Atlantis Insurrection
"Personne ne demande à devenir un Héros, sauf que parfois ça finit comme ça..."

Et si ce Héros, c'était toi ? Tu es l'un des meilleurs dans ton domaine (Biologiste, Chirurgien, Infirmier, Diplomate, Démineur, Maître chien...) et on te propose de participer à l'expédition la plus fabuleuse mais aussi la plus dangereuse : l'expédition Atlantis.
Auras tu le cran de rejoindre Atlantis pour découvrir ses mystères et affronter les dangers de cette galaxie ?

Tu peux aussi incarner les personnages importants de la série (Weir, Sheppard, McKay, Lorne, Teyla....) Bon niveau RP demandé.
On recherche de nombreux personnages inventés.
http://www.atlantisinsurrection.com/t387-personnages-vacants


Si tu te sens capable de franchir ce pas, tu es des nôtres ! Clique sur l'image ;-)


RPG sur Stargate Atlantis
 

Inoculation du gène ATA [Keith]

 :: Cité d'Atlantis :: Niveau 8 - Zone Médicale :: Infirmerie Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Sam 8 Nov - 18:19
Invité
Invité
avatar
La journée de Mila n'avais pas trop mal commencée. Après avoir fait deux consultations simples, la jeune femme d'origine russe était allée faire un saut rapide au mess, où elle n'avait pris qu'un sandwich avant de revenir à l'infirmerie. Elle avait encore pas mal de choses à mettre en place, sachant que cela faisait moins d'une semaine qu'elle avait commencé à travailler sur la cité et voulait profiter de sa pause pour prendre ses marques.

Quelques jours plus tôt, le docteur Beckett avait pris le temps de lui expliquer le fonctionnement de l'équipe sous ses ordres avant de lui assigner un bureau, qu'elle partageait avec d'autres collègues par manque de place, dans un coin de leur hôpital de fortune. Les lieux ne payaient pas de mine, mais la jeune femme avait eu l'occasion de faire des stages dans des lieux aussi petits et moins bien équipés dans son pays natal et cela ne la gênait pas. Elle avait pris cela comme un défi de plus à remplir.

Elle s'assit à sa table de travail et commença à se restaurer tout en consultant le planning des gens qu'elle devait voir dans l'après-midi. Ses yeux se posèrent sur le mémo où figuraient des informations sur le prochain patient qui avait rendez-vous avec elle, quelques minutes plus tard.

"Keith Latimer" lu-t-elle à voix haute après avoir avalé sa bouchée de jambon-fromage. "Injection du gène ATA"

Mila prit une nouvelle bouchée en tentant de se rappeler du jeune homme mais cela ne lui disait rien. Il était peut-être venu prendre rendez-vous alors qu'elle était absente. Par souci de professionnalisme, elle posa son frugal repas sur un coin du bureau, en tentant de ne pas mettre de miettes sur les fiches qui s'étalaient sous ses yeux et ouvrit le meuble de rangement qui se trouvait sur sa droite tout en se levant. Parcourant les dossiers du tiroir nommé 'I-L' elle finit par mettre la main sur ce qu'elle cherchait, une chemise de carton d'un vert délié au nom du jeune homme. Elle aurait tout aussi bien pu regarder son dossier sur l'ordinateur portable qui se trouvait sur la table de travail mais elle préférait le papier. Elle n'avait rien contre la technologie, qu'elle maîtrisait assez bien pour une profane, mais en ce qui concernait ses patients, elle avait ses petites habitudes.

Mila ouvrit donc la pochette cartonnée et passa en revue les fiches qui s'y trouvaient. Elle savait qu'il était technicien à la couleur de son dossier et découvrit qu'il était informaticien. Elle consulta rapidement le peu d'informations qui se trouvaient parmi les feuillets. L'allergie aux poils de lapins la surprise mais elle ne laissa rien paraître. Il avait peu d'antécédents médicaux et rien qui ne suggérait une intolérance aux médicaments. Acquiesçant de la tête elle referma la chemise verte et la rangea à sa place, par ordre alphabétique puis elle se rassit avant de mordre une nouvelle fois dans son sandwich.

Elle avait eu un cours rapide sur l'inoculation du gène des anciens avec le docteur Beckett deux jours auparavant et logiquement tout se passerait sans encombre. N'ayant rien d'autre de prévu pour le moment, elle mit un peu d'ordre sur le bureau puis pris le temps de finir son sandwich, attendant patiemment l'heure du rendez-vous avec le jeune homme.
Revenir en haut Aller en bas
Mar 11 Nov - 21:38
Invité
Invité
avatar
Ce matin-là, le jeune homme dessinait avec un feutre sur le tableau blanc qu’il avait déplacé dans ses quartiers. Il réfléchissait à un algorithme à implémenter pour augmenter les capacités de son IA. Tout revenait toujours à elle lorsqu’il travaillait. Ses talents n’étaient, pour le moment, mis à contribution sur aucun projet d’Atlantis. Et cela ne le dérangeait nullement, trop heureux qu’il était de pouvoir assigner tout son temps sur cet ambitieux projet. Cela lui allait parfaitement et il espérait que l’on ne le dérangerait que le plus tard possible. Il avançait remarquablement bien grâce aux ressources de la Cité et il ne serait que trop frustré de devoir mettre de côté Cortana, ne serait-ce que pour quelques jours. Aussi gribouillait-il des schémas, des formules sur ce très utile mur à pensées. Béni soit-il l’homme qui avait imaginé cet outil, pensa-t-il alors que l’ordinateur bipa. D’un bref coup d’œil, il s’aperçut que l’heure était venue pour son petit rendez-vous à la zone médicale.

Il n’avait pas la chance, comme un nombre très restreint de terriens, d’avoir le gène des Anciens. Sur Atlantis, en être doté pouvait lui donner à accès à de nombreux outils supplémentaires et il n’aspirait qu’à pouvoir l’obtenir. Un traitement avait été mis en place et il fallait attendre son tour pour en bénéficier. Il avait sagement patienté, refreinant son envie de gruger en changeant les informations de la base de données mais il espérait intérieurement que sa bonne conduite serait récompensée par une inoculation réussie du gène. Car oui, le traitement n’était pas totalement fiable. Le Karma. Il comptait dessus.

Il déposa alors le feutre sur son bureau et se dirigea, pour la première fois de sa vie, à toute hâte vers l’infirmerie. Non pas qu’il soit craintif des aiguilles mais, plus il restait loin du personnel soignant, plus il s’estimait en bonne santé. Cela allait de soi. La blouse blanche avait toujours une propension à le faire stresser sans raison valable. C’était ancré en lui, il n’aimait pas les médecins. Mais là, il allait falloir au moins montrer patte blanche le temps de se faire injecter le gène ATA. Cela valait bien une petite augmentation du palpitant. Aussi arriva-t-il à la zone médicale et annonça à la « secrétaire » la raison de sa venue. Elle baragouina un nom dans sa barbe et Keith resta pendu à ses lèvres, le regard… vide. Il n’avait rien compris de qu’elle avait énoncé et elle comprit, à son expression, qu’elle devait répéter. Docteur machin-drov comprit-il après avoir plissé les yeux, comme si cela allait lui permettre de mieux comprendre ce qu’elle disait. Il leva un sourcil et son interlocutrice soupira de manière parfaitement audible avant de désigner un bureau du doigt.

Keith la remercia d’une révérence moqueuse avant de déguerpir vers l’intéressée. Une femme. Encore. N’y avait-il donc que des femmes sur Atlantis ? Non pas que cela le dérangeait d’être au contact de la gente féminine plus que de raison, mais ses précédentes expériences avec le beau sexe n’étaient pas vraiment glorieuses. Une nymphomane, une prisonnière, et une tortionnaire. Autant dire qu’il n’y avait bien qu’avec l’âgée Marie qu’il avait une relation normale. Il avait désormais une certaine crainte à rencontrer de nouvelles femmes. Et celle-là allait jouer avec une aiguille sur lui. Il déglutit et s’avança vers elle. La jeune femme avait l’air grande malgré qu’elle soit assise à son bureau. Elle avait de longs cheveux bruns qui retombaient autour d’un visage harmonieux. Elle finissait de mâcher son repas lorsqu’il la dérangea.

« Bonjour, Keith Latimer » s’annonça-t-il en tendant une main pour la saluer.

Elle releva alors la tête vers Keith, qui put découvrir ses grands yeux bleus.
Revenir en haut Aller en bas
Mer 12 Nov - 19:12
Invité
Invité
avatar
Du bruit dans le dos de Mila attira son attention. Son patient venait d'arriver. La jeune russe enfourna donc rapidement le dernier morceau de son sandwich avant de se tourner vers le nouveau venu qui s'avançait maintenant vers elle. Ce n'était pas ainsi qu'elle avait imaginé le jeune homme mais elle ne dit rien, se contentant de l'observer alors qu'il était maintenant à sa hauteur. Il avait l'air ni agressif, ni violent et cela la rassura un peu, en revanche le nœud qui s'était formé au creux de son estomac ne disparut pas et la sensation s'accentua alors qu'il lui tendit la main dans le but de la saluer. Les yeux de la jeune femme s'agrandirent légèrement et elle se redressa sur sa chaise avant de se lever, son regard ne quittant pas cette main entre eux. Se raclant la gorge, elle lissa ses longs cheveux pour se donner une nouvelle contenance et finit par la sérer d'une poigne tremblante.

"Mila Aleksandrov…" lui dit-elle avec un accent qui trahissait ses origines russes, en tentant de reprendre le contrôle. "Je veux dire, docteur Mila Aleksandrov."

Elle brisa le contact aussi vite qu'elle le put sans que cela ne paraisse grossier et lui fit signe d'avancer en étendant son bras dans la direction d'un siège pliable à quelques pas d'eux. Elle savait qu'en devenant médecin et en acceptant de travailler sur la cité d'Atlantis, elle aurait à côtoyer des hommes et elle s'y était préparée mentalement, pourtant elle avait toujours du mal à rester maitresse d'elle-même face à la gente masculine. Alors qu'elle se dirigeait elle-même vers la destination qu'elle avait indiquée, Mila s'adressa à lui pour tenter de le mettre à l'aise.

"C'est votre première injection, je crois." lui dit-elle, bien qu'elle connaissait déjà la réponse, en lui offrant un petit sourire doux. "J'espère que vous ne craignez pas les aiguilles."

La jeune femme se voulait rassurante et elle regarda le jeune homme dans les yeux alors qu'il répondait. Détournant rapidement son attention de lui, elle ouvrit un tiroir libellé 'ATA gene' et y piocha une seringue avant de reporter son regard sur lui. Elle avait été surprise par son âge lorsqu'elle l'avait vu sur son dossier, mais cela ne la gênait pas. Elle savait ce que c'était de faire partie des plus jeunes d'une équipe, l'ayant vécu elle-même et elle comprenait que cela pouvait être une gêne pour lui, aussi ne se focalisa-t-elle pas là-dessus. Il semblait être du genre simple, pas comme la plupart des gens qui atteignaient un statut important très tôt et s'en vantaient. De plus il était charmant, ce qui n'enlevait rien. Elle sentait le rouge lui monter aux joues et détourna le regard pour ne pas le montrer, se concentrant maintenant sur la seringue qu'elle tenait dans sa main.
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 20 Nov - 17:08
Invité
Invité
avatar
Devant la réaction de la doctoresse quant à sa main tendue, Keith leva un sourcil, dubitatif. Il ne savait pas trop ce que cela pouvait signifier pour elle, mais cela semblait la troubler particulièrement. Hésitante, elle lui serra finalement la main de manière amicale avant de se présenter. La mélodie des mots qui sortirent de sa bouche lui révéla immédiatement d’où elle venait, le geek ayant déjà eu l’expérience des Russes de par son obscur passé. Il hocha la tête en entendant son nom –qu’il comprit cette fois-ci- et pinça ses lèvres dans un petit sourire, signe qu’il se forçait à donner une bonne impression.

Keith avança alors vers le siège qu’elle lui présenta, faisant mention de l’injection pour laquelle il était venu dans cette zone qui lui était si.. inhospitalière. Il fit une moue avec ses lèvres, signifiant qu’elle avait raison et il se reprit, se rendant compte qu’elle pouvait ne pas comprendre sa réaction.

« Oui. Et non, je n’ai pas peur des piqûres. »

« Je suis un grand garçon »
acheva-t-il en riant dans sa barbe, inexistante.

Ils échangèrent un regard, elle et ses grands yeux d’un bleu océan, lui et ses petits sombres. Elle s’occupa de trouver le produit à lui injecter alors qu’il posait la veste grise de l’uniforme Atlante qu’il se forçait, depuis peu, à revêtir pour mieux s’intégrer à la population de la Cité des Anciens –gardant toutefois un teeshirt tout à fait classique et un bon jean décontracté, fallait pas pousser non plus hein-. Il s’assit à nouveau et ne releva, pudique, qu’une partie de son teeshirt blanc pour ne dévoiler à la jeune femme que son épaule et une petite partie de ses côtes. Pour lui, c’était une sorte de vaccin, aussi pensa-t-il qu’il n’y avait pas besoin de plus.

Keith leva la tête de la doctoresse et l’interrogea du regard afin de déterminer si cela lui convenait. Elle le surplombait de sa taille, relativement grande pour une femme, avec ses longs cheveux bruns qui retombaient de part et d’autre de son visage, lui donnant un air qui pourrait s’avérer envoûtant pour de nombreux hommes. Mais le geek était un peu rassasié en expérience avec la gente féminine aussi détourna-t-il le regard, déjà pour ne pas croiser le sien, et surtout à cause de la grosse aiguille qu’il avait dans son champ de vision. Pas courageux pour un sou, il n’aimait pas forcément s’infliger des douleurs « inutiles ». Cela expliquait en grande partie pourquoi, bien qu’il apprécie cette forme d’art, il n’avait aucun tatouage pour décorer son corps. Mais là, c’était pour la bonne cause. Il l’espérait.
Revenir en haut Aller en bas
Dim 23 Nov - 18:06
Invité
Invité
avatar
Aux mots du jeune informaticien, Mila sourit malgré elle et elle laissa ses yeux glisser discrètement sur le visage du jeune homme une nouvelle fois, le détaillant à nouveau, avant de croiser son regard, un peu gênée qu'il puisse se rendre compte de la façon dont elle le regardait. Pour ne pas paraitre trop curieuse ou embarrassante, elle se tourna vers le tiroir de plastique et récupéra une seringue qu'elle tapota du plat de l'ongle de son index avant de presser rapidement sur le poussoir et faire sortir un peu de produit, qui coula le long de l'aiguille. La manœuvre avait pour but de retirer l'air qui aurait pu se glisser dans le tube contenant le liquide et empêcher qu'une bulle s'infiltre dans les veines du jeune homme. Il aurait été dommage de risquer de lui causer une embolie pulmonaire, même s'il aurait fallu une certaine quantité d'air pour en arriver à ce résultat.

Dans tous les cas, le test devait être effectué avant chaque injection et la jeune femme ne laissait jamais rien au hasard, un petit accident était si vite arrivé. C'était son rôle de sauver des vies et elle le prenait très au sérieux. Se tournant vers le jeune homme qui avait relevé sa manche sur son épaule, elle lui offrit un nouveau sourire avant refermer le capuchon sur l'aiguille et de la poser sur la petite table qui supportait la boîte en plastique d'où elle avait tiré la seringue.

"Vous pouvez baissez votre manche, je n'ai besoin que de la veine à l'intérieur de votre coude." le renseigna-t-elle tout en tirant une paire de gants de latex d'une boîte en carton près de celle contenant les aiguilles.

Elle enfila les gants avant de prendre un coton qu'elle imbiba d'antiseptique et le frotta sur la peau du jeune homme à l'endroit où elle allait piquer. Puis elle récupéra la seringue et la décapuchonna avant de prendre le coude de l'informaticien dans sa main gauche. Elle avait l'habitude de ce genre de manœuvres et elle frotta le bout de son auriculaire droit sur l'épiderme de son patient afin de vérifier que sa veine de rouleraient pas lorsque l'aiguille percerait sa peau. Rassurée de voir que ce n'était pas le cas, elle s'adressa à lui, par curiosité et pour détourner son attention de ce qu'elle faisait.

"Cela fait longtemps que vous êtes sur la cité ?" lui demanda-t-elle alors, les yeux rivés sur l'intérieur du coude du jeune homme.

Tout en écoutant sa réponse, elle piqua l'épiderme et la veine la plus importante avant d'y injecter le liquide lentement. Cela ne servait à rien de se presser et de forcer l'opération. Ses mains ne tremblaient plus comme elles l'avaient fait plus tôt, elle était totalement concentrée sur ce qu'elle faisait, laissant de côté son appréhension des hommes pour se focaliser sur son travail. Maintenant certaine qu'elle ne bougerait plus, elle releva ses yeux sur lui et lui offrit un sourire doux et légèrement timide alors que son regard passait rapidement sur les nombreux grains de beauté qui constellaient son visage avant de remonter rencontrer les yeux de son vis-à-vis.
Revenir en haut Aller en bas
Dim 30 Nov - 15:30
Invité
Invité
avatar
Le jeune homme laissa la doctoresse s’affairer à préparer l’injection tandis que lui patientait, le regard dans le vide en attendant de se faire inoculer le produit. Il était un peu avachi sur lui-même lorsqu’elle lui indiqua qu’elle n’avait besoin qu’il relève son teeshirt. Aussi remit-il sa manche et lui tendit-il son avant-bras pour qu’elle fasse ce pourquoi il acceptait volontairement, et pour la première fois, de se faire piquer. Il la suivit alors du regard se préparer, revêtir les gants, désinfecter la zone de l’injection et partir à la recherche de la veine. Il ne la jugeait pas sur son travail, elle était parfaitement minutieuse à son goût, mais il observait simplement par curiosité.

Il ne s’intéressait que peu au corps humain, mais dès qu’il tombait sur une information quant au fonctionnement de la « magie » humaine, il était simplement fasciné par cela. En faire son métier et parvenir à sauver des vies étaient quelque chose qu’il trouvait remarquables. Il détestait les études, ce qui lui avait immédiation barré cette route, mais il songea que cela ne l’aurait peut-être pas déplu. Jusqu’à ce qu’il se rappelle qu’il était bien trop fasciné par les scènes un peu gore et pleine de sang, ce qu’il lui aurait certainement valu la réputation d’être un psychopathe. A raison. Il avait un petit côté Dexter Morgan par moment. Pour s’amuser, il redressa son regard pour fixer Mila dans les yeux en mimant la manière dont faisant l’acteur dans la série sanglante.

Elle s’enquit alors de la date de son arrivée, concentrée sur son labeur.

« Un an, dans quelques semaines. »

Succinct. Trop. Comme d’habitude. Et cela lui donnait une attitude peu avenante. Si elle était là, son amie le sermonnerait certainement. Mais, encore une fois, il en avait soupé des interactions avec la gente féminine si particulière d’Atlantis. Aucune, à part une excéption, n’était à peu près normale. Ou alors avait-il un don pour s’attirer les plus singulières d’entre elles. Un don dont il se serait bien passé, pensa-t-il.

« Le temps passe vite »
reprit-il pour se montrer un peu plus cordiale avec celle qui pourrait bien lui charcuter le bras si l’envie lui prenait.

Il tressaillit un peu au moment de la piqûre et la regarda injecter le liquide dans ses veines. La jeune russe releva la tête pour venir croiser son regard et il l’imita. Il laissa ses yeux la détailler en un éclair pour ne pas paraître impoli, mais il eut le temps de remonter sa blouse d’un blanc immaculé, voir un menton dessiné de jolies lignes, des lèvres féminines et un nez très joli. Ses cheveux bruns retombaient de part et d’autre de son visage, ce qui ne manquait pas de lui ajouter du charme. Les femmes d’Atlantis étaient toutes très jolies. Mais leur beauté n’avait d’égal que leur esprit tourmenté, pour la plupart. Elle, elle pouvait très bien être sur le podium. Il cessa sa réflexion en lui demandant à son tour depuis combien de temps elle avait rejoint Atlantis.

« Fais longtemps que vous êtes arrivée vous ? Vous êtes la première Russe que je rencontre en chair et en os !»


Comme si cela était un exploit ! En réalité, le premier russe qu’il pensait rencontrer, il s’attendait à ce qu’il lui fasse la peau tant il s’était amusé, dans son passé, à être un véritable casse-pieds –pour pas changer-. Cette rencontre était plus agréable. Malgré l’injection.
Revenir en haut Aller en bas
Mar 9 Déc - 15:18
Invité
Invité
avatar
Le commentaire sur la vitesse à laquelle passait le temps fit sourire la jeune femme dont les yeux étaient concentrés sur son travail et elle hocha la tête presque imperceptiblement sans détourner le regard. En effet le temps passait vite, surtout lorsque l'on se trouvait très occupé par quelque chose d'intéressant ; et elle ne doutait pas que cette expédition allait la tenir occupée. Le peu de jours qu'elle avait passés sur la cité étaient déjà passés à une vitesse folle et les choses commençaient seulement pour elle. Qui savait ce que ce jeune homme avait vu et vécu depuis son arrivé ici.

Après s'être assuré que ses mains ne trembleraient pas et qu'elle ne lui ferait pas inutilement mal, elle releva son regard sur lui, curieuse d'en savoir plus sur lui et son histoire. Elle parcouru son visage des yeux avant de rencontrer les siens alors qu'il lui posait une question à son tour.

"Fais longtemps que vous êtes arrivée vous ? Vous êtes la première Russe que je rencontre en chair et en os !" lui demanda-t-il sans qu'elle ne sut déceler si il tentait juste de faire la conversation ou s'il était vraiment intéressé par la réponse.

Peu lui importait, elle y répondit tout de même avec un petit sourire, ses yeux navigant entre ceux du jeune homme et l'aiguille qui se trouvait au creux de son coude.

"Non je viens d'arriver." lui dit-elle sans se départir de son léger sourire. "Et comment savez-vous que je suis originaire de Russie ? Est-ce mon accent qui m'a trahit ? A moins que ce ne soit mon nom ?"

Elle avait énoncé ses dernières phrases en accentuant un peu plus le roulement de ses 'R' alors qu'un léger sourire joueur se peignait sur ses lèvres, lui montrant ainsi d'une façon un peu gauche qu'elle tentait une plaisanterie. La répartie était peut-être venue naturellement à la jeune femme mais cela ne l'empêcha pas de ressentir une légère gêne et elle fit glisser son regard sur la tâche qu'elle accomplissait, laissant par la même occasion ses longs cheveux châtains prendre place devant son visage pour masquer son embarra ainsi que ses joues, qu'elle sentait rougir malgré elle.

Le nœud au creux de son estomac se resserra mais il était diffèrent de ce qu'elle avait l'habitude de ressentir. Son sentiment d'angoisse laissait place à quelque chose qu'elle ne connaissait pas mais qui ressemblait plus à de l'embarra qu'à la vague de stress dut à la présence d'un homme. Elle devait se reprendre. Elle était en pleine procédure médicale. Aussi pinça-t-elle les lèvres avant de relever les yeux sur le jeune homme et de lui offrir un sourire crispé.
Revenir en haut Aller en bas
Mer 10 Déc - 23:00
Invité
Invité
avatar
Le jeune homme détailla la seringue, le regard perdu dans la vague en patientant que l’injection soit terminée. Il laissa son esprit errer, se questionnant sur la méthode élaborée pour synthétiser et activer le gêne ancien chez les terriens. Il se rendait compte, alors que le liquide s’insinuait dans ses propres veines, qu’il n’avait pas réellement prêté attention à ce procédé. Il n’y comprendrait certainement pas grand-chose, mais le fait de lire quelque chose d’aussi passionnant, si tant était que celui qui avait écrit le rapport avait une bonne prose, allait aiguiser son esprit. Peu lui importait de tout comprendre, lire ce genre de chose représentait une bonne échappatoire à son ambitieux projet.

Il fut tiré de ses pensées par le mouvement de la doctoresse qui relevait sa tête. Il l’interrogea du regard alors qu’elle répondait en fait à sa précédente question, un léger sourire dessiné sur ses lèvres. Keith la suspectait de forcer son attitude et de paraître avenante, au moins autant que lui se l’imposait, mais pas pour les mêmes raisons. Elle plaisanta en forçant le trait caractéristique des personnes originaires de mère Russie. Il afficha un sourire en coin, les yeux pétillants. Il se retint d’ailleurs de rire franchement de peur de se meurtrir le bras de lui-même.

Elle-même semblait très amusée de son trait d’humour malgré qu’elle se préoccupe de son labeur. Au moins, cela avait le don de détendre la curieuse atmosphère qui s’était installée entre eux.

« Votre nom laissait supposer des origines à l’Est de l’Europe. Et quand je vous ai entendu vous présenter, j’ai reconnu une certaine.. mélodie déjà entendue par le passé. Mais mon cher correspondant n’avait pas de doux mots à mon intention ! Bref ! C’est une histoire inintéressante, Docteur Alek.. »


Il avança imperceptiblement la tête pour mieux lire le nom de la jeune femme.

« Aleksandrov ! »

Il força volontairement un large sourire avant de laisser échapper un profond soupir. Il ne s’attarda pas sur le sourire pincé qu’elle arborra, il ne le connaissait que trop bien pour avoir l’habitude d’afficher le même lorsqu’il ne maîtrise pas la situation. En fait, il lui demanda directement l’interrogation qui s’était imposée à lui juste avant, tant pour la détendre elle que pour épancher sa curiosité.

« Vous savez comment fonctionne le produit ? Et comment il a été créé ? Je suis un profane, et mon cerveau peut vite partir en caviar lorsqu’il y a trop de technique. Alors pas de terme savant sinon je me débrouille pour vous rendre la pareille ! » lança-t-il avec un intérêt non feint et une expression détendue où se mêlait sérieux et amusement. Du genre dont lui seul est capable.
Revenir en haut Aller en bas
Dim 14 Déc - 6:18
Invité
Invité
avatar
Voyant que son interlocuteur se livrait un peu plus à elle, la jeune femme eut un nouveau sourire. C'était la première fois depuis qu'il était entré dans l'officine qu'il s'exprimait autant et, même si elle suspectait qu'il se força à parler ne serais-ce que pour conserver l'ambiance détendue qui s'était installée entre eux, elle apprécia l'effort qu'il faisait. Son sourire s'agrandit alors qu'il faisait un bon mot lié à un des mets pour lesquels la Russie était connue et tenta de répondre à sa question du mieux qu'elle le put.

"Vous expliquer la fonctionnalité et la création de la génothérapie sans utiliser le vocabulaire médical est un peu compliqué." commença-t-elle les sourcils froncés, signe qu'elle réfléchissait à la façon dont elle pourrait expliquer la chose au jeune homme. "De façon grossière je peux vous dire que c'est une manipulation de votre ADN. Ce produit est conçu pour apporter le gène manquant à vos cellules."

La jeune femme cherchait ses mots, incapable de lui décrire la façon dont ce procédé avait été créé sans utiliser le jargon scientifique et elle finit par lui faire un petit sourire désolé.

"Je pourrais vous faire parvenir de la documentation sur le sujet, si cela vous intéresse." lui dit-elle finalement, incapable de lui en dire plus sans compliquer les choses.

Pour elle le procédé était plutôt simple. Le fait de l'expliquer à un profane en revanche n'avait rien de facile. Aussi lui fit-elle un nouveau petit sourire d'excuse avant de laisser ses yeux se reporter sur la seringue qu'elle tenait entre ses doigts et qui était presque vide. Attrapant un morceau de coton dans un des tiroirs de plastique qui se trouvait sur la table à leurs côtés, elle le plaça sur l'aiguille. Dans un geste qui traduisait beaucoup de pratique, elle finit de vider la seringue et retira l'aiguille tout en maintenant le morceau de coton à l'endroit où elle avait piqué.

"Peut-être que le docteur Beckett sera plus à même de vous expliquer la chose, étant donné que c'est lui qui a développé le procédé." expliqua-t-elle en attrapant le poignet de l'informaticien et en le poussant vers son épaule pour lui faire plier le bras et ainsi maintenir le morceau de coton en place. "Le principe est assez fascinant et la façon dont il l'explique l'est tout autant."

Alors qu'elle tentait toujours de trouver une façon de lui relater le fonctionnement et la création de l'inoculation, elle jeta la seringue dans une boite à cet emploi et retira ses gants qu'elle mit dans une petite poubelle au pied de la chaise sur laquelle le jeune homme était assis.

"Je suis désolée de ne pouvoir renseigner votre base de données personnelle." s'excusa-t-elle une nouvelle fois, tentant à son tour un jeu de mot qu'elle même trouvait facile. "En revanche, je peux vous dire que vous saurez si cela a marché dans quatre heures environ. Parfois ça prend un peu plus de temps donc ne vous en faites pas si vous ne voyez pas de changements tout de suite."

Appuyant sa hanche contre la table à ses côtés et plongeant ses mains dans ses poches, signe qu'elle était bien plus détendue, la jeune femme ajouta une dernière information à l'attention du jeune homme.

"Malheureusement vous devez aussi savoir que cela à cinquante-deux pourcent de chance de rater, aussi si demain vous n'avez constaté aucun changement c'est que l'inoculation à échouée." lui dit-elle, son regard bleuté sondant celui de son vis-à-vis.

Elle espérait sincèrement que la manœuvre fonctionnerait pour lui. Elle savait fort bien à quel point l'absence de ce gène pouvait être handicapante puisqu'elle ne le possédait pas elle-même.
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 18 Déc - 16:48
Invité
Invité
avatar
S’intéresser à son travail donna l’impression au jeune homme que son interlocutrice se détendit un petit peu. Il la trouvait réellement tendue comme un string malgré elle. Avec une sorte d’écho à sa propre façon d’être, Keith la voyait arborer un masque lui permettant de mettre des distances avec les autres, et dans le cas présent, surtout lui. Le fait d’être dans son environnement et qu’elle soit concentrée sur ce qu’elle avait à faire –à savoir, l’injection- lui permettait de garder un certain contrôle. D’ailleurs, le geek se surprit à discerner tout cela. Mais, novice dans l’art analytique, il estima avoir autant de chance de se fourvoyer totalement sur la situation.

Elle brisa finalement le silence, répondant qu’assouvir sa curiosité allait s’avérer compliqué étant donné les minces connaissances du jeune homme. Il n’en prit pas ombrage, non pas parce qu’elle y mettait les formes, mais surtout parce qu’il comprenait qu’un novice ne soit pas capable d’assimiler et comprendre des informations complexes dans un domaine qui lui était totalement inconnu. Elle fit tout de même un effort pour qu’il comprenne le gros du principe. En fait, l’image de Jurassic Park, lorsqu’ils expliquent qu’ils prennent de l’ADN de grenouille pour compléter celui des dinosaures. Ridicule, mais au moins l’image avait-elle le mérite d’être parlante de correspondre à ce que la doctoresse lui expliquait. Dans son esprit, c’était bien plus clair.

Par contre, en décrire davantage le processus devenait un sport accessible à bien moins de profane. Et Mila cherchait désespérément des termes, dans une langue qui n’était pas la sienne, et y parviendrait difficilement Aussi botta-t-elle en touche. Keith hocha simplement la tête, ce serait mis à contribution lorsqu’il souhaiterait se vider l’esprit, à sa curieuse façon. Elle en semblait gênée et Keith la gratifia d’un sourire pour la rassurer. Dans le genre échange muet, les deux semblaient parfaitement aller ensembles !

Elle continua son affaire en lui expliquant qu’un de ses collègues seraient plus à même de répondre à sa demande, notamment en ce qui concernait la méthode de développement mais, il ne l’avoua pas, c’était surtout pour faire la conversation malgré qu’il s’y intéresse un peu. Aller voir Beckett pour cela devenait bien moins séduisant. Au propre comme au figuré.

Keith redressa son bras lorsqu’elle le manipula et qu’elle se montra encore un plus détendue. Parler de ce qui avait attrait à son domaine de compétences avait toujours tendance à alléger l’atmosphère, même avec les Russes. Keith pinça les lèvres et opina du chef quand elle s’excusa, s’essaya à un trait d’humour qui tira un léger sourire amusé au jeune garçon. Elle mentionna alors un délai d’attente et le fort taux d’échec. Que cela ne réussisse pas le décevrait légèrement, mais là, il préféra plaisanter.

« Et je vois ça comment ? Je pose mes fesses sur le fauteuil des Anciens et hop, ça marche ? Ou pas ? »

Il ricana légèrement.

« Remarquez, y’a pas non plus un million de solutions pour vérifier ça. Je peux aussi voler un Jumper et faire des loopings. J’ai toujours rêvé de faire ça. Mais je vomis facilement aussi.. »

Le jeune homme afficha un large sourire et fixa la jeune femme qui s’était occupée de l’injection. Gardant son bras contre lui, il se releva de sorte d’être à sa hauteur et face à elle.

« Je vous remercie. Si cela échoue, on pourra toujours recommencer, non ? »
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 18 Déc - 20:29
Invité
Invité
avatar
Mila sourit avant de laisser un petit rire discret échapper ses lèvres à la mention du fauteuil des anciens et des Puddle Jumpers. Elle avait entendu parler du dispositif et du vaisseau par le docteur Beckett, n'ayant pas eu la chance de les voir de ses propres yeux. Elle secoua alors la tête avant de replacer une longue mèche de cheveux derrière son oreille droite.

"Non, rien d'aussi compliqué." lui répondit-elle en souriant toujours. "Il vous suffira de passer votre main devant le capteur qui ouvre la porte de vos quartiers. Si rien ne se passe, c'est que l'inoculation a raté."

Elle le regarda se lever avant d'ajouter que si cela n'avait pas marché, il pourrait toujours revenir pour un nouvel essai. Ce à quoi elle hocha la tête avant de compléter sa réponse.

"Bien sûr. Il vous faudra attendre un mois, cependant. L'inoculation peut avoir des effets… indésirables." lui expliqua-t-elle avec une petite moue. "Et si vous êtes facilement malade, cela peut vraiment être désagréable."

Contemplant son interlocuteur, elle lui offrit un nouveau sourire avant de lui faire signe de la suivre jusqu'à son bureau. La procédure accomplie, elle devait encore lui faire signer un document, confirmant qu'il avait reçu l'injection et qui irait rejoindre les informations que son dossier personnel contenait déjà. Alors qu'elle s'approchait du meuble de rangement qui jouxtait son poste de travail, la jeune femme y repêcha la chemise cartonnée qu'elle plaça sur son bureau et attrapa un formulaire sur la même table. Tirant un stylo de sa poche, elle remplit les informations relatives à son intervention tout en continuant sa conversation.

"Si vous expérimentez des nausées ou vertiges, revenez me voir." lui dit-elle alors avant de lui tendre la feuille et lui indiquant le cadre où il devait dater et signer. "Je vous donnerais quelque chose pour calmer les effets désagréables que vous pourriez ressentir."

Ne voulant pas l'alarmer, elle ajouta :

"Ne vous en faites pas, c'est parfaitement normal. Votre ADN subit une légère transformation et votre corps tente de rejeter ce qu'il considère comme un intrus. Sachant que l'injection contenait un rétrovirus issus d'une souris, vous aurez de la chance si vous ne faite que ressentir de tels effet au lieu de mutez en maître Splinter."

Un sourire timide se peignit sur ses lèvres et elle considéra Keith pendant un instant, pensant que ce serait vraiment dommage qu'un tel changement s'opère. Ses entrailles se serrèrent et ses joues rosirent lorsqu'elle se rendit compte qu'elle le détaillait presque de manière inappropriée.

"Je plaisante." l'informa-t-elle alors sans se départir de son sourire. "Mais si quoi que ce soit du genre arrive, venez me voir immédiatement. Je mettrais tout en œuvre pour vous rendre votre forme initiale."

Elle avait ajouté ces derniers mots avec un air faussement sérieux pour tenter de se donner une nouvelle contenance et ajouter un effet dramatique à sa plaisanterie.
Revenir en haut Aller en bas
Ven 19 Déc - 12:12
Invité
Invité
avatar
Un voile de déception s’installa un bref instant sur les traits de son visage. Keith trouvait cela bien moins amusant. D’ailleurs, il en fit part ouvertement à la doctoresse.

« Ho.. c’est bien moins fun comme ça.. Je préfère ma manière. »

Mila lui annonça alors le délai d’attente en cas d’échec ainsi que l’existence d’éventuels effets secondaires. Là, le jeune homme leva un sourcil, dubitatif. Personne ne lui avait jamais parlé de cela, et d’un coup, il était bien moins enchanté de s’être fait inoculer le produit. Surtout qu’elle ne rassura pas davantage en ajoutant que les symptômes seraient assez dérangeants. Et ce n’était pas son sourire qui allait lui réchauffer le cœur. Il la suivit en trainant les pieds pour qu’elle complète son formulaire. Et elle en remit une couche !

« Si j’ai déjà nausées et des vertiges, je serais cloué au lit, Docteur Aleksandrov. Et nulle part ailleurs ! »
Au passage, il ne comprit pas pourquoi elle ne lui donnait pas immédiatement les médicaments, juste au cas où. Ce n’était pas un adepte de la consommation de pilules et d’automédication, mais il lui était plus logique d’avoir déjà le nécessaire à portée plutôt que devoir se déplacer, repeignant les couloirs de son repas du soir, pour obtenir le remède à tous ses maux. Et s’il était aussi malade qu’elle semblait le prévoir si son corps ne s’accoutumait pas du virus, il se voyait difficilement venir jusqu’à l’infirmerie pour ça. M’enfin, elle était le docteur, il n’avait rien à dire.

Sa petite boutade concernant les tortues ninjas le détendit quelque peu et le lança dans une lourde réflexion. S’il devait être transformé dans un truc de ce genre, être le rat trop sérieux, trop sage du groupe, ce n’était pas franchement ce à quoi il aspirait. En réalité, il correspondait bien davantage à Donnie, le violet, savant et un peu cinglé. Mais pour tout avouer, il préférait bien autre chose. Il claque des doigts lorsqu’il trouva chaussure à son pied.

« Moui, non. Hulk. Bien mieux. Beaucoup mieux ! Définitivement. Hulk »

Il sourit un son tour et acquiesça d’un signe de la tête. Oui, ce choix-là était bien meilleur. Et puis, au moins ne perdrait-il pas son joli minois. Parfois il serait furieux et vert, mais bien souvent, il serait lui-même. A n’en point douter, il préférait ce scénario-là. A nouveau, il leva un sourcil, interrogatif cette fois, alors qu’elle le dévisageait. Il se demandait ce qui n’allait pas quand elle revint à la réalité sans se dépeindre de son charmant sourire depuis quelques instants.

« Trop aimable » répondit-il lorsqu’elle plaisanta à nouveau sur la possibilité de se transformer. Il avait utilisé un ton froid et distant, mais c’était aussi une manière de plaisanter. A son tour, il ajouta du dramatique à la scène.

« Prenez garde, s’il arrive quelque chose au génie d’Atlantis, ce sera bien plus dangereux qu’un grincheux vert ou un rat d’égout champion d’arts martiaux. »

Il s’approcha de son visage, lançant un regard sévère, l’air à la fois sérieux et menaçant.

« Je peux être redoutable.. »


Puis il recula, amusé et l’interrogea du regard pour savoir s’ils en avaient terminé.
Revenir en haut Aller en bas
Dim 21 Déc - 22:03
Invité
Invité
avatar
Mila vit que le jeune informaticien avait l'air déçu de l'option qu'elle lui proposait pour tester le gêne ATA. Levant légèrement les mains en signe de défense, elle finit par les recroqueviller vers elle avant de les tenir serrées contre son torse, pour ne pas lui donner l'impression qu'elle était nerveuse et inquiète de ce que la déception qui avait pris forme sur ses traits allait développer. Il n'avait pas l'air colérique, mais certaines personnes étaient particulièrement douées pour masquer leur véritable nature. Aussi pour l'apaiser elle s'exprima d'une voix qu'elle voulait calme et posée.

"Rien ne vous empêche de le faire comme vous l'entendez." lui dit-elle avant de lui parler des effets indésirables qui pouvaient se manifester après l'inoculation avec un léger sourire.

Elle continua son explication en se dirigeant vers son bureau puis en remplissant la fiche avant de la lui tendre pour qu'il la signe sans se départir de son sourire. Alors que son interlocuteur lui expliquait que s'il ressentait de tels symptômes, il serait incapable de venir la chercher, la jeune femme sortit de son observation presque inappropriée de son patient et un petit sourire désolé vint prendre place sur ses lèvres. Puis elle secoua la tête légèrement, faisant se mouvoir ses longs cheveux bruns par la même occasion.

"Excusez-moi, je me suis mal exprimée." lui dit-elle alors d'un air embarrassé, son accent plus prononcé qu'à l'ordinaire par sa gêne. "Il y a de très faibles chances que vous expérimentiez ces effets secondaires, mais je préfère vous le dire plutôt que cela vous arrive et que je n'ai rien mentionné. C'est un peu comme un vaccin. Certaines personnes ne ressentent rien, d'autres sont fatiguées ou un peu malade mais rien de bien méchant."

Mais il ne sembla pas vraiment l'écouter, préférant se choisir une autre forme de transformation. Lorsqu'il la verbalisa à voix haute, en revanche, elle ne partagea pas son enthousiasme mais ne dit rien, se contentant de hocher la tête. Bien que le super héros verdâtre ne fasse pas partit des agresseurs, le fait qu'il soit l'incarnation même de la violence par la colère lui glaça le sang. Aussi garda-t-elle le silence alors qu'il continuait son explication et s'approcha soudainement du visage de la jeune femme pour accentuer l'effet dramatique de sa plaisanterie.

Mais cela n'eut pas tout à fait l'effet escompté. Dans sa poitrine, le cœur de Mila manqua un battement et elle eut un léger mouvement de recul alors qu'une expression de pure terreur passait dans son regard l'espace d'un instant. Elle avait l'air d'un lapin prit par surprise dans la lumière des phares d'une voiture. Son dos heurta le meuble de rangement qui se trouvait derrière elle, l'empêchant de s'échapper et un pic de panique accéléra son rythme cardiaque et respiratoire. Mais son interlocuteur recula tout aussi rapidement qu'il s'était approché d'elle et l'interrogea du regard.

Incapable de réagir sur l'instant elle lui retourna un regard paniqué avant de comprendre ce qu'il voulait lui dire. Toujours plaquée contre le meuble de rangement et tentant de retrouver son calme, elle hocha alors la tête rapidement et lui dit d'une voix légèrement étranglée :

"Ce sera tout. Bonne journée, Monsieur Latimer."

Elle avait répondu par pur automatisme, les mots sortant de sa bouche sans même qu'elle n'ait besoin de les penser. A cet instant même, elle n'était pas vraiment en état de réfléchir et de faire des phrases qui requéraient un minimum de réflexion. Sans bouger les yeux encore légèrement écarquillés d'angoisse, elle l'observa, attendant qu'il dise ou fasse quelque chose.
Revenir en haut Aller en bas
Mar 23 Déc - 14:36
Invité
Invité
avatar
Ca, il ne se ferait pas prier pour tester à sa manière si le procédé était un succès. Les plaisirs de la vie sont dans les choses simples et Keith était de ceux qui ne manquent pas une occasion pour se détendre et s'amuser. Alors plutôt qu'essayer d'activer la panneau de ses quartiers, poser ses fesses sur la chaise ancienne représentait une possibilité bien plus alléchante. Il avait d'ailleurs déjà décidé qu'il essaierait de cette manière, quitte à braver quelques interdits et à faire tirer les cheveux à McKay. Le scientifique était vraiment irritant, et malgré leurs ressemblances sur bien des aspects, le jeune homme ne pouvait s'empêcher de l'enquiquiner lorsque la possibilité se présentait.

Keith prit le stylo et la feuille tendus par la doctoresse et signa le papier qui stipulait qu'il s'était bien présenté, que l'injection avait été faite, cela dans le but de satisfaire les pulsions administratives de "ceux qui s'ennuient" comme aimé à les appeler le geek. La paperasse, voilà bien un domaine qui l'irritait réellement. A tel point qu'il s'était créé un script qui le remplissait à sa place alors qu'il dictait le rapport. Le moins il en faisait, le mieux il se portait. Tout ces protocoles avaient le don de l'agacer et surtout, d'utiliser du temps de cerveau qu'il se refusait à accorder à des tâches aussi inutiles et répétitives. Il n'était pas un robot dans une chaîne de montage et ce genre de règles militaires n'étaient bonnes que pour les soldats. Eux seuls avaient besoin d'être certains d'avoir compris ce qu'il s'était passé en mission. Lui, et tous les autres, étaient assez intelligents pour être capable de réfléchir en même temps qu'ils agissaient. Mais après tout, il ne s'agissait que de porte-flingues s'amusait-il à répondre quand il s'étonnait de leur capacité à raisonner. Il savait qu'il généralisait le comportement de son camarade à l'ensemble du corps de l'Armée, mais ce n'était, à nouveau, que trop tentant. Keith rendit le papier ainsi que le stylo en la gratifiant d'un sourire.

Son amusement à l'endroit de la créature verte ne fut pas partagé et la peur s'installa sur les traits de Mila qui recula et butta sur le mobilier. Le geek leva un sourcil, incompréhensif, et s'étonna qu'elle veuille soudain fuir. La femme, sûre d'elle, venait de changer de costume et la frayeur qui transparaissait le laisser interdit. Comment lui, qui n'avait jamais fait de mal à personne, pouvait-il ainsi, et sans comprendre pourquoi, lui faire un tel effet. Les femmes d'Atlantis étaient vraiment toutes cinglées, songea-t-il. Il haussa les épaules alors qu'elle le congédiait. La mine déconfite et brin perturbée par ce changement d'atmosphère, il la remercia et prit congé. A peine eut-il passé le pas de la porte que son esprit était passé à autre chose. Décidemment, les femmes de la Cité ne le réussissait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Atlantis Insurrection :: Cité d'Atlantis :: Niveau 8 - Zone Médicale :: Infirmerie-