que nous croisons semblent paniqués, agités. Ce genre d’explosion résonne de partout. Il n’est pas étonnant que les autres membres du personnel soient agités. En plus, ils ignorent tout du vaccin et du fait que des créatures peuvent prendre leur apparence.
Nous recevons un message nous indiquant qu’une créature non agressive se balade dans les couloirs. Cela ne me surprend pas, nous avons toute sorte de créatures dans cette galaxie tout aussi hostile que non hostile. Le plus important est de retrouver des morphéas avant que la cité ne tombe.

C’est alors que quelque chose tombe sur Natasha. Par réflexe, Zelda se met à aboyer pour avertir d’un danger. Je sursaute en voyant un serpent sur la femme à mes côtés. Il est super long, j’ignore combien de mètre il fait. Ses écailles sont émeraude avec un duvet. Il a une tête triangulaire comme la plupart des serpents. Je n’ose même pas imaginer le venin qu’il doit sans aucun doute posséder.
C’est bien la première fois que je croise une créature dans son genre. En plus, elle a une conversation avec Natasha et celle-ci la comprend. Voyant que la créature ne s’en prend pas à la femme, je calme Zelda, l’assoyant à mes côtés.

« Je ne vous veux aucun mal » dis-je, plaçant Zelda entre mes jambes et tentant de la calmer, la caressant un peu pour lui montrer que le serpent n’est pas agressif et que son maître va bien.

Le serpent parle de désert et de jardin. Nous avons un jardin botanique. Peut-être qu’il fait référence à cet endroit ? Il ajoute également que le désert est inquiet. Il n’y a aucun désert ici… Qu’est-ce qui est inquiet ?
Les membres de la cité bien entendu. Alors il fait référence à Atlantis de cette façon ?

Natasha ajoute qu’elle a confiance et le serpent émet une sorte de ronronnement. Un chat? En plus d’être un reptile, c’est un chat ? Suite au son, la chienne relève la tête et l’approche, tentant de se défaire de mon étreinte, mais je réussi à la calmer une fois de plus et à l’asseoir au sol. Il ne faut surtout pas que le reptile se sente menacé. Qui sait ce qu’il fera.

Des doubles ? Quoi ? Des morphéas ? Le serpent a réussi à repérer des morphéas ? J’y crois pas… Je me tourne vers Natasha, les yeux ronds de surprise et repose mon attention sur le serpent qui se met à décrire des personnes prisonnières du jardin en mauvaise posture et les morphéas reviennent les voir.
Natasha communique avec la major Frei et celle-ci nous informe que le sergent Mancini et le 2ième classe Giroud viendront nous rejoindre. Je prends ma radio et informe les deux militaires de notre position.

//Sergent Mancini et 2ième classe Giroud, ici 1ière classe Fuller avec Natasha Avalon. Nous sommes près des générateurs. Terminé.//

La femme à mes côtés nous présente moi et le serpent et je baisse le regard vers lui.

« Salut » dis-je avec un léger sourire.

Emeryan était toujours aussi curieux son regard alla sur Cody qui le saluait.« Salut… salluuuttttt » répétant la créature avec sa vocalise très chantante et cristalline. Il regarda Zelda et s’approcha un peu d’elle, tout en restant sur Natasha, il déroulait simplement ces anneaux. « Salluuut ! Chiennee Zellda ! » Il semblait attendre une réponse, tout en toisant l’étrange animal.

Un léger sourire se dessine sur mes lèvres en voyant l’animal me saluer avec une voix chantante et cristalline. Il se déroule et s’approche de la chienne. Celle-ci se met à bouger, tentant de se défaire de mon étreinte, mais je fais de mon mieux pour la calmer. Voyant le serpent tout près d’elle, elle aboie et je la fais taire.

« Elle te fera pas de mal, elle a juste peur, c’est tout. C’est un chien. C’était sa façon à elle de te saluer » dis-je, tout en caressant la chienne pour la calmer.

- Les chiens ne maîtrisent pas le langage des humains, ajouta Natasha avec un sourire attendri.

Emeryan releva la tête vers les deux humains tour à tour… une créature qui ne communique pas ? Enfin du moins qui n’a pas de langage développé… comme les pétalzards alors.

« Ce n’est pas un être à la langue développé ? Vous la mangez ? » logique imparable pour la serliane, qui mangeait les créatures aux langages non développé.

Manger le chien ? Non. Enfin, beaucoup le font pas en tout cas. Je ris doucement et secoue la tête.

« Non pas du tout. Elle a un odorat et une ouïe développée. Elle nous aide à détecter des choses impossibles pour les humains. »

« D’accord… »

Emeryan regarda une nouvelle fois la chienne… il avait pleins de question à poser à ce Cody, mais déjà des bruits de pas se firent dans le couloir. Laissant apparaître deux militaires. La serliane se tourna vers Natasha, enroulant ces anneaux en totalité pour prendre le moins de place sur ces hanches… même si elle avait une très belle ceinture qui trainait par terre. Il passa sa tête derrière son coup pour cacher sa tête sous les long cheveux aubrun.

« Amis aussi ? » siffla t’il près de son oreille.

- Oui.

Un sourire se dessine sur mes lèvres. Le reptile doit sans doute avoir plusieurs questions à me poser. Je me ferai un plaisir de lui répondre. Des bruits de pas se font entendre dans les couloirs. Ce doit être les militaires en renforts. Après un moment, ils viennent nous rejoindre et nous pouvons nous rendre à l’endroit où les victimes sont prisonnières.

« Soldat de 1ière classe Fuller » dis-je, leur offrant un salut militaire.

Les deux militaires se rendirent près du duo les saluant avec le geste militaire et un rictus avenant pour les deux hommes, ne remarquant pas tout de suite la présence de la serliane avant que le sergent Mancini se mette à sursauter en voyant une tête de serpent sortir des cheveux de la kiné.

« What ! Miss vous nous faite le coup de la méduse ? » Il était pas rassuré à cause de l’effet de surprise… et Giroud lui lança un regard un peu moqueur.

Natasha eut une moue amusée.

- Surtout ne regardez pas mes cheveux dans les yeux, vous pourriez finir pétrifié, plaisanta t-elle. La présence d’Emeryan la détendait et lui permettait de faire de l’humour malgré les circonstances. Je vous présente Emeryan, c’est lui qui m’a prévenu pour la localisation des victimes. Nous savons maintenant que plusieurs morpheas ont infiltré la cité… potentiellement un par victime.

Les deux hommes hochèrent la tête, Mancini était le plus curieux et présenta sa main devant la tête de la serliane. « Je prend le risque d’être pétrifié... » Emeryan, toisa la main et saluant d’un son cristallin du fameux “saluttttt” les deux hommes qui ricanaient amusé par cette drôle de créature. « Enchanté Emeryan. Je suis le sergent Mancini et voici le seconde classe Giroud » Il montra l’homme à côté de lui. Cela était une présentation pour tout le monde. Puis il toisa Natasha puis Cody d’un air contrarié « Nous sommes allé à l’infirmerie pour chercher une équipe médicale… mais elle est plongée dans l'obscurité et les portes sont verrouillées… Il va falloir faire sans eux, le temps qu’un technicien répare les portes. »

Natasha encaissa la nouvelle avec difficulté… d’abord le CODIR, puis l’infirmerie qui ne répondait plus…

L’identification des victimes nous permettra de trouver les morpheas. Il faut faire vite...

« Oui… en avant donc ! » le sergent prit la marche avant laissant aux deux autres militaires d’assurer l’arrière. Mais voilà à peine eut-ils le temps de faire 500 mètres qu’une porte se referma violemment devant eux, manquant de couper le pauvre sergent en deux. Celui-ci avait de bon réflexe et s’était reculé dans un bond, percutant Natasha et la suite des personnes derrière elle.

Le sourire toujours sur les lèvres, j’observe l’échange entre la kiné. L’infirmerie plongée dans l’obscurité ? Comment ça ? Est-ce que nous savons pourquoi ? Le CODIR a été plongé dans le noir. Maintenant c’est au tour de l’infirmerie. Il faut faire vite. Ça va de mal en pire. Je détache mon regard du reptile et le pose sur les deux hommes, fronçant légèrement les sourcils. Nous fermons la marche, mais à peine après avoir commencé à avancer, une porte se ferme et le serpent se recule. Je sursaute de surprise et observe autour de moi.

« C’était quoi, ça ? » demandé-je, prêt à utiliser mon arme en cas de besoin, lançant un regard inquiet aux autres personnes. Y a-t-il un morphéa dans le coin ? Zelda se met à aboyer, mais je ne vois rien. Ça c’est pas normal. Du mouvement ?

« Elle a détecté quelque chose. Ouvrez l’oeil. »

Manquait plus que ça... marmonna Natasha. Vous allez bien sergent ?

« Oui… ça va… faut qu’on prenne un autre chemin ! »

Natasha jeta un coup d’oeil autour d’elle. Si un morphea avait prit le contrôle des portes il y avait peut-être moyen de court circuiter le système avec un zat pour ouvrir les portes manuellement.

« À moins qu’on réussisse à forcer la porte ? » demandé-je, les observant tous les trois.

On va essayer...

Mais malgré tous leurs efforts conjoints la porte demeura close, ils furent donc contraint de faire un large détour qui les conduisit dans des couloirs obscurs qui n’avaient rien de rassurant. Natasha serrait son zat dans la main, rongée par l’angoisse de croiser un monstre à chaque détour de couloir. Lorsqu’enfin ils parvinrent au téléporteur, la rouquine s’étonna de que tout se soit si bien passé. La porte fermée aurait été un hasard, le morphea ne savait pas qu’ils étaient là ? Ou les avait-il laissé passé intentionnellement ?

Je ferme la marche avec un des deux militaires, ouvrant l’oeil en cas de mouvement, la main sur mon arme, la serrant anxieusement. Je suis peut-être habitué à la guerre et au combat, mais cela me stresse toujours autant. Tout peut arriver ! Je fais de mon mieux pour prendre des respirations et me calmer alors que nous avançons dans les couloirs obscurs. La chienne ne détecte rien et cela me rassure. Au bout d’un moment, nous arrivons à un téléporteur. C’est étrange que tout ce soit si bien passé. Peut-être que l’ennemi n’a aucune idée que nous sommes là ? Ou bien il tente de nous mener à lui intentionnellement ?

« Je vous laisse, Natasha. Vous connaissez le chemin mieux que nous. »

Oui...

Une fois tout le monde à l’intérieur, Natasha activa le téléporteur en priant l’univers pour qu’ils ne soient pas en train de se jeter dans la gueule du loup.

_________________

J'écris en #4B86B4


Revenir en haut Aller en bas
Dim 17 Juin - 17:55
avatar
√ Arrivée le : 01/08/2015
√ Messages : 475
Voir le profil de l'utilisateur


Moment fort 7 : DES CAILLOUX DANS LA SOUPE
Fuller-Avalon

« Plusieurs consignes en fin de document»



La fine équipe arriva donc devant le téléporteur qui mènerait à la forêt d’Emeryan. Le sergent Mancini se tendit un peu plus, serrant son arme contre lui. Il avait lu les rapports sur cet endroit certes fascinant mais dangereux… Il n’était pas fan des créatures qui grouillent, même si Emeryan avait l’air vraiment trop mignon… Il appela le téléporteur. Qu’allaient-ils trouver de l’autre côté ? Il n’en savait rien et en toute franchise il priait Jésus pour que ça ne soit pas une mauvaise surprise.

« Bon… Giroud et Fuller derrière moi pour couvrir le doc »
En rentrant dans la cabine tout semblait normal… mais quand ils arrivèrent à la destination, comme pour la mission qu’avait connu Natasha, la porte était bloquée. (nous supposons que Natasha leur indique comment faire). Et ce fut sous les bons conseils de la belle demoiselle et surtout sous la force des biceps et de la bonne huile de coude que le porte coulissa enfin… laissant échapper dans l’habitacle les lézards-mousse facétieux. Cette créature pas très grande, qui avait l’aspect d’un petit rectangle de mousse duveteuse et vert fluo voir violet pour certaines, se déplaçait très vite et de partout. Le sol devant eux en était recouvert et à chaque pas des aventuriers elles se déplaçaient rapidement pour ne pas être piétinées. Les biologistes les avaient étudiés voyant que dans cet ADN il avait du génome de gecko pour la partie animale.

La forêt était assez vaste et mouvante comme le témoignait certain branchage ou arbre. Des mouvements simples et très lents. En face d’eux il y avait le grand monticule fait en brindilles… qui était en réalité des brindilles serpents, celles-ci accueillirent les visiteurs avec un « sssssccchhhttt » de protestation, malgré qu’ils soient encore loin. Après, il fallait se rapprocher pour constater que ce fut animal et non végétal.
« Ils n’aiment plus les intrus » confirma Emeryan, faut dire que sa forêt avait été souillée par de nouveaux habitants peu respectueux.

Prudemment l’équipe avança sur la droite, sur le chemin qui menait à la plage qui dans les souvenir de Natasha était habité sur la rive par une colonie de Petazards (lézard en forme de fleur qui couvait d’autre créature et proie des serlianes) et dans l’eau des troncs-croco (créature vorace en forme d’alligator et d’arbre). La terre assez humide laissait place à un parterre de ces fameux pétazards aux couleurs chatoyantes et vives. Trois grands arbres similaires à ceux des mangroves se dressaient là, offrant une ombre fraîche… et l’eau d’une couleur vert fluo. Ils pouvaient voir au loin les couloirs inondés qui avaient servi de laboratoire à l’ancien… l’endroit était toujours aussi beau et d’un grand calme… Emeryan s’était resserré contre son amie et chantait d’un son cristallin marquant le fait qu’il n’était pas content.
« Ils ont disparu… »

Oui, les personnes n’étaient plus là… la serliane semblait intriguée et se détacha de son amie pour inspecter le grand arbre… soudainement il eut un petit grognement d’effroi de la part du sergent…
« … Si, ils sont biens là… » il pointa du doigt des formes dans l’eau…

Ce qui aurait pu paraître pour des crocotroncs de plus grande taille, dans un premier temps, se révélait être des corps humain. A première vue, comme ça, il était tout à fait impossible de savoir ce qui avait pu se passer. Mais l’excitation des prédateurs, au moment de l’entrée dans l’eau de ces victimes, avaient produit d’importants remous de vase. Il semblait avoir été traîné jusqu’au fond, happé par les membres maintenant déchiquetés. C’est ainsi couvert de cette couche brune et humide qu’ils passaient à tort pour la faune locale.

On en voyait certains de dos, éloignés jusqu’au milieu du lagon d’eau verte… des corps inertes qui flottaient simplement comme des poissons morts. On pouvait reconnaître deux uniformes déchiqueté flottant non loin, comme un objet satellite…on y reconnaissait malgré tout les couleurs caractéristique d’un militaire et d’une technicienne. Puis là, plus loin, encore un autre vêtement, celui d’une scientifique. Qu’est-ce qui avait pu se passer ?
Avaient-ils été jeté aux prédateurs ? Ou fuyaient-ils une telle menace qu’ils avaient préféré tenter leur chance dans l’eau ?

Le sergent posa un genou à terre en pointant son arme inutilement. Il visait un crocotronc qui s’amusait à déchiqueter une jambe perdue. La pression de sa mâchoire faisait claquer à chaque accoup le tibia et le fémur dans un bruit percutant et odieux. Ne pouvant en supporter plus, la gorge serrée, le militaire envoya une bonne rafale dans un élan de pure vengeance. La créature s’enfonça dans l’eau sous le regard d’un serpent de huit mètres mécontent qui siffla.

Il y eut alors une plainte, presque un soupir. Le sergent poussa une exclamation de surprise en découvrant une victime encore en vie accrochée sur la berge, à six mètres dans leurs dos. C’était un homme d’âge mûr, un chercheur, qui s’était dissimulé sous la petite couche de végétation bordant l’étendue d’eau. Il poussa un râle en tendant la main vers le sergent qui le tira jusqu’à lui, découvrant avec horreur le vide qui remplaçait ses jambes et la moitié de son bassin. Il y avait du sang partout à cet endroit là.

Le militaire eut beau essayer, il n’y avait plus rien à faire. Avec l’assurance d’une relative sécurité, la pauvre victime sentit ses nerfs se relâcher et un dernier râle de douleur fila d’entre ses lèvres avant qu’il ne s’éteigne pour de bon. Il avait été le seul à rejoindre la rive durant cet “assaut”.... Ce visage était celui du premier morphéa… le sergent Batch. Pour les autres, il était impossible de se jeter à l’eau sans se faire attaquer par la multitude de troncs qui étaient encore en train de festoyer par moments, en produisant des clapotis joyeux dans l’eau.

L’horreur était palpable et le soldat Giroud alla déverser le contenu de son estomac dans un coin… ils étaient arrivés trop tard. Trop tard !!!
Emeryan ressurgit de derrière l’arbre traînant un cocon à l’aspect Wraith éventré avec rage.
« Il y en a cinq ! Tous vides ! »

Alors que l’équipe devait être en proie au plus grand désarroi, quelque chose se mit à faire du bruit dans le cercle de pétalzards… une sorte de râle de douleur et de souffrance. Le timbre de la voix trahissait une détresse à l’état pur, celui de quelqu’un persuadé d’être à la frontière de la mort. A ce point là, c’était un état qui ne pouvait être feint tant il prenait au coeur et à l’âme. Il s’était passé quelque chose d’horrible et la victime tentait, par ce moyen, d’attirer l’attention. D’appeler tout simplement à l’aide. C’est dans cet effort et avec l’énergie du désespoir qu’une main ensanglantée (la gauche) sortie de ce champ, pour attraper la cheville de Cody qui était près du parterre qui avait encore bougé.

« Co….co….Cocy… ! » ce fut la voix étouffée d’une personnalité bien connue… d’ailleurs les pétalzards étaient en train de se retirer du visage de la jeune femme, qui était rouge de sang. Elle avait été lacérée et ses vêtements étaient déchirés par endroit, sa blouse recouverte de créatures ne laissait pas voir l’étendue des dégâts. Mais en tout cas Natasha pouvait certifier que la jeune femme ne portait pas les mêmes vêtements que ce matin.

