Atlantis Insurrection
"Personne ne demande à devenir un Héros, sauf que parfois ça finit comme ça..."

Et si ce Héros, c'était toi ? Tu es l'un des meilleurs dans ton domaine (Biologiste, Chirurgien, Infirmier, Diplomate, Démineur, Maître chien...) et on te propose de participer à l'expédition la plus fabuleuse mais aussi la plus dangereuse : l'expédition Atlantis.
Auras tu le cran de rejoindre Atlantis pour découvrir ses mystères et affronter les dangers de cette galaxie ?

Tu peux aussi incarner les personnages importants de la série (Ronon, Zalenka, Lorne, Teyla....) Bon niveau RP demandé.
On recherche de nombreux personnages inventés.
http://www.atlantisinsurrection.com/t387-personnages-vacants


Si tu te sens capable de franchir ce pas, tu es des nôtres ! Clique sur l'image ;-)
[MJ31] : Imprévisible  824245bouton512


RPG sur Stargate Atlantis
 

Mer 15 Mai - 18:19
Atlantis
√ Arrivée le : 01/08/2015
√ Messages : 660
Voir le profil de l'utilisateur
Tb mission

1/3
MJ31 : Imprévisible
Chronologie : Lundi 20 mai 2019 / fil rouge


POST 1 BRIEFING
salle de débriefing 14h00


Il y a toujours quelque chose qui se passe dans cette galaxie… Il faut dire qu'on peut s'ennuyer dans un monde, mais dans une foultitude de monde… c'est autre chose. Et l'ennui ne touchait que rarement la belle cité flottante. Même si parfois, on aimerait goûter un peu de ce désœuvrement qui vous paraît ce qui a de plus beau et de plus rare maintenant !

Parfois John se disait qu'un peu de routine ne serait pas plus mal, ou des nouvelles un peu moins terribles que l'attaque sanglante d'une équipe sur une planète censé être « tranquille ». Comme quoi, on ne peut pas toujours se fier aux bonnes têtes de sympathiques paysans sans histoires et aux joues bien roses des gamins nourris à la pomme de terre et aux petits cochons roses.
Mais le plus inquiétant, n'était pas cette surprenante attaque en pleine nuit, mais plutôt la demande de Blane Ridding, le contact local affecté à l'enquête, demande une équipe en plus de renfort. La situation semblait donc plus préoccupante. Et en effet, outre la découverte du corps des quatre membres de l'expédition (trois militaires et un ingénieur en technologie lantienne), le leader de l'équipe, le docteur Zelanka, était porté disparu.

Blane, qui peinait à joindre les deux bouts, venait de lui demander une équipe avec des spécialités particulière. Ainsi, John dû mettre en place rapidement une team pour retrouver Zelanka, en espérant qu'il ne soit pas mort dans un coin de forêt ou dans une cave.
Ainsi ces quatre membres furent convoqués en urgence au débriefing se déroulant à 14h00. Ils avaient eu une trentaine de minutes pour prendre connaissance de l'invitation sans plus d'explication. John les attendait dans la salle pile à l'heure. Pas le temps pour le café ni de croissant vu l'urgence, juste une bonne chaise et un colonel impatient de les envoyer sur le terrain, pour dénouer un peu ce tas de nœud.

« Bonjour à tous. Je ne vais pas y aller par quatre chemin. L’équipe de Zelanka parti à l’extérieur pour des recherches a tardé à faire son rapport. Les renforts que nous leur avons envoyé ont trouvé leurs cadavres encore frais... » Oui John rentrait clairement dans le vif du sujet.

« Pour ceux qui l’ignore, Radek Zelanka est le second scientifique en chef de cette cité. Il est toujours porté disparu. A l’heure où je vous parle, la police militaire, menée par le lieutenant Blane Ridding, enquête sur le secteur. Je vous envoie lui prêter main forte. »
Le colonel leur distribua un dossier qui comportait des informations sur le peuple, une petite carte des environs et un rapport préliminaire d’exploration.

« Je vous place sous son commandement. Sergent Hawkins, attendez vous à le seconder. Il a déjà six hommes et femmes bien armés pour sécuriser les lieux. Mais vu la tension qui règne là-bas avec les autochtones, il manque de bras. ».

Il alluma le rétroprojecteur avec les données sur la planète « Voici PX-628, une planète a priori sans histoire, comportant une ruine semi enterrée lantienne. » Une planète assez “classique” puisque les paysages n'étaient pas véritablement remarquables, surement très similaires pour ceux habitué aux grands espaces des forêts. Les Américains, pouvaient reconnaître sans peine le biome et le climat de l'État de Washington, l'ingratitude de la pluie avec le brouillard régulier. Le seul truc impressionnant était peut-être la hauteur vertigineuse des résineux du coin et quelques ruisseaux aux couleurs pourpres à cause d'une terre riche en fer. Les clichés défilaient doucement, pour s'attarder sur des restes de bâtiments aux styles très similaire à la cité, il restait une pièce encore couverte, qui continuait dans le sol souterrain de la forêt.

« Nous commerçons avec eux depuis un certain temps, il n’y a jamais eu de problème jusque là. Leur comportement nous échappe complètement. A part clamer leur innocence auprès de Ridding, ils sont incapables de fournir une explication. »
Le colonel marqua une pause.

« Comprenez bien ça : nos gars ont été assailli au corps à corps. Avec des lames, des objets contondants. Certains ont reçu des balles. Mais du peu que nous savons, l’assaut est majoritairement au contact rapproché. Soeur lame, Soldat Marchetti , je compte sur vous pour tenir à distance tous les petits malins qui s’attaquerait comme ça à votre groupe. Ce qui m'amène à cette consigne...et je veux que vous l’appliquiez ! » Il ponctua l’importance de son ordre par le silence, pendant que quelques photos récentes du fameux bourg défilait sur l’écran. Il rappelait les reconstituons du moyen âge et le style de certaines villes fortifiées d'Europe « Mis à part la légitime défense, pas de manoeuvre létale à moins d’y être contraint. »

Il les fixa les uns après les autres pour s’assurer qu’ils avaient compris.
« Il se passe clairement quelque chose dans ce village mais pas de conclusions faciles. Même si vous sentez que vous n’êtes pas les bienvenue. Je ne veux pas d’une chasse aux sorcières. Contentez vous d’appuyer Ridding au mieux de vos capacités. C’est lui qui a requis vos spécialités, attendez-vous à des missions précises. »

On pouvait oublier les légendaires saignées ou arrachage de dents avec un coup sur la tête. Son regard se tourna vers la technicienne. « C’est également votre cas madame Lunienko. Prenez vos outils et du matériel portable de désincarcération. Le lieutenant veut vous voir en aparté dès votre arrivée. »
Nouvelle pause
« Ne tardez pas pour vous préparez, ok ? On est dans l’urgence. Vous avez des questions ? »


------------

CONSIGNES :
chevron Vous pouvez vous organiser sur un Gdoc
chevron Vous avez jusqu'au 22/05 pour répondre a cette première phase de briefing
chevron équipement a poster dans ce sujet : http://www.atlantisinsurrection.com/t3331-mj31-imprevisible#57479


CODAGE PAR AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Ven 17 Mai - 22:25
Kyle Hawkins
√ Arrivée le : 09/04/2019
√ Messages : 26

Dossier Top Secret
√ Age: 37 ans
√ Nationalité: États-Unis États-Unis
√ Gêne: ATA
Voir le profil de l'utilisateur

MJ 23 : Imprévisible

Feat. Zya de Britt, Orsu Marchetti et Esfir Lunienko


Chaque jour sur Atlantis apportait son lot de surprises, bonnes ou mauvaises, comme j'avais pu le remarquer depuis mon arrivée près de deux mois auparavant. Et aujourd'hui ne fut pas une exception. Certes, il y avait des jours de repos, de tranquillité. Et d'ennui. Mais pas cette fois. Je me trouvais assis à une table au mess, entrain de prendre mon déjeuner. Arès était à mes pieds, et dévorait une gamelle remplie de croquettes. Il adorait ça. Pour ma part, je mangeais bien plus lentement que ce glouton qui semblait en permanence affamé, alors qu'il était très loin d'avoir la peau sur les os. Quel gourmand. Une fois le repas terminé, je quittai le mess, mon chien marchant tranquillement à quelques centimètres de moi, comme je le lui avais appris. Sans ordre, il ne restait jamais loin de moi, appliquant son rôle de défenseur en permanence. Je retournai à mes quartiers, et ce fut à ce moment là que je reçus une communication radio, et pas de n'importe qui. De Sheppard en personne, et celui ci me convoquait pour une affaire urgente. Je n'avais que trente minutes pour rendre en salle de briefing, je pus donc m'y diriger sans me presser.

Je quittai mes quartiers et je me rendis immédiatement sur les lieux du rendez vous. Certes, j'étais simplement vêtu d'un pantalon et d'un tee shirt, mais John n'avais pas préciser de prendre du matériel ou non. Et vu l'urgence, je n'aurais sans doute pas eu le temps. Autant donc venir presque les mains dans les poches. Arès sur mes talons, je parcourus les couloirs en marchant tranquillement, ne demandant que deux fois mon chemin cette fois ci. Chouette, je commençais enfin à reconnaître les lieux et à ne plus me perdre sans arrêt. Quel progrès. J'entrai à temps dans la salle de briefing, tout comme trois autres personnes. Un homme, militaire lui aussi, et deux femmes. Ravissantes toutes les deux, il fallait le dire. Quoique la blondinette semblait un poil plus stricte et sérieuse que l'autre. Je saluai mon supérieur, ainsi que les autres personnes présentes, puis je m'assis sur une chaise libre. J'ordonnai à voix basse à Arès de se coucher, ce dernier s'exécuta aussitôt, la langue pendante car il avait un peu chaud. Puis, j'écoutai attentivement les paroles de Sheppard.

Une mission de recherche et de sauvetage allait commencer, et j'allais être à la tête de ma propre équipe, sous les ordres d'un militaire déjà présent sur la planète qui demandait des renforts. Pendant que John poursuivait ses explications, je pris le dossier devant moi et commençai à le feuilleter. Je lis tout ce qui parlait de la planète en question, afin de savoir dans quoi nous allions mettre les pieds, puis les annotations concernant le peuple avec qui Atlantis faisait du commerce. Enfin, je lis rapidement les fiches des membres de mon équipe pour savoir qui allait m'accompagner. Un soldat fraîchement arrivé, une pégasienne douée pour le combat rapproché et une technicienne. Je ne les connaissais pas personnellement, même si j'avais du les croiser quelques fois de loin. La cité était suffisamment petite pour avoir croisé au moins une fois chaque membre de l'expédition au détour d'un couloir ou au mess.

A la fin de son discours, Sheppard donna des instructions sur la conduite à tenir sur place, avant de demander s'il y avait des questions. Je me raclai alors la gorge, ce qui fit aussitôt dresser les oreilles d'Arès, sans qu'il ne quitte sa position.

"Mon Colonel, pouvez vous nous dire à quelle distance se trouve le point de rendez vous avec le Lieutenant Ridding, par rapport à la Porte des Etoiles ? Peut on y aller à pied, ou faut il prendre un jumper ?"

"Aucun jumper n'a été affecté à votre mission. Votre point de rendez-vous est à l'entrée des ruines. C'est à un bon quart d'heure de marche. Pour cela vous devez traverser le village. La porte ce trouve à 7 minutes du village".

J’acquiesçai à ses paroles, avant de regarder à nouveau le dossier, laissant aux autres membres de l'équipe le soin de poser des questions s'ils le voulaient. Puis, un détail me fit froncer les sourcils, après avoir entendu John parler de tirs non létaux.

"Peut on prendre des pistolets incapacitants wraiths, mon Colonel ?"

"Bien entendu. Néanmoins leur temps de réaction est plus lent qu'une arme. Ne soyez pas surpris".

Ce qui me permit d'avoir une idée du matériel à emporter pour cette mission. Même si les pistolets wraiths n'étaient pas adaptés pour une fusillade, cette arme pourrait s'avérer sans doute utile selon l'occasion qui se présenterait. Mieux valait l'avoir au cas où. Après la réponse de John, je regardai Orsu.

"Soldat Marchetti, quand vous irez prendre votre armement, pensez également à prendre un pistolet wraith. Nous aurons peut être besoin de ces armes, on ne sait jamais".

Etant donné que Zya et Esfir, les deux civiles, n'avaient visiblement aucune compétence au tir, elles n'en auraient pas besoin. Cherchant d'autres questions, aucune ne me vint à l'esprit. Je finis par acquiescer d'un signe de tête, puis attendit l'ordre de mon supérieur pour quitter les lieux.

Quelques minutes plus tard, je me retrouvai dans mes quartiers pour m'habiller, avant de me rendre en salle d'armement avec Arès. Je pris mon matériel, équipai même mon chien d'un gilet MOLLE adapté à sa morphologie pour le protéger, avant de me diriger vers la salle d'embarquement. Les autres membres arrivèrent les uns après les autres. J'appuyai aussitôt sur mon oreillette pour donner des instructions à la salle de contrôle, mais pour également vérifier sa bon fonctionnalité.

//Nous sommes prêts à partir, vous pouvez composer l'adresse//

Une fois le vortex ouvert, j'avançai vers l'horizon des événements. J'avais déjà traversé la Porte des Etoiles plusieurs fois depuis mon arrivée, et même si c'était aussi le cas pour mon chien, ce dernier semblait encore réticent à traverser le vortex de son plein gré. Je fus obligé de saisir une poignée située sur son gilet pour l'obliger à avancer, le faisant disparaître avec moi dans la lueur bleutée.

by FRIMELDA

_________________
[MJ31] : Imprévisible  393e


DC : Rodney McKay - Skyler McAlister - Lyanna
Couleur d'écriture : #339999
Revenir en haut Aller en bas
Sam 18 Mai - 3:10
Orsu Marchetti
√ Arrivée le : 28/04/2019
√ Messages : 43
√ Localisation : A l'extérieur


Dossier Top Secret
√ Age: 26 ans
√ Nationalité: France France
√ Gêne: Non
Voir le profil de l'utilisateur
MJ 31 : Imprévisible
Feat. Kyle Hawkins / Esfir Lunienko / Zya De Britt

[MJ31] : Imprévisible  92f72a0fc4132d5b67b3d4de1f345acc.1000x521x1

Jour d'entraînement, Orsu tenait aujourd'hui à revoir sa forme physique, non pas qu'il n'en soit pas satisfait, mais découvrir la cité l'avait un peu détourné de ses petites habitudes, le fait qu’il soit loin de ces dernières voulait dire qu'il était difficile de les reprendre, mais il n'était plus sur terre et il devait reprendre un bon rythme. Il enfilait sa tenue pour partir à l'entraînement après son repas quand son com lui indiqua une connexion entrante, il était convoqué en salle de briefing par la big boss en personne : le colonel Sheppard. Un millier de questions se bousculaient dans son esprit : Avait-il fait quelque chose de mal? Il avait touché un objet qu'il ne fallait pas chez les tech mais Thyra n'avait quand même pas fait un rapport pour se plaindre et il ne se souvenait de rien de trop grave de sa mission sur la planète rouge. Sans doute une nouvelle assignation, mais tout cela était très précipité tout de même. Une urgence? Pourquoi pas prendre quelqu'un de plus expérimenté sur la cité? Orsu ne se posa pas plus de questions, il aurait très vite ses réponses visiblement, et se rendit immédiatement à la salle de briefing.

Le première classe se tenait droit comme un I pendant le briefing, soucieux de dégager tout le sérieux que la situation semblait exiger, il avait un air parfaitement concerné. Le colonel semblait préoccupé, rien d'étonnant quand il leur apprenait que le second scientifiques, un certain Zelenka, avait été porté disparu et son équipe exterminée. Une sale affaire, la police militaire enquêtait déjà sur place, autant dire que ça ne traînait pas, mais on parlait tout de même d'un VIP de première importance. Il serait épaulé par un certain Hawkins, un sergent maître chien qui serait son supérieur direct pour la mission, mieux valait ne pas faire de conneries, Hoffman était un civil, mais là c'était un militaire comme lui. Mieux valait continuer à rester invisible et bon soldat si il voulait profiter de quelques excursions à titre personnel, il avait parcouru les bases de données et bordel il y en avait des lieux fantastiques dans ce coin de l'univers. Il y aurait aussi Soeur Lame, enfin, il était presque sûr que c'était son nom car ça ressemblait plus à une fonction, une "locale" en tenue de cuir rouge et à la tresse défiant les lois de la capillarité. Bon ok, tout n'était pas ouf dans ce coin de l'univers et il avait du mal avec la populace des planètes, les Astrids étaient gravés dans son esprit, nul doute que celle-ci saurait l'impressionner à sa manière. Un techos les accompagnerait aussi Esfir Lunienko, une russe avec une réputation particulière, non pas qu'il juge, chacun faisait ce qu'il voulait et aussi loin de la terre chercher du réconfort était logique, mais sa réputation la précédait. Orsu était content d'avoir un comité réduit, il ne comptait pas vraiment faire ami-ami avec eux, juste faire son travail comme on le lui demandait. Il se concentrait sur ce que disait le colonel, toute information pouvait se révéler vitale une fois en territoire ennemi.

Rien de bien engageant du côté des locaux "pacifiques", vu la sauvagerie de l'attaque, il fallait compter sur une milice, ou un truc du genre pour trouver les coupables. Orsu sentait déjà que ça allait être particulièrement stressant, tenir les locaux distance mais ne pas agir sauf en cas de légitime défense? Au diable la diplomatie, il y avait eut des morts, le première classe n'aimait pas ça, mais il obéirait, bon il n'avait rien dit sur les menaces. Une balle tirée dans le sol pouvait tout aussi bien faire passer un messages si le blabla échouait, c'était toujours ça de pris. Le militaire était sceptique, tout cela pouvait être un piège, ils avaient déjà eut quelques hommes, il pouvait bien s'en faire quelques-uns de plus, c'était peut-être un genre de tradition locale, difficile à savoir. En tout cas il était heureux de ne pas avoir été choisi par défaut, il aurait sans doute pour tâche de débusquer les ravisseurs. Les forêts étaient denses, les arbres hauts, autant chercher une aiguille dans une meule de foin, mais il devrait se montrer à la hauteur de la tâche si telle était sa mission. On ne lui avait pas fait traverser le cosmos pour enfiler des perles après tout.

Le première classe resta silencieux, étudiant avec soin les informations à sa disposition, il n'avait aucune question, les ordres étaient suffisamment limpides et le terrain révélerait de lui-même les défis à surmonter. Son supérieur se montra plus curieux, il resta de marbre quand ce dernier lui demanda de s’armer d’un pistolet Wraith, opinant du chef pour montrer son accord. Une fois l'ordre d'aller se préparer donné, il fila s'équiper à l’armurerie.

Terrain boisé, vision limitée, mieux valait s'équiper pour du combat à courte et moyenne portée. Les obstacles n'allaient pas manquer, le fusil M4 commando était un choix adapté, il avait prouvé son efficacité sur de nombreux terrains d'opération et son canon court en faisait une arme de choix sur ce genre de typographie, accompagné d'une poignée avec lampe tactique et viseur laser, cela permettrait de compenser son manque de maîtrise au tir, un silencieux était prêt à être installé en cas d'opération plus furtive. Le plus dur fut d’obéir en prenant le pistolet Wraith, il grimaça au contact étrangement désagréable, ces trucs n’avaient pas sa confiance, qui disaient qu’ils ne pouvaient pas leur sauter au visage? Conneries, quelques balles creuses auraient tout aussi bien fait l’affaire, pourquoi lui infliger ça? Avec un peu de chance il pourrait avoir la chance de ne pas s’en servir. Pour le combat rapproché, un couteau de survie avait toujours sa préférence de toute façon, il était un outil utile à plus d'un titre. Un gilet pare-balle MOLLE et un casque pour la protection, un treillis forêt et un kit de maquillage camo en réserve pour se fondre dans le décor, un casquette pour pas se tuer le cou avec le casque le temps que ça chauffe, il était prêt à affronter ce qui tenterait de les attaquer.

Il chargeât son sac et ses poches d'un maximum de matériel. Il devrait sans doute faire de la reconnaissance et de la prise d'info, il prit donc de quoi se camoufler, faire un trou de combat ou d'observation, de quoi consigner et immortaliser ce qu'il verrait pour mieux le retranscrire, il se devait de se montrer aussi prêt que possible. Il embarqua également la plupart des classiques ainsi que ses flambants neuves lentilles de vision nocturne, le genre de gadget fort utile pour un soldat, le futur était déjà là et il imaginait déjà les parcours de nuit qu'il pourrait se faire avec, tout ça était incroyablement excitant.

Une fois prêt, il se précipita vers la salle d'embarquement, il n'allait certainement pas se pointer en retard. Il ne tarda pas à retrouver le petit groupe devant la porte. Tout le monde semblait équipé en conséquence. Il affichait un sourire confiant, la russe semblait un peu galérer avec l’équipement de désincarcération, l’imposant matériel semblable à celui des pompiers ne devait pas peser léger en effet, il s’approcha de la rouquine en prenant bien garde d’arriver de face pour ne pas la surprendre, son regard était un peu de biais, posé sur la machine.

-Je peux le porter pour vous si vous le souhaitez madame.

Il s’éclaircit la voix.

-J’ai de la place dans le sac.

Son ton était resté neutre, une simple proposition à ne pas se trimballer ce truc à bout de bras.

L’activation de la porte, qui suivi l’ordre du sergent de peu, lui rappela son premier passage, il frissonna intérieurement en se demandait si on s’y faisait vraiment ou si les autres avaient appris à subir. La réaction du chien du sergent ne le surprenait pas, mais il fit preuve de courage en avançant avec volonté, l’horizon des évènements l’aspira, coupant son souffle avant de le projeter de l’autre côté.

_________________
[MJ31] : Imprévisible  1557311864-2019-orsu-machetti-signature-1
Revenir en haut Aller en bas
Sam 18 Mai - 10:13
Esfir Lunienko
√ Arrivée le : 11/01/2019
√ Messages : 121
√ Localisation : Cité de Atlantis


Dossier Top Secret
√ Age: 24
√ Nationalité: Russie Russie
√ Gêne: ATA
Voir le profil de l'utilisateur
Kyle Hawkins, Zya DeBritt, Orsu MarchettiMission : Imprévisible
Esfir avait passé la matinée à bosser sur un système de vérins hydraulique des portes d’un des entrepôts de la Cité, qui ne voulaient plus s’ouvrir et tout ça pour découvrir que le problème venait en fait de la pompe hydraulique qui les alimentait. Cet après-midi, il lui faudrait donc ramper et bidouiller dans la graisse. bref, encore une après-midi canon à ne pas profiter des beautés technologiques de la Cité.

Mais avant de s’attaquer à ce chantier, il lui fallait reprendre des forces. Elle avait donc rejoint le mess, prenant juste le temps d’une pause pipi pour se laver les mains. Elle dégustait un savoureux plat de boeuf et patates lorsqu’elle reçut le message la convoquant chez le grand patron des militaires, le beau gosse sur lequel la moitié de ses collègues féminines fantasmaient sévère ; le colonel Sheppard !

Elle eut juste le temps de terminer son repas avant de se rendre en salle de briefing. Elle portait un bleu de travail dont elle avait retiré le haut qui était noué sur ses hanches et un débardeur rose taché d’huile, tout comme son visage. Ses cheveux étaient grossièrement tressés et attaché en un chignon approximatif, retenu par un crayon de bois.

Elle entra dans la pièce, bonne dernière avec un grand sourire jovial comme à son habitude.

- Salut

La mine sérieuse, voir renfrognée des personnes présentes effaça son sourire et c’est en catimini qu’elle alla s’asseoir sans un autre mot sur la chaise la plus proche.
Le Colonel n’attendit pas plus longtemps pour entrer dans le vif du sujet et doucher la bonne humeur de la jeune russe.
Au départ, elle ne comprit pas ce qu’elle faisait là au milieu de militaire et de la combattante redoutable qu’elle avait aperçut à la soirée foot quelques mois plus tôt. On lui parlait d’une équipe décimée au corps à corps, du professeur Zelenka disparut, il avait même insisté en leur demandant d’éviter toute manoeuvre létale...
A ce moment, elle avait bien failli l’interrompre pour lui demander ce qu’elle fichait là. Elle savait filer des coups de poings et des coups de genoux bien placés...mais ce n’était en rien une guerrière et ne parlons même pas d’utiliser une arme à feu!
Plus le colonel décrivait leur mission, plus l’incrédulité pouvait se lire sur le visage de la technicienne qui ouvrait encore de grands yeux ahuris lorsque Sheppard lui indiqua le pourquoi de sa présence.

- Du matériel de désincarcération.... mais bien sur....pas de problème...

Toute l’incongruité de la demande transparaissait dans la voix de la jeune femme qui était certes soulagée de savoir qu’on avait besoin de ses compétences de technicienne mais qui ne comprenait pas du tout ce en quoi du matériel de désincarcération allait bien pouvoir servir sur une planète potentiellement hostile où les gens risquaient de les attaquer au couteau à tout moment.

- Il veut me voir en aparté vous dites? Donc seule.... et on peut lui faire confiance à ce Ridding?

Cette affaire n’avait pas grand chose pour la rassurer.

- Et j’imagine que vous n’avez pas plus de détails sur le genre de réparations ou de technologie à laquelle ils veulent que je touche?

Elle avait passé la fin du briefing dans un état presque second, un sourire poli figé sur le visage. Elle fut la dernière à quitter la salle, perdue dans ses pensées. Ses pieds la conduire dans ses quartiers sans qu’elle ne s’en aperçoive, elle s’assis sur le bord de son lit et fit un gros calin à son ours en peluche, enfouissant son visage dans son poil tout doux.
Après quelques grandes inspirations, elle parvint à imposer le calme à son corps. La dernière fois, elle était partie pour une mission tranquille et elle avait eu des ennuis...peut être que cette fois elle partait pour une mission risquée où il ne se passerait rien de grave, enfin rien de plus grave.
Mais pour l’heure, elle n’avait pas le temps de lambiner et de se morfondre pour un danger qui n’était même pas encore là. Elle fila sous la douche, se prépara, passa au labo chercher l'équipement demandé ainsi que les outils de base qu’elle fourra dans un sac à dos puis elle alla récupérer les derniers équipement d’exploration dont elle aurait probablement besoin. Enfin, elle glissa une barre chocolaté aux éclat de cacahuètes dans une des poches de son gilet, voilà de quoi lui regonfler le moral si besoin.

Elle se tenait devant la porte avec le reste de l’équipe lorsqu’un des militaire, qu’elle ne connaissait pas encore lui proposa de porter la mallette du désincarcérateur pour elle.
Elle lui répondit avec un sourire et un soupir de soulagement.

- Je n’osais pas le demander ! Ce machin pèse une tonne! Je ne suis pas sure que ça rentre dans un sac à dos mais je veux bien de votre aide.

Après s’être délestée de son équipement le plus lourd auprès du chasseur alpin, Esfir se tînt bien droite au milieu de ses collègues en attente de l’ouverture de la porte des étoiles.
Avant qu’ils ne fassent les premiers pas sur la rampe de départ, elle leur adressa un petit mot qui n’attendait pas vraiment de réponses.

- Vous avez tous conscience que je suis la seule à ne pas être armée....que je suis le boulet de cette mission ! On est d’accord. Poshli ! (= Allons-y!)

Elle ponctua ses propos d’un sourire qu’elle adressa à chacun de ses équipiers, sourire qui trahissait un manque de confiance en elle face à la situation qui les attendait.
Elle suivit le reste de l’équipe et traversa la porte, non sans retenir sa respiration comme à chaque fois.

:copyright:️ 2981 12289 0


_________________
[MJ31] : Imprévisible  58390_s
[MJ31] : Imprévisible  1557153105-2019-esfir-avril
Revenir en haut Aller en bas
Sam 18 Mai - 10:14
Zya de Britt
√ Arrivée le : 21/10/2018
√ Messages : 106

Dossier Top Secret
√ Age: environ 30 ans.
√ Nationalité: Alien Alien
√ Gêne: Non
Voir le profil de l'utilisateur
Lame était tranquillement entrain de faire ses katas dans le salle de sport au milieu des autres atlantes. Pour l'occasion, elle avait retiré sa célèbre tenue écarlate. Elle portait un pantalon de lin de couleur blanc cassé et une sorte de chemise faite de la même matière et ayant la même couleur. Toutes ses affaires se trouvaient posées sur un banc, notamment l'oreillette qui permettait de communiquer avec les gens à distance. D'ailleurs, cette dernière se mit à vibrer, mais la jeune femme blonde s'en désintéressa afin de finir ce qu'elle avait commencé. L'un des soldats qui avait appris à la connaître prit l'initiative de répondre à l'appel. La vision fut comique quand se dernier se mit au garde à vous d'instinct. Cependant, la nonne martiale resta imperturbable. Une fois la courte discutions terminée, il s'approche de Lame pour lui parler. Si les souvenirs de la jeune femme était bon, cet homme s'appelait Johnson.

- Soldat Johnson: Eh ! Ma sœur, le colonel Shepard souhaiterait vous voir dans la salle de réunion dans moins de trente minutes. C'est urgent.

Tout en continuant ses exercices, la nonne guerrière s'adressa au soldat.

- Sœur Lame: Urgent ? C'est quoi ?

- Soldat Johnson: Bien ... je ne sais pas. En général, cela signifie que l'on prépare une mission sur un autre monde, qu'une équipe d'exploration à des problèmes.

Cela ne l'aidait pas beaucoup, mais elle mit fin à son entraînement en haussant les épaule. A ses yeux, ce peuple était particulièrement étrange. Une culture riche et complexe avec de nombreuse religion qui arrivait malgré tout à faire cohabiter toutes ses personnes en un lieu si restreint. Elle retourna vers le banc et commença à enfiler se tenu écarlate. Si elle partait en mission comme le supposait Johnson, elle se devait d'être vêtue comme le prévoyait les commandement de l'unique, même si depuis qu'elle était ici, elle avait appris à relativiser tous ce qu'elle avait appris sur Abeth. Une fois prête, elle demanda au soldat où se trouvait la salle, mais elle ne comprit pas totalement les explication, alors il se dévoua pour la guider à travers le cité. Cela faisait plus de 6 mois qu'elle était ici et malgré ses progès dans l'apprentissage de la langue de locaux, elle avait encore des difficultés à tout comprendre correctement.

A sa grande surprise et cela malgré le temps qu'elle avait pris, Lame était la première arrivée sur les lieu de la réunion. Elle fut très vite rejointe par les reste des participant. Parmi les nouveaux arrivant, il y avait une jeune femme à la chevelure flamboyante. D'après son uniforme, elle devait être une technicienne. Les deux autres étaient des militaire comme le laissait penser la couleur grise de décoration de leur tenue. L'un d'eux arriva avec un animal de compagnie. L'es atlantes appelaient ce genre d'animal un chien. En discutant avec Matthieu, elle avait appris que ces animaux était aussi surnommé "le meilleur ami de l'homme". Le vieux bonhomme avait bien rigolé quand elle s'était fendue d'une question pour savoir quel était le meilleur ami de la femme. Il lui avait expliqué que de base, les chiens étaient faits pour garder les troupeaux, parfois aussi il servait en temps de guerre, puis avec le temps il étaient devenu inutile mais l'humanité les avait gardés comme animaux de compagnie. Un peuple avec des mœurs étrange à ne pas douter.

La jeune femme fut rapidement tirée de ces réflexion sur les atlantes par la voix du colonel. D'après ce qu'elle avait compris, ici cet homme était le chef des militaires. Donc son grade était au-dessus du major Frei ou bien du fourbe et de tous ceux qu'elle avait pu rencontrer par la suite. Grand, plutôt fin, le brun n'avait pas l'allure d'un chef. Il ne ferait pas le poids niveau prestance à côté de la mère bastion qui en imposait rien que par sa simple présence. Lame le trouvait insipide, mais il semblait avoir le respect de ses congénères. D'ailleurs, tous se mirent à l'écouter avec attention quand il commença le briefing. Lame passa à côté de certaines informations durant le briefing. Elle avait juste compris qu'un groupe était parti là-bas étudier des ruines, qu'il y avait eu des morts et un disparus, une personne qui semblait particulièrement importante pour les gens d'ici. Du fait de sa fonction ? De l'affection qu'on lui portait ? Cela elle ne l'avait pas compris. Shepard s'adressa directement à elle en lui demandant de faire en sorte de tenir à distance les petits curieux et défendre le groupe d'une éventuelle agression. Cependant la consigne de faire preuve d'une violence non létale l'interpella quelque peu. Elle se contenta d'hausser des épaules. Comme d'habitude, elle ferait ce qui doit être fait comme on le lui avait appris au monastère du givre. Le nom de Ridding qui avait demandé certaines spécificités lui était inconnu. Comment pouvait-il avoir réclamé la présence de la sœur ? Encore une chose qu'elle ne comprenait pas certainement parce que c'était l'une des subtilités de ce peuple. Elle évacua la question pour se concentrer uniquement sur le fait qu'elle allait enfin pouvoir quitter la cité et voir autre chose de ce monde que le professeur Lavoisier lui parle tant.

Tout le monde se leva et quitta la pièce, alors la nonne martiale fit de même. De mémoire, elle se dirigea vers ses appartements afin de prendre deux ou trois choses avant de se diriger vers l'armurerie et récupérer un sac et ses armes. Sa tenue écarlate était impeccablement propre, son médaillon pendait sur son torse, la jeune femme avait la fière allure de guerrière de sa caste. En arrivant devant le responsable des lieux, elle lui demanda ses lames, un épée et une dague afin de compléter son équipement habituel. Il lui demanda s'il elle partait en mission ou juste faire un tour sur le continent.

- Sœur Lame: Je pars chercher un disparu.

L'homme une réaction étrange et commença à s'activer pour lui préparer tout un équipement de mission. La jolie blonde le regarda faire avec un air dubitatif et une profonde interrogation dans les yeux. Il lui expliqua qu'il y avait des règles quand on sortait en mission. Il lui remit une oreillette plus performante ainsi que des lentilles. Perplexe, elle lui demanda à quoi cela servait. Le responsable de l'armurerie dû aider la jeune femme à mettre les lentilles tout en lui expliquant leur rôle. Malgré son appréhension, Lame fit preuve d'un calme olympien. Elle ne remarqua aucune différence à part une sorte d'inconfort au niveau de ses yeux n'ayant pas l'habitude de ce genre d'équipement oculaire. Cependant, suivant les explication du soldat, la différence elle ne la remarquera que quand la luminosité sera déclinante. Puis elle récupéra un sac avec du matériel de base comme de l'eau, des rations, de la corde, etc. Rien de bien extraordinaire, de toute façon elle n'avait aucune formation lui permettant d'utiliser les technologies de ce peuple. De toute façon, Lame préférait se concentrer sur ses propres savoirs. Sa seule exigence fut de récupérer une tablette comme celle de Naleem Lays afin de pouvoir communiquer avec les autres plus facilement. Après tout avec seulement 6 mois d'apprentissage, elle était encore loin de tout comprendre et un traducteur de poche pouvait être utile.

Après quoi, elle se dirigea tranquillement vers la salle d'embarquement. Cela serait la deuxième fois qu'elle passerait cette porte. La première fois, ce fut par nécessité afin de fuir les pillards qui avaient réussi à l'acculer dans le fin fond d'une ruine maudite et principalement à cause des atlantes. Elle resta un instant à observer cet immense anneau en se faisant la réflexion qu'il ressemblait étrangement à son médaillon. Elle se demanda s'il y avait un lien quelconque qui s'était perdu dans les brumes du temps. Les autres étaient arrivés au compte goûte et tous semblait prêt à partir en mission. D'ailleurs, sans attendre, l'homme au chien donna l'ordre d'ouvrir la porte. D'un pas décidé, les deux homme partirent vers la porte. Lame inspira et expira plusieurs fois afin de lutter contre son appréhension naturel face à l'inconnu, puis s'engagea d'un pas résolu vers la porte. Un instant plus tard, elle était ailleurs, dans un autre monde en pleine nature.
Revenir en haut Aller en bas
Lun 20 Mai - 21:04
Atlantis
√ Arrivée le : 01/08/2015
√ Messages : 660
Voir le profil de l'utilisateur
Tb mission

1/3
MJ31 : Imprévisible
Chronologie : Lundi 20 mai 2019 / fil rouge


SALLE DE BREIFING

John n'était pas étonné des questions de la technicienne, faut dire qu’elle devait bien se demander son intérêt dans une mission de soutien. Il lui fit un sourire rassurant.

« Affirmatif. Le lieutenant est un homme de confiance mademoiselle Lunienko. C’est un vétéran expérimenté, il se déplace généralement pour les affaires en extérieur..» Comme la totalité des personnes présentes sur cette cité, les affaires de viol et d’agression sur femmes date de longtemps et un tri sévère avait été fait. L’arrivée de Ridding à son poste avait fait du bien à tout le monde, même aux militaires qui avaient tendance à jouer au feu avec le règlement. De toute manière, John avait été sélectif pour les renforts à envoyer. Il s’attendait au scepticisme étant donné que le véritable briefing ne se ferait que sur le terrain.

« C’est un renfort en urgence. C’est donc lui qui vous fera un rapport détaillé sur place. Il répondra à toutes vos questions. Comprenez tous que cet officier n’est pas le genre à demander des spécialistes au hasard. Vous avez un rôle à jouer, c’est indéniable. »

John continua de discuter pendant un temps, répondant aux questions du mieux possible. Il donna l’ordre de rompre et, en voyant que la technicienne sortait en dernier, il sauta sur l’occasion.
« Lunienko, un instant... »
Il avait bien senti qu’elle n’était pas très emballée et il ne comprenait que trop bien. Envoyer une civile dans un endroit où une équipe entraînée avait péri, ça ne l’enchantait pas non plus. Mais ils avaient besoin d’elle.
« Ecoutez, je sais que ce n’est pas facile pour vous. En tant que civile, vous n’aurez pas d’ordre à recevoir des militaires. Mais je compte sur vous pour jouer le jeu. Ils avancent, vous avancez, ils tirent, vous vous planquez.»
Il marqua une pause.
« Vous êtes dans une équipe de pro, ils veilleront sur vous. Que ce soit vos collègues, Ridding ou ses hommes : vous pouvez avoir confiance. Je m’en porte garant. N’angoissez pas trop, d’accord ? »

DE L'AUTRE COTE
L’équipe traversa la porte, de l’autre côté, une forêt aux immenses conifères les attendait. Vu la saison, ils étaient en automne, les belles couleurs cramoisies teintait le paysage. La luminosité moyenne leur indiquait qu’il était en milieu de matinée, l’heure n'étant pas la même entre les deux mondes. Une fraîcheur significative se faisait sentir et collait avec les perles de rosées sur les fougères jaunes autour d’eux. L’endroit était sauvage, seule trace d’une activité humaine, était un chemin foulé par de nombreux pieds, qui traçait la voie jusqu’au village. Comme l’avait indiqué le colonel, il devrait traverser celui-ci pour atteindre les ruines et retrouver l’agent sur place.

À peine eut-il fait quelques mètres qu’ils croisèrent au loin, une créature sauvage fouillant le sol de son long museau. Filiforme, aussi haute qu’un chien de taille moyenne, elle semblait anorexique et mal nourris. Son corps entièrement noir était courbé. Quand elle releva la tête elle tenait entre sa gueule une petite créature qu’elle venait de tuer. En apercevant le groupe, la réaction de l’animal fut de se mettre en retrait irisant de long poil le long sortant des taches blanches de son corps situé sur sa colonne vertébrale comme des pics, avant de fuir dans les fourrés à grande enjambé quand Arès grogna.

Créature :
Spoiler:
 

//On le surnomme le “boulimique”...il bouffe comme pas permis et il prend jamais un pet de gras.// fit une voix dans leur radio.
Avant même qu’il ne puisse répondre, l’homme reprit aussitôt.

//Salut les enfants, ici LoupGris. J’suis à peu près à trois kilomètres sur vos neufs heures, la crète avec les arbres à moitié déplumé. J’y suis avec le matos d’observation. je serais vos yeux durant toute la mission. Vous et Ridding, cela va de soit...Sergent, vous m’entendez ?//
Il attendit sa réponse.

//Prenez vos jumelles. Le village en face. Il y a un dispensaire dans la place centrale, vous y trouverez une autochtone qui s’appelle Saréa. C’est une des nôtres, votre contact local. Elle attend votre escorte. Pas de danger potentiel mais restez quand même méfiant.//
La voix s’éteignit un petit instant avant de reprendre.

//Maintenant...regardez à deux heures, un kilomètre plus loin, au-dessus des toitures, vous verrez un grand fanion rouge pendu à un arbre à l’extérieur de la ville. Conduisez Saréa là-bas. On se recontacte quand vous y êtes. //

------------

CONSIGNES :
chevron Voici la première introduction vous aurez plus d'information sur le Gdoc
chevron Vous avez jusqu'au 28 mai pour répondre a cette phase

Cadeau MJ:
 

CODAGE PAR AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Atlantis Insurrection :: Galaxie de Pégase :: Planètes explorées-