Atlantis Insurrection
"Personne ne demande à devenir un Héros, sauf que parfois ça finit comme ça..."

Et si ce Héros, c'était toi ? Tu es l'un des meilleurs dans ton domaine (Biologiste, Chirurgien, Infirmier, Diplomate, Démineur, Maître chien...) et on te propose de participer à l'expédition la plus fabuleuse mais aussi la plus dangereuse : l'expédition Atlantis.
Auras tu le cran de rejoindre Atlantis pour découvrir ses mystères et affronter les dangers de cette galaxie ?

Tu peux aussi incarner les personnages importants de la série (Ronon, Zalenka, Lorne, Teyla....) Bon niveau RP demandé.
On recherche de nombreux personnages inventés.
http://www.atlantisinsurrection.com/t387-personnages-vacants


Si tu te sens capable de franchir ce pas, tu es des nôtres ! Clique sur l'image ;-)


RPG sur Stargate Atlantis
 

[MJ 29] Les Illuminés d'Atlantis

 :: Cité d'Atlantis :: Continent de Lantia :: Plage Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Sam 15 Sep - 16:42
avatar
√ Arrivée le : 01/08/2015
√ Messages : 463
Voir le profil de l'utilisateur

[MJ 29] Les illuminés d’Atlantis




L’été était en train de se terminer offrant encore une belle journée ensoleillé en ce jour du 15 septembre. Les premiers rayons du soleil avaient rapidement percé les nuages pour délivrer une douceur appréciable après quelques jours de grisailles. Tant mieux car aujourd’hui n’était pas une journée comme une autre : c’était une journée banalisée. Le personnel restant sur la Cité était réduit à son minimum afin d’assurer son bon fonctionnement. Pas de grasse matinée pour autant. Les membres de l’expédition étaient conviés à un événement sportif. C’est simple, on ne parlait que de ça depuis plusieurs jours, chacun se laissait aller aux rumeurs et en répandait d’autres. On parlait même de la venue de David Beckham ce qui rendait folle de nombreuses filles de la base.

Chacun avait pu découvrir un t-shirt blanc avec le logo de l’expédition ainsi qu’un leggings court s’arrêtant un peu au dessus du genou dans son casier.

Spoiler:
 

Un petit mot accompagnait aussi un bracelet orange fluo . Il s’agissait de l’invitation pour l’événement mais aussi des consignes : le port de la tenue ainsi que du bracelet. Ce dernier contenait les données médicales du participant ainsi qu’une puce permettant sa localisation rapide.

10h30
Les premiers jumpers venaient d’effectuer leurs premières rotations et venaient rechercher le personnel qui s’agglutinait dans la baie. Certains avaient mis à profit ce petit temps pour personnaliser un peu leur tenue en rajoutant un beau tutu jaune fluo au dessus du legging, de grandes chaussettes colorées, en se maquillant le visage à la manière des joueurs de NFL ou même en camouflage de combat voir même aux couleurs de son pays. Quelques couettes ici et là ainsi que quelques maillots personnalisés avec une découpe des manches. L’atmosphère y était des plus joyeuses.

Le lieu de rassemblement était situé sur une morceau de la belle plage à l’est du campement athosien. L’équipement sur place était digne d’un rassemblement sportif. Il y avait des banderoles, des tentes pour l’organisation mais aussi les premiers secours, le tout dans une musique entrainante. Les organisateurs se distinguaient par leur t-shirt orange fluo, invitant les différents participants à se rapprocher de la place centrale où un podium avait été installé. Sur chaque côté, on pouvait y trouver quelques stands offrant des verres d’eau, de gros gobelets oranges, des photos souvenirs autour de grands cadres, des toilettes parce qu’il en faut bien, ou même de petits massages parce qu’il en faudra !

11h00
Les derniers passagers venaient de débarquer. La musique fut jouée un peu plus fort, les gros caissons vibraient, et on sentait une certaine fébrilité voir excitation dans la foule rassemblée. Quelques athosiens se mêlaient à la foule de terriens, ayant revêtit eux aussi le t-shirt blanc. Sourires et bonne humeur étaient de rigueur.

Et puis soudain, la musique cessa, remplacée par la voix imposante d’un homme qui fit son apparition sur scène. L'aventurier !


”Boooooooooooooonjour à tous !

Wayne Curtis. Le Lieutenant était bien connu de tous les membres de la Cité pour être le responsable de la forme du personnel. Chacun était déjà passé au moins une fois entre ses mains lors d’une séance physique. On en sortait rarement sans être complètement vidé et le lendemain plein de courbatures. L’homme était un acharné et son surnom “Boss” en disait long sur le personnage. Avec lui, c’était le même traitement pour les officiers comme les gradés. Pas de différences.

”Vous êtes là ? Vous êtes chauds ?? Questionna-t-il pour entendre crier la foule et la motiver un peu. L’ambiance était excellente. ” Bienvenue à tous pour cette édition des Illuminés d’Atlantis. Oui car il faut être un peu taré pour relever le challenge ! Mais avant de vous lâcher, on va s’échauffer un peu ! Musique !”

La musique se fit aussi énergique que la voix de l’homme, entrainant la foule à suivre les mouvements de Curtis destinés à échauffer le corps des participants. L’événement avait beau être festif, il n’en était pas moins sportif et nécessitait un bon échauffement des diverses parties du corps pour éviter les blessures stupides. Pas question d’avoir une file d’attente devant l’infirmerie demain pour de nombreux claquages ou entorses… Curtis se déchainait dans ses mouvements, décomptant le nombre de gestes restants. Rien que l’échauffement en épuisait certains dont la cadence ralentissait et qui se firent reprendre.

« Vous êtes fatigués ??! Atlantis, je ne t’entends pas. Tu es déjà fatiguée ou quoi ?!»


---------------------------------------------------------
Et voilà pour l’introduction
Si questions : passez par le topic de mission ou par MP à Mikkel ou Matt
Jusqu’au samedi 22/09 21h pour répondre.
Pas de tour de RP, postez librement.


@ pyphi(lia)

Revenir en haut Aller en bas
Dim 16 Sep - 2:43
avatar
√ Arrivée le : 09/03/2018
√ Messages : 106

Dossier Top Secret
√ Age: 26
√ Nationalité: France France
√ Gêne: Non
Voir le profil de l'utilisateur
15 septembre, le jour de la souffrance ultime de mon corps. Quoi que... les séances de sport avec Pedge sont pas mal quand même, donc si j'ai survécu à cela, je pense survivre à cette épreuve aussi. Je me demande encore pourquoi j'ai accepté de m'inscrire à ce truc débile ? Et pourquoi j'ai accepté qu'on me maquille le visage de cette manière ? Je ressemble à rien si ce n'est une illuminée d'Atlantis. Au fond, je crois que j'aime jouer le jeu et surtout comme toujours : me surpasser. En tout cas, une chose est sûre, David Beckham n'est pas là au plus grand désespoir de certaines mais pour ma part, ce n'est pas lui que je cherche du regard, mais bien quelqu'un d'autre... et d'ailleurs je ne le vois pas.... Je n'ai pas encore décidé si je dois être déçue qu'il ne voit pas mon exploit, ou alors rassurée qu'il ne me voit pas me ridiculiser.

Bref. Arrivée parmi les premiers participants, je suis CHAUD PATATE comme on dit en France ! Alors quand la musique se stoppe et que le " Boss " nous cause, je crie comme si j'étais aux Jeux Olympiques. D'emblée, parce qu'il est comme ça lui, il nous épuise avec un échauffement. Mais sincèrement, si ce qui nous attend est aussi énorme que ce que j'imagine, alors l'échauffement c'est du pipi de chat. Oui, expression francaise encore. Je compte sur mon adrénaline pour me booster et sur le courage de mes partenaires. Mon regard se déporte alors sur ma droite et je croise le regard de... Phil.... Phil Sabrovitch... je lui adresse un large sourire mais au fond de moi j'espère ne pas dépendre de son courage ou de ses exploits physiques... C'est pas méchant, c'est juste qu'il n'est pas connu pour ça. Je dirai que McKay a plus de courage que lui alors imaginez.... Mais bon, je dois rester positive et faire preuve d'esprit d'équipe ! Il pourrait y avoir des surprises ou des révélations aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Dim 16 Sep - 16:11
avatar
√ Arrivée le : 09/09/2018
√ Messages : 18

Dossier Top Secret
√ Age: 26 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: ATA
Voir le profil de l'utilisateur
Ce 15 septembre était un jour prometteur. Pour quoi au juste ? Des courbatures, des entorses, de la sueur et des coups de soleil très certainement. Je ne sais pas ce qui m’a pris de m’inscrire à cette rencontre sportive… Ce n’est pas que je n’aime pas le sport, c’est seulement que je sais que je vais me prendre une belle branlée par les grands sportifs d’Atlantis et je n’aime pas perdre. Bien sûr, en bonne militaire que je suis, je m’entraîne presque tous les jours mais je reste loin derrière la plupart de mes collègues. Au moins, je devrais parvenir à ne pas me faire humilier par la clique des techniciens qui se sont remis à courir depuis quelques semaines à peine… Après ce n’est pas pour gagner que nous participons, c’est pour « resserrer les liens » !

J’étais debout à sept heure. A Sept heure vingt je sortais de la douche, vêtue de la tenue officielle pour la journée : leggings court et t-shirt blanc au logo de l’expédition que j’avais agrémenté d’un magnifique drone des anciens aux feutres à tissu dans les tons verts, bleus et noirs dans le dos. Je n’avais pas respecté les couleurs pour faire un peu dans l’originalité. Après avoir longtemps hésité, j’ai pris un petit sac étroit où je mis un peu de bazar. Rien de bien méchant, juste ce qu’il faut quand l’on s’en va courir dans la nature : une gourde, une serviette, des barres de céréales, du chocolat, un couteau pliant, mon couteau de chasse -que j’ai découvert que plus tard, lorsque j’ai voulu grignoter un morceau vers dix heure vingt avant que ma navette ne se pose sur Lantia ; normal que je le cherchai depuis ma dernière sortie puisqu’il était restée dedans- et un bout de cordelette. Oui oui… Quel intérêt si tout est encadré n’est-ce pas ? Eh bien… Merci d’avoir posé la question ? J’aime bien avoir de quoi faire face aux imprévus, il ne faut pas chercher plus loin.

Tandis que je déjeunai au mess, je pus profiter une fois de plus de Cette Conversation. Celle que nous avons tous entendus mille fois ! Oui, la conversation sur la journée des Illuminés d’Atlantis, LE Sujet de conversation ! Il y en a plus d’un qui a dû devenir dingue à force ! Moi, ça allait mais la patience c’est mon fort et cette foule qui s’était découverte une vocation méconnue pour le sport était tellement sujette à plaisanterie que j’y trouvai mon bonheur ! Douze victimes en trois jours, c’est un score correct ! La prochaine blague, ce sera pour les échauffements et la course elle-même.

Quelques heures plus tard, je me rendis aux jumpers et embarquai, profitant de savoir piloter pour convaincre le pilote de me laisser m’asseoir dans le siège du copilote. Je lui ai bien proposé de prendre sa place pour l’aller mais il n’a pas voulu. Je lui ai pourtant assuré avoir astiquer plus de manches que lui… Ok, c’était raté pour la prochaine blague lors des échauffements… Ce sera la deuxième prochaine en ce cas…

A peine débarquée, je vis les premiers arrivés, grimés avec un art qui parvenait ce miracle de représenter chaque stade de l’échelle de l’esthétique. Il y avait des choses très réussies et d’autres… Y a-t-il seulement un mot pour des tutus jaunes fluo avec des paillettes et des papillons ? Première chose que je fis une fois sur place : prendre un verre d’eau. La journée était ensoleillée, assez agréable et les quelques nuages ne me parurent pas annoncer plus qu’une possible bruine. Rien de suffisant pour satisfaire ceux qui n’avaient pas dû manquer de rêvasser sur les méfaits des T-shirts blancs. Ce n’est pas pour autant que le danger était écarté ! Avant la fin de la journée, quelqu’un aura bien renversé malencontreusement un verre d’eau.

Onze heure et le démon entrait en scène. Oui, le lieutenant Wayne Curtis. La hantise de tous, excepté des rois de la gonflette… Impossible qu’il ne soit pas là pour nous anéantir avec ses si chers échauffements et, de bien entendu, avec cette musique insupportable à mes oreilles. Rythmée, invitant soi-disant à suivre les mouvements mais me donnant seulement envie de tirer sur les enceintes -ce n’était absolument pas mon style musical- mais je me contenais. Ce n’était qu’un très long petit moment à passer. Une chance qu’il y avait de quoi rire entre deux étirements avec tous ses savants et bureaucrates qui connaissent surtout le sport par la télé… Ce n’est pas beau de se moquer mais ça me permettait de supporter notre chauffeur de salle, véritable cliché sur patte. Du bonjour qui n’en finit pas à la fine plaisanterie absolument pas prévisible « Vous êtes fatigués ??! Atlantis, je ne t’entends pas. Tu es déjà fatiguée ou quoi ?! », en passant par les mouvements frénétiquement exécutés, il ne manquait rien. Un professionnel en la matière !

Et moi, prise d’une folie passagère, je lui rétorquai, beuglant bien fort histoire que l’on m’entende depuis le troisième rang, et me mettant au garde-à-vous pour ne rien arranger, oubliant pour une fois ma politesse légendaire, mythique envers mes supérieurs :

« Lieutenant, pas plus que vous lieutenant ! Avec tout le respect que je vous dois, c’est moue tout ça, lieutenant ! »

Je ne sais pas ce qui m’a pris. C’était sans doute pas une très bonne idée… Il allait me le faire payer, c’était à parier. Toutefois c’était un succès : ça ricanait déjà autour de moi. Evidemment, les coincés firent des têtes renfrognés, les agonisants se crispèrent à l’idée que Curtis pourrait leur faire endurer pire encore mais ça, c’était juste amusant. Ce qui commençait à m’inquiétait, c’était que je venais de dire à Monsieur Sport qu’il manquait de rigueur dans ses exercices, lui qui était l’un des seuls à se démener autant dans cet instant si sacré à ses yeux.

Un regard autour de moi, et je vis que j’étais surtout entourée de techniciens et de quelques membres du personnel médical. C’était fini, j’étais grillée. Panique ? Moi ? C’est mal me connaître ! J’ai repris mes entraînements, avec un soin impeccable, priant pour que ça suffise pour ne pas le motiver à en rajouter une couche et me retenant de rire à ma propre bêtise. Entre temps, j’essayai de reconnaître des visages familiers voire amicaux. Le sport entre amis, c’est plus agréable ! Après, sinon, ce sera toujours l’occasion de découvrir les autres, ce que j’escompte bien réussir à faire.
Revenir en haut Aller en bas
Lun 17 Sep - 18:39
avatar
√ Arrivée le : 06/04/2017
√ Messages : 85
√ Localisation : Atlantis


Dossier Top Secret
√ Age: 32 ans
√ Nationalité: Alien Alien
√ Gêne: Non
Voir le profil de l'utilisateur

[MJ 29] Les illuminés d’Atlantis




Je ne connaissais pas du tout David Beckam. On m’avait expliqué, photo à l’appui, que c’était une star d’un sport et de mode sur Terre, mais personnellement, je lui trouvais juste un air de gay refoulé. Bon, il n’était pas moche, je devais le reconnaître, mais je n’en faisais pas tout un fromage, surtout qu’il était inaccessible de toute façon. Alors pourquoi s’emmerder ? Autant taper dans le cheptel de mâles déjà disponibles, bien frais (ou pas), et plutôt bien gaulé. Bref, ma motivation première pour participer à cet évènement sportif était purement personnelle. J’étais la meilleure, et il ne me fallait pas deux minutes pour me le dire, ou même me le prouver. Alors quoi de mieux qu’une petite compétition avec ces chèvres d’Atlantes ? Il fallait bien que quelqu’un les remette à leur place !

M’enfin… je me voilais un peu la face. Depuis que j’étais sur la cité, je squattais le mess, et je buvais peut-être un peu trop de ce coca… Et forcément, je me ramollissais tout en prenant un peu de poids… Donc, outre le fait que je voulais plier de l’Atlante, je voulais aussi me remettre en forme dans une sorte de compétition. Pourquoi reprendrai-je simplement et progressivement le sport alors que je pouvais faire une bonne séance défonce ? Toujours les extrêmes, toujours. C’était une règle, une habitude de vie, un crédo.

Je regardais le leggings, et le t-shirt blanc. Je devais sérieusement mettre ça ? Si je m’en tenais aux consignes (ce que je ne faisais jamais soyons clair), je ne devais porter que ça. Donc pas de sous-vêtement ? J’étais capable de le faire, mais je me disais que le sport avec les mamelles qui se promènent dans tous les sens, ce n’était pas la panacée. J’enfilais donc une brassière en dessous, un ustensile pratique qui avait assez de succès dans le coin. Je l’avais adopté rapidement. Je me contentais de ça en plus d’une culotte. Pas de peintures de guerre, pas de trucs en plus, rien du tout ! Mes cheveux seraient tressés en une natte bien serrée, et ça irait bien.

Le jour dit, je me présentais donc dans la baie d’embarquement pour prendre le Jumper vers le continent. J’avais parié avec les collègues du laboratoire dans lequel j’officiais que j’allais remporter la mise. Maintenant je n’avais plus le choix, il fallait que je gagne… par tous les moyens. Heureusement, j’étais une fille assez débrouillarde et j’avais la confiance, la grosse confiance. J’avais un peu oublié les objectifs de cohésion d’équipe, et tout le tralala, seul comptait la gagne, la gagne, et la gagne ! Ça faisait du bien ce petit sentiment qui naissait en moi, cette envie soudaine, cette émulsion d’adrénaline. J’avais envie d’en découdre ! J’étais restée trop longtemps inactive dans cette fabrique à gros lards.

Sur la plage abandonnée, parmi les coquillages et crustacés, les hommes et les femmes pour la compétition, compétition qui portait un nom plutôt sympa, s’amassaient là comme un vulgaire troupeau de gwais. Je restais en marge du rassemblement, goûtant fort peu à cette ambiance. Je n’aimais pas spécialement la musique… A dire vrai, la musique en général me laissait clairement indifférente. Elle ne provoquait rien en moi. Pas un frisson, pas un tremblement, pas une émotion. Rien. Le néant total. C’était quelque chose qui me passait dessus sans me traverser, et si je pouvais m’en passer, je le ferai. Idem pour l’art en général. J’aimais MON art, pas ceux des autres. Je n’aurai aucun scrupule à déchirer une toile de maître ou briser une sculpture dix fois centenaire. L’art, ça ne servait à rien.

Ah ben tien, voilà l’autre connard qui essaie de rameuter tout le monde. Tu perds ton temps mec !! A croire que je me trompais parce que voilà que ça se trémoussait et que ça dansait. Je crois que je me suis gourrée d’endroit… La compétition, le sport, ce n’étaient pas ici, si ? Ah non… C’était pour monter en pression et préparer son corps… Super… Je restais en marge et je pratiquais quelques échauffements personnels dont j’avais l’habitude, sans suivre le rythme des autres. Rien à foutre de faire tâche… C’étaient eux les tâches de toute façon là.

« Putain, mais il veut qu’on soit fatigué de quoi sérieux ? On a rien fait encore. », ralai-je toute seule comme une grande en me relevant d’une série de pompes. J’étais déjà rouge et essoufflée, mais je me sentais bien. Je ne négligeais aucune partie de mon corps. L’autre starlette avait dit qu’il fallait être taré pour participer, et bien que sur ce point-là, j’avais toutes les qualités requises, je comprenais le sous-entendu : On allait en chier. Je faisais suffisamment confiance aux militaires pour avoir de l’imagination. Ayant servi moi-même dans l’armée de Kolya « le bâtard », j’en savais quelque chose, et mon frangin aussi. En matière de punition, et d’épreuves physiques, un bon militaire qui se respecte avait la fantaisie fertile.

J’avais hâte de commencer.

@ pyphi(lia)

_________________
DC : Erin Steele & Pedge Allen & Chenoa Penikett
Revenir en haut Aller en bas
Hier à 10:54
avatar
√ Arrivée le : 25/08/2018
√ Messages : 104
√ Localisation : Atlantis


Dossier Top Secret
√ Age: 32 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: Non
Voir le profil de l'utilisateur
Qu'est ce qu'il lui avait pris nom de Dieu. Qu'est ce qu'il lui avait pris de s’inscrire à ce genre d' événements. Avec son fichu bracelet et sa tenue de sport ridicule qui laissait en plus apercevoir ses jambes maigrichonnes et ses épaules collées au corps tellement il manquait de muscle. Franchement quel merde ! Le Voici alors dans une baie de la cité en train d'attendre le jumper devant les mener à la plage ou avait lieu l’évènement.

Phil ne connaissait encore que peu de monde, et il n'avait pas envie de parler dans une tenue de canard laqué pareille. Il aperçu Alexander Hoffman, mais n'eut pas le courage d'aller entamer la conversation. Il préféra se rabattre sur Radek Zelenka, le scientifique tchèque. Ils s'étaient tout de suite très bien entendu des son arrivée. La langue Tchèque était du point de vue linguistique très proche du polonais. En tant que langue slave c'était logique, et certains mots se ressemblaient beaucoup.
La différence était que Zelenka est tchèque authentique, tandis que Phil n'était pas polonais du tout, c'était son grand père qui l'avait été et lui avais transmis sa langue. Phil ne la parlait pas couramment, mais il la parlait suffisamment pour se faire convenablement comprendre en tant que touriste en tout cas. Il passa donc son temps avec son collègue scientifique qui au moins ne se moquait pas de son aspect ou seulement en tchèque afin que personne ne comprenne. Ils discutèrent d’échecs et de la pêche au gros bizarrement.

Phil faisait rarement de folies. Toutefois, 2 à 3 fois par an il faisait quelque chose de stupide. Phil ne savait pas trop pourquoi. Son hypothèse était que c'était une manière pour lui de ne pas céder à l'ennui, ou à la dépression qu'impliquait un travail monotone et régulier. Certes, la vie était méthodique et bien encadrée, mais bon. Phil avait ainsi beaucoup de bourdes humiliantes à son actif. Se faire écrire au marqueur dans le bas du dos "la vérité est au bout du couloir". Il avait été bien entendu complétement saoul à ce moment là. Faire la fête avec la promotion de médecine à l'université n'était pas forcement à faire.

Le trajet en jumper fut court et facile Avec Radek à ses cotés. Une fois sur la plage déjà bien remplie, Phil commença à stresser encore davantage, surtout car son collègue s'éloigna et alla discuter avec le docteur Becket.

En y songeant, il se sentait encore plus mal que la fois ou suite à un pari avec des camarades de l'université qui faisaient leur doctorat en médecine spécialisé chirurgie, il avait été obligé à cause du pari perdu de porter une robe une perruque blonde, des talons haut et d'être maquillé comme une fille, et de se rendre au bureau du doyen en lui disant
"Mr Clinton, vous avez été éclaboussé par l'affaire Monica"
Foutu pari, il avait perdu bêtement en plus. Il avaient parié qu'un des leurs pouvait rester 10 minute avec la tête sous de l'eau. Bien entendu Phil ne le croyait pas et avait parié ce qu'ils voulaient. Et il s'était fait avoir un membre de leur groupe avait sorti une bouteille d'eau de son sac et l'avait tenu au dessus de sa tête pendant 10 minutes.

Bref, dette de jeu dette d'honneur, et il avait du s'y mettre.(c'était ça, ou manger de la pâtée pour chien, l'imagination sadique des médecins n'avait clairement pas de limite). Phil avait pu réhabiliter sa réputation en réparant la climatisation tombée en panne en plein mois de Juin toutefois.


Le docteur en génie mécanique fut toutefois sorti de ses pensées souvenir par l’arrêt soudain de la musique.

Une espèce de chimpanzé que Phil ne connaissait pas avait commencé à hurler dans un micro. Et voilà que tout le monde commençait à s’étirer et à faire des exercices comme on pouvait en voir dans ces horribles émissions de fitness.
Phil calé au milieu de tout ce brick à brack tentait de suivre le rythme. Pour des militaires habitué en s'enfiler 15km de footing des le matin, ça allait, mais pour lui qui aimait les promenades tranquilles, c’était l'enfer. En sueur, Phil suppliait intérieurement le dieu de la sainte proctologie de le délivrer de cet horrible endroit.
Revenir en haut Aller en bas
Hier à 14:38
avatar
√ Arrivée le : 30/01/2018
√ Messages : 78
√ Localisation : Atlantis


Dossier Top Secret
√ Age: 26 ans
√ Nationalité:
√ Gêne: Non
Voir le profil de l'utilisateur
    Kalinda était un peu septique par rapport à l'animation au quelle elle avait été invitée. Elle n'était pas forcément très à l'aise en public et donc ne participait pas trop aux grandes manifestations. Pour autant, la jeune femme avait accepté l'invitation, voyant là un nouveau défi à relever et peut être l'occasion de faire quelques connaissances. Et puis, c'était un événement sportif, elle s’entraînait tous les jours et ne devrait donc pas voir trop de mal à suivre le mouvement.

    Kalinda enfila le T-shirt et le leggings qu'elle avait trouvé dans son casier et elle mit le bracelet à son poignet. Elle tressa ses longs cheveux blonds en une longue natte, histoire d'être un peu plus à l'aise. Elle ne mit rien d'autres de superflu, se contentant du stricte minimum. La jeune femme se dirigea ensuite vers le mess pour prendre un rapide petit déjeuner : une pomme, deux œufs et des fruits secs. Elle avait l'habitude de ce genre de petit déjeuner sur sa planète et savait que ça tenait bien au ventre, ça permettait d'être calé une bonne partie de la matinée. Hors, si l’événement était aussi sportive que les organisateurs l'avaient dit, elle avait intérêt à ne pas mourir de faim.

    Elle patienta ensuite dans la baie des jumpers pour avoir une place. La jeune femme fut une des dernières à débarquer sur le continent. Elle fut à la fois rassurée et stupéfaite par ce qu'elle vit. Elle était rassurée car cela se passait sur la plage et non dans un gymnase ou autre lieu où elle n'aurait pas forcément été à l'aise, et stupéfaite car tout ce qui se passait autour d'elle lui semblait surréaliste. Il y avait de la musique, des tentes, une sorte de grande estrade, bref, c'était loin d'être le décor dont elle avait l'habitude et à lequel elle se serait attendue. Kalinda balaya la foule du regard pour voir si elle reconnaissait quelques personnes mais il y avait trop de monde et elle ne vit que quelques visages connus.

    La jeune femme suivit la foule et se dirigea vers le grand podium. Là, un homme qu'elle avait croisé quelques fois sur Atlantis, monta et les salua. Une sorte de ferveur s'empara alors de la foule. Kalinda resta de marbre, ne sachant pas vraiment comment réagir. Elle n'avait jamais vécu cela. La jeune femme suivit ensuite les enchaînements avec une certaine facilité, se prenant au jeu. Elle sentait ses muscles se réveiller se se chauffer peu à peu et ça lui faisait un bien fou. Un petit coup d’œil autour d'elle et elle s'aperçut que les niveaux étaient assez différents. Certains tenaient très bien le rythme et d'autres galéraient beaucoup et étaient déjà au bord de l'agonie. ça promettait d'être amusant !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Atlantis Insurrection :: Cité d'Atlantis :: Continent de Lantia :: Plage-