--------

Consignes :

  • Vous avez quartier libre pour décrire vos découvertes.
  • Vous pouvez aussi vous organiser pour récupérer les corps mais pas sans de gros moyens du fait de la menace des troncs qui sont en surnombre.
  • On fera la suite des dialogues sur GDOC pour plus de commodités. Surtout avec Isia.
  • Vous avez jusqu’au dimanche 24 juin 20h00 pour poster.


(c) DΛNDELION


Personnages inclus dans cette partie :
Natasha Avalon et 1ere classe Cody Fuller avec Zelda

PNJ à disposition :
Sergent Mancini & Le seconde classe Giroud

Emeryan
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Lun 18 Juin - 22:07
avatar
√ Arrivée le : 29/06/2017
√ Messages : 300

Dossier Top Secret
√ Age: 35 ans
√ Nationalité: France France
√ Gêne: ATA
Voir le profil de l'utilisateur
Natasha Avalon


Le téléporteur était coincé exactement comme la première fois, à l’exception près que Natasha savait quoi faire pour le débloquer cette fois. Elle put prodiguer les conseils nécessaires, n’hésitant pas à confier un ou deux de ses couteaux à ses compagnons si ces derniers en avaient besoin pour forcer les portes. La belle eut l’impression d’être propulsée plusieurs mois en arrière lorsque, une fois les portes entrouvertes, les lézards végétaux se précipitèrent dans la cabine.

- Ils ne sont pas dangereux, précisa-t-elle aux autres pour les rassurer. Contrairement au lierre, crocodiles et serpents qui sont agressifs ou venimeux. Ne soyez pas surpris, la faune a fusionné avec la flore, tout est vivant ici, comme Emeryan, conclu-t-elle en désignant son ami.

Les retrouvailles avec la jungle laissèrent un sentiment mitigé à Natasha. Sa première mission d’exploration… un lieu où elle avait frôlé la mort et pourtant, c’était aussi ici qu’elle avait fait la connaissance d’Emeryan, une rencontre merveilleuse. Le fait que les morphéas aient souillés ce lieu mettait Natasha en colère : la faune intelligente qui occupait cet endroit avait suffisamment souffert avec la mort d’Elijah, l’ancien qui avait créé chaque être vivant présent ici… mais les morpheas n'épargnaient personne.
Le groupe évolua en formation serrée sur quelques mètres jusqu’à ce qu’Emeryan justifie la réaction hostiles des « arbres ».

-Je comprends, répondit-elle.

Ils firent quelques mètres, suivant le chemin jusqu’à une plage qu’elle connaissait bien. Les souvenirs affluèrent : le bateau attaqué par les tronc-crocodiles, le serpent sauvage (Emeryan) qui se saisissait d’elle pour la suspendre plusieurs mètres dans les airs au-dessus de l’eau et de la menace pendant que ses collègues se battaient… la voix d’Emeryan la tira subitement de ses pensées, ainsi que celle du sergent et elle réalisa que le poids familier de la serliane avait disparu. La jeune femme suivit des yeux le regard du militaire et vit des corps flotter. Son premier réflexe fut de vouloir courir les aider, puis elle remarqua les morceaux de cadavre par ci par là et les crocodiles qui s’acharnaient dessus sans susciter la moindre réaction. Tous ces gens étaient morts.

Du sang, partout, des craquements ignobles. C’est vers un tout autre souvenir nettement plus récent que
son esprit la ramena soudainement : une montagne, des dizaines de corps, une boucherie… à la différence près que cette fois, les cadavres n’étaient pas ceux de geniis ennemis mais ceux d’atlantes.
Ils étaient arrivés trop tard.

Le coup de feu qui retentit la fit sursauter et elle eut une lueur d’espoir en entendant le cri étouffé de cet homme, espoir rapidement soufflé lorsque la victime mourut quelques instants plus tard. Le soldat Giroud se précipita dans un coin pour déverser le contenu de son estomac et elle sut qu’elle n’était pas la seule à être affectée par cette vision d’horreur. Ils avaient tout perdu, non seulement ces personnes étaient mortes mais en plus ils n’avaient plus aucun moyen d’identifier les victimes et donc les morpheas. Si elle ne vomit pas cette fois ci, elle ne put empêcher les larmes de rouler sur ses joues et fixa le spectacle macabre, choquée.

Elle n’entendit pas le râle de cette pauvre Isia, toute son attention était braquée sur le carnage.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Mar 19 Juin - 19:45
avatar
√ Arrivée le : 01/07/2014
√ Messages : 462
√ Localisation : Canada


Dossier Top Secret
√ Age: 25
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Non
Voir le profil de l'utilisateur
Cody Fuller

Nous arrivons devant le téléporteur menant à la forêt de notre amie serliane. Le sergent demande à Giroud et moi de passer derrière lui pour couvrir Natasha. Bien vite, je m’exécute. Je tiens mon arme tout près en cas de besoin. J’ignore ce que nous allons trouver dans ce fameux laboratoire. Sûrement des créatures de toutes sortes. Je frissonne à l’idée d’en trouver des dangereuses.

Nous entrons dans la cabine assez large pour nous tous et tout se passe bien. C’est lorsque nous arrivons à destination que la porte ne veut pas ouvrir. Sous les directions de Natasha et la force des bras des militaires nous parvenons à faire glisser la porte. Rapidement, nous sommes accueillis par des créatures rectangulaires duveteuses de couleur vert fluo voir violet pour certaines. Elles se déplacent rapidement et partout.

« C’est rassurant à savoir » dis-je en réponse à Natasha qui nous dit qu’elles ne sont pas dangereuses.

Nous nous mettons en marche et partout où l’on pose les pieds, elles se déplacent rapidement pour ne pas se faire piétiner. Tout autour de nous est vivant, comme l’a confirmé Natasha. Devant nous, il y a un grand arbre fait de brindilles et celles-ci nous accueillent avec un sifflement de protestation. Emeryan nous dit qu’ils n’aiment pas les intrus. Qu’est-il arrivé à la forêt pour que ces créatures réagissent de cette façon ? La curiosité l’emporte, mais nous devons retrouver rapidement les victimes. Peut-être après vais-je avoir des réponses.

Nous avançons prudemment pour arriver sur une plage. Au sol, il y a des créatures en forme de fleur aux couleurs vives. L’eau est verte fluo et il semble y avoir des êtres voraces dans l’eau. Ils ressemblent à des… troncs d’arbre et des crocodiles. Je n’ose même pas les rejoindre de peur d’être mangé tout cru. Il y a un arbre qui offre de l’ombre et je suppose que même lui est vivant. L’atmosphère est calme… trop calme à mon goût.

« C’est étrangement calme ici »

La serliane dit que les personnes ne sont plus là. En effet, je ne vois personne. C’est alors que le sergent nous dit le contraire et je lève les yeux vers l’endroit où il pointe. Il y a des formes dans l’eau. Si je regarde de près, je remarque en effet des corps humains inertes avec des uniformes non loin appartenant effectivement au personnel. En plus, il y a même des membres déchiquetés. Les crocodiles s’acharnent dessus.

Il y a une personne encore en vie ! Peut-être aurons-nous la chance de l’aider ? Je m’avance vers la victime, prêt à l’aider, mais je me fige sur place en la voyant hors de l’eau. Il n’y a plus rien à faire. Ses jambes sont perdues ainsi que la moitié de son bassin. La personne s’éteint dans un dernier râle de douleur. Du sang. Tout plein de sang. C’est répugnant. Je sens une nausée monter et détourne le regard.

Trop tard. Nous sommes arrivés trop tard. Nous avons tout perdu. Je sens un immense poids s’abattre sur moi. Je finis par détacher mon regard de ce spectacle et me tourne vers Natasha. Fronçant doucement les sourcils, je m’approche d’elle et place une main sur l’épaule, tentant de la sortir de ses pensées et de lui montrer qu’elle n’est pas seule.

C’est alors que l’on m’agrippe la cheville et une voix familière attire mon attention. Isia ? Oh mon dieu, pas elle ! Je me détache de Natasha et descend au niveau de la docteure, remarquant son visage en sang ainsi que ses mains. Sa blouse est couverte de créatures et j’ignore l’étendu de ce qui lui est arrivé. Elle souffre et ça me brise le cœur de la voir dans cet état.

« Je suis là… Je suis là » dis-je, lui prenant la main pour lui donner un peu de sécurité. « Aidez-moi à la sortir de là »

Elle est peut-être la seule personne encore en vie dans cette forêt et je compte bien lui apporter de l’aide.

Environnement

Le souffle rauque… le regard complètement paniqué, la pauvre Isia s'accrochait à la première chose de vivant et surtout humain qu’elle avait en face d’elle… Dès que Cody fut baissée vers elle avec une main salvatrice, elle se tracta contre lui, lui attrapant l’épaule pour se réfugier dans ces bras. elle tremblait fortement et semblait en état de choc. Elle si droite si fermée et jamais atteint pas quoique ce soit semblait soudaient si fragile. Sa blouse n’était plus très blanche, mélange entre la terre et du rouge… son sang ? Les pétalzards continuaient à rester sur son vêtement bien accroché, empêchant quiconque de voir les potentielles blessures sous ce vêtement mal en point.

« Elle… elle les a tous … il y avait plein de hurlements…. Du sang… du sang partout ! »

Natasha Avalon

La voix de Cody l’arracha à sa contemplation macabre et elle tourna les yeux dans sa direction. Isia… ISIA ?! Son cerveau eut un temps d’arrêt avant de se remettre doucement en marche, mesurant les implications de la découverte. Le docteur Taylor Laurence ne pouvait pas se trouver là… elle était à l’infirmerie ! OH MERDE !! Mais alors la campagne de vaccination avait peut-être été sabotée, n’importe qui pouvait être morphea ! Il fallait prévenir le major Frei… mais elle-même n’était-elle pas compromise ? En qui pouvait-elle avoir confiance ? Puis le docteur parla et expliqua d’un air paniqué qu’un de ces monstres était responsable du massacre.

- I…Isia, lança Natasha dont la voix tremblait. Quand est-ce que ça s’est passé ? Est-ce que le morphea est toujours là ?

Cette pauvre femme semblait gravement blessée, il fallait qu’elle l’aide mais… la probabilité qu’un morphea soit là était trop importante. Il fallait d’abord s’assurer que le groupe n’était pas en danger de mort en restant ici. Mais… et si ses alliés étaient eux-mêmes morpheas ? Son regard s’attarda brièvement sur chacun des soldats puis balaya les horizons. C’était triste à dire, mais les deux seuls en qui elle avait désormais confiance aboyait pour l’un et chantait pour l’autre. Les morpheas ne pouvaient reproduire la forme des animaux, Zelda et Emeryan étaient hors de soupçons. La peur et l’instinct de survit la poussèrent à dégainer son zat. Elle ne l’arma pas, mais le contact avec l’arme la rassura un peu.

_________________

J'écris en #4B86B4


Revenir en haut Aller en bas
Mar 19 Juin - 20:39
avatar
√ Arrivée le : 29/06/2017
√ Messages : 300

Dossier Top Secret
√ Age: 35 ans
√ Nationalité: France France
√ Gêne: ATA
Voir le profil de l'utilisateur
Cody Fuller


Isia est ici, parmi les victimes. C’est pas possible ! Je l’ai vu ce matin à l’infirmerie ! Comment est-ce que… Putain, non ! Un morphéa a pris son apparence. Elle s’est fait vacciner me semble ? Mais comment se fait-il que la créature ait réussi à la copier ? Est-ce possible que les gens présents dans cette forêt avec moi ne soient pas vraiment ceux qu’ils prétendent être ? Comme quoi les seuls en qui nous pouvons véritablement avoir confiance est notre amie serliane et Zelda.

La pauvre s’agrippe à moi et je fais de mon mieux pour la tenir et tenter de la rassurer. Même Zelda vient la voir pour tenter de lui donner un peu de sécurité. Elle est couverte de sang et moi aussi. C’est répugnant, mais je n’y fais pas trop attention. Elle est avec nous, faut juste la sortir de là et ne pas empirer ses blessures. Je baisse le regard vers sa blouse. Un mélange de brun, rouge et les lézards.

« Tu es en sécurité maintenant » dis-je, tentant d’être rassurant même si moi-même je suis presque en train de paniquer là ! Merde. La situation empire et je me sens comme si y a pas moyen de l’arrêter. Si y en a un, mais faut juste le trouver et vite.

« Tu permets qu’on ouvre ta chemise pour voir tes blessures ? Essayer de te stabiliser avant de faire quoi que ce soit ? »

Elle avait parlé d’une femelle. Elle les a tous. Quoi ? C’est un morphéa ? La reine Wraith ? Quelque chose d’autre ?

« C’est qui elle, Isia ? Tu arrives à te souvenir qui est cette chose ou cette personne ? »

Je fais de mon mieux pour ne pas trop la brusquer, mais disons qu’elle est notre seul espoir d’arrêter ce truc qui se balade dans la cité.

Environnement


Le regard d’Isia alla sur la chienne et elle se laissa faire, avec un faible rictus, ne lâchant nullement Cody qui sentait une poigne ferme. Elle s'accrochait à lui comme le dernier espoir. Puis le regard azur de la jeune femme se figea quelques minutes sur Natasha… puis sur son arme avant de trembler encore plus fort.
« Je… je ne me rappelle plus, j’étais endormie et quand je me suis éveillée, il avait des cris et j’ai été extraite d’une … d’un cocon et battue… il y avait du sang partout, j’ai couru mais j’ai senti mon corps se déchirer… et je suis tombé dans les pommes avant d’être éveillé à nouveau et balancé dans la végétation…puis battue encore… quand je me suis réveillé j’étais sous ces choses-là… et je sais pas si elle est là… il y a plus de bruits … » des larmes coulaient sur le visage de la jeune femme…

Emeryan c’était une nouvelle fois enroulé contre Natasha comme pour la protéger, son regard allait de droite à gauche… d’un air suspicieux comme s’il essayait de voir s’il n’avait pas de danger… les deux autres militaires s’approchaient du groupe…
« Faudrait la soigner… vous n’avez rien sur vous doc ? »
-Je vais faire de mon mieux, répondit Natasha, étonnée de s’entendre appeler doc’. Mais valait mieux ça que “la masseuse”, non ?
Le soldat hocha la tête serrant son arme, pour surveiller les alentours.

Giroud était blanc comme un cul et essayait de se donner un peu de contenance pour rester sur ses gardes.

La chirurgienne essaya de rabattre ses jambes, les personnes autour pouvaient voir qu’elles étaient rouges avec des marques de griffes profondes sur la droite. Elles ne portaient plus de chaussures.

« Je… non… » dit-elle pour la chemise, dans une pudeur nouvelle. Elle semblait perdue par moments, elle s’essuya avec la manche d’un revers de la main gauche, son rouge à lèvre était toujours aussi rouge… un indélébile.
« Oui… ce fut moi ! » dit-elle avec effroi ! Elle vacilla un peu, avant de se redresser un peu pour ne pas faire tomber sa tête contre le torse du militaire… elle s’agrippa plus fortement à lui. « J’ai froid… J’ai rêvé que Kalash faisait des petits à Zelda… tu crois que je pourrais avoir un chiot pour faire mes recherches sur les drogues ?... » Elle eut un sourire naïf avant de ricaner doucement et pleurer à nouveau, en tremblant… « Je vais mourir, hin ? »


Natasha Avalon


Natasha observa Isia délirer avant de se gifler intérieurement. Il fallait qu’elle agisse, elle espérait juste avoir les compétences pour l’aider. Elle tenta de faire fi de sa propre terreur pour se montrer rassurante envers la pauvre chirurgienne et s'accroupit près d’elle.

- Non Isia, on va vous sortir de là je vous le promets. Ca va aller…
Isia secouait la tête incrédule… respirant un peu plus fort, comme essayer de se calmer.

« Reprends-toi Natasha ! Maintenant ! » S’insurgea t’elle mentalement.

-Cody, informe le major Frei et le lieutenant Ford de la situation s’il te plait, ils doivent savoir que l’autre Isia est un ennemi.

Avec la main qui ne tenait pas le zat, la rouquine tenta de pousser les lézards pour examiner les blessures de la victime.

Cody Fuller


Je n’ai rien sur moi, mis à part mon arme et une radio. J’ai aussi ma veste. Peut-être que je peux la lui donner pour la réchauffer. Je la retire pour ensuite l’étendre sur elle. La pauvre, elle a l’air si fragile et vulnérable. Je resserre un peu mon étreinte, voyant qu’elle tremble encore. Elle dit non pour retirer la veste et je ne fais rien pour l’enlever. Elle a ses raisons pour refuser et je ne peux que la respecter.

Je me retourne lorsque j’entends Natasha dire qu’elle peut essayer de l’aider. Je regarde les trois autres personnes parmi nous. Faudra peut-être soulever sa tête non ? Je n’y connais pas grand-chose en médecine, mais généralement c’est la première chose à faire.

« Il faut soulever sa tête, je pense. Vous pouvez me passer une de vos vestes ? » demandé-je à une des trois personnes et repose ensuite mon attention sur Isia. « À moins que tu veuilles que Zelda te serve d’oreiller ? » tenté-je de la détendre un peu. On est dans une situation urgente, mais on peut quand même faire un peu d’humour non ?

La pauvre raconte son histoire et délire. C’est pas beau à voir et ça me fend le cœur de la voir dans cet état. La chose l’a battu et pour une raison que j’ignore j’ai envie de lui foutre des baffes à cette créature pour avoir détruit tous ces gens. Des innocents ! Des larmes roulent sur ses joues et instinctivement, je lève une main pour les essuyer.

« Tu vas pas mourir. On va t’aider » lui souris-je doucement.

Elle s’accroche à moi et si j’essaie de la détacher, elle refuse. Ce ne sera pas simple pour l’examiner. Je mords ma lèvre inférieure et lève les yeux vers Isia.

« Isia. On doit t’examiner. On est tous là avec toi. Je vais te poser au sol, d’accord ? » dis-je doucement, faisant de mon mieux pour la calmer et la mettre en sécurité avant de tenter une fois de plus de la détacher de moi.

Selon sa réaction, je me tourne vers Natasha pour lui dire de procéder et je reste aux côtés d’Isia, lui tenant la main et passant mon autre sur sa joue pour lui montrer que je suis encore là, que je ne pars pas. Si elle refuse, c’est pas bien compliqué, je recommence et fais de mon mieux pour l’aider.

Natasha me demande d’informer le major Frei ainsi que le Lieutenant Ford et je prends en main ma radio, l’activant sur le canal militaire.

//Major Frei et Lieutenant Ford, ici soldat Fuller. Nous sommes au laboratoire d’Elijah et avons retrouvé le docteur Taylor Laurence en mauvais état. Nous tentons de lui venir en aide. Ne faite pas confiance à celle qui se balade dans les couloirs. Terminé. //

Environnement


Une nouvelle fois, elle dit non, elle ne voulait pas être bougée et la veste de Cody glissa sur elle alors qu’elle se rapprochait, encore plus. Il eut quelques bruits dans la faune/végétation, entraînant un ci de la belle qui lâcha soudainement Cody juste après qu’il ait fait son appel radio.
Appel radio qui ne put aboutir, puisque la zone est « morte » aucune onde radio ne passe ici… sauf près du téléporter.

Elle se recrovilla sur elle-même, commençant à trembler et avoir des spams violent. Les pétalzards tombèrent quelques instants, laissant voir qu’elle avait des vêtements déchirés… Elle était en crise de panique totale et le seconde classe Giroud sa précipitation pour la maintenir au sol et essayer de la calmer.
« Docteur calmez vous voyons ! » la jeune femme était en train de délirer sur un tentative de viol et d’explosion d’une plante… d’un panda et d’un minou qui viennent la sauver… bref en pleins délire incohérent en donnant des coups. Alors que le pauvre homme devait essayer de la maintenir en se mettant sur elle.

Il eut un léger bruit comme quelque chose qui tombe sur le sol… quelque chose de petit… Emeryan, se propulsa, manquant de faire tomber Natasha sous le coup et fondit à travers le parterre de petalzards au pied du grand arbre… Celui-ci semblait fouiller, balayant les créatures qui couinaient de mécontentement. Il prit délicatement avec le bout de sa queue, un anneau doré… un bel anneau en or blanc et jaune, même si le métal n’en était pas, mais d’origine Natus. Il le regarda d’un drôle d’air…

« Natasha vient voir… » dit-il surprit, personne ne pouvait voir se qu’il avait sur la queue à ce moment-là.

Natasha Avalon


Natasha se sentait complètement dépassée par les évènements. Ce n’était pourtant pas la première fois qu’elle se confrontait à des blessures graves mais le danger omniprésent et la paranoïa rendaient sa concentration difficile. Elle n’arrivait pas à se soustraire à ces images de cadavres et à la terreur omniprésente de tomber sur un morphea et de finir comme eux. Il fallait pourtant qu’elle réagisse car Isia avait besoin d’elle. Cody lança le message par radio et n’eut strictement aucune réponse, la rouquine se rappela alors qu’il y avait de lourdes interférences ici… c’était un véritable problème. Ils ne pouvaient pas prendre le risque de se séparer, par ailleurs, sa méfiance la poussait à ne pas envoyer l’un des hommes au téléporteur car elle n’avait aucune garantie que le message partirait un jour. Si l’un d’eux était un ennemi déguisé…

Emeryan l’interpella et elle se détacha de la chirurgienne pour le rejoindre avant d’apercevoir l’anneau qu’il tenait au bout de la queue.

-Qu’est-ce que c’est ? murmura t-elle.
La serliane lui tendit l’objet brilliant. « Je ne sais pas. Une création à vous… car pas d’ici... » Il la regarda longuement avant de sentir quelque chose lui tomber sur la tête. il la secoua machinalement avant de regarder à droite et à gauche… puis de relever celle-ci… sur la tête triangulaire du serpent, Natasha pouvait voir une goutte de sang couler le long de son cou.

La jeune femme releva lentement les yeux vers les airs avec un très mauvais pressentiment. Rien… la végétation était trop dense. Pourtant il y avait bien quelque chose là-haut, quelque chose qui perdait du sang. Une sixième victime ou bien ? Ses yeux se posèrent sur Isia d’un air soupçonneux. Ce serait gros, tellement gros, et pourtant…

-Porte moi là-haut Emeryan, vite, chuchota-t-elle précipitamment.
Elle ne voulait pas crier au loup trop vite mais quelque chose clochait et elle craignait le pire. La serliane se serra autour d’elle pour la porter et commencer à la lever.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Mar 19 Juin - 20:44
avatar
√ Arrivée le : 01/07/2014
√ Messages : 462
√ Localisation : Canada


Dossier Top Secret
√ Age: 25
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Non
Voir le profil de l'utilisateur
Cody Fuller


Aucune réponse. Je doute même que le message ait été transmis. Merde, on est seul ici dans un environnement assez… spécial. Y a toutes sortes de créatures. Y a des humains, mais il se peut qu’ils ne soient pas totalement sains. C’est une possibilité qu’Isia ne soit même pas elle. Il faut se préparer à tout. Un énorme poids s’abat sur moi. Je veux juste en finir avec toute cette histoire. J’ignore où donner de la tête et ça me panique. Je me pince l’arête du nez, ferme les yeux et prends une grande respiration pour me calmer et faire de mon mieux pour rester professionnel le plus possible.

L’autre militaire maintient Isia au sol et tente de la maîtriser. Elle délire, secouée de spasmes. Je crois que je vais raconter n’importe quoi juste pour la calmer et la détendre. Essayer de la ramener à nous parce que là elle est dans une crise d’hallucination totale. Le premier truc qui me vient en tête est Zelda. Elle l’adore, elle semble être un peu plus calme avec elle et elle répète souvent qu’elle veut des petits chiots. C’est beau des chiots, non ?

« Isia, tu es pas seule, okay ? Tu es avec des gens qui ont besoin de toi et qui t’apprécient » Euh, ouais, elle a la réputation de dragon mais disons que la plupart des gens ici l’apprécient. « Tu aimes les chiots ? Tout ce que tu veux. Faudra demander à Hamilton, mais tout ce que tu veux. Ça lui fera plaisir à Zelda de te donner un de ses bébés. »

Bon, ok, c’est pas la meilleur des choses à faire pour l’aider. Je lance un regard par-dessus mon épaule et ne voit plus Natasha. Où est-elle allée ?

« Natasha ? Vous allez bien ? »

Craignant le pire, je me tourne vers Isia, me penche et lui pose mes lèvres sur son front. Je me redresse et regarde le soldat le plus haut gradé du groupe.

« Permission de partir à la recherche de Natasha ? » demandé-je. Je respecte quand même la hiérarchie militaire. Si la réponse est non, je reste et si on me l’accorde je me lève et replace ma veste sur la chirurgienne et fait le tour de la salle, à la recherche de la kiné.

Le sergent s’était lui aussi rapproché voyant que le second classe allait être débordée… même le baiser de Cody ne calma que peu la crise.

« Elle est avec son serpent soldat… » fit le sergent avant de s’agenouiller par terre et de maintenir les jambes de la jeune femme. Soudainement, il n’eut plus rien… Isia était ne s’agitait plus, ne criait plus, ne parlait plus, ne délirait plus. Il n’y avait plus de bruit… sa tête était sur le côté inerte comme le reste de son corps.

« Putain on la perd ! »

La crise est violente, c’est difficile de la calmer. Même mes tentatives sont infructueuses. Merde, on ne peut pas la perdre ! Pas comme ça, pas de cette façon ! Je sens mon cœur qui se débat à cent à l’heure. C’est horrible ! Je prends une inspiration et tente de me calmer du mieux que je peux. Je jette un œil aux deux militaires qui tentent de la maîtriser et pars à la recherche de la kiné. Elle est pas bien difficile à retrouver. Notre amie serliane aide beaucoup.

J’arrive au pied d’un arbre où le serpent dépasse et en déduit que la kiné doit être avec son amie.

« Hé, Emeryan et Natasha ! Vous n’avez rien ? Je m’inquiète pour vous » demandé-je, un peu plus fort pour me faire entendre. « Vous avez trouvez quelque chose qui peut nous aider ? »

C’est alors que j’entends un des militaires dire qu’on perd Isia. Quoi ?! Putain, non ! Ce n’est pas possible ! Sur le coup de la surprise et d’une peur grandissante à chaque seconde.

Zelda semble avoir remarquée quelque chose, car j’entends ses aboiements au loin. Ce n’est pas normal ça non plus. Mais pas du tout. Qu’a-t-elle bien pu avoir trouvé ? Je me dirige vers mon chien et vois au sol une grosse flaque de sang. Mais à qui peut bien appartenir tout ce sang ? C’est quoi ce bordel ? À moins que… Instinctivement, je place une main sur mon arme, prêt à l’utiliser.

Environnement


Durant ce temps Natasha :

En montant dans la canopée… la tension montait et le sang plus visible …Une main parfaitement manucurée était derrière l’une des feuilles… du sang coulaient le long du poignet jusqu’à l’index pour perler tout du long et tomber dans un goutte à goutte irrégulier. En écartant les grandes feuilles (vivantes du surcroît qui frissonnaient dès qu’on les touchaient comme des chats, mais similaire à des grandes raies), il avait un bras qui donnait sur un corps en sous-vêtements blancs… en dentelle mais tout cela tacher de rouge avec de nombreuses blessures sur le corps, signe de lutte mais rien n’était mortelle… la peau ivoire d’Isia était recouverte de bleu par endroit, elle ne s’était pas laissé faire apparemment. Sa tête était sur le côté comme endormis, un filet de sang le long de ces lèvres carmin… elle semblait calme sur le dos dans une position aérienne. Elle ne bougeait plus, mais une faible respiration était perceptible. Elle portait encore ces talons bleu marine… une ironie non ? Et elle avait ces bijoux sauf la bague qui était tombé au sol.

Mais l’horreur ne s’arrêtait pas là… à droite de la tête de Natasha un peu en hauteur à comparer d’Isia… la tête d’une jeune femme brune était présente, comme pauser là à la va vite ! Le corps moins blessé, juste bleuté … une petite jeune femme qui était aussi sans vêtement. Surement Perrine Carrier comme le témoignait sa gourmette à son patronyme. Plus haut, il avait un militaire, lui aussi sacrément blessée, accroché aux branches du dessus… un brun… Puis une autre femme était là… une belle blonde scandinave qui avait encore ses vêtements comme le soldat, signe de son rattachement aux techniciens… Ils étaient plus haut. Ils étaient quatre…

Du côté de Cody…
« … Elle respire plus ! Bordel ! Vos cours de premiers secours soldat vous les avez eus dans une pochette surprise ? C’est pas un massage cardiaque ça mais une boucherie !! » Gueulait le sergent, qui essayait de ranimer le corps de la doctoresse. .. puis il eut un hurlement celui de Natasha…
"-ELOIGNEZ VOUS d'ISIA C'EST UN MORPHEA !!!! "

Le sergent n’eut pas le temps de s'éloigner… quelque chose le frôla et il se prit une giclé de sang… Le corps de Giroud était empalé par un tentacule qui lui sortait de la bouche. Le sergent fut balayé par un tentacule un peu plus loin… quand le visage d’Isia fissuré se releva caché par le corps du soldat qui ne touchait plus le sol.
« Dommage qu’il ait la curieuse de service… Je m’amusais bien... je suis certaine qu’on serait très heureux ici Coccy…. tu ne vas pas m'abandonner aussi non ? » dit-elle d’une voix charmante… se servant du pauvre homme comme bouclier.

Cody Fuller


Voyant que la kiné se porte bien, je retourne rapidement vers les deux autres militaires pour essayer de ranimer la femme. Ouais, je fais de mon mieux, prenant des bonnes respirations pour rester calme et faire le plus que je peux. Sauf que je me prends une remarque du sergent. Je sais ce que j’ai à faire, merci le sergent. Je pince mes lèvres et ne dit rien, continuant d’essayer de ranimer la femme.

C’est alors que la voix de Natasha se fait entendre et nous dit qu’Isia est une morphéa. Pourquoi ne l’ai-je pas vu venir plus tôt ? Au moins, on en a retrouvé un et on va le tuer ! Le sang en bas de l’arbre ? C’est aux victimes ? J’espère qu’elles se portent bien ? Un des militaires se prend un giclée de sang et est projeté au loin. Tandis que Giroud se prend un tentacule comme une brochette. C’est dégueulasse ce truc !

« On aurait pu, ouais, mais t’es juste une pauvre copie d’elle » le morphéa peut bien éprouver les mêmes émotions que la docteure, je m’en fous. Faut tuer cette créature et lui faire payer ce qu’elle a fait à ces pauvres gens.

Comme si elle sent le danger, Zelda se mets à aboyer, remarquant qu’il y a un changement dans le comportement des autres personnes présentes. Je n’y fais pas trop attention, j’ai autre chose à faire que m’occuper de l’animal qui avertit du danger. J’ai un morphéa à tuer.

« Tu vas payer pour ce que tu leur as fait, sale ordure ! » dis-je, prenant mon arme et la levant devant moi, me déplaçant sur le côté pour l’avoir dans ma ligne de mire, pointant au niveau de sa tête et appuyant plusieurs fois sur la gâchette. La créature ressemble en tout point à Isia. C’est troublant ! La femme devant moi a sa voix, son apparence, tout, mais ce n’est pas elle. La vraie doit être à quelque part d’autre. Dans l’arbre, peut-être ?

Natasha Avalon


Les feuillages de l’arbre s’agitaient tout autour d’elle et elle aurait pu se sentir inquiète d’être mordue si elle ne se trouvait pas en compagnie de l’alpha, Emeryan, qui la protégeait des serlianes. C’est donc sans trop d’appréhension qu’elle gesticulait sur son perchoir inconfortable pour découvrir qui était le propriétaire de l’anneau et du sang et elle comprit bien vite que ses soupçons étaient avérés. Elle aurait donné cher pour s’être trompée… parce que si Isia était ici, cela signifiait que ses trois autres compagnons qui s’agitaient autour de la fausse étaient des cibles idéales pour le morphea. Cela signifiait aussi qu’un combat allait avoir lieu et, après ce qu’elle avait lu sur ces monstres, elle n’avait strictement aucune envie d’en affronter un. Elle avait au moins de la chance dans son malheur d’être escortée par trois soldats entraînés car il ne fallait pas compter sur elle pour faire la différence. Encore fallait-il que ces trois pauvres hommes soient informés avant que le morphea ne passe à l’attaque, aussi hurla t-elle l’information à leur attention. Ca avait été presque automatique, à l’instant où elle avait aperçut le corps inconscient d’Isia (étais-ce la vraie cette fois?). La rouquine ne chercha pas à vérifier que les autres victimes étaient vivantes, elle devait aller aider les soldats car s’ils mourraient tous les quatre il n’y aurait plus personne pour secourir les blessés dans l’arbre. Mais déjà des bruits de lutte se faisaient entendre, des cris plus ou moins étouffés… elle arma son zat, parfaitement consciente qu’elle vivait peut-être ses derniers instants.

- Redescends moi Emeryan, je dois aller les aider !

_________________

J'écris en #4B86B4


Revenir en haut Aller en bas
Mar 19 Juin - 21:13
avatar
√ Arrivée le : 01/08/2015
√ Messages : 475
Voir le profil de l'utilisateur


Moment fort 7 : UN TOUR DE MANEGE
Fuller-Avalon-Frei-Kalinda

« Plusieurs consignes en fin de document»



La situation commençait à devenir critique en bas… le 2nd classe Giroud était mort, servant de bouclier à un morphéa à l'effigie de la seconde responsable médicale… (qui avait l'air de prendre son pied après un numéro théâtrale) et la découverte des corps en vie pour Natasha.

Le morphéa se mit à rire à la phrase courageuse de Cody.

« Une copie ? Mais… l'orignal n'est plus… il te faudra te contenter du meilleur ! »dit-elle en roucoulant comme un chat, en balançant le corps de ce brave Giroud sur Cody. Elle n'avait pas encore vu le sergent qui était en train de se relever pour lui tirer trois balles dans le dos… suivis par celles de Cody... La créature hurla puis attrapa la cheville du pauvre homme qui se retrouva projeter contre un arbre, inconscient pour le moment. Déjà, les impacts de balles se régénéraient … D'un pas félin, elle commençait à se rapprocher des deux soldats à terre, toisant Cody avec un air joueur et sadique… le sang coulait sur ces plaies mais cela ne semblait pas l'incomber… De son tentacule elle attrapa la cheville de Cody, pour commencer à le traîner sur le sol dans un cercle presque parfait, n'épargnant nullement les chocs, pour s'amuser à le pousser proche de l'eau fluorescente ou même contre des rocs. S'amusant clairement avec sa proie. Zelda voulant aider son maître sera balayée avec la même douceur par le second tentacule le sergent contre un arbre et retombera inconscience.

Du côté de Natasha, Emeryan, hésita à la descendre en voyant qu’il avait de grabuges… au lieu de ça, il décida de se déplacer dans les arbres avec elle, pour la mettre à l’abris tout en lui donnant la possibilité de tirer quand le morphéa sera près des arbres…


--------

Consignes :

  • Indications pour Karola & Kalinda
    Après avoir galérer à ouvrir le téléporter comme Cody et Natasha, vous entendez des coups de feu et des hurlements. Après une approche qui je l’espère discrète, vous êtes témoin de la scène qui se passe avec Cody et « Isia ».
    Vous répondez toutes les deux en premières. je vous conseilles le Gdoc (vous intégrer vos réponses des deux événements en une ça sera plus simple)

  • Natasha : le morphéa se rapproche de l’arbre comme il « balade » Cody, il sera à 5 mètres de toi à un moment et ne t'a pas encore vu.
  • Cody : tu es traîné au sol et tu es malmené tu es libre de tes actions, on réagira en conséquence.




(c) DΛNDELION


Personnages inclus dans cette partie :
Natasha Avalon et 1ere classe Cody Fuller avec Zelda -Frei et Kalinda

PNJ à disposition :
Sergent Mancini

Emeryan
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Dim 24 Juin - 17:10
avatar
√ Arrivée le : 14/05/2015
√ Messages : 2431
√ Localisation : Atlantis


Dossier Top Secret
√ Age: 35 ans
√ Nationalité: Allemagne Allemagne
√ Gêne: ATA
Voir le profil de l'utilisateur
La décision de Kalinda ne surprit guère le major qui se contenta d’y acquiescer avant de ramasser son 9 mm et de jeter un dernier coup d’œil au cadavre qui gisait au sol.

« Avant toute chose, il va nous falloir faire un détour par l’armurerie pour récupérer des munitions.« » indiqua-t-elle à la pégasienne avant de se mettre en marche vers le lieu susmentionné. Elles convergèrent vers le téléporteur et après une pression sur la carte tactile elles furent transportées à proximité de l’armurerie. Une fois sorties, Karola donna le ton en augmentant son allure et en se mettant à courir afin qu’elles ne perdent pas de temps. Elle eut cependant le temps de remarquer que les couloirs étaient déserts, silencieux et plongés dans le noir comme la zone dans laquelle elles se trouvaient précédemment. Aussi, ne furent-elles pas dérangées lorsqu’elles arrivèrent à l’armurerie, vide, elle aussi. Le règlement était assez strict ici, il fallait noter quelles étaient les armes qui étaient empruntées, le nom de l’emprunteur ainsi que le nombre de chargeurs sortis de la réserve. Mais la situation étant devenue grave, ce genre de formalités n’avaient pas lieu d’être et en qualité de cheffe militaire sur la cité Karola pouvait se permettre une telle entorse au règlement. Elle se dirigea directement vers la réserve en faisant signe à Kalinda de la suivre. Dans la salle étaient entreposés des centaines de cartons, des armes de tous genres bien rangées ainsi que des portants à gilets pare-balles et tactiques.

« Vous devriez vous munir d’un gilet pare-balles, qui sait ce sur quoi on tombera là-bas. Vous pouvez également prendre une arme à feu avec vous si vous vous sentez à l’aise avec.. Bien sûr, vous êtes libre de prendre l’arme qui vous convient le mieux mais si vous désirez en emprunter une à feu, je vous conseille un 9mm. »

Elle laissa Kalinda faire ses choix et s’occupa de son propre équipement. Elle portait déjà un gilet pare-balle et tactique, il ne lui restait plus qu’à se saisir de quelques chargeurs de 9 mm ainsi que d’un p90. Elle fit même un détour vers son casier où elle avait entreposé du matériel et notamment un détecteur de signes de vie qui atterrit dans une poche et des barres énergétiques. Il n’y en avait que 3 mais ça suffirait pour le moment. Elle sentait poindre l’hypoglycémie et ne perdit pas de temps pour en manger une, en tendant une autre à Kalinda pour qu’elle puisse elle aussi se restaurer avant de ranger la dernière dans une de ses poches.

« Je vais vérifier que votre équipement est opérationnel, si vous permettez. » demanda-t-elle à la pégasienne qui n’était peut-être pas tout à fait au fait de la manière dont s’utilisait le matériel atlante. Après son autorisation, elle fit deux trois vérifications pour s’assurer que son gilet était bien attaché et que ses organes vitaux étaient de ce fait, bien protégés.

Une fois que les deux furent parées, le temps était venu de rejoindre le laboratoire d’Elijah. Comme plus tôt, elles le firent en courant. Karola fut soulagée de ne croiser personne même si cela se révélait quelque peu inquiétant. D’un côté, elle préférait agir sans être vue pour éviter d’alerter leurs ennemis, ayant compris à ses dépens qu’on ne pouvait plus faire confiance à personne mais d’un autre côté elle commençait à craindre pour la vie de tous les innocents de la cité. Elle espérait que cela n’était pas un signe que les morphéas avaient pris le contrôle d’Atlantis. A cette pensée, elle se rembrunit, la sécurité de la cité était entre ses mains en l’absence de Sheppard et jusqu’à présent, elle n’était pas parvenue à endiguer la menace infiltrée. Cette pensée lui fit redoubler d’effort pour atteindre au plus vite la forêt d’Emeryan, elle doubla son allure de course avant de ralentir à l’approche du téléporteur qui les mèneraient là-bas.

Elle s’arrêta finalement devant les portes, en profitant pour reprendre son souffle et permettre à Kalinda de faire de même. Elle en profita pour faire une dernière mise au point.
« La zone que nous nous apprêtons à rejoindre est plutôt hostile. Il s’agit d’un écosystème qui s’est constitué dans la cité. On y trouve une forêt assez dense, alimentée par des zones qui ressemblent à des marécages et la faune peut se révéler dangereuse. Faites attention à ce qui ressemble à du lierre, des serpents ou bien à ce qui se trouvent dans l’eau. Ils peuvent vous attaquer assez férocement. En revanche, on y trouve des espèces de lianes qui sont inoffensives. Enfin, n’oubliez pas de vous attendre au pire une fois là-bas. » C’était un avertissement somme toute assez pessimiste mais mieux valait y aller en s’attendant au pire afin de faire preuve d’extrême prudence plutôt que d’y déambuler en touriste.

Après avoir activé les cristaux d’ouverture, les deux jeunes femmes pénètrent dans le téléporteur qui les envoya en direction de la forêt. Comme lors de la mission qui leur avait fait découvrir l’endroit, les portes ne s’ouvrirent pas car bloquées par la végétation. Se souvenant de la manière dont elle avait procédé la première fois, Karola attrapa son couteau et de son autre main attrapa fermement mais sans violence une liane avant de faire mine de vouloir la couper. Avant que la lame n’atteigne les végétaux, elle sentit la plante glisser dans sa main et finalement dégager les portes ce qui leur permit de s’ouvrir.
« Les serlianes sont des organismes très sensibles et craintives. Elles seront coopératives à condition de les respecter. » Indiqua t-elle à Kalinda avant de sortir.
Elles furent accueillies par la chaleur humide et étouffante de ce mini ecosystème semblable à celui que l’on pouvait trouver en milieu tropical ou équatorial.

« Faites attention où vous mettez les pieds… » souffla t-elle à sa camarade alors qu’elle tentait de se remémorer du chemin qu’elle et son équipe avaient emprunté la première fois. Elle sortit son détecteur de signes de vie et se mit en marche prudemment dans le calme, tout le contraire de leur course effrénée de tout à l’heure. Malheureusement, son appareil ne lui fut d’aucune aide car des centaines de points figuraient sur l’écran. Dépitée, la jeune femme soupira et le rangea, préférant pour le coup utiliser sa seconde main pour mieux maintenant son fusil pointé devant elle.

Et puis le silence fut déchiré par des cris et coups de feu qui provenaient d’un peu plus loin sans trop qu’elle ne sache vraiment d’où d’autant plus que la végétation ne leur permettait pas d’avoir une vue dégagée sur l’horizon.

Karola fit signe de la main à Kalinda qu’elles allaient se diriger un peu plus au nord est de leur position, de là où les cris et les coups de feu avaient émanés. Karola marchait en amortissant ses pas en pliant légèrement les genoux et en évitant soigneusement les eaux qui lui paraissaient un peu plus profondes. Ses rangers s’enfonçaient parfois dans le sol boueux et humide mais il lui en fallait plus que ça pour la perturber. Heureusement, elles purent compter sur les bruits de ce qui semblait être un combat pour se diriger au mieux et après avoir enjambés quelques racines d’arbres qui croissaient hors du sol elles parvinrent à distinguer des silhouettes à quelques mètres devant elles.

Karola alla directement se cacher derrière un épais tronc en faisant signe à Kalinda de faire de même afin qu’elles puissent prendre la température et éviter de se jeter dans la gueule du loup. Le spectacle qui se déroula alors sous les yeux de la militaire était horrifiant. Un autre morphéa était là et avait pris l’apparence d’Isia. Après le coup de Trudeau, cela n’étonna finalement pas le major qui se doutait que la stratégie des morphéas avait dû être établie sur la copie de personnes aux postes bien spécifiques et relativement importants dans la cité. Elle n’eut pas le loisir de s’apitoyer encore sur le manque d’efficacité de sa part sur ce coup-là car la créature s’en prenait au soldat Fuller ou plutôt semblait s’amuser avec. Il allait falloir réfléchir assez rapidement à la manière de procéder pour le sortir de là et éviter de se retrouver dans la même position que lui. D’autant plus que Karola ignorait s’il s’agissait de la seule créature présente ou non.

_________________



DC : Victoria Wilde
Rédaction en #LightPink
Revenir en haut Aller en bas
Dim 24 Juin - 19:38
avatar
√ Arrivée le : 29/06/2017
√ Messages : 300

Dossier Top Secret
√ Age: 35 ans
√ Nationalité: France France
√ Gêne: ATA
Voir le profil de l'utilisateur
Kalinda


Spoiler:
 


Kalinda hocha la tête. En effet, elles devaient passer à l'armurerie pour recharger leurs munitions. Inutile de se lancer dans un nouveau combat sans être préparées au minimum. Elle ramassa sa machette au sol et tendit son couteau à Karola.

"Allons-y."

Les couloirs déserts étaient plongés dans le noir rendant l'atmosphère inquiétante. Depuis qu'elle était arrivée sur la cité, elle s'était habituée au va et vient incessant des militaires de jours ou de nuits. Si au début, elle avait eu du mal à s'y faire, aujourd'hui cela lui manquait. C'était trop silencieux, trop sombre, trop angoissant. Kalinda était tendue, sur le qui-vive s'attendant à tomber d'un moment à un autre et au détour de chaque couloir sur un nouveau Morphea. Elle se demanda également où étaient passés tous les habitants de la cité. Étaient-ils dans leurs quartiers ? Étaient-ils prisonniers quelque part ? Ou pire ? Que s'était-il passé pendant qu'elles combattaient le Morphea ?

Elles arrivèrent rapidement et sans encombre à l'armurerie. La jeune pegasienne ne s'y était rendue que trop peu de fois pour y être à l'aise. Suivant les conseils de Karola, elle attrapa un gilet par-balles qu'elle enfila tant bien que mal. Puis toujours selon ses conseils, elle prit également un 9mm et deux chargeurs. Kalinda ne savait quasiment pas s'en servir mais son dernier coup n'avait pas été vain alors autant prendre une arme en plus ce ne serait pas inutile. Avec un peu de chance, elle réussirait mieux ses coups la prochaine fois.

"Ok je prends ça alors. Pouvez vous me montrer comment on enlève la sécurité et comment on recharge ?"

Une fois que la militaire lui eut montré, Kalinda s'entraîna deux-trois fois à l'enlever et à la remettre puis Karola lui donna également une barre énergétique et Kalinda se rendit compte qu'en effet elle avait faim. Elle ne perdit pas de temps et la mangea entièrement. Karola l'aida à mettre correctement son gilet. Tout en la laissant faire, Kalinda se dit que ce serait une maigre protection face aux tentacules des Morphéas mais ce serait déjà ça.. La jeune pegasienne ne savait pas si les Morphéas s'impregnaient également des compétences des personnes qu'ils copiés mais si c'était le cas alors ils sauraient sûrement se servir d'une arme. Elle fit le tour de l'armurerie et rajouta à son équipement un couteau qu'elle fixa à sa cheville et une deuxième machette qu'elle accrocha dans son dos.

Elles se mirent alors en route en courant pour atteindre leur destination le plus rapidement possible. Karola s'arrêta devant une porte et fit une nouvelle mise au point, expliquant à Kalinda à quel point l'endroit où elles allaient pouvait être dangereux et la lui décrit brièvement. Kalinda se mordit la lèvre. Alors qu'elle pensait que la cité ne pourrait plus la surprendre voilà qu'elle le faisait encore. Une jungle au sein-même de la cité ? C'était juste hallucinant. Après avoir écouté les conseils de Karola, cette dernière ouvrit la porte qui se retrouva bloquée par des lianes. La militaire fit alors mine d'y planter la lame de son couteau et la liane se rétracta aussitôt. La jeune femme écouta ses explications puis ne put s'empêcher de promener sa main sur la liane en murmurant :

"C'est fascinant.."


La serliane était douce et se mit à pousser une sorte de ronronnement cristallin avant de glisser des mains de la jeune femme. Le sol était recouvert de mousse verte et violette qui semblait moelleuse… dès que les deux jeunes femmes posaient les pieds, cette mousse se dispersait, laissant voir qu’elle était couplée avec une sorte de lézard. En face d’eux, le grand nid de brindille se mit à faire des « ssssccchhhhh » de mécontentement bougeant un peu avant de se calmer dès qu’elles furent hors de portée. Les millions de petites branches serpent n’étaient pas contente de les voir.

Kalinda se reprit aussitôt pour suivre Karola. Elle évolua dans la forêt avec prudence, faisant également attention aux endroits où elle posait les pieds. Elles étaient censées porter secours à des personnes, inutiles de se mettre en danger elles aussi en allant trop vite. Il ne manquerait pas que la mission de secours ait besoin de secours elle aussi.

Au final, cette atmosphère humide, ces grosses lianes lui rappelaient assez certaines parties de son ancienne planète. Si en majorité elle était composée de forêt clairsemée, certaines zones étaient marécageuses, peuplées de crocodiles et serpents. Des endroits dangereux mais qui regorgeaient de ressources en abondance telles de gros poissons ou des fruits succulents obligeant le peuple de Kalinda à s'y aventurer plus qu'ils ne l'auraient voulu. Kalinda n'était donc pas en terrain inconnu et elle comprenait tout à fait ce que disait Karola quand elle lui conseillait de faire attention où elle posait les pieds. Un mauvais pas et on pouvait tomber dans un trou d'eau ou se faire happer par une créature. Elle y évolua tout de même assez aisément. La jeune femme entendit soudain des cris et des coups de feu. Karola lui fit signe de se diriger vers le nord et rapidement, elles arrivèrent à proximité du lieu d'où provenaient les bruits. Kalinda se dissimula également derrière un tronc. Par chance, la végétation abondante leur permettait de voir sans être vue. Comparé à leur dernier combat, les deux jeunes femmes avaient un avantage certain : celui de l'effet de surprise. Le morphéa ne s'attendait pas à les voir surgir.
Il ou plutôt elle si on pouvait dire que les Morphéas avaient un sexe, avait les traits d'une jeune femme et était en train de s'amuser avec un homme. Elles devaient réagir vite car à ce rythme là, il ne tiendrait pas longtemps. Son corps était assez violemment percuté contre les éléments de la nature.
Au sol, il y avait des corps qui selon leur posture étaient probablement morts. Il y avait également un chien qui devait être inconscient, peut être mort lui aussi.
Kalinda se tourna alors vers Karola et murmura :

"Nous devons aller l'aider, il ne tiendra pas longtemps. Séparons nous et attaquons séparément.. Nous avons l'effet de surprise. Il ne s'attendra pas à voir deux personnes l'attaquer."

Kalinda attendit la réponse de la militaire, peut être avait elle une idée plus judicieuse.


Natasha Avalon


Evidemment, Emeryan ne lui obéit pas et la percha encore plus haut dans l’arbre. Cette manie de la mettre en hauteur pour la protéger n’était pas nouvelle mais elle ne l’arrangeait pas vraiment compte tenu du fait que ses compagnons étaient en train de se faire tailler en pièce pendant qu’elle était tranquillement dissimulée au milieu de la végétation vivante. Au moins, elle pouvait cesser de douter des trois soldats qui l’entouraient : si le morphea les attaquait c’est qu’ils n’étaient pas alliés. D’un autre côté, survivraient-ils assez longtemps pour pouvoir se réjouir de cette information ? Elle entendit des coups de feu, quelques phrases échangées, des cris et un chien qui glapissait et se reconstitua une image de la scène dans sa tête, à défaut de pouvoir la voir.

Ce ne fut pas le sentiment de peur qui l’emporta cette fois mais la colère, la frustration. Ce morphea était responsable de tous ces cadavres qui se faisaient dévorer par les alligatroncs et maintenant il attaquait ses alliés ? Elle voulait en découdre elle aussi, lui botter les fesses ou se faire botter les siennes en essayant !

Puis elle entendit un bruit de frottement et des pas, comme si quelque chose de lourd était trainé et le morphea apparu dans son angle de vision. Sa première observation fut de noter la présence de Cody, accroché à ce qui ressemblait à une horrible tentacule. La bonne nouvelle c’est que Cody était vivant, la mauvaise c’était que le contact physique entre l’ennemi et le maître-chien rendait impossible l’utilisation du zat. Elle ne pouvait tout simplement pas risquer de neutraliser son potentiel dernier allié en vie et de révéler sa position tout en sachant qu’un seul tir ne suffirait pas à affecter le morphea… sa seconde réflexion fut que l’ennemi était blessé mais pas assez pour s’effondrer. Les balles avaient fait mouches mais n’étaient pas suffisament efficaces.

Ses yeux se posèrent sur Emeryan dont le poison était foudroyant. Ca ne lui plaisait pas de lui faire prendre des risques mais de toute façon, elle se doutait que l’ennemi finirait par les prendre pour cible une fois les autres militaires éliminés alors autant intervenir maintenant.

-Mords la, si elle lâche Cody je pourrai lui tirer dessus, murmura-t-elle le plus doucement possible dans l’espoir de ne pas être entendu.

Environnement


La tête triangulaire de la serliane se tourna vers Natasha… Il ne semblait pas désirer prendre part à ce combat. Cela était compréhensif, il avait déjà donné la dernière fois et certaine de ses copines étaient mortes à causes des lierres. Pourtant, il décida d’aider son amie… Il semblait soupirer comme le témoignait le relâchement de sa peau au niveau de ses poumon. Puis, il émit un son cristallin, qui se répercuta dans toute la forêt comme une réponse à son appel. Ce son fit lever la tête du morphéa qui ne pouvait rien voir… mais celle-ci continua de s’amuser avec Cody, se disant que ce ne fut pas la première fois qu’elle entendait ce son. Un élément que pouvait analyser Natasha. Cette dernière regarda son ami d’un air désolé, comprenant bien qu’elle lui en demandait beaucoup. Mais elle savait aussi que le combat finirait par s’engager à un moment ou autre car elle ne pouvait pas rester éternellement cachée dans l’arbre où se trouvaient les victimes des morpheas.

Soudainement, celle-ci put sentir plusieurs autres serlianes de couleurs brunes et vertes foncées, prendre le relai d’Emeryan, pour la soutenir, lui donnant une assise plus confortable et assurée. Trois têtes de serliane aux motifs différents sur la tête se postèrent près de la tête de la jeune femme. C’est la première fois, qu’elle pouvait voir des symboles sur la tête des serlianes, comme si celles-ci avaient été plus reptilienne avec leur tête à petites écailles. La jeune femme eut un frisson en sentant les serlianes prendre place pour la soutenir. Loin d’Emeryan, elle se sentait un peu moins en confiance avec ces créatures qui pouvaient envoyer au tapis n’importe quel être humain en quelques secondes avec leur poison. Elle tenta toutefois une approche pour se faire pardonner, glissant sa main avec prudence le long de leur corps pour leur faire une caresse. Emeryan adorait ça et elle pariait sur le fait que ses compagnes serlianes puissent apprécier aussi. Et ce fut le cas, puisqu’elles se mirent à frissonner toute en dodelinant de la tête.

Emeryan, se fondit dans le décor de la canopée, pour descendre le long du tronc où se trouvait Karola et Kalinda… l’étrange créature finie par tapoter la tête de Karola pour attirer son attention avec un bout de sa queue, afin qu’elle ne soit pas surprise de la voir descendre à couvert. En voyant Kalinda, il lui colla immédiatement sa queue sur la bouche pour qu’elle ne hurle pas, et continua à glisser le long du tronc.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Dim 24 Juin - 19:47
avatar
√ Arrivée le : 14/05/2015
√ Messages : 2431
√ Localisation : Atlantis


Dossier Top Secret
√ Age: 35 ans
√ Nationalité: Allemagne Allemagne
√ Gêne: ATA
Voir le profil de l'utilisateur
Cody Fuller


Pendant un instant, juste un petit instant, j’ai cru que le morphéa était Isia. J’aurais dû m’en douter, mais comment le faire si ses comportements ont ressemblé à tout point à ceux de la chirurgienne ? Ford l’a dit. Seuls les proches des personnes peuvent remarquer qu’ils ne sont pas eux-mêmes. Disons qu’Isia et moi nous nous entendons bien, mais nous ne sommes pas les meilleurs amis du monde. Si le morphéa n’est pas elle, cela veut dire qu’elle est ailleurs. Je le lui ai dit il y a quelques mois que je serai là pour elle si elle a besoin de quoi que ce soit. Faut croire qu’aujourd’hui est le moment.

C’est alors que je me prends un cadavre en pleine figure. Sur le coup de la surprise et le poids du corps, je recule de quelques pas et le repousse avec l’aide de mes deux mains. Il ne reste plus que le sergent et moi. C’est triste de savoir que pleins de gens ont perdu la vie en voulant protéger la cité. Il y a toujours un risque de perdre la vie en voulant protéger son son pays ou la cité dans ce cas-ci. Je lève le regard vers le Morphéa, fronçant les sourcils et la fixant froidement. Oui, une pauvre copie et en aucun cas le meilleur !

Après avoir tiré sur elle, le sergent se fait projeter contre un arbre et elle m’agrippe la cheville. J’essaie de me dégager, de bouger de chaque côté, de défaire son tentacule de la cheville, mais la créature me traîne au sol, formant des cercles. De la boue se retrouve sur mes vêtements, dans les cheveux, sur le visage, partout où il est possible d’en recevoir. Je tente de pointer mon arme vers le tentacule pour le faire lâcher prise, mais je perds mon arme lorsque j'atterris sur un roché.

Zelda, en bon chien qu’elle est, tente de protéger son maître, mais est balayée par un des tentacules de la créature contre un arbre. Non… Non ! Pas elle ! J’espère juste qu’elle est inconsciente et qu’elle va bien.

« Non… Non ! » m’écrié-je, tentant d’aller la rejoindre sauf que je me prends une roche sur la tête.

Le morphéa passe tout près de l’eau, là où les aligatroncs se trouvent. Sale créatures ! Ils n’hésiteront pas à me manger ! Mon cœur accélère le rythme alors que je les vois se rapprocher, mais par chance je passe rapidement l’eau. Malheureusement, elle le fait plusieurs fois de suite et, à chaque fois, je crains qu’elle me donne aux aligatroncs.

Me souvenant que j’ai un zat, je tente de le prendre et de tirer sur la créature qui s’amuse avec sa bouffe. Une jambe. L’endroit le plus proche de moi. Je tente de me relever et de tirer sur la créature.

Karola Frei


Alors qu’elle était en pleine analyse de la situation et réflexion du plan à adopter pour prendre l’avantage, Kalinda prit la parole à voix basse pour lui soumettre une idée. Même s’il y avait de l’idée, cela ne lui semblait pas très approprié pour l’instant étant donné le peu d’informations qu’elles avaient concernant l’ennemi et ce que pouvaient cacher les arbres. Le cadavre du pauvre Giroud et les dégâts causés à Mancini et à Zelda pouvaient témoigner de la présence de plusieurs morphéas. Néanmoins elle ignorait depuis combien de temps ils se trouvaient là et la fausse Isia semblait être la seule à s’amuser et elle était bien placée pour savoir que ces créatures étaient férocement redoutables, même seules.

Elle s’apprêtait à faire part de ses réflexions à Kalinda lorsqu’elle sentit quelque chose lui tapoter l’arrière du crâne. Craignant qu’elles se soient fait repérer, Karola se retourna vivement, arme au poing et chercha l’auteur de cet effet de surprise et constata qu’il s’agissait d’une épaisse liane qui s’enroulait à présent autour du visage de Kalinda tandis que son autre extrémité glissait le long d’un tronc situé à proximité. Karola reconnut sans peine l’individu serliane qui se faisait appeler Emeryan. Elle baissa son arme et s’adressa en chuchotant à Kalinda qui devait certainement se poser des questions si elle n’était pas en train de s’inquiéter d’être ainsi muselée.

« Ne vous en faites pas, c’est Emeryan, un allié. »

C’était plutôt une bonne chose que ce soit lui qui les ai repérées en premier, la plante saurait très certainement les renseigner sur ce qui se passait dans la forêt. Elle avait tout un tas de questions à lui poser mais la 1ère fusa après qu’elle ait entendu une nouvelle fois Cody crier. Il ne parvenait pas à se défaire de l’emprise de la fausse Isia et il arriverait bien un moment où elle finirait par se lasser de jouer avec.

« Emeryan, j’ai besoin de savoir s’il n’y a qu’un seul représentant de cette espèce dans la forêt. » demanda-t-elle en pointant le Morphéa du doigt.

« Oui. Natasha est dans un arbre, elle veut tirer avec son objet » fit la serliane, qui libéra Kalinda, assuré qu’elle ne hurlerait pas. la créature alla jusqu’au sol, s’enroulant avec ces huit mètres de longueurs.

Savoir que Natasha était ici et en sécurité fut une nouvelle rassurante parmi ce chaos qui se dessinait sous leurs yeux, d’autant qu’elle savait qu’elle partageait un lien avec la serliane et que de ce fait elle se trouvait en sécurité grâce à elle. Qu’il n’y ait qu’un seul morphéa était tout aussi source de soulagement même si s’en débarrasser ne serait pas une partie de plaisir. Il était d’ailleurs temps de passer à l’action.

« Nous n’avons plus de temps à perdre. Je vais envoyer une grenade incapacitante pour surprendre le morphéa. On en profitera pour se lancer vers lui, avec un peu de chance la surprise lui aura fait lâcher Cody. Il va falloir agir vite, je prends le flanc droit, vous vous occuperez du gauche. Emeryan, si tu peux t’occuper de notre ami nous t’en serions reconnaissantes. Protégez vous les yeux et les oreilles et dès l’explosion passée, foncez! »

« On m’avait demandé de mordre la créature, mais oui, j'aiderai l’homme qui se fait traîner au sol. »

Sans attendre, Karola dégaina sa grenade et se rapprocha prudemment de la position du morphéa en se faufilant à travers la flore par la droite. Elle était désolée d’avance de la confusion que la grenade allait provoquer chez Cody mais c’était un moindre mal face à ce qui aurait pu l’attendre autrement. Enfin en bonne position, elle dégoupilla l’engin explosif et la balança de toutes ses forces vers le morphéa et Fuller et se recroquevilla en vitesse pour se protéger, son arme déjà en main prête à partir à l’assaut.

_________________



DC : Victoria Wilde
Rédaction en #LightPink
Revenir en haut Aller en bas
Dim 24 Juin - 19:59
avatar
√ Arrivée le : 01/08/2015
√ Messages : 475
Voir le profil de l'utilisateur


Moment fort 7 : La cavalerie arrive !
Fuller-Avalon-Frei-Kalinda

« Plusieurs consignes en fin de document»



Le morphéa s’amusait grandement à malmener ce pauvre Cody qui avait le droit de tasser le sol bombé et pleins de cailloux de la plage. Parfois un petit aller simple dans l’eau verte, où il pouvait sentir le claquement des gueules des aligatroncs l’effleurer… mais avant qu’il ne se noie ou même se fasse croquer le morphéa le ramenait sur la terre ferme en ricanant. Oui, ce morphéa avait clairement le trait joueur et un brin sadique de la belle doctoresse.

Mais bon, la patience n’était pas là… et le morphéa entendit le sergent se relever et le balaya avec force contre un arbre, l’homme gémissait en ayant sentit ses côtes se briser… son arme lui avait échappé… et le tentacule la prit pour la donner à la main libre d’Isia qui approcha Cody d’elle. De l’un de ses pieds nus, elle lui écrasa doucement les parties génitales pour qu’il se calme…avec un rictus gourmand…une association entre le plaisir perfide de cette domination et du contrôle qu’elle aurait sur sa douleur. Là, ce n’était que l’avant-goût, juste de quoi le menacer s’il se sentait avoir des airs de témérité. Il suffisait de plus de force et d’un coup sec pour l’interdire de cette virilité pour un petit moment, d’où le côté gourmand du regard. Voilà que le maître chien devenait décisionnaire de son avenir sexuel en quelque sorte…

Cody présentait de nombreuses éraflures sur son visage tant il avait été remué par le monstre. Maintenant hors de l’eau, toutes ces petites coupures se repéraient par leur aspect sanguinolent…et autant dire qu’il allait se découvrir un bon paquet d’hématomes s’il s’en sortait.

Pour le moment, dans le feu de l’action, le maître chien ne sentirait pas la douleur l’alerter de la multiplication de ses blessures. Juste la plus importante au niveau de sa cheville, une belle entorse dans le meilleur des cas, voir pire. Et peut-être, bientôt, un violent incendie à son entrejambe.

« Dis-moi mon beau… tu crois qu’une balle en pleine tête du sergent ça va faire de belles taches dans notre maison ? Car la décoration c’est important ».
Elle enroula son tentacule autour des hanches de l’homme, lui libérant le second cerveau ( :p ) pour le rapprocher de son visage, tout en le serrant assez fort… elle l’embrassa fougueusement en ricanant… il avait du rouge à lèvre sur la bouche maintenant.
« On va voir ça alors… »

ET BOUM ! Un écran lumineux se fit soudainement avec un bruit horrible dans les oreilles. Isia hurla lâchant brusquement Cody, pour se tenir les oreilles et secouer sa tête avec fureur, la main qui pointait droit devant elle pour tirer… une balle frôla la cuisse de Cody sans l’atteindre dans les chairs… le morphéa se mettait à tirer à l’aveugle.

Emeryan plongea entre les jambes de la créature pour attraper et s’enrouler autour de Cody et lui épargner de prendre une balle dans le ventre. La serliane tracta l’homme un peu plus loin derrière le tronc d’un arbre pour le protéger des tirs qui se multipliaient (d’autres serlianes attrapèrent le sergent pour le cacher dans les arbres).

Du côté de Natasha les serlianes n’avaient pas aimé le flash, mais alerté par leur alpha via un son cristallin, elles avaient toute détourné le regard pour cacher les yeux de la jeune femme. Cependant, elles tressaillent toutes au son horrible de la grenade… elles relâchèrent involontairement sur deux mètres, laissant le loisir à Natasha d’avoir sa petite sensation de chute… avant de réatterrir dans les anneaux des serlianes qui tremblaient de peur. Elle feulait de manière aiguë et il ne serait pas surprenant qu’elles en deviennent agressives si quelqu’un s’approche trop près de Natasha ou qu’on les embête… chose qui arriva, le morphéa avait tiré en direction des bruits et la balle se figea dans une des serlianes qui poussa un cri de douleur, sectionnant un bout de la passerelle de la rouquine… passerelle qui s’ébranla de plus en plus pour tomber au sol, mollement pour amortir la chute de l’humaine…

Le morphéa avait repris ses esprits en moins de 40 secondes et même s’il était aveugle, il était décidé à tuer Natasha braquant son arme … les serlianes se relevèrent comme des cobras ouvrant la bouche prête à fondre et à mordre !

--------

Consignes :


  • Cody on te laisse le choix de voir si ta cheville est brisée ou non.
  • A vous de jouez pour la suite, le morphéa est resté surpris moins de 40 secondes et s’apprête à tirer dans la direction de Natasha s’approchant dangereusement avec ses tentacules relevées.
  • Vous avez jusqu'au 02 juillet pour répondre avant 19h00
  • ça sera par gdoc pour qu’on vous fasse les réactions du morphéa. Le tour s’arrêtera quand il sera mort et quand vous aurez descendu les victimes de l’arbre (une petite action sera à prévoir comme vous aurez peut être une surprise bonus).
  • Normalement vous êtes à l’avant dernier tour.



(c) DΛNDELION


Personnages inclus dans cette partie :
Natasha Avalon et 1ere classe Cody Fuller avec Zelda -Frei et Kalinda

PNJ à disposition :
Sergent Mancini

Emeryan
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Dim 1 Juil - 18:04
avatar
√ Arrivée le : 29/06/2017
√ Messages : 300

Dossier Top Secret
√ Age: 35 ans
√ Nationalité: France France
√ Gêne: ATA
Voir le profil de l'utilisateur
Natasha Avalon


Le morphea, sadique, semblait s’être « entiché » de Cody et prenait tout son temps pour jouer avec lui avant de l’assassiner. Bien que les cris de douleur de son allié lui donnait des frissons d’horreur, Natasha se rassurait en songeant que c’était là un gage que le soldat était encore vivant, une bonne chose donc. Elle s’inquiétait d’avantage pour les deux autres hommes qu’elle n’entendait plus : étaient-ils morts ?

La rouquine se tenait là, prête à faire feu sur l’ennemi dès qu’Emeryan aurait mordu le monstre mais rien ne vint. Contre toute attente, les serlianes qui l’avaient protégée jusque-là s’enroulèrent autour de ses yeux et Natasha n’eut que le temps d’émettre un « mais ! » de protestation avant qu’un bruit assourdissant ne raisonne et que les créatures qui la retenaient dans les airs ne la lâchent. Ce n’était que cinq mètres mais la distance était suffisante pour qu’elle se brise un os en se réceptionnant en bas, aussi poussa-t-elle un cri de surprise couplé à de la peur en tombant en chute libre. Par chance, les serlianes se ressaisirent et la rattrapèrent en vol tout en tremblant de peur. Ces créatures étaient particulièrement sensibles aux sons, quoi qui ait sauté en bas, probablement une grenade, ça les avait énormément affecté.

L’action avait duré quelques secondes mais c’était suffisant pour alerter le morphea qui s’était tourné vers elle et qui avait tiré. La rouquine retint son souffle et mit quelques instants à comprendre qu’une serliane lui avait sauvé la vie en faisant bouclier vivant, ce qui expliquait la nouvelle dégringolade jusqu’au sol. La kiné ne s’attarda pas pour examiner la blessure de la serliane ni pour contempler cet étrange tableau des serpents tout autour d’elle qui feulaient contre l’ennemi. Le morphea avait braqué une arme à feu dans sa direction et Natasha réagit par pur instinct de préservation en levant le zat qui s’était presque incrusté dans sa main tant elle l’avait serré et en appuyant frénétiquement sur la gâchette pour tirer. Avait-elle été assez précise ? Cela suffirait-il pour faire flancher le morphea et l’empêcher de la plomber ?

Kalinda


Alors que Kalinda attendait la réponse de Karola à propos de leur plan d'action, elle se retrouva avec une sorte de liane autour de la bouche. Ses yeux s'agrandirent sous l'effet de la surprise et elle porta aussitôt ses mains à la bouche pour enlever cette étrange chose. La militaire lui dit alors qu'il s'agissait d'Emeryan, un allié. La serliane s'enleva doucement de son visage et Kalinda resta quelques secondes médusée. Une plante qui semblait avoir la capacité de réflexion, c'était encore une fois fascinant et surprenant. Il avait eu l'intelligence de lui mettre quelque chose sur la bouche pour l'empêcher de crier de surprise. Cette mission aura au moins eu le mérite de lui faire découvrir beaucoup de nouvelles choses. Et quand la serliane se mit à parler, alors là, Kalinda en resta bouche bée. Elles apprirent alors qu'il n'y avait qu'un Morphéa dans la jungle et qu'il y avait une deuxième femme, Natasha, une alliée également.
Karola lui expliqua alors ses intentions et lui conseilla de se protéger les yeux et les oreilles.

Lorsqu'elle lança la grenade, Kalinda suivit ses conseils, se boucha les oreilles et ferma les yeux. L'explosion ne tarda pas à retentir. La jeune pégasienne espéra que le Morphéa soit assez perturbé pour qu'elles puissent tenter une attaque. Lorsqu'elle jeta un coup d'oeil à la scène, elle vit le Morphéa commencer par tirer à l'aveuglette puis tenter de s'en prendre à une jeune femme, probablement celle dont parlait la serliane Emeryan quelques secondes plus tôt. Sa victime précédente, le jeune homme, n'était plus là, probablement enlevé et mis en sécurité par la serliane comme le lui avait demandé Karola. Le Morphéa leur tournait le dos, concentré sur la jeune femme rousse qui était elle-même entourée de serlianes menaçantes. C'était le moment ou jamais d'agir. Quand Natasha eut fini ses tirs de Zat, Kalinda ne chercha pas à savoir quels effets ils avaient eu sur le Morphéa et elle se lança en avant, machette à la main. En quelques pas, elle fut juste derrière elle et prit son élan. Elle lui enfonça sa machette au niveau de l'épaule et l'entailla suffisamment profondément pour la laisser enfoncer. Elle se recula alors rapidement, attrapa la deuxième machette dans son dos et s'apprêta à l'atteindre une deuxième fois. La jeune femme espéra que, comme le précédent Morphéa, celui-ci ne pourrait résister à plusieurs attaques simultanées.

Cody Fuller


Le morphéa Isia s’amuse toujours à me malmener. Des fois, elle m’approche de l’eau et me retire avant que je ne me noie ou que les aligatroncs ne me mangent tout cru. Ce n’est décidément pas des galipettes agréables. J’aurai bien aimé en faire avec Isia, mais pas dans ces circonstances et surtout pas avec une créature immonde. Je préfère de loin la véritable Isia et j’espère qu’on réussira à la retrouver ainsi que les autres victimes. Pour l’instant, je dois essayer de me défaire de la créature qui me malmène.

Alors qu’elle continue ses cercles sur le sol, des éraflures parsèment mon visage. Ça brûle et ça pique. J’ignore combien il y en a. Je dois sûrement avoir du sang un peu partout sur le visage. Peut-être même des hématomes si j’arrive à me sortir de là. J’arrive tout près de mon fusil et essaie de le reprendre. Je me pousse et finit par le recupérer. Me souvenant que j’ai encore mon zat, je le prends et tente de l’attaquer, tirant sur la créature.

C’est alors qu’elle me rapproche d’elle. Ignorant ce qu’elle va faire, je peux sentir mon cœur marteler mes côtes. Ma respiration s’accélère et ma bouche s’assèche. Je tente de produire un peu de salive, essayant de me calmer et de me dire que je vais réussir à me sortir de là. Le regard est rivé sur Isia en face de moi. Le sien est brûlant, joueur et… violent pour le simple plaisir de l’être. Ouais, elle a le caractère de la docteure, mais contrairement au morphéa, elle a une certaine douceur qui n’est pas du tout présente chez la créature. Alors que je m’apprête à pointer mon arme sur elle, je sens une pression au niveau de mon entrejambe, me coupant le souffle. Oulà, faut pas frapper à cet endroit !

« Putain… »

Il y a un feu au niveau de ma cheville. Ouais, une belle grosse blessure à cet endroit-là. Je n’arrive pas à me tenir sur elle. C’est trop douloureux. J’ignore si elle est brisée, j’espère que non parce que j’en ai besoin pour me déplacer. Elle me rapproche avec l’aide de ses tentacules et libère mon entrejambe. Je peux sentir une violente douleur se propager à travers mon corps. Le morphéa m’embrasse sauvagement. Si ça avait été Isia, j’aurais apprécié, parce que bah c’est elle quoi, mais là… beurk, c’est répugnant ! J’ouvre grands les yeux de surprise et tente de la repousser.

« Ça va pas ?! T’es dégueulasse ! »

C’est alors qu’une détonation se fait entendre ainsi qu’une lumière aveuglante. Le morphéa me lâche et je m’écrase au sol. Je tente de me relever, mais j’y arrive pas. Ma jambe fait trop mal. J’opte pour me coucher au sol, levant les mains vers mes oreilles pour tenter de les protéger du son assourdissant, fermant les yeux. Je peux entendre des coups de feu et je comprends que le morphéa se met à tirer à l’aveuglette.

J’essaie de ramper et de me reculer, mais quelque chose m’attrape et le fait à ma place vers les arbres, me protégeant des tirs de la créature. Je me tourne et vois notre ami serliane.

« Merci, Emeryan. T’es un bon ami » dis-je, levant une main pour lui offrir une caresse en guise de remerciement.

Non loin, je vois Natasha tirant sur le morphéa devant nous. Une des serlianes souffre. Un liquide blanc s’écoule d’un trou dans son corps. Je comprends immédiatement qu’elle a protégé la femme. Une autre personne que je ne connais pas s’avance et attaque la créature avec l’aide d’une machette. À plusieurs, peut-être réussirons-nous à en venir à bout de ce monstre.

Ne pouvant pas supporter mon poids, je m’appuis contre l’arbre et lève mon fusil vers le morphéa, fermant l’œil droit pour bien viser l’endroit où le cœur doit être. Si elles en ont un. J’attends quelques secondes, m’assurant de l’avoir dans ma ligne de mire et appuis plusieurs fois sur la gâchette.

Environnement


Emeryan répondit d’un petit sifflement cristallin à Cody, se déroulant de son corps, pour rejoindre au plus vite les autres serlianes dressées. Il se leva au-dessus de Natasha, pour avoir une belle amplitude pour fondre au cas où. Cela devait être impressionnant de voir une femme avec cinq serlianes sifflantes d’agressivités. En tout cas, le tir de zat atteignit le morpha qui chancela, dans un mouvement saccadé… amplifié par le jet de machette qui lui perfora l’épaule… ce fut moche à voir… du sang giclait de ces orifices.

La créature s’écroula au sol… elle semblait avoir mal, comme le témoignait son cri angoissant et déchirant. Mais elle se releva, difficilement le regard empli de haine vers cette jeune femme rousse qui allait être son nouveau jouet ! Elle retira la machette de son épaule… ce soir au menu, il aurait de la kiné avec son soufflé aux serlianes !

« Tu vas chanter aussi aiguë que tes plantes ! » dit-elle rageusement, la bouche en sang, pour se jeter sur la jeune femme… Mais Emeryan fondit et s’enroula autour du morphéa pour tenter de la mordre. Le combat de tentacule et de liane était enclenché ! Les deux roulèrent sur le sol… Et c’était le moment d’agir !

Du côté de Cody, il pouvait sentir des gouttes de sang perler de l’arbre où se trouvait plusieurs victimes, mais pour les atteindre et les voirent il fallait monter les 5 mètres.

Karola Frei


Une fois le choc de l’explosion de la grenade passé, Karola se redressa en vitesse et constata qu’elle avait été suffisamment précise pour que le morphéa soit touché. C’était également le cas de Cody, malheureusement mais cela ne devrait pas durer très longtemps. Elle s’élança vers sa cible en essayant d’éviter soigneusement les racines qui lui faisaient obstacle sur son chemin alors que la créature rageait et émettaient des cris de douleur causés par l’attaque de Kalinda. Cody avait été mis à l’abri par Emeryan aussi le champ été à présent libre pour régler son compte au morphéa.

Il fallut un peu de temps à Karola pour se sortir de sa zone de couverture, heureusement ses camarades n’avaient pas chômé pour attaquer la créature. Même Natasha, qu’elle pensait avoir été mise à l’abri elle aussi, participa à son affaiblissement. Elle attira par la même occasion l’intention de la fausse Isia qui, de rage, la menaça. Kalinda et la kinésithérapeute ne l’avait pas loupée et elle était sans doute en train d’accuser le coup de cette attaque surprise. C’était donc le moment ou jamais de continuer à l’affaiblir pour l’empêcher de se régénérer.

Le major se fit aussi discrète que possible pour contourner la créature qui était focalisée sur Natasha, se rapprocha d’elle autant que possible tout en gardant un certain périmètre de sécurité. Elle eut tout le loisir d’apercevoir Emeryan venir au secours de Natasha qui s’apprêtait à se faire embrocher par un tentacule et les deux individus se lançèrent dans une lutte acharnée. Cela n’allait pas faciliter les affaires de la militaire qui était loin d’être une tireuse hors pair. Cependant, elle ne voyait pas meilleur moment pour réaliser une attaque combinée. Emeryan occupait le morphéa et pouvait l’immobiliser. Aussi, quand la créature se retrouva au sol, Karola se rapprocha un peu plus pour viser au mieux et éviter de toucher la serliane et décida de vider le chargeur de son P90 dans le tronc et la tête de la fausse Isia.

Natasha Avalon


Quelques instants après qu’elle ait tiré, une tignasse blonde débarqua et entreprit d’attaquer le morphea à coup de machette. Natasha regarda la nouvelle arrivante avec des yeux ronds, avant d’apercevoir le major Frei un peu plus loin. Depuis quand étaient-elles là ? En tout cas leur intervention était providentielle et, bien qu’elle ne reconnaissait pas la blonde, elle devait lui reconnaître un sacré culot pour attaquer un ennemi aussi puissant à l’arme blanche. C’était impressionnant à voir. Le morphea avait été déstabilisé mais il semblait toujours bien décidé à lui tirer dessus. Son petit ange gardien végétal en décida toutefois autrement en bondissant pour planter ses crocs dans le monstre et s’en suivi une lutte entre les deux. Son zat devenu inutile, Natasha recula et parcourut très rapidement les lieux du regard pour faire le point sur les blessés. Cody s’était redressé et ne semblait pas trop abimé et le seconde classe Giroud était étalé par terre et sa posture et l’état de sa tête donnaient une idée assez claire de son état. Quelle horreur… Le sergent Mancini, lui, était étalé par terre non loin d’un arbre et il lui aurait été impossible de savoir s’il était vivant ou non.

La victime la plus proche était la serliane qui lui avait sauvé la vie. La pauvre était en très mauvais état et cette vision lui fit mal au cœur. La kiné avait lu les rapports des chercheurs sur les serlianes, cela ne signifiait pas pour autant qu’elle allait être en mesure de lui venir en aide. La saisissant le plus délicatement possible tout en agissant dans la précipitation, elle tira doucement l’animal derrière l’arbre pour se mettre hors de portée du morphea. Natasha ne savait pas si la créature la comprenait mais elle la savait réceptive aux sons et il fallait absolument la calmer car elle ne pouvait se permettre d’écoper d’une morsure accidentelle. Elle lui murmura donc des paroles réconfortantes pendant qu’elle examinait ses blessures. La balle l’avait traversé et elle était salement amochée. A défaut de mieux, Natasha sortit un tampon relais compressif et le fixa tant bien que mal sur l’animal. Les serlianes avaient une capacité de guérison hors norme mais elles n’en restaient pas moins des créatures mortelles. Rien ne permettait à la rouquine d’affirmer que son geste avait été utile mais au moins elle avait tenté quelque chose pour stopper l’hémorragie. Des coups de feu raisonnèrent tout à coup, faisant sursauter Natasha. Cette dernière se mit à espérer que c’était l’un de ses alliés qui avait fait feu et non le morphea.

La serliane blessée ne réagit pas au bruit, elle semblait trop mal en point. Natasha lui fit une dernière caresse, mal à l’aise à l’idée de la laisser là toute seule, mais la situation l’exigeait. Elle lui chuchota qu’elle revenait bientôt avant de se déplacer pour risquer un coup d’œil sur le combat qui faisait toujours rage. Ses alliés étaient debouts et le major s’était rapprochée, les coups de feu devaient venir d’elle. Rassurée, la rouquine partit en courant en direction du sergent Mancini et prit son pouls. Il était vivant ! Surveillant du coin de l’œil le combat en arrière-plan, Natasha attrapa le sergent sous les épaules en tentant de caler sa tête contre son torse et le tira derrière l’arbre. Déplacer un blessé était contre-indiqué, elle risquait de lui briser une vertèbre si ces dernières étaient fêlées, mais elle avait jugé que le risque d’une balle perdue était plus important. La belle allongea la victime au sol et contrôla à nouveau sa respiration et son pouls avant de prendre sa main.
- Sergent vous m’entendez ? Serrez-moi la main si vous êtes incapable de parler.

Il lui sembla que l’homme bougeait légèrement mais il ne répondit pas. Il devait être en train de reprendre doucement ses esprits. Sans le brusquer, Natasha palpa doucement sa tête et sa nuque et grimaça légèrement en sentant les bosses sur son crâne. Aie, ça sentait la commotion cérébrale ça. Au moins, la nuque ne semblait pas avoir pris de dégâts mais seule une radiographie pourrait confirmer cette hypothèse.

- Salut, lança Natasha avec douceur au soldat qui avait ouvert les yeux. Tout va bien, vous pouvez rester allongé pendant que j’examine vos blessures. Emeryan, le major Frei et une autre super-soldate sont en train de mettre une raclée au morphea. Vous avez mal quelque part ?
L’homme hocha la tête, lui montrant les côtes et la tête… il avait la vision trouble.

Et elle entreprit d’examiner et de bander les zones douloureuses, offrant des antalgiques au sergent s’il le souhaitait et faisant preuve de fermeté pour l’empêcher de bouger pour aller prêter main forte aux autres. Quelques côtes cassées, une commotion, il s’en tirait plutôt bien par rapport à Giroud… il faudrait qu’elle vérifie son pouls mais elle ne se faisait guère d’illusion à son propos.

Kalinda


Si Kalinda avait vu juste et que son coup avec la machette semblait avoir amplifié les dégâts, ce ne fut pas suffisant pour l'achever. La créature semblait souffrir mais elle se redressa et enleva rapidement la machette. Elle était bien décidée à s'en prendre à la jeune femme rousse. Emeryan, la serliane, s'attaqua alors au monstre. Après quelques instants de lutte pendant lesquels Kalinda eut peur pour la serliane, il l'immobilisa au sol. Karola prit alors le relais et entreprit de vider son chargeur dans la tête et le corps du Morphéa. Il y avait du sang de partout, c'était un carnage.

Kalinda espéra que ce fut suffisant mais par mesure de précaution, elle se rapprocha prudemment elle-aussi, se souvenant de ce qu'il s'était passé avec le premier Morphéa et sa tentative pour lui aspirer de la vie. Elle planta sa deuxième machette aussi profondément qu'elle le put à travers le corps du Morphéa, visant toujours l'endroit où elle pensait que son coeur devait être. Après tout, s'il prenait l'apparence d'humain, peut-être que son coeur prenait aussi la même place que le coeur humain ? ça, elle ne pouvait pas le savoir mais ça lui semblait l'idée la plus judicieuse.

La jeune femme se recula, le Morphéa semblait vraiment mal en point. Il était toujours tenu fermement par la serliane. Kalinda ramassa sa première machette au sol et la raccrocha dans son dos. Pensant que son compte était bon, elle regarda autour d'elle. La jeune femme rousse avait mis à l'abri un des deux militaires et la jeune pégasienne décida d'aller voir dans quel état se trouvait l'homme qui avait été malmené par le Morphéa quelques minutes auparavant.
En quelques secondes, elle arriva à sa hauteur et lui demanda :

"Est-ce que ça va ? Vous pouvez marcher ? "

Il ne valait mieux pas traîner dans les parages. Elle avait conscience que la forêt pouvait révéler de mauvaises surprises. Kalinda avisa les gouttes de sang autour de lui. Elle fronça les sourcils. Il ne fallu que quelques secondes à la jeune pégasienne pour constater que les gouttes de sang tombaient de l'arbre. Elle leva les yeux au ciel mais ne vit rien. Toutefois, la curiosité l'emporta.

"Je vais voir ce qu'il se passe là-haut."

La jeune femme avait toujours sa machette dans le dos, prête à la sortir si besoin. Elle entreprit alors de grimper à l'arbre. Elle était à l'aise dans ce milieu sauvage. Grimper aux arbres, elle l'avait fait durant toute son enfance et cela faisait partie des choses qui ne s'oublient pas. Puis, elle était mince et agile, ça aidait bien.

Cody Fuller


J’arrive pas à tenir sur mes pieds. Ma cheville m’élance et me brûle. Je reste tout près de l’arbre pour supporter mon poids. Tous pleins de choses se passent autour de moi. En avant, il y a Karola, une femme blonde, Isia morphéa ainsi qu’Emeryan tentant de mettre hors d’état de nuire le monstre. Au sol, il y a le sergent. Il semble être dans les vapes totales. Je tente de me pencher et de le reculer pour le mettre à l’abri sauf que je n’arrive pas à tenir sur ma jambe. Je ne veux pas non plus le déplacer et risquer de le blesser encore plus. À la place, je vérifie son pouls pour m’assurer qu’il est encore vivant.

Je lève les yeux et continue de tirer sur la créature en face de nous, m’assurant de ne pas toucher nos alliés. Ce serait bête de tirer et de les blesser. Karola vide son chargeur sur la créature et je fais de même, faisant de mon mieux pour viser les endroits qui doivent être les organes vitaux. La femme blonde utilise une machette et découpe le monstre en dés. Ils sont coriaces les morphéas ! Si on s’acharne à plusieurs sur lui il va bien finir par mourir une bonne fois pour toute.

C’est alors que je vois la femme blonde s’approcher de moi et me demander si j’arrive à marcher. Je recharge mon fusil et lève les yeux vers elle, restant tout de même un peu sur mes gardes, car je ne la connais pas. Si Karola est venue avec elle jusqu’ici, cela veut sans aucun doute dire qu’elle lui fait confiance. La major sait mener à bien des opérations. Elle sait choisir les personnes qui peuvent l’accompagner. Encore là, aujourd’hui nous avons été dupés par des morphéas.

« Non, pas du tout. Je crois que j’ai quelque chose de brisé. Merci de le demander. »

J’apprécie qu’elle me le demande, vraiment. C’est probablement la seule blessure grave que j’ai, mis à part les égratignures et les coups de rochers et autres objets qui se sont trouvés sur mon chemin quand Isia s’en est pris à moi. Je vois une goutte rouge perler sur ma main et comprend qu’elle vient de l’arbre. Je lève les yeux et suis le regard de la jeune femme. Nope, rien. Mais pourtant, il doit sûrement y avoir quelque chose là-haut.

« D’accord. Je suis là en cas de besoin. Je vais faire mon possible »

Non loin de moi il y a Natasha avec le sergent.

« Le sergent va bien ? » demandé-je. « Y a-t-il quelque chose que je puisse faire ? »

Zelda est étendue au sol tout près de l’arbre. J’essaie d’aller la rejoindre et vérifier qu’elle va bien. Un pouls. Il y en a un. J’ai eu peur pendant une seconde. C’est mon amie, je ne peux pas la laisser.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Dim 1 Juil - 18:42
avatar
√ Arrivée le : 01/08/2015
√ Messages : 475
Voir le profil de l'utilisateur


Moment fort 7 : Le mot de fin !
Fuller-Avalon-Frei-Kalinda

« Plusieurs consignes en fin de document»



Toutes ces attaques… le morphéa semblait submergé et il ne pouvait plus répliquer autrement, la serliane lui broyait le corps et cette fichue chose la mordit répandant un poison qui demandait toutes les ressources du morphéa pour se régénérer et lutter contre cette mort fatidique ! Les balles, la firent hurler alors qu’elle bougeait de son mieux pour échapper aux tirs… finalement la créature se relâcha complètement… inerte, le regard vide et la bouche en sang… Emeryan, se déroula, il avait été blessé, comme le témoignait ces plaies blanches sur son corps. Il serpentait le plus vite possible non pas vers Natasha mais vers la serliane qui avait été fendue et réparé par la belle rousse. Des chants cristallins s’élevaient des créatures qui semblaient encourager et soutenir leurs amies de lutter et de se réparer. Leurs têtes triangulaires se frottait contre le corps doux et épais de la serlaine mal en point dans des geste d’une grande tendresse.

Mais soudainement, alors que tout le monde pensait que le morphéa était mort… un tentacule de celui-ci, s’enroula autour de la cheville du major, pour la tirer et la faire tomber sur son corps.
« Toi le balai à brosse tu vas partir avec moi ! » Dit-elle dans l’oreille du major, alors que l’autre tentacule se lève dans un dernier espoir pour se planter dans le corps de la jeune femme. Mais son action était pas précise et lente, el ce ne fut que le coin de la hanche du major qui se fit perforer avec une force très faible… mais déjà celui-ci était en train de recommencer dans le but de mieux viser.

Action de Karola : se défaire de ça et achever la créature très très faible

Du côté de Kalinda, elle monta agilement à l’arbre, pour découvrir ce qu’avait vue auparavant Natasha …quatre corps inerte, endormie, donc une Isia en sous vêtement. elle pouvait reconnaître le major Trudeau, une petite jeune femme brune et une jeune femme apriori, mais son visage était voilé par une masse noire biologique comme des fibromes… cela était Wraith.
De nouvelles serlianes aidèrent Kalinda à descendre les quatre victimes, qui semblaient très fatiguées et endormies.


--------

Consignes :


  • C’est le dernier tour ! Vous avez jusqu’au 11 juillet pour clôturer.
  • Karola doit se sauver seule ou avec quelqu’un qui voit l’action
  • Les victimes sont au sol, elles sont dénutries et déshydratées, elles peuvent sentir un peu mauvais a cause de liquide blanchatre sur le corps signe qu’ils étaient dans un cocon (cocon que vous pouvez trouver plus tard)
  • Vous reconnaissez en victime : le major Trudeau / Le Dr Taylor Laurence et l’ingénieur du site alpha Perrine Carrier (Karola à due la voir durant son séjour).
  • Une des victimes possèdent un masque noir (Karola ou Natasha a dû lire un rapport concernant cette technologie car ça se trouve dans les vaisseau ruche. Kalinda reconnaîtra directement avec son passé). Pour l’enlever seul l'électricité marche. Et vous découvrirez le derniere visage.
  • Aucun appel radio passe, vous devez retourner au téléporter pour contacter quelqu’un et une équipe médicale
  • Selon vos actions, vous pouvez être amené à bouger une nouvelle fois.




(c) DΛNDELION


Personnages inclus dans cette partie :
Natasha Avalon et 1ere classe Cody Fuller avec Zelda -Frei et Kalinda

PNJ à disposition :
Sergent Mancini

Emeryan
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Mar 3 Juil - 18:14
avatar
√ Arrivée le : 14/05/2015
√ Messages : 2431
√ Localisation : Atlantis


Dossier Top Secret
√ Age: 35 ans
√ Nationalité: Allemagne Allemagne
√ Gêne: ATA
Voir le profil de l'utilisateur
Sans jamais perdre sa cible de vue, Karola appuyait sur la détente de son arme afin de la blesser mortellement. Quand son chargeur fut vidé, elle lâcha son P90 pour prendre son 9mm rangé dans son holster. Elle était pendant tout ce temps plongée dans une incroyable concentration qui lui occultait ce qui pouvait se passer autour d’elle et donc les actions de ses camarades. La seule chose qu’elle pouvait voir c’était l’état du morphéa qui faiblissait petit à petit et ne parvenait pas à se régénérer tant les agressions étaient multiples et féroces.

La militaire commençait à accabler la créature de balles quand elle se rendit compte que son expression faciale n’exprimait plus rien, était devenue neutre et qu’il n’exhalait d’elle que des râles d’agonie et au bout d’un moment plus rien. Emeryan, blessé dans la bataille, desserra son emprise autour du corps de la créature et Karola baissa son arme convaincue qu’elle venait de rendre son dernier souffle. A présent, le monde autour d’elle se rappelait à son souvenir, du regard elle chercha ses camarades afin de s’enquérir de leur état. Une erreur d’inattention qui lui coûta puisque quelques secondes plus tard, sans qu’elle ait vraiment pu le prévoir, elle se retrouva au sol. Ou plutôt, elle y atterrit lourdement alors que quelque chose lui ayant attrapé la cheville avait provoqué sa chute.

Elle se redressa légèrement pour constater que c’était la fausse Isia qui n’avait toujours pas passé l’arme à gauche et qui tentait désespérément de faire une dernière victime avant de rejoindre le néant. Le tentacule qui ceignait sa cheville l’attirait à elle tandis qu’elle lui balançait l’autre afin de la blesser. Toujours au sol, Karola se tortillait pour se défaire de son emprise et tenta d’éviter l’attaque frontale. Ce fut à moitié réussit car si l’appendice n’atteignit aucun point vital, une douleur au niveau de la hanche indiqua qu’elle l’avait touché malgré tout et cela lui arracha une grimace. C’était cependant largement supportable et la faiblesse du coup porté témoignait de celle du morphéa.

Karola se redressa alors en position assise et rapidement, essaya d’attraper son couteau de combat rangé dans son étui. Mais la créature repartait déjà à la charge et tenta de l’entraver dans ses gestes en enroulant son tentacule autour de ses bras. Gênée, Karola se débâtit contre l’appendice, elle pouvait sentir que malgré tout, la créature y jetait ses dernières forces. Pendant qu’elle l’empêchait de se servir de ses bras, le second tentacule lui lâcha la cheville pour venir s’enrouler autour de son visage certainement dans le but de la priver d’air. Presque instinctivement et alors qu’elle sentait la surface de peau glutineuse se coller à sa bouche, elle planta férocement ses dents dans la chair molle qu’elle arracha un peu au passage dans l’action. Ce fut une expérience très désagréable tout comme ça l’avait été lorsqu’elle avait procédé de la même manière avec un originel Wraith, mais l’effet fut immédiat. Elle se sentit libérée de son emprise et en profita pour repousser les tentacules alors que le morphéa poussait des plaintes gutturales.

La suite se passa en quelques fractions de secondes, plus alerte que son ennemi, Karola bondit sur ses jambes tout en sortant son couteau de combat et elle s’élança en le brandissant avant d’abattre la lame dans le crâne du monstre et de l’y planter profondément avec force. Geste qui l’éclaboussa légèrement mais qui provoqua définitivement sa mort. Cette fois-ci, Karola s’assura que c’était la bonne avant de retirer son arme tâchée de liquide et résidus encéphale. Elle la ressuya distraitement sur le tissu de son pantalon d’uniforme tout en reprenant son souffle et en fixant le cadavre gisant à ses pieds. Plus rien n’émanait de l’immonde créature.


A présent la jeune femme pouvait se focaliser sur ses camarades. Elle se détourna du corps et constata que le petit groupe se trouvait un peu plus loin au nord de sa position. Le major entreprit de les rejoindre et constata qu’ils étaient en présence des victimes des morphéas que les serlianes avaient prudemment sortis de leur cachette. Ils étaient au nombre de quatre et se trouvaient à présent étendus au sol. En arrivant à proximité de Kalinda, Natasha et Cody, Karola leur jeta un regard rapide et repéra Mancini, qui avait été pris en charge et se reposait puis elle se rapprocha des corps. Ses yeux se posèrent successivement sur Isia, sur une jeune femme qu’il lui semblait avoir croisé lorsqu’elle se trouvait sur Alpha mais son identité lui échappait encore pour le moment puis sur le major Trudeau sur lequel elle s’attarda plus longuement. Son teint était pâle et ses joues commençaient à se creuser. Sans cela, elle aurait pu croire qu’il dormait paisiblement mais elle ne doutait pas qu’il n’en n’était rien et que le réveil serait particulièrement difficile. Toute à ses pensées, le visage fermé et silencieuse, elle en était encore à s’en vouloir de ne pas s’être aperçu que celui qu’elle avait cru être son collègue n’était qu’un usurpateur. Même l’idée d’être parvenue à éliminer deux morphéas ne lui donnait pas entière satisfaction en regard du nombre de victimes et du retard qu’ils avaient accumulé dans leur enquête. Et la vision qu’elle avait devant les yeux n’arrangeait pas les choses bien au contraire, elle sentait la colère poindre en elle.


_________________



DC : Victoria Wilde
Rédaction en #LightPink
Revenir en haut Aller en bas
Mar 3 Juil - 18:17
avatar
√ Arrivée le : 29/06/2017
√ Messages : 300

Dossier Top Secret
√ Age: 35 ans
√ Nationalité: France France
√ Gêne: ATA
Voir le profil de l'utilisateur
Natasha Avalon



- Il va s’en remettre. Une commotion et quelques côtes cassées. Et toi, ça va ? Tu as besoin de moi ? répondit Natasha à Cody qui s’enquerrait de l’état du sergent. Ce dernier écopait d’une sérieuse commotion cérébrale, il ne faudrait pas attendre trop longtemps avant de le faire examiner par un spécialiste sous peine de lourdes conséquences. Mais d’autres personnes étaient blessées, peut-être plus sérieusement que le militaire, et requerrait son attention en urgence. Il fallait descendre les victimes de l’arbre.
Les bruits de lutte raisonnaient en arrière-fond pendant qu’elle s’occupait de panser les plaies du sergent. Natasha était incapable de voir qui l’emportait étant donné l’arbre qui lui cachait la vue et elle prit sur elle jusqu’à ce que le calme plat revienne.

- Je vais aller voir ce qu’il se passe, je reviens, dit-elle au sergent une fois qu’elle eut fini de s’occuper de lui.

Un coup d’œil plus tard, elle vit avec soulagement que le morphea était mort et que ses alliés étaient tous debout. Elle se rapprocha de Giroud et un simple coup d’œil lui apprit ce qu’elle redoutait déjà : l’homme ne se relèverait jamais pour fêter leur victoire… elle détourna les yeux de ce spectacle morbide.

- Est-ce que tout le monde va bien ? Major ?

Cherchant du regard les autres, elle aperçut Blondinette perchée dans l’arbre des victimes, Cody près de sa chienne inconsciente –du moins espérait-elle qu’elle ne faisait que « dormir » - et Emeryan… où était-il ?! Prise d’une soudaine angoisse, la jeune femme le chercha désespérément et soupira de soulagement en l’apercevant aux côtés de la serliane blessée. Qu’avait-elle cru ? S’il avait été tué, son corps trainerait en ce moment près du morphea. Mais tous ces morts, cette violence… elle avait tout de suite imaginé le pire.

Rassurée, Natasha retourna vers la jolie inconnue perchée dans l’arbre pour lui donner un coup de main et descendre les victimes. Elle eut toutefois un mouvement de recul en apercevant le parasite qui avait recouvert le visage d’une femme et continuait à s’étendre tout doucement. C’était quoi ce machin ?! La rouquine chercha dans sa mémoire et finit par se rappeler d’un rapport qu’elle avait lu il y a un bout de temps… une personne avait été parasité jadis, c’était ainsi que les wraiths fabriquaient leurs vaisseaux organiques. Manquait plus que ça ! Pas question de toucher cette chose avec ses mains, par chance elle avait plusieurs paires de gants en latex dans son sac.

- Ca ressemble à un parasite wraith… si ma mémoire est bonne, ce truc craint l’électricité alors peut-être qu’un tir de zat… d’un autre côté, ça pourrait achever la victime si son cœur est trop faible pour supporter la décharge. Est-ce qu’on prend le risque ? Demanda-t-elle à Karola en sortant des gants. Dans tous les cas il allait falloir tenter quelque chose avant que ce truc envahisse Atlantis.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Mar 3 Juil - 18:19
avatar
√ Arrivée le : 14/05/2015
√ Messages : 2431
√ Localisation : Atlantis


Dossier Top Secret
√ Age: 35 ans
√ Nationalité: Allemagne Allemagne
√ Gêne: ATA
Voir le profil de l'utilisateur
Karola était toujours plongée dans ses pensées lorsqu’elle fut interpellée par Natasha, elle détourna son attention de Trudeau afin de lui répondre laconiquement, ne préférant pas s’étendre sur le sujet.

« Je vais bien. »

Physiquement en tout cas elle n’avait pas à se plaindre comparé à ses camarades victimes des morphéas. Certes, elle avait à présent mal au dos à cause du choc provoqué par ses deux chutes lors de ses combats et le flanc gauche de sa hanche commençait à la picoter sérieusement mais elle avait connu pire.

Par ailleurs, quelque chose sembla préoccuper la kinésithérapeute et Karola dû effectuer quelques pas en sa direction pour voir de quoi il en retournait. Une quatrième victime était étendue devant elle mais il était impossible de dire de qui il s’agissait car son visage était recouvert d’un « masque » qui n’avait rien d’habituel. En effet, il s’agissait de sorte de lianes épaisses. Karola constata qu’elle était la seule à en être ainsi affublée. A ses côtés, Natasha reconnu que cela ressemblait à un dispositif Wraith et Karola dut faire un petit effort de mémoire pour faire également le parallèle. Elle n’avait jamais vu pareille chose mais effectivement, elle avait un vague souvenir que des atlantes avaient pu en observer à bord d’un vaisseau ruche ennemi.

L’idée de Natasha d’électrocuter la chose ne plaisait pas forcément à Karola qui estimait cela bien trop dangereux cependant, la laisser en place pouvait se révéler l’être encore plus. Alors après quelques secondes de réflexion en silence, elle finit par décréter :

« Peut-être qu’en appliquant directement le taser contre le dispositif cela atténuera un peu le choc. Dans tous les cas, il faudra se préparer à lui faire un massage cardiaque si jamais son cœur lâche. Je vais prendre la responsabilité d’utiliser le taser. »

Elle attrapa le zat que Natasha lui tendait après qu’elle eut enfilé ses gants et souffla un merci avant de se mettre à genoux aux côtés de la victime. Elle chercha l’endroit idéal pour poser le canon du taser contre la surface des ramifications et l'appliqua le plus loin possible du cerveau de la pauvre victime.

Un dernier regard à Natasha et elle posa son doigt sur la détente.

« A trois j’y vais. Un..deux...trois» Et le major pressa la détente afin d’administrer une décharge électrique au dispositif wraith en espérant ne pas causer trop de dommages.

_________________



DC : Victoria Wilde
Rédaction en #LightPink
Revenir en haut Aller en bas
Lun 9 Juil - 19:32
avatar
√ Arrivée le : 29/06/2017
√ Messages : 300

Dossier Top Secret
√ Age: 35 ans
√ Nationalité: France France
√ Gêne: ATA
Voir le profil de l'utilisateur
Environnement


La réaction du parasite Wraith ne se fit pas attendre, il commença à se rétracter du visage blanc de la jeune femme… L’horrible chose se mettait en boule, pour essayer de fuir les chocs électriques et ramper sur le corps de la jeune femme. Finalement, la finesse des rhizomes de la chose, se secouèrent de différents soubresauts, pour retomber inerte et commencer à se dissoudre sous l’objet, laissant une trace noire affreuse et odorante sur les vêtements de la jeune femme. Au vu de sa tenue elle était technicienne et tout le monde pouvait reconnaître un visage bien connu…

Un visage vu dans la salle de réunion et dans les volontaires pour la chasse des morphéas… Le visage d’un allié… ce fut le visage endormie et apaisée de l’hackeuse d’Atlantis … Nora Strøm !


Natasha Avalon


Natasha suivi le spectacle malsain du parasite à l’agonie avec une grimace de dégoût. Dès que ce fut terminé, la belle se pencha pour vérifier la respiration de la victime et fut soulagée de constater qu’elle n’aurait pas de massage cardiaque à faire.

- Elle est vivante. Il faut identifier les victimes et courir au téléporteur pour informer nos alliés, vous pouvez faire ça pendant que je m’occupe d’examiner leurs blessures ? Demanda-t-elle à Karola avant de réaliser que le major tirait une tête vraiment étrange. La femme était peut-être une amie à elle ? Major ?

Karola Frei


La réaction de la chose fut immédiate dès lors qu’elle reçut les milliers de volts libérés par le zat. La disparition de ce masque révéla alors au grand jour le visage de la personne qu’il dissimulait et Karola se sentit blêmir. Ce visage-là, elle ne le connaissait que depuis quelques heures à peine puisqu’il s’agissait d’une technicienne qui avait été parmi les premiers volontaires à vouloir participer à la traque des morphéas. En tout cas, c’est ce qu’elle avait prétendu puisque la véritable Nora se trouvait devant ses yeux et c’était donc un usurpateur qui avait tenu sa place lors du briefing.

Pire encore, elle lui avait donné l’autorisation d’accéder à tout le réseau lorsque ce dernier avait été piraté. Elle se demanda d’ailleurs si ça n’était pas elle le pirate et même dans le cas contraire, il était évident qu’avec l’autoroute que l’autorisation de Karola avait constituée, elle avait pu accéder sans problème à toutes les données d’Atlantis et avait du bien s’amuser de les avoir tous bernés en les envoyant aux Wraiths. Tout comme il avait été logique de prendre l’apparence d’un haut gradé ou encore d’une responsable médicale, il était évident que de recourir aux compétences d’une experte en piratage informatique leur donnerait un atout considérable. Il fallait à tout prix qu’elle parte prévenir Ford et surtout Eiko, cette dernière se trouvait avec elle aux dernières nouvelles.

« Bon sang ! » éructa-t-elle furieuse en réalisant le fiasco que toute cette histoire se révélait être et alors que Natasha l’interpellait sans qu’elle eût la concentration nécessaire pour prêter attention à ses paroles. C’était en quelque sorte la goutte d’eau qui fit déborder le vase et si Karola était bien connu pour être maîtresse d’elle-même et de ses émotions, dans ce contexte-là après tous ces ratés, ces combats et mauvaises nouvelles la jeune femme était bien en peine de se contenir. Le regard noir, elle tourna la tête vers Natasha. Même si elle restait calme en apparence, il n’en demeurait pas moins qu’elle bouillait de l’intérieur et que cela pouvait transparaître dans ses yeux et surtout dans cette espèce de colère froide qu’elle dégageait. Elle attrapa son p90 et vint loger un chargeur plein dans l’emplacement prévu à cet effet, toujours aussi calmement. Plus que le sentiment de colère, c’était celui du constat de l’échec et de voir les choses lui échapper qui prédominaient en elle. Il n’y avait rien de pire pour elle que de faillir à sa mission et c’était présentement ce qui risquait de se passer si enfin elle ne se mettait pas à réagir en conséquence.

Tout n’était cependant pas perdu, ils étaient parvenus à éliminer deux menaces et avaient découvert leur cachette. Cette pensée réinjecta un peu de sang froid dans les veines de Karola qui en avait bien besoin pour établir une marche à suivre. Elle ne s’avouerait pas vaincue et ce, même si elle se trouvait à deux doigts de mourir.

« Faites ce que vous avez à faire. Les wraiths se sont suffisamment moqués de nous, il faut que ça cesse. » répondit-elle à Natasha et plus largement à Cody et Kalinda qu’elle regarda tour à tour avec une irritation qui n’était nullement dirigée à leur encontre. Sa dernière phrase, couplée avec le rechargement de son arme étaient annonciateurs des actions qu’elle s’apprêtait à faire à présent.

Cody Fuller


Natasha annonce que le sergent va s’en remettre et j’offre un hochement de tête suite à sa réponse. Je suis soulagé de l’entendre. Par contre, j’en connais un qui ne va jamais se relever pour fêter avec nous la mort du morphéa. Je jette un rapide coup d’œil à son corps et détourne le regard, incapable de regarder plus longtemps le spectacle.

« Je n’ai rien, mis à part une cheville brisée et des égratignures » dis-je en réponse à Natasha.

La blonde dans l’arbre s’occupe de descendre les victimes et je fais de mon mieux pour les descendre avec Natasha. Lorsque vient le tour d’Isia, mon cœur se comprime dans ma poitrine et mes yeux piquent. Cette fois-ci, nous sommes certains qu’elle n’est pas morphéa. Elle est en sous-vêtement et je m’occupe de la couvrir avec ma veste non loin au sol.

C’est alors qu’une substance noire recouvre le visage d’une des victimes. Je sens la nausée monter et détourne la tête. Je n’ose même pas toucher cette substance que je ne connais pas. Je la dépose aux côtés des autres au sol puis relève la tête vers la blonde dans l’arbre.

« Ce sont les seuls ? Il n’y a personne d’autre ? » demandé-je.

Je me dirige vers Zelda au sol pour vérifier qu’elle va bien. Elle a un pouls. La pression que j’ai ressenti en me dirigeant vers elle se relâche et je caresse doucement la tête de la chienne. Elle va s’en remettre. Enfin, je l’espère. Soulagé, je me relève, m’appuyant contre l’arbre et me dirige vers les autres membres du groupe autour des autres victimes.

Natasha annonce que la substance noire sur le visage de la victime est d’origine Wraith et que c’est un parasite. Il craint l’électricité, mais en même temps ça risquerait de tuer la victime qui pourrait ne pas le supporter. Devrons-nous prendre ce risque ? Peut-être que oui. Karola prend la parole et annonce qu’elle va se charger elle-même de l'électrocuter. Le truc noir sur la victime tente d’échapper aux décharges électrique et finit par se mettre en boule sur les vêtements, révélant le visage de la victime.

Je ne l’ai jamais vu auparavant. Cependant, Karola la regarde bizarrement. Elle semble la connaître. Elle lâche une exclamation, remplie d’irritation et de colère, elle qui est pour la plupart du temps maître de ses émotions. Je sursaute, surpris de l’entendre et me tourne vers elle pour l’observer. Je ne dis rien et la fixe silencieusement, tentant de respirer par le nez pour me calmer et essayer de faire de mon mieux pour ne pas me concentrer sur la douleur que je ressens à ma cheville.

Nous avons réussi à tuer un morphéa. J’ignore si d’autres gens ont réussi à tuer d’autres de ces créatures. Je prie pour que cela soit le cas. Nous allons réussir à en tuer d’autres. Ceux qui sont encore debout peuvent toujours se battre. Ce n’est pas une blessure à la cheville qui m’arrêtera. J’ai connu pire, bien pire et je continuerai jusqu’à ce que ce soit mon tour pour aller rejoindre les bras de Morphéa… euh de morphée comme Giroud l’a fait.

Je m’approche lentement et précautionneusement de la major, craignant un peu qu’elle ne déverse sa colère ou je sais pas quoi d’autre et pose une main sur son épaule, tentant de lui apporter un peu de soutien.

« Ce sera fait, Major. Ce sera fait » dis-je avec un léger sourire sur les lèvres puis je me recule. « On va les éliminer jusqu’à ce qu’il n’y en ai plus un. Ils vont regretter nous avoir connu » cette dernière phrase est pour toute l’assemblée ici, pour se donner un peu de courage et ne pas se laisser abattre par les événements.

- Qu’est-ce qui se passe ? demanda Natasha en observant le comportement soudainement combatif de Karola. Quelque chose lui échappait et elle voulait savoir quoi.

Karola sursauta lorsqu’elle sentit une main se poser sur son épaule, tant parce qu’elle fut surprise que par l’audace du geste de la part de son auteur. Il s’agissait de Cody qui se voulait rassurant et encourageant quant à leur situation. Le major n’était pas du genre à verser dans l’émotion et elle n’était pas non plus dans l’état pour, cependant elle apprécia l’intention et échangea un regard avec lui.

« Vous ne ferez rien du tout si vous continuez de trop solliciter cette cheville, soldat. » lui répondit-elle plus dans le but de lui conseiller d’être prudent que de le sermonner.

Natasha à son tour s’approcha d’elle et l’interrogea sur ce qui avait pu susciter une telle réaction de sa part. Aussitôt, Karola s’en voulut de s’être ainsi laissée allée à sa détresse et surtout de l’avoir fait entrevoir à ses camarades. Son arme toujours fermement tenue en main, elle baissa les yeux dessus avant de relever le visage, mal à l’aise par cette situation et surtout peu encline à bavarder alors qu’en haut, les autres étaient toujours en danger.

« Je vous l’ai dit, il est temps de renverser la situation et de reprendre l’avantage. Si nous ne faisons rien, les wraiths risquent de prendre le contrôle de la cité et cela met aussi en danger ceux partis au front. Je repars donc à la traque au morphéa.

- Vous la connaissez ? Demanda t-elle à Karola en montrant Nora sans s’intéresser à son petit discours qui visait à éviter la question. Droit au but, ils n’avaient pas le temps de tergiverser et quatre victimes attendaient d’être pris en charge, sans compter Cody.

Karola jeta un bref coup d’œil à la véritable Nora, endormie avant de reporter son attention sur Natasha et attendit quelques secondes avant de lui répondre.

« [color=LightPink] Il s’agit de Nora Strom, une technicienne en informatique experte en piratage… Celle à qui j’ai cru donner le feu vert pour manipuler l’ensemble du réseau d’Atlantis afin d’empêcher les wraiths de mettre la main dessus il y a de cela quelques heures…[.color] » répondit-elle d’une manière qu’elle voulait la plus insensible possible en espérant que Natasha tire d’elle-même les conclusions qui s’imposaient de cette révélation qui redonna un coup de fouet à la colère qu’elle ressentait.

Evidemment, il ne fallut pas longtemps à la rouquine pour faire le lien avec le piratage du réseau et des portes de la cité… ahh, quel bordel ! Natasha eut une réaction légèrement blasée mais la lueur dans son regard montrait qu’elle avait parfaitement comprit.

- Foncez, je m’occupe des blessés ! Elle se tourna vers Blondinette dont elle ne connaissait toujours pas le prénom. Je ne dirai pas non à une paire de bras valides pour m’aider à transporter les gens jusqu’au téléporteur mais si vous préférez aider le major...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Mar 10 Juil - 13:28
avatar
√ Arrivée le : 14/05/2015
√ Messages : 2431
√ Localisation : Atlantis


Dossier Top Secret
√ Age: 35 ans
√ Nationalité: Allemagne Allemagne
√ Gêne: ATA
Voir le profil de l'utilisateur
Kalinda


Kalinda avait découvert en haut de l'arbre des personnes inconscientes. Elle ne mit que quelques secondes à reconnaître le premier Morphéa, celui qu'elles avaient tué dans le couloir puis le second qui venait de mourir. Elle en déduisit donc que c'étaient les corps des personnes qu'ils avaient copiés et fut soulagé que les Morphéas ne les aient pas tués. Kalinda se rapprocha d'eux en passant de branches en branches et chercha leur poul, s'assurant qu'ils étaient juste inconscients. Elle entreprit alors de descendre les corps un par un avec l'aide des serlianes. Elles étaient bien pratiques ces petites serlianes !

Elle eut un petit mouvement d'appréhension lorsqu'elle dut s'occuper de la jeune femme dont le visage était caché par un parasite Wraith. Elle reconnaissait ce "masque" pour l'avoir déjà vu dans un vaisseau Wraith lorsqu'elle était prisonnière. Pourquoi ce corps en particulier avait-il un masque ? Une fois les corps descendus, elle se laissa retomber agilement au sol et répondit au jeune homme dont la cheville était blessée :

"Oui, ce sont les seuls, à moins que d'autres ne soient cachés quelques part."

Kalinda était soulagée, les Morphéas n'étaient donc pas si nombreux que ça, à moins bien sure qu'ils n'aient caché d'autres corps ailleurs. Kalinda caressa doucement une des serlianes pour les remercier de leur aide. celles -ci vibraient et chantèrent dans leur voix cristallines.

Ils s'occupèrent ensuite du parasite Wraith qui accaparait tout le visage de l'inconnue. Si Kalinda l'avait déjà vu, elle n'avait aucune idée de la manière dont il pouvait bien s'enlever mais les deux jeunes femmes à côté d'elle avaient apparemment déjà eu à faire à ce genre de choses. Kalinda se recula, les laissant agir. Honnêtement, moins elle avait à faire avec ce genre de technologies Wraith et mieux elle se portait. Lorsque le visage de l'inconnue se dévoila, Kalinda ne la reconnut pas immédiatement. Ce fut la réaction de Karola qui lui mit la puce à l'oreille. Elle observa un peu plus attentivement le visage de la technicienne et ce fut alors qu'elle se souvint l'avoir croisée dans le bureau du Major quelques heures auparavant. C'était donc encore un Morphéa qui avait pris sa place et qui semblait maintenant avoir en mains tout le réseau d'Atlantis. Même si Kalinda ne s'y connaissait pas vraiment en électricité et en réseau informatique, elle avait bien compris que la sécurité d'Atlantis mais également de leurs alliés dépendait de cela. C'était une bien mauvaise nouvelle du coup.
Elle ramassa ses deux machettes qu'elle glissa dans son dos.

"Vous ne pouviez pas savoir que ce n'était pas la bonne personne. Vous avez fait le choix le plus judicieux sur le moment."

Kalinda ne cherchait pas à lui remonter le moral ou autre, elle constatait c'est tout. Personne ne pouvait savoir que certains prétendus vaccinés ne l'étaient pas et qu'ils s'étaient fait infiltrer.

Karola commençait déjà à partir. Kalinda se tourna vers la jeune femme rousse, hésitant quelques secondes avant de lui répondre :

"Elle pourrait avoir besoin d'aide, les Morphéas sont coriaces. On vous envoie de l'aide dès qu'on le peut !"

Kalinda se lança à la poursuite du major. En tant que guerrière, elle ne pouvait laisser partir seul un individu au combat. Et puis, elle était encore en forme et avait encore de l’énergie à revendre…

Environnement


La remonté du laboratoire ne fut pas difficile pour Karola et Kalinda, très vite le major se rendit compte que les messages radios ne passaient plus du tout… une tragédie pour contacter les autres personnes. Les couloirs étaient toujours aussi sombres et le système incendie avait dû être déclenché puisque le son était recouvert d’eau.

En évoluant dans le couloir sombre, les téléporters étaient aussi bloqués, comme un signe de vengeance de l’un des derniers morphéas, les filles croisèrent une équipe de soins, les trois infirmiers avec un brancard cherchait des blessées comme plus rien ne passait niveau radio et qu’une partie de l’infirmerie brûlait. Ils avaient pris les devants et leur courage accompagné de deux militaires pour chercher des victimes des différentes malveillances. En voyant le major et Kalinda ils se rapprochèrent. Leurs visages étaient fatigué et des traces noires, signe de lutte contre le feu était sur leurs vêtements.

_________________



DC : Victoria Wilde
Rédaction en #LightPink
Revenir en haut Aller en bas
Mer 11 Juil - 10:55
avatar
√ Arrivée le : 14/05/2015
√ Messages : 2431
√ Localisation : Atlantis


Dossier Top Secret
√ Age: 35 ans
√ Nationalité: Allemagne Allemagne
√ Gêne: ATA
Voir le profil de l'utilisateur
Karola Frei


Soulagée que Natasha comprenne qu’elle n’avait pas le temps de discuter pour le moment, elle tourna le dos à ses camarades et fila comme un courant d’air pour faire le chemin inverse vers le téléporteur. Courant aussi vite qu’elle le pouvait, elle devait par moment sauter au-dessus d’obstacles tels des souches ou racines d’arbres mais dans l’ensemble elle géra plutôt bien son trajet. Il fallait aussi dire que les serlianes lui facilitaient grandement le travail en s’écartant sur son passage pour ne pas l’entraver. Même sa blessure à la hanche ne la faisait pas faiblir bien qu’elle fût toujours douloureuse.

Au final, elle mit un peu près une dizaine de minutes à remonter tout le labo et arriver en vue du téléporteur, elle fit soudainement volte-face en entendant des bruits de courses derrière elle. Son arme au poing, c’est Kalinda qu’elle visait car cette dernière l’avait visiblement suivie. Elle baissa son pistolet et pivota pour ouvrir les portes du téléporteur.

« Ne perdons pas plus de temps. » dit-elle d’une voix sans émotion à la guerrière en l’invitant à monter dans le moyen de transport. Après y être entrée, elle sélectionna le point le plus proche de l’infirmerie, là où se trouvait Ford la dernière fois qu’elle avait été en communication avec lui.

Une demie-seconde plus tard, elles se retrouvèrent matérialisées au point prévu et aussitôt les portes ouvertes, Karola s’engouffra dans les couloirs toujours aussi sombres que lorsqu’elles les avaient quittés. Le major alluma la lampe torche de son P90 afin qu’elles puissent y voir plus clair. Et à nouveau débuta une course dans les coursives. Karola en profita pour allumer son communicateur.

// Lieutenant Ford ? Eicko ? Est-ce que l’un de vous me reçoit ? //

Mais ses questions restèrent sans réponse malgré une nouvelle tentative.

« Les communications ont dû être coupées. » déplora-t-elle à voix haute, pleine d’amertume. « Il faut se dépêcher. » ajouta t-elle en redoublant son allure avant de finalement devoir la réduire tant le muscle de sa hanche meurtri commençait à la lancer un peu durement à force d’être sollicité. Elle était sur le point d’y jeter un oeil quand au détour d’un couloir apparurent une groupe de trois personnes. Cette apparition fit se redresser Karola dont tous les sens étaient en alerte au cas où ils s’agissent d’un éventuel piège. Méfiante, elle regarda les trois personnes s’approcher d’elles, constata qu’ils portaient l’uniforme du personnel médical et étaient en piteux état. Les deux femmes étaient pressées mais étant donné l’absence de réponse de Ford et qu’il s’agissait de la seule forme de vie rencontrée jusque là, les interroger devrait leur permettre de mettre à jour leurs informations.

«Que vous est-il arrivé ?» s’empressa t-elle de demander en prenant soin de garder une certaine distance de sécurité avec eux.

« L'infirmerie est feu. Nous étions coincés dedans avant que le lieutenant Ford et la techenienne White nous libère. Une équipe est en train d'éteindre les flammes pendant que White désamorce une bombe… » fit le premier infirmier assez jeune mais assez enthousiasme, il ne voulait pas être défaitiste malgré tous les malheurs qu’ils avaient en ce moment. « Vous êtes blessée ? »
« Major, Le lieutenant Ford est parti avec des soldats à la salle de commandes, la porte a été activée » ajouta un militaire qui avait salué son supérieur d’un signe protocolaire.

Karola fit un geste de la main pour éluder sa question, sa blessure était bien peu de chose comparé au reste. Une double mauvaise nouvelle vint assommer une nouvelle fois Karola. Cependant, devant la gravité de la situation et devant témoins, elle se devait de ne rien laisser paraître, en l’absence de Sheppard les choses reposaient sur ses épaules. De nombreuses questions fusaient dans sa tête mais il lui fallait aborder le plus précoccupant en premier lieu.

« A quand remonte votre dernier contact avec le lieutenant Ford ? Est-ce que vous savez qui a demandé l’activation de la porte ? »
« Hum…. au moins quarante minutes je dirais.. »
« Non, personne ne l’a demandé. »

Cela faisait donc potentiellement 40 minutes que les communications avaient été coupées et compte tenu de la situation critique dans laquelle ils se trouvaient, 40 minutes étaient beaucoup trop longues. Il était donc plus que temps que Kalinda et elle lèvent le camp pour rejoindre la salle des commandes. Mais avant cela, elle avait un ordre à donner au petit groupe.

«Bien. J’ai besoin que vous vous rendiez tous les trois dans le laboratoire d’Emeryan. C’est là que les morphéas ont caché leurs victimes et nous avons réussi à y tuer l’un d’entre eux. Sauf que certains des nôtres s’y trouvent toujours et ont besoin d’aide. Une fois là-bas, demandez aux serlianes de vous conduire à Mlle Avalon et au 1er classe Fuller. Prenez du matériel médical avec vous, il y a des blessés. »

Les jeunes gens hochaient la tête et se mirent en marche, le temps comptait et ils avaient compris l’urgence.

_________________



DC : Victoria Wilde
Rédaction en #LightPink
Revenir en haut Aller en bas
Mer 11 Juil - 19:36
avatar
√ Arrivée le : 01/08/2015
√ Messages : 475
Voir le profil de l'utilisateur
La clôture


Du côté du laboratoire d’Emeryan : Les secours arrivèrent très vite, ils eurent un peu de mal à faire rouler le brancard sur le seul boueux de la forêt. Cependant, ils réussirent à s’en sortir, pour soutenir Natasha et Cody qui essayait de faire de leur mieux. Le sergent était aussi là, tremblant mais donnait ses dernières forces pour aider l’équipe. Les victimes étaient restés inconsciente durant tout le transport jusqu’à la nouvelle salle d’infirmerie. Elles reprirent conscience quelques heures après.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Atlantis Insurrection :: Cité d'Atlantis :: Niveau 7 - Zone Scientifique et Technique :: Jardin botanique-