Atlantis Insurrection
"Personne ne demande à devenir un Héros, sauf que parfois ça finit comme ça..."

Et si ce Héros, c'était toi ? Tu es l'un des meilleurs dans ton domaine (Biologiste, Chirurgien, Infirmier, Diplomate, Démineur, Maître chien...) et on te propose de participer à l'expédition la plus fabuleuse mais aussi la plus dangereuse : l'expédition Atlantis.
Auras tu le cran de rejoindre Atlantis pour découvrir ses mystères et affronter les dangers de cette galaxie ?

Tu peux aussi incarner les personnages importants de la série (Ronon, Zalenka, Lorne, Teyla....) Bon niveau RP demandé.
On recherche de nombreux personnages inventés.
http://www.atlantisinsurrection.com/t387-personnages-vacants


Si tu te sens capable de franchir ce pas, tu es des nôtres ! Clique sur l'image ;-)
Rouge sang 824245bouton512


RPG sur Stargate Atlantis
 

Mer 8 Mai - 19:32
Alexander Hoffman
√ Arrivée le : 08/07/2016
√ Messages : 1666

Dossier Top Secret
√ Age: 37 ans
√ Nationalité: Royaume-Uni Royaume-Uni
√ Gêne: Inoculation
Voir le profil de l'utilisateur
Rouge sang
Orsu Monciatti & Alexander Hoffman
Chronologie : 09 MAI 2019


Saison calme… entre 30 et 45 degrés… Bon, il allait partir durant la saison la moins contraignante, même si la saison rouge aurait été plus fraîche…enfin bon, patauger dans du sable trempé aurait été de bien mauvaise condition.
Franchement entre 30 et 45 degrés, il allait devoir prendre la crème solaire artisanal de Mckay pour ne pas virer du blanc cachet d'aspirine a rouge homard bien cuit. Et c'est le gigot d'agneau qu'on mange à la vapeur pas de l'anglais !

Alexander soupira… il n'était pas très emballé pour partir sur PX-877 dit la planète rouge à cause de cette chaleur. Il était persuadé qu'il allait finir avec des coups de soleils digne de ce nom ! si ce n'est une bonne insolation ou une brûlure. Mais bon, il fallait bien saisir le moment quand il se présentait. Voilà une année complète que les Atlantes essaient de communiquer avec le peuple de la planète rouge, les Astrid's. Une peuplade humanoïde et reptilienne. Du peu qu'on savait d'eux, ils étaient omnivores avec une tendance plus carnassière à cause de la richesse de la faune et la pauvreté de la flore. Les quelques clichés réalisés de ces personnes, feraient grimacer plus d'un, ils n'étaient pas dans les canons de beauté terrien, sauf quand on aime le style écailleux ou qu'on est un fan des complotistes reptiliens ou de jésus raptor. Mais Alexander, leur trouvait un certain charme, sans pour autant les trouver véritablement séduisant. En réalité on pouvait dire qu'ils étaient aussi beaux qu'on pouvait affirmer qu'un serpent est beau. Un certain éclat mélangé à une crainte légitime d'un prédateur à sang-froid. Même si pour ses derniers et au vu de la chaleur de leur planète, ils ne devaient pas l'avoir si « froid ». Enfin qu'importe, les Astrid's avaient accepté d'échanger un peu avec un groupe de soldats qui s'entrainaient sur les hauteurs du canyon. Un endroit parfait pour faire un stand de tir à longue distance dans des conditions extrêmes. Les moniteurs et autres sergents instructeurs, emmenaient régulièrement leurs troupes sur cette planète pour l'entrainement des fantassins Atlantes. À force de côtoyer cet endroit, l'un des sergents avait eu l'immense honneur qu'une petite fille aux écailles arc en ciel, lui présente son géniteur et ils avaient commencé à échanger quelques babioles puis des informations.

Le sergent avait cru comprendre qu’il avait des ruines lantiennes souterraines sur la planète… mais il n’était pas certain d’avoir bien compris surtout que l’Astrid ne voulait pas en dire plus à un homme sans « avenir ». Traduction, qu’il n’était pas un décisionnaire. Ainsi, les Astrid’s semblaient avoir un grand respect de la hiérarchie, les informations ou deal important, ne se faisait que de chefs à chef, égal à égal. Ce qui était assez frustrant pour ce sergent, qui avait dû revenir informer la cité de sa potentielle découverte.

Ainsi, il fallut encore quelques semaines, pour obtenir un lieu de rendez-vous avec le chef des Astrid’s…au campement, avec la condition de ne venir qu’avec un seul soldat. Une condition qui n’enchantait guère Alexander, mais il prit la précaution, de faire venir une section d’entrainement le même jour, afin d’avoir un contact radio avec eux en cas de pépin. Un jumper se trouvai aussi sur les hauteurs du canyon au cas où.

****


Le départ était prévu pour 10h00, l'heure était encore « fraiche » sur la planète rouge et il serait plus plaisant de cheminer avec des températures allant de 24/25 degrés avant de monter deux heures après aux fameux 30 degrés … bien entendu cela continuerait la joyeuse folie jusqu'à son paroxysme de 45 degrés au soleil. Alexander attendait son escorte du jour, un nouveau soldat expert en survie et ancien chasseur alpin. Un français donc. La salle d'embarcation était presque vite, mise à part quelques techniciens, l'anglais vérifia une dernière fois son sac, composé des éléments standard de mission (GDO, détecteur de mouvement, une fusée de détresse, une barre de chocolat, deux rations de survie, un kit de soins, une tablette avec un chargeur solaire, un carnet et un stylo), d'un tube de crème solaire (et oui il en avait déjà enduit son corps), de trois litres d'eau, d'une carte réalisée par jumper et d'un zat à sa cuisse. Il avait une tenue claire, l'uniforme beige des militaires avec lunette de soleil et casquette a volets sur la tête. Il fallait au moins ça, au vu du soleil qui allait se donner à cœur joie.


:copyright: 2981 12289 0

_________________
    Alexander Hoffman
    Double comptes : Isia Taylor-Laurence & John Sheppard & Naalem Lays & Elana Ravix //écriture : firebrick
Revenir en haut Aller en bas
Mer 8 Mai - 22:53
Orsu Marchetti
√ Arrivée le : 28/04/2019
√ Messages : 43
√ Localisation : A l'extérieur


Dossier Top Secret
√ Age: 26 ans
√ Nationalité: France France
√ Gêne: Non
Voir le profil de l'utilisateur
Première assignation. Orsu était ravi. Après avoir un peu exploré le continent lors d'un ravitaillement médical chez les athosiens, il avait envie de découvrir quelque chose de neuf. Quelque chose qu'il n'avait jamais vu, après tout, il avait traversé l'espace pour ça. Il prit donc l'ordre de mission avec satisfaction jusqu'à prendre connaissance des détails, il devrait escorter Alexander Hoffman, un gros bonnet de la cité. Ça c'était pas la joie, cet homme avait un grand pouvoir décisionnaire et si ça tournait mal sa tête serait sur le billot avant même qu'il n'ai eut le temps de dire ouf, déjà sa première mission et il risquait sa place, ça commençait bien. Il prit dans un premier temps un maximum d'infos sur la planète en question.

C'était une planète aride au sable rouge, les températures prévues étaient semblables à ce qu'il avait connu au Mali, entre 30 et 45 degrés, l'humidité serait standard, donc ils ne risqueraient pas non plus de s'assoiffer trop vite, par contre ils allaient cuire à feu doux. Peuple de... reptiliens? Là ça devenait intéressant, la population clairement "alien" de la cité n'était pas très fournie et si il y avait un truc de plus excitant qu'une nouvelle planète, c'était un nouveau peuple différent en tout point des humains. Bon au final tout n'était pas aussi négatif, trimballer l'officiel, profiter de la vue, esquiver les "requins des sables", une journée palpitante à l'autre bout de l'univers.

Orsu s'équipa en conséquence. Connu pour ses paquetages imposants, une tradition des chasseurs alpins qui devaient souvent se trimballer plus d'équipement que les troupiers de base, il ne se priva pas une fois à l'armurerie. Il commença par les incontournables, un GDO, petit appareil nécessaire au retour sur la cité si on ne voulait pas se faire pulvériser par le bouclier protégeant la porte des étoiles, un treillis à camouflage rouge et noir, autant s'habiller en fonction du terrain des fois qu'il faille se planquer un peu et ne pas ressembler à un sapin de noël, le fameux gilet pare-balle avec système MOLLE renforcé de plaques pare-balle, on ne s'attendait pas à des tirs d'arme plasma de la part des lézards et leur technologie ne semblait pas très avancée, et bien sûr le casque, si ça commençait à chauffer il serait heureux d'avoir plus que sa tarte pour protéger sa tête. Côté armement, un poignard de survie semblait être l'évidence même, il avait appris à apprécier l'élégante simplicité de cette arme et son utilité, un HK 417 avec poignée tactique et lampe, non pas qu'il n'aime pas le FAMAS, mais avec le sable ce dernier s'enrayait facilement, le tout en semi auto pour un meilleur contrôle du tir, et pour terminer un Beretta 92FS en arme de poing, un pistolet fiable doté d'un bon chargeur. Un chargeur dans l'arme et deux de réserve pour chaque. Son paquetage était malgré tout ce qu'il y avait de plus important à ses yeux. Des canyons et du sable, voilà qui promettait une préparation conséquente. La première chose qu'il fit fut de prendre un grand sac de 25L de capacité avec armature dorsale, plutôt standard pour un chasseur alpin qui privilégiait toujours la préparation à la mobilité. Le remplir ne fut pas difficile. Outre la crème solaire dont il avait apporté un tube en plus de celle étalée sur son visage. Équipement d'escalade, mousquetons, baudriers, pythons et cordes, suffisamment d'eau et de ration pour tenir tout deux trois jours, soit 12L et 24 rations, des jumelles, une boussole et une carte sommaire, recopiée à partir des maigres données disponibles pour se diriger, faisaient parti du lot. Il y avait également une pelle, juste au cas où. Le tout bien évidement réparti pour minimiser l'effet du poids.

Il se rendit à la salle d'embarquement. Son paquetage sur le dos, son couteau était à la ceinture à côté de son beretta fermement ancré dans un holster, le fusil d'assaut était relié par une sangle à son gilet pare-balle, le casque était de l'autre côté des armes à sa ceinture, pour le moment il ne portait que des lunettes de soleil ainsi que sa tarte au niveau du crâne, un tarte qui venait avec les trois plis traditionnels, un pour voir, un pour entendre et un pour penser. Quelques techniciens s'affairaient, transportant du matériel et effectuant ce qu'il imaginait être des opérations de maintenance, mais tout ce petit manège lui échappait à vrai dire. Il scruta les alentours et repéra vite le fameux Alexander. Plutôt grand, un maintient et une classe typiquement anglaise, dans son treillis on pouvait le prendre pour un gradé. Orsu s'approcha d'Alexander sans un mot en prenant juste soin de le faire de face afin de ne pas surprendre le monsieur, on ne savait jamais avec les civils et il ne souhaitait pas commettre d'impair. Un peu stressé qu'il était, il se contenta de se tenir devant lui, droit comme un I, saluant de manière réglementaire.

-Première classe Marchetti, au rapport monsieur.

Une fois les présentations faites dans son anglais teinté d'accent français. Il attendit que son supérieur pour cette mission fasse de même. Il avait une voix calme mesurée, parfaitement intelligible, une qualité plus qu'agréable pour un non natif. Il se concentra sur ce que lui disait Monsieur Hoffman dans un silence religieux. Se contentant d'opiner du chef à mesure que tout lui était dit. Une fois le petit speech terminé, il salua de nouveau et se prépara à son premier passage à travers la porte des étoiles. Dire qu'il était nerveux était en dessous de la réalité, il était terrifié, il avait bien tenté de demander quelques explications, mais à part le froid et la respiration coupée, on ne lui avait pas dit grand chose et il ne souhaitait pas passer pour un idiot en demandant cette information à Alexander. La séquence d'activation commença et l'objet se mit en branle, il eut un petit mouvement de recul, même en sachant qu'il était dans la zone de sécurité. Dire que ça n'avait rien d’impressionnant serait complétement faux, il serra par réflexe son arme dans ses mains, comme pour se rassurer. La bruit était incroyable et quand la langue de matière explosa en avant avant de se résorber, il eut les yeux ronds comme des soucoupes.

-Va Bè!

Plus ou moins un "wow" mais version Corse. Il se moquait bien de passer pour un bleu, cette merde était impressionnante. Il décida de passer devant, c'était après tout à lui d'ouvrir la marche. L'horizon des évènements l'absorba et tout fut très confus l'espace d'une fraction de seconde, l'instant d'après il était projeté dans un canyon, son premier passage annonçait la couleur des suivants, un grand froid l'avait pris avant que la chaleur de la planète ne le frappe comme une massue. Heureusement qu'il était habitué aux conditions extrêmes et à part une légère nausée, il s'en sortait pas trop mal. Il sécurisa les environs, pas de signe de vie en vue. Le gratte papier sortit à son tour, lui ne sembla pas affecté le moins du monde, ça ne devait pas être son premier passage, au moins n'avait-il pas affaire à un planqué.

-La zone est dégagée monsieur.

Il attendait les ordres.

_________________
Rouge sang 1557311864-2019-orsu-machetti-signature-1
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 9 Mai - 17:22
Alexander Hoffman
√ Arrivée le : 08/07/2016
√ Messages : 1666

Dossier Top Secret
√ Age: 37 ans
√ Nationalité: Royaume-Uni Royaume-Uni
√ Gêne: Inoculation
Voir le profil de l'utilisateur
Rouge sang
Orsu Monciatti & Alexander Hoffman
Chronologie : 09 MAI 2019


Le militaire assigné à son escorte, ne tarda pas, chargé comme il se doit pour une mission, où il serait le seul gardant de leur survie en cas de pépin. Même s'ils avaient le joker jumper et escouade de tir dans le canyon. Enfin bon, la porte se trouvait à l'entrée de cet édifice naturel impressionnant, cependant, le campement des bédouins aux écailles était à l'une des sorties et donc vers les grandes plaines de sables carmin. Alexander, supposait qu'ils profitaient de la fraîcheur de la barrière rocheuse en journée et de la chaleur du sable la nuit. Il supposait aussi qu'il devait avoir de l'eau pas trop loin. Enfin ils verront bien, il n'était pas mentionné que les Astrid's avaient besoin de beaucoup d'eau pour survivre ou la consommation de leurs bêtes de sommes.

Le dénommé Orsus portait un chapeau militaire typique de son ancien régime, une tarte, il lui semble bien. Une petite touche d'appartenance, comme l'ont certains bérets verts au début ou même casques bleus et qui au fil des mois et des années, laisse dans leurs vestiaires. Puisqu'ils se sentent Atlantes et plus ralliés à un autre corps d'armée. Un sacré enjeu, pour la cité de créer cet esprit de famille et surtout de faire partie d'un autre monde, sans oublier pour autant la terre, mais sans y être attachée pour autant. En tout cas, Alexander comme à son habitude observa l'homme bien plus jeune que lui et au visage d'une neutralité impressionnante. Il semblait contenir que peu d'émotion mais gardait un air poli. Sa droiture semblait montrée que le soldat était apte à donner le meilleur de ce qu'on lui avait appris. Pas de posture un peu molle, signe de fatigue ou même d'entrain relatif, pas de posture fluide voir arrogante, signe d'un soldat qui obtempère mais qui fait quand même ce que lui dicte son instinct/envie, non une posture droite et conventionnelle au plus parfait de la bonne armée. Il en avait eu des histoires avec des premières classes « spéciaux » sur cette cité et constater un peu de réglementaire faisait du bien, il devait bien le reconnaître. Et autre petit détail marquant, ce soldat, se mettait en face de son interlocuteur, pour ne pas le surprendre et se présenter dans sa ligne de vision. Il en avait des choses à déduire de ce comportement, mais à cet instant, il n'avait pas suffisamment d‘élément pour conclure une hypothèse plus qu'une autre. L’anglais, lui rendit un salut « civil », un hochement de tête et un rictus appréciable.

« Bonjour soldat. Vous pouvez disposer » cela lui faisait toujours un drôle d’effet de dire ça. Mais, il avait fini par s’y habituer. Il n’avait pas besoin de se présenter, l’homme avait reçut son ordre de mission avec le VIP à escorter, il savait en conséquence, son patronyme et sa fonction o combien importante. Alexander se demandait si le jeune homme avait une certaine pression d’avoir entre ses mains, la survie de l’un des trois dirigeants de la cité. Un peu de pression, savamment dosée, donne que de bon résultat, trop de stresse entraîne des erreurs fatales dans cet univers. Et de ce qu’il voyait, l’anglais concluait qu’Orsu semblait confiant.

« Bien, concernant les éléments à savoir en plus du rapport, nous nous rendons vers le campement à la sortie Nord du canyon, cet élément figure sur la carte numérique qu'un technicien fini de programmer. Normalement ce peuple est pacifique, ils ne nous ont jamais attaqué ou même montré une quelconque animosité, au contraire certain Astrid's sembles curieux et ont passés de nombreuses heures à observer les atlantes présents. Mais, je vous demande d'être quand même sur votre garde, nous ne connaissons pas grand-chose, si ce n'est rien d'eux ». Il fit une courte pause, son fort accent anglais, était parfaitement audible surtout celui des londoniens. Mais contrairement aux Américains, qui débites un flot de parole incroyable, l'anglais était calme et articulait très bien.« En cas de problème ou d’une rencontre avec des requins des sables, nous avons un jumper et un groupe de militaire dans les hauteurs du canyon pour nous épauler. »
Un technicien apporta deux cartes numériques sur des petits écrans comme des GPS mais version smartphone. Alexander la rangea dans son gilet.

Il continua sur quelques données climatiques et puis attendit de savoir si le soldat avait de quelconques questions, sur lui, sur la mission ou bien sûr autre chose. L'homme n'était pas causant. Pourtant, il pourrait avec son fort accent qui allait ravir plusieurs femmes qui trouvaient que cet accent était le plus sexy du monde… même si dans la tonalité il avait autre chose. Ce petit quelque chose, Alexander le découvrit via l'exclamation du soldat face à la porte qui « crache » la colonne blanche. Il ne connaissait pas cette langue, surement un patois, la France en était bien pourvue. En tout cas, il y a bien une chose qu'il ne se lassait pas, c'est de voir la tête des petits nouveaux, quand il devait traverser la porte pour la première fois. Il y a toujours cette étincelle d'émerveillement en chacun d'eux. Et ça qu’importe leur personnalité.

L'anglais traversa à la suite du soldat, comme à chaque fois, attendant quelques secondes avant de mettre la première rangers dans la nappe violette. Voilà longtemps, qu'il ne ressentait plus la sensation de froid ou d'autres éléments désagréables de la traversée. Comme une lettre à la poste. Il jeta un regard à son escorte, qui semblait ne rien montrée. Tant mieux.

« Parfait, nous pouvons avancer » affirma l'anglais, qui attendit que le soldat choisît sa position, si c'est devant, la même hauteur que lui ou derrière. Mais si dans le cas, où il choisirait de se mettre dans son dos, l'anglais l'inviterait à se mettre à sa hauteur. Sans surprise, il faisait beau… très beau même. Les couleurs cramoisies étaient stupéfiantes et bien plus impressionnantes en vrai qu'en photos. Tout était fait de nuance de rouge, sable, roches ou même végétation. Cette planète portait bien son nom. Ils étaient dans le canyon, une cuvette de sable autour d'eux avec un puits de soleil au-dessus… en quelques minutes, ils furent à couvert des roches étonnantes, où il faisait bien plus frais. Le sol était toujours sableux, plus ou moins profond par endroit. De nombreuses plantes avaient élues domicile et surtout elles étaient en fleurs. Cette saison était l'équivalent du printemps après tout. Ils quittèrent l'espace de la porte, pour faire face à deux couloirs, l'un donnait sur le désert et l'autre dans la suite du labyrinthe dantesque des roches. Il fallait suivre celui-ci pour gagner l'entrée nord où se trouvait le campement. Selon les estimatifs, ils en auraient pour une vingtaine de minutes.

« "Va Bè" est du patois ? » demanda l’anglais autant pour faire la conversation que pour s’intéresser à cet homme nouveau venu.



:copyright: 2981 12289 0

_________________
    Alexander Hoffman
    Double comptes : Isia Taylor-Laurence & John Sheppard & Naalem Lays & Elana Ravix //écriture : firebrick
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 9 Mai - 23:43
Orsu Marchetti
√ Arrivée le : 28/04/2019
√ Messages : 43
√ Localisation : A l'extérieur


Dossier Top Secret
√ Age: 26 ans
√ Nationalité: France France
√ Gêne: Non
Voir le profil de l'utilisateur
Orsu pensait s'en sortir en jouant la carte du mutisme, il avait plutôt bien mené sa barque jusque-là. Aucune question après son petit speech, il était suffisamment exhaustif à son goût. Les requins seraient le réel danger primaire, ils devraient faire attention à ce qu'ils faisaient. Il regrettait de ne pas avoir pris de raquettes ou équivalent, ça aurait put atténuer l'impact de leurs pas en répartissant la masse. Pas le temps de reculer pour si peu, tout irait bien, ils ne quittaient pas les canyons et ces saloperies préféraient le sable. Savoir des renforts présents était bien évidement un soulagement, il n'aurait sans doute qu'à protéger le VIP quelques minutes avant évacuation. Il avait déjà fait une mission ou deux de ce genre, pas en solo ceci dit. Protection d'un général en négociation avec des rebelles et escorte d'une mission humanitaire dans un village réputé sensible. Les deux fois il avait eut la chance de garder ses balles dans leur chargeur, il espérait que ce serait de nouveau le cas. Il n'avait pas tué beaucoup d'adversaires durant sa carrière et il était heureux de garder ce nombre aussi bas que possible, nouvelle galaxie ou pas. Et puis bon, tirer sur les locaux ne serait pas bon pour l'image de marque des, il avait du mal avec le terme, les atlantes. Pourquoi pas terriens?

Et il serait dommage de ne pas pouvoir venir à nouveau ici. Cette planète était magnifique, un joyaux rouge dans la galaxie. Lui qui voulait de la nouveauté, il était servi, le mélange sable, roche et fleurs était unique en son genre. Le côté monochromatique de la chose n'enlevait rien et par sa tarte le décor à l'arrivée. Il évita de paraître en admiration totale, se contentant d'écarquiller les yeux derrière ses lunettes de soleil. Il ne perdait pas la mission des yeux, ouvrant la voie en gardant les mains sur son arme d'assaut, il voulait être prêt à réagir, avançant avec l'arme contre le corps en surveillant les alentours. Il se retournait de temps à autre pour surveiller leurs arrières, mieux valait se montrer prudent, qui savait si d'autres saletés non répertoriées ne se planquaient pas dans les environs. Au passage, il en profitait pour reluquer en se retenant de baver les environs. Le point d'arrivée était déjà une merveille en soit, la fontaine de lumière valait le passage de la porte à lui seul. Mais les canyons recelaient de nombreux mystères, des formations naturelle en nulle autre semblable à celles sur terre. Orsu en aurait versé une larme de joie si il n'était pas en mission.

Le première classe jetait de temps en temps un œil à la carte, il appréciait ce morceau de technologie mais il se fierait bien plus à son croquis pour être honnête, ça restait efficace pour se remémorer la topographie des lieux. Il fallait mémoriser ce genre de chose. La voix d'Alexander le tira de sa concentration, il était surpris, qu'est-ce qu'un des trois big boss pouvait bien lui vouloir? Il le questionna sur son expression devant l'ouverture de la porte. Orsu se sentit un peu mal, lui qui pensait que son plan était infaillible, le VIP était curieux, où pas forcément ravi de ce qui pouvait être un écart. le première classe se gratta l'arrière du crâne en se retournant pour faire face à Alexander, quitte à lui parler, autant le faire de face.

-Heu... C'est à dire... Du corse Monsieur. Ça... Ça peut ressortir parfois.

Ça ressemblait presque à des excuses, il n'était pas sûr de la position à adopter vis à vis de cette remarque. Il tenta un diversion un peu maladroite.

-Et ces lézards, on sait comment ils échappent aux requins Monsieur?

Une fois sa réponse donnée, il opina du chef en faisant une moue de compréhension. Se concentrant à nouveau vers le chemin devant eux, pour tenter d'échapper à l'attention de l'administratif, il ne voulait pas faire mauvaise impression en se déconcentrant, il avait une sacré responsabilité, il avait une démarche un peu raide, ses épaules étaient tendues, il ne voulait vraiment pas foirer sa première sortie. Se priver de ça le torturerait bien trop, il était sous le charme de l'endroit. Il jetait de nombreux coups d’œils aux alentours, vigilant presque au delà de la raison, il semblait presque vouloir trop bien faire. Un petit cirque, qui ne semblait pas perdre d'ampleur à mesure que les minutes passaient. Orsu cherchaient en même temps des traces de passage, si les reptiles utilisaient les canyons, mieux valait le savoir, ça pouvait aider à trouver des chemins "sûrs". Marcher dans les pas des locaux, adopter leurs méthodes sur leur terrain, c'était souvent la meilleur idée à avoir. Le première classe s'arrêtait parfois, laissant Alexander se rapprocher un peu pendant qu'il admirait quelques secondes une cascade de fleurs rouges, ou plutôt "bleu-cerise" comme on le disait chez les chasseurs alpins, le terme de rouge étant traditionnellement attitré aux lèvres de la femme aimée.

Il y avait un nombre surprenant d'embranchements à ces canyons, un réseau complexe, cette planète avait-elle été jadis plus "gorgée" d'eau? Une question pour un scientifique, mais Orsu était curieux de savoir si cette question avait une réponse. Il n'avait jamais été un scientifique, mais il respectait leur travail. Après tout, la compréhension du passé permettait de mieux préparer le futur. Ils avançaient à un bon rythme, Alexander était dans une forme physique exemplaire, il devait faire beaucoup d'exercice, pas mal pour un bureaucrate. En même temps, le personnel semblait bien entretenu de manière générale, la discipline était vraiment bonne pour une mission aussi éloignée de la Terre. Le soldat sentait une certaine curiosité à cet égard, il s'éclaircit légèrement la voix, prévenant son supérieur de son intervention. Il n'aimait pas taper la causette et risquer de sembler déconcentré, mais il avait une question qui le brûlait.

-On dépends beaucoup des aliens Monsieur?

En tant que survivaliste, trop compter sur les autres n'était pas dans ses habitudes. Il voulait savoir leur degré de dépendance au monde extérieur, comme ça. Il avait entendu parler des Athosiens, ils aveint même un bar dans la cité et apparemment ils pratiquaient un peu l'agriculture. Le colonel Sheppard en avait même une en bras droit, non pas qu'il soit contre l'aide des locaux, mais il s'en méfiait comme de la peste, les intérêts des uns et des autres pouvaient diverger. Il enchaîna pour justifier sa question.

-C'est qu'on est loin de chez nous Monsieur.

Pas sûr que ce "chez nous" soit le même pour les deux.

_________________
Rouge sang 1557311864-2019-orsu-machetti-signature-1
Revenir en haut Aller en bas
Ven 10 Mai - 13:37
Alexander Hoffman
√ Arrivée le : 08/07/2016
√ Messages : 1666

Dossier Top Secret
√ Age: 37 ans
√ Nationalité: Royaume-Uni Royaume-Uni
√ Gêne: Inoculation
Voir le profil de l'utilisateur
Rouge sang
Orsu Monciatti & Alexander Hoffman
Chronologie : 09 MAI 2019


L'anglais s'arrêta net quand le soldat se mit en face de lui, cela était un peu surprenant sur le coup. Du corse ? cela fit sourire un peu l'administratif, il avait beaucoup voyagé et surtout dans le pays voisin, il avait une sacrée réputation selon les « les peuples » si on peu dire cela ainsi. Entre les bretons, les chtis et les corses et il devait en oublier encore beaucoup d'autres. En tout cas, le soldat semblait gêné et ses mots étaient pareils à une excuse. De quoi s'excusait t'il ? d'avoir des origines dont il était surement fier ? c'est comme si lui, s'excusait à chaque fois qu'il s'exclamait avec une expression typiquement anglaise.

« Vous n'avez pas à être gêné soldat. » répondit en premier lieu Alexander avant de répondre à la question du jeune homme. Celui-ci voulait changer de sujet, alors il alla sur ce terrain, ne voulant pas mettre plus mal à l'aise Orsu.

« Non, nous supposons qu'ils restent immobiles pour éviter que les requins des sables ne les repères. Ou en marchant sur des zones rocailleuses. Après, ils doivent surement connaitre leurs lieux de passage ou territoire ». Il n'en savait pas plus, ses mégas prédateurs ne sont pas non plus très présents, ils parcourent les grandes plaines de sables, mais en croiser n'est pas toujours une habitude. Enfin selon, l'un des sergents, mais celui-ci restait avant tout sur les hauteurs du canyon.

«Évitez de les appeler lézards, c'est un peuple intelligent, c'est comme si on nous nommait "les primates". » précisa d'un manière bienveillante Alexander. Il était toujours difficile pour la plupart de ne pas réduire un peuple aux apparences animal, par un mot justement « bestial ». C'est le cas avec les Tairis, que beaucoup nomme les "fauves ou les gros chats ". Mais au contraire des Astrid's les Tairis sont des alliés précieux et eux : ils ont horreur d'être nommé comme des animaux. D'ailleurs, une tigresse avait très bien rembarré un soldat en lui disant " si tu me nommes comme un animal, moi je te considère comme une proie. ". Mais à croire que cette étroitesse d'esprit était très humaine, peut-être trop habitué à rencontrer des peuples humains et non hybrides ou trop différents d'eux.

En tout cas, la marche dans cet endroit impressionnant et dantesque était assez plaisante, il était bien difficile de ne pas s'égarer dans la contemplation. Cela étant, le couloir du canyon s'élargissait sur plusieurs mètres et bientôt kilomètres, au point qu'on pouvait se sentir affreusement petit. Et surtout, il fallait longer la paroi rocheuse, pour éviter d'être en pleins soleil. Comment ses myriades de fleurs faisaient pour ne pas cramer avec les chaleurs ? Une adaptation tout aussi admirable à un milieu difficile… en tout cas le tapis de fleur sur le sol valait le coup d'œil et l'anglais prenaient quelques photos de temps à autres avec sa tablette pour la base de données et aussi pour lui. Le sol, certes parsemé fleur, était de temps à autres sableux ou rocheux, facilitant l'évolution vers leur but.

L'éclaircissement de gorges d'Orsu, fit relever la tête de l'anglais, se mettant en écoute attentive.
« Hum. Oui et non. Les Athosiens sont notre grenier, grâce à eux nous sommes bien moins dépends du commerce de nourriture avec d'autres peuples. Cependant, les Athosiens dépend de nous, comme ils vivent « chez nous ». Nous sommes une expédition scientifique avant tout, nous n'avons pas exporté d'agriculteurs ou d'élevage d'animaux. Nous serons toujours dépendants sur les ressources vitales de quelqu'un d‘autres. Après nous avons un ravitaillement du Dédale, mais bon autant profiter des produits frais »

Il le regarda pour voir si cela répondait à sa question et surement à toutes les autres questions qui devaient graviter dans sa tête.

« Cela vous inquiète soldat ? » il lui laissa temps de répondre, avant que son regard soit attiré par une masse sombre devant eux… il lui montra…sans aucun doute un immense requin des sables couché sur le flan… mais parfaitement immobile, un relent d’odeur marquant son état. En se rapprochant prudemment, on pouvait voir que son ventre, la partie la moins carapacé de l'animal, avait été arrachée par une mâchoire puissante. Brr Alexander n’aimerait pas rencontrer son meurtrier. L'animal était mort et devaient ravir beaucoup de créatures… d'ailleurs, au-dessus de lui, des sortes de lézards- gerbilles avec une immense queue foutaient l'air, tout en piaillant. Il en avait une quinzaine, sautillants comme des moineaux autour, dessus et dans la carcasse. Ils étaient rouges et autour de leurs petites gueules, la couleur carmin était plus foncée, puisqu'ils ripaillaient joyeusement des tripes du requin.

«Je ne pensais pas en voir un de si près… En tout cas, il a surement dû se faire éliminer par l'un de ses copains… »

Surtout que le cadavre était sûr de la roche, tout comme eux… comment le cadavre avait échoué ici ? Machinalement, l'anglais parcouru les environs, il n'avait aucun mouvement si ce n'est qu'un faible vent de temps à autres.

Il ne fallut pas longtemps aux deux hommes, pour découvrir une autre créature qui se servait dans le requin… un humanoïde en capuchonné dans un vêtement carmin, qui prélevait avec une grande délicatesse les immenses écailles capitonnées du requin. Sans aucun doute un Astrid. Celui-ci releva la tête vers les deux hommes, restant immobile, mais il est certain qu'il observait les deux atlantes avec une grande attention. Sa cape, qui lui couvraient le visage et le reste du corps n'avait aucun motif, juste du rouge … et ses mains étaient reptiliennes avec d'immense et longues griffes noires. De ce qu'avait lu Alexander, la tribu qu'ils allaient visiter avait tous un symbole sur leur vêtement. Il supposait qu'il devait avoir plusieurs campements dans la région et chacun avait une appartenance propre. Celui-ci n'avait rien et un œil observateur pouvait voir qu'une longue queue ornée de bijoux pointues, sortait de cette longue cape. Les écailles étaient toutes aussi rouges et la créature dépassant les 1m85.

Visuel de la queue:
 


:copyright: 2981 12289 0

_________________
    Alexander Hoffman
    Double comptes : Isia Taylor-Laurence & John Sheppard & Naalem Lays & Elana Ravix //écriture : firebrick
Revenir en haut Aller en bas
Ven 10 Mai - 21:18
Orsu Marchetti
√ Arrivée le : 28/04/2019
√ Messages : 43
√ Localisation : A l'extérieur


Dossier Top Secret
√ Age: 26 ans
√ Nationalité: France France
√ Gêne: Non
Voir le profil de l'utilisateur
Les informations sur les requins étaient précieuses, mieux valait garder ça dans un coin de la tête. La docu était pas super détaillée, peu de monde avait tenté d'explorer les environs et les soldats n'avaient pas vus beaucoup de ces prédateurs en action. Beaucoup de théorie, il n'avait pas envie de mettre la pratique à l’œuvre sans harnais de sécurité. Il n'aimait pas ce manque d'information sur la plus grosse menace du coin répertoriée, mais bon, il ne devrait pas en croiser. Le militaire fut un peu étonné de ce que lui expliqua le bureaucrate sur les appellations, il était vrai que le terme pouvait sembler raciste, le terme de race s'appliquant en plus pleinement dans le cas présent. A vrai dire il n'y avait pas vraiment pensé, mais le bureaucrate marquait un point, il essaierait d'y penser la prochaine fois. Alexander semblait assez bienveillant à son égard, mais il n'allait pas se ramollir pour autant, il ne voulait pas passer pour un feignant devant un co-directeur. Et puis bon, il restait assez maladroit avec les mots, autant garder cette discussion au minimum pour pas griller des points de bon soldat. Le première classe tenait à son image de diligence et de sérieux sur le terrain.

Quand il lui demanda pour les aliens, un peu plus tard, la réponse du bureaucrate lui tira une petite grimace. Certes les produits frais étaient une denrée nécessaire, mais cela valait-il le coup de prendre le risque d'abriter un peuple aux règles bien différentes des terriens en leur sein. Il avait entendu parler d'un sordide affaire de viol et de harcèlement au détour d'un couloir, ça donnait le ton de ce qui pouvait arriver quand les choses dégénéraient. Non pas que ce genre de trucs n'existent pas sur terre, les faits-divers étalaient suffisamment d’événements monstrueux à la maison pour ne pas en douter, mais cela restait un risque supplémentaire pour la cité. Même si les aliens travaillaient en bonne intelligence, il restait à savoir combien de temps la situation tiendrait, ce qu'il faudrait faire pour que cela continue. Après tout, les terriens devraient traiter avec égards leurs alliés, mais tous n'auraient pas le même sens de ce mot. Quand il lui demanda si cela lui posait problème, Orsu ne savait pas vraiment quoi dire, dans un sens oui ils avaient beau être une expédition scientifique, ils n'étaient pas exempts de concepts comme la sécurité, mais après tout, ils avaient un peu provoqué le chaos en arrivant avec leurs grosses rangers.

-J'ai aucune raison de croire qu'ils sont moins enclins au mal que nous Monsieur.

Il fallait dire que la possibilité d'entrer dans une baston avec les locaux était une perspective qu'il voulait ne pas envisager, Leur niveau technologique était supposément faible certes, mais il ne souhaitait pas se prendre une lance dans la gorge. Une perspective qui semblait vouloir se concrétiser. L'administratif remarqua une carcasse au loin qu'il lui indiqua, il l'aurait presque prise pour un rocher. Un des gigantesques prédateurs des sables gisait sur son côté, la bouche ouverte, l'intérieur de son corps disputé pas la faune locale au niveau de son ventre ouvert comme un œuf à la coque sanglant. Qu'est-ce ce qui avait bien put faire ça à un tel mastodonte? Orsu commença à scruter les environs, des créatures de petite taille à l'allure étrange se gavaient allégrement, ils n'étaient là que pour bouffer les restes. L'odeur ne donnait pas envie d'y goûter en tout cas. Le première classe ne vit d'abord pas grand chose, essayant de discerner si les petits charognards étaient une menace directe, mais ils ne semblaient pas être des prédateurs. Ils ne cherchaient qu'à se repaître du cadavre visiblement, mais il gardait le doigt prêt de la gâchette, on ne savait jamais si leur appétit se dirigeait vers les explorateurs. Le spectacle de la nature à l’œuvre dans son cycle éternel de prédateurs, proies et charognards était étrange avec des animaux aussi inhabituels. A mesure qu'ils se rapprochaient, tout devenait plus clair autour du requin et notamment une forme humanoïde de bonne taille. Pas d'autre copains, il était visiblement seul, le militaire surveillait malgré tout les environs, ils n'étaient pas sur leur terrain, ils ne maîtrisaient pas entièrement la topographie? La théorie de Mr Hoffman semblait séduisante, mais qui disait que les lézards ne faisaient pas un peu d'extermination de leur côté? Restait à savoir si ça allait inclure les deux primates foulant leurs canyons. Le première classe restait devant Alexander, l'arme baissée mais verrouillée à l'épaule pour tirer au premier signe d'hostilité. Le reptile se contenta de les observer sans faire un bruit, ils l'avait interrompu dans sa collecte visiblement. Il imaginait bien que n'importe quel morceau de ce genre de saleté devait valoir son pesant d'or, ou peu importe la monnaie en cours dans le coin. Son habit rouge se fondait assez bien dans environnement. Orsu ne fit pas de geste brusque, il nota l'espèce de bijoux ornant l'appendice caudal de l'Astrid, voilà qui pouvait faire de beaux dégâts. Il adopta une posture défensive, faisant bouclier de son corps entre le VIP et la créature. Aucune autre à l'horizon, restait à savoir si il pourrait l'abattre au cas ou il soit hostile. Il scrutait les hauteurs, mais aucun mouvement, ils pouvaient être camouflés ceci dit, tout était rouge ici.

-Aucun autre Astrid en visuel monsieur.

Il lui signe qu'il le couvrait. Le laissant engager le contact avec l'humanoïde reptilien. Ce dernier était impressionnant, gigantesque comparé à la plupart de ses "cousins" terrestres, impossible d'estimer ce qu'il pouvait faire, mais vu les possibilités développées par les autres, nul doute qu'ils devaient être redoutables, une chance qu'ils soient pacifiques envers eux... enfin, tout ceux rencontrés jusqu'à maintenant. Ce qui torturait Orsu était de savoir si le bout de métal sur la queue était une arme ou pas, selon le contrôle qu'ils avaient de ce qui pouvait sans doute compter comme un membre supplémentaire. Les possibilités étaient nombreuses, en tout cas pas de sang dessus, il ne s'en était pas servi récemment sans le nettoyer. Ça pouvait leur servir de "leurre" pour les requins peut-être? ils tapaient pour les faire sortir? Soit ça soit ils avaient adopté un style plus charognard. Alexander semblait maîtriser le dialogue, mais pas sûr que les infos soient bonnes. Lui continuait d'observer les environs pour tenter d'en voir d'autre. Il en profiter pour se rincer l’œil, les lieux étaient magnifiques si on oubliait l'odeur de la carcasse, cette planète désertique était moins morte qu'elle n'en avait l'air. Une fois l'administratif ayant récupéré ce qui l'intéressait.

-Quelque chose d'intéressant Monsieur?

_________________
Rouge sang 1557311864-2019-orsu-machetti-signature-1
Revenir en haut Aller en bas
Dim 19 Mai - 12:28
Alexander Hoffman
√ Arrivée le : 08/07/2016
√ Messages : 1666

Dossier Top Secret
√ Age: 37 ans
√ Nationalité: Royaume-Uni Royaume-Uni
√ Gêne: Inoculation
Voir le profil de l'utilisateur
Rouge sang
Orsu Monciatti & Alexander Hoffman
Chronologie : 09 MAI 2019


La grimace d'Orsus, n'échappa aux yeux d'aigle du RDA.
« En effet » conclut Alexander qui se demanda d'où venait bien cette sur-méfiance envers la galaxie. Certes, il fallait toujours avoir un recul sur chaque peuple … mais il ne fallait pas que cette méfiance soit aussi dans la cité avec les alliés sur comme les Athosiens, Tairis et Natus. Sans parler des rescapés qui habitaient maintenant avec les Atlantes. Mais n'en sachant pas encore plus Alexander n'émit pas plus de commentaires et de toute manière devant eux, il avait une curiosité de la nature… curiosité odorante et sujet à un véritable festin pour certaines créatures.

À la vue de ce qui devait être un Astrid, Orsu fit son rôle de protecteur et Alexander recula de deux pas, pour lui laisser la place de sa manœuvre, qui ne semblait pas donner de grande réaction de la part de la créature en face. Toujours en observation, la main griffue avait migré vers le bas de sa cape, pour déposer une écaille dans quelques choses ou bien pour se tenir prêt en cas d'agression. Mais, l'Astrid, finit par lever les mains paumes vers Orsus, pour montrer qu'il était pacifique. Ses mains étaient couvertes de sorte de gants en métal travaillés semblable à des bijoux reliés à des chainettes argentées. Cela semblait être un véritable travail d'orfèvrerie.

Alexander décida d'entrée en contact avec l'Astrid, qui se découvrit quand il approcha. Alexander cacha sa surprise en voyant que ce lézard n'avait rien en commun avec les visuels qu'on lui avait fournis avant. Celui-ci semblait être une femelle au vu de ses formes et de son aspect. Il ne savait pas trop pourquoi, mais il en était convaincu à ce moment précis. Et il se rappela que dans les rapports, ils n'avaient que des photos des Astrid encapuchonnés ou bien des « mâles », plus petits. Les grands yeux verts de la créature étaient figés sur l'anglais, il trouvait ça particulièrement intimidant au vu de ce regard perçant et scrutateur. Mais une nouvelle fois, il ne laissa rien paraître.

« Nous sommes des Atlantes, nous nous rendons à votre village. Qu'est-il arrivé à ce requin ? » Un rictus amusé se dessina sur les lèvres de la créature.
« Vie au bout du ssssshemin » les sons issus du « c et du s » étaient traînant comme les « sssst » des serpents. En tout cas la créature était simplement morte de vieillesse et elle servait de nourriture a tout le monde. « Campssss des rosssssshesssss, plussss là. ». Dit-elle avant de se détourner vers le cadavre. Cette information déplu à Alexander, ils n'avaient plus la bonne information.
« Où est-il alors ? »
« Prèssss de l'eau, sssssuivre rivière » puis, elle remit sa capuche, avant de se tourner vers la paroi et sauter sur celle-ci pour l'escalader avec la force de ses griffes et des appendices de ses pattes arrière semblable à des griffes de raptor mais en métal. Elle disparue très vite dans les aspérités de la roche et couvertes de crevasses. L'anglais la suivie du regard avant qu'elle de disparaisse une petite moue sur le visage. En effet, un peuple peu enclin aux bavardages. Cela allait être un grand moment avec le chef qui avait enfin un patronyme. Il se tourna vers Orsu.

« Le camp n'est plus là. Il est vers la rivière du canyon. » Cela le contrariait un peu plus, ils devaient donc s'éloigner et trouver cette rivière.


Visuel de la créature:
 


:copyright: 2981 12289 0

_________________
    Alexander Hoffman
    Double comptes : Isia Taylor-Laurence & John Sheppard & Naalem Lays & Elana Ravix //écriture : firebrick
Revenir en haut Aller en bas
Dim 19 Mai - 13:19
Orsu Marchetti
√ Arrivée le : 28/04/2019
√ Messages : 43
√ Localisation : A l'extérieur


Dossier Top Secret
√ Age: 26 ans
√ Nationalité: France France
√ Gêne: Non
Voir le profil de l'utilisateur
La voix sifflante de la créature était sûr de lui donner des cauchemars, il ignorait au maximum l'échange, trouvant presque un certain réconfort dans son travail d'observateur. En tout cas ces lézards aimaient la déco corporelle. Pourquoi porter autant de métal quand les températures pouvaient devenir dangereusement élevées et le soleil frapper avec violence? Impossible à dire, mais ils avaient beaucoup de courage de se vêtir ainsi, la cape était un classique du désert, tel les bédouins du Sahara, les pièces d'armure métallique un peu moins. Mais visiblement ils apprenaient à se battre. Rivalités de clan? Autre race intelligente pas encore répertoriée? Ils en savaient au final assez peu, mais le fait qu'un contact existe était déjà un point incroyablement positif. La créature ne ressemblait en rien aux congénères pris en photo, une sous espèce? Un autre sexe? Orsu n'avait clairement pas les éléments pour le déterminer, mais la créatures les dépassait tout deux en taille. Le militaire n'aimait pas que son VIP se mette en danger, mais il ne serait sans doute pas là si il ne savait pas faire preuve de deux neurones de jugeote, il n'était pas un simple soldat comme son chaperon, ce qui voulait dire quelque chose quoi qu'on en dise. une fois l'officiel terminé de faire la causette, il lui apporta une nouvelle des plus déplaisante. Le point de rencontre avait changé, foutus reptiles! Orsu fit un moue gêné, il espérait que ça ne signifiait pas la fin de la mission car ils venaient à peine d'arriver et pour l'instant le panorama était des plus appréciables, mais Alexander ne semblait pas vouloir abandonner, ce qui attira le respect du militaire, vraiment pas un simple gratte papier donc. Le première classe sortit son plan griffonné à partir des rares relevés de la région et le mit à côté de l'autre mis à sa disposition. La rivière serait à une petite trotte. La créature avait disparu avec célérité, grimpant avec aise la paroi rocheuse pendant qu'Orsu la suivait du regard, s'assurant qu'elle ne tenterait pas de rester dans le coin pour fureter

-Si vous permettez monsieur.

Il commença à griffonner sur sa carte dans un silence absolu sans vraiment attendre de réponse, totalement imperméable au monde extérieur l'espace de quelques instants. Il marmonnait à voix basse, un mélange de français et de corse assez incompréhensible même pour quelqu'un qui aurait parlé les deux. Le petit manège dura une bonne minute, Orsu pensait avoir une bonne solution pour tenter de rattraper le retard. Il tendit son papier à Alexander pour lui montrer son résultat. Il n'y avait qu'une rivière à proximité, et sans précision de l'Astrid, ils allaient devoir croire que c'était celle-là, le chemin original aurait dut passer par des canyons sinueux, les forçant à devoir imiter le lézard si ils voulaient gagner du temps, mais Orsu ne voulait pas se taper la grimpette de chaque canyon avec un VIP sur le dos, aussi il montra à Alexander un probable tunnel non répertorié noté sur sa fiche, il fallait dire que personne ne s'intéressait à cette planète désertique et sa découverte tenait surtout au fait qu'il ais été le premier à consulter ces archives photos, mais il savait que ses notes pourraient se révéler utiles. Le tunnel pourrait leur faire gagner un temps non négligeable si comme Orsu le pensait il formait bien une ligne droite comme semblaient l'indiquer les points d'entrée et de sortie qu'il avait, au pire cela ne les déviait même pas de la route originale. Le première classe avait noté des chemins de fuite alternatif dans son esprit afin de ne pas se laisser surprendre par les locaux en cas d'échauffourée.

-On peut rejoindre cette rivière par là et la redescendre sur quelques kilomètres monsieur.

Le plan était bon dans l'esprit du première classe et il attendit le signal pour repartir, ses rangers étaient clairsemées du sable rouge de la planètes et quelques fleurs s'étaient logées dans sa semelle, il frappa ses deux chaussures ensemble pour les désencrasser avant de repartir. Se servant un peu d'eau, il n'avait pas spécialement soif, mais mieux valait s'hydrater de manière régulière vu la marche qui les attendait. L'éclaireur continuait de scruter les hauteurs de temps à autre, il n'aimait pas savoir que les lézards pouvaient se déplacer ainsi, cela rajoutait un danger bien plus omniprésent malgré leur pacifisme affiché. Une fois arrivés devant la grotte, le soldat scruta l'intérieur, entre l'obscurité bienvenue du canyon et l'absence de source de lumière, on y voyait pas grand chose. Orsu alluma la lampe torche sur la poignée de son arme et effectua un balayage de l'intérieur. Pas de traces de vie, mais on voyait pas très loin non plus, il s'avança un peu pour voir ce qu'il pouvait discerner. Les parois étaient dans le même rouge que la roche environnante, avec des veines de minerai de fer, ça expliquait les déco corporelles des Astrids, mais le trou ne semblait pas fait par une intelligence, pas une intelligence humaine en tout cas, ça restait assez naturel et l'érosion avait clairement fait son travail ici en creusant irrégulièrement les parois.Ils en auraient sans doute pour quelques minutes avant de découvrir si Orsu avait eut raison ou pas, mais il gagnaient sans doute une bonne demi-heure sur le trajet initial.

-Pas de danger en vue monsieur, mais on as pas l'autre bout du tunnel en visuel non plus. C'est vous le chef.

HRP:
 

_________________
Rouge sang 1557311864-2019-orsu-machetti-signature-1
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Atlantis Insurrection :: Galaxie de Pégase :: Planètes explorées-