Atlantis Insurrection

RPG sur Stargate Atlantis


Invité
Invité

le Sam 23 Juin - 23:19

Anonymous
Les équipages s’étaient regroupés.
Ponctuel, les hommes et les femmes qui composaient le reste de l’escadrille s’étaient réunis dans la salle de briefing. Malgré les lumières chancelante et la pénombre générale, on remarquait qu’ils avaient tous eu le temps de se remettre des précédents combats. Certains avaient même pris le luxe d’une douche bouillante. Pour les autres, cela avait pu être des choses simples comme un café, une prière, un rassemblement pour se soutenir. La plupart des survivants de l’escadrille bâbord étaient venus voir leurs amis à l’infirmerie. Le Dédale était toujours en effervescence, s’efforçant de réparer et de se préparer aux nouveaux combats. Parfois, des appels généraux montaient dans les hauts parleurs, réitérant une panne dramatique des communications. L’escadrille d’Apollo oeuvrerait sans pouvoir rendre compte au Dédale.

Pendant que tout le monde était en train de s’installer, Blue vint à la rencontre d’Adam et lui fit un bref petit rapport. Avec la disparition de Patron, elle semblait s’être invité naturellement dans le rôle de second et personne ne s’opposait à elle. Elle avait beau être la plus jeune de l’escadrille, la menace et le danger semblait l’avoir nanti d’un charisme et d’un devoir supplémentaire.

« Apollo ? »

Elle lui fit une tape sur l’épaule pour le sortir de sa préparation.

« Martielo est sur la table d’opération. D’après ce que j’ai su, Swassons est en train de l’opérer pour essayer de lui sauver la vie. Les trois autres ont été blessés mais ils s’en sortiront. »

Son regard dévia vers Reynata qui se trouvait le plus en retrait des rangées de siège, volontairement cachée dans la pénombre, puis ajouta d’une voix un peu plus douce.

« Stardust a été aperçu en train de vider le contenu d’une flasque. Elle avait l’air mal... »

Quelques rires montèrent dans les “gradins” de la salle de briefing, les hommes recommençaient à déconner malgré la pression et bien moins d’entrain. Le moral était quelque peu revenu et ils attendaient impatiemment le briefing. Nelly Bricks se détacha de la pénombre de sa démarche boitante, elle s’était vêtue d’une combinaison spatiale pour blindée, celle qui servait pour les interventions techniques sans couverture du bouclier. Les techniciens avaient accepté de lui en monter une et il ne lui restait que le casque à replacer. L’anxiété lui déformait le visage mais elle se contrôlait, un fin sourire demeurant néanmoins. Elle serra immédiatement Blue dans ses bras.
« Heureuse de te savoir en vie... »
« C’est réciproque Nelly. Tu viens avec nous alors ?... »
« Oui. Caldwell a cédé. » La petite espagnole se mordit les lèvres avant d’ajouter, pour corriger ses propos : « J’ai quand même passé un sale quart d’heure. Je lui ai dis que j’étais la seule qui pouvait remplir cette tâche et qu’il devait me laisser partir s’il voulait garder son beau vaisseau...il l’a mal pris ! »
« Sacrée chipie ! » Fît Blue en remuant son bras pour accentuer l’accolade. « Notre Pile-Poil reprends du service, ça va remonter les gars. »
« Si ! Même si je vais piloter une péniche volante avec une tête nucléaire dedans ! » Répondit-elle avec un léger rire. Elle acquiesça tout en détournant son regard sur Apollo. « Tout est prêt, mi teniente. La barge est parée et un officier artilleur termine les réglages de l’ogive. Par contre, j’ai un message du chef Tyrol, les réparations critiques sont terminées mais il n’aura pas assez de temps pour le reste. »

Adam lui offrit un léger sourire, avant d’opiner. Malgré sa tentative pour paraître entraînant, il ne pouvait se détacher de son air grave. Il ne savait pas comment se déroulaient les opérations au sol, mais pour les F-302, cette opération était une véritable catastrophe. Presque la moitié des appareils abattus, et le quart de ses hommes morts. Et cela en l’espace de deux heures, si ce n’est moins. Et le pire dans tout ça ? Ce n’était pas terminé. Il ne savait pas ce qui les attendait dans ce nuage gazeux, mais il le redoutait, bien qu’il ne le montrait que le moins possible. Il passa rapidement en revu son plan d’opération, avant de se redresser et de toussoter pour prendre la parole.

« Tout le monde est là ? Bien… »

Il passa rapidement son regard vers l’assemblée, avant d’hocher la tête.

« Comme vous le savez déjà, notre travail n’est pas terminé. Avec la bataille, le Dédale a été lourdement endommagé. On note la perte du bouclier et des communications, entre autre, ce qui le rend vulnérable et nous empêche d’appeler des renforts. En attendant que les réparations soient faites, nous devons nous assurer qu’aucun danger ne viendra mettre en péril le Dédale. C’est là que ça se corse. »

Il afficha sur l’écran une carte spatiale, avec des déplacements de flotte.

« Avant la perte de la plupart des systèmes, l’observatoire a pu repérer la flotte principale de notre chère Reine. D’après nos relevés, sont vaisseau-mère et plusieurs croiseurs sont en route. Cependant, ils ont disparu de nos radars, et ne sont pas encore arrivés, alors qu’ils devraient déjà être ici. Cela ne laisse qu’une possibilité. »

Cette fois ci, ce fut l’image de la géante gazeuse qui s’afficha.

« Nous pensons que la flotte va tenter de prendre le Dédale par surprise en arrivant par le nuage de gaz. Cela pourrait s’avérer mortel pour eux, vu tous les débris présents, mais les Wraiths ne reculent devant rien. Si cette flotte atteint le Dédale, toute l’opération sera compromise. Nous devons donc la détruire, ou du moins, la ralentir. Nelly a eu une excellente idée pour arriver à nos fins. »

Un zoom. Cette fois, une trajectoire est visible, ainsi que l'énorme croiseur en ruines.

« Il y a une carcasse de croiseur Wraith présent dans le nuage. Nous allons nous en servir à notre avantage. Une charge nucléaire va être chargée sur une barge de récupération, qui la transportera et la placera en un point précis du croiseur. Une fois le piège en place, nous attendrons le passage de la flotte, et nous ferons sauter la charge. La déflagration et les débris engendrés devraient pouvoir techniquement régler leur compte aux Wraiths. La barge sera pilotée par Nelly, avec l’autorisation expresse de Caldwell. Notre mission sera de l’escorter et de tenir à distance tout chasseur s’approchant d’un peu trop près. Nous volerons en deux formation Finger Four, la seconde formation sera dirigée par Blue. A moins de changement de situation, ma formation devra intercepter les patrouilleurs Wraiths en approche. Quant à celle de Blue, elle escortera de près la barge, et réglera leur compte à tous les Wraiths étant passés à travers nos tirs. Le temps de vol jusqu’à l’objectif est de 15 minutes, on se proche du Dédale, donc en cas d’avarie trop grave, quittez la formation et retournez au nid en urgence. Les techniciens ont remis sur pied les F-302, mais ils n’ont pas pu s’occuper de de tous les petits détails. On va devoir s’en contenter. »

Il reprit doucement sa respiration, passant son regard sur le groupe.

« Quelqu'un a une question ? Si non, faites payer cher chaque pilote et copilote disparu à ces salopards. »

Le reste de l’escadrille répondit de manière positive de différentes façons.
Ils avaient eu le temps de s’en remettre et le briefing avec été bien intégré par toutes les unités. Les hommes avaient clairement hâte d’en découdre en faisant un bel écho à la dernière réplique d’Apollo. Oui, ils allaient venger les frères et soeurs de l’escadrille décédés. Les binômes quittèrent leurs sièges en discutant, échangeant, un brouhaha léger montant dans la salle alors qu’ils la quittaient en ordre. Ils évitaient de penser aux pertes, aux scènes traumatisantes dont ils avaient été témoin. Ils se sentaient à l’orée d’une nouvelle épreuve et comptaient bien la relever dignement. Plusieurs hommes avaient fait signe à Apollo en partant.

Blue, de son côté, n’avait pas décroché son regard du chef d’escadrille. Elle était restée là, figée dans une expression stupéfaite. Elle le considérait tout en se sentant flattée et en se demandant si elle n’avait pas rêvé. La bouche entrouverte, les yeux plissés comme si elle essayait de comprendre, elle ne pu contenir un demi-sourire tout en déclarant :

« Tu...tu me confies le commandement d’une formation ?!? »

Blue n’avait pas envisagé qu’Apollo ai pu songer à elle après la perte de Patron. Quelque part, cette ambition lui plaisait mais elle semblait si folle, si inatteignable, que Blue ne s’était jamais attardé sur ça. Sauf que son CEG venait de la déclarer à la tête de l’unité qui protégerait Nelly. Et ça lui en bouchait un coin, cela faisait d’elle le bras droit d’Apollo, sa complémentarité en matière de défense de la barge.
Blue n’en revenait pas à tel point qu’elle cherchait confirmation dans le regard de son supérieur, le coeur véritablement gonflé d’émotions. Une explosion de fierté et d’une joie peut-être malvenue était en train de tempêter en son sein. Elle en posait une main sur sa poitrine, attendant cette ultime confirmation avec impatience.

Adam la regardait avec un sourire presque attendri. Il n’avait pas mis longtemps à décider à qui confier le commandement en second, car Blue s’était manifestée d’elle-même. Sans s’en rendre compte, elle avait prit une démarche de leader après la disparition de Patron, et cela, Apollo ne pouvait qu’en être fier. Il la considérait presque comme une sorte de petite soeur, et la voir se comporter ainsi l'emplissait de fierté, mais également de réconfort dans des temps troubles comme ceux-ci.

« En effet. Je te fais entièrement confiance pour cette mission Blue. Garde la tête sur les épaules, et tout se passera bien. Après… Je peux confier le commandement en second à Mariole si tu préfères ! »

Il lui offrit un sourire amusé, avant de lui tapoter doucement l’épaule.

« PAS DU TOUT !!!! » S’écria Blue comme si elle était sur le point de perdre cette chance.

Tout aussi troublée qu’heureuse à un tel moment, elle se mit au garde à vous tout en balbutiant un :

« Merci mon...lieutenant...je ne vous décevrai...pas... »

Puis elle se retourna, profitant de lui tourner le dos pour laisser éclater sa joie de façon muette sur son visage. Elle partageait sur le chemin un accolade joyeuse avec Nelly, lui murmurant des paroles enthousiaste en espérant que son supérieur ne les entendrait pas. Blue tentait de se contenir mais elle réagissait avec effervescence comme si elle avait eu son bac ou un concours très important. La joie des deux jeunes femmes bras dessus dessous fit rire balafre qui les attendait à l’entrée, il se tordit sur une posture de surprise et de joie, partageant celle de sa compagne tout en la prenant à son tour dans ses bras. Le trio disparut rapidement en direction de la baie tribord, le silence retombant brusquement dans la salle de briefing.

Mais Apollo n’était pas seul, Reynata se cachait toujours dans la pénombre et les derniers rangs. Son regard était perdu dans le vague alors qu’elle demeurait prostrée sur son siège, avachie, tournée vers le mur comme si elle essayait de fuir un regard ou un jugement. Elle était tout à fait inerte de ses réactions, fermée aux événements extérieurs à tel point que le CEG aurait pu se demander si elle avait prit conscience que le briefing avait eu lieu sous son nez.

En s’approchant, Apollo se rendrait compte qu’elle avait les mains jointes et serrées avec une force inquiétante, un tremblement constant semblait courir sur sa peau et elle exerçait une telle pression qu’elle s’en faisait blanchir les jointures. Mais là, elle ne s’était toujours pas rendu compte de son approche, gardant le regard dans le vague.
Elle était véritablement ailleurs.

Adam fit quelques pas supplémentaires vers elle, repensant à ce que lui avait dit Blue. Sa copilote avait descendu le contenu d’une flasque en cachette, et sa pire crainte était que la jeune Reynata ne se soit saoulé pour tenir le coup. Il n’avait vraiment pas besoin de cela en ce moment. Il se pencha doucement vers elle, s’accroupissant pour se retrouver à sa hauteur et poser lentement sa main sur son épaule.

« Reynata ? Est-ce que tout va bien ?... »

Reynata sursauta et elle se décala un peu plus de flanc pour fuir son regard.

« Sa...salut... » fit-elle étrangement.

Elle regarda ailleurs. L’estomac du CEG se tordit, tandis que ses craintes semblaient prendre forme.

« Reynata, on m’a rapporté t’avoir vu descendre le contenu d’une flasque. Qu’est-ce qu’elle contenait ? »

Il ne prenait pas le ton de l’officier en colère, au contraire. Il parlait d’une voix calme, posée, presque douce.

« Rien...rien !!! » Fit-elle un peu trop rapidement. Elle semblait détourner le visage, comme si elle avait peur qu’il sente son haleine.

Il soupira doucement, secouant la tête, dépité. Si sa copilote s’était saoulée, elle ne serait clairement pas en état d’assurer la mission.

« Stardust, ce n’est pas une solution pour gérer le stress. Au contraire, cela pourrait même tous nous mettre en danger. J’ai besoin d’une copilote en état d’assurer mes arrières. Comment comptes-tu t’y prendre si tous tes sens sont engourdis par l’alcool ? »

La jeune femme essayait d’éviter son regard, le montant parfois inutilement jusqu’au plafond...en vain. C’était comme si du charbon ardent courait sur sa peau et la brûlait de honte et d’humiliation. Elle se plaqua une main contre le visage au moment où elle céda aux pleurs, comme si elle avait tenté trop longtemps de les retenir.

« Ils...ils sont morts !!! Ils sont tous morts !!! Je les entendu hurler dans ma radio, j’ai entendu leur coucou se fendre, exploser, s’écraser ! J’ai...j’ai... » Elle le regarda, les épaules encore plus basse. « Mon dieu, j’ai peur...si peur...comment vous faites ! »

Il se pinça doucement les lèvres, se redressant pour venir s’assoir à côté d’elle, le dos courbé et les mains jointes devant lui, il fixait le sol, l’air songeur.

« Sais-tu quelle est la première chose que l’on apprend avant de monter dans un F-302 ? »
Reynata renifla. Son visage était devenu aussi rouge qu’une tomate. Elle secoua négativement la tête.
« La première chose que l’on nous apprend en montant dans un chasseur est que nous sommes déjà morts. Car des morts n’ont pas peur de partir au combat dans des boîtes en métal épaisses de quelques centimètres au milieu d’un vide spatial meurtrier. C’est notre quotidien. On doit s’y adapter, et songer qu’à chaque sortie… Ce sera peut-être notre dernière. »

La copilote éclata d’un rire nerveux. Elle essuya sa morve d’un revers de main en se fichant bien de l’aspect hygiénique et tenta un trait d’humour très peu joué.
« Ca me rassure absolument pas... »
Elle regarda son pilote, sa respiration était en train de s’adoucir, elle commençait à se calmer.
« Je...je faisais la fière avant. Je croyais que j’étais douée, indestructible. Et ces gens que j’ai côtoyé...je pensais pas qu’ils disparaitraient comme ça... »
Stardust avait accompagné ses propos d’un claquement de doigt.
« J’ai...j’ai les mains qui tremblent...j’arrive pas à les arrêter et...et... »
« On est tous passés par là. La première fois que l’on s’est rendu compte de ce qu’est vraiment une mission en F-302, ça nous a tous secoué. Mais tu dois rester forte Stardust. Rester digne, et concentrée, car trop de gens comptent sur nous pour que nous nous laissions abattre. Tu comprends ? »

Il vient doucement entourer les mains de sa copilote avec les siennes, les serrant doucement pour stopper les tremblements. Elles étaient gelées. Reynata accepta ce contact, ça la rassurait que son pilote prenne le temps de lui expliquer les choses, de la rassurer. Elle hochait la tête, réceptive

« Tu...tu as de la famille ? »

Il opina lentement, fixant le sol à son tour.

« Mes parents et ma soeur, qui sont encore sur terre. Ma soeur est une scientifique, elle travaille au SGC dans la section sur les Goa’Ulds. »

Reynata fixa longuement son pilote. Elle se demandait comment il pouvait gérer la distance. Le poste de CEG devait être un véritable gouffre de temps en plus du danger d’y rester. Y avait-il une raison particulière ? Pourquoi fixait-il le sol comme à regret ?
Cela lui donna envie de lui livrer le fond du problème. Apollo l’avait pris sous son aile. Elle était nouvelle, c’était ses premières missions et pourtant il était là pour l’aiguiller, l’aider. Il ne lui avait même pas reproché de s’être trompée dans les contre-mesures lors du dernier combat. Ils auraient pourtant pu y rester…

« Est-ce qu’ils te manquent ? »

Il haussa machinalement les épaules, semblant chercher ses mots. Il sembla mâchouiller sa langue quelques secondes, avant de finalement répondre.

« Oui, bien sûr. J’essaie simplement de ne pas trop y penser. Si je tiens, c’est également car je sais que je les protège, à ma manière. »

Reynata hocha fébrilement la tête. Elle semblait hésiter à son tour...elle connaissait Adam depuis si peu de temps qu’elle n’était pas certaine de sa réaction. Ca n’aurait pas été si important s’il avait s’agit d’un quelconque pilote. Mais c’était le CEG de l’escadrille du Dédale, rien que ça. Est-ce que les autres copilotes auraient voulu sa place ?
Stardust n’en savait rien. Tout ce dont elle était certaine, c’était la valeur d’un binôme et de sa complicité, même avec un officier commandant.

« J’ai... »

Les mots lui brûlaient la bouche.

« J’ai abandonné...un enfant...sur Terre... »

Adam cligna doucement des yeux, avant de redresser son regard vers Reynata, la gorge soudainement serrée. Il comprenait mieux désormais.

