Atlantis Insurrection

RPG sur Stargate Atlantis

Le Deal du moment : -30%
Enceinte connectée Amazon Echo (3ème ...
Voir le deal
69.99 €

Warren Butler

Image perso : Vos gueules, les mouettes ! Bann11
√ Arrivée le : 13/04/2020
√ Date de naissance : 12/04/1985
√ Nationalité : Américaine

√ Age : 35
√ Messages : 25
√ Localisation : Atlantis

Liste de vos DC : Erin - Pedge - Chenoa - Teshara

le Mer 6 Mai - 18:22

Warren Butler
Vos gueules, les mouettes !
feat Riyel Von Gikkingen


Depuis les digues. Oui depuis les digues, ce serait parfait : On lui avait donné un point de vue pour prendre la cité en contre plongée, ne serait-ce que ces tours qui se dressaient alentours comme d’immenses paratonnerres majestueux. Ce n’était rien comparé à la tour centrale qui dominait le reste de la formation, comme un immense building au milieu d’un quartier d’affaire, surpassant les autres en hauteurs et en classe. Warren n’était pas un gars très urbain, préférant de loin la nature, mais il n’était jamais contre les particularités architecturales, et la cité d’Atlantis en faisait une belle, de particularité.

Les digues, c’était aussi une façon de prendre l’air, de sentir les embruns de cet océan immense dans lequel la cité baignait. Est-ce qu’il y avait eu des tentatives pour naviguer dessus ? Il imaginait que non. Il regrettait amèrement de ne pas avoir été de ceux qui arrivèrent en premier sur la cité, de ces pionniers qui l’avaient vu remonter à la surface depuis l’intérieur, dans son bouclier magnifique et mirifique. Quelle sensation extraordinaire ça avait dû être !

Son âme de marin le conduisait plus à se mettre le nez au vent, les yeux fermés, qu’à prendre des photos de la cité. De toute façon, il savait qu’il aurait tout le temps possible pour le faire plus tard, et puis, il n’avait pas choisi la meilleure des digues à l’heure actuelle, car le soleil donnait derrière la tour centrale, offrant un contre jour dès plus pénible. Avec l’après-midi qui allait s’avancer, il finirait par passer sur un angle qui lui permettrait de faire une belle photo, il n’en doutait pas. Il avait le temps non ? Qu’allait-il faire de plus à l’intérieur de la cité de toute façon ? Autant profiter de l’air iodé, et pourquoi pas, de s’approcher de l’eau, même si ça semblait compliqué d’aller se baigner. Les remous étaient important, et seule l’imposante cité ne bougeait pas. De quoi filer la gerbe à quelqu’un qui n’aurait pas le pied marin, ce qui n’était heureusement pas le cas de Warren.

En tout cas, là bas, un peu plus loin, il semblait y avoir deux énormes blocs moteurs qui devaient participer au déplacement de la cité, tant dans l’espace que dans l’eau. Le soldat se mit dans l’idée d’aller y jeter un coup d’oeil, profitant du beau temps pour se dégourdir les jambes. Les permissions, c’étaient à ça que ça servaient, entre autre. Habituellement, il aurait pu retrouver une éventuelle copine, faire quelques courses, puis se barrer quelques temps en pleine nature, mais ce n’était pas une permission comme les autres. C’était une permission à des millions d’années lumières de la Terre. Des millions ou des milliers ? Il haussa des épaules. Il n’en savait rien. Ces chiffres astronomiques lui passaient clairement au dessus de la tête.

Sa science à lui, c’était la nature. Au final, il n’avait pris aucune photo encore, et ce n’était pas le genre à regretter cet état de fait, bien au contraire. Sa boîte à photo, avant tout, c’était ses yeux. Quelque chose le mettait mal à l’aise depuis toute à l’heure, sans qu’il ne parvienne à identifier quoi. Ce n’était pas ce sentiment de sentir observé, ni même celui d’avoir oublié quelque chose, encore moins celui d’avoir mis son caleçon à l’envers. Alors quoi ?
Il haussa de nouveau des épaules. Quand ça lui ferait tilt, ça lui ferait tilt, et il verrait pourquoi. En marchant sur la digue, il pouvait sentir les vagues taper contre la coque de la cité, et projeter par moment de l’eau par dessus bord. Naturellement, il marchait le long de l’onde qui grondait en contrebas, le pied assuré. Le temps changeait un peu, et il mettrait presque sa main à couper qu'il allait faire de l'orage dans pas longtemps, malgré le soleil qui se trémoussait toujours sur l'horizon. Les vagues se faisaient plus impressionnantes.

Tiens, voilà une autre âme qui se promène dehors. Il n'avait croisé personne jusque là, et ça lui allait plutôt bien, au nounours solitaire. Néanmoins, comme la cité était en vase clos, et que tout le monde côtoyait tout le monde, même si tout le monde ne connaissait pas tout le monde, il salua la personne qui semblait porter un appareil photo elle aussi.

« Bonjour. Y'a le gros temps qui arrive, j'en ai peur. », fit-il pour ne pas simplement dire un banal bonjour. Il venait d'arriver sur la cité, du moins, ça ne faisait pas très longtemps, et ce gars là lui disait vaguement quelque chose. Il n'était pas sur le Dédale lui aussi ?

Soudainement, il s'exclama :

« Putain, mais c’est ça ! Y a pas de mouettes !! »

Voilà, ça venait de faire tilt.


(c) AMIANTE


_________________
DC : Erin Steele ~ Pedge Allen ~ Teshara Lays ~ Chenoa Penikett

Revenir en haut Aller en bas

Riyel Von Gikkingen
Image perso : Vos gueules, les mouettes ! Lu73
√ Arrivée le : 29/03/2020
√ Date de naissance : 18/06/1995
√ Nationalité : Russe

√ Gène : ATA
√ Age : 24
√ Messages : 13

le Lun 11 Mai - 14:57

Riyel Von Gikkingen
Vos gueules, les mouettes !
feat Warren Butler


Près de huit jours qu'il été arrivé à bord de la station et il n'avait pas encore eu le loisir de si balader. Il s'était d'abord concentré sur le boulot, essayant d'y trouver ces marques, se concentrant sur les échantillons qu'on lui apportait, les étudiants, assemblant les données, assoiffé de connaissance qu'il n'aurait jamais pensé avoir accès. Il pouvait le dire, il avait la tête dans les étoiles.

Déjà plus de trois heures qu'il était sur le même échantillon d'analyse et qu'il n'arrivait à rien, il n'en pouvait plus, ce n'était pas pourtant pas la première fois mais aujourd'hui il avait comme un petit sentiment de ras-le-bol, un besoin d'autre chose, ce qui divisait sa concentration. Alors, dans un soupir il se redressa de son espace de travail, se passa les mains sur le visage et se releva. Après avoir rangé chaque instrument à ça place, il étudia le laboratoire du regard. Tous ces instruments de technologie des anciens qui s'entassaient dans un désordre organisé que seuls les laborantins de la station comprenait, ces derniers jours, il ne pouvait se lasser de la vue, admirant chaque élément comme un enfant devant son sapin de Noël. Seulement, à l'heure actuelle, il avait envie d'autre chose, il ne s'était pas autorisé de pause autre celle pour aller manger au mess et encore il ne s'y éternisait pas plus que ça.

Le jour de son arrivée, il avait été fasciné par la vue dehors, peut-être qu'il pourrait aller faire un tour du côté des digues pour souffler un coup. Et peut-être prendre quelques photos au passage, il avait promis à sa sœur dans le peu de temps où il était rentré chez ses parents en Russie, qu'il prendrait quelques photos de temps en temps, alors même si jamais il ne pourrait les lui montrer par cause de secrets d'état, une promesse était une promesse et puis il avait pris goût à la photographie, resté immobile pendant des heures pour obtenir un unique cliché, sa forcé la concentration, le calme.

Devant aller récupérer l'artefact dans la chambre, il passa les divers couloirs s'émerveillant silencieusement à chaque fois qu'il posait les yeux quelque part, tel un grand enfant. Bien vite arrivé dans ses quartiers, il fouilla dans son seul bagage à la recherche de la précieuse mallette, quand il le trouva, il inspecta l'appareil sous toutes ses coutures se rassurant qu'il n'est pas été abîmé par le voyage. Ceci fait, plaçant l'appareil autour de son cou, il replaça la mallette dans sa valise et pris la direction des digues.

Sur place, il inspira un bon coup et l'air frais du large lui fit du bien. Il n'était encore jamais allé à la mer, ses parents ne l'ayant jamais emmené, car trop occupé, et même aux états-unis, il était encore trop préoccupé par ses études pour prendre le temps d'y aller. Au cours de ses prochaines années, il aurait tout le temps qu'il veut pour profiter de cette vue-là en espérant qu'il fasse meilleur. En attendant, il tenta de prendre quelques clichés des vagues s'écrasant contre la coque de la cité, s'entend les vibrations sous ses pieds, s'était une drôle de sensation quand on ne si attendaitpas, le temps avait l'air de s'assombrir et ça le rendait nostalgique, il laissa l'appareil reposait sur son tour et les mains dans les poches continua sa route le long des digues.

Il n'avait fait qu'une moitié de chemin qu'il vit une autre présence, semblait-il l'avoir vu le premier, car il s'approcha de lui.

« Bonjour. Ça aura au moins le mérite de me rappeler la terre. » , avait-il rétorqué simplement. Cet homme avait un air de déjà vu, il était sûr d'avoir voyagé avec lui sur le dédale, il se souvenait d'un homme solitaire l'air ailleurs.

Soudain, il entendit celui-ci s'exclamer très fort à propos de mouette. Il haussa un sourcil perturbé par ses paroles.

« Les mouettes ? »


(c) AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas

Warren Butler

Image perso : Vos gueules, les mouettes ! Bann11
√ Arrivée le : 13/04/2020
√ Date de naissance : 12/04/1985
√ Nationalité : Américaine

√ Age : 35
√ Messages : 25
√ Localisation : Atlantis

Liste de vos DC : Erin - Pedge - Chenoa - Teshara

le Mar 12 Mai - 7:55

Warren Butler
Vos gueules, les mouettes !
feat Riyel Von Gikkingen


Warren jeta un coup d’oeil au bonhomme avant de reporter son attention vers le ciel, puis vers le continent qui se distinguait dans le lointain. A cette distance, difficile à dire si des mouettes volaient à proximité du morceau de terre imposant où s’était établie la colonie athosienne. Autre galaxie, autre espèce d’oiseau. Voilà tout. Finalement, il se tourna vers ce type qu’il venait de croiser, avant d’acquiescer :

« Les mouettes ouais. Y en a pas. C’est un peu désorientant pour un marin. Y a toujours de ces satanés cormorans, et autres mouettes qui rodent autour des humains. Sur Terre. », crut-il bon de préciser, puisque ce n’était pas le cas ici de toute façon.

Mais bon, autant se faire comprendre avec un moindre effort, non ? Il ajusta du regard ce jeune homme, détaillant finalement sa physionomie et cherchant à savoir par cette inspection s’il s’agissait là d’un civil ou d’un militaire. Au regard du morceau de viande, il espérait que ce soit un civil et non un de ses collègues, sans quoi, il devait en chier à la salle de sport avec le sergent instructeur.
Ce détail mis de côté, ses yeux s’attardèrent sur l’appareil photo qu’il tenait en bandoulière. Le modèle était sympathique, et cela lui donnait un point commun avec cet homme, puisque lui aussi se promenait avec la sangle de son appareil autour du cou.

Le vent montait ostensiblement encore, et les creux commençaient à avoir de la gueule tandis que les nuages s’accumulaient au nord, propulsant une massa sombre sur l’étendue d’eau. D’ailleurs, la pluie était parfaitement visible à l’oeil nue, telle un rideau drapant l’horizon d’un voile sombre et grisâtre. Warren adorait voir l’onde approcher, ou tomber dans le lointain. Souvent, une odeur de champignon remontait dans l’atmosphère, ce qui n’était pas foncièrement vraie en mer, la faute au fait que les champignons, ça ne poussent pas sur les vagues. Bref, l’air marin se chargeait d’iode, d’électricité, et c’était là tout le charme d’un orage en pleine mer, même si sur un navire, ça en faisait dégueuler plus d’un, sans parler de ceux qui s’adressaient à leurs dieux, s’en remettant à leur clémence dans une mer démontée.

Sur cette cité, le soldat doutait qu’ils ressentent quoique ce soit de la furie de la mer. A tout le moins le vent sifflerait entre les tours effilées, la pluie battante viendrait frapper les vitres, et les éclairs seraient captées par les énormes paratonnerre anciens qui étaient juchés sur le haut des arrêtes de la cité. Selon l’intensité de l’orage, peut-être que des vagues viendraient lécher les digues, et Warren se demandait si des mesures étaient prises en terme de protection du personnel dans ce genre de situation.

Il revint sur les premiers propos de l’homme, jaugeant qu’il avait certainement le mal du pays. Il était certain qu’ils faisaient partis des bleubites comme lui qui venaient de débarquer depuis le Dédale, il y a de ça une huitaine.
L’homme fourra ses mains dans ses poches, et gonfla ses pectoraux, non pas pour impressionner, mais pour prendre une inspiration d’air marin, avant d’ajouter :

« Enfin, ça fait du bien de ne pas les entendre gueuler, ces satanés volatiles. », blagua-t-il avant d’extirper finalement une main de sa poche et de la tendre vers le jeune homme : « Warren Butler, soldat première classe. T’es fraîchement arrivé pas vrai ? Mal du pays ? »

A cause de cette femme, Esfir, la jolie rousse russe, à moins que ce ne soit la jolie russe rousse, il tutoyait presque tout le monde. Cette dernière n’avait pas sourcillé une seconde en lui parlant, mettant du “tu” directement, et à toutes les sauces, si bien qu’il en avait conclu que c’était un peu la mode ici. Qu’importe, c’était aussi dans son caractère d’être bourru et direct, ce qui se confirmait par sa voix rocailleuse qui avait les tonalités du tabac.



(c) AMIANTE


_________________
DC : Erin Steele ~ Pedge Allen ~ Teshara Lays ~ Chenoa Penikett

Revenir en haut Aller en bas

Riyel Von Gikkingen
Image perso : Vos gueules, les mouettes ! Lu73
√ Arrivée le : 29/03/2020
√ Date de naissance : 18/06/1995
√ Nationalité : Russe

√ Gène : ATA
√ Age : 24
√ Messages : 13

le Mer 20 Mai - 15:25

Riyel Von Gikkingen
Vos gueules, les mouettes !
feat Warren Butler


Il s'adossa à la rambarde dos à la mer, toujours les mains dans les poches en levant la tête au ciel, essayant de percer la couche des épais nuages noirs pour apercevoir les étoiles, l'air ailleurs, écoutant son homologue d'une oreille seulement.

Ah oui ces mouettes-là. À dire vrai, il n'était pas sûr d'en avoir vu une seule de vie, ni même vu grand chose en général. Du plus loin, qu'il se plongeait dans ses souvenirs, il n'avait jamais pris le temps d'observer la vie alentour, il était d'un naturel calme et posé, mais toujours plongés dans ses précieux livres, tout pour s'échapper de l'ambiance pesante du manoir. La pièce qui servait de grande bibliothèque regorgeait de livres traitant de tous les sujets imaginables. Ses parents s'étaient toujours vanté de sa soif d'apprendre, mais ils n'avaient jamais eu conscience du véritable pouvoir des livres, de toute la science qui si réfugiés, grave erreur qu'ils avaient eu là, s'ils avaient vraiment voulut lui apprendre les affaires, ils auraient dû mieux contrôler ses lectures, aujourd'hui grâce à ça, il était à des années lumières de la terre avec un bagage inestimables dans les poches.

Mais rien ne servait de ressasser le passé à l'heure actuelle. Il se releva de la rambarde en faisant rouler ses épaules pour évacuer la tension et étudia l'autre homme du regard. Lui aussi portait un appareil photo, il venait tout juste de le remarquer, un modèle beaucoup plus récent que le sien, ou du moins très bien entretenu. Il jeta un regard à son propre appareil de plus près, le modèle datait des années soixante-dix, très peu user, il n'avait jamais vu sa sœur avec en fait, peut-être lui avait-elle toujours destiné, comme un pressentiment.

Un courant d'air s'infiltra sous ses vêtements et il observa le lointain. La pluie approchait à grands pas et il était quelque peu impatient. Être dessous n'était pas véritablement ce qu'il préférait, mais il avait toujours aimé la regarder à travers les fenêtres de la bibliothèque, caché dans une alcôve. Ses nuages gris qui s'amoncelaient silencieusement vous narguant de leur couleur, vous ne saviez jamais s'il allait véritablement pleuvoir, toujours ce petit sentiment d'hésitation, c'est comme ça que lui l'interprété. Il avait hésité pendant un moment à être géologue, mais découvrir comment pouvait se développer la vie ailleurs lui paraissait plus fascinant, c'était son échappatoire lors de mauvais rêves, les petits hommes verts.

Il reporta son attention sur l'homme qui s'approchait de lui, suivant son regard, qui le scrutait de la tête au pied. C'est vrai qu'il n'était pas bien épais avec ces soixante-quinze kilos tout mouillés, à sa défense il n'aimait pas tellement l'effort physique, un petit jogging chaque soir c'était tout ce qu'il faisait pour garder la forme et s'aérer l'esprit après une longue journée. Mais étrangement, depuis son arrivé il n'avait pas encore eu le loisir de courir sur la station, il fallait dire que les journées n'avaient jamais été aussi épuisante aussi.

Quand l'homme se présenta à lui, il tendit la main à son tour, la serrant dans une poignée modeste.

« N'est-ce pas risible pour un marin, d'abhorrer ces volatiles comme vous dites ? Dans tous les cas, enchantés soldat. Riyel Von Gikkingen, exobiologiste. » , d'accord, le vouvoiement faisait vieux jeu, mais à sa décharge il avait été éduqué comme ça, s'était sa carapace. « Je suis arrivé à bord du dédale, il y a huit jours et vous ? Quant au mal du pays et bien. J'ai toujours eu peu l'habitude de l'eau, j'aime mieux avoir les pieds sur la terre ferme.»

Il n'avait pas la moindre idée de comment marcher les relations sociales sur une station pareille, mais quelque chose lui disait, que c'était homme ne serait pas le seul à l'aborder de cette manière. Sûr que cela allait bousculer ses habitudes, mais après autre galaxie, autre mode de vie.

(c) AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas

Warren Butler

Image perso : Vos gueules, les mouettes ! Bann11
√ Arrivée le : 13/04/2020
√ Date de naissance : 12/04/1985
√ Nationalité : Américaine

√ Age : 35
√ Messages : 25
√ Localisation : Atlantis

Liste de vos DC : Erin - Pedge - Chenoa - Teshara

le Dim 24 Mai - 21:16

Warren Butler
Vos gueules, les mouettes !
feat Warren Butler


« Ça l’est certainement. », répondit Warren en rigolant un peu. On les aimait et on les détestait, c’était comme ça que ça se passait. C'étaient de bonnes camarades, mais des fois, elles tapaient sur le système quand même à toujours gueuler, piaffer, et autres bruits qu'elles pouvaient produire. Riyel Von Gikkingen. Encore un nom à la con et à rallonge, qu’il ne retiendrait certainement pas. Riyel serait suffisant. Décidément, qu’est-ce qu’on rencontrait comme personnes qui n’étaient pas américaines sur ce rafiot ! Bon, en soit, peut-être que cet homme était tout ce qu’il y avait de plus ricain sur cette planète, mais que son patronyme ne lui rendait pas justice. Il en avait connu des comme ça, dans l’armée, des personnes avec des noms à consonance germanique, arabe ou autre. Pourtant, ils étaient tous natifs des USA, comme lui.

Enfin… Ce n’était pas dans l’armée qu’on vous pondait ce genre de spécialité : exobiologiste. Dans le genre grosse tête, on ne devait pas faire mieux, jugea Warren en toisant le personnage qui se trouvait devant lui. Il avait également noté qu’il portait un appareil photo, certainement pour prendre en photos les choses qui lui plaisaient, et peut-être même qu’il s’en servait pour son boulot. Le genre de petits détails qu’il pourrait savoir en discutant un peu. Il n’était pas pressé, et de toute façon, il ne pouvait pas quitter cette cité. C’était l’occasion de continuer à se faire des connaissances, et rien de tel qu’un autre photographe perdu par une après-midi venteuse sur ces digues pour lui laisser penser qu’ils avaient peut-être quelques points en commun, ou quelques centres d’intérêts similaires. De toute façon, Warren était le genre de gars à prendre le temps de faire les choses, et surtout, à les savourer.

Le soldat acquiesça. Il était lui aussi arrivé par le Dédale depuis une huitaine de jours maintenant. Le temps passait à une vitesse ! S’il ne prenait pas quelques instants pour freiner un peu et savourer le moment présent, il allait se retrouver à la retraite avant d’avoir dit « ouf ». Il s’amusa également de la seconde remarque du jeune homme, concernant le fait qu’il préférait avoir les pieds sur terre, n’ayant pas le pied marin. Comme beaucoup en fait. Les gens aimaient la mer, quand ils étaient sur la plage. Ils ne l’aimaient pas tant que ça quand ils étaient sur un navire, surtout par gros temps.

« Zêtes mal tombés alors. », s’esclaffa-t-il en considérant l’océan à perte de vue qui entourait la cité. M’enfin, paraissait qu’il y avait un continent pas trop loin et qu’il était possible de s’y rendre en Jumper pour s’y dégourdir les pattes, faire quelques entrainements, ou participer à des manœuvres.

« Mais oui, je suis fraichement arrivé moi aussi. Ca fait plaisir de croiser quelqu’un qui débarque également. Ils sont tous là depuis si longtemps qu’ils semblent blaser et ne plus se rendre compte de l’endroit exceptionnel où ils se trouvent. », argua le grand blond en se passant une main dans les cheveux. Instinctivement, et sans trop s’en rendre compte, il était repassé au vouvoiement. Qu’on appelle là tout de suite le premier mec à qui Butler avait manqué de respect par le passé, personne ne viendrait… Ou alors, ce n’était pas fait exprès, ou sans mauvaises intentions. Là, le gars employait la seconde personne du pluriel, il faisait pareil, collant à la situation la plus respectueuse selon le contexte. Il avait pris le pli de tutoyer les gens à cause de cette petite rousse bien mignonne qu’il avait entrainé aux fléchettes l’autre soir et qui s’était adressée à lui en le tutoyant directement.

« En quoi ça consiste votre métier alors ? » demanda-t-il du but en blanc en s’accoudant à la rambarde pour contempler l’océan et laisser l’air marin lui fouetter le visage. Il était curieux de nature, sur les professions, les gens en général en fait. L’humain l’intéressait autant qu’il le rebutait. Puis bon, le type semblait se demander ce que c’était une mouette à sa façon de lui répondre, alors qu’un biologiste quand même… C’était pas un type qui bosse avec les animaux ? A moins qu’il ne confonde avec zoologiste. Ouais, c’était plutôt ça en fait. Bon, ben il aurait sa réponse !


(c) AMIANTE


_________________
DC : Erin Steele ~ Pedge Allen ~ Teshara Lays ~ Chenoa Penikett

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 1

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum