Atlantis Insurrection

RPG sur Stargate Atlantis


Invité
Invité

le Jeu 7 Mar - 14:15

Anonymous
Une Histoire de CicatriceChronologie : 07/03/2019Le soleil s'était couché depuis un bon moment déjà. Tout le monde, ou presque, avait déjà dîner et avait retrouvé ses quartiers pour aller dormir. En tout cas, cela devait être le cas pour la plupart des personnes travaillant sur Atlantis, et n'étant pas de garde ce soir. Pour Mélodie, les choses étaient bien différentes. Elle n'était pas garde de que ce soit ce soir, mais elle était tout de même debout à cet heure tardive. La jeune femme n'aimait pas dormir, elle trouvait que cela était une perte de temps inutile. Elle était, cependant, bien conscience que son corps, ainsi que son esprit, avait besoin de ce repos bien mérité à la fin de la journée. Mais que voulez-vous ? La militaire était toujours l'une des premières debout et l'une des dernières à retrouver son lit. Elle avait besoin de profiter de chaque heure que lui offrait la vie, pour courir, dessiner, faire du sport, respirer de l'air, admirer la pluie qui tombe, ou de bronzer sous les rayons de soleil, ect... Depuis ses 18 ans, la jeune femme avait besoin de se sentir en vie, d'être réveillé et éveillé pour vivre le moment présent.

Ce soir, Mélodie avait envie de changer de sport. Il faisait trop sombre pour aller courir dehors, et elle n'avait pas très envie de squatter le gymnase, elle l'avait déjà fait toute la journée, vue qu'il y avait plu de l'aube au crépuscule. De plus, la militaire avait des envies de liberté. Et quel meilleur endroit que la piscine pour se sentir libre et proche de la nature, dans un certain sens bien sûr. La jeune femme avait donc pris son maillot de bain et une serviette, avant de se prendre la direction de la piscine intérieure de la cité.

Elle ne croisa personne sur sa route, tout le monde semblait s'être déjà couché, pour dormir ou bien pour lire. La jeune femme ne croisa aucune âme perdue au niveau de la piscine. Mélodie alla se changer dans les vestiaires, y laissant ses vêtements là-bas, n'emportant que sa serviette. La jeune femme portait un bikini noir sans bretelle. Elle était bien contente que personne ne la voie ainsi. Premièrement, cela casserait son côté sérieux de monitrice militaire sportif, et deuxièmement, cela m'était en évidence, sans le vouloir, la cicatrice qu'elle avait juste en dessous de son sein droit. Cette cicatrice prenant toute la forme de son sein, et dont on voyait bien les marques dépassant du tissus. Ce n'est pas qu'elle avait honte de cette dernière, mais elle n'aimait pas trop parler de son passé.

Mélodie s'approcha de la piscine, venant s'asseoir près de ce dernier, laissant ses jambes plongées délicatement dans l'eau chauffé. Mais alors qu'elle pensait se jeter dans l'eau tout entière, elle entendit du bruit derrière elle, des bruits de pas. Par pur reflex, la militaire se leva et fit volte-face, quelque peu violemment, à la jeune femme qui venait d'arriver.


- Oh, bonsoir. Je pensais que j'étais la seule à me baigner aussi tard. Dit-elle avait un simple sourire.
©️ DABEILLE

Revenir en haut Aller en bas

Image perso : Une Histoire de Cicatrice Ban_co10
√ Arrivée le : 11/01/2019
√ Date de naissance : 06/08/1994
√ Age : 25
√ Messages : 232
√ Localisation : Cité de Atlantis

le Ven 8 Mar - 16:51

Voir le profil de l'utilisateur http://www.atlantisinsurrection.com/t3265-permission-de-esfir-lu
Esfir Lunienko
Mélodie & Esfir
07/03/2019
Une Histoire de Cicatrice
Cela faisait maintenant presque deux mois qu’Esfir avait posé le pied sur la Cité, deux mois d’une nouvelle vie dans un univers étrange. Depuis quelques jours, le dépaysement avait laissé sa place au déracinement, et contrairement à ce qu’elle aurait cru, sa vie d’avant commençait à lui manquer.
Des rêves de son pays attaquer par des Wraith qu’elle ne faisait encore qu’imaginer, dans ces cauchemars, elle voyait ses parents disparaître à nouveau mais des mains de ces extra-terrestre. Tout cela n’avait pas beaucoup de sens et la jeune femme n’étant pas coutumière des insomnies, elle ne savait donc pas comment les faire passer.
Il y avait deux nuits de cela, elle s’était tournée et retournée dans son lit sans résultat, la veille, elle avait tenté d’aller boire un chocolat chaud au mess, mais ça n’avait pas mieux fonctionner.
Alors ce soir, elle choisit de tenter autre chose, peut être que pour fatiguer son esprit, il fallait qu’elle fatigue son corps. Elle avait pensé à la salle de gym mais c’était trop austère à cette heure, courir sur les balcons de la cité, trop fatiguant...
Puis, lui vint à l’idée de profiter de la piscine, c’était parfait ! L’eau offrait un endroit idéal pour fatiguer le corps sans le malmener.
Et si la piscine ne marchait pas, demain, elle n’aurait plus qu'à tester le sport en chambre, elle trouverait bien un volontaire quelque part.

Ses pas la conduire donc jusqu'à destination, elle n’avait croisé personne et les couloirs de la cité avaient un petit quelque chose de lugubre à cette heure avancée de la nuit surtout lorsqu’on se réveillait tout juste d’un cauchemar.
Elle se changea rapidement dans les vestiaires, elle enfila un maillot deux pièces coloré, agrippa une serviette moelleuse et rejoignit les bords de la piscine.
Lorsqu’elle entra dans la grande pièce à l’odeur de chlore, elle fut à la fois surprise et soulagée de découvrir qu’une autre personne avait eu la même idée.

La jeune femme aux longs cheveux blonds se releva d’un mouvement vif qui fit sursauter la russe, mais elle la salua avec un sourire apparemment rassurée de voir surgir Esfir plutôt qu’un extra-terrestre belliqueux.

- Vous, vous êtes militaire, j’en mettrais ma main au feu !

Elle s’avança vers sa compagne de bain avec un franc sourire.

- Bonsoir, je suis Esfir. Je ne me baigne pas aussi tard d’habitude... à cette heure, la plupart du temps je dors... mais aujourd’hui pas moyen. Et vous êtes ?

Elle observa la jeune femme tout en allant s’asseoir au bord de la piscine. Elle était sacrément jolie, grande, un corps d’athlète qui ferait envie à plus d’une femme de la cité, et à tous les hommes de la cité pour d’autres motifs... ou pas d’ailleurs.
©️ 2981 12289 0


_________________
Une Histoire de Cicatrice 58390_s

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

le Ven 8 Mar - 21:38

Anonymous
Une Histoire de CicatriceChronologie : 07/03/2019Mélodie avait été surprise par les bruits de pas venant de derrière elle. Elle s'était donc retournée quelque peu violemment, comme si elle était prête à faire face à une éventuelle ennemie. Un simple réflexe militaire qu'elle avait depuis quelques années maintenant. Un bon conseil, abstenez-vous de venir lui faire peur dans le dos. Enfin, heureusement pour elle, ce n'était point un ennemi, assez logique vue qu'elle se trouvait en sécurité sur la cité d'Atlantis, mais une jeune femme qui avait elle aussi décidé de faire trempette ce soir. Par gentillesse, et aussi pour rassurer la personne face à elle à cause de son retournement brusque, la militaire avait adressé un simple sourire à l'inconnue. Inconnue était le mot juste. Mélodie, étant arrivée il y a seulement quelques jours, ne connaissait pas grand monde, voir presque personne. Elle n'avait pas eut le plaisir de donner beaucoup de cours de sport, ou passer quelques missions en équipe, elle ne connaissait pas encore toutes les personnes travaillant sur la cité.

La jeune femme inconnue était rousse, et elle portait aussi un maillot de bain deux pièces, aux couleurs plus colorées que celui de la militaire. La rousse semblait très amicale aux premiers abords. Elle avait tout de suite reconnu le réflexe d'une militaire face aux moindres bruits suspect. Il faut dire qu'un scientifique ou technicien aurait sûrement sauter dans l'eau par peur. Ou bien, tout simplement, quelqu'un d'autre se serait retourner de façon tout à fait normal vers la jeune femme qui venait d'entrer dans la pièce. Mais bon, on ne pouvait pas en vouloir à Mélodie de se comporter comme la militaire qu'elle était.

- Vous avez vu juste ! Répondit Mélodie, gardant son sourire sur les lèvres.

La militaire observa la rousse s'avancer vers elle. Elle était belle, la peau claire, de magnifiques yeux claire, des cheveux roux vraiment sublime, et même si elle n'était pas militaire, elle était parfaite sans être aussi muscler que Mélodie. L'inconnue se présenta, tout en précisant sa présence à une heureuse aussi tardive à la piscine.


- Je suis le Sergent-Maître Mélodie Jonhson. Dit la jeune femme en se mettant au garde-à-vous quelques secondes avant de venir s'asseoir, de nouveau, au côté de la fameuse Esfir. Pour ma part, je suis plutôt une couche-tard et une lève tôt. Je trouve le sommeil quelque peu futile à mon goût. J'aime profiter de chaque heure qu'offre une journée réveillée.

Esfir avait donc dit qu'elle avait l'habitude de dormir à cette heure de la nuit, mais qu'aujourd'hui cela était impossible. Quelque chose tracassait la jeune femme ? Mélodie observa le regard de son interlocutrice, cherchant à savoir si elle manquait de sommeil depuis plusieurs jours.

- Quelque chose vous tracasse ? Vous voulez en parler ?
©️ DABEILLE

Revenir en haut Aller en bas

Image perso : Une Histoire de Cicatrice Ban_co10
√ Arrivée le : 11/01/2019
√ Date de naissance : 06/08/1994
√ Age : 25
√ Messages : 232
√ Localisation : Cité de Atlantis

le Mar 12 Mar - 10:41

Voir le profil de l'utilisateur http://www.atlantisinsurrection.com/t3265-permission-de-esfir-lu
Esfir Lunienko
Mélodie & Esfir
07/03/2019
Une Histoire de Cicatrice
Son instinct ne l’avait pas trompé, la jeune femme était bien militaire, il fallait dire que depuis son enfance, elle en avait côtoyé un tas, presque que ça d’ailleurs. Cette dernière vint s’installer près d’elle, d’après son récit, c’était un véritable oiseau de nuit! Comment pouvait on penser que dormir était une perte de temps ? Il était si bon de s’enrouler sous la couette et de s’endormir profondément sans se soucier du réveil.

Esfir sentit le regard de Mélodie posé sur elle alors qu’elle regardait ses pieds créer des ondulations dans l’eau claire de la piscine. Elle tourna alors son visage vers elle et sourit amusée en entendant sa question.

- Vous êtes psy aussi ?

Il n’y avait aucune animosité dans sa voix, tout juste un peu de moquerie. Il était amusant de voir une militaire aussi ouverte à discuter. Ceux qu’elle avait cotoyé à la base du général jouaient les durs insensible et passaient plus de temps à cacher leurs émotions qu'à jouer franc jeu. Ses yeux passèrent brièvement sur la cicatrice que portait Mélodie.
Alekseï était sans doute le pire du genre... non, ce n’était pas le moment de penser à lui et à ce qui s’était passé, avec la fatigue accumulée ces derniers jours, elle devenait encore plus sensible que d’habitude.
Ses yeux passèrent brièvement sur la cicatrice que portait Mélodie. Pour une femme, la vie de militaire était souvent si dure, que la plupart étaient encore pire que les hommes a se blinder de tout et tout le monde jusque dans leur vie privée. Malgré ses cicatrices; Mélodie ne semblait pas de ce genre là, et ce soir, ça tombait plutôt bien.
En fait, que Mélodie soit psy ou pas importait peu, Esfir n’était pas du genre à chercher à tout prix à jouer les durs, elle avait ses faiblesses comme tout le monde.

- Pour tout vous dire, je crois que j’ai le mal du pays... ça va bientôt faire deux mois que je suis arrivée, et ma maison et le général me manquent, et depuis quelques jours ça s’est transformé en cauchemar qui perturbent mes nuits.

Son sourire s’effaçait à mesure qu’elle racontait ce qui l’avait conduit là ce soir. Elle qui rêvait d’aventure découvrait que sa petite vie tranquille lui manquait.

- Et vous, vous avez pas besoin de dormir ? Vous êtes une femme bionique ? Ca fait longtemps que vous êtes arrivées?
©️ 2981 12289 0

_________________
Une Histoire de Cicatrice 58390_s

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

le Mar 12 Mar - 18:56

Anonymous
Une Histoire de CicatriceChronologie : 07/03/2019Mélodie ne cherchait pas à être curieuse en demandant à Esfir ce qui la tracassait, elle cherchait simplement à apaiser son esprit. La militaire savait à quel point le sommeil était important, même si trouvait cette chose futile dans un sens, et si la jeune femme n'arrivait pas à trouver le sommeil, c'était sûrement à cause de quelque chose qui trottait dans sa tête. Est-ce que Mélodie avait des dons en psychologie ? Oui et non à la fois. Dans son travail, même si elle passait la plupart de son temps à crier, elle se devait d'écouter et de conseiller les personnes qu'elle formait. La question d'Esfir ne semblait point méchante, son sourire disait tout le contraire de cela.

- Dans un certain sens, oui. Répondu Mélodie avec un sourire amusé pendant une deux secondes, avant de reprendre un air plus sérieux. En tant que monitrice d'entraînement physique militaire et sportif, je me dois d'avoir un certain sens de l'écoute. Alors si vous souhaitez parler, je suis prête à vous écouter.

La militaire fit un signe de tête pour rassurer la jeune femme, ayant un regard bienveillant sur elle. Mélodie n'était pas du genre à parler d'elle, mais elle était toujours prête à écouter les autres. Sauf si ces derniers cherchaient des moyens pour ne pas continuer son entraînement sportif, alors là, la jeune femme refusait d'écouter qui se soit. Mais ce soir tout était différent. Mélodie ne portait nullement son uniforme militaire, elle était face à une simple civile, à qui elle ne donnait aucun cours. Sans oublier que les deux femmes étaient simplement habillé de leurs maillots de bain, ce qui rendait peut-être les choses plus simple entre elles, et plus facile. Alors, Mélodie n'avait aucune raison de jouer les gros bras devant Esfir, elle pouvait se relâcher quelque peu et laisser ses sentiments et son cœur libre. En parlant de cœur, Esfir ouvrit le sien et raconta ce qui lui tracassait dans la tête. La jeune femme avait tout simplement le mal du pays. Une chose qui était tout à fait facile à comprendre, surtout à des millions d'années-lumière de la Terre. On ne pouvait revenir à sa maison en prenant une simple voiture ou un billet de train. Même le trajet en Dédale était de plusieurs jours.

Esfir avait donc le mal du pays, tout bonnement, et quelqu'un lui manquait beaucoup. Deux choses que pouvaient comprendre la militaire. Cette dernière écoutait le visage impassible, ne quittant pas des yeux la jeune femme. Tout cela manquait tellement à Esfir, qu'elle en était venu à faire des cauchemars. Cela expliquait parfaitement pourquoi elle n'avait aucune envie de dormir ou qu'elle n'arrive point à trouver le sommeil. Certains cauchemars peuvent sembler tellement vrai qu'il reste ancré en nous pendant plusieurs jours.


- Je vous rassure, je suis bien humaine, française même. Je suis arrivé il y a une semaine à peine, mais je peu comprendre que votre pays, votre maison vous manque. Ce général, dont vous avez parler, c'est quelqu'un de votre famille ? Un ami ?

Mélodie posa son regard sur l'eau de la piscine, admirant les ondulations que créait Esfir avec le mouvement de ses jambes. La militaire avait détourné le regard pour ne pas que la jeune femme se sente accablé de question ou autre.

- En tout cas, si vous souhaitez oublier vos cauchemars, le sport est sûrement la meilleure solution. Vous dormirez sans problème après quelques bonnes longueurs. Je peu même vous coacher.
©️ DABEILLE

Revenir en haut Aller en bas

Image perso : Une Histoire de Cicatrice Ban_co10
√ Arrivée le : 11/01/2019
√ Date de naissance : 06/08/1994
√ Age : 25
√ Messages : 232
√ Localisation : Cité de Atlantis

le Lun 18 Mar - 15:05

Voir le profil de l'utilisateur http://www.atlantisinsurrection.com/t3265-permission-de-esfir-lu
Esfir Lunienko
Mélodie & Esfir
07/03/2019
Une Histoire de Cicatrice

La jeune femme était donc coach sportif, elle lui expliqua que d’une certaine façon c’est ça qui lui donnait l’écoute nécessaire... pourtant Esfir avait eu l’occasion de croiser des coachs militaire qui avaient autant d’écoute qu’un bourreau sourd muet. Tout ce qu’ils savaient faire, c’était de vous hurler dessus jusqu'à ce que vous tombiez d’épuisement et même là ils vous trainaient encore dans la boue.
Fort heureusement, elle n’avait pas eu à subir cela directement, mais elle avait eu l’occasion d’assister à quelques entrainement de la base, et c’était sans doute l’une des raison pour lesquelles elle ne s’était jamais enrôler.
Si elle avait à subir un entrainement, et ce serait très probablement le cas sur Atlantis, elle espérait que son instructeur serait Mélodie, si celle ci était dans le travail comme dans la vie.

Finalement, elle n’avait rien de bionique, dommage, Esfir aurait trouvé ça amusant et puis avec tout ce qu’avait apporté la technologie des anciens, cela aurait même pu être crédible.

- Le général, mon tutélaire.. ou tutor...je ne sais plus comment vous dites, enfin c’est celui qui s’est occupé de moi après la mort de mes parents. Je lui ai mené la vie dure, mais il a tenu le choc et dans les moments dur, il était toujours avec moi, enfin en quelque sorte.

Esfit reporta son attention sur sa compagne nocturne, elle aussi regardait les mouvements de l’eau. Elle lui conseilla le sport pour exorciser ses cauchemars.

- Bonne idée, fatiguer mon corps finira bien par fatiguer mon esprit!

Il était temps de se changer les idées, penser à autre chose qu’a des wraith envahissant la russie ne pourrait que l’aider à aller mieux.
Elle se laissa glisser dans l’eau non sans faire quelques éclaboussures.

- Vous verrez que mon style c’est plus la nage synchronisée que les longueurs.

Et sur ces mots, elle plongea la tête dans l’eau et leva ses jambes en l’air, elle garda un équilibre précaire quelques secondes avant que ses jambes ne retombent lourdement dans une gerbe d’eau avant que son visage ne refit surface.

- Bon, je suis pas trop douée pour ça non plus!

Elle sourit à Mélodie, tout en la détaillant au bord de l’eau.

- Et vous, c’est quoi votre histoire?

Elle indiqua d’un léger signe, la cicatrice qui s’échappait du haut de son maillot de bain.

©️ 2981 12289 0



_________________
Une Histoire de Cicatrice 58390_s

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

le Ven 29 Mar - 18:31

Anonymous
Une Histoire de CicatriceChronologie : 07/03/2019Mélodie était bien une gueularde, quand elle jouait les rôles de coach sportif, surtout quand ses élèves étaient des militaires. Ces derniers avaient besoin d'une certaine discipline, d'une main de fer, de mot dur, et de quelques petites "insultes" gentils pour avancer correctement, mais également pour donner le meilleur d'eux même. Bien sûr, la militaire allait sans doute être plus douce, moins gueulante avec les civils de la cité. Ces derniers allaient venir la voir pour faire un peu de sport, pour se mettre en forme tranquillement, et non pour venir se faire insulter et torturer par leur coach sportif. Contrairement aux militaires qui n'avaient pas le choix en venant la voir, devant avoir une bonne condition physique pour leurs missions. Bon, cela n'allait pas être facile pour Mélodie d'être plus douce, mais elle allait faire de son mieux pour les simples civils qui viendrait la voir. En espérant que ces bonnes vielles habitudes ne reviendrait pas en force au galop. Et puis si les civils étaient aussi gentils qu'Esfir cela devrait assez simple pour elle d'être une gentille coach.

Le général, dont parlait Esfir, était donc l'homme qui l'avait élever après la mort de ses parents. Mélodie sentie une petite pointe de tristesse l'envahir. Cette jeune femme, face à elle, devait avoir une enfance bien douloureuse. Elle comprenait sans problème que cette dernière se sente quelque peu seule sur la cité, et que ce général lui manque terriblement.


- Je suis vraiment désolée pour vos parents... Je comprends votre tristesse, et que ce général vous manque beaucoup. Si vous avez besoin de parler, je suis là. Mais... Si vous avez besoin de lui parler, vous pouvez écrire une lettre. Pas besoin de lui envoyer, mais cela peu vous aidez à évacuer un peu votre tristesse, poser des mots exacts sur vos sentiments et votre ressentie. Et puis vous pouvez déjà prévoir une date de retour, pour quelques jours de vacances sur Terre.

Mélodie accompagna chacun, de ses mots avec un regard rassurant et bienveillant envers Esfir, avant de poser ses yeux sur les mouvements de l'eau. La militaire proposa à la jeune femme de faire un peu de sport pour se fatiguer et oublier un peu ses cauchemars qui la hantent. Esfir trouva que cela était une excellente idée. Cette dernière plongea entièrement dans l'eau, avant de montrer l'étendue de ses talents aquatiques. Mélodie applaudis l'équilibre de cette dernière, une fois que celle-ci est remontée la tête à la surface.

- Je vous trouve assez douée personnellement.

La militaire répondit au sourire d'Esfir. Cette dernière lui demanda qu'elle était son histoire, désignant timidement du bout du doigt la cicatrice que portait Mélodie avait juste sous son sein droit.

- Oh... Mon histoire ?...

Mélodie baissa le regard sur sa poitrine avant de relever les yeux vers Esfir.

- J'ai eut un cancer du sein à mes 18 ans. On peu dire que c'est le premier combat que j'ai gagné, en quelque sorte. Avant j'étais une petite rebelle qui n'en faisait qu'à sa tête, mais... Après mon cancer, j'ai décidé de devenir quelqu'un de bien, m’engageant dans l'armée quelques mois après ma guérison. Puis à peu j'ai découvert que j'adorais entraîner les autres. Mon histoire n'est pas vraiment intéressante, je dois vous ennuyez.

La militaire entra complètement dans l'eau, restant quelques secondes la tête sous l'eau avant de remonter entièrement. Mélodie posa les yeux sur Esfir.

- Mais, si pouviez éviter de répéter cela à tout le monde, je vous en serais très reconnaissant. Je n'ai pas envie que tout le monde apprenne cela. Vous comprenez ?
©️ DABEILLE

Revenir en haut Aller en bas

Image perso : Une Histoire de Cicatrice Ban_co10
√ Arrivée le : 11/01/2019
√ Date de naissance : 06/08/1994
√ Age : 25
√ Messages : 232
√ Localisation : Cité de Atlantis

le Mar 2 Avr - 15:40

Voir le profil de l'utilisateur http://www.atlantisinsurrection.com/t3265-permission-de-esfir-lu
Esfir Lunienko
Mélodie & Esfir
07/03/2019
Une Histoire de Cicatrice

Mélodie lui avait proposé d’écrire une lettre au général pour mettre ses sentiments sur le papier. C’était une idée sympa, mais Esfir avait besoin d’échanges, pas juste d’exprimer des idées qui ne trouveraient aucun écho... quoique rester silencieux était aussi le fort du général ! Elle essaierait peut être mais n’y croyait pas vraiment, au fond d’elle, Esfir était sûre que cette petite soirée piscine en agréable compagnie serait plus efficace que quelques griffonnage sur du papier.

Plonger la tête la première dans l’eau lui avait fait du bien, le contact de l’eau tiède sur son visage l’avait bien réveillé. C’était étrange de se dire que quelques minutes plus tôt, elle aurait donné n’importe quoi pour se rendormir, et que maintenant, elle appréciait le côté vivifiant de cette activité nocturne.

Après qu’elle lui ai posé sa question relativement indélicate, Mélodie lui raconta brièvement son histoire. En quelques phrases à peine, elle venait de dessiner les traits du destin qui l’avait conduite ici. Elle parvenait si aisément à se résumer, et pourtant ces quelques phrases montraient la vie pleine d’épreuves qui conditionnaient les choix d’une vie et la personnalité complexe qui en découlait.

- Pfiou.... ça a pas dû être facile. 18 ans c’est jeune pour un cancer!

Et voilà, c’était sorti tout seul sans qu’Esfir ait pris le temps de réfléchir à l’impact que ces mots pouvaient avoir sur son interlocutrice.. Elle tenta de se reprendre.

- Enfin, je suis désolée pour vous... Ca a du être une sacré épreuve. Et sachez que nos histoires personnelles ne sont jamais ennuyeuses, car ce sont elles qui façonnent ce que nous sommes !

Mélodie plongea à son tour sous l’eau, restant quelques secondes sous la surface. Lorsqu’elle remonta, elle demanda à la jeune russe de garder le secret. Une petite grimace passa sur le visage de porcelaine de la technicienne. Garder un secret n’était pas son fort... elle savait bien qu’elle était trop tête en l’air et trop bavarde pour ça... mais elle se promit d’essayer.

- Je vais essayer c’est promis.... mais...si jamais...faudra garder à l’esprit que c’est pas volontaire...mais je suis tête en l’air et parfois des trucs peuvent m’échapper...

Elle espéra que Mélodie ne lui en voudrait pas trop de cette franchise qui venait peut être un peu trop tard. Elle essaya donc de changer de sujet pour tenter de dissoudre la gêne.

- Mais du coup, vous disiez que vous étiez une petite rebelle avant ? Moi aussi j’ai eu ma période rebelle... c’était pas joli joli... Vous en avez fait voir de toutes les couleurs à vos parents ? Enfin vous... peut être qu’on peut se dire tu, si on en est aux confidences ?

©️ 2981 12289 0



_________________
Une Histoire de Cicatrice 58390_s

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

le Lun 8 Avr - 22:13

Anonymous
Une Histoire de CicatriceChronologie : 07/03/2019Mélodie n'avait pas honte de son passé, elle n'aimait simplement pas trop en parler. Discuté de son enfance de petite fille capricieuse comme pas deux, ou encore de son adolescence de jeune voyou insolente, n'était pas trop son truc. Mais elle était plus tout cela, elle avait beaucoup changé depuis quand elle avait eut son cancer du sein, elle avait énormément mûri et apprit de ses erreurs passé. Même si elle était fière, dans un sens, d'avoir vaincu son cancer, elle ne le criait pas sur le toit pour autant. Ses collègues, ses supérieurs, ou même ses voisins de chambrer n'avait pas besoin de connaître cette histoire-là. Elle avait donc raconté sa vie en quelques phrases, ne cherchant pas à ce qu'on l'admire, qu'on pleure en l'écoutant sagement ou autre. On lui avait posé une question, elle avait répondu, c'est tout.

Esfir exprima rapidement ses pensées, disant qu'elle trouvait que 18 ans, c'était un âge assez jeune pour un cancer. Elle avait sans doute raison. Mélodie n'avait jamais vraiment réfléchi à la question, cela lui était tombé dessus si rapidement qu'elle ne c'était demandé ce genre de chose.


- Vous n'avez pas à être désolée, la vie est ainsi. Elle est remplie d'épreuve plus ou moins difficile à surmonter, mais il faut savoir dépasser chaque obstacle qu'on rencontre. On ne pourra qu'en sortir plus fort à chaque fois. Et... Merci de dire que mes histoires ne sont pas ennuyeuse.

Mélodie esquissa un doux sourire sincère, un de ceux qu'elle offrait rarement aux gens. Suite à ses paroles, la militaire plongea dans l'eau à son tour, profitant de ce que la vie lui offrait. Une fois remontées à la surface, quelques gouttes d'eau coulèrent le long de son visage venant rejoindre l'endroit d'ou elle venait. Elle demanda à la technicienne de garder le secret sur ce qu'elle venait de raconter. Cette dernière grimaça devant cette demande. Mélodie comprit, avant les paroles d'Esfir, que celle-ci aurait bien du mal à tenir sa langue.

- Je ne voudrais pas, ne vous fais pas pour ça. Ce n'est pas vraiment un secret, mais j'aimerais éviter que certains militaires me regarde avec compatissant alors que je suis en train de le crier dessus lors d'un entraînement. En tout cas, je vous remercie de faire preuve de sincérité avec moi.

Pouvait-on en vouloir à un quelqu'un qui faisait preuve d'autant de sincérité. Mélodie approuvait cette qualité et ne pouvait que l'admirer. Esfir était une bonne personne qui ne cherchait pas à se cacher derrière un quelconque masque. La militaire était heureuse de la croiser ce soir. La technicienne posa des questions sur le passé rebelle dont avait évoqué la militaire. Lui demandant si elles pouvaient se tutoyer avec tout ce qu'elle était en train de discuter.

- Je pense que pouvons nous tutoyer oui, mais pardonnez... Heu, pardonne moi si je te vouvoie par moment. J'ai tendance à vouvoyer tout le monde, sans dictions de classe ou autre. Pour te répondre, j'étais une vraie voyou adolescente. J'avais même intégré un gang remplie de jeune voyou plus vieux que moi. Je séchais beaucoup les cours. Je passais beaucoup de nuits dehors à faire les quatre cent coups. Je parlais à peine à mes parents et à mes frères. D'ailleurs, à en parler... J'ignore comment je suis devenu ainsi, comment j'ai pu tourner aussi mal.

Mélodie se mit à faire la planche, fixant des yeux le plafond de la pièce.

- Je crois que je détestais le monde qui m'entourais, je détestais les gens, la vie tout simplement... Tout ça à cause d'une histoire d'amour stupide...

La militaire soupira lourdement, réfléchissant quelques instant à son passé, à ce qu'elle avait fait enduré à ses pauvres parents à cette sale époque. Elle tourna la tête vers Esfir.

- Assez parler de moi, parle moi de toi. À quel point tu as été rebelle ? Qu'est que tu as fait de mal en étant jeune ?
©️ DABEILLE

Revenir en haut Aller en bas

Image perso : Une Histoire de Cicatrice Ban_co10
√ Arrivée le : 11/01/2019
√ Date de naissance : 06/08/1994
√ Age : 25
√ Messages : 232
√ Localisation : Cité de Atlantis

le Jeu 18 Avr - 11:03

Voir le profil de l'utilisateur http://www.atlantisinsurrection.com/t3265-permission-de-esfir-lu
Esfir Lunienko
Mélodie & Esfir
07/03/2019
Une Histoire de Cicatrice
Dans les mots de Mélodie, elle retrouvait un peu sa façon de voir les choses,la façon dont elle avait appris au travers des obstacles à se construire elle aussi et surtout à grandir.

Quelque part au fond d’elle, cela l’agaça un peu de voir qu’elle n’était pas la seule à avoir eu un tel parcours et a réussir à surmonter les épreuves en devenant, ce qu’elle pensait être une bonne personne. Parfois, traversé des difficultés fait cet effet là, on a tendance à penser qu’on a vécu le plus dur et que les autres ont eu la vie facile et qu’on s’est fait tout seul rien qu'à la force de sa volonté.. mais il fallait bien avoué que c’était une façon irréaliste et puérile de voir le monde. Comme disait le général, on ne peut pas comparer ses douleurs avec celles des autres, chacun la vie à son échelle et à tout autant le droit de souffrir que toi.

Esfit fut rassurée que Mélodie accepte son coté tête en l’air, elle préférait être franche avec les gens, elle se connaissait. Elle n’irait pas raconter volontairement son histoire, mais il lui était déjà arrivé de trahir un secret sans le vouloir au milieu d’une conversation. Au moins Mélodie semblait accepter sans trop de difficultés ce trait de personnalité, cette fille était vraiment surprenante. La jeune russe n’aurait jamais cru en la voyant stricte et raide à son arrivée, qu’elle s’ouvrirait comme une fleur de lotus à la surface de l’eau, cette insomnie avait au moins le mérite d’avoir provoquée cette rencontre.

Son sourire s’élargit encore plus en écoutant le passé de la jeune militaire, un petit rire lui échappa même. Le ton de Mélodie était pourtant plutôt sérieux mais il y avait tant de similitudes entre les deux jeunes femmes qu’Esfir ne put s’empêcher de pouffer.

Je suis désolée, je ne ris pas de ton histoire, mais on est tellement pareil là dessus!

Mélodie lui demanda de partager avec elle son passé tout comme elle l’avait fait sans fards.

Oh la, j’en ai fait voir de toutes les couleurs au général ! Quand j’y repense, j’étais pas un cadeau et pourtant je lui dois tout.

Elle rejoint le bord de la piscine et s’y adossa, les coudes sur le rebord.

En gros j’ai mal tourné un peu après le décès de mes parents, comme toi je me suis mise à détester les gens, la vie en général. Quand je me suis retrouvée à l'hôpital après l’accident, je me suis sentie abandonnée, personne n’est venu me voir en dehors du général du coup je crois que je lui ai tout mis sur le dos, je n’avais plus que lui, alors je n’avais que lui à haïr. J’ai tout fait pour défier son autorité, je me suis mise à trainer dans les rues, j’y ai rencontré un petit gangs de malfrats, ils m’ont appris la bagarre, je leur ouvrais des serrures, on piquait des bagnoles parfois, oh rien de trop méchant, on touchait pas aux drogues dures ni aux armes, le plus vieux du groupe devait avoir 17 ans à peine. Ils m’ont aussi dépucelée... je crois bien que je les ai tous vu passer entre mes cuisses, j’étais qu’une gamine qui voulait jouer les femmes dures.

Un petit rictus lui échappa en repassant à cette petite gamine qui croyait qu’une femme indépendante était forcément une sorte de garce.


Petit à petit, ils se sont fait chopés par les flics, mais pas moi... je me suis cure la plus maline... mais bon, maintenant je me dis que le général devait pas y être pour rien. Il m’a affecté en quelques sorte à l’atelier de mécano de la base, histoire de m’éloigner de la rue, il avait vu juste, bricoler ça m’a passionné mais..; j’ai continué de traîner une sale réputation, je crois bien que la moitié de la base m’est passée dessus. Je sais pas si ça a entaché la réputation du général mais il m’en a jamais tenu rigueur.

Elle faisait des moulinets avec ses jambes sous l’eau, créant de nouveaux mouvements sous marins dans l’eau claire de la piscine.

Et puis un jour j’ai compris tout le bien que me voulais le général et j’ai décidé de grandir...pour de vrai.

Esfir laissa ses jambes remonter à la surface puis lâche la rebord pour faire la plache à son tour.

C’est le contraire de toi, c’est une histoire d’amour qui a mal tourné qui m’a permis de m’en sortir.

Esfir posa machinalement une main sur son ventre.

©️ 2981 12289 0



_________________
Une Histoire de Cicatrice 58390_s

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 1

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum