Atlantis Insurrection

RPG sur Stargate Atlantis


Invité
Invité

le Lun 1 Avr - 17:55

Anonymous
Mise au point d'entrainementChronologie : Lundi 01/04/2019Voilà déjà un mois que Mélodie se trouvait sur la base d'Atlantis, le temps passait si vite à ses yeux. Elle avait l'impression d'être tout juste arrivé hier. Elle se rappelait de chaque minute de son arrivé, de la découverte de sa chambre, de ses nouveaux collègues, mais surtout de cet immense océan qui entourait la cité. Elle n'avait pas mis longtemps à prendre quelques petites habitudes par-ci et par-là. Elle avait même eut le temps de faire une belle peinture du dédale et des digues. Elle avait aussi fait de très nombreux croquis, mais ce n'était que de simple esquisse sur son cahier à dessin. En tout cas, cela lui faisait passer son temps libre, quand elle n'était pas en train de s’entraîner dehors ou dans le gymnase. D'ailleurs, pour le moment, elle n'avait pas trop le mal du pays. Sa famille lui manquait, mais cela allait pour le moment.

Aujourd'hui, Mélodie n'avait pas un programme très chargé, une journée assez calme pour tout dire. La jeune femme s'était levée aux aurores, comme à ses habitudes. Elle avait enfilé un jogging, attaché rapidement ses cheveux en queue-de-cheval, et elle était partie courir sur les digues. Elle en avait profité pour faire des montée de genoux, des pas chassé, des petits sprints, ect... Après une heure et demi de sport, elle retourna à ses quartiers pour une petite douche froide rapide, avant d'aller prendre un petit-déjeuner bien mérité. Après cela, la militaire alla au stand de tir pour essayer d'aller améliorer sa précision pendant deux heures. Elle en ressortie quelque peu déçue. La jeune femme avait bien besoin d'un petit cours pour se perfectionner au niveau des armes à feu. Mais bon, ce n'était pas aujourd'hui qu'elle aurait le temps de s'occuper de cela. Mélodie alla ensuite sur les digues avec son carnet à dessin pour se détendre un peu pour cette fin de mâtiner.

Le début de l'après-midi arriva tranquillement. Mélodie sortait tout juste de table quand elle se dirigea vers le bureau du capitaine Pedge Allen. Les deux jeunes femmes avaient rendez-vous ensemble pour discuter un peu des exercices qui pourraient correspondre aux civils ou aux étrangers pégasiens. Mélodie n'avait pas eut le plaisir, pour l'instant, de parler avec un seul étranger ne venant pas de la planète terre. Mais il ne faut pas oublier qu'elle n'était là que depuis un mois seulement, il lui restait encore beaucoup de chose à savoir et à apprendre. Enfin, chaque chose en son temps. Pour le moment, la militaire se dirigeait tranquillement vers le bureau de sa supérieure, un carnet de notes et un crayon dans la main droite.

Arrivé devant la porte du bureau, Mélodie toqua deux petits coups bien distincts. Elle attendit que la personne, de l'autre côté de la personne, lui dise d'entrer pour le faire. Mais avant d'entrer dans la pièce, la jeune femme prit le soin de prendre son carnet et son crayon dans sa main gauche, gardant la main droite libre pour la suite. La militaire entra dans le bureau, avança d'un pas et se mit automatiquement au garde-à-vous devant Pedge.


- Sergent-Maître Mélodie Jonhson pour vous servir Capitaine !

Mélodie avait parlé distinctement et d'une voix neutre. Elle restait au garde-à-vous, les deux pieds bien collés l'un contre l'autre, le bras gauche contre le reste de son corps, les doigts de la main droite venant toucher le coin de sa tête, et bien sûr la tête haute et droite. La jeune femme avait une position parfaite, à croire qu'elle était née dans cette position même. Elle ne bougeait pas d'un pouce, attendant les instructions de sa supérieure pour pouvoir se mettre au repos.
©️ DABEILLE

Revenir en haut Aller en bas

Pedge Allen

√ Arrivée le : 09/11/2014
√ Date de naissance : 29/09/1983
√ Nationalité : Américaine

√ Age : 36
√ Messages : 1631
√ Localisation : Atlantis

le Mer 3 Avr - 17:19

Pedge Allen
Mise au point d'entrainementChronologie : Lundi 01/04/2019
C’était typiquement le genre de journée que Pedge n’appréciait pas vraiment. Rester cloitrer dans son bureau. En prenant du grade, elle avait constaté que la paperasse en avait pris aussi, et là où avant elle ne devait se contenter que de fournir des rapports oraux à ses supérieurs, elle était maintenant le supérieur à qui on donnait des rapports oraux pour qu’elle en fasse des compilations écrites. Si elle regrettait bien quelque chose dans son ascension vers les sommets de la hiérarchie, c’était la politisation du métier, comme elle appelait ça. Elle restait une femme issue du rang qui avait grimpé les échelons en se battant tous les jours pour cela. Son arrogance et sa vanité étaient sûrement de bons moteurs, mais son courage et son exemplarité l’étaient tout autant.
Quoiqu’elle devait reconnaître qu’elle n’était pas mécontente de se retrouver le cul vissé sur une chaise de temps en temps. Cela mettait au repos son corps qui avait longtemps souffert d’entrainements intensifs, dignes de sportifs de haut niveau, de blessures, de séquelles de combat, bref elle lui en avait mis plein la gueule et un peu de repos maintenant qu’elle prenait du galon et de l’âge n’était pas tellement un luxe. Ça devenait presque une nécessité. Malheureusement, on ne récupérait plus aussi vite à vingt ans qu’à trente six ans. Elle n’était pas encore une mamie, mais elle sentait qu’elle avait abusé.

La matinée fila à la vitesse d’une mouche anémiée qui n’avait pas réussi à trouver sa crotte de chien senteur Royal Canin préférée pour se refaire une santé. Bref, elle se fit royalement chier, à traiter des dossiers qu’elle avait laissé s’empiler sur un coin de son bureau. Elle qui était maniaque et ordonnée ne se reconnaissait pas dans ce traitement administratif chaotique qu’elle s’imposait. Elle se promit donc intérieurement de remédier à ça et de traiter les choses au fur et à mesure et de ne pas se chercher des prétextes quelconques pour sortir de ce bureau en se disant que ça pouvait attendre encore quelques heures.


Elle expédia son repas au mess avant de retourner à son bureau. Au moins, l’après-midi serait différente de sa matinée. Elle devait rencontrer le sergent Jonhson pour causer entrainement et préparation physique, des domaines dans lesquels elle avait fait ses armes. Cela allait lui changer les idées. Et cela lui faisait aussi tout drôle d’être dans ce rôle-là. Elle commençait à percevoir l’étendue de ses missions de Capitaine. Mais Pedge n’était pas le genre de personne à ne pas assumer sa fonction, ni à essayer de bien la faire, du coup elle prenait ça très au sérieux.

Pedge ne s’attendait pas à moins que ce qu’elle vit chez Johnson quand elle se présenta dans son bureau. La jeune femme était impeccable, bien droite, un salut parfait, sa tenue propre, et son port altier. Une vraie militaire dans toute sa splendeur. Elle avait ce petit quelque chose qui lui rappelait son arrogance de bien paraître, et elle aimait ça. Néanmoins, la texane préférait ne pas la juger trop vite, surtout sur un simple salut. Mais un salut voulait dire beaucoup de chose. C’était un geste codifié qu’on répétait inlassablement dans une carrière de militaire. Avec le temps, certain le faisait vite et mal, d’autre l’amputé rapidement, le traitait comme une formalité. Elle, elle semblait toujours y apporter une certaine forme d’importance, même si le fait de se retrouver devant un capitaine devait aider fortement, il ne fallait pas se cacher.

Elle lui rendit son salut avec une certaine forme de rigidité avant de déclarer :

« Repos Sergent Johnson. », répondit Pedge de sa voix à l’accent trainant texan. Elle lui montra la chaise en face de son bureau. Elles n’y resteraient pas longtemps, mais il fallait bien commencer par le début.

Pedge la laissa prendre place, tout en la détaillant. Elle était bien foutue, formes arrondies, une musculature fine qui se devinait sous son uniforme, un minois d’ange, qui ne devait pas l’être tout le temps, bref c’était une belle femme. Il ne fallait pas qu’elle cède à ses pulsions de se montrer dominante et cassante juste pour la tenir en laisse, ou pour simplement voir si elle y parviendrait tout simplement. Elle aimait bien jauger de la résistance des personnes qu’elle trouvait désirable. Ça l’amusait. Mais non, elle devait rester pro, et coller à son rôle d’officier.

« Merci d’être venue à ce rendez-vous. », commença Pedge, qui n’avait pas de mal à mettre les formes quand il le fallait. Ça n’avait de rendez-vous que le nom, car c’était tout simplement un entretien de mission, que tout soldat, sous-officier, ou officier pouvait observer de temps en temps dans le cadre de ses attributions.

« Alors ça fait un petit mois maintenant que vous vous occupez de l’entrainement physique et sportif des troupes. Ça se passe bien ? », voulut-elle savoir avec cette question plutôt large.

©️ DABEILLE

_________________
Plus on se maîtrise soi même plus on maîtrise la réalité extérieure.
Mise au point d'entrainement 79ce7f10
#a1931c
DC : Erin Steele & Teshara Lays & Chenoa Penikett

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

le Mar 9 Avr - 18:15

Anonymous
Mise au point d'entrainementChronologie : Lundi 01/04/2019La militaire se tenait droite, le visage neutre, elle fait face à sa supérieur de façon très professionnelle. Difficile, en la voyant ainsi, de croire par le passé qu'elle était une rebelle ayant fait les quatre cent coups et n'ayant eut aucun respect pour personne. Mais le temps était passé, la jeune femme avait grandi et énormément mûri depuis son adolescente. Elle était rentrée dans les rangs, aimant et appréciant tout ce côté strict et autoritaire qu'on retrouvait chez les militaires. La preuve en était à sa position face à Pedge et sa salutation si professionnelle. Elle avait parlé avec clarté, ne tremblant nullement dans la voix et ne faisant aucun sourire qui aurait pu se faire prétentieuse ou autre à ses yeux. Oui, elle avait l'habitude, à force des années passés chez les militaires, à salué et à se présenter de la sorte, mais elle m'était un point d'honneur à tout cela à chaque fois. Mélodie savait que la première impression était quelque chose de toujours très important pour le jugement des personnes qui l'entourait, surtout pour celle de ses supérieurs hiérarchiques.

Elle attendit patiemment, sans flancher, que son interlocutrice lui dise un seul mot "Repos". À ce moment, elle laissa retomber son bras le long de son corps, écartant légèrement les pieds, mais restant tout de même droite, la tête haute et le visage toujours aussi neutre. La capitaine désigna un siège vide la main, invitant donc Mélodie à venir s'asseoir un instant.

- Merci Capitaine.

Mélodie s'assit donc, mais elle garda quand même cette droiture qui ne semblait pas vouloir la quitter. Il faut dire que la jeune femme était de quelqu'un de plus que professionnel. En présence de toute personne supérieure à son grade, elle se devait de rester parfaitement parfaite. Ne montrant aucune émotion, ne souriant que si besoin, ayant préparé un petit rire discret si une blague venait à être dite par son supérieur. Sans oublier qu'elle était toujours, ou presque, d'accord avec la personne face à elle, ne cherchant jamais à rechigner ou autre. Elle savait l'importance des médailles et des échevelons cousue sur son uniforme et sur celui de Pedge, il n'était là pour faire simplement jolie. Cela signifiait énormément de chose, comme le fait que l'une des deux donnés des ordres et que l'autre écoutait et exécutait sans chercher à comprendre vraiment le pourquoi du comment.

Une fois assise, la militaire avait posé son carnet devant elle, ainsi que son crayon, tout deux semblant être parfaitement aligné avec le reste des affaires qui se trouvait sur le bureau. Mélodie posa son regard d'une totale neutralité sur Pedge, admirant quelque peu la femme qui se trouvait face à elle. Cette femme si forte et si belle à la fois. Elle avait cette impression de voir son reflet, mais en mieux. Plus belle, plus parfaite, mieux gradés aussi. La militaire avait cette sensation d'avoir beaucoup à apprendre de son interlocutrice pour être une meilleure soldate encore.

Pedge remercia Mélodie d'être venue au rendez-vous. Cette dernière trouvait cela tout à fait normal, et se contenta de remercier en retour sa supérieure de l'avoir convié ici aujourd'hui.

- Je vous remercie de m'avoir convoqué Capitaine.

Certes, cela était un rendez-vous dès plus banal à première vue, et tout à fait naturel, mais Mélodie était heureuse d'être ici, sachant qu'elle pourrait apprendre des choses très utiles par la suite. Pedge demanda alors comment cela se passait depuis son arrivée.

- Pour le moment tout ce passe très bien, je n'ai rencontré aucun problème jusqu'à aujourd'hui. Les autres militaires furent surpris au début de mon arrivée, mais ils ont vite fini par m'adopter et écouter mes ordres. Ils sont parfois du mal avec certain de mes entraînements qu'ils trouvent beaucoup trop dur, mais je ne souhaite que leur prouver qu'ils sont capable de beaucoup plus qu'ils ne l'imaginent. Pour le moment, je n'ai eu le plaisir d’entraîner qu'un seul civil, le Docteur Taylor Laurence. Cela s'est plutôt bien passé, il faut dire que la jeune femme avait besoin de se défouler.

Il faut dire que cela avait été très simple avec Isia. Cette dernière avait vu en Mélodie une ressemblance plus que frappante avec une certaine Blanche, une femme qu'elle avait connu ici, sur la cité. Ayant encore beaucoup de haine en elle, la militaire avait trouvé qu'un peu de boxe pourrait défouler cette jeune femme facilement.

- Je crois que c'est tout... Oh... Un tout petit détail, il y a juste une fois ou un militaire était resté dans son lit, ne voulant pas venir à l'entraînement. Je l'ai réveillé avec toute la douceur du monde bien entendu, et nous avons du faire tout l'échauffement dans ses quartiers. Maintenant il est toujours en avance de dix minutes à chacun des entraînements.

Bien sûr Mélodie faisait de l'ironie, en disant qu'elle avait réveillé doucement le militaire. Elle lui avait plutôt hurlé dans les oreilles, le faisant bondir de son lit. L'homme avait du ensuite faire tout l'entraînement en sous-vêtement devant ses collègues, devant en faire deux fois plus que les autres devant les cris incessant de son entraîneuse. Au moins, peut-être qu'il range mieux ses quartiers à présent, ne laissant plus traîner certains magazines adulte aux fantasmes assez étrange juste à côté de son lit, à la vue de tous.

- J'ignorerais si vous aviez eut écho de cette information de la part de ce militaire en question. Je sais que certains peuvent me trouver trop strict, mais nous sommes militaires nous devons être strict et discipliné.
©️ DABEILLE

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 1

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum