Atlantis Insurrection

RPG sur Stargate Atlantis


MJ 32 Scavangers

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

Hailey Spalding
√ Arrivée le : 09/09/2018
√ Date de naissance : 21/09/1995
√ Age : 24
√ Messages : 242

le Mar 8 Oct - 22:11

Hailey Spalding
Station

Mordave
MJ32 : Scavengers
Ft. Colonel Sheppard, 1ere classe Eversman, Docteur Raman, 1ere classe Clive


Pendant la chanson de Darren, la jolie blonde s’était penchée sur le côté pour se placer au plus près du musicien et l’observer sans retenue. Cela permis aux autres d’apercevoir sur d’autres écrans qui étaient derrière la jolie demoiselle, le groupe qui avait pris l’ascenseur avec les deux atlantes au milieu d’eux, traînées comme des animaux par leur laisse. Ils s’immobilisèrent devant une porte marquée d’une croix rouge et devant laquelle deux hommes montaient la garde. L’un des hommes prit les filles et entra pendant que le reste du groupe attendait devant avec l’autre garde.
La jolie blonde afficha un sourire coquin se laissant amadouer par les belles paroles de la chanson de Darren et se redressa lorsqu’il eu fini, cachant à nouveau l’écran.
Vous avez beaucoup de talent, je comprend pourquoi Madame loue vos services.
Elle prit des mains de Gia le joli collier, elle tapa quelque chose sur un clavier puis tendit un petit morceau de papier à la femme.
Voilà pour le collier. Pour le récupérer, il vous suffira de nous remettre ce document ainsi que la somme de la redevance ou un autre objet de valeur suffisante. Les perles du chaos couvrent largement la redevance... Enfin si elles sont vraies. Nous le confierons à un expert. S’il s’avère être un faux, nous vous demanderons le dû à la sortie des ascenseurs ou vous confisquerons tout achat effectué sur le marché sans remboursement possible.
La blonde évitait soigneusement le regard froid de Keya chaque fois qu’elle prononçait quelque chose qui pu la contrarier. Il semblait que les mots durs qu’elle avait eu un peu plus tôt envers elle avaient eu leur petit effet.
Elle se reprit rapidement en entendant quelqu’un toussoter sans discrétion dans le bureau et tapa à nouveau sur son clavier puis se mit à attendre. Le temps parut long à Sheppard et son équipe, qui n’avaient qu’une envie, passer ces maudites portes au plus vite et se porter au secours de leurs amies. La jeune femme s’aperçut sans doute des signes d’impatience qui gagnaient le groupe et elle se baissa sous son bureau avant de remonter pour s’excuser.
Désolée... il faut recharger l’encre.
Elle quitta le bureau, laissant à nouveau l’écran fixé sur la porte visible. Ceux qui étaient attentif purent voir les filles ressortir de la salle. Hailey baissait la tête, était ce de rage, de tristesse ou de peur, la résolution de l’écran ne leur permettait pas de le savoir. Mais l’attitude de Esfir était plus parlante, ses épaules tremblaient et elle jetait des regards inquiet autour d’elle. L’un des hommes qui les accompagnait tira violemment sur sa chaine pour lui faire reprendre la marche et elles disparurent de l’écran.
La blonde revint quelques secondes plus tard avec un petit paquet dans la main, elle se pencha à nouveau sous son bureau et des bruit de plastique et de métal indiquaient qu’elle changeait sans doute une cartouche d’encre ou quelque chose pouvant s’y apparenter. Elle se redressa enfin, un sourire triomphant sur les lèvres.
Et voici vos pass pour le second marché, il n’y a pas d’horaires pour les ventes, elles se font selon l’arrivage.
Elle tendit 4 pass de couleurs vertes, gratifiant Darren d’un sourire tout particulier et elle lui glissa doucement tout en tardant à lâcher son pass.
Si vous êtes encore dans le coin ce soir, passez voir ma navette, je suis au hangar 42.
Quelques soient les civilisations, les musiciens jouissaient toujours d’un atout auprès des femmes.
L’équipe se mit alors en route sans attendre, chaque minutes étaient comptées surtout qu’ils venaient d’en perdre de précieuses. Ils purent rejoindre l’ascenseur, où le garde leur demanda les pass. Ils tendirent les graal qu’ils venaient d’obtenir à coup de collier et de chansons et prirent place là où les filles et leurs ravisseurs s’étaient tenus quelques minutes plus tôt.
L’ascenseur se mit en branle et les conduisit au niveau intérieur où se situait les marchés plus sensibles.
Ils longèrent un corridor et arrivèrent rapidement au niveau de la porte barrée d’une croix rouge, et flanquée des deux même gardes. Leurs yeux se posèrent sur leurs badges et alors qu’ils ralentissaient à leur niveau, les gardes leur intimèrent de dégager le passage et leur indiqua le chemin d’accès aux marchés. Ils durent continuer tout droit, jusqu'à atteindre une vaste zone à l’air tout aussi vétuste que le reste de la station, mais dont les étals s’ornaient d’armement bien plus sophistiqué et au potentiel létal bien plus dangereux que ce qu’ils avaient pu voir de l’autre côté. D’autres boutiques mettaient en vente des animaux dont les couleurs annonçaient la dangerosité, d’autres dont les yeux semblaient trahir une intelligence bien trop troublante.
Bien que le nombre de client étaient un peu moins grand que sur le premier marché, la taille plus réduite ne rendait pas la foule moins dense et plus ils approchaient du fond de la salle plus celle-ci était compacte. En jouant des coudes, l’équipe pu s’approcher suffisamment pour apercevoir une scène et entendre le discours d’un homme qui vantait les mérite du produit qu’il proposait.
On en est à 850 UST, qui dit mieux ? Regardez moi cette petite perle à la peau Claire ! Elle ne peut que satisfaire les plus exigeants! Alors ? Ah j'ai 900 à droite... et quoi ? Ah on me propose un lance flamme par ici, qui dit mieux?
En se hissant sur la pointe des pieds, l'équipe pouvait voir sur la scène une jeune femme rousse dont les cheveux étaient détachés, une mèche tentant de cacher un pansement sur son front.



CODAGE PAR AMIANTE

_________________
Double compte : Lorn Fawkes


Hailey écrit en Darkorange

Revenir en haut Aller en bas

Matt Eversman

Image perso : MJ 32 Scavangers - Page 2 1563542370-mattou-banner
√ Arrivée le : 08/12/2012
√ Date de naissance : 22/01/1990
√ Gène : Wraith
√ Age : 29
√ Messages : 11463

le Mer 9 Oct - 16:16

Matt Eversman
Lt Ryan

Briefing
MJ32 : Scavengers
Ft. Colonel Sheppard, 1ere classe Eversman, Docteur Raman, 1ere classe Clive


Cette chanson l’agaçait… Il n’y voyait pas là un acte pour détourner l’attention mais plutôt une perte de temps considérable pour agir. Il y avait une part d’impatience en lui mais surtout il s’agissait d’agir pour les filles. Ce fut incompris par les deux autres hommes, l’un moqueur et l’autre hostile. Le regard que lui lança l’officier supérieur lui rappela quelques heures bien sombres et malgré l’envie de faire cesser cette mascarade, il se contenta de prendre son mal en patience et de ronger son frein.

Il passa complètement à côté de la chanson ne reconnaissant même pas l’air. Le mouvement de la guichetière avait donné accès à l’écran des caméras permettant d’y distinguer les deux atlantes. Matt détourna la tête cherchant à croiser le regard de son supérieur pour le lui signaler d’un mouvement discret. il ne sut pas s’il le perçut mais détourna la tête pour observer la scène qui se déroulait à quelques coursives d’ici. Les filles étaient reléguées au rang d’animal, d’objet avec cette laisse autour de leur cou. Elles disparurent derrière une porte portant une croix rouge avant de réapparaître peu à peu en bien plus mauvais état. Il n’osait imaginer ce qu’elles avaient pu vivre là-dedans. Cette vision mettait les nerfs du Ranger à rude épreuve. Il avait vraiment envie de bouger, maintenant. Les doigts s’étaient nerveux autour de son fusil témoignant de son bouillonnement interne mais il ne fit rien demeurant le plus immobile. Son rôle lui procurant une façade froide et hostile, il put à raison serrer les dents et afficher des lèvres pincées. La voix criarde de Darren n’y était pour rien, le temps perdu avec cette chance en revanche…

La chanson terminée, Eversman posa une main dans le dos de la medic du groupe afin de l’inciter au mouvement le plus vite possible. C’était sans compter sur le manque d’encre de l'imprimante. Là, il crut perdre sang froid et ne put empêcher une bruyante expiration. C’était pas vrai ! Le sort s’acharnait véritablement contre eux. Une fois les cartes d’accès enfin éditées, il récupéra la sienne et dût se retenir de ne pas lui prendre les cartes des mains pour accélérer la disparition. Un regard et un salut de la tête envers la jeune femme avant qu’il ne sorte du bureau, le précieux en place sur son uniforme. Ce dernier leur offrit l’accès à cette partie exclusive du vaisseau. Il y eut un recadrage de Sheppard à l’abri des regards. Les regards se croisèrent, ce n’était jamais agréable de se faire remettre en place. S’il ne partageait pas son point de vue, Matt acquiesça néanmoins de la tête. Qu’il soit d’accord ou non ne comptait pas, il se devait de reprendre pour suivre les directives de l’officier et se reprendre.

Matt délaissa quelque peu le tourisme, l’image des deux demoiselles traînées en laisse bien en tête et lorsqu’il passa devant cette fameuse porte rouge, l’envie de se faire les deux gorilles étaient bien là. Il ne put s’empêcher de soutenir le regard de l’un d’eux montrant bien sa détermination à en finir à un moment ou un autre. Une pression dans le dos le fit avancer. L’objectif c’était les filles, pas ces deux-là.

L’équipe parvint jusqu’à un hall central où la foule s’accumulait. Difficile de voir ce qu’il en était, il fallait jouer des coudes pour progresser.

// Je prends flanc gauche. // Murmura-t-il prévenant ainsi ses collègues qu’il quittait le groupe pour essayer d’avoir une meilleure vue d’ensemble. C’était aussi tout aussi bien de se séparer un peu pour mieux se fondre dans le groupe. Avec son air froid et hostile, Eversman n’eut pas de mal à se frayer une vue sur la scène. Ce qu’il y vit lui glaça le sang : Esfir, la rousse pétillante de la base, y était exhibée et des enchères avaient visiblement lieu pour s’acheter ses services. Il y avait même un crétin qui proposait un lance-flamme ?!! C’était incroyable ! Et pourquoi pas une dizaine de chameaux ? La bêtise humaine le dépassait. Le mieux à faire était peut être d’enchérir à leur tour pour la récupérer. Ils improviseraient quand il faudrait passer à la caisse mais encore fallait-il savoir où était la deuxième Atlante ? Le Ranger se focalisa sur cette information, scrutant attentivement l’environnement.

// Cible 2 introuvable.. //




CODAGE PAR AMIANTE


_________________

MJ 32 Scavangers - Page 2 Drama10MJ 32 Scavangers - Page 2 Wtf10MJ 32 Scavangers - Page 2 Atlant10
merci !                               couleur : darkcyan                                USS Dédale
MJ 32 Scavangers - Page 2 1540805177-matt-texte


Revenir en haut Aller en bas

John Sheppard

Image perso : MJ 32 Scavangers - Page 2 1562438536-01-john-image-profil
√ Arrivée le : 04/09/2015
√ Date de naissance : 14/06/1976
√ Nationalité : Américain

√ Gène : ATA
√ Age : 43
√ Messages : 3099
Liste de vos DC : Hoffman-Elana Ravix-Isia TL-Naalem

le Lun 14 Oct - 19:16

John Sheppard
Lt Ryan

Briefing
MJ32 : Scavengers
Ft. Colonel Sheppard, 1ere classe Eversman, Docteur Raman, 1ere classe Clive


Keya Râman


C’est long, mais tellement long ! Mon regard dévie sur Matt, alias l’Enclume et mes yeux roulent pour lui faire comprendre que moi aussi, je suis gonflée. Ce n’est pas le fait que mon camarade chante, mais juste le fait de perdre du temps. En tant que médecin, je sais que le temps est important si jamais un patient est blessé. Plus le temps passe, plus nous avons de chance de passer à côté des filles. Le regard de Matt s’immobilise derrière moi, alors rapidement je me tourne et comprends ce qui l’interpelle : les caméras filment les filles ! A première vue, elles marchent correctement, elles ont tous leurs membres, je n’ai pas l’impression qu’elles soient blessées gravement sur le plan physique du coup, je suis rassurée. Cependant, il n’y a pas une minute à perdre, elles viennent de disparaître derrière une porte. Mon cœur bat la chamade, mais en régulant ma respiration, je parviens à calmer mes membres qui tremblent d’excitation.

La main de Matt passe dans mon dos, je sais que nous sommes pressés mais il ne faut pas dévoiler notre objectif. Je fais un signe du pouce dans mon dos, indiquant à mon partenaire que OUI JE SAIS MAIS JE FAIS CE QUE JE PEUX NE ME STRESSE PAS ! .
Je suis le mouvement, lâchant un fin sourire à la secrétaire avant de partir. Je suis bien entourée, je ne risque rien pour le moment si la situation ne change pas du tout au tout. Après plusieurs couloirs, des portes et tout le touintouin, on pénètre enfin dans l’antre du diable. Je m’agrippe à la manche de…. Je ne sais pas qui, mes yeux sont comme figés sur la foule agglutinée devant nous. Les odeurs sont particulières, la population aussi, les objets n’en parlons pas. Je jette un regard à Matt lorsqu’il décide de quitter le groupe et bouge mes lèvres sans bruit « Attention ».

On s’avance toujours vers le fond de la salle, mes doigts toujours agrippés sur la manche d’un de mes partenaires. Je ne me sens pas très à l’aise, malgré le sang froid donc je peux faire preuve, ici je ne suis absolument pas dans mon élément et il ne faut pas me laisser seule. Si mon visage ne dit rien, mes doigts agrippés et mon cœur en disent long. Mes yeux sont brutalement attirés par le lot exposé : UNE FILLE ROUSSE ! Serait ce Esfir ?!!! A part le petit pansement sur son front, son corps ne semble pas blessé, aucunes grosses blessures à déclarer. Peut être est elle droguée ? Oh mon Dieu, je dois garder mon calme… que devons nous faire.

----- DARREN


Au premier coup, le soldat ne remarqua pas ses collègues entravées et muselées être amenées jusqu’à cette porte. Il était trop occupé à chanter, captiver cette jeune femme, et l’envoûter de ce qu’il avait comme charme. Quelques petits clins d’oeil, quelques petites sonorités bien senties sur les éléments les plus élogieux pour qu’elle se sente concernée. Bref, Darren avait le sentiment de capter suffisamment bien la jeune femme et, même s’il ne pouvait dire qu’elle avait les étoiles dans les yeux, il était certain de son petit effet.

Il lui rendit donc un petit signe à son sourire, lui faisant comprendre de façon non-verbale qu’il trouvait ça mignon et attendit les félicitations.

Vous avez beaucoup de talent, je comprend pourquoi Madame loue vos services.
« Vous n’aurez pas besoin de les louer, vous. Il suffira de les échanger contre ce délicieux regard…pour commencer. » lui dit-il comme une promesse d’un beau moment.

La blonde en repassa directement à son travail. Il avait peut-être été lourdingue ou trop direct sur le coup. Darren s’effaça en replaçant sa guitare dans son dos et attendit patiemment d’obtenir les badges. C’est à ce moment là qu’il remarqua la locomotive qu’était son ami, prêt à péter dès la moindre pichenette. Quand il était sur le point de sauter à la gorge de n’importe qui, comme ça, avec ce regard des plus aimable pour tout le monde : c’est qu’il avait trouvé un truc.

Darren comprit finalement en apercevant le manège sur l’un des écrans de contrôle en face. A tous les coups, Eversman n’avait vu que ça depuis le début et il voulait rentrer dans le tas pour les libérer. C’était tentant, c’est vrai. D’ailleurs, s’ils pouvaient carrément y aller d’emblée et ramener les filles, c’était l’idéal. Moins de prise de tête, moins d’emmerdes, plus direct.
Mais les huiles avaient bien dit de ne pas faire de massacre, de la jouer fine, sans oublier qu’ils devaient également récupérer la technologie. Voir la détruire “gentiment” le cas échéant.
Bref. Foncer dans le tas, c’était l’erreur à ne pas faire. Même s’il avouait se sentir concerné par la même émotivité. Si ça avait été Eidolas, il aurait sûrement péter un boulon lui aussi. Mais perdu au milieu de nulle part, avec presque aucune monnaie d’échange et rien d’autre que la ruse pour tirer tout le monde de là : c’était pas la meilleure optique.

Vu la gueule du Ranger, il fallait pas être devin pour connaître sa pensée. Mais c’est pas en brusquant les choses qu’ils allaient réussir plus vite, au contraire. Là, les copines étaient vivantes, encore en état de marcher, et c’était déjà une bonne nouvelle. Elles n’avaient pas l’air déjà vendue, donc pas “consommée”, preuve qui leur restait encore du temps.

Darren prit donc son mal en patience en détournant son regard de l’enclume. Impossible de lui parler dans des cas comme celui-ci. Matt était en mode “tête de con” et il se fermait que sur un truc : foncer jusqu’au point A. Foncer jusqu’au point B avec le colis.
A la place, le soldat songea un instant à ce que Warlow avait dit puis au reste. Un début d’idée commençait à germer dans sa tête. Un truc qui le tentait.

La blonde revint quelques secondes plus tard avec un petit paquet dans la main, elle se pencha à nouveau sous son bureau et des bruit de plastique et de métal indiquaient qu’elle changeait sans doute une cartouche d’encre ou quelque chose pouvant s’y apparenter. Elle se redressa enfin, un sourire triomphant sur les lèvres.

Et voici vos pass pour le second marché, il n’y a pas d’horaires pour les ventes, elles se font selon l’arrivage.

Elle tendit 4 pass de couleurs vertes, gratifiant Darren d’un sourire tout particulier et elle lui glissa doucement tout en tardant à lâcher son pass.

Si vous êtes encore dans le coin ce soir, passez voir ma navette, je suis au hangar 42.

Clive n’était pas un as pas question séduction. Il se dépatouillait seulement avec ce qu’il avait à vendre. Cette petite attention le surprit agréablement. Son sourire déjà léger s’aggrandit et il prit le pass. Tout comme elle, il s’y attarda, faisant glisser ses phalanges pour recouvrir celles de la blonde d’une douce caresse. Un contact subtil pour faire passer le courant.

« Avec mes plus beaux morceaux... » lui confia-t-il en tirant légèrement sur le pass, comme s’il lui demandait la permission, et donc l’accord de ce rendez vous.

L’esprit de Darren turbinait à fond. Il avait déjà deux trois idées bien sympa qu’il aurait aimé explorer. C’était en partie à cause de ça qu’il ne se voyait pas officier. Il partait toujours dans tous les sens quand il était dans un endroit peu familier et une mission qui sortait des standards. Localiser et protéger des cibles dans un bouge dans ce genre, c’était déjà fait. Mais sur Pégase et dans une station spatiale, c’était tellement le pied !!!
Clive lui adressa un dernier petit clin d’oeil charmant et s’éloigna à reculons, comme s’il voulait la regarder encore un peu, puis il finit par lui tourner le dos.


John Sheppard


La chanson de Darren eut le mérite de faire son effet sur la demoiselle qui laissait entrevoir les écrans derrière elle. La scène était très intéressante, incitant à observer un groupe de gorilles avec deux jeunes femmes bien connues. Le plus inquiétant n’était pas de les voirent attachés comme des chiennes (comme quoi il n’étaient pas si loin avec Jabba le hutt) mais l’horreur sur le visage de la jolie rousse qui semblait avoir vu quelque chose de terrifiant dans une pièce… l’émotion d’Hailey était difficile à déchiffrer, après tout, une soldate était censé être moins expressive avec son entraînement mais son regard rivé sur le sol témoignait de son mal être. Naturellement cela piqua le colonel qui présentait l’urgence de leur porter secours, mais pour faire cela il fallait agiter un peu ses neurones… Ils devaient agir avec finesse, ce marché “noir” devait être un repère de vipère contrôlé et vigilé par une sécurité encore plus renforcée. C’est pour cela que l’initiative de Darren, de draguer la jeune femme était la bienvenue, il fallait trouver des alliés pour sortir de ce trou à rat sans trou en plus que ceux déjà présent naturellement ! Et si la demoiselle a le béguin pour le troubadour du coin, elle serait peut-être plus encline à “aider” celui-ci. John réfléchissait dans ce sens, des stratégies subtiles pour assurer le futur, qui allait être des plus rocambolesque !

Concentré sur les écrans, il ne ratait pas l’état de l’un de ses compagnons, il n’était pas surpris que cela soit Matt, la patience n’était pas l’une de ses vertus… faut dire que vu son état tout le monde dans le poste de douane sentait le volcan bouillonner sans même le regarder… ce genre de trait de caractère, Calahan ne lui avait pas supprimé et pourtant être plus calme lui serait profitable… enfin bon, il avait eut le mérite de le juguler un peu. John retenu un soupir alors que la demoiselle lui donnait enfin les badges et qu’ils puissent partir vers la suite des festivités.

Mais avant d‘atteindre l’ascenseur darren ralentit la marche demanda :

« Permission de parler avant d’atteindre la cour des grands ? »
« Pas maintenant. » répondit l’homme qui attrapa l’épaule de Matt pour le faire stopper et lui faire tourner les épaules et le regarder froidement. Le petit geste envers la Doc avait été de trop aux goût de John.
« Je ne le dirais qu’une fois Eversman, vous gardez votre sang froid ou vous retournez faire le maton dans le jumper. Cette mission est trop délicate pour qu’elle foire à cause d’humeurs mal controlées ! » Il avait murmurer pour que cela reste dans le groupe, mais le ton cinglant était là. John ne rigolait pas, on était loin de l’homme jovial il était en mode officier et ça ne rigolait pas. De plus, il ne voulut même pas entendre la quelconque réponse de son soldat, il lui fit signe de continuer la marche, histoire qu’il médite sur son comportement et surtout… John le savait Matt allait fulminer et il n’avait pas envie de voir un enfant bouder. Puis il tourna la tête vers Darren un signe de tête pour lui signifier qu’il pouvait parler. Celui-ci ralentit sa progression au grand désespoir de Matt. Une fois certain que les oreilles ne traînait pas hormis celles de son groupe, il chuchota :

« J’sais pas si vous avez vu mais j’ai un coup à jouer...je parle pas du rencard. Le Warlow en question n’aime pas “les gens comme nous”. Pour un mec aussi bien gradé, visiblement, il a l’air de le vivre assez mal. Je pourrai essayer de le recruter….et sa blonde avec. »
Il s’était penché pour lui murmurer son plan.
« Oui j’ai constaté cela aussi. » Il l’encouragea à dire la suite.
« Le mec est chef de la sécu, c’est un joker. Il en a peut-être marre de cette vie. Le seul truc qui l’intéresse, c’est aussi voyant comme le nez au milieu du pif : c’est l’attention de ce top modèle. »
Darren jeta une oeillade pour vérifier qu’on ne les écoutait pas en chemin. Quant à John il n’était pas certain que cela soit une histoire d’amour entre le garde et la jeune femme, mais soit, dans tous les cas, il avait quelque chose pour qu’il daigne venir mettre son nez dans les affaires des “clients”.
«Bon...une splendeur pareille, c’est forcément le coup du brésilien. Service trois pièces et traitement hormonal au menu. Obligé ! Mais je peux essayer de l’avoir aussi à notre cause. Un vaisseau de plus au hangar 42 pour faire diversion, deux personnes qui connaissent les lieux comme leurs poches... »
Darren tentait de ne pas tout débiter à la vitesse grand V. Surtout qu’il n’y a pas cinq minutes encore, il se proposait de se faire vendre avec le jumper. Il partait toujours dans tous les sens, c’est pour ça qu’il lui fallait l’avis de John. Peut-être que son idée était complètement débile. Ou peut-être que ça vaudrait le coup ?
« On connaît des planètes avec des peuples refuges, des civilisations qu’ils pourraient intégrer pour changer de vie, l’un comme l’autre. C’est quand même une sacrée proposition qui les fera réfléchir, une chance qui se reproduira pas comme ça. Je me désolidarise et je tente de me les mettre dans la poche ? Ca vous botte ? »
John réfléchir en même temps que Darren parlait, là voilà la seconde opportunité pour leur retour en limitant la casse…
« Bien, faites le vite. Vous me tenez au courant en même temps. Vous devez être subtil, tester leur loyauté, je ne veux pas que ça se retourne contre nous. Gardez en tête qu’ils sont une aide possible pour qu’on dégage de là sans la gestapo au cul.» lança John, qui lui sortit une lame discrètement pour lui tendre à couvert de sa veste pour la donner au troubadour du coin qui n'avait rien sur le cul mise à part sa guitare envoûteuse de blonde.
« J’suis pas comme vous patron. J’impressionne personne avec une lame dans la main. » lui dit-il en souriant. « J’m’en trouverai une sur l’ennemi quand ça chauffera... »
« Ce n’était pas une proposition soldat. Vous la mettez dans votre caleçon si vous voulez mais vous la prenez !»
« A vos ordres. »
Le colonel hocha la tête avant d'accélérer le pas, pour que l’équipe se détache et qu’ils arrivent vers l’ascenseur. Les autres auraient parfaitement entendu l’échange étant à coté.
Quant à Darren, il cessa sa marche, se faisant distancer par le groupe. Il ne serait pas là pour la suite, ça se jouerait avec John, Matt et la toubib maintenant. Mais il avait la possibilité de bosser en parallèle et, rien que d’avoir cet accord de la part du patron, ça le gonflait d’enthousiasme.
« Question référence cinématographique, j’ai connu mieux ! » le taquina-t-il avant de tourner les talons.
Ca y est, il entrait sans la partie la plus profonde de son boulot. Il repartit tranquillement dans la direction inverse. Sa cible ?
Warlow...forcément ! Un petit dialogue de circonstance pour lui demander un service.
Le brave homme allait bien lui trouver un guide pour le hangar 42. Et si l’hypothèse de Darren était bonne, le type saurait forcément où ça menait et sa réaction serait assez révélatrice.
Amoureux ou pas ?
Manipulable ou pas ???
John ne pretta nullement d’attention aux gorilles étant calme d’aspect, il se faufila dans l’ascenseur qui franchement faisait peur avec ces bruits de rouille… mais ils n’étaient pas au bout de leurs surprises, le marché “noir” était véritablement la face cachée de la lune… il devait avoir toutes sortes de denrées et des créatures interdites, très difficile à se procurer… il était d'ailleurs étonnant que tout cela soit “légal” dans cette cité spatiale et juste autorisé à une élite. Le plus déroutant était le regard de certaines créatures, qui puaient l’intelligence, se demandant surement pourquoi des animaux sans poils avaient le culot de les mettre en cage. Et même si cela aurait été des plus fascinant de s’attarder sur l’horreur que pouvait faire les hommes, John laissa son regard courir sur l’ensemble de l’endroit, avant d’accrocher vers cette estrade au loin. il fallut donner des coudes et Matt, de son air aimable, ouvrit la marche sans trop de difficulté. John avait laissé passé la doctoresse entre eux, pour qu’elle soit happé par le mouvement tout en évitant de la perdre dans cette foule en délire.
Sans même demandé la permission, Matt décida de s’éloigner. John approuva, il contait lui demander de s’éloigner un peu pour repérer les sorties potentielles, les “cages” et les filles. Une initiative appréciable. Il se retrouva avec la doctoresse, continuant à l'entraîner vers l’estrade. Ils stoppèrent à une distance respectable pour voir avec effroi une pauvre jeune femme faiblement vêtue… Esfir avec un pansement. L’homme fronça les sourcils, écoutant le discours édifiant du vendeur d’esclave. 850 UST...900..., le collier était à 270 à peine...Et un lance flamme était plus cher qu’un collier de perles rares ? Les armes avaient donc plus de valeur, il avait un coup à jouer et des armes ils en avaient pour les enchères.
John sentit que quelqu’un s‘accrochait à lui, il tendit son bras pour que la doctoresse puisse saisir celui-ci et se rassurer si besoin.
« ça ira Doc. » dit-il en lui tapotant la main… il ne pouvait rien dire de plus, il lui offrait son bras et le soutien qu’elle pourrait rechercher, cela était un spectacle des plus difficile à voir.

// Cible 2 introuvable.. //
// Regardez les sorties, le nombre de gardes et s’il y a des cages. // indiqua John qui trouvait inquiétant qu’on ne puisse pas voir Hailey.

« Fusil de guerre avancé doté de son lance explosif. » gueula John pour tâter les enchères. Son regard essaya d’accrocher Esfir.



CODAGE PAR AMIANTE


_________________
    Colonel John Sheppard
    Double comptes : Isia Taylor-Laurence & Alexander Hoffman& Naalem Lays & Elana Ravix //écriture : MediumTurquoise

Revenir en haut Aller en bas

Hailey Spalding
√ Arrivée le : 09/09/2018
√ Date de naissance : 21/09/1995
√ Age : 24
√ Messages : 242

le Lun 14 Oct - 19:20

Hailey Spalding
Lt Ryan

Briefing
MJ32 : Scavengers
Ft. Colonel Sheppard, 1ere classe Eversman, Docteur Raman, 1ere classe Clive


Une vente presque parfaite


La vente d’esclaves, cette industrie malsaine de la réification de l’être humain, échauffait les esprits, excitait les passions, les désirs des plus pervers, des plus écœurantes âmes qui s’étaient réunis en cette vaste salle. Les prix grimpaient, le lance flamme qui avait suscité l’amusement et accordé à son propriétaire l’attention du commissaire avait été délaissé par la proposition plus intéressante de Sheppard. Le regard de cet homme sans scrupule s’était posé sur lui, des murmures intrigués s’étaient soulevés dans l’assistance. A cette voix bien connu dans la cité autrefois perdue d’Atlantis, Esfir releva la tête, cherchant d’où elle venait, pensant rêver mais dans la foule les visages familiers n’étaient qu’anonymes dans les ombres. Sheppard n’était qu’un enchérisseur de plus, un horrible personnage pour l’acheter alors elle reprit sa position résignée, attendant son sort.
Qui était ce nouvel enchérisseur ? D’où venait il ? Quelle était donc la nature exacte de l’arme qu’il proposait en paiement ? Ces questions fleurissaient, entrecoupés de quelques ricanements. Matt n’était pas le seul à trouver qu’il fallait être un crétin pour vendre une arme pour une esclave. Mais nos Atlantes avaient ils le choix ? Ils n’avaient clairement pas assez de monnaie locale en poche pour se permettre de prendre de risque. Déjà qu’ils risquaient d’avoir des difficultés suite à leur paiement en perles du chaos, puisqu’il n’était pas certain qu’elles soient véritables… Mais si une arme valait aussi cher que la vente en cours semblait l’indiquer, ils pourraient sans doute s’en tirer, avec de la chance…
« Qui dit mieux ? Une arme avancée disposant d’un lanceur d’explosif… Allons messieurs, dames, vous avez sans doute plus à proposer ? Non ? »
Un silence, un long moment d’hésitation, des regards suspicieux. Une main commença à se lever avant de retomber.
« Ah…. Eh bien le monsieur à l’arme avancée est prié de se présenter immédiatement au point de retrait. A gauche de l’estrade. »
D’un geste, il fit signe pour que l’on emporte Esfir et fasse monter la suivante, qui n’était autre que Hailey Spalding. Elle avait l’air en plus piteux état. Une lèvre tuméfiée, une arcade sourcilière qui semblait avoir pris un méchant coup et mériterait sans doute quelques points de sutures, une posture qui pouvait s’expliquer par des côtes fêlées… Elle avait l’air de s’être défendue, d’avoir tentée de s’échapper, en vain. Mais elle avait ce regard faussement fier, tentant de conserver une contenance malgré ce qu’elle avait vu plus tôt, et l’avait ébranlée.
Et pendant que les enchères s’effectuaient ceux des Atlantes qui étaient attentifs à leur nouvel environnement purent constater que la salle était octogonale, chaque portion de murs disposant d’une porte et le plafond lui-même semblait pouvoir s’escamoter pour laisser la place à un vaisseau par quatre fois plus imposant que les jumpers. Ils étaient donc dans une salle de maintenance ou un conduit permettant le déplacement de vaisseaux ou marchandises entre différents niveaux. Quant aux gardes, ils étaient nombreux. Six par portes, tous vêtus d’armures noires, casqués, armés d’armes massives et dissuasives. S’ils devaient bouger, il y aurait des morts. Quant aux cages pour contenir les marchandises humaines, si elles existaient, elles n’étaient pas ici. Tout semblait se passer derrière la porte à gauche de l’estrade par laquelle Esfir avait disparu, dont Hailey était sortie et par où Sheppard disparaîtrait à son tour.
« Et voici un nouveau spécimen. Une magnifique créature si vous voulez mon avis. Regardez cette peau dorée, ces cheveux soyeux, ce regard ! Un peu rebelle mais il ne sera pas difficile de la discipliner ! La mise à prix est à 500 UST ! »
Immédiatement des mains se levèrent, proposant des sommes toujours plus folles. D’abord la hausse fut minime, puis de plus gros poissons se mirent à enchérir par paquet de 100 UST. Les Atlantes pourraient bien avoir plus de difficultés avec celle-ci mais tout dépendait de la valeur de ce qu’ils pouvaient encore proposer, et peut être de la qualité de leur bluff ? Hélas l’inventivité de Sheppard n’allait plus pouvoir servir pour Hailey. Il était sollicité ailleurs…
En approchant de la porte, l’enchérisseur au lance-flamme barra la route à John. C’était un type plus grand de deux têtes, aux bras comme des cuisses de taureau, rasé et tatoué de marques tribales. John n’eut aucun mal à s’imaginer la frayeur qu’il pouvait susciter mais surprenamment, il avait un air amical et ne semblait pas lui en vouloir pour l’avoir vaincu sur l’affaire.
« Félicitation ! J’aurais dû y penser ! Ils en ont à la pelle des lances flammes ! T’as intérêt à pas laisser la donzelle ici, le temps de récupérer l’arme. Le conseil est gratuit hein ! Allez salut mon gars et amuse-toi bien avec la fille ! »
Et sur ces mots accompagnés d’un clin d’œil, il s’éloigna en sifflotant. Les affaires continuaient.
Sheppard, et le reste de l’équipe qui aurait décidé de le suivre, put ensuite atteindre le point de retrait sans encombre, passant devant les gardes qui ne leur adressèrent aucun signe d’attention particulière, seulement les têtes qui tournaient, reflétant leur image dans les visières polies à l’excès et découvrirent une salle légèrement plus étroite, où, derrière des barreaux de métal, enfermés tels des animaux dans un zoo attendaient les malheureux privés de leur liberté. Esfir était dans une cellule à part et regardait ce sauveur avec surprise et joie, craignant tout de même que son amie n’ait pas sa chance ; elle venait de partir pour connaître son prix.
Une femme, qui aurait pu être la mère de Caldwel tellement elle paraissait âgée, au regard sévère et à la tenue stricte, militaire, vint accueillir ce nouveau client. Elle avait un air de famille avec le chef de la sécurité précédemment rencontré ; quelque chose dans le regard et la forme du menton, ainsi que la façon de marquer sa désapprobation. Le client qui n’avait pas de quoi payer sur lui était toujours une plaie.
« La rouquine c’est ça ? Vous avez le paiement sur vous ? »

CODAGE PAR AMIANTE


_________________
Double compte : Lorn Fawkes


Hailey écrit en Darkorange

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum