Atlantis Insurrection

RPG sur Stargate Atlantis


[MJ30] La cité mécanique

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

Lorn Fawkes

√ Arrivée le : 12/12/2018
√ Messages : 25

le Lun 6 Mai - 17:14

Lorn Fawkes
Équipe

White
MJ30 : La cité mécanique
Chronologie : VENDREDI 1e MARS 2019, 17H30.


Lorn Fawkes


L’énigme à laquelle il était confronté était loin d’être évidente. Il était facile de chercher des parallèles avec d’autres cultures, telle que la Grèce antique qui semblait partager certains thèmes avec cette civilisation inconnue et disparue. Mais Lorn ne voyait guère que des similitudes, comme au travers de l’amphithéâtre et de la prière, même si ce dernier point était trop commun à trop de civilisations pour être pertinent.

Il parvenait seulement à l’analyser comme le cheminement des hommes et l’équilibre à rechercher entre les choses mortelles et divines. C’était sans doute une erreur, une mauvaise interprétation. C’était plus une idée qui lui était venue, plutôt satisfaisante vue le manque de connaissances sur ce à quoi il était confronté. Dommage qu’il n’était pas possible de faire sauter cette porte, cela aurait bien réglé le problème.

Alors il cherchait d’autres raisons, d’autres parallèles à tracer, comme avec le mythe de Sisyphe, condamnée à rouler un rocher jusqu’au sommet d’une montagne jusqu’à la fin des temps. Il y avait pensé à cause du chemin à parcourir, de la présence d’une roue qui était sans doute censée tourner jusqu’à la fin des temps mais c’était stupide, sans rapport en fait. La réponse devait être ailleurs, dans un détail qui lui échappait.

Il ne voyait pas. Il ne pouvait pas tenter toutes les combinaisons possibles. Il n’avait pas le temps pour ça. Quel était ce mot oublié ? Quelle était la réponse ? Ce n’était pas juste une question de principe ou de fierté. S’il ne trouvait pas maintenant, ils ne pourraient sans doute plus jamais progresser et Thyra continuerait de se faire dévorer par cette drôle de machine jusqu’à ce qu’il ne reste plus rien à remplacer. Au moins les choses semblaient devoir se calmer derrière. C’était déjà une bonne chose. Il fallait espérer que cela dure.

Au pire il n’y avait aucune honte à ne pas savoir et il y avait d’autres esprits pour réfléchir un peu. Quelqu’un aurait peut être une illumination et si ça permettait de gagner des heures ce n’était pas plus mal. Mais pour ça il fallait admettre qu’il était dans le flou le plus total.

« Qu’est-ce que je peux bien foutre d’une famille sur un chemin qui va au théâtre puis prier une roue dentée ? C’est quoi le sens de tout ça ? Si je tenais l’abruti congénital qui a verrouillé cette porte ! Ces concitoyens ont dû le maudire lorsqu’ils ont été coincé de ce côté ! »
Il avait le sentiment d’être complètement à côté de la plaque. Il était doué pour étudier, faire des fouilles, parler d’autres langues mais résoudre des énigmes ce n’était pas la même histoire.


CODAGE PAR AMIANTE


_________________
Double compte : Hailey Spalding

Lorn écrit en #08088A

Revenir en haut Aller en bas

Thyra White

Image perso : [MJ30] La cité mécanique - Page 2 1571734472-thyrabann2
√ Arrivée le : 09/03/2018
√ Date de naissance : 28/09/1991
√ Nationalité : Francaise

√ Age : 28
√ Messages : 193
Liste de vos DC : Keya Râman

le Ven 10 Mai - 9:06

Thyra White
Thyra White



Je vais bien, enfin c'est ce que je pense en tout cas. Tout s'est déroulé encore une fois à la vitesse de la lumière. Je me retrouve à genou, la main gauche serrant à nouveau mon poignet droit par réflexe. Je vois du sang qui coule un peu à travers le tissu : il est tellement imbibé maintenant... je mériterais un nouveau bandage tout neuf pour la peine. Je sens bien malgré tout que mon corps subit une forte charge en émotion et que le pauvre donne tout ce qu'il a pour survivre et me tenir en vie. La tête me tourne un peu, probablement un manque en eau ou en sucre. Je décide alors de sortir de ma poche une petite barre aux céréales histoire de me requinquer rapidement, même si la meilleure des choses serait une longue et bonne nuit de sommeil.


J'entends autour de moi les gens qui s'affairent, notamment Natasha qui semble procurer des soins à Cody juste derrière ma prison. En parlant d'elle, je prends enfin le temps de l'observer quelques minutes, de voir le visages de mes protecteurs. C'est l'impression qu'ils me donnent en se tenant les bras de cette manière autour de moi, une sorte de bouclier humain. Les traits de leurs visages me semblent tout d'un coup très réels, comme s'ils pouvaient exprimer des sentiments et des émotions. On dirait qu'ils sont inquiets. Je tends une main vers l'un d'eux, caressant du bout des doigts sa joue comme pour effacer une larme invisible.


" Faut pas être inquiet comme ça tu sais. Nous, on veut juste découvrir votre histoire et ce que vous êtes. Je regarde ma main inanimée et ensanglantée qui traine à côté de moi et qui recommence à vibrer" Qu'est ce que je dois faire, hein ? Dis moi toi, ce que je dois faire maintenant... mes coéquipiers vont tous mourir à cause de moi ?......Tu veux manger un morceau ? "


Pfff, voilà que je divague, voilà que je tends ma barre de céréales à cette "personne". Je ne sais pas vraiment pourquoi je fais ça, est ce que le sang perdu affecte mes capacités, est ce que je perds espoir, est ce que je cherche une connexion, est ce que je perds la boule tout simplement ? Je n'en sais rien. Mais j'ai vraiment l'impression qu'elles m'entendent ces statues, voire même qu'elles me comprennent. Je ne sais pas si je peux les contrôler, mais j'ai le sentiment que je peux entrer en communication avec elles d'une façon ou d'une autre.

_________________
DC : Keya Râman
Ecriture : Darkorchid


[MJ30] La cité mécanique - Page 2 2018_h10

Revenir en haut Aller en bas

Karola Frei

Image perso : [MJ30] La cité mécanique - Page 2 1562430542-image-profil
√ Arrivée le : 14/05/2015
√ Date de naissance : 09/04/1983
√ Age : 36
√ Messages : 2534
√ Localisation : Atlantis

le Sam 11 Mai - 22:14

Karola Frei
Karola n'entendit guère Thyra lui répondre dans l'oreillette, à vrai dire elle n'entendait plus grand chose. Ses yeux mi-clos, mouillés de larmes, l'empêchaient de voir distinctement. Des formes se découpaient dans sa vision, mais elle peinait à les distinguer convenablement. De ce fait, elle ne put pas parer une nouvelle agression et se retrouva au sol, se rattrapant de justesse avec ses mains. Elle attendit patiemment la prochaine attaque en faisant le dos rond mais à son grand étonnement, elle se sentit soudainement libérée d'un poids oppressant au niveau de ses poumons. Par réflexe, elle prit une profonde respiration et eut tout juste le temps d'achever un cycle respiratoire qu'elle se sentit emportée par une force contre laquelle elle ne pouvait pas lutter. La seule chose qu'elle put faire, ce fut de mettre son bras en opposition devant son visage pour le protéger et se recroqueviller sur elle-même pour limiter les dégâts. Elle heurta de plein fouet quelque chose ou quelqu'un, elle n'aurait trop sût dire. Et enfin, ce fut terminé. Plus d'oppression, plus d'attaque, le calme retomba comme un soufflet. Le temps de reprendre ses esprits et aussi d'attendre de voir si une quelconque menace resurgirait de nulle part, Karola resta là où elle avait échoué. Elle prit le temps de prendre de longues et profondes respirations et d'attendre que sa tête arrête de tourner pour prendre appui prudemment sur ses mains et se redresser. Elle put enfin observer le chantier qui s'étalait devant ses yeux. La première chose qu'elle remarqua c'est cette espèce de structure qui entourait ou plutôt qui emprisonnait la technicienne. Il ne s'agissait pas de n'importe quel type de structure. Elle était formée par cinq statues qui l'entouraient et la retenaient, l'empêchant donc de pouvoir se mouvoir.

Elle tenta de se relever sur ses pieds, mais elle sentit ses muscles des membres inférieurs flageoler. Visiblement, elle n'avait pas encore suffisamment repris du poil de la bête pour cela. Un peu impuissante, elle en profita pour regarder autour d'eux, à la recherche du moindre indice qui pourrait les aider. Lorn était en train de faire face à une porte et elle semblait lui résister. Natasha quant à elle soignait Cody qui avait reçu une balle à l'épaule. Comment cela avait-il bien pu arriver ? Elle se le demandait bien mais pour l'instant, l'heure était plus aux réponses qu'aux questions. D'autant que la kinésithérapeute était en train de le soigner. Mieux valait la laisser opérer sans distraction.

Son regard dévia et elle remarqua que d'autres statues étaient présentes, mais celles-ci pas autour de Thyra et surtout à l’état de cendres comme lorsqu’elle s’était battue contre elle et les avaient achevées. Elle poussa un profond soupir de lassitude. Ces choses étaient nettement plus coriaces que les Wraiths et à ce moment précis, elle aurait donné beaucoup pour n'avoir à affronter qu'un originel. Même si formes semblaient calmes et être retournées en veille, elles étaient toujours là et constituaient une potentielle menace. A côté d'elle, elle entendit la technicienne s'adresser à ses geôliers.

«Pourquoi ne pas leur chanter une berceuse tant que vous y êtes ?» rétorqua sur un ton cynique. Cette situation commençait à sérieusement la contrarier. Ils n'avaient pas avancé d'un pouce depuis tout à l'heure et tout n'avait fait qu'empirer depuis tout à l'heure. Il semblait qu'à chaque fois qu'il faisait un pas, l'environnement leur répondait avec force. Comme s'il obéissait à la loi du triple retour. Étant donné son état de faiblesse, elle se contenta d'observer l’environnement à la recherche de moindre indice qui pourrait les aider avant de se préoccuper du dernier membre de l’équipe qui n’était pas à proximité d’elle mais qu’elle pouvait voir faire face à une porte.

« Fawkes, où en êtes-vous ? Ce serait peut-être le bon moment d’avoir une idée de génie ?» N’était-ce pas son rôle après tout, de débloquer les situations les plus épineuses ?
« Navré chérie, les épines sont sacrément dures ! » répondit Lorn, plus sèchement qu’il ne l’avait voulu. Il était contrarié par les évènements, même si cela n’excusait rien au final.

_________________
[MJ30] La cité mécanique - Page 2 Signka10

Rédaction en #LightPink

Revenir en haut Aller en bas

Cody Fuller

Image perso : [MJ30] La cité mécanique - Page 2 2019_c12
√ Arrivée le : 01/07/2014
√ Date de naissance : 19/09/1995
√ Nationalité : Américain

√ Age : 24
√ Messages : 510
√ Localisation : Canada

Liste de vos DC : Aucun

le Lun 13 Mai - 5:07

Cody Fuller
Équipe

White
MJ30 : La cité mécanique
Chronologie : VENDREDI 1e MARS 2019, 17H30.
Ma respiration s’était accélérée. Je pouvais entendre les battements de mon coeur dans mes oreilles. Je sentais le muscle se contracter rapidement dans ma cage thoracique. Je m’essouflais, mais j’essayais de garder un rythme constant pour pas trop perdre mon souffle, sauf que ben, j’étais humain. J’étais pas invincible comme ces foutues statues qui se reconstituaient quand on les détruisait.

Soudain, je sentis une douleur aiguë me transpercer au niveau de l’épaule et m’arracher un cri de douleur au passage. Je sentis comme un truc se loger au fond, tout au fond. Le sang chaud et gluant coulait. Il arrêtait pas de couler. Je voulais juste retirer cet objet étranger. Je reconnu immédiatement ce qu’était cette sensation horrible. Je venais tout juste de me prendre une foutue balle dans l’épaule !

Je continuai de me battre alors que les statues attaquaient. Des coups de pieds. Surtout eux. Ils étaient bien plus puissants que des baffes. Lentement, il y eu uniquement la douleur. Une si atroce. Je n’avais plus aucune sensibilité dans mes doigts, puis ma main, ensuite l’avant-bras et… merde. C’était tout le bras maintenant. Rapidement, j’avais défait mon chandail en dessous de mon gilet molle pour prendre un pan et l’avait serré autour de mon bras. Fallait bien arrêter le sang de couler. La balle était encore là. Il fallait la retirer et désinfecter la plaie, mais au moins le sang arrêterait de couler.

C’est alors qu’on me plaqua contre un des murs du sas violemment. Ma tête heurta la surface derrière moi et je vis des étoiles quelques secondes. Une masse se tenait devant moi. Sa main s’était enroulée autour de mon poignet et me le maintenait contre le mur. On essayait de m’immobiliser pour me prendre l’arme ! Fallait surtout pas qu’on me la prenne, ça pouvait être dangereux !

Alors que je m’apprêtais à foutre un coup de pied circulaire dans les jambes de la statue, j’entendis Thyra parler. Elle s’adressait aux statues et leur demandait d’arrêter de nous attaquer. Soudain, je pu à nouveau bouger et lorsque je me tournai vers la technicienne, je vis les statues se regrouper autour d’elle. Elles avaient arrêté de bouger et s’étaient agenouillées devant elle. C’est alors que mon corps fut attiré vers elle sans que je ne le veuille. Nom d’un chien ! Il se passait quoi là ? Comment se faisait-il que je sois attiré vers la technicienne et ses protecteurs ? Enfin, ils ne semblaient pas vouloir l’attaquer. Mon pied heurta un objet au sol et je me penchai pour le prendre. Attendez une minute ! Elle était pas sensée se trouver quelques mètres plus loin ? Quelqu’un ou quelque chose l’avait déposé à côté de moi, comme pour gentillement me la redonner.

« C’était pas nécessaire la balle, mais merci quand même ! » je savais bien que ces choses-là ne pouvaient pas m’entendre. Enfin, j’osais espérer sinon je serais dans la merde.

Tout se passait trop vite, mais en même temps, nous n’avions pas avancé du tout. On était coincé dans ce sas. Comme si l’environnement répondait à nos moindre mouvements. J’entendis la voix de Natasha tout près de moi et me tournai vers elle.

« Au pire, je préfère qu’on retire la balle » répondis-je. Avais-je le choix ? Rester comme ça et risquer de perdre trop de sang ? Je savais bien que la kiné n’était pas médecin, mais en matière de médecine… elle était bien mieux placé que moi.

J’aurais probablement perdu mon bras en essayant de m’auto soigner. Elle demanda si je pouvais bouger et étrangement, je réussi à déplacer un pied. Regardant autour de moi, j’essayai de trouver une zone où il n’y avait pas de poussière au sol qui pouvait se reconstituer. Il n’y avait pas de mouvement pour l’instant. Une fois en sécurité, je laissai la kiné s’occuper de moi.

« Je vous fais confiance. Je pense que j’aurais perdu mon bras en essayant de me soigner. Et puis, je suppose que le MALP est d’une grande aide, non ? » dis-je, rigolant doucement, tentant de détendre un peu la tension qui se faisait sentir.

« Bien sûr ! Et puis, j’ai des doigts de fées… » plaisanta Natasha en citant le surnom que certains lui avaient attribué.

Je pris de grande respiration pour me concentrer sur autre chose que la douleur lorsqu’elle utilisait les instruments à sa disposition. Putain. Je savais qu’un blessure par balle faisait un mal de chien, mais j’avais complètement oublié. Faisait un moment que j’avais pas eu ce genre de blessure. Inspirer… expirer… inspirer… expirer. Rinse and repeat.

« Putain… » je ne pu m’empêcher de laisser échapper un juron.
Puis, elle me demanda si ça allait. J’ouvris les yeux et me tournai vers elle, lui offrant un sourire et un hochement de tête.

« Ouais. Ça fait encore un peu mal, mais je sens le bout de mes doigts là. »
« - Les antalgiques devraient apaiser la douleur, » répondit la kiné.

Y avait un code pour ouvrir la porte. Je pouvais voir Lorn au loin tenter de l’ouvrir. J’ignorais ce qu’il y avait derrière elle, mais il était pas question qu’on s’arrête ici ! Un mal de chien pour une cité souterraine. Puis l’homme râla un truc et avait décrit une image. C’est pas des devoir de citoyen ?

« Lorn, pensez-y une seconde. Se peut-il que votre réponse soit dans votre question ? C’est pas ça être un citoyen ? Citadin, peut-être ? »

J’étais pas très doué pour les énigmes, mais c’était des devoirs de citoyens. Bah, prier peut-être pas, mais dans d’autres époques, c’était vraiment des devoirs importants.

Il y avait encore le problème des statues autour de Thyra. Il fallait vraiment trouver un moyen pour la faire sortir. Et si on leur montrait qu’on voulait aucun mal à la technicienne, voir même à la cité ? La plupart du temps, la paix revenait avec des actes non violents. Enfin, ça dépendait de la situation.

« Major ! Vous allez-bien ? » demandai-je, ignorant la situation de la femme. « Avez-vous une suggestion pour faire sortir Thyra ? J’avais pensé montrer à nos amis là-bas qu’on leur veut pas de mal » ouais, géni, c’était ça le but ! « L’Infinity est Thyra maintenant. Je me demande s’il est possible de communiquer aux statues à travers elle. Peut-être comprendront-elles qu’on est pas des ennemis. »

« Elle s’y est enfermée toute seule, en leur disant d’arrêter non ? Elle n’a qu’à leur demander de la même façon de la laisser sortir. »
CODAGE PAR AMIANTE

_________________
    Thank God I live to die another day. I won't raise my white flag, 'till I'm through
    //écriture : #4b86b4

Revenir en haut Aller en bas

Lorn Fawkes

√ Arrivée le : 12/12/2018
√ Messages : 25

le Dim 19 Mai - 14:50

Lorn Fawkes
Équipe

White
MJ30 : La cité mécanique
Chronologie : VENDREDI 1e MARS 2019, 17H30.


Lorn Fawkes

Des devoirs de citoyen ? C’était une idée intéressante et assez logique avec ce qu’il venait de décrire mais il fallait encore transcrire ça dans le dialecte de ce peuple, et donc de la machine. Rien ne garantissait que le concept équivalent existait chez eux et si tel était le cas il était certain que ce n’était pas le même mot, qu’il devait donner la bonne expression dans le code ad hoc. Il entreprit donc de tourner les mollettes de ce qui devait commander le champ de réponse, essayant successivement les combinaisons évoquant le plus l’idée qui lui avait été soumise et qui était peut être la bonne, à commencer par les concepts de citoyen et de citadin, si gentiment suggéré. Par prudence, il notait chaque déplacement, photographiait chaque changement significatif au cas où il aurait besoin de revenir en arrière, ce qui ralentissait grandement le processus mais lui donner un vague sentiment de contrôle, ce qui était rassurant et trompeur à la fois.
« Hmmm… Possible… On verra bien si j’y comprends quelque chose…Si vous êtes toujours en vie Thyra, dîtes moi si vous entendez, ressentez ou autres un truc lors d’une manipulation. Qui sait, vous saurez peut être quand j’aurais le droit à mon dernier essai avant d’activer les systèmes d’autodéfense… »
En disant cela il espérait ne pas leur attirer la poisse. Ils avaient assez galérés pour faire trois pas à son goût. Pourquoi est ce qu’il n’y avait jamais une bête clef à tourner dans la serrure ou un lance-patate pour ouvrir la porte ? Qu’est ce qu’il avait fait au bon dieu pour finir dans une galère pareille ? Dire qu’il avait signé pour ça, il ne devait plus avoir toute sa tête ce jour-là.


CODAGE PAR AMIANTE


_________________
Double compte : Hailey Spalding

Lorn écrit en #08088A

Revenir en haut Aller en bas

Steven Caldwell

√ Arrivée le : 24/01/2017
√ Date de naissance : 05/04/1952
√ Age : 67
√ Messages : 780
√ Localisation : Sur le Dédale

le Jeu 23 Mai - 19:56

Steven Caldwell
Équipe

White
MJ30 : La cité mécanique
Chronologie : VENDREDI 1e MARS 2019, 17H30.


Lorn Fawkes parvint finalement à découvrir un cheminement sur ce tableau changeant. Selon l’orientation des molettes, les différents éléments s’agençaient pour donner vie à de nouvelles scènes. Et il en trouva une, d’un cliché qui rappelait plutôt bien l’aspect de citoyenneté, et dont le clic final déclencha une brusque réaction derrière la porte d’accès.
Un sourd déclic qui s’ensuivit de mouvements de divers organismes d’horlogerie invisible. Les vibrations montaient, puissantes et déplaisantes, mais permettant finalement l’ouverture de cet énorme panneau de métal. Il monta lentement, offrant son accès à la cité mécanique, définissant la réussite de Lorn dans ce casse-tête.

Automatiquement, les lucioles furent balayées d’une stimulation. Des vagues de lumières plus intenses allaient et venaient comme la marée. Le grondement continuait de monter mais il s’éteignit sur un claquement très sec.

Les fossilisés qui entouraient Thyra s’ébréchèrent, comme cassés par sa gentillesse et sa barre chocolaté, et ils commencèrent à s’affaisser. Quelques dizaines de secondes plus tard, ils la laissèrent libre de s’en aller. La mécanicienne pouvait noter que l’expression de leurs visages avaient changé.

L’équipe White était enfin en paix. Mais pour combien de temps ?
Karola avait bien récupéré, Cody avait été stabilisé. Seule Thyra semblait souffrir de son état. Et malgré tout, l’accès pour la cité était enfin ouverte. A travers ce lourd panneau se dessinaient des marches descendantes. Elles partaient en un quart de cercle vers une belle place centrale dont la vieillesse apportait une allure différente. Pas d’arbres, pas de végétation, mais d’impressionnantes décorations rocheuses entourant une immense table ronde. Elle était faites d’un nombre incalculable de pièces mécaniques. Trois grandes grilles d’accès menaient à des endroits différents dans la ville que l’on percevait plus loin derrière.

CODAGE PAR AMIANTE


_________________
[MJ30] La cité mécanique - Page 2 2018_s10

Revenir en haut Aller en bas

Thyra White

Image perso : [MJ30] La cité mécanique - Page 2 1571734472-thyrabann2
√ Arrivée le : 09/03/2018
√ Date de naissance : 28/09/1991
√ Nationalité : Francaise

√ Age : 28
√ Messages : 193
Liste de vos DC : Keya Râman

le Mer 19 Juin - 17:35

Thyra White
Équipe

White
MJ30 : La cité mécanique
Chronologie : VENDREDI 1e MARS 2019, 17H30.





Thyra White

Au moment ou je pensais avoir établi un contact, je vois les statues qui s’effondrent. Je crois qu’elle ne veut pas de ma barre de céréales… En même temps je la comprends, la cuisine française est meilleure que celle d’Atlantis. Je ne relève pas la remarque de Karola, je m’en fiche en fait elle est jalouse… je suis sûre ! Peut être qu’elle la veut ma magnifique main d’horloger ! Je ne sais plus ce que je dis, désolée. Je me sens fatiguée. Comme si mes batteries étaient mortes et c’est super désagréable.
Il y a des bruits très sourds, comme si la cité se mouvait une nouvelle fois. Je vois que Lorn a réussi à ouvrir cette fichue porte et en un rapide coup d’œil, je vois que l’équipe est au complet. Cody est blessé et voir son visage et ses expressions ça me met mal à l’aise. Je me sens coupable. Je lui adresse un sourire, comme pour le soutenir avant de me diriger vers la cité qui enfin nous ouvre ses portes. L’Infinity ne me fait plus mal, mais l’énergie qu’il me pompe est phénoménale. Je marche lentement, la tête qui me tourne toujours un peu et je rejoins Lorn qui me paraît excité. En même temps, c’est une sacré découverte que nous faisons là ! C’est avec les lumières apaisantes des lucioles que je passe la première dans la cité, avançant droit vers l’inconnu dans un escalier des plus sobres. Derrière moi, l’équipe, entière et probablement fatiguée, avance à pas de loup. Mais au fond de moi je sens bien que maintenant, nous sommes en sécurité
.
« Pas d’inquiétude, nous allons être tranquille pour le moment. L’Infinity s’est calmé. »

Lorsque nous arrivons en bas, nous découvrons une étrange table pleine de rouages, comme un mécanisme semblable à celui de ma main. C’est fascinant ! J’accélère le pas, du moins j’essaie et m’appuis sur la table le cœur enjoué.

« Un nouveau mécanisme ! C’est fascinant ! On dirait qu’il est intact, je me demande si on peut le faire fonctionner ! Lorn, est ce que tu vois ces nouveaux symboles et ces dessins ? On dirait les mêmes que sur la porte. »

Je jette un coup d’œil autour de nous et m’aperçois qu’il y a 3 portes protégées par des grilles. J’imagine alors que cette table doit permettre d’accéder à ces différents chemins en fonction de l’orientation du mécanisme. Cependant, je suis incapable d’en dire plus.

« Natasha… j’ai mangé une barre de céréale et pourtant je me sens toujours fatiguée. Comment ça se fait ? »

Je laisse Lorn se débrouiller avec tout ça, pendant que moi je demande des conseils à notre doc. Je sens bien que quelque chose ne va pas et je ne voudrais pas m’effondrer tout de suite, je préfère attendre mon retour sur Atlantis.
CODAGE PAR AMIANTE

_________________
DC : Keya Râman
Ecriture : Darkorchid


[MJ30] La cité mécanique - Page 2 2018_h10

Revenir en haut Aller en bas

Natasha Avalon

√ Arrivée le : 29/06/2017
√ Messages : 374

le Ven 19 Juil - 18:11

Natasha Avalon
Natasha Avalon

Natasha était occupée à regarder autour d’elle. Soulagée que la situation prenne enfin une tournure positive. L’état de Cody et de Karola était stabilisé, Thyra avait pu sortir de sa prison… mais elle fit une grimace contrariée en découvrant des escaliers. Elle s’apprêtait à aller inspecter les lieux de plus près pour chercher un accès pour le MALP lorsqu’elle fut interpellée.

« L’Infinity doit puiser dans tes réserves, » répondit Natasha qui abandonna définitivement le “vous” avec Thyra. Après tout cette dernière ne se gênait pas pour la tutoyer depuis le début. La technicienne avait perdu du sang, pas autant que Cody mais quand même… quant à la technologie implantée dans sa main, il était impossible de savoir à quel point elle impactait sur la santé de la demoiselle. Ce qu’elle venait de dire était donc purement spéculatif. « Viens t’asseoir un petit moment. J’ai pris de quoi manger et boire. »

“ Merci Natasha. Je vais laisser Lorn réfléchir pendant que nous on mange.”

Effectivement, Elle avait emporté des vivres pour quelques jours au cas où ils resteraient piégés quelques jours dans cette cité. Si Thyra le souhaitait, elle sortirait une gourde et de quoi se sustenter pour la blessée mais aussi pour les autres.

Si sa priorité était de s’occuper des blessés, Natasha avait très envie d’aller jeter un oeil plus bas pour regarder cette table centrale qui l’intriguait. Elle était kiné mais c’était surtout son goût pour l’aventure qui la poussait à participer à ce genre d’exploration.

« Si quelqu’un veut manger c’est par ici ! » s’exclama t-elle un peu plus fort en lançant un regard un peu plus appuyé vers Cody qui pouvait en avoir besoin.

_________________
[MJ30] La cité mécanique - Page 2 Signat10

Revenir en haut Aller en bas

Karola Frei

Image perso : [MJ30] La cité mécanique - Page 2 1562430542-image-profil
√ Arrivée le : 14/05/2015
√ Date de naissance : 09/04/1983
√ Age : 36
√ Messages : 2534
√ Localisation : Atlantis

le Sam 27 Juil - 21:42

Karola Frei
Cody Fuller


Stable. C’était bon signe. Mon bras me faisait encore mal, mais les soins de Natasha avaient aidé. Je commençais à sentir ma main à nouveau. Le MALP n’indiquait rien d’alarmant. Même l’état de Karola avait été stabilisé. Il restait juste Thyra qui avait l’Infinity dans la main. J’osais à peine imaginer la douleur qu’elle pouvait ressentir. Quelle horreur ! L’archéologue avait réussi à ouvrir la porte. Le thème de citoyenneté devait sans doute être la réponse. Moi et les énigmes, ça faisait 2, mais pour le coup, cela semblait être la réponse.

Il y eu des grondements et je compris que la cité était en mouvement. En même temps, les rouages et mécanismes d’horlogerie étaient des clés pour accéder aux parties de la cité. C’était fascinant de découvrir que les citoyens avaient mis cela en place pour pouvoir s’y réfugier. Les statues avaient libérés Thyra et nous avaient laissé le passage. Elles obéissaient à l’Infinity et la cité, j’en eu la certitude à ce moment-là. La technicienne m’offrit un sourire et je le lui rendis.

Nous avancions lentement à travers cette porte et je dû regarder au sol pour voir qu’il y avait des marches descendantes. Les lucioles au-dessus de nos têtes continuaient de briller et nous éclairer le chemin. Thyra et Natasha discutaient ensemble au sujet de l’état de fatigue de la technicienne et Natasha offrit à manger. Elle l’avait dit un peu plus fort. Je devais admettre que j’en avais besoin. J’avais emmené des rations de survie et des gourdes d’eau, mais je ne pouvais pas refuser une telle offre. En plus, surtout avec tout ce sang de perdu, il fallait bien reprendre des forces.

« Je te remercie, Natasha. C’est apprécié » dis-je, lui offrant un sourire et acceptant ce qu’elle offrait.

Rapidement, nous entrâmes à l’intérieur d’une grande pièce avec une table fait de mécanisme bizarre tout comme l’Infinity. Devant nous se trouvaient des portes avec des grilles. Elles devaient mener vers d’autres sections de la cité. Lentement et précautionneusement, je m’étais approché de la table et avait remarqué des symboles étranges.

Un premier avec des gens regardant un être unique sur une tour. Ce devait être la politique ou la religion. Il y avait ensuite en deuxième un groupe d’habitation. La signification de ce dessin était bien évidente. C’était le quartier résidentiel. Puis en troisième, il y avait un groupe d’autochtones sur de grandes machines, réglant et arrangeant des pièces. La mécanique, assurément.

S’il y avait une table devant et des grilles sur des portes, cela voulait certainement dire que nous avions droit à un seul choix. Il fallait y penser à plusieurs fois avant de nous décider. La politique/religion nous permettrait d’en apprendre d’avantage sur ce peuple inconnu. Quant au quartier résidentiel, il nous donnerait d’autres informations à leur sujet et peut-être que nous pourrions découvrir un hôpital. En ce qui concernait l'ingénierie, il y avait de fortes chances que l’on y trouve des pièces. La cité était vieille et ces dernières pourraient nous être utiles pour la réparer et nous offrir des passages plus aisés. De plus, on se trouvait dans une cité mécanique. Le coeur devait soit se trouver là ou bien dans la section politique/religion. C’était souvent cette sphère qui dominait les civilisations.

« Pleins de choix intéressants. Si on doit prendre un seul chemin, moi j’opte pour soit la mécanique ou le quartier résidentiel » dis-je, levant les yeux et fixant les autres, attendant leur réponse. « Dans l'ingénierie, je pense qu’on a des chances de trouver des pièces pour nous aider avec les autres portes. Dans le quartier résidentiel, on peut y trouver des informations sur leur civilisation, leur médecine et j’en passe »

Fallait bien expliquer mes choix. Si ça se trouvait, ça aiderait les autres à faire les leurs. On était une équipe, ce genre de décision se faisait ensemble.

“ Si tu penses que nous avons vraiment qu’un seul choix, et que les choix sont strictements axés sur le lieu résidentiel, mécanique tout ca tout ca, il est clair que je choisis de visiter leur forge et leurs ateliers. C’est le seul endroit ou l’on pourrait découvrir le secret de leur cité au vu de leur technologie. Et puis je pourrais peut être trouver des pièces intéressantes. Et puis pourquoi on ne pourrait pas ouvrir toutes les portes là ? Lorn, ton avis ? ”
« -Au risque de passer pour une ignorante,souligna Natasha en se rapprochant de la table de contrôle après la distribution de nourriture, Qu’est-ce qui nous empêche de visiter une destination puis une autre ? »

Lorn Fawkes

La porte s’ouvrait dans un bruit sinistre, annonçant haut et fort que la cité n’était plus de première jeunesse et que nombre de ces mécanismes pourraient plier devant le Temps. Mais ce succès, fruit d’une réflexion commune et de la chance, avait redonné une certaine confiance à Lorn. Maintenant il savait que certains concepts étaient proches de ceux de son monde natale et qu’il n’y avait pas forcément à chercher ce qui n’existait pas.
« La porte est ouverte ! » dit-il avant de s’approcher des marches qui s’enfonçaient dans le sol, vers une vaste place ancienne, au centre de laquelle trônait une table ronde, entièrement composée de rouages et de pièces mécaniques.

Thyra l’avait devancé, filant vers l’inconnu, oubliant sans doute son épuisement mais il savait que bientôt elle serait rattrapée, l’adrénaline n’étant pas éternelle. Il penchait pour l’obliger à s’asseoir, manger, se reposer, n’ayant aucunement envie de perdre la seule autre personne susceptible de l’aider avec les mécanismes, de les réparer si besoin était mais aussi parce qu’il la trouvait vraiment pâlotte, ce qui n’était pas une bonne chose pour une telle expédition.
« Laissez moi un peu de temps voyons… Allez plutôt vous requinquer avant de faire tout foirer ! »
Il avait été aimable, à sa façon. La plupart des gens aurait juste l’impression qu’il l’envoyait bouler, comme si c’était une gamine gênante qu’il ne voulait pas avoir dans les pattes. Thyra partant solliciter Natasha, il prit le temps de regarder chaque symbole, notant ce qui semblait intéressant comme les trois destinations possibles. C’était assez simple de les identifier : le siège politique, les quartiers d’habitation et l’ingénierie. Entendant Cody énumérer les mêmes destinations que ce que lui-même pensait avoir compris, il se considéra dans la bonne voie.
« Donc… La tour, c’est certainement un lieu de pouvoir, politique ou religieux. La vie courante, le quartier résidentiel et les hommes sur les pièces mécaniques, l’ingénierie. Mais on dirait que vous avez compris ça de vous-même… Félicitation ? »
Il avait fini la phrase sur une petite touche d’ironie, ayant commencé son petit résumé après le début de la discussion qu’il avait suivi d’une oreille.
« Faut croire que les militaires ont pas juste de la force dans les bras » avait répondu Cody, un sourire amusé sur les lèvres.
« Eh bien Natasha, Thyra… Rien nous empêche de tout ouvrir… Il faut seulement choisir une destination pour commencer et vu le bruit à l’ouverture je préconise la prudence. Il est fort possible qu’il y ait eu des dommages avec le temps. On a bien vu l’état de certaines zones d’Atlantis en arrivant… Ce sera pareille ici. Le plus intelligent serait donc de d’abord passer par l’ingénierie. Comprendre le fonctionnement des machines, et prendre de quoi les réparer éventuellement serait une bonne idée je pense. Quant à savoir où l’on obtiendra des renseignements utiles sur leur technologie… Rien ne dit que c’est à l’ingénierie que nous trouverons toutes les réponses. Si ça se trouve ils considéraient sur la fin que seul le chef suprême était apte à détenir ce secret, tombant peu à peu dans l’ignorance et l’incompréhension de leur propre science. Et il se peut que la personne sur la tour ne soit pas tant un chef politique que le porteur de l’Infinity ou alors ce dernier avait les deux rôles… »
Il était prêt à ouvrir la prochaine porte, dès que le groupe aurait décidé et comme chaque fois qu’il fallait voter il craignait une décision stupide d’une petite majorité. Il y en aurait forcément un pour affirmer que les quartiers résidentiels étaient le choix à faire et assez de rigolos pour le suivre. Hors c’était bien le dernier coin à chercher dans une cité tombant probablement en ruines. Pour le moment, Thyra et Cody semblaient devoir opter pour l’ingénierie, comme il le préconisait. Au pire, si vraiment il jugeait que c’était le pire des choix possibles, il n’en ferait qu’à sa tête et ouvrirait la porte qu’il voulait avant de se justifier d’une erreur de manipulation. C’était de la technologie alien après tout, donc qu’il se trompe bêtement n’était pas improbable.
« Donc ingénierie pour ma part. En plus, l’Infinity étant une pièce clef, il se peut qu’elle nous en apprenne plus sur son but et son fonctionnement. »


Karola Frei


Il s’en fallut de peu pour que Lorn se prenne une remarque bien sentie de la part de Karola après qu’il ait eu l’audace de la surnommer « chérie ». A la place, elle répondit aux sollicitations de Natasha et se traîna sur une petite distance pour la rejoindre, elle et Cody afin de l’assister dans ses soins.

Lorsqu’enfin l’opération fut terminée, elle donna une légère accolade au maître-chien, en guise de récompense.
« Vous avez été courageux soldat. » Puis, elle resta quelques minutes assises sur son séant, appréciant pour la première fois depuis un petit moment un semblant de répit salvateur à bien des égards. Elle en profita pour boire une gorgée d’eau. Tant d’évènements s’étaient produits en très peu de temps. Leur descente au cœur de cette immense grotte leur avait semblé si interminable mais depuis qu’ils avaient posé les pieds à terre c’est à peine s’ils avaient eu le temps de réfléchir correctement à la manière de mener cette mission correctement. Et le tempérament impulsif de certains éléments n’avait pas aidé. Heureusement, ils s’en étaient sortis. Certes, pas indemnes, mais au moins aucune perte n’était à déplorer.

Une soudaine secousse la sortit de sa rêverie, tournant la tête sur la droite, elle constata que Fawkes était parvenu à résoudre son énigme et que par conséquent, les portes de la cité s’ouvraient enfin devant lui. La jeune femme observa attentivement les statues qui emprisonnaient alors Thyra et les vit s’effriter afin de libérer la technicienne. Karola entreprit de se relever, non seulement pour pouvoir reprendre leur mission mais aussi pour intervenir au cas où ces choses se remettraient à nouveau à leur faire obstacle. Heureusement, ce ne fut pas le cas et le major s’en trouva soulager. Même si elle avait un peu récupéré, il lui faudrait encore un peu de temps pour retrouver pleinement ses pleines capacités.

Il était temps à présent de passer à la suite et notamment de traverser la porte ouverte pour pénétrer dans le cœur de cette cité gigantesque qui n’en finissait pas de les surprendre. C’est ce qu’ils eurent la joie de découvrir à nouveau. Le petit groupe passa dans un espace toujours aussi démesurément immense, taillé dans la roche mais le paysage était ici différent.

Ils se retrouvèrent très vite confrontés à une nouvelle énigme. Cependant, celle fois-ci il semblait qu’ils allaient pouvoir tenter de l’élucider sans rencontrer de problèmes. En tout cas, Karola l’espérait et veillait au grain en gardant un œil attentif sur leur environnement, son arme prête à être utilisée au cas où.

Elle accepta de bon gré la proposition de Natasha pour se restaurer quelque peu. Toutes ces péripéties lui avaient fait perdre toute notion de temps alors même qu’en regardant sa montre elle se rendit compte que cela ne faisait qu’à peine quelques heures qu’ils se trouvaient sous terre. La militaire n’avait pas spécialement faim mais après son combat elle avait perdu de l’énergie. Aussi, elle ignorait ce qui les attendait. Alors, prudente comme elle était, elle profita de cette « pause » pour se restaurer.

Alors qu’elle terminait son goûter, elle s’approcha de la console qui constituait leur nouvelle énigme à résoudre. Elle observa attentivement les mécanismes finement modelés et qui confirmait le haut niveau de technologie de la part des habitants de cette cité. Elle en fit le tour en balayant le tout de sa lampe torche tout en écoutant les réflexions de ses camarades. Peut-être y avait-il une sorte de serrure qui permettrait de tout déverrouiller notamment grâce à l’aide de la fameuse main bionique de Thyra. D’ailleurs, cette dernière et Natasha avaient soulevé des points intéressants auxquels Lorn s’empressa de répondre tout en livrant son appréciation de la situation.

Pour Karola il était évident que la zone résidentielle, s’il s’agissait bien de cela, ne constituait pas une priorité en soit. Leur but de mission était avant tout de découvrir les mystères de cette cité qui se révélait être constituée de tout un tas de mécanisme techniques qui relevait de l’ingénierie. Le centre politique ou bien religieux pouvait éventuellement être aussi intéressant mais cela encore une fois ne constituait pas une priorité absolue. A son tour, elle ajoute son grain de sel.
« Dans tous les cas, qu’un seul chemin nous soit ouvert ou bien les trois, il est hors de question de nous séparer. La zone dévolue à l’ingénierie me semble également toute indiquée pour un premier itinéraire. Nous devons absolument comprendre comment fonctionne cette cité pour mieux en appréhender les spécificités et éviter d’autres incidents. Et je pense surtout que cela peut éventuellement être un atout pour mieux gérer « ceci » » Ajouta t-elle en pointant du doigt la main de Thyra. « « Cela me semble être une destination indispensable si nous voulons pousser plus loin notre exploration par la suite. »
« -Les insectes lumineux se sont éveillés à l’approche de l’Infinity… le peuple qui vivait ici ne s’est peut-être pas éteint, il pourrait être plongé dans une sorte de cryogénisation en attendant le retour de sa source d’énergie. Le quartier résidentiel serait une priorité pour moi, c’est là-bas que nous avons le plus de probabilité de croiser des autochtones. Mais prioriser l’ingénierie me convient, nous pourrons toujours visiter le reste ensuite. »
« Croiser des autochtones… Ah oui ce serait merveilleux… Sauf s’ils sont hostiles… Et un éclairage c’est juste un éclairage. Ca ne veut rien dire de plus. Et en toute franchise je doute que l’on trouve plus que des cadavres momifiés. »
« Je n’aurai jamais cru entendre un tel discours de la bouche d’un archéologue ! » répliqua Natasha, stupéfaite. « Il ne s’agit pas d’un éclairage mais de créatures vivantes au cas où vous ne l’auriez pas remarqué. Des créatures qui se sont éveillées en présence de l’Infinity et qui ne sont apparue sur le détecteur de vie qu’une fois Thyra dans la zone… alors oui, je commence à sérieusement penser que nous pourrions rencontrer autre chose que des momies dans cette ville ! »
« Peut être mais il est clair que c’est leur fonction. Donc c’est un simple système d’éclairage, biologique ou non. Vous avez dû entendre parler de ces plantes capables de survivre sans eau pendant des années ? Il y en a sur Terre et que je sache l’homme ne partage pas ce don… Donc lucioles ou pas, ça ne veut rien dire. Mais espérez ce que vous voulez et laissez moi me tromper si je dois me tromper vous voulez ? »

Natasha Avalon


Natasha regarda Lorn d’un air sidéré. Wow, mais c’était quoi ce raisonnement scientifique à deux balles ? Ce mec avait eu son diplôme dans une boite de chocapic ou quoi ? Qu’est-ce qu’il ne saisissait pas dans le fait que les insectes étaient morts et avaient soudainement commencé à se manifester sur le détecteur de vie lantien lorsque Thyra avait posé l’infinity sur son piédestal ? Forcément, les créatures s’étaient éveillées et avaient éclairé la zone, de là à savoir si c’était effectivement leur fonction d’éclairer le coin -auquel cas elles étaient intimement liées à la civilisation qui avait construit cet endroit et leur présence était artificielle- ou si elles luisaient pour une toute autre raison biologique et cet espace était simplement leur lieu de vie… il faudrait un certain nombre d’expérimentation scientifiques pour le savoir et un peu plus qu’une observation de quelques secondes. Mais monsieur avait décidé que c’était comme ça et il avait décidé de fermer le dialogue. C’était un brin ennuyeux, parce que Natasha ne comptait pas s’arrêter d’argumenter alors que le reste du groupe était autour et avait les oreilles grandes ouvertes. Elle ne voulait laisser passer aucune possibilité et pas question que ce scientifique à deux balles les convaincs qu’il n’y ait qu’une seule bonne réponse sans même envisager les options.

[color:b953=##00FFFF]« Donc pour vous, si une luciole brille c’est forcément pour vous éclairer ? Votre raisonnement est un peu prétentieux vous ne trouvez pas ? Il ne s’agit pas d’eau, il s’agit d’infinity, une source d’énergie dont nous ne savons presque rien. Si des insectes lui sont connectés, pourquoi pas une autre forme de vie supérieure comme celle qui a construit cet endroit ? Et puis, qu’est-ce qui vous permet de prétendre qu’il s’agit d’humains au juste ? C’est une hypothèse, pas une affirmation et je n’espère rien, je suppose pour que nous puissions envisager toutes les possibilités avant de sauter aux conclusions comme vous le faites. »



Thyra White



Pendant que mes camarades se chamaillent, je me redresse et tourne autour de cette étrange table. Mes doigts glissent sur le métal froid. Le contact, y’a rien de mieux. Pour ma part il est évident que les ateliers passent en priorité si nous voulons comprendre leur technologie ainsi que le fonctionnement de cette cité. Je doute fortement qu’il reste des survivants, car d’après les explications du docteur Sidney, ils se sont entretués quand la famine a frappée. D’ailleurs, je devrais leur dire, même si je l’ai déjà fait en arrivant.
« Le Dr Sidney m’a affirmé qu’après s’être enterrés pour se cacher des Wraiths, ils ont probablement finit par s’entretuer et se manger les uns les autres. Alors l’idée qu’ils soient en vie est plaisante, mais si c’est pour trouver des mangeurs d’Hommes, non merci.
« Le docteur Sidney a fait une hypothèse, il n’y a pas de preuves puisque nous sommes les premiers atlantes à fouler cet endroit. Le cannibalisme peut subvenir en cas de famine et si cette dernière a frappé il est évident que ces gens sont tous morts. Mais s’ils ont trouvé le moyen d’y échapper par le biais d’une cryogénisation par exemple… les anciens avaient bien trouvé le moyen de s’endormir pour plusieurs milliers d’années en retardant considérablement le vieillissement cellulaire. Lors d’une mission d’exploration dans un quartier non visité d’Atlantis j’ai même fait la connaissance d’un Ancien qui avait survécut plus de dix-mille ans en transférant son esprit dans un corps artificiel relié à une machine… le major Frei le confirmera, elle y était. Crois-moi Thyra, rien n’est impossible dans cette galaxie. »

Et au passage, je pense pouvoir faire fonctionner cette table et ouvrir les portes. Il on dirait qu’on ne peut les ouvrir que l’une après l’autre. Le mécanisme semble activer qu’une seule porte à la fois, regardez ici. En faisant pivoter cet élément, il emporte celui-ci, puis là » je montre le cheminement qui me semble le plus logique, sans imaginer que peut être, ils s’en foutent ou ne comprennent rien « et paf, ca active ça. On choisit une destination, on revient et on ouvre la porte suivant. Je vois pas pourquoi on se prend la tête Major, tout me semble en état. Dites moi où aller et je vous ouvre la voie. »
Natasha observa avec curiosité la démonstration de Thyra. Elle avait l’air de savoir ce qu’elle faisait, restait à savoir si le mécanisme allait se montrer aussi coopératif qu’elle voulait bien le laisser entendre.
C’est vrai qu’il faut faire un choix sur la destination à prendre en premier, mais si tout le monde est patient, on aura largement le temps de visiter toute la cité. Je pose ma main sur le mécanisme, prête à l’enclencher sur l’ordre de Karola et « forcer » l’équipe à se bouger un peu le cul. C’est pas comme si nous avions une cité monstrueuse à visiter…
« Karola, quelle destination ? »
Karola me regarde après un instant de réflexion et lance le top départ pour l’ingé ! Je lui souris, heureuse que nous ayons réussit à la convaincre de commencer par ce secteur. J’enclenche le mécanisme, lentement mais sûrement et découvre avec stupéfaction tous les engrenages et les rouages se mettre en marche. Le bruit, mais aussi la vue me fascinent ! Je trouve cela magnifique, excitant, c’est spectaculaire ! Jamais je n’aurai pu voir cela sur Terre !
Mais brusquement, au moment où le système semble parfaitement glisser, je vois une pièce qui saute !!!! OH MY GOD !!!! J’AI CASSÉ LA MACHINE !!!!! Je retire rapidement la main et jette un regard à mes camarades l’air complètement coupable.
« J’ai rien fait ! Vous avez tous vu ! C’est très vieux ici alors faut pas s’étonner ! Mais je vais réparer ça….. bougez pas je vais réparer…. »
Je me jette sur Cody et m’empare de son couteau avant de monter sur la table.
« Vu la situation, on ira nulle part là. Je vais donc prendre cette pièce, non pas celle là, celle d’en dessous…. Celle la je la fais sauter… celle-ci hop là…. »
Me voilà partis dans des explications à voix basses, mais je m’en fous, je suis en train de m’éclater à réparer ce joyeux bordel ! Je ne sais pas ni comment, ni pourquoi, mais tout me semble familier. C’est comme ci j’avais déjà le plan dans la tête. Je ne sais pas exactement combien de temps je passe à bricoler, mais finalement je parviens à relancer les engrenages et à ouvrir cette fameuse porte !
« Et ben voila ! C’est fait ! »
Je me redresse et lance un regard à mes compagnons de route. J’ai l’impression qu’ils me regarde comme une extra-terrestre, à moins que cela soit comme une folle….
« Par contre…. Je ne pourrais pas faire mieux… je ne pourrais pas ouvrir les autres grilles… »
J’offre un large sourire comme pour détendre l’atmosphère et tenter de dédramatiser la situation. Après tout, c’est déjà pas mal de pouvoir visiter ce secteur plutôt que rien.
« Oula… prends ton temps Thyra, le système a l’air fatigué, » lança subtilement Natasha en craignant que l’empressement de la jeune femme ne la pousse à précipiter un peu trop les choses et ne provoque une autre casse accidentelle. La suite de leur voyage reposait entre ses mains… ou plutôt SA main fonctionnelle.

« Tu as besoin d’aide ? »

_________________
[MJ30] La cité mécanique - Page 2 Signka10

Rédaction en #LightPink

Revenir en haut Aller en bas

Steven Caldwell

√ Arrivée le : 24/01/2017
√ Date de naissance : 05/04/1952
√ Age : 67
√ Messages : 780
√ Localisation : Sur le Dédale

le Sam 10 Aoû - 1:06

Steven Caldwell
Équipe

White
MJ30 : La cité mécanique
Chronologie : VENDREDI 1e MARS 2019, 17H30.


Sur les dernières actions de Thyra, le mécanisme se remit soudainement en branle. Le spécialiste des civilisations disparue trouva, en expérimentant les différentes molettes, le moyen de former la fresque désignant le pôle mécanique.
Un signal sonor violent monta, si puissant, que ses vibrations parcoururent le sol et les parois. De la poussière en tomba, les lucioles s’agitèrent, puis la grille s’ouvrit dans une affreuse lenteur. L’accès était ouvert pour la salle des machines mais il y avait encore un peu de chemin.

Accompagné du MALP qui avait pu descendre les escaliers sans problèmes, l’équipe White s’engagea vers l’inconnu. Au fur et à mesure de leur progression, ces mêmes lucioles prenaient vie pour virevolter au-dessus de leurs têtes, parfois même les accompagner sur une certaine distance.

Il n’était pas rare de ressentir des mouvements fortement réduit par des systèmes inconnus, comme un wagon qui prenait un virage à grande vitesse, mais dont on épargnait les voyageurs. Des grincements, des couinements du métal, mais en règle générale, tout tenait. La Dalle voyageait maintenant sur son réseau ferré, bien loin du quai profondément enterré. Ces légers mouvements ressentis étaient la preuve que l’équipe se trouvait désormais seule et isolée.

L’aspect abandonné et vieillot des installations ternissaient à peine toute la beauté de la découverte qui jaillit à leurs yeux. L’accès s’ouvrit sur un quartier d’habitation très particulier. Si certains édifices s’étaient effondrés depuis longtemps, formant un amas de métal et de roche, d’autres semblaient encore intact. L’équipe White parvint jusqu’au bord d’une sorte de précipice où s’étalait devant eux un damier à plusieurs niveaux. L’endroit semblait spécialement conçu pour une exploitation mécanique, l’entretien de la Dalle, cela avant même de trouver la salle des machines. Chaque abri, chaque maison, se trouvait suspendu sur un réseau de micro-rails. C’était comme avoir, sur Terre, des villes qui se superposaient à partir de socles construit les uns par dessus les autres. Le système des poupées russes version assiettes en horizontale, en vertical, tout agencé pour un maximum d’efficacité en profitant de toute la place à disposition.

Ils eurent à peine le temps d’observer ce phénomène surprenant que la fin du couloir dans lequel ils venaient de s’arrêter se désolidarisa. Le tremblement manqua de les faire tomber, le sol se déchirant sur une coupure verticale très nette, puis ils furent emporté avec le MALP vers le centre de l’agencement. Deux pupitres émergèrent du sol, fait de la même matière que le piédestal de l’infinity. L’un semblait être un mécanisme de direction à molettes, encore. Et l’autre se composait d’un disque dont l’image évoluait pour montrer une courte scène. En l'occurrence, la première configuration montrait le remplacement de micro-rails. Lorne, de par ses compétences, découvrit très rapidement leur utilité.

Cette multiville s’éveilla lentement à leur approche, des mécanismes gémissant horriblement sous un lent amorçage, puis tout se mit en mouvement. Lentement mais sûrement, tous les socles se décomposèrent comme des morceaux de puzzle sur rails. Des maisons par ci, des édifices par là, des hangars, des jardins flétris, des sites de stockage, des pièces détachées, des machines laissées à l’abandon, des morceaux d’usines. Tout était en train de se déplacer tout autour d’eux comme un rubik's cube géant. Tout tournait autour d’eux sur différents angles, comme s’ils étaient devenus le centre planétaire, le point de gravité, le point de convergence de toute cette activité. Chaque petite dalle surmonté d’un bâtiment allait et venait, changeait de niveau, tournait, pivotait. Tout cela autour de leur plate-forme qui était la seule à se déplacer lentement au centre de ces mouvements.

Accompagné des nuées de lucioles, tout ceci formait un ballet d'ingénierie tout à fait admirable. Le regard de Thyra releva des indices exceptionnels, comme le fait qu’une sorte d’usine s’était disloquée en trois morceaux pour se recomposer avec d’autres éléments extérieurs. Cet immeuble de production semblait modulable, capable de s’organiser avec d’autres architectures pour modifier sa chaîne de montage. Sa destination, ses objectifs.
C’était également le cas pour quelques maisons qui se démontèrent mécaniquement pour former un immeuble entier dont les ouvertures semblaient correspondre à une zone de triage.

Mais soudain, leur propre plateforme s’arrêta brutalement au beau milieu de chemin. Le bruit particulier de grincement leur donna l’impression que quelqu’un avait pilé comme quand un débile interdisait la priorité au croisement. L’élan manqua de faire tomber Natasha qui, malheureusement, était très loin de sa zone de confort. L’arrêt inattendu de leur socle n’avait rien de normal. Les tremblements sous leur pieds étaient manifestement symptomatique d’une accélération retenue par une force mystérieuse.

Et c’est là que les problèmes débutèrent.

BAMMMMMMMM !!!!!!


[MJ30] La cité mécanique - Page 2 Virus-11





C’était un colosse !
Fait du même métal informe que le piédestal, de la technologie obsolète à l’allure glauque et ténébreuse lui donnait un visage diabolique. Si on pouvait voir en lui une part de l’anatomie de la civilisation disparue, il y avait aussi clairement de la texture Wraith le recouvrant comme une peau visqueuse. Une mue repoussante, à vomir, qui parasitait cette chose.
Elle n’était déjà pas d’une apparence avenante mais son atterrissage brutal depuis des hauteurs insoupçonnées venait de faire chuter tout le monde.

Lorn se retrouva brutalement dans le vide, les pieds battants sans rencontrer le moindre appui, tandis qu’il se tenait au rebord par la force de ses bras. Il vit la petite stèle dirigeant leur plateforme se replier en mode “rangement” comme s’ils avaient terminé leur voyage. C’était la créature qui venait de faire ça...elle les empêchait d’aller plus loin !

Natasha s’était affalée de tout son long. Le temps de reprendre ses esprits, elle entendit un grésillement très inquiétant venant du MALP. Son oreillette lui transmit un discours sans queue ni tête de terme médicaux et de procédure qu’elle n’avait pas demandé. La machine devenait complètement dingue et, comme si elle venait de gagner son libre arbitre, elle enclencha une marche avant. Le fait que Natasha soit sur le chemin de la machine n’avait pas l’air de la déranger. Elle serait écrasée dans les quelques secondes à venir si elle n’agissait pas.

Karola et Cody voyaient bien que cette chose faisait deux fois leur taille. Il ne semblait pas y avoir de point faible visible. Rien que son poids faisait pencher leur plateforme dans son sens, les attirant presque à elle par la gravité.
Le monstre alluma ses projecteurs en les éblouissant, balayant chaque membre de l’équipe...avant de tous converger sur Thyra.
Pendant quelques secondes, la chose demeura immobile. La technicienne pouvait sentir les yeux rouge glisser le long de son bras pour s’arrêter sur sa main altérée. L’infinity se mit à trembler de plus en plus fort, la faisant souffrir malgré les anti-douleurs. Thyra sentit une émotion, une menace comme elle n’avait jamais senti et la promesse d’une douleur mille fois pire que ce qu’elle venait de connaître précédemment.

Un énorme bruit éclata dans la salle géante. Comme si un paquebot venait de donner un gigantesque coup de corne de brume juste avant un accrochage avec un autre navire. De quoi leur faire vriller les tympans puis…
Ses grandes pinces s’ouvrirent…
Et il avança droit sur Thyra avec la ferme intention de lui arracher la main !

CODAGE PAR AMIANTE


_________________
[MJ30] La cité mécanique - Page 2 2018_s10

Revenir en haut Aller en bas

Natasha Avalon

√ Arrivée le : 29/06/2017
√ Messages : 374

le Sam 10 Aoû - 11:39

Natasha Avalon

Thyra White


On avance vers notre prochaine destination, celle qui normalement devrait nous conduire dans les ateliers, ou les forges, je ne sais pas trop. En tout cas, je suis heureuse que le choix se soit porté sur celui-là, parce que maintenant que le mécanisme est cassé nous n’avons qu’un seul choix. Sincèrement, j'espère trouver quelque chose qui pourrait nous aider sur Atlantis, une technologie de défense, une énergie, des alliés puisque visiblement certains pensent que certains habitants auraient pu survivre. Dans tous les cas, au vu des prouesses ici, nous trouverons quelque chose. Je me tourne vers Lorn, jette un coup d’oeil sur Karola et Cody :

“ Vous pensez vraiment que cette main, peut contrôler le sable ? Je veux dire, donner des ordres pour se faire obéir ? Genre je pourrais les appeler là maintenant à se “monter” devant moi ? Parce que je me demande vraiment comment je pourrais utiliser cette…. chose.”

J’engage une discussion parce que franchement, je me sens perdue après tout ce qui s’est passé et tout ce qu’ils ont pu dire. Si c’était vrai je pourrais alors ramener une armée, ce qui au moins pourrait justifier d’avoir une main pourrie jusqu’à la fin de ma vie.

« Il semblerait en tout cas. Il y a eu, visiblement, un effet avec les statues. Il faudrait prendre le temps d’expérimenter mais… J’imagine que ces Poussiéreux ont une fonction de protecteur de l’Infinity ! C’est une simple théorie mais vu que ce bazar est raccordé à votre corps, il répond sans doute de la même façon que vos mains : avec une simple pensée. »

« Je pourrais donc les contrôler tant que l’Infinity reste en moi… avec une simple pensée. Je vais essayer plus tard juste pour… voir… »

« Je suis certain que oui. Je veux dire… Vous ne faites plus qu’un. Je suis du même avis que Lorn, mais c’est juste une théorie, hein »

Natasha Avalon


C’était à la fois gigantesque et stupéfiant. Chaque mètre carré semblait avoir été pensé, optimisé pour gagner de l’espace et être fonctionnel. Pas de gaspillage ici, tout était à sa place. Une toute petite ville répondant probablement aux besoins d’un très grand nombre d’habitants qui s’étaient jadis entassé ici pour fuir la menace du ciel. Natasha regretta de ne pas avoir la chance de pouvoir rencontrer les inventeurs de ces lieux car ils devaient être de vrais génies en matière de mécanique, il suffisait de voir comment les constructions se désolidarisaient les unes des autres pour en reformer des nouvelles. Il y en avait partout, comme si la gravité n’affectait pas les lieux ! Quelle forme de vie intelligente pouvait-elle vivre dans ce genre d’environnement ? Un tel mode de vie devait demander une organisation colossale et des règles des strictes.
Certains endroits s’étaient effondrés et Natasha se mit à espérer que rien ne leur tombe soudain sur la tête. Sans compter la plaque sur laquelle ils se trouvaient actuellement… tout avait l’air si vieux et abandonné ! Quel âge avait cet endroit ?

Mais alors qu’elle était plongée dans ses réflexions, leur moyen de locomotion freina brusquement et elle fit un joli vol plané jusqu’au sol sans avoir les moyens de se rattraper. La rouquine se redressa en maugréant un « aïe » blasé. Qu’est-ce qui venait de se passer ?
Et puis soudain un choc gigantesque la fit replonger au sol. Par chance, elle ne chuta pas de très haut cette fois puisqu’elle se trouvait sur ses genoux. Il lui fallut néanmoins quelques instants pour se redresser une seconde fois, inquiète à l’idée d’être renvoyée aussitôt au tapis. C’est alors que le MALP se mit à délirer littéralement. Le regard de la rouquine chercha l’engin et elle ouvrit des yeux ronds en la voyant foncer sur elle. Poussée par son instinct de survie, Natasha se redressa d’un coup pour faire un bond sur le côté et esquiver la machine. C’était passé à un cheveu d’elle !

Hélas, c’est aussi à cet instant qu’elle aperçu la créature de métal responsable de tous leurs ennuis. Le truc dégoûtant qui la recouvrait avait de vrais airs de ressemblance avec la technologie wraith. Etais-ce un robot wraith ou bien cette chose visqueuse avait-elle parasité une machine ? Et dire qu’ils étaient partis du principe que les wraiths n’avaient pas pu pénétrer la Dalle !

Un coup de corne assourdissant retentit soudain et fit sursauter Natasha. Il fallait qu’elle se ressaisisse et vite ! Elle n’hésita qu’un instant entre ses différentes armes avant de sortir le zat’nik’tel. Si c’était mécanique, c’était peut-être sensible à ce type d’énergie ! Elle arma le zat, visa et tira sur la créature gigantesque tout en essayant de trouver des prises avec ses autres membres pour stabiliser sa position et ne pas glisser sur la plateforme.

_________________
[MJ30] La cité mécanique - Page 2 Signat10

Revenir en haut Aller en bas

Lorn Fawkes

√ Arrivée le : 12/12/2018
√ Messages : 25

le Sam 10 Aoû - 14:28

Lorn Fawkes
Équipe

White
MJ30 : La cité mécanique
Chronologie : VENDREDI 1e MARS 2019, 17H30.


Lorn Fawkes


Voir le mécanisme se rompre ne provoqua pas la moindre surprise chez l’archéologue. Il s’y était attendu tellement la cité avait l’air ancienne, abandonnée. Il se retint donc de lâcher quelques commentaires disgracieux, même pour la forme, préférant laisser Thyra réparer comme elle pouvait le système d’ouverture. Elle était, de ce côté, bien plus qualifié que lui, qui n’aurait sans doute rien fait de plus qu’une réparation de fortune avec deux bouts de scotch et un peu de maltraitance des pièces les plus fragiles. Il oubliait même de répondre à Natasha, considérant la question des lucioles très secondaires. Ce n’était pas ça qui allait lui permettre de comprendre les autres questions qui ne manqueraient pas de se poser, et il ne voyait pas trop l’intérêt que l’on pouvait leur porter autrement que du point de vue de la biologie, matière qui ne figurait pas dans son domaine d’expertise. Il ne voyait vraiment pas pourquoi il devrait s’extasier devant une luciole qui revenait subitement à la vie ou était détectée subitement par leurs appareils. Cette subite « apparition » pouvait sans doute se justifier par une trop faible activité jusqu’au moment où l’Infinity, puisqu’il avait l’air d’être la cause de tout, ne soit suffisamment proche.

Lorsque Thyra eut finit son travail, Lorn régla les molettes sur le pôle mécanique et assista, avec les autres, au spectacle de l’ouverture du passage. Mais ce qu’il remarquait le plus c’était le signal qui retentissait, qui faisait vibrer le sol sous leurs pieds. C’était si fort qu’il se surprit à ne sentir tomber sur lui que de la poussière. Pas de morceaux de plafond ? Ils en avaient de la chance !

Leur pérégrination à la lumière du ballet des lucioles pouvait reprendre. La cité bougeait, gémissait. Elle avait bel et bien repris son voyage sans fin à travers les entrailles de la planète et l’équipe isolée en son sein pouvait découvrir les premiers véritables signes de la civilisation qui avait occupé les lieux. Il y avait des bâtiments effondrés, inexplorables, d’autres encore en état. Lorn se disait naturellement qu’ils pourraient prendre le temps d’y jeter un œil, pour trouver une carte, un guide, une explication, quelque chose d’utiles ou d’intéressant. Hélas il n’était pas vraiment chef de l’expédition et devait donc solliciter l’avis des autres membres, ce qu’il trouvait passablement irritant.

« Vous pensez que l’on peut explorer les bâtiments encore en état que l’on trouvera sur notre route ? Ou on file tout droit ? » en disant cela il jeta un bref regard aux personnes à son niveau avant de reporter son attention devant lui, observant les lieux, regardant les débris avec curiosité, essayant de deviner la cause de leur présence et ce qu’ils avaient pu être avant.

A la fin de la route, il y avait la salle des machines. Un monde qui lui était étranger mais par instinct ou orgueil il savait que sans lui les autres auraient beaucoup de mal à avancer, ne serait ce qu’avec les pupitres qui semblaient fait de la même matière que l’Infinity. Tout le reste, toutes ces maisons et entrepôts ou usines suspendus sur des rails le fascinait. Cette civilisation avait fait preuve d’un génie à la frontière de la folie pour mettre au point ce réseau de rails. D’ailleurs, il se demandait l’intérêt de placer les bâtiments sur des rails et une courte réflexion lui fit se dire que les lieux devaient pouvoir offrir des configurations différentes, adaptées aux besoins de la cité. Peut-être même certains bâtiments étaient des pièces de rechanges qui ne demandaient qu’à être placées au bon endroit. Il s’approcha alors des pupitres, grimaçant en voyant de nouvelles molettes avant de s’intéresser au second. La scène présentait clairement le remplacement de rails et la raison de cette imagerie était soit une page d’un mode d’emploi restée ouvert soit une alerte pour les ingénieurs disparus afin d’intervenir là où il y avait besoin. Quel que soit l’option, ce pupitre avait pour fonction de guider les ingénieurs dans leur travail. L’autre devait donc servir à mettre à l’arrêt la ville, positionner manuellement la cité sous le joug le plus favorable aux réparations et guider la plateforme sur laquelle ils se trouvaient dans ce mouvement incessant, étourdissant.

Hélas, impossible de réfléchir plus longuement. La plateforme s’arrêta brusquement, sans raison. Il y eut un choc, un bruit puis la sensation de n’avoir rien d’autres que le vide sous ses pieds et l’appel naturel de la gravité contre lequel seuls ses bras pouvaient résister. Le reste du corps de l’archéologue n’était plus sur la plateforme. Lentement, difficilement, il commença à se hisser, juste assez dans un premier temps pour voir la stèle de direction de la plateforme se ranger et de remarquer la créature. Elle était responsable de leur incident ! Les Poussiéreux n’avaient visiblement pas suffit ! Il fallait maintenant un… Un golem ? C’était une mauvaise blague ! Qu’est ce qui lui avait pris de quitter le calme relatif de son bureau ce matin-là ? Ils allaient devoir s’en débarrasser s’ils voulaient reprendre leur route et en parlant de cela il aurait sans doute intérêt à envoyer la plateforme dans un coin plus pratique pour fuir ou se bagarrer. Il était toutefois mieux de voir ce que pouvait faire les militaires pour distraire le monstre avant de se lancer dans ses pattes, même si, à son regard, elle n’avait l’air d’avoir d’intérêt que pour Thyra. Lorn finit donc de se hisser et regarda dans toutes les directions au cas où il pourrait trouver une direction pour mener la dalle. Il aurait besoin d’un repère quelconque pour les commandes. Il ne voyait pas ce qu’il pourrait faire d’autres, ni comment il pourrait lutter contre ce golem et les autres semblaient plutôt bien parties pour lui faire sa fête, même si, en bon pessimiste occasionnel, il estimait que ce serait plutôt le golem qui leur ferait la leur.

« Tout le monde va bien ? » demanda t il tout de même en se dirigeant vers les commandes de la plateforme en faisant en sorte de rester à une distance de sécurité de cette nouvelle menace.



CODAGE PAR AMIANTE


_________________
Double compte : Hailey Spalding

Lorn écrit en #08088A

Revenir en haut Aller en bas

Steven Caldwell

√ Arrivée le : 24/01/2017
√ Date de naissance : 05/04/1952
√ Age : 67
√ Messages : 780
√ Localisation : Sur le Dédale

le Mar 22 Oct - 20:04

Steven Caldwell
Équipe

White
MJ30 : La cité mécanique
Chronologie : VENDREDI 1e MARS 2019, 17H30.



Clairement agressif, clairement assassin, l’énorme créature n’avait pour seul intérêt que Thyra et son Infinity. Mais cela ne signifiait pas qu’il ne pouvait pas s’occuper des autres. Quand le rayon du Zat de Natasha le percuta, le monstre poussa un terrible cri de douleur sur des tons électronique. Mais les contractions et la déformation du corps informe mua pour une adaptation en temps réel. Le bruit caractéristique du rayon du zat changea pour se condenser.

Nouveau coup de corne et elle se tourna vivement, tendant l’un de ses bras vers Lorn qui était en train de s’approcher des commandes. Son geste était visiblement un danger pour cette chose qui lui renvoya le rayon du zat en plein dans le dos. L’archéologue prit le coup de jus avec une telle violence qu’il tomba au sol. La chance dans cette malchance fit que l’intensité du courant s’était amoindri au transfert. Il avait mal mais restait bien conscient et capable de réagir.
Encore fallait-il encaisser ce coup digne des doigts dans la prise électrique. Il était clair que cette chose refusait que Lorn s’approche des commandes. Intriguant...

En faisant fi des deux militaires, la chose se tourna alors vers Natasha. Elle s’approcha rapidement en ouvrant sa gueule dans un cri de rage et l’empoigna pour la balancer droit sur Cody. Elle sentit, au contact de ce geste, à quel point l’ennemi semblait mécanique. Il n’y avait pas eu le moindre effort pour la décoller du sol. A croire qu’on lui avait accroché un harnais avant qu’un bras mécanique ne la catapulte.

Au cours de sa réception douloureuse, Natasha remarqua que le MALP continuait de dérailler. Il filait toujours tout droit à une vitesse de croisière. En direction….DU VIDE !
S’il tombait, adieu l’AudioMédic et adieu le billet de retour en cas de problème…

Les projecteurs bifurquèrent sur les deux militaires, les examinant un instant, puis il en revint sur Thyra. Ouvrant ses grandes griffes dans sa direction.


CODAGE PAR AMIANTE

_________________
[MJ30] La cité mécanique - Page 2 2018_s10

Revenir en haut Aller en bas

Thyra White

Image perso : [MJ30] La cité mécanique - Page 2 1571734472-thyrabann2
√ Arrivée le : 09/03/2018
√ Date de naissance : 28/09/1991
√ Nationalité : Francaise

√ Age : 28
√ Messages : 193
Liste de vos DC : Keya Râman

le Jeu 24 Oct - 15:14

Thyra White
Thyra White



Vous savez ce que c’est qu’un Rubiks Cube ? Et bien nous y sommes. Toutes les formes se changent, se transforment et chaque combinaisons donnent un environnement différent. Je regarde les passerelles bouger, se mouvoir autour de nous activant un système si ingénieux que j’en reste bouche bée. C’est incroyable ! Le sourire aux lèvres, les yeux levés vers cette immensité, j’apprends, je photographie, je mémorise. Peut être qu’un jour, en dessinant ça sur une feuille de papier, un homme assez fou et riche pourrait s’en servir pour construire la même chose ailleurs… J’aimerai revoir ça un jour. J’en oublie les bruits métallique, les grondements, les tremblements car rien n’est plus important en cet instant que CA !

Bien entendu, rien ne se passe comme prévu ! Tout qui s’arrête brusquement, des bruits vraiment horribles, Natasha qui se casse la figure, le MALP qui déconne, c’est du grand n’importe quoi ! Et maintenant, alors que tout semblait bien se passer, une étrange créature faite de métal fait son apparition. Je soupire. Vous savez, comme dans les films quand le héros se sort de toutes les situations et que là, c’est le début de la fin. Ca me saoule. J’ai envie de sauter sur lui, de lui dévisser quelques boulons qu’on en finisse, mais la douleur revient dans ma main et me force à m’agenouiller. Je pousse un cri que je finis par étouffer et garde contre la poitrine, mon poing bien serré. Ca commence à bien faire. Lorn manque de tomber avant de prendre un coup de Zat, Natasha fait un vol plané… et ce monstre semble surtout décidé à me prendre quelque chose, à me prendre probablement l’Infinity. Il rêve ! L’Infinity est à moi, il est à moi et à moi seule ! Il m’a été confié et…

« Viens le chercher tas de ferraille si tu l’oses ! C’est MON artéfact tu entends ! LE MIEN ! »

Je sens la colère qui monte en moi, la fatigue, surement la peur aussi m’empêchent de me contrôler correctement. Debout, bien en appuie sur mes jambes j’attends l’affrontement. Avec quelques reflexes je pourrais surement esquiver ses pinces, laisser le temps à mes camarades de trouver une solution….

*Bon, les copines de poussière, si vous voulez intervenir, c’est maintenant ! J’ai besoin de vous ! »

Mais rien ne se passa.
Il n’y eut aucune réaction, aucune apparition. L’énorme main garnie en pince métallique se referma négligemment sur le poignet de Thyra. L’infinity qui fît raisonner dans son esprit un terrible cri de détresse et de panique. Un hurlement qui lui donnait l’impression d’être tant le sien qu’un simulacre de crissement de pièce mécanique. A croire que l’artefact se servait du son de sa voix et en produisait également une par ses propres moyens. Un message final alors que Thyra sentait ses pieds décoller du sol.
Elle était maintenant pendue par le bras, son propre poids étirant son épaule dans la souffrance alors qu’elle comprenait finalement la manoeuvre de la créature. Une partie de la pince se mit à tourner sur elle-même. Un outil qu’elle connaissait et qui servait généralement à séparer deux pièces mécanique solidement arrimée.
Sauf que là...c’était pour lui arracher l’Infinity de son bras. Il lui déchirerait tout…
La pression augmentait douloureusement.

_________________
DC : Keya Râman
Ecriture : Darkorchid


[MJ30] La cité mécanique - Page 2 2018_h10

Revenir en haut Aller en bas

Karola Frei

Image perso : [MJ30] La cité mécanique - Page 2 1562430542-image-profil
√ Arrivée le : 14/05/2015
√ Date de naissance : 09/04/1983
√ Age : 36
√ Messages : 2534
√ Localisation : Atlantis

le Jeu 24 Oct - 16:10

Karola Frei
Karola Frei


La décision avait été prise et acceptée de tous malgré les opinions divergentes. C'est la zone qui semblait faire office de quartier d’ingénierie que les aventuriers iraient explorer en premier lieu. La technicienne du groupe s'affaira à leur ouvrir la voie, secondée par Fawkes. Ils surent que cela avait fonctionné lorsqu'un bruit assourdissant retentit, résonnant dans l'immensité de la cave dans laquelle ils trouvaient. Karola grimaça mais heureusement cela ne fut que de courte durée.
Face à eux, l'accès était libre. L'impulsion fut donnée et le petit groupe planté sur une de ces dalles mouvantes se mit à voyager vers les autres mystères que leur réservait cet endroit qui semblait n'avoir aucune limite tant il était immense. Cette fois-ci, Karola espérait bien qu'en visitant un espace dédié à la spécialité de l'endroit, ils obtiendraient les réponses à leurs questions.
Car plus ils s'enfonçaient dans le coeur de la ville souterraine et plus les interrogations se multipliaient. A commencer, en ce qui concernait Karola, sur le mécanisme qui permettait à tout leur environnement de se mouvoir. Outre la manière dont cela avait été construit, elle s'interrogeait sur les mécanismes de fonctionnement qui semblaient bien rodé même sans l'apparente absence d'êtres humains pour tout faire fonctionner.

Dans tous les cas, ils étaient bien chanceux que cela fonctionne toujours car cela leur permettait de pouvoir continuer à évoluer. Certes, pas sans embûches mais avec l'aide de la technicienne et de l’anthropologue, ils parvenaient tout de même à faire leur petit bonhomme de chemin. A ce sujet, leur trajet était souvent accompagné des bruits de wagons voyageant sur des rails un peu rouillés, des vrombissements qui caractérisaient le mouvement de la technologie de locomotion.

Puis ils débouchèrent sur un vaste lieu qui tout autant que leurs précédentes découvertes, surprit Karola autant par son immensité que par son génie technique de fabrication. Elle se sentait comme une fourmi, dépassée par la grandeur de l'endroit. Ils ne pouvaient plus avancer plus avant en raison d'un précipice qui s'étalait devant eux. Karola resta quelques instants immobile afin de pouvoir observer plus attentivement la structure qui leur faisait face quelques mètres plus loin. Toute un tas de bâtiments de logement, semblait-il, avaient été construits et de telle sorte qu'ils pouvaient, eux aussi apparemment se déplacer. Tout l'ensemble était savamment orchestré par les systèmes mécaniques et se mouvait en harmonie.
Mais soudainement, la chorégraphie mécanique fut victime d'un faux pas. Aussitôt, et comme à chaque fois qu'un événement douteux pointait le bout de son nez, Karola se mit en alerte. Une secousse l'avait déséquilibrée et elle avait eu bien grand mal à rester solidement ancrée dans ses appuis. La dalle venait de s'arrêter subitement en plein milieu de leur trajet alors même qu'ils n'étaient pas encore arrivés à destination.

"Qu'est-ce que...." débuta t-elle en ayant l'intention de demander aux deux experts du groupe si d'aventure ils avaient idée de ce qui se passait. Mais elle n'eut pas le temps d'achever sa phrase, interrompu par l'irruption en fanfare d'une masse qui se dirigeait à présent vers eux. Son arrivée brutale les avait tous secoués au point de les faire tomber au sol. Rapidement, Karola prit appui sur ses mains pour se redresser et attrapa son p90 en main. En l'observant plus attentivement, alors même qu'elle reculait pour laisser un écart entre elle et la chose, Karola s’aperçut qu'il s'agissait d'un robot. Rien d'étonnant au final dans un contexte comme celui qu'était le leur mais celui-ci était impressionnant par sa taille et surtout, il se montra très rapidement agressif.

Aprés les créatures faites de sable, voilà un nouveau type d'ennemi qui se présentait à eux. Pas besoin d'être un génie pour constater que cette fois-ci, contre celui-ci, le corps à corps n'aurait que très peu d'effet, mis à part celui de se faire écrabouiller. Il allait falloir trouver une autre stratégie pour pouvoir l'éliminer, de préférence en évitant le contact et ça n'allait pas être de tout repos. Revenant sur le robot, elle constata que deux yeux rouge lumineux se détachait de son crâne de métal. Ils constituaient deux faisceaux lumineux qui s'attardèrent sur chacun d'eux avant de se poser finalement sur la porteuse de l'Infinity. Là se trouvait l'intérêt du robot qui aussitôt se mit à avancer vers elle, toutes pinces dehors.

Alors qu'elle enveloppait de son regard le reste de son équipe pour s'assurer que tous étaient toujours là et qu'elle était leur position, elle remarqua que Natasha avait dégainé son ZAT et envoyé une décharge au robot. Cela eu de l'effet mais bien trop peu. Quant à Fawkes, il se trouvait devant la console de la plateforme.

"Tout ira mieux quand cette plateforme refonctionnera. Vous pouvez la redémarrer ?" demanda t-elle à la volée en répondant à sa question et en jaugeant la situation. Si le Zat n'avait pas eu grand effet, elle espéra que les balles spéciales anti-blindages que les scientifiques atlantes avaient mises au point soit plus efficaces. Il fallait à présent savoir viser juste et bien.

"Fuller, il faudrait essayer de viser ses yeux, ça l'aveuglera très certainement. Je prend le gauche, visez le droit." ordonna t-elle sans attendre en se positionnant de telle sorte à avoir le colosse dans son viseur mais d'avoir aussi suffisamment de recul par rapport à lui pour avoir du temps et de l'espace pour tirer. Elle espérait que les autres se mettraient rapidement à l'abri et surtout protégeraient Thyra le temps qu'ils se chargent du robot.

En faisant quelques pas en arrière, Karola arma son P90, visa soigneusement son objectif comme elle avait pu l'apprendre récemment lors de ses cours de tir. Tout en retenant son souffle, elle attendit patiemment le bon moment jusqu'à ce que son viseur se noircisse soudainement. Elle releva la tête et fut consternée par ce qu'elle vit.

"Bon sang, White ! Mais qu'est-ce que vous faites encore ?!" vociféra t-elle dans sa radio alors que la technicienne s'était plantée devant leur ennemi en l'haranguant pour attirer son attention. Cette intervention était bien mal avisée et aurait pu coûter la vie à la technicienne si Karola n'était pas maîtresse de ses mouvements.

Quoiqu'il en soit, son plan tombait quelque peu à l'eau à présent et cela la contrariait fortement que Thyra se mette ainsi en danger. Si elle pensait agir héroïquement, elle se trompait lourdement. Elle eut un frisson d'angoisse qui la parcourut lorsque le colosse s'empara sans ménagement de la frêle technicienne. Si la chose avait pu rigoler, aucun doute qu'elle serait à cet instant de même pliée de rire d'avoir attrapé sa proie aussi facilement. Il fallait agir rapidement. Karola se mit à courir pour contourner le duo et se place légèrement en biais par rapport au robot. Elle voulait viser l'épaule afin d'inciter le robot à relâcher Thyra en évitant toutefois d’atteindre cette dernière. Une fois encore, se plaçant correctement, elle visa soigneusement sa cible. Elle était composée de divers tuyaux, câbles et autre composants mécaniques aussi il était beaucoup plus difficile de viser proprement, quoiqu'il en soit, une fois sûre d'elle, elle tira un coup pour faire voler sa balle dans les airs.

_________________
[MJ30] La cité mécanique - Page 2 Signka10

Rédaction en #LightPink

Revenir en haut Aller en bas

Natasha Avalon

√ Arrivée le : 29/06/2017
√ Messages : 374

le Ven 1 Nov - 17:33

Natasha Avalon
Natasha Avalon


Natasha avait ouvert des yeux effarés en voyant que son tir avait été absorbé puis rejeté sur l’un de ses collègues. Le zat lui avait fait mal, mais à quel prix ?! Une chance néanmoins que Lorn fut en mesure de se relever, l’énergie ne semblait pas l’avoir mit KO. Néanmoins, il n’était plus question de réutiliser cette arme qui s’avérait mortelle sur un humain au bout de la seconde utilisation si l’ennemi s’en servait contre eux. Elle le remit donc rapidement dans son étui. Sa seconde option était le M9. Mais… et si ce machin pouvait aussi renvoyer les balles ?! Elle hésita.

Une hésitation qui lui coûta car l’ennemi en profita pour s’approcher à toute vitesse et l’empoigner. Son coeur manqua un battement. Elle n’était pas assez naïve pour ignorer que cette chose pouvait lui faire très mal et en très peu de temps… La manette de commande du MALP lui glissa des mains (ou bien peut-être qu’elle la laissa volontairement tomber par terre pour la préserver, après coup elle aurait été bien incapable de s’en rappeler). Mais au lieu d’être brisée en deux ou découpée en morceau, l’ennemi se contenta de lui faire faire un jolie vol plané dans les airs. L'atterrissage fut brutal, bien que le choc soit amoindri par le corps du pauvre Cody qui fut contraint de la ratrapper. C’était douloureux, mais la chose l’avait lâché. Elle entreprit de se redresser.

« Ouch… Cody ça v…? MERDE LE MALP !!! » S’exclama t-elle en le voyant tranquillement filer vers le vide.

Sans attendre la réponse du maître chien, et constatant que l’ennemi était finalement occupé ailleurs (elle avait eut des sueurs froides en voyant les projecteurs se braquer dans sa direction), la rouquine se précipita vers la manette du MALP et appuyer frénétiquement sur la commande d’arrêt puis la touche directionnelle pour le faire aller dans l’autre sens.
Un hurlement retentit soudain et Natasha risque un bref coup d’oeil, juste assez vite pour voir que l’ennemi avait attrapé une nouvelle proie. La kiné se sentit alors tiraillée entre le MALP et le fait de venir en aide mais un coup de feu acheva de la convaincre. Thyra recevait déjà du soutien. Quant au MALP, s’il tombait cet endroit deviendrait le tombeau de tout leur groupe et non pas d’une seule personne. Le choix était humainement difficile mais Natasha s’efforça de soulager sa conscience en se disant que les militaires étaient sur le coup.
Lorn Fawkes


Cette saloperie de golem était donc capable de s’adapter, comme il venait de le montrer en retournant le rayon, certes à plus faible puissance que lorsque l’arme de Natasha l’avait ennemi, sur Lorn. Celui-ci, frappait de plein fouet dans le dos alors qu’il s’approchait des commandes, lâcha un grognement sourd en heurtant le sol. C’était presque aussi affreux que ce jour où il avait réussi à mettre ses doigts dans la douille d’une lampe encore branchée sur le courant. Pour autant, il n’allait pas se laisser le luxe de souffler sur le sol. Leur nouvel ennemi ne voulait pas qu’il aille plus loin ? Très bien ! En ce cas il allait lui faire le déplaisir de ne pas obtempérer et de continuer son plan initial. Elle allait sans doute se montrer têtu et recommencer ses tentatives de le repousser mais il avait la tête dure, presque trop !
« Je la redémarre si cette saloperie veut bien s’occuper d’autres fesses que les miennes ! » dit-il en réponse à Karola. Il était certain de pouvoir le faire. Il y avait juste un obstacle de taille.
Il attendit quelques secondes qu’elle soit occupée à autre chose pour reprendre sa marche, même s’il s’agissait à ce moment là de décider de découper la main de Thyra. Il aurait pu venir en aide à la jeune femme, en se jetant sur le golem pour lui mettre des coups de couteau mais il n’était pas vraiment porté sur le combat et il espérait que quelque chose pourrait se montrer plus utile, comme balancer dans le vide le golem en lui jetant une maison sur la tronche. C’était plausible après tout. Il suffisait juste d’avoir cette option sur les commandes ! Dès qu’il serait dessus, il manipulerait les manettes, les lancerait dans une direction plus sure et s’il pouvait faire quelque chose pour ses compagnons, il le ferait. Il se pouvait même qu’il y ait tout simplement un bouton d’arrêt d’urgence pour le golem. Il s’élança donc, aussi rapidement que possible, tout en essayant de rester loin des membres mécaniques. Le reste, c’était bon pour les militaires. Quant au MALP qui filait, il le remarqua vaguement mais n’ayant aucune envie d’être percuté par lui ou de suivre le même chemin qu’il semblait vouloir prendre, il l’ignora. Se disperser n’allait pas les aider.

Cody Fuller


Thyra s’était jetée sur moi et m’avait pris mon couteau. À peine eu-je le temps de réagir, elle était en train de travailler sur la machine, faisant sauter des pièces pour les placer ailleurs. Elle semblait savoir ce qu’elle faisait et je la laissai faire. J’ignorais quel était son but, mais je savais qu’elle s’activait pour la réparer. C’était comme si l’Infinity la guidait dans ses manipulations.

« Tu peux me redonner mon couteau maintenant, s’il te plait ? » demandai-je, tendant la main pour le reprendre. Et si je venais à en avoir besoin ?

Suite aux manipulations de Thyra, on activa la machine qui ouvrit une grille vers la section mécanique de la cité. Il y eu un énorme bruit qui fit trembler le sol et les murs. On s’engagea vers l’inconnu, accompagné des lucioles au-dessus de nos têtes, illuminant notre chemin. Je levai mon arme par mesure de précaution, prêt à tirer au moindre mouvement suspect.

Alors que l’on marchait, je pus sentir des mouvements, entendre des grincements ou des couinements, mais tout allait. Ce devait être les mécanismes de la cité en marche. Et puis, je me sentis seul, incroyablement seul, même si j’étais accompagné de l’équipe. Peut-être était-ce parce que je n’avais aucune idée de l’endroit exact où l’on se trouvait dans cette cité.

On entra enfin sur un endroit incroyable. Devant nous se trouvait pleins d’installations. Il y avait des amas de métal, mais d’autres étaient encore intacts. Je m’y attendais. Ce devait être vieux. On ignorait encore énormément de chose au sujet de cette civilisation. Après un certain temps, nous nous arrêtâmes devant une espèce de damier à plusieurs niveaux. Il y avait des habitations les un par-dessus les autres. Ce devait être ici que l’on entretenait la Dale, non ?

C’est alors qu’il y eu un tremblement et je failli perdre pied. Au centre, il y avait une énorme coupure et deux pupitres émergèrent du sol. L’un d’eux avait un système de direction à molette, comme celui qui nous avait mené ici. C’est alors que l’endroit se mit en mouvement. Les maisons, hangars et autres installations se déplaçaient autour de nous, comme si nous étions le centre d’une galaxie.

Tout à coup, nôtre plateforme s’arrêta brusquement. Instinctivement, je levai les mains, faisant le tour et pointant dans toutes les directions. C’est alors que devant nous se tint un énorme colosse. Ce truc était fait du même matériel que le piédestal où l’on avait déposé l’Infinity en entrant dans cette cité. Il y avait une structure humanoïde, mais je ne pouvais pas dire si c’était un être humain ou pas. La seule chose évidente était qu’il y avait une peau visqueuse sur ce truc. Wraith, peut-être ? Je fis de mon mieux pour ne pas vomir le goûter que j’avais mangé tout à l’heure.

C’est alors que je pointai mon arme sur la chose et décidai de tirer sur elle, à un endroit qui rejoignait des câbles et morceaux de métal pour les couper pour faire en sorte qu’elle ne puisse plus se servir de ses membres.

1… 2… 3…

ET MERDE ! Je me retrouvai au sol avec Natasha sur moi, mon doigt appuyant sur la gâchette lors de ma chute. Je n’avais touché personne ? Je posai les mains sur la rouquine et nous relevai tous les deux, m’assurant qu’elle n’était pas blessée au passage.

« Je n’ai rien, ça va et… »

QUOI ? Je me tournai vers l’endroit où Natasha regardait et remarquai le putain de MALP qui déconnait et était en train de tomber dans le vide. Si ce truc tombait, c’était notre survie qui en dépendait. On avait besoin de son aide pour nous sortir de ce trou. Puis un cri retentit et je me tournai pour voir que la chose s’en prenait à Thyra. Il voulait l’Infinity. Sans perdre une seconde, je pris mon arme et me jetai devant la technicienne.

« Va falloir me tuer avant de t’en prendre à elle ! » m’écriai-je, me foutant que ce truc ne puisse possiblement pas m’entendre.

C’est alors que j’entendis la voix de Karola dans mon oreille, me demandant de viser ses yeux. Bonne idée. En règle générale, les yeux étaient une partie importante. Je levai mon arme et tentai de tirer sur ce colosse, me souvenant que les munitions présentées au début de cette mission découpaient le métal. Si ça se trouvait, la balle ferait un trou dans cette chose.

_________________
[MJ30] La cité mécanique - Page 2 Signat10

Revenir en haut Aller en bas

Steven Caldwell

√ Arrivée le : 24/01/2017
√ Date de naissance : 05/04/1952
√ Age : 67
√ Messages : 780
√ Localisation : Sur le Dédale

le Lun 18 Nov - 20:29

Steven Caldwell
Équipe

White
MJ30 : La cité mécanique
Chronologie : VENDREDI 1e MARS 2019, 17H30.



[MJ30] La cité mécanique - Page 2 Virus-11




Pour ceux qui n’avait jamais entendu deux P90 envoyer des rafales en même temps, c’était une sacrée pétarade. Les munitions perforantes que le soldat Wakks avait présenté plus tôt eurent l’effet escompté. Non seulement le bras retenant Thyra se désolidarisa mais, en plus, Cody lui pulvérisa l’une de ses deux lentilles rouge sang. La créature poussant un râle odieux tandis que la jeune femme retombait lourdement sur son séant.

Le golem leva son pied mécanique et manqua d’écraser la figure de Thyra, l’obligeant à reculer soudainement par glissade dans un instinct d’auto-préservation. C’est là qu’elle remarqua que son appel avait finalement été entendu. Au-dessus de sa tête, sur l’une des maisons qui s’était disloquée et qui voyageait sur un rail proche, une bonne dizaine de poussiéreux tendaient vers elles leurs mains dans une expression paniquée. Comme si elle craignait pour l’Infinity, la vie de Thyra, voir leur propre survie. Ces êtres étranges l’avaient bel et bien entendu mais il avait fallu du temps pour que les entités les plus proche la rejoigne.
La technicienne sentit en son for intérieur comme une seconde nature, une aptitude qui se déclenchait, s’offrait littéralement, à cause de cette crainte viscérale de la mort. Thyra le sentait dans ses tripes, elle contrôlait l’Infinity et les poussiéreux car tout le monde voulait survivre.

Pendant ce temps, le golem s’était retourné vers ses agresseurs pour contre-attaquer. Le bras valide en paravent devant la figure pour se protéger des tirs, les balles le traversant perdaient en vélocité. Son dernier membre prenait donc la majorité des dégâts et sa tête encaissait le reste.
Seulement, comme pouvait s’y attendre les deux militaires, la réponse de l’ennemi ne tarda pas. Une étrange lueur brilla depuis la meurtrissure de son bras amputé et un bruit éléctromagnétique vibra brutalement. Le bras mécanique au sol fût attiré comme un aimant et il se replaça à son emplacement exact. L’organique Wraith qui le recouvrait refit instantanément les branchements et l’adversaire se retrouva avec un bras tout neuf, prêt à les attaquer.

Ses grandes griffes en métal s’écartèrent devant eux, alors qu’il continuait de recevoir les tirs, et le bruit éléctromagnétique revint à grande puissance. Karola vit la goupille de l’une de ses grenades au phosphore s’envoler alors que l’explosif restait accroché à elle.
Quant à Cody, il sentit son arme être brusquement attiré vers l’aimant qu’était devenu cette main bourdonnante. Il voulait s’emparer de son arme.

Natasha, de son côté, avait découvert un fait troublant en sauvant le MALP. La présence du Golem l’avait entièrement détraqué. L’écran du logiciel de l’AudioMédic s’était recouvert de parasites et de fritures. Mais parfois, l’image s’affinait suffisamment pour qu’elle puisse distinguer un corps comparable à celui du Golem avec des détails étonnant. Il semblait y avoir un corps à l’intérieur. Du moins des restes difformes.
Certaines commandes de l’ordinateur embarqué répondait encore, il y avait moyen d’investiguer si elle parvenait à faire abstraction de cette fusillade.

Quant à Lorn, il eut la très mauvaise surprise de découvrir que la plaque sur laquelle ils se trouvaient tous commençaient à se tordre. Il était parvenu à comprendre les commandes, découvrant qu’il fallait “dessiner” la trajectoire à suivre sur l’orbe de poussière d’à coté. Mais il voyait distinctement les rails devant lui grincer et se mettre à trembler à chaque pas que faisait le golem. Des déformations commençaient déjà à se former sous son nez.
Il devait agir vite, d’autant plus que l’orbe à coté émit une alerte en modélisant la scène d’une chute meurtrière de cette plateforme à cause du surpoids.

-------------------------------

CONSIGNE :

Lorn : Tu peux maintenant piloter la plateforme. Il te suffit de dessiner la direction à suivre sur la matière de l’orbe devant toi et le mécanisme répond jusqu’à ce que tu dessines un nouvel élément. Il peut également communiquer des informations, comme cette scène de votre chute future si vous n’allégez pas très vite la charge. Tu vas également devoir faire un choix avec Thyra !

Natasha : Le MALP est sauvé. Mais à ce moment là, tu découvres qu’il déconne aussi au niveau du logiciel. Il semble capter le golem ennemi comme un “patient” de votre équipe en plus évolué. Ce qui signifie qu’au travers des déformations de l’écran, tu peux percevoir un schéma de son corps mécanique. Et si tu parviens à nettoyer un peu en jouant des options, tu peux gagner des infos ! A toi de savoir comment faire !

Thyra : Le Golem te garde pour son quatre heures. Il est évident qu’il va se retourner contre toi dès que tes protecteurs seront HS. Une dizaine de poussiéreux arrivent en renfort mais la route de rail qu’ils empruntent va finir par s’écarter. Ils ne vont pas pouvoir t’atteindre si tu ne t’organises pas leur débarquement. Il faudra voir avec Lorn !

Karola et Cody : Ce monstre a une faculté d’auto-régénération. Vos munitions sont très efficaces mais il dispose également de réponse adaptée. Karola voit l’une de ses grenades au phosphore être dégoupillée, elle risque de terribles brûlures si elle ne parvient pas à s’en défaire.
Cody, avec un bon réflexe, tu peux aller aider ton supérieur. Mais attention, tu vas devoir choisir entre elle et ton arme principale qui se fait attirer.
J’ai remarqué que tu ne l’avais pas noté sur ton équipement donc je le considère comme P90 par défaut.

N’hésitez pas pour les questions !!!


CODAGE PAR AMIANTE


_________________
[MJ30] La cité mécanique - Page 2 2018_s10

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum