Atlantis Insurrection
"Personne ne demande à devenir un Héros, sauf que parfois ça finit comme ça..."

Et si ce Héros, c'était toi ? Tu es l'un des meilleurs dans ton domaine (Biologiste, Chirurgien, Infirmier, Diplomate, Démineur, Maître chien...) et on te propose de participer à l'expédition la plus fabuleuse mais aussi la plus dangereuse : l'expédition Atlantis.
Auras tu le cran de rejoindre Atlantis pour découvrir ses mystères et affronter les dangers de cette galaxie ?

Tu peux aussi incarner les personnages importants de la série (Ronon, Zalenka, Lorne, Teyla....) Bon niveau RP demandé.
On recherche de nombreux personnages inventés.
http://www.atlantisinsurrection.com/t387-personnages-vacants


Si tu te sens capable de franchir ce pas, tu es des nôtres ! Clique sur l'image ;-)


RPG sur Stargate Atlantis
 

Normandie 2.3 : la flotte wraith

 :: Galaxie de Pégase :: Planètes explorées :: Le Boc Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Sam 23 Juin - 23:19
avatar
√ Arrivée le : 24/11/2016
√ Messages : 136

Dossier Top Secret
√ Age: 33 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: ATA
Voir le profil de l'utilisateur
Les équipages s’étaient regroupés.
Ponctuel, les hommes et les femmes qui composaient le reste de l’escadrille s’étaient réunis dans la salle de briefing. Malgré les lumières chancelante et la pénombre générale, on remarquait qu’ils avaient tous eu le temps de se remettre des précédents combats. Certains avaient même pris le luxe d’une douche bouillante. Pour les autres, cela avait pu être des choses simples comme un café, une prière, un rassemblement pour se soutenir. La plupart des survivants de l’escadrille bâbord étaient venus voir leurs amis à l’infirmerie. Le Dédale était toujours en effervescence, s’efforçant de réparer et de se préparer aux nouveaux combats. Parfois, des appels généraux montaient dans les hauts parleurs, réitérant une panne dramatique des communications. L’escadrille d’Apollo oeuvrerait sans pouvoir rendre compte au Dédale.

Pendant que tout le monde était en train de s’installer, Blue vint à la rencontre d’Adam et lui fit un bref petit rapport. Avec la disparition de Patron, elle semblait s’être invité naturellement dans le rôle de second et personne ne s’opposait à elle. Elle avait beau être la plus jeune de l’escadrille, la menace et le danger semblait l’avoir nanti d’un charisme et d’un devoir supplémentaire.

« Apollo ? »

Elle lui fit une tape sur l’épaule pour le sortir de sa préparation.

« Martielo est sur la table d’opération. D’après ce que j’ai su, Swassons est en train de l’opérer pour essayer de lui sauver la vie. Les trois autres ont été blessés mais ils s’en sortiront. »

Son regard dévia vers Reynata qui se trouvait le plus en retrait des rangées de siège, volontairement cachée dans la pénombre, puis ajouta d’une voix un peu plus douce.

« Stardust a été aperçu en train de vider le contenu d’une flasque. Elle avait l’air mal... »

Quelques rires montèrent dans les “gradins” de la salle de briefing, les hommes recommençaient à déconner malgré la pression et bien moins d’entrain. Le moral était quelque peu revenu et ils attendaient impatiemment le briefing. Nelly Bricks se détacha de la pénombre de sa démarche boitante, elle s’était vêtue d’une combinaison spatiale pour blindée, celle qui servait pour les interventions techniques sans couverture du bouclier. Les techniciens avaient accepté de lui en monter une et il ne lui restait que le casque à replacer. L’anxiété lui déformait le visage mais elle se contrôlait, un fin sourire demeurant néanmoins. Elle serra immédiatement Blue dans ses bras.
« Heureuse de te savoir en vie... »
« C’est réciproque Nelly. Tu viens avec nous alors ?... »
« Oui. Caldwell a cédé. » La petite espagnole se mordit les lèvres avant d’ajouter, pour corriger ses propos : « J’ai quand même passé un sale quart d’heure. Je lui ai dis que j’étais la seule qui pouvait remplir cette tâche et qu’il devait me laisser partir s’il voulait garder son beau vaisseau...il l’a mal pris ! »
« Sacrée chipie ! » Fît Blue en remuant son bras pour accentuer l’accolade. « Notre Pile-Poil reprends du service, ça va remonter les gars. »
« Si ! Même si je vais piloter une péniche volante avec une tête nucléaire dedans ! » Répondit-elle avec un léger rire. Elle acquiesça tout en détournant son regard sur Apollo. « Tout est prêt, mi teniente. La barge est parée et un officier artilleur termine les réglages de l’ogive. Par contre, j’ai un message du chef Tyrol, les réparations critiques sont terminées mais il n’aura pas assez de temps pour le reste. »

Adam lui offrit un léger sourire, avant d’opiner. Malgré sa tentative pour paraître entraînant, il ne pouvait se détacher de son air grave. Il ne savait pas comment se déroulaient les opérations au sol, mais pour les F-302, cette opération était une véritable catastrophe. Presque la moitié des appareils abattus, et le quart de ses hommes morts. Et cela en l’espace de deux heures, si ce n’est moins. Et le pire dans tout ça ? Ce n’était pas terminé. Il ne savait pas ce qui les attendait dans ce nuage gazeux, mais il le redoutait, bien qu’il ne le montrait que le moins possible. Il passa rapidement en revu son plan d’opération, avant de se redresser et de toussoter pour prendre la parole.

« Tout le monde est là ? Bien… »

Il passa rapidement son regard vers l’assemblée, avant d’hocher la tête.

« Comme vous le savez déjà, notre travail n’est pas terminé. Avec la bataille, le Dédale a été lourdement endommagé. On note la perte du bouclier et des communications, entre autre, ce qui le rend vulnérable et nous empêche d’appeler des renforts. En attendant que les réparations soient faites, nous devons nous assurer qu’aucun danger ne viendra mettre en péril le Dédale. C’est là que ça se corse. »

Il afficha sur l’écran une carte spatiale, avec des déplacements de flotte.

« Avant la perte de la plupart des systèmes, l’observatoire a pu repérer la flotte principale de notre chère Reine. D’après nos relevés, sont vaisseau-mère et plusieurs croiseurs sont en route. Cependant, ils ont disparu de nos radars, et ne sont pas encore arrivés, alors qu’ils devraient déjà être ici. Cela ne laisse qu’une possibilité. »

Cette fois ci, ce fut l’image de la géante gazeuse qui s’afficha.

« Nous pensons que la flotte va tenter de prendre le Dédale par surprise en arrivant par le nuage de gaz. Cela pourrait s’avérer mortel pour eux, vu tous les débris présents, mais les Wraiths ne reculent devant rien. Si cette flotte atteint le Dédale, toute l’opération sera compromise. Nous devons donc la détruire, ou du moins, la ralentir. Nelly a eu une excellente idée pour arriver à nos fins. »

Un zoom. Cette fois, une trajectoire est visible, ainsi que l'énorme croiseur en ruines.

« Il y a une carcasse de croiseur Wraith présent dans le nuage. Nous allons nous en servir à notre avantage. Une charge nucléaire va être chargée sur une barge de récupération, qui la transportera et la placera en un point précis du croiseur. Une fois le piège en place, nous attendrons le passage de la flotte, et nous ferons sauter la charge. La déflagration et les débris engendrés devraient pouvoir techniquement régler leur compte aux Wraiths. La barge sera pilotée par Nelly, avec l’autorisation expresse de Caldwell. Notre mission sera de l’escorter et de tenir à distance tout chasseur s’approchant d’un peu trop près. Nous volerons en deux formation Finger Four, la seconde formation sera dirigée par Blue. A moins de changement de situation, ma formation devra intercepter les patrouilleurs Wraiths en approche. Quant à celle de Blue, elle escortera de près la barge, et réglera leur compte à tous les Wraiths étant passés à travers nos tirs. Le temps de vol jusqu’à l’objectif est de 15 minutes, on se proche du Dédale, donc en cas d’avarie trop grave, quittez la formation et retournez au nid en urgence. Les techniciens ont remis sur pied les F-302, mais ils n’ont pas pu s’occuper de de tous les petits détails. On va devoir s’en contenter. »

Il reprit doucement sa respiration, passant son regard sur le groupe.

« Quelqu'un a une question ? Si non, faites payer cher chaque pilote et copilote disparu à ces salopards. »

Le reste de l’escadrille répondit de manière positive de différentes façons.
Ils avaient eu le temps de s’en remettre et le briefing avec été bien intégré par toutes les unités. Les hommes avaient clairement hâte d’en découdre en faisant un bel écho à la dernière réplique d’Apollo. Oui, ils allaient venger les frères et soeurs de l’escadrille décédés. Les binômes quittèrent leurs sièges en discutant, échangeant, un brouhaha léger montant dans la salle alors qu’ils la quittaient en ordre. Ils évitaient de penser aux pertes, aux scènes traumatisantes dont ils avaient été témoin. Ils se sentaient à l’orée d’une nouvelle épreuve et comptaient bien la relever dignement. Plusieurs hommes avaient fait signe à Apollo en partant.

Blue, de son côté, n’avait pas décroché son regard du chef d’escadrille. Elle était restée là, figée dans une expression stupéfaite. Elle le considérait tout en se sentant flattée et en se demandant si elle n’avait pas rêvé. La bouche entrouverte, les yeux plissés comme si elle essayait de comprendre, elle ne pu contenir un demi-sourire tout en déclarant :

« Tu...tu me confies le commandement d’une formation ?!? »

Blue n’avait pas envisagé qu’Apollo ai pu songer à elle après la perte de Patron. Quelque part, cette ambition lui plaisait mais elle semblait si folle, si inatteignable, que Blue ne s’était jamais attardé sur ça. Sauf que son CEG venait de la déclarer à la tête de l’unité qui protégerait Nelly. Et ça lui en bouchait un coin, cela faisait d’elle le bras droit d’Apollo, sa complémentarité en matière de défense de la barge.
Blue n’en revenait pas à tel point qu’elle cherchait confirmation dans le regard de son supérieur, le coeur véritablement gonflé d’émotions. Une explosion de fierté et d’une joie peut-être malvenue était en train de tempêter en son sein. Elle en posait une main sur sa poitrine, attendant cette ultime confirmation avec impatience.

Adam la regardait avec un sourire presque attendri. Il n’avait pas mis longtemps à décider à qui confier le commandement en second, car Blue s’était manifestée d’elle-même. Sans s’en rendre compte, elle avait prit une démarche de leader après la disparition de Patron, et cela, Apollo ne pouvait qu’en être fier. Il la considérait presque comme une sorte de petite soeur, et la voir se comporter ainsi l'emplissait de fierté, mais également de réconfort dans des temps troubles comme ceux-ci.

« En effet. Je te fais entièrement confiance pour cette mission Blue. Garde la tête sur les épaules, et tout se passera bien. Après… Je peux confier le commandement en second à Mariole si tu préfères ! »

Il lui offrit un sourire amusé, avant de lui tapoter doucement l’épaule.

« PAS DU TOUT !!!! » S’écria Blue comme si elle était sur le point de perdre cette chance.

Tout aussi troublée qu’heureuse à un tel moment, elle se mit au garde à vous tout en balbutiant un :

« Merci mon...lieutenant...je ne vous décevrai...pas... »

Puis elle se retourna, profitant de lui tourner le dos pour laisser éclater sa joie de façon muette sur son visage. Elle partageait sur le chemin un accolade joyeuse avec Nelly, lui murmurant des paroles enthousiaste en espérant que son supérieur ne les entendrait pas. Blue tentait de se contenir mais elle réagissait avec effervescence comme si elle avait eu son bac ou un concours très important. La joie des deux jeunes femmes bras dessus dessous fit rire balafre qui les attendait à l’entrée, il se tordit sur une posture de surprise et de joie, partageant celle de sa compagne tout en la prenant à son tour dans ses bras. Le trio disparut rapidement en direction de la baie tribord, le silence retombant brusquement dans la salle de briefing.

Mais Apollo n’était pas seul, Reynata se cachait toujours dans la pénombre et les derniers rangs. Son regard était perdu dans le vague alors qu’elle demeurait prostrée sur son siège, avachie, tournée vers le mur comme si elle essayait de fuir un regard ou un jugement. Elle était tout à fait inerte de ses réactions, fermée aux événements extérieurs à tel point que le CEG aurait pu se demander si elle avait prit conscience que le briefing avait eu lieu sous son nez.

En s’approchant, Apollo se rendrait compte qu’elle avait les mains jointes et serrées avec une force inquiétante, un tremblement constant semblait courir sur sa peau et elle exerçait une telle pression qu’elle s’en faisait blanchir les jointures. Mais là, elle ne s’était toujours pas rendu compte de son approche, gardant le regard dans le vague.
Elle était véritablement ailleurs.

Adam fit quelques pas supplémentaires vers elle, repensant à ce que lui avait dit Blue. Sa copilote avait descendu le contenu d’une flasque en cachette, et sa pire crainte était que la jeune Reynata ne se soit saoulé pour tenir le coup. Il n’avait vraiment pas besoin de cela en ce moment. Il se pencha doucement vers elle, s’accroupissant pour se retrouver à sa hauteur et poser lentement sa main sur son épaule.

« Reynata ? Est-ce que tout va bien ?... »

Reynata sursauta et elle se décala un peu plus de flanc pour fuir son regard.

« Sa...salut... » fit-elle étrangement.

Elle regarda ailleurs. L’estomac du CEG se tordit, tandis que ses craintes semblaient prendre forme.

« Reynata, on m’a rapporté t’avoir vu descendre le contenu d’une flasque. Qu’est-ce qu’elle contenait ? »

Il ne prenait pas le ton de l’officier en colère, au contraire. Il parlait d’une voix calme, posée, presque douce.

« Rien...rien !!! » Fit-elle un peu trop rapidement. Elle semblait détourner le visage, comme si elle avait peur qu’il sente son haleine.

Il soupira doucement, secouant la tête, dépité. Si sa copilote s’était saoulée, elle ne serait clairement pas en état d’assurer la mission.

« Stardust, ce n’est pas une solution pour gérer le stress. Au contraire, cela pourrait même tous nous mettre en danger. J’ai besoin d’une copilote en état d’assurer mes arrières. Comment comptes-tu t’y prendre si tous tes sens sont engourdis par l’alcool ? »

La jeune femme essayait d’éviter son regard, le montant parfois inutilement jusqu’au plafond...en vain. C’était comme si du charbon ardent courait sur sa peau et la brûlait de honte et d’humiliation. Elle se plaqua une main contre le visage au moment où elle céda aux pleurs, comme si elle avait tenté trop longtemps de les retenir.

« Ils...ils sont morts !!! Ils sont tous morts !!! Je les entendu hurler dans ma radio, j’ai entendu leur coucou se fendre, exploser, s’écraser ! J’ai...j’ai... » Elle le regarda, les épaules encore plus basse. « Mon dieu, j’ai peur...si peur...comment vous faites ! »

Il se pinça doucement les lèvres, se redressant pour venir s’assoir à côté d’elle, le dos courbé et les mains jointes devant lui, il fixait le sol, l’air songeur.

« Sais-tu quelle est la première chose que l’on apprend avant de monter dans un F-302 ? »
Reynata renifla. Son visage était devenu aussi rouge qu’une tomate. Elle secoua négativement la tête.
« La première chose que l’on nous apprend en montant dans un chasseur est que nous sommes déjà morts. Car des morts n’ont pas peur de partir au combat dans des boîtes en métal épaisses de quelques centimètres au milieu d’un vide spatial meurtrier. C’est notre quotidien. On doit s’y adapter, et songer qu’à chaque sortie… Ce sera peut-être notre dernière. »

La copilote éclata d’un rire nerveux. Elle essuya sa morve d’un revers de main en se fichant bien de l’aspect hygiénique et tenta un trait d’humour très peu joué.
« Ca me rassure absolument pas... »
Elle regarda son pilote, sa respiration était en train de s’adoucir, elle commençait à se calmer.
« Je...je faisais la fière avant. Je croyais que j’étais douée, indestructible. Et ces gens que j’ai côtoyé...je pensais pas qu’ils disparaitraient comme ça... »
Stardust avait accompagné ses propos d’un claquement de doigt.
« J’ai...j’ai les mains qui tremblent...j’arrive pas à les arrêter et...et... »
« On est tous passés par là. La première fois que l’on s’est rendu compte de ce qu’est vraiment une mission en F-302, ça nous a tous secoué. Mais tu dois rester forte Stardust. Rester digne, et concentrée, car trop de gens comptent sur nous pour que nous nous laissions abattre. Tu comprends ? »

Il vient doucement entourer les mains de sa copilote avec les siennes, les serrant doucement pour stopper les tremblements. Elles étaient gelées. Reynata accepta ce contact, ça la rassurait que son pilote prenne le temps de lui expliquer les choses, de la rassurer. Elle hochait la tête, réceptive

« Tu...tu as de la famille ? »

Il opina lentement, fixant le sol à son tour.

« Mes parents et ma soeur, qui sont encore sur terre. Ma soeur est une scientifique, elle travaille au SGC dans la section sur les Goa’Ulds. »

Reynata fixa longuement son pilote. Elle se demandait comment il pouvait gérer la distance. Le poste de CEG devait être un véritable gouffre de temps en plus du danger d’y rester. Y avait-il une raison particulière ? Pourquoi fixait-il le sol comme à regret ?
Cela lui donna envie de lui livrer le fond du problème. Apollo l’avait pris sous son aile. Elle était nouvelle, c’était ses premières missions et pourtant il était là pour l’aiguiller, l’aider. Il ne lui avait même pas reproché de s’être trompée dans les contre-mesures lors du dernier combat. Ils auraient pourtant pu y rester…

« Est-ce qu’ils te manquent ? »

Il haussa machinalement les épaules, semblant chercher ses mots. Il sembla mâchouiller sa langue quelques secondes, avant de finalement répondre.

« Oui, bien sûr. J’essaie simplement de ne pas trop y penser. Si je tiens, c’est également car je sais que je les protège, à ma manière. »

Reynata hocha fébrilement la tête. Elle semblait hésiter à son tour...elle connaissait Adam depuis si peu de temps qu’elle n’était pas certaine de sa réaction. Ca n’aurait pas été si important s’il avait s’agit d’un quelconque pilote. Mais c’était le CEG de l’escadrille du Dédale, rien que ça. Est-ce que les autres copilotes auraient voulu sa place ?
Stardust n’en savait rien. Tout ce dont elle était certaine, c’était la valeur d’un binôme et de sa complicité, même avec un officier commandant.

« J’ai... »

Les mots lui brûlaient la bouche.

« J’ai abandonné...un enfant...sur Terre... »

Adam cligna doucement des yeux, avant de redresser son regard vers Reynata, la gorge soudainement serrée. Il comprenait mieux désormais.

« Alors… il faut que tu restes forte pour elle. »
« Je ne sais pas qui c’est ! » Le coupa-t-elle abruptement, ne voulant pas qu’il la dirige sur la motivation de survie pour l’enfant.

Elle le regarda longuement, les larmes aux yeux avant de hausser les épaules.

« J’suis une pourriture Apollo... »

Reynata sanglota.

« On est toujours conne dans la jeunesse. Le bad guy ça attire toujours... » Elle détourna le regard. « J’ai fais dans la totale...un criminel, drogué, une crapule...je pensais que je le changerai par l’amour avec le grand A... »

La jeune femme soupira.
Personne ne connaissait l’histoire. Tout le monde avait ses petits secrets bien sûr. Et le SGC avait forcément fouiné dans sa vie avant de lui accorder cette place sur le croiseur. Mais elle avait toujours dissimulé ce passé même quand elle avait envie de le révéler. Après tout ça, tout ce danger, la réalité de la guerre et du combat, Reynata ne comprenait pas pourquoi elle y repensait. Pour elle, c’était enterré pour de bon...mais pas tant que ça. Elle avait beau se faire violence, ça la travaillait de plus en plus et elle avait besoin de se confier.
C’était dangereux, à double tranchant. Et la bonté d’Apollo à son égard l’avait tenté à tel point que ces drames l’avaient achevé. Lui avait une famille qu’il aimait, qui lui manquait. Elle en avait une qu’elle avait véritablement abandonné.

« J’ai dû faire un choix. Quand j’ai eu cette occasion unique de rejoindre le Programme...le SGC n’allait pas s’encombrer d’un taulard dans les environs et d’une grossesse...ça m’a...ça m’a... » Elle se reprit, ne voulant pas éclater en pleurs. « C’était un accident. Je n’en voulais pas, ça m’a anéantie...j’ai eu des problèmes à cause de lui, il voulait garder le gamin et moi...je l’ai...je l’ai abandonné... »

Stardust souffla longuement, le flux perturbé par la pression qui lui faisait tant de mal.

« Je ne voulais pas que mon enfant soit éduqué par une ordure...mais je n’en voulais pas non plus...je ne sais même pas si c’est un garçon ou une fille, j’ai...je l’ai laissé à l’adoption... »

Elle sanglota silencieusement.

« Je n’aurais pas dû te le dire...je suis une pourrie. J’ai abandonné ce gamin mais...je ne sais pas pourquoi...ça me harcèle depuis que je suis avec toi...je ne comprends pas... »

Adam avait écouté sans un mot, attentif. Il ne savait plus quoi dire. Reynata avait déballé son sac d’une seule traite. Il dodelina doucement de la tête, avant de poser sa main sur l’épaule de Stardust, relevant légèrement la tête vers elle.

« Je préfère que tu m’en aies parlé plutôt que tu n’aies gardé cela au fond de toi. Tu as fait des choix difficiles, et je ne peux pas te le reprocher. Mais… Pour le moment… Tu es dans ta nouvelle famille, dans l’escadrille tribord. Et désormais, c’est nous qui avons besoin de toi, surtout en ce moment. »

Stardust souffla longuement, les mains encore serrées.

« Ma nouvelle famille... »

Il avait raison. Ses mots faisaient un grand echo dans son coeur. Elle songeait à ceux qui se préparaient sur la baie, qui étaient encore présents pour le combat. Ceux là lui avaient fait un bel accueil. Elle se remémorait la partie de billard, comment Apollo l’avait gagné en faisant fulminer Pied de Biche qui le traitait de tricheur. Le bon moment que ça avait été de jouer sur ses nerfs, ce gros nounours culturiste, bourrés de muscles. Une montagne qui essayait de frapper la boule comme s’il manipulait un cure dent.
Le jour où Blue lui a expliqué pourquoi elle adorait s’accrocher des plumes bleues sur les cheveux, pourquoi elle était fan de cette couleur.
Ou encore mariole, qui l’avait ébahie, le jour où il avait fait une imitation quasi parfaite de sa voix.

« Je...je crois que je devrais faire...la checklist...vérifier les groupes de secours... » Fit-elle doucement.

Elle passa la main dans la poche intérieure de sa veste et en retira une flasque argentée. Elle l’avait entre les mains, la considérant d’un regard étrange alors que ses doigts jouaient sur le capuchon. La jeune femme réprima un tremblement issue de cette peur qui ne voulait toujours pas la quitter. Mais maintenant, il y avait un poids en moins. Il y avait assurément le soutien d’Apollo.
Stardust lui tendit la flasque avant de se relever, les jambes tremblantes. Il la récupéra, opinant doucement, lui offrant un léger sourire.

« Fais attention à toi Reynata. Je te retrouve au hangar. »

La jeune femme s’éloigna de quelques pas avant de s’interrompre dans son mouvement.

« Ca reste entre nous...d’accord ? »

Elle ne semblait pas parler que de l’enfant mais également de ce qu’il avait entre les mains. Il hocha simplement la tête sans un mot de plus, avant de se relever à son tour, l’observant s’éloigner. Il se retourna alors, se dirigeant rapidement vers son bureau. Il s’approcha de son bureau, ouvrant délicatement l’un des tiroirs du bas. Un magnum s’y trouvait déjà. Il déposa la flasque à côté, refermant le tiroir avec précaution. Désormais, c’était l’heure de passer à l’action.

_________________
All great things are simple, and many can be expressed in single words : Freedom, Justice, Honor, Duty, Mercy, Hope.

Winston Churchill


DC : Mike Femens

Signature:
 
Revenir en haut Aller en bas
Dim 24 Juin - 20:58
avatar
√ Arrivée le : 16/04/2017
√ Messages : 280

Dossier Top Secret
√ Age: 31
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Inoculation
Voir le profil de l'utilisateur
La petite espagnole se regarda dans le miroir.
Elle détailla les traits de son visage durci par l’anxiété et les sillons dans lesquels s’écoulaient les nombreuses gouttes d’eau. L’angoisse et la résolution remplaçait son aspect joyeux habituel, c’était vraiment étrange de se voir sans sourire pour une fois. C’est la pensée qui lui traversait l’esprit pour les deux petites minutes qui lui restait. Nelly s’approcha un peu plus du miroir pour regarder ses cernes et le beau cocard que le militaire lui avait mis quand elle avait voulu lui échapper.
La jeune femme fit la moue. Elle l’aimait bien sa petite gueule, ce n’était jamais cool de la voir abîmée même si, comparé au mois dernier, ce n’était rien du tout.
Alors pour rompre à tout ça, Nelly commença par se tirer la langue avant de ricaner de sa propre bêtise. Elle récupéra la serviette pour s’essuyer puis elle souffla longuement avant de secouer ses mains tremblantes.

« Tu vas tout dégommer ma fille ! Je vais faire de l’ombre à Pedgy !!! »

Un dernier sourire illumina son visage. Il n’y avait que le regard qui restait un peu trop sombre à son goût, pas suffisamment pétillant. Soudain, quelqu’un frappa à la porte et une voix d’homme s’éleva.

« Tu vas foutre tout le monde en retard, grouille... »
« C’est comme ça que tu parles aux femmes ? Où est passée ta galanterie ? »
« C’est ma femme qui l’a embarqué lors du partage au divorce... »

Nelly ricana. Elle s’attacha rapidement les cheveux à contrecoeur, détestant les chignons, les queues de cheval et tout ce qui lui tirait sa chevelure sur l’arrière, puis elle récupéra son casque pour ensuite ouvrir la porte.

« Tu sais que c’est pas bien de gratter à la porte du vestiaire des dames ? Ca fait un peu, beaucoup, vachement pervers tu sais ?!? Et rien de “passionément” ! » Lâcha-t-elle avec humour.
« Plus que se planquer dans les douches des mecs pour les mâter ? » Contre-attaqua le garde.

Ils prirent le chemin côte à côte.

« Nan ! Moi j’suis une petite innocente ! Et puis mater les mecs, quand tu es une fille, ça passe tellement mieux que quand tu es hombre ! Tu devrais essayer toi, j’suis sûre qu’avec ta moustache, tu es un super gay qui s’ignore !!! Macho macho meeeeennnnn ! »

Wakks rigola. Il la fixa tout en se passant la main sur sa barbe et secoua la tête. Ensemble, ils quittèrent le pont qui appartenait aux pilotes pour se rendre aux anneaux de transport. La baie où l’attendait sa péniche volante se trouvait sur la baie bâbord. Il n’y avait pas assez de place avec les F-302 que Tyrol s’acharnait à réparer dans les temps.

« Tu as recommencé sur Atlantis hein ? »
« Si ! J’ai loué deux casiers côte à côte et j’ai enlevé la paroi. J’ai mon p’tit nid et un point de vue parfait sur les biscotos de tous ces messieurs ! Ils se doutent pas qu’une petite contorstionista comme moi peut passer... »
« Au retour, grosse séance... »
« Obligé ! D’ailleurs y’a quelques petits nouveaux que j’ai pas encore vu. Mine de rien, tu te doutes pas du nombre de mec qui ont des tatouages en bas du corps. Toi ce sera quoi à la fin de la guerre ? Nadia ? »
« Non, Nadia j’ai fini par l’avoir et c’était une déception. J’en chasse une autre cette année. J’vais me faire Steele, tu connais ? »

Nelly s’interrompit dans la salle des anneaux, le regard écarquillé.

« Steele comme….Erin Steele ?!? »
« Ouais ! »

L’hispanique demeura complètement immobile, se demandant s’il était vraiment sérieux ou s’il déconnait comme d’habitude. Elle finit par appuyer sur le bouton amenant au-niveau inférieur puis reprit le chemin tout en secouant la tête.

« Pequeño loco !!! » Fit elle en riant. « C’est chasse gardée ça !!! Le chevalier, il va sortir son super stylo de la mort qui tue et tu deviendras nettoyeur de latrine dans tous les croiseurs ! »
« J’aime les causes perdues d’avance, tu me connais. »
« Oui ben faut se calmer sur les auto-claques. Chercher à avoir la femme du chevalier, c’est comme essayer d’empêcher le soleil de se lever. En plus, il y a pleins de filles sur le continent si tu veux du plus long. Un collègue à moi, il s’est entiché d’une Athosienne. »
« Nelly... »
« Et il y a les Natus aussi. Tu verrais leurs dames, les chasseresses surtout. Elles courrent après les sangliers et c’est même pas des brutes. Je suis super jalouse, tu verrais comment elles sont et les lolos qu’elles ont, pas cool. »
« Nelly...on est arrivé... »

La petite hispanique était en train d’estimer la taille des bonnets des Natus avec ses mains sous les regards goguenards de quelques techniciens et de plusieurs membres présents. La gêne que cela causa ne posa pas de soucis à Nelly qui termina son estimation tout en hochant la tête, comme si l’argument allait sauver Wakks de son projet suicidaire.
Le militaire secoua négativement la tête. Il appréciait toujours ces petites discussions, aussi folles soient-elles. Il récupéra le casque de la petite femme pour l’aider à l’enfiler et le verrouiller convenablement.

//Test radio, tu m’entends ?!?//
//...et en plus, elles sont libertines. Pas de problème de fidélité !!!//
//Arrête donc de vouloir me coller avec les tops modèles de Pégase, l’espagnole. Bon...au sujet de ta lettre, je la donne à qui ?//
//Ah oui, deux copies. Une pour mi Isia, c’est la bonnasse d’Atlantis, celle qui fait pompom girl ! // S’écria joyeusement Nelly tout en imitant un début de danse d’encouragement.
//Ca va, ça va, je sais qui c’est. Et l’autre ?//
//La DEUXIÈME bonnasse d’Atlantis version militaire !!! Fait attention, y’a des doubles qui se prennent pour elle de partout. Si elle survit à la guerre, tu veux bien lui donner aussi ?//
//Ouais, je sais qui c’est. Je vais m’en charger, même si t’aurait dû filer ça à un officier.//
//Oh ben c’est fait aussi !// Fît l’hispanique en faisant un tour sur elle-même avant de faire un “tadaaaa” des bras. //J’ai demandé au vilain pas beau méchant Caldwell. Je lui ai dit d’ouvrir la lettre et qu’il comprendrait...//
//Nelly, me dis pas que tu as...//
//Et si !!!!!!! Un beau dessin du type qui pointe du doigt avec la mention “HUMOUR NEED YOU !!!”...ça va lui plaire, j’suis sûre !//
//Merde, t’en rate pas une...// Balança Wakks au milieu de son rire.

Nelly ricana aussi, ça permettait d’évacuer la pression de cet avant combat. Le dédale allait repartir au combat et Nelly en ferait de même en pilotant un semi-remorque sur un champ de glace. Il finit par la prendre dans ses bras et elle accepta l’accolade, soupirant longuement.

//Allez, mistinguette, reviens en vie...//
//Merci Normann, je compte sur toi pour la lettre.//

Il était temps d’y aller. L’hispanique tourna le dos et rejoignit l'artificier qui s’assurait que l’ogive soit bien sanglée. Ils effectuaiérent un petit topo avant que la jeune femme ne prenne les commandes de la barge et ne demande au contrôle mission l’autorisation de décoller. Normann, quant à lui, retourna d’un pas rapide à sa prochaine tâche. Son amie lui manquait déjà.

_________________


Double compte : S. Caldwell, P. Sidney
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Atlantis Insurrection :: Galaxie de Pégase :: Planètes explorées :: Le Boc-