Atlantis Insurrection
"Personne ne demande à devenir un Héros, sauf que parfois ça finit comme ça..."

Et si ce Héros, c'était toi ? Tu es l'un des meilleurs dans ton domaine (Biologiste, Chirurgien, Infirmier, Diplomate, Démineur, Maître chien...) et on te propose de participer à l'expédition la plus fabuleuse mais aussi la plus dangereuse : l'expédition Atlantis.
Auras tu le cran de rejoindre Atlantis pour découvrir ses mystères et affronter les dangers de cette galaxie ?

Tu peux aussi incarner les personnages importants de la série (Ronon, Zalenka, Lorne, Teyla....) Bon niveau RP demandé.
On recherche de nombreux personnages inventés.
http://www.atlantisinsurrection.com/t387-personnages-vacants


Si tu te sens capable de franchir ce pas, tu es des nôtres ! Clique sur l'image ;-)
La mémoire du passé 824245bouton512


RPG sur Stargate Atlantis
 
Lun 2 Juil - 19:23
Elana Ravix
√ Arrivée le : 25/06/2018
√ Messages : 117

Dossier Top Secret
√ Age: 27 ans
√ Nationalité: France France
√ Gêne: ATA
Voir le profil de l'utilisateur
La mémoire du passé
EXORDIUM.

Chronologie : 18heures // Lundi 09 Juillet

Voilà une semaine que je suis arrivée sur la cité. Je dois dire que je n'ai pas chômée, entre la mise en place des maigres bagages dans mes nouveaux quartiers, la visite de l'endroit titanesque et mon évaluation sur le terrain... le temps est passé très vite. Et tant mieux ! je ne suis pas quelqu'un qui supporte bien l'ennuis. Comme beaucoup de personnes et plus particulièrement les militaires, j'avais hâte de partir en mission, la vraie ! Et non sur le continent pour évaluer mes aptitudes de tir, de combat et mon comportement tout simplement. Mais au moins ça me permet de rencontrer mes supérieurs et de montrer mes compétences. Je dois avouer que j'étais déçue du continent lantia, on dirait un endroit de nature quelconque qu'on peut retrouver sur terre. Une forêt de conifère, une plage, du sable et de l'herbe. Rien de bien impressionnant, en soi. Certes l'endroit avait son charme, surtout le village Athosien qui possédait le plus grand marché folklore que je n'avais jamais vu ! Il avait de quoi faire pour satisfaire les accrocs du shopping. Chose que je ne suis pas. N'étant pas spécialement gourmande, je ne m'attardai guère dans ce village, de toute façon ils ne connaissaient pas les chips. Seul mets que j'abuse grandement au plus grand désarroi de mon ventre.

Enfin bon, au moins mon évaluation avec le colonel Sheppard avait été vite et efficace. La perte de temps, ce n'est pas mon dada et il n'avait pas grande chose à redire, j'étais prête et efficace point. Tout ce qu'on attend d'un bon petit soldat et l'homme semblait satisfait d'avoir un soldat pas caractériel pour une fois. Cela voulait dire quoi ? Qu'il avait des têtes brûlées dans nos rangs ? Genre ici à des kilomètres de la terre des gens s'amusent à faire comme bon leur semble ? Eh bien, j'espère que je ne tomberai pas avec l'un d'entre eux. Je ne comprends pas pourquoi, il existe ce genre de personnalité dans l'armée, quand tu n'es pas fait pour obéir et te conformer à un moule reste dans le civil mec ! C'est triste de dire que l'armée fabrique des moules à la chaîne, mais c'est normal, on ne demande pas aux militaires de (hors officier) de réfléchir pendant trois heures ou de donner leur avis, mais d'exécuter des ordres pour réussir une mission et un objectif. Si on voulait savoir ce qu'on pensait d'une action donnée on nous le demande, mais avant ça, faut savoir se soumettre aux exigences, aussi connes soient elles. Il faut arrêter de tortiller des fesses et de vouloir un libre abrite qui n'est qu'une illusion, surtout quand on n'est pas officier. Même chez les civils, on parle de ce beau terme, mais au final, ils doivent faire comme nous, obéir à leurs responsables. Sauf qu'eux, ils ne vont pas avoir sur le coin de la gueule un blâme pour irrespect de la hiérarchie ou autres sanctions agréables, parce que tu as ouvert ta gueule.

Enfin bon, qu'importe, je verrai bien en allant, je n'avais pas rencontrée beaucoup de personnes encore. J'étais restée avec les militaires qui venaient renforcer les rangs d'Atlantis avec moi. Un petit groupe dynamique et un peu bruyant. Il avait d'étrange personnalité, pour des militaires dans ce lot, mais ils semblaient quand même suffisamment bien câblés pour ne pas être des collectionneurs de blâme. Il avait une démineuse : Alberta Bailo, avec qui je m'entendais bien, elle parlait beaucoup en plus d'être excentrique. Elle me fait penser à un perroquet. Toujours la bouche ouverte et très volubile, cela me va, elle complète mon manque d'émotion et je ne suis pas pipelette. Elle parle pour moi et pour les autres aussi. Elle est d'origines Italienne, chose pas surprenant, les latins sont chauds et toujours en train de dire quelque chose.

J'avais prévu de courir avec elle justement, mais elle fut appelée sur sa première mission ce jour-ci. Bon tant pis, j'irais courir avec d'autres personnes de la team renfort juillet, mais chacun avait quelque chose de prévu où courait le matin et non le soir. Personnellement, avec la chaleur de l'été je préfère m'entraînée le soir pour profiter de la température fraiche.

Finalement, j'étais seule à courir sur les digues, (en brassière magenta moderne et en legging moulant avec une queue de cheval longue remontée) autant la première fois, je trouvais ça sympa de voir l'étendue d'un océan qui semblait sans fin, mais le paysage devenait vite monotone. Heureusement que ma musique, elle changeait. Le son électro était énergique et je pouvais courir des heures et des heures tellement j'étais à fond. Cela me mettait en condition pour un cross fit juste après.

Perdue dans les sons tumultueux de la dernière création de mon DJ favoris, quelque chose attira mon attention sur la droite... l'océan calme et un gros piaf qui voltait en poussant des cris aigues à vous rentre fou, si j'avais été sur terre j'aurais pensé à un goéland... ou un cormoran vu sa couleur, mais le bestiaux était immense... celui-ci plongea dans les ondes fondant l'air comme une flèche. J'ai toujours adoré les animaux prédateurs, il y a quelque chose de fascinant et de similaire à mon métier. Je me perdis à observer cette scène jusqu'au moment où il remonte, avait-il attrapé un poisson Alien ? Je ne pus le savoir, puisque qu'un choc assez fort me fit tomber en avant sur le corps d'une personne.
Non mais sérieusement ? Elle ne pouvait pas regarder où elle met ces pieds celle-là ? (j'en conclue que ce fut une fille, les hommes n'ont pas une paire de seins ! A moins qu'on met menti !). Par réflexe j'avais posé mes mains devant moins, mais le sol ne les toucha pas, les épaules de la demoiselle oui par contre... Et bref, le nez dans la poitrine, moment gênant et horripilant ! Ce n'est quand même pas de chance d'être distraite par un goéland Alien lors d'un virage !

Je me relevai prestement, berk... un câlin involontaire, je ne supporte pas le contact forcé. Ça me file des aigreurs tout ça ! Et si elle est malade ? Génial, j'aurais chopée une maladie ou un rhume avant même de partir en mission... elle a intérêt à être saine, car si j'ai le nez qui coule, ça va me gonfler sérieusement, c'est-à-dire dix minutes avant que la petite pique d'agacement soit noyé par la neutralité de ma personnalité. Déjà que je suis aussi tactile qu'un cactus mais là... je tombe à plat ventre sur le corps d'une autre personne inconnue de surcroit et la tête dans les ballons !

« La digue n'était donc pas assez large... » Dis de mon ton morne, pragmatique comme une conclusion suite à un accident... Tout est morne chez moi, mon regard les expressions et ma voix horriblement neutre. Comme celle d'une machine. Mes pupilles observèrent la digue qui était suffisamment grande pour deux personnes, mais je ne sais pas comment on a fait nos comptes toutes les deux... je devais courir au milieu et PAF la Ravix !

« Je ne vous ai pas vu, désolé »...généralement, les excuses ne sont que de la politesse et je préférais les formuler la première surtout quand j'étais aussi en faute, pour ne pas rentrer dans un conflit inutile. Surtout quand on se retrouve au milieu des seins de quelqu'un. Et ce n'est pas agréable du tout... je ne comprends pas les mecs qui fantasmes sur ce genre de rencontre, à croire qu'ils sont tellement en manque qu'ils sont prêts à tout pour avoir un contact avec une paire de seins... c'est dégradant. La prochaine fois, je ne devrais pas me laisser distraire par un piaf pécheur.

Enfin je daignai toiser la personne qui m’avait servi de matelas, la couleur bleu passé de mes yeux scrutèrent ce visage qui me disais quelque chose… pourtant des belles rousses, ça doit marquer, généralement ils ne sont pas dans les canons de beauté humain. Enfin bon, pas grand-chose me marque vraiment, surtout pas le physique. Sur ce point c’est plus sur le présent et dans quelques secondes j’aurais oublié si elle était belle ou moche.

Hum, tiens pour une fois... son visage m'est familier... Elle me rappelle la soeur de mon amie de lycée : Sarah... Ah oui, elle avait pris un peu de maturité mais c'est bien elle ! C'est quand même incroyable ce hasard quand même... On dit que le monde est petit, mais sur deux galaxies, je ne pensais pas reconnaître une connaissance du passé, surtout civile. Il me semblait que je l'aimai bien cette jeune femme, à voir si elle n'est pas devenue insupportable. Je ne sais pas si ce fut réciproque, j'étais souvent chez sa soeur et elle me donnait des cours de soutiens. Mon père désirant améliorer mes notes pour mon dossier militaire. Je la plains... j'étais très attentive et accrochée à ces paroles, mais comme les contrôles me faisaient prodigieusement chiée, je me contentais du minimum syndicale : le 11.

Enfin bon, je suis certaine qu'elle est toujours aussi pédagogue. Sarah était le modèle de bienveillance et de gentillesse... une artiste, elle voulait faire sa carrière dans la musique avec cette utopie que je n'aurais jamais. On était bien différente toutes les deux et beaucoup de personnes n'arrivaient pas à comprendre pourquoi elle était si copine avec moi. Pour ma part ce fut simple : elle compensait tout ce que je n'avais pas. Et j'adorai l'entendre composer ses musique, elle avait ce côté apaisant et sa douceur changeait le monde dure dans lequel nous évolution. Je ne parlais pas beaucoup, mais cela n'avait pas d'importance, on se comprenait et j'adorai l'écouter quand elle me racontait ces soirées avec ses amis artistes, complètement loufoque et digne des années lycée avec le côté insouciant et naïf. Je me demande ce qu'elle est devenue, si elle a réussi son rêve tiens ! On a perdu contacte deux ans après le lycée avec mes mutations et mon travail très strict dans le régiment des parachutistes.

« Avalon ? Natasha Avalon ? » Demandai- je, avec le même dynamisme qu'avant... Ouai je suis morte à l'intérieur comme dirait Alberta, un cadavre qui parle. On m'a toujours dit que j'avais une gueule de pitbull et que je n'étais pas facile d'approche, ma voix, je crois renforcer cet effet peu agréable... surtout si je donne l'effet d'un mort vivant... pff je vous jure les gens et leurs commentaires.



_________________
La mémoire du passé 2018_e10

Double comptes : John Sheppard & Isia Taylor-Laurence & Alexander Hoffman & Naalem Lays  //écriture : écriture : DarkMagenta]
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 5 Juil - 14:18
Natasha Avalon
√ Arrivée le : 29/06/2017
√ Messages : 357

Dossier Top Secret
√ Age: 35 ans
√ Nationalité: France France
√ Gêne: ATA
Voir le profil de l'utilisateur
Cela faisait bien longtemps que Natasha n’avait pas jouit pleinement d’une journée de repos. Ces deux derniers mois avaient été particulièrement difficiles pour tout le monde et la kiné s’était investi dans la reconstruction d’Atlantis et le soin des blessés. Quand elle le pouvait, elle passait aussi du temps dans la jungle des serlianes et leur apportait un peu de musique humaine… c’était sa manière de les remercier et de se faire pardonner les blessures que l’une d’entre elles avaient subi pour la protéger ; une manière de leur faire savoir que « ceux de l’extérieur » n’était pas tous mauvais, que leur venue pouvait aussi leur être bénéfique.

Les choses commençaient doucement à aller mieux et de nouveaux visages faisaient leur entrée pour remplacer les morts Peut-être qu’ils étaient tous remplaçables finalement… Il suffisait d’en importer de nouveaux de la Terre et basta, plus personne ne remarquait l’absence des disparus. Natasha s’efforçait de rejeter cette idée injuste, elle savait que son jugement était faussé, qu’elle cherchait un bouc-émissaire et qu’elle se sentait en colère et impuissante. Il y avait eu tellement de morts, des gens s’étaient fait dévorer sous ses yeux. Ces images étaient gravées au fer rouge dans sa mémoire, tout comme le massacre des geniis, cela faisait désormais parti d’elle. Elle avait d’abord ressentie de la colère, puis de la frustration lorsqu’elle n’avait pas su contre qui diriger ces sentiments. A présent, elle était surtout lasse. Cela dit, il lui avait fallu nettement moins de temps pour digérer l’attaque des morpheas que celle des geniis et il était évident que la succession d’horreurs auxquelles elle avait assisté au cours de l’année l’avait irrémédiablement changée. A quoi bon lutter pour redevenir la jeune femme innocente qu’elle était jadis ? Il y aurait d’autres massacres et son cœur s’endurcissait peu à peu, elle n’y pouvait rien. Etrangement, elle se sentait soulagée depuis qu’elle avait admis ce fait. Elle avait hésité à s’accorder un répit et prendre un peu de recul avec Atlantis en rentrant sur Terre mais elle ne s’était pas sentit le cœur d’abandonner John après tout ça.

En bref, aujourd’hui, elle s’accordait sa première vraie journée complète de repos et elle savoura sa grasse matinée. Une fois réveillée, la belle s’habilla, partit à la médiathèque et entreprit de se plonger dans l’écriture de son nouveau livre sur lequel elle travaillait depuis plusieurs mois et qui n’avançait pas assez vite à son gout. Elle y traitait, entre autre chose, de l’impact de l’esprit sur la guérison du corps, alliant des notions de changement personnel et de psychologie à de la biomécanique.
L’avantage de travailler dans ce genre d’expédition c’était que les études de cas ne manquaient pas.

Lorsque la rouquine tourna les yeux vers sa montre, elle réalisa qu’il était 17h30. Ses yeux la brulaient, signe qu’il était temps d’arrêter l’ordinateur et de passer à une autre activité. Elle mit donc un point final à sa phrase, fit un saut chez elle pour poser ses affaires, enfila un survêtement et partit faire un footing pour se dépenser. Le sport avait toujours été un exutoire pour elle, quand elle avait besoin de se vider la tête et de se défouler elle allait nager ou taper un sprint… autant dire qu’elle courrait beaucoup depuis quelques temps.

Elle prit tranquillement le chemin des digues, un lieu agréable pour courir car il était à l’air libre et peu fréquenté. Cela ne valait pas le continent bien sûr mais c’était toujours pratique quand on avait pas le temps de prendre les navettes jusqu’au village athosien. Elle parcourut une centaine de mètres avant de réaliser que son lacet était défait, elle se pencha donc pour faire un nouveau nœud avant de se relever et de se faire percuter de plein fouet par quelque chose. Ou plutôt quelqu’un.

-La digue n'était donc pas assez large...

-Il faut croire que non, répondit Natasha d’un ton neutre, ne sachant pas si elle devait interpréter la phrase de son interlocutrice comme une pique ou comme un simple constat. De toute façon, la rouquine n’avait aucune envie de s’exposer à un conflit. Les excuses qui vinrent juste après la rassurèrent quant aux intentions de l’inconnue.

-Moi non plus, pas de soucis.

Bizarre, outre le fait qu’elle était plutôt jolie, son visage lui était familier. Il ne lui semblait pourtant pas avoir travaillé avec elle, elle s’en serait souvenue vu son excellente mémoire. Ses souvenirs la ramenèrent des années en arrière, bien avant son départ aux Etats-Unis. Quelles étaient les probabilités de rencontrer une ancienne amie de lycée de sa petite sœur ici, à l’autre bout de l’univers ? L’expression « le monde est petit » pouvait aller se rhabiller, là on parlait de galaxies. Elle aurait pu penser faire erreur s’il n’y avait pas eu cette expression sur le visage de la blonde qui signifiait qu’elle était en train de faire mentalement le même chemin qu’elle pour sauter aux mêmes conclusions.

-C’est toi Elana ?

Et merde, dire qu’elle s’était barrée sur Atlantis pour fuir son passé, oublier le tragique accident de Sarah qui l’avait ravagée de l’intérieur… à peine commençait elle à se relever de sa perte qu’elle se retrouvait à devoir s’y confronter une nouvelle fois. La vie était sacrément ironique quand même !
La belle observa sa voisine avec un tout nouvel intérêt. Cette gamine de presque huit ans sa cadette, qui avait si souvent squatté leur appartement, à qui elle avait donné des cours de soutien, amené parfois à tel ou tel endroit en voiture car sa petite sœur le lui demandait avec des yeux en cœur et qu’elle était incapable de lui dire non… cette petite était devenue une femme et s’était visiblement classée parmi l’élite pour avoir gagné sa place sur Atlantis. Incroyable. Il n’y avait aucun doute sur le corps de métier de la blondinette : avec sa personnalité et son passif familiale, Natasha aurait mis sa main à couper qu’elle était militaire.

-Quand… quand es-tu arrivée ?

Merde, elle bafouillait. En même temps, il fallait qu’elle digère cette rencontre quelque peu inattendue et ce n’était pas gagné. Son petit doigt lui soufflait qu’elles avaient beaucoup à se dire toutes les deux et qu’elle n’allait pas beaucoup aimer répondre aux questions d’Elana concernant Sarah.

_________________
La mémoire du passé Signat10
Revenir en haut Aller en bas
Lun 9 Juil - 21:01
Elana Ravix
√ Arrivée le : 25/06/2018
√ Messages : 117

Dossier Top Secret
√ Age: 27 ans
√ Nationalité: France France
√ Gêne: ATA
Voir le profil de l'utilisateur
La mémoire du passé
EXORDIUM.

Chronologie : 18heures // Lundi 09 Juillet

Elana Ravix


Elle me reconnue aussi, après tout ce temps je n'aurais pas été vexée qu'elle ne se souvienne plus de l'adolescente plutôt transparente qui accompagnait sa soeur. De toute manière, je ne suis pas bonne pour reconnaître les personnes, il faut vraiment que je les côtoie sur plusieurs années, pour les reconnaître dans la rue. Non pas que je m'en fou non... mais je n'ai pas une bonne mémoire visuelle par contre auditive oui. Pour cela que j'aime autant écouter.

« Oui c'est moi » ce fut dit comme une évidence malgré la neutralité du ton. J'avais retiré mes écouteurs pour les enrouler autour de mon Mp3 et de le mettre dans la poche intérieure de ma veste.

J’étais étonnée de la voir bafouiller... dans mon souvenir elle était plutôt le genre de femme sûre d'elle avec la même empathie que Sarah. J'avais des images de grandeurs, peut-être aussi, parce qu'elle était plus grande et qu'elle faisait figure d'autorité ? Peut-être bien. En tout cas, elle était toujours plus grande que moi, de quelques centimètres... la soupe dans sa famille ils doivent l'adorer ! Mon un mètre soixante-huit ne rivalisait que peu avec son un mètre soixante-treize.

« Avec les renforts de juillet et toi ? » J'étais toutes nouvelles, je n'avais pas encore fait tout mon tour, une semaine après mon arrivée. Je lui fis un signe de tête de me suivre pour marcher avec moi, avant de me souvenir des conventions sociales humaine.

« Tu veux bien qu'on marche ensemble ? Je crois qu'on a des choses à se raconter. » Oui il y a beaucoup d'élément à se dire au final, comment elle avait été recrutée ici ? Depuis combien de temps, comment elle vivait sa nouvelle vie loin de la terre et de sa famille ? Sa soeur devait lui manquer. Je ne pense pas qu'elle soit ici, que ferait Atlantis d'une musicienne ? Mise à part pour le loisir et organiser des spectacles. On n'embauche que des corps de métier utile après tout. Les loisirs comme les comédiens, les acteurs, les artistes ne sont pas invités à cette joyeuse fête. Dans un sens, ça serait une source de frustration trop grande. Je suis certaine que beaucoup aimeraient traverser la porte et ils se feront bouffer sans sommation par la première grosse bébête un peu trop mignonne mais avec des grandes dents.

C'est ça que j'aimais avec mon métier militaire, on a toujours besoin de gros bras pour la sécurité ou 'l'exploration... voir même la guerre comme il en avait eu une en mai. Au final l'armée est bien le seul corps de métier qui ne connaîtrait pas le chômage... sauf si dans un monde pleins d'utopies nous décidons de retirer tous les conflits et de mettre au placard l'armée et donc la sécurité ! Un monde dans soucis, sans dangers sans criminalité ni guerre, serait bien. Mais terriblement ennuyeux et surement hypocrite. Oui ça serait étrange pour l'humanité que nous sommes. Peut-être que sur les nombreuses planètes que nous visitions existe un modèle pacifiste ? A moins, que par leur trop grande bonté, ils se sont fait manger jusqu'au dernier par le prédateur du coin : le Wraith.

C'est étrange, j'avais hâte aussi d'en voir pour de vrai et à la fois, vu les rapports il fallait que ce jour n'arrive pas trop vite. Natasha en avait-elle déjà rencontré ? Tout dépend de son temps d'arrivée et si la kiné sort de son cabinet aussi. J'ignorai qu'elle était formée aux soins sur le terrain et si c'est le cas c'est une bonne chose, elle peut vivre des aventures bien plus palpitante que de masser un client dans un bureau gris.


Natasha Avalon


- Ah, ça explique qu’on se soit encore jamais croisées.

Elana faisait donc partie des tous nouveaux arrivants venus en renforts après le massacre de mai. Avait-elle été bien accueillie ? Ce n’était pas évident de débarquer en pleine situation de crise, quand beaucoup d’Atlantes avaient perdu des proches. L’image de “remplaçant” risquait de coller un moment à la peau de tous les nouveaux.

- Je travaille ici depuis mai 2017, répondit-elle.

Elle acquiesça et sourit en voyant Elana lui faire signe pour bouger, puis se reprendre en exprimant la demande à haute voix. La jeune fille n’avait pas changé mais elle appréciait l’effort qu’elle faisait.

- Bien sûr, lança t-elle en emboitant elle même le pas pour marcher.

Beaucoup de questions tournaient dans sa tête, à commencer par “comment la jolie française avait été recrutée ici ?”. Elle décida toutefois de prendre son temps, pas la peine de lui rentrer dans le lard pour obtenir des réponses.

- Que penses-tu d’Atlantis ?

Elana Ravix


Depuis 2017 ? Un an alors… cela n’était pas récent et récent à la fois. Elle avait donc connue les évènements de mai et aussi pourquoi il avait eu une masse de nouveau pour juillet, surtout militaire. Peut-être que je lui demanderait comment elle a vécue tout ça… Je verrais bien car généralement les personnes ne parle pas trop de ce genre de chose. C’est sensible.
« Tu connais donc bien la cité, c’est toi qui va faire le guide alors. » Ce fut une tentative d’humour soyons clair, mais bon avec ma voix peu dynamique je pense que si elle comprend ça comme tel c’est qu’elle est une véritable championne. Dans tous les cas, elle accepta de marcher ce qui me convenait très bien, je n’aimais pas rester là comme un piquet à attendre que le mousse pousse sur mes jambes !

-Je peux t’offrir un verre au bar Athosien, ce sera le début de la visite, plaisanta Natasha à moitié. Puisqu'elles étaient bien parties pour parler un moment c'était plus sympa de le faire autour d'une boisson fraîche non ?
«Allons-y alors ! » Bon elle avait compris l’humour parfait. Et avec un verre c’est le moment de voir d’autres lieu plus loisir que ce que j’ai vu avant.

Et voilà qu’elle me demande la question bateau que tout le monde pose au nouveau. Mais je ne peux pas lui en vouloir de toute façon, c’est normal.

« Étrange. J’ai du mal à me dire qu’on est sur une autre planète ou même une autre galaxie. Je pense que je vais prendre conscience de ça, quand je partirai en mission... Tu pars sur le terrain ? ou tu restes dans ton cabinet ? »

-Je vais parfois sur le terrain oui. De plus en plus souvent en fait, répondit Natasha. Tu verras on s'y fait, la rencontre avec le premier extra-terrestre non humain est toujours marquante.
J’hochais la tête, je voulais bien la croire que ça doit être quelques chose de très marquant… un non humain qui parle … J’allais lui demander pour les missions, quand je me rendis compte que je ne lui avais même pas dit que j’étais militaire… cela était évident mais pas forcément pour elle, même si je lui en avait parlé durant mon adolescence. « Je suis caporal au faite, même si tu dois avoir déjà compris que je ne suis pas civile. »
-Félicitations, je me doutais que tu ferais une carrière militaire. Dans quelle spécialité es-tu ?
« Facile à deviner. Infanterie parachutiste. En gros gros bourrin d’élite. » Je la laissa prendre les devants pour sortir des dignes et le bon couloirs pour le bar… je ne savais même pas où il était.



_________________
La mémoire du passé 2018_e10

Double comptes : John Sheppard & Isia Taylor-Laurence & Alexander Hoffman & Naalem Lays  //écriture : écriture : DarkMagenta]
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 12 Juil - 19:12
Natasha Avalon
√ Arrivée le : 29/06/2017
√ Messages : 357

Dossier Top Secret
√ Age: 35 ans
√ Nationalité: France France
√ Gêne: ATA
Voir le profil de l'utilisateur
Natasha Avalon


- “Bourrin d’élite ” ? Ca a l’air violent, sourit la rouquine.
« Oui l’infanterie ce n’est pas des tisseur de dentelle » affirma la jeune femme avec une forme de sourire assez mécanique.

Natasha guida Elana jusqu’au bar et lui fit signe d’entrer. Il y avait déjà quelques personnes venus prendre un verre après le travail, une musique un peu “rock” raisonnait en sourdine, on pouvait s’entendre aisément en discutant.

L’endroit avait l’air sympa et surtout animé, chose qu’Elana adorait. Sous ces airs neutres et sans vie, elle affectionnait l’inverse de son comportement : le dynamisme et la joie de vivre tout bonnement, cela lui donnait une sensation de « pleine » comme si elle n’était plus vide.

Natasha s’approcha du part et salua le barman qu’elle connaissait plutôt bien depuis l’épisode d’halloween.

-Salut Nat’, s’exclama Dan depuis son comptoir avant de lancer un sourire en direction d’Elana. Et qui est ton amie ?

La rouquine semblait avoir ces habitudes, sinon le barman ne l’aurait pas salué de manière aussi amicale. Une bonne chose. Elana s’approcha de l’endroit après avoir observé le lieu, qui était quand même superbe avec ces boiseries aux plafonds très futuristes et l’ambiance d’un autre monde justement.
« Bonjour. Caporal Elana Ravix » répondit naturellement et surtout de manière protocolaire la jeune femme. Elle ne s’en rendait pas compte, cela était normal pour elle.

-Ah une militaire ! Lança t-il d’un air impressionné. Il avait du respect pour les guerriers atlantes capables de faire face aux wraiths, ils avaient été d’un grand soutien pour son peuple. Moi c’est Dan’el, mais tout le monde m’appelle Dan. Elana hocha la tête en signe de respect. « D’accord enchanté Dan » Il y a de grande chance qu’elle ne se souvienne pas de son prénom mais bon, a force de fréquenter l’endroit cela sera iné. Ensuite elle toisa l’homme puis la liste des boissons. « J’aimerai bien goûter une spécialité Athosienne s’il vous plaît. »
-Avec ou sans alcool ? demanda le barman avec un clin d’oeil. Il était d’un naturel charmeur avec tout le monde mais il devait bien avouer que la nouvelle amie de Natasha était particulièrement mignonne.

« Avec voyons ! On n’est pas là pour boire des cocktails détox ! » Dit-elle dans une tentative d’humour. Elle ne voyait pas que l’homme était charmeur, dans un sens, elle était trop terre à terre pour réagir à ce genre de chose et surtout elle ne se trouvait ni belle ni moche. Juste fade comment pouvait l’être un vert pomme passé ! La draguer était une hérésie, sauf pour l’entrée de son vagin, seul attrait qu’elle pouvait avoir en tant que femme. De toute façon avant qu’elle comprenne qu’on la drague faut lui rouler une pelle !

Il servit finalement les deux jeunes femmes lorsqu’elles lui dirent ce qu’elles voulaient et les laissa s’éclipser avec une petite pointe de regret.

- Alors, raconte moi un peu. Comment as-tu été amenée à travailler ici ? Demanda Natasha après s’être installée à une table.

Elana lui fit un signe de tête pour le remercier emportant son verre d’alcool aux reflets rouge irisés. L’odeur était fruitée et semblait agréable. Elle suivit la rouquine jusqu’à des canapés confortables pour s’y installer déposant sa boisson sur la table basse en bois. Elle était rigide dans ces mouvements, une vraie militaire dans le cliché qui va avec. Elle ne s’adossa pas mais resta le dos droit, fixant son interlocutrice.

« J’ai bossée avec les services secret et j’ai été recommandée. Tout simplement. Et toi ? Comment tu as été sélectionnée ? Les Amerlock’s ne doivent pas manquer de kiné. Quoique je ne suis pas certaine qu’ils ont des jolies… celle du SGC était affreuse autant physiquement que dans son travail. J’ai eu l’impression d’avoir un rouleau compresseur sur les vertèbres ! » elle ne s’intéressait pas trop au physique, cependant le fait d’être en face de quelqu’un d’indélicat lui avait fait observer le fait que cette dame n’était pas charmante. Bon, Ravix n’était pas une personne qui aimait la pratique du craquage, elle préférait l’autre. Ce qui expliquait sa révulsion pour l’autre praticienne. En tout cas, c’est toujours avec son langage brut de décoffrage qu’elle mettait un compliment.

Le franc-parlé d’Elana lui arracha un sourire amusé. Natasha avait l’impression d’être revenue des années en arrière, c’était étrange.

- Ils sont venus me trouver alors que je bossais pour une clinique privée aux Etats-Unis. Sur le coup je les ai envoyé promener en les prenant pour des escrocs, puis ils m’ont faite venir sur la base et ils m’ont montré des trucs complètement dingues. Je sais pas, mon profil devrait leur plaire…

Outre le fait qu’elle s’était faite une place parmi la communauté scientifique internationale avec certaines publications, sa situation avait probablement faite d’elle une cible pour l’armée : plus de famille, pas de compagnon…

« C’est plutôt valorisant ! » affirma la jeune femme qui entreprit de goûter sa boisson. Cela ressemblait à de la Vodka aux fruits… fort mais très bon au point que le goût de l'alcool lui-même était anodin. Elle s’attendait à avoir des fruits rouges, mais bon… c'était plus ressemblant à de la pêche malgré la couleur. « Comment va Sarah ? Elle a bien prit ton départ ? »

Les doigts de Natasha se crispèrent sur son verre alors que la question tant redoutée venait d’être posée. Lorsqu’elle voulut répondre, elle se rendit compte que sa mâchoire était tellement contractée qu’il lui était difficile d’ouvrir la bouche. Putain de réponse corporelle automatique ! La jeune femme prit le temps d’avaler une gorgée de son cocktail avant de prendre la parole, et ses yeux restèrent braqués sur la table. Elle fit une grimace.

- Sarah est la raison pour laquelle j’ai accepté de venir ici. Elle a eut un accident de voiture quelques temps avant que l’armée ne vienne me trouver. Elle s’en est pas tirée.

_________________
La mémoire du passé Signat10
Revenir en haut Aller en bas
Mer 15 Aoû - 13:56
Elana Ravix
√ Arrivée le : 25/06/2018
√ Messages : 117

Dossier Top Secret
√ Age: 27 ans
√ Nationalité: France France
√ Gêne: ATA
Voir le profil de l'utilisateur
La mémoire du passé
EXORDIUM.

Chronologie : 18heures // Lundi 09 Juillet

Elana Ravix


Elana regardait toujours Natasha avec la plus grande attention...contente d'avoir des nouvelles d'une vieille amie qu'elle admirait beaucoup... cependant la question avait l'air d'être dérangeante et la militaire se demandait bien pourquoi. Alors, elle attendit que la mâchoire de la rousse s'ouvre. Immobile comme une statue sa respiration était calme mais se stoppa quand la nouvelle arriva. Le visage fixe comme son regard sans émotion, on aurait pu croire que la révélation semblait ne rien lui faire, comme si elle ne savait pas comment réagir. En réalité, s'était tout le contraire, intérieurement, elle venait de pousser un petit cri de tristesse et elle se remémorait les bons souvenirs avec une nostalgie amère d'apprendre que cette fille si gentille ne pourrait plus jamais respirer.

Quelques longues minutes passèrent avant qu’Elana décide de réagir de manière humaine. Elle cligna des yeux baissant le regard sur son verre, n’y trouvant aucun réconfort. Oui, elle était choquée et très impactée sur le coup… mais ça passera tout passe.
« C’est injuste. » lâcha t’elle de sa voix si fade. Elle cligna plusieurs fois les yeux puis soupira avant de se lever et boire son verre cul sec sans se soucier qu’il soit fort. « Il y a un billard au fond de la salle. Viens, je vais te mettre ta raclée» . Encore une fois, ce genre de proposition pouvait être mal perçu surtout après les propos de Natasha, mais pour Elana c’est une manière de changer de sujet, d’accepter tout ça en bougeant pour ne pas « fermenter » dans cette tristesse et surtout pour continuer à vivre. Si elle meurt, elle a toujours voulu que les gens continuent à vivre sans pleurer et se détruire, elle ne voulait pas que les maigres gens qui puissent l’aimer soient dévasté par sa perte !

Natasha Avalon


Natasha laissa le temps à Elana de digérer la nouvelle en silence. La jeune femme semblait en état de choc, il est vrai qu’elles avaient été très proches jadis et que la perte devait être douloureuse. D’un côté, Natasha était contente de voir que les anciens amis de Sarah tenaient encore à elle au point d’être réellement affectés par sa disparition même après des années sans nouvelles, même si la rouquine ne prenait aucun plaisir à voir les autres souffrir. Sa petite soeur continuerait à vivre dans les esprits et le coeur des gens qui l’avait aimé, c’était une forme d’immortalité en soi.

- Oui... murmura t-elle. Bien sûr que c’était injuste, cela se saurait si la vie était juste après tout.

Puis, au bout d’un moment, Elana reprit le contrôle, vida son verre d’un trait et se leva pour lui proposer une partie de billard. Changement radical de sujet, Natasha comprit le besoin d’intimité de la soldate. A vrai dire, elle fut soulagée qu’Elana ne pose pas davantage de questions, c’était mieux ainsi.

- D’accord, répondit Natasha avec un sourire triste. Un billard ? Cela faisait un bout de temps qu’elle n’y avait pas joué, aucun doute qu’elle allait effectivement se prendre une belle raclée.

Elle attrapa son verre qu’elle avait à peine touché et le posa sur une table proche du billard avant d’aller chercher les queues pour jouer.

- Ton intégration se passe bien ? J’ai ouïe dire que ce n’était toujours pas facile pour les femmes dans l’armée, même si le colonel Sheppard lutte contre les comportements sexistes.

Elana Ravix


Elana s’était détournée très vite, ne voulant pas voir les expressions sur le visage de Natasha. Elle avait appris à ne pas garder trop longtemps les sentiments négatifs en elle, il fallait avancer dans l’armée et son tempérament neutre la rendait encore plus sujet à éviter les fortes émotions. Même si elle adorait ‘l’adrénaline. Elle était un paradoxe à elle-même. Parfois, elle préférait se faire passer pour une sans cœur qu’en femme touchée, cela évite beaucoup de chose et de compassion qu’elle ne désire pas, puisqu’elle ne savait pas la gérer. Tout comme la tendresse.

D’un pas vif, elle s’avança jusqu’au billard qui était libre. Elle vola la place à un groupe de mec, surement des militaires, qui avaient zyeuter sur le même objet. Elle s'assit dessus via un petit bond de popotin, comme pour leur dire « place garder les mecs » et son regard confirmait ce fait. Pour elle, elle avait fait pipi suffisamment haut pour pas qu’on vienne les emmerder, mais elle ne connaissait pas bien, encore la témérité de certains hommes. Elle attrapa la queue que lui tendait Natasha et suivit de son regard la jeune femme avant de descendre de ce même petit bon. La rouquine observa le manège en se demandant si les garçons allaient protester. Ils auraient pu se partager la place et jouer tous ensemble mais Natasha préférait rester au calme pour ses retrouvailles avec Elana, dans l’intimité.

« ça va. J'ai quelques différents avec mon chef d'unité, mais il fait la vie dure à tout le monde. Il m'a dans le pif, je ne sais pas pourquoi... je crois qu'il n'aimait pas ma tenue de sport civile. » . Elle haussa les épaules, elle s'en prenait pleins la gueule de la part du capitaine Calahan... mais bon il était réputé dure et aux méthodes douteuses.

- Qu’est-ce qu’elle a de spéciale ta tenue de sport civile ?
Elana haussa les épaules : « Rien… Un legging noir, une brassière rose foncé moderne avec de motifs et une veste noir aussi… Rien de bien scandaleux» . Elle ne savait pas les raisons et elle cherchait encore… son chef la prenait pour la chaudasse de la nuit mais bon.

- Trop sexy à son goût ?
« Mouai… Faut vraiment chercher quand même... » . dit-elle peu convaincue, mais bon… cela lui apparaissait tellement bête, elle n’était pas belle ni moche mais pas franchement attirante quand même « Mais surement, comme il me surnommait la danseuse de night club. Enfin passons. » . dit-elle en haussant les épaules pour répondre à l’autre question de Natasha. Cette dernière fronça les sourcils mais garda le silence.

« Mais ma première évaluation avec le colonel s'est très bien passée. Après pour les femmes...Ici c'est plutôt cool. J'ai pas eu de comportement trop sexiste et puis je m'en fou, ça glisse sur moi. Après sur Atlantis on a eu un laïus de la part du colonel sur ce genre de comportement et qu'il ne tolérait aucun écart là-dessus. Il n'avait pas l'air de rigoler alors qu'il a une réputation d'être cool. ».

Natasha Avalon


“Je n’ai pas eu de comportement trop sexiste”, disait-elle. Elana se rendait-elle compte que l’anecdote avec le capitaine en était précisément un si les choses se passaient vraiment comme elle le racontait ? Natasha se promit d’aborder à nouveau le sujet plus tard pour creuser un peu là-dessus. L’avantage d’être liée au big boss des militaires c’est qu’elle pouvait faire remonter ce genre de plaintes directement au concerné, mais elle ne le ferait probablement pas sans l’accord d’Elana et encore moins sans avoir d’élément tangibles à raconter.

- Il y a des choses qui ne sont pas acceptables. C’est bien que John soit intraitable là-dessus, répondit Natasha. Elle marqua une légère pause avant de reprendre : Je veux dire, le colonel, se corrigea t-elle.

Elana Ravix


Le “John” dit avec tellement de naturel n’échappa à Elana qui regarda de manière plus intense la rouquine.
« Ouai le colonel John ». dit-elle par humour avec un faible rictus, elle ne connaissait pas la nature de leur relation et par défaut elle les pensait bon collègue voir peut être ami. Après tout, l’homme semblait être agréable et amicale avec tout le monde. « Tu le connais bien alors ? ».

Natasha eut un petit rictus amusé en entendant le surnom. “colonel John” ca sonnait bien. Il faudrait qu'elle le lui sorte un jour.

- -Plutôt bien oui.

Elana Ravix


Elana hocha la tête s’allongea un peu sur le billard pour tirer les premières boules qui se répartissaient sur tout le meuble tapissé de vert. Son regard suivit les boules jaunes puis les rouges. « Jaune ou rouge ? » demanda t’elle avant de jouer son premier coup. Une boule jaune fut expédiée dans le trou.

- -Les rouges pour moi, déduit-elle. Ravix hocha la tête simplement avant d’ajouter : « Vous êtes donc ami. Tu sais comment il commande ? Ou le major Frei ? » quitte à avoir un avis sur le commandement de la cité autant l’avoir de quelqu’un d’extérieur et surtout qui n’avait rien à faire avec l'armée. Généralement, cela donne une bonne vision des personnes.

Natasha Avalon


- -Le major Frei est du genre carré. Elle peut paraître froide aux premiers abords mais elle est juste et professionnelle. Quant au colonel John, dit-elle avec une pointe d’humour, je ne sais pas si je serai très objective... Après tout elle avait commencé à fréquenter John bien avant de partir en mission avec lui pour la première fois. Son regard était forcément affecté par l’affection qu’elle lui portait. C’est quelqu’un de conciliant, il sait écouter malgré son grade.

Elana Ravix


La jeune femme hocha la tête satisfaite d’avoir des retours positifs sur ces deux supérieurs. Elle rata son coup et une boule rouge s’était bien positionnée pour la suite… mais pas pour sa suite. La française fit une petite moue desabusée.
« C’est plutôt bien. Après on peut être objectif avec ses amis. ». Dit-elle naturellement, elle était le genre de femme à dire ouvertement les défauts et els qualité des gens qu’elle pouvait affectionner sans avoir aucun problème avec ça.

Natasha Avalon


- Oh, je peux te parler de lui à titre personnel, mais juger sa manière de commander c’est autre chose. Elle se positionna, pris le temps de viser et tira. Sans surprise, elle n’envoya aucune boule rouge dans le trou. Et puis c’est un peu plus qu’un ami.

Elana Ravix


La jeune femme était en position pour tirer sa boule et elle la mit réellement dedans, elle adorait le billard et elle était assez bonne à ce petit jeu. Le groupe d’homme les observaient de loin sur un autre billard qu’ils avaient réussi à prendre. Elana leva la tête légèrement de sa queue quand Natasha lui avoue que le colonel était un peu plus qu’un ami.

« Tu es la première dame de la cité militaire sans l’uniforme … » Cela n’était pas étonnant, mais bon, elle avait encore du mal à se dire qu’on pouvait se mélanger en tout impunité, pour plus qu'une soirée agréable ou lamentable ! Après Elana n’était pas le genre de personne à juger, tant que la belle rousse de son passé était heureuse, c’est le principal. « Tout le monde est au courant ? ».
Histoire qu’elle ne trahisse pas un potentielle secret.

Natasha Avalon


A nouveau la spontanéité d’Elana fit sourire Natasha. Après la conversation difficile qu’elle avait eu un peu plus tôt, c’était agréable de plaisanter comme ça. La “première dame de la cité militaire”, vraiment ? Elana avait une manière de se représenter les choses bien à elle.
- Pas de problème, c’est officiel.

Elana Ravix


« D’accord, je n’ai pas envie de me faire virer par le colonel, car j’ai fuité ! » Elle se força à faire un large sourire pour marquer son humour « Penche toi sur la droite et orienta ta queue plus dans l’axe, sinon tu vas la mettre à côté. » commentaire dit à la suite et de manière complètement hors sujet pour orienter Natasha dans son tir.

Natasha Avalon


Natasha s’abstint de lui dire qu’elle ne l’aurait pas mise au courant si cela avait été confidentiel. Elle apprécia toutefois sa question et sa discrétion sur le sujet et se dit qu’Elana devait être ce genre de rare personne à savoir garder un secret. Un bon point pour elle.

- Oh, ce serait bien son genre d’abuser de son statut pour punir les petites nouvelles arrivantes, plaisanta t-elle en français. Cela faisait du bien de revenir à sa langue natale !
Elana pouffa un peu « J’ai déjà le capitaine pour ça, je veux pas un colonel en plus sur le dos ! »

Elle remercia Elana pour son conseil et parvint à marquer un point en envoyant une boule rouge dans le trou.
- Waw, je vais devenir une pro du billard grâce à toi !
« Ouai, enfin pour le moment faut renouveler l’exploit. » Elle attendit qu’elle retire une nouvelle fois, comme elle avait rentré sa boule.
- A propos du capitaine… il s’acharne spécifiquement sur toi ou il est aussi comme ça avec tes coéquipiers ?
« Il est comme ça avec tout le monde, c’est un gros con. Je suis juste son souffre-douleur du moment. » dit-elle en haussant les épaules.
Elle se positionna, tira, rentra une seconde boule.
- Okay, j’ai de la chance ce soir !
« Oui et c’est bien, ça donne du challenge » Elana parlait en français, l’anglais c'est bien, mais c’est vite pénible, elle préférait largement sa langue natale, elle en avait chié à parler anglais couramment à cause de sa dyslexie et si elle pouvait délaisser shakespeare pour molière elle le faisait avec un grand plaisir.

- Il s’est contenté de critiquer tes vêtements ?
Elana avait l’air d’apprécier le billard. Pour sa part, c’était surtout une distraction bienvenue pour l’encourager à parler.

Elana Ravix


La jeune femme arrêta son mouvement, pour se redresser et toiser Natasha dans les yeux. Cela commençait à être beaucoup de question sur le capitaine. Et même si Elana était du genre “fainéante” dans la réflexion se laissant souvent reposer sur les actions et l’instant présent pour ne pas montrer de trop qu’elle réfléchissait bien plus vite que certain…Mais elle ne voulait pas qu’elle s'inquiète pour elle.
« Oui. Ne cherche pas plus loin, il n’y a pas de problème. C’est juste un connard. Il y a des officiers qui ont le style dictature… des Colonels John, conciliants et à l’écoute ce n’est pas courant. » Fit-elle avant de se remettre en position et faire un beau carreau sur deux boules dont une qui rejoignit le trou.

Natasha Avalon


- Ok, souffla t-elle. L’ambiance dans l’armée ça a l’air… particulier. Je n’ai jamais eu de soucis mais je ne crains pas la cour martiale si j’ouvre ma gueule, ça change tout. Ça doit être autrement plus compliqué quand on est dedans, pensa t-elle à haute voix.

Elana Ravix


L’ambiance dans l’armée c’est particulier ? Ce n’est qu’avec cet homme… quoiqu’elle en connaissait des officiers bizarres et stricts et Calahan était quand même un niveau au-dessus mine de rien. Elle devait bien se l’avouer. Enfin bon, elle avait fait partis d’un corps d’armée réputé pour son élitisme et la droiture de ces hommes, elle se retrouva sur Atlantis avec un capitaine qui la voyait comme la dernière roue du carrosse, cela lui faisait tout drôle quand même. Mais elle ne se laisserait pas abattre bien au contraire. Les commentaires tout haut de la civile, l’interpella, elle la regarda étrangement, est-ce une manière de l’informer qu’en cas de problème, elle pouvait la défendre ?

« Et tu te proposes de faire ma témoin si j’ai un problème ? » demanda franchement Elana qui voulait être certaine d’avoir bien compris cette phrase.

Natasha Avalon


Natasha haussa les épaules. C’était le système militaire qu’elle remettait en question, à sa façon. Le genre “tais-toi et obéis” ça n’avait jamais été son truc. Peut-être parce qu’elle était trop grande gueule ? La hiérarchie était nécessaire au fonctionnement de toute organisation, mais il y avait différentes manières de diriger.

- Il faut bien que la première dame de la cité militaire sans uniforme serve à quelque chose, plaisanta Natasha pour dédramatiser.

“Témoin” n’était pas le bon terme, elle ne pouvait pas assister aux scènes de la vie quotidienne des militaires, mais elle avait le bras assez long pour faire remonter les plaintes au big boss des soldats.

- Tu peux compter sur moi si tu as un souci. Je commence à connaître du monde ici depuis le temps. Protéger Elana… elle devait bien ça à sa petite soeur.

Elana Ravix


Elana eut un rictus amusé, elle aimait bien l’humour de la rousse. En fait elle avait l’impression de redécouvrir cette femme de son passé avec un nouveau regard. Celui de la jeune femme adulte et non plus de la gamine adolescente.
« Le colonel n’est pas le seul à profiter de cette grande dame ! » enchérit t’elle avec un clin d’œil pour une nouvelle fois ponctuer son humour. Elle avait souvent peur qu’on ne la comprenne pas à cause de sa voix si peu expressive.

- Hé non, il n’a pas l’exclusivité ! Enfin, pas pour ces choses là en tout cas, répondit Natasha avec un sourire en coin.

Elle prit en compte l’information, mais à cet instant elle ne s’estimait pas en besoin d‘aide. Elle n’en avait pas besoin et elle ne voulait pas être faible. Elle vaincra comme elle l’a toujours fait et elle n’en sera que plus forte et aiguisé comme une arme !

« J’en prends note. » dit-elle simplement avant de tirer et de laisser la place à Natasha, elle avait placé sa futures boule et elle en était satisfaite. Bien entendu elle menait un peu, même si la rousse se défendait bien avec sa chance culottée.
« ça fait longtemps que tu es avec le colonel ? Ça va ? Pas trop de ragots ? » Un changement de sujet, pour recentrer le débat sur Natasha, Elana n’était pas intrusive, elle voulait juste discuter de quelque chose d’important pour sa vis-à-vis et qu’on l’oublie un peu. Et puis, papoter avec elle, lui allait bien, elle s'intéressait aux personnes qui gravitent autour d’elle et surtout aussi ancré dans sa mémoire.

- On se fréquente depuis novembre mais ce n’était rien de sérieux et puis... ont décidé d’officialiser la veille de son départ pour l’opération Normandie. Je ne sais pas si y a eu des ragots, entre la guerre, les morpheas et l’état de John et de son équipe à leur retour, j’étais pas tellement d’humeur à déconner de toute façon. Elle prit le temps de viser et parvint à décaler légèrement une boule jaune pour embêter Elana. Tu arrives au bon moment, c’est plus calme maintenant, la tension commence à retomber.

Elana Ravix


S’il avait eu des rumeurs, elle n’en n’était pas témoin. Et quand bien même elle s’en foutait et n’enregistrait pas ce genre de commérages sans intérêt. S’il y a bien une chose qu’on peut apprécier chez Ravix c’est son manque d’intérêt pour les ragots et les alimenter. Déjà qu’elle semble indifférente à son environnement, mais là clairement cela la rendait réellement blasée. La seule chose qui pouvait l’intéresser était la vision sur les autres soldats, s’il avait des rebuts, des parias ou des collectionneurs de blâmes (ceux qui cherchent en avoir, les rebelles débiles). Afin de ne pas leur prêter d’attention et de ne pas traîner avec ces gens sans vertus et honneur.
« Je n’ai rien entendu. J’espère que tu seras heureuse avec lui. » dit-elle sincèrement avant d’essayer de se dépêtrer de cette boule rouge qui l’embêtait… elle n’y parvient pas et la mit dans le trou, donnant deux coups supplémentaire à Natasha en plus de l’aider. Une petite moue satisfaite se fit sur son visage de marbre.
« L’ambiance était triste ou tendue à cause des morts ? » Elle avait une idée de la réponse.




