Atlantis Insurrection
"Personne ne demande à devenir un Héros, sauf que parfois ça finit comme ça..."

Et si ce Héros, c'était toi ? Tu es l'un des meilleurs dans ton domaine (Biologiste, Chirurgien, Infirmier, Diplomate, Démineur, Maître chien...) et on te propose de participer à l'expédition la plus fabuleuse mais aussi la plus dangereuse : l'expédition Atlantis.
Auras tu le cran de rejoindre Atlantis pour découvrir ses mystères et affronter les dangers de cette galaxie ?

Tu peux aussi incarner les personnages importants de la série (Weir, Sheppard, McKay, Lorne, Teyla....) Bon niveau RP demandé.
On recherche de nombreux personnages inventés.
http://www.atlantisinsurrection.com/t387-personnages-vacants


Si tu te sens capable de franchir ce pas, tu es des nôtres ! Clique sur l'image ;-)


RPG sur Stargate Atlantis
 

Ven 7 Fév - 23:49
Invité
Invité
avatar
Le soleil n’était pas encore levé et pourtant un étrange bruit me sortit de mon sommeil. Il me fallut plusieurs secondes pour comprendre que quelqu'un frappait à la porte de ma chambre. La personne semblait plutôt pressée car elle n'attendit pas de réponse et tambourina de nouveau sur la paroi qui la séparait de moi. Il me fallut quelques secondes pour sortir de mon lit. Ressemblant à moitié à un zombie il alla ouvrir la porte. La il vit un militaire extrêmement agité qui bafouillait des mots à une vitesse incompréhensible c qui pour unique effet d’irriter Genji d’avantage. Il soupira et interrompit le soldat

« Calmez-vous et expliquez-moi pourquoi vous venait me réveiller à 3h du matin ? »

Le soldat repris son souffle et lui expliqua d’une manière un peu plus compréhensible que précédemment « Nous avons un objet qui semble être une arme Lantienne nous avons besoin de vous immédiatement pour déterminer sa fonction et sa dangerosité ! »

Genji émit une sorte de grognement pour confirmer qu’il avait compris et ferma la porte au nez du soldat, s’habilla rapidement et sortit pour suivre le soldat qui le conduit au laboratoire l’objet avait été déplacé. Une fois sur ma place mal grès son air renfrogné du au réveil impromptu il se mit au travail immédiatement. Il commença à la démonter et se stoppa net devant lui se trouvais un tube visiblement un gaz sous haute pression le rendant liquide. Il observa rapidement le mécanisme bien que complexe il put reconnaît un vaporisateur ce qui indiquait que cet objet n’était pas fait pour exploser ce qui le rassura d’un côté mais l’inquiéta d’un autre. Il se tourna vers le militaire qui étais venu le chercher

« Je vais avoir besoin d’aide allez me chercher quelqu’un du domaine médical épidémie infections ou tout autre domaines s’y rapportant et vite ! »

Sans qu’il eut besoin d’ajouter un mot supplémentaire le militaire disparu laissant Genji seul face à la machine qu’il ne toucha plus en attendant le retour du militaire

Revenir en haut Aller en bas
Sam 8 Fév - 22:21
Invité
Invité
avatar
Il y a des fois, sans savoir pour quelle raison, le sommeil ne vient pas. On a beau tester plusieurs méthodes, rien y fait. On se tourne dans un sens, puis dans l'autre. On change les bras de position, puis en dernier recours, on fixe son réveil. On compte les minutes et on finit pas arriver aux heures... Mais dans tout les cas, le temps nous parait long, interminablement long... Mais pourtant lorsque l'on sombre enfin, on ne s'en rend contre que lorsque l'on se réveil au petit matin.

Dans mon cas, se fut un bruit qui me sortit de mon sommeil. Enfin c'est se qu'il me semblait. Après avoir jeter un coup d'heure au réveil qui se trouvait quelque part sur ma gauche, je sus que j'avais dormi plus ou moins trente minutes. Je tendis l'oreille sans entendre de bruit. M’apprêtant à remonter ma couette jusqu'au menton, j'entendis cette fois si, bien plus nettement, quelqu'un qui toquait à la porte. En me levant, j'eus le plaisir d'entendre mon lit grincer et en ouvrant la porte, la chance de l'écouter gémir.

- Docteur Akerfeldt, veillez me suivre, nous avons une urgence.

Le visage de mon interlocuteur ne m'était pas encore visible, que l'inconnu me sautait dessus. Lorsque je le vis, je découvris un air paniqué, semblable à un enfant s’apprêtent à vomir. Mais je compris une chose, le mot « Urgence ». J’enfilai rapidement des vêtements puis suivis le soldat jusqu'au laboratoire réservé à la partie armement. A l’intérieur, je découvris un homme, un scientifique que je connaissais vaguement. Il s'occupait d'une arme, où du moins il la regardait sens la toucher.

- Bonjour, vous m'avez fait demander ? Filippa Akerfeldt, epidemiologue.
Revenir en haut Aller en bas
Mer 12 Fév - 0:25
Invité
Invité
avatar
En attendant le retour du militaire Genji passa son temps à observait le mécanisme qu'il avait sous les yeux petit à petit il voyait de mieux en mieux le fonctionnement de base à priori il n'y avait pas de risque immédiat mais comme toute armes lantienne il suffisait d'une pensé mal placé ou d'un mauvais contact et cette arme pouvait se déclencher. La seul question était le but de cette arme après tout une arme à toujours un but certes celui de tuer ou détruire mais la réelle question est comment ?

*Une explosion ? Non ce n'est pas possible pourquoi un vaporisateur alors ?
Une bombe incendiaire ? Non ce n'était pas le bon mécanisme non plus !
Une......*


Genji fut soudain interrompu dans ses pensée en entendant une voix derrière lu qui le ramena brutalement sur terre il se retourna en entendant le nom de la femme qui lui parlais.

- Bonjour, vous m'avez fait demander ? Filippa Akerfeldt, epidemiologue.

En se retournant il pu voit une jeune femme brune et plutôt jolie elle se présenta en tant qu’épidémiologiste. Un nom bien compliqué pour un métier qu'il ne trouvait pas inintéressant mais s'il avais fais venir Filippa c'est justement parce qu'il n'y connaissais rien.

- Bonjour madame Akerfeldt, je m'appel Genji Takiya et je suis un expert en armement c'est moi qui ai demandez que l'on aille me chercher une personnes avec vos qualifications.

Ne sachant pas trop comment présenter la choses il avait l'habitude de travailler seul ou avec des personnes ayant un minimum de connaissances dans le domaine de l'armement en revanche avec cette femme il ignorait complétement ou est ce qu'il allait et surtout comment elle allait réagir.

- Alors pour vous expliquez la situation rapidement l'objet se trouvant devant moi s'avère être une bombe mais contrairement à ce qu'on pourrait croire du à ce terme cette bombe n'est pas faire pour détruire ou tuez instantanément.

Il marqua une courte pause car il s'était contenter de la bonne nouvelle pour le moment le meilleurs rester encore à venir

- Il semblerait que ce soit une bombe SALE. Mais elle n'est pas radioactive enfin je ne pense pas j'envisage une bactérie aéroporté. Mais ceci reste une supposition.

Voila désormais la scientifique en savais pratiquement autant que lui sur l'objet qui s trouvait devant lui ce qui n'était pas forcément très rassurant pour certains Genji lui prenait sa très sereinement en apparence sachant parfaitement que la moindre erreur de manipulation avec cet objet pourrait couter très chère et pas seulement pour si ses théorie se vérifiait.
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 13 Fév - 23:18
Invité
Invité
avatar
Le scientifique me fit le topo, une fois s'être présenté. Si ce qu'il disait était vrai, il fallait prendre tout les dispositifs nécessaires avant de toucher à cet appareil. Le laboratoire était fermé, donc la pièce ferait l'affaire.

- Très bien, vous allez dire au militaire d'aller prévenir le Docteur Weir. Une fois cette porte fermé, personne n'entre, temps que nous n'avons pas fini et identifié la menace. Il est trop dangereux de déplacer l'appareil, alors nous allons faire venir l'équipement adéquate ici. Demandez lui de nous apporter une radio pour que l'on puisse communiquer. Deux militaires doivent rester derrière cette porte. Vous restez ici et vous ne touchez pas à cette chose avant mon retour.

Le scientifique avait déjà tout son équipement sur place donc il n'aurait pas à aller les chercher. Je partis en direction mon laboratoire qui se trouvait un couloir plus loin. Une fois à l’intérieur, je pris tout se qu'il pourrait m'être utile et même des choses inutiles au cas où. Il me fallu plusieurs aller retour. Il valait mieux prévoir que guérir. Lorsque le dernier chariot fut dans le laboratoire, je refermai la porte derrière moi. Elle risquait de rester fermé un moment. Ni l'angoisse, ni le stresse, ne m'habitait. Après temps d'années, cela était pratiquement devenu une routine.

- Prenez ça et calfeutrez toute les issus, aucun gaz ne doit sortir d'ici. N'oubliez pas les bouches d’aération.

Je lui tendis le ruban adhésif adapté puis j’installai le matériel que j'avais apportait. Il faudrait que je mette le flacon toxique dans une chambre hermétique. Et à coté, préparer le matériel au cas où, le gaz se rependrait..

- Mettez cette combinaison, faites bien attention à tout fermer !

Je lui tendis une combinaison rouge intégrale, comportant gants, bottes, blouse, casque et ventilation filtrer. Il s'agissait de l'équipement indispensable. Une fois équipé, je vérifiais que le scientifique l'ait bien mit, que la ventilation était réglé dans le bon sens et qu'il pouvait bouger sans trop de difficulté.

- Je n'y connais rien en arme, alors nous allons procédez ainsi. Vous allez démonter partie par partie pour que je puisse récupérer le gaz. Vous êtes plus apte que moi pour le faire. J'observe tout de même, car je connais les dispositifs de diffusion de gaz.
Revenir en haut Aller en bas
Sam 15 Fév - 0:10
Invité
Invité
avatar
Genji écouta la femme qui était venu l'assister il fut surpris par autant d'assurance la plupart des personnes paniqué en entendant le mot "bombe" mais pas elle, elle était devenu très sérieuse soudainement et se m'y à préparer le terrain pour la sécurité de tous ce qui lui plu. Elle commença par s'adresser à lui même si elle aurait pu s'adresser directement au militaire.

- Très bien, vous allez dire au militaire d'aller prévenir le Docteur Weir. Une fois cette porte fermé, personne n'entre, temps que nous n'avons pas fini et identifié la menace. Il est trop dangereux de déplacer l'appareil, alors nous allons faire venir l'équipement adéquate ici. Demandez lui de nous apporter une radio pour que l'on puisse communiquer. Deux militaires doivent rester derrière cette porte. Vous restez ici et vous ne touchez pas à cette chose avant mon retour.

Il ft un simple signe de tête aux militaires qui leur laissa sa radio et disparu en moins de temps qu'il n'en fallait pour le dire. Il n'écouta qu'à moitié ce qu'elle lui avais dis notamment la partie de ne pas toucher l'engin avant son retour. Quelques chose le perturbait il ne voyait pas de système d'armement ou alors n'arrivait pas à le reconnaître. Enfin par doute il ne toucha rien ne voulant pas libérer la substance accidentellement. Elle fit plusieurs aller retour emmenant de plus en plus de matériel et lui demanda de tout calfeutré ce qu'il fit sans discuter puis enfila la combinaisons qu'elle lui tendait et s’énerva un peu lorsqu'elle vérifia ce qu'il avait fais avec la combinaison mais cela n'étant qu'un détail il ignora son comportement et se concentra sur son travail. Puis elle commença a décider de la marche à suivre pour l'analyse de l'objet point sur lequel il n'était pas d'accord

"Nous ne pouvons pas démonter cet objet aussi simplement C'est un objet Lantien sans aucun doute et j'ai pu remarqué qu'il n'y avait pas de système d'armement donc il pourrait se déclencher sur détection d'une présence ou d'un mauvais contact."

Il tourna autour de l'objet et finit par remarquer quelques choses d'idiot le liquide ou gaz qui s'y trouvait été rechargeable ce qui était à la fois une bonne et une mauvaise nouvelle il en fit par à Filippa

"Bon j'ai une bonne nouvelle c'est une bombe rechargeable donc en inversant le système on peut extraire le contenu de la bombe. La mauvaise nouvelle c'est que c'est une bombe rechargeable par conséquent elle est censé tout détruire dans son champs d'action afin de pouvoir être récupéré. Ce qui signifie qu'en cas d'accident nos combinaisons ne nous servent à rien"

Après cette superbe annonce pour achever le moral général il se pencha vers la machine et entreprit de trouver le moyen d'extraire le contenu du réservoir. Pour commencer il s'attaqua à l'énergie de la machine ignorant si la machine posséder une batterie pour prendre la relève il désactiva l'alimentation global de l'appareil dans le but d'éviter tout risques malheureusement cela s’avéra être de la pure théorie car l'arme ne se désactiva pas le moins du monde il devait y avoir une alimentation de secours ou une batterie tout simplement.

Suite à cette tentative infructueuse il s'attaqua au réservoir et repéra une sorte de valve qui servait visiblement à l'insertion du produit il lui fallait donc inverser son travail. L'objet lui semblait assez intuitif visiblement bien que dangereux pratiquement tout le monde pouvait comprendre le système de base. En suivant le dispositif à l'envers il put voir un système de purge il se dépécha d'attraper un récipient hermétique et fit couler une très légère quantité du produit qui s'avéra être un gaz sous pression comme il le pensait. Il tendit le flacon à la scientifique


"Je pense que pour l'instant nous devrions nous concentrer sur l'étude de ce produits avant de faire quoique ce soit d'autres qu'en pensez vous ?"
Revenir en haut Aller en bas
Mer 19 Fév - 23:12
Invité
Invité
avatar
Dans un premier temps, j'avais suivi de près tout se que faisait le Dr Takiya, mais rapidement, je dus me résoudre à m'écarter pour ne pas le gêner. Je n'y connaissais vraiment rien en arme, donc tout ses fils, morceaux de métal, et autres, ne me parlaient pas du tout.

- En aucun cas vous ne manipuler le liquide, vous m'appelez pour le faire.

Je l'avais déjà dis clairement, mais il valait mieux répéter que de réparer les dégas après. De mon coté, je préparais une des machines qui me serait sûrement utile. Je la branchais car elle devait chauffer pendant une bonne demi heure. Après les réglages effectués, c'est à dire des enchaînements de chiffres et de lettres devenus des enchaînements qu'effectuer les doigts machinalement. Je gribouillais sur un bloc note mes premières observations sur le liquide que j'avais pris le temps d'observer. Si il s'agissait d'un gaz à température ambiante, alors la capsule devait être à basse pression et donc sûrement explosive..

"Je pense que pour l'instant nous devrions nous concentrer sur l'étude de ce produits avant de faire quoique ce soit d'autres qu'en pensez vous ?"

J’espérais avoir mal compris mais non, lorsque je lui fis face, il tenait dans ses mains la fiole que je m'étais préparée. Le seul ordre que je lui avais donné était de ne pas toucher au flacon qui renfermait le liquide. Mais bien entendu, le scientifique y avait touché, cela aurait était trop beau pour que tout se passe bien. Avec le manque de sommeil et la désobéissance, l'énervement monta instantanément.

- JE VOUS AVAIS DIT DE NE PAS Y TOUCHER. VOUS NE COMPRENEZ PAS L'ANGLAIS OU QUOI ?

Tout en lui hurlant à moitié dessus, je tendis les mains pour récupérer la fiole. Lorsqu'il me la tendis, je nus pas le temps de réagir que déjà le liquide s'échappait de la fiole pour venir dégouliner sur mes gants pour s'évaporer aussitôt dans l'air. Je récupérais la fiole pour bien la fermer, car elle avait une fermeture particulière . Mais à penne fermait je la posais sur la table.

- PUTAIN RETIRE MOI MES GANTS. MAGNE TOI.

Le liquide avait commencé à attaquer ma combinaison, au niveau des mains et je sentais que ma peau commençait à me chauffer sérieusement. Le temps que le Dr Takiya retire mes gants qui étaient à la base attachés avec la combinaison, mes mains étaient brûlées. Je les mis sous le robinet d'eau pendant dix minutes sans adresser un mot au scientifique. Je commençai à avoir mal à la tête mais je mis cela sur le compte de mes migraines suite au coup que j'avais reçus lors de la prise d'otages.
Après dix bonnes minutes, je remis de gants sur mes brûlures, se qui ne fut pas du tout agréable, mais je n'avais pas vraiment le choix.

- Occupez vous de votre machine, et cette fois vous de toucher plus à ce liquide !

Je récupérais la fiole, pour commencer l'analyse du produit. Je dus me servir d'une seringue étant donné que le liquide était devenu gaz. Une fois l'échantillon dans l'appareil, il ne restait plus qu'a attendre. Mais rapidement, j'eus du mal à respirer. Même si cela n'était pas bon, je retirais mon casque pour essayer d'absorber plus d'oxygène...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Atlantis Insurrection :: Cité d'Atlantis :: Niveau 7 - Zone Scientifique et Technique :: Laboratoires-