Atlantis Insurrection
"Personne ne demande à devenir un Héros, sauf que parfois ça finit comme ça..."

Et si ce Héros, c'était toi ? Tu es l'un des meilleurs dans ton domaine (Biologiste, Chirurgien, Infirmier, Diplomate, Démineur, Maître chien...) et on te propose de participer à l'expédition la plus fabuleuse mais aussi la plus dangereuse : l'expédition Atlantis.
Auras tu le cran de rejoindre Atlantis pour découvrir ses mystères et affronter les dangers de cette galaxie ?

Tu peux aussi incarner les personnages importants de la série (Weir, Sheppard, McKay, Lorne, Teyla....) Bon niveau RP demandé.
On recherche de nombreux personnages inventés.
http://www.atlantisinsurrection.com/t387-personnages-vacants


Si tu te sens capable de franchir ce pas, tu es des nôtres ! Clique sur l'image ;-)


RPG sur Stargate Atlantis
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez| .

Les jours se suivent et se ressemblent [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
avatarInfos
Invité
MessageSujet: Les jours se suivent et se ressemblent [Libre] Mar 21 Jan - 8:44
Il était mort...

Cette simple phrase revenait sans cesse hanter les pensées de Jessica depuis trois longues heures, inlassablement. Elle revoyait encore le jeune homme allongé sur la table d'opération et le regard qu'il lui avait lancé avant que l’anesthésiant fasse effet et le pousse dans les limbes de l'inconscience. Puis l'opération avait commencé, rythmée par les bruit des moniteurs. Combien d'heures avait-elle durée? La chirurgienne n'aurait su le dire.. Tant d'efforts, tant d'espoirs... La partie semblait gagnée mais les choses ne s'étaient absolument pas déroulées comme prévues. Et c'est lorsque la jeune femme était sur le point de sauver la vie de son patient que la mort avait décidé de s'en mêler. La mort faisait partie intégrante de la vie, comme les deux facettes d'une même pièces. Jessica en était parfaitement consciente. Mais ce n'était pas pour autant qu'elle l'acceptait...

Quelque chose avait foiré, c'était évident. Le soldat avait peut-être perdu trop de sang ou son métabolisme avait été trop malmené pour résister aux affres de l'opération. Il y avait de multiples raisons pour expliquer le décès du jeune homme mais aucune ne trouvait faveurs aux yeux de la chirurgienne. Elle avait échoué, tout simplement. Comment, pourquoi... Ça n'avait que peu d'importance finalement. Tout ce qui importait c'est que la famille de cet homme ne reverrait plus jamais celui qu'ils aimaient et ne sauraient pas davantage ce qui lui était arrivé. On prétexterait sans doute qu'il avait été victime d'une embuscade en Afghanistan et qu'il était mort vaillamment, courageusement. Personne ne saurait jamais qu'il était mort dans une galaxie éloignée dont l'extrême majorité des gens ignoraient l'existence. Foutue guerre...

La perte d'un patient n'était jamais facile mais dans ces conditions c'était carrément atroce. Et comme si ça ne suffisait pas, elle avait du annoncer à son unité le décès de leur camarade. Jessica n'oublierait jamais leur regard, la tristesse qu'elle avait pu y lire et les quelques larmes qui avaient roulé sur les joues de certains des soldats. Personne ne lui en voulait, la chirurgienne en était consciente. Les responsables, c'était les wraiths. Encore et toujours ces saloperies. C'étaient eux qui étaient à l'origine de l'attaque qui lui avait coûté la vie. Ca ne rendait pas les choses plus faciles pour autant. Tout e que Jess' voyait, c'était ce qu'elle aurait pu faire, ce qu'elle aurait du faire pour éviter ça...

La chirurgienne s'était toujours pensée au-dessus de tout ça. Elle s'était forgée une carapace avec les années de pratiques. Ce n'était pas le premier patient qu'elle perdait mais c'était sans doute celui de trop. Ses défenses émotionnelles s'étaient écroulées et tout ce qu'il lui restait à présent c'était la sensation abjecte de l'échec. Pour la première fois, elle se demandait si elle avait bien fait d'accepter ce poste sur Atlantis...

Le mouvement d'une main devant son visage attira son attention. Un des athosiens qui servait au bar se tenait devant elle, de l'autre côté de la table. Elle vit ses lèvres bouger mais ne comprit pas ce qu'il disait. Elle se força néanmoins à émerger, à se reconnecter avec la réalité et quitter le gouffre de morosité dans lequel elle sombrait.


- "Mmh?"

- "Je disais: qu'est-ce que vous prenez à boire?" répéta l'autre avec patience avant de la dévisager plus attentivement. "Houla, ça n'a pas l'air d'aller..."

L'envie de se confier étreignit Jessica pendant une seconde mais elle se ravisa bien vite. La souffrance était un lot commun sur Atlantis. L'athosien en face d'elle avait certainement vu son peuple se faire décimer par les rafles des Wraiths. Chaque personne vivant sur la cité des anciens avait côtoyé la mort ou la douleur au moins une fois dans sa vie. C'était ainsi, les choses étaient ainsi... Se confier à ce serveur? Pourquoi faire? Les choses n'allaient pas s'arranger simplement parce qu'elle en parlait...

- "Je... Non ça va!" mentit-elle avec un manque de conviction évident. "Donnez-moi un verre de ce que vous avez de plus fort. Non, attendez! Mettez-m'en deux..."

Le serveur n'insista pas et se contenta d'acquieser avant de rejoindre le bar pour préparer la commande. Jessica le suivit un instant du regard avant de s'appuyer plus confortablement contre le dossier de sa chaise. L'alcool n'avait jamais été une solution mais ce soir elle n'avait qu'une seule envie: boire tout son saoule, boire jusqu'à tituber puis continuer encore jusqu'à ce que ses pensées n'arrivent plus à s'assembler correctement. Tout ce qu'elle voulait, c'était oublier. Juste quelques heures...

La jeune femme se passa une main sur le visage, écartant au passage une mèche rebelle qui tombait sur sa joue. Puis elle prit le temps d'observer un peu les gens autours d'elle pour la première fois depuis qu'elle avait mis les pieds dans ce bar. La plupart semblaient heureux d'être ici et profitaient pleinement de quelques heures de repos bien mérité avant de reprendre le combat contre l'ennemi ou leurs fonctions au sein de la cité. Leur vie n'étaient certainement pas plus facile que la sienne mais comment faisaient-ils pour tenir le coup? Peut-être que la clef du succès résidait dans le fait de ne pas être seul. La solitude ne faisait qu'accroître le malaise et la compagnie aidait à le combattre. Oui, peut-être que c'était ce qu'il lui fallait: juste un peu de compagnie...

Mais les rares personnes avec qui elle s'était liée d'amitié sur Atlantis n'étaient pas présentes. Elles étaient peut-être en mission ou déjà couchées à cette heure avancée de la nuit, qu'importe au fond... Jessica n'avait pas besoin d'une personne en particulier, juste de quelqu'un capable de lui changer les idées et lui faire oublier le contexte dans lequel ils évoluaient. À supposer qu'une telle personne existe, encore...

Le serveur revint avec sa commande et la jeune femme paya rapidement le prix qu'on lui demandait avant de jeter un regard aux deux breuvages d'une couleur verdâtre posé devant elle. Si ses souvenir étaient bons, cette boisson s'appelait "Shak'té" ou quelque chose dans le genre. Le nom importait peu, tout ce qui comptait c'était sa teneur en alcool pour le moment. Et quelque chose lui disait qu'elle n'allait pas être décue, ce qui se confirma lorsqu'elle en prit une première gorgée et que le liquide se déversa dans sa gorge en provoquant une brûlure aussi désagréable que bienvenue. C'était exactement ce qu'il lui fallait...

Ceci fait, elle prit place à une table plus grande en espérant que ça suffirait à attirer des gens ou, du moins, à attirer l'attention. Ce n'est pas qu'elle voulait pas mais aller vers les autres était un exercice trop difficile vu la situation. Il n'y avait plus qu'à espérer...

La jeune femme trempa une nouvelle fois ses lèvres dans le Shak'té, timidement d'abord puis avec plus de facilité, prenant de grandes gorgées et oubliant la signification du mot "modération". Puis elle se laissa emporter par la musique que le DJ improvisé venait de lancer en attendant la venue d'une éventuelle personne.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatarInfos
Invité
MessageSujet: Re: Les jours se suivent et se ressemblent [Libre] Mer 22 Jan - 1:13
-SCHNELL AMERIKANER! SCHNELL!

Karl porta la pinte de bière à ses lèvres et la vida peu à peu, son adversaire était un américain visiblement persuadé qu'il pouvait battre un allemand sur son terrain, cela faisait deux pintes qu'il avait du mal à terminer son verre. Visiblement la bière américaine était toujours une boisson de gonzesse, déjà que celle des français n'était pas terrible, c'était comme du petit lait pour lui, seul l'alcool Athosien semblait capable de l'entamer ici, comme la plupart de ses compatriotes. Il finit bien vite le breuvage et posa la choppe sur la table, l'américain continuait de tenter de finir sa choppe sous les rires de l'assemblée, il finit par ouvrir grand les yeux, son corps se convulsa et il recracha de al bière devant lui, une partie de la choppe finit sur lui et le reste sur le sol, la table et le banc.

Le soldat allemand frappa à répétition du plat de la main sur la table en riant. Il se moqua de son adversaire du jour et lui appliqua une grande claque dans l'épaule. Il se saisit de la choppe suivante et la leva bien haut sous les vivats de la foule avant de l'engloutir avec une célérité impressionnante avant de l'écraser sur la table. Il avait bien mérité sa pause et il comptait bien en profiter, la dernière mission avait été très mouvementée, une espèce indigène de sauterelle s'en était pris à son groupe et avait failli annihiler complètement son groupe, il avait d'ailleurs été bien heureux d'être en couverture de la troupe, lui s'en était tiré avec quelques égratignures et une peur bleue lorsque le nuage d'insectes avait recouvert ses alliés. Il fallait dire que les bestioles étaient aussi grosses que son avant bras.

Karl se leva et se dirigeât avec assurance vers le bar quand il sentit une main se déposer sur son épaule, il se retourna et vit un de ses compatriotes lui faire un grand sourire en lui désignant une personne seule à une table, une charmante brune qu'il avait croisé à l'infirmerie une fois, charmante au possible et apparemment elle était très malheureuse pour une personne en début d'ivresse. Karl s'approcha et poussant son collègue et s'assit face à Jessica, un verre d'un alcool inconnu avait fait son apparition dans sa main, il avait dut le prendre par réflexe sur une table. son accent allemande déteignait très fortement sur son anglais à cause de l'alcool ingurgité plus tôt.


-Je n'aime pas voir une magnifique fräulein comme vous triste. C'est un bar ici, peu importe vos soucis vous auriez dut les laisser au vestiaire, ça ne se mélange pas très bien avec l'alcool.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatarInfos
Invité
MessageSujet: Re: Les jours se suivent et se ressemblent [Libre] Mer 22 Jan - 5:25

Jessica leva les yeux vers le jeune homme qui venait de s'inviter à sa table. Elle n'en fut pas offusquée puisqu'elle recherchait précisément de la compagnie. Mais le plus important c'était de savoir ce que ce soldat attendait d'elle et si sa démarche était sincère ou simplement motivée par le désire de finir la soirée avec une personne du sexe opposé. La chirurgienne dévisagea son nouveau vis-à-vis un instant, écoutant simplement ce qu'il avait à dire avant de se fendre d'un sourire qu'elle n'arriva pas à réprimer. Son accent était plutôt charmant, il fallait bien le reconnaître. Tout comme son visage d'ailleurs...

- "Disons que j'ai de la peine à laisser mes soucis au vestiaire, comme vous dites... Croyez-moi, si j'avais pu le faire je ne serais certainement pas ici en train de..."

En train de quoi, exactement? Tenter de noyer ses états d'âme dans l'alcool? Oublier qu'elle n'était pas plus forte que la mort? Qu'elle avait perdu un patient et qu'elle en perdrait certainement encore d'autres?

- "En train de me mettre minable!" termina-t-elle enfin. "Mais si vous avez une technique pour calmer ma conscience, je suis preneuse..."

Elle tourna le regard vers le bar, le temps de voir un autre militaire qui les observait. Un coup d’œil au drapeau sur son épaule lui indiqua qu'il était également allemand. Elle lâcha un bref soupire en comprenant que la raison de la présence du soldat à sa table était sûrement motivée par le désir de plaisir charnel et certainement pas par pur altruisme. En temps normal Jessica se serait contentée d'une phrase assassine pour montrer ce qu'elle pensait de ce genre de comportement. Mais ce soir elle n'avait pas vraiment la force d'entrer en conflit avec la seule personne qui semblait lui montrer de l'intérêt dans ce bar. Elle tourna ses yeux bruns vers l'homme en face d'elle avant de reprendre une gorgée de Shak'té.

- "Au risque de paraître prétentieuse ou de me montrer désobligeante, je préfère être honnête avec vous: si vous cherchez à me mettre dans votre lit vous feriez mieux de passer votre chemin! Je ne suis pas un trophée que vous pourrez exhiber fièrement devant vos camarades..." fit-elle en désignant d'un signe de la tête le soldat au bar.

La jeune femme venait à peine de terminer sa phrase qu'elle regrettait déjà d'avoir prononcé ces mots. Elle n'était pas une fille facile, c'était un fait. Mais cela ne signifiait pas pour autant que les intentions de l'homme en face d'elle étaient mauvaises ou qu'il avait une idée derrière la tête. Et même si c'était le cas, elle n'avait pas à lui parler ainsi. Jessica soupira et se passa une main d'un geste gracile dans les cheveux.

- "Excusez-moi, vous n'avez rien fait qui justifie que je vous parle de cette manière." fit-elle d'une voix radoucie. "Disons que j'ai passé une sale journée et que mon humeur s'en ressent, pour simplifier..."

Cette simple phrase ne suffisait pas à excuser son comportement mais c'était toujours mieux que rien. Jess avait effectivement passé une sale journée mais c'était le lot presque quotidien de l'ensemble du personnel de l'expédition Atlantis. Les égratignures que l'homme avaient sur l'avant-bras prouvaient qu'il avait aussi du passer de sales moment sur le terrain. Et les problèmes de la chirurgienne n'étaient pas plus importants que ceux des autres...

- "Si on reprenait depuis le début, d'accord?" reprit-elle en lui tendant la main. "Je suis le Dr O'Connell, l'une des chirurgiens de l'expédition. Mais appelez-moi Jess, je préfère et puis ça fait moins formel..."

La jeune femme termina rapidement son deuxième verre et ignora la brûlure de l'alcool dans sa gorge avant de le lever en direction du bar pour en commander un autre. Une fois qu'elle fut certaine que le barman avait comprit ce qu'elle voulait, Jessica reporta son attention sur le soldat:

- "Et vous, vous êtes?" demanda-t-elle par pure formalité, le nom et le grade du soldat étant marqués sur son uniforme. "Und... Woher kommen Sie aus Deutschland? Ich verbrachte drei Monate während meines Studiums in Berlin, Deutschland ist ein schönes Land." *

L'allemand de la chirurgienne était hésitant et marqué par un fort accent anglais, mais c'était une manière de montrer sa bonne volonté pour la suite de la conversation après une prise de contact catastrophique. Elle n'avait pas pu visiter autant qu'elle l'aurait voulu ce pays puisqu'elle n'avait pu y passer que trois mois dans une université berlinoise lors d'un échange avec l'université où elle étudiait au Royaume-Uni.

- "Je suis désolée, mon allemand doit être catastrophique..." ajouta-t-elle, un sourire au coin des lèvres.



* Et... D'où venez-vous en Allemagne? J'ai passé trois mois à Berlin pendant mes études, l'Allemagne est un très beau pays.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatarInfos
Invité
MessageSujet: Re: Les jours se suivent et se ressemblent [Libre] Dim 26 Jan - 20:13
Embrumé par l'alcool, Karl se rendait compte une énième fois de l'effet à retardement de la bière, si il n'avait pas autant l'habitude il serait sans doute comme à ses premières beuveries, la bouche béante et le regard vide, mais là il pouvait presque passer pour quelqu'un de sobre, si ce n'était qu'il tanguait légèrement sur son siège. Le monde était beau, cette cité était belle et cette femme était belle. Bon là il partait trop loin. En plus elle semblait l'avoir cramer à cause de l'un de ses collègues d'une indiscrétion digne d'un troupeau d'éléphant dans un magasin de porcelaine. Peu importait, si elle n'aimait pas sa compagnie, intéressée ou désintéressée, elle pouvait toujours partir à une autre table ou bien lui mettre une claque une bien sentie afin de lui faire comprendre qu'il ferrait mieux de se barrer.

Karl écoutait en silence Jessica tout en sirotant l'alcool qu'il avait récupéré, du whisky visiblement, il en reprit un peu... c'était définitivement du whisky. Loués soient les écossais pour cette invention alcoolisée et si délicieuse. Bon, il fallait se concentrer là, on lui parlait que diable! Quelle incorrection, il se gifla mentalement. Visiblement la dame avait des problèmes ce soir et pensait que l'alcool était un remède, une mauvaise idée. L'alcool était un désinhibant très puissant et faisait ressortir ce qu'il y avait de meilleur comme ce qu'il y avait de pire dans l'être humain, être dans un état psychologique fragile était donc dangereux si on voulait apprécier le nectar des dieux.

Elle finit par se présenter sous le nom de Dr. O'Conell, tout en préférant se faire appeler Jess. Karl était plutôt circonspect, elle semblait avoir compris qu'il allait la draguer, au moins un peu, et elle restait amicale tout en déclarant ne pas être intéressée, les messages étaient contraires mais Karl se devait de respecter, au moins un peu, sa volonté. Le jeu n'était pas marrant quand on était seul à y jouer. Elle se fendit ensuite d'une phrase en allemand, l'alcool lui faisait apparemment dire n'importe quoi, sauf si elle cherchait à l’impressionner. elle s'excusa de son Allemand qui était pourtant des plus respectable.


-Vous semblez assez perturbée, vous devriez moins boire vu votre état actuel. Je suis Karl Ivarsson, soldat de deuxième classe. Et j'avoue que si vous ne cherchez pas à vous faire draguer vous êtes au mauvais endroit. Vous prendre une bouteille ou deux sous le manteau et vous déchirer dans votre chambre aurait été mieux à mon humble avis. Mais j'ai compris le message ne vous inquiétez pas.

Karl finit son verre et commanda une autre bière, le whisky lui plaisait moins que l'alcool.

-Je viens de Berlin, la ou les femmes boivent comme les hommes si ce n'est mieux. Et vous "Jess'", d'où venez vous?

Karl se saisit de la bière qui venait de lui être servi et tendit son verre pour trinquer avec Jessica, son regard fixé dans le sien et un sourire léger aux lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatarInfos
Invité
MessageSujet: Re: Les jours se suivent et se ressemblent [Libre] Lun 27 Jan - 5:38

C'était toujours amusant quand un soldat s'essayait à la psychologie. Jess n'était pas diplômée dans ce domaine et le regrettait parfois, se disant que ça devait être plutôt pratique de pouvoir décortiquer la façon de penser des gens. Mais elle n'allait certainement pas s'y essayer ce soir parce que l'alcool qu'elle avait ingurgité commençait à lui monter sérieusement à la tête. Elle se contenta donc d'un rire furtif lorsque l'homme lui fit remarquer qu'elle aurait mieux fait d'emporter quelques bouteilles sous le manteau pour aller boire dans sa chambre. L'idée lui avait effectivement effleurée l'esprit mais la chirurgienne préférait se mêler à des gens, même de loin.

- "J'avais besoin de voir un peu d'animation..." rétorqua-t-elle en haussant les épaules. "Croiser des gens est encore le meilleur moyen pour se changer les idée."

Elle attendit ensuite que le verre de son vis-à-vis arrive, constatant qu'il était rempli de bière. Puis lorsque le soldat lui demanda d'où elle venait avant de trinquer avec elle, la jeune femme en reprit une seconde.

- "Je suis née à Willoughby. Si ça ne vous dit rien c'est tout à fait normal. C'est un petite ville d'Australie, pas trop loin de Sidney. C'est pas le genre d'endroit où on peut vivre une vie palpitante mais disons qu'il n'y a pas d'attaques de Wraiths, c'est déjà ça..." glissa-t-elle sur le ton de la plaisanterie avant de désigner son verre de Shak'té. "D'un autre côté il n'y avait pas non plus cet alcool local alors j'imagine que ça fait un point partout!"

La discussion se détendait et évoluait positivement, c'était déjà ça. Jess ressentait un certain feeling avec ce Karl Ivarsson même si cela faisait à peine quelques minutes qu'ils se connaissaient. C'était la magie des rapports humains, on ne savait jamais de quoi ils allaient être faits après tout. Mais la jeune femme n'oubliait pas que cet homme était sûrement venu l'aborder pour autre chose qu'une bonne conversation. Le comportement de l'autre soldat au bar était un indice plutôt révélateur, d'ailleurs Ivarsson ne l'avait même pas relevé. Jess avait eut son lot de relations sans lendemains ou vouées à l'échec. A présent elle recherchait quelque chose de plus sérieux et les flirts ne l'intéressaient que vaguement..


- "J'imagine que vous étiez dans les forces spéciales allemandes, quelque chose comme ça?" le questionna-t-elle."Comment est-ce que vous vous êtes retrouvé ici?"

Le parcours de chaque hommes et femmes d'Atlantis était souvent exemplaire et prometteur, sans quoi ils n'auraient jamais eu vent de l'existence du programme Stargate. Mais chaque histoire était différente et intéresante, Jess ne se lassait pas de les entendre lorsqu'elle échangeait avec ses patients. Et puis c'était toujours une occasion de parler de la Terre. Atlantis était une cité magnifique et la galaxie de Pégase l'était tout autant. Mais la jeune femme avait souvent le mal de sa planète et se demandait régulièrement si elle pourrait revoir ceux qui avaient un jour comptés dans sa vie. Tout ça semblait si loin...

- "Et sur le terrain, ça va?" reprit-elle en se détachant de ses pensées. "Je suis plus utile ici qu'en gambadant dans la galaxie donc je n'ai pas souvent l'occasion de visiter d'autres planètes. J'imagine qu'il y aussi des choses merveilleuse à voir et pas que des peuples qui veulent détruire ou s'emparer d'Atlantis?"

Elle connaissait les Athosiens bien sur mais ne savait pratiquement rien les éventuels autres races. C'était l'occasion d'apprendre...

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatarInfos
Invité
MessageSujet: Re: Les jours se suivent et se ressemblent [Libre] Ven 31 Jan - 20:48
Etait-ce la bière ou bien était-elle vraiment charmante? Karl préférait se maintenir, les plus longs voyages étaient parfois les plus payants et il aimait bien cette Jess'. Elle avait un dieu-sait-quoi qui la rendait craquante, sans doute sa détresse, Karl avait toujours été un peu chevalier sur les bords. Il avait quelques exs qui lui avaient d'ailleurs attiré des ennuis. C'était une des raisons de son engagement dans la police, protégez les autres... ainsi que l'uniforme qui ne manquait pas de faire passer le plus piètre dragueur pour un bourreau des cœurs grâce à l'aura d'héroïsme qui entourait les membres de son unité. Il avait fait des ravages avec ce satané uniforme.

La voir noyer son malheur dans l'alcool était triste cependant, en général les allemands buvaient pour célébrer. Et dieu savait qu'il y avait de nombreuses raisons de célébrer : une fin de mission, un mariage, noel, nouvel an, ... Il rit seul à cette pensée, les yeux dans le vague. L'Allemagne était le plus pays du monde.
Il reporta son attention sur Jessica, il n'avait pas perdu une miette de ce qu'elle avait dit, un exploit vu son état. Mais il était une oreille attentive une épaule sur laquelle pleurer, un gars sympa quoi. Il continua de siroter sa bière.


-Ça c'est une vie palpitante doktor Jess'. Je préfère Berlin, il y as alcool, paix et tranquillité. L'alcool athosien est un concurrent acceptable à certains alcools forts allemands je dois cependant le reconnaître. J'y ais participé lorsque j'était au GSG9, force d'intervention anti-terroriste. Je suis tireur de précision et spécialiste des interventions de choc. Et là si vous étiez une fraulein bien moins triste vous seriez sous le charme.

Karl rit et but une nouvelle gorgée de sa bière, le liquide lui rafraîchit le gosier et il sentit l'ivresse monter un peu plus.

-Blague à part. Je suppose que j'ai été jugé apte à l'honneur de bosser ici grâce à mes nombreux talents et par ce que aucun de ces idiots de sniper de la Bundeswher n'est capable de tirer aussi bien que moi en vrai situation de combat. Mais je ne suis pas homme à me jeter des fleurs inutilement sachez-le. Les missions ici changent de l'ordinaire en tout cas, j'ai bien aimé les athosiens mais leurs femmes ne sont pas sensibles à mes charmes. J'ai bien aimé les peuples qui ne nous tiraient pas déçu cependant même si je n'en ais croisé qu'un, ils étaient typés Rome antique mais en plus... calmes, si je puis dire. Ils n'avaient pas de jeux du cirque pour mon plus grand malheur. Les Hastir si je me souvient bien. Mais la plupart du temps ce sont les ruines et des déserts humains qui nous accueillent. Mais quand il n'y as pas de bestiole la plupart du temps donc du coup on s'en sort pas trop mal.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatarInfos
Invité
MessageSujet: Re: Les jours se suivent et se ressemblent [Libre] Dim 2 Fév - 10:51
Jess approuva lorsque le soldat lui étala son palmarès impressionnant. Le GSG9 ne lui disait absolument rien mais elle imaginait sans peine qu'il devait s'agir de l'une des unités d'élite allemande. Et comme souvent, les hommes qui composaient ce genre d'unités avaient un égo plutôt bien dimensionné. Ce qui se confirma lorsqu'il argua qu'elle serait tombée sous son charme en d'autres circonstances.

- "Sur terre peut-être, oui..." confirma-t-elle. "Mais ici vous êtes un soldat d'élite parmi d'autres soldats d'élite, ça enlève un peu du charme de votre CV. Et puis vous savez, je ne suis en général pas une grande admiratrice des militaires. Je respecte les sacrifices des soldats et je suis consciente que l'expédition est en sécurité grâce au sang qu'ils versent mais... je n'oublie pas que ce sont avant tout des tueurs, des gens formés pour enlever la vie.

C'était un fait sur lequel elle avait souvent de la peine à passer. Jess avait été formée pour sauver des gens ou prolonger leur existence, ce qui était l'exact opposé des militaires. Elle ne se plaignait pas de la mort des Wraiths puisque ceux-ci étaient de véritables fléaux mais les soldats et les médecins étaient tout de même assez opposés quant à leur vision des choses. Mais qu'importe... Après tout, ce Karl était sympathique et puis il avait au moins l'avantage d'avoir de la conversation. Elle mit donc les quelques objections morales qui lui venaient à l'esprit pour se plonger une nouvelle fois dans la conversation.

Le récit que lui fit le soldat des missions donnait vraiment envie à la chirurgienne de plonger à travers la porte des étoiles vers une destination inconnue. Ce devait être sacrément excitant d'explorer à chaque voyage de nouveaux mondes, de nouvelles contrées. Chaque jour devait être différent des autres et si ces voyages étaient dangereux, ils devaient aussi être incroyablement enrichissants. Jess tenta de s'imaginer les Hathir comme Karl les lui décrivait, se demandant s'ils avaient une cité aussi imposante que devait l'être Rome au temps jadis.

- "Je vous envie vous savez?" fit-elle avant de reprendre une gorgée de Shak'té. "J'adore mon travail mais je dois le plus souvent rester sur Atlantis pour l'exercer alors que vous avez la chance de pouvoir voyager dans la galaxie. J'ai quand même fait une demande pour me joindre à l'une des futurs expéditions. Cette cité est magnifique mais plus le temps passe et plus vous avez l'impression que c'est une sorte de... prison géante. "

Les choses devenaient presque banales avec le temps sur Atlantis. L'être humain était ainsi fait, il s'habituait à son environnement et n'arrivait plus à s'en émerveiller. Jess avait vraiment envie de voir d'autres horizons, ne serait-ce que quelques jours. Un tel voyage, même s'il était dangereux, serait ce qui s'apparenterait le plus à des vacances depuis qu'elle était arrivée sur la cité. Et puis avec la perte de son patient ce n'était vraiment pas une mauvaise chose de changer un peu d'air. Mais ça ne dépendait pas d'elle, c'était aux dirigeants de choisir si elle pouvait être utile à une expédition. Ne restait plus qu'à attendre une réponse de leur part. La chirurgienne se sentait parfois prise au piège dans une galaxie éloignée, loin des siens et de la sécurité qu'offrait la terre.

- "Dites-moi Karl, est-ce qu'il vous arrive de vous dire que venir sur Atlantis était une erreur?" reprit-elle en changeant quelque peu le sujet de la conversation. "Votre famille ne vous manque pas?"

Cette question était peut-être un peu trop personnelle d'autant plus qu'ils se connaissaient depuis quelques minutes seulement. Mais le Shak'té faisait effet et lui enlevait peu à peu la retenue dont Jess faisait preuve en temps normal. En attendant la réponse du soldat, la jeune femme en recommanda un second.






Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatarInfos
Invité
MessageSujet: Re: Les jours se suivent et se ressemblent [Libre] Dim 2 Fév - 14:48
Karl tiqua, les gens qui n'aimaient pas les militaires n'avaient pas idée du sacrifice demandé à chaque fois qu'ils pressaient sur la détente, à chaque balle qu'ils tiraient, ils retiraient la vie d'une père de famille, d'un fils, d'un frère. Mais Karl avait vu la peur dans les yeux de leurs victimes, il avait sauvé des petite filles, des politiciens véreux, des patrons tyranniques. Même si toutes le vies qu'il avait sauvé n'étaient pas égales, il ne regrettait pas d'avoir fait le bon choix à chaque fois, les campements terroristes camouflés sur le territoire allemand étaient toutefois pleins d'hommes et de femmes persuadés qu'ils combattaient pour une grande cause, et si celle là impliquait de tuer leurs semblables, méritaient-ils vraiment que leur soit fait l'honneur de la clémence?

Mais Karl n'en voulait pas à Jess', elle était un médecin après tout, pour elle ôter une vie relevait du tabou, de la faute ultime, elle n'avait jamais eut à faire le choix entre sa vie ou celle d'un autre déterminé à vous tuer, ou à faire du mal à une autre personne, pour arriver à ses fins. Karl avait affronté forcenés, terroristes et fous furieux, et chacun avait un point commun : la capacité de faire le mal autour d'eux par pur égoïsme.

Cependant Jessica marquait un point, partir en mission était un des plus grands plaisirs de la vie de militaire sur Atlantis, malgré la beauté de la cité, voir des arbres et marcher sur la terre ferme était indispensable à la santé de mentale de beaucoup de soldats. La sienne y compris, le métal et le verre de la cité étaient presque insupportable à la longue, il avait pris l'habitude d'avoir toujours un peu de verdure, surtout depuis qu'il était à la base du GSG9 et qu'il partait régulièrement en opération. Cependant, il ne regrettait pas son choix, il voyait plus de merveilles que n'importe qui d'autres, et le tout au quotidien.

Puis vin le sujet de la famille, Karl failli s'étouffer avec sa bière presque fini. Dieu savait qu'il adorait sa famille, et le changement de sujet pour le moins singulier lui avait fait perdre ses moyens un instant, il reprit sa respiration en toussotant un peu. Il la posa sur le comptoir et essuya d'un revers de sa manche la bière qui mouchetait le contour de sa bouche.


-On peut dire que vous savez choisir vos sujet. Bien sûr que ma famille me manque, je ne voulait pas entrer dans l'armée par ce que justement je ne voulais pas m'éloigner de mes proches. J'ai donc choisi la police des frontières et j'ai fini au GSG9. C'est un boulot sympa quand on y pense, la sécurité de l'emploi, le grand air, bon parfois il faut faire usage de son arme mais la plupart du temps on s'en tire sans même user de la moindre munition, et puis j'ai surtout fait de l'entraînement, on ne nous bouge qu'en situation d'urgence. Et ne vous inquiétez pas pour le palmarès, on est tous des soldats d'élites ici et je n'ai pas à rougir de mon parcours, après tout, je ne suis même pas un militaire d'un point de vue technique, c'est pour ça que mon grade est aussi bas. Moi mon boulot c'est de protéger les innocents, pas de prendre des vies sur un champs de bataille, mais si ce que je fait ici protège les civils de cette base et le peuple de la terre, je suis prêt à tuer quelques Wraiths. Nous protégeons de manière bien différent notre espèce, une manière complémentaire je dirait. Quand je pars en mission, ou à chaque fois que j'ai ôté la vie, j'ai pensé à ma famille, à ce qui aurait put lui arriver si des gens comme moi n’existaient pas. Et alors je repense à cette phrase "Le mal n'existe que par l’inaction des gens de bien.". Cela signifie que si je refuse de tuer les ennemis de l'humanité, les criminels, les forcenés, les terroristes ou bien même les wraiths, et bien ils me tueront ainsi que tous les membres de ma famille, et ça, je ne peux pas l'accepter.

Karl finit sa bière et commanda un Shak'té, il n'avait pas encore osé boire cette mixture que tous le monde décrivait comme un véritable déboucheur de toilette. Il porta le verre à sa bouche et en sentit le contenu, rien de bien réjouissant mais il décida de passer outre et de boire cul-sec, le liquide lui brûla la gorge avant de répandre ses arômes, de la vraie eau-de_vie, digne au moins des alcools fait maisons par de nombreuses personnes dans des villages d'Europe.
Revenir en haut Aller en bas

Les jours se suivent et se ressemblent [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Les jours se suivent et se ressemblent [Libre]
» DEVENIR PARTENAIRES ?
» 2. RÈGLEMENT ∆ les quelques règles du forum.
» Moi ce qui me fait peur c'est pas les costumes, mais les caries des jours qui suivent | Siamelen
» Apprendre l'informatique est très important de nos jours, alors venez à mon cours :3 [Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Atlantis Insurrection :: Cité d'Atlantis :: Niveau 3 - Zone de Restauration et de Loisirs :: Bar athosien-