_________________
La mémoire du passé 2018_e10

Double comptes : John Sheppard & Isia Taylor-Laurence & Alexander Hoffman & Naalem Lays  //écriture : écriture : DarkMagenta]
Revenir en haut Aller en bas
Lun 20 Aoû - 19:05
Natasha Avalon
√ Arrivée le : 29/06/2017
√ Messages : 357

Dossier Top Secret
√ Age: 35 ans
√ Nationalité: France France
√ Gêne: ATA
Voir le profil de l'utilisateur
Natasha Avalon


Si ce n’était que l’ambiance… La question d’Elana était un brin naïve mais elle tentait certainement de comprendre quelque chose auquel elle n’avait pas assisté et qui était difficile à mesurer quand on ne l’avait pas vécu.

- Être infiltré par un ennemi qui peut prendre le visage de ton voisin ça rend légèrement parano. D’un côté il y avait les atlantes qui n’étaient pas au courant et qui s’imaginaient qu’on complotaient contre eux, surtout vu l'enchaînement des accidents qu’on ne pouvait pas justifier sans vendre la mèche, et de l’autre ceux qui savaient et qui voyaient des monstres partout parmi les gens non vaccinés. C’était pire quand on s’est rendu compte que c’était un morphea qui avait dirigé la campagne de vaccination, on pouvait vraiment plus faire confiance à personne. Il y a eu onze morts en une journée et je compte pas les blessés. La cité a été sans dessus dessous pendant un bon moment… surtout qu’après l’épisode des morpheas il y a eu le retour de Normandie avec une nouvelle vague de morts, de blessés et de traumatisés.

Elle ne rentrait pas dans les détails, se gardant bien de donner son propre ressenti. Juste des faits concrets. Repenser à tout ça n’était pas agréable et elle se détourna pour atrapper son cocktail et boire une gorgée, cherchant un peu de réconfort dans le plaisir gustatif et le sucre.

Elana Ravix


La française hocha la tête, elle était bien contente d’être arrivé après. Quoique non, avant ou après cela n’aurait rien changé, elle aurait pu aider a moins qu’elle soit contaminée aussi par ce morphéa ? cela avait dû être difficile pour les femmes et les hommes de la cité, de ne plus savoir qui était dans leur camps. Une situation de crise importante en somme. En tout cas, la cité était toujours là et c’est le principal.

« Atlantis est toujours là. Nous sommes tous des battants. » pour ne pas dire des survivants ! Elana prenait l’avantage au billard chose pas étonnant puisque Natasha était une débutante. Peut-être qu’ils en avaient marre d’attendre ? Alors qu’il avait un autre plateau de libre ? Mais le groupe de militaire s’approcha des deux jeunes femmes.
« Bonsoir, vous vous en sortez bien, on fait équipe ? »
Ravix leva les yeux sur le visage de cet inconnu aux rictus charmants. Étant nouvelle et surtout non autorisé à porter l’uniforme on la prenait souvent pour une civile. Et cela n’allait pas manqué à coup sûr.


Natasha Avalon


Cela faisait un moment que Natasha sentait le regard du groupe derrière elles. Il fallait croire que ces messieurs n’étaient pas tant intéressés par le jeu que par les demoiselles qui étaient penchées dessus. Elle n’avait pas encore eut l’occasion de travailler avec ces soldats et Elana non plus apparement, sinon leur réaction aurait été différente. L’homme qui les avait abordé était charmant, certains de ses collègues aussi d’ailleurs. Quelques mois plus tôt, elle aurait pu se montrer intéressée par la compagnie de l’un d’entre eux, aujourd’hui elle se demandait surtout comment ils réagiraient s’ils savaient qu’elle était l’amie intime du chef du chef de leur chef…

La rouquine lança un regard interrogateur en direction d’Elana pour lui laisser le choix. Accepter mettrait fin à leur conversation privée, d’un autre côté c’était aussi une occasion de se divertir et de faire des rencontres. Natasha avait eu tendance à se retrancher sur elle même pour faire face aux évènements ces deux derniers mois. Non pas qu’elle se montrait distante avec les gens car elle continuait à jouer le rôle de la jeune femme sociable, mais elle faisait preuve d’une plus grande distance émotionnelle avec les inconnus et , à l’inverse, elle ressentait le besoin viscéral de protéger les gens qu’elle appréciait et à qui elle tenait quitte à s’en tuer la santé. Etrangement, elle incluait dans la liste les personnes avec qui elle avait traversé l’épreuve des morpheas, même si elle connaissait somme toute assez peu certains d’entre eux. Le sergent Mancini, par exemple, qui lui avait offert des fleurs une semaine durant pour la remercier de l’avoir protégé dans la jungle, faisait parti du lot. Ils n’étaient pas vraiment amis mais elle savait qu’elle accourait s’il l’appelait à l’aide. Il ne fallait pas avoir un QI de 200 pour imputer cet état psychologique aux batailles successives auxquelles elle avait participé de plus ou moins loin et à l’état dans lequel John était revenu. Elle faisait preuve d’assez de recul pour savoir qu’elle n’allait pas bien mais se pensait suffisamment forte pour penser pouvoir se relever de ça sans avoir besoin de crier son mal-être au monde entier. Si elle n’avait pas particulièrement envie de copiner avec ces nouveaux visages, le fait de le faire pouvait peut-être lui faire du bien.

- Je crains que le caporal Ravix ne soit bien meilleure que moi, plaisanta Natasha.

Elana Ravix


Ravix n’était jamais contre de passer du temps avec les militaires, elle les préférait généralement plus aux civiles, mais là c’est particulier. Natasha était une personne de son passée et elle partageai un moment à deux, avec le souvenir de Sarah qui n’avait jamais été aussi fort à cet instant. Ainsi, l’intrusion des hommes, étaient un peu malvenu pour la jeune femme qui ne réagit guère. Elle attendait de savoir si la belle rousse préférait un peu de compagnie pour se distraire autre que la sienne, un peu trop simple et sans intérêt.

Face au regard interrogateur de Natasha Elana haussa les épaules, elle avait le choix elle. Pour sa part elle ne prenait pas la décision véritablement. La femme du chef a le dernier mot pensa t’elle et qu’elle ne manquerait pas de lui souffler quand elles seront seule. De toute manière à la phrase de la civiles, qui mettait en place les choses, le sergent releva la tête vers Ravix d’un air interrogateur et surpris.
« Militaire ? Une nouvelle recrue non ? »
« Oui, renfort de juillet »
« Tu n’as pas reçu ton uniforme ? Je sais qu’on a eu quelques problèmes avec une blague d’un mauvais goût… » Il la détaillait, ce n’est pas courant une tenue de sport civile pour une militaire …
« Je l’ai, mais je n’ai pas le droit de le porter. Punition du capitaine Calahan. »
La mention du nom de l’officier, fit blêmir quelques soldats et le sergent perdit son beau rictus.
« Putain tu es avec le taré ?... »
« Merci de me faire un beau cercueil »
Il eut quelques rires
« Eh bah… Bon courage»
« Il t’en faudra pour toi et tes copains, je ne suis pas certaine que vous aimiez perdre aux billards … »
Les hommes étaient content, ils étaient quatre et ils acceptèrent le challenge de la jeune femme, prenant leur queues pour remettre les boules en places. Il avait donc deux équipes, deux soldats comptaient les points pour ne pas faire inégal. Ils sont charmants ces braves gens !

Natasha Avalon


Natasha écouta l’échange entre les militaires et nota des éléments que la jeune femme s’était bien gardée de lui donner jusqu’à présent. “Mauvaise blague, interdiction de porter l’uniforme, l’autre taré...”, c’était un portrait plutôt effrayant qu’ils dressaient là et ça l’était d’autant plus qu’Elana était sous les ordres de cet individu.
Une fois les présentations faites, des équipes émergèrent et deux des garçons restèrent en dehors du jeu pour compter les points. Les hommes se révélaient une compagnie plutôt sympathique en fin de compte et le fait d’avoir mentionné qu’Elana était militaire avait probablement calmé d’office l’envie de certains de draguer. Elle aurait pu dire qu’elle ne l’avait pas fait volontairement mais ç’aurait été un mensonge. La jeune femme termina son cocktail et le reposa sur la table avant de se tourner vers son partenaire de billard.

-C’est bien d’avoir du renfort, Elana était en train de me tailler en pièce, plaisanta t-elle. Vous allez pouvoir m’apprendre un truc ou deux,
« Ah ouai ? On va arranger ça madame ! » Fit le jeune homme blond aux yeux brun. Il était content, un homme qui semble aimer apprendre au vu de son enthousiasme et d’ailleurs il attendait de voir jouer Natasha avant de lui apprendre des trucs. « Au faite je suis le 2nd classe Fred Reynolds »
-Natasha Avalon, Je suis kiné, osthéo, tout ça tout ça... se présenta t-elle rapidement pour permettre aux autres de la situer dans les corps de métiers de la cité. On peut peut-être s’en tenir aux prénoms et oublier les “madame” et “monsieur” ? Proposa t-elle avec un léger sourire. Voilà qui lui rappelait sa première rencontre avec John et sa remarque au sujet du “monsieur Sheppard”. Même se tutoyer si vous le désirez, proposa t-elle en réutilisant les mots exacts de son compagnon.
Elle n’aurait pas proposé ça si elle avait été dans une situation de soignant à patient car elle s’imposait une certaine distance professionnelle sur son lieu de travail, mais là ils étaient dans un bar, la musique et la bière coulaient à flot… l’ambiance se prêtait bien pour sympathiser.
« Okay ! Cela me va mieux ! » fit l’homme en lui tapant dans la main joyeusement.

Elle chercha ensuite du regard le fameux sergent qui s’était exprimé un peu plus tôt. Ce ne fut pas très difficile de le trouver.

-Qu’est-ce qu’il a de spécial ce Calahan pour mériter une réputation pareille ?
L’homme était en train de charrier Ravix sur sa tenue, de manière gentillet quand il se tourna vers la belle rousse lui offrant un rictus agréable. Elana se désintéressa de l’homme pour se placée et commencer à jouer en tirant dans les boules. Ainsi elle aurait les rouges et Natasha les jaunes une nouvelle fois.
« Il entraîne à la dure son unité. Il a le meilleur taux de réussite car ces hommes sont rodés à tout, des élites comme il dit... Mais pour avoir ce résultat il en brise pas mal. Seul les plus forts mentalement restent, sinon c’est au « rebut » comme il dit. Il leur fait des séances d’entrainements sur le continent : simulation de guerre avec des balles d'entraînement du SGC celle qui vous file la pisse facile quand vous vous prenez plus de quatre tirs. Dans des conditions monstrueuses… Et puis il y a pleins de rumeurs sur lui, on sait plus ce qui est vrai ou non. Tout le monde se chie dessus. Il parait que le CODIR et Sheppard ne le voulait pas sur Atlantis et pourtant il est là…. bref c’est le mec que t’invite pour une murder party » conclut il avec humour avant de prendre sa bière et toiser Elana avec un regard un peu navré.

- Une murder party un peu trop réaliste on dirait, souffla la rouquine qui comprenait parfaitement la référence, étant elle même un peu geekette sur les bords. Cela fit rire l’homme qui confirma en hochant la tête. Et ceux qui ne tiennent pas, il les mange au petit déjeuner ? plaisanta t-elle à moitié.
« Il les mets direct au hachoir oui ! »

Son camarade lui laissant l’initiative, Natasha se positionna pour tirer et sema un peu de désordre sur le billard en envoyant valser quelques boules de ci et là sans en faire rentrer aucune. Une jaune vint se positionner tout près d’une rouge, non loin d’un trou. Au moins elle n’avait éjecté aucune boule par terre, ça aurait été un peu gênant avec tous ces regards d’inconnus braqués sur elle. Elle tendit la queue à son partenaire avec un petit air désolé, elle lui avait bien dit qu’elle n’était pas très douée à ce jeu. Et cela ne semblait pas déranger l’homme qui se positionna et ne prit pas le risque avec ces deux boules, mais plaça une jaune de manière stratégique.

- Vous parliez d’une blague de mauvais goût avec les uniformes ? Quelqu’un s’est amusé à voler le stock de vêtements pour les nouveaux arrivants ?
« Oui et les teindre en rose, mais on ne sait pas qui a fait ça pour le moment. » affirma le sergent, ce qui fit pouffer Natasha. Du rose ? Il y en avait qui avait le sens de l’humour dans cette armée !
- Je donnerai cher pour voir ça !
Le sergent sortit sa tablette et lui montra les photos du carton emplis d’uniforme rose, il avait eu le culot d’en enfiler un pour le fun. Natasha éclata de rire en voyant la photo du soldat qui maniait l'autodérision avec beaucoup de talent.

Le sergent était en équipe avec Ravix et il tira avec sa queue pour rentrer une rouge au premier coup… et il tenta l’œuvre de Natasha … résultat il mit dedans la rouge ET la jaune. Ravix haussa les épaules croisant les bras tout en le regardant.
« Deux coups pour l’ennemie. J’espère que ce n’est pas la même sur le terrain. » Dit-elle de sa voix morne pour le chercher un peu. Le sergent se gratta la tête avant de comprendre qu’elle rigolait.
« Je suis meilleur avec un fusil d’assaut »
« Pauvre boules... » Dit-elle en réceptionnant la queue.
- On va peut-être éviter les fusils d’assaut si vous voulez faire la revanche, répondit Natasha en faisant la moue. Mais on peut toujours s’organiser un paintball à l’occasion, ça défoule et c’est plus amusant que de tirer sur des wraiths ou des morpheas.
Ravix eut un regard carnassier, elle était toujours partante pour ce genre de chose surtout quand il fallait bourriner ! « Je suis d’accord ! » Les autres hommes aussi trouvant l’idée parfaite d'ailleur ! Et déjà ils parlaient de stratégie militaire et de technique… bref intenable, autant ça intéresse Ravix mais Natasha ? Cette dernière décrocha rapidement de la discussion et se prit à regretter que son verre soit vide. De la main, elle fit signe à la barmaid pour que cette dernière s’approche.
- Je paie ma tournée, vous buvez quoi ? Demanda la rouquine en commandant une bière pour elle.
« Rhum arrangé » Répondit Ravix, les autres soldats firent de même et tout ce petit monde remercia Natasha avant de se replonger dans la partie. Bien entendu les rouges commençaient à prendre de l’avance mais les jaunes n’étaient pas si mal et la belle rouquine avait beaucoup de chance, ce qui lui valait quand même quelques remarques taquines sur celle-ci. Le sergent offrit sa tournée dès que les verres furent vides. Elana passait un bon moment et à quelques reprises elle s’alliait avec son amie pour faire tourner en bourrique les hommes qui se liait aussi pour les charrier. Finalement, à la fin de la partie de billard les quatre hommes devaient se rendre au gymnase pour leurs entraînements, expliquant qu’ils n’avaient pris que des softs. Ils saluèrent les deux jeunes femmes avant de partir. En fin de compte les soldats s’étaient révélés une compagnie très agréable et Natasha était heureuse de ne pas les avoir rejeté. Elle se sentait bien plus détendue qu’en début de journée.

« Faut que j’aille vidanger ! » avoua Elana qui partit rapidement en direction des toilettes. En l’attendant, Natasha s’assit sur le bord d’une table en sirotant son troisième verre de la soirée qui était vidé à trois quart et balaya la salle du regard. Les gens paraissaient insouciants ici, comme s’ils avaient laissé leurs problèmes à l’entrée du bar. Elle se demanda combien d’entre eux avaient perdu un proche deux mois plus tôt.

_________________
La mémoire du passé Signat10
Revenir en haut Aller en bas
Mer 29 Aoû - 11:08
Elana Ravix
√ Arrivée le : 25/06/2018
√ Messages : 117

Dossier Top Secret
√ Age: 27 ans
√ Nationalité: France France
√ Gêne: ATA
Voir le profil de l'utilisateur
La mémoire du passé
EXORDIUM.

Chronologie : 18heures // Lundi 09 Juillet

A cet instant, un homme traversa le bar, il était seul et portait encore quelques bandages. Il alla s’asseoir sur une banquette non loin du billard, se reposant doucement, il tenait un verre de Whisky en main. Il savourait son premier vers de non soft autorisé depuis son rétablissement. Il avait un peu forcé pour bien faire et résultat il s’était fait mal bêtement. Ces côtes lui étaient encore trop douloureuses. Cette homme au visage bronzé, une petite moustache et une barbe de trois jour, Natasha le connaissait bien… il venait lui apporter des fleurs en signe de sa gratitude face aux morphéas. Le regard couleur ebène et les cheveux brun l’homme avait des origines italiennes qui s’entendait dans sa voix mais surtout sur son corps assez latino. Mais il ne semblait pas porté sur l’égocentrisme ou le « ma tu vu » comme l’aurait voulu le cliché. Au contraire il semblait doux et discret comme homme. Et de toute façon, il n’avait pas de drapeau Italien sur son uniforme mais celui des USA.

Natasha aperçu Enzo Mancini et le suivi des yeux alors qu’il traversait la pièce pour aller s’asseoir non loin d’elle. Il ne l’avait visiblement pas vu, sinon elle ne doutait pas qu’il serait venu à sa rencontre pour la saluer. D’un oeil professionnel, la kiné avisa la démarche de l’homme et la crispation de son visage qui laissait entendre qu’il souffrait. Était-ce ses côtes qui le faisaient souffrir ? Etonnant, la fracture aurait dû se résorber en quelques semaines et ne plus poser de problèmes… à moins qu’il n’ait pas suivi l’avis médical et qu’il ait forcé alors qu’il était censé rester au repos et que cela ait entraîné un retard de consolidation.

- Bonsoir sergent ! L’apostropha t-elle en lui faisant un “coucou” de la main en souriant. Elle se demanda quelle image elle renvoyait d’elle, toute seule, assise sur sa table en balançant ses jambes comme une gamine et son verre pratiquement vide à la main. Comment allez-vous ? Vous attendez des amis ? Demanda t-elle pour s’assurer qu’elle ne le retenait pas s’il voulait rejoindre quelqu’un.

« Bonsoir mademoiselle Avalon ! » fit l’homme en se redressant, il ne l’avait pas vu en effet et il lui fit un sourire ravi de la voir. Elle semblait seule avec son verre vide comme à l’abandon ! Il se leva pour la rejoindre. « J’ai connu mieux. J’ai abusé sur l'entraînement. Non je suis seul et vous ? »

Natasha tourna la tête en direction des toilettes avant de reporter son attention sur Mancini, celui avait suivis son regard avec la conclusion qu’elle n’était pas seule.
- Mon amie est partit se rafraîchir. Vous vous êtes fait mal quelque part ? Demanda t-elle d’un air soucieux.
« Je ne vais pas vous déranger beaucoup dans ce cas. Je vous offre un verre en l’attendant ? » demanda t’il gentleman avant de lui répondre « Oui aux côtes, j’ai voulu faire mon kéké, j’en paie le prix. Ça m’apprendra. »
- Quelle idée ! Vous ne me dérangez pas, c’est moi qui vous ait interpellé.
Elle venait de disputer une partie de billard avec quatre parfaits inconnus, elle pouvait parfaitement prendre le temps de discuter avec une connaissance. La kiné fit la moue en regardant Mancini l’air de dire “c’est pas bien”. L’homme lui sourit doucement.

- On a qu’un seul corps sergent, il faut en prendre soin. Son expression sévère fut rapidement remplacée par un sourire. Vous allez me faire le plaisir d’aller passer une radio demain matin pour vérifier que votre fracture s’est bien résorbée. Si c’est le cas, passez me voir dans la journée et je verrai ce que je peux faire pour vous soulager.

Elle le prendrai entre deux rendez-vous ou entre midi et deux s’il le fallait. La jeune femme avala d’un trait ce qui restait dans son verre.

- Et si après tout ça vous avez toujours envie de boire ce verre avec moi, j’accepte bien volontiers votre offre, plaisanta t-elle.
L’homme l’avait écouté et il ricana à sa dernière phrase. Il s’y attendait à une petite remontrance de la part de la kiné, après tout, c’est son rôle de prendre soins des gens et elle devait en avoir marre des militaires qui se prennent pour des Iron man !
« J’irais donc, cette remontrance ne me décourage pas. J’ai merdé comme un grand il est normal que je me prenne la remontrance qui va avec. » Il prit son verre pour se diriger vers le bar, lui demandant ce qu’elle voulait avant de revenir quelques minutes après avec sa commande, lui aussi avait fait le plein. « Faute de fleurs ça sera une boisson, je ne sais pas lequel est le mieux. » dit-il gentiment, avant de voir une silhouette se détacher de la foule. Elana était en prise avec d’autre militaire, un pilote nommé Bank ils étaient pote et il l’avait alpagué pour lui parler d’un sujet qui semblait agiter un peu Elana comme elle fronçait les sourcils.

- Les deux ont du charme, les fleurs sont plus jolies mais les verres permettent de faire un peu mieux connaissance, sourit Natasha après l’avoir remercié et récupéré son verre de rhum arrangé. « Je suis bien d’accord et ça soigne les maux en plus ! »
Elle allait être fraîche demain si elle continuait à boire comme ça… elle aperçu Elana du regard et fronça légèrement les sourcils en observant son comportement non verbal. Son instinct protecteur se demanda si la blondinette avait un problème et elle décida de la garder à l’oeil pour intervenir au cas où. Après quelques instant, elle reporta son attention sur le sergent et reprit la conversation comme si de rien était.
-Les botanistes doivent vous faire la guerre si vous offrez des fleurs à tout le personnel soignant qui prend soin de vous.
« Ils ne sont pas content, mais comme Marie cultive aussi des fleurs dans la serre pour le jardin et pour faire un coin fleuriste ils ne m’embête pas trop. En plus, je leur donne souvent un coup de main pour ramener des plantes du continent. C’est peut-être pas très virile, mais petit je voulais faire fleuriste et finalement l’armée m’a donner la chance de pouvoir avoir un diplôme et le permis. Chose que fleuriste ne m’offrait pas. » Enzo était plutôt bavard quand il s’y mettait mais jamais à outrance, sa bonne humeur était apprécié dans le corps d’armée. Surtout avec son accent chantant.

-Oh, c’est surfait la virilité ! On est plus à l’époque des bûcherons et des hommes poilus ! Mais vous êtes heureux dans votre métier ? Il y a un monde entre chasser des monstres hybridés dans une jungle envahie de serpent doués de parole et faire des compositions florales.
L’homme ricana « Oui j’aime aussi mon métier. Je suis heureux de voir des choses différentes et de me sentir utile en protégeant les autres. Même si là je dois ma vie à une Kiné qui me fait la morale. »
Natasha rigola mais ses joues rosirent un peu, ce qui passa probablement totalement inaperçu vu l’alcool qu’elle avait dans le sang et qui lui tenait déjà bien assez chaud comme ça. Comme la plupart des gens elle n’était pas insensible aux compliments et c’était d’autant plus le cas quand il s’agissait de vétérans de guerre comme Enzo.

Je n’ai pas fais grand chose à part vous traîner hors de la zone de combat pendant que les autres occupaient l’attention du morphea. Par contre je plaide coupable pour la morale… désolé, déformation professionnelle, c’est plus fort que moi, dit-elle en buvant une gorgée de rhum.

« Pas besoin de vous excuser miss » fit-il gentiment, ne rebondissant pas sur sa simple justification. Sans cet acte qui semblait anodin, il allait se faire tuer comme Giroud ou bien d’autre. Il s’estimait heureux de n’avoir pas fini aussi salement. Elana commençait à cheminer vers eux… Mancini cligna des yeux puis toisa Natasha.
« Ah vous êtes avec le caporal Ravix. La pauvre, elle est de corvée en restant en legging. » cela avait fait le tour de la majorité des militaire, qu’une gris n’avait pas le droit à l’uniforme. Mais surtout chez les gradé comme le sergent qui ne devait pas lui donner d’uniforme sous peine d’avoir une discussion très déplaisante avec le capitaine.
«Je vais vous laisser avec votre amie. ça m'a fait plaisir de discuter avec vous. » Sur ce le sergent partis a une autre table avec son verre.



_________________
La mémoire du passé 2018_e10

Double comptes : John Sheppard & Isia Taylor-Laurence & Alexander Hoffman & Naalem Lays  //écriture : écriture : DarkMagenta]
Revenir en haut Aller en bas
Mer 29 Aoû - 12:52
Natasha Avalon
√ Arrivée le : 29/06/2017
√ Messages : 357

Dossier Top Secret
√ Age: 35 ans
√ Nationalité: France France
√ Gêne: ATA
Voir le profil de l'utilisateur
Natasha Avalon



-De même, répondit Natasha avec un sourire sincère. Encore merci pour le verre, dit-elle en ressassant sa réflexion sur le leggin. Décidément, Elana semblait s’être fait une certaine réputation ici et elle se demandait ce que le capitaine avait bien pu lui reprocher pour chercher à l’humilier de la sorte. Lorsque la blonde revint, Natasha lui lança un regard curieux.
-Tout va bien ?

Elana Ravix


Elana avait vu cet homme, militaire de surcroît parler avec Natasha, elle devait être connue de plusieurs têtes. Rien d’étonnant elle était là depuis suffisamment longtemps pour être dans la paysage, mais aussi elle reste une belle femme et donc elle attire les hommes. Alors soit ce militaire la trouve à son goût et il profitait de sa solitude pour tenter sa chance soit ils se connaissaient un peu. Elle n’était pas suffisamment observatrice pour en déduire l’un ou l’autre et en toute franchise cela ne la regardait pas.

En tout cas, dès qu’elle revenu vers son amie elle posa ses fesses sur un tabouret, suivant du regard l’homme pour déduire s’il était « dangereux » dans le sens, s’il allait revenir pour enquiquiner le monde en étant un dragueur lourd ou bien non. Elle n’aimait pas les personnes lourdes et avides de cul au point d’en être pénible. Généralement, elle n’est pas du tout réceptive quand on la drague et cela l’agace un peu de voir une amie se faire accoster, surtout en soirée où elles devaient être tranquille sans action masculine pour la gâcher. Mancini ne semblait pas « dangereux » et il perdit tout le peu d’attention qu’il avait suscité chez elle en quelques secondes. Surtout quand Natasha parla.

« Oui. Je ne vais pas tarder, j’ai un entrainement surprise. » Dit-elle de sa voix morne. Cela l’avait un peu irritée, surtout quand ce n’est pas prévenu mais bon, elle devait se plier à l’exigence d’un supérieur qui avait décidé de lui en faire baver au même titre qu’il en faisait baver à toute son équipe.
-A une heure pareille ? S’étonna Natasha. Dommage, au final elles n’auraient pas eu le temps de beaucoup parler toutes les deux.
Elana roula des yeux au fond d’elle, elle était un peu dépitée. Elle se demandait même si Calahan n’avait pas fait exprès.
« Oui... »
-Ca arrive souvent qu’on vous tire du lit pour vous envoyer en entraînement à pas d’heure ?
« Il faut qu’on soit prêt à intervenir ou partir en mission n’importe quand. » affirma Elana, l’armée était spécialiste pour les faires partir tôt le matin ou tard le soir. Elle devait être opérationnelle n’importe quand. C’est les civiles qui avaient le confort d’avoir des horaires fixe.
Ca doit être fatiguant... Elana haussa les épaules. A l’infanterie des para elle était habitués donc elle n’en était pas plus dérangée que cela.
« C’est mon métier. »
Elle soupira avant de demander :
« Et toi ? Le temps n’était pas trop long avec le sergent ? » Il est facile de voir els grade avec les militaires même de loin.
-Non, pourquoi ? Tu le connais ?
« Pas du tout. Je me demandai s’il te draguait ou s’il te connaissait. » dit-elle de but en blanc avant de faire un petit rictus pour essayer de montrer qu’elle faisait de l’ironie.
-Ah... Natasha eut un léger sourire. On a fait équipe pendant l’épisode des morpheas, il a été blessé, je l’ai secourue. C’est un type bien.
« Tant mieux. Pour une fois que c’est les civils qui sauve les militaires ça mérite d’être souligné » dit-elle en toisant Natasha avant de finir son verre et de le déposer sur la table.
Il faut bien que les soignants servent à quelque chose, plaisanta la rouquine. Cela fit rire Elana qui hocha la tête de tous les civils en mission les soignants étaient peut-être les plus utile.

« Je t'abandonne ici ? Ou on fait un bout de chemin ensemble ? »

Natasha avisa son verre à moitié plein et se dit qu’elle n’allait vraiment pas être fraîche si elle l’avalait cul sec. Mais bon, elle était venue ici pour Elana et elle n’allait pas rester ici toute seule, autant partir avec elle.

-Je vais te raccompagner, répondit-elle en avalant une bonne gorgée de rhum. Elle se leva, termina son verre et le posa sur le comptoir du bar au passage.

Elana hocha la tête et lui fit signe de venir. Ainsi, elles évoluaient toutes les deux dans les coursives de la cité, qui s’éliminaient d’un éclairage plutôt doux comme le soir approchait. La militaire s’arrêta au moment de changer d’étage pour rejoindre la zone militaire. Elle se tourna vers Natasha.

« J’ai été contente de te revoir. Maintenant qu’on vit à côté, on pourra se refaire des soirées. Enfin en espérant que je ne dois pas partir. » Elle lui fit un rictus qu’elle voulait sincère, elle avait toujours cette impression de devoir en faire trop niveau expressivité pour que les autres la comprenne. Ce qui était le cas malheureusement… elle était si peu expressive.

- Quand tu veux Elana, tu n’auras qu’à m’envoyer un mail, répondit Natasha, sincère. Voir ressurgir les fantômes de son passé qu’elle avait si longtemps tenté de fuir lui laissait une impression étrange mais maintenant qu’elle avait retrouvé Elana, il n’était plus question de la tenir à distance. Ce n’était peut-être pas très sain, mais la présence de la jeune femme lui donnait l’impression de retrouver un peu de sa soeur.

« Parfait ! tu peux faire de même ! » dit-elle joyeusement avec un rictus. La jeune femme fila dans le téléporter et lui fit un signe de main pour lui dire au revoir. Elle était contente de cette soirée, même si la mort de Sarah était une triste nouvelle… mais voir Natasha était comme si Sarah était un peu en vie encore, comme si le lien était toujours là. Elana se sentait heureuse sur le coup et à la fois un peu morne, une drôle de sensation qu’elle ne pouvait pas expliquer… Et quand elle arriva à l’armurerie, elle reconnut le capitaine qui lui donna un exercice à faire … un tour de garde toujours en legging. Bon elle remplaçait un autre soldat qui avait dû avoir le droit à un changement. La nuit allait être longue et fraîche !


[The End]

_________________
La mémoire du passé Signat10
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Atlantis Insurrection :: Cité d'Atlantis :: Les autres ailes de la Cité :: Digues-