« Alors… il faut que tu restes forte pour elle. »
« Je ne sais pas qui c’est ! » Le coupa-t-elle abruptement, ne voulant pas qu’il la dirige sur la motivation de survie pour l’enfant.

Elle le regarda longuement, les larmes aux yeux avant de hausser les épaules.

« J’suis une pourriture Apollo... »

Reynata sanglota.

« On est toujours conne dans la jeunesse. Le bad guy ça attire toujours... » Elle détourna le regard. « J’ai fais dans la totale...un criminel, drogué, une crapule...je pensais que je le changerai par l’amour avec le grand A... »

La jeune femme soupira.
Personne ne connaissait l’histoire. Tout le monde avait ses petits secrets bien sûr. Et le SGC avait forcément fouiné dans sa vie avant de lui accorder cette place sur le croiseur. Mais elle avait toujours dissimulé ce passé même quand elle avait envie de le révéler. Après tout ça, tout ce danger, la réalité de la guerre et du combat, Reynata ne comprenait pas pourquoi elle y repensait. Pour elle, c’était enterré pour de bon...mais pas tant que ça. Elle avait beau se faire violence, ça la travaillait de plus en plus et elle avait besoin de se confier.
C’était dangereux, à double tranchant. Et la bonté d’Apollo à son égard l’avait tenté à tel point que ces drames l’avaient achevé. Lui avait une famille qu’il aimait, qui lui manquait. Elle en avait une qu’elle avait véritablement abandonné.

« J’ai dû faire un choix. Quand j’ai eu cette occasion unique de rejoindre le Programme...le SGC n’allait pas s’encombrer d’un taulard dans les environs et d’une grossesse...ça m’a...ça m’a... » Elle se reprit, ne voulant pas éclater en pleurs. « C’était un accident. Je n’en voulais pas, ça m’a anéantie...j’ai eu des problèmes à cause de lui, il voulait garder le gamin et moi...je l’ai...je l’ai abandonné... »

Stardust souffla longuement, le flux perturbé par la pression qui lui faisait tant de mal.

« Je ne voulais pas que mon enfant soit éduqué par une ordure...mais je n’en voulais pas non plus...je ne sais même pas si c’est un garçon ou une fille, j’ai...je l’ai laissé à l’adoption... »

Elle sanglota silencieusement.

« Je n’aurais pas dû te le dire...je suis une pourrie. J’ai abandonné ce gamin mais...je ne sais pas pourquoi...ça me harcèle depuis que je suis avec toi...je ne comprends pas... »

Adam avait écouté sans un mot, attentif. Il ne savait plus quoi dire. Reynata avait déballé son sac d’une seule traite. Il dodelina doucement de la tête, avant de poser sa main sur l’épaule de Stardust, relevant légèrement la tête vers elle.

« Je préfère que tu m’en aies parlé plutôt que tu n’aies gardé cela au fond de toi. Tu as fait des choix difficiles, et je ne peux pas te le reprocher. Mais… Pour le moment… Tu es dans ta nouvelle famille, dans l’escadrille tribord. Et désormais, c’est nous qui avons besoin de toi, surtout en ce moment. »

Stardust souffla longuement, les mains encore serrées.

« Ma nouvelle famille... »

Il avait raison. Ses mots faisaient un grand echo dans son coeur. Elle songeait à ceux qui se préparaient sur la baie, qui étaient encore présents pour le combat. Ceux là lui avaient fait un bel accueil. Elle se remémorait la partie de billard, comment Apollo l’avait gagné en faisant fulminer Pied de Biche qui le traitait de tricheur. Le bon moment que ça avait été de jouer sur ses nerfs, ce gros nounours culturiste, bourrés de muscles. Une montagne qui essayait de frapper la boule comme s’il manipulait un cure dent.
Le jour où Blue lui a expliqué pourquoi elle adorait s’accrocher des plumes bleues sur les cheveux, pourquoi elle était fan de cette couleur.
Ou encore mariole, qui l’avait ébahie, le jour où il avait fait une imitation quasi parfaite de sa voix.

« Je...je crois que je devrais faire...la checklist...vérifier les groupes de secours... » Fit-elle doucement.

Elle passa la main dans la poche intérieure de sa veste et en retira une flasque argentée. Elle l’avait entre les mains, la considérant d’un regard étrange alors que ses doigts jouaient sur le capuchon. La jeune femme réprima un tremblement issue de cette peur qui ne voulait toujours pas la quitter. Mais maintenant, il y avait un poids en moins. Il y avait assurément le soutien d’Apollo.
Stardust lui tendit la flasque avant de se relever, les jambes tremblantes. Il la récupéra, opinant doucement, lui offrant un léger sourire.

« Fais attention à toi Reynata. Je te retrouve au hangar. »

La jeune femme s’éloigna de quelques pas avant de s’interrompre dans son mouvement.

« Ca reste entre nous...d’accord ? »

Elle ne semblait pas parler que de l’enfant mais également de ce qu’il avait entre les mains. Il hocha simplement la tête sans un mot de plus, avant de se relever à son tour, l’observant s’éloigner. Il se retourna alors, se dirigeant rapidement vers son bureau. Il s’approcha de son bureau, ouvrant délicatement l’un des tiroirs du bas. Un magnum s’y trouvait déjà. Il déposa la flasque à côté, refermant le tiroir avec précaution. Désormais, c’était l’heure de passer à l’action.

Revenir en haut Aller en bas

Nelly Bricks

Image perso : Normandie 2.3 : la flotte wraith Bannie10
√ Arrivée le : 16/04/2017
√ Messages : 312
Liste de vos DC : Steven Caldwell - Scott Greer - Darren Clive

le Dim 24 Juin - 20:58

Nelly Bricks
La petite espagnole se regarda dans le miroir.
Elle détailla les traits de son visage durci par l’anxiété et les sillons dans lesquels s’écoulaient les nombreuses gouttes d’eau. L’angoisse et la résolution remplaçait son aspect joyeux habituel, c’était vraiment étrange de se voir sans sourire pour une fois. C’est la pensée qui lui traversait l’esprit pour les deux petites minutes qui lui restait. Nelly s’approcha un peu plus du miroir pour regarder ses cernes et le beau cocard que le militaire lui avait mis quand elle avait voulu lui échapper.
La jeune femme fit la moue. Elle l’aimait bien sa petite gueule, ce n’était jamais cool de la voir abîmée même si, comparé au mois dernier, ce n’était rien du tout.
Alors pour rompre à tout ça, Nelly commença par se tirer la langue avant de ricaner de sa propre bêtise. Elle récupéra la serviette pour s’essuyer puis elle souffla longuement avant de secouer ses mains tremblantes.

« Tu vas tout dégommer ma fille ! Je vais faire de l’ombre à Pedgy !!! »

Un dernier sourire illumina son visage. Il n’y avait que le regard qui restait un peu trop sombre à son goût, pas suffisamment pétillant. Soudain, quelqu’un frappa à la porte et une voix d’homme s’éleva.

« Tu vas foutre tout le monde en retard, grouille... »
« C’est comme ça que tu parles aux femmes ? Où est passée ta galanterie ? »
« C’est ma femme qui l’a embarqué lors du partage au divorce... »

Nelly ricana. Elle s’attacha rapidement les cheveux à contrecoeur, détestant les chignons, les queues de cheval et tout ce qui lui tirait sa chevelure sur l’arrière, puis elle récupéra son casque pour ensuite ouvrir la porte.

« Tu sais que c’est pas bien de gratter à la porte du vestiaire des dames ? Ca fait un peu, beaucoup, vachement pervers tu sais ?!? Et rien de “passionément” ! » Lâcha-t-elle avec humour.
« Plus que se planquer dans les douches des mecs pour les mâter ? » Contre-attaqua le garde.

Ils prirent le chemin côte à côte.

« Nan ! Moi j’suis une petite innocente ! Et puis mater les mecs, quand tu es une fille, ça passe tellement mieux que quand tu es hombre ! Tu devrais essayer toi, j’suis sûre qu’avec ta moustache, tu es un super gay qui s’ignore !!! Macho macho meeeeennnnn ! »

Wakks rigola. Il la fixa tout en se passant la main sur sa barbe et secoua la tête. Ensemble, ils quittèrent le pont qui appartenait aux pilotes pour se rendre aux anneaux de transport. La baie où l’attendait sa péniche volante se trouvait sur la baie bâbord. Il n’y avait pas assez de place avec les F-302 que Tyrol s’acharnait à réparer dans les temps.

« Tu as recommencé sur Atlantis hein ? »
« Si ! J’ai loué deux casiers côte à côte et j’ai enlevé la paroi. J’ai mon p’tit nid et un point de vue parfait sur les biscotos de tous ces messieurs ! Ils se doutent pas qu’une petite contorstionista comme moi peut passer... »
« Au retour, grosse séance... »
« Obligé ! D’ailleurs y’a quelques petits nouveaux que j’ai pas encore vu. Mine de rien, tu te doutes pas du nombre de mec qui ont des tatouages en bas du corps. Toi ce sera quoi à la fin de la guerre ? Nadia ? »
« Non, Nadia j’ai fini par l’avoir et c’était une déception. J’en chasse une autre cette année. J’vais me faire Steele, tu connais ? »

Nelly s’interrompit dans la salle des anneaux, le regard écarquillé.

« Steele comme….Erin Steele ?!? »
« Ouais ! »

L’hispanique demeura complètement immobile, se demandant s’il était vraiment sérieux ou s’il déconnait comme d’habitude. Elle finit par appuyer sur le bouton amenant au-niveau inférieur puis reprit le chemin tout en secouant la tête.

« Pequeño loco !!! » Fit elle en riant. « C’est chasse gardée ça !!! Le chevalier, il va sortir son super stylo de la mort qui tue et tu deviendras nettoyeur de latrine dans tous les croiseurs ! »
« J’aime les causes perdues d’avance, tu me connais. »
« Oui ben faut se calmer sur les auto-claques. Chercher à avoir la femme du chevalier, c’est comme essayer d’empêcher le soleil de se lever. En plus, il y a pleins de filles sur le continent si tu veux du plus long. Un collègue à moi, il s’est entiché d’une Athosienne. »
« Nelly... »
« Et il y a les Natus aussi. Tu verrais leurs dames, les chasseresses surtout. Elles courrent après les sangliers et c’est même pas des brutes. Je suis super jalouse, tu verrais comment elles sont et les lolos qu’elles ont, pas cool. »
« Nelly...on est arrivé... »

La petite hispanique était en train d’estimer la taille des bonnets des Natus avec ses mains sous les regards goguenards de quelques techniciens et de plusieurs membres présents. La gêne que cela causa ne posa pas de soucis à Nelly qui termina son estimation tout en hochant la tête, comme si l’argument allait sauver Wakks de son projet suicidaire.
Le militaire secoua négativement la tête. Il appréciait toujours ces petites discussions, aussi folles soient-elles. Il récupéra le casque de la petite femme pour l’aider à l’enfiler et le verrouiller convenablement.

//Test radio, tu m’entends ?!?//
//...et en plus, elles sont libertines. Pas de problème de fidélité !!!//
//Arrête donc de vouloir me coller avec les tops modèles de Pégase, l’espagnole. Bon...au sujet de ta lettre, je la donne à qui ?//
//Ah oui, deux copies. Une pour mi Isia, c’est la bonnasse d’Atlantis, celle qui fait pompom girl ! // S’écria joyeusement Nelly tout en imitant un début de danse d’encouragement.
//Ca va, ça va, je sais qui c’est. Et l’autre ?//
//La DEUXIÈME bonnasse d’Atlantis version militaire !!! Fait attention, y’a des doubles qui se prennent pour elle de partout. Si elle survit à la guerre, tu veux bien lui donner aussi ?//
//Ouais, je sais qui c’est. Je vais m’en charger, même si t’aurait dû filer ça à un officier.//
//Oh ben c’est fait aussi !// Fît l’hispanique en faisant un tour sur elle-même avant de faire un “tadaaaa” des bras. //J’ai demandé au vilain pas beau méchant Caldwell. Je lui ai dit d’ouvrir la lettre et qu’il comprendrait...//
//Nelly, me dis pas que tu as...//
//Et si !!!!!!! Un beau dessin du type qui pointe du doigt avec la mention “HUMOUR NEED YOU !!!”...ça va lui plaire, j’suis sûre !//
//Merde, t’en rate pas une...// Balança Wakks au milieu de son rire.

Nelly ricana aussi, ça permettait d’évacuer la pression de cet avant combat. Le dédale allait repartir au combat et Nelly en ferait de même en pilotant un semi-remorque sur un champ de glace. Il finit par la prendre dans ses bras et elle accepta l’accolade, soupirant longuement.

//Allez, mistinguette, reviens en vie...//
//Merci Normann, je compte sur toi pour la lettre.//

Il était temps d’y aller. L’hispanique tourna le dos et rejoignit l'artificier qui s’assurait que l’ogive soit bien sanglée. Ils effectuaiérent un petit topo avant que la jeune femme ne prenne les commandes de la barge et ne demande au contrôle mission l’autorisation de décoller. Normann, quant à lui, retourna d’un pas rapide à sa prochaine tâche. Son amie lui manquait déjà.

Revenir en haut Aller en bas

Steven Caldwell

√ Arrivée le : 24/01/2017
√ Date de naissance : 05/04/1952
√ Age : 67
√ Messages : 783
√ Localisation : Sur le Dédale

le Sam 22 Déc - 17:00

Steven Caldwell
« Lieutenant... » fit Tyrol en le saluant militairement. Sa main en salut migra pour lui tendre sur un aspect bien moins protocolaire. Machinalement, Apollo salua à son tour avant de serrer franchement la main de Tyrol. « J’ai fais tout ce que j’ai pu mais votre escadrille est loin d’être à neuf. Surtout, évitez les grandes démonstrations de force... »

Il n’y avait plus personne dans le hangar tribord. Tous les pilotes et copilote étaient installés dans leurs F-302. Les soudures de plaques de blindages et le colmatage au produit Versine les marquaient d’odieuses cicatrices d’une couleur qui jurait. L'esthétique avait prit la clé des champs pour des réparations faites en deux heures. Compte tenu du travail abattu et de l’état du Dédale, c’était un sacré record que l’officier venait de battre avec son équipe. Adam observait tout cela avec attention, impressionné mais également inquiet. Même si Tyrol et ses hommes avaient accompli un travail extraordinaire en un temps record, leurs appareils étaient loin d’être à neuf.

« Le colonel Caldwell a fait déplacer le point de ravitaillement au plus proche de votre secteur mission. Mais sans les transmissions, il n’y aura pas de téléportation d’urgence malgré l’absence du bouclier. Le protocole gardien ne sera pas en action... »

Adam grimaça doucement. Une nouvelle fois, ils allaient devoir se battre sans assurance de retour. Tyrol baissa la tête, se malmenant les lèvres avant d’ajouter :

« Je regrette que ma procédure d’éjection n’aie pas été plus efficace. Bonne chasse Apollo... »

« Vous ne pouviez pas le prévoir Tyrol, vous avez fait de votre mieux. Au moins votre système aura sauvé deux équipages... »
« Ce ne sera jamais suffisant pour moi, lieutenant. Bonne chance. »

Il lui donna une légère tape sur l’épaule, évitant de le regarder en face pour ne pas que Tyrol décèle son angoisse et sa peine. Les lampes oranges se mirent à tourner alors qu’une alerte sonore montait dans tout le hangar. Les rares techniciens terminèrent de débrancher les longes d’alimentations qui reliaient les F-302 puis ils quittèrent le secteur au pas de course. L’éclairage grésilla avant de s’éteindre, les lampes de secours les remplaçant rapidement. Le chef Tyrol salua une dernière fois Adam, non sans une certaine gravité, puis il partit à son tour. Les F-302 s’animèrent les uns après les autres, leurs moteurs ronflants soudainement. Les verrières se fermèrent les unes après les autres, presque dans un ordre désorganisés selon la checklist des binômes. Tout au fond, l’immense sas blindé du hangar acheva son ouverture, le bouclier atmosphérique grésillant soudainement sous la différence de pression intérieur/extérieur. Apollo observait ce processus avec une appréhension telle qu’il en avait rarement connu. Il jeta un coup d’oeil en arrière vers sa copilote, avant de se concentrer à nouveau sur ses commandes, serrant un peu les poings pour calmer le léger tremblement d’excitation et de stress qui le parcourait.

Petit à petit, les chasseurs quittèrent leurs stationnements en épis de deux colonnes pour se retrouver en ligne, comme lors de toutes les mobilisations. Du point de vue d’Apollo, on voyait les réacteurs tourner, certains vacillant sous des dysfonctionnements bénins. Dans la radio, un appel était en cours.

//Pied de Biche et SexyGirl, F-302 ok, paré.//
/RangerYing et Cyrano, avarie centrale, conséquence minime, paré. //
//Lutin et Sunset, F-302 ok, paré//
//Liberty et Spear, défaillance réacteur, conséquence minime, paré.//
//BigRoad et Natalia, F-302 ok, paré.//
//Speedy et Rancoeur, F-302 ok, paré.//
//Pile-Poil. Barge opérationnelle, tous systèmes ok.//
//Apollo, ici Blue. Appel rendu complet, avaries signalées par l’escadrille, toutes les unités sont parées au décollage. Le contrôle mission signale : activité suspecte sur zone opérationnelle.//
//Bien reçu Blue. Pied de Biche, Lutin et BigRoad, formation avec moi pour groupe d’attaque. Blue, RangerYing, Liberty et Speedy, escorte rapprochée de la barge. Maintenez le contact radio, et indiquez sur le canal le moindre signe de cette fameuse activité suspecte.//

Tous les chasseurs se tenaient prêts au décollage, la pression montait en flèche à l’orée de cette nouvelle mission. De son côté, Reynata vérifiait sa checklist pour la troisième fois. Sa conversation avec Apollo lui avait fait un bien fou et elle avait eu le temps de se recentrer sur ses priorités. Les erreurs passées étaient à prendre en compte mais il ne fallait pas s’attarder, aussi préférait-elle prendre plus de temps pour faire un compte-rendu exact à son pilote.

//Ok, Apollo, le coucou présente pas mal de soucis. On a des variations sur la propulsion. La centrale est efficace à quatre-vingt pour cent et une pile à naquada est inopérante. Pour le reste, tout fonctionne. Armement, navigation et contrôle des dégâts Ok. Les groupes de secours sont tous vérifiés et parés. Paré au lancement.//
//Bien compris, vois si tu peux stabiliser au mieux la propulsion, pour le reste des avaries, on fera sans.//
//Reçu.//

Une communication vint alors dans le casque d’Apollo.

//Lieutenant, ici Caldwell. Nos réparations d’urgence avancent bien. Nous serons opérationnels dans l’heure. En attendant, veillez à ce que votre mission soit couronnée de succès et que rien ne s’approche du bâtiment...bonne chance à vous et vos pilotes !//
//Reçu Colonel. Gardez nous un peu de champagne pour notre retour. Escadron, préparez vous au décollage sur ordre de Contrôle Dédale.//

Adam passa doucement sa main sur le contrôle des moteurs, augmentant doucement l’énergie, les yeux rivés sur la lumière du hangar censée indiquer le feu vert pour le début des opérations.

Une demi-heure plus tard, tous les F-302 atteignirent la zone de mission.
La barge de Nelly était beaucoup plus lente que les chasseurs et c’était véritablement comme piloter une péniche. L’engin n’était pas du tout conçu pour être rapide et agile. La petite espagnole effectuait parfois des appels vers Reynata pour lui dire que tout allait bien.

La troupe progressa donc en ordre jusqu’à atteindre le bordure de gaz où ils s’enfoncèrent tous. Le F-302 d’Adam se mit à trembler en entrant dans cette zone dont la pression était plus élevée. Sur les côtés, la formation en four fingers se voyait à peine, les chasseurs disparaissant parfois dans la soupe.

//Arrivée prévue dans vingt minutes à vitesse de la barge. Les formations répondent au plan de vol, tout va bien jusque là.//
Un moment de silence avant que Stardust n’ajoute :
//Il y a un problème...le radar est brouillé...on ne détecte plus !//

Les appels radio s’enchainèrent pour déclarer la même avarie. Quelque chose était en train de brouiller leur capacité de détection, les rendant incapable de détecter des darts ennemis s’il y en avait dans le coin. Quel que soit le choix d’Apollo, cela ne donna rien, il n’y avait pas de menaces sur son approche. Ce n’est qu’en était à cinq minutes de l’épave, repassant devant les carcasses, signature de ses anciens combats, qu’il y eut soudainement de l’activité.

//Ola ! Oh ! Ca me tire dessus à tribord !!!//
//Moi aussi ! Attention, il en arrive aussi par la gauche !//

Plusieurs blasts passèrent soudainement devant le nez d’Apollo. Quelques cris fusèrent dans la radio et les chasseurs se séparèrent pour avancer à la rencontre de l’ennemi. Le temps de virer de bord et une mêlée très brutale eut soudainement lieu. Apollo trouva immédiatement deux darts devant lui qui se jetèrent sur Lutin et BigRoad, ses ailiers, allant chercher leurs arrières.

//ALERTE EMBUSCADE ! ALERTE EMBUSCADE !!!// Avait crié Blue. //DÉGAGE NELLY, NE RESTE PAS LA !!!//

L’escadron de Blue fut également engagé. Ils s’attelèrent à empêcher l’ennemi d’atteindre la barge, Nelly tentant de s’éloigner pour prendre un autre chemin. Pour le moment, ils ne semblaient pas encore l’avoir remarqué…

_________________
Normandie 2.3 : la flotte wraith 2018_s10

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

le Sam 22 Déc - 17:00

Anonymous
De son côté, Adam se débattait comme un beau diable pour échapper aux tirs. Ce brouillage radar était vraiment une calamité. Apollo avait l’intuition que les Wraiths n’y étaient pas étrangers.

//Ne les laissez pas s’approcher de Pile-Poil ! Pied de Biche, BigRoad en a un dans sa queue !//
//Reçu, je fonce !!!//

Adam tira d’un coup sec sur ses propulseurs, avant de soudainement remonter en vrille dans le sillage de Lutin, qui de son côté enchaînait les manœuvres pour échapper au Dart. Profitant de son avantage à la vitesse, Apollo collait au train du Dart qui se semblait pas l’avoir remarqué.

Lutin, je l’allume, prépare toi !... maintenant !

Le chasseur ennemi s’était soudainement aligné dans son viseur. Instantanément, Apollo pressa sur la commande de tir, son canon électromagnétique crachant ses projectiles à haute vélocité sur le Dart, implacable. Celui-ci tenta de se retirer mais il était déjà trop tard, il explosa soudainement en une gerbe d’éclat d’où un élément bleuté émergea brutalement. La chose fit un demi-tour quasi-instantanée et grignota la distance qui le séparait d’Apollo à une vitesse folle. A une vitesse si impressionnante qu’il n’eut que le temps d’essayer de s’écarter.
Stardust beugla dans son casque :
//UN DRONE !!!//
C’était bel et bien le cas. Ce dart avait été équipé d’un drone et il avait prit Adam pour cible.
Reynata avait été réactive cette fois, elle avait lancé la bonne contre-mesure et dans un laps de temps relativement court. L’ogive fila et frôla Apollo de si près qu’il sentit son blindage vibrer sous son passage. Mais le missile ne détonna pas, il fila à travers la contre-mesure, fit un large demi-tour avant de pointer sur lui.

//Inefficace ! Inefficace ! Ca nous revient dessus Apollo ! Contact dans vingt secondes !//

Tout autour de lui, le combat continuait de faire rage. Son escadrille se défendait très bien mais, à chaque fois qu’un dart était abattu, il libérait un drone lantien qui poursuivait son assaillant d’origine. Les F-302 virvoltaient en cherchant à les semer...en vain !
Une explosion eut lieu sur la gauche d’Apollo. L’un de ces drones avait abattu un F-302 en passant à travers sa dernière contre-mesure. L’ogive était encore active, elle était à la recherche d’une nouvelle cible et fit un virage sous le nez d’Apollo pour aller chercher Lutin.

//Ici Blue ! On se fait harceler par des drones ! Nelly s’est perdue dans la soupe, j’ai plus de contact !!!//

//Débarrassez vous de ces drones en priorité ! Lutin, t’en as un sur toi !//

Apollo amorça un virage serré en jurant entre ses dents, venant frôler un débris dans l’espoir de troubler la course du drone qui s’accrochait avec une ténacité des plus impressionnante. Pourquoi ces foutues contremesures ne marchaient pas ?! N’importe quel drone automatique aurait dû être pris dedans…. automatique…

Adam écarquilla les yeux, esquivant de près un autre débris, tandis que son alarme de collision résonnait à fond dans son cockpit. Ils n’étaient pas en automatique.

//Stardust, j’ai besoin que tu me confirmes tout de suite si ce drone est contrôlé à distance !
//Ca s’approche ! J’ai pas le temps, ça s’approche !!!// fit la jeune femme, bataillant pour ne pas sombrer dans la panique.
//Je m’occupe de faire en sorte que ça approche moins vite ! Concentre toi Stardust, tu peux le faire, j’ai besoin de cette info !
//Recherche en cours...recherche...mais....MAIS ?//

La copilote n’ajouta rien pour l’instant, complètement surprise. Comment Apollo avait-il deviné ?!? Les vrilles et les loopings qui tournoyaient la rappela à l’ordre.
//Réseau de communication subspatial détecté entre les différents drones ! Ca communique dans le subespace, comme un croiseur !//
//Bordel j’en étais sûr !//
//Apollo, qu’est ce que c’est ?!?//
//Je n’en suis pas certain…

Le pilote grimaça sous son casque, tandis qu’il entreprenait un nouveau looping désespéré pour semer le drone. Il était piloté à distance… par les Wraiths ? Il était persuadé d’avoir vu cette technologie quelque part. Mais où ? L’alarme se faisait de plus en plus présente, tandis que le drone gagnait du terrain à chaque seconde qui passait.

Mais bien sûr ! La mission avec Frei ! L’ordinateur lantien ! Comment avait il pu oublier cela ? C’était la même technologie qui avait été utilisée ! Les cris paniqués de son escadron résonnaient dans sa radio, tandis que les drones dévoraient à une vitesse impressionnante la distance les séparant de leur cible. Les Wraiths auraient récupéré la technologie ? Impossible, Hypa Foralcus ne les aurait jamais laissé faire. A moins qu’il ait été capturé… et soumis ? L’alerte redoublait de volume, signalant la collision imminente malgré toutes ses manœuvres.

Une dernière idée venait d’exploser dans sa tête. Une idée folle, mais une dernière chance potentielle. Il alluma sa radio sur la fréquence subspatiale.

//Ici Apollo, élément neutre ! Désactivez les drones, je répète, ici Apollo, désactivez ces fichus drone !//

L’alarme atteignait son paroxysme. Si cela ne fonctionnait pas… ils mourraient dans la seconde suivante.
Il y eu une friture sur les ondes avant qu’une voix artificielle, d’une intonation très familière, ne lui éclate dans les oreilles.
//LIAISON HYPPA FORALCUS ! IDENTITÉ DE L’AUTO-INVESTI STATUT NEUTRE ???//
Le drone continuait de le suivre, mais cette fois, il remarqua distinctement sur son radar que le missile le suivait sur à une vitesse de croisière. L’engin restait calé sur son sillage mais ne gagnait plus en distance. Il reçut très rapidement la confirmation par le reste de son escadrille.
//Apollo, c’est complétement dingue ! Les drones volent en formation sur nos arrières ! Menace réduite...mais toujours présente !!!//

Apollo était à la fois rassuré et effrayé. Rassuré d’une part, car la menace était réduite et car l’ordinateur l’avait reconnu. Mais également effrayé… car cela voulait dire qu’Hyppa était passé aux mains de l’ennemi. Il allait devoir choisir ses prochains mots avec grand soin.

//Ici Apollo, élément neutre du Dédale, et compagnon de Karola Frei, Pied-de-Biche et Sexy-Girl. Pied-de-Biche, confirme ta présence sur communicateur.//
//C’est pas possible...ce truc...encore en vie ??//
//Protocole diplomatique 8 = historique mémoire. Authentification incomplète ! Empreinte vocale insuffisante. Dénomination “Pied de Biche” non reconnue. Destruction de la tentative de corruption.//
//BORDEL DE….// La montagne de muscle gueula soudainement en recevant, de la part de sa copilote, l’approche graduelle du drone qui le pistait. //ALEXANDRE PUJOL ET MARIA DONCALVEZ, ESPÈCE DE PETIT BÂTARD !!!! JE T’AI DEF LA GUEULE A COUP DE BARRE DE MÉTAL OK ?!? TU ME REMETS LA ????//
A ce moment précis, Apollo eut du mal à déterminer s’il devait rire ou pleurer.
//Protocole diplomatique 8 = Authentifié. Dénomination Frei requise.//
//Major Karola Frei, nom de code « Iceberg »//

Adam espérait que cela suffirait pour l’ordinateur.
//Clé historique authentifié, élément neutre en danger. Substitution défensive !//
Aussitôt, les deux drones qui filaient dans sillage d’Apollo augmentèrent l’allure. Reynata poussa un cri de panique en articulant un //IMPACT !!!!// d’une voix cassée. Mais en réalité, les deux ogives frolèrent leur verrière pour se jeter sur les darts qui continuaient la chasse. Complètement pris au dépourvu, les pilotes tentèrent de s’enfuir, trahi par un système de sécurité qu’ils s’étaient appropriés. Chaque détonation libérait un nouveau drone qui s’en prenait au Wraith, annulant littéralement le danger imminent qui pesait sur toute l’escadrille.
Les autres F-302 lancèrent immédiatement leurs forces en plus de ces drones, prenant un véritable plaisir à massacrer les ennemis qui pensaient les avoir emporté dans l’embuscade.

Adam poussa un cri de victoire dans son cockpit, mais ne perdit cependant pas le fil des événements.

//Escadron de défense, récupérez le contact avec Nelly de toute urgence !//

//Apollo, ici Blue !!! Tu m’entends ?//
La jeune femme reprit.
//BigRoad et Natalia ne répondent pas aux appels radio mais j’ai le ping de leur tenue. Ils ont été éjecté par le système de Tyrol...//
La voix d’Hyppa perça par dessus la sienne :
//Adam Ross ! Réquisition par objectifs communs. Appel de détresse, péril sur croiseur humanoïde T-58 minutes.//
Il ne nous reste pas beaucoup de temps avant l’arrivée des Wraiths… Hyppa, quelle est votre situation ? Blue, contacte Nelly, et vois si elle peut récupérer nos pilotes en perdition.
//...gatif Apollo. Je n’arrive plus à avoir Nelly. Je suis sur sa dernière position connue, je...je sais pas où elle est...signal perdu...//
//Diagnostic usuel verbal, transcription traduite. Corruption de l’unité centrale, commande d’armement. Injection non autorisée, commande informatique Wraith. Cible : Croiseur TCF cartographié, grille E-6. Lecture dénomination = Dédale. Lancement de l’arme capitale T-56 minutes.//
Ces maudites interférences bousillent tout… Nelly, quadrille la zone avec ton escadron, et revient à ces coordonnées le plus vite possible ! Hyppa, qu’est-ce que c’est que l’arme capitale ?
//Apollo, attends...j’ai des mesures...il y a une tempête électromagnétique qui a survolé le secteur il y a huit minutes...La barge de Nelly...elle a dû...//
Il termina sa phrase : Être désactivée. Si elle avait été détruite, l’ogive aurait explosé. C’est à eux maintenant de se débrouiller pour réactiver le tout…
//Adam...déconne pas ! Tu...tu vas les perdre aussi si tu les envoies dans le bouillon. Ouvre les yeux !//
//Ici Blue. On va tenter de passer. Trois minutes avant insertion...//

Revenir en haut Aller en bas

Steven Caldwell

√ Arrivée le : 24/01/2017
√ Date de naissance : 05/04/1952
√ Age : 67
√ Messages : 783
√ Localisation : Sur le Dédale

le Sam 22 Déc - 17:02

Steven Caldwell
Adam serra doucement la mâchoire, tiraillé entre sa mission et Nelly, les deux étant intimement liés, pour le coup. Il poussa un profond soupir, réactivant sa radio.

Négatif Blue… ne prenons pas le risque de perdre le contact. C’est à Nelly de nous retrouver maintenant… Hyppa, tu es toujours là ?
//Tu me demandes d’abandonner un pilote ?!?...// Lâcha Blue d’une voix blanche, se fichant de passer au-dessus de la communication de l’IA.

Négatif Blue. Je te demande d’attendre que la barge reprenne le contact pour éviter la perte du reste de l’escadrille, voir du Dédale. Elle est là, quelque part… mais sans doute sans énergie. Quoi qu’il arrive, on ne peut rien pour elle, hormis défendre le secteur le temps qu’elle trouve une solution. Le mieux à faire, pour le moment, c’est de récupérer nos pilotes en perdition, et de comprendre ce qui arrive du côté d’Hyppa.
//Tu connais la soupe mieux que moi. C’est une putain d’aiguille dans une meule. Bon sang, Adam, on parle de Nelly là !!!//
//C’est pourri dans le secteur. Tous les F-302 qui iront auront autant de chance qu’elle de disparaître.//
//TA GUEULE ! T’es pas expérimentée, ferme là !! Apollo...//
//Il y a d’autres solutions Blue. Maintenant choisis. Tu préfères risquer la vie d’une personne, ou en condamner des milliards ? Car si tu continues sur ta lancée, la Dédale sera détruit, et Pégase suivra, puis la Terre. Alors je t’en conjure, prends une minute pour y réfléchir. Hyppa, vous êtes toujours là ?//

Adam entendit Blue couper subitement la transmission comme pour empêcher son sanglot d’être entendu. Mais il pouvait se rassurer de savoir qu’il lui avait permis de voler de nouveau avec son futur mari officieux, Ethan, qui allait se charger de lui rendre son impartialité. C’était encore plus dur pour le CEG qui connaissait tous ses hommes. En mode officier, il pouvait comprendre l’état de Blue, l’état dans lequel se trouvait surement Nelly, ce que se disaient les autres pilote. Et lui, en tant que commandant de l’escadrille, qui avait des responsabilités allant bien au-delà de ça.

//Menace de destruction. Lancement de l’arme capitale T-51 minutes.//
//Hyppa, qu’est-ce que l’arme capitale ? Y’a-t-il un moyen de la stopper ?
//Protocole Guerre Lantien P-412-17. Déstructuration, usage cube massif pour revêtement cible. Entrée actuelle, forme spatiale TCF, dénomination Dédale. Processus = magnétisation + poussée surclassante + orientation cible au sol. Terminal : Catapultage dramatique. Crash imposé forme spatiale TCF contre structure Wraith à forte concentration de vie...T-49 minutes.//
Ils comptaient faire s’écraser le Dédale sur les positions au sol. Personne n’aurait le temps de réagir.
//Hyppa, je vais avoir besoin de ton aide pour arrêter ça, sinon c’est Atlantis elle même qui sera en danger. As tu moyen de détecter un vaisseau désactivé en perdition ?
//Diagnostic commande. Protocole demandé : Soutien de la vie, recherche et sauvetage. État : Hors ligne. Causalité : corruption unité centrale. Reboot système impossible. Intervention externe exigée. //
Quelle est ta position ? Es tu dans un croiseur Wraith, ou es tu toujours dans un croiseur indépendant ?

Adam ne reçut aucune réponse sur le moment. Sa radio se mit à grésiller avant de recevoir un étrange signal, à croire qu’il était en train de recevoir un fax. Cependant, le son correspondait à ceux de l’ordinateur central de la cité. Pendant ce temps, l’escadrille s’était reformée autour d’Adam. Blue avait ramené ses hommes auprès de lui et observait un silence complet. Elle ne regardait même pas vers le CEG mais il pu voir, aux mouvement de sa tête, qu’elle devait surement pleurer. Ethan, derrière elle, semblait lui parler.
Soudain, l’éclairage de la cabine diminua, se mit à grésiller avant de gagner en intensité.
//Apollo...on nous pirate...autorisation de couper la com...je...quoi ?!?//
Reynata se pencha sur son ordinateur.
//Réception données cartographique c’est...c’est incroyable. Positionnement en temps réel...j’ai repéré l’entité, vecteur 34-12, dix degrés à tribord. Je peux tracer la route...c’est très près, treize minutes de vol.//
//Bien. Écoute moi Hyppa, nous allons venir t’aider, peux tu conserver le signal de nos deux pilotes en perdition en mémoire ?//
//Défaillance détection. Enregistrement vecteur de perdition pour calcul répertorié. Extinction derniers systèmes sains. Coupure transmission imminente.//
Les Wraiths avaient finalement détecté leur petit manège. Désormais, le temps jouait contre eux.

//Escadrille, ici Apollo. Nos plans sont compromis, nous allons devoir changer de stratégie. Si nous parvenons à libérer l’IA lantienne, nous pourrons récupérer nos deux pilotes, stopper l’attaque et repérer la position de Nelly. Il est possible que nous ayons besoin de débarquer sur leur vaisseau. Chacun est équipé d’un zat ou d’une arme de poing dans son chasseur, en principe. J’ai besoin de quelques volontaires pour m’accompagner, si nous devions aborder le vaisseau. C’est une mission dangereuse, mais c’est notre meilleure chance de stopper l’attaque et de récupérer tout le monde.//
//Je viens...//
//Moi et Maria aussi. On y est déjà allé...//


Environnement



Apollo avait donc finalement fait le choix difficile d’abandonner Nelly dans la brouillard gazeux et de dérouter la mission sur l’IA portant le nom d’un célèbre général Lantien. Il avait déjà été en contact avec elle lors de l’opération Grand Veilleur et était parvenu à un statu quo. Lui avait permis à cette IA de s’échapper et elle avait sauvé la vie de SexyGirl. Sans oublier le pointage de la position de Nelly qui avait été abattu en vol ce jour-là.

Si l’IA avait pu faire ça, elle pouvait recommencer. Le CEG en avait l’intime conviction, comme il savait bien qu’il ne pouvait pas laisser cette entité artificielle entre les mains des Wraiths. Hyppa Foralcus était la version obsolète de l’IA actuelle de la cité d’Atlantis, comme un grand frère plus instable et plus expérimenté d’une dizaine de milliers d’années. S’il avait abattu de sang froid l’équipage entier d’un croiseur Orion à l’époque et avait été à l’origine de plusieurs morts sur le Dédale - dont Julie Fornell - cette entité avait également préservé la vie d’Adam et de ses amis.

L’arme capitale était donc une procédure de combat que les Lantiens avaient mis au point à l’époque et les Wraiths semblaient avoir prit le contrôle d’Hyppa, s’en servant comme un mercenaire gratis en quelque sorte. Le seul bon point résidait sur le fait qu’il avait conservé une forme de libre arbitre et qu’il considérait les F-302 comme alliés à présent.

C’était un grand pari de la part d’Adam mais ses possibilités étaient fortement réduite. Le Dédale n’avait pas encore pu restaurer ses boucliers. Et même dans ce cas, les drones lantiens étaient conçu pour les franchir. Lorsque l’on voyait les dégâts qu’ils pouvaient faire à un vaisseau ruche...la noix de cajou que représentait le croiseur ne tiendrait pas une minute.

Le vol se fit dans une tension et une appréhension complète. Toutes les armes étaient chargées et prêtes à faire feu, les positions affirmées, les chasseurs progressant avec une réelle détermination. Apollo était en pointe, il avait un retour régulier de la part de Reynata. Le silence fût coupé par une transmission à destination de la copilote. C’était Blue qui lui parlait.

//Stardust...prends le pour ce que ça vaut mais je m’excuse. Ce n’était pas pro.//
//C’est oublié.// Répondit-elle simplement.

Le silence s’égrena avant qu’elle n’ajoute, oubliant la discrétion qu’imposait la situation.

//Nelly...c’est qui pour vous ?//
//La gamine de l’unité. Elle a plus de trente piges mais elle joue l’enfant, elle est space...mais si attachante.//
//Et il y a pas plus courageuse.// Compléta Pied-de-biche.
//C’est mon amie...//
//Elle est drôle, je l’aime bien. Vous pensez qu’elle se dit quoi en se moment ? Elle a peur ? //
Sexy Girl prit la parole.
// Elle a peur. Et elle se dit : “Je papillonne librement dans l’espace, sans instrument de vol et avec une tête nucléaire prête à péter. C’est le plus beau jour de ma vie.” //

Plusieurs rires filèrent sur la fréquence générale avec des soupirs graves et chargés de nostalgie.

//C’est l’humoriste de l’escadrille...//
//Tu peux jamais faire la gueule tranquille quand elle est dans le coin. Elle se démerde toujours pour faire une connerie. T’arracher un sourire.//
//Comme pour l’huile de corps. Tu te rappelles ?//
Pied de biche ricana doucement.
//Raconte moi...//
//Non...//
//Allez...//
//Apollo, ici Lutin. Je pense m’adresser au nom de toute l’escadrille en vous demandant d’intercéder en faveur de la requête de Stardust. L’histoire de l’huile de corps est logiquement considéré comme patrimoine sous protection, comme dans un musée libre d’accès aux pilotes, n’est-ce pas ?...//
De nouveaux rires montèrent. Plusieurs pilotes et copilotes réitérèrent la demande, non pas à Alexandre, mais à Apollo.
Le CEG souriait doucement sous sa combinaison en se rappelant la fameuse anecdote. Occuper la fréquence dans un tel moment n’était pas vraiment pro, mais au fond, ils méritaient tous de se détendre un peu.
//Accordé. Allez Pied de Biche, on t’écoute.//
//Pied de biche, raconte nous. Pour tous les gars, pour nelly...//
//T’es garce Stardust. Tu m’as par les sentiments...ok...ok...je suis haltérophile, tu le sais..//
//Ton record de deux cents kilos m’avait à peine échappé... //
//Ouais...ouais...ben...du temps de Nelly, elle a soudoyé une putain d’équipe de techniciens du Dédale. Elle savait où je prenais ma douche à chaque fois après l’effort. Donc je me radine, je tourne le robinet et je me fous sous la flotte, à poil...//

Les F-302 continuaient de faire route. Le coté pro restait présent partout malgré cette dissipation très salutaire. Les pilotes ne déviaient pas de leurs routes, restant attentif. Apollo recevait régulièrement le pointage de sa position et le compte à rebours avant son arrivée sur le secteur.
Pied de biche reprit, il était géné.

//Je me frotte sous l’eau et je trouve que, même si elle est chaude, elle a quand même une sale consistance. Et ça pue l’huile pour le corps. Je découvre alors que c’est pas de la flotte qui sort de ce foutu pommeau de douche...je me casse en gueulant, je m’approche du miroir et là...//
//C’est le drame !!!...//
//Ouais ! Et comment que c’est un drame ! Je suis huilé de la tête au pied, comme les lutteurs de l’antiquité. On éteindrait la lumière qu’on me verrait encore ! J’en ai partout Stardust, PARTOUT. Et plus je frotte, plus je brille !//
Reynata avait éclaté de rire. Elle poussa un soupir en se disant qu’elle regrettait de ne pas avoir eu l’occasion de la connaître un peu plus. Mais elle était toujours vivante, elle avait foi en la certitude de son CEG.
//C’est tout ?//
//Tu parles. Ca se voit que tu la connais pas...c’est que le début !//
Alexandre s’éclaircit la gorge.
//Je comprends très vite qu’elle est dans le coup. Y’a qu’elle pour avoir l’audace de trafiquer la plomberie des douches communes. Je me retourne pour chopper mon drap, et là, que dalle. Le vide ! Elle s’est tapé sa mission commando pour me le piquer sous le nez. Je me magne de retourner à mon casier, histoire de récupérer mes fringues et d’aller lui botter le cul. Et là...//
//C’est le drame !!!...// Répéta Blue, morte de rire.
//Merde quoi. C’était tout orchestré son coup. Plus rien dans mon vestiaire. Juste ce string minuscule avec une feuille de chêne en cache misère, pendouillant sur le cintre, avec une photo d’art des culturistes grecs...et un frisbee ! UN FRISBEE//
//T’as fait quoi ?//
//A TON AVIS ?!?// Râla pied de biche dans la radio. //C’était le cache misère ou à poil devant les filles et les mecs du pont !!! J’étais bien obligé ! J’ai du me déplacer avec ce truc jusqu’au dortoir. La feuille de chêne sur le paquet, le frisbee pour planquer ma calandre arrière !!!//
//Un moment inoubliable. Un grand lascard comme lui, il planquait rien du tout.//
//Je débordais littéralement de partout !!!//
//On l’a vu débarquer, huilé comme un gogo danseur. Personne n’a ri sur le coup. On ne comprenait pas le délire de Pied de Biche. Et cette Nelly qui l’attendait gaiement...//
//Tais-toi, Blue ! Pas ça !!!//
//...assise sur la table avec son portable, qui nous envoie le célèbre Oh Yeah !!! à fond dans tout le dortoir. //

_________________
Normandie 2.3 : la flotte wraith 2018_s10

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

le Sam 22 Déc - 17:03

Anonymous
Cette fois, toute l’escadrille s’esclaffa dans la radio. Même Apollo, tendu comme un élastique par ses obligations ne put s'empêcher d'éclater de rire. Pied de biche gromelait, mécontent, essayant de rester dans une optique de mauvais souvenir dans un élan de mauvais joueur. Mais sa réaction, mal jouée, laissait paraître que c’était devenu un bon souvenir au final.

//J’ai brillé pendant deux semaines...maintenant...je vérifie toujours ce qui tombe de la douche. Même quand elle est pas là.//
//Elle est folle !//
//Délicieusement folle. Farreli lui est ensuite tombé dessus. Prison et sanction administrative. Elle a jamais regretté.//

Quelques rires éclatèrent encore dans la radio mais la plaisanterie s’arrêta là. Les F-302 traversaient un imposant nuage de gaz. Il n’était déjà pas évident d’y voir plus loin que le nez du coucou, mais maintenant, c’était encore pire. A croire que le chasseur avait du mal à percer un voile invisible qui faisait office de filet de pêche.
//Plus que cinq minutes.// Signala Stardust. //J’ai calé le compte à rebours sur la déclaration de l’entité. Actuellement, T-31 minutes. Info diffusée à l’escadrille.//
Le tremblement couvrit l’ensemble du chasseur cette fois. La pression monta en flèche parmi l’escadrille et plusieurs consignes allaient et venaient. lls avaient tous conscience d’atteindre le bord du grand inconnu. Apollo n’avait jamais été très bavard concernant son expérience avec Hyppa Foralcus, les hommes entraient sur un nouveau terrain.

Le champ de vision s’éclaircit alors beaucoup plus. Ils quittèrent le champ de gaz et approchèrent de la frontière du puit gravitationnel, une zone de danger plus redoutable encore. Sur ce secteur, les distorsions empêchaient encore la détection longue portée. Il y avait donc de fortes chances pour que l’ennemi soit planqué ici avec Hyppa.

Les F-302 s’engagèrent alors dans un environnement de débris rocheux, heureusement hors de tempête et du phénomène de rouleaux. La formation se fragmenta donc pour esquiver les obstacles, donnant à l’escadre une air de danse spatiale entre les pilotes.

//On approche. Correction de roulis et tangage apporté. Ping envoyé sur ton ordinateur de vol. Trois minutes.//
//On est tous prêt.//
//Pied de biche ?//
//J’écoute.//
//Merci pour ton histoire, je me sens intégrée.//
//Tu l’es stardust, tu l’es...//

Apollo, de son côté, n’avait pas eu le loisir de suivre cette dernière conversation. Il écarquilla un moment des yeux, se demandant s’il n’avait pas la berlue. Une bonne hallucination des novices pilotes en manque d’oxygène. L’image de l’entité qui s’était extirpée de la carcasse d’un vieux croiseur Orion, se rappelant au CEG comme une architecture interne de vaisseau abîmée mais en vol, n’avait strictement plus rien à voir maintenant.
Il lui semblait littéralement différent en tout point. Véritablement différent.

//Mon dieu...//
//Qu’est-ce que c’est que...ce truc ?!?//

Les F-302 approchaient de plus en plus.

//Apollo, le radar a du mal à s’y retrouver. Je ne peux pas confirmer l’absence de menace. Il doit être forcément gardé...//
Reynata fit silence avant de lui demander d’une voix plus douce, chargée d’une véritable curiosité.
//Lieutenant...c’est...c’est ça Hyppa Foralcus ?!?.//


Normandie 2.3 : la flotte wraith Foralc10

Apollo était complètement déconcerté.

Je ne suis pas certain… il ne ressemblait pas du tout à ça dans mes souvenirs…
//Ben merde. Il a pas chômé pendant un an. Ce con-là a fait peau neuve...//
//Ce n’est pas possible, c’est pas Lantien.//
//J’ai une signature énergétique...c’est...c’est celle qui correspond à l’exploitation d’E2PZ. Mais, c’est dingue...il est aussi grand que le Dédale...//
//Énorme. Et c’est une IA qui le contrôle ? Un vaisseau comme ça nous aiderait tellement...//
//Hé Apollo, t’a vu la composition de son blindage ? Et sa coupe...on dirait un vaisseau de chez nous. A croire...que...//
//Tu as raison, Alexandre. La coupe navale surtout...ça vous rappelle pas quelque chose ? Les dimensions et les formes sont différentes, ok. Mais la coupe de base, la carrure, c’est notre signature ça, notre identité navale...//
[color=pink]//Il avait piraté le Dédale, vous vous souvenez ? Peut-être...qu’il a prit les plans d’architecture pour s’en inspirer, se reconstruire pendant un an...//dianred]//Impressionnant...//
//Il a quand même prit le tarif. Je commence à voir des tas de crevasses sur son blindage. Merde, il a souffert...//
//Les Wraiths...c’est sûr !//
//Tenez vous prêts à tout. Maintenant, on est en terrain inconnu.//

Un mauvais pressentiment s’était insinué dans l’esprit d’Apollo. Hyppa avait recopié la technologie terrienne pour se reconstruire. Adam espérait au fond de lui qu’il n’avait pas fait de même avec son armement, car sinon, ce vaisseau hybride était chargé d’ogives nucléaires lantiennes en état de marche.

Le cuirassé inconnu était immobile au milieu des débris, ayant l’air abandonné. Apollo était en droit de se demander si c’était bien l’entité qui s’était conçu comme un “nouveau corps”, ce corps étant un croiseur spatial. Après tout, Hyppa avait été conçu pour l’usage dans un croiseur de type Orion, il n’était pas stupide d’imaginer qu’il s’était reproduit un habitat similaire.
Sur l’approche finale, Apollo eut également des détails de plus en plus précis. Sa cuirasses avait effectivement souffert d’un bombardement en règle. Les traces de brûlure correspondaient aux canons plasma des vaisseaux ruches, il en avait déjà vu sur la carapace du dédale après les combats. A certains endroits, les failles étaient si épaisses qu’on pouvait remarquer les séquelles d’incendie et, plus loin sous la structure, les restes de décompression explosive.

Si c’était bien Hyppa Foralcus, son enveloppe avait souffert d’un assaut monumental. Mais il s’était visiblement bien battu pour une IA. Sur certains endroits soumis au vide, la couleur bleu azur imputable à la technologie Lantienne s’illuminait. Désormais, il en faisait aucun doute qu’il s’agissait bien de l’IA qu’Adam avait connu. Le cuirassé était toujours alimenté en énergie. Mais voilà, quand l’escadrille parvint sur l’approche finale, l’imposant vaisseau remplissant désormais une bonne partie du champ de vision, tous les pilotes remarquèrent des plateformes en lévitation tout autour du bâtiment.

//Alerte ! Contact radar ! Bâtiment sur différents azimut, signature Wraiths confirmés. Pic énergétique, attention !!!...//

Les Wraiths basés sur ces plateformes les avait laissé approcher. Leur bâtiment s’animèrent alors soudainement, reprenant vie, et toutes les lumières extérieures du cuirassé s’activèrent en même temps. Depuis ses buses d’envols, des centaines de cubes de défense furent éjectés et envoyés dans leur direction.
Normandie 2.3 : la flotte wraith Maxres10


Apollo devait se sentir étrange de revoir ces centaines de cubes qu’il avait combattu lors de l’Opération Grand Veilleur. Des bots de conceptions Lantien que l’IA avait détourné en des chasseurs peu puissants mais extrêmement manoeuvrable. Ils détenaient tous un drone qu’ils pouvaient lancer sur une cible, ou qui se lançait à leur destruction. Sans oublier leur capacité de piratage qui leur permettait carrément de détourner un missile AMX.

Quand cette petite nuée arriva droit sur lui, le pilote ne pu réagir. C’était le piège qu’avait déclenché les Wraiths pour les avoir, une nouvelle embuscade mais désespérée cette fois-ci. Ils maintenaient une confiance à contrecoeur sur une IA qui leur résistait clairement. Les cubes atteignirent l’escadre rapidement et se mit à fourmiller tout autour d’eux, se disposant sur des centaines d’axes de tirs sans qu’un seul rayon de découpe ou de drones ne soient tirés.

//Ici Blue, ça ne nous attaque pas ! Aucune perte !//
//Communication inconnue. Message texte Apollo, je cite : “Altération matrice de défense, sélecteur d’assaut inopérant.” //

Les cinq plateformes Wraiths qui entouraient le cuirassé se mirent à tirer une myriade de capsule de plasma. De la DCA spatiale leur venait dessus et c’était un bon signe, cela montrait bien que l’ennemi tentait de les détruire en repassant sur leurs armes conventionnelles. L’équilibre des forces étaient de retour maintenant que ces cubes ne pourraient leur tirer dessus. L’espace pour naviguer s’en trouvait fort réduit mais peu importe, tous les pilotes avaient la même impression : l’ennemi était vulnérable. Il venait de se faire prendre à son propre jeu.

//Quand tu veux Apollo !//

Cela n’avait pas été une remarque déplacée, bien au contraire. C’était littéralement l’inverse.
Tous les chasseurs avaient à coeur de faire payer leurs morts et ils se tenaient prêt à fondre sur l’ennemi. Adam se sentait être le général d’une minuscule armée de griffons, de rapaces, d’oiseaux prédateurs qui s’apprétaient à lancer un assaut d’une rare brutalité.
Qu’ils les massacrent jusqu’au dernier, fasse péter leurs foutues plateforme, que la voie soit libre pour libérer l’IA de sa corruption !!! Tous les pilotes se signalaient prêt.

Ils venaient de sonner le glas de la flottille Wraith.
La vengeance était à point, enfin…

A ce moment précis, Adam ressentit un profond sentiment de satisfaction, froid, brutal. Ils allaient payer. Pour le Dédale. Pour ses hommes. Pour tous les Natus torturés. Et pour… Elle.

//A tous les F-302, commencez l’attaque sur les plateformes Wraiths. Évitez de toucher le cuirassé, et éradiquez moi ces saloperies tant qu’Hyppa nous fait gagner du temps !//

Tous les pilotes confirmèrent sur le champ.

Revenir en haut Aller en bas

Steven Caldwell

√ Arrivée le : 24/01/2017
√ Date de naissance : 05/04/1952
√ Age : 67
√ Messages : 783
√ Localisation : Sur le Dédale

le Sam 22 Déc - 17:06

Steven Caldwell
Apollo fit immédiatement plonger son appareil vers la plate-forme la plus proche, des tirs de plasma venant immédiatement l’accueillir.

//Stardust, activation du canon lfrit pour un premier passage !//
//Bascule armement...c’est fait ! //

Une vrille vient secouer l’appareil, tandis qu’Adam esquivait habilement les tirs, la plateforme grandissant à une vitesse époustouflante dans son champ de vision. Soudainement, il appuya sur la détente, envoyant une volée de tirs explosifs en direction de la plateforme, faisant se redresser son appareil pour créer une véritable ligne d’impact tout le long de la structure qu’il connaissait, désormais. Immédiatement après lui, deux nouveaux chasseurs terriens firent un passage, ce qui acheva de disloquer la plateforme, qui détonna avec violence lorsque son cœur fut touché par un explosif. A la limite de son champs de vision, le CEG aperçut une seconde plateforme se déchirer, signe de la violente attaque de l’escadrille.

//Attention les gars, y’a des Darts qui veulent se joindre à la fête !//
//Je les vois, je suis dessus ! Passage au canon électromagnétique !//
//Restez pas groupé comme ça, formation brisée mes pilotes !//

Son F-302 exécuta soudainement une vrille plongée, longeant un gros débris de plateforme pour déboucher derrière un Dart paniqué, visiblement décontenancé de voir les cubes totalement passifs face à ce massacre en règle. Le canon électromagnétique de son chasseur cracha ses munitions en direction du Dart, qui effectua un violent tête à queue avant d’être entièrement recouvert par une boule de feu démesurée.

//Apollo, tu en as un derrière toi !//

A peine sa coéquipière eut le temps de terminer sa phrase que quelques tirs de plasma vinrent lécher dangereusement ses ailes. Il jura entre ses dents, se redressant soudainement pour se mettre à l’abris sous l’une des plateforme en train de se séparer en trois gros débris distincts. Le Dart s’acharnait, visiblement déchaîné par la trahison qu’ils venaient de subir, ne laissant que peu de champ de manœuvre au pilote. Mais c’est alors qu’une puissante explosion dans la queue de son appareil, l’envoyant par ailleurs dans une vrille qu’il contrôla rapidement, lui indiqua la destruction du Dart.

//Ahah, j’l’ai eu, j’l’ai eu !!!!//

Apollo jeta un œil au dessus de lui pour voir le F-302 de RangerYing exécuter un looping de victoire. Il ne restait désormais plus qu’une seule plateforme qui battait difficilement de l’aile dans l’espoir de s’enfuir, assaillie de toute part par des F-302 en furie. Ross changea de cap, s’alignant tout droit avec le bâtiment Wraith.

Stardust, prépare toi à lancer le missile AMX !
//Reçu, manuel ou auto ?!?//
//Manuel...//
//Mode de tir sectionné, quand tu veux !//

Comme le drone l’avait fait quelques temps plus tôt avec eux, le F-302 dévora à une vitesse fulgurante la distance le séparant de la plateforme, qui de son côté tentait toujours des tirs désespérés de DCA paniquée.

Prépare toi au tir… maintenant !

L’AMX se décrocha de la carlingue du chasseur qui vira de cap pour éviter la déflagration. L’implacable missile continua sa trajectoire, jusqu’à percuter de plein fouet la plateforme, déclenchant alors plusieurs explosions en série, disloquant pour de bon le bâtiment Wraith en fuite. Un peu proche du cuirassé, une bonne part des débris percutèrent violemment son blindage et s'émiettèrent sans l'endommager. Adam laissa échapper un cri de victoire dans sa combinaison, tapant un coup de joie contre sa verrière tandis que le reste de l’escadrille exprimait sa joie sur les ondes.

Beau boulot tout le monde, on passe à la phase deux ! Rapport des dégâts ?
//Ici Blue, je collecte. Rapport sous peu.//
//Reception message texte, je cite : “Signalement repéré. Force ennemie déroutée. Escadrille menacée, appontage force intervention recommandée. Déclenchement arme capitale T-14 minutes.” //
Il y eut un moment de silence avant qu’elle n’ajoute :
//Regarde...on dirait des baies d’appontage, ça vient de s’allumer. C’est ouvert... //
//Apollo, ici Blue. Aucun dégât à signaler, au cumul : 60 % des munitions restantes.//
Bien reçu, on a plus de temps. Blue et Pied de Biche, appontage d’urgence sur la baie du cuirassé, Lutin tu prends le contrôle de l’escadrille !
//Reçu. Quel objectif ? Défense du cuirassé ?//
//Affirmatif, quoi qu’il arrive n’attaquez pas le cuirassé sauf contre ordre.//
//Bien reçu. Vous entendez les gars ? On protège le nouveau de la famille. Formation classique de patrouille !//
Adam modifia une nouvelle fois sa trajectoire pour s'aligner avec le hangar du vaisseau inconnu, effectuant une approche la plus rapide possible pour ne pas venir s’écraser contre la structure.
//Bordel...c’est complétement dingue ce truc.//
//A qui le dis-tu ! Il y a les mêmes repères d’appontages visuels que sur le Dédale.//
//J’ai vu. Je corrige en urgence.//

Le pont était, bien entendu, plus large et bien plus long que celui du Dédale. Il n’y avait pas de bouclier et pas d’atmosphère. L’éclairage à l’intérieur s’activa dès que le F-302 d’Apollo entra à l’intérieur. Il pouvait voir cette longue étendue métallique, comme un sol de porte-avion, défiler sous lui avec des repères lumineux pour piste d'atterrissage. Et bien entendu, fidèlement copié sur les techniques d’envol de l’US Air Force.

Soudain, il vit un peu plus loin un rectangle s’illuminer et clignoter. C’était le lieu de rendez-vous, deux autres se matérialisèrent pour ses collègues qui suivaient dans son sillage.
//Apollo ?//
//Oui Blue ?//
//Tu peux nous dire ce que tu sais d’Hyppa ? On peut vraiment le considérer comme un allié ?//

Il s’aligna en vitesse sur son air d'atterrissage, diminuant l’énergie de son appareil avec Stardust pour se préparer à sortir.

//Il est à la recherche de l’efficacité maximale, comme la plupart des IA, je suppose. Il ne faut pas oublier qu’il a tué son ancien équipage, et pollué toute l’atmosphère d’une planète. Cependant… nous l’avons aidé une fois, et en échange, il a sauvé la vie de Sexy-Girl et nous a permis de nous enfuir. Sans compter qu’il s’est rebellé contre les Wraiths. Je pense qu’on peut lui faire confiance, du moins tant que nous conservons un ennemi commun. Restez tout de même sur vos gardes… mais évitez de vous montrer agressif.
//Reçu !//

Dès que les trois F-302 furent posés sur les rectangles lumineux, un tremblement remonta le long de la carlingue et tout le monde découvrit qu’il s’agissait d’un monte charge. On les descendait au niveau inférieur, l’éclairage s’activant au passage. Les pilotes et copilotes allaient bon train, échangeant leurs impressions, jusqu’à ce qu’ils arrivent enfin à destination. Là, Stardust prit le relai.
//J’analyse...pression...oxygène...tout y est. Mais...lieutenant, les conditions de vie actuelles reflètent celles utilisées à bord de bâtiments Wraiths. Aucun risque pour nous mais le système de vie a été trafiqué pour eux...//
//Je suis prête à sortir.//
//Moi aussi...//
//Bien, gardez vos combinaisons, on ne sait jamais, et vérifiez vos armes une fois dehors. Stardust, il nous reste combien de temps ?//
//Treize minutes. Ensuite, je pense qu’il y aura un bon quart d’heure de voyage avant qu’il attaque le Dédale.//
//Alors ne traînons pas, l’IA devrait se trouver dans la salle des commandes.//
Apollo détacha son harnais, s’apprêtant à ouvrir la verrière après avoir récupéré le zat sous son siège.

Les verrières des F-302 se retirèrent lentement et les pilotes déployèrent les petites échelles souples pour descendre jusqu’au sol. Les trois chasseurs étaient bien en vue, leurs tuyères fumaient encore et un sifflement se faisait entendre malgré tout.

Pied de biche et SexyGirl rejoignirent rapidement Apollo et Stardust. Mais Blue, elle, demeurait près de son copilote qui se penchait sur son appareil. Il passa la main dans une faille et en retira un mélange d’huile et de carburant. L’homme secoua négativement la tête, c’était vraiment mauvais signe.
//Tu peux faire quelque chose ?//
//Je m’appelle pas Tyrol, mais je peux tenter, peut-être avec les groupes de secours.//
//Je vais rester avec toi.//
//Mindy...//
//Ethan, c’est pas une affaire de couple. On va pas te laisser tout seul ici...//
//Menteuse...//

La jeune femme secoua négativement la tête et s’éloigna. Il avait en partie raison, c’était gênant quand le compagnon commençait de plus en plus à la connaitre. Si lui restait sur son F-302 alors Blue aussi. Maintenant, il fallait qu’elle en réfère à Adam.
Le groupe s’était constitué et elle y entra, jetant une oeillade à Reynata en se demandant si elle lui en voulait encore pour son éclat de colère partial. Il semblerait que non, elle tapota l’épaule du CEG.
//On a un problème avec le bloc moteur. Je voudrais rester avec Ethan pour réparer et surveiller les coucous.//

_________________
Normandie 2.3 : la flotte wraith 2018_s10

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

le Sam 22 Déc - 17:07

Anonymous
Pendant ce temps, Stardust s’était éloignée avec Pied de Biche. Ils s’étaient approchés d’un mur où semblait se trouver un hologramme “tactile” qu’ils consultaient. Un plan du vaisseau s’était matérialisé, l’intérieur semblait être un vrai labyrinthe. Cependant, une quasi totalité du navire semblait inaccessible, peu conçu pour que des humains s’y baladent. Hyppa avait rénové son enveloppe pour lui, par pour les Lantiens ou les Wraiths. C’était déjà un miracle qu’il ai gardé un système de vie et d’atmosphère. Adam observait les environs avec une certaine méfiance, gardant son arme près de lui. Il en était presque certain, des Wraiths devaient encore se trouver à bord. Si c’était le cas, il ne voulait pas qu’un seul d’entre eux se retrouve isolé.

//Accordé Blue, on garde un contact radio constant. A la moindre alerte, je veux que vous vous teniez prêts à réagir. Et si ça dégénère, je veux que vous quittiez ce vaisseau et que vous le fassiez sauter, c’est compris ?//

Apollo posa son regard sur Blue. S’ils devaient en arriver à une telle solution, l’appliquer risquerait d’être difficile pour elle.
//Si on a vraiment plus le choix...// Murmura-t-elle en réponse.
Elle évita de lui dire que, de toute façon, il était hors de question qu’elle évacue l’endroit sans lui et ses autres amis. Balafre et elle préférerait se faire sauter dans les entrailles du croiseur plutôt que de fuir en lâche.
La jeune femme déglutit difficilement, craignant tout comme Apollo la présence de wraith dans les parages.
//Faites attention à vous.//

Il posa gentiment la main sur l’épaule de Blue, avant d’opiner simplement, l’air grave. Il fit volte-face et se dirigea au pas de course vers Stardust et Pied-de-Biche, s’assurant que son arme était en état de fonctionner. Il observa le plan avec attention. Ce vaisseau ressemblait vraiment à une copie terrienne améliorée.

//Il nous faut le chemin le plus court vers le poste de contrôle du cuirassé. Si, comme je le pense, Hyppa a suivi les plans de construction terriens de base, il devrait se trouver…. Ici.//

Il pointa du doigt une pièce du vaisseau.

//Franchement, je sais pas comment ce machin à fait. C’était qu’un foutu tas de boue féraillé quand il s’est tiré. Là, j’ai l’impression de me retrouver dans un Dédale amélioré.//
//C’est grâce à ce tas de boue féraillé que je suis encore vivante, Alexandre. Tu as zappé ?//
Le colosse se racla la gorge avant de hausser les épaules.
//Ok, ok. Mais c’est quand même lui qui nous a fait atterrir sur la planète “gaz-moutarde”.//
//N’oublie pas que c’est une IA lantienne. Il cherche toujours à s’améliorer par lui-même. Pas étonnant qu’il soit arrivé à ce stade, il a pu piocher directement dans les bases de données terriennes pour se faire une carlingue toute neuve. Et peut-être même les armes qui vont avec.//
Cette pensée fit frissonner le CEG sous sa combinaison. De potentielles ogives nucléaires.

Les trois comparses se tenaient prêt à prendre la route.
Le sas se leva sur une succession de coursive qui n’avaient pour le moment rien de familier. Il y avait un curieux mélange d’architecture qui rappelait à la fois la patte créative de l’homme dans la catégorie DSC dont le Dédale faisait partie ; mais il y avait également des airs vagues d’architectures lantienne que l’on retrouvait sur l’éclairage automatique suivant leur progression. Sans oublier ces imposantes portes coupe-feu qui se levaient sur leur chemin.

Pour l’instant, aucune trace de Wraith. Mais Stardust posa sa main sur l’épaule du CEG pour attirer son attention. A l’avant, Alexandre et Maria se faisaient l’avant garde, les zats bien levés devant. Mais la copilote, elle, montrait le côté, là où se trouvait du métal fondu. C’est comme s’il avait fondu sous l’effet d’un acide très puissant.
//C’est normal ce truc ? //
Elle se pencha pour regarder le trou par lequel avait coulé ce métal fondu et elle écarquilla les yeux en découvrant qu’elle regardait au travers de plusieurs ponts.
//Qu’est-ce que...//
Renatta sursauta en recevant soudainement une goutte sur sa verrière. Elle poussa un cri de surprise qui gagna en puissance lorsqu’elle entendit cet horrible “Schhhhhhhhhhhhhhh” qui dévorait sa vitre. Du métal fondu chargé de cet acide était en train de percer sa combinaison tout en menaçant son visage.
//APOLLO !!!!!!//
Elle passa brusquement la main par dessus pour essuyer mais avant qu’elle ne le fasse, Apollo eut le temps de réagir en lui attrapant le poignet.
//N’y touche pas, retire ton casque, vite, vite !//
//Ca va me bruler !! Ca va me brûler !!!!// Hurlait-elle tout en s'exécutant avec des gestes tremblants. Adam l’assistait comme il le peut, venant retirer le collier pressurisant le plus rapidement possible.

Lorsque le casque tomba sur le sol, sa verrière s’affaissa sous l’effet de la corrosion, montrant combien la jeune femme avait échappé de peu au drame. Paniquée, Reynata pointait son zat en direction de cet exemple désastreux en s’écriant. Elle ne savait pas d'où ça venait, elle ne savait pas si c’était une créature comme Alien, un ennemi, ou bien les Wraiths qui avaient utilisé un produit aussi dangereux. Mais elle s’en fichait dans le fond, elle était juste paniquée. Alexandre et Maria arrivèrent à ce moment là.

//Hé ! Hé ! Respire ! Calme-toi !!!//
//Attention, n’approchez pas du trou, il y a de l’acide ici !//
//J’en ai sur le visage ! Sur le visage, je le sens !!!!// S’écria la copilote en se passant les mains comme si elle essayait de chasser une matière trop durement collée.
//T’as rien la jeune ! Calme toi, t’as réagi à temps !//

Voyant que ses propos ne marchaient pas forcément, la montagne de muscle regarda son zat avant de fixer l’officier, son regard le questionnant. Apollo attrapa lentement Stardust par les épaules pour l’éloigner de la source de danger la secouant un peu.

//Du calme Stardust, du calme, ton casque t’a protégé !//
//J’ai le coeur qui va exploser...j’ai...j’ai bien cru que je finirai...défigurée...//
// LES GARS ?!?// S’écria soudainement SexyGirl en pointant son zat vers le fond du couloir.

A ce moment là, deux mots traversèrent l’esprit d’Apollo.

Et merde.

Pied de biche se détourna pour regarder dans la même direction. Il n’y avait rien, la lumière ne s’était pas allumée là-bas. Pourtant, il y eut comme un bruit, comme si quelqu’un avait fait tomber un objet en métal sur le sol. Le son raisonnait à cause des coursives vides mais c’est bien quelque chose qui avait déclenché ça. Un roulement métallique persistait puis un petit cylindre apparut. Il était animé par l’élan de sa chute, un cylindre en métal qui dérivait lentement jusqu’à s’arrêter au bord de ce sas ouvert.
A ce moment là, tout le monde se tût. Ca avait même sorti Reynata de sa torpeur, lui faisant agripper et pointer son arme sans qu’elle ne se soit rendu compte du fait qu’elle était désactivée. On n’entendait plus que les respirations des hommes trahissant de leur angoisse.

//Je vais...aller voir...//
//Ca va pas bien dans ta tête, toi.// Maugréa SexyGirl.
//T’as mieux à proposer ? On jette la gamine dans le tas pour voir si elle se fait bouffer ou on trouille au point de laisser le commandant de l’équipe s’y coller ?// Murmura Alexandre en réponse, pouffant à moitié.

L’humour, c’était surtout pour dissimuler la même crainte. Il y avait quelque chose après ce sas ouvert, dans la pénombre, et c’était bien le seul chemin pour atteindre la passerelle...

//On y va tous ensemble. Comme une équipe. Préparez vos armes.//
//Merci chef !// Fit l’homme, révélant qu’il était bien plus rassuré qu’on ne le laisse pas y aller seul.

Les équipiers se regardèrent les uns les autres puis ils avancèrent doucement, Alexandre en tête. Le sas menait à une salle rectangulaire chargé d’étagères étranges. Des sortes de distributeurs automatique de pièces détachées conçues pour les réparations d’urgence. Sauf qu’une bonne part de l’endroit n’était plus alimenté et que le reste semblait en veille. L’éclairage était à son minimum et il fallait progresser dans cet endroit immensément vaste pour atteindre le sas à l’opposé.

Le pilote et les deux femmes avancèrent, tendus à l’extrême, avec un silence morbide et particulièrement propice aux mauvaises surprises. Lorsqu’ils parvinrent au centre de ce stock, un bruit sur le coté attira leur attention. Comme si on venait de jeter quelque chose pour les attirer du mauvais coté, raison pour laquelle Maria fût la première à pointer l’opposé de son zat.


Mais rien…

Revenir en haut Aller en bas

Steven Caldwell

√ Arrivée le : 24/01/2017
√ Date de naissance : 05/04/1952
√ Age : 67
√ Messages : 783
√ Localisation : Sur le Dédale

le Sam 22 Déc - 17:09

Steven Caldwell
Elle soupira. Se relâchant à peine.
Sa mâchoire tremblait et elle détourna son regard vers Apollo, son regard lui avouant toute l’étendue de sa panique. Puis l’instant suivant...ce fût le désastre.
Une énorme masse pendue très haut dans le plafond se détacha pour atterrir lourdement au centre du dispositif. SexyGirl prit un coup qui l’envoya valser contre un rayonnage avec une terrible violence. Puis l’énorme main griffue de la chose s’empara du lieutenant par la gorge, le soulevant littéralement comme une plume en l’approchant de sa gueule. La créature siffla.



Normandie 2.3 : la flotte wraith Evold10



Apollo suffoquait, suspendu au dessus du sol en tentant vainement de se débattre. Dans un accès d’adrénaline, il parvint à soulever son zat pour tirer un coup droit dans la gueule de la créature de cauchemar.
L’éclair du zat lui passa droit dans ce qu’on aurait pu penser être sa gorge. Sa gueule vibra avec une réelle intensité, se propageant pour atteindre ses extrémités qui dansèrent sans aucun signe visible de douleur. Les quatres yeux de la créature se fermèrent et clignèrent un peu puis elle regarda ensuite directement le CEG avant de pousser un sifflement si aigu que cela traversa la combinaison du pilote et lui vrilla les tympans. Il poussa un râle de douleur, plissant les yeux fortement pour tenter d’atténuer le bruit.
//TIREZ !!!!!!!//
Les trois collègues firent feu en même temps. Ils ne lésinèrent pas sur le zat, ne révant que de voir la chose disparaitre. Une main sur l’oreille, l’autre pointant au jugé cette horreur. C’est une dizaine d’éclairs qui l’atteignit et eut le même effet. Le monstre en relâcha le lieutenant qui tomba lourdement sur le sol. Mais il fut immédiatement témoin d’une réalité brutale et horrible.
La créature...la créature venait de gagner en taille. Elle venait de gagner en carrure, en muscles, en griffes et en carapace. Bon sang, à croire que le zat l’avait littéralement nourri.

Un nouveau cri de sa part et la chose abattit sa main griffue sur Apollo. Sa combinaison fût percée et elle siffla l’espace d’une microseconde avant que la totalité de son oxygène ne s’échappe. Trois immenses failles, des crevasses énormes, venaient de s’ouvrir de son torse jusqu’à son bas ventre en pulvérisant, au passage, un jet de sang.
L’officier n’avait rien senti, il se retrouva simplement à terre, déboussolé, à se demander ce qui lui arrivait.

Le monstre bazarda Stardust sur le côté avant de s’enfuir dans un dernier cri, laissant les Atlantes essoufflés et éberlués.
//Apollo !!!!!!!!//
La jeune femme rampa difficilement jusqu’à lui et lui agrippa l’épaule pour prendre appui. Elle se mit à genoux et pressa soudainement ses deux mains contre son torse.
//C’est pas vrai !!!! ALEXANDRE ! MARIA !!!! APOLLO EST TOUCHÉ !!!//
//P… Prévenez Blue...//

Apollo baissa des yeux encore hébétés vers sa blessure, ne se rendant pas encore totalement compte de son état, sous le choc. Mais la douleur, lacérante, se faisait de plus en plus présente.
//ADAM ! PUTAIN, MON POTE ! ADAM !!!!!//
Le moral du trio venait de s’effondrer.
Rien qu’à voir leur regard, l’expression de leurs visages, le fait qu’ils ne se jetaient même pas sur lui, il ne faisait pas de doute qu’Apollo venait d’être mortellement blessé. Il sentait par-dessus ses doigts joint à ceux de Reynata un bouillonnement de sang, de la matière chaude et visqueuse qu’il ne reconnut pas. Est-ce que...est-ce que c’était ses tripes ?!?
//Apollo...// Sanglota Stardust. //Tu vas pas nous lâcher hein ! Tiens...tiens le coup...//
//J… Je...//
Sa vision se faisait de plus en plus flou, et sa tête se mit à tourner vertigineusement. Il tenta de s'accrocher à Stardust, mais il ne sentit pas assez de force dans ses mains pour y arriver. Il hoqueta, les voix de ses camarades se faisant de plus en plus éloignées à ses oreilles, tandis que sa respiration se ralentissait. Il avait déjà ressenti cette sensation. Deux fois. Cette sensation de mourir.

Sa vision devenait de plus en plus sombre, les détails disparaissaient, les voix n’étaient plus que des échos à mesure que la douleur semblait s’envoler peu à peu à mesure que le flot continu de sang s’écoulait de sa plaie béante . Dans un dernier effort, il parvint à entrouvrir les lèvres.
//Dédale… Sauvez… Dites… Frei...//

Une image furtive traversa son esprit. Frei.

Et…

Il se sentit…

Léger...

Adam sursauta comme s’il venait de faire l’un de ces affreux cauchemars. Celui où l’on se redressait en sueur, la respiration haletante, cherchant les fameux repères du regard avant de se rendre compte, avec bonheur, que ce n’était pas la réalité. Le pilote se redressa de la même façon, véritablement impacté, comme si cette aventure dans les entrailles d’Hyppa n’étaient que le fruit de son imagination.

Il était dans son lit, torse nu, sans la moindre marque sur lui. Ces trois énormes entailles qui l’avaient littéralement fendu de part en part n’existaient plus. Du moins, cela ne faisait que le chatouiller, comme si on lui avait dessiné ces blessures au feutre pour qu’il joue simplement la comédie.
Mais non, pas de sang, rien, pas de bandage ni de plaie. Adam allait bien.

Mais en ajustant son drap en se rendant compte qu’il était en sous-vêtement, il se rendit compte que celui-ci était fait de peaux de bête. Ce n’était pas son lit, ce n’était pas sa chambre. Et pourtant, il n’avait jamais eu de toute sa vie une telle impression de sécurité. La chambre n’avait rien de moderne, les meubles étaient tous fait mains, comme le lit, et sur la table de chevet se trouvait une photographie peinte à la main. Un artiste peintre l’avait représenté avec son casque entre les mains, en tenue de pilote, en train de sourire aux côtés du major Frei, toujours aussi droite et impassible.
Curieux...

Il ne vit pas grand chose d’autre qu’une forêt au travers de la fenêtre. Une forêt qui lui était familière mais ce n’était qu’une impression très vague. La maison semblait petite, il occupait visiblement la chambre d’ami et, dans l’autre pièce, se trouvait deux lits. Un grand à côté d’un plus petit, surement pour un enfant. Il n’y avait rien de luxueux, pas de bijoux, ni d’objets de valeur, pas de grandes peintures.

Du mobilier comme dans sa chambre et un présentoir avec trois arcs différents.
La pièce centrale servait de cuisine. Il y avait un feu dans l’âtre qui chauffait doucement une marmite. Le ragoût n’avait pas une belle tête mais il dégageait une odeur très alléchante. Sur la table en bois, des couverts assez sommaire pour trois personnes. Puis il entendit soudainement un cri joyeux au-dehors. Un enfant venait de s’écrier tout en courant, foulant les broussailles de ses pieds en faisant un boucan assez impressionnant. On l’aurait suivi les yeux fermés.
Tout ce que vit le lieutenant, ce fût cette petite main tendue qui passait devant la fenêtre en mimant le vol d’une figurine de F-302.

« Mort au vilain dévoreur ! Gare ! Gare ! Adam Ross et Marola Frei arrivent ! Ils vengent !!!! »
« Karola. Karola Frei, Liud. Cette noble dame s’attristerait de te voir écorcher son nom de la sorte. C’est héroïne de la guerre, souvient-en. »

La main s’était immobilisée au milieu de la fenêtre. L’enfant était si petit qu’on ne le voyait pas.

« Oui mère. Mais j’veux savoir leurs noms de guerrier moi. »
« Tu demanderas. »
« J’ose pas. Adam est grand guerroyeur des cieux, un jour, je voudrai faire comme lui et m’envoler dans la plume de métal !!! Et sauver tout plein de Natus ! Et des Atlantes aussi ! Et de voler avec des Marola Frei ! »
« Karola. »

Adam n’osait pas bouger, son esprit totalement embrouillé et son corps battant à deux cents à l’heure. Il reconnaissait ces voix. C’était celles d’Enyore et de son fils. Et cette cabane. Il en était certain. C’était celle d’Enyore.

Etait-il mort ? Il laissa son regard courir dans la pièce, repérant une pile de vêtements Atlantes posés sur un meuble. Etait-ce à cela que pouvait ressembler le paradis ? Adam avait toujours été croyant, mais il ne s’attendait pas à trouver… ça. Il enfila rapidement ses vêtements, encore sous le choc. Tout semblait si réel… Il s’approcha lentement de la fenêtre, osant un regard hésitant vers l’extérieur.

Le petit garçon qu’il avait sauvé des Wraiths sautillait joyeusement en faisant voler, d’une main tendue, sa petite réplique de F-302. Il tentait d’imiter des tirs de mitrailleuse, surement des rafales de P-90 qu’il avait dû entendre. On le voyait parfois disparaître derrière quelques buissons avant d’émerger sur des bonds puissants, faisant des vrilles et des tonneaux.

« Il y en a un derrière nous ! Marola, envoie le...le.... »
« Karola. Et il a parlé de..contre..mesure...je crois.. »
« Karola, envoie le contremesureuuuuuuuuuuh ! » S’égaya Liud en faisant un brusque demi-tour.
Il se mit à imiter une voix de fillette qui aurait surement fait beaucoup de peine au Major, jouant sans cesse d’une interaction entre pilote et copilote durant un combat. Le petit était pleinement embarqué au point qu’il ne remarquait pas son idole penché par la fenêtre.

Enyore, elle, se tenait sur un siège à bascule.
Se balançant doucement d’avant en arrière, elle reprisait tranquillement une combinaison de vol de F-302, refermant consciencieusement des entailles qui couraient tout le long de la face avant. Un fin sourire sur le visage, elle suivait son fils du regard avec un bonheur qui n’avait pas l’air d’être feint. Elle mettait visiblement un point d’honneur à corriger chaque faute dans les dires de son fils, notamment en ce qui concernait les noms.
« Peut-être t’apprendra-t-il à conduire une plume de fer si tu es un enfant investi. Aime le savoir et il se pourrait que tu sois l’un des tout premiers Natus à suivre la voie d’Adam. »
« OUUUUIIIIIIIIIIIIIII !!! » S’écria gaiement l’enfant avant de redisparaître derrière un amas de végétaux.

_________________
Normandie 2.3 : la flotte wraith 2018_s10

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

le Sam 22 Déc - 17:17

Anonymous
Adam se tenait crispé à la fenêtre, ne sachant pas vraiment comment réagir, son coeur battant à la vitesse de la lumière et son esprit totalement embrouillé. Tout se bousculait dans sa tête, sans que rien ne puisse clairement s’organiser face à cette situation totalement incohérente. Il parvint finalement, après un immense effort, à balbutier quelques mots.

« Ou… Ou… Ou suis-je ?.. »

Enyore sursauta.
Elle poussa une plainte étouffée en se rendant compte qu’elle s’était piquée avec son aiguille puis porta son doigt à sa bouche, refusant d’y voir une seule goutte de sang lui échapper.
« Où penses-tu être, Adam Ross, si ce n’est en Magna. » lui répondit-elle finalement.
La jeune femme tourna son visage dans sa direction. C’était la première fois qu’Adam revoyait cette expression de douceur qu’il avait connu qu’une seule fois. Lors de la guerre, avant qu’elle soit prise en otage, et après avoir sympathisé avec elle. D’un léger sourire malicieux, elle le considérait tout en ajustant la combinaison de pilote sur ses jambes.
« Ton visage est morcelé. Penses-tu souffrir d’apparition ? » Fit-elle avec un humour assez piquant.
A ce moment là, Adam se retrouva totalement désarmé, complètement perdu, ne sachant plus s’il devait croire sa vision, ses souvenirs ou ses sentiments. Il passa son regard de la femme à l’enfant, cherchant à voir quelque chose qui lui était complètement invisible. Tout semblait morcelé dans son esprit.

« Je… J’étais sur Hyppa… Et là… Je ne comprends pas... »

Il posa à nouveau ses yeux sur Enyore, comme pour tenter de s’assurer qu’elle était bien réelle, présente face à lui.
Enyore ricana, les lèvres serrées, le visage tirée d’une expression guillerette et malicieuse. Elle lui montra le siège qui se trouvait sur sa droite.
« Et si tu donnais le temps à ton esprit de se remettre ? Pour un guerroyeur des étoiles, te voilà bien perdu... »
La jeune femme lui fit un clin d’oeil et reprit sa couture tranquillement, attendant que le militaire la rejoigne.
N’ayant pas vraiment d’autres choix s’offrant à lui, Adam s’éloigna lentement de la fenêtre pour s’approcher de la porte. Il serra lentement la poignée. Elle semblait parfaitement réelle. Il l’ouvrit, et sortit. Il sentit le vent sur sa peau, issu d’un courant d’air troglodyte. Le bruit de la forêt autour de lui. Etait il vraiment à Magna ? Cela y ressemblait tellement… Mais Enyore… Etait morte, non ?... Il s’approcha lentement de la chaise, s’y asseyant avec précaution sans détacher son regard de la jeune femme.
« Qu’est-ce qu’il m’est arrivé ?... »
« Ais-je l’air d’une oracle ? » Fit la chasseresse avec humour. « Peut-être n’est-ce pas la bonne question à se poser... »
Elle le regarda franchement.
« Je suis attristée. Je te pensais plus enchanté de nos retrouvailles. Peut-être à cause de cette confusion ? » Elle lâcha son aiguille pour balayer l’environnement d’un revers de main. « Ma masure tient debout, la forêt n’est plus en cendre, et nous sommes ici...n’est-ce pas là une situation appréciable ? »
« Elle l’est… Mais… Elle en est tout autant anormale. Et tu dois le savoir. »
Il posa ses yeux sur elle, perdu et suspicieux. Et si les Wraiths tentaient de lui arracher des informations ? C’était aussi une possibilité à ne pas négliger.
Mais comme si la Natus lisait en Adam comme dans un livre ouvert, elle le fixa d’un air goguenard comme si elle lui demandait silencieusement s’il n’était pas devenu dingue. La jeune femme poursuivit sa tâche tout en secouant négativement la tête.
« Il est humain, dans une période de grand chaos, de rechercher un endroit salutaire. Un refuge. Un foyer chaleureux. »
« Mais… Je suis… Mort ?... »
« Peut-être. Mais en ce cas, pourquoi être là, à me parler ? A chercher de l’ordre dans le chaos de ton esprit ? »
« ADAMMMMMMMM !!! »

Le petit émergea soudainement des buissons pour lui sauter dessus, la figurine de F-302 toujours en main.

« J’ai tué plein de dévoreurs volants ! PLEINS !! Mais j’aime pas les discussions, c’est nul avec les noms. Moi je préfère vos noms de guerriers. Tu veux me dire ??? Dis, tu veux ?!? »
Enyore eut un sourire attendri.
« Adam à l’esprit perdu. Peut-être plus tard ? »
« Oh non !!! Je veux jouer encore !! Avec Adam, le guerroyeur des étoiles et Marola Frei !!! »
« Karola... » Insista la chasseresse.
L’enfant s’élança pour se tenir aux côtés d’Apollo et se jucha sur la pointe de ses pieds pour atteindre son oreille.
« Je le sais. Mais Marola, je trouve que c’est beau ! Pas toi ? »
« Je… Peut-être... »

Il laissa son regard aller vers la forêt, clignant lentement des yeux comme pour tenter de remettre ses idées en place. Les paroles d’Enyore ne faisait que rendre la situation d’autant plus énigmatique. Elle seule devait détenir les réponses à toutes les questions qui hantaient son esprit. Il posa son regard sur elle, silencieux, laissant son regard se perdre dans son travail de couture.

Avec l’air victorieux, l’enfant s’en retourna faire face à sa mère tout en s’écriant :
« Je peux l’appeler MAROLA !!!!! »
« Allons, fils, va jouer...reviens plus tard. » fit-elle avec beaucoup d’amour.
L’enfant se précipita dans les bras de sa mère pour l’embrasser, y ajoutant un câlin sincère, avant de disparaître dans les fourrés. La chasseresse semblait heureuse, à croire que rien ne clochait dans sa situation et qu’Apollo en était le seul étranger. La confusion régnait dans son esprit et il n’avait pas l’air de retrouver un semblant de clarté. Il se trouvait assis devant la cabane de chasse d’une morte et il discourait avec elle.

Enyore, pourtant, n’était pas vraiment n’importe qui. A une époque, sa situation lui importait et il était allé jusqu’à la voir mourir dans le complexe de Méda’Iyda. Il lui avait promis de récupérer et protéger son enfant, Liud. Mais il était ici maintenant, jouant gaiement dans les bois en chassant un curieux animal avec son F-302 en mains.
Pendant un petit moment, la chasseresse garda le silence. Elle finissait de raccommoder les entailles que la créature lui avait faite. Rien qu’à voir la tête de la combinaison, non seulement elle ne servirait plus jamais mais le pilote n’avait littéralement aucune chance de s’en remettre.
Pourtant, il était bien là.

« Tiens-tu tant à savoir ? »

Elle le regarda avec douceur.

« Je voulais te parler, Atlante. »

La jeune femme décrocha son regard pour terminer de recoudre la dernière entaille.

« J’ai fais peser un grand poids en ton âme, j’ai été égoïste. Mais sincère. Tu es grand homme, ça n’a jamais été flatterie à la légèreté. Plus une vérité, témoin de mon impression en ton égard. »

Elle haussa les épaules.

« Tu es venu et tu m’as libéré d’une terrible souffrance. Je suis partie, simplement. Je t’ai fais promettre de veiller sur mon cher fils, mon tendre enfant. Mais il m’a rejoint, tu le vois bien. N’est-ce pas ? »
Un sourire chaleureux étira ses lèvres.
« Il me manquait tant. Il est tout ce qui m’est de plus cher. »

Le silence retomba, uniquement perturbé par les courses effrénées de l’enfant et de cette aiguille qui achevait un long travail de restauration.

« Tu ne peux t’en vouloir. Tu as fais tout ce qui était en ton pouvoir. Mais c’est fini à présent, nous voilà réunis. » Elle lui mit un petit coup d’épaule. « Et l’attention d’un Atlante pour finir son existence n’est pas si mal. C’est même sacrée rencontre. »

Elle secoua la combinaison. C’était un travail d’orfèvre, il n’y avait rien de grossier sur ces reprises. Elle termina ses derniers points puis coupa le fil avec ses dents avant d’ajuster la combinaison et de vérifier les coutures. En même temps, elle continuait de parler.

« Nous ne serons guère plus qu’un souvenir moribond dans ton esprit, Adam. Ainsi se fait l’existence de l’homme. Mais s’il te vient un jour d’être assaillit à regrets de notre sort, n’oublie jamais ceci : nous avons eu une vie magnifiquement remplie et qui s’est achevée sur une découverte attendue de générations entières. Il n’y a nul grief, ni de moi, ni de Liud. »

D’un geste simple, la jeune femme lui remit sa tenue de pilote dans les mains. Elle pressa ensuite son bras dans un élan de compassion et de reconnaissance sincère.

« Notre fin n’est pas un drame. Nous sommes heureux ici, comblés. Maintenant que tu le sais, il est temps pour toi de repartir, rejoindre ta famille...rester à leurs cotés. »
Son regard se tourna vers une direction précise. La crevasse dans la falaise de pierre, celle à travers de laquelle le groupe d’Adam s’était faufilé pour sauver les Natus. Celle-là qu’il avait piégé pour empêcher les Wraiths de les envahir.
Enyore avait l’air sereine en lui parlant. Elle n’avait eu que cette volonté, lui dire qu’il ne devait pas s’en vouloir. Il ne reverrait jamais la chasseresse, il le savait déjà. Mais il ne reverrait jamais Liud également. Peut-être que ce message n’était pas anodin et le prévenait des remords qu’il pourrait un jour ressentir à ce sujet. Enyore y veillait en tout cas.
Elle se leva de sa chaise pour regarder le pilote. Il le sentait, il était temps qu’il s’en aille, qu’il passe cette faille. Ces quelques minutes avec Enyore seraient les dernières, il en prenait conscience maintenant.

« Merci pour tout Adam. Ma reconnaissance t’est éternelle. Va maintenant. Va le coeur léger et en paix, c’est mon voeu. »

Désormais, il comprenait. Il lança un regard vers la fameuse crevasse. Il n’en avait pas encore terminé. Beaucoup comptaient sur lui. Mais, ici et maintenant, il allait subir là rédemption. La fin de ces semaines de hanterie. Il se releva doucement, observant Enyore en silence, le regard lourd de sens. Il s’approcha lentement, avant de la prendre dans ses bras pour la serrer lentement.

« Vous ne serez pas oubliés. Puissiez vous trouver la paix ici… »

Il soupira doucement, se détachant peu à peu en serrant sa tenue de pilote contre lui. Il lança un regard vers l’enfant, souriant doucement. Non, ce n’était pas encore terminé. De l’autre côté du miroir, des gens comptaient sur lui. Il se retourna lentement, avant de s’avancer à pas lents vers la crevasse, sans se retourner. Un poids sembla lentement s’envoler dans sa poitrine. Un poids qui avait commencé à lui peser de plus en plus. Il ne fallait pas oublier le passé, mais il se devait de ne pas y rester ancré.

Non…il n’en avait pas terminé avec les Wraiths.

Revenir en haut Aller en bas

Steven Caldwell

√ Arrivée le : 24/01/2017
√ Date de naissance : 05/04/1952
√ Age : 67
√ Messages : 783
√ Localisation : Sur le Dédale

le Sam 22 Déc - 17:18

Steven Caldwell
Environnement



Pas de lumière au bout du couloir.
Juste de l’obscurité, un froid terrible et puissant qui venait s’infiltrer en lui jusqu’à ses os. Et la douleur, horrible et insoutenable, qui irradiait précisément sur les trois entailles profondes qui lui avaient déchiré le corps de part en part. Sa respiration s'accélèra de plus en plus, il entendait l’entendait comme s’il avait un masque à oxygène. D’ailleurs quelque chose était plaqué contre sa bouche, englobant une part de sa mâchoire, quelque chose qui l’obstruait au point qu’il sentait que ça descendait sa gorge jusqu’aux poumons.

Toutes ces sensations finirent par le sortir de son inconscience et de sa torpeur. Noyé dans une bulle d’un produit opaque et gluant, comme une sorte de mélasse extrêmement désagréable, Adam battit fatalement des bras en espérant remonter à la surface. Mais il était maintenu en suspension dans cet étrange produit, un étrange appareil fixé contre sa mâchoire pour le faire respirer. Il put voir son ventre, sa poitrine, comme s’il était couché sur un lit et qu’il n’avait qu’à baisser le menton pour voir le massacre.

Les trois plaies se voyait distinctement.
Trois foutues crevasses qui dessinaient des difformités sur son abdomen. Mais un engin robotisé à la lumière étrange était en train de faire quelque chose. Le pilote sentait la douleur, une terrible douleur. Il sentait ses os se refermer, se ressouder. Les muscles de ses abdominaux être comme “retissés” par une machine qui s’activait sur lui. Dans son esprit, c’était la panique totale. Il cherchait à se débattre, à échapper à cette vision d’horreur, moribonde, mais ne pouvait absolument rien y faire, condamné à subir cette insoutenable souffrance.

PAM PAM PAM

Des bruits sourds. Comme si on tapait à travers une vitre.
Ils se répétèrent de manière presque paniqués et Adam repéra rapidement un hublot qui donnait sur l’extérieur. Il se trouvait dans une machine qui lui faisait quelque chose et, de l’autre côté, le visage crispé de Reynata se dessinait. Elle parlait...non...elle hurlait quelque chose. Son sang battait incroyablement fort dans ses tympans. Il voulait crier, essayer de la prévenir, de lui dire de partir d’ici. Il n’y arrivait pas.
Elle prit conscience qu’il ne l’entendait pas alors elle fit des gestes d’apaisement de la main, comme s’il ne devait pas se battre et rester ici, comme s’il ne devait surtout pas sortir.

Soudain, un fracas eut lieu à l’extérieur.
Quelque chose de suffisamment violent pour être entendu jusqu’à l’intérieur de la machine. SexyGirl passa en trombe, se retournant pour faire feu avec une étrange arme tandis que Pied de biche accrochait Reynata par la taille. Celle-ci s’écria, se cramponnant au hublot, refusant visiblement de s’en aller. Mais elle ne tint pas bien longtemps face à la puissance de son collègue qui l’emporta.
Ils disparurent tous du champ de vision d’adam.

Quelques secondes plus tard, le métal se déchira entièrement et la créature apparut, cherchant visiblement les pilotes survivants. Son regard passa sur le hublot, fixant le lieutenant d’un air étrange, puis la créature repartit en le laissant seul dans ce bain étrange.
Deux des balafres étaient devenus des petits sillons. Il récupérait son corps et sa santé à vue d’oeil...
Il ne pouvait pas rester ici. Pas tant que cette chose mettait en danger son équipe. Mais d’ailleurs… Qu’est-ce que c’était qu’ici ? Encore l’une des machines de l’IA lantienne ? Cela ressemblait à s’y méprendre à de la technologie de reconstitution atlante. Son regard allait rapidement de l’extérieur vers ses plaies. Trop long. C’était trop long. L’idée qu’il ait pu y passer lui traversa rapidement l’esprit, rapidement chassée par l’idée que si il ne sortait pas, ce serait ses camarades qui allaient prendre ce risque. Il reposa sa tête en arrière, tentant de garder une respiration constante, prenant son mal en patience, dans l’incapacité totale d’agir pour le moment. Mais une fois sorti de cet engin… Cette saloperie allait lui payer cher ce qu’elle lui avait faite.

_________________
Normandie 2.3 : la flotte wraith 2018_s10

Revenir en haut Aller en bas

Steven Caldwell

√ Arrivée le : 24/01/2017
√ Date de naissance : 05/04/1952
√ Age : 67
√ Messages : 783
√ Localisation : Sur le Dédale

le Sam 12 Jan - 16:47

Steven Caldwell
Le protocole prit fin au bout de dix interminables minutes.
Le pilote vît les outils automatisés se rétracter et le liquide dans lequel il naviguait s’évacua lentement. Avec l’ouverture de la machine qui le recracha d’un coup à l’extérieur, le jeune homme fût pris par une très violente désorientation auditive et visuelle. Son équilibre était si précaire qu’il se retrouva à quatre pattes, à essayer de respirer l’air retraité du vaisseau qui semblait lui demander plus d’efforts.

L’environnement courant de cet endroit, pourtant adapté à la vie, semblait l’agresser parce que la machine avait été trop confortable. A l’intérieur, la température était optimale, l’apport en oxygène glissait en lui, et sa posture le plaçait dans une repos total.
Maintenant, il reprenait sa liberté et il sentait toutes les différences le percuter. Adam mit un peu de temps à s'apercevoir qu’une alarme au son électronique, assez familière de la mode Ancienne, hurlait dans la salle. L’éclairage vacillait régulièrement, des courts-circuits électriques faisaient parfois tomber sur lui des étincelles. Et il y avait les portes enfoncées par la créature inconnue.

Là, juste en face, sa combinaison de pilote était posé sur le rebord d’une machine inconnue. Sûrement un mécanisme secondaire du silo qui l’avait soigné. Les vêtements s’y trouvaient aussi. Tout était étonnamment bien plié...et le lieutenant finirait par y trouver ces fines coutures qu’il avait vu dans son délire. Comme si Enyore était passée par là...

Le lieutenant tenta une première fois de se redresser, mais l’oscillation constante de son champ de vision et de son oreille interne le rappela rapidement à l’ordre, le propulsant à nouveau vers le métal glacé du sol du vaisseau. Laissant échapper un grognement contrarié, il vint alors trouver une prise contre la machine de “résurrection”, se redressant, tremblant, les alarmes venant lui vriller les oreilles comme pour lui rappeler l’urgence de la situation. Il ne devait pas perdre une minute…

S’appuyant contre les parois, il se guida difficilement jusqu’à ses affaires, retrouvant ses sens lentement mais sûrement, de minute en minute. Où étaient passés les autres ? Cette créature était visiblement encore à leur trousse. Il devait les retrouver de toute urgence, et libérer l’IA avant qu’elle ne lance ses drones mortels sur le Dédale. Sa main finit par aggriper le tissu de ses vêtements, et son regard glissa sur les coutures. Des milliers de questions traversèrent son esprit à ce moment précis, mais malheureusement, il n’avait désormais ni le temps ni les moyens d’y répondre. Il s’habilla comme il le put, manquant plusieurs fois de se casser la figure, se rattrapant à chaque fois à la paroi.

Ce fut au moment de se saisir de sa combinaison de vol qu’un détail flagrant le frappa. Son zat n’était plus là. L’un de ses camarades avait dû le récupérer pour affronter la chose… Ce qui le rendait indirectement désarmé jusqu’à ce qu’il les retrouve. Il siffla un juron, venant enfiler sa tenue de vol en vérifiant que tout était bien en ordre. L’alarme résonnait toujours à fond la caisse. Relevant les yeux, il analysa rapidement son environnement, à la recherche d’un indice sur la direction à prendre.

//Arme capitale déployée. Activation M-13.//
Et merde…

Trop tard. L’arme avait été lancée… Mais peut-être aurait-il un moyen de l’arrêter “en plein vol” ?... Il devait garder espoir.

Les alarmes continuèrent de danser autour de lui. Toutes ces lumières, ces sons, lui avaient empêché de découvrir qu’un point lumineux restait pointé contre le mur. Comme une luciole paralysée dans le couloir en face de lui. D’un pas hésitant, il s’approcha doucement de la lumière, cherchant à découvrir ce que cela pouvait bien être. Un simple témoin lumineux, comme un pointeur laser. Plus Apollo approchait, plus il s’aggrandissait, comme réagissant à sa présence. C’était à croire que la lumière “vivait” et se déployait en le sentant s’approcher…

Qu’est-ce que...

Avec l’esprit embrouillé par sa “renaissance”, il ne savait plus trop si ses yeux lui jouaient des tours ou si cette chose était bien réelle. Levant la main, il approcha doucement son index du témoin lumineux, comme pour tester ses réactions. Le contact de son index contre le mur déclencha une réaction immédiate. Un amas holographique se déploya soudainement dans tout le couloir, comme s’il avait accepté le déclenchement d’une commande qui se chargea à l’intérieur de toute la coursive. A cause des différentes avaries, l’éclairage continuait de varier comme dans un film d’horreur. Mais cette carte holographique, comme une carte routière d’une multitude de sillons indéchiffrables, se montrait inébranlable. Il y eu comme une diffusion, un modélisation à une dizaine de mètres de lui. Une forme humaine était en train d’émerger, grésillant sous l’effet d’une ancienne technologie holographique. Elle était obsolète comparée à celle d’Atlantis mais on y trouvait très clairement leur signature artistique. Comme un éveil, comme une émergence, un visage prenait de plus en plus de détails pour en devenir familier. Les grésillements laissèrent peu à peu la place à une forme élancée, fine, et il fallait l’avouer, des plus séduisantes. Une tenue réglementaire d’Atlantis, quelques galons d’officier, et un visage qui, bien qu’il aurait dû être des plus sévères au vu de celle que l’hologramme représentait, se montrait rassurant, familier. Frei souriait légèrement, comme pour l'inciter à ne pas déguerpir toute de suite, ses longs cheveux bruns tombant de chaque côté de ses épaules tandis que son regard vif semblait le détailler avec attention. Adam eut un mouvement de recul, surpris, son cerveau tentant de trouver un sens à ce qui se déroulait face à lui, encore bien trop embrouillé pour faire face à une telle situation. Pourtant, cette présence le rassurait, le calmait, comme une lumière dans les ténèbres l’entourant. Il se redressa, entrouvrant les lèvres, hésitant, avec de finalement prendre la parole.

Hy… Hyppa ? C’est toi ?

L’hologramme secoua très lentement la tête de manière négative puis lui tourna le dos. Elle alla dans le sens inverse de l’endroit où l’équipe d’Adam avait fui. Mais vu cette façon de se déplacer, l’hologramme voulait qu’il la suive. Le regard de Ross se porta vers la coursive où avait disparu ses camarades, avant de revenir vers l’apparition. Il n’avait aucune idée qui était cette Frei, mais peut-être allait-elle pouvoir l’aider à comprendre ce qu’il se passait ici, et arrêter tout cela. D’un pas décidé, il lui emboîta le pas, laissant son regard aller partout, comme pour s’assurer qu’elle n’allait pas tenter de lui tendre un piège.
L’apparition fila d’un pas rapide dans les coursives. L’environnement général était inquiétant, des mécanismes internes se mettaient en branle et l’alarme sonore recommençait à indiquer que l’arme capitale était déployée. C’était très inquiétant compte tenu du fait que le Dédale était visé. L’hologramme ouvrit une porte d’un signe de main et fît un signe de menton pour qu’Adam y entre. Ils ne bougèrent pas par la suite. L’avatar du Major semblait sonder Apollo. Lorsqu’elle comprit les questions qu’il se posait, à savoir pourquoi ils se retrouvaient quasiment dans un placard à balai, elle posa sa main fictive contre le métal de la porte. Les mêmes sillons holographiques s’étalèrent sur toute sa surface et une image apparut...comme s’il regardait à travers.

Un wraith passa dans leur champ de vision, il regarda même Adam, comme s’il le voyait. Et derrière lui, une demi-douzaine d’autres sbires avancèrent rapidement, les armes en mains, très rapidement guidé par un originel. Trente seconde après, la coursive était vide. Ils cherchaient vraissemblablement à atteindre un objectif le plus rapidement possible. Pendant tout ce laps de temps, Adam s’était plaqué contre le fond du “placard”, retenant sa respiration, persuadé qu’il était fichu. Ce ne fut que lorsque les wraiths s’éloignèrent qu’il se permit à respirer à nouveau, encore troublé par ce qui venait d’arriver.
Sous le contrôle de l’entité, la porte s’ouvrit pour le laisser libre. Frei le fixa dans son mutisme, l’image grésillant par moment. Il fallut quelques secondes supplémentaires à Adam pour qu’il puisse s’avancer hors de l’endroit clos, lançant un regard stressé vers la coursive où avaient disparu les Wraiths pour s’assurer qu’ils étaient bien partis. Il revint vers l’hologramme, réalisant peu à peu ce qu’il venait d’arriver, avant d’hocher simplement la tête.

D’accord… Je te fais confiance. Je te suis.

C’était le top départ.
L’hologramme pencha le visage, comme s’ils s’étaient enfin mis d’accord, puis elle s’élança à vive allure dans les coursives. Il y avait urgence cette fois. Les mécanismes du lancement de l’arme capitale grondaient de plus en plus fort. Et en suivant l’entité à l’effigie du Major, Apollo tomba sur un immense hangar dans lequel s’accumulait des centaines, des milliers de cubes de combats. Comme ceux qu’il avait croisé durant l’Opération Grand Veilleur. La lueur rouge qui les alimentait le renseignait sur leur attitude : le combat.
Le Dédale n’aurait aucune chance contre une telle masse de drones. Il fallait à tout prix les arrêter avant qu’il ne soit trop tard. C’était sûrement pour ça que l’hologramme l’emmenait au pas de course. Mais au détour d’un couloir, l’animation de course se transcenda soudainement. Comme si l’on avait décidé de remplacer instantané une image pour une autre. La Frei qui courrait se transforma en une Frei qui levait une main pour l’arrêter.
TROP TARD !
Quelques blasts traversèrent l’hologramme sans l’atteindre. Mais deux sbires qui fonçaient sur elles, et qui se prirent salement le mur derrière, se retournèrent vers Apollo. L’image du Major réagit. Dans une impression de colère et de martialité, toute la coursive grésilla et la lumière s’intensifia à un tel point qu’il en fût ébloui. Les plombs sautèrent. Un “CLAC” terrible qui éteignit ces mêmes lumières pour une obscurité complète alors qu’un arc électrique d’une intensité incroyable percutait les deux sbires.
Le premier prit littéralement feu dans un sifflement horrible et repoussant. Mais le second, dont l’arme venait de lui fondre dans les mains, parvint à quitter le piège pour foncer droit sur le pilote.

Le sang du pilote ne fit qu’un tour. Il en avait plus qu’assez de fuir. Son regard se posa instantanément sur un gros débris métallique qui avait semble-t-il été carrément arraché du mur, sûrement par la créature qui avait manqué de le tuer un peu plus tôt. Il se rua dessus, le soulevant par dessus son épaule avant de se tourner vers le Wraith, se campant sur ses positions, prêt à le recevoir.

Allez, viens voir papa…

_________________
Normandie 2.3 : la flotte wraith 2018_s10

Revenir en haut Aller en bas

Steven Caldwell

√ Arrivée le : 24/01/2017
√ Date de naissance : 05/04/1952
√ Age : 67
√ Messages : 783
√ Localisation : Sur le Dédale

le Sam 12 Jan - 16:51

Steven Caldwell
A peine ce dernier put arriver à sa hauteur que le pilote abattit de toutes ses forces son arme de fortune en direction de son masque dans un cri de rage et d’effort. Le sbire ne chercha pas à contrer le coup visiblement. Son masque se déchira en deux et pendouilla sur le côté tandis que cette créature penchait la tête. Elle s’attaqua soudainement à lui en le prenant par une épaule et l’envoyant bouler contre le mur. Le Wraith siffla et fonça comme un bélier. Sonné par l’impact, le pilote eut tout le temps de réaliser ce qu’il se passait. Il se jetta sur le côté pour laisser le sbire s’éclater contre la paroi où il se trouvait une demi-seconde auparavant, cherchant de quoi se défendre en panique, se disant qu’affronter un sbire en combat singulier n’était peut-être pas la meilleure idée qui soit. Sa main se posa sur un débris métallique pointu, et il fit volte-face pour voir où en était son adversaire.
Pile devant lui !!! Il le prit par la gorge et le plaqua contre le mur pour le soulever dans un grognement bestial. Suffoquant, agitant vainement ses jambes dans le vide, sa prise se resserra sur son arme de fortune pour venir l’abattre à plusieurs reprises au visage de son adversaire, boosté par l’adrénaline et l’effroi. L’un de ces coups le priva d’un oeil. Le sbire se recula brusquement en râlant et en se tenant le visage. Adam était enfin libre. Il retomba au sol en se tenant la gorge, reprenant sa respiration par grands à coups, le regard trouble.

Enfoiré… Je vais te...

Il bondit en avant, venant percuter son adversaire en plein torse pour le plaquer contre la paroi, abattant avec rage son couteau improvisé dans son torse, ses flancs et son estomac.Le sbire leva ses mains dans un élan naturel de défense. Mais à force de donner des coups, cette défense se ramollit, elle céda petit à petit jusqu’à ce que sbire rendre l’âme. A bout de souffle, Apollo vit que son ennemi ne se reléverait pas. Ses blessures étaient toujours là, elles ne se refermaient pas : la chose était résolument morte.
Et là-bas, déjà, dans la section où il y avait encore de la lumière l’attendait l’hologramme pour reprendre la course. Adam relâcha son arme, reprenant son souffle avec difficulté, tout en observant le travail qu’il venait d’accomplir, sous le choc. Rapidement rappelé à la réalité, il se redressa, essuyant son front en y étalant un peu de sang bleuté, avant de s’élancer au pas de course vers l’hologramme.

Des tirs de blasts éclatèrent dans son dos. Il était pourchassé !
Pourquoi ? Comment l’avaient-ils retrouvés ? Aucun moyen de le savoir. Ce qui était sûr, au vu de cette cavalcade, c’est qu’il ne faisait pas que de courir dans un vaisseau vers un objectif obscur. Il échappait également aux Wraiths qu’il avait vu passé à travers la porte. Les créatures étaient connectées entre elles. Il avait donné l’alerte avant de mourir ! Ross courrait aussi vite qu’il le pouvait, se décalant dans un sursaut par moment pour éviter l’impact de l’un des tirs, ne ralentissant pas d’un poil, les créatures lui collant au cul sans se décider à lui laisser un peu de terrain.

Merde, merde, merde ! Si seulement j’avais mon zat !

Comme si le destin lui répondait par la négative, il sentit un blast passer si près que la chaleur gagna sa joue et son épaule. Les semelles des lourdauds claquaient fort dans son dos, ils étaient en train de gagner du terrain. L’image du Major bifurqua brutalement dans une salle qui venait tout juste de s’ouvrir. Et dès qu’Apollo y entra, elle abattit ses mains vers le bas, comme si elle avait jeté les dizaines de tonnes de la porte coupe-feu qui se referma avec violence sur le pif d’un sbire. Hélas, un autre l’avait agrippé et deux paires de mains supplémentaires s’y rajoutèrent.

L’hologramme luttait visiblement pour les empêcher d’ouvrir la porte. Le temps était compté, elle ne tiendrait pas très longtemps. L’intérieur de cet endroit était différent, comme s’il était conçu pour l’homme. Adam avait la très nette impression d’être retourné dans le vieux croiseur d’Hyppa le jour de sa première rencontre. C’était une salle ancienne qui datait de l’époque, une salle qui n’avait pas été construite récemment. Au contact du gène des Anciens, l’alimentation s’activa et toute la salle s’éclaira d’un coup, révélant une sorte d’atelier avec un point d’ancrage….
Pour une machine étonnante…


Normandie 2.3 : la flotte wraith Maxres11

Elle avait détecté sa présence.
La machine s’ouvrit dans le dos, révélant un logement dans lequel il pouvait entrer pour en prendre le contrôle. Il n’y avait aucune issue...l’hologramme voulait donc l’en équiper. Elle voulait armer Apollo avec quelque chose de plus efficace qu’un Zat ! Son regard passa de la machine, à la porte, puis de nouveau à la machine. Sans hésiter une seconde de plus, il s’élança droit vers ce qui semblait être une armure de combat, se glissant derrière elle pour en observer l’habitacle. Il ne savait pas vraiment trop à quoi s’attendre, mais si l’hologramme lui indiquait… Il se glissa à l’intérieur.

L’engin s’anima entièrement.
Sa carapace se refermant dans le dos d’Adam, le blindage venait de l’engloutir entièrement tandis qu’il se sentait de plus en plus...étrange. Comme pour un jumper, l’engin semblait lire dans ses pensées. Pour réagir de la manière la plus juste, il sentait le poids de la vieillesse du métal. Il sentait que cette machine n’était pas conçue pour le combat mais intervenir dans des milieux dangereux pour les réparations. C’était surement à l’époque où les Anciens étaient encore obligés de s’en occuper manuellement.
L’hologramme de Frei disparut brutalement, ce qui permit à l’ennemi d’ouvrir la porte. Elle s’était instantanément chargée dans la machine. C’est en sentant comme cette double personnalité, artificielle mais bienveillante, qu’il comprit sa nature. HyppaForalcus ne voulait plus être seul. Au lieu de s’auto-améliorer sur des bases trop anciennes, il avait conçu son héritage. Il avait souhaité une équité en créant une IA féminine. Et de part son historique, il avait choisi entre l’image de Frei ou de Maria.

Cet hologramme, pour le peu qu’on pouvait le comparer à l’homme, pouvait être considéré comme la “fille” d’Hyppa. Étant désormais imprégnée dans la machine et en partie dans l’esprit d’Adam, elle lui conseilla de rester immobile pour surprendre les Wraiths. Une émotion commune était en train de naître : la malice de leur exploser la figure dans une magnifique embuscade. C’était à croire que l’hologramme se câlait sur l’expérience de vie d’Adam, sur ses souvenirs et ce qu’il connaissait, pour adopter un discours plus humain.
Elle lui avait comme soufflé dans l’esprit, avec cette pseudo-identité du Major, un beau “SURPRISE CONNARD !!!!” à offrir aux trois sbires qui entrèrent dans la salle...sans même se méfier.

_________________
Normandie 2.3 : la flotte wraith 2018_s10

Revenir en haut Aller en bas

Steven Caldwell

√ Arrivée le : 24/01/2017
√ Date de naissance : 05/04/1952
√ Age : 67
√ Messages : 783
√ Localisation : Sur le Dédale

le Sam 12 Jan - 16:52

Steven Caldwell
CLÔTURE



Le massacre qu’Apollo pratiqua dans cette salle fut tout aussi jouissif qu’inquiétant. Cette combinaison assistée avait souffert de quelques tirs de plasma mais il avait réduit les Wraiths en bouillie. C’était si facile qu’un sentiment de pleine puissance l’investissait. L’intelligence artificielle qui l’accompagnait était également d’une grande aide. Sans même qu’il n’ait à le demander, il eut un accès aux systèmes de détection de vie et un plan précis se matérialisa. Encore mieux qu’un GPS, Adam s’élança dans sa machine sans la moindre retenue. Comme un foutu char d’assaut, il pulvérisa les Wraiths sur le passage et se mit en quête de ses amis. Il savait que leur temps était compté, que la créature était toujours à leur trousse.

Après une longue course ponctuée de plusieurs batailles, il parvint in extremis dans le hangar. Acculé contre la porte d’un sas extérieur, Pied-de-biche menaçait la chose d’un énorme morceau de métal. Il la tenait à l’écart par les coups de forain qu’il faisait tomber sur son crâne sans même la blesser, au contraire, il l’excitait davantage.
La colère de Ross redoubla quand le zoom automatique lui montra son amie Blue, blessée, entre les bras d’un Ethan mortifié. Elle serrait les dents tant elle avait mal et il espérait péniblement la rassurer. Reynata, morte de trouille, tremblait comme une feuille en demeurant à l’abri derrière l’imposant dos de Pied-de-biche. Au final, il était le dernier rempart.

Dans une bataille d’une rare violence, Adam disputa la force et la résistance de sa combinaison à celle de la chose. Il était perdant en premier lieu, voyant son blindage sévèrement entaillé par les griffes acérées de son adversaire. Mais l’IA ne le lâcha pas et lui pointa des faiblesses, d’autant plus qu’en comprenant l’identité de leur mystérieux sauveurs, tout le reste de l’équipe n’avait pas hésité à monter à l’assaut. Comme des moucherons, ils harcelaient la bestiole.
A court d’énergie et fortement endommagé, la bataille prit fin lorsqu’il étala la cervelle de l’ennemi sur le sol d’un puissant et dernier coup de pied. Les retrouvailles furent mémorables et il emmena Blue jusqu’au système de soin du vaisseau, demandant à Ethan de veiller sur elle.

Le plus important restait à venir. Le combat semblait avoir débuté contre le Dédale qui ne résisterait pas bien longtemps. Tandis que ses amis Alexandre et Reynata acceptaient de suivre une nouvelle luciole les guidant jusqu’au noyau central d’Hyppa, Adam se rendit jusqu’au pont de commandement où l’attendait un dernier combat. Un originel Wraith était là, adoptant une technologie de piratage d’un fauteuil des Anciens, sur le pont de commandement. L’immense verrière donnait sur le Dédale en grande difficulté, subissant des assauts de cubes que ses canons éléctromagnétique peinaient à tenir à l’écart.

L’originel parvint à percer le blindage et à extirper Adam de force. Il vit ainsi la disparition regrettable de la compagnie qu’était l’IA à l’effigie de son amie, du Major. L’ennemi voulait le forcer à regarder la destruction finale du Dédale alors que les cubes s’aggloméraient sur lui pour le catapulter sur le théâtre de guerre. Et c’est là, à ce moment précis, qu’intervint le reboot imposé par son équipe de pilote dans le noyau. Dans un dernier sursaut, l’IA mobilisa l’armure sur son dernier assaut, un tout dernier mouvement qui éventra le Wraith de son arme principale. Le jeune homme assista dans l’impuissance à la disparition de l’IA d’Hyppa. Il vit son hologramme apparaitre, chargé de peine et de chagrin, avant de se faire la promesse de détruire les Wraiths.

Adam Ross monta sur le fauteuil et prit le contrôle entier du vaisseau. Il libéra le Dédale et s’allia avec lui pour l’assaut d’une nouvelle vague de croiseurs. Ensemble, ils livrèrent une bataille terriblement dangereuse et époustouflante. Blue conduisit l’escadrille en protection des avaries les plus importantes d’Hyppa. Et alors que la pression devenait trop intense, les derniers renforts ennemis qui prendraient l’ascendant une fois pour toute furent pulvérisés par une explosion atomique. Nelly avait fini par retrouver la carcasse et placer sa mine. La technologie d’Hyppa la retrouva sans mal et désigna sa position au Dédale qui la téléporta avant qu’elle ne soit atteinte par le souffle, alors trop proche du rayonnement. L’infirmerie qui s’occupa d’elle déclara qu’elle divaguait à cause d’un dysfonctionnement de son oxygénateur, son mélange s’était modifié.

Au cours des manœuvres qui suivirent, Blue prit le commandement de l’escadrille. Adam et le colonel Caldwell travaillèrent de concert avec leurs propres vaisseaux pour défaire les restes de la flotte ennemie. En quittant la planète Le Boc, ils les engagèrent courageusement sur leur point de rassemblement et détruisirent pour de bon la puissance spatiale de Méda’Iyda. Ils retournèrent en orbite, quelques heures après la victoire des troupes au sol, et trouvèrent quelques survivants des F-302 détruits dans l’espace.

L’Hyppa finit par quitter définitivement la coalition après avoir reçu quelques réparations d’urgence. Il indiqua à Apollo, au moment des aux revoirs, son départ pour une quête personnelle. L’IA s’en allait pour essayer de restaurer sa création. Le vaisseau automatisé disparu en lui laissant un transpondeur subspatial pour rester en contact.

L’avenir fût douloureux pour Adam Ross.
En sa qualité de CEG, il fût au centre des diverses cérémonies funèbres de ses pilotes. Vivant avec eux le drame de leur disparition. Et à peine remis, le colonel Caldwell lui ordonna de sélectionner les futurs candidats pour renflouer les effectifs. Un travail fastidieux et très lourd en terme de responsabilités, ce qui lui valu d’innombrables nuits blanche et une absence quasi-permanente sur Atlantis malgré les insistances de Blue.

Comme pour contrebalancer, elle lui apprit la date de son mariage sur le continent Athosien et lui remit son invitation. Le lieutenant Ross était alors, à ce moment là, le tout premier à recevoir le carton.

_________________
Normandie 2.3 : la flotte wraith 2018_s10

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 1

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum